REvue de la presse du lundi 9 octobre

Politique étrangère et européenne

Russie – Finlande

Propos de l’ambassadeur de Russie en Finlande

Hufvudstadsbladet rend compte des propos de l’ambassadeur de Russie en Finlande, Pavel Kouznetchov, qui met en garde contre une adhésion finlandaise à l’OTAN. L’ambassadeur russe a accordé une interview au tabloïd Ilta-Sanomat à qui il dit que la Russie serait obligée de prendre des mesures appropriées si les infrastructures militaires de l’OTAN se rapprochaient des frontières de son pays.

Selon lui, les Finlandais ne soutiennent pas grandement une participation à l’OTAN et considèrent que la politique de non-adhésion militaire est un garant des intérêts nationaux de la Finlande, et qu’en outre, c’est un facteur stabilisant dans la mer Baltique.
HBL/dim/5

Le Kremlin publie une liste des chefs d’Etat ayant félicité M. Poutine

La Finlande se trouve parmi des pays comme la Biélorussie et l’Arménie sur la liste que Kremlin a publiée sur les chefs d’Etat ayant félicité le Président russe à l’occasion de son anniversaire, samedi.

Le porte-parole du Président Niinistö note que le Président a l’habitude de féliciter les personnes qui l’ont félicité.

Les Présidents finlandais et russe ont eu un entretien téléphonique, vendredi, lors duquel ils ont évoqué, selon un communiqué du secrétariat de la Présidence finlandaise, la coopération arctique, les relations entre les grandes puissances, la sécurité en matière de transport aérien dans la mer Baltique, la situation en Ukraine et les relations bilatérales entre les deux pays.
HS/A21

M. Poutine montre un intérêt pour les peules finno-ougriens

Aamulehti relève que M. Poutine a désigné un représentant au congrès mondial des peuples finno-ougriens qui se tient tous les quatre ans et qui a pour objectif de promouvoir les droits des peuples minoritaires et autochtones, ainsi que la coopération dans les questions linguistiques et culturelles.

Merja Hannus, représentante de l’association Finlande-Russie, se félicite de cette désignation et estime que cela signifie que la coopération finno-ougrienne est considérée comme importante [en Russie].
AL/dim/A24

Prix Nobel de la paix

Commentaires finlandais

Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, a félicité ICAN, vendredi. Il estime qu’il est positif de reconnaître le travail des constructeurs de paix et des instances qui continuent à évoquer la question des armes nucléaires.

La Finlande n’envisage pas pour autant de signer le traité pour l’interdiction des armes nucléaires. Pour M. Soini (Avenir bleu), il est problématique que les Etats disposant d’armes nucléaires n’y participent pas. La Finlande estime, selon lui, qu’avancer dans ces circonstances serait difficile. De ce fait, la Finlande choisit de travailler dans le cadre du traité de non-prolifération des armes nucléaires.

Ilkka Kanerva (Rassemblement national), président de la commission de la Défense du parlement, considère le traité sur l’interdiction des armes nucléaires comme sans importance du fait qu’il a été négocié entre pays qui ne sont pas impliqués dans l’armement nucléaire.

Erkki Tuomioja (PSD), ancien ministre des Affaires étrangères, estime, quant à lui, que c’est une erreur de la part de la Finlande de ne pas participer à ce processus. Pour lui, le traité et le nombre croissant de signataires qui augmentent maintiennent la pression à l’égard des puissances nucléaires. Il estime d’ailleurs que la Finlande finira par signer ce traité, mais qu’il aurait été mieux de participer aux avant-gardes de cette question.
HS/sam/B6-7, AL/sam/A32-33

Défense

La Suède participe à l’exercice militaire de l’armée de l’air, Ruska

Le plus important exercice annuel de l’armée de l’air finlandaise, Ruska 17, commence aujourd’hui en regroupant 5 100 personnes, comprenant des employés des forces de défense, des réservistes et des conscrits.

Aux activités aériennes de l’exercice participent plus de 30 chasseurs F18 Hornet, 14 avions d’exercice à réaction Hawk, des appareils de transport et de liaison et des hélicoptères de transport NH-90.

Des avions et du personnel de l’armée de l’air suédoise coopèrent également à ces manœuvres. Les Suédois envoient notamment huit chasseurs Gripen et un appareil de surveillance et de commande de combat Argus.
HS8.10/A10, KS7.10/7, AL9.10/A15

Grande cyberattaque détectée aux Iles Åland

Vers la mi-septembre, une attaque particulièrement puissante d’une durée d’environ une demi-heure a été constatée sur les réseaux des Iles Åland, rapporte l’opérateur téléphonique Ålcom. « Nous n’avons jamais connu d’attaque aussi forte », affirme le président directeur de la compagnie, Daniel Dahlén.

« Nous avons remarqué à ce moment-là qu’il y a eu des attaques aussi en Norvège, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas ».

Simultanément à ces attaques se déroulait l’exercice russe et biélorusse Zapad qui a officiellement commencé le 14 septembre. Selon les informations de l’agence presse STT, n’y a cependant pas de lien entre ces deux évènements.

Il n’en reste pas moins que les Iles Åland sont un endroit stratégique dans les domaines de la défense et de la sécurité de la région Baltique.

Le 21 septembre une autre attaque, plus faible, a été aperçue sur les Iles Åland mais nulle part ailleurs.

Selon l’agence de presse Reuters, les représentants de l’OTAN et de la Lettonie, la Russie aurait interverti, le 30 septembre, les réseaux des téléphones portables dans l’ouest de la Lettonie et contribué aux coupures dans les réseaux des appels d’urgence du pays le 13 septembre, c’est-à-dire peu de temps avant le début de l’exercice Zapad.

« Il semblerait que la Russie ait déclenché ces interférences dans les réseaux des téléphones portables depuis Kaliningrad. Il s’agit de très grosses perturbations qui n’étaient pas ciblées sur la Lettonie mais sur l’île de Gotland en Suède et les Iles Åland en Finlande », a précisé, selon Reuters, le vice-président de la commission de sécurité Karlis Serzants.
KS7.10/13

Politique européenne

Analyse : “le gouvernement finlandais bloqué” HS

Helsingin sanomat estime que, à moins de deux ans de la présidence finlandaise qui commencera en juillet 2019, le gouvernement finlandais se trouve bloqué en politique européenne.

« On manque d’idée. Le gouvernement vit au jour le jour, dans une sorte de situation de blocage alors même que les idées et les prises de position sont nombreuses ailleurs en Europe ».

« Au gouvernement finlandais, il est difficile de discuter surtout du fait que les députés du groupe de l’avenir bleu exigent que, pour la coopération européenne, l’on s’en tienne strictement au programme gouvernemental. Quant au Centre et au Rassemblement national, ils craignent aussi toute nouvelle solidarité financière ».
HS

Politique intérieure

Parti du Centre

M. Kaikkonen est le plus sérieux candidat contre M. Sipilä

Aamulehti publie un sondage selon lequel, 48% des Centristes souhaitent que le premier ministre Juha Sipilä se succède à lui-même à la tête du parti du Centre. Le présidente du groupe parlementaire Antti kaikkonen obtient 15% et le ministre de l’Environnement Kimmo Tiilikainen 8% des suffrages des centristes.
AL

Propos de M. Sipilä

Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré dans une interview qu’il déciderait cet hiver s’il se présente ou non à sa succession à la tête du parti.
Le prochain congrès du centre aura lieu à l’été 2018.
HS

Social

Risques de grèves dans le bois-papier

Les négociations de la nouvelle convention collective du secteur du bois-papier sont dans une impasse : le patronat propose de reconduire la dernière convention qui vient de prendre fin sans augmentation de salaire. Les représentants des syndicats ont annoncé se préparer à des mouvements de grève.
HS AL

publié le 09/10/2017

haut de page