Revue de la presse du mercredi 22 septembre

Gouvernement

Le Projet du gouvernement sur le passeport COVID-19 soumis au Parlement
Le gouvernement a soumis au Parlement son projet sur l’utilisation à l’échelle nationale du certificat numérique COVID de l’UE, ou passeport COVID-19. Ces dispositions seraient ajoutées à la loi sur les maladies transmissibles.
Le projet comprendrait également des dispositions sur le traitement des données à caractère personnel relatives au passeport COVID-19 qui resteraient en vigueur jusqu’à la fin de cette année.
https://valtioneuvosto.fi/-/1271139/koronapassia-koskeva-hallituksen-esitys-on-annettu-eduskunnalle?languageId=en_US

Le gouvernement propose de prolonger la validité des dispositions de la loi sur les maladies transmissibles restreignant l’entrée dans le pays
Le gouvernement a soumis au Parlement un projet visant à prolonger la validité des dispositions temporaires de la loi sur les maladies transmissibles concernant l’entrée dans le pays jusqu’au 31 décembre 2021.
https://valtioneuvosto.fi/-/1271139/hallitus-ehdottaa-tartuntatautilain-maahantulosaannosten-voimassaolon-jatkamista-terveysturvallisuuden-varmistamiseksi?languageId=en_US

Pandémie

Fin des restrictions concernant les évènements et les loisirs début octobre ?
La région de la capitale s’apprête à lever les restrictions concernant les évènements accueillant du public et les loisirs, à compter du début octobre. Le groupe de coordination le propose à l’administration régionale AVI. Le nombre de participants à des évènements et manifestations ne serait plus restreint, ni le nombre de participants à des activités de loisirs par exemple dans les piscines ou les salles de sports.
Les mesures de précaution seront toujours d’actualité, concernant le fait d’éviter les contacts, notamment.
La région de Helsinki attend les instructions nationales sur le port de masque et le télétravail.
HS

Politique étrangère

Selon la Ministre des affaires européennes Tytti Tuppurainen, le ressentiment de la France dans le différend sur les sous-marins est aussi un enjeu européen
"Cela souligne la nécessité de renforcer l’UE en tant qu’acteur mondial", a déclaré Tuppurainen, qui a assisté à la réunion ministérielle à Bruxelles.
L’Accord Aukus entre l’Australie, les États-Unis et la Grande-Bretagne n’est pas seulement une préoccupation intérieure française, mais plus largement une question européenne.
C’est ce qu’affirme Tytti Tuppurainen (PSD), ministre des Affaires européennes, qui participait mardi à une réunion des ministres européens à Bruxelles. Le Conseil affaires générales prépare le prochain sommet de l’UE en octobre.
En France, l’accord Aukus a été comparé, entre autres, à un coup de couteau dans le dos.
« C’est aussi un enjeu européen, même s’il touche naturellement au plus près la France. En Finlande, nous agirons d’une manière qui renforce toujours l’unité de l’Union », a déclaré Tuppurainen à Helsingin Sanomat avant la réunion.
Les implications de l’accord Aukus ne sont pas à l’ordre du jour de la réunion ministérielle européenne mais sont susceptibles d’émerger dans des discussions informelles.
« Cela met en évidence la nécessité de renforcer l’UE en tant qu’acteur mondial. L’UE doit avoir la capacité de survivre dans la concurrence croissante des superpuissances, et l’UE doit également avoir la capacité d’affronter la Chine à sa manière, à la fois économiquement et politiquement », a déclaré Tuppurainen.
Le sommet d’octobre s’est traditionnellement concentré sur les questions de politique étrangère, mais Tuppurainen ne veut pas anticiper le fait de savoir si les conséquences de l’accord Aukus seront à l’ordre du jour.
Les ministres européens devaient discuter de la pandémie et de la mise en œuvre du protocole sur l’accord d’Irlande du Nord entre l’UE et la Grande-Bretagne.
"Le gouvernement de Boris Johnson ne semble pas s’en tenir à l’accord convenu, ce qui est très embarrassant", a déclaré Tuppurainen. "L’accord n’est en vigueur que depuis neuf mois, il serait donc beaucoup trop tôt pour dire qu’il était caduque."
HS

Discours du Président de la République de Finlande, Sauli Niinistö, lors de la 76e Assemblée générale des Nations Unies
Dans son discours, le président a souligné l’importance de la lutte contre la pandémie et la nécessité d’un effort conjoint et de la solidarité de la communauté internationale. Avec une persévérance similaire, nous devons lutter contre le changement climatique et l’afaiblissement de la biodiversité, a déclaré Niinistö.
"Il n’est pas exagéré de dire que nous sommes confrontés à une urgence climatique mondiale", a dit le président à New York.
Lire le discours en anglais du Président sur son site :
https://www.presidentti.fi/en/speeches/statement-by-president-of-the-republic-of-finland-sauli-niinisto-at-the-76th-general-debate-of-the-united-nations-general-assembly-new-york-21-september-2021/

publié le 23/09/2021

haut de page