Revue de la presse du lundi 9 septembre

Politique étrangère et européenne

Diplomatie

Interview de Pekka Haavisto
Helsingin Sanomat publie un portrait du nouveau Ministre des Affaires étrangères. M. Haavisto est présenté comme le seul ministre du gouvernement qui n’a pas pris de vacances cet été et un ministre très exigeant pour ses collaborateurs et son administration.
M. Haavisto se félicite du programme du nouveau gouvernement qui comporte la marque de son parti, les Verts, et de ses centres d’intérêts, notamment, les Nations-Unies, le rôle des filles et des femmes dans les pays en développement, la coopération nordique et la coopération européenne. Il relève avec satisfaction que le gouvernement de M. Sipilä a fait preuve d’activisme grandissant sur les questions européennes et que la coopérationd e défense avec la Suède s’est renforcée. En revanche, il se démarque nettement des prises de position de son prédécesseur, opposé à l’avortement.
« Un haut fonctionnaire estime qu’aujourd’hui on a dans les cercles européens une attitude plus positive à l’égard du nouveau ministre aux positions plus libérales que son prédécesseur.
Concernant sa coopération avec le président de la République, M. Haavisto déclare que leur relation a très bien fonctionné et il apprécie fortement les relations que M. Niinistö a pu louer avec les présidents russe, chinois et américain.
HS

Politique européenne

Editorial
Rinne prend ses distances avec les faucons européens

Kauppalehti rappelle que ces dernières années, la Finlande avait fait partie des pays défenseurs de l’orthodoxie budgétaire qui, sous la direction des Pays-Bas, dans le groupe hanséatique, freinait pour toute solidarité financière ou tout projet de budget de la zone euro.
« Avec le remplacement de M. Sipilâ par M. Rinne au poste de Premier ministre, le gouvernement peut désormais changer de politique européenne. Le gouvernement Rinne a d’ailleurs déjà discuté des coalitions auxquelles il veut participer. La participation à la ligue hanséatique ne va plus de soi. Un autre témoignage de cette nouvelle ligne politique est que le sherpa du premier ministre en politique européenne n’est plus le secrétaire d’Etat Kare Halonen mais désormais Jari Luoto, le conseiller de M. Rinne.
KL

Estonie

Editorial
La Finlande, objet des tensions politiques en Estonie

Helsingin Sanomat note que le parti populiste estonien Ekre et son journal Uued uudised critiquent régulièrement la Finlande. La fusillade de Porvoo perpétrée par des Suédois contre des policiers a été l’occasion de mettre en garde contre le multiculturalisme et le fait que la Finlande n’était pas un pays sur. On accuse aussi la Finlande de finlandisation vis-à-vis de Bruxelles quand la présidence finlandaise défend l’Etat de droit.
HS

Transport – UE

La réforme sur les voitures sans permis reportée
Sanna Marin (PSD), ministre des Transports, relève qu’il s’agira d’essayer de modifier le projet de loi concernant les véhicules légers sans permis bridés à 60km/h et de reporter son entrée en vigueur d’un an, jusqu’au 1er novembre 2020. La Commission recommandait en effet à la Finlande de revoir son projet.
Selon Mme Marin, il n’y a pas de garantie sur le fait que même avec les modifications, ce projet puisse être conforme aux règles européennes.
HS/sam/A10

Finlande – Irak

La Finlande rouvre son ambassade en Irak
Le Président Niinistö a nommé Vesa Häkkinen ambassadeur à Bagdad à compter du 15 novembre 2019.
L’ambassade à Bagdad a été fermée depuis 1991, et les relations diplomatique ont été gérées depuis la Syrie et le Liban, et ces dernières années, par un ambassadeur itinérant.
La Finlande ne dispose plus de ses anciens locaux sur place et partagera par la suite des locaux avec la Suède.
HBL/sam/5

Education – diminution des échanges à l’étranger

Le nombre d’étudiants finlandais qui partent en échange a diminué de 15%
Alors qu’il y a trois ans, 10 500 étudiants sont partis en échange à l’étranger, en 2018, il n’y en avait plus que 8800. Selon la Direction nationale de l’éducation, concernant les étudiants des universités générales, la part est passé de 25% à 22% et concernant les étudiants des universités professionnelles, de 15% à 12%.
Une partie des étudiants craignent que leurs études se ralentissent avec un séjour à l’étranger. D’autres trouvent difficile de trouver le moyen de partir avec les arrangements concernant le logement, l’emploi et… les amis.
HBL/sam/4-5

Démographie de Helsinki

La plupart des nouveaux habitants d’Helsinki ont une langue maternelle autre que le finnois, le suédois ou le sami
La population de Helsinki a dépassé les 650 000 habitants cet été.
50% de la croissance démographique est constituée par de nouveaux arrivés qui viennent à Helsinki d’ailleurs de Finlande et 37% de personnes venant de l’étranger. 50% des personnes qui viennent des autres villes finlandaises, ont une langue maternelle autre que le finnois, le suédois ou le sami.
Depuis le début de la décennie, 85% des nouveaux habitants ont été de langue maternelle étrangère, et c’est le cas de 15% des habitants à Helsinki et Espoo, et de 19% à Vantaa. Selon les prévisions, 25% des habitants de la région de Helsinki seront de langue maternelle étrangère d’ici 2035. Les langues étrangères les plus représentées dans les écoles sont l’arabe, le somali et le russe.
HS/sam/A4

Mer Baltique

Pollution
Helsingin Sanomat rend compte de la recherche maritime qu’effectue le Centre environnemental de Finlande, Syke, sur l’état de la mer Baltique. Cet été, les chercheurs ont trouvé plus de zones de fond de mer sans vie que la dernière fois.
Selon Seppo Knuuttila, chercheur de Syke, la charge en émissions de phosphore et d’azote a beaucoup diminué depuis le début des années 2000, grâce à des mesures prises en Russie. Les émissions finlandaises en revanche n’ont pas diminué depuis 1995.
M. Knuuttila estime que la solution dépend de l’ensemble constitué par la consommation et la production de denrées alimentaires. Les émissions devraient être diminuées dans l’agriculture et la sylviculture.
Un changement du régime alimentaire serait une façon efficace de diminuer les émissions en nutriment. Il permettrait de diminuer l’espace cultivé. Actuellement, 70% des champs finlandais sont consacrés à la production de denrées alimentaires animales. La production agro-alimentaire engendre 60% de l’empreinte des consommateurs finlandais en ce qui concerne le mer Baltique. La viande bovine et les produits laitiers constituent l’impact le plus important.
Depuis 1990, la température de la mer Baltique a augmenté de deux degrés. Cela contribue à l’augmentation des zones sans oxygène du fond de la mer, ce qui accélère la libération de phosphore du fond.
HS/sam/A27-28

Espèces invasives - Pectinatelle
Helsingin Sanomat relève que la pectinatelle (Pectinatella magnifica), bryozoaire d’eau douce, arrivée en Finlande il y a vingt ans par le canal de Saimaa, a rapidement augmenté. Il est probable que, par la suite, on en trouvera dans de plus en plus de lacs.
Comme le changement climatique augmente la température moyenne de l’eau des lacs, les conditions sont en train de devenir plus favorables aux colonies de pectinatelles.
HS/sam/A31

Défense

« Les missiles à portée intermédiaire ne changeront pas les rapports de force »
La fin du traité de désarmement INF est une chose grave mais ne conduira pas forcément à une course aux armements, écrit le professeur de stratégie de l’Ecoles des Hautes études de défense nationale Antti Pihlajamaa.
Début août, les Etats-Unis se sont retirés du traité INF conclu en 1987 qui prévoyait le démantèlement par les Etats-Unis et l’URSS de missiles à portée intermédiaire.
Ces dernières années, les Etats-Unis ont accusé la Russie d’avoir enfreint au traité. Le retrait des Etats-Unis peut aussi s’expliquer par l’absence dans le traité de la Chine, considéré comme le principal concurrent par les Etats-Unis ainsi que par l’indifférence de l’administration du président Donald Trump à participer à divers accords limitatifs. Depuis son retrait en octobre 2018, la peur d’une course aux armements dans un esprit de guerre froide refait surface de temps à autre.
La fin du traité INF est une chose grave car elle révèle les mauvais rapports entre les superpuissances et la situation d’impasse des systèmes internationaux basés sur les accords mutuels.
Néanmoins, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions et penser que la course aux armements s’en trouverait accélérée. Il convient aussi de noter que le traité de désarmement ne concernait pas du tout la limitation des missiles à portée intermédiaire lancés depuis la mer ou l’air.
En somme, la fin du traité INF peut, pour l‘instant, être davantage perçue comme le reflet d’un monde changé que comme une plaque tournante ou une accélération dans la course aux armements. L’avenir proche reste néanmoins ouvert.
En août, les Etats-Unis ont effectué un test en lançant un missile depuis le sol à une portée de 500 km. Ce test avait surtout une signification politique. Le pays tenait à souligner son retrait du traité en démontrant qu’il est capable de lancer un missile auparavant interdit par le traité. Cependant, des mois, voire des années, peuvent s’écouler entre un test de missile isolé et la mise en service opérationnelle de l’engin.
HS6.9/A5

Politique intérieure

Parti du Centre

« Le Centre a choisi Katri Kulmuni comme présidente » HS
« Katri Kulmuni promet un nouveau décollage »

La ministre de l’Economie a été élue, samedi, par 1092 voix contre 829 comme présidente du parti du Centre, en remplacement de Juha Sipilä qui avait annoncé sa démission après les élections législatives.
Dans son discours, après son élection, Mme Kulmuni a déclaré qu’elle souhaitait redresser l’audience de son parti. « Le Centre ne peut pas être un parti à 10%, il doit être un parti à 20% d’audience ! ».
Elle s’est prononcée en faveur des territoires.
Elle n’a pas l’intention de changer les portefeuilles ministériels de son parti, au moins à court terme. Elle compte se concentrer sur les affaires de son parti, en plus de sa tâche de ministre de l’Economie.
Helsingin Sanomat juge que, même si il a pu sembler que la bataille pour la présidence n’a pas créé de divisions dans le parti, en réalité ces dernières semaines la campagne a été intense et pourrait laisser des traces dans le parti. Ce n’est pas pour rien que Mme Kaulmuni a chaleureusement remercié son adversaire.
HS

« Une personnalité politique intelligente et qui apprend vite » HS
Helsingin Sanomat souligne que la jeune présidente du Centre, Mme Katri kulmuni, qui vient de Tornio (Laponie) a un père entrepreneur et une mère institutrice. Elle a étudié les relations internationales et fait une partie de ses études à Saint-Petersourg. Elle parle d’ailleurs le russe, en plus de l’anglais du suédois et du français.
Comme M. Kaikkonen, elle est entrée en politique comme conseillère de l’ancien ministre Paavo Väyrynen.
Elle est un fervent défenseur de la politique régionale d’aménagement du territoire.
Elle est considérée comme légèrement plus « à gauche » que son adversaire et surtout que le président du parti Juha Sipilä. Elle fait souvent référence à la tradition sociale de son parti. Elle apparaît comme un défenseur de la Finlande du Nord et de l’Est.
HS AL

Mme Kulmuni pourrait réussir à relever l’audience du Centre
Pour le politologue Ilkka Ruostesaari, Mme Kulmuni peut réussir à faire revenir les électeurs du Centre, mais cela dépendra beaucoup du succès du gouvernement.
Le politologue Ville Pitkänen juge qu’il serait plus facile pour la présidente du parti de forger une nouvelle ligne politique dans l’opposition.
HS AL

Editoriaux
« Le Centre passe sous la direction de Mme Kulmuni » HS
« Une tâche difficile » TS
« Une mission quasi impossible » IL

Helsingin Sanomat relève que la très populaire ministre de la Santé Annikka Saarikko, qui soutenait Antti Kaikkonen, a annoncé dès vendredi qu’elle ne se présenterait pas au congrès du parti de juin 2020 pour la présidence du Centre, « mettant ainsi fin aux spéculations sur le fait que la présidence ne serait qu’une présidence de transition ».
« La nouvelle présidente aura la lourde tâche de retrouver les électeurs du parti. Heureusement pour elle, les prochaines élections législatives ne sont qu’en 2023 ».
Turun Sanomat estime que le choix de Mme Kulmuni de laisser le portefeuille des Finances à M. Lintilä est à double tranchant : elle évite d’avoir à assumer les décisions difficiles d’économies, mais elle risque d’avoir un ministre qui lui fait de l’ombre.
Iltalehti estime que Mme Kulmuni aura du mal à trouver des électeurs : les Vrais Finlandais ont pris la place du Centre dans les territoires délaissés et le Kokoomus parmi les petits entrepreneurs. Le fait d’être au gouvernement alors que ces partis sont dans l’opposition ne va pas lui faciliter la tâche. Mais comme Mme Kulmuni a déclaré qu’elle n’excluait pas de coopérer un jour avec les Vrais Finlandais, le premier ministre Rinne sera à son écoute pour ne pas risquer de la perdre.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet souligne l’écart clair entre Mme Kulmuni et M. Kaikkonen, mais note que la tâche de la nouvelle présidente de faire repartir l’audience du parti ne sera pas facile. Mme Kulmuni répète encore et encore les mêmes clichés sur l’importance que la région et de la commune de chaque Finlandais fournisse des soins de personnes âgées ou bien des écoles. Elle souhaite que tous les membres du Centre puissent participer et se sentir comme une partie du mouvement. L’éditorialiste note que pour l’instant, il n’est pas clair de savoir comment elle envisage de le faire.
HS TS IL Hbl

Rassemblement national

Mme Kokko nommée secrétaire générale du Rassemblement national
Selon Aamulehti, le conseil national du Rassemblement national (Kokoomus) a élu samedi, à l’unanimité, Kristiina Kokko au poste de secrétaire générale du parti en remplacement de Janne Pesonen qui a occupé ce poste pendant trois ans. Mme Kokko a travaillé antérieurement dans les organisations du parti. Au printemps dernier, elle a été conseillère du groupe ministériel du Kokoomus.
AL/dim/A14

Présidence de Finlande

Popularité record du Président Niinistö
Helsingin Sanomat rapporte que selon les résultats d’un sondage d’opinion sur la réussite du Président Sauli Niinistö dans ses fonctions, M. Niinistö, qui est président depuis sept ans et demi, n’a jamais été aussi populaire qu’actuellement.
91 % des personnes interrogées estiment qu’il a très bien réussi ou assez bien réussi dans sa tâche. 3 % seulement sont mécontents de lui. 5 % ont une attitude neutre et 2 % ne se prononcent pas.
96 % des électeurs du Kokoomus sont très ou assez satisfaits, et même 83 % des partisans de l’Alliance des gauches.
Le sondage a été effectué entre le 19 et le 29 août auprès de 100 personnes.
HS/sam/A8

Editorial
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que le résultat du sondage témoigne du prestige de M. Niinistö mais aussi de l’attitude à l’égard des autres politiciens en Finlande et à l’étranger. Les mauvaises nouvelles internationales font que les citoyens cherchent la stabilité quelque part. En Finlande, ce refuge c’est le chef de l’Etat.
HS/sam/A5

Economie

Social

Salaires
Helsingin Sanomat rapporte que selon les statistiques salariales publiées par le Centre national de la statistique, le revenu médian a été de 3 079 euros par mois en 2018, contre 3 018 euros par mois en 2017. Le décile le mieux payé a gagné plus de 5 152 euros par mois et le décile le moins payé moins de 2 184 euros par mois.
Les statistiques couvrent 179 différents professions. Dans 48 % des professions, les hommes ont gagné plus que les femmes. Seulement dans 6 % des professions, les femmes ont gagné plus que les hommes. Il s’agit par exemple des vétérinaires. Les hommes et femmes gagnent autant dans les professions comme les architectes ou le personnel soignant.
Le revenu médian des hommes a été de 19,2 euros de l’heure et celui des femmes de 16,5 euros de l’heure. Le niveau médian des femmes correspond donc à 86 % de celui des hommes.
HS/sam/B8

Entreprises

Nokian Renkaat en difficulté à cause de la guerre commerciale
Helsingin Sanomat relève que Nokian Renkaat, entreprise finlandaise qui fabrique des pneus, annonce qu’elle commencera les négociations avec les employés afin de diminuer une cinquantaine d’emplois. Les négociations touchent environ 500 personnes.
« La raison la plus importante des négociations est la conjoncture générale. L’Allemagne est un grand marché et le marché s’est déjà détérioré considérablement. De plus, la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis et le Brexit ont créé une incertitude qui a vraisemblablement eu en effet sur le marché automobile », selon Esa Eronen, directeur chargé de la chaîne d’approvisionnement à Nokian Renkaat.
HS/ven/A39

Kone intéressé par Thyssenkrupp
Le groupe finlandais Koné a admis être intéressé par la branche des ascenseurs de l’Allemand Thyssenkrupp. Le conseil d’administration de Thyssenkrupp devrait prendre une décision sur le sort de sa branche ascenseur cette semaine.
HS

Vin – technologie pour diminuer le taux d’alcool du vin
Aamulehti présente Winemill, le premier appareil destiné à diminuer le taux d’alcool du vin sans pour autant avoir un effet sur le goût. La technologie a été développée par Sami Gauffin avec l’Université Aalto. Il s’agit d’enlever un tiers de l’alcool dans une bouteille de vin. Lors du processus breveté, plus de la moitié des sulfites disparaît aussi.
AL/6.9/B5

France – Finlande

Festival de Bande dessinée

Willem
Le dessinateur de Charlie Hebdo Willem était l’invité du festival de bande dessinée qui s’est tenu le week end dernier à Helsinki. Helsingin Sanomat présente l’exposition qui lui est consacrée jusqu’au 31 septembre.
HS

Cinéma

Celle que vous croyez
Helsingin Sanomat a publié une interview de Juliette Binoche et une critique favorable de Celle que vous croyez de Safy Nebbou à l’occasion de la sortie du film dans les salles en Finlande, vendredi.
Hufvudstadsbladet publie une critique du film, samedi.
HS/6.9/B1-3, HBL/sam/38

Gastronomie

Boulangerie Rezé
Helsingin Sanomat a interviewé Kaisu Rezé, patronne de la boulangerie Rezé qui a fêté ses 30 ans l’année dernière et qui tient au pain traditionnel français, les recettes traditionnelles, le levain et la levure sans additifs. Depuis le début, l’entreprise a toujours employé au moins un boulanger français. Les produits ont obtenu le label Boulangerie traditionnelle française.
HS/HS-Helsinki/13

publié le 09/09/2019

haut de page