Revue de la presse du jeudi 7 novembre

Politique étrangère et européenne

Russie

Propos de M. Aho
Esko Aho, membre du directoire de la banque russe Sberbank (visée par les sanctions) et ancien Premier ministre, estime que, si nous ne comprenons pas ce qui se passe en Russie, nous commettons une erreur fondamentale.
Selon M. Aho, la Russie ne comprend pas l’UE et privilégie les relations bilatérales. Comme cela divise les Etats membres, certains estiment que la Russie risque d’abandonner l’UE et se tourner vers la Chine comme partenaire commercial. Pour M. Aho, cela n’est pas réaliste. Il note que le commerce russe avec la Chine s’élève à 100 milliards de dollars, tandis que celui avec l’UE s’élève à 330 milliards d’euros.
Le problème de la Russie est qu’elle n’exporte que très peu de produits et services transformés. Le pays a, selon M. Aho, un besoin urgent de modernisation. La numérisation en cours ne relève pas d’une véritable modernisation, selon lui. Pour lui, ce n’est qu’en s’orientant vers l’Europe que la Russie peut y arriver.
Lorsque ce pays décide de le faire, il faut que l’Europe – avec l’aide de la Finlande précisément – s’efforce de mieux connaître la Russie. Certains disent qu’il serait impossible de vivre avec la Russie, mais M. Aho estime que vivre sans serait difficile aussi. Il existe une dépendance réciproque en matière d’énergie, d’environnement, de géopolitique et de sécurité. Si la Finlande souhaite être un spécialiste en matière de ce pays, il faut qu’elle s’y intéresse plus et qu’elle le comprenne mieux, selon M. Aho.
HBL/mer/28

Finlande - Tanzanie

Visite de M. Haavisto
Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto effectuera une visite en Tanzanie les 7 et 8 novembre. Il a des entretiens à Dar Es Salam avec le président John P. Magfuli et le ministre des Affaires étrangères Palamagamba Kabudi. Les entretiens porteront sur les relations bilatérales, les relations entre l’Union européenne et la Tanzanie, le développement tanzanien récent et la coopération dans la lutte contre le changement climatique.
« Je souhaite consolider et élargir encore plus les excellentes relations entre nos deux pays. La Tanzanie est depuis longtemps un partenaire proche de la Finlande dans plusieurs questions internationales. Je souhaite qu’on puisse coopérer encore plus avec la Tanzanie dans la lutte contre le changement climatique », selon M. Haavisto.
M. Haavisto participera également à une réunion des ministres des Affaires étrangères nordiques et africains qui sont organisées annuellement depuis 2001. Une quinzaine de ministres africains sont attendus à la réunion. Dans son discours, M. Haavisto présentera les thèmes concernant la paix et la sécurité en Afrique.
formin.fi

Finlande – Afrique

« Selon Business Finland, tout le monde gagne lorsqu’on combine les affaires et le développement » HBL
Hufvudstadsbladet a interviewé M. Palmberg, directeur du programme Business with impact de Business Finland, qui estime que les possibilités d’affaires des entreprises finlandaises qui en même temps ont un impact positif dans un pays en voie de développement constituent une situation où tout le monde est gagnant. L’objectif du programme est d’encourager des entreprises à être innovantes et de chercher de nouveaux marchés et de contribuer en même temps à des développements positifs dans les pays dans lesquels elles s’établissent.
M. Palmberg se félicite du fait que la politique de l’innovation et celle du développement commencent à se combiner.
Pour lui, l’image qu’ont de l’Afrique les Finlandais n’est pas actuelle. Le dynamisme du développement dans plusieurs pays africains n’est pas toujours bien compris. Il serait temps de commencer à considérer les pays africains comme des partenaires égaux.
Le ministère des Affaires étrangères coopère avec Business Finland dans le programme Business with impact. Le soutien aux entreprises concerne leurs projets de recherche, de développement et d’innovation. Les entreprises se chargent de la moitié des frais en la matière et le Business Finland de l’autre moitié. Le ministère prend en charge la moitié de la part de financement de Business Finland.
HBL/4-5

Business Finland

Rallonge budgétaire pour Business Finland
L’étude du projet de rallonge budgétaire a commencé mardi au Parlement. Il comprend notamment 15 millions d’euros supplémentaires pour le budget de l’innovation de Business Finland. Cela devrait profiter à une vingtaine d’entreprises qui attendent des prêts à l’innovation par Business Finland.
Al

Climat

Traité de Paris – Etats-Unis – Chine
Editorial : « Le nez de M. Trump pour flairer les bonnes affaires a cette fois échoué » HBL

L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que si les Etats-Unis ratent la tendance concernant l’énergie renouvelable, c’est la Chine qui assumera le leadership en matière de développement de ce secteur. Pour l’éditorialiste, l’énergie durable est le prochain grand domaine de développement.
Comme le traité de Paris, à l’instar de beaucoup de conventions internationales, manque de mécanismes de sanction, il n’est pas exclu que le comportement des Etats-Unis attire d’autres pays à diminuer le niveau de leur ambition.
Concernant les Etats européens, l’éditorialiste estime que les stratégies des uns et des autres devraient rapidement être améliorées. Pour ce qui est de la Finlande, il manque les propositions concrètes et leur mise en œuvre.
HBL/4

Déforestation
La Finlande promeut une législation européenne pour freiner la disparition de forêts
Hufvudstadsbladet rend compte de l’effort finlandais en cours pour mettre en place une mesure à impact mondiale en faveur du climat.
Il s’agit d’un projet de législation européenne prévoyant plus de responsabilité pour les entreprises pour surveiller les chaînes de production du point de vue de la déforestation.
L’initiative en la matière vient de la Commission européenne qui l’été dernier a remis au Parlement européen une proposition de mesures pour freiner la disparition de forêts.
Dans son analyse, Peter Buchert de HBL rappelle que concernant notamment l’Amazonie, une telle législation améliorerait les conditions des droits de l’homme et freinerait la crise climatique ainsi que les menaces pour la biodiversité.
Une législation européenne servirait de signal pour la branche. L’objectif de la Finlande est que le ministre de l’Agriculture Jari Leppä puisse mener à terme les négociations entre les Etats membres en décembre.
Pour l’auteur, contribuer même en partie à ce qu’une législation voie le jour serait la plus importante démarche de la Finlande en faveur du climat.
HBL/6

Transport

Les projets de ferroviaires ne pourront peut-être pas participer au CEF
La Finlande ne pourra peut-être pas proposer ses projets de lignes ferroviaires rapides entre Helsinki et Turku et Helsinki et Tampere pour l’appel à projet CEF de la Commission.
Il faudrait en effet candidater avant le 26 février. Or le projet n’est pas suffisamment prêt.
La Commission a pourtant incité la Finlande à candidater pour le financement de la planification de ces projets ferroviaires afin de pouvoir ensuite candidater sur des fonds pour l’aide à la construction dans la période 2021-2027.
AL

Politique intérieure

Partis politiques

Le PSD continue à chuter, les Vrais Finlandais toujours en hausse

JPEG

Yle publie les résultats d’un sondage d’opinion sur les intentions de vote des partis politiques, effectué en octobre par l’institut Taloustutkimus.
Les Vrais Finlandais sont de plus en plus populaires, ils sont en première position avec une marge de près de 6 % sur le Rassemblement national. La situation difficile du Parti social-démocrate continue, le parti est tombé au quatrième rang et se trouve entre les Verts et le Centre. C’est le chiffre le plus bas depuis qu’Antti Rinne est président du PSD. La popularité du PSD baisse plus rapidement que celle du Centre pendant la législature précédente.
Les Vrais Finlandais ont un score de 23,0 %, soit une hausse de 2,1 % par rapport à septembre. Le Rassemblement national (Kokoomus) arrive deuxième avec 17,3 (+0,2 %), suivi des Verts (14,2 %) et du PSD qui obtient 13,9 % (-1,7 %).
Le Centre arrive cinquième avec 12,9 % (+0,1 %). L’Alliance des gauches est à 7,9 %, le Parti populaire suédois à 4,3 %, les Chrétiens-démocrates à 3,2 % et les Mouvement Nyt à 1,6 %.
Selon Tuomo Turja, directeur de recherche à Taloustutkimus, les Vrais Finlandais ont obtenu de nouveaux électeurs du PSD, du Centre et du Rassemblement national, surtout parmi les hommes, de moins de 25 ans et de 35-64 ans, surtout à Helsinki mais aussi dans les petites villes. Il s’agit surtout des ouvriers mais aussi des retraités.
Les intentions de vote en faveur des partis du gouvernement ont baissé de 56,0 à 55,6 %.
L’institut Taloustutkimus a effectué le sondage entre le 2 octobre et le 5 novembre auprès de 3 414 personnes.
Yle

Analyses
« Seul le Kokoomus pourrait empêcher Halla-aho de grimper » US
« Rinne a perdu le fil » IS

UusiSuomi estime que la montée des Vrais Finlandais semble difficile à enrayer. Selon le rédacteut-en-chef, seul le rasemblement national (Kokoomus) pourrait ralentir la montée des Vrais Finlandais. Mais pas avec M. Orpo comme président, estime Uusisuomi qui rapporte que Mme Lepomäki a reçu des demandes pour défier M. Orpo à la présidence du parti.
Pour Ilta-Sanomat, la montée des Vrais Finlandais s’explique avant tout par le fait que le parti du premier ministre s’effondre.
US IS

Coalition gouvernementale

Le Centre a manigancé la nomination de Mme Antila à la tête de Kela
« Le PSD furieux contre le Centre » AL

Helsingin Sanomat rapporte que la nomination de Outi Antila, actuelle directrice au ministère des Affaires sociales et de la Santé, comme nouvelle directrice générale de l’Office national des assurances sociales Kela, a été manigancée par les députés du Centre à l’insu du PSD, leur partenaire de coalition.
Pour le quotidien, les principales conséquences de cette nomination ne devraient pas être pour cette institution, car le poste de directeur de Kela n’est en soi pas politique, mais plutôt pour les relations entre les partis de la coalition. Le Centre n’était pas prêt à voter pour la candidate du PSD, il a donc tout fait pour empêcher l’ancienne députée social-démocrate Hanna Tainio, d’être choisie.
Pour Aamulehti, après ce choix les députés du PSD étaient furieux contre le Centre qui a finalement préféré Mme Antila (ancienne membre des jeunes du Kokoomus) à la candidate du PSD. La question est de savoir si cela laissera des traces dans la coalition, c’est-à-dire si cela aura un effet sur la confiance entre les partis. On se demande aussi au PSD si la présidente du Centre, Mme Kulmuni, était informée et si ce rapprochement entre le centre et le Rassemblement national (Kokoomus) en restera là.
Cet épisode ne promet rien de bon pour la coopération gouvernementale. Dans les semaines à venir, il faudra choisir le prochain secrétaire d’Etat aux Finances qui a un rôle important pour définir les perspectives de l’emploi. C’est un poste clé pour le parti du premeir ministre.
HS AL

Débat sur le monopole des Jeux

« Le monopole des jeux pose des questions morales aux politiciens » HS
Le gouvernement a souhaité que le monopole des jeux, Veikkaus, réduise le nombre de machines à sous disposées sur le territoire afin de ne pas inciter l’addiction à ces machines à sous. Néanmoins, la ministre en charge de Veikkaus, Mme Paatera a déclaré, mardi au parlement, que, pour pallier ces pertes de revenus, Veikkaus devrait réfléchir à lancer de nouveaux jeux ou développer les jeux existants sur Internet.
Ces propos font polémique, selon HS, car ils expriment à quel point Veikkaus est depuis longtemps une machine à cash pour le gouvernement. Ce qui fait parfois oublier que l’argent récolté par Veikkaus vient des citoyens et notamment de ceux qui souffrent d’addiction.
Or, le problème est que Veikkaus, les organisations sportives et culturelles qui reçoivent ses aides et les politiciens vivent en symbiose, ce qui crée des effets étranges. Cela vient de l’histoire de Veikkaus puisque dès l’apparition des machines à sous on a décidé que seules les organisations de bienfaisance auraient le droit de les gérer à travers un monopole national
Un moyen de couper ce lien serait comme le proposent la majorité des économistes ainsi que la directrice de l’agence de protection de la concurrence et des consommateurs que les recettes de Veikkaus aillent directement dans le budget de l’Etat et non plus aux diverses organisations. Dans ce cas-là, l’Etat devrait compenser aux organisations, la diminution des recettes de Veikkaus.
Une autre soution serait de remplacer le monopole des jeux par un système de licences permettant à d’autres entreprises de concurrencer Veikkaus en achetant une licence auprès de l’Etat.
Quelle que soit la solution choisie, Helsingin Sanomat estime que l’Etat doit réformer le système actuel. Le gouvernement l’a d’ailleurs reconnu lui-même puisque Mme Paatero a annoncé la création d’un groupe de travail pour faire des propositions sur Veikkaus.
HS

Conflits sociaux

La grève de la Poste commencera probablement lundi
Helsingin Sanomat estime que vu la situation des négociations sur le conflit à la Poste (les positions de l’employeur et des employés sont très éloignées), il est probable que la grève de deux semaines prévue à partir de lundi se réalise.
Cela concernera principalement la distribution du courrier ; les paquets devraient pouvoir être acheminés.
HS

On exagère le coût des conflits sociaux
L’économiste du syndicat des employés STTK Antti Koskela estime que, dans le débat public on exagère souvent le coût avancé des conflits sociaux pour les entreprises. En effet, on a tendance à calculer la production journalière et la multiplier mécaniquement par le nombre de jours de grève. Cela ne prend pas en compte suffisamment la capacité des entreprises à se préparer et faire face à de tels conflits sociaux (utilisation des stocks, des heures supplémentaires…).
Helsingin Sanomat relève qu’en nombre de jours de travail perdu pour cause de conflits sociaux durant les deux dernières décennies, la Finlande se classe au-dessus de la moyenne européenne.
HS

publié le 07/11/2019

haut de page