Revue de la presse du lundi 9 mars

Politique étrangère et européenne

Nations-Unies

Journée internationale des droits des femmes
« Elle est une légende » KS/STT
« Sanna Marin a enthousiasmé à New York » HS

La Première ministre de Finlande s’est exprimée à l’Assemblée généra le de l’ONU lors des manifestations pour la journée internationale des droits des femmes, vendredi.
Elle a aussi rencontré le secrétaire-général de l’ONU, M. Gutteres et donné une conférence à l’université de Columbia.
HS KS

Migrants – Turquie – Grèce

Mme Marin déclare avec de la compréhension pour l’action de la Grèce
Mme Ohisalo estime que la Grèce devrait continuer à recevoir les demandes d’asile
M. Haavisto souligne l’importance du dialogue avec la Turquie

La première ministre, Sanna Marin, lors de l’interview mensuelle d’Yle, a critiqué la Turquie pour l’influence hybride exercée. Elle estime qu’il est démesuré que la Grèce en tant qu’Etat disposant d’une frontière extérieure de l’UE, doive assumer seules une responsabilité de cette envergure. Elle dit qu’elle comprend l’action de la Grèce dans une situation où la Turquie pousse des personnes vers la Grèce. Elle note que l’on a pris une décision commune dans l’UE pour soutenir la Grèce et y envoyer de l’aide et du matériel.
Pour Mme Marin, la Grèce n’a pas rejeté sa responsabilité d’accueillir des demandeurs d’asile, mais a interrompu le traitement des demandes pour une durée déterminée. Elle estime qu’il reviendra à la Cour européenne des droits de l’homme plus tard de définir si la Grèce a agi dans le respect des conventions internationales.
Elle considère comme condamnable que la Turquie utilise des personnes en détresse pour faire pression sur l’UE. « Je comprends la Grèce pour avoir mis en place des mesures dures dans une situation exceptionnelle. » Elle rappelle que la Finlande aussi dispose d’une frontière extérieure de l’UE et relève que la législation finlandaise permet de fermer des postes frontaliers et de restreindre l’arrivée dans le pays si la Finlande devenait la cible d’influences hybrides et de pressions.
Concernant la Turquie, elle souhaite que l’on puisse s’entretenir avec ce pays au niveau européen.
En ce qui concerne l’annonce des Vrai Finlandais de déposer une motion de censure sur l’action du gouvernement afin d’empêcher une crise migratoire, elle regrette que ce parti transforme cette situation en une question de politique intérieure. Quant à la proposition du Rassemblement national de mettre en place la possibilité de restreindre les demandes d’asile pour une durée déterminée, Mme Marin ne la rejette pas. Elle réfléchit à l’éventualité qu’un grand nombre de personnes soit transporté à la frontière finlandaise dans le but d’ébranler la société du pays.
La ministre de l’Intérieur, Maria Ohisalo, estime que la Grèce devrait recevoir les demandes d’asile. En dernier lieu, ce pays sera responsable devant de la Cour européenne des droits de l’homme concernant sa décision de geler les demandes.
Mme Ohisalo souligne que le rôle de la Finlande était d’aider la Grèce à se charger de ses obligations internationales.
Le ministre des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, qui a participé à la rencontre avec ses homologues européens, vendredi, souligne l’importance de continuer le dialogue et les échanges avec la Turquie. Ces derniers mois, les échanges ont été réservés en raison de l’attaque turque dans les zones kurdes. M. Haavisto estime que, de ce fait, la Turquie appréciera désormais un contact politique direct.
Concernant l’aide financière à la Turquie, M. Haavisto n’exclut pas que l’UE accélère par la suite le versement du reste du paquet de six milliards d’euros.
HS/lun/A16, sam/A12-13, KS/sam/19

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le fait que l’UE n’ait pas réussi à gérer son problème migratoire ne dépend pas tellement du manque de crédits mais plutôt de l’incapacité des Etats membres en matière de prise de décision. Entre une arrivée incontrôlable de migrants et leur accueil avec du gaz lacrymogène, il faut que les Etats membres trouvent une solution durable. La crise aux frontières extérieures de l’UE ne sera pas la dernière, selon l’éditorialiste.
HS/sam/A4

Motion de censure des Vrais Finlandais
Le Rassemblement national et les Démocrates-Chrétiens ont dit qu’ils prendraient une décision sur le fait de savoir s’ils s’associeraient à la motion de censure que les Vrais Finlandais envisagent de déposer, une fois le texte de la motion connu.
HS/sam/A12

La situation en Grèce reflète-t-elle un changement de valeurs ?
La ministre de l’Intérieur, Maria Ohisalo a tweeté sur le fait que demander l’asile était un droit fondamental et que, de façon générale, il fallait tenir au maintien de ce droit, mais que l’on n’était pas partout et toujours dans une situation idéale.
Le président du groupe parlementaire du Rassemblement national, Kai Mykkänen, a dit qu’interrompre les demandes d’asile pour une durée déterminée ne signifiait pas rejeter les conventions internationales, mais les interpréter.
Helsingin Sanomat a interviewé des spécialistes de relations internationales sur le fait de savoir si la conception européenne des droits de l’homme a changé.
Martti Koskenniemi, professeur en droit international de l’Université de Helsinki, estime que les valeurs européennes n’ont pas changé au point où les Etats membres seraient prêts à considérer l’Europe comme une zone où on ne peut pas demander un asile. Il considère que, concernant l’interprétation des conventions internationales M. Mykkânen a tort, rapporte Demokraatti.
Matti Vanhanen, président du Parlement, estime que l’UE pourra mieux assumer sa part de responsabilité en négociant aussi avec la Turquie et en la soutenant.
Pertti Salolainen, ancien ministre du Rassemblement national, estime que la Grèce se trouve dans une impasse. Il estime qu’il faut qu’un pays dispose du droit de mettre en place une sorte de pause pour laisser la situation se calmer un peu.
HS/dim/A8

Finlande - Chine

Plateformes logistiques
Kauppalehti rapporte qu’une société d’investissement chinoise gère désormais les principales plateformes logistiques en Finlande.
Les Chinois gèrent en effet désormais des plateformes logistiques représentant 1,3 million m². Is s’agit entre autres des plateformes logistiques centrales près de l’aéroport Helsinki-Vantaa et du port de Vuosaari et des principaux centres ferroviaires.
L’Etat, qui avait 34 % des actions de la société immobilière Sponda en 2010, a vendu toutes ses actions en 2010 et 2012. Les actions ont ensuite été vendues en 2015 à la société d’investissement américaine Blackstone qui les a vendues à la société d’investissement de l’Etat chinois CIC.
La Commission européenne s’est inquiétée de la vente des sites stratégiques aux Chinois. A partir du mois d’octobre prochain les Etats membres pourront échanger des informations sur les investissements directs des pays tiers.
HS/A14

Politique intérieure

Coronavirus

30 cas en Finlande à ce stade
Helsingin Sanomat rapporte que l’Institut de la santé publique THL a annoncé lundi à 11 h que le nombre de cas de coronavirus est actuellement de 30. Les cas les plus récents ont été détectés dans la région d’Helsinki, près de Tampere et de Kuopio.
A Helsinki, environ 60 élèves et membres du personnel de l’école primaire de Lauttasaari sont mis en quarantaine chez eux parce qu’un enseignant a eu le virus.
A Kangasala, près de Tampere, un collège a été fermé parce que 90 élèves et enseignants ont été exposés au virus.
hs.fi

Finnair annule des vols
Selon Helsingin Sanomat, la compagnie aérienne Finnair annule environ 200 vols vers l’Europe et la Russie entre le 20 et le 28 mars, ainsi que quelques vols domestiques, du fait que quelques vols sont quasiment vides.
Les vols avec Milan du 9 mars au 7 avril ont déjà été annulés auparavant.
Aujourd’hui Finnair a annoncé l’annulation des vols à Rome du 12 mars au 7 avril.
Selon les nouvelles conditions publiées par Finnair, la date des vols pourra être modifiée jusqu’au 20 novembre sans paiement.
Finnair opère normalement environ 300 vols par jour vers l’Europe.
HS/lun/A8, hs.fi

Recommandation du MAE finlandais
Le ministère des Affaires étrangères conseil au Finlandais d’éviter les voyages inutiles dans toute l’Italie.
Jusqu’à hier, la recommandation a concerné la Lombardie, l’Emilie-Romagne, le Piémont et la Vénétie.
formin.fi

Mme Marin : « La Finlande pourrait restreindre les déplacements »
Keskisuomalainen relève que la Première ministre Sanna Marin a déclaré dimanche, à l’occasion d’une interview radiophonique, qu’à ce stade on n’a pas besoin de restreindre les déplacements ou les réunions publiques en Finlande. « Si la situation change nous sommes prêts à des restrictions. »
Mme Marin a souligné que « les autorités finlandaises se sont préparées depuis janvier très systématiquement à l’arrivée du virus ».
Mme Marin estime que quelques pays ont fait des mesures de lutter contre le coronavirus« un spectacle public » et que « la prise de température à l’aéroport n’est pas une mesure efficace ».
KS/lun/6, AL/lun/A8

Propos du Président Niinistö
Selon Helsingin Sanomat, le Président Sauli Niinistö souligne qu’il faut prendre au sérieux le coronavirus. « La direction politique doit également être prudente et considérer l’utilité des voyages. » Il rappelle qu’il y a déjà eu des cas de coronavirus au siège de la Commission européenne et au Parlement français.
Le palais présidentiel ne reçoit plus de visites de groupes.
hs.fi

Economie

Energie

Un nouveau directeur pour Fennovoima
L’allemand Joachim Specht est le nouveau directeur général de Fennovoima. Il a auparavant travaillé pour l’Allemand Elektra, ainsi que E.ON, Areva, Framatome et Siemens, rapporte helsingin Sanomat.
HS

publié le 09/03/2020

haut de page