Revue de la presse du jeudi 2 août

Politique étrangère et européenne

Déplacement en Finlande du Président Macron

Editorial : « Les visites chez le Président [finlandais] continuent » AL
L’éditorialiste d’Aamulehti note qu’après les chefs d’État américain et russe, le Président Sauli Niinistö recevra son homologue français Emmanuel Macron avec son épouse. Lors de sa visite officielle, M. Macron rencontrera également le Premier ministre Juha Sipilä.
En France, le Président est le principal responsable de la politique européenne. Ainsi, l’interlocuteur principal de M. Macron en Finlande devrait être le Premier ministre. Dans la pratique, M. Sipilä n’a que peu d’appétence pour les affaires européennes et internationales.
Souvent en retrait sur ces questions, M. Sipilä a volontairement ou involontairement laissé à M. Niinistö la possibilité d’occuper le terrain en matière de questions internationales.
Pour l’éditorialiste, la politique internationale est actuellement marquée par des leaders forts. Leur action est malheureusement souvent en contradiction avec les idéaux démocratiques et libéraux occidentaux. Le Président finlandais semble bien comprendre le contexte. Pour la Finlande, il est utile qu’il rencontre ses homologues, et il faut espérer qu’il puisse influencer leur pensée, notamment en matière de changement climatique et de droits de l’homme.
Avec le Président français, on n’a heureusement pas ce problème, note l’éditorialiste, qui estime que les deux présidents, hérauts d’une nouvelle ère, ont beaucoup de points communs.
Helsingin Sanomat rend compte d’un éditorial de Savon Sanomat, quotidien de Kuopio, qui rappelle qu’avant de rencontrer M. Macron, le Président finlandais rencontrera M. Poutine en Russie. Pour l’éditorialiste, l’analyse de M. Niinistö des positions de MM. Trump et Poutine devrait intéresser M. Macron. Il estime que les deux présidents ne manqueront pas d’évoquer en détail les avantages pour la Finlande d’une coopération renforcée en matière de gestion de crise.
AL/mar/A2, HS/mer/A5

« M. Macron arrivera en Finlande et essayera sans doute de convaincre la Finlande de participer à son initiative concernant la défense hors du cadre de l’UE » TS
Hannamari Ahonen de Turun Sanomat estime que lors de la visite officielle, la politique européenne de sécurité et de défense sera certainement évoquée. À la fin 2017, une coopération structurée permanente a été mise en place concernant la défense européenne. Le modèle serait toutefois plus conforme aux souhaits allemands que français.
Matti Pesu, chercheur à l’Upi, estime que la France avait souhaité un modèle plus ambitieux, avec un nombre réduit de participants, expérimentés en matière d’opérations extérieures et très réactifs.
Pour M. Pesu, parmi les actuels participants, certains pays s’intéressent très peu au développement avancé de la politique commune de sécurité et de défense.
La coopération actuelle se concentre davantage sur la création de capacités, alors que la France avait comme objectif qu’un petit groupe de pays réfléchisse à une vision commune sur la manière de mettre en place une défense européenne. Selon M. Pesu, la France aurait souhaité que l’UE développe des capacités indépendantes à l’égard des États-Unis pour agir, par exemple, en Afrique. Il estime que la France s’intéresse depuis longtemps à une Europe moins dépendante des États-Unis.
« Il se peut que la France soit frustrée de ne pas avoir fait accepter son objectif et que la coopération structurée permanente serve moins bien les intérêts de la France. À l’automne, M. Macron a évoqué, lors de son discours à la Sorbonne, l’idée d’une initiative en dehors du cadre de l’UE pour développer une capacité d’intervention. Au printemps dernier, l’initiative a été lancée ». Huit pays en plus de la France y participent. « L’objectif à long terme est de disposer ensemble de troupes d’intervention militaire. »
M. Pesu estime qu’il s’agira d’évoquer l’opportunité pour la Finlande d’y participer. La Finlande partagé l’avis de l’Allemagne de rapprocher le plus possible de l’UE la coopération de défense lancée par la France.
« Le Président Niinistö sera certainement intéressé de savoir quel est le lien entre l’initiative de M. Macron et la politique commune de défense et de sécurité. La participation finlandaise sera sans doute évoquée de façon positive. »
Selon M. Pesu, il est clair que M. Macron évoquera les chasseurs Rafale, même s’il ne sait pas si le dossier est à l’ordre du jour.
« La France souhaite voir se développer des capacités qui permettent à l’UE d’ assumer au besoin une plus grande responsabilité dans la gestion de crise. Les soucis finlandais sont plus régionaux, liées au voisinage de la Russie. »
M. Pesu rappelle que la France s’était félicitée de l’aide proposée par la Finlande après les attaques terroristes de novembre 2015. Les deux pays se sont accordés sur le fait qu’il faudrait que l’UE s’investisse davantage dans la politique commune de défense et de sécurité.
TS

Economie

Selon Olli Rehn, il n’y a pas de nouvelle récession en vue
Helsingin Sanomat publie une interview d’Olli Rehn, gouverneur de la Banque de Finlande qui a tout récemment pris ses fonctions.
Il estime que parmi les risques qui menacent l’économie mondiale, celui d’une guerre commerciale aggravée serait le plus fatal pour l’économie finlandaise et pour l’économie mondiale.
Il ne pense pas qu’une nouvelle récession soit en vue pour la zone euro. « Les perspectives de croissance de la zone euro sont toujours stables et l’emploi s’est considérablement amélioré. Même si la vitesse de la croissance ralentit, il n’y a pas de récession en vue tant qu’une insécurité politique ne ferae pas dérailler l’évolution favorable. »
Concernant la rencontre Trump-Juncker à Washington, M. Rehn estime qu’il s’agit d’un signal positif que l’on peut considérer comme une trêve. Elle reflète le fait que l’Europe a beaucoup de poids au niveau de l’économie internationale lorsqu’elle est unie. » M. Rehn insiste, lui aussi, sur l’importance d’empêcher la création d’un nouvel engrenage de guerre commerciale. »
Concernant la zone euro, l’Italie endettée constitue un risque, selon M. Rehn.
HS/mar/A6-7

Agriculture

Climat – mauvaises récoltes
Selon l’Institut national de la météorologie, le mois de juillet a été le plus chaud depuis que des statistiques en la matière existent. La moyenne de l’ensemble du pays a été de 19,6°C, ce qui représente cinq degrés de plus que la moyenne en Laponie et 2,5 à 4 degrés de plus que la moyenne ailleurs en Finlande.
Helsingin Sanomat relève que selon Arja-Leena Kirvesniemi, conseillère au ministère de l’Agriculture, la Finlande négocie avec la Commission européenne sur les éventuelles aides : les prévisions concernant la récolte de céréales sont exceptionnellement mauvaises. Au total, la récolte de céréales sera de 18 % inférieure à celle de 2017, et celle du seigle diminuera de 57 % en raison de la combinaison d’un automne pluvieux en 2017 et d’un printemps sec cette année. La récolte du blé diminuera d’un tiers et celle de l’orge et de l’avoine de 12 à 13 %.
Comme la sécheresse continue, la situation pourrait être pire encore que ces prévisions.
Yle, HS/A27

Politique intérieure

Sondage – mouvements extrêmes

46 % des Finlandais croient au renforcement des mouvements extrémistes
Selon un sondage effectué pour le compte d’Alma Media, 46 % des Finlandais estiment que les mouvements extrémistes en Finlande se renforceront dans l’avenir proche. 49 % des personnes interrogées le pensaient il y a un an.
40 % des Finlandais, contre 36 % en mai-juin 2017, estiment que la situation restera stable et 8 % prévoient une diminution de l’influence des mouvements extrémistes, contre 9 % en 2017.
AL/lun/A6

Économie

Commandes record pour les ateliers de construction mécanique
Les entreprises de construction mécanique ont conclu 5 % de commandes en plus au premier semestre de l’année en cours par rapport à la même époque en 2017. Au total, fin juin, les commandes s’élevaient à 7,5 milliards d’euros.
KL/A6

Nokia conclut un contrat sur 5G
Nokia a conclu un contrat de 3,5 milliards de dollars sur les réseaux 5G avec l’opérateur américain T-Mobile.
KL/A7

Emploi et chômage

Kauppalehti publie un billet de Jari Saario qui estime qu’atteindre un taux d’emploi de 72 % est un bon début, mais que cela ne suffira pas à long terme.
Selon le ministère des Finances, le nombre de personnes en âge de travailler (20 à 64 ans) diminuera de 100 000 d’ici 2030, alors qu’en même temps celui des plus de 65 ans augmentera de 400 000.
KL/A3

Énergie nucléaire

Fennovoima
Aamulehti et Turun Sanomat rendent compte du fait qu’il est prévu que le ballon d’expansion du réacteur nucléaire que Fennovoima envisage de construire à Pyhäjoki, soit fabriqué en Ukraine par Energomashspetsstal qui, selon Rosatom, a livré ce composant pour de nombreux réacteurs en Russie. Le groupe est une filiale de Rosatom.
Un représentant du Stuk, le Centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire s’est rendu à l’usine d’Energomashspetsstal et note que la fabrication serait surveillée sur place.
AL rappelle que Fennovoima ne dispose pas encore d’autorisation de construire.
AL, TS

Climat : « L’eau de la mer trop chaude engendre des problèmes pour les réacteurs nucléaires « HBL
La température restreint le fonctionnement des réacteurs nucléaires en Finlande et en Suède
Hufvudstadsbladet rend compte des soucis des groupes énergétiques qui utilisent l’eau de la mer pour les processus de refroidissement dans leurs réacteurs nucléaires.
À Loviisa, Fortum a dû diminuer, la semaine dernière les capacités de ses réacteurs durant deux jours afin d’éviter de déverser dans la mer des eaux de refroidissement devenus trop chaudes dans le processus.
HBL/mer/14, HS/jeu/A9

Sécurité

Propos du secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Ilkka Salmi
Aamulehti publie un entretien avec Ilkka Salmi, ancien chef de la Supo, directeur du Centre de situation et du renseignement (INTCEN) de l’UE et directeur de la sécurité de la Commission européenne, qui a pris ses fonctions comme secrétaire général du ministère de l’Intérieur au 1er juillet.
M. Salmi souhaiterait renforcer les attributions de la Sûreté nationale et estime que la Finlande a 25 ans de retard en matière de renseignement par rapport aux autres. « Nous vivons dans un monde numérique, mais les outils des autorités sont analogiques. »
Il estime que pour lutter contre le terrorisme, il faut renforcer la coopération européenne notamment au niveau des stratégies communes et de l’échange d’information. Il souligne l’importance de la prévention au moyen de mesures contre l’exclusion et en faveur de l’intégration des immigrants.
AL/dim/A20-21

Société – égalité

Salaires
Helsingin Sanomat rend compte de l’écart de salaires entre les hommes et les femmes qui est toujours une réalité. Un euro pour un homme égale à 83 cents pour une femme.
Le marché du travail est particulièrement tranché entre les emplois des hommes et ceux des femmes. Les métiers dominés par les hommes ont sans exception des salaires plus importants que ceux dominés par les femmes. Dans un même secteur, par exemple le commerce, les métiers nécessitant le même niveau de formation (vendeur/vendeuse (F) versus manutentionnaire (H) ou agent de surface (F) – agent de ramassage des ordures (H), à titre d’exemple) ont des salaires favorisant ceux occupés le plus souvent par les hommes.
Harri Melin, professeur en sociologie à l’Université de Tampere rappelle que pendant 50 ans, on a souligné en Finlande que le pays vivait des domaines exportateurs : industrie bois-papier et métallurgique, secteurs d’hommes, tandis que le secteur public, où beaucoup d’emplois sont occupés par des femmes est moins apprécié.
Li Andersson, président de l’Alliance des gauches, propose que l’on mette en place un registre public qui suive les écarts de salaires. Basé sur l’anonymat, tout lieu de travail, public ou privé, employant plus de 20 personnes, serait tenu d’y inscrire les salaires et les fonctions en y indiquant s’il s’agit d’un employé ou d’une employée.
HS/A22-23

France – Finlande

Vin

Ecrevisses
Linda Forssell, experte de Hufvudstadsbladet en la matière, recommande des vins d’Alsace avec les écrevisses.
HBL/21

France

Politique

Interdiction des téléphones mobiles dans les écoles
Yle rend compte du fait que la France a adopté l’interdiction des téléphones portables dans les écoles et collèges.
Yle

publié le 02/08/2018

haut de page