Revue de la presse du lundi 16 novembre

Pour les revues précédentes, cliquer ici.


Situation sanitaire

19 419 cas en Finlande – 371 décès
THL annonce 19 419 cas (+104), contre 19 315 (+213) dimanche et 19 102 (+144) samedi.
Il y a 371 décès (+2), 80 (+7) personnes sont hospitalisées dont 13 (-2) en soins intensifs. THL actualise le nombre de cas chaque jour et les autres chiffres le lundi, mercredi et vendredi.
THL

Les rassemblements de plus de dix personnes déconseillés à Helsinki
Le groupe de coordination de la région de la capitale a décidé vendredi de durcir les restrictions : il est désormais recommandé d’éviter les rassemblements privés de plus de dix personnes (contre vingt jusqu’à présent). Cela concerne les fêtes de fin d’années : fête du baccalauréat (session d’automne), fêtes dans les entreprises, mais aussi fêtes de Noël.
Le groupe prépare aussi une recommandation de port de masque pour le personnel des crèches et écoles maternelles. Une telle recommandation existe déjà pour les écoles primaires et secondaires.
HS

Un vaccin finlandais serait utile, selon les chercheurs
Helsingin Sanomat rapporte que, parmi les nombreux projets de vaccins dans le monde, un projet finlandais de vaccins administré sous forme nasale est à l’étude. Il est réalisé par les professeurs Seppo Ylä-Herttula, Kari Alatalo et Kalle Saksela.
Les Finlandais estiment que, si leur projet abouti, ils pourraient être capables de produire 200 000 à 300 000 doses par semaine et d’approvisionner, outre la Finlande, les pays nordiques.
HS

Gouvernement

La Première ministre favorable au maintien des mesures de restrictions et de soutien
Le conseil national du parti social-démocrate s’est réuni en visio-conférence, samedi. La présidente du parti, Première ministre Sanna Marin a dit qu’il faudra prolonger certaines mesures temporaires liées à la crise du coronavirus. Elle estime que l’hiver sera difficile dans le contexte de la pandémie.
Elle a indiqué que le gouvernement avait, entre autres, mis en place un soutien pour les entreprises, renforcé l’assurance chômage et facilité l’accès des entrepreneurs dans le cadre de la sécurité sociale. Elle estime qu’il conviendra de poursuivre ces mesures y compris en 2021.
Marin a insisté sur le fait que la Finlande et l’Europe ne pourraient se rétablir qu’en éradiquant le virus. Elle a répété son souhait exprimé dans Politico sur une stratégie européenne commune pour maîtriser les infections. « Il nous faut un modèle commun pour assurer la sécurité liée aux voyages. La clé en est les tests. Nous ne souhaitons pas empêcher les gens de voyager mais empêcher le virus de se propager. »
En ce qui concerne le paquet européen de relance, Marin estime que les crédits devront avant tout être orientés pour promouvoir la politique climatique et l’environnement ainsi que la numérisation.
HS/dim/A17

Le changement présidente du Centre a amélioré la coopération gouvernementale
Helsingin Sanomat a interviewé, de façon anonyme, une bonne dizaine de sources gouvernementales qui disent que le changement de la présidente du Centre a eu un effet positif sur la coopération de la coalition gouvernementale. Annika Saarikko a été élue présidente du parti en remplacement de Katri Kulmuni il y a deux mois.
Selon les sources, « le Centre a maintenant décidé clairement de vouloir rester au gouvernement et de coopérer avec les autres partis de la coalition ».
Selon une source centriste, « la différence entre les deux présidentes est comme le jour et la nuit. Mme Kulmuni prenait ses décisions dans un petit cercle, tandis que Mme Saarikko écoute à un plus grand nombre de centristes et défend mieux les intérêts du parti ».
HS/dim//A14-15

Les centristes de la Laponie exigent la démission de Mme Kiuru
Selon Helsingin Sanomat, le district centriste de la Laponie demande la démission de la ministre social-démocrate de la Famille et des Service sociaux Krista Kiuru, notamment en raison des restrictions de voyage strictes promues par le ministère des Affaires sociales et de la Santé.
La présidente du Centre Annika Saarikko rejette cette demande, soulignant que la démission de sa collègue au gouvernement n’améliorerait pas la solution des questions liées aux frontières.
Antti Lindtman, président du groupe parlementaire du PSD, rappelle que les députés centristes ont tous voté récemment la confiance à Mme Kiuru au Parlement.
HS/lun/A12-13

Déclarations de Mme Saarikko

Kauppalehti publie une interview d’Annika Saarikko, présidente du Centre. Mme Saarikko (37 ans), ministre des Sciences et de la Culture, s’inquiète de la faible natalité et du vieillissement de la population en Finlande.
La Finlande doit être capable de réformes structurelles, malgré la crise du coronavirus, selon la ministre.
Le gouvernement évoquera prochainement les mesures de l’emploi proposées par les partenaires sociaux. Mme Saarikko veut surtout obtenir des propositions sur les mesures de l’emploi pour améliorer de 10 000 unités l’emploi chez les plus de 55 ans.
KL/lun/B12-13

Pas de nouvelles interdictions de vols en vue
Selon Jarkko Saarimäki, chef de l’agence des Transports et des Communications Traficom, il ne s’agit plus d’interdire des vols de la même façon que cela avait été fait en août concernant les vols de Skopje vers la Finlande pour empêcher la propagation du virus.
HS/sam/A14

Elections municipales


Candidature de M. Halla-aho à la mairie d’Helsinki

Selon l’analyse d’Helsingin Sanomat, le président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho, qui vient d’annoncer sa candidature à la mairie d’Helsinki, souhaite probablement obtenir le plus de publicité et de voix pour lui-même et son parti, ainsi qu’augmenter le nombre de conseillers municipaux des Vrais Finlandais. Son élection à la mairie d’Helsinki n’est pas probable.
La politologue Emilia Palonen estime que l’annonce de M. Halla-aho signifie une attaque contre le Rassemblement national (Kokoomus). Les Vrais Finlandais tentent également prendre de prendre le dessus sur ce parti dans l’opposition au Parlement.
La maire adjointe Nasima Razmyar (PSD) a déjà présenté sa candidature à la mairie d’Helsinki, ainsi que le président et seul député du Mouvement Nyt, Harry Harkimo. La maire adjointe Anni Sinnemäki (Verts) n’a pas voulu commenter son éventuelle candidature. Maria Ohisalo, présidente des Verts, souhaite qu’elle se présente.
HS/sam/A31, dim/A23

Selon un sondage, les Verts devancent le Rassemblement national à Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que l’institut Taloustutkimus a effectué en octobre, pour le compte du Rassemblement national (Kokoomus), un sondage régional concernant les élections municipales à Helsinki. Ce sondage n’a pas été publié mais le quotidien a vu les résultats.
24 % des personnes interrogées disent qu’elles voteraient pour le Rassemblement national et 24,3 % pour les Verts.
Néanmoins, 69,1 % souhaitent que Jan Vapaavuori continue à la tête de la mairie. Le sondage a été effectué avant l’annonce du maire actuel de ne pas présenter sa candidature aux élections municipales d’avril 2021.
HS/dim/A22

Education

Les échanges étudiants menacés
Ces dernières années, moins d’étudiants finlandais qu’avant partent en échange à l’étranger. Contre plus de 10 000 en 2016, moins de 8000 étudiants partent maintenant pour plus de trois mois. La pandémie a maintenant bouleversé la situation. Alors que normalement, environ 4000 jeunes finlandais partent en échange de trois mois, ils n’étaient plus que 700 cet automne. Plusieurs universités finlandaises ont suspendu les échanges. Moins d’un tiers du nombre habituel des étudiants de l’Université de Helsinki, 80, sont partis en échange cet automne.
De plus, des étudiants ont dû interrompre leurs échanges du fait de la détérioration de la situation dans beaucoup de pays et parce que les études se font en ligne.
La Direction nationale de l’Education s’inquiète de la tendance de diminution des échanges, rendue plus grave encore par la pandémie. L’internationalisation des jeunes en souffre.
HS/sam/A6-7

Economie


La Banque de Finlande estime que les perspectives économiques sont devenues encore plus sombres

Les perspectives économiques de l’économie finlandaise se sont affaiblies depuis l’été, estime vendredi la Banque de Finlande. Selon sa nouvelle estimation, la croissance du PIB sera proche de zéro en octobre-décembre.
En juillet-septembre, le PIB a augmenté de 2,6% par rapport au trimestre précédent, selon les données préliminaires de Statistics Finland. C’est clairement moins que dans de nombreux autres pays de la zone euro, selon les données publiées vendredi par Eurostat.
« Cela renforce l’idée que la récession serait plus douce en Finlande, mais la reprise est lente. Par rapport à de nombreux autres pays de la zone euro, il semble que l’économie finlandaise se soit rétablie plus lentement depuis l’effondrement du printemps. Les services se sont quelque peu redressés au troisième trimestre, mais l’état de l’industrie ne s’est pas amélioré », déclare Meri Obstbaum, responsable des prévisions à la Banque de Finlande.
Selon la Banque de Finlande, l’impact de la pandémie sur la production industrielle a été plus faible que prévu, du moins pour le moment, bien que le chiffre d’affaires industriel et la production industrielle aient diminué tout au long de l’année. Selon Statistics Finland, le chiffre d’affaires dans l’industrie a diminué de 7,8% de janvier à septembre, et la production industrielle s’est contractée de 3,5% par rapport à la même période l’an dernier.
La Banque de Finlande estime que le marché du travail s’est affaibli depuis l’été. Les postes vacants ont très peu augmenté depuis l’effondrement du printemps et les attentes en matière d’emploi se sont affaiblies ces derniers mois. La lente reprise de l’emploi est également soutenue par une croissance économique modérée et des problèmes structurels inchangés, estime la Banque de Finlande.
La population en âge de travailler continuera de diminuer cette année et dans les années à venir, et il y aura des problèmes de compatibilité entre les offres d’emploi et les demandeurs d’emploi au chômage.
Selon le gouverneur Olli Rehn, la clé est de soutenir les entreprises et les ménages dans la pire phase de la pandémie. « Une tâche importante mais difficile consiste à freiner la propagation du virus afin de ne pas restreindre de manière inefficace les entreprises et la vie quotidienne des gens. Il faut une politique budgétaire qui stimule la demande globale, du moins en ce moment. »
Rehn a également souligné l’importance de renforcer la viabilité des finances publiques et de l’emploi à long terme. « Il est également important de veiller à ce que la compétitivité-coût ne s’affaiblisse pas à nouveau. Les conditions pour que les entreprises investissent doivent de toute façon être en place. »*
HS

Politique européenne


Réunion des ministres de l’Intérieur

Les ministres européens de l’Intérieur qui ont évoqué, vendredi, les moyens de lutte contre le radicalisme violent et le terrorisme, soulignent l’importance de la formation, des frontières qui fonctionnent bien, du contrôle des contenus sur internet, et du fait de garantir l’égalité des chances à tous les Européens.
La ministre de l’Intérieur, Maria Ohisalo, indique que les Etats européens coopèrent déjà activement, mais que les attaques récentes en France et en Autriche ont suscité à nouveau un débat sur ces questions.
Ohisalo relève que la législation européenne en la matière est en préparation depuis longtemps, et les Etats membres devraient l’adopter en décembre pour qu’elle entre en vigueur courant 2021.
Concernant les messages cryptés et l’accès des autorités à ces communications, Ohisalo indique qu’elle a souligné l’importance de lutter contre le terrorisme et la cybercriminalité, ainsi que le fait, en même temps, de garantir la protection de la vie privée.
La politique commune en matière d’immigration et d’asile a également été évoquée. Le gouvernement finlandais a pris position concernant la proposition de la Commission européenne en la matière. Le gouvernement soutient la responsabilité partagée et les procédures frontalières permettant d’orienter les arrivants de façon plus efficace par exemple vers un processus accéléré de demande d’asile.
Ohisalo relève que la Finlande souligne la prise en compte des droits de l’homme et fondamentaux concernant ce processus. Que les questions des demandeurs d’asile peuvent être bien gérées de façon rapide dans l’ensemble des Etats membres nécessite une règle de jeu commune. Gérer bien les dossiers de demande est dans l’intérêt des demandeurs ainsi que de l’ensemble du système, souligne Ohisalo.
HS/sam/A11

Politique étrangère

« Devant un public de pays de l’OTAN, Niinistö a défendu la coopération multilatérale » TS
Lors de la conférence de politique étrangère et de sécurité de Riga, le président finlandais a conseillé de garder le dialogue ouvert aussi avec les pays avec lesquels on est « le moins d’accord »
Dans une table ronde entre quatre présidents, réalisée par vidéoconférence, devant un public international, le président finlandais Sauli Niinistö défendait la coopération et la prise de décision multilatérale internationale.
« Ces temps-ci, il est dans l’air du temps d’affirmer que la collaboration multilatérale est cassée. Elle ne l’est pas complètement. Elle a été défiée, mais elle fonctionne. Néanmoins, nous devons la consolider, la renouveler et la remettre à jour afin de faire face aux défis futurs », a dit Sauli Niinistö à la conférence de politique étrangère et de sécurité de Riga qui est essentiellement un forum de discussion annuel des pays membres de l’OTAN.
Dans cette discussion sur la capacité de l’ONU à répondre aux défis sécuritaires d’aujourd’hui ont également participé la présidente estonienne Kersti Kaljulaid, le président letton Egils Levits et le président lituanien Gitanas Nauseda.
Niinistö estime que la coopération multilatérale est plus utile que jamais. « Les superpuissances pensent parfois qu’elles n’ont pas besoin de la collaboration internationale. Nous, dans les pays Nordiques et dans les pays Baltes, nous n’avons pas ce luxe », a dit Niinistö.
Niinistö a attiré l’attention du public sur le fait que lors de l’assemblée générale de l’ONU en septembre dernier, la Chine et la Russie avaient toutes les deux souligné à plusieurs reprises l’importance de la coopération multilatérale. « Néanmoins il faut reconnaitre les changements rapides dans la situation géopolitique : la course à la superpuissance entre les Etats-Unis et la Chine dictera en grande partie les possibilités de l’ONU pour résoudre les défis en matière de sécurité dans le monde. Le pouvoir de décision de l’ONU dépendra beaucoup de comment ces deux pays vont s’entendre », a affirmé Niinistö.
Il convient de noter que le président a conseillé de garder le dialogue aussi avec les pays qui sont « le moins d’accord » avec nous. De la bouche d’un président finlandais devant un public de l’OTAN, cela signifie la Russie, écrit Turun Sanomat.
Niinistö a évoqué l’Alliance multilatérale, lancée en 2019 par la France et l’Allemagne qui est une légère alliance informelle de certains pays basée sur des principes du multilatéralisme. Il l’a qualifié d’intéressante en se demandant si cela pouvait être compatible avec l’alliance des pays démocratiques dont parle le futur président américain Joe Biden.
TS15.11.

publié le 17/11/2020

haut de page