Remise du prix Maurice de Coppet à M. Erkki Salo [fi]

Prix Maurice de Coppet 2015

Lundi 28 septembre 2015, l’ambassadeur de France Serge Mostura a accueilli à l’ambassade de France le jury du Prix Maurice de Coppet qui a consacré, cette année, la traduction du Dictionnaire philosophique de Voltaire par Erkki Salo.
Erkki Salo a su rendre à merveille le style caractéristique de Voltaire et il fait preuve d’une grande érudition dans ses commentaires des passages historiques ou bibliques, peu transparents au lecteur moderne.
Il s’agit de la première traduction finnoise de cette œuvre monumentale qui demeure d’actualité. Le Dictionnaire philosophique est en effet un condensé de philosophie voltairienne, où l’auteur dénonce, avec esprit, ironie et fantaisie, l’intolérance et toutes les formes d’obscurantisme.
Selon les souhaits des héritiers d’Erkki Salo, décédé récemment, la somme entière de 4000 euros qui constitue le prix sera versée à la Croix Rouge finlandaise.

JPEG
Le jury, composé de Juhani Härmä et Mervi Helkula, le fils du récipiendiare, M. Salo, et l’ambassadeur Serge Mostura.

Le jury, composé des professeurs Mervi Helkkula et Juhani Härmä, a décidé de récompenser, pour la meilleure traduction du français vers le finnois de la période 2013-2015, M. Erkki Salo. Salo est l’auteur de la traduction du Dictionnaire philosophique (ou la raison par alphabet) de Voltaire, Filosofinen sanakirja eli järki aakkosissa, paru chez l’éditeur Vastapaino à Tampere en 2013. Il s’agit de la première traduction finnoise de cette œuvre monumentale considérée comme un des ouvrages majeurs de l’auteur ; ouvrage de plus de 500 pages, y compris les notes et les commentaires, dans sa traduction finnoise.

JPEG

Le Dictionnaire philosophique, dont la première édition date de 1764, n’est pas un vrai dictionnaire, c’est un ensemble d’articles ou d’essais sur des sujets divers : l’histoire, la philosophie, la religion ou la littérature. C’est un condensé de philosophie voltairienne, où l’auteur dénonce, avec esprit, ironie et fantaisie, l’intolérance et toutes les formes d’obscurantisme.

JPEG

Erkki Salo a su rendre à merveille le style caractéristique de Voltaire et il fait preuve d’une grande érudition dans ses commentaires des passages historiques ou bibliques, peu transparents au lecteur moderne. La tâche était difficile, mais les choix du traducteur sont le résultat d’une mûre réflexion. Permettre aux lecteurs finlandais d’accéder à une œuvre importante du XVIIIe siècle et « ressusciter » un auteur actuellement peu connu dans notre pays constitue un acte culturel remarquable, dont il faut aussi féliciter la maison d’édition Vastapaino. Il faut noter la part très importante prise par la petite édition dans la diffusion de la littérature française en Finlande. Cette année-ci, à peu près deux tiers des traductions d’ouvrages français proviennent de petites maisons d’édition indépendantes, comme Vastapaino. Celles-ci font un travail extrêmement important pour faire connaître en particulier la littérature française classique en Finlande.
Erkki Salo avait fait sa carrière comme bibliothécaire à Lempäälä, et avait également traduit du français Pantagruel et les Rêveries du promeneur solitaire. Il est décédé en janvier 2014. Selon les souhaits des héritiers d’Erkki Salo, la somme entière de 4000 euros qui constitue le prix sera versée à la Croix Rouge finlandaise.

JPEG

Maurice de Coppet, deuxième ambassadeur de France en Finlande, a traduit nombre de classiques de la littérature finlandaise en français. À sa mort en 1929, il légua son importante bibliothèque de plus de neuf mille ouvrages ainsi que ses archives à l’université de Helsinki. Un don de sa veuve permit à l’université de Helsinki de créer un fonds Maurice de Coppet, destiné à récompenser des traductions d’ouvrages français. Après une interruption de plusieurs décennies, la tradition de la remise du prix a été ranimée en 2005. Le prix est traditionnellement attribué à la date anniversaire de la mort de M. de Coppet, le 28 septembre.

Désormais, le prix est décerné tous les deux ans, ce qui permet de prendre en considération un nombre plus important de traductions à chaque fois. Le nombre de traductions d’ouvrages français est actuellement d’une quinzaine par an, toutes catégories confondues (hormis les ouvrages scientifiques ou didactiques). Pour chaque période de deux ans, le jury évalue donc, depuis 2005, une trentaine d’ouvrages, principalement des romans, mais aussi des nouvelles, des poèmes, des essais et des romans graphiques. Le choix doit être déterminé, selon la volonté des donataires, par la valeur de l’œuvre traduite ainsi que par la qualité de la traduction. Ce choix est souvent très difficile, comme cela a été aussi le cas cette année.

Les lauréats précédents :
2005 : Gustave Flaubert : Madame Bovary / Rouva Bovary. (WSOY). Trad. Anna-Maija Viitanen.
2007 : Georges Perec : La vie mode d’emploi / Elämä käyttöohje (Loki-Kirjat). Trad. Ville Keynäs.
2009 : Pierre Bayard : Comment parler des livres que l’on n’a pas lus / Miten puhua kirjoista joita ei ole lukenut (Atena). Trad. Pirjo Thorel.
2011 : Jean-Marie Gustave Le Clézio : Ritournelle de la faim / Alkusoitto (Otava). Trad. Annikki Suni.
2013 : Charles Baudelaire : Les fleurs du mal / Pahan kukat. (Sammakko). Trad. Antti Nylén.

publié le 29/09/2015

haut de page