Revue de la presse du mardi 10 septembre

Politique étrangère et européenne

Royaume-Uni

Propos de l’ambassadeur Dodd
Aamulehti publie un entretien avec Tom Dodd, ambassadeur du Royaume-Uni, qui a effectué une visite à Tampere.
M. Dodd souligne que le gouvernement britannique s’est engagé en faveur du Brexit et que le Royaume-Uni quittera l’Union européenne à la fin du mois d’octobre. « Le Brexit sans accord est une possibilité très vraisemblable », selon l’ambassadeur britannique.
Malgré le Brexit, M. Dodd encourage les étudiants à faire encore des études en Grande-Bretagne. Les droits d’inscription ou le processus de sélection ne changeront pas, au moins pendant les deux prochaines années universitaires.
M. Dodd rappelle aux entreprises que la Grande-Bretagne est la cinquième économie mondiale avec ses 66 millions de consommateurs.
Il souligne que le Brexit ne changera pas les relations diplomatiques avec la Finlande. La coopération scientifique, culturelle et de défense pourrait encore être approfondie entre les deux pays. Ceux sont des thèmes que M. Dodd a évoqués avec les ministres finlandais.
« La Grande-Bretagne quittera l’Union européenne, non l’Europe », selon M. Dodd.
AL/A4

Drones

« La Finlande pourrait être en avance sur les autres dans le domaine des drones » AL
Les drones sont d’ores et déjà utilisés pour exécuter différentes tâches, mais le business de ces engins n’en est qu’à ses débuts, écrit Aamulehti. La règlementation de l’UE pourrait contribuer à une extension du domaine.
En l’espace des cinq années à venir, le marché des services par les drones est évalué à 40 milliards d’euros. L’expert en chef à Traficom, Jukka Hannola, pense que la Finlande pourrait être en avance sur les autres pays au moment où, l’été prochain, l’UE mettra en place une règlementation sur les drones. La Finlande, qui a jusqu’ici permis une grande liberté pour les utilisateurs des drones et favorisé le développement du domaine, appliquera des règles plus strictes.
Selon Hannola, les perspectives de croissance dans le domaine des drones finlandais s’avèrent de plus en plus favorables en raison des nouvelles règlementations qui permettront un accès plus facile sur le marché étranger où les règles sont, de toute manière, plus strictes qu’en Finlande.
L’enregistrement des drones commerciaux auprès de Traficom est devenu obligatoire en 2015 et, depuis, leur nombre est en régulière augmentation. Début septembre, sur le nombre global d’aéronefs de 3 461, on compte 2 764 drones.
Une majorité des utilisateurs de drones en Finlande sont de locaux et de taille modeste.
AL10.9/A15

Politique intérieure

Gouvernement

Propos de Mme Kulmuni sur le budget
Uusisuomi.fi rapporte que la ministre de l’Economie Katri Kulmuni, nouvelle présidente du Parti du centre, a été invitée au déjeuner de l’association des journalistes de politique intérieure. Mme Kulmuni préside désormais le groupe ministériel du Centre et les ministres gardent leurs portefeuilles jusqu’à nouvel ordre.
Mme Kulmuni souligne l’importance des mesures nationales afin de renforcer la croissance économique finlandaise, vu que les incertitudes ont augmenté dans l’économie internationale.
« Il faut que l’économie reste équilibrée. Il est crucial de tenir au programme gouvernemental », selon Mme Kulmuni.
La première épreuve du feu de la nouvelle présidente du Centre sera les arbitrages budgétaires du gouvernement dans une semaine. « Il faut trouver des mesures pour l’emploi, surtout du côté des partenaires sociaux. Il est important d’obtenir 30 000 emplois de plus pendant la première année du gouvernement pour maintenir l’équilibre économique. »
Mme Kulmuni évoque entre autres le problème de l’adéquation entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi et souligne qu’il faut se mettre d’accord sur des mesures compensatoires pour l’emploi avant que le gouvernement présente son projet de supprimer le modèle d’activation des chômeurs.
Mme Kulmuni n’a pas commenté en détail la baisse de 100 millions d’euros des subventions accordées aux entreprises, inscrite dans le programme du gouvernement.
us.fi

Accord sur le budget de l’éducation
Selon les sources d’Helsingin Sanomat, les universités et les écoles supérieures professionnelles auraient dès l’année prochaine les crédits supplémentaires promis dans le programme gouvernemental, soit 60 millions d’euros, même si le ministère des Finances s’y oppose. Les détails seront peaufinés cette semaine.
Les représentants des universités se sont irrités à la mi-août quand le ministère des Finances a proposé un financement de 10 millions d’euros pour les universités et 5 millions d’euros pour les écoles supérieures professionnelles pour 2020.
Selon le quotidien, il y aurait également un accord sur les crédits supplémentaires de 100 millions d’euros pour la protection de la nature. Le ministère des Finances a proposé une augmentation de 25 millions d’euros seulement pour 2020.
HS/A13

Justice

La mise en place des peines traine concernant des centaines de jugements
Helsingin Sanomat rend compte du fait que des centaines de jugements sont restés bloqués dans des tribunaux d’instance de 2013 en 2019 en raison d’un problème de communication. Ainsi, 579 jugements n’ont pas été exécutés et il n’est pas exclu que, concernant une partie d’entre eux, il y ait prescription.
La ministre de la Justice, Anna-Maja Henriksson, considère l’affaire comme extrêmement grave et compte s’entretenir avec les fonctionnaires compétents pour avoir plus d’informations.
La mauvaise communication serait liée à un problème dans les systèmes informatiques.
HS/A8

Sécurité sociale

Sondage sur les attitudes des Finlandais
Uusi Suomi rend compte d’un sondage effectué par le patronat EVA sur les attitudes des Finlandais à l’égard de la sécurité sociale.
Plus de la moitié des Finlandais estiment qu’il faudrait cibler les services et aides publics pour ceux qui en ont le plus besoin et qui sont dans la position la plus faible.
29% des personnes interrogées sont entièrement d’accord avec l’affirmation d’Eva que « les aides publiques sont devenues des droits acquis utilisées y compris par des personnes qui n’en auraient pas forcément besoin ». 38% sont plus ou moins d’accord avec cette affirmation, alors que 4% ne sont pas du tout d’accord et 14% ne sont pas d’accord.
Selon EVA, cette attitude n’est pas liée au statut socio-économique des personnes interrogées.
EVA a également présenté l’affirmation selon laquelle « une sécurité sociale exhaustive rend les gens paresseux et n’encourage pas l’esprit d’initiative ». 38% sont entièrement ou plus ou moins d’accord, alors que plus de la moitié ne le sont pas. En 1992, plus de la moitié étaient d’accord, et il y a deux ans, 45% l’étaient.
87% des Finlandais estiment qu’il revient à chaque habitant de travailler et de payer des impôts afin de financer l’Etat-providence.
60% des personnes interrogées estiment qu’il faut conditionner la sécurité sociale et ne sont ainsi pas favorables à un revenu universel.
Uusi Suomi

publié le 10/09/2019

haut de page