Octobre 2018

Mercredi 31 octobre 2018

Politique intérieure

Alliance verte

Sondage sur les éventuels candidats à la présidence du parti
Aamulehti rapporte que selon un sondage effectué pour le compte du quotidien auprès des membres du conseil national et des organisations de l’Alliance verte, 20,4 % ont été favorables à la candidature de Maria Ohisalo à la présidence du parti, en remplacement de Touko Aalto. 19,4 % ont été favorables à Pekka Haavisto, 17,6 % pour Ville Niinistö, 9,7 % pour Emma Kari, 8,8 % pour Outi Alanko-Kahiluoto et 5,1 % pour Oras Tynkkynen.
Mme Ohisalo, qui assure la présidence du parti jusqu’à l’élection, a annoncé qu’elle ne briguait pas la présidence, de même que l’ancien président du parti Ville Niinistö et l’ancien député Oras Tynkkynen.
Pour l’instant, seule Mme Alanko-Kahiluoto est candidate pour la présidence. On attend encore les annonces de Mme Kari et de M. Haavisto.
Les 43 membres du conseil national des Verts se réuniront le samedi 3 novembre à Helsinki pour élire le nouveau président du parti.
AL/A6

M. Niinistö ne se présentera pas
Selon Aamulehti, le député vert Ville Niinistö, président du parti jusqu’à l’été 2017, a annoncé hier qu’il ne briguait pas la présidence du parti et qu’il comptait quitter le Parlement à la fin de cette législature.
M. Niinistö, député depuis 2007, ne sait pas encore s’il se présentera aux élections du Parlement européen de 2019 ou s’il cherchera du travail dans le secteur associatif ou privé.
AL/A7

Démographie

Baisse de l’émigration et de l’immigration
L’immigration a baissé de 9% et l’émigration de 6% en 2017 en Finlande. L’immigration était de 31 797 personnes (dont 75% d’étrangers) et l’émigration de 16 973 personnes (dont 60% de Finlandais), soit un solde positif de 14 824 personnes contre 16 823 en 2016.
HS

La population d’Helsinki va dépasser 650 000 personnes
La population d’Helsinki devrait dépasser 650 000 habitants d’ici la fin de l’année et continuer à croître à un rythme de 7000 à 8000 personnes par an jusqu’aux années 2030.
HS

La part des retraités de la population est la plus importante en Savonie du Sud
Helsingin Sanomat rend compte du fait que selon les statistiques du Centre national d’assurances retraites, il y a des régions en Finlande, où la part des retraités de la population de plus de 16 ans dépasse les 40 %.
En Savonie du Sud, région autour de Mikkeli, la part s’élève à 42 %. L’âge moyen en Savonie du Sud est de 48 ans. Le vieillissement de la population qui concerne l’ensemble du pays, touche cette région avec quelques années d’avance.
A Uusimaa, région autour de la capitale, par contre, la part des retraités représente 25 % de la population de plus de 16 ans). Pour l’ensemble du pays, la part des retraités est de 32 %.
A la fin 2017, 1 586 000 personnes touchaient une retraite, dont 55 % étaient des femmes. 29,4 milliards d’euros ont été versés en retraites et pensions en 2017.
HS/A13

Fiscalité

Diminution de recettes en matière d’impôt sur le revenu
Les Finlandais auront des remboursements d’impôt record cette année : 3,6 millions de personnes auront au total 2,9 milliards d’euros, ce qui est 13 % de plus qu’en 2017. 600 000 personnes seront concernées par un redressement fiscal.
Les impôts sur le revenu payés par les Finlandais en 2017 ont diminué même si les revenus imposables ont augmenté de 2,6 % pour s’élever à 140 milliards d’euros, dont 129 milliards étaient des revenus salariaux et 10,5 milliards d’euros des revenus du capital.
L’allègement fiscal faisait partie du pacte de compétitivité du gouvernement. Certaines mesures fiscales ont également allégé l’imposition.
Les statistiques montrent que 1,4 % de plus de personnes qu’en 2016 ont eu des revenus salariaux, et 6 % de moins ont bénéficié d’allocation chômage.
A noter, concernant les revenus du capital, que 41 % de ces revenus se concentrent dans Uusimaa, la région autour de Helsinki.
HS/A10

Industrie

Usines de produits pour batteries
Selon Aamulehti, la Finlande souhaite augmenter considérablement le degré de raffinage des minéraux. « Notre objectif est que les matières premières et les components soient raffinés le plus possible en Finlande. Le haut degré de raffinage crée plus d’emplois, de recettes fiscales et d’euros à l’exportation », déclare le ministre de l’Economie Mika Lintilä.
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie souhaite promouvoir surtout la naissance d’une concentration dans le domaine des batteries. « On trouve en Finlande pratiquement tous les minéraux nécessaires pour les batteries et le savoir-faire pour la transformation la plus poussée. Nous avons aussi le savoir-faire et la recherche en chimie, dans la production et le recyclage des batteries », selon le ministre.
M. Lintilä croit qu’en même temps, la Finlande sera à l’avant-garde des pays qui produisent des solutions dans la lutte contre le changement climatique.
L’objectif de la Commission européenne est d’obtenir une part de marché beaucoup plus importante dans le marché des batteries. En ce moment, le marché est dominé par la Chine, le Japon et la Corée.
Dans la vision commune de l’Union vers une telle position dominante, le rôle dévolu à la Finlande serait plutôt dans la production et le développement des matières premières, ainsi que dans le recyclage.
Selon Reijo Munther, directeur au ministère de l’Emploi et de l’Economie, « la Finlande doit rechercher des activités qui rapportent plus de valeur ajoutée et participer à la lutte pour accueillir les nouvelles usines de produits chimiques pour batteries ».
AL/mar/A12

Politique étrangère et européenne

Défense

Participation de la Finlande à l’exercice Trident Juncture de l’OTAN
« La Finlande et la Suède se sont rapprochées de l’OTAN autant qu’il est possible de le faire. Il n’y a que l’article 5 qui les sépare de l’adhésion », écrit l’éditorialiste de Turun sanomat. « La défense nationale s’entraine depuis longtemps avec les partenaires de l’OTAN. Le fait que ces exercices de grande envergure sont devenus de la routine ne nous donne pas une bonne image ni des relations entre les superpuissances, ni de la situation sécuritaire de notre environnement », conclut l’éditorialiste.
Le journaliste Kari Huhta de Helsingin sanomat, qui assiste aux exercices Trident Juncture en Norvège, note la présence sur place d’environ 350 invités et quelques deux cents journalistes en plus de la télévision norvégienne. Les forces armées russes organisent un exercice de missiles en mer de Norvège, partiellement dans la région où se déroule en même temps l’exercice Trident Juncture de l’OTAN. Pour le journaliste de Helsingin Sanomat, il s’agit, de part et d’autre, d’une présentation de forces.
Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg affirme cependant que Trident Juncture ne vise pas la Russie. « L’OTAN expose devant la Russie sa capacité à rassembler les troupes de 31 pays et un matériel laborieux à transporter dans un endroit difficile d’accès », écrit M. Huhta.
TS31.10, HS31.10/A23

Des exercices militaires peu communs en 2019
Un exercice singulier nommé Bold Quest sera organisé en Finlande sous la direction des Etats-Unis l’année prochaine. L’exercice qui dure deux mois permettra notamment d’effectuer des tests communs.
L’exercice aura lieu en avril-mai et regroupera 19 pays et l’OTAN.
HS31.10/A8

Finlande - Russie

Escroquerie
Helsingin Sanomat relève que le tribunal de grande instance d’Helsinki est en train d’étudier une affaire qui concerne le changement des biens immobiliers de l’Etat russe contre un immeuble des bureaux à Lauttasaari en 2012. La valeur des biens immobiliers était considérablement plus élevée que celle de l’immeuble.
La transaction a été préparée par le directeur général de FGUP, autorité russe de l’immobilier de l’Etat, qui a obtenu plusieurs millions d’euros par cette escroquerie. Il a déjà été condamné en Russie.
HS/mar/A19

Mardi 30 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Allemagne

« L’après-Merkel a commencé » HS
« Merkel laisse la place à un successeur » KL
Le Président du Rassemblement national et ministre des Finances Petteri Orpo estime que l’annonce de Mme Merkel de ne pas se représenter à la présidence de la CDU « est une nouvelle importante pour l’ensemble de l’Europe ». « Il est important qu’elle n’abandonne pas encore le poste de Chancelière car on a besoin d’un défenseur des valeurs européennes ». M. Orpo espère que « son successeur suivra la même voie qu’elle ».
Vesa Vihriälä, directeur d’Etla estime que l’influence de Mme Merkel va diminuer ce qui pourrait avoir des effets négatifs pour l’ensemble de l’Europe, notamment dans le cas où la situation se détériorerait en Italie.
M. Vihriälä relève que Mme Merkel a joué un rôle central dans la gestion de la crise de 2008. Il ne pense pas que l’annonce de Mme Merkel va geler l’approfondissement de l’intégration mais estime que l’Allemagne ne devrait pas avoir une position plus allante sur les projets de réforme de l’UEM. 
Il estime qu’il ne faut pas se réjouir de l’annonce du retrait de Mme Merkel car elle a eu un pouvoir de stabilisation qui risque de s’affaiblir. « Je pense que la position de Mme Merkel va s’affaiblir. Je ne sais pas ce que cela signifie pour l’Allemagne, mais pour l’Europe c’est une question délicate ».
Kauppalehti estime que l’annonce d’un changement à la tête de la CDU va ralentir le développement de l’UE dans les mois à venir car l’Allemagne va commencer à chercher un successeur à Mme Merkel.

Editoriaux et commentaires
« L’Allemagne doit se préparer à l’après-Merkel » HS
« Une chancelière diminuée » AL
« On risque de regretter Mme Merkel » HS
L’éditorialiste du Helsingin Sanomat estime qu’il est difficile d’imaginer que le successeur de Mme Merkel puisse avoir une position aussi forte qu’elle en Allemagne et que l’Allemagne soit à l’avenir aussi forte en Europe ».
Aamulehti estime qu’il est bon qu’un parti change de dirigeant au moins une fois par décennie, néanmoins l’annonce de Mme Merkel arrive à un moment délicat pour l’Europe.
HS AL

PPE

« L’UE a besoin d’une commission forte » NP
Le Président du Rassemblement national et ministre des Finances Petteri Orpo prépare actuellement son discours pour le congrès du PPE qui se réunira en novembre à Helsinki et qui choisira le candidat du PPE pour diriger la liste du parti aux élections européennes.
Les plus grandes délégations pour ce congrès seront celles d’Allemagne (79 délégués), de Pologne (49) et de France (45).
Nykypäivä relève que le Président français Emmanuel Macron ne fait pas partie du PPE et ne peut donc influencer le choix de son candidat. « Il faut prendre en compte les désirs de Macron et de la France quand on réfléchit à la répartition des plus hauts postes européens. La France doit se voir conférée une position forte et être satisfaite des choix », estime M. Orpo.
Nykypäivä rappelle que le comité interministériel finlandais de politique européenne a décidé, en février dernier que la Finlande ne soutenait pas la procédure du spitzkandidat dans le choix du président de la Commission. En pratique cela signifie que soi la Finlande n’est pas opposée à ce que les partis européens nomment des têtes de liste, elle souhaite néanmoins laisser la porte ouverte à d’autres solutions.
M. Orpo déclare que le résultat des élections européennes aura un effet sur le choix du président de la Commission. Mais si aucun groupe n’avait une position dominante, le choix serait plus difficile. C’est pourquoi la Finlande veut garder toutes les cartes en main.
M. Orpo souligne qu’il faut se préparer à des situations inattendues. En dehors des spitzkandidat, il pourrait y avoir des candidats imprévus. « Il peut se passer des choses particulières. Si par exemple Angela Merkel se déclarait candidate ;, la situaitoin serait alors différente », dit-il.
NP

Changement d’heure

L’abandon du changement d’heure reporté
La ministre des Transport Anne Berner a confirmé hier que l’ors du conseil des ministres des Transports de l’UE, la majorité des Etats n’étaient pas favorable à la proposition de la Commission d’abandonner le changement d’heure dès 2019. La majorité sont favorables à l’abandon du changement d’heure mais il n’y a pas de consensus sur la date et la procédure à suivre au niveau européen.
« Il faut une solution commune, harmonisée pour toute l’Europe », juge la ministre.
Selon HS, le projet sera reporté à 2021. Chaque Etat devrait décider de l’heure qu’il choisit.
HS

Valeurs et attitudes des Européens

Selon un sondage, il y a des écarts importants entre l’Ouest et l’Est
Helsingin Sanomat rend compte d’un sondage effectué par l’institut Pew sur les valeurs des Européens. Les populations de l’Europe de l’Ouest ont des positions bien différentes de celles des habitants des pays de l’Europe de l’Est, concernant certaines questions en matière de valeurs comme le rôle de la religion pour l’identité nationale ou les attitudes à l’égard des musulmans, de l’avortement ou du mariages entre personnes de même sexe.
Les opinions des Finlandais ressemblent en garde partie à celles des populations des pays de l’Europe de l’Ouest. Comparées aux voisins nordiques, les attitudes des Finlandais sont néanmoins un peu plus conservatrices sur certaines questions, comme le rôle de la religion dans la société, par exemple. Les Finlandais sont toutefois bien moins conservateurs sur ces questions que les habitants des pays de l’Europe de l’Est.
En ce qui concerne le rôle de la langue nationale, les Finlandais font bande à part. Alors que pour les autres Européens, le fait que les immigrés parlent la langue du pays et que la connaissance de la langue fait partie de l’identité nationale est très important, seulement 68 % des Finlandais le pensent.
HS/A24

Centres de données informatiques

Trois nouveaux centres de données en Finlande ?
Le magazine de technologies informatiques Tivi fait part des projets de l’américain Silent Partner Group de mettre en place trois centres de données informatiques en Finlande et autant en Norvège.
La capacité des trois centres envisagés en Finlande serait de 250 mégawatts chacun. A titre de comparaison, la capacité du centre de Google à Hamina s’élève à plus de 100 MW.
Selon le directeur général de SPG, Dale Hobbie, le projet est déjà avancé, et la construction pourra être entamée dès que les autorisations sont obtenues, d’ici 22 mois éventuellement.
Selon M. Hobbie, un des centres serait construit à Hamina, et un autre à Sotkamo. Le maire de Sotkamo n’est toutefois pas au courant du projet, selon le quotidien de la région, Kainuun Sanomat, cité par Kauppalehti.
KL

Finlande - Russie

La commission économique se réunit à Saint-Pétersbourg
Kauppalehti relève que la ministre du Commerce extérieur et du Développement Anne-Mari Virolainen rencontrera le vice-Premier ministre russe Dmitri Kozak aujourd’hui à Saint-Pétersbourg, à l’occasion de la réunion de la commission économique fenno-russe.
Selon Mme Virolainen, la commission est un bon forum pour évoquer la coopération commerciale bilatérale.
Les thèmes centraux de la réunion sont la coopération dans le domaine de l’environnement, les effets pour les entreprises finlandaises du programme russe de compensation des exportations et les problèmes qu’elles ont en Russie. Mme Virolainen mentionne comme exemple le quota d’exportation des troncs de bouleau.
Selon les médias russes, la Russie seraient en train de créer une zone économique spéciale près de la frontière finlandaise. Selon Mme Virolainen, cette question n’est pas à l’agenda de la réunion de la commission économique.
La Russie serait aussi favorable à l’ouverture d’un nouveau poste frontière à Parikkala (actuellement limité au fret). La Finlande n’y est pas favorable.
KL/A7

Des rencontres ministérielles fréquentes presque comme au bon vieux temps
Selon Helsingin Sanomat, plusieurs ministres finlandais ont effectué des visites en Russie cet automne, notamment le ministre de la Justice Antti Häkkänen, le ministre de l’Agriculture Jari Leppä en octobre et aujourd’hui Mme Virolainen. Le Premier ministre russe a effectué une visite en Finlande fin septembre et le président Sauli Niinistö et le ministre des Affaires étrangères Timo Soini ont effectué une visite à Sochi fin août. Les ministres de l’Intérieur auront un entretien en novembre.
Il est plus facile de citer les ministres finladnais qui n’ont pas vu leur homologue russe, estime HS.
Le calendrier des visites est exceptionnel, pour des raisons électorales. Les élections présidentielles en Russie ont eu lieu au printemps dernier et les élections législatives finlandaises auront lieu au printemps prochain.
Les visites entre la Finlande et la Russie ne sont pas exceptionnelles, beaucoup de pays de l’Union européenne ont été dans la même situation. Il ne faut donc pas penser que le nombre de visites serait un signe de changements des relations les pays de l’Union et la Russie, relativise HS.
HS/A4

Défense

« En Norvège les Finlandais s’entrainent à de nouvelles missions » HS
« La grande différence par rapport aux années précédentes est que la Finlande possède désormais une loi qui permet à la défense nationale de recevoir et de donner une aide militaire à un pays étranger. Auparavant sa tâche consistait à défendre le territoire finlandais », écrit le journaliste Kari Huhta.
L’exercice, qui consiste à défendre la Norvège, a réellement commencé lundi lors qu’un bataillon suédois, avec l’aide de la compagnie des chasseurs finlandais, s’entrainaient à traverser un pont étroit construit par des troupes du génie.
« Cela n’a rien d’extraordinaire », poursuit le journaliste. « En 2012, les Finlandais s’entrainaient déjà aux côtés des Norvégiens dans un exercice Cold Response. – une participation qui à l’époque était justifiée par une préparation aux activités de gestion des crises. »
« Sur place il n’y avait cependant pas de doute que l’exercice visait à s’entrainer à la guerre », confirme un officier chevronné.
« La situation a changé au printemps 2014, à la suite de l’invasion de la Crimée et la commande des opérations militaires en Ukraine par la Russie. Les relations entre la Russie et l’Occident se sont détériorées. La Finlande et la Suède se sont mises à renforcer leur coopération en matière de la défense. »
« Selon les nouvelles justifications, la Finlande veut améliorer ses propres capacités de défense alors que les pays de l’OTAN s’entrainent à se défendre les uns les autres. Il s’agit d’une justification cohérente puisqu’elle est vraie et suffisamment vague. »
« L’OTAN ne voit plus la sécurité de la région Baltique comme séparée du reste du monde mais comme faisant partie d’un ensemble allant des régions arctiques à la mer Noire et de l’Europe de l’est à la côte des Etats-Unis », affirme Huhta.
Dans un billet publié sur les réseaux sociaux, l’ex Premier ministre suédois Carl Bildt vient de résumer la participation des Suédois et des Finlandais au Trident Juncture en titrant : « La fin de la non-alliance de la Scandinavie ».
« En considérant la participation des troupes suédoises et finlandaises et leurs fonctions dans l’exercice norvégien, il est impossible de distinguer les soldats des pays partenaires des soldats de l’OTAN », estime le journaliste. « Sur le plan politique, la différence réside dans le devoir de défense mutuelle des pays membres de l’OTAN mais Bildt a peut-être raison. Cela ne ressemble plus à de la non-alliance », conclut Huhta.
HS30.10/A6-7

La Russie annonce ses propres exercices
Les forces armées russes envisagent d’organiser un exercice de missiles en mer de Norvège jeudi et vendredi de cette semaine, partiellement dans la région où se déroule en même temps l’exercice Trident Juncture de l’OTAN.
Selon la défense nationale norvégienne l’exercice russe n’aura pas d’effet sur le Trident Juncture.
Pour Julie Wilhelmsen, chercheuse à l’Institut de politique étrangère de Norvège, il ne s’agit pas d’un hasard mais d’une riposte russe au Trident Juncture.
HS30.10/A7

Politique intérieure

Gouvernement – Social – Grèves

« Négociations entre le gouvernement et les syndicats » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les négociations tripartites entre le gouvernement et les partenaires sociaux sur le projet de loi visant à faciliter le licenciement commenceront demain.
Les mouvements de grève ont été suspendus.
HS

Verts

Mme Ohisalo renonce
« M. Haavisto ou M. Niinistö attendu » AL
La conseillère municipale d’Helsinki Maria Ohisalo, qui assure l’intérim du président des Verts, a annoncé qu’elle ne se présentait pas à la présidence du parti.
Laurio Nurmi dans Aamulehti écrit que de nombreux dirigeants des Verts souhaiteraient que le parti soit dirigé par un ancien président du parti. Les noms les plus en vue sont Pekka Haavito (président du parti de 1993 à 1995) et Ville niinistö (président du parti de 2011 à 2017).
AL

Retraites

Les cotisations de retraite augmenteront à l’avenir
Kauppalehti rapporte que le Centre national de la statistique publiera, le 16 novembre, sa nouvelle prévision démographique, attendue avec plus d’intérêt que d’habitude. La natalité est en baisse depuis sept ans, étant actuellement de 1,49 enfant par femme.
« Il y a 10 000 naissance de moins par an par rapport à 2010 », selon Risto Murto, directeur général de la compagnie d’assurance pension Varma.
La baisse de la natalité a un effet direct sur les perspectives de croissance. « Aux yeux des investisseurs internationaux, en comparaison avec les autres pays nordiques, la Finlande est en train d’être qualifiée de zone de faible croissance en raison de son développement démographique », selon M. Murto
La baisse de la natalité et de la main-d’œuvre auront également un effet sur le secteur public et la solidité du système de retraite à long terme. « D’ici 2028 nous aurons moins de main-d’œuvre pour s’occuper des cotisations de retraite », selon M. Murto.
Le quotidien estime que les cotisations de retraite devraient être augmentées considérablement à partir de 2050 si la Finlande n’arrivait pas à obtenir plus de main-d’œuvre.
Il est plus facile à influencer sur l’immigration que sur la natalité. M. Murto estime que l’immigration nette augmentera inévitablement. « On peut voir déjà maintenant qu’il y a des travaux qui ne sont pas faits sans les immigrés, surtout dans la région de la capitale. »
« L’intégration des étudiants étrangers après les études est d’un faible niveau en Finlande. Par exemple les procédures de permis de travail sont un problème que nous avons créé nous-mêmes », selon M. Murto.
KL/lun/A6

Koné

Koné entamera les négociations concernant la suppression de 90 emplois en Finlande
Le groupe envisage de réorganiser sa R&D afin de mieux répondre à la demande des clients et aux défis technologiques.
Les négociations qui concerneront 520 employés auront pour but la suppression de 90 emplois à Hyvinkää et à Espoo.
KL

Lundi 29 octobre 2018

Politique intérieure

Gouvernement – Social – Grèves

« Les syndicats ont obtenu plus qu’ils n’espéraient » HS
« M. Sipilä satisfait du cessez-le-feu avec les partenaires sociaux » KS
« Le premier ministre a invité les syndicats à préparer la réforme » AL
Les confédérations syndicales ont annoncé vendredi qu’elles suspendaient leurs mouvements de grève.
En effet, la proposition de compromis du Premier ministre visant à assouplir le projet de réforme pour faciliter le licenciement dans les PME a été accepté sous conditions.
Les mouvements de grèves sont seulement suspendus car il revient à chaque syndicat de les annuler. La plupart des syndicats ont déclaré vendredi qu’ils n’annulaient pas leurs mouvements mais les suspendaient. Ces grèves pourront reprendre si le gouvernement n’écoute pas suffisamment les revendications des syndicats.
Le Premier ministre a utilisé l’expression « cessez-le-feu » pour qualifier la situation.
Le gouvernement ne retire pas son projet mais supprime la référence à un seuil de 10 employés. A la place, il serait indiqué que l’appréciation du motif de licenciement pour des raisons individuelles serait étudiée « à la lumière du nombre d’employés de l’entreprise et des conditions entre l’employeur et l’employé ». Cela fait une grande différence, selon Helsingin Sanomat, car en réalité cela ne rendrait pas un groupe d’employé dans une situation plus précaire que les autres. Cela consisterait seulement à inscrire dans la législation la jurisprudence actuelle.
Mais pour que l’accord entre le gouvernement et les syndicats soit définitif il faut encore qu’ils s’entendent sur la rédaction des motivations de la loi. En effet, les syndicats ont exigé d’être associés, selon un mode tripartite (gouvernement – patronat – syndicat), à la rédaction des motivations de la loi. M. Sipilä l’a accepté.
Le gouvernement entend saisir le Parlement de son projet au début du mois de novembre.
Helsingin Sanomat relève que le compromis proposé par le gouvernement permettait ainsi à toutes les parties de sauver la face. Et de plus cela permettait à ce que rien ne change. Ce différend portait avant tout sur une question de pouvoir, juge HS : le gouvernement veut légiférer sur le droit du travail et les syndicats veulent avoir un droit de veto en la matière.
In fine, ce sont trois groupes de travail tripartites qui vont être mis en place : sur la réforme sur le licenciement, mais aussi sur les projets de loi d’activation des chômeurs I (voté en décembre dernier) et II (à venir). Or ces groupes de travail doivent rendre leurs résultats d’ici le 28 février, ce qui signifie que les projets de loi ne pourront pas être votés durant la présente législature.
Helsingin Sanomat se demande si les syndicats qui ont obtenu ces groupes de travail par leurs menaces de grèves ne vont pas être conforté à utiliser cette arme à l’avenir aussi.
HS KS AL

Editorial : « Le différend sur le licenciement enfin résolu » HS
« Il était temps de trouver une solution qui puisse être acceptée tant par le gouvernement que par les syndicats », se réjouit l’éditorialiste d’Helsingin Sanomat.
HS

Parlement

La réforme des services sociaux et de santé repoussée
La Commission des affaires sociales du Parlement n’a pas pu adopter vendredi les trois rapports sur la réforme des services sociaux et de santé.
La prochaine réunion aura lieu le 6 novembre.
Une fois adoptés, les rapports et les projets de lois seront transmis à la commission des Affaires constitutionnelles. Les projets de lois reviendront ensuite à la commission des Affaires sociales et de santé avant d’être adoptés en séance plénière. Le Parlement se réunit jusqu’au 21 décembre.
STT estime qu’il semble de moins en moins probable que les premières élections régionales puissent avoir lieu en mai prochain avec les élections européennes.
HS KS

Editorial : « Le financement des services sociaux et de santé sera le principal problème de la réforme » HS
Helsingin Sanomat relève que la question de l’ouverture au privé des services sociaux et de santé soulève de nombreuses questions. Or, des tests grandeur nature ont eu lieu dans de nombreuses communes où on a remplacé les centres de santé communaux par des centres privés. Or il s’est avéré que dans ces centres les patients ont eu beaucoup plus de visites que dans les centres publics ce qui a rendu cette activité peu voire pas rentable pour les entreprises. Ainsi à Jyväskylä la société Pihlajalinna s’est même retirée de ce marché.
Helsingin Sanomat souligne que la question du financement sera l’une des plus difficile de la réforme.
HS

Politique

Verts
Outi Alanko-Kahiluoto a annoncé sa candidature pour la présidence du parti
Outi Alanko-Kahiluoto, ancienne présidente du groupe parlementaire des Verts, a annoncé qu’elle se présente à la tête du parti en remplacement de Touko Aalto. Le président sera désigné, samedi prochain, par le conseil du parti.
Helsingin Sanomat note qu’un des favoris les plus en vue est Maria Ohisalo qui s’est occupée du remplacement de M. Aalto pendant son arrêt maladie.
Pour l’instant, personne d’autre que Mme Alanko-Kahiluoto n’a annoncé sa candidature.
HS/lun/A13

« Le Centre attend les prochaine élections avec effroi » HS
Helsingin Sanomat rapporte que, dans le parti du Centre du premier ministre, on ne sait pas s’il faut être fier ou avoir honte du bilan du gouvernement. En effet, M. Sipilä avait promis de « remettre la Finlande en ordre », notamment en matière d’emploi et de financement. Néanmoijns, la manière de le faire a laissé des traces qui ont dégradé l’image du Centre, plutôt que celle du parti du Rassemblement national. Et qui ont permis au PSD de grimper dans les sondages.
Même si la politique de M. Sipilä suscite des interrogations parmi les centristes, ils ne le critiquent pas car personne n’a oublié que c’est lui qui a sorti le parti du fond où il était tombé.
On s’attend donc à ce que le PSD tire les marrons du feu. Il pourrait alors y avoir une lutte sanglante pour la seconde place entre le Centre et le rassemblement national. Et les centristes regrettent déjà que le Kokoomus se soit déjà présenté en ordre de bataille pour les législatives de 2019. Ils indiquent toutefois que le centre prépare une nouvelle campagne qui sera orientée, non sur le bilan, mais sur un nouveau projet d’avenir.
HS

« La droite n’a plus le vent en poupe » uusisuomi
Uusi Suomi présente une étude du directeur de recherche de l’entreprise de communication Ellun kanat, M. Jukka Manninen qui a fait une projection en sièges des sondages actuels sur la popularité des partis :

Il apparaît que le PSD gagnerait 15 sièges, le Rassemblement national 10 et le Centre en perdrait 15.
Les Vrais Finlandais en perdraient jusqu’à 19 (l’Avenir Bleu ne remportant qu’un siège) alors que l’Alliance des gauches gagnerait 6 sièges et les Verts 2.
En dépit de la progression du Rassemblement national, la coalition actuelle n’aurait que 85 sièges. En revanche les partis rouge-verts (PSD, Alliance des Gauches et Verts) en réuniraient 84.
Si M. Rinne devait essayer de constituer un gouvernement, il pourrait soit rechercher un gouvernement sur sa gauche avec l’Alliance des Gauches, les Verts, ainsi que le Centre et le parti suédois. Ou bien un gouvernement avec le Rassemblement national, les Verts et le parti suédois.
Uusisuomi estime que la mainmise de la droite ne sera bientôt plus qu’un souvenir et que l’on ne sait pas ce qui restera des modèles d’activation des chômeurs, de la réforme Sote ou des autres initiatives du gouvernement Sipilä.
Uusisuomi

Industrie

Usines de produits pour batteries
Helsingin Sanomat rapporte que l’objectif du gouvernement actuel est que la Finlande devienne un des acteurs les plus importants au niveau européen dans l’industrie qui produit des batteries.
Les nouvelles de la semaine dernière ont été prometteuses pour l’industrie minière et métallurgique : le géant allemand Basf a annoncé qu’il construirait à Harjavalta une usine de produits chimiques pour batteries et Terrafame a décidé d’investir 240 millions d’euros dans une usine de produits chimiques pour les batteries de voitures électriques à Sotkamo d’ici fin 2020.
Le montant de l’investissement de Basf n’a pas été annoncé. Selon les estimations, il s’élèvera à une centaine de millions d’euros.
Selon l’industrie minière et métallurgique, la Finlande convient particulièrement bien à la production des matériaux pour batteries parce qu’il y a des minéraux nécessaires et la Finlande, pays industriellement développé, possède le savoir-faire adéquat.
Actuellement, environ 65 % du cobalt vient de la République démocratique de Congo.
La Finlande produit du cobalt, du nickel, du cuivre, ainsi que du lithium.
La Finlande, notamment le ministre de l’Economie Mika Lintilä, souhaite obtenir une usine de batterie pour voitures électriques. On a parlé d’un tel projet de Tesla, rapporte HS.
HS/A26

Le finnois menacé par l’anglais ?

Le comité de la langue finnoise se fait des soucis pour le statut du finnois
Le comité de la langue finnoise a exprimé son inquiétude pour la position du finnois et du suédois sous la pression de la position dominante de l’anglais.
Le comité souhaite que l’Etat envisage des mesures pour mettre en place une politique linguistique nationale. Pour le comité, le rôle du finnois dans la société menace de s’affaiblir.
Kaisa Häkkinen, ancienne professeur du finnois de l’Université de Turku, estime que la Finlande pourrait suivre l’exemple de la France dans la mise en valeur du finnois. Pour elle, l’essentiel serait d’encourager la fierté de sa propre langue, ainsi que le respect d’un bon usage de la langue.
HS/sam/C4, lun/A23

Politique étrangère

Demandeurs d’asile

Irak
La Finlande a suspendu les renvois forcés de demandeurs d’asile vers l’Irak. En effet, l’Irak refuse depuis un moment d’accueillir les personnes renvoyées contre leur volonté. La direction nationale de la police estime que lorsque le renvoi d’une personne n’ayant pas obtenu d’asile en Finlande est mis en œuvre, il faut que les autorités aient une certitude la plus grande possible sur le fait que les personnes seront accueillies.
Päivi Laine, ambassadrice itinérante en Irak, relève que l’Irak n’a pas changé de politique. Le pays s’oppose aux renvois forcés depuis longtemps, mais les pratiques semblent être devenues plus strictes.
La Finlande s’efforce depuis longtemps de conclure un accord avec l’Irak sur les renvois. Mme Laine note que plus important encore qu’un document signé, serait d’obtenir des modalités qui fonctionnent dans la pratique concernant les personnes dont la demande d’asile est refusée.
En août, la Finlande a annoncé qu’elle rouvrait son ambassade en Irak courant 2019. Mme Laine dit que ce n’est pas parce que l’Irak aurait exigé l’ouverture d’une ambassade comme condition de l’accueil de demandeurs d’asile renvoyés. « La Finlande souhaite développer les relations avec l’Irak dans leur ensemble. Pour cela, l’ouverture d’une ambassade est essentielle. Les demandeurs d’asile et les questions de renvoi sont une partie des relations bilatérales, et une ambassade peut contribuer à la solution des problèmes dans leur gestion. »
En ce qui concerne l’Afghanistan, l’Office national d’immigration a gelé les décisions concernant les demandes d’asile des afghans.
HS/sam/A14

Défense

Une météo trop clémente pour les exercices de l’OTAN
Pour les exercices militaires de grande envergure commandés par l’OTAN qui ont commencé la semaine dernière, les organisateurs, qui espéraient pourvoir opérer dans une tempête automnale, typique dans la région en cette saison, ont été déçus par le beau temps dans le nord de la Norvège.
Le Trident Juncture 2018 regroupe environ 50 000 soldats et civils. La Finlande participe aux exercices avec 600 soldats de l’armée de terre, de la marine et de l’armée de l’air.
Organisés tous les trois ans, Trident Juncture a eu lieu dans le sud de l’Europe en 2015. Cette année, il s’agit du plus grand exercice militaire occidental depuis la guerre froide.
L’exercice Trident Juncture se déroulera de l’Islande jusqu’à l’espace aérien finlandais. La Finlande envoie sur place une dizaine de chasseurs F-18 qui opèreront depuis Rovaniemi et la Norvège. Ils seront rejoints par des F-15 et F-16 américains et belges.
Selon les ministres de la Défense, La Finlande et la Suède participent à l’exercice en qualité de pays partenaires de l’OTAN.
Le directeur du Trident Juncture 2018, l’amiral James Foggo est actuellement en visite en Finlande accueilli par le commandant de la défense nationale, le général Jarmo Lindberg. Il rencontrera également des cadres de l’état-major des forces de défense.
L’éditorialiste de Keskisuomalainen note que « la Finlande, qui entretient depuis toujours la défense de son propre territoire, devient pour un grand nombre de pays occidentaux, un partenaire intéressant dans une situation où la coopération en matière de défense de l’OTAN et l’UE connait des modifications en raison du Brexit ».
HS29.10/A8, AL27.10/A24, KS27.10/4

Un grand nombre d’exercices militaires prévu pour l’année 2019
Le ministre de la Défense, Jussi Niinistö, vient de signer le projet international de formation et des exercices militaires de la défense nationale pour l’année 2019. Il comprend 92 évènements ce qui représente un nombre supérieur à celui de cette année (81). Le coût des exercices passe de 8,8 millions cette année à 11 millions l’année prochaine.
Selon le ministère de la défense, l’augmentation des coûts est essentiellement due à l’évènement Bold Quest organisé en Finlande sous la direction des Etats-Unis qui reviendra à 4,5 millions d’euros. L’exercice permet notamment d’effectuer des tests communs.
L’exercice aura lieu en avril-mai et regroupera 19 pays et l’OTAN.
Des cybers exercices sont également à prévoir en Finlande, en Suède, en Norvège et en Estonie.
KS29.10/21

Un lot d’essai de « munitions sauteuses » pour la défense nationale
La défense nationale envisage de passer une commande d’un lot d’essai de « munitions sauteuses » à la société Leijona Instituutti oy. Il s’agit d’un explosif téléguidé prévu pour l’armée de terre qui, une fois tiré dans l’air explosent en faisant tomber des billes en acier wolfram.
L’achat de 600 000 pièces sera couvert par une partie du budget supplémentaire dont la défense nationale bénéficie d’ici la fin de l’année.
La décision finale d’une acquisition de ces munitions n’a cependant pas été prise. Elles auront pour vocation de remplacer les mines anti personnelles interdites par la Convention d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel.
AL27.10/A20

France

Tourisme

Normandie
Helsingin Sanomat publie un reportage sur les plages du Débarquement et la région de Normandie ainsi que ses produits renommés que sont le Camembert et le Calvados.
HS

Vendredi 26 octobre 2018

Politique intérieure

Gouvernement

« La popularité de la coalition gouvernementale au plus bas » HS
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement n’a jamais eu une aussi faible audience dans l’opinion publique depuis trente ans. En effet, les partis qui composent la coalition gouvernementale rassemblent une audience de 36,7%, c’est moins que les gouvernements qui l’ont précédé depuis six législatures. Et même si l’on ajoutait l’audience des Vrais Finlandais (qui ont quitté le gouvernement en juin 2017), la popularité du gouvernement ne serait que de 45,8% ce qui est particulièrement faible pour un gouvernement finlandais.
HS

Gouvernement – Social – Grèves

« Le gouvernement lance la balle dans le camp des syndicats » KS
Le gouvernement a reçu hier les représentants des confédérations syndicales pour leur présenter une solution en quatre points au différend qui les oppose.
Le gouvernement ne retire pas son projet de loi visant à faciliter le licenciement dans les PME, mais il supprime toute référence à un seuil de 10 employés. A la place, il serait indiqué que l’appréciation du motif de licenciement pour des raisons individuelles serait étudiée à la lumière du nombre d’employés de l’entreprise. Cela laisserait une large part à l’interprétation qui dépendra de la jurisprudence et sera fondée notamment sur les motivations que le législateur va présenter pour la future loi.
Le gouvernement propose aussi de diminuer de 90 à 60 jours le délai de carence pour les cas où le licenciement est dû à des raisons individuelles liées à l’employé.
Les deux autres points concernent des négociations avec les partenaires sociaux sur le modèle d’activation des chômeurs.
Les partenaires sociaux ont jusqu’à aujourd’hui pour répondre à la proposition du gouvernement et abandonner leurs projets de mesures de lutte sociale. Helsingin Sanomat note que les grèves annoncées dans le secteur de l’industrie pour les semaines à venir pourraient causer beaucoup de dommages.
HS AL KS

Parlement

La réforme des services sociaux et de santé bientôt prête
Helsingin Sanomat annonce que la Commission des affaires sociales du Parlement pourrait adopter aujourd’hui les trois rapports sur la réforme des services sociaux et de santé. Deux réunions de la commission sont prévues aujourd’hui.
On considère que l’étude des rapports par le commission des affaires constitutionnelles devrait prendre environ un mois.
Les projets de lois reviendront ensuite à la commission des Affaires sociales et de santé avant d’être adoptés en séance plénière. Le Parlement se réunit jusqu’au 21 décembre.
HS

Justice

Le ministère de la Justice veut interdire les mariages des mineurs
Helsingin Sanomat rapporte que selon un communiqué de presse du ministère de la Justice, publié jeudi, le ministère veut interdire les mariages des mineurs.
Selon la législation actuelle, le ministère peut accorder une autorisation spéciale de mariage. Il y a entre 10 et 30 demandes par an, pour la plupart concernant des jeunes filles de 17 ans.
Le ministre de la Justice Antti Häkkänen souligne qu’il s’agit de la protection des enfants. « La suppression des dérogations serait aussi un signe international pour dire que la Finlande n’approuve pas les mariages des mineurs. »
Le ministère rappelle que la Suède, la Norvège et le Danemark ont déjà interdit le mariage des mineurs.
HS/A15

Démographie

Il n’y a pas eu aussi peu de naissances en Finlande depuis plus d’un siècle
Selon l’institut finlandais des statistiques, la baisse des naissances se poursuit ; Il y a eu environ 50 000 naissances l’année dernière, et le chiffre devrait encore diminuer cette année. Entre janvier et septembre, il n’y a eu que 36 176 naissances, soit plus de 2000 de moins que l’année dernière.
KS

Tourisme

Eté record, malgré la baisse des touristes étrangers
Le nombre de nuitées enregistrées cet été en Finlande était de 7,56 millions, soit 10 000 de plus qu’en 2017. Le nombre de nuitées de touristes étrangers n’était toutefois que de 2,1 millions, soit 70 000 de moins qu’en 2017.
KS

Nokia

Nokia annonce un plan d’économies
Nokia a annoncé hier un plan d’économies de 700 millions d’euros destiné à améliorer la compétitivité du groupe à long terme. Ce plan d’économies sera réalisé d’ici fin 2020. Il devrait coûter environ 900 millions en raison des licenciements et arrêts de certaines activités.
Nokia va faire des priorités dans ses produits et diminuer certains programmes de recherche afin d’investir plus dans d’autres et notamment la 5G.
Helsingin Sanomat estime que le plan d’économies devrait se traduire par des milliers de suppressions de postes. Nokia emploie actuellement environ 100 000 personnes dans le monde entier.
HS KL

Industrie

Terrafame construira une usine de produits chimiques pour batteries
Helsingin Sanomat rapporte que Terrafame, société minière de l’Etat finlandais, a décidé d’investir 240 millions d’euros dans une usine de produits chimiques pour les batteries de voitures électriques qui sera construite à Sotkamo d’ici fin 2020.
L’objectif de Terrafame est de produire 170 000 tonnes de sulfate de nickel qui serait suffisant pour les batteries d’un million de voitures électriques. L’usine produira également du sulfate de cobalt.
Terrafame a produit en juillet-septembre 7 326 tonnes de nickel et de 16 530 tonnes de zinc.
HS/A30

Recyclage

Recyclage des emballages en plastique
Selon Helsingin Sanomat, le recyclage des produits en plastique a commencé en Finlande en 2016. Le nombre de points de recyclage du plastique s’élèvera de 550 à 600 d’ici à la fin de l’année en cours.
Cette année, environ 30 % des emballages en plastique sont recyclés, contre 25 % en 2016.
HS/A13

Jeudi 25 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

PPE

Les Chrétiens-démocrates finlandais ne soutiennent pas M. Stubb
Helsingin Sanomat rapporte que Sari Essayah, présidente des Chrétiens-démocrates, annonce que son parti soutient la candidature de Manfred Weber pour l’élection de la tête de liste du PPE lors de la réunion de ce parti qui sera organisée le 8 novembre à Helsinki.
Selon Mme Essayah, les Chrétiens-démocrates finlandais soutiennent le candidat allemand parce qu’ils « évaluent la question du point de vue des valeurs des Chrétiens-démocrates ».
Parmi les 734 délégués du PPE, qui se réuniront à Helsinki, il y aura quatre membres du parti des Chrétiens-démocrates finlandais.
HS/A13

Parlement européen - Plastique

Interdiction de certains produits en plastique
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement européen a voté mercredi, à une vaste majorité, en faveur de l’interdiction des produits en plastique à usage unique, comme les assiettes, les bâtonnets de coton-tige, les pailles ou les piques à cocktail.
Le plastique est le plus grand groupe de déchets qu’on trouve au bord de la mer ou des lacs en Finlande.
Par rapport aux autres pays européens, on trouve beaucoup moins de bouteilles en plastique, grâce au système finlandais de consigne qui fait que 91 % des bouteilles en plastique sont recyclées.
24 % des emballages en plastique sont recyclés en Finlande en ce moment. L’objectif de l’Union européenne est de recycler 50 % d’ici 2025.
HS/A10-11

Arabie saoudite

Déclarations de Jussi Niinistö
Selon le ministre de la Défense Jussi Niinistö, la Finlande n’a pas édicté de nouvelles lignes à suivre en raison de la situation en Arabie saoudite. « La loi sur les permis aux exportations du matériel de la défense permettent également d’annuler un permis accordé. Pour l’instant, il n’existe pas de raisons suffisamment valables pour le faire », écrit Niinistö dans son blog.
Le Premier ministre Juha Sipilä n’a pas commenté la mort de M. Khashoggi et le ministre des Affaires étrangères est en congé de maladie, relève Helsingin Sanomat.
HS25.10/A25

Politique intérieure

Gouvernement

Sondage sur la prochaine coalition gouvernementale
Selon un sondage effectué pour le compte du tabloïd Iltalehti sur les éventuelles coalitions pour le prochain gouvernement qui sera formé après les élections législatives du mois d’avril 2019, 26 % préfèrent un gouvernement « rouge-vert », soit du PSD, des Verts et de l’Alliance des gauches.
21 % sont favorables à une coalition « bleu-rouge », soit du PSD et du Rassemblement national.
17 % préfèrent une coalition « bourgeoise », c’est-à-dire la coalition actuelle du Rassemblement national et du Centre.
Un gouvernement « terre-rouge » du Centre et du PSD est souhaité par 14 % et un gouvernement conservateur du Centre et des Vrais Finlandais par 8 %.
Juho Rahkonen, directeur de recherche à l’institut Taloustutkimus, qui a effectué le sondage, estime qu’une coalition « rouge-bleue-verte » du PSD, du Rassemblement national et des Verts, complétée peut-être du Parti suédois, est la plus probable.
Le sondage a été effectué auprès de 1 347 personnes entre le 19 et le 21 octobre.
IL

Parti des Verts

M. Aalto annonce sa démission
« Qui conduira les Verts aux prochaines élections ? » HS
Le Président des Verts Touko Aalto, actuellement en congé maladie pour épuisement, a annoncé qu’il quittait la présidence du parti en raison d’une dépression dont il souffrait depuis un an déjà et qui l’empêchait de reprendre sa place. « J’ai besoin de plus de temps pour me remettre et le parti a besoin d’un président qui puisse le mener aux prochaines élections à partir d’aujourd’hui ».
Le bureau du parti élira le 3 novembre un président provisoire jusqu’au prochain congrès prévu pour la mi-juin 2019.
Les spéculations sur le prochain président des Verts ont commencé dans la presse. L’actuelle présidente par intérim Maria Ohisalo est citée comme une candidate possible à la succession de M. Aalto, de même que la députée Emma Kari qui avait perdu contre M. Aalto lors du congrès du parti en 2017.
Des noms d’anciens présidents du parti sont aussi cités. Il s’agit notamment de pekka Haavisto, ainsi que du prédécesseur de M. Aalto, le député Ville Niinistö qui n’avait pas pu se représenter en 2017 car les statuts du parti stipulent qu’un président ne peut effectuer plus de trois mandats de deux ans.
Marko Junkkari dans Helsingin Sanomat estime que les Verts devraient modifier leurs statuts et permettre à M. Ville Niinistö de reprendre la direction du parti.
HS

Editorial
« Les Verts doivent se hâter de trouver un nouveau président » HS
Helsingin Sanomat estime que les Verts ont deux solutions : soit ils choisissent de faire appel à un ancien leader expérimenté pour mener la campagne électorale et élisent en juin prochain un jeune président pour diriger le parti ; soit ils choisissent dès maintenant une personne qui se reconduite en juin prochain. L’éditorialiste cite les noms de Maria Ohisalo et Emma Kari.
Premier ministre Juha Sipilä a reçu hier des représentants du syndicat PAM des services hier.
Les représentants de PAM ont informé le Premier ministre de nouvelles mesures de grèves qui prendront effet à partir de la semaine prochaine et concerneront jusqu’à 50 000 employés.
HS

Gouvernement – Social – Grèves

« Pourquoi M. Sipilä a-t-il rejeté le modèle proposé par les partenaires sociaux ? » HS
Les relations entre le gouvernement et les partenaires sociaux se sont encore plus tendues après que le Premier ministre a rejeté la proposition qui avait été évoquée de remplacer le projet de loi visant à faciliter le licenciement par un autre projet qui permettrait aux PME de recourir à un CDD non motivé.
Ce projet avait l’aval non seulement du patronat EK mais aussi des principales confédérations syndicales.
Helsingin Sanomat et Aamulehti relèvent que le patronat EK était très étonné du refus du Premier ministre d’étudier cette proposition.
Le Premier ministre a jugé que l’effet de ce modèle sur l’embauche ne serait pas aussi important que dans son projet initial.
Les partenaires sociaux vont à nouveau se réunir demain pour évoquer des propositions alternatives qu’elles pourraient transmettre au gouvernement.
HS AL

Mercredi 24 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Arabie saoudite

Le projet de Patria en Arabie saoudite n’est pas terminé
La Finlande a exporté du matériel militaire en Arabie saoudite pour la somme de 5,3 millions d’euros l’année dernière.
Aujourd’hui, à la suite du meurtre de Jamal Khashoggi, de nombreuses sociétés, dont la finlandaise Dimec Oy, ont boycotté la conférence économique de Riad.
En 2010, Patria a vendu son système de lance-grenade Nemo à l’Arabie saoudite. Le directeur des affaires de Patria, Jussi Järvinen, affirme que le projet est toujours en cours.
La société continue d’offrir ses services comme avant. « Nous concentrons nos efforts sur les produits déjà livrés en Arabie saoudite », précise M. Järvinen qui ne se prononce pas sur la prévision d’éventuelles négociations avec l’Arabie saoudite.
HS.23.10

Sur les exportations finlandaises en Arabie saoudite
En l’absence du ministre des Affaires étrangères Timo Soini actuellement en congé de maladie, le ministre de la Défense Jussi Niinistö a rappelé que les permis aux exportations du matériel de la défense sont basés sur des processus déterminés par la loi et des critères relatifs aux permis. L’essentiel réside dans la position commune de l’UE sur les critères relatifs aux permis et la consultation des autres pays de l’UE.
Selon Jussi Niinistö, la Finlande n’a pas exporté pas du matériel « pouvant causer la mort » durant la législature actuelle.
IL23.10

Banques

Une enquête concernant un soupçon de blanchiment d’argent à Nordea ?
Helsingin Sanomat rend compte des accusations visant la banque Nordea. William Browder, investisseur américano-britannique, a déposé une plainte en Finlande concernant des activités de Nordea liées au blanchiment d’argent.
M. Browder a adressé une demande d’enquête au procureur de l’Etat et à la police judiciaire. La police entamera une enquête sur la véracité des accusations de M. Browder.
HS/mar/A28

Sanctions contre Boris Rotenberg
Keskisuomalainen relève que l’oligarque russe Boris Rotenberg, qui a aussi la nationalité finlandaise et dont le nom se trouve sur la liste des sanctions américaines depuis 2014, a introduit une action en justice en Finlande, exigeant des dédommagements pour un total de 70 000 euros auprès des banques Handelsbanken, Nordea, OP yrityspankki et Danske Bank en Finlande. Il exige aussi que la justice oblige ces banques à effectuer ses transactions financières.
Selon M. Rotenberg, les banques ont refusé de recevoir ou d’effectuer ses transactions et il n’a pas pu payer ses factures par exemple au fisc et à Trafi.
M. Rotenberg possède des biens immobiliers et des logements en Finlande.
KS/24

Energie éolienne

Ikea envisage de construire quatre parcs éoliens en Finlande
Le groupe d’ameublement suédois, Ikea, envisage de faire construire en Finlande quatre nouveaux parcs éoliens avec au total 25 centrales. La capacité de ces parcs sera de 360 gigawatts par an.
Il s’agit d’un projet mis en place sans subventions de l’Etat. Ikea annonce que son objectif est de produire, pour 2020, plus d’énergie qu’il n’en consomme.
HS/A28

Fiscalité

La concurrence fiscale serait en hausse en Europe
Kauppalehti rend compte des propos d’un directeur d’Equinix, groupe qui propose des services aux centrales de données informatiques, Eric Schwartz, sur une concurrence accrue en matière de fiscalité de l’électricité de ces centrales. Plusieurs pays envisagent selon lui de modifier l’imposition dans le but d’attirer des investissements.
La Finlande applique une assiette fiscale inférieure (7,03 % par rapport à 22,53 %) concernant les centrales de données de plus de 5 mégawatts.
Selon M. Schwartz, des débats sont en cours en la matière dans des Etats européens, dont la France.
KL/A6

Politique intérieure

Gouvernement – Social – Grèves

M. Sipilä rejette le modèle alternatif proposé
Le syndicat PAM annonce de nouvelles grèves
Le Premier ministre Juha Sipilä a reçu hier des représentants du syndicat PAM des services hier.
Les représentants de PAM ont informé le Premier ministre de nouvelles mesures de grèves qui prendront effet à partir de la semaine prochaine et concerneront jusqu’à 50 000 employés.
Le Premier ministre a rejeté la proposition qui avait été évoquée de remplacer le projet de loi visant à faciliter le licenciement par un autre projet qui permettrait aux PME de recourir à un CDD non motivé. Il juge qu’il ne reste pas assez de temps pour introduire de nouveaux projets de loi et qu’il faut donc proposer une solution pouvant s’intégrer dans un des projets de loi actuellement en cours.
Helsingin Sanomat estime que le projet visant à faciliter le licenciement risque de ne pas être traité par le Parlement avant la fin de l’année si les commissions parlementaires sont occupées par la réforme sur les services sociaux et de santé.
HS AL

Le professeur Koskinen propose une période d’essai de douze mois
Le professeur de droit du Travail Seppo Koskinen estime qu’une solution pour améliorer l’embauche dans les PME serait de les autoriser à embaucher avec une période d’essai plus longue, allant jusqu’à douze mois.
KS

Parlement

Les rapports de la commission sur la réforme Sote pourraient être prêts vendredi
Keskisuomalainen rapporte que la Commission des Affaires sociales et de santé pourrait approuver ses trois rapports sur la réforme des services sociaux et de santé vendredi.
Si cela n’était pas le cas, le calendrier serait reporté d’au moins une semaine car le Parlement ne se réunit pas la semaine prochaine.
Si les rapports sont finalisés vendredi, la commission des affaires constitutionnelle pourrait les étudier dans deux semaines. Elle a besoin d’au moins deux semaines pour se prononcer et envoyer ses conclusions à la commission des Affaires sociales et de santé.
KS

Economie

Inauguration du centre d’excellence en économie d’Helsinki (GSE)
M. Jean Tirole invité pour inaugurer le GSE
Le professeur français Jean Tirole, Prix Nobel d’économie 2014 est invité à l’occasion de la cérémonie d’inauguration du centre d’excellence en économie d’Helsinki, aujourd’hui.
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, M. Tirole déclare que « les économistes sont utiles dans une période où la croissance va se réduire et l’automatisation va avoir des conséquences socio-économiques importantes. Il faudra donc prévoir de nouveaux outils pour diminuer le chômage, lutter contre le réchauffement climatique, réglementer les marchés financiers, approfondir la construction européenne et maitriser les différences de revenus ».
HS

Education – égalité

Ecarts sociaux et économiques entre les enfants
Hufvudstadsbladet rend compte du fait que l’égalité entre les écoliers s’affaiblit au niveau social et économique en Finlande. Les antécédents en la matière influencent de plus en plus sur la réussite à l’école.
Selon un rapport de l’OCDE, la Finlande s’inscrit toutefois parmi les pays où l’origine socio-économique joue le moins pour la réussite scolaire. Mais la situation est en train de changer : depuis 2006, l’influence de l’origine socio-économique a augmenté de 1,8 %.
La ministre de l’Education, Sanni Grahn-Laasonen, rappelle que selon des chercheurs, l’égalité à l’école est menacée par des facteurs qui influencent les enfants en-dehors de l’école.
HBL note que, selon le rapport de l’OCDE, le niveau de formation des parents influence moins celui des jeunes en Finlande que dans les autres pays membres de l’OCDE. Aujourd’hui, moins de jeunes accèdent à une formation supérieure que leurs parents, alors que cette génération précédente a acquis généralement une formation de plus haut niveau que celle de leurs parents à eux.
HBL/11

Défense

Lettre d’intention signée sur la construction de quatre bâtiments de guerre finlandais
La défense nationale et le chantier naval de Rauma Marine Constructions ont signé une lettre d’intention sur les principes et les conditions de la construction de quatre bâtiments de guerre finlandais, a déclaré le ministère de la Défense. L’accord de construction à proprement parler sera signé au début de l’année prochaine.
Ce projet a pris du retard, notamment en raison des mesures de vérification opérées par le ministère qui voulait s’assurer que le chantier naval, malgré sa petite taille, sera en mesure d’exécuter la commande.
Une première lettre d’intention avait déjà été signée entre le chantier naval de Rauma et le ministère de Défense il y a deux ans.
Le projet est divisé en deux parties : une première concerne la construction de quatre bâtiments d’une centaine de mètres de classe Pohjanmaa et la seconde consiste en l’acquisition des systèmes d’armes depuis l’étranger.
La part de la construction est évaluée à environ 1,2 milliards d’euros.
HS.23.10

La rallonge budgétaire prévoit 7,6 millions d’euros pour la défense
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö se réjouit des 7,6 millions d’euros supplémentaires destinés à des acquisitions de matériel pour la défense.
US24.10

Mardi 23 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire

« Il est difficile de voir ce que les Etats-Unis vont obtenir » HS
Le professeur de stratégie Pekka Sihvonen (Collège de défense) estime qu’il y a des fondements au retrait américain du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire car il semble clair que la Russie a violé le traité en développant des missiles d’une portée de plus de 500 kilomètres. Il estime toutefois qu’il est difficile de voir ce que les Etats-Unis espèrent obtenir en se retirant du traité.
En effet, les Etats-Unis n’ont pas de telles armées ni n’en développent, ce qui serait d’ailleurs long et cher. « Il est difficile de voir ce qu’y gagneront les Américains », dit-il.
Il refuse aussi de spéculer sur les conséquences de la décision américaine pour l’Europe et la Finlande. « Nous sommes dans une situation où il n’y a pas de course aux armements ; Les Etats6unis n’ont pas de tels missiles et n’en développent pas. Et s’ils en avaient, les Européens membres de l’Otan n’en voudraient pas », estime-t-il.
HS

Editorial
« L’ombre des missiles nucléaires plane sur l’Europe » HS
Helsingin Sanomat estime que l’on pouvait s’attendre à l’annonce américaine. Cela fait à nouveau planer l’ombre des missiles nucléaires sur l’Europe. L’éditorialiste ne pense pas que cela va néanmoins relancer une course à l’armement mais plutôt que cela souligne le retour de la menace nucléaire. Cela peut se voir dans les déclarations des dirigeants russes. Les Américains pour leur part réfléchissent aux moyens de répondre à la menace nucléaire russe en Europe. Quant aux Chinois ils développent leur arsenal nucléaire. Le monde est revenu plusieurs décennies en arrière en matière de menace nucléaire. C’est une mauvaise direction », conclut l’éditorialiste.
HS

Défense

« L’exportation des équipements militaires n’est pas un problème éthique »
L’exportation du matériel militaire est un sujet brûlant. Néanmoins, la secrétaire générale de l’Industrie aérospatiale et de défense de la Finlande (PIA), Tuija Karanko, assure que la Finlande applique une ligne stricte dans ses exportations de matériel militaire en comparaison avec d’autres pays de l’UE.
S’il n’y avait pas d’exportations, de nombreuses entreprises finlandaises qui fournissent du matériel à la défense nationale feraient faillite. « Je ne vois pas de problème éthique à vendre des équipements militaires à d’autres pays », affirme Mme Karanko.
« On fait de la politique étrangère par le commerce de matériel militaire. En dernier lieu, c’est toujours d’une question politique », estime Mme Karanko.
Le commerce finlandais reste modeste. L’année dernière, la Finlande a exporté des armes pour la somme de 680 millions d’euros, ce qui représente environ un pour cent de toutes les exportations européennes.
La Norvège possède une industrie militaire de la même ampleur que la Finlande mais leur part dans les exportations européennes est largement plus grande que celle de la Finlande, essentiellement du fait de leur collaboration avec les Etats-Unis.
HBL23.10/15

Union européenne

La contribution finlandaise augmentera
Aamulehti relève que selon le conseiller Panu Kukkonen du ministère des Finances, la contribution finlandaise au budget de l’Union européenne redeviendra probablement « normale » cette année. « La contribution nette a été particulièrement bonne pendant les deux dernières années. »
Selon M. Kukkonen, un niveau normal signifie une contribution nationale de 1,9 à 2 milliards d’euros et des aides de 1,3 à 1,5 milliard d’euros dans l’agriculture, la politique régionale et la recherche.
« La Finlande s’est bien débrouillée en ce qui concerne les aides agricoles et les fonds structurels. La Finlande a aussi obtenu du financement des programmes de recherche et développement », selon M. Kukkonen.
En 2017, la Finlande a recueilli pour l’Union des droits de douane et des cotisations sucre de 175 millions d’euros, dont elle a pu garder 20 %. 15 % des recettes de l’Union européenne viennent des droits de douane, soit 20 milliards d’euros par an.
La Finlande fait partie des contributeurs nets de l’union. Les plus grands contributeurs nets sont l’Allemagne, la Suède, les Pays-Bas, l’Autriche et le Danemark.
Le Brexit n’aura pas encore d’effet sur les contributions des Etats membres de l’UE en 2019.
AL/A15

PPE

Candidature de M. Stubb
Aamulehti rapporte qu’Alexander Stubb est candidat pour devenir la tête de liste du PPE lors de la réunion du parti qui sera organisée le 8 novembre à Helsinki. M. Stubb estime qu’il 30 % de chances d’être élu.
M. Stubb a souhaité, en vain, un débat public avec son adversaire allemand Manfred Weber, candidat favori.
Dans sa campagne, qui le mènera encore à Strasbourg, Lisbonne, Athènes, Paris, Bucarest, Varsovie et Madrid, M. Stubb souligne les valeurs européennes, une Europe plus unie qui défend la démocratie, la liberté, l’égalité et les droits de l’Homme.
734 délégués du PPE se réuniront à Helsinki pour élire leur candidat pour la présidence de la Commission européenne après M. Juncker. Parmi eux, il y aura 16 représentants finlandais, soit 12 du Rassemblement national et 4 des Chrétiens-démocrates.
Le vote sera organisé sous pli fermé.
AL/A11, KL/A9

« Le candidat finlandais est notre candidat »
Selon Helsingin Sanomat, Dagens Nyheter, le plus grand quotidien de Suède, déclare que la Suède soutient la candidature de M. Stubb.
HS rappelle que le parti conservateur estonien est également favorable à la candidature de M. Stubb.
HS/A23

Economie

Batteries pour les voitures électriques
BASF investit en Finlande
Helsingin Sanomat rend compte de la prévision de l’Agence internationale de l’énergie, selon laquelle la demande de voitures électriques se multipliera au cours des dix années à venir. En 2030, il y en aurait 125 millions, selon l’AIE.
L’allemand BASF annonce qu’il mettra en place une usine de produits chimiques pour batteries en Finlande à Harjavalta, près de Pori. La capacité de cette usine permettra la construction de 300 000 voitures électriques par an. BASF bénéficiera de la proximité du groupe de nickel et de cobalt, Nornickel, filiale d’un groupe russe.
Le ministre de l’Economie, Mika Lintilä, se félicite de la décision d’investissement de BASF et note que le développement du secteur de batteries, une des priorités du gouvernement, commence à porter ses fruits.
HS/A27

Système de retraite

Dans une comparaison internationale, la Finlande arrive au 3ème rang
L’annuelle étude Melbourne Mercer Global Pension Index situe le système de retraite finlandais troisième dans une comparaison entre les systèmes de retraites de 34 Etats.
L’étude qui situe les Pays-Bas et le Danemark en tête, considère le système finlandais comme le plus transparent et le niveau des pensions comme bon.
La durabilité du système finlandais ne mérite toutefois pas autant d’éloges du fait du faible taux d’emploi des seniors. De plus, la plupart des cotisations retraite est utilisée directement pour les versements des pensions, ce qui ne permet pas de placer ces fonds. La Finlande est critiquée également pour le niveau peu élevé des minimum retraite.
HS/A28

Politique intérieure

Gouvernement – Social – Grèves

Rencontre entre le gouvernement et les partenaires sociaux
Alors que des grèves avaient lieu dans certains secteurs contre le projet de loi du gouvernement de faciliter le licenciement dans les PME, le Premier ministre a reçu des représentants des syndicats, hier. « Je suis optimiste du fait qu’il y a un canal de discussion, même s’il n’y a pas encore de négociations à proprement parler », a dit le président du syndicat de l’industrie Riku Aalto.
Selon Helsingin Sanomat, les confédérations des syndicats d’employés et du patronat réfléchiraient à une alternative au projet du gouvernement. Il s’agirait de permettre aux PME de recourir à un, contrat à durée déterminée sans motivation.
Un projet en ce sens serait en préparation. Il pourrait être présenté avant les grèves prévues la semaine prochaine. En revanche, les grèves annoncées pour cette semaine auront bien lieu.
Les syndicats exigent toujours que le gouvernement retire son projet.
Le problème est que si un nouveau projet devait être lancé en matière de CDD, le gouvernement actuel n’aurait peut-être pas le temps de le préparer et le présenter au parlement avant la fin de la législature. De plus, il pourrait lui aussi se heurter à des questions constitutionnelles en matière d’égalité devant la loi si des règles dérogatoires devaient être autorisées pour des PME selon un seuil d’employés.
HS

Sondages
« Plus de défenseurs que de détracteurs pour les grèves politiques » IL
« Grande opposition entre les sympathisants de droite et les rouge-verts » IL
Iltalehti a interrogé en fin de semaine dernière les Finlandais sur les grèves menées actuellement pour des motifs politiques contre le projet du gouvernement : 50% les soutiennent et 44% s’y opposent.
IL

« Le projet divise l’opinion publique » IL
Selon un sondage réalisé pour Iltalehti, 42% des Finlandais souhaitent que le gouvernement poursuive son projet pour faciliter le licenciement mais par le biais de négociations avec les syndicats, 32% souhaitent que le gouvernement retire unilatéralement son projet de loi et 19% des Finlandais souhaitent que le gouvernement maintienne son projet de loi sans négocier.
IL

Editoriaux
« Des grèves visibles dans la vie quotidienne » HS
« Les affrontements se portent bien en Finlande » KL
Helsingin Sanomat relève que, selon les sondages publiés hier, plus de la moitié des personnes interrogées soutiennent les grèves. Ce soutien pourrait diminuer si les grèves rendent difficile la vie courante. Il faudrait trouver une sortie honorable à cette impasse. Au centre des solutions, il faut chercher à améliorer l’embauche dans les PME, conclut HS.
« En Finlande on parle beaucoup de flexibilité : il faut faciliter l’embauche et rendre plus intéressant d’accepter un emploi. Les différends actuels montrent toutefois que la Finlande est incapable de se réformer », juge Kauppalehti.
HS

Grève dans le secteur de la sécurité
Le secteur de la sécurité, qui n’a toujours pas de nouvelle convention salariale, va connaitre un mouvement de grève du 24 au 26 octobre.
Les négociations sur le renouvellement de la convention salariale ont en effet échoué hier.
Ce secteur emploie environ 8 500 agents de sécurité.
HS

Lundi 22 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Italie

Editoriaux
« L’Italie se laisse porter par les autres » HS
« L’Italie s’endette encore plus » KS
Helsingin Sanomat commente le budget annoncé par le gouvernement italien qui, contrairement à son prédécesseur, ne cherche plus à maitriser l’endettement, regrette l’éditorialiste. Il juge que c’est un échec pour la zone euro. « Dans la zone euro, la BCE gère la politique monétaire mais la coordination des politique économique revient aux Etats membres. L’idée était que la promotion d’une bonne politique économique nationale mène automatiquement à un résultat qui renforce la zone euro. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Car on peut toujours retourner la chose : être membre de la zone euro renforce la position des Etats par rapport aux marchés, aussi ils peuvent se permettre une politique économique mauvaise et irresponsable », regrette HS. « Mais comme il y aura toujours des crises économiques, il faudrait rendre la zone euro plus flexible et résistante. Cela nécessiterait de développer la solidarité financière », relève HS. « Mais aller dans une telle direction est politiquement difficile si des Etats membres doivent craindre d’avoir à assumer la responsabilité du manque de crédibilité économique des Etats irresponsables. Aucun modèle de solidarité financière n’est à l’abri d’être détourné de sa finalité », juge HS.
Keskisuomalainen considère que les réactions européennes au budget de l’Italie ont été plutôt calmes de la part des autres Etats membres. Un adversaire plus sérieux risque d’être les instituts de notation, estime KS. L’éditorialiste reconnaît que les partis du gouvernement italien sont dans une situation délicate car il est compréhensible qu’ils essaient de mettre en œuvre leurs promesses électorales. Une toute autre chose est de savoir où cela va mener. Un échec pourrait conduire à ce que les autres Etats membres soient obligés de lui venir en aide, c’est pourquoi les Européens ont tout lieu de s’y intéresser ».
HS KS

Politique intérieure

Gouvernement – Social – Grèves

Plusieurs grèves auront lieu cette semaine
Helsingin Sanomat rapporte que plusieurs syndicats organiseront cette semaine des grèves politiques de quelques jours contre le gouvernement et son projet de loi qui faciliterait les licenciements dans les petites entreprises de moins de dix personnes. Selon les syndicats, les grèves s’arrêteront immédiatement si le gouvernement retire son projet de loi.
JHL, syndicat du secteur public, organise aujourd’hui et demain une grève qui touchera au moins 10 000 personnes qui travaillent dans les services de repas des crèches et écoles ou dans les services de nettoyage et entretien des locaux de plusieurs villes. Les transports en commun, les bibliothèques ou les services culturels ou de sport ne seront pas touchés.
Les services de santé sont touchés par les mesures de pression des syndicats. L’interdiction de changement des tours de service par le syndicat des infirmiers Tehy commence aujourd’hui et finira le dimanche 4 novembre. Le syndicat des aides-soignants Super commencera, quant à lui, la même démarche à partir du dimanche 4 novembre dans les communes et au secteur privé.
Le syndicat Erto a déclaré une interdiction de changement des tours de service à partir d’aujourd’hui.
Le syndicat des transports AKT poursuivra sa grève d’heures supplémentaires et l’interdiction de changement des tours de service qui a commencé le 8 octobre.
La grève d’heures supplémentaire du syndicat de secteur tertiaire Pam finira demain.
Le syndicat des enseignants OAJ poursuit sa grève d’heures supplémentaires et l’interdiction de changement des tours de service dans les crèches privées.
HS/lun/A8

Annonces de la fédération syndicale de l’industrie
La fédération syndicale de l’industrie (Teollisuusliitto) a annoncé vendredi des mesures de grèves pour les trois prochaines semaines.
Une partie des membres du syndicat de l’industrie fera grève de jeudi à samedi de cette semaine. Il s’agit du secteur de l’industrie forestière qui sera touché : cela devrait concerner 7000 employés dans 90 sites industriels. Le syndicat Pro commencera jeudi une grève de trois jours des cadres dans trois branches, dont l’industrie forestière. Les cadres de l’industrie papetière commenceront une grève d’heures supplémentaires jeudi prochain. Selon le patronat du secteur de la scierie, le coût de ces trois jours de grèves serait de 10 millions d’euros pour cette seule branche.
La semaine suivant les grèves de l’industrie toucheront, pendant trois jours, du jeudi au samedi, le secteur de la chimie (mais pas l’entreprise Neste). La semaine suivante, cela sera le secteur des technologies.
Les entreprises touchées seront annoncées au dernier moment afin d’éviter qu’elles s’y préparent, écrit HS. Cela sert aussi de menace à l’égard du gouvernement.
Ces mesures très ciblées indiquent que les syndicats souhaitent éviter que l’opinion publique se retourne contre eux. De plus, la volonté de faire grève peut diminuer su les employés perdent trop en matière de salaires et primes d’heures supplémentaires. C’est pourquoi la fédération syndicale de l’industrie a arrêté la grève du travail de nuit.
Cette fédération a aussi annoncé qu’il y aura des aides de 100 euros par jour chômé.
Par ailleurs, cinq syndicats de la métallurgie ont annoncé qu’ils dénonçaient l’augmentation du temps de travail prévue dans le pacte de compétitivité. En effet, ces cinq syndicats avaient négocié une clause de révision pour 2019 de l’augmentation de 24 heures du temps de travail.
HS

Réactions des entrepreneurs
La fédération des entrepreneurs SY a annoncé que ses membres allaient essayer de pallier à la grève des personnels de restauration dans les crèches et maisons de retraite en y apportant des repas.
De plus, SY demande à ses membres de cesser de collecter les cotisations syndicales qui sont prélevées à la source et reversées aux syndicats.
AL

Le Ministre du Travail inquiet
Le ministre du Travaiul Jari Lindström (Avenir bleu) a déclaré être très inquiet du fait des annonces de grèves de la part de la fédération syndicale de l’industrie.
Il considère que les syndicats utilisent le projet de loi visant à faciliter le licenciement dans les PME est un bouc émissaire. Selon lui, les syndicats expriment actuellement leur mécontentement à l’égard du gouvernement.
M. Lindström espère que le projet de loi visant à faciliter le licenciement, actuellement étudié par le conseil d’évaluation de la législation, pourra être rapidement transféré au Parlement.
Le ministre du Travail a aussi déclaré qu’il n’était pas au courant de la proposition du premier ministre Juha Sipilä de revenir à une négociation sur l’élargissement des accords d’entreprise. « Il y a consensus au gouvernement sur le projet de faciliter le licenciement ; on n’a rien parlé d’autre », a déclaré M. Lindström.
HS

Editorial
« Le différend sur le licenciement va se renforcer cette semaine » HS
Helsingin Sanomat relève que « la révolte des syndicats contre le gouvernement divise l’opinion publique. Cette lutte pour le pouvoir menace désormais sérieusement des activités de la société ainsi que certaines entreprises privées. Les syndicats prennent un risque : l’opinion publique peut facilement se retourner contre les grévistes. »
HS

Climat

Manifestation
Une manifestation pour le climat a été organisée à Helsinki, samedi. 8000 personnes se sont réunies pour une marche qui partait de la Place du Sénat pour se terminer devant le Parlement où des députés et quelques ministres ont répondu aux manifestants. Les partis politiques à l’exception des Vrais Finlandais ont été représentés.
HS/dim/A14

Propos de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, a écrit un billet pour le quotidien Maaseudun tulevaisuus pour s’exprimer contre les mesures de réglementation afin de maîtriser le changement climatique. Il estime que l’urgence des mesures exigées en faveur du climat a été exagérée. Il estime d’ailleurs que l’Etat ne devrait pas intervenir dans les choix des personnes privées.
Selon M. Soini, les mesures entreprises par les autorités publiques engendrent inutilement une hystérie et une angoisse et, pour lui, le débat finlandais a dérapé.
Le ministre de l’Environnement centriste, Kimmo Tiilikainen, considère le billet de son collègue comme provocateur. Il note qu’au sein du gouvernement M. Soini ne s’est pas opposé aux mesures prises au niveau de l’Etat.
HS

Justice

M. Häkkänen réclame des peines plus sévères
Le ministre de la Justice, Antti Häkkänen (Rassemblement national) estime qu’outre les réformes en cours afin de durcir notamment les peines concernant les homicides et les crimes violents et sexuels, il faut encore réformer la législation concernant les peines.
Il admet que durant la législature en cours, il ne sera pas possible d’en faire d’autres, mais qu’il faudra que le prochain gouvernement poursuive ce travail.
Selon M. Häkkänen, les peines finlandaises ne sont pas suffisamment sévères à l’échelle internationale.
Les réformes qui entreront en vigueur en 2021 dans leur totalité engendreront un coup supplémentaire de 17,4 millions d’euros par an. Elles durciront les peines pour les récidivistes, renforceront la surveillance des prisonniers libérés et l’évaluation du risque les concernant.
AL/sam/A18

Défense

Portrait du lieutenant-colonel Jyri Mattila
Le lieutenant-colonel Jyri Mattila, pilote des avions F/A-18 Hornet dans l’armée de l’air finlandaise et commandant de l’escadre aérotechnique de l’escadron de Satakunta, prend les commandes d’un avion dès que possible, rapporte Aamulehti.
Brillant major de sa promotion, Mattila est un des rares pilotes de vol acrobatique de la défense nationale. Il effectue les vols d’essai pour l’armée de l’air et pour Patria. A 41 ans, il a piloté en tout 71 types d’avion différents, notamment quatre des cinq candidats en lice pour la future acquisition finlandaise d’avions de combat multi rôle : le Typhoon, le Rafale, le Super Hornet et le Gripen dont il a essayé la version D à deux places.
En sa qualité de commandant de l’escadre aérotechnique de l’escadron de Satakunta, il dirige une organisation d’une centaine de personnes chargée principalement de l’entretien d’usage du matériel de l’armée de l’air. Néanmoins, il continue de voler – le plus possible.
AL22.10/B1-3

Vendredi 19 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Eurobaromètre

Les Finlandais sont satisfaits de l’Union européenne
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage de l’Eurobaromètre, effectué auprès d’un peu plus de mille Finlandais et plus de 27 000 Européens, pour 65 % des Finlandais, l’adhésion à l’Union européenne est une bonne chose.
Plus de 60 % des Finlandais estiment que la lutte contre le changement climatique et la protection de l’environnement sont les thèmes les plus importants pour l’élection du Parlement européen au printemps prochain. 40 % de tous les Européens sont du même avis. Au niveau européen, les thèmes les plus importants sont l’immigration et l’économie.
HS/jeu/A18

Commission européenne

Candidature de M. Stubb
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime qu’Alexander Stubb est de loin le meilleur candidat pour devenir la tête de liste du PPE, même si le candidat allemand Manfred Weber est le favori des chefs d’Etat ou Premiers ministres conservateurs actuellement au pouvoir dans les Etats membres de l’Union européenne.
HS note que selon Politico, les Premiers ministres bulgare, croate et irlandais, le chancelier autrichien et le président roumain se sont exprimé en faveur de M. Weber. Selon Reuters, le Premier ministre hongrois est également favorable au candidat allemand. Il a aussi le soutien préliminaire de Mme Merkel.
Plus de 730 membres du PPE, qui se réuniront début novembre à Helsinki, éliront leur candidat pour la présidence de la Commission européenne.
L’éditorialiste souligne quele vote se fera à bulletin secret, ce qui pourrait être favorable à M. Stubb.
HS/A5&A8

Politique intérieure

Gouvernement – projet de loi sur le licenciement

Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement
Yle rapporte que le Parlement a renouvelé mercredi sa confiance au gouvernement au vote sur la politique de l’emploi du gouvernement Sipilä par 101 voix contre 73. Sept députés ont voté blanc et 17 ont été absents du vote.
Sept députés de l’opposition ont voté en faveur de la confiance au gouvernement : Antero Vartia (Alliance verte), Tom Packalén (Vrais Finlandais), Peter Östman (Chrétiens-démocrates) et quatre députés du Parti suédois, Mats Löfström, Mats Nylund, Joakim Strand et Stefan Wallin.
Huit députés de l’opposition ont voté blanc : Anders Adlercreutz, Thomas Blomqvist, Mikaela Nylander, Anna-Maja Henriksson et Veronica Rehn-Kivi du Parti suédois, ainsi que Sari Essayah, Sari Tanus et Antero Laukkanen des Chrétiens-Démocrates.
Harry Harkimo et Paavo Väyrynen ont voté contre la confiance au gouvernement.
Yle/jeu

Une grève aura lieu la semaine prochaine
Helsingin Sanomat relève que le syndicat JHL du secteur public organisera lundi et mardi prochain une grève qui touchera plus de 10 000 personnes travaillant par exemple dans les services de nettoyage et entretien des locaux ou services de repas à Helsinki, Espoo et Vantaa.
HS/jeu/A10

Alliance verte

« Il faut résoudre la question sur le président prochainement »
Keskisuomalainen relève que selon Maria Ohisalo, qui assure la présidence par intérim de l’Alliance verte pendant le congé maladie de Touko Aalto, admet que le parti ne pourra pas mener campagne avec à sa tête un président intérimaire.
Le congé maladie de M. Aalto a été prolongé jusqu’au 16 novembre. Le conseil national des Verts doit se réunir les 17 et 18 novembre à Helsinki.
Mme Ohisalo, qui refuse de spéculer sur l’état de santé de M. Aalto, ne veut pas se prononcer sur ses propres intentions en vue d’une candidature à la présidence du parti.
KS/12

Criminalité

Ilja Janitskin condamné à une peine de prison ferme
Helsingin Sanomat rapporte que le Finlandais Ilja Janitskin a été condamné jeudi au tribunal de grande instance d’Helsinki à une peine de prison ferme d’un an et dix mois pour incitation à la haine et diffamation aggravée. Selon le tribunal, il est coupable de 16 crimes exceptionnellement graves.
Johan Bäckman a été condamné à une peine de prison avec sursis d’un an. Janitskin, Bäckman et une troisième personne doivent payer ensemble des dommages et intérêts d’au moins 136 000 euros aux victimes, dont Jessikka Aro, journaliste d’Yle, et Hanna Huumonen, présidente de l’association des étudiants sociaux-démocrates.
Ilja Janitskin a créé en 2018 le pseudo média xénophobe MV-lehti.
HS/A10

Industrie maritime

Chantier naval de Rauma
Selon Helsingin Sanomat, le chantier naval Rauma Marine Constructions et Tallink ont signé une lettre d’intention concernant la construction d’ici fin 2021 d’un ferry de 2 800 passagers pour la route Helsinki-Tallinn.
La valeur de la commande s’élève à 250 millions d’euros.
HS/29

Mercredi 17 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Finlande - Kazakhstan

Le Président finlandais rencontrera son homologue kazakhstanais, aujourd’hui
Le Président kazakhstanais, Nursultan Nazarbajev, est actuellement en visite officielle en Finlande.
Helsingin Sanomat estime que la Finlande et le Kazakhstan ont des relations relativement étroites, au niveau notamment de l’économie et du commerce. Les Présidents se sont déjà entretenus sur la politique internationale.
HS/A23

Elections en Bavière

Editoriaux
« Des temps difficiles pour les partis du gouvernement en Allemagne » KS
« Le résultat bavarois pourrait ébranler la position de Mme Merkel » Kaleva
L’éditorialiste de Keskisuomalainen estime que le résultat électoral pousse l’Allemagne vers une crise gouvernementale, même si une dissolution du gouvernement reste improbable.
KS/mar/2

Défense

Participation de la Finlande aux exercices militaires Red Flag en Alaska
La Finlande a envoyé 70 soldats et des appareils F-18 en Alaska où ils participent pour la première fois aux exercices militaires internationaux Red Flag en collaboration avec des Américains mais aussi des Coréens du sud.
L’un des candidats en lice pour la future acquisition finlandaise pour remplacer les actuels chasseurs F-18, le Super Hornet de Boeing, participe à l’exercice.
Selon Robin Häggblom, spécialiste de l’aviation militaire interviewé à A-studio mardi soir, ces exercices offrent l’occasion parfaite d’une situation de guerre aérienne et permet aux avions de combat de faire leurs preuves. Ils donnent également des précisions sur le nombre d’armements à utiliser ou sur le rôle central d’un avion de combat dans une guerre, tout autant pour la marine que pour l’armée de l’air.
L’exercice Red Flag a lieu du 4 au 19 octobre.
www.yle

L’image sans faille des « jeunes Finlandais ordinaires et sans problèmes » parmi les troupes SS brisée par un nouvel ouvrage historique
Hakaristin ritarit (Les Chevaliers de la croix gammée) d’Andre Swanström, qui vient de sortir, détruit l’ancienne image de jeunes Finlandais ordinaires et sans problème qui s’engageaient volontairement dans les troupes des SS allemands, et expliquent comment les précédents ouvrages d’histoire ont fait naître de faux mythes sur la guerre de continuation.
www.hs

Un chasseur est tombé lors d’un exercice de l’OTAN en Ukraine, les deux pilotes sont morts
Un chasseur Suhoi Su-27 de l’armée de l’air ukrainienne est tombé lors d’un vol d’entraînement conjoint entre l’Ukraine et les pays de l’OTAN en Ukraine. Les deux pilotes de l’appareil sont morts. Selon les autorités ukrainiennes, il s’agirait d’un Ukrainien et d’un Américain.
L’avion participait à l’exercice Clear Sky 2018 auquel participent des avions de combat et de transport de plusieurs unités de l’armée de l’air américaine.
Suhoi Su-27 est un avion de combat multirôle russe dont l’armée de l’air possède une vingtaine.
www.hs, www.yle

Politique intérieure

Gouvernement – projet de loi sur le licenciement

Dernière minute : vote de confiance
Le Parlement a renouvelé sa confiance en gouvernement avec 101 voix contre 73.
HS

Selon un sondage, les Finlandais sont divisés sur la question
Le Parlement votera, aujourd’hui, sur la confiance au gouvernement. Ce qui signifie dans la pratique que le gouvernement saura s’il est autorisé à avancer dans la préparation de la loi permettant un licenciement plus facile dans les entreprises de dix salariés au maximum.
Hier, le débat après la déclaration du Premier ministre était animé et l’opposition bruyante, mais le gouvernement dispose d’une majorité. La confiance sera renouvelée sans aucun doute.
Le gouvernement souhaite que la confiance du Parlement lui serve de bouclier protecteur à l’égard des démarches du mouvement syndical. Les syndicats ne se sont toutefois pas calmés, au contraire. De nouveaux mouvements sociaux sont prévus dès cette semaine.
Les propositions de réforme des motivations de licenciement ne seront prêtes que dans cinq semaines.
Yle a fait effectuer un sondage qui a le même type de résultats que celui effectué pour le compte du Helsingin Sanomat en septembre : les Finlandais sont divisés sur cette question. Dans les deux sondages, 47 % des personnes interrogées s’opposent au projet, alors que 43 % y sont favorables. Les électeurs du Rassemblement national et du Centre y sont favorables alors que ceux des partis de gauche s’y opposent. Chez les électeurs des Vrais Finlandais, il y a plus d’opposants que de partisans du projet de réforme, les électeurs des Verts sont plutôt divisés.
Lors du débat au Parlement, M. Sipilä a rappelé que durant la législature en cours, 115 000 personnes de plus ont trouvé du travail, ce qui a amélioré, outre leur situation, l’économie nationale.
Plusieurs représentants de l’opposition, dont Eero Heinäluoma (PSD), regrettent que le gouvernement suscite les antagonismes au lieu de s’efforcer de réunir la nation et de favoriser la coopération.
HS/A6

Société

SDF
Une nuit des sans-domicile-fixe est organisée, aujourd’hui, en Finlande.
En 2017, il y avait 7112 sdf en Finlande, dont 3760 à Helsinki.
Depuis quelques années, le nombre de jeunes de moins de 25 ans sans logement est en hausse, même si le nombre total de sdf diminue depuis 2012.
HBL/8

Défense

Collision entre deux bâtiments de la marine finlandaise
Deux bâtiments de la marine finlandaise se sont heurtés mardi dans les eaux territoriales de la défense nationale près de Turku.
Une personne a été légèrement blessée. Des personnes ou navires extérieurs n’ont pas été impliqués dans l’incident.
www.hs

France – Finlande

Littérature

Décès d’Arto Paasilinna
Les journaux annoncent le décès du romancier Arto Paasilinna, dont les romans ont été traduits dans des dizaines de langues dont le français. Les journaux rappellent qu’en France, Paasilinna est apprécié et connu par exemple pour Le lièvre de Vatanen.
HS, KS

Mardi 16 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Elections en Bavière

Editoriaux
« Les blocs se cassent et le pouvoir se brise » HS
« La Finlande prend une autre direction » AL
« La situation d’Angela Merkel est une mauvaise nouvelle pour la Finlande » KL
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le résultat des élections bavaroises correspond bien à la période de transition politique et aux changements en matière de pouvoir observés presque partout en Europe. L’affaiblissement des sociaux-démocrates et le mauvais score du CSU sont un avertissement pour Berlin : le soutien à la coalition formée avec la CDU est en train de s’étioler.
L’éditorialiste note que dans beaucoup de pays, les blocs traditionnels de droite et de gauche se brisent sous la pression de nouvelles forces. La formation des gouvernements est devenue ardue.
Il n’est pas exclu qu’aux européennes, les fragments de différents blocs, un peu partout en Europe, se réunissent pour former quelque chose de nouveau dans le puzzle. L’unité de l’UE pourrait s’en trouver fragilisée, au moment-même où il faudrait au contraire renforcer l’UE, regrette l’éditorialiste.
A la suite des élections en Bavière, l’éditorialiste d’Aamulehti constate « qu’il semblerait aujourd’hui que les Verts et les mouvements populistes d’extrême-droite sont en train de jeter leurs vieilles positions dans la poubelle de l’histoire ».
« Dans l’évolution européenne il y a une exception intéressante », note l’éditorialiste. « En Finlande les Sociaux-Démocrates ne sont pas du tout sur une pente descendante, au contraire, ils risquent de revenir au pouvoir. Par contre, la popularité des Verts et des populistes de droite est en baisse. »
« L’année prochaine à cette époque, la Finlande terminera sa troisième présidence de l’UE. Au pire des cas, les ministres finlandais inexpérimentés chercheront à se mettre d’accord avec leurs homologues européens inexpérimentés et hétéroclites sur des lois de l’Union à Bruxelles », conclut l’éditorialiste.
« Hier, lundi, des spéculations couraient sur une éventuelle dissolution de la coalition gouvernementale allemande après les élections de Hessen ce qui signifierait des élections anticipées. Une crise politique dans le plus grand pays de la zone euro serait une mauvaise nouvelle, notamment pour la Finlande pour qui l’Allemagne est un partenaire important à la fois pour le commerce et dans l’UE », estime l’éditorialiste de Kauppalehti.
« La situation d’Angela Merkel est aussi une mauvaise nouvelle pour l’UE dont elle est, depuis longtemps, la véritable dirigeante. La dernière ligne droite avant le Brexit et la situation préoccupante en Italie demande à l’Union un leadership fort alors qu’il n’est pas facile de remplacer Merkel. C’est encore le Président français Emmanuel Macron qui se présente le mieux pour reprendre ce rôle mais la rapide baisse de sa popularité en France affaiblit sa position », conclut l’éditorialiste.
HS/A4, AL/A2, KL/5A

Politique intérieure

Sondage sur les intentions de vote

Le PSD toujours en tête et les Verts en baisse
Le dernier sondage effectué pour le compte du Helsingin Sanomat montre une évolution de plus en plus inquiétante pour les Verts, et favorable pour le PSD. Les sociaux-démocrates obtiennent 22 % des intentions de vote, suivis du Rassemblement national à 19,6 % et du Centre à 15,7 %.
Les Verts ont perdu presqu’un point en un mois. Leur audience s’élève à 12 %. L’Alliance des gauches arrive au cinquième rang avec 9,8 % des intentions de vote, suivie des Vrais Finlandais à 9,1 %.
Le Parti suédois obtient 4,4 % des intentions de vote, suivi des Démocrates-chrétiens à 2,8 % et de l’Avenir bleu à 1,4 %.
HS note que le sondage a principalement été effectué avant la publication du rapport climatique. Le moment serait propice pour que les Verts fassent une démarche sur ce thème, mais les incertitudes au sein de leur parti risquent de leur compliquer la tâche. Selon Jenni Karimäki de l’Université de Turku, certains électeurs Verts seraient tentés par l’Alliance des gauches, d’après ce sondage.
La chercheuse estime que si le litige entre le gouvernement et les organisations syndicales devait se poursuivre, cela pourrait commencer à nuire à l’audience du PSD.
HS/A8

Editoriaux
Les éditorialistes de Helsingin Sanomat et de Hufvudstadsbladet rendent compte de l’audience affaiblie des Verts.
Pour HS, ce mauvais résultat est essentiellement dû aux problèmes internes du parti liés à l’arrêt maladie de M. Aalto.
HBL rappelle que les Verts auront besoin d’un leadership clair dans la perspective des élections. En même temps, il est important, selon l’éditorialiste, de défier les attentes concernant les dirigeants politiques, qui sont des êtres humains, eux aussi.
HBL/5

Législatives

Modifications du nombre de sièges par circonscription
Selon les chiffres démographiques du registre national d’état civil, des changements sont prévus dans le nombre de sièges au Parlement dans les circonscriptions de Savo-Karjala et d’Uusimaa. Comme la population de Savo-Karjala diminue, la circonscription perdrait un siège en passant de 16 à 15, alors qu’à Uusimaa, l’évolution est inverse, le nombre de sièges passerait de 35 à 36.
Le nombre de sièges sera confirmé en novembre selon les chiffres démographiques du 31 octobre.
HS/A8

Economie

Le chiffre d’affaires de l’industrie augmente
En mai-juillet, le chiffre d’affaires du secteur industriel a été de 5,5 % supérieur à celui de la même période en 2017.
Ce sont les secteurs de chimie et de bois-papier qui ont augmenté le plus, respectivement de 10,4 % et 8,4 %.
HS/A23
Lundi 15 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Finlande – Kazakhstan

Déplacement en Finlande du Président kazakhstanais
Editorial : « Un invité qui fait l’équilibriste entre plusieurs grands Etats intéresse les Finlandais » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat note la visite en Finlande, mercredi, du Président kazakhstanais.
HS/lun/A5

Finlande – Syrie

Des copies des archives syriennes
Helsingin Sanomat rend compte d’un projet des Archives nationales finlandaises de stocker des copies du matériel concernant les archives de l’Etat syrien obtenu de volontaires syriens. Selon le directeur des Archives, Jussi Nuorteva, il s’agit de photos prises par téléphone enregistrées ensuite sur des disques externes. C’est un travail que les volontaires effectuent en Syrie depuis 2013. Le premier envoi destiné à être stocké en Finlande est arrivé en 2015. Selon M. Nuorteva, il s’agit de millions de photos et documents, et le projet continue.
HS rappelle que M. Nuorteva a été président de la fondation de l’Institut finlandais du Proche-Orient. Selon M. Nuorteva, la Finlande est considérée comme un acteur neutre qui ne dispose pas d’intérêt en ce qui concerne ces documents, autre que de les protéger.
HS note que la France, la Suisse et la Suède ont effectué le même type de sauvegarde du patrimoine culturel et de documents importants.
HS/dim/B8-9

Finlande – Russie

Les deux Niinistö vus par les médias russes
Le président Sauli Niinistö bénéficie d’une image de marque positive même dans les médias sociaux russes, d’habitude très critiques.
Si le président est populaire, ce n’est pas le cas de son homonyme le ministre de la défense, Jussi Niinistö.
Il a encore réussi à irriter le voisin en déclarant à propos du futur exercice militaire de l’OTAN Trident Juncture : « Je ne pense pas que cet exercice dérange la Russie, au contraire, il véhiculera un signal fort pour indiquer que l’OTAN est une alliance de défense qui défend les siens et qu’il est inutile d’attaquer ce genre de pays. A mon avis, cet exercice constitue plutôt un facteur de stabilité ».
Les médias russes ont réprimandé le ministre de la Défense en répétant fidèlement le message jadis prononcé en Finlande par le général Nikolaï Makarov selon lequel tous les exercices militaires organisés près de la frontière russe sont toujours dirigés contre la Russie.
HS

Politique intérieure

Gouvernement – Social

Le gouvernement va poser la question de confiance
Le Premier ministre Juha Sipilä envisage de faire une déclaration sur la politique de l’emploi au Parlement mardi suivie d’un vote de confiance mercredi.
Pauli Rautiainen, professeur en droit à l’Université de Finlande de l’Est, estime que du point de vue du droit constitutionnel la déclaration n’a pas d’implication juridique. Pour le professeur, il s’agit de théâtre politique.
M. Rautiainen rappelle que le vote de confiance n’est pas contraignant pour le Parlement ni pour la commission des lois constitutionnelles.
Markku Jokisipilä, directeur des études parlementaires de l’Université de Turku, s’étonne du fait que le Premier ministre espère que le Parlement s’engage sur un projet de loi dont le contenu ne sera connu qu’en novembre. Le mouvement syndical ne mettra certainement pas fin à ses démarches pour s’opposer au projet : dans une société pluraliste, il y a d’autres acteurs que les institutions politiques. « Faire taire les opposants n’est pas correct », dit M. Jokisipilä. Il estime qu’au lieu de se calmer, la situation risque de s’aggraver.
HS/dim/A8

Editorial : « Le risque pris par M. Sipilä était bien réfléchi » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la déclaration prévue par le Premier ministre ne concernera pas uniquement le projet de loi sur un licenciement plus facile, mais l’ensemble de la politique d’emploi de la législature. Les chiffres montrent une évolution favorable de l’emploi, mais on peut toujours se demander si cette évolution est davantage imputable à l’action du gouvernement qu’à l’amélioration de la situation économique internationale.
Comme le Parlement votera sans aucun doute pour la confiance au gouvernement, bien que les partis du gauche ne soient pas d’accord, M. Sipilä pourra dire que son gouvernement dispose du soutien de la majorité des Finlandais, même si cette majorité n’est pas très large. L’éditorialiste rappelle que le projet de loi pourra encore être rejeté par la commission des lois constitutionnelles.
Selon l’éditorialiste, il est très probable que les intentions de vote en faveur du PSD et de l’Alliance des gauches continuent d’augmenter. La popularité de M. Sipilä parmi les siens augmentera sans doute aussi, mais le résultat du parti centriste aux élections pourrait être plus faible encore que prévu.
L’impact éventuel sur l’emploi de la loi facilitant le licenciement ne sera pas visible avant les législatives, mais les électeurs salariés se souviendront de la façon dont la loi a été imposée.
HS/dim/A4

Législatives

Alliances électorales
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte de l’alliance électorale entre les Vrais Finlandais et les Démocrates-Chrétiens dans la circonscription autour de Turku. L’alliance a pour objectif d’obtenir quatre sièges au total. Dans cette circonscription, les Vrais Finlandais ont actuellement deux députés, alors que les Démocrates-Chrétiens n’en ont aucun.
L’éditorialiste estime que l’Avenir bleu aurait le plus besoin de trouver un partenaire pour une alliance électorale, mais que les tractations avec les Démocrates-Chrétiens et le Rassemblement national n’ont jusqu’à présent porté aucun fruit.
HS/sam/A5

Verts

Arrêt maladie de Touko Aalto
Les Verts annoncent que le congé maladie de leur président, Touko Aalto, a été prolongé jusqu‘au 16 novembre. Le conseil du parti se réunira juste après, les 17 et 18 novembre.
Selon le secrétaire du parti, Lasse Miettinen, le parti part du principe que M. Aalto reviendra en forme et reprendra le travail notamment dans la perspective des négociations budgétaires.
HS/dim/A8

Changement d’heure

Sondage
Le sondage sur la préférence des Finlandais pour l’heure d’été ou l’heure normale lorsqu’on mettra fin au changement d’heure a pris fin ce week-end. 620 000 personnes se sont exprimées à travers le sondage mis en ligne par le ministère de la Justice. Le résultat sera publié plus tard cette semaine par le ministère des Communications et des Transports.
Un autre sondage, traditionnel, a été effectué en parallèle sur le même sujet.
HS/sam/A12

France – Finlande

Littérature

Leïla Slimani
Helsingin Sanomat publie une interview de Leila Slimani, effectuée à l’occasion de sa visite récente en Finlande autour de la sortie de la traduction finnoise de son roman Chanson douce. HS note que le Président Macron l’a désignée comme sa représentante personnelle pour la Francophonie.
HS/dim/C1-3

Vendredi 12 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

UEM

Point de vue
« L’approfondissement de l’UEM ne doit pas se faire au détriment de la démocratie » HS
Päivi Leino-Sandberg, professeur de droit à l’université d’Helsinki et Tuomas Saarenheimo, sous-secrétaire d’Etat aux Finances signent un point de vue dans Helsingin sanomat.
Ils jugent que les propositions de la Commission européenne visant à développer l’UEM renforceraient le pouvoir des fonctionnaires de la Commission au détriment du pouvoir des Etats membres. Cela reviendrait à transférer le pouvoir de décision en matière de politique économique aux experts de la Commission. Et cela diminuerait donc le pouvoir de décision national et plus généralement une prise de décision démocratique.
Pour renforcer le système démocratique de l’UE, il faudrait développer le pouvoir du parlement européen, mais cela ne semble pas possible dans un avenir proche, jugent-ils.
A l’avenir il semble donc que seul le pouvoir démocratique national puisse garantir les droits des citoyens et un débat sur une économie durable. C’est pourquoi il faudrait accepter que la capacité de l’UE à influencer sur les réformes économiques des Etats membres est limité et que les Etats membres font des erreurs dans leur politique économique. La réforme de l’UEM doit donc se concentrer sur les moyens de diminuer les risques concernant le fait que le coût des erreurs de politique économique d’un Etat membre puisse être supporté par les autres, estiment-ils.
HS

Fiscalité

La Finlande face à la compétition fiscale internationale
Le patronat EK a fait effectuer un rapport sur les moyens pour la Finlande de mieux réussir dans la compétition fiscale internationale. Helsingin Sanomat fait un bilan des propositions de Tomi Viitala, professeur en droit fiscal de l’Université Aalto.
Selon M. Viitala, la Finlande bénéficie des principes de la fiscalité internationale. EK estime que la modification de ces principes devra se faire au niveau de l’OCDE.
Concernant la proposition de la Commission européenne sur la fiscalité des activités numériques, M. Viitala estime que l’impact d’une telle taxe pour les recettes fiscales et pour le fonctionnement des entreprises devrait être évalué de près. Pour EK, des recettes fiscales risqueraient de devenir inaccessibles pour la Finlande ce qui mettrait en danger le financement de l’Etat-providence. Le patronat se méfie des actions unilatérales de l’UE.
En ce qui concerne la planification fiscale et les mesures contre l’évasion fiscale, M. Viitala et EK soulignent l’importance d’une coopération internationale au niveau des échanges d’informations et de projets de règlements européens.
M. Viitala estime plus généralement que la coopération internationale a rendu la concurrence fiscale plus transparente. Il faudra que la Finlande veille à la compétitivité de son assiette fiscale concernant les entreprises. EK rappelle que les Etats cherchent à attirer des entreprises et des investissements y compris par leur système fiscal.
HS/A32

Editorial : La concurrence fiscale se durcit, mais elle est désormais transparente » KL
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que la numérisation créé sur le système fiscal international des pressions auxquelles il faut réagir. Un petit Etat dépendant des exportations comme la Finlande pourrait perdre des recettes fiscales.
La proposition de la Commission européenne en matière de fiscalité numérique favoriserait les Etats membres avec une population importante. La Finlande s’y oppose, à l’instar de l’Irlande, la Suède et la république tchèque.
L’éditorialiste rappelle que le ministre des Finances, Petteri Orpo, a souhaité que l’on se mette d’accord au niveau de l’OCDE sur les règles du jeu de la fiscalité internationale. M. Viitala de l’Université Aalto a insisté sur l’importance d’une stratégie de survie pour la Finlande afin de maintenir des recettes fiscales raisonnables. Lui aussi estime que l’OCDE est la bonne instance pour préparer une réforme de la fiscalité internationale.
L’éditorialiste estime qu’une assiette fiscale compétitive concernant les entreprises est un atout dans la concurrence fiscale internationale. Celle de la Finlande est de 20 % depuis 2014. L’éditorialiste estime qu’il n’est pas sûr qu’elle soit compétitive encore longtemps.
KL/5

Bourse

La bourse de Helsinki en baisse depuis deux semaines
La bourse finlandaise a connu une chute de 9,1 % du 28 septembre au 11 octobre 2018.
KL/6

Transports

VR Track vendu à un groupe norvégien
Le norvégien NRC Group achètera le groupe de gestion du réseau ferré VR Track. VR Group aura 146 millions d’euros et une participation à hauteur de 18 % dans NRC Group.
Le dernier chiffre d’affaires de VR Track était de 306 millions d’euros.
KL/7

Sécurité des données informatiques

La Finlande entame les enquêtes sur les violations au RGPD en la matière
L’ombudsman de sécurité de données informatiques Reijo Aarnio envisage d’entamer les inspections prévues par le nouveau règlement européen sur la protection des données.
Le bureau de M. Aarnio a déjà reçu plus de mille déclarations sur des violations depuis que le RGPD (Règlement général sur la protection des données) est entré en vigueur en mai.
Aamulehti relève qu’en Finlande, il n’y a pas encore de législation nationale en la matière. Une fois que cela sera le cas, les attributions de l’ombudsman seront étendues.
AL/A15

Politique intérieure

Gouvernement – Social

Le gouvernement va poser la question de confiance
Le Premier ministre Juha Sipilä a tenu hier une conférence de presse au Parlement pour annoncer qu’il allait faire une déclaration sur la politique de l’emploi au Parlement mardi qui serait suivie d’un vote de confiance mercredi.
Le Premier ministre et le ministre de l’Emploi soulignent qu’il ne s’agit pas seulement de demander la confiance du Parlement sur le projet de loi visant à faciliter le licenciement, mais plus généralement sur la politique de l’emploi du gouvernement. « Les forces extra-parlementaires ne peuvent pas dicter notre politique », a dit le Ministre de l’Emploi, M. Jari Lindström (Abvenir bleu).
Helsingin Sanomat relève que par ce biais le gouvernement va faire du parlement un acteur du différend qui oppose actuellement le gouvernement aux partenaires sociaux sur le projet de loi visant à faciliter le licenciement. Cela voudra dire que les grèves et autres mesures prises par les syndicats seront dirigées contre le parlement et non plus seulement contre le gouvernement. C’est ce qu’a fait comprendre le premier ministre : « Il est de tradition de protester contre le gouvernement, mais en général on proteste moins contre le parlement », a déclaré M. Sipilä.
Le président du syndicat de l’Industrie Riku Aalto a déclaré que l’annonce du gouvernement ne changeait rien et que son syndicat allait continuer à faire pression sur le projet du gouvernement.
Le président de la confédération SAK a déclaré qu’il s’agissait de la part du gouvernement d’une manœuvre pour mettre face-à-face les syndicats et le parlement. « On veut demander aux députés un mandat pour préparer un projet de loi dont ils ne connaissent pas le détail », regrette M. Eloranta.
Helsingin Sanomat relève que le projet de loi est en effet seulement en préparation au gouvernement et ne devrait être finalisé que mi-novembre.
Le président du PSD, Antti Rinne a déclaré que son parti n’acceptait pas de réforme qui vise à détériorer la protection des travailleurs. « Nous allons essayer de peser sur les choses par le travail parlementaire. Et si le projet passe, nous le modifierons dès que possible », a-t-il dit, faisant référence aux prochaines échéances électorales.
Les syndicats ont l’intention de poursuivre leur lutte contre le projet de loi visant à faciliter le licenciement, rapporte Keskisuomalainen. Pour M. Eloranta, il n’y a pas encore formellement de projet de loi et le Parlement ne l’étudie pas en dépit du débat annoncé la semaine prochaine sur la politique de l’emploi du gouvernement. C’est pourquoi les syndicats n’ont pas modifié leurs actions et donc les manifestations prévues pour faire pression sur le gouvernement sont maintenues.
HS KDS

Commentaires
« Quand on est en difficulté, on fait diversion » HS
« Le gouvernement accélère » KS
Helsingin Sanomat estime que plutôt que de défendre son projet de loi visant à faciliter le licenciement, le gouvernement a choisir de faire diversion en demandant un vote sur sa politique de l’emploi. Plutôt que de parler des moyens choisis pour améliorer l’emploi, il souhaite un débat portant sur l’objectif d’améliorer l’emploi. En pratique, il veut un chèque en blanc pour la fin de, la législature, estime HS. M. Sipilä veut resserrer les rangs de la majorité. Et si en plus il arrive à monter que le gouvernement est déterminé, c’est encore mieux, estime HS.
Keskisuomalainen souligne que, après avoir rencontré le premier ministre, mercredi, les représentants syndicaux avaient fait comprendre qu’ils entendaient faire pression sur le gouvernement avant que le projet de loi soit déposé au Parlement. C’est pourquoi le Premier ministre a décidé hier de les prendre de court en sollicitant un vote du parlement rapidement. En pratique M. Sipilä veut donc leur couper l’herbe sous les pieds et prendre l’ascendant. Cette accélération du calendrier va renforcer les tensions entre le gouvernement et les syndicats, juge le quotidien qui relève que le gouvernement n’a pas l’intention de chercher la détente. Il semble que M. Sipilä ait donné une réponse à ceux qui se demandent si le gouvernement cherche à mettre les syndicats à genoux. Si l’on demande aux représentants syndicaux, ils jugent que la réponse est oui.
KS HS

Egalité

L’université de Tampere condamnée pour discrimination
Helsingin Sanomat rapporte que l’université de Tampere a été condamnée, par le tribunal de grande instance de Pirkanmaa, à payer des dédommagements de 60 000 euros à une candidate à un poste de professeur de neurologie qui n’a pas été nommée à ce poste même si elle était plus compétente que l’homme retenu pour le poste.
L’université, qui n’a pas su donner une raison acceptable pour la nomination d’un candidat moins compétent lors, doit également rembourser les frais du procès, plus de 51 000 euros, à l’intéressée.
HS/A8

Editorial
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne que les universités sont des institutions appréciées et les professeurs sont des experts estimés. Concernant les nominations des professeurs, les universités doivent supporter la critique, même dure, qui vient de l’extérieur.
HS/A5

Recherche

Fuite des cerveaux
Helsingin Sanomat relève qu’entre 2011 et 2016, au total 353 chercheurs finlandais ont quitté la Finlande pour travailler dans les universités ou instituts en Suède. Leur nombre a doublé par apport à la période 2005-2010.
Selon les chercheurs interviewés par le quotidien, cette fuite des cerveaux est due aux économies effectuées dans le secteur universitaire finlandais mais aussi en raison de la politique du gouvernement et des déclarations dénigrantes des politiciens finlandais.
HS note que, selon l’hebdomadaire Suomen Kuvalehti, le financement de la recherche universitaire a été diminué de 600 millions d’euros depuis 2011 et plus de 3 500 emplois ont été supprimés. En revanche, en Suède le financement de la recherche a augmenté.
Selon les statistiques de l’OCDE, la Finlande fait partie des rares pays qui subissent une fuite des cerveaux. Le déficit a été de 1 500 chercheurs en 2005-2016. La Finlande a perdu 243 chercheurs aux Etats-Unis, 190 en Suède, 162 en Grande-Bretagne et 155 en Allemagne.
HS/A6-7

Financement de la recherche
Keskisuomalainen rapporte que selon Petri Koikkalainen, président de l’association des chercheurs, la concurrence entre les chercheurs pour obtenir des financements nationaux de recherche est frustrante.
Le temps perdu à la rédaction des demandes de financement pourrait être utilisé à la recherche même.
Le budget de financement des universités est d’environ 1,3 milliard d’euros par an, dont la moitié est accordée après mise en concurrence des projets de recherche.
Selon M. Koikkalainen, la frustration des chercheurs dans ce système est une des raisons pour lesquelles les chercheurs finlandais quittent la Finlande pour aller travailler à l’étranger.
M. Koikkalainen souhaite augmenter la part du budget de recherche qui vient directement du budget de l’Etat.
KS

Ecole

Des bouleversements historiques secouent l’école finlandaise
Selon Helsingin Sanomat, le nouveau programme de l’enseignement a été adopté à l’école primaire à l’automne 2016 et au collège entre 2017 et 2019.
Le nombre d’élèves, qui n’ont pas le finnois le suédois ou le sami en tant que langue maternelle, a plus que doublé pendant les douze dernières années. Il y en a surtout à Vantaa, Helsinki et Turku. Dans les grandes villes, il y a des écoles où la moitié d’élèves sont de langue étrangère.
Le nouveau programme souligne que l’élève est un acteur actif et son rôle dans la planification et l’évaluation devrait être augmenté.
En 2005, il y avait encore 3 563 écoles primaires et collèges et en 2017 il n’y en avait plus que 2 373. La fermeture des écoles a été justifiée par la diminution du nombre d’élèves et les économies.
HS/A8

Paiement mobile

Une croissance de 150 % dans les transferts d’argent mobiles chez MobilePay
Kauppalehti rend compte des propos de la directrice générale de MobilePay Finland, Anniina Heinonen, qui relève que les transferts d’argent par son service s’élevaient déjà à 300 millions d’euros en septembre contre 100 millions d’euros en 2017. Le nombre de transferts était de 6,3 millions en janvier-septembre, contre 2,5 millions à la même époque en 2017.
KL/9

Défense

Remplacement des avions de chasse
« Tous les modèles sont sur la même ligne de départ avec leurs forces et leurs faiblesses. Les appareils représentent chacun des soucis spécifiques. J’ai essayé d’évaluer les risques que représente chaque appareil », explique le journaliste expert en matière d’aviation, Pentti Perttula, qui dans son livre « Le meilleur avion de chasse pour la Finlande », décortique l’énorme projet d’acquisition HX de la Finlande.
Interviewé par le quotidien Keskisuomalainen, Perttula affirme que les opinions trop tranchées et les arguments trop légers l’ont incité à écrire un livre sur les successeurs des F-18 de l’armée de l’air finlandaise.
Dans son livre, il rappelle notamment que la performance d’un avion en 2025 n’est pas forcément la même qu’en 2018.
« Nous ne pouvons pas nous rivaliser avec les Russes en des termes de nombre d’appareils, nous sommes donc obligés de le faire en des termes de qualité, d’autant plus que nous ne sommes pas dans l’OTAN », écrit Perttula dans son livre.
TS11.10/9, KS11.10/16-17

Editorial
« Y a-t-il suffisamment de véritables alternatives aux Hornets ? » KS
« Le Boeing F-18 Super Hornet représente une version améliorée de notre avion actuel. L’Eurofighter Typhoon est une alternative européenne ayant fait ses preuves. Le français Rafale est un avion bien rôdé sur les champs de bataille. Le suédois Saab Gripen E est la dernière version développée et toujours une ébauche qui ne sera peut-être jamais un avion des gros volumes », écrit l’éditorialiste de Keskisuomalainen.
KS11.10/4

Jeudi 11 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Environnement

La Finlande neutre en termes d’émissions ?
Pour atteindre l’objectif fixé par le GIEC d’un réchauffement limité à 1,5°c, il faudrait qu’à l’horizon 2040, les émissions de gaz à effet de serre cessent d’ici 2050, ce qui veut dire en réalité que l’on arrive à un équilibre entre les gaz émis et la quantité retenue. Pour la Finlande, ce sont les forêts qui retiennent la majeure partie des émissions car elles font office de puits carbone. Helsingin Sanomat estime qu’à l’avenir, la Finlande ne pourra d’ailleurs pas se contenter d’un objectif de neutralité carbone, c’est-à-dire d’équilibre entre les émissions et les puits carbone, mais qu’elle devra faire plus.
Actuellement, les émissions de la Finlande représentent 71,5 millions de tonnes d’équivalent CO2 alors que la capacité des puits carbone ne représente que 37,7 millions de tonnes d’équivalent C02. Le moyen le plus efficace pour arriver à l’équilibre ou le dépasser est d’augmenter le volume des forêts en diminuant les coupes.
Helsingin Sanomat dresse une liste des mesures à prendre pour diminuer les émissions :
- le recours au nucléaire et aux énergies renouvelables pour la production d’électricité ;
- l’industrie forestière qui utilise des énergies fossiles pour produire des biodiesels devrait au contraire utiliser les biodiesels qu’elle produit ;
- le recours aux véhicules électriques et au transport en commun ;
- le chauffage thermique ;
- retenir les émissions de la production industrielle ;
- cesser de sécher les marécages et utiliser les engrais pour l’agriculture ;
- ne plus utiliser le transport aérien.
Afin d’augmenter les puits carbone il faudrait à la fois diminuer les coupes de bois et iutiliser le bois pour la construction et les habits.
HS

Voitures électriques

Un groupe finlandais participe à un projet pilote du groupe énergétique Eon
Helsingin Sanomat rend compte du projet de l’allemand Eon de mettre en place des dizaines de milliers de bornes de chargement de voitures électriques partout en Europe. Le groupe technologique finlandais Virta a conclu un accord avec Eon pour fournir les systèmes pour gérer les bornes.
Selon le directeur général de Virta, Jussi Palola, la plateforme numérique dessert actuellement 3000 bornes, et ce chiffre passera à 10 000 dès que les bornes actuelles d’Eon y seront branchées. Par la suite, il s’agira de dizaines de milliers de nouvelles bornes, l’objectif d’Eon étant de mettre en place 60 000 bornes pour 2020.
HS note que les plus grands clients de Virta aujourd’hui sont en France, en Suisse et en Allemagne.
HS/A32

UE - Vente d’alcool en ligne

L’estonien Superalko envisage de mettre en place des points de distribution en Finlande
Une chaine estonienne de magasins de boissons alcoolisées suit activement l’évolution du débat en Finlande sur la vente en ligne de boissons alcoolisées.
Le directeur général dit que si la Finlande met fin aux restrictions, le groupe est prêt à y mettre en place des points de livraison de ses commandes effectuées en ligne.
Annika Saarikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, relève qu’environ dix millions d’euros de recettes fiscales sont perdus tous les ans du fait que les taxes concernant la vente en ligne ne sont pas réglées comme il faut.
HS/A32

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la vente d’alcool en ligne pourrait devenir l’exception à la règle concernant la façon dont la Finlande met consciencieusement en œuvre les décisions européennes. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a souligné que légiférer en la matière ne nécessitait pas explicitement l’autorisation de la Commission européenne.
Pour l’éditorialiste, argumenter sur les problèmes de santé engendrés par l’alcool ne tient pas du fait que les risques ne concernent pas principalement les personnes qui achètent des boissons dans les magasins européens en ligne.
Certains vendeurs en ligne ont déjà arrêté les livraisons en Finlande du fait que les formalités sont rendues trop compliquées par les autorités finlandaises.
HS/A5

Sommet arctique

Les Présidents Trump et Poutine bientôt de nouveau à Helsinki ?
Helsingin Sanomat rapporte que selon plusieurs sources interviewées par le quotidien, l’organisation d’un sommet arctique à Helsinki au printemps prochain et la participation des Présidents Trump et Poutine à ce sommet semble être plus probable qu’avant.
Selon les sources du quotidien, M. Trump devrait prendre la décision sur sa participation probablement après les élections américaines en novembre.
Selon le Président Sauli Niinistö, l’intérêt des Etats-Unis pour un sommet semble augmenter. « Les choses ont évolué vers une bonne direction, même de façon un peu surprenante », selon M. Niinistö. « Il est sûr qu’au moins une réunion des ministres des Affaires étrangères sera organisée et l’organisation d’un sommet, à un niveau quelconque, est sure, surtout depuis le dernier rapport du GIEC. »
La Finlande assumera la présidence du Conseil arctique jusqu’à mai 2019.
HS/A11

Politique intérieure

Gouvernement – Social

« Impasse entre les partenaires sociaux et le gouvernement » KS
Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré hier qu’environ la moitié des entrepreneurs avaient l’intention d’embaucher si les critères pour faciliter le licenciement étaient assouplis. M. Sipilä a discuté avec les représentants des partenaires sociaux et déclaré. Il considère que les conditions ne sont pas réunies pour des négociations. « On a essayé de les mener, mais sur la base actuelle il est impossible de discuter », dit-il.
Le gouvernement considère avoir fait d’importantes concessions en réduisant le champ d’application de la réforme aux PME de moins de 10 employés (au lieu de 20 comme prévu dans le projet initial).
Les représentants des employés considèrent que cette discussion était utile car désormais les positions divergentes des parties sont connues.
Kesksisuomalainen estime que l’on est aujourd’hui dans une impasse car les représentants des employés souhaitent uniquement un retrait du projet de réforme du gouvernement. Le gouvernement en revanche n’a pas l’intention de retirer son projet. Selon le ministre de l’Emploi Jari Lindström il faudrait un miracle pour qu’une solution soit trouvée avant la fin de la semaine.
Les ministres de l’Emploi, de l’Economie et de l’Intérieur ont organisé hier une conférence de presse pour expliquer aux journalistes le bienfondé de la réforme. Selon M. Lindström les entrepreneurs ont peur de recruter car ils craignent de faire une « erreur de casting » en embauchant, ce qui freine l’emploi.
Keskisuomalainen relève qu’il n’y a aucune garantie que la réforme améliore l’emploi car selon nombre d’économistes faciliter le licenciement n’a pas ou peu d’effet sur l’embauche.
M. Lindström a néanmoins souligné que le gouvernement croyait en un effet positif pour l’emploi de cette réforme.
Le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen estime pour sa part que les effets à long terme de la réforme seront positifs et compenseront les coûts engendrés à cause des luttes sociales qui ont lieu actuellement.
KS

Chômage

Baisse du chômage à Turku
Turun Sanomat relève que même si le nombre de chômeurs à Turku, 11 500 personnes actuellement, est en baisse à Turku, le taux de chômage reste élevé, 12,3 %.
Le nombre de chômeurs de longue durée a baissé, pendant les deux dernières années, d’environ 7 700 à 3 757 personnes.
Parmi les jeunes de moins de 25 ans, le nombre de chômeurs a baissé de 500 personnes, passant de plus de 2000 à 1550, grâce à un projet spécial.
TS/6

Mercredi 10 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

UE – Candidature d’Alexander Stubb

Selon M. Katainen, M. Stubb a des chances pour plusieurs postes hauts
Hufvudstadsbladet rend compte des propos de Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne, qui dit que la candidature de M. Stubb pour la tête de liste du PPE aux élections européennes a eu beaucoup de visibilité dans la presse européenne et à l’intérieur du PPE.
Il note qu’outre le poste de président de la Commission, il y a plusieurs autres postes importants à remplir après les élections européennes : le président du parlement européen, le haut représentant pour les affaires extérieures, le président du conseil européen et le président de l’eurogroupe ainsi que le directeur de la BCE.
HBL/7

UE - Vente en ligne de boissons alcoolisées

La Commission européenne ne restreindrait pas la vente en ligne
La Finlande a demandé l’avis de la Commission européenne concernant son projet de loi sur la vente en ligne de boissons alcoolisées. La Commission européenne ne recommande pas de restreindre la vente, mais propose, pour des raisons liées à l’inquiétude des autorités en matière de l’état de santé des Finlandais, d’organiser la distribution de ces achats en ligne à des points spécifiques autorisés.
Ismo Tuominen, conseiller au ministère des Affaires sociales et de la Santé s’étonne de l’avis et regrette le peu de moyens qu’il prévoit pour une surveillance.
La Finlande avait envisagé d’interdire la vente en ligne depuis l’étranger des boissons plus fortes que 2,8 %.
Des députés conservateurs se félicitent de l’avis de la Commission européenne.
Dans un communiqué, le ministère des Affaires sociales et de la Santé note que la Finlande est tenue de répondre aux observations de la Commission, mais que l’adoption d’un projet de loi au Parlement ne nécessite pas que la Commission l’approuve.
Annika Saarikko (Centre), ministre des Services sociaux et de la Famille, dit que la position de la Commission sera prise en compte dans la préparation de la législation.
HS/A18

Médiation pour la paix

Billet de MM. Ahtisaari et Stubb :
« La médiation pour la paix est plus importante que jamais » HS
Dans un billet publié ce jour dans Helsingin Sanomat, le fondateur du CMI Martti Ahtisaari et le président actuel du CMI relèvent que dans la situation internationale actuellement tendue, la médiation pour la paix est mise à l’épreuve. Les grandes puissances semblent renforcer leurs intérêts plutôt que de s’attaquer à la prévention des conflits et la recherche de coopération pour trouver des solutions.
Ils estiment que l’on a besoin plus que jamais des acteurs qui promeuvent la médiation pour la paix. Les citoyens ne peuvent fuir leurs responsabilités derrière les Etats ou les ONG. Ils doivent exiger une politique qui promeut la paix, concluent-ils.
HS

Sécurité

« La Russie se sent menacée, écrit l’ancien chef-adjoint du renseignement militaire » HS
« Généralement nous commettons l’erreur de penser que les Russes pensent comme nous alors qu’il faudrait trouver les éléments qui influencent leur manière de réagir et d’agir », affirme Martti J. Kari qui prépare une thèse à l’université de Jyväskylä sur les menaces venant de la Russie dans le cyber monde et sur la culture stratégique de ce pays.
L’ancien chef-adjoint du renseignement militaire estime que « nous voyons le noir et le blanc alors que les Russes distinguent 48 tons de gris ».
« Les russes se sentent menacés. Le développement de leur technologie est en retard et ils admettent que la domination technologique appartient à l’Occident. Cela les préoccupe. »
« En 2006, l’infrastructure de l’information a été déterminée en détail et le système électoral classé au sommet des structures à protéger. A ce moment-là, ils ont sans doute découvert qu’un système électoral est une parfaite cible d’attaque. Dix ans plus tard, les employés des services de renseignement militaire russe et de la sécurité interne ont piraté les réseaux d’information de la campagne électorale d’Hilary Clinton et espionné ses courriels. »
« La Russie est une forteresse entourée par l’OTAN, des hamburgers, des IPhones et des attitudes tolérantes envers les homosexuels. D’autre part, les dirigeants russes ont toujours utilisé la peur pour rester au pouvoir », explique Kari.
Quant à la question de savoir, selon les services de renseignement russes, quel type de menace pourrait viser la Russie depuis la Finlande, Kari réplique : « Les lois sur le renseignement, les élections, les acquisitions d’avions de combat. Tout cela les intéresse », conclut Kari.
HS9.10/A14

Environnement

« On attend peu du sommet de Katowice » HS
La négociatrice finlandaise pour le climat Outi Honkatukia estime que le prochain sommet pour le climat de Katowice ne sera pas encore l’occasion d’annoncer des objectifs de réductions d’émission plus ambitieux. Elle considère toutefois que l’on discutera du dernier apport du GIEC au sommet de Katowice.
HS

Forêts

Rapport de Luke
Le centre des ressources naturelles Luke a publié un rapport sur les forêts de Finlande. Il comporte une estimation de la situation et de la croissance des forêts finlandaises. Les mesures réalisées durant la période 2014-2017 font apparaître que les forêts finlandaises représentent 2,5 milliards de M3 et croissent de 100,7 millions de m3 par an. Les forêts n’ont jamais été aussi importantes et n’ont jamais cru autant.
Luke évalue à 84,3 millions de m3 par an la possibilité de coupes de bois annuelles pour la période 2015-2024.
En 2017, les coupes de bois ont représenté 72 millions de m3. Par comparaison, la plus grande usine de cellulose de Finlande située à Ääneksoksi consomme à elle seule 8 millions de m3 de bois par an.
Helsingin Sanomat relève que cette étude ne prend pas en compte la fonction des forêts comme puits carbone.
La Finlande doit préparer actuellement le plan de coupes de bois qu’elle devra présenter à l’UE.
HS

Migrations

Le gouvernement envisage de resserrer les conditions de dépôt d’une nouvelle demande d’asile
Hufvudstadsbladet rend compte du fait que le gouvernement envisage de rendre plus difficile le dépôt d’une nouvelle demande d’asile. Pour qu’une nouvelle demande soit étudiée par l’Office national de l’immigration, il faudra motiver le fait que les raisons présentées dans la demande ne figuraient pas déjà dans la première demande.
Kai Mykkänen, ministre de l’Intérieur, souhaite que des ressources soient ciblées pour l’étude des premières demandes.
Le gouvernement propose également de revoir les conditions du regroupement familial. Un demandeur d’asile qui aura déposé sa demande comme mineur, pourra faire venir ses parents même si depuis lors il aurait atteint l’âge majeur.
La semaine dernière, le gouvernement a décidé de modifier l’aide juridique aux demandeurs d’asile. Le coût forfaitaire de la prestation a été supprimé, ce qui veut dire que pour des cas compliqués, il sera possible de facturer selon le travail du conseil juridique.
HBL/5

Manifestation
Amnesty International a organisé une manifestation, hier, pour protester contre les renvois en Afghanistan de réfugiés ayant obtenu une réponse négative à leur demande d’asile.
Un appel signé par 18 000 personnes a été remis au ministre de l’Intérieur, M. Mykkänen.
HBL/5

Politique intérieure

Industrie maritime

Importantes commandes en Finlande d’un chantier naval allemand
Kauppalehti rapporte que le chantier naval MV Werften vient de faire des commandes de plus de 700 millions d’euros auprès de sous-traitants finlandais, dont Kavika, Kudos, Elolatic, Deltamarin, Foreship, Merima, Evac, etc.
La société holding Genting de Hongkong possède MV Werften et deux autres chantiers navals allemands.
Jarmo Laakso, expert dans l’industrie maritime finlandaise depuis 40 ans, a été directeur exécutif de MV Werften pendant deux ans. Actuellement il est conseiller de ce chantier naval. « Les sous-traitants finlandais s’intéressent pour augmenter leurs ventes en Allemagne », selon M. Laakso.
Le chantier naval Meyer Turku achète de la sous-traitance pour environ 150 millions d’euros par an.
Selon le quotidien, environ 80 % du prix d’un bateau de croisière va aux sous-traitants. Les plus grands acheteurs sont Meyer Turku, STX en France et désormais MV Werften.
KL/A6

Immobilier – Kaivopuisto

Le bâtiment Marmoripalatsi devrait enfin trouver un acquéreur
Le bâtiment Marmoripalatsi, situé au coin de la rue Itäinen Puistoptie et que l’Etat finlandais essaie de vendre depuis plus de cinq ans pourrait trouver preneur, rapporte Kauppalehti. Son prix avait été évalué à 15-25 millions d’euros alors.
Le bâtiment est classé. En 2012, un bâtiment situé dans la même rue avait été vendu pour 12 millions d’euros.
Pour toute vente supérieure à 10 millions d’euros, il faut une décision du parlement.
KL

France

Environnement

La tour de la biodiversité à Paris
Alors que l’on parle aujourd’hui beaucoup du climat, Kauppalehti présenté la tour de la biodiversité M6B2 à Paris. Il s’agit d’une tour de 50 mètres végétalisée située dans le 13ème arrondissement à Paris.
KL

Politique

Manuel Valls bientôt maire de Barcelone ?
La correspondante à paris du Hyufvudstadsbladet présente la campagne menée par l’ancien Premier ministre français Manuel Valls pour devenir maire de Barcelone.
Hbl

Mardi 9 octobre 2018
Politique étrangère et européenne

Rapport du GIEC

« C’est le dernier moment pour agir » HS
« Que vont faire les dirigeants ? » HS
Après la publication du rapport du GIEC, le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré qu’il avait l’intention d’inviter tous les représentants des partis représentés au Parlement pour une table ronde sur la politique climatique.
Helsingin Sanomat relève que le président du panel climatique finlandais, le professeur Markku Ollikainen a déclaré que l’augmentation des coupes de forêts prévue par la Finlande n’était pas une bonne chose car les forêts servent de puits carbone. Le quotidien souligne que le gouvernement actuel mené par les centristes souhaite au contraire augmenter les coupes de bois dans les forêts.
De même le gouvernement souhaite arrêter le recours au charbon d’ici 2029 mais envisage de continuer à utiliser la tourbe. La consommation de tourbe a même augmenté de 47% cette année, relève HS.
Les émissions de CO2 dues au transport n’ont pas diminué en Finlande depuis trente ans. Les chercheurs remettent en question la politique finlandaise consistant à privilégier les biocarburants par rapport à la promotion des véhicules électriques.
Interrogés par le quotidien, les présidents des principaux partis politiques sont en revanche favorables à l’énergie nucléaire comme énergie de transition né&cessaire pour diminuer les émissions.

Point de vue
« Il faut arrêter les fausses excuses » HS
Minttu Mikkonen écrit que la Finlande est un petit Etat qui dispose toutefois d’un trésor qui pourrait permettre de limiter le réchauffement à 1,5°c : les forêts qui emprisonnent les gaz/ « Les dirigeants politiques finlandais doivent donc s’assurer que nous aurons plus et non moins de puits carbone à l’avenir. Cela signifie qu’il faut diminuer les coupes de bois ».
HS

Editoriaux
« Les mesures pour le climat doivent être porteuses d’espoir » HS
Helsingin Sanomat considère que la Finlande doit accélérer l’abandon du charbon et de la tourbe dans la production d’énergie. Il faut aussi diminuer les émissions du secteur du transport. Enfin, il faut un débat constructif sur la manière durable d’utiliser les forêts qui constituent, avec les océans un important puits carbone. L’éditorialiste espère que les partis politiques prendront au sérieux le climat durant la prochaine campagne pour les législatives. Il estime aussi que la Finlande, qui occupera la présidence de l’UE en 2019, mettra ce sujet à l’agenda de sa présidence afin que l’UE s’engage à des objectifs de réduction des émissions encore plus ambitieux.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rappelle qu’il faut augmenter la prise de conscience des gens ordinaires sur ces questions. Il faut également aider les gens à prendre des décisions intelligentes au niveau de ceux qui ont des responsabilités climatiques, ce qui relève des dirigeants politiques. Il faut que les électeurs de leur côté fassent pression sur eux. Il nous faut comprendre qu’on peut faire quelque chose et il nous faut comprendre ce que nous pouvons faire. L’éditorialiste rappelle qu’il est essentiel de revoir le niveau de la consommation, car les solutions technologiques ne suffisent pas à elles seules.
Elle rappelle aussi l’importance des forêts dans la lutte contre le réchauffement. Elle conclut en disant qu’heureusement que les moyens de lutter contre le changement climatique servent aussi à lutter contre la pauvreté et les inégalités.
HS HBL/4

Défense

Visite d’évaluation en Russie
La défense nationale effectue, du 9 au 11 octobre une visite d’évaluation en Russie qui a pour but d’augmenter la confiance et la sécurité. Cette visite surprise est basée sur des accords signés entre la Finlande et la Russie conformes au document de Vienne.
La visite d’évaluation se fait dans la 61ème brigade des fusiliers marins située à Sputnik au nord-ouest de la presqu’île de Kola.
Présidée par le colonel Pekka Turunen de l’Etat-major des Forces de Défense, la délégation de trois personnes a pour tâche de vérifier que les informations transmises par les Russes à l’OSCE sont véridiques.
Situé à 80 km de la frontière finlandaise, le village militaire de Sputnik abrite une brigade d’environ 2 700 fusiliers marins. Il s’agit d’une troupe d’élites des forces armées russes qui possède une récente expérience des combats menés notamment en Tchétchénie.
Des troupes de la brigade ont également été repérées lors de la guerre en Ukraine en 2014 et dans la région de Louhansk. Selon des bruits qui courent, des soldats de la 61ème brigade de fusiliers marins auraient participé à la guerre en Syrie dans les combats à Palmyre.
La Finlande s’est engagée à recevoir trois visites d’évaluation par an. De plus, la Finlande s’est mise d’accord sur une visite supplémentaire avec la Russie. Conformément au principe de la réciprocité, la Finlande a les mêmes droits.
HS9.10/A14

Politique intérieure

Gouvernement

Editorial : « Le litige avec le mouvement syndical se reflétera sur le résultat des élections » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat fait état des mesures durcies du mouvement syndical et note que dans les ports et les soins, l’interdiction d’heures supplémentaires commencera à se sentir. Il n’est pas étonnant que le patronat EK s’efforce d’influencer dans le sens de trouver une solution qui puisse mettre fin au litige.
L’éditorialiste estime que la politique du gouvernement dirigé par un Premier ministre centriste aura un effet sur le résultat des élections législatives de 2019.
HS/A5

Sécurité

Communauté juive de Helsinki
Hufvudstadsbladet rend compte du fait qu’en raison des menaces contre les communautés juives dans d’autres pays nordiques, la communauté juive de Helsinki souhaite renforcer ses mesures de sécurité.
Le budget en la matière s’élève à 200 000 euros cette année contre 80 000 euros il y a dix ans. Le renforcement nécessitera des dons privés s’élevant à 90 000 euros.
HBL/9

Lundi 8 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Russie

Editorial
« Poutine utilise le GRU comme outil de déstabilisation » HS
Helsingin Sanomat revient sur les déclarations récentes des Pays-Bas, Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande qui ont fait état de tentatives d’espionnage et d’attaques électroniques contre des organisations qui se sont intéressées à la Russie. « Le personnage principal derrière tout cela est le Président Vladimir Poutine », écrit HS.
« Le GRU qui est protégé par le Président semble lui servir d’outil pour exprimer la capacité de la Russie à déstabiliser l’occident. Le but est le même que par les opérations militaires en Ukraine et en Syrie, mais avec des moyens et des cibles plus vastes », conclut HS.
HS

Défense

La Finlande s’entraine en Norvège avec les pays de l’OTAN
Vers la fin du mois, les troupes de la défense nationale finlandaise participeront à des exercices militaires de grande envergure commandés par l’OTAN qui auront lieu du 25 octobre au 23 novembre en Norvège. Le trident Juncture 2018 regroupera environ 45 000 soldats et civils.
Organisé tous les trois ans, Trident Juncture a eu lieu dans le sud de l’Europe en 2015.
La Finlande participe aux exercices avec 600 soldats de l’armée de terre, de la marine et de l’armée de l’air.
L’exercice Trident Juncture se déroulera y compris dans l’espace aérien finlandais. La Finlande envoie sur place une dizaine de chasseurs F-18 qui opèreront depuis Rovaniemi et la Norvège. Ils seront rejoints par des F-15 et F-16 américains et belges.
L’exercice Trident testera une défense collective conforme à l’article 5 de l’OTAN. Concrètement cela signifie que la Norvège s’entraine à recevoir une aide militaire des autres pays de l’OTAN.
Le lieutenant-colonel Eero Svanberg de la défense nationale finlandaise précise que la Finlande et la Suède participent à l’exercice en qualité de pays partenaires de l’OTAN. « En opérant dans ces exercices, nous apprenons comment l’OTAN se comporte en cas de crise. Inversement, l’OTAN réalise comment elle doit se comporter avec deux pays militairement non alignés. »
Parallèlement a lieu en mer Baltique un autre exercice international, le Nothern Coasts, dont le commandement est à la charge de la Finlande qui y participe avec 1 800 soldats sur une totalité de 4 000.
Outre la Finlande, 13 pays participent à l’exercice. Le scénario de Nothern Coasts prévoit une opération de gestion de crise en mer contre un adversaire chevronné.
Outre ces deux exercices dans le nord de l’Europe, la Finlande envoie, pour la première fois, des F-18 en Alaska à l’occasion des manœuvres Red Flag qui ont lieu du 4 au 19 octobre. Il s’agit d’un des exercices militaires les plus exigeants au monde.
HS6.10/A8

Billet : « La Finlande ne peut pas se dérober de ses responsabilités au sujet des ventes d’armes » HS
« La pire crise humanitaire du monde se passe actuellement au Yémen. Débuté en 2015, le conflit a provoqué une famine qui menace plus de cinq millions d’enfants. La Finlande a sa part de responsabilité dans la situation du Yémen. Des véhicules blindés, vendus par Patria aux Emirats-arabes participent à la guerre au Yémen. Les véhicules ont été livrés sans armement mais des tourelles ont été montées sur certains engins aux Emirats-arabes », écrivent Tapio Laakso de Save the Children et Timo Mielonen, président de l’ONG pacifiste Sadankomitea (Comité des Cent).
« La responsabilité première en matière d’application des accords de Genève incombe bien sûr aux parties en guerre. Néanmoins, ce n’est pas une raison pour la Finlande pour se dérober de sa propre responsabilité de pays qui vend du matériel militaire à un pays en guerre », écrivent Laakso et Mielonen.
« Cela étant, tous les ministres et les fonctionnaires ayant accordé le permis à l’exportation des véhicules à Patria, savaient pertinemment que les engins pouvaient, par la suite, être équipés d’armes. »
HS8.10/A5

Politique intérieure

Emploi - Social

Projet de loi concernant le licenciement
Propos de chercheurs
Keskisuomalainen rend compte de propos d’Ilkka Ruostetsaari, professeur à l’Université de Tampere, qui estime que, comme les deux parties qui s’opposent actuellement, le gouvernement et le mouvement syndical, risquent de la perdre face, il n’est pas probable que l’une des deux abandonne la lutte. Le gouvernement tend l’oreille au patronat et aux entreprises, ce qui correspond, selon le professeur, à sa politique menée durant la législature.
Emilia Palonen de l’Université de Helsinki n’exclut pas qu’il s’agisse d’une provocation volontaire de la part du gouvernement pour créer des antagonismes. Elle souhaite que la politique de l’opposition ne se concentre pas que sur la défense du mouvement syndical, et que d’autres thèmes comme les coupes des crédits de l’éducation et les questions environnementales soient évoquées. Mme Palonen estime que le patronat EK, qui a évoqué la restriction des grèves à motifs politiques, souhaite aggraver les antagonismes et créer l’impression que la Finlande ait une particularité internationale du fait que les grèves à motifs politiques sont restreintes dans certains pays nordiques et en Allemagne. Mme Palonen estime que de tels propos remettent en question la légitimité de l’action des syndicats.
KS/dim

Des syndicalistes évoquent une grève générale
La confédération des ouvriers SAK s’est réunie ce week-end. Alors que des syndicalistes sont fermes concernant la demande que le gouvernement retire son projet concernant le licenciement et évoquent l’éventualité d’une grève générale, le président de la SAK, Jarkko Eloranta, ne souhaite pas menacer d’une grève générale et ne pense pas que l’on en arrivera là.
Il dit que l’ouvrier finlandais a mérité sa protection [en matière de conditions de travail] et rappelle qu’il ne s’agit pas de demander plus mais de demander à ce qu’on ne perde pas plus.
KS/sam/23

« Le Rassemblement national cèdera avant une grève générale »
Aamulehti rend compte des propos d’un journaliste spécialisé sur les questions du marché du travail, Risto Korhonen, qui s’étonne du fait qu’à six mois des élections, le gouvernement promeuve une législation pour faciliter le licenciement.
Il ne croit pas à une grève générale du fait que, pour lui, le gouvernement ne souhaitera pas mener jusqu’au bout son projet. Le Rassemblement national cédera avant d’en arriver à une grève générale.
Selon M. Korhonen, la montée du PSD dans les sondages est liée au projet présent ainsi qu’au modèle d’activation des chômeurs.
AL/dim/A14

Les mouvements sociaux continueront cette semaine
Outre les mouvements déjà en cours, la confédération du secteur industriel a annoncé, vendredi, qu’elle envisageait de mettre en place des mesures de pression plus dures.
Des grèves d’heures supplémentaires sont en cours dans différents secteurs pour continuer jusqu’au 23 ou 28 octobre voire à durée indéterminée.
Les mesures dans le secteur des transports auront le plus d’effet sur le quotidien des Finlandais et pourraient gêner le transport aérien et les ferries.
HS/lun/A8

M. Kaikkonen propose une réunion nationale
Accueil favorable pour cette initiative
Antti Kaikkonen, président du groupe parlementaire du Centre a proposé, dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, la mise en place d’une réunion de travail nationale entre les dirigeants politiques et les chefs des organisations du marché de travail afin de trouver des moyens d’améliorer l’emploi dans les années 2020.
HS rend compte de l’accueil plutôt favorable à cette proposition.
Les présidents des confédérations de salariés soutiennent l’idée. M. Eloranta de la SAK estime que le moment propice pour de tels entretiens sera une fois que la situation actuelle se sera calmée.
M. Häkämies du patronat EK estime que « ça sonne Tupo [négociations salariales tripartites auxquelles EK ne participe plus] », mais dit qu’il viendra s’il est invité.
Les présidents des partis y sont favorables, même si la vice-présidente des Verts, Maria Ohisalo, estime que le Centre aurait pu proposer de tels entretiens déjà plus tôt.
HS/dim/A10

Parlement

Promulgation de la réforme constitutionnelle
Le Président de la république Sauli Niinistö a promulgué vendredi la réforme constitutionnelle qui limite la confidentialité des correspondances pour des raisons de sécurité nationale.
Il a toutefois reproché au Parlement de n’avoir pas suivi à la lettre la procédure constitutionnelle qui impose un vote au 5/6ème pour adopter la procédure accélérée puis un vote à la majorité des deux tiers pour approuver le texte. Le Parlement n’a en effet voté qu’une seule fois à la majorité des 5/6ème pour approuver la procédure accélérée et le texte modifiant la constitution.
HS

Réforme des services sociaux et de la santé
« Un bras de fer qui provoque des tensions dans la commission » HS
« Des projets de loi important en attente » HS
La presse rapporte que la Commission des affaires sociales et de la santé est toujours l’objet de tensions internes importantes en raison de l’étude du projet de réforme des services sociaux et de santé. IL n’y a toujours pas de nouvelle information sur le calendrier de l’étude de cette réforme qui a pris du retard.
Helsingin Sanomat relève que la commission étudiant uniquement cette réforme, de nombreux projets de lois sont actuellement en attente : six projets de lois attendent d’être étudiés par la commission. De plus la Commission doit donner des avis concernant 24 autres projets de loi. Par ailleurs, de nouveaux projets de » loi sur lesquels la commission devra donner un avis seront remis au Parlement d’ici la fin de l’année.
HS

Gouvernement

Congé maladie de M. Soini
Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, publié samedi, le ministre des Affaires étrangères Timo Soini est en congé maladie en raison d’une infection et d’une forte fièvre qui ont nécessité une hospitalisation.
Sa visite en Islande, prévue pour les 7 et 8 octobre, a été annulée.
formin.fi, KS/dim/10

Interview de M. Soini
Aamulehti et Turun Sanomat publient une interview de M. Soini (56 ans) qui dit qu’il prendra sa décision sur son éventuelle candidature aux élections législatives pendant les congés de fin d’année et l’annoncera au début de l’année.
« Si je suis candidat, je serai élu dans les rangs des Bleus », selon M. Soini, confiant.
Concernant le scandale sur ses propos contre l’avortement, la journaliste lui demande s’il a encore l’intention de participer à des défilés ou autres manifestations contre l’avortement à l’étranger. M. Soini répond : « Je ne spécule rien concernant mon comportement. »
M. Soini ne s’inquiète pas de la faible popularité de son parti. « Beaucoup de choses peuvent changer avant les élections », dit-il.
Une coopération avec les Vrais Finlandais, son ancien parti, est exclue. « Ce parti est mort pour moi », affirme-t-il.
AL/sam/A24, TS

Elections

Influence hybride
Keskisuomalainen rapporte que les partis politiques et les candidats auront, avant les élections au printemps prochain, des conseils afin d’empêcher l’influence hybride durant ces élections.
Selon Arto Jääskeläinen, directeur chargé des élections au ministère de la Justice, le ministère a suivi les expériences des autres pays.
Selon le professeur Jarno Limnell, expert en cyber sécurité, l’objectif de l’influence hybride, par exemple en ligne et dans les réseaux sociaux, est de déstabiliser la paix sociale. Il estime que la Russie pourrait être un acteur intéressé par les élections finlandaises.
KS/lun/11

France – Finlande

Théâtre

Yasmine Reza
Hufvudstadsbladet rend compte de la mise en scène, à Helsinki, de la pièce Art de Yasmine Reza.
HBL/sam/27

France

Exposition

Musée du Luxembourg
Hufvudstadsbladet rend compte de l’exposition Mucha au Musée du Luxembourg.
HBL/sam/27

Salon de l’Auto

« Les véhicules hybrides et électriques en vue au salon de Paris » AL
« Electricité, espionnage industriel et voiture du futur » HS
« Les véhicules hybrides sont de plus en plus nombreux » KL
La presse finlandaise a publié de nombreux reportages sur le salon de l’automobile de Paris.
HS KL Hbl AL

Pêche

Guerre des coquillages
Patrick Le Louarn présente le conflit qui a ooposé les pêcheurs français et britanniques.
AL TS

Vendredi 5 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

France – Finlande - Défense

Signature d’une lettre d’intention pour une coopération de défense bilatérale
Keskisuomalainen rapporte que les ministres de la défense de la Finlande et de la France ont signé hier à Bruxelles une lettre d’intention sur la coopération bilatérale de défense. Cet accord permettra de développer la coopération bilatérale, s’est réjouit le ministre finlandais Jussi Niinistö.
Il souligne que la Finlande a signé de nombreux accords bilatéraux des derniers temps. L’un des plus récents est celui fait avec la Norvège la semaine dernière.
« Nous avons saisi ces opportunités. La Finlande est considéré comme un partenaire intéressant », déclare-t-il.
M. Niinistö souligne que l’accord conclu avec la France est particulièrement significatif parce que c’est le pays leader dans la coopération européenne de défense. « Il est bon d’être dans le même train que l’armée qui est probablement celle qui dispose des meilleurs capacités en Europe », se réjouit Jussi Niinistö.
KS

Ouverture à la concurrence des trains régionaux

Un groupe de Hong Kong participe à l’appel d’offres
Helsingin Sanomat rend compte de la visite en Finlande du représentant des fonctions européennes d’un groupe de Hong Kong, MTR, qui est une des sept entreprises à participer à l’appel d’offres concernant l’organisation des transports en train régionaux de la région de la capitale.
Une décision concernant l’appel d’offres devra être prise en 2020.
Ce groupe serait également intéressé par le projet de train rapide entre Helsinki et Turku.
HS/A17

Politique intérieure

Gouvernement

Editorial : « Le Centre est au gouvernement seulement s’il occupe le poste de Premier ministre »
Dans un éditorial, Suomenmaa, organe du Centre, analyse les coalitions gouvernementales en Finlande depuis l’indépendance en 1917.
Jusqu’en 1937, la Finlande a été gouvernée quasi exclusivement par des coalitions du Centre et des partis de droite. En 1937, le Centre et le PSD ont formé leur premier gouvernement « rouge-terre » et ces deux partis ont ensuite formé la plupart des gouvernements pendant 50 ans.
En 1987, le président Mauno Koivisto a nommé le premier gouvernement « bleu-rouge » d’Harri Holkeri (Rassemblement national), soit une coalition du Rassemblement national et du PSD.
Si le gouvernement Sipilä reste au pouvoir jusqu’aux élections législatives d’avril prochain, le Rassemblement national aura été au gouvernement pendant 28 ans, dont huit ans comme parti du Premier ministre.
Sur la même période, le PSD a été au gouvernement pendant 20 ans dont huit en occupant le poste de Premier ministre.
Le Centre aura passé 16 ans au gouvernement et toujours en occupant le poste de Premier ministre.
Le sort du Centre a donc été soit d’arriver premier aux élections et d’obtenir le poste de Premier ministre, soit d’être relégué dans l’opposition, conclut l’éditorialiste.
SM/4

Changement de l’heure

THL favorable à l’heure d’hiver
Helsingin Sanomat relève que l’agence nationale de la santé et du bien-être THL propose que la Finlande, pour des raisons de santé, adopte l’année prochaine définitivement l’heure d’hiver, soit le temps normal du fuseau horaire de la Finlande.
Le sondage organisé par le ministère des Transports et de la Communication à ce sujet sur le site otakantaa.fi (« exprimez-vous ») est encore ouvert jusqu’à vendredi prochain.
HS/A8

Réforme des services sociaux et de santé

M. Puska a décidé de céder devant la pression
Helsingin Sanomat rapporte que le député centriste Pekka Puska, membre de la commission des affaires sociales et de la santé du Parlement, a annoncé jeudi qu’il voterait en faveur de la réforme Sote.
Il aurait voulu inclure l’hôpital de Vaasa parmi les hôpitaux qui assurent une large gamme de soins d’urgence. Les députés du Rassemblement national et du Centre ont ensuite fait beaucoup de pression sur lui, exigeant qu’il abandonne sa proposition en faveur de l’hôpital de Vaasa.
HS/A8

Projet de loi concernant le licenciement

Le Premier ministre affirme n’avoir trahi aucune promesse
Le Premier ministre Juha Sipilä insiste sur le fait que des réformes ont bien été préparées en coopération avec les partenaires sociaux. Selon lui, la question du licenciement a été évoqué lors d’entretiens tripartites à trois reprises mais, comme il n’y a pas eu d’accord en la matière, il a fallu que le gouvernement avance. Il insiste sur le fait que le gouvernement ne pourra jamais accorder de droit de veto à une des parties du dialogue social.
Il rappelle également la responsabilité des pouvoirs publics de s’occuper de l’emploi.
KL/9

Les grèves s’étendent
La grève des heures supplémentaire s’étendra au secteur de transports à partir de la semaine prochaine si le gouvernement ne retire pas son projet sur le licenciement. Les ports et l’aviation seraient concernés et les exportations ainsi touchées.
Le syndicat du secteur des transports donne au gouvernement jusqu’à lundi minuit pour revenir sur son projet.
Les dockers font traditionnellement beaucoup d’heures supplémentaires et beaucoup du travail de maintien des avions se fait également en heures supplémentaires.
HS/A15

Médias

La plupart des Finlandais ont confiance dans les médias traditionnels
Helsingin Sanomat rend compte d’une étude selon laquelle la plupart des Finlandais sont influencés par l’image que donnent les médias traditionnels (Yle, Helsingin Sanomat, journaux de province et locaux, entre autres) sur les crimes violents.
Or, un tiers des personnes interrogées estiment que les médias protègent certains groupes, l’élite et les immigrés notamment, dans la couverture médiatique de ce type de crimes et 20 % des Finlandais estiment que les médias traditionnels minimisent le nombre des crimes violents.
En même temps, 7 % des Finlandais estiment que les « médias alternatifs » (MV-lehti, Hommaforum, etc.) donnent une idée réaliste de la criminalité violente.
Le moins les personnes interrogées disposaient de formation, les plus elles étaient critiques à l’égard des médias traditionnels.
Dans toutes les catégories, la majorité des personnes avaient toutefois confiance dans les médias traditionnels et se méfiaient de la crédibilité des informations diffusées sur les réseaux sociaux et dans les sources d’information alternatives.
L’étude montre plus généralement que les Finlandais ont une impression erronée sur la violence. 70 % pensent que les actes violents ont augmenté alors que dans la réalité, le nombre des homicides a diminué dans les années 2000 et le risque d’autres actes violents est resté le même.
Ceux qui suivaient les sources alternatives pensaient le plus souvent que la violence avait augmenté.
HS/A11

Jeudi 4 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

M. Stubb a annoncé sa candidature
« M. Stubb promeut ses valeurs » HS
Helsingin Sanomat écrit que « M. Stubb va obliger son groupe politique à un choix de valeur qui intéresse l’Europe entière ». L’éditorialiste estime qu’il est probable qu’en choisissant leur candidat pour mener la campagne européenne, le PPE va choisir aussi le prochain Président de la Commission. Il devrait y avoir deux candidats, M. Weber et M. Stubb. En insistant que la promotion de la transparence, de la tolérance et des droits de l’homme, M. Stubb souligne que M. Weber représente des valeurs conservatrices. Il a d’ailleurs été prudent pour commenter les régimes hongrois et polonais. La victoire de M. Weber serait celle des valeurs conservatrices contre les valeurs que l’UE doit promouvoir, écrit l’éditorialiste qui estime que, quel que soit le résultat, la candidature de M. Stubb est une bonne chose car elle oblige le PPE à une discussion sur les valeurs et à se ressaisir. Et M. Stubb n’a rien à perdre. Et s’il fait un bon score, il pourra s’en servir de capital pour briguer un poste important.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet note qu’Alexander Stubb vise un poste international qu’aucun Finlandais n’a jamais atteint avant lui. Pour l’éditorialiste, M. Stubb est un communicant doué et moderne dont l’UE pourrait certainement bénéficier d’autant plus que l’Union est remise en cause et défiée de tous les côtés, de l’extérieur comme de l’intérieur. Même si l’allemand Manfred Weber ne dispose pas d’une expérience politique aussi vaste que M. Stubb, ce dernier se retrouve toutefois dans la position de challenger. S’il n’était pas désigné président de la Commission européenne, il pourrait viser un poste de commissaire. A l’heure actuelle cela nécessiterait toutefois qu’au niveau national, le Rassemblement national devienne le plus grand parti aux législatives. L’éditorialiste estime qu’il serait temps que la Finlande renonce à cette pratique qui relève de la politique de rapports de pouvoirs sachant qu’un commissaire ne promeut pas les intérêts de son pays et encore moins ceux de son parti.
HBL/6

UE – Fiscalité du numérique

Bras de fer sur la taxe sur le numérique
Kauppalehti rapporte que, sous la présidence autrichienne, la pression pour adopter une taxe sur le numérique augmente quand bien même la Finlande, la Suède et le Danemark tentent de se liguer pour s’y opposer.
Une décision sera recherchée au prochain Ecofin de novembre.
« Il y aura un bras de fer politique sur la taxe sur le numérique », estime Maria Volanen, experte sur le sujet pour l’industrie technologique finlandaise.
Kauppalehti rappelle que le ministre des Finances finlandais Petteri Orpo a déclaré que cette taxe serait mauvaise pour la Finlande.
KL

Visite de Mme Mogherini
La vice-présidente de la Commission et Haute représentante de l’UE Federica Mogherini sera à Tampere le 21 octobre pour une conférence à l’université qui l’a faite doctor honoris causa en août.
AL

Politique intérieure

Partis politiques

« La popularité du PSD a augmenté considérablement » Yle
« M. Rinne se prépare au poste de Premier ministre » Yle
Yle relève que, selon un sondage d’opinion sur les intentions de vote des partis politiques, effectué pour son compte, le Parti social-démocrate obtient 22,3 %, soit 2,3 points de plus qu’au sondage précédent en septembre.
Le PSD est suivi du Rassemblement national qui a 18,9 % (-0,1 point) et du Centre qui a un score de 17,6 % (-0,2 point).
Les Verts, qui perdent un point, sont à 11,6 %, suivis de l’Alliance des gauches, qui gagne 0,7 point et est à 9,8 %. Les Vrais Finlandais arrivent sixième avec un score de 9,3 % (-0,1 point).
Les Chrétiens-démocrates gagnent 0,6 point et arrivent septième avant le Parti suédois qui obtient 3,7 % (- 0,6 point).
Les Bleus, qui perdent 0,5 point, n’obtiennent que 1,1 %. Le groupe « autres », soit les partis qui ne sont pas représentés au Parlement, obtiennent 1,3 % (-1,1 point), soit plus que les Bleus.
Selon Tuomo Turja, directeur de recherche de l’institut Taloustutkimus, qui a effectué le sondage, les intentions de vote en faveur des sociaux-démocrates et aussi de l’Alliance des gauches ont augmenté principalement en raison du projet de loi concernant les licenciements dans les petites entreprises, proposé par le gouvernement.
Le journaliste Jari Korkki note aussi que le PSD n’a pas été pénalisé par ses attaques contre les propos de M. Soini sur l’avortement.
Selon M. Turja, le PSD a gagné des électeurs surtout parmi les femmes et les ouvriers. Tous les autres partis en ont souffert, les Vrais Finlandais plus que les autres.
La baisse des intentions de vote en faveur des Verts continue, pour une grande partie en raison du congé maladie du président du parti Touko Aalto. L’Alliance des gauches a gagné des électeurs aux dépens des Verts.
Quant à l’Avenir bleu, il n’a pas bénéficié, bien au contraire, de l’affaire des propos de M. Soini sur l’avortement.
Le sondage a été effectué auprès de 2 415 personnes entre le 10 septembre et le 2 octobre.
Yle

Projet de loi concernant le licenciement

Le Premier ministre aurait-il trahi sa promesse faite au mouvement syndical ?
Plusieurs dirigeants de la confédération des ouvriers, SAK, ainsi que le vice-président de la confédération de l’industrie technologique et la présidente de Pam, syndicat du secteur de services, ont ces derniers jours déclaré que le Premier ministre aurait promis, lors des négociations sur le pacte de compétitivité, en 2016, que le gouvernement n’envisagerait pas unilatéralement de nouvelles détériorations des conditions de travail, et que les réformes concernant le marché de travail seraient négociés au niveau de la coopération tripartite entre le gouvernement, le patronat et les salariés.
Or, le gouvernement a depuis fait adopter le modèle d’activation des chômeurs et promeut maintenant une législation permettant un licenciement plus facile.
Helsingin Sanomat a étudié un grand nombre de notes pris lors des rencontres entre le Premier ministre et les représentants syndicaux, sans pour autant y trouver de mention explicite sur de telles promesses.
Actuellement en déplacement à l’étranger, M. Sipilä n’a pas été joignable pour un commentaire pour le quotidien.
M. Sipilä a invité la direction du syndicat Pam pour des entretiens à sa résidence Kesäranta, en octobre, pour calmer la situation.
HS rappelle que le gouvernement Sipilä promeut depuis 2015, des réformes sur lesquelles le mouvement syndical n’est pas d’accord. Aujourd’hui, les relations entre les deux parties se ont encore empiré. Pourtant, les dirigeants syndicalistes croyaient encore en 2016 que l’esprit des propos de M. Sipilä aurait allé dans le sens de respecter la prise de décisions traditionnelle, tripartite.
HS/A10-11

Loi sur le renseignement

La modification de la constitution adoptée
Le parlement a voté, 178 voix contre 13, en faveur de la procédure d’urgence qui permettra de modifier la constitution. Ainsi, la loi sur le renseignement pourra être adoptée selon la procédure normale des lois ordinaires avant la fin de la législature actuelle.
La modification de la constitution consiste à permettre de limiter la confidentialité des correspondances dès lors qu’il s’agit d’une information en provenance d’une activité militaire ou toute autre activité menaçant la sécurité nationale.
Seule l’Alliance des gauches et la députée du parti suédois, Eva Biaudet ont voté contre.
Le ministre de la Justice, Antti Häkkänen, a précisé que la modification de la constitution ainsi obtenue ne signifie pas pour autant qu’il sera facile de changer la constitution dans l’avenir.
Cette modification de la constitution sera bientôt approuvée par le président. Selon M. Häkkänen c’est une question de jours, voire d’une semaine ou deux.
Selon les estimations, les lois sur le renseignement pourraient être traitées avant Noël et, de toute manière, adoptées avant les prochaines élections législatives d’avril 2019.
HS4.10/A8, KS4.10/13, AL4.10/A14

Menaces hybrides

Séminaire au parlement sur les dangers des menaces hybrides
« Les pratiques d’influence de type hybride d’aujourd’hui peuvent s’avérer diaboliques. Elles sont vicieuses car même découvertes, leurs motifs peuvent rester obscurs », estime le président de la commission parlementaire des lois, Kari Tolvanen (Kokoomus).
M. Tolvanen, qui a travaillé dans la police criminelle de 2001 à 2011, s’est exprimé au séminaire du parlement sur les nouvelles cybers-menaces en prenant, entre autres, l’exemple d’un réfrigérateur qui pourra nous espionner dans un avenir proche. Il a évoqué l’attaque informatique contre le ministère des Affaires étrangères en 2013. Les autorités finlandaises n’ont pas officiellement révélé l’auteur de l’attaque mais Yle a rapporté par la suite que des cybers espions russes en étaient à l’origine.
Il a également pris l’exemple de l’arrivée massive des demandeurs d’asile dans le nord de la Finlande par la frontière russe en hiver 2016. Le motif de l’opération n’est toujours pas clair. Il estime que les Finlandais sont honnêtes mais naïfs.
M. Tolvanen pose également la question de savoir pourquoi la police finlandaise a entrepris une perquisition aussi massive, et peu commune, contre la société Airiston helmi dans l’archipel de Turku il y a une dizaine de jours.
Il rappelle que plusieurs pays ont été récemment manipulés durant des campagnes électorales : les Etats-Unis, la France, l’Allemagne et la Suède. « Il n’y a pas de raison pour que la Finlande soit épargnée », a-t-il conclu.
HBL4.10/5

Energie nucléaire

Nouvelles critiques concernant la sécurité du projet de Fennovoima
Hufvudstadsbladet rend compte de nouvelles critiques concernant la sécurité du projet de construction d’un réacteur nucléaire de Fennovoima, dans le rapport de Stuk.
Le Centre de radioprotection et de sûreté nucléaire (Stuk) fait état de carences au niveau de l’engagement du personnel en position-clé dans ces questions.
Toni Hemminki, directeur général de Fennovoima, note que le groupe investit actuellement dans la planification du développement de la culture de sécurité.
HBL/6

Mercredi 3 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

M. Stubb a annoncé sa candidature
« Selon M. Stubb, l’Europe libérale est menacée » HS
« M. Stubb se veut un leader des valeurs pour l’Europe » KS
Le vice-président de la BEI Alexander Stubb a annoncé hier à Strasbourg sa candidature à la tête de liste du PPE pour les élections européennes, ce qui en fait le candidat à la présidence de la Commission européenne si le PPE remporte ces élections. Le PPE doit choisir sa tête de liste lors de son congrès à Helsinki en novembre.
Jusqu’à présent seul le président du groupe parlementaire du PPE au parlement européen, l’Allemand Manfred Weber avait annoncé sa candidature.
STT relève que M. Stubb veut faire de cette campagne la lutte entre un conservateur allemand et un libéral finlandais.
C’est pourquoi M. Stubb a mis l’accès sur les valeurs de la démocratie libérale. Selon STT lors de la réunion du congrès du PPE à Helsinki en novembre, environ 15% des délégués seront des Allemands. Si ces derniers devraient voter pour M. Weber, on ne sait pas ce que feront les autres. Or, on attend aussi d’importantes délégations d’autres pays, comme la Pologne, la France, l’Italie et l’Espagne. Aamulehti relève que 758 délégués ont le droit de voite à cette élection. Au total, on attend environ 2000 personnes au congrès du PPE.
M. Stubb présentera son programme de candidat le 17 octobre à Bruxelles, soit trois semaines avant le congrès.
Le Président du Kokoomus Petteri Orpo estime que M. Stubb a de réelles chances de l’emporter. « Il n’est pas automatique que tous les délégués veulent un Allemand », a-t-il dit.
STT estime que M. Stubb pourrait au moins compter sur les voix des pays proches. Il a d’ailleurs intérêt à se présenter comme un outsider venant d’un petit pays. Cela pourrait plaire à ceux qui trouvent que les Allemands ont trop de pouvoirs. Il peut aussi profiter du fait que la présidence de la Commission n’a jamais été occupée par un représentant des pays nordiques ou baltes.
Selon l’actuel commissaire européen Jyrki Katainen, « M. Weber est en position de force car nombreux sont ceux qui veulent plaire aux Allemands Néanmoins, s’il y a un vrai débat public entre les candidats, c’est Stubb qui sera en position de force. Il n’a rien à perdre et est très enthousiaste sur l’Europe. La réputation de la Finlande comme pays partisan de la rigueur budgétaire peut avoir un effet. La situation évolue et il n’est pas évident de savoir qui l’emportera ».
Aamulehti relève que M. Stubb a 365 000 folowers sur Twitter contre seulement 22700 pour M. Weber.
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, M. Stubb déclare être candidat « en raison de ses inquiétudes et de son amour pour l’Europe, pour le monde et la politique internationale ».
Il craint que le libéralisme soit menacé par le Brexit et l’élection de Trump qui remettent en cause nos modes de vie et nos valeurs.
Selon lui, il s’agit d’un combat sur les valeurs où il n’est plus une évidence de défendre la démocratie libérale, la liberté d’expression, l’Etat de droit et les droits de l’homme ».
HS KS

Commentaires
« M. Stubb candidat à tout » HS
« M. Stubb peut créer la surprise » KS
Marko Junkkari du Helsingin Sanomat estime que M. Stubb a de très faibles chances d’être choisi comme candidat du PPE.
En revanche, il visera la place de Commissaire de la Finlande, et se présentera aux Européennes, si le Kokoomus remporte les élections législatives en avril. Marko Junkkari relève que le parti du Kokoomus aurait vraiment besoin de la candidature de M ; Stubb car aux dernières européennes il avait reçu à lui tout seul près de la moitié (148 190) des voix du parti (390 376) qui étai arrivé en tête.
Keskisuomalainen relève que M. Weber est favori mais souligne que les Finlandais se souviennent de la capacité de M. Stubb a faire de très bonnes campagnes électorales, c’est pourquoi il a la capacité à créer la surprise. L’éditorialiste souligne néanmoins, que l’idée que le candidat du parti arrivé en tête aux Européennes soit le président de la commission est toutefois en perte de v vitesse en Europe.
HS

UE - Fiscalité

Taxe sur la valeur ajoutée pour les journaux et livres numériques
Helsingin Sanomat rapporte que les ministres européens des Finances se sont mis d’accord mardi à Luxembourg sur la baisse de la TVA sur les journaux et livres numériques.
En Finlande, la taxe est actuellement de 24 % sur les publications numériques. Le ministre des Finances Petteri Orpo a annoncé hier qu’il comptait commencer immédiatement les préparatifs pour appliquer la taxe à taux réduits pour ces produits numériques au plus tard en 2020.
HS/A16

Affaire des perquisitions dans l’archipel de Turku

« La Finlande envoie un message puissant »
Les perquisitions faites par la police finlandaise dans les propriétés russes de l’archipel de Turku ont suscité de l’enthousiasme à la conférence de l’OTAN sur la sécurité qui a eu lieu en Lettonie.
L’opération menée dans l’archipel de Turku a été remarquée tout particulièrement dans les pays Baltes mais également notée au-delà de la région balte.
Largement, mais pour la plupart officieusement, complimentées par des experts en politique de sécurité, les mesures prises par la Finlande étaient considérées comme un acte renforçant la sécurité en mer Baltique par lequel les Finlandais ont clairement démontré qu’ils sont maîtres chez eux.
« Les acquisitions russes sont abondamment discutées en Finlande depuis des années car ces terrains semblent souvent se situer près des endroits stratégiquement importants », écrit le journaliste de Turun sanomat.
Arrêtés depuis une semaine à la suite de la perquisition à Airiston helmi, le Russe et l’Estonien sont toujours en prison. Soupçonnés au début de fraude fiscale et de blanchiment d’argent, ils sont désormais soupçonnés uniquement de fraude fiscale.
TS3.10/4

Politique intérieure

Parlement - Loi sur le renseignement

La modification de la constitution votée aujourd’hui
Le parlement a voté aujourd’hui par 178 voix contre 13 la modification de la constitution consistant à permettre de limiter la confidentialité des correspondances pour des raisons de sécurité générale.
Le parti des vrais Finlandais s’est rangé rangé aux côtés des partisans de la procédure d’urgence pour voter la modification de la constitution que nécessite le projet de loi sur le renseignement.
Le parti social-démocrate avait déjà fait savoir par la voix de son président Antti Rinne qu’il acceptait la modification constitutionnelle indispensable à la nouvelle loi.
Seule l’Alliance des gauches s’est donc opposée à la procédure d’urgence.
HS3.10/8, TS3.10/3

Police

Le procès contre les plusieurs directeurs de la police a débuté
Selon Keskisuomalainen, le procès contre deux directeurs de la police à la retraite, Mikko Paatero et Jukka Riikonen, et deux directeur de la police actuels, Lasse Aapio et Robin Lardot, a commencé mardi au tribunal de grande instance d’Helsinki. Ils sont soupçonnés, ainsi que quatre autres personnes, de ne pas avoir bien surveillé le registre des indics de la police anti-drogue d’Helsinki.
L’ancien chef de la police anti-drogue d’Helsinki Jari Aarnio est également accusé dans ce procès.
Les accusés estiment tous que la surveillance n’a pas été bien organisée.
KS/17

Projet de loi concernant le licenciement

Les syndicats déplorent le traitement inégal des employés
Les réformes avec lesquelles le gouvernement envisage de modifier sa proposition de faciliter le licenciement ne satisfont pas les confédérations syndicales qui souhaitent que le gouvernement retire ce projet.
Les grèves et interdictions d’heures supplémentaires déjà décidées auront lieu comme prévu. De plus, d’autres protestations ont été annoncées, pour entrer en vigueur vendredi, sous forme d’interdiction d’heures supplémentaires. Et la SAK se réunira, vendredi, pour décider de nouvelles mesures de protestation.
Alors que la confédération des ouvriers, SAK, et celle des employés, STTK, n’acceptent pas le compromis, celle des entrepreneurs, Suomen yrittäjät, estime que le gouvernement fait preuve d’un véritable leadership. Yrittäjät critique le mouvement syndical pour les grèves et estime que faire une telle pression n’est pas une action responsable ni durable.
Selon les calculs du ministère de l’Economie et de l’Emploi, le projet modifié concernerait 310 000 employés travaillant dans les PME d’au plus 10 employés au lieu de 450 000 comme à l’origine (pour les entreprises d’au plus 20 employés).
Le ministre de l’Emploi, Jari Lindström, estime que la nouvelle proposition contient des éléments qui devraient calmer la situation. Par exemple la carence en matière d’indemnité journalière de chômage après un licenciement passerait à 60 jours au lieu de 90 jours.
M. Lindström note également que le gouvernement est prêt à créer un groupe de travail tripartite (gouvernement, patronat, salariés) pour la préparation des modifications de loi concernant les négociations en vue du licenciement. La SAK estime que cette législation-là est un toute autre exercice, et même M. Lindström admet qu’il s’agit là de passer le relais au prochain gouvernement.
M. Eloranta, président de la SAK, rappelle que restreindre le champ d’application de la nouvelle loi à des entreprises de moins de dix salariés ne fait pas disparaître le traitement inégal des employés.
Les PME de cinq salariés au maximum emploient 180 000 personnes en Finlande, celles de 10 salariés emploient 310 000 personnes et celles de 20 salariés au maximum emploient 450 000 personnes.
Il y a 66 000 entreprises de cinq salariés au maximun, 75 000 de dix salariés au maximum et 79 000 de 20 salariés au maximum.
Keskisuomalainen estime que parmi les éléments sur lesquels il pourrait être envisageable d’obtenir un accord entre le gouvernement et les syndicats, il y a par exemple le rallongement de la période d’essai et les contrats à durée déterminée.
HS, KS/19

Mouvement social

La grève et son impact
Une grève politique visant le gouvernement fera souffrir les grandes entreprises
La grève de 24 heures concernera 40 entreprises industrielles membres de Teknologiateollisuus, industrie technologique, et environ 33 000 employés. D’autres syndicats industriels estiment à 23 000 le nombre d’employés concernés, et le secteur agro-alimentaire à 4500 personnes.
Rappelons que dans nombre de secteurs, l’interdiction d’heures supplémentaires est en vigueur depuis le 17 septembre, et dans d’autres encore, depuis lundi 1er octobre.
Keskisuomalainen estime qu’il faudra trouver une solution à la situation avant que le gouvernement remette sa proposition au Parlement. La proposition du directeur général des entrepreneurs de Finlande, M. Pentikäinen, de restreindre le droit de grève n’est pas appropriée dans le contexte actuel d’une situation sociale tendue, selon KS.
HS, KS/19

Marché du travail

A niveau de compétence équivalent, faible succès des femmes dans le travail
Keskisuomalainen relève que selon une recherche récente, les femmes qui ont le même diplôme universitaire que les hommes n’ont pas autant de succès dans la vie professionnelle que les hommes. Les différences ont en effet augmenté dernièrement.
La chercheuse Päivi Vuorinen-Lampila estime que les avantages de l’Etat-providence, qui ont initialement été créés pour améliorer le statut des femmes au travail, se sont retournés de plus en plus contre les femmes. Elle pense qu’une réforme des congés parentaux pourrait améliorer la situation.
KS/24

France

Sciences

Un Français obtient le Prix Nobel de physique
Turun Sanomat rapporte que trois chercheurs, le Français Gérard Mourou (74 ans), la Canadienne Donna Strickland et l’Américain Arthur Ashkin (96 ans) ont été récompensés pour leurs travaux sur les lasers.
Mme Strickland est la troisième femme seulement récompensée en physique, après Marie Curie en 1903 et Marie Goeppert-Mayer en 1963.
TS/15

France - Finlande

Littérature

Leila Slimani
Hufvudstadsbladet publie une interview de Leila Slimani qui était la semaine dernière en Finlande à l’occasion de la sortie de son livre en finnois.
Hbl

Mardi 2 octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Banque

Nordea de retour à Helsinki
Le transfert du siège social de Nordea de Stockholm à Helsinki a eu aussi pour effet l’entrée de Nordea à la bourse d’Helsinki. D’unje valeur de 38 milliards d’euros, Nordea devient la principale entreprise cotée à Helsinki.
La venue de Nordea dans l’union bancaire a aussi eu pour effet de multiplier par trois le secteur bancaire finlandais. En effet, le bilan de la banque est d’environ 600 milliards d’euros.
L’organisme de contrôle financier de Finlande Finanssivalvonta a recruté 30 personnes en raison, de l’augmentation de ses activités.
KL

Commission européenne

M. Stubb annoncera aujourd’hui sa candidature
Kauppalehjti rapporte que le vice-président de la BEI Alexander Stubb va annoncer aujourd’hui sa candidature à la tête de liste du PPE pour les élections européennes, ce qui en ferait le candidat à la présidence de la Commission européenne. Le PPE doit choisir sa tête de liste lors de son congrès à Helsinki en novembre.
Jusqu’à présent seul le président du groupe parlementaire du PPE au parlement européen, l’Allemand Manfred Weber a annoncé sa candidature.
Dans une interview accordée à Kauppalehti, il déclare qu’il faut qu’à l’avenir aussi la Finlande ait son propre commissaire européen. Sur ce sujet M. Weber serait au contraire favorable à une diminution du nombre de commissaires.
De même sur la question de la Hongrie, M. Stubb se démarque de M. Weber dans le sens où il souhaite un débat au PPE sur le parti Fidesz. « Il faut lors du congrès du PPE avoir un débat sur la position du parti Fidesz. Nous ne pouvons pas aller aux élections en tant que parti qui flirterait avec l’Italien Salvini », dit-il.
M. Stubb proposera une alternative de droite libérale, relève Kauppalehti. « Si l’on ne défend pas les valeurs européennes, on pourra voir l’année 2016 marquée par le Brexit et l’élection de Trump comme l’acte de décès du monde libre », dit-il. Il considère qu’il y a aujourd’hui un vide de pouvoir dans le monde et que l’UE doit le combler.
Il estime comprendre la montée du populisme et de l’euroscepticisme. La vaque de migrants en 2015 a alimenté un discours clivant. « Les écarts de revenus et l’immigration sont deux sujets majeurs qu’il faut traiter », dit-il.
Selon lui, la révolution numérique représente pour la décennie à venir le même défi que le marché intérieur dans les années 1980, la création de l’euro dans les années 1990, l’élargissement dans les années 2000 ou la crise financière et migratoire dans les années 2010.
Le développement technologique crée aussi des inégalités et il faut que l’UE assume ses responsabilités pour que personne ne soit laissé de côté par la révolution numérique.
Il se déclare pro-européen mais pas fédéraliste. Il est réaliste et a un message pour les eurosceptiques : « S’opposer à l’UE c’est un peu comme s’opposer à Internet. Il vaut plutôt mieux essayer d’en influencer le contenu que de tout repousser catégoriquement. Pour de petits acteurs comme nous, Internet est un bon environnement car les gros n’y font pas la loi ».
KL

Défense

Les marines finlandaises et estoniennes s’entrainent ensemble
Les marines finlandaises et estoniennes organisent, du 1er au 11 octobre, des exercices en mer de l’archipel et dans le Golfe de Finlande.
Environ 90 Finlandais et 70 Estoniens participent aux manœuvres.
HBL2.10/5

Aéronautique

Patricomp racheté par Patria Aerostructures
Patria Aerostructures vient d’acheter la totalité des actions de Patricomp à Aerometallic Components SAU.
Situé à Halli, Patricomp fabrique des structures de plaques légères pour les avions et procède à leur montage et traitement de surface. Son chiffre d’affaires a atteint 6,6 millions d’euros l’année dernière et l’entreprise emploie 50 personnes. Les deux parties ont décidé de ne pas révéler le prix de la transaction.
Patricomp fabrique notamment des pointes de stabilisateurs pour l’Airbus 350, qui représentent depuis quelques années le produit le plus vendu de la société.
Le directeur des affaires de Patria Aerostructures, Petri Hepola, constate que les deux sociétés, Patria Aerostructures et Patricomp, fournissent désormais ensemble des composants pour tous les programmes d’Airbus.
AL2.10/A13

Politique intérieure

Loi sur le renseignement

La question de la protection des sources n’est toujours pas résolue
Les groupes parlementaires poursuivent les discussions pour décider si la SUPO et l’état-major des forces de défense sont tenus d’informer les journalistes, les pasteurs, les avocats et les médecins des messages que les autorités auraient extraits et ouverts par erreur.
Selon la proposition du gouvernement, ces messages doivent être détruits immédiatement. Par contre, il n’y a pas lieu d’en informer les personnes qui ont fait l’objet de cette atteinte au secret de communication.
Le président du parti social-démocrate Antti Rinne a déclaré, l’été dernier à Tampere, que les personnes concernées par les messages saisis par erreur et détruits devraient toujours en être informées. Il existe néanmoins un consensus entre le gouvernement et l’opposition sur le fait que toute personne faisant l’objet d’une recherche de renseignement doit, à un moment ou un autre, en être informée. En Finlande ce délai, déterminé pour les documents secrets de SUPO, peut s’étendre jusqu’à 60 ans.
Si la proposition concernant l’urgence de ce projet de loi est traitée aujourd’hui, le vote en séance plénière pourra avoir lieu demain, mercredi 3 octobre.
HS

La SUPO se prépare pour la nouvelle loi sur le renseignement par des acquisitions de matériels
Le chef de la Sûreté générale (SUPO) Antti Pelttari affirme que la sûreté nationale a entrepris des acquisitions en vue des pouvoirs que lui conférera la future loi sur le renseignement. Selon lui, la SUPO se prépare à l’entrée en vigueur de la loi en améliorant ses capacités techniques et en formant son personnel.
Il estime qu’il y a urgence, notamment dans le combat contre le cyber espionnage.
La nouvelle loi signifierait aussi une augmentation considérable de 10 millions d’euros dans le budget de la SUPO qui est de 42 millions d’euros pour l’année 2019. De plus, elle bénéficierait d’une seconde enveloppe de 10 millions destinée à des acquisitions de matériel.
Environ 400 personnes (200 au début des années 2010), dont la moitié possède une formation de policier, travaillent aujourd’hui à la SUPO.
La nouvelle loi sur le renseignement permettrait à la SUPO d’envoyer du personnel à l’étranger dans des postes de reconnaissance.
AL30.9/A17

Réforme des services sociaux et de santé

Editorial
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne que le paquet de lois sur la réforme des services sociaux et de la santé est un grand ensemble avec un nombre immense de détails et le résultat de nombreux compromis politiques.
L’élaboration des projets de lois est presque terminée. Les élections législatives du printemps prochain s’approchent et l’énervement politique commence à augmenter. Cela pourrait faire échouer le calendrier de la réforme.
Les partis de l’opposition critiquent ardemment le modèle du gouvernement et sont prêts à l’abandonner.
Les partis du gouvernement ne sont pas unanimes non plus. Les députés centristes et du Rassemblement national se sont opposés la semaine dernière lors de la réunion de la commission des affaires sociales et de la santé du Parlement concernant le statut de l’hôpital de Vaasa. Le député centriste Pekka Puska a dit que cet hôpital devrait être inclus parmi les hôpitaux assurant une large gamme de soins d’urgence. Le Rassemblement national s’y oppose fermement. M. Puska compte toutefois voter pour le projet de loi du gouvernement.
La commission des affaires sociales et de la santé, qui a raté deux réunions en raison du conflit, n’a pas de temps à perdre. S’il y a encore des ralentissements le calendrier peut devenir intenable, estime l’éditorialiste.
HS/A5

Projet de loi concernant le licenciement

Les mesures seraient restreintes à des PMI de dix salariés au maximum
Le gouvernement envisage de modifier sa proposition de faciliter le licenciement et de la restreindre aux entreprises d’au plus dix salariés.
Le ministre de l’Emploi, Jari Lindström, a annoncé, ce matin, cette proposition de compromis.
La confédération des ouvriers, SAK, et celle des employés, STTK, n’acceptent pas le compromis et ne souhaitent pas faire de concessions. Pour elles, il faut que le gouvernement retire ce projet afin que l’on puisse lancer de nouvelles négociations sur des mesures à prendre.
HS rappelle que Akava, confédération des emplois nécessitant un diplôme universitaire, s’oppose également au projet du gouvernement.
Le président de la SAK, M. Eloranta, estime que la mesure proposée n’est pas telle qu’elle pourrait réellement améliorer l’emploi. Il regrette que le gouvernement ne l’ait pas évoqué avec les représentants des salariés, alors que la confédération serait prête à chercher des moyens d’améliorer l’emploi avec le gouvernement et le patronat.
HS/A8, AL/A10

Mouvement social

La grève de mercredi pourrait coûter cher
Helsingin Sanomat relève que selon la confédération de l’industrie technologique Teknologiateollisuus, la grève envisagée pour mercredi pourrait engendrer des pertes de 70 millions d’euros au niveau de la production.
La grève de 24 heures concernerait 40 entreprises et environ 33 000 employés. La confédération considère la situation comme démesurée du point de vue des entreprises qui ne sont pas pour autant partie dans le conflit.
L’économiste en chef de la confédération des ouvriers SAK, M. Kaukoranta, estime qu’il est difficile d’estimer l’impact économique de la grève.
Minna Helle, directrice auprès de Teknologiateollisuus, estime que puisque l’annonce sur la grève n’a été faite que vendredi, il a été difficile de s’y préparer. Elle s’inquiète d’ailleurs pour la réputation des entreprises dans le contexte de retards concernant les livraisons.
HS/A8

Marché du travail

Le patronat a présenté ses souhaits pour la prochaine législature
Helsingin Sanomat relève que la confédération du patronat et de l’industrie EK a publié lundi ses souhaits concernant la prochaine législature de 2019-2023.
L’EK souhaite l’augmentation du taux d’emploi à plus de 75 %, ce qui signifierait une augmentation de 100 000 emplois. Le gouvernement Sipilä semble atteindre son objectif, 72 %, en 2019.
L’EK propose une diminution de la durée de l’allocation de chômage à 250 jours pour ce qui ont travaillé pendant moins de trois ans et à 350 jours pour ceux qui ont travaillé pendant plus de trois ans.
L’EK propose une réforme des congés parentaux. Le congé parental serait divisé en parts égales entre la mère et le père. La durée de l’allocation de garde d’enfant à domicile serait diminuée de trois ans à 18 mois.
HS/A11

Industrie

Projet d’usine de fibre de bois pour le textile
Helsingin Sanomat rapporte qu’une filiale commune de Metsä Group et d’Itochu Corporation, entreprise japonaise, investira environ 40 millions d’euros dans une usine qui fabriquera de la fibre textile à partir de la fibre du bois.
La nouvelle usine sera construite à côté de l’usine de bioproduits de Metsä Group à Äänekoski.
HS/A30

Lundi 1er octobre 2018

Politique étrangère et européenne

Banque centrale européenne

M. Rehn
Helsingin Sanomat rapporte que le nom du gouverneur de la Banque de Finlande Olli Rehn circule dans les spéculations sur le successeur de Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne. Le mandat M. Draghi finira en novembre 2019 et M. Rehn estime qu’il est trop tôt pour parler de ses propres intentions.
« Il est important de nommer à ce poste très important une personne compétente qui jouit de la confiance de tous », a dit M. Rehn lors d’une interview.
« Il n’est pas mauvais du point de vue finlandais s’il y a des noms de Finlandais qui circulent dans les spéculations. Je n’ai pas plus de commentaire à ce sujet »,dit M. Rehn.
Selon un sondage de Bloomberg auprès des économistes, Erkki Liikanen, ancien gouverneur de la Banque de Finlande, est le favori des économises pour ce poste. Financial Times souligne que M. Liikanen (68 ans) a une expérience de 14 ans comme gouverneur de la Banque de Finlande mais il est assez âgé. M. Rehn, quant à lui, a une longue expérience de commissaire européen pendant la crise économique mais sa carrière à la banque centrale est encore très courte, comme il a commencé comme gouverneur en juillet 2017.
HS/dim/A8

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de santé

Le travail de la commission des Affaires sociales bloqué
Nouvelle tension entre le centre et le Rassemblement national
Vendredi la commission des Affaires sociales du parlement a interrompu son étude de la réforme Sote en raison d’un différend entre les députés centristes et du Rassemblement national sur la carte hospitalière. Des députés centristes s’opposaient à ce que l’hôpital de Vaasa ne figure pas parmi les hôpitaux les plus importants en matière de garde et soins d’urgence.
Les députés ont du voter sur un changement de leur ordre du jour. L’étude de la loi sur l’organisation des services de santé (dont faisait partie la carte hospitalière) est reportée et la commission va étudier cette semaine la loi sur l’ouverture des soins à la concurrence.
HS

Propos de M. Orpo

« Sans réformes, l’Etat-providence sera en danger dans les années 2020 »
Le ministre des Finances, président du Rassemblement national, Petteri Orpo, estime que le travail politique deviendra de plus en plus difficile et qu’il y aura plus de conflits à l’avenir. En effet, en plus de l’axe gauche-droite, on a aujourd’hui un très fort axe libéral-conservateur. Cela signifie, selon M. Orpo, que dans la prise de décision, on verra de conflits plus clivés en matière de valeurs et qu’il sera plus difficile de trouver un consensus.
Si les personnes idéologiquement très différentes n’arrivent plus à coopérer, il est possible que les gouvernements finlandais soient dans l’avenir plus souvent de courte durée.
Concernant les Vrais Finlandais, M. Orpo note qu’il n’a pas observé dans le parti un changement qui puisse permettre que le Rassemblement national coopère avec eux au niveau du gouvernement.
Concernant les finances publiques, M. Orpo déclare qu’il vient d’apprendre que le déficit budgétaire sera de 400 millions d’euros inférieur à ce qui était prévu, soit d’un peu plus d’un milliard d’euros pour l’année en cours. Si cela continue comme ça, le budget de l’Etat devrait être en équilibre à la fin de l’année 2019, estime M. Orpo. Cela ne permettra pas pour autant de renforcer la redistribution dans les années 2020. L’Etat-providence sera menacé dans les années 2020 si on n’arrive pas aujourd’hui à mettre en place des réformes dans la société. Selon M. Orpo, il faudra que le taux d’emploi, actuellement de 72 %, passe à 75 % et ensuite à 80 % dans les années 2020.
Il rappelle que, comme moins d’enfants naissent que de personnes partent à la retraite, il faut augmenter l’emploi. Sans une main d’œuvre immigrée, on n’y arrivera pas, selon lui.
HS/sam/A15

Mouvement social

Protestations contre le projet de loi de faciliter le licenciement
Plusieurs grands syndicats s’opposent au projet du gouvernement de légiférer sur un licenciement plus facile dans les PMI de 20 salariés au maximum.
Une interdiction d’heures supplémentaires dans le secteur public est entrée en vigueur ce matin pour une durée indéterminée. La grève concerne les transports, les crèches et les soins de santé, entre autres.
Le mouvement risque d’engendrer des retards du métro et des trams.
Mercredi, une grève de 25 heures est envisagée concernant des dizaines de milliers d’employés de différents secteurs, dont l’industrie et le secteur agro-alimentaire. Une partie des secteurs concernés par la grève de 24 heures envisagent également de mettre en place une interdiction d’heures supplémentaires à compter de mercredi.
Le ministre des Finances, M. Orpo, dit qu’il faut que le gouvernement et le Parlement disposent du pouvoir législatif et que la pression ne peut pas être une raison d’abandonner un projet de loi.
HS/sam/A8, lun/A19

Projet de loi sur le temps de travail

Critiques du patronat
Kauppalehti rapporte qu’il n’y a pas que le projet de loi sur le licenciement qui crée des tensions entre le gouvernement et les partenaires sociaux. En effet le patronat EK critique le projet de loi du gouvernement de modifier la législation sur le temps de travail. Le patronat estime que cela réduit le pouvoir des partenaires sociaux de négocier le temps de travail, ce qui aurait été plus nécessaire que de le limiter par la loi.
Le patronat regrette aussi que le temps de travail des experts, qui ne relevait pas auparavant du champ de la loi, soit désormais encadré par la législation.
Kaupopalehti relève que le projet de loi vise aussi à élargir le travail de nuit ; La Finlande est déjà un des pays de la zone euro où le travail de nuit est le plus fréquent.
KL

Financement de la R&D et de l’éducation

Le patronat des professions académique réclame plus de crédits publics
La confédération des employés du secteur académique Sivista qui fait partie du patronat EK estime qu’il faudrait que le prochain gouvernement investisse des sommes importantes dans l’éducation et dals la recherche et le développement. Un tel investissement dans l’avenir aurait comme résultat une augmentation des emplois et de la productivité.
Selon Sivista, une augmentation de ces crédits permettrait d’atteindre un taux d’emploi de 75 % pour la fin de la prochaine législature.
Sivista, à l’instar du ministère de l’Education, estime que les crédits consacrés à la recherche devraient s’élever à 4 % du PIB, contre 2,7 % aujourd’hui. Concrètement, cela signifierait trois milliards d’euros de plus dans la R&D pour arriver à un total de 9,2 milliards d’euros.
La Finlande investit 5,7 % du PIB dans l’éducation et Sivista souhaite que l’investissement puisse s’élever à 6,5 % du PIB, ce qui correspondrait une augmentation de deux milliards d’euros de ces crédits. Au total, les crédits s’élèveraient ainsi à 15 milliards d’euros, selon l’objectif de Sivista.
HS/lun/A10

Mouvement néo-nazi

Interdiction en appel
Helsingin Sanomat relève que la cour d’appel de Turku a décidé d’interdire le mouvement néo-nazi de résistance nordique (PVL) qui avait par ailleurs déjà été interdit par le tribunal de grande instance.
L’avocat du PVL annonce qu’il étudiera la décision de la cour d’appel avec ses clients pour savoir s’ils veulent faire appel à la Cour suprême.
La décision n’est donc toujours pas exécutoire.
HS/sam/A8

Défense

Déclarations de Jussi Niinistö
Dans un billet paru à Helsingin sanomat le 28 septembre, Hannu Salomaa, doctorant à l’Université de Tampere, prétendait que le service militaire était basé sur un nationalisme dépassé selon lui.
Dans une réponse publiée dimanche, le ministre de la défense Jussi Niinistö, écrit dans le même journal que le pilier de la défense nationale doit être créé sur une base nationale : « Les belles paroles globales ne servent pas à grand-chose dès lors que des Finlandais se font tuer ».
HS30.9/C14

Acquisition de drones par la défense nationale
L’armée de terre envisage d’acheter, dans un premier temps, une trentaine de drones sur une quantité totale de 180 appareils prévus.
L’armée de terre développe actuellement son secteur d’aviation militaire. « Nous sommes en train de prendre les premiers pas avec des appareils civils », raconte le chef de la sécurité aérienne de l’armée de terre, le commandant Mikko Honkasalo.
HS29.9/A12

Publication d’un livre sur les femmes dans l’armée
Présidente du think-tank « Bank of Ideas » créé par l’ex-ministre de la Défense Elisabeth Rehn et docteure en sciences de l’éducation, Kaisa-Maria Tölli vient de publier un ouvrage sur les femmes dans l’armée pour lequel elle a interviewé 52 femmes et 5 hommes qui faisaient part anonymement de leurs expériences durant le service militaire.
Il en ressort qu’environ 70% des femmes sont sélectionnées pour suivre une formation d’encadrement. D’un autre côté, 25% des femmes abandonnent leur service militaire en cours de route.
« Durant le service militaire, les femmes se débrouillent plutôt bien mais ne se portent pas bien. Le service militaire a été conçu pour les hommes et il détruit les femmes, physiquement et mentalement. Les femmes se sentent étrangères car elles ne sont pas acceptées par les hommes », écrit Tölli.
Sur les femmes interrogées, plus de la moitié affirme avoir été victimes de harcèlement, et deux sur cinq auraient subi des actes de harcèlement sexuel pendant leur service militaire.
HS27.9/C2-3

France - Finlande

Ballet

Soirée française au Ballet national
Helsingin Sanoma et Hufvudstadsbladet publient de bonnes critiques de la Soirée française, ensemble intéressant de deux ballets très différents, Pneuma de Carolyn Carlson et Suite en blanc de Serge Lifar.
La première de Pneuma a eu lieu à Bordeaux il y a trois ans et Suite en blanc a été créé en 1943.
HS/dim/C6 Hbl/dim

Musique

Soirée franco-espagnole à Tampere
L’orchestre philarmonique de Tampere sera dirigé par Marc Soustrot pour une programmation faisant la part belle à Berlioz, Ravel et debussy, le 5 octobre.
KL

Littérature

BD – Lewis Trondheim
Helsingin Sanomat publie une interview de Lewis Trondheim (Laurent Chabosy) effectuée à Angoulême à l’occasion de la sortie d’une traduction en finnois d’un deuxième album Maggie Garrisson.
HS/lun/B1-2

publié le 31/10/2018

haut de page