Octobre 2011

Lundi 31 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Diplomatie finlandaise

M. Torstila estime que la suppression d’ambassades serait un mauvais signal
Hufvudstadsbladet publie un article sur le projet de diminution du réseau finlandais de représentations à l’étranger et relève que M. Torstila, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, estime qu’avec les suppressions d’ambassades la Finlande perdrait beaucoup plus qu’elle ne gagnerait en économies.
Pour M. Torstila, la fermeture d’une ambassade dans un pays est une question extrêmement délicate. Il souligne que la Finlande ne souhaite pas passer le message comme quoi un pays ne serait pas important pour elle. Il souligne également l’importance des contacts directs avec les dirigeants politiques et la vie économique des autres pays. « S’isoler ne représente pas une réponse dans le monde actuel. »
Concernant l’Afghanistan, à titre d’exemple, il relève que ce qui se passe là-bas n’est pas sans importance pour la Finlande. Il rappelle que, dans la pratique, toute l’héroïne à Helsinki vient de l’Afghanistan. Pour lui, s’opposer aux fermetures n’est pas lié à la défense du ministère ou des emplois, mais directement à la nation et aux contribuables. Il rappelle également que le nombre de démarches consulaires a augmenté de 50 % en cinq ans.
La Finlande dispose actuellement de 98 représentations dans 77 pays et envisage d’en fermer entre dix et quinze.
Selon M. Torstila, il serait envisageable que l’UE agisse ensemble dans ces questions. Pour lui, dans des situations comme celle du Caire ou de Libye cette année, il faudrait que l’UE prenne en charge ses citoyens.
HBL/8

Guantanamo – vols de la CIA

Le rapport finlandais n’entre pas dans les détails des vols passés par la Finlande
Helsingin Sanomat relève qu’à ce jour, la Finlande n’a pas proprement étudié les soupçons concernant les escales des vols de la CIA en Finlande de 2002 à 2006. Les soupçons se basent entre autres sur des rapports du Conseil de l’Europe en la matière.
Le ministère des Affaires étrangères a publié un rapport, vendredi soir, où il relève qu’il n’a pas trouvé de preuve sur le fait qu’il se serait agi de vols de transferts de prisonniers. Le ministère n’a pas enquêté sur le fait qu’une partie de ces vols étaient à la charge de compagnies qui ont été soupçonnées d’être des sociétés écran de la CIA. HS relève que M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, avait toutefois présenté des doutes, lui aussi, dans le sens où la CIA aurait falsifié l’objet et l’itinéraire des vols afin de cacher les transferts.
M. Tuomioja, qui assumait le portefeuille des Affaires étrangères déjà de 2000 à 2007, relève que les études en la matière seront poursuivies. Il a dit, samedi, que le rapport donné vendredi n’excluait pas la possibilité que les vols en question auraient eu un but illégal. Il relève que, compte tenu des informations dont dispose le ministère et des mesures entrant dans le cadre de ses attributions, le ministère ne pouvait pas en dire plus.
La présidente, Mme Halonen, a dit qu’il y a lieu d’enquêter sur ces vols encore une fois s’il s’avère que de nouvelles informations surgissent.
M. Scheinin, professeur en droit international qui a étudié les vols de transfert de prisonniers pour le compte de l’ONU, estime que le point de départ en Europe est la nonchalance à l’égard de ces vols.
HS/sam/A2&3, B1, dim/B2

Point de vue : « La Finlande ne souhaite pas savoir » HS
M. Paakkanen du service étranger de Helsingin Sanomat relève que le rapport publié par le ministère des Affaires étrangères est une simple liste des vols sans détail sur leurs objectifs ou clients. M. Paakkanen estime que l’on ne peut en conclure que le fait que la Finlande ne souhaiterait rien savoir sur les soupçons en question.
HS/sam/B1

Editorial : « Il a peur de quoi, le ministère ? »
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat regrette que le ministère ait tiré des conclusions hâtives en matière des soupçons concernant les vols. Il relève que le fait qu’ils relèvent principalement de l’aviation civile ne veut rien dire du fait qu’un grand nombre de démarches militaires « sales » des Etats-Unis sont externalisées.
L’éditorialiste se demande pourquoi la question est tellement délicate pour les autorités finlandaises.
HS/sam/A2

OTAN

Editorial : « La réussite de l’OTAN en Libye » Kaleva
« L’opération en Libye est peut-être la meilleure performance de l’OTAN. C’était déjà un exemple d’un « OTAN plus européen » où les Etats-Unis tenaient un rôle secondaire. La non-participation de la Finlande était une erreur », résume l’éditorialiste de Kaleva. Qui estime que, « malgré le fait que les Etats-Unis tenaient le rôle principal au début de l’opération et qu’elle s’appuyait sur une technologie américaine, la responsabilité la plus visible a été assumée par la Grande-Bretagne et la France. »
« En Finlande on a beaucoup parlé d’un « OTAN plus européen ». Le candidat à l’élection présidentielle du parti conservateur, M. Sauli Niinistö, verrait l’adhésion à l’OTAN dans un OTAN plus européen et par un référendum. L’opération en Libye peut parfaitement être considérée comme un exemple de ce type d’OTAN, car la responsabilité de cette région proche de l’Europe a été assumée par les membres européens de l’OTAN. A l’approche des élections législatives, la Finlande n’avait pas osé participer à la surveillance de la zone d’exclusion aérienne, contrairement à la Suède. La réussite de l’opération et son terme en un temps convenable ne font que renforcer la conviction que la décision des dirigeants politiques finlandais de ne pas participer à l’opération était mal réfléchie. La disponibilité technique pour la participation existait, mais la volonté politique manquait. »
KA30.10/26

Climat – sommet de Durban

La Finlande envisage de durcir ses objectifs en matière de diminution d’émissions
Le ministre de l’Environnement, M. Niinistö, estime qu’il serait intéressant pour la Finlande d’augmenter, même unilatéralement, son objectif de diminution d’émissions de CO2, et de le passer de 20 % à 30 % concernant l’an 2020.
M. Niinistö estime que si l’ensemble de la société travaille en faveur de l’économie verte, cela favorise la compétitivité et créé des emplois. Le ministère de l’Environnement a lancé une étude concernant les conséquences d’un passage d’un objectif de 20 % à 30 %.
Concernant le sommet de Durban, M. Niinistö estime que les obligations d’un accord international devraient faire avancer réellement les objectifs climatiques. Il insiste sur le fait que les problèmes engendrés par le changement climatique sont de plus en plus aigus.
HS/sam/A12, HBL/sam/14

Le gouvernement envisage de créer une table ronde en matière de climat
Conformément au programme du gouvernement, une table ronde nationale en matière de climat sera formée en Finlande. Il est prévu qu’elle commencera ses travaux au début 2012. M. Niinistön ministre de l’Environnement, relève que cette table ronde sera indépendante et censé fournir des informations scientifiques et politiquement pertinentes.
HBL/sam/14

Russie – Finlande

La Russie teste de nouveaux missiles dans des zones limitrophes finlandaises
Déterminée à développer son équipement de missiles, la Russie continue de le tester dans les régions proches de la Finlande. Selon les médias russes, la Russie a procédé vendredi dernier à un lancement réussi du missile intercontinental Bulava.
Le missile a été lancé depuis le sous-marin Yuri Dolgoruky en mer Blanche et il a touché sa cible à environ 6 000 kilomètres plus loin sur la péninsule de Kamchatka. C’était le troisième lancement consécutif réussi du Bulava depuis le Yuri Dolgoruky. La Russie souhaiterait faire du Bulava la future colonne vertébrale de son arsenal d’armes nucléaires. Il possède une portée de 8 000 kilomètres et peut porter entre six et dix têtes nucléaires, dont chacune peut être dirigée vers une cible individuelle. Yuri Dolgoruky représente la dernière technologie des sous-marins russes.
La Russie vient d’obtenir la première brigade de missiles, entièrement équipés du matériel Iskander qui, selon les médias russes, est située à Louga, à 170 kilomètres au sud de Saint-Pétersbourg. Les Iskanders ont été remarqués dans les pays Baltes, mais aussi en Finlande. Officiellement la portée d’un Iskander est de 400 kilomètres, c’est-à-dire que depuis Lougas, il pourrait atteindre Helsinki, Tallinn et Riga. Néanmoins en Occident, on soupçonne que la portée véridique des Iskanders serait de 700 kilomètres, et dans ce cas, le missile violerait les accords de restrictions d’armes en vigueur.
HS29.10/B

« On propose du nucléaire à Fortum » HS
Helsingin Sanomat rapporte que des représentants du groupe russe Inter Rao étaient à Helsinki la semaine dernière pour s’entretenir notamment avec Fortum d’un projet de nouveaux réacteurs nucléaires à Kaliningrad.
Le quotidien rappelle qu’après avoir vu sa demande d’autorisation de construire de nouveaux réacteurs en Finlande évincée par le précédent gouvernement, Fortum a indiqué être intéressé par des participations dans des projets de nucléaire civil à l’étranger.
HS

Politique intérieure

Election présidentielle

M. Väyrynen nommé officiellement candidat du Centre
Helsingin Sanomat rapporte que le congrès extraordinaire du Parti du centre a nommé M. Paavo Väyrynen (65 ans) à la candidature présidentielle du parti. Moins de mille personnes ont participé au congrès extraordinaire, ce qui est peu pour les centristes.
M. Väyrynen, qui est candidat présidentiel pour la troisième fois, ne partage pas toutes les idées de la direction du parti. Cela ne dérange pas Mme Kiviniemi, présidente du Centre, qui souligne que les candidats présidentiels des autres partis ont aussi des vues différentes de celles de leurs partis. Selon M. Väyrynen, la Finlande a commis une erreur fatale en adhérant à l’Union monétaire. Pour M. Väyrynen, la crise de l’euro est essentiellement due au fait que la zone euro est beaucoup trop large.
HS/dim/A6

L’Alliance des gauches a du mal à trouver un candidat
Selon Helsingin Sanomat, l’Alliance des gauches et les Chrétiens-démocrates n’ont toujours pas de candidats présidentiels. Les candidats éventuels ne seront nommés que dans trois semaines.
Le président de l’Alliance des gauches, M. Paavo Arhinmäki, a déjà refusé de se présenter. Si le parti ne trouve pas d’autres candidats bientôt, il est possible que M. Arhinmäki doive se sacrifier.
La candidate la plus en vue des Chrétiens-démocrates, Mme Sari Essayah, parlementaire européenne, doit annoncer ses intentions aujourd’hui.
HS/dim/A7

Débat de quatre candidats
Le tabloïd Ilta-Sanomat relève que la campagne présidentielle proprement dite a commencé. Quatre candidats, MM. Niinistö, Lipponen, Väyrynen et Haavisto, ont participé à un débat au Salon du livre à Helsinki. Les candidats ne veulent pas amener la Finlande dans l’OTAN. M. Niinistö a souligné l’importance de l’organisation d’un référendum au cas d’une adhésion.
IS/6

Analyse : la popularité de M. Niinistö en baisse chez les centristes
Selon une analyse d’Aamulehti, l’audience de M. Väyrynen, candidat centriste, ne lui suffit pas pour espérer participer au second tour de l’élection présidentielle. Si MM. Niinistö et Lipponen sont au second tour, les centristes ne choisissent pas nécessairement M. Niinistö. Le choix entre MM. Niinistö et Soini ne serait pas facile non plus pour les centristes. Le taux de participation des centristes au second tour peut être bas si leur propre candidat, M. Väyrynen, n’est plus en lice.
AL/lun/A6

Gouvernement

La rémunération des ministres sera diminuée de 5 %
Helsingin Sanomat rapporte que la diminution de 5% dans la rémunération des ministres, prévue dans le programme gouvernemental, sera effectuée à partir de décembre. Le Parlement a fait l’éloge de ce geste qui représente des économies de 119 000 euros par an. Les salaires des ministres avaient été augmentés de 6,5 % au printemps dernier.
La présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, Mme Ruohonen-Lerner, souhaite mettre fin au système selon lequel les ministres, qui sont députés, gagnent la moitié de leur indemnité de député en plus du salaire ministériel.
La rémunération du nouveau président augmentera pour atteindre 160 000 euros pas an. Mme Halonen a reçu 126 000 euros par an.
HS/sam/A5

Défense

Le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, défend la future réforme de la défense
Le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, estime que la réforme structurelle de la défense nationale signifie que désormais les conscrits seront formés dans des unités plus grandes. Il affirme que les unités plus grandes rendraient possible un nombre plus important de formateurs par unité, ce qui augmenterait la sécurité des conscrits.
M. Wallin a souligné que le service national général restera la solution de la Finlande, car il produira une réserve suffisamment conséquente capable de défendre le pays entier.
M. Wallin n’a pas précisé le nombre des garnisons condamnées à la fermeture. Il a rappelé qu’il faudra également s’attendre à des licenciements de soldats.
HS30.10/A5

Economie

Négociations salariales
Helsingin Sanomat rapporte que les négociations salariales continuent dans de nombreuses branches. Ce n’est que le 25 novembre que l’on évaluera si l’accord cadre conclu en octobre a reçu le soutien de suffisamment de branches pour être considéré comme s’appliquant à l’ensemble des secteurs.
Les cadres de l’industrie technologique ont lancé un préavis de grève pour demain. Ceux de l’informatique pour le 7 novembre.
HS

L’augmentation du prix des appartements s’est arrêtée
Helsingin Sanomat rapporte que la crise se matérialise en Finlande par un arrêt de la progression du prix des appartements.
Le quotidien publie aussi une enquête comparative démontrant que le prix du logement est encore très inférieur à Helsinki par rapport à Paris ou à Londres.
HS

Energie

« Les éoliennes suscitent des peurs » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande n’arrive pas à atteindre ses objectifs en matière de construction d’éoliennes car ces centrales suscitent l’opposition des administrés qui dépensent de nombreuses plaintes contre les projets d’éoliennes. En 2011, les règles concernant les éoliennes ont même été durcies ce qui a pour conséquence de ralentir encore plus leur installation dans le paysage finlandais
Pour atteindre l’objectif de 6% de la production d’électricité par éolienne en 2020, il faudrait en construire près d’un millier. Cette année, l’objectif de douze ne sera même pas atteint puisque l’on ne devrait en installer que dix.
HS

France – Finlande

Littérature

Marguerite Yourcenar
Turun Sanomat publie une critique élogieuse de la traduction en finnois de Feux, de Marguerite Yourcenar, par Jussi Lehtonen.
HS

France

Politique

« M. Sarkozy a lancé sa campagne » HS
« Selon M. Sarkozy, faire entrer la Grèce dans l’euro était une erreur » AL
Helsingin Sanomat et Aamulehti rendent compte de l’interview télévisée du président Nicolas Sarkozy, jeudi soir.
AL HS

Vendredi 28 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Conseil européen – Crise de la dette

« Le paquet de sauvetage a satisfait les bourses » HS
« La grande commission a félicité de Premier ministre » HS
« En pratique, nous avons décidé des questions qui étaient sur la table. Je suis très satisfait de ce conseil européen », a déclaré M. Katainen. Selon lui, ces décisions permettent d’empêcher un chaos sur les marchés. Interrogé sur le fait de savoir si la zone euro était sauvée, M. Katainen a déclaré : « Je l’espère ».
Le Premier ministre finlandais s’est dit étonné que l’on ait réussi à trouver un accord sur la décote de la dette grecque : « les banques ont accepté de perdre beaucoup d’argent, environ 100 milliards d’euros ». Il a déclaré que l’on ne pouvait pas encore évaluer la part de la Finlande dans le paquet d’aide à la Grèce de 100 milliards d’euros. Selon lui, les banques finlandaises remplissent déjà les critères de fonds propres.
M. Katainen a exprimé sa satisfaction sur les décisions prises en matière de contrôle budgétaire des Etats et a déclaré qu’il fallait que « ce que l’Italie a promis soit réalisé, et vite ! ».
La ministre des Finances Jutta Urpilainen est elle aussi satisfaite des décisions du conseil européen et en particulier de l’augmentation de la responsabilité qui incombe au secteur privé.
La présidente de la grande commission du parlement s’est félicité des décisions prises : « On n’engage pas d’argent supplémentaire des contribuables et l’argent utilisé le sera efficacement ». Elle a aussi souligné que les garanties obtenues par la Finlande de la Grèce augmenteraient automatiquement en fonction des prêts de la Grèce auprès du FESF. Enfin, concernant la sortie de la crise, « tout dépend des réformes économiques qui seront réellement réalisées en Grèce, en Italie et en Espagne ». Elle se déclare particulièrement inquiète par la situation de l’Italie
Le premier parti d’opposition, les Vrais finlandais, aurait préféré une faillite de la Grèce et craint que les décisions prises renforcent le fédéralisme. Il s’oppose aussi catégoriquement à l’utilisation du FESF pour recapitaliser les banques.
Le Centre, second parti d’opposition, craint les effets de l’intervention de financements étrangers pour sauver la zone euro : « Les Chinois et autres qui vont apporter de l’argent en Europe vont-ils exiger des garanties », se demande l’ancien ministre de l’Economie Mauri Pekkarinen.
Le gouverneur de la Banque de Finlande, M. Erkki Liikanen, s’est déclaré satisfait des décisions. Concernant la recapitalisation des banques, il estime qu’elles pourront le faire sur les marchés, « mais si elles ont recours aux Etats, cela ne se fera pas sans contreparties », souligne-t-il.
HS Yle TS

Réactions
« La crise de la dette ne disparaîtra pas » TS
Le directeur de l’institut de recherche Etla et ancien secrétaire général du conseil Ecofin, M. Sixten Korkman, estime que les décisions prises ne suffiront peut-être pas et qu’il faudra une décote encore plus importante de la dette grecque. « Ce n’est pas la grosse artillerie que l’on nous avait promis », estime-t-il. Selon lui, il faudra prendre de nouvelles mesures au printemps prochain.
L’économiste de l’Institut des salariés, M. Eero Lehti, se félicite que les décisions n’engendrent pas de coûts supplémentaires pour les contribuables finlandais. Les autres modèles qui étaient sur la table, dont l’idée française de transformer le FESF en établissement bancaire, auraient été moins bonnes pour les contribuables finlandais, selon M. Lehto qui se félicite aussi du fait que le FESF ne peut être mis à contribution qu’en dernier ressort.
L’institut de contrôle du secteur financier Fiva estime qu’il n’y a pas de mesures à prendre en Finlande pour recapitaliser les banques. La principale banque OP-Pohjola avait en juin un ratio de fonds propres de 12% et des participations dans les Etats endettés à hauteur de seulement 42 millions d’euros.
L’office national de l’audit de Finlande (équivalent de la cour des comptes) est inquiet de la part réelle des garanties de la Finlande susceptibles de se réalisées. En effet, outre les garanties aux prêts du FESF, l’Etat finlandais a augmenté ses garanties aux entreprises ainsi qu’aux particuliers (garantie des prêts aux étudiants). C’est pourquoi l’office a lancé un rapport sur les garanties réelles de l’Etat.
Le président de la banque OP-Pohjola est satisfait des décisions et espère que les gouvernements vont désormais prendre des mesures pour éviter le surendettement des Etats.
Le professeur Esko Antola, expert européen, estime qu’il faut trouver « un mécanisme communautaire pour contrôler les budgets ».
TS KS

« L’Allemagne a pris sa place » HS
Helsingin Sanomat publie un billet de sa correspondante à Berlin qui estime que l’on ne sait pas encore si le conseil européen aura réussi à sauver l’euro, mais ce qui est sur, c’est un profond changement : la puissance économique européenne, l’Allemagne, a pris sa place à la tête de l’Europe. Les décisions prises étaient toutes conformes aux exigences de l’Allemagne. La ligne consistant à prôner la rigueur budgétaire et à protéger l’argent des contribuables, ligne de l’Europe du Nord et donc de la Finlande aussi, l’a emporté.
HS

Editoriaux
« Réduire la cacophonie en rajoutant du bruit » HBL
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat se félicite que les dirigeants européens ont enfin reconnu la réalité en prenant les décisions qui s’imposaient depuis longtemps. Le principal est aussi ce qui a été évité, c’est-à-dire la ligne des pays de l’Europe du sud consistant à utiliser les fonds européens pour recapitaliser les banques. Mais la Grèce est un petit acteur dans la zone euro et toutes ces décisions n’auront servie à rien si l’Italie ne met pas en place les réformes promises.
Pour l’éditorialiste de Turun Sanomat, il faut se féliciter que des décisions aient pu être prises et il faut espérer qu’ellles seront appliquées. Le risque est maintenant que la crise se propage à l’Espagne et à l’Italie. Le pare-feu constitué par le FESF est important, mais la responsabilité principale de les sauver en incombe à ces deux Etats, conclut TS.
L’éditorialiste de Kesksisuomalainen considère lui aussi qu’il ne s’agit que d’un répit dans la crise de la zone euro.
L’éditorialiste d’Aamulehti est sceptique sur les résultats du conseil européen car il semblerait que « les dirigeants européens ont rempli la tâche qu’ils s’étaient fixés », mais en réalité il ne faut pas attendre trop de ce résultat qui ne semble pas de portée nécessaire pour faire face aux attaques des marchés.
Le quotidien économique Kauppalehti estime qu’après un an et demi de préparation ; le conseil européen a enfin prises les décisions permettant d’éviter le chaos. Mais le problème est que l’on ne commence qu’à régler la question de la dette des Etats, alors que la principale difficulté reste de savoir comment accélérer la croissance en Europe seule capable d’assurer une augmentation des recettes des Etats pour financer les mesures de sauvetage.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que le paquet de sauvetage ne constitue qu’un début car il faudra s’entendre sur les détails techniques. L’éditorialiste voit une contradiction entre la lenteur avec laquelle la prise de décision avance et le fait que l’on utilise une terminologie belliqueuse à propos de la crise de la dette.
L’éditorialiste craint qu’un débat obscur augmente le fossé entre les défenseurs de l’UE et les eurosceptiques. Un débat doit être mené, avant tout parce que la Finlande a besoin de l’UE. Une coopération européenne forte pourrait l’emporter sur le scepticisme, à la condition que les dirigeants eux-mêmes soient convaincants et convaincus.
HS TS KL KS AL Hbl

Ministère des Affaires étrangères

Nomination de M. Kiljunen
Selon Helsingin Sanomat, M. Kimmo Kiljunen, ancien député social-démocrate de longue date, a été nommé représentant spécial du ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, dans les tâches de médiation de paix.
M. Kiljunen, qui n’a pas été réélu aux élections législatives du printemps dernier, a beaucoup d’expérience dans la politique étrangère, notamment dans le cadre de l’OSCE.
Le député Pekka Haavisto continue comme représentant spécial du ministre des Affaires étrangères dans les crises africaines.
HS/A6, MAE

Afghanistan

Les troupes afghanes vont assumer le commandement dans les zones sous la surveillance de la Finlande
Dans les mois qui viennent, la majeure partie des zones où les troupes finlandaises sont positionnées, sera transférée sous le commandement des Afghans.
Une annonce de cette deuxième phase de transfert de responsabilité est attendue de la part du Président Karzai au plus tard la semaine prochaine. Elle devrait concerner jusqu’à 10 provinces.
Seule une province relevant des troupes finlandaises et suédoises est prévue rester sous la responsabilité des troupes internationales.
Le gouvernement et la Présidente finlandais devraient prendre position sur les orientations de la participation future de la Finlande dans le maintien de la paix en Afghanistan.
HS/B1

Politique intérieure

Vrais Finlandais

M. Hakkarainen a eu un avertissement
Selon Helsingin Sanomat, le groupe parlementaire des Vrais Finlandais a décidé jeudi, à l’unanimité, de donner un avertissement au député Teuvo Hakkarainen en raison de son comportement inadmissible. M. Hakkarainen a déclaré récemment au tabloïd Ilta-Sanomat que les homosexuels et les Somaliens devraient être envoyés dans les îles Åland pour y construire leur société idéale.
La présidente du groupe parlementaire, Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, a dit à HS qu’elle souhaitait que les médias ne sollicitent pas les commentaires de M. Hakkarainen dans toutes les questions.
HS/A8

Racisme

Le nombre de crimes de haine a diminué
Helsingin Sanomat rapporte que selon une étude de l’école supérieure professionnelle de la police, le nombre de crimes de haine annoncés à la police a diminué de 15 % en 2010 (860) par rapport à l’année précédente (1007). Près de 90 de crimes de haine ont été des actes racistes. 6 % ont concerné la religion de la victime et 4 % l’orientation sexuelle de la victime.
Il semble que le nombre de crimes de haine liés au racisme a continué à baisser aussi de janvier à septembre 2011.
Mme Jenni Niemi, chercheur à l’école supérieure professionnelle de la police, note toutefois que selon les études, une petite partie des crimes de haine sont rapportés à la police.
Mme Ritva Viljanen, secrétaire général au ministère de l’Intérieur, a reçu des messages par le comité des relations ethniques selon lesquels les crimes de haine ont en réalité augmenté. « J’espère qu’il ne s’agit pas du fait que le racisme au quotidien soit devenu normal et qu’on n’y réagisse plus. »
Les Somaliens, les Turcs et les Irakiens ont été victimes de crimes de haine plus souvent que les autres. Les plus grands groupes d’étrangers – les Russes, les Estoniens et les Suédois – n’ont pas souvent été victimes.
Dans plus de 80 % des cas, l’auteur de crime raciste a fait partie de la population autochtone et la victime a fait partie d’une minorité. Dans un pour cent des cas, l’auteur a fait partie d’une minorité et la victime de la population autochtone.
HS/A6

Violence

Bagarre à Kaisaniemi
Une dizaine de Somaliens et cinq Russes se sont bagarrés dans le parc de Kaisaniemi, mercredi soir.
HBL/9

Economie

Tassement des commandes de l’industrie technologique
Turun Sanomat rapporte que les commandes enregistrées par l’industrie technologique finlandaise ont diminué au troisième trimestre 2011 par apport au second trimestre 2011, même si l’on enregistre une augmentation de 10% par rapport au troisième trimestre 2010.
Les représentants du secteur estiment qu’une récession est possible et que l’économie finlandaise est en piètre état pour y faire face.
TS

France – Finlande

Cinéma

Les petits mouchoirs
Les journaux publient des critiques du film Les petits mouchoirs, qui sort dans les salles aujourd’hui.
HBL/27

Jeudi 27 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Conseil européen – Crise de la dette

« M. Katainen satisfait » HS
« En pratique, nous avons décidé des questions qui étaient sur la table. Je suis très satisfait de ce conseil européen », a déclaré M. Katainen.
Le Premier ministre finlandais a déclaré, ce matin, que l’on ne pouvait pas encore compter la part de la Finlande dans le paquet d’aide à la Grèce de 100 milliards d’euros. Selon lui, l’objectif est que la dette grecque soit ramenée à 120% du PIB en 2020, alors que les prévisions pariaient sur 170% si rien n’était fait d’ici là.
M. Katainen a rapporté qu’un accord avait été obtenu avec les représentants des banques.
Le FESF ne sera pas augmenté mais on utilisera son effet de levier de telle manière qu’il permettra de prêter jusqu’à 1000 milliards d’euros.
Interrogé sur le fait de savoir si la zone euro était sauvée, M. Katainen a déclaré : « Je l’espère ».
HS Yle

Fonds européen de stabilité financière

L’Inspection des finances de l’Etat fera une étude
Helsingin Sanomat rapporte que l’Inspection des finances de l’Etat VTV commencera sa propre étude sur la façon dont le gouvernement a exprimé les responsabilités de la Finlande concernant le Fonds européen de stabilité financière.
Selon les estimations du ministère des Finances, les responsabilités finlandaises, avec un intérêt de 3,5 %, seraient de 17,2 milliards d’euros eu lieu d’un peu moins de 14 milliards comme prévu.
Il est probable que le gouvernement présente un nouveau projet de loi sur le FESF.
HS/A5

Elargissement de l’Union

M. Tuomioja : l’élargissement est toujours dans les intérêts de l’Europe
Helsingin Sanomat publie un billet signé Erkki Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, qui estime que l’adhésion de l’Islande et de la Turquie rendrait l’Union plus forte.
Dans les Balkans de l’Ouest, l’importance de l’élargissement de l’UE est soulignée en tant que projet pour la paix et la stabilité.
M. Tuomioja estime que l’élargissement doit être vu comme un projet politique dont la réussite ou l’échec seront évalués dans la perspective de plusieurs décennies.
HS/A2

Israël

Un secrétaire de l’ambassade israélienne condamne les propos de M. Tuomioja
Yuval Donio Gideon, secrétaire d’ambassade à l’ambassade d’Israël à Helsinki, condamne les propos du ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, sur l’apartheid et Israël. « C’est extrêmement regrettable », a-t-il dit, estimant que les propos de M. Tuomioja ne correspondaient pas à la réalité. « Le défi à relever est de faire revenir les Palestiniens à la table de négociations, et des propos de ce genre ne sont pas constructifs », a-t-il dit.
Mardi, M. Tuomioja a fait le parallèle entre Israël et l’apartheid. Il dit que M. Ehud Barak avait utilisé ce terme l’année dernière.
M. Gideon estime qu’il s’agit là d’un cas classique d’amalgame. Pour lui, M. Barak a utilisé ce terme pour montrer à quel point il était important de réussir dans l’objectif israélien de revenir à la table de négociation [avec les Palestiniens] et conclure la paix.
M. Tuomioja avait également évoqué le fait que sa messagerie s’était bloqué en raison d’attaques de spam, en 2002, lors de ses déclarations au moment de son précédent mandat du ministre des Affaires étrangères. Selon M. Tuomioja, il s’était avéré que le ministère israélien des Affaires étrangères était impliqué. M. Gideon a rejeté ces propos.
HS/B6

La Finlande et le Conseil de sécurité de l’ONU

Il reste un an à la Finlande pour faire sa campagne
Uutispäivä Demari relève que selon M. Kahiluoto, conseiller aux Affaires étrangères, il s’agit de suivre les pays qui cette année seront élus au Conseil de sécurité, afin de savoir si la Finlande pourrait apprendre quelque chose dans la perspective de son souhait de participer au Conseil en 2013 à 2014.
Selon les représentants du ministère des Affaires étrangères, une participation renforcerait le statut de la Finlande dans la politique internationale. Selon M. Kahiluoto, la sécurité de la Finlande se base sur l’existence d’organisations internationales fortes, dont l’ONU est la plus importante.
M. Kahiluoto relève que le fait d’être disponible pour une participation au Conseil de sécurité implique des risques, dont celui de devoir augmenter sa contribution en matière de gestion de crise.
La Finlande a déjà participé au Conseil de sécurité de 1989 à 1990 et de 1969 à 1970.
UD/10

M. Ahtisaari

La journée Ahtisaari aura lieu en novembre
Selon Turun Sanomat, la première journée nationale dédiée au président Martti Ahtisaari aura lieu le 16 novembre. Cette année, l’évènement principal aura lieu à Oulu, en présence de M. Ahtisaari.
Selon les ministères des Affaires étrangères et de l’Education et de la Culture, l’objectif de la journée Ahtisaari est « d’augmenter la connaissance sur la médiation de la paix dans tous les niveaux de la société ».
TS/7, HS/A5

Politique intérieure

Administration

Le chef de la Direction générale des brevets accusé d’abus
Helsingin Sanomat rapporte que M. Martti Enäjärvi, ancien directeur général de la Direction générale des brevets et du registre du commerce et des sociétés, qui a pris sa retraite il y a un an, est accusé d’abus de la carte de crédit de la direction. M. Enäjärvi aurait retiré environ 58 000 euros du compte de la direction pendant la période 2005-2010. Il a rendu l’agent.
HS/A6

Présidentielle

Propos de M. Lipponen
M. Lipponen, candidat social-démocrate pour la présidence, est intervenu devant des étudiants, à Turku, hier. Il souligne le rôle du Président dans la direction de la politique étrangère et insiste sur l’importance du renforcement de la démocratie parlementaire. Il estime que si le Président ne dispose pas de pouvoir en matière de politique intérieure, il ne faut pas non plus donner l’impression qu’il en a.
Quant à la politique de sécurité de la Finlande, M. Lipponen estime que c’est selon ses orientations que la Finlande na pas rejoint l’OTAN et que les conditions nécessaires n’existent pas pour se mobiliser concernant une adhésion. Il estime qu’il serait justifié d’organiser un référendum en la matière, mais avant de le faire, il faut que le gouvernement ait une vision sur la question.
M. Lipponen souhaite un débat en la matière lors de la campagne présidentielle.
Concernant l’UE, M. Lipponen estime qu’elle ne pourra sortir de ses difficultés qu’en mieux ancrant son développement dans la démocratie.
Pour lui, les réformes indispensables de l’UE ne pourront être réalisées sans la participation à la prise de décision des Parlements nationaux. Il souhaite que les parlements des Etats membres participent également à la coordination de la politique financière. « Il faut avant tout qu’ils assument leur part de responsabilité dans la prévention de l’endettement. Dans une situation de crise, ce n’est pas le marché qui assume la responsabilité. »
Il est convaincu que la fermeté en matière de contrôle et d’intervention pourra permettre à l’UE de surmonter ses difficultés.
UD/8

Politique - Universités

La popularité des Vrais Finlandais ne se voit pas dans la politique estudiantine
Selon Kaleva, le succès des Vrais Finlandais ne continue pas aux élections estudiantines. A l’université de Helsinki, il y a eu trois candidats des Vrais Finlandais aux élections des représentants des étudiants mais aucun n’a été élu. A l’université de Rovaniemi, il y a deux candidats aux élections qui auront lieu début novembre.
Selon M. Simon Elo, président des jeunes Vrais Finlandais, « nous sommes en train d’entrer dans la politique estudiantine, les organisations de jeunesse des autres partis politiques y sont depuis des décennies ». Il souligne que cela prend du temps, de la même façon que l’entrée dans la politique syndicale. Il admet cependant être déçu du faible nombre de candidats.
Selon l’un des candidats, l’idéologie des Vrais Finlandais est souvent dénigrée chez les étudiants. M. Elo accuse la tendance gauchiste de l’histoire du mouvement estudiantine.
Kaleva/mer/2

Energie nucléaire

La municipalité de Helsinki a décidé de participer au projet de planification d’Ol4
Le conseil municipal de Helsinki a voté sur la participation de l’Energie de Helsinki à la planification d’un quatrième réacteur nucléaire à Olkiluoto. Un débat animé à précédé le vote qui s’est terminé par 44 voix contre 40.
Certains conseillers insistent sur l’importance d’un tel projet et relèvent que les recettes concernant la participation de Helsingin Energie, à hauteur de 10 %, dans les réacteurs actuels d’Olkiluoto, servent à financer des services sociaux.
Des opposants au projet accusent le Parti conservateur d’être tombé sous le charme de l’énergie nucléaire et estiment que la décision pourra chasser des clients critiques à l’égard de l’énergie nucléaire de Helsingin Energie.
Helsinki devra investir 30 millions d’euros dans la phase de planification.
Une quarantaine de personnes ont manifesté, hier, contre la participation au projet.
HS/A13

Nokia

« Lumia satisfait les attentes » KL
Nokia a présenté hier, à Londres, deux modèles de téléphones sous windows, appelés Lumia et qui sortiront sur certains marchés dès novembre.
Selon Helsingin Sanomat ce sont les marchés et les consommateurs qui jugeront si la stratégie de Nokia est un succès.
KL HS

Défense

L’armée convoite des missiles tactiques
La défense nationale est en train d’étudier l’acquisition des missiles tactiques sol-sol. Les missiles font partie d’un projet qui consiste à acheter de nouvelles munitions pour des lance-roquettes et des canons de 155 millimètres.
La défense nationale a déjà commencé à renouveler ses réserves des systèmes de contrôle de tir des lance-roquettes lourds. Cette rénovation de 40 millions d’euros sera prête en 2014, après quoi les lance-roquettes lourds pourront être utilisés comme châssis de déclenchement.
La remise à jour des lance-roquettes concerne principalement des logiciels.
L’armée convoite des missiles dont la portée est de 200-300 km.
Le rapport concernant ces missiles est basé sur une étude sur la force de frappe réalisée en 2004, qui cherchait la combinaison la plus efficace du point de vue d’une défense globale.
Le choix s’est porté sur des lance-roquettes lourds, des munitions spéciales d’artillerie et des missiles air-sol de Hornet.
Les premiers missiles montés sur les Hornet sont déjà en phase de vol d’essai.
La portée des missiles montés sur les Hornet peut atteindre au maximum des dizaines de kilomètres. L’armée de l’air convoitait des missiles d’une portée bien plus importante, mais les Etats-Unis refusaient de lui en vendre.
En 2007, la Finlande a acheté des lance-roquettes lourds d’occasion. L’acquisition avait été justifiée par l’argument selon lequel les munitions de chargement remplaceraient les mines antipersonnel.
La Finlande n’a pas eu de chance avec cette acquisition. A cette époque, l’ambiance internationale devenait hostile vis-à-vis de ces munitions de chargement et des bombes à sous-munitions leur correspondant. La Finlande s’est d’ailleurs empressée de déclarer qu’elle n’achetait pas de bombes à sous-munitions. Elle s’est donc retrouvée avec un lourd système de munitions pour lequel il n’y a pas les munitions initialement prévues et voulues.
HS/A8

France

Chanel

« C’est ici que naît le N°5 » KL
Kauppalehti optio publie un long reportage sur Chanel S.A. et son produit phare, le parfum numéro 5.
KL

Mercredi 26 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Conseil européen – Crise de la dette

« M. Katainen croit à un accord » HS
Le Premier ministre finlandais a obtenu, hier, au Parlement, par 16 voix contre 9, un mandat de négociations pour le conseil européen. Il devra présenter les résultats de ce conseil devant le Parlement dès jeudi.
M. Katainen a déclaré que, pour la Finlande, il convenait de protéger les Etats de l’instabilité. Il souligne que l’on ne va pas augmenter les fonds du FESF : « il n’y aura pas d’argent supplémentaire ».
M. Katainen est favorable à une intervention des pays à excédent budgétaire comme la Chine, le Brésil ou la Russie pour, par l’intermédiaire du FMI, aider les pays en difficulté. « Le FMI est le bon acteur par lequel on peut canaliser les fonds », estime M. Katainen.
HS Yle KS TS

Finlande – Russie

Propos de M. Stubb
Le ministre du Commerce extérieur, M. Stubb, qui a effectué une visite en Russie, hier, a dit que l’objectif de la Finlande était d’arriver à supprimer les visas entre la Finlande et la Russie pour 2018.
M. Stubb a rencontré le vice-Premier ministre russe, M. Ivanov à Moscou, à l’occasion d’une réunion de la commission économique bilatérale.
Dix millions de passagers traversent la frontière fenno-russe cette année. M. Stubb estime que les passages pourraient s’élever à 17 millions avec la suppression des visas.
Aamulehti relève que l’exemption de visa est une question très importante pour les Russes qui l’évoquent à chaque rencontre bilatérale.
AL/A6

Israël

M. Tuomioja compare Israël à un Etat qui pratique l’apartheid
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja (PSD) a participé mardi à Helsinki à une table ronde sur l’avenir de la Palestine.
« Aucun Etat qui pratique l’apartheid n’est ni justifié ni durable », a déclaré le ministre.
Concernant la tentative de résoudre la crise permanente du Proche-Orient, M. Tuomioja a estimé « qu’il est possible qu’il soit maintenant le dernier moment pour agir en faveur du modèle de deux Etats ».
Après la table ronde, M. Tuomioja dit que M. Barak avait utilisé le terme d’apartheid l’année dernière. « Si l’objectif d’Israël est de geler la situation actuelle, le résultat sera l’apartheid. Israël a toutefois encore approuvé formellement les paramètres des négociations pour la paix », a dit M. Tuomioja.
HS rappelle que M. Tuomioja avait utilisé ce terme aussi pendant son précédent passage à la tête de la diplomatie finlandaise. En 2003, il avait comparé le mur construit par Israël à l’apartheid.
HS/A5

Politique intérieure

Audience de partis politiques

La popularité du Kokoomus augmente encore
Helsingin Sanomat rapporte que selon les résultats d’un sondage effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte du quotidien, l’audience du parti conservateur Kokoomus augmente malgré la responsabilité gouvernementale assumée par ce parti. Son audience est à 23,2 % (+2,8 % par rapport aux élections législatives). Le Parti conservateur est suivi des Vrais Finlandais (21,9 %), et du Parti social-démocrate (18,5 %). La baisse de la popularité du Parti du centre, qui est à 13,4 %) ne semble plus continuer.
L’alliance verte a obtenu une audience de 7,5 %, l’Alliance des gauches 7,4 %, le Parti suédois 3,8 % et les Chrétiens-démocrates 3,1 %.
Selon ce sondage, 40 % des personnes interrogées sont sûres de leur position, contre 50 % en juin-juillet. Ceux qui votent pour les conservateurs et les Vrais Finlandais sont le plus sûrs de leur choix.
HS/A6

Vrais Finlandais

Propos de M. Hakkarainen
Le groupe parlementaire des Vrais Finlandais envisage d’évoquer les propos de M. Hakkarainen (sur les homosexuels et les Somaliens). Mme Ruohonen-Lerner, présidente du groupe, relève que le nombre de retombées concernant ces propos est tellement important qu’il faudra évoquer la question.
M. Hakkarainen à déjà eu un avertissement.
UD/3

Négociations salariales

Selon M. Lyly, la branche technologique a exprimé un message clair pour tout le monde
Soulagé, M. Lyly, président de la confédération des ouvriers, SAK, estime que le signal que donne la branche technologique est très fort dans le sens où un accord cadre mérite d’être créé. Concernant les augmentations « locales », il s’agira de les verser en tant qu’augmentations générales à l’ensemble des employés, s’il n’y a pas d’accord local en la matière.
Les augmentations s’élèvent à 2,4 % cette année (à compter du 1er octobre) et à 1,9 % en 2012 (à compter du 1er novembre).
L’accord comprend également trois jours de formation pour les employés.
UD/2

Retraites

La pression pour les coupes augmentera dès 2014
Selon Helsingin Sanomat, les représentants du patronat et des syndicats, qui ont participé au groupe de travail sur les retraites, désigné par le gouvernement, estiment que les pensions de retraites seront diminuées dans les années à venir.
Le quotidien a relevé mardi que les fonds de pension n’arrivaient pas à remplir les objectifs de résultats fixés. Cela augmente la pression pour relever l’âge de départ et les cotisations retraite.
Le gouvernement n’a toutefois pas l’intention d’affaiblir les retraites. Le PSD surtout s’y oppose. « Je ne suis pas pour l’augmentation de l’âge de la retraite, parce que je ne crois pas que cela est le meilleur moyen pour influencer l’âge réel de la retraite. » Elle préfère les améliorations de la vie professionnelle.
En ce moment, l’âge de départ à la retraite le plus bas est 63 ans et la retraite moyenne environ 53 % du salaire moyen.
HS/A5

Economie

Neste annonce un bon résultat
Le groupe pétrolier Neste annonce que même si l’instabilité continue, les perspectives du groupe sont meilleures que prévues.
Le chiffre d’affaires du groupe a augmenté d’un tiers s’élevant ainsi à 4,1 milliards d’euros.
Greenpeace se soucie toujours de l’usage de l’huile de palme dans les biocarburants de Neste. Une manifestation a été organisée devant le siège social du groupe à Espoo, hier.
HS/B6

Emploi

M. Ihalainen inquiet
Le ministre de l’Emploi en appelle aux entreprises pour qu’elles évitent de licencier dans la situation actuelle. Le taux de chômage a légèrement diminué en septembre pour atteindre 6,9%.
M. Ihalainen en appelle aux entreprises pour qu’elles mettent leurs effectifs au chômage technique plutôt que de les licencier. Durant la crise de 2008, c’est ce qui a été fait : il y avait alors 90 000 travailleurs au chômage technique contre 14 000 aujourd’hui.
KL

Investissements

Un débat sur les investissements étrangers
Kauppalehti rapporte que les ministres de l’Economie et de l’Emploi ont choisi l’ancien PDG de Patria et de Metso pour préparer un rapport sur les investissements en Finlande. Il s’agirait de fixer une stratégie nationale en la matière.
Kauppalehti rappelle que les investissements étrangers directs en Finlande sont faibles et ont beaucoup diminué depuis 2007.
KL

Mardi 25 octobre 2011
Politique étrangère et européenne

Conseil européen – Crise de la dette

« Journée décisive à Bruxelles » IS
« Les points de discords de la zone euro toujours en plan » KS
Ilta-Sanomat estime que le conseil européen de demain décidera de ce qu’il adviendra du pays modèle qu’est la Finlande. Le tabloïd présente les positions de la Finlande sur la décote de la dette grecque, le FESF, la recapitalisation des banques et les changements institutionnels.
Stt rapporte que les points de discorde n’ont pas été résolu lors du conseil européen de dimanche. « J’ai le sentiment que les décisions pourront être prises mercredi », a déclaré le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen.
Selon lui, la Finlande a fait avancer ses objectifs notamment dans l’économie numérique. « C’est une chose importante, surtout pour un pays comme la Finlande pour qui l’ouverture du marché intérieur européen sur l’économie numérique est particulièrement important ».
M. Katainen estime que la Finlande a aussi reçu des soutiens sur sa proposition concernant le renforcement du rôle du FMI dans la prévention de la crise financière ; « Pourquoi hne voudrions-nous pas limiter notre responsabilité si des pays extérieurs de la zone euro sont prêts à intervenir », estime-t-il.
TS

Editoriaux et points de vue
« Mercredi, le jour des décisions » TS
« L’heure fatale pour l’Europe » KS
« L’UE n’est pas en crise malgré les difficultés » AL
« Réunion décisive pour l’UE » KL
« Les bonnes solutions enfin, quand tout le reste a été essayé » HS
« Le pare-feu autour de la Grèce sera renforcé » HBL
Turun Sanomat estime qu’il faut que les dirigeants européens ne pensent pas à leur image mais à l’intérêt général et prennent les décisions qui s’imposent, même si cela peut leur être ensuite électoralement fatal.
Selon la journaliste économique Riitta Hilden (Kesksisuomalainen), mercredi des décisions peuvent être prises pour, au mieux, donner un peu de répit dans la crise de la dette souveraine.
Aamulehti a interrogé la directrice de l’institut des relations internationales Teija Tiilikainen qui considère que le conseil européen doit arriver à des décisions. Selon elle, l’UE n’est pas en crise car elle a déjà connu des difficultés politiques de plus grande ampleur. Une mauvaise solution et un mauvais message pour les marchés serait l’absence de décisions mercredi. « Cela signifierait un manque de leadership ».
Kauppalehti estime qu’il sera difficile d’arriver à un accord sur les solutions à la crise de la dette demain au conseil européen car il est peu probable que l’on puisse, par exemple, si rapidement s’entendre sur le rôle et le soutien du FMI.
Helsingin Sanomat estime que le conseil de dimanche a représenté la prédominance des solutions proposées par le nord de la zone euro sur celles défendues par le sud. « Une marque de la force du nord est que la France a consenti à s’en remettre à la ligne allemande : le FESF ne sera pas transformé en établissement bancaire. De même la France a du accepter une importante décote de la dette grecque assumée par les banques ». « Le poids des Etats qui sont le plus éloignés de la crise augmente », estime HS qui considère que l’influence de la Grèce, du Portugal, de l’Italie et même de la France diminue, alors que les Pays-Bas et la Finlande se mettent dans le courant de l’Allemagne.
L’éditorialiste d’Hufvudstadsbladet relève que Mme Merkel et M. Sarkozy ont laissé entendre, dimanche, qu’il s’agissait d’obliger M. Berlusconi à comprendre que l’avenir de la zone euro dépendait à l’heure actuelle de ce que fait l’Italie. La situation revient chère à la France. Les Allemands, malgré leur scepticisme, ont pris les commandes, selon l’éditorialiste.
TS AL KS KL HS HBL/12

Les banques finlandaises n’ont pas besoin d’être recapitalisées
L’union de la Finance en Finlande considère que les banques finlandaises n’auront pas besoin d’être recapitalisées. En effet, selon l’organisme de contrôle Fiva, la part de capitaux propres serait de 13% pour les banques finlandaises
TS

Proche-Orient

Propos de M. Ahtisaari
Kaleva rapporte que le président Martti Ahtisaari, s’inquiète profondément de la crise du Proche-Orient. « J’ai été récemment à New York et j’ai vu à l’assemblée générale de l’ONU l’incapacité de la communauté internationale à résoudre cette crise. Cela m’inquiète énormément », a déclaré M. Ahtisaari à STT, l’agence de presse finlandaise.
M. Ahtisaari ne se considère toutefois pas comme la personne qui pourrait résoudre le double nœud du Proche-Orient. « Le médiateur devrait être un Américain. L’Europe et les Etats-Unis ont chacun leurs responsabilités dans ce processus. »
M. Ahtisaari ne participera pas à la conférence de l’ONU sur la création d’une zone sans armes de destruction massive au Proche-Orient, qui sera organisée en Finlande en 2012. « J’évoquerait sans doute l’affaire avec M. Laajava (sous-secrétaire d’Etat chargé des préparatifs de la conférence). Il est très important que la Finlande et M. Laajava ont été choisis pour cette tâche. »
Dans sa biographie récente, M. Ahtisaari estime que le point de vue pour la paix entre Israël et les Palestiniens devraient être les frontières de 1967 ou la division de Jérusalem en deux. « Les conditions nécessaires et le contenu de la solution sont connus par tous. Il est possible de présenter un traité de la paix n’importe quand. » Selon lui, imposition la paix est nécessaire pour y obtenir un résultat.
Kaleva/lun/7

Mme Halonen à New York

La Présidente a fait du lobbying en faveur de Helsinki, capitale mondiale du design de 2012
Kauppalehti relève que la Présidente, Mme Tarja Halonen, qui vient d’effectue une visite à New York, a entre autres fait du lobbying en faveur de Helsinki qui sera la capitale mondiale du design en 2012. « La qualité est l’objectif de la Finlande et le design fait partie de la bonne qualité. Dans ce sens là, la bonne qualité fait partie du développement durable. »
KL/10

Immigration

Accueil des réfugiés
Helsingin Sanomat revient sur le sujet de l’accueil des réfugiés dans les communes. M. Kaikkonen, député centriste et conseiller municipal, souhaite une meilleure coordination entre l’Etat et les communes en matière de réalisation de la politique de réfugiés. Il relève que les députés attendent du gouvernement une proposition sur l’augmentation des indemnités concernant l’accueil de réfugiés.
Helsingin Sanomat relève que selon des acteurs de ce domaine, les attitudes se sont durcies depuis les quelques dernières années.
HS/A5

Propos de Mme Räsänen
La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen (Démocrates chrétiens), considère la pratique finlandaise en matière de regroupement familial comme plus libérale que celle en vigueur dans d’autres pays et pour cela, comme un facteur d’attrait pour demander l’asile en Finlande.
Mme Räsänen souhaite revoir les conditions du regroupement familial dès la législature en cours. Un rapport en la matière devrait être terminé en février 2012.
Dans la pratique, il pourrait s’agir d’exiger que la personne demandant un regroupement familial puisse faire vivre sa famille avec ses revenus. Mme Räsänen relève que dans un certain nombre de pays, les enfants adoptifs ne sont pas considérés comme entrant dans le cadre de regroupement familial, ce qui en Finlande est le cas.
Le délai d’attente de l’étude des dossiers en la matière est long. Cet automne, 10 000 demandes attendaient d’être étudiées.
Mme Räsänen regrette par ailleurs que le débat autour de l’immigration ait tendance à confondre les choses. On parle de nombre important d’immigrés sans se rendre compte du fait que la majeure partie des arrivants viennent en Finlande pour y travailler. Pour elle, il revient aux partis et aux personnalités politiques de rectifier les malentendus lorsqu’ils en rencontrent.
HS/A5

Politique intérieure

Négociations salariales

La grève dans la métallurgie est terminée
Helsingin Sanomat rapporte que le patronat et les syndicats de la métallurgie ont approuvé hier soir, à l’unanimité, la proposition de compromis du médiateur national, M. Esa Lonka. La grève a duré quatre jours et les grévistes reprendront le travail le plus vite possible, au plus tard mercredi à 14 h, a annoncé M. Lonka.
La convention collective de la métallurgie et de la technologie suivra l’accord cadre global conclu il y a quinze jours, avec quelques adaptations locales. Il s’agit donc d’un accord de 25 mois et les augmentations seront au total de 4,3 % et une prime forfaitaire de 150 euros sera payée en janvier 2012. Une formation supplémentaire d’au maximum trois jours sera possible et le besoin et la qualité de la formation seront décidés par l’employeur. L’Etat compense la formation par une déduction fiscale pour les entreprises.
HS/A6

Présidence

Les pouvoirs du président diminueront
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a approuvé vendredi dernier la modification de la Constitution par 118 voix contre 40. Ont voté contre les députés des Vrais Finlandais et les deux députés qui ont quitté le groupe parlementaire de l’Alliance des gauches. Le député centriste Simo Rundgren a voté blanc, les autres centristes étaient en faveur de la modification qui diminuera les pouvoirs du Président. 40 députés ont été absents.
Le changement entrera en vigueur le 1er mars 2012.
HS/sam/A5

Vrais Finlandais

« M. Soini n’a pas réussi à prendre en main les siens » HS
Mme Kaarto de Helsingin Sanomat écrit un billet sur les dérapages des Vrais Finlandais et estime que malgré ses promesses, M. Soini, président de ce parti, n’a pas réussi à maintenir la discipline parmi les députés Vrais Finlandais.
Elle estime qu’outre le fait qu’un grand nombre de militants des Vrais Finlandais soutiennent actuellement l’élection de M. Niinistö pour la présidence de la république, il semblerait autrement aussi, que M. Soini perd la prise sur ses troupes.
HS/A5

Criminalité

Peines concernant les crimes graves
Selon un sondage effectué par des journaux de province, 7 députés sur les 78 qui ont répondu au sondage sur la peine de mort, relèvent qu’ils accepteraient la peine capitale concernant certains cas. Quatre de ces députés sont des Vrais Finlandais, trois des Conservateurs.
Cinq députés, quatre vrais Finlandais et un social-démocrate, ne se sont pas prononcés sur la question de savoir s’ils accepteraient la peine de mort.
Mme Ruohonen-Lerner, présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, se demande s’il faudrait évoquer la question parmi les députés du parti afin de trouver une position commune en la matière.
Helsingin Sanomat relève que, dans la pratique, la Finlande a renoncé à la peine de mort dans les années 1820. Concernant les crimes de temps de la paix, elle a été abolie en 1949, et concernant les crimes du temps de guerre, en 1972.
HS/A7

Economie

Les fonds de pension finlandais en deçà de leurs objectifs de croissance
Helsingin Sanomat rapporte que les fonds de pension n’arrivent pas à remplir les objectifs de résultats fixés par la législation. C’est pourquoi on va diminuer de 4% à 3,5% cet objectif.
Si les fonds de pension n’arrivent pas à atteindre les objectifs de croissance de leur capital, il sera alors indispensable d’augmenter les cotisations retraite.
HS

France

Culture

« Un écrivain qui décrit la classe moyenne » Kaleva
Kaleva publie un portrait de Michel Houellebecq.
Kaleva

Politique

Election présidentielle
Le rédacteur-en-chef de Keskisuomalainen revient sur la situation politique en France avant l’élection présidentielle. Selon lui, « qui que soit l’élu en mai prochain, il aura à gfaiure face à d’importants défis ».
KS

France-Finlande

Spectacle

Festival du théâtre de masques
Hufvudstadsbladet rend compte des spectacles à l’occasion du festival Metamorphose, dont celui de la troupe française Ceux d’ailleurs.
HBL/mar/19

Lundi 24 octobre 2011
Politique étrangère et européenne

Conseil européen – Crise de la dette

« La Grèce obtiendra un crédit supplémentaire » HS
« Les divisions entre la France et l’Allemagne grèvent le conseil européen » Kaleva
« Les divergences entre la France et l’Allemagne se concluent sur une victoire de l’Allemagne » HS
Editorial : « Le tandem à la croisée des chemins » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la transformation du FESF en organisme assurantiel plutôt que bancaire est la meilleure solution pour la Finlande, même si vendredi Mme Urpilainen a refusé de commenter le résultat du conseil Ecofin. Helsingin Sanomat considère que « l’Allemagne n’accepte pas que le FESF assume les risques de la crise ». Pour le journaliste de la rédaction économique Juhanna Rossi, « la France et l’Allemagne constituent le moteur de la zone euro. Mais dans ce duo il y a uns claire différence : la France est l’Etat qui demande et l’Allemagne celui qui dirige ». L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que les problèmes du tandem franco-allemand viennent tant des sujets à l’ordre du jour, la crise, que des divergences sur leurs rapports de pouvoirs : la crise de l’euro a montré que la France n’est plus un partenaire politique et économique égal à l’Allemagne », estime HS qui considère qu’il est bon que l’Allemagne, la BCE et d’autres Etats s’opposent au projet français de transformer le FESF en établissement bancaire.
M. Katainen a justifié la tenue de deux conseils européens par le fait que les décisions à prendre étaient très difficiles. Samedi soir, il a exprimé son opposition à la transformation du FESF en banque : « Ce n’est pas une bonne idée. Nous ne pouvons pas aller dans le sens qui consiste à répartir la dette entre les pays européens. »
Dimanche, il a expliqué la lenteur de la prise de décision dans l’UE en ces mots : « Si nous vivions dans une dictature, cela serait plus facile. Heureusement que nous vivons en démocratie et qu’il soit si difficile de prendre des décisions ».
Il considère que le conseil européen de dimanche était « une très bonne journée » qui a permis d’avancer afin que les décisions soient prises mercredi. Selon Yle, la Finlande, l’Allemagne et les Pays-Bas souhaitent que la décote de la dette grecque porte sur 60%. Selon HS, la solution prônée par la Finlande et consistant à ce que les Etats recapitalisent leurs banques, s’est imposée. De même que l’idée de transformer le DFESF en société d’assurance.
M. Katainen estime qu’il faut se préparer en Finlande aussi à l’éventualité d’une recapitalisation des banques, même si cela semble bien improbable. L’union de la Finance en Finlande considère que les banques finlandaises n’auront pas besoin d’être recapitalisées.
HS TS AL Yle

Fonds européen de stabilité financière

Le gouvernement a fait une erreur ; le Parlement devra peut-être revoter
Le président de la commission constitutionnelle a annoncé que les erreurs contenues dans le projet de loi sur le FESF nécessiteraient peut-être que le gouvernement présente un nouveau projet de loi.
HS

Banque européenne d’investissement

Emprunt de la municipalité d’Helsinki pour son métro
La municipalité d’Helsinki a négocié un prêt de 250 millions d’euros auprès de la BEI pour acheter des rames de métro.
HS

Emprunt de Wärtsilä
Wärtsilä a obtenu un prêt de 150 millions d’euros auprès de la BEI pour le développement de ses activités de R&D et d’innovation dans les pays européens.
HS

Russie

Un aviateur a traversé illégalement la frontière russe
Un aviateur néo-zélandais a reçu une amende pour être passé, sans permission, dans l’espace aérien russe en août dernier à Kuusamo où il effectuait un vol de photographie aérienne.
HS

Tunisie

Deux observateurs finlandais suivent les élections tunisiennes
Deux députées finlandaises, Mme Nauclér, élue des Îles Åland, et Mme Karhu (PSD), étaient sur place en Tunisie en tant qu’observateurs des élections pour le compte de l’OSCE.
HBL/lun/13, www.eduskunta.fi

Mme Halonen à New York

Rencontre avec M. Ban Ki-moon
Hufvudstadsbladet relève que la Présidente, Mme Halonen a rencontré le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à New York, vendredi. A la question de savoir si elle était à la recherche d’un emploi auprès de l’ONU, elle a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une rencontre de travail.
Elle relève qu’en tant que membre du GIEC, elle est souvent emmenée à rencontrer M. Ban Ki-moon.
HBL/dim/8

Ministère des Affaires étrangères

La commission des Affaires étrangères propose plus de crédits pour le réseau des représentations à l’étranger
La commission parlementaire des Affaires étrangères se soucie des économies prévues concernant les dépenses du ministère des Affaires étrangères et propose un crédit supplémentaire de six millions d’euros afin d’éviter une partie des 15 suppressions de représentations finlandaises à l’étranger prévues.
Selon Helsingin Sanomat, la commission s’inquiéterait pour les chances de la Finlande d’être élue au Conseil de sécurité de l’ONU.
HS/sam/A5

Immigration

Accueil des réfugiés
Helsingin Sanomat relève qu’en règle générale, les communes sont réticentes pour proposer un accueil pour des réfugiés. En outre, les différences entre les différentes régions finlandaises sont importantes, les communes de la Laponie et de Finlande de l’Est étant plus ouvertes que le reste du pays, tandis que l’Ostrobothnie du Sud accueille le moins de réfugiés. La Laponie, par exemple, a accueilli plus de 700 réfugiés depuis 2007, alors que depuis le début des années 2000, l’Ostrobothnie n’en a accueilli que 200.
Dans la pratique, les réfugiés s’organisent de plus en plus souvent eux-mêmes pour trouver une résidence.
HS/lun/A5

Politique intérieure

Politique salariale

M. Lonka a présenté une nouvelle proposition d’accord
Les négociations salariales ont repris, dimanche soir, et le médiateur national, M. Lonka, a présenté une nouvelle proposition d’accord à laquelle les parties sont censées donner leur réponse, à 19h ce soir.
Si la proposition était acceptée, la grève qui a commencé, vendredi, pourrait prendre fin demain matin.
Si toutefois on n’arrive pas à un accord, la grève devrait s’étendre à partir du 7 novembre. A ce moment-là, jusqu’à 50 000 employés seraient concernés.
Selon Helsingin Sanomat, la différence concerne la répartition de la partie « locale » et de la partie générale des augmentations de salaire, le patronat souhaitant augmenter la partie à verser localement et les employés de leur côté souhaitant augmenter la part de l’augmentation générale.
HS/lun/A6

Election présidentielle

Le premier débat électoral a eu lieu vendredi
Helsingin Sanomat rapporte que quatre candidats présidentiels – MM. Sauli Niinistö, conservateur, Paavo Lipponen, social-démocrate, Paavo Väyrynen, centriste, et Pekka Haavisto, vert – ont participé au premier débat électoral organisé vendredi à Seinäjoki (Ostrobotnie) par l’association finlandaise des entrepreneurs. Les questions ont porté sur les thèmes importants pour entrepreneurs.
M. Niinistö en tant que conservateur est le candidat favori des entrepreneurs. Les autres ont également souligné leur passé en tant qu’entrepreneurs. M. Haavisto par exemple a été entrepreneur pendant dix ans dans une petite maison d’édition qui a donné du travail à une vingtaine de personnes. M. Väyrynen, qui possède un hôtel à Kemijärvi en Laponie, a souligné que parmi les quatre candidats, il est le seul à être membre de l’association des entrepreneurs.
Quant à la crise de l’euro, M. Lipponen a souhaité l’approfondissement de l’intégration, tandis que M. Niinistö a souhaité l’aide du Fond monétaire international pour les pays en crise. M. Väyrynen a exigé la faillite ordonnée de la Grèce. « L’Allemagne et la France ont toutefois exclu cela en raison de leurs intérêts économiques et parce que la France souhaite plus de fédéralisme », selon lui. M. Haavisto a peur qu’une aide bancaire soit dirigée vers les banques allemandes et françaises, au pire à titre gratuit.
HS/sam/A8

M. Niinistö souhaite un rôle fort
Selon Helsingin Sanomat, M. Niinistö a été officiellement désigné candidat présidentiel du Kokoomus, parti conservateur, dimanche au palais Finlandia où près de mille conservateur se sont réunis en congrès extraordinaire.
Dans son discours, le candidat conservateur a souligné qu’il ne voudrait pas être un président faible. Il a proposé de reprendre une tradition politique, « l’école du soir », c’est-à-dire les réunions officieuses hebdomadaires entre le président et le gouvernement.
HS/dim/A5

Le Parti suédois a célébré la candidature de Mme Biaudet
Helsingin Sanomat relève que le Parti suédois s’est également réuni samedi pour nommer officiellement Mme Eva Biaudet candidate présidentielle.
La candidate, qui fait partie de l’aide libérale du parti, a souligné l’importance de la transparence, de l’égalité, des droits de minorités, ainsi que l’importance de l’Union européenne et de l’ONU pour la Finlande.
HS/dim/A5

Editorial : le Kokoomus chérit le phénomène Niinistö
Helsingin Sanomat estime dans son éditorial que la popularité de M. Niinistö est très forte. Ce qui est étonnant est qu’il y a autant de partisans d’autres partis qui sont derrière lui.
HS/dim/A2

Manifestations

Une manifestation s’inspirant de Wall Street, une des nationaux-socialistes, une contre le racisme
Un groupement national-socialiste a organisé une manifestation qui a rassemblé une quinzaine de personnes, samedi. Une contre-manifestation contre le racisme et la peur a été organisée pratiquement en même temps. Celle-ci a rassemblé une centaine de personnes.
Un rassemblement s’inspirant des manifestations « occupy Wall Street » est en cours derrière Musiikkitalo, le palais de musique.
HBL/sam//7, dim/5, HS/dim/A15

France

Présidentielle

« Il y a encore de nombreux obstacles sur le route de l’anti-sarko » TS
« Un candidat normal au régime » HS
Turun Sanomat et Helsingin Sanomat publient des points de vue sur le candidat socialiste François Hollande.
HS TS

France-Finlande

Culture

Le Prix Courrier international à Kari Hotakainen
La rédaction de l’hebdomadaire Courrier international a décerné mercredi son prix du meilleur livre étranger 2011 à l’auteur finlandais Kari Hotakainen pour son roman "La Part de l’homme" (JC Lattès).
HS

Expositions de lithographies à Ateneum
Helsingin Sanomat présente l’exposition de lithographies à Ateneum qui propose de nombreuses oeuvres d’artistes français.
HS

Vendredi 21 octobre 2011
Politique étrangère et européenne

Libye

Déclarations de M. Tuomioja
« Il aurait mieux valu juger M. Kadhafi » AL
Le ministre des Affaires étrangères regrette que M. Kadhafiu n’ait pu être traduit devant la justice pour répondre de ses actes. « Dans toutes les atteintes aux droits de l’homme, il est important que les coupables aient à assumer leurs responsabilités devant la justice. Mais ceux qui ont recouru aux armes risquent bien sûr de périr l’arme à la main. »
M. Tuomioja a déclaré que la Finlande était prête à aider la Libye dans le travail de reconstruction. « Nous sommes prêts à participer à la formation des policiers et même à une opération de police en Libye ».
La Finlande a déjà promis une aide sous forme d’experts en médecine légale.
AL

Editoriaux
« La mort de Kadhafi ne garantit pas la démocratie » IS
« Une étape importante pour la Libye » AL
« Une fin attendue pour Kadhafi » TS
« Après Kadhafi, on va juger la direction du printemps arabe » HS
« Il est l’heure pour la Libye d’aller de l’avant » HBL
Hufvudstadsbladet estime que le défi le plus important pour la Libye est de construire un Etat de droit à partir du zéro. Le quotidien estime que le peuple libyen n’est pas particulièrement uni et qu’il n’est pas sûr que les forces rebelles aient autre chose en commun que l’envie de se débarrasser de Kadhafi.
Le pays a besoin d’aide dans la construction d’une société civile. Il est essentiel qu’il ne se créé pas un vide en matière de pouvoir, pour ne pas que ce vide se remplisse par des groupes avec d’autres objectifs que ce qui serait le mieux pour le peuple libyen.
HBL/18
Ilta-Sanomat estime que « personne ne sait quelle nouvelle Libye on essaie de construire ». Le tabloïd craint toutefois que la mort de Kadhafi en fasse un martyr aux yeux de ses fidèles, « ce qui ne promettrait rien de bon pour les promoteurs de la démocratie ».
Aamulehti estime que l’arrestation puis la mort de Kadhafi est une étape importante dans la guerre civile libyenne. Mais les difficultés ne font que commencer : il faut reconstruire et organiser rapidement des élections libres », juge AL.
Turun Sanomat écrit que « selon la conception européenne de la justice, il aurait été préférable que les actes de Kadhafi soient jugés. Mais une mort sous les frappes de l’OTAN est une issue positive pour le CNT qui aurait pu craindre une fuite du dictateur dans un pays africain. » « Transformer 40 années de dictature en un pays démocratique sera difficile, mais il faut espérer pour les libyens qu’ils y arrivent afin que les sacrifices faits pour se libérer n’aient pas été vains », conclut TS.
Helsingin Sanomat estime que « la mort de Kadhafi constitue un tournant dans le printemps arabe. Mais comme il s’agit d’Etats bien différents, les événements et les situations sont très diverses. Et comme les sociétés arabes ont été figées pendant de nombreuses années, les changements réels se réalisent lentement », estime HS. L’éditorialiste juge que les élections qui vont avoir lieu en Tunisie et en Egypte donneront les premières réponses sur la question de savoir si une vraie démocratie sortira de ce processus. Mais la diversité et la nouveauté des partis politiques ne permettra pas de savoir rapidement quels objectifs ces mouvements poursuivent réellement, juge Helsingin Sanomat.
IS AL TS Hbl HS

Fonds européen de stabilité financière

« Pas de nouveau projet de loi sur le FESF » STT
« Il faudra peut-être un nouveau projet de loi sur le FESF » HS
STT rapporte que le gouvernement estimait hier, qu’il n’y avait pas lieu de présenter un nouveau projet de loi sur le FESF. La question avait été évoquée après que la presse a révélé que la part finlandaise sous forme de garanties concernant le Fonds européen de stabilité financière pourrait doubler par rapport à la somme actuelle de 14 milliards d’euros prévue par le gouvernement.
La question va être étudiée par la commission constitutionnelle. Mme Urpilainen juge que l’on pourra trouver une solution sans soumettre un nouveau projet au Parlement.
Helsingin Sanomat rapporte aujourd’hui que le président de la commission constitutionnelle estime qu’il faudra un nouveau projet de loi. Le Premier ministre, M. Katainen a déclaré que le gouvernement se plierait à la position de la commission constitutionnelle.
Les professeurs de droit, interrogés dans Helsingin Sanomat, ont critiqué le gouvernement pour la mauvaise préparation de ce projet de loi.
HS UD

« L’UE repousse à nouveau une prise de décision – le chaos augmente » HS
« La France et l’Allemagne divisés – la prise de décision retardée » HS
« C’est la volonté allemande qui prévaudra » KL
Helsingin Sanomat rapporte qu’il faudra non pas un mais deux conseils européens pour prendre les décisions sur la crise économique.
Kauppalehti estime que, « soucieuse de sa notation, la France sera obligée de céder à la volonté de l’Allemagne ».
HS KL

« M. Rehn ne veut pas que la Chine en impose à l’UE » KL
Face à l’oppositon de certains pays à une augmentation des réserves du FMI, il a été envisagé que des pays émergents puissent aider de manière bilatérale l4Europe par l’intermédiaire du FMI. Le commissaire Olli Rehn exprime sa prudence sur ce sujet : « Je rappelle toujours à mes amis, en Finlande et ailleurs, qu’il faut se médfier des effets géopolitiques. Cela pourrait signifier que les Chinois, les Brésiliens ou les Russes aient leur place à la table européenne ».
KL

Propos de M. Sasi
Hufvudstadsbladet a interrogé différentes personnes, dont M. Sasi, président de la Commission des finances, sur les bons et mauvais scénarios concernant la crise de a dette dans la perspective du sommet de ce week-end. M. Sasi estime qu’il faudrait pouvoir diminuer la dette grecque. Le pire, pour M. Sasi, serait de poursuivre les discussions sans pour autant prendre de décisions. Se réunir et donner des faux espoirs relève de la mauvaise politique, selon lui. Concernant la réunion de dimanche, il est convaincu que tout le monde estime qu’il serait temps de faire ce qu’on peut quant à la Grèce.
HBL/8-9

Propos de M. Niinistö
Dans une interview accordée à Kesksisuomalainen, le candidat à la présidentielle M. Sauli Niinistö déclare qu’il n’attend pas beaucoup du prochain conseil européen. Selon lui, à long terme, seule l’inflation va permettre aux pays occidentaux de se débarrasser de leur dette.
Il juge que si l’on recapitalise les banques, il serait juste de les nationaliser en même temps « afin que les contribuables ne se sentent pas floués ».
En ce qui concerne la Grèce, la prochaine étape est, selon lui, de liquider la dette. Il s’interroge sur les récentes informations faisant état d’un achat par la Grèce de navires de guerre français. « Il semble que la Grèce a acquis des navires de guerre auprès de la France. C’est un détail dans la situation actuelle, mais en général ce sont les petits détails qui font les grandes questions. J’espère que la BCE, la commission européenne et le FMI s’interrogeront pour savoir si ces acquisitions sont compatibles avec ce que l’on peut exiger de la Grèce ».
KS

Russie

M. Gorbatchev participera à une conférence en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que M. Mikhaïl Gorbatchev, dernier président de l’Union soviétique, participera à une conférence sur la Russie. La conférence portera sur le mauvais développement démocratique, et M. Gorbatchev sera le principal conférencier, avec M. Mikhaïl Kassianov, ancien Premier ministre russe. La conférence sera organisée à Helsinki les 9 et 10 novembre par le groupe des libéraux du Parlement européen.
M. Gorbatchev a dernièrement critiqué la direction actuelle de la Russie.
M. Jimmy Carter, ancien président américain, a également montré un intérêt pour y participer, mais sa participation n’a pas été confirmée.
Selon M. Carl Haglund, parlementaire européen du groupe libéral du Parlement européen, qui représente le Parti suédois de Finlande, la conférence sera organisée pour soutenir les partis libéraux de la Russie, dont Jabloko, et pour susciter un débat afin d’accorder un espace aussi pour les partis alternatifs. « Les partis libéraux ont du subir une forte pression. Les autorités ont tenté d’empêcher leur action par plusieurs moyens », selon M. Haglund.
HS/A8

Politique intérieure

Présidentielle

« Un référendum sur l’OTAN selon M. Niinistö » KS
Dans une interview accordée à Kesksisuomalainen, le candidat à la présidentielle M. Sauli Niinistö déclare que, selon lui, la Finlande ne pourra adhérer à l’OTAN qu’après l’organisation d’un référendum consultatif sur le sujet. Il estime que cela n’est pas d’actualité et ne le sera peut-être jamais.
« La direction de la Finlande passe par la coopération de défense européenne. Mais il se pourrait qu’il y ait des obstacles sur cette voie si les Etats européens membres de l’OTAN jugeaient que l’on n’approfondit pas la coopération avec les Etats non membres de l’OTAN ». Dès lors la Finlande devrait choisir si elle souhaite progresser dans cette coopération en adhérant à l’OTAN ou non.
KS

Politique salariale

Les syndicats de la métallurgie ont rejeté la proposition de médiation et la grève commence aujourd’hui
Selon Helsingin Sanomat, le conseil du syndicat de la métallurgie a rejeté jeudi soir, par 34 voix contre 18, la proposition d’entente du médiateur national, M. Esa Lonka. Le président du syndicat, M. Riku Aalto, avait pourtant conseillé à sa base d’accepter l’entente.
Le syndicat Pro des cols blancs de la métallurgie a également rejeté l’accord, même si son président, M. Antti Rinne, y était favorable.
Le patronat a aussi annoncé au médiateur national qu’il n’approuvait pas non plus sa proposition d’entente. Selon M. Risto Alanko, directeur général adjoint du patronat, la mention ambigüe concernant le droit à trois jours supplémentaires de formation, incluse dans l’accord cadre global, a rendu la médiation très difficile.
La grève a commencé ce matin dans 44 entreprises de la métallurgie et de la technologie. Il est improbable que la médiation reprenne cette semaine. La première phase de la grève touche environ 32 000 personnes.
HS/A5

Economie

Les plans sociaux se multiplient
Helsingin Sanomat rapporte que, selon la confédération syndicale SAK, les plans sociaux en Finlande ont déjà concerné cette année plus de 32000 personnes et débouchés sur 6800 licenciements et 4300 mises à pied.
Le Premier ministre et la ministre des Finances n’estiment pas que ces restructurations ne nécessitent pas de mesusres de la part du gouvernement.
HS

Outokumpu menace de supprimer 1300 emplois dont 300 en Finlande
Le groupe Outokumpu a annoncé un programme de restructuration portant sur 1300 emplois dont 300 en Finlande et 800 en Suède.
HS

« Les difficultés de Nokia diminuent »
« La chute semble terminée » TS
Nokia a annoncé son résultat trimestriel. Le chiffre d‘affaires est resté positif et les ventes de mobiles ont même augmenté à la fin de l’été. La baisse du chiffre d’affaires est inférieure aux attentes des marchés.
HS TS

Carnet de commande plein pour Kone
Kone a publié son résultat trimestriel. Le groupe a un carnet de commande de 140 millions de plus qu’en septembre 2008, avant la crise. .
HS

Malgré la crise et les économies, les entreprises continueront à distribuer des dividendes
On estime que les trois quarts des entreprises finlandaises devraient distribuer en 2012 des dividendes au moins aussi élevés que cette année.
HS

Bon résultat de Fortum
Fortum a annoncé un chiffre d’affaires pour le troisième trimestre équivalent à celui de l’année dernière (1,1 milliard d’euros) et un résultat en légère baisse (240 millions).
TS

Nulcéaire

Le STUK va durcir les règles de sécurité sur les centrales nucléaires
Le STUK prépare un rapport sur les règles de sécurité dans les centrales nucléaires. Ce rapport, motivé par l’accident de Fukushima, sera rendu public avant la fin de l’année.
Le STUK n’en a pas dévoilé le contenu mais a annoncé qu’un renforcement des mesures de sécurité sera exigé pour faire face, par exemple à une attaque terroriste ou à des attaques informatiques.
Actuellement Fortum teste un nouveau système numérique de contrôle commande qui devrait être installé dans deux ans dans sa centrale de Loviisa.
Yle

France

Présidentielle

« Hollande président ? » SK
« La faiblesse de son adversaire pourrait être le salut de Sarkozy » NP
Helena Petäistö rapporte dans Suomen Kuvalehti comment M. Hollande a lentement tissé ses réseaux pour s’imposer comme le principal candidat face à M. Sarkozy. NykyPaivä estime que les chances de M. Sarkozy d’être réélu dépendront moins de sa valeur intrinsèque que de la faiblesse de son adversaire.
SK NP

France-Finlande

Economie

« On cherche des entrepreneurs » HS
« Des entreprises françaises cherchent en Finlande des entrepreneurs pour ouvrir des franchises » HS
Helsingin Sanomat a suivi deux jeunes candidates à la création d’entreprise qui ont participé à la manifestation organisée par Ubifrance pour permettre à des groupes français de prospecter le marché finlandais pour y ouvrir des magasins en franchise.
HS

« Plus de voiliers au salon de Turku » TS
Le marché des voiliers a presque diminué de moitié depuis 2007. Dans ce contexte, ma marque française Jeanneau a bien réussi puisqu’avec 18 bateaux vendus cette année (contre 10 l’année dernière), elle occupe un cinquième du marché.
TS

Culture : Le Prix Courrier international à Kari Hotakainen
La rédaction de l’hebdomadaire Courrier international a décerné mercredi son prix du meilleur livre étranger 2011 à l’auteur finlandais Kari Hotakainen pour son roman "La Part de l’homme" (JC Lattès).

Jeudi 20 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Fonds européen de stabilité financière

« Des garanties floues qui suscitent l’émoi au parlement » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les révélations selon lesquelles la part finlandaise sous forme de garanties concernant le Fonds européen de stabilité financière pourrait doubler par rapport à la somme actuelle de 14 milliards d’euros prévue par le gouvernement, ont suscité l’émoi au Parlement.
Le président de la commission constitutionnelle a annoncé que la question serait étudiée dans les jours à venir. Helsingin Sanomat estime que le gouvernement pourrait même être amené à présenter au parlement un nouveau projet de loi sur le FESF.
HS

Selon la SAK, les banques en difficulté sous la tutelle du FESF
La confédération syndicale ouvrière finlandaise estime que le FESF et ensuite le MES devraient prendre le contrôle des banques qui devraient recourir à leurs fonds.
HS

Editoriaux
« Le conseil européen ne peut se permettre d’échouer » HS
« Le conseil européen plombé » AL
« Si ce n’est pas maintenant, ce sera pour la prochaine fois » HBL
Hufvudstadsbladet publie un éditorial dans la perspective du sommet de l’eurogroupe de ce week-end et relève que les attentes ne sont pas les mêmes partout. Alors que le Président Sarkozy souhaite une percée par peur que la zone euro et même l’ensemble de l’UE s’écroule, la chancelière fédérale Mme Merkel essaie de décourager les espoirs sur le fait que la situation puisse être soulagée dimanche. Les deux pays qui « dominent l’euro », l’Allemagne et la France, semblent avoir de visions divergentes sur la situation. L’incertitude sur les mesures nécessaires pour sauver l’euro semble engendrer d’un sommet « décisif » de plus. L’éditorialiste souhaite toutefois que le sommet puisse constituer un pas vers le moment où les Européens pourront commencer à penser à autre chose.
Helsingin Sanomat estime que, comme la sorite d’un Etat de la zone euro est exclue, il faut se préparer à une faillite ordonnée de la Grèce et à une liquidation substantielle de sa dette. Le conseil européen doit proposer un modèle européen de recapitalisation des banques et avancer la création du MES afin de protéger tant l’Espagne et l’Italie que le système bancaire européen. En l’absence de décisions au conseil européen, la réaction des marchés sera très critique contre les banques et les Etats en difficulté, conclut HS.
Aamuelthi estime que le conseil européen n’arrivera pas à résoudre la question de la crise économique car l’immensité des dettes souveraines constitue un trop gros adversaire.
Ari Niemi, dans Turun Sanomat, estime que l’on connaît les décisions à prendre, mais le problème est que qu’il faudrait prendre des décisions en commun et rapidement. Or, dans l’UE c’est souvent réalisé selon le plus petit dénominateur commun et très lentement. Les décisions sont très difficile à prendre dans des périodes comme aujourd’hui où le nationalisme renait. Depuis 2008, la France et l’Allemagne jouent un rôle prépondérant pour résoudre la crise, et les autres Etats risquent d’être sur la touche. Les petits Etats sont divisés en deux groupes : d’une part ceux qui ont besoin d’aide et en appellent à l’intérêt commun et d’autre part, ceux qui contribuent au budget commun et flirtent avec le nationalisme. M. Niemi estime qu’en Finlande, où traditionnellement on a privilégié la méthode communautaire, l’essor du nationalisme et la crise ont poussé des politiciens à une tentation pour la pensée eurosceptique de type britannique selon laquelle l’uE ne devrait être qu’une zone de libre-échange. « Il n’y a riend e bon dans le nationalisme. Le repli sur soi et la fermeture des frontières tentent de nombreuses personnes », regrette M. Niemi.
HS Hbl AL TS

BCE

La lutte contre l’inflation avant tout
Helsingin Sanomat rapporte que l’on estime que le gouverneur de la banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, qui va céder sa place à Mario Draghi, est considéré comme avoir bien réussi durant son mandat de huit ans à la tête de la BCE.
HS

Editorial : « La BCE devrait baisser son taux » HS
Helsingin Sanomat estime que pour soutenir la croissance, la BCE devrait diminuer son taux.
HS

Journée de la dignité

Propos de Desmond Tutu
Helsingin Sanomat rapporte que l’archevêque émérite Desmond Tutu a participé hier à Espoo, avec le président Martti Ahtisaari, à une journée de la dignité, lancée par le prince Haakon de Norvège et le philosophe finlandais Pekka Himanen.
M. Tutu, 80 ans, estime qu’il ne faut pas se taire sur le racisme. « Il est général que les gens cherchent des coupables surtout dans les situations où l’économie est faible. »
Quant à la Libye, il est choqué des propos de Mme Clinton, secrétaire d’Etat américaine, selon lesquels il fallait attraper et même tuer M. Kadhafi. « Cela me rend très triste. Il faut bien entendu traduire M. Kadhafi devant la Cour pénale internationale. Il faut suivre les principes de la légalité. »
Les évènements du printemps arabe l’ont amené à penser que les musulmans par exemple sont souvent traités comme des masses. « Il y a pourtant de bons et de mauvais musulmans, comme il y a de bons et de mauvais chrétiens. »
Selon M. Tutu, les chrétiens sont les derniers à avoir le droit d’appeler quelqu’un de terroriste. « Nous avons fait des croisades, nous sommes coupables de l’holocauste, de l’apartheid et des violences en Irlande du Nord. »
HS/A8

Politique intérieure

Réforme constitutionnelle

« Les Vrais finlandais s’opposent à l’inscription d’une référence à l’UE dans la constitution » HS
Le parlement va voter vendredi sur la réforme constitutionnelle qui réduit les pouvoirs du président, inscrit la participation à l’UE dans la constitution et permettra les projets de lois d’initiative populaire. Le texte, approuvé par la précédente législature, doit être voté à la majorité qualifiée des trois cinquièmes par l’actuelle législature.
Les Vrais finlandais ont annoncé leur opposition au texte. Ils refusent notamment l’inscription de la participation à l’UE dans la constitution.
M. Soini estime que cette inscription n’est pas nécessaire. En revanche, il ne considère pas que la querelle des deux assiettes (résolue par la décision que, désormais, seul le Premier ministre participe au conseil européen) soit importante. « Je suis bien plus inquiet pour l’assiette que nous n’avons pas quand M. Sarkozy et Mme Merkel se rencontrent. On débat ici de savoir si deux assiettes pour la finlande à Bruxelles posent problème alors qu’il faudrait se demander où est notre couvert à Berlin ou à Paris ».
HS KS

Politique salariale

Le médiateur n’a pas pu donner de proposition d’entente
Selon Helsingin Sanomat, le médiateur national, M. Esa Lonka, qui a dirigé hier les négociations entre le syndicat et le patronat de la métallurgie, n’a pas pu proposer une entente aux négociateurs parce qu’un accord sur la mention concernant le droit à trois jours supplémentaires de formation n’a pas été trouvé. Les syndicats veulent que les employés aient le droit à une formation supplémentaire de trois jours par an, tandis que le patronat estime qu’une formation au maximum de trois jours pourrait être accordée si nécessaire. Selon M. Lonka, cette question est résolue avec les confédérations et le gouvernement.
Les dirigeants des confédérations syndicales et du patronat, ainsi que le ministre du Travail, M. Ihalainen, ont tenté de clarifier la question, mais le syndicat des employés a estimé que la promesse sur une formation supplémentaire n’était pas suffisamment claire.
La médiation, qui a été interrompue à dix heures du soir, reprendra jeudi matin. M. Ihalainen a fait appel aux partenaires pour qu’un accord soit conclu rapidement.
Une grève dans 44 entreprises de la métallurgie et de la technologie commencera si les partenaires ne trouvent pas d’accord avant vendredi matin.
HS/A8

Ecoles

Selon un sondage, les parents sont favorables à des quotas d’élèves immigrés dans les écoles
Helsingin Sanomat relève que selon les résultats d’un sondage effectué pour le compte du quotidien, 57 % des parents dans la région de la capitale sont prêts à limiter le nombre d’élèves immigrés dans les écoles. 28 % sont d’avis opposé et 14 % ne se prononcent pas.
A Espoo et à Kauniainen 64 % et à Helsinki 52 % des parents sont favorables à limiter leur nombre des élèves d’origine étrangère.
47 % des personnes interrogées estiment que les enfants immigrés n’apprennent pas bien le finnois s’il y a trop d’élèves qui ont une autre langue maternelle que le finnois.
HS/A3&13

Extreme droite

Réunion du front national à Helsinki samedi
Helsingin Sanomat annonce que le Front national finlandais organise un séminaire samedi à Helsinki. Y sont invités des représentants de l’extrême-droite italienne et allemande.
HS

Défense

L’industrie de l’armement critique le budget
Les réductions budgétaires de la défense risquent de mettre l’industrie finlandaise de la défense en difficulté. Ces entreprises emploient en tout 5 000 personnes, et pour la plupart, la défense nationale est leur seul client. Les années, où Patria arrive à décrocher de grosses commandes, environ 5 pourcents de la production est consacré à l’exportation.
L’Etat devrait maintenant réévaluer cette industrie pour savoir ce qui représente un intérêt pour la Finlande et ce à quoi on pourrait renoncer.
YLE

Economie

Outokumpu menace de supprimer 1300 emplois dont 300 en Finlande
Le groupe Outokumpu a annoncé un programme de restructuration portant sur 1300 emplois dont 300 en Finlande et 800 en Suède.
HS

Otavamedia supprime 80 emplois
La maison d’édition Otavamedia va lancer un plan social concerant 80 emplois sur les 506 que compte le groupe.

Les ouvriers ont bloqué l’usine de M-Real en France
Helsingin Sanomat rapporte qu’après l’annonce de la fermeture de l’usine d’Alizay par M. Real, les ouvriers ont décidé d’occuper l’usine jusqu’à vendredi.
HS

France

Présidentielle

« Victoire de la gauche attendue en France » HBL
Hufvudstadsbladet publie un article de Gunn Gestrin sur l’élection présidentielle en France et notamment la primaire des socialistes. Mme Gestrin relève que si les prévisions ne se trompent pas, c’est M. Hollande qui sera le prochain Président.
HBL/16

Editorial : « La gauche choisit le gris » HS
Kaija Virta revient sur les difficultés de la gauche durant la cinquième république. Elle cite Alain Bergougniooux et Gérard Grumbrg (L’ambition et le remords) qui considèrent que, après chaque exercice du pouvoir, la gauche a été saisie de déceptions tant les promesses n’avaient pu être tenues. La gauche française ne considère pas que la gestion des affaires de l’Etat est l’objectif naturel du parti. « C’est peut-être pour cela que les socialistes français semblent plus rétrogrades que de nombreux de leurs partis frères européens. En France, la gauche peut se gausser du nombre d’intellectuels qui la soutiennent, mais le fardeau des idéaux grève son énergie politique », conclut Mme Virta.
HS

Economie

Le coût des emprunts de la France va augmenter
Helsingin Sanomat rapporte qu’une agence de notation a indiqué mettre sous surveillance la note de la France.
KL

France-Finlande

Culture

Festival de théâtre de masques
Hufvudstadsbladet présente le festival international MasQue, organisé pour la troisième fois à Helsinki par le théâtre Metamorfoosi et qui accueille des troupes de France, de Grande-Bretagne et de Suisse.
HS

Mercredi 19 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Fonds européen de stabilité financière

« La Finlande prend un grand risque » HS
« Les garanties pourraient doubler » HS
Helsingin Sanomat relève que la part finlandaise sous forme de garanties concernant le Fonds européen de stabilité financière pourrait doubler par rapport à la somme actuelle de 14 milliards d’euros prévue par le gouvernement.
Le sous-secrétaire d’Etat aux Finances, M. Hetemäki, relève que la somme inscrite dans la loi adoptée par le Parlement en septembre ne prévoit pas les intérêts, alors que les garanties sont censées les couvrir.
Les textes concernant l’engagement de la Finlande ne sont pas explicites. M. Tuori, chercheur à l’Université de Helsinki, relève que d’une part, on a inscrit que tous frais compris la participation finlandaise ne pouvait excéder 14 milliards d’euros, et d’autre part, on note que les frais feront augmenter cette somme.
HS/B4

Crise de l’euro

Billet de M. Rehn
Hufvudstadsbladet publie un point de vue de M. Rehn, commissaire chargé de l’Economie, qui présente le plan de la Commission européenne qui comporte six nouvelles mesures afin de donner à l’UE des règles plus efficaces au niveau de direction et de contrôle économique.
M. Rehn se félicite du paquet intitulé « sixpack » et estime qu’il permettra une nouvelle culture économique et financière pour l’Europe.
HBL/16

Gestion de crise

La Finlande envisage de continuer dans l’opération en Somalie
La Finlande devrait continuer de participer à la formation des troupes de sécurité somaliennes. Le secrétariat du premier ministre soumettra à la présidente une proposition de participation à l’opération de l’UE avec un maximum de dix soldats.
Cette opération coûterait à la Finlande environ un million d’euros, principalement des dépenses salariales.
Jusqu’à ce jour, l’opération s’est chargée de la formation de quelque deux mille Somaliens. Une nouvelle période de formation d’environ un an est prévue à partir d’octobre. Elle sera consacrée à la formation d’encadrement d’un groupe restreint.
La formation aura lieu en Ouganda.
L’UE tente de soutenir le gouvernement provisoire de la Somalie par le biais de la formation. La situation de la sécurité dans le pays reste inquiétante et le gouvernement provisoire s’appuie beaucoup sur le soutien extérieur.
TS17.10/13

Exportations d’armes

Amnesty reproche à la Finlande ses exportations d’armes vers les gouvernements autoritaires
L’organisation Amnesty International reproche à la Finlande d’avoir vendu des armes aux gouvernements autoritaires d’Afrique du nord et du Proche-Orient.
Selon Amnesty, la Finlande aurait vendu à Bahreïn de petites quantités de munitions en 2006-2007, puis des fusils de précision et des munitions en 2009.
Selon les informations obtenues par la douane, une quantité de 205 fusils de précision auraient été exportés pour l’armée de Bahreïn début 2011.
En 2006 et 2008 la Finlande a exporté des canons en Egypte.
TS/13

Terrorisme

M. Kullberg s’inquiète du discours de haine
Helsingin Sanomat rapporte que la police de sûreté Supo vient de publier un livre intitulé « La Finlande, le terrorisme et la Supo », édité par le chercheur Anssi Kullberg.
Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le risque d’actes terroristes est le moins important en Finlande (avec l’Islande, la Suisse, les pays baltes et les pays de l’Europe orientale) parmi les pays européens. « Ce sont tous des pays petits ou de taille moyenne, qui n’ont pas été des Etats colonisateurs ou des puissances régionales et qui n’ont pas de rôle important dans la politique internationale », estime M. Kullberg.
Les auteurs du livre ne veulent pas combattre les mouvements extrémistes séparés par des interdictions et restrictions. « Il serait assez dangereux de censurer les opinions des groupes radicaux. Cela mènerait facilement à une situation où les groupes ne s’expriment plus oralement mais avec des armes ou des bombes », selon M. Kullberg.
M. Kullberg s’inquiète de la généralisation du discours de haine contre l’islam. « Il y a un danger que cela provoque les musulmans. Pour l’instant, il n’y a pas de discours islamiste visible. La situation n’est pas la même qu’en Suède ou en Norvège où certains dirigeants religieux incitent à la haine. »
HS/A6

Politique intérieure

Election présidentielle

L’audience de M. Lipponen est étonnamment basse
Helsingin Sanomat relève que le score modeste, 7 %, de M. Paavo Lipponen, candidat présidentiel du PSD, dans le sondage publié hier dans le quotidien a suscité l’étonnement. Mme Mari K. Niemi, chercheur en science politique à l’université de Turku, estime que la position pro-européenne de M. Lipponen est un risque dans le climat d’opinion actuel.
« M. Lipponen a antérieurement été considéré comme un expert de la politique étrangère et européenne. Cette image n’a pourtant plus la même valeur positive », selon Mme Niemi.
Mme Niemi souligne que le plus grand défi de M. Lipponen est d’exprimer les thèmes européens de façon intéressante du point de vue des électeurs. Selon certains sociaux-démocrates, la position positive de M. Lipponen à l’égard de l’Europe peut aussi ouvrir des possibilités, parce que les deux candidats eurosceptiques, MM. Soini et Väyrynen, se battent pour les voix des mêmes électeurs.
Les sociaux-démocrates interviewés ne s’inquiètent pas pour l’audience de M. Lipponen. M. Esko Ranto, chef de sa campagne, rappelle que la campagne proprement dite n’a même pas commencé encore. Il est convaincu que les chiffres d’audience changeront pendant la campagne.
Le quotidien note que l’image de M. Lipponen a été influencée aussi par son rôle de consultant pour l’entreprise russo-allemande de gazoduc depuis 2007.
HS/A10

Défense

Les coupes du budget de la défense critiquées par le syndicat des réservistes
Le syndicat des réservistes critique les coupes budgétaires sur la défense opérées en Finlande alors que les financements prévus pour les activités internationales sont en hausse. Les dépenses de gestion de crise militaire à l’étranger augmenteraient de 10%. Reconvertis en euros, cela signifierait en gros 7 millions d’euros, ce qui est une petite somme dans le budget de la défense de 2,8 milliards d’euros.
Selon le président du syndicat des réservistes, M. Nyberg, le financement de la gestion de crise militaire internationale devrait, dans la situation économique actuelle, être secondaire.
YLE

Harcèlement sur le lieu de travail ressenti par des employées de la défense nationale
Environ une femme sur cinq au sein de la défense nationale a été victime de harcèlement ou brimades sur le lieu de travail, révèle un rapport publié mardi par l’Université de Tampere.
Environ 8 000 personnes de la défense nationale ont répondu à cette enquête. L’état-major des forces de défense estime que les résultats de l’enquête obtenus au sein de la défense nationale ne diffèrent pas considérablement des résultats sur les autres lieux de travail.
HS

Politique salariale

Le sort des grèves devrait être résolu aujourd’hui
Selon Helsingin Sanomat, le syndicat et le patronat de la métallurgie ont négocié, sans résultat, toute la journée de mardi à la direction du médiateur national, M. Esa Lonka. Le syndicat et le patronat n’interprètent pas de la même façon la mention ambigüe sur le droit à trois jours supplémentaires de formation, mentionné dans l’accord. Les négociations poursuivent aujourd’hui.
HS/A8

Economie – fermetures et licenciements

M-real ferme une usine en France et supprime des postes en Allemagne
Le groupe forestier M-real entame les négociations pour la fermeture de son usine de papier qui emploie 330 personnes à Alizay en France. Cette usine est déficitaire et entraîne des pertes de trois millions d’euros par mois pour le groupe finlandais en dépit des restructurations et investissements qui y ont été faits.
Dans le même temps, M-Real a annoncé la suppression de 440 emplois en Allemagne à Gohrsmühle.
HS/A4

Ahlstrom et Lemminkäinen annoncent des plans sociaux
Alhstrom envisage de licencier 163 personnes de son usine de Karhula.
Lemminkäinen entamera les négociations concernant son objectif de suppression de 300 emplois.
HS/B6

Nucléaire

Selon M. Laaksonen, il y avait un manque de compétences sur le chantier d’olkiluoto
Dans le magazine d’actualité A-Studio d’Yle, lundi soir, le directeur de l’autorité finlandaise STUK, M. Jukka Laaksonen a fermement critiqué le « manque de compétence des constructeurs d’OL3 ». Selon lui, le consortium Areva-Siemens savait dès le début que le calendrier ne pourrait pas être tenu.
Il critique particulièrement Areva et juge que l’alliance entre la culture française et allemande a été difficile à réaliser et que Siemens n’a pu se faire entendre.
Selon M. Laaksonen Areva est responsable du retard et non le STUK qui valide les documents et travaux.
Yle publie par ailleurs sur son site un échange de lettre entre le directeur du STUK M. Laaksonen et la PDG d’Areva Mme Lauvergeon en décembre 2008 – janvier 2009.
KL Yle

Le STUK va durcir les règles de sécurité sur les centrales nucléaires
Le STUK prépare un rapport sur les règles de sécurité dans les centrales nucléaires ; Ce rapport, motivé par l’accident de Fukushima, sera rendu public avant la fin de l’année.
Le STUK n’en a pas dévoilé le contenu mais a annoncé qu’un renforcement des mesures de sécurité sera exigé pour faire face, par exemple à une attaque terroriste ou à des attaques informatiques.
Yle

France

Société

« Les communications bons marchés » TS KS
Turun Sanomat et Keskisuomalainen publient un article de leur correspondant en France sur la concurrence dans la téléphonie mobile.
TS KS

Economie

« La note AAA de la France menacée » KL
Kauppalehti rapporte qu’une agence de notation a indiqué mettre sous surveillance la note de la France.
KL

Mardi 18 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Finlande – Estonie

Visite du Président estonien, M. Ilves
Le Président estonien, M. Ilves, qui était en visite en Finlande, hier, a souligné, avec son homologue, Mme Halonen, qu’il faut soutenir la Grèce. Ne pas aider ce pays serait une catastrophe, estime M. Ilves. Pour les Estoniens, aider la Grèce n’est pas évident, l’Estonie étant statistiquement moins prospère.
Mme Halonen estime que les avantages de l’euro sont incontestables. Pour elle, même la France et l’Allemagne ne sont pas suffisamment fortes pour réussir seules sur le marché mondial. Elle estime que si l’euro n’existait pas, il faudrait l’inventer.
Outre la crise de l’euro, les Présidents ont évoqué l’état de la mer Baltique.
M. Ilves a également rencontré le Premier ministre, M. Katainen, ainsi que le président du Parlement, M. Heinäluoma.
HS, UD, HBL/7

Traite des personnes

Selon Mme Biaudet, la police a du mal à reconnaître la traite des personnes
Mme Biaudet, déléguée aux minorités et rapporteur national en matière de traite des personnes, candidate du Parti suédois à la présidentielle, estime que la police ne reconnaît pas suffisamment bien les victimes de la traite des personnes. La police a tendance à qualifier la criminalité liée à la prostitution de proxénétisme au lieu de la catégoriser comme de la traite des personnes.
Mme Roth, inspecteur au bureau de délégué pour les minorités, relève que des victimes sont expulsées de Finlande sans reconnaître qu’il s’agit de traite des personnes et qu’il faudrait orienter ces personnes vers un programme de soutien.
Selon des estimations, des centaines de personnes sont victimes de traite des personnes en Finlande tous les ans, mais le nombre de jugements prononcés ne s’élève qu’à quelques uns par an.
La police s’étonne de ces critiques et relève que le nombre de cas de traite des personnes a augmenté, ce qui veut dire que la police les reconnaît mieux qu’avant. M. Lardot de la direction nationale de la police relève que la police travaille en coopération étroite avec le procureur et ne se base ainsi pas sur son seul jugement.
La direction nationale de la police est en train de rédiger de nouvelles consignes en la matière, en coopération avec le délégué pour les minorités.
HS, HBL

Politique intérieure

Election présidentielle

Sondage : M. Niinistö toujours en tête
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage sur l’audience des candidats présidentiel, effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, le candidat du Parti conservateur, M. Sauli Niinistö, est toujours le candidat le plus populaire avec une audience de 50 %.
M. Timo Soini, candidat des Vrais Finlandais, obtient une audience 8 %, M. Paavo Lipponen (PSD 7 %, MM. Paavo Väyrynen (Centre) et Pekka Haavisto (Alliance verte) tous deux 6 % et Mme Eva Biaudet (Parti suédois) 3 %. Le président de l’Alliance des gauches, M. Paavo Arhinmäki, qui n’a pas annoncé sa candidature, est crédité de 2 %, de même que Mme Sari Essayah, candidate éventuelle des Chrétiens-démocrates.
HS note que la popularité de M. Soini reste encore loin de celle de son parti, même si M. Soini a annoncé ses intentions bien avant le sondage du quotidien. Les Vrais Finlandais ont toutefois confiance en M. Soini. « Je suis convaincue que son audience monte quand commencera la campagne proprement dite », estime Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, présidente du groupe parlementaire.
L’audience de M. Niinistö est plus élevée chez sociaux-démocrates que celle de M. Lipponen, candidat officiel du parti. Parmi les conservateurs, M. Niinistö aurait 89 % des voix, parmi les centristes 47 %, chez les sociaux-démocrates 38 %, auprès des Vrais Finlandais 37 %, parmi les verts 29 %, et chez les partisans de l’Alliance des gauches 33 %.
47 % des Vrais Finlandais voteraient pour M. Soini, 41 % des centristes pour M. Väyrynen, 40 % des verts pour M. Haavisto, 36 % des sociaux-démocrates pour M. Lipponen et 25 % des partisans de l’Alliance des gauches pour M. Arhinmäki.
Au second tour, M. Niinistö aurait 73 % contre M. Lipponen, qui aurait 15 %. M. Niinistö battrait M. Soini par 74 % contre 16 % et M. Väyrynen par 77 % contre 12 %.
HS/A3&A5

Editorial de HS : M. Niinistö est à part
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le résultat du sondage présidentiel récent n’est pas une surprise. A la lumière de ce sondage, il pourrait même être élu au premier tour.
L’audience des autres candidats varie très peu. M. Haavisto, candidat d’un petit parti, est presque aussi populaire que les candidats de trois plus grands partis. Cela s’explique du fait qu’à l’élection présidentielle, les électeurs votent principalement pour une personne.
L’élection aura lieu dans trois mois et les campagnes n’ont pas encore vraiment commencé. L’élection présidentielle finlandaise à deux tours a déjà montré antérieurement que des changements importants dans l’audience des candidats sont tout à fait possibles pendant la campagne.
HS/A2

Négociations salariales

L’accord cadre échouerait sans un accord au niveau des municipalités
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Katainen nécessite que l’accord cadre global couvre un très grand nombre de syndicats. Les accords au niveau des syndicats devraient être conclus au plus tard le 25 novembre.
Les accords au niveau des municipalités sont décisifs parce qu’ils touchent à 430 000 personnes. Sans l’accord des communes il n’y aura même pas d’accord cadre global.
HS/A7

France

Politique

« Hollande, le prochain président français ? » AL
« Ce n’est pas une personne qui passionne les foules » AL
« L’opportunité pour la gauche française » HS
« La gauche se choisit un candidat pour défier M. Sarkozy » IS
« Le parfait contraire de M. Sarkozy » UD
Aamulehti publie un portrait de François Hollande et estime, dans son éditorial que M. Hollande « ne passionne pas les foules », mais que sa candidature répond à une attente populaire.
Uutispäivä Demari publie un portrait de M. Hollande et estime qu’il constitue le meilleur candidat face à M. Sarkozy.
L’éditorialiste d’Ilta-Sanomat estime que M. Hollande qui a été choisi par la primaire socialiste est devenu le favori pour succéder à M. Sarkozy à la présidence. « La France a de grandes difficultés économiques en raison de la situation délicate de son secteur bnacaire et d’un fort chômage. Si le pouvoir changea it au printemps prochain, le successeur de M. Sarkozy en héritera aussi des problèmes ».
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que la gauche française a l’opportunité de voir son candidat s’installer à l’Elysée au printemps prochain. « En 2007, on espérait que le prochain président mettrait sur la voie des réformes une France qui semblait en retard par rapport au reste des grands pays de l’Europe occidentale. M. Sarkozy a été très actif, mais aux yeux des Français il n’écoute pas suffisamment le peuple et n’est donc pas un vrai réformateur. Son style qui irrite, combiné à la crise économique, lui ont ôté la réputation de réformiste. M. Hollande essaie d’être populaire plus en pansant les palies du passé qu’en apparaissant comme un faiseur d’histoire. Son programme est un mélange difficile de la gauche traditionnelle, du réalisme nécessaire face à la crise et d’un clin d’œil à l’anti-mondialisation. »
AL IS UD HS

Société

« La Justice met la femme la plus riche de France sous tutelle » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la principale actionnaire de L’Oréal a été mise sous tutelle. HS

France-Finlande

Culture

Festival de théâtre de masques
Helsingin Sanomat présente le festival international MasQue, organisé pour la troisième fois à Helsinki par le théâtre Metamorfoosi et qui accueille des troupes de France, de Grande-Bretagne et de Suisse.
HS

Lundi 17 octobre 2011
Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

« Selon M. Liikanen, les banques doivent être recapitalisées d’abord par de l’argent privé » HS
« M. Liikanen veut renforcer les pouvoirs du commissaire à l’Economie » Kaleva
Le gouverneur de la banque de Finlande estime qu’il faudrait renforcer les pouvoir du commissaire à l’Economie dans le contrôle du pacte de stabilité et de croissance ainsi que du développement de la compétitivité des Etats membres.
M. Liikanen considère aussi qu’il faut recapitaliser les banques européennes. 3cela doit se faire en priorité par de l’argent privé. « La dernière possibilité est bien entendu que les Etats soient prêts à participer à cette recapitalisation ». Dans ce cas cela ne serait pas sans contrepartie, c’est-à-dire l’accès des pouvoirs publics dans le capital des banques.
Le gouverneur de la banque de Finlande et la directrice de FIVA, autorité de surveillance des marchés financiers étaient entendu par la commission des Finances du parlement pour une audition publique qui a lieu une fois par an.
HS Kaleva

« Une semaine décisive pour l’euro » HS
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, la ministre des Finances Jutta Urpilainen déclare que la Finlande n’est pas favorable à un renforcement du FESF après celui qui vient d’être approuvé et porte à 14 milliards les garanties finlandaises. En revanche, elle estime qu’il est possible d’augmenter la capacité de prêts au moyen du FMI. « Nous avons proposé que les grands Etats non membres de la zone euro qui ont un excédent puissent accorder des prêts par l’intermédiaire du FMI. Cela ne nécessiterait pas d’augmentation des réserves du FMI, mais cela servirait de pare-feux crédible » empêchant une propagation de la crise de la dette.
La Finlande est favorable à la proposition du président de la commission M. Barroso d’avancer l’entrée en vigueur du mécanisme européen de stabilité. « Le MES comprend deux éléments positifs : il intègre la possibilité de liquidation des dettes des créanciers privés et d’autre part les prêts du MES sont des créances prioritaires, ce qui permet aux contribuables des Etats de l’eurogroupe et du FMI d’être remboursés en premier.
Concernant la recapitalisation des banques, elle souligne que la position de la Finlande est que la recapitalisation doit être réalisée en priorité par les actionnaires et par les Etats nationaux des banques. Ce n’est qu’en dernier recours que l’on pourrait faire appel au FESF ».
Elle est catégoriquement opposée aux euroobligations. « Nous n’acceptons en aucun cas les euroobligations. Cela conduirait à une faillite morale. Ceux qui ont bien tenu leur budget assumerait la responsabilité de ceux qui ont été laxistes ».
Mme Urpilainen n’est pas favorable à de nouvelles institutions pour gérer la crise : « Cette crise ne sera pas résolue par de nouvelles institutions. On a besoin de moins de dirigeants et de moins d’organes mais d’une meilleure direction et d’une meilleure préparation des décisions ».
HS

Proche-Orient

La Finlande accueillera un congrès sur les armes de destruction massive en 2012
La Finlande a été sélectionnée auprès de l’ONU, pour organiser un congrès afin de promouvoir la création d’une zone sans armes nucléaires et autres armes de destruction massive au Proche-Orient.
M. Laajava, sous-secrétaire d’Etat, a été désigné à la tête des préparatifs. Il relève que la date exacte et les autres détails restent à définir, mais que l’idée est d’inviter l’ensemble des pays arabes. L’Iran, Israël, ainsi que les grandes puissances figurent parmi les participants.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, estime que cette tâche est une reconnaissance importante pour la Finlande. Il considère que si la zone sans armes de destruction massive pouvait être réalisée, ce serait un grand pas en faveur de la paix et de la stabilité dans la région. Le congrès permettra de favoriser le dialogue sur les questions de sécurité entre les Etats de la région, selon lui.
M. Laajava souligne la difficulté de la tâche tout en affirmant que même un petit progrès est extrêmement important.
Mme Laivola de Rosière, conseillère au ministère des Affaires étrangères, estime que la conférence pourrait contribuer à la réputation de la Finlande en tant qu’Etat actif, dans la perspective de son éventuelle participation au Conseil de sécurité en 2013-2014.
HS/sam/A5, KS/sam/11

Sécurité

Le mystère de l’Arctic Sea
Dans un ouvrage à paraitre cette semaine sur la Finlande et les nouvelles crises, un certain nombre d’experts en matière de sécurité ont enquêté entre autres sur le cas du cargo Arctic Sea, détourné en mer Baltique en 2009.
A la lumière de leur enquête, ces chercheurs pensent que le cargo avait peut-être transporté de la matière première utilisable dans la guerre chimique, pouvant être liée à la technologie nucléaire ou aux armes chimio-biologiques. Arctic Sea était passé à Kaliningrad où ce type de matériel est stocké. Il est possible que des préparatifs aient été effectués là-bas pour placer ce type de frêt dans le bateau.
Ces mêmes experts estiment toutefois que le cargo était réellement vide au moment où il est arrivé à Pietarsaari pour chargement. Selon leur théorie, le matériel avait peut-être été conduit sur le bateau plus tard dans les eaux territoriales suédoises.
Les experts ne pensent pas que le bateau ait transporté des missiles lourds de défense aérienne, comme prétendu. Etant donné que le cargo avait été chargé de bois en Finlande, il n’y avait pas de place.
Les auteurs du livre ne pensent pas non plus qu’il s’agisse de l’Etat russe qui était à la manoeuvre car il aurait des itinéraires bien plus faciles pour ce type de transport. Selon eux, il s’agit de criminels professionnels. Reste à savoir au service de qui. Il est probable que la destination prévue de la marchandise se trouvait au Proche-Orient.
HS16.10/D2

Terrorisme

Selon Iltalehti, un dirigeant de l’organisation Al-Shabaab s’est rendu en Finlande, en 2009, pour recruter des personnes
Helsingin Sanomat relève que selon Iltalehti, le leader spirituel d’Al-Shabaab, M. Hussein, s’est rendu en Finlande en 2009 dans le but de rechercher du financement et de nouveaux membres. IL se réfère à des informations diffusés par Wikileaks et basées sur un message de l’ambassade des Etats-Unis en Suède.
HS/sam/A11

Demandeurs d’asile

« Pas de fermetures de centres d’accueil de réfugiés en vue » HS
La ministre démocrate chrétienne de l’Intérieur, Mme Räsänen, avait prévu qu’avec le nombre décroissant de demandeurs d’asile arrivant en Finlande, on pourrait envisager de fermer quelques centres de réfugiés.
L’Office national de l’immigration relève toutefois qu’il ne s’agit pas d’en fermer. Le taux d’utilisation de la capacité de la vingtaine de centres est de 80 %.
Les frais engendrés par l’accueil de réfugiés et de demandeurs d’asile s’élevaient à 100 millions d’euros en 2010. Cette année, il est prévu qu’ils s’élèveront à 80 millions et concernant 2012, à 65 millions d’euros.
Depuis quelque temps, les réfugiés syriens figurent parmi les dix nationalités les mieux représentées parmi les demandeurs d’asile.
HS/sam/A5

Espace Schengen

Propos de M. Heinäluoma
Le président du Parlement, M. Heinäluoma, critique la décision du gouvernement d’empêcher l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace Schengen. Pour lui, la position de la Finlande est problématique.
Il estime qu’il aurait été mieux de suivre l’exemple de l’Allemagne et des autres Etats de l’Europe occidentale. Pour lui, la politique européenne devrait consister à se faire des amis et non pas des ennemis.
M. Heinäluoma estime toutefois qu’il sera encore possible de trouver un compromis dans cette question, durant les mois à venir.
HS/dim/A12

Manifestation

Une manifestation Occupy Helsinki a été organisée, samedi
Des manifestations s’inspirant, entre autres, de celles organisées à New York, ont été organisées en Finlande ce week-end, autour des thèmes comme les droits de l’enfant, l’égalité économique et l’influence des citoyens.
A Helsinki, la manifestation a réuni 150 personnes. Des manifestations ont également eu lieu à Tampere, Turku et Oulu.
HS/dim/A16

Politique intérieure

Négociations salariales

Le conseil du syndicat de la métallurgie a décidé de négocier sur la base de l’accord cadre
Helsingin Sanomat rapporte que le conseil du syndicat de la métallurgie, réuni samedi, a décidé, par 38 voix contre 12, de participer aux négociations sur une nouvelle convention collective sur la base de l’accord cadre avec le patronat. Le syndicat Pro des employés de la métallurgie a également décidé de commencer les négociations.
La convention collective précédente a expiré en septembre et la situation de négociations a été difficile. Une grève menace de commencer vendredi dans 44 entreprises.
Les négociations de la métallurgie continuent aujourd’hui.
Les autres branches attendent maintenant le sort des négociations de la métallurgie. S’il n’y a pas d’accord dans la métallurgie, il est même possible que cela signifie la mort de l’accord carde global.
HS/dim/A6

Election présidentielle

M. Soini désigné officiellement candidat présidentiel des Vrais Finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que le conseil national des Vrais Finlandais, réunis samedi, a désigné officielle le président du parti, M. Timo Soini, comme candidat présidentiel.
L’objectif minimum de M. Soini est d’arriver au second tour de l’élection. Il souligne qu’il aurait été catastrophique que les Vrais Finlandais ne désignent pas leur propre candidat.
HS/dim/A6

Elections aux îles Åland

Les libéraux ont perdu, les sociaux-démocrates ont gagné
Selon Turun Sanomat, les élections du « parlement » ålandais lagtinget ont eu lieu dimanche aux îles Åland. Selon les résultats préliminaires, les libéraux, qui ont été le plus grand groupe pendant la dernière législature de quatre ans, ont perdu quatre de leurs dix sièges. Les centristes seraient le plus grand groupe avec sept sièges. Les sociaux-démocrates, qui étaient dans l’opposition depuis quatre ans, auraient doublé leur nombre de sièges de trois à six. Le lagtinget comporte 30 sièges.
Le thème le plus important des élections a été la situation économique affaiblie des îles Åland.
TS/lun/7, HS/lun/A5

Nulcéaire

Fennovoima a obtenu un long délai pour décider de ses futurs déchets
Helsingin Sanomat rapporte que Fennovoima qui envisage de demander l’autorisation de construire une centrale nucléaire fin 2013 ou début 2014 dispose d’une décision du gouvernement lui donnant jusqu’à l’été 2016 pour s’entendre avec Posiva sur une coopération concernant le stockage des déchets.
L’ingénieur du ministère de l’Economie Jorma Aurela justifie ce long délai accordé à Fennovoima pour déterminer la gestion de ses futurs déchets par la volonté de permettre à l’entreprise de faire les études nécessaires.
HS

France - Finlande

Visite de l’Ambassadeur à Jyväskylä

« Plus de pouvoirs budgétaires pour l’UE »
« On pourrait avoir besoin de l’aide européenne pour renflouer les banques »
« Selon l’ambassadeur nous sommes tous dans le même bateau »
« La Finlande attire les étudiants français »
Kesksisuomalainen, Turun Sanomat et Kaleva publie une interview de l’ambassadeur de France qui s’est rendu à Jyväskylä.
TS KS Kaleva

France

Politique

« Hollande va défier Sarkozy » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage sur le second tour de la primaire socialiste.
HS

Culture

Diane Arbus au Jeu de paume
Helsingin Sanomat publie un reportage sur l’expositin Diane Arbus au Jeu de paume.
HS

Vendredi 14 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Parlement européen

La Finlande critiquée pour son populisme
Turun Sanomat rapporte que le Parlement européen a critiqué la Finlande et les Pays-Bas pour avoir empêché l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’espace Schengen.
Le Parlement a adopté jeudi une résolution demandant à tous les pays membres de respecter leurs obligations et d’accepter l’élargissement de l’espace Schengen sans appliquer des critères supplémentaires.
Le vote a divisé les europarlementaires finlandais. MM. Carl Haglund (élu en Finlande sur la liste du parti suédois), Ville Itälä (parti conservateur), Mitro Repo (PSD) et Mmes Liisa Jaakonsaari (PSD), Riikka Manner (centre) et Sirpa Pietikäinen (parti conservateur) ont vote pour la résolution. Mmes Sari Essayah (parti des chrétiens-démocrates), Anneli Jäätteenmäki (centre), Eija-Riitta Korhola (parti conservateur) et MM. Hannu Takkula (centre) et Sampo Terho (Vrais Finlandais) ont voté contre, tandis que les deux représentantes des Verts, Mmes Tarja Cronberg et Satu Hassi ont voté blanc.
TS/16

Politique intérieure

Négociations salariales

Les négociations sectorielles seront difficiles
Helsingin Sanomat rapporte que les confédérations syndicales et du patronat, ainsi que le Premier ministre Katainen et la ministre des Finances Urpilainen ont salué l’accord cadre sur les salaires conclu hier. Les syndicats et le patronat doivent maintenant engager les négociations sectorielles.
« Le processus sera difficile », estime M. Mikko Mäenpää, président de STTK.
M. Mikko Pukkinen, directeur général de la confédération du patronat et de l’industrie EK, estime qu’il est possible que les augmentations de salaire ne soient pas exactement les mêmes dans toutes les secteurs.
Le syndicat de la métallurgie décidera samedi de sa participation aux négociations avec le patronat.
HS/A5

Parlement

Le débat sur le budget sera suivi par l’étude en commissions
Selon Helsingin Sanomat, le premier débat sur le projet de budget du gouvernement s’est terminé hier au Parlement. L’opposition a critiqué vigoureusement le projet de budget, qui sera envoyé pour étude dans les commissions du Parlement. Les partis de l’opposition rédigeront leurs budgets alternatifs.
Les votes sur le budget auront lieu au Parlement avant Noël.
HS/A10

Nucléaire

M. Varjoranta remplacera M. Laaksonen à la tête de STUK
Kauppalehti indique que le gouvernement a décidé jeudi de nommer M. Tero Varjoranta, actuel directeur à l’AIEA, à la tête de STUK, centre national de sûreté nucléaire, à partir de février prochain pour une période de sept ans.
M. Varjoranta remplacera M. Jukka Laaksonen, qui prend sa retraite.
KL/8

Nokia

Propos de M. Breton
Kauppalehti relève que l’ancien ministre français des Finances, M. Thierry Breton estime que « la compétence des ingénieurs et une image de marque forte remonteront Nokia ».
Le directeur de la première entreprise européenne de technologie, d’information et de communication Atos, M. Breton croit à un « rebond » de Nokia. A tête de France Télécom en 2002-2005, M. Breton avait souvent à faire avec Nokia.
« Je suis absolument convaincu que Nokia sortira de ses problèmes. C’est écrit dans l’ADN de la société. La qualité du personnel, du développement des produits et du marketing de Nokia est exceptionnelle », affirme M. Breton.
Selon lui, les ingénieurs de Nokia en particulier et les ingénieurs finlandais en général sont plus innovants que leurs collègues. Atos emploie en Finlande 450 personnes.
Les entreprises de technologie, d’information et de communication Atos Origin et Siemens IT-solutions ont joint leurs activités en juillet dernier pour devenir la première entreprise européenne du secteur, Atos, avec ses 78 500 employés dans 42 pays différents. L’année dernière, son chiffre d’affaires était de 9 milliards d’euros.
KL/9, HS/B6

France

Election présidentielle

Les primaires ouvertes ont attiré l’attention sur les socialistes français
Kansan Uutiset relève que plus de 2,6 millions de Français ont voté au premier tour des « primaires citoyennes » du Parti socialiste.
KU/40

DSK

La plainte contre DSK classée sans suite
Plusieurs quotidiens notent que la plante pour tentative de viol déposée en France contre Dominique Strauss-Kahn a été classée sans suite.
AL, TS, HBL, HS

Jeudi 13 octobre 2011

Politique intérieure

Défense

Editorial : Débats sur la défense territoriale
Selon l’éditorial de Helsingin Sanomat, les débats ont eu lieu mardi au Parlement sur les nouvelles propositions budgétaires pour la défense. La discussion revenait sans cesse sur les mines anti-personnel alors que les décisions concernant leur suppression et leur remplacement ont déjà été prises, et qu’elles ne font pas partie des propositions budgétaires.
La levée de l’interdiction des mines anti-personnel était avant tout demandée par les représentants des Vrais Finlandais, soutenus cependant par quelques élus d’autres partis.
Parallèlement, se développent selon le HS , les menaces liées aux réseaux informatiques.
Le secrétaire général du ministère de la Défense, M. Arto Räty, estime dans Helsingin Sanomat que la Finlande ne pourra pas construire un réseau de cyber-défense efficace qui ne soit pas muni de capacité d’attaque.
Le journal britannique Financial Times a révélé que les tentatives de protéger le réseau électrique et autres services publics contre des cyber-attaques prennent de plus en plus de retard aux Etats-Unis par rapport aux menaces dont ils font l’objet. Cela est valable également pour d’autre pays.
Le parlement s’est contenté d’évoquer des menaces du siècle dernier. Une défense crédible doit cependant être basée sur des menaces d’aujourd’hui. A côté d’une sécurité militaire traditionnelle apparaissent désormais des dangers comme les cyber-menaces, qui se situent quelque part entre un état de paix stable et la guerre.
Le point de départ de la loi pour la planification de la défense finlandaise repose toujours sur à la protection militaire du territoire finlandais. A cet effet, les mines anti-personnel avaient leur rôle à jouer, mais la crédibilité de la défense actuelle n’en dépend pas. La crédibilité n’est pas non plus liée à la sauvegarde du nombre actuel des garnisons. L’esprit de défense reste néanmoins puissant et c’est ce qui ressort des débats parlementaires.
D’ici le début de l’année prochaine, la défense nationale doit préparer ses plans sur la manière de rester crédible avec un budget restreint, tout en formant un groupe mobile, bien formé et bien équipé, possédant également les conditions nécessaires pour une coopération internationale.
Dans une démocratie, la défense nationale fonctionne sous la supervision des politiques, il faudra donc compter avec une approbation politique pour ces projets. Les généraux tentent d’exercer leur influence sur la situation en citant des chiffres extrêmes sur les besoins d’économies. De grands changements structurels et de grandes économies sont néanmoins indispensables. On ne renforcera pas la crédibilité de la défense finlandaise en s’accrochant aux structures de défense du siècle dernier.
HS/A2

Négociations salariales

Les partenaires sociaux ont trouvé une entente sur un accord global
Helsingin Sanomat relève que les partenaires sociaux ont pu trouver une entente sur un accord salarial global. Les conseils des confédérations syndicales SAK, STTK et Akava ont déjà approuvé l’accord, ensuite les syndicats prendront position. Au sein de la SAK, le syndicat du bâtiment a déjà décidé de rester en dehors de l’accord et le syndicat de la métallurgie prendra sa décision samedi.
Selon l’accord, un forfait de 150 euros sera versé en janvier 2012 pour tous les salariés qui auront travaillé sans interruption au moins trois mois avant cette date. Les salaires seront augmentés de 2,4 % pendant les 13 premiers mois de l’accord et de 1,9 % pendant la période de 12 mois suivants.
Le gouvernement organisera une conférence de presse sur l’accord cet après-midi.
HS, Yle

Election présidentielle

L’Alliance des gauches est en retard
Aamulehti note que l’élection présidentielle aura lieu dans trois mois, mais l’Alliance des gauches n’a pas encore de candidat. Le bureau national a décidé de nommer un candidat, mais la présidente du groupe parlementaire, Mme Annika Lapintie et le président du conseil national, M. Harri Moisio, estiment qu’il est possible que le parti n’ait pas de candidat. Certains pensent que le candidat aurait déjà dû être nommé et que le parti est en retard.
Selon M. Martti Korhonen, député et ancien président du parti, il serait peut-être plus raisonnable de ne pas dépenser autant d’argent dans une campagne présidentielle où le parti n’a pas de chances réelles.
AL/B20

Nucléaire

TVO a annoncé un nouveau retard d’OL3
Helsingin Sanomat rapporte que Teollisuuden Voima a annoncé mercredi un nouveau retard dans la construction du réacteur nucléaire d’Olkiluoto.
"Sur la base des dernières informations du fournisseur du réacteur Areva-Siemens relatives aux progrès en cours, TVO estime que le début des opérations de l’unité Olkiluoto 3 de la centrale nucléaire pourra être retardé jusqu’en 2014", selon un bref communiqué de TVO.
HS/A7

Immigration

L’ambiance est de plus en plu tendue à Lieksa
Helsingin Sanomat relève qu’à Lieksa, commune de 12 500 habitants en Carélie du Nord, le nombre d’immigrés somaliens est de 220. L’ambiance y est tendue et un Somalien a été frappé d’un coup de couteau le week-end dernier.
HS/A3&5

Mercredi 12 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

Editoriaux
« La crise bancaire menace de nouveau l’Europe » IS
« Il faut organiser la faillite de la Grèce et recapitaliser les banques » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime qu’il ne faut plus attendre et jouer la montre, il convient d’organiser la faillite de la Grèce en annulant une grande partie des dettes grecques et d’autre part de recapitaliser les banques. La responsabilité principale de cette recapitalisation revient aux actionnaires des banques puis aux Etats. Le FESF ne peut être qu’un ultime recours.
La ministre des Finances Jutta Urpilainen a assuré que la Finlande essaierait à tout prix d’éviter que l’argent du contribuable finlandais
TS

Pour une solution européenne à la crise de la zone euro
Helsingin Sanomat publie l’appel pour une solution européenne à la crise de l’euro signé notamment par l’ancien président finlandais Martti Ahtisaari :
« La crise de l’euro doit être réglée, et vite. Les mesures prises à ce jour sont insuffisantes et venues trop tard, et elles suscitent des turbulences financières mondiales. L’euro est loin d’être une construction parfaite, comme cette crise l’a révélé. Mais la solution consiste à éliminer ses défauts, et non pas à laisser l’euro ébranler, voire détruire, le système financier mondial.
Européens partageant un même sentiment d’urgence, nous appelons les gouvernements de la zone euro à reconnaître ensemble la nécessité d’un nouvel accord juridiquement contraignant. Celui-ci devrait établir un Trésor commun pouvant lever des fonds pour la zone euro dans son ensemble et assurer le respect de la discipline fiscale par les états membres ; renforcer la supervision et la réglementation commune du secteur financier, y compris par la garantie commune des dépôts dans la zone euro ; assurer la mise en place d’une stratégie pour la croissance et la convergence économique, car le problème de la dette ne peut être résolu sans croissance.
Pendant la période de négociation et de ratification d’un tel accord, les gouvernements de la zone euro doivent habiliter le Fonds européen de stabilité financière (FESF) et la Banque centrale européenne (BCE) à coopérer afin de juguler la crise. Ces institutions pourraient alors garantir et, à terme, recapitaliser le système bancaire. Elles permettraient aux pays subissant les effets d’une grave perte de confiance des marchés le refinancement de leur dette à très bas taux, ceci dans des limites convenues ensemble, en émettant des bons du Trésor pouvant être réescomptés par la BCE.
Nous appelons les législateurs des pays de la zone euro à reconnaître que l’euro a besoin d’une solution européenne. La recherche de solutions nationales ne peut que conduire à la désintégration. »
HS

Nordea est désormais l’une des principales banques européennes
En raison de la diminution des cours des actions des grandes banques européennes, la banque nordique Nordea figure désormais au septième rang européen avec une capitalisation boursière de 24,9 milliards d’euros.
TS

Terrorisme

Deux nouveaux suspects dans l’enquête sur le terrorisme
Deux hommes d’origine somalienne, résidant actuellement à l’étranger, sont soupçonnés dans le contexte de l’enquête de la police judiciaire et de la Sûreté nationale sur le financement du terrorisme. Les deux ont résidé de façon permanente dans la région d’Helsinki et l’un d’entre eux est de nationalité finlandaise.
Selon la police, leur lieu actuel de résidence est connu et la police a été en contact avec eux. Les quatre personnes soupçonnées du financement terroriste se connaissent, selon la police.
Concernant les deux nouveaux suspects, les sommes de financement sont minimes, à l’instar des deux autres.
HS/A5

Russie

Un employé du service des visas soupçonné de détournement de fonds à l’ambassade de Finlande à Moscou
Turun Sanomat rapporte qu’un agent de 24 ans, employé au service des visas auprès de l’ambassade de Finlande à Moscou, est soupçonné de détournement de fonds. Les abus auraient commencé en automne 2009. L’intéressé a été incarcéré il y une dizaine de jours.
TS/10

Les touristes russe ont dépensé 650 millions d’euros en Finlande
Selon Suomenmaa, un sondage récent, effectué dans la région de Saint-Pétersbourg pour le compte de l’association finlandaise des commerçants, montre que les Russes sont devenus le groupe de touristes le plus grand en Finlande. Ils ont également dépensé le plus d’argent, 650 millions d’euros, en 2010, soit une augmentation de 20 % par rapport à 2009.
Les Russes achètent surtout des vêtements et chaussures, des denrées alimentaires, des articles d’ameublement et de cosmétique. Selon le sondage, l’offre de chaussures ne correspond pas tout à fait au goût russe.
SM/10

Espionnage

Selon M. Rusi, M. Sorsa aurait eu des contacts avec la Stasi
Turun Sanomat relève que M. Alpo Rusi, ambassadeur de Finlande en Suisse, a publié hier un livre sur l’espionnage de la RDA en Finlande en 1960-1989. Selon M. Rusi, le nom de M. Kalevi Sorsa, ancien Premier ministre social-démocrate, décédé en 2004, figurait sur la « liste de Tiitinen » comprenant les noms de 18 Finlandais ayant eu des contacts avec la Stasi. M. Seppo Tiitinen, actuel secrétaire général du Parlement, fut directeur général de la police de sûreté Supo. La liste n’a jamais été publiée.
M. Rusi a été soupçonné, quant à lui, en 2002 de l’espionnage en faveur de la Stasi mais il a été lavé de tout soupçon. Il souligne que, dans tous les autres pays nordiques, les listes secrètes des personnes ayant eu des contacts avec la Stasi ont déjà été publiées.
M. Tiitinen a démenti que le nom de M. Sorsa figurait sur la liste.
TS/12, SM/20

Politique intérieure

Négociations salariales

Le gouvernement a prévu des centaines de millions pour arriver à conclure un accord salarial
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement a prévu de 400 à 500 millions d’euros pour un accord salarial. Aucune décision n’a été prise sur la façon d’utiliser cette somme, mais selon les calculs de HS, elle suffirait à diminuer de 0,5 point la fiscalité des revenus salariaux.
HS soupçonne que cet argent serait principalement utilisé pour l’amélioration de la qualité de la vie professionnelle. La formation des employés, par exemple, aurait été évoquée, selon HS.
Les négociations seront poursuivies, aujourd’hui. Les grèves pourraient commencer vendredi de la semaine prochaine et concerner 44 entreprises du domaine métallurgique et technologique.
HS/A6

Déconcentration des administrations

Le transfert de Fimea à Kuopio sera ajourné
Selon Uutispäivä Demari, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Mme Paula Risikko, a décidé que la délocalisation de l’agence nationale du médicament Fimea à Kuopio sera ajournée à 2018, au lieu de 2014 comme prévu par le gouvernement précédent.
En ce moment 44 employés de l’agence sur les 220 travaillent à Kuopio. Les effectifs n’ont pas envie de quitter Helsinki pour Kuopio et 70 personnes ont déjà démissionné.
Une étude sur l’état des délocalisations des administrations sera effectuée avant la fin de l’année.
UD/24

Gouvernement

M. Stubb veut passer ses soirées en famille
Ilta-Sanomat rapporte que le ministre des Affaires européennes, M. Alexander Stubb, écrit sur son blog qu’il veut être rentré chez lui à 18h30 pour pouvoir passer son temps avec sa famille. « Je dois voyager plus de cent jours par an à cause de mon travail. Quand je ne suis pas en voyage, je veux passer mes soirées et week-ends en famille » dit le ministre qui déclare décliner les dîners et invitations le soir et préférer les déjeuners.
IS/18

Budget – Défense

Discussion au parlement sur le budget de la défense
Le gouvernement propose des coupes de 45,8 millions d’euros pour le budget de la défense de l’année prochaine. Le budget de la défense sera ainsi de 2,85 milliards d’euros. Sur la législature arrivant à terme en 2015, le montant des économies devra atteindre 200 millions d’euros. Le chiffre présenté par l’administration de la défense sur le besoin des économies est néanmoins largement supérieur. La défense nationale présentera, d’ici la fin de l’année, un projet sur les mesures d’économies, qui comprendra des fermetures de garnisons et éventuellement des licenciements. Des restrictions sur les coûts des activités sont déjà mises en place, et les services de restauration seront externalisés d’ici la fin de l’année.
Les députés de l’opposition (le Centre et les vrais Finlandais) ont défendu les garnisons actuelles, en faisant référence à des raisons de politique territoriale et à leur importance sur la volonté de défense. Les vrais Finlandais demandaient des économies pour la gestion de crise internationale, voire carrément sa suppression. Dans les prises de parole, on faisait allusion aux augmentations du budget défense des forces armées de la Russie. Les vrais Finlandais, ainsi que le député conservateur Eero Lehti, ont critiqué l’adhésion de la Finlande aux accords d’Ottawa interdisant les mines anti-personnel.
Le ministre de la défense, M. Stefan Wallin, a rappelé que les activités internationales consolident la défense de la Finlande et que la Finlande ne peut pas réagir en fonction des budgets russes.
HS/A6

Les coûts du matériel
Le chef de la division du matériel au ministère de la Défense, M. Arto Koski, exprime son souci concernant les restrictions budgétaires : « Certaines acquisitions prévues devront peut-être être annulées alors qu’il est important que la défense possède un matériel crédible. » Il constate toutefois qu’il sera possible d’en garder un niveau acceptable pendant cette législature. Par contre, à plus long terme, il faudra remplacer d’importants matériels, ce qui impliquera de grosses dépenses.
Dans les dix années à venir, plusieurs véhicules arriveront au bout de leur cycle de vie. Certains bâtiments de la marine auront également besoin d’être remplacés. A partir de 2020, de grands défis planeront sur les chasseurs Hornet et les Avions Hawk ne tarderont pas à arriver au terme de leur cycle de vie.
« Jusqu’ici nous avons essayé de tenir la part du matériel à un niveau de 30% du budget global de la défense. Dans les années à venir, nous serons obligés de descendre à 20-25% », affirme M. Koski.
HBL/8-9

La Finlande convoite des cyber-armes
La Finlande envisage d’utiliser des cyber-attaques dans le cadre de sa cyber-défense et d’acquérir des logiciels à virus qui pourraient être utilisés comme armes dans une cyber-guerre. Le secrétaire général du ministère de la Défense, M. Arto Räty, estime que la Finlande ne pourra pas se construire de réseau de cyber-défense efficace qui ne soit pas muni d’une capacité d’attaque. La capacité d’attaque fait déjà partie des outils de toutes les grandes nations, et de certaines petites aussi.
La Finlande est en train de préparer une stratégie nationale de cyber-sécurité qui devrait être prête d’ici la fin de l’année prochaine. Le directeur chargé de la sécurité des données au sein du bureau de la communication CERT-FI, M. Erka Koivunen, estime que la défense nationale a besoin d’une organisation qui surveille les réseaux de communication 24 heures sur 24.
HS/A5

Energie

Vattenfall renonce à son réseau électrique en Finlande
Le groupe énergétique suédois Vattenfall est en train de vendre ses activités de réseau électrique et de chauffage en Finlande. Vattenfall occupe 12 % du marché électrique finlandais. Le groupe continuera à vendre de l’énergie en Finlande, même s’il se débarrasse de ses propres réseaux.
Hufvudstadsbladet relève que Vattenfall envisage d’étudier la possibilité de construire un réacteur nucléaire en Suède.
HS/B4, HBL/6

Nulcéaire

OL3 pourrait avoir encore du reatrd
Les médias rapportent que, selon TVO, la mise en service commerciale du nouveau réacteur EPR d’Olkiluoto 3 pourrait être retardée jusqu’à l’année 2014.
Selon le directeur du projet OL3 pour TVO, M. Jouni Silvennoinen, ce retard serait dû à la planification du contrôle commande et aux travaux de montage du système électrique qui ont pris plus de temps que prévu.
Selon Teknikka ja Talous, les déclarations du directeur de l’autorité finlandaise STUK, M. Laaksonen, la semaine dernière, faisant référence au temps nécessaire pour valider et tester le contrôle commande, laissaient attendre une annonce de retard supplémentaire.
HS KL

Helsinki souhaite participer à la planification du nouveau réacteur à Olkiluoto
La municipalité d’Helsinki a voté 8 contre 6 en faveur de la participation de la ville à la planification d’Olkiluoto 4. Pour l’instant, il ne s’agit pas de savoir si elle souhaite également participer au financement de la construction éventuelle.
Le conseil municipal devra s’exprimer en la matière.
L’éditorialiste note que Helsinki a pour objectif d’augmenter la part des sources d’énergie renouvelables à 20 % d’ici 2020 et d’obtenir une production énergétique sans émissions de CO2 d’ici 2050. L’éditorialiste rappelle que le nucléaire n’est aucunement « un automate » pour diminuer les émissions.
HBL/16

France

Tourisme

« Strasbopurg, fier de sa cathédrale et de son tram » TS
« Le Mont Saint-Michel, merveille du Moyen-Age » TS
Turun Sanomat présente deux destinations touristiques, d’une part Strasbourg et l’Alsace et d’autre part le Mont Saint-Michel.
TS

Mardi 11 octobre 2011

France - Finlande

Déplacement en Finlande du Ministre de l’Industrie

« Areva promet des emplois aux Finlandais » HS
Helsingin Sanomat rapporte qu’Areva, qui est candidat à l’appel d’offres de Fennovoima a promis d’utiliser plus de main d’œuvre finlandaise que pour le chantier d’Olkiluoto. Le nouveau PDG d’Areva Luc Oursel et le ministre de l’Industrie Eric Besson ont visité hier le chantier de l’EPR d’Olkiuluoto qui sera bientôt prêt.
HS

« Le ministre français de l’Industire a défendu les travaux du chantier d’OL3 »
Länsi-Suomi rapporte que, lors de sa visite à Olkiluoto, le ministre de l’Industrie Eric Besson a souligné qu’un retard de quelques années sur un tel chantier n’était pas exceptionnel. « Un retard d’un à trois ans n’est rien car la durée de vie de la centrale est de 60 ans. Dès lors qu’il s’agit de construire une nouvelle technologie on a toujours des problèmes de calendrier », a-t-il dit, rappelant que l’on avait eu les mêmes débats en France lors de la construction des premiers Airbus A380 il y a quelques années.
LS

« L’Etat français et Areva ont une confiance inébranlable dans l’EPR » Satak
Satakunnan Kansa rapporte que le ministre de l’Industrie Eric Besson qui était hier à Olkiluoto a une confiance inébranlable dans les capacités d’Areva à remporter des succès sur les marchés à venir. Selon lui, en dépit du retard du chantier de l’EPR, la centrale commandée par TVO sera sûre et efficace. Selon M. Besson, la France continuera à l’avenir à se reposer, dans la construction de centrales et la production d’électricité, sur les réacteurs de troisième génération, comme l’EPR d’Areva. « La France ne construira pas d’autre type de réacteurs », a-t-il dit.
Le PDG d’Areva a souligné que la coopération avec TVO et avec le STUK fonctionnait bien. Selon M. Oursel, Areva participera sérieusement aux appels d’offres de Fennovoima et de TVO. L’objectif d’Areva, si elle est choisie, est d’utiliser pour ces chantiers plus de sous-traitants finlandais.
Satak

« Le PDG promet qu’Areva protégera ses exigences » TS
Turun Sanomat rapporte que le PDG d’Areva a déclaré que sa société était sérieusement engagée dans les demandes de dommages-intérêts auprès de TVO. « Areva va réclamer ses droits et est confiante dans le fait qu’ils seront reconnus », a déclaré M. Oursel à Olkiluoto, hier ; Turun Sanomat rappelle que le consortium réclame 1,9 milliards d’euros à TVO. TVO pour sa part conteste ces dommages et réclame 1,4 milliard pour les dommages engendrés par le retard du chantier. M. Ourcel a toutefois déclaré qu’Areva était ouverte à un accord. Selon lui, la coopération avec TVO et le STUK fonctionne maintenant très bien.
Le Ministre de l’Industrie Luc Besson considère qu’il est normal que les nouveaux projets technologiques rencontrent des problèmes de calendrier, comme cela fut le cas pour l’Airbus A380. « Il y eut là aussi des retards, mais l’A380 est un succès », a dit le ministre en soulignant que le principal était la sécurité des centrales nucléaires. Un retard de 2 à ,3 ans ne signifie rien pour des réacteurs qui ont une durée de vie de 60 ans. M. Besson a aussi déclaré que de nombreux pays étaient intéressés par les réacteurs de troisième génération.
Turun Sanomat rapporte qu’Areva a été choisie pour participer à l’appel d’offres de Fennovoima et figure parmi les fournisseurs potentiels d’Olkiluoto4. M. Besson a confiance dans la sécurité, l’efficacité et la compétitivité de l’EPR.
M. Oursel estime qu’Areva dispose d’atouts pour ces marchés car elle a l’expérience de travailler avec TVO, avec le STUK et avec les sous-traitants.
TS

« Le PDG d’Areva croit en de nouvelles commandes finlandaises » Yle
Yle rapporte que le PDG d’Areva Luc Ourcel estime que la coopération en Finlande fonctionne désormais bien puisque l’on a tiré les leçons des difficultés du début. Il pense que cette expérience sera prise en compte pour le choix du fournisseur des prochaines centrales. « Je pense que nous avons de nombreux atouts. Nous avons l’expérience de travailler ici, ainsi qu’avec le STUK et les sous-traitants », a-t-il dit, hier, à Olkiluoto. Selon lui, l’objectif est à l’avenir d’utiliser plus de sous-traitants finlandais : « Au début du chantier d’Olkiluoto 3 , de nombreux sous-traitants finlandais étaient sceptiques sur ce projet. Mais désormais de plus en plus d’entreprises finlandaises veulent travailler avec le nucléaire. Nous allons organiser bientôt une réunion à Tampere afin de préparer l’appel d’offres.
Concerant les litiges avec TVO, M. Ourcel a déclaré : « nous recherchons maintenant un accord par des négociations directes car il est meilleur de s’entendre en-dehors des prétoires. Mais nous sommes déterminés à faire valoir nos droits ».
M. Ourcel et le ministre de l’Industrie Eric Besson ont visité aujourd’hui le chantier d’Ol3.
Yle

Commerce

« Les chaînes étrangères ne trouvent pas d’entrepreneur en Finlande » KL
« Une dizaine de franchises françaises visent le marché finlandais » KL
Kauppalehti rapporte que la société Citycon, qui gère des centres commerciaux en Finlande recherche à faire venir des marques étrangères sur le marché finlandais. La semaine prochaine Citycon et la mission économique Ubifrance organisent une manifestation permettant aux franchises françaises de rencontrer des entrepreneurs finlandais.
Kauppelhti publie aussi l’expérience de Mme Gustaffson-Itkaonen qui a ouvert à Helsinki une franchise de promod et exprime sa satisfaction.
KL

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

La Finlande souhaite empêcher les aides européennes aux banques
La ministre des Finances Jutta Urpilainen a assuré que la Finlande essaierait à tout prix d’éviter que l’argent du contribuable finlandais
Soit utilisé pour recapitaliser les abnques européennes. Lors de la discussion sur le budget au parlement, elle a déclaré qu’il revenait d’abord aux actionnaires des banques de les recapitaliser et ensuite aux Etats. Le gouvernement s’en tient à cela. Elle répondait à une question du député Ben Zyskowicz (conservateur) pour qui « les velléités du président Nicolas Sarkozy de faire payer la recapitalisation des banques françaises constituent un plus grand défi pour les contribuables finlandais que la question des garanties grecques et il ne faut donc pas l’accepter ».
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini s’est réjoui de cette promesse de ne pas engager un centime. « Nous nous en souviendrons », a-t-il dit.
L’éditorialiste d’Aamulehti estime qu’il faut que chaque Etat s’occupe de ses propres banques
TS

Afrique

M. Tuomioja bientôt en visite en Afrique du Nord
Le ministre des Affaires étrangères prépare une visite en Afrique du Nord dans les semaines à venir. Il n’en a pas précisé les destinations ni la date.
Il a en revanche exprimé, hier, à Bruxelles, son inquiétude sur les violences contre les chrétiens en Egypte. Selon lui, le fait qu’elle s’exerce contre les chrétiens ne rend pas cette violence moins acceptable. « La vilolence est toujours inquiétante, contre qui que ce soit ».
TS

La Finlande va prendre les empreintes des demandeurs de visas
Comme les autres pays de l’espace Schengen, la Finlande commence aujourd’hui à prendre les empreintes des demandeurs de visas venant de pays d’Afrique du Nord.
TS

Terrorisme

Les vols de prisonniers de la CIA plus nombreux que prévus
Selon Amnesty International, il y aurait plusieurs vols de prisonniers de la CIOA qui seraient passés par la Finlande dans les années 2001-2006.
KS

Politique intérieure

Budget

Début de la discussion budgétaire
La discussion sur le budget 2012 a commencé hier au parlement. La ministre des Finacnes a assuré que son budget permettrait de diminuer les écarts de revenus. L’opposition accuse pour sa part le gouvernement d’affaiblir les régions et de privilégier la concentration des activités économiques.

Négociations salariales

Le gouvernement continue à promouvoir un accord salarial global
Le gouvernement va essayer à nouveau cette semaine d’obtenir que les partenaires sociaux signent un accord salarial global.
Le Premier ministre et la ministre des finances ont rencontré hier les représentants du patronat et des confédérations syndicales.
HS

Défense

Patria : Une dizaine de personnes soupçonnées de corruption
La police judiciaire soupçonne une dizaine de personnes en Finlande d’avoir versé des pots de vin lors des ventes de véhicules blindés en Slovénie par Patria.
HS

Energie

Le ministre de l’Environnement souhaite arrêter l’utilisation de la tourbe d’ici 20 ans
Le ministre de l’environnement Ville Niinistö (Verts) estime qu’il n’est pas sage d’investir dans la tourbe comme ressources énergétique. Il prône l’arrêt de l’utilisation de la tourbe d’ici 20 ans.
HS

Nucléaire

Une société canadienne continue à prospecter l’uranium en Carélie du Nord
La société minière canadienne Mawson continue ses recherches concernant la prospection d’uranium en Carélie du ord à Kontiolahti et Joensuu.
HS

Lundi 10 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

Sommet franco-allemand
Titres :
« La France et l’Allemagne cherchent un accord » HS
« Mme Merkel et M. Sarkozy silencieux sur leur accord » HS

Selon M. Korkman, il faut une faillite ordonnée de la Grèce
Selon M. Rehn, un accord sur la recapitalisation des banques en vue
Selon M. Niinistö, les gouvernements européens réagissent en retard
Le centre de recherche du patronat, EVA, a publié vendredi une étude sur l’Union économique et monétaire « à la dérive ». Selon son directeur, l’ancien secrétaire général du conseil Ecofin, M. Sixten Korkman, « les marchés financiers sont au bord du chaos et la crise bancaire nous menace ». Il propose une faillite ordonnée de la Grèce et souhaite que les établissements financiers assument une partie de leurs pertes.
Il craint une propagation à l’Italie, « ce qui serait fatal à l’union monétaire ».
Le commissaire européen Olli Rehn a déclaré à cette occasion que l’on essayait actuellement d’avancer la création du mécanisme européen à l’année prochaine. Il estime que l’on va bientôt arriver à un accord sur la recapitalisation des banques. Selon lui, il faut en priorité que les banques essaient de se financer sur les marchés ; sinon, il revient à leur Etat national de les recapitaliser, même si « en théorie, il est possible que les Etats se tournent vers l’UE ».
Le candidat à la présidentielle finlandaise M. Niinistö (conservateur) estime que les gouvernements des Etats de l’eurogroupe auraient du intervenir il y a longtemps et qu’aujourd’hui ils sont en retard. Il estime aussi que chaque Etat doit s’occuper de son économie et critique toute solidarité budgétaire.
TS

Mme Urpilainen acclamée par les siens
La présidente du PSD a présenté au conseil de son parti l’accord obtenu sur les garanties exigées de la Grèce. Selon elle, « ces négociations ont renforcé l’image de la Finlande comme un partenaire digne de confiance ».
HS

Nations-Unies

La montée des Vrais Finlandais inquiète les Nations-Unies
Selon M. Tuomioja, la participation finlandaise au conseil de sécurité augmenterait le nombre de casques bleus finlandais
Turun Sanomat rapporte que la montée des Vrais Finlandais en Finlande suscite des inquiétudes jusqu’aux Nations-Unies et pourrait nuire à la candidature finlandaise au conseil de sécurité.
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré dans une interview que si la Finlande était élue au conseil de sécurité elle devrait augmenter le nombre de casques bleus finlandais envoyés dans le monde. « En tant que membre du conseil de sécurité, nous prendrions part aux décisions d’utilisation des ressources onusiennes de maintien de la paix. C’est pourquoi nous devrions avoir plus de capacités à participer à des opérations. Je pense qu’il faudrait investir plus dans les opérations classiques de casques bleus. Le fait que nous revenions au Liban est une bonne opération », selon M. Tuomioja.
La ministre de la coopération au développement, Mme Hautala souligne que la Finlande essaie surtout d’attirer les voix des petites îles et des pays des Caraïbes. « Nous leur avons demandé leur soutien et leur avons promis de les aider dans la lutte contre le réchauffement climatique », précise-t-elle.
TS

Diplomatie

Point de vue
Kari Huhta publie un point de vue dans Helsingin Sanomat sur les menaces budgétaires qui pèsent sur le réseau diplomatique de la Finlande. Il souligne que ce qui importe c’est surtout le message que la Finlande veut faire passer dans le monde.
« A quoi d’autre servent les ambassadeurs qu’à baiser des mains et des joues ? Principalement à promouvoir les intérêts des Etats qu’ils représentent ». Alors que les puissances émergentes renforcent leurs réseaux diplomatiques, la Finlande envisage de le diminuer. Selon M. Huhta cela n’est pas le principal : ce qui compte c’est l’efficacité des représentations ; Or, actuellement, le coût de fonctionnement des représentations représente les deux tiers du ministère des Affaires étrangères. Dans les petites ambassades de deux à trois personnes, le fonctionnement absorbe presque tout le travail. Et même à Berlin, la coopération nordique d’une ambassade commune coûte plus cher en bureaucratie que la synergie recherchée ».
D’où faut-il diminuer le réseau ? M. Huhta propose par exemple le Nicaragua où des pays de l’UE.
« Finalement ce qui compte à l’heure de ces choix, c’est de savoir quel est le message de la Finlande dans le monde. Les ambassades qui n’ont rien à dire n’intéressent personne. Si la Finlande veut se replier sur elle-même aucune ambassade n’est importante ».
HS

Prix Nobel

Mme Halonen se félicite du choix du comité Nobel
La Présidente finlandaise, Mme Halonen, considère la décision concernant les récipiendaires du Prix Nobel comme très réussie. Elle fait l’éloge du comité qui a fait attention à la promotion de la paix et du développement en Afrique ainsi qu’au rôle des femmes dans ce travail.
Elle se félicite également du fait que la décision tienne compte du développement démocratique enclenché dans les pays arabes.
TS/sam/27

Terrorisme

Selon Yle, il y a un troisième suspect dans l’enquête sur le financement du terrorisme
Yleisradio relève que la police judiciaire a tenté de contacter une troisième personne dans le contexte de l’enquête sur le financement des activités terroristes. La police n’a pas confirmé qu’il s’agisse d’un suspect.
L’une des deux personnes détenues depuis quatre semaines, la femme âgée de 28 ans, a été libérée, vendredi, alors que l’homme âgé de 34 ans reste en détention. Les deux sont toujours soupçonnés.
HS/sam/A6

Estonie – Finlande

Réouverture de la ligne héliportée Helsinki-Tallinn
Copterline a réouvert la ligne héliportée entre Helsinki et Tallinn. L’objectif est de transporter plus de 30 000 passagers par an.
Le vol dans l’Augusta Westland de Copterline dure 18 minutes et coûte 225 euros.
HS

Les travailleurs estoniens s’assurent une bonne retraite en travaillant en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que les travailleurs estoniens en Finlande s’assurent en seulement cinq ans en Finlande une retraite équivalente à une retraite complète en Estonie.
HS

Politique intérieure

Election présidentielle

M. Lipponen, candidat officiel du PSD
Le parti social-démocrate a intronisé, samedi, l’ancien premier ministre Paavo lipponen comme candidat officiel du parti à l’élection présidentielle. Dans son discours, M. Lipponen a déclaré que ses principaux thèmes de campagne seront la coopération européenne, la défense de l’Etat providence et la justice. Il insiste sur le fait que, pour un petit pays comme la Finlande, il faut promouvoir le renforcement de l’intégration européenne et de l’euro. Il se prononce pour la continuité de la politique finlandaise en politique étrangère et de sécurité, ce qui vaut tant pour la gestion de crise européenne que pour l’OTAN.
Après le député Pekka Haavisto, candidat officiel des Verts, M. Lipponen est le second candidat investi par un parti pour l’élection présidentielle de 2012.
HS

Négociations salariales

Reprise des négociations aujourd’hui
Les négociations pour trouver un accord salarial global reprennent aujourd’hui entre les partenaires sociaux.
HS

Défense

On connaitra les garnisons menacées de fermeture au printemps
Les restrictions budgétaires de la défense nationale ont avancé d’un pas vendredi. Le comité ministériel de la politique étrangère et de sécurité du gouvernement a décidé d’entamer la préparation de la réforme structurelle de la défense nationale. Concrètement cela signifie notamment la fermeture de garnisons pour des raisons d’économie. « On ne défend pas la Finlande depuis les garnisons », selon le ministre de la défense M. Stefan Wallin.
HS

Interview du ministre de la Défense, M. Stefan Wallin
M. Stefan Wallin, qui pendant la campagne électorale (du printemps dernier) soulignait que la défense nationale ne pouvait faire l’objet de restrictions budgétaires se trouve dans la situation de mener à bien un gigantesque programme d’économies. En quatre ans, la défense nationale doit faire l’économie de 200 millions d’euros et de plus, il faudra trouver comment économiser l’argent permettant de couvrir les coûts croissants du matériel et du personnel. En tout, il faudra économiser environ 400 millions d’euros.
Le ministre M. Stefan Wallin estime qu’en Finlande, le service militaire obligatoire restera la pierre angulaire de la défense nationale. Il rappelle qu’une armée de métier ne produirait pas d’économies. Selon le ministre, le service militaire sera vraisemblablement écourté de deux semaines, une mesure qui représenterait une économie de cinq millions d’euros par an.
Dans quatre ans, il y aura 4 000 conscrits de moins qu’aujourd’hui. Les classes d’âge diminuent mais pas la volonté d’effectuer le service militaire. Environ 80% de la classe d’âge effectuent son service militaire. La part du service civil n’a pour ainsi dire pas augmenté.
Le nombre des exercices pour réservistes, des journées passées sur le terrain, des heures de vol et de bâtiments en mer sera diminué, car la restriction des activités quotidiennes apportent les économies les plus immédiates. Les modifications structurelles agissent plus tard. L’année prochaine le besoin d’économies atteindra près de 76 millions d’euros. La totalité du budget est de 2,8 milliards d’euros.
Les effectifs de l’armée de réservistes sont d’environ 350 000 combattants. Selon l’estimation de M. Wallin, elle sera d’environ 250 000 réservistes. « Durant les dix dernières années, plus de 60 garnisons, de bastions et d’entrepôts d’armes ont été fermés. Cela continuera, et permettra de réaliser des économies définitives », affirme le ministre. Il semblerait néanmoins que la garnison suédophone, la brigade d’Uusimaa à Dragsvik échappe à la fermeture.
Devant les exigences de restriction, les généraux ont souhaité obtenir rapidement des conseils de la part des hommes politiques. Selon M. Wallin, la dimension politique ne sera pas oubliée. La préparation du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale débutera au courant de l’automne. Il s’agit cependant d’un processus long et lent. « Je pense que les décisions structurelles pourront être prises au début de 2012 », estime M. Wallin.
A propos d’une éventuelle adhésion à l’OTAN, le ministre Wallin constate que la question ne bénéficie pas du soutien des citoyens ni d’un large consensus politique.
SK/22-23

Nucléaire

Fennovoima a prévu 200 millions d’euros pour préparer le terrain
Kauppalehti rapporte que Fennovoima a prévu un budget de 200 millions d’euros pour l’infrastructure en vue de préparer son futur chantier centrale nucléaire à Pyhäjoki.
KL

Le ministère de l’économie critique Fennovoima
Fennovoima et Posiva en désaccord sur tout
Le ministère de l’Economie rappelle qu’il est de la responsabilité de Fennovoima de trouver une solution au stockage de ses futurs déchets nucléaires. Le ministère critique Fennovoima de laisser penser que la seule solution est de stocker ses déchets à Olkiluoto avec ceux des centrales déjà existantes. Le STUK engage Fennovoima et les actionnaires de Posiva à coopérer mais estime qu’il n’est pas impossible que Fennovoima crée son propre site de stockage.
HS

France - Finlande

Culture

Concert de Jean-Michel Jarre à Turku
Turun Sanomat rapporte que Jean-Michel Jarre donnera un concert à Turkuhalli le 22 octobre. M. Jarre a déclaré au quotidien : « C’est un grand plaisir pour moi de me produire à Turku. J’aime la Finlande, même si je ne connais vraiment qu’Helsinki. Je suis très content de pouvoir aller à Turku ».
TS

France

Primaire socialiste

« Plus d’un million d’électeurs ont voté » HS

Vendredi 7 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

Déclarations de M. Katainen
Lors d’une conférence de presse commune tenue à Bruxelles par le premier ministre finlandais et le Présdident de la Commission, M. Katainen a déclaré que « le travail pour recapitaliser les banques était en cours et qu’il faudrait peut-être de nouvelles mesures ».
« Le premier pas doit évidemment être que les gouvernements incitent leurs banques nationales à trouver des fonds sur les marchés. Si cela n’est pas possible, chaque gouvernement doit prendre ses responsabilités et recapitaliser ses banques », selon M. Katainen.
M. Katainen regrette que de nombreuses banques européennes pâtissent sans raison d’une situation d’incertitude qui se prolonge. « Il faut s’assurer que l’on ne va pas créer une nouvelle crise financière qui nait de l’incertitude sans raison objective ».
Aamulehti rapporte que M. Katainen et M. Barroso ont aussi discuté de l’acxtualité européenne. Selon M. Barrroso, la position de la Finlande sur l’aide à la Grèce ou sur Schegen n’a pas fait de la Finlande un « élève perturbé » de la classe européenne. La Finlande demeure un Etat coopératif et digne de confiance. M. Barroso a aussi estimé que la Finlande était un bon exemple en matière de compétitivité.
M. Katainen a aussi rencontré les commissaires dans les domaines de la concurrence, de l’innovation et du budget. M. Katainen a déclaré que la Finlande était assez satisfaite du projet de réforme de la PAC. La Finlande essaie toujours d’éviter les coûts supplémentaires engendrés à son industrie par la directive sur les émissions dans le transport maritime. Enfin, M. Katainen a proposé que le commissaire à l’économie préside le conseil Ecofin.
AL HS

L’opposition critique les garanties finlandaises
Lors d’un débat au Parlement, hier, l’opposition des Vrais Finlandais et du Centre a critiqué les garanties obtenues par la Finlande auprès de la Grèce. Le gouvernement a défendu l’accord obtenu.
Mme Urpilazinen a expliqué le fait qu’aucun autre Etat membre n’ait voulu obtenir de garanties par le fait qu’une partie des Etats membres acceptaient les pertes engendrées par un défaut partiel de la Grèce. « Il ya des pays où on accepte clairement que la coopération européenne aura un coût. Et l’on accepte donc que la Grèce engendrera un coût qui sera financé par les contribuables », a-t-elle déclaré. Elle n’a pas répondu à Mme Kiviniemi qui lui demandait « de quels pays i l s’agissait, les Pays-Bas, l’Allemagne ou la France ».
HS AL

La présidente soutien la position finlandaise
Lors d’une conférence de presse, hier, la Présidente Halonen a déclaré qu’elle estimait que le gouvernement avait obtenu de la Grèce les meilleures garanties possibles.
TS

Palestine

La Présidente prête à reconnaître l’Etat palestinien
Lors d’une conférence de presse, hier, la Présidente Halonen a déclaré que la Finlande pourrait reconnaître l’Etat palestinien, de manière indépendante, comme cela fut fait pour le Kosovo. Elle espère toutefois qu’une large majorité des Etats européens pourraient y être favorables. Elle estime qu’il y a actuellement un « mouvement » en Europe en ce sens.
HS

Russie

La Russie n’est pas un problème
Lors d’une conférence de presse, hier, la Présidente Halonen a déclaré qu’elle suivait de près le renforcement de l’appareil militaire russe vers la Finlande et les pays baltes. Il s’agit selojn elle surtout d’une modernisation de cet appareil militaire : « un grand Etta a de grands besoins ». Cela n’a rien à voir avec la Finlande et ces changements ne visent pas les régions limitrophes. Cela n’a pas d’influence sur le débat finlandais sur l’OTAN car « personne ne peut décider quand et comment on débat sur l’OTAN ». En tant que chef des armées, elle trouve que la technologie militaire se développe rapidement mais coûte extrêmement cher. Enfin, elle ne considère pas que le renforcement militaire de la Russie augmente la pression pour que la Finlande adhère à l’OTAN.
Helsingin Sanomat estime que Mme Halonen a laissé à penser qu’elle croyait que M. Poutine serait de nouveau élu et siègerait au moins six ans, mais peut-être pas deux mandats « dans le monde actuel en plein changement ». En revanche, elle semblait moins sûre de la possibilité de M. Medvedev de redevenir Premier ministre.
KS

Pouvoirs du Président et campagne présidentielle

Lors d’une conférence de presse, hier, la Présidente Halonen a déclaré que, selon elle, le débat sur les pouvoirs du président était clos. « On a décidé de diminuer les pouvoirs du président et le peuple veut un président fort », a-t-elle conclu. Selon elle, lorsque l’on a diminué ces pouvoirs, on a parlé de renforcer le pouvoir symbolique du président. Elle estime que l’on ne peut pas décider de qui a le pouvoir symbolique.
Selon elle, les électeurs devraient évaluer les discours des candidats à la présidentielle sur les questions de politique étrangère et de sécurité car c’est un domaine où le Président a des pouvoirs.
Interrogé sur le risque que ces élections soient un référendum sur l’UE, Mme Halonen a répondu que « le peuple décide tout seul pourquoi il vote ».
HS KS SM

Somalie

La Finlande projette de continuer à participer à l’opération en Somalie
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement propose que la Présidente approuve la poursuite de la participation finlandaise à l’opération de l’UE en Somalie. La participation d’au maximum dix soldats coûterait à la Finlande environ un million d’euros.
Jusqu’à présent, environ 2 000 Somaliens ont reçu une formation afin de participer aux troupes de sécurité. Une nouvelle période de formation d’un an devrait commencer avant fin octobre. La formation se passerait en Ouganda.
HS/A5

Politique intérieure

Parti politiques

L’audience des conservateurs et des Vrais Finlandais a augmenté
Selon un sondage du journal d’Yle, l’audience du parti conservateur s’est élevée à 24,1 % et celle des Vrais Finlandais à 21,7 %. Le PSD reste troisième avec une audience de 17,5 %, suivi du Centre (12,7 %), de l’Alliance verte (8,3 %), de l’Alliance des gauches (7,1 %), du Parti suédois (4,2 %) et des Chrétiens-démocrates (3,2 %).
Yle.fi

Election présidentielle

Les campagnes se préparent
Helsingin Sanomat relève que les campagnes des candidats présidentiels se préparent.
M. Paavo Väyrynen, le candidat centriste, a déjà publié jeudi ses slogans : « Väyrynen – président de toute la Finlande ». M. Väyrynen souligne que sa campagne s’oppose à la politique du gouvernement actuel qui, selon lui, divise le peuple au niveau social et régional. M. Petri Neittaanmäki, ancien député, est conseiller de la campagne de M. Väyrynen et M. Timo Laaninen, secrétaire général du parti, est responsable du budget.
Mme Taru Tujunen, secrétaire générale du parti conservateur, est responsable de la campagne de M. Sauli Niinistö. M. Harry Harkimo, homme d’affaires, qui est chargé du financement de la campagne, estime que le budget sera inférieur à celui de l’élection présidentielle de 2006.
M. Paavo Lipponen sera désigné officiellement candidat du PSD samedi. M. Esko Ranto dirige sa campagne. M. Lipponen, père d’enfants en bas âge, ne compte pas circuler dans les circonscriptions autant que M. Väyrynen.
M. Jukka Jusula, qui dirige la campagne de M. Timo Soini, souligne que la campagne du candidat des Vrais Finlandais ne commencera pas avant la désignation officielle du candidat à la mi-octobre. Selon M. Jusula, les députés des Vrais Finlandais « seront motivés pour se présenter convenablement et avec dignité ».
Mme Riikka Kämppi dirige la campagne de M. Pekka Haavisto, candidat de l’Alliance verte. Mme Helena Ranta préside le comité des citoyens qui promeut son élection.
Mme Maria Swanljung projette la campagne de Mme Eva Biaudet, candidate du Parti suédois.
M. Pekka Hallberg, président de la Cour administrative suprême, n’a pas voulu confirmer son éventuelle candidature.
HS/A6

Délocalisations

Les syndicats s’opposent aux délocalisations forcées
L’agence nationale du médicament Fimea, délocalisé à Kuopio par une décision du gouvernement précédent, a proposé que les effectifs ne soient pas obligés de déménager à Kuopio. Selon Helsingin Sanomat, les effectifs des autres agences de l’Etat, qui attend les délocalisations, estiment qu’il faut également réévaluer les autres décisions déjà prises.
HS/A5

Défense

Selon l’état-major, les économies représentent un risque pour la défense régionale
Turun Sanomat rapporte que le gouvernement a décidé de couper le budget de défense de 200 millions d’euros pendant la législature en cours. Selon les calculs de l’état-major, les forces armées doivent faire des économies de plus de 800 millions d’euros d’ici 2015. L’état-major estime que cela représente un risque du point de vue de la défense régionale.
TS/13

Nucléaire

Yle : « les mêmes carences sur le chantier d’Areva en Chine qu’à Olkiluoto »
« Le STUK demande des informations »
« Combien coûte Olkiluoto 3 »
Yle rapporte que selon l’autorité de sûreté nucléaire chinoise, des carences dans le contrôle des travaux de bétons ont été relevés sur le chantier de l’EPR à Taischan. Les mêmes problèmes avaient été soulevés par l’autorité finlandaise, le STUK, à Olkiluoto, selon Yle.
Yle fait référence à un rapport de l’autorité chinoise basé sur trois visites sur le site en 2009 – 2010. Outre des critiques sur la qualité du béton, l’autorité chinoise a fait des remarques sur l’inexpérience des sous-traitants et sur les problèmes de communication. Yle estime que ce sont les mêmes critiques qui avaient été relevées par le STUK sur le chantier d’Olkiluoto en 2005 – 2006.
Greenpeace Finlande affirme qu’il semble qu’Areva n’a pas appris de ses erreurs.
Le STUK n’a pas commenté ces informations mais estime que le rapport de l’autorité chinoise est un rapport de contrôle tout à fait normal. Le STUK a toutefois demandé des informations supplémentaires à l’autorité chinoise.
Yle estime que les difficultés rencontrées sur le chantier d’olkiluoto 3 ont dépassé ce qui était imaginé.
Yle

Problèmes de salaires sur le chantier d’Olkiluoto
Turun Sanomat rapporte que la camapagne des syndicats finlandais pour faire respecter les conventions collectives finlandaises sur le chantier d’Olkiluoto commencent à porter leurs fruits : près de 200 soudeurs polonais auraient adhéré au syndicat finlandais de la métallurgie.
Le quotidien rapporte aussi que des plaintes contre les contrats de travail de la société polonaise Wavenet ont été déposées auprès du tribunal de Satakunta. Les litiges sur les salaires versés porteraient sur près de 3 millions d’euros ;
Turun Sanomat rapporte que TVO exige des entreprises qui travaillent sur le site d’Olkiluoto qu’elles respectent la législation du travail finlandaise.
TS

« Areva et Toshiba sont les principaux fournisseurs de réacteurs » TS
La presse régionale rapporte que les principaux fournisseurs de réacteurs nucléaires dans le marché mondial actuel sont Areva et Toshiba, devant GE-Hitachi, le coréen KHNP et Mitsubishi.
Fennovoima a demandé des offres à Areva et Toshiba. TVO va bientôt lancé un appel d’offres ; il pourrait solliciter ces cinq groupes.
TS KS

Fennovoima et Posiva divisés sur le stockage des déchets
TS : « Il faut rapidement trouver une solution au problème du stockage des déchets »
Helsingin Sanomat rapporte que Posiva, société chargée du stockage des déchets des centrales de TVO et Fortum, estime que son site d’Olkiluoto ne pourra pas accueillir les déchets de la centrale de Fennovoima. Fennovoima a toujours souhaité que ses déchets soient stockés à Olkiluoto et n’a pas proposé de solutiopn alternative.
Le ministre de l’Economie Jyrki Häkämies souligne qu’il est de la responsabilité de la société qui gère la centrale de trouver une solution pour le stockage des déchets.
L’éditorialiste de Turun Sanomat estime qu’il est urgent de trouver une solution à la question du stockage des déchets de la centrale de Fennovoima.
HS

Fennovoima va réveiller Pyhäjoki
Eurajoki ne serait pas resté indépendante sans olkiluoto
Helsingin Sanomat présente la petite commune de Pyhäjoki (3400 habitants) qui accueillera la centrale de fennovoima. Le quotidien rapporte notamment que le lycée de Pyhäjoki a choisi de maintenir le français comme lanque étrangère et qu’à la rentrée 201 plus de la moitié des nouveaux élèves ont choisi le français.
Suomenmaa souligne que le chantier d’Olkiluoto a permis à la commune d’Eurajoki de rester indépendante et de n’être pas contrainte de fusionner avec des communes voisines, comme Rauma ou Pori. La commune d’Eurajoki, sur le périmètre de laquelle se trouve Olkiluoto, ne compte que 5900 habitants. Elle a toutefois un taux d’impôts très bas et dégage chaque année un excédent de 7 à 10 millions d’euros.
HS

Jeudi 6 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Politique européenne - Crise de la dette – Grèce

Déclarations de Mme Urpilainen
La ministre des Finances et présidente du PSD a tenu, hier, à Helsinki, une conférence de presse. Selon elle, « l’accord sur les garanties grecques pourra être présenté fièrement devant le Parlement car il assure les fonds des contribuables finlandais contre le risque d’un défaut de la Grèce ». Selon elle, il revient à, l’opposition de présenter une solution alternative. Elle souligne que le PSD peut être fier car il a tenu ses promesses électorales.
Mme Urpilainen refuse l’idée que la Finlande aurait déprécié son image en Europe. Selon elle, l’image de la Finlande comme un pays dur à la négociation s’est renforcée. « La Finlande n’est plus le pays qui cède devant l’adversité. Chaque Etat a de temps en temps des questions importantes à défendre. Le fait de chercher des solutions n’empêche pas de défendre ses intérêts. Il ne faut pas penser que l’UE est un Kremlin des temps modernes ».
Revenant sur les détails de l’accord, elle répond à ceux qui en minimise la taille : « 880 millions d’euros de somme en garantie est un total très important. Ils seront placés en obligations des Etats les mieux notés et devraient rapporter en trente ans plus de deux milliards d’euros, ce qui représente la somme que la Finlande prête au total à la Grèce. »
Elle estime qu’il est compréhensible que les autres Etats n’aient pas choisi d’imiter la Finlande car il fallait s’acquitter de la cotisation au MES d’un seul coup. « Pour certains Etats cela n’était pas financièrement possible. Pour d’autres, comme l’Allemagne, des raisons budgétaires l’empêchaient ».
UD

Russie

La Russie accordera 10 millions d’euros à la coopération environnementale dans les régions arctiques
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre russe des ressources naturelles et de l’environnement, M. Youri Troutnev a signé mardi un accord selon lequel la Russie participera au financement de la réduction de la pollution dans les régions arctiques à hauteur de 10 millions d’euros. Ce fonds est sous la tutelle du Conseil arctique, organe de coopération des pays septentrionaux. « Il ne s’agit pas d’une question d’argent. L’essentiel est que nous partageons les mêmes objectifs », a déclaré le ministre russe. La Russie a également décidé de ratifier l’accord de Stockholm sur la restriction des polluants organiques persistants (POP).
Les pays voisins, qui participent toujours au financement du nettoyage de l’environnement de la Russie, se félicitent de cette décision, même si la somme investie n’est pas énorme. La Russie a augmenté son financement dans les projets environnementaux ces dernières années.
HS/A6

Palestine

La Finlande modifie le statut du représentant diplomatique palestinien
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet relève que la Finlande envisage de suivre l’exemple suédois et relever le statut du représentant diplomatique palestinien au niveau d’ambassadeur. L’éditorialiste se félicite de la décision et relève qu’elle est conforme aux orientations du gouvernement précédent.
HBL/14

Politique intérieure

Réformes constitutionnelles

La réforme des conscriptions électorales ne convient pas au Centre
Le programme gouvernemental prévoit de revoir les circonscriptions électorales de la Finlande de l’Est. Selon Helsingin Sanomat, il s’agirait le plus probablement de fusionner les circonscriptions de Savonie du Nord, de Savonie du Sud et de Carélie du Nord d’ici les élections législatives de 2015. Il s’agira en tout état de cause de diminuer le nombre de circonscriptions à 12. M. Kääriäinen, député centriste, relève que la participation aux élections a été le plus faible en Finlande de l’Est depuis 1995, et il estime qu’agrandir les circonscriptions ne ferait que rendre passifs les électeurs.
Le ministère de la Justice a désigné, mercredi, un groupe de travail composé des secrétaires généraux des partis du gouvernement afin de préparer une proposition sur la réforme de la répartition du pays en circonscriptions électorales. Le groupe est présidé par la secrétaire général des Conservateurs, Mme Tujunen. Le Centre déplore de ne pas être inclus dans ce groupe.
HS/A11

Réforme de la Constitution
La commission des lois constitutionnelles est en train d’étudier la réforme des attributions du Président. C’est une réforme qui a déjà été adoptée par le Parlement précédent, mais qui devra être adopté une deuxième fois, par l’actuel. Les Vrais Finlandais s’opposent à la révision des pouvoirs du Président et à l’inscription de l’adhésion à l’UE dans la Constitution.
HS/A11

Budget

Le gouvernement a bouclé son budget
Le gouvernement a transmis hier son projet de budget au Parlement. Le budget 2012 prévoit 52,4 milliards de dépenses dont 7,1 milliards sont financées par l’endettement.
Le budget se base pour une croissance évaluée à 1,9%.
L’endettement devrait augmenter durant toute la législature et passer de 44,4% du PIB en 2012 à 48,1% en 2015.
L’examen parlementaire du budget a environ un mois de retard en raison des élections et de la formation du gouvernement tardive au printemps. L’étude parlementaire commencera la semaine prochaine et devrait s’achever avant Noël.
HS AL

Politique salariale

Le gouvernement souhaite toujours un accord sur les salaires
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre Katainen et la ministre des Finances Urpilainen ont eu un entretien hier avec les représentants du patronat et des syndicats. Le gouvernement souhaite toujours la conclusion d’un accord salarial global.
« Nous avons eu un entretien sur la situation. La prochaine fois, nous nous réunirons vendredi matin », a déclaré M. Katainen.
L’entretien des ministres avec les partenaires sociaux n’a pas mené à des résultats concrets. M. Katainen et Mme Urpilainen sont encore optimistes. En cas d’un accord salarial global, le gouvernement pourrait baisser les impôts pour augmenter le pouvoir d’achat des salariés.
HS/A6

Santé

Indemnités concernant la narcolepsie
Selon Helsingin Sanomat, le pôle de l’assurance dommages des médicaments a annoncé mercredi qu’il versera des indemnités aux patients souffrant de la narcolepsie après avoir été vaccinés contre la grippe A (H1N1) avec le vaccin Pandemrix.
Le pôle de l’assurance dommage des médicaments a reçu 91 cas de narcolepsie. Il ne s’agit que des enfants et des jeunes.
On estime que le montant des indemnités dépasse le plafond du pole de l’assurance dommages des médicaments. L’Etat répondra du reste et le ministère des Affaires sociales et de la Santé est en train d’étudier la procédure.
HS/A5

Adoption

Le gouvernement propose de mettre fin à l’adoption indépendante
Le gouvernement propose au Parlement de désormais accepter les adoptions indépendantes que lorsqu’elles sont autorisées par le comité des adoptions. Dans la pratique, il s’agirait de les autoriser seulement concernant un enfant appartenant dans la famille. Cela mettrait fin à des adoptions « sauvages » qui selon les autorités comprennent des risques au niveau de l’autorisation des parents biologiques, entre autres.
Actuellement, le nombre d’adoptions indépendantes à l’étranger s’élève à 10 à 20 par an. Le nombre d’adoptions à l’étranger via une organisation s’élève à 200 par an et celui des adoptions en Finlande à 100.
KS/14

Nucléaire

Fennovoima choisit le site de Pyhäjoki
Fennovoima a choisi le site de Hanhikivi sur la commune de Pyhäjoki pour y construire sa future centrale nucléaire. Le chantier devrait y commencer en 2015. Ce sont les avantages techniques, c’est-à-dire un moindre coût de construction par rapport au site de Simo qui ont déterminé le choix de Fennovoima. Le risque de tremblement de terre y est aussi plus faible.
Le choix du fournisseur du réacteur devrait être fait en 2012 ou 2013, entre Areva et Toshiba. Le coût est estimé entre 4 et 6 milliards d’euros. Fennovoima recevra les offres d’Areva et Toshiba en janvier. Même si ces deux fournisseurs sont aussi sollicités par TVO pour son quatrième réacteur, cela ne devrait pas avoir d’effet sur le projet de Fennovoima.
La question du stockage des déchets de cette future centrale n’a toujours pas été résolue.
HS TS KL

Editoriaux : « Il faut maintenant choisir le réacteur » KL
« Trop tard pour faire marche arrière » HBL
Kauppalehti écrit que, une fois que Fennovoima aura reçu les offres de Areva et Toshiba, il restera deux ans de négociations sur le choix du fournisseur de réacteur. Sur la base de problèmes d’Olkiluoto 3, c’est une phase décisive du projet de Fennovoima.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet relève que la construction d’un réacteur nucléaire ne pourra pas commencer avant 2015 et démarrer avant 2020. Si jamais Fennovoima rencontre le même genre de problèmes que TVO à Olkiluoto, le délai sera plus important. L’éditorialiste estime qu’il serait souhaitable que la question sur le stockage des déchets nucléaires soit résolue avant le début des travaux de construction. Dans l’ère d’après Fukushima, il est clair que Fortum devra prendre en compte l’éventualité qu’il n’obtiendra jamais d’autorisation de construire un réacteur.
HBL/14 KL

Mercredi 5 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette – Grèce

Accord sur les garanties exigées par la Finlande
« Le financement d’urgence de la Grèce augmentera la dette publique finlandaise » HS
« En Europe, on se moque de la Finlande » IS
Selon un plan publié par le ministère des Finances, hier, la Finlande s’engage à garantir des prêts accordés à la Grèce de 2011 à 2014 jusqu’à 2,2 milliards d’euros. Helsingin Sanomat relève que, si l’on ajoute la sixième tranche du plan de sauvetage décidé au printemps 2010, la Finlande aura bientôt financé 3 milliards de prêts grecs. Concernant l’Irlande et le Portugal, la Finlande s’est engagée à des garanties de 333 millions et de 600 millions d’euros.
La Finlande a obtenu un accord sur des garanties aux prêts qu’elle garantit à la Grèce. La valeur de ces garanties porte sur 880 millions d’euros et devrait atteindre d’ici trente ans 2,2 milliards d’euros. Le plan de réalisation de ces garanties est très complexe et fait partie d’un plan consistant pour la Grèce à émettre des obligations auprès des banques grecques qui les placeront ensuite dans une banque internationale d’investissement (choisie par la Finlande) et qui devrait les vendre pour obtenir 880 millions d’euros qui seront ensuite placés sur un compte au nom de l’Etat finlandais en obligations d’Etats bénéficiant du triple A.
Ces garanties sont soumises à de dures conditions. La Finlande devra d’abord verser sa contribution au MES en une seule fois, alors que les autres Etats pourront étaler leur versement sur 5 ans. De plus la Finlande renonce à une partie de ses bénéfices sur les intérêts des prêts du FESF. Enfin, la Finlande ne pourrait toucher ses garanties qu’à échéance des emprunts obligataires contractés par le FESF soit 15 à 30 ans.
Mme Urpilainen, ministre des Finances, se félicite de l’accord obtenu, hier, et estime que les dividendes que la Finlande récupérera du mécanisme de stabilité couvriront les dépenses engendrées en intérêts (sur l’emprunt de la Finlande pour payer sa part au MES). Elle relève que le classement AAA de la Finlande lui permettra d’obtenir un prêt avec des frais modérés.
M. Katainen, Premier ministre, se félicite de l’arrangement conclu en le qualifiant de solution très bonne pour la Finlande. « Cette solution remplit toutes les critères européens et finlandais, elle est ouverte à tous et acceptable par tous. D’autre part, ce modèle nous assure contre un risque éventuel de perte qui est toujours inclus dans les décisions de garantie de prêt. »
Selon M. Katainen, l’arrangement n’engendre pas grand-chose comme facture pour la Finlande. Il affirme que la Finlande, en tant qu’un des Etats les moins endettés, peut se permettre d’emprunter de l’argent sur le marché et l’investir sans que cela augmente considérablement la dette. « Cela n’est pas forcément possible pour tout le monde. » M. Katainen estime enfin, à l’instar de Mme Urpilainen, que les dividendes du mécanisme de stabilité couvriront les dépenses engendrées en intérêts.
Helsingin Sanomat note qu’aucun autre Etat membre n’a voulu bénéficier de ces garanties. Ilta-Sanomat titre même que « l’on se moque de la Finlande ».
HS/B1&2

Les spécialistes et l’opposition rejettent les garanties
Mme Kiviniemi, présidente du Centre, estime que le prix payé pour ces garanties est lourd au niveau du pouvoir d’influence rétréci de la Finlande à Bruxelles. Elle souligne l’importance de trouver des solutions pour sauver la Grèce. Pour elle, un plan ordonné de réaménagement des dettes parait probable. Elle souligne également l’importance que l’Italie et l’Espagne mettent en place des réformes afin qu’elles puissent assumer leurs charges au niveau d’endettement.
M. Soini, président des Vrais Finlandais, ne qualifierait pas l’arrangement de réussite, mais plutôt de manœuvre politique qui sert d’excuse au PSD et à l’Alliance des gauches pour avoir retourné leur veste.
Des spécialistes, dont M. Korkman de l’institut de recherche Etla, estiment que le seul côté positif de ce résultat est qu’il sera enfin possible de débarrasser l’ordre du jour européen de la question des garanties. Il en va de même de l’économiste de la banque Sampo Pasi Kuoppamäki ou du professeur de finances de l’université Aalto Vesa Puttonen. En revanche, le directeur du fonds de garanties des communes Heikki Niemeläinen et le directeur du fonds de pension Ilmarinen M. Jaakko Kiander estiment que ces garanties sont positives car elles renforcent la notation de la Finlande. Depuis le début du débat sur ces garanties, les taux d’intérêts des obligations de l’Etat finlandais n’ont cessé de diminuer.
HS/B2 KL

Editoriaux
« La Finlande devra payer pour ses garanties » HS
« Une bien chère feuille de vigne » AL
« Un goût amer » IS
« La Finlande remise sur les rails » TS
« Des garanties bien frêles » KS
« Une victoire à la Pyrrhus » KL
« Aucun grand pas vers une solution » HBL
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat insiste estime que, pour peu que le système de garanties ne coûte pas très cher à la Finlande, cela serait la meilleure des solutions.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rappelle que l’arrangement sur les garanties n’a aucune signification quant à la solution de la crise de la dette. Les décisions décisives font toujours défaut, selon lui. L’éditorialiste se pose la question sur le prix politique de l’exigence finlandaise et se félicite que le résultat ne donne pas l’impression que la Finlande a reçu un traitement privilégié. Ceci dans la perspective des prochaines négociations agricoles, par exemple.
HBL/14

Politique intérieure

Politique salariale

Echec des négociations salariales
« Il n’y aura pas de retour à la table de négociations »
Helsingin Sanomat rapporte que le directeur général de la confédération du patronat et de l’industrie EK, M. Mikko Pukkinen, a annoncé mardi après-midi que « les négociations sont terminées et il n’y aura pas de retour à la table de négociations ».
Les négociations sur un accord salarial global ont échoué parce que les centrales syndicales SAK et STTK ont rejeté hier matin une deuxième proposition du patronat sur les augmentations salariales. Les syndicats de la métallurgie ont ensuite déposé un préavis de grève. La grève commencerait le 21 octobre dans 44 entreprises de l’industrie métallurgique, dont ABB, Kone, Konecranes, Metso, Patria, Rautaruukki, Valmet et Wärtsilä.
Les syndicats ont été mécontents du niveau des augmentations et des propositions d’amélioration de la qualité dans la vie professionnelle.
Le patronat a proposé un accord de 25 mois, soit une augmentation de 2,4 % pendant les 13 premiers mois et de 1,9 % pour la deuxième année.
Après l’échec d’un accord salarial global, les négociations se poursuivront branche par branche.
HS/A3&5

Parlement

Le Parlement a débattu d’une éventuelle baisse de la rémunération des députés
Helsingin Sanomat relève qu’à l’occasion d’un débat sur la diminution provisoire de 5 % de la rémunération des ministres, plusieurs députés ont proposé aussi une baisse de la rémunération des parlementaires et même des hauts fonctionnaires.
La rémunération des députés est décidée par un comité de trois personnes, indépendant du Parlement. A l’automne 2010, la rémunération a été augmenté de 1,5 % et au printemps dernier, après les élections législatives, de 6,5 %, donc à 6 335 euros pas mois et à 6 811 euros pour ceux qui ont plus de 12 ans d’ancienneté. Les députés ont aussi le droit à une indemnité exonérée d’impôts qui varie suivant le domicile. Les députés qui n’habitent pas à Uusimaa (province autour de la capitale) et qui ont un logement secondaire à Helsinki touchent l’indemnité maximale, 1 809 euros par mois.
HS/A5

Nucléaire

Tous les documents d’Olkiluoto ne seront pas approuvés cette année
Turun Sanomat rapporte que, après des années de bras de fer, la planification et l’agrément du contrôle commande du nouveau réacteur d‘Olkiluoto est toujours en instance. Le directeur du projet OL3 chez le STUK (agence de sureté finlandaise) Tapani Virolainen déclare qu’il y a un consensus entre le STUK, Areva et TVO sur la sécurité du contrôle commande. Il attend désormais que TVO et Areva lui présentent bientôt les solutions techniques sur les questions en suspens restantes.
Le STUK a bien clairement signifié que la demande de mise en marche du réacteur ne pourra être déposée avant que les documents sur le contrôle commande aient été approuvés. Le système de contrôle commande doit aussi être validé, puis testé en atelier avant de pouvoir être installé sur le site.
M. Virolainen souligne que le STUK aura besoin de temps pour valider les documents lorsqu’ils lui auront été transmis. Le temps nécessaire pour la validation dépendra, selon lui, de la qualité des documents transmis. Il semble clair que cela ne pourra pas intervenir avant la fin de l’année.
TS

Mardi 4 octobre 2011
Politique étrangère et européenne

Afghanistan

Les Finlandais dans le nord de l’Afghanistan
Les troupes finlandaises dans le nord de l’Afghanistan n’ont pas le sentiment que le mouvement des Talibans prenne de l’ampleur dans leur zone de surveillance.
« L’influence des Talibans s’est plutôt affaiblie dans la région », constate le commandant des troupes de gestion de crise finlandaises, le lieutenant-colonel Petri Kosonen.
« Les coups isolés restent leur dernier moyen. Ils ne sont plus capables d’actions directes contre les troupes afghanes ou celles de la FIAS. Par ailleurs, les représentants de l’administration afghane peuvent maintenant circuler plus librement et dans des zones qui leur étaient inaccessibles avant », affirme Kosonen.
Depuis le début de l’année, les Finlandais circulent dans la région en groupes plus importants et toujours avec des agents de sécurité afghans. Selon le lieutenant-colonel Kosonen, cela a diminué le risque pour les Finlandais.
HS/B1

Défense

Le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, participera les 5 et 6 octobre à Bruxelles à la réunion des ministres de la Défense des pays faisant partie de l’opération FIAS en Afghanistan
defmin

Politique intérieure

Politique salariale

Ce matin, les organisations salariales se sont réunies pour entendre la proposition du patronat
En attendant les commentaires des parties on sait déjà qu’un accord sur deux ans a été planifié par le patronat EK malgré le souhait du côté des salariés de se mettre d’accord sur les augmentations salariales une année à la fois.
Le président de la confédération des employés, STTK, M. Mäenpää, relève que l’ensemble de la proposition sera décisive pour savoir si elle pourra être acceptée. M. Lyly, président de la confédération des ouvriers, SAK, ne souhaite pas non plus spéculer sur le taux « suffisant » des augmentations.
M. Fjäder, président d’Akava, confédération des universitaires, souligne qu’il faudra entendre la position du gouvernement sur le paquet avant de pouvoir prendre position. Le gouvernement a évoqué la possibilité d‘allègements fiscaux en récompense d’un accord salarial.
www.hs.fi

Autorités et leurs noms

Selon l’ombudsman du Parlement, les autorités doivent se présenter sous leurs propres noms
L’ombudsman du Parlement, M. Jääskeläinen, estime qu’il convient aux autorités d’utiliser leur vrai nom officiel dans le public, et non pas une abréviation ou autre nom non explicite.
La prise de position de M. Jääskeläinen concerne des appels effectués sur l’utilisation des noms comme Trafi pour l’office national de sécurité des transports.
Le secrétaire de l’ombudsman, M. Sarja, précise que cette décision ne concerne que les autorités, et non pas les noms des groupes de l’Etat, comme Destia (équipement routier) ou Itella (postes).
M. Jääskeläinen souligne que le nom d’une autorité doit être tel qu’un administré le reconnaîsse facilement, en finnois et en suédois.
HS/A7

Défense

« Davantage de politique pour la réforme de la défense nationale », écrit de M. Jussi Niinistö
En faisant allusion aux restrictions budgétaires, le président de la commission parlementaire de la défense, M. Jussi Niinistö (vrais Finlandais) estime que « dans une situation inconfortable, il conviendrait d’entamer rapidement l’élaboration du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, avec ses groupes de suivi parlementaires. Contrairement aux propositions du ministre de la défense, M. Stefan Wallin, il ne faudrait pas fermer des garnisons avant la publication du Livre blanc. La défense nationale a besoin d’être guidée par la politique », écrit M. Jussi Niinistö dans un billet publié par l’hebdomadaire Suomen Kuvalehti.
« Les hommes politiques ne doivent pas céder aux soldats le mandat que le peuple leur a confié », estime M. Jussi Niinistö.
SK/57

Financement électoral

Le scandale sur le financement des politiciens s’élargit encore
Helsingin Sanomat rapporte que selon procureur de l’Etat, M. Jarmo Hirvonen, la police soupçonne d‘abus huit directeurs de la Loterie nationale RAY, dont Mme Sinikka Mönkäre, directrice générale, ancienne ministre social-démocrate. La direction de RAY est soupçonnée d’avoir accordé, en 2000-2009, 80 000 euros pour des activités politiques principalement au Parti conservateur, au Centre et au PSD. « Il s’agit par exemple de l’achat des billets pour les séminaires organisés par les politiciens et des publicités de RAY dans la presse des partis politiques », a déclaré M. Hirvonen.
HS/A3&5

Vrais Finlandais

Les Britanniques s’intéressent aux propos de M. Soini
Selon Helsingin Sanomat, le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, a été invité à participer à un entretien organisé lundi à Manchester par le think tank eurosceptique Bruges Group. M. Soini a également été interviewé par BBC. Il s’exprime aujourd’hui sur l’avenir de l’euro devant les parlementaires européens à l’occasion du congrès des conservateurs britanniques. Jeudi, il sera interviewé par Reuters.
En septembre, M. Soini avait déjà participé au congrès du « UK independence party » en Grande-Bretagne.
HS/A7

M. Halla-aho a changé de style
Helsingin Sanomat relève que M. Jussi Halla-aho, député des Vrais Finlandais, connu pour son blog critiquant entre autres la politique de l’immigration, qui a été exclu de son groupe parlementaire pendant quinze jours, a enlevé quelques commentaires provocateurs de son blog. Il a aussi décidé de ne pas utiliser Facebook pendant quelque temps.
HS/A5

Lundi 3 octobre 2011

Politique étrangère et européenne

Eurogroupe

M. Rehn pourrait présider l’eurogroupe
EurActiv, quotidien bruxellois en ligne, relève que le commissaire Olli Rehn pourrait devenir président de l’eurogroupe à la succession de M. Juncker, dont le mandat prendra fin à l’été 2012. Cela renforcerait le statut du commissaire pour l’économie et le rôle de la Commission européenne dans la gestion de l’économie.
Selon EurActiv, il est possible que la Commission européenne propose aux Etats membres de désigner le commissaire de l’économie comme successeur de M. Juncker. La question devrait être évoquée lors de la rencontre des chefs d’Etat des pays de l’eurogroupe, en octobre.
HS/sam/B7

Selon le syndicat Erto, les ambassades à Helsinki violent de façon flagrante la législation du travail.

Le dépouillement des questionnaires adressés au personnel des ambassades révèle une quantité de défauts dans le respect de la législation de travail finlandaise
Taloussanomat, quotidien d’informations économiques en ligne, rend compte d’un sondage effectué par le syndicat Erto auprès du personnel des ambassades étrangères en Finlande.
Les employés des ambassades relèvent qu’il y a un arbitraire concernant les heures de travail, les heures supplémentaires, les congés, les contrats à durée déterminée qui se suivent et les licenciements. Le président d’Erto, M. Aaltonen, rappelle qu’en Finlande, il faut appliquer la législation nationale à chaque employé, indépendamment de sa nationalité ou de son employeur. Une partie considérable des ambassades viole d’une façon flagrante la législation de travail finlandaise, ce qui ne devrait pas être permis à une ambassade étrangère plus qu’à un autre employeur.
Le contrôle des autorités de protection de travail finlandaises se limite à donner des conseils et des recommandations. En raison de l’immunité diplomatique, il n’est pas possible d’intervenir juridiquement sur les anomalies. La loi veut que l’on applique la législation locale à l’ensemble du personnel recruté sur place.
74 personnes, dont 59 de nationalité finlandaise, ont répondu au questionnaire. Moins de la moitié entre eux déclarent que leur employeur respecte la législation finlandaise. Dans la pratique, les contrats relèvent d’une combinaison de points choisis dans les législations des deux pays concernés.
Le syndicat Erto a fait appel au ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, pour qu’il évoque ces questions avec les représentations étrangères.
Erto ne souhaite pas révéler quels sont les pays qui violent le plus les droits des employés pour ne pas engendrer des difficultés pour les employés ayant évoqué des anomalies.
www.taloussanomat.fi, www.yle.fi

MAE finlandais

Des représentations seront fermées dès 2012
Helsingin Sanomat rapporte que selon des sources diplomatiques, il est possible que le ministère des Affaires étrangères ferme cinq ambassades en 2012. Dans les années à venir, la Finlande devrait supprimer 15 représentations à l’étranger.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, n’a pourtant pas approuvé la liste des ambassades ou autres représentations supprimées.
HS estime que les fermetures sont négatives pour la campagne de la Finlande pour entrer au conseil de sécurité de l’ONU pour la période 2013-2014. La plupart des décisions sur les fermetures devront être prises avant le vote sur les membres du conseil de sécurité.
Le MAE doit faire des économies de 10 millions d’euros sur son budget de 200 millions d’euros pendant la législature en cours.
HS/sam/12

Propos de Mme Halonen

Mme Halonen souhaite plus d’ouverture vers la Russie
Selon Aamulehti, la Présidente, Mme Tarja Halonen, souhaite la création de plus de postes frontières entre la Finlande et la Russie. « L’importance stratégique de la Finlande septentrionale augmentera considérablement. » Il faut aussi plus de postes frontières en raison des échanges commerciaux entre les deux pays.
Mme Halonen ne s’inquiète pas de l’armement de la Russie. « La Russie est en train de faire de que font tous les pays européens, c’est-à-dire diminuer les effectifs et rendre les armées plus efficaces. Il ne faut pas en tirer des conclusions dramatiques. »
Quant à la défense, la Présidente souligne fermement qu’il faut défendre tout le pays. « Il s’agit d’une question de l’égalité entre les citoyens. »
Le second mandat de Mme Halonen à la présidence s’achèvera dans cinq mois environ. Aamulehti estime qu’elle continuera à s’intéresser aux activités internationales après avoir quitté ses fonctions actuelles.
AL/sam/1&4

Politique intérieure

Sondage sur la situation économique

La moitié des Finlandais prêts à réformer les structures publiques afin d’éviter le surendettement du pays.
Helsingin Sanomat rend compte d’un sondage qu’il a commandé sur les mesures que les Finlandais seraient prêts à accepter afin d’éviter le surendettement du pays. Les personnes interrogées semblent très conscientes de la gravité de la situation. Seulement 6 % ne voient aucune nécessité de durcissement de mesures fiscales ou d’économies.
41 % des Finlandais accepteraient une augmentation de la fiscalité et des cotisations. 41 % seraient prêts à des économies en diminuant les dépenses en matière de services publics notamment.
49 % des Finlandais se déclarent favorables à des réformes structurelles comme les fusions de communes, les externalisations et l’ouverture à la concurrence.
HS/dim/A6

Politique salariale

La menace de grève de la branche technologique a accéléré les négociations
Les négociations entre le patronat EK et les confédérations des salariés se sont poursuivies ce matin et ont été interrompues à midi afin de donner aux syndicats le temps d’organiser leurs propres réunions. Il est prévu que les négociations continuent ce soir.
Deux syndicats de l’industrie technologique menacent d’entamer une grève, et selon Helsingin Sanomat, il srait souhaitable que les négociations ne se prolongent pas au-delà de demain matin.
Un accord tripartite n’est pas exclu, mais les salariés ont laissé comprendre que cela ne dépend pas seulement des augmentations salariales, mais également de la volonté de prendre des mesures pour améliorer la qualité de la vie professionnelle.
HS/sam/A5, lun/A6, www.hs.fi

Election présidentielle

M. Niinistö toujours à la tête des sondages
Turun Sanomat relève que les deux tabloïds, Ilta-Sanomat et Iltalehti, ont publié leurs sondages pour l’élection présidentielle . Les résultats ne sont pas comparables parce que les calculs ont été faits différemment : Iltalehti a pris en compte aussi ceux qui n’ont pas voulu ou su s’exprimer.
Ilta-Sanomat prévoit 62 % des intentions de vote pour M. Sauli Niinistö, candidat conservateur, 9% pour M. Timo Soini des Vrais Finlandais, 7 % pour M. Paavo Lipponen (PSD), 6 % pour MM. Paavo Väyrynen (Centre) et Pekka Haavisto (Alliance verte), 5 % pour Mme Eva Biaudet (Parti suédois) et 3 % pour M. Paavo Arhinmäki (Alliance des gauches).
Selon le sondage d’Iltalehti, M. Niinistö aurait 49 % des voix au premier tour, contre 11% en faveur de M. Soini et 9 % en faveur de M. Lipponen.
Les sondages ont été effectués la semaine dernière.
TS/dim/12

publié le 31/10/2011

haut de page