Octobre 2017

Mardi 31 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Présidentielle

Premier débat entre les candidats
« M. Torvalds a défié M. Niinistö sur l’OTAN » HS
Le premier débat entre les candidats à l’élection présidentielle a été organisé, hier, par la délégation du monde des affaires EVA. Il a réuni six des sept candidats déclarés (seule la députée européenne Merja Kyllönen était absente).
Le Président sortant et candidat du Kokoomus Sauli Niinistö a critiqué vertement le groupe de travail du comité de sécurité du ministère de la défense qui avait publié « les menaces que faisait peser la Russie sur les élections présidentielles en matière d’influence, allant de cyber-attaques à un assassinat politique ». « Ce groupe d’experts s’inquiète des trolls [russes] et se comporte lui-même comme un troll. Parler de menaces, y compris d’assassinat politique revient à se comporter comme un troll », a déclaré M. Niinistö.
Helsingin sanomat relève que le débat a surtout tourné autour des questionsd e défense et de l’OTA N. Parmi les candidats, seul M. Nils Torvalds (parti populaire suédois) est favorable à l’adhésion de la Finlande à l’OTAN. Il estime qu’il faut demander l’adhésion « par beau temps » et que le temps risque de se gâter rapidement à cause des risques qui pèsent sur l’économie de la Russie. Il a aussi déclaré que selon lui, la décision en revenait aux élus qui n’avaient pas à se cacher derrière un recours au référendum.
Le Président Niinistö a souligné l’importance de la sécurité conférée par l’UE en cas de menace pour la Finlande. Il a insisté sur le fait que la Finlande devait s’assurer de la manière dont les autres Etats membres interprètent la clause de défense mutuelle (article 42 .7) du traité de Lisbonne. Le candidat du Centre Matti Vanhanen a partagé cette aspiration.
M. Niinistö a aussi déclaré qu’en cas de demande d’adhésion à l’OTAN, il faudrait s’assurer que le peuple y est favorable. Selon lui, recourir à un référendum consultatif n’est pas fuir ses responsabilités.
Les candidats étaient unanimes pour s’inquiéter de l’instabilité qui règne actuellement dans les relations internationales. Tous à l’exception de Mme Huhtasaari (Vrais Finlandais) considèrent que le salut est dans l’UE et qu’il faut la renforcer.
Mme Huhtasaari au contraire estime qu’il faudrait que la Finlande quitte l’UE, ainsi que les accords d’Ottawa qui bannissent les mines antipersonnel.
Le prochain débat aura lieu le 13 novembre et sera organisé par le cercle Paasikivi, l’association des nations-unies et le cercle UKK. Ensuite l’association pour les cours de défense organisera un débat à la fin du mois, le 27 novembre.
Le Président sortant Niinistö a annoncé qu’il lancerait sa campagne le lendemain de la fête nationale, le 7 décembre.
Il se demande si douze débats entre les candidats ne risquent pas de lasser les électeurs, rapporte Aamulehti.
Le premier tour de l’élection aura lieu le 28 janvier.
HS AL uusisuomi

Réactions et commentaires
Le professeur de l’Université de Tampere Ilkka Ruostesaari souligne que, lors de ce premier débat, « le Président Niinistö a insisté sur la clause de défense mutuelle de l’UE et rappelé que des coalitions pouvaient se mettre en place ad hoc. On a aussi beaucoup parlé de la coopération européenne et non pas seulement de la coopération nordique ».
IS

Electricité

Coopération nordique au niveau de la distribution
Les groupes nordiques chargés de la distribution de l’électricité n’arrivent pas à trouver d’accord sur un équilibre entre les réseaux. Les groupes suédois et norvégien souhaitent prendre leurs décisions sans coopérer avec les groupes finlandais et danois.
HBL/4

Politique intérieure

Marché du travail

Augmentations salariales
L’industrie technologique est arrivée à un accord sur des augmentations de 3,2 % en deux ans
Les négociations de l’industrie technologique et métallurgique ont abouti à un accord sur des augmentations de 1,6% (1,1 % d’augmentation générale plus 0,5 % au niveau local) en 2018, et 1,6% (dont 0,9 % d’augmentation générale et 0,7 % d’augmentation locale) en 2019, soit un total de 3,2 % sur deux ans.
Cet accord et le niveau des augmentations se reflèteront sur les autres négociations en cours.
HS/A8

Grève dans le secteur des électriciens
L’union du secteur de l’électricité entamera une grève, demain. L’industrie technologique n’est pas arrivée à un accord avec ce syndicat qui souhaitait négocier ses propres conventions collectives.
La grève aura des conséquences sur l’industrie, mais également sur des particuliers du fait que les techniciens se mettront en grève de solidarité et n’effectueront pas d’heures supplémentaires. Des centaines d’entreprises seront concernées par les mesures de soutien du 1er au 8 novembre.
HS/A8, KL/A9

Energie

Le gouvernement envisage de réformer les aides en matière d’aides à la production de l’électricité
Helsingin Sanomat rend compte du projet du gouvernement d’ouvrir à la concurrence la production électrique basée sur des sources renouvelables. L’aide à la production de l’énergie renouvelable sera revue afin de mettre en place un système pour la période de transition avant que ces énergies puissent fonctionner selon le prix courant sans subventions de l’Etat.
Selon le ministre du Logement, de l’Energie et de l’Environnement, Kimmo Tiilikainen (Centre), l’idée est de chercher la forme de production la plus efficace au niveau du coût. L’énergie hydraulique est toutefois exclue des appels d’offres qui se feraient à deux reprises en 2018 et 2020.
HS/A26

Chantier naval

Demande accrue de navires de croisière
Kauppalehti rend compte du fait que le constructeur russe Arctech Helsinki Shipyard s’orientera de plus en plus vers la construction de navires de croisière du fait que la demande les concernant est en croissance, surtout en Chine.
Ces derniers temps, le chantier a produit des navires et des brise-glace pour des conditions arctiques.
Selon le directeur général du groupe, Esko Mustamäki, il ne s’agit pas d’abandonner ce secteur mais, pour garantir les emplois, il faut diversifier la production.
KL/A8

Défense

L’armée de terre achète des missiles antichars
L’armée de terre va procéder à l’acquisition de missiles antichars NLAW par Saab Dynamics AB en Suède, autorisée en 2015 par le ministère de la Défense.
Ces missiles antichars sont principalement destinés contre des cibles blindées lourdes et conviennent également à la destruction de chars d’assaut, de véhicules légers et de foyers d’armes. La distance de tir du missile est de 20 à 600 mètres.
Le prix de ce complément d’acquisition est de 1,875 millions d’euros (sans TVA). Les missiles seront livrés en 2017.
www.mil.fi

Les conscrits souhaitent entamer le service militaire en mars ou en septembre
L’Union des appelés ne souhaite pas augmenter le nombre des contingents comme l’avait évoqué le ministre de la Défense, Jussi Niinistö. Par contre, elle préconiserait plutôt de déplacer les dates des contingents et de les faire démarrer deux mois plus tard, c’est-à-dire en mars et en septembre.
Aujourd’hui, la formation et les possibilités d’embauche sont difficilement compatibles avec les dates actuelles : ceux qui auraient réussi à trouver un emploi pour l’été, devraient s’arrêter début juillet et ceux qui prépareraient un concours d’entrée à l’université se trouveraient sans occupation pendant deux mois à compter de janvier avant de connaitre le programme de l’examen.
Le président de l’Union des appelés, Juuso Kurttila, a présenté son projet notamment à la commission de la politique de défense du parlement où celui-ci a été favorablement accueilli.
AL31.10/A8

Accident de Dragsvik
La défense nationale n’a pas l’intention de prendre des mesures afin de déterminer les possibles responsabilités concernant l’accident qui a coûté la vie à trois soldats et blessé plusieurs autres appelés de la garnison de Dragsvik lorsqu’un véhicule de transport de l’armée a été percuté par un train à Raasepori le 26 octobre dernier.
Néanmoins, en attendant le résultat de l’enquête officielle sur l’accident, elle procèdera à une étude interne afin de déterminer comment éviter ce type d’accident à l’avenir.
HBL31.10/10

Lundi 30 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Catalogne

Réactions en Finlande
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini a indiqué à Yle que la Finlande ne soutenait pas l’indépendance de la catalogne. M. Soini a critiqué les agissements du parlement catalan et en a appelé à la modération et au dialogue entre Madrid et Barcelone.
Le ministre des Finances (vice-Premier ministre en l’absence de M. Sipilä) Petteri Orpo a déclaré que la crise de Catalogne entraîne de l’instabilité dans l’UE. Il a affirmé que le gouvernement finlandais ne pouvait évidement pas soutenir l’indépendance.
Le député centriste de Laponie Mikko Kärnä a suscité de la confusion par son tweet où il a félicité le peuple catalan pour sa déclaration d’indépendance et a affirmé faire son possible pour que la Finlande reconnaisse l’indépendance de la Catalogne.
Le président du groupe parlementaire du centre Antti Kaikkonen a engagé ce député « à la mettre en sourdine ». Il a souligné qu’il ne représentait ni la position du Parlement ni du gouvernement finlandais.
HS

Présidentielle

La Finlande se prépare à des tentatives d’influence de la part de la Russie
Helsingin Sanomat rend compte des façons potentielles dont la Russie pourrait s’efforcer d’influencer sur l’élection présidentielle en Finlande, selon des spécialistes du groupe de travail du comité de sécurité auprès du ministère de la Défense. Le groupe de travail mis en place par le comité de sécurité estime qu’il convient de se préparer à des tentatives d’influencer l’élection et notamment à des formes de guerre d’information de la part de la Russie.
Un groupe de travail de spécialistes composé de chercheurs, de médias et de fonctionnaires et regroupé par le comité a énuméré les formes d’influence qui pourraient viser l’élection, dont les opérations médiatiques dans les médias sociaux ou traditionnels, le soutien ou le dénigrement des personnages politiques, l’influence sur les débats présidentiels, une propagande négative concernant les suédophones, la remise en question des résultats du vote, une attaque terroriste voire un assassinat.
Les spécialistes estiment qu’influencer sur le débat concernant l’OTAN pourrait être un moyen de guerre d’information.
Les réseaux de l’ambassadeur russe sont également évoqués. En effet, il a déjà été en poste en Finlande.
Les spécialistes énumèrent également les objectifs que la Russie pourrait avoir, dont le premier est la possibilité d’influencer sur le fait que le candidat convenable au Kremlin soit élu à la présidence. La division du peuple finlandais, la création d’un esprit de méfiance, faire obstacle à un débat sur l’OTAN ainsi que l’isolement de la Finlande de l’UE et des autres organisations sont également évoqués parmi les objectifs éventuels de la Russie.
Le ministère de la Justice a organisé, de son côté, un évènement pour les partis pour les informer des tentatives d’influencer et de la cyber-sécurité.
HS/sam/A12

Conseil nordique

La Finlande accueille des décideurs nordiques
La Finlande qui préside le Conseil nordique accueillera cette semaine son assemblée générale. Des Premiers ministres des pays nordiques et des pays Baltes évoqueront la sécurité, les menaces hybrides et les questions climatiques et énergétiques. Les ministres nordiques des Affaires étrangères s’entretiendront sur la sécurité de la mer Baltique, ainsi que sur la situation de la Syrie et de la Corée du Nord.
AL/dim/A16

Politique linguistique

Le statut de l’anglais renforcé dans la région de la capitale
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat note que la municipalité d’Espoo considère désormais, en plus du finnois et du suédois, l’anglais aussi comme une langue d’usage pour les services à ses administrés. A Helsinki aussi, il est possible depuis quelque temps de gérer ses affaires en anglais auprès de plusieurs services.
Pour l’éditorialiste, l’anglais fait partie du quotidien des trois villes de la région de la capitale, Helsinki, Espoo et Vantaa.
HS/lun/A5

Politique intérieure

Présidentielle

Le Rassemblement national a désigné Sauli Niinistö son candidat officiel
Le Kokoomus s’est déclaré officiellement pour la candidature de Sauli Niinistö à l’élection présidentielle. Le président du parti, Petteri Orpo, souligne les compétences du Président actuel en matière de politique étrangère et de sécurité, mais également ses qualités personnelles.
M. Niinistö de son côté souligne l’importance du respect de la démocratie et espère que les élections seront l’occasion d’évoquer des questions de façon pertinente et dans un bon esprit.
Le rassemblement national n’envisage pas de soutenir la campagne de M. Niinistö de façon financière, mais M. Orpo annonce qu’il sera disponible pour promouvoir le candidat.
Le budget de M. Niinistö est bien supérieur à celui des autres candidats, même s’il est inférieur à celui dont il disposait en 2012. Cette fois, il devrait s’élever à 1-1,5 million d’euros contre des budgets de 200 000 à 550 000 pour les autres candidats.
Les Démocrates chrétiens qui ne présentent pas de candidat eux-mêmes, recommandent à leurs membres de voter pour M. Niinistö. Plusieurs députés de l’Avenir bleu annoncent qu’ils voteront pour M. Niinistö, mais le président du parti, Sampo Terho, note qu’en tant que groupe ou parti, l’Avenir bleu ne prendra pas position en faveur d’un des candidats.
HS/dim/A10, KS/dim/13, AL/dim/A18

Emploi

Débat sur les travailleurs non européens
Le ministre de l’Emploi Jari Lindström a reçu les partenaires sociaux pour discuter de la possibilité de faciliter l’emploi des travailleurs non européens (soit issus de pays non membres de l’Espace économique européen) en Finlande.
Actuellement, dans de nombreux secteurs, l’octroi d’un permis de travail pour ces personnes est sujet à un avis favorable de l’administration du travail.
Or, plus d’une centaine de députés préparent une initiative pour alléger cette procédure au motif qu’elle ne défend pas les droits des travailleurs finlandais mais plutôt menace l’activité économique.
Cette initiative a cependant suscité des critiques notamment dans le syndicat du bâtiment.
A l’issue de la réunion organisée par M. Lindström il semble que les positions entre les partenaires sociaux ne sont pas très éloignées : tous s’accordent sur le fait qu’il sera important d’attirer de la main d‘œuvre étrangère en Finlande et que les problèmes sont complexes et pas simplement liés à l’existence ou non d’un avis favorable des autorités de l’emploi.
HS

Alcool

Augmentation des ventes de boissons effervescentes et de bières artisanales
La Finlande reste un pays de consommateurs de bières, mais les habitudes de consommation de boissons alcoolisées ont tendance à se diversifier, rapporte une étude sur la consommation entre 2010 et 2016.
La consommation de bière atteint toujours près de 400 millions de litres de bières par an (en 2016) mais marque un recul (-9% depuis 2010). Il en va de même pour le cidre avec 33 millions de litres (-32%).
Si le vin rouge, 26 millions de litres, diminue (-10%), celle de vin blancs, 23 millions de litres, augmente (+5%= de même que celle de rosés, 1 million de litres (+38%).
Les boissons les plus en vogue sont les vins effervescents (+29%, à 6 millions de litres) et le champagne (+23% à 0,5 millions de litres) et la bière artisanale (+341% à 17,5 millions de litres).
HS

France

Agro-alimentaire

« La pénurie de beurre a surpris les Français » AL
Aamulehti publie un reportage sur la pénurie de beurre qui touche l’industrie agro-alimentaire en France. En effet, alors que la consommation mondiale de beurre a cru de 5%, la production a diminué d’autant.
AL

Vendredi 27 octobre 2017

Politique intérieure

Politique

L’opposition souhaite des explications de M. Sipilä
Depuis la parution d’un livre qui révèle que le Premier ministre était informé de la possible scission du parti des Vrais Finlandais avant le congrès de ce parti, des députés de l’opposition ont manifesté leur intention d’interroger le premier ministre sur les propos qu’il avait tenus alors. Il avait en effet déclaré au parlement le 19 juin que le gouvernement n’avait pas prévu de scénario pour la suite avant le congrès des Vrais Finlandais.
En voyage à l’étranger, M. Sipilä n’a pu encore être interpelé par les députés de l’opposition.
HS

Défense

Grave accident lors d’une manœuvre militaire de la garnison de Dragsvik
L’accident survenu lors de la collision d’un véhicule militaire avzc un train a fait quatre morts et onze blessés.
Il s’agissait d’un passe à niveau sans moyen de surveillance.
Il y a en Finlande 2800 passages à niveau dont la plupart (2100) n’ont aucun système de surveillance.
Il y a chaque année une trentaine d’accidents sur un passage à niveau.
Parmi les victimes se trouvaient des appelés du contingent effectuant leur service militaire dont trois sont décédés.
Depuis 1990 on dénombre 18 décès parmi les appelés lors de leur service militaire.
HS

Mouvement néonazi

Le procès a commencé à Tampere
Le procès au tribunal d’instance de Tampere pour mettre fin aux activités du groupe néonazi PVL, mouvement de résistance nordique, ainsi que de sa sous-section Pohjoinen perinne (tradition septentrionale) a commencé hier.
Selon Helsingin Sanomat, alors que les groupuscules de cette mouvance tendent à cacher leur idéologie nazie, ce n’est pas le cas du mouvement PVL qui se revendique ouvertement du nazisme, ce qui en fait une exception en Europe.
HS

Sans papiers

Kela devra verser des allocations aux sans papiers
Selon la cour administrative de Turku, la décision de la sécurité sociale Kela de refuser à un demandeur d’asile sans papiers une allocation de RMI serait contraire à la Constitution.
Kela avait refusé une allocation à une personne en arguant du fait qu’elle séjournait en Finlande de façon temporaire. Kela avait considéré que la subsistance de la personne en question relevait de la commune.
Or, Kela et les communes ont chacun des rôles distincts et l’un ne peut pas refuser d’assumer ses responsabilités en pensant que l’autre le fera, estime la cour.
HS/A15

Criminalité – Œuvres d’arts

Un député souhaite que la police judiciaire prenne des mesures contre des fraudes liées aux œuvres d’art
Mika Raatikainen, député des Vrais Finlandais, souhaite que les enquêtes concernant les fraudes liées aux œuvres d’art soient concentrées à la police judiciaire.
Actuellement, la police finlandaise ne dispose pas d’unité spécialisée dans la lutte contre ce genre de criminalité et les enquêtes relèvent de la police locale. Or, la police locale ne dispose pas d’expertise en matière d’art.
HS

Changement d’heure

Le Parlement soutient l’idée de renoncer au changement d’heure
Suite à une initiative populaire signée par 70 000 personnes et remise au parlement, la commission des transports et des communications a adopté une recommandation demandant au gouvernement d’activement promouvoir l’abandon de l’heure d’été.
La commission relève que, comme la Finlande est engagée par la directive européenne en la matière, il n’est pas possible de prendre des mesures au niveau national. Abandonner le changement d’heure devrait ainsi être une démarche commune dans l’ensemble de l’UE.
HS/A11

Vélos en libre service

Grand succès cette année encore
Helsingin Sanomat rend compte du succès des vélos urbains en libre service qui ont rapporté un million d’euros en cinq mois. Les 1400 vélos ont chacun été utilisés sept fois par jour en moyenne. Dès mi-août, le seuil d’un million de trajets a été dépassé. 340 369 kilomètres ont été pédalés en cinq mois. Le total de cet été sera connu une fois que la saison 2017 sera terminée, soit à la fin du mois.
HS/A16-17

Emploi - Finance

La numérisation bouleverse le secteur bancaire
La banque Nordea a annoncé qu’elle allait supprimer 6000 emplois et le Président de la banque OP prévoit que la numérisation entraînera des milliers d’emplois supprimés pour son groupe aussi.
HS

Politique étrangère et européenne

Parlement européen

Heidi Hautala désignée vice-présidente
Heidi Hautala (Verts) a été désignée un des 14 vice-présidents du Parlement européen. Mme Hautala se félicite de cette nomination.
HBL/10

France – Finlande

Cinéma

Un beau soleil intérieur
Les critiques ont apprécié le film de Claire Denis, Un beau soleil intérieur qui sort aujourd’hui en Finlande.
HS SK

Jeudi 26 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Climat

Des grandes entreprises se définissent des objectifs climatiques
Hufvudstadsbladet rend compte du rapport de l’organisation CDP (Carbon Disclosure Project) sur les entreprises qui ont pris des mesures pour que leurs activités aillent dans le sens de l’accord climatique de Paris.
Les groupes forestiers Metsä Board et UPM-Kymmene arrivent à remplir les critères dans deux catégories sur trois. Elisa les remplit dans une catégorie comme seul opérateur nordique. Le groupe de grande distribution Kesko se situe au deuxième niveau en matière de notes obtenus.
Seuls L’Oréal et Unilever obtiennent les meilleures notes dans toutes les catégories.
HBL/5

Défense

Editorial
« Les avis divergent sur l’organisation de grandes manœuvres » Hbl
Le projet d’organiser de grandes manœuvres internationales en Finlande divise les partis politiques. Le ministre de la Défense, Jussi Niinistö (bleus), et le président de la commission parlementaire de politique de défense, Ilkka Kanerva (conservateur), ont déjà fait connaitre leur attitude favorable à l’organisation de grands exercices militaires internationaux. Par contre, du côté des sociaux-démocrates, le président du parti Antti Rinne et le député Erkki Tuomioja, se sont opposés à ce projet en indiquant que ce type d’évènement ferait véhiculer de faux signaux.
L’éditorialiste note également une différence entre les positions du parti social-démocrate finlandais et suédois. Le ministre de la Défense suédois ayant récemment fait connaitre son avis favorable en vue de manœuvres de grande envergure préconisées par la Finlande.
Il conclut en affirmant « qu’une grande manœuvre multinationale démontre qu’un pays investit sérieusement dans sa défense et se prépare avec d’autres en cas de crise ».
HBL26.10/18

Politique intérieure

Défense

Grave accident lors d’une manœuvre militaire de la garnison de Dragsvik
Des soldats du génie de la garnison suédophone de Dragsvik étaient en manœuvres lorsque, vers huit heures du matin, leur camion tout terrain Masi a été percuté par un train reliant Karjaa à Hanko.
L’accident a eu lieu dans la ville de Raasepori à un passage à niveau sans barrières ni signaux lumineux.
Le bilan actuel est de 4 morts, 4 blessés graves et 7 blessés plus légers. Parmi les victimes se trouvent un passager du train et des appelés.
HS/26.10

Université de Helsinki

Rapport critique sur la mise en place des réformes
Un groupe de travail international a évalué la façon dont les changements récents ont été gérés à l’Université de Helsinki. Le rapport critique la direction de l’université pour son management autoritaire et l’insuffisance de l’information à l’occasion des licenciements.
Sue Scott de l’Université de York rappelle que le changement est quelque chose dont on a constamment besoin, mais que les membres du personnel qui se trouvent le plus bas dans la hiérarchie devraient pouvoir participer au processus.
5 % seulement des personnes interrogées pour le rapport considéraient favorablement la façon dont les réformes avaient été gérées.
HS/A10

Mouvement néonazi

Comment y mettre fin ?
Un procès sera entamé aujourd’hui au tribunal d’instance de Tampere pour mettre fin aux activités du groupe néonazi PVL, mouvement de résistance nordique, ainsi que de sa sous-section Pohjoinen perinne (tradition septentrionale). La Direction nationale de la police souhaite interdire ces groupes du fait que leurs activités sont essentiellement contraires à la loi et aux mœurs.
En 1977, des groupes néonazis ont été interdits en Finlande.
HS/A11

Emploi

Telia envisage de supprimer 110 emplois
L’opérateur Telia entamera les négociations sur le sort de 700 emplois dans le but d’en supprimer 110.
A la fin 2016, Telia employait 3300 personnes en Finlande.
HS/A16

Nordea envisage de supprimer 6000 emplois
Lors de la conférence de presse de la banque Nordea, il n’a pas été précisé quel pays seraient concernés ni par combien de licenciements.
Yle

Secteur minier

Terrafame souhaite se lancer dans la récupération de l’uranium
Le groupe minier Terrafame envisage de demander au gouvernement l’autorisation de récupérer de l’uranium dans sa mine de Sotkamo. Le directeur général du groupe, Joni Lukkaroinen, estime que le processus de demande prendra dans les deux ans et qu’ainsi, la récupération pourrait être entamée à la fin 2019.
C’est le ministère de l’Emploi et de l’Economie et plus précisément sa direction générale de l’énergie qui étudiera la demande.
Le Centre de radioprotection et de sûreté nucléaire sera entendu pour l’étude de la demande.
Il s’agirait d’une quantité de 250 tonnes d’uranium par an, selon l’autorisation environnementale qui a été déjà demandé auparavant. Comme en Finlande, on ne transforme pas l’uranium, il s’agirait de le vendre ailleurs en Europe ou en Amérique du Nord, ce qui nécessitera une autorisation du ministère des Affaires étrangères.
L’Etat est propriétaire de Terrafame à hauteur de 84,2 %.
AL/A16, HS/A33

France – Finlande

Industrie - Cinéma

Rafale International partenaire principal du film « Le Soldat inconnu »
« Le fabricant de chasseurs en lice pour la prochaine acquisition de l’armée de l’air finlandais a été annexé à la liste des sponsors du film au mois de septembre », explique Miia Haavisto de la maison de production « Elokuvaosakeyhtiö Suomi 2017 ».
« Rafale International n’est pas seulement un des financeurs du film, mais l’un de ses partenaires de collaboration », affirme Mme Haavisto.
« Les partenariats ont rendu possible la réalisation du film et la narration de cette histoire. Ils sont le pilier de ce projet. Nous sommes heureux d’avoir dans ce projet un groupe d’entreprises partenaires particulièrement important et visible à l’échelle finlandaise. Rafale international est son premier sponsor international », précise Haavisto.
Parmi les partenaires finlandais de ce film, le producteur laitier Valio figure sur la liste des principaux sponsors.
https://www.hs.fi/kulttuuri/art-2000005422445.html

Mercredi 25 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Pologne – Finlande

Visite en Finlande du Président polonais
« Le Président Niinistö souhaite que la Pologne et l’UE puissent résoudre leur litige le plus tôt possible afin que l’Union puisse se concentrer sur les défis extérieurs » HS
Le Président polonais Andrzej Duda est actuellement en Finlande pour une visite d’Etat de trois jours.
Les deux présidents ont évoqué lors de leurs entretiens la sécurité de la mer Baltique, le changement climatique et les relations économiques entre les deux pays. Lors d’une conférence de presse avec le Président Sauli Niinistö, en réponse à une question sur les valeurs européennes et la solidarité, et sur la relation entre l’UE et la Pologne, M. Duda a insisté sur le fait que son pays protégeait les droits des citoyens, la liberté des médias et toutes les règles de la démocratie.
HS relève que M. Duda, vexé, s’est demandé pourquoi il était difficile pour la Commission européenne d’accepter le fait que le gouvernement et le Président élus aux élections démocratiques mettent en place des réformes dans le pays. Pour lui, les réformes concernant la Justice relevaient des affaires intérieures de la Pologne.
M. Niinistö a dit qu’il espérait que Varsovie et Bruxelles allaient le plus tôt possible trouver une solution au litige concernant la Pologne et le principe de l’Etat de droit. Il a dit que, pour adhérer à l’UE, il fallait qu’un pays remplisse les critères de Copenhague et qu’une fois ces critères atteints, il s’agissait de continuer à les respecter.
Selon M. Niinistö, il faudrait que les Etats membres soient unis et forts afin de pouvoir faire face aux défis venant de l’extérieur de l’Europe, liés par exemple au changement climatique et à l’immigration.
HS/A24

Défense

Le ministre de la Défense Jussi Niinistö préconise des exercices d’envergure
La coopération en matière de défense bénéficie d’un solide soutien des citoyens
Impressionné par le grand exercice militaire suédois Aurora 17, le ministre finlandais de la Défense constate que la Suède ayant montré sa force, il serait au tour des Finlandais de faire pareil. De plus, un exercice d’envergure permettrait à la défense finlandaise de s’entrainer à recevoir l’aide militaire internationale. Cela pourrait se passer dans la prochaine décennie, de préférence dès 2020.
Le président du parti social-démocrate, Antti Rinne, n’a pas attendu pour protester en affirmant qu’une grande manœuvre ferait véhiculer de faux signaux.
Jussi Niinistö a toutefois renouvelé mardi sa proposition d’organiser en Finlande de grandes manœuvres militaires à la manière de l’exercice suédois Aurora. « Par la même occasion, nous pourrons nous familiariser avec notre nouvelle fonction : donner et surtout recevoir l’aide militaire internationale », a proposé Niinistö lors d’un séminaire finno-suédois sur la défense au Centre culturel nordique à Hanasaari. Il verrait volontiers un exercice finlandais avec la participation des mêmes pays et la même dimension d’effectifs que les manœuvres suédoises. Il s’agirait alors du plus grand exercice militaire multinational jamais connue en Finlande.
En effet, les préparatifs ont déjà commencé, indique le ministre. Néanmoins, le projet aura besoin d’être agréé par le président de la République et le comité ministériel de la défense.
Le ministre suédois de la Défense, Peter Hultqvist, affirme que l’expérience de l’exercice Aurora s’est avéré très utile et a par ailleurs permis de mesurer l’état actuel de la défense suédoise.
Le séminaire a relevé également la qualité humaine des relations entre les deux ministres. Selon les calculs de Niinistö, les deux homologues se sont rencontrés une trentaine de fois en deux ans.
Au-delà des changements ministériels, l’année prochaine en Suède et en 2019 en Finlande, la coopération finno-suédoise jouit, dans les deux pays, d’un solide soutien des citoyens. M. Hultqvist constate qu’il n’a jamais entendu de réaction négative à propos de la coopération avec la Finlande. « Nous devons souligner ce fait. Cette coopération bénéficie d’un appui considérable et elle est considérée comme naturelle ».
HBL24.10/4-5, KS25.10/17

Politique intérieure

Fiscalité

80% des Finlandais paient volontiers leurs impôts
Selon une enquête réalisée pour le fisc finlandais par l’institut IROResearch, 79% des Finlandais déclarent payer volontiers leurs impôts, soit une augmentation de 10 points par apports à 2013.
52% des Finlandais déclarent qu’ils seraient prêts à payer plus d’impôts s’ils étaient certains que l’argent récolté soit affecté à des utilisations qu’ils jugent importantes.
KS

Exclusion sociale

70 000 jeunes de moins de 30 ans en situation d’exclusion
Helsingin Sanomat relève qu’en conséquence de la dernière récession, surtout la position des garçons s’est détériorée et l’exclusion des jeunes a augmenté.
Le coût de l’exclusion s’élève à 1,4 milliards d’euros pas an, soit 20 000 euros concernant chaque jeune sans formation ni emploi.
La fondation Me (Nous) qui lutte contre l’exclusion, a comme objectif de l’éradiquer chez les enfants et les jeunes d’ici 2050. La fondation s’efforce de fournir des informations sur l’évolution de l’exclusion et des facteurs derrière le phénomène pour l’usage des décideurs.
Prévenir l’exclusion sociale des jeunes est également un objectif du gouvernement et un groupe de travail pour lutter contre les inégalités a été crée au début de l’année.
HS

Crimes de haine

Une diminution des déclarations par rapport à l’année record 2015
Le nombre de déclarations à la police concernant les soupçons de crimes de haine a diminué par rapport aux chiffres record de 2015. L’année dernière, 1079 déclarations ont été enregistrées, soit 14 % de moins que l’année précédente.
La grande majorité des parties civiles dans les cas de soupçon de crime haineux étaient des nationaux finlandais, suivis d’irakiens, afghans et somaliens. Dans la plupart des cas, pour les parties civiles de nationalité finlandaise il s’agit de personnes avec des antécédents d’origine étrangère.
Dans les médias sociaux, la quantité de propos haineux a augmenté trop pour que la police puisse les suivre et déclarer tous les cas. Dans les cas d’incitation à la haine raciale, il n’y a souvent pas de partie civile, ce qui fait qu’il relève de la police de faire une déclaration.
HS/A15

Universités

Projets du ministère de l’Education
Le ministère de l’Education a publié, hier, sa vision sur les universités allant jusqu’à l’an 2030. Le ministère souhaite diminuer le nombre des universités et encourager les étudiants à terminer rapidement leurs études.
En septembre, la ministre de l’Education, Sanni Grahn-Laasonen (Rassemblement national) avait proposé d’envisager de mettre en place une législation commune pour les universités et les écoles supérieures professionnelles. La vision ne l’évoque plus.
La vision ne précise pas quel serait le nombre des universités, sachant qu’aujourd’hui, il y en a 14. Il y a 23 écoles supérieures professionnelles.
L’objectif du ministère est que la moitié des jeunes adultes de 25 à 34 ans étudient pour obtenir un diplôme d’études supérieures, contre 40 % actuellement. Le souci concerne le fait que sur les 60 % d’une classe d’âge qui commencent leurs études, une partie n’obtient pas de diplôme.
Le ministère souhaite également augmenter le niveau de la recherche finlandaise et créer des pôles d’innovation qui pourraient attirer des chercheurs internationaux. Un moyen serait d’investir plus de crédits dans la recherche et le développement. L’objectif est de passer la part de crédits à la recherche à 4 % du PIB au lieu des 3 % actuellement.
HS/A14

Projet de mosquée

Le ministère de l’Intérieur rappelle qu’il serait difficile pour les fonctionnaires de Helsinki de se renseigner sur l’origine du financement étranger de la mosquée
Le ministère de l’Intérieur a remis à la municipalité de Helsinki son avis concernant le projet de grande mosquée. Le ministère souligné la difficulté pour les Finlandais de surveiller les sources des crédits qui viendraient de l’étranger, plus précisément des pays du Golfe, coordonnés par Bahreïn. Les conseillers municipaux sont censés prendre position sur le projet à la fin novembre.
Un des soucis concerne le fait de savoir si avec ces crédits étrangers suivraient aussi des interprétations radicales de l’islam.
Outre le ministère de l’Intérieur, les ministères des Affaires étrangères et de l’Education et de la Culture se sont prononcés sur le projet de Grande mosquée cet automne. Tous ces trois ministères ont fait une remarque sur le caractère vague du projet. Peter Stenlund, secrétaire d’Etat du ministère des Affaires étrangères, regrette les lacunes dans les informations concernant les bases du projet et son financement.
Le ministère de l’Intérieur évoque le risque de radicalisation, et le ministère des Affaires étrangères le souci que les relations tendues dans la région du Golfe se reflètent en Finlande à travers ce projet. Le ministère de l’Education et de la Culture se méfie du réalisme des plans concernant le financement des activités de la mosquée par la suite.
HS relève qu’il y a environ 70 000 musulmans en Finlande. La mosquée serait destinée aux sunnites qui constituent la majorité des musulmans finlandais.
HS/A20

Energie nucléaire

Fennovoima
Le centre de radioprotection et de sûreté nucléaire Stuk a commandé un rapport à l’institut national de recherche technique VTT concernant le projet de construction d’un réacteur nucléaire du groupe Fennovoima.
VTT estime que la culture en matière de sécurité chez le fournisseur russe du réacteur, Raos, filiale de Rosatom, et du constructeur Titan 2 laisse à désirer. Selon VTT, il faudrait que Fennovoima adopte une politique plus rigoureuse avec ses partenaires russes.
Le rapport du VTT, qui se base sur des documents et sur 65 interviews, considère la politique en matière de sécurité auprès de Fennovoima d’un niveau acceptable. Les différences entre les compagnies russes et finlandaises dans les modalités au niveau de la sécurité créent des tensions.
Le savoir-faire technique en matière de sécurité nucléaire est toutefois de bon niveau chez les fournisseurs russes.
VTT encourage Fennovoima à assumer un rôle plus strict et actif pour s’assurer notamment que les experts sont entendus et que Raos observe les exigences.
VTT encourage même Stuk à assumer un rôle plus important puisqu’il s’agit avec fennovoima d’un groupe sans expérience de la construction d’un réacteur nucléaire.
HS/A30

Mardi 24 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Immigration

Des centaines de demandeurs d’asile ont rejoint les pentecôtistes
Depuis 2015, des centaines de demandeurs d’asile ont rejoint des paroisses pentecôtistes, par exemple à Helsinki, Rauma et Pori. La paroisse Saalem de Helsinki, qui est la plus grande des communautés pentecôtistes du pays, propose des activités en arabe.
L’Office national de l’immigration, Migri, a été en contact avec l’église pentecôtiste pour se renseigner sur les modalités pour devenir membre.
HS/A8

Présidence du Conseil européen

La Finlande a décidé de tenir les réunions de sa présidence du Conseil européen à Helsinki
La Finlande présidera le Conseil européen durant les six derniers mois de 2019. Le comité ministériel des affaires européennes a décidé d’organiser toutes les réunions à Helsinki, ce qui déçoit des villes comme Tampere, Turku et Oulu.
Sept réunions parlementaires, 6 conseils ministériels et environ 80 réunions de fonctionnaires sont prévus. Dans la mesure du possible, les réunions parlementaires auront lieu au Parlement.
En 2006, lorsque la Finlande a la dernière fois présidé le Conseil européen, des réunions ont été organisées un peu partout, y compris en Laponie.
AL/A10-11

Fonds européen d’ajustement à la mondialisation

Des aides suite aux plans sociaux de Stockmann et Anttila
La Commission propose des aides de 2,5 millions d’euros pour la Finlande suite aux plans sociaux qui ont touché le secteur de la distribution et en particulier les chaînes de magasins Anttila et Stockmann.
HS

Environnement – Climat

« Au Parlement européen, des messages discordants pour la politique finlandaise » HS
Helsingin Sanomat présente les votes qui ont eu lieu, lundi au Parlement européen sur la directive RED2. Selon le quotidien, ces votes ont surpris les Finlandais qui ne s’attendaient pas à ce qu’un amendement de compromis puisse être approuvé.
Ce fut néanmoins le cas et un amendement proche des positions finlandaises sur la biomasse a pu être adopté. La presse rapporte le soulagement du député européen Nils Torvalds qui estime que la proposition initiale défendue par les milieux environnementaux aurait signifié l’abandon d’au moins un projet d’investissement d’usine en Finlande.
HS

Défense

L’exportation d’armes de la Finlande atteint de nouveaux records
En 2016 les Finlandais ont exporté des produits militaires pour la somme de 133,4 millions d’euros et des armes civiles pour une valeur de près de 80 millions d’euros. Les pays du Proche-Orient s’avèrent être devenus des clients considérables qui achètent surtout des véhicules blindés, des lance-grenades, des carabines de précision et des cartouches.
L’année dernière, les exportations de produits militaires vers le Proche-Orient représentaient à eux seuls 84 millions d’euros, la majorité destinées aux Emirats arabes unis sous forme de véhicules blindés.
Selon le rapport de surveillance de SaferGlobe, les exportations finlandaises d’armes ont doublé en 15 ans et le nombre des pays d’exportation a augmenté.
Les exportations d’armes doivent être agréées par l’Etat finlandais et les décisions les concernant sont prises dans le cadre de la politique de commerce extérieur et de sécurité du pays. Les entreprises finlandaises, en collaboration avec l’Etat finlandais, cherchaient depuis longtemps à conquérir le marché du Proche-Orient.
Tout en soulignant que l’exportation des armes au Proche-Orient a tendance à nourrir l’instabilité de la région, les organisations finlandaises pour la paix rappellent que l’exportation accrue des armes au Proche-Orient est le résultat de choix politiques. « Ces dernières années le gouvernement a accordé des permis d’exportation en vue de gros marchés destinés à des pays en guerre, tels que les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite alors que la position commune de l‘UE et le traité international sur les commerces des armes interdisent les exportations des armes dans des pays en guerre », annoncent les organisations dans leur communiqué.
Selon une banque de données désormais accessible à tout le monde, les entreprises finlandaises ont exporté, entre 2002 et 2016, des armes civiles et des produits militaires pour une valeur globale de 2,2 milliards d’euros dans 109 pays au total.
AL24.10/A21, HS24.10

Un « cybertsar » pour la Finlande
Le comité de sécurité fondé au sein du ministère de la Défense propose la création d’un poste de « cybertsar » afin d’améliorer la coordination en matière de cyber-sécurité. Selon un rapport publié par le secrétariat du Premier ministre, les cyber-questions sont mieux gérées en Hollande, en Grande-Bretagne, en Israël, en Suède, en Estonie et à Singapour.
Le terme de tsar n’est pas lié à l’administration russe, il s’agit d’un titre provisoire qui pourrait se transformer en cyber-coordinateur ou cyber-chancelier.
HS24.10

Politique intérieure

Audience du gouvernement

32 % des Finlandais satisfaits de l’action du gouvernement
Selon le sondage effectué par l’institut Kantar pour le compte de Helsingin Sanomat, l’audience du gouvernement a un peu augmenté depuis 2016. 32 % des personnes interrogées estiment que le gouvernement Sipilä a bien ou assez bien réussi dans ses travaux, contre 27 % il y a un an. HS rappelle toutefois il y a deux ans, 36 % des Finlandais étaient satisfaits de leur gouvernement.
Ce sont les conservateurs et les centristes qui sont le plus satisfaits du gouvernement, ainsi que les personnes âgées, les personnes disposant d’un diplôme universitaire et celles aux revenus importants.
59 % des Finlandais estiment que l’action du gouvernement a été mauvaise ou assez mauvaise.
Concernant l’opposition, 23 % des Finlandais sont satisfaites de ses travaux.
Quant à l’image des partis politiques, 47 % ont une opinion favorable des Verts, 40 % du Rassemblement national et 38 % du PSD.
34 % ont une opinion favorable du Centre, 33 % de l’Alliance des gauches, et 19 % des Vrais Finlandais.
HS/A11

Economie

« L’économie finlandaise a encore besoin de réformes structurelles » HS
Selon les économistes interrogés par Helsingin Sanomat, en dépit de la bonne conjoncture actuelle, l’économie finlandaise n’a toujours pas retrouvé son niveau d’avant la crise de 2008. Elle ne le retrouvera qu’en 2019.
Les économistes considèrent que l’économie finlandaise doit subir d’importantes réformes structurelles pour faire face au vieillissement de la population.
HS

Lundi 23 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil européen - Brexit

Propos de Juha Sipilä
Le Premier ministre Juha Sipilä a estimé, vendredi à Bruxelles, que l’on faisait tout pour atteindre un accord sur Brexit. Personne ne souhaite se retrouver dans une situation où on n’aura pas d’accord, selon lui. A l’instar de Mme Merkel, M. Sipilä n’a pas souhaité exprimer de certitude sur le fait de savoir si une nouvelle phase dans les négociations sur le Brexit pourrait commencer en décembre. « Il est difficile de prévoir ce qui sera probable. Mais si les négociations commencent à avancer, il n’est pas exclu qu’elles avancent rapidement », a-t-il dit.
M. Sipilä estime que Mme May participera encore pleinement aux réunions du conseil européen, par exemple concernant les questions extérieures.
Concernant les souhaits finlandais concernant les relations entre l’UE et la Grande-Bretagne, M. Sipilä note que généralement, on souhaite qu’elles restent bonnes après le départ des Britanniques. Pour lui, il est toutefois clair que l’accord concernant cette future relation traduira le fait que la Grande-Bretagne est en dehors de l’UE.
En ce qui concerne le siège de l’agence européenne de médicaments, M. Sipilä a noté que les campagnes pour récolter les voix sont en cours.
HS/sam/B10, AL/sam/A20

OTAN

L’ancien ambassadeur de Finlande à Moscou souhaiterait que la Finlande adhère à l’OTAN
Dans son livre « Ouest ou Est – la Finlande et le retour de la géopolitique », l’ambassadeur à la retraite Hannu Himanen, réclame une adhésion à l’OTAN dans les plus brefs délais en expliquant que celle-ci renforcerait la défense territoriale et augmenterait la stabilité régionale de manière bénéfique pour le pays. Il évoque le changement de la situation sécuritaire, noté également par le Livre blanc sur la politique de défense publié en février dernier selon lequel la sécurité dans les régions proches de la Finlande s’était affaiblie depuis l’annexion de la Crimée et le conflit en Ukraine.
Néanmoins, il s’oppose à un référendum sur la question de l’OTAN en craignant que la Russie puisse tenter d’influencer le résultat d’un tel scrutin.
Il remarque que la Finlande ne devrait pas se calquer sur la Suède : « Ce serait bien que la Suède demande l’adhésion en même temps que la Finlande mais la décision des Finlandais ne doit pas dépendre de celle de son voisin. »
A l’approche des élections présidentielles, Himanen estime que le moment est venu pour évoquer véritablement la question de l’adhésion à l’OTAN.
Dans son livre, Himanen évoque par ailleurs la répartition du pouvoir en matière de politique étrangère. « La politique étrangère dualiste de la Finlande pose problème. Dans une situation normale il n’y a pas d’obstacle à ce que le président et le gouvernement soient tous deux chargés de la politique étrangère mais en cas de complication, cela pourrait poser problème, surtout si ces deux ont des opinions opposées », explique Himanen qui souhaite donc restreindre les pouvoirs du président en politique étrangère.
HBL21.10/4

Les opinions diamétralement opposées des anciens ambassadeurs à Moscou
A la sortie du livre de Hannu Himanen, d’autres anciens ambassadeurs de Finlande à Moscou ont rappelé leurs points de vue sur l’adhésion à l’OTAN. Les ambassadeurs René Nyberg et Heikki Talvitie, tous deux prédécesseurs de Himanen à Moscou ont souligné qu’ils sont opposés à une éventuelle adhésion de la Finlande à l’OTAN.
HBL21.10/5

Le candidat du parti suédophone aux prochaines élections présidentielles, Nils Torvalds, préconise des problèmes en Russie et demande, lui aussi, l’adhésion de la Finlande à l’OTAN
« Etant donné que la Russie risque de se trouver dans une grave crise économique et politique pendant dix ans, la Finlande aurait intérêt à demander le plus vite possible l’adhésion à l’OTAN », estime l’eurodéputé Nils Torvalds.
Il est le seul candidat à la présidence qui prône l’adhésion à l’alliance.
HBL21.10/5

Politique intérieure

Audience des partis

Le Kokoomus en tête et le Centre au quatrième rang
Helsingin Sanomat a fait effectuer un sondage qui montre une petite augmentation pour l’audience du Rassemblement national qui arrive au premier rang avec 21,9 % des intentions de vote et pour celle du PSD qui arrive deuxième avec 18,1 % des intentions de vote.
L’audience des Verts qui arrivent au troisième rang a quelque peu diminué, ainsi que celle du Centre. Elle est de 16,1 % pour les Verts et de 15,4 % pour le Centre qui arrive ainsi au quatrième rang.
HS note que l’audience du Centre a diminué de 5,5 points par rapport à la même époque en 2016.
Les Vrais Finlandais ont 9,3 % des intentions de vote, et l’Avenir bleu 1,3 %. HS note que lors du sondage, on avait demandé aux personnes interrogées de bien préciser s’ils voulaient dire le groupe de M. Soini ou bien celui de M. Halla-aho, lorsqu’ils ont opté pour les Vrais Finlandais.
Selon Sakari Nurmela, directeur auprès du centre de recherche Kantar ayant effectué le sondage, parmi les électeurs potentiels des Vrais Finlandais, il y en a qui jusqu’à présent s’étaient mis à l’écart pour suivre l’évolution de la situation après la division du parti, et qui seraient aujourd’hui prêts à voter pour ce parti. De plus, il y a certainement aussi de nouveaux militants.
HS/sam/A12

Présidentielle

L’Avenir bleu n’envisage pas de présenter un candidat
Le Président du groupe parlementaire de l’Avenir bleu, Sampo Terho, dit que son groupe ne présentera pas de candidat à l’élection présidentielle, ni ne soutiendra, en tant que groupe, un des autres candidats.
Concernant la faible audience de l’Avenir bleu au sondage de Helsingin Sanomat, M. Terho rappelle que le groupe a du repartir de zéro en matière d’audience et de crédibilité.
Il a précisé que la différence entre son groupe et les Vrais Finlandais était que l’Avenir bleu était apte à participer au gouvernement et qu’il était disposé à coopérer. Pour lui, les Vrais Finlandais sont marqués par le fait que la politique de l’immigration est leur priorité.
L’approche concernant la politique européenne distingue également les deux formations, selon M. Terho. Alors que les Vrais Finlandais souhaitent quitter l’UE, l’Avenir bleu souhaite faire obstacle à son évolution fédérale.
HS/dim/A8

Réforme des Affaires sociales et de la santé

Un nouveau conflit se prépare
Helsingin Sanomat estime qu’en dépit de l’accord obtenu entre les partis de la coalition gouvernementale sur le nouveau projet de réforme des services sociaux et de santé, il est probable que les difficultés entre les partis n’aient pas disparu. En effet, il est possible que de nouvelles tensions apparaissent lorsque les avis des experts sur le projet auront été publiés.
Le projet de loi devrait être soumis pour avis en novembre. Cette procédure de consultation devrait prendre six semaines.
Au début de l’année prochaine, le gouvernement devra donc se prononcer avant de transmettre le texte au Parlement. Or, le Centre a déclaré qu’il prendrait position une fois les avis reçus et qu’il pourrait donc ne pas soutenir ce texte si les avis sont négatifs.
Pour Helsingin Sanomat, les centristes semblent avoir compris après coup que le projet qui prévoit que les régions soient obligées de fournir aux patients qui le souhaitent un chèque pour se faire opérer dans le privé constitue une victoire pour le parti du Rassemblement national.
Cette mesure est critiquée par la Direction de la santé publique qui considère que cela risque d’augmenter les coûts de fonctionnement des hôpitaux publics.
HS

Justice

Prisons ouvertes
De plus en plus de prisonniers exécutent leur peine dans des prisons ouvertes : 35% aujourd’hui contre moins de 25% il y a dix ans.
Il y a actuellement environ 2000 personnes en prisons fermées et 850 en prisons ouvertes. A l’avenir, plus de la moitié des prisonniers pourraient être placés en prisons ouvertes.
Le coût d’une journée en prison fermée est de 200 euros contre 120 en prison ouverte.
HS

Le nombre de prisonniers étrangers augmente
Environ 20% des prisonniers sont de nationalité étrangère contre 9% il y a dix ans.
En mai, il y a avait dans les prisons finlandaises des personnes de 68 nationalités différentes. Les plus nombreux sont les Estoniens, suivis des Irakiens et Roumains.
HS

Manifestation

Deux cents néo-nazis ont manifesté à Tampere, et de 300 à 400 personnes se sont réunis pour s’y opposer
La police a interpelé quatre personnes lors de la manifestation qui a lieu à Tampere, samedi après-midi.
HS/dim/A11

Vendredi 20 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Propos de M. Sipilä sur le projet de M. Tusk
Le Premier ministre finlandais annonce que la Finlande soutient pleinement les propositions de M. Tusk pour rendre la prise de décision européenne plus fluide notamment en augmentant le nombre de conseils européens.
M. Sipilä estime que l’approche de M. Tusk permet de distinguer les visions européennes de plus long terme des problèmes concrets d’actualité. Pour lui, c’est un débat utile pour que les Etats membres se comprennent mieux et comprennent leurs objectifs respectifs.
Riikka Pakarinen, conseillère spéciale du Premier ministre, estime que le projet de M. Tusk rendrait la prise de décision plus efficace, ce qui est conforme aux objectifs de la Finlande.
HS/A28

Coopération de défense -
« Un ajout à l’initiative de la Finlande et avec le soutien de la France » KS
Helsingin Sanomat relève que la Finlande a souhaité une mention de la solidarité mutuelle dans le nouveau projet européen sur la coopération de défense. Selon des sources européennes, elle l’a obtenu, cette semaine.
Juha Sipilä a dit, concernant la coopération structurée permanente, que par exemple le renforcement de la cyber-coopération, qui fait déjà l’objet d’une vaste entente entre les Etats membres, constitue un projet convenant à la Finlande. Parmi les autres projets que la Finlande pourrait facilement adopter, M. Sipilä mentionne les avions sans pilote, la coopération au niveau de satellites, la sécurité maritime.
En Finlande, la commission parlementaire des Affaires étrangères a déjà donné son aval politique à la CSP. Pour la Finlande, il faut être ambitieux dans le développement de la coopération de défense, et il faut que la coopération s’inscrive sur un champ vaste.
HS/A29, KS/17

Ministère des Affaires étrangères

Création d’un poste d’ambassadeur de questions hybrides
Keskisuomalainen rend compte du fait que le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, a décidé de créer un poste d’ambassadeur des questions hybrides au sein de son ministère.
Selon M. Soini, il faut que le ministère renforce l’identification de l’influence hybride et la réponse en la matière.
KS rappelle qu’un poste de cyber-ambassadeur existe déjà au ministère.
KS/17

Politique intérieure

Présidentielle

Pekka Haavisto
L’organe des Verts, Vihreä lanka, publie une interview de Pekka Haavisto, qui estime qu’il serait dommage que le Président actuel renouvèle son mandat au premier tour sans d’autres candidats sérieux.
M. Haavisto souhaite défier M. Niinistö sur les questions climatiques et sur la politique étrangère. Pour lui, il faut que la Finlande prenne plus l’initiative et endosse moins le rôle de suiveur .
VL/26-31

Listes de visiteurs au Parlement

« Un registre sur les lobbyistes renforcerait la démocratie » HS
Helsingin Sanomat publie un billet sur la transparence, en Finlande et au niveau européen, qui souligne qu’un registre sur les lobbyistes qui constituent une partie du débat démocratique), permettrait de renforcer la confiance de la population à l’égard de la prise de décision politique.
HS/A5

Partis politiques

Avenir bleu
Helsingin Sanomat publie un billet de Juha Akkanen qui estime que les chances de l’Avenir bleu de trouver une bonne position politique « au centre » sont maigres du fait que pas mal de partis s’y trouvent déjà. Le parti se veut un représentant de la classe moyenne, mais pour M. Akkanen, toute classe moyenne qu’ils soient, les Finlandais ne souhaitent pas s’identifier avec cette notion de masse. Ainsi, l’avenir de l’Avenir bleu ne s’annonce pas très positif.
HS/A4

Jeudi 19 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Finlande – Turquie

Journaliste finlandaise condamnée par contumace en Turquie
Le secrétaire d’Etat du ministère des Affaires étrangères Peter Stenlund, qui a rencontré son homologue turc, à Ankara, hier, relève que la journaliste finlandaise condamnée par contumace en Turquie a introduit un pourvoi concernant son jugement.
M. Stenlund n’exclut pas que l’attention internationale autour de l’affaire de Mme Albayrak accélère le processus.
La visite de M. Stenlund en Turquie était prévue dès avant le jugement et d’autres questions aussi figuraient à l’ordre du jour. M. Stenlund est convaincu que son message est bien passé.
HS/A18

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Accord sur la législation concernant la liberté de choix
Le ministre des Finances, Petteri Orpo (Rassemblement national), annonce que les partis du gouvernement sont arrivés à un accord sur la législation concernant la liberté de choix en matière des services sociaux et de la santé. Les groupes parlementaires de ces trois partis, conservateurs, centristes et bleus, se réuniront aujourd’hui, pour approuver la proposition.
Il souligne que les décisions ont été prises dans une bonne atmosphère, même si la réforme a pu rendre les relations entre les partis du gouvernement un peu tendues de temps en temps.
HS/A14

Editorial : « Le gouvernement au bord d’une crise » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte de l’article du tabloïd Ilta-Sanomat selon lequel le Premier ministre aurait été en contact avec le président du PSD, Antti Rinne, pour sonder si son parti serait disponible pour remplacer les conservateurs au gouvernement.
MM. Sipilä et Rinne démentent ces informations et précisent que cette question a été évoquée l’été dernier au moment du changement de la présidence des Vrais Finlandais.
Il est toutefois bien connu que les relations entre le Centre et le rassemblement national sont tendues, au moins depuis la fin de l’été dernier. Un bras de fer important a concerné la réforme des services sociaux et de la santé sur la question de la liberté du choix.
L’éditorialiste spécule sur une éventuelle dissolution du gouvernement et rappelle qu’il ne serait pas dans les intérêts du PSD d’y participer maintenant qu’il reste moins de deux ans de la législature et que les sondages prévoient plus de sièges pour ce parti lors des prochaines législatives.
En raison de la présidentielle, il n’est pas dans les intérêts des conservateurs non plus de dissoudre le gouvernement : ce ne serait pas un beau cadeau pour le nouveau mandat éventuel de M. Niinistö.
Pour M. Sipilä, dissoudre le gouvernement serait trop risqué : son parti pourrait arriver au quatrième rang seulement. De plus, l’action du gouvernement commencerait à porter fruit du point de vue de la croissance économique.
Pour l’avenir bleu, la dissolution du gouvernement signifierait un retour à l’opposition, et à l’oubli.
HS/A4

Social

Négociations salariales
L’industrie forestière, qui constitue la branche la plus importante au niveau des exportations, a suspendu les négociations sur les augmentations salariales depuis plusieurs semaines. Le patronat a proposé de poursuivre la convention collective pendant 12 mois sans aucune augmentation, ce qui fait que les salariés n’excluent pas une grève. Un conflit pourrait facilement engendrer des pertes de centaines de millions d’euros au secteur.
On attend que l’Industrie technologique et la confédération de l’industrie terminent leurs négociations ces jours-ci. L’accord qui sera trouvé entre ces secteurs servira de base pour les tractations des autres branches.
HS/A12

Société

Divorce
Helsingin Sanomat rend compte d’une étude selon laquelle le niveau de formation de la mère se reflète sur les divorces. 43 % des enfants des mères sans diplômes ont connu le divorce de leurs parents avant d’avoir atteint l’âge de la scolarité, contre seulement 12% pour les enfants des mères diplômées.
La situation socio-économique semblerait avoir un lien important avec les formes et compositions des familles, mais les moyens prévus par l’Etat-providence peuvent atténuer l’impact. Marika Jalovaara, chercheur à l’Université de Turku, insiste sur l’importance des politiques publiques sur les différentes formes familiales pour éviter une augmentation des inégalités.
HS/A13

Mercredi 18 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Finlande – Grande-Bretagne

Visite en Finlande du Prince William
Le secrétariat de la présidence annonce la visite en Finlande du Prince William les 29 et 30 novembre.
Le Prince suédois Daniel sera en Finlande au même moment, pour se rendre au salon Slush.
HS/A12, HBL/5

Etats-Unis

Propos de M. Katainen sur l’accord de libre-échange nord-américain
Le vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen estime, concernant la politique commerciale du Président Trump, que le souci [américain] sur les emplois est réel et compréhensible, mais que l’idée selon laquelle la fermeture les frontières pourrait favoriser l’ activité économique ou que des droits de douanes plus élevés pourraient créer des emplois, n’est pas réaliste.
M. Katainen met en garde contre un engrenage négatif : si un pays ferme ses frontières et augmente ses droits douaniers, les autres vont faire pareil. Il rappelle que les échanges commerciaux entre les Etats-Unis et l’UE s’élèvent à 1,67 milliard d’euros par jour et que si le commerce mondial se paralyse, un appauvrissement en serait une conséquence potentielle.
HS/A33

Politique intérieure

Société

Sans domicile fixe
La cause des SDF a été promue, hier, à l’occasion de la manifestation « nuit des personnes sans logement » qui s’organise tous les ans.
Helsingin Sanomat fait état du nombre de SDF en Finlande, qui s’élevait à 6644 en 2016. La majeure partie (plus de 5400) de ces personnes sont hébergées de façon temporaire par des amis ou de la famille, et des centaines logent dans des refuges, alors que plus de 400 personnes passent leurs nuits dehors.
La moitié des SDF sont des helsinkiens, et environ 1400 sont des femmes.
HS/A23, Yle

Harcèlement sexuel
Helsingin Sanomat publie plusieurs articles sur le harcèlement sexuel et la campagne « Me Too » en cours pour donner plus de visibilité sur ce problème.
Des dizaines de personnes, y compris des députés, ont été interviewées sur la question.
HS publie un point de vue de Jenni Virtanen qui rend compte des mesures envisagées en France et des propos de la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité, Marlène Schiappa.
HS/A6-11

Partis politiques

L’avenir bleu
La presse suit l’évolution de la situation entre l’Avenir bleu et les Vrais Finlandais maintenant que l’Avenir bleu a pu récolter les 5000 noms nécessaires pour la création d’un parti politique. L’Avenir bleu souhaite que le statut de parti permette à plus de députés et de conseillers municipaux de les soutenir et de quitter les rangs des Vrais Finlandais.
A Vantaa, par exemple, neuf militants du parti des Vrais Finlandais le quittent pour l’Avenir bleu.
HS rend compte des tensions entre les deux groupes, ainsi que du ton plutôt dur des critiques et des accusations de part et d’autre.
HS/A19, A22

Réforme des services sociaux et de la santé

« Des spécialistes de la réforme craignent que le projet entraine l’effondrement des soins de santé spécialisés du secteur public » HS
Avec l’idée de la liberté de choix des patients, exigée par le Rassemblement national, il y a le risque que l’accès des cabinets privés sur le secteur des soins spécialisés devienne trop facile. Ces soins représentent 37 % de toutes les dépenses du domaine des soins de santé et actuellement, c’est la partie qui fonctionne le mieux. Les spécialistes craignent qu’il n’en soit plus ainsi si la réforme se réalisé selon les propositions actuelles.
Le gouvernement tient toujours à ce que le projet de loi soit remis aux groupes parlementaires des partis représentés au gouvernement. Le gouvernement souhaite que la législation concernant cette réforme ainsi que celle des régions entre en vigueur en juin 2018.
HS/A14-15

France - Finlande

Architecture

Un pionnier de l’architecture en bois travaille actuellement en France
Helsingin Sanomat présente l’architecte finlandais Olavi Koponen, qui travaille actuellement pour l’agence R2k à Grenoble. M. Koponen, qui a dessiné des écoles, des crèches et des centres culturels en France, relève qu’il y a un grand intérêt pour la construction écologique dans son actuel pays de résidence.
HS/B2

Mardi 17 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil affaires étrangères

« L’UE s’engage à défendre l’accord sur le nucléaire iranien » HS
Le ministère des Affaires étrangères ferme à l’égard de la Turquie
Le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini a participé, hier, au conseil affaires étrangères.
Il s’inquiète de l’annonce du Président américain Donald Trump de menacer de dénoncer l’accord sur le nucléaire iranien. Selon M. Soini, cela pourrait avoir des conséquences concrètes. Il souligne toutefois qu’il ne s’agit pas d’un accord entre les Etats-Unis et l’Iran. « C’est un accord multilatéral auquel sont parties les représentants permanents du conseil de sécurité et l’Allemagne. Le message de l’Europe aux Etats-Unis est que l’on soutient cet accord ».
M. Soini a déclaré aux médias finlandais qu’il s’était exprimé devant ses collègues pour attirer l’attention sur le dirigeant nord-coréen. « Si l’on veut arriver à des négociations et à un accord avec l’homme lanceur de missiles, il faut être capable de s’entendre avec lui à long terme. Si l’on dénonce des accords, on ne monter pas le bon exemple », selon M. Soini.
M. Soinin a aussi attiré l’attention de ses collègues sur le sort de la journaliste finlandaise condamnée par contumace en Turquie. Selon lui, les ministres européens ont discuté de la Turquie sur un ton très critique. M. Soini estime que de nombreux pays européens sont à bout de patience à l’égard de la Turquie.
« Les opinions sont très partagées. La majorité considère qu’il n’y a pas lieu de geler et suspendre les négociations car la Turquie en accusera l’UE ». Selon lui, la Finlande ne souhaite pas suspendre les négociations pour cette raison afin que l’UE ne devienne pas un bouc émissaire. « Mais il faut exprimer nos opinions. Il y a des critères très clairs sur les conditions pour avancer. S’ils ne sont pas remplis, on n’avance pas », a-t-il dit, faisant référence aux critères d’adhésion.
Aamulehti se demande ce qu’il faut de plus qu’une condamnation d’un journaliste finlandais pour que la Finlande soit prête à durcir sa positon vis-à-vis de la Turquie. Il ne faut pas tirer de conclusion d’un cas particulier ; Il faut attendre que la procédure judiciaire soit terminée. Elle va faire appel du jugement comme il se doit. Et ensuite il y a encore la cour des droits de l’homme », dit-il.
M. Soini rappelle que de nombreux facteurs comptent dans la détermination des relations entre l’UE et la Turquie. La stabilité de la région est importante. « La politique internationale est complexe. Il faut être ferme, mais il faut aussi regarder quelles sont les conséquences ».
Aamulehti souligne que la Suède a la même positon que la Finlande sur la Turquie.
HS AL

Politique intérieure

Avenir Bleu

Dépôt des signatures au ministère de la Justice
L’association l’Avenir Bleu a déposé, hier, au ministère de la Justice les signatures nécessaires pour demander l’inscription au registre des partis politiques.
Ce sont plus de 5300 signatures qui ont été déposées. Il en faut au moins 5000.
La procédure prendra toutefois un à deux mois.
Si les conditions sont remplies, Les Bleus pourraient devenir le 17ème parti politique de Finlande.
Depuis 1969, ce sont 42 partis politiques qui ont été créés. Toutefois de nombreux ont ensuite disparu. En effet, un parti politique qui ne réussi pas à obtenir au moins un élu lors de deux élections législatives successives est automatiquement rayé du registre des partis.
Les Bleus souhaiteraient tenir leur premier congrès avant la fin de l’année si possible.
Le futur parti n’a pas encore décidé s’il présentera au non un candidat à l’élection présidentielle.
HS

Transport

Voitures électriques
Le ministère des Transports prépare un projet de loi pour promouvoir les voitures électriques. Le projet pourrait être transmis au Parlement dès la semaine prochaine.
Le projet prévoit notamment une aide de 2000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique.
HS

Turku

Minna Arve élue maire
La présidente de la chambre de commerce et ancienne secrétaire générale du parti du Rassemblement national, Minna Arve a été élue maire de Turku hier ; Elle est la première femme à accéder à ce poste.
KL HS

Lundi 16 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Turquie

Le ministère des Affaires étrangères ferme à l’égard de la Turquie
Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères Peter Stenlund s’est entretenu vendredi avec l’Ambassadeur de Turquie en Finlande qui était convoqué pour s’expliquer sur le jugement prononcé contre une journaliste finlandaise.
M. Stenlund a exprimé « la sérieuse inquiétude » de la Finlande sur ce jugement et plus généralement sur la liberté d’expression en Turquie.
Par ailleurs, le Président finlandais Sauli Niinistö a envoyé une lettre à son homologue turc M. Erdogan sur ce même sujet.
HS

Energie

Visite du commissaire à l’Energie
Le Commissaire à l’énergie était jeudi en Finlande. Il a rencontré des dirigeants politiques et industriels pour présenter ses objectifs concernant les projets européens en matière de batteries pour voitures électriques. Il souhaite en effet que l’Europe se dote d’un « Airbus de la batterie ».
La Finlande dispose déjà dans la région de Vaasa d’un cluster qui s’est spécialisé dans ce domaine. « Je pense que la Finlande est un Etat membre important dans ce domaine », a déclaré le commissaire slovène.
HS

Brexit

« Le Brexit risque de coûter cher » KS
Le ministre de l’Agriculture Jari Leppä estime que le Brexit pourrait coûter, rien qu’en terme de diminution des aides agricoles, 100 millions d’euros à la Finlande.
Selon lui, il ne faut pas que les agriculteurs aient à en payer la facture.
KS

LULUCF

La Finlande n’a pas eu la flexibilité qu’elle souhaitait
Le conseil des ministres de l’Environnement a approuvé, vendredi, les règles de calcul des puits carbone pour les forêts.
La présidence estonienne avait présenté la possibilité pour la Finlande d’augmenter ses coupes de bois de 44 millions de tonnes de carbone. Durant la réunion, la Finlande a encore obtenu 10 millions de tonnes supplémentaires.
La Finlande n’a toutefois pas voté la proposition, préférant s’abstenir. « Bien sur, la décision finale est meilleure que la proposition de la présidence, mais nous aurions souhaité plus de flexibilité », a déclaré le Ministre de l’Environnement Kimmo Tiilikainen.
Yle estime que la Finlande a obtenu beaucoup et que le ministre a exprimé son mécontentement car il aurait voulu dicter lui-même les règles européennes.
Helsingin Sanomat rappelle que la Finlande souhaite augmenter de 80 millions de tonnes de carbone ses coupes d’ici 2024.
HS

Développement de la zone euro

« La Finlande prête à accepter une garantie de dépôts commune sous conditions » HS
« M. Sipilä a présenté les positions finlandaises sur l’UEM : discipline et responsabilité » IL
« L’UEM n’est pas prête – La Finlande veut la développer » Juha Sipilä
« La Finlande veut une UEM stable et durable » Petteri Orpo
Le comité de politique européenne du gouvernement a approuvé vendredi les positions de la Finlande sur le développement de l’UEM. M. Sipilä a déclaré vendredi que la Finlande était le premier ou le second Etat membre à présenter ses positions. « Cela nous permettra d’influencer nos collègues afin que la position européenne soit la plus proche de nos intérêts ».
Selon M. Sipilä, la Finlande voit dans l’UEM actuelle trois problèmes : d’une part les différences entre les économies des Etats membres, d’autre part le lien entre les Etats et les banques et enfin le manque de discipline par les marchés, ce qui pousse les Etats à s’endetter.
Il y a deux lignes qui s’affrontent dans l’UE sur le développement de l’UEM : ceux qui souhaitent augmenter la solidarité financière et les transferts entre les Etats et qui veulent transférer plus de pouvoirs au niveau européen, et ceux qui soulignent la souveraineté financière et la responsabilité des Etats dans leur politique économique et budgétaire.
La Finlande fait partie des seconds et insiste sur l’importance d’être soumis à la discipline des marchés ; elle s’oppose à toute réforme qui augmenterait la solidarité financière entre les Etats.
Pour M. Sipilä, la Finlande, les Pays-Bas et l’Allemagne ont les mêmes positions. « Nous avons exactement le même cadre de réflexion que les Pays-Bas et, si tant est que la position allemande ne change pas durant les négociations gouvernementales, je peux dire que la base de mes discussions avec Mme Merkel que la ligne finlandaise est aussi la ligne allemande ».
« Il est clair qu’il faut développer l’UEM. La Finlande est partisane d’une voie moyenne. Mais nous sommes prêts à des positions très conciliantes, par exemple sur une garantie européenne des dépôts, mais sous certaines conditions ».
Selon M. Sipilä cela prendra des années. Même si avec l’arrivée du siège de Nordea en Finlande, une garantie européenne des dépôts sera à terme de l’intérêt de la Finlande, il ne faut pas s’y précipiter. « Il faudra prendre beaucoup de mesures avant que le niveau de risque diminue. Nous ne voulons pas dire non à tout développement à long terme, mais nous voulons clairement dire quels doivent être les préalables ».
M. Sipilä s’oppose aussi à un budget de la zone euro et à un ministre des Finances de la zone euro. « Je ne voudrais pas être un ministre des Finances sans budget », dit-il.
Le premier ministre défend ses positions aussi sur son blog.
De même que le ministre des Finances Petteri Orpo qui a publié une tribune sur le site de son ministère. Il fait référence aux propositions du Président Macron. Pour lui, la Finlande ne voit pas de fondement à des modifications institutionnelles comme la création d’un budget et d’un ministre des Finances de la zone euro.
Le vice-président du PSD Ville Skinnari a critiqué les positions présentées par M. Sipilâ. Selon lui, « la Finlande promeut l’Europe des entreprises et oublie l’Europe des citoyens ».
HS KS IL

Défense

Des Hornet F-18 bloqués en Californie
Les Etats-Unis n’ont pas accordé de permis de tir aux missiles de croisière Jassm
L’armée de l’air finlandais attend toujours l’opportunité de tirer le premier missile de croisière Jassm de son histoire.
En préparation depuis un an, le tir était prévu en août dernier aux Etats-Unis. Néanmoins et à la surprise générale, les Etats-Unis n’ont toujours pas accordé l’autorisation de tir.
Les forces de défense refusent de révéler la nature du problème.
Parqués dans l’énorme base de la marine américaine de China Lake au nord de Los Angeles, les deux avions F-18 finlandais attendent inutilement depuis près de deux ans dans la chaleur californienne.
Un personnel minimum reste sur place. « On pourrait dire qu’il y a « un concierge » pour entretenir le matériel localement avec l’organisation américaine », explique le chef de la planification de l’armée de l’air, le colonel Timo Herranen. « En Finlande nous tenons en alerte le personnel du tir d’essai qui partira en Californie dès que nous pourrons confirmer la date du tir », précise le colonel.
En 2011, le congrès américain avait accordé l’autorisation de vendre à la Finlande des missiles de croisière Jassm. L’autorisation couvrait 70 missiles au prix de 185 millions d’euros. La Finlande a finalement acheté des missiles pour la somme de 145 millions d’euros.
Selon des sources officielles, un missile Jassm coûte quelques 700 000 euros aujourd’hui. Sa portée dépend de la hauteur de largage mais peut atteindre 300 km.
HS14.10

France

Tourisme

Nice à pied
Keskisuomalainen publie un reportage sur Nice et la Côte d’azur et en particulier les balades à pied entre Cannes et Monaco.
KS

Justice

Affaire Merah
Hufvudstadsbladet publie un article sur l’affaire Merah actuellement jugée en France.
Hbl

Vendredi 13 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Turquie

Journaliste finlandaise condamnée par contumace en Turquie
Le ministère finlandais convoque l’ambassadeur de Turquie
Le ministère des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de Turquie à un entretien concernant le jugement prononcé à une journaliste finlandaise. Selon Yle, ce sont le Président Sauli Niinistö et le ministre des Affaires étrangères Timo Soini qui se sont mis d’accord sur la démarche.
M. Niinistö entend également envoyer un courrier à son homologue turc M. Erdogan.
Selon le secrétariat de la Présidence, la situation en Turquie inquiète la direction finlandaise depuis un certain temps.
M. Soini relève que c’est le secrétaire d’Etat qui s’entretiendra avec l’ambassadeur turc et que le message explicite de la Finlande est qu’il n’y a rien dans l’article de la journaliste qui donnerait un motif pour le jugement. Selon M. Soini, il est absolument clair que la journaliste ne sera pas extradée des Etats-Unis vers la Turquie.
HS/A13, HBL/5

Climat

La Finlande investit 114 millions d’euros
Le gouvernement finlandais investira 114 millions d’euros dans le climat à travers un fonds climatique que la Finlande mettra en place avec l’IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale.
Le fonds investira dans les énergies renouvelables et d’autres projets climatiques dans les pays en voie de développement.
Dans un communiqué en la matière, le ministre du Commerce extérieure et du Développement, Kai Mykkänen, estime que le fonds permettra aux entreprises finlandaises de se lancer sur le marché des solutions d’énergies renouvelables dans les pays en voie de développement. Les crédits seront investis durant les cinq prochaines années.
HS/A30

Politique intérieure

Parlement

Listes de visiteurs
Le comité administratif du Parlement a décidé que les listes de visiteurs étaient accessibles sur demande, le jour même, mais qu’à la fin de la journée, elles continuaient à être détruites.
Helsingin Sanomat a consulté les listes qui existaient encore jusqu’au 21 avril de cette année. Une grande partie des personnes qui se sont souvent rendues au Parlement sont des hauts fonctionnaires (des ministères de l’Intérieur, de la Défense, de la Justice), des agents de la Sûreté nationale et des militaires venus pour des entretiens avec des députés sur le projet de législation sur le renseignement. Une grande partie de ces visites était liée à des réunions en la matière.
Des représentants du secteur financier se sont également déplacés plusieurs fois pour rencontrer des députés.
HS estime que les listes ne révèlent rien d’inattendu et qu’il serait important de disposer d’une liste de lobbyistes qui couvre les ministères.
HS/A10

Parlement – racisme

L’organisation néo-nazi PV (mouvement nordique de résistance) a diffusé un manifeste auprès les députés
Le mouvement d’extrême droite PV a envoyé un manifeste politique à tous les députés pour faire part de ses objectifs idéologiques promouvant le racisme.
La Direction de la police souhaite interdire l’organisation.
M. Rinne, président du PSD, est choqué du courrier et estime qu’il faudra interdire ce mouvement néo-nazi.
HS/A11

Réforme des services sociaux et de la santé

La remise du projet aux groupes parlementaires reportée
Annika Saarikko, ministre de la famille et des services de base, annonce qu’il faudra encore obtenir l’avis de spécialistes sur quelques points de la réforme des services sociaux et de la santé avant de remettre l’ensemble concernant la liberté de choix à l’étude des groupes parlementaires.
HS/A11

Navigation mobile

Les Finlandais utilisent presque dix fois plus l’internet sur des appareils mobiles que la moyenne des pays de l’OCDE
Depuis le début de la décennie, l’utilisation d’internet sur des appareils mobiles s’est multipliée en Finlande. Les opérateurs proposent des abonnements qui ne restreignent pas l’utilisation d’internet, ce qui fait qu’aujourd’hui, les Finlandais consomment 10,95 giga octets par mois par rapport à une moyenne de l’OCDE de 1,89 giga octets (1,62 Go en France). La Finlande est suivie de Lettonie (8,21 Go), de l’Autriche (6,28 Go) et de la Suède (4,38 Go).
De plus, les réseaux finlandais sont efficaces, ce qui fait que les Finlandais n’ont même pas besoin de wi-fi pour surfer. Les opérateurs finlandais définissent leurs prix selon le débit et non pas selon la quantité de données téléchargées.
HS/A16

France - Finlande

Cinéma

Ce qui nous lie
Les journaux rendent compte de la sortie du film de Cédric Klapisch dans les salles finlandaises.
HS, HBL

France

France

Président Macron
Yle publie un article de sa correspondante à Paris, Annastiina Heikkilä, sur le calendrier chargé du Président français et le peu de sommeil dont il a besoin.
Yle

Jeudi 12 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Turquie

Une journaliste finlandaise condamnée par contumace en Turquie
Un tribunal turc a condamné par contumace une journaliste finlandaise à une peine de prison de deux ans et un mois, pour propagande terroriste en faveur d’une organisation kurde interdite.
Mme Albayrak, qui a travaillé pour Helsingin Sanomat, entre autres, était dernièrement employée par le Wall Street Journal, qui d’ailleurs affirme qu’elle se trouve actuellement à New York.
Le motif du jugement est un reportage que Mme Albayrak a fait pour ce quotidien il y a deux ans sur la guerre contre des guérillas kurdes en Turquie du Sud-Est.
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini a déclaré qu’il était inquiet pour la liberté de la presse et la liberté d’expression en Turquie. Il a rappelé que ces questions avaient été abordées avec les dirigeants turcs et qu’il y avait lieu de le faire à nouveau. Il a rappelé avoir lui-même parlé de la question des droits de l’homme à son homologue turc Cavusoglu à New York dernièrement.
HS publie un billet de Minna Nalbantoglu qui estime qu’un des objectifs du jugement est aussi d’intimider les journalistes étrangers.
HS/A24

Défense

L’exercice Ruska continue
L’année prochaine l’armée de l’air finlandaise participera à un exercice militaire aérien en Alaska
« La coopération entre les armées de l’air finlandaise et suédoise s’est approfondie ces dernières années et c’est une très bonne chose. Nous sommes très compatibles », estime le chef d’état-major de l’armée de l’air Jari Mikkonen qui s’est exprimé sur la base aérienne de Rissala.
Selon Mikkonen, la Finlande et la Suède ont l’intention de participer chaque année, à tour de rôle, aux exercices aériens respectifs des deux pays. L’année prochaine sera une exception intéressante : il n’y aura pas d’exercice Ruska et la Finlande s’entrainera aux Etats-Unis.
L’automne prochain, l’armée de l’air participera à l’un des exercices les plus connus et exigeants au monde : celui du fameux Red Flag en Alaska. Ce sera une première participation pour la Finlande et le fruit d’une réflexion de plusieurs années. De 6 à 8 F-18 Hornet y seront expédiés.
Aujourd’hui, de nombreux pays de l’OTAN et autres partenaires des Etats-Unis participent à ces exercices aux côtés des Américains.
L’exercice Ruska bat son plein avec la disposition traditionnelle des rouges contre les bleus. Les attaquants (rouges) sont placés dans le nord du pays, à Rovaniemi, Oulu et Lulea en Suède. Les bleus, qui sont des défenseurs aériens finlandais, sont positionnés dans le sud, notamment à Rissala qui est l’une des deux bases aériennes des chasseurs en Finlande.
L’exercice Ruska est d’une telle envergure qu’il permet l’entrainement de combats aériens supérieurs à la normale, dépassant en taille l’exercice commun des Finlandais, Suédois et Norvégiens, le Cross Border qui a lieu régulièrement dans les pays nordiques.
Cette année, Ruska regroupe un total de 2 900 réservistes, le chiffre est supérieur à ceux enregistrés depuis plus de dix ans.
La Finlande et la Suède souhaitent pouvoir s’entraider et faire fonctionner leurs armées de l’air en bonne collaboration. Des formations communes ont été organisées pour les personnels techniques des deux pays, notamment pour l’entretien des chasseurs.
HS12.10/A14

Politique intérieure

Négociations salariales

M. Sipilä considère comme démesuré de ne pas proposer d’augmentation
Le Premier ministre est intervenu dans les négociations salariales en disant que ne pas proposer d’augmentations de salaires était démesuré. Il estime qu’il ne faut pas risquer ce qui a été fait en faveur de la compétitivité pendant plusieurs années. Les résultats commencent à se voir dans l’emploi et la croissance.
Du côté du patronat, l’Industrie forestière n’est pas ravie des propos de M. Sipilä, qui à son tour précise qu’il ne s’agit pas de se mettre du côté des employés. En tant qu’homme politique, il comprend les positions des deux parties.
KS/14

Présidentielle

M. Niinistö crédité de 76 % des intentions de vote
Le Président actuel, Sauli Niinistö, est le favori absolu pour la présidence. Avec une audience de 76 %, selon un sondage d’Yle, il n’est pas exclu qu’il soit élu au premier tour.
Pekka Haavisto (Verts) arrive deuxième de ce sondage, avec une audience de 14 %.
Ces deux candidats se sont affrontés au deuxième tour de l’élection présidentielle en 2012, lors duquel M. Niinistö a été élu avec 63 % des voix contre 37% en faveur de M. Haavisto.
L’audience des autres candidats reste faible : 3 % pour Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais), 2 % pour Matti Vanhanen (Centre) et Merja Kyllönen (Alliance des gauches), et 1 % pour Tuula Haatainen (PSD) et Nils Torvalds (parti suédois).
Pour ce qui est du deuxième tour, M. Haavisto aurait cette fois 18 % des voix contre 82 % en faveur de M. Niinistö, qui arriverait à battre les autres candidats avec 94% à 96 % des voix.
En Finlande, on élit le Président au un suffrage universel direct depuis 1994. Personne n’a été élu au premier tour jusqu’à présent.
Outre chez les électeurs conservateurs, l’audience de M. Niinistö est importante également parmi les centristes et les sociaux-démocrates, respectivement 80 % et 79 %, malgré le fait que ces partis ont désigné leur propre candidat. 50 % des électeurs Vrais finlandais voteraient pour M. Niinistö.
51 % des Verts et 42 % des électeurs de l’Alliance des gauches voteraient pour M. Haavisto.
La campagne présidentielle devrait commencer véritablement vers la fin de l’année, le premier tour ayant lieu le 28 janvier. On saura alors quels types de débats vont dominer la campagne.
Yle

Islam - port du voile

Les présidents des groupes parlementaires n’interdiraient pas le port d’un voile qui cache le visage
La plupart des présidents des groupes parlementaires n’interdiraient pas d’emblée le port du niqab ou de la burqa, c’est-à-dire d’un voile qui cache le visage.
Des présidents de groupe proposent une interdiction partielle à l’instar de celle observée en Allemagne et aux Pays-Bas, qui consisterait à interdire un voile qui cache le visage concernant certaines fonctions publiques, par exemple à l’école, à l’armée ou dans les tribunaux.
Seuls les Vrais Finlandais seraient prêts à une interdiction totale.
Keskisuomalainen note toutefois que la question n’a pas été évoquée dans les groupes parlementaires et que les présidents ont ainsi répondu au sondage de l’agence de presse STT en la matière sur la base de leurs propres opinions.
KS/13

France - Finlande

Bande dessinée

Riad Sattouf
Suomen Kuvalehti publie une critique élogieuse du livre de Riad Sattouf, L’arabe du futur 3 dont la traduction en finnois vient de sortir.
SK

Hôtellerie – Restauration

Rita Nouvel
Kauppalehti publie un portrait de rita Nouvel, finlandaise qui gère l’hôtel Keppler (4 étoiles) à Paris.
KL Optio

Mercredi 11 octobre 2017

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la Santé

Les travaux avancent
Keskisuomalainen estime qu’avec l’entente sur la réalisation de la liberté de choix concernant les services sociaux et de santé, la réforme avance. KS rend compte des propos de M. Kaikkonen, président du groupe parlementaire du Centre qui estime que la réforme pourra être réalisée et de M. Jokinen, président du groupe conservateur, qui estime que l’entente fait progresser la réforme et calme les esprits.
KS/10,

Gouvernement

Premier ministre
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat revient sur les propos de Juha Sipilä, samedi dernier, sur ses intentions de continuer à diriger le parti si les centristes le souhaitaient.
Le prochain congrès du parti aura lieu l’été prochain, mais selon M. Sipilä, la question sera évoquée au conseil du parti, dès le printemps prochain.
L’éditorialiste note que l’évolution économique montre des signes favorables, contrairement à l’audience du parti du Centre.
Selon un sondage, la moitié des centristes souhaitent que M. Sipilä continue à la tête du parti.
HS/A4

Espace

La Finlande et son industrie et recherche spatiale
Helsingin Sanomat rend compte des aspirations finlandaises de concentrer la gestion des activités spatiales dans un seul endroit en tant qu’une unité à elle seule.
Actuellement, différents ministères et autorités se chargent de ces questions, ce qui est considéré comme une gène pour le développement du secteur. Les ressources sont éparpillées entre différentes instances. Hannu Koskinen du département de physique de l’Université d’Helsinki estime qu’avec une gestion coordonnée, il serait plus simple de faire avancer les projets.
Le ministère des Transports et des Communications est censé étudier la possibilité de créer en Finlande une administration en matière de questions spatiales.
HS/A16

Economie

Nokia supprimera 190 emplois en Finlande
Nokia a annoncé hier son intention de supprimer 310 emplois de son unité technologique, dont 190 en Finlande (Tampere, Espoo et Oulu) et 120 principalement aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.
Nokia envisage d’augmenter ses activités dans le domaine de soins de santé numériques.
Helsingin Sanomat rappelle qu’en septembre, Nokia a annoncé que, dans le cadre de son précédent plan d’économies, il envisageait de supprimer 600 emplois en France d’ici fin 2019. En même temps, Nokia a promis de recruter 500 employés, en France dans la R&D.
HS

Politique étrangère et européenne

Défense

Les chasseurs suédois de retour en Finlande
Pendant la guerre d’hiver (1939-40), la Suède avait envoyé le tiers de ses 36 chasseurs en Finlande. Aujourd’hui les avions de combat suédois participent à des entrainements en Finlande.
Les pilotes de chasseurs suédois s’entrainent cette semaine aux côtés de l’armée de l’air finlandaise dans l’exercice national Ruska. Contrairement à l’année dernière où les Suédois jouaient encore un rôle d’attaquant, ils sont aujourd’hui intégrés dans les troupes de défense aérienne finlandaises.
A l’époque de la guerre d’hiver, les chasseurs, les bombardiers légers et les volontaires de l’armée de l’air suédoise assuraient la défense aérienne de toute la Finlande du nord.
Durant la guerre d’hiver, les chasseurs de l’armée de l’air suédoise ont effectué des centaines de vols militaires et ont abattu une dizaine d’avions soviétiques. Trois pilotes suédois sont morts. De ce groupe de pilotes sont issus les cadres de l’armée de l’air suédoise pour l’époque de la guerre froide. Les expériences fondamentales acquises dans la guerre d’hiver avaient notamment engendré la doctrine que l’armée de l’air suédoise appliquait pendant la guerre froide.
HS11.10/A8, AL10.10/A6

France

Social

Manifestations
Editorial : « La rue s’exprime, mais elle n’est pas écoutée » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que les manifestations en France sont de moins en moins suivies et que « la rue » (en français dans le texte) n’a plus le pouvoir contestataire qu’elle avait il y a encore quelques années.
HS

Mardi 10 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Election présidentielle 2018

Nils Torvalds s’exprime en faveur d’une adhésion à l’OTAN
Le candidat du parti suédois à la présidentielle, Nils Torvalds, député européen, a déclaré, dimanche, que pour lui, la Finlande devrait adhérer à l’OTAN. Avec cette déclaration, il se distingue de tous les autres candidats.
Kimmo Grönlund, professeur en sciences politiques à l’Åbo Akademi, estime que comme parmi les Finlandais, il y a des militants et des opposants à une adhésion, ainsi que certains qui n’ont pas d’opinion en la matière, il est positif que parmi les candidats aussi, il y a des différences de position. Pour lui, il est bon d’évoquer l’OTAN y compris dans le contexte de la présidentielle.
Teija Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, estime que la déclaration de M. Torvalds obligera les candidats à un débat réel sur une adhésion éventuelle. Les autres candidats devront proposer des arguments plus clairs que jusqu’à présent concernant leur position. Mme Tiilikainen estime que pour le débat, cela est positif, même si elle souhaite que la question sur l’OTAN n’ait pas un rôle trop important, car bien d’autres questions de politique internationale concernent le Président.
Elle estime qu’il sera intéressant de voir si M. Torvalds réussit à attirer des militants favorables à une adhésion parmi les électeurs du rassemblement national et des autres partis.
M. Grönlund estime que du fait de sa position, M. Torvalds obtiendra plus de place dans les médias et lors des débats. Cela pourra affaiblir les chances de M. Niinistö de passer au premier tour.
M. Torvalds ne souhaite pas de référendum en matière d’une adhésion à l’OTAN.
HS/A11, HBL/4

Annonce du secrétariat de la présidence
Mme Haukio et le Président Niinistö attendent un bébé pour février 2018.
La nouvelle a suscité des dizaines de milliers de réactions dans les réseaux sociaux, hier.
Le premier tour de la présidentielle aura lieu le 28 janvier, et le deuxième, le 11 février.
Il s’agit de la première fois qu’un Président en fonction a un bébé. M. Niinistö a deux fils adultes.
HS/A9

Défense

Des cyberattaques détectées en Norvège et en Lettonie
Selon la radio nationale norvégienne, NRK, des perturbations ont été signalées par la compagnie aérienne Wideroe dont les signaux GPS avaient disparu le 7 septembre lors d’un vol Kirkenes-Berlevag, dans le nord de la Norvège.
L’exercice militaire russe Zapad a débuté officiellement le 14 septembre. Le lendemain, le centre de communication norvégien a confirmé l’existence de perturbations. La Lettonie avait également enregistré des perturbations dans les réseaux de téléphones portables. L’origine de ces interférences n’est cependant toujours pas connue.
En Finlande, la défense nationale considère ces perturbations comme possibles, voire probables. « La guerre électronique fait traditionnellement partie des modes opératoires de l’armée, surtout dans des exercices d’envergure », explique le colonel Pekka Turunen de l’état-major des forces armées. Cependant le colonel ne commente pas ces observations car il s’agit d’une information opérationnelle.
HS10.10/A19

Le nombre de soldats dans des fonctions de gestion de crise pourrait augmenter
Les opérations de gestion de crise les plus importantes ont lieu au Liban et en Irak et représentent plus de 80% de la participation finlandaise à la gestion de crise internationale.
A l’heure actuelle, le ministère des Affaires étrangères s’apprête à recevoir une demande de renforts concernant l’opération sous commandement de l’OTAN en Afghanistan.
Il est judicieux, sur le plan du développement de la capacité de défense de la Finlande, que le pays participe à une seule opération de gestion de crise à la fois. Le comité des affaires étrangères a étudié, septembre dernier, un rapport selon lequel il est justifié de continuer la participation finlandaise à l’opération FINUL au Liban au-delà du mandat actuel qui prend fin l’année prochaine.
KS9.10/15

Exportations

La valeur des exportations de marchandises a augmenté de 18% en août
Les exportations de voitures ont continué à augmenter en août. La croissance de celles de machines et appareils, des produits de l’industrie forestière et des métaux a été moins importante.
Selon les chiffres de la Douane, les exportations de marchandises s’élevaient à 4,7 milliards d’euros, ce qui représente une croissance de 18 % par rapport à août 2016.
Les importations qui ont connu une augmentation de 9% par rapport à l’année dernière s’élevaient à 4,9 milliards d’euros en août. La balance commerciale était de 150 millions d’euros déficitaire, contre de 481 millions d’euros en août 2016.
Les exportations dans l’UE ont augmenté de 21 % et les importations de 10 %. Les exportations en dehors de l’UE ont augmenté de 14 % et les importations de 8 %.
HS/A23

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Une période de transition pour la liberté de choix
Les partis du gouvernement, le Rassemblement national, le Centre et l’Avenir bleu, se sont mis d’accord, tôt lundi matin, sur le principe de la liberté de choix pour la réforme des services sociaux et de la santé. Si le patient ne choisit pas un prestataire, il relèvera automatiquement, pendant deux ans, du centre régional de services publics.
La réforme entrera en vigueur en 2020, et les Finlandais pourront choisir leur prestataire à compter de l’année suivante.
Dans la version précédente de la réforme, les patients qui n’auraient pas choisi de prestataire, auraient relevés du service le plus proche, qu’il soit public ou privé. Selon la proposition actuelle, cela serait le cas au bout de deux ans.
Les groupes parlementaires évoqueront la réforme, jeudi. Une fois qu’ils auront adopté les propositions, le projet de loi sera publié.
HS/A10

Energie

« La production d’électricité à Olkiluoto3 retardée » HS
La presse rapporte que TVO a indiqué que la production d‘électricité de son réacteur Olkiluoto3 commencerait en mai 2019.
HS Hbl

Lundi 9 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Russie – Finlande

Propos de l’ambassadeur de Russie en Finlande
Hufvudstadsbladet rend compte des propos de l’ambassadeur de Russie en Finlande, Pavel Kouznetchov, qui met en garde contre une adhésion finlandaise à l’OTAN. L’ambassadeur russe a accordé une interview au tabloïd Ilta-Sanomat à qui il dit que la Russie serait obligée de prendre des mesures appropriées si les infrastructures militaires de l’OTAN se rapprochaient des frontières de son pays.
Selon lui, les Finlandais ne soutiennent pas grandement une participation à l’OTAN et considèrent que la politique de non-adhésion militaire est un garant des intérêts nationaux de la Finlande, et qu’en outre, c’est un facteur stabilisant dans la mer Baltique.
HBL/dim/5

Le Kremlin publie une liste des chefs d’Etat ayant félicité M. Poutine
La Finlande se trouve parmi des pays comme la Biélorussie et l’Arménie sur la liste que Kremlin a publiée sur les chefs d’Etat ayant félicité le Président russe à l’occasion de son anniversaire, samedi.
Le porte-parole du Président Niinistö note que le Président a l’habitude de féliciter les personnes qui l’ont félicité.
Les Présidents finlandais et russe ont eu un entretien téléphonique, vendredi, lors duquel ils ont évoqué, selon un communiqué du secrétariat de la Présidence finlandaise, la coopération arctique, les relations entre les grandes puissances, la sécurité en matière de transport aérien dans la mer Baltique, la situation en Ukraine et les relations bilatérales entre les deux pays.
HS/A21

M. Poutine montre un intérêt pour les peules finno-ougriens
Aamulehti relève que M. Poutine a désigné un représentant au congrès mondial des peuples finno-ougriens qui se tient tous les quatre ans et qui a pour objectif de promouvoir les droits des peuples minoritaires et autochtones, ainsi que la coopération dans les questions linguistiques et culturelles.
Merja Hannus, représentante de l’association Finlande-Russie, se félicite de cette désignation et estime que cela signifie que la coopération finno-ougrienne est considérée comme importante [en Russie].
AL/dim/A24

Prix Nobel de la paix

Commentaires finlandais
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, a félicité ICAN, vendredi. Il estime qu’il est positif de reconnaître le travail des constructeurs de paix et des instances qui continuent à évoquer la question des armes nucléaires.
La Finlande n’envisage pas pour autant de signer le traité pour l’interdiction des armes nucléaires. Pour M. Soini (Avenir bleu), il est problématique que les Etats disposant d’armes nucléaires n’y participent pas. La Finlande estime, selon lui, qu’avancer dans ces circonstances serait difficile. De ce fait, la Finlande choisit de travailler dans le cadre du traité de non-prolifération des armes nucléaires.
Ilkka Kanerva (Rassemblement national), président de la commission de la Défense du parlement, considère le traité sur l’interdiction des armes nucléaires comme sans importance du fait qu’il a été négocié entre pays qui ne sont pas impliqués dans l’armement nucléaire.
Erkki Tuomioja (PSD), ancien ministre des Affaires étrangères, estime, quant à lui, que c’est une erreur de la part de la Finlande de ne pas participer à ce processus. Pour lui, le traité et le nombre croissant de signataires qui augmentent maintiennent la pression à l’égard des puissances nucléaires. Il estime d’ailleurs que la Finlande finira par signer ce traité, mais qu’il aurait été mieux de participer aux avant-gardes de cette question.
HS/sam/B6-7, AL/sam/A32-33

Défense

La Suède participe à l’exercice militaire de l’armée de l’air, Ruska
Le plus important exercice annuel de l’armée de l’air finlandaise, Ruska 17, commence aujourd’hui en regroupant 5 100 personnes, comprenant des employés des forces de défense, des réservistes et des conscrits.
Aux activités aériennes de l’exercice participent plus de 30 chasseurs F18 Hornet, 14 avions d’exercice à réaction Hawk, des appareils de transport et de liaison et des hélicoptères de transport NH-90.
Des avions et du personnel de l’armée de l’air suédoise coopèrent également à ces manœuvres. Les Suédois envoient notamment huit chasseurs Gripen et un appareil de surveillance et de commande de combat Argus.
HS8.10/A10, KS7.10/7, AL9.10/A15

Grande cyberattaque détectée aux Iles Åland
Vers la mi-septembre, une attaque particulièrement puissante d’une durée d’environ une demi-heure a été constatée sur les réseaux des Iles Åland, rapporte l’opérateur téléphonique Ålcom. « Nous n’avons jamais connu d’attaque aussi forte », affirme le président directeur de la compagnie, Daniel Dahlén.
« Nous avons remarqué à ce moment-là qu’il y a eu des attaques aussi en Norvège, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas ».
Simultanément à ces attaques se déroulait l’exercice russe et biélorusse Zapad qui a officiellement commencé le 14 septembre. Selon les informations de l’agence presse STT, n’y a cependant pas de lien entre ces deux évènements.
Il n’en reste pas moins que les Iles Åland sont un endroit stratégique dans les domaines de la défense et de la sécurité de la région Baltique.
Le 21 septembre une autre attaque, plus faible, a été aperçue sur les Iles Åland mais nulle part ailleurs.
Selon l’agence de presse Reuters, les représentants de l’OTAN et de la Lettonie, la Russie aurait interverti, le 30 septembre, les réseaux des téléphones portables dans l’ouest de la Lettonie et contribué aux coupures dans les réseaux des appels d’urgence du pays le 13 septembre, c’est-à-dire peu de temps avant le début de l’exercice Zapad.
« Il semblerait que la Russie ait déclenché ces interférences dans les réseaux des téléphones portables depuis Kaliningrad. Il s’agit de très grosses perturbations qui n’étaient pas ciblées sur la Lettonie mais sur l’île de Gotland en Suède et les Iles Åland en Finlande », a précisé, selon Reuters, le vice-président de la commission de sécurité Karlis Serzants.
KS7.10/13

Politique européenne

Analyse : “le gouvernement finlandais bloqué” HS
Helsingin sanomat estime que, à moins de deux ans de la présidence finlandaise qui commencera en juillet 2019, le gouvernement finlandais se trouve bloqué en politique européenne.
« On manque d’idée. Le gouvernement vit au jour le jour, dans une sorte de situation de blocage alors même que les idées et les prises de position sont nombreuses ailleurs en Europe ».
« Au gouvernement finlandais, il est difficile de discuter surtout du fait que les députés du groupe de l’avenir bleu exigent que, pour la coopération européenne, l’on s’en tienne strictement au programme gouvernemental. Quant au Centre et au Rassemblement national, ils craignent aussi toute nouvelle solidarité financière ».
HS

Politique intérieure

Parti du Centre

M. Kaikkonen est le plus sérieux candidat contre M. Sipilä
Aamulehti publie un sondage selon lequel, 48% des Centristes souhaitent que le premier ministre Juha Sipilä se succède à lui-même à la tête du parti du Centre. Le présidente du groupe parlementaire Antti kaikkonen obtient 15% et le ministre de l’Environnement Kimmo Tiilikainen 8% des suffrages des centristes.
AL

Propos de M. Sipilä
Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré dans une interview qu’il déciderait cet hiver s’il se présente ou non à sa succession à la tête du parti.
Le prochain congrès du centre aura lieu à l’été 2018.
HS

Social

Risques de grèves dans le bois-papier
Les négociations de la nouvelle convention collective du secteur du bois-papier sont dans une impasse : le patronat propose de reconduire la dernière convention qui vient de prendre fin sans augmentation de salaire. Les représentants des syndicats ont annoncé se préparer à des mouvements de grève.
HS AL

Vendredi 6 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Politique européenne

Visite de M. Soini à Paris
« L’UE n’a pas besoin d’un ministre des Finances » Hbl
« La réponse à la crise de l’Europe n’est pas plus d’Europe » IS
« On ne peut pas passer sous silence les événements de Catalogne » Yle
« L’UE n’a pas besoin de ministre des Finances ni de budget de l’eurozone » IL
STT rapporte que le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini a été reçu hier par le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian. Selon Iltalehti, les ministres ont discuté des réformes de l’UE.
STT rappelle que le Président français promeut une intégration l’union économique et monétaire.
« De telles propositions ambitieuses sont nécessaires car elles lancent le débat. Mais cela ne signifie pas que l’on est d’accord sur tout, ni non plus que l’on ne peut pas changer d’avis sur un sujet à un moment », dit M. Soini.
Les propositions du Président Macron sont toutefois éloignées de la pensée de M. Soini pour qui « la réponse à, la crise que traverse l’Europe ne doit pas être de proposer plus d’Union européenne. C’est comme cela : à toutes les questions qui se posent on ne peut pas répondre en disant plus d’Europe. Pour certaines questions, c’est déjà le cas, et par exemple pour la coopération de défense, c’est vrai ».
STT précise que si la Finlande et la France promeuve un approfondissement de la coopération de défense, cela ne veut toutefois pas dire que l’UE est en train de créer sa propre armée. « On se méprend si on croit que l’UE est en train de créer sa propre armée, dit-il. Il insiste au contraire sur la nécessité de développer une coopération structurée et un fonds de défense.
« On peut accepter un fonds pour la défense. Cela pourrait profiter à l’industrie finlandaise de défense comme Patria » dit le Ministre.
Iltalehti rapporte que le gouvernement finlandais doit prendre position cet automne sur trois propositions de réforme de la zone euro : la création d’un ministre des Finances et d’un budget de la zone euro ainsi que d’un fonds monétaire européen. Selon M. Soini, la Finlande ne peut pas approuver ces propositions car il y a le risque que ces propositions augmentent la solidarité financière entre les Etats.
« C’est contraire au programme gouvernemental, et il n’y a donc pas besoin d’autre justification. Le problème de l’Europe n’est pas qu’il manque un ministre ou un autre organe. On a besoin de plus d’innovation, d’éducation, d’investissements et de croissance ».
« Chaque Etat membre gère sa propre dette et son économie et doit respecter ses engagements. Je ne vois pas de nécessité de modifier l’union monétaire dans une autre direction ».
STT relève que le transfert du siège de la banque Nordea en Finlande semble avoir jeté en Finlande une nouvelle lumière sur le projet de garantie des dépôts commune.
M. Soini ne veut pas se prononcer sur la position du gouvernement sur le sujet, mais admet que l’on en discute entre les partis de la coalition. « Quand il y a un changement comme celui constitué par le transfert de Nordea, c’est important de savoir qui assume la responsabilité de garantir ces dépôts », se contente-t-il de dire.
Selon Yle, les ministres ont aussi discuté de la politique migratoire et notamment du renvoi des demandeurs d’asile déboutés. « Nous avons constaté qu’il faut améliorer les choses dans l’UE. Si un Etat membre n’arrive pas à renvoyer les demandeurs d’asile déboutés, il devient rapidement uns destination privilégiée », estime M. Soini. A Amnesty International qui demande à ce que les renvois vers l’Afghanistan soient suspendus, il répond : « Nous appliquons la loi et les principes de l’Etat de droit. Les administrations prennent les décisions sans que les politiques n’y interfèrent. »
Concernant la proposition de créer un centre européen pour étudier les demandes d’asile, M. Soini déclare : « J’ai rappelé à mon collègue français que la Finlande avait accepté d’accueillir plus de 2 000 réfugiés au titre des transferts. On ne pourra prendre de nouvelle décision que quand tous les autres Etats membres auront eux aussi remplis leurs engagements et assumé leur part du fardeau ».
Yle rapporte que les ministres ont aussi discuté de la Catalogne. « Nous souhaitons du calme de la part de toutes les parties. Les représentants de l’Espagne et de la catalogne devrait se réunir et arriver à un compromis », dit M. Soini qui estime qu’il n’est pas réaliste de demander à l’UE de jouer le rôle de médiateur.
M. Soini ne pense pas que cette crise ralentisse les projets de réforme de l’UE, mais il juge qu’il ne faut pas non plus les nier. « Il ne faut pas passer sous silence de tels événements. Mas la seule solution réside toutefois dans les négociations et personne ne peut obliger les parties à négocier. »
Is Il Hbl Yle

Editorial
« La Finlande doit rester dans le cœur de l’intégration européenne » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat écrit que
« Les tensions sur le développement de la zone euro et de l’UE nous sautent aux yeux quand on écoute un européen du sud et un représentant du ministère finlandais des Finances sur le développement de la zone euro. Pour l’expert de l’Europe du sud, la zone euro est un système politique et c’est précisément pourquoi il faut renforcer ce caractère politique. En revanche, pour le représentant finlandais du ministère des Finances, il s’agit d’une entité économique fondée sur les règles de la monnaie unique et il ne faut pas y introduire des caractères politiques ni des responsabilités économiques entre les Etats », écrit l’éditorialiste de HS. Selon lui, là où les Etats du dus de l’Europe considèrent que les règles de l’UEM contraignent les politiques économiques et ne permettent pas de faire face aux crises conjoncturelles, l’Allemagne considère au contraire que ces règles ne sont pas assez respectées.
HS estime qu’après les élections de cette année en France et en Allemagne, il devient clair que l’on va relancer le développement de l’UE et diminuer les différences de points de vue. Mais comme toute l’union n’arrivera pas à avancer ensemble, on va créer autour de la zone euro un groupe pionnier qui sera dirigé par ce duo de grands Etats. Et pour que ce groupe puisse avancer de manière efficace, on va rendre l’eurozone plus intégré.
Pour les Finlandais, on ne peut pas, au prétexte de vouloir se défendre contre des chocs asymétriques, construire un système de sauvetage financé par l’argent public n’ait pas un caractère politique. Là où les pays du sud voient un accord technique sur la solidarité financière, les pays du nord y voient une question politique délicate, écrit HS.
Mais les Finlandais ne remarquent pas que le train est déjà parti et qu’il faut absolument en être. Dans la vie, il faut parfois accepter de mauvaises décisions. Même des décisions politiques et que l’on n’apprécie pas. Il faut s’attendre à ce que Berlin fasse des compromis aux pays du sud. La Finlande doit se concentrer pour peser les quelques sujets les plus délicats qui augmentent la solidarité financière. Et en contrepartie, il faut être prêt à accepter d’autres questions moins mauvaises – par exemple la création d’un ministre des Finances de la zone euro et un fonds monétaire européen », conclut HS.
HS

Blog de M. Soini
Dans son blog, le ministre des Affaires étrangères répond à l’éditorialiste d’Helsingin Sanomat et au représentant du patronat EK qui expriment leur mécontentement sur la politique européenne du gouvernement.
« La croissance est là, le chômage recule. Et tout cela n’est pas dû à la solidarité financière mais au travail des Finlandais et à la coopération internationale. »
« La politique du bail-out est immorale et incite à se comporter avec gabegie. Tant que nous laisserons comprendre que nous payons les factures des spéculateurs cupides, nous aurons à payer. Je ne vais pas promouvoir des choses stupides ou immorales. »
« Je considère que la sortie des Britanniques de l’UE est regrettable pour la Finlande. Mais je ne me fais pas de soucis pour les Britanniques, ils s’en sortiront. Et la Finlande aussi s’en sortira tant qu’elle n’acceptera pas de régler la facture de projets stupides ».
Timosoini.fi

Politique intérieure

Partis politiques

Avenir bleu
L’association Avenir bleu a réussi à rassembler les 5000 noms nécessaires pour pouvoir créer un parti. Une conférence de presse est prévue la semaine prochaine, selon Simon Elo, président du groupe parlementaire.
HS/A15

Sécurité

Le gouvernement a adopté la stratégie de sécurité intérieure
Le gouvernement a adopté, hier, une stratégie de sécurité intérieure, qui propose des moyens pour diminuer la peur et l’insécurité engendrée par la criminalité, les dérangements, des accidents et des phénomènes nationaux ou internationaux.
Le document qualifie l’exclusion sociale accrue comme le défi le plus central en matière de sécurité intérieure.
Comme la population se divise fortement entre ceux qui réussissent et les exclus, les problèmes en matière de sécurité s’accumulent chez une petite minorité. Des personnes représentant moins de 5 % de la population commettent plus de la moitié de tous les crimes. Des personnes représentant 10 % de la population sont victimes de deux tiers de tous les actes violents commis.
La part des jeunes adultes qui risquent de s’exclure socialement est en hausse. Selon l’OCDE, plus de 20 % des hommes finlandais de 20 à 24 sont au chômage et sans formation.
Des mesures sous forme d’information et formation seront entreprises concernant les enfants et les adolescents.
La stratégie propose d’augmenter les attributions et les capacités des autorités. Il faut prévoir d’augmenter les acquisitions matérielles afin de répondre aux accidents majeurs, au terrorisme, aux menaces hybrides et à la criminalité en ligne.
Il est prévu de mettre en place un service de prévention des menaces au ministère de l’Intérieur.
Paula Risikko, ministre de l’Intérieur, souligne l’importance d’assurer les ressources des autorités de ce secteur à long terme. La stratégie insiste sur l’importance du renforcement de la surveillance à la frontière oreintale du pays, des contrôles frontaliers et de la visibilité de la police. Elle envisage de présenter, au printemps 2018, des crédits supplémentaires pour des mesures dans ce sens.
La stratégie propose enfin des projets législatifs en matière de menaces hybrides et préparation face à l’immigration clandestine. La stratégie de la lutte contre le terrorisme devra être mise à jour.
Päivi Nerg, secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, se félicite du fait qu’en Finlande, on a pu développer la coopération entre les différentes autorités. Elle note toutefois que la préparation face aux nouvelles menaces n’est pas suffisante.
HS/A12, AL/A12-13

France - Finlande

Cinéma

Sortie des films d’Agnès Varda et Thierry Frémaux
La presse publie de bonnes critiques des films d’agnès Varda et Thierry Frémaux qui sortent aujourd’hui en Finlande.
Aamulehti publie une interview de Thierry Frémaux, auteur de Lumière !
AL SK HS

Jeudi 5 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Politique européenne

Editorial
« Le gouvernement n’a pas le courage de s’extraire de son programme gouvernemental » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat Paavo Rautio commente les propos du représentant du patronat EK à Bruxelles Taneli Lahti qui essaye d’être actif dans le débat sur l’avenir de l’UE quand le gouvernement finlandais brille dans ce débat par son absence.
Selon M. Lahti, le gouvernement est en effet uniquement réactif : il attend que des propositions soient formulées pour s’y opposer. De plus, en Finlande on a mal interprété le résultat des élections en Allemandes : on y a vu un renforcement d‘une ligne eurosceptique alors que les pro-UE l’on largement emporté.
« Le gouvernement finlandais a tendance par nature et pour des raisons politiques à ne pas prendre un rôle actif dans l’UE. Celui à qui incombe ce pouvoir en politique européenne est le Premier ministre, pour qui tout ce qui touche à l’UE semble désagréable, négatif et étranger », écrit HS.
« La coalition actuelle demeure d’autant plus forte que l’on ne modifie pas le programme gouvernemental. Pas même si le monde extérieur change. C’est pourquoi on ne rentre jamais dans les détails, MM. Sipilä et Soini se bornant à discuter au niveau des têtes de chapitres ».
« Or le gouvernement devrait avoir le courage de lever le nez de son programme gouvernemental, voir plus loin et expliquer ce dont la Finlande a besoin. Et s’il y a des propositions de M. Macron auxquelles il faut s’opposer, il faut commencer le travail de suite pour obtenir un résultat meilleur pour la Finlande. Dire non ne suffit pas. Se cacher derrière le dos de l’Allemagne ne suffit pas, car si l’Allemagne bouge la Finlande sera à découvert », estime HS.
HS

Fiscalité

La commission veut une réforme du système de TVA de l’Union
Helsingin Sanomat rapporte que la Commission veut réformer le système de TVA de l’union. Le directeur du service de la TVA aux Finances finlandaises, M. Tommi Parkola rapporte que la Finlande est favorable aux lignes de la Commission depuis 2016. « Le modèle proposé est théoriquement le bon, mais il nous faut encore voir les détails. Cela ne sera pas facile ».
M. Parkola estime qu’il faut étudier les risques de fraude et les coûts de gestion de ce modèle.
HS

La commission condamne Amazon à payer 250 millions d’euros
La responsable de la fiscalité du patronat finlandais EK Mme Virpi Pasanen craint que la décision de la Commission n’enclenche une guerre fiscale entre les Etats-Unis et l’UE. « De telles décisions ne poussent pas les Etats-Unis à ne pas réformer leur fiscalité dans un sens protectionniste », regrette-t-elle.
Elle souhaite que pour l’imposition des entreprises numériques internaitonales on puisse trouver une solution globale.
KS

Environnement

La Finlande favorable à la vente du glyphosate
Aamulehti rapporte que la Finlande est favorable à la réautorisation de l’herbicide.
« Parce que le glyphosate remplit les critères d’autorisation », souligne le représentant du ministère de l’agriculture de Finlande.
L’eurodéputée Heidi Hautala (Verts) y est en revanche défavorable.
AL

Brexit

« Mme Anelay : Nous n’allons pas essayer de rentrer par la fenêtre » KL
La ministre responsable du Brexit, Mme Anelay a donné une interview à Kauppalehti. Elle déclare : « Certains pensent que nous n’allons pas partir ou que nous allons revenir par la fenêtre. Non. Nous avons dit clairement que nous sortons » de l’UE.
Interrogée sur les divergences de points de vue entre Boris Johnson et Ruth Davidson, elle déclare « soutenir la position du gouvernement ».
Elle souhaite un accord spécifique entre l’UE et le Royaume-Uni. « Nous entamons un processus qui ne s’est jamais fait. Notre future relation avec l’UE ne sera pas une union douanière, mais un partenariat douanier. Cela ne sera pas non plus un marché colmmun, mais une relation commerciale dans laquelle il y aura peu de droits de douane etoù les obstacles commerciaux auront été autant réduits que possible ».
« Nous voulons un accord qui convienne à tous et il devra être pratique car sinon il ne serait approuvé ni par les uns ni par les autres ».
KL

Migration

Des demandeurs d’asile convertis au christianisme
Aamulehti relève que depuis le début de l’année, l’Office national de l’immigration a été saisi pour réévaluer la situation de 800 demandeurs d’asile du fait qu’ils se sont convertis au christianisme.
Migri considère qu’une partie de ces cas relève d’une conversion « réelle », alors que dans d’autres cas, il s’agit d’un dernier recours pour s’efforcer d’obtenir un asile. Migri avoue qu’il est extrêmement difficile d’évaluer l’authenticité de la conviction des personnes.
AL/A21

Protection des demandeurs d’asile déboutés
Selon un sondage, la majorité des Finlandais, 79 %, n’accepte pas le fait de cacher des demandeurs d’asile déboutés pour les protéger d’un renvoi dans leur pays. 8 % y sont favorables et 12 % des personnes interrogées ne se prononcent pas.
Les personnes de 18 à 29 ans sont plus tolérantes en la matière que les autres et ceci probablement parce qu’ils ont plus souvent des contacts personnels avec des demandeurs d’asile.
Au niveau de l’affiliation politique, les électeurs de l’Alliance des gauches, des Verts et du PSD acceptent plus souvent la protection des demandeurs d’asile en les cachant.
Pour la vice-présidente de l’Alliance des gauches, Hanna Sarkkinen, les résultats du sondage reflètent le fait que les Finlandais souhaitent surtout respecter la loi.
KS/26-27

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Le patronat réfute les chiffres de l’Institut d’études statistiques
Selon l’Institut national d’études statistiques, le pacte de compétitivité a augmenté le temps de travail de moins de la moitié des salariés, mais le patronat EK se méfie de ce chiffre et soupçonne que certains ne se sont pas rendu compte de l’augmentation par exemple du fait qu’elle est incluse dans un calcul annuel.
EK estime aussi que, dans le rapport de l’Institut d’études statistiques, l’accent est mis sur de très petites entreprises. EK estime que dans la quasi-totalité des entreprises qui sont au sein de la confédération du patronat, le pacte est observé.
Helsingin Sanomat rappelle que le pacte devrait avoir un effet sur la compétitivité avec un délai. Il existe des appréciations diverses et variées sur la réalisation de cet effet, mais entre 15 000 et 35 000 emplois pourraient être créés.
HS/A9

Trasport - Gouvernement

Rejet de la motion de censure sur l’avenir des transports ferroviaires
Le Parlement a renouvelé sa confiance en gouvernement avec 95 voix contre 77 dans le vote sur la motion de censure concernant la gestion des activités du groupe VR et les transports ferroviaires.
HS/A11

Partis politiques

Sondage : le Kokoomus en première position suivi du PSD
Yle publie son sondage effectué par l’institut Taloustutkimus sur l’audience des partis qui situe le Rassemblement national en première position avec 21,7 % des intentions de vote (+0 ,9), suivi du PSD avec 17,3 % des intentions de vote (+1,7) et des Verts, 16,6 % (-1,2).
Le Centre (15,8 %) et les Vrais Finlandais (9,9 %) ont perdu 0,4 point de leur audience et arrivent respectivement en quatrième et cinquième rang, suivis de l’Alliance des gauches (8,3 %), les Démocrates chrétiens (3,9 %) et le Parti suédois (3,5 %). L’avenir bleu est à 1,5 %.
Yle estime que le PSD pourra souffler du fait que son audience ne descend plus.
Il est à noter que l’écart entre les partis de la coalition gouvernementale augmente, celui entre les conservateurs et le Centre étant de 5,9 points. Cela ne promet rien de bon pour la coopération gouvernementale du fait que le Centre est susceptible de souhaiter chercher à modifier sa politique afin de mieux plaire à son électorat.
L’audience des partis du gouvernement ensemble est de 39 % contre 57 % aux législatives de 2015.
L’augmentation rapide de l’audience des Verts semble s’être calmée.
Yle

Economie

Les sociétés informatiques recrutent des codeurs de plus en plus souvent à l’étranger
Helsingin Sanomat a effectué un sondage auprès des sociétés informatiques qui montre que 63 % des entreprises ont recruté un ou plusieurs employés à l’étranger. 68 % des dirigeants des groupes ayant répondu au sondage estiment qu’en Finlande, on ne trouve pas suffisamment d’employés compétents dans ce secteur. En même temps, moins de la moitié de ces entreprises, 41,9 %, cherchent des employés à l’étranger.
Les directeurs estiment que la pénurie de personnel compétent ralentit la croissance des entreprises et les pousse à externaliser.
HS/A30-31

Carburants : Le groupe Neste continue à croire au diesel
Le directeur général du groupe de raffinage de pétrole, Neste, Matti Lievonen, estime que les moteurs à combustion seront encore longtemps utilisés comme le parc automobile se renouvellera lentement. Ainsi, le diesel gardera sa position parmi les carburants.
Neste dispose de trois usines de diesel renouvelable qui produisent actuellement 2,4 millions de tonnes. Le groupe envisage de mettre en place une quatrième usine à Singapour ou aux Etats-Unis.
HS/A32

Energie éolienne
Helsingin Sanomat rend compte d’un record dans la production de l’énergie éolienne, hier. 29 800 000 kWh ont été produits en 24 heures, ce qui correspond à 13 % de la consommation du pays à la même période.
Avec les nouvelles centrales éoliennes en cours de construction, l’énergie éolienne pourra couvrir 5 à 6 % de la consommation électrique finlandaise.
HS/A33

Société

Violence des jeunes en hausse
Aamulehti rend compte des statistiques sur les jeunes et les crimes violents dans la région de Pirkanmaa autour de Tampere.
Chez les jeunes, une augmentation de ce type de criminalité est liée à l’usage de la drogue et d’une combinaison de différents stupéfiants.
Dans les crimes violents commis par des jeunes, les victimes sont dans la plupart des cas elles aussi des mineurs.
AL/A6-7

Mercredi 4 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Ministre des Affaires étrangères

M. Soini était à Manchester
Le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini était à Manchester où il a participé penbdant deux jours à la réunion du parti conservateur britannique.
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, il déclare ne pas regretter d’avoir quitté le parti des Vrais Finlandais à l’issue du congrès de juin dernier, même si son nouveau mouvement, l’Avenir bleu n’a pas encore rencontré de succès d’audience. « Je ne le regrette pas. Les Vrais Finlandais [de M. Halla-aho] ne représentent plus, tant par leurs dirigeants, leur ligne politique et la direction choisie – ce que j’avais créé. On le verra bien durant la campagne présidentielle lorsque leur candidat prendra position ».
M. Soini estime qu’il manque à de nombreux de ses anciens électeurs. Nombreux sont aussi ceux qui n’ont pas encore compris que l’Avenir bleu s’est réellement dissocié des Vrais Finlandais. Il pense que les électeurs ne s’en rendront vraiment compte qu’à la veille des élections.
A Manchester, M. Soini a notamment rencontré son homologue britannique Boris Johnson avec qui il s’est entretenu pendant 40 minutes.
Ils ont discuté de sécurité et de politique anglaise. Les négociations sur le Brexit se tiennent entre l’UE et le Royaume-Uni. Mais cela ne veut pas dire que les Britanniques ne sont pas intéressés par ce que les Finlandais en pensent.
Selon M. Soini, les relations bilatérales entre le Royaume-Uni et la Finlande sont bonnes. Il considère que les pays nordiques et les Pays-Bas pensent souvent comme les Britanniques. Quant aux pays Baltes, il est important pour eux d’avoir une coopération de sécurité avec les Britanniques.
M. Soini considère que le discours de Mme May à Florence a amélioré l’atmosphère qui règne autour des négociations sur le Brexit.
M. Soini qui a passé des années à critiquer l’UE ne semble pourtant pas si sûr du bulletin qu’il aurait choisi s’’il avait pu voter lors du référendum sur le Brexit. « Le choix aurait été difficile… mais la tentation aurait été forte », dit-il.
Sur son avenir, M. Soini n’a pas encore décidé d’sil se représenterait aux législatives en 2019. « Je ne l’exclus pas. L’option existe ».
Il refuse de se prononcer sur les spéculations qui le voient rejoindre la BERD à Londres.
« Je pars du principe que je serai Ministre des Affaires étrangères jusqu’en 2019. »
HS

Commerce extérieure

Les droits de douanes envisagés par M. Trump nuiraient à l’économie finlandaise
Si les Etats-Unis mettaient en place les droits de douane envisagés par leur président, la valeur ajoutée des exportations finlandaises diminuerait de 210 millions de dollars soit 180 millions d’euros, selon un rapport de l’institut de recherche économique Etla.
Selon le rapport, l’effet serait indirect car la diminution serait surtout engendrée par des droits imposés sur la Chine et le Mexique, mais concerneraient des composants et produits exportés de Finlande dans ces pays et qui finissent dans des produits destinés de ces pays au marché américain.
La perte engendrée à la Finlande s’élèverait à 0,1 % du PIB. Des droits de douanes imposés à l’UE engendreraient une diminution bien plus importante du PIB, selon Etla.
HS/A26

Migration

Passage de clandestins depuis la Russie
L’enquête sur la plus grande affaires de passages de clandestins vers la Finlande est bientôt bouclée. Il s’agit d’un groupe de criminalité organisée russe qui aurait fait passer des dizaines de clandestins en Finlande par le canal du lac Saima.
Le trafic a été démantelé en juin lorsqu’un transportant 17 clandestins d’origine de Yémen a été arrêté.
Les gardes-frontières ont relevé que ce navire avait effectué une demi-douzaine de voyages depuis le début de l’année.
Le prix demandé par individu pour une traversée était d’environ 10 000 euros.
HS

Défense – Sécurité

Ouverture du Centre d’excellence contre les menaces hybrides à Helsinki
Editorial : Un bon investissement pour la Finlande
Helsingin Sanomat estime que la présence à Helsinki du secrétaire général de l’OTAN et de la Haute représentante de l’UE montre que la création du centre de lutte contre les menaces hybrides qui ne coutera que 750 000 euros par an à la Finlande est un très bon investissement. La Finlande a réussi à rehausser son profil international pour un très faible coût, considère HS.
HS

La Finlande participe activement aux exercices de l’OTAN
Les forces de défense finlandaise participent cette année deux fois plus souvent à des exercices militaires internationaux qu’en 2010.
Cette année, la Finlande participe à 84 exercices militaires internationaux dont seulement 13 (15,5%) sont des exercices de l’OTAN. Sur les 87 exercices militaires de l’année dernière, la part de l’OTAN représentait 21,8%.
La semaine dernière, l’exercice secret de gestion de crise CMX de l’OTAN a été largement discuté. Il a lieu du 4 au 11 octobre.KS4.10/17

La Finlande réfléchit sur les armes des futurs chasseurs
La défense nationale demande des informations à des fournisseurs d’armes
Des appels d’information ont été lancés par la défense nationale concernant les armes et les équipements des futurs chasseurs. Les gouvernements de Grande-Bretagne, d’Israël, de Norvège, de France, de Suède, d’Allemagne et des Etats-Unis ont reçu l’appel d’offres pour les remettre aux fournisseurs sélectionnés par les Finlandais.
Ces appels d’information ont pour but de pouvoir déterminer quels types de systèmes d’armes et d’équipements seront disponibles à partir de 2025 lorsque les nouveaux avions seront en service.
Les armes et équipements des futurs chasseurs seront achetés en même temps que les avions mais feront l’objet d’un contrat séparé. Ils représentent environ 10% du montant de l’acquisition des chasseurs, soit 700-1 000 millions d’euros sur une totalité de 7 à 10 milliards que représente l’acquisition.
Il est possible que les futurs chasseurs de l’armée de l’air utilisent les mêmes armes que les avions actuels. Certains avions candidats à la future acquisition sont compatibles avec les missiles Amraam et Sidewinder actuellement utilisés dans les F-18 Hornets et sont capables de lancer des bombes Jdam, également utilisés par les F-18 Hornets.
L’ingénieur général de brigade Kari Rento du département de la logistique, précise que les noms des fournisseurs sélectionnés ne seront pas diffusés dans les médias.
A partir de l’année 2019, on verra les candidats à la succession des F-18 Hornets à l’œuvre en Finlande. Le but consiste à tester les avions dans les conditions climatiques de la Finlande : froid, gel et verglas.
HS4.10/A8

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Le temps de travail a augmenté concernant moins de la moitié des salariés
Keskisuomalainen rend compte du fait que selon l’Institut d’études statistiques, le pacte de compétitivité a augmenté le temps de travail de 43 % des salariés même si en théorie, le pacte couvre 90 % des salariés. Durant le deuxième semestre de l’année en cours, il y avait 2 161 000 salariés, dont 900 000 étaient concernés par un horaire plus long.
Le pacte prévoit une augmentation de 24 heures sur le temps de travail annuel. Certaines branches se sont dissociées du pacte dès le départ, et dans certains secteurs, on s’est mis localement d’accord sur des solutions différentes par rapport au pacte.
Dans le secteur privé, l’augmentation du temps de travail est moins souvent observée que dans la fonction publique. L’augmentation concerne plus souvent les femmes que les hommes.
KS/16

Transport

Débat sur l’ouverture à la concurrence des chemins de fer
Le gouvernement lancera la libéralisation des transports ferroviaires à compter du début des années 2020 dans l’objectif de l’avoir terminé pour 2026, en commençant par les trains de banlieue de la Finlande du Sud.
Il s’agira de mettre les transports en concurrence en accordant des contrats de droit d’utilisation par zone. Le droit d’utilisation serait accompagné de certaines obligations concernant l’organisation de services en matière de transports.
Le Parlement a débattu le projet dans le cadre de l’étude de la motion de censure de l’opposition en la matière.
L’opposition se demande comment faire augmenter les transports et ainsi baisser les prix, si les nouveaux acteurs qui accèdent au secteur n’investissent pas dans le matériel et si de nouveaux rails ne seront pas construits.
Anne Berner, ministre des Transports, note que ces deux dernières années, VR a diminué son offre de voyages de 10 % et que cette part serait ainsi disponible à d’autres acteurs. Elle note que selon l’UE, l’utilisation du réseau ferroviaire finlandais est parmi les plus faibles en Europe.
AL/A14

Economie

Cent emplois supprimés à Patria
A l’issue de négociations salariales, la société d’industrie de défense et d’aviation Patria supprimera 101 emplois d’ici la fin de l’année.
Ces suppressions sont réalisées pour des raisons économiques et de production et de remaniements des activités de la société.
L’Etat finlandais est le premier actionnaire de Patria.
Les suppressions seront effectuées par la voie de licenciements, de départs à la retraite et de l’externalisation de certaines activités. Certains contrats à durée déterminée ne seront pas reconduites.
Sur les 1 600 personnes employées par Patria en Finlande, 1 300 se trouvaient concernées par les négociations.
HS4.10

Mardi 3 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Espagne

Réactions en Finlande
« M. Sipilä espère une solution conforme à la constitution » HS
« Timo Soini : Cela ne devra pas se passer comme cela en démocratie » HS
Le Premier ministre Juha Sipilä espère que la crise de Catalogne pourra se résoudre sans violence. Il estime que c’est une « question interne à l’Espagne. Mais j’espère que l’on trouvera une solution conforme à la constitution et respectueuse des droits des personnes ».
M. Soini, qui était hier à Manchester pour participer au congrès du parti conservateur britannique s’est étonné du nombre de blessés élevé. « cela ne devrait pas être possible en démocratie ».
Il pense que le principal réside dans les négociations entre le gouvernement espagnol et la catalogne.
HS

Editoriaux
« La catalogne n’est pas encore indépendante » HS
Referendum en Catalogne – Commentaires de M. Soini
Helsingin Sanomat estime que le pouvoir de Madrid est clairement le perdant de cet épisode même si l’on ne sait pas encore quelle sera la portée de la victoire pour les catalans. En effet, « la réelle indépendance de la Catalogne est encore très éloignée ».
Aamulehti critique aussi les mesures prises par l’administration espagnole. L’éditorialiste considère toutefois que l’on n’a pas besoin de créer de nouveaux Etats mais qu’il faut plutôt réfléchir à modifier les Etats actuels.
HS AL

Brexit

« Selon les douanes, des coûts importants à attendre » HS
Les douanes finlandaises estiment que le Brexit engendrera des coûts importants de dizaines de millions d’euros pour les entreprises finlandaises qui exportent ou importent avec le Royaume-Uni.
Selon les douanes, après le Brexit, les entreprises finlandaises devront faire 233 000 nouvelles déclarations d’importation et 36 000 nouvelles déclarations d‘exportation.
En effet, environ 15 000 entreprises importent des produits britanniques et 2 500 y exportent. Les exportations concernent à 39% des produits de bois-papier.
HS

Défense – Sécurité

Ouverture du Centre d’excellence contre les menaces hybrides à Helsinki
Le Centre d’excellence contre les menaces hybrides a ouvert ses portes le 2 octobre à Helsinki en présence du Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, de la Haute représentante des Relations extérieures de l’UE, Federica Mogherini, du président Sauli Niinistö et du Premier ministre Juha Sipilä.
Dans son discours d’ouverture, le président Niinistö a déclaré que les menaces hybrides sont réelles et souvent communes à l’UE et à l’OTAN.
« Nous voyons ce que fait notre adversaire mais nous ne comprenons pas ce que signifient ces actes », a-t-il dit avant de préciser que les menaces liées à la Russie sont souvent exagérées.
La haute représentante des relations extérieures de l’UE, Fedrica Mogherini, a souligné l’importance de la coopération. Elle a signalé que le centre d’Helsinki devrait collaborer avec l’administration des relations extérieures de l’UE aussi en langues russe et arabe.
Elle a par ailleurs rappelé que notre environnement sécuritaire est en proie à de constantes modifications et que les menaces ne cesseront d’évoluer.
« Ce Centre a été fondé parce que l’environnement sécuritaire a considérablement changé durant ces dernières années », a affirmé la directrice de recherche du Centre, Hanna Smith en ajoutant « qu’un jour cette époque sera qualifiée d’époque des menaces hybrides ».
Il est convenu que le Centre d’Helsinki collabore étroitement également avec les centres d’excellence de l’OTAN.
Jens Stoltenberg et Hanna Smith s’accordent pour dire que le rôle de la communication stratégique, des questions hybrides en matière d’informatique, de réseaux et de circulation ainsi que la sécurité énergétique sont des éléments importants des menaces hybrides.
Le Centre d’excellence contre les menaces hybrides est dirigé par le chef de département de la sûreté nationale, Matti Saarelainen, détaché actuellement de ses fonctions au sein de la police. Il a expliqué que le Centre se concentrera sur l’analyse stratégique et qu’il a pour but, non seulement d’étudier les menaces hybrides, mais également de les combattre.
HS3.10/A13

Interview du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg
Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, venu assister à l’ouverture du Centre d’excellence contre les menaces hybrides à Helsinki estime que « l’exercice Zapad a été, pour la Russie, une occasion perdue pour faire preuve de transparence ».
Par ailleurs, il a souligné l’importance des exercices Aurora qui ont permis à l’OTAN de s’exercer sur la compatibilité entre l’OTAN et ses pays partenaires, la Suède et la Finlande. « Cet exercice dans la région baltique, nous l’apprécions tout particulièrement » a-t-il déclaré.
Il a d’ailleurs largement complimenté la coopération entre la Suède et la Finlande tout en rappelant que cette bonne collaboration se trouverait bien limitée si ces pays signaient le traité sur la l’interdiction des armes nucléaires élaboré par l’ONU. Ce serait un nouvel élément par rapport à l’OTAN. Il a toutefois constaté que ni la Finlande ni la Suède n’avait pour l’heure l’intention d’adhérer à l’OTAN.
M. Stoltenberg ne cesse de souligner l’importance des négociations avec la Russie. Dans son discours, il a fait référence à l’initiative prise par le président Niinistö, en 2016, de proposer l’utilisation des transpondeurs dans les avions militaires russes dans la région Baltique afin d’améliorer la sécurité dans cette zone.
« La longue frontière avec la Russie fait de la Finlande un partenaire singulier et important pour l’OTAN » a remarqué Stoltenberg. « Elle est plus longue que toutes les frontières réunies des autres pays de l’OTAN. »
HS3.10/A12

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de santé

Révolte des communes pour sauver leurs hôpitaux
La présidente du parti populaire suédois Anna-Maija Henriksson a présenté une proposition de loi pour permettre aux petits hôpitaux régionaux de continuer à faire des opérations nécessitant une anesthésie au-delà de 2018.
En effet, selon la nouvelle loi sur la santé, qui doit entrer en vigueur en 2018, ces opérations seraient transférées des hôpitaux régionaux aux hôpitaux centraux.
Au total 29 députés ont signé cette proposition. Parmi eux, il y a six centristes, alors même que le parti du Centre est à l’origine de la nouvelle loi sur la santé.
HS

Sécurité

Des gilets pare balle pour les personnels de santé et pompiers
Yle rapporte que les pompiers et les secouristes seront bientôt équipés de gilets pare balle lorsqu’ils interviennent. De même, il leur est demandé de ne pas se promener en uniforme en dehors de leurs heures de services.
Selon Yle, il s’agit de se préparer aux attaques que peuvent subir les agents en uniforme, en Finlande comme ailleurs en Europe.
A Helsinki, ces agents portent déjà des gilets pour les protéger des attaques à l’arme blanche.
HS

Energie

Fennovoima

Le chantier en construction
Kauppalehti rapporte que, même si le permis de construire la centrale de Hanhikivi a pris beaucoup de retard, le chantier visant à préparer le site est en cours. Il emploie actuellement environ 300 personnes.
KL

France – Finlande

Cinéma

Interview de Thierry Frémaux
A l’occasion de la sortie de son film Lumière ! vendredi en Finlande, Thierry Frémaux qui était l’invité du festival international du film d’Helsinki est interviewé dans Hufvudstadsbladet.
Hbl

Théâtre

Laura Sillanpää à l’honneur au festival de Charleville
L’artiste de théâtre de marionnettes Laura Sillanpää qui a étudié et vécu en France a présenté son dernier spectacle Rapu (Cancer) au festival international de marionnettes de Charleville qui a mis à l’honneur la Finlande en présentant pas moins de hui spectacles finlandais.
Le spectacle de Laura Sillanpää est présenté à Turku à partir du 8 octobre.
HS

France

Mode

Deux musées pour Yves Saint-Laurent
Helsingin Sanomat présente les deux musées consacré à Yves Saint-Laurent qui ouvrent cet automne, l’un à paris, l’autre à Marrakech.
HS

Lundi 2 octobre 2017

Politique étrangère et européenne

Espagne

Referendum en Catalogne – Commentaires de M. Soini
Le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini estime qu’il est peu probable que l’UE intervienne sur la question de ce référendum. « Je ne pense pas que l’UE va s’immiscer dans les affaires d’un Etat indépendant. Je ne l’ai jamais fait, pour aucun Etat membre. Si une telle situation devait arriver, il faudrait agir de la même façon que cela été fait par exemple avec la Pologne ou la Hongrie ».
HS

Sommet numérique de Tallinn

« L’UE doit se préparer face aux menaces hybrides » KS
Le professeur de cyber sécurité à l’université Aalto, Jarno Limnéll, estime que l’UE devrait mieux se préparer aux menaces hybrides, notamment pour protéger ses scrutins électoraux. Le professeur est intervenu lors du sommet informel des chefs des pays de l’UE, à Tallinn.
Le Premier ministre finlandais, Juha Sipilä, s’est joint à Limnéll pour souligner qu’il est important que les pays de l’UE renforcent leur capacité de riposte afin de répondre à d’éventuelles cyberattaques.
Pour M. Sipilä, la cyber sécurité est l’exemple parfait d’une collaboration en matière de défense. Il estime que ce sujet sera probablement un des premiers à faire partie de la future coopération structurée en matière de sécurité et de défense.
Aucune décision à intégrer la cyber sécurité dans le programme de coopération structurée de l’Europe de la défense n’a encore été prise. Actuellement, les pays de l’UE travaillent sur les futurs projets de l’Europe de la défense - sur quoi faire et avec qui.
Dans son discours, Limnéll a évoqué la cyber-influence, notamment celle destinée à influencer les élections. « Qu’il s’agisse de pirateries ou fuites informatiques ou encore de ce que l’on appelle cyber psychologie, qui consiste à exercer une influence à travers divers médias sociaux ou opérations d’information, il faudra trouver, au sein de l’UE, davantage de détermination politique pour lutter contre ce type d’activité, affirme Limnéll.
L’Europe se trouve globalement écrasée par des géants de l’économie mondiale comme la Chine et les Etats-Unis qui misent massivement sur la numérisation.
« Pour que l’UE puisse suivre l’évolution numérique, il faudra davantage miser sur des activités de recherche et de développement », estime Sipilä qui poursuit en disant « qu’en plus, il faudra se préparer à agir en marché homogène pour modifier les législations nationales. »
Selon Sipilä, aujourd’hui un consensus semble régner à ce sujet.
AL30.9/A16

Avenir de l’UE

Le patronat EK souhaite que la Finlande soit plus active
Le patronat EK souhaite que le gouvernement finlandais cesse sa torpeur dans l’UE et redevienne un acteur pour peser sur le développement de l’UE, écrit HS.
Le responsable des affaires européennes de EK, M. Taneli Lahti estime que « le gouvernement finlandais doit faire son possible pour être présent chaque fois que sont déterminées les lignes politiques de l’UE. Il ne faut pas attendre que ce soit les autres qui déterminent les décisions qui nous sont ensuite soumises pour approbation. Il faut être actif dans la préparation. Or aujourd’hui nous ne le sommes pas ».
M. Lahti prépare les lignes européennes du patronat EK qui seront bientôt publiées à destination du gouvernement finlandais pour la législature actuelle et à venir.
La principale exigence de EK est que la Finlande se batte pour que l’UE ne se développe pas à, plusieurs vitesse ou plus encore pour que la Finlande se maintienne dans les wagons de tête si une Europe à plusieurs vitesses devait se développer.
Pour EK, la réussite de la Finlande dépend de l’accès des entreprises finlandaises au marché intérieur mais aussi des bons accords commerciaux que l’UE négocie avec les grands pays asiatiques. « Une Europe à plusieurs vitesse risque de provoquer des tensions sur le marché intérieur », craint M. Lahti.
« La Finlande doit participer au développement de l’UE, mais cela ne veut pas dire que la Finlande doit être prête à approuver des choses qui lui semblent inintéressantes ou qu’elle ne souhaite pas, comme un ministre des Finances. Mais aujourd’hui ;, la Finlande s’oppose à tout ce qui n’a pas un intérêt direct pour elle ».
« Il faut aussi voir les choses de manière plus globale, et avoir la capacité d’apprécier certains détails en fonction du tout ».
M. Lahti estime que ces dernières semaines, le gouvernement a montré des signes d’activité. Il fait référence à la visite de M. Sipilä à paris pour rencontrer le Président Macron. « C’était une chose importante, mais on pourrait attendre que cela soit normal pour le premier ministre finlandais. On a trop eu l’habitude qu’il suffise de parler avec Mme Merkel et de se contenter de dire, voilà notre ligne et il n’y a pas besoin de plus y réfléchir ».
M. Lahti estime que le Président Macron est le premier dirigeant européen depuis 20 à 30 ans qui a le courage de proposer sa vision de l’avenir de l’UE. « Nous ne sommes pas d’accord sur tous les détails, mais l’ensemble n’est pas mauvais ».
M. lahti souligne qu’une Europe unie se fera encore entendre très longtemps dans le monde. « Ce n’est que grâce à une Europe unie que les Etats européens pourront prendre soin de leur Etat providence, leur sécurité, leurs libertés et leur pouvoir d’influence. Tout seul, aucun ne pourra le faire, pas même la France ».
EK ne partage pas les positions de M. Macron par exemple sur l’impôt sur les sociétés, les nuances protectionnistes en politique commerciale ou la création d’un ministre des Finances européen. Mais ce qui fait le plus peur à EK, c’est une Europe à plusieurs vitesses.
HS

Agence européenne du médicament

« L’avis de la Commission n’est pas décisif » KS
STT rapporte que l’avis de la Commmission publié samedi sur les villes candidates à accueillir l’agence européenne du médicament est considéré comme seulement « technique ». Le maire d’Helsinki Jan Vapaavuori considère que cet avis n’a rien apporté de concret ni de nouveau.
Pour l’expert de la représentation de Finlande à Bruxelles, « in fine, la décision sera politique et de nombreux facteurs seront pris en compte ».
KS

Politique intérieure

Elections

Les 7 candidats à la présidentielle
Keskisuomalainen fait état des sept candidats à la présidence et interviewe deux spécialistes en matière de communication, Pekka Isotalus et Eeva Lehtimäki qui analysent les atouts et défis des candidats.
Le premier tour de la présidentielle aura lieu le 28 janvier 2018 et sera précédé par le vote par anticipation qui commencera le 17 janvier. Le deuxième tour aura lieu le 11 février et le vote par anticipation commencera le 31 janvier.
KS/dim/12-13

Vote depuis l’étranger
Aamulehti rend compte du fait qu’il pourrait être possible dans l’avenir de voter aux élections organisées en Finlande par courrier depuis l’étranger. Cela devrait déjà être possible aux législatives de 2019.
Jusqu’à présent, le taux de participation des Finlandais de l’étranger a été de 8,4 % aux législatives et de 12 % à la présidentielle. La possibilité de vote par courrier devrait augmenter ce taux considérablement.
Il y a 1,6 million de Finlandais qui vivent à l’étranger, dont 300 000 ont la nationalité finlandaise. 242 000 ont le droit de vote. Il y en a le plus en Suède, aux Etats-Unis et au Canada.
AL/sam/A18

Partis politiques

Avenir bleu
L’avenir bleu a jusqu’à novembre pour arriver à 5000 signatures de soutien pour former un parti. Les représentants de l’Avenir bleu souhaitent qu’une fois qu’il s’agira officiellement d’un parti, d’autres membres des Vrais Finlandais vont suivre l’exemple de ceux qui les ont déjà quittés et rejoindre le nouveau parti.
Alors qu’au Parlement, le groupe des Vrais Finlandais s’est divisé à peu près en deux, dans les conseils municipaux, l’évolution n’a pas été la même. Sur les 769 élus municipaux, entre 40 et 50 seulement ont rejoint l’Avenir bleu, ce qui correspond à 6,5 %.
Helsingin Sanomat rend compte de l’annonce que Jussi Halla-aho, président des Vrais Finlandais élu au congrès durant lequel la scission en deux s’est réalisée, selon qui le parti suivait les signatures en faveur de l’Avenir bleu et que soutenir ce parti était un motif d’exclusion des Vrais Finlandais. Pour lui, l’Avenir bleu est un projet qui a comme objectif de nuire aux Vrais Finlandais.
HS/sam/A6-7

Défense

Les généraux sceptiques vis-à-vis de la mise en place de milices de sécurité
En mars dernier, le ministre de la Défense Jussi Niinistö a demandé à son ministère d’étudier les possibilités de développement de la défense nationale bénévole. Le projet a été rendu public il y a seulement quinze jours.
Trois alternatives ont été étudiées dans ce rapport rédigé particulièrement vite. La première consistait à continuer comme avant. La seconde aurait donné à l’Association de formation de la défense nationale le statut d’autorités et la troisième l’aurait annexée aux forces de défense nationale.
Le rapport de l’état-major des forces de défense révèle que l’encadrement de la défense nationale se montre sceptique quant au changement du rôle de l’Association.
L’état-major des forces de défense signale que les alternatives non retenues représentent de graves problèmes législatifs et exigent de conséquentes modifications structurelles.
HS30.9/A17, KS30.9/14

publié le 01/11/2017

haut de page