Revue de la presse du lundi 8 octobre

Politique étrangère et européenne

Russie

Editorial
« Poutine utilise le GRU comme outil de déstabilisation » HS

Helsingin Sanomat revient sur les déclarations récentes des Pays-Bas, Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande qui ont fait état de tentatives d’espionnage et d’attaques électroniques contre des organisations qui se sont intéressées à la Russie. « Le personnage principal derrière tout cela est le Président Vladimir Poutine », écrit HS.
« Le GRU qui est protégé par le Président semble lui servir d’outil pour exprimer la capacité de la Russie à déstabiliser l’occident. Le but est le même que par les opérations militaires en Ukraine et en Syrie, mais avec des moyens et des cibles plus vastes », conclut HS.
HS

Défense

La Finlande s’entraine en Norvège avec les pays de l’OTAN
Vers la fin du mois, les troupes de la défense nationale finlandaise participeront à des exercices militaires de grande envergure commandés par l’OTAN qui auront lieu du 25 octobre au 23 novembre en Norvège. Le trident Juncture 2018 regroupera environ 45 000 soldats et civils.
Organisé tous les trois ans, Trident Juncture a eu lieu dans le sud de l’Europe en 2015.
La Finlande participe aux exercices avec 600 soldats de l’armée de terre, de la marine et de l’armée de l’air.
L’exercice Trident Juncture se déroulera y compris dans l’espace aérien finlandais. La Finlande envoie sur place une dizaine de chasseurs F-18 qui opèreront depuis Rovaniemi et la Norvège. Ils seront rejoints par des F-15 et F-16 américains et belges.
L’exercice Trident testera une défense collective conforme à l’article 5 de l’OTAN. Concrètement cela signifie que la Norvège s’entraine à recevoir une aide militaire des autres pays de l’OTAN.
Le lieutenant-colonel Eero Svanberg de la défense nationale finlandaise précise que la Finlande et la Suède participent à l’exercice en qualité de pays partenaires de l’OTAN. « En opérant dans ces exercices, nous apprenons comment l’OTAN se comporte en cas de crise. Inversement, l’OTAN réalise comment elle doit se comporter avec deux pays militairement non alignés. »
Parallèlement a lieu en mer Baltique un autre exercice international, le Nothern Coasts, dont le commandement est à la charge de la Finlande qui y participe avec 1 800 soldats sur une totalité de 4 000.
Outre la Finlande, 13 pays participent à l’exercice. Le scénario de Nothern Coasts prévoit une opération de gestion de crise en mer contre un adversaire chevronné.
Outre ces deux exercices dans le nord de l’Europe, la Finlande envoie, pour la première fois, des F-18 en Alaska à l’occasion des manœuvres Red Flag qui ont lieu du 4 au 19 octobre. Il s’agit d’un des exercices militaires les plus exigeants au monde.
HS6.10/A8

Billet : « La Finlande ne peut pas se dérober de ses responsabilités au sujet des ventes d’armes » HS
« La pire crise humanitaire du monde se passe actuellement au Yémen. Débuté en 2015, le conflit a provoqué une famine qui menace plus de cinq millions d’enfants. La Finlande a sa part de responsabilité dans la situation du Yémen. Des véhicules blindés, vendus par Patria aux Emirats-arabes participent à la guerre au Yémen. Les véhicules ont été livrés sans armement mais des tourelles ont été montées sur certains engins aux Emirats-arabes », écrivent Tapio Laakso de Save the Children et Timo Mielonen, président de l’ONG pacifiste Sadankomitea (Comité des Cent).
« La responsabilité première en matière d’application des accords de Genève incombe bien sûr aux parties en guerre. Néanmoins, ce n’est pas une raison pour la Finlande pour se dérober de sa propre responsabilité de pays qui vend du matériel militaire à un pays en guerre », écrivent Laakso et Mielonen.
« Cela étant, tous les ministres et les fonctionnaires ayant accordé le permis à l’exportation des véhicules à Patria, savaient pertinemment que les engins pouvaient, par la suite, être équipés d’armes. »
HS8.10/A5

Politique intérieure

Emploi - Social

Projet de loi concernant le licenciement
Propos de chercheurs

Keskisuomalainen rend compte de propos d’Ilkka Ruostetsaari, professeur à l’Université de Tampere, qui estime que, comme les deux parties qui s’opposent actuellement, le gouvernement et le mouvement syndical, risquent de la perdre face, il n’est pas probable que l’une des deux abandonne la lutte. Le gouvernement tend l’oreille au patronat et aux entreprises, ce qui correspond, selon le professeur, à sa politique menée durant la législature.
Emilia Palonen de l’Université de Helsinki n’exclut pas qu’il s’agisse d’une provocation volontaire de la part du gouvernement pour créer des antagonismes. Elle souhaite que la politique de l’opposition ne se concentre pas que sur la défense du mouvement syndical, et que d’autres thèmes comme les coupes des crédits de l’éducation et les questions environnementales soient évoquées. Mme Palonen estime que le patronat EK, qui a évoqué la restriction des grèves à motifs politiques, souhaite aggraver les antagonismes et créer l’impression que la Finlande ait une particularité internationale du fait que les grèves à motifs politiques sont restreintes dans certains pays nordiques et en Allemagne. Mme Palonen estime que de tels propos remettent en question la légitimité de l’action des syndicats.
KS/dim

Des syndicalistes évoquent une grève générale
La confédération des ouvriers SAK s’est réunie ce week-end. Alors que des syndicalistes sont fermes concernant la demande que le gouvernement retire son projet concernant le licenciement et évoquent l’éventualité d’une grève générale, le président de la SAK, Jarkko Eloranta, ne souhaite pas menacer d’une grève générale et ne pense pas que l’on en arrivera là.
Il dit que l’ouvrier finlandais a mérité sa protection [en matière de conditions de travail] et rappelle qu’il ne s’agit pas de demander plus mais de demander à ce qu’on ne perde pas plus.
KS/sam/23

« Le Rassemblement national cèdera avant une grève générale »
Aamulehti rend compte des propos d’un journaliste spécialisé sur les questions du marché du travail, Risto Korhonen, qui s’étonne du fait qu’à six mois des élections, le gouvernement promeuve une législation pour faciliter le licenciement.
Il ne croit pas à une grève générale du fait que, pour lui, le gouvernement ne souhaitera pas mener jusqu’au bout son projet. Le Rassemblement national cédera avant d’en arriver à une grève générale.
Selon M. Korhonen, la montée du PSD dans les sondages est liée au projet présent ainsi qu’au modèle d’activation des chômeurs.
AL/dim/A14

Les mouvements sociaux continueront cette semaine
Outre les mouvements déjà en cours, la confédération du secteur industriel a annoncé, vendredi, qu’elle envisageait de mettre en place des mesures de pression plus dures.
Des grèves d’heures supplémentaires sont en cours dans différents secteurs pour continuer jusqu’au 23 ou 28 octobre voire à durée indéterminée.
Les mesures dans le secteur des transports auront le plus d’effet sur le quotidien des Finlandais et pourraient gêner le transport aérien et les ferries.
HS/lun/A8

M. Kaikkonen propose une réunion nationale

Accueil favorable pour cette initiative
Antti Kaikkonen, président du groupe parlementaire du Centre a proposé, dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, la mise en place d’une réunion de travail nationale entre les dirigeants politiques et les chefs des organisations du marché de travail afin de trouver des moyens d’améliorer l’emploi dans les années 2020.
HS rend compte de l’accueil plutôt favorable à cette proposition.
Les présidents des confédérations de salariés soutiennent l’idée. M. Eloranta de la SAK estime que le moment propice pour de tels entretiens sera une fois que la situation actuelle se sera calmée.
M. Häkämies du patronat EK estime que « ça sonne Tupo [négociations salariales tripartites auxquelles EK ne participe plus] », mais dit qu’il viendra s’il est invité.
Les présidents des partis y sont favorables, même si la vice-présidente des Verts, Maria Ohisalo, estime que le Centre aurait pu proposer de tels entretiens déjà plus tôt.
HS/dim/A10

Parlement

Promulgation de la réforme constitutionnelle
Le Président de la république Sauli Niinistö a promulgué vendredi la réforme constitutionnelle qui limite la confidentialité des correspondances pour des raisons de sécurité nationale.
Il a toutefois reproché au Parlement de n’avoir pas suivi à la lettre la procédure constitutionnelle qui impose un vote au 5/6ème pour adopter la procédure accélérée puis un vote à la majorité des deux tiers pour approuver le texte. Le Parlement n’a en effet voté qu’une seule fois à la majorité des 5/6ème pour approuver la procédure accélérée et le texte modifiant la constitution.
HS

Réforme des services sociaux et de la santé

« Un bras de fer qui provoque des tensions dans la commission » HS
« Des projets de loi important en attente » HS

La presse rapporte que la Commission des affaires sociales et de la santé est toujours l’objet de tensions internes importantes en raison de l’étude du projet de réforme des services sociaux et de santé. IL n’y a toujours pas de nouvelle information sur le calendrier de l’étude de cette réforme qui a pris du retard.
Helsingin Sanomat relève que la commission étudiant uniquement cette réforme, de nombreux projets de lois sont actuellement en attente : six projets de lois attendent d’être étudiés par la commission. De plus la Commission doit donner des avis concernant 24 autres projets de loi. Par ailleurs, de nouveaux projets de » loi sur lesquels la commission devra donner un avis seront remis au Parlement d’ici la fin de l’année.
HS

Gouvernement

Congé maladie de M. Soini
Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, publié samedi, le ministre des Affaires étrangères Timo Soini est en congé maladie en raison d’une infection et d’une forte fièvre qui ont nécessité une hospitalisation.
Sa visite en Islande, prévue pour les 7 et 8 octobre, a été annulée.
formin.fi, KS/dim/10

Interview de M. Soini
Aamulehti et Turun Sanomat publient une interview de M. Soini (56 ans) qui dit qu’il prendra sa décision sur son éventuelle candidature aux élections législatives pendant les congés de fin d’année et l’annoncera au début de l’année.
« Si je suis candidat, je serai élu dans les rangs des Bleus », selon M. Soini, confiant.
Concernant le scandale sur ses propos contre l’avortement, la journaliste lui demande s’il a encore l’intention de participer à des défilés ou autres manifestations contre l’avortement à l’étranger. M. Soini répond : « Je ne spécule rien concernant mon comportement. »
M. Soini ne s’inquiète pas de la faible popularité de son parti. « Beaucoup de choses peuvent changer avant les élections », dit-il.
Une coopération avec les Vrais Finlandais, son ancien parti, est exclue. « Ce parti est mort pour moi », affirme-t-il.
AL/sam/A24, TS

Elections

Influence hybride
Keskisuomalainen rapporte que les partis politiques et les candidats auront, avant les élections au printemps prochain, des conseils afin d’empêcher l’influence hybride durant ces élections.
Selon Arto Jääskeläinen, directeur chargé des élections au ministère de la Justice, le ministère a suivi les expériences des autres pays.
Selon le professeur Jarno Limnell, expert en cyber sécurité, l’objectif de l’influence hybride, par exemple en ligne et dans les réseaux sociaux, est de déstabiliser la paix sociale. Il estime que la Russie pourrait être un acteur intéressé par les élections finlandaises.
KS/lun/11

France – Finlande

Théâtre

Yasmine Reza
Hufvudstadsbladet rend compte de la mise en scène, à Helsinki, de la pièce Art de Yasmine Reza.
HBL/sam/27

France

Exposition


Musée du Luxembourg

Hufvudstadsbladet rend compte de l’exposition Mucha au Musée du Luxembourg.
HBL/sam/27

Salon de l’Auto

« Les véhicules hybrides et électriques en vue au salon de Paris » AL
« Electricité, espionnage industriel et voiture du futur » HS
« Les véhicules hybrides sont de plus en plus nombreux » KL

La presse finlandaise a publié de nombreux reportages sur le salon de l’automobile de Paris.
HS KL Hbl AL

Pêche

Guerre des coquillages
Patrick Le Louarn présente le conflit qui a opposé les pêcheurs français et britanniques.
AL TS

publié le 08/10/2018

haut de page