Revue de la presse du vendredi 11 mai

Politique étrangère et européenne

Iran

Editoriaux
« De grands risques, de petits profits et de graves effets collatéraux » HS
« Trump frappe à nouveau le droit international » KS
Coopération entre la Finlande, la Suède et les Etats-Unis
« Une parade a été organisée pour célébrer la coopération des trois pays » HS
« Selon un chercheur d’UPI, la déclaration d’intention ne remplace pas une adhésion à l’OTAN » KS

Helsingin Sanomat estime que les risques du retrait américain de l’accord sur l’Iran sont trop importants par rapport aux si petits profits qu’ils pourraient permettre d‘obtenir.
Keskisuomalainen relève que, depuis la début de son mandat Trump n’a cessé de montrer qu’il ne croyait pas au droit international mais plutôt à la politique de la force et aux relations personnelles entre les dirigeants. « Trump cherche à maximiser les intérêts américains mais il n’est pas sur que sa politique soit un succès pour les Etats-Unis. En revanche il est certain que les perdants soient un ordre international basé sur le droit et la diplomatie internationale dirigée par l’Europe ».
HS KS

Budget européen

Le gouvernement finlandais souhaite restreindre le budget européen
Selon M. Sipilä, le point de départ de la Finlande est une contribution raisonnable
La Finlande favorable à l’idée de lier le budget au principe de l’Etat de droit
Le Parlement a débattu du budget européen, mercredi. La proposition de la Commission européenne sur le cadre financier de l’UE a été évoquée et le Premier ministre Juha Sipilä a constaté que des questions difficiles du point de vue finlandais y étaient comprises, dont les coupes des aides agricoles. Il considère également que le niveau d’ensemble du budget était trop élevé.
Le ministre des Affaires européennes, de la Culture et du Sport, Sampo TErho, se dit « entièrement confiant » en ce qui concerne l’éventualité que durant les négociations le niveau baisse par rapport aux propositions de la commission.
Concernant les intentions de renforcer la coopération de défense de l’UE, Paavo Arhinmäki (Alliance des gauches) estime qu’il s’agit de militariser l’UE et de financer l’industrie d’armement allemande et française. M. Terho a souligné que les acquisitions d’armement des Etats membres ne relevaient pas du budget européen.
M. Sipilä estime que les négociations seront intenses et que le budget ne sera terminé que lors de la présidence finlandaise du Conseil européen lors du deuxième semestre de 2019. Il rappelle qu’il est dans les objectifs de la Finlande que le trou laissé par la Grande-Bretagne ne soit pas comblé et que la contribution finlandaise reste raisonnable. M. Sipilä note que la Finlande est disposée à investir à travers l’UE si les accents de la politique sont équilibrés et acceptables et que l’on puisse avoir une valeur ajoutée pour l’UE et pour la Finlande. La recherche et l’innovation, la coopération de défense et une politique commune de l’immigration pourraient être de telles questions.
Selon M. Sipilä, la Finlande considère comme important le principe de la conditionnalité du budget lié au principe de l’Etat de droit. Les Vrais Finlandais se méfient toutefois de cette idée en la considérant comme naïve.
M. Sipilä a dit qu’une UE fleurissante ne peut être construite que sur les principes solides de l’Etat de droit. Les Verts et le parti suédois se sont félicités des vues du Premier ministre, et Pekka Haavisto (Verts) a considéré qu’il était justifié que violer le principe de l’Etat de droit et les droits fondamentaux engendre des conséquences.
Concernant la possibilité de doter l’UE du droit d’imposition M. Sipilä, et le ministre des Finances, Petteri Orpo, se déclarent plutôt réservés, et M. Terho même opposé en la matière. Tytti Tuppurainen (PSD), quant à elle, ne l’exclut pas.
HS note que les partis du gouvernement qui déclarent leur volonté de défendes les intérêts de la Finlande, mettent tous l’accent sur des questions un peu différentes. Le Centre promeut le maintien de la totalité des aides agricoles, et les Vrais Finlandais soulignent l’importance de maitriser le niveau du budget.
Paavo Arhinmäki estime que le débat autour de la coopération en matière de politique de sécurité éclipse les véritables gros problèmes de l’UE qui sont le chômage, les inégalités et les atteintes aux droits de l’homme.
HS/jeu/A14, AL/jeu/A25, HBL/jeu/5

Aides agricoles

Le ministre de l’Agriculture juge et parti ?
Helsingin Sanomat se pose la question de savoir si un ministre de l’Agriculture qui reçoit lui-même des aides agricoles est récusable au niveau de sa participation à la prise de décision concernant les aides agricoles. Le ministre actuel, Jari Leppä (Centre), a bénéficié des aides à hauteur de 116 000 euros en 2017.
M. Leppä a ardemment défendu les aides.
HS a interrogé le professeur Olli Mäenpää de l’Université de Helsinki, qui estime que comme dans le cas de M. Leppä, il s’agit des activités liées au pouvoir législatif, le règlement sur la récusabilité peut être interprété de façon moins stricte.
M. Mäenpää estime que s’il s’agissait de revoir les critères des aides, par exemple en redéfinissant les frontières des régions concernées par telle et telle subvention, M. Leppä pourrait bien être récusable.
Minna-Mari Kaila, directrice du ministère de l’agriculture, note que la question a déjà été évoquée concernant plusieurs ministres de ce secteur qui étaient déjà eux-mêmes des agriculteurs.
HS/jeu/A14

Défense

Un accord a été trouvé sur les salaires des soldats en service à l’étranger
Un accord a été trouvé sur les salaires des soldats qui durant leurs missions à l’étranger donneraient une aide armée.
En cas de convocation à l’étranger, les rémunérations seront réglées conformément à un système selon lequel le traitement mensuel du salarié serait accru par trois coefficients différents.
Le résultat des négociations devra encore être confirmé par le ministère des Finances.
Cette question a été soulevée depuis l’entrée en vigueur, en juillet 2017, de la nouvelle loi qui permet à la Finlande de donner et recevoir une aide militaire étrangère.
AL9.5/A11

L’exercice Arrow 18 à Niinisalo
Un exercice militaire international regroupant en plus des quelques 3 000 soldats finlandais environ 200 Norvégiens et Américains a lieu à Niinisalo du 7 au 19 mai.
C’est la troisième fois que ce type d’exercice militaire de l’armée de terre comprend également des soldats étrangers.
AL10.5/A9

Politique intérieure

Motion de censure

Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement
Le Parlement a voté (par 99 voix contre 79) pour le renouvellement de la confiance au gouvernement concernant la motion de censure déposée par le PSD, les Verts, les Vrais Finlandais et l’Alliance des gauches, sur la proposition de prévoir des contrats à durée déterminée à des personnes de moins de 30 ans sans aucune raison particulière, et le fait de faciliter le licenciement du personnel dans les petites entreprises.
HBL/5

Loi sur le renseignement

”Dès lors que la Supo obtient davantage de pouvoir, il faut aussi surveiller ce qu’elle fait de toutes ces nouvelles informations”, estime le président du parti social-démocrate Antti Rinne.
Le parti social-démocrate ne se contentera pas d’une surveillance des activités du renseignement. Son président demande à ce que « la surveillance de la Supo (la Sureté finlandaise) soit d’une nature parlementaire dans toutes les situations ».
La position des sociaux-démocrates est décisive car il peut à lui seul empêcher le traitement accéléré de la nouvelle loi sur le renseignement qui exige une majorité de cinq sixième au parlement, soit les voix de 166 députés. Cela n’est pas possible sans les sociaux-démocrates.
Antti Rinne attire l’attention notamment sur le fait que la Supo est en train d’obtenir de très larges pouvoirs de céder à l’étranger des renseignements personnels de ressortissants finlandais.
Par ailleurs, « il faudra s’assurer que le renseignement de la Supo et de la défense nationale ne devienne pas un renseignement de masse », précise Rinne.
HS10.5

France

Politique

Editorial
« Macron a remis la France au premier rang » HS

Helsingin Sanomat estime que les victoires de Macron sont aussi la faiblesse de ses adversaires, tant lors de l’élection présidentielle que depuis lors, en politique intérieure et internationale.
En une année de mandat le Président Macron a obtenu beaucoup de résultats. Il a réussi à faire passer ses réformes sur le marché du travail et la modernisation de l’économie, en dépit de la baisse de son audience et de l’opposition des syndicats, écrit HS.
La France a depuis son arrivée au pouvoir accédé à un rôle plus important tant internationalement que dans l’UE. Il a pris la place de leader laissée par Trump au Moyen-Orient, en défenseur du libre-échange et dans la politique climatique. Il a dressé une longue liste des réformes européennes. Le principal n’est pas de savoir si elles se réaliseront mais plutôt que la cela permet à la Fran ce de revenir au niveau de l’Allemagne.
En un an Macron est devenu une superstar de la politique internationale. Il a réussi à combler des vides par des thèmes positifs insistant sur l’importance des réformes et de la coopération.
HS

Mai 68

Billet
Hufvudstadsbladet publie un billet sur les évènements de mai 1968 en France et le fait qu’ils ont profondément changé la société.
Elle note qu’une grande partie des Français considèrent que mai 68 a eu un effet positif dans le sens qu’il a permis des réformes socialement et politiquement nécessaires.
HBL/jeu/19

publié le 11/05/2018

haut de page