Revue de la presse du lundi 3 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Conférence climatique de Katowice


« Pas de grandes attentes » HS

Selon Helsingin Sanomat, les attentes sont modérées en ce qui concerne la possibilité d’obtenir des progrès à la conférence de Katowice. Le ministre de l’Environnement, Kimmo Tiilikainen estime que la conférence sera plus politique que jamais depuis celle de Paris. Il considère qu’il faudra faire plus et avancer plus rapidement.
Mme Outi Honkatukia, négociateur principal de Finlande, estime qu’il serait essentiel pour la crédibilité du traité de Paris que l’on puisse se mettre d’accord sur des règles concrètes de mise en œuvre du traité qui date d’il y a trois ans. Pour elle, ce qui compte c’est le fait de savoir si on arrive à se mettre d’accord sur un mécanisme qui puisse réellement encourager et pousser les pays à faire plus.
Le Président Sauli Niinistö dirige la délégation finlandaise et interviendra à Katowice aujourd’hui. Il a signé, avec 15 autres chefs d’Etat un appel pour des mesures plus ambitieuses en faveur du climat.
Mme Kaisa Kosonen, conseillère de Greenpeace en matière de politique climatique, ne s’attend pas à une solution aux inquiétudes éveillées par le rapport du GIEC
M. Tiilikainen et Mme Honkatukia estiment qu’il sera possible d’obtenir un mécanisme pour déclarer des objectifs plus ambitieux, mais qu’il n’y a pas de certitude du niveau de l’ambition.
HS/lun/A16-17

Editorial : « La conférence montrera le chemin » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que l’on n’entendra pas de nouvelles ouvertures à la conférence de Katowice. Généralement, les conférences climatiques ne permettent pas d’atteindre suffisamment de progrès, mais elles servent à montrer le chemin. Elles constituent également un signal pour les acteurs économiques et un signal politique sur le fait qu’il est intéressant d’investir dans des technologies vertes.
L’éditorialiste estime que la conférence de Paris peut être considérée comme une réussite importante de la diplomatie française et de la coopération internationale. Les démarches essentielles pour changer les orientations se font ensuite dans les entreprises et localement.
HS/lun/A4

Conseil Ecofin

Le Parlement pas favorable à un approfondissement de l’UEM
Kauppalehti rapporte que la grande commission du Parlement a confirmé, la semaine dernière, la position du gouvernement pour le conseil Ecofin. Le Parlement n’est pas favorable à un approfondissement de l’UEM. La Grande commission est opposée aux propositions de la Commission en matière financière. En cela, elle suit les propositions du gouvernement finlandais, relève Kauppalehti.
Le quotidien souligne que, outre les partis de la coalition, le PSD ne souhaite pas non plus donner plus de pouvoirs à la Commission en matière de monitoring de la politique financière nationale. Ils se basent d’ailleurs sur les mêmes arguments que le gouvernement : d’une part il est problématique d’évaluer le déficit structurel et d’autre part cela affaiblirait le pouvoir des parlements nationaux.
Kauppalehti relève toutefois que l’Italie se dispute actuellement avec la Commission sur son budget et que, à la connaissance du journal, la Finlande n’a pas défendu le pouvoir en la matière du parlement italien.
KL

L’Europe est-elle en train de se diviser en deux ? La Ligue hanséatique irrite les pays du Sud
Yle rapporte que la nouvelle ligue hanséatique est un projet très important pour les Pays-Bas. La Finlande est tire profit surtout par le fait qu’elle s’y retrouve avec des pays qui partagent des positions importantes pour elle. « Les pays de la Hanse sont de petites économies ouvertes qui dépendent du commerce mondial et sont favorables à la rigueur budgétaire », déclare le président de la Grande commission du parlement, M. Arto Satonen (Kokoomus).
M. Satonen déclare que les parlements des pays de la Hanse ont été en contact les uns des autres. Il a lui-même négocié avec des membres du parlement néerlandais.
La ligue hanséatique a été lancée au niveau des ministres des Finances. « Mais il y a aussi une idée plus importante derrière cela. Comment l’UE doit fonctionner et qu’est-ce qui est de la responsabilité des Etats membres ? Faut-il que l’UE intervienne sur tout ou ne doit-elle prévoir qu’un cadre ? L’idée de base de ce groupe hanséatique est qu’avec de simples cadres au niveau européen, il y aurait plus de marges de manœuvre, ce qui permettrait la subsidiarité », estime M. Satonen.
Selon, lui, « il s’agit d’un groupe de pays qui ont le même esprit et il est naturel que la coopération s’agrandisse. L’importance de ce groupe va probablement se renforcer », prévoit-il.
Certains considèrent que le but de ce groupe est de tuer le débat en Europe sur la solidarité financière. « Le débat ne va pas s’arrêter là, mais il s’agit de notre part de prendre position dans ce débat. Si on pense par exemple à la situation de l’Italie, il est évident que l’on a besoin dans l’UE de forces qui défendent aussi la rigueur budgétaire et la responsabilité de chaque Etat membre sur son économie », estime-t-il.
M. Satonen souligne qu’il ne faut toutefois pas exagérer le rôle de la Hanse. « C’est seulement un acteur existant par d’autres. Les autres Etats membres ont des interactions. Afin de faire avancer ses propositions, le groupe de la Hanse aura besoin de trouver d’autres partenaires », dit-il.
Yle

Transports

Projet de tunnel entre Helsinki et Tallinn
Les ministres finlandais et estonien des Transports ainsi que la direction de Helsinki et de Tallinn se sont rencontrés à Helsinki, vendredi, pour se mettre d’accord sur la poursuite des études concernant le projet de tunnel entre les deux villes. Les parties confirment leur engagement dans un projet qui s’inscrirait dans la prolongation du projet ferroviaire de Tallinn à Varsovie. La Finlande envisage de prendre part en tant qu’actionnaire au projet RB Rail des pays baltes.
Anne Berner, ministre des Transports, a dit que l’Etat pouvait participer au projet de tunnel à condition qu’il y ait un financement européen, et que le tunnel soit rattaché au système de transports publiques et que le tunnel soit prévu tant pour les passagers que pour le fret.
Les seules études de faisabilité en la matière prendront 5 à 6 ans, selon elle.
M. Westerbacka, connu pour son action dans le groupe de jeux Rovio, a annoncé une conférence de presse sur son projet de tunnel parallèle, qui serait en partie financé par la Chine, et qui ouvrirait dès 2024.
HS/sam/A14

Politique intérieure

Partis politiques

La popularité des Verts en légère hausse
Selon les résultats d’un sondage sur les intentions de vote, effectué en novembre pour le compte d’Aamulehti, le PSD est encore à la tête avec un score de 21,4 % (-0,6 %), suivi du Rassemblement national (19,8 %, contre 19,9 % en octobre) et du Centre (15,1 %, -0,1 %)).
L’Alliance verte arrive quatrième avec un score de 13,6 %, soit une augmentation de 0,7 % par rapport au mois d’octobre.
L’Alliance des gauches obtient 9,3 % et les Vrais Finlandais 8,4 % (+0,7 %). Le parti suédois obtient 4,5 %, les Chrétiens-démocrates 3,7 % et les Bleus 2,2 %.
Quant à la popularité des politiciens, le Président Sauli Niinistö est crédité d’une cote de popularité de 67 % (contre 64 % au printemps dernier). Pekka Haavisto, président des Verts, obtient 44 % (contre 41 % au printemps), et Li Andersson, présidente de l’Alliance des gauches, 31 %. Le président du PSD Antti Rinne a une popularité de 24 %, Petteri Orpo, président du Rassemblement national, 21 %, le Premier ministre Juha Sipilä (Centre) 17 % et Sampo Terho, président des Bleus, 12 %. Le président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho a un score de 13 % et Harry Harkimo (Mouvement Nyt) de 16 %.
Le sondage a été effectué par l’institut Tietoykkönen du 14 au 23 novembre auprès de 1 505 personnes par téléphone et par internet.
AL/sam/A10

PSD

« Maintenant ou jamais » SK
Suomen Kuvalehti publie une interview du président du PSD, M. Antti Rinne, qui se prépare déjà la fonction de Premier ministre. Il évoque déjà les questions qu’il pourrait poser aux autres présidents de partis afin de former la prochaine coalition gouvernementale.
La première questions serait : « Est-ce que votre parti politique est prêt à soutenir un programme d’investissements publics qui renforcent l’économie finlandaise pour les années 2030 ? »
La seconde question serait : « Comment arrêter et inverser la tendance à une inégalité des revenus ? Par quels moyens ? »
La troisième serait consacrée à la réforme des services sociaux et de santé du gouvernement Sipilä. « Etes-vous prêts à résoudre la réforme d’une telle manière que le secteur public soit à l’avenir aussi le fournisseur des services sociaux et de santé qui ne seraient donc pas transférés au secteur privé comme le prévoir l’actuelle réforme ? ». Suomen Kuvalehti relève que cette question est délicate pour les deux partis de l’actuelle coalition. M. Rinne et le PSD souhaitent modifier la réforme actuelle, même si le Parlement l’approuvait avant la fin de la législature. Il souhaite revenir sur l’ouverture au privé des services et réévaluer la réforme des régions. Pour cela il envisage de mettre en place un comité avant de porter la réforme devant le Parlement. Le PSD prévoir aussi de donner un droit à lever l’impôt aux régions (ce qu’approuvent le centre et les Verts mais pas le Kokoomus).
M. Rinne souhaite relever le taux d’emploi jusqu’à 80% mais avec des recettes « très social-démocrates », estime SK. Il souhaite une réforme des congés parentaux et rallonger la durée de la scolarité obligatoire. Il envisage aussi des emplois aidés ainsi que de faciliter le passage des chômeurs de longue durée à la retraite.
Il souhaite aussi mettre au cœur de son projet la politique climatique. Il ne souhaite pas diminuer les puits carbone des forêts. En, matière énergétique, il estime que le prochain gouvernement devra se prononcer sur la prolongation ou le remplacement de la centrale nucléaire de Fortum à Loviisa.
SK

Défense

Déclarations du ministre Jussi Niinistö
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö n’est pas favorable aux propositions qui, d’une part, permettraient aux femmes de rompre leur service militaire dans les 45 premiers jours et, d’autre part, leur supprimeraient l’indemnité journalière majorée qui leur permet de se procurer des sous-vêtements et des produits d’hygiène. Ces propositions ont été recensées dans une étude qui avait interrogé des femmes ayant effectué un service militaire. Ces propositions relevées par l’étude de Kaisa Tölli ont été justifiées par le fait que ces privilèges affaiblissent l’esprit de corps dans l’armée.
Environ 20% des femmes interrompent leur service militaire durant les 45 premiers jours, notamment en raison des efforts physiques.
Quant à la mise en place d’un service citoyen concernant les hommes et les femmes, le ministre Niinistö réplique que « le service militaire tel qu’il existe aujourd’hui, fonctionne très bien. Il ne faut pas le confondre avec un service citoyen » qui ne lui conviendrait que s’il remplaçait le service civil actuel qui, selon lui, « n’est pas opérationnel ».
Le nombre des futurs avions de combat multifonctions est aussi sujet de débat puisque le député Kari Uotila (alliance des gauches) se contenterait de 40 avions au lieu des 64 préconisés. Ce chiffre ne satisfait pas le ministre de la Défense pour qui le nombre de 64 est un minimum pour défendre le pays.
AL1.12/A20

« Le ministre se campe en passéiste »

« L’actuel ministre de la Défense, Jussi Niinistö, refuse toutes les réformes proposées par un haussement d’épaule et des commentaires arrogants », écrit Antti Launonen dans le quotidien Keskisuomalainen.
« Le ministre se soucie de supprimer le droit des témoins de Jehova à ne pas effectuer le service militaire et de ridiculiser l’alimentation végétarienne. Le plus extraordinaire de ses propos consistait à diminuer le service militaire volontaire des femmes. Jeudi dernier, il qualifiait le réchauffement climatique de phénomène de mode », poursuit le journaliste.
« De toute manière, les futurs gouvernements seront forcés de réformer la défense nationale. Il faudrait le faire tant que la volonté de défendre le pays affiche encore des chiffres élevés », conclut Launonen.
KS1.12/24

Parlement

La loi sur le renseignement avance, les problèmes continuent
Le professeur de droit international Martin Scheinin a recensé dans le projet de la loi sur le renseignement 30 points qui sont contraires à la constitution et estime qu’il s’agit sans doute d’un record en Finlande.
Le professeur poursuit en disant que les changements nécessaires seront faits par la commission parlementaire de la défense pour la partie renseignement militaire et par la commission administrative pour la partie civile. Il n’exclut pas que des erreurs constitutionnelles soient commises par les parlementaires dans le traitement de la loi.
Pour la présidente de l’Alliance des gauches, Li Andersson, la procédure accélérée et le contenu de la loi posent problème.
Andersson note que, selon le projet de loi, les autorités ne sont pas tenues d’informer la personne dont le message aurait été ouvert par inadvertance. « Si l’on fait partie des personnes dont les messages ne font pas l’objet d’une demande de renseignement, il serait logique que la personne soit informée du fait que les autorités se sont trompées. »
Par ailleurs, le futur comité de surveillance du renseignement pose problème. Selon le projet, tous les membres du comité subiraient une enquête de sécurité exhaustive par la sûreté nationale (SUPO). Pour Mme Andersson, il est inconcevable que l’instance à surveiller (la SUPO) participe aussi massivement au choix des parlementaires chargés de la surveiller. Elle rappelle que ni les ministres, ni même le président de la république ne sont assujettis à de telles enquêtes alors qu’ils traitent de dossiers bien plus secrets que les députés.
KU30.11/18-19

L’allocation d’adaptation pour les députés
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a décidé vendredi dernier de mettre fin au système de retraite d’adaptation des députés et de le remplacer par une allocation d’adaptation aussi pour les anciens députés qui ont été élus au Parlement avant 2011. 29 anciens députés ont touché une retraite d’adaptation, considérée par la plupart comme trop généreuse.
L’allocation d’adaptation, qui varie entre 2 100 et 4 000 euros par mois, sera payée pendant un, deux ou trois ans suivant la longévité de la carrière parlementaire.
Les Vrais Finlandais n’ont pas participé à la décision.
HS/sam/A8

Santé

Vaccination des enfants contre la rougeole
Helsingin Sanomat rappelle qu’un petit enfant, qui n’a pas été vacciné, a attrapé la rougeole dans la commune suédophone de Luoto en Ostrobotnie où seulement 75 % des enfants sont vaccinés contre cette maladie très contagieuse. Pour obtenir une couverture vaccinale suffisante, il faut que 95 % des enfants soient vaccinés.
Sanni Grahn-Laasonen, ministre de l’Education, propose une étude pour savoir si les autorités devraient lier le paiement des allocations familiales au respect du programme national de vaccinations.
Annika Saarikko, ministre de la Famille et des Services sociaux, n’est pas favorable à une obligation des vacciner les enfants.
HS/lun/A8

Croissance économique

Une augmentation de 2,4 % en juillet-septembre 2018
Selon les chiffres récents de l’Institut national d’études statistiques, le PIB a augmenté de 2,4 points en juillet-septembre par rapport à la même époque en 2017. Il a augmenté de 0,4 point par rapport à avril-juin.
Une raison importante derrière l’augmentation est le fait que les stocks de l’industrie ont augmenté, ce qui surprend les spécialistes.
La consommation privée a augmenté de 0,4 % par rapport à 2017, et la consommation publique de 0,8 %. Les économistes estiment qu’avec l’amélioration de l’emploi et une hausse de salaires, la consommation aurait pu augmenter plus.
Les exportations et les investissements ont diminué d’un pour cent.
HS/sam/B16

Aviation

Perturbations possibles concernant les vols intérieurs et des régions limitrophes
Les pilotes du groupe Norra qui opère 150 vols de Finnair quotidiennement ont lancé une interdiction des permanences concernant les remplacements. Ils n’ont pas réussi à obtenir de nouvelle convention collective en remplacement de celle qui est arrivée à échéance vendredi.
Les perturbations éventuelles concerneraient les vols en Finlande, dans les pays Baltes et pour les destinations de l’Europe du Nord en général.
HS/sam/A14

publié le 03/12/2018

haut de page