Revue de la presse du jeudi 7 juin

Politique étrangère et européenne

Frontières finlandaises – et de l’UE

La frontière entre la Finlande et la Russie mesurée aux moyens numériques
Helsingin Sanomat rend compte du fait que les outils numériques font que la frontière finlandaise avec la Russie s’est rallongée de 20 kilomètres. HS note que sa situation reste néanmoins la même !
Avec les nouvelles technologies, il a été possible de prendre en compte les collines et les lacs qui font que la frontière n’est pas toute droite même si elle est dessinée comme telle.
Officiellement, la frontière fait 1343,6 kilomètres.
La documentation sur la frontière comprend 3000 pages, dont une partie des procès verbaux en finnois et en russe sur les 1415 bornes placées entre les deux pays.
HS/A8

Défense

Rencontre vendredi à Helsinki des commandants des forces armées américain et russe
Le commandant des forces armées américaines, le général Joseph Dunford Jr. et le commandant des forces armées russes, le général Valeri Gerasimov se rencontrent en Finlande vendredi 8 juin.
Ils verront également le président de la république Sauli Niinistö et le commandant des forces armées finlandaises Jarmo Lindberg.
L’information a été diffusé par le twitter de la défense nationale et l’agence de presse Reuters.
www.hs

OTAN


« L’OTAN a peur d’elle-même » HS

Selon l’éditorialiste d’Helsingin Sanomat, la situation est bien bizarre au moment des préparatifs du plus important évènement politique en matière de la coopération de défense occidentale, le sommet de l’OTAN les 11 et 12 juillet à Bruxelles. La touche finale aux projets devrait être apportée lors de la réunion ministérielle jeudi et vendredi.
Il s’agit du second sommet où participera Donald Trump. Le précédent est encore trop bien dans la mémoire des pays de l’OTAN. L’année dernière, alors qu’il avait l’occasion de clarifier la relation des Etats-Unis avec l’Europe dans le domaine de la défense, Trump en a profité pour pester contre les dirigeants européens, et particulièrement la chancelière allemande Angela Merkel et faire l’éloge du roi d’Arabie-Saoudite.
Aujourd’hui, un an après, la situation ne s’est pas améliorée, elle est juste plus compliquée.
Washington et Bruxelles sont toutes deux capables d’énumérer un certain nombre de réalisations comme les quatre bataillons multinationaux placés dans les pays baltes et en Pologne, la présence renforcée des Etats-Unis en Europe et l’augmentation du budget des troupes américaines en Europe. De plus, les dépenses des pays européens en matière de défense agrandissent, mais pas suffisamment - surtout en ce qui concerne l’Allemagne - au goût de Trump et d’autres.
Pour sauver la relation transatlantique, on ne cesse d’assurer que l’alliance survivra à la guerre commerciale entre ses pays membres. C’est possible, car l’Europe a besoin des Etats-Unis pour sa défense et les Etats-Unis ont besoin de l’Europe à ses côtés dans le monde.
Les sommets de l’OTAN sont organisés généralement tous les deux ans. La rencontre des ministres de la Défense du jeudi et vendredi est la dernière réunion préparatoire avant le sommet de Bruxelles.
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö (Avenir bleu), en tant que représentant de la Finlande, pays partenaire de l’OTAN pour la paix, participera vendredi aux discussions sur la coopération de l’OTAN et l’Union européenne, sur l’opération de l’OTAN en Afghanistan et les mesures prises contre le mouvement terroriste ISIS.
HS6.6/A4

Selon un récent sondage, 20% des Finlandais seraient pour une adhésion à l’OTAN
Selon un récent sondage réalisé par Ilta-Lehti et Uusi Suomi indique que 20% des Finlandais seraient pour une adhésion à l’OTAN contre 17% en février dernier. Inversement, la part des opposants est tombée de 55 à 50%.
Si le président de la république se prononçait pour une adhésion à l’OTAN, 42% des personnes interrogées le suivraient, 34% ne le soutiendrait pas et 24% ne se prononcent pas.
www.uusisuomi.fi

Politique intérieure

Partis politiques

Nouveau sondage : le PSD est toujours en tête, le Rassemblement national en baisse et le centre en légère hausse
Yle publie les résultats d’un sondage sur les intentions de vote des partis politiques, effectué pour son compte par l’institut Taloustutkimus.
Le Parti social-démocrate arrive en tête avec le même score qu’il y a un mois, 20,0 %. Le Rassemblement national a perdu 0,9 % depuis le sondage précédent et obtient maintenant 19,3 %. Le Centre arrive troisième avec 17,6 %, soit une hausse de 0,6 % depuis le dernier sondage.
Les Verts sont en quatrième position avec un score de 14,4 % (-0,5 %), suivis de l’Alliance des gauches (8,9 %), des Vrais Finlandais (8,3 %), du Parti suédois (3,9 %), des Chrétiens-démocrates (3,4 %) et des bleus (1,7 %).
Les intentions de vote en faveur du Rassemblement national sont en baisse et ceux du Centre en légère hausse depuis quelque mois.
La différence entre le Rassemblement national et le Centre n’est plus que de 1,7 point, contre plus de 3 points au début de l’année.
Les scores des petits partis ou ceux des partis de l’opposition n’ont pratiquement pas changé.
Le sondage a été effectué entre le 2 mai et le 5 juin auprès de 3 394 personnes.
Yle

Réforme de la santé et des affaires sociales

Cinq questions importantes à trancher
Le gouvernement prépare actuellement ses réponses aux recommandations de la Commission des Affaires constitutionnelles sur la réforme SOTE.
Les principales questions à régler portent sur l’échelonnement exigé de l’ouverture à la concurrence des services, le financement des régions, la conformité de la réforme avec le droit européen, ainsi que la protection des données et la relation entre les patients et les prestataires de services.
Pour l’instant les hauts fonctionnaires chargés de préparer la réponse du gouvernement attendent encore les orientations politiques, rapporte Helsingin sanomat. Les ministres chargés de la réforme, Mme Saarikko (Centre), M. Häkkänen (Rassemblement national) et Mme Mattila (Avenir bleu) se réunissent tous les jours mais n’ont pas encore tranché les questions politiques les plus délicates. Selon les hauts fonctionnaires, si le ministres arrivaient à s’entendre sur des orientations d’ici la fin de la semaine, l’administration pourrait préparer la réponse du gouvernement peut-être la semaine prochaine afind e la faire ensuite valider par les ministres.
Ainsi, la commission exige que l’ouverture à la concurrence soit échelonnée « de manière significative » tant de manière géographique (pas toutes les régions à la fois) que temporaire et en fonction des services.
Une autre question épineuse concerne la conformité au droit européen. Soit il faudrait notifier le projet actuel à la Commission, ce qui risque de prendre du temps, soit il faut modifier le projet et déterminer les services de santé comme des Service d’intérêt général économique, estime HS.
HS

Les votes n’auront pas lieu avant l’automne
La vice-présidente du parlement Tuula Haatainen estime qu’il est impossible que le Parlement puisse voter sur le nouveau projet du gouvernement avant l’été.
HS

Le président Niinistö estime qu’une démission du gouvernement ne mènerait pas automatiquement à une dissolution du Parlement
Helsingin Sanomat relève que les spéculations sur un possible éclatement du gouvernement s’accélèrent à cause de cette réforme. Le président a déclaré hier qu’une éventuelle démission du gouvernement ne conduirait pas automatiquement à de nouvelles élections. « Je chercherais d’bord s’il n’est pas possible de continuer avec une autre coalition », a-t-il dit.
Le Président a refusé de commenter le contenu de la réforme mais a jugé qu’il s’étonnait que « l‘on débatte principalement par médias interposés ».
HS

La réforme Sote va animer les congrès des partis
Kesksisuomalainen estime que le débat sur la réforme des services sociaux et de santé va animer les congrès des partis qui se réunissent à partir de demain.Au Congrès du Rassemblement national, c’est la venue du maire d’Helsinki Jan Vapaavuori qui intéresse. Même s’il n’est pas délégué, sa seule présence pourrait susciter l’expression de critiques contre la réforme.
Chez les Centristes, ce n’est pas tant la réforme que les mauvais sondages qui pourraient susciter les critiques contre la direction du parti.
KS

Modèle d’activation des chômeurs

Plus de bénéficiaires du revenu minimum
La caisse d’assurances sociales Kela estime que l’entrée en vigueur du modèle d’activation des chômeurs qui a eu aussi consisté à diminuer les allocations chômages a eu pour effet d’augmenter de 11 000 personnes le nombre des bénéficiaires du revenu minimum.
KS

Critiques contre le modèle d’activation
Selon une étude réalisée par la caisse d’assurance chômage YTK auprès de ses membres, 81% des personnes estiment que le modèle d’activation n’a pas soutenu le retrour à l’emploi. De plus, 75% déclarent avoiir une attitude opposée à cette réforme.
KL

Ministère de l’Intérieur

Transfert du Centre de gestion de crises de Kuopio à Helsinki
Keskisuomalainen relève que le ministère de l’Intérieur propose le transfert du Centre national de gestion de crises de Kuopio à Helsinki.
Le ministère estime que le transfert améliorerait la coopération nationale et internationale et renforcerait la position de la Finlande dans la gestion de crises internationales.
Le quotidien rappelle que le Centre de gestions de crises a été créé à Kuopio en 2007 pour des raisons de politique régionale. La plupart du personnel du centre, une vingtaine de personnes, ne souhaitent pas quitter Kuopio.
Le groupe de travail de coordination de la régionalisation, nommé par le ministère des Finances, doit déposer son avis sur le site du centre dans une semaine.
KS/16

Attitudes des Finlandais

Le sentiment patriotique réunit les Finlandais, alors que les attitudes à l’égard de l’immigration et des demandeurs d’asile les divisent
Selon une étude sur les attitudes des Finlandais, la majorité des personnes interrogées se font des soucis pour les inégalités sociales et le sort des personnes disposant de petits revenus.
80 % des personnes interrogées considèrent le sentiment patriotique comme quelque chose de positif. Parmi les électeurs de l’Alliance des gauches et des Verts, il y a plus de réticence en la matière que chez les autres, même si la majorité y reste favorable.
L’esprit de défense nationale est considéré comme positif également par 80 % des Finlandais.
L’immigration divise les Finlandais. 60 % estiment qu’être Finlandais ne dépend pas des origines des personnes, alors que 30 % considèrent que l’ethnicité est décisive.
40 % des Finlandais regrettent les conditions des demandeurs d’asile, alors que 30 % estiment que tout est trop bien organisé pour eux.
Le plus grand souci des personnes interrogées concerne la situation des bas salaires et des personnes âgées. Le précariat les inquiète plus que le chômage.
6400 personnes ont été interviewées pour l’étude.
HS/A11

Loups


C’est dans l’ouest du pays qu’il y a le plus de loups

Plus de la moitié des loups de Finlande vivent dans l’ouest du pays. Selon les dernières estimations du Centre de ressources naturelles Luke, la population des loups se compose de vingt hordes, dont seize vivent à l’ouest, où le nombre de loups a augmenté d’un tiers. Le changement le plus important s’est produit en Ostrobothnie où le nombre de loups a doublé.
A l’est, il y a cinq hordes qui bougent des deux côtés de la frontière entre la Finlande et la Russie.
La population d’ensemble s’élève à 165-190 loups, contre 150-180 en 2017.
Traditionnellement, les loups ont typiquement vécu dans l’Est, mais il semblerait qu’ils trouvent plus facilement (de chevreuils) à manger dans l’Ouest.
HS/A8

publié le 07/06/2018

haut de page