Revue de la presse du jeudi 14 juin

France

Politique

« La France se réforme » KL
Kauppalehti, quotidien économique, publie un article sur les réformes en cours en France, et le fait que le Président Macron s’attend à ce que l’Allemagne de son côté remplisse ses promesses et assume sa part en matière d’approfondissement de l’intégration de la zone euro.
Les collaborateurs proches du Président estiment que les Français comprennent bien le besoin de réformes et que les protestations font partie de la culture du pays.
La correspondante à Bruxelles de Kauppalehti note que le programme de réformes économiques et du marché du travail est ambitieux. L’éducation connaîtra des réformes exhaustives aussi. Selon le ministère du Travail, le passage aux accords locaux sur le marché du travail est bouleversant et signifie moins de régulation au niveau national et plus au niveau des entreprises.
KL note que l’administration de M. Macron souhaite que les conditions de travail soient faites sur mesure selon les besoins de chaque entreprise. Si toutefois il n’y a pas d’accord au sein d’une entreprise, il s’agira de respecter les conventions collectives en vigueur dans le secteur.
KL rend compte des pressions qui visent le secteur public en ce qui concerne les économies.
Certains instituts de recherches sont sceptiques en ce qui concerne la volonté ou la capacité de l’Allemagne d’avancer dans l’intégration de la zone euro.
Taneli Lahti directeur du bureau à Bruxelles du patronat finlandais EK estime que la situation française avec une mise en œuvre déterminée du programme du Président Macron est impressionnante. Selon lui, les réformes fiscales et concernant le marché du travail auront des effets positifs sur l’économie du pays. La confiance se renforce et les investissements augmentent déjà.
Il estime que Mme Merkel n’a pas dû imaginer à quelle rapidité son collègue français allait promouvoir les réformes.
Pour M. Lahti, Mme Merkel aurait laissé entendre, dans le Frankfurter Allgemeine ce week-end, qu’elle envisage une réponse de la part de son pays aux propositions de M. Macron.
KL/mer/A6-7

Sommet climatique de Helsinki

« Selon M. Fabius, la politique climatique est de la politique de sécurité » HBL
Hufvudstadsbladet publie une interview de Laurent Fabius, invité du Sommet climatique finlandais organisé hier par SITRA. M. Fabius, un des architectes de l’accord climatique, estime que « si on s’efforçait de rédiger le traité de Paris aujourd’hui, on n’y arriverait pas »
Il considère qu’il nous faut diminuer nos émissions de façon considérable car le changement climatique engendrera de mauvaises récoltes et une insécurité en matière de denrées alimentaires qui, à long terme, mènera à des conflits et une migration massive.
Le défi climatique dans son ensemble est également une question de sécurité, dit M. Fabius, l’homme qui a présidé le sommet climatique historique de Paris, écrit Hufvudstadsbladet.
« Il nous faut faire plus et dans un rythme accéléré. C’est une bataille contre la montre », a déclaré M. Fabius lors du sommet climatique organisé par SITRA.
Hbl

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Migrants

Le ministre de l’Intérieur estime que la politique de l’asile européenne est schizophrène
Le Ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen (Rassemblement national) souhaite que la Finlande et les autres pays européens augmentent leurs quotas d’accueil de réfugiés. En même temps, il souhaite que le contrôle aux frontières extérieures se durcisse.
La Finlande accueille chaque année un quota de 750 réfugiés proposés par le UNHCR.
Alors que les pays européens en accueillent au total quelques dizaines de milliers, le ministre finlandais propose de relever ce nombre à plus de 100 000.
Il souligne qu’il y a environ 60 millions de personnes dans des camps et que l’UE ne peut pas accueillir un tel nombre.
Il estime qu’il est urgent de réformer la politique européenne à l’égard des réfugiés. Sinon, le risque est que les pays prennent des décisions indépendantes, ce qui, du point de vue de la Finlande, n’est pas souhaitable.
M. Mykkänen se prononce contre l’idée de camps pour les personnes qui ne peuvent être renvoyées dans leur pays mais ont été déboutées du droit d’asile. « Nous avons vu comment ces camps fonctionnent en Australie et cela ne nous satisfait pas », dit-il faisant référence aux droits fondamentaux qu’il faut respecter. « Il y a un risque de créer des concentrés de criminalité et autres effets indésirables », ajoute-t-il.
M. Mykkänen espère que la Finlande et la Suède pourront influencer en faveur d’une augmentation des quotas de réfugiés pour l’ensemble des pays européens.
HS

Terrorisme

Un Finlandais soupçonné à Londres
Helsingin Sanomat rapporte qu’un ressortissant finlandais de 29 ans est soupçonné de préparatifs d’un acte terroriste à Londres. L’intéressé a été arrêté le dimanche10 juin à 23 h à l’occasion d’une escale à l’aéroport de Heathrow.
Le ministère finlandais des Affaires étrangères, qui a confirmé au quotidien qu’il s’agissait d’un ressortissant finlandais, n’a donné aucune autre information à ce sujet.
HS/A28

Défense

Tous les candidats en lice pour la future acquisition finlandaise de l’armée de l’air seront présents au meeting aérien de Tikkakoski
A Tikkakoski aux festivités du centenaire de l’armée de l’air finlandaise les 16 et 17 juin on verra tous les candidats en lice pour la future acquisition finlandaise que les spectateurs pourront ainsi comparer de leurs propres yeux.
On y verra voler le Rafale, Eurofighter Typhoon et la version EA-18G Growler des Super Hornet. Le suédois Gripen et le chasseur F-35 seront présents par des modèles grandeur nature qui resteront au sol.
Environ 30 000 personnes sont attendues à Tikkakoski.
HS1.6/A10

Etats-Unis – Corée

« Trump peut encore revenir sur ses propos », estime une chercheuse de l’Institut de politique étrangère (FIIA)
Le président des Etats-Unis a déclaré mardi que son pays arrêtait les exercices militaires annuels avec la Corée du sud et réfléchissait à sur un éventuel retrait de ses troupes de la péninsule coréenne « un de ces jours ». La chercheuse l’Institut de politique étrangère, Elina Sinkkonen, n’exclut pas la possibilité que Trump annule ses propos. Elle rappelle également que des années pourront s’écouler avant que l’idée d’un retrait des troupes ne se concrétise.
« Pour Kim, la fin des exercices militaires est une grande victoire d’image de marque sur son propre terrain », écrivent les journalistes de Helsingin sanomat.
Selon Mme Sinkkonen, la promesse de Trump d’arrêter les exercices militaires semble à l’heure actuelle trop généreuse. « C’est une manière bien saugrenue d’entamer un processus de désarmement. Une concession a été offerte à la Corée du nord sur une extraordinaire scène qui lui a permis de se présenter pratiquement en égalité avec les Etats-Unis », estime Sinkkonen.
Dans l’accord signé entre les deux dirigeants, Kim a donné une promesse sommaire d’œuvrer pour une péninsule coréenne sans armes nucléaires. Ce genre de promesse a déjà été fait par la Corée du nord - sans résultat.
Mme Sinkkonen rappelle aussi que, dans la constitution de la Corée du nord il est indiqué que le pays est une puissance nucléaire.
HS14.6/A24

Pour l’ancienne ministre de la Défense, Elisabeth Rehn, la décision appartiendra aux au peuple nord-coréen
« Cette rencontre a bel et bien eu lieu. On peut dire et promettre tout ce qu’on veut mais maintenant les deux dirigeants se sont rencontrés devant des millions de personnes. C’est absolument une bonne chose », affirme Elisabeth Rehn, ancienne ministre de la Défense.
Tout en avouant qu’elle ne comprend pas trop pourquoi cette rencontre a été organisée, l’ancienne ministre pense que les choses vont avancer lentement et qu’on n’a pas besoin de Twitter comme à l’issue de la rencontre G7 au Canada.
Pour Mme Rehn, le peuple nord-coréen est dans une position-clef pour un désarmement nucléaire en Corée du nord. « Il est évident que la Corée du nord a besoin de ce désarmement, ne serait-ce que pour des raisons économiques. Les moyens de ce projet onéreux doivent être transformés pour servir à ce peuple pauvre ».
HBL14.6/12

Politique intérieure

Sondage

Le PSD augmente son avance
Selon le sondage du Helsingin Sanomat, le PSD (21,6%) a augmenté son avance sur les partis de la coalition gouvernementale, le Rassemblement national (19,7%) et le Centre (15,8%).
- PSD (Antti Rinne, opposition) 21,6%
- Rassemblement national (Petteri orpo, Ministre des Finances)
- Centre (Juha Sipilä, Premeir ministre) 15,8%
- Verts (Touko Aalto, opposition) 13,5%
- Alliance des Gauches (Li Andresson, opposition) 9,2%
- Vrais Finlandais (Jussi Halla-aho, opposition) 8%
- Parti populaire suédois (Anna-Maja Henriksson, opposition) 4,5%
- Chrétiens-démocrates (Sari Essayah, opposition) 3,9%
- Bleus (Sampo Terho, ministre des Affaires euro.) 1,7%
Helsingin Sanomat souligne que les élections législatives auront lieu dans moins d’un an et que l’on spécule sur la composition du prochain gouvernement. Actuellement, il semble que le PSD figurera dans le prochain gouvernement et pourrait même être appelé à le former.
La popularité des partis de l’actuelle coalition est tombée à seulement 37,2%, relève le quotidien.
HS

Parti social-démocrate

Thèmes du PSD dans la politique étrangère et européenne
Keskisuomalainen relève que le président du PSD Antti Rinne a déclaré être « très satisfait » des propos du Président Sauli Niinistö sur l’OTAN. M. Niinistö, s’est exprimé le week-end dernier après le congrès du Rassemblement national, n’est pas d’accord avec Petteri Orpo, président du Kokoomus, à ce sujet.
« Le Président Niinistö a géré la politique étrangère et de sécurité de manière intelligente et évalué de bonne façon la question sur l’OTAN du point de vue de la sécurité de la Finlande et des Finlandais », selon M. Rinne.
Selon M. Rinne, la majorité des Finlandais a compris qu’en ce moment il n’y a pas d’arguments en faveur d’une adhésion à une alliance militaire.
« Il y a beaucoup de questions, entre autres concernant les Etats-Unis du président Donald Trump, qui suscitent des soupçons sur les motifs du Rassemblement national de relancer le débat sur l’OTAN », selon M. Rinne.
Le PSD a évoqué mardi ses thèmes en vue de la présidence finlandaise de l’UE. Selon la députée Tytti Tuppurainen, les thèmes principaux sont la consolidation de la dimension sociale et l’économie du bien-être, la dimension arctique et les contacts septentrionaux, l’économie circulaire et la politique climatique et la lutte contre l’évasion fiscale.
KS/mer/15

Elections


Les élections législatives sont les plus importantes pour les Finlandais, selon un sondage

Demokraatti rapporte que selon un sondage effectué sur l’importance de différentes élections, 88 % des Finlandais estiment qu’il est important de voter aux élections législatives. 84 % pensent qu’il faut voter aux élections municipales, 71 % aux élections régionales et 67 % aux élections européennes.
Dem/13

Réforme des services sociaux et de santé

M. Sipilä critiqué
Helsingin Sanomat conteste les arguments avancés par le premier ministre au Parlement pour ne pas saisir la Commission européenne du projet d’ouverture des services sociaux et de santé à la concurrence.
En effet, la commission des Affaires constitutionnelles estime qu’il y a un risque que le projet de loi sur l’ouverture des services à la concurrence soit contraire au droit européen sur les aides publiques. Le Premier ministre a déclaré lors des questions au Parlement que le gouvernement avait décidé de ne pas notifier son projet à la Commission européenne car, « les hauts fonctionnaires européens consultés ont fait savoir que la Commission n’étudierait pas une telle demande ».
Helsingin Sanomat a interrogé les services de la Commission européenne qui ont répondu que la Commission étudie toujours les notifications qui lui sont adressées par les gouvernements.
Helsingin Sanopmat rapporte aussi que, selon les hauts fonctionnaires de la commission, au vu du projet finlandais, il est peu probable que la Commission prenne elle-même l’initiative d’étudier la réforme finlandaise. En revanche, elle pourrait être saisie d’une plainte. In fine, toutefois, si plainte il y avait ce serait la cour de justice de l’union européenne qui serait chargée de trancher la question, rapporte Helsingin sanomat.
HS

Emploi

Un modèle d’activation des chômeurs a augmenté le nombre de bénéficiaires du revenu minimum
Le modèle d’activation d es chômeurs a diminué les allocations chômage de plus de 80 000 personnes en avril, ce qui représente un peu moins de la moitié des personnes recevant l’allocation chômage versée par la caisse Kela. Parmi eux, 39% soit plus de 30 000 personnes ont reçu un complément au titre du revenu minimum. Cela a augmenté les dépenses de revenu minimum de 1,2 million d’euros.
Au total, 150 000 foyers touchent le revenu minimum, ce qui représente des dépenses de 60 millions d’euros par mois.
HS AL

La réforme de l’emploi menace d’être diluée
Annoncée lors du cadrage budgétaire en mars, la réforme de l’emploi qui devait aboutir à faciliter le licenciement dans les PME semble en voie d’être complètement diluée ; Helsingin Sanomat rapporte que les projets préparés par le ministère de l’Economie ne devraient pas changer sensiblement la situation actuelle.
HS

Baromètre

Les Finlandais ont confiance dans la police
Helsingin Sanomat rapporte que la confiance des Finlandais dans leur police est le plus élevée des pays européens : 95% des Finlandais déclarent avoir beaucoup ou assez confiance dans leur police.
Néanmoins 18% des Finlandais déclarent croire que les policiers font des erreurs dans leur travail. De plus 40% des Finlandais pensent qu’il y a de la corruption ou des activités contraire à l’éthique dans la police.
HS

… et dans les médias
Selon une étude de Reuters dans 37 Etats, ce sont les Finlandais qui ont le plus confiance dans les médias. Ainsi 62% des Finlandais ont confiance dans les médias nationaux.
Les médias qui suscitent la plus forte confiance sont la radiotélédiffusion publique Yle, les journaux Kauppalehti et Helsingin Sanomat ainsi que l’hebdomadaire Suomen Kuvalehti.
HS

publié le 14/06/2018

haut de page