Revue de la presse du lundi 12 février

Politique intérieure

Gouvernement

Echec de la réforme sur les congés parentaux
Helsingin Sanomat relève que la ministre de la Famille et des Services sociaux Annika Saarikko (Centre) a annoncé vendredi que le gouvernement avait échoué à se mettre d’accord sur la réforme des congés parentaux parce que le budget prévu par le gouvernement n’était pas suffisant.
Cela signifie que la partie consacrée aux pères, quatre mois selon le scénario des négociateurs, ne se réalisera pas. Le congé parental des pères sera maintenu à l’avenir à environ un mois comme aujourd’hui.
Selon Mme Saarikko, la réforme aurait causé des dépenses supplémentaires d’environ 100 millions d’euros à l’Etat et aux communes. Elle souligne toutefois l’importance d’une réforme des congés parentaux.
La réforme n’a pas été mentionnée dans le programme du gouvernement mais il y a eu beaucoup de pression de la part des autres partis politiques et des partenaires sociaux. Le gouvernement a décidé, lors des négociations sur le cadre budgétaire au printemps dernier, de commencer les négociations sur la réforme.
Sanni Grahn-Laasonen, ministre de l’Education, négociatrice pour le Rassemblement national, est très déçue de l’annonce de Mme Saarikko. Selon elle, son parti ne compte pas céder, vu l’importance de la réforme. Le président de l’association des jeunes du rassemblement national, Henrik Vuornos, a critiqué ardemment le résultat, « dû aux centristes réactionnaires ».
Le Premier ministre Juha Sipilä a annoncé samedi que le trio du gouvernement – lui-même, Petteri Orpo et Sampo Terho – évoquera la situation de la réforme lundi soir.
HS/sam/A10, dim/A10

Parlement

Motion de censure
Hufvudstadsbladet rapporte que les six partis de l’opposition – le PSD, les Verts, l’Alliance des gauches, les Vrais Finlandais, le Parti suédois et les Chrétiens-démocrates – ont déposé une motion de censure concernant l’inégalité dans l’enseignement à la suite des coupes budgétaires dans le secteur.
Il s’agit de la 14e motion de censure déposée en législature en cours et la quatrième concernant l’éducation. La date du débat sur la motion de censure n’a pas encore été annoncée.
HBL/sam/8

Parti du Centre

M. Väyrynen part en campagne
M. Väyrynen, parlementaire européen, a annoncé qu’il lançait sa campagne pour la présidence du parti du Centre.
Il se considère donc toujours candidat en dépit du fait que le bureau du parti a annoncé qu’il le considérait comme non éligible en raison de son appartenance à un autre parti politique, en plus du Centre.
Le Centre prépare par ailleurs une révision de ses statuts afin d’empêcher M. Väyrynen d’être candidat, quand bien même il renoncerait à son autre parti, rapporte Keskisuomalainen.
KS

Social

Accord concernant la convention collective des employés de l’Etat
Un accord a été obtenu, vendredi, dans les négociations concernant les conventions collectives des fonctionnaires. La nouvelle convention concernera la période allant du 1er février 2018 au 31 mars 2020.
La convention prévoit des augmentations salariales de 3,45 % au total, à l’instar de la convention du secteur communal. En avril 2018, une augmentation générale de 1 % et une augmentation locale de 0,6 % est prévue, suivie d’une augmentation générale de 1,1 % d’une part locale de 0,75 % en avril 2019.
Comme pour le secteur communal, les parties se sont mis d’accord sur une prime forfaitaire d’un peu plus de 9 % du salaire mensuel à verser en janvier 2019.
La fonction publique de l’Etat compte environ 73 000 personnes, dont la plupart sont fonctionnaires. Il y a environ 7 000 contractuels. Le secteur de la sécurité (défense, police, pénitentiaire) emploie environ 30 000 personnes.
HS/A14
http://vm.fi/artikkeli/-/asset_publisher/valtion-neuvottelutulos-sopimuskaudelle-2018-2020

Accord sur le secteur communal
Les journaux continuent l’analyse de l’accord obtenu concernant les employés communaux. Les infirmières auraient souhaité obtenir une convention à part qui ne concerne que leur secteur et non pas l’ensemble des employés communaux. De ce fait, des expressions de mécontentement ont été entendues parmi les aides soignantes et infirmières.
A noter que la menace de grève concernant cinq ports, annulée vendredi, concernait également le fait que les ouvriers de ce secteur ne disposaient pas de leur propre convention mais devaient suivre celle du secteur communal. Ils ont donc obtenu satisfaction et auront bientôt leur propre convention, ce qui devrait leur permettre d’avoir de meilleures augmentations selon Keskisuomalainen.
Outre des augmentations de niveau plus élevé que l’industrie exportatrice, les employés communaux ont obtenu par exemple le droit de s’absenter pendant quatre jours en cas de maladie d’un enfant jusqu’à douze ans (contre un plafond de 10 ans jusqu’à présent).
Concernant la prime forfaitaire, HS estime que les salariés peuvent se vanter d’avoir obtenu un peu plus que les employés du secteur privé, et le patronat peut affirmer avoir maintenu le niveau général et dire que, pour la prime, il s’agit de récompenser l’efficacité amélioré (et non pas de compenser la perte des primes de congé).
Le Premier ministre, Juha Sipilä, a dit qu’il s’agissait de reconnaitre l’efficacité du travail dans le secteur public.
HS/sam/A11, KS/sam/36

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le fait que la convention collective du secteur communal sera en vigueur jusqu’en mars 2020 est lié au fait que la réforme des régions et celle des services sociaux et de la santé sont prévues entrer en vigueur début 2020.
Une partie des personnels des communes sera à ce moment transférée dans le cadre des régions et, notamment dans les services de santé, vers le privé.
HS/sam/A4

Négociations encore en cours
Le secteur du commerce et celui des services immobiliers continuent encore les négociations.
KS/sam/36

Politique étrangère et européenne

Finlande – Ukraine

M. Soini en Ukraine
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini se rendra en Ukraine pour rencontrer son homologue, les 5 et 6 mars, à Kiev.
KS

Brexit


Propos du ministre des Affaires européennes

Le ministre de l’Europe, de la Culture et du Sport, Sampo Terho (Avenir bleu), estime qu’il faudra que la sortie de la Grande-Bretagne se reflète sur l’ensemble du financement de l’UE. Il faut, selon lui, que le budget diminue lorsque l’UE diminue elle aussi.
Pour lui, le plus simple serait de supprimer des fonctions qui ne sont pas absolument indispensables. Il évoque à ce titre les sessions du Parlement européen à Strasbourg.
Il estime par ailleurs qu’il faudrait oser mettre fin à des organes qui ne sont pas indispensables et propose de commencer par le Comité des régions.
HBL/lun/9

Union européenne

Cadre financier pluriannuel
Suomenmaa, organe du Centre, rapporte qu’Anneli Jäätteenmäki, centriste et parlementaire européenne de l’ALDE, souligne l’importance des préparatifs du cadre financier pluriannuel pour la Finlande.
Mme Jäätteenmäki estime qu’il est naturel que le point de départ de la Finlande, contributeur net, est qu’elle ne veut pas augmenter sa part du budget. Elle souligne toutefois qu’il faut étudier la question au moment où on connaitra le niveau des contributions.
Mme Jäätteenmäki pense que l’Union européenne est devant de nouveaux défis, comme la politique d’asile et la surveillance commune des frontières et elle estime qu’il faut réserver un budget à ces fins. « J’estime qu’il est important d’effectuer une coopération européenne dans ces questions. Il y a une politique commune il faut aussi financer cette politique avec des frais communs. »
Il faut aussi se préparer à des coupes budgétaires pour remplir le trou que laissera le Brexit. Il est probable qu’il y a aura des coupes dans les secteurs importants pour la Finlande, dont la politique régionales et l’agriculture qui aspirent la plupart du budget de l’UE.
La parlementaire européenne Sirpa Pietikäinen de l’EPP, qui représente le Rassemblement national, s’étonne que les Finlandais parlent peu de la diminution du budget européen, vu qu’elle touchera surtout les secteurs agricole et régional.
Selon Mme Jäätteenmäki, le cadre financier pluriannuel a un lien avec la situation difficile de l’Etat de droit en Pologne.
Jyrki Katainen, vice-président de la Commission, estime qu’il n’est pas exagéré d’exiger que ceux qui demandent de l’argent des autres citoyens européens appliquent les valeurs fondamentales qui engagent tous les Etats membres.
SM/ven/15

Editorial

« Les capacités de négociations de la Finlande se grippent » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat regrette que la Finlande a « longtemps cru être dans le même groupe que l’Allemagne pour défendre la politique irréaliste selon laquelle on pouvait demander un plus petit budget européen en exigeant d’avoir les mêmes aides européennes en retour. »
L’éditorialiste estime que la Finlande était considérée avant dans l’UE comme un pays qui savait bien deviner ce qui se décidait en coulisses et pouvait influer les décisions en sa faveur. Si la Finlande va négocier avec une telle position et doit capituler, cela sera une preuve de plus du fait que ses talents de négociations au niveau européen se sont rouillés ces dernières années, conclut HS.
HS

Allemagne

Editoriaux
« Il est important que l’Allemagne se dote enfin d’un gouvernement » KS
« La politique européenne de l’Allemagne risque de poser problème à la Finlande » KL

Pour Kauppalehti, la position de l’Allemagne favorable à la création d’un fonds monétaire européen pourrait être difficile pour la Finlande qui aura du mal à s’y opposer toute seule.
« Le gouvernement finlandais a fixé ses objectifs européens à l’automne. Les positions allemandes pourrait nécessiter un amendement de sa ligne par le gouvernement finlandais. Le ministre des Finances Petteri orpo a entrouvert cette poste, juge KL.
KL

Politique de développement

Les acquisitions du secteur représentent un marché important
Helsingin Sanomat rend compte des chiffres concernant le marché d’acquisition des organisations et établissements de financement du secteur du développement. La banque mondiale a utilisé plus de 77 milliards de dollars à des acquisitions du domaine du développement de 2010 en 2015. Compte tenu de l’ONU et des banques de développement asiatiques, africaines et de l’Amérique latine, la somme frôle les 260 milliards de dollars.
Selon le ministère des Affaires étrangères, ces cinq instances utilisent tous les ans environ 50 Mrds de dollars soit 40 Mrds d’euros dans des acquisitions relèvent du développement. Si on tient compte des acquisitions de l’UE et d’outres organisations, on peut parler d’un marché s’élevant à 100 à 150 milliards de dollars par an.
Les domaines concernés sont des secteurs de compétence des Finlandais : l’énergie, l’eau, l’éducation, la santé et les technologies avancées en général.
Les réussites [des entreprises finlandaises] ont toutefois été modestes.
Kai Mykkänen, ministre sortant du Commerce extérieur et du Développement (Rassemblement national), note qu’il est clair que la Finlande (aussi bien l’Etat que les entreprises) est bien plus passive dans ce domaine que le Danemark et les Pays-Bas.
La Finlande souhaite un changement en la matière. Selon M. Mykkänen, ces acquisitions représentent un potentiel de plusieurs milliards d’euros par an pour des entreprises finlandaises.
Il estime que si les Finlandais réussissent à faire des partenariats avec des pays comme le Vietnam ou le Nigeria qui sont en croissance rapide, il pourrait s’agir de sommes encore plus importantes dans l’avenir.
La politique de développement finlandaise et celle des autres pays nordiques est en transition. Traditionnellement, les Finlandais et les Suédois ont considéré qu’il ne convient pas de confondre la coopération au développement et le commerce.
M. Mykkänen a créé au ministère des Affaires étrangères un groupe de travail pour réfléchir aux façons d’intégrer les entreprises finlandaises dans les acquisitions internationales en matière de développement. Le commerce a été introduit à côté du travail traditionnel en matière de coopération au développement.
Les entreprises disposent de plus en plus d’instruments de financement qui les aident à obtenir des projets privés et étatiques qui leur servent de références nécessaires pour des projets plus importants du domaine du développement. Il s’agit de Pif, Beam ou Finnfund, ou encore du fonds climatique que la Finlande a mis en place avec le groupe de financement IFC de la Banque mondiale.
HS note qu’à Otaniemi (Espoo) a vu le jour un laboratoire de technologies innovantes. D’autres seront crées en Malaysia, en Egypte et en Inde.
M. Mykkänen souligne l’importance pour les entreprises finlandaises d’être sur place dès avant que la banque mondiale ou l’ONU lancent leur appel d’offres. Pour mieux être au courant des évolutions, le ministère des Affaires étrangères a mis en place des projets pilotes en Ethiopie, en Zambie et au Vietnam. Il s’agit d’étudier comment les entreprises finlandaises pourraient participer aux acquisitions des instances internationales dès le début.
HS/ven/A28-29

Mme Virolainen en voyage au Koweït dès mardi
Mme Anne-Mari Virolainen devient aujourd’hui ministre du Commerce extérieur et du développement, en remplacement de M. Mykkänen nommé à l’Intérieur.
Elle se rendra dès demain au Koweït pour participer à une conférence sur la reconstruction de l’Irak.
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat elle exprime son enthousiasme en faveur de la promotion du commerce extérieur finlandais et défend aussi la politique de développement du gouvernement, en dépit des diminution de l’aide publique ces dernières années.
HS

Migration

M. Mykkänen prêt à augmenter le quota de réfugiés
Kai Mykkänen, qui aujourd’hui devient ministre de l’Intérieur, estime que si l’UE arrive à se mettre d’accord sur la question des quotas, la Finlande pourrait accueillir dix fois plus de réfugiés qu’actuellement. Le quota a été de 750 à 1050 ces dernières années.
Il faudrait néanmoins que l’UE sur un front vaste s’efforce de trouver une solution dans laquelle les quotas représentent le premier moyen de demander l’asile dans l’UE. Selon M. Mykkänen, il faut trouver des solutions qui sont meilleures que le traffic de personnes. Il note qu’actuellement, la demande d’asile est restreinte aux personnes qui en ont les moyens financièrement.
Outre un accord en la matière au niveau européen, M. Mykkänen souligne l’importance des orientations du gouvernement national. Il n’envisage pas de promouvoir des réformes importantes tant que les autres Etats membres ne souhaitent pas modifier leur politique.
Le groupe parlementaire des Vrais Finlandais rejette d’emblée la proposition de M. Mykkänen et rappelle qu’il y a des milliers de personnes en situation irrégulière en Finlande.
Concernant la sécurité intérieure, M. Mykkänen considère l’exclusion des jeunes comme la menace la plus importante. Il souligne l’importance d’augmenter le taux d’emploi.
HBL/lun/9, KS/sam/21

Défense

Pour le ministre de la Défense, Jussi Niinistö, « La coopération avec les Etats-Unis est indispensable pour la capacité de défense »
Le ministre de la Défense, Jussi Niinistö, souligne que la coopération entre la Finlande et les Etats-Unis renforce la capacité de défense et augmente le seuil de menace militaire contre la Finlande. Néanmoins, ce n’est pas pour autant que les Etats-Unis pourront offrir des garanties de sécurité juridiques à la Finlande qui n’est pas membre de l’OTAN.
« Une capacité de combat commune des Etats-Unis et de la Finlande consolide la pratique finlandaise à donner et recevoir une aide internationale et à participer à la gestion des crises internationales », estime le ministre.
« Sur le plan général, un avion américain de ravitaillement en vol KC-135 pourrait ravitailler des chasseurs F-18 finlandais et cela a d’ailleurs déjà été fait », affirme Niinistö.
Ce même KC-135 avait atterri en Estonie la semaine dernière pour participer à des exercices de ravitaillement de chasseurs F-16. L’exercice a cependant été annulé en raison du mauvais temps.
« La Finlande ne possède pas d’avions de ravitaillement en vol en raison de ses faibles ressources et, en effet, nous étudions la question de temps en temps », relate le ministre.
« La Finlande renforce la coopération en matière de défense conformément aux lignes directives du Livre blanc », affirme Niinistö. Une collaboration avec la Suède, les Etats-Unis et l’OTAN aura une influence sur le contenu et la quantité de la coopération en matière de formation et de manœuvres. L’accent est mis sur des exercices internationaux d’envergure. En ce qui concerne l’armée de l’air, cette année nous participerons, pour la première fois, à l’exercice Red Flag aux Etats-Unis avec nos F-18 Hornet ».
AL04.02/A11

Arrivée discrète des obusiers antichar coréens en Finlande
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö (bleus) a réceptionné, la semaine dernière, deux des 48 obusiers antichar vendus d’occasion à la Finlande par la Corée du sud pour le prix de 146 millions d’euros. Ces obusiers devraient remplacer en partie le matériel d’artillerie qui arrivera au bout de son cycle de vie dans les années 2020-2030.
« Ces obusiers antichar offrent à l’armée de terre la capacité d’artillerie ambulante souhaitée. Les guerres récentes, y compris celle en Ukraine ont démontré qu’une capacité de déplacement rapide est avantageuse », affirme le ministre de la défense Jussi Niinistö.
Les derniers obusiers de cette acquisition seront livrés en Finlande en 2024.
KS9.2/16

« La Crimée a influencé les lois finlandaises », prétend le ministre de la Défense, Jussi Niinistö
Coopération en matière de défense : La marine finlandaise opte pour un système de torpilles commun avec la Suède
« L’invasion de la Crimée a changé la loi sur la surveillance territoriale et le code pénal de la Finlande l’année dernière », a dit le ministre de la Défense, Jussi Niinistö dans son discours lors de la soirée organisée par la Fondation de la défense nationale de Keski-Suomi à Jyväskylä.
Il a notamment rappelé que le panorama des guerres et crises a été modifié. L’invasion de la Crimée par exemple, a été opérée par des troupes non identifiés, c’est-à-dire par des « bonhommes verts ».
En conséquence, la Finlande a modifié ses lois. La loi sur la surveillance territoriale peut désormais être appliquée sur une menace non étatique.
Niinistö a également souligné l’importance de l’acquisition de torpilles suédoises de Saab pour les futures corvettes. « Nous aurons ainsi un système de torpilles commun avec la Suède », se réjouit le ministre.
KS9.2/17

France

Paris

« Le froid et la neige rendent la vie difficile aux Parisiens » HS

Nucléaire

« Selon la France, le rutenium venait de Maïak » HS

publié le 16/02/2018

haut de page