Revue de la presse du jeudi 17 mai

Politique étrangère et européenne

Conseil européen de Sofia – élargissement de l’UE

Editorial : « Les désaccords internes constituent une menace plus importante que l’élargissement » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’outre les avis opposés de l’Espagne et de la Grèce en matière de l’élargissement, le moment pour l’élargissement n’est pas propice. Avec la réforme de l’euro, le populisme accru et les différends sur le budget, le projet semblerait augmenter l’instabilité de l’Union.
Les dirigeants ont un choix à faire entre le fait d’augmenter la stabilité interne et celle des frontières extérieures.
HS/A5

« Perspectives européennes » des Balkans occidentaux
Pekka Mykkänen de Helsingin Sanomat rend compte des obstacles devant l’élargissement de l’UE vers les Balkans occidentaux.
HS/A25

Les dirigeants des Etats membres ont évoqué l’économie numérique et la situation concernant l’Iran
Le secrétariat du Premier ministre a publié un communiqué faisant état des entretiens à Sofia. L’innovation et l’économie numérique ont été des thèmes évoqués lors du diner de travail, mercredi. Les défis de politique étrangère, tels que le retrait américain de l’accord nucléaire iranien ont été abordés.
Le Premier ministre Juha Sipilä a été invité à ouvrir le débat sur le numérique et les innovations du fait que la Finlande, ensemble avec la France et l’Allemagne a été active dans ces questions.
M. Sipilä a constaté qu’augmenter la croissance et le bien-être en Europe était un objectif central et que le développement d’une Europe numérique et d’un marché intérieur numérique était un moyen important pour y arriver. Il a dit qu’il faut que l’UE arrive plus efficacement à développer les innovations en produits et services. Il a souligné l’importance de la coopération entre les universités et les entreprises, ainsi que de l’investissement européen dans la promotion de la recherche et l’innovation.
Le retrait américain de l’accord nucléaire a été évoqué lors du diner.
Vn.fi

Sport – Russie

Le ministre de la Culture réfléchit encore à aller en Russie
Helsingin Sanomat relève que le ministre de la Culture Sampo Terho dit qu’il n’a pas encore décidé d’aller suivre la Coupe du monde de football en Russie. « Mon calendrier pour l’été est en construction et aucune décision n’a été prisé. »
M. Terho dit qu’il va prendre en compte le calendrier et aussi le côté politique. Il suit de près si les autres Etats membres de l’UE décident de boycotter l’évènement. Cela aura un effet sur la décision finlandaise.
M. Terho estime que son éventuelle absence n’aurait pas d’influence sur les relations entre la Finlande et la Russie.
« Cela n’est pas un grand souci en ce moment. Nous nous concentrons sur les questions importantes, dont la réforme des services sociaux et de santé », selon le ministre.
HS/A13

Politique intérieure

Partis politiques

Le PSD a gardé sa première place au sondage d’HS
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage sur les intentions de vote des partis politiques. Il y a peu de changements par rapport au dernier sondage effectué en avril-mai.
Le PSD est encore en tête avec un score de 21,2 %, suivi du Rassemblement national (20,5 %), du Centre (15,7 %) et des Verts (14,2 %).
L’Alliance des gauches arrive cinquième avec 8,7 %, avant les Vrais Finlandais (7,7 %), le Parti suédois (4,4 %), les Chrétiens-démocrates (3,8 %) et les Bleus (1,7 %).
Le sondage a été effectué entre le 16 avril et le 11 mai auprès de 2 431 personnes.
HS/A8

Réforme des services sociaux et de santé

Quelques villes de la Finlande du Sud se rebellent encore contre la réforme
Keskisuomalainen rapporte que les quatre villes de la région de la capitale – Helsinki, Espoo Vantaa et Kauniainen – se sont réunies mardi pour protester contre la réforme SOTE et celle sur les régions. Les villes ont publié une déclaration commune concernant la réforme. Selon la déclaration, la réforme aurait des effets néfastes sur l’économie, les services et la capacité d’investissements des villes en croissance
Il semble que parmi les autres grandes villes qui ont antérieurement critiqué la réforme, il y a peut-être Turku et Tampere qui participeront à la rébellion de la région de la capitale. Les conseils municipaux des deux villes sont en train d’étudier des initiatives afin de rédiger des nouvelles déclarations contre la réforme.
Selon Päivi Nerg, sous-secrétaire d’Etat au ministère des Finances, chargée des réformes, la rébellion des villes de la région de la capitale arrive en retard. « Le calendrier prévu ne permet pas de modifier les réformes », selon Mme Nerg.
KS/16-17

Signal de détresse de l’opposition
Selon Keskisuomalainen, les représentants de l’opposition dans la commission des affaires sociales et de la santé au Parlement veulent que le présidium du Parlement évoque les règles du jeu pour que les réformes puissent être étudiées de façon suffisante et approfondie. Les députés estiment que la façon des partis du gouvernement de se dépêcher dans l’étude est scandaleuse et inquiétante.
La députée social-démocrate Anneli Kiljunen désapprouve surtout le fait que les représentants des partis du gouvernement estiment que la commission des affaires sociales et de la santé n’a pas à prendre position sur la question du financement des réformes dans le plan du financement public et que la question sera étudiée ailleurs.
KS/17

Police

Le chef de la police de Helsinki suspendu
Le ministère de l’Intérieur a décidé de suspendre le chef de la police de Helsinki, Lasse Aapio, jusqu’à ce que l’accusation contre lui pour faute professionnelle soit examinée par la justice.
L’accusation concerne la surveillance des activités de la police anti-narcotique liées aux sources d’information, en 2012 et 2013. M. Aapio était chef adjoint à l’époque. Le chef de la police et le chef de la police de Helsinki de l’époque, aujourd’hui à la retraite, sont accusés aussi.
Le ministre de l’Intérieur, Kai Mykkänen, note que cette suspension n’est pas une prise de position sur le fait de savoir si M. Aapio est coupable ou non. Il souligne l’importance de préserver la confiance des citoyens dans la police et les autres autorités.
HS/A15

Natalité

Les Finlandais souhaitent de moins en moins d’enfants
Helsingin Sanomat rend compte d’une étude selon laquelle le nombre de personnes qui ne souhaitent pas faire d’enfants a augmenté en même temps que le nombre de ceux qui souhaitent au moins trois enfants a diminué. 20 % des personnes interrogées âgées de 20 à 29 ans ne souhaitent pas d’enfant.
La tendance observée dès 2015 a ainsi été confirmée.
Jusqu’à présent, 20 % des femmes finlandaises et 25 % des hommes n’ont pas eu d’enfants. Ces chiffres pourraient augmenter.
Les raisons économiques (situation d’emploi, niveau de revenus, allocations) et celles liées au mode de vie ou à la carrière expliquent souvent le choix de ne pas faire d’enfants, outre le fait qu’il manque le/la partenaire.
HS/A16

Bois-papier

La pâte à papier constitue une part importante du bénéfice
Kauppalehti rend compte de la demande accrue de la pâte à papier. Durant le premier trimestre de l’année en cours, les trois groupes forestiers les plus importants de Finlande ont enregistré 932 millions d’euros dont 442 millions d’euros venaient de la pâte à papier.
Contre une croissance de 2 à 3 % de la demande ces derniers temps, elle est le double actuellement.
Comme la pâte à papier est un produit mondial, qui n’est pas dépendant d’un seul continent, les perspectives sont favorables.
KL/D30

Vente à distance de boissons alcoolisées

Le Centre et le Rassemblement national en désaccord sur l’opportunité de réformer la législation
Un groupe de travail du ministère des Affaires sociales et de la Santé souhaiterait interdire la vente à distance de boissons dont le taux d’alcool dépasse les 5,5 %, taux maximal appliqué dans les supermarchés.
Lorsque la réforme de la législation sur les boissons alcoolisées a été adoptée en décembre, la formulation sur la vente en ligne n’était pas explicite. Le groupe de travail du ministère a été mis en place pour étudier la question.
Le Rassemblement national promeut la libéralisation de la vente d’alcool et une partie des conservateurs souhaitent démanteler le monopôle d’Alko concernant les boissons plus fortes que 5,5 %.
Si la Finlande souhaite interdire la vente à distance, il faut que la Commission européenne étudie la compatibilité d’une telle législation avec le règlement européen.
Le groupe de travail note que 99 % des vendeurs d’alcool en ligne ne se chargent pas des impôts comme il faut. Dix millions d’euros de recettes fiscales sont perdus tous les ans.
HS/A12

publié le 17/05/2018

haut de page