Septembre 2013

Lundi 30 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Climat

Le GIEC prévoit un réchauffement climatique qui pourrait s’élever jusqu’à 6 degrés concernant la Finlande
Le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, GIEC, a publié un résumé de son rapport sur les effets alarmants du changement climatique, vendredi, à Stockholm. Une conférence de presse a été organisée à Helsinki par l’Institut météorologique, ainsi qu’un séminaire, Helsinki Climate Forum, samedi.
Si les émissions pouvaient rapidement diminuer, la température pourrait augmenter de un ou deux degrés. En Finlande, et dans les régions septentrionales en général, l’augmentation serait plus importante du fait que le climat septentrional réagit plus fortement aux changements de température que le reste du globe.
Le directeur de l’Institut météorologique, M. Taalas, a rejeté les propos des sceptiques qui estiment que le réchauffement climatique engendré par l’homme se serait arrêté : « le climat se réchauffe et le réchauffement continue. » Selon lui, les mesures prises jusqu’à présent ne suffisent pas pour restreindre l’augmentation de la température à 2 degrés.
Le ministre de l’Environnement, M. Niinistö, a dit que l’on peut désormais clore le débat sur le fait de savoir si l’homme contribue au réchauffement climatique. Il faudra se concentrer sur ce qu’on peut faire pour ralentir cette évolution. Les preuves scientifiques sont très fortes.
M. Niinistö estime qu’il faudra que l’évolution des émissions soit tournée vers la baisse dès avant 2020 et les émissions diminuées de 50 % pour 2050. Les objectifs actuels ne suffisent pas pour y arriver.
Un traité climatique devra être conclu à Paris en 2015.
En Finlande, la température pourrait augmenter de 6 degrés, et le niveau de la surface de la mer monter de 40 cm en 100 ans. Les averses violentes deviendront plus fréquentes, ainsi que les inondations.
M. Vihma, chercheur à l’Institut de relations internationales, souhaite que les résultats du rapport fassent avancer les négociations internationales qui sont bloquées.
Les rapports sur les effets du changement climatique et sur les mesures à prendre pour le maîtriser seront publiés en 2014. Les conclusions du rapport seront publiées à l’automne 2014.
Le président du GIEC, M. Pachauri, a assisté au forum climatique, samedi, à Helsinki. Il a insisté sur les mesures préventives concernant et la diminution des émissions, et la préparation aux phénomènes naturels. Pour lui, l’augmentation de l’efficacité énergétique est le moyen le plus important de ralentir le réchauffement. Les plus grandes opportunités existent dans le domaine de la construction.
Quant au coût des mesures, il relève que, selon les calculs du groupe d’experts, même en cas de mesures prises pour des réductions importantes, le PIB brut mondial ne diminuerait que de l’ordre de 3 %.
AL/sam/A6, HS/sam/A4, A8-9, dim/B5

Greenpeace

Une Finlandaise parmi les détenus – une détention provisoire de deux mois
Les journaux rendent compte de la prolongation de la détention préventive des militants de Greenpeace à deux mois – jusqu’au 24 novembre. Les militants ayant manifesté sur la plateforme de forage du pétrole de Gazprom en Sibérie sont accusés de piraterie.
Une peine de prison de dix ans n’est pas exclue, mais Mme Smith, chercheuse de l’Institut Aleksanteri, la considère comme peu probable. Une peine sera de toute façon prévue. Selon Mme Smith, les peines liées à des procès similaires ont été plus sévères que l’on aurait pu le supposer.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, a commenté l’affaire brièvement, hier soir. Il estime que les accusations concernant la piraterie ne sont pas tenables. Pour lui, il s’agit de suivre l’affaire en tant que processus juridique. Il faudra adopter une attitude réservé en ce qui concerne le fait de commenter un cas particulier. Mme Smith partage cet avis : « Intervenir fortement dans cette question pourrait engendrer le risque que la situation se bloque encore plus », dit-elle. M. Tuomioja estime qu’il semblerait que la Russie s’efforce d’appliquer l’interprétation la plus stricte de la législation.
M. Poutine a dit qu’il ne considérait pas les militants comme des pirates, mais que leur action était contraire à la loi.
Pour elle, l’attitude dure de la Russie en matière de militantisme civile est une question plus grande encore que les questions environnementales. Le mécontentement des citoyens en ce qui concerne la direction du pays fait que les autorités sont très prudentes.
30 militants de Greenpeace de 18 nationalités au total sont détenus. Greenpeace envisage d’organiser des manifestations de soutien dans différents pays le 5 octobre.
HS/lun/A22, IS/lun/2, AL/lun/A11

Mme Hautala salue la militante de Greenpeace
La ministre de la coopération au développement a exprimé ses salutations à la militante finlandaise de Greenpeace emprisonnée à Mourmansk. « Les Russes ont traité les militants de Greenpeace d’une étrange manière », a-t-elle aussi déclaré. « Peut-être qu’en russe « militant se dit pirate. J’envoie mes plus chaleureuses salutations à Sini Saarela et aux autres militants de Greenpeace ».
HS

Nucléaire

« Selon M. Ville Niinistö, Fennovoima va échouer » HS
Lors de la réunion du conseil politique des Verts, le président du parti et ministre de l’Environnement Ville Niinistö a déclaré que le projet de centrale nucléaire de Fennovoima à Pyhäjoki allait échouer dans les six mois. « Le projet de Fennovoima va échouer avant même qu’il y ait lieu de prendre une décision politique. L’actionnariat va éclater dans les six mois », a-t-il prédit. M. Niinistö conseille aux régies municipales qui participent à ce projet de le quitter et d’investir dans les énergies renouvelables.
M. NiinistÔ considère que plutôt que d’investir dans le nucléaire, la Finlande devrait mettre tout son potentiel dans le développement et l’exportation du cleantech, notamment vers la Chine.
HS

M. Soini critique M. Niinistö
Le président des Vrais Finlandais a fermement critiqué l’attitude de M. Niinistö à l’égard de Fennovoima. Selon lui, les pouvoirs publics doivent soutenir et promouvoir les entreprises et l’industrie plutôt que de prédire qu’ils vont échouer. HS

Le STUK étudie le réacteur de Rosatom
Kaleva rapporte que l’autorité finlandaise de sûreté nucléaire STUK a commencé l’étude du réacteur AES de Rosatom proposé pour la centrale de Fennovoima à Pyhäjoki. Cette étude devrait durer six mois.
Le STUK avait déjà étudié l’AES 2006 proposé par Fortum il y a quelques années ; Le STUK avait alors conclu que ce réacteur devait être modifié pour le marché finlandais. « Aujourd’hui nous étudiant si ce réacteur a été développé et si la nouvelle version remplit mieux les exigences finlandaises », selon M. Tiippana.
Il souligne aussi que le STUK va approfondir sa coopération avec les autorités nucléaires d’autres pays qui ont commandé ce réacteurs ces dernières années et notamment la Russie, l’Inde et la Turquie.
Kaleva

Syrie

Editoriaux et commentaires
« Les tueries continuent en Syrie » HS
« Un septembre actif sur la scène internationale » HS
L’éditorialiste d‘Helsingin Sanomat souligne que, si la résolution du conseil de sécurité sur la destruction des armes chimiques en Syrie est importante, elle ne met pas fin aux tueries perpétrées avec les armes conventionnelles. De plus, la décision de supprimer ces armes chimiques est importante, mais le principal serait qu’elle soit mise en œuvre.
Kari Huhta juge pour sa part que si le système des Nations-Unies sort renforcé de ce mois de septembre, la prise de décision en cas de cirse internationale ne semble pas plus facile à l’avenir : le nombre des Etats prêts à promouvoir l’intervention humanitaire est plutôt en diminution qu’en augmentation.
HS

Somalie - Kenya

Al-Shabaab ne recrute pas activement en Finlande
La Sûreté finlandaise SUPO estime que l’organisation Al-Shabaab ne recrute pas activement en Finlande dans la communauté somalienne.
Selon la SUPO, la guerre civile en Somalie a attiré ces dernières années bien moins de personnes de Finlande que le conflit en Syrie. « En ce qui concerne la Syrie, on parle de dizaines de personnes qui sont parties de Finlande pour aller y faire la guerre. En comparaison, ce sont beaucoup moins de personnes qui sont parties en Somalie », selon l’expert Tuomas Portaankorva de la SUPO.
HS

Union européenne

Editorial : « Il faut ouvrir le marché américain aux PME » HS
Helsingin Sanomat estime que le traité de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis constitue l’un des projets les plus importants pour les prochaines années. L’éditorialiste juge qu’il est important pour plusieurs raisons : d’une part il permettra de faciliter les exportations vers les Etats-Unis, d’autre part il apportera un coup de fouet à la croissance économique et enfin il a un aspect géopolitique en tant que « OTAN du commerce ».
« Il faut faire attention aux sujets de conflits mais la valeur de ce traité de libre-échange ne doit pas être remise en cause », conclut HS.
HS

OTAN

« L’armée de l’air a passé le test de l’OTAN » AL
L’unité d’alerte internationale de l’armé de l’air finlandaise constituée de 250 soldats et six F-18 Hornet a passé avec succès la semaine dernière le test d’une évaluation de l’OTAN réalisée par une centaine d’expert de l’alliance militaire à la base de Rissala, près de Kuopio.
L’unité finlandaise pourra donc désormais participer à des missions de gestion de crise avec les pays de l’OTA N.
AL

Diplomatie

« L’Arabie Saoudite envisage de construire une ambassade à Helsinki » HS
L’Arabie Saoudite a ouvert une ambassade à Helsinki en 2008 et dispose d’un ambassadeur depuis quelques mois.
Helsingin Sanomat relève qu’elle négocie avec la municipalité la possibilité de construire dans le quartier des ambassades de Kuusisaari une ambassade, une résidence et un centre culturel qui assurerait la promotion de la culture arabe, saoudite et musulmane et du dialogue entre les religions.
HS

Politique intérieure

Parlement

L’Eduskunta a renouvelé sa confiance au gouvernement
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement vendredi par 89 voix contre 60. 50 députés ont été absents du vote qui a concerné la motion de censure déposée par l’opposition sur le partage entre la mère et le père de l’allocation de garde d’enfant à domicile. En ce moment, 95 % des bénéficiaires de cette allocation sont des femmes.
HS/sam/A21

Mariage pour tous
Plus de 160 000 personnes ont signé l’initiative populaire sur le mariage pour tous, qui sera ensuite étudiée au Parlement et votée en séance plénière.
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, qui exige que tous les députés du parti votent contre la proposition d’initiative populaire, s’est défendu sur son blog, soulignant que tous les députés avaient signé le programme électoral, selon lequel « les Vrais Finlandais n’approuvent pas le mariage entre deux personnes de même sexe ». Quelques députés de ce parti ont antérieurement annoncé être favorables à l’initiative populaire.
Le député conservateur Lasse Männistö a accusé M. Soini d’avoir menti, parce qu’en 2008 celui-ci avait vanté que le groupe parlementaire des Vrais Finlandais ne connaissait pas la discipline de groupe. « Il est néfaste pour la démocratie de lier les mains des députés de telle façon. »
M. Männistö, un des promoteurs du mariage pour tous, estime que les députés des Vrais Finlandais pourraient même décider du sort de l’initiative populaire au vote du Parlement.
HS/sam/A22

Alliance des gauches

M. Arhinmäki propose la restitution de l’impôt sur la fortune
Selon Helsingin Sanomat, M. Paavo Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches et ministre de la Culture, propose la restitution de l’impôt sur la fortune. Cet impôt a été supprimé en 2006.
M. Arhinmäki veut également augmenter la taxe sur les transactions financières et de capital. Il souhaite que le gouvernement étudie ces questions lors des négociations du gouvernement sur le cadre budgétaire au printemps prochain.
L’Etat aurait les recettes d’environ 70 millions d’euros si l’impôt sur la fortune était restitué et si les biens de plus de 250 000 euros étaient imposés.
HS/sam/A21

L’Alliance des gauches pourrait quitter le gouvernement
La nouvelle présidente du conseil national de l’Alliance des gauches, Mme Hanna Sarkkinen (25 ans), estime qu’il est tout à fait possible que le parti quitte le gouvernement en raison de la politique de restructuration des communes. Le conseil national se réunira du 22 au 24 novembre pour étudier les décisions que le gouvernement doit prendre quatre jours avant la réunion. Si le paquet sur les communes n’est pas prêt le conseil doit donner carte blanche au président du parti, M. Arhinmäki.
Mme Sarkkinen admet que la participation au gouvernement Katainen a été difficile pour l’Alliance des gauches. « Le plus difficile a peut-être été la politique européenne du gouvernement pour savoir si l’Etat-providence doit être construit dans un cadre finlandais ou européen. »
HS/sam/A14

Police de sûreté

Propos de Mme Räsänen
Selon Helsingin Sanomat, la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, souligne que la police de sûreté Supo demeurera une unité de la police aussi à l’avenir. « Le groupe de travail que je viens de nommer n’est pas chargé d’étudier la transformation de la Supo vers une organisation indépendante civile. Il est chargé de rédiger un rapport sur l’évaluation des tâches, des pouvoirs et du statut administratif de la Supo », selon le communiqué de Mme Räsänen.
Selon les informations du quotidien, il y aurait des souhaits à la Supo pour que la police de sûreté dépende directement du ministère de l’Intérieur et non de la Direction de la police.
HS/sam/A15

Fête de l’indépendance

Modification du gala du 6 décembre
Aamulehti relève que la présidence a confirmé vendredi que le gala à l’occasion de la fête de l’indépendance le 6 décembre aurait lieu à Tampere-talo et qu’il n’y aurait pas de danse comme traditionnellement au Palais présidentiel, actuellement en travaux. Par contre, il y aura un concert de l’Orchestre philharmonique de Tampere, dirigé par Santtu-Matias Rouvali. Concernant la tenue, la présidence propose « costume sombre avec décorations » pour les invités mais « robe courte ou robe longue » pour les invitées.
La porte-parole du président Niinistö, Mme Katri Makkonen, souligne qu’il ne s’agit pas de la première fois que l’organisation du gala diffère de l’habituel. Par exemple, le gala a été organisé au Palais Finlandia en 1972 et 1981.
Le gala est télévisé depuis 1967
AL, HS, IS, KS, TS

Vie professionnelle

Maladie pendant les congés
Helsingin Sanomat rapporte qu’à partir du 1er octobre, un employé qui tombe malade pendant ses congés a droit au report de ses congés à une date ultérieure dès le premier jour de sa maladie. Jusqu’à présent, il y a eu une carence d’une semaine.
HS/sam/A15

Budget - Economies

Le gouvernement est revenu sur certaines de ses économies
Helsingin Sanomat rapporte que depuis sa formation en 2011, le gouvernement a lancé trois plans d’économies portant sur des montants de, respectivement 2,5 milliards d’euros (en 2011), 2,4 milliards (en 2012) et 600 millions (en 2013). Or, le quotidien note que le gouvernement a suspendu une partie des mesures d’économies prévues, pour un montant total de plus de 450 millions d’euros.
HS

Quel est le niveau du déficit structurel de la Finlande ?
Turun Sanomat relève que le niveau du déficit structurel de la Finlande dépend des critères employés pour le définir.
Selon le ministère des Finances, ce déficit structurel est de 9 milliards d’euros, soit 4,7% du PIB, mais selon la banque de Finlande et l’OCDE il est de 8,6 milliards soit 4,5% du PIB alors que selon la commission européenne, il est de 11,1 milliards soit 5,8% du PIB et selon le FMI de 8,1 milliards soit 4,25% du PIB.
TS

Economie

Technip prépare son plan social
Technip a annoncé vendredi le début des négociations sur son plan social à Mäntyluoto, près de Pori.
Technip n’a pu obtenir cette année une importante commande de BP. La commande actuelle de Anadork offre du travail jusqu’au printemps 2014. En revanche, il n’y a pas d’autre commande ensuite.
Le plan social pourrait conduire à 250 licenciements et la mise à pied des 280 autres employés.
TS HS
HS/A14

Plan social à Jyväskylä
La municipalité de Jyväskylä pourrait réduire ses effectifs de 12%. La ville recherche des économies de 50 millions d‘euros et pourrait supprimer jusqu’à 900 emplois dans les années 2014 – 2016.
HS

France - Finlande

Cinéma

Près de 60 000 visiteurs au festival international du film d’Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que le festival Amour et Anarchie a rassemblé plus de 58 000 entrées, ce qui constitue un nouveau record pour la 26ème édition du festival. Parmi les films les plus populaires, La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kéchiche est cité.
HS KS

France

Tourisme

Les Docks
La journaliste finlandaise Pihla Hintikka, qui vit à Paris, présente la Cité de la mode et du design, quelques adresses de restaurants végétariens et des expositions à voir en ce moment à Paris.
HS/Sam

Vendredi 27 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Finlande – Russie

Une Finlandaise emprisonnée à Mourmansk
Helsingin Sanomat rapporte que la militante de Grenpeace Sini Saarela est actuellement en détention provisoire pour trois jours à Mourmansk suite à l’action de Greenpeace contre un navire russe. Le photographe Denis Sinjakov, qui a déjà travaillé pour Helsingin Sanomat est pour sa part en détention provisoire pour deux mois.
Le professeur de politique énergétique russe de l’université d’Helsinki Veli-Pekka Tynkkynen estime que cette affaire souligne à quel point les ressources arctiques et le passage du Nord-Est sont importants pour le pouvoir russe.
HS

Finlande – Somalie – Kenya

« De nombreux militants d’Al-Shabaab viendraient de Finlande » HS
Helsingin Sanomat rapporte que, selon le chercheur norvégien Stig Jarle Hansen, spécialiste du terrorisme, de nombreux militants combattants dans les rangs d’Al-Shabaab viendraient de Finlande. Il s’agirait de jeunes qui ont rejoints le mouvement dans les années 2007 -2009. A l’époque, des recruteurs d’Al-Shabaab seraient venus en Finlande depuis la Suède. La SUPO finlandaise a elle aussi remarqué ces visites de recruteurs.
Le président des associations somaliennes dément toutes opérations de recrutement dans les mosquées finlandaises ; En revanche il souligne que les campagnes de recrutement sont actives sur Internet.

Finlande – Syrie

« La Finlande renvoie des Syriens » HBL
Hufvudstadsbladet relève qu’il est difficile pour des Syriens arrivés en Finlande par des pays de l’Europe du Sud de rester. L’Office nationale de l’immigration a renvoyé 18 Syriens au titre de la Convention de Dublin.
L’Office de l’immigration souligne toutefois que le renvoi n’est pas automatique et que la santé, les liens familiaux, les enfants mineurs, par exemple, peuvent justifier que la demande d’asile soit étudiée en Finlande.
La Grèce est le seul pays vers lequel la Finlande ne renvoie actuellement pas de demandeurs d’asile.
Concernant l’augmentation du quota de réfugiés syriens, M. Katainen, Premier ministre, défend la décision du gouvernement critiquée par les Vrais Finlandais MM. Halla-aho et Saarakkala. Pour lui, la décision est extrêmement motivée. Il souligne que la catastrophe humanitaire en Syrie est plus importante que l’on n’en a vu depuis longtemps aussi près de nous. « Il est clair qu’un quota supplémentaire ne résout pas la crise syrienne, mais pour les quelques centaines qui pourront sortir de la guerre, c’est une aide importante. »
Mme Kumpula-Natri trouve qu’il est gênant, comparé à la Suède qui accueille des milliers de Syriens, qu’il y ait des personnes qui estiment que la Finlande ne devrait pas en accueillir quelques centaines de plus.
HBL relève que parmi les Syriens que la Finlande accueillera dans le cadre du quota de réfugiés, il y a probablement des victimes d’actes de torture. Le financement des soins n’est toutefois pas clair.
HBL/2-4, 8

La Finlande et les autres pays nordiques
Helsingin Sanomat publie, dans le courrier des lecteurs, un article de Mme Cronberg (All. verte), membre de la Commission de la Défense du Parlement européen, qui estime que dans le contexte actuel de la Syrie, l’idée d’aider les réfugiés là où ils sont, près de chez eux, ne vaut pas. La charge qui pèse déjà sur les pays voisins de la Syrie est démesurée et les conditions dans les camps de réfugiés intenables.
Il faut agir toute de suite, selon elle, et accélérer l’accueil de réfugiés dans les communes.
Mme Cronberg relève qu’alors que la Finlande a accueilli 70 réfugiés syriens, la Suède en a accueilli 15 000, la Norvège 3500 et le Danemark 730.
Elle relève que dans un contexte de la politique de réfugiés qui n’est déjà pas très humain, certains ont proposé même que la Finlande mette fin à son quota de réfugiés. Il ne faut pas oublier que cela signifierait un retrait par rapport à la communauté internationale et une désolidarisation en ce qui concerne les conventions internationales concernant les réfugiés. Les conséquences pour la position de la Finlande dans la communauté internationale seraient dramatiques, rappelle Mme Cronberg.
HS/B13

ONU

Mme Hautala à New York
Helsingin Sanomat rapporte que la ministre du Développement, Mme Heidi Hautala, qui participe à la 68e assemblée générale de l’ONU à New York, souligne l’importance des droits des femmes et des jeunes filles dans le cadre du programme Post 2015. « Nous avons souligné les droits des femmes et des jeunes filles dans toutes les conversations. Les chiffres sur la mortalité infantile et des mères sont encore effrayants.
La Finlande a eu un rôle important dans le projet Post 2015, l’ambassadeur Pertti Majanen ayant été nommé coprésident du comité qui en prépare le financement.
HS/A24

Chine

Mme Urpilainen à Pékin
Demokraatti relève que la ministre des Finances, Mme Jutta Urpilainen, a terminé jeudi sa visite en Chine, où elle s’est entretenue avec son collègue chinois, M. Lou Jiwei.
Après son voyage, Mme Urpilainen a annoncé que les ministres ont évoqué l’évasion fiscale et la lutte contre la fraude fiscale internationale. Selon Mme Urpilainen, « les Etats perdent énormément de recettes fiscales quand l’agent est caché dans les paradis fiscaux ».
Mme Urpilainen et M. Jiwei ont également évoqué l’égalité entre hommes et femmes. « La promotion de l’égalité est une partie intégrale du processus de réforme de l’Etat-providence, aussi bien en Finlande qu’en Chine. »
Mme Urpilainen, qui a rencontré à Pékin des dirigeantes femmes, estime qu’elles ont été impressionnées par le modèle finlandais de l’Etat-providence.
Quant à l’énergie, M. Jiwei a souligné que la Chine comptait investir beaucoup dans l’énergie renouvelable.
Le quotidien note que les quelques 300 entreprises finlandaises établies en Chine se concentrent sur les technologies. « Lors des mes conversations avec les représentants des entreprises finlandaises, j’ai compris que même s’il n’est toujours facile de fonctionner en Chine, ce pays offre beaucoup d’opportunités pour les entreprises », selon Mme Urpilainen.
Dem/4-5

Union européenne

Editorial : « La position de l’Allemagne s’est renforcée » HS
Helsingin Sanomat estime que la première conclusion à tirer de l’élection allemande est qu’il y a un dirigeant hégémonique en Europe, la chancelière Angela Merkel. Elle jouissait déjà d’une position forte avant les élections mais sa victoire l’a encore renforcée. « Si les pays du Sud de l’Europe pouvaient espérer qu’après les élections la Mutti de l’Europe allait adoucir ses positions, ils seront déçus », estime HS qui estime que le SPD partage la politique de la CDU.
« Dans une Europe touchée par la crise financière et économique on attend depuis longtemps un leader. L’Allemagne s’en est pour l’instant tenue à dire ce qu’elle ne voulait pas. Mais Mme Merkel qui a une position renforcée a désormais l’opportunité de dire enfin ce qu’elle veut. Et on l’attend d’elle », conclut HS.
HS

Politique agricole

La MTK en appelle au gouvernement pur les aides nationales
Le syndicat des exploitants agricoles MTK a envoyé mercredi une lettre au gouvernement pour lui demander de réfléchir à nouveau à sa stratégie de négociations avec la commission en ce qui concerne la question du prolongement des aides nationales à l’agriculture du Sud du pays sur la base de l’article 141 du traité d’adhésion de la Finlande à l’UE.
Actuellement le gouvernement négocie en effet avec la Commission concernant ces aides. La Commission considère que ces aides étaient destinées à la période transitoire et doivent donc disparaitre. Le gouvernement prévoit donc une suppression de ces aides pour le lait et la viande bovine. La MTK considère que les mesures compensatoires prévues sont insuffisantes. « Je pense que tous deux (MTK et ministère de l’agriculture) souhaitons garantir la poursuite des activités agricoles mais nous divergeons sur les moyens que permet la politique agricole commune pour y parvenir », selon Minna-Mari Kaila de la MTK.
Le projet du ministère De l’Agriculture devrait être étudié par le gouvernement d’ici deux semaines car une solution doit être trouvée au plus tard en novembre.
HS

Sécurité sociale des ressortissants étrangers

Transposition d’une directive en la matière
Le gouvernement propose de transposer la directive européenne concernant le traitement égale des citoyens des pays tiers de l’Union européenne.
Il s’agira d’améliorer la sécurité sociale des travailleurs étrangers en matière d’accès aux soins, allocation logement et allocations familiales.
HS/A16

Finlande – Sénégal

Un Finlandais en otage à Dakar, victime d’une escroquerie sur Internet
Un Finlandais parti au Sénégal rencontrer une amie trouvée sur internet a été pris en otage et détenu pendant trois semaines par un groupe criminel nigérien.
Selon la police judiciaire, il s’agit de la première fois qu’une telle affaire de piège par mèl avance aussi loin, mais que la police est averti de temps en temps. C’est la police sénégalaise qui est en charge de l’enquête en la matière.
En Europe, la police a été avertie d’au moins une dizaine de cas similaires.
Le Finlandais en question a réussi à contacter le ministère finlandais des Affaires étrangères, mais finalement il a pu se sauver tout seul. L’ambassade de Finlande [au Nigeria] a été en contact avec l’ambassade de France qui a révélé à la police sénégalaise les locaux des kidnappeurs.
HS/A10

Technologies

Google
Le directeur européen de Google, en visite en Finlande, regrette que les entreprises finlandaises soient encore trop peu nombreuses à utiliser Internet (et Google) pour la publicité de leurs produits et activités.
Selon l’étude du Boston Consulting Group en 2011, les consommateurs finlandais e classent au troisième rang européen pour l’utilisation d’Internet alors que les entreprises finlandaises ne sont qu’au 17ème rang.
HS

Wikipedia
Le fondateur de Wikipedia Jimmy Wales s’est exprimé hier au Nordic Business Forum de Jyväskylä sur le pouvoir des médias sociaux devant plus de 3 300 personnes.
HS

Banques

Nordea dément préparer le déménagement de son siège social
Après la vente par l’Etat suédois de ses actions dans la banque Nordea, des rumeurs ont couru concernant le fait que Nordea préparerait le déménagement de son siège social de Stockholm vers Helsinki ou Copenhague.
Le directeur Finlande de Nordea M. Ari Kaperi a démenti ces rumeurs.
HS

Politique intérieure

Parlement

Le Centre a présenté son propre modèle pour une réforme des services de santé
Le Parti du centre, qui a présenté jeudi son propre modèle pour les services de santé, souhaite modifier entièrement le financement de ce secteur.
La réforme serait basée sur un modèle associant communes et régions de santé : les régions de santé seraient essentiellement chargées de l’organisation et du financement des services sociaux et de la santé et les communes proposeraient encore des services.
Les réactions des autres partis à ce modèle ont été plutôt réservées.
M. Juha Rehula, vice-président du Centre, qui a présenté le programme, dit attendre une invitation à participer au groupe de travail chargé de la réforme.
HS/A14

Police de sûreté

M. Paatero envisage un service de renseignements
Selon Helsingin Sanomat, M. Mikko Paatero, directeur générale de la police, estime que le un groupe de travail désigné par la ministre de l’intérieur, Mme Räsänen, devrait étudier la possibilité de transformer la police de sûreté Supo vers un service de renseignements qui pourrait également agir à l’étranger. « A mon avis, il faut évaluer la question de manière globale. C’est un débat qu’il faut commencer tôt ou tard. »
L’ancien directeur de la Supo, M. Ilkka Salmi, qui dirige actuellement Intcen de l’UE, a proposé antérieurement que la Supo soit être transformée en service de renseignements. Ce changement serait important et signifierait que la Supo pourrait envoyer ses agents à l’étranger. Elle aurait probablement un nouveau nom et cesserait de faire partie de la police.
MM. Paatero et Salmi, ainsi que le directeur actuel de Supo, M. Antti Pelttari, font partie du groupe de travail qui doit commencer son travail début octobre. Il est présidé par M. Kimmo Hakonen.
HS/A12

Difficultés de paiement

Les Finlandais ont autant de difficultés de paiement que pendant la dernière crise économique
Helsingin Sanomat relève que selon le registre des défauts de paiement, les Finlandais en ont eu près de 360 000 fin août 2013. Depuis de début de l’année en cours, il y a eu 1,2 million de nouveaux défauts de paiement et la même personne en a en moyenne 15.
Les difficultés de paiement ont augmenté surtout parmi les personnes de 65 à 69 ans, de 17 % depuis août 2012.
HS/A8

Projet de Musée Guggenheim

Des directeurs de musée se méfient des estimations de Guggenheim
Mme Siitari, directrice de Kiasma, considère l’estimation de la Fondation Guggenheim sur l’objectif de 550 000 visiteurs annuels comme optimiste.
Selon les calculs effectués pour le compte de la fondation par le Boston Consulting Group, la part des touristes (qui viennent à Helsinki de toute façon) parmi les visiteurs serait de 200 000, et la part des Finlandais de 300 000, dont 200 000 seraient des habitants de la région de la capitale. La part des nouveaux touristes (qui viendraient exprès pour le Musée Guggenheim ou qui transitent par l’aéroport d’Helsinki-Vantaa) serait de 50 000.
Mme Kalhama, directrice d’Emma, estime que les premières années, Guggenheim pourrait attirer 300 000 visiteurs Finlandais, mais que, pour que cela continue, il faudrait vraiment investir dans des expositions attractives.
HS/B2

Escroquerie

Faux tableaux
La police judiciaire est en train d’étudier un cas important d’escroquerie concernant des faux tableaux qu’un investisseur finlandais aurait acheté pour plus de dix millions d’euros.
Parmi ces tableaux, il y a des Picasso et des Edelfelt.
HS/A14

France - Finlande

Nokia

« On dit que Nokia envisagerait d’acquérir Alcatel-Lucent » HS
« Nokia a la possibilité de modifier le marché des réseaux » KL
« Un mariage compliqué » KL
Kauppalehti rappelle que, selon le Wall Street Journal, Nokia aurait évoqué un rapprochement avec Alcatel-Lucent lors des réflexions sur sa prochaine stratégie, la semaine dernière.
« Cela serait très logique, surtout en ce qui concerne l’unité des réseaux mobiles d’Alcatel. Mais dans Alcatel il y a des parties qui n’intéressent pas NSN », selon l’analyste d’Inderes Mikael Rautanen.
L’analyste de Nordea Sami Sarkamies partage cette vue. « Une fusion des deux groupes poserait des problèmes de restructuration », selon lui. Néanmoins il estime qu’il y a dans Alcatel des parties qui pourraient profiter à NSN. Cela permettrait aussi à NSN d’avoir une meilleure place sur le marché américain. Les deux groupes deviendraient tant aux Etats-Unis qu’au niveau mondial, le deuxième groupe derrière Ericsson.
« Nokia dispose du capital lui permettant de réaliser des restructurations sur ce marché », selon M. Rantanen.
« Il y a trop d’acteurs sur le marché des réseaux. Nokia n’est pas obligé de se lancer dans une acquisition, mais il a surement être tenté d’utiliser ses fonds », selon M. Sarkamies.
La correspondante à paris de Kauppalehti, Piia Seuguenot, écrit que l’on est tenté à Paris de jouer déjà la marche nuptiale pour Alcatel et Nokia. Elle se demande toutefois si Nokia n’aurait pas intérêt à attendre qu’Alcatel se soit restructuré. Mais il y a alors aussi le risque qu’un autre acteur rachète Alcatel.
KL

Alstom

Des commandes de 24 millions d‘euros pour Alstom Grid
Le centre de production de Tampere d’Alstom Grid a reçu deux commandes importantes du Brésil d’une valeur de 24 millions d’euros. Le délai de ces commandes pour les opérateurs électriques brésiliens Chesfile et Cemigi est très ambitieux car elles doivent être assurées avant la coupe du monde de football de 2014.
KL

Cinéma

Tahar Rahim au festival international du film d’helsinki
Helsingin Sanomat publie une interview de Tahar Rahim, « principal invité » du festival Amour et Anarchie, venu présenter le film Le Passé d’Asghar Farhad.
HS

Littérature

Un roman policier français sur les Samis
Demokraatti publie une critique positive du roman Le dernier lapon d’Olivier Truc dont la version en finnois sort cet automne.
Dem

France

Budget

« La France sous la loupe de la Commission » KL
La correspondante à Paris de Kauppalehti, Piia Seuguenot, rapporte que la France veut assurer la commission et les marchés qu’elle est sur la voie de l’assainissement de ses finances publiques. Elle présente le débat actuel sur le budget français et relève que le projet du gouvernement a naturellement essuyé les critiques de l’opposition, des entreprisses et des ménages. Il a toutefois été salué par les experts qui jugent qu’il est plus crédible que les précédents.
KL

Littérature

Rentrée littéraire en France
Hufvudstadsbladet publie un article de Gunn Gestrin sur la rentrée littéraire en France.
HBL/mer/24

Jeudi 26 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Finlande – Russie

Visite de M. Niinistö en Russie
M. Niinistö engage la Russie
Hier, le président finlandais Sauli Niinistö et son homologue Vladimir Poutine se sont exprimés lors de la réunion internationale arctique de Salekhard.
Le Président finlandais a déclaré que l’environnement et les peuples autochtones devaient être pris en compte lorsque l’on envisage de mettre à profit économiquement les régions arctiques. Il a aussi déclaré qu’il souhaitait que la Russie rejoigne l’accord d’Espoo sur l’étude des effets environnementaux transfrontaliers. La Russie ne l’a toujours pas ratifié.
M. Niinistö a déclaré que la question des chantiers navals avait été évoquée dans les discussions entre les présidents mais à un niveau général. Le chantier de Rauma n’a pas été évoqué à un niveau politique.
HS

Editoriaux
« Les dirigeants russes font la promotion des investissements de Fortum » HS
« La réalité arctique » AL
Helsingin Sanomat relève que les investissements de Fortum en Russie, qui s’élèvent à 4,5 milliards d’euros, comportent une importante part de risque.
Or, les dirigeants russes, et M. Poutine lui-même, ont souhaité donné une importante visibilité à ce projet, le président russe ayant souhaité participer personnellement à l’inauguration de la première centrale. Cela s’explique par le fait que cet investissement étranger correspond aux réformes voulues dans ce pays. Selon les commentateurs, la réforme du marché de l’électricité est une réussite et Fortum est un exemple d’entreprise occidentale qui apporte son savoir-faire et son capital dans un domaine si vital en Russie. L’éditorialiste estime que la réussite de ce projet de Fortum sera suivie de près à Helsinki comme au Kremlin.
Aamulehti souligne pour sa part que la Russie a encore fort à faire en matière d’efficacité énergétique, ce qui pourrait constituer un marché important pour le secteur du Cleantech finlandais. Le quotidien relève aussi que le président finlandais a fait la promotion de la construction navale finlandaise en matière de brise-glace. Selon certaines études, la Russie aurait besoin d’ici 2020 de 350 navires capables de naviguer dans des conditions arctiques, ce qui représenterait un investissement de 80 milliards d’euros.
HS AL

Les militants de Greenpeace entendus à Mourmansk
Helsingin Sanomat rappelle que, parmi les militants de Greenpeace retenus par les autorités russes à Mourmansk se trouve une Finlandaise. Le consul de Finlande à Mourmansk, M. Martti Ruokokoski essaie de la rencontrer aujourd’hui.
HS

Débat au conseil municipal d’Helsinki sur la législation russe
Le conseil municipal d’Helsinki a débattu, hier, de la situation des droits de l’homme en Russie suite à l’initiative du conseiller municipal du PSD Thomas Wallgren qui a proposé que la ville suspende ses relations d’amitiés avec Saint-Pétersbourg en raison de la législation contre la promotion des minorités sexuelles dans ce pays.
La section Pinkkiruusu (la rose rose) du PSD souhaite que le parti prenne position fermement contre le développement actuel en Russie.
HS Dem

Critiques de Mme Hassi contre un réacteur de Rosatom en Finlande
La députée européenne Satu Hassi (Verts) écrit qu’elle n’aurait « jamais cru possible » que l’on évoque « en Finlande sérieusement la construction d’un réacteur nucléaire russe. Et il ne s’agit même pas seulement d’acheter un réacteur à Rosatom, mais aussi que le principal actionnaire de la centrale soit ce même Rosatom et, par ce biais, le gouvernement russe ». Dès lors, « le gouvernement russe entrerait dans le cœur du système électrique finlandais ».
Mme Hassi souligne que lors de la discussion au parlement sur l’autorisation de principe accordée à Fennovoima, ce projet était principalement motivé par la volonté de diminuer la dépendance à l’égard de la Russie.
« Construire un réacteur russe, possédé par une entreprise russe en Finlande paraîtrait très étrange aussi du point de vue du débat européen sur l’énergie. En effet, dans ce débat aussi le fil rouge a été de diminuer la dépendance à l’égard de la Russie », conclut-elle.
Uussuomi.fi

Finlande - Chine

Mme Urpilainen à Pékin
Demokraatti rapporte que Mme Jutta Urpilainen, ministre des Finances, effectue une visite en Chine. Elle s’est entretenue mercredi à Pékin avec son collègue chinois, M. Lou Jiwei. Les ministres ont évoqué entre autres l’évasion fiscale agressive des entreprises multinationales.
Mme Urpilainen a rendu compte des mesures finlandaises dans la lutte contre la fraude fiscale internationale. « Les Etats perdent énormément de recettes fiscales en raison des paradis fiscaux. Il est naturel que la Finlande et l’Europe coopèrent aussi avec la Chine. Il nous faut une économie de marché éthique où il n’y a plus de place pour les paradis fiscaux. »
Mme Urpilainen a remercié M. Jiwei du fait que la Chine a signé un accord sur l’échange automatique des informations fiscales.
Dem/9

Nokia

M. Siilasmaa répond aux critiques sur les bonus de M. Elop
Le président du conseil d’administration de Nokia, Risto Siilasmaa défend les arrangements liés aux bonus du président exécutif de Nokia, M. Elop. M. Siilasmaa souligne que Microsoft s’est engagé à payer 70% de ce bonus qui sera versé par Nokia. Il insiste aussi sur le fait que, lors du recrutement de M. Elop Nokia n’avait pas l’intention de vendre sa branche de téléphones mobiles.
Helsingin Sanomat relève que l’annonce du bonus de M. Elop a déclenché un fort courroux en Finlande. « Au milieu de cette colère, il faut garder à l’esprit que Nokia a énormément enrichi la Finlande et les actionnaires finlandais. Selon une étude de l’université Aalto en 2012, les actionnaires finlandais ont reçu en vingt ans 31 milliards d’euros de leurs cessions d’actions et, si l’on y ajoute les dividendes, ce sont 34 milliards d’euros qui ont été empochés par les investisseurs finlandais. A cette aune, les bonus de M. Elop sont bien petits ».
HS

Nokia a envisagé de racheter Alcatel-Lucent
Les médias finlandais relève que selon le Wall Street Journal et Reuters, Nokia aurait évoqué le rachat d’Alcatel-Lucent lors des réflexions sur sa prochaine stratégie, la semaine dernière. Aucunes discussions officielles entre les groupes n’a été menée. Il n’est toutefois pas impossible que de telles discussions aient lieu à l’avenir.
Hs.fi taloussanomat.fi

Le déclin de Nokia se fait sentir sur l’économie
Si le succès de Nokia a eu un effet rapide et important sur l’économie finlandaise, son déclin se fait tout autant et durement sentir.
Le PIB du pays est en 2013 inférieur de 3,7% à celui de 2008. Or, sur cette baisse, la plus grande partie, soit 2 ,5 points, sont à mettre sur le compte de la baisse de Nokia selon l’institut de recherche Etla. Et cette part est encore plus grande si on prend en compte le réseau des sous-traitants de Nokia.
L’influence de Nokia sur l’économie finlandaise était la plus forte en 2000 lorsque Nokia représentait 4 points de PIB et 20% des exportations du pays. Aujourd’hui son influence est proche de 0% du PIB.
HS

Politique intérieure

Situation économique

Etla prévoit une croissance de 1,6 % pour 2014
L’institut de recherche économique Etla, qui a publié ses pronostics, hier, prévoit que le PIB finlandais retrouvera une croissance forte en 2014. Elle devrait être de 1,6 % l’année prochaine et de 2,7 % en 2015. Le rétablissement de la zone euro et de l’économie internationale favoriseront cette évolution. Les projets de construction nucléaire, prévus démarrer en 2015, jouent également dans ce sens.
M. Kotilainen, directeur de recherche, relève que la récession semblerait être terminée, même si la croissance reste encore minime. En Finlande, le PIB diminue de 0,4 % encore cette année. La production totale a souffert des problèmes de Nokia.
L’institut prévoit un taux de chômage de 8,2 % pour 2014 et de 7,9 % pour 2015. La population en âge de travailler diminue, ce qui restreint l’augmentation du taux de chômage.
La dette publique continuera à augmenter et dépassera, en 2015, le seuil de 60 % fixé dans le pacte de stabilité et de croissance.
KS/18

Partis politiques

« Les électeurs des Vrais Finlandais plus proches du Centre que du PSD » KS
« Le Parti conservateur s’éloigne de la majorité » HS
Keskisuomalainen relève que selon une étude effectuée par l‘institut de recherche économique EVA, les positions des électeurs des Vrais Finlandais et du Centre se sont rapprochées depuis les élections de 2011.
Après les centristes, les électeurs des Vrais Finlandais sont les plus proches de ceux des Démocrates chrétiens et du PSD.
Les Vrais Finlandais pensent plus souvent que les autres que les gens étaient plus heureux avant et qu’il faudrait un dirigeant fort qui en revienne aux « vrais valeurs », pour résoudre les problèmes de la Finlande. Les Vrais Finlandais considèrent que leur attitude réservée à l’égard des immigrés relève d’une prudence sage et non pas du racisme.
Helsingin Sanomat relève que durant cette législature, les militants des conservateurs d’une part et de la gauche d’autre part se sont le plus éloignés les uns des autres et de la moyenne des électeurs. Avant, la coopération gouvernementale a plutôt rapproché les vues, selon les chercheurs d’Eva.
M. Apunen, directeur d’Eva, relève que les valeurs centristes sembleraient susciter le moins de réserves dans les autres partis.
M. Pernaa, chercheur, estime qu’un gouvernement de trois partis de taille moyenne est à attendre après les prochaines législatives qui auront lieu en 2015. Il s’agirait, selon lui, soit d’une coalition formée par le PSD, le Centre et les Vrais Finlandais, soit d’une coalition du Parti conservateur, le Centre et du PSD. Le Parti conservateur et les Vrais Finlandais seraient les plus improbables, l’autre étant pro-européen et l’autre souhaitant un repli national.
KS/14, HS/A14

Parlement

Mariage pour tous
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, a déclaré, au journal télévisé de la MTV3, que, concernant un éventuel vote sur le mariage pour tous, il exigerait que tous les députés des Vrais Finlandais suivent le programme électoral du parti qui stipule que le parti n’approuve pas le mariage entre deux personnes du même sexe.
M. Soini a annoncé antérieurement qu’il n’y avait pas de discipline de groupe aux votes du Parlement pour le groupe parlementaire des Vrais Finlandais.
HS/A10

Débat sur l’allocation de garde d’enfant à domicile
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a débattu mercredi la motion de censure de l’opposition sur le projet du gouvernement de diviser l’allocation de garde d’enfant à domicile entre la mère et le père.
Pour les partis au gouvernement, il s’agit de favoriser l’égalité entre hommes et femmes. Le Centre et les Vrais Finlandais estiment qu’il s’agit d’économies déguisées derrière la question de l’égalité. Lors du débat animé, l’argument principal de l’opposition était la liberté de choisir.
HS/A12

Les travailleurs saisonniers thaïlandais ont visité le Parlement
Helsingin Sanomat relève que deux députés de l’Alliance des gauches ont organisé un évènement au Parlement où les travailleurs saisonniers thaïlandais se sont exprimés sur leurs problèmes liés à la cueillette des baies en Finlande.
HS/A16

Gestion de crise militaire

Rapport de l’Inspection des finances de l’Etat
Turun Sanomat rapporte que l’Inspection des finances de l’Etat, office indépendant qui fonctionne dans le cadre du Parlement, vient de publier son rapport sur la gestion de crise militaire et surtout le fonctionnement des ministères des affaires étrangères et de la défense dans ce domaine.
L’Inspection des finances de l’Etat souligne que les procédures de commande de rapports dans la gestion de crise militaire fonctionnent assez bien. Il faut toutefois améliorer le niveau de la rédaction des rapports sur la gestion de crise militaire et clarifier ses objectifs.
La qualité des comptes-rendus présentés au Parlement n’a pas été homogène et les estimations sur les risques ont souvent été superficielles. Le Parlement n’a pas obtenu une image sur le coût total ou l’importance des opérations.
La Finlande participe actuellement à onze opérations de gestion de crise militaire.
TS/10

Police de sûreté

Un groupe de travail étudiera le statut de la Supo
Selon Helsingin Sanomat, la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, a désigné un groupe de travail pour étudier le statut, les pouvoirs et la surveillance de la police de sûreté Supo.
Selon les informations du quotidien, la Supo souhaiterait d’être détachée de la direction de police. L’ancien directeur de la Supo, M. Ilkka Salmi, a proposé il y a un an que la Supo devrait être transformée vers un service de renseignements moderne.
Selon le directeur actuel de la Supo, M. Antti Pelttari, le groupe de travail étudie le statut de la Supo en tant que partie de la direction policière. « Ce groupe de travail n’étudie pas la possibilité de faire de la Supo une autorité civile. »
HS/A10

Culture - Ville de Helsinki

M. Nikula sera le nouveau directeur culturel
Le conseil municipal de Helsinki a décidé mercredi de nommer M. Stuba Nikula (41 ans), actuel directeur exécutif de Kaapelitehdas, au poste de directeur culturel de Helsinki. M. Nikula a obtenu au vote 63 voix contre 21 en faveur de Mme Paula Tuovinen.
HS/A23

Projet de Musée Guggenheim

Un chercheur rejette les calculs de la fondation
M. Alanen de l’Institut national des études statistiques considère les estimations de la Fondation Guggenheim sur les effets économiques comme irréaliste. Il n’est pas convaincu par la nouvelle proposition et se demande sur quoi les calculs se basent.
M. Alanen, qui a suivi le projet Guggenheim, a établi ses propres calculs et relève que l’effet économique du musée sur le tourisme de Helsinki serait de 3 à 4 millions d’euros par an. Concernant le nombre de visiteurs, M. Alanen estime que la première année, il serait possible d’atteindre l’objectif de 500 000 visiteurs, mais que, compte tenu des statistiques des autres musées, ce chiffre diminuerait nettement les années suivantes.
HS/A22

« Le nombre de visiteurs russes dans les musées finlandais est minime » HS
HS relève, dans le contexte du souhait de la Fondation Guggenheim d’attirer des touristes russes, que les chiffres concernant les visiteurs russes dans les musées finlandais sont modestes.
A Kiasma, 61 % des visiteurs en août 2012 étaient des ressortissants étrangers, et 8,4 % d’entre eux étaient des Russes. La part des Russes parmi tous les visiteurs en août 2012 s’élevait ainsi à 5,1 %. En octobre, elle était de 3,4 %.
Au total, Kiasma a accueilli 182 000 visiteurs en 2012, alors que le Musée Ateneum en a accueilli 400 000, chiffre record. Ateneum a investi dans des services en russe ces dernières années.
HS/A22

Mercredi 25 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Finlande – Russie

Visite de M. Niinistö en Russie
Le Président Niinistö a fait l’éloge du savoir-faire arctique des Finlandais
MM. Poutine et Niinistö ont fait l’éloge de la coopération énergétique
Le Président finlandais Sauli Niinistö et son homologue Vladimir Poutine ont inauguré, en Sibérie occidentale, à Nyagan, la nouvelle centrale au gaz de Fortum. Cet investissement fait partie des obligations auxquelles s’était engagé Fortum en 2008 en reprenant le russe TGC-10 (devenu AOA Fortum). Le directeur général provisoire de Fortum, M. Rauramo, relève que Fortum est à mi-chemin de ses investissements en Russie. En effet, Fortum devrait investir au total 4,5 milliards d’euros en Russie.
Keskisuomalainen relève que lors de la rencontre, les Présidents ont souligné la coopération énergétique bilatérale. Pour M. Poutine, les activités de Fortum constituent un bon exemple de la coopération entre les deux pays.
Kauppalehti relève que les clients de Fortum en Sibérie sont principalement des groupes de gaz, pétroliers et forestiers. Fortum dispose désormais de neuf centrales énergétiques dans cette région.
Helsingin Sanomat relève que M. Niinistö a fait l’éloge des connaissances finlandaises en matière de technologies arctiques. Il a évoqué les brise-glace comme une forme de coopération.
M. Niinistö a souligné l’importance de la durabilité dans l’exploitation des ressources naturelles septentrionales. Il a parlé en faveur de la création des activités économiques et de l’emploi, tout en insistant sur le caractère fragile de la nature arctique.
M. Niinistö a continué son déplacement vers le Nord dans le but d’assister à une réunion arctique internationale à Salekhard. Les deux Présidents interviendront à cette occasion.
Uusi Suomi rapporte que lors de leur entretien bilatéral, les deux présidents ont aussi évoqué les questions internationales d’actualité, dont la Syrie. « M. Poutine m’a présenté ses vues sur la Syrie. Pour ma part, j’ai insisté sur les attitudes des groupes extrémistes que l’on a vues à l’œuvre par exemple à Nairobi ou au Proche-Orient. Il y a un intérêt plus large pour réfléchir à ce que la communauté internationale peut faire dans ces cas-là », a déclaré M ; Niinistö.
Les présidents ont aussi discuté des relations bilatérales et notamment économiques. La Russie est le premier partenaire de la Finlande et son second client après la Suède. En Russie il y a plus de 600 entreprises finlandaises qui sont actives. « Le montant des investissements russes en Finlande a considérablement augmenté. C’est particulièrement appréciable car j’ai insisté sur l’importance des investissements en plus du commerce. Il est particulièrement important de créer des mécanismes pour résoudre les problèmes aussi au niveau économique », selon le Président finlandais.
M. Niinistö a déclaré avoir aussi évoqué avec M. Poutine le sort des militants de Greenpeace qui ont été arrêté dans la région de Mourmansk. Les présidents ont décidé que la question serait réglée au niveau des ministères des affaires étrangères.
HS KS uusisuomi

Finlande – ONU

M. Tuomioja à New-York
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja préside la délégation finlandaise lors de l’assemblée générale des Nations-Unies. Vendredi il s’exprimera au nom de la Finlande.
Après la réunion, hier, des ministres européens des Affaires étrangères, il a déclaré que tous les ministres estimaient qu’il y avait une opportunité de rapprochement entre les Etats-Unis et l’Iran.
Selon M. Tuomioja, il est significatif que tous les principaux pays exportateurs d’armes signent le traité sur le commerce d’armes à l’origine duquel était la Finlande. Il s’est félicité de l’annonce par les Etats-Unis d’une prochaine signature.
Uusisuomi

Transport maritime

L’industrie exportatrice contre la directive sur l’azote
Les grands groupes exportateurs finlandais et notamment dans les machines et le bois-papier souhaitent que la Finlande et les autres pays riverains de la Baltique enterrent le projet NECA de limitation des émissions d’azote dans le transport maritime.
Après la directive sur les émissions de souffre, une nouvelle directive sur les émissions d’azote signifierait en effet des millions d’euros de coûts supplémentaires pour les industries finlandaises. Outokumpu a calculé que les coûts environnementaux divers de ses usines de Kemi-Torinio représentent déjà 45% de ses coûts de main d’œuvre.
KL/Lun

Commission européenne

Visite de Mme Reding à Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que Mme Viviane Reding, commissaire européenne et vice-présidente de la Commission, a participé mardi à un évènement sur l’UE. « Quelle est l’Europe de nos souhaits ? Il faut qu’on s’exprime sur le sujet. J’espère que les politiciens finlandais parlent aussi de l’Europe avec courage », a déclaré Mme Reding à Helsinki.
« Mon rêve est que le président de la Commission soit élu par un vote direct », a-t-elle dit. Mme Reding n’a toutefois pas dit si elle était intéressée par ce poste : « Les spéculations ne sont que des spéculations. »
La commissaire, qui a fait l’éloge de la Finlande, a déploré la vente des téléphones de Nokia aux Américains.
HS/A11

Alimentaire

L’importation des denrées alimentaires est en hausse
Selon Helsingin Sanomat, même si les Finlandais apprécient la nourriture produite en Finlande, ils achètent de plus en plus de produits étrangers. Selon M. Ilkka Alarotu, directeur au groupe S, « il y a de plus en plus de consommateurs qui s’intéressent surtout au prix de la nourriture. Les groupes de consommateurs se différencient. »
M. Alarotu souligne que les consommateurs en province apprécient les denrées alimentaires produites à proximité. Dans la région de la capitale, la demande des produits bio est le double par rapport au reste du pays.
Les Finlandais achètent beaucoup de fromages étrangers, qui ont envahi la moitié du marché, tandis que le lait étranger n’a que 2 % du marché.
L’importation du pain a augmenté, du fait que le pain surgelé (étranger) est souvent cuit dans les magasins.
Le quotidien souligne que le choix dans les magasins a doublé en dix ans.
La concurrence sur les prix est très dure sur la viande, surtout entre la viande finlandaise et la viande de porc danoise ou allemande ou la viande de bœuf argentine. « Dans certains produits, comme le filet de bœuf, la demande a déjà dépassé la production finlandaise. »
Malgré cela, 93 % de la viande vendue dans les magasins du groupe S est produite en Finlande.
Les importations de nourriture augmentent plus rapidement que les exportations. La valeur des importations s’élève à 4,5 milliards d’euros, contre des exportations de 1,6 milliard d’euros.
Le taux de produits alimentaires fabriqués en Finlande s’élève à 75 %. Il diminue de un point par an. Pour M. Ilkka P. Laurila, directeur au centre de recherche de l’économie agricole et alimentaire, « ce développement est inquiétant. Il se peut que la production de certaines denrées alimentaires se termine complètement. »
HS/A9

Grandes entreprises

Investir dans la diversité
Hufvudstadsbladet rend compte des efforts de grandes entreprises internationales installées en Finlande d’augmenter la diversité dans les lieux de travail.
Il s’agit de lutter contre des préjugés si on souhaite augmenter le nombre de chômeurs de longue durée, de jeunes sans beaucoup d’expérience, d’immigrés et de handicapés, par exemple, dans le recrutement.
HBL rend compte d’une thèse de doctorat de Joanna Louvrier qui a comparé les stratégies d’augmenter la diversité en France et en Finlande. Elle souligne l’importance d’investir dans les femmes et les minorités ethniques et autres, du point de vue économique et éthique.
HBL/14-15

Politique intérieure
Parlement

Débat sur le budget
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a terminé mercredi le débat sur le projet de budget qui sera ensuite envoyés à l’étude dans les commissions de l’Eduskunta.
Les députés des partis de gauches ont eu des soupçons concernant les économies que doivent effectuer les communes.
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, a attaqué ardemment le projet du gouvernement d’accorder aux salariés des communes une protection contre les licenciements pendant cinq ans en cas de fusions de communes. Il a utilisé un terme péjoratif sur les dirigeants des communes, ce qui a suscité beaucoup de critiques aussi bien parmi les députés que sur les réseaux sociaux.
HS/A10

Allocations familiales

Selon un sondage, la majorité s’oppose à la division de l’allocation de garde d’enfant à domicile
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué auprès de mille Finlandais, 55 % des Finlandais s’opposent au projet du gouvernement de diviser l’allocation de garde d’enfant à domicile entre la mère et le père. Seulement 33 % sont favorables à ce projet.
Les centristes sont les plus négatifs, 69 % s’y opposent, contre 57 % des Vrais Finlandais.
48 % des hommes s’y opposent, contre 62 % des femmes, même si l’objectif du gouvernement est de favoriser l’égalité entre hommes et femmes.
HS/A11

Situation économique

Faillites
Demokraatti relève que 4 % de plus de faillites ont été enregistrées entre janvier et août qu’à la même époque il y a un an. Selon l’Institut national des statistiques, 12 % de plus de personnes qu’il y a un an travaillent dans des entreprises touchées par des faillites. Les entreprises ayant fait faillite sont ainsi plus grandes qu’avant.
Au total 2150 entreprises ont fait faillite entre janvier et août, ce qui est 85 de plus qu’à la même période en 2012. Le nombre des employés touchés s’élève à 10 600, ce qui est 1200 de plus qu’en 2012.
Dem/8

Communes
Demokraatti relève que plus de cent communes envisagent d’augmenter leur taux d’imposition en 2014. La moyenne du taux de l’impôt communal est de 19,38 %, mais avec les augmentations, elle s’approcherait des 20 %.
M. Kietäväinen, directeur général de l’Union des communes, relève que l’augmentation est historiquement importante.
Selon un sondage effectué pour le compte d’Yle, certaines communes envisagent de porter leur taux à 22 %.
Dem/8

Chômage
Le nombre de chômeurs en août était de 191 000, ce qui est 9000 de moins qu’en août 2012. Selon l’Institut national d’études statistiques, 7,1 % de la main d’œuvre ne travaille pas, ce qui est 0,2 points de moins qu’il y a un an.
Selon les chiffres du ministère de l’Emploi et de l’Economie, il y avait 290 000 demandeurs d’emploi en août, soit 44 000 de plus qu’il y a un an. La façon de calculer de ces deux instances n’est pas la même.
Le nombre de personnes actives a diminué de 40 000 et celui des personnes en-dehors de la main d’œuvre a augmenté de 60 000 par rapport à août 2012.
HS/A25

Energie

La Finlande dépend toujours des hydrocarbures
Keskisuomalainen relève que la principale ressource de la production énergétique en Finlande demeure les hydrocarbures (24%) devant le bois (23%), le nucléaire (18%), le charbon (10%), le gaz (8%), la tourbe (5%) et l’électricité importée (5%).
Même si la consommation ne cesse de diminuer d’une année à l’autre, la Finlande est toujours très dépendante des hydrocarbures dont elle consomme environ 100 millions de tonnes par an.
KS/Mar

La Finlande pourrait manquer d’électricité
Kaleva rapporte que le centre d’approvisionnement de la Finlande s’inquiète de la capacité de production et d’approvisionnement de la Finlande en électricité durant les mois les plus froids. « Il faudrait augmenter la production nationale d’électricité pour faire face à des problèmes de distribution ou d’importation d’électricité », selon M. Risto Leukkunen, directeur de la branche énergie du centre d’approvisionnement.
La situation ne s’améliore pas. Une capacité de production d’environ 1 5000 MW a été fermée l’année dernière ou le sera cette année. On ne construit pas de nouvelles capacités suffisamment rapidement. M. Leukkunen s’inquiète pour l’hiver à venir.
La Finlande a constamment besoin d’importer de l’électricité, surtout lors de pics de consommation.
La consommation maximale de la Finlande pourrait atteindre lors de ces pics 15 000 MW. Or la production maximale est de 13 000 MW.
Kaleva rapporte que les groupes énergétiques souhaitent un débat national sur le sujet.
Kaleva/Lun

Les investissements dans le réseau électrique s’élèveront en milliards
L’amélioration de la distribution d’électricité dans les zones rurales devrait nécessiter des investissements de 4 milliards d’euros pour les cinq prochaines années. La nouvelle loi sur le marché électrique oblige en effet les sociétés à améliorer leur sûreté d’approvisionnement pour les clients. Cela nécessite notamment l’enfouissage des câbles dans certaines régions.
HS/Sam

Projet de Musée Guggenheim

La fondation Guggenheim propose d’organiser un concours d’architecture
La Fondation Guggenheim a présenté à la municipalité d’Helsinki, hier, son nouveau projet pour la construction d’un Musée Guggenheim à Helsinki. La Fondation propose d’organiser, avec des fonds privés, un concours d’architecture concernant un musée qui serait construit à Eteläranta. Les locaux d’exposition seraient aussi importants que ceux du Musée Guggenheim à New York.
Selon M. Armstrong, président de la Fondation, le seul engagement de la part de la municipalité, dans cette phase, serait de réserver le terrain pour ce projet.
Dans la nouvelle proposition, la Fondation a évalué des recettes plus importantes et des dépenses moins élevées que dans la première proposition rejetée par la municipalité.
M. Armstrong relève que la Fondation ne souhaite pas s’installer en Russie, mais qu’elle souhaite être près du marché russe. C’est pour cela aussi qu’Helsinki l’attire.
Le nombre de visiteurs est évalué à 550 000 par an (par rapport à 530 000 dans la première proposition). Les recettes fiscales d’Helsinki augmenteraient de 1,3 millions d’euros par an. L’effet indirect du musée sur l’économie serait de 41 millions d’euros.
HS/A6-7

Musée Kiasma

Le musée d’art contemporain fermera se portes pour six mois en raison des travaux
Le Musée Kiasma, inauguré il y a 15 ans, devra fermer ses portes dans un an pour des travaux qui dureront au moins six mois.
Des problèmes d’humidité avaient déjà été détectés deux ans après l’ouverture du musée.
HS/A15

Mardi 24 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Allemagne

Réactions
Selon M. Katainen, un bon résultat pour l’UE et pour la Finlande
Le Premier ministre Jyrki Katainen a félicité dès dimanche soir Angel Merkel. Selon lui, c’est un bon résultat pour l’UE et pour la Finlande. Il estime que la politique européenne responsable et constructive continuera dans le prochain gouvernement allemand.
Le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb juge que « le résultat des élections allemandes est un fort message en faveur de l’Europe. C’est une victoire personnelle pour Mme Merkel mais aussi pour la politique économique de rigueur en Europe que promeuvent l’Allemagne et la Finlande ». Il estime que l’effet principal de ce résultat électoral sera l’accélération donnée à l’union bancaire qui était jusque-là suspendue au résultat électoral en Allemagne. M. Stubb estime que « la ligne politique allemande est un mélange de rigueur et de solidarité. Tant que les autres Etats membres respecteront la rigueur budgétaire, l’Allemagne fera preuve de solidarité pour les aider. C’est la même ligne que la Finlande ».
La présidente du PSD et ministre des Finances Jutta Urpilainen juge que « les Allemands ont choisi, dans une conjoncture économique incertaine, de privilégier la continuité et la sécurité ».
TS AL

Editoriaux
« La politique de Merkel convient à la Finlande » HS
« Mme Merkel ne range pas son fouet » HS
« La victoire de l’anti-campagne de Mme Merkel » Dem
« Le gouvernail allemand dans de sures mains » AL
« La pragmatique Merkel pourrait nuancer sa politique » KS
« Les Verts pourraient être les plus désirables » HBL
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime qu’il est probable que le nouveau gouvernement de Mme Merkel continue la politique précédente, même si elle doit s’allier avec le PSD. Après les élections, les allemands ne voudront toujours pas entendre parler de mise en commun des dettes européennes. Les Finlandais non plus », relève HS. « Pour la Finlande, la rigueur allemande sur la gestion de la crise de l’euro a bien convenu et si Mme Merkel n’en change pas, la Finlande continuera à la soutenir. Si au contraire, Mme Merkel décidait de surprendre et d’adoucir sa politique, la Finlande risque de se trouver isolée avec les Pays-Bas, ce qui signifierait des difficultés pour le gouvernement Katainen. On peut considérer la victoire écrasante de Mme Merkel comme le signe qu’un engagement fort dans la coopération européenne n’est pas incompatible avec une politique économique de rigueur budgétaire. Mme Merkel n’est pas connue pour ses discours sur l’Europe mais elle est l’une des seules dirigeantes européennes dont la popularité s’est maintenue voire accrue après la crise ».
La correspondante à Berlin de HS souligne que c’est principalement entre les mains de Mme Merkel qu’est désormais placé l’avenir de l’UE.
Le journal du PSD souligne que les chrétiens-démocrates ont réussi grâce à une non-campagne et juge que les négociations pour former un gouvernement risquent d’être longues.
Le journal du parti du Centre écrit que « la victoire de Mme Merkel signifie la poursuite d’une politique économique de rigueur en Europe, d’autant plus que même le PSD allemand y a été favorable et que, finalement, on peut considérer que c’est la bonne politique ».
Aamulehti considère que l’on peut interpréter le résultat des élections comme un vote de confiance pour la politique européenne suivie, ce qui laisse présagée qu’elle ne va pas changer.
Kesksisuomalainen souligne que le gouvernement finlandais souhaitera la poursuite de la politique responsable et rigoriste allemande mais il est probable que l’Allemagne et Merkel vont adoucir leur politique.
Turun Sanomat juge que « les plus optimistes attendent désormais que l’axe franco-allemand redevienne le moteur de l’Europe, d’autant plus que ces pays ne sont pas soumis à la pression d’élections nationales dans les trois prochaines années ».
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que le succès du CDU/CSU peut être attribué à Mme Merkel personnellement. La décision de démanteler les réacteurs nucléaires et la proposition de transférer du pouvoir de Bruxelles à Berlin ont nuit à l’audience des Verts d’une part et de l’AfD d’autre part. Alors que les Allemands verraient le plus volontiers le CDU/CSU et le SPD dans le même gouvernement, la décision relève de Mme Merkel. Les Verts représentent une autre alternative. Avec l’affaiblissement du FDP et de l’AfD, le paysage politique de l’Allemagne a changé. Des grands changements d’orientation ne sont pas prévus dans l’immédiat, même si rien n’est exactement comme avant.
HS AL DEM TS KS SM Hbl

Somalie - Kenya

« Selon la SUPO, Ismael G pourrait être un nom de combattant » AL
La Sûreté finlandaise n’a pas connaissance d’un Ismael G. d’Helsinki qui pourrait être l’un des preneurs d’otages à Nairobi. Néanmoins cela ne permet toujours pas à la SUPO d’infirmer ni confirmer la présence d’un Finlandais dans ce groupe car il pourrait très bien s’agir d’un nom de combat. D’autre part, les informations divulguées par le groupe sur Twitter peuvent aussi être un jeu médiatique.
La SUPO met depuis longtemps en garde contre a présence de Finlandais dans la zone de conflit comme la Syrie ou la Somalie. De plus la SUPO estime que plus d’une centaine de personnes en Finlande sont en contact avec des groupes terroristes.
AL

« Al-Shabaab peut-être aussi financée depuis la Finlande » HS
« Les Somaliens de Finlande condamnent Al-Shabaab » HS
Helsingin Sanomat rapporte que l’enquête ouverte par la police finlandaise il y a deux ans sur le financement de groupes terroristes, dont Al-Shabaab depuis la Finlande est bouclée. Il apparaît que six personnes résidant en Finlande sont soupçonnées notamment d’avoir envoyé des fonds à Al-Shabaab. Ils sont aussi soupçonnés d’avoir voulu recruter des mineurs pour les envoyer dans des camps d’entraînement au terrorisme.
Hier les organisations somaliennes de Finlande ont organisées une réunion au contre culturel Caisa pour discuter de la coopération entre les organisations et les pouvoirs publics. La police et la municipalité y étaient représentées. Les organisations somaliennes craignent que cette enquête fasse porter des soupçons sur touyte la communauté.
HS

Russie

Visite de M. Niinistö en Russie
Les présidents vont inaugurer la centrale de Fortum
Le Président finlandais Sauli Niinistö et son homologue Vladimir Poutine vont inaugurer, en Sibérie occidentale, à Nyagan, la nouvelle centrale au gaz de Fortum dans cette région. Cet investissement fait partie des obligations auxquelles s’était engagé Fortum en 2008 en reprenant le russe TGC-10 (devenu AOA Fortum).
En effet, Fortum devrait investir au total 4,5 milliards d’euros en Russie, ce qui correspond à un tiers de l’ensemble des investissements finlandais dans ce pays depuis 1991.
La centrale de Nyanga1, qui produira 418 MW est la première d’une série de trois. Les deux autres seront construites à Tcheliabinsk. En tout Fortum devrait disposer de nouvelles capacités de 5 100 MW en Russie.
HS

Editorial : « La Finlande attend que l’économie russe l’aide – Une commande à Rosatom pourrait relancer les achats russes en Finlande » KL
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que « la Finlande attend désormais que son économie au ralenti profite d’une relance de la Russie. Cela pourrait être le cas ; La volonté de Fennovoima de commander un réacteur à, Rosatom pourrait accélérer en contrepartie des commandes de la part de la Russie ».
KL

Billet : « Fennovoima, future centrale russe ? » TS
Le directeur du Centrum Balticum de Turku, Kari Liuhto écrit que, du point de vue de la sécurité d’approvisionnement, l’entrée minoritaire de Rosatom dans le capital de Fennovoima n’est pas un problème. Pour la Finlande, la dépendance en gaz est un risque supérieur : actuellement un dixième de l’énergie finlandaise dépend d’un seul gazoduc venant de Russie. De plus, le gaz est un facteur de fragilité plus important en ce qui concerne son approvisionnement et son stockage. De plus la Russie est un partenaire fiable comme fournisseur d’uranium. L’année dernière elle fournissait un quart du combustible utilisé dans les centrales européennes. Le savoir-faire russe dans les centrales est de niveau internationale et ils devront respecter les mêmes stricts critères de sécurité que les autres. Que Fennovoima devienne une centrale russe n’est donc pas un problème ni d’approvisionnement ni de sécurité ».
TS

Finlande – ONU

Conseil de Sécurité
Helsingin Sanomat publie un article de M. Huhta sur le Conseil de sécurité et le rôle de la Finlande à l’ONU. Il estime que la guerre en Syrie souligne la division entre membres et non-membres du Conseil de sécurité. M. Huhta relève que selon M. Viinanen, ambassadeur de Finlande auprès de l’ONU, « le plus grand désavantage du fait de ne pas participer au Conseil de sécurité est de ne pas y participer ». L’intérêt national n’en est pas directement touché, selon lui.
Selon une estimation, la Finlande aurait pu proposer une alternative à l’antagonisme avec la Russie que la Grande-Bretagne et la France promeuvent de temps en temps. Selon une autre estimation, en tant que membre non-permanent, la Finlande n’aurait eu aucune possibilité d’influencer sur les litiges entre les membres permanents.
Selon M. Stagno, ancien ministre des Affaires étrangères du Costa Rica, directeur de l’organisation suivant le Conseil de sécurité, Security Concil Report, le pouvoir des membres non-permanents a diminué. Il note toutefois que l’Australie et le Luxembourg ont été actifs, et qu’il en aurait pu en être de même avec la Finlande. A l’instar du porte-parole du secrétaire général de l’ONU, M. Nesirky, il n’est pas d’accord avec ceux qui disent que la position des pays nordiques à l’ONU se serait affaiblie.
M. Huhta relève enfin que, selon une estimation, M. Obama se serait rendu en Finlande au début du mois, au lieu de la Suède, si la Finlande était membre du Conseil de sécurité.
HS/A12

La Finlande s’est heurtée au manque de soutien des occidentaux
M. Huhta relève que selon les informations de Helsingin Sanomat, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont soutenu le Luxembourg pour le siège de membre du Conseil de sécurité. Les diplomates interviewés à New York estiment que les spéculations sur l’irritation en ce qui concerne le style des pays nordiques peut être vrai, mais qu’elle n’était pas forcément significative dans le contexte de ce vote en particulier.
Pour M. Huhta, les membres permanents peuvent influencer sur la façon de voter de beaucoup d’autres pays. Ce qui est décisif pour les membres permanents, c’est la question de savoir s’ils pourront compter sur le soutien des membres non-permanents lorsqu’ils s’efforcent de recueillir les neuf voix nécessaires en faveur de leurs propositions de résolution. Le Luxembourg et la Finlande partagent souvent les mêmes positions, mais dans les estimations, le soutien du Luxembourg au groupe occidental a été considéré comme plus clair. Parmi les membres permanents, la Finlande a été soutenue au vote par la Chine et la Russie.
HS/A12-13

Roumanie

Le Premier ministre Ponta à Helsinki
Demokraatti rapporte que le Premier ministre roumain, M. Victor Ponta, a effectué lundi une visite en Finlande. M. Ponta a eu un entretien avec le Premier ministre Katainen, ainsi qu’avec la ministre des Finances, Mme Urpilainen.
Lors d’une conférence de presse commune avec M. Katainen, M. Ponta a déclaré que la question sur l’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen n’a pas été parmi les premières questions à l’agenda. « Nous avons fait des progrès. »
La Finlande figure parmi les pays qui ont rejeté l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à Schengen. M. Katainen a toutefois souligné le soutien de la Finlande au projet de la Roumanie. « La Roumanie a obtenu un accueil positif par la Commission européenne et cela est une bonne nouvelle. » M. Ponta a souligné qu’il partageait les mêmes idées sur le développement de l’Europe : « Nous voulons plus d’intégration et moins de bureaucratie. »
Dem/9

Travailleurs saisonniers

Les Thaïlandais critiquent leur ambassade
Les cueilleurs thaïlandais ont accusé l’Ambassade de Thaïlande d’une attitude réservée à leur égard. Le conseiller de l’Ambassade, M. Pongprapapant, considère les accusations comme peu justes et relève que l’Ambassade a proposé aux cueilleurs de les aider à rentrer en Thaïlande. Les cueilleurs ont préféré rester en Finlande pour clarifier leur situation.
HS/A13

Exportations d’armes

Selon un rapport, la surveillance des exportations finlandaises n’est pas suffisante
Helsingin Sanomat relève que selon un rapport du réseau Safer Globe Finland, les exportations finlandaises d’armes manquent de transparence. Le réseau s’inquiète du fait qu’en raison des défauts du système de surveillance, il est possible que des armes soient exportées dans des zones de conflit ou dans des pays où elles peuvent être utilisées dans des crimes contre les droits de l’homme.
Le ministère de la Défense considère le système de surveillance comme très bon et relève qu’en Finlande, les critères des autorisations d’exportation sont stricts.
HS/A13

STX

Une vingtaine d’entreprises finlandaises ont eu des commandes du chantier français de STX
Turun Sanomat relève que selon Finpro, près de vingt entreprises finlandaises ont déjà obtenu des commandes de SXT France pour le nouveau bateau de croisière pour l’armateur Royal Caribbean, actuellement en construction au chantier naval de Saint-Nazaire. Une vingtaine d’entreprises sont également en train de négocier des commandes. Finpro a ouvert récemment à Saint-Nazaire un bureau, dirigé par Mme Marie-Zoé Belon-Laitinen.
Selon Mme Ulla Lainio, consultante principale chargée des projets de l’industrie maritime chez Finpro, une partie de ces entreprises finlandaises sont en France pour la première fois. « La langue pose le plus de problèmes pour eux. La culture des affaires en France est très différente. » Finpro organise, depuis le printemps dernier, des entretiens entre les entreprises finlandaises et les responsables du chantier naval français.
Mme Heli Pasanen-Zentz, directrice du centre d’exportations de Finpro en France, estime que la valeur des commandes correspond à ce qui avait été prévu. Au début, Finpro a estimé que les entreprises finlandaises avaient des chances d’obtenir des commandes dont la valeur s’élève à plus de 100 millions d’euros.
TS/13

Joptek a obtenu une commande importante en France
Selon le journal d’Yle, Joptek, entreprise qui fabrique des composites à Lieksa en Carélie du Nord, a obtenu sa plus grande commande cet été. Il s’agit de la construction des balcons et des portes de cabines pour Oasis 3 pour 15 millions d’euros.
Joptek est la première entreprise finlandaise à obtenir une commande du chantier STX de Saint-Nazaire, tout cela grâce à une directrice de marketing qui parle bien français.
Yle

Politique intérieure

Réformes structurelles

M. Haglund prévoit de nouvelles mesures d’austérité
Selon Helsingin Sanomat, le président du Parti suédois, M. Carl Haglund, ministre de la Défense, souligne que le paquet de réformes structurelles décidé par le gouvernement fin août n’a été qu’un début pour pouvoir équilibrer l’économie nationale. M. Haglund estime que le gouvernement devra prendra au printemps prochain des décisions sur des économies d’environ un milliard d’euros.
A la question de savoir des exemples concrets sur les éventuelles mesures d’austérité, M. Haglund mentionne les soins dentaires municipaux pour les adultes. « C’est une prestation qui a été ajoutée quand l’économie allait bien. Nous sommes maintenant dans une situation où nous n’avons plus les moyens pour tout. »
M. Haglund souligne l’importance des économies plutôt que des augmentations d’impôts.
HS/A10

Parlement – Débats sur les réfugiés syriens

L’accueil des réfugiés syriens divise les députés
Helsingin Sanomat rapporte que M. Jussi Halla-aho, député des Vrais Finlandais, a posé une question écrite au Parlement sur le bien-fondé de la décision du gouvernement d’accueillir 500 réfugiés syriens.
Le quotidien a demandé à M. Halla-aho et à la députée social-démocrate Maria Guzenina-Richardson de justifier leurs points de vue différents à ce sujet.
Selon M. Halla-aho, dans sa question écrite il veut savoir si l’accueil des réfugiés est une dépense qui n’est pas concernée par les mesures d’austérité et les programmes pour faire des économies. « Je ne crois pas que l’accueil d’un petit nombre de réfugiés puisse aider la situation dans la zone de guerre. Ses effets sur nos sociétés seraient pourtant néfastes. Il faut aider les réfugiés sur place. » Yle rapporte que, selon le député des Vrais Finlandais, « il est dans l’intérêt des Finlandais que l’on n’accueille pas de réfugiés syriens en Finlande ».
Mme Guzenina-Richardson souligne, quant à elle, l’importance des engagements internationaux de la Finlande. « Comme Mme Hautala, ministre du Développement, l’a constaté, il n’y a plus de place dans les camps de réfugiés. La guerre a donc rendu impossibles les conditions pour aider les réfugiés sur place. Il faut que nous aidions les plus faibles. »
M. Halla-aho a toutefois admis être d’accord sur la nécessité d’aider les plus faibles.
HS/A11

M. Orpo critique les positions des Vrais Finlandais
Selon Demokraatti, le président du groupe parlementaire du Parti conservateur, M. Petteri Orpo, critique la position négative des Vrais Finlandais quant à l’augmentation du quota de réfugiés. Pour M. Orpo, ces déclarations font preuve d’une négligence devant la souffrance humaine.
Dem/3

Vrais Finlandais

Un conseiller municipal mis à la porte pour salut nazi
Helsingin Sanomat relève que M. Jani Viinikainen, conseiller municipal à Kangasala, a été mis à la porte du groupe des Vrais Finlandais, parce qu’il avait effectué un salut nazi lors d’une manifestation « Hetero Pride » à Helsinki samedi dernier.
HS/A11

Argent

Le gouvernement projette de restreindre l’usage de l’argent liquide
Selon Helsingin Sanomat, un groupe de travail désigné par le ministère du travail et de l’Economie est en train d’étudier une éventuelle restriction de l’usage de l’argent liquide, afin de lutter contre l’économie parallèle. Une nouvelle loi pourrait entrer en vigueur au plus tôt en 2014.
Le quotidien note que par exemple en France, la limite de l’utilisation de l’argent liquide est de 3 000 euros.
HS/A23

Nucléaire

« Olkiluoto 3 va progresser rapidement » KL
Kauppalehti rapporte que, selon le directeur de projet au STUK, M. Tapani Virolainen, tous les documents sur le contrôle commande d’OL3 seront au STUK dans les deux prochains mois et pourront donc être étudiés. Une fois validés, c’est l’ensemble du contrôle commande qui le sera. « Cela prendra du temps mais on peut s’attendre à ce que Olkiluoto3 progresse significativement l’année prochaine », déclare M. Virolainen qui souligne que la question du calendrier revient à TVO et Areva.
Le PDG de TVO, M. Jarmo Tanhua se veut prudent sur le calendrier. « Techniquement, le contrôle-commande est la seule grande étape encore en chantier et cela prendra du temps. Cela semble progresser correctement, mais nous nous préparons toujours à ce que la mise en service commerciale ne commence qu’en 2016. »
KL

Lundi 23 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Somalie - Kénya

Un des preneurs d’otages finlandais ?
Selon la presse, l’organisation al-Shabaab aurait indiqué sur Twitter que l’un des auteurs de la prise d’otages de Nairobi serait un Finlandais âgé de 23 ans, originaire d’Helsinki et prénommé Ismael.
L’ambassadrice de Finlande à Nairobi, Mme Sofie From-Emmesberger a déclaré qu’elle était au courant de cette allégation. « Les autorités finlandaises vérifie cette information », a-t-elle indiqué.
Parmi les victimes, il n’y aurait pas de Finlandais.
Les médias rapportent que la Sûreté Finlandaise (SUPO) étudie la véracité de l’information concernant la participation d’un Finlandais à cette attaque.
La ministre de l’Intérieur a annoncé ce matin que la SUPO n’avait pas encore pu confirmer ou infirmer cette information.
Mme Räsänen a déclaré que ces dernières années la SUPO avait fait état de voyages de Finlandais dans des zones de conflit et d’une augmentation des contacts avec les organisations terroristes et groupes violents, dont al-Shabaab. « La présence d’un Finlandais parmi les ravisseurs ne constituerait donc pas une surprise pour les pouvoirs publics ».
Mme Räsänen a fermement condamné l’attaque de Nairobi.
HS IS vn.fi

Syrie

La Finlande accueillera 500 Syriens en 2014
Le gouvernement a pris la décision, vendredi, d’accueillir 500 Syriens en Finlande en 2014. Il s’agira d’augmenter le quota de réfugiés de 300 personnes, ce qui fait qu’il s’élèvera désormais à 1050 personnes.
Mme Hautala, ministre du Développement, relève qu’elle aurait été prête réserver une part plus importante du quota pour des Syriens. Elle note que rien n’indique que la guerre civile en Syrie pourrait se terminer rapidement.
Elle relève que la Finlande accorde une aide supplémentaire de 5 à 7 millions d’euros à titre d’aide humanitaire à la Syrie.
HS/sam/A13

Allemagne

« La politique européenne de Mme Merkel va continuer » HS
Le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb a déclaré hier que la victoire de Mme Merkel « est une très bonne nouvelle pour la Finlande car la Finlande a principalement suivi l’Allemagne dans la gestion de la crise de l’euro ». Selon lui, ce résultat est « un signal pour les marchés sur le fait que la ligne plus stricte dans la politique économique de l’Europe va se maintenir ».
HS

« Mme Europe a gagné les élections en Allemagne » HS
La correspondante à Berlin d’Helsingin Sanomat écrit que les Allemands veulent continuer d’avoir ce qu’ils aimaient pendant quatre ans : de la stabilité. Pour le reste de l’Europe, le résultat de ces élections est clair : Mme Merkel va faire tout son possible pour que l’Europe et l’union monétaire fonctionnent et au moindre coût pour les contribuables allemands.
HS

Russie

Visite de M. Niinistö en Russie
« M. Niinistö recherche un soutien pour les chantiers navals finlandais » HS
Le Président finlandais Sauli Niinistö rencontre son homologue Vladimir Poutine en Sibérie occidentale, à Nyagan, demain avant de participer de participer à, un forum sur l’arctique à Salehard, mercredi.
Le ministère finlandais de l’Economie a préparé un document sur l’approfondissement de la coopération en matière de construction navale entre le spays. Ce document pourrait être signé par les présidents, estime HS.
Le souhait des dirigeants finlandais est de trouver un repreneur pour les chantiers navals de STX en Finlande. Même si l’Etat ne possède pas ces chantiers, il pourrait servir d’intercesseur pour des investisseurs russes.
Les russes possèdent déjà la moitié du chantier naval d’Helsinki, spécialisé dans la construction de navires pour les conditions arctiques. On estime que le chantier de Turku aussi pourrait intéresser des investisseurs russes.
L’Etat finlandais pourrait proposer en contrepartie une commande d’un nouveau brise-glace pour une valeur de 100 millions d’euros.
Le président sera accompagné du ministre du commerce extérieur Alexander Stubb, du président du patronat Ilpo Kokkila, du président d’Aker Arctic Mikko Niini et du président d’Arctic Shipping Tero Vauraste.
HS Dem

STX

Kone fournira 41 ascenseurs pour l’Oasis 3
Turun Sanomat relève que le finlandais Kone fournira 41 ascenseurs et deux escaliers roulants pour le nouveau bateau de croisière en construction au chantier naval de STX de Saint-Nazaire pour l’armateur Royal Caribbean.
TS/sam/17

Aide au développement

Les crédits internationaux au développement diminuent pour la deuxième année de suite
En raison de la crise économique, les crédits au développement ont continué à diminuer en 2012. La Finlande a gelé sa contribution au niveau de l’année 2012, soit à 1,1 milliard d’euros. Concernant 2015, une diminution de 30 millions d’euros est prévue.
Le budget 2013 prévoit 1118 millions d’euros pour le développement, ce qui représente 0,55 % du PIB. Cela représente une somme de 206 euros par habitant.
Les partenaires de longue date de la Finlande sont l’Ethiopie, le Kenya, le Mozambique, la Zambie, la Tanzanie et le Népal.
HS/sam/B1-2

M. Soini à Londres

M. Soini a été la vedette du congrès d’Ukip
Helsingin Sanomat rapporte que le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, s’est exprimé, pour la quatrième fois, au congrès du parti eurosceptique britannique Ukip. Dans son discours, M. Soini a critiqué l’union européenne : « Si l’UE avait été une entreprise, ses directeurs auraient déjà été mis à la porte. »
M. Soini estime que les partis eurosceptiques remporteront une grande victoire aux élections européennes de 2014. « La direction de l’UE peut changer d’un seul coup. »
L’Ukip mène la démission de la Grande-Bretagne de l’Union. Son président, M. Nigel Farage, a attaqué les Roumains et les Bulgares, qui pourront immigrer en Grande-Bretagne à partir du 1er janvier 2014.
M. Soini n’est pas prêt, au moins pas encore, à ce que l’Union commence à restreindre la libre circulation au sein de l’UE. Il estime toutefois que les pays devraient avoir le droit de choisir leurs immigrés.
HS/sam/A16

Défense européenne

Editorial : « La Finlande est-elle prête à des drones européens ? « HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rend compte des souhaits franco-allemands de renforcer « les muscles militaires » de l’UE. Ces pays proposent d’évoquer l’espace aérien commun pour le trafic aérien européen. Ils souhaitent que l’AED étudie l’impact opérationnel et financier d’un contrôle aérien commun pour l’aviation militaire. Ces pays regrettent que les troupes d’action rapide, mises en place en 2007, n’aient jamais été utilisées. Le Parlement français a également proposé de créer une force européenne en dehors des institutions européennes. Pour l’éditorialiste, cette proposition peut être vue comme une réaction au fait que la France a été seule lorsqu’il s’est agit d’intervenir au Mali.
Il faut que la Finlande trouve l’équilibre entre des crédits nationaux diminués, des projets de défense européens, la coopération de défense nordique et l’OTAN. L’éditorialiste rappelle qu’il n’y a toujours que l’OTAN qui propose une déclaration de solidarité militairement crédible. Si les projets franco-allemands résultent en quelque chose de concret, il est difficile d’imaginer, du point de vue purement pragmatique, comment cela pourrait se faire sans un lien encore plus étroit avec l’OTAN, conclut Hbl.
HBL/lun/12

Politique intérieure

Parlement

Un groupe de travail étudiera le budget de défense
Selon Helsingin Sanomat, le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, a eu vendredi un entretien avec les présidents des groupes parlementaires sur le groupe de travail parlementaire qui pourrait être créé pour étudier les besoins budgétaires dans la défense nationale. Le Parlement a souhaité la création d’un tel groupe de travail.
Le nouveau groupe aura douze membres – deux représentants des grands partis (le Parti conservateur, le PSD, les Vrais Finlandais et le Centre) et un de chaque petit parti (l’Alliance verte, l’Alliance des gauches, le Parti suédois et les Chrétiens-démocrates).
Selon l’interprétation de M. Jussi Niinistö, président de la commission de la défense du Parlement, l’objectif est de se préparer aux négociations gouvernementales après les élections législatives de 2015, pour éviter la surprise des négociations gouvernementales de 2011 où le budget de défense avait été amputé de 200 millions d’euros.
M. Haglund a souligné vendredi devant le Parlement que la réforme de la défense avançait comme prévu et semblait produire les économies souhaitées. Les forces armées pourraient même dépenser un peu plus dans les acquisitions de matériel militaire. Il s’agit du matériel européen excédentaire.
HS/sam/A14

Gouvernement

Les chômeurs devront accepter du travail plus loin de leur domicile
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a l’intention d’élargir l’obligation des chômeurs d’accepter du travail. En ce moment, un chômeur peut refuser d’accepter un travail si le trajet pour y aller dépasse 80 km.
L’objectif du gouvernement est que les chômeurs devraient accepter du travail nécessitant un trajet pouvant aller jusqu‘à une heure et demie.
Le but du gouvernement est que les propositions dans le cadre du programme de restructuration soient rédigées avant fin novembre. Il est possible que le parlement commence l’étude d’une partie des propositions avant la fin de l’année. L’élargissement de l’aire de travail pourrait entrer en vigueur début juillet prochain.
L’association des chômeurs TVY rejette l’idée du gouvernement. Les parents d’enfants en bas âge par exemple ne peuvent pas passer trois heures pas jour dans les trajets entre le domicile et le lieu de travail.
HS/dim/A6-8, lun/A9

Immigration

Les attitudes des Finlandais se sont durcies
Helsingin Sanomat rend compte d’un sondage effectué sur les attitudes des Finlandais à l’égard de l’immigration. 52 % des Finlandais (contre 45 % en 2011) estiment qu’il faudrait restreindre l’installation en Finlande des étrangers tant qu’il y a du chômage en Finlande. Alors qu’il y a deux ans, 26 % des Finlandais étaient entièrement d’accord pour accueillir en Finlande tous ceux qui souhaitaient y vivre et travailler, 17 % l’acceptent aujourd’hui sans réserves. 22 % des personnes interrogées (contre 18 % en 2011) estiment qu’il serait dans les intérêts des immigrés de devenir aussi « Finlandais » que possible.
Pour certaines questions, les attitudes n’ont pas changé depuis deux ans : 44 % estiment que la Finlande ne devrait pas accueillir plus d’immigrés, 43 % des personnes interrogées étant de l’avis inverse.
Les chercheurs qui commentent les résultats du sondage estiment qu’ils reflètent la situation économique difficile. M. Martikainen de l’Åbo Akademi estime que l’immigration est considérée comme une dépense, ou quelque chose qui nuit à l’emploi des Finlandais.
Mme Forsander, directrice des questions de l’immigration de la municipalité d’Helsinki, estime que les Finlandais ne sont pas convaincus des propos des économistes qui parlent en faveur de plus de main d’œuvre.
Mme Forsander relève aussi que les Finlandais ont tendance de penser que les immigrés sont des réfugiés alors que la plupart des immigrés viennent en Finlande pour suivre un époux ou une épouse Finlandais, pour le travail ou des études.
Les attitudes à l’égard des étrangers sont plus tolérantes dans la région de la capitale. C’est là qu’habitent plus de la moitié des immigrés.
Les femmes sont plus favorables à l’immigration que les hommes et en ce qui concerne les partis politiques, les Vrais Finlandais et les Verts constituent les deux extrêmes. Respectivement 20 % et 81 % y sont favorables.
HS/sam/A12-13

Selon les employeurs, la Finlande a besoin d’immigrés
Helsingin Sanomat relève que les employeurs des secteurs qui recrutent beaucoup d’étrangers estiment que la Finlande ne pourra plus s’en sortir sans main d’œuvre étrangère. Par exemple le secteur du bâtiment, celui des soins et la restauration ne trouvent plus suffisamment d’employés parmi les Finlandais. Les entreprises de nettoyage de la région d’Helsinki emploient actuellement presque uniquement des travailleurs d’origine d’autre que finlandaise.
60 000 travailleurs étrangers du secteur du bâtiment ont déjà demandé un numéro fiscal finlandais qui leur permet de travailler sur des chantiers. Selon l’Union du bâtiment, entre 20 000 et 30 000 étrangers travaillent actuellement en Finlande dans ce secteur.
L’arrivée des travailleurs estoniens augmente toutefois le chômage en Finlande du Nord, d’où des travailleurs partaient sur des chantiers du Sud du pays avant. Il est actuellement moins cher de faire venir des Estoniens, selon le second président de l’Union du bâtiment, M. Suokas. Il relève toutefois que beaucoup de travailleurs estoniens sont syndiqués en Finlande et que leurs salaires sont en hausse.
HS/dim/A8

Projet de Musée Guggenheim

Le ministère de l’Emploi et de l’Economie n’envisage pas de soutenir le projet avec des sommes considérables
Le secrétaire général du ministère de l’Emploi et de l’Economie, M. Virtanen, relève que le projet Guggenheim étant un projet du domaine de l’art, les moyens de soutien du ministère n’y sont pas facilement applicables. Selon lui, le rôle du ministère pourrait être de favoriser la construction en bois, et de financer un concours d’architecture en la matière.
Pour M. Virtanen, le projet relève plutôt du domaine du ministère de l’Education et de la Culture.
HS/sam/A26

France - Finlande

Sport

Course d’orientation : nouveau titre pour Thierry Gueorgiou
Le Français Thierry Gueorgiou qui court pour le club de Joensuu, Kalevan Rasti, a remporté le championnat de Finlande de course d’orientation de moyenne distance, dimanche à Äänekoski.
KS

Vendredi 20 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Parlement européen

Visite de M. Swoboda en Finlande
Le président du groupe social-démocrate du Parlement européen, M. Hannes Swoboda, était hier à Helsinki où il s’est exprimé lors d’une manifestation organisée par le PSD. Il a indiqué que son groupe visait la première place en Europe aux prochaines élections européennes du printemps.
Dem

Etrangers en Finlande

Des personnes de couleur retenues à l’enregistrement à l’aéroport de Helsinki-Vantaa
Hufvudstadsbladet relève que l’association des Somaliens a contacté les gardes-frontières et la police de l’aéroport de Helsinki-Vantaa pour évoquer les situations où des personnes de couleur sont retenues alors que leurs documents de voyage sont en règle.
Un incident datant de l’été dernier a été déclaré à la déléguée des minorités. Une personne d’origine africaine a raté son vol du fait qu’il a été retenu tellement longtemps à l’enregistrement. Des Somaliens ont rapporté des incidents similaires.
M. Alapelto, chef des gardes-frontières de l’aéroport relève qu’aucune plainte contre les gardes-frontières n’a été déposée. Il relève que le personnel de l’enregistrement les contacte souvent pour se renseigner sur les différents types de documents de voyage. M. Alapelto relève que les gardes-frontières se démentent tout comportement lié au racisme.
HBL/1-3

Le délégué des minorités surveillera désormais les cas de renvois
Selon une proposition de loi du gouvernement, il relèvera du délégué des minorités de désormais suivre les cas de renvois et de reconduite à la frontière des ressortissants étrangers. Ceci dans le but d’améliorer la protection juridique des personnes en question.
En 2012, 2362 personnes ont été reconduites à la frontière, dont 450 accompagnées. C’est la police et les gardes-frontières qui se chargent de la mise en œuvre des renvois.
TS/11

Niveau des prix

La Finlande plus chère que l’Allemagne
Helsingin Sanomat a comparé les prix des produits de consommation courante en Finlande et en Allemagne pour constater que, grâce a une imposition moins élevée et à une concurrence plus importante, les prix sont de 15 % de moins chers à Berlin qu’à Helsinki.
Certains produits sont jusqu’à 50 % plus chers à Helsinki.
Outre l’imposition et la concurrence, le coût de la main d’œuvre et des transports sont des facteurs qui augmentent les prix.
HS/A24

Politique intérieure

Parlement

Le Premier ministre Katainen a obtenu la confiance du Parlement
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a renouvelé sa confiance au Premier ministre Jyrki Katainen jeudi par 141 voix contre 16. 28 députés ont été absentes et 14 ont voté blanc.
Le vote a été proposé par le député des Vrais Finlandais Pentti Oinonen. 14 députés des Vrais Finlandais ont vote contre M. Katainen et 14 ont voté blanc ; le président du parti Timo Soini était absent lors de ce vote. Les deux députés du groupe de gauche, détaché de l’Alliance des gauches, ont également voté la censure.
HS/A15

Le président du Parlement a eu une conversation avec M. Tynkkynen
Selon Helsingin Sanomat, le président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, et le président du groupe de l’Alliance verte, M. Oras Tynkkynen, se sont entretenus hier pendant plus d’une demi-heure sur le comportement de ce dernier lors de la séance célébrant le 150e anniversaire du Parlement.
M. Tynkkynen, qui portait une cravate de couleurs d’arc-en-ciel, a exigé qu’on lutte contre les tentatives d’affaiblir les droits fondamentaux des citoyens, aussi bien en Finlande qu’en Russie. Des représentants de la Douma russe étaient présents lors de cette séance.
« On peut dire que l’on se comprend. Les discours ont été prononcés. Quant à l’habillement, les instructions du présidium restent en vigueur », selon M. Heinäluoma.
Selon M. Tynkkynen, le président du parlement a insisté sur la sensibilité d’une séance solennelle. « Je ne regrette pas d’avoir souligné la démocratie et les droits de l’homme. »
HS/A16

Le sort de l’initiative populaire sur le mariage pour tous est incertain
Selon Helsingin Sanomat, l’initiative populaire sur le mariage pour tous a obtenu un grand nombre de signataires, jusqu’à présent plus de163 000. A la lumière d’un sondage récent, la majorité des Finlandais, 58 %, est favorable à cette initiative.
L’étude de l’initiative en séance plénière du Parlement n’est pas encore sure mais probable. En 2012, 76 députés ont signé une proposition de loi sur le mariage pour tous mais elle a été enterrée par la commission des lois, présidée par la conservatrice Anne Holmlund, ancienne ministre de l’Intérieur.
Si l’initiative avance jusqu’en séance plénière les députés pourront probablement voter librement, sans que les groupes parlementaires prennent position.
HS.A9

Gouvernement

M. Katainen a laissé comprendre qu’il y aurait de nouvelles mesures d’ajustement budgétaire importantes
Selon Demokraatti, organe du PSD, le Premier ministre Katainen a annoncé jeudi devant le Parlement que le gouvernement n’a pas laissé tomber son objectif de mettre fin à la croissance de l’endettement d’ici 2015. « Cela signifie probablement de mesures supplémentaires d’ajustement budgétaire au printemps prochain. »
Selon M. Katainen, l’objectif du gouvernement est que tous ceux qui sont en âge de travailler et aptes au travail participent à la vie active. « Le but n’est pas d’importer en Finlande de la main-d’œuvre à bas prix. »
DEM/7
Politique de l’emploi

La SAK considère une obligation d’accepter du travail comme problématique
Turun Sanomat relève que les confédérations SAK et Akava souhaiteraient participer à la rédaction de la réforme des mesures d’incitation pour les chômeurs.
La SAK est réservée en ce qui concerne l’obligation d’accepter du travail pour les chômeurs et rappelle que l’idée de l’allocation chômage est de soutenir les personnes lorsqu’elles sont au chômage et cherchent du travail. Il ne faudrait pas toucher à cette logique, estime M. Tukiainen de la SAK.
La SAK et Akava souhaiteraient être représentées dans le groupe de travail qui sera désigné en la matière prochainement. Les deux confédérations estiment que l’idée de prévenir l’exclusion des chômeurs est bonne, mais qu’il s’agit d’obtenir plus d’informations sur la réforme.
TS/11

RMI

Le nombre de bénéficiaires du RMI augmente dans les grandes villes
Turun Sanomat relève que le nombre de ménages qui reçoivent un RMI a augmenté dans les grandes villes en 2012 par rapport à 2011. L’augmentation est de 2,2 % en moyenne. Elle est la plus importante dans les communes de la région de la capitale.
TS/11

Cigarette électrique

La vapote se vend bien
Helsingin Sanomat rapporte que la vente de la cigarette électrique ou la vapote s’est multipliée pendant les deux dernières années.
Il n’y a pas de statistiques officielles sur l’utilisation de la cigarette électrique. L’institut national de la santé et du bien-être THL publiera ses propres statistiques avant la fin de l’année en cours. Malgré l’augmentation de vente de la vapote THL estime qu’il y a peu de Finlandais qui l’utilisent.
La cigarette électrique est interdite dans plusieurs pays de l’Union européenne. Le Parlement européen étudiera le sort de la vapote à l’automne.
HS/A8

Nokia

M. Elop pourrait recevoir un bonus de 18,8 millions d’euros
Kauppalehti rapporte que l’assemble générale extraordinaire de Nokia aura lieu le 19 novembre prochain. L’entreprise a publié jeudi du matériel lié à cette assemblée, dont le bonus que M. Stephen Elop, ancien directeur général de Nokia, qui s’élèvera à 18, 8 millions d’euros si le rachat des téléphones de Nokia par Microsoft se réalise.
Nokia payera 30 % et Microsoft 70 % de cette somme. Depuis sa nomination en 2010, M. Elop a reçu chez Nokia un salaire et des bonus pour environ 9 millions euros.
La nouvelle a choqué beaucoup de Finlandais. Le ministre du Travail, M. Lauri Ihalainen, outré par la somme élevée, estime que cette annonce renforce les soupçons sur les motivations de M. Elop.
KL/9, HS/A6-7

Finnair

Les hôtesses de l’air cherchent un soutien dans le syndicat des transports
Les négociations entre Finnair et son personnel de cabine risquent d’être difficiles. Finnair est en train de former du personnel en Espagne pour se préparer à une grève éventuelle. L’association des hôtesses de l’air et des stewards a rejoint le syndicat du domaine des transports qui surveillera le déroulement des négociations avec Finnair.
HS/A10

Neste

Neste Oil vend ses navires - L’Agence national pour l’approvisionnement et Ilmarinen achèteront huit bateaux-citernes
Neste Oil souhaite depuis longtemps abandonner ses activités d’armateur et se concentrer sur le raffinement du pétrole. Jusqu’à présent, il a été en charge de l’approvisionnement en matière des transports pétroliers. L’Agence national pour l’approvisionnement et le groupe d’assurances retraite Ilmarinen se sont mis d’accord pour acheter huit navires que Neste Oil louera ensuite pour ses transports.
Le directeur général de l’agence d’approvisionnement, M. Kananen, relève que cet arrangement permet de maintenir les navires sous pavillon finlandais.
M. Kananen relève que l’agence deviendra actionnaire concernant l’infrastructure des transports. Elle est déjà actionnaire dans l’infrastructure de l’approvisionnement d’électricité et de gaz, par l’intermédiaire de Fingrid et Gasum.
HS/A27

Projet de Musée Guggenheim

La Fondation Guggenheim brigue un terrain à Eteläranta
Selon les informations de Helsingin Sanomat, la Fondation Guggenheim, qui déposera sa proposition à la municipalité de Helsinki, mardi, envisage de proposer Eteläranta (l’espace entre le marché couvert et le port Makasiiniterminaali) pour construire son musée.
HS/B1

France - Finlande

Energie

Fortum développe l’énergie des vagues en France
Helsingin Sanomat rapporte que l’accord signé entre Fortum et DCNS en 2011 se concrétise en Bretagne. Fortum va y développer un parc d’énergie des vagues en coopération avec DCNS. La technologie choisie, WaveRollerTM est une invention de AW-Energy.
HS

Vélib

Le projet de vélib risque de s’enliser
Marja Salomaa écrit dans Helsingin Sanomat que JCDecaux a remporté il y a déjà deux ans le marché des vélos urbains à Helsinki. L’entreprise attend toutefois toujours que la ville décide des endroits où JCDecaux pourra installer ses publicités urbaines qui financeront le projet.
HS

Cinéma

« De nouveaux invités au festival Amour et Anarchie » TS
STT rapporte que Tahar Rahim sera présent la semaine prochaine lors de la projection du film Le Passé à la 26ème édition du festival du film Amour et Anarchie.
TS

Jeudi 19 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Syrie

La Finlande prête à accueillir des centaines de réfugiés syriens
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement finlandais compte augmenter considérablement son quota de réfugiés en raison de la situation en Syrie. Le quota actuel, de 750 personnes, serait augmenté de plusieurs centaines de réfugiés syriens.
La ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, écrit sur son blog que son ministère est en train de préparer le projet sur l’augmentation temporaire du quota de réfugiés. « Dans cette situation exceptionnelle, l’aide dans le cadre du quota habituel ne suffit pas », écrit Mme Räsänen.
La ministre a souligné à HS que la décision sur l’augmentation du quota revient à tout le gouvernement. Le coût d’un quota supplémentaire de 300 réfugiés par exemple serait d’environ trois millions d’euros.
Selon Mme Räsänen, il est essentiel que les réfugiés du quota supplémentaire puissent être placés directement dans les communes. Le logement dans les centres de réfugiés coûterait beaucoup plus cher.
Il est possible que la Finlande augmente le nombre de Syriens aussi dans le cadre du quota annuel de 750 personnes.
Le quota annuel est décidé à l’avance. Cette année, la Finlande a décidé d’accueillir 200 réfugiés afghanes, 200 Iraniens, 150 réfugiés congolais de l’Afrique méridionale, 150 Irakiens, Iraniens, Afghans et Somaliens de la Turquie et 150 Soudanais de l’Egypte, plus 100 réfugiés d’urgence.
Mme Räsänen estime qu’un quota supplémentaire de 500 réfugiés syriens serait en adéquation avec ce que font les autres pays européens. L’Allemagne a annoncé accueillir 5 000 Syriens de plus que prévu.
Pendant l’année en cours, plus de deux millions de Syriens se sont réfugiés dans les pays voisins.
HS/A12

Russie

Le Président Niinistö se rendra en Russie la semaine prochaine
Turun Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö effectuera une visite de travail en Russie au début de la semaine prochaine. Il s’entretiendra avec le président Poutine à Nyagan dans le Khanty-Mansiysk (à 2 000 km vers le Nord-est de Moscou) le mardi 24 septembre. Il y aura aussi à l’agenda l’inauguration d’une centrale de Fortum.
M. Niinistö participera ensuite à Salekhard à un forum international sur la région arctique, organisé sous la tutelle du président Poutine.
Le ministre des affaires européennes et du Commerce extérieur, M. Alexander Stubb, fera partie de la suite de M. Niinistö.
TS/13

Greenpeace

Une militante finlandaise arrêtée en Russie
Helsingin Sanomat relève qu’une Finlandaise a été arrêtée lors d’une manifestation de Greenpeace sur une plate-forme de forage de pétrole de Gazprom en Russie.
HS/A27

Travailleurs saisonniers thaïlandais

Le secteur marche avec de la main d’œuvre pas chère
Les cueilleurs de baies thaïlandais en Finlande gagnent en moyenne 2,40 € par heure. Ils cueillent 80 à 90 % des baies des bois achetées par les entreprises qui sont ainsi dépendantes des travailleurs étrangers.
Le nombre de cueilleurs thaïlandais a beaucoup augmenté depuis 2004, date à laquelle il a été possible pour des travailleurs saisonniers de l’extérieur de l’UE de venir en Finlande avec un visa touristique.
Cette année, 3500 cueilleurs de baies thaïlandais ont travaillé en Finlande.
HS note que le chiffre d’affaires de plusieurs entreprises du secteur a augmenté ces dernières années – surtout grâce aux Thaïlandais. Les entrepreneurs admettent que, sans les travailleurs saisonniers étrangers, leurs activités prendraient fin. Les baies finlandaises ont des concurrentes chinoises, russes et suédoises.
HS/A8

Politique intérieure

Parlement

Les députés ont célébré le 150e anniversaire de la Diète
Helsingin Sanomat relève que le Parlement s’est réuni mercredi à une séance solennelle pour célébrer le 150e anniversaire de la Diète. En septembre 1863, le tsar Alexandre II invita, à la demande des Finlandais, la Diète à Helsinki. L’année 1863 signifie le début d’une véritable démocratie, de la liberté de la presse et du droit d’utiliser le finnois.
A cette occasion, le Parlement a fait don de dix millions d’euros à la fondation Cultura afin de créer un fonds pour soutenir les études des Finlandais dans la langue et la culture russe. Les représentants des groupes parlementaires ont souligné tous l’importance des études de russe en Finlande.
HS/A16

Politique salariale

Le litige sur les 20 euros a été résolu
Selon Helsingin Sanomat, le litige sur l’interprétation de l’accord salarial a été résolu mercredi, de façon que l’augmentation concerne aussi les suppléments du salaire. La confédération du patronat et de l’industrie EK, qui ne voulait pas que les suppléments soient concernés, a dû céder et l’avis des grandes centrales syndicales SAK et STTK l’a emporté.
Le litige a dérangé le plus les négociations salariales du secteur des communes.
HS/A12

Situation de l’emploi

Une obligation d’accepter du travail prévue pour les chômeurs
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a demandé à M. Parpo, directeur de sécurité sociale de la municipalité de Rauma, d’esquisser une réforme des mesures d’incitation prévues pour les chômeurs. L’idée est d’activer les chômeurs dans le but de prévenir l’exclusion et de diminuer les allocations versées à des personnes qui seraient dans la capacité de travailler.
M. Parpo propose d’établir un « programme de participation » concernant les chômeurs, afin de définir quel genre de travail leur conviendrait. Ensuite, la personne au chômage choisirait dans une « banque de travail » des tâches à faire, en raison de 1 à 2 heures par jour. La participation serait récompensée, alors que la non-participation diminuerait l’allocation versée par exemple de 10 à 30 %. Il est prévu que ce programme concerne tous les chômeurs. Les mesures actuelles d’activation ne touchent qu’un tiers de l’ensemble des chômeurs, qui sont au nombre de 300 000.
M. Parpo estime que ce genre de mesure d’engagement servira également de prévention des problèmes de santé mentale et de toxicodépendance.
Mme Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, relève qu’un groupe de travail sera désigné pour préparer cette réforme. Elle a proposé, en août, que l’obtention des allocations sociales devrait être liée à un minimum d’activité dans la société.
HS/A10

Editorial : « En Finlande, une personne capable doit travailler » HS
L’éditorialiste estime que malgré les critiques à l’égard de l’idée de verser sous condition les allocations sociales, le projet de Mme Risikko va dans le bon sens : il est dans les intérêts de la société que toutes les personnes en l’âge de travailler et aptes soient prêtes à travailler au moins un peu, car la Finlande ne peut pas se permettre l’exclusion de sa main d’œuvre.
L’éditorialiste estime que c’est nécessaire également pour la légitimité des allocations sociales, et avant tout pour l’intérêt et le bien-être des chômeurs.
Le groupe de travail en la matière aura des défis importants à relever, dont la minimisation de la bureaucratie liée à ces mesures, le rapport entre la carotte et le bâton, etc.
HS/A4

Banques

Les Banques finlandaises vont devoir faire des économies
Selon la directrice de l’agence de contrôle du secteur financier Fiva, Mme Anneli Tuominen, les banques finlandaises accusent un retard important sur leurs concurrentes nordiques en matière de rapport coûts/rentabilité. « Le rapport coûts/rentabilité des grandes banques nordiques est compris entre 45 et 60% alors qu’en Finlande pour certaines banques il peut même s’élever à plus de 80%, ce qui est très faible ».
Il n’y a que Nordea qui arrive au ratio des autres pays nordiques grâce à un dur plan de réduction des coûts. Après un plan d’économies lancé à l’automne dernier, la banque finlandaise OP-Pohjola a pu diminuer son ratio à 66,8%.
Mme Tuomionen estime que d’importants plans de licenciement sont à prévoir dans le secteur bancaire ainsi que des fermetures d’agences et des externalisations de personnels. OP-Pohjola vient notamment d’externaliser son personnel informatique.
« Le secteur bancaire a déjà connu des restructurations radicales. Depuis 1989, le secteur bancaire a perdu 40% de ses effectifs en Finlande et 56% de ses agences », rappelle Mme Tuominen. Elle estime que les fusions et concentrations dans le secteur vont continuer.
HS

Entreprises

Plan social de Metso
Le groupe Metso qui fournit des machines pour le secteur du bois-papier a annoncé que son plan social commencé en août allait aboutir à la suppression de 660 emplois. La plupart des suppressions de postes concerneront Jyväskylä et Järvenpä qui perdront chacun environ 250 emplois.
L’objectif de Metso est de réduire ses coûts de production de 100 millions d’euros d’ici 2016.
HS

Faillite de Tiimari
La chaîne de magasins de détail Tiimari a annoncé son dépôt de bilan, hier ; Cette chaîne qui enregistrait des pertes depuis longtemps comptait 170 boutiques en Finlande et 19 dans les pays baltes. En Finlande, ce sont 550 personnes qui devraient perdre leur emploi.
HS

Sandvik licencie 109 personnes à Tampere
L’entreprise suédoise Sandvik, dont la filiale à Tampere construit des machines pour le secteur minier, a annoncé le licenciement de 109 personnes dans son usine de Tampere. Sandvik emploie 1900 personnes en Finlande.
HS

Nokia recrute pour NSN
La branche réseau Nokia Solutions and Networks a annoncé qu’elle recruterait 400 personnes cette année en Finlande, à Espoo, Oulu et Tampere. Plus de 300 nouveaux employés ont été embauchés et d’ici la fin de l’année ce sont environ 70 personnes qui vont être recrutées, surtout dans la recherche et le développement.
NSN a 6 000 employés en Finlande dont 2 200 à Oulu.
HS

Nucléaire

« Le gouvernement doit accélérer le projet de Fennovoima » Dem
Le sydnicat des salariés de l’Industrie TP demande au gouvernement de faire tout son possible pour accélérer la réalisation du projet de Fennovoima. « Le gouvernement doit assurer la réalisation de ce projet d’investissement de plusieurs milliards d’euros en Finlande en étudiant rapidement le changement de fournisseur de réacteur au profit de Rosatom par rapport à la demande initiale de Fennovoima », exige TP. « Cette décision doit intervenir rapidement pour diminuer les incertitudes sur le projet. Ces incertitudes suscitent les hésitations des actionnaires et jettent une ombre sur la compétitivité de l’industrie finlandaise », estime TP qui rappelle que l’industrie finlandaise a justement besoin d’une énergie bon marché et d’un approvisionnement sûr. « Le projet a aussi un effet important sur l’emploi. Il ne faut se permettre de perdre aucun emploi », souligne TP.
Dem

Industrie minière

Un taux d’uranium élevé à Orivesi
Helsingin Sanomat rapporte que les échantillons montrent que le taux d’uranium est élevé dans un ruisseau en aval de la mine d’or d’Orivesi, ce qui a surpris les autorités régionales et l’entreprise minière Dragon Mining. Le taux le plus élevé a été de 180 mg par litre, contre le taux moyen de quelques milligrammes dans la région.
L’australien Dragon Mining a rouvert la mine d’or d’Orivesi en 2006. Actuellement, 180 000 tonnes de minerai sont extrait pas an. Un tonne de minerai contient 4-5 grammes d’or.
HS/A18

Travail à distance

Un Finlandais sur deux travaille ailleurs qu’à son lieu de travail
Helsingin Sanomat relève que le travail à distance devient de plus en plus courant avec la technologie qui le permet. Selon une étude européenne, 45 % des Finlandais travaillent de manière « mobile » - à la maison, dans un café, dans le train.
Le travail à distance, pour lequel on se met formellement d’accord avec l’employeur, est également devenu plus courant durant les deux dernières années.
Selon la Direction nationale de la médecine du travail, 16 % des Finlandais travaillent à distance au moins une partie du temps. De plus, 34 % des salariés travaillent chez eux de temps en temps.
HS/A14

Logement

Pénurie d’appartements à louer à Helsinki – et des loyers élevés
Helsingin Sanomat rend compte de la mauvaise situation en matière d’appartements à louer à Helsinki.
Selon l’Institut national d’études statistiques, le prix moyen de location à Helsinki s’élève à 20 €/m2, à 17 €/m2 à Espoo et à 16 €/m2 à Vantaa.
HS/A20

Helsinki

700 000 habitants en 2030 ?
Selon les prévisions, il y aura 650 000 habitants à Helsinki en 2020, et 700 000 habitants en 2030.
Cette année, Helsinki connaît une évolution démographique de 10 000 personnes par an, mais les prochaines années, cette tendance se ralentira. Au début 2013, il y avait 604 000 Helsinkiens.
La population suédophone de Helsinki, aujourd’hui de 36 000, a diminué par des milliers ces dernières décennies.
HS/A23

France - Finlande

Cinéma

Des films français à ne pas manquer au festival Amour et Anarchie
Le festival Amour et Anarchie est le plus grand festival de film de Finlande. Il compte en général 50 000 spectateurs. Cette année seront projetés 180 longs métrages et 163 courts et moyens métrages.
Helsingin Sanomat conseille dix films pour les dix jours du festival. Parmi les trois premiers à ne pas manquer, deux sont français : La vie d’Adèle d’Abdellatif Kéchiche, palme d’or à Cannes et Le Passé d’Ashgar Farhadi avec Tahar Rahim et Bérénice Béjo.
Demokratatti pour sa part conseille lui aussi dix films dont deux français : Foxfire de Laurent Cantet et Camille Claudel 1915 de Bruno Dumont.
HS Dem

Mercredi 18 septembre 2013

Politique intérieure

Economie

L’économie finlandaise retrouvera la croissance l’année prochaine
« Malgré les bons signes, le moment n’est pas encore à la réjouissance » HS
Selon les nouvelles prévisions, les exportations finlandaises repartent. La crise économique n’est toutefois pas encore finie. Le rétablissement de l’économie, prévu pour la zone euro, aura un effet favorable sur l’économie finlandaise aussi. Environ 30 % de la valeur des exportations finlandaises va dans des pays de l’eurogroupe.
« On a peut-être dépassé le pire, mais on est encore loin du bon », dit M. Liikanen, gouverneur de la Banque de Finlande. L’augmentation minime des salaires devrait améliorer la compétitivité de l’industrie, selon lui.
La Banque de Finlande prévoit une croissance de 0,9 % pour l’année prochaine, et de 1,8 % pour 2015 (contre 0,7 % et 1,7 % selon les prévisions précédentes du mois d’août, avant l’accord salarial et le paquet de réformes structurelles).
L’institut de recherche des salariés, PT, et la banque Danske bank estiment eux aussi que la crise n’est pas finie encore : le taux de chômage n’a pas commencé à diminuer, l’endettement des pays de l’eurogroupe augmente et l’octroi d’emprunts diminue. La prolongation de la récession a restreint les investissements ce qui a diminué la demande concernant les produits et services de l’industrie finlandaise.
PT prévoit une croissance de 2,1 % pour 2014, Danske bank de 1,5 % et le ministère des Finances de 1,2 %. Les estimations sur l’évolution du taux de chômage varient entre 8,1 % (Banque de Finlande) et 8,6 % (PT) concernant 2014.
M. Liikanen souligne que l’affaiblissement de la compétitivité de l’industrie ensemble avec le déséquilibre de l’économie publique causé par le vieillissement de la population représentaient un problème bien plus important pour la Finlande que la mauvaise conjoncture.
Concernant l’évolution du taux d’intérêt, M. Liikanen estime partage la prévision de la BCE sur le fait qu’il restera bas « encore longtemps ». Danske bank estime que le taux pourrait augmenter vers la fin 2015, alors que PT prévoit que la date serait plutôt vers la fin 2014.
HS/A24-25

Editoriaux
« La Finlande se relève » HS
« Il faut protéger les conditions de la croissance » TS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que l’on peut résumer les nouvelles prévisions des la Banque de Finlande, de la Banque Danske Bank et de l’institut PS au fait que l’économie mondiale a retrouvé la croissance et qu’il en sera de même pour l’économie finlandaise l’année prochaine. HS considère que, « même si les problèmes de la Finlande sont profonds, la conjoncture a aussi un effet important » et donc « plus la restructuration de l’économie sera forte, plus le redémarrage de la croissance sera important. L’Allemagne a fait ses réformes dès le début des années 2000 sous la direction de M. Schröder qui avait compris que les problèmes de l’économie nationale n’étaient pas conjoncturels. Lorsque nous réfléchissons à la croissance finlandaise, il y a lieu de penser que la restructuration de l’industrie est dans sa phase la plus forte et que l’on n’a même pas encore mis en œuvre le paquet de réformes structurelles. En Allemagne aussi on a du attendre longtemps els effets des réformes », conclut HS.
Turun Sanomat souligne que, « même s’il y a lieu de prendre avec sérieux la question du dépassement de la limite de la dette (60% du PIB), il n’y a pas lieu de paniquer ni d’opérer un brusque frein. Parmi les pays de l’eurogroupe, la Finlande et le Luxembourg sont les seuls à n’avoir pas dépassé cette limite. De plus, le déficit public demeure en Finlande inférieur aux 3% du PIB. »
L’éditorialiste estime que « la Finlande ne sera pas parmi les premiers pays à se faire tancer pour le dépassement de sa dette par la commission car les recommandations de cette dernière se basent sur une évaluation générale qui prend en compte l’économie publique dont l’état est stable en Finlande par rapport aux autres Etats membres. La réussite du gouvernement sera mesurée à l’aune de sa capacité à mettre en œuvre ses réformes structurelles. S’il réussit, la Finlande gardera son triple A. Du point de vue de l’économie, c’est bien plus important que d’éventuelles critiques de la Commission », conclut TS.
HS TS

Parlement

Débat sur le budget
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a commencé mardi l’étude du projet de budget pour 2014. L’endettement de la Finlande et les propositions de l’opposition ont dominé le débat où c’est le gouvernement qui a demandé à l’opposition de se justifier et non vice-versa. Les représentants du gouvernement ont critiqué les propos du Centre et des Vrais Finlandais.
Le président du Centre, M. Juha Sipilä, a dû expliquer ses propositions sur les finances publiques. La ministre des Finances, Mme Jutta Urpilainen, a voulu savoir si les centristes souhaitent s’endetter autant, moins ou plus que le gouvernement. « Votre position envers l’endettement n’est pas claire. » M. Sipilä a répondu que le Centre ne souhaitait pas prendre plus de dette que le gouvernement.
Selon le député centriste Antti Rantakangas, le Centre veut prendre les décisions sur l’augmentation de l’âge de la retraite immédiatement, « sans traîner comme le gouvernement ». Mme Urpilainen a rappelé que le projet de l’ancien Premier ministre centriste Matti Vanhanen sur l’augmentation rapide de l’âge de la retraite « n’a rien produit qu’un chaos total ». Pour Mme Urpilainen, « ce gouvernement veut respecter les accords de notre société ». Elle souligne que les décisions sont préparées suivant le système tripartite entre le gouvernement et les partenaires sociaux.
HS/A10, TS/9

Motion de censure contre le Premier ministre
Helsingin Sanomat relève que M. Pentti Oinonen, député des Vrais Finlandais, a proposé mardi, lors de la séance plénière du Parlement, une motion de censure contre le confiance du Premier ministre Jyrki Katainen. Cela est lié à l’affaire Himanen et au fait que selon le chancelier de la justice, M. Jaakko Jonkka, il aurait fallu organiser un appel d’offres sur la commande du rapport sur l’avenir pour suivre les principes de la bonne gouvernance.
Le vote sur la confiance du Premier ministre aura lieu jeudi au Parlement.
HS/A11

Politique salariale

L’accord salarial est en cause en raison d’un litige sur les 20 euros
Selon Helsingin Sanomat, la naissance d’un accord salarial global n’est pas encore tout à fait sure, en raison des tensions et des litiges sur l’interprétation de l’accord. Les syndicats doivent annoncer, avant le 25 octobre prochain, s’ils participent à l’accord salarial global noué le 30 août. Il faut qu’environ 90 % des salariés soient représentés par les syndicats qui y participent pour que l’accord entre en vigueur.
En ce moment, il y a un litige entre la confédération du patronat et de l’industrie EK et les grandes centrales syndicales SAK et STTK concernant l’interprétation de l’augmentation salariale de 20 euros par mois pour 2014 et surtout de savoir si l’augmentation concerne aussi les suppléments de salaires. Selon l’EK, l’augmentation ne concerne pas les suppléments et les syndicats des salariés sont de l’avis inverse. Si ce litige continue, il pourrait mettre en danger tout l’accord. HS/A11

Finances des communes

Jyväskylä envisage des licenciements
Helsingin Sanomat rend compte de l’impact du programme de réformes structurelles du gouvernement sur les économies des communes.
Jyväskylä s’inscrit désormais parmi les communes qui envisagent des licenciements. L’objectif d’économies du gouvernement représente des économies de 50 millions d’euros en ce qui concerne Jyväskylä. Selon le maire de Jyväskylä, M. Andersson, cela se traduit par un millier d’ETP.
Raasepori a annoncé, mardi, qu’elle entamait les négociations sur des licenciements aussi. Salo et Kouvola l’ont annoncé la semaine dernière.
HS/A9

Nucléaire

Fennovoima a remis son nouveau rapport d’impact sur l’environnement
Fennovoima a remis au ministère de l’Economie, hier, une nouvelle version de son rapport sur l’impact sur l’environnement de son projet de réacteur nucléaire à Pyhäjoki. Le précédent avait été réalisé en 2008-2009, avant que Fennovoima ne choisisse Rosatom comme fournisseur de réacteur. Il avait servi de base à l’octroi d’une autorisation de principe par le Parlement en 2010.
Le gouvernement devrait décider dans le courant de l’année prochaine si le Parlement doit de nouveau se prononcer sur cette autorisation de principe.
TS

Les principaux partis du conseil municipal de Turku toujours favorables à Fennovoima
Turun Sanomat rapporte que le conseil municipal de Turku devra décider le moi prochain s’il maintient son engagement dans le projet de Fennovoima. La régie Turku Energia possède en effet 3,4% de Voimaosakeyhtiö SF.
D’après le quotidien les principaux partis politiques, soit le parti conservateur, le PSD et les Vrais Finlandais, sont favorables à ce que Turku Energia demeure engagé dans le projet de Fennovoima. Ces partis représentent 39 des 67 sièges au conseil municipal. Les autres partis, minoritaires, s’y opposent.
TS

Entreprises

Oras brigue le marché européen en rachetant un groupe allemand
Oras, fabricant de robinetterie de Rauma, annonce qu’il achètera un groupe allemand du même secteur, Hansa Metallwerke. Le chiffre d’affaires de chacun des deux groupes s’élevait à 130 millions d’euros en 2012
Helsingin Sanomat note que l’achat ne créera pas de nouveaux emplois dans la région de Rauma où STX ferme son chantier naval, mais que les 550 emplois actuels seront maintenus. Au total, Oras emploie 800 personnes, et Hansa 600. Oras a une usine également en Pologne.
HS/A23

Jeunesse

Enquête sur le bien-être des écoliers
Helsingin Sanomat rapporte que selon une enquête auprès de 183 000 jeunes de 14 à 20 ans, les jeunes d’aujourd’hui se portent bien et se plaisent mieux à l’école qu’avant.
Près de 60 % des garçons de 15 à 16 ans se plaisent à l’école, contre moins de 50 % il y a quelques années.
Près de 60 % des élèves estiment que leurs opinions sont prises en compte. Les jeunes ont moins de problèmes de communication avec les parents et presque tous les élèves ont au moins un ami. Le harcèlement a diminué : 70 % disent qu’ils n’ont pas participé à du harcèlement, contre 60 % en 2004.
A la lumière de ce sondage, les jeunes de 15-16 ans fument moins et consomment moins d’alcool que les jeunes du même âge il y a une dizaine d’années.
Les jeunes dans les collèges et les lycées se portent mieux que les jeunes dans les lycées professionnels qui ont plus d’expériences de la drogue et de la violence sexuelle.
Cette enquête sur le bien-être des écoliers est effectuée tous les deux ans.
HS/A8-9

France - Finlande

Cinéma

Tahar Rahim au festival Amour & Anarchie
Tahar Rahim, comédien français, sera un des invités du festival du cinéma qui commencera, jeudi à Helsinki.
Il présentera, samedi 28 septembre au Bio Rex, son nouveau film, Le Passé, du cinéaste iranien Asghar Farhad, présenté au dernier festival de cannes et qui sortira sur les écrans finlandais en fin d’année.
Une séance supplémentaire aura lieu le vendredi 27 septembre.
www.hs.fi

Mardi 17 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Syrie

Editorial
« Un accord strict pour la Syrie, qu’il sera difficile de mettre en oeuvre » HS
Helsingin Sanomat commente l’accord obtenu à Genève entre MM. Kerry et Lavrov. L’éditorialiste souligne que si la Syrie ne l’applique pas, le conseil de sécurité de l’ONU devra décider de mesures contre la Syrie sous le chapitre VII de la charte qui concerne le recours à la force, ce qui constitue une importante concession obtenue de la Russie.
L’éditorialiste relève aussi que les premières conclusions des enquêteurs de l’ONU concernant l’emploi d’armes chimiques sont sévères pour le régime.
L’éditorialiste juge qu’en dépit de l’accord obtenu le projet de faire disparaitre les armes chimiques syriennes peut échouer. Il s’agit en effet d’un objectif compliqué dans un pays touché par une dure guerre civile et dont le gouvernement est imprévisible. Même si la Russie et les Etats-Unis ont de réels intérêts communs, l’accord renferme une grande part de tactique, conclut HS.
HS

Finlande – Somalie

La Finlande double son aide à la Somalie
La Finlande, qui jusqu’à présent a accordé une aide de neuf millions d’euros par an à la Somalie, envisage de doubler cette somme.
Mme Hautala, ministre du Développement, relève qu’elle envisage de négocier avec des représentants de la Banque mondial sur la question de savoir quels canaux de financement seraient opportuns pour cette aide.
Mme Hautala a participé, hier à Bruxelles, à une conférence sur la Somalie. Elle relève que la Finlande souhaite canaliser son aide le plus directement possible vers le gouvernement somalien.
HS/A21

Politique intérieure

Budget

Selon le ministère des Finances, la dette publique dépassera les 60 % du PIB en 2014 – et l’économie retrouvera la croissance
Le Parlement entamera, aujourd’hui, l’étude du projet de loi de finances pour l’année 2014. Le ministère des Finances prévoit que la croissance repartira doucement à la fin de l’année en cours. Selon M. Kuismanen, conseiller financier, la croissance dépendra principalement des exportations. La consommation privée restera faible, selon lui, en raison de la faible évolution des salaires et de l’insécurité des consommateurs.
Alors que cette année, le PIB devrait diminuer de 0,5 %, le ministère prévoit une croissance de 1,2 pour 2014.
Malgré ce tournant vers la croissance, l’état des finances publiques continuera à se détériorer. La part de la dette publique dans le PIB dépassera les 60 % en 2014. L’Etat envisage de s’endetter à hauteur de 6,7 milliards d’euros.
Helsingin Sanomat note qu’il n’est pas prévu que le déficit finlandais dépasse les 3 % du PIB.
La Finlande ne risque pas d’être sanctionnée par l’UE malgré son taux d’endettement, selon M. Kajaste du ministère des Finances.
Le budget s’élèvera à 53,9 milliards d’euros. Les crédits des ministères diminueront de 2,9 % par rapport à 2013. Les dotations pour les communes, le financement des forces armées et les crédits au développement diminueront. La fiscalité concernant les boissons alcoolisées et le tabac sera relevée. L’allègement de l’impôt sur les sociétés diminuera les recettes fiscales de l’Etat, mais le gouvernement estime qu’elle générera une croissance et des investissements, ainsi que des emplois et des recettes fiscales.
HS relève, parmi les économies, la diminution des crédits accordés à Finpro, agence de promotion des exportations, qui estime que ces crédits seront amputés de 3 millions d’euros, ce qui représente 13 à 15 % de son budget.
Le gouvernement souhaite attirer des centres informatiques de grandes entreprises internationales en Finlande en diminuant l’imposition de l’électricité des locaux prévus pour cela. Ces centres acquittent actuellement un taux plus élevé que l’industrie, 1,7 cent/KWh, par rapport à 0,7 c/KWh, et il s’agira de les inclure dans la catégorie industrielle. Cela diminuerait les recettes fiscales de 10 millions d’euros, mais devrait attirer des investissements.
1,1 million d’euros sont prévus pour la préparation et planification des festivités à l’occasion du centenaire de l’indépendance de la Finlande. HS note que des crédits concernant ces festivités seront inclus dans les budgets jusqu’à l’an 2018, année suivant l’anniversaire.
Les dotations de l’Etat pour les communes seront revues à la baisse. La diminution nette correspondra à 257 millions d’euros.
Malgré la proposition du ministère des Affaires sociales et de la Santé, le vaccin contre la varicelle ne sera pas inclus dans le programme de vaccins. Le rajout aurait nécessité un crédit de 4,2 millions d’euros. Selon l’Institut national de santé publique (THL), la varicelle engendre des dépenses indirectes de 12 millions d’euros sous forme notamment d’absences de travail des parents.
HS/A11

Réformes structurelles

Propos de M. Rehn
M. Rehn, commissaire à l’économie, estime que le programme de réformes structurelles du gouvernement finlandais va dans le bon sens, mais que des points d’interrogation demeurent en ce qui concerne sa mise en œuvre. « Ce sont les mesures concrètes qui seront décisives, mais on ne les connaît pas encore », a-t-il dit devant des journalistes finlandais à Bruxelles. « Beaucoup de mesures ne relèvent pas uniquement du gouvernement, comme par exemple les carrières professionnelles, le marché de travail et la capacité des communes à se réformer. »
Helsingin Sanomat relève que l’économie finlandaise sera soumise à un contrôle plus important de la Commission européenne qu’avant, du fait que la Commission examinera, pour la première fois, les projets de budget des Etats membres. La Commission évaluera à cette occasion l’évolution de l’endettement finlandais.
M. Rehn estime que, sans aucune mesure, le rythme de l’endettement de la Finlande est inquiétant. Il est essentiel d’intervenir contre le déficit structurel.
Selon les économistes de la Commission européenne, le gouvernement a assez bien pris en compte, dans son programme de réformes structurelles, ses recommandations sur le renforcement de la compétitivité et les moyens de remédier au déficit structurel.
Les Etats membres devront soumettre leurs projets de budget à l’examen de la Commission européenne pour le 15 octobre. La Commission se prononcera sur ces projets à la mi-novembre. M. Rehn rappelle que cette procédure ne transfèrera aucun pouvoir en matière budgétaire à Bruxelles.
« La Commission est chargée d’examiner si les Etats membres respectent les engagements et les règles qu’ils se sont fixées », dit-il, tout en admettant que ce n’est pas forcément le travail le plus agréable qui soit.
HS/A24

Chantiers navals

STX ferme le chantier de Rauma
Turun Sanomat rapporte que STX Finlande a annoncé lundi que le chantier naval de Rauma serait fermé et les activités seraient concentrées au chantier de Turku. 600 employés seront licenciés à Rauma et une centaine à Turku. STX souligne que la rentabilité est mauvaise et qu’il n’y a pas assez de commandes.
Le chantier de Rauma finira la construction d’un navire pour la gendarmerie maritime et effectuera la réparation d’un ferry norvégien de Fjord Line. Le chantier sera fermé d’ici fin juin 2014.
Les employés du chantier de Rauma, qui ont été choqués par la décision de fermeture, ont arrêté le travail. Ils ne reprendront pas le travail avant jeudi.
Le directeur adjoint de STX Finlande, M. Jari Anttila, souligne que la commande de deux ferries de Scandlines, qui n’a pas encore été confirmée, pourrait être construite à Turku même plus rapidement qu’à Rauma.
Selon M. Anttila, le chantier de Turku peut construire tous types de navires, y compris les brise-glaces. Il souligne que la restructuration de STX Finlande ne diminuera pas l’offre ou le volume de l’entreprise.
TS note que le directeur exécutif de STX Finlande, M. Sujou Kim, n’a pas été présent à la conférence de presse d’hier.
Selon le quotidien, la société mère STX a des problèmes financiers depuis des années et les chantiers finlandais n’ont pas vraiment été développés.
TS/3&5-7

Propos de M. Vapaavuori
Turun Sanomat relève que le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori déplore la fermeture du chantier naval de Rauma et estime que la décision de centraliser les activités à Turku pourrait rendre l’entreprise rentable.
« La décision a été nécessaire du point de vue de la construction navale finlandaise et des futures commande », selon M. Vapaavuori. Il souligne que STX Finlande a pris sa décision entre Rauma et Turku de manière indépendante.
Le chantier de Rauma a construit beaucoup de navires pour l’Etat, par exemple des brise-glaces. M. Vapaavuori souligne que l’Etat suivra de près la situation pour que la construction de navires spécialisés ne disparaisse pas de la Finlande.
M. Vapaavuori souligne qu’il s’est agi des problèmes de STX et non de toute la branche de l’industrie maritime. Il note que Rauma remplit les critères pour bénéficier des programmes d’aides aux régions touchées par la restructuration des entreprises.
TS/7

Propos de M. Ihalainen
Selon Turun Sanomat, le ministre du travail, M. Lauri Ihalainen, a eu des entretiens hier avec les représentants de la ville de Rauma et des délégués principaux du chantier de Rauma. Il souligne que la situation n’est pas tout aussi pessimiste que l’on pourrait le penser à la lumière des nouvelles de lundi. « Mon impression est que les acteurs locaux s’étaient préparés à la décision de fermeture et qu’il y a déjà des projets pour l’avenir ».
Un groupe de restructuration a été créé lundi, avec la participation des autorités économiques et de la main-d’œuvre, de la ville de Rauma et des acteurs locaux.
M. Ihalainen estime qu’une partie des travailleurs du chantier de Rauma pourront avoir du travail au chantier de Turku.
TS/7

Le chantier de Turku pourrait perdre des commandes au profit de la France
Kauppalehti relève que SXT Finlande a réalisé un déficit de 40 millions d’euros en 2012. La fermeture du chantier de Rauma accorde un délai de grâce au chantier de Turku qui a du travail jusqu’en 2015. Turku devrait obtenir plusieurs commandes d’ici 2014.
Les milieux des chantiers navals estiment toutefois qu’il est possible que le chantier naval de STX en France obtienne désormais les commandes de bateaux de croisière. Le chantier français a réalisé en 2012 un meilleur résultat que STX Finlande.
KL/4

Industrie automobile

La série A de Mercedes garantit du travail pour plus de mille personnes
Selon Turun Sanomat, la ville d’Uusikaupunki en Finlande de l’Ouest a célébré hier le démarrage de la production des voitures de la série A de Mercedes Benz. Plus de 100 000 exemplaires seront construits à Uusikaupunki entre 2013 et 2016.
« L’accord de production entre Daimler et Valmet Automotive est une preuve du savoir-faire et de la compétitivité de la Finlande. Ces locaux étaient encore vides en janvier dernier mais maintenant ont y construit la série A », souligne M. Olli Vaartimo, président du conseil de surveillance de Valmet Automotive.
Valmet Automotive donne du travail à environ 900 personne d’ici la fin de l’année. L’objectif est d’embaucher environ 200 personnes de plus début 2014.
Pour Daimler, il y a un facteur décisif dans le choix de l’usine d’Uusikaupunki. Selon M. Klaus Zehender, directeur chargé d’acquisitions à Daimler, « de notre point de vue, Valmet Automotive est un véritable constructeur de voitures spéciales. Pour nous, la qualité a joué un rôle très important. Nos expériences de coopération antérieures ont également renforcé notre choix de transférer en Finalnde une partie de la production de la série A. » Turun Sanomat rappelle que Valmet Automotive a construit des systèmes de toiture de la série E de Mercedes Benz en Pologne.
M. Zehender souligne que les ventes de Mercedes évoluent très bien. « Nous avons vendu 227 000 voitures des séries A, B et CLA depuis le début de l’année en cours jusqu’au mois d’août. Pour ces modèles, il y a une croissance de 64,9 %. » A part Uusikaupunki, la série A est fabriquée à Rastatt en Allemagne et à Kecskeméti en Hongrie.
Le ministre du travail, M. Lauri Ihalainen, qui a participé à l’inauguration du site à Uusikaupunki, s’est félicité du savoir-faire finlandais dans le secteur automobile.
Depuis 1968, l’usine d’Uusikaupunki a fabriqué plus de 1,1 million de voitures, dont 738 000 Saab pendant 34 ans. Valmet Automotive a produit dernièrement des Porche Boxster (223 000 voitures) jusqu’en 2011 et des voitures hybrides Fisker Karma jusqu’à 2012.
Le chiffre d’affaires de Valmet Automotive a été de 216 millions d’euros en 2012. La moitié des 1 700 employés travaillent en Finlande et le reste en Allemagne, en Pologne et aux Etats-Unis.
TS/sam/13

Médias

Les Finlandais toujours grands lecteurs de presse écrite
Les Finlandais continuent à consommer beaucoup de presse écrite. 75% des Finlandais sont abonnés (ou ont l’intention de s’abonner) à un journal et 71% à un magazine. Seulement 20% sont abonnés à un média numérique et 33% à des chaînes de télévision payantes.
92% des Finlandais lisent un titre de presse écrite chaque semaine.
En moyenne, chaque Finlandais lit deux quotidiens et 6,4 magazines.
Le lectorat des grands quotidiens se maintient à un fort niveau : Helsingin Sanomat a 849 000 lecteurs, Ilta-Sanomat 540 000, Iltalehti près d’un demi-million, Aamulehti 281 000, Turun Sanomat 223 000, Kaleva 178 000 et Keskisuomalainen 158 000.
Le magazine eu plus grand lectorat est le magazine ET (destiné aux retraités) avec 654 000 lecteurs. Le journal de mickey (Aku Anka) a 937 000 lecteurs.
HS KS

Lundi 16 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Syrie

Editoriaux
« La diplomatie n’a pas encore permis de sauver de vies » HS
« Une voie fragile qui pourrait mener à l’objectif » HBL
Helsingin Sanomat estime que les négociations pour que la Syrie rejoigne l’accord interdisant le recours aux armes chimiques était une phase nécessaire vars un accord, mais toutefois seulement un petit pas. Le principal reste néanmoins que la crise déclenchée par l’attaque chimique du 21 août n’a pour l’instant pas diminué les faits de guerre sur le terrain. La diplomatie n’a pas encore permis de sauver des vies humaines », juge HS.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que la situation en Syrie est tellement sombre que même un brin d’espoir représente beaucoup d’optimisme. On est encore loin d’avoir surmonté les problèmes. Beaucoup dépend de la crédibilité que le régime d’Assad mettra à démanteler les armes chimiques. L’opposition a déjà prévenu que le Président Assad souhaite jouer la montre. Pour l’éditorialiste, il n’est pas non plus exclu que les rebelles mécontents s’efforcent de provoquer le Président Obama à intervenir militairement.
HBL/sam/14

Points de vue : « La France a une carte à jouer » HS
« La Syrie ravive les traumatismes des gaz en France » AL
Helsingin Sanomat juge analyse l’action de la France durant la crise syrienne. Le quotidien relève que si la France n’a pas participé aux négociations de Genève, dans le même temps, le ministre français des Affaires étrangères se rendait à Pékin pour s’entretenir avec la Chine. « La France a une carte importante à jouer dans la crise syrienne ; elle n’est pas décisive mais toutefois de grande valeur ».
Le correspondant d’Aamulehti en France, Patrick Le Louarn, rapporte que les attaques chimiques ont eu un écho particulier en France où le souvenir de l’utilisation des gaz durant la première guerre mondiale n’a pas été oublié, surtout dans le Nord du pays.
HS AL

Les ministres ne sont pas d’accord sur l’aide aux réfugiés syriens
Turun Sanomat relève que les ministres du Développement, Mme Heidi Hautala, et de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, ne sont pas d’accord sur l’aide que la Finlande doit accorder aux réfugiés syriens.
Selon Mme Hautala, le gouvernement projette un quota spécial pour les réfugiés syriens, mais aucune décision n’a encore été prise. Mme Hautala souligne que le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères, Mme Ashton, et l’UNHCR ont demandé aux pays européens de recevoir plus de réfugiés syriens.
Mme Räsänen souligne que l’UNHCR n’a pas pu proposer à la Finlande des réfugiés d’urgence. « La Finlande a proposé déjà au début de l’été d’accueillir cent réfugiés syriens dans le cadre du quota d’urgence », a déclaré Mme Räsänen vendredi à Lappeenranta lors de la réunion informelle des ministres de l’Intérieur des pays orientaux – Finlande, Pologne, Estonie, Lettonie, Lituanie et Slovaquie - de la zone Schengen de l’Union.
Selon l’estimation de Mme Räsänen, la plupart des places du quota de réfugiés (750 actuellement) de 2014 seraient accordées aux réfugiés syriens.
En 2012, 183 Syriens ont demandé asile en Finlande, cette année il y en a eu 72 jusqu’à présent. Depuis début 2012, la Suède a accueilli 14 700 réfugiés syriens.
Selon Mme Hautala, les organisations de l’aide humanitaire estiment que la Syrie a besoin d’aides de 3,3 milliards d’euros. Jusqu’à présent, la Finlande a accorde une aide de 8,5 millions d’euros millions et 3 millions pour le fonds de reconstruction. La Finlande compte accorder une aide supplémentaire de 5-7 millions d’euros.
Selon Helsingin Sanomat, le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime que la Finlande doit être active dans la situation actuelle. « Il faut étudier si la Finlande peut recevoir des réfugiés dans le cadre du quota ou en dehors du quota par une décisions séparée. »
TS/sam/13, HS/sam/A6

« Quelques Syriens ont passé clandestinement la frontière »
Turun Sanomat rapporte que selon l’agence de presse russe Ria Novosti, la police des frontières russe, qui a renforcé la surveillance de la frontière fenno-russe en raison des passages clandestins des réfugiés syriens, annonce d’avoir empêché 45 passages clandestins pendant deux mois.
Selon les autorités finlandaises, uniquement quelques syriens ont passé la frontière pour venir en Finlande.
TS/sam/13

Finlande – Russie - Visas

Une exemption de visas entre l’UE et la Russie pourrait augmenter le besoin de contrôles
Selon Turun Sanomat, les ministres de l’Intérieur réunis à Lappeenranta ont souligné l’importance des mesures de sécurité si les visas entre l’Union européenne et la Russie étaient supprimés.
La ministre finlandaise de l’Intérieur, Mme Räsänen dit attendre, avant une éventuelle exemption de visas, la mise en œuvre d’un système commun d’informations sur les passages frontaliers et d’un programme d’enregistrement des voyageurs de l’Union européenne.
Selon M. Ilkka Laitinen, directeur général de Frontex, un registre européen sur les entrées et les sortis de la zone de l’UE est nécessaire. L’Union est en train de préparer un projet de loi à ce sujet.
TS/sam/13

Visas Schengen : de plus en plus de touristes russes transitent par la Finlande
Keskisuomalainen relève que 80 à 90 % des visas accordés à des Russes sont des visas à plusieurs entrées, ce qui fait que, pour les Russes, la Finlande est de plus en plus souvent un pays de transit vers des destinations dans d’autres pays Schengen ou alors en dehors de l’Europe. Le nombre de touristes russes comme clients d’agences de voyage finlandais augmente tout le temps.
1,3 millions de visas ont été accordés à des Russes en 2012. En janvier-juin 2013, 655 000 visas ont été accordés par la Finlande à des Russes.
90 % des visas accordés à des Russes sont délivrés à Saint-Pétersbourg ou dans la région limitrophe de la Finlande.
Selon M. Täyrynen du ministère des Affaires étrangères, un visa à plusieurs entrées est utilisé pour quatre voyages en moyenne.
KS/lun/9

Terrorisme

La Russie a essayé de catégoriser M. Storsjö comme terroriste
La Russie a demandé au Conseil de sécurité de l’ONU d’insérer le nom de Mikael Storsjö sur la liste internationale des terroristes. M. Storsjö est un entrepreneur du domaine des réseaux informatiques qui a participé à la gestion du site de tchétchènes Kavkaz Center qui est hébergé sur un serveur en Suède. Il est aussi connu comme un partenaire de la ministre du Développement, Mme Hautala.
M. Storsjö relève que Kavkaz Center n’est pas le seul site de ce genre et estime que ce site en particulier est devenu une question de principe pour la Russie. « La Russie a sa propre opinion en ce qui concerne la liberté d’expression, et ils se sont efforcés de répandre cette notion jusqu’à l’étranger. M. Storsjö relève que la Russie a demandé à dix reprises au chancelier de la justice suédois de fermer ce site, mais que le chancelier de la justice a constaté à chaque fois qu’il n’y avait aucun matériel allant à l’encontre de la législation suédoise sur le site.
M. Storsjö relève que la Russie a déjà menacé sa famille et a pris des mesures touchant son domicile. « Ils ont essayé de m’écraser et de me faire taire par tous les moyens », dit-il.
Helsingin Sanomat et Hufvudstadsbladet rendent compte du fait que la France, la Grande-Bretagne et le Luxembourg ont contribué à ce que le nom de M. Storsjö ne soit pas inséré sur la liste de terroristes.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, a dit que son ministère ne disposait d’aucune information motivant une insertion sur la liste de terroristes.
www.uusisuomi.fi, HS/sam/A19, HBL/sam/9

Union bancaire

« La Finlande et l’Allemagne s’opposent au pouvoir de la Commission » HS
« Le modèle du fonds de crise toujours ouvert : la Finlande et l’Allemagne s’opposent à un renforcement du pouvoir de la Commission » KS
Pour leur première réunion depuis l’été, les ministres des Finances de l’eurogroupe ont discuté à Vilnius du projet de la Commission concernant l’union bancaire. Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande et l’Allemagne s’opposent à un renforcement du pouvoir de la Commission dans la gestion des crises bancaires. « Il serait bon que l’organe compétent en cas de crise bancaire pour agir et décider soit le plus indépendant possible. C’est pourquoi nous ne sommes pas très enthousiastes à l’idée que la Commission soit cet organe », a déclaré Mme Urpilainen, ministre finlandaise des Finances. Elle ne croit pas que la proposition de la Commission de mécanisme de gestion des crises bancaires sera validée ne l’état.
Concernant les opinions allemandes sur un éventuel conflit avec les traités fondamentaux, Mme Urpilainen a refusé de se prononcer, soulignant que la Finlande n’avait pas eu le temps de se pencher sur la base juridique du mécanisme de gestion des crises bancaires.
STT souligne qu’il y a encore de nombreuses questions en suspens. « On aura besoin de fonds récoltés des établissements financiers, mais il y a encore des positions divergentes sur le fait de savoir s’il s’agira de fonds nationaux ou d’un fonds commun européen », selon Mme Urpilainen.
De même Mme Urpilainen ne s’est pas montrée favorable à ce que le mécanisme actuel de stabilité puisse être utilisé pour prêter de l’argent à un fonds de crise commun avant que celui-ci ait récolté des avoirs auprès des banques. « C’est une idée étrange selon moi », a-t-elle dit.
HS KS

Prix de la nourriture

La fiscalité explique l’écart important entre le niveau des prix en Finlande et ailleurs en Europe
Le prix de la nourriture est de 20 % plus élevé en Finlande que la moyenne européenne. Compte tenu que des 15 Etats membres, l’écart est de 11 % et la Finlande arrive quatrième en cherté de denrées alimentaires. Helsingin Sanomat relève que si on ne tient pas compte de la fiscalité, l’écart n’est que de 4 %. La TVA sur la nourriture en Finlande s’élève à 14 %, par rapport à 5,5 % en France et 7 % en Allemagne.
HS/lun/A23

Aide au développement

Propos de Mme Hautala et de M. Stubb
Helsingin Sanomat a interviewé la ministre du Développement, Mme Hautala, et celui du Commerce extérieur, M. Stubb, sur les orientations de la politique de développement et commerciale de la Finlande. Les ministres qui ont effectué un déplacement commun dans une dizaine de pays africains, au printemps, n’insistent pas sur les mêmes choses.
Pour M. Stubb, l’Afrique représente avant tout une possibilité (« pour nous ») et il estime que l’aide au développement et le commerce devraient agir en symbiose où l’un n’exclut pas l’autre. Il n’est pas favorable à ce qu’on fixe un objectif en pourcentage par rapport au PIB pour la part de l’aide au développement.
Pour Mme Hautala, par contre, cet objectif est toujours pertinent, même si l’aide en soi devrait être réformée, afin qu’elle génère des processus durables et auto-suffisants.
Mme Hautala souligne l’importance de responsabiliser le secteur privé en ce qui concerne la résolution des problèmes mondiaux, qu’il s’agisse de l’aide au développement ou du commerce. Il faudrait engager les entreprises finlandaises, acteurs sur le marché international, en faveur de développements au niveau local et former les entreprises dans le domaine de l’éthique. Il faudrait également aider les pays en voie de développement à récupérer les recettes fiscales auxquelles ils ont droit, estime Mme Hautala. Pour elle, « l’empreinte fiscale » pourrait être un élément de la responsabilité des entreprises dans l’avenir.
HS/dim/A16-17

Travailleurs saisonniers

La SAK propose un salaire minimum pour les travailleurs saisonniers
Helsingin Sanomat relève que la confédération des ouvriers, SAK, souhaite introduire un salaire minimum pour les cueilleurs de baies étrangers. La confédération souhaite que le ministère de l’Emploi et de l’Economie modifie la législation concernant les contrats de travail.
Environ 50 cueilleurs ayant arrêté de travailler restent en Finlande pour l’instant afin de continuer à négocier avec la police et leur juriste.
HS/lun/A10, HBL/dim/3

Politique intérieure

Gouvernement

Débat sur des dissensions au sein du PSD
Helsingin Sanomat publie un long article sur les préparatifs et la mise en œuvre du paquet de réformes structurelles du gouvernement et surtout le rôle de la ministre des Finances, Mme Jutta Urpilainen, présidente du PSD.
Selon HS, la position de Mme Urpilainen à la tête du parti a été remise en question par une opposition au sein du Parti social-démocrate, dont M. Eero Heinäluoma, président du Parlement et ancien président du parti et quelques députés, dont Mme Maarit Feldt-Ranta et M. Antti Lindtman. Ces derniers ont exigé un voté au sein du groupe parlementaire sur la réforme des communes et surtout la possibilité de fusions forcées entre les communes. Cela a signifié un vote sur la confiance de la présidente du parti. Lors de ce vote, seulement cinq députés ont voté contre la proposition de Mme Urpilainen.
HS/sam/A6-9

Nucléaire

Editorial : « Il faut réétudier l’autorisation de principe de Fennovoima » HS
L’éditorialiste estime que le gouvernement ne devrait pas longtemps réfléchir à l’opportunité de faire réexaminer l’autorisation de principe conférée à Fennovoima par le Parlement ; En effet, l’éditorialiste souligne que, par rapport à la demande initiale sur laquelle le Parlement s’est prononcé en 2010, l’actionnariat de Fennovoima a changé, la taille du réacteur envisagé a changé, le fournisseur a changé et même les perspectives de l’évolution de la consommation d’électricité ont changé, et il y a aussi lieu de penser que le calendrier de construction de la centrale ne sera pas tenu. « De la décision initiale de principe il ne reste donc que le cadre ; tout le contenu a changé », juge HS
HS

Le sévère surveillant des centrales nucléaires
Aamulehti publie un portrait du nouveau directeur général du STUK (Agence de sûreté nucléaire finlandaise), M. Petteri Tiippana qui était en charge de la surveillance du projet Olkiluoto 3 pour le STUK dès 2004.
Il souligne à quel point ce projet a été particulièrement important en terme de retours d’expérience pour le STUK car il n’y a en Finlande ni groupe produisant des centrales ni industrie significative dans le secteur.
Interrogé sur le contrôle-commande d’OL3, M. Tiippana déclare que le STUK attend maintenant que TVO lui transmette les documents nécessaires pour prendre une décision. « Areva a justement pensé que les systèmes du contrôle commande étaient suffisamment séparés pour que les problèmes ne puissent migrer de l’un à l’autre. Nous attendons néanmoins toujours que cette séparation des systèmes puissent être prouvée par des analyses et des tests concrets », dit-il.
AL

France

Politique

Editorial : « La France relève l’âge de départ à la retraite pour compenser la déséquilibre des caisses de retraite » HS
Helsingin Sanomat compare « la France et la Finlande, toutes deux acculées à prendre des décisions importantes sur le monde du travail et les retraites. En Finlande, on respecte le dialogue tripartite et on est pragmatique. En France, le gouvernement et le parlement décident. »
L’éditorialiste juge que « la décision de relever l’âge de départ à la retraite est la principale réforme du gouvernement français jusqu’à présent. » « Elle sera approuvée par le Parlement cet automne. En dépit des manifestations, la France arrivera plus efficacement que la Finlande à imposer sa décision », juge l’éditorialiste.
HS

Vendredi 13 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Syrie

M. Tuomioja confirme avoir transmis à M. Lavrov une proposition sur la Syrie
Selon le journal norvégien Verdens Gang, l’idée de demander à la Syrie de renoncer à ses armes chimiques avait été évoquée lors de la réunion téléphonique des ministres des Affaires étrangères nordiques et baltes fin août. Le lendemain, c’est M. Tuomioja qui en a parlé au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.
« Nous avons surtout réfléchi depuis longtemps avec la Norvège et la Suède sur ce qui pourrait être fait dans cette situation. Il y a quinze jours, nous avions une vidéoconférence avec les ministres baltes et nordiques des affaires étrangères et l’idée est née que nous sollicitions la Russie afin qu’elle présente une proposition au conseil de sécurité qui ne concerne que les armes chimiques de la Syrie », a dit le ministre. Selon lui, c’était la Suède qui devait prendre contact avec la Russie. « Comme ils n’y ont pas réussi, j’en ai discuté avec Lavrov et je lui ai présenté cette idée », précise-t-il.
M. Tuomioja estime qu’en dépit des difficultés, cette proposition a des chances de se réaliser. « C’est de toutes façons une meilleure solution que les autres qui ont été proposées. C’est pourquoi il faut travailler en sa faveur et en appeler à tous ceux qui ont la décision entre les mains ».
M. Tuomioja reconnaît que l’utilisation des armes chimiques est un crime si grave qu’il faut une réaction. « La meilleure solution serait bien sûr d’arriver à faire sortir les armes chimiques de Syrie afin de les détruire. Comme cela, elles ne pourraient plus être réutilisées ».
M. Tuomioja souligne qu’une telle idée était certainement dans de nombreux esprits et personne ne peut s’en revendiquer la paternité. « On ne peut pas parler d’initiative nordique et il n’y a pas non plus de droits d’auteur qui y est attaché. Il y avait une attente pour une telle idée et elle aurait pu être proposée ailleurs. De toutes façons, c’est le conseil de sécurité qui est le seul organe légitime à autoriser le recours à la force ».
HS Dem Yle AL

La Finlande pourrait proposer ses services pour la destruction des armes chimiques
La ministre de la Défense Carl Haglund a proposé, hier, que la Finlande étudie comment elle pourrait aider à la destruction des armes chimiques syriennes. « Politiquement il s’agirait d’un bon acte pour la Finlande », a-t-il déclaré au parlement après avoir fait un point sur la situation en Syrie devant la Commission de la Défense. M. Haglund estime que la Finlande doit aussi se préparer à envoyer des casques bleus en Syrie si l’on arrive à obtenir un cessez-le-feu.
M. Tuomioja estime que la Finlande pourrait avoir un rôle dans le contrôle des armes chimiques en Syrie car la Finlande dispose de compétences en la matière. « Si les Nations-Unies le proposent, c’est une mission pour laquelle nous n’aurions aucune raison de refuser », dit-il.
Helsingin Sanomat souligne qu’il n’y a eu aucune demande concrète à la Finlande. L’armée finlandaise dispose d’uns section spécialisée dans les armes chimiques et prête à participer à une opération internationale. Les autres pays n’auraient pas de laboratoire de campagne pour les armes chimiques de ce type. C’est cette unité qui a participé, l’année dernière, à la formation des troupes NRF de l’OTAN. Elle est composée d’une quarantaine de personnes, principalement des civils et des réservistes spécialisés dans le contrôle et l’analyse. Elle n’est pas compétente pour la destruction de ces armes.
Aamulehti rapporte pour sa part que la Finlande est spécialisée dans l’analyse des armes chimiques. La Finlande n’a toutefois pas proposé de participer à la destruction de ces armes.
KS AL HS

Politique étrangère et de sécurité européenne

« Selon M. Tuomioja, la politique étrangère commune ne fonctionne pas bien »
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a participé, mercredi, à Stockholm, à un séminaire organisé par le ministère suédois des Affaires étrangères et la fondation Anna Lindh. « J’ai exprimé mes inquiétudes sur le fait que la politique étrangère et de sécurité commune ne fonctionne pas bien. C’est une question très sérieuse car nous trompons-là nos propres citoyens et le reste du monde », dit-il. Il a rappelé que la PESC est l’action que même les plus eurosceptiques soutiennent car eux aussi souhaitent que l’on maitrise la mondialisation. Le reste du monde aussi attend souvent de l’Europe une action plus forte
M. Tuomioja estime que les raisons à la faiblesse de la PESC sont nombreuses. « Notre faiblesse est que les grands Etats font moins confiance à l’UE et ne sont prêts à utiliser l’union que lorsque cela convient à leurs plans. Le reste du temps, ils font ce qu’ils veulent. Ensuite ils se tournent vers les autres et ils disent « Vous devez vous joindre à cela ». Ce n’est pas comme cela qu’une politique commune fonctionne C’est assez frustrant », estime le ministre finlandais.
Il rappelle que l’union dispose enfin d’un service diplomatique. Les problèmes ne sont donc pas institutionnels. Le seul problème institutionnel est, selon lui, que Mme Ashton n’ait pas adopté, en tant que vice-présidente, un rôle important à l’intérieur de la Commission. Au contraire, les questions de relations extérieures sont divisées entre une demi-douzaine de commissaires. « Chacun d’entre eux protège un peu trop son propre rôle et il n’y a pas de direction commune ».
Le principal problème demeure toutefois le manque d’engagement des grands Etats membres, qui est même plus important qu’il y a dix ans, selon M. Tuomioja. En effet, à cette époque, il était possible de trouver une position commune, ne serait—ce que pour une question de crédibilité. « Cela ne semble plus compter aujourd’hui », dit-il.
M. Tuomioja considère que le problème est aussi que les ministres des Affaires étrangères ne participent plus aux conseils européens et que la crise financière a concentré l’intérêt des chefs d’Etats et de gouvernement.
Dem

Services de santé

Les services de santé européens s’ouvrent pour les Finlandais
Keskisuomalainen relève que le gouvernement a présenté jeudi un projet de loi afin de transposer la directive européenne sur les services de santé. La loi permettrait aux Finlandais d’être soignés dans les autres pays de l’Union européenne.
Le projet de loi, qui a été longtemps en préparation, laisse toutefois plusieurs questions en suspens, entre autres concernant les remboursements. En Allemagne par exemple les soins homéopathiques sont souvent utilisés mais ils ne sont pas remboursés en Finlande.
Un nouvel organe pour étudier la définition des services remboursés sera créé dans le cadre du ministère des Affaires sociales et de la Santé.
La réforme coûterait environ huit millions d’euros à l’Etat.
KS/10

Projet de terminal LNG

Selon Gasum, l’Estonie exagère les problèmes engendrés par le futur terminal
Helsingin Sanomat relève que, selon le groupe énergétique Gasum, les Estoniens, qui ont commenté son rapport sur l’impact environnemental concernant la construction d’un terminal de gaz naturel liquéfié à Inkoo, se basent en partie sur des informations erronées.
Les Estoniens et les Finlandais souhaitent chacun obtenir le soutien de l’UE pour leur projet de construction d’un terminal.
HS/A28

Connexions informatiques

Compétition avec la Suède sur l’accueil de centres informatiques
Suomenmaa, organe du Parti du centre, relève qu’il y a une compétition en cours entre la Finlande et la Suède pour accueillir des centres informatiques de groupes internationaux.
Les nouveaux atouts de la Finlande seraient une diminution prévue concernant la fiscalité sur l’électricité et le projet d’un nouveau câble informatique vers l’Allemagne.
Selon M. Peltonen du ministère de l’Emploi et de l’Economie, la décision sur le futur centre informatique de Microsoft devrait être prise prochainement. Il y a au moins deux communes qui pourraient accueillir ce centre, Oulu et Kajaani. La concurrence concernant ces investissements est ardente, selon M. Ala-Mursula de Business Oulu.
SM/10

Compétitivité

Selon des professeurs, le problème des exportations finlandaises n’est pas les coûts de production élevés mais plutôt les mauvais produits
Le magazine Ulkopolitiikka (« Politique étrangère ») publie un article de MM. Hautamäki et Pohjola, respectivement professeurs à l’Université de Jyväskylä et à l’Université Aalto, qui estiment que le plus grand problème des exportations finlandaises n’est pas la faiblesse de la compétitivité du pays en matière de coûts de la production, mais de mauvais choix.
Le succès des machines à papier et des téléphones mobiles n’est plus le même qu’avant.
M. Hautamäki relève qu’entrer dans une compétition en baissant les prix signifie la plupart du temps des licenciements. Cela à son tour nuit au capital de l’entreprise : les connaissances, les idées et les réseaux des employés.
Il regrette que les entreprises aient omis d’investir dans l’innovation alors qu’elles ont choisi de distribuer de l’argent aux actionnaires.
M. Pohjola estime que la Finlande continuera à réussir dans les quelques domaines où elle est forte. « La faiblesse de la Finlande est qu’on est extrêmement doué, mais seulement dans peu de secteurs. Plusieurs de ces domaines produisent des produits d’investissement qui se vendent mal en ce moment », dit-il.
Pour M. Pohjola, il faudrait que les entreprises se renouvèlent, modifient leurs produits et développent de nouveaux services.
HS/A28

Finlande – Afrique du Sud

Véhicules blindés
Hufvudstadsbladet relève que le groupe de matériel de défense, Patria, envisage de livrer 238 véhicules blindés à l’Afrique du Sud. Il est prévu qu’un contrat définitif en la matière soit signé, lundi.
HBL/4

Immigration en Finlande

L’immigré type est un Finlandais qui rentre au pays
Kansan Uutiset rapporte que selon le spécialiste du Centre national de la statistique, M. Pekka Myrskylä conteste quelques mythes concernant l’immigration sur le blog de ce centre.
M. Myrskylä note que, contrairement à ce que pensent beaucoup de Finlandais, les Africains représentent une petite minorité des immigrés. Pendant la période 2000-2012, seulement 6 % des immigrés ont été des ressortissants des pays africains et 1 % seulement ont été des Somaliens.
Depuis 2010, le nombre d’immigrés africains est en baisse. En 2012, parmi les immigrés, il y avait 322 Somaliens.
M. Myrskylä souligne que depuis 1987, 476 000 immigrés sont arrivés en Finlande, mais 293 000 seulement des ressortissants des pays étrangers. 38 % de tous les immigrés ont été des Finlandais expatriés qui sont rentrés en Finlande. Encore en 2012, un quart des immigrés ont été des Finlandais expatriés.
En ce moment, le plus grand nombre d’immigrés arrive des pays asiatiques. Le nombre d’immigrés irakiens est multiplié par sept depuis l’an 2000, et celui des Chinois, des Indiens et des Thaïlandais a plus que triplé.
Plus de la moitié des immigrés arrive des autres pays de l’Union européenne. Les citoyens de pays de l’Union ont le droit à séjourner et chercher du travail en Finlande, suivant les principes de la libre circulation.
Pour M. Myrskylä, un immigré typique est actuellement un jeune adulte. L’âge moyen des immigrés est autour de 30 ans, tandis que celui des Finlandais est de plus de 40 ans. Deux tiers des immigrés ont entre 15 et 44 ans. Les enfants représentent 20 % des immigrés, les retraités environ 2 %.
Il y a en Finlande 111 000 foyers où au moins un habitant est ressortissant d’un pays étranger. Il y a seulement 56 000 foyers entièrement étrangers.
M. Myrskylä souligne que, sans l’immigration, la mortalité dépasserait rapidement la natalité et le nombre d’habitants commencerait à baisser.
TS/12

Politique intérieure

Chantiers navals

Le conseil d’administration de STX a examiné longtemps le sort du chantier de Rauma
Turun Sanomat rapporte que le conseil d’administration de STX Finlande, réuni tout l’après-midi hier, n’a donné aucune nouvelle sur le sort du chantier naval de Rauma.
On estime, au chantier naval du Turku, que les décisions seront annoncées lundi ou au plus tard mardi de la semaine prochaine.
La moitié des environ 750 travailleurs du chantier de Rauma ont dernièrement été en congé technique.
Le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, n’a pas encore jeudi voulu prendre position sur la réorganisation des chantiers navals en Finlande. Il a rappelé que l’Etat se préparait à toute sorte de décisions concernant les activités de STX Finlande. Le ministre du travail, M. Lauri Ihalainen souligne également que l’Etat est prêt à des mesures rapides.
Selon Helsingin Sanomat, STX fermera le chantier de Rauma et la nouvelle sera officiellement publiée au plus tard lundi prochain. Le quotidien note que le sort du chantier de Turku a également été en question pendant l’année en cours. La mauvaise situation économique de la société mère STX augmente les incertitudes.
TS/13, HS/A6

Nucléaire

La question d’un réexamen de la décision de principe au parlement toujours ouverte
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori a été entendu par la commission parlementaire de l’Economie sur la situation concernant le projet de Fennovoima. La question de savoir si une nouvelle étude de l’autorisation de principe accordée à Fennovoima sera nécessaire au Parlement reste ouverte. L’autorisation accordée par le Parlement en 2010 concerne la demande initiale de Fennovoima qui ne mentionnait pas Rosatom comme possible fournisseur de centrale.
Lorsque l’étude d’impact sur l’environnement sera achevée et les évaluations du STUK seront prêtes, le gouvernement décidera s’il est nécessaire de demander une nouvelle décision parlementaire.
HS

Selon M. Vapaavuori, le nucléaire a un rôle central dans la politique énergétique finlandaise
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori a souligné l’importance du projet de Fennovoima dans son discours d’ouverture à la Journée de l’Energie organisée par le magazine Tekniikka & Talous.
« L’élargissement du parc nucléaire a un rôle central dans la stratégie énergétique actuelle de la Finlande. Du point de vue de l’augmentation de l’indépendance énergétique, du renforcement de la sécurité d’approvisionnement, de l’importance de disposer d’une énergie bon marché pour assurer la compétitivité de notre industrie, il est important que les autorisations de principe de construire des réacteurs nucléaires soient mises en œuvre en pratique », a dit le Ministre qui a assuré que le gouvernement suivait très étroitement les projets en cours et particulièrement celui de Fennovoima.
« Dans le cas de Fennovoima, il s’agit d’un projet très important sur le plan national et dont la réalisation est dans les intérêts du gouvernement. Le gouvernement, dans le cadre de ses compétences, donnera tout son soutien au projet, sans naturellement faire de concession sur les exigences de qualité fixées par la loi et les règles de sécurité ».
M. Vapaavuori a insisté sur l’importance d’une politique de l’énergie à long terme et sur la continuité entre les gouvernements qui se succèdent.
« Le précédent gouvernement a décidé, pour diverses raisons, de refuser, sur les trois demandes d’autorisation de principe qui lui étaient soumises, celle qui disposait peut-être des bases les plus solides pour se réaliser. Cela ne saurait que souligner le besoin du gouvernement suivant (c’est-à-dire l’actuel) de mettre en œuvre, au nom d’une politique énergétique logique et prédictible, ce que le précédent gouvernement en terme de volonté d’élargissement du parc nucléaire avait voulu. »
« En dernier ressort naturellement les décisions sont entre les mains des actionnaires de ces projets, mais le gouvernement exprime un clair soutien ».
Vn.fi

Biodiesel

Différend entre les groupes Neste Oil et UPM
Helsingin Sanomat relève que Neste Oil s’efforce de faire échouer le projet de biodiesel d’UPM pour un différend concernant les brevets. Alors que Neste Oil estime qu’UPM a violé deux de ses brevets, UPM estime qu’il applique une technologie qu’il a développée lui-même.
Le tribunal de première instance de Helsinki a rejeté les exigences de Neste Oil qui a ensuite saisi la cour d’appel de Helsinki en la matière. Neste Oil souhaite confisquer le matériel d’UPM, ce qui mettrait fin au projet de construction de celui-ci à Lappeenranta. Il est prévu que la production démarre en 2014.
HS/A24

Economie

Faillite d’un groupe finlandais après la délocalisation de Scannia en Pologne
Lahden autokori, groupe de carrosserie de Lahti, a fait faillite du fait que son plus grand client, le suédois Scania, a délocalisé la production à sa propre usine en Pologne. 200 employés perdront leur travail et la fermeture se répercutera pour des dizaines de sous-traitants dans la région de Lahti et ailleurs en Finlande.
Le taux de chômage à Lahti est de 17 %.
HS/A26

France - Finlande

Littérature

Rosa Liksom en course pour le Médicis étranger
Helsingin Sanomat rapporte que le livre de Rosa Liksom Hytti nro 6, qui vient de sortir en français, est sélectionné pour le prix Médicis étranger. Le livre, sorti en septembre, a déjà obtenu de bonnes critiques, précise HS.
HS

France

Automobile

Peugeot présente sa nouvelle 308
Kauppalehti publie un article sur le salon automobile de Francfort et une interview de Maxime Picat, directeur de PSA qui présente la nouvelle 308 et la stratégie du groupe pour l’exportation et principalement le marché chinois.
KL

Jeudi 12 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Syrie - Liban

Les casques bleus finlandais se préparent en cas d’attaque chimique » TS
Turun Sanomat rapporte que, selon le commandant du bataillon de casques bleus finlandais servant dans la Finul au Liban, M. Asko Valta, ses troupes ont relevé leur niveau de préparation en cas d’attaque chimique.
Le ministère finlandais des Affaires étrangères déconseille aussi aux voyageurs de se rendre au Liban.
TS

Agriculture

PAC – La MTK exige des compensations
Aamulehti rapporte que le syndicat des exploitants agricoles MTK exige du gouvernement des compensations en cas de diminution des aides agricoles et en particulier si les aides agricoles dans le cadre de l’article 141 du traité d’adhésion de la Finlande à l’UE devaient disparaître. La MTK regrette que le gouvernement qui négocie avec la commission ait dès le début des négociations prévu la suppression de ces aides. La MTK estime que le gouvernement devrait avoir une attitude plus ambitieuse dans ces négociations.
Le ministre de l’Agriculture Jari Koskinen a indiqué que le gouvernement souhaitait que la Commission autorise la Finlande à verser 20% des aides en fonction de la production, au lieu des 15% prévus jusqu’à présent.
AL

Union bancaire

Les pays européens se disputent sur la gestion des prochaines crises bancaires
STT rapporte que les ministres des Finances européens discuteront à Vilnius du projet d’union bancaire. La ministre des Finances Jutta Urpilainen a déclaré, hier, au parlement, que la Finlande allait exiger qu’il soit toujours aussi difficile à l’avenir d’utiliser l’argent public commun pour résoudre les crises bancaires. « Le principe général doit demeurer que les investisseurs privés et les actionnaires des banques assument en priorités la crise bancaire », selon elle.
Le secteur financier finlandais est lui aussi inquiet et considère que le projet de la commission pousserait trop loin la solidarité des pays de la zone euro en cas de prochaine crise bancaire.
Il y a aussi des dissensions sur la procédure de prise de décision.
KS Dem

Visas - Finlande – Russie

L’exemption rapporterait de l’argent mais engendrerait également une augmentation du nombre de délits mineurs
Les journaux rendent compte d’une étude sur les conséquences d’une exemption de visa entre l’UE et la Russie. Selon l’étude, le nombre de touristes russes en Finlande doublerait par rapport à la situation actuelle, ce qui augmenterait les recettes dans le secteur du tourisme et créerait des emplois.
En cas d’exemption de visas, 7,1 millions de touristes russes viendraient en Finlande chaque cannée, et notamment les Moscovites viendraient plus souvent. Les recettes en matière de tourisme passeraient d’un milliard aujourd’hui à trois milliards d’euros par an. La demande en ce qui concerne les prestations de restauration et touristique augmenterait de l’équivalent de 800 millions d’euros. 12 000 emplois seraient créés dans le commerce et le secteur des services.
En contrepartie de cette évolution, le nombre d’infractions au Code de la route et d’autres délits mineurs iraient augmentant.
La capacité des postes frontaliers serait mise à rude épreuve. Le trafic de boissons alcoolisées et de tabac augmenterait, les Finlandais iraient acheter leur essence en Russie. Le nombre de demandeurs d’asile russes augmenterait aussi.
La suppression du visa pourrait se réaliser au plus tôt en 2018. Mme Nerg, directrice générale du ministère de l’Intérieur, relève que s’il fallait le faire à compter de 2015, la Finlande n’y serait pas prête.
Mme Kurenoja, économiste de l’Union du secteur du commerce, rappelle que les habitudes des consommateurs russes ne sont peut-être pas si prévisibles. Si l’exemption de visa se réalise au bout de plusieurs années, les Russes auront peut-être changé leur comportement et achèteront plus des produits en ligne. Il se peut aussi qu’ils auront cherché des services là où il est possible de les avoir en russe.
HS/A15, KS/14, KL/32

Connexions informatiques

La Finlande souhaite devenir le point de contact de connexions internationales
La Finlande souhaite devenir le lien entre les connexions informatiques asiatiques et européennes. Le gouvernement a déjà pris la décision de construire un câble informatique à travers la mer baltique jusqu’en Allemagne. Sa capacité serait multipliée par rapport au câble actuel qui passe par la Suède.
Selon le ministère des Transports et des Communications, deux ou trois grandes entreprises internationales vont prendre la décision de la création éventuelle d’un centre de serveurs informatiques en Finlande. Sans bonnes connexions, ce genre d’investissements n’est pas possible.
Les usines abandonnées par des groupes d’industrie forestière seraient des locaux envisageables pour ce genre de projets. Google a déjà son centre informatique en Finlande, Yandex et Microsoft sont en train de mettre en place le leur.
Le projet de construction d’un câble vers l’Allemagne devrait commencer en 2014 ou 2015. Sa capacité serait de 480 térabits et son coût s’élevarait à 50 millions d’euros.
KL/4-5

Travailleurs étrangers

Litige entre les travailleurs thaïlandais et les entreprises finlandaises – accusation de traite de personnes
Les travailleurs thaïlandais venus en Finlande pour cueillir des baies sont en conflit avec les entreprises qui les ont invités en Finlande. 50 travailleurs thaïlandais ont porté plainte en la matière pour soupçon de traite de personnes. Les cueilleurs estiment qu’ils ont été mal informés sur les possibilités de gain, qu’on les a encouragés à s’endetter et qu’on leur a indiqué des endroits où il n’y avait plus ou pas encore de baies.
M. Jansa, directeur général de Ber-Ex Oy, s’étonne des accusations et dément les allégations. Il estime que les travailleurs souhaitent introduire en Finlande un salaire mensuel pour les cueilleurs étrangers, à l’instar de la Suède.
C’est la police de la région de Kainuu en Finlande de Nord-Est qui se chargera de l’enquête du fait que Ber-Ex est un groupe de Sotkamo.
24 cueilleurs continuent à travailler.
Keskisuomalainen relève que le ministère des Affaires étrangères suit les activités des entreprises qui invitent des travailleurs en Finlande à l’occasion de la délivrance des visas. Si des problèmes s’avèrent, il se peut qu’il devienne impossible de faire venir des travailleurs, relève Mme Blinnikka, chef du service des passeports et des visas.
KS/5

Chine

Lindex compte ouvrir cent magasins en Chine
Helsingin Sanomat relève que la chaîne de mode Lindex (filiale de Stockmann) compte ouvrir cent magasins en Chine d’ici 2018. L’entreprise a noué mercredi un accord de franchise avec le géant chinois Suning. Le premier magasin Lindex serait inauguré à Shanghai dans un an.
Selon Stockmann, Suning a 1 700 magasins dans plus de 700 villes en Asie. Fin 2012, Lindex avait 469 magasins dans 16 pays. 33 magasins fonctionnent sous le modèle de franchise par exemple en Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis.
HS/A31

Politique intérieure

Gouvernement

« Renforcement des critiques contre le programme de réformes structurelles » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les critiques contre le programme de réformes structurelles annoncé par le gouvernement fin août se renforcent.
La décision de modifier le droit de garde d’enfant à domicile (tant en limitant ce droit pour les familles dont les deux parents ne travaillent pas qu’en partageant entre le père et la mère l’allocation) ne rapporterait que des économies de l’ordre de 30 millions d’euros. En comparaison, le quotidien rappelle que le gouvernement a calculé que les communes devraient réaliser des économies de l’ordre d’un milliard d’euros.
Les critiques portent aussi sur la décision de prolonger d’un an la scolarité obligatoire, qui passerait de 16 à 17 ans. L’objectif est de lutter contre le fait que, chaque année 2% des jeunes quittent l’école à 16 ans sans chercher à poursuivre des études et le double n’accède pas à une formation. L’association des étudiants de même que l’union des communes considèrent que la décision de prolonger l’obligation de scolarité est une mesure générale et chère pour s’attaquer à un problème qui touche une toute petite minorité de personnes. Selon l’union des étudiants, le gouvernement devrait plutôt augmenter les places dans les écoles professionnelles qui n’ont cessé de diminuer ces dernières années.
HS

Taxe bancaire

« La nouvelle taxe bancaire est un échec » AL
Aamulehti rapporte que la réforme fiscale qui a abouti à la création d’une nouvelle taxe bancaire semble avoir échoué. En effet, le premier établissement bancaire en Finlande, Nordea, qui a environ 30% du marché, a décidé de transférer en décembre dernier 24 milliards d’euros de risques en Finlande au profit de sa société basée en Suède Nordea Bank Ab afin d’éviter cette taxe. L’objectif selon le président du conseil d‘administration Björn Wahlroos serait d’éviter de payer une taxe évaluée à 150 millions d’euros. En effet, au printemps on estime que Nordea a évité de verser 30 millions d’euros au titre de la taxe bancaire.
La banque OP-Pohjola critique elle aussi une réforme fiscale bien mal préparée ;
AL

Parti conservateur

Les jeunes conservateurs ne cèdent pas
Helsingin Sanomat rapporte que la présidente de l’association des jeunes conservateurs, Mme Susanna Koski, ne voit aucune raison pour modifier le nouveau programme de l’association. Elle souligne toutefois que les jeunes conservateurs ne tolèrent pas le racisme, même s’ils souhaitent la suppression de la loi criminalisant l’incitation à la haine raciale. « Nous ne tolérons le racisme sous aucune forme. Tous les hommes ont la même valeur et il faut la respecter. » Selon Mme Koski, dans la loi il faudrait parler des individus et non des groupes ethniques. « Nous sommes contre le fait qu’on a le droit de se moquer de certains groupes plus que d’autres. »
Quant à la suppression de l’aide actuelle au développement, Mme Koski estime que l’aide sous sa forme actuelle rend les bénéficiaires dépendants.
Le Premier ministre Jyrki Katainen, en déplacement en Chine, a souligné mercredi que le Parti conservateur s’opposait fermement à la suppression de la criminalisation de l’incitation à la haine raciale. « Les mots sont des actes. Il faut protéger la valeur humaine et les droits fondamentaux par des actes mais aussi par des mots. »
HS/A10

Parlement

Les députés veulent plus de modération dans les salaires des directeurs des entreprises de l’Etat
Selon Helsingin Sanomat, la ministre des Finances, Mme Jutta Urpilainen, s’est exprimée mercredi devant le Parlement. Elle demande aux directeurs des entreprises de l’Etat de s’abstenir d’augmentations de salaire pour eux-mêmes, suivant le modèle des autres salariés. « Cela serait un message moral important dans la situation économique difficile où les salariés se privent des augmentations et prennent leur responsabilité. »
Le Parlement partage le souhait de la commission de l’inspection qui souhaite la modération des salaires et des bonus. La commission de l’inspection du Parlement estime qui le Premier ministre, qui gagne environ 170 000 euros par an, est sous-payé par rapport à ses responsabilités.
HS/A12

Syndicats

M. Palola sera élu à la tête de la centrale syndicale STTK
Turun Sanomat rapporte que M. Antti Palola (54 ans), capitaine de marine marchande et président du syndicat Pardia depuis 2005, sera élu à l’unanimité président de la centrale syndicale STTK en remplacement de M. Mikko Mäenpää qui prendra sa retraite.
Tous les présidents des syndicats de STTK, représentant des cadres et cadres supérieurs, sont favorables à la nomination de M. Palola. La décision sera prise officiellement le 4 décembre prochain par le conseil de la centrale. Les syndicats de STTK regroupent environ 600 000 membres.
La tâche la plus importante de M. Palola sera de participer aux négociations sur le futur système de retraites.
TS/12

Industrie

Le constructeur d’ascenseurs Kone relève ses prévisions de résultats
Selon Helsingin Sanomat, le constructeur d’ascenseurs et d’escaliers roulants Kone a annoncé, de manière inattendue, d’avoir relevé ses prévisions de résultats 2013. Cela est dû à une demande plus forte qu’attendue en Chine.
Kone s’attend à une hausse de 11 à 14 % de son chiffre d’affaires, au lieu de 9 à 11 % comme prévu auparavant, et un bénéfice d’exploitation de 920 à 955 millions d’euros pour cette année, au lieu de 890 à 920 millions d’euros.
KS/A31

Nucléaire

OL2 arrêté au moins jusqu’à la semaine prochaine
Le réacteur Olkiluoto2 est arrêté à la suite d’une panne du générateur. Selon TVO, il ne sera remis en marche qu’au plus tôt la semaine prochaine.
Selon Fingrid, des centrales de secours ont été remise en marche et les centrales hydroélectriques ont été mises à contribution. Les importations venant de Suède sont aussi au maximum, soit 2 500 mégawatts. Celles venant de Russie sont limitées à 700 mégawatts en raison de leur coût.
TS

Mercredi 11 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Finlande – Chine

Visite du Premier ministre pour la promotion des exportations
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre, M. Katainen, et le ministre de l’Environnement, M. Niinistö, sont actuellement en Chine, à la tête d’une délégation de 28 directeurs d’entreprise finlandais. Les ministres étaient présents à la signature de huit contrats, hier.
M. Katainen relève que la promotion des exportations est aujourd’hui de plus en plus importante, notamment sur les marchés émergents. « Tous les pays le font : dans le domaine des technologies environnementales, par exemple, nous sommes en concurrence avec les Danois », dit-il.
Les chefs d’entreprise se félicitent de la possibilité de participer à ces voyages, car la présence de ministres leur ouvre des portes et aide à nouer des contacts. Dans un pays comme la Chine par exemple, le fait de rencontrer un ministre impressionne les interlocuteurs.
Les entreprises qui participent à la mission en question, sont principalement des PMI-PME du secteur du clean-tech.
HS/A24

Identifiants en ligne
TLD Registry, groupe créé par des Finlandais et domicilié en Irlande, a obtenu le droit de vendre deux identifiants (pour des noms de domaine du web) chinois écrits en caractères chinoises. C’est l’organisation ICANN chargée de la gestion internationale de ces identifiants qui a accordé à TLD Registry ce droit. Le groupe espère pouvoir entamer la vente avant la fin de l’année.
M. Isokoski, directeur général de TLD Registry, estime qu’à longue terme, la vente des identifiants pourrait rapporter de dizaines ou des centaines de millions d’euros. Il relève qu’il s’agit des premiers identifiants chinois à l’exception de l’identifiant pays de la Chine.
HS/A25

Transport - Infrastructures

La Finlande investit moins dans les routes et les voies ferrées que la Suède
Alors que la Finlande consacre 0,72% de son PIB à la construction et l’entretien de routes et voies ferrées, la Suède y consacre 0,90%.
L’infrastructure en matière de transports constitue un facteur important de la compétitivité du point de vue de l’industrie et de la vie économique. Mme Kyllönen, ministre des Transports, admet que les Suédois y investissent plus que les Finlandais, y compris dans l’entretien des routes et voies ferrées.
Mme Kyllönen estime que les Suédois voient l’infrastructure comme un investissement qui rapportera des recettes à l’avenir, un facteur de la compétitivité. Les Finlandais le voient plus comme une dépense obligatoire.
Les acteurs du secteur de la construction routière estiment que la plus grande différence entre les deux pays est la vision à long terme adoptée par les Suédois. Les projets prévus sont terminés même si le gouvernement change entretemps.
Alors que les Finlandais dépensent 11 000 euros par km pour les routes et 93 000 euros pour les voies ferrées, les Suédois y consacrent respectivement 21 000 et 154 000 euros par km.
HS/A23-24

Agriculture - Sylviculture

Biodiesel
Aamulehti relève que la MTK, confédération des producteurs agricoles, craint que la réglementation européenne fasse obstacle au développement du biodiesel. La Commission européenne est en train de terminer la rédaction d’une proposition de directive prévoyant des restrictions en la matière.
Il est prévu que les troncs d’arbres qui ont de la valeur ne soient pas utilisés pour la production énergétique. L’usage du bois ne devrait pas nuire à la diversité des forêts.
En Finlande, plusieurs groupes forestiers ont des projets en cours pour la construction d’usines de biodiesel.
AL/A4

PAC – Aides agricoles nationales
Aamulehti relève que le ministre de l’Agriculture, M. Koskinen (Parti conservateur), a rencontré, à Vilnius, le commissaire de l’Agriculture, M. Ciolos. M. Koskinen a fait du lobbying en faveur des aides agricoles dans le cadre de l’article 141 du traité d’adhésion de la Finlande à l’UE. Pour M. Koskinen, la pratique prévue pour la période de transition pourrait servir de base pour une nouvelle sorte d’aide.
Le gouvernement et la MTK continueront, aujourd’hui, les négociations sur la subvention concernant les fermes de la Finlande du Sud.
AL/A6

Elections européennes

Les Vrais Finlandais ont complété leur liste de candidats
Helsingin Sanomat relève que le bureau national des Vrais Finlandais a nommé mardi cinq nouveaux candidats aux élections européennes de mai 2014 : M. Erkki Havansi, Mme Laura Huhtasaari, M. Ilkka Matinpalo, Mme Piritta Poikonen et M. Mauno Vanhala.
Le parti a déjà nommé en mai dernier six candidats, dont les députés Jussi Halla-aho et Pirkko Ruohonen-Lerner.
HS/A21

Politique intérieure

Gouvernement

La confiance dans le gouvernement est en baisse
Helsingin Sanomat rapporte que selon les résultats d’un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, seulement 41 % des Finlandais ont confiance dans le gouvernement, tandis que 47 % ne lui font pas confiance et 12 % ne se prononcent pas. Encore en mai dernier, 50 % des Finlandais avaient confiance dans le gouvernement.
Parmi les conservateurs, 75 % ont confiance dans le gouvernement (contre 85 % en mai dernier), ainsi que 58 % des verts et 53 % des sociaux-démocrates. Chez les partisans de l’Alliance des gauches, 40 % ont confiance dans le gouvernement.
Quant à l’opposition, seulement 7 % des Vrais Finlandais et 29 % des centristes ont confiance dans le gouvernement.
A la question de savoir si les partis de l’opposition pourraient faire mieux que le gouvernement, 40 % estiment que oui, 36 % pensent que non et 23 % ne se prononcent pas. A ce sujet, 84 % des Vrais Finlandais et 72 % des centristes répondent oui, contre 21 % des conservateurs et 37% des sociaux-démocrates.
Helsingin Sanomat souligne que le paquet de réformes structurelles que le gouvernement a publié fin août n’a pas encore changé les attitudes des citoyens vis-à-vis du gouvernement. La confiance dans les possibilités de l’opposition a pourtant diminué après la publication du paquet : avant la publication 45 % déclaraient avoir confiance dans l’opposition et après la publication seulement 35 %.
La secrétaire générale du Parti conservateur, Mme Taru Tujunen, estime que les conservateurs sont plus favorables à une politique économique d’austérité que les partisans des partis de gauche. « Ils pensent peut-être que le gouvernement a réussi à prendre des décisions difficiles qui ralentissement l’endettement de l’Etat. »
M. Reijo Paananen, secrétaire général du PSD, souligne que malgré la baisse de la confiance dans le gouvernement chez les sociaux-démocrates (61 % en mai dernier contre 53 % en septembre), la majorité des sociaux-démocrates a encore confiance dans le gouvernement.
Le secrétaire général de l’Alliance des gauches, M. Marko Varajärvi, estime que le mauvais score de confiance signifie que les attentes parmi les partisans de son parti ont été grandes et ils se sentent déçus maintenant. Pour M. Varajärvi, il n’est pas impossible que l’Alliance des gauches quitte le gouvernement, par exemple en raison des économies importantes prévues pour les finances des communes.
HS/A6-7

Parlement

Le Centre projette une motion de censure sur l’allocation de garde d’enfant à domicile
Selon Helsingin Sanomat, le groupe parlementaire du Centre projette de déposer une motion de censure sur les économies sur l’allocation de garde d’enfant à domicile. La décision sera prise demain jeudi. Le gouvernement a décidé de partager cette allocation entre la mère et le père.
Au sein du gouvernement, cette décision est difficile, surtout pour les Chrétiens-démocrates.
HS/A10

Parti conservateur

M. Katainen a pris ses distances avec le programme des jeunes conservateurs
Helsingin Sanomat relève que le président du Parti conservateur, le Premier ministre Jyrki Katainen, en déplacement en Chine, a écrit mardi sur Facebook que « le parti conservateur ne validait aucunement les idées du programme des jeunes conservateurs par exemple concernant la suppression de la loi criminalisant l’incitation à la haine raciale ». « La dignité humaine est indivisible. » M. Katainen a refusé de répondre aux questions à Pékin.
Le litige s’est incarné dans la nouvelle présidente de l’association des jeunes conservateurs, Mme Susanna Koski. Elle a été élue fin août par 210 voix contre 201 en faveur de M. Matias Marttinen. 22 voix ont été annulées. Le taux de participation au vote n’a été que de 10,5 %.
M. Marttinen a refusé de s’exprimer sur le nouveau programme. Certains disent qu’il divise fortement les membres de l’association.
La publicité obtenue par l’association des jeunes conservateurs ne plaît pas au Parti conservateur. Le député Ben Zyskowicz déclare : « J’ai du mal à comprendre l’éventuelle légalisation de l’incitation à la haine raciale. Cela une proposition étrange et très mauvaise. »
HS/A8

M. Halla-aho attaque contre la loi sur l’incitation à la haine raciale
Selon Keskisuomalainen, M. Jussi Halla-aho, député des Vrais Finlandais, annonce avoir l’intention de proposer la suppression de la loi concernant la criminalisation de l’incitation à la haine raciale. Pour lui, la loi est mal rédigée.
M. Halla-aho a été condamné pour incitation à la haine raciale.
KS/10

Etudiants

Selon un sondage, un tiers des étudiants sont favorables aux immigrés
Turun Sanomat rapporte que, selon rapport de l’Institut de l’immigration, à la lumière d’un sondage électronique auprès de 13 500 étudiants finlandais et 1 100 étudiants étrangers en Finlande, un tiers des personnes interrogées ont une attitude favorable à l’immigration, tandis que 10 % ont une attitude très négative.
Parmi les plus négatifs il y a surtout des hommes qui font leurs études dans les instituts universitaires technologiques. La moitié d’entre eux votent pour les Vrais Finlandais.
Les attitudes à l’égard des réfugiés sont plus dures que celles à l’égard de l’immigration de main-d’œuvre.
TS/5

Retraites

L’âge moyen de départ à la retraite augmente plus rapidement que prévu
Selon la directrice de l’institut des statistiques, Mme Lehto, la réforme des retraites de 2005 a permis de relever significativement l’âge effectif de départ à la retraite des Finlandais. L’objectif de cette réforme qui fixait l’âge légal de départ à la retraite entre 63 et 68 ans, était de relever l’âge moyen de départ à la retraite à 62,4 ans pour les personnes âgées de 25 ans en 2024.
Actuellement, on estime que les personnes âgées de 25 ans partiront à la retraite à 60,9 ans. En 2002, il n’était même pas de 59 ans. La réforme de 2005 a permis de gagner déjà près de deux ans.
Les conclusions tirées par Mme Lehto de ces chiffres sont critiquées par le patronat et le centre des retraites Eläketurvakeskus.
HS

Communications

Différend concernant la modification des règles de la vente de fréquences
Mme Viitanen, ministre des Communications, relève qu’il s’agira de tirer les leçons des expériences concernant la vente aux enchères des fréquences 4G. Elle comprend bien que l’Office national des communications souhaite interrompre la vente qui n’avance pas et en modifier les règles.
L’UE a accordé à la Finlande un délai allant à la fin 2013 pour la mise en service des fréquences 800 mégahertz.
KS/11

Cueillette des baies

Litige entre les travailleurs étrangers et les entreprises en Finlande centrale
Les travailleurs thaïlandais venus en Finlande pour cueillir des baies sont en conflit avec les entreprises qui les ont invités en Finlande. Les travailleurs se sont souvent endettés afin de payer le voyage en Finlande et ils ne réussissent pas toujours à gagner suffisamment d’argent pour rembourser ces dettes. Il y a eu aussi des problèmes concernant les conditions d’hébergement.
Mme Andersson, présidente des Jeunes de l’Alliance des gauches, s’est rendue sur place à Saarijärvi afin d’aider à résoudre la situation.
HS/A10

France - Finlande

Sport

Thierry Gueorgiou de nouveau champion de Finlande
Turun Sanomat rapporte que le Français Thierry Gueorgiou, champion du monde en titre de la course d’orientation, a obtenu dimanche, pour la troisième fois, sur trois participations, le titre de champion de Finlande de course d’orientation longue distance.
Il représente le club de Joensuu Kalevan Rasti.
TS

Mardi 10 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Syrie

Editoriaux et points de vue
« On paie de le prix d’années de passivité en Syrie » HS
« On paie de le prix d’années d’erreurs au Proche-Orient » HS
« La Russie a ouvert une porte de sortie » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la propostion russe de placer sous contrôle les armes chimiques syriennes ouvre une porte de soprtie à cette crise pour de nombreux acteurs paralysés : David Cameron à cause du vote du parlement, le conseil de sécurité à cause de l’opposition russe et chinoise, l’administration syrienne sous la menace de frappes. Ces trois acteurs ont applaudi la proposition russe. Mais c’est le quatrième acteur dos au mur, les Etats-Unis, qui sera décisif, selon HS, qui juge que rien ne prouve qu’il souhaite utiliser cette porte de sortie ouverte par la Russie.
L’éditorialiste pour sa part souligne à quel point il est difficile pour le président américain qui n’a pas prêté attention au conflit syrien pendant des années d’aujourd’hui demander à son congrès de voter une intervention.
Olli Kivinen pour sa part signe un point de vue pour expliquer qu’il est bien difficile aujourd’hui de trouver une puissance qui souhaite jouer au policier international ? Or, cela conduit à un autre extrême : comment faire lorsque les crises deviennent insupportables ? Faut-il regarder ailleurs quand on commet un génocide sous nos yeux ? Pour les petits pays, il est facile de jouer aux justes et d’exiger des discussions au conseil de sécurité, même dans une situation où la Russie et la Chine le bloquent et permettent à Assad de continuer à tuer son peuple. Dans les grands pays démocratiques, la situation est différente car ils ont des capacités à intervenir. Cela concerne les Etats-Unis et les grands pays de l’OTAN, écrit Olli Kivinen qui compare la situation à celle de la Yougoslavie et conclut que « le problème en Syrie aussi est que l’on n’arrêtera pas les crimes et l’exode de millions de personne seulement en attendant ».
HS

Russie

« L’opposition cause la surprise aux élections municipales » HS
Editorial : « La démocratie fait un passage à Moscou » HS
La journaliste du service étranger Suvi Turtiainen analyse le résultat des élections municipales en Russie. Selon elle, ces élections témoignent de l’affaiblissement du pouvoir du Kremlin qui ne résistera peut-être pas à une nouvelle vague de manifestations.
L’éditorialiste souligne que le résultat à Moscou est dérangeant pour le pouvoir. « L’avenir montrera si l’on en tire la conclusion à Moscou que l’essai de démocratie est un échec et qu’il faut que les tenants d’une ligne dure reprennent le pouvoir ».
HS

Union bancaire

« La Finlande hésite sur la position à adopter » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande a eu des difficultés à déterminer sa position sur les propositions de la Commission. Selon le quotidien, il y a eu au sein du gouvernement un bras de fer sur l’attitude à adopter. Le ministère des Finances aurait ainsi du assouplir ses positions afin de ne pas risquer de voir la Finlande dos au mur dès le début des négociations.
La ministre des Finances présentera la position finlandaise au Parlement, mercredi, avant la réunion informelle des ministres des Finances à Vilnius en fin de semaine.
La Finlande est réservée sur l’opportunité de renforcer le pouvoir de la Commission et préfèrerait, selon le ministère des Finances, la création d’une institution distincte dont les compétences seraient strictement délimitées.
La Finlande ne devrait pas s’opposer à la création d’un fonds de crise même si elle estime que le recours à ce fonds devrait être décidé par les Etats membres, par exemple au niveau des ministres des Finances.
Les inquiétudes concernent le calendrier prévu pour la constitution de ce mécanisme de crise et la peur que l’on fasse encore appel à l’argent public des Etats membres pour sauver les banques.
HS

Education

Exportation du savoir-faire finlandais en matière d’éducation
Helsingin Sanomat relève que la ministre de l’Education, Mme Kiuru (PSD), envisage des déplacements au Brésil et au Chili en octobre, ainsi qu’en Chine, en Corée du Sud et au Japon, plus tard cette année, dans le but de promouvoir l’exportation des connaissances finlandaises dans le domaine de l’éducation. HS note que la bonne réputation de la Finlande dans ce secteur n’a pas beaucoup été mise en valeur jusqu’à présent.
Un groupe de travail présidé par Mme Päivi Lipponen, députée sociale-démocrate, est en train d’étudier les façons de promouvoir les exportations de l’éducation finlandaise et d’en lever les obstacles, notamment au niveau de la législation (concernant par exemple la gratuité des études).
Outre la formation en soi, l’éducation des enfants en bas âge, la formation des enseignants, les jeux éducatifs, etc. sont des produits qui sont demandés à l’étranger. Environ deux cent délégations continuent à venir tous les ans en Finlande, inspirées par la réussite Pisa de la Finlande, pour étudier le système scolaire finlandais.
Trois ministères soutiennent un programme mis en place, il y a deux ans, dans le giron de Finpro qui promeut l’internationalisation de la Finlande. 70 organisations participent à ce programme intitulé FLF (Future Learning Finland). Des universités ont des projets de coopération dans le domaine de l’exportation de l’éduction.
HS/A12-13

Haaga-Helia propose une formation aux Saoudiens
L’institut universitaire technologique Haaga-Helia propose, depuis quelques années, des formations en informatique et des formations en ligne à des Saoudiens, dans le cadre d’un programme d’exportations de formation. Haaga-Helia a créé un groupe chargé des exportations, Global Education Services, qui a aujourd’hui de bonnes connaissances concernant le marché saoudien.
HS/A13

Point de vue : « L’éducation n’est pas gratuite » HS
Mme Liiten d’HS note que pratiquement aucun autre pays que la Finlande ne propose de services de formation gratuitement.
HS/A13

Jeux éducatifs

Rovio se lance en Chine
Helsingin Sanomat relève que le groupe de jeux informatiques Rovio a lancé, à Pékin, un produit éducatif destiné aux petits enfants. Le concept Angry Birds Playground est un ensemble composé d’espaces d’apprentissage à l’intérieur et à l’extérieur, de jeux physiques et numériques, de livres et de jouets.
Rovio a signé, lundi, un contrat avec un groupe australo-chinois pour la mise en œuvre de ce concept dans trois crèches chinoises.
HS/A27

Politique intérieure

Défense

M. Haglund propose des séminaires sur la défense nationale pour un groupe de travail parlementaire
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, présentera au parlement, le vendredi 20 septembre, aux présidents des groupes parlementaires une proposition afin d’améliorer une conception de la situation sur les préparatifs de la Finlande devant les exigences de la défense nationale de longue haleine.
Selon le projet, vu par le quotidien, un groupe de travail représentant tous les groupes politiques du Parlement suivrait des séminaires sur la défense nationale une fois par mois d’ici fin avril 2014.
La commission des affaires étrangères du Parlement avait souhaité la création d’un tel groupe de travail dans son rapport sur le livre blanc de la politique étrangère et de sécurité.
Pour M. Haglund le souhait de la commission des affaires étrangères est très bienvenu. Le ministère de la Défense et le Parlement partagent le besoin d’obtenir une conception commune de la situation. « Il ne s’agit toutefois pas d’obtenir une position commune mais d’un bilan commun de la situation qui mène à des options différentes afin de résoudre les questions. »
M. Haglund donne comme exemple la défense en haute mer qui ne pourra pas être renouvelée d’ici 2020 avec les crédits actuels et dans le cadre budgétaire actuel. Cela concerne également le remplacement des avions F-18 Hornets qui serait décidé par le gouvernement dès 2019.
Selon M. Haglund, après avoir eu une conception commune de la situation « il nous faut un débat ouvert et sans préjugés pour savoir comment organiser la défense finlandaise ». Pour lui, « le débat sur la politique étrangère et de la sécurité sent le renfermé ». Dans ce contexte, M. Haglund a déploré le fait que la « règle Chatham House » – selon laquelle on n’a pas le droit de citer en public les opinions de participants – a été appliquée lors de la table ronde sur la politique étrangère organisée en juin dernier par le Président Niinistö et lors de la rencontre récemment organisée à Heureka par le Premier ministre Katainen.
« C’est un peu regrettable. En tant que politicien, je serais moi-même prêt à défendre mon point de vue aussi en public », selon M. Haglund.
Le quotidien rappelle que le gouvernement avait présenté au Parlement son dernier livre blanc sur la politique étrangère et de la sécurité en 2012.
Au moins un membre de chaque groupe parlementaire ferait partie du groupe de travail que M. Haglund compte proposer aux présidents des groupes parlementaires vendredi de la semaine prochaine.
HS/A10

Parti conservateur

Le Parti conservateur prend de la distance avec le programme des jeunes conservateurs
Helsingin Sanomat relève que l’association des jeunes conservateurs, présidée par Mme Susanna Koski, a approuvé en août un nouveau programme d’objectifs. Dans ce programme, les jeunes conservateurs considèrent comme insuffisantes les mesures économiques du Parti conservateur.
Ils exigent la privatisation des services, la libération du marché du travail, la suppression de l’aide au développement, l’adoption de l’impôt à taux unique, la suppression des quotas de réfugiés, la suppression du poste de médiateur des minorités, etc.
Pour la secrétaire générale du Parti conservateur, Mme Taru Tujunen, « plusieurs de ces propositions sont absurdes, par exemple la suppression de la loi sanctionnant l’incitation à la haine raciale. Le parti les rejette fermement. » Mme Tujunen souligne que l’association des jeunes conservateurs décide de son programme indépendamment des positions du parti.
Le président de l’association des étudiants conservateurs, M. Akseli Hakala, refuse de commenter les objectifs de l’association des jeunes.
HS/A16

Nucléaire

« M. Pekkarinen souhaite une nouvelle décision de principe du Parlement sur Fennovoima » Yle
Le président de la Commission de l’économie du parlement et ancien ministre de l’économie Mauri pekkarinen (Centre) estime qu’il faudrait que le Parlement réétudie la décision de principe sur l’autorisation pour Fennovoima de construire une centrale nucléaire à Pyhäjoki. En effet, le russe Rosatom ne figurait pas comme possible fournisseur de réacteurs dans la demande de Fennovoima. De ce point de vue, il pourrait être bon que pour la légitimité la décision de principe soit réévaluée au gouvernement et au Parlement », dit-il.
Yle

Le Parlement bientôt informé sur la coopération entre Rosatom et Fennovoima
Yle rapporte que, selon le président du conseil municipal de Pyhäjoki, le Parlement finlandais sera informé, avant la fin de la l’année, sur la coopération entre Rosatom et Fennovoima. Selon lui, si la demande de principe devait être réévaluée par le Parlement, elle le serait, mais plus tard, l’année prochaine.
Le conseil municipal de Pyhäjoki devrait lui aussi se prononcer. Selon son président, la municipalité de Pyhäjoki est favorable au projet de construction d’un réacteur de Rosatom. Il estime toutefois que « la décision de principe de Fennovoima devrait être de nouveau étudiée et approuvée par le parlement afin qu’il n’y ait pas d’incertitude juridique sur la procédure ».
Le conseiller du ministre de l’économie Jan Vapaavuori, M. Pete Pokkinen a déclaré qu’il n’y aurait pas de débat au parlement sur la coopération entre Rosatom et Fennovoima cette année mais que la commission de l’économie en serait informée cette semaine.
Yle

Olkiluoto2 arrêté
TVO a du, hier matin, procéder à l’arrêt du réacteur d’Olkiluoto2 en raison d’un problème dans le générateur.
La durée de l’intervention sur le réacteur n’est pas encore connue.
TS

Communications

Réseau 4g – différend concernant la modification des règles concernant la vente aux enchères
L’opérateur DNA proteste contre l’intention de l’Office national des communications de modifier les règles de la vente aux enchères concernant une fréquence de 800 mhz. La vente est en cours depuis janvier. Le lancement des réseaux 4g pourrait être retardé en raison de la prolongation de ce processus de vente.
L’Etat avait prévu de récupérer entre 130 et 230 millions d’euros concernant six licences. Il s’agira de modifier les règles de la vente aux enchères qui jusqu’à présent a échoué.
L’opérateur Elisa partage l’avis de DNA et estime qu’il serait mieux que la modification des règles soit soumises à un changement de la législation en la matière, afin de ne pas retarder le processus avec des plaintes éventuels.
HS/A27

Economie

Le solde commercial à nouveau négatif
En juillet, le solde de la balance commerciale finlandaise est de nouveau devenu négatif, enregistrant un déficit de 280 millions d’euros.
Les importations s’élevaient à 4,71 milliards (-5%) et les exportations à 4,43 milliards (-3%).
TS

France - Finlande

Salon du livre de Turku

Olivier Truc à Turku
Turun Sanomat rapporte que Jenni Haukio a présenté, hier, le programme du prochain salon du livre de Turku.
Parmi les invités étrangers figure notamment Olivier Truc, auteur du roman « Le dernier des lapons ».
TS

Danse - Performance

Reset
Hufvudstadsbladet publie une critique du spectacle Reset à Zodiak. Ce spectacle regroupe des artistes français et finlandais.
HBL/19, http://www.france.fi/2013/08/reset-%E2%80%93-exposition-performance/?lang=fr

Musique

Jil Aigrot
Helsingin Sanomat a interviewé Jil Aigrot qui se produira à Helsinki, demain, à l’occasion de son concert Edith – The Show.
HS/B2

France

Education

Charte de la laïcité
Helsingin Sanomat présente la Charte de la laïcité qui sera affiché dans les écoles en France.
HS

Lundi 9 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Syrie

« M. Haglund croit à la culpabilité d’Assad » HS
« Ces preuves qui ont convaincu les ministres de la défense » HS
Helsingin Sanomat publie une interview du ministre de la Défense Carl Haglund après sa participation à Vilius, à la réunion des ministres européens de la défense.
Le ministre finlandais de la défense est convaincu qu’une attaque à l’arme chimique a eu lieu en Syrie et que le coupable en est le président syrien Assad. A Vilius, « nous avons étudié en détail les preuves sur la base desquelles il est difficile d’arriver à toute autre conclusion que le fait qu’Assad a commis un crime de guerre », a déclaré M. Haglund à propos des documents provenant des services français et britanniques.
Selon M. Haglund, aucun ministre de la défense européen n’a remis en cause ces documents. Il y a en revanche des divergences sur la réaction à adopter. La France, le Danemark et, selon HS, les pays baltes seraient prêts à soutenir des frappes américaines en Syrie, même sans une résolution de l’ONU. La Finlande, la Suède, l’Allemagne et de nombreux autres pays membres souhaitent toujours qu’il n’y ait pas de punition de la Syrie sans l’aval du conseil de sécurité de l’ONU. M. Haglund estime qu’il faut garder cette position, « mais si les semaines à venir montrent que, après toutes ces preuves, on n’arrive pas à prendre de décision dans le cadre de l’ONU, il faudra alors que la Finlande et les autres Etats réfléchissent à leur position ».
HS relève qu’à Vilnius, le ministre finlandais des Affaires étrangères a admis que les positions étaient divergentes mais que « la plupart demandaient de toute façon de passer par les Nations-Unies ».
Selon M. Haglund il faut aussi réfléchir aux conséquences possibles de frappes. « Peut-on accepter qu’Assad utilise des boucliers humains ? Ou qu’il utilise les frappes comme une provocation pour de nouveau recourir aux armes chimiques ? » Le ministre s’inquiète aussi de possibles effets dans la région et notamment au Liban où la Finlande a près de 200 soldats dans la FINUL.
D’autre part, M. Haglund considère qu’il est presqu’impossible de ne pas réagir du tout à l’attaque chimique syrienne. « En tant que jeune père de famille je ne peux pas oublier que les attaques chimiques ont tué plus de 400 enfants. Les documents que nous avons eu étaient sérieux et tristes », dit-il. Selon lui, l’inaction du reste du monde donnerait à Assad et aux autres dictateurs un dangereux signal consistant à dire que l’auteur d’attaques chimiques pourrait éviter de répondre de ses actes. C’est pourquoi le message de frappes serait précisément de lancer un signal préventif.
L’opinion de la Finlande n’aura de toues façons pas d’effet sur une possible frappe. En effet, même avec l’aval de l’ONU, la Finlande ne participerait pas militairement à des frappes en Syrie. « La contribution finlandaise pourra être évaluée le jour où les combats auront cessé en Syrie, lorsqu’il s’agira d’une opération de maintient de la paix. Alors la Finlande envisagera sérieusement d’y participer », conclut le ministre.
Helsingin Sanomat a publié aussi un résumé des documents déclassifiés qui ont convaincu les ministres de la défense européens.
HS

Editorial : « La France souhaite retrouver son rang » HS
Helsingin Sanomat écrit que « l’UE est divisée sur l’attitude à adopter concernant l’opportunité de soutenir des frappes américaines en Syrie. L’Allemagne s’est retirée très tôt des possibles soutiens ; la Grande-Bretagne après le vote de son parlement. Alors qu’elle avait critiqué l’intervention en Irak et refusé d’y participer, la France est désormais le candidat le plus solide pour soutenir les Etats-Unis ».
L’éditorialiste analyse les motivations prêtées à la ligne adoptée par le président Hollande. Il cite le poids de l’histoire, de crises récentes (Mali) ou plus anciennes (Rwanda, Yougoslavie). Il estime que les pourfendeurs de la France considèrent qu’elle recherche à l’extérieur un ennemi pour faire oublier les problèmes intérieurs. Ou qu’elle souhaiterait reprendre le leadership en Europe, surtout au moment où l’on approfondit une nouvelle coopération de sécurité et de défense. « Mais on ne peut toutefois pas taxer la France d’opportunisme. En effet, la France a commencé à critiquer le régime de Bashar el Assad quand les autres pays ne savaient pas encore se prononcer. La France a condamné son administration il y a un an déjà et a soutenu très tôt l’opposition, souhaitant d’ailleurs qu’elle soit armée. Peut-être que les plus cyniques peuvent reconnaître la possibilité que la ligne adoptée par la France s’explique aussi par la volonté d’évier un génocide. Au Rwanda personne n’était intervenu ».
HS

Point de vue : « Un pacifisme unilatéral » HS
Le journaliste du service étranger du Helsingin Sanomat estime que la logique des pacifistes qui critiquent les Etats-Unis suscite des interrogations.
En effet, les pacifistes prompts à manifester pour la paix à Londres, à Paris, à Berlin ou à Washington ne semblent pas prêts à manifester contre le régime qui gaze sa population si contre les Etats qui le soutiennent. M. Pugin attribue cet état de fait à l’héritage d’un anti-américanisme datant des années 1980. « La paix est une valeur qui mérite d’être défendue. Mais elle devrait l’être de manière équilibrée en évitant de ne manifester que contre une seule partie ».
HS

Russie - Finlande
Manifestations
Deux manifestations ont été organisées devant l’ambassade de Russie à Helsinki, ce week-end.
Samedi, une trentaine de personnes se sont réunis, dont une partie a peint le passage clouté devant l’ambassade en couleurs de l’arc-en-ciel.
Dimanche, 150 personnes se sont réunies pour une « manifestation de baisers ».
HS/dim/A26, KS/lun/10

Conseils des ministres européens

Participation des ministres finlandais
Helsingin Sanomat rend compte de la participation des ministres finlandais aux conseils des ministres de l’UE. M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, et Mme Urpilainen, ministre des Finances, ont participé au plus de conseils, alors que M. Vapaavuori (Economie) et Mme Kiuru (Education) ont proportionnellement été les plus absents.
Les ministres n’ont pas tous autant de réunions, M. Stubb (Commerce extérieur) en a eu le plus. Même avec 7 absences, il a participé à plus de 20 conseils.
M. Vapaavuori, qui n’a assisté qu’à un seul conseil, relève que plusieurs réunions sont tombées à l’occasion des événements liés à la perte d’une commande par le chantier naval STX. Il estime que la participation aux conseils des ministres n’est pas toujours la meilleure façon de gérer les questions européennes. « Parfois, une rencontre informelle avec un groupe de moins de ministres peut être plus utile », selon lui.
Alors que le gouvernement souligne l’importance de la participation des ministres, ceux-ci peuvent le décider eux-mêmes selon leur calendrier et l’ordre du jour du conseil en question. Un fonctionnaire finlandais au sein de l’UE, interrogé par HS, estime qu’un ministre a plus de prestige qu’un suppléant.
Le suppléant « d’office » est le représentant permanent de Finlande à l’UE, mais les ministres envoient souvent leur secrétaire d’Etat en cas d’empêchement.
M. Tuomioja relève que, pour lui, le travail de ministre des Affaires étrangères se passe justement au conseil européen. « Il faudrait une raison assez exceptionnelle pour que je n’assiste pas à un conseil des ministres. Cela ne s’est jamais produit encore », dit-il.
HS/dim/A8-9

Politique de l’asile
La Finlande renvoie des demandeurs d’asile dans des pays soumis à beaucoup de pression
Hufvudstadsbladet relève que cette année, la Finlande a renvoyé 575 demandeurs d’asile en se basant sur la Convention de Dublin, ce qui est autant que le nombre de renvois concernant toute l’année 2012. Plusieurs de ces personnes ont été renvoyées en Italie et en Espagne qui sont toutefois considérées par beaucoup d’organisations de réfugiés comme des pays souffrant d’une forte pression en matière de demandeurs d’asile.
La Finlande renvoie des demandeurs également en Suède, en Allemagne, et quelques uns en France, entre autres. Selon Eurostat, l’Allemagne, la France, la Suède, la Grande-Bretagne et la Belgique accueillent le plus de demandes d’asile en ce moment.
Selon le Centre de conseils aux réfugiés, la Finlande est trop prompte à renvoyer des demandeurs d’asile au lieu d’assumer sa part de responsabilité en étudiant les demandes.
La Finlande reçoit 3000 demandes d’asile par an. Selon M. Repo, chef de l’Office national de l’immigration, le seul pays où la Finlande ne renvoie pas de demandeurs est actuellement la Grèce. M. Repo connait les critiques selon lesquelles les conditions en Italie ne sont pas bien meilleures qu’en Grèce, mais estime que la question de savoir s’il faudrait interdire les renvois dans ce pays relève des décideurs politiques.
HBL/lun/6

Politique de main d’oeuvre
Programme de recrutement d’aides soignantes étrangères
Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, estime que la Finlande a besoin de recruter des travailleurs étrangers pour le secteur social et de la santé. Il souhaite également que les immigrés et les chômeurs déjà en Finlande s’orientent dans ce domaine.
M. Ihalainen rappelle que chaque année, 10 000 personnes de moins entrent sur le marché de travail qu’il n’en sort à l’occasion de départs à la retraite.
Le déficit en matière de main d’œuvre dans le secteur social et de la santé s’élèvera à des dizaines de milliers de personnes dans dix ans – à 20 000 selon des estimations optimistes et à 60 000 selon d’autres.
Mme Laiho du ministère de l’Emploi et de l’Economie, qui participe à un groupe de travail de trois ministères sur les moyens de lutter contre la pénurie de main d’œuvre, estime qu’il faudrait recruter des centaines d’aides soignantes étrangères tous les ans. Les familles des personnes à recruter devraient être prises en compte. M. Ihalainen relève toutefois qu’aucune position n’existe en matière de soutien aux familles des travailleurs étrangers.
HS/lun/A12-13

Politique intérieure

Audience des partis politiques

Le Centre continue en tête des sondages
Keskisuomalainen rapporte que selon un sondage d’opinion effectué pour le compte du journal télévisé d’Yle par l’institut Taloustutkimus, les deux partis de l’opposition sont en tête : le Centre obtient 23,8 % des intentions de vote, suivi des Vrais Finlandais en deuxième position avec un score de 19,3 %. Le parti conservateur Kokoomus arrive troisième avec 18,3 % et le PSD quatrième avec 15 %.
L’Alliance verte obtient une audience de 8,4 %, l’Alliance des gauches 7,7 %, le Parti suédois 3,8 % et les Chrétiens-démocrates 2,8 %.
Selon le politologue Erkka Railo de l’université de Turku, les médias ont présenté dernièrement le gouvernement et son action sous un angle défavorable ou négatif. Les médias soulignent surtout le fait que le gouvernement n’arrive pas à prendre des décisions et donnent l’impression de faiblesse.
Le secrétaire général du PSD, M. Reijo Paananen, estime qu’il n’y a pas d’amélioration rapide en vue pour faire augmenter la faible audience du parti. « Il faut travailler avec beaucoup de persévérance pour améliorer la situation. »
M. Railo estime que le statut de la présidente du PSD, Mme Jutta Urpilainen, sera évoqué à l’intérieur du parti dans un an.
KS/sam/16

Affaire Himanen

Le chancelier de la justice critique la procédure
Selon Helsingin Sanomat, le chancelier de la justice, M. Jaakko Jonkka, souligne dans sa décision concernant l’affaire Himanen que la chancellerie du Premier ministre Katainen aurait dû organiser un appel d’offres sur l’étude qui a été commandée au philosophe Pekka Himanen. L’étude a coûté 700 000 euros.
M. Jonkka n’a pourtant pas étudié le rôle du Premier ministre Katainen dans l’affaire parce que la commission des Lois constitutionnelles du Parlement l’avait déjà fait au printemps dernier.
Le quotidien n’a pas pu joindre M. Katainen pour un commentaire.
HS/sam./A12

Gouvernement
Propos de M. Soini
Helsingin Sanomat relève que le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, a estimé, lors d’une interview du journal télévisé d’Yle, que les partis politiques ne devraient pas définir de conditions préalables avant les prochaines négociations gouvernementales. « Dans la politique, il faut faire des compromis. Une chose est pourtant claire : il faut changer la politique de l’euro. »
Quant à l’affaire Himanen, M. Soini ne souhaite plus continuer son étude. Il ne veut pas de vote sur la confiance du Premier ministre Katainen non plus. « Tous les partis font des erreurs. »
HS/dim/A12

Universités
L’année 2012 a été bonne pour les caisses des universités
Helsingin Sanomat rapporte qu’à la lumière des arrêtés des comptes des universités finlandaises, l’année économique 2012 a été bonne. Les chiffres d’affaires et les excédents se sont accrus par rapport à l’année précédente.
Selon une étude du chercheur Antti Fredriksson, les excédents s’élèvent à environ cent millions d’euros (+40 % par rapport à 2011). L’excédent de l’université Aalto a été le plus important, de 29,3 millions d’euros et celui et l’université de Helsinki de 13,9 millions d’euros. Les seules universités à avoir eu un résultat déficitaire sont l’université de Vaasa et l’Académie Sibelius.
M. Fredriksson estime toutefois que la rentabilité opérationnelle des universités s’affaiblira, par ce que le financement de l’Etat n’augmentera pas, même si les salaires et les loyers augmentent.
HS/sam/A17

Social
Les négociations salariales vont bon train
Après que les confédérations syndicales ont signé l’accord cadre avec le patronat la semaine dernière, les 280 fédérations doivent désormais décider si elles acceptent de négocier leurs prochaines conventions salariales conformément à ce cadre-là. L’échéance fixée par les confédérations est le 25 octobre à 16h.
Jusqu’à présent les grandes fédérations comme celle de la métallurgie et celle de la fonction publique territoriale l’ont accepté. En revanche, la fédération du bâtiment est la première qui a décidé de négocier en dehors de ce cadre.
Helsingin Sanomat relève que le principal est que les fédérations du transport, des industries exportatrices et de la fonction publique acceptent l’accord cadre.
HS KS

Economie

Finnair a reçu son premier nouvel Airbus
La presse rapporte que Finnair a reçu à Hambourg son premier Airbus A321 Sharklet. L’appareil a effectué son premier vol jusqu’à Helsinki.
Finnair est la première compagnie à disposer de ce type d’appareil qui consomme peut de carburant. Finnair en a commandé cinq pour remplacer ses Boeing 757.
Une fois ces appareils entrés en service, Finnair n’aura plus qu’une flotte composée d’Airbus.
KS AL

Bayer se plait en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que la société pharmaceutique allemande Bayer est l’un des groupes qui versent le plus d’impôt sur les sociétés en Finlande : 84 millions d’euros en 2011, soit au quatrième rang du pays après Nordea, OP-Pohjola et Fortum.
Bayer en effet est l’un des rares groupes étrangers à avoir choisi la Finlande comme centre de ses activités nordiques. Son siège nordique est à Espoo et le groupe dispose d’un important centre de production à Turku.
HS

France - Finlande

Jeux
« Vive l’Europe ! Enfin de l’harmonie et de la folie » AL
Aamulehti publie une critique élogieuse de « l’icône de la culture du jeux français, dont nous devons tous être fiers », le personnage du jeu d’Ubisoft, Rayman dont la dernière version, Rayman Legends, sort actuellement.
AL

Cinéma
Les Moumines sur la Riviera commence à conquérir le monde
Aamulehti rapporte que l’entreprise française Indie Sales prend en charge la vente à l’étranger des droits du film franco-finlandais Muumit Rivieralla produit par Hanna Hemilä (Handle Productions) et réalisé par Xavier Picard d’après la bande-dessinée de Tove Jansson, Muumiperhe Rivieralla.
Le film sortira en Finlande en octobre 2014.
AL

Vendredi 6 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Visite de M. Obama en Suède

« Des rencontres annuelles qui renforceront les relations finno-américaines » STT
STT rapporte que le Président finlandais Sauli Niinistö a participé, hier, à Stockholm, à un dîner de travail avec les chefs de gouvernement nordiques et le président américain. Ils ont adopté une déclaration commune dans laquelle ils s’engagent notamment à promouvoir la paix dans la région arctique et à lutter contre l’évasion fiscale. De plus, les Etats-Unis et les pays nordiques auront dorénavant, au niveau des hauts fonctionnaires, des réunions annuelles pour discuter des affaires internationales. Selon le vice-président de la commission des affaires étrangères du parlement, M. Pertti Salolainen, ces rencontres seront d’abord au moins au niveau des secrétaires d’Etat. Il souligne que c’est, selon lui, le principal engagement de cette rencontre : « La Finlande est ainsi incluse dans un groupe très intéressant et nous pourrons avoir des échanges réguliers annuels portant sur toutes les grandes questions : le changement climatique, la région arctique et la politique de sécurité ».
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré que cette déclaration commune avait été préparée en une semaine. « Il s’agissait surtout d’une proposition américaine et de leurs propres priorités sur les questions de gouvernance internationale », a-t-il dit, précisant toutefois que la déclaration reflétait les thèmes qui étaient importants pour la Finlande et notamment la lutte contre le réchauffement climatique, la lutte contre le SIDA et la défense des droits des minorités sexuelles.
On a interprété cette rencontre aussi comme la volonté du président Obama d’obtenir un soutien nordique à des frappes en Syrie. M. Tuomioja fait toutefois remarquer que le texte de la déclaration, qui condamne l’utilisation des armes chimiques, ne prend pas position sur le fait de savoir qui a commis ces frappes ni ce que signifierait une « réaction forte » de la communauté internationale.
TS KS AL

Editoriaux :
« Une unité polie » TS
« Les pays nordiques ont obtenu plus de visibilité à l’agenda américain » HS
« Les pays nordiques désormais visibles sur les cartes d’Obama » AL
« Les Etats-Unis obtiennent le soutien des pays nordiques » KS
Helsingin Sanomat estime que « le principal résultat de la rencontre de Stockholm est le renforcement de la coopération de sécurité entre les Etats-Unis et les pays nordiques. Comme l’a dit un expert suédois, les Etats-Unis ont le don de faire croire aux autres Etats que précisément eux ont une relation spéciale avec les Etats-Unis. On verra bien quel sera l’importance réelle de ce nouveau dialogue dans le domaine de sécurité, mais le fait de l’inscrire dans une déclaration commune donne aux pays nordiques la possibilité de parler directement d’une seule voix aux dirigeants américains. » L’éditorialiste relève toutefois que les rencontres annuelles promises « peuvent se perdre dans le bruit de fond des relations internationales si on ne souhaite pas réellement leur donner de signification ». « La visite d’Obama a donné l’impression que les Etats-Unis donne plus d’importance aux pays nordiques, ce qui fait partie de leur volonté de rechercher des alliés et des partenaires dans le contexte de la montée de nouvelles puissances notamment en Asie. De ce point de vue, l’objectif est certainement le projet d’accord de libre-échange avec l’UE, sujet particulièrement facile car tous les pays nordiques sont de fervents défenseurs du libre-échange », écrit HS. L’éditorialiste souligne finalement qu’il y a toutefois des limites à la coopération entre les Etats-Unis et les pays nordiques, et notamment sur la Syrie où il était significatif de voir que les rangs des pays nordiques se sont largement divisés, le Danemark étant d’avis qu’une résolution du conseil de sécurité n’était pas nécessaire.
Il y a clairement des limites à ce que les pays nordiques arrivent à se présenter comme un bloc uni par rapport aux autres pays, conclut HS qui juge néanmoins que cette rencontre était importante comme un premier pas de ce type.
L’éditorialiste d’Aamulehti se félicite lui aussi du fait que « la Finlande et les pauvres pays nordiques peuvent désormais fièrement affirmer qu’ils sont visibles sur les cartes de Washington, comme en témoigne la déclaration commune de quatre pages signée à Stockholm ». L’éditorialiste considère que le point le plus intéressant est ce dialogue annuel promis. Cela ne signifie toutefois pas qu’il faut que les pays nordiques et les Etats-Unis soient d’accord sur tout, comme le prouve la question des frappes en Syrie.
Turun Sanomat relève que, même si la Finlande et les autres pays nordiques ont insisté sur l’importance d’obtenir une résolution au conseil de sécurité, on a pu lire entre les lignes que les pays nordiques ne seraient pas les premiers à condamner des frappes qui s’en affranchiraient.
Keskisuomalainen souligne aussi que la déclaration conjointe est favorable aux positions américaines sur la Syrie. « La politique étrangère de la Finlande est aujourd’hui européanisée et très souvent proche de la pensée américaine. La politique étrangère de la Finlande s’est occidentalisée », relève Keskisuomalainen qui souligne toutefois que, « sur la politique de sécurité, la Finlande n’a pas changé autant que le monde ces dernières décennies. Il y a une constance, en dépit des changements de président ou de gouvernement. C’est une bonne chose jusqu’à présent, même s’il peut y avoir lieu de le réévaluer à l’avenir ».
HS AL TS KS

Finlande – Russie

Fortum participe au projet de centrale de Rosatom et Rolls Royce
Kauppalehti rapporte que la compagnie énergétique Fortum va exporter son savoir-faire dans la sécurité nucléaire dans le cadre d’un projet de coopération avec Rosatom et Rolls Royce concernant la possibilité de proposer le réacteur à eau pressurisé VVER pour le marché britannique.
KL

Licence accordée à une usine de pharmaceutique russe
L’agence nationale du médicament, Fimea, a accordé une licence à Cytomed, usine de médicaments russe, pour son usine à Lappeenranta en Finlande du Sud-Est.
La production est prévue pour démarrer au printemps. Elle sera destinée pour le marché russe. L’investissement est en cours depuis trois ans. L’usine emploie actuellement treize personnes.
Quatre autres usines du secteur pharmaceutique envisagent de s’installer à Lappeenranta.
HS/A36

Politique intérieure

Législation concernant les armes

Le ministère de l’Intérieur prévoit plus de responsabilité pour les médecins
Le ministère de l’Intérieur est en train de préparer une réforme de la législation concernant les armes. Le groupe de travail en la matière propose que les médecins soient chargés, plus souvent qu’aujourd’hui, de contacter la police dans le cas de personnes qu’ils considèrent ne remplissant plus les critères pour le port d’arme.
L’idée de la proposition est de définir plus clairement les situations dans lesquelles il s’agit d’avertir la police.
Il est prévu que la police soit autorisée à garder pendant trois ans les données obtenues d’un médecin. La police serait autorisée à les consulter uniquement dans le contexte de demandes d’autorisation de port d’arme.
HS/A17

Douanes

Tentative de trafic d’équipement militaire
Les Douanes soupçonnent une entreprise finlandaise d’une tentative de faire transiter des Etats-Unis vers Espagne, via la Finlande, des appareils de vision nocturne, considérés comme équipement militaire, sans avoir demandé une autorisation du ministère de la Défense.
Il s’est agi de 50 appareils fabriqués aux Etats-Unis.
HS/A18

Forces armées

Soupçon concernant l’acquisition de matériel à Ascom
La légalité d’un commerce d’équipement de communication des forces armées sera examinée par le procureur. Trois officiers sont soupçonnés concernant l’acquisition d’appareils de technologie de communications du groupe Ascom pour les forces armées.
Selon les forces armées, il s’agit de savoir si les officiers ont respecté les instructions et les règlements dans le contexte de l’acquisition.
HS/A18

Actions de l’Etat

L’Etat bénéficie de 128 millions d’euros concernant la vente d’actions de TeliaSonera
Le groupe Solidium chargé des actions de l’Etat a vendu 68 millions d’actions de Telia-Sonera à des investisseurs institutionnels internationaux et nordiques.
Le bénéfice s’élève à 128 millions d’euros.
HS/A36

PIB

Une augmentation de 0,2 % en avril-juin
Helsingin Sanomat relève que durant le deuxième trimestre de l’année en cours, le PIB finlandais a augmenté de 0,2 % par rapport au premier trimestre.
Plusieurs économistes estiment toutefois que la récession n’est que « techniquement » terminée. Selon M. Heiskanen d’OP-Pohjola, la simple définition de la récession peut être trompeuse, car la situation économique reste mauvaise. Il rappelle que le PIB finlandais est toujours en-dessous de son niveau d’avant la crise en 2008.
M. Kangasharju de la banque Nordea partage l’avis de M. Heiskanen et estime que les réformes structurelles sont indispensables afin de rendre la Finlande de nouveau compétitive et relancer les exportations.
HS/A36

Situation économique – communes

Kouvola entame d’importants licenciements
Kouvola, qui est composé de cinq communes fusionnées en 2009, envisage de supprimer 600 emplois dès que le délai de « protection » de cinq ans après le fusionnement concernant la mise en place de licenciements se terminera à la fin de l’année (les fonctionnaires municipaux bénéficient d’une sécurité de l’emploi pour un délai de cinq ans, NDLT).
Ce chiffre représente 10 % des emplois municipaux de la commune de 87 000 habitants. Il est prévu que la moitié de ces suppressions engendreront un licenciement.
Kouvola souhaite faire des économies de 20 millions d’euros annuellement pas ces mesures.
Helsingin Sanomat relève que Salo, qui souffre des licenciements de Nokia, arrivera également à l’échéance de ce délai de protection des emplois municipaux de cinq ans, à la fin de l’année. La municipalité commencera à négocier des licenciements dès la semaine prochaine. D’autres communes encore, fusionnés en 2009, feront sans doute pareil, selon M. Kietäväinen, vice-directeur général de l’Union des communes.
HS/A8

Recherche

Regroupement des centres de recherche
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a décidé jeudi de fusionner trois centres de recherche – les centres de recherche sur l’économie agricole et alimentaire, sur la sylviculture et sur le pêche – pour créer un Centre de ressources naturelles dès 2015.
Le Centre national d’études sur la consommation ainsi que le Centre national de la recherche en matière de politique juridique seront annexés à l’Université de Helsinki.
Le fonctionnement de l’Institut de la santé et du bien-être et celui de la Direction nationale de la médecine du travail seront évalues avant l’été 2014.
La Direction nationale de la géodésie et une partie de la Direction nationale de la cartographie et du cadastre, ainsi qu’une partie du Centre de la documentation du ministère de l’Agriculture et de la Sylviculture seront fusionnées.
Le Centre national de la recherche technique VTT et le Centre national de métrologie seront également fusionnés.
Le gouvernement s’est également mis d’accord sur une réforme du financement de la recherche. La recherche qui vise à étudier les solutions à de grands problèmes sociaux aura un financement supplémentaire, par exemple 70 millions d’euros en 2017. Les projets seront choisis par un nouveau conseil de recherche stratégique dans le cadre de l’Académie de Finlande.
Selon la décision du gouvernement, les ministères et le gouvernement pourraient utiliser pour la rédaction de leurs propres études cinq millions d’euros en 2014, 7,5 millions en 2015 et 12,5 millions en 2016.
HS/A13

Vie professionnelle

Projet de loi sur les trois jours de formation
Selon Helsingin Sanomat, le projet de loi contesté sur les trois jours de formation augmenterait les aides de l’Etat pour les entreprises qui proposent une formation mais ne les obligerait pas à proposer une formation pour chaque employé. Si la loi entre en vigueur l’employeur pourra bénéficier d’une réduction de l’impôt ou un autre encouragement qui concerne une formation de trois jours au maximum par an et par employé.
Le ministère du travail, M. Lauri Ihalainen, qui mène l’approbation de la loi depuis longtemps, croit que la nouvelle loi encourage les entreprises à former les employés, à améliorer la compétitivité et à prolonger les carrières professionnelles.
L’Etat a réservé à cette fin un budget de 85 millions d’euros pour l’année prochaine.
HS/A16

Travailler durant ses études ne facilite pas l’accès à l’emploi durable
Turun Sanomat relève que selon une étude récente, effectuée par l’université de Tampere et le centre de sécurité de retraites, les étudiants qui travaillent à côté des études ne retrouvent pas du travail plus facilement après avoir fini leurs études que ceux qui n’ont pas travaillé pendant leurs études.
Les chercheurs ont comparé les carrières de près de 29 000 étudiants de moins de 31 ans ayant obtenu un diplôme universitaire en 2005-2007.
Selon M. Antti Saloniemi, professeur en sociologie, « les étudiants qui ont fini leurs études ont réussi pour la plupart à trouver un emploi ».
M. Saloniemi déplore qu’en ce moment, la majorité des étudiants travaillent à côté de leurs études mais le système ne connaît même pas la notion d’études à mi-temps. « Les étudiants qui travaillent prennent les emplois de quelqu’un d’autre. »
HS/A14

France

Syrie

« Bashar al-Assad menace la France » Hbl
La correspondante à paris de Hufvudstadsbladet analyse le débat français sur de possibles frappes en Syrie.
Hbl

France - Finlande

Bande-Dessinée

David B. invité du festival d’Helsinki
Helsingin Sanomat publie une interview de David B. alias Pierre-François Beauchard invité du festival de bande-dessinée d’Helsinki du 6 au 8 septembre.
HS

Jeudi 5 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Visite de M. Niinistö en Suède

« Dans une déclaration commune, les Etats-Unis et les pays nordiques condamnent l’utilisation d’armes chimiques » HS
« Obama reçoit le soutien du Nord » HS
Le Président finlandais Sauli Niinistö a participé, hier, à Stockholm, à un dîner de travail avec les chefs de gouvernement nordiques et le président américain. Ils ont adopté une déclaration commune dans laquelle ils condamnent fermement l’utilisation d’armes chimiques et se déclarent assurés de la nécessité d’une réaction internationale forte.
Helsingin Sanomat écrit que M. Obama était venu chercher un soutien des pays nordiques et qu’il l’a obtenu.
Selon M. Niinistö, la communauté internationale a désormais des preuves sérieuses du fait que des armes chimiques ont été utilisées en Syrie. « L’utilisation d’armes chimiques est trèqs grave. C’est un crime de guerre et un crime contre l’humanité. Le conseil de sécurité de l’ONU a de ce point de vue une grande responsabilité à assumer », a-t-il déclaré.
La position de la Finlande est néanmoins que : « Il faut obtenir l’approbation de l’oNU pour de possibles frappes. Il est difficile de voir comment procéder autrement promouvrait une solution politique », a-t-il dit. Il a aussi souligné que ce sont les pays membres du conseil de sécurité de l’ONU qui assument la responsabilité de trouver une solution à la crise en Syrie. HS estime que le président finlandais visait particulièrement la Chine et la Russie qui ont usé de leur droit de véto pour empêcher des résolutions contre le pouvoir syrien.
Helsingin Sanomat relève que lors de sa visite à Stockholm, le président américain a aussi parlé de la Russie, de l’affaire Snowden et de la Russie.
HS TS AL KS

Analyse
« La Guerre d’un seul homme » HS
Helsingin Sanomat considère que « la politique mondiale est ainsi faite que si les Etats-Unis décident den e pas agir, personne ne le fera. Il semble que M. Obama ait pris sa décision. Il veut des frappes pour punir la Syrie de l’utilisation d’armes chimiques. Il fait la guerre seul mais veut le soutien des autres pays. » HS relève que les dirigeants nordiques ont souligné l’importance d’obtenir un feu vert de l’ONU. « Mais si Obama décide de frappes américaines en l’absence de résolution de l’ONU, aucun dirigeant nordique ne le condamnera. Du point de vue américain, les pays nordiques sont d’utiles soutiens et d’inoffensifs opposants. Il en va autrement de la Russie », estime HS qui considère qu’il est sans espoir d’essayer de faire céder la Russie. Mais cela serait déjà une victoire qu’elle n’use pas de son droit de veto.
HS

Commentaires
Le chercheur de l’institut finlandais des relations internationales UPI, M. Charly Salonius-Pasternak estime que M. Obama a fait de la crise syrienne une affaire personnelle et qu’il ira au bout. « Je suis assez sur qu’il agira à moins que pour des raisons diverses la France et la Turquie se retirent et qu’il subisse un grave revers au Congrès.
Il souligne aussi qu’il sera « intéressant de voir l’effet du discours d’Obama sur les réactions finlandaises ». « Va-t-on continuer à considérer qu’il faut dans tous les cas une résolution du conseil de sécurité de l’ONU ? ».
TS AL KS

OTAN – Finlande

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, qui s’est prononcé devant l’association Paasikivi, hier, estime qu’il n’y a pas de raison pour que la Finlande modifie sa position en ce qui concerne l’OTAN dans un avenir proche. Pour lui, cela signifie l’avenir qui se dessine à l’horizon, soit celui qui s’étend jusqu’au-delà des prochaines législatives et de la rédaction du programme gouvernemental. Pour lui, la Finlande n’obtiendrait pas plus de protection en rejoignant l’OTAN, si une adhésion à l’OTAN est examinée du point de vue de la realpolitik qui prévoit une sécurité en armement et un alignement militaire, qu’en continuant à participer à un monde de dépendance mutuelle, dans lequel la sécurité est construite en mettant l’accent sur la gestion de crise.
Dans la nouvelle stratégie de l’OTAN, la défense collective reste la première mission de l’organisation. « La Finlande ne voit pas la protection offerte par l’OTAN comme quelque chose qui augmente sa sécurité et ne considère pas justifié de participer aux obligations qui en découlent. »
M. Tuomioja ne voit pas non plus la nécessité d’une union de défense entre la Finlande et la Suède. Il rappelle que ces deux pays se sont toujours pris en compte l’un l‘autre avant de prendre des décisions importantes. « Aujourd’hui aussi, aucune décision n’est prise sans que cela soit précédé d’une consultation mutuelle étroite, après laquelle, la probabilité d’arriver à différentes conclusions est minime. »
Demokraatti relève que M. Tuomioja établira, ensemble avec ses homologues nordiques, une stratégie commune en matière de sécurité de grande échelle. Le ministre souhaite qu’elle oblige l’UE à réfléchir et à se mettre d’accord sur ce que la clause de garantie de sécurité de l’UE signifie dans la réalité et à quoi elle engage les Etats membres.
M. Tuomioja souhaite que la réforme de la convention sur la restriction des armes conventionnelles puisse résulter à quelque chose de concret pour 2015, l’année du 40ème anniversaire de l’OSCE.
M. Tuomioja relève que dans le développement de la défense finlandaise, on met pleinement à profit les possibilités offertes par la coopération nordique, la politique de sécurité et de défense de l’UE ainsi que du partenariat avec l’OTAN. Il relève que, dans un monde caractérisé par l’interdépendance, la Finlande souhaite que l’OTAN participe d’une façon constructive au renforcement d’une sécurité basée sur la coopération. Il relève que la Finlande participe activement au développement de l’architecture de sécurité internationale et est disposée à revoir ses positions en tenant compte des possibilités qu’elle propose. A ce stade, il n’y a pas lieu de changer ce principe, selon lui.
Dem/3

Défense

« L’Etat donne ses garanties à Nammo »
Kesksisuomalainen rapporte que le gouvernement finlandais a décidé de mesures destinées à garantir le maintien de la production de poudre à Vihtavuori, sur la commune de Laukka.
Le gouvernement a décidé de libérer le nouveau responsable de la production de poudre de sa responsabilité pour les pollutions antérieures à l’achat.
Le groupe de défense finno-norvégien Nammo qui a exprimé son intérêt pour racheter l’usine de poudre de Vihtavuori au groupe Eurenco, a remercié le gouvernement mais souligné que « c’est un pas vers une décision de rachat mais cela ne suffit pas à la déclencher ».
Kesksisuomalainen estime que l’engagmeent de l’Etat est d’une valeur allant jusqu’à 25 millions d’euros.
Le gouvernemnt exige toutefois de Nammo qu’il s’engage à maintenir une capacité de production de poudre assurant l’approvisionnement minimal pour la Finlande.
KS

Fennovoima – Rosatom

L’Alliance des gauches favorables à une nouvelle décision de principe
La présidente du groupe de l’Alliance des Gauches, Annikka Lapintie, a déclaré hier que le changement de fournisseur du réacteur de Fennovoima signifiait qu’il ne s’agissait pas d’un simple changement technique par rapport à la demande d’autorisation de principe. C’est pourquoi « Fennovoima devra certainement demander une nouvelle autorisation de principe ».
KS

Editoriaux
« Une surprise pour personne » HS
« De nombreuses questions sur Fennovoima » KL
« Rosatom sera fournisseur et propriétaire du réacteur » TS
Helsingin Sanomat estime qu’il n’était plus une surprise pour personne que Fennovoima choisisse de commander un réacteur à Rosatom. La décision de Rosatom d’entrer dans le capital de Fennovoima s’explique par son désir de faire certifier un réacteur pour le marché occidental.
Kauppalehti estime qu’il y a encore de nombreuses questions concernant le projet de centrale de Fennovoima. L’éditorialiste estime que le changement de type de réacteur et de fournisseur devrait nécessiter une nouvelle étude parlementaire. Mais le principal risque pour ce projet réside dans les actionnaires finlandais qui vont devoir décider de s’engager réellement dans la construction de la centrale à un moment où le nucléaire subit un reflux en raison de l’augmentation des coûts. L’éditorialiste souligne aussi que, dans le nucléaire, les calendriers publiés sont souvent sujets à modifications.
Turun Sanomat lui aussi estime que le calendrier avancé par Fennovoima doit être évalué avec circonspection. Le quotidien estime que ce ne sont certainement pas les questions de sécurité qui vont faire échouer le projet : les centrales construites en Finlande sont sûres et si on recherche des menaces sur la sécurité, il suffit de regarder de l’autre côté de la frontière orientale. Le quotidien estime aussi que la Finlande a besoin d’électricité supplémentaire.
HS TS KL

PVO

PVO inquiet pour les investissements dans le domaine de l’énergie
Pohjolan Voima s’inquiète de l’incertitude qui règne sur les règles du jeu dans le domaine énergétique et qui gène les grands groupes pour prendre des décisions d’investissement.
« D’abord on a durcit la fiscalité sur la tourbe car c’est une source d’énergie fossile. Aujourd’hui on durcit la fiscalité sur le nucléaire et l’hydroélectrique car ils ne sont pas fossiles. Les objectifs 20620 de l’UE diminuent la valeur des droits d’émission et rendent le charbon plus rentable. Les objectifs en matière énergétique peuvent changer d’une législature à l’autre alors que les cycles d’investissement dans l’énergie se font sur 25 ans. On a besoin de règles du jeu claires, de long terme afin d’assurer notre compétitivité nationale et d’atteindre les objectifs d’émissions de l’UE », a déclaré M. Lauri Virkkunen lors du 70ème anniversaire de PVO, hier, à Helsinki.
KL

Economie internationale

« Des marques de reprise » KL
Kauppalehti rapporte que les analystes finlandais considèrent que l’on assiste actuellement à une reprise économique, notamment dans nombre de marchés importants pour les exportations finlandaises
Les économistes estiment que l’on peut s’attendre à ce que la croissance reparte aussi ensuite en Finlande.
KL

Politique intérieure

Parlement

Le Premier ministre a présenté les réformes structurelles
Helsingin Sanomat rapporte le Parlement a repris son travail après la pause estivale. Lors de la première séance plénière, le Premier ministre Jyrki Katainen a présenté aux députés une annonce sur les réformes structurelles.
Le gouvernement, fier d’avoir bien travaillé, a attendu des commentaires constructifs des députés de l’opposition. Les ministres ont toutefois été très déçus des propos du président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, qui au lieu de parler du déficit structurel à combler, a critiqué entre autres le pouvoir de l’argent, l’Union européenne et la vente de Nokia.
Pour M. Petteri Orpo, président du groupe parlementaire du Parti conservateur, M. Soini n’a rien mentionné de concret. M. Katainen a également été déçu des propos de M. Soini, tandis que le discours de M. Juha Sipilä, président du Centre, a été pour lui plus concret avec des propositions afin d’améliorer la situation de l’emploi.
Selon les calculs du ministère des Finances, le déficit structurel de l’économie publique s’élève à neuf milliards d’euros d’ici 2017.
Les deux partis de l’opposition, le Centre et les Vrais Finlandais, ont critiqué les détails du paquet de réformes du gouvernement, surtout le projet de diviser les allocations de garde d’enfant à domicile entre la mère et le père.
HS/A10

Actions de l’Etat

Solidium a commencé la vente d’actions de TeliaSonera
Le groupe Solidium chargé des actions de l’Etat vend une partie de ses actions dans TeliaSonera. Sa participation passera ainsi de 11,7 % à 10 %.
Mercredi, la valeur des actions à céder s’élevait à 377 millions d’euros. Le bénéfice concernant la vente sera principalement versé à l’Etat sous forme de dividendes.
Helsingin Sanomat relève que TeliaSonera restera la première participation de Solidium. En tout, Solidium dispose des actions de 11 groupes côtés en bourse. La valeur des ces actions s’élève à 8 milliards d’euros.
HS/A28

Communications

Réseau 4g
L’office national des communications interrompra la vente aux enchères concernant une fréquence de 800 mhz en cours depuis janvier. La mise en œuvre des réseaux 4g pourrait être retardée en raison de la prolongation de ce processus de vente.
L’Etat avait prévu de récupérer entre 130 et 230 millions d’euros concernant six licences. Il s’agira de modifier les règles de la vente aux enchères qui jusqu’à présent a échoué.
HS/A27

Nokia

« Le nouveau Nokia est dans les réseaux selon les analystes » HS
Le journal télévisé de MTV3 rapportait, hier, que Nokia allait désormais se concentrer dans le secteur qui lui reste, celui des réseaux, où la concurrence est importante mais existent aussi des opportunités. MTV3 spéculait sur la possibilité pour Nokia, qui dispose désormais de trésorerie, de racheter Alcatel-Lucent, en témoigne le fait que l’action de ce groupe avait significativement augmenté après l’annonce de la cession de Nokia à Microsoft.
Les analystes interrogés par Helsingin Sanomat estiment aux aussi que Nokia va se concentrer sur l’activité de réseaux. Selon Neil Mawston (Strategy Analytics), Nokia pourrait même vendre son activité de données géographiques. Une évaluation constante est , selon HS, que Nokia pourrait croître par acquisition, en rachetant par exemple Alcatel-Lucent. « Alcatel-Lucent a une bonne position tant sur le marché chinois que sur le marché américain », selon l’analyste de Pohjola, M. Hannu Rauhala.
MTV3 HS

Analyse : « Les téléphones portables étaient devenus un fardeau pour Nokia » HS
Helsingin Sanomat considère que si Nokia n’avait pas vendu à temps sa branche de téléphonie mobile, c’est l’ensemble du groupe qui aurait été menacé par cette activité aux pertes considérables depuis deux ans. Aussi, lorsque Microsoft a fait sa proposition de rachat, il était difficile de la refuser. Cela permet finalement à Nokia de sauver ce qui pouvait encore l’être : l’activité de réseaux, les brevets et le service de données géographiques.
L’analyse d’Helsingin Sanomat souligne que, vu les ventes de téléphones, l’erreur de Nokia aura été d’avoir changé de système d’exploitation en choisissant celui de Microsoft. Les causes de la chute de Nokia sont à rechercher dans des erreurs plus anciennes encore : une mauvaise direction, la minimisation de la concurrence, des échecs de prototypes, de mauvaises nominations, des changements d’organisation paralysant, des dissensions internes, trop de bureaucratie….
HS

Informatique

L’américain Broadcom achètera Renesas Mobile – emplois maintenus
Le groupe japonais Renesas, qui avait annoncé, en juin, la fin de ses activités en Finlande et le licenciement de son personnel, sera acheté par le groupe américain Broadcom, qui envisage de maintenir l’ensemble des employés en Finlande et ailleurs en Europe. En Finlande, le groupe emploie 760 personnes, dont la plupart à Oulu. Les ministres de l’Economie, M. Vapaavuori, et de l’Emploi, M. Ihalainen, se félicitent de l’affaire.
En 2010 Nokia a vendu ses activités en matière de modems à Renesas, au service duquel 1100 employés de Nokia ont continué à travailler, principalement en Finlande.
KS/13

Gouvernement

Le projet de l’interdiction du commerce de services sexuels divise le gouvernement
Selon Helsingin Sanomat, les chercheurs, qui ont remis hier leur rapport à la ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson, estiment que la loi actuelle ne défend pas suffisamment les sujets de la traite des personnes ou du proxénétisme. Ils proposent l’interdiction totale de la vente des services sexuels.
Mme Henriksson promeut l’interdiction totale du commerce de services sexuels, suivant le modèle suédois. La question ne figure toutefois pas dans le programme du gouvernement. La ministre admet que la question est compliquée et nécessite l’approbation de tout le gouvernement.
Les présidents des groupes parlementaires soulignent que leurs groupes sont divisés à ce sujet. Il semble que les groupes parlementaires des Chrétiens-démocrates et du Parti suédois souhaitent modifier la loi suivant la proposition de Mme Henriksson.
HS/A14

Archéologie

Les vestiges de l’église la plus ancienne ont été retrouvées
Turun Sanomat relève qu’une découverte archéologique unique a été faite à Ravattula, au bord de la fleuve Aura, à quatre kilomètre du centre de la ville de Turku. Il s’agit des vestiges de la plus ancienne église finlandaise qui date du XIIe siècle.
L’église de Ravattula, qui a été détruite probablement dans un incendie vers 1250, serait donc plus ancienne que l’église de l’évêque de Turku à Koroinen qui date des années 1230.
Selon M. Juha Ruohonen, archéologue à l’université de Turku, les fouilles à ce site avancent lentement en raison du budget modeste, 3 500 euros par an, qui permet de fouiller pendant trois semaines en été.
La découverte des ruines de l’église signifie que le christianisme s’est enraciné en Finlande plus tôt que prévu. Les premières influences datent du 9e siècle. L’église la plus ancienne toujours en place est celle de Jomala aux îles Åland qui a été construite entre 1270 et 1290. La première cathédrale de Turku date probablement de 1290.
TS/3&6, HS/A17

Culture

Nouveau musée Amos Anderson
Helsingin Sanomat relève que les projets concernant un nouveau Musée Amos Anderson sont déjà très avancés et qu’il ne manque plus que l’accord de la municipalité de Helsinki, qui est le propriétaire du terrain et du bâtiment Lasipalatsi qui hébergeraient le musée. . HS/B4

France

Syrie

« On demande un vote sur la Syrie en France » HS
« Le gouvernement français a défendu sa volonté de punir la Syrie » KS
La presse rapporte la teneur du débat sur la Syrie qui a eu lieu, hier, à l’Assemblée nationale.
HS KS

Mercredi 4 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Nokia – Microsoft

Microsoft acquiert l’activité de téléphones mobiles de Nokia
Helsingin Sanomat rapporte que Microsoft a annoncé lundi l’acquisition de la branche de téléphonie mobile de Nokia pour 5,44 milliards d’euros.
Le directeur général de Nokia, le Canadien Stephen Elop, quitte Nokia pour prendre la tête de l’activité Téléphones portables de Microsoft et le président du conseil d’administration de Nokia, M. Risto Siilasmaa, assume la direction de Nokia par intérim jusqu’à la désignation d’un nouveau directeur général. L’actuel directeur économique, M. Timo Ihamuotila, assume l’intérim du poste de directeur exécutif.
Selon le quotidien, Nokia, qui avait longtemps dominé le marché des téléphones mobiles, s’en est mal tiré face à la concurrence avec les téléphones bon marchés. L’entreprise a enregistré beaucoup de déficit avec ses smartphones. HS estime toutefois que Microsoft avait finalement plus besoin de Nokia que Nokia de Microsoft. Nokia produit plus de 80 % des téléphones Windows Phone. Depuis plus de dix ans, Microsoft cherche, en vain, une percée dans le marché des téléphones mobiles. Sans Nokia, cela aurait été presque impossible. Du point de vue de Microsoft, l’éventuelle vente de Nokia à un autre groupe aurait été très risquée.
M. Siilasmaa rejette fermement les spéculations selon lesquelles le projet initial, dès le rapprochement avec Microsoft il y a quelques années, aurait été de vendre l’activité des téléphones mobiles à Microsoft.
Les problèmes de Nokia ont atteint un point critique en 2009 mais il est impossible de donner une seule cause pour ces problèmes. M. Siilasmaa souligne que les principaux concurrents de Nokia, soit Google et Apple, sont des entreprises très solides qui ont beaucoup plus de ressources à investir dans la recherche et le développement.
Lors de la conférence de presse, le directeur général de Microsoft, M. Steve Ballmer, a souligné qu’il n’y avait aucun plan pour diminuer les emplois en Finlande. « La Finlande deviendra le centre de notre développement de téléphones mobiles. »
Ces changements n’affectent pas la direction de la branche réseau Nokia Solutions and Networks NSN. L’allemand Siemens vend sa part de l’entreprise commune à Nokia, qui se concentrera sur les réseaux et les services de données géographiques (Here).
Nokia et Microsoft estiment que cette acquisition sera effective au premier trimestre 2014, après l’approbation par les actionnaires et les pouvoirs publics.
HS/A6

La vente en chiffres
Helsingin Sanomat relève que Microsoft paye à Nokia 3,79 euros pour l’activité de téléphones portables et 1,65 milliard d’euros pour le droit d’utilisation des brevets de Nokia.
Nokia évalue que cette cession lui procurera un gain de 3,2 milliards d’euros. Nokia estime que le chiffre d’affaires des activités cédées à Microsoft était de 14,9 milliards d’euros l’année dernière soit la moitié du chiffre d’affaires de Nokia.
Après l’annonce de cette transaction, l’action de Nokia a augmenté de 33,9 % à la bourse de Helsinki. « Après avoir évalué différentes opportunités pour maximiser la valeur pour les actionnaires, nous avons décidé que la décision rendue publique aujourd’hui était la meilleure », a déclaré M. Siilasmaa.
Par cette acquisition, 32 000 employés, dont 4 700 en Finlande, seront transférées de la branche téléphones mobiles de Nokia à Microsoft.
NSN a environ 5 900 employés en Finlande et 300 autres resteront dans le groupe Nokia qui comptera désormais 6 200 personnes en Finlande.
HS/A7

Autres engagements liés à l’opération
Microsoft a annoncé qu’il instaurait en Finlande un centre de données dans lequel il va investir environ 200 millions d’euros. Ce centre serait instauré à Oulu.
Selon le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, il y a deux options, Oulu et Kajaani, et la décision définitive n’a pas été prise. Il est un secret de Polichinelle qu’Oulu est plus en vue pour accueillir le centre.
Nokia gardera en sa possession la marque Nokia mais ne pourra pas l’utiliser pour ses propres produits de téléphonie mobile avant fin 2015. Microsoft vendra les smartphones sous la marque Lumia.
Microsoft offre à Nokia un prêt supplémentaire de 1,5 milliard d’euros qui doit être remboursé au moment de la finalisation de l’opération.
HS/A7

Nouveau Nokia
Après l’opération, le chiffre du « nouveau » Nokia serait de 13-14 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires des activités cédées à Microsoft était d’environ 15 milliards d’euros en 2012, soit la moitié du chiffre d’affaires de Nokia.
Le nouveau Nokia gardera donc les réseaux, les services de données géographiques HERE, dont le chiffre d’affaires est environ un milliard d’euros, et Advanced Technologies (chiffre d’affaires 0,5 milliard d’euros).
La plupart des 6 000 employés dans les activités des réseaux travaillent à Oulu et à Espoo. Au total, le nombre d’effectifs de Nokia en Finlande serait de 6 200 personnes.
Selon les spéculations, Nokia pourrait acquérir à l’avenir une entreprise de réseau de téléphone mobile (par exemple Alcatel-Lucent) ou être vendu, par exemple à Samsung.
HS/A9

Quelques réactions
Le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, estime que Nokia a de bonnes chances de consolider davantage ses activités rentables dans les réseaux et données géographiques. « Il ne faut pas négliger le fait que Nokia garde une partie importante de son portefeuille de brevets. »
Pour M. Lauri Ihalainen, ministre du Travail, « la vente pourrait être une possibilité pour Nokia à long terme. Microsoft a annoncé que la Finlande deviendrait le centre de ses activités en Europe. »
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, critique l’opération. « Un vol est une expression trop forte, j’utiliserais plutôt le terme de détournement. »
Selon M. Juha Sipilä, président du Centre, « c’est une mauvaise nouvelle pour la Finlande ».
HS/A13

Editoriaux et commentaires
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que pour les Finlandais, la vente de Nokia à Microsoft s’apparente certainement à une catastrophe nationale tant la société était devenue une icône après le rôle qu’elle a joué pour sortir la Finlande de la crise des années 1990. HS souligne toutefois que l’on peut considérer cette cession comme une mesure logique : le groupe vend sa branche de production de terminaux et se concentre sur de nouveaux secteurs de croissance et la propriété intellectuelle, ce qui est un modèle qui convient bien aux entreprises finlandaises.
Kauppalehti estime que Nokia était dos au mur après avoir été dégradé en août par toutes les agences de notation. Le quotidien économique estime que le prix de vente correspond à la valeur du marché de cette activité.
Le tabloïd Iltalehti rapporte que pour nombre de Finlandais c’est une part de l »’histoire nationale du pays qui a été vendue.
HS KL IL

Fennovoima – Rosatom

Fennovoima propose à ses actionnaires une décision d’investissement sur la centrale fournie par Rosatom
Fennovoima et Rosatom ont annoncé avoir signé un contrat de développement visant à construire un réacteur de 1200 mégawatts à Pyhäjoki.
Fennovoima propose à ses 60 actionnaires finlandais de prendre, avant la fin octobre, la décision concernant la construction de la centrale afin de pouvoir signer le contrat avec le groupe russe Rosatom avant la fin de l’année. Par la même occasion, Fennovoima déterminera le calendrier de son projet de construction ainsi que l’entrée de Rosatom dans son capital à un niveau de 34 %. Rosatom deviendra ainsi le plus grand actionnaire de Fennovoima.
L’objectif de Fennovoima est que les travaux de la centrale puissent être terminés en 2023. Selon M. Ottavainen, président du conseil d’administration du groupe, le réacteur pourrait produire de l’électricité en 2024.
M. Ottavainen relève qu’il souhaite que la décision de principe du Parlement, prise il y a trois ans, soit toujours considérée comme valable, même si le type de réacteur et le fournisseur ont changé. Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, qui a publié un communiqué, n’en a pas été convaincu, relève Helsingin Sanomat.
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie a annoncé, dès cet été, qu’il fallait une nouvelle évaluation sur l’impact environnemental, un rapport du Centre national de radiation et de sûreté nucléaire, Stuk, l’avis de la commune de Pyhäjoki en la matière, ainsi que l’organisation d’une enquête d’utilité publique conformément à la législation sur l’énergie nucléaire. M. Ottavainen souligne que tout cela est déjà en cours.
Helsingin Sanomat relève que selon Yle, le prix d’un réacteur à eau pressurisée AES-2006 de Rosatom serait de 6,4 milliards d’euros. M. Ottavainen dément cette information. Il a toutefois dit à Helsingin Sanomat que le projet s’élevait à un montant important que la vente de sa branche téléphone portable par Nokia, faisant référence à cette cession de 5,5 milliards d’euros. Le reste de la presse rapporte que M. Ottavainen a situé le prix « dans une fourchette de 4 à 6 milliards d’euros ».
Helsingin Sanomat écrit que l’on estime que Rosatom aurait proposé son réacteur à un prix intéressant dans le but d’entrer sur le marché occidental et obtenir une bonne référence en Finlande. M. Alijev, PDG de Rusatom Overseas, ne confirme pas ces spéculations. Il note que son groupe est en train de construire neuf réacteurs en Russie et 19 dans le reste du monde.
Kauppalehti relève que, selon M. Alijev, son groupe est prêt à aider au financement du réacteur dans la phase de construction, mais aussi dans la recherche et formation du personnel et dans le développement de l’infrastructure ensemble avec Fennovoima.
Selon lui, Rosatom se contentera d’une participation minoritaire. « Nous vendrons notre électricité aux autres actionnaires, en Finlande et dans le Nord Pool, nous deviendrons un des acteurs du marché énergétique finlandais et nous ne disposons d’aucun stratégie de sortie (« exit ») », a-t-il dit.
Aamulehti relève que, selon M. Alijev, il est possible que 70 % du projet de construction revienne à de la main d’œuvre finlandaise.
M. Ottavainen souligne que la participation de Rosatom est essentielle pour le financement du projet. « Il est courant que dans le domaine nucléaire, on cherche des canaux de financement par le fournisseur du réacteur. »
Fennovoima a publié un sondage selon lequel deux habitants de Pyhäjoki sur trois et presque autant des habitants de la région entourant la commune seraient favorables à la construction d’un réacteur. Selon ce sondage, les avis n’ont pas beaucoup changé malgré la nouvelle concernant le changement du fournisseur. Néanmoins, lorsque la question posée à cité Rosatom par son nom, les avis n’étaient pas aussi favorables. Un tiers y étaient alors favorables et un tiers s’y opposaient.
Selon M. Nurmi, directeur général de Fennovoima, le permis de construire de la centrale sera déposé au gouvernement au printemps 2015.
Aamulehti relève que, selon M. Pekkarinen, président centriste de la Commission économique du parlement, il n’est pas exclu que l’autorisation de principe soit de nouveau soumise au Parlement, du fait que la taille du réacteur a changé, ainsi que le fournisseur. Pour lui, il faut une étude juridique pour savoir si les conditions prévues sont remplies. Il faudra que le gouvernement se prononce en la matière, ainsi que le chancelier de la Justice, le cas échéant. La nationalité du fournisseur n’y joue aucun rôle, selon lui. Il s’agit de savoir si la technologie remplit les conditions de la demande d’origine.
Mme Kumpula-Natri (PSD), membre de la même commission, compte sur le fait que les rapports supplémentaires promis par le ministre de l’Economie vont suffire. « Je ne souhaiterais pas, dans le contexte économique actuel, compliquer la situation. La Finlande a besoin d’investissements et des acteurs finlandais dignes de confiance. » Mme Kumpula-Natri souligne, elle aussi, l’aspect juridique. « Si le gouvernement estime qu’il faut réétudier la question, il s’agira de la réétudier. » Selon le ministre Jan Vapaavuori, le travail d’enquête est en cours et avance comme prévu. Les rapports devraient être terminés d’ici la fin de l’été prochain afin de savoir si une nouvelle autorisation de principe est nécessaire ou non.
Turun Sanomat relève que le plus grand actionnaire du groupe Voimaosakeyhtiö SF (qui détiendra les deux tiers de Fennovoima après l’entrée de Rosatom) est Outokumpu. Ce groupe se félicite du fait que le projet avance. La production électrique du réacteur de Pyhäjoki correspondrait à un cinquième de la consommation du groupe dans les pays nordiques.
M. Tuutti d’Outokumpu relève qu’il sera maintenant possible d’évaluer les coûts et les bénéfices éventuels de ce projet. Selon lui, Outokumpu prendra ses décisions concernant Rosatom d’ici la fin de l’année.
HS/A31, KL/A11, AL/A10, TS/12

Selon M. Vapaavuori, ministre de l’Economie, le projet de Fennovoima de construire un réacteur nucléaire ne relève pas que de la politique énergétique
Pour le ministre, il est positif que la coopération entre Fennovoima et Rosatom ait avancé comme prévu pour aboutir à une proposition d’investissement.
Selon M. Vapaavuori, les effets du projet ne relèvent pas seulement de la politique énergétique.
” Il est essentiel pour l’ensemble de la politique énergétique et industrielle de la Finlande que les projets en cours soient réalisés comme prévu. Dans le contexte économique d’aujourd’hui, les projets de cette envergure ont également une importance considérable du point de vue du domaine de la politique économique tant au niveau régional qu’au niveau national. »
” Le destin du projet de réacteur nucléaire de Pyhäjoki dépend grandement des actionnaires de Fennovoima. L’avancement du projet dépend en dernier lieu de leur engagement dans ce projet. Avec le processus qui démarre, on connaitra le niveau de cet engagement”, estime M. Vapaavuori.
L’annonce de Fennovoima de proposer aux actionnaires que ce soit Rosatom qui fournit le réacteur n’aura aucun effet sur les mesures de l’Etat concernant le projet. L’Etat a annoncé dès juillet, lorsque la coopération avec Rosatom a été confirmée, qu’il était nécessaire d’effectuer des études supplémentaires concernant le projet.
” Conformément à ce qui a été annoncé cet été, le ministère de l’Emploi et de l’Economie exige une révision de l’évaluation sur l’impact environnemental, une évaluation de la sécurité ainsi que l’avis de la commune de Pyhäjoki en la matière. Après ces rapports, l’Etat prendra une décision sur la suite à réserver à la question. Le travail d’enquête est en cours et avance comme prévu. Les rapports devraient être terminés durant l’été prochain.”
www.vn.fi

Syrie

Réfugiés
Helsingin Sanomat relève que 51 réfugiés syriens ont demandé l’asile en Finlande entre janvier et juillet. M. Repo de l’Office national de l’immigration estime qu’il faut se préparer à l’éventualité que ce chiffre augmente.
Actuellement, la Finlande accorde des visas aux Syriens à Ankara, du fait que la représentation finlandaise à Damas est fermée.
HBL, HS/A28

Politique intérieure

Gouvernement

Mme Urpilainen change de conseiller politique
Helsingin Sanomat rapporte que M. Tage Lindberg, conseiller politique de la ministre des Finances, Mme Urpilainen, et secrétaire du groupe ministériel du PSD, quittera son poste à la mi-septembre. Son successeur n’a pas encore été nommé.
HS/A16

Culture

Helsinki pourrait accueillir un nouveau musée
Helsingin Sanomat relève que le Musée Amos Anderson a des projets pour construire un nouveau musée sous la place de Lasipalatsi (« Palais de verre »). Des locaux souterrains pourraient être construits. Le musée se chargerait du financement lui-même.
HS/B1

Médias

Kaius Niemi désigné rédacteur en chef de Helsingin Sanomat
Helsingin Sanomat a désigné, hier, M. Kaius Niemi (39 ans) son rédacteur en chef à compter du 15 septembre. Actuellement rédacteur en chef d’Ilta-Sanomat et de Taloussanomat, M. Niemi a travaillé 12 ans pour HS.
Les connaissances de M. Niemi dans le domaine du numérique ont été considérées comme un atout particulièrement important.
HS/B10

Mardi 3 septembre 2013

Politique européenne et étrangère

Nokia – Microsoft

« Microsoft acquiert l’activité de téléphones mobiles de Nokia » Yle
Microsoft a annoncé l’acquisition de la branche téléphones mobiles de Nokia pour 5,44 milliards d’euros (3,79 euros pour l’activité téléphones portables et 1,65 milliard d’euros pour le droit d’utilisation des brevets de Nokia).
Nokia évalue que cette cession lui procurera un gain de 3,2 milliards d’euros.
Après l’annonce de cette transaction, l’action de Nokia a augmenté de 46%.
Le PDG de Nokia, le Canadien Elop, quitte Nokia pour prendre la tête de l’activité Téléphones portables de Microsoft.
Le président du conseil d’administration de Nokia, M. Risto Siilasmaa assume temporairement la direction de Nokia.
Ces changements n’affectent pas la direction de la branche réseau NSN.
« Après avoir évalué différentes opportunités pour maximiser la valeur pour les actionnaires, nous avons décidé que la décision rendue publique aujourd’hui était la meilleure », a déclaré M. Siilasmaa.
Nokia estime que le chiffre d’affaires des activités cédées à Microsoft était de 14,9 milliards d’euros l’année dernière soit la moitié du chiffre d’affaires de Nokia.
Nokia ne pourra plus utiliser la marque Nokia pour ses propres produits de téléphonie mobile avant fin 2015.
Par cette acquisition, ce sont 32 000 employés dont 4 700 en Finlande qui sont transférées de Nokia à Microsoft.
Microsoft a annoncé qu’il instaurait en Finlande un centre de données dans lequel il va investir plus d’un quart de milliard de dollars.
Nokia et Microsoft estiment que cette acquisition sera effective au premier trimestre 2014, après l’approbation par les actionnaires et les pouvoirs publics.
Yle

Fennovoima – Rosatom

Fennovoima propose à ses actionnaires une décision d’investissement sur la centrale fournie par Rosatom
Uusi Suomi rapporte que Fennovoima propose à ses actionnaires de prendre, avant la fin de l’année, la décision concernant la construction de la centrale et la signature du contrat avec Rosatom. Par la même occasion, Fennovoima déterminera le calendrier de son projet de construction ainsi que l’entrée de Rosatom dans son capital à un niveau de 34%.
L’objectif de Fennovoima est que sa centrale puisse produire de l’électricité en 2024 à Pyhäjoki.
uusisuomi

Selon M. Vapaavuori, ministre de l’Economie, le projet de Fennovoima de construire un réacteur nucléaire ne relève pas que de la politique énergétique
Pour le ministre, il est positif que la coopération entre Fennovoima et Rosatom ait avancé comme prévu pour aboutir à une proposition d’investissement.
Selon M. Vapaavuori, les effets du projet ne relèvent pas seulement de la politique énergétique.
” Il est essentiel pour l’ensemble de la politique énergétique et industrielle de la Finlande que les projets en cours soient réalisés comme prévu. Dans le contexte économique d’aujourd’hui, les projets de cette envergure ont également une importance considérable du point de vue du domaine de la politique économique tant au niveau régional qu’au niveau national. »
” Le destin du projet de réacteur nucléaire de Pyhäjoki dépend grandement des actionnaires de Fennovoima. L’avancement du projet dépend en dernier lieu de leur engagement dans ce projet. Avec le processus qui démarre, on connaitra le niveau de cet engagement”, estime M. Vapaavuori.
L’annonce de Fennovoima de proposer aux actionnaires que ce soit Rosatom qui fournit le réacteur n’aura aucun effet sur les mesures de l’Etat concernant le projet. L’Etat a annoncé dès juillet, lorsque la coopération avec Rosatom a été confirmée, qu’il était nécessaire d’effectuer des études supplémentaires concernant le projet.
” Conformément à ce qui a été annoncé cet été, le ministère de l’Emploi et de l’Economie exige une révision de l’évaluation sur l’impact environnemental, une évaluation de la sécurité ainsi que l’avis de la commune de Pyhäjoki en la matière. Après ces rapports, l’Etat prendra une décision sur la suite à réserver à la question. Le travail d’enquête est en cours et avance comme prévu. Les rapports devraient être terminés durant l’été prochain.”
www.vn.fi

PAC

Billet du Premier ministre
« Il faut défendre l’agriculture finlandaise » TS
Le Premier ministre Jyrki Katainen signe un billet dans Turun Sanomat dans lequel il rappelle que la Finlande avait réussi à atteindre ses deux objectifs dans les négociations sur le cadre budgétaire européen l’année dernière : minimiser l’augmentation de la contribution nette du pays au budget européen et maintenir les financements européens à l’agriculture et aux régions rurales finlandaises.
Il estime aussi que la Finlande a atteint ses objectifs lors des négociations, en juin dernier, sur le contenu de la PAC. En effet, à l’avenir, une part plus grande des aides directes sera utilisée pour le lait et la viande bovine, ce qui est important pour la Finlande ; de plus les caractères spécifiques de production en Finlande ont été pris en compte.
La prochaine échéance consiste pour la Finlande à négocier la poursuite du droit de verser des aides nationales à l’agriculture, conformément à l’article 141 du traité d’adhésion de la Finlande à l’UE. Pour ce faire, M. Katainen a écrit au président de la Commission M. Barroso pour souligner l’importance de cette question pour l’agriculture du Sud du pays et pour l’ensemble de la Finlande.
TS

Syrie

Editorial : « La Finlande est au premier rang en Syrie »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne que la Finlande ne pourra pas suivre de loin la situation en Syrie. Une éventuelle attaque des Etats-Unis se reflèterait au Sud du Liban où la Finland a près de 180 casques bleus dans les troupes de gestion de crise de l’ONU. De plus, quinze officiers finlandais observent le cessez-le-feu à la frontière entre la Syrie et Israël.
La Syrie et ses sympathisants pourraient réagir aux mesures des Etats-Unis de façon indirecte, entre autres par des attaques contre Israël. L’organisation shiite Hezbollah est dans une position-clé parce qu’elle participe à la guerre du Liban aux côtés du président Bachar el-Assad. Au sud du Liban, le Hezbollah représente le pouvoir politique et militaire de loin le plus important.
Les troupes de la FINUL n’ont pas pu empêcher le Hezbollah de stocker dans la région un grand nombre d’armes qui sont réservées pour des coups contre Israël. En cas d’une opération militaire, les troupes de la FINUL ne pourraient pas arrêter le Hezbollah et surtout pas Israël.
L’augmentation des risques ne signifie toutefois pas que la Finlande devrait retirer ses troupes de la FINUL ou décider de ne pas doubler leur nombre en novembre comme prévu. Helsinki doit être conscient des risques et bien équiper ses troupes. Les plus vulnérables sont les observateurs non armés du cessez-le-feu de l’UNTSO, qui fonctionnent aussi sur le sol syrien, conclut l’éditorialiste.
HS/A5

Politique intérieure

Réformes

Le gouvernement soumet son programme de réformes structurelles au Parlement
Le Premier ministre va donner une communication au Parlement dès l’ouverture de la session d’automne, mercredi 4 septembre. Cette communication suivie d’un débat durera trois heures et portera sur le programme de réformes structurelles annoncé la semaine dernière par le gouvernement.
Par ailleurs, le gouvernement a annoncé qu’il allait préparer une réforme du financement des services de santé en y associant l’opposition parlementaire.
HS

Commentaires
« Un programme de réformes qui va occuper le Parlement » TS
« Plus que vingt mois avant les élections législatives » TS
L’éditorialiste de Turun Sanomat relève que, normalement, la session d’automne du Parlement est surtout marquée par l’étude du budget mais que, cette année les députés pourront se consacrer à l’étude du programme de réformes structurelles. L’éditorialiste souligne qu’il y a lieu de les étudier en détail et qu’il ne serait pas mauvais non plus de se pencher sur les décisions des partenaires sociaux. L’éditorialiste relève que le gouvernement veut faire porter la majeure partie de l’ajustement structurel sur les communes qui assurent les services sociaux et de santé, ce qui ne manquera pas de susciter les critiques du centre. Par ailleurs, les Vrais Finlandais viseront à introduire dans le débat la crise de la dette souveraine pour en tirer profit avant les élections européennes.
Kirsi Turkki souligne dans Turun Sanomat que, même si le débat sur les réformes structurelles va commencer dès l’ouverture parlementaire, il se passera de nombreux mois avant que ces réformes puissent entrer en vigueur. Cela n’interviendra qu’au plus tôt au printemps. Or, les élections législatives ne sont que dans vingt mois. Et pour les députés qui envisagent de se présenter aux européennes de mai prochain, le débat sur les réformes structurelles sera une bonne occasion de briller.
TS

Emploi - Social

« La proposition du gouvernement de rendre le travail attractif pour les chômeurs ne bénéficierait pas aux plus pauvres » HS
Selon les calculs de Helsingin Sanomat, la décision du gouvernement de permettre à un chômeur de gagner 300 euros par mois tout en maintenant le droit à l’allocation chômage ne profitera pas aux plus pauvres. Cette catégorie de personnes ne bénéfice plus d’allocations chômage mais du revenu minimum d’insertion pour vivre or, même un petit salaire diminue le RMI. Les chômeurs qui touchent une allocation chômage proportionnelle aux revenus antérieurs profiteraient en revanche du nouveau système.
Selon M. Honkanen, chercheur à Kela, l’institut d’assurances sociales, un peu moins de la moitié des chômeurs touche le RMI. Il n’est pas prévu que le RMI ne diminue pas en cas de revenus salariaux.
Selon le ministère des Affaires sociales et de la Santé, la nouvelle mesure engendrera des coûts de 50 millions d’euros à l’Etat. De plus, 17 millions d’euros seront consacrés par le fonds d’assurance chômage à des assurances chômages concernées par la nouvelle mesure.
HS/A8

Jours fériés

En Finlande, il y a autant de jours fériés mobiles que dans la plupart des pays européens
Helsingin Sanomat publie une comparaison sur le nombre de jours fériés, et notamment les fêtes mobiles, dans les pays européens. En Finlande, il y a neuf fêtes mobiles par rapport à dix en France, huit en Suède et en Grande-Bretagne.
Les organisations syndicales ont proposé de déplacer deux fêtes, l’Epiphanie et le jeudi de l’Ascension, à samedi.
L’archevêque Kari Mäkinen s’oppose à cette proposition et rappelle qu’il faut une alternance de fêtes et de jours ouvrables.
Les jours fériés en question ont été fêtés le samedi (et non le 6 janvier, pour l’épiphanie, ou le jeudi, pour l’ascencion) de 1973 en 1991, à l’initiative des organisations syndicales à l’époque aussi.
HS relève qu’en Espagne, en Croatie et en Slovaquie, il est actuellement question de déplacer des fêtes mobiles.
HS/A10

Projet de taxe sur les automobiles

Le changement de système nécessitera une longue période de transition
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe de travail chargé d’étudier un éventuel système de taxe du transport routier, présidé par M. Jorma Ollila, a présenté son rapport lundi.
Le groupe de travail propose de taxer l’utilisation des voitures et non plus l’achat ce qui est le cas actuellement. La suppression de l’actuelle taxe sur les automobiles diminuerait le coût d’achat de 7 000 euros par véhicule en moyenne. L’utilisation d’une voiture couterait environ 6,8 cents par kilomètre dans les villes et agglomérations et 3,4 cents par km dans les zones rurales. Cela nécessitera l’installation d’un système de contrôle par satellites.
Le secrétaire du groupe de travail, M. Tuomo Suvanto, conseiller au ministère des Transports, souligne que le changement de système nécessitera une longue période de transition. « Cela ne pourrait pas être réalisé avant les années 2020. L’année 2025 a été mentionnée dans les spéculations. »
Selon M. Suvanto, « la réforme devra être réalisée de façon à ne pas perturber le marché de vente des véhicules ».
Les représentants de la branche automobile soulignent que la taxe sur l’achat de véhicules restera encore en vigueur pendant longtemps et les acheteurs ne doivent pas pousser l’achat d’une nouvelle voiture.
L’association des automobilistes critique le montant de la taxe par kilomètre. Le président de l’association, M. Pasi Nieminen, souligne qu’on ne connaît pas encore le coût de la construction et de l’entretien du système par satellites ou des investissements dans les voitures. Pour M. Nieminen, l’augmentation de la taxe sur les carburants donnerait les mêmes résultats mais couterait beaucoup moins cher.
HS/A6-7

Lex Nokia

Législation concernant la protection des données informatiques
Le ministère des Transports et des Communications a proposé, au printemps, d’annuler la réglementation dite Lex Nokia sur la protection des données informatiques. Cette réglementation restreint la confidentialité des communications informatiques, garantie par la Constitution.
C’est le ministère de l’Emploi et de l’Economie qui s’occupe désormais de la question. Il compte maintenir les principes de la Lex Nokia qui seraient par la suite inclues dans la législation concernant la protection de la confidentialité dans la vie professionnelle.
Une législation permettant à la police d’étudier les données informatiques dans le cas de soupçon d’espionnage ou viol de confidentialité professionnelle devra entrer en vigueur au 1er janvier 2014. Akava, confédération des diplômés du supérieur, relève que cette législation devrait suffire et qu’il sera désormais inutile d’autoriser l’employeur à surveiller les données informatiques des employés.
Akava s’était opposé à la Lex Nokia dès le départ, alors que le patronat EK, la confédération des ouvriers, SAK et la Confédération des employés, STTK, y étaient favorables.
M. Aarnio, délégué à la protection des données, souligne qu’il faudrait que les entreprises et les organisations s’occupent d’une sécurité informatique suffisante afin d’empêcher les fuites d’informations confidentielles. Pour lui, le bon côté de la Lex Nokia est qu’une de ces missions est de faire progresser la sécurité informatique. « J’ai toujours dit que, s’il s’agit de restreindre la confidentialité des communications des citoyens, il faut que cela se passe dans le respect ponctuel des principes des droits fondamentaux et des droits de l’homme ».
HS/A24-25

Economie

OP-Pohjola externalise 500 personnes
La banque OP-Pohjola a décidé d’externaliser 500 employés de ses services informatiques au profit des sociétés Accenture et CGI.
KS

Plan social à MTV3
La chaîne MTV3 a lancé un plan social qui pourrait conduire à la suppression de 30 emplois et à la mise au chômage technique de l’ensemble du personnel affecté à la rédaction des journaux de la chaîne.
KS

France - Finlande

Festival de Helsinki

Bilan : James Thiérrée salué
Helsingin Sanomat publie un bilan du festival d’Helsinki. Autant le directeur du festival Erik Söderblom que la critique (et le public) estiment que le nouveau cirque et surtout le spectacle de James Thiérrée, Raoul, fut l’un des moments forts du festival.
HS

France

Syrie

« La France apporte de nouvelles preuves sur les attaques chimiques en Syrie » TS
La presse finlandaise rapporte que les députés français ont reçu de nouvelles preuves de l’attaque à l’arme chimique par le pouvoir en Syrie.
TS HS

Tourisme

Tuk-Tuk à Paris
Turun Sanomat rapporte que des services de taxis thaïlandais Tuk-Tuk sont désormais disponibles à Paris.
TS

Lundi 2 septembre 2013

Politique étrangère et européenne

Syrie

Selon l’ONU, la Finlande et la Suède examineront les échantillons
Helsingin Sanomat relève que selon M. Farhan Haq, porte-parole du secrétaire général de l’ONU, les échantillons prélevés par le groupe d’enquêteurs de l’ONU en Syrie seront analysés par les laboratoires OPCW en Suède et en Finlande. La nouvelle a été annoncée par le journal suédois Ny Teknik.
Selon un mèl envoyé par M. Haq à Helsingin Sanomat, ces laboratoires ont été choisis par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques parmi 18 laboratoires dans différents pays. Des laboratoires en Allemagne et en Suisse sont en réserve.
La directrice de Verifin, laboratoire OPCW finlandais, Mme Paula Vanninen, se félicite de la nouvelle mais attend de recevoir la demande officielle de l’ONU.
La ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, n’a pas encore voulu commenter la nouvelle.
HS/sam/B2

Selon Mme Halonen, une attaque contre la Syrie serait une erreur
Selon Aamulehti, l’ancienne présidente, Mme Tarja Halonen, qui a été interviewée samedi par une émission télévisée d’Yle, estime qu’une éventuelle attaque des Etats-Unis contre la Syrie serait une erreur. Elle souligne qu’il faudrait d’abord examiner les preuves et ensuite prendre des décisions. « Je crains que les armes interdites soient utilisées par toutes les parties. »
Pour Mme Halonen, l’action de l’ONU à l’égard de la Syrie est faible.
AL/dim/A8

Selon Mme Räsänen, la Finlandais pourrait accueillir plus de mille réfugiés syriens
Aamulehti rapporte que la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, annonce qu’en théorie, la Finlande est préparée à accueillir entre 1000 et 2000 réfugiés syriens. Elle souligne toutefois qu’il n’y a aucune décision à ce sujet. « La Finlande n’a pas été sollicitée pour accueillir des réfugiés. »
La Finlande a déjà accordé une aide humanitaire de 12 millions d’euros à la Syrie.
AL/sam/A7

Politique étrangère finlandaise

Editorial : « La Finlande évite les missions internationales »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat note que ministère des Affaires étrangères a annoncé sur son site la semaine dernière que la Finlande a été choisie à la tête du comité du développement durable.
L’éditorialiste souligne qu’il n’y a pas de raison de négliger cette nomination. Il ne faut cependant pas oublier que la Finlande a décidé de ne pas présenter sa candidature pour le comité des droits de l’homme de l’ONU.
En même temps, la Finlande a évoqué une nouvelle politique étrangère et a rédigé de nouvelles stratégies. Cela donne une image qu’on souligne l’importance de la politique étrangère mais qu’on minimise son importance dans les faits.
Le retrait d’une candidature pour le comité des droits de l’homme donne l’image d’une politique passive. Beaucoup de choses se passent au niveau bilatéral, dans l’UE, à l’ONU et dans la coopération nordique mais le statut de la Finlande s’affaiblira sans une contribution dans les affaires les plus difficiles.
Toutes les portes sont cependant encore ouvertes. Les autres évaluent le statut de la Finlande mais la Finlande décide elle-même quels sont ses propres projets, conclut l’éditorialiste.
HS/lun/A4

Transports maritimes

Passage du Nord-Est
Helsingin Sanomat relève que la Russie a donné à l’armateur finlandais ESL Shipping des autorisations concernant trois navires d’utiliser le passage du Nord-Est pour des transports en Asie. Des navires-citernes de Neste Shipping et des brise-glace d’Arctia Shipping ont déjà utilisé ce passage ces dernières années.
Pour l’instant, le passage est encore peu utilisé mais il est prévu que le trafic y ira croissant.
La Finlande souhaite que l’ouverture du passage puisse lui bénéficier par exemple sous forme de l’obtention de transits de marchandises par la Finlande. Cela risquerait toutefois d’être cher au niveau des frais de logistique. M. Toivola, chef des transports maritimes hivernaux de l’agence nationale de Transports, estime que, dans le contexte du passage du Nord-Est, il pourrait y avoir une demande pour les connaissances finlandaises en matière de conditions arctiques.
HS/dim/B6-7

Le marin finlandais, une espèce en voie de disparition
Helsingin Sanomat relève que Neste Shipping a annoncé le transfert de pavillon concernant trois de ses navires qu’il possède ensemble avec le suédois Stena. Les marins finlandais représentent un coût important pour les armateurs. Leurs salaires sont plus élevés que ceux des marins concernés par les accords de la confédération internationale du secteur des transports, ITF, et, surtout, leurs contrats ne sont pas précaires. Internationalement, le modèle devenu plus courant est de conclure des contrats à durée déterminée concernant les marins.
Les trois navires de Neste Shipping navigueront désormais sous pavillon britannique. Huit employés ont été licenciés, mais au total, 120 emplois ont disparu du fait de différents arrangements.
L’état est l’actionnaire principal de Neste Oil à hauteur de 50,1 %.
HS/lun/A24
Politique intérieure

Social

Accord salarial global
Les confédérations syndicales et patronales ont approuvé vendredi un accord salarial global de trois ans qui prévoit une augmentation de 20 euros par mois la première année et de 0,4% la deuxième année. L’augmentation de la troisième année sera négociée dans deux ans. Les syndicats ont désormais huit semaines pour faire approuver dans les différentes branches cet accord global qui deviendra contraignant s’il rassemble environ 90% des salariés. Les semaines à venir seront donc marquées par des négociations dans les 280 branches de la vie économique.
Les syndicats ont insisté sur l’importance de la première augmentation, en 2014, égale pour tous et synonyme de « solidarité salariale ».
L’accord prévoit aussi que les partenaires sociaux s’entendent sur la réforme des retraites d’ici l’automne 2014. De plus, les partenaires sociaux vont négocier avec l’Eglise luthérienne de Finlande le report au samedi de deux jours fériés mobiles : l’épiphanie (6 janvier) et le jeudi de l’ascension.
L’association des contribuables a exprimé son inquiétude pour le pouvoir d’achat des Finlandais qui devrait diminuer de 0,6% en 2014 en raison de la modération salariale.
Les augmentations de 2014 et 2015 devraient signifier sur deux ans une augmentation des coûts des entreprises de 0,7%.
L’Etat a annoncé dès vendredi des mesures pour accompagner cet accord : les barèmes de l’impôt sur les revenus seront augmentés de 1,5 point, les droits et taxes sur les transports maritimes et ferroviaires de marchandises diminueront.
Le Premier ministre Jyrki Katainen (parti conservateur) et la ministre des Finances Jutta Urpilainen (PSD) ont exprimé leur satisfaction. Selon M. Katainen, « cet accord améliore la compétitivité de la Finlande qui s’était dégradée vis-à-vis de l’Allemagne et de la Suède. De plus, il maintient le pouvoir d’achat, c’est-à-dire la consommation intérieure. C’est un message vis-à-vis des observateurs étrangers que l’économie finlandaise est bien gérée ».
HS KS AL

Editorial : « L’accord salarial a été bien préparé » HS
L’éditorialiste se demande comment un accord salarial global, qui précédemment avait demandé des semaines de négociations a pu être entériné en un seul jour. Cela vient du fait qu’il est minimaliste, ne contenant que les augmentations de salaires. Et surtout il avait été bien préparé : par des négociations depuis le printemps et surtout ces deniers jours. L’éditorialiste estime que cet accord exceptionnellement long, qui garantit la paix sociale devrait stabiliser l’économie finlandaise et donner aux agences de notation étrangères encore plus de foi dans le fait que la Finlande va rétablir son économie. Il faut aussi espérer qu’il améliore l’emploi.
HS

Emploi

La proposition du gouvernement ouvrira des portes dans la vie professionnelle
Helsingin Sanomat relève que la décision du gouvernement de supprimer des obstacles de l’emploi notamment en permettant à un chômeur de gagner 300 euros par mois en travaillant sans pour autant perdre ses allocations chômage facilitera la situation de beaucoup de personnes.
Les petits travaux simples, souvent à temps partiel pourraient être la voie pour certaines catégories de personnes d’entrer ou de revenir dans la vie professionnelle. Il y a 70 000 personnes en Finlande qui cherchent du travail sans pour autant être aptes à un travail exigeant à plein temps. De plus, la moitié des 220 000 personnes handicapées souhaiteraient travailler, alors que ce n’est pas le cas aujourd’hui.
HS/dim/A12

Chrétiens-démocrates

Mme Räsänen a été réélue à la présidence
Aamulehti rapporte que les Chrétiens-démocrates se sont réunis vendredi en congrès de parti à Hämeenlinna.
La présidente du parti, Mme Päivi Räsänen, ministre de l’Intérieur, qui préside le parti depuis 2004, a été réélue pour un nouveau mandat de deux ans.
MM. Sauli Ahvenjärvi et Teuvo Riikonen continuent comme vice-présidents et Mme Laura Peuhkuri a été élue troisième vice-présidente en remplacement de Mme Sari Mäkimattila.
AL/dim/A8

Alliance des gauches

M. Yrttiaho reste dans le parti
Selon Helsingin Sanomat, le conseil bureau national de l’Alliance des gauches, réunis dimanche, a décidé à l’unanimité que le député Jyrki Yrttiaho ne serait pas renvoyé du parti. Selon Mme Aino-Kaisa Pekonen, vice-présidente, « M. Yrttiaho restera membre du parti mais nous désapprouvons son action pendant le dernier congrès du parti. » M. Yrttiaho avait alors participé, en même temps que ce congrès, à un évènement du Parti communiste.
M. Yrttiaho et un autre député de l’Alliance des gauches, M. Markus Mustajärvi, ont été exclus du groupe parlementaire dès le début de la législature. Ils ont formé leur propre groupe parlementaire, le Groupe de gauche.
HS/lun/A10

Grande distribution

Un secteur dominé par deux groupes
Dans son programme sur la politique structurelle, le gouvernement cherche à augmenter la concurrence dans le domaine du commerce. C’est souvent l’aménagement du territoire qui créé des obstacles pour la concurrence. Les groupes de grande distribution S et K disposent de plus de 80 % du marché. Outre le commerce, le gouvernement souhaite augmenter la concurrence également dans le domaine de l’approvisionnement médical et le secteur énergétique.
Helsingin Sanomat relève que par rapport aux autres pays de l’eurogroupe, la grande distribution est extrêmement concentrée en Finlande. Contre une moyenne européenne de 44 % du marché partagé entre trois groupes, deux groupes finlandais se partagent plus de 80 % du marché. HS relève que les raisons derrière cette évolution sont multiples allant la recherche de facilité par des consommateurs aux règles de l’urbanisme.
HS/dim/A12 HS/sam/B10

Education

Université des arts
La nouvelle Université des arts combinant les beaux-arts, la musique et les arts de scène démarrera aujourd’hui. L’idée est de chercher des synergies, encourager l’interdisciplinarité et diminuer la bureaucratie.
C’est Mme Tiina Rosenberg qui dirige l’université. M. Saku Mantere préside le conseil d’administration et Mme Paula Tuovinen est recteur adjoint.
HS/lun/B2

France - Finlande

Festival de Helsinki

Compagnie Non Nova
Hufvudstadsbladet et Demokraatti publient une critique des deux spectacles de la Cie Non Nova, à l’occasion du festival de Helsinki.
HBL/dim/35, Dem/12

Lo’Jo
Helsingin Sanomat publie une critique du concert de Lo’Jo.
HS/dim/C18

Musique

Jil Aigrot
Hufvudstadsbladet a interviewé Jil Aigrot qui se produit au Théâtre Savoy, les 11 et 12 septembre, avec son spectacle Edith – The Show.
HBL/lun/17, http://www.france.fi/2013/08/jil-aigrot-%C2%AB-la-voix-d%E2%80%99edith-pif-%C2%BB-en-concert-a-helsinki/?lang=fr

France

Syrie

« La France va sanctionner la Syrie » AL TS
Le correspondant en France pour Aamulehti et Turun Sanomat Patrick Le Louarn rapporte les principales déclarations du Président de la République dans Le Monde ainsi que les réactions en France.
AL TS

Culture - Tourisme

Marseille, capitale européenne de la Culture
Aamulehti publie un reportage sur Marseille qui est cette année capitale européenne de la culture.
AL

publié le 30/09/2013

haut de page