Revue de la presse du jeudi 11 octobre

Politique étrangère et européenne

Environnement

La Finlande neutre en termes d’émissions ?
Pour atteindre l’objectif fixé par le GIEC d’un réchauffement limité à 1,5°c, il faudrait qu’à l’horizon 2040, les émissions de gaz à effet de serre cessent d’ici 2050, ce qui veut dire en réalité que l’on arrive à un équilibre entre les gaz émis et la quantité retenue. Pour la Finlande, ce sont les forêts qui retiennent la majeure partie des émissions car elles font office de puits carbone. Helsingin Sanomat estime qu’à l’avenir, la Finlande ne pourra d’ailleurs pas se contenter d’un objectif de neutralité carbone, c’est-à-dire d’équilibre entre les émissions et les puits carbone, mais qu’elle devra faire plus.
Actuellement, les émissions de la Finlande représentent 71,5 millions de tonnes d’équivalent CO2 alors que la capacité des puits carbone ne représente que 37,7 millions de tonnes d’équivalent C02. Le moyen le plus efficace pour arriver à l’équilibre ou le dépasser est d’augmenter le volume des forêts en diminuant les coupes.
Helsingin Sanomat dresse une liste des mesures à prendre pour diminuer les émissions :
- le recours au nucléaire et aux énergies renouvelables pour la production d’électricité ;
- l’industrie forestière qui utilise des énergies fossiles pour produire des biodiesels devrait au contraire utiliser les biodiesels qu’elle produit ;
- le recours aux véhicules électriques et au transport en commun ;
- le chauffage thermique ;
- retenir les émissions de la production industrielle ;
- cesser de sécher les marécages et utiliser les engrais pour l’agriculture ;
- ne plus utiliser le transport aérien.
Afin d’augmenter les puits carbone il faudrait à la fois diminuer les coupes de bois et iutiliser le bois pour la construction et les habits.
HS

Voitures électriques

Un groupe finlandais participe à un projet pilote du groupe énergétique Eon
Helsingin Sanomat rend compte du projet de l’allemand Eon de mettre en place des dizaines de milliers de bornes de chargement de voitures électriques partout en Europe. Le groupe technologique finlandais Virta a conclu un accord avec Eon pour fournir les systèmes pour gérer les bornes.
Selon le directeur général de Virta, Jussi Palola, la plateforme numérique dessert actuellement 3000 bornes, et ce chiffre passera à 10 000 dès que les bornes actuelles d’Eon y seront branchées. Par la suite, il s’agira de dizaines de milliers de nouvelles bornes, l’objectif d’Eon étant de mettre en place 60 000 bornes pour 2020.
HS note que les plus grands clients de Virta aujourd’hui sont en France, en Suisse et en Allemagne.
HS/A32

UE - Vente d’alcool en ligne

L’estonien Superalko envisage de mettre en place des points de distribution en Finlande
Une chaine estonienne de magasins de boissons alcoolisées suit activement l’évolution du débat en Finlande sur la vente en ligne de boissons alcoolisées.
Le directeur général dit que si la Finlande met fin aux restrictions, le groupe est prêt à y mettre en place des points de livraison de ses commandes effectuées en ligne.
Annika Saarikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, relève qu’environ dix millions d’euros de recettes fiscales sont perdus tous les ans du fait que les taxes concernant la vente en ligne ne sont pas réglées comme il faut.
HS/A32

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la vente d’alcool en ligne pourrait devenir l’exception à la règle concernant la façon dont la Finlande met consciencieusement en œuvre les décisions européennes. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a souligné que légiférer en la matière ne nécessitait pas explicitement l’autorisation de la Commission européenne.
Pour l’éditorialiste, argumenter sur les problèmes de santé engendrés par l’alcool ne tient pas du fait que les risques ne concernent pas principalement les personnes qui achètent des boissons dans les magasins européens en ligne.
Certains vendeurs en ligne ont déjà arrêté les livraisons en Finlande du fait que les formalités sont rendues trop compliquées par les autorités finlandaises.
HS/A5

Sommet arctique

Les Présidents Trump et Poutine bientôt de nouveau à Helsinki ?
Helsingin Sanomat rapporte que selon plusieurs sources interviewées par le quotidien, l’organisation d’un sommet arctique à Helsinki au printemps prochain et la participation des Présidents Trump et Poutine à ce sommet semble être plus probable qu’avant.
Selon les sources du quotidien, M. Trump devrait prendre la décision sur sa participation probablement après les élections américaines en novembre.
Selon le Président Sauli Niinistö, l’intérêt des Etats-Unis pour un sommet semble augmenter. « Les choses ont évolué vers une bonne direction, même de façon un peu surprenante », selon M. Niinistö. « Il est sûr qu’au moins une réunion des ministres des Affaires étrangères sera organisée et l’organisation d’un sommet, à un niveau quelconque, est sure, surtout depuis le dernier rapport du GIEC. »
La Finlande assumera la présidence du Conseil arctique jusqu’à mai 2019.
HS/A11

Politique intérieure

Gouvernement – Social

« Impasse entre les partenaires sociaux et le gouvernement » KS
Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré hier qu’environ la moitié des entrepreneurs avaient l’intention d’embaucher si les critères pour faciliter le licenciement étaient assouplis. M. Sipilä a discuté avec les représentants des partenaires sociaux et déclaré. Il considère que les conditions ne sont pas réunies pour des négociations. « On a essayé de les mener, mais sur la base actuelle il est impossible de discuter », dit-il.
Le gouvernement considère avoir fait d’importantes concessions en réduisant le champ d’application de la réforme aux PME de moins de 10 employés (au lieu de 20 comme prévu dans le projet initial).
Les représentants des employés considèrent que cette discussion était utile car désormais les positions divergentes des parties sont connues.
Kesksisuomalainen estime que l’on est aujourd’hui dans une impasse car les représentants des employés souhaitent uniquement un retrait du projet de réforme du gouvernement. Le gouvernement en revanche n’a pas l’intention de retirer son projet. Selon le ministre de l’Emploi Jari Lindström il faudrait un miracle pour qu’une solution soit trouvée avant la fin de la semaine.
Les ministres de l’Emploi, de l’Economie et de l’Intérieur ont organisé hier une conférence de presse pour expliquer aux journalistes le bienfondé de la réforme. Selon M. Lindström les entrepreneurs ont peur de recruter car ils craignent de faire une « erreur de casting » en embauchant, ce qui freine l’emploi.
Keskisuomalainen relève qu’il n’y a aucune garantie que la réforme améliore l’emploi car selon nombre d’économistes faciliter le licenciement n’a pas ou peu d’effet sur l’embauche.
M. Lindström a néanmoins souligné que le gouvernement croyait en un effet positif pour l’emploi de cette réforme.
Le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen estime pour sa part que les effets à long terme de la réforme seront positifs et compenseront les coûts engendrés à cause des luttes sociales qui ont lieu actuellement.
KS

Chômage

Baisse du chômage à Turku
Turun Sanomat relève que même si le nombre de chômeurs à Turku, 11 500 personnes actuellement, est en baisse à Turku, le taux de chômage reste élevé, 12,3 %.
Le nombre de chômeurs de longue durée a baissé, pendant les deux dernières années, d’environ 7 700 à 3 757 personnes.
Parmi les jeunes de moins de 25 ans, le nombre de chômeurs a baissé de 500 personnes, passant de plus de 2000 à 1550, grâce à un projet spécial.
TS/6

publié le 11/10/2018

haut de page