Novembre 2017

Jeudi 30 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

L’euro

« Le développement de l’euro demande encore des sacrifices de la Finlande » KL
Kauppalehti rend compte des propos de Taneli Lahti, directeur auprès du patronat EK, chargé des questions européennes, qui estime que les fonds conjoncturels de l’UE, évoqués par la Commission européenne au printemps, seront durs à avaler pour la Finlande.
M. Lahti estime qu’un outil de régulation de conjonctures, sous une forme ou autre, sera certainement introduit dans la zone euro. L’Allemagne et la France sont très convergentes en la matière. Il estime que s’il s’agit de le mettre en place, il serait bien que l’outil soit aussi automatique que possible, restreint en envergure et en durée, afin que des mécanismes permanents de transferts ne soient pas créés entre les Etats. Il souhaite que l’on puisse éviter la politisation d’un tel outil pour ne pas que la prise de décision soit trop lente et pour que les petits Etats membres ne soient pas « écrasés ».
M. Lahti estime que si la Commission européenne propose d’augmenter l’utilisation d’une majorité qualifiée dans le cadre du mécanisme de stabilité, la Finlande pourrait se retrouver dans une situation difficile. Le gouvernement finlandais part du principe que la prise de décision concernant le mécanisme se base sur l’unanimité.
KL/6

Défense - Sécurité

Petteri Orpo énumère les quatre menaces sur la sécurité de la Finlande
« Le terrorisme est la première des menaces sécuritaires, en seconde position arrive le souci sur la durabilité du système sécuritaire mondial, sérieusement ébranlée surtout par la politique de puissance russe. La troisième menace est liée à l’unité interne des sociétés occidentales, rabotée par les mouvements extrémistes populistes et l’influence hybride de l’intérieur comme de l’extérieur », énumère le ministre des Finances Petteri Orpo.
En quatrième menace, Orpo mentionne les armes de destruction massive qui « remettent en perspective toutes les autres menaces de la politique mondiale ».
« Les armes de destruction massive menacent la sécurité et le bien-être partout dans le monde. La politique irresponsable de la Corée du nord nous rappelle combien sont grands les risques liés aux armes nucléaires. Nous devons garder notre sang froid. La communauté internationale devra utiliser tous les moyens diplomatiques possibles pour avancer dans cette situation », explique Orpo.
Selon Orpo, le renforcement de la politique de défense européenne est bénéfique pour une Finlande qui n’appartient pas aux alliances militaires. Il souligne néanmoins que l’UE n’est pas en mesure de devenir une alliance de défense et cela en dépit du fait qu’afin de renforcer la coopération en matière de la défense, 23 pays membres ont signé le traité de Lisbonne sur la coopération structurelle européenne.
« L’important est de consolider la clause de l’assistance mutuelle du traité de Lisbonne », réplique Orpo et rajoute qu’il faudra passer des paroles aux actes.
Le candidat centriste à la présidence Matti Vanhanen avait d’ailleurs souligné ce même point de vue lors d’un débat électoral en rappelant que le parlement s’était prononcé sur la question en 2006 pour assurer qu’en cas d’attaque contre un pays de l’UE, les autres pays membres lui viendraient en aide par tous les moyens, y compris militaires.
uusi.suomi

Politique intérieure

Economie

Retour d’impôts
Helsingin Sanomat relève que les contribuables finlandais auront les remboursements d’impôts sur leurs comptes le mardi 5 décembre. Près de 3,7 millions de personnes seront remboursées et un peu moins de 700 000 contribuables doivent payer des impôts supplémentaires.
Concernant l’année fiscale 2016, le fisc remboursera 2,6 milliards d’euros et recevra un milliard d’impôts supplémentaires. Le retour d’impôts moyen est de 712 euros et l’impôt supplémentaire de 1 619 euros.
Le retour d’impôts augmente la consommation et le commerce avant Noël.
Par exemple à Helsinki, environ 90 000 personnes doivent payer plus impôts (en moyenne de 2 128 euros) et 430 000 personnes seront remboursées (en moyenne 736 euros)
HS/A33-34

Retraite

Retraite anticipée pour raison de pénibilité
Helsingin Sanomat rapporte que pour la première fois une compagnie finlandaise d’assurance de retraite a accordé une retraite anticipée pour raison de pénibilité. La compagnie d’assurance de retraite Varma n’annonce pas les détails de ce cas mais promet de publier une interview de l’intéressé ultérieurement.
La retraite anticipée pour raison de pénibilité est une nouvelle forme de retraite qui permet une retraite anticipée pour une personne de plus de 63 ans ayant travaillé au moins 38 ans dans des conditions physiquement ou psychiquement pénibles.
HS/A34

Mercredi 29 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Salon Slush

« 20 000 visiteurs, 2600 startups, 1500 investisseurs, un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros » KL
« Slush a pu rétablir ses finances » KL
Kauppalehti rend compte du fait que le salon Slush qui à un moment était au bord d’une faillite, a pu stabiliser son économie à l’aide d’une subvention de l’Etat de 1,5 million d’euros sur trois ans. Cette année le salon vise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en Finlande et de 13 millions d’euros au total, compte tenu des évènements à Tokyo, Singapour et Shanghai.
120 grandes entreprises participent au salon cette année. Outre le salon qui aura lieu jeudi et vendredi, Slush a organisé 70 évènements moins importants partout dans le monde.
KL/15

Point de vue
Jari Saario de Kauppalehti rappelle que l’enthousiasme autour de Slush éclipse une déformation dans la structure des entreprises finlandaises.
Les grandes entreprises employant plus de 250 personnes sont au nombre de 600 et ne représentent que 0,2 % de toutes les entreprises. Elles emploient un tiers de la main d’ouvre du secteur privé. Les cent plus grandes parmi elles se chargent de deux tiers des exportations de marchandises.
Les moyennes entreprises employant entre 50 et 250 personnes, au nombre de 2600, représentent 0,9 % des sociétés.
Les entreprises gazelles, jeunes sociétés à croissance rapide représentent 3 à 5 % des entreprises. Il faudrait en avoir plus du fait que leur part de la création de nouveaux emplois s’élève à 50 - 80 %.
M. Saario note que les débuts d’une nouvelle entreprise sont bien soutenus en Finlande, et que de nouveaux entrepreneurs ne manquent pas. La moitié de ces nouvelles entreprises ne survivent toutefois pas au-delà de la première phase. Il faudrait, selon lui, soutenir la croissance des PMI-PME qui fonctionnent déjà, afin qu’elles aient de meilleures conditions de réussir et d’employer.
M. Saario estime qu’outre des crédits, le soutien peut aussi consister en conseils, notamment lorsque la croissance est rapide et que les gazelles verront leur production, chiffre d’affaires et leurs effectifs doubler tous les deux ans.
KL/5

Promotion des exportations

Editorial
Restructuration du soutien aux exportations
L’éditorialiste de Kauppalehti rend compte de la volonté du gouvernement de renforcer la promotion des exportations.
Le projet Team Finland n’a pas atteint ses objectifs et surtout les PMI-PME considèrent qu’elles n’ont pas obtenu le soutien nécessaire.
La loi concernant la création de Business Finland qui combinera les fonctions de Tekes et de Finpro devrait entrer en vigueur pour janvier 2018, ce qui permettrait de terminer l’organisation de la nouvelle structure pour l’été 2018.
Le ministère des Affaires étrangères aura désormais un rôle plus important dans la promotion des exportations. Les régions se chargeront de proposer des services en la matière pour les entreprises.
L’éditorialiste estime que même si les décisions en matière de croissance et d’internationalisation dépendent du courage et de la volonté des entreprises, le secteur public pourra néanmoins leur fournir un soutien pour faciliter la voie vers l’international.
KL/5

Politique intérieure

Election présidentielle

Interview du Président Niinistö dans El Pais
Le Président Sauli Niinistö a accordé une interview au quotidien espagnol El Pais. Uusisuomi.fi rapporte que les propos du Président ont suscité des questions en Finlande, notamment pour savoir si M. Niinistö a changé d’avis à propos d’un référendum sur l’OTAN.
L’interview du quotidien espagnol a été interprétée de façon que selon M. Niinistö, un référendum ne serait pas indispensable. Antérieurement il a parlé en faveur de la légitimité et d’une approbation par le peuple dans le cadre d’une éventuelle adhésion
Selon l’interview, M. Niinistö a souligné que l’organisation d’un référendum n’était pas une priorité pour lui. Le plus important est d’étudier la légitimité d’une éventuelle adhésion. Il a également souligné qu’en ce moment seulement 22 % des Finlandais étaient favorables à une adhésion. « On devrait obtenir une majorité de deux tiers en faveur d’une adhésion », selon M. Niinistö.
La chancellerie de la présidence annonce à Uusisuomi.fi qu’il ne s’agit pas d’un changement d’avis et que l’organisation d’un référendum n’est pas une fin en soi pour le président.
Rappelons que le seul candidat présidentiel qui mène ouvertement une adhésion à l’OTAN est Nils Torvalds, parlementaire européen qui représente le Parti suédois.
Uusisuomi.fi

Editoriaux
Turun Sanomat relève, dans son éditorial, que même si le premier tour des élections présidentielle aura lieu dans deux mois il n’y a qu’un seul favori, le président actuel.
TS rappelle qu’antérieurement les grands favoris comme Mauno Koivisto et Tarja Halonen ont eu besoin de deux tours pour être réélus. L’avance du candidat favori diminue souvent vers la fin de la campagne présidentielle.
Les premiers débats électoraux ont concerné surtout la politique étrangère et de sécurité. Sauli Niinistö, Tuula Haatainen (PSD), Pekka Haavisto (Alliance verte) et Matti Vanhanen (Centre) approuvent une combinaison d’une défense indépendante, d’une coopération dans le cadre de l’Union européenne et avec l’OTAN et d’un partenariat avec la Suède. Nils Torvalds (Parti suédois) est favorable à une adhésion à l’OTAN, Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais) veut quitter l’Union européenne et Merja Kyllönen (Alliance des gauches) est contre l’approfondissement de la défense commune de l’Union.
M. Vanhanen a déjà critiqué la façon dont M. Niinistö gère ses fonctions. Si Paavo Väyrynen, parlementaire européen et ancien centriste, arrive à obtenir les 20 000 signatures nécessaires pour une candidature présidentielle dans le cadre d’un mouvement populaire on verra beaucoup plus de critique contre le président actuel.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rappelle que l’étude de Helsingin Sanomat sur les valeurs des candidats présidentiels ne tient pas compte de suffisamment de choses pour pouvoir véritablement les situer sur les axes gauche-droite ou libéral-conservateur.
A l’exception de Laura Huhtasaari, ils se situeraient tous dans le champ libéral de gauche, mais cette image n’est pas représentative de la réalité.
HBL/12

Defense

Défilé pour le centenaire de l’indépendance de la Finlande
Le défilé militaire du centenaire de l’indépendance de la Finlande se déroulera cette année à Kuopio et regroupera 1 100 personnes, 48 véhicules et 37 aéronefs.
Outre les troupes de la défense nationale et des gardes-frontières, le défilé du 6 décembre 2017 réunira entre autres des représentants de la Compagnie régionale, de l’Association de formation de la défense nationale, des militaires de gestion des crises, des vétérans, des organismes de défense nationale et l’Union de réaction rapide des femmes.
Le défilé sera passé en revue par le commandant de l’armée de l’air, le général de division Sampo Eskelinen et commandé par le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général de brigade Jari Mikkonen.
L’armée de l’air sera particulièrement présente lors de ces festivités, par conséquent, il est souhaitable que la météo soit au rendez-vous.
www.puolustusvoimat.fi

Défense – Chantier naval

Remaniement de l’encadrement au chantier naval de Rauma
Le chantier naval de Rauma Marine Constructions (RMC) change de directeur général au bout de trois années d’activités lorsque Jyrki Heinimaa succèdera à Heikki Pöntynen. Par la même occasion, Mikko Niini sera nommé président du comité d’administration de la société.
Niini affirme que la préparation aux nouvelles commandes, et notamment à celle passée par la défense nationale, demandent un solide savoir-faire en matière de financement.
Ayant signé, il y a un an, une lettre d’intention avec la défense nationale, RMC se prépare avec soin à la construction de quatre bâtiments de guerre, l’escadre 2020, pour les forces armées. Néanmoins, le financement de la commande fait partie du budget de 2019.
Le chantier naval devra s’assurer que ces corvettes pourront être entretenues en Finlande.
HS29.11/A24

Sondage

Les demandeurs d’asile, le terrorisme et le changement climatique préoccupe les Finlandais
Les Finlandais se déclarent préoccupés par les demandeurs d’asile, le terrorisme et le changement climatique. Par contre le souci concernant le chômage, la Russie ou la situation en Ukraine les occupent bien moins que l’année dernière. Ce sont les résultats d’une étude réalisée par le Comité de communication de la défense nationale.
L’inquiétude concernant le terrorisme est mentionnée par quatre Finlandais sur cinq, le chiffre a augmenté de 6% par rapport aux résultats collectés l’année dernière. De la même manière, les changements climatiques et la propagation des armes de destruction massive tourmentent les Finlandais de plus en plus.
Le chômage n’est plus mentionné que par 71% des citoyens contre 80% l’année dernière, de même, la Syrie et la Russie inquiètent environ 10% de moins par rapport aux chiffres précédents.
www.hs.fi

Mardi 28 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Allemagne - UE

Propos de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini a participé à Berlin à un concert donné dans le cadre du centenraire de la Finlande.
A cette occasion, il a commenté la situation en politique intérieure en Allemagne
Selon M. Soini, si Mme Merkel n’arrive pas à former une coalition avec les sociaux-démocrates du SPD, il y aura de nouvelles élections. En effet, M. Soini ne croit pas qu’un gouvernement minoritaire soit une alternative réaliste.
M. Soini croit pour sa part que Mme Merkel réussira à former une coalition avec le SPD et donc à se maintenir comme Chancelière. « Si Mme Merkel reste chancelière, cela sera un grand succès. Quand on, regarde les grandes lignes, on peut dire qu’elle a été une bonne dirigeante. Mais tout a une fin ».
« L’Allemagne ne peut pas dériver trop longtemps surtout qu’il semble bien que de nouvelles élections ne rendraient pas la situation plus facile, au contraire », juge M. Soini.
M. Soini souligne que la situation délicate ne l’est pas seulement pour l’Allemagne mais aussi pour l’UE.
M. Soini pense aussi que Mme Merkel paie un prix démesurément fort pour sa politique face à la vague de migrants en 2015.
HS

Point de vue
« L’Allemagne pourrait ouvrir les vannes financières » KL
Kauppalehti estime que l’Allemagne se dirige vers le retour d’une grande coalition entre la CDU-CSU et le SPD, menée par la chancelière Angela Merkel.
Si la ligne du gouvernement de Berlin se fait plus flexible sur la politique de la zone euro, la Finlande qui a toujours suivi fidèlement l’Allemagne devra revoir sa propre politique à l’égard de l’Euro. Une coalition avec le FPD et les Verts aurait été certainement moins difficile pour la Finlande, note KL.
Il y a donc lieu de s’attendre à des changements [dans la politique européenne de l’Allemagne] car Mme Merkel n’aura plus la même mainmise qu’en 2013, juge KL.
KL

Traffic de migrants

Une famille soupçonnée d’avoir fait passer 70 personnes en Finlande
On juge actuellement à Helsinki une famille russe soupçonnée d’avoir fait passer jusqu’à 72 migrants clandestins en Finlande par le canal de Saïma.
Il y aurait eu au total 7 voyages à bord d’un petit bateau de plaisance où étaient cachés des migrants.
Il s’agirait en réalité d’une partie d’un réseau plus large de criminalité internationale qui aurait aussi fait entrer dans l’espace Schengen par la Laponie plus de 150 personnes en 2015 – 2016.
HS

Economie

La Finlande a la plus forte croissance de la zone euro
Selon la Banque Aktia, la Finlande aura cette année la plus forte croissance des pays de la zone euro avec 3,1%.
HS uusisuomi

Politique intérieure

Election présidentielle

Débat entre les candidats
L’association de défense nationale a organisé un débat entre les candidats présidentiels, hier, à l’Université de Helsinki.
Les candidats ont été prudemment favorables à l’idée d’aider un autre Etat membre en cas d’une attaque ou d’une demande en la matière.
Merja Kyllönen (All. des gauches) souligne l’importance d’agir dans la région limitrophe de la Finlande de sorte de ne pas se retrouver dans de telles situations.
Tous les candidats sont d’avis qu’il est dans les intérêts de la Finlande de se faire « constructeur de paix » pour ne pas que les situations s’aggravent et aboutissent à des crises.
Les candidats ont évoquée l’éventualité que la Finlande soit amenée à demander de l’aide aux autres pays européens, dans le cadre du traité de Lisbonne. Pour eux, une cyber-attaque, une attaque hybride ou terroriste et un conflit armé pourraient constituer une situation dans laquelle demander une aide pourrait venir en question.
L’OTAN n’a pas été évoquée lors du débat, mais Pekka Haavisto (Verts) a quand même estimé qu’une adhésion déclencherait un engrenage d’armement qu’il ne souhaitait pas pour la région de la mer Baltique. Il ne souhaite pas non plus organiser de référendum en matière d’une adhésion éventuelle finlandaise à l’OTAN du fait qu’un tel vote serait cible d’une campagne de tentatives d’influence sur le résultat.
HS/A8

Débat sur les valeurs
Helsingin Sanomat note que les valeurs des candidats se sont rapprochées par rapport à leurs réponses à dix questions posées sur les valeurs lors de la campagne avant les législatives et/ou les européennes en 2014 et 2015.
Sur les axes conservateur-libéral et droite-gauche, les candidats sont aujourd’hui plus près des uns des autres et plus loin des extrêmes, à l’exception de Merja Kyllönen (All. des gauches) qui se situe autant à gauche mais donne des réponses plus libérales qu’avant.
Sauli Niinistö est le plus à droite des candidats, suivi de Nils Torvalds (Parti suédois). Mme Kyllönen (All. des gauches) est la plus à gauche.
Sur l’axe conservateur-libéral, Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais) se distingue des autres par ses valeurs conservatrices.
Tous les candidats mettent en valeur les questions liées à la nature et considèrent que les emplois et l’économie ne devront pas passer avant la protection de la nature. Les chercheurs rappellent que les candidats savent bien que ces valeurs intéressent les électeurs.
HS/A6-7

Paavo Väyrynen bientôt candidat ?
M. Väyrynen continue à rassembler les signatures nécessaires pour présenter une candidature. Il en aurait actuellement 15 000 sur les 20 000 qu’il lui faut d’ici le 12 décembre.
HS/A7

Présidence

Pouvoirs et attributions du Président
Aamulehti publie un article de Lauri Nurmi qui rappelle que s’ils le souhaitaient, Le Premier ministre Sipilä et le ministre des Affaires étrangères Soini pourraient avoir une prise plus forte sur la politique étrangère et de sécurité et ne laisser au Président Sauli Niinistö que les relations bilatérales avec les grandes puissances.
Le Président actuel étant très populaire, le défier en le critiquant constitue un risque pour un ministre et un député. Inversement, se présenter à côté du Président peut être utile pour un ministre. Le président continue à avoir beaucoup de prestige même si ses attributions sont restreintes depuis la réforme de la Constitution en 2000.
Dans la politique finlandaise, le fait que le Président n’est constitutionnellement compétent seul que pour la gestion des relations bilatérales avec les grandes puissances est un tabou. M. Nurmi estime que dans la pratique, les rencontres avec le Président russe accordent un moment d’attention internationale aux Présidents finlandais.
AL/A12-13

France – Finlande

Opéra

Aino Ackté
Hufvudstadsbladet publie un grand article sur la cantatrice finlandaise Aïno Ackté et rappelle qu’elle a commencé sa carrière internationale à l’Opéra de Paris en 1897-1904.
HBL/18-19

Lundi 27 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

UE – Partenariat oriental

Propos de M. Sipilä
Helsingin Sanomat rend compte des propos du Premier ministre finlandais, Juha Sipilä, après la signature de la déclaration commune lors du sommet sur le partenariat oriental. Il a dit que la Finlande ne souhaitait pas que le partenariat oriental soit utilisé comme une voie vers une adhésion à l’UE.
Kristi Raik, chercheur à l’Institut de relations internationales, estime que, pour la Russie, le partenariat oriental relève d’un effort de l’UE d’entrer sur le territoire russe. Pour la chercheuse, la Russie souhaiterait que ces pays fassent clairement partie de sa sphère d’influence et que la Russie puisse contrôler leurs choix en matière de politique étrangère et de sécurité.
M. Sipilä rappelle que l’UE a soutenu les pays du partenariat oriental de différents moyens, et qu’il ne faudrait pas minimiser ces démarches.
Mme Raik estime que l’UE a un peu perdu le fil rouge du projet de partenariat. Il reste par exemple la question de savoir quel est l’objectif stratégique du partenariat, selon elle.
HS/sam/B7

Politique européenne

« Un débat superficiel » Talsa
Jan Hurri revient dans Taloussanomat sur le débat de politique européenne qui a eu lieu le 22 novembre. Il rappelle que le premier ministre Juha Sipilä a regretté que le débat qui a suivi sa déclaration de politique européenne ait été très « superficiel ».
Jan Hurrri estime que le principal problème était que la déclaration du premier ministre était elle-même très superficielle : M. Sipilä s’est contenté de mettre à jour la ligne officielle de politique européenne qui est principalement superficielle.
« La raison au caractère superficiel des lignes de politique européenne du gouvernement vient peut-être de la réalpolitique, et plus précisément la crise gouvernementale actuelle en Allemagne. Tant que l’on ne connaîtra pas la politique européenne de l’Allemagne, la Finlande qui est son principal suiveur aura intérêt à laisser dans le vague ses propres positions et une marge de manœuvre pour s’adapter dans un sens ou dans l’autre. Avec le risque que de telles positions vagues laissent une impression de superficialité », juge Jan Hurri.
M. Hurri critique aussi les positions du gouvernement en matière de développement de l’UEM. 
https://www.is.fi/taloussanomat/art-2000005463440.html

Santé

Point de vue
La correspondante à Bruxelles du Kauppalehti estime que dans le débat en Finlande sur la réforme des services sociaux et de santé, on a parfois l’impression que les dépenses publiques de santé sont en train d’exploser en Finlande.
Or si l’on regarde le bilan des systèmes de santé des pays de l’UE dressé par la Commission et publié la semaine dernière, il apparaît que les dépenses publiques de santé finlandaises n’ont pas augmenté ces dernières années, au contraire, juge KL.
Le quotidien souligne que seuls les pays de l’Europe orientale et méditerranéenne dépensent moins en matière de santé. De même c’est en Finlande que le reste à payer est le plus élevé des pays occidentaux et nordiques. La France est celui où il est le moins élevé.
KL
http://europa.eu/rapid/press-release_IP-17-4722_fr.htm

Défense

De nouveaux missiles pour la défense aérienne
La défense nationale envisage d’acheter un nouveau système de missile de défense aérienne dont les engins atteindraient des hauteurs nettement supérieures aux actuelles.
Selon les informations officielles, les missiles du système Nasams de la défense nationale peuvent être tirés seulement à quelques dix kilomètres.
Le nouveau projet est actuellement à la phase où des demandes d’informations les concernant peuvent être envoyées aux fabricants d’ici la fin de l’année, l’appel d’offre à proprement parler suivra.
L’inspecteur de la défense aérienne, le colonel Ari Grönroos, ne se prononce pas encore sur les noms des alternatives.
La Suède vient de faire part de son acquisition d’un système américain de défense aérienne Patriot pour un milliard d’euros. Ce même système a également été proposé à la Finlande. Le colonel Grönroos considère qu’il s’agit d’un système trop coûteux. Il précise par ailleurs que le but de la Finlande ne consiste pas à se procurer un système pour lutter contre des missiles balistiques, une défense de grande envergure n’étant pas réaliste selon lui.
HS27.11/A10

Slush

Slush fait venir directement 100 investisseurs en Finlande
A l’instar de l’année dernière, la dixième édition de Slush fait venir des investisseurs de San Fransisco à Helsinki. Une centaine d’investisseurs et entrepreneurs, contre 300 il y a un an, viennent pour Slush sur un vol organisé à cette fin. Ils passent cinq jours à Helsinki et les organisateurs estiment qu’il est mieux de faire venir un groupe plus restreint mais bien ciblé cette année.
HS/dim/B18

Politique intérieure

Activités minières – Voiture électrique

Terrafame envisage d’entamer la production de matériaux pour les batteries de voitures électriques
Le groupe minier Terrafame qui est principalement en possession de l’Etat, envisage d’entamer la production de nickel et de cobalt pour les batteries de voitures électriques. Si tout va comme prévu, la production pourrait commencer en 2020.
Selon le nouveau plan de financement, Trafigura, qui est actuellement un client de Terrafame, deviendrait son agent et Terrafame s’occuperait de vendre les produits aux fabricants de batteries. La participation de Trafigura dans Terrafame passerait de 16% à 29%.
Selon Petri Peltonen, sous-secrétaire d’Etat au ministère de l’Emploi et de l’Economie, le rôle de la Finlande dans le domaine des batteries pourrait se renforcer, y compris dans le développement des technologies en la matière.
HS/sam/B9-11

Transport - Startup

Voiture sans conducteur
Projet en Finlande à partir d’une Twizy de Renault
Helsingin Sanomat présente le projet de l’entreprise Sensible 4 de Harri Santamala qui développe une voiture sans conducteur à partir d’un véhicule électrique Twizy de Renault.
Ce véhicule sera présenté à Slush cette semaine.
HS

Vendredi 24 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Terrorisme – Syrie

« Les enfants du califat sont aussi un motif d’inquiétude en Finlande » HS
Helsingin Sanomat rapporte qu’on évalue à un millier le nombre d’enfants que des adultes ont emmenés avec eux lorsqu’ils sont partis d’Europe combattre pour le califat.
Sur les cinq mille combattants partis, environ un millier seraient rentrés en Europe.
On estime qu’environ 80 adultes et des dizaines d’enfants sont partis de Finlande et une vingtaine de combattants sont revenus en Finlande. A peu près autant, soit une vingtaine y seraient morts. Il resterait donc une quarantaine d’adultes partis de Finlande toujours dans la zone de conflit.
Helsingin Sanomat estime que les services sociaux finlandais risquent d’avoir à gérer des dizaines d’enfants qui reviendraient du califat.
La Finlande s’est préparée à ce retour en publiant au printemps un modèle de fonctionnement dans lequel la Sureté nationale SUPO joue un rôle central ainsi que la police, les services sociaux et le secteur associatif.
HS

Défense

Projet HX
« Une compétition sanglante » KS
Keskisuomalainen rapporte que le ministère de la défense a organisé mercredi une communication aux médias sur l’avancée du projet HX de renouvellement de la flotte des chasseurs de l’armée de l’air.
Le message qu’en a retiré le journal est que l’armée finlandaise voulait signifier que « si la Finlande tire profit de la coopération de défense, il ne faut toutefois pas fonder la défense du pays sur cette seule coopération ».
De la présentation qui a été faite, il semble que le ministère ne souhaite pas à l’heure actuelle classer les candidats par ordre de préférence, car on veut maintenir la compétition la plus sanglante possible pour obtenir les appareils au meilleur prix.
Le journaliste de Keskisuomalainen considère toutefois que s’il devait miser sur l’un des « chevaux » au départ, il mettrait sa mise sur le F-35 ou le Grippen.
KS

Politique intérieure

Justice

Le ministère va revoir la législation sur les crimes sexuels
Suite à l’affaire dans laquelle les relations sexuelles d’un adulte avec une enfant de dix ans n’ont pas été considérées comme un viol, le ministre de la Justice Antti Häkkänen a déclaré qu’il considérait qu’il était nécessaire de revoir les normes concernant les crimes sexuels.
HS

Egalité

Société cotées en bourse : Un tiers des membres des conseils d’administration sont des femmes
La part des femmes dans les conseils d’administration des sociétés cotées en bourse augmente très lentement, relève Helsingin Sanomat.
Elle est légèrement plus importante dans les plus grands groupes (33%) que dans l’ensemble des sociétés cotées en bourse (27%).
HS

Défense

Exercices nationaux
Helsingin Sanomat relève que les principales manœuvres nationales de l’armée finlandaise ont lieu actuellement et dans les semaines à venir.
L’exercice Uusimaa 17, qui se tiendra dans la région de la capitale du 27 novembre au 4 décembre, devrait réunir près de 10 000 soldats et des équipements lourds (dont les chars Leopard).
Helsingin Sanomat relève que le principal exercice international organisé en Suède cet automne n’avait réuni que 20 000 soldats.
HS

Jeudi 23 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

UE – Russie

L’UE bien faible face aux armées de Trolls de Russie
Helsingin Sanomat rend compte des ressources peu importantes de l’UE dans la lutte contre les trolls russes. Une vingtaine de personnes seulement travaillent pour révéler des fausses informations diffusées par la Russie et pour produire des informations justes pour les diffuser dans les pays voisins de la Russie, comme la Géorgie.
Un fonctionnaire européen qui connait bien le travail de l’unité de communication stratégique, Stratcom, estime qu’il est clair que l’UE, ses Etats membres, ses politiques, ses populations et ses valeurs font l’objet d’attaques hybrides. La Russie considère qu’elle bénéficie de toute discorde susceptible de naître entre les pays démocratiques de l’Occident.
HS relève que le budget de Stratcom s’élève à un million d’euros. On évalue qu’à Saint-Pétersbourg, 900 personnes fabriquent des trolls, dont la diffusion est de plus assurée par d’autres instances, dont le ministère russe des Affaires étrangères. Selon le Parlement européen, la Russie consacre annuellement plus d’un milliard d’euros à la désinformation.
M. Soini, ministre des Affaires étrangères, note que les quotidiens régionaux finlandais ont des rédactions et des ressources plus importantes que ce dont dispose Stratcom.
HS/A26

Politique européenne

M. Sipilä a soulevé six sujets européens
Le Premier ministre Juha Sipilä a présenté, hier, au Parlement, les positions du gouvernement sur le développement de l’UE.
L’agence de presse STT rapporte que, selon le premier ministre, l’UE doit être capable sur ces six sujets de renforcer la coopération et de mener une politique plus forte :
-  La coopération de sécurité et de défense et la sécurité des citoyens
-  Une politique migratoire stable
-  La réforme de l’UEM
-  Une politique climatique ambitieuse
-  Une politique commerciale ouverte et promouvant le libre-échange
-  Une meilleure prise en compte de la dimensions sociale et des questions sociales
STT
http://valtioneuvosto.fi/artikkeli/-/asset_publisher/10616/paaministerin-ilmoitus-ajankohtaisista-eu-asioista?_101_INSTANCE_3wyslLo1Z0ni_languageId=en_US

« Des louanges mais pas de visions » HS
Le correspondant à Bruxelles de Helsingin Sanomat, M. Pekka Mykkänen relève que le Premier ministre a déclaré au parlement que le gouvernement finlandais était actif en matière de politique européenne. En revanche, il n’a présenté aucune nouvelle vision sur l’UE, regrette M. Mykkänen.
Il constate que M. Sipilä a fait référence aux nombreux contacts qu’il a eus pour prouver son activité en politique européenne. Il a surtout mentionné ses rencontres avec le Président Hollande et le Président Macron avec lesquels il a promu la politique de défense et la politique climatique.
Concernant les propositions de MM. Juncker et Macron pour le développement de l’UE, Helsingin Sanomat relève que si une partie de ces propositions ont l’assentiment du gouvernement finlandais, pour une autre partie la Finlande souhaite freiner ces projets. Quand M. Sipilä dit que « la voie moyenne prônée par la Finlande est devenue majoritaire dans l’UE », il veut dire, selon HS, qu’il « ne faut pas trop s’enthousiasmer pour l’approfondissement de l’UE et aller trop vite », en particulier en ce qui concerne l’UEM.
Yle souligne pour sa part que le président du Kokoomus et ministre des Finances Petteri Orpo a déclaré qu’il ne se satisfaisait pas d’une voie moyenne mais que la Finlande devait être à la pointe du développement de l’UE.
En revanche, e ce qui concerne l’UEM, le gouvernement a eu le soutien du PSD pourtant dans l’opposition. Selon Tytti Tuppurainen, « il n’y a pas besoin de grandes réformes [pour l’UEM]. Le principal est de s’assurer de la capacité de résistances des banques en réalisant une union bancaire fondée sur la responsabilité des investisseurs, afin que l’on puisse lorsque le temps sera venu envisager une garantie des dépôts commune ».
Helsingin Sanomat souligne que « le discours de M. Sipilä ne comprenait aucune vision nouvelle ou originale ». En revanche, « il s’est dressé des louanges », notamment sur la promotion au niveau européen des questions numériques et sur l’intelligence artificielle.
M. Sipilä a promis d’être actif dans le débat européen sur le développement de l’UE. Il a aussi promis de participer à des débats sur le sujet dans les universités en Finlande. « Les étudiants finlandais seront gâtés si on en croit M. Sipilä qui a promis que le gouvernement finlandais était actif et plein d’idées en politique européenne et à la pointe des initiatives », note avec ironie Pekka Mykkänen.
HS Yle

« Le Parlement encense la politique de défense commune » HS
Helsingin Sanomat rapporte qu’une quasi-unanimité régnait hier au Parlement sur l’intérêt d’approfondiur la coopération de sécurité et de défense En revanche, les parlementaires étaient tout aussi unanimes pour refuser un développement fédéral de l’UE.
Seuls les Vrais Finlandais considèrent que l’UE n’est pas utile à la Finlande.
Face aux critiques de l’alliance des Gauches pour qui la participation à une coopération structurée de défense est un pas vers le fédéralsime, le Président de la Commission des affaires étrangères du parlement Matti Vanhanen (Centre) a déclaré que la coopération structurée permanente était fondée sur l’intergouvernementalisme et n’était pas un développement fédéraliste. Le Premier ministre a pour sa part assuré que « l’on ne créait pas une armée européenne : on recherche des coopérations, comme dans le cas de la lutte contre les menaces hybrides ».
L’opposition a critiqué la division de la coalition gouvernementale en politique européenne jugeant que le Kokoomus était europhile, les Bleus eurosceptiques et le Centre entre les deux, conclut HS.
HS

M. Sipilä a jugé le débat très faible
STT relève que le Premier ministre a critiqué, après la séance plénière, « un débat étonnamment faible ». Selon lui, les critiques sont restées à un niveau très général, sans riend e concret. « Il semble que note position européenne soit très homogène », selon lui.
STT estime que le principal problème de ce débat est que les grands sujets étaient nombreux et ne pouvaient être abordés que de manière superficielle.
STT rapporte que, outre les Vrais finlandais, dans l’opposition, le parti des Bleus, pourtant membre de la coalition gouvernementale et qui dispose du portefeuille des affaires européennes, s’est montré eurocritiques. Le président de son groupe parlementaire Simo Elo affirmant « nous ne soutenons aucune sorte de EURSS » (comparant ainsi l’UE et l’URSS, NDLT).
Le parti populaire suédois a d’ailleurs critiqué les Bleus qui rendent difficile la coopération gouvernementale en matière européenne : « Il est bien difficile d’avancer avec le pied sur le frein », selon Mme Biaudet.
Une critique appuyée par les Verts qui jugent que « le gouvernement a trois politiques européennes différentes. En avoir une bonne permettrait d’agir bien mieux », selon Touko Aalto.
Le Premier ministre a toutefois déclaré qu’il était prêt à discuter de la politique européenne avec l’opposition autour d’une même table, « à un moment donné au printemps ».
TS

Politique intérieure

Justice

Dans un cas de relations avec une fille de dix ans, la cour d’appel de Turku a rejeté l’accusation de viol et considère qu’il s’agit d’abus sexuel
Les professeurs de droit pénal s’étonnent de la décision de la Cour d’appel de Turku qui ne semble pas avoir pris en compte l’âge de la victime. Le rapport sexuel d’un homme avec une fille de dix ans est considéré comme un abus sexuel aggravé. L’accusation de viol aggravé a été rejetée.
Jussi Tapani, professeur de l’Université de Turku, estime que le procès a des caractéristiques qui pourraient justifier la saisine de la Cour suprême.
L’auteur a été condamné à une peine de prison de trois ans. Selon M. Tapani, la peine aurait pu être de l’ordre de quatre ou cinq ans s’il avait été condamné pour viol aggravé.
Matti Tolvanen, professeur à l’Université de Finlande de l’Est, estime lui aussi qu’il serait opportun que la Cour suprême revoit ce cas.
HS/A16

Projet de grande mosquée

La prise de décision sera reportée
La prise de décision concernant la demande de terrain que les instances derrière le projet de grande mosquée pour Helsinki ont souhaité obtenir, qui devait avancer vendredi, a été reportée. Les demandeurs estiment que le projet est en instance pour des raisons liées à la municipalité. La municipalité considère que les demandeurs se retirent du projet pour l’instant.
HS/A19

Mercredi 22 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

UE - Migrants

Le gouvernement veut une répartition du fardeau entre les Etats membres
Le comité interministériel aux Affaires européennes s’est réuni hier pour discuter des positions finlandaises sur la politique européenne à l’égard des migrants.
Le gouvernement estime que les solutions doivent se baser sur le volontariat des Etats membres. Le gouvernement finlandais a défini que la Finlande assumerait sa part de responsabilité dans l’accueil des migrants, tout en exigeant que les autres Etats membres aussi y participent en accueillant des migrants relocalisés depuis d’autres Etats membres.
Si de nouveaux mécanismes de réparation des migrants sont définis, il faudra tenir compte des efforts déjà réalisés par les Etats membres.
KS

M. Ahtisaari déçu par les Etats européens
L’ancien Président finladnais est intervenu, hier, à Helsinki, lors d’un séminaire sur les valeurs européennes et l’avenir de l’UE. Il a critiqué la façon dont les Etats membres ont géré la crise des migrants. « Au lieu de s’entendre sur des règles communes les Etats membre ont préféré une politique à court terme de renforcement des frontières. Et la réparation du fardeau entre les Etats a été négligée. Face au chaos, on a recherché des solutions en renforçant les Etats nations », a-t-il regretté.
Le premier ministre Juha Sipilä a lui aussi indiqué qu’il fallait réfléchir aux réponses à donner lorsque des Etats européens violaient les règles de droit. Il a notamment fait référence à la Hongrie et la Pologne.
Selon M. Sipilä, une possibilité serait de suspendre les droits de vote des Etats en ce cas.
AL

Sommet UE – Afrique

M. Sipilä y participera
Le premier ministre Juha Sipilä participera au sommet entre l’Union africaine et l’Union européenne les 29 et 30 novembre à Abidjan en Côte d’ivoire.
vn.fi

UE – Pays nordiques

Editorial : « La compétition sur le siège de l’agence du médicament montre que les pays nordiques sont divisés » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que les pays nordiques qui font l’éloge de leur coopération ont détérioré leur position en rentrant en concurrence entre eux dans la compétition pour le siège de l’Agence européenne du médicament.
Les pays nordiques auraient pu coopérer en matière du vote sur les deux agences européennes, lundi, regrette HS.
HS/A5

Finlande – Suède

Un hôpital suédois recrute en Finlande
Hufvudstadsbladet rend compte du fait que la Suède souffre d’une pénurie d’infirmières. L’hôpital universitaire de Göteborg recrute actuellement du personnel en Finlande. Il lui faudrait 40 infirmières en CDI. Le suédois comme langue maternelle n’est pas une condition d’embauche, mais l’hôpital souhaite que des suédophones s’y intéressent.
En 2014, 1200 infirmières finlandaises travaillaient en Suède.
HBL/10

Politique intérieure

Défense

Le ministre de la Défense Jussi Niinistö critiqué pour ses propos sur des exercices militaires
Entendu par les commissions de défense et des affaires étrangères, le ministre de la Défense, Jussi Niinistö a été critiqué pour ses démarches concernant de futurs exercices militaires. Il avait laissé entrevoir que la Finlande organiserait, au début des années 2020, des exercices militaires d’envergure selon le modèle suédois Aurora.
Certains membres des commissions parlementaires de défense et des affaires étrangères estiment que les démarches du gouvernement et du président ne semblaient pas coordonnées au sujet des exercices militaires.
Pour se défendre Niinistö a critiqué les formules utilisées par les médias et rappelé qu’au lieu de parler « d’exercices d’envergure » il fallait parler « d’exercices majeurs » et au lieu « d’envoi d’invitation » il s’était agi « d’informer les pays étrangers ».
KS22.11/12

Emploi

La croissance économique se reflète sur le marché du travail
Selon des économistes, la croissance économique forte se reflète sur le marché du travail. Les statistiques montrent que le nombre des personnes employées a augmenté de 23 000 par rapport à octobre 2016. Le chômage caché a diminué et plus de personnes entrent dans le cadre de la recherche du travail.
Le taux de chômage était de 8,5 % en octobre. Le taux d’emploi frôle les 70 %, l’objectif du gouvernement étant de 72 %.
Le nombre de sous-employés, personnes qui travaillent à temps partiel contre leur gré, a également diminué. Le nombre de personnes licenciées est le plus bas depuis la crise financière de 2008.
Le nombre de chômeurs de longue durée a diminué de 23 % par rapport à il y a un an, selon le ministère de l’Emploi et de l’Economie.
HS/A8

Enquête sur le statut du suédois

Pour les jeunes, le statut officiel du suédois n’est pas évident
Selon une enquête, la majorité des finnophones souhaiteraient être plus à l’aise en suédois, que 40 % souhaiteraient être plus en contact avec des suédophones et que 60 % pourraient considérer mettre leur enfant dans une école bilingue.
Néanmoins, dans le même temps, on remarque que moins de personnes qu’il y a dix ans exigent que les dirigeants politiques et des fonctionnaires qu’ils parlent bien le suédois.
52 % des personnes de moins de 30 ans considèrent le suédois comme une partie essentielle de la société finlandaise, contre 80 % des retraités.
HS/A10, HBL/8-9

France – Finlande

Histoire - Livre

Publication du procès de Jeanne d’Arc
Helsingin Sanomat publie une très bonne critique de la traduction en finnois, dans une édition critique accompagnée d’articles scientifiques, du procès de jeanne d’Arc par l’éditeur Art House.
HS

Mardi 21 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Relocalisations des agences européennes

Helsinki a perdu pour obtenir le siège de l’agence du médicament
Helsingin Sanomat rapporte qu’Helsinki n’a obtenu que cinq voix lors du vote sur la relocalisation de l’agence européenne du médicament.
Le quotidien rapporte que c’est finalement Amsterdam qui a été choisie. Pour l’agence bancaire, c’est paris qui a été choisie.
Le maire d’Helsinki jan Vapaavuori a exprimé son étonnement concernant le peu de voix obtenues par Helsinki. « La grande leçon à tirer cette fois est que notre pays et sa capitale sont très mal connus en Europe », a-t-il écrit.
HS

Politique européenne

Point de vue : « Selon M. Vihriäla, la Finlande doit faire des concessions sur ses positions européennes » KL
Dans une tribune publiée sur le site de Kauppalehti, le directeur du centre de recherche économique de l’Etat, ETLA, Vesa Vihriälä, estime, à la veille du discours de politique européenne du Premier ministre Juha Sipilä devant le Parlement, que le gouvernement « donne du contenu » à ses positions sur le développement de l’UEM. 
Il fait référence aux positions publiées en octobre, quand le gouvernement avait notamment exprimé son opposition à un budget et une ministre des Finances de la zone euro.
Selon M. Vihriälä, le gouvernement finlandais doit être prêt à faire des initiatives. Il doit aussi être prêt à faire des concessions sur certaines de ses positions.
M. Vihriälä estime par exemple que le gouvernement pourrait être prêt à accepter des décisions à la majorité qualifiée et non à l’unanimité en ce qui concerne le mécanisme européen de stabilité.
De même dans le projet d’une garantie de dépôts européenne, il faudrait être prêt à avancer, par exemple sous la forme d’un groupe d’Etats. M. Vihriäla estime aussi que le gouvernement devrait préciser comment les diminutions de risques qu’il exige devraient être réalisées.
M. Vihriälä estime aussi que le gouvernement devrait être prêt à accepter un relâchement du pacte de stabilité et de croissance, notamment en matière de déficit budgétaire temporaire.
De même sur la réunion des postes de président de l’eurogroupe et de commissaire à l’économie proposée par M. Juncker, il faudrait être prêt à l’accepter.
En revanche, M. Vihriälä considère qu’il faut rester ferme sur d’autres sujets : non à des systèmes de stabilité macroéconomiques comme un système européen d’assurances chômage ou un fonds de secours.
Selon lui, la Finlande pourrait en revanche être active pour proposer une réorientation des dépenses du budget européen (par exemple en faveur de la défense, de l’immigration ou de la R&D).
KL

Editorial : « Il n’est pas bon d’être celui qui freine en Europe » KL
L’éditorialiste de Kauppalehti cite le point de vue de M. Vihriälä et se demande lui aussi si la Finlande ne devrait pas, sur certains points, être prête à faire des concessions sur ses positions. « Par exemple, en abandonnant l’exigence de décisions à l’unanimité. Cela serait un moyen de fluidifier la prise de décisions dans l’UE ».
Kauppalehti estime qu’il faut regarder plus loin vers l’avenir. « Les difficultés de Mme Merkel à former un gouvernement peuvent retarder le projet européen, mais elles ne vont pas complètement arrêter le train européen ».
KL

Surveillance financière
La correspondante à Bruxelles de Kauppalehti rapporte que la commission européenne souhaiterait concentrer la surveillance financière au niveau européen.
Or, le gouvernement finlandais s’oppose à un transfert au niveau européend e la surveillance financière.
Kauppalehti revient sur certains cas dans un passé récent où en Finlande la surveillance de groupes financiers s’est montrée défaillante, notamment lorsqu’il s’agissait de s’informer sur des groupes étrangers ou multinationaux.
Kauppalehti souligne que « la Finlande est un petit Etat qui a des problèmes de petit Etat. Cela signifie qu’un tout petit nombre de gens prennent les décisions. En pratique, ce sont lmes mêmes personnes qui siègent dans les conseils d’administration et qui en sont aussi actionnaires. Les liens entre les dirigeants politiques et économiques sont étroits, ce qui pousse souvent à un mélange des fonds publics et privés. »
« L’intérêt de cette petite élite peut bien entendu être de garder la surveillance financière sous sa croupe, à un niveau national. Mais cela n’est pas forcément l’intérêt de la nation », conclut KL.
KL

Finlande – Birmanie

M. Soini a rencontré Mme Aung San Suu Kyi
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, a rencontré la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, lundi. La Finlande ouvre une ambassade à Yangon, aujourd’hui. M. Soini estime que la représentation et les visites ministérielles ouvrent des portes qui autrement resteraient fermées.
M. Soini considère qu’en Birmanie, il y a un potentiel économique. Le pays est un des premiers partenaires de Finlande en matière d’aide au développement qui s’élève à environ 30 millions d’euros, selon le ministre.
M. Soini estime que Mme Suu Kyi semble être concernée par la détresse du peuple rohingya, mais que sa position à elle est difficile et ne lui laisse pas beaucoup de marge de manœuvre.
Il note que l’on a bien sûr attendu plus d’elle, et qu’il s’agira de maintenir la pression. La faire perdre la face n’aidera pourtant pas, selon lui.
L’essentiel serait de mettre fin à la violence et aux tueries. On ne peut malheureusement promettre à l’heure actuelle que cela va s’améliorer, regrette-t-il.
HS/A22

Etude Pisa

Les jeunes Finlandais se débrouillent bien, mais l’écart entre les filles et les garçons est important
Les collégiens finlandais réussissent bien dans les tâches qu’ils doivent résoudre en groupes. La solution de problèmes en coordination semble être le point fort des élèves finlandais.
La Finlande se situe septième sur 51 pays avec 534 points. Parmi les pays européens, seuls les Estoniens réussissent mieux (535), juste devant les Finlandais (534).
L’étude Pisa montre un écart important entre la réussite des filles et des garçons. En effet, l’écart est plus important en Finlande que dans aucun autre pays, même si les filles réussissent mieux que les garçons partout. Compte tenu des totaux de points de l’étude, l’écart est de 48 en Finlande, contre une moyenne de 29 dans les pays de l’OCDE.
En Finlande, les écarts entre différentes écoles sont minimes, les plus petits de l’étude après l’Islande.
HS, Yle

Politique intérieure

Economie

OP revoit ses prévisions à la hausse
Les économistes de la banque OP ont revu à la hausse leurs prévisions de croissance pour la Finlande. Ils prévoient désormais une croissance de 3,2% en 2017 (cvontre 2,5% encore dans leurs prévisions d’automne).
Les économistes d’OP estiment que la croissance va durer à un niveau élevé : ils prévoient 3% en 2018.
HS

Transport

Un billet unique pour tous les moyens de transport
La startup finlandaise Maas Global a lancé son application Whim qui permet de louer des voitures, acheter des billets de transports publics ainsi que des courses de taxis.
HS

Energie

Une usine de batteries en Finlande
Alors que l’on parle du projet d’une usine de batteries Tesla en Suède, Aamulehti rapporte que des projets d’usines de batteries pour les véhicules existent déjà en Finlande.
Ainsi l’usine de Uusikaupunki de Valmet Automotive a commencé à produire des batteries pour tracteurs pour la société Avant Tcno.
Le groupe chinois de batteries CATL a acheté 22% des actions de Valmet Automotive au début de l’année. Il fournit des éléments pour les batteries montées par Valmet.
AL

Lundi 20 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Politique européenne – Sommet de Göteborg

Propos de M. Sipilä
Le Premier ministre, Juha Sipilä, estime que la déclaration signée à Göteborg sur les droits sociaux, vendredi, n’améliorera pas à elle seule les droits des citoyens, même si elle attire l’attention sur des points importants. La déclaration est politique et non pas juridiquement contraignante.
Pour M. Sipilä, elle est destinée avant tout à des pays qui ont des choses à améliorer en ce qui concerne les droits sociaux de leurs populations. En Finlande, la situation est bonne à l’échelle européenne, selon le Premier ministre. Le pays a veillé au maintien de son Etat-providence, et ne souhaite pas céder à l’UE le pouvoir en matière de prise de décision concernant ces questions. Pour M. Sipilä, la répartition actuelle des attributions entre l’UE et les Etats membres est bonne et il n’y a pas lieu de modifier les traités fondamentaux.
AL/sam/A25

Climat

« La mise en œuvre du traité de Paris a avancé à Bonn » vn.fi
Le ministre de l’environnement Kimmo Tiilikainen a déclaré après la COP23 de Bonn que : « on a besoin de plus d’ambition et de meilleures procédures pour améliorer le suivi des émissions. Je suis satisfait que l’on dispose des éléments pour renforcer les engagements des Etats. Le travail continuera sur ces bases ».
Les négociations sur le suivi des émissions sont celles qui ont avancé le moins vite notamment en raison du différend entre les pays industrialisés et les pays en développement. « Il faut que l’on arrive à s’entendre sur des règles communes l’année prochaine car sinon la crédibilité de l’accord et de l’ensemble du processus seront grevées », estime M. Tiilikainen.
Il regrette aussi que « les différends sur le financement se fassent sentir sur les autres questions », a-t-il dit.
Comme témoignage de son engagement, la Finlande a déposé la semaine dernière ses instruments de ratification tant des modifications de Doha de l’accord de Kyoto que des modifications de Kigali de l’accord de Montréal.
La Finlande se félicite que le rôle des peuples premiers soit renforcé. La Finlandaise Saara Arttijeff, qui représentait le parlement sami dans la délégation finlandaise a déclaré que « l’accord obtenu à Bonn est historique et important pour tous les peuples premiers ».
Le gouvernement se félicite aussi des avancées obtenues tant dans le domaine de l’égalité que dans la prise en compte de l’agriculture.
A Bonn, la Finlande a rejoint la coalition pour la sortie du charbon.
En conclusion, le Ministre Kimmo Tiilikainen estime que « l’enthousiasme de différents acteurs présents à Bonn a renforcé la croyance dans le fait que nous pourrons enclencher rapidement la diminution des émissions. Même les Etats-Unis qui étaient plutôt discrets dans les négociations, se sont montrés constructifs en-dehors ».
Vn.fi

« La Finlande est moins vertueuse que son image » HS
La correspondante d’Helsingin Sanomat à Bonn, relève que la Finlande dispose d’une bonne image pour son action pour le climat. « Néanmoins, on ne peut pas dire que la Finlande puisse servir de modèle international. En effet, la politique climatique de la Finlande est surtout marquée par la volonté de promouvoir ses propres intérêts. Et les intérêts de la Finlande sont ceux de l’industrie forestière. »
« Au centre de la politique climatique finlandaise il y a donc la défense des intérêts de l’industrie forestière comme on a pu le voir lors des négociations sur le paquet LULUCF où la Finlande a obtenu des assouplissements en matière de déforestation. Mais, en même temps cela suscite des problèmes au niveau global : augmenter la déforestation revient au même qu’augmenter les émissions. Et si l’UE s’arroge des exceptions au profit de la Finlande, les autres pays demanderont aussi des exceptions. Et cela rendra les négociations climatiques d’autant plus difficiles. Il sera difficile de dire à l’Indonésie que la déforestation est une mauvaise chose. Mais que nous on y a droit », conclut la correspondante.
HS

Défense

La mission du ministre de la Défense
« Jussi Niinistö veut laisser une trace indélébile dans la défense finlandaise ce qui fait de lui une cible idéale pour l’opposition », écrit le journaliste Kari Huhta dans Helsingin sanomat
« La direction de la politique étrangère et de sécurité se réunit cette semaine pour prendre position sur le projet d’exercices militaires internationaux de l’année prochaine. Ce sujet qui, en temps normal, n’aurait rien de singulier, a pris une ampleur hors du commun avec les propos de Jussi Niinistö qui a fait de cette question « un carburant de la politique intérieure ». Il fait ainsi figure de ministre de la Défense qui a une mission », écrit le journaliste Kari Huhta.
Certaines personnes sont allées jusqu’à réclamer la démission du ministre de la Défense dès lors que celui-ci a évoqué, sur son blog, de grands exercices internationaux puis présentant d’emblée une invitation au ministre de la Défense américain James Mattis.
Tout en agissant dans le cadre de ses pouvoirs de ministre, Jussi Niinistö, en planifiant ces exercices internationaux, est passé outre la marche à suivre établie en Finlande depuis plusieurs années qui a pour but d’éviter que la politique de défense ne devienne une arme en politique intérieure.
« Il est clair que Niinistö n’aura pas de second mandat ministériel – en tout cas pas en tant que membre de son actuel parti des Bleus. Ainsi il lui reste au plus un an et demi pour laisser une trace indélébile dans la défense finlandaise », écrit Huhta.
HS18.11/A15

« Les diverses formes de coopération en matière de défense ne sont pas pour autant des garanties de sécurité pour la Finlande », écrit le journaliste Lauri Nurmi dans Aamulehti
« Au 21ème siècle, la Finlande s’est construit un réseau de coopération international en matière de sécurité qui l’a pratiquement transformé en un pays militairement allié », écrit Nurmi.
« Le but de ce réseau consiste à créer, au sein des dirigeants de la Russie, un sentiment d’incertitude sur le nombre de pays qui se rallieraient derrière la Finlande en cas de situation de crise politique et militaire dans l’éventualité où la Russie viendrait à menacer la Finlande par la force militaire. »
« Ces réseaux, aussi larges soient-ils, ne contiennent pas les garanties de sécurité nécessaires pour la Finlande et ces pays de collaboration n’ont aucune obligation juridique à venir l’aider militairement », conclut le journaliste.
AL19.11/A18

Immigration

Selon un sondage, un tiers des Finlandais ne souhaite pas accueillir des réfugiés dans le cadre de quotas
38 % des Finlandais considèrent le quota actuel de réfugiés, 750, comme adéquat. 20 % seraient prêt à l’augmenter, alors que 30 % souhaitent mettre fin au système d’accueil sur la base de quotas, définitivement, ou temporairement.
KS/sam/22-23

Politique intérieure

Partis politiques

Sondage : le Kokoomus en tête suivi du PSD
Helsingin Sanomat rend compte du sondage effectué pour son compte. L’écart entre les deux plus grands, le Rassemblement national et le PSD, a diminué par rapport au mois d’octobre. Il est de 2,4 points actuellement contre 3,8 points il y a un mois.
Le Kokoomus reste le plus grand parti avec une audience de 21,4%. Le parti arrive en tête des sondages depuis avril. Il est suivi du PSD, 19%, des Verts, 15,7% et du Centre, 15,1%.
Le Centre continue à perdre de popularité, même si la baisse n’est pas importante par rapport à octobre. En un an, l’audience du Centre a toutefois baissé de 5,8 points.
L’Alliance des gauches arrive 5ème avec une audience de 8,8 %, suivi des Vrais Finlandais, 8,7 %, le Parti suédois, 4,4 % et les Démocrates-chrétiens, 3,3 %.
L’Avenir bleu n’a toujours que 1,6 % des intentions de vote.
HS/dim/A8

Economie

Selon la Banque de Finlande, l’amélioration de la compétitivité se base sur les effets du pacte de compétitivité
Selon les calculs de la Banque de Finlande, l’amélioration de la compétitivité finlandaise en matière de prix continuera, en 2018, à s’appuyer grandement, sur le pacte de compétitivité.
Selon Lauri Kajanoja, membre du directoire de la Banque de Finlande, l’amélioration de la compétitivité sera avant tout liée à la diminution des charges patronales prévues par le pacte.
Selon M. Kajanoja, la compétitivité s’est considérablement améliorée, mais reste inférieure aux autres pays. Malgré une croissance économique plutôt bonne, il faudrait arriver à améliorer la compétitivité en matière de frais encore à hauteur de 5 points. Cela permettrait un niveau normal pour les circonstances en vue d’exportations.
KS/lun/9

Importance des grandes entreprises pour le PIB
L’institut de recherche économique Etla a étudié l’importance des entreprises de différentes tailles pour le PIB et pour les exportations. Celle des grandes entreprises était encore plus importante que prévue.
Les grandes entreprises qui emploient au moins 250 personnes sont au nombre de 600 en Finlande. Elles représentent 0,2 % de toutes les entreprises. Les chercheurs d’Etla considèrent ce chiffre comme étonnamment petit. Il a en effet diminué de 10 % depuis 2008, et le nombre de membres du personnel a diminué de 90 000 pour 2015.
En même temps, les grandes entreprises emploient 33 % des personnels de toutes les entreprises et se chargent de 42 % du chiffre d’affaires total.
7,5 % du PIB relève de dix groupes.
12 % des exportations relèvent des PMI-PME. Leur part de la valeur ajoutée et de l’emploi s’élève à 40 %.
Sur les 4000 à 5000 start-ups crées tous les ans, 6 à 7 % atteignent une croissance raisonnable durant les trois années suivant leur création.
HS/lun/A25

Finances publiques : le gouvernement relâche sa politique de rigueur
En octobre, le gouvernement a annoncé qu’il annulait l’augmentation de l’impôt sur les biens immobiliers. Helsingin Sanomat estime que c’est un signal du fait que le gouvernement abandonne ses objectifs ambitieux en matière de finances publiques.
Il y a un peu plus de deux ans, le gouvernement a entamé ses travaux dans une situation économique difficile. Des coupes importantes ont été effectuées et l’endettement a commencé à se ralentir.
Aujourd’hui, on pourrait dire que la poigne du gouvernement sur les mesures de rigueur commence à se relâcher.
Le ministère des Finances a publié un rapport qui montre ce changement. La politique de rigueur se transforme cette année en une politique de relance.
En même temps, on attend une croissance économique plus importante pour cette année que jamais depuis le début de la décennie. Une croissance économique de 4 % n’est pas exclue pour cette année, au lieu des 3 % qui déjà semblaient beaucoup l’année dernière.
Le déficit structurel reste invisible tant que l’économie est en croissance. Devant un risque de récession, il faudrait pouvoir relancer, mais cela sera difficile si l’Etat est déjà endetté et ses finances publiques déficitaires.
HS estime que le gouvernement risque d’abandonner d’autres mesures d’économies prévues (comme le renforcement de la taxe sur l’alcool) du fait qu’à l’approche des élections, les partis souhaitent faire plaisir aux électeurs.
HS/lun/A13

France

Politique intérieure

« M. Castaner à la tête de LRM » KS
Keskisuomalainen rapporte que le parti de M. Macron doit des renouveler pour retrouver la dynamique qui lui a permis de gagner les élections.
KS

Politique étrangère

« M. Macron a reçu le Premier ministre libanais » Hbl
Hufvudstadsbladet rapporte que le Premier ministre Saad Hariri a été reçu à l’Elysée.
Hbl

Vendredi 17 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Climat

Le Traité de Paris n’avance pas comme souhaité
Aamulehti rend compte des propos d’Outi Honkatukia, négociateur principal de la Finlande, qui estime que le travail a avancé plus lentement que ce que l’on aurait souhaité. De bons éléments ont été obtenus de tous les domaines, mais on n’a pas avancé jusqu’à disposer d’un texte qui puisse servir de base pour les négociations.
Ce qui freine à Bonn, c’est la même chose qu’avant : le fossé entre les entre les pays en voie de développement et les Etats industrialisés.
Mme Honkatukia rappelle que parmi les pays en voie de développement il y a des Etats comme l’Arabie saoudite et Singapour, qui sont plus prospères que beaucoup de pays industrialisés traditionnels.
Kimmo Tiilikainen, ministre de l’Environnement, se félicite de l’alliance des pays qui s’efforcent de sortir du charbon. Pour lui, il est naturel que la Finlande y participe du fait que le pays est en train de préparer une législation pour mettre fin à la production énergétique au moyen du charbon.
M. Tiilikainen note que l’intégration des peuples autochtones au travail climatique en créant un forum de ces peuples en position vulnérable est une bonne chose. « Nous nous en félicitons ensemble avec les représentants du Parlement sami », dit-il.
AL/A20-21

Terrorisme

Procès à Helsinki : la Supo suit un des suspects depuis 2012
Le procès contre les trois hommes soupçonnés de crime terroriste commence aujourd’hui au tribunal d’instance de Helsinki.
Des agents de la Sûreté nationale ont interrogé un des suspects dès 2012, lorsque celui-ci avait effectué un voyage en Géorgie.
Avant l’enquête liée au soupçon de terrorisme, les intéressés avaient déjà été soupçonnés de crimes économiques. Il s’est avéré que ces crimes avaient été commis dans le but de financer des voyages en Syrie.
HS/A10

Politique de défense

Selon un chercheur d’Upi, la Finlande se rapproche des Etats-Unis
Helsingin Sanomat rend compte d’une publication de Matti Pesu, chercheur à l’Institut de relations internationales Upi, qui estime que la coopération de défense lie la Finlande de plus en plus étroitement au système occidental. Le non-alignement militaire a perdu de son importance.
La Finlande se rapproche petit à petit des Etats-Unis au niveau politique et militaire. Les deux pays partagent des intérêts dans la région de la mer Baltique.
M. Pesu se félicite de cette tendance et trouve essentiel que la Finlande fasse preuve d’une détermination stratégique et renforce son intégration à la coopération occidentale au niveau de la sécurité.
HS/A8

Politique intérieure

Partis politiques

L’Avenir bleu devient un parti
L’Avenir bleu a été adopté dans le registre des partis et devient ainsi le 17ème parti politique finlandais. Un congrès est prévu pour décembre.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rappelle que l’audience du parti stagne malgré ses cinq ministres.
HS/A5

Nature

Météorite
La chute d’une grande météorite a été observée en Laponie, hier. Elle s’est vue sur une zone de 200 kilomètres et jusqu’en Norvège.
HS/A10

France

Société

Pénurie de beurre
Kesksisuomalainen rend compte de la pénurire de beurre qui touche la France, pays qui consomme le plus de beurre par habitant dans le monde.
KS

Jeudi 16 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Conférence Arctic Spirit à Rovaniemi

Propos de M. Soini et de Mme Royal
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini (Avenir bleu), qui a inauguré la conférence arctique à Rovaniemi, hier, a souligné le rôle de la Finlande comme un des premiers pays arctiques. Il a rappelé l’importance des mesures pour maîtriser les émissions de CO2 et la participation de tous à des coopérations en la matière.
M. Soini a souligné les dégâts engendrés pour les régions arctiques et pour le monde entier par le charbon noir. La restriction des émissions en la matière est un des objectifs de la présidence finlandaise du Conseil arctique. M. Soini note que depuis que le Président Niinistö a évoqué cette question avec son homologue M. Poutine, à Savonlinna, la Russie participe au groupe de travail en la matière.
Keskisuomalainen relève que Ségolène Royal, ambassadrice de France de l’Arctique et de l’Antarctique, a félicité la Finlande pour le début réussi de sa présidence du Conseil arctique. Selon elle, la Finlande a toutes les chances de réussir dans la protection environnementale, dans la météorologie et dans la mise en œuvre des objectifs du développement durable, thèmes de la présidence finlandaise.
M. Soini s’est félicité du fait que la présidence du Conseil arctique coïncide avec le centenaire de l’indépendance de la Finlande.
La conférence réunit 400 acteurs de questions arctiques.
M. Soini souhaite une voie ferroviaire jusqu’à l’Océan arctique. L’agence des transports est en train d’étudier la question avec les autorités norvégiennes. Pour M. Soini, il s’agit d’un projet d’avenir qui bénéficierait à beaucoup de pays. Pour la Finlande, il serait commercialement très important.
Yle considère Mme Royal, ancienne ministre de l’Education et de l’Environnement et candidate présidentielle, comme une des invitées les plus influentes. Dans une interview accordée à Yle, Mme Royal note que la France dispose de 400 chercheurs qui se consacrent aux régions polaires s’agissant des glaciers, de la flore et la faune et des populations. Elle rappelle que la France à une longue tradition historique en matière d’expéditions dans ces régions.
Elle note qu’en tant que pays hôte du traité de Paris, des pressions visent la France de la part des pays arctiques qui s’attendent à ce que l’on promeuve la protection de l’environnement et les nouvelles possibilités de développement dans les zones septentrionales.
Mme Royal considère l’interdiction de carburants lourds dans les transports arctiques à l’instar de ce qui a été fait concernant les eaux autour de l’Antarctique, comme un des objectifs les plus importants. Elle souligne qu’elle comprend les intérêts commerciaux des transports maritimes septentrionaux, mais rappelle que les risques sont très grands si la règle du jeu n’est pas suffisamment stricte.
La Finlande soutient une telle interdiction.
KS/17, Yle

Climat – UE

Pression pour un renforcement des mesures
Helsingin Sanomat rend compte des propos du Président Macron, à Bonn, en ce qui concerne un financement européen plus important de la recherche climatique, et la proposition que l’UE prenne en charge le trou laissé par les Etats-Unis dans le budget du panel GIEC.
M. Taalas, premier secrétaire de l’Organisation mondiale de la météorologie, a dit que les engagements français, allemand et finlandais suffisaient pour couvrir le fait que les Etats-Unis abandonnent leur rôle comme financeur du GIEC.
M. Macron et Mme Merkel ont souligné l’importance du fait que l’UE assume un rôle de dirigeant dans les questions climatiques.
Kimmo Tiilikainen, ministre finlandais de l’Environnement, constate que la Finlande avait déjà pris la décision d’augmenter la part de financement du GIEC de 42 000 à 84 000 euros concernant 2017.
Le ministre finlandais estime que Mme Merkel a souligné les possibilités économiques liées au transfert vers une économie bas-carbone. Pour lui, Mme Merkel reste réaliste et concrète, alors que M. Macron a plus d’idées. M. Macron a promis que la France fermerait ses centrales à charbon en 2021, initiative que n’a pas faite Mme Merkel.
Mme Honkatukia, négociatrice principale de Finlande, estime que l’avancement a été plus lent que souhaité.
HS/A21

Budget de l’UE

La Finlande souhaite rétrécir le budget
Le député européen Petri Sarvamaa critique la politique finlandaise
Helsingin Sanomat rend compte du peu d’esprit de concessions de la Finlande en matière de négociations sur le financement de l’UE. La direction finlandaise estime qu’il conviendra de rétrécir le budget européen du fait du Brexit. Le départ de la Grande-Bretagne, grand contributeur net, devrait se refléter sur le budget, selon Sampo Terho, ministre chargé des Affaires européennes.
Le député européen finlandais, Petri Sarvamaa (Rassemblement national), se déclare déçu des orientations finlandaises qu’il considère incompréhensibles. Il estime qu’il serait plus opportun de réformer le cadre budgétaire rigide et chercher des solutions européennes communes, qui pourraient profiter y compris à la Finlande.
HS note que M. Sarvamaa n’est pas le seul à s’inquiéter : des universités finlandaises ont exprimé leur souci pour la diminution des fonds structurels qui leur fournissent des budgets significatifs.
M. Sarvamaa rappelle que pour construire une meilleure Europe, il faut se retenir de diminuer partout.
La Finlande était un grand contributeur net de 2009 en 2015. Aujourd’hui, elle est le plus petit contributeur net, avec l’Italie.
HS/A27

Défense européenne

Editorial
« Du Brexit à la PESCO » AL
Aamulehti estime que la coopération structurée permanente ne signifie bien entendu pas la création d’une armée européenne. En revanche, il est clair que cette étape constitue un pas en avant vers des forces armées européennes, estime AL.
AL

« On n’a pas eu l’OTAN mais l’UE » Dem
Heikki Sihto rappelle dans Demokraatti que les articles sur la défense européenne mentionnent toujours que l’OTAN constitue la base de la défense commune de certains Etats membres.
Il souligne aussi que la clause d’assistance mutuelle de l’UE ne prévoit pas la forme que doit revêtir cette assistance.
Dem

Politique intérieure

Energie

Point de vue : « Dans le débat sur l’énergie, on perd de vue les ordres de grandeur » AL
Rauli Partanen estime dans Aamulehti que les partisans des énergies renouvelables oublient parfois les ordres de grandeur. En dépit des sommes investies dans les énergies éoliennes et solaires, il ne semble pas que les diminutions d‘émissions soient conséquences, au contraire.
M. Partanen considère que les sommes investies par l’Allemagne dans les énergies renouvelables (25 milliards d’euros par an) auraient permis à ce pays d’avoir une production d’électricité sans émissions si elles avaient été investies dans le nucléaire.
Selon lui, le problème est aussi que l’on s’intéresse trop à la production d’électricité et on délaisse la production de chaleur qui se fait presque exclusivement avec des énergies fossiles. Or, il existe des réacteurs nucléaires de petite taille permettant de produire de la chaleur. C’est là que se situe la vraie pssibilité de diminuer les émissions, considère M. Partanen.
AL

TVO pense être en position de force
Aamulehti rapporte que TVO considère que le dernier avis d’étape rendu par l’arbitrage qui oppose TVO à Areva lui est favorable. « Nous sommes en position de force dans cet arbitrage », a déclaré Risto Siilos (TVO).
AL

France – Finlande

Bande dessinée

Riad Sattouf
Aamulehti publie une critique élogieuse de l’album de Riad Sattouf, L’arabe du futur 3, récemment sorti en Finlande.
AL

Littérature

La Bruyère
Demokraatti publie une critique du livre Les caractères de La Bruyère, paru en finnois chez WSOY.
Dem

Vin

Beaujolais nouveau
Hufvudstadsbladet a rendu compte, hier, de la sortie du Beaujolais nouveau, et présente aujourd’hui les deux produits disponibles en Finlande.
HBL/mer/23, jeu/27

Mercredi 15 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Défense européenne

Editoriaux
« La coopération de défense renforce la solidité de l’UE » HS
« l’article 42.7 de l’UE n’est pas la même chose que l’article 5 de l’OTAN » HBL
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat fait référence à la course entre un lièvre et une tortue pour parler de l’UE qui avance lentement dans la politique commune de défense.
Le document signé à Bruxelles démarrera entre les Etats membres participants une « coopération structurée permanente ». Le projet est ambitieux et permet au Etats membres de réaliser dans différentes compositions des démarches liées par exemple aux connaissances hybrides ou aux acquisitions de défense communes.
L’éditorialiste estime que les outils permettant une coopération sont en place, mais que le contenu de cette coopération reste à définir. L’UE n’est pas en voie vers une alliance militaire, ni ne dispose de ressources militaires importantes.
Pour la Finlande, il était important d’inscrire dans le document une mention de la clause de défense mutuelle. Pour la direction finlandaise de la politique étrangère, c’est essentiel du point de vue de la création de réseaux de coopération de défense.
L’éditorialiste estime que les nouveaux projets du domaine de défense européenne ont une importance accrue du fait de la coopération renforcée entre l’UE et l’OTAN. La coopération de défense ne pourra avancer qu’à la condition qu’elle compléte l’OTAN sans s’efforcer de la remplacer. C’est dans cet esprit-là que la Finlande a crée à Helsinki le centre de menaces hybrides qui relève de l’UE et de l’OTAN.
Pour la Finlande et la Suède, la coopération entre l’UE et l’OTAN ouvre des portes vers l’OTAN. Pour que ces portes restent ouvertes, il faut que les partenaires soient actifs au-delà de la région de la mer Baltique.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet note que la Finlande se félicite du fait que la coopération renforcée qui stagne depuis près de dix ans avance aujourd’hui.
Il rappelle que même si on peut faire le parallèle entre l’article 42.7 du traité de Lisbonne et l’article 5 du traité concernant l’OTAN, il y a des différences.
Que la Finlande soit favorable à une coopération de défense plus étroite dans l’UE dépend aussi du fait qu’elle n’est pas membre de l’OTAN.
L’éditorialiste rappelle qu’une adhésion à l’OTAN serait la seule garantie d’une grande armée commune. Une coopération plus étroite au niveau européen combinée à une coopération renforcée avec la Suède et les Etats-Unis, ainsi qu’un partenariat étroit avec l’OTAN ne devraient toutefois pas laisser la Finlande seule dans une situation de crise.
La forme que pourrait prendre cette assistance n’est toutefois pas claire.
HS/A4, HBL/16

Défense

Une décision sur la tenue d’un grand manœuvre militaire pourrait être prise dès début décembre
Le Président et le gouvernement pourraient se mettre d’accord sur l’organisation d’une grande manœuvre militaire internationale dès le 1er décembre. Un tel exercice pourrait avoir lieu au début des années 2020, en 2020 ou 2021.
HS/A14

Projet HX

La Finlande pourrait avoir un rabais sur les F35
Kauppalehti rapporte que, selon Jeff Babione, vice-président du programme F35 de Lockheed Martin, que le journal a rencontré en Norvège, la Finlande pourrait avoir des F35 à un bon prix, inférieur à celui payé par les Norvégiens et donc à ce que les Finlandais avaient envisagés (94 millions de dollars par appareil). M. Babione parle de 80 millions de dollars par appareil, « soit la possibilité d’acheter un appareil de 5ème génération au prix d’un appareil de 4ème génération ».
KL

Politique intérieure

Economie

La Finlande a une des croissances les plus fortes de la zone euro
Au troisième trimestre, la croissance économique de la Finlande était, sur seulement trois mois, de 1,1%. C’est la seconde meilleure croissance de la zone euro.
HS

Mardi 14 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Défense européenne

« La Finlande exige des garanties sur l’assistance européenne » HS
Le ministre des Affaires étrangères finlandais Timo Soini a signé, hier à Bruxelles, l’engagement de la Finlande à participer à la coopération structurée permanente en matière de défense.
La Finlande a exprimé les sujets sur lesquels elle souhaite participer : la coopération en matière de satellites, la défense contre les cyberattaques, la défense maritime et le projet de lever les obstacles juridiques et logistiques aux transports militaires.
M. Soini a qualifié cette décision d’historique. « C’est un moment important pour la Finlande car lorsqu’elle a adhéré à l’UE, la sécurité était un des motifs les plus souvent cités par ceux qui ont voté pour l’adhésion », a indiqué M. Soini.
Helsingin Sanomat souligne que la Finlande a exigé et obtenu que la coopération structurée permanente fasse référence à la clause de défense mutuelle de l’article 42.7 du traité de Lisbonne.
Helsingin Sanomat rappelle que la France a invoqué cet article après les attentats en 2015. La Finlande a ensuite modifié sa législation de manière à pouvoir donner ou recevoir une aide militaire. De plus la Finlande a aidé la France en envoyant des troupes au Liban pour relever les soldats français.
Selon le Premier ministre Juha Sipilâ, la Finlande voulait en faisant référence à l’article 42.7 dans la coopération structurée permanente souligner qu’il « ne s’agissait pas seulement d’un projet d’industrie de défense mais d’une chose plus importante encore ». Cette chose c’est que la Finlande croit et exige des autres Etats membres qu’en cas d’attaque contre l’un d’entre eux les autres lui porteront assistance.
Helsingin Sanomat estime qu’il n’y a qu’un seul précédent, concernant la France et pour le cas d’une attaque terroriste. « Il demeure mystérieux de savoir ce que cette clause d’assistance mutuelle voudrait dire si la Finlande était attaquée par la Russie », écrit HS.
Helsingin Sanomat estime que, selon un haut fonctionnaire, l’activité de la Finlande sur ce sujet s’explique par le fait que les Finlandais souhaitent insister sur la défense européenne et pas seulement sur la gestion de crise lointaine ou des coopérations militaires techniques.
HS relève que le ministre de la Défense Jussi Niinistö a déclaré la semaine dernière à Bruxelles que « cet article obligeait à donner une assistance. Mais cela n’est pas nécessairement une aide militaire. Il ne faut donc pas trop compter dessus et il ne s’agit pas de garanties de sécurité ; et la Finlande ne le pense d’ailleurs pas ». Selon lui, « on interprète de manière différente l’article 42.7 dans les différents Etats membres. Nous avons encore fort à faire pour trouver un point de vue commun sur ce que cela signifierait en cas de crise ».
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini a déclaré hier que « c’est une déclaration significative du fait que les Etats membres s’engagent à se porter mutuellement assistance. Mais cela ne signifie pas qu’il y a une armée européenne, ni cela ne peut être comparé avec l’article 5 de l’OTAN ».
Selon certaines sources, seule la Finlande serait enthousiaste pour que cet article 42 .7 soit mentionné dans la coopération structurée permanente.
Selon des hauts fonctionnaires, la Finlande a reçu un fort soutien de la France pour obtenir la référence à cet article.
HS

Commentaires
Helsingin sanomat estime que, pour la Finlande, l’approfondissement de la coopération européenne en matière de défense est un moyen important de renfrocer ses liens avec l’OTAN. En effet, la coopération européenne de défense est de plus en plus étroitement liée avec l’OTAN relève HS.
Yle souligne que les ministres ex-Vrais Finlandais disent rarement du bien de l’UE. C’est pourquoi le correspondant à Bruxelles d’Yle insiste sur les propos élogieux du ministre des Affaires étrangères Timo Soini après avoir signé la participation finlandaise à la coopération structurée permanente. D’autant plus que M. Soini a rappelé que lui-même avait voté contre l’adhésion en 1994.
HS Yle

Défense - Afghanistan

La Finlande prévoit d’envoyer de nouvelles troupes en Afghanistan
La Finlande se prépare à envoyer plusieurs dizaines de soldats en Afghanistan. Selon Helsingin Sanomat, la demande de troupes supplémentaires serait officiellement parvenue à la Finlande par plusieurs voies différentes.
La question a été évoquée entre les ministres de la défense des pays de l’OTAN, à la réunion de Bruxelles à laquelle a participé le ministre finlandais Jussi Niinistö. La question a selon HS également été évoquée lors de la visite en Finlande du ministre de la Défense américain, M. Mattis.
Le comité interministériel de la politique étrangère et de sécurité Utva devra évoquer l’envoi de troupes dans les semaines qui viennent.
Un rapport sera ensuite remis au Parlement qui l’évoquera en séance plénière avant qu’il soit étudié par les commissions compétentes.
Aujourd’hui, la Finlande a 30 soldats en Afghanistan. Il n’est pas prévu d’augmenter leur nombre au-delà de 100.
HS/A8

Etats-Unis

M. Trump nomme un nouvel ambassadeur en Finlande
Le Président américain a choisi Robert Franck Pence comme prochain ambassadeur des Etats-Unis en Finlande. Il faut encore que ce choix soit approuvé par le sénat.
Yle

Finlande – Chine

Commerce
Aamulehti rend compte des estimations de l’institut de recherche économique Etla sur le fait qu’il y a beaucoup de potentiel dans les relations économiques entre la Finlande et la Chine.
Toutes les ressources en la matière ne sont pas mises en œuvre.
Selon un rapport d’Etla, les ressources des deux pays se complètent : la Finlande dispose de beaucoup de haut savoir-faire alors que la Chine constitue un marché en essor. La Chine a besoin de savoir-faire dans les domaines des NTI et cleantech, ce que la Finlande pourrait lui proposer.
AL/A12

Etude – Europe - Bonheur

Les gens les plus heureux de l’UE habitent en Finlande
Selon l’Eurostat, les habitants de Finlande sont les plus heureux de l’UE. Les hommes sont aussi heureux en Suède qu’en Finlande, mais les femmes en Finlande sont un peu plus heureuses qu’en Suède.
L’étude prend en compte plusieurs facteurs, dont la santé, le logement, la formation, la satisfaction en ce qui concerne la vie, les revenus, l’emploi, etc.
Les Finlandais font beaucoup de sport, mais en même temps consomment peu de légumes et de fruits. En ce qui concerne la consommation de boissons alcoolisées, les Finlandais se situent parmi les huit premiers pays.
AL/A9

Politique intérieure

Présidentielle

Débat entre les candidats
« Sauli Niinistö a dominé le débat » HS
Le Président actuel, favori des sondages, a dominé le débat présidentiel organisé à l’Université de Helsinki par les sociétés Paasikivi et Kekkonen, le tabloïd Ilta-Sanomat, et l’association finlandaise des Nations-Unies.
Matti Vanhanen n’a pas pu participer au débat du fait de son arrêt de maladie en raison d’arythmie cardiaque.
Un des thèmes du débat, les exercices militaires internationaux, relevait de l’actualité liée au Président et au ministre de la Défense.
Les candidats ont critiqué l’action du ministre de la Défense concernant ses déclarations en matière d’exercices militaires internationaux. Pekka Haavisto rappelle que les manoeuvres constituent toujours également un message vers l’extérieur. Tuula Haatainen rappelle que ces questions relèvent du comité interministériel Utva.
Laura Huhtasaari (VF) souhaite plus de pouvoir au Président, par exemple dans les questions européennes et en matière de dissolution du Parlement. Les autres candidats sont plutôt satisfaits des attributions actuelles.
Mme Huhtasaari a questionné Sauli Niinistö sur le fait de savoir si le Président Poutine avait menacé la Finlande en matière de réaction russe au cas où la Finlande adhérait à l’OTAN. M. Niinistö a dit que lors de la visite à Savonlinna de M. Poutine, ces questions avaient été évoquées et que M. Poutine avait clairement dit que pour son pays, une Finlande membre de l’OTAN constituerait un ennemi.
La défense commune de l’UE a également été évoquée, et M. Niinistö a estimé qu’il y a eu des progrès. Pour lui, l’attaque terroriste en France a montré qu’il existe un besoin pour une défense commune. M. Haavisto estime que dans les menaces hybrides et les questions de renseignement, l’UE est un acteur agile.
HS/A10, AL/A7

Santé

Externalisation et privatisation d’un hôpital en Laponie
Les communes de la région de Meri-Lappi (Kemi, Tornio, Keminmaa, Simo) ont adopté un projet d’externalisation des soins de santé et de privatisation de l’hôpital qui se trouve à Kemi.
La motivation pour cela est qu’avec la réforme des services sociaux et de santé il est prévu que nombre d’opérations effectuées par cet hôpital auraient été transférées dans d’autres villes.
La ministre des services sociaux, Annika Saarikko (Centre), a exprimé son souci concernant ce projet d’externalisation à la veille du vote aux conseils municipaux en la matière. Elle considère que s’engager dans un contrat pour 15 ans avec un acteur privé peut être risqué.
HS/A11

France – Finlande

Cinéma

L’Ange du nord
Aamulehti publie une interview du pasteur Olli Hallikainen sur le film l’Ange du nord du réalisateur Jean-Michel Roux.
AL

France

Attentats

« On a honoré la mémoire des victimes des attentats en France » HS

Lundi 13 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Politique européenne

« La politique européenne du gouvernement est une déception , selon Mme Tuppurainen » HS
La présidente du groupe de travail du PSD sur les questions européennes, la députée Tytti Tuppurainen se déclare déçue par la politique européenne du gouvernement de M. Sipilä.
Selon elle, cette politique manque d’ambitions et consiste à s’isoler alors qu’il faudrait peser sur l’avenir de l’UE.
Le PSD partage les avis de ceux qui, comme le patronat EK, critiquent en ce sens le gouvernement, juge HS.
Mme Tuppurainen regrette que l’on se trompe en pensant trop souvent que le manque d’ambitions européennes du gouvernement soit du aux Vrais Finlandais ou à leurs successeurs. Elle considère que le centre et même le Kokoomus en sont responsables : « les questions européennes ne semblent pas les intéresser, au contraire de la construction d’un échelon régional ou de la politique intérieure ».
Mpme Tuppurainen estime que « les propositions du gouvernement sur l’UEM sont un bon exemple de cette politique européenne finlandaise. La Finlande ne fait pas de propositions aux autres Etats membres sur ce qu’elle voudrait que soit l’UEM pour qu’il prenne en compte les besoins de l’économie finlandaise. En revanche, on essaie de deviner ce que vont proposer la France et l’Allemagne afin de contrer cela par avance ».
Mme Tuppurainen est aussi déçue que le gouvernement ait décidé de s’adresser au Parlement sous la forme d’une simple déclaration du premier ministre sur sa politique européenne suivie d’un débat en séance plénière, le 22 novembre. Elle aurait préféré un rapport du gouvernement qui soit ensuite envoyé en commission afin que les députés puissent écouter des avis d’experts et définir leur position.
Selon elle, le parlement n’a pas la possibilité de se prononcer sur la ligne du gouvernement. Il est contraint à prendre position sur chaque sujet au coup par coup. « C’est un gros problème car la constitution prévoit que c’est le parlement qui définit les positions de la Finlande en matière européenne », dit-elle.
Elle estime que les partis de l’opposition devraient être appelés à participer à la détermination de la politique européenne de la Finlande d’autant plus que la Finlande va assumer la présidence de l’UE en 2019, après les prochaines élections législatives.
HS

UEM

Le gouvernement exige une diminution des risques pour finaliser l’union bancaire
Le comité ministériel aux Affaires européennes a défini, vendredi, la position de la Finlande sur les propositions de la Commission concernant l’union bancaire.
Le gouvernement finlandais est prêt à avancer vers une garantie commune des dépôts et un mécanisme de soutien permanent du fonds de résolution unique seulement lorsque les risques du secteur bancaire auront été diminués significativement. Selon le gouvernement, les mesures que la Commission propose existent déjà et ne sont pas suffisantes pour diminuer les risques du secteur bancaire.
Vn.fi

Conseil affaires étrangères

M. Soini à Bruxelles
Le ministre des Affaires étrangères finlandais sera aujourd’hui à Bruxelles pour participer au conseil affaires générales.
En marge du conseil, il signera la notification de la Finlande signalant son intention de participer à une « coopération structurée permanente » dans le domaine de la sécurité et de défense.
Vn.fi

Sécurité

Selon Mika Aaltola, la Finlande n’est plus militairement non alignée
Le directeur de programme de l’institut des relations internationales Mika Aaltola estime que le renforcement de la coopération de défense de la Finlande, principalement avec l’UE, rend caduque le concept de « non alignement militaire » qui a suivi la politique de neutralité.
« Quand cette semaine la Finlande va signer sa participation à une coopération structurée permanente qui marque la dimension de défense de l’UE, je pense que l’on peut dire que le concept de non alignement militaire de la Finlande devient caduque. Et cela n’est pas le fait d’une entrée dans l’oTAN. Cela se fait par l’approfondissement de la coopération de défense de l’UE ».
Uusisuomi

Défense

Le nombre d’exercices internationaux a doublé depuis 2010
Le quotidien de Tampere, Aamulehti, rend compte d’un rapport que l’Etat-major des forces armées a effectué pour le ministère de la défense concernant les manœuvres internationales (auxquelles participe la Finlande) et leur effet.
La coopération de défense renforcée se reflète sur les activités internationales d’exercices et de formation des forces armées. Cette année, la Finlande aura participé à 84 exercices contre 42 en 2010.
La croissance a été la plus importante concernant les exercices réalisés avec l’OTAN qui est devenu le partenaire le plus important de la Finlande, à côté des pays nordiques. Aamulehti rappelle que la Finlande participe au partenariat pour la paix avec l’OTAN depuis 1994.
En 2010, la Finlande a eu seulement cinq exercices avec l’OTAN, contre 13 cette année. Le nombre d’exercices avec les nordiques est passé de 13 à 18. Il y a eu en moyenne moins de dix exercices ou formations européens. Concernant les exercices bilatéraux, les Etats-Unis sont devenus un partenaire important à côté de l’OTAN et de la Suède.
En ce qui concerne l’utilité des exercices, chose que le ministère a souhaité connaître, le rapport montre que les forces armées trouvent les exercices très utiles, et que les dépenses qui y sont consacrées restent modérées. Grâce aux exercices, les forces armées peuvent utiliser des capacités auxquelles elles n’auraient pas accès au moyen des seules ressources nationales.
Les exercices soutiennent également la participation finlandaise à la gestion de crise internationale.
AL/sam/A14-15

Somalie

Un Président Finlandais ?
Helsingin Sanomat relève que la région du Nord de la Somalie qui souhaite son indépendance du reste du pays va peut être élire un président finlandais. En effet, deux des trois candidats à la présidentielle, MM. Warrabe et Irro sont d’anciens réfugiés en Finlande où ils ont vécu à la fin des années 90.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Le Premier ministre a-t-il menti ?
Helsingin Sanomat rapporte que l’opposition continue à accuser le premier ministre juha Sipilä d’avoir menti quand il a déclaré qu’il n’avait pas planifié la scission du parti des Vrais Finlandais pour sauver son gouvernement en juin dernier.
Le Premier ministre continue à clamer que son gouvernement ne s’était pas préparé à l’avance à cette éventualité.
HS

Marché du travail

Augmentations salariales
L’Industrie forestière et le syndicat du papier sont arrivés à un accord sur une nouvelle convention collective qui prévoit des augmentations salariales de 3,5 % sur deux ans, soit 1,8 % la première année, et 1,7 % la deuxième année. La nouvelle convention concernera la période allant du 10 novembre 2017 au 30 novembre 2019.
Les branches d’exportation avaient déjà conclu un accord sur des augmentations de 3,2 % sur deux ans.
HS/sam/A13

Activités minières

Terrafame envisage de produire pour des batteries de voitures électriques
Le groupe minier Terrafame qui est principalement en possession de l’Etat, envisage d’entamer la production de nickel et de cobalt pour les batteries de voitures électriques.
Un acteur de Singapour, Trafigura, et le groupe financier Sampo ont accordé à Terrafame un financement de 172 millions d’euros afin de construire une usine à Sotkamo et d’élargir les activités actuelles du groupe.
Terrafame brigue un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros, ce qui serait le double de l’actuel.
Une décision sur l’investissement sera prise début 2018 afin que l’usine puisse démarrer en 2020.
HS/sam/A12

Défense – service militaire concernant les femmes

Sondage
Keskisuomalainen rend compte d’un sondage effectué pour le compte d’Uutissuomalainen, selon lequel 19 % des Finlandais seraient prêts à instaurer le service militaire pour les femmes, alors que 71 % s’y opposent.
KS/sam/20

Politique linguistique

L’essai sur le suédois scolaire optionnel autorisé
La commission des lois constitutionnelles a adopté l’essai linguistique permettant à un nombre de collégiens de ne pas étudier le suédois afin d’opter pour une autre langue. L’essai concernera 2200 élèves.
KS/sam/21

Radiation

Ruthénium
Le Centre de radioprotection et de sûreté nucléaire Stuk a détecté, début octobre, de ruthénium 106 dans l’atmosphère finlandaise. Depuis le 9 octobre, il n’y en a plus eu.
L’IRSN estime qu’il se serait agi de pollution dégagé en Russie ou Kazakhstan, et les analyses du Stuk sont convergentes avec celles de l’autorité française.
HS/sam/A21

France – Finlande

Cinéma

L’Ange du nord
Hufvudstadsbladet publie une interview avec le réalisateur Jean-Michel Roux à l’occasion de la sortie, cette semaine, de son film l’Ange du nord.
HBL/lun/18

Musique

L’étoile du Nord
Pour le centenaire de la Finlande, l’opéra de Kokkola a choisi de présenter au Palais de la musique un opéra en français très rare dont l’action se déroule dans le golfe de Finlande : L’étoile du Nord de Meyerbeer sur un livret d’ Eugène Scribe.
Helsingin sanomat publie une bonne critique de ce concert.
SK HS

Vendredi 10 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Visite du ministre des Affaires européennes à Berlin
« Sampo Terho a confiance dans le fait que la politique européenne allemande tiendra bon » HS
Le Ministre des Affaires européennes a rendu une visite à Berlin pour une exposition d’architecture à l’ambassade de Finlande.
Il déclare que, si dans l’histoire la Finlande a longtemps été une zone frontière entre l’Est et l’Ouest, aujourd’hui elle est résolument partie intégrante de l’Ouest, proche de l’Allemagne. C’est la bonne position dans l’Europe actuelle où « la place de l’Allemagne se renforce dans l’UE suite au Brexit ».
M. Terho a rencontré son homologue sortant Michael Roth avec qui il a discuté notamment de politique migratoire, du Brexit, de l’agence européenne du médicament.
M. Terho ne pense pas que l’Allemagne va changer de politique européenne suite aux élections. « Toute l’Europe est en mouvement actuellement. Il semble néanmoins que, par exemple, la politique européenne de l‘Allemagne pourrait se relâcher ».
Helsingin Sanomat rappelle que le gouvernement finlandais a défini ses positions sur la réforme de la zone euro. M. Terho a présenté cette ligne en Allemagne. Une autre question est de savoir si c’est la ligne finlandaise qui repose sur celle de l’Allemagne ou l’inverse, estime HS.
En effet, partout en Europe on scrute la manière dont le nouveau gouvernement allemand va répondre aux propositions du président Macron.
« M. Macron a une ligne traditionnelle de promotion du fédéralisme. Il ne dit toutefois rien que je n’ai jamais entendu au Parlement européenne. Je pense que quasiment toutes ses propositions seront rejetées », estime-t-il.
La Finlande ne veut pas payer pour les problèmes des autres Etats membres, souligne M. Terho.
« Il faut compléter l’UEM de telle manière qu’il soit possible de mettre en faillite un Etat de la zone euro afin qu’il ne menace pas l’ensemble du système », dit-il.
HS

Propos du Président Niinistö
Le Président Sauli Niinistö, qui est intervenu lors d’un séminaire à l’Ecole supérieure d’études commerciales, estime qu’il faudrait que le rôle de l’UE dans la politique internationale soit renforcé.
Il pense notamment à l’influence accrue des Etats-Unis, de la Russie et de la Chine : pour lui, l’UE n’est pas toujours présente lorsque l’on prend des décisions sur l’avenir.
Il considère comme problématique que l’UE ne dispose pas d’un leader fort contrairement à ces trois autres acteurs. Pour lui, cela fait de l’UE plus un objet qu’un sujet.
Il souhaite que l’UE puisse mieux promouvoir ses valeurs qui sont la démocratie, les droits de l’homme et l’égalité.
HBL/10

Défense

« La Finlande favorable à l’amélioration de la logistique des transports militaires dans l’UE »
Le correspondant à Bruxelles d’Helsingin Sanomat rend compte de la réunion, de l’oTAN actuellement à Bruxelles. Il indique que l’alliance atlantique pousse les Etats de l’UE à améliorer leur coopération logistique. Selon M. Stoltenberg, « la circulation militaire pourrait devenir un vrai exemple de la coopération entre l’OTAN et l’UE ».
La Finlande y est favorable et a exprimé son volonté de participer à l’initiatve des Pays-Bas dans le cadre de la coopération structurée permanente et visant à facilter les transports militaires dans l’UE.
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö estime que les garanties d’approvisionnement de la Finlande se renforceraient si des obstacles juridiques et bureaucratiques pouvaient être supprimés. Il estime en revanche que la Finlande est bien équipée pour recevoir tout type d’équipement : « nos routes et nos ponts sont prêts et il n’y aura pas de problèmes de ce type », a-t-il dit.
HS

Politique forestière

La Finlande et la Suède envisagent de former les décideurs européens en matière de forêts
Kauppalehti, quotidien économique, rend compte du souci des ministres finlandais et suédois de l’Agriculture en matière de connaissances des décideurs européens en matière de forêts. Jari Leppä (Centre), ministre de l’Agriculture et de la Sylviculture dit qu’il s’est mis d’accord avec son homologue suédois pour dispenser une formation systématique à des acteurs au niveau de Bruxelles en matière de questions liées aux forêts.
KL note qu’en Finlande il existe une « Académie forestière pour les décideurs » qui depuis 21 ans organise des cours en la matière pour des dirigeants du pays et pour des personnalités influentes.
KL/A8

Numérisation

Selon un rapport, la Finlande reste à la traîne dans l’évolution numérique
Un rapport récent de BCG, Boston Consulting Group, dessine un portrait sombre de l’évolution numérique en Finlande. La Finlande, ainsi que les autres pays nordiques, resteraient en retard sur ce domaine par rapport au reste du monde, alors qu’elle était parmi les pionniers durant la première phase de la numérisation.
Les visions et les stratégies ne manquent pas, mais la mise en oeuvre reste inférieure à la moyenne internationale.
HS/A15

Politique intérieure

Gouvernement

Editorial
« L’étoile de M. Sipilä pâlit mais le Centre n’a pas d’alternative » HS
Helsingin Sanomat rappelle que le centre est désormais distancé par le Kokoomus, le PSD et les Verts dans les sondages. Il en va de même pour son président, M. Sipilä par rapport aux présidents des autres partis.
En revanche, parmi les centristes, la position de M. Sipilâ demeure toujours très forte.
HS

Parlement

Euthanasie
Suite à une initiative populaire pour demander l’instauration de l’euthanasie en Finlande, la commission parlementaire des Affaires sociales et de la Santé est en train de rédiger un rapport en la matière. La commission a entendu des spécialistes qui rejettent l’initiative populaire et soulignent l’importance d’assurer la haute qualité des soins palliatifs dans l’ensemble du pays.
HS/A10

France – Finlande

Spectacle

Rameau
Hufvudstadsbladet rend compte du spectacle Superborealis dans les locaux de Circo à Suvilahti, qui combine la musique de Rameau et la danse.
HBL/25

Bertrand de Billy
Helsingin sanomat publie une critique du concert dirigé par le chef français Bertrand de Billy à la baguette de l’orchestre symphonique de la ville.
HS

Cinéma

Méliès à la cinémathèque
La cinémathèque Orion propose des chefs d’œuvre de Méliès dimanche.
HS

France

Musées

Le Louvre Abu Dhabi
Helsingin Sanomat présente le nouveau musée du Louvre Abu Dhabi.
HS

Jeudi 9 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Point de vue
« Que se passera-t-il pour la Finlande quand elle ne pourra plus se protéger derrière Mme Merkel ? »
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat Paavo Rautio estime qu’actuellement l’Allemagne est au cœur des rapports de forces dans l’UE. Il estime que le Brexti va affaiblir le groupe des pays du Nord caractérisé par son attitude favorable à l’économie de marché et au renforcement du marché intérieur. En contrepoids, les pays du Sud sont caractérisés par leur penchant au dirigisme économique, estime M. Rautio.
Or, les pays du Sud vont voir leur poids augmenté par la sortie de la crise économique et le renforcement du pouvoir de la France qui a sauvé l’UE en écartant les extrêmes lors des élections présidentielles et parlementaires. Aujourd’hui, M. Macron présente ses réformes de l’UE qui représentent pour nombre de dirigeants finlandais une augmentation de la solidarité financière.
M. Rautio estime que l’UE va s’approfondir, autour de la zone euro. Si l’Allemagne prend garde de ne pas mutualiser ses finances avec les pays du Sud, il faudra bien qu’elle donne en échange quelque chose à M. Macron. Il va donc obtenir l’appui de l’Allemagne sur une partie de ses réformes, juge HS. Quand les plaques tectoniques bougent en Europe, c’est l’Allemagne qui se rapproche du Sud, juge HS qui souligne que lors des élections en Allemagne les partis eurosceptiques n’ont pas obtenu une position telle qu’ils puissent modifier cela.
Que reste-t-il aux pays septentrionaux ? Les pays baltes vont suivre l’Allemagne, ce qui va encore renforcer ce penchant vers le Sud. Quand au Royaume-Uni, il est déjà parti. La Finlande n’a plus à ses côtés que la suède, qui n’est même pas un pays de la zone euro, et donc pas de le cœur du développement de l’UE.
Et que répond le gouvernement finlandais ? Il fait confiance au fait que l’Allemagne va continuer empêcher des décisions que la Finlande juge défavorables à ses intérêts. Mais si cela n’était plus le cas et si la France semblait à l’Allemagne plus chère (ce qui est manifeste) que la Finlande, cette dernière se retrouvera toute seule isolée dans un Nord qui a longtemps profité d’être dans l’ombre de Mme Merkel, conclut M. Rautio.
HS

Finlande – Egypte

Visite de M. Soini au Caire
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, est intervenu, hier au Caire, sur l’importance des droits des femmes, à l’invitation de l’Université américaine du Caire. L’intervention fait partie du programme de sa visite officielle en Egypte.
Durant son déplacement de trois jours, M. Soini a rencontré le Président égyptien, Abdelfattah al-Sisi, son homologue Sameh Shoukry, ainsi que le pape des chrétiens coptes.
Lors de son intervention, M. Soini a dit qu’une nation qui ignorait la moitié de ses ressources humaines n’était pas une nation sage. Il a admis à Helsingin Sanomat, avant son discours, qu’il n’était pas réputé pour la promotion de ces questions-là.
M. Soini a dit qu’il avait appris beaucoup sur l’importance des droits des femmes durant les deux ans et demi de son mandat ministériel.
« J’ai compris à quel point il était important de promouvoir les droits des filles. La promotion des droits des femmes renforce l’équité, et en plus, c’est économiquement raisonnable ».
M. Soini s’est entretenu avec le Président égyptien à Charm el-Cheikh notamment sur la promotion de l’éducation et la lutte contre le radicalisme en Egypte.
Il a dit que les incidents liés à la montée au pouvoir du Président n’ont pas été évoqués. Les droits de l’homme ont été évoqués avec le ministre égyptien des Affaires étrangères. « Nous avons exprimé notre position qui est que l’Etat de droit et les droits de l’homme constituent la voie pour avancer en matière de stabilité et de prospérité. »
M. Soini estime que l’Egypte contribue à une stabilité dans la région compte tenu des tensions engendrées par la concurrence entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. « L’Egypte promeut la stabilité et le dialogue. Ils ne semblent pas avoir d’aspirations hégémoniques, ce qui est appréciable. »
HS/A26

Unesco

La Finlande élue au conseil d’administration de l’Unesco
La Finlande a été élue membre du conseil d’administration de l’Unesco pour un mandat de quatre ans.
La ministre de l’Education Sanni Grahn-Laasonen qualifie cette désignation de reconnaissance importante pour le savoir-faire finlandais.
La Finlande a déjà été membre du conseil d’administration à trois reprises en tant que représentante des pays nordiques.
HS/A26

Climat

Emissions de CO2
Helsingin Sanomat rend compte de de la proposition de la Commission européenne de réduire de 30 % les émissions moyennes de véhicules neufs de 2021 en 2030.
Le ministère finlandais des Transports et des Communications se félicite de la proposition qui « correspond dans les grandes lignes aux souhaits et aux orientations stratégiques finlandais ».
Merja Kyllönen (Alliance des gauches), députée européenne, estime que la proposition est ambitieuse, mais que ses objectifs ne sont pas impossibles à atteindre.
En Finlande, les émissions des transports constituent 20 % des émissions de CO2. Le but du gouvernement est de diminuer ces émissions de 50 % pour 2030.
HS/A33

Transports de marchandises

Train pour la Chine
A partir de vendredi, un train régulier sera mis en place pour transporter des marchandises de Finlande en Chine. Le train qui passera par le Kazakhstan, transportera dans un premier temps des machines, des scieries et des combinaisons de travail.
La Chine qui souhaite favoriser les transports ferroviaires entre la Chine et l’Europe, se charge de la moitié du coût engendré.
HS/A10

Terrorisme

Vers un durcissement de la législation ?
Un groupe de travail du ministère de la Justice prévoit de durcir le code pénal en ce qui concerne les articles sur le terrorisme. Une gamme d’activités plus vaste qu’actuellement pourrait rentrer dans le cadre de crimes terroristes.
Se renseigner sur les moyens de réaliser un acte terroriste pourrait être criminalisé. Actuellement, il est criminalisé de participer à une formation en la matière dispensée par un tiers.
Le ministère a comme objectif de transposer la directive européenne concernant les crimes terroristes. En outre, il est prévu de doter les autorités des outils législatifs en matière de lutte contre les crimes terroristes.
HS/A14

Défense

Visite du ministre de la défense américain James Mattis à Helsinki
Selon le président Sauli Niinistö, l’acquisition des chasseurs et la question des exercices militaires n’ont pas été évoquées lors de sa rencontre, lundi, avec le ministre de la Défense américain, James Mattis, rapporte le quotidien Keskisuomalainen.
Dans son billet paru dans Aamulehti, le journaliste Aki Taponen note que le ministre de la Défense Jussi Niinistö ne se soucie guère des critiques dont il fait l’objet pour avoir invité les Etats-Unis à participer à de futurs exercices militaires de grande envergure en Finlande.
Le journaliste explique que le ministre ne fait qu’appliquer la grande ligne de conduite approuvée par la direction de la politique étrangère de la Finlande : il y a un an, la Finlande et les Etats-Unis ont signé un accord de coopération afin d’approfondir la collaboration en matière de la défense. « Il est, par conséquent, inutile de s’étonner d’une invitation à participer à des exercices adressée aux Américains », écrit le journaliste.
KS7.11/9, AL9.11/A9

Ouverture d’une ligne téléphonique « d’urgence » entre les administrations de défense finlandaise et russe
Les administrations de défense finlandaise et russe ont ouvert une ligne téléphonique le 1er novembre qui a pour but de rendre plus efficace la communication mutuelle, rapporte le ministère de la défense dans son communiqué.
Selon le communiqué, la ligne a été créée pour être utilisée en cas d’accident, de perturbation et de situation d’exception et elle est ouverte 24 heures sur 24. Elle fonctionne en langue anglaise.
Selon le chef de ce projet du ministère de la défense, le colonel Antti Lehtisalo, avant ce type de communication passait par les ambassades. L’initiative de ce projet date de la rencontre à Moscou, en mai dernier, du secrétaire général du ministère de la défense finlandaise, Jukka Juusti et du vice-ministre de la défense russe, le général de corps d’armée Alexandre Fomin.
https://www.hs.fi/kotimaa/art-2000005442308.html

La Suède conclut un énorme marché avec les Etats-Unis et achète un système de défense aérienne Patriot
La Suède achète un système de défense aérienne Patriot aux Etats-Unis, rapporte la radio suédoise. La marchandise devrait être livrée à partir de 2020 pour terminer en 2025.
Le prix du système à ses débuts est estimé à environ 1-1,2 milliards d’euros par la radio suédoise. L’acquisition comprend quatre unités.
Le système Patriot est destiné à améliorer la défense aérienne de Stockholm et ses environnements.
Le choix devait se faire entre l’américain et le système franco-italien Samp / T, considéré comme plus moderne. Néanmoins, la Suède a souhaité que ses systèmes de défense soient les plus proche possibles de ceux des Etats-Unis. Cette acquisition pourrait avoir un effet bénéfique sur les relations des deux pays, ce qui est cependant démenti par le ministre de la Défense suédois Peter Hultqvist.
Patriot est fabriqué par le géant américain Raytheon.
La nouvelle acquisition suédoise a été rendue publique dès que les ministres de la Défense suédois et américains se sont rencontrés à Helsinki au début de la semaine.
La Finlande et la Suède ont chacune signé des accords de coopération bilatéraux en matière de la défense avec les Etats-Unis en 2016. La prochaine rencontre des ministres est prévue au printemps 2018.
« Ceci est un important signal de politique de sécurité », aurait souligné le ministre Hultqvist à l’issue de la rencontre selon la radio suédoise.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Travailleurs étrangers
Helsingin Sanomat rend compte du fait que la majorité des députés a signé une proposition de loi pour faciliter l’emploi en Finlande de personnes venant de l’extérieur de l’UE ou de l’EEE. Selon la proposition, il s’agirait de modifier la législation concernant les étrangers de façon à abandonner le critère d’accès à la main d’œuvre.
Au jour d’aujourd’hui, un ressortissant d’en dehors de l’UE ou de l’EEE ne peut obtenir de permis de séjour en Finlande avant une étude sur la disponibilité de main d’œuvre pour l’emploi en question.
HS note que des députés de tous les partis à l’exception de l’Avenir bleu et des Vrais Finlandais ont signé la proposition. A l’intérieur du gouvernement, parmi les conservateurs et les centristes, il y a des ministres qui la soutiennent.
Le ministre de l’Emploi, Jari Lindström (VF), dit que l’immigration liée au travail sera renforcé, mais qu’il s’agira de maintenir le critère en question qui oblige à demander un avis sur la disponibilité de main d’œuvre.
La proposition sera soumise à la commission administrative, dont le président vrai finlandais Juho Eerola s’oppose à ce texte.
HS/A10

Jeux

120 000 personnes concernées par une addiction
Un groupe de spécialistes propose de tripler les crédits alloués à la prévention des problèmes liés à l’addiction aux jeux d’argent. Actuellement, ces crédits s’élèvent à cinq millions d’euros annuellement.
120 000 personnes sont concernées par les problèmes liés aux jeux et 700 000 personnes risquent une addiction.
HS/A13

Mercredi 8 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Zone euro

Un Finlandais bien placé pour présider le groupe de travail de l’Eurogroupe
Le ministre des Finances Petteri Orpo a déclaré à l’issue de la réunion de l’Eurogroupe, lundi, que le secrétaire d’Etat aux Finances Tuomas Saarenheimo était bien placé pour être choisi comme président du groupe de travail de l’Eurogroupe.
L’actuel président, l’Autrichien Thomas Wieser, prendra sa retraite à la fin de l’année.
« M. Saarenheimo a de bonnes chances. Sa compétence est largement appréciée dans l’Eurogroupe et la zone euro. Cela serait un poste très important », a dit M. Orpo.
Actuellement, M. Saarenheimo est le représentant de la Finlande dans ce groupe de travail.
M. Orpo a indiqué que lui-même n’était pas candidat pur la présidence de l’eurogroupe et que la Finlande faisait tout pour faire élire M. Saarenheimo à la tête du groupe de travail.
Yle

Point de vue
« La Finlande doit s’activer dans le débat sur la réforme de la zone euro » HS
L’ancien ambassadeur Jan Store qui dirige aujourd’hui le bureau de Milton Group à Bruxelles signe un billet dans Helsingin Sanomat.
Il revient sur le débat sur la réforme de la zone euro lancé notamment par MM. Juncker et Macron.
Il relève que le gouvernement de M. Sipilä a publié mi-octobre ses positions sur le développement de l’UEM. Ce qui est clair dans le document c’est : on met en avant les manques et les problèmes et ont fixe de nouvelles conditions aux projets de réformes ».
En même temps, le gouvernement sait bien que l’on ne peut pas aller dans des négociations en mettant en avant les problèmes ; il faut d’abord proposer des solutions ».
Il est important que la Finlande participe aux négociations sur la réforme de l’UEM dès le débat, insiste M. Store.
Selon lui, on aurait pu attendre plus du gouvernement finlandais. Il regrette notamment que le gouvernement n’ait pas suscité un débat public sur le sujet ni qu’il ait cherché un large consensus en Finlande parmi les milieux pro-européennes que cela soit dans l’opposition ou parmi les partenaires sociaux.
HS

Analyse
Les propositions de MM. Juncker et Macron se heurtent à des suspicions
Helsingin Sanomat rapporte qu’il est souvent facile de réduire les différends dans l’UE à un débat Oues-Est entre les Etats membres : les pays orientaux ont tendance à rejeter les propositions des pays occidentaux. Le correspondant à Bruxelles souligne que la Finlande non plus n’est pas très enthousiaste pour toutes les propositions.
« Le Premier ministre Juha Sipilä donne l’impression que la Finlande est complètement sur les positions de M. Macron en matière de coopération de défense. Mais pour le développement de l’UEM, il y a beaucoup de conditions : pas de budget de l’Eurozone, pas de ministre des Finances… »
Le récent bille de M. Sipilä sur le site de Euractiv a révélé quelle était l’attitude de la Finlande (https://www.euractiv.com/section/economy-jobs/opinion/emu-focus-on-market-discipline-financial-stability-not-on-fiscal-smoothing/ ). C’était une façon élégante de dire que la Finlande souhaite participer au débat mais ne soutiendra pas toutes les chimères.
HS

Défense

La coopération en matière de défense demande des efforts
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö accusé de faire cavalier seul
Selon le ministre de la Défense Jussi Niinistö Les Etats-Unis sont les bienvenus à participer aux grandes manœuvres finlandaises qui seront organisées au début des années 2020. « Les grandes manœuvres internationales qui seront organisées en Finlande au début des années 2020 auront pour but de tester et d’améliorer notre défense. La participation des Etats-Unis serait utile et bienvenue », a déclaré le ministre finlandais de la Défense à son homologue américain, James Mattis.
Plus tard lors d’une conférence de presse, Jussi Niinistö a précisé qu’aucune invitation officielle n’a cependant pas encore été envoyée : « Pour obtenir la meilleure composition possible et éviter les redondances il faut de la coordination ».
Lundi dernier dès son arrivée, le ministre de la Défense américain James Mattis a rencontré le président Sauli Niinistö. L’Américain a félicité le travail des Finlandais, notamment pour le renforcement de la paix et la lutte contre la propagation des armes. Il a également mentionné la récente création du Centre d’excellence contre les menaces hybrides à Helsinki et le combat finlandais contre ISIS.
HS8.11/A17

Editorial
« La Finlande et la Suède auront du mal à intensifier leur collaboration avec l’OTAN dans le cadre du partenariat mais l’adhésion n’est pas non plus envisagée dans les années à venir. La coopération en matière de la défense entre la Finlande et la Suède a été mise en place et les deux pays collaborent avec les Etats-Unis. Cette coopération ne pourra pas aller plus loin », écrit l’éditorialiste de Helsingin sanomat.
« Cela ne signifie pas que les choses avancent seules. Les décisions politiques et les efforts économiques sont nécessaires pour rendre cette coopération crédible. Cela a été le cas lorsque récemment le ministre de la Défense finlandais, Jussi Niinistö, pour renforcer sa notoriété, a annoncé que dans quelques années, la Finlande organisera de grandes manœuvres militaires internationales. Dès lors, le député social-démocrate, Erkki Tuomioja, a fait de même en critiquant le projet. Comme pour conclure la question, le président Sauli Niinistö a calmé la situation en constatant que les manœuvres sont utiles mais elles sont préparées avec le parlement finlandais. »
« Une collaboration renforcée demande néanmoins des initiatives à la Finlande et la Suède qui pourrait se traduire notamment par le développement de la coopération entre l’OTAN et l’UE », constate l’éditorialiste.
HS8.11/A4

Politique de défense nordique et les relations avec les Etats-Unis
Le journaliste du quotidien Hufvudstadsbladet, John-Erik Jansén note à propos de la visite de James Mattis que « le fait que le ministre américain de la défense décrète que jamais les relations entre la Finlande et les Etats-Unis n’ont été aussi bonnes est certes un signal mais reste moins explicite que son annonce du printemps dernier lorsqu’il disait que si la Suède se trouve en difficulté, nous débarquons ».
HBL8.11/16

Terrorisme

Le procureur exige des peines de prison pour les trois accusés
Le procureur demande des peines de prison pour les trois hommes accusés de préparation de crime terroriste. Le tribunal d’instance d’Helsinki a entamé, mardi, un procès concernant trois Finlandais.
Selon le procureur, il se serait agi de préparation d’une participation au conflit syrien en tant que combattants d’un groupement terroriste. Le projet de participation n’aurait pas abouti du fait du décès de leur personne de contact en Syrie.
HS/A8

Politique intérieure

Gouvernement

Spéculations sur la stabilité de la coalition
Helsingin Sanomat rend compte des fractions au sein du gouvernement en matière de l’unité de la coaltion, en raison de réformes difficiles et de la baisse de l’audience.
Des spéculations se font sur la dissolution éventuelle de la coalition et sur l’organisation de législatives prématurées. Le gouvernement a une majorité juste, 106 députés dont un, la présidente du Parlement, ne vote pas. Ceci est d’autant plus significatif du fait que l’unité n’est pas extraordinaire et qu’il n’y a pas de certitude du fait que l’Avenir bleu sera digne de confiance.
Si la réforme des services sociaux et de la santé tombe, il sera difficile pour le gouvernement de continuer dans la configuration actuelle.
En même temps, personne ne souhaite de crise au sein du gouvernement au moment de la présidentielle.
Le Centre aura son congrès l’été prochain. On saura en avril si Juha Sipilä souhaitera continuer à la tête du parti, et du gouvernement.
HS/A6-7

Economie

Exportations
Helsingin Sanomat rapporte que selon les statistiques préliminaires de la Douane, les exportations finlandaises continuent à augmenter. En septembre, la valeur des exportations a été de cinq milliards d’euros, soit 8 % de plus par rapport à septembre 2016.
Les importations ont augmenté de 11 %, soit à un peu moins de 5,2 milliards d’euros.
En janvier – septembre 2017, les exportations ont augmenté de 15 % et les importations de 14 %. Par rapport à la même période en 2016.
Quant à l’aviation, la Finlande a livré en France en septembre deux avions, dont la valeur s’est élevée à 59 millions d’euros. La France a livré en Finlande un avion de 152 millions d’euros.
HS/A28

Marché du travail

La grève des électriciens est finie
Helsingin Sanomat relève que le syndicat et le patronat de la branche de l’électricité ont approuvé mardi soir la proposition de la médiatrice nationale Minna Helle afin de résoudre le conflit social.
L’accord a mis fin à la grève des électriciens à 6 h mercredi matin. Le syndicat des électriciens avait rejeté la première tentative de médiation de Mme Helle dimanche dernier mais avait décidé de poursuivre les négociations.
Dans l’industrie chimique, le syndicat Pro et le patronat ont retrouvé un accord pour une nouvelle convention collective qui concerne 9 000 employés. Les augmentations seront de 3,2 % sur deux ans.
HS/A15

France

Prix Goncourt

Billet de Gunn Gestrin
Hufvudstadsbladet publie un billet de Gunn Gestrin qui présente les candidats du concours et les thèmes de leurs romans.
HBL/18

Mardi 7 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Eurogroupe

« La Finlande opposée à une surveillance des marchés financiers transférée aux organes de l’UE » KL
Le ministre des Finances Petteri Orpo a participé, hier à la réunion de l’Eurogroupe.
Interrogé sur les révélations des « Paradise Papers », il a déclaré que l’UE faisait tout son possible pour lutter contre l’évasion fiscale.
Kauppalehti rapporte que l’UE prépare de nombreux projets pour lutter contre l’optimisation fiscale. De plus, les grands Etats membres veulent revoir la fiscalité des grands groupes comme Appel et Google afin qu’ils soient, plus taxés en Europe.
La Finlande est réservée sur une solution européenne à ce sujet, par exemple sous la forme d’une taxation du chiffre d’affaires. M. Orpo a souligné à nouveau que la coopération internationale était primordiale en matière fiscale. Selon lui, il faut des solutions globales pour lutter contre l’évasion fiscale.
« Il faut que l’UE continue son travail déterminé, c’est à dire au niveau de l’OCDE ».
Les ministres des Finances vont aussi discuter de la réforme de la surveillance financière. La Commission a en effet préparé un paquet pour réforme le Système européen de surveillance financière.
Kauppalehti rapporte que « la Finlande s’oppose à tout ce que la Commission propose pour réformer la surveillance financière ».
« Nous partons de l’idée qu’il faut que la surveillance financière restez fortement aussi entre nos mains, en plus d’un contrôle au niveau du SESF » affirme M. Orpo.
Selon la position finlandaise, on peut développer la surveillance au niveau européen « pour les situations clairement transfrontalière » et « en rapport avec des institutions d’Etats tiers ». Dans le reste des cas, la surveillance doit rester fondée sur une coopération entre les institutions nationales et européennes. « C’est la voie que nous privilégeons », dit M. Orpo.
KL

Défense nordique

Les pays nordiques intensifient leurs échanges d’informations en matière de surveillance aérienne
Les ministres de la Défense nordiques ont convenu lundi de démarrer une nouvelle coopération en signant un accord nommé Norecas qui intensifiera les échanges d’informations en surveillance aérienne.
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö (vrais Finlandais) a précisé que la préparation de la mise en œuvre prendra environ un an.
Les activités d’exercices militaires communes et la coopération dans le domaine des opérations internationales ont également été traitées lors de la rencontre des ministres de la défense.
En ce moment, la politique de sécurité connait des jours de grandes activités avec la visite, dans le cadre de la présidence finlandaise de Nordefco, d’une dizaine de ministres de la Défense à Helsinki.
A l’ordre du jour de la rencontre d’aujourd’hui figure notamment la situation sécuritaire de la Baltique, l’environnement de la mer Baltique et, vraisemblablement, la coopération en matière d’éventuels exercices militaires.
Tous les pays du groupe septentrional, à l’exception de la Finlande et la Suède, sont membres de l’OTAN.
HS7.11/A10

Finlande – Etats-Unis

Visite en Finlande du ministre américain de la Défense
Le ministre américain de la Défense, James Mattis, qui est actuellement en Finlande, a rencontré le Président Sauli Niinistö, hier, pour des entretiens suivis d’une conférence de presse.
Helsingin Sanomat relève que le ministre américain a dressé des éloges à la Finlande et s’est félicité du renforcement des relations bilatérales entre les pays ainsi que de la relation entre l’OTAN et la Finlande. Pour M. Mattis, les relations entre les deux pays n’ont jamais été aussi fortes.
Plus généralement, il a dit que les Etats-Unis admiraient beaucoup de choses en Finlande et que le travail de la Finlande dans le domaine du maintien de la paix et dans la non-prolifération des armes était admirable. Il a mentionné le nouveau centre de menaces hybrides et la contribution finlandaise à la lutte contre Daech. Il a qualifié les troupes finlandaises de tactiquement douées et éthiquement solides.
Le Président Niinistö a dit que les entretiens ont porté sur un seul sujet qui était la paix, le fait de savoir comment maintenir la paix au niveau mondial. Il estime que les objectifs des deux pays dans cette question sont convergents.
Aujourd’hui, M. Mattis rencontrera son homologue finlandais Jussi Niinistö, et participera à la réunion de travail du groupe des ministres de la Défense des pays septentrionaux (qui comprend outre les pays nordiques et Baltes, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne, la Pologne et l’Allemagne).
Ilkka Kanerva (Rassemblement national), président de la Commission de la Défense, estime que la visite relève d’une part du renforcement de la coopération entre l’UE et l’OTAN, et d’autre part de l’augmentation de la coopération de défense régionale en Europe.
Selon le ministère américain, la visite a comme objectif de renforcer les relations avec les alliés européens. En effet, M. Mattis se rendra à Bruxelles et à Londres après Helsinki.
Après la conférence de presse, Sauli Niinistö a commenté l’initiative du ministre de la Défense, Jussi Niinistö, d’organiser un grand exercice militaire internationale. Il a rappelé que développer de telles activités était en soi positif, mais qu’il fallait l’évoquer au Parlement d’abord.
Selon HS, il n’a pas évoque les exercices avec M. Mattis.
Vendredi dernier, le ministre de la Défense, Jussi Niinistö, a dit à MTV3 que les préparations d’un exercice international avaient déjà été entamées, et que l’exercice qui pourrait avoir lieu au plus tôt en 2020, était de l’ampleur de l’exercice Aurora qui a compté 20 000 participants. Il s’agirait de surtout des exercices relevant de la capacité à recevoir une aide militaire internationale. Jussi Niinistö a dit que la Suède participerait et qu’il espérait que les Etats-Unis participent.
HS/A10

Point de vue
Aamulehti publie une analyse de Lauri Nurmi, qui estime que la visite de M. Mattis est la suite logique de la volonté de la direction de la Finlande de renforcer la coopération de défense avec des puissances occidentales. La coopération bilatérale entre les deux pays est renforcée dans la politique de défense, dans l’échange d’information, dans les opérations internationales et dans le renforcement de l’interopérabilité, des capacités et de l’état d’alerte, entre autres.
M. Nurmi rappelle que, durant la législature, la direction finlandaise a souligné l’importance du fait que la Finlande ne reste pas derrière la Suède dans le renforcement des liens occidentaux.
Il rend compte des propos du quotidien suédois Dagens Nyheter après la visite du ministre de la défense suédois aux Etats-Unis, à qui M. Mattis aurait affirmé que son pays viendrait en soutien si jamais la Suède avait des problèmes avec la Russie.
Pour M. Nurmi, la direction finlandaise et la direction des forces armées « pensent – ou savent – que la Suède a obtenu de garanties de sécurité secrètes des Etats-Unis comme durant la guerre froide ». Pour ce qui est de la Finlande, la situation est plus compliquée : selon M. Nurmi, la Finlande a pu obtenir des garanties non-officielles et des promesses de l’aide des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne. M. Mattis n’a pas évoqué cette question.
M. Nurmi rappelle que la coopération étroite de la Finlande avec les puissances occidentales ne comprend pas de garanties de sécurité en cas d’une crise éventuelle.
AL/A8

OTAN - Politique de sécurité

Editorial
L’éditorialiste d’Aamulehti, quotidien de Tampere, rappelle que la neutralité est devenue une notion caduque avec l’entrée de la Finlande dans l’UE. En ce moment, la Finlande penche dans son non-alignement militaire plus vers l’Ouest qu’elle ne faisait vers l’Est dans sa neutralité pendant la guerre froide.
L’éditorialiste s’étonne du fait que la majorité des candidats présidentiels soutiennent l’idée d’une coopération accru avec l’OTAN dans une situation où pratiquement la seule façon de rendre la coopération plus étroite est une adhésion à l’alliance militaire.
L’éditorialiste rend compte du débat entre deux anciens ambassadeurs de Finlande en Russie, MM. Nyberg et Himanen, dont l’un ne souhaite pas une adhésion finlandaise à l’OTAN tandis que l’autre la promeut. Au delà de ce débat, les Finlandais ne soutiennent pas une adhésion, et pour l’éditorialiste, les candidats présidentiels sont restés, à l’exception de Nils Torvalds, « otages » de cette opinion publique opposés à l’adhésion.
L’éditorialiste conclut en disant qu’il faut se poser la question de savoir à quel niveau l’opinion publique finlandaise est dirigée de l’extérieur au moyen, par exemple, d’influence hybride.
AL/A2

« La coopération de sécurité s’approfondie »
Turun Sanomat publie un éditorial intitulé « La coopération de sécurité s’approfondie ». L’éditorialiste, la Finlande et la Suède se trouvent actuellement le plus près possible de l’OTAN sans être membres de l’organisation.
En ce moment, les négociations tripartites entre les ministres de la défense américain, finlandais et suédois suscitent un intérêt spécial. La Finlande et la Suède ont fait rapidement des pas dans la coopération bilatérale de défense. Les deux pays ont également signé les accords de coopération avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.
Les Finlandais ne s’intéressent pourtant pas à une adhésion à l’OTAN. Dans le sondage le plus récent, 22 % des personnes interrogées se déclarent favorables et 59 % défavorables à une adhésion.
Selon le même sondage, publié par Helsingin Sanomat, 33 % des Finlandais seraient favorables à une adhésion si la Suède décidait d’adhérer. 51 % seraient contre de toute façon.
La plupart des Finlandais estiment que les actuelles mesures de sécurité sont suffisantes. Ces mesures nécessitent une politique étrangère et de sécurité stable, donc une politique que la Finlande a menée pendant longtemps.
Les attitudes ne changement pas rapidement. Parmi les candidats présidentiels il n’y a que Nils Torvalds, candidat du Parti suédois, qui est favorable à une adhésion à l’OTAN. Les autres souhaitent « approfondir la coopération ».
TS/2

Point de vue :
La porte de l’OTAN se referme, écrit le journaliste Kari Huhta
« La Finlande est le seul pays au monde qui possède « une option OTAN » ce qui signifie qu’elle pourra adhérer à l’Alliance par une simple déclaration de sa part », écrit le journaliste.
« La Suède peut tout aussi bien adhérer à l’OTAN dans l’éventualité où elle le souhaitait mais n’éprouve pas le besoin de le décréter comme son voisin. »
« Il est vrai que l’option OTAN des Finlandais possède ses propres pratiques singulières ancrées dans la politique et la position du pays. Vers l’extérieur, l’option est censée véhiculer à l’OTAN le message d’une politique de défense finlandaise qui se tient prête pour une adhésion à l’alliance et, vers la Russie elle espère signaler qu’un affaiblissement de la sécurité en Finlande conduirait à une adhésion à l’OTAN. »
« Cela peut paraitre contradictoire, mais il semblerait que la fiabilité de l’option OTAN de la Finlande baisse au fur et à mesure que la coopération militaire, notamment avec la Suède et les Etats-Unis, se renforce. »
« Ces débats sur l’OTAN ont pris de l’ampleur la semaine dernière lorsque deux anciens ambassadeurs de Finlande à Moscou ont présenté leurs points de vue opposés sur les pages du quotidien Helsingin sanomat. René Nyberg répliquait au sympathisant de l’alliance, Hannu Himanen, que « l’adhésion entrainerait une rupture avec la Russie, ce que nous n’avons absolument pas intérêt à provoquer ».
« Certes les débats de quelques retraités ne sont pas en mesure de déterminer la politique étrangère finlandaise. Néanmoins, la déclaration d’une éventuelle adhésion à l’OTAN pourrait, dans le meilleur des cas, servir de moyen de dissuasion contre des tentatives d’influence de la part de la Russie. Dans le cas inverse, elle ferait office d’appât » pour de telles tentatives, conclut Kari Huhta
HS7.11/A4

Politique intérieure

Défense

Préparation d’une loi pour accorder des indemnités aux conscrits
Un projet de loi visant à accorder aux appelés et aux personnes effectuant un service civil les mêmes indemnités qu’à ceux qui participent à des opérations de gestion de crise a été déposé au parlement.
En cas d’accident militaire ou de maladie durant le service, les indemnités supplémentaires seront identiques pour tout le monde.
HS7.11/A8

Lundi 6 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Défense nordique

Visite à Helsinki du ministre de la Défense américain
Le ministre de la Défense américain, James Mattis, est en visite de deux jours en Finlande et rencontre aujourd’hui le président Sauli Niinistö.
Demain une rencontre est prévue avec le ministre de la Défense Jussi Niinistö (vrais Finlandais).
En ce moment, Helsinki accueille, dans le cadre de la présidence finlandaise de Nordefco, les ministres de la Défense nordiques et ceux du groupe septentrional, c’est-à-dire, des pays Baltes, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Pologne et Allemagne.
James Mattis participe demain à la réunion de travail du groupe septentrional. Sa visite est liée d’une part au renforcement des relations entre l’UE et l’OTAN et d’autre part à l’accroissement de la coopération en matière de défense territoriale en Europe, estime le président de la commission de défense parlementaire, Ilkka Kanerva (conservateur). La réunion traitera des questions de sécurité en Europe du nord et de la coopération territoriale et transatlantique.
James Mattis jouit d’une réputation de général expérimenté qui connait notamment les guerres de la Finlande.
HS6.11

OTAN

Les Finlandais opposés à une adhésion à l’OTAN
Selon un sondage publié par helsingin Sanomat, les Finlandais sont toujours opposés à une entrée de leur pays dans l’OTAN.
Au total, 59% des Finlandais ne souhaitent pas une entrée dans l’OTAN contre seulement 22% qui y sont favorables.
HS

Un référendum sur l’adhésion à l’OTAN serait une menace pour la sécurité en Finlande
De nombreux hommes politiques exigent, dans l’éventualité d’une demande d’adhésion à l’OTAN, qu’un référendum soit organisé préalablement à cette décision. C’est également l’avis du président Sauli Niinistö et d’un grand nombre de présidents de parti et de personnes influentes.
Ce n’est pas l’avis du journaliste Risto Isomeri qui estime que c’est au parlement de prendre la décision car les députés ont une meilleure connaissance des faits relatifs au jugement de ces questions.
HS6.11

Défense européenne

Les pays de l’UE à la recherche de voies pour déplacer du matériel de défense
La Finlande, l’Estonie, la Lituanie et les pays du Benelux ont déposé une initiative pour faciliter les formalités frontalières et améliorer la logistique pour faire passer du matériel lourd d’un pays à l’autre.
Il s’agit d’un « Schengen du matériel militaire » qui concerne les déplacements du matériel militaire d’un pays à l’autre en vue d’exercices ou d’opération de gestion de crise.
Les pays de l’UE devraient prendre la décision d’entamer la coopération structurelle en matière de défense dans les mois qui suivent. Néanmoins, le rapport de ce projet n’a pas encore été traité par la commission parlementaire de politique étrangère car il avait été classé secret.
KS4.11/10

Terrorisme

Le procès contre trois personnes commencera, demain
Le tribunal d’instance d’Helsinki entamera, mardi, un procès concernant trois Finlandais accusés de préparation d’un crime dans un but terroriste.
Le dossier de pré-enquête sera rendu public demain.
Les intéressés ont nié avoir commis un crime. Selon le procureur, les crimes auraient été commis entre fin 2012 et l’été 2013. Il se serait agi de préparation d’une participation au conflit syrien en tant que combattants.
HS/lun/A13

Politique intérieure

Elections présidentielles

M. Niinistö toujours grand favori
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage d’opinion sur l’audience des candidats présidentiels.
Le président actuel Sauli Niinistö obtient un score de 67 %, contre 68 % en septembre. 95 % des partisans du rassemblement national lui sont favorables, de même que 71 % des centristes, 68 % des sociaux-démocrates, 53 % des Vrais Finlandais, 43 % des partisans de l’Alliance verte et 38 % de ceux de l’Alliance des gauches.
Pekka Haavisto, candidat de l’Alliance verte, obtient 13 % des intentions de vote. 49 % des partisans de son parti comptent voter pour lui, contre 42 % en septembre.
Le candidat centriste Matti Vanhanen a un soutien de 3 %, de même que la candidate des Vrais Finlandais Laura Huhtasaari.
La social-démocrate Tuula Haatainen et Merja Kyllönen, candidate de l’Alliance des gauches, obtiennent 2 % des intentions de vote. Le candidat du Parti suédois Nils Torvalds a une audience de 1 %.
M. Niinistö obtiendrait 77 % des voix contre M. Haavisto lors d’un éventuel second tour.
M. Niinistö a annoncé qu’il lancerait sa campagne électorale le 7 décembre.
Pour comparaison, à la fin de son premier mandat présidentiel, la présidente Tarja Halonen, qui avait été réélue en janvier 2006, avait obtenu une audience de 45% lors du sondage d’HS en novembre 2005.
Teija Tiilikainen, directrice de l’UPI, estime que la popularité de M. Niinistö vient du fait que les Finlandais aiment bien un président qui a un rôle fort dans la politique étrangère et de sécurité, surtout que le Premier ministre actuel n’a pas beaucoup d’expérience dans ce domaine. Cette année, M. Niinistö a rencontré plusieurs dirigeants étrangers, dont les présidents américain, chinois et russe.
Unto Hämäläinen, journaliste de politique intérieure, souligne qu’une des raisons de la popularité de M. Niinistö est qu’il n’a pas fait de fautes.
« M. Niinistö est un homme politique expérimenté qui sait qu’il doit être prudent dans ses déclarations pour ne pas faire baisser son audience. »
HS/sam/A8

Îles Åland

Statut démilitarisé
Le Président Sauli Niinistö qui s’est rendu à Maarianhamina ce week-end, à l’occasion de l’inauguration de la session parlementaire du parlemebnt des îles Åland (lagting), calme les soucis concernant le statut des îles. En effet, le ministère de la Défense a évoqué la possibilité d’introduire le service militaire dans cette zone démilitarisé depuis 1921.
M. Niinistö rappelle que le statut démilitarisé des Îles est établi et confirmé par une convention internationale.
HBL/sam/16

Politique linguistique

Les Bleus remettent en question le suédois obligatoire au lycée
L’Avenir bleu propose que les études du suédois au lycée ne soient plus obligatoires.
Anna-Maja Henriksson, présidente du Parti suédois, rejette l’idée en la qualifiant de nationalisme et d’attaque contre le bilinguisme finlandais.
La ministre de l’Education, Sanni Grahn-Laasonen, rappelle que le gouvernement s’est mis d’accord, lors des négociations budgétaires à mi-chemin de la législature, que la réforme prévue pour le lycée n’aurait pas pour effet de détériorer le statut de la deuxième langue officielle du pays,
HS/sam/A12

Education

Pressions pour rallonger la durée de l’obligation d’instruction
La question sur l’opportunité de rendre le début de la scolarisation plus précoce et de rallonger l’obligation d’instruction au-delà du collège est de plus en plus souvent évoquée en Finlande, notamment du fait que l’exclusion sociale augmente.
Ces questions ne figurent pas dans le programme du gouvernement, mais le syndicat des enseignants OAJ souhaite élargir l’obligation d’instruction aux deux bouts.
115 000 personnes de 20 à 29 ans soit 17 % des Finlandais de cette classe d’âge n’ont pas d’autre diplôme que celui du collège. 1800 jeunes tous les ans ne continuent pas leurs études après le collège.
Le PSD serait favorable à ce que l’on réhausse l’âge l’obligation d’instruction, le Rassemblement national se méfie de l’utilité du caractère obligatoire d’une telle mesure. Le Centre serait prêt à ce que la scolarisation commence à 6 ans au lieu de l’âge de 7 ans actuellement.
HS/lun/A10

Vendredi 3 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil nordique

Un compromis temporaire sur le statut du finnois et de l’islandais
Le Conseil nordique a fait un compromis concernant l’initiative sur le statut du finnois et de l’islandais dans les travaux de l’organisation. Le statut de ces langues sera amélioré et en 2018, il s’agira de décider si elles pourront devenir des langues officielles à côté du suédois, du norvégien et du danois.
Avec ce compromis, il n’a pas été nécessaire de voter en la matière contrairement à ce qui avait été prévu à l’origine.
Selon Juho Eerola (VF), président de la délégation finlandaise, le compromis tient compte des principaux objectifs de l’initiative.
HS/A8

Finlande – Russie

« La Russie dit avoir été invitée à participer au centre hybrides – M. Soini dément » Yle
Yle rapporte que dans un récent discours le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré avoir récemment rencontré son homologue finlandais Timo Soini. Selon M. Lavrov, M. Soini lui aurait dit que, au centre de lutte contre les menaces hybrides d’helsinki, « ils seraient heureux que la Russie rejoigne ce centre ».
Yle propose un lien vers les déclarations en anglais du ministre russe :
« To counteract the evidence-free danger coming from Moscow, various anti-Russian entities are being created, such as the Strategic Communication Group East, which will function as part of the European Foreign Service, as well as a multinational “centre of excellence” for combating “hybrid” threats in Helsinki. I recently had talks with Foreign Minister of Finland Timo Soini and asked him what the centre will actually be doing. He said that, probably, it will engage in studying all the hybrid threats that there are, and that they would be glad if Russia joined this centre. It was mentioned during a conversation, but nobody invited us there officially. If they do, it will probably be an interesting project to join. So far, at least, such an invitation has not been extended. These steps to create different entities and to combat hybrid threats carried out by the media resemble hunting for dissidents and are unlikely to help restore any trust. »
Interrogé par Yle, le ministre finlandais des Affaires étrangères timo Soini déclare que les discussions entre ministres des Affaires étrangères sont confidentielles. Selon lui, c’est au contraire M. Lavrov qui a évoqué l’intérêt russe pour coopérer avec ce centre de lutte contre les menaces hybrides. « Je n’ai pas commenté cela », dit M. Soini.
M. Soini rappelle que ce centre est destiné seulement aux pays de l’UE ou de l’OTAN. Et c’est le centre qui décide de manière indépendante de ses coopérations.
« Le centre est une organisation indépendante fonctionnant dans le cadre de l’UE. La Finlande ne décide pas de son fonctionnement opérationnel », selon M. Soini.
Yle se demande si les propos de M. Lavrov ne sont pas un exemple d’influence hybride.
La Finlande n’a pas l’intention de publier un démenti officiel.
Yle
http://www.mid.ru/en/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2927175
OTAN – Election présidentielle

Débat entre anciens diplomates
Kauppalehti publie un billet de Arno Ahosniemi, rédacteur en chef, qui rend compte du débat entre deux anciens ambassadeurs de Finlande en Russie, MM. Himanen (2012-2016) et Nyberg (2000-2004).
M. Himanen a récemment sorti un livre où il promeut ouvertement une adhésion de la Finlande à l’OTAN, alors que M. Nyberg est bien plus réservé sur cette question. Ce dernier estime qu’une adhésion engendrerait une rupture avec la Russie, ce qui ne serait certainement pas dans les intérêts de la Finlande.
M. Ahosniemi estime qu’il est extrêmement important, notamment à l’approche de la présidentielle, de débattre sur ce sujet.
Nils Torvalds (candidat du Parti suédois à l’élection présidentielle) a déjà évoqué la question d’une adhésion éventuelle à l’OTAN, ce qui fait que les autres candidats devront prendre position eux aussi. Pour M. Ahosniemi, la question n’a pas été un thème des débats électoraux des présidentielles jusqu’à présent, mais le moment est venu.
L’auteur se félicite du fait que le débat soit lancé.
KL/A5

Politique intérieure

Sécurité

Propos de Mme Nerg sur la nouvelle stratégie de sécurité
Le gouvernement a adopté, hier, la nouvelle stratégie de sécurité de la société finlandaise.
Selon Päivi Nerg, directrice générale du ministère de l’Intérieur, le changement central par rapport à la version précédente datant de 2010 est que prévenir les risques relève désormais de tous les acteurs de la société civile aux côtés des militaires. Il faut que l’on inclue, en plus des autorités, les représentants de la vie économique et la population dans les démarches pour se prémunir contre les menaces.
Selon le secrétaire général du comité de sécurité, Vesa Valtonen, cela permettra les échanges d’information et de créer une confiance.
Mme Nerg relève, parmi les changements dans l’environnement de sécurité, les effets de l’annexion de la Crimée, le rapprochement des attaques terroristes du territoire finlandais, les diverses cyber-attaques et l’influence hybride. « Les menaces ne relèvent plus de la guerre traditionnelle, mais de choses qui visent la société civile auxquels il faut se préparer. »
Mme Nerg estime que l’on pourra encore améliorer l’identification des menaces du nouveau type, comme la guerre informatique et les attaques sur les réseaux informatiques.
KS/19

Fiscalité

Augmentation de 10 % de la taxe sur l’alcool
L’Etat devrait récolter 100 millions d’euros de plus en recettes fiscales avec l’augmentation de la taxe sur les boissons alcoolisées.
Les prix de vente des boissons alcoolisées devront donc augmenter de 5 % en moyenne, ceux du vin augmentant de 12,7 % et ceux des alcools forts de 4,8 %, par exemple.
En 2016, les recettes fiscales concernant les boissons alcoolisées s’élevaient à 1,35 milliards d’euros.
KL/A11

Salon Slush

10ème édition
Helsingin Sanomat rapporte que la dixième édition du salon Slush, à la fin du mois, réunira 20 000 participants dont la moitié viennent de l’étranger.
Parmi les principaux invités, outre l’e-vice-président américain Al Gore, le PDG de Tencent Martin Lau.
HS

France

Sécurité

Levée de l’état d’urgence
Les médias finlandais rapportent la levée de l’état d’urgence intervenu le 1er novembre.
HS Yle

Jeudi 2 novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil nordique

Les menaces hybrides à l’ordre du jour
Les questions de défense étaient au centre des discussions lors de la rencontre des Premiers ministres nordiques et baltes à Helsinki.
Le Premier ministre danois, Lars Lokke Rasmussen, vient d’annoncer la participation danoise aux activités du Centre d’excellence des menaces hybrides à Helsinki. Tout comme l’Estonie, l’Espagne et la Norvège il y a quelque temps, le Danemark rejoindra à son tour les pays fondateurs du centre : la Suède, la Grande-Bretagne, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la France, l’Allemagne et les Etats-Unis, sans compter bien sûr la Finlande qui abrite le centre dans sa capitale.
Le Premier ministre finlandais, Juha Sipilä, a tenu à assurer que les Nordiques peuvent faire beaucoup de choses dans ce domaine, et de poursuivre : « nous avons déjà un marché de l’électricité commun et des réseaux électriques pratiquement communs aussi ».
HS2.11/A13

Les exercices russes seront analysés
Au début de la réunion du Conseil nordique, les ministres nordiques se sont d’abord retrouvés entre eux puis ont été rejoints par leurs homologues baltes.
L’exercice russe Zapad sera minutieusement analysé. « Il ne s’agit pas d’un évènement isolé mais bien d’une procédure russe postérieure à la guerre en Ukraine et à l’annexion de la Crimée par les Russes », a noté le ministre letton, Maris Kucinskis. Le manque d’information, notamment sur le déroulement des activités et l’ampleur des effectifs durant l’exercice pose problème, selon le ministre qui souhaiterait que l’OTAN investisse davantage dans des mesures de lutte contre les menaces hybrides.
Par ailleurs, la Premier ministre norvégienne, Erna Solberg, constate qu’à la lumière des résultats du récent sondage sur les domaines de la coopération nordique, il existe aujourd’hui un réel consensus pour renforcer la collaboration en matière de défense.
HBL2.11/10

Economie

Evaluation du FMI
Le Fonds monétaire international qui a donné son rapport sur l’économie finlandaise, prévoit une croissance économique de 2,8 % pour l’année en cours et de 2,3 % pour 2018.
Selon le FMI, il faut encore des réformes structurelles pour garantir la croissance à plus long terme.
Le FMI estime qu’à long terme, la croissance économique potentielle est restreinte par le peu de flexibilité du marché de travail et par le vieillissement de la population. Il faudrait de ce fait renforcer l’emploi et la productivité du travail afin d’accélérer la croissance potentielle.
Le FMI estime que la Finlande a avancé dans les réformes structurelles entreprises. La crise financière a toutefois révélé des faiblesses du marché de travail qui font obstacle à l’amélioration de l’emploi et affaiblissent la capacité de l’économie à se remettre des chocs.
Le FMI encourage les accords locaux dans les entreprises en matière d’augmentation salariale.
Le FMI rappelle que la dette publique finlandaise dépasse l’objectif en la matière et que la Finlande s’expose facilement aux dérangements au niveau du commerce extérieur ou des marchés financiers.
La réforme des services sociaux et de la santé est considérée comme de première importance pour améliorer la productivité du secteur public et pour gérer la pression engendrée par le vieillissement de la population.
HS/A31

Politique intérieure

Audience des partis politiques

Sondage
Hausse pour le Centre et chute pour les Vrais Finlandais
Selon un sondage publié par Yle, le Rassemblement national, le PSD et le Centre ont tous augmenté leur audience, les conservateurs arrivant toujours en tête avec 22,8 % des intentions de vote, suivis du PSD, 18,4 %. Le Centre, qui dépasse les Verts pour la première fois depuis juillet, arrive troisième avec une audience de 17,4 %.
Les Verts ont perdu 2,6 points de leur audience et arrivent désormais au quatrième rang avec 14 % des intentions de vote suivis de l’Alliance des gauches, 9 %.
Les Vrais Finlandais ont perdu un tiers de leur audience et se situent maintenant au sixième rang avec 6,9 % des intentions de vote, ce qui correspond à la situation du printemps 2010, suivis su Parti suédois, 4,9 %, les Démocrates chrétiens, 3,4 %, « les autres » (petits partis sans représentation au Parlement), 1,9 % et l’Avenir bleu, 1,3 %.

Selon l’institut Taloustutkimus ayant effectué le sondage, les Verts ont surtout perdu des électeurs pour le PSD et le Kokoomus. Il en serait le même pour les Vrais Finlandais.
La campagne présidentielle de Sauli Niinistö profite au rassemblement national.
M. Pajunen de Taloustutkimus note que des chutes de 3 points comme celle des Vrais Finlandais sont plutôt rares. Johanna Vuorelma de l’Université de Helsinki rappelle que Jussi Halla-aho étant à Bruxelles, il n’est pas disponible pour participer aux débats politiques ici.
M. Pajunen s’étonne du fait qu’avec la visibilité garantie par cinq ministres et 19 députés, l’Avenir bleu n’arrive pas à réhausser son image.
Yle

Marché du travail

Les négociations du secteur du bois-papier stagnent
Le syndicat du bois-papier a rejeté la proposition du patronat du secteur forestier. Le président du syndicat des employés regrette que les groupes papetiers se sont mis d’accord entre eux sur une proposition sans la soumettre au syndicat.
HS/A10

Défense

Une mystérieuse fondation accumule des pièces d’artillerie
Une fondation peu connue du grand public possède la plus grosse collection d’armes privée de la Finlande, d’une envergure considérable même sur le plan mondial. Seuls de rares invités peuvent franchir les barrières bien protégées du site.
Située à Hyvinkää, la très discrète Fondation du musée d’armes détient, selon le président de son conseil d’administration, Heikki Pophjolainen, « plusieurs milliers d’armes, au moins ».
Toutes les pièces du musée, principalement d’origine finlandaise, suédoise, allemande et russe, sont en état de fonctionnement, les plus anciennes datant du 16ème siècle.
HS2.11/A12

France - Finlande

Education

Filière française de Tampere
Aamulehti publie un article sur la grande lessive organisée par Sophie Mathey à la filière franco-finlandaise de Tampere.
AL

Mercredi 1er novembre 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil nordique

Assemblée générale
Le Conseil nordique se réunit à Helsinki, cette semaine, pour sa 69ème assemblée générale. La Finlande accueille en tant que président des députés et ministres nordiques. Les ministres (Affaires étrangères et Défense) auront leurs propres réunions et les Premiers ministres rencontreront également leurs collègues des pays Baltes.
Durant la présidence finlandaise, la culture et les énergies propres sont des thèmes centraux. L’introduction d’un système de reconnaissance électrique, « e-ID », entre les pays nordiques devra également être évoquée.
Jeudi, l’Assemblée générale évoquera la médiation pour la paix et entendra l’intervention du Président Ahtisaari.
Un vote aura lieu concernant l’initiative commune des délégations finlandaise et islandaise de faire de toutes les langues nordiques des langues de travail officielles du Conseil nordique. Il s’agit de décider si le finnois et l’islandais pourraient ainsi obtenir le même statut que le suédois, le norvégien et le danois. Juho Eerola (VF), vice-président du Conseil nordique et président de la délégation finlandaise, considère que cette question a une grande importance de principe.
HS/A11

La Suède a remis son cadeau à l’occasion de la centenaire de l’indépendance finlandaise
Les Premiers ministres suédois et finlandais ont inauguré, hier, la sculpture érigée devant le centre culturel fénno-suédois de Hanasaari. Il s’agit d’une fontaine et d’une sculpture en bronze du nom de Free Fall représentant une femme qui fait du surf sur un jet d’eau.
Le Premier ministre suédois, Stefan Löfvén est en Finlande pour la réunion du Conseil nordique, à l’instar de ses homologues des autres pays nordiques.
Le cadeau suédois se compose de deux parties, dont la sculpture, l’autre étant un programme d’échanges de chercheurs entre les deux pays, intitulé Tandem Forest Values. Le programme se compose de douze postes de recherche du domaine de forêts de deux ans pour des chercheurs des deux pays dans le domaine des forêts.
HS/A8

La politique de défense considérée comme la plus importante coopération nordique
Pour les habitants des pays Nordiques, la politique de sécurité et de défense est le domaine de la coopération nordique le plus important.
L’évolution de l’environnement sécuritaire dans les pays Nordiques et la mer Baltique se fait sentir. Ce même sondage réalisé en 2008, plaçait en tête la coopération pour la lutte contre la criminalité internationale.
Par ailleurs, 90% des personnes interrogées considéraient la coopération nordique comme importante ou très importante (près de 60%), seul 1% l’estimaient inutile.
En tout 3 000 personnes de Finlande, Suède, Norvège, Danemark, Islande, des Îles Åland et Féroé et Groenland ont été interrogées pour cette étude réalisée par le conseil nordique et ministériel.
Il existe néanmoins des divergences entre les pays. La défense et la sécurité ne figurent pas parmi les trois domaines prioritaires pour les Danois, Islandais, Groenlandais, les habitants des Îles Åland et Féroé, qui placent l’éducation en première position.
HBL1.11/5, www.hs.fi

Etat de droit

Propos de la Commissaire Vera Jourova
La commissaire chargée de la Justice, Vera Jourova, qui est intervenue lors d’un séminaire Suomi100 à Helsinki, hier, souhaite resserrer la surveillance des financements européens concernant les Etats membres qui ne respectent pas pleinement les principes de l’Etat de droit.
Elle a dit que l’on n’a jamais jusqu’à présent été aussi près de mettre en œuvre l’article 7 du traité fondateur, prévoyant de priver un Etat membre de son droit de vote.
Elle a comparé le système juridique européen à une guirlande lumineuse qui ne fonctionne pas si une des ampoules est cassée. Elle note que l’histoire de l’Europe nous aura appris que la démocratie ne suffit pas à elle seule à garantir les droits et la liberté des personnes.
KS/14

Politique intérieure

Marché du travail

Temps de travail
Helsingin Sanomat rend compte du fait que lors des négociations de l’Industrie technologique, il a été convenu, outre les augmentations de 3,2 % sur deux ans, d’augmenter les plus petits salaires de 2 points supplémentaires.
La convention collective de la branche industrielle prévoit désormais aussi la possibilité de rallonger le temps de travail de 48 heures, de manière volontaire et contre compensations.
Il a également été convenu la possibilité d’utiliser, en cas de chômage technique, des primes de congés et des primes d’ancienneté.
HS/A28

Le Premier ministre se félicite de l’accord obtenu
Le Premier ministre, Juha Sipilä, estime que l’accord sur les augmentations de 3,2 % sur deux ans est un pas dans la bonne direction. Pour lui, on se rapproche du « modèle finlandais » évoqué au printemps, dans le sens où l’accord comporte des éléments au niveau local et que le niveau maximal des augmentations salariales serait défini par les branches d’exportation.
Eeva-Liisa Inkeroinen, vice-directrice de l’industrie technologique, estime que le résultat obtenu est équilibré pour les deux parties.
Les entrepreneurs de Finlande qui représente les PME se méfie du niveau des augmentations et rappelle que la croissance économique reste fragile.
KS/13

Défense

Les heures supplémentaires s’accumulent dans l’armée de l’air
Cette année, le personnel de l’armée de l’air a effectué 55 000 heures supplémentaires ce qui équivaut à environ 7 000 jours entiers de travail. Compte tenu de la gravité de la situation, l’état-major de l’armée de l’air vient d’entamer des mesures afin de diminuer ce travail supplémentaire.
La majorité de ces heures supplémentaires, a été effectuée par des soldats dans des tâches de surveillance relatives à la sécurité des bases de l’armée de l’air et des travaux d’entretien du matériel aérien dans les escadres techniques.
Selon le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général de brigade Jari Mikkonen, ces heures supplémentaires sont dues aux réorganisations opérées en 2015.
KS1.11/5

publié le 30/11/2017

haut de page