Revue de la presse du mardi 19 mai 2020

Pour les revues précédentes, cliquer ici.


Covid-19

Situation sanitaire

6399 cas en Finlande – 301 décès
THL annonce 6399 cas (+19), 301 (+1) décès, 112 (-5) personnes hospitalisées dont 25 (-9) en soins intensifs. THL annonce qu’environ 152300 tests ont été réalisés à ce jour (+2600).
Thl.fi

19 nouveaux cas, tous dans la région d’Helsinki
Helsigin Sanonat souligne qu’un très faible nombre de nouveaux cas a été annoncé ce jour. Ils concernent tous uniquement la région de la capitale, Uusimaa.

HUS se prépare à une seconde vague
Le district hospitalier de la région de la capitale a tenu une conférence de presse ce matin. Il s’attend à ce que le nombre de patients en soins, y compris intensifs, diminue durant les prochaines semaines. HUS se prépare néanmoins à faire face à une nouvelle vague. A l’avenir, les patients seront concentrés dans l’ancien hôpital chirurgique situé à Eira.
HS IS

Etude sur l’effet de la radiothérapie
Le district hospitalier d’Helsinki et d’Uusimaa HUS commence une étude sur l’éventuelle efficacité d’une petite dose de radiothérapie sur les poumons pour apaiser une infection grave de coronavirus pour que le patient n’ait pas besoin de soins intensifs.
Helsingin Sanomat rappelle que la radiothérapie a été utilisé pendant plusieurs décennies dans le traitement d’une réaction antirejet d’une greffe de moelle osseuse.
Le traitement des patients aura lieu à la clinique cancérologique d’HUS à Meilahti.
HS

Démarrage de la production de masques en Finlande
La production de masques entièrement finlandais a commencé à Tampere. Designmask compte produire des masques du plus haut niveau de protection. Le matériel est produit dans les usines de Ahlström-Munksjö, également situées à Tampere.
Selon les tests effectués à Tampere, le niveau de filtrage des masques est de 97,9 %. Les tests sont en cours dans un laboratoire certifiée en Europe.
Ahlström-Munksjö fournit du matériel aussi à Filterpak qui produit des masques à Hanko pour le groupe de grande distribution finlandaise K. La première livraison de 600 000 masques est attendu avant la fin du mois. Selon les tests de VTT, le niveau de filtrage de ces masques est de 88 %.
Yle

Des masques chinois de mauvaise qualité

La demande constante de masques respiratoires a suscité l’entrée sur le marché d’importateurs et de fournisseurs qui offrent des masques avec des certificats et autres documents falsifiés. Personne ne connaît en ce moment le nombre de ces masques sur le marché. Selon les estimations, cela pourrait concerner des dizaines de livraisons, c’est-à-dire des dizaines ou de centaines de milliers de masques.
Selon Esa Kivioja, représentant finlandais au conseil de la fédération européenne de la sécurité au travail ESF, il est facile d’obtenir des certificats de toute sorte. Il estime que la situation des masques en Europe est inquiétante et relève que l’on a trouvé des certificats falsifiés dans tous les pays membres de l’Union européenne.
Yle

Nouvelle recommandation pour les personnes de plus de 70 ans
L’Institut de la santé et du bien-être THL a décidé lundi de relâcher officiellement les recommandations données aux personnes de plus de 70 ans, annonce Minna-Liisa Luoma, cheffe de recherche à THL. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a approuvé cette nouvelle recommandation qui sera publiée demain.
Selon la nouvelle recommandation, si on est en bonne santé, on peut rencontrer les personnes de plus de 70 ans de préférence à l’extérieur, tout en respectant une distance de 1 à 2 mètres et l’hygiène des mains. Il faut éviter les poignées de mains et les embrassades.
Mme Luoma estime que, lors de fêtes familiales ou autres, organisées dehors, il est très important de respecter les distances, se laver les mains et utiliser le gel hydroalcoolique. Le port de masque peut être utile. Elle souligne qu’un masque en tissu ne doit pas être porté pendant plus d’une heure.
HS

Gouvernement

Réouverture des restaurants
Le gouvernement a soumis au Parlement une proposition de loi modifiant temporairement la loi sur les maladies transmissibles dangereuses. Ces modifications seraient mises en œuvre en ajoutant temporairement, du 1er juin 2020 au 31 octobre 2020, un nouvel article 58 à cette loi afin de permettre de fixer des restrictions aux restaurants autorisés à réouvrir.
Une fois que la loi aura été modifiée, le gouvernement prendra un décret d’application définissant les restrictions qui pourront ensuite être assouplies ou durcies en modifiant ce décret, en fonction de la situation épidémique.
Le gouvernement a défini les restrictions prévues dans le décret et joint le projet de décret à la proposition de modification de la loi sur les maladies transmissibles.
Les clients des restaurants devront être informés sur la façon de prévenir les infections par coronavirus. Les établissements de restauration doivent s’assurer que les surfaces et les objets touchés par les clients sont correctement nettoyés.
Le devoir général des établissements de restauration est d’organiser les structures et le mobilier de leurs espaces intérieurs et extérieurs, ainsi que leurs pratiques de service, afin que les clients ne soient pas exposés à la propagation de la maladie. L’établissement de restauration ne doit pas placer les clients ou les groupes trop proches les uns des autres. Cependant, le décret ne fixe pas de distance précise à respecter.
Le décret stipulerait que tous les clients d’un établissement de restauration doivent avoir leur propre siège à une table. Les clients peuvent prendre eux-mêmes leur commande, par exemple au comptoir. Cependant, les clients ne doivent pas se servir eux-mêmes, par exemple à un buffet.
Le décret devrait limiter également le nombre de sièges à la moitié de la capacité normale de l’établissement. Selon la ministre Krista Kiuru, cette limite de moitié de capacité ne concerne pas les terrasses à l’extérieur du restaurant ; mais il faut aussi s’assurer de la sécurité des clients sur les terrasses.
En plus de ces restrictions, les heures d’ouverture des établissements de restauration ne dépasseraient pas 6 heures-23 heures et les heures de vente de boissons alcoolisées ne dépasseraient pas 9 heures-22 heures. Si le client a acheté sa boisson alcoolisée avant 22 heures, la boisson pourra être consommée jusqu’à 23 heures, c’est-à-dire jusqu’à l’heure de fermeture.
Les établissements de restauration doivent établir un plan sur la manière dont l’établissement mettra en œuvre les restrictions et obligations ci-dessus. La description de la mise en œuvre et le nombre maximal de clients doivent être tenus à la disposition des clients.
Vn.fi

Possibilité d’organiser des événements publics pour moins de 500 personnes sous certaines conditions
Les Agences administratives régionales ont publié leurs recommandations concernant la possibilité d’organiser des événements publics de plus de 50 personnes, mais moins de 500 personnes cet été.
La sécurité des personnes doit être assurée par la limitation du nombre de clients et par des distances de sécurité et des consignes d’hygiène.
Les événements publics et les assemblées générales de plus de 500 personnes demeurent interdits et ne sont pas exemptés par les agences gouvernementales régionales.
Les cinémas pourraient cependant ouvrir. Aku Jaakkola, président de l’Association finlandaise du cinéma, est satisfait de la réglementation édictée par l’Agence administrative régionale d’État. La principale crainte concernait les distances de sécurité. Il apparaît maintenant que la distance de sécurité peut être flexible de 1 à 2 mètres. « Cela assouplit la situation dans les cinémas. Si la distance de sécurité avait été de deux mètres, par exemple, il aurait été difficile de placer des personnes. »
Cependant, il y a encore des problèmes dans les orientations attendues des autorités régionales qui doivent être précisées. « On va généralement voir un film en groupe d’amis ou en famille. Dans les consignes de sécurité que nous avons préparées, nous avions cherché à séparer les groupes, pas chaque personne. »
Vesa Ristimäki, PDG de Well Fear Agency & Promotion, attendait les instructions. Leur contenu n’est pas une surprise. « On s’attendait à ce que 500 personnes soient la limite. Cela signifie qu’aucun festival n’aura lieu cet été, » explique Ristimäki.
L’Agence administrative régionale d’État rappelle que ses instructions sont de nature générale et qu’en raison du grand nombre d’événements différents, il n’est pas possible de prendre position sur chacun d’entre eux séparément.
Il appartient à chaque organisateur ou opérateur d’événement d’évaluer la manière dont il met en œuvre les réglementations relatives au nombre de clients, aux distances de sécurité et aux consignes d’hygiène.
Yle

Parlement

Selon la Commission des affaires constitutionnelles, toutes les entreprises de restauration qui ont subi des pertes financières doivent une compensation au titre du coronavirus
La commission des affaires constitutionnelles a rendu son avis sur le projet du gouvernement sur les aides pour les entreprises de restauration. La commission demande à la commission de l’économie d’apporter des corrections importantes au projet du gouvernement.
De l’avis de la commission des affaires constitutionnelles, toutes les entreprises de restauration qui ont subi des pertes financières en raison de la baisse des ventes à la suite de la décision de fermeture doivent pouvoir prétendre à une compensation.
La commission des affaires constitutionnelles attire l’attention sur le fait que la restauration est souvent exercée par de petites entreprises. De plus, le projet proposé exclut complètement de la compensation les entreprises de restauration qui n’auraient pas du tout vendu au cours des mois de référence de janvier-février, comme les restaurants saisonniers.
Selon la commission des affaires constitutionnelles, la commission des affaires économiques doit également clarifier le projet du gouvernement jugé trop complexe et difficile à comprendre.
Yle

Politique

« Pourquoi la Première ministre a-t-elle perdu ses nerfs à propos de Petteri Orpo ? » HS
Samedi, le président du Rassemblement national Petteri Orpo a accusé le gouvernement pour avoir mal informé le Parlement sur la crise du coronavirus. La Première ministre a répondu vivement sur Twitter en accusant Petteri Orpo d’avoir fait de « fausses allégations ».
La politique finlandaise a ses propres codes et ce qui est strictement interdit, c’est d’accuser quelqu’un de mentir en séance plénière au Parlement.
Twitter n’est pas le parlement, mais même là, accuser un politicien de mentir est très exceptionnel, écrit Marko Junkkari, journaliste politique du Helsingin Sanomat.
Il estime que la réaction soudaine de Sanna Marini était surprenante. Marin est Premier ministre depuis près de six mois. Bien que les temps aient été extrêmement difficiles en raison de la crise du coronavirus, Marin a réussi à communiquer très clairement et calmement. En tant que Premier ministre, elle n’avait pas montré de nervosité.
Les critiques de Petteri Orpo envers le gouvernement étaient vives - mais en aucun cas exceptionnellement sévères. Et d’ailleurs, Orpo avait également des motifs de critique. Ce n’est en effet que vendredi ( et non la veille lors des questions orales au parlement) que Marion a clairement pris ses distances avec les autorités sanitaires et déclaré sans équivoque que le gouvernement ne voulait pas que le virus se propage.
Il est certainement humainement compréhensible que les critiques rendent nerveux - en particulier lorsque le gouvernement a dû travailler sous une pression exceptionnellement forte au milieu d’une crise. Néanmoins, l’attaque de Marin sur Twitter est difficile à considérer comme politiquement très sensée, juge Marko Junkkari.
La réunion du Rassemblement national n’aurait guère intéressé les médias mais suite à la réaction de Marin, Orpo a fait la une des journaux samedi. Marin a donc en fait rendu un service au Rassemblement national, estime HS.
Mais quelle est exactement la raison de la nervosité de Marin ?
La raison peut être simplement que Sanna Marin n’aime pas le Rassemblement national. Il existe plusieurs exemples de la froide relation entre le Premier ministre et ce parti, rappelle HS. Après la démission d’Antti Rinne, Sanna Marin a exclu de rouvrir des négociations pour former une coalition. Orpo espérait que des négociations gouvernementales seraient tenues avec tous les partis. Marin a carrément rejeté le souhait en direct à la télévision, déclarant : "Oui, je dois décevoir Petteri. Il n’y a pas un tel espoir pour Petteri que le Rassemblement national se retrouve bientôt dans le gouvernement." Même s’il était assez clair à ce moment-là en soi que le gouvernement continuerait avec les mêmes partis et le même programme, Marin a clairement souligné que le Rassemblement national n’était pas son partenaire gouvernemental préféré.
Quelques semaines plus tard, Marin a de nouveau exprimé son point de vue sur le Rassemblement national lors du débat au Parlement sur le rapatriement des enfants du camps de al-Hol. « La Finlande qui applique les règles de l’État de droit. Mon gouvernement s’en tiendra à cela, et cela dit, je me tourne vers l’opposition, et en particulier le Rassemblement national et je vous demande : n’avez-vous pas honte ? » Marin a déclaré le 18 décembre au Parlement. Les députés du Rassemblement national ont exigé des excuses de Marin. En vain.
Pour Marko Junkkari, le franc-parler de Marin est exceptionnel. Alors que les partis au pouvoir se frottent toujours à l’opposition - souvent durement - les partis essaient généralement de maintenir une sorte de bonnes relations dans toutes les directions. La Finlande est un pays de gouvernements de coalition - et chacun doit à son tour être au pouvoir les uns avec les autres. On ne veut donc pas brûler des ponts en direction de futurs partenaires gouvernementaux potentiels.
Mais il semble fortement que Marin ne souhaite absolument pas faire partie du même gouvernement que le Rassemblement national, conclut Junkkari.
HS

Editorial : « Les Finlandais ne connaissent pas encore bien leur Premier ministre » HS
Le week-end nous a rappelé que, bien que Sanna Marin soit un nouveau Premier ministre très populaire, les Finlandais n’ont pas encore eu le temps de bien la connaître.
Pendant la législature, les Finlandais ont le temps de se familiariser avec le tempérament et la pensée de Marin. Dans une période de crise, ces traits sont relégués à l’arrière-plan, mais à mesure que la politique revient à la normale, la familiarisation se poursuivra, estime HS.
HS

Economie

Licenciements, chômage partiel et plans sociaux
Le ministère de l’Économie annonce aujourd’hui 501 000 personnes concernées par des plans sociaux (contre 499 000 lundi) dans environ 5 600 entreprises comme hier.
Au 18 mai, il y avait au total 163 915 personnes en chômage partiel à temps complet.
Il y avait 212 000 personnes en chômage partiel contre 207 000 lundi et 22 000 licenciés comme hier.
Tem.fi

Tourisme

Le ministère de l’Intérieur interdit à un entrepreneur de faire venir en Laponie des touristes en jets privés
Le directeur général d’une compagnie de voyages de luxe en avion privé a proposé que l’on autorise ce genre de tourisme en Laponie. Le secrétaire d’Etat de la ministre de l’Intérieur, Olli-Poika Parviainen, ne considère pas la proposition comme appropriée et rappelle que les restrictions concernant les frontières ont été mises en place pour protéger la santé et pour lutter contre l’épidémie. Il indique qu’en soi, il est possible de faire des déplacements en avion privé dans la mesure où ils ne contreviennent pas aux restrictions en vigueur.
Il note que le type de voyages proposé par l’entrepreneur ne permettrait pas de se conformer à l’exigence de quarantaine. Il rappelle que les décisions concernant la politique en matière de frontières s’efforcent d’avancer vers des pratiques communes dans l’UE.
La présidente de la commission des lois constitutionnelles, Johanna Ojala-Niemelä (PSD), estime que cette proposition mériterait toutefois d’être étudiée. Markus Lohi, député centriste, estime que permettre ce genre de tourisme pourrait être un moyen de commencer à relancer les voyages en Laponie et en Finlande en général. Le tourisme exclusif est important pour plusieurs entreprises de Laponie, même s’il ne peut pas à lui seul sauver ce secteur dans le contexte de la crise du coronavirus.
Le directeur général de Visit Finland (qui relève de Business Finland), Paavo Virkkunen, estime que permettre les voyages exclusifs pourrait être un moyen de soutenir le secteur sans aides directes de l’Etat aux entreprises. Le nombre de personnes effectuant ce type de voyages en Finlande n’est pas important, mais les sommes dépensées peuvent l’être, rien que du fait qu’il s’agit de prestations sur mesure.
M. Virkkunen estime qu’envisager de permettre ce genre de voyages serait d’autant plus important dans le cas où l’épidémie se prolonge.
Plus de la moitié du chiffre d’affaires de 70 % des entreprises du secteur du tourisme en Laponie vient des touristes étrangers.
HS

Moins d’une entreprise sur dix pense que ses activités seront rentables d’ici six mois
Selon une enquête effectuée auprès des entreprises du secteur de l’hôtellerie et de la restauration, 9 % des entrepreneurs estiment que la rentabilité de leurs activités sera rétablie en six mois. 15 % de ceux qui ont répondu considèrent qu’ils sont sous la menace d’une faillite.
74 % estiment que leur objectif est de redevenir rentable après les mesures d’ajustement.
L’enquête a été effectuée par la confédération du secteur du tourisme et de la restauration, Mara. auprès de 692 entreprises disposant de milliers de restaurants, hôtels, spas, stations de ski, organisateurs de conférences et de salons, etc...
90 % des entreprises de tourisme et de restauration ont eu recours au chômage partiel. Beaucoup d’entreprises ont mis au chômage partiel la majorité de leurs employés. Mara craint que si la crise se prolonge, les chômages partiels vont être transformés en licenciements.
Le directeur général de Mara, Timo Lappi, estime que les voyages domestiques des Finlandais seront décisifs pour la survie des entreprises. Du secteur du tourisme et de la restauration.
HS

Transport

Finnair reprend ses vols vers plusieurs destinations européennes et asiatiques en juillet
"Nous nous attendons à ce que le trafic aérien se rétablisse progressivement", explique Ole Orvér, directeur commercial de Finnair, dans un communiqué de presse. « Notre objectif est de voler un peu plus de 30% de notre plan normal de vols en juillet et de relancer des vols long-courriers vers les principales destinations d’Asie. Nous ajouterons ensuite de nouvelles destinations au fur et à mesure que la demande se redresse. »
Sur les liaisons européennes, Finnair se concentrera dans un premier temps sur les centres les plus importants. Pendant les périodes de vacances, Finnair assurera également des vols hebdomadaires vers certaines destinations de vacances en Europe du Sud, indique le communiqué de presse.
Selon la société, par exemple, l’assouplissement des restrictions aux voyages d’affaires le 14 mai s’est immédiatement reflété dans le nombre de passagers. Jeudi 14 mai, le nombre de passagers était de 1 200 dans tout le trafic de Finnair, contre environ 700 la semaine précédente.
Le PDG de Finnair, Topi Manner, a déclaré à l’agence de presse Reuters que la société poursuivrait sa stratégie en se concentrant sur l’Asie malgré l’épidémie de coronavirus.
Selon Manner, la société est en pourparlers avec Airbus pour retarder la livraison de quatre gros porteurs A350. L’entreprise en a commandé un total de 19 et 14 sont maintenant en service. Finnair estime que la reprise du trafic aérien prendra de deux à trois ans, ce qui se reflète dans les besoins en avions de la compagnie et dans le calendrier de livraison prévu.
Le programme de trafic de Finnair de juillet 2020 à mars 2021 signifie que les vols en dehors de ce programme seront annulés. Les clients seront informés de l’annulation de leur vol avant la fin du mois de juin.
HS

« Les vols vers les villes de province sont une question politiquement sensible »
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomnat rappelle que, grâce à la réussite de sa stratégie concentrée sur l’Asie, la Finlande a de meilleures connexions avec le reste de l’Europe que la taille du pays ne le laisserait penser. C’est une bonne chose, car sinon la Finlande serait une zone délaissée du continent. Cela explique également pourquoi l’État est resté un propriétaire important dans Finnair et pourquoi la survie de l’entreprise pendant la crise actuelle est importante d’un point de vue national.
Il existe un accord tacite entre Finnair et l’État sur les intérêts convergents dans le développement des liaisons internationales. Le point sensible est de savoir quel type de lignes domestiques devrait être inclus dans cet accord.
Helsinki-Vantaa est le seul aéroport rentable pour la société d’État Finavia, propriétaire des aéroports. Les bénéfices de cet aéroport sont utilisés pour maintenir un réseau de vingt aéroports en Finlande.
D’un point de vue commercial, cela n’est pas attrayant pour Finavia, et les vols intérieurs ne sont pas non plus une rente pour Finnair. Par conséquent, la décision de Finnair d’abandonner les vols vers de nombreuses villes de province pendant au moins la saison estivale a déclenché les critiques des politiciens. Une connexion aérienne est considérée comme importante pour les entreprises dans les régions.
Helsingin Sanomat estime qu’il faudra étudier s’il vaut la peine de maintenir ces aéroports et lignes de province. L’investissement dans les liaisons ferroviaires à grande vitesse pourrait fai pencher la balance en direction du ferroviaire en Finlande. Il y a tellement d’interrogation dans l’avenir du trafic aérien que maintenir même l’aéroport d’Helsinki-Vantaa nécessitera des efforts.
Une solution partielle aux problèmes pourrait être de transférer certains aéroports aux villes et aux régions. Alors, les besoins pourront être évalués localement. S’il y a suffisamment de passagers, il y aura probablement aussi des compagnies aériennes prêtes à les desservir.
HS

Frontières

L’Estonie a refusé l’entrée du pays à une cinquantaine de Finlandais
La frontière entre la Finlande et l’Estonie a été réouverte pour les déplacements professionnels ou pour raisons familiales jeudi dernier. Il s’agit d’une décision basée sur la réciprocité.
Les gardes-frontières estoniens ont refusé, entre jeudi et dimanche, l’entrée du pays à 54 Finlandais qui n’ont pas rempli les critères d’entrée.
Les gardes-frontières finlandais ne peuvent pas empêcher la sortie des Finlandais du pays.
Dans l’autre sens, l’entrée en Finlande a été refusée à seulement cinq Estoniens, parce que deux gardes-frontières finlandais avaient été placés au port de Tallinn pour conseiller les passagers estoniens avant leur départ.
Selon Eckerö Line et Tallink Silja, depuis jeudi dernier, il y a eu moins de 500 passagers à bord de leur ferry, même s’il y a de la place pour plus de 2000.
Les critères de l’entrée dans le pays décidés par le gouvernement finlandais, en vigueur à partir du 14 mai, sont les mêmes pour les ressortissants de tous les pays Schengen.
HS

Education

De grandes différences entre les écoles sur le nombre d’élèves absents
Selon les autorités, 12 % des élèves ont été absents des écoles jeudi et vendredi de la semaine dernière, premiers jours de réouverture des écoles.
Les chiffres exacts ne sont pas publiés mais, dans certaines communes il y a considérablement plus d’absences. Par exemple, à Kouvola 20 % et à Iisalmi 22 % des élèves ont été absents jeudi et vendredi. Lundi, 28 % des élèves à Iisalmi ont été absents. Les écoles de cette commune n’exigent pas de certificat médical lié à l’absence de l’élève.
Depuis l’ouverture des écoles, il y a eu quelques cas de contamination de coronavirus, notamment à Helsinki, Porvoo et Mäntsälä.
HS

Résultats du baccalauréat
Helsingin Sanomat publie les résultats du baccalauréat. Ce printemps, plus de 25 000 élèves ont eu leur diplôme de bachelier.
Au total des mentions par élèves, ce sont toujours les lycées de la capitale qui occupent les meilleures places (le premier lycée de province, de Lahti, n’est que dixième).
Le lycée franco-finlandais se classe à la 25ème place dans ce classement.
Les filles ont eu de meilleurs résultats que les garçons dans toutes les matières, sauf trois : les mathématiques longues, la chimie et l’anglais. C’est dans l’épreuve de langue maternelle que les écarts en faveur des filles sont les plus importants.
Selon l’experte Sirkku Kupiainen, cela ne constitue pas une surprise. Et elle considère que les meilleurs résultats des garçons en anglais montrent que cela n’est pas à l’école que les Finlandais apprennent cette langue, mais par la musique, les films et les jeux électroniques.
HS

Europe

La ministre des Affaires européennes Tytti Tuppurainen sur le fonds de relance de 500 milliards : "Les responsabilités financières doivent être complètement claires"
« La proposition conjointe de l’Allemagne et de la France pour un fonds de relance de l’UE est un résultat significatif. Il est positif que des pays envisagent les réponses de l’UE à la crise du coronavirus et à la future relance », a commenté le ministre européen Tytti Tuppurainen sur Twitter sur la proposition allemande et française d’un fonds de relance de 500 milliards d’euros.
Selon Tuppurainen, la position de la Finlande sur le fonds de relance est « constructive et ouverte ». « Nous sommes prêts à examiner différentes options. Nous avons besoin des meilleurs outils possibles pour la relance de l’économie de l’Europe. Les négociations proprement dites auront lieu sur la base de la proposition à venir de la Commission et le gouvernement finlandais prendra position sur cette proposition », a commenté Tuppurainen.
Selon Tuppurainen, « la reconstruction doit être basée sur une croissance durable ».
« Le financement devrait soutenir la relance numérique, les objectifs du Green Deal, la recherche et l’innovation. De plus, les responsabilités financières doivent être parfaitement claires. »
KL

Pour les revues précédentes, cliquer ici.

publié le 20/05/2020

haut de page