Revue de la presse du mercredi 11 juillet

Politique étrangère et européenne

Sommet de l’OTAN - Rencontre Trump–Poutine

« On se prépare au pire à Bruxelles » HS « Une coopération de défense sans l’OTAN serait bancale » HS

Helsingin Sanomat rapporte que les experts et diplomates estiment qu’à la veille du sommet de l’OTAN, « personne ne sait ce qui va se passer ». L’ambiance consistait à ce préparer au pire : personne ne sait comment M. Trump va se compter ni dans quel esprit il quittera le sommet.
Le spécialiste de politique de sécurité Kari Huhta rappelle que la base de l’existence et signification de l’OTAN est l’engagement des Etats-Unis et des autres membres dans la défense mutuelle. Il n’est pas non plus exagéré de dire que sans les Etats-Unis il n’y aurait pas d’OTAN ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Russie n’aime pas l’OTAN.
Les menaces se renforcent quand Trump exige dans un même souffle de l’Europe qu’elle augmente ses dépenses militaires et qu’elle fasse des concessions en matière commerciale. Il fait alors un chantage à la sécurité. En conclusion, M. Huhta estime qu’il faut espérer qu’à Bruxelles on réussira au moins à sauver l’OTA N.
HS

Editoriaux « L’occident doit accepter une période d’incertitude » HS

Helsingin Sanomat estime que l’on « craint visiblement que M. Trump se dispute avec ses alliés européens sur les dépenses militaires au sommet de l’OTAN puis qu’il encense Poutine lundi à Helsinki. Cela ne sera pas forcément le cas. Mais le seul fait que cela soit possible est nouveau. C’est pourquoi les objectifs à Bruxelles et à Helsinki ne seront pas d’obtenir quelque chose mais plutôt de minimiser les dommages. L’Europe doit s’habituer à une période d’incertitude et apprendre à tirer profit de ses propres forces, qui ne manquent pas ».
HS

Brexit

Editoriaux « On avait promis un gouvernement fort et stable, il est faible et instable » HS « La situation de Mme May est fragile » IS « La ligne du Brexit doux emporte une victoire » KL

Helsingin Sanomat estime que Mme May ne dirige pas le Brexit, ni son gouvernement ni même son parti. Mais l’affaiblissement de la position de Mme May est aussi un problème pour l’UE qui a du mal à voir avec quel mandat Mme May négocie. Si l’UE continue à tenir à ses exigences, qui sont par ailleurs fondées, la situation de Mme May va encore s’affaiblir juge HS.
Ilta-Sanomat juge pour sa part que la crise actuelle fait apparaître encore plus le Brexit comme une énorme catastrophe, fragilise la position du gouvernement et pourrait conduire à une sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord.
Kauppalehti relève que les Britanniques auraient tort de croire qu’ils pourraient conserver tous les avantages d’une adhésion européenne sans avoir à en respecter les devoirs et en assumer les coûts.
HS IS

Politique intérieure

Partis politiques

Le PSD parti préféré pour la prochaine coalition gouvernementale

Interrogé sur les partis qu’ils souhaiteraient voir dans la prochaine coalition gouvernementale, 45% des Finlandais souhaitent y voir figurer le PSD, devant les Verts et le Rassemblement national, 37% chacun, suivis du Centre, 36%.
KS

Economie

Nokia

Un accord d’un milliard d’euros avec la Chine

Nokia a signé un contrat avec le téléopérateur China Mobile pour livrer des réseaux (dont la 5G) pour une valeur de 900 millions d’euros.
HS

publié le 11/07/2018

haut de page