Revue de la presse du vendredi 10 juillet

Pour les revues précédentes, cliquer ici.


Situation sanitaire

7279 cas en Finlande – 329 décès
THL annonce aujourd’hui 7 279 (+6) cas, 329 (-) décès, 6 (-13) personnes hospitalisées dont 0 (-2) en soins intensifs. THL actualise le nombre de cas chaque jour mais les autres chiffres seulement les lundis, mercredis et vendredis.
Thl.fi

La Finlande va acheter de nouveaux équipements de protection pour 100 millions d’euros
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a demandé au Centre finlandais de sécurité d’approvisionnement (IGC)d’acquérir des équipements de protection d’une valeur d’environ 100 millions d’euros. Les approvisionnements doivent être effectués principalement fin septembre.
Le ministère écrit dans le communiqué de presse que bien que la situation du coronavirus soit actuellement calme, nous devons continuer à nous préparer à une augmentation de la consommation d’équipements de protection.
Yle

Partis politiques

Annika Saarikko est plus populaire que Katri Kulmuni pour la présidence du Centre
Dans une enquête réalisée par Yle auprès des centrsites, la ministre des sciences et de la culture Annika Saarikko reçoit plus de soutien pour la présidence du parti que l’actuelle présidente Katri Kulmuni.
Annika Saarikko reçoit le soutien de 47% des personnes interrogées contre 38% pour Katri Kulmuni est de 38%.
Yle

Gouvernement

Le gouvernement élargit le tourisme en Finlande, mais les entrepreneurs disent qu’il ne sauvera pas la saison d’été
La décision du gouvernement cette semaine d’ouvrir les voyages de plusieurs pays européens vers la Finlande était attendue depuis longtemps par les entreprises touristiques. Cependant, beaucoup dans l’industrie croient que son impact sera limité pour cet été.
"Bien sûr, il était bon que le tourisme de davantage de pays soit ouvert, mais quatre des cinq pays d’origine les plus importants [Allemagne, Suède, Grande-Bretagne, Russie et Chine] sont toujours fermés", a déclaré Timo Lappi, directeur de MARA, organisation des employeurs des services de tourisme et de restauration.
En période d’incertitude, le tourisme domestique en Finlande s’est intensifié, mais cela ne suffit toujours pas à combler le manque à gagner pour le secteur. « Nous sommes vraiment ravis que les Finlandais soient partis en vacances en Finlande, mais nous ne pouvons pas parler d’un boom touristique. C’est un été difficile pour nos entreprises ».
Paavo Virkkunen, directeur de Visit Finland, ne pense pas non plus que la fin de l’été sera significativement meilleure. Les Allemands prennent généralement leurs vacances en août, mais Virkkunen estime que la plupart d’entre eux ont déjà planifié leurs vacances. "Je parie que [les touristes allemands arrivant à la fin de l’été] seront comptés en centaines plutôt qu’en milliers."
Laura Aalto, PDG d’Helsinki Marketing, pense que l’incertitude persistera malgré la nouvelle politique du gouvernement. « Je pense qu’il faudra plus de temps avant que le tourisme commence à se redresser. Cela peut prendre six mois ou même un an. »
Selon Virkkunen, « les agences de voyages de plusieurs pays européens attendaient avec impatience l’ouverture du marché finlandais, mais il semble aussi que le marché d’été commence à être bouclé. Maintenant, le regard se tourne vers l’hiver prochain. »
HS

La Finlande essaye de faire venir 3000 Thaïlandais, mais doit attendre la position du gouvernement thaïlandais en la matière
La Finlande autorise désormais l’arrivée de Thaïlandais, mais les autorités de ce pays n’ont pas encore donné leur feu vert au départ des cueilleurs de baies. La Thaïlande a défini d’exigences concernant les entreprises recrutant des cueilleurs de baies, en matière notamment de revenus minimum (3100 euros pour la saison) et de tests de coronavirus en Finlande avant le retour en Thaïlande.
Seize entreprises se sont engagées avec ces conditions. La récolte des myrtilles et des mûres de marais devrait commencer ces jours-ci.
HS

Police


Délai d’intervention de la police

Un groupe de travail désigné par la Direction nationale de la police a préparé une proposition concernant les délais maximaux d’intervention de la police en cas d’alerte dans les différentes régions finlandaises. Le programme gouvernemental prévoit de déterminer de tels délais concernant l’ensemble du pays.
Selon la proposition du groupe de travail présidé par l’inspecteur de police Mika Heinilä, le délai pourrait varier entre 11 minutes (dans les villes de plus de 120 000 habitants) et 55 minutes (pour les régions rurales avec moins de 50 cas d’urgence par an). Les communes sont divisées en cinq groupes différents selon le classement en matière de risque.
Actuellement, ces délais maximaux ne sont pas respectés partout. En 2019, le délai maximal n’a pas pu être respecté dans 18 communes de régions rurales.
Selon M. Heinilä, en renforçant les activités et en mettant en place les recommandations proposées dans le rapport, il devrait être possible d’atteindre les objectifs dans l’ensemble des communes d’ici fin 2023.
Le rapport a été remis à la ministre de l’Intérieur, Maria Ohisalo, hier. Il s’agira de l’étudier avant de prendre des décisions en la matière.
Il y a 7100 agents de police en Finlande actuellement, contre 7600 en 2010. Le programme gouvernemental prévoit d’augmenter le nombre à 7500 dans les prochaines années.
HS

Social

Assurance chômage : le parti du Rassemblement national propose nuhe réforme des allocations chômage
Helsingin Sanomat rend compte des propos d’Elina Lepomäki, députée du Rassemblement national, qui considère comme injuste le système actuel d’assurance chômage qui prévoit une indemnité journalière liée aux revenus seulement pour les employés ayant cotisé auprès d’une caisse d’assurance chômage. L’ensemble des salariés cotisent toutefois à l’assurance chômage, mais ceux qui ne cotisent pas en plus dans une caisse, n’ont droit qu’à un minimum chômage en cas de licenciement.
Mme Lepomäki confirme que son parti promeut désormais une assurance chômage universelle.
Elle indique que 5 % seulement des dépenses concernant les indemnités versées sont financées par les cotisations dans les caisses, alors que le reste relève des cotisations d’assurances chômage (obligatoires) et des crédits de l’Etat.
Cette question a déjà été évoquée auparavant et les confédérations des salariés SAK et STTK l’ont pris comme une attaque contre les syndicats qui gèrent la plupart des caisses. Le patronat EK s’oppose, lui aussi, à cette idée par peur de coûts supplémentaires pour les employeurs.
Le gouvernement a prévu dans son programme de faire un rapport en la matière.
HS

Les Finlandais ont confiance dans leur système d’assurance retraite
Selon le baromètre du centre national d’assurances retraite ETK, trois Finlandais sur quatre ont confiance dans le système finlandais d’assurance retraite, soit une augmentation de 6 points par rapport à 2019.
Le changement d’attitude concerne surtout les personnes de 35 à 49 ans (avec une augmentation de 12 points). Les personnes ayant atteint l’âge de la retraite sont les plus confiantes : 90 % d’entre-elles ont confiance dans le système, alors que les 25 à 34 ans sont les plus méfiants.
Le baromètre a également sondé les avis des Finlandais sur le financement du système de la retraite. 40 % des personnes interrogées seraient d’accord pour augmenter la cotisation d’assurance retraite. C’est le moyen considéré comme le plus acceptable pour améliorer la durabilité du système.
Un Finlandais sur trois accepterait l’augmentation de l’âge de départ à la retraite.
Les Finlandais ne souhaitent pas diminuer le niveau des retraites, actuelles ou futures.
HS

Economie

Modifications des règles concernant Business Finland : un nouveau prêt au développement pour les entreprises, y compris celles en difficulté, à titre temporaire
Le gouvernement a approuvé hier une modification du règlement sur le financement de la recherche, du développement et de l’innovation.
Ce changement permet d’accorder jusqu’à la fin de l’année un financement de développement aux entreprises opérant à l’échelle internationale ou nationale. Les fondations et associations peuvent également bénéficier de ce soutien. Le soutien est fourni dans le cadre du programme de soutien temporaire approuvé par la Commission européenne.
De plus, en raison des difficultés financières causées par l’épidémie de coronavirus, Business Finland pourra temporairement accorder un financement à des entreprises qui ne pourraient normalement pas recevoir de financement de développement. Cette exception sera en vigueur jusqu’à la fin du mois de juin de l’année prochaine.
Un maximum de 800 000 euros peut être accordé à une entreprise.
Yle
https://valtioneuvosto.fi/-/1410877/business-finlandin-tutkimus-kehittamis-ja-innovaatiotoiminnan-rahoitukseen-muutoksia-koronaepidemian-vuoksi?languageId=en_US

La valeur des exportations de marchandises a baissé de 20% en avril
La valeur des exportations finlandaises de marchandises a chuté de 19,9% en glissement annuel en avril. Les volumes d’exportation ont diminué de 15,4% et les prix à l’exportation de 4,4% par rapport à avril de l’année dernière. Selon les statistiques douanières du commerce extérieur, la valeur des exportations est de 4,4 milliards d’euros.
La valeur des importations a diminué de 26,8% en avril pour atteindre près de 4,3 milliards d’euros. Les prix à l’importation ont baissé de 3,8% et les volumes d’importation de 23,1% par rapport à avril de l’année dernière.
Sur les quatre premiers mois de l’année, la valeur totale des exportations a diminué de 14,5% et la valeur des importations de 9,1% d’une année sur l’autre.
La balance commerciale est donc devenue excédentaire de 144 millions d’euros en avril, contre un déficit de 321 millions d’euros en avril 2019.
Les exportations vers les pays de l’UE ont diminué de 21,4% et les exportations hors de l’UE de 18,0% en avril. Les exportations vers l’Allemagne ont diminué de 37,6%, vers la Grande-Bretagne de 39,6% et vers les États-Unis de 28,6%.
Les importations en provenance des pays de l’UE ont diminué de 26,7% et les importations en provenance de l’extérieur de l’UE de 26,8% en avril. Les importations en provenance d’Allemagne ont diminué de 30,4%, de la Russie de 54,8% et des États-Unis de 30,7%. Les importations en provenance de Chine ont augmenté de 6,8%.
HS

Sombres perspectives pour l’industrie : chute des nouvelles commandes
Les nouvelles commandes de l’industrie ont poursuivi leur plongée en mai. Le nombre de commandes reçues en mai était inférieur de 28,4% à celui d’il y a un an, indique Statistics Finland.
Les volumes de commandes ont maintenant baissé depuis cinq mois consécutifs. Par rapport aux cinq premiers mois de l’année dernière, les commandes ont diminué de 12,2%.
Yle

Europe

Réunion de l’Eurogroupe : déclarations de Matti Vanhanen
Lors de sa réunion de l’Eurogroupe, jeudi, les pays de la zone euro se sont concentrés sur les récentes prévisions économiques de la Commission européenne. Bien que l’économie finlandaise ne soit pas parmi les plus touchées cette année, la reprise sera particulièrement lente, souligne Helsingin Sanomat.
"Il est très inquiétant que l’année prochaine, la croissance de la Finlande soit clairement la plus lente de toute la zone euro", a déclaré le ministre des Finances Matti Vanhanen qui a assisté à la réunion.
Vanhanen voit des similitudes avec la crise financière précédente qui, selon lui, a causé une chute des investissements. « Un pays exportateur comme la Finlande a beaucoup perdu », se souvient Vanhanen.
Vanhanen rappelle que 60% des exportations finlandaises de marchandises sont destinées à l’Europe.
« Si vous demandez s’il existe un besoin d’un plan de relance au niveau de l’UE, la réponse est très claire pour la Finlande. Il est très important pour nos exportations que le marché d’exportation se rétablisse rapidement. La baisse causée par le coronavirus ne dépendra pas tant des pertes de cette année, mais plutôt de la manière dont nos exportations pourront retrouver le niveau précédent », explique Vanhanen.
Jouni Ovaska, député du Parti du Centre et membre de la Grande Commission, a déclaré plus tôt jeudi que la Finlande devait avoir la capacité à rejeter la proposition de paquet de relance dans sa forme actuelle, si nécessaire.
Interrogé sur cela, M. Vanhanen a répondu : « Dans sa forme actuelle, la Finlande n’est pas favorable à la proposition de plan de relance. À notre avis, un certain nombre de points doivent être développés. Nous n’avons pas reçu de nouvelle proposition sur laquelle les dirigeants vont continuer les négociations », a déclaré Vanhanen.
Une nouvelle proposition du président du Conseil européen, Charles Michelin, sur le montage financier de la relance est attendue pour ce vendredi, rapporte HS.
HS

Riikka Pakarinen devient conseillère pour les affaires européennes du ministre des Finances Matti Vanhanen
Riikka Pakarinen, ancienne députée européenne du Centre, devient conseillère pour les affaires européennes du ministre des Finances Matti Vanhanen.
Elle était conseillère pour les Affaires européennes du Premier ministre Juha Sipilä de 2016 à 2019.
HS

Pour les revues précédentes, cliquer ici.

publié le 16/07/2020

haut de page