Revue de la presse du jeudi 9 janvier

Politique étrangère et européenne

Irak

Réactions sur les tirs de missiles en Irak
Le président Sauli Niinistö dit avoir évoqué, avec le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto, l’éventuel rapatriement des soldats finlandais en Irak. Préalablement à toute décision, il souhaite obtenir des précisions sur deux questions. Premièrement, il faut comprendre ce que signifie la décision du parlement irakien sur la présence des troupes étrangères dans le pays. Deuxièmement, Niinistö souhaite obtenir, de la part des Iraniens, une explication sur les tirs de missiles par rapport aux soldats finlandais. « Nos troupes de gestion de crise n’ont rien à voir avec les différends entre l’Iran et les Etats-Unis », estime le président. « Il conviendrait d’éclaircir la question de savoir comment les Etats-Unis comptent séparer leurs activités au sein de la coalition et leurs propres activités de crise. »
M. Niinistö considère le conflit entre les Etats-Unis et l’Iran comme « extrêmement grave ».
La Finlande et la Suède n’envisagent pas pour l’instant de rapatrier leurs troupes malgré les tirs iraniens et malgré la demande du parlement irakien à son gouvernement de retrait des troupes étrangères. Les Premiers ministres Sanna Marin et Stefan Löfven ont évoqué la question lors de leur rencontre mercredi en Suède. Mme Marin a constaté que la position de l’Irak n’est toujours pas claire. « Si le gouvernement irakien demande également le départ des troupes, il est clair qu’on ne pourra plus opérer dans le pays. Nous faisons partie d’une opération internationale. La Finlande n’agira pas seule. »
Pour le ministre de la Défense Antti Kaikkonen, la suite des activités de formation des Finlandais en Irak devra être évaluée en accord avec la coalition commandée par les Etats-Unis.
Le président de la commission parlementaire de la défense, Ilkka Kanerva (conservateur) trouve étonnant que l’Iran ait réalisé elle-même ses tirs de missiles. Généralement elle utilise ses alliés pour ce genre d’interventions.
M. Kanerva a précisé à STT que ces dernières années l’Iran a délégué le travail sale à ses alliés militaires ou semi-militaires. Selon lui, il conviendrait de réfléchir à éventuellement convoquer la commission parlementaire de la défense sur la situation des troupes finlandaises.
HS9.1/A12-13

Réunion exceptionnelle de la Commission de Défense du Parlement
Malgré la période de vacances du Parlement, la commission de a défense se réunit aujourd’hui pour traiter de la situation en Irak.

Finlande – Suède

Déplacement à Stockholm de la Première ministre Sanna Marin
Hufvudstadsbladet rend compte du déplacement en Suède de Sanna Marin, sa première visite bilatérale, et de la rencontre avec son homologue Stefan Löfven.
Le quotidien relève que, lors de la conférence de presse, Mme Marin a fait l’éloge des bonnes relations entre les deux pays et notamment de l’excellente coopération de défense.
Les deux Premiers ministres se sont félicités du nombre de gouvernements dirigés par un social-démocrate dans les pays nordiques.
Selon Mme Marin, les Premiers ministres ont évoqué la question de savoir comment faire s’engager les jeunes dans les deux pays dans la politique et dans un travail en faveur de la société.
HBL note qu’outre son âge, ses propos sur une diminution du temps de travail de l’époque où elle était ministre des Transports, ont été évoqués dans la presse suédoise.
Helsingin Sanomat relève que les deux chefs de gouvernement sont favorables à l’idée d’un temps de travail moins long. Une journée de six heures n’est pourtant d’actualité ni en Finlande ni en Suède.
Mme Marin a dit que, jusqu’à présent, la réduction du temps de travail a été une tendance liée à une augmentation de la productivité du travail. Les fruits de cette productivité ont été distribués aux employés sous forme d’un temps de travail réduit par exemple, en même temps que les salaires ont augmenté. « Je pense que l’évolution ira dans ce sens dans l’avenir, mais peut-être pas dès les prochaines années. »
Elle a souligné qu’une journée de six heures n’était pas à l’ordre du jour de son gouvernement actuel.
HBL/10, HS

Union européenne

« La France moteur économique de l’UE » KL
Kauppalehti publie une analyse de son correspondant à Munich qui souligne que la croissance économique allemande est moitié moindre de celle de la France et que l’avenir de l’Allemagne est bien flou. Les investisseurs ont actuellement plus confiance dans la France de Macron qui tire profit du paquet de relance du gouvernement.
KL

Défense

L’administration de la défense interdit aux fabricants en lice pour le projet HX de révéler le nombre de chasseurs proposés à la Finlande
Le directeur de programme des acquisitions stratégiques au ministère de la Défense, Lauri Puranen, signale dans son blog que l’appel d’offre révisé envoyé aux fabricants comprend une condition selon laquelle « le contenu précis de l’offre n’est pas public et que cette condition concerne également le nombre des appareils. »
Selon M. Puranen, le fabricant peut toutefois évoquer le ou les types de son appareil sur un plan général, notamment sur l’armement et la performance mais « les chiffres précis et la totalité précise du contenu ne sont pas du ressort de l’information publique ».
M. Puranen utilise le pluriel en parlant des types d’appareil car certains fabricants sont prêts à vendre plusieurs appareils dans le même lot.
Cette critique indirecte formulée par l’administration de la défense semble viser tout particulièrement le suédois Saab et l’américain Boeing. Saab s’était déclaré prêt à proposer des appareils de surveillance radars en plus des chasseurs Gripen et l’américain Boeing des chasseurs de guerre électronique.
HS9.1/A23
Politique intérieure

Gouvernement

« Sanna Marin a réalisé le rêve finlandais » HS
Helsingin Sanomat publie un billet signé Saska Saarikoski, ancien correspondant du quotidien aux Etats-Unis, intitulé « Sanna Marin a réalisé le rêve finlandais », faisant référence à l’interview de l’économiste Philippe Aghion, publié récemment dans le quotidien sous le titre « Le rêve américain n’existe plus ».
« Il y a au moins un pays au monde où les pauvres ont la possibilité de réussir dans la vie et c’est la Finlande », selon l’auteur.
Il rappelle qu’en décembre dernier, le ministre estonien de l’Intérieur Mart Helme avait traité la Première ministre Sanna Marin de « petite vendeuse ». Mme Marin avait répondu qu’elle était très fière de la Finlande où un enfant d’une famille pauvre a les possibilités de faire des études universitaires et de réussir.
M. Saarikoski rappelle que les autres ministres actuels ne viennent pas tous de familles bien loties. Il prend comme exemple Timo Harakka, ministre des Transports, qui est fils adoptif de parents sourds. Selon les informations de la presse, M. Harakka a actuellement le patrimoine le plus important parmi les ministres actuels.
Quant aux ministres, ils sont la plupart issus de familles dont les parents étaient exploitants agricoles, aide-soignant, enseignant, vendeur, ouvrier, cuisinier… Seules Li Andersson et Tytti Tuppurainen sont filles d’artistes et Ville Skinnari, fils de député-maire.
Selon l’auteur, le rêve américain ne concerne pas seulement la richesse mais aussi la liberté.
Selon la théorie de « courbe de Gatsby le Magnifique », les inégalités et la faible mobilité sociale d’un pays sont corrélés. Il est donc plus vraisemblable qu’une personne née dans une famille pauvre en Finlande ait plus de succès qu’une personne pauvre aux Etats-Unis. La raison la plus importante est la formation, vu que les écoles sont financées localement aux Etats-Unis et que les écoles dans les régions pauvres n’ont pas assez d’argent. Même s’il y a beaucoup de choses qui fonctionnent bien aux Etats-Unis, la possibilité des pauvres de réussir dans la vie n’en fait pas partie, conclut l’auteur.
HS/A5

Emploi

Les divisions pourraient se retourner contre les partenaires sociaux » HS
Les sept groupes de travail chargés de préparer des mesures pour améliorer l’emploi ont donné leur rapport à mi-parcours mardi. Le gouvernement a décidé de ne pas les publier. Helsingin Sanomat estime qu’en effet les travaux n’ont pas trop avancé car pour l’instant aucune décision n’a pu être prise sur la base d’idées qui y auraient été présentée. Les représentants des employés jugent que les obligations pour les chômeurs à rechercher un emploi sont trop souples alors que les représentants des employés les jugent trop contraignantes.
Une synthèse de ces travaux à mi-parcours va toutefois être réalisée afin de servir de base à la réunion informelle du gouvernement prévue le 22 janvier censée porter sur les décisions à prendre en matière d’emploi.
Helsingin Sanomat estime qu’il est déjà clair que les groupes de travail comportant au total 150 membres ne permettront pas de définir des décisions sur l’emploi. Il y a trop de monde pour prendre des décisions difficiles. Le journal estime aussi que l’on peut être sceptique sur la capacité du gouvernement à prendre de telles décisions tant les positions sont éloignées, par exemple entre l’Alliance des gauches et le Centre.
La nouvelle ministre de l’Emploi, Tuula Haatainen va rencontrer les partenaires sociaux vendredi. L’objectif serait que les présidents des principales confédérations patronales (y compris du secteur public) et salariales voient leur rôle renforcé.
Helsingin Sanomat rapporte que les employeurs souhaitent faciliter l’immigration de travail, rendre plus dégressives les allocations chômages et moins de réglementations pour les entreprises. Les travailleurs, au contraire, ne souhaitent aucune mesure fâcheuse pour les chômeurs mais plus de formations et de services. Néanmoins, si on n’arrive à aucune mesure améliorant l’emploi, le risque serait que le gouvernement tombe et lui succède une coalition avec les Vrais Finlandais et le rassemblement national. Ce risque pourrait pousser la confédération des ouvriers SAK à des concessions ; de même que les employeurs qui craignent de ne pas pouvoir compter sur l’immigration économique en cas de gouvernement avec les Vrais Finlandais.
Helsingin Sanomat rappelle que les syndicats se plaignaient durant la précédente législature de ne pas avoir de réel dialogue social. Aujourd’hui on leur offre une coopération tripartite. S’ils n’arrivent pas à prendre des décisions, les prochains gouvernements auront moins d’enthousiasme pour se tourner vers les partenaires sociaux.
HS

France – Finlande

Littérature

Maylis de Kerangal
Helsingin Sanomat présente Maylis de Kerangal, « un phénomène littéraire » en France, et rend compte de la traduction en finnois du roman Un monde à portée de main publié chez Siltala.
Les traducteurs Ville Keynäs et Anu Partanen sont candidats pour le prix Jarl Helleman accordé pour la meilleure traduction de l’année.
HS

publié le 09/01/2020

haut de page