Septembre 2017

Vendredi 29 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Initiative pour l’Europe du Président Macron

« Mme Merkel encense le discours de M. Macron » HS
« Des réactions partagées selon M. Sipilä » Yle
Helsingin Sanomat rapporte qu’avant le dîner des chefs d’Etat et de gouvernement, à Tallinn, hier, la chancelière Angela Merkel a accueilli positivement les propositions de réformes de l’UE du Président Macron.
Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré pour sa part que le discours de M. Macron avait divisé lors du dîner. « L’enthousiasme est un peu différent au Sud et au nord de l’Europe », a-t-il dit. « Ici, dans le Nord, on insiste sur le fait qu’il faut mettre en œuvre ce que l’on a décidé, et dans le sud on est enclin à lancer des visions sur l’avenir et l’approfondissement de l’intégration ».
Lors du dîner, « dans de nombreuses prises de position on a conclu qu’il fallait voir au-delà de ce que l’on avait prévu à Bratislava », dit-il.
HS Yle

Réactions de M. Liikanen
Le gouverneur de la banque de Finlande Erkki Liikanen remercie le président Macron pour le fort engagement européen de son discours. « Le message le plus important est qu’il fait un choix européen sur de nombreux sujets qui divisent traditionnellement. C’était un discours profondément européen ».
KS

L’avenir de la zone euro doit aussi être débattu en Finlande
L’eurodéputée Sirpa Pietikäinen (Rassemblement national) en appelle dans Nykypäivä à ce que les Finlandais soient éveillés et participent au débat sur la réforme de la zone euro. « Il est temps d’agir pour réformer l’UEM. Le coeur de l’UE composé de l’axe entre M. Macron et Mme Merkel constitue une bonne base pour développer l’UEM. 
Elle considère que la finlande doit participer à ce débat. « L’avenir de l’UEM devrait être un des thèmes principaux de la future présidence finlandaise de l’UE de 2019 », selon elle.
NP

Douche froide pour les souhaits fédéralistes
L’eurodéputée Anneli Jääteenmäki (Centre) estime qu’après les élections allemandes et le succès du FDP (qui siège avec elle parmi les libéraux européens), « un important approfondissement de la zone euro semble improbable ».
SM

Editorial : « L’UE face à un grand pas en avant » KL
Kauppalehti rappelle que le programme gouvernemental de la coalition du premier ministre Sipilä condamne toute avancée en matière de solidarité financière. L’éditorialiste se demande toutefois si la Finlande aura vraiment le courage de s’opposer si les grands Etats membres font une avancée dans ce sens.
KL

Editorial : « Défense de M. Macron » AL
Aamulehti estime que les critiques présentées à l’encontre de l’initiative pour l’Europe du Président Macron cache à quel point son discours était si peu égoïste et si peu français.
L’éditorialiste estime que trop souvent les dirigeants français parlent de l’Europe pour renforcer le pouvoir de la France. Or, M. Macron a parlé de l’Europe de tous, aussi bien des Finlandais, des Portugais ou des Croates. Et le fil conducteur de son discours était la solidarité. Malheureusement en Finlande on a fait de la solidarité européenne un tabou, regrette l’éditorialiste.
AL

Billet d’Yrsa Grüne
Hufvudstadsbladet publie un billet d’Yrsa Grüne qui s’inspire du discours du Président macron, entre autres, dans ses pondérations sur le lien entre l’UE et l’OTAN. Pour elle, la défense européenne ne peut pas être séparée de l’OTAN, et dans ce cas, on peut se demander pourquoi doubler les systèmes. Les garanties de défense n’existent que dans les alliances, et non pas dans les coopérations, aussi vastes et puissantes qu’elles soient, rappelle-t-elle. « L’UE pourra compléter les garanties, mais non pas les remplacer. »
Mme Grüne rappelle que le fait que les forces existantes n’aient jamais été déployées ne dépend pas d’un manque de capacité ni d’ambition, mais du fait que c’est l’unanimité politique qui manque.
Elle estime que M. Macron a raison de dire que l’UE a besoin d’être secouée pour que les projets de défense européenne puissent avancer.
HBL/18

Agence européenne du médicament

« Helsinki part de loin » HS
« Que le meilleur gagne – mais le vote n’avantage pas les Finlandais » Yle
Yle et Helsingin Sanomat rapportent que la ministre de la santé Pirkko Mattila et le maire d’Helsinki Jan Vapaavuori ont défendu, hier, à Bruxelles, la candidature finlandaise pour accueillir l’agence européenne du médicament.
Yle rapporte que le budget de la campagne finlandaise est de 350 000 euros.
La Finlande essaie de faire de son handicap (elle, possède déjà une grande agence européenne, ECHA), un avantage. De plus, elle profite du fait que l’on ne sait pas en Europe que la délocalisation de l’agence finlandaise du médicament a été un échec, ni certainement que la distribution de médicaments en Finlande connaît ces derniers temps de grands problèmes.
Une question est de savoir si les fonctionnaires de l’agence souhaiteraient venir en Finlande.
Mais Yle estime qu’au final ce ne sont pas forcément les arguments rationnels qui l’emporteront. Si les pays orientaux arrivent à s’entendre, ils pourront avoir leur candidat en finale face à une ville occidentale, et il y a peu de chance que cela soit Helsinki, estime Yle.
Helsingin sanomat relève qu’Helsinki s’est lancé tard dans la bataille et ne part pas favorite.
HS YLe

Centre de lutte contre les menaces hybrides

De hauts invités à Helsinki, lundi
Hufvudstadsbladet rend compte de la venue à Helsinki, à l’occasion de l’inauguration du Centre de lutte contre les menaces hybrides, lundi, de hautes personnalités comme Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, et de Federica Mogherini, haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.
La Finlande sera représentée par le Président Sauli Niinistö et le Premier ministre Juha Sipilä.
Le Centre de lutte contre les menaces hybrides ne confirme pas ces informations de l’agence de presse STT, mais promet de publier des informations en la matière, demain.
HBL/6

Défense

La Finlande participera aux manouvres CMX17
Le ministère des Affaires étrangères annonce que la Finlande participera à l’exercice de gestion de crise CMX17 de l’OTAN, la semaine prochaine. L’exercice n’implique la participation de troupes, en revanche, les ministères des Affaires étrangères et de la Défense, l’Etat-major ainsi que la représentation de Finlande auprès de l’OTAN seront représentés.
HBL/6

Une défense suffisamment solide pour combattre l’hystérie d’un Zapad
Le professeur de stratégie et de politique de sécurité à l’Ecole des hautes études de défense nationale, Jyri Raitasalo, note que quelques semaines avant le coup d’envoi de Zapad, l’hystérie médiatique battait son plein en étouffant toute analyse raisonnable sur la Russie, ses forces armées et les relations est-ouest.
Dès la fin de la guerre froide, de nombreux pays de l‘ouest ont diminué leurs effectifs militaires de plusieurs centaines de milliers de soldats et les budgets de défense ont été restreints. La force de dissuasion et la capacité de mener une guerre d’ampleur ont été remplacées par la gestion des crises, le combat contre le terrorisme et la guerre contre-révolutionnaire. De nombreuses opérations militaires ont été mises en œuvre – souvent sous la direction des Etats-Unis et à l’aide de sa suprématie contre des adversaires militairement faibles.
Les forces de défense de l’Occident sont devenues modestes et elles ne sont pas capables d’entamer une guerre d’envergure contre un adversaire évolué. Seuls les Etats-Unis ont réellement misé sur la suprématie technologique de leur armée tout en diminuant leurs effectifs d’un million de soldats.
Depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, les Etats-Unis ont remis en question leur rôle de « sauveur de l’Europe » ce qui inquiète certains pays membres de l’OTAN. Lorsque la capacité militaire d’un pays s’avère insuffisante, la rhétorique et les diverses provocations militaires des Russes paraissent menaçantes.
De même, au nom de la menace créée par Zapad, les pays de l’Europe orientale, membres de l’OTAN ont tenté de faire pression sur les autres pays membres de l’alliance, notamment les Etats-Unis, afin de rassembler leurs efforts pour combattre la menace militaire russe. Zapad était devenu le moyen d’une communication stratégique bien avant le début des exercices.
Nous ne pouvons pas savoir comment la tension évoluera autour de nous. Dorénavant, la meilleure manière d’éviter une hystérie Zapad dans l’avenir, consiste à porter nos efforts sur notre propre capacité de défense.
HS27.9/A5

100 soldats finlandais en alerte au Kurdistan
Les soldats finlandais qui forment des troupes kurdes en Irak préparent un plan B au cas où la situation en Kurdistan dans le nord de l’Irak, à l’issue du vote sur l’indépendance, viendrait à s’aggraver, écrit Uusi Suomi
Quelques cent soldats finlandais se trouvent dans la proximité de la capitale Erbil pour former des troupes peshmerga, faisant parti de l’opération Inherent resolve, dans leur combat contre Isis.
Le chef des opérations de l’armée de terre, le général de brigade Jari Kallio, estime que la situation est relativement calme. Il assure néanmoins que la sécurité des soldats finlandais est primordiale et le nécessaire sera fait si la situation s’aggravait.
Il précise que l’administration irakienne n’a pas fait pression pour que la Finlande interrompe la formation des troupes kurdes et que les relations entre les soldats finlandais et la population kurde dans la région sont bonnes.
Les Finlandais ont d’ores et déjà formé environ 2 000 soldats peshmerga dont le niveau de compétences variait beaucoup. « Par la suite, le niveau du savoir-faire a augmenté. De nombreux groupes qui participent à la formation d’encadrement sont des hommes ayant fait la guerre et qui s’y connaissent », affirme le général.
Le général Kallio affirme par ailleurs qu’Isis est battue en Irak et le califat n’existe plus.
28.9./Uusi Suomi

Politique intérieure

Défense – service civil

Le ministre souhaite introduire le service civil aux Îles Åland
Le ministre de la Défense, Jussi Niinistö (Avenir bleu), souhaite imposer le service civil aux ålandais pour que ceux-ci aient les mêmes droits et obligations que les autres Finlandais.
En principe, les jeunes hommes ålandais sont censés effectuer un service dans l’administration civile à la place du service militaire dont ils sont exemptés du fait de la démilitarisation des Îles. Dans la pratique, cela ne se réalise toutefois pas.
Hufvudstadsbladet a contacté quelques personnes pour des commentaires en la matière. Ilkka Kanerva (Rassemblement national), président de la commission de la Défense, considère la question comme délicate et ne souhaite pas y prendre position pour l’instant.
Antti Kaikkonen, président du groupe parlementaire du Centre, note que comme l’initiative du ministre n’était pas prévue, son parti n’a pas encore évoqué la question.
Mika Kari, vice-président social-démocrate de la commission de la Défense, souhaite que de telles questions soient évoquées au sein du gouvernement avant de les présenter en public.
HS/A15, HBL/8

Parlement

Listes de visiteurs
Le Parlement qui tient des listes de ses visiteurs a annoncé qu’elles étaient détruites actuellement à la fin de chaque jour.
Auparavant, ces listes étaient gardées pendant un an, mais depuis que la Cour suprême administrative a jugé, sur la demande de journalistes, que ces listes étaient publiques, le parlement a commencé à les détruire. Le comité parlementaire chargé de l’administration du Parlement, composé des présidents du Parlement et de députés, travaille pour obtenir des informations supplémentaires sur la question.
Des rédacteurs en chef, journalistes et éditeurs représentant 29 médias ont saisi l’ombudsman du Parlement en la matière pour faire état de la gène que cette pratique engendre pour leur travail.
Les Verts et l’Alliance des gauches ont décidé, hier, de publier les noms des lobbyistes qui viennent rencontrer leurs députés.
HS/A13

Jeudi 28 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Discours sur l’Europe du Président Macron

Editoriaux
« La France attire l’Allemagne à ses côtés » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat rappelle qu’il faut aller loin dans l’histoire (MM. Mitterrand, Kohl et Delors) pour trouver des dirigeants européens qui aient une vision de l’Europe. Il estime aussi que l’on peut louer la détermination de M. Macron. « La liste des propositions de M. Macron comprend beaucoup de sujets qui grèveraient le pouvoir des petits Etats dans l’UE. Mais ce sont aussi des propositions qui rendraient la prise de décision plus efficace. La ligne politique du gouvernement finlandais en matière de développement de l’UE est que l’on se protège derrière l’Allemagne pour s’opposer à toute augmentation de la solidarité financière. Or, il vaudrait mieux que de dire « non » aux propositions de M. Macron y répondre « oui, mais ». En effet, en Finlande on croit que le développement de l’UE va être gelé en raison de la montée de l’extrême-droite en Allemagne. %Mais en réalité, les forces pro-européennes l’ont emporté et l’AFD s’est surtout concentré sur la lutte contre l’islam. M. Macron a insisté sur le renforcement de la coopération dans des domaines qui ne suscitent pas d’opposition en Allemagne et il est resté vague dans les domaines qui posent problème. Sous l’impulsion de la France et de l’Allemagne, la solidarité va donc augmenter et il serait sage de peser sur les grands Etats afin que la solidarité soit renforcée selon des conditions que la Finlande peut accepter », juge l’éditorialiste qui critique la culture du débat en Finlande. « Ici, on s’applique à torpiller les nouvelles idées. Ceux qui présentent des visions sont considérés comme de doux dingues qu’il est légitime de bousculer. Mais si pour faire homme d’Etat il faut uniquement faire preuve de cynisme, de manque d’ambition et de nostalgie du passé, nous risquons d’avoir une Europe où l’on s’oppose à tout sauf aux eurosceptiques, justement l’Europe que souhaite la Russie ».
HS

« Macron macro-visionnaire » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rend compte du discours du Président français sur l’avenir de l’Europe et juge les contenus et les visions de l’intervention complets et variés. Il se félicite du fait que le Président Macron lance le débat pour développer l’Europe. Il fait l’éloge de M. Macron qui a le courage d’évoquer ces questions avec une vision allant au-delà de la politique intérieure du pays sans avoir peur de la réaction des nationalistes et des populistes.
En effet, dans l’UE, le travail stagne depuis plusieurs années du fait des crises qui se succèdent. Donc, le moment est peut-être venu pour des réformes et changements.
L’éditorialiste estime qu’il est clair qu’une part des visions de M. Macron suscitera une opposition en Allemagne, et en Finlande, par exemple. Les opinions divergent en matière de coopération européenne plus intégrée. Un budget commun pour la zone euro et l’harmonisation de la fiscalité sur les sociétés sont des questions sur lesquels il ne règne pas d’unanimité.
Plusieurs Etats membres trouveront sans doute les idées présentées concernant la gestion des migrations comme bonnes.
« Comme les goûts et l’appétit varient d’un Etat membre à l’autre, il se peut que l’UE avance vers plus d’intégration à des rythmes différents. » Pour l’éditorialiste, l’éventualité de plusieurs rythmes pourrait permettre que toute réforme ne soit pas bloquée.
HBL/22

« Les propositions de M. Macron sont un poison pour la Finlande de Sipilä » IS
Ilta-Sanomat écrit que « nombre des propositions de M.Macron sont un poison pour les autres Etats membres, y compris la Finlande. M. Macron veut par exemple un ministre des Finances et un budget de la zone euro. C’est un cauchemar pour le gouvernement de M. Sipilä dont le programme ne prévoit pas d’augmenter la solidarité financière. Les questions d’un budget commun de la défense ou de listes européennes transnationales sont aussi difficiles. Heureusement pour M. Sipilä, M. Macron n’a pas présenté de calendrier », juge IS qui souligne que « M. Macron a toutefois raison. L’UE a besoin d‘être réformée ».
IS

« La France présente ses propositions à un mauvais moment » KS
Pour Kesksisuomalainen, tout dépendra du nouveau gouvernement allemand car « l’UE ne pourra pas être réformé sans l’accord de l’Allemagne ». « En Finlande, le gouvernement devra tenir compte des différences de vues des partis. Le Kokoomus peut être favorable aux propositions de M. Macron. L’avenir bleu en revanche va en référer au programme gouvernemental et rejeter toute nouvelle solidarité. Quant au centre, il va essayer de trouver un équilibre pour que le gouvernement n’explose pas ».
KS

« Une trop grande réforme européenne à avaler » TS
Pour l’éditorialiste de Turun Sanomat, « il est clair que M. Macron n’aura pas un soutien total des institutions et des Etats membres pour ses propositions. Il ne peut même pas compter sur le soutien inconditionnel de l’Allemagne. Et pour la Finlande nombre des propositions vont trop loin ».
« Mais il est bon de voir qu’après le Brexit il y a encore en Europe des hommes d’Etats qui se refusent à avoir une vision étriquée. Il faut donc espérer que le débat sur les propositions de M. Macron ne se résumera pas à une levée de boucliers. Répondre aux défis de l’avenir en matière d’économie, de défense etde miggration est bien plus efficace en commun que tout seul ».
TS

« M. Macron face au défi de l’Allemagne » AL
Aamulehti estime que, suite à la montée des eurosceptiques aux élections de dimanche, l’Allemagne risque de freiner les projets de développement de l’UE présentés par M. Macron.
AL

Union bancaire

Point de vue : « Le transfert de Nordea en Finlande a été bien préparé » HS
Helsingin Sanomat publie un billet des membres du conseil de la banque de Finlande Marja Nykänen et Olli Rehn qui expliquent que le transfert de Nordea en Finlande et dans le giron de l’union bancaire a été bien préparé.
« Un système commun de garantie des dépôts serait utile pour des petits pays comme la Finlande qui ont un important secteur bancaire. Mais il faut d’abord résoudre la question du bilan des banques pour la période passée avant de pouvoir envisager une garantie des dépôts commune ».
HS

Fiscalité

M. Orpo met en garde contre un risque de concurrence fiscale
Le Ministre des Finances Petteri Orpo s’inquiète des réflexions menées en Suède sur une éventuelle baisse de l’impôt sur les entreprises de 22% à 20%.
En 2014, la finladne avait diminué son impôt sur les entreprises de 4,5 points pour le fixer à 20%.
HS KS

Terrorisme

Des dizaines de recrutement pour la SUPO
La Sûreté générale SUPO a l’intention de recruter des dizaines de nouveaux agents cet automne.
Il s’agit d’une cinquantaine de postes qui seraient affectés principalement à la lutte contre le terrorisme.
HS

Sciences – Education

Les chercheurs finlandais toujours plus dépendants des financements européens
Helsingin sanomat rapporte que, suite à la diminution des budgets de Tekes de centaines de millions d’euros, les universités finlandaises ont cherché à augmenter les financements obtenus de l’UE.
Ainsi, l’université Aalto qui recevait 42 millions d’euros de tekes et 12 de l’UE en 2010, reçoit cette année seulement 23 millions d e Tekes et 21 millions de l’UE.
Selon HS, les difficultés à obtenir des financements ont poussé des professeurs et chercheurs finlandais à s’expatrier dans d’autres pays européens.
Selon le syndicat des chercheurs, entre 2005 et 2015, ce sont 3124 chercheurs qui ont quitté la Finlande pour 1963 qui y sont venus.
Les Finlandais ont assez bien réussi à obtenir des financements européens : en moyenne 13,1% de leurs demandes ont obtenu des financements européens (contre 14,4% en moyenne pour les pays de l’UE). Depuis 2014, ce sont 520 millions de financements européens qui ont été obtenus.
HS

Politique intérieure

Négociations salariales

Tant que les accords ne sont pas conclus les risques de grèves augmentent
Helsingin Sanomat rapporte que les négociations sur la prochaine convention salariale dans le bois-papier sont toujours difficiles.
En revanche, dans l’industrie technologique les négociations avanceraient de manière positive.
HS

Economie

Energie

Fortum investit dans le charbon et le gaz
Helsingin Sanomat rapporte que Fortum qui avait pour stratégie de devenir un « pionnier de l’énergie propre » investit, au biais de sa participation dans l’allemand Uniper, dans une entreprise qui utilise à 83% des énergies fossiles.
HS

Point de vue : « Attention à ne pas faire un nouveau Nokia ! » KL
Le correspondant en Allemagne de Kauppalehti écrit que si en Finlande toute référence à Nokia est positive, il faut au contraire que Fortum se passe d’en parler en Allemagne. En effet, après la fusion avec Siemens, Nokia a géré la fermeture du site de Bochum de manière exécrable, les Finlandais faisant preuve d’arrogance et de mauvaise communication, au point de se mettre à dos les autorités fédérales et locales et les syndicats. KL engage Fortum à ne pas répéter cette erreur car à Dusseldorff personne ne croit que le groupe Uniper ne sera pas restructuré par Fortum.
KL

France - Finlande

Musique

Jazz français à Truku
Turun Sanomat présente la tournée de Jean-Marie Machado et Didier Ithursarry qui se produiront à Tuku le 9 octobre, à Salo le 10 octobre et à Helsinki le 11 octobre.
TS

Exposition

La photographe Elina Brotherus à Pompidou
Helsingin Sanomat présente l’exposition Règle du Jeu de la photographe Elina Brotherus au Centre Pompidou jusqu’au 22 octobre.
HS

France

Tourisme

300 millionnième visiteur à la tour Eiffel
Aamulehti rapporte que la Tour Eiffel qui accueille environ 6 millions de touristes par an devrait recevoir aujourd’hui sont 300 millionième visiteur.
AL

Mercredi 27 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Discours sur l’Europe du Président Macron

Titres
« M. Macron dépeint des visions courages pour l’UE » HS
« M. Macron lance une rafale d’initiatives pour l’UE » KS
« M. Macron critique la faiblesse et l’inefficacité de l’UE » AL
« M. Macron présente un programme de refondation de l’UE » TS
« Selon M.L Macron, il est temps de recréer l’UE » Hbl
« M. Macron propose un budget de la défense européenne et moins de commissaires » Yle
Les médias finlandais ont présenté les principales propositions du président Emmanuel Macron pour refonder l’UE.
HS Yle AL TS KS Hbl

Réactions
« Selon M. Sipilä, M. Macron va trop vite » STT
« Il ne faut pas rejeter les propositions » Yle
« Pas d’argent public à gaspiller » Yle
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä a qualifié ce discours de visionnaire. Selon M. Sipilä, il contient de nombreux éléments que la Finlande peut soutenir.
STT rapporte que le Premier ministre finlandais Juha Sipilä rejette l’idée de financer un budget européen avec de nouvelles recettes fiscales. Il annonce sur son blog que la Finlande, comme nombre d’Etats membres, est réservée sur la possibilité de transférer à l’UE le droit de lever un impôt.
M. Sipilä souligne qu’il faut avancer très précautionneusement dans le développement de l’UEM. Il a souligné que le gouvernement finlandais allait définir avec le Parlement la position du pays sur le développement de l’UEM cet automne.
Le Ministre des Finances Petteri Orpo déclare qu’il faut que tout le monde soit ouvert à la réflxion sur les propositions de M. Macron. « Il ne faut pas surenchérir à qui les rejettera le plus fort, quand bien même il y aurait des idées qui ne nous semblent pas bonnes ».
Le Président des Verts Touko Aalto regrette qu’en Finlande le débat sur l’Europe se réduise à ce que certains demandent la fermeture des frontières et les autres ne disent rien. « M. Macron essaie par ce discours d’en appeler à une relance de l’UEZ. C’est une bonne chose et je souhaite que l’on fasse de même en Finlande ».
Le Ministre des Affaires européennes Sampo Terho considère qu’il est « peu probable que l’Allemagne soutienne ces propositions, au moins à court terme ». Selon lui, la mission de son parti l’Avenir Bleu, au gouvernement est « de veiller à ce que le programme gouvernemental qui rejette un développement fédéral soit respecté et à ce que les euros des Finlandais ne soient pas gaspillés ». « En ce qui concerne l’UEM, il faut fermement veiller à ce que les Etats membres soient responsables de leurs propres dettes et que les problèmes de certaines banques ne soient pas supportés par les contribuables ».
La députée et ancienne ministre des Finances jutta Urpilainen (PSD) engage la Finlande à exprimer activement ses propres propositions de développement de l’UE. Elle considère que la Finlande pourrait être active par exemple pour développer l’union bancaire et la garantie européenne de dépôts, ou encore la création d’un fonds monétaire européen.
Le vice-président de la Commission des Affaires étrangères Pertti Salolainen estime que la Finlande doit continuer à être dans les pionniers de l’intégration dans la politique de sécurité et de défense.
La présidente de l’Institut des relations internationales Teija Tiilikainen engage les dirigeants finlandais à être plus ambitieux dans le développement de l’UE. « On risque d’être confronté à des choix si des groupes d’Etats membres se constituent. Le contenu des coopérations n’est pas toujours décisif et la décision d’en faire partie ou non peut aussi dépendre du fait de savoir si l’on veut ou non être dans les avant-gardes », dit-elle.
HS KS Yle

Billet : « le mot tabou de solidarité » HS
L’éditorialiste du Helsingin Sanomat Paavo Rautio relève que le mot de solidarité, qui était avant positif, est devenu dans le vocabulaire politique finlandais une injure.
Ainsi quand il faut répondre aux attaques de ceux qui veulent plus d’intégration européenne, le gouvernement déclare qu’il n’est pas prêt à plus de solidarité. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre Sipilä lorsqu’il a commenté les propositions de M. Juncker en septembre : le développement de l’union monétaire ne saurait mener à une augmentation de la solidarité ».
M. Rautio souligne que derrière le terme de solidarité tout le monde peut mettre ce qu’il souhaite, aussi bien pour la défendre que la rejeter.
Mais d’une manière ou d’une autre, la solidarité va augmenter dans l’UE, que M. Sipilä le veuille ou non. La solidarité a d’ailleurs toujours augmenté à petits pas – ne serait-ce que dans la gestion de la crise migratoire. Et en matière de sécurité c’est même souhaitable.
Le gouvernement devrait donc reconnaître les réalités et se concentrer sur son travail d’influence. Il n’y a pas encore de modèle à valider ou non de cette solidarité. Un gouvernement maitrisant bien les questions européennes devrait essayer d’influencer l’Allemagne, la France et la Commission afin que lorsque l’on augmente la solidarité les souhaits de la Finlande soient pris en compte. Après un résultat électoral délicat, Mme Merkel pourrait tendre l’oreille", conclut-il.
HS

Finlande – Etats-Unis

La Finlande et les Etats-Unis fondent un centre de recherche hybride
Les Finlandais et les Américains vont créer un nouveau centre de recherche hybride au sein de l’Université d’Oulu, annonce le quotidien Helsingin sanomat.
Il s’agit d’une unité de recherche qui collaborera avec des entreprises et des universités. Le centre sera financé par la fondation scientifique nationale américaine et le centre de de financement de l’innovation de l’Etat finlandais, Tekes.
L’unité pourrait produire des informations qui profiteraient à la défense nationale, comme le combat contre la guerre d’information venant de Russie. Le centre d’Oulu fonctionnera au sein de l’organisme américain Security and Software Engineering Reseach center qui lui collabore avec le centre de recherche de l’armée de l’air américain, le ministère de la Défense américain et le ministère de la sécurité nationale.
Selon le directeur de programmation de Cybertrust de Buittium Oy, c’est la première fois que les Finlandais et les Américains entament une collaboration de recherche officielle.
Le sujet de la cyber sécurité avait d’ailleurs été évoqué lors de la rencontre des présidents finlandais et américain à la Maison blanche lorsque Donald Trump, louant le savoir-faire finlandais en matière de cyber sécurité, avait signalé à Niinistö que « nous allons d’ailleurs vous appeler sous peu ».
HS27.9/A11

Politique intérieure

Gouvernement

Réforme des services sociaux et de santé
Helsingin Sanomat relève que pendant les deux derniers mois, le gouvernement a été occupé à préparer un nouveau projet de loi sur la réforme des services sociaux et de santé, le projet précédent ayant été arrêté par la commission des lois constitutionnelles du Parlement en raison des paragraphes qui étaient en contradiction avec la Constitution.
Les ministres chargés de la réforme se sont réunis plusieurs fois pour étudier le nouveau projet préparés par les hauts fonctionnaires. Les ministres du Rassemblement national en particulier veillent aux changements concernant la liberté de choix.
Le quotidien estime que si la liberté de choix ne se réalisait pas, le Rassemblement national dirait non à la réforme des régions qui est particulièrement importante pour le Centre.
Le problème du calendrier a plus ou moins été résolu parce que le gouvernement a déjà décidé que l’entrée en vigueur de la réforme se passerait graduellement à partir de 2020.
HS/A10

Economie

Entreprises

Fortum achètera Uniper
Helsingin Sanomat rapporte que l’entreprise énergétique Fortum s’est mise d’accord avec le géant allemand E.on sur l’achat d’environ 47 % des actions de l’entreprise énergétique Uniper. La valeur de l’achat s’élève à 3,76 milliards d’euros.
HS/A23

Solidium a fait un bon résultat
Selon Helsingin Sanomat, la société d’investissement Solidium, qui gère les intérêts minoritaires de l’Etat finlandais dans les entreprises, a fait un bon résultat de juillet 2016 à juin 2017. La valeur des actions cotées en bourse en possession de Solidium s’élève actuellement à 8,3 milliards d’euros.
HS/A24

Koné compte supprimer mille emplois d’ici 2020
Helsingin Sanomat relève que le chiffre d’affaires de Koné, fabricant des ascenseurs et escaliers mécaniques, a été en janvier-juin de 4,1 milliards d’euros, soit une augmentation de 1,8 %. Le résultat opérationnel a été de 544 millions d’euros, soit une diminution de 5 %.
Fin juin dernier, Koné employait 53 297 personnes. L’entreprise a l’intention de diminuer ses coups de 100 millions d’euros par an et supprimer mille emplois d’ici 2020.
HS/A25

France - Finlande

Consul honoraire de France à Turku

Nomination de M. Routila
Turun Sanomat publie une interview de Panu Routila, directeur général de Konecranes, qui deviendra consul honoraire de France à Turku le mois prochain, en remplacement d’Enrico Casagrande.
Selon M. Routila, « la mission d’un consul honoraire est de promouvoir les relations économiques et culturelles entre la France et la Finlande. Je souhaite pour ma part de promouvoir les relations de la région de Finlande de sud-ouest avec la France. »
M. Routila, qui parle couramment le français, a passé trois ans en France dans les années 1990.
TS/6

Mardi 26 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Discours sur l’Europe du Président Macron

« Un discours important de Macron » Yle
Yle rapporte que le président Emmanuel Macron prononcera aujourd’hui à la Sorbonne un discours important sur le développement de l’UE.
Yle

Allemagne

Editoriaux
« La carte politique de l’Allemagne modifiée » HS
Helsingin Sanomat estime que « si le résultat des élections a bouleversé la carte politique de l’Allemagne, les changements dans la ligne politique du gouvernement pourraient néanmoins être minimes ». En effet, « mis à part Die linke et l’AFD, les autres grands partis partagent de grandes vues politiques semblables ». « Pur le reste de l’Europe, la politique intérieure de l’Allemagne risque d’influer de telle manière que ce pays ne sera peut-être pas prêt à de grandes avancées dans le développement de l’UE. On, peut s’attendre à de tous petits pas et à des négociations difficiles sur l’euro et les répartitions de pouvoirs entre Etats membres ».
« Ces élections ont montré que les mêmes forces traversent petits et grands Etats. […] L’Allemagne ne va pas être nationaliste mais peut-être un peu plus tournée vers elle-même. Dans l’avenir encore, l’Allemagne va rester le moteur de l’UE car il n’y a pas d’autre alternative ; mais la locomotive va peut être aller moins vite ».
HS

« Montée des extrêmes » AL
Aamulehti estime que le résultat des élections allemandes témoigne que le populisme d’extrême droite a le vent en poupe en Europe ». Pour AL, le changement dans l’équilibre des partis en Allemagne aura des effets pour l’UE.
AL

« La position centrale de Mme Merkel renforcée » KS
Keskisuomalainen estime que l’Allemagne va continuer à être dirigée par une chancelière affaiblie. Toutefois, l’éclatement du paysage politique et le recul de la gauche modérée sont des tendances générales en Europe. Si l’on n’obtient pas un parlement allemand si pro-européen qu’espéré, cela devrait toutefois renforcer l’importance de Mme Merkel comme dirigeante européenne incontournable ».
KS

« De difficiles négociations gouvernementales en perspective » TS
« La politique pro-européenne de l’Allemagne continue à être largement soutenue. Le rôle moteur de l’Allemagne en Europe et sa politique actuelle sont défendus par le parti de Mme Merkel ainsi que le PSD, le FPD et les Verts. On attend donc avec intérêt lmes nouvelles propositions du couple franco-allemand pour approfondir l’intégration. Et la Finlande a intérêt à les écouter attentivement ».
TS

« Une alternative dangereuse a vaincu » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que le résultat bouleversant des élections allemandes rappelle que la menace des nationalistes et des populistes pèse toujours sur l’Europe. HBL note que le fait que l’AfD soit fortement soutenu à l’Est suit le modèle des autres ex-pays de l’Est. L’éditorialiste estime toutefois qu’une grande partie de ceux qui ont voté pour l’AfD l’ont fait en protestation plutôt que pour des penchants racistes. Mme Merkel aura payé cher pour sa politique en matière de réfugiés. Elle est certainement déçue mais elle n’a rien à regretter. Elle a pris les bonnes décisions lors d’une crise humanitaire aigüe.
HBL/18

Brexit

M. Terho considère le discours de Mme May comme constructif
Le ministre des Affaires européennes Sampo Terho (Avenir Bleu) estime que le discours de Mme May à Florence était constructif et allait dans la bonne direction.
« Bien entendu, les négociations ne se font pas par discours interposés. Il faut des propositions concrètes à mettre sur la table », a-t-il ajouté.
HS

Réforme de l’UE et de la zone euro

Point de vue
La directrice de l’association des fonds de pension, l’ancienne ministre Suvi-Anne Siimes publie dans Helsingin Sanomat une tribune intitulée « Les objectifs de la Finlande ne peuvent être promus dans le vide ». Elle considère qu’il faut lancer un débat dans la société civile sur l’avenir de l’UE et de la zone euro. Elle considère que le gouvernement et l’administration devraient animer et encourager un tel débat, come cela se fait ailleurs en Europe. Il faut aussi écouter ce qui se dit dans les autres pays.
HS

Bio-économie - Lulucf

Des chercheurs s’inquiètent pour le destin des restrictions aux coupes de forêts
Près de 200 chercheurs finlandais, européens et d’en-dehors de l’Europe expriment leur souci concernant le maintien de la biodiversité menacé par le relâchement des restrictions concernant les coupes de forêts. Les chercheurs ont signé une lettre ouverte pour regretter que les décideurs européens ne prennent pas en compte l’avis de la communauté scientifique.
Les orientations européennes risquent d’augmenter les quantités de CO2 émis et mettre ainsi en danger la biodiversité des forêts. Les chercheurs se positionnent ainsi contre les orientations promues par le gouvernement finlandais. Timo Vesala de l’Université d’Helsinki, qui a participé à la rédaction de la lettre, regrette que les résultats du rapport EASAC de chercheurs européens sur la durabilité de l’utilisation des forêts n’ait quasiment pas été pris en compte dans la prise de décision.
Les chercheurs mettent également en garde contre l’idée que les bioénergies n’auraient pas d’empreinte de carbone et souhaitent que la régulation Lulucf prenne en compte l’ensemble des effets climatiques de la biomasse.
Les rédacteurs de la lettre souhaitent que le bois coupé soit utilisé pour des produits durables qui remplacent des produits à émissions élevées, plutôt que pour l’énergie ou la pâte à papier.
M. Vesala rappelle qu’il ne s’agit pas de la première fois que les chercheurs évoquent ces questions.
HS/A28

Défense

La Finlande prolonge sa participation à l’opération de la Finul au Liban
La Finlande se prépare à poursuivre sa participation à l’opération de la Finul au Liban au-delà de l’année 2018. Par contre, la présence de ses huit officiers d’état-major à Eufor Althea en Bosnie-Herzégovine prendra fin au printemps de l’année prochaine.
Ces décisions ont été prises lundi par le comité ministériel de la politique étrangère et de sécurité et le président de la république lors d’une réunion sur la gestion internationale de crises.
A l’heure actuelle la Finlande participe à 11 opérations militaires de gestion de crise avec un total de 500 soldats. Les opérations civiles de gestion de crise sont au nombre de 20 regroupant 130 experts. Aujourd’hui 330 soldats finlandais participent aux opérations de la Finul au Liban et en Irak.
HS26.9/A13

Politique intérieure

Elections présidentielles

L’association électorale de M. Niinistö a obtenu 156 000 signatures
Helsingin Sanomat rapporte que l’association électorale, qui a été créée fin mai dernier pour soutenir la réélection du Président Sauli Niinistö aux élections présidentielles de janvier 2018, annonce d’avoir obtenu 156 000 cartes de soutien signées.
C’est un nombre très élevé, vu que 20 000 signatures suffisent pour qu’une association électorale puisse présenter son propre candidat. L’ancien parti politique de M. Niinistö, le Rassemblement national a environ 34 000 membres.
Le quotidien note que l’association électorale de M. Niinistö souhaite créer l’image d’un président de tout le peuple. Cette tactique fonctionne très bien : selon un sondage récent sur l’audience des candidats présidentiels, M. Niinistö est crédité de 68 % des voix au premier tour.
Les candidats présidentiels déjà désignés sont : Tuula Haatainen (PSD), Pekka Haavisto (Alliance verte), Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais), Merja Kyllönen (Alliance des gauches), Sauli Niinistö, Nils Torvalds (Parti suédois) et Matti Vanhanen (Centre).
Les Chrétiens-démocrates ont décidé de ne pas désigner de candidat. L’Avenir bleu, qui a quitté les Vrais Finlandais en juin dernier, a du mal à recueillir les 5 000 signatures nécessaires pour fonder un parti politique.
Le premier tour des élections présidentielles aura lieu le dimanche 28 janvier 2018 et l’éventuel second tour le dimanche 11 février 2018.
HS/A8

Education

Etude sur les coupes budgétaires dans l’éducation
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a exigé, il y a bientôt trois ans, que le gouvernement devait suivre les effets des décisions des coupes réalisés en 2011-2015. Le gouvernement doit déposer un rapport au Parlement avant fin 2017.
Le rapport sur les économies dans l’éduction, commandé par le ministère de l’Education, qui n’a pas encore été rendu public, confirme que les différences dans l’enseignement ont augmenté.
Selon cette étude, les communes ont tenté de compenser les coupes de leur poche, vu que les subventions de l’Etat ont diminué.
Selon le rapport, on ne voit pas encore tous les effets des économies pendant la législature de 2011-2015 et qu’une partie des effets peuvent dépendre des décisions prises par le gouvernement actuel.
En 2010, les dépenses dans l’éducation ont été de 13,32 milliards d’euros, contre 13,09 milliards en 2015.
Selon les conclusions du rapport, les économies n’ont pas encore affaibli considérablement les droits à l’éducation.
HS/A15

Perspectives économiques

Selon le ministère de l’Emploi et de l’Economie, les perspectives sont plus favorables dans l’ensemble du pays
Le ministre de l’Economie, Mika Lintilä (Centre), relève qu’en Laponie, il y a une pénurie de la main d’œuvre dans le secteur touristique, dans le Sud, c’est dans le codage qu’il faudrait plus de monde et dans certaines autres régions, des professionnels de la métallurgie.
Ces problèmes d’ajustement pour que les emplois vacants et les demandeurs d’emplois se trouvent pourrait nuire à la croissance économique qui autrement s’annonce plutôt prometteuse.
Pour favoriser la croissance, le ministre réclame des investissements et des innovations, tout en se félicitant du fait que les perspectives sont favorables dans toute la Finlande.
Le chômage reste toutefois un problème plus ou moins important selon la région.
M. Lintilä considère la situation en Corée du Nord, la politique commerciale du Président Trump et le Brexit comme les premiers problèmes pour la prédictibilité de l’économie.
AL/A25

Lutte contre le blanchiment d’argent

La police de plus en plus souvent avertie des cas de criminalité économique
Durant le début de l’année en cours, la police judiciaire a été saisie plus souvent que jusqu’à présent concernant des soupçons de blanchiment d’argent. En six mois, 23 400 annonces ont été faites concernant des soupçons, contre 31 000 durant toute l’année 2016. Si cela continue au même rythme, on arrivera à 50 000 cas d’ici fin la de l’année.
Les banques sont plus actives qu’avant pour faire part de leurs soupçons, mais la part des annonces de leur part reste toutefois minime.
Les jugements en matière de blanchiment d’argent n’ont pas augmenté autant, car derrière les déclarations de soupçons, il y a souvent d’autres types de criminalité, comme la fraude.
HS/A28

Social

L’Etat, client important de bien d’entreprises
Certaines entreprises ont conclu des contrats juteux dans l’accueil des demandeurs d’asile
Le groupe Luona qui propose des prestations du domaine social et de la santé base l’ensemble de ses activités sur les crédits des contribuables. En 2016, Luona a facturé à l’Etat à hauteur de 54 millions d’euros pour des services commandés par l’Office national de l’immigration, Migri. Au lieu de 9 centres d’accueil en décembre 2015, Luona n’en gère plus que trois. Par la suite, le groupe envisage d’orienter ses connaissances pour des partenariats liés à la réforme des services sociaux et de la santé.
L’Etat vient de mettre en place un site concernant les acquisitions de la fonction publique. Les achats peuvent être examinés par le type d’acquisition ou par ministère.
KL/A6-7

Contraception - Implant de stérilisation Essure
Helsingin Sanomat relève que selon l’institut national de la santé et du bien-être THL, environ mille Finlandaises ont eu en 2016 l’implant de stérilisation Essure du groupe Bayer.
Bayer a annoncé cette année la fin de la commercialisation en Finlande de ces implants de stérilisation.
L’autorité française de surveillance des médicaments a effectué une étude comparative entre Essure et une stérilisation traditionnelle. Selon les résultats de cette étude, Essure peut augmenter les réactions allergiques.
L’implant a été mis en cause pour ses effets indésirables et, début août, Essure a été suspendu pour trois mois dans l’UE. Les implants controversés ne pourront donc plus être commercialisés dans toute l’Union européenne. Essure est encore en vente aux Etats-Unis.
HS/A10

France

Economie

La femme la plus riche du monde
Helsingin sanomat publie un portrait de Françoise Bettencourt Meyers.
HS

Lundi 25 septembre 2017

France – Finlande

Le premier ministre Juha Sipilä reçu par le président Emmanuel Macron

« MM. Sipilä et Macron ont discuté de l’avenir de l’UE » vn
« M. Sipilä a présenté son pacte de compétitivité en France » HS
« Selon M. Sipilä, il ne faut pas rejeter les propositions de réformer l’UE » Yle
« M. Macron a présenté ses vues sur l’UE à M. Sipilä » MTV
« M. Macron a critiqué Nokia » KS
« M. Macron accuse Nokia de ne pas tenir ses engagements » TS
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä a présenté, vendredi à Paris, au Président Emmanuel Macron son pacte de compétitivité. MM. Macron et Sipilä ont aussi discuté des questions européennes comme la coopération de sécurité et de défense, l’UEM et l’immigration.
Yle rapporte que le président Macron a présenté au premier ministre Sipilä les propositions de réforme de l’UE qu’il présentera cette semaine aux autres chefs d’Etat et de gouvernement européens. Jusqu’à présente la Finlande a eu des positions très divergentes de la France sur l’approfondissement de l’UEM, souligne Yle. « Je ne rejette aucune proposition d’avance. Les propositions de M. Macron vont certainement lancer un débat animé », a dit M. Sipilä.
STT rapporte que le Président Macron a exprimé son mécontentement concernant les intentions de Nokia de diminuer ses effectifs en France, contrairement aux engagements que le groupe avait pris.
HS vn Yle MTV AL TS KS

Politique étrangère et européenne

Allemagne

Le Premier ministre Sipilä : « Un grand changement dans la politique allemande » KS
La montée de l’AFD en Allemagne représente un grand changement dans la politique allemande, selon le premier ministre Juha Sipilä. Il pense toutefois que la chancelière Angela Merkel pourra maintenir sa politique. « Je pense que le gouvernement allemand va continuer sur la même ligne que la Finlande dans le développement de l’UE. Je pense que l’on peut affirmer que les opinions pro-européennes l’ont emporté lors de ces élections ».
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini s’attend à des négociations difficiles pour former un gouvernement. Il estime que les critiques contre l’immigration se sont exprimées lors de ces élections.
KS

Commission européenne

Propos de Jyrki Katainen
Le vice-président de la Commission européenne, Jyrki Katainen, se déclare favorable à l’augmentation des décisions à la majorité qualifiée à l’UE. Il estime que cela accélérerait la prise de décision européenne.
Il propose qu’elle soit appliquée dans le domaine de la politique étrangère, par exemple, pour permettre de faire passer des décisions plutôt évidentes sans qu’un pays puisse les bloquer. Pour lui, dans la politique étrangère, il ne s’agit pas de prendre des décisions à la majorité qualifiée pouvant nuire au statut d’un Etat membre. « Il n’est pas juste qu’un Etat puisse promouvoir son intérêt et bloquer la prise de décision des 27 ou 26 autres qui auraient formé une position commune. »
Concernant l’UEM, M. Katainen estime qu’il ne faudrait pas la développer selon les leçons apprises lors de la crise financière la plus profonde. « Il se peut que si on arrive à diminuer les risques par exemple en restreignant le lien entre les Etats et les banques, il faudra créer des éléments de solidarité très limités. Il ne s’agirait pas pour autant de partager les dettes existantes ».
En ce qui concerne la présidence de la Commission européenne, lorsque des journalistes lui ont posé la question, M. Katainen note qu’il n’envisage pas de faire campagne pour y succéder à M. Juncker.
KS/sam/29

Tourisme

Helsinki devrait investir plus pour attirer du monde
Le tourisme à Helsinki augmente lentement et la ville traine derrière des villes comme Tallinn, Stockholm, Hambourg, Glasgow ou Copenhague en matière de recettes engendrées par le tourisme. A Helsinki, la part des recettes concernant le secteur touristique s’élève à 3,5 % du PIB, contre plus de 5 % à Tallinn et à Stockholm.
Selon le ministère de l’Emploi et de l’Economie, le secteur s’élève à 14,4 milliards d’euros et pourtant, 2,5 personnes seulement s’en chargent au ministère. Le tourisme rapporte 20 % des recettes en matière d’exportation.
HS/lun/A26

Politique intérieure

Politique

L’écart entre la gauche et la droite s’intensifie
Demokraatti, organe du Parti social-démocrate, rend compte des propos de Heikki Paloheimo, professeur émérite en sciences politiques, qui estime que l’écart entre la gauche et la droite se distingue actuellement mieux que ces derniers temps. Pour le professeur, la pauvreté, les propos constants sur les problèmes financiers au niveau des services publics et sur la nécessité de la rigueur budgétaire sont des facteurs derrière ce phénomène.
Encore dans les années 1980 et 1990, même le Rassemblement national était bien engagé en défenseur de l’idéologie nordique en matière d’Etat-providence. En tout cas plus que beaucoup de partis conservateurs d’Europe occidentale.
Des questions perçues comme des menaces, comme la migration, par exemple, deviennent de plus en plus une partie de l’identité politique.
Dem/6

Audience des partis politiques

L’Alliance verte est redevenue troisième, après le Rassemblement national et le PSD
Selon les résultats d’un sondage d’opinion sur la popularité des partis politiques, effectué pour le compte d’Helsingin Sanomat, la hausse de l’audience de l’Alliance verte n’a pas continué en août-septembre.
Le rassemblement nation est en tête avec une audience de 21,1 %, suivi du Parti social-démocrate (17,8 %), de l’Alliance verte (16,7 %) et du Centre (16,1 %).
Les Vrais Finlandais sont cinquième avec un score de 9,2 %, suivis de l’Alliance des gauches (7,9 %), du Parti suédois (4,5 %), des Chrétiens-démocrates (3,2 %) et de l’Avenir bleu (1,3 %).
L’audience des trois partis de la coalition gouvernementale n’est plus que de 38,5 %.
Le sondage a été effectué par l’institut Kantar TNS entre le 21 août et le 19 septembre auprès de 2 512 personnes.
HS/sam/A12

Vrais Finlandais

Mme Huhtasaari élue candidate présidentielle
Helsingin Sanomat rapporte que, comme prévu, le conseil national des Vrais Finlandais a élu la députée Laura Huhtasaari candidate présidentielle du parti.
Mme Huhtasaari, qui a été élue au Parlement en avril 2015, a critiqué dans son discours entre autres l’Union européenne, les accords de Schengen et l’état de la liberté d’expression en Finlande.
Elle estime que les accords Schengen devraient être supprimés. « S’il n’y a pas de surveillance aux frontières, la surveillance augmentera à l’intérieur des frontières. »
HS/dim/A17

Migration

Manifestation des Kurdes
Helsingin Sanomat relève que vendredi dernier, les Kurdes de Finlande ont organisé, devant le Parlement, un évènement à l’occasion du vote sur l’indépendance du Kurdistan qui doit avoir lieu aujourd’hui lundi. Quelques dizaines de personnes ont participé à l’évènement.
Selon l’organisateur de l’évènement, Welat Nehri, le vote ne sera qu’un début pour les négociations. « Les Kurdes ne veulent pas créer plus de chaos dans la région. »
M. Nehri souhaite que la Finlande, qui a obtenu son indépendance il y a 100 ans, soutienne les Kurdes.
HS/ven/A26-27

Incident devant le Parlement
Selon Aamulehti, deux jeunes hommes étrangers se sont poignardés vendredi après-midi devant le Parlement, en même temps qu’avait lieu la manifestation des Kurdes. Les deux blessés ont été amenés à l’hôpital.
Selon Jukka Savola, directeur chargé de la sécurité du Parlement, les intéressés n’ont pas menacé les passants. Selon la police d’Helsinki, la nationalité ou les motifs des intéressés ne sont pas encore connus.
AL/sam/A8

Etude sur l’excision en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte qu’une étude effectuée par Fenix, organisation non gouvernementale, sur l’excision en Finlande a été remise vendredi à l’ombudsman de l’enfance Tuomas Kurttila.
Selon l’étude, des petites filles ont été amenées de la Finlande à l’étranger pour subir une excision. Les familles n’ont pas révélé la raison des voyages à l’étranger. Deux petites filles n’ont même pas été anesthésiées.
Les chercheurs ont eu du mal à trouver des personnes pour les interviews. Ils ont pu s’entretenir avec quatre femmes de 18-24 ans qui ont été excisées à l’âge de 6-10 ans en Egypte, Iran, Somalie et Syrie. Les quatre femmes ne savaient même pas que l’excision était illégale en Finlande.
Il n’y a pas de loi interdisant spécifiquement l’excision en Finlande. L’excision est condamnée comme coups et blessures. La sanction maximale est dix ans de prison ferme.
HS/sam/A13

France

Tourisme

Les bords de Seine
Aamulehti publie un reportage de Patrick Le Louarn sur les bords de la Seine.
AL

Vendredi 22 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Finlande - Russie

Le Premier ministre Sipilä à Saint-Pétersbourg
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä a rencontré jeudi son collègue russe Dimitri Medvedev à Saint-Pétersbourg, dans le cadre du forum culturel finno-russe. Il s’agit de l’évènement le plus important du Centenaire de l’indépendance finlandaise en Russie. M. Medvedev en a félicité M. Sipilä et le peuple finlandais. Le quotidien rappelle que lors de sa visite à Savonlinna en été dernier, M. Poutine n’avait rien dit sur le Centenaire.
Les Premiers ministres ont évoqué les problèmes de la construction du gazoduc Nord Stream II.
Selon HS, les Premiers ministres sont satisfaits de la croissance rapide des échanges commerciaux cette année.
Aamulehti note que M. Medvedev a évoqué surtout des questions commerciales et économiques lors de la conférence de presse. M. Sipilä a évoqué les problèmes de l’installation des déchets de Krasnyi Bor, ajoutant que les entreprises finlandaises ont des connaissances techniques afin de les résoudre.
Selon M. Sipilä, son entretien avec M. Medvedev a été ouvert et constructif. Il a souligné que la Russie est devenue le troisième partenaire commercial de la Finlande et que la plupart des entreprises finlandaises sont restées en Russie malgré les temps difficiles. « La Finlande a investi 12 milliards d’euros en Russie et il y aura de nouveaux investissements. »
HS/A12, AL/A18

ONU

Propos de M. Soini
Helsingin Sanomat relève que le ministre des Affaires étrangères Timo Soini a souligné, quant aux menaces du Président Trump contre la Corée du Nord et l’Iran, « il faut séparer la rhétorique et le contenu. Les résultats sont plus modestes que la rhétorique. Cela est incontestablement la façon de communiquer de M. Trump qui lui garantit une publicité maximale. »
M. Soini estime que le discours où M. Trump a menacé la Corée du Nord a été dirigé vers ses électeurs qui souhaitent une politique stricte. Selon le ministre finlandais, la rhétorique dure a partiellement fonctionné. Les critiques de M. Trump à l’égard de l’OTAN ont fait que les Etats membres européens de l’OTAN ont pris conscience de la nécessité d’augmenter les budgets de défense.
Selon M. Soini, il a rencontré ses collègues marocain et irakien à New York. Le ministre marocain a présenté ses condoléances concernant l’attaque de Turku. Le tueur est Marocain. M. Soini a souligné au ministre irakien que les demandeurs d’asile irakiens ayant obtenu une réponse négative ne pourront pas rester en Finlande.
HS/A13

Conseil nordique

Revers pour le finnois
Le présidium du Conseil nordique a voté sur la question du statut du finnois et de l’islandais parmi les langues officielles du Conseil. La voix de la présidente ålandaise du présidium, Britt Lundberg, a été décisive : le finnois n’a pas obtenu de statut officiel.
Mme Lundberg a considéré que la proposition n’avait pas de chances de passer au vote définitif en la matière, qui aura lieu en octobre, à Helsinki.
La vice-présidente de la délégation finlandaise, Maarit Feldt-Ranta (PSD) se déclare déçue et estime que la manœuvre de Mme Lundberg ne favorise pas les bonnes relations linguistiques en Finlande ni dans le contexte nordique. Pour elle, il était inimaginable que Mme Lundberg se range contre l’initiative de la délégation du Parlement finlandais.
L’initiative venait à l’origine des Vrais Finlandais.
Le président du parti suédois, membre de la délégation finlandaise, Anna-Maja Henriksson, considère l’action de Mme Lundberg comme extrêmement regrettable.
HBL/4, HS

Terrorisme

Pas de sécurité sociale pour les personnes parties combattre dans les rangs de Daech
La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Pirkko Mattila (Avenir bleu), relève que la Sûreté nationale informe la Sécurité sociale (Kela) des personnes soupçonnées d’être parties à l’étranger pour participer à des combats. Dans des cas comme cela, Kela enquêtera en la matière et demandera des explications à l’intéressé. En cas de non-réponse, Kela mettra fin à la sécurité sociale de la personne en question.
Durant ces dernières années, Kela a été informé d’une centaine de personnes rentrant dans ce cadre.
HBL/5

Politique intérieure

Gestion du chômage

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rappelle que la croissance économique ne suffira pas à elle seule pour remédier au chômage. Il faut d’autres mesures. Il faut que les chômeurs soient actifs dans la recherche du travail, mais l’éditorialiste réclame également des investissements au niveau de la politique de l’emploi en rappelant qu’en Suède et Danemark, les ressources plus importantes dans ce domaine semblent porter des fruits.
HBL/16

Salaires

Le salaire le plus courant des Finlandais s’élève à 2500 euros, contre un salaire moyen de 3368 euros
Selon l’Institut national d’études statistiques, 69 000 Finlandais gagnent de 2500 à 2599 euros par mois. Les infirmières, les puériculteurs et les ouvriers du bâtiment rentrent typiquement dans cette catégorie de salaire.
La moyenne des salaires était de 3368 euros par mois en 2016. La médiane des salaires pour un emploi à plein temps est de 3001 euros par mois. Si on tient compte de l’âge du salarié, la médiane varie de 2030 euros pour les 15 à 19 ans à 2279 euros pour les 20 à 24 ans et 3267 euros pour les 40 à 44 ans.
HS/A8

France

Politique

Front national
Helsingin Sanomat rapporte le départ de M. Philippot du Front national.
HS

Jeudi 21 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Politique européenne

Déclarations de M. Sipilä
« A la traine de l’Allemagne » UP
La revue de l’institut des relations internationales publie une interview du premier ministre Juha Sipilä intitulée « A la traine de l’Allemagne ».
M. Sipilâ rapporte qu’il s’était entretenu avec la Chancelière Angela Merkel en juin pour discuter de l’élection de M. Macron en France et de l’avenir de l’UEM. Selon lui, il partageait les mêmes vues que Mme Merkel sur les grandes lignes : « Nous voulons aller de l’avant, mais de manière très ordonnée ».
Avant de pouvoir, par exemple, finaliser l’union bancaire et augmenter la solidarité financière au niveau européen par une garantie de dépôt commune, il faut s’assurer selon M. Sipilâ que les banques des autres pays de la zone euro sont en aussi bonne santé que les banques en Finlande. Les Etats membres doivent être capables de mettre en œuvre ce qui a déjà été décidé au niveau européen.
« Du point de vue de tout le monde, il est bien entendu préférable que nous disposions d’une base plus large pour faire face aux crises. En Finlande, nous avons l’expérience d’une crise bancaire. Depuis lors, on a fait beaucoup d’efforts et les banques finlandaises sont en très bonne santé. Il faut que la même chose soit faite dans les autres pays », dit-il.
Il en va de même selon M. Sipilä pour les finances publiques. Il raconte avoir parlé souvent avec le président François Hollande qui s’étonnait de l’on puisse en Finlande mettre en œuvre un pacte de compétitivité. Cet été, M. Sipilä en a aussi discuté en marge du conseil européen avec le président Emmanuel Macron. « Ils ont essayé de réaliser de petites réformes et ont du faire face à des vagues de grèves. M. Macron a présenté dans la campagne électorale un bon programme de réformes qui a reçu le soutien des électeurs. Il faut maintenant le mettre en oeuvre », juge M. Sipilä.
Interrogé sur la position de la Finlande sur les propositions de la Commission, comme celle d’une assurance chômage au niveau européen, M. Sipilä répond : « Nous avons pris pour position d’éviter d’voir à dire non dans ces discussions ». Il considère toutefois qu’il y a une différence de vues entre le sud et le Nord de l’Europe sur ce qu’il faut avoir mis en œuvre avant de prendre de nouveaux pas dans l’intégration.
Selon M. Sipilâ, la Finlande se place dans un juste milieu en ce qui concerne le débat sur l’avenir de ‘lUE. D’une part, il y a ceux qui estime qu’il faut rendre du pouvoir aux Etats membres et d’autre part, il y a ceux qui seraient prêts à aller plus loin vers un développement fédéral, même en modifiant les traités fondateurs.
« Pour nous il est clair qu’il faut permettre une Europe à plusieurs vitesses ». Il prend pour exemple la coopération de défense.
Selon M. Sipilä le fait que les pays de l’Union européenne n’avancent pas à la même cadence aura des conséquences dans la coopération en matière de défense - coopération que la Finlande cherche résolument à approfondir, notamment avec la France et l’Allemagne.
Par exemple, une coopération structurelle renforcée permettrait de convenir du renforcement de la coopération en matière de défense « au niveau des grands titres de chapitres ». Tous les pays de l’UE qui y participent réaliseraient ensuite concrètement certaines choses.
Certains pays membres pourraient ensuite convenir de modules complémentaires qui pourraient leur profiter sur le plan national mais auxquels tout le monde n’a pas besoin de participer.
Selon le Premier ministre la coopération européenne en matière de défense est source de conceptions erronées. Le but ne consiste pas à bâtir une armée dans un continent où l’OTAN représente déjà la solution de défense pour la plupart des pays. Néanmoins, on peut augmenter le nombre des exercices et des acquisitions communs.
« Les forces de défense ont soulevé l’importance de la coopération en matière de la sécurité maritime, de la collaboration spatiale et de la communication. Les Allemands ont évoqué la cyber sécurité. Le centre d’excellence contre les menaces hybrides vient d’être ouvert en Finlande. »
Ce sont là les orientations que la Finlande désire donner à la coopération en matière de défense, estime le Premier ministre. « Nous serons certainement présents dans tout cela », ajoute Sipilä.
Interrogé sur l’harmonisation fiscale ou en matière sociale, M. Sipilä rétorque que c’est en partie ce qui est fait par le biais du budget européen pour lequel la Finlande est un contributeur net. Il considère qu’il faut utiliser les fonds structurels et de cohésion pour améliorer la compétitivité des Etats membres. Pour diminuer les écarts de revenus entre Etats membres, il donne l’exemple des pays baltes et de l’Irlande. « Il y a bien sur encore des écarts et ils vont se maintenir. Mais cette petite concurrence à l’intérieur de l’Ue permet de garder tout le monde en mouvement ».
Il se déclare néanmoins soucieux de l’accroissement des inégalités et en particulier du chômage des jeunes dans les pays du Sud. « Je pense qu’il y a beaucoup de choses qui dépendent des Etats membres et il faut que cela continue comme cela. Après, il y a des choses pour lesquelles nous pouvons être plus efficaces au niveau européen. C’est le cas de la défense et du marché intérieur ».
M. Sipilä rapporte être très satisfait de ses rapports avec les chefs d’Etat ou de gouvernement au conseil européen. « Nous nous échangeons souvent des messages, très librement sur nos portables. Parfois pour nous encourager ou pour demander des éclaircissements sur telle ou telle déclaration ».
M. Sipilä a toujours été un défenseur de l’appartenance de la Finlande à l’UE, et à l’euro. « En tant que chef d’entreprise, je considérai cela comme très important. Le risque des changes dans un petit pays comme la Finlande était un risque très important pour les entreprises ». Il considère maintenant qu’il est de son ressort de veiller à ce que les règles communes sont respectées. « Il ne faut pas que l’on puisse penser quelque part dans la zone euro que l’on peut se passer de faire des réformes puisque l’on est protégé par la zone euro. »
UP3/2017

Le patronat européen favorable à l’approfondissement de l’intégration de la zone euro
Le directeur du bureau du patronat finlandais EK à Bruxelles, Taneli Lahti estime que « la Finlande doit participer activement à la préparation de l’intégration de la zone euro et, comme cela, s’assurer que les décisions qui vont naitre dans les semaines et mois à venir seront bonnes pour nous et servent nos intérêts ». M. Lahti estime que là où la France insiste sur la solidarité et la répartition des risques, du point de vue de l’Allemagne il faudrait diminuer les risques. Mais, dans le long terme, l’Allemagne est favorable au renforcement de l’intégration de la zone euro, pour peu que l’on avance de manière ordonnée.
M. Lahti souligne que la majorité des organisations patronales européennes sont favorables au renforcement de l’intégration de la zone euro. En revanche, en Finlande on est réservé.
« Nous ne voyons pas la nécessité urgente d’améliorer l’UEM car on l’a déjà réparée et développée. La Finlande est néanmoins minoritaire en Europe sur ces positions ».
M. Lahti souligne aussi que la Finlande, très dépendante des exportations est sensible à la conjoncture et souffre des récessions plus fortement que les autres. Si l’on construit bien les mécanismes de l’UEM, la Finlande ne sera pas toujours un contributeur, mais pourrait aussi dans les périodes difficiles bénéficier de ces instruments, estime-t-il. Ainsi, ces dernières années la Finlande aurait bénéficié d’une assurance chômage européenne que propose la Commission.
Mais la Finlande devrait aussi s’assurer que l’on ne crée pas des mécanismes de transferts financiers permanents. Il faut aussi simplifier les règles financières.
UP

ONU

Discours du Président Niinistö
Helsingin Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö a prononcé hier son discours à la 72e assemblée générale de l’ONU.
Contrairement à son collègue américain, M. Niinistö a défendu l’accord climatique de Paris, le traité de non-prolifération concernant l’Iran et les négociations avec la Corée du Nord.
Selon M. Niinistö, « une solution concernant la Corée du Nord ne peut pas être trouvée sans des négociations auxquelles le gouvernement nord-coréen participe. En tant qu’Etat membre de l’Union européenne, la Finlande soutient entièrement les sanctions contre la Corée du Nord et demande aux autres de le faire. »
Quant au climat, M. Niinistö a souligné que la mise en œuvre rapide de l’accord de Paris était encore plus important qu’il y a un an. « Si nous perdons la région arctique nous perdrons ensuite le monde entier. »
HS/A1, voir le discours en anglais :
http://www.tpk.fi/public/default.aspx?contentid=366575&nodeid=44807&contentlan=2&culture=en-US

Finlande – Russie

Visite en Finlande du chef des douanes russes
Le PDG des douanes russes, Vladimir Boulavine, un ancien du FSB, a accordé une interview à Helsingin Sanomat lors de sa visite en Finlande.
M. Boulavine estime que l’âge d’or des exportations du bois russe vers la Finlande est fini. Il précise toutefois que les autorités douanières russes s’efforcent de mettre en place une voie ferrée pour les marchandises allant de Finlande en Chine par la Russie et le Kazakhstan. M. Boulavine promet de promouvoir le projet qui aurait comme objectif une facilité des transports sans contrôles sur le chemin. Il souhaite que les questions politiques et législatives au niveau européen puissent être résolues d’ici 2018.
Les tarifs douaniers pour le bois russe seront également renégociés. Les différents tarifs douaniers selon l’épaisseur du bois, imposés par la Russie, ont compliqué les importations en Finlande.
HS/A28

Energie

Fortum brigue l’achat d’une participation dans le groupe allemand Uniper
Le groupe énergétique Fortum projette un achat d’une part de 47 % dans le groupe allemand Uniper. Cette part correspond à la participation actuelle du groupe E.on dans Uniper.
La valeur de l’achat serait de 8,05 milliards d’euros.
HS/A27

Politique intérieure

Parlement

L’étude du projet de budget a commencé
Débat sur les écarts de revenus
Helsingin Sanomat rapporte que le ministère des Finances a confirmé, à l’occasion du premier débat sur le budget au Parlement, que l’écart des revenus a augmenté.
Le Premier ministre Juha Sipilä a annoncé qu’il demanderait un nouveau calcul sur le développement des écarts de revenus. Il a estimé que les calculs du ministère des Finances ne prenaient pas suffisamment en compte l’amélioration de la situation de l’emploi.
Selon Paavo Arhinmäki, député de l’Alliance des gauches, il est étrange que le gouvernement mette en cause les calculs qui ne lui plaisent pas.
Selon les députés de l’opposition, le gouvernement accorde des allègements fiscaux aux personnes favorisées et coupe dans les prestations des défavorisés.
Le ministre des Finances Petteri Orpo a défendu le gouvernement en soulignant l’importance de la croissance du nombre des emplois.
Le social-démocrate Antti Lindtman a demandé, à maintes reprises, au gouvernement d’annuler les coupes qui concernant le personnel du secteur public.
Le débat sur le projet de budget se poursuivra aujourd’hui, demain vendredi et mardi prochain.
HS/A8

Salaires

Les négociations salariales bloquées
Selon Helsingin Sanomat, les négociations salariales au secteur du bois-papier, qui ont commencé déjà en juin dernier, ont été interrompues mercredi. La date pour une nouvelle réunion n’a pas été décidée.
Selon le syndicat du bois-papier, la situation des négociations a entièrement changé cette semaine quand le patronat a annoncé qu’aucun changement dans les textes ne serait évoqué. Les textes concernent entre autres les horaires de travail.
Le président du syndicat Petri Vanhala annonce sur le site du syndicat que le conseil du syndicat évoquera la situation lors d’une réunion jeudi. Il n’a pas voulu commenter la situation au quotidien.
Le patronat du bois-papier annonce, quant à lui, que les négociations n’ont pas été interrompues et que le patronat est encore prêt à poursuivre les négociations.
Selon le quotidien, il est possible que le patronat estime qu’il vaut mieux prolonger la durée de la convention collective actuelle pendant un an pour pouvoir garder la paix dans la branche.
Environ 300 conventions collectives doivent être conclues en Finlande. Ces accords concernent près de deux millions de salariés.
HS/A9

Masse salariale
Turun Sanomat rapporte que la massa salariale a augmenté de 4,2 % dans le secteur privé en mai - juillet 2017 et celle au secteur public a diminué presque autant. Il semble que la masse salariale du secteur privé continuera à s’accroître et cela concerne pratiquement tous les domaines de l’industrie et des services.
TS/13

Médias – Sécurité

L’agence de presse STT en difficultés financières
Propos de Päivi Nerg
La secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, Päivi Nerg, estime que la fermeture éventuelle des activités de l’agence presse finlandaise STT en raison de ses difficultés financières pourrait augmenter le nombre de fausses informations diffusées. Au pire, les fausses nouvelles pourraient gagner plus de terrain médiatique chez la population. Pour elle, les médias indépendants et professionnels constituent le meilleur remède contre les fausses informations.
Concernant l’agence STT, pour Mme Nerg, un de ses points forts est la diffusion rapide et fiable des informations basées sur des sources étatiques. Son poids est d’autant plus important du fait de l’expertise de ses journalistes en matière de questions de sécurité intérieure.
Mme Nerg estime que l’augmentation de fausses informations nuit au sentiment de sécurité des gens.
Matti Saarelainen, directeur du centre de menaces hybrides, souligne la fiabilité et la bonne réputation de STT et insiste sur le rôle des informations fiables dans l’affaiblissement du pouvoir des mensonges.
KS/8

Gestion du chômage

Les crédits prévus pour l’année en cours ne sont pas épuisés encore
Keskisuomalainen, quotidien de Jyväskylä, relève que selon le ministère de l’Emploi, un certain nombre de crédits prévus pour la gestion du chômage risquent de rester inutilisés. Selon le ministre de l’Emploi, Jari Lindström (Vrais Finlandais), la situation de l’emploi quelque peu améliorée est une des raisons derrière le fait qu’il reste des crédits, mais également l’information insuffisante sur les services disponibles. M. Lindström regrette une certaine rigidité du système d’allocation de ces crédits.
En janvier, le ministère a distribué 612,6 millions d’euros aux centres régionaux pour le développement économique, les transports et l’environnement (ELY) afin de financer des projets de formation, d’intégration, et d’autres mesures favorisant l’emploi. A la fin août, 75 % de ces crédits avait été utilisés ou réservés pour être utilisés pour des démarches à réaliser plus tard. Il reste pour les centres ELY 150 millions d’euros qui n’ont pas été réservés pour une cible spécifique.
Mika Niemelä, directeur financier au ministère de l’Emploi et de l’Economie, estime quant à lui, que la situation est bonne et que des démarches pourront encore être lancées à la fin de l’année.
KS/15

Logement subventionné – suroffre d’appartements

900 appartements démolis en 2016
Keskisuomalainen rend compte de la suroffre de logements et notamment de logements subventionnés dans la propriété des communes dans des régions reculées. L’année dernière, 889 appartements ont eu l’autorisation d’être démolis, contre 141 en 2006. La démolition est un moyen d’éviter les frais engendrés par les travaux qui seraient nécessaires en même temps qu’il n’y a pas d’utilité pour ces logements.
En 2016, il y avait 8000 logements subventionnés inhabités. En dix ans, ce chiffre a doublé.
KS/14

Banque OP

M. Ritakallio à la tête de la banque OP
Le PDG actuel de la banque OP, Reijo Karhinen, partira à la retraite en janvier et sera remplacé par Timo Ritakallio, directeur du groupe d’assurances retraite Ilmarinen.
HS/A26

France - Finlande

Sport - Santé

Ousmane Dembélé a été bien opéré à Turku
Turun Sanomat relève que le footballeur français Ousmane Dembele de FC Barcelone a été opéré mardi à Turku par les orthopédistes Sakari Orava et Lasse Lempainen qui ont opéré antérieurement trois autres joueurs de Barcelone, ainsi qu’entre autres Didier Deschamps et David Beckham.
TS/23

Mercredi 20 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

ONU

Le Président Niinistö commente les propos de son homologue américain
Le Président Sauli Niinistö a répondu aux questions de journalistes finlandais après l’intervention du Président Trump. M. Niinistö estime que M. Trump a utilisé un langage extrêmement dur lors de son intervention à l’Assemblée générale de l’ONU.
M. Niinistö estime que M. Trump a utilisé de « sacrés expressions » concernant la Corée du Nord et doute que cela contribuera à remédier à la tension accrue avec ce pays. Les orientations nationalistes de M. Trump sont matière à réflexion pour d’autres dirigeants mondiaux. Il note que M. Trump a à plusieurs reprises souligné la souveraineté, si ce n’est l’idéologie nationaliste.
M. Niinistö n’a quand bien même pas trouvé l’intervention de M. Trump aussi rude que prévu. Le message principal était quelque chose d’autre que les menaces contre la Corée du Nord et l’Iran. Il y a vu un message tendant la main à l’organisation mondiale.
M. Niinistö prononcera son intervention, aujourd’hui.
AL/A5

Energie nucléaire

Le STUK vise un marché en Arabie Saoudite
Le Centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire (Stuk) vise à créer en Arabie Saoudite une autorité nationale de sûreté nucléaire. Le contrat entre STUK International et l’Arabie Saoudite a été signé hier lors de l’assemblée générale de l’AIEA.
HS

Défense

Visite des ministres de la Défense suédois et finlandais aux exercices Aurora17
La compagnie de chasseurs de la brigade de Pori et la 18ème unité de combat de Gotland ont accueilli les ministres de la Défense suédois et finlandais, Peter Hultqvist et Jussi Niinistö lors des exercices militaires Aurora17 qui se déroulent près de Visby dans les forêts de Gotland.
Pour la Suède, c’est l’occasion de tester les capacités de sa défense. A la suite de la crise de Crimée, la Suède a remis l’accent sur la défense de ses propres frontières à la place de la gestion de crises internationales.
Le ministre suédois affirme qu’il verrait volontiers les Suédois assister à des exercices similaires en Finlande : « Si la Finlande souhaite organiser ce type d’exercices, je suppose que la Suède en ferait partie. »
HS20.9/A24

Finlande - Russie

Etude : Les Russes ont une bonne image des Finlandais
Selon une étude faite par le ministère des affaires étrangères finlandais auprès de 1 600 Russes, une majorité de ces derniers ont une image positive des Finlandais.
Plus précisément il en ressort que 68% des personnes interrogées entretiennent de bons rapports avec la Finlande et considèrent que les relations entre les deux pays sont bonnes, normales et calmes. Pour 10% des personnes interrogées, les rapports avec la Finlande sont mauvais, pour 16% ils sont tendus et froids, et même hostiles pour 0,2%.
Les jeunes Moscovites aisés et instruits ont, pour 88%, une image positive de leur voisin de l’ouest.
HS20.9

Sondage : Les jeunes Finlandais ne voient pas l’avenir en rose : à l’Est on craint la Russie, à l’Ouest les immigrés
Les professeurs Jarno Limnéll et Jari Rantapelkonen viennent de publier un livre sur le sentiment de sécurité des jeunes Finlandais. Il en ressort que les perspectives d’avenir sont pessimistes et les médias sont perçus comme jouant sur les menaces sécuritaires.
Plus de 200 jeunes de 18 à 30 ans ont été interviewés. Ils sont tourmentés par les questions essentielles tournant autour de la sécurité et s’inquiètent notamment de l’état de la démocratie, de la nature, de la santé, de l’éducation, de la culture et des activités des autorités de la sécurité.
Tout en soulignant avant tout l’importance de l’égalité et de la confiance, les jeunes estiment que les dirigeants politiques finlandais n’offrent plus une image claire des objectifs à atteindre et ne savent plus où va la société.
Les différences régionales sont grandes : les jeunes de l’Est sont préoccupés par l’imprévisibilité de la Russie contrairement aux jeunes de la capitale et ceux du Nord et de l’Ouest qui se soucient de l’immigration.
YLE

Politique intérieure

Parlement

Législation sur les boissons alcoolisées
Même si les députés sont majoritairement d’accord pour supprimer un certain nombre de restrictions concernant la vente d’alcool, ils ne sont pas pour autant prêts à augmenter le taux d’alcool des boissons vendues dans les magasins.
Les opposants ont évoqué les recherches qui font état de risques engendrés pour la santé de la population si l’accès à des boissons plus fortes serait libéralisé. Selon des recherches, les décès liés à l’alcool augmenteraient de 150 cas par an.
HS/A8

Budget - Economie

Le ministère des Finances revoit ses prévisions à la hausse
Le ministère des Finances a augmenté de 0,5 point ses prévisions de croissance : pour 2017, la croissance devrait être de 2,9% et pour 2018 de 2,1%.
Le ministère des Finances estime que la dette publique en proportion du PIB pourrait se réduire et même repasser pour les 60% à l’horizon 2021. Néanmoins, par la suite elle recommencerait à s’accroître à cause du déficit structurel du notamment au vieillissement de la population.
« La période de reprise ne sera que temporaire et c’est pourquoi il n’y a rien de nouveau qui puisse être redistribué selon nous », estime le ministère.
HS

Accroissement des écarts de revenus
Helsingin Sanomat rend compte de l’estimation du ministère des Finances sur le fait que le budget proposé par le gouvernement coupera 37 euros par au aux 10% les plus pauvres et donnera 400 euros de plus par an aux 10% les plus riches.
HS

Education et politique linguistique

Essai concernant le suédois et les langues étrangères
Le gouvernement a décidé, hier, de proposer au Parlement d’adopter une nouvelle loi, temporaire, sur un essai permettant de diversifier les études de langue à l’école primaire et au collège.
La loi qui entrerait en vigueur dès janvier 2018, permettrait des essais régionaux qui autoriseraient les élèves à opter pour d’autres langues étrangères au lieu de la deuxième langue nationale (le suédois, le plus souvent). La loi serait en vigueur jusqu’à la fin 2024.
Les élèves suédophones commencent les études de finnois dès l’école primaire, ce qui en fait un cursus long, alors que les finnophones commencent le suédois le plus souvent en sixième classe. L’essai concernerait ainsi les finnophones et le suédois.
L’essai concernerait 2200 élèves qui pourraient ainsi opter pour l’allemand, le français ou le russe, par exemple.
HS/A15

Mardi 19 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

ONU

Propos du Président Niinistö sur la réforme de l’organisation
Le Président Sauli Niinistö, qui a parlé devant des journalistes, à New York, estime qu’il est favorable à l’idée de réformer l’ONU. Pour lui, tout le monde peut être d’accord avec le Président Trump qui estime que les méthodes actuelles n’ont pas rapporté suffisamment de bonnes choses.
Il souligne être conscient du fait qu’il ne suffit pas de parler de ces choses pour arriver à des réformes.
M. Niinistö relève qu’il a fait le choix conscient de ne pas utiliser le terme de changement climatique lors de ses discussions avec M. Trump. Par contre, il a évoqué la région arctique et l’effet nocif de la combustion du charbon, ainsi que la lutte contre ce dernier, ce qui relève de la lutte contre le changement climatique, selon lui.
Aujourd’hui, M. Niinistö participera à une rencontre de haut niveau présidé par le Président Macron.
Il interviendra à l’ONU sur la prévention contre les abus sexuels lors d’une réunion de haut niveau présidé par le secrétaire général Guterres.
AL/A15

Finlande - Russie

La Finlande en vue
Le forum fenno-russe des cultures organisé en Russie depuis 2000 sera cette année marqué par le centenaire. Le Premier ministre Juha Sipilä et le ministre des Affaires européennes Sampo Terho seront à Saint-Petersbourg pour son inauguration mercredi. Jeudi, M. Sipilä y rencontrera son homologue M. Medvedev.
AL

Défense

Le ministre de la Défense s’étonne des critiques concernant la proposition d’organiser des exercices internationaux d’ampleur
A propos de la participation des Finlandais aux exercices Aurora 17 organisés par l’armée suédoise, le ministre de la Défense Jussi Niinistö affirme qu’il est extrêmement important pour les forces de défense finlandaises de pouvoir s’entrainer à donner et recevoir de l’aide internationale ainsi que de s’entrainer dans des circonstances finlandaises.
Par ailleurs, il s’étonne que la proposition d’organiser en Finlande des exercices internationaux d’ampleur ait fait l’objet d’une virulente critique.
HBL19.9/5

« Un show Zapad organisé par la Russie » HS
« Le ministère de la Défense russe a organisé lundi l’évènement majeur de l’exercice militaire Zapad dans les forêts de Lugan, au sud de Saint-Pétersbourg où pendant 45 minutes on a pu entendre toutes les armes à feu possibles et imaginables, y compris les missiles Iskander », écrit l’envoyé spécial Pekka Hakala du quotidien Helsingin sanomat.
Il existe du missile Iskander deux versions dont l’un, en raison de sa portée de 500 kilomètres, suscite une polémique car jugée contraire aux règlements par l’Occident.
Le président Vladimir Poutine et le ministre de la Défense, Serguei Soïgu ont visité lundi les lieux. Arrivés en hélicoptère pour assister au show organisé pour la presse internationale sous une pluie glaciale, ils n’ont pas fait de commentaires et se sont retirés aussitôt.
Outre les missiles Iskander, de nombreux chasseurs, hélicoptères et lance-roquettes ont participé au show. Par contre, le spectacle préparé par des parachutistes a dû être annulé en raison des conditions climatiques effroyables.
Ce volet des exercices Zapad a été présenté devant une centaine de journalistes russes et étrangers en compagnie d’une poignée d’observateurs militaires étrangers.
HS19.9/A20

Attaque de Turku

Abderrahman Bouanane avait séjourné aussi en Suisse et en Italie
Selon les dernières informations sur l’auteur des attaques au couteau de Turku, celui-ci a bougé d’un pays à l’autre en Europe durant l’année dernière. Il a séjourné en tout cas en Allemagne, Italie et Suisse avant de se rendre en Finlande.
En Allemagne, il n’a jamais déposé de demande d’asile, mais en Suisse il l’a fait, en avril 2016, pour repartir de nouveau en Allemagne. Il est arrivé en Finlande tard au printemps 2016.
HS/A8

Politique intérieure

Elections

Pas d’unanimité sur l’organisation des élections en même temps
Les secrétaires de différents partis politiques ne sont pas arrivés à s’entendre sur l’opportunité d’organiser des élections en même temps. Les partis de l’opposition souhaitent combiner les élections régionales et les législatives (prévues pour avril 2019), alors que les partis du gouvernement insistent sur l’importance d’organiser les régionales en octobre (2018) au lieu du printemps (2019).
La majorité des partis représentés au parlement souhaitent organiser les législatives en même temps avec les européennes (juin 2019), mais le PSD, le parti suédois et les Démocrates chrétiens s’y opposent.
Les Finlandais voteront au moins quatre fois en 2018-2019 s’il n’y aura pas d’accord sur des arrangements en la matière.
HS/A13

Parlement

Législation sur les boissons alcoolisées
La réforme de la législation sur l’alcool continue à diviser les groupes parlementaires. Augmenter le taux d’alcool des boissons en vente dans les magasins d’alimentation en le passant de 4,7 à 5,5 % n’est pas près de passer. Le Parlement entamera, aujourd’hui, le débat sur la réforme, après lequel le projet sera soumis à la commission des Affaires sociales et de la Santé. La majorité de la commission s’oppose à l’augmentation du taux d’alcool des boissons vendues dans les magasins d’alimentation. Seuls quatre membres sur 17 y seraient favorables, contre dix qui sont contre.
Parmi les députés centristes, il y en a beaucoup qui s’opposent à une législation plus libérale.
Le PSD est divisé sur la question et les Démocrates chrétiens envisagent de présenter une diminution du taux d’alcool.
Le centriste Mikko Kärnä par contre envisage de proposer la vente des vins dans les magasins.
HS/A10

Economie

Création d’un nouveau centre d’excellence en économie à Helsinki
Le Premier ministre Juha Sipilä et le Prix Nobel d’économie finlandais Bengt Holmström ont présenté, lors d’une conférence de presse ce matin, la création d’un nouveau centre d’excellence en économie, le Helsinki Graduate School of Economics (Helsinki GSE), qui devrait compter 15 chaires de professeur d’économie.
Il sera géré par l’université Aalto, l’université d’Helsinki et l’université suédophone d’helsinki Hanken. Il est soutenu par la Banque de Finlande, le ministère de l’Eduction et le centre de recherche économique de l’Etat VATT.
HS

Le ministère des Finances revoit ses prévisions à la hausse
Le ministère des Finances a augmenté de 0,5 point ses prévisions de croissance : pour 2017, la croissance devrait être de 2,9% et pour 2018 de 2,1%.
HS

Energie

Le projet Fennovoima sera retardé
L’étude du Centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire (Stuk) concernant la sécurité du projet de construction d’un réacteur nucléaire de Fennovoima n’avance pas comme prévu du fait que le Stuk n’a pas obtenu suffisamment de documentation de la part de Fennovoima. Fennovoima de son côté a obtenu des documents insuffisants et de mauvaise qualité de Rosatom à qui le groupe les a rendus. Le Stuk trouve qu’il est positif que Fennovoima les renvoie au groupe russe au lieu de les transmettre à Stuk.
Fennovoima estime désormais que le gouvernement pourra lui accorder l’autorisation de construire en 2019 plutôt qu’en 2018.
Selon Janne Nevalainen de Stuk, le projet de Fennovoima serait de 500 jours en retard par rapport au calendrier d’origine. Il faut environ six mois pour Stuk pour rédiger son évaluation sur la sécurité une fois qu’il a reçu les dossiers nécessaires de Fennovoima. M. Nevalainen rappelle qu’il s’agit d’un gros projet pour lequel il ne faudrait pas imposer d’échéances. Il relève que Fennovoima souffre d’une insuffisance en matière de ressources. Le groupe a eu des problèmes au niveau du recrutement, de même que son partenaire russe Raos Project qui fait partie de Rosatom.
HS/A29

Défense

La proposition de créer une milice de sécurité sème le trouble
Les dirigeants des grandes organisations de réservistes sont perplexes devant le projet du ministère de la Défense, récemment dévoilé, selon lequel les activités de l’Association de formation de la défense nationale seraient modifiées.
Le ministère envisage de rédiger rapidement un rapport sur la position de l’Association dans des actions de défense territoriale et d’aide aux autorités. Le rapport devrait être prêt en deux semaines avant la fin septembre, après quoi le ministre Jussi Niinistö décidera des suites de la question.
Les trois options possibles consistent soit, à garder le modèle actuel soit, à en faire une unité équivalente à des autorités ou encore à les annexer à la défense nationale. Les deux dernières options pourraient signifier, à la manière du modèle nordique, la création en Finlande d’une sorte de milice de sécurité.
HS19.9

France - Finlande

Cuisine

Cuisine finlandaise à Paris
Hufvudstadsbladet présente Alexandra Marschan Claude, cuisinière finlandaise auprès d’un club de sport privé à Paris, qui dit que les Français essaient volontiers les saveurs exotiques finlandaises.
HBL/22

Lundi 18 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Parlement européen

Discours de M. Juncker
M. Orpo n’est pas favorable à un président européen
Le Ministre des Finances et président du Rassemblement national Petteri Orpo rejette certaines propositions de M ; Juncker et notamment celle qui consisterait à fusionner le poste de président du conseil européen et celui de président de la commission. « Je suis contre la fusion de ces postes. Le conseil européen représente les Etats membres. La commission est l’organe exécutif. C’est un bon équilibre ».
En revanche M. Orpo est prêt à envisager un ministre des Finances européen si cela consiste à renforcer le président de l’eurogroupe. « Je suis prêt à discuter du renforcement du rôle du président de l’eurogroupe et on pourrait l’appeler ministre des finances. Mais, en revanche, la possibilité qu’il soit en même temps commission à l’économie nécessite réflexion ».
M. Orpo n’est pas non plus favorable à un budget de la zone euro comme le propose la France. « Avant que l’on se mette à construire un budget de la zone euro, il faut plutôt réfléchir comment on pourrait mieux utiliser le budget européen. Cela nous permettrait de gérer les choses les plus importantes comme la sécurité, la défense, l’immigration, la croissance et la recherche. Du point de vue de la Finlande, le principal outil doit être le budget de l’UE ».
M. Orpo a une attitude positive à l’égard du fonds monétaire européen proposé par l’Allemagne. Il serait naturel de transformer le mécanisme européen de stabilité en fonds monétaire européen. « Pour nous, l’Europe devrait développer sur le modèle du FMI un instrument qui nous permettrait de gérer les crises ».
En Finlande, le PSD a critiqué les positions du gouvernement en matière de politique européenne. M. Orpo répond à ces critiques. Il affirme que le gouvernement est actuellement en train de déterminer ses positions sur l’UE et l’UEM et qu’elles devraient être prêtes en novembre. Le Premier ministre fera une déclaration au parlement finlandais sur les positions européennes de la Finlande.
Il y a donc en perspectives des négociations très serrées. Or, le programme gouvernemental fixe un cadre qui ne permettra peut-être pas au gouvernement de négocier les réformes européennes. Faut-il dont modifier le programme gouvernemental, demande Kauppalehti.
« Je ne sais pas encore, mais il peut y avoir des propositions qui sont dans l’intérêt de la Finlande mais qui ne sont pas conformes à ce que prévoit notre programme gouvernemental. Il faudra alors avoir une discussion sérieuse. L’intérêt de la Finlande doit primer sur ce que nous avons écrit dans le programme gouvernemental il y a deux ans et demie ».
KL

Propos de Mme Tiilikainen
Helsingin Sanomat publie un article signé Teija Tiilikainen, directrice de l’Institut des relations internationales UPI, sur le discours sur l’état de l’Union, prononcé mercredi dernier devant le Parlement européen par président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.
Selon M. Juncker, « l’efficacité européenne gagnerait en force si nous pouvions fusionner les présidences de la Commission européenne et du Conseil européen ».
Mme Tiilikainen estime qu’un président fort bouleverserait l’Union. Le mode de l’élection d’un président fort deviendrait probablement une question litigeuse. Les chefs de gouvernement n’accepteraient qu’un président qu’ils ont choisi et les groupes politiques du Parlement européen ne cèderont pas facilement le pouvoir qu’ils ont obtenu dans les nominations. Une élection directe pourrait être un compromis dans une telle situation.
HS/sam/A5

Investissement stratégiques

Editorial : « L’UE veut surveiller l’argent venant de Chine » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime qu’il serait bon d’avoir des règles communes pour surveiller les investissements étrangers en Europe, par exemple venant de Chine. « On n’a pas besoin de nouvelle institution de contrôle avec des nouveaux pouvoirs », considère HS.
HS

Présidence finlandaise de 2019

La plupart des réunions à Helsinki
Keskisuomalainen rapporte que le comité interministériel des affaires européennes du gouvernement a décidé que les six réunions ministérielles informelles seront organisées à Helsinki.
Les ministres européens des Affaires étrangères et de la Défense, des Finances et l’eurogroupe, de l’Agriculture et de la Pêche, de la Justice et de l’Intérieur, de l’Environnement, ainsi que de la Compétitivité se réuniront à Helsinki pendant le deuxième semestre de 2019.
Les réunions des fonctionnaires à l’occasion de la présidence finlandaise de l’UE auront également lieu à Helsinki.
La présidence de 2019 sera la troisième pour la Finlande.
KS/lun/13

Agence européenne du médicament

La campagne finlandaise sera courte
Turun Sanomat relève qu’Helsinki a commencé le lobbying pour accueillir le site de l’agence européenne du médicament. Helsinki a commencé sa campagne plus tard que la plupart des 18 autres villes candidates.
La ministre des Affaires sociales et de la Santé Pirkko Mattila et le maire d’Helsinki Jan Vapaavuori se rendront à Bruxelles fin septembre pour faire du lobbying. La décision sur le site de l’agence devrait être prise déjà le 20 novembre prochain.
Parmi les villes candidates il y entre autres Copenhague, Stockholm, Bonn, Bruxelles et Lille.
TS/lun/7

Défense

Selon un chercheur, l’Occident interprète mal l’exercice Zapad
Le chercheur de l’Ecole des hautes études de défense nationale, Juhani Pihlajamaa, prétend que l’Occident interprète mal l’exercice Zapad organisé par la Russie en collaboration avec la Biélorussie. « J’estime que la Russie informe de façon cohérente depuis le début sur les objectifs de ses manœuvres. L’Occident, incrédule, construit ses propres images de menace sur ce qu’elle imagine être le but de Zapad et les diffuse ensuite », estime Pihlajamaa.
« D’ailleurs, il est possible qu’en définitive, la Russie remporte un succès dans cette opération d’information et pourra dire par la suite que l’Occident a inventé de terribles menaces inutiles », affirme le chercheur.
Selon le scénario publié par les pays de Zapad, dans un Etat imaginaire créé sur le territoire de la Biélorussie, a lieu une insurrection soutenue par des étrangers. Il s’agirait alors de vaincre les terroristes et les séparatistes, auteurs de l’insurrection.

« Un mouvement séparatiste représente un réel danger, par conséquent, il est tout à fait logique qu’un exercice militaire soit ciblé pour s’en défendre », poursuit le chercheur et rappelle que la guerre contre la Tchétchénie était une opération anti-terroriste en Russie.
Pihlajamaa estime que la Russie a réussi sa campagne de communication envers son propre peuple mais a échoué vers l’Occident. Selon lui, les pays occidentaux ont de bonnes raisons à ne pas se fier aux dires des Russes depuis les évènements de l’Ukraine.
Comme phénomène nouveau lié aux bruits autour de Zapad, Pihlajamaa mentionne les medias sociales qui, cette année, se sont avérées particulièrement actives.
HS16.9/A10

Education

Editorial : Le rapport Regards sur l’éducation de l’OCDE situe la Finlande parmi les pays médiocres
Selon le rapport récent de l’OCDE, Regards sur l’éducation, la Finlande ne se situe plus en tête des comparaisons. Les fondements sont en bon ordre, mais la Finlande n’atteint pas le sommet.
L’augmentation de la part de personnes de 24 à 35 ans disposant d’une formation universitaire a été plus rapide dans les autres pays (en dix ans, elle est passée de 32 à 43 % en moyenne dans l’OCDE, alors qu’en Finlande, elle est passée de 38 à 41 %).
Le rapport fait état de la faible participation des enfants à l’éducation de la petite enfance en Finlande, comparé aux autres pays et surtout aux autres pays nordiques. Ce n’est qu’à l’âge de six ans que la participation à l’enseignement pré-primaire atteint le même niveau que dans les autres pays. Les études montrent une forte corrélation entre la participation aux structures d’éducation de la petite enfance et les connaissances plus tard. En Finlande, cette éducation est essentiellement vue comme un arrangement qui permet aux parents l’accès sur le marché du travail.
La Finlande se situe toutefois troisième au niveau des investissements financiers dans l’éducation.
L’éditorialiste du Helsingin Sanomat regrette qu’en Finlande on ait tendance à considérer l’éducation comme des blocs séparés plutôt qu’un tout.
HS/dim/A4

Numérisation

La Finlande réussit bien dans une comparaison internationale
Selon un rapport efectué par Microsoft et le consultant PwC, les organisations finlandaises (entreprises ou administrations) réussissent bien dans le domaine du numérique et elles se débrouillent de façon excellente au niveau international. 72 % d’entre elles sont au dessus de la moyenne mondiale.
44 % des entreprises interrogées pour l’étude estiment que le numérique est un état d’esprit, une façon de développer les activités. 70 % l’utilisent pour renforcer les activités commerciales et autant d’organisations le considèrent comme une voie vers de nouvelles activités commerciales.
Pour les administrations, la numérisation permet de mettre en place des économies et augmenter la productivité.
HS/lun/A29

Politique intérieure

Elections présidentielles

M. Niinistö est de loin le candidat favori
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage d’opinion sur l’audience des candidats présidentiels.
Si les élections avaient lieu maintenant, l’actuel président Sauli Niinistö aurait 68 % des intentions de vote. Pekka Haavisto (Alliance verte) aurait 13 %, Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais) et Tuula Haatainen (PSD) 3 %, Matti Vanhanen (Centre) et Merja Kyllönen (Alliance des gauches) 2 %. 10 % des personnes interrogées n’ont pas su répondre.
M. Niinistö est le candidat le plus populaire parmi les électeurs de tous les partis politiques.
Au second tour du vote, M. Niinistö aurait 77 % contre M. Haavisto qui aurait 16 %. M. Niinistö battrait Mme Huhtasaari avec 87 % contre 4 %. Il aurait 85 % contre Mme Haatainen qui aurait 6 % et 89 % contre M. Vanhanen qui aurait 3 %.
Les experts estiment que « la popularité de M. Niinistö est écrasante ». Les autres candidats ont eu du mal à hausser leur profil parce que la présence de M. Niinistö est très forte.
Le nombre de signatures en faveur de la candidature de M. Niinistö sera publié le 25 septembre. Il lui en faut au moins 20 000.
L’EVA, délégation de la vie économique, organisera le premier débat électoral le 30 octobre. Il y aura au moins une dizaine de débats électoraux avant les élections de janvier.
HS/sam/A6-7

Négociations salariales

Un accord prochain sur les salaires du secteur industriel
Le conseil d’administration de l’union du secteur de papeterie se réunira, jeudi, ce qui pourrait être l’occasion d’achever une étape dans les négociations sur les conventions collectives. Helsingin Sanomat estime qu’une fois qu’une des branches arrivera à conclure ses négociations, il sera plus facile pour les autres d’avancer.
HS/sam/A17

Croissance économique

L’institut national des études statistiques a rectifié ses chiffres
Les statistiques concernant la production du moins de juin ont été revues et les chiffres haussés : à l’origine, l’Institut national des études statistiques avait annoncé un fléchissement de 0,5 point de la croissance par rapport à l’année précédente. Or, la production a augmenté de 3,3 % en juin par rapport à la même époque en 2016.
L’institut des études statistiques n’avait pas eu le temps de prendre en compte l’impact de différents indicateurs ce qui a fait qu’il a fallu préciser les informations plus tard.
Même si des rectifications sont effectuées couramment, il est rare qu’il y ait un tél écart entre les estimations et les chiffres revus.
HS/sam/B11

Soins aux personnes âgées

Soins à domicile des personnes âgées
Aamulehti rend compte d’un projet de réforme du travail dans le domaine des soins de personnes âgées. La rééducation notamment sous forme des exercices de gym et les visites virtuelles des infirmiers pourront pas la suite faire partie des soins à domicile.
Anja Noro du ministère des Affaires sociales et de la Santé, chargée du projet, relève que l’objectif de la réforme est de mettre en place des services égaux et mieux coordonner tout en maitrisant l’augmentation de frais.
Selon l’Institut national de santé publique, 73 000 personnes âgées recevaient des soins à domicile en Finlande continentale en 2016.
Il est prévu également d’étudier, dans le cadre du projet, les possibilités de tirer bénéfice des technologies dans les soins.
AL/sam/A16

Vendredi 15 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Parlement européen

Discours de M. Juncker
Réactions de M. Ville Tavio (Vrais Finlandais)
Ville Tavio, député vrai finlandais, estime que l’intervention de Jean-Claude Juncker montre que la direction de l’UE souhaite transférer de plus en plus de pouvoir à Bruxelles. Pour lui, le gouvernement finlandais cède morceau par morceau sa souveraineté et mène le pays vers un Etat fédéral européen.
Pour M. Tavio, les partis finlandais n’ont pas ouvertement promu l’évolution vers un Etat fédéral, car au contraire, cela s’est passé en cachette et contrairement à la volonté du peuple.
M. Sipilä, Premier ministre, a répondu que le gouvernement ne poussait pas la Finlande vers un Etat fédéral. Il rappelle que la création d’un Etat fédéral nécessiterait une réforme du traité de l’UE, et qu’aucune réforme de ce genre n’est prévue.
HBL/5

Réactions de M. Katainen
Le commissaire européen finlandais Jyrki Katainen rejette les critiques selon lesquelles la surveillance des investissements au niveau européen viserait à créer des barrières aux investissements ou engendrerait des guerres commerciales. Il souligne qu’il s’agirait d’un système facultatif et que l’on ne donnerait pas de pouvoirs supplémentaires à la Commission. « Si un Etat ne veut pas respecter les avis de la Commission [sur les investissements stratégiques], le pouvoir de décision demeurera à l’Etat membre ».
M. Katainen estime toutefois qu’il est bin que l’UE sache quels investissements ont lieu dans quel Etat, surtout s’ils ont des effets sur les autres Etats membres. Il a pris l’exemple de l’énergie.
Il considère que dans le cas du gazoduc Nordstream2, le contrôle des investissements par la Commission n’aurait pas eu d’effet. Pour ce qui est du projet de centrale de Fennovoima, la commission pourrait donner un avis mais le pouvoir de décision demeurerait à la Finlande.
KL

Union bancaire

Editorial : L’union bancaire améliore sa réputation
Helsingin Sanomat rappelle qu’il y a encore quelques années, l’union bancaire avait bien mauvaise presse dans les pays nordiques. En effet, on considérait que le projet d’union bancaire était d’augmenter la solidarité financière au profit des pays du Sud. Les banques étaient réservées ; la Suède et le Danemark ne souhaitaient pas y participer.
Aujourd’hui, le son de cloche a bien changé. Les dirigeants considèrent désormais que la solidarité financière est au contraire un moyen de diminuer les risques des Etats. « Il n’aurait pas été si difficile que cela d’y penser avant. Mais en pleine récession et avec l’augmentation de l’euroscepticisme, il semblait facile d’augmenter son audience en critiquant tous les projets européens », rapporte HS qui rappelle les propos de M. Soini contre l’union bancaire il y a quelques années.
« Mais Nordea a prouvé en déplaçant son siège de Suède en Finlande que la réputation de l’union bancaire avait bien changé. Si l’union bancaire répartit les risques plus largement, les exigences de capitalisation des banques peuvent être moins élevées dans les pays de l’union bancaire que dans des pays où on gère les crises de manière uniquement nationale », écrit HS.
Selon le quotidien, Nordea a surtout recherché son intérêt financier en déplaçant son siège. Et la Finlande avait tout intérêt à accueillir Nordea, grâce aux garanties que prodigue l’union bancaire pour les grands établissements financiers. Cette solidarité financière si honnie par M. Soini a finalement joué, dans l’union bancaire, en faveur des intérêts du petit pays dordique qu’est la Finlande. Et maintenant la Suède et le Danemark souhaitent eux aussi rejoindre l’union bancaire ».
HS

Règlement LULUCF

Editoriaux
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que le lobbying autour du règlement Lulucf était réussi mais que rien n’est définitivement décidé.
Pour lui, les bioénergies sont un pilier de la politique climatique finlandaise, et il faut que la Finlande diminue l’utilisation de carburants fossiles en augmentant celle des énergies renouvelables à grande échelle.
L’éditorialiste estime qu’outre un lobbying intensif qui a pu renforcer le statut des bioénergies et soutenir les investissements prévus, le processus peut être vu sous un autre angle. Selon des ONG et des chercheurs, l’UE dilue de ce fait sa propre politique climatique.
L’éditorialiste rend compte des propos d’un député européen britannique, Paul Brennan, qui se demande si les stratégies en matière des forêts d’un pays isolé sont plus importantes que les efforts climatiques communs de l’UE.
L’éditorialiste rappelle enfin qu’il y a quelques années encore, le poids des efforts de diminuer les émissions des transports était sur les bio-carburants. Or, les investissements concernent désormais les voitures électriques. Le marché pour les biocarburants pourrait ainsi se réduire considérablement par rapport à ce qui était prévu, ce qui aurait un effet sur le fondement économique de la stratégie environnementale de la Finlande.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat qualifie le résultat de compromis qui fonctionne. Pour lui, l’industrie forestière s’attend à ce que les énergies renouvelables soient favorisées en augmentant la demande par la régulation, ce qui nécessite des décisions au niveau européen. Il rappelle que le gouvernement finlandais et l’industrie forestière basent leurs attentes concernant la bio-économie sur l’effort mondial de diminuer les émissions causées par les carburants fossiles. Un des moyens est de favoriser les énergies renouvelables.
Les principes finlandais de la gestion et de l’utilisation des forêts sont étrangers à la plupart des Etats membres pour qui il faut au contraire que les puits de carbone augmentent, ce qui restreint l’utilisation des forêts. Avec Lulucf, l’utilisation des forêts deviendra toutefois acceptable du point de vue climatique, ce qui augmentera la demande des produits de ce secteur.
HS/A6 HBL/18

Climat, environnement et émissions

Le gouvernement énumère les mesures pour diminuer les émissions de CO2
« Le gouvernement encourage les Finlandais à diminuer leurs empreinte de carbone de 50 % » HBL
Le gouvernement a adopté un plan climatique de moyenne durée (jusqu’à 2030), hier. Il est prévu, entre autres, de soutenir l’acquisition de voitures électriques, remplacer des carburants fossiles par des renouvelables, favoriser le vélo et les transports en commun et abandonner le recours au chauffage au mazout des locaux de l’Etat d’ici 2025.
Le plan évoque la diminution des émissions de CO2 dans les domaines qui n’entrent pas dans le cadre des échanges de quotas d’émissions.
M. Tiilikainen, ministre de l’Environnement, relève qu’il s’agit de mesures qui ont un impact sur la vie de tout le monde, du fait qu’elles touchent les transports, le logement, la gestion des déchets, la nourriture et l’agriculture.
Le plan climatique se base sur la législation sur le climat dont l’objectif est de diminuer les émissions de 80 % pour l’an 2050 par rapport à leur niveau de 1990. Le plan tient également compte de l’objectif européen de diminuer les émissions de 40 % pour 2030.
Concernant les transports, il s’agira de diminuer les émissions de 50 % d’ici 2030 par rapport au niveau de l’an 2005.
Pour ce qui est des consommateurs, on les encourage à diminuer leur empreinte de carbone de 50 % d’ici 2030. Il y a des mesures à prendre concernant les habitudes alimentaires (moins de viande, moins de nourriture jetée, etc), les transports et le logement. M. Tiilikainen souligne qu’il s’agira de proposer la carotte et non pas le bâton.
HS/A13, HBL/8, KS/12

Défense

Propos de Mme Asunmaa
Keskisuomalainen rapporte que l’ambassadrice de Finlande auprès de l’OTAN, Piritta Asunmaa, estime que le caractère et les objectifs des exercices militaires Zapad ne pourront être évalués qu’après les exercices.
Il n’est pas sûr que l’organisation simultanée de Zapad et de l’exercice suédois Aurora signifie l’augmentation de la tension dans les relations entre l’Ouest et l’Est. « Zapad est organisé tous les quatre ans en même temps et la décision sur Aurora a dû être prise il y a longtemps. »
Selon Mme Asunmaa, il serait utile d’organiser en Finlande des exercices militaires multinationaux pour que les troupes finlandaises aient la possibilité de participer à des manœuvres de coopération avec les pays partenaires sur le sol finlandais. « Cela servirait aux besoins finlandais de formation, améliorerait nos capacités militaires et aurait aussi une importance de politique de sécurité. Il n’y aurait pas de soucis de budget parce que les troupes des pays partenaires payent leurs frais elles-mêmes. »
Selon l’ambassadrice, la grande armée finlandaise de réservistes, qui est exceptionnelle au niveau européen, est de plus en plus valorisée auprès de l’OTAN. « Notre armée est considérée comme une solution rationnelle devant les défis de la défense finlandaise. »
« L’expertise militaire finlandaise est appréciée, par exemple un général finlandais a été nommé chef de l’état-major de l’UE », souligne Mme Asunmaa.
Mme Asunmaa rejette la notion de « l’option OTAN » (dont disposerait la Finlande pour entrer dans l’OTAN, si elle le désirait). Elle souligne qu’aucune option n’existe. Elle rejette aussi l’interprétation selon laquelle la Finlande pourrait obtenir des garanties de sécurité par des accords de coopération bilatéraux. « Cela est explicite aussi selon notre libre blanc de la défense. »
Mme Asunmaa souligne que la décision sur une demande d’adhésion à l’OTAN dépend de la volonté politique finlandaise. « Les Etats-Unis ne poussent pas la Finlande ou la Suède vers l’OTAN. »
KS/22

Afghanistan

Libération de l’otage finlandaise
Selon M. Soini, la Finlande n’a pas payé de rançon
Turun Sanomat relève que selon le ministère des Affaires étrangères, que la Finlandaise libérée hier est encore en Afghanistan. Vu les circonstances, elle se porte bien et a pu être en contacts avec ses proches.
Selon le ministre des Affaires étrangères Timo Soini, la Finlande n’a payé aucune rançon à l’occasion de la libération de la Finlandaise.
TS/3&8

Politique intérieure

Parlement

M. Kanerva, député depuis plus de 41 ans
Selon Turun Sanomat, Ilkka Kanerva (69 ans), député du Rassemblement national dans la circonscription de Turku, battra demain samedi le record de longévité des députés finlandais, 15 331 jours, soit plus de 41 ans au Parlement. Jusqu’à présent, le centriste Johannes Virolainen avait ce record.
M. Kanerva, qui avait alors 27 ans, a été élu pour la première fois en 1975. Il a été ministre dans trois gouvernements.
TS/10

Jeudi 14 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

France - Finlande

Déplacement en France du Premier ministre Sipilä
Le Premier ministre finlandais Juha Sipilä rencontrera le Président français Emmanuel Macron à Paris le vendredi 22 septembre.
Les entretiens du Premier ministre Sipilä et du Président Macron porteront sur des questions d’actualité européenne comme le développement de la dimension de défense de l’UE, l’UEM, la migration et les bio-économies (y compris le règlement LULUCF). Il s’agit de la première rencontre officielle entre le Premier ministre Sipilä et le président Macron. Auparavant, ils ont déjà eu des entretiens à l’occasion du Conseil européen ainsi que lors d’une conversation téléphonique.
Service de communication du secrétariat du Premier ministre, Communiqué 398/2017
Vn.fi

Nations Unies

Le Président Niinistö à Washington et à l’ONU
Turun Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö et son épouse Jenni Haukio effectuent une visite aux Etats-Unis du 14 au 23 septembre.
Le couple présidentiel participera, le samedi 16 septembre, au gala de célébration du Centenaire de l’indépendance finlandaise à l’ambassade de Finlande à Washington.
Le Président Niinistö participera, du 18 au 21 septembre, à la semaine d’ouverture de l’assemblée générale de l’ONU. Il aura un entretien avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres le lundi 18 septembre et participera à une réunion sur la réforme de l’ONU, dirigée par le président Donald Trump.
Le lendemain, M. Niinistö participera à l’ouverture de la 72e assemblée générale et à une réunion de haut niveau sur l’initiative d’un accord global sur l’environnement, présidée par le Président Emmanuel Macron.
Le Président Niinistö prononcera l’intervention de la Finlande le mercredi 20 septembre et le lendemain il sera le conférencier principal d’une réunion sur la lutte contre le changement climatique, dans le cadre de Climate Week NYC.
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini et le ministre du Commerce extérieur et du développement Kai Mykkänen feront partie de la délégation finlandaise, présidée par M. Niinistö.
M. Niinistö et Mme Haukio se rendront ensuite à Minneapolis dans le Minnesota dans le cadre des festivités du Centenaire de la Finlande.
TS, tpk.fi

Afghanistan

L’ortage finlandaise libérée
Plusieurs médias annoncent que la Finlandaise de 37 ans, enlevée à Kaboul le 20 mai dernier, a été libérée. Le ministère des Affaires étrangères fera cet après-midi une conférence de presse à ce sujet, ainsi que le ministre des Affaires étrangères Timo Soini, en déplacement à Washington, qui se prononcera vers 16h.
HS, Yle

Parlement européen

Discours de M. Juncker
Selon M. Sipilä, M. Juncker n’a pas tenu un discours fédéraliste
Le Premier ministre Juha Sipilä estime que M. Juncker a tenu un discours sur les pas à prendre par l’UE à l’avenir. « Cela reflète l’esprit qui anime le conseil européen après le choc du Brexit », a dit M. Sipilä, hier, au Parlement finlandais.
M. Sipilä a cependant souligné qu’il ne s’agissait pas d’un discours fédéraliste, quand bien même M. Juncker a proposé un ministre des Finances de la zone euro et une intégration de l’UEM ainsi que des listes européennes pour les élections.
M. Sipilä considère qu’une partie des propositions sont réalisables dans le cadre des traités actuels, mais une autre partie relève du plus long terme et ne sera pas envisagée avant très longtemps.
La seule chose que M. Sipilä est prêt à valider de suite est la partie concernant la politique commerciale.
En ce qui concerne l’approfondissement de la zone euro, M. Sipilä rappelle que le programme gouvernemental finlandais est très clair : « Nous ne prendrons pas de nouveaux pas qui augmenteront nos risques. Les systèmes bancaires doivent être tous aussi bien gérés et, en matière de finances publiques, il faut que les Etats fassent les réformes économiques auxquelles ils se sont engagés ».
« Il faut surtout, dans tous les Etats membres, diminuer les risques et rétablir les économies afin que ne puisse pas naître une situation dans laquelle l’augmentation de la solidarité commune permettrait de cacher l’incapacité à mener les réformes nationales », a-t-il dit.
Concernant l’entrée de nouveaux Etats membres dans la zone euro et dans l’espace Schengen, M. Sipilä rappelle que ces coopérations sont ouvertes à tous. Il souhaite particulièrement l’entrée de la Suède dans la zone euro. Pour l’Espace Schengen il faut que les critères soient clairs et les pays qui les remplissent pourront y entrer.
Le Ministre des Finances Petteri Orpo considère que, comme le propose M. Juncker, il serait naturel que tous les pays de l’UE appartiennent aussi à la zone euro. M. Orpo estime que les crises ont renforcé l’euro et qu’il se trouve en meilleure santé qu’avant. Un exemple de la bonne santé de la zone euro est d’ailleurs le fait que la banque Nordea ait choisi de transférer son siège dans un pays de la zone euro.
Le ministre des Affaires européennes Sampo Terho (Avenir bleu, ex-Vrai Finlndais) est revanche très critique sur le discours de M. Juncker. « Le principal est d’écouter le peule qui est opposé à un développement fédéral de l’UE et à une augmentation de la soidarité financière ».
AL KS

Selon M. Mykkänen : la surveillance des investissements étrangers est vaine
Le ministre du Commerce extérieur Kai Mykkänen (Rassemblement national) est inquiet du projet présenté par M. Juncker d’un cadre européen pour examiner les investissments étrangers dans l’UE. Helsingin Sanomat rapporte que de nombreux Etats comme la France et l’Allemagne s’inquiètent notamment des investissements chinois dans les secteurs stratégiques. Yle considère que l’on viserait surtout la Chine et l’Inde.
« Je comprends que ce contrôle des investissements étrangers serait une courbette [de M. Juncker] vers la France, mais en même temps cela peut être interprété comme tourner le dos à la Chine. Le risque de guerre commerciale est suffisamment grand pour ne pas ajouter des provocations de la part de l’UE », regrette-t-il.
« Je considère que c’est un message protectionniste en direction de la Chine, des Etats-Unis ou de l’Inde sur le fait que l’UE ne souhaite pas la bienvenue aux investissements extérieurs. Or, ce dont on manque dans ce continent, ce sont les investissements », dit M. Mykkänen qui rappelle que la Finlande comme d’autres pays ont déjà des législations qui protègent certains secteurs contre des acquisitions inamicales. On n’a pas besoin en plus que l’Europe s’en mêle.
« Comme il ne s’agit même pas d’une compétence européenne de décider si l’on accepte ou non une acquisition d’entreprise, je ne voudrais pas augmenter la bureaucratie sur un sujet où on risque surtout de ne pas avoir les moyens de réaliser ce que l’on promet ».
Yle HS
HS

Zone euro

La zone euro n’a pas besoin de fonds pour faire face aux « coups durs » KL
Kauppalehti rapporte que le sous-secrétaire d’Etat aux Finances Tuomas Saarenheimo n’est pas favorable à l’institution de nouveaux fonds dans la zone euro car cela n’aurait pour conséquences que de créer de nouveaux sujets de divisions entre les Etats membres. C’est ce qui ressort quand ont demande à celui qui défend la Finlande à la table européenne son opinion sur le développement de l’union monétaire. Le sujet sera débattu demain à Tallin.
Kauppalehti a interrogé M. Saarenheimo sur les propositions de la Commission sur l’approfondissement de l’UEM. Il se déclare défavorable aux propositions de créer de nouveaux fonds. « J’ai du mal à voir ce que cela apporterait en matière de stabilité de l’UEM. Je pense au contraire que cela aurait un effet important pour creuser encore plus les tensions et lignes de partage entre les Etats membres », dit-il.
Il ne voit pas non plus de besoin pour un ministre des Finances ou un budget de la zone euro. « Je n’ai pas encore vu de proposition qui expliquerait pourquoi on en aurait besoin », dit-il.
La proposition d’un fonds monétaire européen en revanche qui nécessite une réponse plus détaillée. M. Saarenheimo considère que le modèle proposé par l’Allemagne pourrait convenir à la Finlande. L’idée d’un fonds monétaire européen sur le modèle du FMI pourrait être utile, comme l’a démontré l’exemple de la crise grecque. « Il est regrettable que nous devions être les créanciers de la Grèce pour les cinquante prochaines années », regrette-t-il.
Il considère qu’il faut tirer les leçons de cette expérience, notamment pour éviter l’utilisation de l’argent public. « Quand un problème intervient, il faudrait avoir les instruments pour bloquer la situation, analyser le caractère durable de l’endettement et, en cas de besoin faire jouer la responsabilité des investisseurs ou augmenter la maturité des créances privées ». On aurait besoin pour cela de nouveaux outils et le fonds monétaire européen pourrait être utile pour cela.
M. Saarenheimo estime en revanche que « une protection commune des dépôts est un projet à soutenir ». Il estime toutefois que le moment n’est pas venu pour cela. Le calendrier d’un tel projet dépend de la façon dont les Etats membres vont réussir à résoudre les problèmes de leurs secteurs bancaires. Il y a encore trop de banques dans la zone euro. Et toutes ne sont pas en bonne santé.
M. Saarenheimo considère qu’il faudrait définir un programme pour résoudre ces problèmes. Ensuite seulement, une protection commune des dépôts pourra être de l’intérêt de la Finlande.
Kauppalehti rapporte aussi que M. Saarenheimo est mentionné parmi les successeurs possibles de Thomas Wieser à la tête du groupe de travail sur l’euro. Il en est le représentant de la Finlande depuis 2013.
KL

Règlement LULUCF

« Les souhaits finlandais approuvés » AL
« Feu vert du Parlement pour les coupes de bois supplémentaires » HS
« L’industrie et le gouvernement se félicitent des orientations, alors que les organisations environnementales les critiquent » HS
« Une victoire douce pour le gouvernement et l’industrie » KS
La Finlande pourra augmenter les coupes de bois si le règlement sur les forêts LULUCF (Land use, land-use change and forestry) passera conformément à la formulation du Parlement européen qui a adopté l’amendement d’un eurodéputé finlandais à la proposition de la commission de l’environnement.
Selon cet amendement, tant que les puits de carbone des forêts seront garantis, les coupes pourront être augmentées en Finlande.
Le ministre de l’Agriculture et de Sylviculture, Jari Leppä (Centre), se félicite du fait que la Finlande se rapproche d’une solution permettant l’utilisation efficace du bois y compris à l’avenir. C’est une bonne nouvelle pour les propriétaires de forêts tant que pour l’industrie forestière, selon lui.
LULUCF concerne la règle du jeu de l’utilisation des forêts par rapport aux émissions de CO2. Le règlement adopté par le parlement européen prévoit un lien entre les coupes et la croissance annuelle des forêts. Comme les forêts finlandaises sont en forte croissance, l’objectif du gouvernement d’augmenter les coupes de 10 à 15 millions de m3 par an ne devrait pas être remis en cause.
La période de référence sera les années 2000 à 2012 et non pas 1990 à 2009 comme proposé par la Commission à l’origine. Se référer à la période antérieure aurait engendré pour la Finlande l’obligation de compenser les coupes du fait que juste avant 2010, les coupes avaient momentanément diminué du fait de la crise économique et des changements structurels dans l’industrie forestière.
Des ONG environnementales et des chercheurs ont souhaité que les coupes ne soient pas augmentées et qu’au contraire, on s’efforce d’avoir le plus de forêts possible comme puits de carbone. Les objectifs du gouvernement pourraient mettre en danger les objectifs climatiques de la Finlande.
L’eurodéputé (et candidat présidentiel) Nils Torvalds (Parti suédois/Adle), qui a participé aux négociations, rappelle, soulagé, qu’il faut que la Finlande œuvre pour l’environnement et montre qu’elle soutient les décisions prises à Paris. Pour lui, le résultat est un compromis qui garantit les objectifs du traité de Paris ainsi que les intérêts économiques de la Finlande.
Le ministre de l’Environnement, Kimmo Tiilikainen (Centre), se félicite du résultat en estimant qu’il promouvra les investissements industriels. Il rappelle toutefois que des détails restent à résoudre.
L’Industrie énergétique, le patronat EK et la confédération des producteurs agricoles MTK se félicitent du résultat.
Otto Bruun de l’union pour la protection de la nature regrette que le résultat dilue le travail du Parlement européen pour ralentir le changement climatique. L’utilisation trop importante des forêts empêchera leur utilisation dans cette lutte dans les prochaines décennies. Pour M. Bruun, les bio-économies ne pourront ainsi plus être considérées comme durables.
Heidi Hautala, députée européenne (Verts), a exprimé, elle aussi, sa déception. Pour elle, la proposition n’est pas explicite et a fait objet d’un lobbying agressif. Mme Hautala reste toutefois optimiste en ce qui concerne
Heidi Hautala, députée européenne (Verts), a exprimé, elle aussi, sa déception. Pour elle, la proposition n’est pas explicite et elle a fait objet d’un lobbying agressif. Mme Hautala reste toutefois optimiste en ce qui concerne une solution à trouver ensemble par la Commission, le Parlement et les Etats membres.
Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne, regrette les antagonismes créés autour des questions liées au secteur forestier. Pour lui, la façon finlandaise de gérer les forêts n’est pas bien connue en Europe. Il souligne l’importance de s’assurer du fait que les objectifs climatiques se réalisent.
Mia-Petra Kumpula-Natri, députée européenne sociale-démocrate se félicite elle aussi du résultat et rappelle qu’outre les puits de carbone, il faut une économie forestière durable et des carburants issus d’énergies renouvelables.
AL/A15, HS/A30-31, KS/26

Editoriaux
« La Finlande gagne une manche » KL
« La Finlande regarde vers les forêts » AL

Bio-économie

« La crédibilité des bio-économies s’ébranle » KL
Kaija Ahtela du quotidien économique Kauppalehti estime que les soucis du secteur forestier ne se terminent pas avec le vote sur le règlement LULUCF. La Commission a un autre projet de directive, celui concernant l’énergie renouvelable, qui aura des conséquences sur le secteur. La tourbe y a un rôle important. L’auteur rappelle que les émissions de la tourbe sont plus importantes que celles du charbon.
Mme Ahtela regrette dans son analyse que dans le débat finlandais, on semble avoir oublié que ce projet de directive ainsi que le règlement Lulucf font partie du paquet climatique de l’UE. Veiller aux intérêts d’un secteur semble être devenu la seule mission nationale.
« La Finlande se promeut en tant qu’économie durable, mais le fait que l’aspect climatique soit absent de ses déclarations et qu’elle soit concentrée sur elle-même nuisent à sa crédibilité ».
Selon KL, les émissions finlandaises de CO2 étaient de 58,8 millions de tonnes en 2016, ce qui représente 6 % de plus que l’année précédente. L’augmentation était due au secteur énergétique et à l’augmentation de la consommation du charbon. L’auteur regrette que durant 2016, l’effet des puits de carbone a diminué de 8 %.
KL/jeu/D28

Politique intérieure

Gouvernement

Propos du Premier ministre Sipilä
Lors d’une interview télévisée d’Yle, le Premier ministre Juha Sipilä a admis que la politique d’austérité du gouvernement a augmenté les inégalités et touché plus aux personnes de faibles revenus. « Il est vrai que cela s’est passé comme cela. »
Selon M. Sipilä, le gouvernement a pris des mesures difficiles afin d’équilibrer l’économie nationale. Son objectif est de pouvoir maintenant diminuer les inégalités.
Yle

Energie

« TVO craint de nouveaux retards à Ol3 » HS
Helsingin Sanomat rapporte que TVO a annoncé mercredi avoir formulé un appel auprès de la justice de l’Union européenne contre la décision de la Commission d’autoriser la restructuration et la recapitalisation d’Areva avec des fonds publics.
HS

France - Finlande

Cinéma

Festival d’Helsinki
Helsingin Sanomat conseille huit films à voir absolument au festival international dont ceux des réalisateurs français Léa Mysius, René Laloux et Arnaud Despléchin.
HS

France

Jeux olympiques

Paris en 2024, Los Angeles en 2028
La presse rapporte que les Jeux olympiques de 2024 ont été attribués à paris.
HS KS

Gastronomie

Peu de raisins cette année
Aamulehti et Turun Sanomat rapportent que les vendanges sont particulièrement maigres cette année et que la production devin devrait être la plus faible depuis 1945.
AL TS

Mercredi 13 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Etats-Unis - Russie

Rencontre à Helsinki de MM. Shannon et Riabkov
Turun Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö a reçu mardi le ministre adjoint des Affaires étrangères russe Sergueï Riabkov au Palais présidentiel. Le ministre russe a remercié la Finlande pour sa contribution dans les questions de sécurité de la mer Baltique.
Selon la chancellerie de la présidence, MM. Niinistö et Riabkov ont évoqué l’entretien entre MM. Riabkov et Shannon.
Jukka Valtasaari, ancien ambassadeur de Finlande à Washington, souligne que la rencontre à Helsinki fait partie d’une discussion diplomatique qui a comme objectif de trouver une entente entre les deux pays.
TS/10

Défense

« Les tensions autour des exercices en mer Baltique s’atténuent »
« De grandes manœuvres réalisées simultanément représentent un risque de sécurité mais l’ouverture des liaisons entre les généraux russes et de l’OTAN diminue le danger des incidents », écrit l’éditorialiste du quotidien Helsingin Sanomat
« Les exercices militaires qui ont débuté cette semaine en mer Baltique, ont attiré l’attention et causé du souci même à l’étranger. Que de grandes manœuvres russes et occidentales aient lieu en même temps non loin les unes des autres n’est certes pas un évènement ordinaire », estime l’éditorialiste.
« Au moment du coup d’envoi, lundi dernier, de l’exercice suédois Aurora, les informations et commentaires s’étaient pourtant quelque peu atténués. Il est vrai que les inquiétudes tournent surtout autour des exercices russes. La doctrine militaire russe est essentiellement basée sur l’imprévisibilité et sur l’initiative de surprendre l’ennemi. »
Néanmoins, les spéculations, notamment sur une présence prolongée des troupes russes en Biélorussie, se sont affaiblies en raison des démentis par des représentants biélorusses qui participent aux exercices aux côtés des troupes russes.
Le risque d’incident existe réellement pour la semaine prochaine si la Russie s’exerce à attaquer Gotland en même temps que les Suédois, avec les troupes finlandais et américains, s’exerce à combattre des assaillants.
Le danger de choc est diminué par le fait que des relations entre l’OTAN et la Russie ont pu être établies avant les exercices. Les généraux de l’OTAN et russes se sont rencontrés en Azerbaïdjan la semaine dernière et ils ont convenu de poursuivre les contacts.
Par ailleurs, l’OTAN et les Etats-Unis ont en grande partie déjà réalisé le projet de renforcement de leur présence dans les pays Baltes et en Pologne. Par la même occasion la Russie a renouvelé ses forces, notamment à Kaliningrad.
La recrudescence des forces armées dans la région de la Baltique n’est pas une bonne nouvelle. Cependant il est rassurant de constater que de nouvelles forces ne sont pas attendues au commencement des exercices.
Hs13.9/

Parlement européen

On attend le discours de M. Juncker
Aamulehti rapporte que le discours d’ouverture de la session d’automne du parlement européen, par le président de la commission M. Juncker est très attendu. Ce sont notamment ses positions sur l’avenir de l’UE qui seront scrutées par les eurodéputés finlandais.
AL

Projet de règlement LULUCF
Le parlement européen va voter aujourd’hui sur la position du parlement sur le projet de règlement LULUCF. L’industrie forestière finlandaise attend beaucoup de ce vote et elle a fait un important lobbying ces derniers jours à Bruxelles.
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande n’est pas satisfaite de la position adoptée par la commission de l’environnement du parlement européen. L’eurodéputé finlandais Nils Torvalds a fait une contreproposition et « le gouvernement de M. Sipilä serait très soulagé si cette formulation l’emportait », écrit HS.
Si la plupart des eurodéputés finlandais sont derrière la position de M. Torvalds et du gouvernement finlandais, cela n’est toutefois pas le cas de tous. Ainsi l’eurodéputée finlandaise Heidi Hautala (Verts) défend la position de la commission de l’environnement du Parlement européen.
L’eurodéputée Sirpa Pietikäinen (Rassemblement national) n’a pas encore arrêtée sa position. Elle critique vertement les Finlandais et « leur comportement moutonnier » qui consiste à faire un lobbying intense sur une position unique et intransigeante. C’est, selon elle, la résultante du penchant finlandais au consensus.
AL KS HS

Un siège supplémentaire pour la Finlande suite au Brexit
Aamulehti rapporte que suite au Brexit et au départ des eurodéputés britanniques, certains de leurs sièges pourraient être répartis entre les autres Etats membres.
La Finlande pourrait avoir un siège de plus. Actuellement, elle dispose de 13 eurodéputés.
AL

Terrorisme

Un finlandais accusé de terrorisme en Grande-Bretagne
Helsingin Sanomat relève qu’un soldat de 32 ans, qui a les nationalités britannique et finlandaise, qui a été arrêté il y a une semaine au Pays des Galles, est soupçonné d’être membre de National Action, groupe d’extrême-droite interdite, et d’avoir en sa possession du matériel terroriste.
Le procès contre le Finlandais, un autre soldat britannique de 24 ans et un civil de 22 ans a commencé mardi à Londres.
Selon Esa Holappa, ancien dirigeant du groupe néonazi Suomen vastarintaliike (mouvement de résistance finlandais), il, s’agit d’un ancien membre actif de ce groupe. « Il a écrit des textes sur le forum Combat 18 qui font l’éloge du terrorisme et la guerre entre les races. De plus, il est favorable aux idées de Christian Identity. Il a quitté la Finlande en 2013 pour rejoindre l’armée britannique », selon M. Holappa.
HS/A22

Tourisme

Turquie
Aamulehti rend compte de la chute de la popularité de la Turquie comme destination touristique. En 2015, ce pays était la dixième destination des voyageurs finlandais, mais l’année d’après a connu une diminution de 50 % concernant les voyages.
Toni Alaranta, chercheur à l’Institut des relations internationales Upi, note que le fait que les quelques dernières années ont été instables en Turquie se reflète sur la façon dont les occidentaux voient le pays. Par contre, une partie du secteur touristique turc se consacre à attirer des touristes arabes conservateurs.
Des milliers de Finlandais ont toutefois une résidence de vacances en Turquie.
AL/A20

Politique intérieure

Immigration

Expulsions
Helsingin Sanomat rend compte des méfiances que suscite le projet de loi qui a pour objectif d’accélérer les expulsions. Les instances demandées à donner leur avis en la matière estiment que l’objectif est important en soi, mais que les moyens du projet du ministère de l’Intérieur pour y arriver ne sont pas convaincants.
L’idée du projet est de mettre en place une expulsion motivée par l’ordre public et la sécurité avant même que la cour administrative ne se soit prononcée sur l’appel du demandeur d’asile.
La décision sur une expulsion est prise par l’Office national de l’immigration. Il est proposé que l’intéressé ait un délai de 30 jours pour obtenir de la cour administrative une décision d’interdiction ou d’interruption de sa mise en œuvre. A défaut, l’expulsion pourrait être mise en œuvre.
Comme les conséquences d’une expulsion pourront être graves et irréversibles, les juridictions rappellent l’importance de garantir les droits juridiques de l’intéressé. Il n’est pas considéré comme réaliste que la cour administrative puisse étudier un cas dans un délai si bref. Cela voudrait dire que la plupart des expulsions devraient ainsi être interrompues afin de ne pas risquer les droits juridiques de l’intéressé. Cela ne peut pas être l’esprit de la loi.
La Cour administrative suprême estime elle aussi que les désavantages de la réforme seraient plus importants que les avantages.
Le délégué pour l’égalité rappelle que les expulsés résident souvent en Finlande depuis longtemps, ce qui fait qu’il faut tenir compte de l’ensemble de leur situation, dont les liens familiaux.
HS/mar/A8

Défense

Soupçon de discrimination contre un double national
L’affaire d’un membre du personnel des forces armées, soupçonné de délit de service pour son comportement vis-à-vis d’un ressortissant de double nationalité, est soumise au procureur de la république.
Il s’agit d’un courriel où, selon l’accusation, il a été recommandé aux subordonnés d’adopter un comportement discriminatoire envers un conscrit.
La police judiciaire ne révèle pas de quelle double-nationalité il s’agit. Selon Yle, le conscrit en question aurait la double-nationalité finlandaise et russe.
KS13.9/7

Emploi et congés parentaux

Selon une étude de l’Institut national de santé publique, l’égalité serait le mieux promu en rallongeant le congé de paternité
L’Institut national de santé publique, THL, a publié une étude sur le lien entre les congés parentaux et l’emploi des femmes mères de famille. Actuellement, il est possible de garder l’enfant à la maison jusqu’à l’âge de trois ans. Une réforme de la législation en la matière aurait pour but d’améliorer l’égalité entre les hommes et les femmes et augmenter le taux d’emploi des mères.
THL rappelle que 46 % des mères qui gardent un enfant de deux ans à domicile ont un emploi, alors que 54 % n’en ont pas. 36 % de ces femmes qui n’ont pas d’emploi à reprendre disposent d’une formation au-delà d’une formation professionnelle et qui potentiellement pourraient trouver un emploi, 35 % disposent d’une formation professionnelle et peuvent être difficiles à employer, en fonction du secteur, et 28 % sont sans formation.
Johanna Närvi, chercheur auprès de THL, estime que ces mères-là entameraient des études ou alors seraient au chômage si l’allocation de garde d’enfant était supprimée.
THL rappelle que 14 % seulement des mères restent au foyer jusqu’à ce que l’enfant atteigne ses trois ans.
Selon le rapport, pour les mères qui restent longtemps à garder leurs enfants à domicile, il s’agit dans la plupart des cas d’un choix en matière de valeurs plutôt que d’un choix lié à l’allocation.
THL estime que rallonger les congés prévus pour les pères serait un moyen plus efficace de favoriser l’égalité.
HS/A12

Education

En Finlande, les puériculteurs gagnent particulièrement peu, alors que les professeurs de lycée gagnent plus que la moyenne des pays de l’OCDE
Helsingin Sanomat rend compte d’une étude de l’OCDE sur les salaires des enseignants au lycée, au collège et primaire et dans les crèches. Selon ce rapport, l’écart des salaires entre les professeurs de lycée et d’école et ceux de crèche et d’école maternelle est de 40 % en Finlande, contre une moyenne de 20 % dans les autres pays de l’OCDE.
Les salaires finlandais des enseignants du primaire et secondaire sont plus élevés que la moyenne de l’OCDE et ceux des enseignants des crèches et écoles maternelles moins élevés. Les puériculteurs gagnent 2218 euros en Finlande contre 2473 euros en moyenne dans les autres pays.
HS/A8

France - Finlande

Littérature

Paola Pigani
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du livre de Paola Pigani, N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, traduit par Einari Aaltonen et publié chez Aviator.
HS

France

Politique

Manifestations
Helsingin Sanomat rend compte des manifestations qui ont eu lieu hier en France ;
HS

Mardi 12 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Etats-Unis - Russie

Rencontre à Helsinki de MM. Shannon et Riabkov
Turun Sanomat rapporte que l’agenda de la rencontre à Helsinki des ministres adjoints des Affaires étrangères américain et russe, Thomas Shannon et Sergueï Riabkov, n’a pas été publié.
Le Président Sauli Niinistö a reçu M. Shannon lundi à Mäntyniemi, résidence de fonction du président. Aujourd’hui il recevra M. Riabkov au Palais présidentiel.
La directrice de l’Institut des relations internationales UPI, Teija Tiilikainen, souligne qu’il est important pour le président finlandais d’avoir des informations sur l’entretien des ministres adjoints afin d’évaluer la situation des relations des grandes puissances.
TS/8

Propos de M. Riabkov avant l’entretien
Helsingin Sanomat relève que la chancellerie de la présidence a annoncé lundi soir que M. Niinistö ne faisait pas de commentaires sur son entretien avec M. Shannon. Selon un communiqué de la présidence, M. Shannon a remercié la Finlande de l’action de la Finlande et de son rôle afin de construire des contacts.
Avant l’entretien des ministres adjoints, M. Riabkov a défendu, dans la presse russe, les mesures russes contre la politique américaine à l’égard de la Russie, notamment dans le litige sur les expulsions des diplomates.
MM. Shannon et Riabkov se sont rencontrés précédemment à Washington en juillet dernier.
HS/A13

Défense

La Finlande et les Etats-Unis s’entrainent à la cyber défense
L’exercice bilatéral de cyber défense entre la Finlande et les Etats-Unis, le Cyber Lightning, aura lieu en Finlande du 11 au 15 septembre 2017.
Le but de ces exercices consiste à repérer les possibilités de collaboration et les modèles d’action dans un cyber environnement.
Les exercices sont commandés par la division de consultation, de commandement et de conduite des opérations de l’état-major. Du côté des Etats-Unis, la coordination de la participation est assurée par l’état-major des troupes européennes des Etats-Unis, United States European Command (USEUCOM).
Les forces de défense finlandaises consolident la coopération liée à la cyber défense internationale dans les années à venir avec leurs principaux coopérants. La collaboration est basée sur des accords bilatéraux et une coopération plurinationale. Possédant un savoir-faire de haut niveau en cyber défense, les Etats-Unis sont le partenaire d’exercice naturel dans les questions de cyber défense, rapporte le site des armées finlandaises.
www.mil.fi

Politique européenne

”Il faut défendre l’Europe”, écrit l’éditorialiste du quotidien Aamulehti
« Aujourd’hui être européen c’est défendre des valeurs comme démocratie, valeur humaine, égalité, liberté et stabilité. L’évolution de nombreux pays a renforcé l’intérêt pour les valeurs européennes ».
« L’UE s’est profilée, en grande partie pour des raisons historiques, en tant qu’utilisateur d’un soft power. Mais il est temps de comprendre que pour garantir ces valeurs, il faut aussi peut-être employer une force et c’est la raison pour laquelle l’UE parle beaucoup d’une défense militaire commune cet automne. »
« Pendant des décennies l’Europe a pu se fier à l’aide et au commandement des Etats-Unis en matière de sécurité militaire. Aujourd’hui on peut deviner qu’un conflit peut éclater dans les régions limitrophes de l’Europe et que les Européens doivent y prendre part même si les Etats-Unis refusent de s’en mêler en raison de leurs propres antagonismes. »
L’éditorialiste rapporte que la semaine dernière à Tallinn, le professeur américain de politique internationale, Charles Kupchan, s’est adressé aux Européens de centre-droite en soulignant l’importance de la défense dans l’identité des citoyens. Il a notamment rappelé que pendant les cent premières années de leur histoire, les Etats-Unis n’avaient pas une grande importance géopolitique. Dès lors que les questions de défense sont devenues de la responsabilité de l’Etat fédéral, le vent a tourné.
« Sur le plan pratique, la discussion européenne sur la défense tourne surtout autour du Brexit. En effet, la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne au printemps 2019 supprimera ce frein au renforcement de la coopération militaire européenne », estime l’éditorialiste. Il poursuit en disant que ce sera l’occasion pour l’Union de polir son image aux yeux des citoyens. Cela ne sera sans doute pas facile à comprendre en Finlande où il est plus facile de parler des risques de l’industrie forestière que de la « militarisation » de l’Union.
« Mais pourquoi refuser de défendre les valeurs et les résultats pour lesquels on a travaillé pendant des décennies ? » conclut l’éditorialiste.
AL12.9/A2

Ventes d’armes

Déplacement de M. Soini à Genève
La vente d’armes est un business de cent milliards d’euros
Les ventes d’armes ont augmenté ces cinq dernières années et dépassé les chiffres de la guerre froide. Les membres du traité sur le commerce d’armes se réunissent cette semaine à Genève alors qu’au Proche-Orient la guerre continue avec ces mêmes armes, écrit AL.
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, a d’abord ouvert la réunion sur le commerce d’armes à Genève, puis pris la parole au Conseil des droits de l’Homme à l’ONU et à la conférence sur le désarmement.
Il a notamment déclaré : « En Finlande, nous avons des règles très strictes pour chaque exportation d’armes et certaines ventes ont d’ailleurs été refusées. Je ne minimise absolument pas les problèmes du commerce d’armes, surtout si les produits finissent par être utilisés illégalement. D’un autre côté, cela ne servirait à rien que la Finlande refuse complètement de façon catégorique et unilatérale de vendre des armes au Proche-Orient par exemple. »
Le ministre conclut en précisant que « notre mission première consiste à renforcer ce traité international sur le commerce d’armes. Il n’y a pas si longtemps que le commerce des bananes était plus réglementé que celui des armes. « Alors, il est évident qu’on avance », conclut M. Soini.
AL12.9/A22-23

Politique intérieure

Immigration

Propos du Premier ministre sur le quota de réfugiés
Le Premier ministre Juha Sipilä estime que le quota de réfugiés finlandais pourrait temporairement être augmenté, par exemple à 2000 réfugiés par an, par rapport à 750 actuellement. Il estime qu’il s’agit d’une question qu’il serait bon de décider ensemble au niveau européen.
L’avenir bleu s’oppose à l’augmentation du quota de réfugiés. Selon Sampo Terho, ministre des Affaires européennes, de la Culture et du Sport, une hausse modérée pourra être envisagée une fois que les coûts du système d’immigration seront mieux maîtrisés.
M. Terho souhaite que les demandes d’asile puissent être traitées en dehors de l’UE, afin de libérer des ressources pour l’aide efficace aux victimes de crises. Pour lui, cette question devrait être privilégiée dans la politique européenne de la Finlande. Il estime que l’étude des dossiers en dehors de l’UE règlerait un nombre de problèmes, améliorerait la sécurité dans les pays d’accueil et diminuerait les coûts. Il rappelle qu’actuellement, même les migrants dont la demande d’asile n’est pas justifiée attendent la réponse en Europe aux frais des contribuables, et que beaucoup d’entre eux disparaissent dans la nature si la réponse est défavorable.
AL/A19

Santé

Editorial : « Beaucoup de vies qui se terminent prématurément » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet, quotidien suédohone, rend comte du lien clair entre la durée de vie et l’état de santé d’une part et le niveau de revenus d’autre part. L’éditorialiste estime que si l’on souhaite empêcher les décès inutiles, il nous faut modifier les soins, la structure des services et la sécurité sociale.
Selon un rapport de l’OCDE, les écarts en matière de santé entre différents groupes de la population sont importants en Finlande. L’espérance de vie pour un homme de 25 ans est de 10,6 ans moindre pour un pauvre que pour un riche. Pour les femmes, l’écart est de 5,6 ans.
L’éditorialiste estime que ces chiffres sont d’autant plus intéressants du fait qu’internationalement, les écarts de revenus sont faibles en Finlande, mais les différences concernant l’état de santé proportionnées aux revenus sont exceptionnellement importantes.
La santé des Finlandais s’est beaucoup améliorée durant les dernières décennies. Les différences dans l’espérance de vie ont diminué ces dernières années, mais en même temps, depuis le début de la crise financière en 2008, il y a eu une dégradation dans la façon comment les gens ressentent leur état de santé.
Dans un rapport de l’institut de santé publique THL publié début septembre, les chercheurs utilisent la notion de « santé ressentie ». Il s’est avéré qu’il y a un lien clair entre la façon dont les gens perçoivent leur état de santé et les maladies, et même la mortalité.
Le rapport évoque également les cas de décès « inutile » des moins de 75 ans. Cela comprend les décès qui auraient pu être évités avec des soins existants. On compte entre 10 et 15 % de décès inutiles parmi les décès de personnes de moins de 75 ans. En 1992, il y en avait 3800, contre 2700 en 2008. L’asthme, le diabète ou l’épilepsie ne devraient plus engendrer de décès chez les moins de 75 ans, mais cela arrive pourtant. Ces décès ont diminué en 20 ans, mais même concernant cet indicateur-là, l’écart concernant les différents groupes de revenus a augmenté.
Les recherches montrent que les raisons de ces différences ne sont pas des lois de la nature. Les décisions sociales prises ont un effet sur les occurrences de maladies et de décès prématurés. Il s’agit du système de soins, de la structure des services, du fonctionnement de la sécurité sociale.
Le système des soins actuel crée des inégalités. Ceux qui travaillent, ont la médecine du travail. Ceux qui en ont les moyens, optent pour les services privés. Le reste dépend des soins publics. La qualité n’est pas inférieure, mais l’accès aux soins y est plus difficile.
L’alcool et le tabac ont aussi un fort impact sur la santé. Les politiques publiques ont fortement restreint l’accès au tabac mais pas à l’alcool. L’alcool joue un rôle important pour les décès prématurés. L’écart concernant la consommation d’alcool dans les différents groupes de revenu n’est pas important, mais la façon de boire varie beaucoup. Même en cas d’ivresse, les gens aisés sont moins exposés aux accidents et à la violence que les moins aisés.
L’éditorialiste conclut que le soutien aux familles est important et il est extrêmement important de soutenir les familles vulnérables. En prenant des mesures contre la pauvreté, y compris ses nouvelles formes, il est possible de diminuer les écarts concernant la santé.
HBL/lun/16

Economie

Enquête

Les Finlandais ont peur de la dette publique
Selon un sondage effectué pour le compte de Helsingin Sanomat, 62 % des Finlandais seraient prêts à diminuer les dépenses publiques afin de maitriser l’endettement du pays. 25 % souhaitent augmenter les services publics, au besoin en s’endettant.
Les personnes de 25 à 34 ans sont plus souvent favorables à une augmentation des dépenses publiques, alors que chez les plus de 65 ans, c’est l’inverse. En ce qui concerne les partis, les électeurs de l’Alliance des gauches sont les plus favorables à une augmentation des dépenses, 50 % y étant prêts, à l’instar de 45 % des électeurs des Verts interrogés pour le sondage. Les électeurs du Centre sont les plus réticents, 7 % seulement s’avouent prêts à une augmentation des dépenses publiques. Chez les conservateurs et les vrais finlandais, cette part est de l’ordre de 10 %.
La moitié des personnes interrogées s’attendent à ce que le niveau de vie en Finlande reste à peu près le même qu’actuellement.
Vesa Vihrilälä, directeur général de l’institut de recherche économique Etla, rappelle qu’à plus long terme, la productivité et les salaires ont augmenté, et qu’il n’y a pas de raison pour que l’évolution ne soit pas la même par la suite aussi. Cette évolution pourra toutefois être bien plus lente qu’à l’époque avant 2008.
HS/A6-7

Fonds de pension

Le secteur public riche de ses fonds de pension
HS rend compte des chiffres de l’Institut national d’études statistiques qui montrent que la prospérité du secteur public a augmenté au même rythme avec les fonds de pension.
Les possessions du secteur public sous la forme des fonds de pension sont passées de 180,7 milliards d’euros en 2008 à 287,3 milliards d’euros actuellement.
L’endettement du secteur public a en revanche fortement augmenté durant la même période passant de 83,9 Mrds d’euros à 168,5 Mrds d’euros aujourd’hui.
HS/A27

Finances des universités

Malgré les coupes dans le financement des universités, celles-ci sont excédentaires par peur des déficits
Depuis 2010, les universités ont accumulé un excédent de 650 millions d’euros. L’excédent correspond à des bénéfices rapportés par les placements.
Selon des spécialistes, les crédits ne sont pas toujours utilisés de façon efficace dans les universités.
HS/A29

France - Finlande

Industrie

Caligo obtient une commande en France
Turun Sanomat rapporte que Caligo, filiale de l’entreprise finlandaise Elomatic de Turku, fournira un système de laveur de fumée en France, suite à la commande de Dalkia SA pour une centrale de chauffage dans la région de Tours.
La valeur de la commande s’élève à 1,2 million d’euros et le système serait livré principalement en 2018.
Selon Juha Järvenreuna, directeur général de Caligo, « il s’agit d’un pas stratégique important dans l’internationalisation de Caligo ». Il note que le système de laveur de fumée développé par Caligo convient bien à des centrales de chauffage qui utilisent de la tourbe ou des copeaux humides. Le système diminue la consommation de carburant et les émissions de particules dans les centrales de chauffage.
TS/9

Lundi 11 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Etats-Unis - Russie

Rencontre à Helsinki de MM. Shannon et Riabkov
Helsingin Sanomat rapporte que la chancellerie de la présidence confirme que les vice-ministres des Affaires étrangères américain et russe, Thomas Shannon et Sergueï Riabkov, ont un entretien à Helsinki aujourd’hui lundi et mardi. L’agenda de la rencontre n’a pas été publié.
Les deux rencontreront également le Président Sauli Niinistö, M. Shannon lundi à Mäntyniemi (résidence du président finlandais) et M. Riabkov mardi au Palais présidentiel.
Selon l’agence de presse AP, MM. Shannon et Riabkov évoqueraient les questions qui tracassent les relations bilatérales, dont les expulsions des diplomates. Ils devraient également préparer l’entretien des ministres des Affaires étrangères Rex Tillerson et Sergueï Lavrov à Washington avant fin septembre.
La directrice de l’Institut des relations internationales UPI, Teija Tiilikainen, note au quotidien que la signification de la rencontre est plus importante que celle des entretiens de ce genre en général, vu que la politique à l’égard de la Russie de la nouvelle administration américaine n’a pas encore été précisée.
Selon Mme Tiilikainen, on ne peut que spéculer sur le rôle de la Finlande. Il s’agit peut-être d’une suite de la visite effectuée par le président Niinistö récemment à Washington. La raison peut tout simplement être logistique et géographique.
Selon l’analyse de Kari Huhta à Helsingin Sanomat, le fait qu’une telle rencontre devienne une nouvelle signifie que les relations entre les Etats-Unis et la Russie sont vraiment mauvaises. Il note qu’il serait très risqué pour l’administration du Président Trump d’organiser un entretien secret avec les Russie dans les circonstances politiques actuelles.
Quant à Moscou, le problème du Président Poutine semble être que concernant les relations avec les Etats-Unis, il n’a pas de plan qui fonctionne.
HS/dim/A10, lun/A11

Défense

Exercice Zapad
« Quelle est la vérité sur l’exercice Zapad ? » demande le quotidien Helsingin Sanomat
A l’approche des exercices Zapad 17 organisés par la Russie et la Biélorussie, les experts occidentaux estiment que les effectifs sont six fois supérieurs aux 13 000 soldats annoncés, soit 100 000 hommes et que les signes précurseurs font plutôt référence à l’isolation de la Baltique.
Présenté comme un effort commun entre l’union des Etats de la Russie et de la Biélorussie, l’exercice Zapad 17 s’entraine à établir la connexion par voie terrestre jusqu’à Kaliningrad, qui appartient à la Russie. La prise de ce que l’on appelle la bande de Suwalk signifierait l’isolation géographique de la Baltique des autres pays de l’OTAN.
Le directeur de recherche de l’Institut de recherche de défense et de sécurité estonien, M. Pauli Järvenpää, a signalé au quotidien Ilta-Sanomat que l’exercice Zapad s’entraine à l’invasion de la bande de Suwalk, tant redoutée par l’Occident.
La perspective menaçante liée à ces manœuvres se situe à l’un des points cruciaux de l’Europe. La région de Suwalk, située dans le nord de la Pologne est une bande d’un peu plus de 100 kilomètres de long qui relie la Pologne à la Lituanie.
Selon le vice-ministre de la Défense russe, Aleksandr Fomin, les exercices regroupent également des personnes du ministère de l’Intérieur, de celui des situations de crise et les services secrets FSB.
Le quotidien Ilta-Sanomat rapporte que selon le ministère de la Défense lituanien, il n’existe pas de signes indiquant que Zapad servirait de couverture à de véritables opérations militaires.
11.9/www.hs.fi, www.is.fi

Exercice Aurora
Ilkka Kanerva préconise des exercices militaires de grande envergure pour la Finlande
Alors que la Finlande participe à l’exercice Aurora qui a lieu en Suède et regroupe nombre de pays occidentaux, le président de la commission de défense, Ilkka Kanerva, suggère que la Finlande pourrait accueillir des exercices militaires plurinationaux en Finlande au plus tôt dans un an.
Il souligne que les unités de déploiement rapide finlandaises auraient besoin d’entrainement, notamment avec les unités de déploiement créées dans le cadre de l’UE, par exemple les troupes de déploiement rapide dirigées par les Britanniques. « Les exercices plurinationaux sont un moyen efficace et économique de former notre propre armée », estime Kanerva.
Par ailleurs, le ministre de la Défense, Jussi Niinistö, a lui aussi constaté au début de la semaine au micro d’YLE que la Finlande devrait envisager d’organiser de grands exercices plurinationaux en rappelant que les derniers grandes manœuvres se situent dans les années 1980.
Par contre, le président de la commission des Affaires étrangères, Matti Vanhanen, ne voit pas l’utilité de ce type d ‘exercices.
HS10.9/A14

Traité de désarmement nucléaire
« Il n’y a pas de solution de facilité pour le désarmement nucléaire », écrit l’éditorialiste de Helsingin Sanomat
La différence de position entre la Finlande et la Suède au sujet de l’utilité du traité sur l’interdiction des armes nucléaires risque de compliquer la coopération de défense entre les deux pays et de perturber la coordination mutuelle des pays vis-à-vis de l’OTAN. L’adhésion au traité semble entraver l’adhésion à l’OTAN.
Le journaliste du quotidien, Kari Huhta, estime que la coopération finno-suédoise en matière de défense se trouve en difficulté en raison de ce traité.
Il rappelle que le traité sur l’interdiction des armes nucléaires négocié par 122 pays sera signé le 20 septembre prochain. La Suède est l’un des rares pays occidentaux qui devrait faire partie des signataires. La Finlande ne signera pas le traité.
La signature de ce traité en plein milieu des exercices Aurora, risque d’entraver la coopération de défense entre la Suède et les Etats-Unis, ces derniers ayant mis en garde très clairement la Suède. Par ailleurs, cette divergence entre la Finlande et la Suède oriente les pays dans des directions opposées pour leur collaboration en matière de défense.
« Pour la Finlande, signer ce traité signifierait renoncer à l’option d’adhésion à l’OTAN si chère pour le pays », poursuit le journaliste.
La Finlande cherche des moyens d’amorcer la contradiction. Lors d’un séminaire la semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, a proposé des initiatives communes entre la Finlande et la Suède afin de diminuer les armes nucléaires tactiques.
HS9.9/A17

Zone euro

M. Liikanen espère que la Finlande sera ouverte à une protection commune des dépôts
Le gouverneur de la banque de Finlande Erkki Liikanen se félicite que la banque Nordea ait choisi de venir dans le giron de l’union bancaire.
« Et elle est venue aussi en Finlande, ce qui est une chose positive. Le fait qu’elle soit dans le giron de l’union bancaire et un facteur de stabilisation de notre système financier », a-t-il commenté.
M. Liikanen, qui était entendu par la commission des Finances du parlement, vendredi, a aussi espéré que l’on puisse avancer sur le système de protection commune des dépôts dans l’union bancaire. « J’espère qu’en Finlande aussi on pourra être plus ouvert à un système européen de protection des dépôts. A long terme cela serait meilleur car les risques pourront être répartis sur une plus grande zone. Mais il faut bien sur voir que tous les pays sont sur la même ligne et chaque pays est responsable de ses anciens pêchés ».
KS SK

« L’intégration monétaire a du bon, comme l’arrivée de Nordea en Finlande » KS
L’éditorialiste de Keskisuomalainen se félicite de l’arrivée du siège social de Nordea en Finlande. « On peut désormais dire que, dans ce cas, la Finlande a tiré profit de son appartenance à l’UE et à l’eurozone ».
« Pour l’image, c’est une grande victoire pour la Finlande. La Finlande est considérée comme un pays européen stable et digne de confiance », conclut l’éditorialiste.
KS

Lulu CF et Red 2

Des investissements suspendus aux décisions européennes
Kauppehti rapporte que mercredi le Parklement européen devrait voter sur le projet de directive Lulucf.
Helsingin Sanomat souligne que de nombreux projets d’investissements en Finlande sont suspendus aux nouvelles directives européennes sur la forêt, Lulucf, mais aussi sur les énergies renouvelables RED 2. C’est le cas notamment du projet du Chinois Kaidi d’usine de biocarburant à Kemi (900 millions d’euros), mais aussi du projet d’usine de cellulose du chinois Camce à Kemijärvi (800 millions d’euros), de l’usine de cellulose de finnpulp à Kuopio (1,14 milliard d’euros). Il y aurait aussi des projets d’usine de cellulose à altamo et Haapajärvi.
HS KL

Politique intérieure

Radicalisation

Des dizaines de cas observés dans les prisons
L’office national de pénalisation a publié un rapport sur l’observation des cas d’extrémisme ou de radicalisation dans les prisons, dans le contexte d’un projet d’identification de ces phénomènes. Des observations ont été notées concernant 84 personnes, dont 45 sont toujours en prison, alors que 39 ont été libérées ou expulsées de Finlande.
Dans la plupart des cas, il s’est agi de prisonniers avec des origines étrangères dont la radicalisation est liée à un extrémisme violent et religieux. Les autorités ont toutefois également observé des cas de radicalisation liée à une idéologie d’extrême-droite.
Un prisonnier est souvent exposé à l’extrémisme par un autre prisonnier. Le rapport fait état du réseautage important des détenus dans plusieurs prisons. Des bandes se créent, et il y a des signes de recrutements liés à des groupes extrémistes. Des prisonniers soupçonnés de radicalisation ont commencé à nouer des liens avec d’autres qui ont des contacts au niveau de la criminalité organisée.
HS/sam/A24

Des personnes à risque parmi les demandeurs d’asile
La police judiciaire a identifié des dizaines de personnes à risque parmi les demandeurs d’asile ayant obtenu une décision défavorable à leur demande d’asile. Selon Robin Lardot, chef de la police judiciaire, certains ont commis des crimes violents lors de leur processus de demande d’asile, d’autres laissent soupçonner une radicalisation.
La police judiciaire travaille en proche coopération avec la Sûreté nationale et l’Office national de l’immigration, dans l’évaluation des risques.
Outre le renvoi des personnes concernées dans leurs pays d’origine, la police peut également détenir une personne à risque, ou de lui imposer de se présenter auprès de la police à des intervalles réguliers.
Dans des centres d’accueil, il y a actuellement 11 000 personnes qui ont obtenu un refus concernant leur demande d’asile. S’il s’agit de les évaluer tous pour d’éventuels risques, comme l’a esquissé le gouvernement lors les négociations budgétaires, il faut y prévoir plus de ressources, selon M. Lardot.
KS/sam/9

Législation sur le renseignement

Le paquet de lois pourrait être remis au Parlement au plus tôt en janvier
Le projet de législation sur le renseignement qui pourrait permettre d’élargir les attributions de la Sûreté nationale jusqu’à l’étranger, ne sera remis au parlement qu’en janvier 2018.
Comme le projet touche à la confidentialité des correspondances, il nécessitera des changements dans la Constitution. Si elle est adoptée selon la procédure accélérée, la législation pourrait être mise en œuvre à l’automne 2018, ce qui serait un an plus tôt qu’autrement.
AL/sam/A13

Nominations politiques

Critique contre les nominations politiques
Helsingin Sanomat a publié samedi un article critique sur les nominations politiques qui permettent aux principaux partis de se partager nombre de postes dans la haute fonction publique. Le quotidien cite notamment le poste de Gouverneur de la Banque de Finlande qui échappe ainsi depuis de nombreuses années à un économiste, au contraire de la pratique dans la plupart des autres pays de la zone euro.
L’ancien chancelier de la justice Jaakko Jonkka critique ces nominations politiques qui affaiblissent la société.
HS

Négociations salariales

Trois secteurs ont entamé les négociations
Helsingin Sanomat rend compte du fait que les secteurs de l’industrie forestière, métallurgique et chimique négocient actuellement sur les conventions collectives de leurs branches, qui prendront fin dans les semaines qui viennent. Ces négociations concernent environ 200 000 personnes, mais les résultats concernant les augmentations salariales pourraient ensuite servir d’exemple pour les augmentations à appliquer à deux millions d’autres travailleurs finlandais.
Pour la première fois depuis longtemps, les négociations ne sont plus centralisées mais se font par branche.
Les salariés s’attendent à des augmentations de 0,7 à 0,9 % au minimum, pour améliorer le pouvoir d’achat, mais n’excluent pas qu’elles puissent s’élever à 2 %. Le patronat estime que comme la compétitivité finlandaise traine toujours par rapport aux autres pays, il faudrait se contenter d’une augmentation de 0,5 % seulement.
HS estime qu’entre une proposition de 0,5 % et de 2 %, il est probable que le résultat dépasse 1 %, car il serait psychologiquement difficile pour les salariés d’avaler une augmentation inférieure à 1 % du fait que la croissance économique frôle les 3 %.
HS/lun/A16-17

Réforme des services sociaux et de la santé

Des groupe du domaine des soins cherchent des locaux communaux
Propos de Mme Vehviläinen
Anu Vehviläinen, ministre des collectivités territoriales et de la réforme, met en garde les communes contre des décisions trop précipitées concernant leurs locaux actuellement utilisés par des services sociaux et de la santé. Des groupes privés de ce secteur cherchent à acheter ou louer des locaux dans la perspective de l’entrée en vigueur de la réforme.
Mme Vehviläinen rappelle l’importance de se retenir de prendre des décisions de long terme à ce stade. Il peut être difficile, par exemple de mettre fin à des baux longs.
La réforme des services sociaux et de la santé est censée entrer en vigueur début 2020. Si les communes auront à cette date déjà conclu des contrats de location de longue durée, cela peut avoir un effet sur les prestations proposées.
Les communes peuvent toutefois s’inquiéter de l’éventualité de disposer de beaucoup de locaux vides qui n’intéressent personne. Dans des communes de faible densité de population, des locaux de soins aux personnes âgées, de dispensaires, par exemple, risquent de rester vides.
HS/ven/A19

Etudes de langues étrangères

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat regrette qu’avec la domination de l’anglais dans les choix des élèves dans leurs études de langue les connaissances de langue des Finlandais deviennent mois diversifiés de deux façons : d’une part les connaissances de suédois se détériorent et d’autre part la suprématie de l’anglais se renforce.
En même temps, à Helsinki, par exemple, on parle plus de cent différentes langues comme langue maternelle. Les connaissances du russe peuvent se rendre utiles plus souvent que celles des autres langues étrangères, grâce au tourisme et au commerce.
L’éditorialiste de HS rappelle que les connaissances d’une langue ouvrent une fenêtre dans la culture et la façon de penser des autres pays.
HS/dim/A4

France

Politique

La révolution Macron au test de la rue
Turun Sanomat et Aamulehti publient un article de Seppo Ylönen sur les réformes du Président macron et l’opposition qu’elles suscitent.
Il présente aussi le projet de réforme de la directive sur les travailleurs détachés.
AL TS

Tourisme

Côte d’Azur
Helsingin Sanomat publie un reportage de Jussi Palmén de Monaco à Cassis.
HS

Vendredi 8 septembre 2017

Politique intérieure

Immigration

La police a transféré à Lappeenranta le vol d’expulsion, au lieu de Helsinki
Un vol pour expulser neuf Afghans est parti de Finlande, mercredi soir. La police, qui a organisé le vol, a décidé qu’il partirait de Lappeenranta et non pas de l’aéroport de Helsinki-Vantaa, afin d’éviter les manifestations qui sont devenues courantes à ce dernier aéroport. La police estime que l’envergure des manifestations fait qu’elles nuisent à la sécurité et à l’ordre général. Tout en admettant l’importance de pouvoir organiser des manifestations, la police souhaite définir où elles peuvent avoir lieu.
Il s’est agi du treizième vol d’expulsion organisé cette année. Cinq de ces vols ont eu l’Afghanistan comme destination, avec 43 personnes concernées par une expulsion.
HS/A16

Expulsions et Afghans
Les Afghans constituent le deuxième groupe de demandeurs d’asile en Finlande, après les Irakiens. Un accord sur les renvois a été signé avec l’Afghanistan, en octobre 2016.
Sur les décisions prises en 2016 concernant les demandes d’asile des Afghans, 1864 ont été favorables et 2537 défavorables.
HS/A16

Mme Risikko encourage les demandes de permis de séjour pour travailler
La ministre de l’Intérieur, Paula Risikko, encourage les demandeurs d’asile à s’efforcer de trouver un emploi et ensuite de demander un permis de séjour à ce titre. Elle précise que ce processus doit néanmoins se baser sur une volonté réelle de la part tant de l’employé que de l’employeur.
Interviewée par le quotidien de Jyväskylä, Keskisuomalainen, elle souligne l’importance des échanges d’information entre les autorités et relève que son ministère est en train de préparer de nouvelles pratiques en vue de les rendre plus efficaces, notamment concernant l’accès de la police à des informations.
KS/6-7

Attaque de Turku

L’agresseur avait plusieurs plans
La police a révélé hier, après étude du manifeste publié par l’agresseur de Turku sur Internet qu’il avait eu plusieurs plans d’attentats au couteau. Parmi ces plans, certains avaient pour cible des hommes. Il n’aurait finalement pas ciblé d’attaquer uniquement des femmes.
Selon la police, l’agresseur se serait inspiré de l’idéologie de Isis.
En revanche, son attentat n’a pas été revendiqué. La police estime que c’est parce que l’agresseur est resté en vie et pourrait donc être interrogé qu’aucune organisation terroriste n’a revendiqué l’attentat.
HS

Parlement

Les Vrais Finlandais souhaitent un débat au Parlement sur la sécurité intérieure
Les Vrais Finlandais considèrent les entretiens des présidents des partis chez le Premier ministre comme un bon début, mais qui ne suffit pas.
Leena Meri, présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais souhaite continuer le débat en session plénière du Parlement.
Selon la déclaration publiée après les entretiens de Kesäranta, mercredi, les présidents des partis en appellent à un débat constructif et calme basé sur des faits. Ils condamnent le terrorisme dans toutes ses formes, ainsi que la violence et les propos haineux.
HS/A17

Loi sur le renseignement

Réunion au parlement
Les présidents des groupes parlementaires des partis représentés au parlement se réunissent aujourd’hui pour discuter de la possibilité d’édopter la loi selon la procédure accélérée.
Le contenu du projet de loi n’a pas encore été complètement présenté.
KS

Budget

Le gouvernement augmente les écarts de revenus
Selon Helsingin Sanopmat, le gouvernement de centre-droit de M. Sipilä a augmenté les écarts de revenus : les allocations sociales ont été réduites alors que les allègements fiscaux ont bénéficié à toutes les tranches de revenus, y compris aux classes les plus aisées.
Il s’agit d’un inversement de tendance car depuis les dernières décennies les écarts de revenus avaient tendance à se réduire.
HS

Emploi

Il manque encore 80 000 emplois
Le gouvernement s’était fixé comme objectif la création de 110 000 emplois durant la législature actuelle. Or, seulement 30 000 emplois supplémentaires ont été créés en deux ans. Il faudrait donc d’ici le printemps 2019 créer 80 000 emplois de plus, ce qui semble peu probable selon Keskisuomalainen.
KS

Economie

Nordea
Le prochain grand pas de Nordea pourrait être une fusion
Kauppalehti rapporte que Nordea pourrait bientôt fusionner avec la banque néerlandaise ABN Amro.
Nordea est actuellement en train de révolutionner ses services informatiques et de banque en ligne. Il s’agit d’un investissement d’un milliard d’euros.
Quant au transfert de son siège à helsinki, cela devrait prendre environ un an et être effectif à l’automne 2018.
KL

Politique étrangère et européenne

Défense

Propos du ministre Jussi Niinistö
Dans une interview accordée à Aamulehti, le ministre de la Défense Jussi Niinistö souligné que le recrutement aux unités d’action rapide finlandaises, créées au début de l’année en cours, se passe bien et il y a assez de nouveaux appelés volontaires.
Selon M. Niinistö, l’état-major est en train d’étudier les éventuels changements du calendrier du service militaire, notamment la possibilité d’augmenter de deux à trois ou même quatre les dates où les appelés commencent leur service militaire. Actuellement, le service militaire est commencé début janvier et début juillet.
Quant à l’acquisition des chasseurs par la Finlande et l’entretien du Président Sauli Niinistö avec son homologue américain aux Etats-Unis, M. Jussi Niinistö estime qu’il s’agissait de la part de M. Trump « de déclarations d’un représentant de commerce ».
Selon le ministre Niinistö, son ministère suit de près le débat sur l’acquisition et les différents types de chasseur. « Nous espérons que les politiciens et les généraux ne prennent pas position en faveur d’un seul type de chasseur. Notre objectif est d’étudier quel avion est le meilleur pour la Finlande, au vu de la capacité technique et aussi pour des raisons de politique de sécurité. »
AL/A6-7

Diplomatie

Nouvel ambassadeur russe a présenté ses lettres de créance
Keskisuomalainen rapporte que le nouvel ambassadeur de Russie en Finlande Pavel Kouznetsov a présenté jeudi ses lettres de créance au Président Sauli Niinistö.
M. Kouznetsov (58 ans) a commencé sa carrière au MAE russe en 1980. Il a déjà été en poste à Helsinki dans les années 1980 et 1990. Il a aussi été en poste en Estonie et en Slovaquie où il a été ambassadeur de 2010-2014.
KS/20

France

Politique

Point de vue
« Les réformes de Macron avancent – Elles auront un effet pour toute l’Europe » KL
La correspondante à Bruxelles du quotidien économique Kauppalehti écrit que les réformes du Président Macron sur le marché du travail semblent avancer, malgré la baisse de sa popularité. En effet, peu de syndicats s’y opposent frontalement.
Elle estime que ces réformes ne constituent pas un bouleversement sur le marché du travail. « En comparaison de la Finlande, ces réformes semblent modérées », écrit-elle.
Néanmoins, « les réformes du marché du travail en France auront un effet démultiplié pour la Finlande aussi car l’Allemagne ne sera prête à accepter un approfondissement de l’intégration de la zone euro que si la France met en œuvre ses réformes et relance son économie ».
KL

Jeudi 7 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Slush

Al Gore participera à Slush
Helsingin Sanomat rapporte que l’ancien vice-président américain Al Gore effectuera une visite en Finlande le 30 novembre et le 1er décembre. Il participera à l’évènement Slush où il prononcera le discours d’ouverture.
Slush, qui fêtera ses 10 ans, portera cette année sur les plus grands problèmes du monde, dont le changement climatique et la pénurie d’eau.
hs.fi

Banque

Nordea décide de transférer son siège en Finlande
Kauppalehti écrit que la Finlande a eu hier un « énorme cadeau pour son centenaire » quand la plus grande banque nordique Nordea a décidé de transférer son siège de Stockholm à Helsinki. Nordea est parmi les vingt plus grandes banques européennes.
Selon le directeur du groupe, Casper von Koskul, la décision a surtout été motivée par le fait que ce transfert en Finlande permet à Nordea d’être dans l’union bancaire et sous la surveillance de la BCE.
Kauppalehti souligne que le contrôle et les garanties de dépôt exigées en Suède sont plus importantes. Ce transfert permettra donc à Nordea de diminuer ces dépôts et de diminuer ses coûts d’environ un milliard d’euros.
Le président du conseil de surveillance de Nordea Bjorn Wahlroos estime que c’est un important pas stratégique pour Nordea qui lui permet de bénéficier des mêmes conditions que ses concurrents européens.
Kauppalehti rappelle que ce transfert ne devrait toutefois pas apporter beaucoup de recettes fiscales supplémentaires en Finlande car les activités sont taxées dans le pays où elles ont lieu.
En revanche, c’est une importante victoire en terme d’image pour la Finlande. Cela prouve que la Finlande est capable d’attirer de grandes entreprises.
KL

Réactions
Le ministre des Finances Petteri Orpo a exprimé sa satisfaction. « J’ai le sourire aux lèvres. La décision de Nordea est très importante et nous l’avons obtenu sans faire campagne ». Il considère aussi que cela ne va pas augmenter les risques démesurément pour les Finlandais. « Je ne pense pas que cela soit un grand risque car nous sommes dans l’union bancaire », souligne le ministre.
La directrice de l’institution de contrôle financier Fiva Mme Anneli Tuominen est elle aussi satisfaite de cette décision. Fiva a toujours estimé important que un acteur si important du système bancaire finlandais puisse être sous le contrôle de l’union bancaire.
KS

Défense et sécurité

Pour le ministre Timo Soini, les exercices militaires sont des « activités normales »
A l’approche des deux exercices militaires d’envergure qui auront lieu dans la région de la Baltique, les ministres des Affaires étrangères finlandais et suédois s’accordent à dire qu’il est important de respecter les règles et de garder ouvertes les lignes de communication.
Le ministre Timo Soini ne se préoccupe pas des futurs exercices. « Je ne vois pas de risques, il s’agit d’activités d’entrainement normales », a estimé Soini lors de la rencontre avec son homologue suédoise, Margit Wallström.
Plutôt que de se soucier de simples exercices, Timo Soini s’inquiète davantage de la situation en arrière-plan des manœuvres. La condition de l’Ukraine a déteint sur la situation sécuritaire de la mer Baltique.
Les deux pays nordiques ont récemment été touchés par des attentats terroristes : les Suédois à Stockholm et les Finlandais à Turku. Timo Soini souligne l’importance de la coopération afin de combattre au maximum ces attentats. « C’est une collaboration sur le plan des renseignements et des autorités. L’important est de coopérer largement au niveau européen car le terrorisme est international », déclare M. Soini.
Au sujet du traité d’interdiction des armes nucléaires, adopté par l’ONU en juillet, les points de vue des deux pays diffèrent. La Suède participe aux négociations, la Finlande pas.
KS7.9/15

L’éditorialiste du quotidien Turun Sanomat se penche sur « La semaine des trois exercices militaires »
Depuis le début des années 2000, la région du baltique est la scène d’exercices militaires qui se sont généralement déroulés sans trop de drames.
Depuis l’invasion de la Crimée et la crise de l’Ukraine de l’est, l’atmosphère s’est refroidie dans la région, avec des signes précurseurs dès la guerre de Géorgie en 2008 et l’affaire de la statue en Estonie. L’adhésion à l’OTAN des pays Baltes et de l’Europe de l’est en 2004 s’est fait sentir, avec un certain délai, dans les réactions d’une Russie qui renouvèle et amplifie ses forces militaires.
Cette poussée des activités militaires s’est également traduite par des situations critiques causées dans l’espace aérien de la mer Baltique et les eaux internationales par des incidents isolés entre la Russie et l’OTAN. La Finlande a tenté d’apaiser cette situation en proposant l’utilisation obligatoire des transpondeurs dans les avions militaires.
« Ces exercices simultanés représentent des dangers. Les collisions des engins militaires peuvent créer un nœud qui risque d’avoir de sérieuses conséquences », conclut l’éditorialiste et rajoute que « l’Occident suivra de près le retrait des troupes russes de Biélorussie. »
www.ts.fi

Immigration

Migri se rendra à Bagdad et Kaboul
L’Office national de l’immigration, Migri, envisage de se rendre à Bagdad à la fin de l’année et à Kaboul au début 2018 pour se renseigner en matière de situation de sécurité dans ces pays.
Ces déplacements s’inscrivent dans le cadre du projet européen sur trois ans financé par le fonds asile, migration et intégration (FAMI) de l’UE.
Migri a déjà été critiqué du fait que ses appréciations sur la sécurité des pays ne se basent pas sur des observations effectuées sur place.
Les derniers rapports de Migri concernant l’Irak, la Somalie et l’Afghanistan datent de mai.
Le Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) rédige, ensemble avec les Etats membres de l’UE, des rapports sur des pays de départ de réfugiés, de demandeurs d’asile et de migrants. La Finlande participera à la rédaction du prochain rapport sur l’Afghanistan.
KS

Selon un chercheur d’UPI, l’Afghanistan est en guerre
Keskisuomalainen rend compte des propos d’Olli Ruohomäki, chercheur à l’Institut de relations internationales, Upi et fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères en congé, rentré de Kaboul la semaine dernière, qui estime que le pays est explicitement en guerre et que la situation s’y est tout le temps détériorée.
Même s’il y a des régions en Afghanistan qui sont sûres, différentes minorités sont persécutées. De plus, l’économie du pays est faible et le chômage est élevé.
KS

La police a interrompu l’expulsion d’une famille afghane en Finlande centrale
La police a entamé l’expulsion d’une famille afghane qui avait obtenu une décision défavorable à sa demande d’asile. Le père et un des enfants ont été détenus, alors que la mère s’est cachée avec un bébé. Comme la famille n’était pas réunie, la police n’a pas jugé opportun de procéder à l’expulsion tant que la mère n’aurait pas été trouvée.
Depuis le refus de la demande d’asile, le père de la famille avait toutefois trouvé du travail et une demande de permis de séjour à ce titre est à l’étude. Selon l’Office national de l’immigration, dans des cas comme cela, il relève de la police de juger si on met en œuvre le renvoi sur la base du refus de la demande d’asile.
KS/5

Sans papiers
Le ministre de la Justice, Antti Häkkänen, dément les informations du tabloïd Ilta-Sanomat sur le fait que l’on envisage d’autoriser les citoyens à attraper des personnes résidant en Finlande de façon clandestine.
En effet, pour un crime pénalisé sous forme de peine de prison, il est possible pour tout citoyen d’arrêter un suspect en flagrant délit ou qui s’efforce de se sauver. Selon le ministre, ce règlement ne pourra en aucun cas être adopté dans le contexte de résidents clandestins, rien que du fait qu’il n’est pas possible de les identifier.
M. Häkkänen souligne que la préparation de la législation en matière du durcissement des peines concernant les résidents illicites n’est qu’à ses débuts.
KS/5

Politique intérieure

Gouvernement

Réunion avec l’opposition
« Du calme, les Finlandais ! » réclament les présidents des partis
Les présidents des partis représentés au Parlement et le représentant du groupe de l’Avenir bleu se sont réunis à Kesäranta, résidence du Premier ministre, pour débattre de la situation de sécurité, et l’état de l’enquête des évènements de Turku.
Des autorités ont également été entendues.
Les présidents des partis ont publié un appel commun pour que les Finlandais aient confiance en l’Etat de droit et au fonctionnement des autorités.
M. Sipilä souligne que les parlementaires sont engagés à poursuivre ensemble le débat et de le développer. Il estime qu’il s’agira également par la suite de se réunir autour de la question de la sécurité.
M. Sipilä a exprimé son inquiétude concernant le fait de soupçonner des personnes innocentes, ainsi que sur la quantité de propos haineux.
Il souhaite que l’ensemble de la société puisse faire un effort dans le sens d’un débat constructif à l’instar de ce qu’ont fait les présidents des partis. Pour lui, c’est quelque chose d’unique dans le contexte européen et encore plus dans le contexte mondial.
KS/10

Audience des partis politiques

L’audience des Vrais Finlandais est en hausse
Yle publie les résultats d’un sondage d’opinion sur l’audience des partis politiques, effectué par l’Institut Taloustutkimus.
Le Rassemblement national est encore en tête, avec une audience inchangée, 20,8 %, suivi de l’Alliance verte qui a obtenu 17,8 % (-0,2 %), du Centre qui a eu un score de 16,2 % (-1,1 %) et du PSD qui a eu 15,6 % (-0,3 %).
L’audience des Vrais Finlandais a augmenté de 1,5 %, soit à 10,3 %. L’Alliance des gauches arrive sixième avec une audience de 8,2 % (+0,5 %). Le Parti suédois a obtenu 4,5 % (-0,3 %), les Chrétiens-démocrates 3,3 % (-0,4 %) et l’Avenir bleu 1,4 % (-0,2 %).
L’audience total des trois partis représentés au gouvernement – le Centre, le Rassemblement national et l’Avenir bleu- n’est plus que 38,4 %, contre 55,6 % au début de la législature en juin 2015.
Le sondage a été effectué auprès de 1 964 personnes entre le 21 août et le 5 septembre, donc après l’attaque de Turku. Le débat récent sur la politique de l’immigration et la sécurité interne a été favorable aux Vrais Finlandais.
Yle

Transports

Mme Berner ne compte pas interdire les voitures diésel
Keskisuomalainen relève que la ministre des Transport et de la Communication Anne Berner souligne qu’il n’y a pas de raison en Finlande pour interdire la vente des voitures diésel.
Elle estime qu’en 2030, peu de voitures diésel seront vendues en Finlande, en raison des mesures du gouvernement afin de favoriser les véhicules à émissions extrêmement faibles.
L’objectif de la stratégie énergétique et climatique est de faire augmenter, d’ici 2030, la partie des biocarburants à 30 %. Mme Berner admet que cela augmentera le prix des carburants.
KS/14

Nucléaire

OL-3 est presque prêt
Kauppalehti publie un reportage sur le chantier de l’EPR d’olkiluoto3.
Kauppalehti rapporte que OL3 devrait enfin produire de l’électricité en décembre 2018.
KL

Mercredi 6 septembre 2017

Politique étrangère et européenne

Défense

La participation finlandaise aux exercices de l’armée suédoise Aurora 17
Tous les corps d’armée finlandais participeront aux exercices de la défense nationale suédoise Aurora 17 qui auront lieu du 11 au 29 septembre dans les régions de Stockholm, Gotland, Göteborg et la mer Baltique méridionale. Environ 19 000 soldats suédois contribuent aux manœuvres. Y participent également des troupes de Lituanie, Norvège, Pologne, France, Danemark, Estonie et des Etats-Unis.
Les effectifs finlandais seront au nombre de 300 soldats : l’armée de terre notamment avec la compagnie des chasseurs du groupe de déploiement international de la brigade de Pori, deux hélicoptères de transport NH-90 et des officiers d’encadrement ; la marine avec une quinzaine d’officiers d’état-major de l’état-major de l’unité de combat marine commune suédo-finlandaise (Swedish-Finnish Naval Task Group) et l’armée de l’air avec 6-8 avions de combat multi rôle F/A-18 qui voleront au-dessus des territoires suédois et finlandais.
Ces exercices ont pour but de développer la coopération militaire internationale et celle entre la Finlande et la Suède et d’augmenter le savoir-faire finlandais dans un environnement plurinational. Par ailleurs, chaque corps d’armée a fixé ses propres objectifs à atteindre.
www.mil.fi

La Finlande s’entraîne dans le rôle d’un Etat qui attaquerait la Suède
Lors des prochains exercices militaires en mer Baltique, les soldats finlandais s’entraineront à attaquer et à défendre la Suède en compagnie des soldats américains. Selon le général de division de la défense nationale suédoise, Bengt Andersson, la Finlande a un rôle tout particulier dans ces exercices car elle s’entrainera, avec les troupes américaines, à attaquer la Suède. Il estime que la Finlande et les Etats-Unis possèdent le bon profil d’un ennemi performant et développé pour tester les capacités des Suédois.
Outre les manœuvres d’attaque, la Finlande s’entrainera à défendre la Suède aux côtés des soldats suédois.
Les préparations de l’exercice Aurora 17 ont duré un an et demi et tombent au même mois et dans la même région que les manœuvres russe Zapad. Sans pour autant préciser s’il s’agit d’une coïncidence, le général de division explique néanmoins que le mois de septembre a été choisi en fonction de ses bonnes conditions climatiques. Il rajoute que ces exercices sont organisés en raison du changement de la situation sécuritaire en mer Baltique.
La coopération militaire avec la Suède intéresse la Finlande notamment en raison de la puissante flotte suédoise. Le pays possède plusieurs sous-marins en mer Baltique. La Suède de son côté s’appuie volontiers sur l’armée de terre finlandaise dans l’est, car le pays avait sensiblement diminué ses propres troupes au début des années 2000 pour se concentrer sur la gestion des crises internationale.
AL6.9/A21

Politique intérieure

Immigration

Manifestation de demandeurs d’asile à Tornio
Une trentaine de demandeurs d’asile qui ont manifesté à Tornio, hier, ont fini par partir côté suédois de la frontière. Les manifestants étaient principalement des Irakiens ayant déjà obtenu une décision défavorable concernant leur demande d’asile.
1400 personnes, dont 800 Irakiens, ont reçu la décision sur l’obligation de quitter la Finlande et sont en attente pour sa mise en œuvre. Selon le ministère de l’Intérieur, leur nombre pourrait s’élever à 5000 ou 6000 à la fin de l’année. Les Irakiens ne considèrent pas que leur pays soit suffisamment sûr pour permettre un retour.
HS/A8

Manifestation à Jyväskylä
La police a recouru à la force contre les manifestants dans le centre d’accueil à Jyväskylä. Le gaz lacrymogène a été utilisé et la police déclare avoir utilisé le moins de force possible. La plupart des manifestants auraient exercé une résistance passive.
Selon la Direction nationale de la police, il n’est pas exclu que la mise en œuvre des renvois des étrangers ayant essuyé un refus à leur demande d’asile devienne plus difficile.
Selon la police, personne n’a été blessé lors de la manifestation.
Sanna Heikinheimo, directrice à la Direction nationale de la police, rappelle que la police expulse une dizaine de personnes par jour et que la plupart de ces situations se passe sans problèmes. Elle estime qu’après les évènements de Jyväskylä, il ne s’agit pas d’envisager de nouveaux modes de fonctionnement.
Au total, la police a renvoyé 1500 personnes cette année, dont 350 ont été accompagnées dans leur pays de destination. Mille personnes ont quitté le pays de façon volontaire. Dans les 65 centres d’accueil, 11 000 personnes attendent la décision sur la saisie concernant la réponse négative à leur demande d’asile.
Mme Heikinheimo relève que l’année en cours sera l’année record concernant les renvois. Les ressources de la police en matière d’effectifs et de crédits ont été augmentées.
Mme Heikinheimo souligne que le message de la police en la matière est qu’elle se charge tout simplement de ses obligations.
AL/A9, HS/A8

Jusqu’à 6000 personnes pourraient s’opposer à un renvoi
Le nombre de résidants illicites pourrait s’élever à des milliers dans un avenir proche du fait que beaucoup de demandeurs d’asile qui ont reçu une réponse négative sont des irakiens qui ne souhaitent pas rentrer dans leur pays. La Finlande ne dispose pas d’accord sur les renvois avec l’Irak, ce qui fait que seul les retours volontaires sont possibles.
Selon Pekka Nuutinen de l’Office national de l’immigration, depuis la fin de l’année dernière, la police n’a pas pu renvoyer 850 personnes, dont 600 ne sont plus autorisées à résider dans un centre d’accueil. Les autorités ignorent où ces personnes résident. Il est réaliste de prévoir que le nombre de ces gens, résidents clandestins, augmente pour s’élever à plusieurs milliers.
Marja Pentikäinen, directrice à Diakonissalaitos qui a Helsinki gère les services aux demandeurs d’asile, rappelle que la Finlande risque de se retrouver dans une situation où ces gens-là sont dans la rue. Il faudrait des décisions politiques en la matière, par exemple pour prévoir de rétablir le permis de séjour à titre humanitaire. Mme Pentikäinen propose aussi que l’on permette aux personnes ayant essuyé un refus de continuer à résider dans des centres d’accueil s’ils ne peuvent pas quitter le pays pour des raisons de sécurité.
Selon elle, il pourrait s’agir de solutions temporaires en attendant de savoir si un accord avec l’Irak pourra être négocié et que le retour volontaire évolue.
Elle souligne que les autorités devraient comprendre les menaces qui existent si la question n’est pas gérée de façon maîtrisée. Elle rappelle que la criminalité, la radicalisation et les propos haineux ne sont dans l’intérêt de personne.
M. Nuutinen relève que l’atmosphère dans les centres d’accueil est plus tendue qu’en 2016. Les intéressés sont plus stressés du fait que leur demande a été refusée.
HS

Fête pour les nouveaux citoyens
Helsinki a organisé pour la première fois une fête pour les personnes qui ont obtenu la nationalité finlandaise. 1500 Helsinkiens ont obtenu la citoyenneté en 2016, et environ 150 étaient sur place à Musiikkitalo, Maison de la musique.
Le maire, Jan Vapaavuori qui a souhaité la bienvenue aux nouveaux Finlandais, a signifié que la fête portait le message du fait que la Finlande était un pays multiculturel, tolérant et libéral, à l’instar de sa capitale.
15 % de la population d’Helsinki a aujourd’hui des origines étrangères. M. Vapaavuori rappelle que c’était le cas également au début des années 1900.
A Turku, de telles fêtes sont organisées depuis 2005.
10 000 personnes au total ont obtenu la nationalité finlandaise en 2016.
HS/A22

Beaucoup d’étrangers qui s’installent en Finlande considèrent l’accueil comme froid
Selon un sondage international effectué auprès des étrangers immigrés en Finlande, l’attitude peu chaleureuse des Finlandais, la difficulté de nouer des amitiés et la langue rendent l’adaptation difficile.
Les étrangers résidant en Finlande apprécient toutefois les services de garde d’enfant, l’éducation, la sécurité et les soins de santé.
5500 personnes hors-UE obtiennent un permis de séjour à titre de l’emploi tous les ans. La plupart de ces personnes ont moins de 35 ans et viennent en Finlande comme spécialistes ou chercheurs.
Concernant les critères liés à la vie familiale, la Finlande se situe à la tête de la comparaison, et 16ème parmi 65 pays concernant la qualité de la vie. L’étude situe la Finlande au 60ème rang en matière de facilité de l’installation, et au 53ème rang concernant l’économie. Au total, la Finlande se situe 21ème, entre la Norvège et la Suède.
HS rappelle que seules 95 personnes résidant en Finlande ont répondu au sondage.
HS/A6-7

Famille

Beaucoup de couples pacsés se sont mariés
Selon Turun Sanomat, la plupart de couples finlandais pacsés se sont marié depuis mars dernier, après l’entré en vigueur de la loi sur le mariage pour les homosexuels.
Selon le service central de l’état civil, près de 1 600 couples homosexuels se sont mariés, dont plus de 1 100 couples qui étaient pacsés avant le changement de la loi.
Seta, association des droits de l’homme des minorités sexuelles, souligne que cela montre l’utilité du changement de la loi sur le mariage.
TS/12

Criminalité

Blanchiment d’argent
Aamulehti rapporte qu’en 2016, les banques finlandaises ont fait 3 258 déclarations concernant le blanchiment d’argent. Selon l’estimation de la police judiciaire, cette année il y en aura un nombre record, environ 5 000.
Environ 20 à 40 % des déclarations faites par les banques mènent à une étude supplémentaire ou à une enquête préliminaire.
En 2016, la police a reçu, de différents acteurs, y compris les banques, au total plus de 30 000 déclarations concernant le blanchiment d’argent.
AL/A5

Nucléaire

OL-3
Helsingin Sanomat publie un article sur une visite à Lingen en Allemagne, à l’usine de combustible d’Areva.
Le quotidien note que TVO ou Areva ne répondent pas aux questions relatives au prix de l’uranium. Selon l’arrêté de comptes de TVO, les deux réacteurs existants de TVO à Olkiluoto utilisent 40 tonnes d’uranium par an et le coût du combustible est environ de 60 millions d’euros. Le nouveau réacteur OL-3 utilisera environ 30 tonnes d’uranium par an.
Selon HS, l’origine de l’uranium est également un secret. Au niveau général, TVO annonce qu’il achète de l’uranium au Kazakhstan, au Canada et à l’Australie.
Le transport de combustible de Lingen à Olkiluoto doit commencer au cours de l’automne. TVO ne veut toutefois pas en donner des détails.
HS/A30-31

Mardi 5 septembre 2017

Politique intérieure

Parlement

Le Parlement va commencera une session marquée par des festivités
Helsingin Sanomat relève que le Parlement se réunit aujourd’hui pour sa première séance plénière de l’automne qui sera marqué par les festivités du centenaire de l’indépendance finlandaise. La session commence dans les locaux rénovés de l’Eduskunta. Les travaux, qui ont duré deux ans et demi, ont coûté 275 millions d’euros. Par exemple les statues dorées du sculpteur Wäinö Aaltonen sont revenues dans la grande salle.
La séance solennelle pour célébrer le centenaire de l’indépendance aura lieu le 5 décembre, donc la veille de la fête de l’indépendance. Selon les informations du quotidien, l’Eduskunta a l’intention de créer le 5 décembre un fonds du Parlement pour l’enfance et la jeunesse et contre l’exclusion, dont le capital initial serait de 30 à 50 millions d’euros. Le fonds, qui aurait sa propre organisation et administration, ressemblerait à Sitra, fondée en 1967 à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance.
L’automne du Parlement sera également marqué par les tensions en matière de politique internationale et la sécurité interne et, surtout à la fin de l’année, par la campagne pour l’élection présidentielle.
Le Parlement commencera l’étude du projet de budget dans quinze jours. La croissance économique est en hausse mais l’opposition critiquera le gouvernement au moins en raison des économies effectuées dans l’enseignement.
Le Parlement aura une nouvelle commission, celle de renseignements qui a comme objectif de garantir le contrôle parlementaire de la législation sur le renseignement.
On attend aussi un débat animé sur la législation concernant l’immigration, l’approfondissement de la coopération de défense de l’UE et l’approfondissement de l’union monétaire, ainsi que concernant la loi sur l’alcool et sur l’euthanasie.
Pour la présidente du Parlement Maria Lohela la session de l’automne sera la dernière, en raison de la division des Vrais Finlandais. Mme Lohela fait partie du groupe parlementaire de l’Avenir bleu. En février prochain, le Parlement sera présidé par un représentant du Rassemblement national, devenu le deuxième parti de l’Eduskunta.
HS/A9

Immigration

Manifestation de demandeurs d’asile à Tornio, aujourd’hui
Un nombre de demandeurs d’asile se manifesteront aujourd’hui à Tornio et envisagent éventuellement de se rendre en Suède à travers la frontière pour y demander l’asile. Selon la police, environ deux cent personnes de partout en Finlande pourraient y participer.
HS/A8

Manifestation à Jyväskylä, hier
Des manifestants ont encerclé la police pendant des heures à Jyväskylä, dans un centre d’accueil de demandeurs d’asile, lorsque celle-ci est venue chercher une famille afghane dans l’objectif de la renvoyer de Finlande. Selon la police, les manifestants ont protesté de façon plutôt passive, mais deux personnes ont été interpelées.
HS/A8

Politique étrangère et européenne

Défense

Manœuvres en mer Baltique
Propos du ministre de la Défense, Jussi Niinistö
Faisant allusion aux trois grands exercices qui débutent dans quelques jours en mer Baltique, le ministre de la Défense, Jussi Niinistö, évoque dans une interview accordée à YLE que la Finlande pourrait, elle aussi, envisager d’organiser ses propres exercices pour s’entrainer, avec ses voisins, à défendre le pays. Les derniers grands exercices ont eu lieu en Finlande dans les années 1980.
« Une attaque surprise est l’un des thèmes des exercices suédois Aurora. La faiblesse de la défense nationale finlandaise réside également dans la lenteur relative de la mobilisation. Le problème a été détecté et devrait être réglé : la capacité de déploiement de notre armée de terre devrait être améliorée aussi bien en matière de matériel et de ressources humaines que de législation. Cela ne sera pas nécessaire pour la marine et l’armée de l’air », explique le ministre.
4.9./Us.fi

Défense européenne

Billet de l’eurodéputée Henna Virkkunen
L’hebdomadaire Suomen Kuvalehti publie un billet signé Henna Virkkunen, parlementaire européenne qui représente le Rassemblement national.
Selon Mme Virkkunen, la politique actuelle de trois présidents, MM. Poutine, Erdogan et Trump, a accéléré la volonté des Etats membres de l’Union européenne d’approfondir la coopération de défense commune.
Les relations entre l’Europe et les Etats-Unis ont été mises à l’épreuve depuis l’élection de M. Trump. Les relations sont également secouées par le Brexit qui modifiera considérablement le paysage de la sécurité européenne mais aussi pourrait accélérer l’approfondissement de la coopération de sécurité à laquelle les Britanniques se sont opposés.
Une des raisons pour approfondir la défense commune est l’argent. Selon les estimations, le manque de coopération coûte de 25 à 100 milliards d’euros par an.
La Commission européenne a présenté, début juin dernier, trois scénarios sur l’avenir de la défense d’ici 2025. Les scénarios ne remplacent pas l’OTAN mais complètent les structures déjà existantes. Les propositions, qui ne nécessitent pas de changement dans les traités fondamentaux, mènent vers une coopération approfondie.
La Finlande devrait évoquer, au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement, le débat sur la clause de solidarité pour savoir ce qu’elle signifie dans la pratique.
Selon Mme Virkkunen, la Finlande doit participer activement au débat sur les structures de la défense européenne, avec des objectifs ambitieux. La défense nationale finlandaise se développe en coopération avec d’autres pays.
SK/n°35/59

Economie

Exportations

Chiffres record concernant les garanties à l’exportation
L’augmentation des exportations nécessite de plus de plus de garanties de l’Etat qui s’élèvent ainsi à un niveau historique. Une partie des garanties sont accordées à des contrats qui sont encore en phase de négociation.
Finnvera, qui gère les garanties de l’Etat aux exportations, a accordé 22 milliards d’euros en garanties (contre 12 milliards en 2013), dont plus de ma moitié (12 milliards d’euros) pour des bateaux de croisière pour Meyer Turku. Une partie des navires concernés ne seront terminés qu’en 2020. Des appareils de réseau (Nokia) et des centrales du groupe technologique Wärtsilä ont également obtenu des garanties.
Les PMI-PME exportent également leurs produits et les garanties les concernant s’élèvent à des centaines de millions d’euros. Les exportations de services stagnent par contre, selon Pauli Heikkilä, directeur général de Finnvera.
Il relève d’ailleurs qu’aujourd’hui, Finnvera est présent lorsque le vendeur finlandais et l’acheteur étranger commencent les négociations. Il rappelle que le niveau élevé des garanties reflète le fait que les exportations se sont accélérées.
KL/A8

Lundi 4 septembre 2017

Politique intérieure

Elections présidentielles

Mme Haatainen désignée candidate du PSD
Aamulehti relève que le conseil national du Parti social-démocrate, réuni samedi à Jyväskylä, a élu la députée Tuula Haatainen (57 ans) candidate du parti aux élections présidentielles de janvier 2018. Au vote effectué auprès les membres du parti, Mme Haatainen a obtenu 48,3 % des voix, contre 42,1 % obtenu par la députée Maarit Feldt-Ranta et 8,6 % par la députée Sirpa Paatero.
Mme Haatainen a été députée de 1996 en 2007 et à partir de 2015, ainsi qu’ancienne ministre de l’Education, des Affaires sociales et de la Santé et ancienne maire adjointe d’Helsinki.
AL/dim/116

Gouvernement

Litige sur les impôts
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement n’est pas d’accord sur l’interprétation de la prolongation de l’impôt de solidarité de 2 % qui touche les contribuables qui gagnent environ 6 700 euros ou plus par mois.
Selon le ministre des Finances Petteri Orpo, la prolongation ne concernera que l’année 2018. Le ministre de l’Economie Mika Lintilä souligne, de même que les ministres de l’Avenir bleu, qu’elle concernera les années 2018 et 2019.
HS/sam/A21

Economie

Croissance économique
Selon Helsingin Sanomat, la croissance économique a été plus rapide au début de l’année que prévu. Elle a été de 3 % en janvier-mars, contre 2,7 % selon les prévisions précédentes.
Selon les informations préliminaires du Centre national de la statistique, la croissance a été de 3 % également en avril-juin.
HS/sam/B13

Sécurité intérieure

Propos de Päivi Nerg
Helsingin Sanomat a interviewé la secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, Mme Nerg, qui considère les Finlandais socialement exclus comme la menace la plus importante. Selon elle, les islamistes s’efforcent de recruter des demandeurs d’asile et des Finlandais victimes d’exclusion sociale.
Concernant l’attaque de Turku, Mme Nerg estime que les autorités sont déjà plus rôdées qu’à l’automne 2015 au moment des flux de demandeurs d’asile dans le sens où les inquiétudes générales ne se reflètent plus sur les fonctionnaires.
Depuis que la Sûreté nationale a revu son évaluation sur la menace, au printemps, Mme Nerg a su s’attendre à ce que survienne une attaque de terrorisme islamiste. Elle estime que la Finlande a eu la chance de tirer les leçons des expériences suédoises et allemandes en matière d’attaque terroriste.
La stratégie de sécurité intérieure a été évoquée de nouveau dans le groupe interministériel après les évènements de Turku. Les autorités travailleront désormais dans une coopération plus étroite, y compris avec les centres d’accueil.
Mme Nerg estime qu’en Finlande, des cas comme un chauffeur qui a foncé dans la foule à Helsinki, ou la fusillade de Hyvinkää, restent des menaces plus importantes que le terrorisme. La Supo suit actuellement de près 350 personnes, mais la police judiciaire suit en outre 800 personnes d’origine finlandaise qui pourraient constituer une menace.
Mme Nerg se soucie de l’éventualité que les islamistes extrémistes réussissent à recruter des Finlandais de souche. La plupart de ceux qui sont partis dans les rangs de Daech de Finlande sont des nationaux finlandais. Il est inquiétant de voir à quel point la propagande ayant comme cible des Finlandais exclus et les demandeurs d’asile est efficace.
La criminalité organisée est également en hausse, selon Mme Nerg.
Concernant le débat qui a suivi les attaques de Turku, Mme Nerg estime que certaines interventions ont été exagérées, comme par exemple celles qualifiant les 11 000 demandeurs d’asile dans les centres d’accueil comme un risque pour la sécurité et proposer de les priver de leur liberté. Mme Nerg rappelle que le fondement de la société finlandais est de traiter tout le monde suivant les mêmes principes.
HS/lun/A10-11

Accord sur le renvoi avec l’Irak
La plupart des demandeurs d’asile ayant obtenu un refus à leur demande sont des Irakiens. Sur les 1400 demandeurs ayant reçu une réponse négative à leur dossier, et que la police envisage de renvoyer, 800 sont des Irakiens. Selon Mme Nerg, il est possible que d’ici la fin de l’année, il y aura entre 5000 et 6000 personnes qui ont eu un refus et qui ne souhaitent pas quitter la Finlande.
Il est toutefois difficile actuellement de renvoyer des personnes en Irak. Mme Nerg estime que si on n’arrive pas à mettre en place un mécanisme avec ce pays, le renvoi risquerait de prendre cinq ou six ans.
La semaine dernière, la ministre de l’Intérieur, Mme Risikko, et le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, ont envoyé un courrier au gouvernement irakien pour avancer les renvois. HS note que la Finlande ne dispose pas d’ambassade en Irak. Mme Nerg n’exclut pas la possibilité de recourir à des « carottes » comme l’augmentation de crédits au développement en Irak, ou de dispenser une formation de policiers là-bas. Supprimer la dette irakienne a également été évoqué.
HS/lun/A11

Politique étrangère et européenne

Immigration

Débat sur la riminalisation du fait d’aider les sans papiers
L’initiative du gouvernement d’étudier la possibilité de criminaliser le fait de cacher une personne qui réside dans le pays de façon illicite a suscité un débat sur le fait de savoir s’il s’agit de criminaliser toute aide aux sans papiers.
Paula Risikko, ministre de l’Intérieur, souligne que l’on peut toujours aider autrui. M. Zyskowicz, membre suppléant de la commission des lois constitutionnelles, précise qu’il s’agit de décourager les gens d’activement compliquer le travail de la police.
Comme le séjour illicite n’est pas un crime relevant du code pénal, il serait contradictoire qu’aider une personne dans ces circonstances soit considéré comme criminel. Le ministère de la Justice est de ce fait en train d’étudier l’opportunité de revoir le caractère répréhensible d’une violation de la législation concernant les étrangers.
HS/sam/A12

Sans papiers sans domicile fixe
Helsingin Sanomat a publié, ce week-end, un article sur les sans papiers qui vivent dans la rue à Stockholm, et relève qu’en Finlande, il n’y a que quelques personnes dans ces conditions-là. Leur nombre pourrait toutefois augmenter.
A Helsinki et à Turku, il y a des centaines de personnes qui résident en Finlande de façon illicite, mais elles ne passent leurs nuits dehors qu’occasionnellement.
Au total, la police a comptabilisé 1300 résidants illicites en janvier-juillet, contre 2300 en 2016.
HS/dim/A12

Loi sur le renseignement

Beaucoup de précisions dans la législation
Les ministères de l’Intérieur, de la Défense et de la Justice sont en train de préparer des modifications et des précisions au projet de loi concernant le renseignement avant qu’il soit remis au Parlement. Le ministère de l’Intérieur compte par exemple définir à quelle condition les messages confidentiels pourraient être ouverts et lus au nom de la sécurité nationale.
Il s’agira également de préciser si les intéressés auraient toujours le droit d’être informés après coup du renseignement qui les aura touchés, ainsi que définir le droit de la Sûreté nationale et des forces armées d’informer la police judiciaire des données à leur disposition.
Le conseil d’évaluation législative, créé par le gouvernement Sipilä, souhaite de son côté superviser le projet de loi, probablement durant le mois de novembre, afin de donner son avis aux ministères.
HS/sam/A12

Menaces hybrides

Le centre d’excellence contre les menaces hybrides commencera ses activités
Turun Sanomat relève que le centre d’excellence européen contre les menaces hybrides commencera ses activités la semaine prochaine avec un séminaire où participeront les douze Etats membres du centre, ainsi que l’OTAN et l’UE.
Le centre a ses locaux à Helsinki et un secrétariat de sept personnes à ce stade, dont un Britannique et six Finlandais.
Le centre est dirigé par Matti Saarelainen, docteur en sciences politique. Hanna Smith vient de commencer comme directrice de la recherche.
Les membres actuels du centre sont la Finlande, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Suède, la Norvège, la Pologne, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, l’Espagne et l’Allemagne. Tous les pays membres de l’UE et de l’OTAN ont le droit de participer.
TS/sam/11

Défense européenne

Propos du Président Niinistö
Keskisuomalainen rapporte que le Président Sauli Niinistö, qui a été interviewé samedi par la TV1, a évalué la situation de sécurité de la Finlande. Selon M. Niinistö, la défense européenne nécessite un changement des attitudes et un progrès qui avance peu à peu.
Quant à sa visite de travail aux Etats-Unis, M. Niinistö a souligné que le principe de la sécurité finlandaise n’était pas de dépendre du fait que les Etats-Unis aident la Finlande.
Il estime qu’en Europe, il faut peu à peu abandonner l’idée selon laquelle la sécurité est garantie par l’OTAN et les Etats-Unis. « Nous devons faire quelque chose aussi. La Finlande a heureusement fait beaucoup. »
« Les Etats membres européens de l’OTAN doivent comprendre qu’ils ne peuvent pas rester passifs. En développant la défense de l’OTAN ils développent en même temps la défense commune européenne. »
Quant à l’attaque de Turku, M. Niinistö estime que les Finlandais ne savent pas tout à fait comment répondre au mal parce qu’une attaque terroriste est en dehors de notre expérience.
KS/dim/16

Défense

« La Russie et la Suède s’entrainent à la guerre en mer Baltique » HS
Les pays de l’Ouest et la Russie sont tous deux conscients de la possibilité d’accidents au cours des prochains exercices, particulièrement conséquents, qui vont démarrer à peu près simultanément le week-end prochain. Côté russe il s’agit de Zapad (ce qui signifie Ouest) et pour les Suédois ce sont des exercices internationaux appelés Aurora.
La Russie s’entraine à se défendre en dehors de ses propres frontières. La Suède se concentre à la défense de son territoire avec l’aide d’autres pays.
Les manœuvres suédoises s’étendent jusqu’à la côte ouest et celles des Russes depuis la Biélorussie jusqu’à la presqu’île de Kola. Les deux exercices se croiseront en mer Baltique.
A l’approche de ces manœuvres, les spécialistes tentent de calmer les spéculations sur un éventuel stationnement des troupes russes en Biélorussie. Les interventions russes en 2008 en Géorgie et en 2014 en Ukraine étaient précédées par des manœuvres.
D’ailleurs, les exercices Zapad pourraient donner des signes précurseurs sur les intentions russes. Quant aux Suédois, ils sont beaucoup plus transparents sur leurs intentions.
Pauli Järvenpää, chercheur au Centre de recherche de défense et de sécurité d’Estonie et anciennement ambassadeur finlandais en Afghanistan, précise que les exercices ont pour but d’entretenir les armées et de développer leurs activités tout en présentant leurs forces à d’éventuels ennemis.
Ces dernières années, la Russie a surtout cherché à se préparer à une potentielle attaque de l’OTAN qu’elle cherche d’ailleurs à repousser en dehors de ses territoires. Cela paraissait évident lors des derniers exercices Zapad en 2009 et 2013.
Selon les déclarations russes, le scénario de Zapad consiste à combattre le terrorisme aux cotés de la Biélorussie avec les 12 700 soldats russes déclarés pour les exercices. Selon le quotidien Helsingin Sanomat, ces deux informations risquent de ne contenir qu’une part de vérité : il s’agirait vraisemblablement de manœuvres bien plus importantes contre un adversaire imaginaire qui serait l’OTAN.
Dans ses précédents exercices, la Russie se concentrait sur les mobilisations rapides et les transports.
La Suède s’entrainera à repousser une éventuelle attaque russe sur son propre territoire avec l’aide d’autres pays. La contribution des Etats-Unis sera décisive. Les sources finlandaises qualifient l’apport de la Finlande dans ces manœuvres de normal alors que l’on peut également y voir le développement d’une coopération de défense suédo-finlandaise qui s’étendrait en cas de crises et de guerre.
HS3.9/A8-A9

Une fausse information concernant la Finlande et les exercices militaires Aurora a été lancée en Russie
Deux agences de presse russes, RIA Novosti et Interfax, ont publié, le 29 août, une information selon laquelle la Finlande et les Etats-Unis ont l’intention d’organiser en mer Baltique près de la côte suédoise, des exercices militaires communs simultanément avec la grande manœuvre russe Zapad -17.
L’une des agences de presse a déclaré détenir son information d’une source « de médias américains » qui par la suite n’ont jamais été identifiés. L’autre agence fait référence à « un représentant du conseil de sécurité américain » anonyme et inconnu.
Cette « information » a ensuite été diffusée par plusieurs sites web.
A l’origine de cette fausse information se trouvent les plus grands exercices suédois depuis plus de 20 ans, Aurora 17, où la Finlande et les Etats-Unis participent avec plusieurs autres Etats de la mer Baltique.
« Ce n’est pas la première fois que les exercices Aurora font l’objet d’une déformation informationnelle. Au tout début, l’évènement a été annoncé comme étant un grand exercice de l’OTAN. La suède avait officiellement protesté », rappelle le journaliste Jarmo Mäkelä.
www.hs.fi

France - Finlande

Musique

Keren Ann au festival d’Helsinki
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du concert de la chanteuse Keren Ann qui s’est produite hier dans le cadre du festival d’Helsinki.
HS

France

Tourisme

Dordogne
Helsingin Sanomat publie un reportage sur la Dordogne et le Périgord.
HS

Camargue
Aamulehti publie un reportage sur la Camargue et les Saintes Marie de la Mer.
AL

Vendredi 1er septembre 2017

Politique intérieure

Gouvernement

Budget
« De l’argent pour la sécurité et les retraités » HS
« Des annonces fiscales pour les partenaires sociaux » KL
« Aider les migrants pourra être criminalisé » AL
« Des millions pour la police et la lutte contre le terrorisme » KS
Le gouvernement a présenté hier son projet de budget pour 2018.
Les dépenses s’élèveront à 55,7 milliards d’euros, soit au même niveau que pour le budget précédent. Le déficit budgétaire devrait être de 2,96 milliards d’euros.
Helsingin Sanomat rapporte que les partis de la coalition sont arrivés facilement dès mercredi à s’entendre sur le budget et que le reste des négociations a porté sur la ligne à adopter notamment en sécurité intérieure.
Le parti du Rassemblement national a obtenu que la fiscalité sur le revenu baisse pour toutes les tranches, au total de 270 millions d’euros. En compensation, la fiscalité indirecte va augmenter, notamment de 100 millions d’euros sur l’alcool.
Helsingin Sanomat souligne qu’en dépit des allègements fiscaux, le pouvoir d‘achat ne devrait pas augmenter.
Le parti du Centre a pour sa part obtenu une augmentation des petites retraites de 15 euros par mois qui devrait toucher 100 000 retraités.
De plus, des travaux d’équipement qui avaient été repoussés par le ministère des Finances seront finalement financés. Ce sont notamment des grands travaux dans les régions chères au centre.
Quant au troisième parti de la coalition, l’avenir Bleu, il a obtenu des garanties en matière de sécurité intérieure : désormais le fait de cacher des migrants déboutés du droit d’asile sera criminalisé et un Finlandais rejoignant les rangs d’Isis sera déchu de sa nationalité. De plus, les possibilités d’interner les migrants seront augmentées.
Helsingin Sanomat souligne que rien ne prouve que ces mesures seront jugées constitutionnelles.
Enfin, la scission du parti des Vrais Finlandais va permettre de réformer la politique familiale : le gouvernement a prévu que sa réforme soit bouclée avant la fin de l’année pour entrer en vigueur en 2019.
HS AL KL KS

Commentaires
Pour Helsingin Sanomat il s’agit d’un budget sans surprises. Les dépenses supplémentaires annoncées par le gouvernement sont très modestes. Il y aura 17 millions d’euros de plus pour la sécurité intérieure et 5 millions pour accélérer l’étude des demandes d’asile. Ainsi que 12 millions d’euros de plus pour la police et la SUPO. Le ministère de la Défense aura 52 millions de plus et celui de l’Intérieure 46 millions.
HS

Editoriaux
« La croissance va aider le gouvernement pour la fin de la législature » HS
« Baisse du rythme de l’endettement » KL
Selon Kauppalehti, le gouvernement semble finalement couper le rythme de l’endettement : alors que l’on s’attendant à ce que continue un déficit budgétaire de 5 milliards d’euros comme les années précédentes, le gouvernement présente un déficit de moins de 3 milliards pour 2018.
Cela s’explique par l’augmentation des rentrées fiscales et en particulier de l’impôt sur les entreprises ainsi que de l’amélioration de l’emploi. Kauppalehti souligne que cela devrait permettre au gouvernement d’améliorer son taux d’endettement prévu pour atteindre cette année 63,8% du PIB et qui devrait donc baisser.
Helsingin Sanomat considère que le gouvernement laissera donc à ses successeur la tâche centrale qu’il s’était fixée de résorber le déficit structurel.
HS KL

Exportations

Augmentation des exportations
Selon les statistiques des Douanes, les exportations de marchandises ont augmenté de 2 % en juin par rapport à la même époque en 2016. Elles s’élevaient à 5,1 milliards d’euros. La croissance de la valeur des exportations est liée tant à l’augmentation en volume qu’en valeur.
Ce sont notamment les exportations de machines industrielles, de produits de l’industrie chimique et forestière et des métaux qui ont augmenté. Par contre, les exportations des machines et appareils électriques, des outils de transport et des produits pétroliers ont diminué en juin.
Les importations ont augmenté de 9 % en juin par rapport à juin 2016. Elles s’élevaient à 68 millions de plus de les exportations. Deux avions importés de France, par exemple, ont haussé les chiffres.
La valeur des exportations de biens a augmenté de 15 % en janvier-juin par rapport à l’année dernière. Cette hausse a diminué le déficit de la balance commerciale qui s’élève à 881 millions d’euros contre 300 millions d’euros de plus il y a un an.
HS/A34

Politique étrangère et européenne

Attaque de Turku

La personne recherchée est un citoyen finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que la personne recherchée par la police finlandaise comme possible complice dans l’attaque de Turku serait un citoyen finlandais originaire de l’Ouzbékistan Zuhriddin Rashidov.
HS

L’agresseur aurait diffusé son manifeste sur Internet
La police rapporte que l’agresseur de Turku aurait diffusé un manifeste par écrit et vidéo sur les ré »seaux sociaux avant son passage à l’acte.
HS

publié le 29/09/2017

haut de page