Revue de la presse du lundi 2 mars

Politique intérieure

Coronavirus

Six cas confirmés en Finlande
130 personnes mises en quarantaine
Un numéro de renseignement en place depuis ce matin (09 310 100 24)

Trois nouveaux cas de coronavirus, tous à Helsinki, ont été confirmés, hier. Comme dans un des cas, il s’agit d’un écolier, une quarantaine a été mise en place concernant 130 personnes exposées à l’école et dans le club de football où joue l’intéressé. Ces personnes resteront chez elles, et les membres de leurs familles pourront se déplacer librement.
Une conférence de presse a été organisée, hier soir, par les services de santé de la région de Helsinki et Uusimaa (HUS), par l’Institut de santé publique (THL) et la municipalité de Helsinki.
Les trois nouveaux cas sont tous liés aux deux cas de coronavirus confirmés la semaine dernière et dans lesquels il s’agissait de personnes rentrées de Milan. Les trois sont en quarantaine chez eux.
Trois membres du personnel des soins ayant été en contact avec l’une des personnes rentrées d’Italie sont également en quarantaine.
Le maire de Helsinki, Jan Vapaavuori, a dit que la préparation au coronavirus ne dépendait pas de questions d’argent et que la ville s’était également préparée à une éventuelle pandémie.
Un numéro de renseignement, le 09 310 100 24, est en place depuis ce matin. Il fonctionne de 7h à 20h.
HS/lun/A18-20

Gouvernement

Sondage
Helsingin Sanomat rapporte que, selon un sondage sur la réussite du gouvernement Marin, effectué pour le comte du quotidien, trois quarts des personnes interrogées ont une attitude positive ou neutre à l’égard du gouvernement actuel qui est beaucoup plus populaire que celui de M. Rinne.
41 % estiment que le gouvernement a très bien ou assez bien réussi, 25 % ont une attitude neutre, 11 % ne savent pas répondre et 24 % pensent qu’il a assez ou très mal réussi dans son travail.
Les plus positifs sont les sociaux-démocrates (85 %), les partisans de l’Alliance des gauches (83 %) et les Verts (69 %). Les Vrais Finlandais sont les plus négatifs (55 %), suivis des électeurs du Rassemblement national (43 %).
33 % sont satisfaits de Mme Marin en tant que Première ministre, 36 % sont plutôt neutres et 20 % mécontents.
55 % des Vrais Finlandais et 29 % des électeurs du Rassemblement national sont mécontents d’elle, alors que ces derniers avaient été les plus mécontents (60 %) de M. Rinne en tant que Premier ministre, selon un sondage effectué en juin dernier.
45 % des personnes interrogées estiment que le gouvernement Marin sera en fonction jusqu’à la fin de la législature en cours, soit jusqu’au printemps 2023. 20 % ne savent pas et 35 % n’y croient pas.
Le sondage a été effectué du 21 au 26 février auprès de 1 178 personnes par l’institut Kantar TNS.
HS/dim/A6-7

Partis politiques

Vrais Finlandais
Helsingin Sanomat relève que les Vrais Finlandais couperont leurs liens avec l’association de jeunesse du parti parce que celle-ci a refusé de modifier ses règles de la façon exigée par le parti. L’association a une forte aile radicale ethno-nationaliste.
Le secrétaire du parti Simo Grönroos, qui s’est étonné de la décision des jeunes, souligne que le parti coupera les subventions à cette association et interdira tout lien avec le parti.
Les Vrais Finlandais créeront ensuite une nouvelle association de jeunesse au cours du printemps. Selon les nouvelles règles, les membres de l’association de jeunesse devront également être membres du parti.
Selon l’analyse du quotidien, les Vrais Finlandais ont actuellement le même problème que les mouvements de l’extrême-droite populistes dans d’autres pays : il faut plaire en même temps aux modérés et aux radicaux et avoir un double discours.
La situation de Jussi Halla-aho, président des Vrais Finlandais, est paradoxale : quand Timo Soini avait présidé le parti, M. Halla-aho était radical mais maintenant il représente les modérés en tant que président du parti.
HS/dim/A12

Politique étrangère et européenne

Migrants – Turquie – Grèce

La Finlande pourrait envoyer 30 personnes pour la surveillance frontalière
La Finlande se prépare à ce que Frontex lui demande d’envoyer des gardes-frontières pour les troupes de réaction rapide. Marko Saareks, chef du centre d’analyse du corps des gardes-frontières, estime que la contribution finlandaise pourrait s’élever à 30 agents et que si la demande arrivait maintenant, ces gardes-frontières pourraient être sur place en Grèce à la fin de la semaine.
La ministre de l’Intérieur, Maria Ohisalo, n’a pas souhaité commenter la situation à la frontière turco-grecque. Elle a toutefois tweeté sur le fait que la Finlande suivait la situation : « L’UE est un acteur central dans la question, et les entretiens entre les Etats membres se poursuivront. » « La Finlande et l’UE sont préparées aux différentes évolutions que pourrait prendre la situation », selon elle.
HS/lun/A22-23

Migrants dans les camps de réfugiés en Grèce

Selon un sondage, deux Finlandais sur cinq seraient prêts à accueillir des mineurs en Finlande
Aamulehti rend compte d’un sondage selon lequel 40 % des Finlandais sont favorables à l’accueil en Finlande de mineurs résidant sans leurs parents dans les camps de réfugiés grecs. Un Finlandais sur trois s’y oppose et un sur quatre ne souhaite pas se prononcer.
Le résultat est une preuve de plus sur le fait que les Finlandais sont très divisés sur la question de l’accueil des demandeurs d’asile.
Le gouvernement a pris la décision, jeudi dernier, d’accueillir 175 demandeurs d’asile de Grèce et d’autres pays de Méditerranée. Il s’agira principalement de Syriens et d’Afghans, mineurs et familles monoparentales.
Les personnes de 30 à 44 ans sont les plus réservées en ce qui concerne l’accueil, eux même en âge d’avoir des enfants en bas âges.
Les personnes de plus de 70 ans sont les plus favorables.
Les électeurs des partis du gouvernement sont très majoritairement favorables au fait d’accueillir ces mineurs. Seuls les électeurs des Vrais Finlandais sont nettement contre l’accueil.
AL/A13

Economie

Nokia

« Le PDG de Nokia Rajeev Suri démis : il est remplacé par Pekka Lundmark de Fortum » HS
« Pekka Lundmark de Fortum remplace Rajeev Suri à Nokia « Yle

Le PDG de Fortum Pekka Lundmark a annoncé lundi matin qu’il quitterait son poste au plus tard fin août. Juste après le conseil d’administration de Nokia a annoncé que la nomination de Pekka Lundmark comme PDG du groupe, en remplacement de Rajeev Suri, début septembre.
Précédemment le groupe avait annoncé que Sari Baldauf remplacerait Risto Siilasmaa au poste de président du conseil d ‘administration après l’assemblée générale qui se tiendra en avril.
Mme Baldauf, M. Siilasmaa, M. Suri et M. Lundmark ont tenu ce matin une conférence de presse.
Interrogée pour savoir s’il s’agissait de « re-finlandiser » Nokia, Mme Baldauf a déclaré que le choix de M. Lundmark n’était pas une question de nationalité mais de compétences.
Interrogé sur son choix de quitter Fortum qui vient de reprendre les activités de l’Allemand Uniper, M. Lundmark a déclaré que le moment n’était pas parfait mais que l’acquisition d’Uniper était dans une nouvelle phase et qu’il était de ce fait plus naturel de partir maintenant.
Concernant les récentes rumeurs indiquant que Nokia était en train de revoir sa stratégie, M. Siilasmaa a démenti cela, avant d’ajouter que M. Lundmark pourrait toutefois enclencher un tel travail. « Je suis très content que Pekka Lundmark ait accepté de venir diriger Nokia à un moment où la fusion avec Alcatel-Lucent est derrière nous et le monde de la 5G devant nous », a dit M. Siilasmaa.
M. Suri dirigeait Nokia depuis plus de dix ans. Selon Nokia, il avait laissé comprendre qu’il envisageait de se retirer. Il continuera en tous cas comme conseiller jusqu’à la fin de l’année.
HS KL Yle

Analyses
« Bien qu’il l’avait préparée pendant dix ans, Rajeev Suri a manqué le tournant de la 5G ; pour moins que cela on change de PDG » Yle
« On attend des réformes de Lundmark : d’importantes économies sont à venir selon un analyste » KL

Défense

Projet HX

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat se félicite du déroulement des tests du projet HX : « Le projet HX s’est bien déroulé malgré les quelques changements qui ont été opérés en cours de route : tous les cinq candidats sont toujours en lice dans la compétition. La Finlande souhaite également que les cinq modèles d’avion de combat multifonction arriveront jusqu’à la dernière phase décisive du projet. »
HS28.2/A4

Coopération de défense

Une unité finlandaise de déploiement rapide participe au grand exercice militaire norvégien Cold Response
La majorité des 400 soldats finlandais en partance pour la Norvège ont commencé leur service militaire l’été dernier dans les unités de déploiement de la brigade de Kainuu et de la brigade de chasseurs.
L’exercice militaire principal de la Norvège, le Cold Response, qui a lieu tous les deux ans, se déroule cette année du 2 au 18 mars et regroupe 1500 soldats en provenance des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, des Pays-Bas, de l’Allemagne, de la France, de la Belgique, du Danemark, de la Suède et de la Finlande.
La Finlande participe cette année aux principaux exercices militaires de ses trois voisins : la Norvège, la Suède et l’Estonie.
La Finlande envoie jusqu’à 1 500-2 000 hommes en Suède qui participeront au début de l’été à l’exercice Aurora. L’exercice principal estonien, le Kevadtorm, se tiendra en mai.
HS2.3.

publié le 02/03/2020

haut de page