Thomas Puissochet : pianiste français au pays de Sibelius [fi]

Thomas Puissochet 2 - JPEG

Thomas Puissochet est pianiste. Il vient d’achever ses études à l’Académie Sibelius.
Son parcours singulier, sous le signe de l’excellence musicale, fait le pont entre la Finlande et la France.

Violoniste de formation, il découvre le piano à l’adolescence sur un coup de tête :
« Vers douze ans, j’ai perdu tout intérêt pour le violon. J’ai cessé de me rendre au conservatoire. J’avais un piano dans ma chambre, et à seize ans du jour au lendemain, je me suis mis à en jouer, huit heures par jour. Je n’allais plus au lycée. Je ne faisais plus que ça... »

Après avoir obtenu son DEM au conservatoire de Boulogne-Billancourt dans la classe de David Saudubray, il avoue s’être retrouvé en Finlande « un peu par hasard. »
C’est lors d’une master class de la célèbre pianiste Tuija Hakkila qu’il décide de postuler à l’Académie Sibelius, sur un coup de tête à nouveau. Il y est reçu dès la première tentative en 2011, apprend le finnois en un an, suit l’enseignement des plus grands : Ilmo Ranta, Naoko Ichihashi et Tuija Hakkila.

En 2015, il remporte le premier prix du concours de piano Helmi Vesa.
Il repart brièvement en échange en France au CNSM de Paris en 2017 dans les classes de Denis Pascal et Varduhi Yeritsyan avant de terminer son master spécialisé en pédagogie du piano à Helsinki en 2018.

De l’enseignement à la finlandaise, il apprécie la disponibilité du corps enseignant, les moyens considérables mis au service des étudiants, la confiance de l’institution dans ses jeunes talents. Il regrette pourtant le traitement réservé aux étudiants non finlandais : à niveau comparable, ceux-ci sont moins mis en valeur que leurs homologues finlandais.

De la France, il admire le foisonnement culturel, la diversité et l’excellence.
Il aime tant Debussy que Jean Sibelius.

De sa carrière, il garde en mémoire le concert qui lui a valu de remporter le prix Helmi Vesa et le récital donné à l’occasion du mois de la Francophonie dans l’Eglise sous la roche le 8 mars 2018. Devant plus de 700 personnes, il interprétait alors les Images de Debussy et le monumental Concerto pour piano et orchestre No. 1 de Brahms sous la direction de son compatriote et camarade de l’Académie Sibelius James Salomon Kahane. Avec l’Institut français, « c’est nous qui avions monté le projet, trouvé les musiciens. C’était beaucoup de travail et d’émotions. »

Passionné de pédagogie, Thomas Puissochet s’apprête à créer sa propre école de piano à Helsinki, une école ouverte à tous les mélomanes qu’ils admirent Debussy ou Sibelius.

Thomas Puissochet 1 - JPEG
Thomas Puissochet lors du concert de la francophonie, photo Daniel Carlsson

publié le 05/07/2018

haut de page