Revue de la presse du mercredi 9 janvier

Politique étrangère et européenne

Gestion de crise

Un travail préventif dans les régions de crise contribue à freiner la criminalité
Un besoin accru de cyber experts

« En 2010, la Finlande était capable d’envoyer 170 experts à l’étranger à diverses fonctions de gestion de crise civile, alors qu’ils n’étaient plus que 112 (dont 37 femmes) en novembre dernier » note la directrice du Centre de gestion des crises Kirsi Henriksson.
La gestion civile des crises englobe des fonctions occupées par des policiers, des juristes et des gardes-frontières envoyés dans des régions de crise, notamment pour former les autorités locales.
Le coût de ces activités a augmenté alors que parallèlement l’Etat se serre la ceinture. Dans les années 2015-2019 le budget annuel de la gestion civile des crises tourne aux alentours de 15 millions d’euros alors que les années précédentes bénéficiaient de quelques 2 à 3 millions de plus.
La stratégie finlandaise à long terme a pour but d’envoyer chaque année environ 150 experts dans des fonctions diverses.
Mme Henriksson explique qu’en Finlande, contrairement à beaucoup de pays de l’UE, le recrutement des experts en matière de gestion des crises civile se fait aisément par un seul organisme. « Nous envoyons des policiers, des ONG, des juges, des experts en matière de questions pénitenciers ou des droits de l’Homme. »
« Néanmoins, l’opération en Ukraine manque actuellement de cybers experts. Il n’y en a pas beaucoup dans la police finlandaise et on a besoin de les garder chez nous. Par ailleurs, il nous faudrait davantage de femmes à des postes d’encadrement », affirme Mme Henriksson.
Il y a également une demande de francophones car le nombre des recrutements en Afrique occidentale francophone est en hausse.
KS5.1/15

Immigration

La Finlande n’accueillera pas de passagers du Sea Watch
La Finlande a indiqué qu’elle refusait d’accueillir des migrants actuellement à bord du Sea Watch en Méditerranée et qui ne seront débarqués à malte que lorsque des Etats membres auront acceptés de les accueillir.
Le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen considère que répartir des migrants un par un ne promeut pas une solution globale à la situation des migrants en Méditerranée. « Au contraire cela contribue à un cercle vicieux qui pousse les migrants à partir et le sports à refuser de les accueillir ».
HS

Politique intérieure

Parlement

Débat sur la loi sur les manifestations
Helsingin Sanomat relève que les députés, qui ont débattu mardi la modification de la loi sur les manifestations, ont été unanimes sur un point : il faut augmenter les ressources de la police.
Reijo Hongisto, député des Bleus et ancien policier, un peu étonné des souhaits de ses collègues députés, souhaite qu’ils n’oublient pas ces propos pendant la prochaine législature.
Le nombre de policiers a en effet diminué de 7 900 à 7 200 depuis 2010.
Selon le ministre de la Justice Antti Häkkänen, la prolongation de déclaration à la police d’une manifestation de six à 24 heures à l’avance améliorerait considérablement les possibilités de la police pour se préparer.
HS/A13

Services de santé

Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement présente aujourd’hui au Parlement ses projets de loi sur l’ouverture du secteur des soins, surtout des opérations de chirurgie, aux entreprises privées.
Les projets de loi ont suscité beaucoup de critiques à l’avance. Jusqu’à présent, on a voulu centraliser les opérations nécessitant une anesthésie dans les plus grands hôpitaux publics, ce qui a poussé à fermer les cliniques publiques des petites communes.
HS/A8

Douane

M. Hartikainen quittera la tête des Douanes
Helsingin Sanomat rapporte que le directeur général des Douanes Antti Hartikainen devra quitter son poste après son premier mandant de cinq ans fin avril prochain.
Selon le ministère des Finances, M. Hartikainen, qui a présenté sa candidature, n’est pas parmi les candidats de la short liste. Il avait été condamné en mai dernier par la justice.
HS/A13

Immigration

Vidéos d’information pour les étrangers
Helsingin Sanomat rapporte que la police et l’Office national des migrations Migri ont publié de nouvelles vidéos d’informations, doublés dans plusieurs langues, pour les demandeurs d’asile et autres étrangers sur onze thèmes différents, dont les crimes sexuels, les coups et blessures ou les droits de l’homme.
« Les vidéos concernent les crimes et les délits les plus courants liés aux demandeurs d’asile », selon la responsable du projet Seija Hämäläinen du centre d’accueil d’Oulu.
HS/A14

Elections législatives

Le ministre de la Justice regrette les négligences des médias sociaux
Le ministre de la Justice Antti Häkkänen critique les médias sociaux pour leur mobilisation trop tardive en ce qui concerne la manipulation électorale. Pour lui, il s’agirait de mettre en place de nouvelles règles qui les obligent à changer leur politique. Il souhaite de meilleures possibilités pour les personnes d’influencer sur le fait de savoir comment les entreprises technologiques utilisent les informations collectées sur elles.
M. Häkkänen a parlé lors d’un séminaire sur l’influence électorale, hier. Il note qu’il est pertinent de poser la question sur ce que font Google ou facebook avec toutes les données qu’ils rassemblent sur leurs utilisateurs. Il s’agit de réglementer cette activité, selon lui.
La chef des politiques auprès de Facebook en Suède et en Finlande, Christine Grahn, qui elle aussi, est intervenue au séminaire, affirme que Facebook n’est plus la même compagnie qu’elle était en 2016, lors de l’élection présidentielle américaine.
Des personnes actives au sein des Vrais Finlandais se sont plaints du fait que Facebook a censuré des publications de candidats aux législatives de ce parti. Mme Grahn constate que les règles sont les mêmes pour tous.
HBL/4

Réformes structurelles

Propositions d’Etla
Le directeur général de l’institut de recherche économique Etla, Vesa Vihriälä, estime que le prochain gouvernement n’aura pas besoin de faire des coupes budgétaires, mais qu’il lui faudra mettre en place des réformes structurelles.
Etla n’exclut pas la possibilité que la Finlande atteigne une croissance économique de 2 % durant la prochaine législature, si le taux d’emploi pouvait être relevé à 75 % d’ici 2023. Les partis ont généralement soutenu cet objectif.
M. Vihriälä note qu’avec la stabilisation de l’endettement et les intérêts peu élevés, le prochain gouvernement entamera ses travaux dans un contexte plus facile que l’actuel. Les réformes structurelles, indispensables, seront toutefois plus difficiles car celles qui étaient faciles à mettre en place ont déjà été faites.
Dans son rapport, Etla présente des mesures pour augmenter le taux d’emploi. Etla supprimerait par exemple la possibilité d’un congé sabbatique ainsi que le prolongement de l’assurance chômage qui permet de passer du chômage directement à la retraite. M. Vihriälä est conscient du fait que ces mesures ne plaisent pas au mouvement syndical, mais il rappelle que des décisions douloureuses sont indispensables.
Etla recommande par ailleurs de diminuer de six mois la durée de la garde d’enfant à domicile. Il souligne l’importance de l’immigration liée au travail venant d’en dehors de l’espace économique européen.
Etla prolongerait l’âge de la scolarisation obligatoire et rendrait les études universitaires payantes. Les frais de la scolarité dans les lycées et écoles professionnelles devraient par contre être pris en charge au niveau des finances publiques.
En ce qui concerne la fiscalité, Etla propose d’alléger celle du travail en transférant l’accent sur les biens immobiliers, la consommation et les taxes environnementales.
AL/A13

Défense

Deux officiers de haut rang poursuivis en justice
Le commandant de l’armée de l’air Sampo Eskelinen et l’ex commandant de l’escadron de Carélie Markus Päiviö sont poursuivis en justice.
Les accusations remontent à des faits qui ont eu lieu en septembre 2017 à Inari lors de manœuvres facultatives pour réservistes. Le colonel Päiviö qui commandait l’exercice est soupçonné de s’être comporté de manière déplacée envers ses subordonnés et d’avoir enfreint aux règles de comportement militaire. Il a été transféré à d’autres fonctions à l’état-major de l’armée de l’air en février 2018 dès l’ouverture de l’enquête préliminaire de cette affaire.
M. Eskelinen est poursuivi pour avoir couvert son subordonné.
La défense nationale entamera une enquête sur d’éventuelles répercussions de cette poursuite sur la capacité de M. Eskelinen à rester à la tête de l’armée de l’air.
La date du procès n’est pas encore fixée.
HS/A11

publié le 09/01/2019

haut de page