Revues novembre 2011

Mercredi 30 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Impasse dans le sauvetage de l’euro
Helsingin Sanomat estime qu’en refusant et l’intervention de la BCE et les euro-obligations, l’Allemagne s’est mis dans une impasse.
Lors de la réunion de l’eurogroupe, hier, la ministre des Finances Jutta Urpilainen a admis qu’il restait peu de temps. « Les semaines à venir seront cruciales pour l’avenir de l’euro. Je pense que l’on sera obligé de prendre des décisions ». Selon elle, l’intervention de la BCE est possible seulement quand toutes les autres solutions auront été essayées.
Mme Urpilaine estime aussi que les mesures d’économies et les réformes structurelles des pays endettés joueront aussi un rôle clé dans la sortie de crise.
Avant son départ à Bruxelles, Mme Urpilainen a déclaré que l’eurogroupe discuterait de l’intervention du FMI que souhaite la Finlande. « La Finlande milite activement pour un renforcement de l’intervention du FMI. Il y a eu un mouvement en cette faveur lors de la rencontre à trois avec l’Allemagne et les Pays-Bas », a déclaré Mme Urpilainen qui parle du FMI comme d’un second pilier dans l’aide aux pays européens endettés.
Mme Urpilainen estime que la discipline budgétaire va aussi être renforcée. « L’Allemagne promeut fortement un renforcement des règles budgétaires et du contrôle, y compris de sanctions automatiques pour les pays qui ne respectent pas les règles. C’est de cela que nous discutons maintenant ».
HS UD TS

On peut encore sauver l’euro, selon M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères estime sur son blog que la BCE doit intervenir pour résoudre la crise. « Face au risque de crise financière, il n’est pas raisonnable d’avoir peur d’une hausse de l’inflation. Ni les euro-obligations ni une réforme des traités n’apportera de solution à la crise actuelle. L’Allemagne et la Finlande ont raison de s’opposer aux euro-obligations », estime M. Tuomioja.

Editorial et commentaire : « La solution à la crise se profile » KL
Selon Kauppalehti, on ne sortira pas de la crise sans une intervention de la BCE, mais les divergences sur le modèle de cette intervention demeurent. La question est de savoir si une solution se dégagera avant le prochain conseil européen de décembre.
Dans le même quotidien économique le journaliste Jorma Pöysä estime que le moment où la BCE va utiliser la planche à billets se rapproche.
KL

Du sang neuf à la BCE
Kauppalehti rapporte que le français Benoit Coeuré va remplacer l’italien Bini Smaghi au directoire de la BCE.
KL

Iran

La Finlande condamne l’attaque contre l’ambassade britannique
Dans un communiqué publié hier, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a condamné fermement l’attaque contre l’ambassade du Royaume-Uni en Iran.

Maintien de la paix

Réactions sur la décision de réduire d’un quart les effectifs en Afghanistan
Après la décision du comité ministériel de politique étrangère et de sécurité hier (29.11) du retrait de 50 soldats finlandais en Afghanistan, le quotidien Aamulehti note que l’Afghanistan reste l’un des principaux partenaires de coopération en matière de développement. La coopération en matière de développement et la gestion de crise obtiendront, entre 2010 et 2014 en tout 110 millions d’euros. Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, a rappelé que la Finlande est le second participant dans l’opération du projet de gestion de crise civile EUPOL de l’UE, dirigée par le général de brigade Jukka Savolainen.
Le journaliste Kari Huhta fait remarquer dans le quotidien Helsingin Sanomat que la réunion d’UTVA a été prise rapidement, mais suivie d’une conférence de presse particulièrement dense. « Néanmoins, note le journaliste cette réunion a été précédée de discordances, qui ne se limitaient pas au simple nombre des soldats. La réduction des effectifs fait partie d’un projet plus vaste sur le soutien finlandais en Afghanistan dans les trois années à suivre ».
A ce propos, le ministère des Affaires étrangères a élaboré un rapport, qui selon le ministre Erkki Tuomioja sera approuvé au gouvernement la semaine prochaine et soumis au parlement en janvier prochain.
« La contribution finlandaise actuelle en Afghanistan a été forgée par les décisions prises depuis une dizaine d’années. La seule personne ayant participé à chacune de ces décisions est la présidente, Mme Tarja Halonen. Sa capacité à influencer l’opération est donc importante ne serait-ce que par sa position de chef suprême de l’armée et son pouvoir de décision sur les questions de gestion de crise militaire », estime Kari Huhta.
Le journaliste poursuit en constatant que la conséquente réduction des effectifs l’année prochaine s’est faite sur des critères politiques, bien que les soldats aient fait savoir que cela complique les patrouilles et affaiblit la sécurité. « Il pourrait y avoir en Afghanistan, davantage de soldats finlandais dans des fonctions plus nombreuses si Mme Tarja Halonen n’avait pas participé aux décisions. La demande d’effectifs supplémentaires a été constante. » « La ligne de la présidente concernant la gestion de crise militaire a peut-être semblé incertaine mais elle a toujours, de façon cohérente, souligné l’importance de l’aide civile. C’était également le cas mardi, et les priorités du rapport en témoignent. Le prochain président aura encore le temps de retoucher les parts militaires et civiles avant le transfert des questions sécuritaires prévu fin 2014 en Afghanistan. Cependant la longue série de décisions prises par Mme Halonen ne manquera pas de lier les mains de son successeur, et de servir d’une véritable leçon d’exercice du pouvoir », conclut le journaliste.
HS

La question sur la participation finlandaise au Liban aujourd’hui au parlement
Alors que la question sur l’éventuelle participation finlandaise au Liban est soumise aujourd’hui au parlement, le quotidien Suomenmaa note que la Finlande avait déjà participé à l’opération de la Finul en 1982-2001 avec un bataillon et en 2006-2007 avec un bataillon de génie finno-irlandais. En tout, 11 500 soldats finlandais ont participé à la Finul.
Il rappelle que le ministère des Affaires étrangères a réservé la somme de 8,9 millions d’euros et le ministère de la Défense la somme de 12 millions d’euros dans leurs budgets respectifs de l’année prochaine pour l’opération de la Finul.
SM

Politique intérieure

Accord cadre salarial

L’accord ne favorise pas l’égalité salariale entre les hommes et les femmes
Le gouvernement et l’opposition se félicitent de la création de l’accord cadre. Tous admettent toutefois que l’accord manque d’éléments concernant l’égalité des salaires entre les hommes et les femmes. Le gouvernement s’est engagé dans un programme pour diminuer l’écart entre les salaires des hommes et des femmes à 15 % d’ici 2015 au lieu de l’actuel écart de 18 %. L’accord cadre ne pallie pas à cet écart.
Mme Kiviniemi, Centre, aurait souhaité que le gouvernement se prononce clairement sur sa volonté de modifier la législation concernant l’égalité au lieu de mettre en place encore un groupe de travail. Mme Elsi Katainen, Centre, estime que le gouvernement est en train de tourner le dos aux femmes à bas salaires.
Mme Urpilainen, ministre social-démocrate des Finances, s’étonne de la logique des centristes qui font l’éloge des organisations syndicales pour l’accord carde mais accusent le gouvernement du fait que l’accord n’impose pas de parts d’augmentation salariale au titre de l’égalité.
M. Katainen, Premier ministre conservateur, a encore répété que l’accord augmentait la prévisibilité, la stabilité, le pouvoir d’achat des Finlandais ainsi que la compétitivité des entreprises. M. Tiilikainen, député centriste, a accusé le gouvernement d’inaction. Il souhaite des mesures en faveur de la croissance et de l’entreprenariat. M. Katainen se défend en constatant qu’il s’agissait justement de débattre de ce que le gouvernement a fait.
HS/A6

Editorial : « Il faudra que le gouvernement se mette à étudier les économies dans l’économie publique » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat note que depuis la formation du gouvernement, le Premier ministre et la ministre des Finances ont utilisé tout leur temps et énergie à résoudre les problèmes de la zone euro. Il serait temps de se tourner plus vers la situation de l’économie nationale.
M. Katainen et Mme Urpilainen ont pu s’entendre concernant la gestion de la crise européenne, ainsi que dans le soutien de la mise en place de l’accord carde. Les décisions concernant les cibles des économies et des coupes à faire au niveau national pourraient devenir le premier désaccord entre les deux chefs de la majorité depuis les négociations gouvernementales, estime l’éditorialiste.
Le Parti conservateur est nettement plus prêt à resserrer l’économie publique que le PSD ou l’Alliance des gauches. Les Verts seraient également plus favorables à des augmentations fiscales qu’à des coupes dans les dépenses.
L’éditorialiste rappelle que, lors de sa visite en Finlande, le Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz avait mis en garde contre les économies et avait parlé en faveur de mesures de relance, même au risque de l’endettement.
Puisqu’il est clair que le gouvernement aura du mal à trouver une entente sur les économies à faire, il serait opportun d’entamer les préparatifs dès cette année. L’éditorialiste conclut en rappelant que des solutions de long terme comme l’accord sur l’augmentation de l’âge de la retraite, offriraient une marge de manœuvre dans la situation actuelle.
HS/A2

Parlement

Les Vrais Finlandais ont déposé une motion de censure
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe parlementaire des Vrais Finlandais a déposé mardi une motion de censure sur la gestion de la crise de la dette et le sort de l’euro.
Les Vrais Finlandais ont voulu déposer la motion de censure sans le Centre, l’autre parti de l’opposition. Le président du parti, M. Timo Soini, souligne que le Centre a été l’architecte principal des trois premiers paquets d’aide aux pays européens endettés, tandis que les Vrais Finlandais se sont toujours opposés aux paquets d’aide.
Le gouvernement a quinze jours pour réponde à la motion de censure. M. Soini souhaite toutefois que le gouvernement donne sa réponse avec le conseil européen de décembre. Si le gouvernement répond plus tard cela donne, selon M. Soini, « une image étrange sur la démocratie finlandaise ».
Les Vrais Finlandais demandent dans la motion de censure entre autres si le gouvernement est préparé au démantèlement de l’euro, s’il approuve les euro-options ou le financement par la planche à billets de la BCE.
HS/A5

Eglise orthodoxe

Le synode s’est réuni à Heinävesi
Helsingin Sanomat relève que le synode de l’église orthodoxe de Finlande a commencé sa réunion hier dans le monastère de Valamo à Heinävesi.
Le synode prendra entre autres position à une initiative concernant l’éventuelle autocéphalie. L’église orthodoxe est autonome et attachée dans quelques affaires extérieures au patriarcat œcuménique de Constantinople. L’archevêque Leo souligne que les relations avec Constantinople sont bonnes. La position de l’église s’est détériorée en 2008, le patriarcat ayant enlevé le droit aux églises autonomes de participer au travail de développement théologique international intérieur et extérieur. Il s’agit en ce moment d’une rivalité entre les patriarcats de Constantinople et de Moscou et les petites églises ont intérêt à se faire discrètes.
Le métropolite Ambrosius, évêque de Helsinki, souligne que la question sur l’autocéphalie n’est pas de premier ordre pour les orthodoxes finlandais.
HS/A12

Logement

La demande en appartements à loyer modéré augmente à Helsinki
Selon Helsingin Sanomat, la queue de ceux qui souhaitent avoir un appartement du parc municipal de la ville de Helsinki a augmenté de 3 000 personnes pendant cet automne. Ce sont près de 23 700 personnes qui attendent un logement social. A Vantaa, il y en a 17 000 en ce moment.
HS/A13

Faits divers

Enlèvement à Espoo
Selon Helsingin Sanomat, un Finlandais a été enlevé vendredi dernier à Espoo. Pendant l’enlèvement, qui a duré quelques heures, sa maison a été cambriolée. La police n’a pas voulu révélé les détails de l’affaire.
HS/A13

Défense

Le défilé du jour de l’indépendance aura lieu à Tampere
Le défilé national du jour de l’indépendance, le 6 décembre aura lieu cette année à Tampere. Il regroupera environ 1000 personnes et plus de 50 véhicules.
Le défilé sera couronné par des survols de chasseurs Hornet et des hélicoptères NH90.
Tous les domaines de la défense seront représentés.
HS/A6

France – Finlande

Littérature

Seita Parkkola primée à Montreuil
Le festyival du livre de jeunesse de Montreuil a délivré sa Pépite du roman ado européen : Une dernière chance, de Seita Parkkola, traduit du finnois par Johanna Kuningas (Actes Sud Junior).

Culture

Art de Laponie
Kauppalehti publie une critique élogieuse du livre de Kai Linnilä, Lapin taide (Art de Laponie) qui présente des œuvres d’artistes finlandais, mais aussi des tableaux de François Biard (peintre envoyé par Louis-Philippe en Laponie au début du XIXème siècle) qui seront exposés bientôt pour la première fois en Finlande.
KL

Mardi 29 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

« Mme Urpilainen : La Finlande est favorable à la proposition allemande d’une réforme du pacte de stabilité » HS
« Mme Urpilainen contre les euro-obligations et un nouveau pacte de stabilité » HS
« Mme Urpilainen contre des obligations d’élite » UD
Helsingin Sanomat rapporte que Mme Urpilainen est sceptique sur la proposition franco-allemande d’un nouveau pacte de stabilité. Selon elle, le problème serait le rôle dévolu à la Commission ainsi que le contrôle de ces règles et leurs sanctions. « Personne ne sait si la France et l’Allemagne vont réellement proposer cela ».Mme Urpilainen rappelle que la Finlande a toujours parlé en faveur d’une commission forte qui protège les petits Etats. L’autre problème lié à une solution intergouvernementale est de savoir comment seront contrôlées les règles et s’exerceront les sanctions.
Selon Helsingin Sanomat, la ministre des Finances Jutta Urpilainen s’est toutefois déclarée favorable à la proposition de son homologue allemand : « L’inscription d’un renforcement du contrôle et des sanctions dans le pacte de stabilité est un moyen de monter que les Etats s’engagent dans une discipline budgétaire plus rigoureuse ».
Demari rapporte qu’en revanche Mme Urpilainen s’oppose à des euro-obligations qui seraient émises entre les pays du triple A, dites « euro-obligations d’élite ». Selon elle, les modèles d’euro-obligations ne sont pas une solution à la crise de la zone euro actuelle. Elle déclare que la question n’a pas été évoquée avec ses collègues allemand et néerlandais vendredi et que la position finlandaise n’a pas changé : « La position de la Finlande est que la crise actuelle ne vient pas d’un manque de solidarité, c’est pourquoi elle ne sera pas résolue en augmentant la solidarité ».
Selon elle, on a besoin de nombreux outils pour rétablir la confiance dans la zone euro et dans la prise de décision européenne ; Comme instrument, elle est favorable à un renforcement du FESF et à une mise en place accélérée du MES. Elle souhaite aussi renforcer le rôle du FMI.
Le Premier ministre Jyrki Katainen estimait hier que la proposition franco-allemande ne recevrait pas beaucoup de soutiens dans l’UE. « Nous ne considérons pas qu’un tel modèle soit bon », selon lui.
HS UD

Un nouveau pacte de stabilité permettrait l’intervention de la BCE
Les économistes Jaakko Kiander (Ilmarinen) et Reijo Heiskanen (Pohjola) sont favorables à une intervention de la BCE.
La directrice de l’UPI, Mme Tiilikainen s’inquiète d’alternatives qui permettraient de contourner les systèmes actuels de prise de décision. « Plus on remet en question le système de prise de décision, plus on contribue à l’affaiblir ». Selon elle, il faudrait réfléchir aux questions et décisions que l’on souhaite confier aux réunions ministérielles plutôt qu’à la commission.
TS KS

Editoriaux et commentaires
« Il ne faut pas que l’UE devienne un directoire » HS
« Le plan E » HS
« La BCE devra ouvrir ses coffres » KS
La correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat estime que l’on ne cesse de proposer de nouveaux plans pour sortir de la crise. « Du plan A on est passé au plan B et bientôt au plan Y. Et après Z ? On dira zut et on laissera éclater l’euro ? Ou bien on reviendra au plan B, comme BCE, qu’il aurait d’ailleurs été judicieux de choisir dès le début ».
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que la proposition franco-allemande prépare une intégration à plusieurs vitesses ou fait pression sur les pays non membres de l’euro, en particulier le Royaume-Uni, pour qu’ils agissent en fonction de l’intérêt commun, ou bien encore vise ces deux objectifs à la fois.
L’éditorialiste se demande ce qui doit guider l’intérêt de la Finlande dans ce contexte. « Le principal pour un petit Etat est que l’on ne contourne pas les prises de décision communautaires. La Finlande doit donc rechercher les moyens de développer l’UE qui donnent une place importante à la Commission et au parlement. Il faut donner à la commission – comme cela a été précédemment le cas dans les règles sur la discipline budgétaire – un rôle important de contrôle et de sanction. Même si l’on attend des propositions et des idées de tout le monde, il ne faut pas faire de la zone euro une dictature d’un couple de grands Etats. Les idées de la France et de l’Allemagne ne réussiront pas à arrêter la crise actuelle. Elles peuvent toutefois servir de base à de nombreuses solutions pour l’avenir dont l’une concerne les euro-obligations », estime l’éditorialiste qui engage les Etats à ne pas rejeter sur une seule base politique les euro-obligations proposées par la Commission. L’éditorialiste souligne en effet que, à certaines conditions, les euro-obligations peuvent constituer une solution intéressante.
HS

Afghanistan

La Finlande réduit d’un quart ses effectifs
La Finlande réduira d’un quart ses effectifs en Afghanistan à partir de l’année prochaine. Par ailleurs, la Finlande envisage de participer à une unité de l’OTAN qui forme les troupes de sécurité afghanes.
La présidente et le gouvernement ont décidé des nouvelles lignes de l’opération afghane lors de la réunion du comité ministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA) mardi matin (29.11). Ces grandes lignes feront l’objet d’un rapport remis au parlement, ce qui permettra le traitement de la question au sein du parlement et des comités ainsi qu’en séance plénière.
Selon le communiqué diffusé par le gouvernement, dans la réduction des effectifs l’année prochaine, il s’agit de revenir sur le renforcement décidé en 2010. Aujourd’hui, il y a 195 casques bleus finlandais en Afghanistan. Une majorité des soldats agissent avec les troupes suédoises à Mazar-i-Sharif en Afghanistan du nord. A la fin de l’année prochaine, il y aura 50 Finlandais de moins. En même temps, la Suède réduira ses troupes de manière à avoir 500 hommes au début de l’année, puis 400 à la fin de l’année.
La réduction réalisée par les Finlandais est particulièrement importante par rapport au nombre original des troupes, et selon diverses sources, il ya eu des désaccords à ce sujet. Les soldats ont considéré que les missions de patrouilles sont difficiles à réaliser en plus petits groupes.
Les patrouilles se poursuivent jusqu’à nouvel ordre malgré la décision de transférer des Finlandais de plus en plus vers des activités de formation. L’OTAN est en train de voir comment organiser la formation des policiers et soldats afghans alors que les effectifs seront réduits d’ici 2014. La décision finlandaise de participer à l’unité de formation de l’OTAN est une nouvelle ligne de politique. Par contre la décision d’insister sur la coopération en matière de développement et de gestion de crise civile confirme sa ligne antérieure.
HS

Politique intérieure

Election présidentielle

Sondage : l’audience de M. Lipponen ne bouge pas
Helsingin Sanomat rapporte que selon les résultats d’un sondage sur la popularité des candidats présidentiels, effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte du quotidien, 20 % des électeurs ne savent pas encore pour qui voter à l’élection présidentielle, dont le premier tour aura lieu le 22 janvier prochain. Au sondage précédent, 13 % n’ont pas pu dire quel était leur candidat.
Le candidat conservateur, M. Sauli Niinistö, reste en tête avec une audience de 41 %, contre 44 % au début du mois de novembre et 50 % en octobre. Il est suivi de M. Timo Soini, candidat des Vrais Finlandais, 9 %, du centriste Paavo Väyrynen, 8 %, du social-démocrate Paavo Lipponen, 7 %, du candidat vert Pekka Haavisto, 5 % de M. Paavo Arhinmäki (Alliance des gauches), 4 %, et de Mmes Eva Biaudet (Parti suédois), 3 %, et Sari Essayah (Chrétiens-démocrates), 1 %.
La secrétaire générale du Kokoomus, Mme Taru Tujunen, ne s’inquiète pas de la baisse de la popularité de M. Niinistö. « Un changement de quelques points n’est pas significatif. Les électeurs s’intéressent toujours plus aux candidats de leur propre parti quand les élections approchent. Elle estime que la campagne présidentielle s’accélèrera après Noël.
HS caractérise les candidats de « M. Niinistö et les sept nains ». On ne sait pas du tout qui accompagnera M. Niinistö au second tour.
Le plus grand changement est l’augmentation du nombre de ceux qui ne savent pas pour qui voter. M. Juhani Pehkonen, directeur de recherche de TNS Gallup, rappelle que ce même phénomène a eu lieu il y a six ans. Cela signifie que les électeurs se sont réveillés pour évaluer sérieusement les candidats.
L’audience de M. Lipponen a été bloquée à 7 % pendant tout l’automne. Selon M. Mikael Jungner, secrétaire général du PSD, « on ne verra l’effet de la campagne de M. Lipponen dans son audience qu’après Noël ». Il estime que M. Lipponen a amélioré sa présentation dernièrement. Selon M. Jungner, le PSD compte rendre plus efficace sa participation au travail électoral de M. Lipponen. « Une audience de 7 % est nettement intérieure à celle du parti. On la fera augmenter en encourageant les électeurs sociaux-démocrates. » Selon le sondage, 44 % des électeurs du PSD voteraient pour M. Niinistö et 34 % pour M. Lipponen.
La grande centrale syndicale SAK ne compte prendre position en faveur d’aucun candidat.
A la lumière de ce sondage, M. Niinistö aurait environ 70 % des voix au second tour, quel que soit son adversaire.
Le sondage a été effectué du 15 au 26 novembre auprès de 978 Finlandais.
HS/A7

Editorial : une course dure pour la deuxième place
Selon l’éditorial de Helsingin Sanomat, la question la plus intéressante en ce moment est de savoir qui sera le challenger de M. Niinistö au second tour de l’élection présidentielle le 5 février prochain.
Selon le sondage effectué pour le compte de HS, MM. Soini et Väyrynen sont plus populaires chez les électeurs de leurs propres partis, tandis que M. Niinistö est plus populaire chez les sociaux-démocrates que M. Lipponen.
M. Lipponen a un véritable problème d’image qu’il doit résoudre avant de pouvoir défier M. Niinistö.
Pour le Centre et M. Väyrynen, la constellation actuelle est déjà une victoire : le parti et son candidat sont revenus parmi les grands.
Au début, l’audience de M. Haavisto a été importante par rapport aux autres candidats. Le sondage récent lui a accordé une popularité de 5 % et on peut se demander si le candidat vert sera exclu du groupe des candidats principaux.
HS/A2

Accord cadre salarial

Le gouvernement soutiendra l’accord avec 400 millions d’euros
L’accord cadre conclu est qualifié d’historique notamment du fait qu’outre l’industrie et l’ensemble du secteur public, le secteur des transports est concerné. Au total, l’accord concerne 94 % des salariés.
M. Pukkinen, directeur général du patronat EK, estime que l’accord de modération salariale garantira pour sa part la compétitivité des entreprises et créé une prévisibilité dans la politique économique.
Le Parlement débattra dès aujourd’hui du paquet de soutien du gouvernement qui consiste en mesures de 410 millions d’euros.
M. Katainen, Premier ministre, rappelle qu’il y a un nombre limité de choses sur lesquelles la Finlande peut peser, mais que les solutions salariales soutenant la paix sociale, le pouvoir d’achat et l’emploi en font partie. « Il y a lieu d’être extrêmement satisfait. »
Mme Urpilainen, ministre des Finances, se félicite de l’accord et estime que c’est un modèle dont on pourrait se servir également par la suite.
L’accord cadre comprend des augmentations salariales de 4,3 % sur 25 mois : 2,4 % les treize premiers mois et 1,9 % concernant douze mois. Une prime forfaitaire de 150 euros sera versée à tous ceux qui travaillent depuis trois mois.
La fiscalité des salariés sera allégée de 0,2 % afin de compenser l’augmentation de la cotisation retraite. L’impôt sur les sociétés sera allégé de 0,5 % en plus de 1 % prévu déjà auparavant.

Réactions des économistes
M. Korkman, directeur général de l’institut de recherche économique Etla, considère comme positif la paix sociale et politique que l’accord signifiera. Pour lui, l’accord a également rétabli l’autorité des confédérations syndicales. M. Korkman n’est pas convaincu que l’accord permette d’améliorer la compétitivité de la Finlande. Il regrette que l’Etat y consacre 400 millions au moment où le déficit budgétaire s’élève à sept milliards.
M. Holm, directeur général de l’institut de recherche économique Pellervo, estime que l’accord permettra une stabilité dans un moment difficile. Il relève toutefois qu’en cas de récession, il reviendra cher pour les entreprises.
HS/A5

Point de vue : « Faut-il relancer ou faire des économies ? » HS
HS publie un billet de Mme Elonen de son service politique, qui relève que M. Katainen souligne l’importance de la stabilité et des économies comme le principal moyen d’y arriver. Il faut des coupes et des augmentations fiscales.
Mme Elonen rappelle que, lors de la dernière récession en 2008, M. Katainen, ministre des Finances à l’époque, a souligné l’importance de la relance économique. Il fallait alléger la fiscalité, lancer des projets, s’endetter – au nom de la relance.
Le programme gouvernemental prévoit des augmentations fiscales de 2,5 milliards d’euros. Le Parti conservateur serait prêt à en introduire d’autres au printemps. Le PSD hésite. Mme Urpilainen a peur que le chômage, la pauvreté et l’exclusion augmentent, alors que M. Katainen craint que l’augmentation de la dette publique engendre une augmentation des intérêts. Mme Elonen prévoit un débat animé sur les mesures à choisir dès cet automne.
HS/A6

Economie

Les Finlandais sont plus pessimistes quant à l’avenir
Helsingin Sanomat relève que le Centre national de la statistique, qui a interviewé les Finlandais, annonce que près de la moitié des personnes interrogées estiment que l’économie se détériorera. 15 % seulement ont été optimistes, tandis qu’il y a un an, les chiffres étaient inverses.
La croyance de l’industrie est parmi les plus pessimistes de toute l’Europe. « Les entreprises attendent et se préparent au pire », selon l’économiste principale du patronat de l’industrie, M. Penna Urrila.
L’OCDE ne prévoit qu’une croissance de 1,4 % en 2012 pour la Finlande.
Les magasins finlandais, dont Stockmann et Sokos, attirent des clients avec des coupons de réduction de 20 % avant Noël.
HS/B3

Financement des innovations

Tekes envisage de prendre plus de risques en s’investissant dans des entreprises plus petites qu’avant
L’agence nationale pour le développement technologique, Tekes, envisage de financer des entreprises plus petites et comportant plus de risques que jusqu’à présent.
Les crédits de Tekes diminueront de 50 millions d’euros en 2012 et l’agence envisage de financer moins de projets mais investir plus dans ceux qu’elle choisit de soutenir. Tekes cherche surtout des entreprises qui ont une ambition déterminée.
Un tiers du financement, soit 120 millions d’euros, sera consacré à des entreprises de moins de six ans. Les entreprises employant moins de 500 personnes auront également un tiers du financement.
En 2010, Tekes a participé au financement de 1900 projets à hauteur de 633 millions d’euros.
HS/B4

Placements

Les petits actionnaires se mobilisent
Les cours diminués des actions attirent les petits actionnaires. Traditionnellement, les petits actionnaires finlandais ne vendent pas leurs actions lors de diminution des cours mais au contraire se profitent de la situation pour en acheter.
L’opérateur Elisa se situe en premier rang quant au nombre d’investisseurs privés (216 227) suivi de Nokia (210 939) et de Fortum (95 100).
C’est le grand magasin Stockmann (53 255) qui a le plus augmenté le nombre de ses petits actionnaires. L’entreprise a connu une augmentation de 20,9 % de juin en septembre.
HS/B5

Lundi 28 novembre 2011
Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Mme Urpilainen souhaite maintenir la responsabilité des établissements privés dans le MES
La Finlande souhaite un rôle important au FMI
Lors de sa rencontre à Berlin avec ses homologues allemand et néerlandais, la ministre finlandaise des Finances Jutta Urpilainen a déclaré que ces trois pays « souhaitaient tous protéger leurs finances et avaient des positions proches, ce qui rendait naturel le fait qu’ils se consultent régulièrement ». Les trois Etats rejettent une intervention de la BCE sur le marché des obligations. Selon Mme Urpilainen, la Finlande n’est favorable à une intervention de la BCE que si aucun autre moyen n’est possible. « Mais nous voulons ava nt tout renforcer le rôle du FMI », souligne-t-elle.
Interrogée sur les informations selon lesquelles la majorité des Etats ne souhaitent pas inclure la responsabilité des établissements privés dans le mécanisme européen de stabilité, Mme Urpilainen déclare : « Je n’y crois pas. Il y a d’autres Etats que la Finlande qui sont critiques sur cette proposition. » Mme Urpilainen souligne que la Finlande est vigoureusement opposée à l’abandon de la responsabilité des établissements privés.
La Finlande est en revanche favorable au projet de la commission concernant un contrôle a priori des budgets des Etats membres par la Commission. « Notre position est qu’il faut augmenter a transparence, la rigueur et l’automaticité des sanctions.
Mme Urpilainen a en revanche exprimé son étonnement après les révélations du Bild sur un projet de nouveau pacte de stabilité qui serait proposé par le couple franco-allemand. Mme Urpilainan, qui venait de rencontrer son homologue allemand a déclaré n’en être pas informée. Elle souligne que la Finlande est ouverte à diverses solutions pour renforcer la discipline budgétaire dans l’UE. « Nous sommes pour une commission forte car c’est l’intérêt des petits Etats membres », a-t-elle déclaré.
HS TS

Selon M. Korkman, la BCE doit choisir entre les principes et la crise
Le directeur de l’ETLA, M. Sixten Korkman estime que la BCE devra intervenir lorsque le nouveau premier ministre italien Mario Monti aura présenté son plan de rigueur devant le parlement italien. Selon lui, il n’y a pas de risque d’inflation. Il estime que le FESF est trop limité pour intervenir et qu’il n’y a pas assez de temps pour créer des euro-obligations. C’est pourquoi la BCE doit intervenir. Concernant les projets éventuels d’un nouveau pacte de stabilité, M. Korkman estime qu’il est « difficile de voir comment cela pourrait constituer une solution à la crise actuelle ».
TS

Editoriaux
« La BCE a en main les clés de la sortie de crise » Kaleva
« L’Europe à contre-temps » AL
« Un abaissement de la note de la France diviserait les fondateurs de l’euro » HS
Aamulehti estime que les Etats européens doivent appliquer rigoureusement les règles européennes déjà existantes avant d’en créer d’autres.
Kaleva considère que la BCE pourrait endiguer la crise en intervenant. L’éditorialiste comprend toutefois que la BCE tienne à son indépendance.
Helsingin Sanomat estime qu’un éventuel abaissement de la note de la France la ferait chuter économiquement et politiquement du groupe des Etats les plus forts, ceux crédités du triple A. Dès lors l’axe franco-allemand qui a fait avancer l’euro fléchirait un peu plus – mais il est peu probable que dans la crise actuelle et le manque de leadership, on le regrette », conclut HS.
HS

Interview de M. Tuomioja

« Les sociaux-démocrates soutiennent naturellement les sociaux-démocrates »
Helsingin Sanomat a interviewé le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, lors des vols entre Le Caire, Tunis et Tripoli dans le but de savoir si le monde de M. Tuomioja avait changé depuis les années 1960. Anti-impérialiste, critique du système de production capitaliste à l’époque, M. Tuomioja estime aujourd’hui que le statut des grandes entreprises multinationales a changé dans le sens où, avec la mondialisation, elles sont devenues des représentants d’une politique pacifiste car les conflits – mis à part pour l’industrie d’armement – ne font que gêner leurs activités.
M. Tuomioja estime qu’avec la croissance démographique, la dépendance mutuelle a augmenté pour diminuer la marge de manœuvre d’une politique de force. « On ne peut plus se permettre d’ignorer les conflits lointains », dit-il.
HS évoque l’attitude critique du ministre à l’égard des Etats-Unis. M. Tuomioja précise qu’il ne s’agit que [de l’attitude critique à l’égard] du fait que ce pays dispose d’un statut tellement déterminant – en bon et en mal.
Concernant la présidentielle, M. Tuomioja relève qu’en tant que social-démocrate, il envisage de voter pour un social-démocrate. Il n’a pas été en contact avec M. Lipponen depuis cinq ans.
HS estime que M. Tuomioja est constant concernant par exemple Israël, ou la politique étrangères finlandaise. A la question de savoir ce qui est le plus important dans la politique étrangère finlandaise, il estime que concernant l’intérêt national de la Finlande, il est extrêmement difficile, dans le monde actuel, de la mettre en œuvre en contradiction avec l’intérêt national de quelqu’un d’autre.
Concernant la Russie, M. Tuomioja estime que même si l’état de sa démocratie n’est pas le meilleur possible, il y a lieu d’être optimiste à long terme. Il estime que la modernisation et la démocratisation sont indispensables pour la Russie elle-même.
Quant à l’UE, M. Tuomioja se déclare assez déçu. A la regarder de l’intérieur après une pause de quatre ans il n’est pas loin d’un choc culturel. Pour lui, on n’a pas beaucoup avancé, par contre, à plusieurs égards, on a reculé, selon lui.
Concernant la crise de l’euro, il regrette que les chefs d’Etat et de gouvernement n’ont actuellement guère de temps pour la politique étrangère.
HS/sam/B3

Syrie

Russie et l’ONU
Turun Sanomat relève que le Kremlin semble petit à petit changer sa position sur la Syrie et rappelle que M. Tuomioja a récemment constaté que « même la Russie voit si une situation devient désespérée ».

Institut finlandais à Damas
L’Institut finlandais au Proche-Orient est en train de mettre l’accent de ses activités à Amman au lieu de Damas ou il est installé.
TS

Durban

Il faudrait arrêter de jouer la montre aux dépens du climat
Mme Haunia, représentant de la Finlande aux négociations climatiques, regrette que les plus grands émetteurs de CO2, la Chine et les Etats-Unis, jouent la montre alors que le changement climatique s’accélère.
Elle estime que les engagements devraient concerner tout le monde. Actuellement il semblerait que les pays qui envisagent de s’engager aux restrictions d’émissions ne chargent que de 16 % de toutes les émissions.
Mme Haunia relève que selon des spécialistes, il faudrait agir avant 2015.
Les organisations environnementales finlandaises attendent de la Finlande et de l’UE un travail actif pour garantir la poursuite du traité de Kyoto.
AL/ven/A12

ONU

La campagne de la Finlande en vue du conseil de sécurité de l’ONU avance
Selon Turun Sanomat, les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères estiment que le lobbying actif de la Finlande en vue du conseil de sécurité des Nations Unies avance bien.
« Nous soutenons notre cause et sommes prudemment optimistes », dit le conseiller Kari Kahiluoto qui mène la campagne finlandaise. « Un point fort de la Finlande est qu’il y une large approbation nationale à l’égard de la politique onusienne actuelle. Nos concurrents n’ont pas par exemple de consensus sur la question relative à l’Afghanistan. »
La Finlande fait du lobbying surtout auprès des pays en voie du développement qui comprennent les questions environnementales comme de nouveaux facteurs de sécurité.
La Finlande a voulu se montrer comme un acteur crédible et actif dans les questions des droits de l’homme et du développement, du désarmement et de la consolidation du droit international.
M. Kahiluoto admet que si la Finlande entre au conseil de sécurité, cela nécessitera une capacité de réagir plus rapidement aux questions d’actualité internationale.
A la question de savoir pourquoi la Finlande, qui ne veut pas souvent s’exprimer concernant les conflits internationaux, veut entrer au conseil de sécurité, M. Kahiluoto répond : « Maintenant c’est le tour de la Finlande d’assumer une responsabilité collective. En tant que membre du conseil de sécurité, la Finlande peut renforcer son identité et sa souveraineté ».
TS/lun/13

Energie

« L’AIE inquiète des intentions de l’opposition française » HS
Helsingin Sanomat rapporte que lors de son intervention dans un séminaire organisé au siège de Fortum, vendredi, l’économiste en chef de l’Agence internationale de l’Energie a exprimé ses inquiétudes sur les conséquences de l’accord entre les socialistes et les Verts en France.
HS

Accueil des réfugiés

Selon la ministre de l’Intérieur, il s’agira de fermer des centres d’accueil des réfugiés
La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen, estime que le besoin de locaux pour accueillir des réfugiés ira diminuant avec le raccourcissement des délais d’étude des dossiers et avec la précision des critères de regroupement familial.
Le ministère des l’Intérieur a annoncé, la semaine dernière, qu’il s’agirait de fermer quatre centres d’accueil. L’objectif d’économies de 20 millions d’euros pourrait nécessiter d’autres fermetures encore, selon Mme Räsänen.
HS/sam/A7

Politique intérieure

Parlement

Les Vrais Finlandais vont déposer une motion de censure sur la crise de la dette
Helsingin Sanomat rapporte que, sur son blog, le président des Vrais finlandais et candidat à la présidentielle Timo Soini annonce que son parti va déposer une motion de censure contre le gouvernement sur la gestion de la crise de la dette souveraine en Europe.
L’objectif est d’obliger le gouvernement a présenter en séance plénière ses objectifs en politique européenne avant le conseil européen de décembre.
Selon lui, « il faut couper le robinet » des aides aux pays endettés. De plus, il ne faut pas faire de la BCE un nouveau NKVD (parti communiste d’URSS) : « En URSS, c’est le NKVD qui décidait de tout. Dans les pays européens, se développe aujourd’hui l’idée pernicieuse que seule la BCE sait comment résoudre la crise de l’euro ».
HS

Election présidentielle

L’épouse de M. Soini a participé au lancement de la campagne présidentielle
Helsingin Sanomat rapporte que la campagne présidentielle de M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, a été lancée officiellement vendredi. Le quotidien a été surpris du fait que Mme Tiina Soini a participé au lancement de la campagne de son mari. « Je ne compte pas faire campagne. Mon mari est un bon candidat et s’occupe de son travail », a déclaré Mme Soini.
Selon M. Soini, la Finlande ne peut avoir qu’une politique étrangère et les Vrais Finlandais participent à sa construction. Cela ne concerne toutefois pas la politique européenne, souligne le candidat des Vrais Finlandais.
M. Soini est actuellement président de la commission des affaires étrangères du Parlement et il considère cette tâche comme un bon exercice pour les fonctions du président.
HS/sam/A9

Mme Essayah a lancé sa campagne présidentielle
Selon Helsingin Sanomat, le conseil national des Chrétiens-démocrates a nommé samedi Mme Sari Essayah, parlementaire européenne, officiellement à la candidature présidentielle du parti et sa campagne a été lancée immédiatement après cette réunion. Les Chrétiens-démocrates ont souligné le passé sportif de Mme Essayah, championne du monde en 1993 et de l’Europe en 1994 (10 km marche). Son slogan est « un pas d’avance ».
Mme Essayah désapprouve fortement le soutien que la Finlande a accordé à la Palestine dans le cadre de l’Unesco. « Il ne faut pas que cela se répète lors du vote sur l’adhésion proprement dite à l’ONU », a-t-elle souligné.
HS/dim/A7

M. Haavisto sur la Russie
Helsingin Sanomat relève que le M. Pekka Haavisto, candidat présidentiel de l’Alliance verte, est ennuyé de la façon dont certains candidats présidentiels parlent de la Russie, notamment les commentaires « d’une sorte de démocratie » ou « d’un espèce de démocratie » en Russie. « Quelques un de mes collègues parmi les candidats sont coupables de cette minimisation de la Russie – et de la démocratie », a déclaré M. Haavisto samedi lors de la réunion du bureau national de son parti. Il souligne que les Finlandais devraient abandonner les sentiments de supériorité et voir quels sont les points où les règles de la démocratie ou de la liberté d’expression sont violées en Russie.
HS/dim/A7

Selon M. Haavisto, les Finlandais ne devraient pas rester plus longtemps en Afghanistan
Candidat à la présidence et député du Parti des verts, M. Pekka Haavisto, estime qu’au lieu de rester en Afghanistan, la Finlande devrait investir pour la gestion de crise civile dans le pays. « Le grand problème est que l’OTAN a pris en main les questions de sécurité par le biais de l’opération FIAS sans qu’il n’y ait cependant de processus de paix », affirme M. Haavisto dans une interview au quotidien Hufvudstadsbladet.
HBL28.11/5

Défense

La liste des garnisons condamnées à la fermeture sera publiée en janvier
Les grandes lignes de la réforme de la défense nationale commencent à se dessiner. Les futures réformes de la défense nationale seront à l’ordre du jour au séminaire du comité ministériel de politique étrangère et de sécurité, qui se tiendra en collaboration avec le gouvernement et la présidente avant noël.
Selon le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, le programme des économies et la réforme de la défense nationale seront publiés en janvier. Dés lors, on connaitra la liste des garnisons condamnées à la fermeture.
Des économies seront réalisées en écourtant la durée des services, en proposant des arrangements de départ pour des officiers séniors, en diminuant la taille de la réserve et probablement en licenciant du personnel.
HS28.11/

Acquisition d’un nouveau bâtiment de garde pour le corps des garde-frontières
Le parlement a accordé près de 100 millions d’euros pour l’acquisition d’un nouveau bâtiment de garde pour le corps des garde-frontières.
La construction du navire devrait être terminée d’ici 2014. Le navire pourra stocker 1200 mètres cubes de pétrole.
TS/13

Communes

Mme Kiviniemi accuse le Kokoomus de darwinisme administratif
Selon Helsingin Sanomat, les centristes ont critiqué ardemment le gouvernement concernant les préparatifs de la réforme des communes lors de la réunion du conseil national du parti samedi à Oulu. La présidente du parti, Mme Mari Kiviniemi, a accusé les conservateurs et le gouvernement d’une politique autoritaire dans la réforme des communes.
Elle a rejeté l’avis du Premier ministre Katainen, selon lequel les communes n’ont qu’une valeur en tant qu’organisateurs des services. Pour Mme Kiviniemi, les communes font partie du noyau dur de la démocratie finlandaise. « Pour les conservateurs, les services des communes doivent être livrés au darwinisme et n’exister que dans les communes de triple A et pour les citoyens les plus forts. »
Mme Kiviniemi a fait l’éloge du candidat présidentiel du parti, M. Väyrynen, qui a fait campagne dans les quatre coins du pays sans se ménager.
HS/dim/A7

La réforme des communes déchire le Kokoomus et l’association des communes
Helsingin Sanomat rapporte que la réforme des communes menace de déchire l’association des communes. Les petites communes accusent leur groupement d’intérêt de mener les fusions des communes. Certaines communes ne veulent plus payer les cotisations à l’association.
Les conservateurs ne sont pas d’accord sur la réforme menée par la ministre conservatrice Henna Virkkunen. Mme Marjo Matikainen-Kallström, députés d’Espoo, qui rejette les fusions dans la région de la capitale, est favorable à une coopération entre différentes secteurs.
Le député centriste Tapani Tölli, ancien ministre chargé des communes, estime que « les communes doivent décider elles-mêmes ce qu’elles font ».
La députée social-démocrate Rakel Hiltunen, président du conseil de l’association des communes, souligne que les communes ne peuvent pas être obligées à des fusions.
HS/lun/A8

Négociations salariales : L’accord cadre a vu le jour

Les négociations en vue d’une convention collective pour les camionneurs et les dockers ont terminé cette nuit ce qui permettra de conclure l’accord cadre concernant environ deux millions de salariés. Les partenaires sont prévus avoir un entretien avec le Premier ministre, M. Katainen, aujourd’hui.
Rappelons que l’accord cadre prévoit des augmentations de 4,3 % sur deux ans et un prime forfaitaire de 150 euros.
www.hs.fi

Culture : Une chanteuse à la tête de l’Opéra

C’est la mezzosoprano Lilli Paasikivi qui succèdera au chef d’orchestre Mikko Frank comme directeur de l’Opération national de Finlande à partir d’août 2013.
HS

France – Finlande

Littérature : Les Fleurs du mal

Helsingin Sanomat consacre une critique élogieuse de la traduction en finnois de l’œuvre maitresse de Charles Baudelaire par Antti Nylén.
HS

Théâtre : Variations énigmatiques

Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse de la pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt jouée par le théâtre Valtimonteatteri.
HS

Vendredi 25 novembre 2011
Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Visite de M. Rehn en Finlande : « Il faut une politique économique commune »
Hier, à Helsinki, lors d’un forum organisé par la présidente Halonen, le commissaire à l’économie Olli Rehn a déclaré qu’il fallait renforcer la politique économique commune. « Une monnaie commune nécessite une coordination poussée en politique économique ». « Le temps des solutions de compromis est révolu. Il faut choisir désormais entre une lente dissolution de la zone euro ou un renforcement significatif de l’union économique afin de prévenir de telles crises ».
Conscient de l’opposition en Finlande et en Allemagne aux euro-obligations, M. Rehn demande toutefois une étude analytique des propositions de la Commission.
M. Rehn engage l’union à resserrer les rangs et à parler d’une seule voix.
M. Rehn a aussi exprimé son souci concernant le changement d’atmosphère en Finlande. « J’ai remarqué un complexe de supériorité », a-t-il dit, faisant référence aux propos du ministre des Affaires européennes M. Stubb.
M. Rehn a mis en garde la Finlande contre le risque d’isolement.
AL

Mme Urpilainen pour une intervention de la BCE mais contre les euro-obligations
Dans une interview accordée au journal allemand Die Zeit, la ministre des Finances Jutta Urpilainen a déclaré que la BCE pourrait élargir ses achats d’obligations d’Etats si les autres mesures ne permettent pas de circonscrire la crise de la dette. Elle estime qu’en revanche les euro-obligations sont totalement exclues pour la Finlande. Mme Urpilainen a souligné que, come l’Allemagne la Finlande était attachée à l’indépendance de la BCE. Néanmoins, si les autres mesures ne fonctionnent pas, il faudra envisager un renforcement du rôle de la BCE et du FMI, selon elle.
Au Parlement, lors du débat sur les questions orales, la Ministre des Finances Mme Urpilainen a déclaré que la crise ne touchait pas seulement la Grèce et l’Italie. Le risque de propagation touche, selon elle, la France aussi. Elle estime que le modèle nordique peut montrer l’exemple.

« L’incertitude sur les marchés n’a pas encore d’effet sur les obligations finlandaises » HS
Editorial : « La crise de la dette s’immisce au cœur de la zone euro » HS
Commentaire : « Deux solutions, un opposant » KL
La Finlande n’a pas à lever de fonds sur les marchés avant le printemps prochain. En effet, la Finlande lève des fonds 6 à 7 fois par an ; la dernière fois c’était en octobre et la Finlande n’a pas eu de difficultés à se financer à un bon taux. L’année prochaine, la Finlande devra lever en tout 23 milliards d’euros, dont 7 milliards correspondent à une augmentation nette de la dette.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat revient sur les difficultés, hier, de l’Allemagne à lever des fonds. « « Si les difficultés de l’Allemagne devaient se poursuivre, on peut prédire pour la Finlande aussi des difficultés à se financer à un taux raisonnable ».
Le correspondant à Munich de Kauppalehti estime qu’il reste deux solutions, les euro-obligations ou une intervention de la BCE, mais qu’il y a un opposant à ces solutions, l’Allemagne. Selon lui, le second scénario, d’une intervention de la BCE, serait plus probable car la BCE pourrait toujours décider de mettre fin au bon moment à ses interventions.
HS

Point de vue : « La commission est le gouvernement de l’UE »
La directrice de l’institut finlandais des relations internationales, Mme Teija Tiilikainen estime que les propositions du président du parlement européen, M. Jerzy Buzek sur la politisation de la commission comme gouvernement de l’UE responsable devant le Parlement sont à prendre au sérieux et pourraient faire l’objet de propositions concrètes si une révision des traités était envisagée, par exemple pour résoudre la crise de la dette souveraine.
HS

Directive européenne sur l’efficacité énergétique

M. Häkämies souhaite plus de flexibilité
Le ministre de l’Economie, M. Häkämies, estime que la directive sur l’efficacité énergétique en préparation dans l’UE pourrait coûter jusqu’à 800 millions d’euros par an au secteur communal.
M. Häkämies souligne que la Finlande est engagée dans l’objectif d’améliorer l’efficacité énergétique de 20 % d’ici 2020, mais souhaite que la directive soit plus flexible.
HBL/3

Sécurité des logements

L’UE veut diminuer la teneur en radon
Aamulehti rapporte qu’actuellement, une teneur en radon de 400 unités est tolérée dans les veux logements. Si la directive projetée par la Commission européenne est adoptée, la teneur tolérée diminuera à 300 unités (Bq). Concernant les nouveaux logements, la limite restera à 200 unités.
Selon le Centre national de radioprotection et de sureté nucléaire STUK, il y a en Finlande environ 100 000 logements qui ne remplissent pas les nouveaux critères. Les travaux nécessaires pour remplir les critères couteraient environ 3 000 euros par maison.
Le gouvernement finlandais a adopté hier un avis négatif sur le projet.
Selon M. Mikko Paunio, conseiller du ministère des Affaires sociales et de la Santé, la haute teneur en radon en Finlande, due à la consistance de la roche et à l’ère glaciale, est exceptionnelle en Europe.
AL/A4

Défense

Le Parlement a approuvé les accords interdisant les mines anti-personnel
La Finlande adhère aux accords d’Ottawa. Le Parlement a voté par 110 voix contre 47 (36 députés des Vrais Finlandais et 11 du Centre) le projet du gouvernement concernant l’adhésion de la Finlande aux accords d’Ottawa.
Eduskunta.fi

Diplomatie

Fermeture des consulats à Canton et Las Palmas
Le ministère finlandais des Affaires étrangères continue ses mesures d’économies en fermant l’année prochaine son consulat général à canton et son consulat à Las Palmas.
HS

Russie

Un militant russe a demandé l’asile en Finlande
Helsingin Sanomat relève que selon le forum finno-russe des citoyens Finrosforum a annoncé jeudi soir que M. Sergueï Porokhovoi, militant russe de l’opposition politique, a demandé l’asile en Finlande. Il fait partie de treize membres du parti Drugaya Rossija (‘une autre Russie’) qui sont accusés de crimes politiques en Russie.
Le président du forum, M. Kerkko Paananen, a annoncé à l’agence de presse finlandaise STT que M. Porokhovoi a demandé l’asile à Helsinki mercredi. Selon lui, les treize membres du parti sont accusés sur la base d’une loi dite extrémiste et ils sont menacés de peines de prison ferme de 2 à 3 ans.
Le parti a été fondé en juillet 2010 mais les autorités ont refusé de l’enregistrer. « A Saint-Pétersbourg, le parti a eu un rôle central dans l’organisation des manifestations contre le gouvernement russe », selon M. Paananen.
HS/A5

Aviation

Airbus vise haut
Keskisuomalainen rapporte la visite de représentants d’Airbus en Finlande pour présenter les projets d’avenir du conglomérat européen Airbus SAS.
KS

Politique intérieure

Election présidentielle

La machine électorale du quotidien présente les candidats présidentiels de façon approfondie
Helsingin Sanomat vient d’ouvrir sa machine électorale où les huit candidats présidentiels répondent à 25 questions qui portent sur les pouvoirs du président et les valeurs. Selon la rédaction du quotidien, les lecteurs de HS ont souhaité connaitre les réponses des candidats essentiellement sur les valeurs.
Concernant la question sur l’avortement, M. Soini, catholique, n’a pas voulu répondre. Il a souligné antérieurement qu’il s’agissait d’une question personnelle liée à la foi et non à la politique du parti des Vrais Finlandais. La candidate des Chrétiens-démocrates, Mme Essayah, condamne l’avortement.
En ce qui concerne l’éventuelle restitution de la Carélie annexée à l’Union soviétique après la guerre, MM. Soini et Väyrynen estiment que le président devrait être actif dans le débat sur la Carélie, tandis que Mme Essayah et MM. Lipponen et Niinistö souhaiteraient attendre une initiative de la Russie. Mme Biaudet et MM. Arhinmäki et Haavisto ne voient aucune raison pour la restitution de la Carélie.
HS/A10

Gouvernement

Les Finlandais sont assez satisfaits du gouvernement de M. Katainen
Selon un sondage effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte de Kaleva, quotidien d’Oulu, 32 % des Finlandais sont satisfaits du gouvernement actuel. 40 % sont à la fois satisfaits et mécontents et 26 % sont mécontents.
Le quotidien note que 36 % des centristes et 55 % des Vrais Finlandais sont mécontents du gouvernement.
Ce résultat est satisfaisant mais nettement moins bien que celui des deux gouvernements Vanhanen environ six mois après les élections législatives.
Kaleva/jeu/3

Editorial : M. Katainen est étonnamment populaire
Kaleva souligne, dans son éditorial, que le Premier ministre Katainen est beaucoup plus populaire que sont gouvernement : 47 % des Finlandais sont satisfaits de M. Katainen et 32 % du gouvernement. La popularité du Premier ministre est presque étonnante, vu les difficultés dans l’économie et la crise de l’euro.
La popularité de M. Katainen est essentiellement due à sa personnalité. Il se peut que la popularité du candidat présidentiel conservateur, M. Niinistö, y joue aussi. Les résultats obtenus par M. Katainen en tant que Premier ministre sont encore modestes. Dans la situation actuelle, il a des chances aussi bien pour un grand succès qu’un échec.
Kaleva/jeu/24

Prisons

Les prisonniers prennent la fuite des établissements semi-pénitentiaires une cinquantaine de fois par an
Helsingin Sanomat relève qu’un des prisonniers finlandais les plus connus, M. Nikita Foughantine (dont le nom d’origine est Juha Valjakkala), a pris la fuite mercredi de l’établissement semi-pénitentiaire de Kerava. Il a tué, à la fin des années 1980, une famille de trois personnes en Suède.
Des fuites de ce genre il y en a entre 50 et 60 par an.
HS/A10

Négociations salariales

Les négociations se poursuivent ce matin concernant quelques branches
Les confédérations devront évaluer à 15 heures aujourd’hui si suffisamment de branches ont conclu un accord salarial sur la base de l’accord cadre
Les négociations en vue d’une convention collective pour les camionneurs et les dockers (syndicat AKT) ont été interrompues à minuit et poursuivies ce matin. Le dernier délai pour les conventions collectives était à 16 heures, hier, et le résultat des négociations du syndicat AKT est le dernier en instance.
M. Pukkinen, directeur général du patronat EK, a évoqué la possibilité de considérer lundi comme un « délai technique ».
Plus d’un million de salariés seraient déjà concernés par l’accord cadre qui prévoit des augmentations de 4,3 % sur deux ans et prime forfaitaire de 150 euros.
M. Lyly, président de la confédération des ouvriers, SAK, estime que l’accord cadre pourrait être conclu même sans AKT, 90 % des salariés rentrant déjà dans le cadre de cet accord. Il souhaite toutefois que les camionneurs et les dockers puissent être convaincus. L’ensemble du secteur public participe à l’accord cadre.
M. Katainen, Premier ministre, relève qu’un accord cadre serait très important pour le gouvernement, car il signifierait une prévisibilité dans la politique économique pendant deux ans. Il est prévu que le gouvernement examine la situation cet après-midi afin de voir s’il s’agira de remplir la promesse de mesures de soutien fiscales et autres.
La journaliste économique d’Helsingin Sanomat estime que, dans ces négociations, les dirigeants syndicalistes expérimentés ont fait primer leur vues sur le nouveau président du Patronat, M. Pukkinen.
HS/A5, hs.fi, UD/2, 6-7

Travailleurs étrangers

Le domaine du nettoyage souhaite des allègements concernant l’octroi des permis de travail des étrangers
Des entrepreneurs du domaine du nettoyage estiment que les autorités refusent sans fondement des demandes de permis de travail à des travailleurs venant des pays de l’Afrique et de l’Asie. Le directeur général d’une entreprise de nettoyage relève qu’il est extrêmement difficile de recruter des Finlandais.
Les demandeurs d’asile ont le droit de commencer à travailler trois mois après le dépôt d’une demande, mais une fois que l’asile a été accordé, il faut qu’ils demandent un permis de travail. Ce permis est souvent refusé concernant les domaines de main d’oeuvre non-qualifiée, considérés comme disposant d’une offre importante de travailleurs.
Mme Hyyppä, directrice de l’unité de permis de travail d’Uusimaa, région autour de la capitale, n’exclut pas la possibilité de revoir la législation en la matière afin de soutenir l’immigration liée au travail.
HS/A11

Le chantier d’Olkiluoto 3

Lock-out
Quatre syndicats de construction envisagent un lock-out sur le chantier de construction de réacteur nucléaire d’Olkiluoto pour soutenir les électriciens polonais appartenant à un syndicat finlandais et licenciés par leur employeur polonais depuis que le syndicat du domaine électrique a porté plainte contre l’entreprise polonaise concernant les salaires trop petits versés aux techniciens en question.
Le lock-out devrait commencer le 2 décembre au matin.
UD/7

France – Finlande

Cinéma
Polisse
Les journaux rendent compte de la sortie de Polisse de Maïwenn Le Besco dans les salles. Uutispäivä Demari qualifie ce film d’un des meilleurs de l’année.
HS, UD, HBL

Cirque
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du spectacle de Cirko Keskus dont le clou est le numéro d’acrobatie d’Ugo Laffolay.
HS

Sport
Helsingin Sanomat publie une interview de l’ancien judoka Angelo Parisi qui vient de faire une formation pour les judokas finlandais à Helsinki.
HS

France
Justice
Helsingin Sanomat publie un article sur l’avocat Jacques Vergès qui défend actuellement d’anciens dirigeants des Khmers rouges.
HS

Jeudi 24 novembre 2011
Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Non aux euro-obligations
Le Premier ministre est convaincu que la Finlande n’acceptera pas les euro-obligations. « Nous sommes purement opposés à un système de solidarité. La commission propose trois modèles dont deux consistent à socialiser les dettes, nous nous y opposons ; Le troisième modèle est encore peu clair et nous devons nous y pencher. Ce qui est bon dans le projet de la commission, c’est ce qui est prévu pour la rigueur budgétaire ». « Nous sommes opposés aux euro-obligations qui consistent à socialiser les dettes. Si l’on trouve un modèle dans lequel chaque Etat est responsable de ses propres dettes, nous pourrons l’envisager. La Finlande a rejoins une union monétaire dans laquelle chaque Etat est responsable de ses dettes ». « Il faut trouver une solution durable à la crise. Les pays de la zone euro doivent respecter le pacte de stabilité et de croissance avant que l’on puisse envisager des euro-obligations ».
La ministre des Finances est elle aussi fermement opposée aux euro-obligations. « Nous nous en tenons aux principes des traités fondateurs selon lesquels chaque Etat est responsable de son économie et de sa dette ». « La crise actuelle ne vient pas d’un manque de solidarité mais de la défiance des marchés », a dit Mme Urpilainen qui rappelle aussi que la Finlande aux côtés de l’Allemagne s’est opposée à la proposition d’euro-obligations. Elle se rendra vendredi à Berlin pour s’entretenir avec ses homologues allemands et néerlandais.
HS

Editoriaux et commentaires
« Les euro-obligations ne seront pas une aide rapide » TS - « Les euro-obligations mènent vers un Etat-fédéral » KS - « Il faut sortir la grosse artillerie » KL
Keskisuomalainen relève que la Finlande peut facilement s’opposer aux euro-obligations puisque jusqu’à présent l’Allemagne aussi les rejette. L’éditorialiste s’inquiète toutefois que l’Allemagne se montre favorable à une évolution de l’UE vers le fédéralisme.
Turun Sanomat estime que même les pays qui ont adopté un rejet de principe des euro-obligations devraient étudier en détail les propositions de la Commission. En effet, selon l’éditorialiste, l’UE doit réfléchir aux moyens de s’en sortir par elle-même. La solidarité fait partie du cœur de l’intégration, même si l’on ne socialise pas les dettes, souligne TS.
Kauppalehti estime qu’il faut sortir la grosse artillerie et permettre à la BCE d’intervenir
KS TS

Des spécialistes voient des avantages à court terme dans le modèle français concernant la Banque centrale européenne
Hufvudstadsbladet a interrogé des spécialistes finlandais à propos du rôle de la BCE dans la gestion de la crise de la dette. M. Haaparanta de l’Université Aalto estime qu’il n’y a que la BCE qui peut sauver l’euro. Son collègue, M. Puttonen, estime que la zone euro ne dispose plus de bonnes alternatives. « Nous pouvons soit faire des économies géantes et se retrouver en récession pendant des décennies comme le Japon, ou alors laisser la BCE assumer la responsabilité du financement des pays en crise. »
Pour les deux professeurs, le problème avec la politique de rigueur actuelle est qu’elle engendre une évolution économique négative dans les pays en crise. Les économies engendrent une diminution de recettes fiscales, ce qui à son tour augmente le besoin pour des économies, rappelle M. Puttonen.
M. Haaparanta estime que si la BCE garantisse l’achat illimité des obligations des pays en crise, cela rétablirait la confiance du marché en pays de la zone euro.
HBL/4

Le Parlement unanime pour demander un rapport au gouvernement sur les risques
Aamulehti rapporte que ce ne sont pas uniquement la commission de contrôle et la commission des Finances du Parlement qui demandent des explications au gouvernement sur l’ensemble des risques pris par la Finlande dans la gestion de la crise de la dette. Des députés ont demandé plus largement en séance plénière hier que le gouvernement rendent publiques ces risques et notamment ceux concernant le FESF.
AL

Visite en Finlande de Joseph Stiglitz

Le Prix Nobel met en garde contre les économies
Le Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz a participé à un séminaire organisé par l’institut de recherche des salariés. Il s’est exprimé avec la présidente Halonen. Selon lui, il faut se méfier des plans de rigueur qui risquent de tuer le malade.
UD

Visite en Finlande du président du Parlement européen

Commentaires et éditoriaux
« Une bonne discussion, rien de plus » HS
« Pas d’une commission présidée par une célébrité » HS
Helsingin Sanomat estime que les propositions de M. Buzek sur une commission européenne plus politique et ayant un président élu au suffrage universel direct ne sont pas réalistes.
HS

Parlement européen

M. Repo accusé de harcèlement
Helsingin Sanomat relève que selon le magazine d’actualités A-Studio de la TV1, M. Mitro Repo, parlementaire européen social-démocrate, est accusé d’harcèlement par plusieurs femmes qui travaillent au Parlement européen.
M. Repo nie les accusations. « A mon avis, je n’ai dit que des politesses. Je n’ai pas reçu de commentaires négatifs pour mon comportement. »
Selon le tabloïd Iltalehti, M. Mikael Jungner, secrétaire général du Parti social-démocrate, a confiance en M. Repo, qui lui a nié les accusations concernant le harcèlement. « Il a clairement nié l’affaire et cela nous suffit pour l’instant. »
Ce matin, M. Repo a publié un communiqué où il s’excuse à toutes celles qui se sentent blessées en raison de ses propos ou de son comportement.
HS/6, hs.fi

Visite de M. Tuomioja dans des pays arabes

M. Tuomioja a rencontré le dirigeant du conseil de transition à Tripoli
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, qui a terminé sa tournée en Egypte, Tunisie et Libye, hier, a rencontré le dirigeant du Conseil national de transition, M. Mustafa Abdul Jalil, hier à Tripoli. M. Abdul Jalil affirme que Saïf al-Islam Kadhafi aura droit à un procès honnête concernant tous les crimes qu’il a commis contre le peuple libyen.
M. Tuomioja se pose la question sur qui c’est en fait qui dispose du pouvoir actuellement. Est-ce le gouvernement qui vient d’être nommé ? En outre, des groupements individuels, des milices qui n’ont pas de statut officiel. M. Tuomioja estime que c’est Abdul Jalil qui est le chef d’Etat de facto.
M. Tuomioja a également rencontré le nouveau Premier ministre, Abdurrahman al-Keeb.
A la question de savoir s’il est utile ou indispensable, du point de vue de la realpolitik, d’être en contact avec des tyrans, M. Tuomioja relève que pour certaines questions, c’est indispensable. Il se félicite du fait que depuis le printemps arabe, aucune affaire gênante ne s’est avérée, contrairement à la France (Mme Alliot-Marie) et à la Grande-Bretagne (M. Blair).
HS/B1

Energie nucléaire

« L’opposition à l’énergie nucléaire menace l’approvisionnement électrique » HBL
Hufvudstadsbladet rend compte de l’opposition à l’énergie nucléaire accrue en France. M. Härmälä, chef de la direction générale de l’énergie du ministère de l’Emploi et de l’Economie, ne souhaite pas spéculer sur l’effet de fermetures éventuelles de réacteurs français pour la Finlande. La décision allemande engendrera des exportations de l’électricité du Nord vers le Sud et aura comme effet des augmentations de prix sur le marché nordique.
Pour la Finlande, le besoin d’investir dans les énergies renouvelables sera accentué, ainsi que la nécessité d’élargir le parc nucléaire, selon M. Härmälä.
HBL/12

Politique intérieure

Election présidentielle

Les pouvoirs du président ont enflammé les candidats
Selon Helsingin Sanomat, six candidats présidentiels - tous sauf M. Arhinmäki et Mme Essayah - ont participé hier à un panel organisé par les trois grandes centrales syndicales, SAK, STTK et Akava.
Le quotidien estime que surtout MM. Lipponen et Niinistö, ainsi que M. Haavisto, ont bien réussi dans le panel, tandis que MM. Väyrynen, Soini et Mme Biaudet ont eu un rôle moins important.
M. Niinistö a encore évoqué sa proposition sur une école du soir informelle entre le président et le gouvernement. M. Lipponen a accusé M. Niinistö de méfiance à l’égard de l’Allemagne et de minimiser les pouvoirs du Parlement.
MM. Niinistö et Soini ont estimé qu’on a trop diminué les pouvoirs du président. M. Lipponen n’a aucunement voulu partager cet avis et s’est étonné que la volonté du Parlement ne soit pas respectée. Il a accusé M. Niinistö de se mettre dans un rôle au-dessus du Parlement et a estimé que M. Soini était grisé par le mandat du peuple. M. Haavisto s’est étonné du rôle actif de Mme Halonen dans la question relative aux pouvoirs du président : « Il est inutile de se plaindre de la décision du Parlement. »
M. Soini a critiqué Mme Halonen pour sa déclaration sur le racisme et Mme Biaudet l’a défendue. M. Haavisto a critiqué la Présidente dans le litige des deux assiettes, tandis que M. Lipponen l’a défendue.
HS/A10

Gouvernement

Les Finlandais sont plutôt satisfaits du Premier ministre M. Katainen
Selon un sondage effectué pour Kaleva, quotidien d’Oulu, 47 % des Finlandais sont satisfaits du Premier ministre Katainen. 28 % sont à la fois satisfaits et mécontents de lui. 21 % sont mécontents.
Le quotidien note que 39 % des centristes et 21 % des Vrais Finlandais sont contents de M. Katainen.
Kaleva/mer/2

Parlement

Les députés citent souvent le Bible
Helsingin Sanomat relève qu’une exposition intitulée « Les livres les plus importants dans la politique finlandaise depuis 1917 » sera inaugurée aujourd’hui dans les locaux de la bibliothèque du Parlement. Selon l’étude du chercheur Timo Turja, parmi les livres les plus cités par les députés il y a la Bible, Les sept frères d’Aleksis Kivi, Le soldat inconnu de Väinö Linna, ainsi que Le droit constitutionnel I-II par Erich Rafael, et Tamminiemi d’Urho Kekkonen (catéchisme de la politique étrangère de l’ancien président de la République).
M. Turja estime que les prochaines élections législatives seront gagnées par le parti qui arrivera le mieux à interpréter quelle est la Finlande dont parlent les livres les plus lus au moment des élections.
HS/A5

Budget

Le Parlement a approuvé la TVA sur les journaux
Le Parlement a approuvé par 108 voix contre 61 l’instauration d’une TVA sur les abonnements aux journaux et magazines qui, jusqu’à présent, étaient exemptés de TVA.
Selon le gouvernement, cette nouvelle taxe devrait rapporter 90 millions d’euros.
HS

Quatre centre d’accueil des demandeurs d’asile fermés en 2012
Le bureau des étrangers doit économiser 20 millions d’euros.
Le nombre de demandeurs d’asile a diminué de 600 par an il y a encore quelques années à 3000 cette année. L’objectif est de fermer quatre centres d’accueil pour les étrangers et de les reloger dans des logements sociaux.
HS

Négociations salariales

L’accord cadre devrait naître aujourd’hui
Helsingin Sanomat rapporte qu’on attend la naissance de l’accord cadre aujourd’hui, même si les négociations se poursuivent encore dans le secteur des transports et des ports.
Selon plusieurs sources du quotidien, il est impossible que l’accord cadre tombe à cause de la convention collective d’un seul syndicat. Les partenaires sont tout simplement obligés de trouver une entente.
Les négociations en vue d’une convention collective pour les camionneurs et les dockers n’ont toutefois pas bien avancé. Selon le patronat, le syndicat AKT exige des augmentations salariales plus importantes que les autres branches.
Le médiateur national, M. Esa Lonka, est prêt à participer aux négociations. Les partenaires ont rejeté cette possibilité encore hier. Selon les informations du quotidien, le président de la centrale syndicale SAK, M. Lauri Lyly, a déjà été en contact étroit avec les négociateurs.
Les négociations dans les autres secteurs devraient être conclues avant 16 heures, qui est l’heure limite pour conclure l’accord cadre.
HS/A10

L’Etat a conclu un accord
Une entente, qui suit le modèle de l’accord cadre, a été trouvée tard hier soir pour les 86 000 employés de l’Etat. Une augmentation de 1,9 %, qui doit être au moins de 39,50 euros par mois, aura lieu à partir de mars prochain, à laquelle s’ajoutera au même moment une augmentation par administration de 0,5%. Un forfait de 150 euros sera également payé.
Une autre augmentation, de 1,4 %, aura lieu en avril 20113 à laquelle s’ajoutera au même moment une augmentation par administration de 0,5%. L’accord sera en vigueur jusqu’à mars 2014.
UD/3

TIC

Selon M. Aho, les compétences de l’Etat dans les TIC sont faibles
Le directeur des relations publiques de Nokia, ancien premier ministre, Esko Aho critique fortement les compétences et le savoir-faire de l’Etat dans la gestion des grands projets en matière de technologie de l’information et de la communication. Il propose de donner la gestion des grands projets en la matière au comité interministériel de politique économique.
Helsingin Sanomat rappelle un certain nombres d’échecs concernant le vote électronique, le document d’identité électronique ou les dossiers médicaux électroniques.
HS

Economie

Nokia Siemens Network va réduire ses effectifs de près d’un quart
17 000 emplois menacés dans le monde, un millier en Finlande
Nokia Siemens Network qui emploie actuellement 74 000 personnes dans 150 pays a décidé de se restructurer en vue de supprimer 17 000 emplois.
En Finlande, où sont employées 6 900 personnes, les effectifs seraient réduits d’environ un millier.
HS AL

Délocalisation : Fujitsu envisage de délocaliser ses activités de Tampere en Afrique
Fujitsu qui a racheté en 2010 à la municipalité de Tampere un centre de télécommunication qui emploie 97 personnes envisage de transféré cette acticité en Afrique du Sud où le coût de la main d‘œuvre est moins élevé.
AL

Défense

L’externalisation de la restauration de l’armée menace les femmes à bas salaires
La présidente des femmes du parti du Centre, Mme Elsi Katainen, est stupéfaite par la proposition du gouvernement d’externaliser la restauration de la défense nationale. Elle est particulièrement désolée par le fait que la défense nationale, en qualité d’employeur à majorité masculine s’attaque en premier à ses quelques emplois féminins.
Mme Katainen fait remarquer que les employées de la restauration font d’ores et déjà partie du personnel le moins bien payé avec des salaires de 1800 à 2000 euros. Par ailleurs, les nouveaux recrutés toucheront environ 200 à 400 euros de moins.
La question sera présentée au parlement avant Noël. Ainsi la loi pourrait entrer en vigueur dès le début de l’année.
La restauration de la défense nationale emploie actuellement 600 personnes qui seront soumises au service de la nouvelle entreprise. Les conditions de travail actuelles seront garanties à ces employés pour une période transitoire de quatre ans.
SM/4-5

Réaction à la proposition de pouvoir démissionner à l’âge de 48 ans
« Le projet de remaniement des retraites pour les militaires est une offre bien précaire si l’on tient compte des compétences et du savoir-faire des soldats de métier », écrit l’éditorialiste de Turun Sanomat. « Le point de vue sur les retraites des militaires semble avoir pris un tournant à 180 degrés en une législature. A l’époque du précédent gouvernement, le ministère de la Défense préparait une réforme qui aurait conduit à augmenter l’âge de la retraite du niveau actuel de 55 à 63 ans ».
TS/2

Un officier de la brigade d’Uusimaa condamné à une amende
L’ancien major-général de la brigade d’Uusimaa a été condamné à une peine d’amende pour avoir fait organiser la fête de ses 50 ans par ses subordonnés. La cour d’appel d’Helsinki l’a condamné à 30 jour-amendes pour avoir abusé de sa position de supérieur.
HS

France – Finlande

Exposition Sophie Calle à EMMA

Helsingin Sanomat rapporte que le musée EMMA d’Espoo proposera une exposition de Sophie Calle, Prenez soin de vous, au printemps.
HS

Jeunes artistes

Keskisuomalainen présente le jeune artiste français actuellement en résidence à Jyväskylä et qui expose à la Gallerie Tattoo & Gallery jusqu’au 7 décembre.
KS

Cuisine

Aamulehti publie une critique positive de la version en finnois du livre d’Yvan Cadiou, « Cuisine familiale moderne française » chez Schildts.
AL

Mercredi 23 novembre 2011
Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

M. Katainen et Mme Urpilainen sceptiques sur les euro-obligations
Le Premier ministre déclare que la position opposée de la Finlande au principe des euro-obligations est inchangée. « Nous n’accepterons pas d’euro-obligations permettant à un Etat d’obtenir des prêts en usant de la solidarité des autres. Cela ne serait pas économiquement raisonnable » ; Selon lui, le problème de la crise de la dette est que de trop nombreux Etats ont pu emprunter à trop bon compte. « Il ne faut pas pérenniser cette situation ».
M. Katainen laisse toutefois une possibilité de changer de position si les éléments de rigueur budgétaire évoqués par la Commission le permettent. « On verra avec intérêt ce qu’il en est ».
M. Katainen attend aussi de la Commission des solutions pour mettre en œuvre des moyens efficients. En effet, s’ils nécessitent une modification des traités, « les euro-obligations ne seront pas utilise pour la crise actuelle », selon M. Katainen.
La ministre des Finances est fermement opposée aux euro-obligations. « Nous nous en tenons aux principes des traités fondateurs selon lesquels chaque Etat est responsable de son économie et de sa dette ». Mme Urpilainen craint que les euro-obligations permettent à des Etats à continuer leur laxisme budgétaire. « Ce sont les Etats qui ont bien gérer leurs finances qui en paieraient le prix. On ne peut accepter une telle décadence morale ! »
TS

« Les euro-obligations viennent trop tard » TS
« Des spécialistes voient des avantages dans les euro-obligations mais considèrent qu’ils transformeraient la zone euro en un Etat fédéral » Hbl
Hufvudstadsbladet a interrogé des spécialistes finlandais à propos des euro-obligations et relève que selon Mme Noras du ministère des Finances, son ministère attend les propositions officielles de la Commission avant de commenter, mais que selon les informations préalables, il semblerait que les euro-obligations pourraient être difficiles à mettre en place du fait qu’elles nécessiteraient des modifications dans le traité constitutionnel, ce qui à son tour nécessiterait des référendums dans un certain nombre de pays membres.
Le directeur de recherche de Nordea Roger Wessman estime que les euro-obligations ne pourraient être mis en place qu’en 2013 ou 2014. Dès lors, les euro-obligations ne seraient pas une solution rapide à la crise de l’endettement. S’il faut des référendums dont le résultat n’est pas sûr, cela ne sert pas à calmer le marché, selon lui.
Le directeur du fonds de pension Varma, M. Risto Murto estime que les marchés sont favorables aux euro-obligations mais que leur création prendra du temps.
M. Puttonen de l’Université Aalto considère les solutions techniques comme le défi le plus important. Les éventuelles euro-obligations devraient être explicites et prévisibles afin qu’elles intéressent les investisseurs. M. Puttonen ne comprend pas la position finlandaise de s’opposer catégoriquement aux euro-obligations. Pour lui, on a déjà socialisé les dettes dans la zone euro à travers le FESF. Il rappelle que le niveau peu élevé des taux d’intérêts en Finlande n’est pas l’état éternel des choses. Les rôles peuvent être inversés au fur et à mesure que la situation sur le marché change.
HBL/4 TS

« Les euro-obligations ne sont pas la solution » KL
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que les modèles d’euro-obligations proposés par la Commission ne mettraient pas fin au problème de la dette souveraine mais au contraire le prolongeraient.
KL

La commission des Finances exige un rapport sur les risques finlandais
La commission des Finances du Parlement exige que le ministère des Finances lui remette d’ici fin janvier un rapport sur les risques finlandais dans les pays de la zone euro en crise. Ce rapport doit prendre en compte tant les risques de l’Etat que de la Banque de Finlande et du secteur privé. De plus, le rapport doit détailler les effets des collatéraux ainsi que des taux. Le rapport pourra être remis lors de la prochaine étude du FESF, en décembre.
HS

La commission de contrôle du Parlement critique le gouvernement
La commission de contrôle du Parlement, présidée par Mme Brax, s’étonne que le projet de budget prévoie un doublement de la cotisation finlandaise au FMI qui passerait de 1,2 milliards d’euros à 2,4.
La commission souhaite aussi des explications concernant le risque que les Etats membres soient amenés à recapitaliser la BCE. Jusqu’à présent la CE et les banques centrales ont acheté des obligations d’Etat pour 183 milliards d’euros, dont 3 milliards pour la banque de Finlande.
Mme Brax estime qu’il n’y a pas en Finlande une vision globale sur l’ensemble des risques pris par la Finlande dans la gestion de la crise de la dette. « Le Parlement doit pouvoir évaluer à tout moment quel est l’effet des mesures prises sur la notation finlandaise (AAA). »
AL

Visite en Finlande du président du Parlement européen

M. Buzek propose que les commissaires soient élus parmi les eurodéputés
En visite en Finlande, M. Buzek, président du Parlement européen, propose de changer radicalement la prise de décision européenne. Pour lui, l’UE souffre d’une crise de prise de décision, un problème central étant que les dirigeants de différents Etats ne promeuvent pas l’intérêt de l’ensemble de l’UE du fait qu’en tant qu’acteurs nationaux, ils ne disposent pas de mandat politique. Il considère la prise de décision comme lente.
Pour lui, les commissaires pourraient être élus parmi les membres du Parlement européen et former ainsi le gouvernement de l’UE. Ils disposeraient ainsi du soutien des électeurs ce qui augmenterait la démocratie dans l’UE. M. Buzek propose par ailleurs que le président de la Commission européenne soit élu par les 500 millions de citoyens de l’Europe. Il n’exclut pas la possibilité de fusionner les fonctions du président de l’UE et de la Commission.
Il estime que l’UE pourrait mieux maîtriser les pouvoirs du marché en concentrant sa prise de décision. Il souhaite une administration économique commune et une intégration politique plus importante.
M. Heinäluoma, président du Parlement, estime qu’il faudrait considérer les propositions de M. Buzek sans préjugé.
HS/A10

M. Buzek convaincu que la Bulgarie et la Roumanie rejoindre l’espace Schengen
M. Buzek estime qu’il serait important de donner à ces pays un signal du fait qu’une adhésion est possible et que ces pays sont sur la bonne voie.
Il souhaite également donner à la Serbie un signal que son adhésion à l’UE n’est pas exclue.
SM/13

Afghanistan

La sécurité dicte les retraits
L’éditorialiste du quotidien Turun Sanomat rappelle que selon des informations diffusées la semaine dernière, la Finlande pourrait diminuer ses troupes en Afghanistan d’un quart d’ici fin 2012 tout en mettant l’accent peu à peu sur l’aide au développement et la gestion de crise civile.
Par ailleurs, la Finlande est à la recherche d’autres missions de maintien de la paix dans le Proche-Orient. Une décision définitive sera prise au début de l’année prochaine sur l’envoi éventuel d’au plus 200 casques bleus au Liban pour l’opération de l’ONU, Unifil. La Finlande possède une solide expérience dans la région.
Néanmoins, il conviendrait de se demander si l’opération de gestion de crise ne serait pas plus justifiée en Afghanistan et si la situation interne du pays permet de réaliser cet ambitieux projet de retrait. La campagne d’adhésion au conseil de sécurité ne doit pas influencer les décisions opérationnelles concernant le maintien de la paix.
TS/2

Défense européenne

« Un nouvel élan pour la coopération de l’UE en matière de défense »
« Notre objectif est d’arriver à une défense nationale souple et performante. Pour employer une image, je dirai que l’uniforme se rétrécit et les muscles deviennent plus visibles », écrit le ministre de la défense, M. Stefan Wallin, dans un billet à Turun Sanomat.
Tous les pays se trouvent devant les mêmes défis.
La propriété et l’usage collectifs sont souvent ressentis comme des éléments affaiblissants la souveraineté. Cela dit, il faut avouer qu’il vaut mieux posséder une fraction de performance que de s’accrocher à la souveraineté et perdre la performance. En bon exemple, on peut citer la faculté de transport aérien stratégique. Sans le projet multinational SAC, la Finlande n’aurait pas accès aux appareils de transport C17.
Une coopération est en cours au sein de l’UE, de l’OTAN et d’autres réseaux plus petits –comme les pays nordiques- pour développer les capacités militaires. Ces forums ne sont pas en concurrence les uns avec les autres et ne sont pas incompatibles.
Dans l’UE, le travail avance sous l’appellation de pooling and sharing. Il s’agit d’usage et de répartition des capacités.
Au courant de l’automne, les pays membres ont signalé des domaines de coopération potentiels. Il y en avait plus de 300. L’un des premiers projets concernera l’imagerie de situation en mer. La Finlande sera chargée de gérer le projet. Au sein de l’UE, des efforts ont été faits pour faire participer les ministres et les commandants des forces de défense à ce travail. Pour faire avancer le travail, la réunion des ministres de la défense de l’UE le 30 novembre aura une importance capitale, souligne M. Wallin.
TS/2

Visite de M. Tuomioja dans des pays arabes

M. Tuomioja a rencontré des bloggeurs en Tunisie
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a évoqué le rôle de Wikileaks dans les événements de Tunisie avec des bloggeurs tunisiens.
Helsingin Sanomat relève que la visite de M. Tuomioja sur la Place Tahrir n’est pas passée inaperçue et que la presse et les réseaux sociaux se sont félicités de cette initiative.
HS/B2

Diplomatie

Le Ministère des Affaires étrangères condamné à indemniser ses contractuels
Ilta-Sanomat rapporte que le ministère des Affaires étrangères a été condamné à payer à ses contractuels expatriés, engagés comme experts ou conseillers de presse, les mêmes indemnités d’expatriation que pour les personnels titulaires.
Plus de 70 contractuels sont concernés.
IS

Politique intérieure

Election présidentielle

Mme Biaudet a lancé sa campagne
Helsingin Sanomat relève que la candidate du Parti suédois, Mme Eva Biaudet, a ouvert son bureau de campagne dans le centre commercial Forum à Helsinki.
Même si elle a une audience de quelques pour cents dans les sondages présidentiels, Mme Biaudet souligne que beaucoup d’électeurs finlandais n’ont pas encore déterminé leur choix en matière de candidat. « Tout est encore possible. »
Selon l’actrice Maria Sid, animatrice du lancement de la campagne, « Eva Biaudet est une mère de quatre enfants, qui aime le chocolat et qui a été couronnée pour sa lutte contre la traite des personnes par la secrétaire d’Etat américains, Mme Hillary Clinton ».
HS/6

Parlement

Le projet de loi sur le mariage des couples homosexuels connaît des difficultés
Helsingin Sanomat relève que la proposition de loi sur le droit au mariage des couples homosexuels n’a pas avancé au Parlement de la façon souhaitée par le groupe de députés qui l’a lancée. L’objectif du groupe est de trouver parmi les députés cent signataires, mais jusqu’à président il n’y en a que 70. Aucun député des Vrais Finlandais ou du Centre n’a signé le projet.
Le projet a du mal à avancer au Parlement sans la majorité des députés. Le mariage des couples homosexuels n’est pas inclus dans le programme du gouvernement, essentiellement en raison de l’opposition des Chrétiens-démocrates. Les couples homosexuels peuvent enregistrer leur union.
Le député conservateur Lasse Männistö, qui préside le groupe de travail, souhaite que la proposition soit tout de même envoyée à l’étude en commission.
HS/A3&5

Une partie des députés veut empêcher l’adoption par les couples homosexuels
Selon Helsingin Sanomat, le projet de loi sur l’adoption, qui a été étudiée dans les commissions parlementaires, a provoqué un différend à l’Eduskunta, en raison du droit à l’adoption proposé aussi pour les couples homosexuels. L’aile conservatrice du Parlement, les Vrais Finlandais en particulier, veulent empêcher l’adoption par les couples homosexuels. Ils proposent que « les deux parents adoptifs » dans le texte de la loi signifient « deux parents de sexe différent ». Ce parti n’approuve pas l’adoption par une personne vivant seule. HS rappelle qu’il est toutefois rare que les changements proposés par les partis de l’opposition soient adoptés en séance plénière du Parlement.
Les couplés pacsés ont actuellement le droit à une adoption à l’intérieur de la famille. Selon le député Kaj Turunen, les Vrais Finlandais n’ont rien contre les adoptions à l’intérieur de la famille.
HS/A5

Médecins

M. Katainen envisage une enquête sur le différend entre la ministre et le secrétaire général du ministère concernant le conseil national de surveillance sanitaire
Le Premier ministre, M. Katainen, souhaite des clarifications de la part de la ministre des Services sociaux, Mme Guzenina-Richardson, et le secrétaire général du ministère des Affaires sociales et de la Santé, M. Välimäki, concernant la façon de gérer la mise à l’écart prévue de ses fonctions, puis le congé maladie de la directrice du conseil national de surveillance sanitaire, Mme Partanen. M. Katainen a rencontré les deux personnes concernées, hier.
Helsingin Sanomat relève que selon des fonctionnaires, il est particulier que l’affaire n’ait pas été gérée dans le ministère sans fuite dans les médias.
M. Viljanen, professeur de droit constitutionnel de l’Université de Turku, estime qu’un ministre est toujours le chef de son ministère et dispose du droit de prendre des décisions qui normalement relèvent des fonctionnaires. M. Välimäki a critiqué la mise à l’écart de Mme Partanen et considère cela comme juridiquement impossible.
HS/A8

Les congés maladie des directeurs en cas de scandales
M. Schugk, médecin-chef auprès du patronat EK, condamne les départs en congé maladie des chefs au moment d’un scandale. Il estime qu’il faudrait distinguer entre le stress, la dépression, et la haine, dans des situations comme cela.
Pour lui, il faut pouvoir attendre d’un directeur une capacité plus importante de tolérer le stress que pour les autres.
HS/A8

Négociations salariales

La réussite de l’accord cadre est plus proche
Helsingin Sanomat rapporte que dans le secteur bancaire, le syndicat et le patronat ont approuvé la proposition du médiateur national, M. Esa Lonka. Il n’y aura pas de grève et le secteur participe à l’accord cadre. La convention collective entre en vigueur immédiatement et les augmentations salariales sont les mêmes que prévues dans l’accord cadre, soit au total 4,3 % sur 25 mois.
Les négociateurs des communes ont trouvé une entente hier soir et l’accord cadre concernera aussi les 350 000 employés des communes finlandaises.
Selon les informations du quotidien, les négociations dans le secteur des transports et des ports avancent difficilement.
Les négociations dans les autres secteurs continuent encore.
HS/A6

Economie

La plus grande raffinerie de soja d’Europe à Uusikaupunki
Finnprotein va construire à Uusikaupunki la plus grande raffinerie de soja d’Europe capable de traiter 400 000 tonnes de soja par an pour un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros.
Outre des investisseurs finlandais, ce projet est soutenu par le groupe russo-britannique Renaissance Capital à hauteur de 30 millions d’euros (pour un investissement total de 130 millions).
KL UD

Olkiluoto : les syndicats en appellent au gouvernement
Demari rapporte que le syndicat des employés du secteur de l’électricité en appelle au gouvernement dans le conflit qui oppose ce syndicat et les syndicats des employés et de la métallurgie et du bâtiment avec des sous-traitants du chantier d’Olkiluoto.
Le syndicat de l’électricité de mande au gouvernement d’intervenir.
Lundi une réunion a eu lieu avec des représentants d’Areva. A l’issue de cette réunion, les syndicalistes finlandais ont exprimé leur déception. Quatre présidents de fédérations syndicales envisagent de se rendre à Olkiluoto.
UD

France – Finlande

Cirque

Helsingin Sanomat publie un portrait d’Ugo Laffolay qui joue dans le spectacle Euphoria-varietee, à Circo, à Helsinki, à partir de ce soir.
HS

Cinéma

Kaleva présente le film « A pas de loup » d’Olivier Ringer, en compétition au festival de cinéma d’Oulu.
Kaleva

Essai

Kauppalehti rapporte que l’association Attac Finlande, née sur le modèle d’Attac France en 1998, fête ses dix ans et publie à cette occasion un recueil d’essais intitulé Manifeste pour un autre monde.
KL

France

Politique

Demari rapporte que le nucléaire civil est devenu un thème électoral dans le débat présidentiel en France.
UD

Mardi 22 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Visite de M. Tuomioja dans des pays arabes

Le Caire
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, qui est actuellement en tournée en Egypte, Tunisie et Libye, a rencontré, hier au Caire, l’ancien secrétaire général de la Ligue arabe, M. Amr Moussa. Il a déjeuné avec des militants du mouvement féministe. Aujourd’hui, il est à Tunis et se rendra ensuite à Tripoli.
Helsingin Sanomat relève qu’au Caire, M. Tuomioja s’est rendu sur la Place Tahrir où il a rapidement été entouré de manifestants. Il a insisté sur l’importance de l’organisation des élections. « Je suis profondément impressionné par la détermination calme des manifestants », a-t-il dit.
Il n’exclut pas la possibilité d’organiser une élection présidentielle après l’élection d’un nouveau Parlement. Pour lui, la volonté du peuple égyptien est surtout de ne pas revenir en arrière.
HS/B2, AL/A5

M. Halla-aho se rendra en Ethiopie

Le député se soucie des connaissances en finnois des étudiants étrangers qui souhaitent venir en Finlande
M. Halla-aho, député des Vrais finlandais et président de la Commission de l’administration, se rendra en Ethiopie, demain, afin de se familiariser avec la procédure d’étude des demandes de regroupement familial.
Il se déclare inquiet pour le niveau de finnois des étudiants étrangers et regrette que les établissements scolaires mettent en avant leurs cursus en anglais.
Pour lui, le programme d’intégration des immigrés se base de l’immigration humanitaire alors qu’il devrait mieux valoriser le fait que la Finlande est intéressante pour ceux qui veulent venir y travailler.
AL/A7

Union européenne - Crise de la dette

Editoriaux et commentaires
« Les euro-obligations ne sont pas la solution » HS
« La crise de la dette oblige l’UE à choisir entre division et approfondissement » HS
Le journaliste économique d’Helsingin Sanomat estime que les euro-obligations, actuellement envisagées par la Commission, ne résoudront pas la crise de la dette dans la zone euro. Au contraire, ces euro-obligations, qui sont contraires aux traités fondateurs, n’auraient pour effet que d’augmenter le surendettement des Etats.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que les euro-obligations doivent être envisagées sous strictes conditions, notamment de respect par les Etats de la rigueur budgétaire. Ce qui conduira à diminuer la souveraineté nationale.
« On a interprété la crise de la dette comme menant l’eurozone vers un délitement. Mais on peut aussi faire l’interprétation inverse : rien jusqu’à présent dans l’histoire de l’union n’a pressé autant vers un rapprochement que la crise de la dette. Nous sommes en train de sauver les pays en crise ; La BCE les soutient. La Commission assume la responsabilité du contrôle budgétaire. On peut mettre les pays endettés sous surveillance extérieure. Dans un tel contexte, les euro-obligations, sous strictes avec leurs conditions de contrôle et de rigueur, contribuent, come les réformes des traités, à un pas important vers l’approfondissement de l’intégration. »
« Le résultat pourrait être une union à plusieurs vitesses dans laquelle les plus faibles risquent de rester sur la touche. Si ces Etats veulent prendre le bon train, ils devront accepter des règles de rigueur qui, en pratique, ne concerneront qu’eux-mêmes. Les plus forts s’estimeront suffisamment forts pour rester du bon côté de la force ».
« Au moment où les Etats non membres de l’eurozone s’inquiètent du développement, ils ont en réalité une vision juste de ce qui se passe. Quand on a créé l’eurozone, on a développé uniquement une politique monétaire commune mais pas une politique économique. C’est ce que l’on fait aujourd’hui et la coopération se réalise autour des pays de l’eurozone. »
« Aucun dirigeant européen ne semble vouloir de nouvelle structure européenne dans laquelle la voix des peuples soit toujours moins entendue. C’est cependant vers quoi les décisions prises au cœur de la crise semblent mener. Vers un nouveau modèle dans lequel des institutions et des experts non issus des urnes ont un rôle toujours plus prépondérant. »
HS

Afghanistan

Les morts éventuelles causées par les Finlandais et les Suédois en Afghanistan
Interviewé par le quotidien Helsingin Sanomat, le commandant des troupes finlandaises en Afghanistan, le lieutenant-colonel Petri Kosonen, a estimé à environ 50 le nombre des rebelles morts dans une opération menée en avril dernier. Les Finlandais et les Suédois agissaient alors en collaboration avec les troupes afghanes.
L’Afghanistan est l’un des pays les plus dangereux que les casques bleus finlandais aient connu.
Selon leur mandat, les casques bleus finlandais peuvent utiliser leurs armes en principe seulement en cas de légitime défense.
HS/B1

Finlande - Russie

Les télécommunications de l’armée russe gênent le réseau finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que le système de navigation utilisé par l’armée russe gêne la construction du nouveau réseau 4G dans les régions frontalières de la finlande. Il y aurait une bande allant jusqu’à 100 kilomètres côté finlandais où l’on ne pourrait pas construire le réseau 4G.
Ces limitations ont fait l’objet d’un accord entre la Finlande et la Russie en août dernier.
HS

Le tourisme à la frontière orientale suscite de nouveaux projets
Helsingin Sanomat rapporte que l’afflux du tourisme dans le Sud-Est de la Finlande suscite des projets, notamment la construction d’un grand ensemble d’hôtel et de termes à Lappeenranta. Cet ensemble viserait la clientèle russe mais aussi la clientèle asiatique.
HS

Aviation

Retard de l’A350 commandé par Finnair
Helsingin Sanomat rapporte que l’Airbus A350 n’entrera sur le marché qu’en 2014 au lieu de 2013.
Finnair a décidé en 2005 d’une commande concernant 11 appareils et 8 en option.
HS

Climat

Les émissions dépassent les estimations les plus pessimistes
L’organisation mondiale de la météorologie relève qu’une quantité record d’émissions de CO2 a été observée l’année dernière. M. Laaksonen de l’institut finlandais de la météorologie confirme que les émissions se sont accélérées.
HS/B2

Politique intérieure

Election présidentielle

Débat électoral sur les valeurs
Helsingin Sanomat relève que les paroisses luthériennes de Helsinki ont organisé lundi un débat électoral rassemblant six candidats présidentiels : Mmes Biaudet et Essayah, MM. Haavisto, Lipponen, Niinistö et Väyrynen. MM. Arhinmäki et Soini étaient absents.
M. Väyrynen est le seul participant qui n’est pas prêt à souhaiter, à la fin de l’allocution traditionnelle du Nouvel An, la bénédiction de Dieu aux téléspectateurs. Il estime que cette coutume du président Ahtisaari est d’origine américaine et ne convient pas à la culture finlandaise. « Je ne souhaite pas mélanger la politique et la religion », a déclaré M. Väyrynen.
Les six participants sont prêts à parler en faveur de la justice dans la société. Pour M. Väyrynen, le centre de gravité doit cependant être sur la politique étrangère. « Les plus grandes injustices se trouvent à l’étranger et un président compétent peut y peser par sa politique étrangère. Dans la politique intérieur, le président n’a pourtant pas beaucoup de possibilités pour influencer. »
Quant à la politique étrangère, tous les six sont prêts à évoquer les droits de l’homme avec les dirigeants russe et chinois.
Les candidats accepteraient sans problèmes dans la famille des personnes d’une minorité sexuelle ou d’une autre couleur. M. Lipponen a dit qu’il a déjà approuvé un beau-fils suédois dans sa famille. Pour Mme Biaudet, « l’amour est la meilleure manière pour enlever les préjugés ». Mme Essayah a rappelé qu’elle en était un bon exemple, parce que son père venait d’Afrique.
HS/A6

Editorial : Le débat à la dérive
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que, plus jeune que les autres, M. Arhinmäki aurait pu contribuer à apporter de nouveaux points de vues dans le débat en vue de l’élection présidentielle, mais qu’il trébuche sur le populisme, notamment concernant l’OTAN.
L’éditorialiste souhaite que d’autres thèmes soient évoqués, dont les attributions du Président. Elle estime qu’il ne faut pas sous-estimer le poids du fait que le Président est élu au suffrage universel direct. Le Président a moins de pouvoir qu’avant, mais cela ne veut pas dire qu’il n’en a pas.
L’éditorialiste souligne l’importance d’élargir et d’approfondir le réseau des liens et le dialogue entre le Président et le gouvernement même lorsque le cadre prévu par la législation change.
HBL/14

Défense

La possibilité de démissionner à l’âge de 48 ans serait proposée aux officiers
Un officier qui démissionnerait à l’âge de 48 ans, recevrait une somme équivalente à un ou deux ans de son salaire brut mais commencerait à toucher sa pension militaire seulement à 55 ans, comme c’est le cas actuellement.
Cette proposition, qui devrait être basée sur le volontariat, est soutenue par le syndicat des officiers, le syndicat des cadres militaires et le syndicat des sous-officiers.
La proposition sera étudiée par les ministères de la Défense, des Affaires sociales et de la santé, et des Finances.
AL21.11/A6

Médecins

La directrice du conseil national de surveillance sanitaire en congé de maladie
La directrice de Valvira, conseil national de surveillance sanitaire, Mme Partanen a souhaité se mettre à l’écart de ses fonctions pendant l’enquête sur les cas de médecins exerçant avec de faux diplômes. Elle s’était mise d’accord sur cet arrêt de travail avec la ministre des Services sociaux, Mme Guzenina-Richardson, mais le directeur général du ministère des Affaires sociales et de la Santé, M. Välimäki souligne que cela ne serait pas juridiquement justifié. Mme Partanen est maintenant en congé de maladie.
Le groupe de travail désigné pour étudier le fonctionnement de Valvira commencera ses travaux, demain.
HS/A5

Valvira a rayé de ses fichiers un nombre record de personnel de la santé
Valvira, le conseil national de surveillance sanitaire, a déchu de leurs droits d’exercer des métiers de la santé 81 personnes l’année dernière contre seulement 12 en 2006. La plupart des cas concernent des infirmiers, mais aussi 15 médecins. Il s’agit le plus souvent de médecins qui ont prescrit de manière illégale des médicaments.
HS

Négociations salariales

Les négociations sur l’accord cadre continuent
Helsingin Sanomat rapporte que seulement 40 % des négociations sur l’accord cadre sont terminées et des secteurs importants sont encore sans accord. Dans le secteur bancaire, une proposition du médiateur national est attendue aujourd’hui. S’il n’y a pas d’entente, une partie des employés de banque commenceront une grève demain. Toutes les banques seront fermées vendredi par un lock-out décrété par le patronat.
Le secteur des transports et des ports est le point d’interrogation le plus important du point de vue de l’accord cadre. La confédération de l’industrie et du patronat EK a déclaré qu’il n’y aura pas d’accord cadre sans ce syndicat. Le patronat de la papeterie a également menacé de rester en dehors de l’accord cadre si les transports ne fonctionnent pas. Cela rend difficile les négociations dans d’autres branches, par exemple entre le patronat et le syndicat du papier.
Les employés des téléopérateurs sont encore en train de négocier. Plus de 260 000 employés du syndicat PAM n’ont pas d’accord dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Ce secteur doit être dans l’accord cadre. Un accord est attendu aujourd’hui pour les communes.
HS/A6

Mine de Talvivaara

L’évaluation sur les émissions a été trop optimiste
Les autorités environnementales ont du se baser sur l’expertise d’une entreprise pour effectuer le rapport sur l’impact environnemental de la mine de Talvivaara. L’évaluation s’est avérée bien trop optimiste concernant notamment le taux de sulfate dans des eaux usées.
HS/A5

France – Finlande

Littérature

Turun Sanomat publie une critique du livre de Stéphane Hessel, Indignez-vous, récemment traduit en finnois.
TS

Tourisme

Turun Sanomat publie un article sur l’agence de voyage Pamplemousse, spécialisée dans le tourisme vers la France.
TS

Lundi 21 novembre 2011
Politique étrangère et européenne

Politique étrangère

Tournée de M. Tuomioja dans les pays arabe
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a commencé, dimanche, une tournée dans les pays arabes par une visite en Egypte où il s’est entretenu avec son homologue.
« On teste aujourd’hui l’engagement du gouvernement militaire dans le processus démocratique. Mais le gouvernement militaire semble essayer de garantir son propre pouvoir ou du moins la position de l’armée », a déclaré M. Tuomioja après les manifestations en Egypte.
M. Tuomioja se rendra ensuite en Tunisie et en Libye.
Selon lui, il est encore trop tôt pour faire le bilan du printemps arabe. « La situation en Egypte est encore ouverte. En Tunisie, on a déjà vu de bonnes élections et le jour de ma visite mardi coïncidera avec la formation d’un nouveau gouvernement et la réunion de l’assemblée constituante. La Tunisie est le plus positif des trois. En Libye il est bien sûr positif que l’on se soit débarrassé du dictateur mais la situation reste très fragile. Il y a encore trop d’armes et de groupes armés. Le processus démocratique n’en est qu’à son tout début et il n’y a dans ce pays aucune tradition, aucune base démocratique ».
HS

Union européenne - Crise de la dette

Selon M. Katainen, la Finlande est prête à envisager une modification des traités
Dimanche, le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré que la Finlande était prête à envisager une modification des traités fondateurs européens « afin d’assurer une gestion économique de bon sens ». « La Finlande n’a pas de raison de s’opposer à une réforme des traités si cela permet d’améliorer la rigueur budgétaire », a-t-il dit, ajoutant toutefois que la Finlande privilégiait les moyens d’atteindre cet objectif qui n’exigeraient pas une modification des traités.
Il se montre favorable au fait de donner à Eurostat un rôle de contrôle des finances publiques des Etats membres. Concernant les sanctions, il considère qu’il faudrait utiliser la procédure de la cour de justice qui est judiciaire et non politique.
Yle KS

M. Stubb souhaite plus de pouvoirs dans l’eurozone pour les pays du triple A
M. Stubb estime qu’il ne s’agit pas de diviser mais d’agréger les Etats
Face aux critiques que son discours de Bruges a suscitées, le ministre des Affaires européennes répond : « l’objectif de mon discours (de Bruges) et de mon interview (au Financial Times) est que les pays du triple A puissent servir d’aimant afin d’attirer tous les Etats à bien gérer leurs finances publiques. Il ne s’agit pas de diviser mais d’agréer les Etats afin que tous soient attirer vers une meilleure gestion des fiances publiques ».
M. Stubb estime qu’actuellement les Etats du triple A dirigent le noyau économique de l’UE. Il souligne qu’il faut reconnaître les réalités dans l’UE. Il ne souhaite pas de nouvelles institutions autour de ces Etats du triple A.
Yle

M. Katainen soutient la proposition de M. Stubb
Samedi, le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré que le fait que les pays du triple A ont plus de pouvoir dans l’eurozone est déjà une réalité. M. Katainen a rappelé qu’il avait déjà participé à des réunions de ces six pays sur la crise de la dette et que des discussions informelles avaient lieu entre ces Etats.
Yle KS

Selon M. Lipponen, la proposition de M. Stubb divise l’Europe
L’ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle Paavo Lipponen estime qu’il n’est pas nécessaire d’accorder plus de pouvoirs aux pays du triple A car cela contribue à diviser l’Europe. « La proposition de M. Stubb est inutile. Leds pays du triple A ont déjà ce pouvoir supplémentaire. Comme ils ont déjà ce poids, il ne faut pas diviser l’eurozone ni l’UE ».
KS

Les experts critiquent la proposition de M. Stubb
Le directeur d’Etla, M. Korkman estime que la vision de M. Stubb de la zone euro comme un système darwinien dans lequel les meilleurs ont le plus de pouvoirs voudrait dire à terme que les grands Etats peuvent s’imposer aux petits. « Ce n’est pas ce que nous voulons. Le darwinisme convient au monde animal. Mais dans un monde humain civilisé il faut envisager d’autres bases pour créer des institutions ».
Le professeur d’économie de l’université Aalto Pertti Haaparanta critique vertement M. Stubb qui est, selon lui, convaincu que les marchés ne se trompent jamais. « Mais alors dans ce cas, il faudrait que les marchés choisissent aussi les dirigeants politiques ». De plus, il considère que les marchés, qui ont imposé des régimes de rigueur aux pays endettés n’ont finalement que contribuer à augmenter les difficultés de ces Etats. Selon lui, une intervention de la BCE aurait permis d’éviter cela.
Le chercheur Jani Emmanuilidis, du centre de politique européenne de Bruxelles critique lui aussi le discours de M. Stubb et affirme que c’est en réalité le groupe de Francfort (France-Allemagne-BCE-Commission) qui exerce actuellement le pouvoir.
HS Yle

Editoriaux
Turun Sanomat souligne que dans l’UE le pouvoir se partage aussi de façon informelle et qu’avec la crise actuelle, les pays du triple A ont effectivement plus de pouvoirs.
Kaleva estime que la proposition de M. Stubb en institutionnalisant le poids des pays ayant le triple A reviendrait à donner le pouvoir aux agences de notation américaines.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il est inimaginable que la notation des Etats ait un pouvoir en matière de l’UE. Il s’étonne de la volonté de M. Stubb de fusionner les postes de dirigeants de la Commission européenne, du Conseil européen et de l’eurogroupe.
« L’idée de M. Stubb sur le fait que le noyau de l’Europe devrait être économique et non pas politique ne fait qu’augmenter le déficit démocratique dans l’UE. Une agence de notation ne peut pas disposer d’un mandat pour exercer quelque pouvoir politique que ce soit, de manière directe ou indirecte », écrit l’éditorialiste.
HBL/dim/16 TS Kaleva

Débat sur le rôle de la BCE
La correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat rapporte que le débat sur le rôle de la BCE se focalise sur la question de savoir s’il est plus important de s’en tenir au respect des traités (qui interdisent une intervention de la BCE) ou bien d’essayer de résoudre la crise de la dette (par la seule solution possible qui est une intervention de la BCE).
HS

Débat sur le rôle de la Chine
Le spécialiste des économies de transition à la Banque de Finlande, M. Risto Herrala, estime que la Chine pourrait intervenir pour investir en Europe ce qui contribuerait à faciliter la situation des pays endettés. Selon lui, la Chine ne le fera pas sans condition. Ces conditions pourraient être d’une part la promesse pour l’UE de conférer à la Chine le statut d’économie de marché, permettant aux produits chinois de mieux entrer sur le marché européen et d’autre part de s’assurer des transferts de technologie, notamment dans le domaine militaire.
KS

Budget européen

M. Stubb croit à un rapide accord sur le budget européen
Le ministre des Affaires européennes pense qu’un accord sera rapidement trouvé sur le budget 2012 de l’UE.
La Finlande comme les autres pays nordiques promeut une ligne stricte contre l’augmentation du budget européen.
« L’atmosphère actuelle est que la conjoncture économique ne permet pas de beaucoup se disputer sur le budget européen », estime M. Stubb qui pense que le budget européen n’augmentera que de 3% à 130 milliards d’euros.
Kaleva

Afghanistan

L’incertitude règne sur le sort des troupes finlandaises en Afghanistan
Le quotidien Helsingin Sanomat avait signalé dans son édition de samedi (19.11) que la Finlande a l’intention de réduire d’un quart, soit 50 soldats, ses troupes en Afghanistan d’ici 2013.
Cette nouvelle n’a cependant été confirmée ni par le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, ni par le Premier ministre, M. Jyrki Katainen.
Le ministre de la défense, M. Stefan Wallin, constate dans un communiqué de presse « qu’aucune décision de ce type n’a été prise ni par le gouvernement, ni par aucun de ses comités ».
Le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité évaluera le rapport sur l’Afghanistan vendredi prochain (25.11). Selon M. Tuomioja, des chiffres précis ne seront pas forcément publiés, il faudra attendre que la question soit traitée par le secrétariat du Premier ministre.
Selon M. Tuomioja, le gouvernement remettra son rapport au parlement en décembre. Selon Helsingin Sanomat, la nouvelle ligne sera présentée à la réunion internationale sur l’Afghanistan à Bonn le 5 décembre.
HBL20.11/9, AL20.11/A7, KA20.11/7

Politique intérieure

Election présidentielle

Selon Yle, M. Niinistö reste en tête avec une audience de 49 %
Selon un sondage effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte du journal d’Yle, le candidat conservateur, M. Sauli Niinistö est toujours le candidat le plus populaire avec une audience 49 %. Il est suivi de MM. Paavo Väyrynen (Centre) et Timo Soini (Vrais Finlandais), qui ont tous deux un score de 8 %, de M. Paavo Lipponen (PSD), 7 %, M. Pekka Haavisto (Alliance verte), 6 %, M. Paavo Arhinmäki (Alliance des gauches) et Mme Eva Biaudet (parti suédois), 3 %, et Mme Sari Essayah (Chrétiens-démocrates), 1 %.
Pour ce sondage, Taloustutkimus a interviewé 1 400 Finlandais début novembre.
HS/sam/A6

M. Soini est le candidat le plus détesté
Selon un sondage effectué pour le compté du tabloïd Ilta-Sanomat, M. Soini est le candidat le plus détesté parmi les électeurs : 27 % des personnes interrogées disent qu’elles ne pourraient pas voter pour lui. M. Soini est suivi de MM. Väyrynen (18 %) et Haavisto (11 %)
Quant à M. Niinistö, 3% seulement le détestent.
L’institut Taloustutkimus a effectué ce sondage début novembre auprès de mille Finlandais.-
Kaleva/dim/2

M. Arhinmäki a été candidat de l’Alliance des Gauches à la présidentielle
Helsingin Sanomat relève que le conseil national de l’Alliance des gauches, a nommé, comme prévu, le président du parti, M. Paavo Arhinmäki, à la candidature présidentielle. M. Arhinmäki, 34 ans, ministre de la Culture et des Sports, a obtenu le plus de voix (17 000) aux élections législatives à Helsinki.
M. Arhinmäki, souligne qu’il a décidé de se présenter pour évoquer entre autres les différences de revenus et la discrimination, ainsi que la politique étrangère et de sécurité. ‘
« Je suis un candidat qui est réellement contre l’OTAN », a déclaré le candidat de l’Alliance des gauches. Pour lui, l’OTAN est un vestige de la guerre froide. « L’OTAN est toujours une alliance militaire même si elle veut prendre le rôle de l’ONU. »
M. Arhinmäki est le seul ministre parmi les candidats et cela lui pose des problèmes pratiques. « Mon calendrier ministériel sera moins chargé en janvier et je pourrais alors faire plus campagne. »
Selon la vice-présidente du parti, Mme Aino-Kaisa Pekonen, « notre Paavo lance un défi aux dinosaures ». M. Arhinmäki est le plus jeune candidat à s’être jamais présenté à la présidentielle en Finlande.
HS/sam/A12, lun/A6

Positions des candidats présidentiels sur les économies budgétaires de la défense
Les candidats à l’élection présidentielle, M. Pekka Haavisto (parti des Verts) et M. Paavo Lipponen (parti social-démocrate), seraient prêts à fermer des garnisons pour réaliser des économies.
Quant aux candidats de l’opposition, M. Paavo Väyrynen (parti du Centre) et M. Timo Soini (parti des vrais Finlandais), ils sont contre les mesures d’économie de 200 millions d’euros exigées par l’administration de la défense. M. Soini ne réduirait pas du tout le budget de la défense. M. Väyrynen se contenterait des mesures d’économie moins importantes et ne fermerait pas de garnison.
M Paavo Arhinmäki (alliance des gauches) et M. Sauli Niinistö (parti conservateur) et Mme Eva Biaudet (parti suédois) se déclarent prêts à faire des économies.
AL21.11/A6

Communes

Plus qu’un quart des communes augmentent le taux d’impôt
Helsingin Sanomat rapporte que 91 des 336 communes finlandaises comptent augmenter le taux d’impôt en 2012. Le taux moyen sera de 19,24 %. Le taux le plus élevé, 21,75 % sera payé dans deux communes, Kitee (Carélie du Nord) et Siikalatva (Ostrobotnie du Nord). Le taux d’impôt sera le plus bas, 16,25 %, dans deux communes, Lemland et Saltvik, aux îles Åland.
Les augmentations apporteront 80 millions d’euros de plus pour les communes.
L’impôt sur le revenu est versé principalement aux communes puis à l’Etat.
HS/sam/A6

Banque de Finlande

Le mandat de M. Hakkarainen a été prolongé
Selon Turun Sanomat, les délégués bancaires du Parlement ont nommé M. Pentti Hakkarainen pour un nouveau mandat de cinq ans dans le directoire de la Banque de Finlande à partir du février 2012.
M. Hakkarainen est membre et vice-président du directoire depuis 2002. Le directoire de trois personnes est dirigé par le gouverneur de la banque centrale, M. Erkki Liikanen.
TS/sam/22

Economie

M. Katainen prêt à diminuer les dépenses de l’Etat
Le Premier ministre, M. Katainen, relève qu’il est prêt à envisager des coupes des dépenses de l’Etat même si cela engendrait un risque de récession. Il souligne l’importance d’assumer la responsabilité à l’égard de l’endettement.
Plus prudente, Mme Urpilainen, ministre des Finances, rappelle que les coupes peuvent détériorer la situation si la conjoncture est mauvaise.
M. Katainen admet que restreindre l’économie publique n’est pas forcément une bonne solution, mais qu’il n’est pas exclu que l’on se retrouve dans une situation où on ne peut pas l’éviter.
Selon les derniers chiffres du ministère des Finances, il s’agira de réaliser des économies de trois à quatre milliards d’euros d’ici 2015. M. Katainen et Mme Urpilainen ne prennent pas position sur le détail des mesures à prendre.
HS/sam/A13

M. Katainen promeut la réforme des communes auprès des siens
M. Katainen qui a parlé devant le conseil national de son parti, samedi, à Helsinki, a souligné la nécessité de la réforme des communes. Selon lui, si une réforme n’est pas mise en œuvre maintenant, on le regrettera plus trad.
Helsingin Sanomat relève que la réforme est cruciale pour l’ensemble des partis représentés au Parlement.
M. Katainen relève qu’en 2030, cent personnes qui travaillent devront en faire vivre 70 qui ne travaillent pas alors que dans les années 1970 et 1980, il y avait de 40 à 50 enfants et personnes âgées pour cent personnes dans la vie active. Les recettes fiscales ne risquent pas d’augmenter alors que les besoins pour les services augmentent. Pour lui, il y a le choix entre la diminution des services et la réforme des structures. « Une commune n’a aucune autre valeur que d’organiser des services aux habitants » dit-il en soulignant qu’il n’est pas possible de privilégier la valeur affective liée au maintien des communes actuelles [s’agissant des fusions prévues].
HS/dim/A7

Racisme

Les attitudes des Finlandais se sont atténuées depuis l’année dernière
44 % des Finlandais seraient prêts à accueillir plus d’immigrés en Finlande, contre 36 % en 2010. Il y a cinq ans, la moitié des Finlandais étaient d’accord sur l’idée que tous ceux qui souhaitaient vivre et travailler en Finlande pouvaient le faire, alors qu’aujourd’hui, 64 % des Finlandais le pensent.
45 % des personnes interrogées estiment qu’il faut restreindre l’immigration tant qu’il y a du chômage en Finlande. 48 % estiment que si les étrangers restent en Finlande, il serait dans leurs intérêts de devenir aussi « Finlandais » que possible.
58 % des personnes habitant dans la région de la capitale estiment que l’augmentation de l’immigration est une bonne chose alors que dans les régions rurales, 37 % des personnes interrogées le pensent.
HS/lun/A6

Négociations salariales

Dernier délai : vendredi
Helsingin Sanomat relève que 38 % des négociations des conventions collectives concernées par l’accord cadre sont terminées. Le directeur général du patronat EK, M. Pukkinen, relève que, traditionnellement, les négociations sont terminées à la dernière minute. Le dernier délai pour voir si on peut créer un accord cadre est vendredi.
HS/sam/A15

Conflit sur des licenciements à Olkiluoto
Le syndicat finlandais des employés du secteurd e l’éclectricité accuse la compagnie polonaise Elektrobudowa, sous-traitante sur le chantier d’Olkiluoto, d’avoir licencier des employés polonais qui se sont syndiqués.
HS

France – Finlande

Littérature

Kesksisuomalainen publie une critique élogieuse de la nouvelle traduction des Fleurs du mal de Baudelaire par Antti Nylén.
KS

France

Culture

Kaleva publie une critique élogieuse de l’exposition sur les dessins de Rodin actuellement visible au musée Rodin, à Paris.
Kaleva

Tourisme

Keskisuomalainen publie un reportage sur les visites à faire lors d’un voyage touristique à paris.
KS

Politique

Hufvudstadsbladet relève que Mme Le Pen souhaite organiser un référendum sur la peine de mort.
HBL/lun/11

Vendredi 18 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

M. Stubb souhaite plus de pouvoirs dans l’eurozone pour less pays du triple A
Dans un discours prononcé hier au Collège d’Europe de Bruges, le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb a déclaré qu’il était naturel que les pays noté AAA aient plus de poids dans la zone euro. Selon lui, ce n’est pas une nouvelle proposition d’un noyau dur des pays du triple A ; c’est déjà la réalité et il faut l’admettre. Il souligne que ce n’est pas une décision politique qui a forgé ce noyau dur mais ce sont les marchés qui l’ont formé.
Selon M. Stubb, il y a de nombreux noyaux dans l’UE, mais actuellement le plus important est celui des pays du triple A. ces pays ont l’obligation morale de diriger la refondation des règles de la zone euro.
M. Stubb souhaite aussi que l’on fusionne les institutions et en particulier les postes de président de l’uE, président de la commission et président de l’eurogroupe.
Interrogé sur une politique économique commune des pays du triple A, M. Stubb a déclaré que cela n’était envisageable que si les pays du triple A bénéficiaient d’un avantage compétitif.
M. Stubb exige aussi des sanctions automatiques pour les pays qui violeraient les régles budgétaires communes.
HS AL

Commentaires de MM. Lipponen et Niinistö
Helsingin Sanomat rapporte que les candidats à la rpésidentielle approuvent prudemment les propos de m. Stubb.
« Pourquoi pas, mais nous y sommes déjà », déclare M. Paavo Lipponen concernant un poids accru des pays du triple A. Il souligne toutefois qu’institutionnaliser ce pouvoir des pays du triple A ne serait pas sage car de nombreux pays risquent de craindre un renforcement des pouvoirs de l’Allemagne.
M. Niinistö a déclaré pour sa part qu’il estimait qu’un retour de la culture allemande [de la discipline] était une bonne chose, même s’il regrettait que cette culture allemande ait été abandonnée il y a quelques années.
M. Lipponen estime qu’il est temps de réfléchir à l’avenir de l’UE et de préparer de futures nouvelles décisions ; M. Niinistö au contraire souhaite un retour au respect des traités.
HS

Commentaires de M. Antola
Le politologue Esko Antola s’étonne que l’on puisse envisager de donner à des agences de notation privées le pouvoir de définir les nouvelles structures européennes. Il estime que cela rendrait l’UE encore moins légitime aux yeux des citoyens. Il considère qu’il faudra bien revoir les traités européennes car ils sont viciés à la base : « on a créé une monnaie commune et on a 27 politiques économiques ».
M. Antola estime que l’UE a des défis politiques énormes à relever et que le pouvoir relève désormais des technocrates ce qui fait qu’il est de moins en moins clair qui prend les décisions et dans l’UE et dans la zone euro.
Il rappelle que des instances comme le groupe de Francfort (France, Allemagne, BCE, Olli Rehn) n’ont pas été démocratiquement élus alors même qu’ils disposent d’un pouvoir d’influence énorme. Il relève qu’il est nouveau qu’en Italie et en Grèce, les nouveaux Premiers ministres ne viennent pas de la vie politique.
Il voit plusieurs divisions en Europe : celle entre les pays en crise et les pays du triple A, mais aussi celle entre les Etats de l’eurogroupe et les autres qui souhaitent eux aussi se faire entendre. De plus, les pays en dehors de la zone euro sont encore divisé entre ceux qui ont souhaité s’exclure et d’autres qui briguent une adhésion dans l’union monétaire.
Pour M. Antola, une évolution vers un Etat fédéral est indispensable.
HS/B4, HBL/6
HS

Editoriaux
Helsingin Sanomat estime que, dans son discours, M. Stubb divise l’es pays européens entre bons et mauvais. L’éditorialiste fait remarquer que ces propos sur le poids accru des pays du triple A dans la prise de décision sont « une lapalissade puisque c’est déjà le cas comme on l’a vu lorsque la France et l’Allemagne ont dicté à la Grèce et à l’Italie ce qu’elles devaient faire ». « Il est évident que la bonne gestion des finances publiques d’un Etat lui donne plus de poids dans l’eurogroupe. Et les marchés sont un bon moyen pour obliger les Etats à assainir leurs finances publiques. »
« Les propos de M. Stubb contenaient néanmoins des accents délétères. Ils exprimaient l’arrogance de ceux qui se sentent supérieurs aux autres, voire le fait de minimiser les difficultés de certains. Or la crise de la dette frappe durement l’UE. Le Nord et le Sud sont face à face, de même que les Etats de l’eurogroupe et ceux qui n’en font pas partie. Les propos des uns et des autres commencent à être de plus en plus durs. Dans certains milieux politiques ont injurie presque les dirigeants d’autres pays membres et les représentants de la Commission. Dans un tel contexte, les propos du ministre des Affaires européennes sont écoutés très attentivement – ainsi que les possibles messages cachés. Est-il sage qu’un représentant finlandais insiste sur les amertumes qui minent l’UE ou bien faudrait-il plutôt être conciliant ? » se demande HS.
En conclusion, l’éditorialiste estime que l’on peut s’interroger sur la solidité des finances publiques finlandaises. En effet, l’année prochaine la Finlande va s’endetter de sept milliards de plus.
Aamulehti commente la proposition de m ; Stubb de fusionner les postes de président de la commission, président du conseil et président de l’eurogroupe. Selon l’éditorialiste cela risque d’être refusé par les Etats membres pour qui avoir des postes à se partager est bien pratique.
HS AL

Espace Schengen

Mme Räsänen estime que les réformes bulgares se sont accélérées
La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen, estime que la volonté de la Bulgarie de lutter contre la corruption a augmenté. Elle a accueilli son homologie bulgare, M. Tsvetanov, hier.
Mme Räsänen estime que la ligne sévère de la Finlande [concernant l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’espace Schengen] a contribué au fait que la Bulgarie a mis en œuvre des réformes.
Les Bulgares et les Roumains ont considéré l’opposition finlandaise comme un reflet du populisme relevant de la politique intérieure finlandaise. M. Tsvetanov a indirectement critiqué la position finlandaise en disant que son pays avait rempli les critères techniques de l’adhésion. « Il ne faudrait pas modifier les critères une fois qu’un pays les a remplis », a-t-il dit.
Mme Räsänen admet que la Bulgarie remplit les critères mais relève que, pour la Finlande, il faudrait que ce pays assume mieux ses engagements donnés lors les négociations d’adhésion [à l’UE] sur le développement du système judiciaire et la lutte contre la corruption. La Finlande craint que sinon, la criminalité venant d’en dehors de l’UE pourra se répandre à travers la Bulgarie et la Roumanie.
Mme Räsänen relève qu’à l’issue des entretiens avec son homologue, elle est désormais plus optimiste. La Finlande envisage de revoir sa position en mars et éventuellement donner son accord à l’ouverture des frontières maritimes et aériennes en mars et des frontières terrestres en juillet.
HS/A5

Politique intérieure

Election présidentielle

Paavo Arhimäki prêt à être candidat
Dans le journal de son parti, M. Paavo Arhinmäki, ministre de la Culture, déclare qu’il est prêt à être candidat à la présidentielle. L’Alliance des gauches désignera dimanche son candidat.
KU

Etat d’esprit de Finlande

Propos de M. Katainen
Le Premier ministre, M. Katainen, estime que l’état d’esprit des Finlandais manque actuellement des qualités traditionnelles comme le sens de la responsabilité, la modération et la prudence. Concernant le débat actuel, il estime que plus les questions sont compliquées, plus les réponses proposées sont simples.
Il réclame un sens des responsabilités de tout le monde et rappelle que l’Etat providence n’est pas un acquis immuable.
HS/A5

Bal présidentiel du 6 décembre

Mme Halonen rappelle que l’invitation est une opportunité et non pas une convocation
La Présidente, Mme Halonen, estime que si un invité refuse d’assister au bal du 6 décembre, il s’agit certainement d’une prise de position.
Mme Halonen rappelle, concernant l’irritation flagrante des Vrais Finlandais, qu’elle n’a jamais qualifié un groupement politique de raciste, mais a estimé que ceux qui se reconnaissaient racistes, semblaient voter d’une certaine façon. Elle estime que cela était un défi double pour les groupements qui se rendaient compte d’un nombre particulièrement élevé de ces gens parmi eux.
« Je pense fermement qu’il faut que nous parlions du racisme, de l’inégalité et de la discrimination. »
HS/A11

Parlement

Un incident a interrompu la séance, hier
Un groupe de production télévisée a engendré un incident au balcon des visiteurs de la salle du Parlement. Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja avait accordé une interview pour une série télévisée, mais a changé d’avis quant au droit du groupe d’utiliser l’interview pour des fins entièrement commerciales.
M. Heinäluoma, président du Parlement, critique ardemment l’équipe de production et l’accuse d’avoir profité de la confiance qui règne entre le parlement et les médias.
TS/14

Conventions salariales

Déjà 35% des salariés concernés par l’accord cadre
L’accord cadre sur les conventions salariales a déjà été approuvé par des branches représentant 35% des salariés.
Il sera considéré comme suffisamment étendu, et donc contraignant, si de grands secteurs comme le secteur communal et le secteur des transports le ratifient. Les négociations sur le secteur communal devraient être terminées mercredi prochain.
KL

Economie

Nokia diminue ses effectifs de 1700 personnes en Finlande
Le plan soicail de Nokia en Finlande s’est terminé. Il entérine la suppression de 300 postes en Finlande.
Par ailleurs, 1400 personnes vont être externalisées chez Accenture.
UD

Wärtsilä va racheter Hamworthy pour 440 millions d’euros
Wätrsilä va acquérir le britannique Hamworth qui produit notamment des moteurs pour les bateaux.
HS

France – Finlande

Prix français pour l’orchestre symphonique de Lahti

Turun Sanomat rapporte que le premier disque de l’orchestre symphonique de Lahti dirigé par Okko Kamu sur les œuvres de Sibelius a reçu le prix Diapason d’or (accordé par le magazine Diapason et France Culture). L’orchestre va enregistrer toutes les symphonies de Sibelius d’ici 2015.
TS

France

Politique

Kansan Uutiset rapporte les difficultés de conclure un accord entre le parti socialiste et les Verts.
KU

Jeudi 17 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

M. Stubb en appelle à un noyau des pays du triple A dans l’eurozone
D ans une interview accordée au Financial Times, le Ministre des Affaires européennes Alexander Stubb déclare que les pays de l’eurozone qui ont la note AAA devraient avoir plus de poids dans les décisions de l’eurozone. Selon lui, ils constituent le noyau dur de l’eurozone. Il estime que les règles prévoyant une coopération renforcée entre certains Etats pourraient être utilisées pour coordonner les politiques économiques. « Je ne pense pas que des Etats vont être mis de côté, mais je crois que des Etats vont perdre leur influence. Un Etat qui n’a pas le triple A ne sera pas dans la meilleure position pour donner aux autres des conseils sur la gestion des finances publiques… Je pense qu’il y aura un mouvement centrifuge pour créer un noyau dur de l’Europe ».
FT

M. Katainen approuve M. Stubb
Le Premier ministre Jyrki Katainen déclare qu’il partage l’opinion de M. Stubb selon qui les Etats ayant un triple A devraient avoir plus de pouvoirs dans les déciisons de l’eurzone. « Je suis d’accord avec lui car les Etats qui bénéficient d’un triple A sont les Etats qui ont bien géré leurs finances publiques ».
« Pourquoi ce triple A est-il si important ? Parce que cela conditionne notamment le taux d’intérêt des emprunts d’Etats. Meilleure est notre notation, moins nous devons utiliser l’argent des contribuables pour payer les taux d’intérêts », souligne le Premeir ministre.
MTV3

La Finlande elle aussi touchée par la spéculation sur les taux
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande est elle aussi touchée par la pression des marchés sur les taux de ses obligations à dix ans : le différentiel avec l’Allemagne est passé de 0,54 point en début de semaine à 0,74 point hier.
Kauppalehti rapporte toutefois que le taux des obligations à dix ans de l’Etat finlandais est exceptionnellement bas 2,5%). Le quotidien rapporte aussi que sur les 80 milliards de dette de la Finlande, ce sont 15 milliards d’obligations qu’il faudra renouveler l’année prochaine.
Le professeur d’économie Vesa Kanniainen estime que la crise de la dette est sous le contrôle de personne. Selon lui, la Finlande aura du mal à éviter la crise qui touche les pays du Suid de l’Europe car elle dépend beaucoup des exportations.
KL

Energie

Un nouveau câble entre la Finlande et les pays baltes
Hier la première pierre de la construction du câble EstLink 2 entre la Finlande et l’Estonie a été posée en Estonie. Ce câble devrait être en fonction en 2014. Il coûtera 320 millions d’euros, financés par l’Estonie, la Finlande et l’UE.
HS

Défense

Editorial : « Le besoin d’aide en Afghanistan ne s’arrêtera pas en 2014 » HS
Un grand pas dans les projets d’avenir a été pris mercredi à Kaboul lorsque le président Hamid Karzai a réuni le conseil traditionnel. Concrètement, le président afghan voudrait faire approuver le fait que des troupes des Etats-Unis et d’autres pays resteront en Afghanistan après 2014.
Par la même occasion, il voudrait poser certaines conditions à la présence prolongée de ces effectifs, notamment interdire aux soldats étrangers les perquisitions de domiciles et les opérations nocturnes. Depuis longtemps il est clair que, dans trois ans, les forces de sécurité afghanes ne pourront pas se débrouiller seules sans un large soutien de formation de la part des forces armées des autres pays. Cela signifie qu’en prenant sa décision concernant la réduction de ses effectifs FIAS, la Finlande devra réfléchir sur sa participation à la formation de la police et des militaires afghans.
Le reste du monde assurera de son soutien la stabilisation en Afghanistan dans une réunion le 5 décembre à Bonn. La réunion devra décider des lignes de ce soutien à partir de 2015.
La fin de l’aide en 2014 signifierait l’abandon de l’Afghanistan.
L’opération policière en Afghanistan a débuté en 2007. Elle avait pour but d’aider le ministère de l’Intérieur afghan à développer la police et le système judiciaire dans le pays. Une opération UE regroupant 300 étrangers et 200 Afghans est chargée de former, de conseiller et d’agir en mentor pour la police et les juristes du pays. L’opération est commandée par le général de brigade Jukka Savolainen.
HS/A2, UD12

Politique intérieure

Election présidentielle

Deux débats présidentiels ont eu lieu mercredi
Les candidats présidentiels de quatre plus grands partis, MM. Niinistö, Lipponen, Soini et Väyrynen, ont été invités au débat organisé par la MTV3, chaîne de télévision commerciale, avec la confédération du patronat. Les questions ont porté surtout sur les entreprises et les exportations.
Les quatre candidats ont aussi participé, avec Mme Biaudet et M. Haavisto, à une soirée européenne, organisée par Euroklubi et l’association Eurooppalainen Suomi (‘la Finlande européenne’). M. Väyrynen a continué à critiquer la décision finlandaise d’adhésion à la zone euro. M. Lipponen était alors Premier ministre et M. Niinistö ministre des Finances.
Concernant l’élargissement de l’Union européenne, tous les candidats estiment que d’ici 2020, la Turquie ne sera pas encore membre de l’Union.
M. Lipponen a même estimé que « l’Union doit avoir une attitude ouverte si en Afrique du Nord, un Etat souhaite se rapprocher des démocraties européennes ». Il estime que l’Islande et la Norvège adhéreront à l’UE. M. Soini pense que la Norvège restera en dehors de l’Union, ainsi que la Suisse.
KS/12, IS/10

Un troisième Paavo ?
Selon le tabloïd Ilta-Sanomat, l’Alliance des gauches a pris une décision de principe pour désigner son propre candidat présidentiel. Le nom du candidat n’est cependant pas connu, même si les autres candidats ont déjà commencé la campagne.
Selon le président du parti, M. Paavo Arhinmäki, ministre de la Culture, le candidat sera désigné à la fin de cette semaine. Selon les estimations, le candidat sera M. Arhinmäki.
IS/1O

Gouvernement

46 % sont mécontents du gouvernement
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte de quatre grands partis politiques (Parti conservateur, PSD, Vrais Finlandais et Centre), près de la moitié des Finlandais, 46 %, sont mécontents du gouvernement de M. Katainen. 36 % seulement donnent une bonne note au gouvernement.
Le sondage sur la popularité du gouvernement est effectué de la même façon depuis 1991. Le gouvernement le plus populaire a été le deuxième gouvernement de M. Lipponen en 1999 et le moins populaire le gouvernement de M. Aho en 1991.
55 % des personnes interrogées estiment que la démocratie fonctionne bien en Finlande, tandis que seulement 21 % croient au bon fonctionnement de la démocratie dans l’Union européenne.
Le nombre de ceux qui comptent voter est en hausse. 60 % disent être sûrs de voter aux élections municipales de l’automne prochain.
Selon ce sondage, 48 % des personnes interrogées ont une attitude favorable à l’égard du Parti conservateur, 40 % pour le PSD, 32 % pour l’Alliance verte, 31 % pour les Vrais Finlandais, 29 % pour le Centre et 25 % pour l’Alliance des gauches.
HS/A6

Vrais Finlandais

Des députés rejettent l’invitation pout le bal présidentiel du 6 décembre
M. Oinonen, député Vrais Finlandais, relève qu’il n’envisage pas de participer au bal de la Présidente où les invités représentent les Finlandais les mieux lotis et non pas le peuple « qui s’habille en survêtements ». Il relève par ailleurs qu’il ne souhaite pas voir des couples homosexuels danser. Pour lui, c’est choquant pour les anciens combattants.
Ces propos ont suscité des réactions animées dans les média sociaux et des chercheurs rappellent que parmi les anciens combattants, il y a également des homosexuels.
Les critiques visant Mme Halonen ont augmenté depuis qu’elle a dit que les personnes qui se reconnaissaient raciste avaient voté pour les Vrais Finlandais.
HS/A5

Racisme

Sondage sur les attitudes à l’égard des étrangers et des minorités
Helsingin Sanomat a fait effectuer un sondage qui relève que la plupart des Finlandais seraient d’accord pour que l’un de leurs proches se marie avec un Américain blanc (84 %), qu’ils soient soignés par un médecin étranger (77 %), de se marier avec un étranger (63 %) avec un Russe (68 %), avec un Africain (60 %) où avec l’idée qu’une famille somalienne s’installe à dans leur voisinage (57 %).
37 % des personnes interrogées seulement seraient favorables à ce qu’un de leur proches se marie avec on Rom.
Inversement, 32 % ne souhaiterait pas que leurs proches se marient avec un Africain, et 35 % ne souhaiteraient pas accueillir une famille somalienne dans leur voisinage. 55 % ne souhaitent pas avoir de Rom dans la famille par mariage.
HS/A5

La police enquête sur le harcèlement contre des immigrés à Lieksa
La police soupçonne les rédacteurs d’un message publié sur Facebook de crime raciste aggravé.
Des crimes qualifiés de racistes ont déjà été commis à Lieksa (Carélie du Nord) cet automne.
HS/A5

Economie

Baisse de la productivité – Fort chômage en perspective
Selon l’ETLA, la productivité des entreprises finlandaises a fortement diminué. Pour la rétablir, il faudra des restructurations d’envergue qui pourraient se traduire par une augmentation importante du chômage.
Selon le chercheur Mika Malmiranta, « il y a dans les entreprises finlandaises une main d’œuvre excédentaire de le 150 000 travailleurs ». Helsingin Sanomat compare ce chiffre au nombre de chômeurs actuels, soit 180 000 (6,9% de la population active).
Selon M. Malmivirta, les entreprises finlandaises ont gardé leur main d’œuvre pendant la crise pour deux raisons : parce qu’elles ont une responsabilité sociale et parce qu’elles pensaient que la croissance allait revenir.

Editorial : « La Finlande menacé de flétrir » HS
L’éditorialiste commente l’étude de l’ETLA selon laquelle la productivité des entreprises finlandaises a chuté après la crise de 2008. Selon HS, il faudrait un nouveau contrat social qui aurait pour objectif à long terme d’améliorer la productivité des entreprises et d’augmenter la force de travail. Il faut pour cela un contrat transgénérationnel qui permettrait de lutter contre le déficit structurel.
HS

Fuites informatiques

Un nouveau cas de fuite de données confidentielles
Un site spécialisé dans la vente de voitures en ligne est la dernière victime de fuites de données informatiques. Les mots de passe et les adresses mél de 12 000 personnes ont fait l’objet de fuite.
La police judiciaire estime que la sécurité informatique de certaines entreprises est très fragile et il faudrait remédier à ce défaut.
La police et les spécialistes informatiques rappellent l’importance de changer les mots de passe et éviter qu’ils soient trop simples.
HS/A10

Médecins

Des cas de médecins avec de faux diplômes ont été révélés
Selon Helsingin Sanomat, la ministre des Services de base, Mme Maria Guzenina-Richardson (PSD), a annoncé mercredi la nomination d’un groupe de travail pour étudier le fonctionnement de Valvira, conseil national de surveillance sanitaire, concernant les cas de médecins avec de faux diplômes. Deux anciens médiateurs du Parlement, M. Jacob Söderman et Mme Riitta-Leena Paunio, et l’archiatre Risto Pelkonen, font parti du groupe de travail.
Le scandale a éclaté il y a une bonne semaine, avec un article du tabloïd Ilta-Sanomat qui a relevé que le diplôme du médecin Esa Laiho était faux et qu’il n’était pas diplômé de l’université de Saint-Pétersbourg.
Les autorités ont ensuite décidé de vérifier les diplômes de tous les médecins ayant été formé en dehors de l’UE.
HS/A5

Hiver

L’hiver est en retard
Selon l’institut de la météorologie, l’hiver est exceptionnellement en retard en Laponie. A Kilpisjärvi par exemple, l’hiver est en retard d’un mois et demi. La Laponie a dû attendre longtemps la première neige.
L’hiver thermique signifie que la température moyenne pendant 24 heurs reste au-dessous de zéro.
HS/A6

France – Finlande

Tournée Voix et sons libres

Helsingin Sanomat publie une critique du concert du Quartet Emile parisien qui s’est produit à Helsinki, mardi.
HS
France

Prix Lux

La presse rapporte que le film de Robert Guédiguian, Les neiges du Kilimandjaro a reçu le prix Lux du Parlement européen. Le film sortira en Finlande le 25 novembre.
TS

Mercredi 16 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Editorial
Helsingin Sanomat rapporte que de nombreux experts estiment que la BCE devrait intervenir sur les marchés et annoncer qu’elle est prête à racheter les obligations des Etats en crise. Cette assurance mettrait fin aux spéculations et donnerait le temps nécessaire pour réaliser les changements politiques indispensables. Néanmoins, il est indéniable qu’un tel engagement sans limite de la BCE serait contraire aux règles de l’union économique et monétaire et pourrait, en cas d’échec, déclencher une hyperinflation similaire à celle des années 1920. L’Allemagne s’est fermement opposée à un élargissement du mandat de la BCE, comme elle s’est précédemment opposée à de nombreuses reprises durant la crise à des mesures qui ont ensuite dues être prises.
HS

Union européenne - Schengen

La Finlande a atténué sa position sur Schengen
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement a changé de position sur l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie à Schengen. La Finlande est prête à approuver l’entrée dans deux phases, en mars et en juillet 2012, selon la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen.
La ministre souligne toutefois que la Finlande y met de strictes conditions : « Auparavant, nous partions de l’idée que toutes les frontières devaient être libérées d’un seul coup. Aujourd’hui, nous pouvons envisager une démarche en deux phases d’ouverture des frontières si le rapport de la commission démontre une progression claire et nette ».
« Pour la Finlande, il importe que l’on soit exigeant sur les progrès réalisés et que ces Etats mettent enfin en oeuvre ce qu’ils ont promis de faire », a dit Mme Räsänen qui ajoute que la Finlande ne votera pas pour l’entrée de ces deux Etats dans l’espace Schengen en mars prochain si des progrès suffisants n’ont pas été enregistrés. Il s’agit surtout du contrôle des frontières extérieures de la Bulgarie et de la Roumanie.
Selon des sources citées par HS, la Finlande veut se dissocier des Pays Bas qui refuse catégoriquement l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie pour des raisons de politique intérieure.
HS/A6

Programme européen d’aide aux plus démunis

Le programme de l’UE sera maintenu
Helsingin Sanomat relève que les ministres européens de l’Agriculture se sont mis d’accord pour maintenir le programme alimentaire d’aide aux plus démunis pour la période 2012-2013. Une décision officielle en la matière devrait être prise en décembre.
Les associations finlandaises qui se chargent de la distribution des denrées alimentaires dans le cadre de l’aide européenne se félicitent de la décision. A Espoo, par exemple, 50 sacs sont distribués quotidiennement, et de temps en temps, le chiffre s’élève à 100.
HS/B3

Défense

La Finlande décide enfin de signer les accords d’Ottawa
La commission des affaires étrangères du Parlement a approuvé mardi l’adhésion de la Finlande aux accords d’Ottawa interdisant l’usage, le stockage et la production des mines antipersonnel.
Ainsi la Finlande s’engage également à détruire ses mines antipersonnel d’ici quatre ans.
Le vote aura lieu la semaine prochaine au parlement. Les vrais Finlandais entendent voter contre, tous les autres partis voteront pour la signature des accords.
La commission ayant exprimé son inquiétude sur la non-adhésion des grands pays comme la Chine, la Russie, l’Inde et les Etats-Unis, le vice-président de la commission, M. Pertti Salolainen (conservateur), a noté qu’il faudra directement demander à la Russie de participer à ces accords.
La commission a fait remarquer que la Finlande n’a jamais causé de problèmes : en Finlande il n’y a pas de terrains minés, la fabrication des mines antipersonnel a été arrêtée en 1981 et la Finlande n’en a pas exporté.
HS/A6

La fin de l’opération finlandaise de maintien pour la paix en Afghanistan approche, mais pas la guerre en Afghanistan
La Finlande suivra vraisemblablement l’exemple de la Suède qui a fait savoir qu’elle retirera ses troupes d’Afghanistan l’année prochaine. Dès lors, il y aura moins de soldats sur le terrain et davantage pour former les soldats afghans.
Officiellement la Finlande décidera de sa nouvelle ligne d’ici la fin de l’année.
Le groupement finno-suédois, s’est récemment retiré pour soutenir davantage l’armée afghane. Le transfert des responsabilités se fera officiellement au début de l’année prochaine.
Les Finlandais qui compte 195 soldats sur place considèrent leur zone de surveillance comme principalement tranquille. Néanmoins, il y a des problèmes dans quelques îlots à l’ouest de Mazar-i-Sharif. Selon le commandant des troupes finlandaises Petri Kosonen, certains rebelles agissant contre le gouvernement et les troupes étrangères ont récemment renoncé à se battre.
HS/B1, UD/10

Coopération nordique des armées de l’air finlandaise et suédoise
Les armées de l’air finlandaise et suédoise étudient la possibilité de former ensemble leurs pilotes de chasse. En effet, le Vinka, l’avion de formation élémentaire utilisé par les Finlandais et le Saab 105, le chasseur de formation des Suédois arrivent au bout de leur cycle de vie au même moment, vers 2017-2020. Selon le commandant de l’armée de l’air finlandaise, le général Jarmo Lindberg, il ne s’agit pas d’un projet officiel bien que les états-majors des armées de l’air des deux pays étudient le projet depuis un an, notamment les questions d’emploi du temps, de durée et de contenu de la formation. Il n’est pas non plus lié aux mesures d’économie ni à la réforme de l’armée en cours. La coopération pourrait concerner une acquisition commune des appareils.
En arrière-fond de la coopération finno-suédoise il y a les difficultés rencontrées par le projet intereuropéen de formation des pilotes de chasseur AEJPT (Advanced European jet pilot training).
Il y a néanmoins des différences entre la formation finlandaise et suédoise en matière de formation des pilotes de chasseur. En Suède, une fois les tests psycho-physiques passés, les élèves pilotes commencent directement à voler sur des chasseurs de formation légers, les Saab 105. En Finlande, les élèves sont d’abord formés sur des appareils à hélices, les Vinka, avant de passer aux chasseurs de formation Hawk. « L’une des questions serait de savoir si la Suède est intéressée par une formation sur Hawk », affirme le chef des opérations de l’armée de l’air Ossi Sivén.
La formation élémentaire en appareils Vinka est externalisée par la défense nationale et confiée à Patria.
« Dans quelques années, il faudra se mettre en quête d’un système de substitution. « Nous ne parlons pas de nouveaux appareils après les Vinka, mais d’un nouveau système de formation des pilotes. Il pourrait s’agir d’un prestataire de service extérieur », conclut Sivén.
HS15.11/A6

Politique intérieure

Election présidentielle

Nouveau débat présidentiel
Helsingin Sanomat relève que l’association Paasikivi, l’hebdomadaire Suomen Kuvalehti et l’association des parrains de l’université de Helsinki ont organisé hier un débat présidentiel où MM. Lipponen, Niinistö, Soini et Väyrynen se sont lancés des défis et le débat a été animé de temps en temps.
HS estime que la tactique de M. Paavo Väyrynen, candidat du Centre, est de devenir le challenger numéro un de M. Niinistö. Le social-démocrate Paavo Lipponen a été plus agressif qu’avant, tandis que M. Timo Soini, des Vrais Finlandais, a donné l’impression qu’il ne participait pas sérieusement à la campagne.
Le conservateur Sauli Niinistö n’a pas été très actif. Il s’est exprimé de façon philosophique sur la crise de la dette. Il estime que M. Väyrynen veut déformer ses propos sur l’OTAN.
M. Pekka Haavisto, candidat de l’Alliance verte, s’est bien exprimé et l’audience l’a apprécié. Mme Eva Biaudet (Parti suédois) a bien parlé des minorités et des droits de l’homme mais elle n’a pas eu de rôle important.
HS/A9

M. Niinistö a ouvert sa campagne
Helsingin Sanomat rapporte que M. Niinistö a ouvert hier sa campagne présidentielle à Helsinki dans un des « cafés Niinistö », dont il y aura plus d’une cinquantaine en Finlande. Le budget de la campagne est d’environ 1,3 million d’euros pour le premier tour. Dans sa campagne, M. Niinistö souligne l’importance du travail finlandais.
HS/A9

M. Väyrynen : le président dirige la politique des affaires étrangères aussi à l’UE
Sous sa rubrique « courrier des lecteurs », Helsingin Sanomat publie une lettre signée Paavo Väyrynen. M. Väyrynen souligne que la direction de la politique étrangère, inscrite dans la constitution s’étend aussi à la définition de la politique étrangère et de sécurité commune de l’UE et à sa mise en œuvre.
Il rappelle qu’il a approuvé, en tant que ministre du Commerce extérieur et du développement du gouvernement précédent, le rapport que ce gouvernement a présenté au Parlement il y a trois ans sur les changements liés au traité de Lisbonne.
HS/C8

Editorial : M. Niinistö amènerait la Finlande dans l’OTAN
Suomenmaa, organe du Parti du centre, estime dans son éditorial que M. Niinistö laisse entendre que tôt ou tard la Finlande deviendra membre de l’OTAN.
Selon l’éditorialiste, le Parti conservateur, le parti politique le plus favorable à l’OTAN, mène ouvertement une campagne d’adhésion. « Si la Finlande a un président et un Premier ministre conservateurs après l’élection présidentielle, cela sera un pas de plus vers une adhésion. »
SM/2

Economie

Baisse de la production
Selon les derniers chiffres de l’institut national d’études statistiques, la production nationale finlandaise a diminué de 0,6 % en septembre par rapport au mois d’août. Le PIB aurait toutefois augmenté de 0,3 % en juillet-septembre par rapport à avril-juin.
HS/B3

Retraites

Les pensions ont augmenté de 20 % en dix ans
Les revenus effectifs des retraités ont évolué favorablement ces dernières années, relève une étude basée sur les informations du centre d’assurance retraite Eläketurvakeskus sur la période allant de 2000 à 2010.
Les retraites ont augmenté notamment du fait que les salaires ont augmenté et que les carrières professionnelles se sont prolongées. Ceux qui sont à la retraite pour inaptitude au travail ont toutefois vu leur pension passer de 41 % des revenus moyens à 36 %.
HS relève que, typiquement, la situation des retraités se détériore proportionnellement lors de période de bonne conjoncture et s’améliore lors de la récession.
La retraite moyenne s’élevait à 1373 euros par mois en 2010 par rapport à 1141 euros en 2000. La part de personnes concernées par une retraite de moins de mille euros est passée de 50 % en 2000 à 35 %.
Plus généralement, le nombre de retraités est en hausse avec le vieillissement de la population. En 2010, leur nombre était de 1,3 millions, soit 200 000 de plus qu’en 2000.
HS/B5, KS/14

Mardi 15 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

« La peur de la récession croît » HS
« Diminution de la production finlandaise en septembre » Yle
Helsingin Sanomat rapporte que la peur d’une récession dans la zone euro s’accroît. Selon eurostat, la production industrielle dans la zone euro a dominé de 2% en septembre par rapport à aout.
Selon les statistiques finlandaises, le PIB a diminué de 0,2% en septembre par rapport à août.
Seuls 16% des entreprises finlandaises pensent que la conjoncture industrielle va s’améliorer à la fin de l’année 2011 et au début de l’année 2012.
Pour un pays fort dépendant des exportations comme la Finlande, la principale menace de la crise financière est un gel du crédit. « Nous sommes dans le même bateau que les autres pays du fait des marchés financiers », estime l’économiste du patronat Penna Urrila.
HS Yle

Commentaire « Sortir de l’euro coûterait cher » HS
L’éditorialiste Paavo Rautio revient sur l’étude du professeur Barry Eichengreen qui a, il y a deux ans, évalué le coût de la sortie de la zone euro. Il en ressort que le coût politique et économique d’une sortie de l’euro est extrêmement élevé et ne permet pas de le faire sans dommages. « Il semble que les dirigeants et les administrés des pays en crise le savent, c’est pourquoi ils tiennent fermement à leur appartenance à la zone euro », conclut-il.
HS

« M. Väyrynen souhaite une sortie de l’euro – le Centre non » HS
« Le Centre reconnaît que la Finlande a besoin de l’UE et de l’euro » AL
Le candidat centriste à la présidentielle Paavo Väyrynen estime que « la Finlande devrait sortir de l’euro ; elle n’y est pas en bonne compagnie ». Il rappelle que la Finlande est le seul pays nordique à avoir rallié l’euro. Selon lui, la zone euro peut éclater : « Si l’Italie flanche, la France flanchera. Les banques françaises ont des risques élevés en Italie ; C’est alors le tandem franco-allemand qui flancherait. L’Allemagne a conservé ses marks en réserve », a déclaré, hier, le candidat centriste qui souhaite le retour au markka finlandais. .
Or, le parti du Centre ne partage pas ces points de vue. Même la députée européenne Mme Manner qui soutient M ; Väyrynen estime qu’il faut rester dans la zone euro. La présidente du parti, Mme Kiviniemi, estime que les pays en crise sont responsables de leurs problèmes, mais elle ne souhaite pas l’éclatement de la zone euro. L’ancien premier ministre Matti Vanhanen a lui aussi souligné l’importance de la monnaie commune.
HS AL

Union européenne - Schengen

M. Stubb admet que la Finlande a changé de position sur Schengen
UusiSuomi rapporte que lors du Conseil affaires générales, hier, le ministre finlandais des Affaires étrangères, M. Tuomioja aurait assuré son collègue roumain Teodor Baconschi du changement de position de la Finlande sur l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace Schengen. M. Baconschi en aurait fait part à la presse roumaine.
Interrogé par UusiSuomi, le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb déclare que le comité interministériel aux affaires européennes finlandais a décidé, vendredi de « préciser la position de la Finlande sur l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’espace Schengen. Cette précision signifie que nous sommes prêts à accepter l’approche en deux phases mais sous conditions », a dit M. Stubb. « J’en ai informé la grande commission du Parlement qui va traiter cette affaire », a-t-il ajouté.

Iran

« M. Tuomioja ne voit pas de solution militaire en Iran » HS
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, condamne sévèrement les propos sur la possibilité d’arrêter le programme nucléaire iranien par une attaque militaire. « Il n’existe pas de solution militaire, il n’existe pas de bistouri pour gérer un problème d’un coup avec des moyens militaires », a-t-il dit lors de la rencontre des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles, hier.
« Parmi les Etats membres, il y en a un ou deux qui ne soutiennent ni ne promeuvent une solution militaire, mais qui s’imaginent qu’en gardant toutes les options on peut éventuellement influencer le comportement de l’Iran. Mais les autres estiment que l’effet pourrait plutôt être inverse », regrette M. Tuomioja.
Concernant l’Afghanistan, M. Tuomioja relève que les ministres se sont mis d’accord sur le fait de rendre plus efficace l’opération policière. « C’est un travail important dans de conditions difficiles, mais ce travail n’est pas facilité par les difficultés bureaucratiques toujours liées à la gestion pratique des missions de l’UE. »
35 des 350 spécialistes travaillant pour l’opération Eupol sont finlandais. Le général de brigade Jukka Savolainen est en charge du commandement de l’opération.
HS/B1

Politique intérieure

Election présidentielle

La popularité de M. Väyrynen est en hausse
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage sur l’audience des candidats présidentiels, effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, la popularité de M. Sauli Niinistö, candidat conservateur, a baissé de 6 points depuis le mois d’octobre. L’audience de MM. Timo Soini, candidat des Vrais Finlandais, et Paavo Väyrynen, centriste, est en hausse.
M. Niinistö est toujours en tête avec un score de 44 %, suivi de M. Soini, 11 % (+ 3 %) et M. Väyrynen, 10 % (+4 %). L’audience du social-démocrate Paavo Lipponen, 7 %, ou celle de l’écologiste Pekka Haavisto, 6 %, n’ont pas bougé depuis octobre. Mme Eva Biaudet du Parti suédois et M. Paavo Arhinmäki de l’Alliance des gauches (qui n’a même pas encore désigné son candidat présidentiel) ont obtenu une audience de 3 % et Mme Sari Essayah des Chrétiens-démocrates 1 %.
La hausse de la popularité de M. Väyrynen est due au fait qu’une partie des électeurs centristes ont abandonné M. Niinistö et comptent voter pour le candidat de leur parti : 56 % des électeurs centristes sont actuellement favorables à M. Väyrynen et 33 % pour M. Niinistö. Il y a un mois, seulement 41 % des centristes étaient favorables à M. Väyrynen.
Selon M. Rauli Mickelsson, politologue à l’université de Tampere, il s’agit de l’antagonisme entre la Finlande du sud et du nord « Le Centre est un parti de la Finlande du nord et de l’est et il a perdu son identité quand Matti Vanhanen était Premier ministre. M. Väyrynen est un candidat du nord. »
Selon ce sondage, M. Niinistö battrait de loin chacun de ses adversaires au second tour. Par exemple, 57 % des sociaux-démocrates voteraient pour M. Niinistö et 33 % pour M. Lipponen au second tour. M. Mickelsson estime que l’audience faible de M. Lipponen s’explique du fait que les électeurs ne voient pas beaucoup de différences entre lui et M. Niinistö. « Les deux sont des candidats des grandes villes du sud, favorables à l’Union européenne. »
Mme Biaudet et M. Haavisto ont plus d’audience chez les femmes. 5 % des femmes et seulement 1 % des hommes voteraient pour Mme Biaudet. 9 % des femmes et 4 % des hommes sont favorables à M. Haavisto.
Le sondage a été effectué entre le 1et et le 12 novembre auprès de 969 Finlandais.
HS/A5

Editorial : Väyrynen en hausse, Lipponen bloqué
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’à la lumière des résultats du sondage récent, M. Niinistö ne serait pas élu au premier tour mais facilement au second tour.
M. Väyrynen a été désigné candidat présidentiel au congrès extraordinaire du centre juste avant le sondage et l’augmentation de sa popularité vient notamment des électeurs centristes. Cela signifie que la fidélité envers le parti monte peu à peu.
M. Lipponen était censé sauver le PSD à l’élection présidentielle. Son audience est toutefois modeste et, parmi les sociaux-démocrates, M. Niinistö est encore plus populaire que M. Lipponen. Il serait intéressant de savoir combien de membres de la centrale syndicale SAK vont voter pour M. Lipponen et combien préfèrent un autre candidat, par exemple M. Soini.
HS/A2

Procès Kanerva

M. Kanerva a nié avoir accepté des pots-de-vin
Helsingin Sanomat rapporte que le procès de corruption contre M. Ilkka Kanerva, député conservateur et ancien ministre des Affaires étrangères, a commencé lundi.
M. Kanerva a présidé le conseil de la région de Varsinais-Suomi (Finlande du Sud-ouest) de 2006 à 2008. Quatre hommes d’affaires, MM. Kakkonen, Merisalo, Sukari et Yli-Saunamäki, ont eu des projets de construction de grandes surfaces dans la région. En même temps, ils ont soutenu la campagne électorale de M. Kanerva et l’organisation de son 60e anniversaire à hauteur der 56 000 euros.
L’avocat de M. Kanerva souligne que l’organisation de son anniversaire a été une surprise pour lui.
HS/A5

Négociations entre les partenaires sociaux

M. Ihalainen prévoit des négociations sur la politique en matière de la retraite
Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, estime qu’une fois que les partenaires sociaux et le gouvernement auront terminé leurs travaux sur l’accord salarial, il faudra se mettre à négocier sur la règle du jeu de la vie professionnelle et de la politique en matière des retraites.
Pour M. Ihalainen, il s’agira d’augmenter l’âge moyen de départ à la retraite, en se mettant d’accord entre les parties. Pour lui, il est plus essentiel d’augmenter l’âge de départ moyen que d’augmenter mécaniquement le seuil de départ. « Si le seuil était augmenté à 65 ans, l’âge moyen de départ augmenterait de six mois », selon lui. Aujourd’hui, les Finlandais partent à la retraite à l’âge de 60,4 ans en moyenne, l’objectif du gouvernement étant de retarder les départs à 62,4 ans pour 2025.
Une autre question importante est le financement du système des retraites. Un accord sur le financement existe jusqu’à 2014. Selon le ministre, il s’agira d’augmenter les cotisations de d’assurance retraite.
Les autres sujets à évoquer, selon le ministre, sont les moyens pour diminuer les départs à la retraite pour inaptitude au travail et le système de médecine du travail.
HS

Secteur bancaire
Le patronat défend son menace de lock-out et estime qu’elle ne relève pas de discrimination. Les syndicats ont déposé un préavis de grève prévu pour commencer deux jours avant le lock-out, le 23 novembre.
Le président du syndicat YTN, M. Kauppi, considère le lock-out comme illégal du fait qu’il ne concernerait que les employés syndiqués. Le patronat au contraire ne voit pas de mal dans sa mesure prévue. « Nous ne sommes pas en conflit avec les employés non-syndiqués », dit M. Kämäri, président de FK.
La médiation a commencé hier et se poursuivra demain.
HS/A9

Secteur communal
Le syndicat des employés des soins communaux, Tehy, a rejeté la proposition du patronat communal de participation de ce syndicat d’infirmières aux négociations avec les personnels de soins disposant d’un diplôme d’études inférieures et appartenant au syndicat Super.
Mme Laitinen-Pesola, présidente de Tehy, souligne l’importance des personnels disposant d’une formation supérieure par rapport aux autres, de pouvoir se faire entendre.
Tehy et Super négocient séparement depuis 2007.
HS/A9

France

Tourisme

Le Louvre préparé à une éventuelle crue de la Seine » TS
Turun Sanomat présente le musée du Louvre et ses préparatifs à d’éventuelles crues de la seine.
TS

Lundi 14 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

« L’économie ralentit dans l’UE et en Finlande » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les incertitudes concernant l’économie européenne se font déjà ressentir en Finlande. Selon les experts économiques interrogés par le quotidien, la croissance finlandaise devrait s’arrêter avant la fin de l’année. Pour 2012, les experts sont divisés. Certains, comme M. Korkman (ETLA) et M. Holm (Pellervo) estiment que l’économie sera en récession l’année prochaine. D’autres comme Mme Ilmakunnas (PTT) ou M. Vartiainen, estiment qu’il y aura une faible croissance en 2012.
Les experts économiques estiment que le gouvernement devrait revoir son programme gouvernemental qui était basé sur des prévisions de 2 à 3% de croissance.
HS

Commentaires et éditoriaux
« Des menteurs, mais aussi de bonnes personnes » HS
« On nous propose plus de solidarité » TS
L’éditorialiste Ville Blåfield estime que la crise actuelle est marquée par les préjugés et les critiques mutuelles entre les peuples. « On peut de plus en plus traiter les Grecs de malhonnêtes et les Finlandais d’égoïstes ». Il considère qu’il ne faut pas oublier que la Grèce et l’Italie ont su assainir leurs finances publiques dans les années 90 et qu’elles sont donc surtout victimes de la taille de leur dette. De plus, en Europe on a besoin surtout de respect et de confiances mutuels. Et il faut penser à l’avenir pour la Finlande qui devra négocier ses aides agricoles face à un commissaire roumain ou demander de l’aide aux pays méditerranéens sur le dossier des émissions du transport maritime. Enfin, il faut se souvenir que les choses peuvent rapidement changer, comme ce fut le cas pour la Finlande dans les années 90 : c’est pourquoi « même si l‘on estime aujourd’hui que l’économie finlandaise est solide, il ne faut pas s’aveugler, il faut prendre des mesures pour faire face au vieillissement de la population et améliorer la compétitivité si l’on ne veut pas qu’Athènes et Rome se moquent bientôt de ces protestants qui, si prompts à critiquer les autres, ont oublié leurs propres pêchés ».
L’éditorialiste de Turun Sanomat pour sa part estime qu’il ne faut pas à l’avance rejeter catégoriquement toute idée d’euro-obligation car cela pourrait permettre d’aider les pays en crise. Or l’intérêt de la zone euro est aussi l’intérêt de la Finlande.
HS TS TS

Selon The Guardian, M. Soini est l’eurosceptique qui a eu le plus de succès
Helsingin Sanomat rapporte que le quotidien britannique The Guardian a publié une interview de M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, dans son édition de dimanche. Le quotidien, qui caractérise M. Soini de « politicien d’extrême-droite », estime qu’il est l’eurosceptique qui a eu le plus de succès en Europe ou au moins dans les pays de la zone euro. « Nous disons maintenant que l’euro et l’Union européenne sont éternels, mais ils ne le sont pas », a déclaré M. Soini dans l’interview.
HS/lun/A5

FESF : Le gouvernement obtient un délai pour revoir sa copie
L’a commission des affaires constitutionnelles du parlement estime que le gouvernement devra revoir son rapport sur le FESF qui a été approuvé par le Parlement. Le gouvernement peut toutefois attendre une nouvelle décision sur le FESF pour revoir sa copie, estime la commission.
Le Premier ministre pense que le gouvernement saisira bientôt le Parlement des décisions prises au dernier conseil européen et consistant notamment à augmenter l’effet de levier du FESF.
HS

Estonie : Visite du ministre estonien de l’Economie
Le ministre estonien de l’économie Juhan Parts était en Finlande la semaine dernière.
Helsingin Sanomat relève à cette occasion que les Estoniens constituent désormais la première communauté d’immigrés en Finlande. Ils seraient environ 30 000 même si on ne sait pas exactement combien d’Estoniens travaillent en Finlande.
Lors de sa visite, M. Parts a déclaré que l’Estonie soutenait la Finlande concernant la directive sur les émissions de soufre dans le transport maritime.
HS

Somalie : Décès d’un Fenno-Somalien
Le ministère des Affaires étrangères n’avait pas encore reçu la confirmation du décès de Aden Bulle Mohamud, citoyen à la double nationalité Finlandaise et Somalienne, membre du parlement provisoire de Somalie et qui serait décédé mercredi dernier en Somalie.
HS

Vols de la CIA

Le Conseil de l’Europe avait demandé des explications à la Finlande dès 2006
Helsingin Sanomat relève que M. Marty qui a étudié les vols de la CIA pour le compte du Conseil de l’Europe, avait demandé, dès 2006, à la Finlande des renseignements sur 41 vols suspects. Mme Carland, secrétaire de la délégation finlandaise au Conseil de l’Europe, relève que la délégation n’était pas en mesure de faire les recherche demandées et que la demande n’a jamais été transférée.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères aujourd’hui et à l’époque, relève qu’il n’avait pas été au courant de la demande. Il relève que les tentatives finlandaises de clarifier ces vols pourront échouer en raison du peu de coopération de la part des Etats-Unis.
Mme Hall, spécialiste des droits de l’homme ayant étudié des vols de la CIA pour le compte d’Amnesty international, estime qu’il est idiot de dire que l’on ne pourrait pas enquêter sur les vols sans l’aide des Américains. « Il aurait été beaucoup plus facile d’enquêter sur le rôle de la Finlande si la Finlande avait publié les informations il y a des années. »
STT rapporte que l’ambassadeur américain en Finlande refuse de répondre aux questions sur les éventuels vols de la CIA par la Finlande. « Je me cache quand on me pose des questions difficiles et je réponds seulement aux questions sympathiques. Ma passion est de faire des choses positives et de me concentrer pour changer l’avenir. Je ne perds pas mon temps à ressasser le passé. Je n’achète même plus de shampoing car les cheveux, pour moi, c’est du passé ».
HS/ven/B4

Défense

Patria sur le point d’obtenir une autorisation d’exportation
Patria pourrait obtenir une autorisation d’exportation pour une vente gigantesque d’armes à l’Arabie Saoudite. Il est probable que les ministres conservateurs optent pour accorder cette autorisation. Même si le ministre des Affaires étrangères M. Erkki Tuomioja, pour des raisons éthiques personnelles, était contre ces exportations, il est probable qu’une majorité du groupe des sociaux démocrates se range du côté des conservateurs pour des questions d’emploi.
NP11.11/8

Le savoir-faire sur les NH90 s’installe à Utti
La Finlande a rapidement acquis des compétences spéciales en matière d’utilisation des hélicoptères de transport NH90. C’est la conséquence des vols effectués dans des conditions climatiques exigeantes et des exercices menés à l’étranger.
Le bataillon d’hélicoptères d’Utti possède aujourd’hui 11 appareils et en recevra encore 20. Un hall pouvant accueillir à la fois quatre hélicoptères a été construit cette année à Utti.
En tout, 529 hélicoptères ont été commandés par 14 pays et 85 ont été livrés. Les appareils de Finlande ont effectué un sixième de toutes les heures de vol réalisées par ce type d’appareil. Patria est chargé du montage des hélicoptères de Finlande (19 sur les 20) et de Suède ainsi que de la maintenance des appareils de Norvège. Les différences entre les appareils de divers pays sont minimisées ne serait-ce que pour des raisons d’économie.
En un peu plus de trois ans, la Finlande est devenue le premier utilisateur mondial des hélicoptères de transport NH90.
La plus grande opération NH90 au monde a été réalisée avec huit appareils lors des exercices Pyörremyrsky l’été dernier. Une certaine expérience des conditions de vol a également été acquise, notamment en ce qui concerne le gel et le froid. Ce savoir-faire intéresse les 13 autres pays utilisateurs.
Quelques critiques ont néanmoins été exprimées en Allemagne à propos du sol de la soute et d’une garde au sol trop restreinte. En Finlande, le sol de la soute a été renforcé et la taille de la garde au sol n’a pas posé de problème.
KS11.11/12

Politique intérieure

Election présidentielle

M. Niinistö ne fermerait pas la porte de l’OTAN
Le candidat à la présidentielle M. Sauli Niinistö (parti conservateur) estime toujours que la Finlande pourrait devenir membre de l’alliance militaire l’OTAN.
Interrogé à l’émission de télévision TV1, M. Niinistö a affirmé que la coopération européenne de défense, à l’extérieure de l’OTAN va s’intensifier, ne serait-ce que pour des raisons économiques. A un moment ou un autre, les limites d’une simple coopération avec l’OTAN pourraient se présenter pour les pays non membres. Dès lors se posera la question d’une adhésion à l’OTAN.
« Avant cela, nous avons cependant intérêt à aller jusqu’au bout de ce chemin de coopération », estime M. Niinistö.
Selon M. Niinistö, il faudra chercher l’adhésion à l’OTAN si la coopération européenne ne couvre plus tous les besoins finlandais en matière de sécurité et si les ressources ne suffisent plus à maintenir le matériel de défense de plus en plus coûteux. Il faudra néanmoins organiser un référendum sur cette éventuelle adhésion.
M. Niinistö regrette une certaine attitude finlandaise qui consiste à utiliser l’OTAN comme un épouvantail.
HBL13.11/7, KS/8

Les centristes critiquent ardemment M. Niinistö
Helsingin Sanomat relève que Mme Riikka Manner, parlementaire européenne du Centre, qui dirige le groupe de soutien de M. Paavo Väyrynen, candidat centriste, estime que M. Sauli Niinistö, candidat conservateur, trompe les électeurs. « Dans la politique de sécurité, l’objectif de M. Niinistö est que la Finlande change sa politique et abandonne le non-alignement militaire », selon Mme Manner. Selon la députée européenne, M. Niinistö souhaite faire de l’Union européenne une alliance militaire et le pilier européen de l’OTAN. « Ses propos sur l’organisation d’un référendum sont du bluff. »
La vice-présidente du Centre, Mme Annika Saarikko, critique les propos de M. Niinistö sur l’exclusion des enfants et jeunes. Selon elle, M. Niinistö devrait se regarder dans la glace, parce que l’économie n’a pas été équilibrée de façon juste quand M. Niinistö fut ministre des Finances dans les années 1990.
HS/lun/A5

Sondage sur les questions morales
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte du quotidien pour savoir qui sont les candidats exemplaires. En ce qui concerne les valeurs de la famille et du couple, MM. Soini et Niinistö arrivent premiers avec 40%, suivis de M. Väyrynen (35 %), M. Lipponen (31 %), Mme Essayah (30 %), Mme Biaudet (25 %), M. Arhinmäki (22 %) et M. Haavisto 21 %. Concernant la morale dans la vie professionnelle et la morale dans la société, MM. Niinistö et Soini sont également en tête.
HS/dim/D3

Racisme

66 % des Finlandais estiment qu’il y a du racisme en Finlande
Helsingin Sanomat a effectué un sondage sur le racisme en Finlande, selon lequel 66 % des personnes interrogées estiment qu’il y a beaucoup ou relativement beaucoup de racisme en Finlande. 14 % des Finlandais le reconnaissent chez eux. Concernant les minorités, les attitudes sont dures à l’égard des Somaliens et des musulmans, mais les plus hostiles concernant les Roms, 37 % des Finlandais ayant une attitude négative à leur égard.
35 % des personnes interrogées considèrent l’islam comme une menace pour les valeurs occidentales et la démocratie. 29 % des Finlandais estiment que certaines races ne sont pas faites pour vivre dans une société moderne.
D’autre part, 97 % des personnes interrogées estiment que la valeur humaine est la même pour tout le monde. 88 % se prononcent en faveur d’un traitement égal pour tout le monde.
Mme Jaakkola, chercheur à l’Université de Helsinki, estime que le sentiment sur le racisme peut être interprété d’une façon positive aussi : le débat autour du racisme a pu augmenter la conscience sur ces questions, et les personnes interrogées perçoivent le racisme comme quelque chose de triste.
HS relève que les militants des Vrais Finlandais reconnaissent un racisme chez eux, deux fois plus souvent que la moyenne. 58 % d’entre eux considèrent l’islam comme une menace.
Les sympathisants des Verts et de l’Alliance des gauches reconnaissent moins de racisme chez eux que le reste des Finlandais.
HS/sam/A5

Mme Halonen souhaite une lutte contre le racisme dans le quotidien
La Présidente, Mme Halonen, souhaite que les présidents des partis politiques, les fonctionnaires et les Finlandais ordinaires interviennent contre le racisme. Elle estime sur la base des résultats du sondage, qu’il est positif que les Finlandais semblent s’être réveillés pour considérer le racisme comme un problème.
Elle estime que les personnes qui reconnaissent un racisme chez eux ont fini par voter pour les Vrais Finlandais. Les Vrais Finlandais semblent représenter une sorte de réponse à des problèmes qu’ils considèrent comme urgents. « J’ai déjà dit précédemment que les questions et les problèmes peuvent en partie être bons mais que les réponses sont mauvaises. » Mme Halonen souhaite que les Finlandais aient le courage de défendre les victimes du racisme.
Mme Halonen regrette que la culture qui encourage une certaine franchise ait mené à un durcissement de la façon de parler. On tolère aujourd’hui des propos haineux qui n’auraient pas été acceptés avant, selon elle.
Concernant les attitudes durcies à l’égard des Roms, Mme Halonen relève qu’elle s’y attendait avec toute la publicité négative autour des mendiants. Elle compte évoquer la question de la situation des Roms de l’Europe de l’Est lors d’une rencontre entre des Présidents européens qu’elle recevra en Finlande avant la fin de son mandat.
HS/dim/A5

M. Katainen outré, M. Soini considère le sondage comme tendancieux
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre, M. Katainen, se demande de quoi les Finlandais ont peur. Il rappelle que renier la valeur humaine de quelqu’un ne relève pas de la politique de l’immigration et estime que les Finlandais ont confondu les valeurs fondamentales et les questions de l’immigration. Pour lui, la valeur humaine est indivisible.
Il n’accepte pas la peur de l’islam ni le racisme et ne les considère pas comme des caractéristiques des Finlandais.
M. Soini, président des Vrais Finlandais, n’a pas souhaité donner une interview à HS et a qualifié le sondage de tendancieux.
HS/dim/A5

M. Halla-aho se moque de Mme Halonen
M. Halla-aho, député des Vrais Finlandais, a dit dimanche, dans Suomenmaa, organe du Parti du centre, que ceux qui reconnaissent en eux un vieil ami de la RDA ont probablement voté pour Mme Halonen.
Un autre député Vrai Finlandais, M. Tossavainen, considère les propos de Mme Halonen comme inappropriés.
HS/lun/A5

Défense

Le silence de la présidente déconcerte la commission parlementaire de défense
Le président de la commission parlementaire de défense, M. Jussi Niinistö (vrais Finlandais) s’attend à ce que la présidente, Mme Tarja Halonen, en sa qualité de chef suprême des armées, exprime son point de vue sur les mesures d’économie draconiennes concernant la défense nationale.
M. Niinistö estime que sa prise de position pourrait calmer les citoyens.
SM11.11/28

M. Ilkka Kanerva nommé à la tête du groupe de contact
Le député conservateur, M. Ilkka Kanerva a été nommé pour présider le groupe de contact parlementaire chargé de suivre la préparation du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.
La présidente de la république et le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité du gouvernement ont décidé vendredi dernier (11.11) de d’entamer la réforme structurelle de la défense nationale et les préparatifs du Livre blanc.
Le but de la création du groupe de contact est d’informer en temps réel les partis au parlement et d’encourager la discussion sur le sujet.
TS12.11/11

Négociations salariales : Incertitudes sur l’accord cadre

Kauppalehti rapporte que les confédérations syndicales examineront le 25 novembre si suffisamment de branches ont conclu un accord salarial sur la base de l’accord cadre (augmentation s de 4,3% sur deux ans et prime forfaitaire de 150 euros) pour évaluer son caractère contraignant. Le gouvernement a promis alors de prendre des mesusres fiscales pour l’accompagner.
Dans le secteur bancaire, les négociations sont difficiles : les syndicats ont déposé un préavis de grève et le patronat menace de lock-out.
KL

Transport : Ouverture du transport ferroviaire à la concurrence

Le ministère des Transport a demandé au chercheur Juha Honkatukian (VATT) d’évaluer les moyens d’ouvrir à la concurrence le transport ferroviaire des personnes.
Dans le transport régional, l’ouverture à la concurrence pourrait intervenir en 2018 et pour les longues distances à partir de 2020.
HS

Fuite de données : On conseille de changer ses mots de passe
De nouvelles fuites de données confidentielles ont eu lieu la semaine dernière. Ce sont 500 000 adresses méls qui ont été diffusées sur Internet. Ensuite 15 000 mots de passe ont été divulgués.
On conseille de changer ses mots de passe.

Hiver : La facture est lourde pour Helsinki

Depuis le début de l’année, la municipalité d’Helsinki a déjà étudié 370 demandes de dommages et intérêts pour des personnes ayant chuté sur le domaine public en raison de mauvais entretien à cause de la neige ou de la glace. La ville a déjà du verser 630 000 euros de dommages et intérêts.

France – Finlande

Festival Etnosoi

Helsingin Sanomat publie une critique des concerts du festival Etnosoi, consacré aux musiques du monde et notamment de la prestation du groupe de Mayotte, Deba, samedi, au théâtre Savoy.
HS

France

Tourisme

« Sur le toit des Alpes » TS - « Le Paris de Juhani Aho » HS
Turun Sanomat présente l’alpinisme dans les Alpes, surtout à partir de Chamonix. Helsingin Sanomat a suivi les traces de Juhani Aho dont le premier roman, Seul, se passait à paris à la fin du XIXème siècle.
TS HS

Jeudi 10 novembre 2011
Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

« La confiance en l’Italie s’effrite sur les marchés financiers » HS
« Les obligations d’Etat finlandaises fort demandées » TS
« La note de la Finlande inchangée » TS
Helsingin Sanomat rapporte que les investisseurs se désengagent de l’Italie. En Finlande aussi, les risques des institutions financières dans les pays en crise ont fortement diminué : alors que les établissements d’assurances avaient des participations pour 3,1 milliards d’euros dans les obligations des pays en crise en juin, ils n’en avaient plus que pour 1,3 milliard d’euros en octobre. Les risques du secteur bancaire ont eu diminué à moins d’un milliards. La totalité des participations finlandaises dans les pays à risque est passée à 5,4 milliards d’euros et concerne surtout des participations en Italie et en Espagne.
Turun Sanomat rapporte que la Finlande a émis des obligations d’etat à dix ans pour un taux de 2,2% (contre un taux de 3,3% pour les mêmes obligations de dix ans en juin dernier). Elle a aussi émis des obligations de six ans pour un taux de 1,58%.
Turun Sanomat rapporte aussi que Standards & Poor a décidé de maintenir la note AAA à la Finlande et considère que les perspectives de la Finlande sont stables.
TS

Commentaires et éditoriaux
« Rare sont ceux qui regrettent M. Berlusconi » HS
« La Grèce continue son cinéma » HS - « L’Europe divisée en deux » HS
« Des changements à la tête des pays en crise » TS
« Comment désamorcer la bombe des dettes italiennes ? » KL
Helsingin Sanomat critique la politique intérieure grecque et conclut son éditorial en estimant que « les Grecs n’ont peut-être pas tort d’accuser leurs dirigeants d’être des opportunistes corrompus ».
Le chef du service étranger d’Helsingin Sanomat écrit que rares sont ceux qui regretteront M. Berlusconi. Il rappelle les conflits qui ont eu lieu entre M. Berlusconi et ses homologues finlandais Lipponen et Vanhanen.
Turun Sanomat estime que, tant en Italie qu’en Grèce, la situation est exceptionnelle et nécessite donc des mesures exceptionnelles, comme des gouvernements de grande coalition.
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que le cas de la Grèce semble en voie d’être résolu mais que personne ne sait comment faire avec l’Italie. « La France n’a pas l’intention d’être le domino suivant. Elle a annoncé des économies de 100 milliards d’euros afin que la pression ne se propage pas à elle », estime l’éditorialiste de Kauppalehti.
La correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat estime qu’il y a actuellement une division de plus en plus nette entre les pays de la zone euro et les autres membres de l’UE.
HS TS KL

Pakistan

La Finlande fermera son ambassade au Pakistan
Turun Sanomat rapporte que le ministère des Affaires étrangères fermera l’ambassade de Finlande à Islamabad pendant l’année prochaine, pour faire des économies.
Le ministère a antérieurement annoncé la fermeture des ambassades à Caracas et à Manille.
En 2010, le coût du réseau des représentations finlandaises à été d’environ 115 millions d’euros.
TS/19

Le colonel Pekka Holopainen nommé commandant adjoint de l’opération UNMOGIP
Le ministre de la défense a nommé le colonel Pekka Holopainen commandant adjoint de l’opération UNMOGIP (Groupe d’observateurs militaires des Nations unies dans l’Inde et le Pakistan) à partir du 15 novembre 2011.
Actuellement directeur du secteur stratégie de l’Ecole supérieure de défense nationale depuis le 1.9.2010, le colonel Holopainen a notamment travaillé comme chef de division à l’état-major militaire de l’UE à Bruxelles et dans l’opération KFOR au Kosovo.
Ila été promu colonel le 6.12.2001.
puolustusvoimat

Gazoduc

Les inquiétudes de la marine finlandaise sur d’éventuelles nuisances sonores du gazoduc se sont avérées infondées
Une étude réalisée par VTT (Centre de recherche technique national) sur d’éventuelles nuisances sonores du gazoduc en mer Baltique démontre que le bruit émis par le gazoduc est minime et ne pourra pas brouiller les microphones des autorités finlandaises.
Il restera à déterminer le bruit provenant du trafic de maintenance et du trafic de surveillance du gazoduc pour le travail des garde-maritimes finlandais.
TS/8

Tourisme

Noël attire des charters dans le nord
Les compagnies aériennes étrangères ont fait 400 réservations sur les aéroports du nord de la Finlande pour la période de noël. Le nombre est à peu près égal à celui des vols réalisés les deux précédentes années.
Outre le plus gros client la Grande-Bretagne, les charters arrivent en provenance de la France, de la Hollande et d’Espagne.
KA/9.11/7

Politique intérieure

Election présidentielle

La popularité de M. Lipponen n’a pas augmenté
Helsingin Sanomat relève que selon un nouveau sondage sur l’audience des candidats présidentiels, effectué pour le compte du journal télévisé de la MTV3, le conservateur Sauli Niinistö est toujours le candidat le plus populaire avec une audience de 47 %. Le Vrai Finlandais Timo Soini arrive deuxième avec 9 %. Le centriste Paavo Väyrynen et le vert Pekka Haavisto ont obtenu chacun 6 %, tandis que le social-démocrate Paavo Lipponen n’a eu que 5 %. Mme Eva Biaudet, candidate du Parti suédois, a obtenu 2 % et Mme Sari Essayah des Chrétiens-démocrates 1 %, de même que M. Paavo Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches, qui n’a même pas encore exprimé ses intentions.
Le sondage a été effectué auprès de mille Finlandais entre le 24 octobre et le 4 novembre.
HS/A5

Académie de Finlande

Une chaire Ahtisaari sera créée
Turun Sanomat relève que l’Académie de Finlande est en train de créer une chaire Martti Ahtisaari qui se concentrera sur la recherche de la paix et les conflits internationaux. La chaire, qui sera accordée pour cinq ans au maximum, est ouverte aussi pour les chercheurs étrangers.
TS/8

Ministères

Le gouvernement envisage la suppression de l’ensemble des ministères
Helsingin Sanomat relève que dans l’objectif de rendre l’administration plus efficace, le gouvernement envisage d’étudier la possibilité de supprimer l’ensemble des ministères sous leur forme actuelle. Il s’agirait de regrouper les fonctions de tous les ministères en une seule administration sous un « super-gouvernement » divisé en directions générales.
L’étude de la question se fera sous la direction de Mme Virkkunen, ministre conservatrice des Collectivités locales. Mme Virkkunen relève que ces dernières années, des mesures ont été prises concernant les administrations déconcentrées mais que l’administration centrale n’a pas été revue.
Les crédits de fonctionnement de la fonction publique devraient diminuer de 60 millions d’euros d’ici 2015.
Mme Virkkunen estime que l’étude de la question prendra toute l’année 2012 et que c’est ensuite que l’on pourra prendre des décisions. L’idée est de mettre en œuvre une réforme dès la législation en cours.
HS/A13

Négociations salariales

La grève dans les services de l’informatique a pris fin
Selon Helsingin Sanomat, le patronat de la technologie, le syndicat des cadres supérieurs et celui du secteur de l’informatique ont approuvé hier le compromis proposé par le médiateur national, M. Esa Lonka.
Selon le compromis, la répartition des augmentations salariales seront négociés essentiellement dans les entreprises.
HS/A5

Salaires

Les salaires dans l’industrie n’ont pas augmenté en rapport avec la productivité
Dans l’industrie papetière et la métallurgie, les augmentations de salaires n’ont pas suivi la productivité de ces secteurs dans les deux dernières années. Selon M. Petri Vanhala, président du syndicat du papier, l’augmentation importante de la productivité dans l’industrie papetière est due à la fermeture des usines peu rentables et aux licenciements des effectifs.
Les salaires moyens dans l’industrie papetière ont été de 3 278 euros par mois (2 330 euros en l’an 2000) et dans la métallurgie de 3 437 euros par mois en 2010, contre 2 319 euros par mois en 2000. Les salaires moyens des enseignants dans les communes ont été de 3 236 euros par mois (2 161 euros en 2000) et celui des infirmières de 2 897 euros par mois (1 982 euros en 2000).
HS/A14

Economie

« Une entreprise sur cinq prête à délocaliser » KL
Kauppalehti rapporte que des milliers d’entreprises finlandaises s’apprètent à délocaliser leur production. Parmi elles, un tiers vise à s’implanter en Estonie où la fiscalité des entreprises est moins forte.
KL

Ville de Vantaa

M. Nenonen sera nommé maire de Vantaa
Helsingin Sanomat rapporte que M. Kari Nenonen (58 ans), social-démocrate, actuel directeur général adjoint de l’association des communes finlandaises, sera nommé lundi prochain maire de la Ville de Vantaa à partir de janvier 2012.
M. Nenonen n’exclut pas le regroupement de communes, même si le conseil municipal de Vantaa s’est exprimé strictement contre le regroupement éventuel avec Helsinki en janvier dernier.
HS/A16

Fuite de données confidentielles

Site bloqué de la police
La direction nationale de la police relève que le site internet de la police n’est pas prévu pour tolérer les connexions d’une situation de crise. Selon M. Hämäläinen, l’information dans une situation de crise est prévu se faire à travers un site à part.
HS/A10

Mine de Talvivaara

Une enquête policière sera ouverte concernant les effets nuisibles de la mine
La police soupçonne un crime environnemental à Talvivaara. Les autorités ont déjà invité la mine à diminuer ses émissions et elles sont en train d’étudier s’il y a lieu de restreindre ou d’arrêter les activités de la mine. Les habitants de la région concernée ont demandé une enquête sur l’air et l’eau pollués. Les habitants souffrent également de la poussière, des odeurs et du bruit engendré par la mine. L’autorisation concernant les activités de Talvivaara ne comporte aucun plafond pour les émissions de sulfate, le groupe ayant annoncé que les taux seraient minimes à tel point qu’il serait inutile d’en déterminer les limites.
Dans la pratique, les émissions ont été des dizaines de fois supérieures à ce que le groupe avait prévu. Ainsi, les activités de la mine ne peuvent pas être considérées comme conformes à l’autorisation en vigueur.
M. Perä, directeur général de Talvivaara, affirme que son groupe fera tout son possible afin de minimiser les dégâts à l’environnement. « Nous travaillons en coopération étroite avec les autorités depuis l’été 2010, date à laquelle les problèmes causés au système lacustre ont été connus. » « La responsabilité relève de nous », dit-il.
Le groupe organisera des journées portes ouvertes, vendredi et samedi, et s’attend à ce que de 1500 à 2000 personnes se manifestent.
HS/A6

« Les mines laponnes n’ont pas le même genre de problèmes » HS
Le directeur de la mine d’or Agnico-Eagle à Kittilä, M. Voutilainen, relève que les activités minières ne sont jamais sans problèmes, mais qu’il s’agit de savoir comment ils sont gérés.
HS/A6

France – Finlande

Remise de la Légion d’honneur à Mme Iris Schwank

Helsingin Sanomat rapporte que l’ambassadeur de France a remis à la directrice de FILI, mMe Iris Schwank, les insignes de chevalier de la Légion d’honneur.
TS

Festival Etnosoi

Helsingin Sanomat présente le festival Etnosoi, consacré aux musiques du monde. Le quotidien signale le concert du groupe de Mayotte, Deba, samedi, au théâtre Savoy.
HS

Ballet

Helsingin Sanomat publie une interview de Patrice Bart, chorégraphe du ballet Don Quichotte (sur la base de la version de Marius Petitpa) dont la première aura lieu samedi soir au Ballet national de Finlande.
HS

Cinéma

Helsingin Sanomat publie un portrait de la projectionniste du cinéma Biocity, Mme Marja Järviö-Jolivet qui a passé son diplôme de projectionniste de cinéma à Marseille.
HS

France

Présidentielle

Aamulehti publie un billet d’Anne Kuorsalo, journaliste, sur la présidentielle française et les thèmes évoqués tels que l’égalité salariale et le nombre de places dans les crèches, ce qui est lié au nombre de femmes travaillant à mi-temps.
AL/A2

Mercredi 9 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Débat au Parlement
« Vive prise de bec entre MM. Katainen et Soini » HS
Le Premier ministre Jyrki Katainen a fait au parlement une déclaration sur la crise européenne. Il a défendu les décisions européennes. Il a du faire face aux critiques du président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini qui estime que l’Europe et la Finlande ne doit pas participer à la recapitalisation des banques italiennes et espagnoles mais que ce la doit être fait de manière nationale par ces deux Etats. Le Centre, par la voix de M. Pekkarinen a regretté que « la crise se soit prolongée », « parce que l’on n’a pas mis la Grèce en liquidation et éjectée de la zone euro ».
Le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré que les principales mesures pour éviter la propagation de la crise étaient la rigueur budgétaire et la croissance économique.
Il a aussi évoqué la possibilité de nouvelles coupes budgétaires et de nouvelles économies.
HS UD AL TS KS

Editoriaux
« La rigueur pour rétablir la confiance » HS
« Le débat parlementaire sur l’euro fait du surplace » KS
Kesksisuomalainen estime que « l’objectif de la France et de l’Allemagne est que la recapitalisation des banques qui ont financé sans scrupules la Grèce se fasse par la participation de tous les Etats de la zone euro. Le gouvernement finlandais doit donc s’attendre à une très forte critique si la Finlande est engagée d’une manière ou d’une autre dans la recapitalisation des grandes banques européennes. Les possibilités pour la Finlande de peser sur les décisions de la zone euro dictées par les grands Etats sont faibles. La déclaration de M. Katainen au Parlement a laissé l’impression que la Finlande acceptait les positions franco-allemandes ».
Helsingin Sanomat estime que, « dans la gestion de la crise européenne, on est passé de la diplomatie à un mode de communication directe que certains qualifieraient de franc et honnête et d’autres de dur et autoritaire ». L’éditorialiste estime que la décision de mettre sous tutelle la Grèce était motivée et inéluctable et que l’Italie n’en est pas éloignée. Pour sa part, le Portugal reçoit ses ordres de l’extérieur de la zone euro et l’Irlande écoute les conseils de Bruxelles et des membres de la zone euro ». « On peut aussi voir des différences dans le rapport de forces entre la France endettée et l’Allemagne qui a bien géré son économie. Les espoirs français de voir la crise de l’euro maitrisée grâce à la participation de la BCE ont reçu de Berlin un tampon « refusé ». Quand on a construit l’équilibre des forces dans l’UE, le point de départ était le poids démographique : un grand peuple disposait d’un grand nombre de voix, un petit de peu. Les derniers mois de la crise de la dette ont changé les choses de telle manière que ce sont les Etats aux finances saines qui parlent et ceux qui ont plombé leur économie qui écoutent. Ce changement n’a pas modifié la position de l’Allemagne, mais de nombreux autres ont vu leur situation changer : certains ont pris du poids, d’autres en ont perdu. La crise de la dette a montré que l’une des conditions de la souveraineté démocratique est de disposer d’une marge économique. Si on la perd, ceux qui viennent en aide et les marchés prennent le dessus et la souveraineté nationale est mise entre parenthèses. L’avenir de l’euro est difficile car même si l’on devait sortir de la crise en un seul bloc, les changements des rapports de pouvoirs ne seront pas oubliés. Ni par les dirigeants ni par les citoyens », estime Helsingin Sanomat qui conclut que, « après la crise il sera bien difficile de construire une union qui jouisse de la plus grande légitimité aux yeux des citoyens.
KS HS

Réunion des ministres des Finances
La ministre des Finances Jutta Urpilainen a déclaré, hier, à Bruxelles que le nouveau gouvernement grec devait s’engager par écrit à réaliser les réformes avant que les ministres puissent envisager de verser une nouvelle tranche d’aide.
Concernant la taxe sur les transactions financières, elle considère que « l’espoir n’est pas perdu de trouver un modèle qui convienne à tous les pays européens ».
TS UD

Présidente finlandaise

« Mme Halonen aurait refusé un poste international » KL
La présidente finlandaise aurait refusé le poste de commissaire aux droits de l’homme au conseil de l’Europe, rapporte la presse.
KL

Gazoduc Nordstream

Inauguration du premier gazoduc
Le gazoduc Nordstream fournissant du gaz naturel russe en Europe a été inauguré, hier, à Lubmin, en Allemagne de Nord-Est. Il est prévu, que le gazoduc transporte 55 milliards de m3 de gaz naturel par an.
M. Vanhanen, directeur général de l’association des entreprises familiales, qui a participé à l’inauguration, estime que la Finlande bénéficiera du gazoduc sous forme d’une stabilité renforcée dans ses régions limitrophes. Helsingin Sanomat relève que M. Vanhanen avait été invité en tant qu’ancien Premier ministre.
M. Vanhanen estime que le gazoduc lie la Russie et l’Europe d’une façon positive. Le Premier ministre français, M. Fillon, estime que le gazoduc créé un optimisme à l’égard des projets européens au moment où la confiance dans l’UE fait défaut.
HS/A10

Défense

La Finlande décidera de diminuer ses effectifs en Afghanistan à la fin de l’année
La Suède envisage de retirer 180 soldats d’Afghanistan fin 2012. Cela correspond à près d’un tiers des 580 Suédois sur place.
« La Finlande ne pourra pas ne pas suivre la ligne de son principal partenaire en Afghanistan », estime le chercheur, M. Charly Salonius-Pasternak de l’Institut de la politique étrangère. Selon M. Pasternak, la décision suédoise élimine l’alternative finlandaise d’un retrait rapide et total.
La Finlande précisera avant la fin de l’année ses intentions concernant l’envergure de ses effectifs. « Le rapport est en cours d’élaboration. Il sera présenté au parlement en décembre et au comité ministériel de la politique étrangère et de sécurité peut-être dès ce mois-ci », affirme le ministre des affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja.
La Finlande avait auparavant promis de rester en Afghanistan jusqu’en 2014.
Par ailleurs, le chef de la police afghane, le général Ahmad Rahman Rahman, estime que son pays aura encore longtemps besoin de l’aide internationale.
La Finlande a surtout investi dans les activités d’Eupol. Sur les quelques 300 experts européens, 35 sont des Finlandais. Ils forment notamment la police des frontière, des chercheurs en criminologie et en violence familiale.
L’actuel mandat d’Eupol arrive à son terme en 2013, mais une prolongation est prévue pour après 2014.
HS/B3

La pièce manquante du pouvoir d’attaque air-sol : le missile JASSM
Les pièces de pouvoir d’attaque de grande portée de l’armée de l’air finlandaise, les bombes intelligentes et les bombes planeuses ont déjà été acquises, puis testées l’été dernier. Reste sur la liste des acquisitions le missile de supériorité aérienne dont l’annonce de vente est actuellement soumise au congrès américain.
Cette annonce de vente concerne 70 missiles avec leurs pièces détachées et formations pour la somme d’environ 185 millions d’euros – une somme équivalente a déjà été dépensée pour les bombes intelligentes et les bombes planeuses.
Les modifications nécessaires au pouvoir d’attaque air-sol seront effectuées sur les appareils lors de leur seconde modernisation qui est sur le point de commencer. Cette dernière remise à jour sera prête en 2016, date à partir de laquelle, les appareils pourront aller jusqu’au bout de leur cycle de vie, à la fin des années 2020, nécessitant simplement de l’entretien.
KS/9

L’armée de l’air envisage de supprimer un escadron de chasseurs Hornet
L’armée de l’air étudie la possibilité de réduire de trois à deux le nombre des escadrons de Hornet. « Nous y réfléchissons, mais c’est le ministère de la Défense qui pendra la décision », confirme le commandant de l’armée de l’air, le général Jarmo Lindberg.
Selon le général, la question sera réglée d’ici à deux mois. Les grandes lignes de la réforme de la défense nationale seront publiées en janvier-février.
L’armée de l’air finlandaise possède 62 chasseurs Hornet basés sur les aéroports de Rovaniemi, Tampere et Kuopio.
HS

Terrorisme

La police judiciaire élargit son enquête
Helsingin Sanomat rapporte qu’il y a un nouveau grief dans l’enquête de la police judiciaire concernant le soutien au terrorisme.
Un homme de 34 ans habitant à Helsinki a antérieurement été soupçonné de financement et de recrutement de terrorisme. Le nouveau grief concerne les préparatifs d’un crime lié au terrorisme.
Selon le commissaire Kaj Björkqvist, l’intéressé a participé aux préparatifs de traite de personnes liée au terrorisme. « Il a projeté d’amener à l’étranger des personnes qui n’ont pas connu la raison de leur voyage. La police a raison de soupçonner que le projet a été d’amener ces personnes dans un camp de formation. »
La police judiciaire estime que l’intéressé a préparé ce projet avec au moins deux personnes qui résident à l’étranger. De plus, trois personnes sont soupçonnées de financement du terrorisme.
Tous les soupçons sont liés à l’organisation islamiste al-Shabaab.
HS/A5

Politique intérieure

Partis politiques

Editorial : le PSD et le Centre sont en difficulté
Aamulehti estime, dans son éditorial, qu’à la lumière des sondages récents sur l’audience des partis politiques « il semble que le Parti conservateur est en téflon et que l’audience des Vrais Finlandais augmente malgré les gaffes faites par les députés. En revanche, les deux anciens partis au pouvoir, le Centre et le PSD, sont en difficulté et leur popularité n’a jamais été aussi basse. La baisse de l’audience du Centre semble toutefois être finie pour l’instant. »
« Les sociaux-démocrates ne peuvent pas se permettre d’échouer dans les élections municipales de l’automne 2012. Ils peuvent essayer de se débarrasser de la réforme des communes et en accuser le Parti conservateur. La situation du Centre est encore plus désespérée que celle du PSD ».
AL/A2

Négociations salariales

Une grève menace les banques dans deux semaines
Helsingin Sanomat relève que la prime forfaitaire de 150 euros, qui sera payée aux salariés en janvier 2012, décidée lors des négociations sur l’accord cadre global, cause des problèmes dans les négociations salariales. Les syndicats estiment que la prime doit être payée à tous, aussi à ceux qui sont en congé parental ou sabbatique et aux employés qui font leur service militaire.
Le patronat estime que la prime ne sera payée qu’à ceux qui travaillent et touchent un salaire en janvier prochain.
Le paiement d’une prime forfaitaire à tous est important surtout pour le syndicat du secteur des services PAM parce que 15 % des effectifs de la distribution peuvent être en congé parental ou autre congé.
HS/A8

Une grève menace les banques dans deux semaines
Le syndicat des employés de banques menace de commencer une grève d’une semaine à partir du 23 novembre. La grève concernerait près de 3 000 employés des banques OP-Pohjola, POP, caisses d’épargne et Sampo.
Une interdiction de faire des heures supplémentaires a commencé mardi dans les banques. Cela ne concerne toutefois pas la Banque Nordea.
HS/A5

Une grève peut interrompre les travaux d’entretien dans les immeubles
Selon Helsingin Sanomat, le syndicat du secteur des services PAM menace d’une grève dans quinze jours qui concernerait les travaux d’entretien dans les immeubles. Treize entreprises et environ 25 000 personnes seraient concernées.
HS/A5

Fonds de pension

Selon Ilmarinen, les pensions futures devront être réexaminées
Helsingin Sanomat relève que selon M. Harri Sailas, directeur général du groupe d’assurance retraite des salariés Ilmarinen, les droits de pension des Finlandais devront être réexaminés en tenant compte de la longueur des carrières professionnelles et de la réussite des placements des fonds de retraite.
Selon HS, il s’agira dans la pratique de diminuer les pensions futures, sans toucher à celles déjà gagnées.
Les fonds de pensions n’arrivent pas actuellement à atteindre leur objectif concernant un rapport de 4 %, taux qui est considéré comme le fondement d’un système durable.
M. Sailas relève toutefois que les placements des fonds de pension finlandais arrivent troisièmes dans le monde après la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas.
HS/B5

Fuite de données confidentielles

Site de la police bloqué
Les autorités chargées des services en ligne du ministère de l’Intérieur regrettent que l’information passe mal à l’intérieur de l’administration. Le système informatique de la police n’aurait pas été bloqué si la liste des personnes concernées par la fuite de données avait été publié sur un serveur prévu pour tolérer plus de connexions. Ainsi, le chef de la gestion de l’informatique de la police, M. Hämäläinen, n’est pas étonné.
HS/A11

Défense

L’externalisation de la société de ravitaillement de la défense vivement critiquée
La création de la société de ravitaillement de la défense nationale a été vivement critiquée lors de son passage au parlement.
La question sera ensuite soumise à la commission parlementaire de la défense dont le président, M. Jussi Niinistö (vrais Finlandais), doutait fortement du bien-fondé économique de cette société.
Selon le projet de loi, le ravitaillement de la défense nationale sera confié à la société Leijona catering.
Selon le syndicat des secteurs publics et du bien être, les nouveaux contrats de travail diminueront de 200 à 400 euros par mois les salaires des employés.
HS

France – Finlande

Festival Liikkeellä marraskuussa

Uutispäivä Demari publie une critique des spectales de danse des compagnies françaises dans le cadre du festival Liikkeellä marraskuussa.
UD

Remise de la Légion d’honneur à Mme Iris Schwank

Turun Sanomat rapporte que l’ambassadeur de France a remis à la directrice de FILI, mMe Iris Schwank, les insignes de chevalier de la Légion d’honneur.
TS

France

TGV

Turun Sanomat publie un article de Patrick le Louarn sur le TGV qui fête ses 30 ans.
TS

Justice

Aamulehti publie un article sur le nouveau procès du terroriste Carlos qui s’est ouvert, hier, en France.
AL

Mardi 8 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Visite de M. Schauble
Eurogroupe - Ecofin
Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schauble a participé à un séminaire à l’université de Tampere avec le premier ministre finlandais Jyrki Katainen et la ministre des Finances Jutta Urpilainen. Les deux ministres des Finances se sont ensuite rendus ensemble à Bruxelles pour la réunion Ecofin.
La presse rapporte que le ministre des Finances allemand a parlé « comme le prêteur à son emprunteur » vis-à-vis de la Grèce et de l’Italie et a vivement critiqué les pays qui augmentent leur niveau de vie à crédit. « Dans le débat public, on nous demande partout pourquoi nos gouvernements stupides dépensent notre argent au profit d’Etats et de peuples qui profitent de tant de soleil », « la solidarité a ses limites », « ce n’est pas la faute des pompiers s’il y a le feu en Europe » et « il faut maintenant appliquer les règles ». Pour ses interlocuteurs finlandais, M. Schauble a tenu un autre discours, les félicitant d’être eux aussi, « parmi les rares pays crédités du triple A dans la zone euro ». Dans son discours, il a de nombreuses fois insisté sur la proximité entre l’Allemagne et la Finlande et souligné leur succès.
Le quotidien économique Kauppalehti relève que M. Schauble a aussi promis des réformes concernant les marchés financiers et défendu une réforme structurelle du secteur financier et l’établissement d’une taxe sur les transactions financières.
Il a rappelé qu’au G20 on avait plus parlé de l’Italie que de la Grèce. Selon lui, « l’Italie n’a pas besoin de prêts du FESF ».
Mme Urpilainen estime que la situation en Italie est sérieuse et que le pays doit mettre en œuvre les réformes promises. Elle se félicite que la communauté internationale va surveiller la politique économique italienne. Elle n’attend toutefois pas de décision de la part du conseil de l’eurozone pour renforcer le FESF.
M. Katainen a déclaré que la situation de l’Italie pouvait être corrigée si le pays appliquait les réformes pour stabiliser son économie. « C’est pourquoi le monitoring du FMI est important », selon lui.
HS AL UD KS TS

Editoriaux
Kesksisuomalainen souligne que les risques de la Finlande en Italie sont bien supérieurs à son exposition en Grèce. Il s’inquiète aussi d’un spectre de récession en Europe qui toucherait particulièrement un pays dépendant des exportations comme la Finlande.
Aamulehti estime que pour rétablir la confiance des marchés dans l’UE, il faut faire preuve de rigueur et de discipline. L’éditorialiste estime que l’affirmation de M. Schauble selon qui « la solidarité a ses limites », approuvée par les ministres finlandais, est un bon début pour obliger le reste de l’Europe a plus de discipline. La position germano-finlandaise est que seul les institutions, les règles et leur contrôle pourront rétablir la confiance.
Helsingin Sanomat estime que l’Italie a vécu trop longtemps à la merci d’un seul homme, M. Berlusconi et espère que la crise permettra de changer de dirigeant car « on trouvera des dirigeants responsables dans ce pays, si l’on a le courage de voir la profondeur de la crise en face ».
HS KS AL

Qui sortira le premier de la zone euro ?
Le principal oracle finlandais de l’implosion de la zone euro, avec le Président des Vrais Finlandais Timo Soini, est le directeur de la banque Alandsbanken M. Stefan Törnqvist.
Il se demande si l’ipmplosion de la zone euro commencera par l’Italie ou par la France, en cas de victoire de Mme Le Pen à la présidentielle. Selon lui, il y aura un effet domino : dès qu’un Etat quittera la zone euro, il sera suivi de nombreux autres, comme dans une réception où personne ne veut être le premier à quitter la fête mais où le premier départ sonne la fin de la fête.
IS

Commerce extérieur

La croissance s’est arrêtée en septembre
Selon les informations préalables des Douanes, les exportations n’ont augmenté que de 3 % par rapport à 2010, et les importations ont diminué de 2 %.
Ce sont notamment les échanges concernant les produits de la métallurgie qui ont chuté.
La balance commerciale est désormais excédentaire de 90 millions d’euros. Les exportations s’élèvent à 4,9 milliards et les importations à 4,8 milliards. Ces chiffres restent supérieurs à ceux de 2009 et du premier semestre de 2010.
UD/3

Russie

Un avion russe soupçonné avoir violé l’espace aérien finlandais
Lundi, un avion russe serait passé pendant environ cinq minutes dans l’espace aérien finlandais dans le golfe de Finlande.
Après deux avions des Etats-Unis et un avion suédois, il s’agirait de la quatrième fois cette année qu’un avion entre illégalement dans l’espace aérien finlandais.
HS

Etats-Unis

L’ambassadeur Oreck a présenté les projets de la nouvelle ambassade des Etats-Unis
Helsingin Sanomat rapporte que, selon l’ambassadeur des Etats-Unis en Finlande, M. Bruce Oreck, les travaux de construction importants ont commencé sur le terrain de l’ambassade américaine dans le quartier de Kaivopuisto à Helsinki. Les travaux, dont le coût s’élèvera à 85 millions d’euros, devraient être achevés en 2014.
La résidence de l’ambassadeur sera entièrement rénovée et un nouveau bâtiment sera construit pour les services consulaires à la place d’un actuel parking. Un centre d’innovation sera créé dans le vieux bâtiment du consulat, construit en 1914, qui sera entièrement rénové. Le bâtiment hébergera des locaux de réunion et d’exposition où l’ambassade présentera la technologie américaine à ses visiteurs.
M. Oreck souhaite pouvoir organiser, dès septembre 2012 - année où Helsinki est capitale mondiale du design - les premiers déjeuners pour ses invités dans les nouveaux locaux du centre d’innovation, même si les autres locaux ne seront pas achevés avant fin 2012.
L’ambassadeur américain souligne que les normes environnementales les plus strictes seront observées pendant la construction. « L’ambassade de Finlande à Washington a obtenu le certificat LEED d’or. Notre objectif ici à Helsinki est d’obtenir le niveau platine. »
Les architectes américains sont chargés du projet, mais M. Oreck souligne que les matériaux seront achetés pour la plupart sur place.
Selon Kauppalehti, M. Oreck note que « les principaux contractants sont américains et les sous-traitants finlandais. Lemminkäinen travaille sur le chantier depuis plus d’un an ».
Selon M. Oreck, environ 150 personnes, dont une cinquantaine d’Américains, travaillent à l’ambassade des Etats-Unis.
HS/A13, KL/8, IS/19

Design

La future capitale mondiale du design a présenté son programme pour 2012
Suomenmaa relève que Helsinki, la capitale mondiale du design en 2012, a rendu public la plupart de ses projets pour l’année prochaine. La ville a reçu 1 400 propositions, dont environ 250 projets ont été présentés hier.
La moitié des projets visent à améliorer la ville avec le design. Il y aura aussi une centaine d’expositions et autres évènements pour le public. Un pavillon du design sera construit au centre de Helsinki. Des évènements auront lieu aussi à Espoo, Vantaa, Kauniainen et Lahti. Le budget de l’année du Design s’élève à 16 millions d’euros.
SM/14

Politique intérieure

Election présidentielle

Débat sur l’euro
Le candidat du Centre à la présidentielle, M. Paavo Väyrynen estime dans Suomenmaa que la crise de la dette souveraine dans la zone euro semble être une des questions centrales de l’élection présidentielle. Il souligne que les principaux candidats, MM. Niinistö et Lipponen assume la responsabilité de l’entrée de la Finlande dans l’euro puisqu’ils étaient alors ministre des Finances et Premier ministre. « M. Sarkozy a dit publiquement qu’approuver l’entrée de la Grèce dans l’euro était une erreur. Il est tant que MM. Niinistö et Lipponen reconnaissent leurs erreurs. Le principal est aussi qu’ils cous disent comment la Finlande, la zone euro et l’UE vont sortir de la crise dans laquelle nous avons sombré ».
L’éditorialiste du journal du Centre estime qu’il est temps que la Finlande fasse le bilan de son adhésion à la zone euro. L’éditorialiste rappelle que seul le parti du Centre s’y opposait à l’époque parmi les grands partis.
SM

Défense

Propos du général Puheloinen sur la réforme de la défense nationale et sur la coopération nordique
Interviewé par le journal Nykypäivä, le commandant des forces armées finlandaises, le général Ari Puheloinen, parle longuement de la réforme de la défense nationale en mentionnant d’abord les économies à réaliser sur les activités quotidiennes de l’armée. « Nous souhaitons économiser le moins possible sur la formation des conscrits. Il faudra cependant diminuer le nombre de leurs exercices sur le terrain. Nous devons également limiter le nombre des heures de vol pour l’armée de l’air et celui des sorties en mer pour la marine »,
Dans les années 2014-2015, ce sera le tour des acquisitions de matériel. Le général Puheloinen estime que le besoin pour les coupes par rapport au niveau du Livre blanc 2009 est de plusieurs dizaines de pourcents. Il souligne qu’il s’agit de décisions politiques. La direction politique de l’Etat devrait avoir une idée claire de la structure de la défense nationale dès l’été prochain. Le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale devrait être élaboré l’année prochaine.
Le général Puheloinen assure que la défense nationale fera sa proposition d’ici fin janvier et rappelle que les décisions seront prises par les hommes politiques. « Notre intérêt est de contrôler que les conditions de fonctionnement de la défense nationale sont prises en compte dans ces décisions », ajoute le général.
« Les possibilités d’une coopération nordique ne pourront pas être exploitées à court terme. D’autre part, les projets nordiques demandent une capacité à faire des compromis », affirme le général Puheloinen. Il assure néanmoins que tous les commandants nordiques ont une réelle volonté de faire avancer la coopération. « Les grands projets posent cependant le problème du vieillissement du matériel qui ne se fait pas en même temps dans tous les pays », précise le général Puheloinen. Ce problème de timing pourrait compliquer notamment le renouvellement des chasseurs. Les équipements norvégiens arriveront au bout de leur cycle de vie bien avant les Hornets finlandais. Par contre, des possibilités pourraient se présenter pour le matériel de la marine. Par exemple, pour le renouvellement du navire mouilleur de mines Pohjanmaa dans dix ans.
NP4-5

Fuite de données confidentielles

La police étonnée de la facilité avec laquelle ses serveurs ont été bloqués
60 000 personnes ont essayé, hier, de vérifier si elles étaient parmi les 16 000 dont les donnés confidentielles avaient fait l’objet d’une fuite. Le site de la police, sur lequel ces informations figuraient, s’est bloqué en raison du nombre d’internautes qui l’ont visité. La gestion des serveurs de la police a été externalisée au centre informatique de l’administration, Haltik.
Jusqu’à présent, la police judiciaire n’a pas réussi à trouver l’auteur de la fuite.
Un groupe de hackers, Anonymous, a annoncé qu’il était responsable de la fuite, mais la police n’est pas convaincue de la véracité de cette information.
HS/A9

Un spécialiste des TIC scandalisé par les problèmes de serveur de la police
Petteri Järvinen, spécialiste des technologies informatiques, s’étonne du fait que le serveur de la police et du ministère de l’Intérieur ait pu être bloqué suite à la publication d’un communiqué. « Les autorités n’ont-elles rien appris de la communication lors de l’accident de Fukushima », se demande-t-il.
M. Järvinen se demande par ailleurs si on ne peut pas accuser les établissements qui ont tenu les fichiers en question de manque de prudence.
Ilta-Sanomat relève que le groupe Anonymous a donné comme motif de sa prétendue attaque la volonté de tester la sécurité informatique en Finlande.
Le groupe a également publié des critiques à l’égard de la politique finlandaise et a demandé notamment à MM. Halla-aho et Hakkarainen, députés Vrais Finlandais, de démissionner.
IS/17

Conventions salariales - Industrie technologique

Grève du domaine de services informatiques
Le président du syndicat des employés de services informatiques YTN, M. Kauppi, s’étonne du fait que l’employeur ait rejeté la proposition de l’accord présenté par le médiateur national, M. Lonka, dimanche. L’industrie technologique qui représente le patronat souhaite imposer une paix sociale absolue, alors que, normalement, la paix sociale n’entre pas dans le cadre des conventions collectives. La paix sociale est une obligation automatique une fois que l’on s’est mis d’accord sur la convention. Le droit de grève des employés du domaine en question est déjà restreint, mais le syndicat ne souhaite pas entendre parler d’une paix sociale absolue, la législation prévoyant les grèves politiques et les grèves de solidarité.
UD/2, HS/A10

Une bataille idéologique
Helsingin Sanomat publie un billet d’une journaliste du service politique, Mme Ollikainen, qui relève que les trois grèves de ces derniers jours relèvent toutes des négociations avec l’Industrie technologique et font référence au même accord cadre qui prévoit le coût et la répartition des augmentations de salaires pour l’employeur.
C’est une bataille plutôt idéologique, selon la journaliste.
Alors que la majorité des syndicats patronaux membres de la confédération patronale EK promeuvent la mise en œuvre de l’accord cadre, l’action de l’Industrie technologique semble inverse. Cette bataille idéologique de l’Industrie technologique revient cher pour les employeurs de ce secteur.
HS/A10

France – Finlande

Festival Liikkeellä marraskuussa

Helsingin Sanomat rend compte du spectacle Parades & changes d’Anne Collod.
HS

France

Politique

Helsingin Sanomat rapporte que le premier ministre français a présenté un plan d’économie consistant notamment à relever l’âge de départ à la retraite et à augmenter la fiscalité sur les grandes entreprises.
HS

Société

Helsingin Sanomat publie une comparaison sur les brochures d’accueil pour les immigrés en Finlande, en Suède, en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France (la brochure Livret d’accueil, vivre en France).
HS

Justice

Aamulehti publie un article sur le nouveau procès du terroriste Carlos qui s’est ouvert, hier, en France.
AL

Lundi 7 novembre 2011
Politique étrangère et européenne

G20 - Euro - Crise de la dette

« Difficile semaine pour les ministres de la zone euro » UD
La ministre des Finances Jutta Urpilainen a été entendue, vendredi par la Grande commission du Parlement en vue de la réunion des ministres européens des finances, aujourd’hui.
Mme Urpilainen a déclaré que le gouvernement finlandais surveillait la situation, en Grèce. Selon elle, il est important d’arriver à ériger rapidement un pare-feu afin que la crise ne se propage pas à d’autres pays.
La présidente de la Grande Commission, Mme Kumpula, estime que la Commission a eu tort de déclarer que la sortie de l’euro signifierait pour un pays la sortie de l’UE.
Kaleva UD

La sortie de la Grèce de l’euro toujours plus probable
L’économiste de la banque Pohjola, M. Heiskanen considère la sortie de la Grèce de l’euro comme probable. L’économiste de la banque Sampo, M. Kuoppamäki estime au contraire que si la Grèce met en œuvre les réformes elle restera dans la zone euro.
Le professeur d’économie Hannu Laurila considère que la sortie de la Grèce de l’euro est souhaitable pour assainir la situation.
AL

La Finlande ne se dirige pas vers la récession
Le ministère des Finances estime que la croissance va diminuer au dernier trimestre et au début 2012, mais qu’elle devrait repartir, peut-être dès le printemps. C’est pourquoi il ne semble pas qu’une récession sera enregistrée en 2012.
AL

Editoriaux et commentaires
« Tout le monde regarde l’Italie » KL
« L’aide de la Chine ne sera pas sans contreparties » TS
« L’Italie sous la surveillance du FMI » HS - « Tragédie grecque » HS
Le journaliste économique d’Helsingin Sanomat Juhana Rossi considère que les achats d’obligations italiennes par la BCE mettent en péril les règles de l’union économique et monétaire. Il se prononce aussi contre des euro-obligations qui, selon lui, profiteraient à l’Italie mais pas à la zone euro.
La correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat estime que la tragi-comédie qui est née en Grèce, se répand maintenant dans toute l’Europe : en Italie, en Espagne et au Portugal, et bientôt en France.
HS KL

M. Katainen va faire une déclaration sur la crise
« On saura bientôt toute la vérité, selon M. Soini » IS
Le Premier ministre Jyrki Katainen fera mardi prochain une déclaration du gouvernement, devant le Parlement réuni en séance plénière, sur la situation actuelle de l’économie européenne. Cette déclaration n’est pas suivie d’une décision. L’éditorialiste de Kauppalehti estime que M. Katainen aura alors l’occasion de faire preuve de charisme et devrait en profiter pour annoncer un plan d’austérité.
Le Président des Vrais Finlandais Timo Soini déclare qu’il attend avec grand intérêt la déclaration de m. Katainen. « Est-ce que la crise a pu être confinée à la Grèce comme M. Katainen nous le promet depuis un an et demi ? », demande M. Soini.
Selon lui, la crise va se finir par une explosion de la zone euro et tous les pays du Sud vont la quitter : la Grèce, l’Italie, l’Espagne et le Portugal. « Il faudra alors évaluer quelle est la position de la Finlande. Je pense que cette super idée de MM. Lipponen et Niinistö, qui consistait à faire entrer la Finlande dans l’euro sans référendum, sera un thème majeur de la présidentielle ».
Le candidat des Verts à la présidentielle, M. Haavisto, estime que si la Grèce devait quitter l’euro et l’union monétaire exploser, la Finlande devrait tendre à faire partie d’une union monétaire composée de l’Allemagne, des pays du Bénélux, de l’Autriche et, il faut l’espérer, de la France aussi.
Le candidat du Centre, M. Väyrynen s’oppose à un tel scénario et privilégie le retour du mark finlandais.
IS HS

UE : émissions de soufre des navires

La Finlande risque de ne pas obtenir des allègements concernant les plafonds des émissions de soufre
Mme Hassi, rapporteur sur le sujet au parlement européen, propose que le plafond de 0,1 % concernant les émissions de soufre des navires prévu pour les pays nordiques à compter de 2015 soit introduit également dans la Méditerranée et sur les côtes de l’Atlantique.
Mme Hassi propose également des allègements fiscaux pour des navires utilisent des systèmes anti-émissions de soufre.
KL/ven/8

Finlande – Russie

Visa
Helsingin Sanomat publie un billet de M. Laajava, sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, et M. Kaukanen, chef du Corps de garde-frontière, qui promeuvent un passage graduel vers l’exemption de visa entre la Russie et l’UE. Les auteurs relèvent que l’UE et la Russie ont défini, il y a huit ans, l’exemption de visa comme un objectif de long terme. Ils soulignent l’importance d’une évolution maîtrisée en ce sens.
Ils estiment que les postes frontières devraient être développés déjà avec le nombre accru de passages, même sans suppression de visa. Les postes ont besoin de plus de personnel et de technologie moderne.
HS/lun/A2

Les Russes désormais en charge de l’importation de l’électricité en Finlande
Les importations de l’électricité de la Russie en Finlande sont en train de se modifier du fait que le groupe électrique russe Inter Rao envisage d’assumer la gestion des ventes à travers sa filiale finlandaise Rao Nordic. Jusqu’à présent, les groupes énergétiques finlandais Fortum et Pohjolan voima ont acheté de l’électricité en Russie, mais ils se sont vus écartés du contrat.
Selon Fortum, la disparition des activités d’importation de Russie lui engendrera des pertes de 40 millions d’euros cette année.
Helsingin Sanomat relève que, vendredi dernier, la Finlande a importé 1456 MW de l’électricité de Russie, 808 MW de Suède et 44 MW de Norvège. Elle a exporté 255 MW en Estonie. La consommation totale était de 10 000 MW dont la Finlande a elle-même produit 8000 MW.
HS/sam/B6

Défense

La Finlande sollicite un permis d’acquisition des missiles Stinger
La Finlande vient de solliciter au congrès américain un permis d’exportation pour deux types de missiles. Il s’agit d’une part du Stinger, qui avait causé des cauchemars à l’Union soviétique en Afghanistan, et qui pourrait bien devenir le nouveau missile de défense aérienne de la Finlande. D’autre part la Finlande envisage l’acquisition des missiles JASSM, planifiés pour servir d’armes d’infanterie aux chasseurs Hornet. La Finlande devrait obtenir la réponse du congrès américain d’ici un mois. La défense nationale souligne qu’il s’agit seulement d’une autorisation de vente et non d’un contrat d’acquisition.
TS4.11/5

Un nouveau commandant pour les troupes finlandaises en Afghanistan
Vendredi, la présidente de la république a nommé le lieutenant-colonel Joni Lindeman au poste de commandant des troupes finlandaises en Afghanistan à compter du 4 décembre prochain. Il succédera ainsi au lieutenant-colonel Petri Kosonen pour commander pendant neuf mois les 195 Finlandais du Camp Nothern Lights, dans le pays.
TS5.11/14

Des crédits seront débloqués pour la gestion internationale des crises
Alors que le nombre des exercices pour réservistes sera réduit au minimum, une hausse de dix pourcents est proposée pour la gestion de crise internationale. Cette année, environ 25 000 réservistes participeront à des exercices, qui coûteront environ 20 millions d’euros.
Le responsable du syndicat des réservistes, M. Olli Nyberg, rappelle que 140 millions d’euros seront consacrés à la gestion de crises internationale et l’année prochaine, des casques bleus seront envoyés également au Liban. Environ 250 conscrits sont annuellement formés, et dans le cadre d’une formation de rotation il y a 500 réservistes. Le commandant de la brigade de Pori, le colonel Juha Pyykönen, rappelle qu’ils sont tous ainsi préparés aussi pour la défense de la Finlande. La formation de rotation, d’une durée maximale de neuf semaines et les 6-12 mois passés dans l’opération correspondent largement à un nombre équivalent d’exercices pour réservistes.
AL5.11/A7

Politique intérieure

Audience des partis politiques

La popularité du Kokoomus augmente encore
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte d’Yle, l’audience du parti conservateur Kokoomus est encore en hausse et que ce parti a gagné quatre points par rapport aux élections législatives du printemps dernier et est maintenant à 24,4 %. Il est suivi des Vrais Finlandais, 21,4 % (+2,3 %) et du Parti social-démocrate (17,1 %), qui a perdu deux points par rapport aux élections législatives. Le Parti du centre a obtenu une audience de 13,1 %.
Près de 4 000 Finlandais ont été interrogés pour ce sondage.
HS/sam/A10

Election présidentielle

Les électeurs sont satisfaits de la durée du mandat présidentiel
Aamulehti relève que, selon un sondage effectué pour son compte, 58 % des personnes interrogées sont satisfaites du mandat présidentiel de six ans. Environ 30 % souhaitent diminuer la période de six à quatre ans. Moins de 10 % sont pour une période de cinq ans.
AL/lun/A4

M. Arhinmäki et Mme Ojala favoris pour la candidature présidentielle
Selon Turun Sanomat, les présidents de sections locales de l’Alliance des gauches préfèrent la candidature présidentielle de M. Paavo Arhinmäki, président du parti, ou de Mme Outi Ojala, ancienne députée. Cinq des quinze présidents sont pour M. Arhinmäki, quatre pour Mme Ojala et deux pour Mme Annika Lapintie, présidente du groupe parlementaire.
Plusieurs présidents de sections locales estiment que M. Arhinmäki et Mme Ojala pourraient être plus populaires s’ils n’avaient pas dit non à une éventuelle candidature.
TS/sam/12

Les centristes attendent le résultat de la présidentielle pour défier Mme Kiviniemi
Helsingin Sanomat rapporte que les dirigeants centristes, surtout ceux qui comptent se présenter à la présidence du parti au congrès de juin prochain, attendent le résultat de l’élection présidentielle. Un bon résultat renforcerait la situation de la présidente actuelle, du parti, Mme Mari Kiviniemi, qui a été critiquée pour le mauvais score du centre aux élections législatives d’avril dernier.
Le vice-président du Centre, le député Tuomo Puumala (29 ans), et la parlementaire européenne Riikka Manner (30 ans) ont déjà exprimé leur intérêt à l’égard du poste de président du parti.
HS/lun/A7

Parti conservateur

M. Häkkänen remplace M. Rydman à la tête des jeunes conservateurs
Selon Helsingin Sanomat, M. Antti Häkkänen (26 ans), conseiller municipal à Mäntyharju (près de Mikkeli) et étudiant en droit, remplacera à partir du début janvier prochain M. Wille Rydman à la tête de l’association des jeunes conservateurs. M. Rydman est connu pour ses propose critiques à l’égard de la politique d’immigration. Son successeur, qui semble partager ses avis, s’intéresse surtout à la réforme des communes et aux activités économiques dans les communes.
HS/sam/A12

M. Soini demande des comptes à M. Katainen sur M. Stubb
Ilta-Sanomat rapporte que le président des Vrais Finlandais s’étonne que le président du parti conservateur, M. Katainen n’ait pas commenté les propos de M. Stubb tenu lors de la réunion du conseil nordique. « Est-ce que M. Katainen assume la responsabilité des propos de M. Stubb ? » se demande M. Soini. . « Si un obscur suppléant des Vrais Finlandais avait tenu les mêmes propos, cela aurait suscité beaucoup de bruit », estime M. Soini.
IS

Editorial : « Attention, M. Le Ministre Stubb » AL
L’éditorialiste d’Aamulehti estime que, « aveuglé par son talent, M. Stubb a dépassé les limites de ce qui est acceptable, c’est pourquoi il convient de la placer sous la même surveillance que les députés connus pour leurs dérapages verbaux ».
AL

Parlement

Le Parlement souhaite interdire les crédits à la consommation électroniques
Helsingin Sanomat relève que le Parlement souhaite interdire ou en tout cas limiter l’accès à des crédits à la consommation par voie électronique, c’est-à-dire les petits prêts à la consommation pour une durée de six mois au maximum que l’on peut demander avec un sms ou en ligne. En Finlande, une soixantaine de compagnies proposent ce genre de prêts à des taux très élevés.
Si une interdiction totale ne pourra pas être adoptée, le Parlement souhaite restreindre considérablement les activités des compagnies de ce domaine.
HS relève que c’est un député conservateur, M. Kataja, qui est derrière cette initiative.
HS/A12

Défense

Une petite armée techno super équipée n’est pas la solution de la Finlande
Le commandant des forces armées finlandaises, le général Ari Puheloinen a déclaré, dans son discours d’ouverture des journées de la défense nationale, qu’il faudra trouver un juste milieu entre une petite armée techno super équipée et une grande armée de masse inefficace.
Il a rappelé que les répercussions des coupes budgétaires dans les quatre années à venir seront de longue durée et impliquent des risques à prendre dans le domaine de la défense nationale militaire. Le général Puheloinen a souligné qu’il appartiendra aux dirigeants de l’Etat de décider de la capacité de défense et de définir la défense nationale en Finlande. Par exemple, selon la loi, il appartient au ministère de la défense, et non à la défense nationale, de décider de la suppression d’une unité.
Le gouvernement a convenu, lors des discussions budgétaires en septembre, de dépenser pour la défense en 2012, en tout 75 millions de moins que cette année.
Le gouvernement pourrait décider des détails des coupes avant la fin de l’année.
HS

Les exercices pour réservistes ne seront pas complètement supprimés
« Les exercices pour réservistes seront nettement moins nombreux à compter de l’année prochaine, mais ne seront pas complètement supprimés », a déclaré le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin. Il ne souhaite pas donner d’évaluation sur le nombre des exercices pour l’année prochaine. Il s’agirait cependant d’une « coupe considérable ». « S’il s’agit d’une diminution provisoire, on s’en sortira. Dans une situation idéale, le nombre des exercices repartira à la hausse au plus tard après la législature actuelle », précise M. Wallin.
HS5.11/A12

Le ministre Stefan Wallin avait oublié la dispense de service des Ålandais
Les propos du ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, de mettre fin à la dispense de service militaire dont bénéficient les témoins de Jehova ont suscité de vives discussions. A cette occasion, il a oublié qu’en Finlande il existe un autre groupe qui bénéficie du même privilège, à savoir les habitants de la province des Iles Åland.
La dispense d’armée des habitants des Iles Åland date des accords de paix signés à Paris en 1856. Cette disposition a été enregistrée dans la législation finlandaise en 1921.
TS4.11/12

Industrie technologique : fin de la grève des cadres supérieurs

Les cadres supérieurs de l’industrie technologique ont accepté la proposition de l’accord du médiateur national, M. Lonka, dimanche, et ont ainsi mis fin à leur grève entamée mardi dernier.
Une proposition d’accord a également été donnée aux employés du domaine des services informatique, mais il a été rejeté par les employés qui ont commencé une grève, ce matin.
HS/lun/A6

Fuite importante de données confidentielles

Une fuite sur internet de données confidentielles – nom, numéro de sécurité sociale, adresse, numéro de téléphone, adresse mél de 16 000 personnes – a été découverte, samedi.
Jusqu’à présent, les fuites de ce genre ont concerné des dizaines ou des centaines de personnes. Les victimes sont liées d’une façon ou d’une autre à des milieux de formation, et plus particulièrement de formation continue. M. Hyppönen, chercheur de F-Secure, groupe de sécurité informatique, ne voit pas de motif logique derrière la fuite.
La police judiciaire est en train d’enquêter sur la fuite, mais M. Hyppönen estime que les chances de trouver l’auteur sont minimes.
HS/lun/A6

France – Finlande

Festival Liikkeellä marraskuussa

Helsingin Sanomat rend compte du spectacle Exposition universelle de Rachid Ouramdane, danseur et chorégraphe, lors du festival Liikkeellä marraskuussa.
HS

France

Société

Turun Sanomat présente le débat en France sur la demande de suppression de l’expression « mademoiselle ».
TS

Politique

Helsingin Sanomat revient sur les affaires de soupçons de corruption qui ont touché la politique française ces dernières années.
HS

Aamulehti s’étonne que la France soit relativement épargnée par les manifestations contre le capitalisme qui touchent nombres de pays occidentaux.
AL

Vendredi 4 novembre 2011
Politique étrangère et européenne

G20 - Euro - Crise de la dette - Grèce

M. Katainen va faire une déclaration sur la crise
Le Premier ministre Jyrki katainen fera mardi prochain une déclaration du gouvernement, devant le Parlement réuni en séance plénière, sur la situation actuelle de l’économie européenne. Cette déclaration n’est pas suivie d’une décision.
La ministre des Finances Jutta Urpilainen estime qu’il ne faut plus verser de tranche d’aide à la Grèce avant que la situation politique de ce pays soit clarifiée. Selon elle, le gouvernement finlandais est préparé à faire face à différends scénarios. « Nous ne pouvons rien faire de plus pour les Grecs. Ils doivent décider eux-mêmes s’ils veulent participer au prochain plan d’aide », ce qui signifierait de dures réformes budgétaires. « Nous attendons leur réponse », a-t-elle dit.
Le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb souligne que le poids de la Grèce par rapport à l’Italie est infime dans la crise de la dette souveraine. Selon lui, cette crise va relancer les débats sur la nécessité d’une réforme institutionnelle dans l’UE
Le directeur de la politique économique du patronat, M. Jussi Mustonen, estime qu’une sortie de la Grèce de l’euro serait une mauvaise chose pour l’Europe, pour la Finlande et pour le monde.
SM HS NP

Editoriaux et commentaires
« Le Premier ministre grec s’est mis dans une impasse » HS
« La Grèce autorisée à partir » HS - « M. Papandréou a du céder » TS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que le premier ministre grec a perdu sa crédibilité politique et que son parti en paiera le prix fort lors des prochaines élections.
La correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat estime que « l’on peut enfin dire publiquement que les Grecs n’ont qu’à quitter l’euro s’ils le veulent ». Elle fait remarquer que les conséquences d’un tel départ pourraient être pire pour le reste de l’Europe que pour les Grecs.
L’éditorialiste de Turun Sanomat estime que, « à un moment donné, les dirigeants européens seront peut-être prêt à assumer les conséquences d’un retour de la Grèce à sa monnaie nationale ».
HS TS

Conseil nordique

M. Sasi élu à la présidence du conseil nordique
Le député Kimmo Sasi a été élu à la tête du conseil nordique dont la Finlande assure la présidence l’année prochaine.
HS

« Après les jurons, les louanges de M. Stubb pour la coopération nordique » HS
« Un portefeuille ennuyeux ? » IS
Helsingin Sanomat rapporte que l’incident provoqué par les propos du ministre finlandais des Affaires européennes à la réunion du conseil nordique a provoqué l’étonnement de son collègue norvégien.
Cet incident, rapporté par des membres de la délégation finlandaise montre que ces députés finlandais sont irrités du fait que le ministre Stubb n’a pas participé souvent aux réunions de la délégation finlandaise.
Ilta-Sanomat rapporte que de nombreux collègues finlandais de M. Stubb estiment qu’il regrette son précédent portefeuille de ministre des Affaires étrangères, qu’il aurait souhaité conserver, ce qui n’est un secret pour personne.
HS IS

Editoriaux
« Un ministre aveuglé par sa précipitation » HS - « Il faut changer M. Stubb » SM
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat regrette l’attitude désinvolte de M. Stubb à l’égard de la coopération nordique, à laquelle il n’a pas accordé grand intérêt jusqu’à présent. « Après cet incident, il conviendra qu’il lui prête plus de temps. La coopération nordique est importante pour la Finlande et cela ne pourra jamais intéresser trop le ministre qui en est responsable, même quand on parle de sujets administratifs et non de contenu ».
Le quotidien du parti du Centre estime que le parti conservateur devrait trouver une personne plus intéressée par la coopération nordique pour assurer ce poste dans les intérêts de la Finlande.
SM

UNESCO - Palestine

La ministre de l’Intérieur a critiqué la position finlandaise sur la Palestine
Helsingin Sanomat rapporte que la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, présidente des Chrétiens-démocrates, a exprimé jeudi son étonnement concernant le soutien de la Finlande à l’adhésion de la Palestine à l’Unesco. « L’augmentation du profil de l’Etat palestinien vers un Etat indépendant d’une manière litigieuse peut aggraver le conflit du Proche-Orient et empêcher les compromis nécessaires pour trouver la paix », écrit Mme Räsänen dans son blog. Selon Mme Räsänen, l’Etat palestinien ne doit pas être reconnu sans un traité de la paix négocié avec Israël.
Lors de la séance des questions orales du Parlement, M. Jouko Jääskeläinen, député des Chrétiens-démocrates, a voulu connaître les arguments de la position finlandaise. Le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, a souligné que la Finlande préférait toujours une position communes des pays des UE, mais cette fois cela n’a pas été possible, certains Etats ayant annoncé voter contre de toute façon. « Le point de départ de la position finlandaise est logiquement le fait qu’il faut soutenir la formation d’un Etat palestinien », a répondu M. Tuomioja. Le député centriste Antti Kaikkonen a voulu savoir comme cette politique a été choisie. « La situation a évolué jusqu’au vote et le gouvernement n’a pas eu le temps de se réunir avant ce vote », selon M. Tuomioja.
HS/A8

L’économie de l’Unesco en difficultés
Nykypäivä, organe du Parti conservateur a interviewé M. Olli-Pekka Heinonen, membre du comité finlandais de l’Unesco, directeur à Yle et ancien ministre de l’Education, à propos de l’économie de l’Unesco après le vote sur la Palestine. M. Heinonen estime que l’Unesco pourra se concentrer sur des projets moins nombreux si les Etats-Unis et Israël se retirent du financement de l’organisation.
M. Heinonen souligne que les ministères de l’Education et des Affaires étrangères ont été pour la plupart responsables de préparer la position finlandaise, parce que la décision a des dimensions internationales. Le comité dont il est membre n’a pas présenté d’avis opposés au sujet de l’adhésion de la Palestine à l’Unesco.
Selon M. Heinonen, le comité n’a pas évoqué une éventuelle augmentation de la part finlandaise du financement de l’Unesco.
NP/14

Défense

Le projet finlandais d’acheter des drones suscite de l’étonnement chez les Palestiniens
Le tabloïd Ilta-Sanomat relève que M. Mustafa Barghouti, membre du parlement palestinien, qui vient d’effectuer une visite en Finlande, est choqué du projet finlandais d’acheter éventuellement des drones à Israël. « Cet équipement a été testé à Gaza contre les Palestiniens avec l’intention de les assassiner », selon M. Barghouti. Il souligne que la Finlande devrait boycotter toute coopération militaire avec Israël.
M. Barghouti a eu des entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, et la ministre du développement, Mme Hautala.
Selon le ministère de la Défense, une décision définitive sur l’achat de drones n’a encore pas été prise. M. Arto Koski, chef de l’unité au ministère, souligne qu’l s’agit d’un système de surveillance et non d’un système d’armement.
IS/9

Les Etats-Unis proposent des missiles à la Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que le ministère américain de la défense est prêt à vendre des missiles de croisière pour les chasseurs F-18 Hornet. Le Pentagone en a informe le congrès américain. Au maximum 70 missiles JASSM sont proposés pour le prix d’environ 185 millions d’euros.
Il y a encore cinq ans, les Etats-Unis ont refusé d’en vendre à la Finlande. Selon l’interprétation finlandaise, cela signifiait qu’il y avait des problèmes dans les relations bilatérales. La Finlande n’a pas encore pris de décision sur l’achat de missiles.
Le Pentagone a également annoncé être prêt à vendre 600 missiles Stinger pour le prix de près de 240 millions d’euros.
HS/A3

Vols de la CIA

Il est possible que la Finlande était une cible fictive des vols de la CIA
Selon Finavia, l’autorité nationale de l’aviation civile, un des vols soupçonnés d’être ceux de la CIA, et dont le plan de vol annonçait comme cible la Finlande, n’a jamais atterri à Helsinki, mais à Palanga en Lituanie. Finavia relève que, selon sa comptabilité, ce vol n’a jamais été facturé en Finlande, ce qui serait le cas s’il avait atterri ici.
Selon M. Scheinin, professeur en droit international, qui a enquêté sur les vols de la CIA pour le compte de l’ONU, les informations falsifiées concernant l’itinéraire des vols relèvent de la stratégie de la CIA de cacher les vols de transport de prisonniers. Selon lui, il était déjà connu que, concernant des vols suspects, la destination était annoncée comme étant Helsinki, puis changée en Lituanie seulement une fois que le vol avait décollé. En Lituanie, il y avait un centre de détention de la CIA de 2002 en 2006.
Le ministère des Affaires étrangères, le ministère des Transports et des Communications et Finavia ont publié, hier, une liste des informations concernant les vols soupçonnés d’avoir un lien avec la CIA. Les compagnies qui ont payé ces vols figurent également sur cette liste.
A l’origine, Finavia a dit au ministère des Affaires étrangères que le vol manquant (N733MA) était une erreur informatique. Le ministère regrette avoir été informé plus en détail par Finavia seulement après que Helsingin Sanomat avait déjà évoqué cette affaire.
Selon Mme Kalliokoski de Finavia, le fait que ce vol manque de la nouvelle liste qui est basée sur les données de facturation signifie que le plan concernant le vol a été modifié ou que le vol a été annulé. Il s’avère du rapport lituanien que le vol a bien atterri à Palanga.
HS relève que les détails concernant un autre vol sont également ambigus, un vol de Helsinki à Washington ayant été inscrit deux fois. Selon l’une des inscriptions, le vol arrivait à Helsinki de Bagram en Afghanistan, selon l’autre d’un pays non défini.
Selon Finavia, les détails auraient été complétés une fois que les renseignements ont été précisés et, par erreur, le vol a été « recréé ». Selon Amnesty International, ce vol aurait atterri en Lituanie soit avant soit après Helsinki.
HS/B2

Commentaire : « Le ministère des Affaires étrangères n’a pas peur et ne s’efforce pas de cacher quelque chose »
Dans son courrier des lecteurs, Helsingin Sanomat publie un message de Mme Heinonen, chargée de la communication du ministère des Affaires étrangères, qui rejette les allusions de HS sur l’intentionnalité et la volonté de cacher des choses du ministère concernant les vols de la CIA. Elle insiste qu’il est dans les intérêts du ministère et des autorités finlandaises plus généralement d’enquêter le plus exhaustivement possible sur les vols en question. Elle relève que l’enquête a commencé le 4 octobre à la demande d’Amnesty international et que M. Kaikkonen, député centriste a demandé des clarifications au ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, le 14 octobre.
Mme Heinonen relève que le rôle du ministère se base sur l’expertise des conventions internationales et du droit humanitaire. Son rôle n’est pas celui d’une autorité chargée des enquêtes ni celui d’un spécialiste des transports aériens.
HS/C9

Politique intérieure

Occupy Helsinki/Turku

Helsingin Sanomat relève qu’à Helsinki et à Turku, des militants exigeant plus de démocratie et de débat restent toujours sous des tentes.

Défense

Le gouvernement a décidé d’externaliser la restauration de l’armée
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement a décidé, suivant la proposition du ministère de la Défense, d’externaliser la restauration de l’armée dans une nouvelle entreprise, Leijona Catering.
HS/A6

Activités minières

« Le ministre de l’Environnement souhaite un débat sur les effets des mines » HS
Selon le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, le seuil pour envisager le démantèlement du statut protégé du marécage concerné par la découverte d’un gisement de nickel est extrêmement élevé. Le point de départ d’un projet minier dans cette zone est de le réaliser de façon à ne pas engendrer de dégât important à la zone Natura, dit M. Niinistö.
Le gisement s’étend quelque peu au-delà de la zone protégé.
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie souligne le fait qu’il s’agirait d’un investissement de grande échelle qui rapporterait beaucoup d’emplois.
M. Niinistö estime que tout en étant conscient des effets favorables des activités minières sur l’emploi, il faudrait ouvertement évoquer les effets négatifs pour l’environnement. A Talvivaara, les problèmes n’ont pas été négligeables.
HS/A8
Emploi

La situation de l’emploi semble assez bonne
Selon le baromètre du patronat, la situation de l’emploi demeure assez bonne même si les perspectives se sont dégradées dans le secteur du bâtiment, de l’industrie et des services.
HS

Education

Des groupes de niveaux dans les écoles
Selon une étude, plus de la moitié des écoles finlandaises répartissent les élèves dans des groupes de niveau. Cela vaut surtout au collège pour les mathématiques et les langues.
Jusqu’à présent, on estimait que la réussite du système d’éducation finlandaise s »’expliquait justement par le fait que les élèves de tous niveaux étudiaient ensemble.
HS

Vers une augmentation de la journée scolaire ?
Le ministère de l’Education réfléchit à une réforme de l’école élémentaire. Les experts entendus par le ministère proposent de prolonger la journée d’école qui est l’une des plus courtes des pays de l’OCDE. Cela pourrait se faire à partir de la rentrée de 2016.
HS

France – Finlande

Ubisoft a acquis Redlynx
STT a rapporté que le groupe de jeu français Ubisoft a acquis l’entreprise Redlynx basée à Helsinki.
STT

Concert de Jane Birkin
Helsingin Sanomat et Hufvudstadsbladet publient de bonnes critiques du concert de Jane Birkin à Helsinki, avant-hier.
HS Hbl

Festival Liikkeellä marraskuussa
Helsingin Sanomat rend compte du spectacle Ideography de Noé Soulier, danseur et chorégraphe, lors du festival Liikkeellä marraskuussa en cours.
HS

Suvi Honkkanen primée en France
La danseuse Suvi Honkanen du ballet national de Finlmande a remporté le deuxième prix du concours de Grasse. Mme Honkanen a remporté ce concours puisque le premier prix n’a pas été décerné.
TS

France

Le salon de thé Mariage Frères à Paris
Helsingin Sanomat présente le salon de thé de Mariage Frères à Paris, un des salons de thé préférés de Mme Helena Petäistö.
HS

Jeudi 3 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

G20 - Euro - Crise de la dette - Grèce

M. Katainen compare la Grèce à un Kamikaze
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Jyrki Katainen était hier encore irrité de la décision d’organiser un référendum en Grèce. « Cela fait plus de dix ans qu’il aurait fallu ternir aux Grecs le langage que l’on tient en Finlande. Si l’on n’a plus d’argent et qu’il faut faire des économies, en Finlande les autorités l’annoncent sans tergiverser ».
« L’aide ne sert à rien si le malade se conduit constamment comme un pilote kamikaze. Cela ne marche pas si le prêteur et l’emprunteur ne croient pas à la possibilité d’un remboursement », a déclaré M. Katainen. « Avec ce référendum, « on met le peuple devant un choix à prendre ou à laisser. C’est un pari. C’est tout ou rien », déclare-t-il. Selon lui, les dirigeants européens ne peuvent pas faire de pression pour que la Grèce revienne sur son référendum. « CCela ne dépend pas des dirigeants européens, cela dépend uniquement des Grecs ».
M. Katainen estime que la Grèce a perdu la confiance des marchés et ne pourra la retrouver qu’en fonction de ses décisions. « Personne ne pensait que la Grèce n’approuverait pas le paquet entériné et la remise de ses dettes. La Grèce ne pourra pas obtenir de financement sur les marchés si elle ne s’engage pas de manière crédible à faire des économies. . L’incertitude a augmenté après l’annonce grecque. On doit agir afin d’éviter une propagation à d’autres Etats. A cause de la Grèce, il faut protéger d’autres Etats ».
La ministre des Finances Jutta Urpilainen estimait qu’il fallait réenvisager la situation avant de verser une nouvelle aide européenne à la Grèce.
La présidente du Centre, Mme Kiviniemi déclare que « s’il semble que la Grèce se dirige vers la faillite, on peut se demander s’il est intelligent de lui donner plus d’argent ».
Pour la présidente de la Grande commission du Parlement, Mme Kumpula-Natri (PSD), « un non donnerait le signal d’une sortie de l’euro. La Finlande y est préparée psychologiquement. Il n’est pas possible que la Grèce reste dans l’euro et refuse de faire des économies ».
Le vice-président de la grande commission, le député Antti Kaikkonen (Centre) est même prêt à montrer la porte de l’euro aux Grecs. « Si cela peut être fait de manière ordonnée, se débarrasser d’un tel fardeau serait une bonne solution. Pour la Grèce, le retour au drachme serait un nouveau départ. Le problème est que les textes ne prévoient pas l’exclusion d’un Etat de la zone euro. Il faut que la Grèce parte d’elle-même ».
Le vice-président de la Commission des Affaires étrangères Pertti Salolainen (conservateur) estime que « le départ de la Grèce de la zone euro se profile à l’horizon ». Il s’étonne aussi que l’on fasse appel à la Chine pour aider la zone euro et souhaite que les pays européens comme la Grande-Bretagne et la Suède y contribuent plus.
HS KL AL TS KS Yle

OP-Pohjola va relever son ratio de fonds propres à 15%
Le directeur du principal établissmeent de crédit finlandais craint une propagation de la crise à l’Italie. Il déclare que son groupe va relever dans les années à venir son ratio de fonds propres à 15%.
KS

Commentaires
« Les Grecs dans la peau des Islandais » HS
« Une faillite politique » KL
Le correspondant à Munich de Kauppalehti, Tapio Nurminen estime que la seule solution est la création d’un conseil de la zone euro qui puisse prendre des décisions qui s’imposent aux Etats membres notamment en matière budgétaire. « Mais seuls les optimistes y croient ».
Le journaliste d’Helsingin Sanomat Petja Pelli compare la situation du peuple grec à celle des Islandais qui, en avril dernier, ont eu aussi été consulté par référendum. « Mais en dépit des ressemblances, les effets du référendum en Grèce seront bien supérieur car un non éventuel des Grecs aura une influence sur toute la zone euro. Il y a aussi une différence morale : en Islande ce sont des banques privées qui avaient causé l’endettement, en Grèce ce sont les politiciens issus des urnes ».
HS KL

Editoriaux
« La Grèce jouent à la roulette avec l’argent des autres » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que « la décision de M. Papandréou d’organiser un référendum est mauvaise et qu’il faut avoir le courage de la dire. Dans une démocratie parlementaire, les décisions de réformes budgétaires reviennent aux représentants élus et d’autre part, si l’on organise un référendum il faut pouvoir parler des alternatives, or personne ne sait ce qu’un non signifierait ; enfin, en demandait un référendum, M. Papandréou met ses partenaires européens devant le fait accompli. En conclusion, l’éditorialiste estime que, d’autres pays ont fait des erreurs dans la gestion de leur économie, mais la Grèce n’a pas d’égal en matière de fuite des responsabilités et de prise de risque.
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que la Grèce a causé une grande déception à l’Europe et au monde entier.
Aamulehti estime que la réunion du G20 témoigne du risque que courent l’Europe et les Etats-Unis en proie à des difficultés budgétaire de perdre leur suprématie et devenir à la merci des puissances émergentes.
HS KL AL

Conseil nordique

Critiques à l’égard du comportement de M. Stubb lors de la réunion du Conseil nordique
M. Stubb s’excusé concernant ses propos tenus au Danemark
Le ministre du Commerce extérieur chargé de la coopération nordique, M. Stubb, s’est excusé pour son comportement jugé las et peu intéressé lors de la réunion du Conseil nordique à Copenhague. Mme Feldt-Ranta, vice-présidente sociale-démocrate de la délégation finlandaise, regrette que M. Stubb se soit montré peu intéressé par les questions nordiques, par son action, sa façon de se comporter et par ses propos. Selon des personnes de la délégation finlandaise, M. Stubb aurait juré en quittant la réunion.
M. Stubb se défend en disant que la fatigue a pu engendrer des réactions peu appropriées de sa part.
HS/A5, www.yle.fi

Palestine

Les pays nordiques harmoniseront leurs positions sur la Palestine
Helsingin Sanomat rapporte que les ministres des Affaires étrangères, réunis hier à Copenhague, ont décidé que les pays nordiques harmoniseraient leurs positions sur la Palestine dans les votes à l’ONU au cas où les pas de l’Union européenne ne trouvent pas de position commune.
Les ministres, qui ont condamné les représailles d’Israël contre la Palestine, dues à l’adhésion palestinienne à l’Unesco, estiment que la politique de colonisation d’Israël viole les lois internationales. Cette décision est due au vote qui a eu lieu lundi dernier sur l’adhésion de la Palestine à l’Unesco, où les pays nordiques n’ont pas trouvé de position commune. La Finlande, l’Islande et la Norvège ont voté pour, la Suède a voté contre et le Danemark s’est abstenu.
Selon le ministre finlandais des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, « la Finlande soutient logiquement le modèle de deux Etats en tant que solution à la crise entre la Palestine et Israël. La Palestine s’est tournée vers l’ONU et il est acceptable en soi que la Palestine souhaite renforcer son statut ».
La position finlandaise a été prise sur la base d’un débat sur la situation palestinienne au comité interministériel de politique étrangère et de sécurité.
M. Tuomioja souligne que la Finlande aurait souhaité une position commune de l’Union européenne. « La Finlande se serait abstenu si les pays de l’UE l’avaient décidé ensemble. »
M. Tuomioja estime que le vote sur l’Unesco n’a pas créé de fissure dans la coopération nordique. « Le Proche-Orient n’est pas une région où la coopération nordique est réalisée même si nous en parlons ensemble. »
Le ministre suédois des Affaires étrangères, M. Carl Bildt, partage l’avis de M. Tuomioja. « Le fait que l’UE n’a pas pu trouver une entente est un échec et non le fait que les pays nordiques ont voté de manière différente. » Selon M. Bildt, l’Union européenne aurait dû empêcher le vote qui peut mettre en cause le processus de la paix. « Cela nuit à l’Unesco et n’est utile à personne. »
Selon M. Tuomioja, les pays nordiques n’ont pas encore décidé leur position sur les autres adhésions éventuelles de la Palestine dans les organisations de l’ONU.
HS/B6

Politique intérieure

Criminalité

Diminution des crimes et délits en 2010
Le nombre de crimes et délits a diminué en 2010 selon les statistiques. Ce sont surtout les crimes à la personne et aux biens qui ont diminué ; les délits sur les stupéfiants ont en revanche augmenté.
Le nombre d’homicides s’est établi à 110, ce qui est inférieur à la moyenne de ces dix dernières années.
AL

Négociations salariales

La médiation continue
Uutispäivä Demari relève que le médiateur national, M. Esa Lonka, commencera dimanche la médiation de la grève dans la technologie. La grève des cadres supérieurs dans la technologie a commencé mardi matin dans plus de 40 grandes entreprises de la technologie.
UD/6

Syndicats

Le parti des Vrais Finlandais est devenu le deuxième parti politique dans la centrale syndicale STTK
Selon Uutispäivä Demari, organe du parti social-démocrate, d’après un baromètre effectué parmi les adhérés à la STTK, centrale syndicale des cadres, le PSED est toujours le plus grand parti avec une popularité de 25,9 % (contre 23 % en 2009). Les Vrais Finlandais sont devenus le deuxième parti avec une audience de 17,2 % (contre 12 % il y deux ans), suivi du Parti conservateur, 16,1 % (-3,9 %) et du Centre ,16 % (-3 %).
Le sondage a été effectué au moment des élections législatives d’avril dernier auprès de 2 500 personnes.
UD/3

Activités minières

Découverte d’un important gisement de nickel
Helsingin Sanomat rend compte de l’annonce du groupe minier international, Anglo American, concernant la découverte d’un gisement de nickel, à Sodakylä, qui pourrait s’avérer le plus grand d’Europe. Le taux de nickel dans les échantillons est de 4 % par rapport à 0,4 % concernant le gisement de Kevitsa qui se trouve à proximité.
Le maire de Sodankylä se félicite de la découverte de Sakattilampi et relève qu’une mine encore plus importante que celle prévue à Kevitsa sera sans doute ouverte.
First Quantum, un groupe canadien, a investi 300 millions d’euros dans les travaux de sa mine qui sera inaugurée prochainement. Elle emploiera 250 personnes. Au total, les différents projets miniers en Laponie représentent des investissements de 1,7 milliards d’euros depuis l’année dernière.
Avant de commencer les éventuels travaux de construction, Anglo American devra donner un rapport sur l’impact environnemental du projet. Ce qui peut compliquer le projet est que le gisement se trouve sur une zone protégée. Le Parlement devrait ainsi se prononcer en la matière, si un projet de construction devenait d’actualité.
HS/B2

Bois-papier

Piètre résultat de Metsäliitto – M-Rela annonce des suppressions d’emplois
Helsingin Sanomat relève que le groupe Metsäliitto annonce un résultat bien inférieur concernant le troisième semestre de l’année en cours, par rapport à l’année dernière. Son bénéfice d’exploitation s’élevait à 63 millions d’euros par rapport à 155 millions à la même époque en 2010.
M-real, filiale de Metsäliitto, envisage d’arrêter une machine à papier à Äänekoski, ce qui signifiera la disparition de 180 emplois. Le groupe continuera toutefois la production de carton à Äänekoski. Avec la suppression de la machine à papier, le groupe brigue une amélioration de son résultat de 20 millions d’euros.
HS/B3

Transport

Après Tampere, Turku aussi intéressé par un tramway
Aamulehti rapporte qu’après Tampere, c’est la municipalité de Turku qui s’intéresse à un tramway. Il existe une décision de principe sur ce projet depuis 2009.
Turku propose à Tampere une possible synergie sur l’achat des rames.
AL

Défense

Le ministre Stefan Wallin souhaite mettre fin à l’exemption de service militaire des témoins de Jehova
Le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, souhaite mettre fin à la dispense dont bénéficient les témoins de Jehova concernant le service militaire. M. Wallin a dit au journal télévisé de MTV3 que les témoins de Jehova pourraient effectuer un service civil notamment dans leurs propres paroisses.
M. Wallin justifie sa proposition par l’argument d’une égalité de traitement. Selon lui, il est évident qu’à l’heure actuelle, les témoins de Jehova jouissent d’une position particulière.
HS

France – Finlande

Musique

Jazz Happening à Tampere
Aamulehti présente le 30ème anniversaire de Jazz Happening à Tampere où se produira notamment le groupe français Megaoctet d’Andy Emler.
AL

Danse

Festival Liikkeellä marraskuussa
Hufvudstadsbladet rend compte du spectacle Ideography de Noé Soulier, danseur et chorégraphe, lors du festival Liikkeellä marraskuussa en cours.
HBL/20

France

Société

Incendie du journal Charlie Hebdo
La presse rapporte que l’hebdomadaire Charlie Hebdo a été victime d’un incendie à la veille de la parution d’un numéro consacré au « retour de la Charia » en Libye.
Jenni Virtanen dans GHelsingin Sanomat estime que « le débat sur l’identité nationale va certainement ressurgir ».
HS TS Hbl

Mercredi 2 novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Euro - Crise de la dette - Grèce

« M. Katainen et Mme Urpilainen frustrés de la valse-hésitation grecque » HS
Les Premiers ministres et les ministres des Finances nordiques se sont réunis à Copenhague, hier. Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre, M. Katainen, déplore qu’il y ait « quelqu’un qui fait de son mieux pour augmenter l’instabilité ». Pour lui, c’est un signe de la situation politique désespérée de la Grèce.
Mme Urpilainen, ministre des Finances, souhaite de mesures rapides de la Grèce. « Si elle envisage de voter, elle aurait intérêt à voter prochainement. » Mme Urpilainen souhaite que l’on ne fasse pas faire du travail inutile à l’eurogroupe. Elle estime qu’il faut obtenir une réponse rapide de la Grèce sur leur engagement ou non dans la remise en état de son économie. Selon elle, une décision sur un éventuel nouveau prêt est prévue avant la fin de l’année. Il faudrait que l’éventuel référendum ait lieu avant.
Pour elle, il n’y a que la Grèce qui peut aider la Grèce. « La plus grande question est de savoir quelle serait l’autre alternative concernant un référendum, celle que ceux qui votent « non » pourraient soutenir. Moi, je n’en vois pas », dit-elle.
Le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb
HS/B1

Editoriaux
« De nouvelles élections pour mesurer la confiance du gouvernement » HBL
« Les Grecs jouent à la roulette russe avec l’euro » AL
« La Grèce se lance dans un immense pari avec ce référendum » KS
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que le problème dans l’organisation d’un référendum est que les Grecs ne doivent pas bien savoir sur quoi il faudrait s’exprimer. Aamulehti estime que ce référendum grec plongerait l’Europe dans une grande instabilité.
HBL/16 AL

UNESCO – Palestine

« Le vote sur l’admission de la Palestine à l’Unesco a divisé les pays nordiques » HS
La Finlande, la Norvège et l’Islande ont voté pour l’admission de la Palestine à l’Unesco, la Suède s’y est opposée et le Danemark s’est abstenu.
Pour les Suédois, le processus de paix n’avance pas et une solution d’ensemble fait défaut. Le Premier ministre suédois, M. Reinfeldt, souligne que cette position ne correspond pas à la position du pays sur la question de savoir si la Palestine sera ou non un jour un Etat de plein droit. La Première ministre danoise souligne, elle aussi, que le gouvernement danois n’envisage pas de rompre sa promesse de soutenir la reconnaissance de l’Etat palestinien.
Le ministre finlandais des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que lorsque la question se posera aux Nations-unies il serait souhaitable que l’on s’entende sur une position commune tant dans l’UE que dans le cadre nordique.
HS/B4 UD

Editoriaux
« Il faut donner une chance à la Palestine » HBL
« La division affaiblit les pays nordiques » HS
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet relève que les pays nordiques se sont divisés lors du vote sur la participation de la Palestine à l’Unesco. La Finlande et la Norvège, ainsi que la France, étaient parmi les 107 Etats qui ont voté favorablement, alors que l’Allemagne, la Suède et 12 autres ont vote non.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que l’incapacité des pays nordiques à choisir des positions communes rend inefficaces les propos sur une coopération nordique en politique étrangère et de sécurité.
HBL/16 HS

Conseil nordique

Réunion du conseil ministériel du Conseil nordique
« Tensions au conseil nordique » HS
« Un conseil nordique sans intérêt » AL
Les premiers ministres nordiques se sont réunis hier à Copenhage. Aujourd’hui, c’est au tour des ministres des Affaires étrangères.
M. Tuomioja déclare dans Demari que la Finlande a proposé deus sujets à la réunion du conseil nordique : la coopération dans le réseau des représentations diplomatiques et la question de l’accord sur les ventes d’armement. M. Tuomioja souhaite aussi que les ministres nordiques discutent des questions d’actualité internationale et notamment du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord.
La correspondante de Helsingin Sanomat dans les pays scandinaves, Mme Kauhanen, estime que, dans la coopération nordique, tout va bien tant qu’elle semble ennuyeuse. C’est lorsque il y a des problèmes dans la coopération que l’on remarque le degré de l’intégration des pays nordiques, comme en témoigne les tensions entre le Danemark et la Suède après la décision danoise de renforcer le contrôle frontalier.
Aamulehti estime que l’Europe du Nord constitue un patchwork politique dans lequel les peuples nordiques s’entendent bien entre eux quels que soient leurs dirigeants.
HS/B4 HS AL UD

Politique intérieure

Présidents

Une nouvelle loi précise les services accordés aux anciens présidents
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement a commencé hier l’étude d’une nouvelle loi afin de préciser les services accordés aux anciens présidents de la République. La loi enterait en vigueur le 1er mars 2012, jour de la prise des fonctions du nouveau président, et concernera donc aussi Mme Halonen. L’ancienne loi a mentionné les services de sécurité et un bureau. Dans la nouvelle loi sont mentionnés aussi les services de transport et de secrétariat.
Le nombre d’anciens présidents en vie (MM. Koivisto, Ahtisaari et Mme Halonen) augmentera de deux à trois et le budget des frais de fonctionnement passera de 350 000 euros cette année à 560 000 euros en 2012. La retraite des anciens présidents (60 % de a rémunération annuelle) passera de 75 600 à 96 000 euros par an. La retraite, comme la rémunération, est exonérée d’impôts.
HS/A9

Vrais Finlandais

Nouveau scandale
Selon Helsingin Sanomat, l’assistante du député Juho Eerola des Vrais Finlandais, Mme Ulla Pyysalo admet avoir demandé l’adhésion au « mouvement finlandais de résistance » SVL (‘Suomen vastarintaliike’) il y a environ deux ans. Il s’agit d’une organisation néo-nazie.
« Je n’ai rien entendu venir depuis, je l’avais oublié », annonce Mme Pyysalo à HS. Elle dit avoir été attirée par le site de ce mouvement. « Je suis une patriote. » Elle ne sait pas encore si elle compte avoir quelque chose à faire avec le mouvement à l’avenir. A l’époque, Mme Pyysalo était membre du Parti du centre mais elle a été sommée de quitter le parti.
Selon le tabloïd Iltalehti, à la suite d’une fuite, les demandes d’adhésion de SVL ont été publiées sur internet lundi. Le mouvement est présidé par M. Henrik Holappa, qui a antérieurement quitté les Vrais Finlandais, parti trop libéral pour lui.
La présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, a estimé mardi que l’affaire était grave. Le conseil national du parti pourra l’étudier lors de sa réunion du 19 novembre. Selon elle, « ceux qui nuisent au parti peuvent être mis à la porte ».
HS/mar/A8, mer/A12

Négociations salariales

Le médiateur national a beaucoup de travail
Helsingin Sanomat relève que le médiateur national, M. Esa Lonka, reçoit aujourd’hui le syndicat et le patronat du secteur de l’informatique. Les employés des services de l’informatique menacent de commencer une grève le lundi 7 novembre.
Une grève des cadres supérieurs dans la technologie a commencé mardi matin dans plus de 40 grandes entreprises de technologie.
Il y a aussi des problèmes dans le secteur financier où la convention collective a expiré.
Selon le président du syndicat AKT du secteur portuaire et des transports, M. Timo Räty, il faut se mettre d’accord sur les augmentations salariales de cet automne avant de commencer les négociations sur l’accord cadre global.
HS/A12

Revenus et impôts

La presse publie les revenus et les impôts des principales personnalités du monde économique, politique, culturel et sportif.
HS

Défense

Les services psychiatriques proposés par la défense nationale jugés insuffisants
A la suite d’un décès survenu dans la brigade de Carélie à Vekaranjärvi, le président du syndicat des conscrits, M. Jussi Mäkinen, affirme que les services psychiatriques proposés aux conscrits sont insuffisants.
Quant au commandant de la brigade, le général de brigade Timo Kivinen, il précise que les trois cas de décès survenus en un peu plus d’un an à Vekaranjärvi sont des cas isolés.
Les questionnaires d’évaluation remplis par les conscrits à l’issue de leur service indiquent que la garnison de Vekaranjärvi est plutôt bien notée puisqu’elle a obtenu l’été dernier la note de 4,2 sur 5.
HS, KS/5

France – Finlande

Musique

Jane Birkin en concert à Helsinki, ce soir
Helsingin Sanomat a interviewé Jane Birkin qui se produira à Savoy, ce soir.
HS/C2

Concert de Jyväskylän sinfonia dirigé par Patrick Gallois
Kesksisuomalainen présente le concert de l’orchestre symphonique de Jyväskylä qui sera donné ce soir sous la direction de son chef, le flûtiste Patrick Gallois.
KS

Littérature

« Le village des collines de châtaigners »
Turun Sanomat publie une critique de l’ouvrage « Le village des collines de châtaigners – La vie dans le Sud de la France », publié par Anneli Vainio, chez Kirjapaja, cette année.
TS

Décorations

Concert
Helsingin Sanomat rend compte des remises de décoration du Mérite à Mmes Lindroos- Binham et Kajantie et à M. Joffre ainsi que des Arts et lettres à Mme Ladau-Harjulin.
HS/C2

France

Tourisme

Alsace
Turun Sanomat publie un reportage de Patrick Le Louarn sur l’Alsace.
TS

Le Pont du Gard
Turun Sanomat présente le site internet du pont du gard.
http://www.pontdugard.fr
TS

Mardi 1er novembre 2011

Politique étrangère et européenne

Euro - Crise de la dette

Le gouvernement veut que l’UE étudie la sortie d’un Etat de la zone euro
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a étudié, la semaine dernière, la proposition néerlandaise concernant la modification des traités européens qui permettrait de faire face à la sortie d’un Etat de la zone euro.
Le gouvernement finlandais est prêt à étudier cette éventualité qu’un Etat souhaite sortir de la zone euro. La grande commission a aussi discuté de ce projet.
Le gouvernement finlandais ne soutient en revanche pas la proposition néerlandaise consistant à envisager de diminuer les voix d’un Etat qui ne satisferait pas aux critères de santé budgétaire.
HS

Guantanamo – vols de la CIA

Un des vols « a disparu »
Helsingin Sanomat relève qu’un vol de Helsinki en Lituanie n’est pas inscrit dans le rapport du ministère des Affaires étrangères. Selon les enquêtes du parlement lituanien, ce vol avait toutefois atterri à Palanga en Lituanie. HS relève qu’il y a eu un centre de détention de la CIA en Lituanie.
Le vol aurait été commandé par Computer Sciences Corporation qui, selon l’organisation britannique Reprieve, aurait été une des sociétés écran de la CIA.
Selon Finavia, l’autorité finlandaise de l’aviation, il est possible qu’une ligne manque dans les bases de données qui ont été déplacées d’un programme à un autre.
HS relève que M. Tuomioja a dit, dimanche, que les autorités finlandaises ont épuisé leurs moyens d’enquêter sur les vols suspects. Selon lui, on doit compter sur les organisations de droits de l’homme pour étudier ces questions.
M. Paakkanen du service étranger de HS estime que les autorités font de leur mieux pour compliquer les enquêtes. Le ministère des Affaires étrangères ne souhaite pas révéler les noms des groupes ayant commandé les vols du fait que le ministère des Transports et des Communications estime que cette information entre dans le cadre des secrets commerciaux des entreprises.
L’office de sécurité des transports, Trafi, traîne à répondre à la demande de renseignements de HS (le quotidien attend depuis trois semaines) ainsi que de l’organisation Reprieve qui attend depuis six semaines. Selon la législation, il y a un délai de quatre semaines pour répondre à des demandes de renseignements, même difficiles.
M. Paakkanen s’étonne de la coïncidence qui fait qu’une erreur informatique a fait disparaître les informations concernant un vol sur lequel les autorités lituaniennes avaient demandé aux gardes-frontières d’omettre le contrôle douanier et frontalier.
HS/B1

« Amnesty demande de nouvelles informations sur les vols de transport de prisonniers » KS
L’organisation des droits de l’homme Amnesty estime que les autorités finlandaises disposent encore de moyens pour enquêter sur les vols suspects. L’organisation n’est pas satisfaite du rapport du ministère des Affaires étrangères et sa section finlandaise envisage de demander plus d’informations aux autorités finlandaises.
Amnesty souhaite notamment connaître le nombre de passagers sur ces vols, ainsi que l’ensemble de l’itinéraire et le nom des compagnies les ayant organisés.
KS

UNESCO

Admission de la Palestine à l’Unesco
Le directeur de l’unité Nations-Unies du ministère des Affaires étrangères Katri Viinikka a déclaré que la Finlande avait voté, hier, à paris, en faveur de l’admission de la Palestine à l’Unesco. La Finlande aurait souhaité une position commune des pays membres de l’UE, mais ils se sont divisés en trois groupes. Selon Mme Viinikkka, la Finlande aurait préféré que la question soit ajournée comme Mme Ashton a essayé de le négocier avec les représentants palestiniens. Mme Viinikka a précisé que si tous les membres de l’UE avaient décidé de s’abstenir, la Finlande l’aurait fait. La presse relève que les autres pays nordiques, la Suède et le Danemark se sont abstenus.
Mme Viinikka souligne que la Finlande considère que les Palestiniens remplissent les critères pour faire partie de l’Unesco. Ce vote est aussi conforme avec la position de la Finlande qui soutient une reconnaissance de l’Etat palestinien par les Nations-Unies, a précisé Mme Viinikkka.
La presse a aussi relevé, sans le commenter, le vote de la France en faveur de l’admission.
HS TS

Russie – Finlande

Le port d’Ust-Luga veut prendre des parts de marchés à Kotka
Kauppalehti rapporte que le directeur du port russe de Ust-Luga, dans le golfe de Finlande, souhaite concurrencer le port de Kotka qui accueille actuellement une grande partie des containers destinés au marché russe.
KL

Politique intérieure

Election présidentielle

Mme Essayah a accepté la candidature présidentielle des Chrétiens-démocrates
Helsingin Sanomat rapporte que Mme Sari Essayah (44 ans), parlementaire européenne, a annoncé hier lors d’une conférence de presse qu’elle était prête à assumer la candidature présidentielle des Chrétiens-démocrates. Le conseil national du parti désignera le candidat officiellement le 26 novembre.
Mme Essayah, de mère finlandaise et père marocain, fut championne du monde de marche en 1993 et championne d’Europe en 1994. Elle a été députée de 2003 à 2007, puis secrétaire générale des Chrétiens-démocrates avant d’être élue au Parlement européen en 2009.
En politique étrangère, Mme Essayah s’intéresse surtout au Proche-Orient et à l’Afrique du Nord. Elle s’oppose à l’adhésion de la Palestine à l’ONU. Au Parlement européen, elle a voté contre le droit à l’avortement. Quant à l’OTAN, elle estime qu’une adhésion n’est pas d’actualité.
Mme Päivi Räsänen, présidente des Chrétiens-démocrate, n’a pas voulu se présenter. Son prédécesseur, M. Bjarne Kallis, a annoncé qu’il était favorable à la candidature de M. Niinistö, candidat conservateur.
L’Alliance des gauches est le seul parti politique représenté au Parlement qui n’a pas encore décidé de désigner son propre candidat à l’élection présidentielle.
HS/A6

Joutes verbales sur l’OTAN
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat rapporte qu’au salon du Livre d’Helsinki, lors d’une table ronde réunissant les candidats à la présidentielle, M. Paavo Väyrynen et M. Paavo Lipponen ont clairement affirmé qu’il n’y avait pas lieu d’adhérer à l’OTAN. La position de M. Sauli Niinistö est moins claire. Pour simplifier, on pourrait dire que c’est un « oui, à moins que », estime Helsingin Sanomat .
L’éditorialiste conclut en précisant qu’au lieu d‘une dispute sur oui ou non une adhésion à l’OTAN, il aurait souhaité davantage d’analyses sur la direction qu’est en train de prendre la coopération européenne en matière de défense et quel est le rôle de la Finlande –et de l’OTAN – dans cette politique.
HS/A2

Défense

La surveillance frontalière se fera bientôt depuis une hauteur de cent mètres
D’ici deux ans, les drones renforceront la surveillance des frontières finlandaises. Selon le corps des gardes-frontières, l’acquisition des drones sera d’actualité au courant de l’année 2013.
Le corps des gardes-frontières étudie activement depuis deux ans les possibilités des différents appareils.
Printemps prochain, la défense nationale achètera des dizaines de drones. Le ministère de la Défense ne souhaite pas se prononcer sur ces acquisitions car elles sont encore en cours de négociations commerciales. Différents appareils ont été testés dans la région de Kemijärvi.
Le conseiller administratif au ministère de la Défense, M. Jouko Tuloisela, confirme qu’il s’agit d’une acquisition conséquente, sans pour autant préciser les quantités.
Des négociations ont eu lieu entre le ministère de la Défense et le corps des gardes-frontières sur d’éventuelles acquisitions communes, mais la différence de l’environnement d’utilisation pose problème.
« Chez nous, les drones viendront remplacer l’affaiblissement des nos capacités de fonctionnement en raison de l’interdiction des mines anti-personnel », explique M. Tuloisela.
TS/6

Mort d’un conscrit à Vekaranjärvi
Un jeune homme ayant commencé son service militaire en janvier dernier est mort dans la brigade de Carélie à Vekaranjärvi. A la suite d’une absence non autorisée d’une semaine, il était rentré dimanche à la caserne.Selon la défense nationale, il s’agit d’un conscrit décédé à la suite d’une blessure causée par un coup de feu. Il n’y a pas d’autres victimes, et il ne s’agirait pas d’un acte criminel.
C’est le troisième décès en un an dans la brigade de Carélie à Vekaranjärvi. Le commandant de la brigade, le général de brigade Timo Kivinen, affirme qu’il faut maintenant prendre les mesures qui s’imposent.
IS, HS

Economie

Les cadres dans l’industrie technologique se sont mis en grève
Helsingin Sanomat relève que le syndicat des cadre supérieurs YTN, ainsi que le patronat de l’industrie technologique ont rejeté lundi soir l’entente proposée par le médiateur national, M. Esa Lonka. La grève des cadres supérieurs a commencé ce matin à six heures dans plus de 40 grandes entreprises de la technologie, dont ABB, Metso et Wärtsilä. La grève concerne maintenant environ 10 000 personnes et dans une semaine environ 25 000 personnes.
Le litige principal concerne la façon dont les augmentations salaires sont réparties.
HS/A8

Augmentation des exportations en août
Turun Sanomat rapporte que les exportations ont augmenté en valeur en août de 11% par rapport à août 2010.
TS

Nucléaire

Le STUK défend la confidentialité de son rapport
Helsingin Sanomat relève que Greenpeace a saisi le tribunal administratif pour exiger que le STUK rende public son rapport sur la sécurité des centrales nucléaires.
Le STUK défend la confidentialité de son rapport sur la sécurité des centrales nucléaires.
TVO et Fortum ont remis leur propre rapport sur les tests de résistance exigés par l’UE. Selon le STUK, il n’y a pas de risque direct pour la sécurité.
HS

France – Finlande

Littérature

Michel Onfray en Finlande
« Je jouis, donc je suis » TS
Turun Sanomat publie une longue interview de Michel Onfray.
TS

Art contemporain

Christian Boltanski
Helsingin Sanomat rend compte du projet de Christian Boltanski autour des battements cardiaques qu’il enregistre en Finlande pour un ouvrage destiné à constituer des archives au Japon. Les enregistrements effectués en Finlande s’inscrivent dans le cadre d’un festival d’art contemporain IHME.
HS/C1

Culture francophone

Danse
Hufvudstadsbladet et Helsingin Sanomat publient chacun une critique favorable du spectacle belge De l’air et du vent à l’occasion du festival de danse Liikkeellä marraskuussa en cours.
HBL/18, HS/C3

Concert
Helsingin Sanomat a interviewé Cheikh Lô, musicien Burkinabé-Sénégalais qui se produira en concert ce soir à Savoy.
HS/C2
France

Société

« Paris veut des voitures électriques » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage sur les autolib à Paris.
HS

publié le 01/12/2011

haut de page