Revue de la presse du vendredi 4 octobre

Politique étrangère et européenne

Finlande – États-Unis

Visite du Président Niinistö à Washington
Éditoriaux
”Une partie des résultats est restée derrière les portes” HS

« Une visite à l’ombre des accusations »
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la conférence de presse n’a pas été le reflet du contenu de la visite aux États-Unis du Président Niinistö. Pour mieux se rendre compte de l’état actuel des relations entre les deux pays, il faut essayer de voir au-delà la conférence de presse télévisée.
L’éditorialiste estime que la Finlande, consciente de sa taille, ou de son poids, a intérêt à n’évoquer qu’une sélection restreinte de sujets sur lesquels elle peut espérer influer lors d’entretiens bilatéraux. La Finlande constitue ainsi un partenaire de négociation plus facile que, par exemple, de grands pays tels que la France ou l’Allemagne.
Selon l’éditorialiste, le message essentiel de M. Niinistö est que l’Europe et les États-Unis doivent continuer de coopérer sur tous sujets relatifs à l’économie, la politique et la sécurité.
Il rappelle que M. Niinistö a récemment rencontré ses homologues russe, ukrainien et américain et que l’on peut en déduire qu’Helsinki est informée de ce que pensent les principaux dirigeants pensent des tentatives pour atténuer la crise ukrainienne.
Selon l’éditorial du Turun Sanomat, le président Trump a déjà reçu plus de 200 présidents ou Premiers ministres à la Maison Blanche. Les invités peuvent difficilement anticiper le sort qui leur sera réservé lors de la partie publique de la visite.
Après l’expérience de la rencontre entre les présidents Trump et Poutine à Helsinki à l’été 2018, M. Niinistö pouvait s’attendre à une conférence de presse imprévue.
Le rôle réservé à M. Niinistö lors de la conférence de presse commune fut celui d’un témoin passif. Il a toutefois joué ce rôle avec élégance.
Il ne faut pas oublier que lors des rencontres des présidents la partie publie et les tête-à-tête sont deux choses différentes. Ce qui s’est dit lors de l’entretien privé de deux heures entre les deux présidents est plus important du point de vue finlandais que le Trump show de la conférence de presse.
HS/A4, TS/2

Un tête-à-tête de deux heures
Les médias finlandais rendent compte des sujets évoqués lors de l’entretien entre les deux présidents qui a duré presque deux heures. Les deux hommes ont évoqué leur préoccupation commune concernant l’augmentation des tensions dans la région arctique. L’impact des émissions de noir de carbone sur l’environnement, souvent évoqué par M. Niinistö, mentionné dans la déclaration commune, les deux pays s’engageant à des efforts pour les réduire.
M. Niinistö a souligné l’importance de la coopération transatlantique en constatant que les États-Unis avaient aussi besoin de l’Europe et qu’il ne s’agissait pas uniquement de l’inverse.
Selon M. Niinistö, l’Ukraine n’a pas été évoquée, et la Russie un peu seulement.
HS/A6

Analyse : « M. Trump souhaiterait que l’Europe et la Finlande fassent partie de la sphère d’intérêts technologique des États-Unis » HS
Jussi Pullinen du Helsingin Sanomat estime que dans le contexte de la guerre commerciale que le Président Trump fomente à l’égard de la Chine, et de la lutte contre Huawei, les États-Unis souhaiteraient que l’Europe aussi bannisse le groupe chinois et favorise les appareils européens, dont les principaux fabricants sont Ericsson et Nokia.
HS rappelle que dans la délégation de M. Niinistö, il y avait la ministre des Transports et des Communications, Sanna Marin.
Pour l’auteur, M. Niinistö a réussi à esquiver les tentatives de pression de M. Trump en exposant que les questions liées à la sécurité [concernant Huawei] relevaient de l’UE, et que les questions sur Nokia pouvaient être adressées à Nokia. Ainsi, M. Niinistö n’a pas eu à prendre position sur le jeu entre des grandes puissances.
Pour les États-Unis, il serait important que l’Europe fasse partie de sa sphère d’intérêts technologique.
Du point de vue européen, l’essentiel serait toutefois de favoriser la création de technologies purement européennes. De fait, Nokia et Ericsson comptent parmi les rares entreprises européennes du secteur. L’auteur rappelle cependant que ces groupes utilisent de la technologie américaine. Il n’est ainsi pas surprenant que dans leur déclaration commune, les deux présidents insistent sur la coopération d’avenir dans le domaine de la 5G, de la 6G et de l’intelligence artificielle.
HS note que M. Niinistö a mentionné à M. Trump les recommandations que la Commission européenne est en train de rédiger concernant l’évaluation du risque lié aux technologies 5Gg.
HS/A8

Finlande - Éthiopie

Le Président Niinistö
Selon le Turun Sanomat, le Président Niinistö effectuera sa première visite d’État en Afrique, précisément en Éthiopie, les 15 et 16 octobre.
Il aura un entretien avec la présidente Zahle-Work Zewde à Addis Abeba le 15 octobre. Il rencontrera également le Premier ministre Abiy Ahmed et prononcera un discours lors d’une conférence sur le changement climatique, ainsi qu’à un événement sur le rôle des femmes dans l’économie, avec Mme Zewde et la directrice générale de UN Women, Phumzile Mlambo-Ngcuka.
M. Niinistö rencontrera le président de la commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat le 16 octobre.
TS/11

Economie

Prévision de la Banque de Finlande
La Banque de Finlande estime que l’aggravation de la guerre commerciale nuirait à la croissance économique de la zone euro. Dans le pire des cas, elle pourrait diminuer de 2,5 points et engendrer une récession difficile. La croissance des Etats-Unis diminuerait d’1,5 point et celle de la Chine de 2,5 points.
Selon la Banque de Finlande, il est impossible d’évaluer la probabilité de ce scénario.
HS/A31

Politique intérieure

Emploi

« Un quart des agents de surface sont d’origine étrangère » HS
Selon le Centre national d’études scientifiques, la plupart des employés du secteur du ménage dans la région de la capitale sont des personnes d’origine immigrée.
Il est plus fréquent que les immigrés de la première génération travaillent dans ce secteur que les personnes qui résident en Finlande depuis plus longtemps.
Le taux d’emploi des immigrés qui sont en Finlande depuis 1 à 3 ans s’élève à 40%, alors que celui des immigrés qui sont là depuis au moins 15 ans s’élève à 60%.
HS/A15

Partis politiques

Éditorial : « Les Vrais Finlandais encore en hausse »
Dans son éditorial, le Hufvudstadsbladet estime, à la lumière des résultats du sondage publié jeudi, que les Vrais Finlandais sont devenus clairement le premier parti de l’opposition. La différence entre eux et le Rassemblement national (Kokoomus) est proche de 4 % actuellement.
Pendant ses premiers mois dans l’opposition, le président du Rassemblement national Petteri Orpo a essentiellement critiqué la politique économique du gouvernement mais apparemment cela n’intéresse pas beaucoup les électeurs.
Les arguments des Vrais Finlandais sur beaucoup de sujets, dont la mondialisation, l’immigration et le climat, se distinguent nettement de ceux des autres partis, les rendant d’autant plus perceptibles par les électeurs.
Les intentions de vote en faveur des Verts, qui s’opposent souvent aux Vrais Finlandais, sont également en hausse. Il n’est pas impossible que les Verts, qui ne sont plus qu’à 1,1 point derrière le PSD, deviennent un jour le pari le plus populaire du gouvernement.
HBL/4

publié le 04/10/2019

haut de page