REvue de la presse du jeudi 9 juillet

Pour les revues précédentes, cliquer ici.


Situation sanitaire

7273 cas en Finlande – 329 décès
THL annonce aujourd’hui 7 273 (+8) cas, 329 (-) décès, 19 (-) personnes hospitalisées dont 2 (-) en soins intensifs. THL actualise le nombre de cas chaque jour mais les autres chiffres seulement les lundis, mercredis et vendredis.
Thl.fi

Effets du Covid-19 : certains patients souffrent d’épuisement pendant des mois
Helsingin Sanomat rend compte du fait qu’une partie des patients qui souffrent de façon prolongée de symptômes du Covid, souffrent d’un grand épuisement. Des chercheurs et médecins du monde entier souhaitent examiner s’il y a un lien entre le virus et cet épuisement (syndrome de fatigue chronique, SFC).
Asko Järvinen, médecin en chef des maladies infectieuses auprès de HUS n’exclut pas l’idée d’un lien entre les deux même s’il souligne que l’on ne connait que très peu le coronavirus, et que l’on n’a pu démontrer de lien explicite entre aucun virus et le SFC.
HS

Gouvernement

Le gouvernement a actualisé ses mesures sur le contrôle des frontières intérieures et les restrictions de voyage
Le gouvernement a convenu qu’à compter du 13 juillet 2020, il lèverait les restrictions au trafic aux frontières intérieures entre la Finlande et les pays où l’incidence du coronavirus est similaire à celle des pays où le contrôle aux frontières intérieures a déjà été levé. En règle générale, la valeur limite choisie est de huit nouveaux cas de maladie pour 100 000 personnes au cours des 14 derniers jours. Le gouvernement se réserve la possibilité de lever le contrôle aux frontières intérieures et les restrictions à l’entrée pour les pays avec un maximum de 10 nouveaux cas de maladie pour 100 000 personnes au cours des 14 jours précédents.
Compte tenu de l’évolution actuelle de l’épidémie, le contrôle aux frontières intérieures serait levé pour les pays suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Grèce, Hongrie, Italie, Liechtenstein, Malte, Pays-Bas, Slovaquie, Slovénie, et Suisse. La Finlande a déjà supprimé le contrôle aux frontières intérieures pour le trafic entre la Finlande et la Norvège, le Danemark, l’Islande, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ainsi que pour la plaisance.
Le contrôle des frontières intérieures et les restrictions à l’entrée dans le pays se poursuivront à la frontière terrestre entre la Finlande et la Suède et pour les voyages entre la Finlande et la République tchèque, la France, le Luxembourg, la Pologne, le Portugal, l’Espagne et la Suède. Pour ces pays, le trafic de retour vers la Finlande, les voyages professionnels et autres déplacements essentiels continuent à être autorisés.
Le trafic frontalier extérieur entre la Finlande et les pays de l’UE n’appartenant pas à l’espace Schengen, ainsi que le Royaume-Uni, Andorre, Monaco, Saint-Marin et le Vatican, sera soumis au même critère d’évaluation. Dans ce cas, conformément à la politique du gouvernement, des voyages sans restriction seront autorisés avec Chypre, l’Irlande, Andorre, Saint-Marin et le Vatican. Les restrictions resteront en vigueur pour les voyages entre la Finlande et la Bulgarie, la Croatie, la Roumanie, le Royaume-Uni et Monaco.
Le 30 juin, le Conseil de l’Union européenne a approuvé une recommandation (« liste verte ») sur la levée des restrictions au trafic frontalier pour certains pays tiers. Le trafic entre la Finlande et les pays de la liste verte sera ouvert sous réserve du même critère d’évaluation. Cela signifie qu’à compter du 13 juillet, les voyages entre la Finlande et l’Algérie, l’Australie, la Géorgie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie, l’Uruguay et la Chine seraient autorisés pour les déplacements professionnels et autres déplacements essentiels.
Pour les pays de la liste verte où le nombre d’infections dépasse le critère (Canada, Monténégro, Maroc, Serbie) et les autres pays tiers, les restrictions existantes sur le trafic aux frontières extérieures resteraient en vigueur.
La situation sera réexaminée toutes les deux semaines environ. Les prochaines modifications du trafic frontalier devraient entrer en vigueur le 27 juillet.
Des restrictions peuvent être rétablies si nécessaire si la situation épidémique dans un pays se détériore considérablement.
Vn.fi
https://valtioneuvosto.fi/-/10616/hallitus-linjasi-neuvottelussaan-sisarajavalvonnasta-ja-matkustusrajoituksista?languageId=en_US

Réactions et commentaires
Selon la ministre de l’Intérieur Maria Ohisalo, la Finlande suit une « ligne de conduite particulièrement prudente » en ce qui concerne les frontières.
Lors de la conférence de presse mercredi, le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto (vert) a rappelé que la décision de la Finlande d’ouvrir les frontières à un certain nombre de pays ne signifie pas nécessairement que l’on peut y voyager librement car chaque pays décide de ses propres restrictions et le Japon, par exemple, a interdit l’entrée pour tous les pays européens.
Le Ministère des Affaires étrangères dispose également de moyens limités pour aider les personnes placées en quarantaine à l’étranger, par exemple, a rappelé le ministre.
« Personnellement, je recommande le tourisme domestique à presque tout le monde. Bien sûr, dans cette situation, c’est la meilleure façon de soutenir nos entrepreneurs nationaux », a déclaré Mme Ohisalo.
Selon Ohisalo, dans le cas de la Suède, il pourrait être envisagé d’examiner les situations régionales.
Lors de la conférence de presse, Markku Broas, médecin-chef des maladies infectieuses du district hospitalier de Laponie, a rappelé que les situations d’infection dans le nord de la Suède et le nord de la Finlande étaient très différentes. En Laponie, il y a eu en moyenne cinq nouveaux cas pour 100 000 habitants en juin, contre 350 à Norrbotten, dans le nord de la Suède. Selon Broas, la moitié des récentes infections à coronavirus trouvées en Laponie sont originaires de Suède. « Le tourisme dans une région où se produisent de nombreux cas de coronavirus doit être exclu », a déclaré Broas.
Ohisalo a rappelé que le gouvernement continue de conseiller aux gens d’éviter les déplacements inutiles dans les pays soumis aux contrôles aux frontières. Lors de son retour en Finlande, une personne ayant voyagé dans ces pays doit être mise en quarantaine volontaire pendant deux semaines.
HS

La Laponie attend beaucoup des touristes allemands
De nombreux entrepreneurs du secteur touristique finlandais ont plus que jamais besoin de touristes allemands, rapporte Helsingin Sanomat.
En 2019, les Allemands, les Britanniques et les Français étaient aux premiers rangs dans les statistiques d’hébergement de Laponie, explique Salla-Mari Koistinen, responsable du programme de tourisme à l’agence de marketing House of Lapland.
En raison de la pandémie de coronavirus, c’est le tourisme domestique qui prévaut en Laponie, mis à part quelques touristes norvégiens, rapporte HS.
Près de 70% des Finlandais prévoient de passer leurs vacances d’été en Finlande cet été, selon une enquête réalisée en juin.
HS

Emploi : Les partis de la coalition ont des idées différentes sur le calendrier des mesures à prendre en faveur de l’emploi
Selon la Première ministre Sanna Marin, le gouvernement s’est mis d’accord en juin sur l’éventualité que la prise de décision concernant les mesures en faveur de l’emploi soit reportée de septembre jusqu’à la fin de l’année. « Nous nous sommes mis d’accord sur une certaine flexibilité, mais de façon qui permette de prendre les décisions avant la fin de l’année en cours », a-t-elle dit. La présidente du Centre, Katri Kulmuni, estime qu’aucun accord n’existe sur un nouveau calendrier. Le ministre des Finances, Matti Vanhanen, a dit, samedi, que l’inscription dans le programme gouvernemental concernant une décision lors des arbitrages budgétaires de l’automne valait toujours.
Sanna Marin a rappelé que la crise du coronavirus a retardé la préparation des mesures pour l’emploi. Elle indique toutefois qu’il faudra disposer, au moment des négociations budgétaires, d’une vision sur la création de ces 30 000 emplois, mais qu’il est possible que tous les mesures ne seront pas définies pour cette date-là.
HS note que les confédérations syndicales SAK et STTK ont estimé que le calendrier prévoyant des décisions en septembre n’était pas réaliste. Marin et Vanhanen ont indiqué qu’il s’agira de se mettre d’accord sur les mesures en concertation avec les organisations syndicales.
Selon les sources du quotidien HS, les différences de vue auraient leur origine dans les négociations de juin lors desquelles le gouvernement est arrivé à se mettre d’accord pour augmenter l’objectif concernant les emplois, mais n’a pas réussi à inscrire de position commune explicite sur le calendrier des mesures. On a alors aussi souligné l’impact de la crise du covid. Le Centre insisterait ainsi sur l’importance de suivre le programme gouvernemental, tandis que le PSD en appellerait à respecter la prise en compte des effets de la crise du covid.
HS

Poursuites contre le ministre des Affaires étrangères
Helsingin Sanomnat rapporte que le ministre des Affaires étrangères serait soupçonné de deux chefs d’accusation : abus de pouvoir et non-respect de la procédure de coopération. Il reviendra au Parlement, sur la base du rapport de la commission des Affaires constitutionnelles de décider s’il doit être jugé par la haute cour de la république. C’est une décision prise à la majorité simple.
HS IS IL

Economie


Metso-Outotec envisage de supprimer 280 emplois

Le groupe Metso-Outotec (construction mécanique et technologies minières) créé par une fusion intervenue début juillet, annonce un plan social concernant la majeure partie de son personnel en Finlande pour la suppression de 280 emplois.
Le groupe emploie environ 2400 personnes en Finlande.
HS

Europe

Les premiers mineurs accueillis en Finlande des camps de Grèce sont arrivés
Selon l’Office national de l’immigration Migri, 24 demandeurs d’asile mineurs sans parent sont arrivés dans le premier groupe accueilli de Grèce. Il s’agit de jeunes de 10 à 16 ans, majoritairement originaires d’Afghanistan. Selon la représentation de Finlande auprès de la Commission européenne, le Portugal aussi a accueilli des enfants des camps en Grèce.
Au début de l’année, le gouvernement s’est mis d’accord pour l’accueil de 175 demandeurs d’asile de la région méditerranéenne, dont 130 de Grèce. 100 personnes seront des mineurs et le reste des parents seuls avec leurs enfants. La Finlande a souhaité accueillir des moins de 17 ans, et des filles de préférence.
Selon Migri, un autre groupe arrivera de Grèce dans quelques semaines. Des préparatifs sont également en cours avec Chypre et Malte, concernant l’accueil respectivement de 30 et de 26 personnes.
Selon la représentation de Finlande auprès de la Commission, d’autres pays, dont la France, prévoient d’accueillir des demandeurs d’asile.
HS

Parlement européen – Présidence allemande
Certains eurodéputés finlandais sont retournés à Bruxelles. Herlsingin Sanomat relève que les députés jouent un rôle clé dans le débat sur les finances et le paquet de relance car le Parlement votera in fine sur le budget négocié par les États membres.
Selon Sirpa Pietikäinen (PPE, rassemblement national), l’atmosphère des débats parlementaires est nerveuse. Il s’agit d’un paquet énorme et le Parlement souhaite continuer à garantir le financement de l’UE. « Il faut regarder l’ensemble. Le plus important, c’est que le paquet soit bon », explique Pietikäinen.
Mauri Pekkarinen, du Parti du centre, déclare qu’il n’a pas l’intention d’accepter le financement de la relance attaché au budget de l’UE en tant que tel. « Une subvention de 500 milliards à ceux qui ont le moins bien géré leurs finances. C’est politiquement assez spécial », dit-il.
Laura Huhtasaari des Vrais Finlandais de base est sur la même ligne. « Le paquet doit être rejeté. On met l’accent sur les banques italiennes et françaises. Il est préférable de soutenir les exportations finlandaises avec notre propre monnaie », a commenté Huhtasaari.
Ville Niinistö (Verts), qui soutient le financement de la relance, rappelle qu’il est important pour une économie exportatrice comme la Finlande que l’Europe et le marché intérieur sortent de la crise.
Silvia Modig (Alliance des gauches) souligne également le rôle de la Finlande en tant que pays bénéficiant du marché intérieur. Modig est également favorable à l’exploration de la possibilité d’une imposition au niveau européen. "Si cela vient s’ajouter à l’assiette fiscale finlandaise et rend l’Europe plus verte", explique Modig.
Eero Heinäluoma (PSD) dit qu’il envisage le futur paquet en particulier du point de vue des Finlandais. Il est important que le paquet traite correctement les Finlandais et que la Finlande reçoive également un soutien pour réparer les dommages du coronavirus, explique Heinäluoma. "Le financement doit également être consacré à l’état de droit", juge-t-il.
HS

Pour les revues précédentes, cliquer ici.

publié le 10/07/2020

haut de page