Revue de la presse du mardi 13 février

Politique intérieure

Gouvernement

Echec définitif de la réforme sur les congés parentaux
Helsingin Sanomat relève que les présidents des partis gouvernementaux, le Premier ministre Juha Sipilä (Centre), le ministre des Finances Petteri Orpo (Rassemblement national) et le ministre de la Culture Sampo Terho (Avenir bleu), ont annoncé lundi soir que la réforme sur les congés parentaux ne pouvait pas avancer pendant cette législature.
« La réforme sur les congés parentaux ne pourra pas être réalisée pendant la législature en cours. Nous n’avons malheureusement pas pu trouver un modèle commun », selon M. Sipilä.
Selon M. Sipilä, la réforme, qui ne figurait pas dans le programme de son gouvernement, sera à l’agenda du prochain gouvernement. Le modèle présenté aurait touché aux allocations de deux tiers des familles et surtout des familles aux revenus modestes.
La négociatrice du Rassemblement, la ministre de l’Education Sanni Grahn-Laasonen, déclare que la réforme n’a pas échoué en raison de contraintes budgétaires mais à cause des attitudes du Centre. « Le Centre n’a pas voulu toucher la structure actuelle de l’allocation de garde d’enfant à domicile qui est inégale », selon Mme Grahn-Laasonen. Elle souligne que la coopération gouvernementale continuera comme avant. « Le Rassemblement national regarde désormais vers le prochain programme gouvernemental et la réforme sur les congés parentaux sera notre objectif central. »
Selon M. Terho, « il est important pour l’Avenir bleu qu’on ne touche pas au droit de choix des familles » en matière de garde d’enfant.
Les partis de l’opposition ont critiqué vigoureusement cet échec. Pour Touko Aalto, président des Verts, « c’est un échec du point de vue de l’égalité et de l’emploi. La situation des femmes sur le marché du travail ne s’améliorera pas, ni le rôle des pères dans la famille ».
HS/A11

Projet de réforme de la loi sur le temps de travail : dissensions dans la majorité
Yle rapporte que la réforme de la loi sur le temps de travail n’avance pas en raison d’un litige des partis du gouvernement. Selon les informations d’Yle, les questions les plus difficiles sont le nombre de salariés concernés par le temps de travail total et la flexibilité du travail. Le temps de travail total signifie que les personnes concernées ne touchent pas de majoration pour heures supplémentaires.
Selon le ministre de l’Emploi Jari Lindström (Avenir bleu), les négociations sont difficiles. Il ne veut pas aller dans les détails parce que les négociations se poursuivent encore. Il estime que le projet de loi serait présenté au Parlement en juin prochain.
Il n’y a que M. Lindström, le ministre de l’Economie Mika Lintilä (Centre) et le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen (Rassemblement national) qui participent au groupe de négociateurs.
Yle

Social


Négociations difficiles sur la convention du secteur des services immobiliers

Helsingin Sanomat rend compte des négociations difficiles dans le secteur de services immobiliers. La convention concerne 70 000 employés représentés par le syndicat PAM. 
Le bras de fer concerne le fait que le patronat s’est mis d’accord sur des formations avec une association d’employés qui n’a pas le statut d’un syndicat. Pour PAM, les formations devraient être négociées avec la même instance avec qui on négocie les conditions de travail.
PAM estime que le patronat souhaite ébranler le mouvement syndical et choisir des partenaires pour les négociations à son propre gré. La politique en matière de marché de travail et celle concernant les activités économiques vont toutefois de pair, selon PAM. 
Une grève éventuelle dans ce secteur aurait des conséquences dans l’industrie, par exemple le secteur agro-alimentaire. Le déblayage de la neige serait également impacté.
HS/A10

Politique étrangère et européenne

Migrants


Mort d’un Irakien renvoyé en Irak

Yle rapporte qu’un Irakien débouté du droit d’asile en Finlande a été abattu trois semaines après son renvoi à Bagdad.
Yle

Défense

Réunion de l’OTAN à Bruxelles et conférence sur la sécurité à Munich
« Le retour de la force de dissuasion nucléaire et des préparatifs d’armement - La défense européenne encore loin de ses objectifs » HS

Les principaux acteurs de la politique de sécurité mondiale seront réunis cette semaine, d’abord à Bruxelles dans le cadre de l’OTAN et ensuite à la conférence sur la sécurité à Munich. A la fin de la semaine, l’attention s’intensifiera en Allemagne où se joindront les véritables acteurs de l’armement mondial.
« La situation sécuritaire mondiale témoigne d’un nouveau tournant qui voit le retour de la dissuasion nucléaire. La situation est grave sur plusieurs plans », écrit la journaliste du quotidien Helsingin sanomat.
Des espoirs singuliers pèsent sur les projets de coopération entre la France et l’Allemagne en matière de défense. Le président Emmanuel Macron se montre particulièrement actif dans le domaine alors que la contribution de l’Allemagne, qui n’est pas sorti de sa crise gouvernementale, se fait toujours attendre, relève HS.
Pour le président finlandais, Sauli Niinistö, la participation à la conférence sur la sécurité de Munich, signifie l’ouverture de la politique de sécurité de son second mandat. La réunion ne produira pas de décision, néanmoins, le président finlandais avait noué, l’année dernière, des contacts personnels avec le président américain, Donald Trump, par l’intermédiaire du vice-président et du ministre de la Défense américains.
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö, participe également aux deux rencontres, à Bruxelles et à Munich.
HS13.2/A6-7

YLE : Le Finlandais mort en Ouganda faisait du marketing d’armement
Un Finlandais qui s’était rendu en Ouganda pour faire du marketing d’armes pour le compte de la société d’équipement de la défense Patria est mort la semaine dernière, rapporte Yle. La police de Kampala enquête sur les causes du décès et n’exclut pas l’éventualité d’un crime.
Il s’agirait d’un homme d’une quarantaine d’années, père de famille et originaire de la région de Helsinki.
Selon la directrice de l’information de Patria, Birgitta Selonen, l’homme avait obtenu la permission de distribuer en Ouganda des prospectus de la société Patria, notamment sur des véhicules blindés AMV. L’homme avait informé qu’il serait en contact avec le ministère de la Défense ougandais.
Patria avait préalablement procédé à une enquête sur l’homme en question - enquête qui cependant n’avait pas été menée à terme puisque l’homme n’était chargé d’aucun projet.
Selon Mme Selonen, l’homme n’avait pas pour autant signé de contrat de collaboration de marketing avec Patria. Il était accompagné par une ancienne ministre et députée finlandaise, Suvi Lindén. Selon les médias ougandais, les deux Finlandais seraient arrivés en Ouganda munis d’une lettre d’invitation de la part du directeur du Bureau de sécurité intérieure, Frank Bagyenda Kaka, qui a cependant démenti cette affirmation.
Selon Kaka, les autorités ont évoqué la possibilité d’une imposture : les Finlandais auraient été en possession d’une fausse lettre d’invitation.
Par ailleurs, il s’avère que les médias ougandais s’intéressent à cet incident car le lendemain, un Suédois a été retrouvé mort dans un autre hôtel de la capitale.
HS13.2/A13

Economie

Industrie

Nouvelle commande pour le chantier naval de Meyer Turku
Turun Sanomat rapporte que le chantier naval de Meyer Turku aura une nouvelle commande. L’armateur allemand Tui Cruises a décidé de commander à Turku un nouveau bateau, le Mein Schiff 7, dont la construction serait prête en 2023.
L’accord sur la commande n’a pas encore été signé et le financement du nouveau bateau est encore ouvert. Selon le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, la valeur de la commande s’élève à environ 500 millions d’euros.
Selon les évaluations de 2017, le nombre d’effectifs du chantier de Turku devrait augmenter à 19 000 personnes d’ici 2023.
TS/3&5

Energie

Un mini-réacteur nucléaire pour Helsinki ?
Un groupe de conseillers municipaux à Helsinki et à Turku proposent d’étudier la possibilité de produire de l’électricité et de la chaleur dans ces villes au moyen de petits réacteurs nucléaires de 100 ou 300 mW. Les conseillers mettent en valeur les faibles émissions de CO2 de cette forme de production.
La législation finlandaise actuelle ne permet toutefois pas de tels réacteurs.
Selon des spécialistes de l’Industrie énergétique et de VTT, centre national de la recherche technique, les petits réacteurs, moins sophistiqués par leur technique, pourraient bien être adoptés pour un usage urbain. La fabrication en série de tels réacteurs diminuerait les frais et le fait de produire des réacteurs identiques ce qui pourrait faciliter les processus d’autorisations.
HS/B6-7

Le calendrier de Fennovoima est irréaliste
Kauppalehti rapporte que le projet fenno-russe de construire un réacteur nucléaire à Pyhäjoki est caractérisé par de grandes difficultés à tenir un calendrier.
Fennovoima estimait encore l’année dernière disposer d’un permis de construire en 2019 pour que la centrale puisse fonctionner en 2024.
Les documents qui doivent être fournis au STUK pour l’évaluation en vue du permis de construire ne seront toutefois pas fournis avant la fin de l’année alors que Fennovoima avait promis au départ de les fournir d’ici cet été.
Kauppalehti estime que nombre de communes (dont les régies énergétiques sont actionnaires du projet) espèrent en secret que le projet ne se fera pas.
KL

Transports

Chemins de fer : le monopole de VR ébranlé ?
Helsingin Sanomat rend compte du fait que la régie chargée des transports publics dans la région d’Helsinki, HSL, s’apprête à ouvrir à la concurrence les transports ferroviaires de banlieue qui représentent environ 60 millions d’euros par an. L’appel d’offres, sur lequel le directoire de HSL devra se mettre d’accord aujourd’hui, concerne l’organisation des transports de 200 000 passagers par jour.
En octobre dernier, HSL a organisé une manifestation autour de ces questions pout sonder s’il y avait un intérêt pour ce genre de marché. Suvi Rihtniemi, directrice générale de HSL, estime que les entretiens ont confirmé que des offres n’allaient pas manquer.
HS liste des groupes éventuellement intéressés, les britanniques First Group, Go Ahead et National Express Group, l’allemand Arriva, MTR d’Hong Kong (qui est présent à Stockholm), HSB, SJ, VR et Transdev.
HS/A20

publié le 13/02/2018

haut de page