Revue de la presse du vendredi 5 octobre

Politique étrangère et européenne

France – Finlande - Défense

Signature d’une lettre d’intention pour une coopération de défense bilatérale

Keskisuomalainen rapporte que les ministres de la défense de la Finlande et de la France ont signé hier à Bruxelles une lettre d’intention sur la coopération bilatérale de défense. Cet accord permettra de développer la coopération bilatérale, s’est réjouit le ministre finlandais Jussi Niinistö.

Il souligne que la Finlande a signé de nombreux accords bilatéraux des derniers temps. L’un des plus récents est celui fait avec la Norvège la semaine dernière.
« Nous avons saisi ces opportunités. La Finlande est considéré comme un partenaire intéressant », déclare-t-il.

M. Niinistö souligne que l’accord conclu avec la France est particulièrement significatif parce que c’est le pays leader dans la coopération européenne de défense. « Il est bon d’être dans le même train que l’armée qui est probablement celle qui dispose des meilleurs capacités en Europe », se réjouit Jussi Niinistö.
KS

Ouverture à la concurrence des trains régionaux

Un groupe de Hong Kong participe à l’appel d’offres

Helsingin Sanomat rend compte de la visite en Finlande du représentant des fonctions européennes d’un groupe de Hong Kong, MTR, qui est une des sept entreprises à participer à l’appel d’offres concernant l’organisation des transports en train régionaux de la région de la capitale.

Une décision concernant l’appel d’offres devra être prise en 2020.

Ce groupe serait également intéressé par le projet de train rapide entre Helsinki et Turku.
HS/A17

Politique intérieure

Gouvernement

Editorial : « Le Centre est au gouvernement seulement s’il occupe le poste de Premier ministre »

Dans un éditorial, Suomenmaa, organe du Centre, analyse les coalitions gouvernementales en Finlande depuis l’indépendance en 1917.

Jusqu’en 1937, la Finlande a été gouvernée quasi exclusivement par des coalitions du Centre et des partis de droite. En 1937, le Centre et le PSD ont formé leur premier gouvernement « rouge-terre » et ces deux partis ont ensuite formé la plupart des gouvernements pendant 50 ans.

En 1987, le président Mauno Koivisto a nommé le premier gouvernement « bleu-rouge » d’Harri Holkeri (Rassemblement national), soit une coalition du Rassemblement national et du PSD.

Si le gouvernement Sipilä reste au pouvoir jusqu’aux élections législatives d’avril prochain, le Rassemblement national aura été au gouvernement pendant 28 ans, dont huit ans comme parti du Premier ministre.

Sur la même période, le PSD a été au gouvernement pendant 20 ans dont huit en occupant le poste de Premier ministre.

Le Centre aura passé 16 ans au gouvernement et toujours en occupant le poste de Premier ministre.

Le sort du Centre a donc été soit d’arriver premier aux élections et d’obtenir le poste de Premier ministre, soit d’être relégué dans l’opposition, conclut l’éditorialiste.
SM/4

Changement de l’heure

THL favorable à l’heure d’hiver

Helsingin Sanomat relève que l’agence nationale de la santé et du bien-être THL propose que la Finlande, pour des raisons de santé, adopte l’année prochaine définitivement l’heure d’hiver, soit le temps normal du fuseau horaire de la Finlande.

Le sondage organisé par le ministère des Transports et de la Communication à ce sujet sur le site otakantaa.fi (« exprimez-vous ») est encore ouvert jusqu’à vendredi prochain.
HS/A8

Réforme des services sociaux et de santé

M. Puska a décidé de céder devant la pression

Helsingin Sanomat rapporte que le député centriste Pekka Puska, membre de la commission des affaires sociales et de la santé du Parlement, a annoncé jeudi qu’il voterait en faveur de la réforme Sote.

Il aurait voulu inclure l’hôpital de Vaasa parmi les hôpitaux qui assurent une large gamme de soins d’urgence. Les députés du Rassemblement national et du Centre ont ensuite fait beaucoup de pression sur lui, exigeant qu’il abandonne sa proposition en faveur de l’hôpital de Vaasa.
HS/A8

Projet de loi concernant le licenciement


Le Premier ministre affirme n’avoir trahi aucune promesse

Le Premier ministre Juha Sipilä insiste sur le fait que des réformes ont bien été préparées en coopération avec les partenaires sociaux. Selon lui, la question du licenciement a été évoqué lors d’entretiens tripartites à trois reprises mais, comme il n’y a pas eu d’accord en la matière, il a fallu que le gouvernement avance. Il insiste sur le fait que le gouvernement ne pourra jamais accorder de droit de veto à une des parties du dialogue social.

Il rappelle également la responsabilité des pouvoirs publics de s’occuper de l’emploi.
KL/9

Les grèves s’étendent

La grève des heures supplémentaire s’étendra au secteur de transports à partir de la semaine prochaine si le gouvernement ne retire pas son projet sur le licenciement. Les ports et l’aviation seraient concernés et les exportations ainsi touchées.

Le syndicat du secteur des transports donne au gouvernement jusqu’à lundi minuit pour revenir sur son projet.

Les dockers font traditionnellement beaucoup d’heures supplémentaires et beaucoup du travail de maintien des avions se fait également en heures supplémentaires.
HS/A15

Médias

La plupart des Finlandais ont confiance dans les médias traditionnels

Helsingin Sanomat rend compte d’une étude selon laquelle la plupart des Finlandais sont influencés par l’image que donnent les médias traditionnels (Yle, Helsingin Sanomat, journaux de province et locaux, entre autres) sur les crimes violents.

Or, un tiers des personnes interrogées estiment que les médias protègent certains groupes, l’élite et les immigrés notamment, dans la couverture médiatique de ce type de crimes et 20 % des Finlandais estiment que les médias traditionnels minimisent le nombre des crimes violents.

En même temps, 7 % des Finlandais estiment que les « médias alternatifs » (MV-lehti, Hommaforum, etc.) donnent une idée réaliste de la criminalité violente.
Le moins les personnes interrogées disposaient de formation, les plus elles étaient critiques à l’égard des médias traditionnels.

Dans toutes les catégories, la majorité des personnes avaient toutefois confiance dans les médias traditionnels et se méfiaient de la crédibilité des informations diffusées sur les réseaux sociaux et dans les sources d’information alternatives.

L’étude montre plus généralement que les Finlandais ont une impression erronée sur la violence. 70 % pensent que les actes violents ont augmenté alors que dans la réalité, le nombre des homicides a diminué dans les années 2000 et le risque d’autres actes violents est resté le même.

Ceux qui suivaient les sources alternatives pensaient le plus souvent que la violence avait augmenté.
HS/A11

publié le 05/10/2018

haut de page