Octobre 2013

Jeudi 31 octobre 2013

Politique étrangère et européenne

Russie – Finlande – France

« Les innovations finlandaises en vue à Moscou sous la direction de M. Katainen » KL

Kauppalehti rapporte que la France et la Finlande seront les principaux partenaires du séminaire de trois jours Open Innovations Forum qui se tient à Moscou à partir d’aujourd’hui. Les premiers ministres français et finlandais y participent.
Durant le Forum un accord de partenariat entre Startup Sauna et Russian Venture company sera signé. De même y sera publié un programme cadre entre le Tekes finlandais et la fondation russe Skolkovo.
KL

Greenpeace - Russie

Mme Saarela poursuivie pour hooliganisme

Selon Helsingin Sanomat, Mme Sini Saarela, militante finlandaise de Greenpeace, est officiellement accusée de hooliganisme en Russie. La sanction sur le hooliganisme varie entre quelques mois et sept ans de prison.
Mme Saarela et 29 autres militants de Greenpeace sont en détention préventive à Mourmansk depuis fin septembre.
HS/A23

Sécurité informatique

Lauri Love confirme sa double nationalité

M. Lauri Love, accusé de piraterie informatique aux Etats-Unis, confirme disposer la nationalité finlandaise et britannique, sa mère étant Finlandaise et son père Britannique. Il a passé son enfance en Grande-Bretagne, mais il a effectué son service civil en Finlande. Sans commenter la véracité des accusations, il relève qu’il a contacté l’ambassade de Finlande en Grande-Bretagne pour obtenir du soutien.
Il a fait des études à l’Université de Glasgow et a été actif dans des manifestations du mouvement Occupy.
M. Turunen, chef de la direction des affaires consulaires du ministère des Affaires étrangères, relève que la Finlande ne peut pas intervenir dans l’extradition éventuelle de M. Love aux Etats-Unis. Une personne avec une double-nationalité peut être considérée comme un citoyen de son seul pays de résidence. Ce n’est que s’il vient résider en Finlande que M. Love pourra bénéficier d’une protection de la Finlande.
La Finlande a conclu un accord d’extradition avec les Etats-Unis, mais selon M. Korhonen du ministère de la Justice, la Finlande n’extradie ses citoyens que dans les pays de l’UE, en Norvège et en Islande.
HS/A2, A6-7

NSA

Les Etats-Unis commencent seulement à comprendre la gravité de l’affaire
Le correspondant à Washington d’Helsingin Sanomat relève que trois commissions du Parlement européen ont visité les Etats-Unis pour exiger des explications des Américains concernant le scandale des écoutes.
L’eurodéputée finlandaise Tarja Cronberg (Verts), membre de la commission des affaires étrangères, souligne qu’il y a désormais « une importante méfiance entre les Etats-Unis et l’Europe ».
HS

Libre-Echange UE – Etats-Unis

Point de vue « Le TTIP peut poser des problèmes en Finlande » HS
Le chercheur de l’Académie de Finlande Markus Kröger signe un point de vue dans Helsingin Sanomat pour pointer les risques des traités de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis ou le Canada. En effet, ces traités comportent une large protection des investissements étrangers, ce qui pourrait, par exemple, protéger des compagnies nord-américaines qui investiraient dans les projets miniers en Finlande en cas de dommages environnementaux.
HS

Conseil nordique

Selon les ministres finlandais, la politique de défense se renforce
Les ministres nordiques des Affaires étrangères se sont réunis à Oslo, hier.
Helsingin Sanomat rend compte des critiques danoises à l’égard de l’efficacité du Conseil nordique et relève que le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime que, concernant la politique étrangère et de sécurité, la coopération nordique est plus étroite et plus nécessaire que jamais.
M. Haglund, ministre de la Défense, estime, quant à lui, que la coopération nordique est en renaissance et que la coopération de défense nordique est « sexy ».
M. Tuomioja estime que, lorsque la politique étrangère et de sécurité commune de l’UE stagne, la coopération nordique s’accentue. « Il est naturel à tous les pays nordiques de voir, par exemple, si on partage tous le même avis concernant les questions évoquées par l’ONU », dit-il. Les ministres nordiques des Affaires étrangères ont convenu de se mettre d’accord ensemble sur une éventuelle participation à une opération de maintien de la paix en Syrie, si l’ONU le demande.
M. Haglund estime que la coopération de défense nordique est au moins aussi importante pour la Finlande que la politique de défense commune de l’UE. Pour lui, ces deux ne sont pas en concurrence, car elles se complètent. Il relève qu’en décembre, un papier sur les visions de la coopération de défense nordique sera publié. Selon lui, les domaines de coopération ne manquent pas : les acquisitions de matériel, la formation, les manœuvres, etc. Pour M. Haglund, outre l’avantage des économies, la coopération renforcée est politiquement intéressante du fait que la sécurité et la défense sont des domaines qui ne permettent pas de s’exclure.
M. Tuomioja relève qu’une vision concernant la coopération de politique étrangère et de sécurité est également en cours de préparation. Ce papier devrait être terminé pour février, date à laquelle les ministres de la Défense et des Affaires étrangères se rencontreront en Islande.
HS/A14, HBL/16

Propos du commandant des forces aériennes
Aamulehti relève que la présidente du Conseil nordique, Mme Nybakk a proposé que les pays nordiques élargissent la surveillance aérienne commune des régions arctiques. Des forces aériennes en commun ont été évoquées. Selon le commandant des forces aériennes finlandaises, M. Lauri Puranen, la notion des forces aériennes en commun ne semble aucunement réaliste.
Les forces aériennes participeront avec une escadrille de chasseurs (245 soldats et 6 chasseurs) aux troupes de déploiement rapide de l’OTAN en 2014. Est-ce que ces chasseurs pourraient être envoyés en Syrie ? Selon M. Puranen, cela serait possible si la direction politique finlandaise en décidait ainsi. L’escadrille est en état d’alerte.
Concernant les F-18 Hornet, ils sont en usage jusqu’en 2025 à 2030 et il faudra que la Finlande décide, en 2023, de l’acquisition de nouveaux chasseurs. Le prochain gouvernement devra commencer à préparer la question. M. Puranen relève que certains estiment que le coût de nouveaux chasseurs, 80 à 100 millions d’euros par unité, poussera la Finlande à adhérer à l’OTAN. Pour lui cependant, dans la question d’une alliance militaire, il s’agit toutefois de questions bien plus importantes.
Il relève aussi que quatre chasseurs de l’OTAN se chargent de la défense aérienne des trois pays Baltes. « Pour moi, ce n’est pas la solution pour la Finlande. Un Etat indépendant se charge lui-même de sa défense aérienne », dit-il.
AL/A4

Billet de M. Huhta
Dans son billet publié en page éditoriale de Helsingin Sanomat, M. Huhta évoque les critiques danoises (consistant à comparer la coopération nordique à un troupeau de chameau : là où les chameau peuvent marcher sans boire ni manger pendant quatorze jours, les représentants des pays nordiques peuvent mander et boire pendant quatorze jours sans arriver à rien) et rappelle qu’il y a quelques années, M. Stubb, ministre chargé de la coopération nordique, avait lui aussi explicitement remis en question l’intérêt du Conseil nordique.
Pour M. Huhta, les critiques (la coopération nordique est bureaucratique, ritualiste, sans intérêt, secondaire) servent à susciter des réactions pour défendre cette coopération. Il faut critiquer les pays nordiques afin que l’on puisse faire leur éloge ensuite : la coopération nordique œuvre pour l’égalité, l’Etat de droit, les valeurs, la responsabilité internationale, la lutte contre le changement climatique.
HS/A4

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet relève que la Finlande et la Suède s’appuient sur la clause de sécurité de l’UE. C’est toutefois de la capacité des pays membres de l’OTAN dont on souhaite pouvoir bénéficier, au besoin.
HBL/20

Réfugiés

Le quota augmentera de 300 personnes pour 2014
Helsingin Sanomat relève que la Finlande recevra 1 050 réfugiés dans le cadre du quota de 2014, soit 300 de plus par rapport aux années précédentes. Le comité interministériel chargé de l’intégration et de la politique d’immigration a approuvé mercredi la proposition du ministère de l’Intérieur sur le quota de réfugiés pour 2014.
Selon le ministère de l’Intérieur, l’augmentation du quota est due au conflit et à la crise humanitaire en Syrie. Dans le cadre du quota, 500 réfugiés syriens seront accueillis, ainsi que 150 Afghans d’Iran, 150 Congolais de l’Afrique méridionale et 159 Soudanais d’Egypte.
HS/A10
Politique intérieure

Rapport sur l’avenir

« M. Katainen veut remplacer l’attitude négative par une culture de la gagne »
Le gouvernement a publié son rapport sur l’avenir, hier.
Ce projet, d’un budget d’un million d’euros, a été réalisé sur la base des recherches commandées au philosophe Pekka Kimanen et qui seront publiées séparément la semaine prochaine.
Le Premier ministre Jyrkl Katainen a présenté, hier, le rapport du gouvernement lors d’une conférence de presse. Plutôt que des mesures concrètes, ce rapport présente de grandes lignes : comment la Finlande peut s’en sortir dans un monde en changement. « La valeur de ce rapport tient à sa capacité à susciter de l’intérêt et un débat sur l’avenir. L’histoire de la Finlande est l’histoire de la croyance dans le progrès. Est-ce que l’atmosphère actuelle est propice à cela ou trop négative ? Il faut remplacer les attitudes négatives par une culture de la victoire et de la foi en l’avenir », a-t-il dit.
M. Katainen estime aussi que l’une des forces de la Finlande a longtemps été la confiance des citoyens dans l’Etat. Or, il y a actuellement une crise de l’autorité et de la vie en communauté. « Pourra-t-on encore à l’avenir convenir d’accords salariaux globaux ou prendre des décisions difficiles de réformes structurelles ? », s’inquiète-t-il.
Le ministre de l’Economie jan Vapaavuori a pour sa part souligné que le modèle de l’Etat providence ne pourrait être sauvegardé que si l’on s’assure une croissance économique durable.
HS

Réformes structurelles

Prendre les décisions prendra un an
Helsingin Sanomat rapporte que le comité interministériel de politique économique a étudié, hier, les projets des ministères pour réduire les missions et les dépenses des communes. Le gouvernement n’est pas satisfait de ces propositions et il reviendra donc au groupe de travail présidé par le secrétaire d’Etat aux Finances Martti Hetemäki de décider des coupes dans les dépenses.
HS

Partis politiques

Parmi les électeurs, près d’un quart sont favorables au Centre
Le PSD a enrayé sa chute
Helsingin Sanomat rapporte que, selon les résultats d’un sondage d’opinion sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte du journal télévisé d’Yle par l’institut Taloustutkimus, le Parti du centre est de loin le parti le plus populaire avec un score de 23,2 % (+0,6 % par rapport à septembre). Le Parti conservateur arrive deuxième avec une popularité de 18,1 % et les Vrais Finlandais troisième avec 17,4 %. L’audience du Parti social-démocrate, 16,9 %, est en hausse.
L’Alliance verte a obtenu un score de 8,4 % (-0,9 %), L’Alliance des gauches 7,6 %, le Parti suédois 3,9 % et les Chrétiens-démocrates 3,5 %.
Les plus grands changements depuis le dernier sondage en septembre sont la baisse de la popularité des Vrais Finlandais de 18,8 % à 17,4 % et la hausse de l’audience du PSD de 15,3 % à 16,9 %.
Le PSD a renforcé son audience surtout auprès de femmes et des travailleurs : 18,9 % des femmes, 23,4 % des travailleurs et 15,2 % des hommes voteraient pour ce parti.
Les Vrais Finlandais ont perdu le plus parmi les femmes : moins de 10 % des femmes souhaitent voter pour ce parti, contre 24,7 % des hommes. La secrétaire générale des Vrais Finlandais, Mme Riikka Slunga-Poutsalo, estime que les électeurs hommes sont favorables à ce parti parce qu’il défend les intérêts de l’industrie finlandaise.
L’audience du Parti conservateur est en légère baisse depuis le début de l’année. 16,8 % des hommes et 19,5 % des femmes voteraient pour ce parti.
Le Parti du centre est populaire aussi bien chez les hommes (23,5 %) que les femmes (22,9 %). Il y a plus de retraités et de personnes âgées, ainsi que des entrepreneurs, parmi les partisans du Centre. Ils habitent plutôt à la campagne et dans les petites villes, surtout dans la région d’Oulu et Kainuu.
Seulement 63,4 % des personnes interrogées ont exprimé leur opinion, un peu moins qu’en septembre.
Le sondage a été effectué entre le 7 et le 29 octobre auprès de 2 910 personnes.
Yle, HS/A10

Vente aux enchères des fréquences

L’Etat finlandais recevra 100 millions d’euros
Helsingin Sanomat relève que la vente aux enchères de fréquences, lancée il y neuf mois, s’est terminée mercredi étonnamment « par un match nul ». Les trois plus grands téléopérateurs finlandais, Telia-Sonera, Elisa et DNA, auront chacun deux bandes de fréquences pour un prix total de 108 millions d’euros.
Selon la ministre du Logement et de la Communication, Mme Pia Viitanen, il faut modifier la législation pour qu’une telle prolongation de la vente aux enchères ne soit plus possible.
HS/A31

Entreprises

La Poste face à une diminution du courrier
Itella, la société de Poste et de logistique, estime que les plis et journaux à distribuer devraient diminuer de moitié d’ici 2020.
Itella a enregistré au troisième trimestre 3 millions d’euros de pertes pour un chiffre d’affaires de 457 millions.
A l’avenir, Itella envisage de se transformer en diminuant ses activités de distribution de plis postaux au profit des activités logistique de distribution de colis et paquets. L’entreprise devrait tirer profit de l’augmentation de la vente en ligne.
HS

Le gouvernement prêt à prendre une décision d’urgence pour Talvivaara
L’Etat finlandais possède 17% de la compagnie minière Talvivaara par l’intermédiaire de solidium. Le gouvernement se prépare donc à participer à une augmentation de capital de Talvivaara dont les caisses sont vides.
La question pourrait être d’actualité la semaine prochaine lors de la publication des résultats trimestriels de Talvivaara.
HS

STX Finland se bat pour ses commandes auprès de Scanlines
Kauppalkehti que STX Finland avait indiqué en juillet avoir remporté la commande de deux ferry auprès de l’armateur danois Scanlines. Or ces contrats n’ont toujours pas été signés. La confirmation de la commande accuse toujours deux mois de retard en raison des difficultés de financement de la construction de ces navires. .
Actuellement le chantier naval de Turku de STX ne fonctionne que grâce au financement de Finnvera, l’agence finlandaise d’assurance des exportations. Selon des riumeurs citées par Kauppalehti, l’Etat ne souhaiterait pas augmenter les risques auprès de STX. Dans ces conditions, STX Finland et le chantier de Turku pourrait perdre cette commande de 250 à 300 millions d’euros au profit d’un autre chantier.

Grève à Stora Enso
Les usines de cellulose et de carton de Stora Enso d’Imatra sont bloquées par deux jours de grève. Le personnel s’oppose au licenciement de 150 personnes suite au plan social qui vient de se terminer.
HS

Finlande - France

Danse

La Compagnie Tero Saarinen en France
Turun Sanomat rapporte que la Compagnie Tero Saarinen a été invitée au Théâtre national de Chaillot à Paris pour présenter l’œuvre contemporaine Borrowed Light (créée en 2004), du 13 au 15 mars 2014.
TS/30

France

Politique

Un Président trop normal
Aamulehti et Turun Sanomat publient un article de Seppo Ylönen sur la baisse de popularité du président de la République.
AL TS

Le gardien d’une politique de l’immigration stricte
« Lui-même d’origine étrangère, Manuel Valls est populaire auprès des Français » AL
Aamulehti et Turun Sanomat publient un portrait du ministre de l’Intérieur par Seppo Ylönen.
AL TS

Mercredi 30 octobre 2013

Politique étrangère et européenne

Coopération nordique - OTAN

La Finlande et la Suède joueront les ennemis lors d’un exercice militaire de l’OTAN dans la région de la mer Baltique
Helsingin Sanomat rapporte que le grand exercice militaire de l’OTAN, Steadfast Jazz, fait parler les pays nordiques. La Finlande et la Suède – où plutôt les pays imaginaires comme Otso, Bothnia, Torrike et Framland – seront les ennemis des pays de l’OTAN lors de cet exercice. Pour la Suède, il s’agit du premier exercice militaire de ce genre.
Lors de la réunion des Premiers ministres nordiques hier à Oslo, M. Katainen a souligné à HS qu’il y avait toujours deux côtés lors d’un exercice militaire. On ne peut même pas imaginer que l’OTAN ait une nouvelle évaluation de risque concernant la Finlande, selon le Premier ministre finlandais.
Selon le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, il est normal qu’il y ait des pays imaginaires dans des exercices militaires importants. « Dans cet exercice, la Finlande et la Suède n’existent donc pas en tant que telles. »
Steadfast Jazz sera organisé du 2 au 9 novembre et 20 pays y participent. Quelques officiers finlandais de l’état-major participent à l’exercice, qui est préparé de façon que personne ne puisse dire que l’OTAN se prépare à une attaque par exemple contre la Russie.
HS/A8

Visite de M. Niinistö en Suisse

« Un ami neutre » SK
L’hebdomadaire Suomen Kuvalehti publie un reportage de plusieurs pages sur la visite ‘Etat en Suisse que le Président Sauli Niinistö et son épouse, Mme Jenni Haukio, ont effectué les 15 et 16 octobre, à l’invitation du président fédéral suisse, M. Ueli Maurer. La précédente visite d’Etat d’un président finlandais en Suisse a été effectuée par M. Mauno Koivisto en 1986.
MM. Niinistö et Maurer se connaissent depuis longtemps et malgré le protocole strict, la visite s’est passée dans une bonne ambiance. Les relations bilatérales entre la Finlande et la Suisse sont bonnes même s’il y a moins de contacts qu’avant.
Dans les années 1970 et 1980, les deux pays ont eu beaucoup de contacts dans le cadre de l’Association européenne de libre échange AELE. Le président Maurer a rappelé que les deux pays avaient également été actifs dans le groupe des pays neutres en 1975 lors des négociations sur l’organisation du sommet de la CSCE à Helsinki.
Les contacts bilatéraux sont devenus moins fréquents dans les années 1990, surtout après l’adhésion finlandaise à l’UE. La Finlande a commencé à souligner sa non-alliance au lieu de la neutralité. La Suisse continue, quant à elle, à souligner l’importance de sa neutralité.
Pour le président Maurer, une stricte neutralité est encore la meilleure solution pour la Suisse, elle augmente la crédibilité et amène des missions internationales. La Suisse a un rôle actif de médiateur dans des conflits internationaux, par exemple récemment lors des négociations sur le programme nucléaire de l’Iran à Genève. La conférence pour la paix en Syrie aura également lieu à Genève.
« Plus il y a de conflits dans le monde, plus on a besoin de pays qui sont capables de négocier et apaiser la situation », selon le président Maurer. « La politique de détente est une mission spéciale et seulement les pays neutres en sont capables. »
Le président finlandais note que la Finlande a beaucoup à apprendre de la Suisse dans cet aspect. M. Niinistö a longuement parlé, lors du dîner, avec le ministre suisse des Affaires étrangères, M. Didier Burkhalter des possibilités de coopération dans la médiation pour la paix. « La Suisse est un véritable virtuose dans la médiation pour la paix », estime M. Niinistö.
La Finlande s’occupe, depuis plusieurs années, de ses relations avec la Suisse surtout par l’intermédiaire de l’Union européenne. Les deux pays sont toutefois en train d’évoquer une coopération bilatérale aussi bien dans la politique que dans l’économie. Cela convient bien au président Niinistö. Le président finlandais a perdu une partie de ses pouvoirs dans la politique étrangère, surtout dans la politique européenne. Une coopération avec un Etat neutre permet d’étendre le terrain de la politique étrangère du président en Europe occidentale.
M. Niinistö souligne que la neutralité suisse est différente de celle de la Finlande, qui se définit comme non-alliée. Certains estiment cependant que la Finlande n’est même pas non-alliée parce qu’elle est en coopération militaire avec l’Union européenne et l’OTAN.
« Les spéculations sémantiques sont inutiles », selon M. Niinistö. « La réalité finlandaise est différente de celle de la Suisse. Nous sommes un pays membre de l’Union européenne et avons des accords avec les pays membres de l’UE dans la politique de sécurité. »
La politique commune de sécurité de l’Union est définie dans la close de solidarité du traité de Lisbonne qui oblige les pays membres à aider un autre pays membre s’il est l’objet d’une attaque. Dans la pratique, les garanties de sécurité ne sont toutefois pas au même niveau que celles de l’OTAN.
« La close de solidarité a été caractérisée par un accord sans concrétisation », admet M. Niinistö. « Nous avons donc souhaité construire quelque chose de concret. La question pourrait être soulevée déjà en décembre prochain. »
Le président finlandais estime que la politique de sécurité pourrait être évoquée en Finlande avant les élections législatives de 2015, pas forcément la question de l’OTAN mais surtout le financement de la défense nationale.
Pour M. Niinistö, le livre blanc sur la défense contient une contradiction importante. La défense est construite sur la base de la non-alliance, de la défense de tout le territoire et d’une armée de conscription mais le budget actuel ne suffira pas pour s’occuper de toutes ces tâches à partir de 2015. Il reste deux solutions : modifier le modèle de défense ou augmenter les crédits.
Dans sa politique de sécurité, la Suisse a la même contradiction que la Finlande. Elle ne recherche pas d’adhésion à l’OTAN mais ne peut pas maintenir le modèle de défense actuel avec le budget actuel.
Les présidents Niinistö et Maurer y voient des possibilités pour une coopération. Les deux pays ont une armée de conscription et ils utilisent les mêmes systèmes d’armes. L’armée de l’air suisse a les mêmes F-18 Hornets américains que l’armée de l’air finlandaise et les armées de terre des deux pays ont des chars allemands Leopard. De plus, les officiers suisses effectuent régulièrement des visites de formation en Finlande.
Les chasseurs F-18 Hornets des deux pays sont de la même génération et arriveront au bout de leur durée de vie dans la décennie prochaine. La décision sur les nouveaux avions devra nécessairement être prise lors de la prochaine législature. L’acquisition de plus de 60 nouveaux intercepteurs coûtera cher à la Finlande.
A la question de savoir si une coopération avec la Suisse serait possible, M. Niinistö répond : « Je ne voudrais pas aller aussi loin encore. » Il souligne toutefois que l’entretien et les mises à jour des F-18 Hornets coûtent cher et une coopération pourrait faire diminuer les frais. Cela concerne aussi les chars.
« Il y a de grands intérêts économiques liés à ces mises à jour. Une éventuelle coopération pourrait donner de bons résultats. »
SK/n°43/27

Sécurité informatique

Un Hacker avec des antécédents finlandais ?
Les Etats-Unis accusent un Britannique de 28 ans de piraterie informatique dans les systèmes de l’armée et de l’OTAN, cette année et en 2012. La personne en question aurait des origines finlandaises du côté de sa mère qui est Finlandaise.
Selon M. Oksanen, chercheur en droit concernant les technologies de l’Université Aalto, la piraterie en question relève du genre qui vise surtout à recueillir une crédibilité dans les milieux des hackers. Il ne croit pas qu’elle engendrera des nouvelles fuites d’informations.
HS/A20

Vietnam

L’ambassade de Finlande à Hanoi n’évoque pas les problèmes en matière de liberté de l’expression dans son rapport sur le pays
Helsingin Sanomat rend compte du jugement rendu au Vietnam à un militant actif en ligne ainsi que des nombreuses accusations et arrestations pour le militantisme. HS relève que selon l’ambassadeur de Finlande à Hanoi, M. Lähdevirta, la Finlande a exprimé au gouvernement vietnamien son souci concernant les arrestations de bloggeurs. Selon lui, ces questions ont également été évoquées lors de la visite de Mme Hautala, ministre du Développement à l’époque, au Vietnam.
L’ambassade ne mentionne pas ces questions dans son bilan sur le pays publié sur son site internet. M. Lähdevirta relève que, concernant ces informations publiées sur le site, l’ambassade souhaite se concentrer sur la construction des relations et non pas sur des critiques.
La Finlande, qui cette année soutient le pays à hauteur de 9,7 millions d’euros, diminuera progressivement son aide en raison de l’évolution économique du Vietnam. Les projets bilatéraux devraient prendre fin d’ici 2018.
HS/A22

Politique intérieure

Réforme des retraites

Prendre les décisions prendra un an
Helsingin Sanomat relève que le rapport du groupe de travail de M. Jukka Pekkarinen qui sera publié, demain, lancera les négociations pour un an entre les représentants des organisations syndicales sur la réforme de la retraite.
Il est prévu que les décisions concernant la réforme soient prises à l’automne 2014, en septembre-octobre, votées au Parlement en 2015 et entrent en vigueur début 2017.
Les organisations syndicales n’ont pas encore désigné de groupe chargé des négociations. Les groupes d’assurances retraite ne participeront pas aux négociations cette fois, contrairement à la pratique appliquée auparavant.
Selon HS, le groupe de M. Pekkarinen tient compte des calculs de l’institut de recherche Etla qui souligne que l’augmentation de l’âge de départ à la retraite au-delà des 63 ans ne rallonge aucunement les carrières professionnelles si on ne touche pas aux modalités de retraite anticipée, dont la retraite partielle.
Il pourrait également s’agir de maintenir l’âge minimum de départ à 63 ans, mais accorder la retraite pleine à partir de 65 ans seulement et de ne plus récompenser le travail au-delà des 63 ans.
HS/A10

Talvivaara

Le ministère envisage le sauvetage du groupe minier
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie est en train d’étudier les moyens de s’assurer de l’avenir de Talvivaara, groupe minier en difficultés économiques.
Une possibilité serait de supprimer une partie des dettes au moyen d’une restructuration d’entreprise. Selon Helsingin Sanomat, le ministère souhaite publier un programme de sauvetage, jeudi de la semaine prochaine, à l’occasion de la publication du résultat de Talvivaara concernant le troisième trimestre.
Le groupe est endetté à hauteur de 800 millions d’euros et il aurait besoin d’un financement supplémentaire de 200 millions d’euros.
L’Etat est le plus grand actionnaire de Talvivaara avec une participation de 17 %.
La situation de Talvivaara est difficile. Même en cas de faillite, l’Etat devrait se charger des dégâts environnementaux causés par le groupe.
Le directeur général du groupe, M. Perä, estime que dans un an, le prix du nickel aura augmenté et aidé le groupe à sortir de la situation difficile.
Selon les analystes, même si la valeur marchande du groupe a diminué de 80 % en un an, il vaut toujours 150 à 190 millions d’euros.
HS/A26

Fortum – vente de réseaux

M. Vapaavuori rejette l’idée que l’Etat les rachète
Le ministre conservateur de l’Economie, M. Vapaavuori, rejette l’idée du Parti du centre que l’Etat rachète les réseaux d’énergie électrique de Fortum. M. Vapaavuori estime qu’un tel investissement dans une infrastructure existante ne créerait aucun emploi ni n’augmenterait les recettes fiscales.
Le prix des réseaux a été évalué à 2 milliards d’euros. Pour M. Vapaavuori, il serait bête d’y engager de telles sommes.
Le parti du Centre a rappelé que le réseau de Fortum fait partie de l’infrastructure nationale importante qui ne devrait pas être vendue à l’étranger. M. Vapaavuori minimise l’importance stratégique d’un réseau de transfert d’électricité. Le Centre a proposé la création d’un groupe de l’Etat Infra qui, outre les réseaux électriques, pourrait se charger des gros projets d’infrastructure.
M. Vapaavuori souhaite que Fortum présente un modèle qui permette aux investisseurs privés d’acheter une partie des réseaux.
HS/A27

Nokia

« Nokia se construit désormais autour de NSN » KS
Nokia a publié, hier, ses premiers résultats trimestriels depuis l’annonce de la vente de sa branche de téléphonie mobile à Microsoft.
Helsingin Sanomat relève que Nokia a enregistré un résultat positif de 218 millions d’euros, assuré principalement par l’activité de NSN dans les réseaux.
Le PDG provisoire Timo Ihamuotila a souligné que « le Nokia qui restera (après la cession à Microsoft), est l’entreprise technologique la plus importante de Finlande qui va investir en R&D 2,5 milliards d’euros cette année et emploie plus de 6 000 personnes en Finlande ».
La branche téléphones portables qui sera vendue à Microsoft enregistre des pertes de 47 millions d’euros. Nokia a vendu 65 millions de téléphones, soit 18 millions de moins qu’il y a un an.
L’activité de géolocalisation Here enregistre un résultat positif de 20 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 211 millions.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat souligne que, désormais, en Finlande, c’est le résultat de NSN qui sera principalement suivi, même si c’est un domaine plus ennuyeux que celui des téléphones. Si l’on est optimiste, il faut penser que ce qui reste en Finlande, c’est la branche en meilleur état, NSN.
HS

Nucléaire

« Une vingtaine de municipalités ont confirmé leur engagement dans Fennovoima » HS
« Fennovoima suscite attractivité et répulsion » KL
Helsingin Sanomat et Kauppalehti dressent la liste des actionnaires de Fennovoima qui ont déjà annoncé leur décision concernant la suite du projet.
Il y a une vingtaine de municipalités qui en sont actionnaires par le biais de leur régie électrique et possèdent en tout environ 35% du capital de Fennovoima. Parmi elles, une vingtaine ont annoncé leur engagement dans la suite du projet et sept ont annoncé leur retrait. La majorité doit donc encore prendre une décision avant la fin de la semaine prochaine.
Concernant les autres actionnaires, trois se sont retirés et on attend la décision de la douzaine d’actionnaires restants. Aucun n’a pour l’instant confirmé sa participation. Le groupe métallurgique Outokumpu, qui possède près de 15% de Fennovoima devrait se prononcer vendredi, lors de la publication de ses résultats trimestriels.
Selon Fennovoima, ce sont Rosatom, qui fournira le réacteur, et l’agence de garantie des exportations russes Exiar qui devraient financer la majeure partie de l’investissement.
Selon Balance Consulting, Fennovoima aurait besoin de lever un quart de l’investissement nécessaire, soit 1,4 à 1,9 milliards d’euros, auprès de ses actionnaires à partir du début de l’année prochaine.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que la décision d’Outokumpu pourrait être décisive. En effet, pour ce groupe, l’approvisionnement sûr et bon marché en électricité est vital. En même temps sa santé financière n’est pas très bonne. On a aussi envisagé la possibilité qu’Outokumpu participe au projet OL4 de TVO.
« Le retrait d’Outokumpu ou d’un grand actionnaire ne signifierait pas forcément la fin de Fennovoima. Mais cela conduirait certainement à augmenter la part de Rosatom. Le tiers du capital actuellement envisagé n’a pas encore soulevé de passions dans une Finlande avide d’investissements étrangers, mais une participation majoritaire pourrait les provoquer.
HS KL

« Le fournisseur du réacteur a réactualisé sa demande auprès de TVO à 2,5 milliards d’euros » TS
La presse rapporte que le consortium Areva-Siemens a réactualisé sa demande de dédommagements auprès de TVO devant la commission d’arbitrage à 2,6 milliards d’euros au lieu des 1,9 milliards initiaux en 2008. Il s’agit de dédommagements correspondants à l des travaux réalisés en 2008 – 2011, précise la directrice de communication d’Areva.
TVO pour sa part n’a pas réactualisé sa propre demande auprès d’Areva et portant donc toujours sur 1,8 milliards d’euros.
Le directeur du service juridique de TVO, M. Risto Siilos a déclaré que TVO allait étudier les documents reçus du consortium et y répondrait plus tard. Selon lui, les sommes exigées par TVO peuvent elles aussi évoluer. Concernant la procédure d’arbitrage, il déclare : « Il s’agit d’un grand projet et d’un grand différend dont la date de décision n’est pas encore connue ».
TS HS AL KS Dem HS

« La faible demande a diminué le prix de l’uranium » AL
Aamulehti rapporte que le prix de l’uranium est actuellement très bas car l’offre est bien supérieure à la demande. Fortum et TVO ont deux stratégies différentes d’achats d’uranium pour leurs centrales nucléaires. Fortum se fournit auprès de la société russe d’Etat TVEL. TVO en revanche a diversifié ses achats et dispose de contrats spécifiques et variés pour les différentes phases de la production de combustible.
AL

Racisme

Des faux méls envoyés au nom de Mme Biaudet
Hufvudstadsbladet relève que des messages électroniques ont été envoyés au nom de Mme Biaudet, déléguée pour les minorités, concernant les Roms. Dans ces méls, on parle d’un rempart qui devrait être créé entre les Roms et le reste de la population, en raison notamment du trafic de personnes pour des services sexuels.
Mme Biaudet ignore le motif de ces faux méls.
HBL/4

Mendicité

Les mendiants partent à la veille de l’hiver, l’étude prévue ne sera réalisée qu’au printemps
Le nombre de Roms roumains et bulgares a diminué depuis cet été. Selon M. Räihä, président du groupe de travail des services sociaux de la municipalité de Helsinki sur les mendiants, relève que contrairement aux années précédentes, il n’y a pas eu lieu, cette automne, d’organiser un hébergement temporaire pour ces gens.
Un rapport national prévu sur la question de la mendicité ne sera effectué qu’au printemps. M. Räihä estime qu’en été le nombre ira de nouveau croissant, du fait qu’il y a plus d’occasions de gain, avec les festivals, entre autres.
www.yle.fi

France

Tourisme

Paris
Aamulehti et Turun Sanomat publient un reportage de Patrick Le Louarn sur le tourisme en région parisienne : où manger, où faire ses achats.
AL TS

Mardi 29 octobre 2013

Politique étrangère et européenne

Iran - Finlande

« Le Ministre de la Défense a critiqué le recteur du Collège de défense » KS
« Selon M. Haglund, la visite de l’ambassadeur d’Iran a pesé sur la décision »
Hier, le ministre de la Défense Carl Haglund a reçu le recteur du Collège de défense pour obtenir des explications sur la décision de retirer, après la visite de l’Ambassadeur d’Iran, l’article sur l’Iran publié sur le site de l’école. Le ministre estime que la visite de l’Ambassadeur a pesé sur la décision de retirer l’article du site du collège de défense. Selon le ministre, si « formellement » c’est le collège qui a pris la décision de retirer l’article de son site, la visite de l’ambassadeur a fortement influencé cette décision. « L’Iran a pris l’initiative et c’est suite à un contact de l’Iran que la recherche en question a été réévaluée ».
Le ministre estime que le collège doit évaluer ses règles en matière de publication des articles.
Le directeur de recherches du collège considère pour sa part que la visite de l’ambassadeur n’a pas eu d’influence sur la décision de retirer l’article.
L’ambassadeur d‘Iran a pour sa part déclaré qu’il n’avait pas demandé le retrait de l’article ni fait de pression.
L’ambassadeur de Finlande en Iran pour sa part a déclaré avoir lu l’article mais n’a pas souhaité le commenter.
HS KS

Russie

« La Russie obtient le savoir-faire arctique finlandais » HS
« La Finlande pourrait relancer la construction navale en Finlande » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la compagnie russe publique de construction navale OSK a racheté la totalité du capital du chantier naval d’Helsinki. Le quotidien estime que la vente aux russes de ce chantier naval qui existe depuis 1865 peut ouvrir l’industrie navale finlandaise à un nouveau marché. Helsingin Sanomat rappelle que ce chantier naval qui appartenait à Wärtsilä jusqu’en 1989, a été vendu au norvégien en 1991 puis au coréen STX en 2009. Depuis 2010, le chantier d’Helsinki était une filiale commune du coréen STX et du russe PSK sous le nom d’Artech Helsinki Shipyard.
STX aurait vendu la moitié de sa part d’Artech Helsinki Shipyard pour 20 millions d‘euros. Le chantier emploie actuellement 400 personnes.
OSK serait particulièrement intéressé par le savoir-faire du chantier finlandais en matière de construction navale arctique.
Le professeur Pekka Sutela, spécialiste de l’économie russe, estime qu’il « semble que la Russie veuille investir fortement dans la production d’énergie en arctique. La Russie a donc besoin d’une nouvelle flotte pour l’arctique et elle pourra être construite en Finlande ».
Selon le professeur Alpo Juntunen, du collège de défense, cette cession est positive. « La Russie souhaite clairement renforcer ses capacités dans la construction de navires pour les conditions arctiques. Il s’agit d’un renforcement de la coopération finno-russe vieille de plus de cent ans dans ce domaine ». Selon lui, les Russes apprécient le savoir-faire finlandais dans le transport maritime. « Pour l’industrie navale finlandaise, c’est une bonne chose car cela ouvre des possibilités de tirer profit du savoir faire dans les navires pour les conditions arctiques ».
L’ancien directeur de STX Finland Juha Heikkinen en estime lui aussi que cette cession est positive : « Au départ déjà il s’agissait de rapprocher les industries navales de Saint-Pétersbourg et Helsinki. Cela profite autant à la Russie qu’à la Finlande ».
L’ambassadeur de Finlande pour l’arctique Hannu Halinen estime lui aussi que c’est une bonne nouvelle car cela va renforcer le partenariat finno-russe sur le savoir-faire arctique. « La Russie développe aussi son propre savoir-faire mais il semble que la Finlande est aujourd’hui très compétitive », selon lui.
Helsingin Sanomat souligne qu’en dépit de cet investissement, les investissements russes en Finlande demeurent limités. On les estime à 583 millions d‘euros, selon la banque de Finlande, soit moins de un pour cent des investissements étrangers en Finlande. En comparaison, on estime à 34 milliards d’euros les investissements suédois en Finlande.
HS

Investissement russe dans une startup finlandaise
Helsingin Sanomat rapporte que l’investisseur russe Otar Margarita a placé près d’un million d’euros dans la Startup finlandaise PulseOne qui prépare un projet de bracelet de mesure des pulsations cardiaques. Cette entreprise, issue de Nokia envisage de lancer sur le marché l’année prochaine un nouveau produit mesurant les pulsations cardiaques sans ceinture à porter sur le torse.
HS

Construction navale

« Toujours pas de repreneur pour Turku » TS
Turun Sanomat souligne que, au moment où le chantier naval d’Helsinki est revendu aux Russes, il n’y a toujours pas de candidat à la reprise du chantier naval de Turku qui appartient à STX. Le quotidien souligne à cette occasion que le chantier naval de STX à Saint-Nazaire est, lui, possédé en partie par l’Etat français.
TS

Commerce extérieur

Diminution des importations de Chine à cause de Nokia
Kauppalehti rapporte que les importations venant de Chine ont diminué d’un quart au premier semestre, passant de 2,8 à 2,1 milliards d’euros. La principale raison en est la chute de Nokia dans le domaine des téléphones portables.
KL

Espionnage - NSA

Les Premiers ministres nordiques disent de ne pas être sûrs s’ils sont écoutés
Turun Sanomat rapporte que les Premiers ministres nordiques sont réunis à Oslo à l’occasion d’une rencontre du Conseil ministériel nordique.
Les Premiers ministres ne savent pas si leurs téléphones ont été écoutés. Selon le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen, « personne peut dire à façon sûre si on a été écouté ou non ». Pour lui, ce cas montre qu’il n’y a pas encore de règles du jeu pour l’espionnage numérique.
Selon M. Katainen, les écoutes n’ont pas été évoquées lors de la réunion des Premiers ministres nordiques et baltes, mais antérieurement lors de la réunion du Conseil nordique. Lundi, les Premiers ministres ont évoqué la situation économique en Europe et les relations des pays nordiques avec la Russie.
Le Premier ministre suédois, M. Reinfeldt, n’a pas voulu spéculer sur les écoutes. Il a dû répondre aux questions sur la coopération de la NSA avec le suédois FRA. « Nous avons été très ouverts à l’égard de cette coopération », a dit M. Reinfeldt.
TS/10, HS/A20

Cyber-sécurité

« La Finlande a besoin des capacités pour des cyber-attaques »
Turun Sanomat a interviewé M. Jarmo Limnell, expert de cyber-sécurité, qui estime que la capacité pour réaliser des cyber-attaques fait partie d’une défense nationale crédible. Il s’est exprimé lundi lors d’une manifestation sur la sécurité à Turku.
« La création d’une telle capacité ne signifie pas qu’on veut attaquer. Personne n’utilise par exemple les armes nucléaires. La capacité crée un effet de dissuasion : il transmet à l’extérieur un message qui signifie que nous avons aussi bien la volonté que la capacité de défendre notre pays. »
M. Limnell estime que les futures guerres seront des attaques de logiciel qui paralysent totalement les principales activités de la société.
« Les cyber-attaques ajoutent une dimension de plus à la guerre traditionnelle. Elles créent du désordre et de l’ignorance avant le recours à la force physique. »
M. Limnell souligne qu’une cinquantaine d’Etats ont déjà des programmes actifs de cyber-armement et douze Etats ont déjà des capacités pour des cyber-attaques.
La Finlande est en train de rédiger une stratégie de la cyber-sécurité. L’objectif de la stratégie est de créer une excellente protection des réseaux.
M. Limnell déplore que les dirigeants politiques ne semblent cependant pas avoir assez de volonté pour investir suffisamment dans la cyber-sécurité.
TS/10

Politique intérieure

Gouvernement

Propos de M. Haavisto sur le nucléaire, la Russie, Greenpeace…
Helsingin Sanomat relève que selon le nouveau ministre du Développement, chargé de la gestion des entreprises publiques, M. Pekka Haavisto, il y a encore plusieurs problèmes liés l’élargissement du parc nucléaire.
Une des crises évoquées par M. Haavisto est le projet de construction de la centrale nucléaire de Fennovoima qui suscite déjà des désaccords aussi au sein du gouvernement. Le ministre conservateur de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, s’est irrité récemment des propos du ministre vert de l’environnement, M. Ville Niinistö, qui a estimé que le projet était impossible et ne se réaliserait pas. M. Haavisto souligne qu’il partage l’avis de M. Niinistö. « Ma position à l’égard de l’énergie nucléaire est négative. » Il dit être favorable à « Energiewende », la décision allemande d’abandonner l’énergie nucléaire.
Selon M. Haavisto, il y a des problèmes liés au nucléaire, dont un peut être l’augmentation de la dépendance à l’égard de la Russie, ce qui est une question sensible selon le nouveau ministre. « Je pense généralement que les investissements russes sont les bienvenus et je ne veut aucunement fomenter des craintes vis-à-vis de la Russie. »
Le sort de Sini Saarela, militante finlandaise de Greenpeace, est également lié à la Russie. M. Haavisto dit avoir eu un entretien avec le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, à ce sujet. Les amis de Mme Saarela ont été étonnés du fait que la Finlande n’a pas officiellement exigé la libération des militants, comme l’ont fait par exemple les Pays-Bas. « Je n’ai rien à remarquer quant à l’action de la Finlande. L’essentiel est que Mme Saarela puisse revenir en Finlande le plus vite possible. »
Quant à la gestion des entreprises publiques, M. Haavisto compte suivre de près le développement des salaires des dirigeants. « Les entreprises publiques doivent montrer l’exemple dans la modération salariale. »
Concernant les privatisations, M. Haavisto ne veut pas encore prendre position, invoquant la courte durée, onze jours, de son expérience ministérielle.
Un des problèmes du nouveau ministre est l’entreprise minière Talvivaara qui a de graves difficultés financières. A la question d’un éventuel financement supplémentaire de Talvivaara, M. Haavisto souligne que les entreprises doivent être rentables.
HS/A8

Nucléaire

Fennovoima accorde un délai supplémentaire à ses actionnaires
Fennovoima a indiqué lundi qu’il accordait à ses actionnaires un délai supplémentaire pour décider de leur engagement dans le projet de construire un réacteur nucléaire de Rosatom à Pyhäjoki. Le délai pressenti auparavant était fin octobre. Fennovoima a décidé de retarder l’échéance au 8 novembre afin que tous les actionnaires puissent prendre une décision d’ici-là.
« Il n’y a là rien de dramatique. Tous les actionnaires n’ont pas eu le temps de prendre leur décision, c’est tout », selon Mme Kettunen, responsable de communication de Fennovoima.
Mme Kettunen souligne aussi que les décisions d’engagement demandées aux actionnaires sont toutefois conditionnelles puisque les négociations avec Rosatom sont toujours en cours.
Interrogée sur le coût estimé par Österbottens Tidning de 6,5 milliards d’euros, Mme Kettunen a refusé de commenter, s’en tenant à la fourchette jusqu’à présent évoquée de 4 à 6 milliards d’euros.
Fennovoima comprend actuellement une soixantaine d’actionnaires dont une quarantaine de régies électriques municipales.
Les municipalités de Tammisaari (Raasepori) et Mikkeli ont déjà annoncé leur retrait. De nombreuses autres ont toutefois confirmé leur participation au projet. Lundi, ce sont les municipalités de Turku, Lahti, Rauma et Valkeakoski qui ont confirmé leur participation. La semaine dernière, Kerava et Sipoo en avaient fait de même.
Valkeakoski et Rauma ont toutefois décidé de diviser de moitié leur participation dans le projet.
Turun Sanomat précise que lors du vote du conseil municipal de Turku (37 voix pour et 29 contre) c’est grâce aux voix des conservateurs (17 pour, un contre et une abstention) et du PSD (13 pour et un contre) ainsi que des Vrais Finlandais (4 pour et 2 contre) que la décision a été approuvée.
A Rauma, la décision a été approuvée par 44 voix pour et 6 contre. Rauma s’engage toutefois pour une participation de moitié moindre que prévue, soit 1,7% de l’actionnariat, correspondant donc à 20 mégawatts sur les 1200 du réacteur.
HS Dem AL TS

Réforme des retraites

Nécessité d’une augmentation importante de l’âge de la retraite
Helsingin Sanomat relève que selon la caisse de retraite du secteur public, Keva, une augmentation de l’âge de départ à la retraite de 63 à 65 ne suffira pas. L’augmentation devrait être bien plus importante, ce qui diminuerait son acceptabilité dans la société. Keva estime que l’autre option serait d’introduire, à côté de l’augmentation modérée de l’âge de la retraite, d’autres mesures en faveur de la prolongation des carrières professionnelles.
Selon les calculs de Keva, le nombre de personnes actives par rapport à 50 à 60 enfants ou séniors pourrait être maintenu à 100 si l’âge de la retraite était augmenté beaucoup plus et beaucoup plus rapidement qu’on l’a prévu jusqu’à présent.
Ceux qui ont 50 ans cette année, devraient travailler jusqu’à l’âge de 67 à 73 ans, ceux qui ont aujourd’hui la trentaine, devraient continuer jusqu’à l’âge de 69 à 75 ans.
Si aucune mesure ne devait être prise, en 2030, il y aurait 75 enfants/personnes âgées pour 100 personnes actives. Keva s’inquiète plus pour la durabilité de ce rapport que pour le financement des retraites. HS/A26

Accord salarial

Les employés du secteur postal hors de la convention collective
Outre les employés de Finnair, les employés postaux, principalement salariés d’Itella, ne participent pas non plus à l’accord salarial global.
Selon M. Vilkuna, président de PAU, union des Postes et du secteur logistique, le secteur postal est très touché par le changement structurel. Lors les trois ans qui viennent, les envois de courrier et de journaux et magazines diminueront de 30 %, ce qui engendrera la disparition de milliers d’emplois.
21 500 employés sont concernés par les conventions collectives qui prennent fin, jeudi. Il n’y a pas de date prévue pour la poursuite des négociations.
Dem/3

Finnair

Les employés proposent que les diminutions de salaire concernent tout le personnel, y compris la direction
Le personnel de cabine de Finnair estime que la direction du groupe manque de la volonté d’évoquer la diminution de ses salaires. Finnair souhaite faire des économies de dizaines de millions d’euros concernant ses employés. Ceux-ci ont proposé que tous les salaires soient diminués de 5 %. Mme Åkers, présidente du syndicat des hôtesses de l’air et des stewards (SLSY), relève que la direction a contribué en acquérant des voitures de service moins onéreuses.
Le directeur financier de Finnair, M. Hildén, relève que les obstacles structurels à la productivité seront revus.
Selon le syndicat SLSY, le fait que les employés ont renoncé à des droits acquis n’a pas été considéré comme une contribution en ce qui concerne les économies.
Les employés regrettent que la direction semble estimer que les salaires peuvent être déterminés selon la situation financière du groupe.
Finnair a déjà réalisé des économies à hauteur de 140 millions d’euros. Des économies de 50 millions d’euros restent encore à faire.
SLSY poursuivra les négociations sur la convention collective, lundi. La convention actuelle prendra fin, jeudi.
Les négociations des contrôleurs aériens avancent bien et les parties sont optimistes en ce qui concerne un accord avant mercredi soir, date d’une grève prévue en cas d’échec des pourparlers.
HS/A24

Confiance des consommateurs – et de la vie économique

Consommateurs : une diminution en octobre
La confiance des consommateurs à l’économie a diminué quelque peu en octobre, selon un sondage effectué par l’Institut national d’études statistiques. Les Finlandais sont pessimistes en ce qui concerne les perspectives de l’économie finlandaise et l’évolution de l’emploi. Ils sont prudents en ce qui concerne leurs propres finances.
HS/A26

Entrepreneurs : confiance en hausse
La confiance des entreprises à l’économie s’est améliorée en octobre, selon un sondage effectué par le patronat EK. Les cahiers de commande ne se remplissent toutefois pas au rythme habituel. 55 % des entreprises utilisent toute leur capacité.
HS/A26
Recherche – Biotechnologies

Implants crâniens
Keskisuomalainen présente l’entreprise finlandaise Skulle Implants qui vient de lancer une production industrielle d’implants crâniens.
La société, qui a longtemps eu des difficultés à trouver des investisseurs, suscite désormais un intérêt à l’étranger et espère bien attirer les investisseurs.
KS

France – Finlande

Musique

Les Arts florissants
Helsingin Sanomat et Hufvudstadsbladet publient des critiques élogieuses du concert des Arts Florissants, donné dimanche à Helsinki.
HS Hbl

Tourisme

Paris
Hufvudstadsbladet publie un article proposant des idées pour les touristes à Paris.
HBL/dim/47

Lundi 28 octobre 2013

Politique étrangère et européenne

Iran - Finlande

« L’Iran a critiqué le Collège de défense » HS
« M. Haglund souhaite des explications du Collège de défense » HS
Helsingin Sanomat rapporte que, suite à la visite de l’Ambassadeur d’Iran au Collège de défense, un article en ligne a été retiré du site internet de l’établissement.
Mi octobre, le chercheur du Collège de défense d’origine iranienne Alan Salehzadehn a publié un article de 40 pages sur la politique intérieure et étrangère de l’Iran qui a été mis en ligne sur le site du Collège. Ce mémoire contenait des sujets délicats comme la politique à l’égard des minorités ou d’Israël.
Une semaine après, l’ambassade d’Iran a téléphoné au recteur du collège Veijo Taipalus pour demander à le rencontrer.
La semaine dernière, le directeur de la recherche du collège a étudié le mémoire en question ainsi que les précédentes recherches de M. Salehzadehn sur la guerre en Syrie. Il a demandé au recteur à ce que ces recherches soient réévaluées.
Vendredi, l’article a été retiré du site après que l’ambassadeur d’Iran a rendu visite au collège de défense. Selon le directeur de recherche de la faculté Torsti Sirén, le retrait du mémoire est lié aux discussions menées avec l’ambassadeur sur le contenu de cet article.
Le chercheur Alan Salehzadehn a vivement critiqué cette décision. M. Sirén a pour sa part souligné qu’il ne s’agit pas d’une concession faite à l’Iran. Le collège de défense continue à diffuser cet article à qui le demande et ce n’est pas m’ambassadeur qui en a demandé le retrait du site.
Hier, le ministre de la Défense Carl Haglund a déclaré qu’il allait demander des explications sur cette affaire. Il va en discuter avec le recteur du Collège de défense.
Le ministre de l’Environnement Ville Niinistö a lui aussi commenté sur facebook cette affaire : « Dans une démocratie libre et ouverte, on ne retire pas des publications de recherche sur la demande de l’étranger ».
HS

Biélorussie

Il faut boycotter le championnat du monde de Hockey
Helsingin Sanomat publie une interview de la militante des droits de l’homme biélorusse Olga Karatch qui était en Finlande pour parler des conditions de son pays. Elle estime qu’il serait bon que des pays comme la Finlande boycottent les championnats du monde de Hockey-dur-glace qui auront lieu en Biélorussie.
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement européen et le ministre finlandais de la culture et du sport ont exprimé être favorables à un tel boycott.
HS

Russie

Selon un sondage, la moitié des Finlandais hésitent sur l’exemption de visas concernant les ressortissants russes
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, la moitié des Finlandais ne sont pas enthousiastes en ce concerne l’éventuelle suppression des visas pour les Russes. 14 % des personnes sont pour une suppression immédiate, 17 % dans 2 ou 3 ans, 9 % dans 4-5 ans, 26 % encore plus tard et 24 % jamais. 10 % ne se prononcent pas.
Les jeunes, ainsi que les partisans de l’Alliance des gauches et de l’Alliance verte sont les plus favorables à la suppression des visas, tandis que les Vrais Finlandais s’y opposent le plus.
Les personnes interrogées estiment qu’une suppression des visas augmenterait le nombre d’emplois, le nombre de touristes russes mais aussi la criminalité en Finlande.
Les Russes sont de loin le plus grand groupe de touristes en Finlande : selon les statistiques, en 2012, leur nombre de nuitées a dépassé 1,5 million.
HS note que les touristes russes s’intéressent de plus en plus à l’Estonie, notamment la ville de Narva au Nord-est de l’Estonie, où on parle russe, les prix sont moins élevés qu’en Finlande et le passage à la frontières est beaucoup plus rapide qu’à la frontière finlandaise.
En Finlande, les touristes russes apprécient surtout la qualité des hôtels, la nature et les services.
HS/dim/A6-7

Vérification des comptes de Suomi-talo à Saint-Pétersbourg
Selon Helsingin Sanomat, le ministère des Finances annonce qu’un audit spécial serait effectué auprès de la fondation chargée de l’entretien de Suomi-talo, maison de la Finlande, à Saint-Pétersbourg. La fondation est en difficulté financière et l’Etat finlandais, en tant que garant, a dû acquitter ses dettes d’environ 13 millions d’euros. L’école finlandaise et l’Institut de Finlande à Saint-Pétersbourg, ainsi que la chambre de commerce fenno-russe, Finpro et Finnvera sont parmi les locataires de Suomi-talo.
Selon le quotidien, les fonctionnaires du ministère des Finances avaient critiqué les garanties de l’Etat au projet mais le ministre des Finances, alors M. Katainen, y était favorable.
Selon Mme Asta Niskanen, conseillère des finances au ministère des Finances, l’audit spécial aura lieu selon un calendrier accéléré avant la fin de l’année en cours.
HS/dim/A18

Syrie

Les spécialistes des armes chimiques sont formés en Allemagne
Helsingin Sanomat relève que des spécialistes des armes chimiques et des interprètes représentant 17 pays différents suivent actuellement une formation à Wildflecken en Allemagne, avant d’être envoyés en Syrie. Depuis début octobre, environ 60 spécialistes et d’autres effectifs, représentant l’OPCW et l’ONU, ont déjà été envoyés en Syrie.
Il n’y a pas de Finlandais. Si l’OPCW et l’ONU le demandent, la Finlande pourrait envoyer deux spécialistes sur place.
HS/B7

Quand un jeune Finlandais disparaît…
Helsingin Sanomat publie le portrait d’un jeune Finlandais, Rami, qui a disparu et dont les parents pensent qu’il est parti en Syrie. Selon la police de Sûreté SUPO, des dizaines de personnes ont quitté la Finlande pour la Syrie. Si une partie part y faire la guerre, d’autres y vont pur s’engager dans le travail humanitaire.
HS

Espionnage - NSA

Les Américains sont les mauvais garçons de l’espionnage
Helsingin Sanomat présente la situaiton du scandale de la NSA et souligne que l’un des effets de cette affaire pourrait être la création en Finlande aussi d’un centre de renseignement sur les signaux. Cela pourrait aussi promouvoir le projet de transformer la SUPO en service de renseignement civil, plus défensif qu’offensif et plus à même de comprendre l’espionnage industriel du type de la NSA. HS

Conseil européen

Les dirigeants européens se sont intéressés à l’immigration clandestine
Helsingin Sanomat souligne que l’immigration clandestine était au centre des débats du conseil européen qui n’a toutefois pas pris de décision concrète.
HS

Réfugiés

La Finlande organise une formation en Turquie pour les réfugiés kurdes
Selon Helsingin Sanomat, une organisation de l’église finlandaise donne une formation sur la Finlande pour initier les réfugiés kurdes qui attendent un asile en Finlande. Il s’agit des Kurdes iraniens et irakiens, au total 144 personnes, dans le cadre du quota de réfugiés.
La formation est la première de ce genre. Il y en a aussi pour les réfugiés somaliens et afghans. Une formation d’initiation sera organisée plus tard aussi au Rwanda et au Malawi. La formation est financée par la Fondation européenne pour les réfugiés.
HS/lun/A6-7

Politique intérieure

Elections

Les secrétaires généraux des partis politiques proposent l’organisation de toutes les élections nationales en avril
Selon Helsingin Sanomat, les secrétaires généraux des partis politiques représentés au Parlement proposent un changement dans le calendrier politique finlandais. Ils souhaitent organiser toutes les élections nationales – les élections législatives, municipales et présidentielles – le troisième dimanche du mois d’avril.
Selon la loi électorale, les élections municipales sont actuellement organisées le quatrième dimanche du mois d’octobre tous les quatre ans, le premier tour des élections présidentielles le troisième dimanche du mois de janvier tous les six ans et les élections législatives le troisième dimanche du mois d’avril tous les quatre ans.
Suivant la proposition des secrétaires généraux, les élections municipales de 2016 n’auraient lieu qu’en avril 2017 et le mandat du président actuel serait prolongé de trois mois.
Mme Taru Tujunen, secrétaire générale du Parti conservateur, souligne qu’après un tel changement, les conseillers municipaux pourraient décider du prochain budget des communes, ce qui n’est pas le cas actuellement.
HS/sam/A20

Elections européennes

Alliance verte
Hufvudstadsbladet relève que Mmes Sinnemäki, Alanko-Kahiluoto et Haapanen, députées, et Cronberg, députée européenne, se présenteront aux élections européennes. L’Alliance verte annoncera quatre autres noms, demain.
HBL/lun/4

Nucléaire

Selon Mme Urpilainen, le projet de Fennovoima doit être réexaminé par le Parlement
La mininistre des Finances et présidente du PSD a déclaré, samedi, à la télévision qu’il fallait que le Parlement « réactualise » l’autorisation de principe accordée à Fennovoima pour construire une centrale nucléaire à Pyhäjoki. Selon elle, cela constituera un moyen ouvert de faire avancer ce projet. Une réactualisation de l’autorisation et de la décision de principe permettrait de faire cesser les incertitudes pesant sur le projet. Mme Urpilaine a aussi déclaré qu’elle n’avait rien cotre le fait que le projet se réalise avec un partenaire russe, Rosatom. Elle souligne que le nucléaire est important pour la Finlande et qu’il fallait promouvoir cet investissement créateur d’emplois.
Le président du syndicat de la métallurgie, Riku Aalto estime que la position de Mme Urpilainen est très positive et la bienvenue.
Le président des Verts et ministre de l’environnement Ville Niinistö ne voit pas de raison pour accélérer la révision de l’autorisation de fennovoima. Il préfère attendre les conclusions du ministère de l’Economie et de l’emploi sur ce sujet.
Le Ministre de l’Emploi Jan Vapaavuori a lui aussi commenté ce sujet sur Facebook. Il ne voit pas de raison de se précipiter, même s’il est lui aussi favorable à ce que le parlement se prononce à nouveau. Il souhaite toutefois que les études des juristes sur la procédure à suivre soient menées jusqu’au bout.
Le ministre du Développement Pekka Haavisto a souligné que « le programme gouvernement est clair sur le fait que le gouvernement n’étudiera pas de nouvelles autorisations de centrales nucléaires. C’est sur cette base que les Verts sont entrés au gouvernement ». Il souligne toutefois que les Verts n’ont pas débattu de leur possible départ du gouvernement en cas de nouvelle étude d’une autorisation.
L’Alliance des Gauches est favorable à l’idée de Mme Urpilainen et pense qu’il faut une nouvelle étude parce que l’actionnariat de Fennovoima a changé. « On peut même dire que c’est un nouveau projet. Il serait bon que cela soit débattu au Parlement et que l’on vote. La position de l’Alliance des Gauches est qu’il ne faut pas construire de nouvelles centrales nucléaires en Finlande », selon la présidente du groupe parlementaire Annikka Lapintie.
Dimanche, le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré à la radio que le gouvernement ne pouvait pas se permettre une dispute politique sur fennovoima. Selon lui, il faut attendre le résultat de l’étude au ministère de l’Economie car il s’agit d’une affaire juridiquement complexe. En focntion des conclussions, on verra si le Parlement est de nouveau saisi ou non. M. Katainen ne souhaite pas encore dire sur l’autorisation de fennovoima doit repasser devant le Parlement.
Demokraatti relève que le journal de Kokkola österbottens Tidning rapportait que le prix de la centrale de fennovoima serait de 6,5 milliards d’euros, alors que l’on parlait jusqu’à présent de 4 à 6 milliards.
Selon le journal, les actionnaires actuels devrait s’engager à financer 1,6 milliard d’euros pendant les dix ans avant le fonctionnement. Le reste, soit 4,9 milliards, serait soit emprunté soit fourni par Rosatom.
Dem HS Yle AL

Accord salarial

Un accord de trois ans, de petites augmentations pour 1,8 millions de salariés
Les partenaires sociaux ont signé un accord sur l’emploi et la croissance, c’est-à-dire un accord salarial global, vendredi. L’année prochaine, 1,8 millions salariés auront une augmentation de 20 euros concernant leur salaire mensuel, et un après, une augmentation de 0,4 %.
L’Etat participe à l’accord avec des allègements fiscaux, mais le pouvoir d’achat des consommateurs diminuera quand même, en raison de l’inflation et de l’augmentation de certaines cotisations.
Alors que l’accord concerne 93 % des salariés, des milliers d’employés de Finnair n’y participent pas.
Les représentants des employés et des employeurs se félicitent de la prévisibilité que l’accord donnera à l’économie. L’accord devrait créer des emplois.
L’augmentation forfaitaire prévue pour la première année favorisera les petits salaires qui sont plus nombreux au service de l’Etat et des communes que dans le secteur privé.
L’accord s’inscrit dans le cadre du programme du gouvernement afin de maintenir la notation de la Finlande. Selon M. Maliranta, chercheur de l’institut Etla, le plus important dans cet accord est qu’il montre que les institutions finlandaises disposent de la capacité de prendre des décisions à long terme dans un contexte de situation économique difficile.
La décision sur les augmentations de la troisième année de l’accord seront négociés pendant l’été 2015.
HS/sam/A6-7

Réforme des retraites

Le rapport du groupe de travail de M. Jukka Pekkarinen verra le jour, jeudi
Helsingin Sanomat relève que le groupe de travail de M. Jukka Pekkarinen du ministère des Finances, publiera son rapport de mi-parcours sur la réforme des retraites, jeudi. Différentes possibilités de résoudre le défi concernant le vieillissement de la population seront proposés, mais le groupe de travail ne fait pas de recommandations, selon HS.
Le groupe a fait un bilan de l’impact de la réforme mise en place en 2005. Sa conclusion est que cette réforme allait dans le bon sens, mais qu’elle n’était pas suffisante. L’espérance de vie a augmenté plus rapidement que prévu.
Le groupe présente plusieurs modèles d’adaptation à l’augmentation de la longévité. La proposition présentée par l’institut de recherche Etla en septembre est incluse dans le rapport. Etla a proposé d’augmenter l’âge de départ à la retraite d’abord dans une certaine mesure et de le lier ensuite à l’augmentation de l’espérance de vie.
Le groupe de travail présente enfin son idée sur la façon d’organiser l’évaluation de la politique en matière de retraite, et comment suivre de façon plus systématique qu’actuellement la réalisation des objectifs.
Il est prévu que la réforme des retraites soit terminée à l’automne 2014, votée au Parlement en 2015 et entre en vigueur début 2017.
HS/lun/A15

Réforme des communes

Propos de Mme Virkkunen
La ministre des Collectivités locales, Mme Virkkunen (Parti conservateur), se déclare déçue en ce qui concerne la réponse des ministères au souhait du gouvernement d’obtenir des propositions de diminution de tâches et obligations relevant des communes, à hauteur d’un milliard d’euros.
Il s’agissait de la deuxième fois que cette demande avait été présentée aux ministères, les propositions n’ayant pas été suffisantes la première fois. Selon Mme Virkkunen, les réponses ne remplissent cette fois non plus les critères définis.
Mme Virkkunen relève que la législation prévoit plus de 550 tâches relevant des communes. « On pourrait penser qu’il y a quelque chose qu’on pourrait supprimer », dit-elle.
Elle rappelle qu’outre la suppression de quelques fonctions, le gouvernement s’efforce de trouver d’autres économies en rendant plus efficace la productivité, par exemple.
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé se charge de la plus grande partie des dépenses des communes (50 %), suivi du ministère de l’Education et de la Culture (25 %).
Le dernier délai de l’objectif de suppression de tâches est à la fin novembre.
HS/sam/A14

France – Finlande

Cinéma : Alain Bergala en Finlande
Helsingin Sanomat publie une interview du critique de cinéma Alain Bergala qui a participé, mercredi denier, à un séminaire sur l’utilisation du cinéma comme outil pédagogique. A cette occasion, son livre L’hypothèse Cinéma - Petit Traité De Transmission Du Cinéma À L’école Et Ailleurs a été publié en finnois.
HS

Société

Le Mölkky se développe en France
Helsingin Sanomat rapporte que le jeu finlandais devrait se vendre à plus de 100 000 exemplaires cette année en France.
HS

A pied jusqu’à Jyväskylä
Kesksisuomalainen raconte le voyage d’un jeune charpentier français qui a quitté Lyon pour un long périple qui l’a conduit à pied jusqu’à Jyväskylä où il cherche actuellement du travail.
KS

Transport : Le tramway de Reims pour Tampere ?
Aamulehti publie une enquête auprès de ses lecteurs sur les options en matière de projets de transport urbain. Parmi les options, le tramway est illustré par une photo du tramway de Reims.
AL

Exposition : Georges Braque au Grand Palais
Hufvudstadsbladet publie un article présentant l’exposition Georges Braque au Grand Palais.
HBL/sam/32-33

Vendredi 25 octobre 2013

Politique étrangère et européenne

Greenpeace – Russie

Selon Mme Saarela, les militants sont bien traités en détention
Selon un chercheur, Mme Saarela pourrait être libérée dans un ou deux ans
Greenpeace a publié, hier, une lettre de la militante Sini Saarela adressée à ses soutiens. Elle y déclare que les détenus sont bien traités et remercie le soutien exprimé à leur égard.
Selon Hanna Smith, chercheur à Alexanteri Instituutti, l’accusation de hooliganisme pourrait aboutir à des condamnations d’emprisonnement de quelques mois à quelques années. La militante finlandaise Sini Saarela risque de recevoir la plus longue peine car elle a escaladé la barge de pétrole avec un autre militant.
Selon le juriste Jarmo Koistinen, en renonçant à poursuivre les militants pour piraterie, la Russie pourra éviter que le tribunal du droit de la mer se déclare compétent. De ce fait, la
HS Dem AL

Espionnage - NSA

M. Katainen continue à utiliser son téléphone portable comme avant
A Bruxelles, hier, le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré qu’il était inquiet concernant les soupçons d’espionnage américain sur le portable de la chancelière allemande. « Personne ne sait quelle est la vérité dans cette affaire. Mais bien entendu chaque Etat et l’UE dans son ensemble doivent considérer ce type d’information comme inquiétant ».
M. Katainen espère que ces soupçons ne vont pas nuire aux relations américano-européennes ni aux négociations sur le traité de libre-échange. Ces affaires ont aussi augmenté la pression en Europe pour améliorer la protection des télécommunications. « Une bonne question est de savoir comment on peut lutter contre l’espionnage », a-t-il dit.
M. Katainen affirme ne pas avoir modifié ses pratiques en matière de télécommunications. « J’utilise le portable de la même manière. Même si l’on ne sait pas si l’on est écouté, il faut toujours avoir en tête que c’est possible ».
M. Katainen a affirmé avoir passé une dizaine de coup de téléphones à Mme Merkel et avoir échangé avec elle un peu plus de SMS
Helsingin Sanomat rapporte que les ministres finlandais ont reçu des recommandations très strictes leur permettant d’éviter l’espionnage. Aucune information confidentielle ne doit être envoyée par mèl. « Les citoyens doivent savoir que leurs mèls peuvent être suivis et au besoin lus et il faut donc réfléchir à l’information que l’on y transmet », déclare Timo Härkönen, chef de la sécurité du gouvernement.
Le gouvernement dispose d’un réseau administratif. Mais les ministres utilisent des téléphones portables normaux et le mèl du gouvernement. « On étudie la possibilité de doter les ministres de téléphones cryptés », déclare M. Härkönen. Il souligne que la situation n’est pas nouvelle. C’est pourquoi le nouveau scandale n’a pas suscité de nouvelles mesures en Fijaldne.
Helsingin Sanomat a interrogé la Maison Blanche pour savoir si les communications du Premeir ministre Katainen ont été écoutées. Elle n’a eu pour réponse qu’une affirmation selon laquelle la Maison Blanche ne commenterait pas chaque allégation d’espionnage. HS relève que les britanniques ont toutefois pu obtenir une réponse plus précise selon laquelle les communications de M. Cameron n’auraient pas été espionnées.
HS

Commentaires et éditoriaux
« Obama nous doit des explications » AL
« Le dur prix de l’espionnage américain » HS
Aamulehti écrit que l’on sait que Mme Merkel utilisait beaucoup son téléphone portable et que l’espionnage de ses communications risque de dégrader les relations entre l’UE et les Etats-Unis. L’éditorialiste conclut que la lutte contre le terrorisme lancée par les Etats-Unis, sous la forme de torture et d’espionnage a duré trop longtemps et qu’il faudrait la diminuer car il s’agit d’une grave violation des droits de l’homme.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que les Etats-Unis n’ont toujoutrs pas donné d’explication à ces accusations d’espionnage. On ne leur en a pas demandé trop fermement non plus car ce scandale menace aussi des intérêts européens. Le quotidien regrette surtout que le projet de traité de libre-échange est actuellement en négociation et « l’idée même que les Etats-Unis puissent tirer profit de leurs écoutes dans ces négociations serait dramatique pour la confiance mutuelle ». « Mais si la tendance actuelle continue, la méfiance suscitée par ce scandale va continuer à augmenter », estime HS.
Heikki Aittokoski écrit dans Helsingin Sanomat que la coopération des Européens avec les Etats-Unis pourrait être rendue plus difficile par ce scandale. Mais c’est surtout la réputation de M. Obama qui risque d’en être le plus affectée : s’il a su cet espionnage, il a violé la confiance de ses alliés, s’il ne l’a pas su, la situation serait encore pire.
HS

Conseil européen

La Finlande participe à la réflexion sur la diminution des réglementations européennes
Turun Sanomat rapporte que la Finlande participe aujourd’hui avec les Britanniques et d’autres pays à une réunion sur la diminution des réglementations européennes. « J’attends avec intérêt de voir ce que proposent les Britanniques en matière d’allègement des réglementations européennes, a déclaré le Premier ministre Jyrki Katainen.
La Finlande considère que dans les prochaines années, l’UE doit se concentrer sur le renforcement de sa compétitivité et que la rationalisation des réglementations fait partie de la compétitivité.
Selon M. Katainen, actuellement la réglementation européenne menace la production de biocarburants finlandais.
TS

Défense européenne

« L’UE essaie de renforcer la coopération en matière de défense » HS
Kari Huhta écrit dans Helsingin Sanomat que la Finlande s’engage fermement dans le développemenet de la coopération de sécurité et de défense qui sera au menu du conseil européen de décembre.
La commission parlementaire des affaires étrangères a étudié ce sujet en détail, assure son vice-président Pertti Salolainen (conservateur).
Dans le même temps, le gouvernement a préparé les positions finlandaises avec le président de la république. Elles devraient être arrêtées aujourd’hui lors de la réunion du comité interministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA).
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja souligne toutefois qu’il n’y aura pas en décembre de décisions dramatiques concernant par exemple la gestion de crise.
Selon un diplomate européen pourraient signer une déclaration prônant le renforcement de la politique européenne de sécurité et de défense, écrit Kari Huhta qui rapporte aussi que la préparation de ce conseil concerne surtout le renforcement des capacités européennes.
HS

Commission européenne

La Grande commission souhaite entendre le candidat finlandais
Demokraatti relève que la présidente de la Grande commission, Mme Kumpula-Natri, propose d’entendre le candidat finlandais pour le poste de commissaire européen avant sa désignation. Elle estime que le candidat devrait présenter et argumenter ses objectifs en tant que commissaire. Les membres de la Grande commission pourraient l’interroger à l’occasion d’une session ouverte au public.
Dem/8

Elections européennes

Le Parti suédois souhaite réveiller les abstentionnistes
Le Parti suédois calcule que 100 000 voix devraient suffire pour maintenir le siège du parti aux élections du Parlement européen en mai 2014. Le secrétaire du parti, M. Johansson souhaite activer autant de personnes que lors des élections municipales et législatives. Le nombre d’abstentionnistes lors des élections européennes s’élève toutefois à 30 000 à 35 000 électeurs qui normalement votent pour le Parti suédois, ce qui fait que le défi est dur à relever. Le parti a désigné 13 candidatas, hier. Parmi les noms les plus en vue, MM. Torvalds, Månsson, Rantala, Mme Gestrin et M. Nylund. Le budget prévu pour la campagne s’élève à 0,5 millions d’euros. Sept autres candidats seront désignés avant le printemps. Un d’entre eux représentera les Îles Åland.
HBL/14

Les Vrais Finlandais et l’UE

Le Parlement n’a pas évoqué les propositions des Vrais Finlandais
Les Vrais Finlandais ont souhaité exclure du budget les crédits prévus pour le soutien de la Grèce et concernant l’allégement de la contribution britannique. Le vice-président du Parlement, M. Ravi, n’a pas présenté au débat les deux initiatives concernant la loi de finances de Mme Ruohonen-Lerner et les autres vrais finlandais.
M. Ravi a constaté que les propositions de supprimer les crédits prévus concernant l’aide à la Grèce (35 millions d’euros) et l’allègement de la contribution britannique (136 millions d’euros pour la Finlande) vont à l’encontre des engagements et obligations internationaux de la Finlande.
HS/A13

Notation de la Finlande

Fitch maintient la note de la Finlande
Après S&P la semaine dernière, c’est hier l’agence Fitch qui a décidé de maintenir la note AAA pour la Finlande avec une tendance stable.
HS

Concurrence

Koné condamné pour cartel
La cour de justice de l’UE a condamné Koné à une amande de 142 millions d’euros pour cartel. La commission avait condamné cinq fabricants d’ascenseurs à près d’un milliard d’euros pour cartel illicite en 2007. Koné avait fait appel et cet appel a donc été rejeté.
HS

Réfugiés syriens

L’Etat accorde des compensations supplémentaires aux communes
Helsingin Sanomat rapporte que l’Etat finlandais compte accorder des compensations supplémentaires aux communes qui reçoivent des réfugiés syriens dans le cadre du quota de 2014.
La Finlande a déposé une demande pour recevoir une aide de près de trois millions d’euros au fonds de la Commission européenne pour les réfugiés. L’intention de l’Etat est d’accorder la majeure partie de cette somme pour les communes qui reçoivent des réfugiés syriens en 2014. La compensation par réfugié augmenterait ainsi de quelques centaines d’euros par an.
La compensation par réfugié payée normalement par l’Etat à une commune est de 2 300 euros par an pour les réfugiés adultes.
La Finlande a décidé de recevoir 500 réfugiés syriens dans le cadre du quota de 2014.
HS/A11

Politique intérieure

Accord salarial

On ne saura qu’à la dernière minute, s’il y a un accord global sur l’emploi et la croissance
Helsingin Sanomat relève que les secteurs de l’industrie forestière et de la fonction publique territoriale ont trouvé un accord partiel, mais que, concernant plus d’un million d’employés, on n’en est pas encore là.
Le différend sur le programme d’économies de Finnair joue sur les négociations sur l’accord salarial. Les salariés ne comptent pas conclure les conventions du secteur des transports sans un accord auprès de Finnair.
M. Haavisto, ministre chargé de la gestion des entreprises de l’Etat, a exprimé son inquiétude en ce qui concerne les négociations de Finnair sur les conventions collectives. Il en a appelé aux parties sans pour autant intervenir dans les pourparlers. L’ensemble du gouvernement s’inquiète pour la mise en place d’un accord salarial global, selon lui.
HS/A10

Gouvernement

Le chancelier de la justice critique le ministère des Finances
Selon Helsingin Sanomat, le chancelier de la justice, M. Jaakko Jonkka, a reproché au ministère des Finances la façon dont ce ministère avait décidé de publier l’accord sur les garanties de la Grèce au printemps 2012.
Selon M. Jonkka, suivant la décision prise par la Cour suprême administrative, le ministère des Finances aurait dû transmettre tous les documents à ceux qui se sont plaint, au lieu de transmettre les documents concernant une seule banque grecque. Seulement après avoir été critiqué en public, le ministère avait publié tous les documents.
Le chancelier de la justice a également critiqué le fait que le ministère des Finances avait eu recours aux services du bureau d’avocats Hannes Snellman pour savoir si la loi nécessitait la publication des documents sur les garanties.
HS/A30

Vrais Finlandais
Les Vrais Finlandais ont envahi l’association Suomalaisuuden liitto
Helsingin Sanomat relève que, selon un billet publié par le quotidien Kainuun Sanomat, les Vrais Finlandais ont envahi le conseil de Suomalaisuuden liitto, association qui défend la « fennitude ». Le journaliste Raimo Viirret souligne que dix membres du conseil de l’association sur onze au total sont des Vrais Finlandais. M. Sampo Terho, député européen des Vrais Finlandais, préside le conseil. Pour M. Viirret, il ne s’agit plus d’une association de la fennitude mais d’une association des Vrais Finlandais. Dans son dernier numéro, la publication de l’association évoque largement l’initiative populaire contre les études obligatoires du suédois à l’école. Cette initiative est soutenue par les Vrais Finlandais.
Pour M. Jussi Niinistö, député et vice-président des Vrais Finlandais, il s’agit d’une coïncidence. « Suomalaisuuden liitto est une association indépendante. Il est une pure coïncidence que la plupart des membres du conseil sont des Vrais Finlandais. »
A la question de savoir si l’association est utilisée comme un outil de la politique linguistique contre le suédois, M. Niinistö souligne que « Suomalaisuuden liitto a toujours défendu le finnois et promeut le caractère optionnel du suédois depuis les années 1920. »
HS/B7

Scolarité
Les chercheurs critiquent le projet du gouvernement de prolonger l’obligation de scolarité d’un an
Selon Helsingin Sanomat, dans le cadre de son programme pour améliorer l’emploi des jeunes et faciliter le début de leur carrière professionnelle, le gouvernement a proposé entre autres la prolongation de l’obligation de scolarité de 16 à 17 ans.
Les chercheurs Tero Järvinen et Markku Vanttaja de l’université de Turku estiment qu’il s’agit d’une décision qui coûte très cher et dont l’efficacité n’est par garantie. Ils soulignent que les mesures supplémentaires devraient être ciblées pour aider ceux qui en ont le plus besoin. Tous les ans, 5 à 9 % des jeunes ne continuent pas à l’école après le collège.
« Le gouvernement veut investir dans les jeunes qui n’ont pas de problèmes à l’école, au lieu d’aider les jeunes en décrochage scolaire. »
Les chercheurs exigent plus de postes pour les animateurs jeunesse à côté des enseignants dans les écoles parce que les troubles de l’apprentissage commencent déjà à l’école primaire.
Les résultats de l’étude de MM. Järvinen et Vanttaja donnent aussi de l’espoir : selon un suivi de plus de dix ans, plus de la moitié de jeunes ayant été en décrochage scolaire ont trouvé une formation et un emploi.
HS/A16
France – Finlande
Cinéma : L’écume des jours
Le supplément NYT de Helsingin Sanomat a interviewé Audrey Tautou et publie une critique de L’écume des jours de Michel Gondry à l’occasion de sa sortie dans les salles en Finlande.
NYT/11
Musique : Tampere Jazz happening
Kansan uutiset rend compte du festival de jazz qui aura lieu à Tampere à partir du jeudi 31 octobre. Parmi les dix concerts, on entendra notamment le quartette de Manu Katché.
KU/42-43

France
Peugeot face à son destin
Kauppalehti publie un reportage de sa correspondante à paris sur la situation difficile de PSA Peugeot Citroën. KL

Jeudi 24 octobre 2013

Politique étrangère et européenne

Greenpeace – Russie

« La Russie adoucit les charges contre Greenpeace » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les militants de Greenpeace ne sont plus poursuivis pour piraterie mais pour houliganisme et que la peine maximale encourue n’est plus 15 mais 7 années d’emprisonnement. Aamulehti souligne même que la condamnation pour houliganisme peut même être une simple amende de 500 000 roubles. L’expert finlandais de droit russe Jarmo Koistinen ajoute que la condamnation pour houliganisme pour être une peine de prison avec sursis, ce qui n’était pas le cas pour la piraterie.
Le responsable de Greenpeace Nordic M. Juha Aromaa a déclaré que le problème pour les militants demeurait le même : « Il s’agissait d’une manifestation pacifique, ce qui n’est pas plus du houliganisme que de la piraterie. Si des personnes monte sur une plateforme et exprime leur inquiétude sur le forage de pétrole, il ne s’agit pas de trouble à l’ordre public ni de manque de respect pour la société. Nous souhaitons donc les libérer ».
Le consul de Finlande à Mourmansk, M. Matti Ruokokoski a déclaré être surpris par le changement de charges contre les militants. Il est en contact étroits avec la militante finlandaise Sini Saarela détenue à Mourmansk. Il lui a rendu visite hier, lui a apporté de la nourriture et a pu s’entretenir avec elle une heure. Selon lui, elle va bien compte tenu de la situation. M. Ruokoksoki a souligné que l’accusation d’houliganisme est très grave et rappelé que les militantes de Pussy Riots avaient été condamnées selon ce chef d’accusation.
Le journaliste d’Helsingin Sanomat Pekka Hakala estime que le changement de charges traduit l’influence de Moscou. Il considère que les militants de Greenpeace risque de rester longtemps emprisonnés et que cette affaire qui est devenue très politique nécessitera bientôt une solution politique.
HS

Corée du Sud

M. Katainen a rencontré M. Chung Hong-won
Selon Turun Sanomat, le Premier ministre Katainen a reçu hier à Helsinki le Premier ministre coréen, M. Chung Hong-won. Selon M. Katainen, ils ont évoqué la construction navale au niveau général, sans parler de STX.
Lors d’une conférence de presse commune, le Premier ministre coréen a déploré les graves problèmes économiques de STX et leurs conséquences pour les Finlandais. Il a souligné que le gouvernement coréen n’y avait pas de rôle important parce qu’il s’agissait d’une entreprise privée. « Je sais cependant que l’objectif de cette entreprise est de bien s’occuper de son personnel. »
M. Hong-won a promis le soutien de son gouvernement à STX.
TS/14, HS/A29

Conseil européen

Marché du numérique
« L’UE doit se concentrer sur le marché du numérique » HS
STT rapporte que le Premier ministre Jyrki Katainen a présenté, hier, au parlement, les positions finlandaises à la veille du conseil européen. Concernant l’agenda numérique, il a déclaré : « Nous sommes très satisfaits qu’il avance. C’est important pour le développement économique et les services aux consommateurs ».
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat regrette que l’UE soit en retard par rapport aux Etats-Unis en matière de marché numérique. Selon lui, l’UE doit démanteler les barrières aux échanges et unifier les réglementations et les standards.
HS

Politique européenne

« Les forces eurosceptiques visent à créer leur groupe parlementaire » HS
Helsingin Sanomat rapporte que le Front national et le FPö autrichien ont tenu hier une conférence de presse pour annoncer leur volonté de créer un groupe eurosceptique au parlement européen.
Le député européen des Vrais Finlandais Sampo Terho déclare que le Front national n’a pas été en contact avec les Vrais Finlandais. « Nous avons nos propres objectifs et ne sommes pas intéressés par un nouveau groupe parlementaire. Je n’ai jamais parlé avec le Pen même si elle siège assez près de moi. Le problème est surtout lié au passé raciste de ce parti ».
HS

Diplomatie

Nouveau livre de M. Stubb
Ilta-Sanomat rapporte que le ministre des Affaires européennes M. Stubb a publié, hier, son 16ème livre : « Sisulla ja sydämellä – The power of Sisu. Il s’agit d’un recueil de ses billets publiés dans Blue Wings, le magazine de Finnair de 2009 à 2013.
IS

Aide au développement

L’aide finlandaise atteint 0,6 % du PIB cette année
Hufvudstadsbladet relève que l’aide au développement finlandaise augmentera à 0,6 % du PIB cette année, mais que, selon M. Haavisto, nouveau ministre du Développement, il sera difficile d’atteindre l’objectif international de l’augmenter à 0,7 % pour 2015.
L’augmentation à 0,6 % du PIB est possible grâce aux recettes concernant les droits d’émissions, mais les deux années qui suivent seront plus difficiles, selon le ministre.
M. Haavisto, qui est intervenu lors d’un séminaire réunissant les organisations du développement, relève que, d’habitude, les partis de l’opposition exigent des crédits au développement plus importants que le gouvernement estime pouvoir se le permettre, mais qu’actuellement, la situation est inverse : le gouvernement défend l’octroi de sommes plus importantes que l’opposition ne souhaite approuver. « Cela reflète quelque chose de l’atmosphère qui règne », selon lui.
Il souligne l’importance de la transparence comme le seul moyen permettant d’argumenter le besoin d’aide et d’ainsi en augmenter l’acceptabilité.
M. Haavisto souligne que l’aspect des droits de l’homme devrait dominer la politique du développement. Il souhaite également inclure la gestion de crise. Pour lui, le développement durable dans des sociétés fragiles ne peut pas ne pas prendre en compte la construction de la paix.
Il souhaite que les questions environnementales et du climat soient inclus dans les objectifs de développement durable au niveau mondial. Il estime également qu’il faut que la Finlande mette plus l’accent sur la formation des filles, y compris au niveau universitaire.
HBL/6

Etudiants étrangers

Les étudiants étrangers ont retrouvé la Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que selon les statistiques du Cimo, centre de mobilité et de coopération internationale, publiées mercredi, l’année dernière 19 135 étudiants étrangers ont fait des études dans les universités et hautes écoles en Finlande, soit 6 % de tous les étudiants en Finlande. Leur nombre a doublé en 10 ans. En plus, il y a environ 10 000 étudiants étrangers en échange en Finlande. Au total, cela représente 10 % du nombre d’étudiants. Il y a plus de 300 programmes en anglais dans les universités.
La plupart des étudiants étrangers, 11 615, arrivent des pays en dehors de l’Europe, surtout de la Chine, du Vietnam, du Népal, du Nigéria, du Pakistan, de l’Inde et du Bangladesh. 2 500 arrivent de Russie, 791 de l’Estonie, 607 de l’Allemagne et 544 de la Suède.
En 2012, un peu moins de 6 000 étudiants finlandais ont fait des études à l’étranger, dont 1 834 en Grande-Bretagne, 1 039 en Suède et 817 en Estonie.
Mme Anita Lehikoinen, directrice générale au ministère de l’Education, estime que la Finlande pourrait augmenter le nombre d’étudiants étrangers. « Il faut d’abord résoudre les problèmes liés à l’exportation des formations et à la gratuité des études. »
Mme Päivi Lipponen, députée sociale-démocrate, préside un groupe de travail qui doit déposer début novembre son rapport en la matière à la ministre de l’Education, Mme Krista Kiuru. Mme Lipponen estime que les études devraient être payantes pour les étudiants des pays hors UE et EEE. Les associations des étudiants s’y opposent.
HS/A15

Politique intérieure

Gouvernement

« Période délicate pour M. Katainen » IS
« Le gouvernement à bout de course » AL
« Le parti conservateur doit inventer quelque chose » HS
Ilta-Sanomat estime que le Premier ministre Jyrki Katainen traverse la période la plus délicate de sa carrière professionnelle : les sondages sont mauvais et la situation économique difficile. Selon un député interrogé par le tabloïd, M. Katainen garde toutefois la confiance du parti, « mais bien sûr on se demande ce qu’il va décider au printemps prochain. Il est compréhensible qu’après dix années au pouvoir il souhaite faire autre chose ».
La journaliste d’Aamulehti Riitta Järventie estime que le gouvernement est à bout de course. « La popularité des partis au gouvernement diminue et le premier ministre prépare son départ pour un poste européen », écrit-elle. « L’avenir du pays ne présage rien de bon car les décisions à prendre nécessitent un gouvernement fort, or M. Katainen prépare visiblement son départ sur la scène européenne. Il s’agit bien sur d’un pas naturel dans sa carrière impressionnante – mais les motivations posent question. M. Katainen resterait-il sur la scène intérieure s’il pouvait prétendre à un second mandat de Premier ministre – est-il donc en train d’abandonner un navire qui coule ? », demande Mme Järventie qui estime que le gouvernement est incapable de prendre les décisions nécessaires à la réalisation des réformes structurelles.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que le parti conservateur a perdu ses électeurs au profit du Centre et des Vrais Finlandais : le Centre a un discours entreprenarial qui attire et les électeurs du Kokoomus sont plus conservateurs que la ligne actuelle du parti, et donc attirés par les Vrais Finlandais. Le parti conservateur devrait donc réfléchir à revenir à une image plus traditionnelle, juge HS.
IS AL

Accord salarial

Les négociations les plus difficiles auront lieu dans l’industrie forestière et chez Finnair
Helsingin Sanomat relève que généralement, les syndicats des employés seraient d’accord pour conclure des conventions avec des augmentations salariales modérées, mais ils ne souhaitent pas faire de concessions sur les conditions de travail. Le patronat de l’industrie souhaiterait introduire des mesures de flexibilité concernant les horaires de travail et les congés.
Le différend concernant l’application de l’augmentation de 20 euros, prévus pour janvier, persiste.
Selon HS, l’échec des négociations pour conclure un accord global serait fatal pour les sociaux-démocrates. Il pourrait même renverser le gouvernement, ce qui pourrait avoir comme conséquence un effet sur la notation du pays.
Le secteur communal, par contre, n’est pas loin d’arriver à un accord.
HS/A12

Immigration et emploi

Risque d’exclusion des jeunes immigrés
Selon un rapport du ministère de l’Emploi et de l’Economie, plus de 25 % des jeunes sans place d’études ou emploi sont des personnes d’origine immigrée. Le risque d’exclusion de ces jeunes est important.
Le rapport publié hier combine pour la première fois les différentes données et statistiques concernant les immigrés afin d’obtenir une image d’ensemble de leur intégration.
Helsingin Sanomat relève qu’aucune stratégie n’existe afin de prévenir l’exclusion des jeunes immigrés.
Hufvudstadsbladet relève que le gouvernement a prévu 34 millions d’euros pour un projet d’emploi et de formation des immigrés pour les années 2013 à 2016. Cinq millions d’euros ont été accordés cet automne pour un programme de formation et d’intégration pour des jeunes immigrés.
60,6 % des immigrés avaient un emploi en 2012, contre 72,6 % de toute la population.
M. Ihalainen, ministre de l’Emploi, estime que, concernant beaucoup de métiers, l’exigence de connaissances du finnois ou du suédois pourrait être moins stricte. Cela rend plus difficile l’entrée sur le marché de travail pour les immigrés.
M. Ihalainen souligne également l’importance d’une tolérance accrue dans la société en général, et rappelle que les seules mesures de son ministère n’y sont pas suffisantes.
HS/A14, HBL/1-3

Emploi

Les anciens de Nokia se lancent dans l’entreprenariat
Helsingin Sanomat relève que des centaines d’anciens de chez Nokia sont devenus entrepreneurs depuis leur licenciement. Le programme Bridge mis en place par Nokia pour réemployer les licenciés a servi de soutien financier et en matière de formation et de conseils.
En Finlande, le programme a concerné 5000 employés des 12 000 employés de l’époque, et au niveau mondial, il a concerné 18 000 employés dans 13 pays.
En Finlande, 400 entreprises ont été crées par 500 entrepreneurs, dont une partie a crée des entreprises communes. Ces entreprises employaient en moyenne 2,9 personnes à la fin 2013. Ce chiffre pourrait augmenter à 7,1 d’ici fin 2015.
HS/A28

Licenciements

Plan social de Stora Enso à Imatra
Helsingin Sanomat relève que Stora Enso supprimera 143 emplois de son usine d’Imatra. Il s’agit de 125 travailleurs et de 18 cadres. 44 personnes seront licenciées directement, pour le reste il s’agit par exemple d’arrangements de départ à la retraite.
Ces licenciements font partie d’un programme d’économies important.
HS/A29

La ville de Salo
Selon Turun Sanomat, la ville de Salo (sud-ouest) compte diminuer près de 250 emplois d’ici fin 2015. Début 2014, les licenciements toucheraient environ 50 personnes et en 2015 environ 200 personnes.
Tous les effectifs de la ville seront mis en congé technique l’année prochaine, troisième année de suite. La maternité sera fermée et les accouchements auront lieu à Turku. Il y aurait des fermetures d’écoles. L’impôt local augmentera de 1 point, à 20,75 %.
HS/A7

Nucléaire

« Les travaux de construction bientôt terminés à Olkiluoto » TS
« Le calendrier toujours en suspens à cause du contrôle-commande » AL
Aamulehti et Turun Sanomat rendent compte de la situation des travaux sur le chantier de l’EPR d’Olkiluoto 3.
Turun Sanomat souligne que ce chantier a battu tous les recors : 48 millions d’heures de travail soit 28 000 ETP.
Le calendrier n’est toutefois toujours pas fixé. Les quotidiens rapportent qu’en février TVO annonçait la date de 2016.
Le facteur critique est le contrôle-commande dont la planification est en cours. Selon M. Silvennoinen les tests ne pourront commencer que dans quelques mois.
AL TS

« Les forces eurosceptiques visent à créer leur groupe parlementaire » HS
Helsingin Sanomat rapporte que le Front national et le FPö autrichien ont tenu hier une conférence de presse pour annoncer leur volonté de créer un groupe eurosceptique au parlement européen.
Le député européen des Vrais Finlandais Sampo Terho déclare que le Front national n’a pas été en contact avec les Vrais Finlandais. « Nous avons nos propres objectifs et ne sommes pas intéressés par un nouveau groupe parlementaire. Je n’ai jamais parlé avec le Pen même si elle siège assez près de moi. Le problème est surtout lié au passé raciste de ce parti ».

Vantaa toujours engagé dans Fennovoima
La direction de la régie énergétique de Vantaa a voté, hier, son engagement dans le projet de centrale nucléaire de Fennovoima. La plupart des actionnaires de Fennovoima devrait continuer, mais les régies de Tammisaari et Mikkeli ont annoncé leur retrait. HS

France

Entreprises
Le défi de M. Combes
Kauppalehti publie un portrait de Michel Combes, PDG d’Alcatel-Lucent.
KL – Optio

Mercredi 23 octobre 2013

Politique intérieure

Audience des partis politiques

Selon un sondage, les Vrais Finlandais ont dépassé les conservateurs pour la première fois depuis l’été 2011
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage d’opinion sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup. A la lumière de ce sondage, le Parti du centre demeure le plus grand parti avec une popularité de 21,8 %. Il est suivi des Vrais Finlandais (18,9%) qui ont dépassé le Parti conservateur (18,2 %), pour la première fois depuis l’été 2011. Lors du sondage précédent en août dernier, ces deux partis étaient encore à égalité.
Le Parti social-démocrate arrive quatrième avec un score de 16,2 %. Encore au début de l’année en cours, le PSD obtenait 18 %. L’Alliance verte arrive cinquième, avec 8,3 %, suivie de l’Alliance des gauches (7,7 %), du Parti suédois (4,4 %) et des Chrétiens-démocrates (3,4 %).
Le nombre d’indécis est en hausse : seulement 36 % des personnes interrogées sont sures de leur choix de parti.
Le sondage a été effectué entre le 23 septembre et le 19 octobre auprès de 2 459 personnes.
HS/A6-7

Gouvernement

Le gouvernement s’est mis d’accord sur un budget rectificatif
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement s’est mis d’accord sur un quatrième budget rectificatif pour cette année parce que le besoin net de financement s’est accru de 141 millions d’euros.
Le gouvernement propose un besoin net de financement de 9,2 milliards d’euros en 2013. Le déficit de l’économie nationale est en 2013 d’environ 3,8 % par rapport à l’ensemble de la production. Selon les estimations, le total de la dette publique serait de 93 milliards d’euros fin 2013.
HS/A7

Chômage

La mauvaise situation financière des communes a augmenté le chômage dans le domaine social et de la santé
Helsingin Sanomat relève que selon un rapport du ministère de l’Emploi et de l’Economie, la récession a commencé à toucher le secteur de services où le nombre de chômeurs a augmenté de plus de 4000 personnes en septembre 2013 par rapport à la situation un an avant. Jusqu’à présent, la demande intérieure avait maintenu l’emploi du secteur tertiaire en légère hausse.
Outre la récession, la mauvaise situation économique dans les communes se reflète sur ce secteur, selon le ministère.
Le nombre de chômeurs dans le secteur social et de la santé a augmenté de 4700. Les communes n’ont pas reconduit des contrats à durée déterminé et ont omis de prendre des remplaçants. Plusieurs communes ont annoncé qu’elles envisageaient des négociations sur des licenciements.
Le ministère estime que le chômage structurel a augmenté : une part plus importante qu’avant s’inscrit parmi des chômeurs difficiles à employer. Il y en a 160 000, soit 60 % de tous les chômeurs.
Selon M. Räisänen, directeur de la recherche au ministère, ces personnes ont le plus souvent plus de 50 ans, elles ne disposent pas de beaucoup de formation, elles ont des problèmes de santé et une carrière professionnelle fragmentaire. Pour lui, la formation est le moyen de les réintégrer dans la vie professionnelle.
Les périodes de chômage se sont également rallongées. Le délai pour trouver un nouvel emploi est actuellement de 17 semaines, contre 15 semaines au début de l’année. M. Räisänen relève que le prolongement de la période de chômage d’une semaine signifie des dépenses supplémentaires de 120 millions d’euros pour l’économie publique.
Le ministère estime que, dans le secteur industriel, on a déjà atteint le plancher concernant le changement structurel. Des dizaines de milliers d’emplois ont disparu depuis 2005. La diminution de l’emploi ne devrait plus être rapide.
A la fin septembre, il y avait 285 000 demandeurs d’emploi, ce qui est 18 % de plus qu’il y a un an. Le ministère prévoit un taux de chômage de 8,3 % pour 2014, contre 8,1 % cette année. Selon l’Institut national d’études statistiques, qui utilise un calcul différent, le taux de chômage était de 7,6 % en septembre, par rapport à 7,1 % il y a un an.
Dans le secteur du bâtiment, la situation de l’emploi s’est améliorée. Ceci est surtout expliqué par le fait que l’on a introduit des mesures contre l’économie parallèle , les travailleurs au noir sont désormais en règle et les statistiques les prennent en compte.
HS/A30, KS/11, KL/36

Bois-papier

L’importance du secteur forestier diminue en Finlande
Aamulehti relève que l’importance de la production papetière a diminué considérablement en Finlande. La part de l’industrie de papier et de pâte à papier dans le PIB est passée de 7,1 % en 2003 à 4,9 % en 2012. Le nombre d’employés dans ce secteur est passé de 37 000 à 22 000. Dans l’industrie forestière, l’évolution est moins radicale : contre 30 000 personnes en 2003, ce secteur en emploie 26 000 aujourd’hui.
AL/A7

Energie

UPM investit dans les biocarburants
Le groupe forestier UPM qui est en train de construire une raffinerie de biocarburant à Lappeenranta, fait déjà des projets pour en mettre en place une deuxième.
La capacité de la raffinerie en constriction sera de 100 000 tonnes de carburant par an, et celle de la deuxième serait de 45 000 tonnes, ce qui représente 12,5 % des biocarburants nécessaires pour le transport finlandais.
La Finlande s’est engagée à augmenter la part des biocarburants dans les transports à 20 % pour 2020.
Le projet d’UPM est un des huit candidats pour des subventions du ministère de l’Emploi et de l’Economie.
Fortum et Green Fuel Nordic sont en train de construire des centrales de biocombustibles. VTT, le centre national de la recherche technique, est en train d’étudier les possibilités de transformer des biocombustibles en carburants pour les transports.
AL/A9

Exportations

Réforme de Finpro
Kauppalehti rend compte de la réforme de l’organisation de promotion des exportations, Finpro, que le ministère de l’Emploi et de l’Economie est en train de préparer.
Les services de consultation payants et les services à titre gratuit seront séparés de façon à filialiser les services payants et créer une association concernant les services gratuits et y insérer les fonctions de l’agence de promotion du tourisme MEK.
La subvention de l’Etat qui s’élève à 20 millions d’euros, sera consacrée aux services gratuits par la suite.
Finpro a été critiqué pour ses activités qui concurrencent des consultants privés alors qu’il a été subventionné par l’Etat.
KL/B16

Frontier souhaite défier Finpro
Frontier, qui se consacre à la promotion de l’internationalisation des entreprises, notamment sur le marché du Proche-Orient, se félicite de la réforme de Finpro. Une concurrence dans ce secteur est la bienvenue pour Frontier.
KL/B17

Politique étrangère et européenne

Afghanistan

Selon M. Haglund, les Finlandais resteront en Afghanistan encore pendant longtemps
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, estime que le nombre de casques bleus finlandais dans le cadre de l’opération FIAS diminuerait de son niveau actuel, un peu plus de 140, à environ 100 d’ici fin 2014. Selon M. Haglund, les troupes de la FIAS continueront leur activité sous le nom de Resource Support Mission. « Il ne s’agit pas d’un retrait des troupes mais d’une transformation de l’opération. »
Les premières orientations seront faites aujourd’hui à Bruxelles lors d’une réunion ministérielle de l’OTAN.
Il est probable que les casques bleus finlandais continuent à faire partie de l’unité chargée du Nord de l’Afghanistan et dirigée par l’Allemagne, avec la participation de la Suède, de la Norvège et des pays baltes. Il y aura des Finlandais aussi à Kaboul. Les autres pays diminueront également le nombre des casques bleus, par exemple la Suède de 500 à 200.
La décision finlandaise sera prise par le comité interministériel de la politique étrangère et de sécurité (UTVA) et ensuite approuvée par le Parlement.
Le coût de l’entretien des troupes finlandaises de la FIAS s’élève cette année à 27 millions d’euros. A partir de 2015, le coût serait de 20 millions d’euros par an.
« Je n’ai jamais fait partie de ceux qui exigent le retrait des troupes. Cette opération nécessite un engagement de long terme. Moi, j’y suis engagé », a souligné M. Haglund.
Le ministre ne veut pas encore fixer le nombre maximal exact de casques bleus finlandais.
Selon l’estimation de M. Haglund, les troupes finlandaises resteront en Afghanistan encore pendant longtemps. Il rappelle que la Finlande participe à l’opération au Liban depuis les années 1970.
« Un retrait est souhaitable plus tard à l’avenir. L’important est de voir l’ensemble de la situation et assumer sa responsabilité », selon M. Haglund.
HS/A9

Corée du Sud

Visite de M. Vapaavuori à Séoul
Selon Turun Sanomat, le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, qui a effectué une visite en Corée dans le cadre d’une tournée de promotion des exportations, a eu mardi un entretien avec le PDG des chantiers navals de STX, M. Jung-Huyng Lyu. D’après M. Vapaavuori, M. Lyu a dit que STX était en train d’évaluer ses activités aussi bien en Europe qu’ailleurs. M. Vapaavuori souligne dans un communiqué qu’il est encore prématuré d’en tirer des conclusions. M. Lyu souhaite pouvoir effectuer une visite en Finlande avant la fin de l’année.
M. Vapaavuori a également eu un entretien à Séoul avec le ministre coréen du commerce, de l’industrie et de l’énergie, M. Yoon Sang-Jick. Les ministres ont évoqué les perspectives de l’industrie maritime, les affaires énergétiques et le cleantech.
TS/11

Politique européenne

Editorial
Helsingin Sanomat commente les projets du futur nouveau gouvernement allemand dirigé par Mme Merkel en matière de politique européenne. L’éditorialiste souligne que l’Allemagne semble avoir préparé ses initiatives sans la France et que l’idée d’augmenter le pouvoir de la Commission en matière économique pourrait ne pas être du goût de cette dernière. « La Finlande a souvent été partenaire de l’Allemagne sur les questions liées à l’euro. Cette fois, les positions allemandes semblent bien abruptes pour la Finlande. En effet, si on est favorable à une commission forte en Finlande, l’idée de diminuer le pouvoir des Etats en politique économique et de développer un budget de la zone euro sera difficile à vendre à l’opinion finlandaise ».
HS

Mardi 22 octobre 2013

Politique étrangère et européenne

Greenpeace - Russie

Sini Saarela n’a pas été libérée
La presse rapporte que la militante finlandaise de Greenpeace Sini Saarela restera en détention provisoire puisque le tribunal de Mourmansk a rejeté sa demande de libération.
La presse rapporte aussi que le gouvernement néerlandais a demandé au tribunal international du droit de la mer d’exiger de la Russie qu’elle libère les militants en détention provisoire.
HS KS

Finlande - Russie

La Finlande accueille deux réfugiés politiques russes
Selon M. Tuomioja, ce n’est pas une déclaration politique
Selon un chercheur, la Russie pourrait réagir
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande a accueilli, dans le cadre de son quota de réfugiés sur la base d’accord avec les Nations-Unies, deux réfugiés russes qui ont quitté leur pays après avoir participé aux manifestations dites de la place Bolotnaia contre le président élu Vladimir Poutine en mai 2012. Mme Jenny Kurpen et M. Alekseï Deviatkin sont arrivés en Finlande au début du mois.
Après s’être réfugié en Ukraine, ils ont été choisi par la Finlande le 20 septembre comme réfugiés et viennent donc de s’installer à Salo.
Selon Mme Jenny Kurpen, « la Finlande est en train de devenir populaire parmi les réfugiés politiques russes. Les militants semblent penser que la Finlande comprend ce qui se passe vraiment en Russie ».
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja déclare toutefois que la Finlande n’a pas l’intention d’ouvrir en général ses frontières aux opposants du président Poutine. M. Tuomioja souligne que la décision d’accueillir ces deux réfugiés ne constitue pas une ligne politique mais un cas particulier : « Tous les cas sont traités de manière individuelle », souligne-t-il.
Il déclare que les militants russes peuvent être accueillis comme les dissidents venant d’autres pays qui sont considérés comme des réfugiés politiques selon des critères internationaux.
Le ministre, qui connaît le cas de ces deux réfugiés, n’a pas souhaité donner de détails sur les raisons pour lesquelles la Finlande avait décidé de les accueillir. « Je ne peux pas commenter un cas particulier », répond-il.
Il ne pense pas que cette affaire aura un effet sur les relations finno-russes ni qu’il sera interrogé par les russes sur ce sujet.
A la question de savoir si la Russie est devenue plus dangereuse pour les dissidents, il répond : « Il se peut qu’il y ait en Russie des personnes qui ont des raisons de craindre d’être victimes de persécutions et de mauvais traitements. Mais cela n’est pas une ligne générale car la Russie est néanmoins un Etat où il y a des élections et où, en principe, il existe un Etat de droit ».
La chercheuse Hanna Smith de l’Institut Aleksanteri estime que ce cas ne devrait pas influencer de manière dramatique les relations finno-russes, même si cela ne fait pas plaisir à la Russie. Elle relève que la Russie a ces derniers temps répondu en montrant les injustices qui existent dans les autres pays.
HS

Ministère des Affaires étrangères

M. Stenlund succéderait à M. Torstila
Selon les sources ministérielles de Hufvudstadsbladet, c’est M. Peter Stenlund qui devrait succéder à M. Torstila, secrétaire d’Etat, qui prendra sa retraite fin février.
M. Stenlund aurait été choisi entre six candidats. Mme Kantola, conseillère spéciale au ministère des Affaires étrangères, confirme, sans révéler de noms, que M. Tuomioja a fait son choix et que le gouvernement prendra position en la matière cette semaine ou la semaine prochaine au plus tard.
M. Stenlund travaille au ministère depuis 1995, notamment sur les questions nordiques, orientales et arctiques. Il a été en poste à Stockholm et à Oslo avant de devenir sous-secrétaire d’Etat pour les fonctions internes et externes.
HBL/7

Corée du Sud

Le Premier ministre coréen à Helsinki mercredi
Turun Sanomat rapporte que le Premier ministre coréen, M. Chung Hong-won effectuera mercredi une visite en Finlande à l’invitation du Premier ministre Katainen.
M. Katainen a annoncé, en déplacement à Turku hier, qu’il comptait évoquer, outre les relations bilatérales et les perspectives économiques, la situation de STX. « Les Etats en soi n’ont pas beaucoup de choses à dire sur les chantiers navals, mais je m’intéresse de savoir comment le Premier ministre coréen voit la situation du groupe STX.
Les Premiers ministres signeront un accord sur la coopération en matière de nucléaire civil.
TS/6

M. Vapaavuori à Séoul
Le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, est actuellement en Corée dans le cadre de la promotion des exportations. Il poursuivra demain sa tournée en Indonésie, ensuite en Chine et à Singapour.
www.formin.fi

Politique européenne

Billet : « Les nationalistes se regroupent » HS
Helsingin Sanomat publie un billet d’Anna Karismo qui commente le rassemblement des courants nationalistes européens en vue des élections du printemps prochain, notamment sous la direction du Front national et du parti frère néerlandais. Elle estime toutefois que la naissance d’un groupe eurosceptique au niveau européen pourrait obliger les groupes modérés à s’activer pour répondre aux critiques contre la construction européenne.
HS

Point de vue : « Le jeu pour es postes de direction de l’UE est lancé » KL
Kauppalehti publie un point de vue de Päivi Isotalus qui commente la course pour les postes de direction de l’UE qui seront attribués l’année prochaine. « Qui succèdera à M. Barroso ? Ou continuera-t-il encore ? Ou est-ce le tour d’un représentant du Nord de l’Europe ? ».
Elle remarque que le premier ministre Katainen a lancé sa campagne. « M. Katainen peut très bien être choisi pour un haut poste européen car les nominations aboutissent souvent à une solution de compromis. Dans le meileur des cas, la Finlande pourrait même avoir coup double si M. Katainen était nommé à la place de M. van Rompuy comme président permanent du conseil européen. Cela ouvrirait la voie à un Finlandais pour la prochaine commission : M. Stubb ou Mme Kauppi ont donc tout intérêt à continuer à s’y préparer à moins que Mme Urpilainen n’aiguise ses griffes. »
« Quant à M. Rehn, il serait parfait comme président permanent de l’eurogroupe, ce qui n’est pas exclu mais ne sera envisagé qu’à partir de 2015, juste après les élections législatives finlandaises. »
« La Finlande a de nombreux atouts en main. Il faut espérer qu’elle n’échouera pas en essayant de courir trop de lièvres à la fois ».
KL

Politique intérieure
Accord salarial

En attendant vendredi
Helsingin Sanomat relève que l’on devrait savoir vendredi si les conventions salariales qui toucheront environ deux millions de salariés durant les 2 à 3 ans à venir pourront être signées. Les syndicats de branche d’employeurs et d’employés sont censés annoncer s’ils acceptent les conditions de l’accord global sur lequel les confédérations se sont mises d’accord en août.
L’accord global pourra être mis en place si suffisamment de syndicats de secteur d’exportations, de logistique et public y participent.
Les négociations sont toujours en cours dans plusieurs branches.
Le gouvernement, l’ensemble des partis politiques et les confédérations syndicales sont tous favorables à un accord global. Ils estiment qu’une solution modérée de longue durée et une paix sociale garantiraient la création de dizaines de milliers de nouveaux emplois du fait de l’amélioration de la compétitivité des entreprises finlandaises.
HS relève que, comme plusieurs questions liées aux réformes structurelles censées rétablir l’équilibre des finances publiques nécessiteront l’accord des organisations syndicales, il est probable que sans accord concernant les salaires, on aura du mal à trouver un accord sur d’autres questions.
La réforme du système de retraite est également dépendante de l’accord des organisations syndicales. En tout cas les négociations deviendraient plus difficiles sans accord global.
Aujourd’hui, la menace la plus importante est constituée par l’industrie forestière, branche qui représente 20 % des exportations finlandaises.
S’il n’y a pas d’accord global, le gouvernement envisage d’annuler les allègements fiscaux, l’amélioration de l’allocation chômage et les allègements prévus pour les entreprises. Des grèves auraient sans doute lieu.
Le cadre salarial de l’accord global prévoit une augmentation salariale de 20 euros par mois à compter du 1er janvier 2014 et une augmentation de 0,4 % un an plus tard. L’augmentation éventuelle concernant la troisième année de l’accord serait négociée en 2015.
HS/A12

Réforme des services sociaux et de santé

Selon un mémorandum, la réforme Sote ne serait pas conforme à la constitution
Helsingin Sanomat relève que selon le mémorandum d’un groupe de travail d’experts, les orientations du gouvernement sur l’organisation des services sociaux et de santé, publiées en mai dernier, ne seraient pas conformes à la constitution.
Après l’audition de six professeurs en droit, le groupe de travail estime que la réforme pose plusieurs problèmes liés à la constitution, notamment concernant le modèle des communes responsables de l’organisation des soins. Cela pourrait créer une situation où une commune aurait le pouvoir dans la prise de décision de la zone Sote.
La commission des lois constitutionnelles du Parlement décide si les projets de loi sont conformes à la constitution ou non. Cette commission serait dans une situation difficile si le gouvernement présentait des projets de loi dont le caractère constitutionnel est mis en cause.
Selon M. Petteri Orpo, président du groupe parlementaire du Parti conservateur, qui dirige le groupe Sote du gouvernement, ces problèmes étaient déjà connus.
HS/A13

Société

Ecrits antisémites : le rédacteur en chef de Magneettimedia a été condamné
Selon Helsingin Sanomat, le tribunal de grande instance d’Ylivieska-Raahe a décidé que les écrits antisémites publiés dans le journal gratuit Magneettimedia en août 2012 et en février 2013 par M. Juha Kärkkäinen, rédacteur en chef, étaient d’une propagande comparable au discours incitant à la haine raciale. M. Kärkkäinen a été condamné à une amende de 540 euros pour incitation à la haine raciale et l’entreprise J. Kärkkäinen, qui publie ce journal gratuit, à une amende de communauté de 45 000 euros. L’entreprise doit détruire les écrits antisémites.
HS/A10

Universités

Un étudiant sur cinq envisage de changer de filière
Selon une étude nationale concernant les étudiants, environ 10 % des étudiants universitaires de la première année ont des doutes concernant leur choix de domaines d’études. Un étudiant sur cinq en ce qui concerne l’ensemble des étudiants envisage de changer de matière ou d’établissement.
Les étudiants du domaine des sciences naturelles sont les plus hésitants, tandis que ceux des domaines sociaux ou de santé hésitent le moins.
Le même baromètre relève que 60 % des étudiants du supérieur travaillent à côté de leurs études. Travailler est considéré en même temps comme utile pour les perspectives d’emploi dans l’avenir et comme un facteur ralentissant les études.
HS/A13

Médecine – recherche

Un vaccin contre le diabète ?
Un groupe de chercheurs de l’Université de Tampere n’est pas loin d’une percée concernant ses travaux pour trouver un vaccin contre le diabète. Des essais sont prévus prochainement en la matière.
HS/A9
Economie

Metso
Nouveau plan social
Helsingin Sanomat souligne que Metso a lancé son troisième plan social en un an. Il vise à supprimer 475 emplois dont 295 en Finlande, principalement à Tampere.
HS

France - Finlande

Musique
Coopération entre le festival d’Opéra de Savonlinna et les Chorégies d’Orange
Turun Sanomat et Keskisuomalainen rapportent que le Festival d’Opéra de Savonlinna va commencer une coopération avec les Chorégies d’Orange afin de réaliser ensemble deux nouvelles productions.
Un Boris Godounov de Moussorski, mis en scène par Nicola Raab et dirigé part Leif Segerstam sera présenté à Orange en 2015 et à Savonlinna en 2016.
Un Othello de Verdi sera mis en scène par Nadine Duffaut et dirigé par Myung Whun Chung à Orange en 2014 et Savonlinna en 2016.
TS KS

Foucault
Publication de la traduction d’un ouvrage de Michel Foucault
Turun Sanomat publie une critique de « Naissance de la clinique, une archéologie du regard médical » (paru en 1963), traduite en finnois par Simo Määttä.
TS/15
France

Espionnage
« La France exige des explications des Etats-Unis » KS
« La France et le Mexique réagissent aux Etats-Unis » HS
La presse rapporte que le Premier ministre français a réagi après les révélations concernant les écoutes américaines.
HS KS

Nucléaire
« De nouvelles centrales en Grande-Bretagne » KS
« Des réacteurs EPR comme celui d’Olkiluoto » KL
La presse rapporte qu’EDF et Areva ainsi que deux sociétés chinoises vont construire de nouvelles centrales nucléaires en Grande-Bretagne.
Kauppalehti souligne qu’il s’agirait de deux réacteurs EPR d’Areva, comme celui actuellement en construction à Olkiluoto.
KS KL HS

Dassault Systèmes
« Les opportunités du 3D » KL
La correspondante à Paris de Kauppalehti, Piia Seuguneot, a réalisé un reportage sur Dassault Systèmes qui a su élargir ses domaines d’activité de la construction aérienne aux technologies virtuelles. KL

Lundi 21 octobre 2013

Politique étrangère et européenne

Somalie

Al-Shabaab et la Finlande
Les informations basées sur les propos du journaliste d’origine somalienne de Voice of America, Harun Maruf, concernant la participation d’un Finlandais à l’attaque de Nairobi n’ont pas pu être confirmées. Au contraire, la Sureté nationale (Supo) et la communauté somalienne de Finlande ne soutiennent pas cette supposition. La Supo estime que les autorités kényanes l’auraient contactée s’il avait été question d’un ressortissant finlandais.
En fait, il se peut, selon Harun Maruf, que la personne reconnue comme norvégien serait la personne pris pour un Finlandais ou quelqu’un ayant résidé en Finlande.
Helsingin Sanomat relève que, selon l’Union des Somaliens de Finlande, la communauté somalienne n’a pas de connaissances en ce qui concerne un recrutement organisé en Finlande. Selon le président de l’Union, il n’est pas possible qu’une telle activité ne soit pas connue. Il n’exclut toutefois pas la possibilité que cela change. Pour lui, les jeunes qui sont socialement exclus risquent de devenir des cibles pour un recrutement terroriste.
L’Union des Somaliens a investi dans la prévention en organisant des tables rondes pour les parents et les jeunes afin d’évoquer ces questions. Dans les mosquées, on évoque les différences entre l’islam et les positions d’al-Shabaab.
HS relève que l’on soupçonne que des dizaines de personnes soient parties de Suède et de Norvège dans des formations terroristes en Somalie.
HS/sam/B1, dim/B1-2

Iran - Nucléaire

Propos de M. Heinonen
M. Olli Heinonen, chercheur et spécialiste du nucléaire, ancien vice-directeur de l’AIEA, relève que l’Iran est capable d’enrichir une quantité d’uranium nécessaire pour disposer d’un armement nucléaire en quelques semaines.
Il estime que les négociations avec l’Iran seront difficiles. Il en souligne l’urgence. Il considère que l’on n’a pas d’autre alternative que de « rester prudemment optimiste ».
HS/dim/B2, KS/sam/16

Notation de la Finlande

La Finlande pourra garder son triple A jusqu’à nouvel ordre
Helsingin Sanomat rapporte que Standard & Poor’s a confirmé vendredi maintenir la notation AAA de la Finlande.
Pour Mme Jutta Urpilainen, ministre des Finances, le maintien du triple A est un message qui signifie qu’on a confiance dans l’économie finlandaise. « En même temps, on peut voir dans cette estimation un souci qui est lié à la restructuration de l’industrie et à l’affaiblissement du potentiel de croissance », a déclaré Mme Urpilainen vendredi à STT, agence de presse finlandaise.
M. Aki Kangasharju, directeur à la banque Nordea, estime que la situation est plus sombre qu’il n’y paraît. Pour lui, Standard & Poor’s a une conception trop optimiste sur l’état de l’économie finlandaise. Il souligne que les agences de notation sont toujours en retard.
Le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, avait estimé jeudi dernier que la note de la Finlande allait chuter. Parmi les Etats de l’euro, les trois principales agences de notation ont accordé la meilleure note au Luxembourg, à l’Allemagne, à l’Autriche et à la Finlande.
HS/sam/B10

Politique européenne

Billet de M. Stubb
Dans un billet publié dans Helsingin Sanomat, le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb défend la politique de la Commission dont le projet refit vise à rationnaliser la réglementation européenne.
HS

Un Finlandais à la tête du tribunal de première instance
Helsingin Sanomat publie une interview de Heikki Kanninen qui est depuis septembre le vice-président du tribunal d’instance de l’UE.
HS

Elections européennes le 25 mai
Helsingin Sanomat relève que les élections européennes auront bien lieu le 25 mai 2014, soit le même jour que la finale du championnat du monde de hockey-sur-glace.
HS

Editorial : « L’extrême-droite divise les eurosceptiques » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat commente les déclarations des Vrais Finlandais de ne pas rejoindre le mouvement lancé par Marine Le Pen et Geert Widers pour les prochaines élections européennes.
L’éditorialiste juge que si Mme Le Pen réussit un bon score aux élections, elle pourrait prendre la tête d’un futur groupe parlementaire, « ce qui ne serait pas du goût des partis qui souhaitent adopter une ligne plus modérée, comme les Vrais Finlandais. Cela ne serait pas non plus du goût de ceux qui perdrait leur position actuelle de porte-parole de l’euroscepticisme au parlement européen, comme les britanniques de Ukip. Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini a longtemps réfléchi à sa candidature aux européennes car il aurait pu essayer de prendre la tête du mouvement eurosceptique en Europe. Mais il a du faire le choix sage de laisser passer son tour : qu’aurait-on dit d’une phalange Le Pen-Widers-Soini ? Si les Vrais Finlandais veulent être suffisamment modérés pour participer à un gouvernement en Finlande, leurs députés européens auront du mal à suivre une ligne le Pen – Widers. Le parlement européen n’est pas séparé de la politique intérieure », conclut HS.

Politique intérieure

Accord salarial

Propos de M. Ihalainen et de M. Rehn
Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, souhaite précipiter les négociations salariales qui devraient aboutir vendredi. Il souligne l’importance d’un accord global pour la compétitivité. Pour lui, l’impact d’un accord global serait extrêmement important pour l’économie, la crédibilité de la Finlande et le maintien du triple A.
Le commissaire Olli Rehn parle lui aussi en faveur d’un accord salarial modéré. Il relève que les coûts en matière de salaires sont plus élevés en Finlande que la moyenne européenne et que cela nuit à la compétitivité du pays en matière de main d’œuvre.
Kauppalehti rapporte que les négociations avancent lentement, surtout dans certains secteurs, et relève que nombre de réformes budgétaires dépendent du résultat des négociations. Même si plusieurs secteurs sont déjà arrivés à un accord, il faudrait, selon KL, que les principaux domaines qui exportent et la logistique, participent à un accord global.
KL rappelle que la réforme du système de retraites est liée à cet accord. Akava, la confédération des diplômés du supérieur, a évoqué que l’échec de l’accord global pourrait annuler les décisions déjà prises concernant les cotisations retraite.
HS/dim/A12, HS/lun/A16, KL/8-9

Sécurité sociale – revenu minimum d’insertion

Propos de M. Sipilä
Le président du Parti du centre, M. Sipilä, se déclare favorable à la proposition de M. Hiilamo, professeur à l’Université de Helsinki, de lier le RMI à des obligations concernant les personnes de moins de 25 ans dans le but de la prévention de l’exclusion. En contrepartie, il pourrait s’agir de proposer des mesures de soutien au niveau de l’emploi.
M. Sipilä estime que le RMI est devenu une forme de subsistance permanente pour beaucoup de personnes. Pour lui, le système actuel risque de rendre passifs les bénéficiaires.
HS/dim/A12

Mine de Talvivaara

Plusieurs soupçons de crime contre l’environnement
La police a terminé son enquête préliminaire concernant la mine de Talvivaara. Plusieurs personnes sont soupçonnées d’avoir engendré des dégâts graves à l’environnement.
Le directeur général du groupe, M. Perä, ne commente pas les soupçons ni ne relève s’il est lui-même parmi les suspects.
HS/sam/A12

Défense

Propos du commandant des forces armées, Ari Puheloinen
Le commandant des forces armées, M. Puheloinen, estime qu’en Europe, l’antagonisme « OTAN-Russie – Russie-OTAN » est toujours en vigueur même si on croyait que tout allait changer dans les années 1990. « Les intérêts ne sont pas compatibles », selon lui.
En Finlande, la réforme des forces armées a pour but de faire passer le nombre de réservistes de 350 000 aujourd’hui à 230 000. Les effectifs du personnel sont diminués de 15 % et le budget diminué de 10 % pour 2015. Le budget de 2014 s’élève à 2,3 milliards d’euros.
M. Puehloinen estime que le nombre de réservistes ne pourra pas diminuer plus, si on ne compte pas abandonner à la défense de l’ensemble du territoire. Une armée professionnelle coûterait 9 milliards d’euros, rien que concernant les dépenses en matière de personnel.
Il estime qu’à la fin de la décennie, il faudra commencer à augmenter les crédits qui ont actuellement diminué. « Il faudra veiller à ce que personne n’ait à se demander comment la Finlande envisage d’assurer sa sécurité. Qu’elle soit dans une alliance militaire ou non. »
Une adhésion à l’OTAN ne représente pas une solution pour M. Puheloinen, au niveau du budget. Il se pose la question de la crédibilité de l’option de l’adhésion dans un contexte où les forces armées ne seraient pas à la hauteur de leurs fonctions en raison d’une pénurie de matériel. L’idée d’une adhésion à l’OTAN n’est pas que la communauté internationale prenne en charge la défense d’un pays, rappelle M. Puheloinen. « Surtout s’agissant d’un pays prospère comme la Finlande. »
HS/sam/A14

Soupçon de harcèlement au travail dans le syndicat des officiers
Turun Sanomat relève que selon les informations du quotidien, il y a au sein du syndicat des officiers finlandais un cas de harcèlement au travail.
Le président du syndicat, M. Harri Westerlund, a démissionné la semaine dernière. Il refuse de commenter l’affaire. Un employé a déposé une plainte à la police. Avant l’élection d’un nouveau président, le syndicat sera dirigé par le vice-président Jouko Seitakari.
98 % des 6 000 officiers finlandais sont membres de ce syndicat. L’affaire est gênante aussi pour les forces armées qui veut mettre fin aux brimades au sein de l’armée.
Le quotidien fait allusion au cas de harcèlement au travail au sein du syndicat des transports AKT. Son président, M. Arto Räty, a été remercié et est poursuivi en justice.
TS/lun/3&13

Litige sur le niveau de l’éducation

Helsingin Sanomat rapporte qu’il y a en ce moment un litige entre le ministère de l’Education et les chercheurs sur le niveau de l’éducation finlandais par rapport aux autres pays. Selon les chercheurs, le ministère de l’Education exagère le retard de la Finlande.
Selon les chercheurs Osmo Kivinen, Juha Hedman et Päivi Kaipainen de l’université de Turku, le ministère a interprété les statistiques de l’OCDE de façon tendancieuse. On a d’abord pris les décisions politiques et ensuite commencé à rechercher les preuves pour justifier la politique.
Le groupe du professeur Kivinen a montré que, depuis 20 ans, le niveau de l’éducation de la Finlande a été parmi les plus forts des pays de l’OCDE, surtout grâce à la montée du niveau d’éducation des femmes.
HS/lun/A13

Le tourisme serait un des piliers de l’économie finlandaise

Selon Aamulehti, le tourisme est un des rares domaines de croissances en Finlande depuis l’an 2000, le nombre de touristes étrangers a doublé et les recettes sont actuellement de 4,4 milliards d’euros, ce qui correspond à 7 à 8 % des exportations de marchandises.
L’association des producteurs de services de tourisme déplore toutefois le haut niveau de taxation dans le domaine.
Le tourisme donne du travail à 184 000 personnes et à 27 000 entreprises. 47 % des 7,6 millions de touristes étrangers viennent de la Russie, 10 % de l’Estonie, 9 % de la Suède, 4 % de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne.
AL/dim/A5

Economie

Fortum discret concernant la vente de ses réseaux

Selon Helsingin Sanomat, l’entreprise énergétique Fortum, dont l’Etat finlandais possède 50 % des actions, projette la vente de tous ses réseaux d’énergie électrique. Il possède des réseaux en Finlande, en Suède et en Norvège, dont le plus important en Suède.
Fortum n’a voulu donner aucune information sur ces cessions. L’évaluation des options est en cours et devrait être achevée avant la fin de l’année.
Selon les estimations, le prix des réseaux en Suède s’élèverait à 3 à 4 milliards d’euros, et les réseaux en Finlande à 2 milliards.
Le parti du Centre a surtout critiqué le projet de vente en Finlande. Pour les centristes, le réseau de Fortum fait partie de l’infrastructure nationale importante qui ne devrait pas être vendu à l’étranger.
HS/sam/B11

France - Finlande

Vélib : Les vélos urbains victime de la protection de l’image urbaine
Helsingin Sanomat rapporte que le projet de doter Helsinki de Vélibs a échoué car les différentes administrations de la municipalité n’ont pas pu trouver suffisamment d’espace pour la publicité urbaine que proposait JC Decaux qui avait remporté l’appel d’offres pour les vélos urbains.
La municipalité devrait essayer cette semaine à nouveau de trouver des solutions pour le vélo urbain.
Jenni Virtanen a signé un billet dans Helsingin Sanomat pour regretter qu’Helsinki n’ait ni vélos urbains, ni autolibs.
HS

Cinéma : La Finlande et Gilles Deleuze
Turun Sanomat rapporte que le professeur de recherche cinématographique à l’université de Turku, M. Jukka Sihvonen, vient de publie un ouvrage sur les théories du philosophe Gilles Deleuze.
TS/dim/22

Histoire : Frédéric II
Helsingin Sanomat présente le programme de Sini Sovijärvi sur les Lumières et Frédéric II qui sera diffusé aujourd’hui et dimanche prochain à Radio 1.
HS

Musique : Les Arts florissants
Helsingin Sanomat présente le concert des Arts florissants qui aura lieu vendredi à Helsinki.
HS

Sport : Nouvelle victoire française au Helsinki Horse Show
Les médias rapportent que Patrice delaveau a remporté, hier, le concours d’équitation d’Helsinki.
HS TS AL

France

Expositions

Braque, maître du gris
Kaleva publie une critique élogieuse de Leena Rantanen qui a visité l’exposition Braque, au Grand Palais jusqu’au 6 janvier 2014.
Kaleva
Roy Lichtenstein au Centre Pompidou
Hufvudstadsbladet rend compte de l’exposition consacrée aux dessins de Roy Lichtenstein.
HBL/sam/28-29

Economie : « La France améliore sa compétitivité » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage de Petja Pelli qui s’est intéressé à la compétitivité en France à partir d’une visite chez une modiste finlandaise à Paris.
HS

Vendredi 18 octobre 2013

Politique intérieure

Gouvernement

M. Haavisto a été nommé officiellement ministre du Développement
Helsingin Sanomat rapporte que le président Niinistö a nommé M. Pekka Haavisto au poste de ministre du Développement
Toute de suite après sa nomination, lors de la séance des questions orales du Parlement, M. Haavisto a répondu aux questions des députés entre autres sur le rôle des entreprises publiques en tant qu’employeurs. Selon M. Haavisto, il faut que toutes les entreprises de l’Etat prennent au sérieux leurs responsabilités à l’égard de l’environnement et de la société, ainsi que le développement durable.
Le nouveau ministre veut rendre plus raisonnables les salaires des directeurs des entreprises publiques. « Je n’ose pas encore prendre position quant à ce que serait un niveau raisonnable, après une expérience ministérielle d’une heure. »
HS note que les tâches de ministre chargé de la gestion des entreprises publiques ne sont pas populaires parmi les ministres. Le ministre n’a pas le droit de diriger ces entreprises, mais il est toujours accusé quand il y a des problèmes.
HS/A11

Fennovoima

Les habitants de Pyhäjoki s’inquiètent du niveau de sécurité d’une centrale nucléaire russe
Helsingin Sanomat relève que Fennovoima a invité les habitants de Pyhäjoki à un entretien dans le cadre de l’évaluation des effets sur l’environnement du projet.
Les habitants se sont inquiétés de la réputation de Rosatom, qui n’aurait pas p. ex. rempli tous les critères de sécurité en Inde. M. Janne Liukko, directeur à Fennovoima, a souligné que la centrale serait construite suivant les normes du STUK.
Mme Helena Maijala, présidente du mouvement Pro Hanhikivi, a exigé une enquête auprès des habitants, parce que la commune de Pyhäjoki a refusé d’organiser un référendum. Elle s’est inquiétée également de l’effet sur le prix de l’électricité de la part d’actions importante de Rosatom.
HS/A29

Politique étrangère et européenne

Greenpeace

Propos de M. Ollila
Helsingin Sanomat rapporte sur son site que M. Jorma Ollila, président du conseil de surveillance de Shell, souhaite que Sini Saarela, militante finlandaise de Greenpeace emprisonnée à Mourmansk en Russie, soit libérée. M. Ollila s’est exprimé vendredi matin lors d’une émission d’Yle.
« Il est difficile pour moi de faire quelque chose, mais elle devrait être libérée », a dit M. Ollila. « Je ne vois pas comment moi-même je pourrais y contribuer. C’est du ressort d’une justice indépendante. »
HS note qu’onze lauréats du Prix Nobel de la paix, dont l’archevêque Desmond Tutu, ont fait appel hier en faveur de la libération des militants de Greenpeace. Le président Ahtisaari annonce qu’il n’a pas été contacté à ce sujet.
HS

Pêche au saumon

Le quota de saumon sera diminué
Les ministres européens de l’agriculture et de la pêche, réunis jeudi, se sont mis d’accord sur la diminution de 2 % du quota de saumon de la mer Baltique en 2014. Le quota annuel du Golfe de Finlande sera diminué de 15 %, à 13 106 saumons. La diminution a été effectuée à l’initiative de la Finlande et de la Suède, même si les autres pays membres s’y sont opposés initialement.
Le quota de pêche de harengs de la Baltique a été augmenté de 30 % dans le golfe de Botnie et de 25 % dans le golfe de Finlande.
Le ministre finlandais de l’Agriculture, M. Jari Koskinen se félicite du résultat des négociations.

Finlande - Estonie

L’UE a accordé une aide au trafic de ferries
Helsingin Sanomat relève que l’Union européenne accordera une aide de 11,3 millions d’euros pour le trafic de ferries entre Helsinki et Tallinn. Il s’agit d’augmenter la capacité et améliorer la fluidité dans les deux ports. L’aide couvrira 20 % du montant des investissements prévus, qui sont au total de 56,3 millions d’euros.
HS/A22

Finlande - France

Bande dessinée

David B.
Turun Sanomat publie une bonne critique signée Matti Komulainen sur la traduction en finnois de « L’Ascension du Haut Mal » de David B. (alias Pierre-François Beauchard).
TS/jeu/24

France

DGCCRF

Le commerce français est sous le regard de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes
Turun Sanomat publie un article, signé Patrick Le Louarn, sur la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, une administration française, dont les principales missions consistent à assurer le contrôle du fonctionnement correct de l’économie réelle et la sécurité des consommateurs.
TS/19

Jeudi 17 octobre 2013

Politique intérieure

Alliance verte

M. Haavisto sera nommé nouveau ministre du Développement
Helsingin Sanomat rapporte que le conseil national de l’Alliance verte s’est réuni mercredi soir pour élire un nouveau ministre du Développement, en remplacement de Mme Heidi Hautala, qui a dû démissionner vendredi dernier. La réunion du conseil national a duré près de quatre heures. Le choix du conseil a été unanime : le député Pekka Haavisto sera le nouveau ministre du Développement, chargé de la gestion des entreprises de l’Etat. M. Haavisto sera officiellement nommé jeudi lors du Conseil des ministres, présidé par le Président Niinistö.
M. Haavisto compte poursuivre la politique de développement de Mme Hautala. Il souhaite que la Finlande soit cependant plus active dans la médiation pour la paix.
Le président de l’Alliance verte, M. Ville Niinistö, se félicite de la nomination de M. Haavisto et estime que son expérience diplomatique est un atout pour tout le parti. « Sa longue expérience dans la médiation pour la paix sera très utile dans les fonctions du ministre chargé du développement. Sa capacité d’écouter les gens et de traiter les points de vue opposés lui aidera dans ses fonctions de ministre chargé de la gestion des entreprises de l’Etat », selon M. Niinistö.
Il était clair, déjà avant la nomination, que le nouveau ministre du Développement serait chargé de la gestion des entreprises publiques. M. Niinistö, ministre de l’Environnement, n’aurait pas pu assumer la gestion des entreprises de l’Etat en raison d’éventuels conflits d’intérêts. Le transfert de la compétence de gestion des entreprises publiques à un autre ministère n’a pas été parmi les options non plus.
M. Haavisto désapprouve toute action qui pourrait être illégale, y compris celles de Greenpeace.
HS/A3&A6-7

Carrière politique de M. Haavisto
M. Haavisto, 55 ans, sera de retour au gouvernement après une pause de 14 ans. Il est qualifié d’homme politique modéré et expérimenté, apprécié aussi par ses adversaires politiques.
M. Haavisto a été ministre de l’Environnement et de la Coopération au développement de 1995 à 1999 (1er gouvernement de M. Lipponen). Il a été député de l’Alliance verte, élu dans la circonscription de Helsinki, de 1987 à 1995 et a été réélu au Parlement en 2007. M. Haavisto a présidé l’Alliance verte entre 1993 et 1995 et a été candidat présidentiel de son parti en 2012.
Entre 1999 et 2005, M. Haavisto a travaillé pour l’ONU en Afghanistan et dans les pays africains, puis pour l’Union européenne au Soudan (2005-2007)
M. Haavisto ne compte pas présenter sa candidature aux élections du Parlement européen en 2014 mais souhaite être réélu au Parlement aux élections législatives de 2015.
HS/A7

Groupe parlementaire
Le conseil national de l’Alliance verte a décidé hier que Mme Outi Alanko-Kahiluoto remplacerait M. Oras Tynkkynen à la présidence du groupe parlementaire. M. Tynkkynen a été nommé vice-président du groupe. M. Tynkkynen a voulu lui-même se retirer de la présidence du groupe, en raison de l’équilibre entre hommes et femmes aux postes importants. Deux ministres hommes et un président du groupe aurait été une combinaison difficile pour ce parti qui souligne la parité.
HS/A6

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

Editorial : « La Finlande pourrait perdre son meilleur ami à l’UE »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne que traditionnellement, les Finlandais estiment qu’une commission européenne forte garantit le mieux les intérêts d’un petit pays membre. A l’avenir, la Finlande pourrait toutefois perdre ce bon ami. Il ne s’agit pas d’une détérioration des relations avec la Commission ou d’un autre problème bilatéral. Il s’agit du prestige de la Commission qui est en train de diminuer. La Commission souffre aussi d’une mauvaise réputation dans les pays membres.
Ce qui menace le plus le prestige de la Commission, c’est l’accord politique selon lequel son prochain président serait en pratique choisi par le parti politique qui gagne les élections au Parlement européen et non par les pays membres de l’UE.
HS/A4

Pêche au saumon

Le Parlement souhaite diminuer le quota de saumon
Selon Turun Sanomat, le Parlement est favorable à l’objectif du gouvernement de diminuer le quota de saumon proposé par la Commission européenne. La grande commission du Parlement a été unanime à ce sujet.
La Commission propose le maintien du quota annuel actuel, environ 108 000 saumons. L’objectif proposé par le ministère de l’Agriculture finlandais est d’environ 103 000. Les quotas seront étudiés prochainement par les ministres européens de l’agriculture et de la pêche.
TS/A13

Surveillance aérienne

Selon M. Jussi Niinistö, il y a de fausses informations sur le rôle de la Finlande
Turun Sanomat relève que selon M. Jussi Niinistö, député des Vrais Finlandais et président de la commission de la défense du Parlement, il y a de fausses idées sur le rôle de la Finlande dans la surveillance de l’espace aérien islandais. « Le secrétaire général de l’OTAN, M. Fogh Rasmussen, a dit que la Finlande et la Suède participaient à la surveillance aérienne, sans mentionner qu’il s’agissait de participer à une exercice. » Selon M. Niinistö, le président du Conseil nordique, la Norvégienne Marit Nybakk, a répété la même chose.
TS/13

Nokia

M. Ollila déplore la vente des téléphones de Nokia mais croit à un nouveau départ
Helsingin Sanomat publie une interview de M. Jorma Ollila, ancien directeur général de Nokia, qui publie aujourd’hui son autobiographie.
M. Ollila analyse les problèmes de Nokia mais souligne que les anciens directeurs ne doivent pas donner de conseils à leurs successeurs ou faire des commentaires en public.
Il admet avoir commis des erreurs, en soulignant l’importance de savoir passer à autre chose.
M. Ollila admet que la vente des téléphones de Nokia à Microsoft a été un choc pour lui au début. « Le conseil de surveillance de Nokia a pris une décision dramatique et courageuse qui est probablement la bonne. »

Finlande - France

Musique

Station MIR à Joensuu
Karjalainen, quotidien paraissant à Joensuu (Carélie du Nord), publie, sous le titre « Le monde merveilleux des musiciens MIR », une critique élogieuse, signée Jyri Ojala, du trio français Station MIR qui s’est produit à Joensuu le 5 octobre.
Karjalainen

Mercredi 16 octobre 2013

Politique étrangère et européenne

Interview de M. Katainen

« La Finlande prête à des nouveaux paquets d’aide européens » HS
Selon Helsingin Sanomat, le Premier ministre Jyrki Katainen, qui a accordé un entretien au quotidien Financial Times, a dit que la Finlande était prête à approuver des nouveaux paquets d’aide à la Grèce et au Portugal « s’ils deviennent indispensables ».
« Personne n’aime ces paquets mais jusqu’à présent nous avons évalué qu’ils étaient utiles à l’égard de la stabilité de la zone euro. »
Ses propos suscitent en Finlande des spéculations selon lesquels M. Katainen serait en train de solliciter le soutien des pays de l’Europe du Sud pour sa propre carrière européenne.
Selon les commentaires des sources diplomatiques de Financial Times, M. Katainen aurait des chances pour être nommé candidat à la présidence du Parti populaire européen PPE.
HS note que, selon le cabinet de M. Katainen, le ton de l’interview a été trop direct. FT a ensuite ajouté sur son site que « M. Katainen a souligné qu’il n’y avait pas de nouvelles demandes sur la table et que son gouvernement de coalition n’a pas évoqué cette possibilité. La politique finlandaise à l’égard de l’euro n’a pas changé. »
HS/A25

Eurogroupe

Selon Mme Urpilainen, les pays doivent se préparer à d’éventuelles recapitalisations des banques européennes
Turun Sanomat relève que selon la ministre des Finances, Mme Jutta Urpilainen, qui a participé lundi à une réunion de l’Ecofin à Luxembourg, chaque pays de la zone euro doit se préparer au besoin d’éventuelles recapitalisations des banques qui pourraient être révélées lors des tests de résistance projetés par la Banque centrale européenne.
« Il est encore impossible d’évaluer quel est l’ordre de grandeur de ces besoins. L’essentiel est que ces test soient effectués consciencieusement », a souligné Mme Urpilainen.
TS/mar/13

PSE

Réunion des socialistes européens à Luxembourg
Demokraatti, organe du PSD, rapporte que les ministres des Finances, des Affaires sociales et du Travail du Parti socialiste européen se sont réunis hier à Luxembourg pour leur première réunion commune qui a été présidée par Mme Urpilainen, ministre finlandaise des Finances.
Selon Mme Urpilainen, les socialistes européens mènent une politique économique plus juste et ont les outils pour faire sortir l’Europe de la crise.
Pour le ministre du travail, M. Lauri Ihalainen, la lutte pour améliorer la situation de l’emploi est essentielle, surtout celle des jeunes, l’Europe ayant en ce moment 27 millions de chômeurs.
Dem/11

Frontex

La Finlande enverra un avion de surveillance à Lampedusa
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande enverra un avion de surveillance Dornier, avec son équipage finlandais, à Lampedusa pour aider l’agence européenne de sécurité frontalière Frontex dans la surveillance en Méditerranée. Frontex a annoncé hier avoir accepté la proposition finlandaise.
Selon M. Vesa Blomqvist, expert dans la surveillance des frontières au ministère de l’Intérieur, « l’avion décollera dans les meilleurs délais, au plus tard début novembre » et restera en Italie pendant 30 jours.
« Nous sommes prêts à aider si l’opération en Méditerranée devait être élargie. L’aide supplémentaire pourrait signifier de l’équipement, surtout des bateaux, des experts et par exemple l’organisation d’une formation », selon M. Blomqvist.
Turun Sanomat relève que selon le pilote du Dornier, le lieutenant Jukka Peitsala, qui a participé à dix opérations de Frontex en Méditerranée, « notre équipement est bon et adapté à cette opération ».
HS/A21, TS/10

Propos de M. Laitinen
Selon Turun Sanomat, le directeur général de l’agence européenne de sécurité frontalière Frontex, M. Ilkka Laitinen, souligne que « toutes les ressources doivent être mises en œuvre pour sauver des vies en Méditerranée ». Il se félicité des crédits supplémentaires de huit millions d’euros obtenus pour les patrouilles en Méditerranée.
Quant aux articles dans la presse italienne souhaitant son remplacement par un Italien à la tête de Frontex, M. Laitinen estime qu’il s’agit d’une ouverture visible du jeu sur son successeur. M. Laitinen quittera son poste après neuf ans à Frontex pour reprendre ses fonctions au sein des gardes-frontières en Finlande.
Pour M. Laitinen, il ne s’agit pas d’une méfiance des Italiens à son égard mais du lobbying en faveur d’un candidat italien.
TS/10

Politique intérieure

Alliance verte

« Mme Hassi en tête des prévisions » HS
« Le joker, c’est Pekka » AL
Le conseil national de l’Alliance verte se réunira, ce soir, pour élire un ministre en vue de la succession de Mme Hautala. Les députés verts seront également présents.
Alors que les Verts considèrent comme important de faire tourner les postes de ministres, dans le contexte actuel, l’expérience de Mmes Hassi (députée européenne, ancienne ministre de l’Environnement) et Brax (ancienne ministre de la Justice qui maitriserait peut-être le mieux la gestion des entreprises de l’Etat) pourrait se montrer être décisive. Outre ces deux, qui ont également l’atout d’être des femmes, MM. Haavisto (ancien ministre de l’Environnement et du Développement) et Tynkkynen ont été évoqués parmi les ministrables. Si M. Tynkkynen était désigné, il serait facile de le remplacer à la tête du groupe parlementaire par une femme. M. Tynkkynen a toutefois dit qu’il n’était disponible que pour le portefeuille du Développement mais pas de la gestion des entreprises publiques.
Une partie des Verts influents a souhaité que le président du parti, M. Niinistö, présente son propre candidat dès le début de la réunion, ce qui n’est pas une coutume dans le parti.
HS/A11, AL/A6

Politique arctique – Affaire Hautala

Débat sur les origines de l’affaire
Des anciennes personnalités du syndicat des marins ont annoncé avoir lancé le processus qui s’est terminé par la démission de Mme Hautala. Ils avaient découvert (lors de discussions informelle avec le patronat, en marge des négociaitons sur les conventions collectives, en octobre) que la ministre était impliquée dans le fait qu’Arctia Shipping avait il y a un an et demi retiré sa plainte concernant la manifestation de Greenpeace.
Un des syndicalistes, M. Mustonen, a contacté le député Vrai Finlandais, M. Turunen, en révélant à la même occasion que le député social-démocrate, M. Kärnä, était au courant. Celui-ci a toutefois dit qu’il ne connaissait pas M. Mustonen.
Les syndicalistes ont ensuite contacté M. Putkonen, ancien syndicaliste, qui œuvre actuellement pour les Vrais Finlandais.
Iltalehti a nié, hier, que sa révélation de la semaine dernière aurait comme source les syndicalistes ou M. Putkonen.
Selon M. Mustonen, il a été question d’évoquer la diminution des emplois dans le domaine maritime. M. Putkonen a dit que la politique du gouvernement en matière de gestion de ses entreprises « sortait des projets de Greenpeace ».
HS/A12

Le parti du Centre souhaite être informé de la politique de gestion des entreprises de l’Etat
Le Centre estime que les orientations du gouvernement en matière de politique de gestion des entreprises publiques n’est pas clair et qu’il faudrait que le gouvernement l’explique sans délai, notamment en ce qui concerne sa position sur les activités des brise-glace dans la région arctique.
Le Centre souhaite l’organisation d’une motion de censure. Pour le parti, le gouvernement est à la dérive dans ces questions. « Il n’est pas possible que cette question relève des Verts », a dit M. Tiilikainen, président du groupe parlementaire.
HS/A12

Arctic Shipping vise le Passage du Nord-Est
Mme Lehtonen, directrice financière du groupe, relève qu’Arctia Shipping s’intéresse à des activités commerciales qui pourraient s’ouvrir dans les eaux arctiques russes. Les brise-glace multifonctionnels, Fennica et Nordica, pourraient être proposés à ces fins, une fois que le contrat avec Shell prendra fin. Mme Lehtonen relève que l’ouverture accrue du passage du Nord-Est signifiera un besoin accru pour les brise-glace. Elle n’exclut pas non plus la participation à des activités liées au forage du pétrole.
Le directeur général d’Arctia Shipping, M. Vauraste, a fait deux déplacements dans les régions arctiques russes récemment. Selon Mme Lehtonen, des négociations n’ont pas été menées avec les Russes.
Elle estime que, en théorie, le groupe pourrait transformer des brise-glace traditionnels en des navires multifonctionnels qui pourraient être utilisés dans des conditions arctiques. Elle rappelle toutefois que l’entrée sur le marché russe n’est pas rapide. La rentabilité et les risques devront également être étudiés.
Le directeur des communications du groupe, M. Tuhkanen, a participé à une conférence sur l’utilisation du passage du Nord-Est en Islande, cette semaine.
HS/A12

Propos du directeur de Greenpeace
Kumi Naidoo, qui dirige Greenpeace depuis quatre ans, était, hier, en Finlande où il a rencontré le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja et la famille de la militante finlandaise Sini Saarela, emprisonnée à Mourmansk.
Interrogé par Aamulehti, il juge que Mme Hautala a bien fait de pousser Arctia Shipping a retiré sa plainte. Selon lui, dans d’autres pays aussi on essaie de discuter avec Greenpeace plutôt que d’aller en justice. Il estime toutefois que c’est parce qu’elle est une femme que Mme Hautala a du démissionné.
Selon lui, il faudrait un débat en Finlande sur le fait que le gouvernement est engagé à protéger les régions arctiques mais en même temps possède des brise-glace qui sont loués à Shell pour le business du pétrole dans la région arctique.
AZL

Economie

Industrie du jeu

Vente de la startup Supercell à des investisseurs japonais
« La valeur de Supercell multipliée par quatre depuis le printemps » HS
Tieto supprimera des centaines d’emplois
Le téléopérateur japonais SoftBank et la société de jeu japonaise GungHo ont acheté, hier, pour la somme de 1,1 milliard d’euros la majorité de la Startup finlandaise Supercell. La valeur de Supercell, qui était donc évaluée au printemps à 600 millions d’euros (quand trois investisseurs ont acheté un sixième de son capital, en avril) est aujourd’hui estimée à 2,2 milliards d’euros.
Il s’agit d’une augmentation de la valeur d’une startup du jeu particulièrement rapide et élevée. Supercell a été créée en mai 2010 et n’a publié son premier jeu qu’en novembre 2011.
En 2012, Supercell réalisait déjà un résultat de 39 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 78,4 millions. Au premier trimestre 2013, Supercell a déjà enregistré un chiffre d’affaires de 136 millions d‘euros et son objectif est d’atteindre 740 millions d’euros cette année.
Aucune société finlandaise des nouvelles technologies et non cotée en bourse n’avait été vendue à l’étranger à ce prix. Selon Kauppalehti, il s’agit de la plus importante vente d’une startup dans le domaine du jeu au niveau international.
Le PDG et fondateur de Supercell Ilkka Paananen a souligné qu’une condition à la vente à ces investisseurs était que le siège social de Supercell reste en Finlande. L’objet de cette vente est de faire de Supercell un groupe du jeu international qui devienne un acteur important en Asie aussi. La société, qui dispose de deux jeux, Clash of Clans et Hay Day, vient seulement de publier ces jeux sur Android et espère beaucoup du marché asiatique.
En empochant chacun 175 millions d’euros, M. Paananen et l’autre fondateur Mikko Kodisoja deviennent les Finlandais au revenu annuel le plus important depuis 1999. Le fisc finlandais devrait recevoir de cette vente environ 160 millions d‘euros.
Les fondateurs ont aussi indiqué leur intention d’utiliser une partie de leurs fonds pour investir dans d’autres startups.
Concernant Supercell, qui emploie 125 personnes, M. Paananen souhaite maintenir les effectifs au niveau le plus bas possible.
HS KL KS

France - Finlande

Vélib

Helsinki restera sans les vélos urbains
Helsingin Sanomat relève que JCDecaux n’a pas renouvelé son offre sur les vélos urbains. Cette entreprise avait remporté, il y a un an et demi, le marché des vélos urbains à Helsinki.
La ville de Helsinki et JCDecaux n’ont pas retrouvé d’entente sur le placement des publicités. M. Pekka Sauri, maire adjoint, déplore la situation qui signifie que Helsinki n’aura pas de vélos urbains en été 2014.
HS/A15
France

Autolib

« Les voitures électriques se multiplient à Paris » HS
« Les voitures électriques pourraient se généraliser en Finlande aussi » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage de Petja Pelli qui a interrogé des utilisateurs d’Autolib, réseau de voitures électriques à Paris.
En Finlande, même si on ne prévoit pas un réseau d’Autolib, on estime que le nombre de voitures électriques devrait augmenter pour atteindre 5 à 10% des achats de voitures neuves en 2020. Actuellement il n’y en a qu’un peu plus de 200.
HS

Mardi 15 octobre 2013

Politique intérieure

Politique arctique – Affaire Hautala

Polémique sur Arctic Shipping
Helsingin Sanomat rapporte que Arctia Shipping a enregistré des pertes en matière de services offshore pendant des années de 2008 à 2011. A partir de 2012, le groupe a en revanche réalisé d’importants bénéfices, suite notamment à son contrat avec Shell.
Sur son blog, la ministre des Transports Merja Kyllönen (Alliance des gauches) estime qu’il faudrait réaliser un audit extérieur sur les comptes de l’entreprise et en particulier sur son activité offshore. Cette demande a suscité des interrogations car le groupe appartient totalement à l’Etat et ses comptes ont donc été disponibles lorsque le gouvernement a pris des décisions le concernant.
Le directeur général de la gestion des entreprises publiques, M. Heliövaara, estime qu’un audit n’est pas nécessaire et que l’Etat actionnaire a toutes les informations sans cela.
La direction des transports a aussi critiqué le groupe Arctia Shipping pour la hausse de ses tarifs en matière de brise-glace, domaine dans lequel le groupe est en situation de quasi-monopole. La direction des transports achète toutefois aussi des services auprès de la Suède où les tarifs sont moindres.
Enfin, la direction des transports craint qu’en cas de marée noire là où Arctia Shipping réalise des services offshore, le groupe, et par voie de conséquences l’Etat finlandais, pourraient voir leur responsabilité engagée en vertu de la nouvelle législation américaine.
Les désaccords touchent aussi les navires : Arctic Shipping utilise des navires multi-tâches qui coûtent plus cher et ont une durée de vie moindre que les traditionnels brise-glace pour la baltique. Or, la Finlande n’a besoin de services de brise-glace que pour quelques mois d’hiver.
Helsingin Sanomat relève que l’utilisation des brise-glace fait débat en Finlande depuis de nombreuses années.
Le président des Verts et ministre de l’Environnement Ville Niinistö a déclaré qu’il n’y avait pas au gouvernement de divergences sur la politique arctique mais sur l’avenir de la société Arctic Shipping. M. Niinistö s’est montré favorable à une ouverture de la concurrence sur les services de brise-glace.
Le comité interministériel à la politique économique est en train de définir une nouvelle stratégie pour les mers arctique pour Arctic Shipping. M. Katainen estime que la Finlande doit prendre sa part dans la croissance de l’économie dans la région arctique. Il faut toutefois débattre des limites à cette action. « Ce n’est pas manichéen. Nous devons discuter des limites que la Finlande se fixe. En même temps, nous voulons investir dans le savoir-faire arctique, notamment dans les brise-glace et la construction navale ».
HS

Editoriaux
« La stratégie arctique finlandaise a touché un iceberg » HS
« Il faut éclaircir la stratégie arctique » KL
Helsingin Sanomat souligne qu’il y a dans le gouvernement d’importantes divergences sur ce que la Finlande doit faire dans les régions arctiques, notamment en ce qui concerne la possibilité de tirer profit des activités liées à l’exploitation d’hydrocarbures et de gaz. L’éditorialiste souligne que les Verts et une partie de l’Alliance des Gauches semblent avoir sur ce sujet leur propre ligne politique.
Kauppalehti pour sa part que le gouvernement doit éclaircir sa stratégie arctique car « un sujet aussi important ne peut être le jouet de la minorité rouge-verte du gouvernement ».
HS KL

M. Ville Niinistö restera ministre de l’environnement
Turun Sanomat rapporte que le président des Verts, M. Ville Niinistö a l’intention de rester ministre de l’Environnement. Il ne prendra publiquement position sur le remplacement de Mme Hautala comme ministre de la coopération au développement et des entreprises publiques que demain, lors de la réunion du groupe parlementaire et du conseil politique des Verts.
On considère toujours que les successeurs les plus en vue de Mme Hautala sont l’eurodéputée Satu Hassi et la députée Tuija Brax. Cette dernière a déclaré hier que ce n’était pas son tour d’entrer au gouvernement.
Le député Oras Tynkkynen a déclaré qu’il était intéressé par le poste de ministre mais ne voulait pas assumer la gestion des entreprises publiques.
Le député Pekka Haavisto ne s’est pas exprimé.
TS

M. Katainen ne souhaite pas changer les attributions des ministres
Le Premier ministre Jyrki Katainen a souligné qu’il n’était pas facile de transférer la compétence de gestion des entreprises publiques à un autre ministère. En effet, cette direction ne peut être transférée dans un ministère chargé de la régulation dans les domaines où l’Etat est actionnaire. « C’est une tâche qui suscite beaucoup d’attentes, parfois irréalistes même. Ce n’est un poste de ministre facile pour personne », déclare M. Katainen.
KS

Greenpeace

Visite en Finlande du directeur de Greenpeace
Helsingin Sanomat rapporte que Kumi Naidoo, qui dirige Greenpeace depuis quatre ans, s’est rendu lundi 14 octobre en Finlande pour rencontrer le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja et la famille de la militante finlandaise Sini Saarela, emprisonnée à Mourmansk.
Dans une interview accordée au quotidien, M. Kumi Naidoo défend l’action de Greenpeace en Arctique et souligne qu’il n’imaginait pas que les militants pourraient être accusés de piraterie.
Le ministre des Affaires étrangères n’a pas fait de déclarations.
HS

Politique étrangère et européenne

Syrie

La Finlande pourrait envoyer un laboratoire de campagne
Turun Sanomat rapporte que le Ministre de la défense Carl Haglund a déclaré que la Finlande était prête à proposer son expertise pour l’opération de destruction des armes chimiques syriennes. Il existe pour cela une volonté politique en Finlande et la Finlande serait prête à prendre une décision si l’OPCW le lui demande.
Le bureau finlandais Verifin dépend de la faculté de chimie de l’université d’Helsinki qui développe des recherches et prodigue des formations concernant la surveillance des armes chimiques.
M. Haglund estime que la Finlande pourrait envoyer en Syrie un laboratoire de campagne de l’armée finlandaise pour analyser les échantillons. En revanche, la destruction des armes est une compétence dont la Finlande ne dispose pas et qu’il faudrait réaliser en Syrie.
TS

Frontex

L’Italie souhaite remplacer le directeur finlandais par un Italien
Selon La Repubblica, citée par Helsingin Sanomat, le gouvernement italien souhaite proposer de remplacer le directeur de l’agence européenne de sécurité frontalière, M. Laitinen, par un Italien, à compter de janvier 2014.
M. Katainen, Premier ministre, qui a rencontré les dirigeants italiens, hier, relève que cette question n’a pas été évoquée lors des entretiens. Il ignore pourquoi l’Italie souhaiterait remplacer M. Laitinen.
L’Italie envisagerait de proposer, lors du Conseil européen, la semaine prochaine, la création d’une antenne de Frontex dans la région de la Méditerranée. De plus, le Premier ministre italien proposerait un renforcement des troupes de Frontex dans cette région afin de prévenir les noyades de réfugiés.
HS/A19, TS

Finlande – Italie

M. Katainen a rencontré son homologue italien à Rome
Le Premier ministre Katainen a rencontré son collègue, M. Letta, hier. Les entretiens ont concerné les questions d’actualité économique ainsi que la tragédie de Lampedusa.
« La Finlande participe à la coopération européenne afin de prévenir les événements tragiques tels que ce qui s’est produit à Lampedusa. Je me suis entretenu avec le Premier ministre Letta sur le renforcement de Frontex et je lui ai dit que j’étudierai les possibilités de la Finlande de proposer une aide technique », a-t-il dit lors d’une conférence de presse.
M. Katainen a félicité M. Letta pour son travail déterminé pour introduire des réformes structurelles qui ont commencé à porter leurs fruits. L’Italie a pu maîtriser son déficit avec une politique économique déterminée et responsable, selon M. Katainen.
« Nous avons évoqué l’avenir de l’UE et avons partagé l’avis qu’il faut éviter la division de l’UE. Il faut que les européens puissent éprouver l’UE comme juste et équitable. Pour y arriver, il faut que la législation européenne soit logique et qu’elle soutienne l’emploi et les entreprises. »
M. Katainen relève qu’avec M. Letta, ils ont activement évoqué la réforme de la réglementation européenne.
M. Katainen a également rencontré le Président italien, M. Napolitano. Il est intervenu devant l’institut italien de politique étrangère sur la construction d’une Europe équitable et prospère.
vn.fi

Développement

Echec du projet échoué au Nicaragua
Helsingin Sanomat a rendu compte, hier, d’un projet de développement au Nicaragua qui s’est révélé être un échec. La Finlande a mis fin à sa coopération au développement avec ce pays en 2012, en grand partie en raison de l’état de la démocratie dans ce pays.
Mme Laatu, directrice générale adjointe de politique de développement, relève que le ministère avait envisagé de publier, en novembre, sur son site web un résumé des projets au Nicaragua et y inclure le rapport concernant le projet raté.
Selon Mme Laatu, le ministère est en train de développer son site web et considérer l’opportunité de publier automatiquement les évaluations de chaque projet. La transparence a été une des questions centrales de cette législature, promue par la ministre du Développement, Mme Hautala.
HS/A17

Finlande – Russie

Files d’attente à la frontière – possibilité de réserver une heure de passage
A Vaalimaa, à la frontière fenno-russe, un essai de réservation en ligne d’une heure précise pour traverser la frontière de Finlande en Russie sera introduit au printemps. L’appel d’offres en la matière est en cours de préparation.
La phase d’essai serait gratuite pour les voyageurs. Il s’agira ensuite de prendre la décision sur la suite de l’essai courant 2015.
En Estonie, les expériences concernant un système semblable ont été bonnes.
Selon les gardes-frontières, le nombre de passagers à la frontière est en hausse, à hauteur de 7 à 8 % cette année, par rapport à 2012.
HS/A20

Les achats hors taxe de touristes russes en baisse
Selon un rapport effectué par l’Union du commerce, le nombre d’achats hors taxe de touristes russes en Finlande sont en baisse depuis cet été. En janvier, il a augmenté de 14 % par rapport à 2012, tandis qu’en juillet-septembre, il a diminué de 3 %.
HS relève que 94 % des touristes russes font des achats en Finlande, mais dans la moitié des cas seulement, il s’agit d’achats hors taxe.
En 2012, les Russes ont dépensé 1,2 milliards d’euros en Finlande.
Les Russes voyagent plus qu’avant en Estonie. C’est considéré comme un facteur influençant sur la popularité de la Finlande pour les Russes.
HS/A20

Passeports

Possibilité de demande électronique
Le ministère de l’Intérieur est en train de préparer une réforme de la législation qui permettrait de demander un passeport en ligne. Le paiement pourrait également être effectué en ligne, mais il faudrait toujours se déplacer pour donner la signature ainsi que les empreintes digitales en personne.
Il n’est pas exclu que le tout puisse être réglé en ligne, dans le cas où la police dispose déjà d’une signature et des empreintes digitales récentes.
Le gouvernement souhaite pouvoir remettre au Parlement une proposition de loi en la matière au printemps.
Depuis l’été dernier, il a été possible de récupérer un passeport livré dans un kiosque R.
HS/A9

Aviation

Grève des contrôleurs aériens
Les contrôleurs aériens de Tampere seront en grève à partir du 30 octobre de 14h à 16h et de 22h à 8h pour protester contre le projet de Finavia de déplacer la direction de contrôle aérien régional de Tampere à Vantaa.
La grève engendrera des retards de vols dans toute la Finlande, et par exemple concernant les vols vers des destinations asiatiques qui partent l’après-midi.
Le mouvement social des contrôleurs aériens est en coirs depuis la mi-août.
HS/A9

Economie

Licenciements

Tieto supprimera des centaines d’emplois
Tieto, groupe de technologies informatiques, a annoncé, hier, qu’il envisageait de supprimer 770 emplois, dont 350 en Finlande.
Selon le directeur général, M. Alkio, le domaine est mondialement bouleversé, notamment en raison de l’expansion des services « cloud ».
HS/A22

Lundi 14 octobre 2013

Politique intérieure

Affaire Hautala

« C’est une faute de communication qui a renversé Mme Hautala » HS
Les informations données, jeudi, concernant la suite des évènements ont différé trop des commentaires qu’avaient donnés Mme Hautala mercredi. Mme Hautala avait déclaré, mercredi, qu’elle n’avait pas donné d’instructions à M. Timonen, fonctionnaire chargé de l’unité de la gestion des entreprises de l’Etat à l’époque, ni à Arctia Shipping. Jeudi, il s’est avéré qu’il y avait eu des échanges entre ses conseillers et la direction d’Arctia Shipping. Mme Hautala a dit que c’était un obstacle grave pour qu’elle poursuive ses fonctions ministérielles. Elle a souligné que, dans le fait d’avoir donné des instructions, il n’y avait rien de mal. Helsingin Sanomat relève que Mme Hautala a dû penser que démêler cette affaire aurait coûté trop cher à son parti.
Il s’est également avéré que M. Timonen avait menacé Arctia Shipping de renvoyer le directeur général du groupe si l’avis de l’Etat n’était pas observé.
Le Premier ministre, M. Katainen, estime que l’on a pu se poser la question sur les motifs et penser que l’on a souhaité cacher quelque chose. Il a également dit que, d’autre part, il faut constater que la responsabilité de la gestion des entreprises de l’Etat est de suivre les activités des groupes de l’Etat et de poser des questions comme dans le cas en cause. « Dans ce sens, les contenus en soi étaient raisonnables », a-t-il dit en défense de Mme Hautala. Il a également dit que, par la suite, le prochain ministre chargé de la gestion des entreprises pourrait considérer l’opportunité d’une plainte contre des militants, s’il en était question.
Le groupe parlementaire des Verts se réunira, mercredi, pour décider qui ils vont proposer comme successeur de Mme Hautala.
Un débat a commencé au sein du gouvernement, samedi, sur la stratégie arctique de la Finlande. M. Vapaavuori, ministre de l’Economie, a estimé que l’agenda de Mme Hautala était le même que celui de Greenpeace. Pour lui, il serait bête de ne pas participer aux activités dans la région arctique, avec le savoir-faire dont dispose la Finlande.
M. Tynkkynen, président du groupe parlementaire des Verts, rappelle qu’il est clair que tout le gouvernement doit prendre en compte l’ensemble de la stratégie arctique y compris les objectifs concernant la sécurité environnementale. Il ne croit pas que M. Vapaavuori souhaite se désolidariser de cet ensemble.
Mme Kyllönen, ministre des Transports (All. des gauches), estime que le rôle de la Finlande devrait être évoqué. Elle rappelle les risques en matière de responsabilités en cas d’un accident éventuel de marée noire.
M. Katainen estime qu’il faut que la Finlande puisse mettre à profit « de façon raisonnable et responsable » ses connaissances en matière de brise-glace et de lutte contre les marées noires dans les régions maritimes arctiques.
HS/sam/A6, dim/A10

Succession de Mme Hautala : Mmes Hassi et Brax les plus en vue
Mme Satu Hassi, députée européenne, ancienne ministre de l’Environnement et du Développement, a annoncé qu’elle pourrait envisager d’assumer la succession de Mme Hautala. M. Tynkkynen, président du groupe parlementaire des Verts, a dit qu’il n’était pas disponible en ce qui concerne le portefeuille de gestion des entreprises de l’Etat.
Mme Brax estime qu’il n’est pas exclu que le successeur de Mme Hautala soit un homme, mais que, dans ce cas, il faudrait que le groupe parlementaire soit présidé par une femme.
M. Soininvaara, Mmes Sinnemäki, Puoskari et Alanko-Kahiluoto ont annoncé ne pas être disponibles.
AL, KS, HS

Mmes Hautala et Kyllönen ont œuvré pour détacher les brise-glace d’Arctia
L’été dernier, Mme Hautala et la ministre des Transports, Mme Kyllönen, ont présenté au gouvernement une proposition de mesures à deux phases concernant les brise-glace. Il s’agissait d’ôter les brise-glace de la gestion d’Arctia et de mettre fin à la location des navires pour des activités offshore.
Mme Kyllönen a souhaité que l’ensemble des brise-glace relèvent de gestion de l’Etat et plus précisément son ministère.
Durant été 2012, à l’occasion de la prise de décision concernant la commande d’un nouveau brise-glace, il a été décidé qu’elle relèverait du ministère des Transports. Ce brise-glace sera mise en service en 2015 et il y aura un appel d’offres concernant son utilisation, son maintien et ses autres activités. Mme Kyllönen souhaite étendre cette pratique de façon à ce qu’elle concerne les autres brise-glace qui actuellement sont gérées par Arctia Shipping.
Mme Hautala, quant à elle, a souhaité mettre fin aux activités liées au forage de pétrole dans la région arctique. Arctia Shipping a un contrat en vigueur jusqu’à la fin de la période d’été 2014, avec Shell en la matière, et les manifestations de Greenpeace ont concerné ces activités de soutien.
Le gouvernement n’a pas pris de position sur ces questions qui devront être de nouveau évoquées à un moment.
M. Tynkkynen estime que les activités offshore dans la région arctique pourraient relever plutôt de groupes privés.
Kaleva relève qu’en 2011, le chiffre d’affaires d’Arctia Shipping concernant les activités en dehors de l’UE était néant, contre 34,7 millions d’euros en 2012. Le contrat avec Shell a été signé en novembre 2011. Le chiffre d’affaires en matière des activités offshore s’élevait à 18,1 millions d’euros en 2011 et à 42,3 millions d’euros en 2012. En 2011, le groupe était déficitaire de 1,7 millions d’euros. En 2012, son bénéfice était de plus de 44 millions d’euros.
HS/sam/A8, Kaleva/sam/3, dim/3, AL/dim/A4

Editoriaux
« La démission de Mme Hautala était devenue indispensable » HS
« Des mensonges verts » - « L’affaire Hautala n’est pas close » IL

Politique européenne

Déclarations de M. Katainen
Helsingin Sanomat publie une interview avec le Premier ministre Jyrki Katainen qui définit son attitude à l’égard de l’UE qu’il compare à un conseil municipal : « Je ne comprends pas pourquoi il faudrait aimer ou haïr l’UE. Je ne me pose pas cette question à propos d’un conseil municipal ». Son point de vue est qu’il faut cesser de se passionner pour l’UE : cela vaut tant pour ceux qui souhaitent un développement fédéraliste que pour ceux qui veulent abolir l’UE. M. Katainen souhaite adopter une ligne médiane qui soit « pragmatique, modérée et engagée ». Cela consiste à se concentrer sur l’approfondissement du marché intérieur et la promotion du libre-échange, par exemple avec les Etats-Unis. En revanche, il convient d’oublier les rêves d’une union politique ou d’une intégration plus étroite des politiques économiques. « Je ne vois pas de nécessité d’une intégration plus poussée des politiques économiques ». Pour lui, cela n’a d »’intérêt que pour la coopération bancaire.
La ligne de M. Katainen se distingue nettement de celle de son collègue M. Stubb, relève HS. « Il y a de la place pour des avis différents », dit le premier ministre.
Interrogé sur la possibilité d’une progression des listes populistes aux prochaines européennes, le premier ministre déclare : « Pour les partis modérés cela représente un grand défi et il faudra déterminer si on suit les populistes sur ce chemin ou si on défend ses propres idées ». « Il y a en Finlande bien peu de personnalités politiques qui ont le courage de se battre pour défendre l’Europe ».
HS

Premiers candidats conservateurs aux Européennes
Helsingin Sanomat rapporte que le parti conservateur anommé ses premeirs candidats aux européennes. Parmi eux, les trois députés européens actuels (MM. Korhola et Pietikäinen et M. Sarvamaa) ainsi les députés Perti Hemmilä et Pia Kauma, le maire de Sastamala M. Jari Andersson et la cosneillère municipale d’Helsinki Aura Salla.

Réformes structurelles

Selon M. Katainen, les réformes structurelles sont une affaire de foi
Helsingin Sanomat rapporte que, selon le Premier ministre, les réformes structurelles censées sauver la Finlande sont avant tout une affaire de foi. « Nous ne pouvons pas démontrer l’effet de chacune des mesures proposées », a-t-il admi devant son parti, samedi, à Järvenpää.
HS

Politique étrangère et européenne

Frontex - Méditerranée

La Finlande se prépare à participer à la surveillance en Méditerranée
Helsingin Sanomat rapporte que, selon le journal télévisé d’Yle, la Finlande se prépare à envoyer du matériel et des experts pour participer à la surveillance des frontières et au sauvetage des réfugiés qui se dirigent vers l’Europe.
Selon M. Arto Niemenkari, directeur général adjoint au service de surveillance des frontières du ministère de l’Intérieur, la Finlande pourrait envoyer sur place un avion de surveillance Dornier et un ou deux bateaux de patrouille avec équipage.
Frontex s’intéresse au savoir-faire finlandais concernant la formation en matière de sauvetage en mer. M. Niemenkari souligne « qu’en Finlande, les gardes-frontières sont chargés aussi du sauvetage en mer. C’est pourquoi nous avons de l’expertise. La question a déjà été évoquée brièvement avec Frontex. »
M. Niemenkari, qui estime que la Finlande pourrait envoyer une quinzaine d’experts sur place, note que la tâche n’est pas facile. « Les conditions en Méditerranée sont difficiles et l’état des bateaux est mauvais. Il serait mieux de pouvoir arrêter les bateaux en mauvais état avant qu’ils prennent la mer. »
HS/lun/A21

Syrie

La Finlande accélère l’arrivée des réfugiés syriens
Selon Helsingin Sanomat, la Finlande a commencé à préparer l’arrivée des réfugiés syriens dans le cadre du quota de réfugiés de 2014 pour qu’ils puissent venir le plus rapidement possible. Le service de l’immigration du ministère de l’Intérieur a déjà commencé les préparatifs en coopération avec l’UNHCR afin de choisir 500 réfugiés syriens.
Selon Mme Sirkku Päivärinne, directrice chargée de l’immigration, « au début 2014, un groupe de fonctionnaires représentant le ministère du Travail, l’Office national de l’immigration et de la Supo devrait aller sur place pour interviewer les réfugiés », pour qu’ils puissent arriver en 2014. L’arrivée en Finlande des réfugiés dans le cadre du quota annuel prend souvent plus longtemps, jusqu’à deux ans à partir de la décision de recevoir un groupe.
On ne connaît pas encore quels seront les autres groupes de réfugiés dans le quota de 2014. Le quota normal est de 750 réfugiés mais pour 2014 il a été augmenté à 1050 en faveur des Syriens.
Les autorités finlandaises sont en train de négocier avec les communes pour trouver des places pour les réfugiés Syriens. En ce moment, le ministère du Travail a des accords avec 88 communes sur le placement des réfugiés.
L’Etat rembourse aux communes les frais causés par les réfugiés. L’Etat a déjà prévu 1,5 million d’euros dans le budget de 2014 pour ce quota supplémentaire de 300. Une commune touche 2 300 euros pour un réfugié pendant quatre ans. Pour un enfant de moins de 7 ans, la somme est presque de 7 000 euros. L’Etat paye aussi les frais de santé, d’interprétariat et l’assistance sociale pour ces réfugiés.
HS/dim/A14

Traite des personnes

Les victimes de la prostitution cherchent de l’aide en Finlande
Helsingin Sanomat relève que cette année, quelques dizaines de prostituées nigériennes sont arrivées en Finlande des pays de l’Europe du sud pour chercher de l’aide dans le centre d’aide aux victimes de la traite des personnes qui est situé dans le centre d’accueil de Joutseno (Sud-Est du pays). Une grande partie d’entre elles sont enceintes ou arrivent avec des enfants en bas âge.
Les autorités finlandaises ne savent pas encore pourquoi elles ont choisi de venir en Finlande. Selon le directeur du centre de Joutseno, M. Jari Kähkönen, plusieurs femmes ont dit avoir eu le conseil de venir en Finlande. Il y a des intermédiaires pour organiser le voyage.
Mme Eva Biaudet, ombudsman pour les minorités, souligne que le Nigeria est un des pays de départ les plus importants de la traite des personnes. Selon les estimations, plus de 90 % des prostituées nigériennes sont victimes de la traite des personnes.
L’Office national de l’immigration a déjà accordé le permis de séjours à quelques Nigériennes
HS/dim/A6-7

Réglementations européennes

Editorial : « Les règlements inutiles nuisent à la crédibilité de l’UE » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que la Commission européenne a annoncé qu’elle entamait un travail pour alléger la législation européenne et pour supprimer certaines règlementations. Il se pose la question de savoir quelle est la position de la Finlande à l’égard de ce projet.
Cette semaine, le gouvernement a donné au Parlement un rapport sur les positions de la Finlande concernant l’évaluation des réglementations et des propositions de lois européennes. La Finlande ne partage pas les aspirations britanniques et n’exige pas que les attributions reviennent de la compétence nationale. Rouvrir les traités fondamentaux serait une procédure longue et litigieuse qui engendrerait une dispersion des Etats membres.
La Finlande ne souhaite pas non plus établir de liste sur les réglementations qui ne lui plaisent pas, à l’instar des Pays-Bas. Le gouvernement n’y voit pas l’intérêt du fait de manque de pression dans ce sens de la part de l’opposition. La ligne actuelle qui met l’accent sur le pragmatisme, l’effort d’influencer sur les questions à l’avance et la volonté de compromis semble convenir tant au Centre qu’aux Vrais Finlandais.
De 2008 en 2012, la Finlande n’a voté contre une proposition de réglementation qu’une fois. Elle s’est abstenue cinq fois. La plupart des décisions sont prises à la majorité qualifiée. Ces chiffres sont donc minimes, même pour un petit Etat membre comme la Finlande, qui ne souhaite pas attirer une attention négative ni prendre de positions radicales.
Pour l’éditorialiste, il va de soi qu’il faut oser réduire « la masse législative » inutile tant au niveau national qu’européen. Il va de soi également que, pour atteindre ses objectifs, l’UE a besoin d’un appareil législatif efficace.
HS/5.10/A4

OTAN

Article de M. Huhta : Le débat sur l’OTAN repart pour un tour
Helsingin Sanomat publie un article de M. Huhta, qui estime, concernant le débat sur l’OTAN relancé, que les opposants vont rejeter d’avance l’idée d’une adhésion finlandaise, tandis que ceux qui sont favorables, chercheront un soutien en Suède.
Pour M. Huhta, les propos du ministre des Affaires étrangères devant la société Paasikivi ont pu susciter ce débat. En septembre, M. Tuomioja a argumenté contre une adhésion de la Finlande et a dit qu’elle ne méritait même pas d’être débattue.
Un groupe de travail parlementaire vient d’être désigné pour étudier les défis de la défense à compter de 2015, après les réformes en cours. La Direction générale de la Défense souhaite présenter, dans le groupe constitué de représentants de tous les partis, les calculs sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas.
L’adhésion à une alliance militaire sera forcément évoquée dans le contexte de la question du manque de crédits.
Il est politiquement impossible d’abandonner les piliers de la défense finlandaise, le service militaire universel et la défense régionale, mais financièrement et militairement, il est impossible de les maintenir tels quels. Il faudra sans doute redéfinir leurs contenus, selon M. Huhta.
Il relève que le fait que l’Estonie se soit mise à promouvoir les débats finlandais et suédois sur l’OTAN donne une nouvelle vigueur à ce débat, ainsi que le Conseil européen sur les thèmes de la politique étrangère et de sécurité en décembre. Selon M. Huhta, le Conseil européen présentera sans doute l’UE et l’OTAN comme des arrangements qui se complètent et non pas comme des alternatives.
Le facteur le plus important pour que ce débat ait redémarré vient quand même de Suède : selon un sondage international, 36 % des Suédois sont actuellement favorables à une adhésion à l’OTAN, contre 24 % il y a un an. En Finlande, de nouveaux sondages seront effectués cet automne, mais dans les sondages précédents, l’audience de l’OTAN a été en dessous de 20 %.
M. Huhta n’estime pas que des changements radicaux dans les orientations suédoises soient probables, malgré quelques interventions enthousiastes. En Suède aussi, une majorité nette de la population continue à s’opposer à une adhésion.
HS/Ven/A14
France

Société

« Le PACS se généralise en France » HS
Helsingin Sanomat publie un article de Petja Pelli sur la popularité du PACS dont le nombre annuel a bientôt rattrapé celui des mariages.
HS

Tourisme

Saint-Germain-des-Près
Aamulehti publie un reportage sur le mythique quartier de la rive gauche à Paris.
AL

France - Finlande

Théâtre de masque

Antigone
Demokraatti présente le festival de théâtre de masque qui se déroule cette semaine à Helsinki et qui présentera notamment Antigone de la compagnie française Pochéros, samedi 19 octobre à 19h à STOA.
Dem

Cinéma

« Elle s’en va » avec Deneuve
Les journaux publient des critiques du film d’Emmanuelle Bercot avec Catherine Deneuve qui est sorti en Finlande vendredi.
KS AL

Exposition

« Heureka devient fou »
Demokraatti présente l’exposition « Heureka devient fou », à la cité des sciences de Vantaa qui a été réalisée en coopération avec la cité des sciences de Paris et la cité du vivant de Lisbonne.
Dem

Vendredi 11 octobre 2013

Politique intérieure

Affaire Hautala

La ministre démissionne
La ministre du Développement chargée de la gestion des entreprises de l’Etat, Mme Hautala, a donné une conférence de presse, aujourd’hui, à son retour prématuré d’un déplacement à Washington.

La ministre contrainte à s’expliquer
Le Premier ministre, M. Katainen, avait demandé à Mme Hautala de s’expliquer. Il avait déclaré qu’il faudrait en tirer des conclusions à l’issu de la conférence. Il souligne avoir demandé à Mme Hautala un compte rendu détaillé sur ce qui s’est passé.
Keskisuomalainen relève que M. Katainen a rejeté l’idée qu’un groupe de l’Etat devrait tolérer plus de militantisme civil que les autres entreprises. Pour lui, cette question relève de la direction de l’entreprise et là il n’y a pas de différence entre un groupe de l’Etat et un groupe privé.
Arctia Shipping ne commente toujours pas l’affaire.
Le ministre de l’Environnement, M. Niinistö (Verts), constatait, hier, avoir entièrement confiance en Mme Hautala. Il estimait qu’il a été conforme à l’intérêt de l’entreprise d’éviter l’aggravation de la situation.
Une plainte concernant une manifestation de Greenpeace contre Arctia Shipping est en cours, concernant des évènements qui ont eu lieu en mai 2012. L’affaire concerne une plainte retirée concernant une manifestation organisée en mars 2012.
Iltalehti relève que le contrat conclu entre Arctia Shipping et Shell, en novembre 2011, avait déjà fait réagir Greenpeace qui avait contacté Mme Hautala en février 2012. En avril 2012, Mme Hautala a répondu à Greenpeace en regrettant les contrats conclus avant que la gestion de Arctia Shipping relève de la direction du gouvernement. Selon IL, Mme Hautala a alors déploré qu’il était impossible de rompre les contrats de location de navires à Shell.
Le chef de la direction de gestion des entreprises de l’Etat du secrétariat du Premier ministre, M. Heliövaara, estime que porter plainte relève de la direction d’une entreprise et non pas du propriétaire.
KS, HS/A12, IL/9, AL/A5

Editoriaux
« On récolte ce qu’on sème » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que dans l’affaire autour de l’action de Mme Hautala, c’est le scandale en soi qui est intéressant. Quoi qu’il en soit concernant le fait de savoir si la décision de retirer la plainte était bonne ou mauvaise, si Mme Hautala y était impliquée ou pas et si c’était opportun ou mauvais pour la stratégie médiatique de Greenpeace, il est clair que la décision et Mme Hautala suscitent une colère. « Peut-être que les Verts récoltent ce qu’ils sèment », juge HS.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’Arctia Shipping n’aurait rien gagné en portant plainte contre les militants de Greenpeace. Il estime toutefois que la ministre aurait du rapporter l’échange de vues en la matière. Pour l’éditorialiste, le principe qu’une entreprise de l’Etat devrait tolérer plus de critique va dans le bon sens. D’ailleurs, cela devrait valoir pour les groupes privés aussi, selon lui, car le droit d’exprimer ses opinions, même de façon provocatrice, devrait s’étendre loin. L’éditorialiste est d’accord avec Greenpeace sur le fait qu’il faut remettre en question l’idée qu’un groupe de l’Etat loue son matériel pour une exploitation arctique contestée. L’éditorialiste de HBL se demande si une ministre est jugée avec les mêmes critères qu’un ministre.
HS/A5, HBL/16

« Mme Hautala devrait démissionner » IL
L’éditorialiste d’Iltalehti estime que Mme Hautala est devenu un fardeau pour la crédibilité de l’ensemble du gouvernement.
IL/5

Politique étrangère et européenne

Conseil de l’Europe

Le Parlement a nommé M. Halla-aho membre suppléant dans la délégation au Conseil de l’Europe
Turun Sanomat relève que le Parlement a nommé jeudi, à l’unanimité, M. Jussi Halla-aho, député des Vrais Finlandais, membre suppléant dans la délégation finlandaise au Conseil de l’Europe, en remplacement du député Ismo Toukola.
Les autres groupes parlementaires ont toutefois protesté contre cette nomination dans un communiqué signé par les présidents des groupes parlementaires, déplorant le choix de M. Halla-aho qui a été condamné pour l’incitation à la haine raciale. « Les Vrais Finlandais n’ont malheureusement pas voulu changer de candidat, malgré les nombreux appels des autres groupes. »
Suivant les règles du jeu du Parlement, un groupe parlementaire peut nommer de façon indépendante ses candidats aux différents organes et les autres groupes ne s’y mêlent pas.
La nomination de M. Halla-aho est en cours depuis un an. Beaucoup de députés ont peur des réactions des autres pays membres du Conseil de l’Europe.
Selon le député conservateur Kimmo Sasi, vice-président de la délégation finlandaise au Conseil de l’Europe, « cela ne promeut pas la réputation de la Finlande en tant qu’un Etat des droits de l’homme ».
M. Halla-aho s’est étonné des protestations : « La diabolisation et l’humiliation permanente d’un député est désagréable d’un point de vue personnel et embarrassant pour le Parlement. »
M. Sasi estime que la nomination ne suscitera pas de débat au Conseil de l’Europe. « Il est tout à fait essentiel que M. Halla-aho fonctionne suivant les règles du traité européen sur les droits de l’homme. Il fait parfois des commentaires acérés. »
La délégation finlandaise au Conseil de l’Europe se compose de cinq députés et de cinq suppléants.
La présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, caractérise les critiques des autres groupes d’une sorte de « harcèlement ».
TS/17, HS/A13

Aides agricoles

Le gouvernement propose une baisse des aides nationales
Le gouvernement finlandais a approuvé, hier, son projet concernant les aides agricoles et les aides structurelles pour le sud de la Finlande pour la période 2014-2020. Il doit ensuite être accepté par la Commission européenne.
Les aides agricoles nationales versées au sud du pays en application de l’article 141 du traité d’adhésion doivent se terminer à la fin de l’année. Le gouvernement propose un prolongement de ces aides qui diminueraient progressivement (de 63 millions en 2014 à 15,9 en 2020) et seraient remplacées par des aides européennes proportionnelles à la production.
Le gouvernement souligne qu’il n’est pas en train de diminuer les aides à l’agriculture, car les baisses seront compensées, a assuré le ministre Jari Koskinen. « Il y a autant d’euros sur la table, la question est juste de savoir comment ils seront répartis »
La confédération des exploitants agricoles MYK n’est pas satisfaite de la proposition du gouvernement.
Le nombre d’exploitations dans le sud du pays qui touchent ces aides est de 1300 à 1400.
HS

Exportations

Réorganisation de Finpro
Le groupe de promotion des exportations Finpro va être réorganisé et divisé en deux.
La partie traditionnelle de Finpro se verra adjoindre le centre de promotion du tourisme MEK et continuera à aider les entreprises à l’internationale. Ce sont surtout des services aux PME-PMI qui sont gratuits ou subventionnés à hauteur de 80%.
Une autre partie de Finpro sera réorganisé sous forme de société privée et facturera des services de consulting qui seront facturés aux clients.
Ces modifications doivent entrer en vigueur en 2014.
L’idée principale de cette réforme, selon le ministre Jan Vapavuori est d’offrir des services bon marché ou gratuit aux PME car la Finlande a surtout besoin d‘élargir le nombre d’entreprises qui exportent.
Le ministre du Commerce extérieur Alexander Stubb espère que le réseau de Finpro à l’étranger ne sera pas diminué.
Cette année, Finpro a reçu 24 millions de l’Etat.
HS TS

Blanchiment d’argent

La police judiciaire a examiné les flux de capitaux en Finlande d’un ancien ministre russe
Helsingin Sanomat rapporte que le soupçon sur le blanchiment d’argent, annoncé la semaine dernière par la police judiciaire, a commencé, selon les informations du quotidien, par une demande d’entraide judiciaire de la police allemande concernant les affaires de M. Leonid Reiman, ancien ministre russe de la communication.
Selon la police judiciaire, plus de 11 millions d’euros auraient été transférés par l’intermédiaire du groupe finlandais Sekom à l’entreprise chypriote Albany Investment et ensuite à la société d’investissement Ipoc International Growth Fund aux îles Bermudes, dont le propriétaire est M. Reiman.
HS/A2&6-7, voir aussi la revue de presse du jeudi 3 octobre

Economie

Production industrielle

Baisse de la production industrielle
En août, la production industrielle a enregistré une baisse de 1,5% par rapport à août 2012.
Les commandes ont-elles diminué encore plus, de 9,9%. Cela touche tous les secteurs ; Sur les huit premiers mois de l’année, la baisse des commandes est de 6,4% et la baisse de la production de 4,4%.
TS

Talvivaara

Talvivaara en difficultés financières – Solidium s’inquiète
L’entreprise minière Talvivaara est en grande difficultés financières : la production connait des problèmes, le cours du nickel est au plus bas et les caisses de l’entreprises se vident rapidement.
La société des actions de l’Etat, Solidium, qui détient 17% de Talvivaara craint d’être appelée à recapitaliser l’entreprise.
Solidium qui dispsoe de 660 millions d’euros dans ses caisses s’inquiète de la situaiton de Talvivaara.
HS KL

Outokumpu

Le plan de restructuration d‘Outokumpu critiqué en Allemagne
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe métallurgique Outokumpu pourrait être trainé en justice par le syndicat allema nd IG Metal qui conteste le plan social d’Outokumpu qui souhaite fermer le haut fourneau de Bochum dès 2014.
Le quotidien rappelle que lorsque Nokia avait fermé son usine de Bochum en 2008, les critiques avaient été très fortes jusqu’à Berlin.
HS

STX

Le chantier de Turku attend toujours la commande de Scandlines
Turun Sanomat rapporte que le chantier naval de Turku qui appartient à STX attend toujours la confirmation de la commande de deux navires par le danois Scandlines. Cette officialisation dépend encore de la finalisation du paquet financier, comme cela avait été le cas pour l’Oasis 3 finalement construit en France, écrit TS.
Turun Sanomat rapporte aussi que la banque coréenne créancière de STX a l’intention de vendre les chantiers de STX Europe, et notamment les chantiers finlandais.
TS

Société

Violence

Un élève a poignardé quatre personnes dans une école à Oulu
Selon Helsingin Sanomat, un adolescent de 16 ans a grièvement blessé quatre personnes – trois jeunes femmes et le gardien de l’établissement – dans une école de formation professionnelle hier à Oulu. Il a été arrêté après l’agression. Selon la police, les victimes ont des blessures graves.
La police a annoncé que l’agresseur a été interrogé en février dernier en raison de la diffusion de menaces violentes en ligne. Il était alors au collège. Les proviseurs du collège et de l’établissement de formation professionnelle ont annoncé qu’ils n’avaient pas été avertis de l’incident de février.
HS/A3

France

Economie

Le plan de restructuration d’Alcatel suscite les réactions du gouvernement
La correspondante à Paris de Kauppalehti rapporte que le plan présenté par le PDG d’Alcatel devrait donner lieu à un important bras de fer avec le gouvernement français.
KL

France - Finlande

Cinéma

« Elle s’en va » sort dans les salles
Les journaux publient des critiques du film d’Emmanuelle Bercot avec Catherine Deneuve qui sort en Finlande aujourd’hui.

Jeudi 10 octobre 2013

France - Finlande

Visite de la Ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique Fleur Pellerin en Finlande

La correspondante à Paris de Kauppalehti rapporte que la visite est liée à la préparation du Conseil européen consacré au numérique. Elle rappelle que la France et la Finlande ont de concert promu le développement du marché intérieur du numérique dans l’UE.
Kauppalehti rapporte que Mme Pellerin s’est exprimée ces derniers jours en France sur le plan de restructuration d’Alcatel-Lucent. Elle rappelle que des rumeurs concernant un intérêt de Nokia pour Alcatel-Lucent ont couru sur les marchés.
Kauppalehti rapporte qu’en Finlande la ministre s’entretiendra notamment avec le directeur du marketing de Rovio, M. Vesterbacka et avec le président de Jolla, M. Pienimäki et rencontrera une quinzaine de représentants des startups et des PME innovantes. Elle visitera aussi l’accélérateur Startup Sauna.
La ministre s’entretiendra aussi avec trois membres du Gouvernement finlandais : les ministres des Affaires économiques, Jan Vapaavuori, des Affaires européennes, Alexander Stubb, et des Communications et du Logement, Pia Viitanen.
Avant d’arriver à Helsinki, la ministre se rendra en Estonie.
Kaupopalehti mentionne aussi que ce déplacement fait suite à la réunion de préparation du Conseil Européen organisée par Fleur Pellerin en septembre à Paris en présence de six homologues européens ainsi que de la Vice-présidente de la Commission européenne Neelie Kroes.
KL
France

Réforme de la retraite

« La France comble le déficit des caisses de retraite en augmentant les années de travail » HS
« Le gouvernement français a le courage d’augmenter l’âge de départ à la retraite » HS
« La France rattrape la Finlande » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage de Petja Pelli sur la réforme des retraites actuellement discutée en France. Il présente le principe de la réforme qui consiste à augmenter la durée de cotisation à 43 années, par étapes et en prenant en compte la pénibilité du travail.
Il s’est rendu dans une exploitation viticole en Champagne, à Chavot-Courcourt, pour interroger les responsables et employés d’une PME qui considèrent qu’il s’agit d’une bonne réforme.
Dans son commentaire, Petja Pelli écrit que « les socialistes français sont en train de faire ce que le PSD finlandais a promis d’empêcher durant la présente législature : une augmentation de l’âge du départ à la retraite. La réforme française consiste à augmenter les années de cotisation plutôt que l’âge minimal de départ à la retraite, mais le résultat est le même : on pousse les gens à travailler plus longtemps. Les socialistes français semblent y arriver sans grande résistance sociale. Peut-être que cela motivera la gauche finlandaise à faire de même. Mais il faut se rappeler que les Français sont d’une certaine manière en train de refaire leur retard sur la Finlande puisque l’âge moyen de départ à la retraite est de 61 ans en Finlande contre 59 ans en France. »
HS

Politique européenne et étrangère

Banque centrale américaine

Réactions finlandaises à la nomination de Mme Yellen
Turun Sanomat rapporte que selon les économistes finlandais, la nomination de Mme Janet Yellen à la tête de la Banque centrale américaine est une bonne nouvelle pour l’économie mondiale.
L’économiste principal de la Banque Nordea, M. Pasi Kuoppamäki, estime que Mme Yellen continuera les mesures de redressement. « Sa nomination signifie la continuité de la politique monétaire.
M. Timo Tyrväinen, économiste principal de la banque Aktia, souligne que Mme Yellen est connue comme une économiste et banquière très compétente. « Sa manière prudente d’agir garantit que les Européens n’ont pas à avoir peur des mouvements brusques ou des déclarations inconsidérées de la Fed. »
TS/17

Aviation

L’Union européenne veut restreindre le temps de vol des pilotes
Selon Helsingin Sanomat, la Commission européenne a l’intention d’unifier le temps de vol des pilotes qui dépendent actuellement des réglementations nationales et des compagnies aériennes.
Selon la nouvelle réglementation européenne, le travail de nuit ne devra pas dépasser 11 heures. Les vols seront réduits à 1 000 heures par an et les périodes de repos seront augmentées. Selon le commissaire européen Siim Kallas, cela améliorera les conditions de travail des équipages.
Le syndicat des pilotes finlandais est déçu de la décision européenne même si elle n’apporte pratiquement pas de changements pour la réglementation finlandaise. Selon le président du comité des mesures de sécurité du syndicat, M. Hannu Korhonen, « nous avons souhaité des améliorations concernant le travail de nuit et les longues journées de travail. Il y a des brèches dans la législation. »
HS/A13

Exportations

Diminution par rapport à août 2012
Selon les statistiques préalables des douanes, les exportations finlandaises ont diminué de 11 % en août 2013 par rapport à la même époque en 2012. Elles s’élèvent à 4,4 milliards d’euros.
Les échanges ont diminué le plus avec la Russie, l’Estonie et la Pologne. Par contre, les exportations ont augmenté concernant l’Allemagne, la Chine, la Belgique et le Danemark.
Les importations ont diminué de 10 %. Elles s’élèvent à 4,6 milliards d’euros.
La balance commerciale est déficitaire de 1,2 milliards d’euros concernant la période allant de janvier en août.
HS/mer/A26

Politique intérieure

Gestion des entreprises de l’Etat

Mme Hautala accusée de protéger Greenpeace
La ministre du Développement chargée de la gestion des entreprises de l’Etat, est accusée d’avoir contribué à ce qu’une plainte concernant les activités de Greenpeace contre Arctia Shipping, groupe de construction navale, a été retirée, l’année dernière.
Elle relève qu’un débat sur l’opportunité de déposer plainte a été mené et sur le fait qu’il serait mieux de promouvoir des échanges et un dialogue entre les parties.
C’est le tabloïd Iltalehti qui a rapporté, hier, que Mme Hautala aurait empêché Arctia Shipping de porter plainte contre Greenpeace, en mars 2012. Il s’est avéré, hier, que c’est M. Timonen, alors haut fonctionnaire chargé de la gestion des entreprises de l’Etat, qui avait contacté le directeur général et le président du conseil d’administration d’Arctic Shipping. M. Timonen relève que l’initiative relevait de lui seul. « J’ai été d’avis qu’une entreprise de l’Etat devait tolérer plus de militantisme civil que les autres groupes », dit M. Timonen, aujourd’hui fonctionnaire au ministère de l’Emploi et de l’Economie. « Mme Hautala a été informée après », selon lui.
M. Korkeaoja, conseiller de Mme Hautala, estime qu’un groupe de l’Etat doit avoir de la compréhension à l’égard des la société civile. Il relève que la position du propriétaire était qu’il ne faudrait pas aggraver la situation en déposant plainte.
Plusieurs députés ont exigé la démission de Mme Hautala. Le Premier ministre, M. Katainen, a demandé à Mme Hautala de fournir une explication explicite sur ce qui s’est passé. Le premier à exiger le départ de la ministre était le député social-démocrate, M. Kärnä.
Arctic Shipping n’a pas commenté l’affaire.
Mme Hautala nie avoir donné des instructions en la matière.
HS/A8-9, Dem/3, AL/A4

Aspect juridique
Iltalehti relève que selon des spécialistes juridiques, Mme Hautala n’a pas agi contre la loi, même si son approbation concernant les activités de son fonctionnaire puisse relever de la mauvaise gouvernance.
Selon M. Mäenpää de l’Université de Helsinki, un ministre ou le gouvernement ne doit pas intervenir dans le fonctionnement opératif d’un groupe de l’Etat.
Des professeurs estiment qu’il est positif que le chancelier de la justice a été saisi en la matière. Cela permettra d’entendre les vues d’Arctia Shipping et de Mme Hautala en la matière.
IL/6

Billet : « Une attaque exceptionnelle » HS
M. Junkkari, chef du service politique et économique de Helsingin Sanomat, s’étonne de l’agressivité de l’attaque contre Mme Hautala, mais estime que la gestion des entreprises de l’Etat est un domaine difficile pour n’importe quel ministre. Ils sont régulièrement interpelés sur le fait qu’ils n’interviennent pas dans les licenciements des groupes publics, et la réponse est toujours « je n’en ai pas les moyens ». Et pourtant, aujourd’hui, dans une affaire qui est proche des Verts, Mme Hautala peut influencer sur une question qui relève de la direction de l’entreprise. Le fait qu’un fonctionnaire en assume la responsabilité ne change rien, c’est la ministre qui assume la responsabilité de l’action de son fonctionnaire, écrit M. Junkkari.
HS/A9

Editorial
L’éditorialiste d’Aamulehti estime qu’il faudra que le Premier ministre étudie de près, et juridiquement et politiquement, s’il est possible pour Mme Hautala de continue comme membre du gouvernement.
AL/A2

Restauration

Selon un rapport, la baisse de la TVA n’a pas diminué les prix
Helsingin Sanomat relève que selon le rapport rédigé par le centre national de la recherche économique VATT, la baisse de la TVA sur la restauration de 22 à 13 % il y a trois ans n’a pas été entièrement transférée sur les prix. Selon la recherche du VATT, les prix ont baissé seulement de 2,2 % au lieu des 7,4 % prévu. Les chercheurs estiment aussi que la baisse n’a pas fait augmenter les ventes ou le nombre d’emplois.
Les représentants de la restauration critiquent le caractère tendancieux du rapport. Le président de l’association du tourisme et de la restauration MaRa, M. Timo Lappi, rappelle que, selon un autre rapport, celui du centre de recherche sur la consommation, la baisse de la TVA a été incluse dans le prix à 86 % dans les restaurants membres de MaRa et les prix ont baissé de 5,7 %. M. Lappi souligne que la baissa a sauvé des emplois qui étaient en danger.
Les chercheurs du VATT soulignent que la baisse de la TVA n’a eu aucun effet sur le nombre d’emplois. Le quotidien en déduit que si cela est vrai, l’Etat a perdu des recettes fiscales d’environ 200 millions d’euros par an.
HS/A10

Logements

Selon les économistes, il n’y a pas de bulle immobilière en Finlande
Selon Helsingin Sanomat, les économistes finlandais sont unanimes à affirmer qu’il n’y a pas de bulle immobilière en Finlande. L’économiste allemand Marco Wagner de Commerzbank a estimé récemment lors d’une interview de l’agence de presse Bloomberg qu’il y avait un prix excessif de 20 % dans les logements finlandais.
M. Wagner a souligné à Taloussanomat que, depuis 1995, le prix de logement a augmenté de 20 % de plus que l’indice des prix à la consommation, le développement des prix de la production et le produit intérieur brut.
Les économistes finlandais, dont Lauri Uotila de Danske Bank et Antti Asteljoki de Huoneistokeskus, soulignent que la moyenne des revenus et du patrimoine des Finlandais ont également augmenté considérablement depuis 1995.
HS/A24

Nokia

La vente de Nokia touche gravement la bourse d’Helsinki
Kauppalehti rapporte que depuis l’annonce de la vente de la branche de téléphonie mobile de Nokia à Microsoft, ce sont 13 000 petits actionnaires finlandais qui ont vendu leurs actions Nokia. Cela représente 5% des actionnaires finlandais.
KL

Culture

Nominations en vue à la tête des musées
Helsingin Sanomat publie une interview de M. Jan Förster, qui a récemment été nommé directeur de Taidehalli à Helsinki, en remplacement de Mme Maija Koskinen.
La directrice du premier musée finlandais, Ateneum, Mme Maija Tanninen-Mattila, a annoncé sa démission surprenante et son retour à ses anciennes fonctions à la tête du Musée d’Art de la ville d’Helsinki.
Le quotidien prévoit une roulette de nominations intéressantes en vue, en se demandant aussi pourquoi les directeurs des musées finlandais partent rarement à l’étranger pour travailler et pour apprendre.
HS/B2

Mercredi 9 octobre 2013

Politique européenne et étrangère

Commission européenne

« M. Katainen vise toujours un poste à la Commission » SM
« M. Sasi évoque aussi Mmes Kauppi et Risikko » SM
Interrogé hier par Yle, le Premier ministre Jyki Katainen (conservateur) a déclaré que la question du choix du prochain commissaire finlandais serait évoquée après les prochaines élections européennes.
Le journal du parti du Centre Suomenmaa a interrogé M. Kimmo Sasi, député conservateur, concernant le prochain poste de Commissaire européen.
M. Sasi estime que le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb serait un très bon candidat conservateur pour ce poste. Il considère toutefois évident que si M. Katainen souhaitait être commissaire, il doublerait M. Stubb.
M. Sasi estime que M. Katainen est avant tout intéressé par la présidence de la Commission. Si la Finlande ne l’obtient pas, M. Katainen évaluerait la situation en détail et pourrait être intéressé pour continuer comme premier ministre.
Interrogé sur la pression qu’il y aura peut-être à proposer des femmes comme Commissaire, M. Sasi estime que de nombreuses conservatrices feraient de bonnes commissaires : il cite l’ex-députée européenne et présidente de Fiva, Mme Pia-Noora Kauppi, la ministre de la Santé Paula Risikko ou la députée européenne Sirpa Pietikäinen.
SM

« Les Verts remettent en cause le fait que le prochain commissaire soit un conservateur » SM
Alors que le parti conservateur et le parti du centre estiment que le prochain commissaire finlandais sera un conservateur et qu’il revient au parti du premier ministre de la présenter, le secrétaire du parti des Verts Lasse Miettinen estime qu’il n’existe pas d’accord sur le fait que ce poste revienne au parti du premier ministre. Il rappelle que Mme Hautala (Verts) a proposé que la grande commission du parlement organise par exemple un débat sur les qualités que devrait avoir le candidat finlandais. M. Miettinen estime aussi que la Finlande devrait proposer deux candidats : un homme et une femme.
SM

Elections européennes

M. Arhimäki candidat aux européennes ?
Helsingin Sanomat souligne que la pression pour que le ministre de la culture et président de l’Alliance des Gauches soit candidat aux européennes est forte. En effet, l’autre députée du parti dans la circonscription d’Helsinki ne se présente pas et il faut que la liste du parti compte suffisamment de candidats connus dans le Sud du pays. En effet, pour l’instant la liste de l’Alliance des Gauches a de bons candidats représentants d’autres circonscriptions : notamment la ministre des Transports, Mme Kyllönen ou la présidente du groupe parlementaire Annikka Lapintie.
La liste des candidats du parti sera finalisée au printemps et le chef du parti, Paavo Arhimäki a jusque-là pour évaluer s’il faut qu’il se présente. « Le président du parti doit évaluer la situation du point de vue de l’intérêt du parti », dit-il.
HS

Parlement européen

Le Parlement européen a fait des compromis sur les restrictions concernant les cigarettes électroniques
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement européen, qui a donné hier son feu vert à une nouvelle législation pour rendre moins attractifs les produits du tabac, n’a toutefois pas voulu réserver uniquement aux pharmacies la vente des cigarettes électroniques.
Le Parlement européen a approuvé l’interdiction des cigarettes aromatisées, à l’exception des cigarettes mentholées qui bénéficieront d’une période de transition de huit ans.
M. Kari Paaso, directeur au ministère des Affaires sociales et de la Santé, déplore les compromis, la Finlande ayant promu une ligne plus stricte. La vente et la publicité de la vapote est actuellement interdite mais les Finlandais peuvent en commander de l’étranger.
HS/A13

Grèce

Un groupe d’experts internationaux s’étonne que les politiciens grecs accusent le directeur général du centre de la statistique de déformer les statistiques
Helsingin Sanomat relève que selon le rapport d’un groupe de travail d’experts internationaux, nommé par l’Union européenne, même si la crédibilité des statistiques économiques de la Grèce s’est améliorée considérablement il y a encore des problèmes.
Selon le rapport, le problème le plus grave est la pression politique contre le directeur général actuel du centre de statistique grec Elstat, M. Andreas Georgiou.
Le président du groupe d’experts, M. Gerry O’Hanlon, souligne qu’il est très difficile de comprendre ce cas de persécution : « Comment est-il possible qu’en Europe une personne soit citée en justice parce qu’elle fait son travail ? »
Mme Heli Jeskanen-Sundström, ancienne directrice générale du Centre de la statistique finlandais et membre du groupe d’experts, souligne que « la Grèce devrait admettre l’existence de la législation européenne ».
HS a publié, dans son édition de dimanche, un billet signé Mme Jeskanen-Sundström, intitulé « Les politiciens grecs tentent encore à manipuler les statistiques » où elle critique le gouvernement grec pour ne pas défendre l’indépendance du centre de statistique.
HS/A11

Etude PIAAC de l’OCDE

Les Finlandais de 20 à 39 ans parmi les meilleurs de l’OCDE
Les journaux rendent compte des résultats de l’étude PIAAC, Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes, qui place la Finlande au second rang mondial. Parmi les 24 pays de l’OCDE, les Finlandais arrivent deuxième dans les trois domaines étudiés. Les Finlandais de 20 à 39 ans ont de très bons résultats, mais les personnes plus âgées (55 à 65 ans) se situent parfois en dessous de la moyenne de l’OCDE.
La ministre de l’Education, Mme Kiuru, et celui de l’Emploi, M. Ihalainen, se félicitent du résultat, mais soulignent qu’il faut des mesures de développement concernant les connaissances des personnes plus âgées.
Mme Kiuru estime que l’école primaire et le collège garantissent un fondement égal à tous.
Un million de Finlandais de 16 à 65 ans (soit 30 %) manquent de connaissances suffisantes en matière informatique. Les deux ministres évoquent les trois jours de formation prévus pour les employés comme un moyen d’améliorer les connaissances de base des personnes plus âgées. M. Ihalainen relève que les personnes qui participent à la formation continue sont souvent des personnes qui ont déjà une formation supérieure. Ceux qui en auraient le plus besoin n’y ont pas accès ou n’y participent pas.
L’étude relève également le fait que les moins de 25 ans ont plus de problèmes avec la lecture qu’avant. Les derniers résultats de l’étude PISA le montrent aussi. Mme Kiuru souligne que la Finlande ne peut pas se permettre que le succès de l’école primaire et du collège s’affaiblisse.
OAJ, le syndicat des enseignants, souligne l’importance de renforcer l’offre de formation informatique à toutes les classes d’âge. La prolongation des carrières professionnelles et l’emploi des personnes âgées devraient être soutenus au moyen de formations aussi, selon le syndicat.
KS/3, AL/A6, Dem/6-7

Trop d’écarts à l’intérieur de la Finlande ?
Ilta-Sanomat relève que l’étude PIAAC montre des différences dans les connaissances dans différentes régions de Finlande. Ceci est surtout lié à la répartition démographique des Finlandais. La région de la capitale réussit mieux que la Finlande de l’Est et du Nord, où la population est plus âgée que dans le Sud. Dans le Sud, le niveau de formation des habitants est également plus élevé.
IS/6

Diplomatie

Le ministère des Affaires étrangères veut recruter plus d’hommes
Le ministère des Affaires étrangères à attirer des candidats masculins pour ses formations.
Les femmes représentent plus de 80% des candidats reçus pour la formation de diplomates qui a commencé en 2012. Au concours de cet automne, elles représentaient 70% des nouveaux reçus.
« Le problème est que nous avons trop peu de candidats masculins », déclare Peter Stenlund, responsable du recrutement et du personnel. Il précise que le ministère cherche à recruter sur les réseaux sociaux et par des opérations dans les universités.
Au rythme actuel, la féminisation du ministère sera très rapide.
La législation finlandaise sur l’égalité hommes-femmes stipule que le recrutement devrait tendre vars au moins 40% de représentants des hommes ou des femmes. « Mais je ne pense pas qu’il faille recourir à des quotas », déclare M. Stenlund.
Parmi les 82 ambassadeurs finlandais, 38 sont des femmes soit 46%. Les ambassades en Algérie, Tunisie et Maroc sont dirigées par des femmes, de même qu’en Israël ou en Egypte. Cela vaut aussi pour des postes aussi importants que la représentation de la Finlande auprès de l’UE.
Helsingin Sanomat souligne qu’à l’étranger, la bonne représentation des femmes dans la diplomatie finlandaise donne une bonne image du pays.
HS

Politique intérieure

Retraites

M. Vapaavuori favorable aux propositions de l’institut de recherche Etla
Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, se déclare favorable à l’idée d’Etla de lier l’âge de départ à la retraite à l’espérance de vie. Pour lui, il s’agit désormais de prendre des décisions pertinentes. Il estime que la Finlande dispose de peu de factreurs dont la modification permette d’influencer directement sur le déficit structurel et sur l’état des finances publiques en général. L’augmentation de l’âge de départ à la retraite en est un.
AL

Parlement

M. Hirvisaari a adhéré à Muutos 2011 et créé son propre groupe parlementaire
Selon Helsingin Sanomat, le député James Hirvisaari, exclu des Vrais Finlandais, est devenu membre du parti « Muutos 2011 » (‘changement 2011’) et a créé mardi son propre groupe parlementaire. M. Hirvisaari annonce qu’il a voulu aller rapidement : « J’ai quitté les Vrais Finlandais dimanche et j’ai dû quitter également l’association locale du parti à Asikkala. »
Selon le député, plusieurs petits partis, tous en dehors du Parlement, lui ont proposé une adhésion. « Muutos 2011 a été pour moi un choix facile, parce que ce parti est pour la démocratie directe. Mes valeurs et idées sont encore celles des Vrais Finlandais. »
Muutos 2011 a été fondé en 2009 et enregistré comme parti politique en 2010. Le parti promeut un durcissement de la politique de l’immigration finlandaise et des sanctions plus dures en cas de crimes violents. Selon sa présidente, Mme Marjukka Kaakkola, le parti se désolidarise du racisme et du nazisme.
Aamulehti note que le groupe parlementaire d’un député de M. Hirvisaari touche des frais de fonctionnement d’environ 1 500 euros par mois. Les Vrais Finlandais perdent la même somme. M. Hirvisaari, qui n’a pas été élu en tant que candidat de Muutos 2011, n’a toutefois pas le droit à la subvention de 170 000 euros par député par an, payé par rapport au nombre de députés à chaque parti politique représenté au Parlement.
Après la nouvelle sur l’adhésion de M. Hirvisaari à Muutos 2011, le nombre d’adhérents de ce parti a cru à 250.
Le fondateur de Muutos 2011, M. Juha Mäki-Ketelä, a été exclu du parti en raison des litiges sur les questions relatives à l’immigration.
HS/A10, AL

Gouvernement

Le Parti conservateur propose de retirer des projets de loi pour faire des économies
Helsingin Sanomat rapporte que le Parti conservateur souhaite que le gouvernement recherche de faire des économies aussi dans ses propres projets de loi. La question étant politiquement délicate, M. Petteri Orpo, président du groupe parlementaire, ne veut pas nommer les projets de loi qui pourraient être concernés.
A la question de savoir si le Parti conservateur n’apprécie par ses propres projets, M. Orpo répond que la situation a changé considérablement depuis la rédaction du programme du gouvernement.
Le Parti social-démocrate n’est pas favorable à cette idée des conservateurs.
Selon M. Reijo Vuorento, directeur adjoint à l’association des communes finlandaises, le gel des projets de loi ne ferait que des économies de quelques dizaines de millions d’euros. Le gouvernement a décidé en août d’effectuer des économies d’un milliard d’euros dans les communes.
M. Orpo admet que l’objectif sur les économies nécessite avant tout la suppression des obligations déjà existantes.
HS/A12

Industrie forestière

Prévisions
L’institut de recherche économique PTT prévoit que les perspectives de l’industrie forestière iront s’améliorant. L’augmentation de la rentabilité continue pour la deuxième année consécutive, mais elle est modeste.
Les perspectives sont favorisées par l’économie qui se rétablit. PTT prévoit une croissance de 1,4 % pour la production totale de la zone euro, une croissance de 7 % pour la Chine et de 2 % pour le Japon. Cela augmente la demande et les exportations finlandaises.
La production du papier continuera toutefois à diminuer en Finlande. Pour la pâte à papier, le contreplaqué, le carton et le bois de scierie PTT prévoit une augmentation cette année et en 2014.
Les exportations de bois de scierie devraient augmenter de 10 % cette année en raison de la demande asiatique. Nombre de scieries sont toutefois lourdement endettées.
HS

France

Economie

« Alcatel-Lucent supprime 10 000 emplois » HS
Helsingin Sanomat rend compte de l’annonce du plan d’économie d’Alcatel.
HS

Mardi 8 octobre 2013

Politique européenne et étrangère

Energie

« Les russes pourraient financer la construction de la centrale de Fennovoima » HS
Helsingin Sanomat rapporte que l’Etat russe pourrait grandement financer la construction de la centrale de Fennovoima. « L’entreprise d’Etat Rosatom et le fonds d’aide à l’exportation russe Exiar pourraient financer la majeure partie de la construction de la centrale de Fennovoima », écrit HS.
« Rosatom a un rôle important. Dans ce type de projet, le fonds d’aide à l’exportation du pays qui fournit le réacteur a souvent un grand rôle », selon le PDG de Fennovoima, M. Nurmi.
Ces arrangements financiers sont importants. D’autant plus que l’un des principaux actionnaires, Outokumpu, est très endetté.
Selon M. Nurmi, les actionnaires devraient fournir environ un quart du financement, petit à petit à partir de l’année prochaine.
Le prix de la centrale est toujours incertain.
Helsingin Sanomat rappelle que Rosatom a promis d’entrer à hauteur de 34% dans le capital de Fennovoima.
Les actionnaires actuels (60 entreprises dont une quarantaine de régies électriques communales, au premier lieu Vantaa, Rauma, Lahti et Turku) doivent s’engager d’ici fin octobre. Dans de nombreux conseils municipaux, les Verts ont présenté des propositions de retrait du projet.
Helsingin Sanomat souligne par ailleurs que la rentabilité de Fennovoima dépend de l’évolution à long terme du prix de l’électricité.
HS

M. Lipponen, un consultant important
Ilta-Sanomat rapporte que la société de consulting de l’ancien premier ministre Paavo Lipponen a fait un chiffre d’affaires de près de 200 000 euros l’année dernière.
M. Lipponen a déclaré que ses principaux contrats étaient avec Nord Stream et Pohjolan Voima Oy.
IS

Commission européenne

M. Stubb toujours intéressé
Dans une interview accordée à Yle, le ministre des Affaires européennes a déclaré qu’il était intéressé par un poste de commissaire européen. Il estime toutefois qu’il y aurait d’autre candidats compétents pour ce poste. « Il est évident que lorsque l’on regarde quelqu’un comme moi, je suis un nerd des affaires européennes. Un poste à la Commission est mon rêve de gosse », a-t-il dit.
M. Stubb ne sait toutefois pas encore s’il se présentera aux élections européennes, rapporte Yle qui précise que l’on estime en Finlande que le poste de prochain commissaire finlandais devrait aller à un conservateur.
Yle

Diplomatie

Le ministère des Affaires étrangères veut recruter plus d’hommes
Les carrières de diplomates attirent de jeunes femmes. Le ministère des Affaires étrangères souligne que les études permettant de postuler aux carrières de diplomates se sont grandement féminisées, c’est pourquoi le ministère cherche à attirer des candidats masculins pour ses formations.
Les concours du ministère finlandais des Affaires étrangères qui attiraient plus de 800 candidats en 2003 n’en attiraient plus que 463 l’année dernière.
Pour faire face à ce déclin, les salaires de base ont été relevés de mille euros à 3300 euros. On s’attend donc à une recrue de candidats pour le concours d’octobre.
Déjà, lors de la dernière cession, une légère augmentation avait été relevée : 551 candidats pour 28 places.
La féminisation est notable : 70% étaient des femmes en 2004, 2009 et 2010. En 2012, les femmes représentaient même plus de 80% des élèves diplomates.
Yle

Cour européenne des droits de l’homme

Selon le président de la CEDH, la Finlande n’a pas de grands problèmes liés aux droits de l’homme
Helsingin Sanomat rapporte que le président de la Cour européenne des droits de l’homme, M. Dean Spielmann, ne s’inquiète pas du grand nombre, 120 000, de plaintes en cours ou de critiques devant la Cour. « Le manque de ressources pose des problèmes pour nous et aussi pour beaucoup de tribunaux nationaux. Les Etats membres du Conseil de l’Europe sont récalcitrants à augmenter les ressources en raison de la crise économique. »
La CEDH a rendu plus de jugements contre la Finlande qu’aux autres pays nordiques. La plupart des jugements concernent le droit à un procès équitable, surtout la durée trop longue des procès.
Malgré le grand nombre des plaintes, M. Spielmann ne s’inquiète pas de la Finlande. « La Finlande n’est pas un Etat où il y a des problèmes importants concernant le respect du traité sur les droits de l’homme. »
M. Spielmann a participé récemment à un entretien des présidents des cours suprêmes de l’Union européenne. Il est favorable à un dialogue avec le les tribunaux nationaux.
HS/A12

Travailleurs saisonniers

Les ministères étudient les conditions de travail des Thaïlandais
Helsingin Sanomat relève que les ministères du Travail et de l’Economie et des Affaires étrangères effectueront une étude sur les conditions de travail des cueilleurs de baies thaïlandais. M. Markku Wallin, directeur général au ministère du Travail et de l’Economie, est chargé de l’étude.
M. Wallin doit rédiger un rapport sur l’état actuel des cueilleurs et les défauts du système de cueillette. Les deux ministères attendent pour février prochain des propositions de M. Wallin pour développer le système de cueillette.
« Il faut étudier aussi ce qui se passe au côté thaïlandais et quels sont les acteurs là-bas. Nous connaissons déjà assez bien les acteurs finlandais », a déclaré M. Wallin.
Environ 3 500 Thaïlandais ont été invités en Finlande cet été pour cueillir des baies.
HS/A11

Expulsions

Selon Mme Räsänen, la Finlande ne devrait pas accorder de permis de séjour de longue durée aux expulsés
Selon Turun Sanomat, le journal télévisé d’Yle a rapporté dimanche que jusqu’à 700 réfugiés expulsés de la Finlande pourraient obtenir un permis de séjour. Selon la décision de la Cour administrative suprême finlandaise, il faut accorder un permis de séjour temporaire si le pays destinataire n’approuve pas l’expulsion et si l’intéressé n’accepte pas de partir de son propre gré.
La ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, souligne qu’on ne devrait pas accorder des permis de séjour de longue durée à ces personnes. « Les autres pays européens n’accordent que des permis de séjour de courte durée dans des situations de ce genre », selon Mme Räsänen. La ministre souligne qu’un projet de changement de loi est en cours.
Aamulehti note que le paragraphe concernant le permis de séjour temporaire dans la loi sur les étrangers finlandaise est exceptionnel par rapport à la législation des autres pays.
TS/11, AL/A5

Réfugiés

« L’Europe tourne le dos aux réfugiés »
Hufvudstadsbladet rapporte que l’opération de sauvetage devant l’île de Lampedusa se termine aujourd’hui. Les dirigeants européens sont attendus à évoquer bientôt la politique sur les réfugiés.
Mme Astrid Thors, nouveau médiateur pour les minorités à l’OSCE, estime qu’en Finlande, le débat à ce sujet n’avance pas. « Il n’y a pas assez de solidarité européenne. »
Mme Eva Biaudet, médiateurs pour les minorités en Finlande, déplore que chaque pays membre de l’Union ait sa propre politique de réfugiés.
HBL/2

Politique intérieure

Racisme

Analyse : nous avons besoin de dirigeants avec des valeurs
Keskisuomalainen publie une analyse signé Matias Åberg, selon laquelle si pratiquement tous les politiciens condamnent le racisme, il faut reconnaître que les personnalités politiques de premier rang n’ont pas été très actives à ce sujet. Elles ont tendance à penser que la question des déclarations xénophobes est une affaire interne aux Vrais Finlandais.
« Le profil bas des politiciens importants par exemple au Parlement suscite des interrogations. Des dirigeants ayant des valeurs solides devraient condamner le racisme dans toutes les circonstances », écrit KS.
KS/9

Retraites

Propositions de l’institut de recherche Etla
L’institut de recherche économique Etla propose d’augmenter l’âge de départ à la retraite des Finlandais d’abord de 10 mois et ensuite petit à petit au fur et à mesure que la longévité augmente.
Etla a publié, hier, son modèle pour lier l’âge de départ à la retraite à l’espérance de vie. Pour Etla, cela prolongerait les carrières professionnelles, diminuerait la cotisation d’assurance retraire et diminuerait le déficit structurel des finances publiques. Pour Etla, une mesure dans ce sens serait également plus juste pour toutes les classes d’âge.
La réforme du système de retraite est à l’étude du groupe de travail du ministère des Finances piloté par M. Jukka Pekkarinen.
Helsingin Sanomat estime qu’il est fort probable que la proposition esquissée par Etla soit adoptée en Finlande. Un tel système est en vigueur au Danemark, et la Suède vient de prendre une décision dans ce sens.
HS relève que la Commission européenne a recommandé un tel lien à la Finlande.
Avec les prévisions démographiques actuelles, l’âge de la retraite serait augmenté d’un mois par an. MM. Lassila, Määttänen et Valkonen, chercheurs d’Etla, estiment que si rien n’est fait, avec l’augmentation de l’espérance de vie, les retraites risquent d’être trop petites.
Les chercheurs d’Etla souhaitent également restreindre le départ à la retraite par le chômage ainsi que la retraite partielle. Les organisations syndicales sont contre cette idée.
Il est possible que l’augmentation de l’âge de la retraite engendre une situation où les personnes ayant dépassé l’âge de la retraite actuelle (63 ans) mais pas le nouveau seuil fixé par la prochaine réforme, se retrouvent au chômage.
Dans les professions physiquement pénibles, la prolongation de la carrière n’est pas forcément réaliste. Pour cette catégorie, Etla prévoit une retraite à titre d’incapacité au travail.
Les travaux du groupe de travail de M. Pekkarinen sont censés se terminer en octobre-novembre.
Les négociations seront pilotées par M. Rantala, en 2014. Les propositions de loi devraient être remises au Parlement après les législatives de 2015 et la réforme devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2017.
HS/A8, Dem/4-5

Nokia

NSN défie Ericsson
NSN recrute en Finlande
Aamulehti rapporte que NSN qui a réalisé son plan de restructuration après l’absorption de Siemens a réalisé au premier semestre un excellent résultat, quasiment égal à Ericsson qui a toutefois un chiffre d’affaire plus de deux fois supérieur.
NSN est particulièrement fort sur le marché européen. Aamulehti écrit que la reprise des activités de réseaux mobiles d’Alcatel pourrait être un bon moyen pour NSN de s’implanter sur le marché américain. Dans ce secteur, il y aurait alors au niveau mondial, deux grands groupes européens et deux grands groupes chinois.
Le directeur Finlande de NSN a par ailleurs confirmé que le groupe allait augmenter ses effectifs en Finlande de plus de 400 personnes. Plus de 350 ont déjà été recrutées.
Plus d’un cinquième des effectifs de NSN dans la R&D travaillent en Finlande.
AL

France - Finlande

Musique

Station MIR à Turku
Turun Sanomat présente le trio français de Station MIR qui se produit ce soir à Turku.
TS

Lundi 7 octobre 2013

Politique européenne et étrangère

Syrie

Visite en Finlande du directeur de l’OIAC
Le directeur de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, M. Üzümçü, était à Helsinki, vendredi, à l’occasion des 40 ans de Verifin (Finnish institute for verification of the Chemical weapons convention). Il a rencontré le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, à cette occasion.
M. Üzümçü relève que la coopération avec l’administration syrienne a bien commencé. Il estime que le démantèlement des armes chimiques est techniquement faisable, malgré le délai ambitieux. Pour lui, il n’y a aucune raison de ne pas être optimiste.
Le ministère des Affaires étrangères se prépare à ce que l’ONU sollicite la Finlande. M. Tuomioja relève que la Finlande pourrait y envoyer des spécialistes et du matériel. Selon le ministre, il pourrait s’agir de « quelques spécialistes ».
M. Markku Virri, chef du service de contrôle d’armement du ministère des Affaires étrangères, relève que l’ONU et l’OIAC ont demandé des informations préalables sur la contribution à laquelle différents pays seraient prêts. Il estime que, pour la Finlande, il pourrait s’agir de quelques chimistes. Des Finlandais ont déjà participé à des missions similaires après la guerre en Iran et en Irak. Les contributions financières dans des situations comme celle-ci s’élèvent d’habitude à des centaines de milliers d’euros, selon M. Virri.
AL/sam/A5, HS/sam/B4, dim/A10

Greenpeace – Russie

Propos de M. Tuomioja
Manifestation de soutien
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a relève à l’émission Ykkösaamu de la TV1, samedi, qu’il a évoqué l’affaire des manifestants détenus avec son homologue néerlandais. Du fait que le bateau Arctic Sunrise navigue sous pavillon néerlandais, ce pays a déjà sollicité une procédure d’arbitrage pour libérer les militants.
M. Tuomioja a répété que les activités des militants ne remplissaient pas les critères de piraterie. Il estime que Greenpeace a sans doute violé la législation russe. La législation russe peut être différente en la matière, mais pour M. Tuomioja, elle ne devrait pas être en contradiction avec le droit maritime international.
Pour le ministre, il n’est pas exclu que Mme Saarela purge sa peine éventuelle en Finlande. C’est une question qui pourrait faire l’objet de négociations.
Plus de mille manifestants se sont réunis à Helsinki, samedi, pour une manifestation en faveur de la protection de la région arctique et de la libération des militants. Des manifestations ont été organisées dans 140 villes dans 35 pays.
AL/dim/A13, HS/dim/A17

Finlande - Estonie

Débat sur le gaz
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que la concurrence entre la Finlande et l’Estonie pour accueillir un terminal LNG dont la construction attend la décision européenne de subvention, ne doit pas susciter une dispute entre les pays qui ont décidé de laisser la commission européenne trancher.
Helsingin Sanomat publie aussi un billet du directeur du centrum Balticum Kari Liuhto qui souligne que la Finlande est plus dépendante que l’Estonie de l’approvisionnement en gaz venant de Russie et devrait donc bénéficier de ce terminal LNG.
HS

Les importations d’alcool d’Estonie empêchent la Finlande d’augmenter ses taxes sur l’alcool
Le niveau des taxes sur l’alcool a continuellement augmenté depuis 2004 et la décision de baisser ces taxes en raison de l’entrée de l’Estonie dans l’UE. Or, aujourd’hui le niveau de ces taxes est similaire à celui d’avant cette baisse, ce pousse les Finlandais à acheter l’alcool en Estonie. On estime que 25% des spiritueux consommés en Finlande sont achetés à l’étranger, principalement en Estonie.
HS

Ecoles finlandaises à l’étranger

L’école finlandaise de Fuengirola pourrait perdre des aides
Helsingin Sanomat rapporte que le ministère finlandais de l’éducation envisage de diminuer ses aides aux écoles finlandaises à l’étranger qui ne respectent pas les critères pour en bénéficier. En effet, lors d’une inspection à l’école de Fuengirola, en Espagne, il est apparu que les aides de l’Etat (7 000 euros par an et par élève) étaient versés alors même que certains élèves n’avaient pas de domicile en Finlande.
Pour le ministère, ces subventions sont justifiées par le fait que les élèves ont un domicile en Finlande et ont donc vocation à poursuivre leur scolarité plus tard en Finlande.
Pour l’école, il suffit que l’élève ait la nationalité finlandaise. Sur les 300 élèves de Fuengirola, 62 n’auraient pas de domicile en Finlande.
Le même problème existerait pour l’école finlandaise de Moscou.
Il y a de part le monde six écoles finlandaises à l’étranger.
HS

Politique intérieure

Premier ministre

Interview de M. Katainen
Turun Sanomat publie une interview du Premier ministre Jyrki Katainen qui déclare que le gouvernement n’a pas l’intention de procéder à d’importantes fusions forcées de communes.
Concernant l’avenir de M. Katainen, Turun Sanomat écrit qu’il a promis d’annoncer en avril prochain ses intentions. C’est aussi le délai fixé pour les dernières candidatures aux élections européennes mais aussi pour la présidence du parti qui sera décidée par le congrès de l’été prochain.
TS

Elections européennes

Le PSD vise trois sièges
Demokraatti rapporte que le PSD visera trois sièges aux élections européennes. Le parti n’a pas encore de candidat officiel mais il devrait finaliser sa liste de 20 candidats fin novembre – début décembre.
Dem

Audience des partis politiques

Selon un sondage d’Yle, la hausse de la popularité du Centre s’est arrêtée
Turun Sanomat rapporte que selon un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte du quotidien, le Parti du centre reste le plus grand parti, avec un score de 22,6 %. Ce résultat montre même une légère baisse de 1,2 %, ce qui signifie que la hausse de l’audience du Centre s’est arrêtée.
Les Vrais Finlandais arrivent deuxième, avec un résultat de 18,8 % (-0,5 %), suivi du Parti conservateur (18,4 % (+0,1 %) et du Parti social-démocrate, 15, 3 % (+0,3 %).
L’Alliance verte est cinquième, 9,3 % (+0,9 %), suivi de l’Alliance des gauches, 7,2 % (-0,5 %), du Parti suédois, 3,9 % (+0,1 %) et des Chrétiens-démocrates, 3,3 % (+0,5 %).
Ce sondage a été effectué en septembre-octobre auprès de 2 900 personnes.
TS/sam/14

Vrais Finlandais

Le parti a exclu officiellement M. Hirvisaari
Helsingin Sanomat relève que le bureau national des Vrais Finlandais, réunis vendredi soir, a décidé à l’unanimité d’exclure le député James Hirvisaari du parti.
Le président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, a convoqué jeudi M. Hirvisaari pour une réprimande et le comité exécutif des Vrais Finlandais a décidé le même jour, à l’unanimité, de proposer son exclusion définitive du parti.
Selon Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, président du groupe parlementaire, la carrière politique de M. Hirvisaari chez les Vrais Finlandais est finie au niveau national et il ne pourra plus être candidat aux élections législatives. Mme Ruohonen-Lerner souligne que, localement, les décisions sont prises de façon indépendante.
M. Hirvisaari n’a pas accordé d’interviews aux médias. Il a toutefois commenté l’affaire sur son blog où il a critiqué les différentes personnes de la direction du parti.
Le président du parti, M. Timo Soini, s’est félicité de la décision du bureau national, estimant que le parti pourra désormais transmettre mieux son message.
HS/sam/A17 et dim/A9

Les propos des ministres
Keskisuomalainen rapporte que concernant le racisme, le Premier ministre Katainen a déclaré vendredi que « nous en assumons tous la responsabilité ». « Je ne veux montrer personne du doigt. Il faut souligner la responsabilité des gens et non des institutions. »
La présidente du PSD et ministre des Finances, Mme Urpilainen, s’inquiète du racisme de plus en plus visible en Finlande, estimant qu’il faut prendre des mesures plus fermes. Elle se félicite toutefois de la décision des Vrais Finlandais.
Mme Anna-Maja Henriksson, ministre de la Justice, satisfaite de la décision, aurait pourtant souhaité des mesures plus rapides de la part des Vrais Finlandais. « Auparavant, ils n’ont pas été prêts à réagir mais il semble qu’ils vont dans la bonne direction. »
Les politologues, dont Emilia Palonen (Université de Jyväskylä), Kimmo Grönlund (Åbo Akademi) et Timo Soikkanen (Université de Turku), estiment que l’exclusion de M. Hirvisaari est un signe que M. Soini se prépare pour les prochaines élections législatives et vise la participation au prochain gouvernement. Selon Mme Palonen, la direction du parti a dû estimer que les voix de l’extrême-droite ne sont pas importantes pour le parti. M. Soikkanen pense que le racisme est le talon d’Achille des Vrais Finlandais : « Si le parti est qualifié de raciste, il ne pourra pas entrer au gouvernement. »
KS/sam/10

Défense

La marine pourrait avoir deux navires amiral
Helsingin Sanomat relève qu’il est possible que le navire amiral actuel de la marine finlandaise, Pohjanmaa, puisse être remplacé par deux navires.
« Il est possible que les mouilleurs de mines Hämeenmaa et Uusimaa puissent alterner en tant que navire amiral en remplacement de Pohjanmaa », estime le commandant de la marine, contre-amiral Veli-Jukka Pennala.
Le navire amiral actuel Pohjanmaa est en vente. S’il n’est pas vendu, il sera conservé et exposé à Suomenlinna.
Le navire le plus récent des forces navales, le dragueur de mines Purunpää, a été remis vendredi dernier à la défense maritime de l’archipel.
HS/sam/A17

Biobanques

Problèmes de confidentialité
Helsingin Sanomat publie un article sur les biobanques, centres de ressources de données et d’échantillons biologiques dédiés à la recherche scientifique. Une législation entrée en vigueur en septembre permet la création de telles banques et neuf projets sont actuellement en cours en la matière. La première biobanque, Auria, sera inaugurée dès avant la fin de l’année, à Turku.
Des problèmes liés à la protection des données restent toujours à résoudre. Un comité national sur l’éthique de la recherche médical (Tukija) est en train d’étudier ces questions.
HS/dim/A12

Energie éolienne

Le développement en retard en Finlande
Hufvudstadsbladet estime que le développement de l’énergie éolienne a commencé tellement tard en Finlande que l’industrie finlandaise en la matière n’a pas véritablement pris son élan. En même temps que de nouveaux parcs éoliens sont construits, le groupe de centrales éoliennes Winwind a fait faillite.
L’évolution dans d’autres pays a été plus rapide et des fabricants plus importants dominent le marché.
Tuuliwatti, groupe d’énergie éolienne qui vient d’annoncer son projet de parc éolien près de Salo achète ses centrales en Espagne.
HBL/sam/12

Nucléaire

Moment décisif pour Fennovoima
Kaleva rapporte que le pDG de Voimaosakeyhtiö SF et président du directoire de Fennovoima, Pekka Ottavainen rappelle qu’il faudra signer un contrat avec le fournisseur du réacteur avant la fin de l’année. C’est pourquoi les actionnaires doivent décider s’ils s’engagent fermement dans ce projet. Il est possible, selon lui, que certains se désengagent. Néanmoins, M. Ottavainen a confiance dans le fait que leurs actions trouveront preneurs : soit par d’actuels actionnaires intéressés par une part plus importante, soit par de nouveaux actionnaires.
M. Ottavainen déclare aussi que Fennovoima négocie continuellement avec Rosatom sur le prix de la centrale, toujours évalué entre 4 et 6 milliards d’euros.
Les travaux ne relèveront pas seulement de Rosatom et d’entreprises russes : les fournisseurs des turbines et du contrôle-commande seront probablement autres et le BTP réalisé par des entreprises finlandaises.
Kaleva

Economie

Elisa diminue ses effectifs de 200
Elisa va supprimer 100 emplois et aussi en externaliser 100 au groupe indien TCS.
La presse rappelle que Nokia avait au début de l’année externalisé 460 emplois au même groupe indien TCS et que, depuis, la plupart ont perdu leur emploi.
HS

Chômage des ingénieurs
Aamulehti rapporte que le taux de chômage des ingénieurs a augmenté de 27% en un an. Le quotidien dresse le portrait d‘un ancien ingénieur de Nokia qui a décidé d’entamer des études pour devenir infirmier.
AL

France - Finlande

Salon du livre de Turku

La France, invitée du salon 2014
Le salon du livre de Truku, qui s’est achevé dimanche, aura pour thème en 2014 la France et Sastamala.
www.turunmessukesksus.fi

Un polar lapon français
Turun Sanomat a suivi la venue au salon du livre de Turku d’olivier Truc, journaliste et auteur du polar « Le dernier lapon », récemment traduit en finnois.
TS

Musique

Station MIR à Jyväskylä
Kesksisuomalainen présente le trio français de Station MIR qui a donné deux concerts à Jämsä et Jyväskylä.
KS

Richard Clayderman à Tampere
Aamulehti présente le pianiste français qui a donné trois concerts en Finlande, dont un samedi à Tampere.
AL

Aulis Sallinen à Saint-Sulpice
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du concert de Kalevi Kivinimei qui a joué la première de Three Adagios op. 102 d’Aulis Sallinen sur les orgues Cavaillé-Coll de l’église de Saint-Sulpice à paris.
HS

France

Culture

« Un musée qui brise les mythes » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage sur le nouveau département de l’art de l’islam du musée du Louvre.
HS

Société

« L’extrême-droite française utilise le thème des Roms » TS
« Des enseignants suivent les enfants des gens du voyage » TS
Le correspondant en France de Turun Sanomat, Patrick Le louarn, rapporte le débat actuel en France sur les Roms et explique les réglementations sur les aires d’accueil et la scolarisation pour les gens du voyage en France.
TS

Ouverture des magasins le dimanche
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat a présenté le débat actuel en France sur l’ouverture de certains grands magasins le dimanche.
HS/Dim

Vendredi 4 octobre 2013

Politique européenne et étrangère

Mer Baltique

Les ministres de l’Environnement ont mis à jour le plan d’action sur la diminution des émissions
Helsingin Sanomat rapporte que les ministres de l’Environnement des pays riverains de la mer Baltique se sont réunis jeudi à Copenhague dans le cadre de Helcom, commission de protection de la mer Baltique. Les ministres ont approuvé les nouveaux objectifs ambitieux afin de réduire les émissions.
La Finlande doit doubler ses objectifs actuels. Elle devra réduire annuellement les émissions de 330 tonnes de phosphore et 2 430 tonnes d’azote d’ici 2021.
L’objectif de Helcom est d’obtenir un bon état écologique de la mer Baltique d’ici 2021.
Pour M. Sampsa Vilhunen, chef du programme maritime de WWF, « l’atmosphère difficile de la réunion signifie qu’en tant que forum de coopération des Etats riverains de la mer Baltique, Helcom est en crise ».
Les ministres de l’Environnement n’ont pas pu se mettre d’accord sur la réduction des émissions d’azote dans le trafic maritime. Après un litige de plusieurs heures entre la Russie et les autres Etats riverains, les ministres de l’Environnement ont décidé de poursuivre le débat au printemps prochain.
L’Organisation maritime internationale doit d’abord décider si une zone de restriction pourra être instaurée dès 2016 ou en 2021. La Russie promeut à l’OMI une position en faveur de 2021.
La zone de réduction des émissions d’azote dans le trafic maritime signifierait une réduction d’environ 7 000 tonnes d’azote. Cela ne concernerait que les nouveaux bateaux, avec une période de transition de 30 ans.
HS/A13

Finlande – Russie

Grand exercice militaire russe près de la frontière finlandaise
Helsingin Sanomat présente les manœuvres Zapad 2013, grand exercice militaire russe qui a eu lieu près de la frontière finlandaise et dans la région baltique.
Le ministre finlandais de la défense Carl Haglund ne comprend pas que la Russie n’ait pas informé ses voisins de l’ampleur réelle de ces exercices qui étaient visiblement plus importants qu’annoncés. « Toutes les informations semblent indiquer que les exercices étaient importants, plus importants que ce qui était annoncé », dit-il.
Selon lui, la Russie a besoin de montrer qu’elle est une grande puissance. « Il serait intéressant d’avoir une certitude sur l’ampleur réelle de ces exercices. Il est possible qu’en plus de l’exercice annoncé il y ait eu des exercices supplémentaires et que l’ampleur totale soit donc plus importante. Si l’exercice était plus grand que prévu, cela viole la pratique internationale », dit le ministre qui compte évoquer la question avec son homologue russe, M. Shoigu.
M. Haglund estime que la Russie veut montrer ses forces aux Etats membres de l’OTAN qui venaient d’organiser eux-mêmes un important exercice. « C’est la politique des forces entre l’OTAN et la Russie. Ce n’est pas si dramatique ».
HS

Greenpeace - Finlande - Russie

Propos de M. Putkonen
Helsingin Sanomat publie, à la page éditoriale, une lettre signée Matti Putkonen, salarié du bureau politique des Vrais Finlandais, qui critique l’éditorial du quotidien, publié le 1er octobre, intitulé « La militante que donne un visage à sa cause ».
Selon M. Putkonen, une manifestation paisible peut se transformer en manifestation illégale aussi selon la loi finlandaise.
« Greenpeace n’a eu aucune intention d’effectuer une manifestation paisible mais une occupation violente d’une plate-forme de forage de pétrole », écrit M. Putkonen.
« La membre finlandaise de Greenpeace donne un visage au militantisme vert qui ne respecte la loi d’aucun pays. Avec son visage, on ne peut pas juger la justice russe ou sa partialité. »
« Un militant de Greenpeace agit comme les chevaliers des croisades qu’on appelle internationalement des terroristes. Les sanctions sont prononcées selon ce critère. Les membres de Greenpeace ont dit qu’ils le savaient avant le coup de Mourmansk », conclut M. Putkonen.
HS/A5

Politique intérieure

Vrais Finlandais

M. Hirvisaari n’a plus de perspectives d’avenir dans la politique
Helsingin Sanomat relève que le président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, a convoqué jeudi le député James Hirvisaari. Selon M. Heinäluoma, une telle convocation suivie d’une réprimande est, suivant la constitution, « l’arme la plus puissante » que le président de l’Eduskunta peut utiliser pour réprimander un député. M. Heinäluoma a souligné que le comportement d’un visiteur de M. Hirvisaari a été totalement inadmissible. Le visiteur en question a fait un salut nazi au Parlement la semaine dernière et M. Hirvisaari l’a pris en photo.
Le comité exécutif des Vrais Finlandais a décidé jeudi, à l’unanimité, de proposer l’exclusion définitive de M. Hirvisaari du parti. Selon le président du parti, M. Timo Soini, M. Hirvisaari ne pourrait non plus rester membre du groupe parlementaire. Il souligne toutefois que le groupe parlementaire doit prendre la décision à ce sujet.
Dans son analyse, HS estime que M. Hirvisaari pourrait créer son propre groupe parlementaire au Parlement ou rejoindre à un autre parti. « Il est cependant difficile à croire qu’un des partis politiques représentés actuellement au Parlement souhaiterait l’accueillir. »
HS/A6-7

Editorial : « M. Soini fait le nettoyage dans son parti pour pouvoir entrer au gouvernement »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que les partis de l’opposition recherchent des moyens pour agir de façon plus responsable.
Les Vrais Finlandais ont compris que le parti n’a pas d’avenir s’il reste bloqué dans l’opposition de façon permanente. L’exclusion du député Hirvisaari témoigne de cette volonté de s’orienter vers une politique plus responsable.
Il est intéressant de suivre comment ce parti définira à l’avenir la politique convenable pour ses députés, conclut HS.
HS/A5

Energie nucléaire

Les Verts divisés sur leur maintien au gouvernement en cas de nouvelle autorisation pour Fennovoima
Le journal des Verts a demandé aux militants s’il faudrait que le parti quitte le gouvernement au cas où ce dernier accorderait à nouveau une autorisation à Fennovoima pour construire une centrale fournie par Rosatom. Il en ressort que 48% estiment que le parti devrait quitter le gouvernement et 35% qu’il devrait y rester.
Selon le même sondage, 38% des Verts seraient prêts à gouverner avec les Vrais Finlandais contre 43% qui refuseraient de participer à un gouvernement avec eux.
VL

« Les actionnaires de Fennovoima prêts à prendre une décision sur la participation au projet » HBL
Hufvudstadsbladet relève que les actionnaires de Fennovoima devront se prononcer courant octobre sur leur participation et engagement au projet de construction d’un réacteur nucléaire fourni par Rosatom.
Pour les autorités finlandaises, la participation du groupe russe pourrait frôler les 50 %, mais pas les dépasser. En septembre, il était question que Rosatom participe au projet à hauteur de 34 % afin d’assurer son financement. A ce jour, aucun nouvel arrangement concernant l’actionnariat du groupe n’a été fait. Les 34 % correspondent à la part dont disposait l’allemand E.ON dans Fennovoima.
Certains actionnaires ont annoncé qu’ils envisagent de vendre leurs participations. Les autres actionnaires pourraient acheter ces actions, ou alors elles pourraient être vendues à des tiers.
M. Ottavainen, directeur adjoint du groupe Voimaosakeyhtiö SF regroupant les communes et entreprises qui ont des actions de Fennovoima, ne commente pas les propos du ministre de l’Environnement sur la volonté des communes de continuer le projet, mais relève que l’atmosphère a été positive dans les communes qu’il a visitées.
HBL/5

Mariage pour tous

Sondage au près des députés : l’adoption du mariage pour les homosexuels par les députés incertaine
« Les centristes et les conservateurs en position de trancher le sort de la proposition » AL
Aamulehti publie un sondage réalisé auprès des 200 députés finlandais qui montrer que les hésitations des députés à l’égard de la possibilité d’ouvrir le mariage aux homosexuels augmentent par rapport à 2012, date des dernières élections législatives.
Il en ressort que 65 députés déclarent être favorables au mariage pour tous contre 46 qui s’y opposent, 43 qui ne veulent pas indiquer leur position et 46 qui n’ont pas répondu.
Les députés des Vrais Finlandais sont les plus opposés : 24 contre et un seul pour.
Les députés des Verts (9 pour, aucun contre), de l’Alliance des Gauches (10 pour, aucun contre), du parti suédophone (5 pour et 1 contre) et du PSD (25 pour, 2 contre) y sont très favorables.
Les conservateurs sont très partagés (10 pour et 7 contre) et les centristes plutôt réservés (3 pour, 7 contre).
AL

Santé

La direction de la santé souhaite mettre fin aux délais d’attente pour l’accès aux soins
« Un tiers des Finlandais attendent au moins cinq semaines pour voir un médecin » AL
L’usager du service public de la santé doit faire face à un délai d’attente si sa situation n’est pas considérée comme urgente.
La direction de la santé publique THL exige que tous les Finlandais aient accès aux soins, dans le public ou le privé, sans délai d’attente. Or, un tiers des Finlandais habitent dans une commune où le délai d’attente pour voir un médecin est d’au moins cinq semaines.
THL réfléchit aux moyens de faciliter l’accès aux soins et à la possibilité de permettre aux administrés de choisir où ils se font soigner.
THL estime que ce la nécessiterait un budget supplémentaire de 250 à 300 millions d’euros.
AL

Education

Les communes sceptiques sur le transfert à l’Etat du financement de l’éducation
Dans le cadre des réformes structurelles, le ministère de l’Education a proposé que l’on envisage de transférer des communes à l’Etat la responsabilité du financement de l’éducation. Cela permettrait de réaliser des économies en rationalisant le réseau des établissements, c’est-à-dire en fermant des écoles et des établissements.
Les responsables communaux interrogés par Helsingin Sanomat critiquent cette initiative.
HS

Retraites

Moindre pression à une hausse des cotisations retraite
Le centre des retraites EKT indique que la pression à une forte augmentation des cotisations retraite a diminué en raison du fait que, grâce au prolongement des carrières et à la main d‘œuvre étrangère le taux d’emploi qui est actuellement de 68% devrait augmenter plus rapidement que prévu pour atteindre 72% après 2020, soit un point de plus que prévu.
En 2014, le taux de cotisation retraite sera de 23,6%. Un taux de 25% devrait suffire jusqu’en 2050 alors que l’on estimait auparavant qu’il devrait dépasser 26% à partir des années 2020.
HS

Jeudi 3 octobre 2013

Politique européenne et étrangère

Greenpeace – Finlande – Russie

Mme Saarela accusée de piraterie
Mme Saarela, ainsi que de nombreux autres militants de Greenpeace sont poursuivis selon le chef d’inculpation de piraterie, à Mourmansk.
Le directeur des affaires consulaires au ministère des Affaires étrangères Teemu Turunen souligne que la Finlande est en relation avec les autres pays concernés par cette affaire. « Il faut se rappeler qu’il s’agit seulement du chef d’inculpation et non d’une décision de justice », a-t-il souligné.
Helsingin Sanomat rapporte aussi que le consul de Finlande à Mourmansk, M. Martti Ruokokoski a reçu une autorisation permanente de rendre visite à Mme Saarela.
TS

Le président Niinistö demande à Mme Saarela de faire preuve de patience
Le président de la république Sauli Niinistö estime que la militante de Greenpeace Sini Saarela doit faire preuve de patience. Il pense qu’elle s’était préparée aux conséquences de ses actes. « En violant la réglementation russe, les militants de Greenpeace voulaient assurer un maximum de publicité à leur action », a-t-il jugé.
M. Niinistö juge que le procureur russe a choisi de rechercher la peine maximale en privilégiant l’accusation de piraterie, passible de 15 ans de prison. « Il est intéressant de remarquer que M. Vladimir Poutine, qui est lui-même juriste, avait fait des déclarations inverses », rappelle M. Niinistö, faisant référence aux propos du président russe jugeant qu’il ne s’agissait pas de piraterie.
M. Niinistö considère lui aussi qu’il ne s’agit pas de piraterie. « Il faut espérer qu’il y aura de bons avocats et que le procès sera impartial. Bien entendu il y a une détention provisoire de deux mois, ce qui n’existe pas en Finlande ». Le président a précisé que cette affaire n’affectait pas les relations entre la Finlande et la Russie.
Selon le Premier ministre Jyrki Katainen, la Finlande ne souhaite pas politiser le procès des militants de Greenpeace. « Nous offrons une aide consulaire. C’est le moyen par lequel on fonctionne dans de tels cas et on continuera à fonctionner », a-t-il dit, soulignant que les chefs d’inculpation sont très graves.
TS

Terminal LNG

La Finlande et l’Estonie souhaitent toutes les deux diminuer leur dépendance à l’égard du gaz naturel russe
Helsingin Sanomat rend compte de la rivalité finno-estonienne concernant la localisation d’un terminal de gaz naturel liquéfié. Il s’agira pour la Commission européenne de rayer un des candidats, Inkoo (Finlande) ou Paldiski (Estonie) car les deux pays ne sont pas arrivés à un accord sur lequel devrait obtenir les subventions européennes concernant la construction d’un terminal.
Quoi qu’il en soit, un gazoduc entre les deux pays sera également construit.
Le projet de terminal coûterait dans les 380 millions d’euros, mais avec le prix d’un gazoduc entre les deux pays, le budget serait d’environ 500 millions d’euros. La participation de l’UE serait à hauteur de 30 à 50 %.
Le terminal permettrait à la Finlande d’acheter du LNG à d’autres marchés que le russe. La capacité du terminal pourrait correspondre à 25 à 50% de la consommation totale du gaz naturel en Finlande.
HS relève que, pour l’instant, Gasum fait ses projets concernant le terminal comme si l’aide européenne était sûre. « Le terminal devrait être construit pour 2016-2017 », selon M. Kallio, directeur du projet auprès de Gasum.
Selon le ministre de l’Economie, M. Vappavuori, les facteurs commerciaux, techniques et de politique énergétique parlent en faveur de la Finlande.
Si le terminal d’Inkoo n’obtient pas de financement, Gasum envisage de construire un terminal moins important à Porvoo.
HS/A28

Stratégie arctique

M. Katainen a présenté la stratégie arctique
Le Parlement a évoqué le savoir-faire arctique, hier, et des députés ont exprimé leur souci sur le destin des compétences finlandaises en matière de construction navale arctique. Plusieurs députés ont fait appel au gouvernement pour que le savoir-faire soit maintenu en Finlande, et ceci notamment dans le contexte du poids accru de la région arctique.
La stratégie arctique présentée par le Premier ministre définit les objectifs de la politique arctique de Finlande ainsi que les moyens de les promouvoir.
Helsingin Sanomat note que les intérêts économiques ont été soulignés lors du débat, même si l’environnement maritime arctique est fragile.
M. Pekkarinen, président centriste de la commission de l’Economie, craint que le patron coréen (STX) d’Aker Arctique ne souhaite plus maintenir la technologie navale en Finlande. M. Pekkarinen estime que STX n’a pas d’intérêt stratégique en la matière. Le groupe pourrait revendre les chantiers finlandais, ce qui constituerait une perte importante pour la Finlande, au niveau de politique industrielle et de politique d’innovation et stratégique. Il estime qu’il faut que l’Etat intervienne. M. Katainen relève que l’avenir d’Aker Arctique préoccupe le gouvernement aussi. Il n’exclut pas que le gouvernement prenne des mesures, mais souligne qu’il ne s’agit pas qu’il devienne un entrepreneur naval.
La Finlande s’efforcera d’améliorer son statut comme spécialiste des technologies arctiques en investissant dans la formation, la recherche, les technologies et le développement. Le groupe de travail ayant rédigé la stratégie propose que l’Académie de Finlande lance un programme de recherche arctique.
La stratégie relève qu’il faudrait promouvoir les contacts, les exportations et l’internationalisation des PMI-PME, afin qu’elles puissent participer à des projets dans la mer de Barents.
Mme Kiviniemi, députée centriste, souligne que le souci sur la délocalisation des activités navales est la première préoccupation de la Finlande.
HS relève que les questions environnementales n’ont été qu’un sujet secondaire du débat. Le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, a toutefois signalé que les risques dans le contexte de la nature arctique sont importants. Pour lui, il faut créer un réseau de protection de l’environnement concernant les zones les plus vulnérables.
Les connexions ferroviaires et les autres transports dans l’Océan arctique ont intéressé les députés. Mme Kyllönen, ministre des Transports, a rappelé qu’avant de consacrer des crédits à la construction de rails dans cette région, il faut être sûr qu’il y aurait un usage aussi.
HS/A17

Billet : « Les objectifs de la Finlande en matière de questions arctique sont en contradiction entre eux » HS
Helsingin Sanomat a publié, lundi, un billet de MM. Harri Mikkola et Juha Käpylä, chercheurs de l’Institut de relations internationales, qui estiment que la stratégie arctique de Finlande, que le gouvernement a approuvé en août, met l’accent sur les avantages économiques proposés par la région arctique. En même temps, atteindre plusieurs autres objectifs semble de plus en plus difficile.
Pour les chercheurs, la stratégie présente vastement la politique et le savoir-faire arctique de Finlande plutôt que de proposer un choix nécessaire entre des démarches et des politiques alternatives et souvent contradictoires.
Les ressources énergétiques et les voies maritimes qui s’ouvrent avec le changement climatique et la fonte de la région arctique, augmentent l’importance géopolitique mondiale de la région. En même temps, la région devient importante économiquement et les acteurs se multiplient.
La nouvelle stratégie évoque les dimensions économiques plus fortement et d’une façon plus globale qu’avant. Elle ne présente toutefois pas assez de choix entre les différentes démarches alternatives.
La stratégie n’est pas explicite sur l’harmonisation de l’accent politique sur les opportunités économiques de court terme et les aspects environnementaux.
Garantir le pouvoir d’influence de la Finlande représente également un défi. L’apparition d’acteurs importants dans la région rongera le statut traditionnel que la Finlande ou d’autres petits Etats dans la gestion de la région.
L’enjeu accru et la capacité des nouveaux acteurs dans le domaine arctique diminuent les possibilités de la Finlande de modifier de façon préventive l’ordre du jour de la gestion arctique. Ainsi, la Finlande risque de devenir plutôt un pays qui s’adapte qu’un pays innovateur en matière de développement de la région.
Avec la mondialisation de la région, il faut voir la coopération internationale sous un aspect plus vaste que celui d’une coopération régionale. Il serait important pour la Finlande d’influencer le développement de la région arctique d’une façon plus vaste que ce qui est proposé dans la stratégie, et ceci par exemple au niveau européen. Outre le Danemark et la Suède, d’autres Etats européens ont des intérêts arctiques. Il faudrait dresser un bilan également des possibilités de coopération avec les Etats de l’Amérique du Nord, selon les chercheurs.
HS/lun/A5

Brise-glace

Il n’est pas évident qu’un nouveau brise-glace serait construit en Finlande
Turun Sanomat relève qu’il n’est pas certain que le prochain brise-glace soit construit en Finlande. Les chantiers navals de Turku, STX Finlande, et de Helsinki, Arctech Helsinki Shipyard, sont parmi les candidats. Un appel d’offres de la Direction générale des Transports est en cours en la matière.
TS estime qu’il est probable que des chantiers étrangers participent à l’appel d’offres, tels que l’allemand Nordic Yards et le norvégien Vard, filiale de Fincantieri.
Une décision de la Direction général des Transports devrait parvenir à la fin de l’année, afin de pouvoir ensuite faire la commande. Le budget total réservé à cette fin s’élève à 125 millions d’euros.
TS/mer/14

Nouvelles technologies

Le Tekes engage les PME à demander les nouvelles aides européennes
L’UE va lancer à partir de l’année prochaine un nouveau programme Horizon destiné à financer l’innovation et la recherche.
En Finlande, c’est le centre de promotion de l’innovation Tekes qui engage les entreprises petites et moyennes à être actives pour demander des aides au titre de ce nouveau programme qui, pour les sept prochaines années devrait distribuer 70 milliards dans l’UE.
Au titre de l’actuel programme européen sur l’innovation et la recherche, qui prend fin cette année et concernait plutôt les centres de recherche et les universités, la Finlande a reçu 700 millions d’euros, soit 150 millions de plus que sa part de financement de ce programme cadre. Ce sont, en Finlande, surtout VTT et les universités d’Helsinki et Aalto qui en, ont tiré profit. Le tekes souhaite que les autres universités soient plus actives dans le prochain programme cadre.
HS

Economie

L’américain Broadcom licencie plus de 200 personnes en Finlande
Le groupe américain de technologies Broadcom qui possède l’entreprise Renesas a annoncé un plan social visant à supprimer plus de 200 emplois en Finlande. Le groupe, qui a des activités à Oulu, Salo, Helsinki et Tampere, emploie principalement d’anciens salariés de Nokia.
HS

Culture

Foire internationale du livre de Turku
La directrice du programme de la foire internationale du livre de Turku Mme Jenni Aukio, rappelle dans Helsingin Sanomat que cette foire, dont l’édition 2013 commence aujourd’hui, est la première et la plus ancienne puisqu’elle existe depuis 1990.
Les Etats-Unis sont invités d’honneur de la présente édition.
HS

Point de vue : « Le financement de la culture à l’américaine » HS
Le critique d’art spécialisé dans la musique Vesa Sirén se demande ce que la Finlande pourrait tirer comme leçon de la faillite du New York City Opera et du départ du chef d’orchestre finlandais Osmo Vänskä de l’orchestre de Minnesota suite à un lock-out de six mois et la décision de réduire les salaires d’un tiers. « On peut en conclure que, par rapport à l’Europe, le mode de financement de la culture aux Etats-Unis est plus sensible à la conjoncture. On peut y réfléchir en Finlande aussi au moment où apparaissent des velléités de passer à un mode de financement de la culture plus américain », écrit Vesa Sirén qui juge que, « le modèle actuel finlandais pourrait tirer profit d’une influence américaine, pour peu que le monde artistique garde son indépendance et ne soit pas soumis au risque de la conjoncture.
HS

Conseil de l’Europe

La nomination de M. Halla-aho n’a pas avancé
Helsingin Sanomat rapporte que le président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, a freiné, pendant plus d’un an, la nomination de M. Jussi Halla-aho, député des Frais Finlandais, en tant que membre suppléant dans la délégation finlandais au Conseil de l’Europe.
Selon M. Heinäluoma, il a eu en octobre dernier un entretien confidentiel avec le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, et M. Halla-aho, concernant le caractère délicat de la nomination de M. Halla-aho. « Nous avons estimé ensemble que la question était délicate. Une décision de faire une pause a été prise », souligne M. Heinäluoma.
Selon les informations, plusieurs partis politiques européens, dont une partie des conservateurs, se sont opposés à une telle nomination. L’opposition a été motivée par le jugement de la Cour suprême finlandaise de juin 2012 où M. Halla-aho a été condamné pour incitation à la haine raciale. En raison de ce jugement, M. Halla-aho a dû quitter alors la présidence de la commission des affaires administratives du Parlement.
Le groupe parlementaire a proposé, à l’unanimité, il y a un an, la candidature de M. Halla-aho à la délégation finlandaise au Conseil de l’Europe, en remplacement de M. Ismo Toukola, député du même parti. Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, présidente du groupe parlementaire, n’a pas été informée de la décision prise par MM. Heinäluoma, Soini et Halla-aho.
HS n’a pas pu joindre MM. Soini ou Halla-aho pour un commentaire.
La délégation finlandaise au Conseil de l’Europe se compose de cinq députés et de cinq suppléants. La séance plénière du Conseil est en cours à Strasbourg et les cinq membres de la délégation finlandaise y participent.
HS/A11

Politique intérieure

Vrais Finlandais

M. Hirvisaari serait exclu du parti
Helsingin Sanomat relève qu’un visiteur de M. James Hirvisaari, député des Vrais Finlandais, a fait un salut nazi au Parlement la semaine dernière.
Le président du parti, M. Timo Soini a annoncé au quotidien que le comité exécutif des Vrais Finlandais a décidé, jeudi matin, à l’unanimité, de proposer l’exclusion définitive de M. Hirvisaari du parti. « Le comité exécutif estime que son action est contre les intérêts du parti », souligne M. Soini.
M. Soini, les vice-présidents Jussi Niinistö, Hanna Mäntylä et Juho Eerola, ainsi que la secrétaire générale du parti Riikka Slunga-Poutsalo sont tous des membres du comité exécutif.
HS/A13, hs.fi

Blanchiment d’argent

Un soupçon concernant le blanchiment d’argent au niveau de centaines de millions d’euros
Helsingin Sanomat relève que la police judiciaire est en train d’examiner l’éventuelle participation du groupe finlandais Sekom dans une affaire internationale de blanchiment d’argent. Il s’agirait, de 2002 à 2009, de flux monétaires d’environ cent millions de dollars par an, soit au total de 600 millions d’euros venant de l’étranger sur des comptes finlandais et ensuite transférés dans des paradis fiscaux.
Sekom a été fondé en 1990 une personne ayant travaillé à l’ambassade de Russie a Helsinki et qui a ensuite obtenu la nationalité finlandaise. Le crime initial aurait eu lieu en Russie. Los de l’enquête préliminaire, le suspect a été emprisonné pendant un an.
L’enquête préliminaire a duré cinq ans, le matériel de l’instruction fait 14 000 pages, il y a près de dix personnes soupçonnées et la police a envoyé des demandes de renseignements dans 14 pays, dont les Iles Vierges britanniques.
HS/A6-7

Vie professionnelle

Maladie pendant les congés
Helsingin Sanomat relève que le changement de loi, entré en vigueur le 1er octobre - selon lequel un employé qui tombe malade pendant ses congés a droit au report de ses congés à une date ultérieure dès le premier jour de la maladie – ne concerne pas encore les fonctionnaires de l’Etat. L’accord salarial concernant les fonctionnaires de l’Etat finlandais restera en vigueur jusqu’au 31 mars 2014. La nouvelle loi sur la maladie pendant les congés sera appliquée seulement après cette date.
Cela signifie qu’en cas de maladie pendant les congés, un fonctionnaire de l’Etat a le droit au report de ses congés après une carence d’une semaine, jusqu’à fin mars 2014.
HS/A11

Les différences de salaires entre les Finlandais et les étrangers sont en hausse
Selon Helsingin Sanomat, en 2011, les revenus des étrangers ont été environ 88 % sur les revenus des Finlandais, contre 96 % en 2000. La différence est expliquée du fait que les étrangers travaillent plus souvent dans des métiers mal payés. Cela n’explique pas tout, parce que les agents d’entretien étrangers gagnent moins que les Finlandais exerçant les mêmes activités.
Les différences de salaires concernent surtout les ressortissants des pays en voie de développement. Les Nigériens, les Thaïlandais et les Népalais gagnent le moins. Les Britannique et les Allemands gagnent plus que les Finlandais en moyenne.
HS/A12

Réformes structurelles

Des économies difficiles à trouver dans les budgets des communes
Helsingin Sanomat rappelle que parmi les réformes structurelles proposées par le ministère des Finances il était prévu que les ministères proposent de diminuer les missions des communes pour permettre à ces dernières de faire des économies budgétaires d’un milliard d’euros. Or, le quotidien relève que transférer des missions des communes à l’Etat ne permettrait finalement pas de faire des économies puisque cela reviendra seulement à transférer les coûts des budgets communaux au budget national.
Le quotidien rappelle aussi que la moitié des budgets des communes va aux dépenses sociales et de santé et un quart aux dépenses d’éducation. Faire des économies nécessitera donc de s’en prendre à ces secteurs. Or, le gouvernement a pourtant insister sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un plan de coupes budgétaires.
HS

France - Finlande

Alcatel-Lucent

« Alcatel-Lucent se restructure » KL
La correspondante à Paris de Kauppalehti signe une analyse sur la situation d’Alcatel-Lucent dont le cours en bourse s’est apprécié suite aux spéculations concernant son rachat par Nokia. Kauppalehti rapporte que le nouveau PDG d’Alcatel-Lucent a lancé un important plan de restructuration visant à rendre le groupe bénéficiaire dans les deux ans. « Dans une situation où le groupe se restructure fermement, les spéculations sur la vente de son activité de réseaux pour 1,1 à 1,5 milliards d’euros à Nokia arrivent à point nommé car, selon les analystes cela permettrait de résoudre de nombreuses questions », écrit KL.
KL

Mercredi 2 octobre 2013

Politique européenne et étrangère

Greenpeace – Finlande – Russie

Dernière minute : Greenpeace et le consul de Finlande ont confirmé que l’accusation concerne la piraterie

Mme Saarela serait accusée de piraterie – la peine maximale en la matière est de 15 ans
Mme Saarela, ainsi que les 29 autres militants de Greenpeace pourraient être inculpés de piraterie. Selon Helsingin Sanomat, l’accusation aurait déjà été rédigée et remise aux suspects, mais Greenpeace n’a pas confirmé l’information.
L’avocat de la défense, Mme Isakova, n’exclut pas qu’il s’agisse d’une accusation de piraterie qui relève d’un groupement organisé. La peine en la matière pourrait s’élever de 10 à 15 ans.
Le consul de Finlande à Mourmansk, M. Matti Ruokokoski, a rencontré Mme Saarela, hier.
Les chefs d’inculpation devraient être remis aujourd’hui et demain.
HS/A27

Billet : « En politique économique, la Russie n’est pas une menace, elle représente une solution » HS
Helsingin Sanomat publie un billet de M. Pertti Joenniemi, chercheur à l’institut d’études caréliennes de l’Université de Finlande de l’Est, qui relève que, dans la politique finlandaise en matière de Russie, il y a à la fois un discours traditionnel concernant la sécurité et un nouveau discours concernant l’économie. Les contradictions éventuelles ont jusqu’à présent été résolues conformément au discours sur la sécurité, mais la situation est en train de changer.
La Russie du discours économique est sous beaucoup d’aspects l’inverse de la Russie présentée dans le discours de la politique de sécurité. C’est la deuxième destination des exportations finlandaises, qui propose des opportunités pour des investissements rentables surtout dans le domaine du commerce, de l’industrie agro-alimentaire et de la construction. « Au lieu de se refermer, il faudrait chercher une ouverture », à l’égard de cette Russie.
Les effets du renforcement de ce discours économique sont particulièrement visibles en Finlande de l’Est. Ce discours considère comme normales des pratiques qui ont auparavant été considérées comme douteuses ou même dangereuses. Le fait que la Russie et la culture russe soient différentes n’est pas considéré comme une menace, mais plutôt comme un facteur intéressant qui rend l’interaction attrayante.
Du point de vue de l’économie, la Russie est un voisin parmi d’autres. Dans le discours économique, les litiges ne deviennent pas des problèmes de sécurité ni des questions relevant de la politique de sécurité.
M. Joenniemi relève que le discours économique ne manque pas entièrement de menaces, mais que dans ce cas-là, le problème n’est pas tellement la Russie mais plutôt l’incapacité de la Finlande à effectuer des réformes structurelles. Par rapport au discours de politique de sécurité, les dispositions se sont inversées : c’est la Finlande qui constitue le problème, alors que la Russie fait partie de la solution.
La position et les effets du discours économique se sont beaucoup renforcés, et c’est pour cela que les vues concernant la Russie sont en train de constituer un champ de bataille. La Russie et les Russes sont aujourd’hui tellement présents dans le quotidien finlandais, qu’il n’est plus possible que le pays, sans que cela soit problématique, soit considéré à la fois comme une menace et un espoir – et c’est le discours de politique de sécurité qui est en train de perdre.
HS/28.9/A5

OTAN

Séminaire à Tallinn
Helsingin Sanomat publie un article signé Kari Huhta, journaliste de la rédaction étrangère du quotidien, sur un séminaire organisé dimanche et lundi dernier à Tallinn dans le cadre du 90e anniversaire de M. Max Jakobson, éminence grise de la politique étrangère finlandaise. Un des organisateurs a été M. Pauli Järvenpää, ancien ambassadeur de Finlande à Kaboul et actuel chercheur au centre estonien de recherches de défense.
Les participants, quelques dizaines de spécialistes estoniens, finlandais et suédois, ont évoqué de façon directe différents moyens pour que la Suède et la Finlande puissent adhérer à l’OTAN.
Selon le président estonien, M. Toomas Hendrik Ilves, « il ne s’agissait pas d’une campagne mais d’un échange de vues ». « Nous devons prévoir ce qui se passe dans notre région. »
La Finlande et la Suède ont été mises en garde contre un long processus de l’adhésion et du fait que l’OTAN ne prendrait de nouveaux membres qu’en période calme. Selon les commentaires, lors de l’adhésion de l’Estonie en 2004, une « fenêtre de possibilités » s’était ouverte et cela ne serait peut-être pas possible en ce moment.
Les politiciens estoniens n’ont jamais caché leur soutien à une adhésion finlandaise et suédoise. Pour M. Ilves, il ne s’agit pas de la promotion des intérêts de l’Estonie. « Une Europe du Nord sure est dans les intérêts de toute l’Europe. »
HS/A15

Mer Baltique

Le projet de réduire les émissions d’azote serait renvoyé
Turun Sanomat relève que Helcom, commission de protection de la mer Baltique des Etats riverains de la mer Baltique, qui se réunira demain à Copenhague, devrait se mettre d’accord sur la réduction des émissions d’azote des bateaux dans le cadre du projet NECA.
Selon les informations du quotidien, les pays riverains de la mer Baltique ne seraient toutefois pas d’accord sur l’entrée en vigueur des restrictions. La Russie aurait proposé le renvoi de l’entrée en vigueur de l’accord de 2016 à 2021.
La Finlande, qui est chargée à Helcom du projet NECA, estime qu’il n’est pas justifié de proposer l’approbation du projet parce que les pays riverains ne sont pas unanimes.
TS/3&15

L’épuration des eaux usées n’avance pas à Kaliningrad
Helsingin Sanomat consacre un article de plusieurs pages au projet de construction d’une station d’épuration des eaux usées à Kaliningrad, commencé en 1976. Selon les estimations finlandaises, les émissions de 400 tonnes de phosphore et de 2 000 tonnes d’azote par an continuent à eutrophiser la mer Baltique, aussi les eaux finlandaises.
HS/A2&A6-8

Agriculture

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat fait état des subventions agricoles et relève que, du point de vue des contribuables, la question essentielle est celle de savoir à quelle hauteur il est rentable de soutenir les agriculteurs du sud de la Finlande. Pour les consommateurs, il s’agit de savoir comment les aides influenceront sur les prix, la qualité et l’offre de produits agro-alimentaires.
Ce sont des choix relevant des valeurs. Dans les sondages, les Finlandais favorisent les produits et la culture finlandais, mais dans la pratique ils achètent ce qui est le moins cher.
Le nouveau projet de subventions pour une période de transition ne traite pas les cultivateurs de façon équitable, « ce qui n’est pas nouveau », conclut l’éditorialiste.
HS/A4

Projet de Musée Guggenheim

Sondage
Selon un sondage effectué pour le compte du journal télévisé de MTV3, 75 % des Finlandais s’opposent au projet de construction d’un Musée Guggenheim à Helsinki. L’opposition est principalement due au coût élevé pour les contribuables.
Il y a 18 mois, 63 % des personnes interrogées s’opposaient au projet.
HS/B6

Politique intérieure

Actions de l’Etat

Solidium distribue des bénéfices importants à l’Etat
Le directeur général de Solidium, groupe chargé des actions de l’Etat, M. Järvinen, relève que le groupe s’efforce de promouvoir la modération salariale dans les entreprises qu’il gère. Contrairement à l’année dernière, M. Järvinen n’aura pas d’augmentation cette année.
Helsingin Sanomat publie un tableau sur les salaires des directeurs des groupes de l’Etat qui varient entre les 2 454 227 euros de M. Stadigh de Sampo (participation de l’Etat de 14 %), 1 922 993 euros de M. Kuula de Fortum (participation de l’Etat de 51 %), les 1 716 000 euros de M. Karvinen de Stora Enso (participation de l’Etat de 12 %) et les 123 756 euros de M. Siivonen de l’école de l’aviation (participation de l’Etat de 50 %).
Solidium a versé des bénéfices de 800 millions d’euros à l’Etat concernant l’exercice comptable qui s’est terminé en juin.
HS/A32

Nucléaire

Litige Vapaavuori – Niinistö
M. Katainen estime qu’il ne convient pas de faire taire ses ministres
Le Premier ministre, M. Katainen, ne voit pas de raison pour évoquer la règle du jeu au gouvernement, malgré les critiques du ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, concernant les propos du ministre de l’Environnement, M. Niinistö.
Il relève que le gouvernement reste engagé en ce qui concerne la décision de principe accordée par le gouvernement et le Parlement précédents à Fennovoima en matière d’autorisation de construction nucléaire. Pour le Premier ministre, il est clair que M. Niinistö a parlé en tant que président des Verts.
Il estime qu’il convient de pratiquer une certaine modération lorsqu’il s’agit de sujets délicats, mais qu’un débat avec un peu du tempérament doit être toléré en Finlande. Il ne s’agit en tout cas pas de faire taire quelqu’un, selon lui.
HS/A12

Politique énergétique

Propos de M. Vapaavuori
Le ministre conservateur de l’Economie, M. Vapaavuori, que son ministère est conscient de l’évolution défavorable du prix de l’énergie en raison des changements internationaux.
Le charbon est devenu plus rentable que les sources d’énergie finlandaises. Le ministère envisage des mesures dans une situation complexe.
HS/A31

Gouvernement

Le gouvernement diminuerait l’augmentation de la taxe sur l’alcool
Helsingin Sanomat rapporte que le comité interministériel de la politique économique a décidé mardi d’augmenter la taxe sur l’alcool moins que prévu au printemps denier lors des négociations sur le cadre budgétaire. Les importations d’alcool par les voyageurs ont augmenté considérablement et en même temps l’assiette fiscale a diminué.
Après la nouvelle décision, l’impôt sur l’alcool fort augmentera de 2,3 %, sur la bière et le vin en moyenne de 2-2,5 % et sur les produits intermédiaires en moyenne de 3,7 %.
HS/A12

Prix de la nourriture

Prévisions du PTT
Helsingin Sanomat relève que le centre de recherche économique Pellervo (PTT), proche du Parti du centre, estime que l’augmentation des prix de la nourriture se ralentira en 2014. PTT souligne que cette année, les prix ont augmenté de près de 6 % par rapport à 2012.
PTT prévoit que le niveau de prix restera élevé aussi en 2014. L’offre de la viande finlandaise augmentera. La bonne récolte de légumes freinera l’augmentation des prix. Les importations de fromage continueront à augmenter. La consommation des produits laitiers, notamment du fromage blanc, augmentera, ainsi que les exportations des produits laitiers vers la Russie.
HS/A33

Licenciements

Tieto, Outokumpu, Sonera
Le groupe de services informatiques Tieto supprimera 112 emplois et mettre à pied 12 employés principalement dans la région de Helsinki et à Tampere.
Lourdement endetté, Outokumpu, groupe métallurgique, annonce de nouvelles mesures d’économies et supprime mille emplois en Europe outre les 2500 annoncés auparavant. Cent suppressions concerneront l’usine de Tornio.
L’opérateur Sonera supprimera 20 emplois partout en Finlande.
HS/A29, A32

Traite des personnes

Deux propriétaires de restaurant condamnés à cinq ans de prison ferme
Selon Helsingin Sanomat, la cour d’appel de Turku a diminué de six ans et dix mois à cinq ans les peines de prison ferme de deux propriétaires de restaurant de Tampere. Ils ont fait travailler, dans les restaurants à Tampere et à Lempäälä, six étrangers sept jours sur sept du matin au soir. Les propriétaires, qui ont été condamnés entre autres pour traite des personnes et pour fraude fiscale, doivent rembourser aux employés près d’un million d’euros de salaires.
HS/A12

France - Finlande

Vélibs

Helsinki s’efforce d’arriver à un accord sur les vélos urbains
Les négociations avec JC Decaux sur les publicités sont en phase terminale. Il n’est pas exclu que Helsinki puisse introduire les vélibs l’été prochain.
HS/A18

Mardi 1er octobre 2013

Politique européenne et étrangère

Greenpeace – Finlande - Russie

La militante finlandaise attend sa mise en examen
Le consul de Finlande à Mourmansk, Matti Ruokokoski, ne savait toujours pas, lundi, où ni dans quelles conditions était retenue la militante finlandaise de Greenpeace Sini Saarela. Il devait demander aujourd’hui aux autorités russes la permission de la rencontrer.
L’ambassade de Finlande en Russie collecte actuellement les informations sur ce qu’il s’est passé lors de l’opération de Greenpeace. L’ambassade s’assure aussi que la militante finlandaise dispose d’un avocat et d’un interprète. « Le principal est qu’elle ait un bon juriste », selon le directeur des affaires consulaires du ministère finlandais des Affaires étrangères Teemu Turunen. Selon M. Ruokokoski, en réalité les militants sont emprisonnés depuis une semaine. M. Ruokokoski souligne qu’il est la seule personne extérieure que Mme Saarela peut rencontrer.
Helsingin Sanomat publie un portrait de Mme Saarela qui est une militante active et expérimentée de Greenpeace ; Elle a notamment participé à de nombreuses opérations de Greenpeace. En 2007, elle s’était attachée pendant une semaine au sommet d’une grue sur le chantier d’olkiluoto3.
HS KS

Editorial « Une militante qui donne un visage à sa cause » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat écrit que les actions de Greenpeace se sont avérées être efficaces pour attirer l’attention de l’opinion publique sur certains sujets environnementaux.
« Désormais, les méthodes de Greenpeace sont appliquées dans un environnement différend de celui escompté au départ. Le débat sur la partialité de la justice en Russie prend en effet le visage d’une militante finlandaise. Ce procès pourrait finalement être une bonne forme de manifestation », juge l’éditorialiste.
HS

Mme Hautala critiquée
Le président des Vrais Finlandais et de la commission des affaires étrangères du parlement, M. Timo Soini a accusé la ministre de la coopération au développement, Mme Hautala, de politiser l’affaire des militants de Greenpeace. Il estime que Mme Hautala devrait cesser de s’en prendre à la Russie. « Un grand Etat ne peut pas accepter qu’un petit pic vert vienne s’en prendre à un de ses arbres », a-t-il dit. Il juge que le plus sage est de laisser les administrations des deux pays régler l’affaire, comme cela fut le cas pour les gardes d’enfants. « Est-ce qu’un ministre dans un ministère des Affaires étrangères qui compte trois ministres, peut s’exprimer sans aucune coordination avec ses collègues, » s’interroge-t-il.
Le vice-président de la commission, le député conservateur Pertti Salolainen estime lui aussi qu’il faut attendre calmement de savoir quels faits seront reprochés à Mme Saarela. « Il ne faut pas en faire un enjeux politique », selon lui.
Le président Sauli Niinistö a lui aussi souhaité que l’affaire soit réglée au niveau de l’administration. En effet, le sujet a été évoqué, vendredi, lorsque le président a reçu les membres de la commission des Affaires étrangères du Parlement.

Un avocat finlandais renvoyé de Russie
L’avocat finlandais Kari Silvennoinen, connu pour ses positions sur les crimes de guerre soviétiques et favorable à la restitution de la Carélie finlandaise a été arrêté à son, arrivé à l’aéroport de Moscou ce week-end, et après une nuit de détention a été renvoyé en Finlande. Il souhaite savoir pourquoi il n’a plus le droit d’aller en Russie et espère que son cas pourra être évoqué par M. Tuomioja avec son collègue russe.
KS

Nucléaire

M. Vapaavuori critique M. Niinistö
« Les ministres divergent sur Fennovoima » HS
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori (conservateur) a fermement répliqué au président du parti des Verts et ministre de l’Environnement Ville Niinistö qui avait déclaré que le projet de centrale nucléaire de Fennovoima à Pyhäjoki allait échouer dans les six mois.
« La position officielle du gouvernement est que le projet de Fennovoima est bon et très important. C’est de loin le projet actuellement le plus important en Finlande. Il est significatif pour des raisons d’économie, d’industrie et d’énergie. Il est très regrettable qu’un ministre cherche à saboter le projet de Fennovoima », a déclaré M. Vapaavuori.
« Les Vers sont dans un gouvernement dont la position officielle est favorable à cette centrale nucléaire. Ils devraient adopter une attitude plus correcte », selon lui. Il reconnaît toutefois que les Verts ont le droit d’exprimer leur opinion, même s’il n’est pas correct d’essayer de torpiller activement un projet important pour le gouvernement.
De plus, il souligne qu’opposer nucléaire et cleantech ne rime à rien. « La Finlande a construit et continue à construire du nucléaire. En même temps le cleantech progresse de 10% par an ». Il souligne que la Finlande a besoin du nucléaire et du cleantech pour atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions.
M. Niinistö a déclaré être très étonné des propos de M. Vapaavuori et du fait que l’on souhaite limiter les débats dans une démocratie.
AL

Fennovoima attend la décision de ses actionnaires
Le mois d’octobre sera décisif pour le projet de Fennovoima puisque ses 60 actionnaires (entreprises et régies municipales d’électricité) doivent décider de leur engagement avant que le groupe puisse prendre la décision d’investir dans la construction de la centrale.
Le PDG de Fennovoima a commencé son tour de ses actionnaires, hier, à Rauma où il a présenté le projet au conseil municipal.
Turun Sanomat précise que le conseil municipal de Turku devrait voter sur le sujet le 28 octobre.
TS HS

Défense nordique

Le Conseil nordique s’est réuni à Helsinki
La présidente norvégienne du Conseil nordique, Mme Nybakk, propose que les pays nordiques élargissent la surveillance aérienne dans les régions arctiques. M. Haglund, ministre de la Défense, relève que, pour lui, la surveillance des régions arctiques devrait être organisée entre les huit membres du Conseil arctique de façon à ce que la Russie soit « absolument » incluse. « Sinon, il y aurait des antagonismes », selon lui.
La question a été évoquée lors d’une table ronde sur la politique de sécurité et de défense entre le présidium du Conseil nordique, les ministres norvégien et finlandais de la Défense, ainsi que des ambassadeurs.
Les ministres nordiques de la Défense se réuniront à Helsinki, en décembre, afin d’évoquer la suite à réserver à l’organe de coopération de défense Nordefco. Selon M. Haglund, outre les pays Baltes, les Pays-Bas se sont montrés intéressés de rejoindre cette coopération.
Outre le ministre, la Finlande a été représentée à la table ronde par M. Niinistö (Vrais Finlandais), président de la Commission de la Défense, le commandant des forces armées, M. Puheloinen, ainsi que le président de la délégation finlandaise auprès du Conseil nordique, M. Rundgren (Centre).
HS/A11

Chemins de fer

Libération des transports entre la Finlande et la Russie
La compagnie ferroviaire VR perdra, dans les prochaines années, l’exclusivité concernant les transports ferroviaires entre la Finlande et la Russie. Selon le contrat en la matière, censé être signé prochainement, les wagons d’un train arrivant de Russie pourraient être transportés par d’autres compagnies que VR si celles-ci ont signé un contrat avec un groupe de transports russe.
Une concurrence accrue pourra représenter des pertes importantes pour VR, groupe de l’Etat. Les transports de marchandises russes constituent un tiers des transports de VR.
Selon Keskisuomalainen, le groupe finlandais Proxion Train brigue le marché des transports fenno-russes.
Le contrat libérant le marché entrera en vigueur au plus tôt en 2015.
KS/11

Agriculture

Les aides agricoles nationales de la Finlande pourraient devenir une partie de la politique agricole commune de l’UE – L’aide nationale pourrait diminuer de la moitié
La commission de l’agriculture du Parlement européen a approuvé, hier, le paragraphe qui permettrait à la Finlande de poursuivre le versement des aides agricoles nationales concernant la Finlande du Sud.
Le paragraphe dont il est question, remplacera l’article 141 du traité d’adhésion de la Finlande sur la base duquel la Finlande a versé ses aides jusqu’à présent.
M. Sarvamaa, député européen conservateur, a œuvré pour que le paragraphe concernant la Finlande soit inclus dans le règlement sur la période de transition en vue de la réforme de la PAC. Le paragraphe serait en vigueur jusqu’en 2020. Il s’agira maintenant que la séance plénière du Parlement européen et les Etats membres l’adoptent.
La Finlande devra négocier avec la Commission européenne sur le destin des aides nationales. Le gouvernement devra prendre, jeudi, sa décision sur les objectifs à promouvoir. Il est prévu que les aides concernant la production laitière et de viande bovine soient arrêtées et remplacées par une augmentation des aides liées à la production. La production de viande porcine et de volaille, ainsi que les serres, seraient toujours subventionnées par des fonds nationaux à titre du nouveau paragraphe. Le niveau de ces aides continuerait à diminuer, comme il l’a fait jusqu’à présent.
Les producteurs agricoles sont inquiets du projet de mettre fin à l’aide dans le cadre de l’article 141. La confédération des producteurs, MTK, en a appelé au gouvernement pour réfléchir encore à ses objectifs. Ces aides s’élèvent actuellement à 63 millions d’euros.
Selon Kauppalehti, l’aide nationale pourrait diminuer de 50 %.
HS/A26, KL/A7

Mer Baltique

Un nouvel objectif de diminution des émissions
Helsingin Sanomat relève que Helcom, commission de protection de la mer Baltique des Etats riverains de la mer Baltique, se réunira jeudi prochain à Copenhague. Les ministres de l’Environnement des Etats riverains doivent se mettre d’accord sur les objectifs plus ambitieux dans la protection de la mer Baltique.
Il s’agit notamment de diminuer de 50 % les émissions de phosphore dans le golfe de Finlande. Le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, estime que la Finlande arrivera à le faire, même si cela nécessite beaucoup de nouvelles mesures dans la protection des eaux, surtout pour l’agriculture.
M. Niinistö souligne que les systèmes de subventions doivent être modifiés de telle façon qu’ils favorisent réellement l’environnement. Selon le ministre, la réduction des émissions devrait être économiquement intéressante.
L’objectif du BSAP, plan d’action de la mer Baltique, approuvé par Helcom en 2007, est que l’état écologique de la mer Baltique soit bon d’ici 2021. Cela nécessite la mise en œuvre des réductions des émissions avant fin 2016.
HS/A6-7

Soins aux personnes âgées

La Finlande mal classée
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage international récent, effectué par l’institut HelpAge International, sur le bien-être des personnes âgées, la position de la Finlande est mauvaise. La Finlande se trouve 15e parmi 91 pays. Les premiers pays sont la Suède, la Norvège, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Canada.
Concernant la sécurité économique des personnes âgées, la Finlande est en 14e position, mais concernant l’état de santé, la situation de l’emploi et la formation et l’environnement de fonctionnement favorable la Finlande se trouve respectivement en 21e, 27e et 18e position.
HS/A8

Imposition des ressortissants étrangers

Des experts étrangers s’échappent à l’imposition progressive en Finlande
Le patronat EK estime qu’il serait opportun de légiférer de façon permanente sur la possibilité d’exclure des spécialistes étrangers, des personnalités-clé, de l’imposition finlandaise. Le ministère des Finances critique cette exemption et souhaite la supprimer.
Depuis 2005, les experts étrangers qui touchent au moins 5 800 euros par an évitent le taux progressif de l’impôt et ne sont imposés qu’à 35%. Il y aurait eu en 2012 environ 650 personnes sous ce régime pour un impôt qui aurait rapporté 28 millions d’euros à l’Etat.
HS

Projet de Musée Guggenheim

Editorial : « Il faut que la Finlande écoute à l’ami américain »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat note que l’ambassadeur des Etats-Unis en Finlande, M. Bruce Oreck, qui quittera bientôt Helsinki après un mandat de quatre ans, a eu un rôle particulièrement visible. Il a réussi à réaliser son projet pour construire un centre d’innovations à Helsinki. Il n’est pas un secret que l’ambassade des Etats-Unis a servi de médiateur dans le projet de musée de la fondation Guggenheim. Il est utile, même pour ceux qui ne sont pas favorables à ce projet, d’écouter les propos de M. Oreck en faveur de la construction du musée, estime l’éditorialiste.
Les villes rivalisent déjà pour avoir des habitants avec les meilleures connaissances et le meilleur savoir-faire. Une population compétente nourrit les affaires et la créativité. Pour qu’une ville attire des habitants compétents il faut qu’elle ait une réputation globale. L’attraction d’une ville est construite sur plusieurs facteurs. Il faut cependant réfléchir activement à ces facteurs. Selon l’ambassadeur Oreck, Helsinki est une ville remarquable qui pourrait devenir très spéciale. Il est triste que les Finlandais aient besoin d’un Américain pour leur rappeler cette possibilité.
HS/A2

Propos de M. Lipponen
Helsingin Sanomat publie, sous la rubrique Courrier des lecteurs, une lettre signée Paavo Lipponen, ancien Premier ministre social-démocrate, qui s’oppose à la construction d’un bâtiment quelconque – y compris le musée Guggenheim – devant l’immeuble Eteläranta 10, monument national, qui loge la Confédération du patronat et de l’industrie. « Eteläranta 10 fait partie des bâtiments les plus remarquables de Helsinki. Il représente la résurrection de la Finlande d’après-guerre et l’importance de la société de consensus », écrit M. Lipponen.
M. Lipponen a antérieurement souligné qu’il s’agissait d’un paysage national de la Finlande vu de la mer. « Aucun bâtiment, même pas Guggenheim, n’a le droit de voler un paysage national. »
Rappelons que l’immeuble, dessiné par l’architecte Viljo Revell en 1948, a été construite en 1952.
HS/B6

Politique intérieure

Communications

L’opérateur DNA exige des fréquences à trois acteurs
L’opérateur DNA proteste contre l’intention de l’Office national des communications de modifier les règles de la vente aux enchères concernant les fréquences de 800 mhz. La vente, qui était en cours depuis janvier, a été interrompue en septembre.
DNA propose que la législation concernant la vente aux enchères soit modifiée. Pour M. Leino, président du conseil d’administration du groupe, il n’est pas possible que l’Office national des communications change les règles.
La législation a été modifiée en 2012. Elle permet à un seul opérateur d’acheter la moitié des fréquences, ce qui engendre une situation où un des opérateurs actuels pourrait ne pas obtenir de fréquences. TeliaSonera est actuellement le plus riche des opérateurs, suivi d’Elisa. DNA est le plus petit.
Pour M. Leino, la qualité des services ne souffrirait pas même si les trois opérateurs obtenaient une fréquence.
HS/A28

publié le 31/10/2013

haut de page