Revue de la presse du jeudi 20 avril

Politique étrangère et européenne

Législation sur le renseignement civil et militaire

Une esquisse du projet de loi sur le renseignement a été rendue publique hier
Trois groupes de travail ont étudié les besoins d’une législation sur le renseignement du point de vue civil, militaire et de sa surveillance. Ils ont remis leurs rapports aux ministères de la Justice, de l’Intérieur et de la défense, hier.

Le rôle de la Sûreté nationale, le renseignement sur les réseaux informatiques et la surveillance du renseignement ont été particulièrement évoqués.

Les nouveaux moyens de renseignement sont justifiés par les nouvelles menaces comme l’influence hybride, et par la lutte contre les cyber-attaques et le terrorisme. Plusieurs autres pays ont déjà mis en place une législation en la matière.

M. Pelttari, chef de la Supo, estime qu’à l’heure actuelle, la Finlande dépend trop de de l’aide des autres Etats. Mme Risikko, ministre de l’Intérieur, estime elle aussi, qu’il faut que la Finlande puisse acquérir des informations elle-même. Helsingin Sanomat publie un point de vue de Laura Halminen, qui estime que sans législation en la matière, le renseignement manque de règles. Elle note qu’une législation permettrait de surveiller les autorités chargées du renseignement. Il est prévu dans le projet, qu’un poste de délégué chargé de la surveillance soit créé.

M. Scheinin, professeur en droit international, estime que même si la Finlande ne dispose pas d’une loi sur le renseignement, il n’est pas non plus nécessaire d’en créer une, en tout cas sous la forme proposée. Il rappelle qu’en Finlande, il n’a pas été démontré que les attributions de la police, de la Sûreté nationale et des douanes seraient insuffisantes.

Pour le professeur, les propositions des ministères de l’Intérieur et de la Défense, notamment concernant le renseignement informatique transfrontalier touchent à la protection de la vie privée. Il estime que les personnes actives dans le débat social n’oseraient plus se prononcer en ligne par exemple sur le terrorisme par peur d’être surveillées par les autorités.

M. Lång, avocat spécialisé dans la protection des données ayant participé comme spécialiste de référence dans la préparation de la loi sur le renseignement civil, souligne l’importance d’écarter de la loi tous les éléments pouvant nuire à l’attractivité de la Finlande du point de vue des entreprises internationales et des services de technologies informatiques proposés à l’étranger.

La législation sur le renseignement nécessiterait une modification de la Constitution que le gouvernement souhaite effectuer dès la législature en cours.

Parmi les partis représentés au Parlement, seule l’Alliance des gauches s’oppose à l’idée d’une étude accélérée de la réforme de la Constitution. Certains partis n’ont pas encore pris de position.
HS/A10-11, KS/18-19

Editorial : « Dans le renseignement, l’information se trouve dans les détails » HS

L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’avec l’imprévisibilité de la Russie et la menace terroriste, il est clair qu’il existe un besoin pour une législation sur le renseignement en Finlande. Outre une vision claire sur l’ensemble, il faut faire attention aux moindres détails dans le renseignement.
HS/A4

Défense

Acquisition des chasseurs

Analyse : « Le meilleur ou le plus adapté des chasseurs ? » AL

Mikko Pulliainen, journaliste de Aamulehti, écrit que l’aspect le plus important dans l’achat des chasseurs pour l’armée de l’air finlandaise n’est pas leur capacité, leur furtivité ni leur armement mais leur fonction politique. Dèjà le Président Kekkonen l’avait compris dans les années 60 lorsque la Finlande a acheté des Mig soviétiques.
C’est aussi le même argument avancé par les députés Matti Vanhanen, Eero Heinäluoma ou Pekka Haavisto en faveur du Jas Grippen suédois.

Rachel Ellehus, directrice au Département de la Défense a dit la même chose aux journalistes finlandais en voyage de presse en mars : elle a souligné que l’achat des chasseurs F-18 Hornet par la Finlande était le fondement de la coopération de défense entre la Finlande et les Etats-Unis. Acheter un nouvel appareil américain approfondirait cette coopération et permettrait de la rendre plus fructueuse.

Les fonctionnaires du ministère américain des Affaires étrangères ont aussi promis qu’en achetant un appareil américain, la Finlande obtiendrait les mêmes informations et systèmes que les autres Etats de l’OTAN. « Nous ne vendrions pas de missile JASSM à n’importe qui. Cela en dit long », a déclaré un de ces fonctionnaires.
« Si l’armée de l’air finlandaise en venait à constater que le Typhoon européen ou le Rafale français sont le meilleur choix, elle se trouverait dans une position délicate », conclut Mikko Pulliainen.
AL

Editorial : « L’Europe d’abord ! » AL

L’éditorialiste d’Aamulehti rappelle que l’achat de chasseurs pour l’armée de l’air dans les années 90 était historique. La fin de la guerre froide a permis à la Finlande de choisir un seul type d’appareils, et en plus américains. Alors qu’avant il fallait acheter des Mig soviétiques et en plus on pouvait acheter quelques appareils suédois.

Lors de l’achat des F-18 Hornet, les dirigeants finlandais ont nié toute dimension de politique étrangère de cette acquisition. Cela n’a été admis que des années plus tard. Et aujourd’hui ces appareils sont le symbole de l’interopérabilité de la Finlande avec l’OTAN. Les Américains semblent d’ailleurs croire que la Finlande voudra continuer sa ligne consistant à être le plus proche possible de l’OTAN sans en être membre.
Aamulehti estime qu’il serait cette fois-ci plus honnête de débattre de la dimension politique de cette acquisition, de manière transparente et avant la décision.

Les Etats-Unis sont passés dans l’ère de la doctrine imprévisible de Donald Trump. Le nouveau Président a gagné les élections en dévalorisant l’importance de l’OTAN, avant de se déclarer un grand ami de l’alliance. Qui sait qui sera président et selon quelle doctrine quand la Finlande achètera ses chasseurs ?

« Choisir un appareil européen serait cette fois-ci un message clair de la Finlande à l’égard de l’Est comme de l’Ouest. Mais le Typhoon pêche par la décision britannique du Brexit. Quant au Rafale, appareil français, il serait interprété comme une gifle à l’autre côté de l’Atlantique », écrit l’éditorialiste qui conclut qu’un Jas Grippen aux couleurs de la Finlande serait un message en faveur de la coopération nordique et une marque de ce que la Finlande et la Suède ont à apporter à la défense européenne,
AL

OCDE – Etude Pisa

Les élèves finlandais sont plutôt heureux

Selon l’étude Pisa, les jeunes finlandais sont très contents de leur vie et notamment les garçons la voient de façon positive. Les jeunes sont peu motivés par l’école mais ont de bons résultats quand bien même.

L’étude Pisa qui porte pour la première fois sur le bien-être des jeunes de 15 ans, montre que 45 % des jeunes finlandais sont très heureux contre une moyenne de 34 % dans les pays de l’OCDE.

Sur une échelle de 0 à 10, les Finlandais situent leur satisfaction à 7,89 ce qui les place au cinquième rang en la matière sur 49 pays.

Seulement 6 % des jeunes finlandais se déclarent malheureux, ce qui est le plus faible résultat après les Pays-Bas.

Les jeunes ressentent l’école comme détendue et peu angoissante.

Les filles se débrouillent mieux en matière de résultats scolaires en Finlande, mais les garçons manifestent plus une satisfaction dans leur vie que les filles, selon l’étude.
HS/A8

Politique intérieure

Elections régionales

« Le Centre l’emporterait » Yle

Selon une projection sur la base du résultat des élections municipales, le Centre apparaît comme le favori pour les premières élections régionales qui auront lieu en 2019.

Sur les 18 nouvelles régions, le Centre en remporterait 9, le PSD 5 et le Kokoomus 2. Une région serait administrée à égalité par le PSD et le Kokoomus et la dernière par le parti populaire suédois.
Yle

Chancelier de la Justice

Retard dans le choix de successeur pour M. Jonkka

Il était prévu que le ministre de l’Emploi et de la Justice, M. Lindström, Vrais Finlandais, présente sa proposition pour nouveau chancelier de Justice au gouvernement, aujourd’hui, mais la question a été reportée. C’est le président qui désigne le chancelier sur la proposition du gouvernement. Neuf personnes ont présenté leur candidature.

M. Jonkka, actuel chancelier de la Justice, prendra sa retraite début mai.
HBL/4

Gouvernement

Grève contre le gouvernement à Tampere

Des syndicats représentants environ 1500 ouvriers dans la région de Tampere ont annoncé une grève d’une journée contre la politique du gouvernement Sipilä qui réduit le pouvoir d’achat des travailleurs.
HS

Transports

Le Parlement approuve la libéralisation des taxis

Le parlement a approuvé hier la loi sur les services de transport. Il s’agit de la première loi mettant en œuvre la réforme des transports prévue par le gouvernement actuel.

La loi va notamment libéraliser les prix des taxis. Elle entrera en vigueur en été 2018.
HS

Verts

Candidatures à la présidence du parti

Ville Niinistö ne se présente pas à sa succession à la tête du parti des Verts lors du congrès de juin qui se tiendra à Tampere.

Les députés Maria Ohisalo, Emma Kari et Olli-Poika Parviainen ont annoncé qu’ils se présenteraient pour la présidence du parti.
HS

Forêts

« Investissements dans les forêts : le réchauffement climatique accélère la pousse des arbres et la fiscalité est favorable aux propriétaires de forêts » HS

Helsingin Sanomat présente des conseils pour investir dans l’achat de forêts en Finlande. Quand les taux sont bas, les actions et le logement chers, la forêt est en effet une cible intéressante pour les investissements si l’on cherche un bon rendement à 10 – 20 ans.

La forêt représente un dixième du patrimoine des Finlandais. Il y a 600 000 propriétaires particuliers de forêts qui vendent chaque année pour environ 1,5 milliard d’euros en coupes de bois.
HS

France

Exposition

Rodin

Hufvudstadsbladet présente l’exposition Rodin au Grand Palais, à l’occasion du centenaire du décès du sculpteur.
HBL/20-21

Presse

Interview du secrétaire général de RSF

Helsingin Sanomat publie une interview du secrétaire général de reporters sans frontières Christophe Deloire qui commente la perte par la Finlande du 1er rang du classement de la liberté de la presse, établi par RSF.
HS

Politique

« Le Pen et Macron voient leur avancée se réduire » HS

« La crise de la social-démocratie » KU

« Le suspens augmente en France – reportage à Marseille » AL

Politique internationale

« La France promet des preuves sur la culpabilité du régime syrien dans l’utilisation des gaz » HS

publié le 20/04/2017

haut de page