Revue de la presse du mercredi 9 août

Politique intérieure

Budget

Propos de M. Orpo

Pas de durcissements d’imposition, des allègements fiscaux prévus pour les revenus importants

Helsingin Sanomat rend compte des propos du ministre des Finances, qui a dit que le déficit des finances publiques ne dépasserait pas les cinq milliards d’euros en 2018, avec l’augmentation des recettes fiscales. Cela pourrait être de 0,5 milliards d’euros de moins que prévu antérieurement.

Helsingin Sanomat rapporte que le déficit budgétaire pourrait descendre à 2% en 2018 et 1,7% en 2019.

Uusi Suomi souligne que le retour de la croissance a pour conséquence une nette augmentation des recettes fiscales qui devraient atteindre cette année 42,8 milliards d’euros contre 41,6 milliards l’année dernière. Il s’agit surtout des impôts sur les entreprises dont l’augmentation des recettes a surpris même le ministère des finances.

Kauppalehti souligne que de nombreux économistes souhaiteraient que le gouvernement diminue les aides aux entreprises. Le quotidien économique regrette que le gouvernement semble avoir renoncé à une réforme dans ce domaine.

Selon les sources de HS, l’économie croissante ne signifiera pas pour autant que tout le monde en bénéficiera de la même façon. En 2018, la fiscalité de ceux qui ont bons revenus sera allégée, car le seuil de l’impôt à titre de solidarité sera fixé à 90 000 europs au lieu de 72 300 comme cette année et l’année dernière. La manœuvre concernera 120 000 à 130 000 personnes.

La fiscalité ne sera durcie concernant personne, afin de garantir le pouvoir d’achat, a dit M. Orpo.

Or, comme les cotisations retraite et chômage augmentent, conformément au pacte de compétitivité, les prélèvements obligatoires pour les petits et moyens salaires vont effectivement augmenter, de 0 ,4 %. Cela aura un effet de l’ordre de 0,7 point sur le pouvoir d’achat. L’opposition n’a pas tardé à réagir à l’augmentation du seuil de l’impôt de solidarité.

M. Orpo souligne l’importance des efforts pour arrêter l’endettement afin de pouvoir faire face aux défis des années 2020.

Les prix des boissons alcoolisées sont prévus augmenter, le quota de réfugiés pourrait être augmenté de 300 personnes, ce qui coûterait 4 millions d’euros par an, la police et les gardes-frontières seraient munis de nouveaux appareils et armes pour plusieurs millions d’euros.

De façon générale, des mesures en faveur de l’emploi seront prévues.
HS KL uusisuomi

Editorial

L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que dans la situation économique actuelle, qui annonce des choses positives en perspective, il n’est pas étonnant que les partis de la coalition gouvernementale aient envie de promettre des cadeaux pour les électeurs.

L’éditorialiste rappelle que les véritables problèmes économiques sont des problèmes structurels de long terme : le vieillissement de la population combiné à la diminution de la population en âge de travailler, la lenteur de la croissance de la productivité et l’endettement. Une partie des recettes fiscales accrues pourraient être utilisées pour l’éducation, selon l’éditorialiste, et la recherche et le développement.

L’éditorialiste propose également de supprimer des aides aux entreprises et cibler les crédits à l’éducation.
HS/A4

Gestion des entreprises de l’Etat

Finnair

Le ministre de l’Economie, Mika Lintilä (Centre) regrette la retraite complémentaire accordée au directeur général de la compagnie aérienne Finnair, Pekka Vauramo. Il a rappelé que la position de l’Etat était que dans les groupes d’Etat (la majorité des actions de Finnair étant possédées par l’Etat) on ne mettrait pas en place de telles compenses.

Il est probable que le chef de la gestion des entreprises de l’Etat, Eero Heliövaara, ne verra pas renouveler son mandat qui prendra fin à la fin de l’année. Selon M. Lintilä, il aurait du informer le ministre chargé de la gestion des entreprises de l’Etat à l’époque, soit le premier ministre Juha Sipilä, des entretiens en matière de la retraite supplémentaire prévue avec le président du comité de compensation du directoire de Finnair.

M. Lintilä a constaté en outre que des changements dans la composition du directoire de Finnair étaient à attendre.

Le Premier ministre Sipilä chargé de la gestion des entreprises de l’Etat à l’époque affirme qu’il n’avait pas été informé du projet et que s’il en avait été, il aurait explicitement évoqué le fait que les retraites supplémentaires étaient contre les orientations de la politique de l’Etat concernant ses groupes. M. Sipilä note que, juridiquement, le pouvoir de décision relève du directoire de la compagnie, mais qu’en l’espèce cette décision allait à l’encontre de la position de l’actionnaire principale, l’Etat.

M. Heliövaara relève qu’à l’époque, il avait proposé au comité de compensation de plutôt prévoir une augmentation de salaire qu’une retraite supplémentaire.
HS

Industrie

L’industrie technologique affiche de bons résultats mais souhaite une modération salariale

Helsingin Sanomat rend compte du fait que des emplois se créent dans le domaine des technologies et que le chiffre d’affaires y augmente, mais que la confédération du patronat du secteur promeut la modération salariale.

L’industrie technologique met en garde contre l’exagération en matière de salaires qui pourrait nuire à la croissance économique qui repart.

Le chiffre d’affaires du secteur technologique a augmenté de 11% en janvier-avril par rapport à la même époque en 2016. Concernant l’ensemble du secteur industriel, l’augmentation était de 9%.

Le secteur emploie 6000 personnes de plus qu’en 2016, les commandes sont de 47 % plus importantes qu’en 2016, mais là, le chiffre est gonflé par deux commandes de navires de croisière.

M. Turunen, directeur général de la confédération, rappelle que les chiffres positifs ne concernent pas toutes les entreprises du secteur : concernant 40 % des membres, les commandes ont diminué, et parmi ces groupes, il y a de grandes entreprises aussi.

Ceux qui ont tiré profit des tendances comme le cleantech et la numérisation réussissent le mieux, selon l’économiste en chef de la confédération, Jukka Palokangas.
HS/A24

publié le 09/08/2017

haut de page