Revue de la presse finlandaise du lundi 20 juillet

Pour les revues précédentes, cliquer ici.


Situation sanitaire

7340 cas en Finlande – 328 décès

THL annonce aujourd’hui 7340 cas (+5 depuis hier et +39 depuis vendredi), contre 7335 (+17) dimanche et 7318 (+17) samedi.
Il y a 328 (-) décès, 6 (-) personnes hospitalisées dont 1 (-) en soins intensifs. THL actualise le nombre de cas chaque jour mais les autres chiffres seulement les lundis, mercredis et vendredis.
Thl.fi´

Europe

Samedi

« Selon Sanna Marin, les subventions devraient être au plus de la moitié du plan » HS /SAM

Vendredi matin, la Première ministre finlandais Sanna Marin (PSD) a précisé les positions de la Finlande sur le plan de financement de relance. « Ce serait un bon objectif pour nous de parvenir à une solution plus équilibrée, avec environ la moitié de prêts et la moitié, de préférence moins, de subventions », a déclaré Marin lors d’un briefing préalable à la réunion.
« Si la Finlande était seule à décider, nous ne ferions pas un paquet avec des subventions. Nous supposerions qu’il faut avancer avec des prêts. Mais il est également clair que la Finlande seule ne décidera pas de cela. Tous les pays doivent faire des efforts. Néanmoins, il est clair que nous voulons obtenir que les subventions soient nettement inférieures », a déclaré Marin.
Marin a déclaré qu’elle avait parlé aux dirigeants des Pays-Bas, de la Suède et de l’Italie avant la réunion. Selon elle, la Finlande partage les objectifs de financement de la relance avec les Pays-Bas, l’Autriche, la Suède et le Danemark.
Selon Marin, les exigences les plus importantes pour la Finlande sont, outre la réduction du montant des subventions, la réduction de la taille de l’ensemble du paquet. « Il est clair qu’aucun pays ne peut dicter le résultat. Il faut vraiment pouvoir faire des concessions et trouver un ensemble dans lequel tout le monde puisse s’engager. »
Selon Marin, l’ambiance à l’égard du budget de l’UE était plus optimiste qu’en février, lorsque la réunion précédente s’est soldée par un échec. « Désormais, les pays veulent clairement trouver une solution. Les pays estiment qu’il est dans l’intérêt commun de l’Europe de parvenir à un accord. "
HS

Dimanche

« Le paquet de relance bouge en direction des espoirs de la Finlande » AL

« Les dirigeants européens se dispute sur l’argent et l’état de droit » KS

« Le quatuor des frugaux fait pression sur les négociations – La Hongrie a effacé le principe de l’état de droit défendu par la Finlande » HS

Dans l’ensemble, la Finlande a été prudemment satisfaite du modèle de budget de l’UE pour 2021-2028 présenté lors de la réunion par Michel. Le niveau global du budget dans la nouvelle proposition était également d’environ 1 074 milliards d’euros.
Il convient de noter du point de vue de la Finlande que la nouvelle proposition a réduit le financement supplémentaire de 15 milliards d’euros pour le développement rural à 10 milliards d’euros. Le financement supplémentaire pour le financement de relance d’Horizon pour le programme de recherche et développement est également légèrement inférieur à ce qu’il était auparavant.
HS

Lundi

« Marin rejette l’idée d’un quintet des frugaux » HS

« La réunion pourrait encore se prolonger » AL

La Première ministre finlandaise Sanna Marin (PSD) a déclaré dimanche soir que la taille du plan de relance devait être réduite afin de parvenir à un accord. « Il est très clairt que la taille du paquet doit être réduite. Il est particulièrement important que la part des subventions soit plus modérée », dit-elle.
Dans la soirée, elle estimait qu’il serait possible de parvenir à un accord dans les négociations. « Il existe encore des différences entre les pays, il faut le reconnaître honnêtement. Personnellement, je vois aussi qu’il y a des possibilités de trouver un accord ici, s’il y a de la volonté », a déclaré Marin.
D’un autre côté, selon Marin, il y avait toujours la possibilité qu’il n’y ait pas de solution. Cependant, elle estime que les négociations ne seront pas facilitées par le fait que la négociation de l’accord serait reportée à l’avenir.
Selon la première ministre, personne ne freine l’accord et tout le monde est prêt à faire des concessions, mais il reste encore beaucoup de choses à négocier.
Le sous-secrétaire d’État aux Affaires européennes, Jari Luoto, a déclaré dimanche sur Twitter que Marin s’était entretenu ce matin avec le quatuor des frugaux, le Premier ministre italien et les pays baltes.
Dans le débat international, la Finlande a été classée comme le cinquième membre du quatuor des frugaux ce week-end. Marin conteste ces estimations et souligne que la Finlande n’appartient à aucun groupe. « La Finlande trouve des partenariats sur différentes questions avec différents pays. Nous ne faisons partie d’aucun groupe, mais bien sûr, nous travaillons à rendre le tout aussi bon que possible pour la Finlande », a déclaré Marin dimanche soir.
Selon le chancelier autrichien Sebastian Kurz, la participation de la Finlande aux négociations "donne plus de poids au groupe des frugaux et renforce sa position de négociation".
La Finlande ne s’est pas officiellement positionnée derrière le quatuor des frugaux.
« L’un des principaux axes de la politique européenne de la Finlande est que la Finlande n’a pas cherché à participer à des groupes bloquer, du moins publiquement, avec certains pays. Cela donne une image d’un État membre coopératif », a déclaré à HS Tapio Raunio, professeur de sciences politiques à l’Université de Tampere, avant le sommet.
La Première ministre a aussi réitéré l’importance de prendre en compte le respect de l’état de droit : « Il est très clair que le mécanisme de l’état de droit doit être inclus dans le cadre financier pluriannuel afin que nous puissions l’accepter ».
HS

Economie

« La crise économique en Allemagne se fera aussi sentir en Finlande » HS

L’économie allemande - comme l’économie mondiale dans son ensemble - est en difficulté historique en raison de la pandémie.
"La reprise économique sera prudente jusqu’à ce que le coronavirus soit mis sous contrôle ", déclare Annika Lindblad, économiste à la Banque de Finlande. Selon Jan von Gerich, analyste en chef de Nordea, il est possible de parler de plusieurs années avant que l’industrie allemande n’atteigne le niveau d’où nous étions partis. « J’ai terriblement peur que les pires nouvelles pour l’industrie et tous les effets de la crise ne soient pas encore visibles », dit-il.
Les perspectives de l’industrie sont importantes pour l’Allemagne et aussi pour la Finlande.
L’Allemagne est le premier pays industriel d’Europe et environ 20% de son PIB provient de l’industrie. Les chaînes industrielles allemandes sont importantes aussi pour la Finlande. Divers produits, machines et équipements sont exportés de Finlande pour être utilisés par l’industrie allemande.
L’Allemagne est le premier partenaire commercial de la Finlande. Environ 15% des exportations de biens de la Finlande et environ 9% des exportations de services y sont acheminés. Le commerce est principalement un commerce interentreprises.
Selon le directeur de la Chambre de commerce germano-finlandaise Jan Feller, le bien-être de l’économie allemande se reflétera tôt ou tard dans la situation de l’emploi en Finlande. « Environ un million d’emplois en Finlande dépendent des exportations et l’Allemagne est le principal pays d’exportation. Après tout, la situation économique en Allemagne se reflète dans les revenus des Finlandais. »
Donc, si l’industrie allemande s’enrhume, cela se fera sentir ici aussi.
Selon les douanes, les exportations finlandaises vers l’Allemagne se sont effondrées. Selon des données préliminaires, les exportations de biens vers l’Allemagne ont diminué de 52% en mai par rapport à la même période l’an dernier.
L’Allemagne s’est employée à sauver des emplois et à atténuer le choc causé par la pandémie avec un paquet de 130 milliards d’euros. C’est le plus gros investissement dans la reprise économique de l’histoire allemande et une sorte de changement de cap.
Le paquet comprend des mesures temporaires, telles qu’une réduction de la TVA jusqu’à la fin de l’année, mais aussi une stimulation des investissements futurs. Selon Feller, la chambre de commerce germano-finlandaise, les investissements dans les infrastructures numériques et énergétiques jouent un rôle clé à cet égard.
Selon Feller, les entreprises finlandaises ont une bonne opportunité de devenir des bénéficiaires indirects de ce plan de relance. La Finlande possède le type d’expertise qui manque à l’Allemagne, comme des experts en solutions numériques, en technologie de la santé et en distribution intelligente d’électricité, dit Feller.
HS

Résultats des sociétés cotées finlandaises

Plusieurs sociétés finlandaises cotées à la Bourse d’Helsinki ont annoncé leurs résultats du second trimestre vendredi.
Il existe de grandes différences entre les entreprises, mais d’après les rapports intermédiaires du second trimestre, le creux de la turbulence financière pourrait être passé.
Le résultat de la société pharmaceutique Orion a fortement augmenté alors que le résultat du groupe bancaire Nordea s’est à nouveau effondré en raison d’importantes provisions pour pertes. Les recettes publicitaires et les ventes nettes d’Alma Media ont nettement diminué. La société d’ingénierie Wärtsilä a des résultats qui ont diminué de moitié et la demande dans l’industrie des croisières en particulier a chuté.
La plus grande surprise a été Cargotec, dont l’action a augmenté de près de 14% vendredi. En effet, si les ventes nettes de Cargotec ont diminué de 17% le résultat opérationnel comparable a diminué de 33%, les ventes nettes et le résultat opérationnel ont été nettement meilleurs que ce que les analystes avaient prévu.
Le chiffre d’affaires de Kone en avril-juin était de 2,5 milliards d’euros, soit l’équivalent de l’année dernière, et le bénéfice d’exploitation de 316 millions d’euros, soit une augmentation de 3% par rapport à la même période l’an dernier.
Konecranes, fabricant d’équipements de levage estime à l’avance que ses performances d’avril à juin ont été bonnes au regard des conditions. Konecranes publiera son rapport intermédiaire la semaine prochaine.
HS

Partis politiques

La présidente du Centre fait une tournée en province

Helsingin Sanomat a suivi Katri Kulmuni, qui parcours le pays avant le congrès de son parti en septembre où elle est candidate à sa réélection comme présidente du parti.
Pour l’instant aucune autre candidature n’a été lancée. Néanmoins, comme l’indiquait une enquête de Yle, les deux tiers des centristes souhaiteraient que plusieurs candidats se présentent à la tête du parti.
Helsingin Sanomat qui a interrogé des militants rapportent que ces derniers expriment à la fois de la compréhension pour Kulmuni qui a démissionné du gouvernement et à la fois des critiques à son encontre.
contre elle.
HS

Politique étrangère

Biélorussie - Manifestation à Helsinki

Aamulehti rapporte qu’une vingtaine de personnes ont manifesté de la place du Sénat à l’ambassade de Biélorussie à Helsinki, dimanche.
Les Biélorusses de Finlande manifestaient pour exiger la démocratie lors des élections présidentielles qui auront lieu en août en Biélorussie.
AL

Pour les revues précédentes, cliquer ici.

publié le 21/07/2020

haut de page