Revue de la presse du 3 janvier 2019

Politique intérieure

Discours du Nouvel an du Président Niinistö

Le Président a rappelé la nécessité de la défense de la démocratie
Dans son discours à l’occasion du Nouvel an, le Président Niinistö a souligné l’importance de la compréhension mutuelle, de l’assistance des plus faibles, de la défense de la démocratie, de l’égalité et de l’Etat de droit.
Il a rappelé que le droit de critiquer était au cœur de la démocratie et que le peuple disposait du droit d’exprimer sa satisfaction et son mécontentement. Le mécontentement a été à la source des partis politiques actuels et M. Niinistö estime que le dynamisme des nouveaux mouvements pourra contribuer utilement au débat.
En même temps, le Président a exprimé son inquiétude au sujet des mouvements extrémistes et rappelle que dans une démocratie, il n’y a pas de place pour ceux qui marchent en arborant des symboles nazis.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que des problématiques mondiales comme le changement climatique et les mouvements migratoires font aujourd’hui partie de la politique intérieure de chaque Etat.
Keskisuomalainen note que selon Teija Tiilikainen, directrice de l’institut national de relations extérieures Upi, M. Niinistö a souhaité implicitement passer un message pour convaincre ses concitoyens que les élections constituent le moyen le plus sûr pour exprimer leur point de vue. L’année qui s’ouvre leur en donnera doublement l’occasion, au plan national et européen..
Dans son discours, M. Niinistö a également exprimé le souhait que les communautés d’immigrés puissent assumer une part de responsabilité à l’égard de leurs membres en les guidant. Des personnes impliquées de différentes façons dans les milieux immigrés affirment que différentes associations, mosquées et communautés offrent déjà conseils et soutien, mais que les ressources en matière d’assistance à la jeunesse, par exemple, sont faibles.
Certaines voix plus critiques regrettent que les propos de M. Niinistö risquent de créer des divisions, alors que le rôle d’un Président devrait être de promouvoir l’idée d’une société unie.
HS/merc/A4, jeu/A16, A10, KS/mer/11

Loi des finances

Un budget de 55,445 milliards d’euros
Helsingin Sanomat présente le budget 2019 qui prévoit les dépenses les plus importantes pour les retraites : 9,7 milliards d’euros, soit 200 millions d’euros de plus qu’en 2018.
Ce sont les dépenses du ministère de la Défense qui augmenteront proportionnellement le plus. 300 millions d’euros de plus que cette année seront utilisés aux acquisitions de matériel de défense du fait notamment de la commande de nouveaux navires militaires.
Le budget du secrétariat du Premier ministre augmentera de plus d’un quart du fait que la Finlande assumera la présidence du Conseil européen de juillet à décembre.
Il n’avait pas été prévu que la Finlande pourrait amortir sa dette publique en 2018 pour la première fois depuis dix ans. Une fois n’est pas coutume : en 2019, l’endettement devrait atteindre 1,6 milliard d’euros, ce qui ne représente toutefois qu’un tiers de l’endettement de 2014.
HS/mer/A6-8

Popularité du gouvernement et de l’opposition

Pour les Finlandais, M. Orpo réussit mieux que M. Sipilä et surtout que M. Soini
Helsingin Sanomat a fait effectuer un sondage sur la réussite du gouvernement, des principaux ministres, de l’opposition, du Président de la République et de la présidente du Parlement.
La popularité du gouvernement auprès des Finlandais, qui était de 25 % l’été dernier, a progressé pour s’élever à 29 %. Les bonnes nouvelles concernant le taux d’emploi et l’objectif de 72 % atteint jouent sans doute dans cette évolution.
Autant de Finlandais estiment que le Premier ministre Juha Sipilä a bien (4 %) ou très bien (25 %) réussi dans son travail, alors que 3 % et 32 % soit au total 35 % des personnes interrogées ont cette opinion au sujet du ministre des Finances Petteri Orpo.
Seuls 18 % des Finlandais considèrent que le ministre des Affaires étrangères Timo Soini a bien ou très bien réussi.
Quant à ceux qui sont mécontents de ces ministres, le taux est de 41 % concernant M. Sipilä, de 48 % pour M. Soini, et bien moins, 25 % pour M. Orpo. HS souligne l’écart entre MM. Sipilä et Orpo concernant les mécontents (16 points) cependant que celui concernant les satisfaits (6 points) est moins flagrant. Le mécontentement suscité par les décisions désagréables semblerait viser le Premier ministre plus que le ministre des Finances.
HS note que la satisfaction concernant M. Soini a chuté par rapport à juin : à l’époque, 39 % des Finlandais étaient mécontents de son action. HS rappelle qu’il ne fait plus partie du trio gouvernemental des présidents du parti depuis que Sampo Terho dirige l’Avenir bleu.
Concernant l’opposition, 18 % des Finlandais sont satisfaits du travail du PSD et de celui des Verts. Comme plus de personnes sont mécontents des Verts (38 %) que du PSD (32 %), ce dernier pourrait être considéré comme le chef de file de l’opposition, même si l’écart n’est pas important. Les Vrais Finlandais sont le seul parti d’opposition dont plus de la moitié (54 %) des personnes interrogées se disent mécontentes. Quant au président, 89 % des Finlandais se disent assez ou très satisfaits de l’action de M. Niinistö. Seuls 2 % sont mécontents du travail du Président.
40 % s’affirment satisfaits de l’action de la présidente du Parlement, Paula Risikko (Rass. national), soit davantage que pour son prédécesseur Maria Lohela (Avenir bleu).
HS/29.12/A6-7

Editorial

L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rappelle que le dernier gouvernement qui ait réussi à rester au pouvoir pendant deux législatures consécutives avec les mêmes partis est celui de M. Lipponen, de 1995 à 2003.
Les gouvernements « bourgeois » constitués avec le Centre et le Rassemblement national ont toujours eu pour Premier ministre un centriste. Traditionnellement, le Premier ministre et son parti sont plus visés par le mécontentement des Finlandais que les partenaires de la coalition gouvernementale, ce qui est de mauvais augure pour le Centre. Par réaction, un gouvernement de droite a souvent permis au PSD de lui succéder au pouvoir.
À plus de trois mois des élections, rappelle l’éditorialiste, ce n’est toutefois pas encore gagné.
HS/30.12/A4

Vrais Finlandais


Editorial

Helsingin Sanomat note dans son éditorial l’intention du président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho de quitter la présidence du parti après les législatives dans le cas où le nombre de ses députés ne dépassait pas 17, comme aujourd’hui.
L’éditorialiste estime que soit M. Halla-aho se prépare à une défaite électorale, soit il s’agit d’un message d’encouragement aux siens pour ne pas s’abstenir de voter.
HS/31.12/A5

Elections législatives

Budgets électoraux
Le PSD annonce un budget de 2 millions d’euros pour les élections législatives et européennes du printemps, devant le Kokoomus (1,6 million), et le Centre (1,6 million aussi). Suivent le parti populaire suédois (1,1 million), les Verts (0,9 million) et l’Alliance des Gauches (0,7 million) et les Vrais Finlandais (0,55 million).
KS/28.12

Les populistes finlandais victimes de leurs responsabilités gouvernementales

Helsingin Sanomat estime que, pour les élections législatives de 2019, les populistes finlandais (Vrais Finlandais et Bleus) apparaissent affaiblis, principalement du fait qu’ils ont participé au gouvernement durant l’actuelle législature. La scission du parti a eu pour conséquence que les Vrais Finlandais, qui ne comptent plus que 17 députés (contre 38 au début de la législature) sont aujourd’hui crédités de 8 à 9% des intentions de vote (soit moins de quinze députés). Ils visent une vingtaine de députés, s’ils arrivent à attirer de bons candidats dans toutes les circonscriptions.
Helsingin Sanomat estime que les autres partis auraient tort de se réjouir du retour à un paysage politique tournant autour de trois grands partis car les forces qui ont permis aux Vrais Finlandais de s’imposer n’ont pas disparu.
HS/27.12

Emploi

Modèle d’activation des chômeurs
Près de la moitié des chômeurs ont vu leurs indemnités diminuer

Aamulehti rapporte que 45% des chômeurs (soit 138 476 sur 311 355) ont vu leur indemnité amputée de 4,65% conformément à la loi sur le modèle d’activation des chômeurs en 2018. Il s’agit principalement des chômeurs âgés (60% des plus de 50 ans et 68% des plus de 60 ans sont dans ce cas).
Aamulehti relève que le modèle d’activation des chômeurs a eu pour conséquence une augmentation des dépenses sociales en matière de revenu minimum.
AL/28.12

Energie

Fennovoima

Fennovoima a indiqué que la construction de la centrale de Pyhäjoki commencerait en 2021 et que la centrale serait prête en 2028, soit avec quatre années de retard sur le calendrier précédent. Helsingin Sanomat estime qu’il ne s’agit pas d’une surprise et que Rosatom a de grandes difficultés à s’adapter au niveau d’exigences finlandais.
HS/27.12

Météo

Le vent fort a battu des records
Cinq des dix années les plus chaudes en Finlande datent de la décennie en cours
L’ouragan de mercredi a coupé l’électricité dans 120 000 foyers en Finlande. Aux Îles Åland, le vent a soufflé par moments à 41,6 m/s, ce qui n’a jamais été mesuré en Finlande. La vitesse moyenne du vent était de 32,5 m/s, le record dernier de la moyenne, 31 m/s datant de 1995.
Kauppalehti note que grâce à un fonctionnement amélioré, le nombre de coupures d’électricité a été inférieur à celui des années précédentes. En 2011, lors de deux tempêtes qui se sont suivies, il y a eu 570 000 coupures.
En ce qui concerne la température, l’année 2018 se situe parmi les 10 années les plus chaudes connues en Finlande. Selon l’Institut national de météorologie, l’année dernière était de 1 à 2 degrés plus chaude qu’habituellement. La moitié des années les plus chaudes datent de cette décennie.
HS/jeu/A6-7, KL/1, uusisuomi

France – Finlande

Littérature

Pierre Lemaitre
Helsingin Sanomat publie une interview de Pierre Lemaitre, dont huit romans ont été traduits en finnois.
HS/mer/B1-3

publié le 03/01/2019

haut de page