Septembre 2014

Mardi 30 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Visite de M. Stubb en Allemagne

M. Stubb a parlé franchement de la politique russe

Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre finlandais Alexander Stubb a été reçu hier par la chancelière allemande à Berlin. Le sujet principal de la visite était la situation en Ukraine et les relations entre l’UE et la Russie. Selon le gouvernement finlandais, les sujets de discussion étaient la situation économique européenne, la politique de l’énergie et la situation en Ukraine. En revanche, lors de leurs entretiens, ils n’ont pas commenté le projet de Fennovoima de construire une centrale nucléaire de Rosatom en Finlande, selon HS.

Lors de leur conférence de presse commune, Mme Merkel a toutefois été interrogée sur le sujet et a répondu que la coopération énergétique avec la Russie n’était pas menacée actuellement, mais que « cela pourrait être réévalué si la Russie continuait à violer les droits fondamentaux ». Elle a admis que de nombreux pays, dont l’Allemagne, étaient très dépendants de l’énergie russe.

M. Stubb a souligné que « la politique sur l’énergie nucléaire était une politique de long terme puisqu’il fallait une dizaine d’année pour construire des centrales qui étaient ensuite en service de 50 à 70 ans. Construire une centrale nucléaire est aussi une opportunité pour la Finlande de renforcer l’indépendance à l’égard de l’énergie russe ».
Il a aussi souligné que, pour la Finlande, l’accord de coopération conclu cet hiver était un accord entre deux Etats, même si, du côté russe, il avait été signé par Rosatom. Selon lui, il n’est donc pas du tout lié au projet de Fennovoima. « Nous n’y pouvons rien si l’autre partie l’interprète différemment ».
M. Stubb et Mme Merkel étaient d’accord sur le fait qu’il n’y a pas lieu de diminuer les sanctions à l’égard de la Russie car le conflit en Ukraine n’est pas calmé.
M. Stubb a aussi rencontré le ministre des Finances M. Schauble.
M. Stubb a ensuite prononcé un discours devant la fondation Körber. Le principal message de son discours (http://valtioneuvosto.fi/ajankohtaista/puheet/puhe/en.jsp?oid=426086), selon HS, est que « même si la politique russe de l’UE s’est fondé sur des attentes déçus, il ne faut toutefois pas perdre tout espoir.
Les commentateurs interrogés par Helsingin Sanomat sur le discours du Premier ministre regrettent que M. Stubb ait donné seulement une analyse de la situation sans proposer de pistes pour l’avenir concernant les relations avec la Russie.
HS

Energie

OL4 n’est pas enterré
Le directeur de communication de TVO déclare à Turun Sanomat que le projet d’OL4 n’est pas enterré. En effet, TVO dispose encore de neuf mois pour déposer une demande de permis de construire.
TVO n’a pas encore décidé de ce qu’elle allait faire. Le groupe aurait souhaité disposer d’un délai pour lancer le projet OL4 car construire en même temps deux centrales est particulièrement difficile, surtout en matière de financement.
Les actionnaires de TVO se sont engagés dans le projet OL4, il leur reviendra donc de décider s’ils sont prêts à financer deux projets en même temps.
Selon TS, techniquement TVO pourrait déposer son permis de construire avant juillet 2015 car l’appel d’offres a été lancé dès 2012. Le choix du fournisseur est en effet décisif dans le dépôt du permis de construire.
TS

Point de vue : « Le moment du choix » TS
Le journaliste Pekka Hakanen estime que le moment d’enterrer les haches de guerre (et de mettre fin à la procédure d’arbitrage) entre TVO et Areva serait bienvenu. Il serait naturel que TVO commande son réacteur d’OL4 à Areva, écrit-il. « Dans les affaires, les contrats sont conclus quand les deux parties semblent en tirer profit. TVO et Areva aurait beaucoup à y gagner, aussi on pourrait arriver rapidement à un résultat », conclut-il.
TS

Plainte contre M. Vapaavuori – pas d’ouverture d’enquête
Le chancelier de la Justice Jaakko Jonkka a déclaré hier que cinq plaintes avaient été déposées contre le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori qui, ayant signé un accord de coopération en février avec le PDDG de Rosatom n’aurait pas pu prendre la décision sur le projet de Fennovoima. Le chancelier de Justice a déclaré qu’il allait étudier le dossier mais n’avait pas encore décidé si une enquête serait ouverte.
HS

Olli Rehn critique l’affaire Rosatom
Le député européen et ancien commissaire Olli Rehn critique vertement le projet de Fennovoima. Selon lui, il s’agit d’un nouveau fiasco de politique industrielle finlandaise. « La Finlande risque de devenir un musée à ciel ouvert des échecs de projets nucléaires » écrit-il sur son blog. M. Rehn rappelle que le Parlement européen engage les Etats membres à annuler les projets énergétiques avec la Russie. « De ce fait il ne faudrait naturellement pas engager de nouveaux projets nucléaires avec la Russie tant que ce pays continue sa politique de la force ».
SM

Les centristes divisés sur le projet de Fennovoima
Selon le journal du parti du Centre Suomenmaa, les députés centristes sont divisés sur le projet de Fennovoima : sur les 20 députés qui ont répondu au journal, 12 y sont favorables et 5 s’y opposent.
SM

Fennovoima : quelle responsabilité pour les communes ?
Le journal Suomenmaa rapporte que de nombreuses régies communales sont dans l’actionnariat de Fennovoima. Selon le quotidien centriste, les conseils municipaux dont dépendent ces régies ne sont pas conscients des risques économiques que ce projet pourrait faire subir aux municipalités.
SM

Les parlementaires étonnés par le projet de Fennovoima
Aamulehti rapporte que les députés de la Commission de l’Economie s’étonnent que Fennovoima ait pu déposer sa demande d’autorisation avec des documents concernant le réacteur de Rosatom qui n’étaient pas à jour mais reprenaient la demande d’autorisation de 2009.
Le président de la Commission, le centriste Mauri Pekkarinen estime qu’il faut avoir des précisions sur le type de réacteur que Rosatom envisage de construire à Pyhäjoki.
AL

Editorial : « Le projet répond à une logique politique » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que le parti conservateur devrait être plus vigilant en ce qui concerne Fennovoima. « Souhaitons-nous vraiment que le Kremlin ait la main sur nous à travers Rosatom ? »
Le projet de Fennovoima a été controversé depuis le début et avec les événements de ces derniers temps, les cyniques ont augmenté en nombre. Le gouvernement de M. Stubb souhaite faire passer le projet à tout prix. Pour l’éditorialiste cela ressemble à une politique autoritaire. La logique suivie est celle de la politique.
Pour l’éditorialiste, le fait que l’accord de coopération sur l’énergie nucléaire civile soit signé par le PDG de Rosatom pour la partie russe signifie en effet que l’on reconnait que Rosatom est un acteur politique, un instrument du Kremlin et de M. Poutine. Ainsi, le véritable propriétaire de l’actionnariat de 34 % de Rosatom dans Fennovoima est M. Poutine et l’Etat russe.
Dans la décision sur le sort de Fennovoima dans un contexte de milieu de sécurité changé il s’agit avant tout de politique de sécurité et de la relation de la Finlande avec la Russie, selon l’éditorialiste. Elle se demande si la Finlande souhaite être mené par la peur – avant tout sans fondement – concernant ce que pense le voisin oriental de la Finlande ? L’environnement a changé. Il revient au Parlement de le prendre en compte dans un esprit de logique et de politique responsable.
HBL/14

La centrale de Fortum en Sibérie est terminée
La troisième unité de la centrale électrique de Fortum à Hanti-Manssi est terminée et sera mise en service commercial d’ici la fin de l’année.
HS

Presse

Sanoma s’inquiète de la nouvelle législation russe sur le presse
Le PDG du groupe Sanoma s’inquiète du projet de législation russe qui limiterait à 120% l’actionnariat étranger dans les groupes de média russe.
Le groupe finlandais Sanoma étudie depuis un an sa stratégie en Russie et pourrait envisager de vendre ses participations dans les médias russes cet automne.
HS

Economie

La décision de Fitch soulage les Finlandais
Turun Sanomat rapporte que la décision de Fitch de maintenir la note AAA pour la Finlande, vendredi, a été accueillie avec satisfaction par le ministre des Finances Antti Rinne.
L’économiste de Nordea Aki Kangasharju estime pour sa part que cette joie pourrait être de courte durée et qu’il attend de savoir quelle sera la note attribuée par S&P dans deux semaines.
TS
Politique intérieure

Réforme du système de retraite

La ministre des Affaires sociales et de la Santé souhaite la participation d’Akava
La ministre conservatrice des Affaires sociales et de la Santé, Mme Räty, estime que la proposition de réforme du système des retraites est socialement équitable. Elle garantit les retraites sans imposer d’augmentations considérables de la cotisation d’assurance retraite tout en permettant de maintenir les services publics. Elle regrette qu’Akava n’ait pas souhaité participer à l’accord. Elle espère que la confédération des professions nécessitant un diplôme d’études supérieures prenne toutefois part à la préparation de la législation en la matière.
Helsingin Sanomat relève que les confédérations syndicales et le ministère des Affaires sociales et de la Santé ont entamé, ce matin, les pourparlers pour la préparation législative.
HS/A12

Contrats avantageux des directeurs des groupes d’assurance retraite
Les directeurs généraux des groupes d’assurances retraite, à l’exception du groupe Etera, ont des contrats leur garantissant un âge de départ à la retraite moins élevé que les autres, de 60 à 63 ans. Il est prévu également que le calcul de leur retraite tiendra compte des revenus de la fin de carrière, et non pas de l’ensemble de la carrière professionnelle comme prévu désormais.
Mme Räty se demande si de tels arrangements sont nécessaires. Pour elle, la modération et la transparence des primes et des compensations est un des piliers d’un système de retraite crédible.
HS/A12

Budget

Débat sur les allocations familiales
Le Ministre des Finances souhaite toujours l’adoption, dans le cadre du budget, d’un allègement fiscal pour les familles à faible revenus afin de compenser la baisse des allocations familiales ; Le parti conservateur souhaiterait étudier la possibilité d’un autre modèle.
HS

Défense

Vers une augmentation du budget d’acquisitions de la Défense ?
Le groupe de travail parlementaire chargé de réfléchir à l’évolution du budget de la défense propose que ce budget soit augmenté de 150 millions d’euros de p d’ici 2020.
Le groupe de travail présidé par M. Ilkka Kanerva remettra son rapport au ministre de la défense demain.
TS

Economie

Les consommateurs finlandais sont pessimistes
Selon l’institut des statistiques, les consommateurs finlandais n’ont jamais été aussi pessimistes qu’aujourd’hui depuis deux ans. L’indice de confiance des consommateurs a en effet à nouveau baissé.
De même les attentes des entreprises sont très faibles. L’indice de confiance des entreprises a lui aussi baissé.
HS

Energie

La Finlande pourrait atteindre son objectif d’énergie éolienne en avance
La Finlande s’est fixé comme objectif une production de 2 500 MW par l’énergie éolienne d’ici 2020. Cet objectif pourrait être atteint dès 2019 rapporte Kauppalehti.
Le quotidien rapporte que le plus grand projet de parc éolien (64 éoliennes pour une puissance de 166 MW et un investissement de 350 millions d‘euros) vient d’être déposé.
KL

France – Finlande

Salon du livre de Turku

L’édition française ne se porte pas mal
A l’occasion du salon du Livre de Turku dont la France est l’invitée d’honneur, Turun Sanomat publie un reportage de Patrick Le Louarn sur la situation de l’édition en France.
TS

Livre

Tardi
Kaleva publie un critique élogieuse du livre « Putain de guerre », sorti en Finlande par l’éditeur de bandes dessinées Jalava.
Kaleva

Musique

Tournée de Journal Intime
Helsingin Sanomat présente la tournée en Finlande du trio Journal intime qui se produira mercredi à Kanneltalo.
HS

Institut finlandais de Paris

Billet de Mme Gestrin
Hufvudstadsbladet publie un billet de Mme Gestrin qui rend compte de la rénovation de l’Institut finlandais à Paris et qui regrette la réforme qui a fait perdre le fil rouge des orientations de l’Institut. « Est-ce cela, le sommet de la culture finlandaise ? »
HBL/19

France

Objets

Une icone de la cuisine française
Kauppalehti présente les cocottes Le Creuset, icones de la cuisine française, disponibles dans la boutique de la marque française à Kamppi.
KL

Entreprises

Air France KLM dans les turbulences
Kauppalehti estime que la longue grève des pilotes d’Air France menace la stratégie à long terme de la compagnie.
KL

Politique

Nicolas Sarkozy est de retour
L’élection de 2017 est lancée
Kaleva et Turun Sanomat publient un article sur le retour en politique de l’ancien président français nicolas Sarkozy.
L’ancien ambassadeur Mikko Heikinheimo signe un billet dans Demokraatti dans lequel il juge que la campagne pour l’élection présidentielle de 2017 est lancée.
Kaleva TS Dem

Lundi 29 septembre 2014

Politique intérieure

Partis politiques

Le Centre est devenu le plus grand parti
A la lumière d’un sondage d’opinion, effectué sur l’audience des partis politiques par l’institut Taloustutkimus pour le compte du journal télévisé d’Yle, le Parti du centre est devenu le plus grand parti avec un score de 23,3 %. Il y a une hausse de 2 points par rapport à juillet. Le Centre est suivi par le Parti conservateur, 20,4 % (-0,8 %), des Vrais Finlandais, 16,6 % (-0,5 %), du Parti social-démocrate, 15,2 % (-0,6 %), de l’Alliance des gauches, 8,3 %, de l’Alliance verte, 7,8 %, du Parti suédois, 4,6 %, et des Chrétiens-démocrates, 3,0 %.
Le Centre est le parti le plus populaire parmi les hommes et les femmes, avant les Vrais Finlandais qui était précédemment le parti préféré des hommes et le Parti conservateur celui des femmes. Le Parti conservateur semble avoir perdu le soutien de beaucoup de femmes et des électeurs qui ont des petits ou moyens salaires.
Le message du nouveau président du Parti conservateur, le Premier ministre Alexander Stubb, est entendu surtout parmi les jeunes et les électeurs aux revenus élevés dans les grandes villes. Les entrepreneurs sont en train de quitter le Parti conservateur pour le Centre et aussi pour les Vrais Finlandais.
Après les dernières élections législatives, 30 % des électeurs hommes ont été favorables aux Vrais Finlandais, tandis que maintenant il y en a moins de 22 %. Un peu plus de 11 % de femmes sont favorables aux Vrais Finlandais.
L’audience du PSD parmi les hommes et les femmes est autour de 15 %. Après les dernières élections législatives, plus de 20 % de femmes ont été pour le PSD. Le PSD peut se féliciter du fait qu’il a obtenu la première place à Tampere.
Yle

M. Stubb

« Les orientations de M. Stubb pourraient faire peur aux électeurs » HBL
Hufvudstadsbladet relève que certaines voix critiques au sein du Parti conservateur estiment que les orientations droitistes de M. Stubb sur des allègements fiscaux concernant les gros salaires et la flexibilité sur le marché de travail facilitant le licenciement, chassent des électeurs.
Dans un discours prononcé lors d’un séminaire organisé par la chambre de commerce M. Stubb a déclaré que cela pourrait être financé par une diminution des dépenses publiques et une augmentation de la fiscalité indirecte sur la consommation.
Certains conservateurs estiment, selon HBL, que ces propos ne représentent pas les souhaits des électeurs. Ils sont plus à droite que le parti. Cette stratégie est mauvaise, car il n’y a pas d’autre parti plus à droite et que, donc les conservateurs n’ont pas de voix à gagner de ce côté de l’échiquier politique.
HBL/sam/8

Retraites

« Les confédérations syndicales ont trouvé un accord sur la réforme de l’âge de départ à la retraite – seule Akava n’est pas d’accord »
« L’âge légal de départ passera à 65 ans d’ici 2025 »
« Les jeunes gagnants, les personnes d’un certain âge perdants » KS
Les confédérations syndicales se sont mises d’accord sur le futur système des retraites, selon lequel l’âge de départ à la retraite passera à 65 ans pour 2025 et qu’au-delà, il évoluera automatiquement en tenant compte de l’espérance de vie.
Le gouvernement préparera la nouvelle législation sur la base de cette proposition et le Parlement élu aux législatives de 2015 l’adoptera.
Akava, la confédération des professions nécessitant un diplôme universitaire, s’est exclu de l’accord obtenu. M. Fjäder, président d’Akava, déplore que l’atmosphère en Finlande devienne peu incitatif pour fa ire des études longues.
L’exclusion d’Akava ne fera pas échouer l’accord, mais elle créera une tension sur le marché du travail. Cette tension se reflétera peut-être sur les négociations salariales.
Le Premier ministre, M. Stubb, souhaite qu’Akava change d’avis et participe à l’accord. De toute façon, il s’agit, selon lui, de la meilleure nouvelle économique de l’automne. « C’est un message pour les marchés sur le fait que la Finlande est capable de réformes structurelles. »
M. Haglund, ministre de la défense (Parti suédois) estime, à l’instar de M. Fjäder, que la proposition n’encourage pas à prolonger les carrières professionnelles et comprend des problèmes graves d’inégalité.
L’âge de la retraite augmentera à partir de 2017 d’un trimestre par classe d’âge concernant les personnes nées en 1955 et après de façon à ce que les salariés nés en 1962 seront les premiers à partir à 65 ans.
Selon le ministère des Finances et le Centre national d’assurance retraite, le problème économique engendré par le vieillissement de la population devrait être soulagé du fait que les dépenses en matière de retraite et de chômage diminueront en même temps que les recettes fiscales augmenteront avec une augmentation du taux d’emploi.
HS/sam/A14-15, lun/A14-15, KS/sam/5

Energie

L’étrange rôle de Rosatom
Helsingin Sanomat rapporte que lorsque la Finlande et la Russie ont signé en février un accord de coopération sur l’énergie nucléaire civile, c’est le PDG de Rosatom qui a signé, pour la partie russe, avec le ministre finlandais de l’Economie, pour la partie finlandaise.
Cet accord est intervenu alors que le précédent accord de coopération entre les deux pays dans ce domaine avait pris fin en 2004.
Helsingin Sanomat se demande pourquoi cet accord a été signé juste avant que Fennovoima présente sa nouvelle demande d’autorisation de principe de construire une centrale nucléaire incluant un réacteur de Rosatom.
Helsingin Sanomat a interrogé trois professeurs des droit public qui s’étonnent de cet accord et se demandent quel rôle a joué Rosatom.
Le ministère de l’Economie a répondu qu’il revenait à la Russie de choisir qui était mandaté pour signer au nom du pays.
Le président des Verts Ville Niinistö et le président du groupe parlementaire du centre Kimmo Tiilikaiinen s’étonnent du fait que Rosatom ait pu signer cet accord et aussi du fait que M. Vapaavuori ait pu ensuite étudier la demande de Fennovoima.
Le chancelier de justice Jaakko Jonkka estime qu’il n’y a pas lieu de penser que M. Vapaavuori n’aurait pas pu étudier la demande de Fennovoima parce qu’il venait de signer un accord avec Rosatom.
HS

Rosatom a proposé les documents d’un ancien modèle
Keskisuomalainen rapporte que la demande modifiée de Fennovoima d’autorisation de principe comportait les mêmes documents que celle de Fortum en 2009 concernant le réacteur de Rosatom : il s’agissait du modèle du type de ceux construits dans la région de Léningrad depuis 2008.
Or dès 2009 le STUK avait jugé que ce modèle comportant des carences en matière de sécurité.
Selon M. Jukka Laaksonen, qui dirigeait alors le STUK et travaille aujourd’hui pour Rosatom Overseas, ce n’est que depuis que Fennovoima et Rosatom ont signé un accord en décembre dernier que Rosatom travaille sur les exigences finlandaises. Il souligne que d’ici le dépôt de la demande de permis de construire en juin prochain, Rosatom pourra présenter un dossier qui répond à tous els critères finlandais.
Le directeur actuel du STUK, M. Koponen s’étonne que Fennovoima ait pu demander une autorisation de principe avec un ancien modèle de Rosatom. Il souligne qu’il faudra au moins un an au STUKL pour étudier la demande de permis de construire de Fennovoima.
KS

Politique étrangère et européenne

Finlande - Russie

La Russie inquiète plus les Finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage sur le menace de la Russie, effectué pour le compte du quotidien, 52 % des personnes interrogées estiment que les Finlandais n’ont pas de raison pour avoir peur de la Russie. 42 % sont de l’avis inverse.
68 % estiment que la Russie ne pose pas de menace ou peu de menace pour la sécurité de la Finlande, tandis que 25 % estime qu’il s’agit une menace assez importante. Pour 5 %, la menace est importante.
A la question de savoir quel est l’effet de la Russie sur l’avenir de la Finlande, 53 % disent qu’il est négatif, 33 % estiment qu’il n’y a aucun effet et 5 % pensent que l’effet est positif.
Les attitudes des Finlandais qui habitent près de la frontière oriental sont plus positives à l’égard de la Russie par rapport à il y a dix ans. « L’argent est le meilleur consultant », selon M. Pertti Kyyrä, recteur de l’’école d’Itä-Suomi.
HS/sam/A6

Défense

L’armée veut créer des troupes d’élite
Helsingin Sanomat relève que le commandant des forces armées, le général Jarmo Lindberg, souligne qu’aux yeux d’un militaire il semble que la situation de politique de sécurité de l’Europe ait changé. Les forces armées projettent la création des troupes d’élite de quelques milliers de militaires et de réservistes qui pourraient être réunies rapidement, en quelques jours ou une semaine.
Pour le général Lindberg, il y a plusieurs signes du changement, dont les manœuvres russes dans les régions limitrophes et les activités en Ukraine. L’OTAN a créé des unités de parachutistes et de l’armée de l’air dans les pays baltes. Il est clair que l’antagonisme entre la Russie et l’OTAN a augmenté, selon le général. Il ne s’agit pas d’une période de transition de quelques mois mais d’un changement de l’environnement opérationnel.
La situation plus tendue représente un défi pour les forces armées. Il est toutefois possible que l’armée ait plus de crédits. Le groupe de travail parlementaire, présidé par le député conservateur Ilkka Kanerva doit présenter son rapport dans les prochains jours. On estime qu’il proposera une augmentation dans le budget des acquisitions de matériel.
HS/sam /A18

Terrorisme

Recrutement
Helsingin Sanomat rend compte d’un rapport sur les activités de recrutement d’al-Shabaab en Somalie, effectué par l’organisation de l’aide au développement de l’église, Institute for Security Studies et le réseau de leaders religieux.
Au total, 95 anciens membres d’al-Shabaab ont été interviewés pour le rapport. Ils relèvent que le motif le plus important de rejoindre l’organisation a été l’argent. La religion vient après. Un téléphone mobile et 50 dollars par mois font que beaucoup de jeunes hommes qui n’ont pas de travail optent pour un tel recrutement.
L’organisation de l’aide au développement de l’église envisage un projet en Somalie en faveur des jeunes ayant quitté al-Shabaab. Des entrepreneurs locaux les forment pour différents métiers.
HS/dim/B3

Isis

Manifestation
Une centaine de personnes, principalement des Kurdes, se sont rassemblées devant le parlement, vendredi, pour manifester contre Isis.
HBL/sam/6

Immigration

De plus en plus d’élèves d’origine étrangère
Helsingin Sanomat rapporte que 12% des élèves des écoles d’Helsinki parlent comme langue maternelle une langue étrangère. Ils sont répartis inégalement dans les écoles : dans certains établissements, ils peuvent représenter jusqu’à 60% des élèves.
HS

France – Finlande

M. Stubb à Paris

Une tournée marathon pour M Stubb
STT rapporte que le Premier ministre finlandais se rendra à Berlin, Copenhague et Paris cette semaine.
En France, il rencontrera le Président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls.
Kaleva

Lutte contre la contrefaçon

Internet facilite la contrefaçon
Helsingin Sanomat publie une interview de Marc Ancel, juriste de Lacoste qui a participé à, un séminaire contre la contrefaçon organisé par les douanes finlandaises.
HS

Salon du livre de Turku

La France bien représentée
Helsingin Sanomat rapporte que la programmation française au salon du livre de Turku sera très riche avec la venue de nombreux écrivains français.
HS

Cinéma

Deux jours une nuit
Hufvudstadsbladet a interviewé Marion Cotillard et relève que le film des frères Dardenne Deux jours, une nuit est prévu sortir en Finlande le 21 novembre.
HBL/sam/18

France

Exposition

Le Pérugin au musée Jacquemart
Kaleva publie une bonne critique de l’exposition du Pérugin,, le maître de Raphaël actuellement au musée Jacquemart à paris.
Kaleva

Vendredi 26 septembre 2014

Politique intérieure

Energie

Le gouvernement rejette la demande de TVO
Le gouvernement a rejeté par 10 voix contre 3 la demande de TVO de prolonger l’autorisation de principe de construire une nouvelle centrale nucléaire OL4. Seul le ministre des Finances Antti Rinne, le ministre de l’Emploi Lauri Ihalainen et la Ministre de l’Education Krista Kiuru, tous trois du PSD, ont voté pour un prolongement de l’autorisation de TVO.
Ce vote était attendu car outre les six ministres du parti conservateur, les deux ministres du parti populaire suédois avaient annoncé qu’ils voteraient contre la proposition du ministre des Finances d’approuver la demande de TVO.
La demande de TVO ne sera donc pas présentée au Parlement.
Si TVO ne présente pas de demande de permis de construire avant le 30 juin 2015, l’autorisation de principe conférée par le gouvernement en 2010 deviendra donc caduque.
Le PDG de TVO, M. Tanhua a déclaré être surpris du fait que le Parlement n’ait pas à se prononcer alors que l’autorisation conférée en 2010 avait été soumise à un vote du parlement. Il a déclaré qu’il était encore trop tôt pour dire si TVO avait l’intention à l’avenir de déposer une nouvelle demande d’autorisation de principe de construire un réacteur nucléaire ou si TVO allait essayer de déposer un permis de construire avant l’été prochain. Il a déclaré que le projet OL4 était bon et important pour la Finlande et avait déjà coûté 100 millions d’euros au groupe. Il souligne que TVO devait déposer une demande de permis de construire en 2015 mais qu’à cause du retard d’OL3 TVO avait demandé un prolongement de son autorisation de principe. TVO négocie actuellement le calendrier récemment rendu public par Areva. « Combien de temps finalement le maitre d’ouvre mettra, nous n’en avons pas encore la certitude à 100% », déclare M. Tanhua qui juge toutefois qu’une prolongation de moins de cinq ans de l’autorisation de principe.
Le directeur financier de UPM (principal actionnaire de PVO, conglomérat d’entreprises ayant 58,5% de TVO) a déclaré qu’en tant qu’entreprise finlandaise il était difficile de comprendre comment cette décision du gouvernement avait été prise dans le sens de l’intérêt général.
Le Président de PVO, M. Lauri Virkkunen, estime qu’il est « difficile de comprendre pourquoi un projet si important pour l’emploi et la richesse économique en Finlande, n’a pas reçu de soutien politique ».
Le président du syndicat de la métallurgie a estimé que le gouvernement n’assumait pas ses responsabilités en faveur des entreprises finlandaises.
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori a défendu la décision du gouvernement de rejeter la demande de TVO en critiquant le groupe de n’avoir pas donné d’estimation précise du moment où il comptait réaliser son projet d’investissement dans une nouvelle centrale nucléaire. Il a vivement critiqué le PSD qui, selon lui, était mu par des motivations électorales : « le nucléaire est une question de si grande importance qu’elle ne doit pas dépendre de raisons électorales ».
Le ministre des Finances et président du PSD, M. Rinne a déclaré que la décision du gouvernement était « stupide ». Il insiste sur le fait que Fennovoima, qui s’est vu conférée une demande modifiée d’autorisation de principe et TVO qui s’ai vu refuser la demande de prolongation ont reçu un traitement inéquitable. « Cela n’est pas de la bonne administration, selon lui.
La presse relève que la procédure choisie par M. Rinne est exceptionnelle : il n’est pas d’usage qu’un ministre fasse sa propre proposition sur un sujet dépendant d’un autre ministère (en l’espèce l’Economie).
Le Premier ministre a jugé que cette affaire n’avait pas été gérée au gouvernement le mieux possible.
Vn.fi HS

Commentaires et éditoriaux
Helsingin Sanomat estime que cet épisode relève de la campagne du président du PSD pour rehausser son profil dans la perspective des prochaines élections. Le projet de TVO était un bon moyen pour cela, puisque l’industrie veut plus d’énergie et le PSD veut plus d’emplois, cela laisse donc penser que M. Rinne aurait voulu promouvoir les intérêts des industries et des syndicats mais que les partis de droite au gouvernement s’y sont opposés. Pour ce qui est du nucléaire, l’éditorialiste estime que le Parlement va certainement approuver la décision pour Fennovoima mais que ce projet peut encore échouer par manque d‘actionnaires. Quant à TVO, il pourra demander une nouvelle autorisation de principe durant la prochaine législature. Tout comme Fortum qui devra remplacer ses réacteurs de Loviisa.
Aamulehti rapporte que le parti conservateur estime que M. Rinne a voulu défendre la demande de TVO au gouvernement dans la perspective d’un bon résultat électoral dans la circonscription où se trouve Olkiluoto. L’éditorialiste du quotidien estime que cette décision du gouvernement fait certainement plaisir à Fortum.
Turun Sanomat juge que, pour M. Rinne, le principal était de se différencier des partis de droite au gouvernement. Le fait d’être mis en minorité n’est pas important, à partir du moment où il réussit à se différencier des autres. Le quotidien relève toutefois que l’inquiétude concernant une différence de traitement entre fennovoima et TVO, relevée par M. Rinne, est légitime.
Le journal du parti conservateur Nykypäivä souligne que « le problème pour OL4 est que les actionnaires de TVO ne peuvent pas, pour des raisons financières, commencer le projet avant que OL3 soit prêt. Or le calendrier d’OL3 ne dépend pas de TVO, mais le retard du projet est du au maitre d’œuvre français Areva.
HS AL TS NP

Le projet de Fennovoima menacé par la Commission européenne ?
Kauppalehti rapporte que la Commission européenne souhaite que les nouvelles centrales nucléaires ne dépendent pas de l’uranium russe pour leur approvisionnement. La Commission étudie actuellement le projet de Fennovoima et devrait rendre son avis sous peu, rapporte KL.
Selon la Commission, il faut que les réacteurs ne d »pendent pas exclusivement des approvisionnements russes et puissent donc changer de fournisseur de combustible.
Fennovoima est confiant dans le fait que la Commission donnera son feu vert au projet
KL

Déclarations du professeur Vakkilainen
Le professeur esa Vakkilainen, de l’université de Lappeenranta, estime que Fortum va bientôt déposer une demande d’autorisation de principe pour remplacer ses réacteurs de Loviisa.
Serlon lui, TVO devrait aussi demander une nouvelle autorisation de principe pour OL4 durant la prochaine législature.
En effet, la Finlande devra remplacer ses vieilles centrales par de nouvelles. « C’est l’équivalent de la production de 4 000 mégawats qui va être fermé ». Or la Finlande a besoin du nucléaire pour devenir une économie moins carbonée.
M. Vakkilainen ne s’inquiète pas de la dépendance de fennovoima à l’égard de Rosatom. « C’est comme d‘acheter une tracteur russe. Personne ne s’inquiéter sur le fait que les Finlandais savent le faire marcher tous seuls au besoin. Quant au combustible, il faut en avoir en réserve pour deux ans, ce qui laisserait le temps de s’approvisionner ailleurs en cas de besoin ».
AL

Billet : « Le Parti conservateur prend un risque avec le nucléaire »
Helsingin Sanomat a publié, hier, un billet signé Anna-Liisa Kauhanen, journaliste politique, qui s’étonne des propos des conservateurs sur la décision concernant Fennovoima.
Le Premier ministre Stubb a justifié la décision du gouvernement sur Fennovoima du fait que l’Ukraine aussi a des centrales de Rosatom. « En Ukraine, 50 % de l’énergie est de l’énergie nucléaire. Le producteur est essentiellement Rosatom. Si on regarde la situation on voit qu’il n’y a eu aucun problème, » a déclaré M. Stubb.
Le point de vue de M. Carl Haglund, ministre de la Défense est différent. Il a dit à HS que si on refuse le projet de Fennovoima en raison de Rosatom cela donne à la Russie un signe comme quoi la Finlande ne considère pas son voisin comme un partenaire sûr. « Cela serait un message assez dur à envoyer au pays voisin. »
Le calendrier de la décision a été difficile. Les justifications à la décision donnent l’impression qu’il ne s’agit que d’un achat. Le ministère des Affaires étrangères soutient aussi cette interprétation. Dans sa courte déclaration, le MAE finlandais note tout simplement que la décision n’est pas en contradiction avec la politique de sanctions de l’Union européenne.
Il y a toujours des risques dans l’énergie nucléaire, aussi pour le Parti conservateur. Ce parti veut en même temps une centrale nucléaire russe et une adhésion à l’OTAN et justifie les deux avec les mêmes arguments – la sécurité de la Finlande.
Le fait que le Parti conservateur ne veuille pas évaluer les conséquences de la décision concernant Fennovoima en matière de politique de sécurité suscite des questions. La déclaration M. Haglund n’a peut-être pas été particulièrement pessimiste mais particulièrement honnête.
Les dirigeants politiques devraient avoir le courage de dire aux électeurs si la Finlande est obligée de commander une centrale nucléaire de la Russie pour des raisons de la politique étrangère et de sécurité, conclut Mme Kauhanen.
HS/jeu/A4

Gouvernement

Mme Paatero sera nommée ministre du Développement
Helsingin Sanomat rapporte que Mme Sirpa Paatero (50 ans), députée social-démocrate de la circonscription de Kymi (sud-est) depuis 2006, sera nommée ministre du Développement, chargée de la gestion des entreprises publiques, en remplacement de M. Pekka Haavisto Alliance verte). Mme Paatero est membre de la commission des affaires économiques du Parlement depuis huit ans. La commission des affaires économique gère aussi les questions liées à la gestion des entreprises publiques.
La circonscription de Kymi sera fusionnée avec celle de la Savonie du Sud en 2015. Selon M. Antti Rinne, président du PSD et ministre des Finances, « nous devons prendre en compte toute la Finlande dans les choix ministériels ».
Le bureau national a pris la décision sur la nomination de Mme Paatero à l’unanimité, après avoir entendu le groupe parlementaire.
Mme Paatero a admis qu’elle connaissait mieux les questions liées à la gestion des entreprises publiques que celle liées au développement. Elle souligne que l’entreprise minière Talvivaara pourrait poser encore des problèmes. Quant à Finnair, elle estime que les négociations avec le personnel avancent plutôt bien en ce moment.
Le Président Niinistö nommera aujourd’hui les nouvelles ministres, Mmes Paatero et Grahn-Laasonen.
HS/A13

Editorial : « On commence à sentir les élections »
Helsingin Sanomat estime, dans son éditorial, qu’à la lumière du sondage récent sur l’audience des partis politiques, il y aura beaucoup d’incertitude lors des élections législatives du printemps prochain. Les audiences des quatre plus grands partis ne varient pas beaucoup. La différence entre le Parti conservateur et le PSD n’est que cinq points.
Cette situation n’offre pas beaucoup de possibilité pour former un gouvernement majoritaire. L’option la plus probable est un gouvernement de coalition entre trois grands partis. Un gouvernement entre le Parti conservateur, le Centre et les Vrais Finlandais est possible. Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini n’exclut pas cette option même s’il préfère une coopération avec le Centre et le PSD. Un gouvernement entre le Parti conservateur, le Centre et le PSD est plus invraisemblable, conclut l’éditorialiste.
HS/jeu/A4

Parti conservateur

M. Stubb propose une candidate surprise pour le poste de secrétaire générale
Turun Sanomat relève que le Premier ministre Alexander Stubb, président du Parti conservateur, propose la nomination de Mme Minna Arve (40 ans), présidente conservatrice de la municipalité de Turku, au poste de secrétaire générale du parti, en remplacement de Mme Taru Tujunen.
Au printemps dernier, Mme Arve a dirigé les campagnes électorales de M. Stubb aux élections européenne et pour la présidence du Parti conservateur. Elle a antérieurement présenté sa candidature aux élections législatives de 2015.
Le conseil national du Parti conservateur décidera la nomination du nouveau secrétaire général le samedi 4 octobre.
Selon M. Stubb, le parti compte aussi nommer un responsable pour mener la campagne électorale en vue des élections législatives du printemps 2015. Le poste sera à durée déterminée.
TS/11, Nykypäivä

Négociations sur les retraites

Les négociations ont abouti à un accord
Helsingin Sanomat rapporte que le système de retraites changera considérablement dans les prochaines années. Les négociateurs du patronat et des centrales syndicales – à l’exception d’Akava – sont arrivés jeudi un accord après des négociations sur les retraites qui ont duré longtemps. Les organes centraux des partenaires sociaux se réunissent aujourd’hui pour approuver le résultat des négociations.
L’âge de la retraite augmentera d’ici 2025 à 65 ans et le changement touchera graduellement ceux qui sont nés en 1955 et après 1955. Les personnes nées en 1955 auront l’âge de la retraite à l’âge de 63 ans et 3 mois, ceux qui sont nés en 1958 à l’âge de 64 ans et ceux qui sont nés en 1962 à l’âge de 65 ans.
Selon le nouveau système, la retraite serait accumulée (1,5 % sur le salaire) à partir de 17 ans et jusqu’à 65 ans.
HS/A6-7

Economie

Notations : la Finlande perdrait un A ?
Le classement de la Finlande risque d’être réévalué à la baisse en 2015. Les économistes des banques Nordea et Danske bank considèrent comme probable que Standard & Poor’s n’accordera plus qu’un double A pour la Finlande, lorsqu’il donnera ses évaluations le 10 octobre.
M. Kuoppamäki de Danske bank rappelle que, outre la Finlande, rares sont les pays de la zone euro qui ont le triple A. M. Kangasharju de Nordea estime que si la Finlande ne perdait pas son triple A maintenant, elle risquerait de le perdre dans les 12 moins qui viennent.
KS/11

600 000 emplois menacés, selon les chefs d’entreprise
Le patronat EK a publié un rapport intitulé « manifeste de la croissance », qui relève que la part de l’industrie dans le PIB est passée de 23 % en 2007 à 15 % en 2013. Selon les chefs d’entreprise, 600 000 emplois risquent de disparaître dans la production industrielle. Pour eux, la Finlande n’est pas attrayante au niveau des investissements. Ceci est dû aux facteurs comme la fiscalité, la régulation, l’envergure du secteur public, le financement des investissements, la politique énergétique et le marché du travail.
M. Peltola, directeur auprès du groupe forestier Stora Enso, regrette que l’on n’apprécie pas suffisamment les entreprises en Finlande. Pour lui, la politique manque de continuité s’agissant par exemple de fiscalité ou de l’énergie. Lorsqu’on fait des investissements sur une durée de 30 ans, il faudrait que le contexte ne change pas tout le temps.
EK propose de diminuer les dépenses du secteur public et d’alléger la fiscalité du travail.
M. Eloranta, ancien directeur général du groupe forestier Metso, qualifie le rapport « d’appel au secours ».
HS/A32, KS/11

Prévisions de l’institut de recherche Etla
Selon l’institut de recherche économique Etla, la conjoncture finlandaise s’est nettement détériorée par rapport au printemps dernier du fait que les exportations n’augmentent pas comme prévu. Ceci est du à la faible croissance économique eu niveau européen, ainsi qu’à la diminution des exportations vers la Russie.
Etla prévoit une diminution du PIB de 0,4 % pour cette année et une croissance de 0,8 % pour 2015.
Le taux de chômage s’élèvera à 8,7 % cette année et restera à ce niveau en 2015. Selon l’Institut national d’études statistiques, le taux de chômage était de 7,4 % en août.
Helsingin Sanomat note que les chiffres d’Etla sont plus sombres que ceux du ministère des Finances qui a tendance à être prudent. Le ministère ne prévoit aucune croissance pour 2014 et une croissance de 1,2 % pour l’année prochaine.
HS/A32

Politique étrangère et européenne

Ukraine

« L’Europe se prépare à des problèmes dans les livraisons de gaz » HS
Helsingin Sanomat relève que plusieurs pays de l’Europe de l’Est et centrale sont dépendants du gaz naturel, dont 30 % vient de la Russie. La moitié de ce gaz passe par l’Ukraine. Les Etats membres de l’UE se font des soucis pour des problèmes éventuels engendrés pour ces livraisons par la crise en cours.
Le commissaire chargé de l’énergie, M. Oettinger, a dit que le secteur énergétique ne devrait pas être utilisé comme un instrument politique.
Les réserves européennes de gaz naturel sont pleines à 91 %. Selon M. Vapalahti du Centre national d’approvisionnement, cela montre que les marchés s’attendent à ce que de telles réserves pourront s’avérer utiles. La Finlande par contre, ne dispose pas de réserves ni d’itinéraires optionnels pour des importations de gaz naturel.
Les ménages finlandais ne sont principalement pas dépendants du gaz naturel qui est utilisé pour les besoins de centrales énergétiques et de l’industrie. Selon M. Vapalahti, la Finlande arriverait à remplacer la consommation communale et des ménages par d’autres carburants pendant cinq mois. L’industrie dispose également de systèmes de précaution, mais concernant certaines branches, il faudrait mettre en place des mesures d’adaptation dans la production.
Outre la Finlande, une pénurie de gaz naturel toucherait la Bulgarie, la Pologne et la Turquie, et une interruption de six mois engendrerait des problèmes pour l’Allemagne et pour une grande partie de l’Europe de l’Est.
Les négociations concernant le litige entre la Russie et l’Ukraine sur le gaz continuent aujourd’hui.
HS/A26-27

Isis

« La Finlande ne partira pas faire la guerre » NP
Nykypäivä, organe du Parti conservateur, relève que selon le Premier ministre, M. Stubb, le gouvernement réfléchit aux façons desquelles la Finlande pourrait participer à la lutte contre la menace constitué par Isis.
« Des décisions n’ont pas été prises. Mais la Finlande ne partira pas faire la guerre », selon M. Stubb. M. Lindberg, commandant des forces armées, confirme que les décisions concernant une contribution quelconque relèvent des dirigeants politiques.
Le Président Sauli Niinistö a évoqué la situation syrienne et la menace constituée par Isis lors de son intervention à l’ONU, mercredi. Il rappelle qu’il ne faut pas que la communauté internationale laisse le peuple syrien seul. Il estime que le conflit syrien ne pourra être résolu que par de moyens politiques.
« La guerre en Syrie a affaibli la situation en matière de sécurité de toute cette région : l’expansion géographique de l’organisation Isis qui exerce une terreur horrible est un effet secondaire du conflit. La situation a des conséquences graves au niveau local, régional et international. Il faut relever le défi ensemble, sur un front vaste. La Finlande soutient les efforts communs », a dit M. Niinistö.
Il a encouragé le Conseil de sécurité de saisir la Cour pénale internationale concernant la situation syrienne. « Il faut que la CPI agisse lorsque le système judiciaire national n’y arrive pas. »
NP

Jeudi 25 septembre 2014

Politique intérieure

Energie

Le gouvernement rejette la demande de TVO
Le gouvernement a rejeté par 10 voix contre 3 la demande de TVO de prolonger l’autorisation de principe de construire une nouvelle centrale nucléaire OL4.
Si TVO ne présente pas de demande de permis de construire avant le 30 juin 2015, l’autorisation de principe conférée par le gouvernement en 2010 deviendra donc caduque.
Ce vote était attendu car outre les six ministres du parti conservateur, les deux ministres du parti populaire suédois avaient annoncé qu’ils voteraient contre la proposition du ministre des Finances d’approuver la demande de TVO.
Vn.fi HS

Le droit du côté de TVO ?
Helsingin Sanomat rapporte que selon le professeur de droit administratif Heikki Kulla estime que les arguments juridiques avancés par le ministère de l’Economie pour rejeter la demande de TVO n’étaient pas suffisants.
HS

Le Stuk attend toujours les corrections de Rosatom en matière de sécurité
Selon le directeur du STUK le projet de réacteur de Rosatom présenté par RFennovoima comporte toujours des carences en matière de sécurité, rapporte Kaleva.
Selon le STUK, le délai qui reste pour présenter des corrections, avant le dépôt du permis de construire au plus tard en juin 2015, est très court.
Kaleva

Helsinki bientôt sans charbon ?
Helsingin Sanomat rappelle que le conseil municipal d’Helsinki s’est fixé pour principe dès 2010 que la capitale finlandaise n’utilise plus de charbon en 2050. Helsinki réfléchit donc actuellement aux moyens d’y arriver.
Une possibilité serait de construire une centrale aux bioénergies à Vuosaaria et de fermer les centrales à charbon de Hanasaari et Salmisaari.
L’autre possibilité est de rénover ces centrales afin qu’elles puissent aussi utiliser un combustible à 40% de résidus du bois. Cette solution serait moins onéreuse mais ne mettrait pas fin à l’utilisation du charbon.
HS rapporte que les grandes entreprises finlandaises qui font partie du Climate Leadership Couincil mis en place par le SITRA souhaiteraient qu’Helsinki renonce à l’utilisation du charbon et promeuve le Cleantech finlandais.
HS

Gouvernement

Mme Grahn-Laasonen sera nommée ministre de l’Environnement
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre Alexander Stubb a choisi la députée Sanni Grahn-Laasonen au poste de ministre de l’Environnement. Elle sera nommée vendredi par le Président Niinistö.
Mme Grahn-Laasonen (31 ans), première vice-présidente du parti, est députée depuis 2011. Elle a été journaliste au tabloïd Iltalehti, ensuite attachée de presse de M. Stubb, alors ministre des Affaires étrangères. Au poste de ministre de l’Environnement, elle remplacera M. Ville Niinistö, président de l’Alliance verte.
La nouvelle ministre souhaite diminuer la règlementation de l’administration environnementale. Elle compte notamment revoir les régles concernant l’obligation de retraiter les eaux pour les habitations en zone rurale.
HS/A18

Mme Paaatero sera nommée ministre du Développement
Le PSD propose la nomination comme ministre du Développement, chargée des entreprises publiques, Mme Sirpa Paatero, actuellement vice-présidente du groupe parlementaire du PSD.
Mme Paatero est députée depuis 2006 et conseillère municipale de Kotka depuis 2000.
au poste de ministre de l’Environnement. Elle sera nommée vendredi par le Président Niinistö.
Yle

Fiscalité

M. Stubb exige une diminution de la fiscalité
Dans un discours prononcé lors d’un séminaire organisé par la chambre de commerce, le Premier ministre Alexander Stubb a déclaré qu’il fallait nettement diminuer la fiscalité sur les revenus du travail ainsi que sur les revenus du capital et les bénéfices des entreprises ; cela pourrait être financé par une diminution des dépenses publiques et une augmentation de la fiscalité indirecte sur la consommation.
M. Stubb est favorable à la proposition du ministère des Finances de diminuer de 2 milliards la fiscalité sur le revenu et de ramener à 50% le taux marginal de l’impôt sur le revenu (actuellement de 57%).
« Relancer l‘économie par la dette ne sera pas possible dans l’avenir proche. Il faut diminuer la dépense publique ».
M. Stubb en a appelé à prendre exemple sur la Suède pour inciter les chômeurs à accepter du travail et sur le Danemark pour faciliter les licenciements.
HS

Parlement

Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement
Selon Keskisuomalainen, les députés ont voté mercredi sur la motion de motion de censure déposée par le Centre et l’Alliance des gauches sur l’inégalité. Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement par 97 voix contre 84. Les députés de l’Alliance verte ont voté blanc. Les deux ministres verts quitteront le gouvernement officiellement demain vendredi.
KS

Partis politiques

L’audience de l’opposition dépasse celle du gouvernement
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage d’opinion sur l’audience des partis politiques, effectué pour le comte du quotidien par l’institut TNS Gallup. A la lumière de ce sondage, l’audience des partis de l’opposition, dépasse celle des partis du gouvernement de plus de neuf unités : 53,9 % des personnes interrogées voteraient pour le Centre, les Vrais Finlandais, l’Alliance des gauches ou l’Alliance verte et 44,7 % voteraient pour le parti conservateur, l e PSD, le Parti suédois ou les Chrétiens-démocrates.
La faible popularité du gouvernement dépend pour la plupart de la majorité très juste : le gouvernement a 101 députés, l’opposition en a 98 (le président du Parlement n’ayant pas le doit de voter).
HS/A17

Resserrement des écarts entre les partis
Selon ce sondage, l’écart entre les quatre plus grands partis ne cesse de se resserrer, surtout en raison de la diminution de l’audience du parti conservateur et de l’augmentation de celle du PSD.
Le Parti conservateur est crédité de 21,2 %, le Centre 20 %, les Vrais Finlandais 16,9 % et le PSD 15,9 %.
L’Alliance des gauches est créditée de 8,7 %, l’Alliance verte 8,3 %, le Parti suédois 4,1 % et les Chrétiens-démocrates 3,5 %.
Le sondage a été effectué en le 15 et le 18 septembre auprès de 2 261 Finlandais.
HS/A17

Négociations sur les retraites

Les négociations continuent
Helsingin Sanomat rapporte que les représentants du patronat et des centrales syndicales ont repris les négociations sur les retraites mercredi soir. Selon les estimations, il ne s’agit plus que de petites nuances dans le litige.
M. Lauri Lyly, président de la grande centrale syndicale SAK, estime qu’un accord pourrait être trouvé demain.
HS/A18, Yle

Ecoutes téléphoniques

La Direction nationale de police enquête sur la légalité des écoutes
La Direction nationale de la police a entamé une enquête sur la légalité des écoutes téléphoniques et la télésurveillance effectuée par la police. Il s’agira de terminer le rapport en la matière pour la fin de l’année.
HS/A21

Le groupe de travail propose de nouveaux moyens d’acquisition d’informations pour la Sûreté nationale
Le groupe de travail du ministère de l’Intérieur ayant étudié la réforme du statut de la Sûreté nationale propose que l’on dote la Supo de nouveaux moyens d’acquisition d’information afin de lutter contre des projets criminels. Il pourrait s’agir de l’utilisation de personnes comme sources et de l’acquisition d’informations sur des réseaux informatiques.
Le groupe de travail propose quatre modèles différentes pour modifier le statut de la Supo ou d’une autre autorité de renseignement. Créer un service de renseignement à proprement dit pourrait être envisagé ultérieurement.
Mme Räsänen, ministre de l’Intérieur, a annoncé, hier, qu’elle envisageait de lancer un projet législatif pour transférer la Supo directement sous son ministère.
Les droits de la Supo concernant de nouveaux moyens d’acquisition d’information seront préparés plus tard avec attention, selon elle.
HS/21

Archéologie

L’objet trouvé à Vantaa pourrait être une première source de lumière
Selon Helsingin Sanomat, une petite figure en argile, fabriqué il y a environ 5 500 ans, trouvée dans les fouilles archéologiques de Jokiniemi à Vantaa cet été, pourrait être une première source de lumière, une petite lampe à l’huile de phoque.
Selon l’archéologue Jan Fast, l’objet sera analysé pour savoir s’il y a des traces d’huile de phoque. Il estime que l’objet aurait pu être utilisé lors des rituels chamaniques.
Les archéologues ont trouvé beaucoup d’objets différents sur le site de Jokiniemi, par exemple des pointes de flèches, des os de phoque ou des morceaux de céramique.
HS/A13

Politique étrangère et européenne

Nations-Unies

M. Niinistö favorable à une restriction du droit de veto
Le Président Sauli Niinistö estime qu’il « faut rénover le conseil de sécurité de l’ONU.La Finlande soutient les projets de limiter le recours au droit de veto ». Mais il reconnaît que ce projet de réforme a peu de chance de passe car « il risque de se voir opposer un veto ». HS relève que M. NiinistÖ a critiqué directement la Russie. Il estime que l’ONU en mars aurait du « prendre une position plus forte encore et condamner directement les actions de la Russie [en Ukraine] et montrer à quel point il faut arrêter les violences et rétablir la paix ».
Selon lui, un Etat de l’ONU qui « perd une partie de son territoire annexée par un autre Etat devrait pouvoir se tourner vers les Nations-Unies pour obtenir justice et réparations ». La crise de l’Ukraine ne sera pas résolue dans la participation active de la Russie : « La Russie devrait surveiller ses frontières et empêcher les armes et les combattants de se rendre en Ukraine », a-t-il dit.
HS

Défense

Propos de M. Haglund sur les nouvelles formes de conflit
Helsingin Sanomat rend compte des propos du ministre de la Défense, M. Haglund, sur la « guerre hybride » qui prend des formes de plus en plus variées. M Haglund estime que le conflit en Ukraine ne sera certainement pas le dernier à adopter de nouvelles méthodes à côté de la force militaire traditionnelle, comme la guerre d’information, la pression militaire, les soldats sans insigne et la cyberguerre.
La guerre d’information a surgi cet été. « L’information passe de plus en plus rapidement, qu’il s’agisse de fausses ou de justes informations », rappelle le ministre en relevant qu’en Russie, la plupart des gens ne se rendent pas compte du fait que les informations dans les médias sont fausses. En Finlande aussi, il y a des messages faux qui dont diffusés, soit délibérément ou par ignorance. « On peut le constater sur les commentaires des lecteurs sur les sites web des médias : il y a des signes qui laissent deviner que certains des commentaires viennent de Russie. Il n’y a pas de certitude sur le fait de savoir qui ils sont et comment c’est fait. »
M. Haglund relève qu’il n’y a pas que la Russie qui fait de la guerre d’information, la Chine et la Corée du Nord en font aussi. « On a longtemps pensé que la Russie allait devenir une démocratie. On aurait du le comprendre, du temps de la guerre de Géorgie. » Pour lui, il serait important de comprendre la nature de l’action russe, tout come il faut être conscient de la nature de la guerre d’information. « Il est indispensable de reconnaitre les faits. »
M. Haglund souligne que, dans une guerre hybride, il ne suffit pas que les forces armées se préparent. La guerre d’information vise les civils, les cyberattaques visant l’infrastructure. Il rappelle que les forces armées devront se préparer dans le domaine des cyber-menaces afin d’être crédibles. « Cela nécessitera des crédits ou en tout cas un meilleur ciblage des ressources », selon lui. Il a commandé au commandant des forces armées une estimation des besoins. Il rappelle que les jeunes appelés pourraient disposer un potentiel de savoir-faire dans ces questions.
HS/A16

Ministère des Affaires étrangères

Un nouveau centre de visas à Viipuri
La Finlande inaugurera, demain, un nouveau centre de visas à Viipuri. Le gouverneur de la région de Leningrad, M. Drozdenko, et M. Stenlund, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères soulignent l’importance de permettre la circulation facile des personnes.
M. Drozdenko estime que l’inauguration est particulièrement significative maintenant, plus qu’elle ne l’aurait été il y a un an, dit-il en faisant référence aux relations tendues entre la Russie et l’Occident.
M. Lehtonen, chef de la section visas du consulat général de Finlande à Saint-Pétersbourg, relève que l’idée est de servir encore mieux les habitants de Viipuri qui se rendent souvent en Finlande.
250 demandes de visas par jour au maximum sont attendues à Viiputi. La gestion des demandes sera assurée par le groupe indien VFS Global, à l’instar des 17 autres services de visas finlandais en Russie.
A Saint-Pétersbourg, on prévoit une diminution de 20 % du nombre de demandes de visas, en raison du faible cours du rouble.
HS/A22

Mercredi 24 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Tuomioja
Suomenmaa, organe du Parti du centre, rapporte que le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, s’est exprimé devant les jeunes centristes samedi dernier. M. Tuomioja estime que pour rendre normales les relations entre les partenaires du conflit et pour stabiliser l’Ukraine, l’Ukraine pourrait deviendrait un Etat fédéral et la Russie aurait le statut d’observateur dans le programme du partenariat oriental de l’Union européenne.
M. Tuomioja a critiqué la presse tabloïds et la radio-télédiffusion publique Yle qu’il accuse d’avoir semé la peur [concernant les attitudes de la Russie). « Le débat dans les médias ne reflète pas la réalité », selon le ministre. Pour comprendre la situation en Ukraine, le gros problème est que les informations ne sont pas souvent vraies.
M. Tuomioja n’est pas convaincu des spéculations selon lesquelles que l’action de la Russie fait partie d’un grand plan pour revenir aux anciennes frontières de l’empire. « Pour la plupart, la Russie a réagi à des évènements qu’elle n’a pas forcément mis en route. » Un de ces évènements est l’occupation de la Crimée, due à la fuite du président Viktor Yanukovych.
L’UE, l’Ukraine et la Russie ont annulé le traité d’association qui devrait entrer en vigueur en 2016 pour le libre-échange. Le débat sur les effets du traité pour la Russie continue. « Pour diminuer les soupçons de la Russie, il faudrait lui accorder le statut d’observateur dans les programme du partenariat oriental de l’UE. »
M. Tuomioja estime que la Suède et la Pologne ont suscité les soupçons de la Russie par leur propos et leur comportement. La signification du partenariat oriental n’a pas été évoquée avec la Russie, ce qui a aussi rendu la situation plus difficile. « On aurait dû mener ces négociations il y a un an ou deux », selon M. Tuomioja.
Il souligne que l’UE doit évaluer elle-même s’il y a eu des erreurs dans le processus. Il ne faut pas admettre les erreurs en public mais il faut éventuellement changer de cap. « Nous ne savons tout simplement pas si des mesures plus équilibrées auraient pu empêcher les évènements. »
Les élections législatives seront organisées en Ukraine fin octobre. « Espérons que les élections locales seront organisées en même temps. Il ne faut pas faire naître un conflit gelé ou une situation d’un ‘Etat au sein d’un Etat’ comme en Bosnie-Herzégovine. »
Selon M. Tuomioja, la décentralisation ou un Etat fédéral pourraient être de bonnes options pour la situation ukrainienne. « Il ne faut pas démoniser le fédéralisme. L’Allemagne et les Etats-Unis sont des Etats fédéraux, pourquoi pas aussi l’Ukraine. »
M. Tuomioja souligne qu’après les élections, il faut que les Etats tiers respectent l’intégrité de l’Ukraine et son droit à choisir sa propre voie. « L’Ukraine doit toutefois comprendre de ne pas utiliser son droit à demander une adhésion l’OTAN pour ne pas irriter la Russie. »
SM

Syrie

Propos du Président Niinistö
Le Président Sauli Niinistö relève qu’il ne souhaite pas porter de jugement sur les frappes américaines en Syrie. Auprès de la communauté internationale, il y a une vaste entente sur le fait qu’Isis représente une menace violente et cruelle, peut-être sans précédent, contre laquelle il faut se défendre et aider à se défendre.
M. Niinistö s’attend toutefois à ce que les frappes suscitent un débat sur le droit international, que les attaques violent selon la Russie. « Du point de vue du droit international, c’est la Syrie qui souffre des violations, et non pas la Russie », relève-t-il. Se défendre est tout à fait légitime, selon lui.
« Une des questions difficiles du droit international est celle de savoir à quel point on peut se défendre sur le territoire d’un autre Etat. Je ne souhaite pas me mettre dans le rôle d’un juge dans les questions relevant du droit international, mais nous aidons ceux qui en ont besoin. »
HS/A25

Climat

Sommet de l’ONU
Le Président Sauli Niinistö a déclaré, à New York, que le changement climatique pourrait conduire à une situation incontrôlable et que pour cela, il fallait assurer que l’on obtient un traité à la Cop15 de Paris.
Il a confirmé que la Finlande accordera de l’argent au fonds climatique, sans pour autant révéler de montant.
HS/A27

Politique intérieure

Energie nucléaire

La centrale de Fennovoima sera rentable seulement à partir de 2040 ?
Selon un rapport effectué à l’Université Aalto, investir dans un nouveau réacteur nucléaire est un risque considérable. Selon les prévisions moyennes, pas particulièrement optimistes, le réacteur de Fennovoima serait rentable en 2040. Si les mêmes calculs sont faits selon les évaluations du ministère de l’Emploi et de l’Economie concernant le marché énergétique nordique, le réacteur ne serait rentable qu’en 2054.
Selon les estimations les plus optimistes, le réacteur de Fennovoima pourrait rapporter des bénéfices dès 2032.
HS/A28

Fennovoima engagé pour de l’uranium russe pour dix ans
Helsingin Sanomat relève qu’en décembre dernier, Fennovoima a conclu avec JSC Tvel qui fait partie du consortium Rosatom, un accord sur la livraison du combustible nucléaire pour son réacteur de Pyhäjoki. L’accord concerne la livraison de l’uranium pour les dix premiers années du fonctionnement du futur réacteur. Avant cette échéance, il ne sera pas possible pour Fennovoima de lancer un appel d’offres en la matière.
Fortum utilise un fournisseur russe de carburant pour ses réacteurs à Loviisa, tandis que TVO a conclu des accords de livraison avec plusieurs fournisseurs occidentaux.
HS/A29

Gouvernement

Répartition des ministères
Helsingin Sanomat relève que les partis représentés au gouvernement se sont mis d’accord mardi sur la répartition des portefeuilles des deux ministres de l’Alliance verte qui quitteront officiellement le gouvernement vendredi.
Le Premier ministre Alexander Stubb a annoncé mardi que le Parti conservateur Kokoomus aura le portefeuille de l’environnement et que le nouveau ministre serait choisi parmi les députés conservateurs. Le nom du nouveau ministre sera annoncé aujourd’hui mais il est presque sûr, selon les médias, qu’il s’agit de Mme Sanni Grahn-Laasonen (31 ans), vice-présidente du parti et députée élue pour la première fois en 2011.
Le parti social-démocrate aura le poste de ministre du Développement, chargé de la gestion des entreprises publiques. La candidate la plus en vue pour ce poste est la députée Sirpa Paatero.
Les affaires de sport, qui font actuellement partie du portefeuille du ministre de la Culture, Mme Pia Viitanen (PSD), seront transférées au ministre de la Défense, M. Carl Haglund (président du Parti suédois). Avant d’être nommé ministre, M. Haglund a été secrétaire d’Etat chargé de la culture et des sports.
Mme Päivi Räsänen (présidente des Chrétiens-démocrates), ministre de l’Intérieur s’occupera désormais des affaires relatives à la Douane qui ont fait partie du portefeuille du ministre des Finances.
M. Stubb se félicite de ces décisions qui « ont été facile à prendre » et du fait que son parti aura le portefeuille de l’environnement, « pour la première fois depuis longtemps ».
Le président du groupe parlementaire du PSD, M. Jouni Backman, souligne que son parti apprécie le portefeuille du développement et de la gestion des entreprises de l’Etat. Il admet que certains sociaux-démocrates regrettent que le parti ait perdu les affaires du sport. « Il faut quand même que les petits partis aussi aient quelque chose de plus. »
HS/A13

Parlement

Energie
Selon Suomenmaa, organe du Parti du centre, le Premier ministre Stubb présentera une déclaration du gouvernement sur la politique énergétique au Parlement le mardi 7 octobre. Le présidium du Parlement a pris mardi la décision de la date, assez tardive, en raison des déplacements du Premier ministre.
Le président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, a estimé que le Parlement ne pourrait pas prendre la décision sur le nucléaire sans connaître l’ensemble de la politique énergétique du gouvernement.
SM/7

Motion de censure
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement a débattu mardi la motion de censure déposée par le Centre et l’Alliance des gauches sur l’inégalité. Le gouvernement a décidé au printemps dernier de couper les allocations familiales et, en contrepartie, pour les ménages aux faibles revenus, d’introduire un nouvel allègement fiscal qui serait en vigueur jusqu’à 2017. L’opposition a critiqué vigoureusement ces mesures, ainsi que certains députés de l’Alliance verte.
Selon M. Ben Zyskowicz, vice-président du groupe parlementaire conservateur, les partis du gouvernement peuvent encore abandonner les coupes sur les allocations familiales s’ils trouvent une façon de faire des économies.
Le vote de confiance doit avoir lieu aujourd’hui.
HS/A14

Chômage

Hausse du chômage caché
Helsingin Sanomat rend compte des chiffres de l’Institut national d’études statistiques sur le nombre augmenté de chômeurs par rapport à l’année dernière. En août 2014, il y en avait 197 000, ce qui est 6000 de plus qu’à la même époque en 2013. Le taux de chômage était de 7,4 % contre 7,1 % en 2013.
HS relève que le chômage caché a augmenté bien plus. En août, il y avait 32 000 personnes de plus qu’à la même époque en 2013 rentrant dans cette catégorie.
Dans le chômage caché, il s’agit de personnes qui ne travaillent pas et qui seraient disponibles, mais qui n’ont pas activement cherché du travail depuis quatre semaines. En un an, leur nombre a augmenté de 28 %, pour atteindre 149 000 personnes aujourd’hui.
L’Institut d’études statistiques estime que la mauvaise situation sur le marché du travail n’encourage pas la recherche active de l’emploi.
HS/A32

Retraites

Sondage sur l’âge de la retraite
Helsingin Sanomat relève qu’à la lumière des résultats d’un sondage effectué pour le compte du quotidien, les Finlandais sont plutôt opposés à l’augmentation de l’âge de la retraite de 63 à 65 ans : 58 % s’y opposent, 39 % sont pour et 3 % ne s’expriment pas. Les jeunes s’y opposent le plus, par exemple 66 % des jeunes de 15 à 24 ans, tandis que 54 % des personnes de plus de 65 ans y sont favorables.
60 % des conservateurs y sont favorables, contre 24 % des Vrais Finlandais.
Le sondage a été effectué par l’institut TNS Gallup entre le 9 et le 20 septembre.
HS/A6

Renseignement

Rapport sur l’avenir de la Sûreté nationale
Selon Helsingin Sanomat, un rapport sur l’avenir de la Sûreté nationale et les possibilités d’un renseignement civil sera déposé aujourd’hui à Mme Päivi Räsänen, ministre de l’Intérieur.
Le moment est opportun si le gouvernement décide de créer une organisation du renseignement civil, parce que deux Finlandais occupent les postes européens les plus importants en ce moment : M. Ilkka Salmi dirige le renseignement civil de l’Union européenne et M. Georgij Alafuzoff dirige le renseignement militaire de l’Union. Avant leurs nominations à Bruxelles, M. Salmi a dirigé la Sûreté nationale et M. Alafuzoff le renseignement militaire. Tôt ou tard, les deux vont revenir en Finlande. Il y a donc assez d’expertise dans ce domaine si le ministère de l’Intérieur décide de commencer les préparatifs pour un service de renseignement autonome.
MM. Salmi et Alafuzoff ont pris fortement position en faveur d’une coopération plus étroite entre les renseignements militaire et civil dans les pays membres de l’Union européenne.
HS/A9

France- Finlande

Littérature

Salon du livre de Turku
Turun Sanomat publie un supplément dédié au Salon du livre de Turku (3 – 5 octobre), avec plusieurs articles sur la France, notamment une interview de Sofi Oksanen sur la position de la littérature en France et une interview de Katherine Pancol.
TS

Mardi 23 septembre 2014

Politique intérieure

Energie

Le Premier ministre présentera au Parlement une déclaration sur la politique énergétique
Turun Sanomat relève que le Premier ministre Alexander Stubb présentera prochainement au Parlement une déclaration sur l’ensemble de la politique énergétique. Selon la chancellerie du Premier ministre, la date n’a pas encore été fixée.
Selon M. Stubb, « les projets nucléaires oint suscité beaucoup de questions sur la politique énergétique. Il est très important de mener un débat ouvert au Parlement sur toutes les questions liées à l’énergie ».
TS/9

Le député Kataja propose d’accorder à TVO une autorisation sous condition
Helsingin Sanomat rapporte que le député conservateur Sampsa Kataja propose qu’on accorde à TVO une autorisation pour un délai supplémentaire à condition que TVO puisse donner un rapport supplémentaire sur le calendrier de son investissement. Le délai supplémentaire devrait être plus court que cinq ans.
M. Kataja souligne qu’il s’agit de sa propre proposition et non de la position du Parti conservateur.
HS/A12
Politique étrangère et européenne

Climat

Sommet de l’ONU
Les journaux présentent les défis de la conférence climatique de l’ONU.
Hufvudstadsbladet relève que M. Häkämies, directeur général du patronat EK, estime que dans la politique climatique, un pilotage qui prend en compte les marchés est essentiel afin d’arriver à une efficacité au niveau du coût en ce qui concerne les mesures pour diminuer les émissions de CO2.
Mme Pantsar-Kallio de Sitra relève que l’industrie prend au sérieux le défi climatique. Il s’agit d’obtenir un traité climatique mondial afin que la politique européenne en la matière ne joue pas dans le sens de détériorer la compétitivité, l’emploi et le bien-être.
M. Häkämies estime que la bio-économie et l’énergie nucléaire vont de pair. L’évolution de la bio-économie nécessite une industrie forestière prospère qui, de son côté, a besoin de l’électricité pas chère. Ces domaines ne s’excluent pas, pour lui, au contraire.
Il estime que les projets de réacteurs nucléaires de Fennovoima et de TVO sont indispensables pour favoriser l’autosuffisance électrique de la Finlande. Rejeter le projet de TVO (sur un quatrième réacteur à Olkiluoto) détériorerait les perspectives de l’économie finlandaise de façon inquiétante et engendrerait des disparitions d’emploi. Cela serait irresponsable, pour lui.
SM/8, HBL/6, TS/12

Editorial : « Il faut réformer la subvention énergétique du bois » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève selon les données de l’Institut national d’études statistiques, la consommation du charbon a diminué de près d’un quart au début de l’année, par rapport à l’année précédente. Le charbon constitue toutefois 10 % de la consommation énergétique finlandaise, ce qui est problématique du point de vue climatique, mais également sous l’aspect d’autosuffisance. Dans la pratique, la totalité du charbon est importé de la Russie.
L‘unique atout du charbon est son prix. Cela vaut surtout pour les centrales qui ne produisent que de l’électricité. Ainsi, de telles vieilles centrales à Jyväskylä, Vaasa et Pietarsaari envisagent de passer au charbon aux dépens de carburants finlandais.
L’offre du charbon a augmenté sur le marché mondial en raison du succès du gaz de schiste américain.
La Finlande n’y peut rien à ces évolutions mondiales.
HS

Nations Unies

Le Président Niinistö s’est exprimé à la Conférence mondiale sur les peuples autochtones
Helsingin Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö, qui s’est rendu à New York pour participer à l’assemblée générale des Nations Unis, a participé lundi à la première Conférence mondiale sur les peuples autochtones où il a prononcé le discours au nom de l’Europe occidentale.
Dans son discours, M. Niinistö a souligné l’importance pour les peuples autochtones de pouvoir participer aux décisions qui les concernent, aussi bien au sein de l’ONU que dans leurs propres pays.
Il a critiqué le fait que la Russie aurait empêché la participation des représentants des peuples autochtones à la conférence de New York. « En Finlande, il est écrit dans la loi que les autorités doivent négocier avec le parlement des Sames. Les jeunes Sames finlandais ont pris des pas importants pour améliorer leur propre participation à des manifestations culturelles et politiques. »
M. Niinistö a également mentionné le changement climatique qui a des effets sur la vie des peuples autochtones. Il n’a toutefois pas évoqué le traité de l’OIT sur les peuples autochtones que la Finlande n’a pas encore ratifié même si on en parle depuis 25 ans. L’ombudsman des minorités, Mme Eva Biaudet, a critiqué le gouvernement à ce sujet précédemment en hiver dernier. Les questions climatiques seront négociées aujourd’hui au sein de l’ONU.
HS/A11

Economie – Exportations – Effets de la crise en Ukraine

Exportations
Kauppalehti relève que le rétablissement des exportations qui s’annonçait déjà semblerait avoir souffert de la crise en Ukraine. La croissance des exportations frôlera le zéro cette année. Pour 2015, une croissance de 1,6 à 4 % est prévue dans les prévisions les plus récentes.
M. Lahtinen de l’institut de recherche PTT relève que déjà au début de l’année, l’évolution des exportations était ambivalente : celles vers le marché européen ont augmenté alors que celles en-dehors de l’UE stagnaient.
Les pays de l’eurogroupe représentent un tiers des exportations de marchandises finlandaises, et l’UE en représente la moitié.
KL relève que l’atmosphère ne favorise pas les investissements en raison de la guerre en Ukraine et les conflits au Proche-Orient. L’inflation qui est à zéro et la déflation rendent le rétablissement des pays en crise de la zone euro.
Ce qui est positif, entre autres, c’est que le fondement de l’économie allemande est sain. Sa politique économique pourra favoriser la croissance. Le cours de l’euro s’affaiblit légèrement y compris avec un allègement de la politique financière de la BCE. Sans beaucoup de pays, la politique financière est en train de passer d’une politique de rigueur dans le sens de la relance. Une politique de relance propose des opportunités pour des investissements. La BCE promet d’œuvrer plus dans ce sens le cas échéant.
KL rend compte des prévisions d’exportations dans quelques pays partenaires commerciaux de la Finlande. Les exportations vers l’’Allemagne qui représente 12,4 % des exportations finlandaises (3,4 milliards d’euros) devraient connaître une croissance de 35 % , celles vers la Grande-Bretagne, dont la part est de 5,8 % avec des exportations de 1,6 milliards d’euros, connaîtraient une croissance de 32 %.
La zone euro représente 34,4 % des exportations (9,5 milliards d’euros). Les exportations vers la zone euro sont prévues augmenter de 9 %, tandis que celles vers l’UE qui représentent 58,3 des exportations en s’élevant à 16,2 milliards d’euros, augmenteraient de 7 %.
KL/A6-7

Economie

« Selon un économiste suédois, la Finlande peut se permettre de s’endetter plus »
Hufvudstadsbladet rend compte des propos de l’économiste en chef de la banque suédoise SEB, M. Bergqvist, qui estime qu’il faudrait moins faire attention au montant de la dette publique et se concentrer plutôt sur ce qui est fait avec l’argent emprunté. Pour lui, la Finlande pourrait se permettre de dépenser plus. Il y a une différence importante entre le fait de s’endetter pour consommer ou pour investir.
M. Bergqvist estime que la Finlande devrait investir dans l’infrastructure, de préférence en coopération avec le secteur privé. Il souligne l’importance de structures favorables pour l’industrie, ainsi que des mesures pour que la main d’ouvre et les emplois vacants se trouvent. Une bonne politique d’intégration est essentielle dans un pays touché par le vieillissement de la population.
M. Bergqvist n’exclut pas non plus les investissements du secteur énergétique afin d’accélérer la croissance.
HBL/5, KL/A9

Conseil nordique

Plus d’une centaine de parlementaires nordiques réunis à Tampere
Selon Aamulehti, les commissions et groupes parlementaires du Conseil nordique se sont réunis lundi à Tampere-talo. Le présidium du conseil se réunit aujourd’hui.
Environ 160 parlementaires et fonctionnaires nordiques sont en train de préparer les rapports qui seront étudiés à la séance parlementaire à Stockholm fin octobre. Il s’agit par exemple des avis du Conseil nordique sur la coopération avec la Russie ou la mise en œuvre de la directive de l’UE sur les émissions de soufre.
AL/A6

Isis

Selon un chercheur, un anéantissement d’Isis pourrait augmenter la menace terroriste ailleurs
Selon Turun Sanomat, M. Teemu Sinkkonen, chercheur à l’institut des relations internationales UPI, souligne qu’Isis est une organisation terroriste basée sur la violence qui ne pourra pas se transformer en Etat opérationnel.
Un des points faibles d’Isis sont se alliés. « Les alliés n’ont pas les même objectifs que le directeur d’Isis. Cette alliance va se défaire peu à peu. » M. Sinkkonen estime qu’il n’est pas très difficile de battre Isis qui serait ensuite transformé en plusieurs petites organisations djihadistes. Isis ne disparaitra pas entièrement. Cela pourrait engendrer des actes terroristes dans plusieurs pays parce que le rôle des combattants étrangers est assez important.
« Selon les recherches sur les combattants étrangers montrent que les personnes qui ont des expériences des batailles sont les plus compétents pour réaliser des actes terroristes », selon M. Sinkkonen.
TS/12

France

Politique européenne

« Un net clivage entre les puissances de l’UE » KL
Le correspondant en Allemagne de Kauppalehti fait état de la visite du Premier ministre français en Allemagne. Il écrit que « les différences de points de vue entre les Etats favorables à une politique de rigueur ou d’austérité et d’autre part les Etats favorables à une relance par l’endettement se caractérisent par les piques que se lancent la France et l’Allemagne. La France va devoir à nouveau demander un délai supplémentaire de trois ans pour revenir à un déficit budgétaire de moins de 3% du PIB. Berlin accepte ce délai mais refuse toute relance économique par l’endettement ».
KL

Lundi 22 septembre 2014

Politique intérieure

Energie nucléaire

Le Parlement attendra la décision sur TVO
Le Parlement souhaite un débat sur l’énergie
Le Président du Parlement Eero Heinäluoma a indiqué vendredi que le Parlement n’allait pas étudier l’autorisation de principe de Fennovoima avant de savoir quelle sera la décision du gouvernement sur celle de TVO.
Le président du Parlement a aussi indiqué que le Parlement souhaitait un débat plus large sur l’énergie. Il en a discuté avec le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori et avec le ministère des Finances Antti Rinne.
Le ministre des Finances a indiqué qu’il estimait toujours qu’il revenait au parlement de prendre la décision sur TVO. Le ministre de l’Economie en revanche estime qu’il revient au gouvernement et non au Parlement de prendre la décision ; le parlement a ensuite la faculté d’approuver ou de rejeter l’autorisation de principe délivrée prise par le gouvernement.
M. Rinne a aussi assuré qu’une solution au stockage des déchets de Fennovoima serait trouvée.
Kaleva

Le Président Niinistö rejette toute « finlandisation »
Le Président Niinistö a critiqué le débat lancé par les Verts sur le fait que la décision sur TVO serait motivée par la volonté de faire plaisir à la Russie. « Nous avons une ligne claire [sur le nucléaire] et il n’y a là aucune finlandisation », a-t-il dit.
Il a souligné que le projet de Fennovoima n’était pas un projet russe. « C’est un projet finlandais en Finlande ».
Selon lui, il est naturel que la Finlande dépende de la Russie : « on est toujours plus dépendant de ses voisins que d’Etats plus éloignés. Et nous avons aussi des relations étroites avec la Suède, mais dans d’autres secteurs ».
Kaleva

« Pyhäjoki est une plume au chapeau de Poutine » AL
Selon le professeur Veli-Pekka Tynkkynen, spécialiste de la politique énergétique russe, Rosatom est une entreprise particulièrement stratégique pour le pouvoir russe, qui a d’ailleurs aussi des liens avec le nucléaire militaire. C’est une des rares entreprises qui a une compétence de haute techonologie et qui veut donc faire reconnaîtrez son savoir-faire à l’international. C’est pourquoi le projet de fennovoima est particulièrement important pour la Russie. Or, M. Tynkkynen estime que critiquer cela ne revient pas à démoniser la Russie et devrait donc être permis en Finlande.
AL

On attend de Fortum une nouvelle demande
Selon Kaleva, Fortum qui devra remplacer sa centrale de Loviisa, va certainement déposer une nouvelle demande de principe d’autorisation de construire une centrale nucléaire au prochain gouvernement.
Kaleva

Gouvernement

Les ministres de l’Alliance verte quitteront le gouvernement officiellement vendredi
Helsingin Sanomat relève que les deux ministres de l’Alliance verte, MM. Ville Niinistö, président du parti et ministre de l’Environnement, et Pekka Haavisto, ministre du développement, quitteront officiellement le gouvernement vendredi. Pendant cette semaine, ils ne prendront plus de décisions politiques.
Le groupe parlementaire et le bureau national du parti se sont réunis samedi à Seinäjoki. Ils ont, à l’unanimité, pris la décision de quitter l’e gouvernement en raison de la décision du gouvernement sur le nucléaire. Selon Mme Outi Alanko-Kahiluoto, présidente du groupe parlementaire, les Verts vont mener une stricte politique d’opposition mais comptent toutefois voter pour les projets de loi du gouvernement qui ne sont pas en contradiction avec la politique verte. Les députés verts vont changer leurs sièges dans les commissions. M. Niinistö veut siéger dans la commission de l’éducation et de la culture.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, a demandé à M. Haavisto de participer avec lui à l’ouverture de l’assemblée générale de l’ONU demain. La délégation finlandaise est dirigée par le Président Sauli Niinistö.
HS/dim/A7, TS/sam/12

Vrais Finlandais

Les Vrais Finlandais accusent les anarchistes de vandalisme
Selon Helsingin Sanomat, Mme Riikka Slunga-Poutsalo, secrétaire générale, et M. Matti Putkonen, bras droit du président du parti M. Soini, accusent les anarchistes de gauche verte de vandalisme. Les fenêtres des locaux des Vrais Finlandais ont été cassées la semaine dernière. Pour Mme Slunga-Poutsalo, « il s’agit d’une attaque directe contre la démocratie ». M. Putkonen accuse aussi les émissions télévisées d’Yle qui auraient, à l’occasion des élections législatives en Suède, « fait un lien entre l’extrême-droite suédoise, les fascistes et les Vrais Finlandais et provoqué ainsi le vandalisme ».
Mme Slunga-Poutsalo critique aussi la direction de la police. « Si un autre parti politique avait été objet d’un tel vandalisme, l’enquête aurait avancé beaucoup plus vite. »
HS/sam/A15

Helsinki

Une grève importante menace Helsinki demain
Helsingin Sanomat rapporte qu’une grève exceptionnellement importante menace Helsinki demain. La grève du syndicat JHL paralyserait le métro et les trams, et fermerait mes portes d’une partie de crèches, de bibliothèques et de piscines. Il s’agit d’un litige concernant la filialisation de Palmia, entreprise de la ville de Helsinki. Les bus et les trains de banlieue doivent circuler presque normalement mais on attend à des embouteillages surtout au centre ville.
HS/lun/A15

Alcool

Durcissement de la loi sur la publicité sur l’alcool
A partir de l’année prochaine la loi sur l’alcool sera plus stricte : toutes les publicités sur la voie publique pour les boissons alcoolisées seront interdites de même que toutes les compétitions, tombolas ou jeux auxquels participent des marques de boissons alcoolisées.
HS.

Sûreté nationale

Trois propositions de modèles pour la Supo
Un groupe de travail ayant étudié la réforme du statut de la Sûreté nationale remettra son rapport à la ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen (démocrate chrétienne), mercredi.
Le groupe présente trois modèles possibles pour servir de base pour une réforme sans en privilégier aucun.
Le groupe de travail a entamé ses travaux il y a un an. C’est le chef de Centre d’analyse du renseignement de l’UE (INTCEN), M. Ilkka Salmi, qui a proposé que la Sûreté nationale sous sa forme actuelle dépendant de la police soit supprimée pour la remplacer par un service de renseignement moderne. En parallèle avec le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Défense a mis en place son propre groupe de travail pour étudier notamment l’acquisition d’information : ce groupe de travail examine le mandat à accorder à la Sureté nationale, la police et les forces armées afin de suivre les réseaux d’informatiques.
Le premier des trois modèles du groupe de travail du ministère de l’Intérieur consiste à transformer la Sûreté nationale en un service de renseignement civile qui dépendrait du secrétariat du premier ministre. Ce service disposerait des attributions plus étendues que la police.
M. Paatero, chef de la police, estime que ce modèle permettrait à la Supo de mieux échanger avec les services équivalents étrangers.
L’autre modèle transférerait la Sûreté nationale qui dépend actuellement de la Direction de la police, directement sous le ministère de l’Intérieur, ce qui lui permettrait plus d’autonomie financière.
Selon le troisième modèle, le statut de la Supo resterait inchangé sous la Direction de la police. M. Paatero relève que l’avantage de ce modèle serait que la coopération entre la police et la Supo resterait facile.
Helsingin Sanomat relève que la Finlande est un des rares pays européens à ne pas disposer de renseignement étranger. Le groupe de travail serait prêt à augmenter le mandat de la Supo à l’étranger, notamment sous forme d’attributions élargies en matière d’acquisition d’informations. La Supo dispose d’agents itinérants à l’étranger ainsi que d’un agent à Nairobi. Il a été question d’envoyer un agent en Turquie dans le contexte des passages par là des combattants qui partent en Syrie et en Irak. Jusqu’à présent, ces agents ne sont autorisés à consulter que les autorités. Il pourrait s’agit de les autoriser à échanger avec des sources informelles.
Le groupe de travail du ministère de l’Intérieur ne prend pas position sur les moyens d’acquisition d’information, domaine relevant du groupe de travail du ministère de la Défense.
La Supo souhaite âtre autorisé à suivre les réseaux informatiques afin de détecter des échanges entre des terroristes, des espions et les fabricants d’armes de destruction massive. La police, quant à elle, souhaite surveiller le réseau dans le but de lutter contre la criminalité organisée.
HS/lun/A8

Politique étrangère et européenne

Isis

La Finlande n’envisage pas de participer à des actions militaires
Le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité qui s’est réuni, vendredi, sous la présidence du Président Sauli Niinistö, relève que la Finlande ne donnera pas d’armes ni ne participera à des combats contre Isis. La Finlande soutient les mesures contre le terrorisme et participera autrement aux actions de la communauté internationale pour lutter contre la menace constituée par Isis.
Pour la Finlande, une coopération internationale vaste, une gamme diversifiée de moyens et les efforts de longue haleine sont essentiels.
HS/sam/A9

Syrie

10% des personnes parties combattre sont décédées
Alors que les autorités finlandaises ne peuvent pas confirmer les chiffres sur les décès des combattants finlandais en Syrie, et que la Sûreté nationale ne commente pas le nombre de victimes, Helsingin Sanomat relève que selon ses informations, plus de 50 personnes seraient partis pour les combats et cinq ou six y seraient mortes.
Le nombre de blessés n’est pas connu.
Les personnes parties en Syrie viennent de 17 origines ethniques différentes. Trois quarts ont la nationalité finlandaise. Il y a également des femmes parmi elles.
Typiquement, ces personnes passent par la Turquie pour se rendre en Syrie.
HS/sam/A12

Ukraine

Manifestation pour la paix
Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées, hier, devant l’ambassade de Russie pour manifester en faveur de la paix.
HS/lun/A18

Maigre accord en Ukraine
STT rapporte que les experts sont prudents sur le nouvel accord qui serait inetervenu entre l’administration ukrainienne et les séparatistes.
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré qu’il s’agit d’une bonne chose si cela vient compléter l’accord intervenu il y a deux semaines. « Cela prouve que les deux parties ont la volonté de progresser ».
Kaleva

Selon M. Haglund, la situation en Ukraine influence les acquisitions de la défense
Le ministère de la Défense estime que la crise de l’Ukraine va faire peser une pression particulière pour assurer le financement de la défense et surtout des acquisitions.
Kaleva

La Finlande promeut des compensations pour ses producteurs de lait
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande fait du lobbying pour obtenir des aides à ses producteurs de lait victimes de l’embargo russe sur les produits laitiers.
Le commissaire à l’Agriculture Dacian Ciolos était vendredi à Helsinki où il a rencontré le premier ministre et le ministre de l’agriculture.
HS

Chantier naval de Meyer Turku

Les autorités allemandes ont approuvé l’achat
Turun Sanomat rapporte que les autorités allemandes de concurrence ont approuvé l’achat du chantier naval de STX Turku par Meyer Werft et l’Etat finlandais. La commande de deux bateaux de croisière par l’armateur allemand TUI Cruises, Mein Schiff 6 et 7, a également été confirmée et une option pour Mein Schiff 8 et 9 a été annoncée. Mein Schiff 4 est actuellement en construction à Turku.
Le nouveau directeur général de Meyer Turku, M. Jan Meyer, estime que le chantier de Turku aura un bon avenir.
Le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, souligne que l’Etat finlandais, qui a 30 % des actions du chantier naval, ne sera pas actionnaire de Meyer Turku pour toujours mais y participera pendant plusieurs années. Le ministre n’a pas voulu révéler le montant de l’achat.
La presse relève que Finnvera va garantir 95% du coût de la construction des deux navires commandés.
Selon la presse le montant des garanties de Finnvera va s’élever jusqu’à 1,6 milliard d’euros.
TS/sam/7, HS/sam/B11

France

Politique étrangère

« La France a commencé ses frappes contre les Jihadistes en Irak » HS

Politique intérieure

« Nicolas Sarkozy essaie de revenir à la tête de la France » HS

Transports

Les véhicules électriques à Grenoble
Helsingin Sanomat publie un reportage sur les véhicules électriques I-road de Toyota, en service à Grenoble et qui pourraient révolutionner l’usage de la voiture en ville.
HS

Vendredi 19 septembre 2014

Politique intérieure

Energie nucléaire

La décision sur le projet Fennovoima approuvée, celle sur celui de TVO reportée, les Verts quittent le gouvernement
Le gouvernement a approuvé par 10 voix contre 7 la demande de Fennovoima qui sera donc transmise au Parlement. Ont voté pour les six ministres du parti conservateur, le président du parti populaire suédois et ministre de la défense, la ministre de l’Intérieur et présidente du parti chrétien-démocrate et les ministres des finances et de l’emploi du PSD. Ont voté contre les quatre autres ministres du PSD dont le ministre des Affaires étrangères, les ministres des Verts et la ministre de la Justice membre du parti populaire suédois.
HS souligne que le président du PSD a été mis en minorité parmi les ministres de son parti. Il a expliqué cela par le fait que les quatre ministres qui ont voté contre avaient déjà voté de même au Parlement en 2010 lorsque la demande initiale de Fennovoima avait été présentée (avant l’arrivée de Rosatom comme fournisseur du réacteur et actionnaire). M. Rinne a souligné que ce projet allait créer de l’emploi.
Le gouvernement n’a pas pris de décision sur la demande de TVO de prolonger l’autorisation de principe pour OL4. C’est à la demande de M. Rinne que le gouvernement n’a pas étudié la proposition du ministre de l’Economie M. Vapaavuori qui aurait souhaité que le gouvernement rejette la demande de TVO de prolonger son autorisation de principe. M. Rinne n’a pas précisé comment il comptait faire pour que le gouvernement approuve la demande de TVO ni dans quel délai. Il souhaite que cela soit le Parlement qui décide et que le Parlement puisse décider en même temps et de Fennovoima et de TVO. Il reconnaît toutefois que le Parlement ne peut lui-même s’en saisir : il ne peut étudier la demande de TVO que si le gouvernement l’approuve.
Selon le Premier ministre M. Stubb, la préparation de cette décision est du ressort du ministère de l’Economie. Il a dit que cela nécessiterait « une décision innovante », sans préciser ce qu’il entendait par cela. HS précise que, selon le ministère la décision de rejeter la demande de TVO repose sur des arguments juridiques (la législation prévoyant que les autorisations de principe sont valables cinq ans) alors que la décision concernant Fennovoima est politique puisqu’elle repose sur les intérêts de l’ensemble de la société en matière de besoins énergétiques.
HS rapporte que TVO fait un lobbying important en faveur d’une décision favorable au prolongement de l’autorisation de principe pour OL4. . Le Ministre de l’Economie a toutefois souligné que les défenseurs de ce projet n’avaient présenté aucun argument qui pourrait le faire changer d’avis.
Au parlement, lors des questions orales au gouvernement, les députés se sont inquiétés de la dépendance finlandaise à l’égard de la Russie s’il devait s’agir d’un réacteur russe utilisant de l’uranium fourni par la Russie. M. Vapaavuori a estimé que « la dépendance à l’égard de la Russie ne s’en trouverait pas renforcée ».
Le Premier ministre Alexander Stubb a souligné que l’objectif du gouvernement était un éventail énergétique le plus large possible : des énergies renouvelables (domestiques et étrangères) aux « énergies fossiles et nucléaires. Il considère qu’il est improbable que la Finlande arrive un jour à l’indépendance énergétique.
HS KS Dem KL

Les Verts seront aussi confrontés au nucléaire dans l’avenir
Les Verts ont annoncé leur décision de quitter le gouvernement.
STT rapporte que les Verts retrouveront la question du nucléaire lors de la prochaine législature. En effet, il faudra alors étudier des demandes d »’autorisation venant de Fortum voire de TVO.KSLes ministres démissionneront vendredi de la semaine prochaine et les décisions sur le remplacement de leurs portefeuilles seront prises avant cela.

Du gouvernement issu des élections de 2011, il n’y a plus que quatre ministres
Le Premier ministre a déclaré que la démission des Verts sera approuvée lundi et que les ministres seront remplacés vendredi prochain.
La presse note que du gouvernement Katainen nommé après les législatives de 2011 il ne reste plus que autre ministres qui ont conservé leur portefeuille.
Aamulehti souligne que la coalition n’a plus qu’une majorité de 102 députés sur 200. Cela nécessitera une discipline parlementaire renforcée de la part des quatre partis de la majorité.
Selon Aamulehti le PSD hériterait du portefeuille de ministre du développement et le parti conservateur de celui de l’environnement. Parmi les députés du PSD ministrables sont cités Mme Sirpa Paatero de Kotka, Mme Tytti Tuppurainen de Oulu et M. Jukka Kärnä d’Imatra. Chez les conservateurs ce sont les noms de Mme Sannni Grahn-Laasonen et M. Heikki Autto.
Il serait aussi possible qu’il n’y ait pas de nouveaux ministres : M. Tuomioja aurait à gérer le portefeuille du développement (et M. Rinne les compétences sur les entreprises publiques) alors que M. Orpo aurait celui de l’environnement. Le PSD s’opposerait toutefois à ce qu’un même ministre gère l’Agriculture et l’Environnement.
Dem

« La finlandisation est toujours un sujet sensible » HS
Helsingin Sanomat relève que les propos de M. Ville Niinistö sur la « finlandisation » ont suscité de nombreuses réactions parmi la classe politique finlandaise.
Selon l’eurodéputée Liisa Jaakonsaari (PSD), ces accusations étaient « très injustes, mais ont touché un point sensible ». Tant le député du centre Seppo Kääriäinen que le député conservateur Ilkka Kanerva ont critiqué ces propos de M. Niinistö.
L’ancien communiste Jaakko Lakso estime que ces accusations « profitent de l’atmosphère russophobe ambiante » .
HS

Rosatom aura droit à un tiers de l’électricité produite par Fennovoima
Le professeur Veli-Pekka Tynkkynen estime que, comme en vertu du principe Mankala Rosatopm aura droit de vendre en Finlande un tiers de l’électricité produite par la centrale de Fennovoima la société russe sera un acteur important du marché électrique finaldnais et pourra en orienter les prix.
HS

Propos de M. Laaksonen, directeur de Rosatom Overseas
Hufvudstadsbladet a interviewé M. Jukka Laaksonen, directeur finlandais de Rosatom Overseas (ancien de Stuk, centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire), qui relève que les livraisons d’énergie de Rosatom continuent vers tous ses clients, y compris en Ukraine, et que le projet nucléaire en Hongrie avance. En revanche, la Grande-Bretagne a interrompu la coopération avec le groupe. « Depuis le printemps dernier, rien ne se passe (avec les Britanniques), nous attendons que la situation politique se calme ».
Selon lui, le Kremlin n’influence pas sur le groupe. Rosatom n’a pas violé un seul de ses contrats sur des livraisons d’énergie ou de combustible nucléaire qu’il a conclu avec des groupes de l’Ukraine en Finlande et jusqu’aux Etats-Unis.
M. Laaksonen ne voit pas dans quel sens Rosatom comme propriétaire ou fournisseur pour le réacteur de Fennovoima pourrait être problématique. Il travaille actuellement sur les rapports de sécurité nécessaires pour le dépôt de la demande de Fennovoima.
HBL/5

Economie

Finances des communes – chômage technique dans des écoles
Helsingin Sanomat rend compte des mesures d’économies dans les communes. A Hamina, cela crée un encombrement : 78 écoliers dans une même classe.
Cette année, 25 communes, un chiffre record, cherchent des économies par des mises à pied. Selon M. Väisänen, économiste du syndicat des enseignants, OAJ, 4000 enseignants, et 60 000 élèves sont concernés par des mises à pied dont la durée varie de quelques jours à 14 jours.
HS/A8

Licenciements

Ericsson,
La société suédoise de réseaux de télécommunications Ericsson a annoncé un plan social visant à licencier 122 personnes en Finlande.

Palmenia
Le centre de formation et de recherche d’université d’Helsinki, Palmenia supprime 61 postes (dont 36 sont licenciées).

Négociations sur les retraites

Résultats « à l’automne », mais c’est quand l’automne ?
Les parties syndicales négocient sur la réforme du système des retraites depuis le début de l’année. Aucun délai à proprement parler (à part « pour l’automne 2014 ») n’étant fixé pour les pourparlers, le résultat se fait attendre.
Il s’agira de prolonger les carrières professionnelles en retardant le départ à la retraite de 1,5 an pour 2025 par rapport à 2010. La charge pour l’économie publique devra être diminuée d’environ 1 % du PIB.
HS/A20

LNG

Une aide de 65 millions d’euros
Le ministère de l’Economie a alloué une aide de 65,2 millions d‘euros pour le projet de trois terminaux LNG à Tornio, Pori et Rauma.
HS

Gardes-frontières

Les gardes-frontières auront certains des pouvoirs de la police
A compter du 1er octobre, les gardes-frontières auront certains pouvoirs de la police au niveau de maintien de l’ordre et de la sécurité. Il s’agira également d’accorder à la police des droits dont disposent les gardes-frontières notamment pour contrôler des données concernant les passagers maritimes ou aériens dans le but de prévention du terrorisme ou de criminalité internationale.
HS/A10

Politique étrangère et européenne

Diplomatie

Le ministère des Affaires étrangères envisage de fermer 5 à 6 ambassades
Le ministère des Affaires étrangères qui avait déjà annoncé la fermeture de trois ambassades en 2015, relève qu’il s’agira d’en fermer encore de 5 à 6 autres.
Courant les sept dernières années, la Finlande a fermé dix ambassades et en a ouvert une ainsi que quelques antennes.
HS/A19

Syrie – Isis

La Finlande soutient les efforts contre le terrorisme sans pour autant envisager de prendre ses propres mesures
A la veille de la réunion préparant l’assemblée générale du Conseil de sécurité de l’ONU, Helsingin Sanomat relève que selon un fonctionnaire finlandais, la Finlande accepte les projets en cours (contre Isis) et qu’il s’agisse de se faire une idée de l’éventail des démarches prévues.
Le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité de réunira aujourd’hui avec le Président afin de se mettre d’accord sur les orientations finlandaises. M. Stenlund, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, participera à la réunion de préparation à New York.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, et les autres représentants finlandais ont estimé déjà auparavant qu’Isis constitue un des risques les pires pour la sécurité et que la Finlande ne pouvait pas se permettre de s’exclure des mesures contre cette organisation.
La Finlande a accordé une aide humanitaire s’élevant à 20 millions d’euros cette année, pour la Syrie et l’Irak. Une participation à l’opération militaire pilotée par les Etats-Unis semblerait être exclue. La Finlande pourrait toutefois proposer un savoir-faire dans le domaine de la gestion de crise militaire et civile. Selon le fonctionnaire interrogé par HS, il s’agit de réfléchir aux différentes options.
HS/A29

Jeudi 18 septembre 2014

Politique intérieure

Energie nucléaire

Dernière minute : la décision sur le projet Fennovoima approuvée, celle sur celui de TVO reportée, les Verts quittent le gouvernement
Le gouvernement a approuvé par 10 voix contre 7 la demande de Fennovoima qui sera donc transmise au Parlement.
Le gouvernement n’a pas paris de décision sur la demande de TVO de prolonger l’autorisation de principe pour OL4.
Le Premier ministre a annoncé que les Verts avaient décidé de quitter le gouvernement. Ils en prendront la décision formelle samedi. Les ministres démissionneront vendredi de la semaine prochaine et les décisions sur le remplacement de leurs portefeuilles seront prises avant cela.

Les sociaux-démocrates souhaitent que ce soit le Parlement qui décide
Le PSD souhaite que le Parlement et non le gouvernement prenne la décision concernant les demandes d’autorisation de principe de construire une centrale nucléaire, c’est pourquoi le PSD s’oppose à ce que le gouvernement décide aujourd’hui de refuser la demande de prolongation concernant TVO. « Le Parlement doit prendre la responsabilité de cette décision », selon le président du groupe parlementaire du PSD, M. Jouni Backman. Selon lui, il en va aussi de la protection juridique des demandeurs : il faut que toutes les demandes soient étudiées de la même manière.
M. Backman reconnaît que les députés du PSD sont divisés sur le fond, quant à savoir si les autorisations doivent être accordées. « Nous considérons toutefois qu’il faut être ferme sur la procédure à suivre », dit-il.
Le ministre de l’Economie M. Vapaavuori a déclaré qu’il s’attendait à ce que sa décision de ne pas proposer le prolongement de l’autorisation de TVO soit critiquée, surtout par les industriels. En revanche, il ne s’attendait pas à ce que les critiques viennent du PSD, surtout qu’il en avait informé ce parti au préalable.
Keskisuomalainen rappelle que c’est le chancelier de la Justice Jaakko Jonkka qui avait estimé qu’il était bon que les deux projets soient étudiés en même temps au gouvernement. Il ne s’est pas prononcé sur les conséquences qu’auraient une décision sur Fennovoima et un report de la décision du TVO.
Dans une tribune publiée par Kauppalehti, le PDG de PVO, principal actionnaire de TVO, demande à ce que la décision sur le prolongement de l’autorisation de principe pour OL4 revienne au Parlement et non au gouvernement.
Dem HS KS AL KL

Sondage : Fennovoima a plus de défenseurs que d’opposants au parlement
Helsingin Sanomat publie un sondage réalisé auprès des députés sur leur position à l’égard de la demande de Fennovoima. Sur 108 députés (sur les 200 de la chambre) interrogés, 51 sont favorables au projet de Fennovoima, 35 s’y opposent et 22 ne répandent pas.
Ce résultat laisse à penser que la demande d’autorisation de principe modifiée de Fennovoima devrait être approuvée cet automne par le Parlement.
Ce sont les députés du parti conservateur qui sont les plus favorables à ce projet. Dans les autres partis de la coalition, le PSD, le parti populaire suédois et les chrétiens-démocrates, les députés sont divisés. Il en va de même pour le centre et les Vrais Finlandais. Les présidents de ces deux partis, MM. Sipilä et Soini sont favorables au projet de Fennovoima.
HS

Fennovoima recherche des actionnaires, surtout en Finlande
Rosatom ne prévoit pas d’augmenter sa participation
La part des actionnaires finlandais de Fennovoima a été portée cette semaine à 54,72%. Il manque donc encore pour atteindre le niveau de 60%, plus de 5% voire plus de 8% (car la participation de Kesko à hauteur de 2,9% est sujette à discussions). Le président du conseil d’administration de Fennovoima souligne qu’il manque donc un investissement de 200 millions sur dix ans. Les discussions sont actuellement menées principalement avec des groupes industriels finlandais ainsi qu’à des régies municipales. Fennovoima pourrait aussi intéresser d’importantes sociétés énergétiques européennes et des investisseurs institutionnels.
Rosatom n’envisage pas d’augmenter sa participation qui s’élève actuellement à 34%.
KS KL

M. Ville Niinistö accuse M. Stubb de « finlandisation »
Le ministre de l’Environnement et président des Verts Ville Niinistö a critiqué la décision du gouvernement dans le Financial Times qui a titré sur la « finlandisation ». Selon lui, les motivations des dirigeants finlandais sont guidées par la volonté de faire ce que veut la Russie, c’est pourquoi il voit dans l’autorisation donnée à Fennovoima un signe de finlandisation.
Le chercheur en sciences politiques Markku Jokisipilä estime que les propos de m. Niinistö témoignent du fait qu’il est en train de prendre les habits d’un président de parti de l’opposition. Selon lui, la finlandisation signifie que, durant la guerre froide la Finlande a du prendre en compte, surtout en politique étrangère, les intérêts de sécurité de l’URSS. « On en est encore loin. Mais en tant que politologue, M. Niinistö sait bien quelles images sont les pus efficaces », estime M. Jokisipilä.
Le Premier ministre Alexander Stubb s’est étonné des propos de M. Niinistö. « Qu’un Finlandais utilise le terme de finlandisation semble très étrange », a-t-il dit, rappelant que c’était un sujet sensible en Finlande.
Helsingin Sanomat relève qu’en Allemagne le terme de finlandisation est facilement utilisé. Le quotidien finlandais rapporte aussi que le journal Der Spiegel voit des rapprochements entre le projet de Fennovoima et la volonté de la Finlande de reporter les sanctions contre la Russie.
Helsingin Sanomat rapporte aussi que, selon ses informations, la Finlande n’aurait pas empêché que Rosatom figure sur la liste des sanctions européennes. Le quotidien relève que si Rosatom devait être visé, la Finlande pourrait avoir le soutien de la Hongrie qui a un cotrat important avec Rosatom.
HS KS

Selon M. Haglund, la Finlande ne peut pas refuser le projet de Fennovoima pour des raisons de sécurité
Le Ministre de la Défense a déclaré que la décision du gouvernement sur le projet de Fennovoima avait aussi une dimension de politique étrangère et de sécurité. Selon lui, si la Finlande rejetait le projet de Fennovoima à cause de la présence de Rosatom, cela pourrait avoir des conséquences négatives sur la coopération fenno-russe. « >Cela serait un message dur à l’égard de notre voisin russe.
Selon le professeur Kari Liuhto (spécialiste du commerce international avec la Russie), ce type d’arguments, comme ceux de M. Ville Niinistö, traduisent le bras de fer politique qui se joue actuellement en Finlande estime qu’en réalité la Russie comprendrait bine les raisons qui pousseraient la Finlande à refuser la construction du projet de Fennovoima.
HS

Débat sur Rosatom
Selon M. Laaksonen, le Kremlin ne dirige pas Rosatom
L’ancien président du STUK (centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire) Jukka Laaksonen, qui travaille depuis 2012 pour Rosatom, souligne que la construction d’une centrale nucléaire russe en Finlande ne menacerait pas l’indépendance énergétique du pays. Il rejette aussi l’idée que Rosatom soit dirigé par le Kremlin. Selon lui, Rosatom fonctionne comme n’importe quelle société privée, sans influence politique. Selon lui, l’investissement de Rosatom dans Fennovoima (34%) est du pur « business, il n’y a aucune stratégie d’influence politique ». Pour Rosatom, faire référencer son réacteur par la Finlande pourrait être profitable pour en vendre sur d’autres marchés.
Il souligne que des appels d’offres ont été lancés en Finlande et en Europe pour trouver des sous-traitants. Il ne s’agira donc pas d’une centrale complètement russe. Il rappelle que la construction d’une centrale n’est pas un bon business ; au contraire vendre du carburant et posséder une centrale sont des activités rentables.
HS

Débat sur le nucléaire
Helsingin Sanomat publie une analyse sur la situation du nucléaire civil actuellement dans le monde. Le quotidien relève qu’en Europe on ferme plus de centrales qu’on n’en construit alors qu’en Asie de nombreux réacteurs sont en construction ou en projet.
HS

Editoriaux
Helsingin Sanomat souligne que « la question de Rosatom est difficile pour le gouvernement ». L’éditorialiste estime qu’il n’est pas facile de voir comment Fennovoima pourrait être un moyen de pression de la Russie à l’égard de la Finlande, mais il reconnaît que le comportement de la Russie n’est pas forcément prédictible.
Aamulehti souligne que le gouvernement est devant une décision difficile : selon le quotidien, la crédibilité du gouvernement risque moins à cause du départ des Verts qu’en raison des difficultés à se mettre d’accord sur le sort réservé à OL4.
Kauppalehti estime que le nœud gordien du nucléaire doit être résolu et que si les projet de Fennovoima et de TVO échouent il faudra que l’alternative de Fortum soit à nouveau proposée.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que dans la question de Fennovoima, il ne s’agit pas seulement de production nationale d’électricité. Il est peu logique d’exclure l’aspect de politique de sécurité. L’éditorialiste rappelle que les hommes politiques répètent depuis des années que le risque le plus grand pour un conflit est lié à la lutte concernant un accès à l’énergie. Pour l’éditorialiste, les propos du ministre de la Défense, M. Haglund, sur le fait que rejeter le projet de Fennovoima pourrait être interprété comme un signe de manque de confiance envers la Russie, sont en contradiction avec l’affirmation du gouvernement sur le fait que la Finlande soutient les sanctions. Dans les sanctions, il s’agit justement du fait que les pays occidentaux considèrent la Russie comme peu fiable, rappelle l’éditorialiste. Et que fera la Finlande si Rosatom se retrouve sur la liste de sanctions aussi ?
HS AL KL HBL

Prévisions économiques
Des chiffres pessimistes
Helsingin Sanomat relève que l’institut de recherche des salariés PT et la banque Danske bank ont revu à la baisse leurs prévisions concernant la croissance économique de l’année en cours. PT estime que le conflit en Ukraine diminuera la production totale de 1,5 point, dont une part se réalisera cette année, et le reste en 2015.
Danske bank estime que l’économie commençait à repartir à la hausse lorsque la politique russe a commencé à peser sur l’économie finlandaise.
PT prévoit une diminution du PIB de 0,3 % contre une croissance de 0,9 % prévue en mars. Danske bank qui avait déjà prévenu une diminution de 0,2 %, prévoit maintenant une diminution de 0,4 %. Pour 2015, PT prévoit une croissance de 1 % contre 2,2 % prévu en mars, et Danske bank une croissance de 0,8 % contre 1,5 % en mars.
D’autres banques prévoient une diminution variant entre 0,1 et 0,5 %.
PT regrette que le cadre budgétaire soit trop strict pour permettre une marge de manœuvre pour le gouvernement au niveau des investissements. PT estime que les projets d’investissements publics soutenant la croissance à long terme sont un moyen d’ajuster la conjoncture.
Turun Sanomat relève que selon PT, les sanctions touchent l’économie finlandaise bien plus que l’on a officiellement laissé entendre. Selon M. Lehto, chef des prévisions, estime qu’il faudrait admettre la situation afin que la Commission européenne ne considère pas les problèmes comme étant structurels. Pour lui, les effets des sanctions sont démesurés en ce qui concerne la Finlande, les pays Baltes et la Pologne. Il estime que les grands Etats membres n’auraient pas souhaité imposer des sanctions s’ils en avaient souffert autant.
M. Lehto s’étonne de la nonchalance du ministère des Finances, de la banque de Finlande et de l’institut national de recherche économique en ce qui concerne les sanctions. Ils n’admettent pas que la Finlande en souffre lourdement. Il rappelle que la Commission basera sa position sur les avis officiels.
PT estime que les exportations en Russie diminueront cette année de 20 % par rapport à l’année dernière, et de 5 à 10 % en 2015. La consommation privée diminuera de 0,3 % cette année pour augmenter de 0,6 % en 2015. Le nombre de chômeurs augmentera cette année de 14 000 et de 8 000 encore en 2015. Le taux de chômage passera ainsi de 8,2 % à 8,7 % et ensuite à 9 %.
HS/A38, TS/14, Dem/4-5

Marine marchande finlandaise
Nouveaux navires de transport
Les Armateurs de Finlande estime que les idées sur l’état et les perspectives de la flotte marchande finlandaise exprimées dans le débat public sont dépassées. Les activités du secteur sont en train de se rétablir. La capacité de la flotte s’élève aujourd’hui à 1,9 millions de tonnes brut, après un fléchissement autour des années 1990.
La part des navires finlandais des transports du commerce extérieur s’élevait à 29 % en 2011, contre 34 % en 2013. Concernant le transport de passagers, la part de navires finlandais était de 31 % l’année dernière.
HS/A39

Négociations sur les retraites
Les négociations n’ont pas avancé ce matin
Selon HS, les négociations sur les retraites ont poursuivi jeudi matin, sans résultat. Les partenaires sociaux ont décidé de continuer les négociations entre les présidents des grandes centrales et du patronat mardi prochain. Un groupe de négociateurs poursuivra les négociations d’ici mardi.
Selon Keskisuomalainen, les négociations sont bloquées en raison des litiges entre les syndicats de salariés.
hs.fi

Helsinki

Une grève paralyserait Helsinki mardi prochain
Helsingin Sanomat relève qu’une grève projetée pour le mardi prochain par le syndicat JHL paralyserait le métro et les trams, ainsi qu’une partie de crèches. La grève est due à un litige concernant la filialisation de Palmia, entreprise de la ville de Helsinki. Les bus circuleront normalement.
HS/A27

Immigrés
Selon un nouveau sondage, les jeunes immigrés se portent moins bien que les autres
Helsingin Sanomat rapporte selon un sondage effectué pour le compte de l’institut de la santé et du bien-être THL auprès des jeunes de 14 à 20 ans, les jeunes immigrés ont beaucoup plus de problèmes de santé et de bien-être. Ils sentent par exemple qu’ils n’ont pas autant d’amis que les autres jeunes et ils souffrent de harcèlement plus souvent que les autres.
Parmi tous les jeunes, les différences de santé et de bien-être entre les lycéens et les étudiants dans les lycées professionnels ont augmenté. Il y aurait plus de harcèlement, aussi du harcèlement sexuel dans les lycées professionnels.
HS/A16
Politique étrangère et européenne
Terrorisme
Quatre personnes inculpées de terrorisme
Helsingin Sanomat rapporte que le procureur de l’Etat a décidé d’inculper quatre personnes de terrorisme pour leurs agissements entre 2008 et 2011. Les accusations concernent le financement de l’organisation terroriste al-Shabaab, du recrutement pour cette organisation et des préparatifs afin de kidnapper deux jeunes pour les emmener dans un camp d’entrainement en Somalie.
Selon le procureur de l’Etat Juha-Mikko Hämäläinen, tous les quatre ont recueilli et envoyé au total quelques milliers d’euros à l’organisation sachant qu’elle utilise l’agent pour l’activité terroriste. Il souligne que les sommes ne sont pas énormes mais suffisantes pour acquérir par exemple des armes.
Les mis en cause rejettent les accusations. Pour eux, il s’est agi d’aide humanitaire.
HS/A14

Universités
Classement international des universités
Helsingin Sanomat relève que selon le classement international des universités de QS, Quacquarelli Symonds, l’université de Helsinki se trouve en 67e position, l’université Aalto en 187e, l’université de Turku en 208e et l’université d’Oulu en 259e positon. Massachusetts Institute of Technology se classe premier.
HS/A16

France – Finlande
Cinéma
Des films français au programme du festival Amour & anarchie
Hufvudstadsbladet donne ses recommandations, dont Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne, parmi les films au programme du festival.
Demokraatti rend compte du prix du public dont les candidats ont été désignés par l’institut national audiovisuel Kavi, dont La jalousie de Philippe Garrel.
HBL/18, Dem/14-15

Sport
France – Finlande 3-1
L’équipe de France de football féminin a battu l’équipe de Finlande par 3 buts à 1, hier, à Calais et s’est qualifiée pour la coupe du monde organisée l’année prochaine au Canada.

Mercredi 17 septembre 2014

Politique intérieure

Energie nucléaire

Les sociaux-démocrates sont divisés
Helsingin Sanomat relève que même si la proposition du ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, d’accorder à Fennovoima l’autorisation de principe modifiée est soutenue par l’ensemble des ministres conservateurs et la ministre démocrate-chrétienne, il y a au moins trois ministres sociaux-démocrates qui s’y opposent : M. Tuomioja (Affaires étrangères) et Mmes Huovinen (Services sociaux) et Viitanen (Culture). La ministre de l’Education, Mme Kiuru, n’a pas précisé sa position. Précédemment, elle s’est opposée à une autorisation pour Fennovoima alors qu’elle était favorable à une autorisation pour TVO.
M. Rinne, ministre des Finances, souhaiterait accepter la demande de TVO sur un délai supplémentaire, mais le Premier ministre Stubb a dit qu’il n’en était pas question.
Selon Yle, le groupe parlementaire du PSD souhaite que le Parlement ait à se prononcer sur les deux autorisations de principe et non pas seulement sur celle de Fennovoima comme le propose le ministère de l’Economie.
MTV rapporte ce jour que le PSD va proposer que le gouvernement réévalue la question du prolongement de l’autorisation de TVO. En revanche, il devrait approuver la décision concernant Fennovoima qui serait ensuite transmise en Parlement. Ce qui devrait provoquer le départ des Verts du gouvernement.
Le Premier ministre M. Stubb a déclaré qu’il ne croyait pas que le PSD se livre à un jeu politique sur le nucléaire. Il ne croit pas non plus que son gouvernement puisse tomber et que des élections anticipées soient organisées.
La ministre de la Justice, Mme Henriksson (Parti suédois) s’oppose aussi aux projets nucléaires. Elle a changé d’avis depuis le vote en 2010 (elle avait voté pour). Elle estime que les avis au sein du parti et son groupe parlementaire sont très divergents en la matière et qu’il est bien que cela se reflète également au gouvernement.
Dans rangs de l’opposition, le gouvernement est soutenu par les présidents du parti centriste, M. Sipilä, et des Vrais Finlandais, M. Soini. L’Alliance des gauches s’y oppose.
Les présidents des partis de l’opposition pensent qu’avec le départ des Verts du gouvernement, la majorité de la coalition sera trop faible et il faudra organiser des élections anticipées.
HS/A8 Yle MTV

Le chantier de Fennovoima a été inauguré
Helsingin Sanomat relève que Fennovoima a inauguré son chantier à Pyhäjoki. Plus précisément il s’agit de l’inauguration des travaux de la route menant là où le réacteur est censé être construit.
Le groupe dispose du temps jusqu’à fin juin 2015 pour élargir la part de participation finlandaise du projet ; finlandais voulant désormais dire, selon la définition du ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, « venant, outre la Finlande, de l’UE ou de l’Espace économique européen ». Le ministre a relevé qu’il n’y avait aucun moyen d’empêcher par la suite que les possessions soient transférées de Finlande ailleurs dans la zone UE ou EEE. La propriété d’en-dehors de l’UE et de l’EEE pourra toutefois être surveillée au moyen de la législation concernant les achats d’entreprise. Il relève que le ministère envisage de suivre la base de participation du projet de façon continue, pendant la planification et la réalisation, et également une fois que le réacteur sera terminé.
M. Vapaavuori

Débat sur Rosatom
HS publie un article sur le groupe énergétique russe Rosatom sous le contrôle du Kremlin.
M. Stubb a dit qu’il ne croit pas que les réacteurs fournis par Rosatom soient utilisés comme moyen de pression à l’instar des livraisons de gaz naturel de Gazprom. En Ukraine, il n’y a pas eu de problèmes pendant la crise alors que 50 % de l’électricité du pays vient de l’énergie nucléaire produite par Rosatom.
M. Tynkkynen, professeur de politique énergétique à l’Université de Helsinki, rappelle que Rosatom représente un secteur stratégique pour la Russie. Que ce groupe soit un acteur majeur sur le marché énergétique ukrainien signifie que la marge de manœuvre de l’Ukraine est restreinte.
Aamulehti rapporte que la Commission européenne ne voit pas de problème au projet de Fennovoima. La porte-parole du commissaire à l’Energie M. Oettinger a souligné que Rosatom n’était pas visé par les sanctions européennes.
HS/A8

TVO ne pourra pas construire deux centrales en même temps
La direction de TVO ne s’est pas encore réunie pour étudier les conséquences de l’annonce du gouvernement de refuser un prolongement de l’autorisation de principe pour OL4.
Le PDG de TVO, M. Jarmo Tanhua déclare à Aamulehti qu’il serait en pratique impossible pour le groupe de mener de front deux projets en même temps, OL3 et OL4.
Kauppalehti rapporte pour sa part que les actionnaires de TVO excluent de changer de projet et d’entrer dans le capital de Fennovoima.
AL KL

Le professeur Lund pensent que les deux projets vont échouer
Le professeur de physique de l’université Aalto Peter Lund estime que TVO n’arrivera pas à déposer sa demande de permis de construire avant fin juin 2015. Quand au projet de Fennovoima, il estime que les conditions économiques (trouver des actionnaires finlandais prêts à investir 600 à 700 millions d’euros) risque de faire échouer le projet.
Yle

Un hiver froid pourrait revenir cher
La professeur d’économie et énergie Sanna Syri souligne que la Finlande va rester encore longtemps dépendante de l’électricité étrangère. Cela se ressentira dans la facture énergétique.
KS

Négociations sur les retraites

Les négociations ont duré toute la nuit
Selon Yle, les négociations sur les retraites ont continué jusqu’à cinq heures mercredi matin. Selon les syndicats des employés, le litige sur le financement des retraites est encore en suspens. Le niveau de cotisations retraite est une question essentielle pour le patronat qui ne veut pas que le niveau des cotisations des employeurs augmente.
Les négociations se poursuivent jeudi.
Yle

Ministère de l’Emploi et de l’Economie

Le ministère commence un important plan d’économies visant 700 emplois
Helsingin Sanomat relève que le ministère de l’Emplois et de l’Economie, ainsi que les 15 centres régionaux de l’emploi, des transports et de l’environnement, commencent les négociations de concertation avec le personnel pour diminuer 700 emplois. 3 300 employés sur les environ 4 000 au total sont concernés par les négociations. La plupart de licenciements concerneront les centres régionaux parce que seulement 20 employés ou fonctionnaires du ministère perdront leur emploi.
Selon le ministère de l’Emploi et de l’Economie, il faut diminuer les budgets des centres régionaux de 33 millions d’euros entre 2015 et 2018.
Les syndicats rejettent fermement le projet du ministère et estiment que surtout le ministère de l’Emploi devrait mener des actions pour améliorer la situation de l’emploi.
Le ministre de l’Emploi, M. Lauri Ihalainen, estime que les décisions seront difficiles et qu’il y aura moins de 700 licenciements.
HS/A29

Déchets

Inauguration d’une nouvelle usine d’incinération des déchets
Helsingin Sanomat rapporte que la plus grande usine d’incinération des ordures sera inaugurée mercredi à Vantaa. 320 000 tonnes d’ordures seront traités par an. 400 m³ de déchets sont brulés par seconde pour produire de la chaleur et de l’électricité.
HS/A16

Politique étrangère et européenne

Uruguay

Le président Mujica en visite en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que le président de l’Uruguay, M. José Mujica, effectue une visite de travail en Finlande du 15 au 17 septembre à l’invitation du Président Sauli Niinistö.
M. Mujica aura un entretien avec M. Niinistö aujourd’hui. Les présidents doivent évoquer les relations bilatérales, les situations économique en Amérique du Sud et en Europe et le progrès des négociations sur le traité de l’association entre l’Union européenne et Mercosur Il rencontrera aussi le Premier ministre Alexander Stubb.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Luis Almagro, fait partie de la suite du président Mujica.
Lors d’une interview à HS, M. Mujica a déclaré qu’il souhaite la construction d’une troisième usine de pâte chimique en Uruguay par les Finlandais.
HS/A26

Finnlines

La famille Grimaldi renforce sa possession de Finnlines
Helsingin Sanomat relève que la famille italienne d’armateurs Grimaldi a acheté peu à peu plus d’actions de Finnlines. IL y a dix ans, Grimaldi aurait voulu acheté toutes les actions mais beaucoup d’actionnaires minoritaires finlandais n’ont pas voulu vendre.
Depuis le printemps dernier, la valeur de l’action de Finnlines a augmenté considérablement et sa valeur marchande s’est élevée à plus de 700 millions d’euros. La part d’actions de Grimaldi a été de 73 % fin 2013 mais de 78 % fin août 2014. Ilmarinen, qui possède encore un peu plus de 10 % d’actions de Finnlines, ne commente pas Grimaldi a proposé les acheter.
HS/A28
France – Finlande

Musique

Charles Gil nommé directeur artistique du festival de Raahe
Le producteur Charles Gil a été nommé directeur artistique du festival Rantajazz de Raahe.
Kaleva

Mardi 16 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Nucléaire

Déclarations de M. Vapaavuori
Lors d’une conférence de presse, le Ministre de l’Economie et de l’Emploi M. Jan Vapaavuori a déclaré qu’il allait présenter au gouvernement jeudi 18 septembre la décision sur les autorisations de principe de construire une centrale nucléaire de Fennovoima et TVO.
Fennovoima a présenté une modification de sa demande d’autorisation de principe incluant un nouveau fournisseur, Rosatom, et un nouveau réacteur (AES-2006 de 1200 Mgw). TVO pour sa part a demandé le prolongement de cinq ans de son autorisation de principe au motif du retard de la construction d’OL3.
« Je propose au gouvernement que la demande d’autorisation de principe modifiée de Fennovoima soit acceptée. Pour obtenir un permis de construire, une condition sera exigée concernant l’actionnariat devant comprendre au moins 60% de capital domestique. Si le Parlement approuve la demande d’autorisation de principe, cette condition s’imposera donc aux prochains gouvernements. […] L’autorisation de principe sera caduque si Fennovoima ne présente pas de demande de permis de construire au gouvernement d’ici le 30 juin 2015 ».
« Je propose au gouvernement que la demande de TVO de prolongement de son autorisation de principe soit rejetée. En raison des incertitudes liées au projet OL3, il est impossible d’évaluer de manière sérieuse si TVO pourrait mener à bien son projet d’investissement et de demande de permis de construire selon le nouveau calendrier proposé ».
Le ministre a motivé sa décision pour des raisons de droit de la concurrence. « Il ne serait pas loyal pour les autres groupes énergétiques qu’une société dispose d’une optio de construire un réacteur nucléaire pendant longtemps surtout qu’il n’y avait pas de certitude sur le fait que la centrale serait finalement construite quand bien même le délai aurait été accordé ».
A la télévision, M. Vapaavuori a déclaré que TVO n’avait qu’à s’en prendre à lui-même : « Les problèmes de TVO viennent du retard effrayant d’OL3. Si TVO regrette de ne pas se voir conférer un délai supplémentaire, ils n’ont qu’à se regarder dans la glace. On peut dire à TVO qu’ils n’ont qu’à se regarder dans la glace ». M. Vapaavuori a critiqué TVO à cause d’OL3 qu’il a qualifié « de plus grave accident industriel de l’histoire de la Finlande ».
Le ministre a aussi admis que le moment actuel n’était pas le plus adéquat pour décider de la construction d’une centrale nucléaire russe en Finlande.
Enfin, le ministre a affirmé que le précédent gouvernement aurait du accorder à Fortum une autorisation de principe construire une centrale nucléaire. En effet, après coup il apparaît que sur les trois projets présentés au précédent gouvernement, c’est Fortum et non TVO et Fennovoima qui aurait eu les meilleures capacités de préparer la construction d’une nouvelle centrale.
Vn.fi HS Yle

Déclarations de M. Ville Niinistö
Le ministre de l’Environnement et président des Verts, Ville Niinistö a déclaré que si le gouvernement décidait, jeudi, d’accorder l’autorisation de principe à Fennovoima les Verts quitteraient le gouvernement. Les organes dirigeant du parti se réuniront samedi pour prendre une décision formelle.
Devant les médias, M. Niinistö a critiqué très vertement Fennovoima et Rosatom, surtout dans la situation internationale actuelle. Il a regretté que « depuis 15 à 20 ans, la Finlande gère trois projets de centrales nucléaires (OL3, OL4 et HA1) sans qu’un seul mégawatt n’ait été produit. »
HS Yle AL TS

Déclarations de M. Stubb
Le Premier ministre Alexander Stubb a déclaré que le gouvernement prendrait la décision sur le nucléaire, jeudi, en dépit de la position des Verts. « Il est très probable que le gouvernement décidera jeudi d’accorder l’autorisation de principe modifiée à Fennovoima. Je respecte la décision des Verts [de quitter le gouvernement]. Ils ont été un bon partenaire gouvernemental ». Si les Verts quittent le gouvernement, la coalition n’aura plus qu’une majorité de 101 députés sur 200.
M. Stubb a admis que la situation internationale et la crise en Ukraine ont une influence sur la décision sur le nucléaire et Fennovoima. Mais, selon lui, « il s’agit d’un projet à très long terme et nous espérons que la crise en Ukraine sera rapidement résolue ».
Dem TS

Déclarations de M. Rinne et M. Haglund
Le président du PSD et ministre des Finances Antti Rinne a déclaré qu’il partageait le point de vue du ministre de l’Economie sur l’autorisation à accorder à Fennovoima mais qu’il souhaitait encore étudier s’il ne serait pas possible d’accorder à TVO le délai demandé. Il a déclaré qu’il allait le proposer au gouvernement où la question n’a pas encore été évoquée.
Le président du parti populaire suédois et ministre de la défense Carl Haglund a déclaré que lui aussi était favorable à ce qu’on étudie la possibilité d’accorder le délai demandé par TVO.
HS

Déclarations de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a déclaré que, comme les Verts il s’opposait à un nouveau projet de réacteur nucléaire. « Je dirais aux Verts qu’ils devraient plutôt réfléchir avant de décider de quitter le gouvernement car ce projet va très probablement être rejeté par le Parlement ». Il estime que la popularité du projet de Fennovoima diminue et que la question de l’actionnariat suscite des interrogations.
AL

Déclarations de MM. Sipilä et Soini
Les chefs de l’opposition ont approuvé la décision du ministère de l’Economie. Selon le président du Centre M. Juha Sipilä la décision est fondée et raisonnable : tant pour rejeter le délai de TVO que pour approuver l’autorisation de Fennovoima.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini a critiqué les Verts pour irresponsabilité et déclaré qu’il considérait que la Finlande avait besoin de plus de nucléaire, c’est pourquoi il défend la proposition du ministère de l’Economie.
SM

Réaction de Fennovoima
La nouvelle PDG de Voimaosakeyhtiö SF qui regroupe les actionnaires finlandais de Fennovoima a déclaré être très satisfaite de la décision du ministère de l’Economie. Elle a confiance dans le fait que l‘on arrivera à trouver un actionnariat finlandais de 60%. Le président du conseil d’administration, M. Pertti Laukkanen a déclaré que de nombreuses entreprises allaient entrer au capital du groupe.

Réaction de TVO
TVO s’est déclaré « totalement surpris » par la décision du ministère de l’Economie. Interrogé hier, le PDG de TVO, M. Jarmo Tanhua a déclaré que son entreprise ne s’était pas préparée à une décision négative. Aussi, elle n’a pas pu répondre à la question de savoir si elle était capable de préparer une demande de permis de construire dans le temps imparti, soit avant juillet 2015.
Le PDG de PVO, principal actionnaire de TVO, M. Janne Virkkunen s’est déclaré lui aussi très surpris. Il espère que la décision concernant un délai accordé à TVO pourra être transférée au Parlement. « Il semble incompréhensible que [le gouvernement] rejette une décision d’investissements de plusieurs milliards d’euros », a-t-il dit. Il a indiqué que TVO avait déjà dépensé une centaine de millions d’euros dans la préparation du projet d’OL4.
HS TS KL

Titres, commentaires et éditoriaux
« Le prochain gouvernement aussi étudiera l’élargissement du parc nucléaire » HS
« Le départ des Verts du gouvernement était attendu » KS
« Le gouvernement va être paralysé » SM
« L’annonce de M. Vapaavuori a suscité des surprises et des déceptions » TS
« La surprise du nucléaire » KL
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne néanmoins le caractère juridiquement fondé de la décision du ministère de l’Economie. En dépit des fortes pressions politiques et économiques », la décision est raisonnable et conforme aux principes d’un Etat de droit, selon l’éditorialiste. Selon HS, il reviendra à TVO de demander une nouvelle autorisation de principe si le groupe veut investir plus tard dans une nouvelle centrale. Quant à Fennovoima, il faudra que le groupe trouve des actionnaires finlandais supplémentaires. Sinon, le prochain gouvernement devra lancer un nouveau round d’autorisations de principe et dans lequel Fortum pourrait être en position de force.
Concernant le départ des Verts du gouvernement, Aamulehti estime que les partis qui resteront dans la coalition pourraient décider de ne pas remplacer les deux ministres des Verts mais répartir les tâches entre les autres ministres.
Helsingin Sanomat pense au contraire que le PSD et le parti conservateur choisiront de nommer chacun un nouveau ministre : au parti conservateur reviendrait le portefeuille de l’Environnement et au PSD celui du développement et de la responsabilité des entreprises publiques. Pour HS, les Verts ne seront pas regrettés par les partis de la coalition et leur départ devrait entraîner un resserrement des rangs du gouvernement jusqu’à la fin de la législature.
Hufvudstadsbladet note dans son éditorial que le gouvernement est en train de s’ébranler. Alors que le départ des Verts était prévu depuis longtemps, il y a eu d’autres changements moins prévisibles au sein du gouvernement. L’éditorialiste relève aussi que le président des Verts, Ville Niinistö a choisi d’évoquer la dépendance de la Russie comme argument. La politique étrangère et énergétique de la Russie n’est pas un sujet qui sera épuisé d’ici les élections législatives en 2015.
HS TS AL

Ukraine - Russie

Déclarations de M. Tuomioja
A Tampere, lors d’une réunion d’une section du PSD, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré que l’UE devrait apprendre de ses erreurs. Selon lui, l’UE aurait du discuter avec la Russie lorsqu’elle négociait un accord d’association avec l’Ukraine. En effet, cet accord a suscité de la méfiance en Russie. M. Tuomioja a toutefois souligné que cela n’autorisait pas la Russie à faire usage de la force ou à violer le droit international.
Le ministre a défendu les sanctions prises contre la Russie mais il estime que l’on peut critiquer l’effet de ces sanctions. « Par exemple le Brésil, l’Inde ou la Chine n’ont pas pris de sanctions à l’égard de la Russie et regardent maintenant quels marchés vont s’ouvrir pour leurs produits ».
M. Tuomioja a aussi critiqué l’UE pour le peu de marge de manœuvre donné à Mme Ashton en politique étrangère. « L’UE a toujours d’importantes faiblesses sur la façon de gérer la crise. Il n’y a toujours pas de clair leadership. La politique étrangère [de l’UE] est plus faible qu’il y a dix ans ».
M. Tuomioja estime que la crise en Ukraine va peu à peu se résoudre car la Russie sera victime du syndrome du Vietnam : « Même si on essaie de le passe’ sous silence, les Russes ont beaucoup de pertes. Il y a des enterrements en cachette. La situation est similaire à ce qui s’est passé durant la guerre en Afghanistan. On n’en parlait pas, mais cela a provoqué ce que l’on appelle le syndrome du Vietnam. Quand on perd beaucoup de jeunes, aucune opinion publique ne soutient plus la guerre ». Selon lui, cela a déjà eu une influence sur l’action de la Russie « qui disposait d’un capacité militaire bien supérieure pour faire ce qu’elle voulait en Ukraine ».
AL

Finlande - Russie

La Finlande et la Russie ont conclu un accord sur les brise-glaces
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande et la Russie ont signé un accord qui rend possible le fonctionnement des brise-glaces finlandais dans les parties orientales du golfe de Finlande situées dans les eaux territoriales russes, contre rémunération.
Les brise-glaces russes peuvent également assister les bateaux finlandais.
Selon le ministère finlandais des Transports, la coopération améliorera la sécurité de la navigation maritime en hiver. Le ministère estime aussi que le contrat ouvrira de nouveaux marchés pour les entreprises finlandaises.
HS/A27

Isis

Selon la Supo, il y a eu des cas de recrutement aussi en Finlande
Helsingin Sanomat relève que selon la police de sûreté Supo, on a tenté de recruter les musulmans habitant en Finlande dans les écoles, mosquées ou centres commerciaux pour qu’ils partent en guerre en Syrie ou en Irak.
Selon le porte-parole de la Supo, M. Jyri Rantala, « il n’est pas important de savoir où cela se passe, parce que la direction d’une mosquée ou d’un centre commercial n’organise pas le recrutement. Il s’agit de personnes privées qui partagent les même avis et qui en parlent entre eux. » M. Rantala souligne que le recrutement en Finlande n’est pas très bien organisé mais la propagande dans les médias sociaux et les vidéos sont mieux organisées.
Il est possible que la Finlande envoie en 2015 un policier de contact en Turquie pour recueillir des informations auprès des acteurs locaux.
La police a organisé lundi à Helsinki une table-ronde pour les musulmans sunnites et chiites où leurs représentants ont pu évoquer les questions liées aux relations de ces groupes. Les imams sunnite et chiite, Anas Hajjar et Abbas Bahmanpour, se sont félicités de cette possibilité.
Le quotidien a interviewé le chiite Hossein Bahmanpour (30 ans), étudiant en mathématiques. « Personne qui mène une vie normale en famille ne veut partir pour faire la guerre à l’étranger », a-t-il déclaré.
HS/A10

Le Parlement étudie la situation
Le Parlement finlandais souhaite étudier les possibilités pour empêcher le retour des combattants du Proche-Orient ou leur retirer leurs passeports. Selon la loi actuelle, la Supo a la possibilité de surveiller ceux qui partent pour les régions de conflit.
HS/A11

Suède

Réactions au résultat des élections
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre, M. Stubb a dit que le résultat des élections suédoises reflète « une tendance inquiétante pour un libéral international » comme lui, et qu’il faudrait faire quelque chose contre cela.
HS relève que même si les accents des Vrais Finlandais et des Démocrates suédois sont différents, les partis sont idéologiquement proches l’un de l’autre. Les Vrais Finlandais se sont présentés surtout comme eurosceptiques aux élections de 2011, alors que leurs collègues suédois ont parlé contre l’immigration.
Mme Jungar, chercheuse suédoise qui s’est penchée sur le populisme de droite, relève que ces partis sont socio-économiquement au milieu, critiques à l’égard de l’immigration, s’opposent au féminisme et ont des valeurs conservatrices.
Selon M. Soini, président des Vrais Finlandais, les partis ont des vues communes en matière de politique de défense et sociale.
M. Rinne, président du PSD et ministre des Finances, estime que le résultat traduit le besoin que les Suédois éprouvent en matière du maintien des éléments les plus essentiels de la société, comme ceux du système d’éducation et des soins médicaux. Le résultat des Démocrates suédois est inquiétant pour M. Rinne, qui estime qu’il faut encore plus œuvrer pour préserver les emplois et pour que les gens se sentent en sécurité. Il regrette que les tonalités explicitement racistes de ce parti ne soient pas inconnues chez nous non plus.
HS/A20, Dem/3

Editoriaux
« L’impossible est devenu possible en Suède » HS
« Le mandat de M. Löfven n’est pas facile » HBL
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat considère que le président des sociaux-démocrates, M. Löfven, aura un défi à relever. Avec leurs 49 députés, le parti d’extrême-droit introduira une nouvelle instabilité dans la politique suédoise et rendra la tâche de M. Löfven très difficile.
Les élections montrent une tendance qui a commencé dans d’autres pays nordiques il y a quatre ans, c’est-à-dire que le statut des grands partis s’affaiblit en même temps qu’ils voient monter à leurs côtés des partis fortement nationalistes et critiques à l’égard de l’immigration.
L’éditorialiste estime que plus qu’une victoire de la gauche, le résultat est une défaite des partis de droite.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que l’économie constituera un défi important pour M. Löfven. Beaucoup dépendra de sa capacité et de celle du gouvernement d’ancrer les décisions sur une base large. Concernant le score de 12,9 points de l’extrême-droite, l’éditorialiste rappelle que plus de 80 % des électeurs ont toutefois opté pour autre chose.
HS/A4, HBL/14

Politique intérieure

Négociations sur les retraites

Les négociations en crise
Selon Helsingin Sanomat, les négociations sur les retraites ont été interrompues lundi après-midi même si les partenaires sociaux ont trouvé une entente sur l’évolution des retraites après 2025. Toutes les autres questions importantes sont toutefois encore en suspens.
Les partenaires sociaux se réunissent mardi après-midi pour poursuivre les négociations ou au moins pour savoir s’il est possible de continuer à négocier.
HS/A14

Prévisions économiques
Selon le ministère des Finances, les sanctions ne ralentiront pas la croissance
Le ministère des Finances prévoit une croissance de 1,2 % pour l’économie en 2015, grâce aux exportations et aux investissements privés. Kauppalehti relève que les banques Nordea et Aktia prévoient une croissance de 0,5 % et que Nordea estime que même cela n’est pas sûr.
M. Kuismanen, conseiller au ministère, ne considère pas la prévision comme trop optimiste, même s’il admet que des dernières années, les prévisions l’ont été. Mais elles l’ont été concernant tous les autres acteurs aussi. Pour lui, cela ne veut pas pour autant dire qu’il faut se lancer dans le pessimisme.
Cette année, la croissance sera nulle, selon le ministère.
Selon M. Kuismanen, les nouvelles sanctions imposées à la Russie n’auront pas d’effet sur ce qui a été prévu avant. Les effets indirects pourront toutefois compliquer les choses, surtout à long terme.
Il est prévu que le déficit finlandais dépassera le seuil défini par l’UE, pour la quatrième année de suite.
KL/A9

Ventes d’entreprise
Les avantages des rachats de groupes finlandais par des étrangers sont plus importants que les désavantages
Helsingin Sanomat rend compte de l’étude de Mme Nilsson Hakkala, chercheuse de l’Institut national de recherche économique, sur les effets du passage des groupes finlandais sous propriété étrangère. Selon elle, les groupes dirigés depuis l’étranger sont plus rentables et les rachats introduisent en Finlande un savoir-faire en matière de management et R&D.
Selon Mme Nilsson Hakkala, les entreprises en possession étrangère ne sont pas plus susceptibles de licencier du personnel et de supprimer des activités que les groupes finlandais. Un rachat par un groupe étranger est un investissement étranger qui rapporte un capital en Finlande.
HS/A25

Yle
Yle commencera un plan social
Helsingin Sanomat relève que la radiotélévision finlandaise Yle a annoncé qu’il commencera la semaine prochaine un plan social qui durera jusqu’en début novembre et qui concerne mille employés, soit un tiers des effectifs, en vue de supprimer jusqu’à 185 emplois.
Selon le directeur général d’Yle, M. Lauri Kivinen, les négociations seront organisées parce que le budget d’Yle pour 2015 sera déficitaire de dix millions d’euros. Le Parlement a décidé de geler la redevance. M. Kivinen souhaite qu’il s’agisse d’une exception qui ne concerne que l’année 2015.
HS/A30

France – Finlande

Lutte contre le terrorisme
« Il faut agir de suite contre le terrorisme » AL
La presse rend compte de la conférence sur la paix et la sécurité en Irak qui s’est tenue hier à paris.
AL

Lundi 15 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie

Déclarations de M. Stubb
Le Premier ministre Alexander Stubb a défendu, hier, la décision européenne de prendre des sanctions contre la Russie. Selon lui, il n’était pas possible de retarder la prise de sanctions. Il reviendra à l’UE de vérifier que le cessez-le-feu tient et que le plan de paix progresse avant de réfléchir à une levée des sanctions. « Actuellement il n’y a pas en vue de progrès en Ukraine, au moins pas assez », a-t-il dit faisant référence à la présence sur place de soldats russes notamment.
M. Stubb a aussi déclaré que M. Tuomioja avait le droit d’exprimer un point de vue différent, comme il l’avait fait sur le procès-verbal de la réunion du comité de politique européenne. Il souligne que la coopération entre le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères fonctionne bien en dépit du fait qu’ils ont des « parcours idéologiques différents ». « Quand on est dans un gouvernement et surtout quand on définit une politique étrangère, il est bon de bien s’entendre. En tant que Premier ministre, mon devoir est de soutenir le ministre des Affaires étrangères même si nous avons des points de vue idéologiques différents. »
Par ailleurs, durant son interview, hier, le Premier ministre a rejeté l’idée que le projet de centrale nucléaire de Fennovoima avec Rosatom soit négatif pour l’image de la Finlande. « Je n’y crois pas. En Ukraine, 50% de l’énergie vient du nucléaire. Et le producteur d’énergie nucléaire y est russe, en général Rosatom, », dit-il. « Si on regarde comment ils fonctionnent, on peut remarquer qu’il n’y a eu aucun problème. Kje pense que le nucléaire est une question si sérieuse qu’il n’y a pas lieu de l’utiliser pour un jeu politique ». Il a aussi souligné que le projet de centrale durerait plusieurs années alors qu’il espérait que la crise en Ukraine ne dure pas des années.
Dem MTV

Déclarations de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, décrit sa relation avec le Premier ministre de manière laconique : « Le gouvernement doit fonctionner quelle que soit sa composition. La coopération fonctionne suffisamment bien actuellement : le gouvernement tient toujours ».
HS

Commentaires
Anu Marjanen estime dans Keskisuomalainen souligne que le Premier ministre Alexander Stubb a du beaucoup travailler pour rendre les effets des sanctions le moins douloureux possible pour la Finlande. En effet, il s’est employé à ce que les filiales de sociétés russes travaillant en Finlande (par exemple dans les chantiers navals) ne soient pas concernées. « Avec l’appui de la France et de l’Allemagne, il l’a obtenu, écrit KS. Néanmoins, il n’a pas pu s’en réjouir longtemps car après les déclarations de M. Tuomioja, les relations de la Finlande avec la France et l’Allemagne ont tangué, estime KS. M. Stubb a toujours recherché à se mettre dans le sillage de la France et de l’Allemagne dans les négociations sur les sanctions. Il téléphone volontiers à la chancelière et a entière confiance dans le fait que la France et l’Allemagne ont une vue précise de la situation sur place. M. Tuomioja au contraire n’est pas prêts à suivre les grands pays : « Je ne sais pas si l’Allemagne et la France ont une vue de la situation meilleure que les autres », a-t-il dit à STT. Alors que M. Stubb défend la ligne européenne, M. Tuomioja demeure sceptique, conclut KS.
Helsingin Sanomat rapporte que M. Tuomioja a reçu le soutien de certains de ses prédécesseurs au poste de ministre des Affaires étrangères, autant le centriste Paavo Väyrynen que le conservateur Ilkka Kanerva.
Kyösti Karvonen dans Kaleva considère que M. Tuomioja peut avoir des raisons d’excprimer un avis divergent mais que son solo en politique européenne pose un double problème : cela donne à croire que la Finlande a du mal à se maintenir dans le front européen contre la Russie et d’autre part cela conforte la Russie qui vise à diviser les européens.
KS HS Kaleva

M. Tuomioja exige la libération de l’agent estonien enlevé par la Russie
A Tallinn, où il a participé à la réunion des ministres des affaires étrangères nordiques et baltes, M. Tuomioja a exigé avec ses homologues que la Russie libère l’agent estonien enlevé la semaine dernière. M. Tuomioja a souligné devant la presse estonienne qu’il ne faisant pas de doute que Eston Kohver avait été enlevé en Estonie.
HS

La Russie interdit le lait sans lactose
La Russie a annoncé vendredi que les laitages sans lactose sont à nouveau interdits d’importation. Il semble donc que la Russie revienne sur sa précédente décision d’exclure de l’embargo les produits laitiers sans lactose. Le groupe Valio en exportait en Russie.
HS

Editorial : « La Finlande doit suivre avec attention la situation du gaz » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la Pologne a vu ses livraisons de gaz russe diminuer de moitié. L’éditorialiste rappelle que la Finlande dépend exclusivement de l’approvisionnement russe pour son gaz utilisé dans les centrales et par l’industrie. Il souligne qu’il est important de faire avancer le projet de terminal LNG.
HS

Les chasseurs finlandais vont quitter l’aéroport de Vantaa
Helsingin Sanomat annonce que l’armée de l’air va déplacer ses chasseurs F-18 Hornet qui avaient été positionnés à Vantaa pour réagir à une éventuelle violation de l’espace aérienne.
Selon l’armée de l’air, il n’y en a plus eu depuis que les chasseurs sont positionnés à Vantaa, aussi il est temps de lever ce système de contrôle renforcé.
HS

Les Finlandais estiment que la Russie constitue plus de menace pour la sécurité finlandaise qu’avant
Kaleva, quotidien paraissant à Oulu, publie les résultats d’un sondage d’opinion sur la Russie, notamment les menaces sur la sécurité finlandaise causées par la Russie.
Même si, à la lumière de ce sondage les Finlandais ont plus peur de menace de la Russie qu’avant, la majorité, 55 %, estime toutefois que la Russie ne constitue pas une menace pour la sécurité finlandaise. 42 % estiment qu’il y a une menace et 3 % ne se prononcent pas. Pour 46 % des femmes et 39 % des hommes il y a une menace.
Encore en mars dernier, seulement moins d’un quart de personnes interrogées ont estimé que la Russie posait une menace pour la sécurité finlandaise.
Parmi les partisans des partis politiques, les conservateurs et les partisans des Chrétiens-démocrates ont le plus peur de la menace russe, tandis que les sociaux-démocrates et les partisans de l’Alliance des gauches estiment qu’il n’y a pas de menace.
Quant aux différences entre les professions, on peut noter que ceux qui occupent des postes de premier plan sont les plus pessimistes (69 %). La majorité des agriculteurs estime aussi que la Russie pose une menace pour la Finlande.
Pour les experts, il s’agit naturellement d’un effet de la crise prolongée en Ukraine. La politologue Anna-Liisa Heusala de l’Université de Helsinki estime que les informations qu’on reçoit de la Russie sont pour la plupart négatives depuis un bon moment. « Dans le débat occidental, on estime que la Russie est en train de s’isoler et elle a des caractéristiques de l’Union soviétique qui sont menaçantes pour nous. »
Pour Mme Heusala, on mène actuellement un débat sur la politique de sécurité et sur l’avenir de la Finlande. « Tout cela est mélangé dans les débat et tout ce qui est dit sur l’Ukraine est filtré à travers le débat finlandais sur l’OTAN. » Elle estime aussi que les personnes qui occupent des postes de premier plan peuvent considérer comme menace les problèmes causées par la Russie aux entreprises et aux investissements.
Selon le professeur Juha Mäkinen de la haute école de défense, la crise de l’Ukraine n’explique pas tout le résultat du sondage. Pour lui, depuis le début des années 2000, les Finlandais sentent que leur sécurité a diminué. « Les relations entre les grandes puissances se sont détériorées et il y a de plus en plus de tensions. On n’a pas oublié la guerre de la Géorgie ou les discours du président Poutine. »
Mme Katri Pynnönen, chercheur à l’UPI, institut des relations internationales, souligne qu’on ne devrait pas mélanger les choses. « Le fait que Valio ne peut pas exporter des produits laitiers en Russie est dans une catégorie complétement différente d’une menace militaire de la Russie. »
Kaleva/dim/2

Editorial
Kaleva estime dans son éditorial qu’en ce moment, les Finlandais se méfient de la Russie et que les attitudes ont changé rapidement. La méfiance des Finlandais a augmenté même si la Russie n’a rien fait qui pourrait menacer la Finlande directement. La frontière entre la Finlande et la Russie reste parmi les plus calmes dans le monde entier et la coopération entre les autorités fonctionne normalement.
Il est clair que la crise en Ukraine a augmenté le sentiment d’insécurité chez les Finlandais. La direction politique doit répondre à ce sentiment des citoyens.
Pour conclure, l’éditorialiste estime que la campagne des élections législatives du printemps prochain sera marquée par le débat sur la politique étrangère et de sécurité.
Kaleva/dim/4

Commission – Economie

Les débuts de M. Katainen dans le rôle de commissaire
M. Katainen a participé, à Milan, à la réunion de l’eurogroupe, pour la première fois dans le rôle de commissaire.
Keskisuomalainen relève que même si réagir à l’annonce française sur le déficit relèvera de la prochaine Commission, il reviendra toutefois à M. Katainen, commissaire pour l’économie, de préparer les décisions, puisque la prochaine Commission devra évoquer la question tout de suite. M. Katainen affirme travailler en proche coopération avec son futur successeur, M. Moscovici. « La position préparée par la Commission actuelle, pilotée par moi, ne pourra pas changer subitement par la suite », dit-il.
Il estime que transmettre le relais à M. Moscovici se passera bien. Pour lui, il est clair que son collègue est conscient du fait qu’en tant que Français, il sera scruté à la loupe.
M. Katainen estime que la décision concernant le délai supplémentaire demandé par la France dépendra du fait de savoir si les problèmes seront considérés comme nationaux ou bien comme engendrés par la crise économique mondiale, et également du fait de savoir si la France a mis en place de façon suffisamment efficace des réformes structurelles, dont celle concernant le marché du travail.
Concernant la croissance européenne, M. Katainen estime que les mesures fiscales et les investissements de la BCE n’étant pas suffisants pour assurer une croissance significative, il y a quelque chose qui cloche. « Le moteur est en panne. »
KS/sam/11, HS

Taneli Lahti devient chef de cabinet de M. Dombrovskis
Turun Sanomat rapporte que l’actuel chef de cabinet de M. Katainen, M. Taneli Lahti sera le chef de cabinet de M. Dombrowskis, 6ème vice-président de la Commission chargé de l’euro et du dialogue social.
M Lahti faisant partie du cabinet du commissaire finlandais à l’Economie depuis 2009.
C’est la première fois qu’un Finlandais est appelé à diriger le cabinet d’un commissaire autre que Finlandais.
TS

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat considère l’annonce française sur le déficit comme une épreuve pour M. Katainen. S’il faudra mettre en place de mesures strictes en ce qui concerne la France, ce sera à la charge de M. Katainen vice-président, et de son collègue letton M. Dombrovskis de surveiller le commissaire pour l’économie de la prochaine commission, M. Moscovici.
A juger de la structure de la nouvelle Commission, M. Moscovici n’aura pas de marge de manœuvre pour relâcher la position actuelle de la Commission. Le mode d’action de la nouvelle Commission montrera sa force dans le suivi de l’économie française, écrit HS qui considère que M. Moscovici devra revenir sur son propre héritage dans son futur travail.
HS/sam/A5

Billet de M. Tanskanen
Helsingin Sanomat publie un point de vue de M. Tanskanen (ancien PDG de la Banque OP-Pohjola), qui estime qu’au niveau interne, l’UE n’est pas en équilibre à cause des différents contextes économiques des Etats membres. Pour changer cette situation, M. Tanskanen relève que les pays excédentaires pourraient être chargés de donner une partie de leur excédent dans le fonds d’investissement européen afin que l’UE l’utilise pour des investissements en matière d’infrastructure.
M. Tanskanen admet que cette proposition peut paraître irréaliste mais que, pour obtenir plus d’équilibre entre les Etats membres, il faudrait que l’accent mis sur la politique de croissance et de développement passe des pays déficitaires aux pays excédentaires.
HS/sam/A5

Le secteur du bois-papier a de grandes attentes concernant M. Katainen
Keskisuomalainen rend compte des propos du directeur général de la confédération européenne de l’industrie papetière, M. Mensink, qui souhaite une bonne coopération entre l’industrie et les décideurs politiques afin d’améliorer la compétitivité européenne. L’industrie et les questions énergétiques sont liées les unes aux autres, et M. Mensink souhaite que le fait que les commissaires et vice-présidents de ces domaines viennent des pays de forêts (Pologne, Slovaquie) augmente la compréhension à ce sujet au niveau de la Commission.
KS/sam/11

Politique intérieure

Cleantech

Vente de Vacon à Danfoss
Le groupe Danois de composants Danfoss a annoncé vendredi son offre publique d’achat sur le Finlandais Vacon qui produit des modules onduleurs utilisés dans l’industrie. L’acquisition, pour une valeur d’environ un milliard d’euros, a été acceptée par les principaux actionnaires de Vacon. Qui emploie environ 730 personnes en Finlande.
Le président du PSD et ministre des Finances Antti Rinne a déclaré : « Cela ne suscite pas de joie. Il s’agit encore une fois d’un mouvement qui fait de la Finlande un pays de filiales étrangères. Heureusement l’acheteur étranger est une entreprise nordique stable ». Il a précisé que lorsqu’une entreprise finlandaise était reprise par un groupe étranger il y avait lieu de craindre une délocalisation.
HS Dem

France – Finlande

Cinéma

Les Moumines sur la Riviera
Hufvudstadsbladet rend compte d’une opération autour du dessin animé sur les Moumines réalisé par le français Xavier Picard, et qui sortira en Finlande le 10 octobre.
HBL/sam/26

Vendredi 12 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie

Sanctions – Propos de MM. Tuomioja et Stubb
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, relève à propos des nouvelles sanctions européennes que pour la Finlande « il aurait été plus raisonnable d’attendre de voir comment le cessez-le-feu tient. L’effet des sanctions est une perte pour tous, non pas seulement pour la Russie. » A Tallinn, à l’occasion de la réunion des ministres nordiques et des pays baltes des Affaires étrangères, M. Tuomioja a dit qu’une dizaine d’Etats membres de l’UE avaient exprimé des méfiances en matière de la mise en place de nouvelles sanctions.
Selon le Premier ministre, M. Stubb, imposer les nouvelles sanctions était nécessaire maintenant. Il souhaite toutefois que l’on puisse revenir sur ces sanctions d’ici trois semaines. « La pression économique est le seul moyen que nous pouvons utiliser. Les sanctions ne servent à personne, mais personne ne souhaite se retrouver dans un conflit armé. Il n’y a tout simplement pas d’autre moyen. »
Tous deux affirment que le gouvernement est uni en la matière.
M. Tuomioja estime que l’on sait bien que la Russie imposera des contre-sanctions. La question la plus délicate reste celle de savoir quelles seront les effets en Ukraine. « L’essentiel, c’est que les parties souhaitent tenir au cessez-le-feu. »
M. Tuomioja a encore relevé que derrière la position finlandaise, il y avait la question d’éviter, dans le contexte d’un cessez-le-feu fragile, de pousser l’Ukraine dans une nouvelle crise.
Mme Toivakka, ministre conservateur du Commerce extérieur, souhaite que la Russie réagisse à l’entrée en vigueur des sanctions par des négociations sur la paix et non pas imposant des contre-mesures de son côté.
M. Stubb estime qu’il est probable que la Russie en mettra en place dans les prochains jours, et même avant.
Pour Mme Toivakka, il faut que la Russie fasse plus pour mettre en place la paix. « Elle n’y a pas travaillé suffisamment même s’il elle a eu plusieurs jours pour le faire. »
Elle relève que l’UE utilise le pouvoir dont elle dispose : l’économie et les sanctions économiques. Pour prendre des décisions en la matière, beaucoup d’évaluations ont été faites sur les démarches russes.
HS/A6-7, KS/12

Effets des sanctions en Finlande
La Finlande a pu négocier certains points particulièrement problématiques pour les entreprises finlandaises concernant les sanctions. Le Premier ministre, M. Stubb, n’a pas souhaité commenter quelles étaient les entreprises concernées. Selon les informations de l’agence de presse STT, citée par des journaux, le propriétaire russe du chantier naval de Helsinki et Rosatom auraient été menacés d’être concernés par les sanctions. Selon M. Stubb, la Finlande n’a pas négocié sur le sort de Rosatom. Selon STT, les brise-glace ne seraient pas concernés.
M. Stubb estime que les nouvelles sanctions n’engendreront pas de grands effets directs pour la Finlande, mais que les effets indirects de longue haleine sont une autre question. Il ne souhaite pas spéculer sur le fait de savoir quelles seront les sanctions éventuelles que la Russie envisagerait comme contre-mesure.
Au Parlement, les représentants de l’opposition ont posé la question sur l’opportunité des sanctions dans une situation où on a fait des pas en avant et que le cessez-le-feu a tenu plus ou moins. M. Stubb a dit que l’on avait effectivement avancé, mais pas assez. La logique de l’UE était d’augmenter la pression pour mettre en place un cessez-le-feu solide et un plan de paix permanent. La situation d’ensemble a mené à ce qu’il convient de tenir au calendrier des sanctions supplémentaires, selon M. Stubb.
L’interdiction éventuelle des exportations de produits de l’industrie textile vers la Russie frapperait lourdement la Finlande, un quart de ces exportations allant dans ce marché. Cette part représente 148 millions d’euros.
AL/A9, KS/12

Wärtsilä pas inquiète par le report de livraison des navires français
Helsingin Sanomat rapporte que Wärtsilä ne s’inquiète pas du report de livraison des navires de type Mistral que la France doit livrer à la Russie. Ces navires construits par STX France sont en effet équipés de moteurs fournis par Wärtsilä.
HS

Des députés européens demandent à ce que l’UE rachète les Mistral
Nykypäivä, organe du parti conservateur, rend compte d’une lettre de députés européens, signée également par le député européen finlandais M. Sarvamaa (conservateur), proposant que l’UE achète les bâtiments de type Mistral commandés par la Russie à la France.
Pour M. Sarvamaa, il s’agit de l’unité interne de l’UE dans une crise où la Russie déplace de force les frontières contrairement au droit international.
NP/15

Isis

Les députés se font des soucis pour les départs vers des zones de crise
Des députés ont exprimé leur souci concernant le recrutement des combattants pour les troupes d’Isis, et les mesures éventuelles pour décourager ce genre d’activité ont été évoquées. Mme Räsänen, ministre de l’Intérieur démocrate-chrétienne, a relevé que des mesures possibles étaient à l’étude, mais que la surveillance en la matière relevait de la Sûreté nationale.
Une quarantaine de personnes sont partis de Finlande vers la Syrie, dont deux tiers des personnes de nationalité finlandaise.
Le Premier ministre, M. Stubb, a fait appel pour que l’on ne fomente pas la peur qu’une organisation qui constitue une menace se soit installée en Finlande.
HS/A15

Union européenne

Contribution finlandaise
La contribution nette finlandaise s’élèvera à 1150 millions d’euros cette année, contre 604 millions d’euros en 2013. Les Vrais Finlandais souhaitent que le gouvernement ouvre immédiatement des pourparlers pour diminuer la contribution finlandaise.
Selon M. Anttinen, conseiller législatif au ministère des Finances relève que la contribution finlandaise n’est pas comparable à celle des autres Etats membres mais que par contre, on pouvait la comparer à la contribution de l’année précédente.
HS/A13

M. Romakkaniemi deviendra chef de cabinet de M. Katainen
M. Juho Romakkaniemi, conseiller spécial de M. Stubb et anciennement de M. Katainen ministre des Finances et premier ministre, deviendra chef du cabinet de M. Katainen vice-président de la Commission européenne.
HS/A14

AESA

Un finlandais nommé nouveau président du conseil d’administration de l’agence
M. Henttu, directeur de l’aviation de Trafi, agence nationale de sécurité des transports, a été désigné nouveau président du conseil d’administration de l’Agence européenne de la sécurité aérienne, pour un mandat de trois ans.
HS/A13

Politique intérieure

Négociations sur les retraites

Une décision aujourd’hui sur la suite des négociations
Selon Helsingin Sanomat, les partenaires sociaux devraient décider aujourd’hui de la suite des négociations.
Les positions des parties se seraient rapprochées.
HS

Jeudi 11 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie

Sanctions européennes contre la Russie
Le Premier ministre Alexander Stubb a estimé, hier, que les nouvelles sanctions entreraient en vigueur vendredi.
M. Stubb a aussi assuré que le gouvernement finlandais était uni sur la question des sanctions contre la Russie. Il estime que chaque ministre a le droit d’exprimer sa position sur le procès-verbal du comité interministériel de politique européenne.
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja l’avait fait à l’issue de la réunion du comité, lundi, parce qu’il estimait que la Finlande aurait du, même seule, s’opposer à l’entrée en vigueur immédiate des sanctions. Il a déclaré qu’il l’avait fait « à l’intention des historiens ». C’était la première fois qu’il le faisait et il n’avait pas eu l’intention de le rendre public. Helsingin Sanomat précise qu’une source a informé l’agence de presse finlandaise STT de cette inscription de M. Tuomioja sur le PV ce la réunion qui est public. C’est pourquoi STT a pu diffuser la nouvelle mardi.
M. Tuomioja a aussi souligné qu’il ne remettait pas en cause les sanctions, mais le moment de leur entrée en vigueur. Il a précisé qu’il y avait un groupe de 6 à 8 Etats membres qui estimaient toujours qu’il ne fallait pas mettre en place des sanctions maintenant mais plutôt attendre de voir si le cessez-le-feu tient. Puisque le cessez-le-feu est toujours en vigueur, « on peut se demander si c’était le bon moment pour mettre en place de nouvelles sanctions qui conduiront de toutes façons à des mesures de rétorsion. On est dans une situaiton où il peut y avoir un engrenage incontrôlable. Il ne s’agit pas là d’intérêts commerciaux ou de l’image de la Finlande. Il s’agit d’une question de guerre et paix et tout le monde devrait le comprendre : par quel moyen pourrons-nous au mieux faire cesser la guerre et apporter la paix en Ukraine ».
Le Premier ministre Alexander Stubb a déclaré que M. Tuomioja jouissait de sa totale confiance.
Le président du PSD, M. Rinne a déclaré que son parti soutenait la ligne du gouvernemnt sur les sanctions contre la Russie.
Le député conservateur Kimmo Sasi en revanche a critiqué l’action de M. Tuomioja. Selon M. Sasi, « une personne qui demande à ce que la Finlande use de son droit de véto sur les sanctions n’agit pas selon les intérêts de la Finlande ».
HS AL Dem

Editoriaux et commentaires
Le spécialiste de politique étrangère et de sécurité Kari Huhta souligne qu’en dépit des dénégations des dirigeants finlandais sur l’unité de la Finlande concernant les sanctions contre la Russie, l’affaire d’une dissension dans la politique étrangère finlandaise n’a pas diminué. Cela a entraîné les spéculations sur une possible divergence entre le parti conservateur et le PSD, que ce dernier a rejeté avec virulence. De même les spéculations sur une divergence entre le président et le premier ministre ont été démenties par le parti conservateur. Selon de nombreuses sources il s’agit d’une initiative personnelle de M. Tuomioja qui a surpris les autres membres du gouvernement, y compris du PSD.
Minna Saarinen dans Kauppalehti estime que, dans l’UE, il est normal de défendre ses intérêts et que, selon elle, en Finlande on s’attache trop à la question de savoir ce que les autres pays pensent de nous.
Suomenmaa, journal du parti du Centre, souligne que la Finlande a des raisons nationales à demander un report des sanctions contre la Russie. Selon le journal, « ce qui est sage opur la Finlande est aussi sage pour l’UE ».
Demokraatti, le journal du PSD, estime qu’il est rationnel de regarder sile cessez-le-feu tient mais que la Finlande est naturellement unie au front européen et prête à de nouvelles sanctions en tant que de besoin.
HS SM Dem

Survol aérien de la Russie : précisions de M. Haavisto
Le ministre chargé des actions de l’Etat, M. Haavisto, a précisé, hier, ses commentaires sur l’accord bilatéral entre la Finlande et la Russie sur le survol de la Sibérie. Il a souligné que cet accord ne protégerait pas la Finlande d’éventuelles mesusres de rétorsions décidées par la Russie et portant sur le survol de son espace aérien. « La Finlande n’a pas de position particulière car la Russie pourrait dénoncer ses accords biolatéraux », a-t-il dit.
M. Tuomiojka a déclaré de même, précisant toutefois que c’était improbable car ces accords permettaient à la Russie de recevoir d’importantes ressources financières en contrepartie des survols.
HS

Traite des personnes

Propos de Mme Biaudet
Les journaux rendent compte des propos de Mme Biaudet, déléguée aux minorités, qui estime qu’en Finlande, on n’intervient toujours pas suffisamment contre la traite de personnes liée aux abus sexuels. Elle estime que si n’importe quelle autre minorité de notre société avait une condition aussi faible, une attention plus importante serait portée sur la question. Mme Biaudet estime que la police et les autorités ne sont pas bien informées sur la traite des personnes, et que les attitudes dans la société laissent à désirer.
Selon un rapport publié, hier, il y a eu en Finlande ces dernières années de nombreux cas qui ont comporté des caractéristiques de traite des personnes et qui ont pourtant été traités comme des cas de proxénétisme. Le rapport évoque la question de savoir si on minimise l’importance de la traite des personnes parce que les victimes sont souvent des femmes d’origine étrangère.
HS/A10

Commission européenne

M. Katainen vice-président de la Commission
La presse rapporte que le commissaire finlandais Jyrki Katainen est proposé comme vice-président chargé de l’emploi, la croissance, les investissements et la compétitivité dans la Commission de M. Juncker.
Devant les journalistes finlandais à Bruxelles, hier, M. Katainen a exprimé sa satisfaction. « Il est difficile d’imaginer un travail plus intéressant, difficile et motivant ». Il estime qu’il aurait pour exiger un portefeuille important. « Cela aurait été possible si l’on avait opposé la force à la force. Mais j’ai priorisé le poste de vice-président ». Il sera chargé de coordonner huit commissaires. Selon lui, il s’agira d’un travail d’équipe qu’il compare à son précédent travail de premier ministre. Il a aussi souligné qu’il disposerait dans les domaines qu’il supervise d’un pouvoir d’initiative et de censure.
Le Premier ministre Alexander Stubb estime que le domaine de compétence de M. Katainen est important. « Il agira sous la direction du président de la commission mais au-dessus des commissaires sectoriels ».
La présidente de la grande commission du Parlement, Mme Riitta Myller estime que le poste de M. Katainen suscite des interrogations. Elle estime que sa position dans la Commission dépendra de sa position vis-à-vis des commissaires qu’il supervise ; Elle se demande de quelle administration il disposera. Elle croit néanmoins qu’il a suffisamment d’ambitions et d’intérêts pour devenir un vrai coordinateur.
HS

Editoriaux et commentaires
La correspondante à Bruxelles de Helsingin Sanomat Virve Kähkönen se demande si le poste de vice-président de M. Katainen s’apparente à une coquille vide ou trop pleine. Elle rapporte que, selon le futur commissaire Pierre Moscovici, il s’agit d’une coquille vide. Il est vrai qu’il n’aura pas de portefeuille. Néanmoins son champ d’action et large. Aussi l’influence d’un vice-président dépendra surtout de sa personne : comment il interviendra dans le travail des commissaires et sa capacité à animer une équipe.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet relève que la Commission de M. Juncker contient des éléments qui n’ont pas été testé avant. L’éditorialiste se demande s’il s’agit pour une vice-présidence du conte sur les habits neufs de l’empereur. La répartition du pouvoir n’est pas claire encore. L’éditorialiste relève que les vice-présidents viennent principalement des petits Etats membres. Il semblerait que les grands Etats membres se sont moqués des nouveaux titres et ont brigué les portefeuilles traditionnels qui jusqu’à présent ont impliqué un pouvoir d’influence. Pour l’éditorialiste, M. Moscovici, outre le fait de disposer d’un CV impressionnant, s’inscrit parmi les sociaux-démocrates les plus évidents pour un poste économique à la Commission.
Turun Sanomat se demande si la Finlande et les quatre nouveaux pays (Bulgarie, Slovénie, Lettonie et Estonie) ont accepté une vice-présidence parce qu’ils ont mieux négocié que les autres ou bien parce qu’ils se contentent d’un joli titre.
Aamulehti estime que la nouvelle commission exprime aussi un virage à droite. Par rapport au résultat des élections européennes de mai, la commission Juncker comporte trop peu de Verts, de membres de gauche et de femmes, juge AL.
Kauppalehti relève que le Danemark et la Suède, qui ont présenté des femmes, ont reçu des portefeuilles importants. L’éditorialiste du quotidien économique juge que M. Katainen a obtenu un poste à responsabilité mais, qu’on ne sait pas encore si c’est un poste à pouvoir.
HS Hbl AL TS KL

Politique européenne

« Qui dirige l’Europe ? » HS
« Non, non et non » KL
Helsingin Sanomat estime qu’avec la crise en Ukraine, l’Allemgane de la chancelière Angela Merkel a pris la direction de l’UE. Le quotidien en veut pour preuve le fait que M. Poutine a téléphoné deux fois plus à Mme Merkel qu’à M. Hollande et huit fois plus qu’à M. Cameron ou dix fois plus qu’à MM. Barosso, Renzi ou Niinistö. Une toute autre question est de savoir quel a été le résultat de la direction allemande dans la résolution de ce conflit, écrit HS.
Helsingin Sanomat considère aussi que l’on parle aujourd’hui moins de l’axe franco-allemand qu’il y a quelques années.
Kauppalehti relève que, hier, au moment où M. Juncker annonçait la composition de sa future commission, la France annonçait le report de la date du rétablissement de l’équilibre de ses finances publiques. Et il reviendra donc au Commissaire Moscovici d’y veiller. Selon KL c’est un timing parfait. Mais le plus intéressant aujourd’hui est que la pression pour l’austérité budgétaire semble retomber. Alors que M. Moscovici va succéder aux Finlandais Rehn et Katainen, la France et l’Italie espèrent que les discours sur la relance vont se concrétiser. Mais il est peu probable que l’Allemagne change d’avis, estime KL qui souligne que l’obsession allemande pour l’équilibre budgétaire comporte pourtant d’importants risques.
HS KL

Economie

L’agence S&P a commencé son audit
Helsingin Sanomat rapporte que les agents de S&0P sont à Helsinki pour une visite de trois jours afin de réévaluer la notation de la Finlande qui est actuellement AAA. Selon le classement de S&P l’économie finlandaise se classe au 7ème rang mondial pour la confiance qu’elle inspire alors qu’elle était au 3ème rang en 2013.
HS

La relance économique vient trop tard
L’économiste-en-chef de la banque OP-Pohjola Reijo Heiskanen estime que la Finlande commence la relance économique avec des années de retard. Il considère que le gouvernement mené par M. Katainen a commis de nombreuses erreurs de politique économique et notamment retardé les réformes structurelles.
AL

Diminution des exportations
Les exportations finlandaises ont continué à se rétracter en juillet. Le plus inquiétant est que les exportations vers l’extérieur de l’UE s’effritent (-5%) en dépit de l’affaiblissement de l’euro. Cela s’explique principalement par la rétractation des exportations vers la Russie.
En revanche les commandes pour l’industrie ont augmenté de 6,4% en juillet. Cela concerne principalement l’industrie métallurgique (plus de 10%) et chimique (8%).
TS

Politique intérieure

Parlement

Motions de censure
Le Centre et l’Alliance des gauches ont déposé, hier, une motion de censure sur l’évolution en matière des inégalités et des petits revenus.
Le gouvernement a répondu à la motion de censure des Vrais Finlandais sur les services assurés de la police. Un vote de confiance aura lieu demain.
Mme Räsänen, ministre de l’Intérieur, a dit, hier au parlement, que la proposition du chef de la police, M. Paatero, sur le redéploiement de policiers au niveau local mériterait d’être envisagée dans des régions qui sont loin d’un commissariat.
HS/A15, A16

Négociations sur les retraites

Les négociations toujours en cours
Selon Helsingin Sanomat, il n’y a toujours pas d’accord entre les partenaires sociaux sur la réforme des retraites en dépit des nombreuses soirées passées à négocier.
L’Etat et le patronat souhaitent qu’à partir de 2025, l’âge de départ à la retraite augmente automatiquement en proportion de l’augmentation de l’espérance de vie. Cela ne convient pas aux syndicats qui souhaitent que l’on prenne en compte d’autres facteurs, comme par exemple la situation de l’emploi.
Les syndicats craignent que s’ils n’arrivent pas à un accord l’Etat décide de légiférer. Or, la Finlande est un des rares Etats dans lesquels les principales questions sont décidées par des accords tripartites entre l’Etat, le patronat et les syndicats. Il ne s’agit donc pas seulement de la question de la réforme des retraites mais de ce modèle tripartite.
HS relève aussi que les négociations sont rendues difficiles par le fait qu’il n’y a pas de date limite à respecter : les parties se sont entendues pour prendre la décision à l’automne 2014 et le gouvernement a jusqu’à présent laissé les partenaires sociaux négocier tranquillement. Or, le plus souvent les accords sociaux ont besoin d’une pression extérieure pour être conclus. Cela pourrait être le cas si le gouvernement fixait un ultimatum aux négociateurs ? Mais cela pourrait aussi susciter des grèves, relève HS.
HS/A16

Energie nucléaire - Fennovoima

Sondage : l’audience du projet de Fennovoima en baisse chez les députés
Helsingin Sanomat rend compte d’un sondage effectué par Yle sur le projet de construction de réacteur nucléaire de Fennovoima. Un député sur six a changé d’avis depuis le printemps dernier en raison de la situation en Russie et de l’aggravation de la crise en Ukraine.
En mars, 57 % des députés ayant répondu au sondage ont été favorables au projet, contre 43 % sur 127 députés aujourd’hui. Aujourd’hui 28 % des députés voteraient contre l’accord d’une autorisation à Fennovoima, alors qu’ils n’étaient que 22 % en mars. Un nombre important de députés n’a pas souhaité répondre.
Les conservateurs étaient les plus favorables au projet, 92 % des députés du Parti conservateur le soutenant. Parmi les centristes, l’audience est de 61 % et parmi les sociaux-démocrates 41 %. 30 % des vrais finlandais soutiennent le projet, alors que les verts et les députés de l’Alliance des gauches sont tous contre.
HS/A15, www.yle.fi

Editorial
Kauppalehti souligne que le projet de Fennovoima suscite encore beaucoup d’interrogations. Le risque politique a augmenté depuis la crise en Ukraine, mais comme la Finlande a réussi à exclure Rosatom du volet de sanctions européennes, l’option de construire un tel réacteur continue à exister ; La question de l’actionnariat finlandais est importante car il faut garantir qu’elle soit supérieure à 50%, estime KL. Le quotidien économique rappelle d’une part que la Finlande manque cruellement d’investissements étrangers et d’autre part que le pays accuse un déficit de sa balance énergétique de 8 milliards d’euros et qui risque de se renforcer car de nombreuses centrales seront fermées dans les années à venir. Quelle autre énergie que le nucléaire permettra de les remplaces ? conclut KL.
KL

Mercredi 10 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie

Sanctions européennes contre la Russie
La presse rapporte que, lundi, la Finlande a été un des Etats membres de l’UE qui ont souhaité retarder la mise en place de nouvelles sanctions. Selon Helsingin Sanomat, cela a suscité un débat animé en Ukraine et en Russie. Le gouvernement ukrainien a demandé la mise en œuvre immédiate des sanctions. Les médias russes ont estimé que les réserves finlandaises ont eu pour effet que les sanctions ont été reportées. Selon des médias internationaux, l’Italie, l’Autriche, la Suède, le Chypre et la Slovaquie ont également été favorables à un report.
La Finlande a approuvé les sanctions à la dernière minute, à l’instar de plusieurs autres Etats, selon HS.
Selon le Premier ministre, M. Stubb, la direction de la politique étrangère finlandaise n’a pas été particulièrement divisée à l’égard de la position de la Finlande en matière des nouvelles sanctions. « Nous avons tous été du même avis sur les sanctions, mais nous avons considéré le calendrier comme difficile. Une bonne discussion a eu lieu sur le calendrier. »
Le Président Sauli Niinistö, en déplacement à Ivalo, a estimé que les sanctions constituaient le seul moyen pacifique d’influencer sur la situation. Il a souligné que la direction de politique étrangère a été unanime sur les sanctions, et qu’il y a eu un contact bon et régulier entre le Président et le gouvernement. Selon lui, il s’agit d’avancer comme convenu.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a fait inscrire un avis divergent dans le procès-verbal du comité interministériel des Affaires européennes qui a pris la décision sur la position finlandaise en matière de sanctions. M. Tuomioja a été d’accord sur les autres orientations, mais il estime qu’il aurait été possible pour la Finlande de s’opposer à l’entrée en vigueur des nouvelles sanctions tant que le cessez-le-feu continue, même si les autres Etats ne la soutenaient pas. Pour M. Stubb, il n’était pas possible que la Finlande s’oppose seule à l’entrée en vigueur immédiate des sanctions. Pour M. Tuomioja, le moment pour faire pression sur la Russie n’était pas propice.
Pour HS, l’approche des conservateurs d’une part et des sociaux-démocrates d’autre part est différente : alors que pour M. Stubb, le report des sanctions n’est qu’une formalité, pour M. Tuomioja il aurait une véritable signification dans le sens où les sanctions pourraient être annulées si l’Ukraine et la Russie faisaient preuve d’un sérieux dans leurs projets en faveur de la paix.
HS relève que lundi, le Premier ministre, M. Stubb, a été en contact avec Mme Merkel, MM. Van Rompuy et Renzi, ainsi que le Président Niinistö. M. Tuomioja a appelé quelques autres personnes encore.
M. Tuomioja n’a pas commenté, hier, la situation. HS spécule sur l’éventualité que le ministre n’ait pas apprécié le fait que l’on se soit mis d’accord sur les sanctions lors du sommet de l’OTAN, sous la direction des Etats-Unis, de la France et de l’Allemagne, sans la Finlande. Pour les conservateurs, il importait que la Finlande ne dilue pas la décision.
HS/A8, A10

Editoriaux
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la coordination interne de la Finlande a été perturbée par la rapidité et l’efficacité des décisions prises. Le contenu des décisions est logique si la Finlande souhaite faire partie du front européen, soutenir l’intégrité territoriale de l’Ukraine et s’opposer à une idéologie de sphères d’influence. Les gaffes en matière du moment choisi pour les mesures donnent malheureusement l’impression que la Finlande serait le maillon faible. La Finlande souffrirait d’une telle réputation.
Turun Sanomat estime que la décision européenne de prendre de nouvelles sanctions susite des interrogations et devrait être revue.
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que l’image de la Finlande a été entachée du fait qu’aux yeux des médias internationaux, la Finlande s’est efforcée d’empêcher l’entrée en vigueur des sanctions. KL relève que la semaine dernière, la Russie a fait la publicité, dans Washington Post, de son investissement dans l’énergie nucléaire finlandaise. Selon l’éditorialiste, on n’est pas loin que le terme de la finlandisation revienne dans le vocabulaire des médias internationaux.
Kauppalehti publie également un éditorial sur les effets des sanctions en Finlande. Les perspectives conjoncturelles des PMI-PME ont tourné vers la baisse. Les effets indirects des sanctions touchent le secteur des PMI-PME. Même si la production d’une entreprise ou de son client ne serait pas directement concernée, plusieurs groupes ont éprouvé des difficultés en facturant leurs clients russes.
HS/A4, KL/5

Survol aérien de la Russie
Le ministre chargé des actions de l’Etat, M. Haavisto, relève que la composition de l’actionnariat de Finnair garantira le fait que la compagnie pourra continuer ses survols de la Russie. En effet, selon lui, la Finlande et la Russie disposent d’un accord bilatéral concernant les survols qui garantit le survol si plus de la moitié des actions de la compagnie aérienne est en possession nationale. « L’accord est en vigueur pour une durée indéterminée et je n’ai eu aucun signal sur des intentions d’y mettre fin », dit le ministre.
HS/A8

Vente de matériel militaire en Ukraine
Helsingin Sanomat rapporte qu’un groupe finlandais du nom de Varusteleka a vendu en ligne du matériel militaire (vestes, bottes, casques, couteaux, etc.) en Syrie et en Ukraine, ainsi qu’à des personnes parties en Syrie.
Il ne s’agit pas de commandes importantes : depuis le début de l’année, les sommes facturées s’élèvent au total à 700 euros hors TVA.
HS/A16

Commission européenne

M. Katainen nommé vice-président de la Commission ?
La presse rapporte que, selon Reuters, le commissaire finlandais Jyrki Katainen serait nommé un des vice-présidents de la Commission de M. Juncker. Il occupera une vice-présidence chargée des domaines de la croissance, de l’emploi, des investissements et de la compétitivité.
Yle

Estonie

Le général Lindberg a effectué une visite en Estonie
Selon Turun Sanomat, le nouveau commandant des forces armées, le général Jarmo Lindberg, a effectué une visite en Estonie à l’invitation de son homologue Riho Terras.
Le général Terras a invité la Finlande à participer aux activités du centre de manœuvres aériennes de l’OTAN qui sera créé en Estonie. Selon lui, la Finlande est un partenaire important pour l’Estonie, même si elle n’est pas membre de l’OTAN.
La création du centre a été annoncée lors de la visite du président Obama en Estonie la semaine dernière.
TS/11

Mme Halonen

Mme Halonen partira à Harvard
Helsingin Sanomat relève que selon les informations d’Yle, Mme Tarja Halonen, Présidente de la République de 2000 en 2012, partira pour l’Université de Harvard en 2015 pour donner des cours sur la politique internationale, notamment les questions liées au développement durable.
HS/A16

Education – rapport de l’OCDE

Les classes des écoles finlandaises sont relativement petites
Helsingin Sanomat revient sur l’étude sur le système scolaire dans les pays membres de l’OCDE dont Keskisuomalainen a rendu compte, la semaine dernière. L’étude de Gems Education Solutions qui a évalué le système d’éducation finlandaise comme très efficace tout en insistant sur le nombre important d’élèves par classe.
HS rend compte d’un rapport de l’OCDE, publié hier, qui montre qu’en fait, les classes finlandaises sont relativement petites. Dans six pays de l’OCDE, les classes de l’école primaire sont moins importantes qu’en Finlande, et au collège, les classes sont plus petites dans deux pays. La moyenne de l’OCDE est 21 pour le primaire (19 en Finlande) et 24 pour le collège (20 en Finlande).
M. Luukkainen du syndicat des enseignants, OAJ, rappelle que derrière les bons résultats des écoles finlandaises, il y a également le niveau de formation élevé des enseignants, les compétences professionnelles solides et une grande liberté.
HS/A17

Politique intérieure

Gouvernement

M. Suominen serait nommé secrétaire d’Etat du ministre des Finances
Helsingin Sanomat rapporte que M. Esa Suominen, actuel conseille de la ministre de l’Education, Mme Krista Kiuru, serait nommé secrétaire d’Etat du ministre des Finances, M. Antti Rinne. M. Suominen remplacerait M. Raimo Luoma, qui a été nommé directeur général de l’Agence nationale de l’approvisionnement.
Le bureau national du Parti social-démocrate prendra la décision sur al nomination jeudi 25 septembre.
HS/A20

Négociations sur les retraites

Les négociations avancent lentement
Selon Helsingin Sanomat, les partenaires sociaux ont négocié hier pendant toue la journée, sans beaucoup de progrès. Les négociateurs souhaitent arriver à une solution cette semaine. Cela nécessiterait un compromis sur le litige sur le niveau de retraite après 2025.
HS/A16

Aide au développement

Les Vrais Finlandais veulent financer une grande partie de l’aide au développement par des donations
Helsingin Sanomat relève que les Vrais Finlandais ont présenté hier leur modèle de l’aide au développement : seulement 250 millions d’euros seraient accordés par l’Etat et le reste, plus de 750 millions d’euros seraient financés par les dons privés.
Le député Juho Eerola a souligné que, selon les sondages, les Finlandais considèrent l’aide au développement comment importante. Pour les Vrais Finlandais, l’aide au développement ne fait pas partie des tâches essentielles de l’Etat.
M. Pekka Haavisto, ministre de la Coopération, estime qu’il serait extrêmement difficile d’obtenir des dons à hauteur d’un milliard d’euros. Il souligne que, selon le modèle des Vrais Finlandais, le financement finlandais accordé aux organisations de l’ONU, à la Banque mondiale et à l’UE serait supprimé.
HS/A20

Fennovoima

Le changement à la tête de Fennovoima inquiète M. Vapaavuori
Selon Helsingin Sanomat, le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, en déplacement au Chili, estime que les changements dans la direction de Fennovoima suscitent des inquiétudes que le ministère du Travail et de l’Economie doit prendre au sérieux.
Selon le nouveau président du conseil d’administration de Voimayhtiö SF, M. Pertti Laukkanen, annonce que « Fennovoima aura prochainement de nouveaux actionnaires finlandais » et que le rapport sur l’actionnariat finlandais du projet sera remis au ministère avant fin septembre.
HS/A32

Banque de Finlande

M. Liikanen souligne l’importance de l’amélioration de la compétitivité
Helsingin Sanomat relève que M. Erkki Liikanen, gouverneur de la Banque de Finlande, qui a été reçu par la commission de l’économie du Parlement, a souligné l’importance de maintenir la confiance dans l’économie finlandaise. « Les partenaires sociaux sont arrivés à trouver des solutions antérieurement. La situation économique est actuellement plus difficile et l’importance d’une solution encore grande. »
M. Liikanen souligne que la Finlande doit travailler plus pour diminuer la différence de la compétitivité avec d’autres pays.
HS/A33

Mardi 9 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie

Les Etats européens freinent l’adoption de nouvelles sanctions
M. Stubb inquiet d’éventuelles mesures de rétorsion russes
Helsingin Sanomat rapporte que tous les Etats membres ont confirmé, hier, leur soutien à l’adoption de nouvelles sanctions contre la Russie. HS souligne que la Finlande a été l’un des derniers Etats membres à le faire.
Le Premier ministre finlandais Alexander Stubb a déclaré que la Finlande était favorable à ces sanctions mais que le moment de leur entrée en vigueur était « difficile ». Il considère que l’effet direct de ces sanctions ne devrait pas être très important pour la Finlande. En revanche, il s’est déclaré « très inquiet par leurs effets indirects et les éventuelles mesures de rétorsion de la Russie ». Il s’est refusé à spéculer sur ces éventuelles mesures de rétorsion.
Aujourd’hui, au Parlement, le Premier ministre a démenti les informations selon lesquelles la Finlande aurait retardé l’adoption de sanctions. Il a souligné que « cinq à dix pays avaient voulu encore discuter ». De nombreux pays se demandaient si le calendrier des sanctions était le bon.
Le président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE, M. Ilkka Kanerva s’est déclaré surpris par l’annonce de nouvelles sanctions européennes. Selon lui, la Finlande avait pour objectif de retarder les sanctions. Toutefois la Finlande ne souhaite pas apparaître comme le pays qui freine.
HS estime que les nouvelles sanctions européennes pourraient toucher les entreprises russes du secteur énergétique.
STT rapporte que l’entreprise USC, actionnaire du chantier naval d’Helsinki et Rosatom, actionnaire de Fennovoima ne devraient pas être touchées.
Selon le directeur de recherche de la Banque de Finlande Ilkka Korhonen les sanctions mutuelles prises par l’UE et la Russie entraînent un renforcement de l’instabilité économique.
HS

Education – étude de l’OCDE

La Finlande investit peu dans l’éducation mais obtient de bons résultats
Keskisuomalainen rend compte de l’étude de l’OCDE sur les systèmes d’éducation, qui montre que celui en vigueur en Finlande est très efficace. La Finlande se situe au premier rang de cette comparaison tenant compte de la somme investie dans la formation et les résultats obtenus.
KS relève que ce qui est surprenant, c’est que le nombre important d’élèves par classe ne semblerait pas détériorer les résultats contrairement à ce que l’on avait pensé. La Finlande arrive cinquième parmi les pays de l’OCDE en ce qui concerne la taille des classes. En Corée du Sud, qui arrive au deuxième rang de l’étude, les classes sont encore plus grandes qu’en Finlande.
L’étude relève un lien entre les salaires des enseignants et les résultats. Si les salaires ne sont pas suffisamment élevés, il est difficile de recruter des enseignants compétents.
Les cinq premiers pays de cette étude se situent parmi les dix premiers en ce qui concerne l’étude Pisa.
KS/5.9/6

Politique intérieure

Fennovoima

Changement à la tête de Fennovoima
Fennovoima a annoncé des changements intervenant à sa direction : le nouveau PDG de Fennovoima sera M. Toni Hemminki (en provenance de Rautaruukki) en remplacement de M. Nurmi.
Par ailleurs à la tête du conglomérat des actionnaires finlandais Voimaosakeyhtiö SF, M. Ottavainen est remplacé par Mme Elina Engman qui était auparavant directrice du développement de l’entreprise. Le nouveau directeur du conseil d’administration de SF est le directeur de la régie énergétique de Vantaa M. Pertti Laukkanen.
Fennovoima a assuré que le rapport sur l’actionnariat finlandais du projet serait remis au ministère de l’économie avant la fin, du mois. Fennovoima assure que la majorité de l’actionnariat finlandais est assurée et que les actionnaires finlandais en garderont donc la maîtrise.

Défense

L’armée de terre commence la modernisation des blindés
Helsingin Sanomat rapporte que l’armée de terre finlandaise est en train de prendre une décision sur la modernisation des blindés russes BMP-2, achetés entre 1988 et 1992. Le coût de la modernisation s’élève à 25-30 millions d’euros sans taxes, soit à plus de 200 000 euros l’unité.
Deux entreprises finlandaises, Conlog et Oricopa, ont participé à l’appel d’offres.
Le colonel Jukka Valkeajärvi estime que la décision définitive serait prise en novembre et l’accord serait conclu au printemps prochain. La modernisation aurait lieu entre 2015 et 2019.
HS/A10

Négociations sur les retraites

Les négociations avancent
Selon Helsingin Sanomat, les partenaires sociaux ont négocié jusqu’à tard hier soir. Une entente n’a pas encore été trouvée mais il y aurait eu des progrès.
Selon M. Lauri Lyly, président de la confédération syndicale SAK, le litige sur le niveau de retraite après 2025 continue. M. Lyly estime que les négociations prendront encore quelques jours.
HS/A12

Finnair

M. Haavisto s’inquiète des externalisations de Finnair
Helsingin Sanomat relève que M. Pekka Haavisto, ministre chargé de la gestion des entreprises publiques, estime que Finnair et le syndicat du personnel de la cabine devraient encore continuer les négociations afin de trouver une entente concernant les externalisations projetées par Finnair.
M. Haavisto se félicite de l’accord salarial entre Finnair et le syndicat des pilotes de l’aviation civile.
Les syndicats du domaine des transports se réuniront cette semaine pour évoquer les éventuelles mesures de rétorsion contre les externalisations.
HS/A27

Commerce extérieur

Le déficit du commerce extérieur a augmenté
Selon Helsingin Sanomat, les informations préliminaires sur les statistiques de la Douane montrent que le déficit commercial a augmenté à 1,3 milliard d’euros en janvier-juillet 2014, soit 100 millions d’euros de plus par rapport à janvier-juillet 2013. En juillet, le déficit s’est élevé à 300 millions d’euros : le montant des exportations a été de 4,4 milliards d’euros (contre 4,5 milliards en juillet 2013) et celui des importations de 4,7 milliards d’euros (4,9 milliards il y a un an).
Les exportations vers l’Union européenne ont augmenté de 1 %, le plus vers l’Allemagne, la Pologne et la Lettonie.
Les exportations vers la Russie, la Suède et la France ont diminué.
Les importations des pays de l’UE ont augmenté de 4 % et celles des pays en dehors de l’UE ont diminué de 15 %. Les importations de la Russie ont diminué le plus.
HS/A27

Fonds de placement

La valeur des fonds communs de placement a augmenté
Helsingin Sanomat relève que la valeur des fonds communs de placement a atteint, fin août, son record, près de 85 milliards d’euros. 864 millions d’euros ont été investis dans les fonds de placement en août.
HS/A26

Transports publics

Le Tram à Tampere en 2018 ?
Dans le cas où Tampere déciderait de mettre en place des trams, il s’agirait d’un tram rapide. Il pourrait s’agir de trams qui circulent à 19 - 20 km/h par rapport à la vitesse de 14 km/h des trams helsinkiens. Le réseau s’élèverait à 23,5 km dans un premier temps.
Le coût du projet s’élèverait à 330 millions d’euros. La municipalité souhaite que l’Etat participe à la construction des voies à hauteur de 30 %. Le conseil municipal devra prendre une décision en la matière en 2016, ce qui permettrait de construire le réseau pour 2018.
SM/24

Vélib

Nouvel appel d’offres
Helsinki va lancer en octobre un nouvel appel d’offre pour un vélo urbain. L’objectif est de disposer de 500 vélos l’été prochain et, à plus long terme, de 1500 vélos.
Ils seraient financés par la ville, un paiement forfaitaire des utilisateurs et un financement provenant d’entreprises.
HS

Lundi 8 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, considère le cessez-le-feu comme un pas positif dans la crise qui dure depuis des mois et qui a déjà coûté la vie à plus de 2600 personnes. « C’est un premier pas vers la résolution du conflit », a-t-il dit, vendredi, à son retour du sommet de l’OTAN.
Selon le ministre, l’UE devrait se retenir de renforcer les sanctions contre la Russie et attendre de voir comment la situation évolue. « Les nouvelles sanctions pourront attendre », selon lui.
Dimanche soir, il a estimé que, pendant le week-end, la situation n’avait pas beaucoup changé, malgré quelques rapports sur des violations du cessez-le-feu. « Il est difficile d’avoir une image d’ensemble à partir des informations isolées. Il est difficile de savoir laquelle des parties a pris l’initiative. »
Concernant les sanctions, il a estimé qu’il s’agira de voir, lundi, quelle est la situation et avant tout comment le Président Porochenko la voit. « S’il estime qu’il convient de prolonger le cessez-le-feu, je ne vois pas de raison de prendre une décision sur de nouvelles sanctions », dit-il. Cela ne veut pas pour autant dire que l’on pourrait commencer à démanteler les sanctions déjà en place.
Interviewé, ce matin, lors d’une émission télévisée, M. Tuomioja a relevé qu’il y aurait eu une tentative de putch dans les rangs des séparatistes, ce qui signifierait que toutes les parties ne sont pas contrôlées par leurs dirigeants. Pour lui, il est probable que les violations du cessez-le-feu ont été effectuées de part et d’autre du fait que, dans la région, il y a des acteurs qui ne sont pas entièrement dirigés par les gouvernements ukrainien ou russe. Les troupes de volontaires n’observent pas forcément les ordres des Présidents.
HS/sam/A8, dim/B3, lun/A20, www.yle.fi

Propos de M. Kanerva
M. Kanerva, président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE, estime qu’un cessez-le-feu risque de stabiliser la situation de façon à ce qu’elle ressemble à un conflit gelé. Pour lui, faire taire les armes et s’efforcer de stabiliser la situation est quand bien même une meilleure option que de laisser le sang continuer à couler.
Rentré de Moscou, vendredi, M. Kanerva n’est pas optimiste en ce qui concerne la solution de la crise et le cessez-le-feu. Il se demande qui va le surveiller et qui y croit. Il estime que M. Porochenko s’efforce sincèrement de faire taire les armes, mais que les séparatistes ne vont pas forcement respecter l’accord. Outre l’Ukraine, il faut la participation de Russie et de la communauté internationale pour garantir que le cessez-le-feu tient.
A Moscou, M. Kanerva a rencontré le ministre des Affaires étrangères, M. Lavrov, le président de la Douma, M. Naryshkine et Mme Matvienko, présidente du conseil de la Fédération. M. Kanerva a encouragé la Russie à assumer un rôle constructif dans la résolution de la crise. Il estime qu’il faut que la Russie mette fin au passage d’armes et de soldats à travers les frontières ukrainiennes. Il faut que la Russie respecte l’indépendance et l’intégrité territoriale de ses voisins frontaliers, conformément à ce qu’elle s’est engagée à faire en tant que membre de l’OSCE.
M. Kanerva relève que les Russes ont été quelque peu réservés en ce qui concerne l’information que l’OTAN n’envisage pas d’intervenir militairement dans la crise en Ukraine. Selon lui, les Russes ont dit que ce n’est pas l’OTAN qui dispose de troupes, ce sont des troupes et armes des Etats membres.
Aamulehti relève que l’accord sur la nation hôte conclu entre la Finlande et l’OTAN n’a pas été évoqué à Moscou.
HS/sam/A8, AL/sam/A7
Sommet de l’OTAN

Propos de M. Haglund
Le ministre de la Défense, M. Haglund, considère que l’esprit du sommet de l’OTAN a été exceptionnellement bon. Pour la Finlande, l’essentiel est que le dialogue politique mis en place lors de l’opération FIAS continue et qu’il s’élargisse pour porter sur d’autres questions que l’Afghanistan.
Le ministre relève qu’il a proposé que l’on puisse se réunir au niveau des chefs d’Etat concernant certaines grandes questions.
M. Haglund relève que le nouveau plan d’action de l’OTAN n’aura pas d’effet direct sur les activités de la Finlande. Dans les nouvelles troupes d’action rapide, il n’y aura des soldats que des pays membres, et ces troupes ne défendront que les pays de l’OTAN.
M. Haglund relève que la Finlande ne compte pas participer à une action militaire en Irak.
AL/sam/A9, HS/sam/A12

Défense

Manœuvres Northern Coasts
Selon la presse, des Russes suivent les manœuvres en cours depuis les eaux internationales.
M. Vauhkonen qui pilote les manœuvres relève qu’il serait étonnant que les Russes ne le fassent pas.
En tout, environ 3000 soldats de treize pays participent aux manœuvres. La moitié sont des Finlandais.
HS/sam/A32

Economie

La Finlande viole les règles de déficit budgétaire
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande n’arrivera pas à satisfaire les critères de finances publiques européens : cette année et l’année prochaine le déficit structurel finlandais sera supérieur au niveau autorisé par l’UE.
On s’attend à ce que le ministère des Finances annonce mi-septembre que le déficit structurel est de 1%, soit le double du niveau autorisé par l’UE.
En novembre la Finlande pourrait se voir signifier des recommandations par la Commission européenne.
HS

La notation de la Finlande menacée
Kauppalehti rapporte que les trois agences de notation principales vont évaluer l’économie finlandaise durant les prochaines semaines. Selon KL, la note AAA dont la Finlande dispose depuis 2002 est menacée. Nordea estime qu’au plus tard l’année prochaine la Finlande sera dégradée.
Selon KL, un accord sur la réforme des retraites pourrait permettre à la Finlande de conserver sa notation maximale.
KL

Syrie

Selon la Supo, Isis ne recrute pas de façon organisée en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que selon M. Jyri Rantala, porte-parole de la police de Sûreté Supo, il n’y a pas de signes d’un recrutement organisé par l’organisation extrémiste Isis en Finlande, comme il y en a par exemple dans certaines mosquées en France.
Selon M. Rantala, les médias sociaux jouent un rôle important dans le recrutement. Il y a aussi eu des cas où des jeunes immigrés ont été approchés dans la rue.
M. Rantala rappelle qu’une quarantaine de personnes sont parties de Finlande vers la Syrie pour se battre. Il y en a eu surtout en 2013.
M. Nur Mohamed, Somalien de Finlande, a écrit samedi sur son blog que la communauté somalienne a besoin de l’aide des autorités finlandaises afin de lutter contre le recrutement par Isis.
Selon M. Rantala, les autorités finlandaises sont conscientes des soucis de la communauté somalienne. Il souligne qu’il y a des projets de coopération entre autres avec des communautés religieuses. « Le problèmes ne peut pas être résolu seulement par la criminalisation. Il faut augmenter la coopération. »
HS/dim/A14

Politique intérieure

Défense

Propos de M. Jussi Niinistö
Helsingin Sanomat relève que M. Jussi Niinistö, président de la commission de la Défense du Parlement et député des Vrais Finlandais, souhaite réexaminer les décisions sur la fermeture de plusieurs garnisons. La question serait évoquée si les Vrais Finlandais entraient au prochain gouvernement.
M. Niinistö estime que dans la situation internationale actuelle la brigade de la Carélie du Nord ne serait plus supprimée.
Pour M. Niinistö, les garnisons ont aussi un rôle pour promouvoir la défense nationale.
HS/lun/A13

M. Soini souhaite augmenter le budget de la défense
Aamulehti rapporte que M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, souhaite augmenter le budget de défense de 150 à 200 millions d’euros, soit un peu plus que ce qui est proposé par les forces armées. Il souligne que, dans la situation internationale actuelle, il faut défendre la Finlande avec les forces finlandaises et il faut y accorder les ressources nécessaires.
M. Soini estime que le prochain gouvernement devrait prendre sa décision stratégique sur le remplacement des Hornet.
AL/dim/A7

Nucléaire

M. Soini déplore que Fortum n’ait pas obtenu une autorisation de construction
Lors d’une interview télévisée d’Yle, M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, estime qu’il est clair que la question d’autoriser l’entreprise énergétique Fortum à construire une centrale nucléaire sera abordée si Fennovoima et TVO n’arrivent pas arranger les questions liées à leurs autorisations de construction.
M. Soini déplore que le Parlement n’ait pas accordé à Fortum l’autorisation de construire un troisième réacteur au printemps 2010.
« Les Vrais Finlandais sont prêts à reconsidérer l’affaire si Fortum fait une nouvelle demande après les prochaines élections législatives », selon M. Soini. « La Finlande ne doit pas rester l’otage des ″Verts″. »
HS/A15

Selon Fennovoima, l’entreprise est et reste finlandaise
Selon Kaleva, Mme Maira Kettunen, porte-parole de Fennovoima souligne que « Fennovoima est une entreprise finlandaise qui a deux actionnaires : la finlandaise Voimaosakeyhtiö SF et RAOS Voima, qui est une filiale de la russe Rosatom ».
L’objectif de Fennovoima concernant l’autosuffisance de l’électricité n’a pas changé.
Helsingin Sanomat note que Rautaruukki, un des actionnaires les plus importants de Fennovoima, a été vendu à l’entreprise suédoise d’acier SSAB. Le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, estime que les actionnaires des pays membres de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen peuvent être comparés aux actionnaires finlandais.
Le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, qui s’oppose à la construction d’une centrale de Fennovoima, estime les propose de M. Vapaavuori signifient que Fennovoima a de moins en moins d’actionnaires finlandais.
Kaleva/dim/2, HS/sam/B13

Universités

Les universités ont eu une année économique bonne
Helsingin Sanomat relève que les universités finlandaises, surtout les universités dans la région de Helsinki et Tampere, ont eu une année économique bonne en 2013. Leur excédent budgétaire s’est accru de 100 à près de 120 millions d’euros en raison des investissements. Le bénéfice de l’Université Aalto s’est élevé à 31 millions d’euros.
HS/dim/A10

Prostitution

L’interdiction d’achat des services sexuels divise l’opinion
Selon Helsingin Sanomat, le ministère de la Justice a reçu les avis concernant le projet de augmentant la responsabilité de l’acheteur des services sexuels. Les autorités sont favorables au projet, une partie souhaiterait même interdire tout achat. Plusieurs organisations non gouvernementales s’opposent toutefois au projet de loi, pour ne pas rendre plus difficile la situation des prostitués.
HS/dim/A12

France - Finlande

Exposition

Catherine Balet
Hufvudstadsbladet et Suomen Kuvalehti publient des critiques positives de l’exposition Snapshots au musée de la photographie.
Hbl SK

France

Science

Cœur artificiel
Helsingin Sanomat rapporte que l’on vient de réaliser en France la seconde transplantation d’un cœur artificiel.
Le médecin finlandais Karl Lemström de l’hôpital de Meilahti considère qu’il s’agit d’une avancée considérable.
HS

Education

Rythmes scolaires
A l’occasion de la rentrée des classes, Yle a diffusé un reportage sur les nouveaux rythmes scolaires en France.
Yle

Vendredi 5 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Sommet de l’OTAN - Ukraine – Russie

Déclarations de M. Stubb
Le Premier ministre considère que le sommet de l’OTAN à Newport sera très important. « On y parlera de l’avenir de l’OTAN ». Selon lui, c’est le plus important sommet de l’OTAN depuis des décennies car on assiste au retour de la politique de la force aux frontières de l’Europe.
Dem

L’Ukraine retient toute l’attention - La Finlande a signé l’accord avec l’OTAN
Le Président finlandais qui dirige la délégation finlandaise à Newport a déclaré qu’il, espérait que les propos du président Porochenko sur un possible cessez-le-feu se concrétisent. « Depuis les armes ont parlé mais la situation est peut-être prête pour un cessez-le-feu », s’est demandé M. Niinistö.
Pour la Finlande, le commandant des forces armées, M. Jarmo Lindberg a signé hier l’accord sur la nation hôte avec l’OTAN. Selon le président Niinistö il s’agit d’un document de base qui définit notamment les soutiens à apporter en cas d’exercices.
Le ministre de la Défense Carl Haglund estime que le principal pour les pays partenaires de l’OTAN comme la Finlande est que le dialogue politique avec l’alliance se prolonge même si l’opération de la FIAS en Afghanistan se termine.
KS

Fennovoima et Arctech ne spéculent pas sur de nouvelles sanctions
Fennovoima et le chantier dnaval d’Helsinki se refusent à commenter l’éventualité que leurs partenaires russes, Rosatom et USC, soient touchés par un prochain volet de sanctions.
TS

Syrie

Combattants partis de Finlande
Hufvudstadsbladet rend compte des propos du chercheur suédois M. Ranstorp, qui estime que les mesures législatives et pénales ne résolvent pas à elles seules le problème de la radicalisation.
La Finlande envisage de pénaliser le fait de se rendre à l’étranger pour participer à une formation terroriste. La ministre de la Justice, Mme Henriksson, estime qu’une fois que cette loi sera adoptée, la Finlande disposera d’une législation très exhaustive contre le terrorisme.
La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen, a évoqué de nouvelles mesures dans le sens d’accorder à la police un mandat plus important au niveau des données concernant les passagers. La Sûreté nationale s’est félicité de l’activité politique dans ce domaine.
HBL/14

Politique intérieure

Parti conservateur

L’affaire Räty – Männistö pourrait avoir un effet sur l’image du parti conservateur
Pekka Ervasti (Yle) estime que le départ de Mme Turunen du secrétariat du parti et les débat sur la succession de Mme Räty au poste de maire-adjointe à la santé à Helsinki ont un effet sur l’image du parti.
Il rappelle que M. Stubb suscite plus d’antipathie que M. Katainen : si le centre et le parti conservateur sont à égalité, l’image joviale de M ; Sipilä pourrait lui permettre de gagner le gros lot aux législatives.
Marko Junkari (HS) écrit que ces derniers mois le parti conservateur va d’affaire en affaire. C’est pourquoi M. Männistö, qui venait d’être choisi comme successeur à Mme Räty au poste de maire-adjoint a du refuser ce poste et retirer sa demande de démission du Parlement.
HS Yle

Défense

Débat sur les fuites de documents sur l’OTAN
HS rapporte que l’annonce d’enquête du ministère de la défense sur la fuite dans la presse du rapport du ministère sur l’accord entre la Finlande et l’OTAN, a donné lieu à un vif débat au Parlement. En effet, nombre de parlementaires s’étonnent que l’on accuse les députés alors même qu’aucune enquête n’a eu lieu.
HS

Réforme des retraites

Les négociations reprendront lundi
Les partenaires sociaux ont décidé hier soir d’interrompre les négociations sur la réforme des retraites et de les reprendre lundi.
Il n’y a pas d’accord ni sur les détails de la réforme de 2017 permettant un relèvement de l’âge de départ à la retraite jusqu’à 65 ans, ni sur la manière dont le système serait modifié à partir de 2025 pour prendre automatiquement en compte l’augmentation de l’espérance de vie.
HS

Chômage

Rapide augmentation des allocations versées aux chômeurs
Le fonds de garantie de l’assurance chômage doit faire face à une rapide augmentation des allocations versées et devra dès cette année emprunter 200 à 300 millions pour y faire face. Selon les estimations actuelles, ce fonds devrait être déficitaire de 600 millions d’euros cette année. Il s’agit du plus gros déficit enregistré de l’histoire de ce fonds.
Ce déficit s’explique tant par l’augmentation des allocations versées aux chômeurs, mais aussi par la diminution des rentrées issues des cotisations.
Il pourrait y avoir une augmentation des cotisations d‘assurance-chômage tant pour les employeurs que pour les employés.
HS

Nucléaire

Fennovoima
Kaleva rapporte que le ministère de l’Economie se prépare à finir la demande de Fennovoima en septembre, « afin qu’elle puisse être étudiée au gouvernement quand le ministre le souhaitera », selon M. Plit.
Hier, le ministre de l’Economie M. Vapaavuori a déclaré qu’il n’était pas possible juridiquement d’exiger d’une société qu’elle ait une certaine part d’actionnariat finlandais.
Kaleva TS

OL4
L’éditorialiste de Kauppalehti relève que TVO a précisé sa demande de prolongation de l’autorisation de principe de construire une nouvelle centrale nucléaire. TVO ne souhaite pas une prolongation de cinq ans mais seulement de trois ans et neuf mois.
Kauppalehti souligne qu’il faut rapidement construire les centrales nucléaires car la Finlande doit augmenter son indépendance énergétique en matière de production d’électricité.
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori estime que TVO a réduit sa demande parce que le groupe a reçu un calendrier précis de la fin des travaux sur OL3, ce qui est positif.
Turun Sanomat estime que l’annonce de TVO pourrait prolonger le maintien des Verts au gouvernement car cela TVO va devoir compléter sa demande de prolongation qui pourrait donc être étudiée plus tard que prévu par le gouvernement. Le ministre de l’Economie a toutefois souligné que cela ne devrait pas reporter beaucoup la décision du gouvernement prévue pour septembre.
Les Verts considèrent que leur position opposée à une nouvelle demande d’autorisation ne va pas changer : ils estiment qu’il ne faut pas accorder de nouvelle autorisation ni de prolongation, car c’est contraire à l’esprit de la loi sur l’énergie nucléaire.
KL TS

France - Finlande

Cinéma

Film d’Olivier Assayas
La presse publie de bonnes critiques du film d’Olivier Assayas avec Juliette Binoche, Clouds of sils Maria, qui sort aujourd’hui en Finlande.
HS AL TS KS

Chanson

Irina Björklund
Helsingin Sanomat présente le concert d’Irina Björklund qui se produira, en français, mercredi 1à septembre à Gloria.
HS

Jeudi 4 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie

Débat sur un cessez-le-feu
Le Ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que l’annonce du cessez-le-feu est crédible. « Cela n’est pas sorti des limbes », a-t-il dit, faisant référence à la volonté, depuis longtemps, du président ukrainien d’obtenir un cessez-le-feu.
Selon M. Tuomioja, il est clair que si la Russie le veut les séparatistes approuveront le cessez-le-feu. « Je ne pense pas que la Russie contrôle tous les rebelles. Mais si la Russie leur retire son soutien, les séparatistes n’auront pas d’autre possibilité ».
Selon Kari Huhta (Helsingin Sanomat), l’objectif de M. Poutine par cette proposition de cessez-le-feu est d’influencer le sommet de l’OTAN ainsi que les projets de nouvelles sanctions de l’UE et des Etats-Unis.
Selon le Premier ministre Alexander Stubb, l’UE pourrait freiner ses projets de nouvelles sanctions contre la Russie si un cessez-le-feu intervenait effectivement en Ukraine orientale. Il a toutefois souligné qu’il fallait commenter avec beaucoup de prudence ces informations car la crise connaît depuis le début nombre de rebondissements. « C’est un peu un jeu du chat et de la souris, ce qui est naturel en politique étrangère et surtout dans ce type de crise. C’est un moyen pour avancer et trouver une solution politique », déclare M. Stubb qui précise avoir été en contact avec Mme Merkel sur le sujet.
STT rapporte que les sociétés publiques russes pourraient être touchées par les nouvelles sanctions. Cela pourrait concerner des sociétés qui ont des relations avec la Finlande comme Rosatom, actionnaire de Fennovoima, ou bine le propriétaire russe du chantier naval d’Helsinki.
KS

« La crise en Ukraine menace la décision sur le nucléaire » KL
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori admet que la crise en Ukraine a des effets sur l’étude du projet de Fennovoima. « Nous devons prendre en compte différents scénarios », admet-il.
Le ministre de l’Economie souligne toutefois qu’il n’est pas possible de reporter la décision à plus tard et déclare que le gouvernement se prononcera donc fin septembre ou début octobre pour permettre au Parlement d’étudier le projet cet automne.
M. Vapaavuori rappelle que deux réacteurs nucléaires de technologie russe fonctionnent actuellement en Finlande.
KL

La Finlande exige des aides directes européennes pour les producteurs laitiers
La Finlande exige que l’UE prenne mieux en compte les producteurs de lait qui souffrent de l’embargo russe.
Selon le Ministre de l’Agriculture Petteri Orpo, l’UE doit allouer des aides directement aux producteurs et proportionnellement à leurs pertes.
La Commission considère que les difficultés du secteur laitier en Finlande, dans les pays baltes et en Pologne sont régionales et que les mesures prises pour soutenir les prix suffisent. La Finlande considère que ces mesures sont insuffisantes.
KS

M. Kanerva va rencontrer M. Lavrov
Le président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE, M. Ilkka Kanerva s’est rendu hier à Moscou où il rencontre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le président de la Douma.
AL

La France reporte la livraison d’un navire à la Russie
La presse rapporte que la France a annoncé hier que les conditions de la livraison du BPC à la Russie n’étaient pas réunies.
TS KS

Visite du Président Obama en Estonie
« La visite d’Obama en Estonie est un message fort au milieu de la crise actuelle » HS
Les médias ont suivi avec attention la visite du Président américain en Estonie.

Nouvelle Commission

Débat sur le poste de commissaire à l’Economie
La correspondante de Kauppalehti à Paris, Mme Seuguenot estime que la nomination de M ; Moscovici au poste de Commissaire à, l’Economie serait une victoire pour la France ; Selon elle, il est clair que la relation qui sera établie entre M. Moscovici et M. Katainen est l’un des points les plus importants de la formation de la nouvelle commission.
KL

Commission – Pêche

Augmentation des quotas
STT rapporte que la Commission propose l’augmentation de plus de 30% des quotas de pêche au hareng baltique.
AL

Politique intérieure

Défense

Fuite de documents sur l’OTAN
Le ministère de la défense a annoncé la préparation d’une enquête afin de savoir comment le rapport du ministère sur l’accord entre la Finlande et l’OTAN a pu être divulgué à la presse.
La fuite pourrait venir de la Commission de la défense ou des Affaires étrangères ou bine du ministère de la défense ou du ministère des Affaires étrangères.
HS

Remplacement des avions d’entraînement
Les avions d’entraînement de l’armée de l’air finlandaise Vinka vont devoir être remplacés avant la fin de la décennie. Actuellement, l’armée de l’air dispose de 28 appareils vinka dont la maintenance a été externalisée à Patria. Dans le budget 2015 une somme de 2,5 millions d’euros a été réservée pour le projet VX destinés à préparer le remplacement de ces vinkas.
HS

Négociations sur les retraites

Le temps des décisions est venu
Selon Helsingin Sanomat, la décision sur la réforme des retraites pourrait intervenir aujourd’hui. Les partenaires sociaux pourraient décider de relever l’âge de départ à la retraite à 65 ans.
HS

Politique

Parti conservateur
Le député conservateur lasse Männistö qui envisageait de démissionner de son mandat de député afin de remplacer comme maire-adjoint d’Helsinki la ministre de la santé, durant le temps de son congé, a finalement renoncé à ce projet.
De nombreuses critiques avaient été exprimées contre cette éventualité.
Le Premier ministre Alexander Stubb a déclaré que son parti avait décidé de revenir sur ces nominations car cela « n’avait pas bonne image » et représentait une attitude politicienne dépassée.
HS

« On se prépare à un gouvernement de Centre-droit » HS
Helsingin Sanomat estime qu’’il semble que l’on se prépare à un gouvernement de centre-droit après les prochaines élections législatives. Il cite l’influent député Eero Lehti qui a récemment appelé à un gouvernement rassemblant parti conservateur, centre et Vrais Finlandais (plus parti populaire suédois, s’ils le souhaitent). Selon HS, il est bine difficile actuellement de ne pas voir les appels du pied que se font le parti conservateur et le centre.
HS

Economie

Vers une quatrième année de récession
La banque Nordea craint que l’avenir de la zone euro soit la même situation économique que le Japon : une faible croissance et un cycle permanent de déflation.
Selon Nordea, le PIB de la Finlande va diminuer de 0,5% en 2014 et augmenter de 0,3% en 2015. Le taux de chômage passerait de 8,6% en 2014 à 9% en 2015.
Nordea prévoit donc une troisième année de récession cette année et indique un risque d’une quatrième année de récession en 2015.
Nordea ne croit pas les calculs du ministère des Finances qui prévoient que le déficit public sera de 4,5 milliards d’euros en 2015. Selon Nordea ce déficit sera, comme cette année, d’environ 7 milliards d’euros.
Nordea considère aussi que la notation AAA de la Finlande est en danger dès septembre quand les agents de S&P vont venir en Finlande.
KL

Les data centers, moteur de la croissance finlandaise ?
Après Google et Yandex, c’est Microsoft qui va donc ouvrir un data center en Finlande. Kauppalehti estime que l’impact de ces centres sur l’économie finlandaise est faible mais que la coopération des entreprises que ces centres pourraient susciter est en revanche un facteur important pour la croissance.
Kauppalehti rappelle aussi que, après la France, c’est en Finlande que le prix de l’électricité pour les entreprises est le plus bas en Europe.
KL

Energie

La Finlande toujours plus dépendante de la Suède pour l’importation d’électricité
En raison du retard de la construction d’OL3 et de la diminution des importations d’électricité de Russie (1,3 TWh), la Finlande est toujours plus dépendante des importations d’élecrtricité de Suède (9,4 TWh).
HS

Forêts

Nomination de M. Härmälä à la direction de l’ONF
Le ministre de l’Agriculture et de la sylviculture propose la nomination du directeur général du ministère de l’Economie, M. Esa Härmälä, à la tête de l’Office National des Forêts.
La semaine dernière encore le ministre de l’Envirojnement Ville Niinistö s’était opposé à cette nomination, rapporte STT.
AL

Entreprises

Registre sur les entreprises devant de l’argent au fisc
Le Parlement a adopté, hier, la loi créant un registre public des entreprises qui doivent plus de 10 000 euros au fisc.
HS

Passeports

Les passeports biométriques critiqués
Les nouveaux passeports biométriques finlandais comporte des dessins d’animaux sur leurs pages. Or les biologistes critiquent les dessins reproduits car ceux censés présenter des animaux finlandais comme la grenouille, la loutre ou l’épervier représentent en réalité des espèces d’autres continents.
Selon la directrice des documents d’identité Minna Gråsten, les dessins ont été réalisés par les graphistes de la société néerlandaise Morho qui réalise ces passeports.
Dem

France - Finlande

Photographie

Meeri Koutaniemi récompensée au festival de Perpignan
La photographe Meeri Koutaniemi a remporté le prix Daily Press du festival Visa pour l’image de Perpignan.
Les photos récompensées ont été publiées dans Helsingin Sanomat et le time pour illustrer un reportage sur les Masaïs.
HS

Mercredi 3 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie

Débat au Parlement
Les députés finlandais ont effectué leur rentrée parlementaire, hier, après une pause estivale. L’ouverture de la session d’automne était marquée par une annonce du Premier ministre sur la situation en Ukraine.
Le Parlement soutient la politique étrangère et de sécurité ainsi que les actions de la direction du pays dans le contexte de la crise en Ukraine. Le travail du Président Sauli Niinistö, du ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja et du Premier ministre, M. Stubb, a été reconnu. La voie de négociation est considérée comme le seul moyen d’arriver à mettre fin au conflit. Un rôle éventuel de médiateur pour la Finlande n’est pas exclu.
M. Stubb a souhaité, avant le débat sur sa déclaration, que l’on puisse exprimer une unité nationale dans une situation difficile. A l’issu du débat, il a remercié le Parlement et s’est félicité de l’unanimité des députés en matière de politique étrangère et de sécurité.
M. Soini, président de la commission des Affaires étrangères, a constaté que la Finlande ne pouvait disposer que d’une seule politique en la matière et que celle-ci était conforme aux intérêts du pays. « Nous pouvons avoir des bras de fer sur les retraites, la fiscalité et l’éducation, mais en ce qui concerne les questions liées à la patrie, cela n’est pas une façon responsable d’agir. »
M. Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches a regretté que MM. Stubb et Haglund aient négligé le consensus en faisant la promotion de l’entrée dans l’OTAN, cet été.
M. Stubb estime que la crise se prolongera en un conflit de plusieurs années. « Je crains qu’il y ait eu un tournant dans les relations entre la Russie et les pays occidentaux. »
M. Tuomioja a dit qu’il ne convenait pas d’exclure les scénarios les pires lorsqu’on tient compte de l’éventualité d’un retour à la guerre froide, d’une guerre et des nouvelles menaces visant la Finlande.
M. Sipilä, président du Centre, a souligné l’importance de maintenir de bonnes relations directes avec la Russie et les autres pays. Pour lui, il faut que la Finlande dispose de sa propre voix et d’un sens d’initiative, ainsi que d’une marge de manœuvre dans la politique étrangère et de sécurité.
Certains députés se sont posé la question sur l’efficacité et les effets engendrés pour la Finlande des sanctions. M. Soini craint qu’elles servent à prolonger la crise et gêner les possibilités de croissance de toutes les parties. M. Stubb a rappelé que les sanctions augmentaient le prix à payer par la Russie pour déstabiliser l’Ukraine.
M. Aaltola de l’Institut de relations internationales estime que le débat au Parlement, hier, a été plus sérieux, plus inquiet, plus unanime que les débats antérieurs sur la situation en Ukraine. La crise est visiblement entrée dans la conscience des Finlandais.
Le débat a aussi porté sur l’OTAN et le nouvel accord de nation hôte que la Finlande devrait signer lors du prochain sommet. Le Ministre des Affaires étrangères a déclaré qu’il était prêt à ce que la question soit étudiée au parlement. Il n’a pas précisé sous quelle forme. Il a insisté sur le fait que cet accord ne diminuait en rien la souveraineté de la Finlande.
HS/A6-7, KS/11

Syrie

Propos de la ministre de l’Intérieur
Le Parlement souhaite étudier les moyens éventuels d’empêcher de revenir en Finlande les djihadistes partis pour se battre au Proche-Orient. Selon Soufan group, 12 000 étrangers seraient partis en Syrie, dont 3000 originaires des pays occidentaux. Selon CNN, il y a proportionnellement plus de personnes partis de Finlande par rapport aux autres pays, compte tenu de l’importance de la communauté musulmane.
Mme Räsänen, ministre de l’Intérieur, relève que la question sera évoquée lors de la prochaine réunion du comité interministériel sur la sécurité. Elle relève que la législation actuelle prévoit des possibilités de renforcer un suivi, mais qu’il serait opportun d’évoquer la possibilité de restreindre par des moyens législatifs le déplacement dans des zones de conflit.
M. Soini, président de la commission des Affaires étrangères, estime que priver de la nationalité finlandaise les personnes soupçonnées du terrorisme, à l’instar de ce que propose M. Cameron, est une possibilité à étudier.
HS/A25

Politique intérieure

Négociations sur les retraites

Blocage
Selon Helsingin Sanomat, les partenaires sociaux n’ont toujours pas trouvé d’accord, mardi, sur le différend concernant la réforme des retraites.
L’objectif est de s’entendre sur les détails de la réforme qui entrera en vigueur en 2017. En réalité, le blocage porte sur la portée de cette réforme au-delà de 2025. En effet, l’Etat souhaiterait que les partenaires sociaux acceptent qu’à l’avenir l’âge de départ à la retraite augmente automatiquement en fonction du prolongement de l’espérance de vie. Cela permettrait de résoudre une partie des défis structurels qui pèsent sur la Finlande.
Les syndicats s’opposent à l’automaticité de prolongement des carrières. Ils souhaitent que les partenaires sociaux soient appelés à négocier régulièrement le système des retraites.
HS

Social

Akava veut rendre plus difficile les licenciements
Le syndicat des professions académiques Akava exige que l’on durcisse les conditions de licenciement.
Le syndicat estime aussi que le patronat devrait s’engager plus fortement en faveur de l’emploi. Selon Akava, le taux d’emploi des séniors ne s’améliorera pas en dépit d’un recul de l’âge de la retraite si le patronat ne s’engage pas à employer des séniors.
HS

Compétitivité

La Finlande demeure en tête des classements de compétitivité
La Finlande se classe au quatrième rang du classement de compétitivité du World Economic Forum, derrière la Suisse, Singapour et les Etats-Unis.
HS

Entreprises

Plan social à Altia avant privatisation
Le Parlement a autorisé en juin le gouvernement à privatiser Altia (société de l’Etat qui produit des boissons alcoolisées).
Altia vient d’annoncer que son plan social, destiné à réaliser 20 millions d’euros d’économies, se traduirait par la suppression de 120 emplois dont 50 en Finlande.
Le ministre chargé des entreprises de l’Etat, M. Pekka Haavisto a indiqué que le gouvernement n’avait toujours pas trouvé de repreneur pour Altia ; Une possibilité serait de faire entrer la société en bourse pour en vendre les actions. « Nous cherchons un bon actionnaire, de préférence finlandais », a dit M. Haavisto qui précise que le gouvernement n’est toutefois pas pressé de vendre.
HS

Agriculture

Moins d’exploitations, autant de fonctionnaires
Demokraatti rapporte que, depuis 20 ans, le nombre d’exploitations agricoles finlandaises a été divisé par deux pour atteindre 55000.
Dans la même période, le nombre de fonctionnaires au ministère (350) ou dans l’administration (5100) de l’Agriculture n’a pas baissé et a plutôt eu tendance à augmenter, relève le quotidien du PSD qui admet toutefois que la taille des exploitations a elle aussi augmenté de 40 à 50 hectares.
Dùm

France- Finlande

Culture

La France à l’honneur du salon du livre de Turku
Turun Sanomat rapporte que le programme du salon du livre de Turku a été rendu public lundi. La France en est l’invitée d’honneur. De nombreux auteurs français y seront présents : Katherine Pancol, Andreï Makine, Grégoire Delacourt, Michèle Lesbre ou Katrina Kalda. De plus, l’institut français organisera chaque jour des discussions et débats sur divers sujets, de l’indenté à l’énergie, rapporte TS.
TS

Mardi 2 septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

« Le poids du futur poste de M. Katainen est un mystère » STT
« Il est difficile d’avaluer l’influence d’un supercommissaire » AL
Selon la presse, le commissaire finlandais Jyrki Katainen serait nommé un des vice-présidents de la Commission de M. Juncker et occuperait une vice-présidence chargée des domaines de la croissance et de l’emploi.
Selon le Premier ministre Alexander Stubb, « on peut alors parler du numéro 2 ou numéro 3 de la Commission ».
La presse souligne qu’il est difficile d’évaluer le pouvoir d’une telle vice-présidence car on ne sait pas quelles seront ses possibilités d’intervenir sur le travail des autres commissaires. On ne sait pas non plus comment le Parlement et les Etats membres vont réagir à cette proposition de deux classes de commissaires.
STT estime que « surveiller le portefeuille de l’économie risque d’être difficile. Ce portefeuille a beaucoup de pouvoirs depuis la crise financière et économique. M. Katainen devra l’abandonner car il a été promis aux socialistes, probablement au français Pierre Moscovici ».
HS AL SM

Editoriaux et commentaires
Aamulehti souligne qu’il reviendra à M. Katainen de gagner le pouvoir qu’on lui prête : « Si le Finlandais est en charge de veiller à la globalité des affaires économiques dont le principal secteur est du ressort du Français Pierre Moscovici, il sera certainement difficile de gagner une grande influence ».
Kauppalehti estime que M. Katainen aura certainement un joli titre dans la prochaine commission mais il semble qu’il vient de rater un portefeuille clair et de poids. Le quotidien économique craint que « si ce commissaire chargé de la coordination n’a pas de pouvoir d’initiative, il risque de ne pas pouvoir faire grand-chose ».
Helsingin Sanomat estime que si M. Katainen se voit confier une responsabilité de coordination dans le domaine économique, au moins sera-t-il dans un secteur où il y a du pouvoir. En revanche, il n’y a pas encore de guide d’utilisation du poste de coordinateur. L’éditorialiste juge aussi que M. Katainen devra savoir jouer des coudes, de sens tactique et du soutien de M. Juncker, s’il doit surveiller un Commissaire à l’Economie venant de France.
AL KL HS

Déclarations de M. Katainen
Dans une interview accordée à Keskisuomalainen, le commissaire finlandais Jyrki Katainen déclare que la priorité de l’automne sera de trouver une ligne modérée sur la politique économique des Etats membres. KS relève que les politiques d’austérité imposées aux pays en difficulté comme la Grèce et le Portugal ont été sujettes à de vives critiques. « Il n’y aura pas un grand changement [de politique économique] car les marges de manœuvre ne sont pas importantes. C’est pourquoi on a besoin d’un débat modéré. Dans les débats on considère de manière manichéenne l’assouplissement des règles budgétaires et la politique de rigueur. Pour moi, il ne s’agit pas d’une question manichéenne et j’essaie donc de promouvoir un débat calme, modéré et réfléchi sur ce dont nous avons besoin ».
M. Katainen estime que l’UE peut soutenir la croissance en créant de nouveaux marchés et en finançant les investissements. Il revient aux Etats de rétablir la confiance dans l’économie. « Nous aurions plus de possibilités de réaliser des investissements dans le secteur privé s’il y avait une politique commune de l’énergie et si l’on ne subventionnait pas autant les énergies renouvelables dans certains Etats membres », dit-il. Il regrette aussi le manque d’un marché intérieur numérique.
Concernant son futur poste, il se refuse à tout commentaire, admettant seulement que cela sera lié à l’économie et à l’emploi.
Interrogé sur la situation en Ukraine, l’ancien premier ministre déclare qu’il ne pensait pas que des invasions de territoires soient possibles en Europe de nos jours. « Je ne crois aps à une guerre entre des blocs. Il faut mettre fin à cette crise avant qu’elle ne se transforme en large conflit militaire ».
KS

Ukraine – Russie

Propos du ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja
Helsingin Sanomat relève que la direction finlandaise ne qualifie pas l’action russe d’attaque, contrairement à l’Estonie et à la Suède, par exemple. Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, relève que ce qui est essentiel, ce n’est pas le fait de savoir par quel nom appeler la situation, mais de savoir ce qu’il faut faire. « Il faut que l’usage des armes prenne fin et il faut trouver une solution par voie de négociation politique », dit-il.
Sans prendre position sur la présence de l’armée russe en Ukraine, le ministre estime qu’il est clair que l’avancée de ces derniers jours des rebelles a été permise par le soutien accru de la part de la Russie.
M. Aalto, professeur à l’Université de Tampere, estime que la prudence finlandaise reflète le souci du pays pour ses propres intérêts. « La Finlande a plus à perdre. »
HS

Propos du ministre estonien des Affaires étrangères : la Finlande est trop optimiste
Selon M. Paet, ministre estonien des Affaires étrangères, la Finlande compte trop sur le fait que les choses se régleront comme avant avec la Russie. Pour le ministre, seule une pression économique plus forte pourrait arrêter l’avancée de la Russie en Ukraine. Il estime que l’UE devrait envisager des sanctions dans le secteur financier et interdire les importations de pétrole et des produits annexes, qui constituent la source de revenus la plus importante pour la Russie.
HS/A8

Nouvelles sanctions – propos de M. Stubb
M. Stubb, Premier ministre, estime que les nouvelles sanctions visant la Russie, préparées au sein de l’UE, auront le plus d’effet sur le secteur de financement. Outre ce domaine, des sanctions pourraient être envisagées dans le commerce d’armes, la technologie énergétique, ainsi que concernant des produits qui outre un usage civil peuvent être mis à profit pour des fins militaires. KS

M. Lipponen critique les sanctions
M. Lipponen, ancien Premier ministre, estime que comme l’accent de la Russie dans la politique est sur le fait de promouvoir ses propres intérêts, les sanctions imposées contre le pays ne sont pas forcément efficaces.
Conseiller des activités économiques des régions arctiques pour le compte du patronat EK, M. Lipponen regrette que dans le cadre de sanctions de l’UE, la BERD et la Banque européenne d’investissement ont interrompu leur financement de projets russes.
HS

Propos de Mme Lehtomäki
Accuser seulement la Russie et attendre des concessions que de sa part à elle n’est pas la meilleure voie vers une réconciliation dans la crise en Ukraine, estime Mme Lehtomäki (Centre), vice-présidente de la Grande commission. Il faut que certains fassent plus de concessions que d’autres, mais il faut que tout le monde en fait au moins un peu.
Pour elle, en accusant seulement une des parties l’UE évite d’évaluer ses propres actions d’un œil critique, même si c’est essentiel aussi.
Mme Lehtomäki considère que la politique des sanctions est justifiée, mais « qu’envoyer un paquet de sanctions à Moscou n’est pas une solution. » Pour elle, s’investir tous en même temps dans des négociations tenant compte des raisons de la crise et en se concentrant sur des solutions durables pourrait offrir une meilleure voie pour avancer.
Mme Lehtomäki estime qu’outre de la politique de grandes puissances, dans la crise, il s’agit également des questions liées aux identités, à l’autorité, à l’amour-propre et à la fierté. Ce sont des éléments qu’il ne faudrait pas sous-estimer, selon elle.
En ce qui concerne les relations entre la Finlande et la Russie, Mme Lehtomäki estime que dans le contexte de la situation internationale, il y aura de nouveaux problèmes bilatéraux. Elle souligne l’importance des contacts et du dialogue.
SM

Les projets russes du groupe S gelés
Le groupe de grande diffusion S interrompra ses projets d’ouvrir de nouveaux magasins en Russie, en raison de la crise en Ukraine et des difficultés économiques en Russie. Deux nouveaux magasins seront inaugurés à Saint-Pétersbourg avant la fin de l’année, mais onze autres projets seront gelés.
HS

Corruption

Interrogations sur l’absence de condamnations pour corruption en Finlande
STT rappelle que, cet été, l’OCDE s’est interrogée sur les statistiques finlandaises en matière de corruption. Comment se fait-il que Patria soit condamné en Slovénie et en Autriche pour corruption mais pas en Finlande ? Le conseil de l’Europe a lui aussi engagé la Finlande à renforcer sa lutte contre la corruption.
D’ici la fin de l’année un groupe de travail du ministère de la Justice va donc réfléchir à renforcer le code pénal en matière de lutte contre la corruption. En effet, la prise illégale d’intérêt n’est pads connue par la loi finlandaise, rapporte STT.
KS

Fraude fiscale

Des Finlandais annoncent leurs comptes en Suisse
Selon Yle, des dizaines de Finlandais disposant de comptes en Suisse ont pris l’initiative d’indiquer au fisc finlandais leurs revenus du capital issus de ces comptes en Suisse.
Le fisc réfléchit aux suites à donner.
Selon Yle, le fait que la Suisse commence à entrouvrir son secret bancaire aurait incité les Finlandais à lever le voile sur leurs comptes.
AL

Microsoft

Microsoft ouvre un data center dans le Sud de la Finlande
Comme promis lors du rachat de la branche téléphone mobile de Nokia, Microsoft a décidé d’ouvrir un data center dans le Sud de la Finlande (mais dont le site exact sera tenu secret).
On s’attendait à ce que ce centre soit plutôt implanté dans la région de Oulu où Microsoft vient de fermer son unité dans le cadre du plan social qui a vu la suppression de plus de 1000 emplois en Finlande.
HS

Finnair

Finnair externalise et recrute du personnel asiatique
Fiinnair a décidé d’externaliser le personnel de cabine de 20 destinations, ce qui devrait signifier le départ de 540 employés.
Finnair a conclu un partenariat avec la société norvégienne OSM aviation qui devrait recruter son personnel à Hong-Kong et Singapour.
HS

Lidl

Lidl réalise des profits importants en Finlande
Le groupe allemand de distribution a augmenté son chiffre d’affaires en Finlande de 25% pour atteindre 1,2 milliards d’euros. Le résultat a augmenté à 80 millions d’euros (contre 56 l’année dernière).
Lidl a 142 magasins en Finlande et envisage d’en ouvrir d’autres. Lidl emploie plus de 4200 personnes en Finlande.
KS

Nucléaire

« Areva ne prend pas de risques » HS
« Un semblant de réchauffement dans les relations entre Areva et TVO » KL
« On estime qu’OL3 sera terminé en 2018 » TS
Helsingin Sanomat écrit que TVO et Areva se sont disputé hier sur la date de terminaison de l’EPR d’OL3. La principal nouvelle était qu’Areva donne un calendrier évaluant la date à laquelle la centrale serait terminée. Areva a publié un communiqué indiquant que les travaux de construction du réacteur EPR Olkiluoto3 seraient terminés en 2016, permettant ensuite la phase de mise en service qui devrait déboucher sur une utilisation commerciale du réacteur en 2018. HS rapporte que TVO n’est pas satisfaite de ce calendrier et a publié un communiqué pour exprimer que l’on trouve ce calendrier trop lent et que l’on souhaitait l’accélérer.
La directrice du bureau finlandais d’Areva, Mme Moucquot-Laihio a déclaré qu’Areva souhaitait ne pas prendre de risques et se donner une échéance qu’il n’y aurait pas besoin de repousser. Elle assure qu’Areva est prêt à répondre à la demande du directeur du projet de TVO M. Silvennoinen concernant une coopération sur la finalisation du projet.
Kauppalehti souligne que Mme Moucquot-Laihio considère les propos de TVO comme positifs et la marque d’une amélioration des relations entre les groupes.
Selon Turun Sanomat, M. Silvennoinen assure que TVO est toujours engagé pour donner tout son soutien à Areva et maintenir une attitude positive à l’égard de toutes les mesures permettant de réduire le calendrier.
HS KL TS

Politique intérieure

Parti politiques

Le Centre a dépassé le Parti conservateur
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage d’opinion, effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte du journal télévisé d’Yle, le Parti du centre est redevenu le plus grand parti avec une audience de 21,3 %, suivi du Parti conservateur, 21,2 %.
Les Vrais Finlandais sont en troisième position avec un score de 17,1 % et le PSD quatrième avec 15,8 %. Le PSD a gagné deux points depuis le mois de juillet.
Selon un sondage publié par le tabloïd Iltalehti, le Centre a également une audience de 21,3 %, suivi du Parti conservateur, 20,8 % et des Vrais Finlandais, 16 %.
Selon Iltalehti, M. Alexander Stubb est le candidat le plus populaire pour devenir le prochain Premier ministre, avec un score de 32 %. Il est suivi du président du Centre, M. Juha Sipilä, qui a obtenu 31 %.
HS/A15

Selon un sondage, le prestige du gouvernement n’a pas diminué après la nomination de M. Stubb au poste de Premier ministre
Keskisuomalainen publie les résultats d’un sondage selon lequel 46 % estiment que le prestige du gouvernement n’a pas diminué depuis la nomination de M. Alexander Stubb au poste de Premier ministre. 37 % sont d’avis que le prestige a diminué et 16 % ne se prononcent pas. Les sociaux-démocrates sont le plus critiques (55 %) et les conservateurs les plus positifs (79 %).
KS/10

Gouvernement

Editorial : Est-ce que M. Rinne a vraiment envisagé de quitter le gouvernement ?
Dans son éditorial Helsingin Sanomat cite le quotidien Länsi-Savo, selon lequel le ministre des Finances et président du PSD, M. Antti Rinne, aurait réfléchi à une démission lors des négociations budgétaires.
Selon l’éditorialiste, il est impossible de dire si M. Rinne a été sérieux à cette occasion. Cela serait étonnant, vu que le PSD n’a pas de position très forte dans les négociations en ce moment. La démission du PSD aurait signifié l’organisation d’élections législatives anticipées. Avec son audience actuelle, le PSD ne pourrait toutefois pas entrer au nouveau gouvernement.
L’organisation d’élections législatives anticipées ne serait aucunement dans les intérêts de la Finlande. Dans la mauvaise situation économique le pays a besoin d’un gouvernement majoritaire viable, conclut l’éditorialiste de HS.
HS/A5

Négociations sur les retraites

Les centrales syndicales critiquent l’Etat
Selon Helsingin Sanomat, les négociations sur les retraites se sont poursuivies lundi. Plusieurs dirigeants syndicaux se sont irrités contre l’Etat finlandais qui veut décider l’âge de la retraite après 2025. Les représentants d’Akava, de la SAK et de la STTK estiment que le modèle proposé par l’Etat ferait augmenter l’âge de la retraite de façon mécanique, sans négociations.
Les représentants des syndicats de la SAK ont surtout été irrités. « Je me demande pourquoi l’Etat fait tant de pression maintenant, en ce moment où les organisations sont en train de négocier. Cela conduit à détériorer l’ambiance des négociations », selon M. Matti Harjuniemi, président du syndicat du domaine de la construction.
HS/A15

Economie – société

Le marché du travail finlandais est très divisé entre emplois féminins et masculins
Helsingin Sanomat relève que 13 % seulement de la main d’ouvre finlandais travaille dans un secteur où la part des employés représentant les deux sexes s’élève à 40 % au moins.
La plupart des Finlandais travaillent ainsi dans un secteur dominé fortement par des représentants d’un seul sexe.
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie a lancé une campagne cofinancée par l’UE destinée à influencer sur les attitudes des jeunes, des enseignants, des professeurs chargés de l’orientation des élèves et des parents.
La Finlande se situe parmi les quatre pays de l’UE qui ont un marché » de travail le plus divisé dans ce sens.
HS/30/8/A24

Billet : « Les mesures de relance oublient les femmes et favorisent les hommes » HS
Helsingin Sanomat publie un billet de Mme Grundström, qui regrette que les mesures de soutien à la croissance ciblent des domaines masculins, comme les chantiers navals, les travaux routiers, la construction, la rénovation, qui en plus ne sont pas productifs. En même temps les économies touchent des secteurs féminins et les dotations d’Etat pour les communes, employeurs importants de travailleurs femmes.
En Finlande, le marché de travail est exceptionnellement tranché en matière de répartition en emplois féminins et masculins. Plus que dans les autres Etats de l’Europe occidentale.
Mme Grundström regrette que parmi les décideurs finlandais aujourd’hui, au niveau des présidents de partis, Mme Räsänen soit la seule. Ce que les décideurs hommes appellent la relance signifie des emplois pour des hommes, ce qui n’est pas justifié même à la lumière des statistiques, le taux de chômage des hommes n’étant qu’un point plus élevé que celui concernant les femmes.
HS/A5

Selon une étude comparative, la situation des mères finlandaises est très différente de celle des autres mères nordiques
Aamulehti rend compte d’une étude comparative qui relève que les mères finlandaises restent longtemps à garder leurs enfants à la maison et une fois qu’elles reprennent le travail, elles le font à plein temps. La Suède, le Danemark, la Norvège et surtout les Pays-Bas proposent plus de travail à temps partiel. En Finlande, un contrat à temps partiel est économiquement une mauvaise option, et le marché de travail propose peu de flexibilité pour les familles.
En Finlande, 44 % des enfants de 3 à 4 ans sont dans des crèches, contre un taux bien plus élevé, 82 %, en Suède.
AL/31.8/A14-15

Musique

Mme Mälkki dirigera l’Orchestre symphonique de la ville de Helsinki
Selon Helsingin Sanomat, la chef d’orchestre Susanna Mälkki (née en 1969) a été nommée chef d’orchestre principal de l’Orchestre de la ville de Helsinki HKO pour la période de 2016-2019, en remplacement de John Storgårds.
Mme Mälkki a été directrice artistique de l’Ensemble intercontemporain de 2066 en 2013, après Pierre Boulez.
L’Orchestre de la ville de Helsinki, fondé en 1882, est l’orchestre le plus ancien dans les pays nordiques.
HS/B1

France- Finlande

Cirque

Circkus ruska festival
Aamulehti présente les représentations du cirque Aïtal et de Jani Nuutinen, dimanche, à Tampere.
AL

Politique

Commentaires
L’ancien ambassadeur Mikko Heikinheimo commente le remaniement ministériel dans un billet intitulé « les frondeurs ont été mis à la porte », dans Demokraatti.
La correspondante à Paris de Hyfvudstadsbladet signe sur le sujet un billet intitulé « décadence ou modernisme ».
L’éditorialiste de Aamulehti salue pour sa part le débat lancé par la France sur la nécessité d’une relance au niveau européen.
Dem Hbl AL

Histoire

L’Alsace, la Carélie pour les Français
Dans sa série d’articles sur le centenaire de la première guerre mondiale, Helsingin Sanomat présente la « mystique d’Alsace » avant 1914.
HS

Lundi 1er septembre 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Violations de l’espace aérien
M. Haglund, ministre de la Défense, estime qu’il est clair que les violations récentes de l’espace aérien ont été délibérées. Dès avant la dernière violation de jeudi dernier, la Finlande a renforcé ses activités de vols d’identification. Des chasseurs F-18 Hornet ont été placés dans le sud du pays, y compris à l’aéroport à Vantaa. Selon M. Haglund, les forces armées peuvent, dans le cadre de leur mandat, renforcer son état d’alerte. Le fait de savoir comment, quand et à quel rythme n’est pas de l’information publique.
Les motifs éventuels des violations ont été analysés ces derniers temps. M. Haglund estime que ces spéculations ne doivent pas être dans les intérêts des Russes non plus. Pour le ministre, le partenariat de la Finlande avec l’OTAN n’est pas une explication étant donné que la Finlande est un pays partenaire depuis 20 ans. Les manœuvres Northern Coast en cours ne constituent pas non plus un motif, ni la crise en Ukraine et les sanctions économiques. M. Haglund relève que, selon la direction finlandaise, la Russie comprend que la Finlande participe aux sanctions communes de l’UE.
M. Haglund rappelle que la Russie ne constitue pas une menace militaire pour la Finlande. Elle peut toutefois représenter une menace économique. Pour l’Ukraine par contre, elle constitue une menace réelle : « La Russie mène une guerre en Ukraine », dit M. Haglund. « C’est clair. La Russie joue un jeu pour tester les limites de la tolérance. »
Concernant le sommet de l’OTAN, cette semaine, M. Haglund estime que la question de l’Ukraine va le dominer. M. Haglund, qui s’y rendra, relève que le partenariat avec l’OTAN représente pour la Finlande une partie tout à fait essentielle de l’amélioration de sa capacité de défense. Sans ce partenariat, la capacité de défense finlandaise ne serait pas aussi crédible, et la Finlande aurait peu d’occasions de manœuvres internationaux.
Concernant l’accord sur nation hôte, M. Haglund relève qu’il n’y en a pas eu de bras de fer politique auprès du gouvernement.
Le colonel Kalliomaa, chef des communications des forces armées, relève que l’on ne fait pas des exercices avec les Hornet. S’ils décollent, c’est pour une mission. Il relève que la Finlande n’est pas militairement menacée, mais que si les frontières ne sont pas respectées, il faut réagir.
Selon M. Sivonen, professeur au Collège de défense, les déplacements des Hornet relèvent du renforcement de la surveillance territoriale et non pas de l’augmentation de l’état d’alerte. Ce renforcement comporte un message clair à la Russie concernant l’identification des avions. Cela augmente le seuil pour violer l’espace aérien.
M. Soini, président de la commission des Affaires étrangères, estime que par ces violations, la Russie souhaite tester l’état d’alerte de ses voisins. M. Jussi Niinistö, président de la commission de la Défense, n’exclut pas la possibilité que la Russie s’active en raison des manœuvres maritimes. C’est une façon de rappeler sa présence.
Selon le Premier ministre, M. Stubb, il s’agira d’évoquer la question avec les Russes au niveau des ambassades à Helsinki et à Moscou. Les violations ne sont pas quelque chose qu’on fait entre voisins, selon lui.
HS/sam/A21, dim/A10, KS/sam/3

Défense – OTAN

Propos du Premier ministre Stubb
Le Premier ministre, M. Stubb, relève que le nouvel accord sur nation hôte qui sera signé avec l’OTAN au Pays de Galles, renforcera la relation entre la Finlande et l’OTAN. Le fait que l’accord soit signé maintenant est une coïncidence. La Finlande et la Suède ont eu comme objectif de le conclure pour 2016.
Selon M. Stubb, il ne s’agit pas de faire de la Finlande un membre de l’OTAN petit à petit. « La Finlande ne demande pas l’adhésion », dit-il en estimant qu’avec la crise en Ukraine, l’OTAN se concentre plus sur la défense dure et les partenariats aux dépens de gestion de crise. Il fait le parallèle entre la relation de la Finlande avec l’OTAN et celle de la Norvège avec l’UE.
En ce qui concerne la Russie, M. Stubb regrette la doctrine dure de celle-ci en matière de politique étrangère. Elle se base sur des antagonismes et des sphères d’influence, et une volonté de créer une instabilité. Pour lui, la Russie souhaite déstabiliser l’Ukraine orientale afin de faire éclipser la question de la Crimée. Il rappelle que c’est avec la Crimée, territoire d’un Etat souverain et indépendant, que tout a commencé.
M. Stubb qualifie les batailles en Ukraine de conflit armé. « Je suis très prudent en ce qui concerne l’utilisation du mot guerre », dit-il. Le premier ministre craint que la Russie s’efforce de créer un conflit gelé, qui pour lui est quelque chose qui n’est jamais stable.
Kaleva/dim/5, HBL/dim/5

Conseil européen

L’UE prépare de nouvelles sanctions contre la Russie
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Alexander Stubb a indiqué, au conseil européen qu’il semblait évident que de nouvelles sanctions seraient prises contre la Russie.
« Nous négocions de telle manière que ces sanctions et les éventuelles conséquences touchent le moins possible directement l’économie finlandaise. Mais indirectement, elles la toucheront néanmoins », a jugé M. Stubb.
Selon lui, « la Russie ne remplit pas les conditions qui lui ont été fixées précédemment concernant la surveillance des frontière et le plan de paix. La Russie cherche à déstabiliser l’Ukraine orientale et c’est pourquoi on peut parler ouvertement de nouvelles sanctions ».
HS KS

Commission européenne

M. Katainen serait nommé vice-président de la Commission
Aamulehti rapporte que selon le journal télévisé d’Yle, le commissaire finlandais Jyrki Katainen serait nommé un des vice-présidents de la Commission de M. Juncker. Selon les informations d’Yle, M. Katainen serait chargé des domaines de la croissance et de l’emploi.
Le cabinet de M. Katainen n’a pas confirmé cette information et a souligné que rien n’a été décidé.
Mme Teija Tiilikainen, directrice d’Upi, institut des relations internationales, estime que le poste de M. Katainen serait important. Mme Liisa Jaakonsaari, parlementaire européenne du Parti social-démocrate, souligne que le rôle exact de M. Katainen n’est pas clair avant la nomination de tous les commissaires.
AL/lun/A10

Diplomatie

Nomination d’un cyber-ambassadeur
Selon Aamulehti, le ministère finlandais des Affaires étrangères vient d’annoncer la création d’un poste de cyber-ambassadeur. Mme Marja Rislakki a été nommée à ce poste vendredi dernier. L’objectif de ce poste est de renforcer le suivi et les échanges dans les questions relatives au cyber-environnement, dont la cyber-sécurité, les droits de l’homme ou la gestion de l’internet.
AL/sam/A10

Politique intérieure

Parti conservateur

Mme Tujunen quittera le secrétariat général
Helsingin Sanomat relève que Mme Taru Tujunen (43 ans), secrétaire générale du Parti conservateur Kokoomus, a annoncé vendredi qu’elle quitterait son poste début octobre. Mme Tujunen a travaillé comme secrétaire générale durant huit ans, en coopération étroite avec M. Jyrki Katainen, qui a quitté la présidence du parti il y a quelque mois. Mme Tujunen a dirigé toutes les campagnes électorales des conservateurs pendant huit ans, avec beaucoup de succès.
Mme Tujunen a admis au quotidien Kauppalehti que la démission de M. Katainen a influencé sa propre décision. Le nouveau président du parti, le Premier ministre Alexander Stubb, aurait souhaité que Mme Tujunen reste à son poste.
Le conseil national du parti nommera le successeur de Mme Tujunen le 4 octobre mais en fait la nomination dépend entièrement de M. Stubb.
A partir du 6 octobre, Mme Tujunen sera directrice générale de l’entreprise de communications Ellun Kanat, dont la propriétaire est Mme Kirsi Piha, ancienne députée conservatrice et amie de Mme Tujunen.
Mme Tujunen dit être étonnée du bruit qu’a suscité sa décision dans les médias.
HS/sam/A15 et dim/A14

Négociations sur les retraites

Les négociations se poursuivront cet après-midi
Selon Aamulehti, les négociations sur les retraites n’ont pas vraiment avancé pendant le week-end. Les grandes centrales syndicales se réunissent chacun lundi matin avant de poursuivre les négociations ensemble.
AL/lun/A10

Budget

Les économistes ne voudraient plus de diminution de la dépense
Interrogés par Keskisuomlainen, les économistes de OP-Pohjola et Danske Bank estiment que le budget prévu par le gouvernement finlandais pour 2015 sera un budget de rigueur. Les dépenses diminuent et la fiscalité augmente ; le gouvernement a prévu un endettement supérieur de 500 millions d’euros. Selon les économistes, il est clair que ce budget aura un effet négatif sur le pouvoir d’achat et sur la croissance, c’est pourquoi ils estiment que le gouvernment devra, pour le réaliser, recourir à un milliard supplémentaire d’emprunt. Seles les économistes, il ne faut pas diminuer encore la dépense publique car il faudrait, au niveau finlandais comme européen, plus de relance.
KS

Rentrée parlementaire

Le nucléaire, principale décision de l’automne
Le Parlement fera sa rentrée demain. A cette occasion, le Premier ministre présentera un discours sur la situation en Ukraine.
La principale décision attendue pour l’automne concerne l’étude des autorisations de principe de construire une centrale nucléaire de Fennovoima et TVO. Selon HS, le départ des Verts du gouvernement est évident si ces autorisations sont délivrées.
Un projet important pour les parlementaires sera la loi sur les services sociaux et de santé. Le projet de loi sur les communes y est étroitement lié.
Le parlement devra aussi se prononcer sur la l’initiative populaire visant à ouvrir aux homosexuels le mariage.
L’initiative populaire sur le statut du suédois pourrait aussi être évoquée en séance plénière.
HS

Nucléaire

TVO estime difficile à approuver le calendrier d’Areva
Areva a publié ce matin un communiqué indiquant que les travaux de construction du réacteur EPR Olkiluoto3 seraient terminés en 2016, permettant ensuite la phase de mise en service qui devrait déboucher sur une utilisation commerciale du réacteur en 2018.
Yle rapporte que TVO n’est pas satisfaite de ce calendrier et a publié un communiqué pour l’exprimer.
TVO va revoir avec Areva ce calendrier pendant l’automne.
Yle

France- Finlande

Cirque

Circkus ruska festival
Aamulehti présente les représentations du cirque Aïtal et de Jani Nuutinen, dimanche, à Tampere.
AL

Politique

Commentaires
L’ancien ambassadeur Mikko Heikinheimo commente le remaniement ministériel dans un billet intitulé « les frondeurs ont été mis à la porte », dans Demokraatti.
La correspondante à Paris de Hyfvudstadsbladet signe sur le sujet un billet intitulé « décadence ou modernisme ».
L’éditorialiste de Aamulehti salue pour sa part le débat lancé par la France sur la nécessité d’une relance au niveau européen.
Dem Hbl AL

Histoire

L’Alsace, la Carélie pour les Français
Dans sa série d’articles sur le centenaire de la première guerre mondiale, Helsingin Sanomat présente la « mystique d’Alsace » avant 1914.
HS

publié le 30/09/2014

haut de page