Revue de la presse du jeudi 5 septembre

Politique étrangère et européenne

Russie

M. Haavisto améliorerait les relations avec la Russie
L’ancien président estonien critique M. Haavisto

Dans une interview accordée à Financial Times, le ministre des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, a dit qu’il faudrait que l’UE renforce son action pour améliorer ses relations avec la Russie, si elle souhaite renforcer la sécurité européenne dans le contexte de conflits internationaux, de tensions transatlantiques et du Brexit.
« Il est très difficile d’imaginer une solution (à des crises mondiales) sans la Russie, ou une solution dans laquelle la Russie ne serait pas de quelque manière une partie active », a-t-il dit.
M. Haavisto estime que le changement de gouvernement en Ukraine peut être considéré comme une nouvelle opportunité d’avancer concernant la crise.
L’ancien Président estonien, M. Ilves, remet en question les propos de M. Haavisto en se demandant pourquoi considérer la Russie comme un partenaire dans la solution de crises si la Russie en est la cause ou bien y a contribué.
FT note que le Président Macron s’est déjà exprimé dans le sens des propos de M. Haavisto, alors que l’on peut supposer que les pays de l’Europe de l’Est n’y seraient pas favorables.
M. Haavisto dit que lorsqu’on voit un espoir, tel qu’un éventuel rapprochement de la Russie et de l’Ukraine sur certaines questions, on est prêt à soutenir et à aider là où on peut. M. Haavisto précise que la Finlande n’est pas prête à lever les sanctions contre la Russie avant de voir quelque chose concret en Ukraine de l’Est.
HS/A22, Uusi Suomi

Politique européenne

« La Finlande a changé de ligne – elle prend ses distances avec la ligue hanséatique qui défendait l’austérité budgétaire » Yle
Selon Yle, la Finlande cherche de nouveaux partenaires à l’intérieur de l’UE. Sous le gouvernement Sipilä, la Finlande s’était liée à la ligue de huit Etats dirigée par les Pays-Bas et favorable à l’austérité budgétaire.
Selon les sources de Yle, le nouveau gouvernement prend ses distances avec la Hanse. En toile de fond, il se passe actuellement un changement de pouvoirs dans l’UE : pendant que le Royaume-Uni prend ses distances, le pouvoir de la France et des autres grands Etats se renforce.
Le gouvernement Rinne entend réfléchir au cas par cas comment fixer ses positions avec celles des autres Etats.
La semaine dernière, lors du forum européen de Turku, la ministre des Affaires européennes Tytti Tuppurainen a déclaré : « Les Etats membres du Nord de l’UE partagent les mêmes positions sur le libre-échange. La Finlande ne va toutefois pas engager sa politique européenne uniquement dans la ligue Hanséatique ou quelque autre bloc. Nous coopérons avec tous les Etats et recherchons l’unité européenne ».
Selon Yle, l’ensemble du gouvernement n’a néanmoins pas participé à fixer cette ligne politique. Ainsi, pour les centristes, « rien n’a changé ».
En effet, durant le gouvernement de Sipilä (Centre), la ligue hanséatique était un groupe de référence important pour la Finlande en ce qui concerne le développement de l’UEM. 
Yle rapporte que les positions de ce groupe irritaient la France qui le considérait comme une menace pour l’unité de l’union monétaire et que les pays du Sud ne voyaient pas d’un bon œil l’alliance de pays contributeurs nets.
Aucun des candidats de ces pays n’a d’ailleurs été choisi pour les hauts postes lors du dernier conseil européen, relève Yle.
A l’avenir, le gouvernement de M. Rinne cherchera à se trouver des alliés le plus largement possible. Le gouvernement est en effet sceptique sur l’intérêt d’appartenir à des alliances pérennes.
Yle rappelle que l’ancien gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen a récemment critiqué la ligue hanséatique et mis en garde contre le risque d’appartenir à des blocs.
Yle conclut néanmoins que, même si la Finlande prend ses distances avec le groupe des pays réclamant plus d’austérité budgétaire, sa position sur le développement de l’UEM n’aurait pas changé.
Yle

Politique monétaire

La Banque de Finlande pourrait bientôt posséder la moitié de la dette de la Finlande
Kauppalehti publie une interview de Jan von Gerich, analyste en chef de Nordea. Il pense que la BCE va lancer un plan de relance à l’automne notamment par la baisse des taux (qui pourraient passer de -0,4% à -0,5%) et une augmentation de ses rachats d’obligations à 30 milliards d’euros par mois puis même 50 milliards. Il pense aussi que, à l’avenir, la Banque de Finlande pourrait posséder jusqu’à 50% de la dette de l’Etat finlandais (contre un peu plus d’un quart aujourd’hui), à horizon de 2021.
Kauppalehtri relève que les taux négatifs ont suscité un débat sur l’attitude à l’égard de la dette en Europe. Selon M. von Gerich, « du point de vue des économistes il serait même souhaitable que des Etats comme l’Allemagne augmentent leurs investissements publics. En Allemagne cela n’a toutefois pas été la position de la classe politique ».
Pour la Finlande qui doit composer avec un déficit structurel, il ne serait toutefois pas possible de changer de position sur l’endettement. « Nous devrions utiliser nos marges de manœuvre limitées de manière plus intelligente qu’aujourd’hui. Un déficit permanent n’est pas forcément le meilleur moyen de se préparer à faire face à la prochaine récession », dit-il.
KL

Nordea

Nouveau PDG
Le danois Frank Vang-Jensen a été nommé nouveau directeur du groupe Nordea en remplacement du Finlandais Casper von Koskull.
Yle

Bahamas

La Finlande envoie une aide logistique
La croix-rouge finlandaise envoie aujourd’hui un groupe de six personnes pour une aide logistique aux Bahamas touchés par l’ouragan. Un convoi de matériel suivra ce week end.
Yle

Business Finland

Critiques contre Business Finland
Il y a en Finlande 23 000 entreprises qui fonctionnent à l’international. Plus d’un tiers d’entre elles ont tiré profit des services de Team Finland, selon une étude réalisée par le patronat EK.
En revanche, cette même étude rapporte que si 41% de ces entreprises sont satisfairtes des services de Business Finland, 28% se déclarent insatisfaites. Les plus critiques sont les startups qui cherchent à s’internationaliser.
TS AL KL

Diplomatie

La représentation finlandaise du Parlement européen et celle de la Commission européenne recherchent de locaux
Helsingin Sanomat rend compte du fait que la représentation finlandaise du Parlement européen et celle de la Commission européenne ont publié une annonce dans HS, hier, pour rechercher de nouveaux locaux à acheter ou à louer à Helsinki.
Il s’agirait de locaux de 2000 m2 de préférence à proximité de la bibliothèque Oodi où est situé le point d’information de ces instances.
HS a contacté le chef de la représentation finlandaise du Parlement européenne, Jarmo Oikarinen, qui note que le Parlement européen prévoit que lorsqu’un contrat de bail arrive à échéance, il s’agira de sonder l’offre pour voir si d’autres locaux correspondraient mieux aux besoins ou seraient plus compétitifs au niveau du loyer.
Les bureaux des représentations se trouvent actuellement à Kamppi.
HS/A15

Politique intérieure

Partis politiques

JPEG

Sondage : les Vrais Finlandais toujours en tête, le Centre à un niveau historiquement bas
Le journal télévisé d’Yle publie les résultats d’un sondage d’opinion sur les intentions de vote des partis politiques, effectué par l’institut Taloustutkimus.
Selon ce sondage, les Vrais Finlandais, le Rassemblement national (Kokoomus) et le PSD ont fait augmenter leur popularité, tandis que les Verts, le Centre, l’Alliance des gauches et le Parti populaire suédois sont en légère baisse.
Les Vrais Finlandais sont toujours en tête avec un score de 20,6 % (+1,0 % par rapport au sondage précédent), suivi du Kokoomus qui obtient 17,4 % (+0,6 %) et du PSD qui est à 16,9 % (+0,6 %).
Les Verts arrivent quatrième avec un score de 14,6 % (-0,5 %), le Centre est seulement cinquième avec 11,6 % (-1,0 %), avant l’Alliance des gauches qui obtient 8,1 % (-0,6 %), le Parti populaire suédois qui est à 3,8 % (-0,5 %), les Chrétiens-démocrates qui obtiennent 3,4 % (-0,1 %) et le mouvement Liike Nyt qui est à 1,4 % (+0,2 %).
Depuis les élections législatives du mois d’avril, le PSD a perdu 0,8 % et le Centre 2 %, tandis que les Vrais Finlandais et les Verts ont gagné plus de 3 %.
Le président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho est de retour au Parlement depuis son mandat de cinq ans au Parlement européen. Les commentateurs rappellent que sa première législature n’avait pas été facile pour lui. En été 2012, il a dû quitter la présidence de la commission des affaires administratives en raison d’un jugement pour l’incitation contre un groupe ethnique. M. Halla-aho vient de rejeter la présidence de la commission des affaires étrangères qu’il aurait pu prendre en tant que président du parti.
Le Kokoomus a été pendant longtemps au gouvernement. Sa dernière législature dans l’opposition date de 2003-2007. Le parti prépare déjà sa première motion de censure qu’il compte déposer après les négociations budgétaires à la mi-septembre.
Le sondage a été effectué entre le 12 août et le 3 septembre auprès de 2 440 personnes.
Yle

Entreprise publique – La Poste

Débat au Parlement
Helsingin Sanomat rapporte que, lors du premier débat en séance plénière à l’ouverture du Parlement finlandais, hier, les députés étaient unanimes pour critiquer le niveau des rémunérations des dirigeants de la Poste.
HS

La Poste en pleine transformation
Aamulehti rapporte que le chiffre d’affaires et le résultat de la Poste diminue. C’est pourquoi l’entreprise envisage un plan d’économies de 150 à 200 millions d’euros pour 2019-2021.
Sur le premier semestre, le volume des lettres a diminué de 13%. Le chiffre d’affaires de la poste a diminué de 5% à 751 millions d’euros. Les services postaux représentenbt 354 millions d’euros, les paquets et le commerce en ligne 200 millions (+0,1%) et la logistique 199 millions (+25%).
AL

Les politiques ont la main dans les entreprises publiques
Aamulehti relève que, dans les entreprises publiques, il y a immanquablement une tension dans laquelle les politiciens interviennent lorsque les décisions des dirigeants des entreprises suscitent l’émoi.
Ainsi le professeur d’économie Vesa Puttonen (ancien directeur de VR, entreprise publique du transport ferroviaire) considère qu’il est normal que le ministre intervienne (en changeant un conseil d’administration ou en donnant des signaux sur la gouvernance. Il s’étonne en revanche de l’attitude des politiciens qui siègent dans ces conseil d’administration mais ne jouent pas leur rôle de contrôle des décisions.
AL

Editoriaux
« De la difficulté de gérer l’entreprise publique de la Poste » TS
« La transformation de la poste continuera dans les années à venir » HS

Yurun Sanomat estime que l’intervention de l’Etat propriétaire sur le niveau des rémunérations des dirigeants de la Poste est compréhensible.
Helsingin Sanomat pour sa part considère que la Poste, qui a déjà subi de nombreuses transformations, ne manquera pas d’en avoir encore beaucoup. Elle fait face à la diminution de son activité de distribution du courrier, activité qui n’est plus rentable. Et pour la distribution des paquets et colis, qui est en augmentation, la Poste doit faire face à 16 concurrents sur le marché finlandais.
TS HS

Energie

Géothermie
Les perçages reprennent à Espoo lorsque le chantier géothermique arrive à sa dernière phase, à la mi-septembre pour continuer jusqu’en février 2020.
Outre ce projet de St1 Deep Heat, un projet géothermique est en cours à Tampere.
HS/mer/A18

publié le 05/09/2019

haut de page