Novembre 2013

Vendredi 29 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

UE – Partenariat oriental

Sommet de Vilnius

Le ministre finlandais des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré que le sommet de Vilnius n’était qu’une étape dans le rapprochement entre l’UE et l’Ukraine. « Nous attendons que l’Ukraine s’engage de manière crédible en faveur des valeurs européennes. Il s’agit de cela et pas d’un marchandage de marchands de tapis ».
« C’est à l’Ukraine de choisir. Le principe est que si l’on signe un accord, cela doit témoigner d’une volonté claire et sincère de s’engager en faveur des valeurs qui fondent cet accord et pas d’un quelconque marchandage », a dit le ministre qui ne croit pas que l’on obtiendra de l’Ukraine un engagement à Vilnius.
HS TS

Editoriaux et commentaires

La chercheur Kristi Raik, de l’institut finlandais des affaires étrangères UPI estime que l’Ukraine joue sur plusieurs tableaux et essaie d’obtenir le maximum d’avantages et de l’Ouest et de l’Est.
La correspondante à Bruxelles du Helsingin Sanomat, Virve Kähkönen écrit que l’UE devra réfléchir à sa stratégie vis-à-vis du président ukrainien qui se prépare déjà aux élections de 2015 en utilisant « la carte russe » pour faire un chantage afin d’obtenir de meilleures conditions de l’UE. Même si Mme Timoshenko souhaite la conclusion d’un accord quand bine même elle resterait en détention, l’UE ne devrait pas y consentir. « On ne peut pas accepter un invité qui ne sait pas encore se conduire », conclut-elle.
La correspondante de Kaleva considère pour sa part que l’exemple de l’Ukraine montre la faiblesse de l’UE : les avantages qu’elle propose aux anciens pays du bloc soviétique ne sont pas aussi puissants que les moyens de pression dont dispose la Russie. « KL’UE semble avoir sous-évalué la capacité de la Russie à trouver de nouvelles menaces et pressions. Il faudrait pouvoir y répondre car un traité avec l’Ukraine ouvrirait la voie pour les autres peuples de la région ».
L’éditorialiste de Kaleva estime que la décision de l’Ukraine constitue une victoire, au moins à court terme, pour la Russie.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat juge que « le problème de la Russie demeure que les anciennes républiques soviétiques ont peur d’elle alors que l’Europe est un partenaire plus crédible, quand bien même elle est arrogante et cassante ».
HS Kaleva

TVA – Médias numériques

Propos de Mme Viitanen sur les journaux en ligne
La ministre des Communications, Mme Viitanen (PSD), estime qu’il serait dans les intérêts de la Finlande de promouvoir activement la diminution de la TVA au niveau européen concernant les abonnements aux journaux électroniques. Elle estime qu’il ne faut toutefois pas que la Finlande diminue la TVA toute seule, à l’instar de la France.
Le comité consultatif des questions de la presse envisage de proposer la diminution de la TVA sur ces abonnements au même niveau que celui des journaux traditionnels, soit 10 %.
KS/13

Conférence climatique de Varsovie

Point de vue de M. Uosukainen
Vihreä Lanka, l’organe de l’Alliance verte, publie un article de M. Uosukainen, représentant spécial des questions climatiques internationales au ministère de l’Environnement, qui estime que le processus qui vise à aboutir à la conférence de Paris en 2015 a progressé un peu.
M. Uosukainen estime que les engagements de différents pays n’ont pas besoin d’être les mêmes et qu’il est compréhensible que surtout les pays en voie de développement ne peuvent pas s’engager à des diminutions absolues d’émissions. Pour lui, un problème remarquable dans les négociations climatiques est la méfiance de ces pays en ce qui concerne le financement promis par les pays industriels qui n’ont pas pu présenter de plan fiable en la matière.
Il faut que l’UE puisse encourager les pays qui ont une attitude positive à l’égard du nouveau traité à participer à un front commun, selon M. Uosukainen. Il faut également que l’UE fasse pression sur les économies émergentes réticentes afin qu’elles assument leur part de responsabilité.
L’UE constitue le seul groupe de pays qui a mis en place les objectifs du traité de Kyoto dans sa législation. Il est indispensable de formuler un objectif ambitieux pour 2030 afin de faire démarrer le travail. Il faut que l’objectif de diminution d’émissions soit au moins de 40 % du niveau de l’an 1990.
La Finlande a toutes les possibilités de participer activement et d’une façon ambitieuse à la réalisation des objectifs communs de l’UE. Les forêts et l’utilisation des terrains relèvent des questions les plus importantes pour la Finlande, en ce qui concerne le nouveau traité. Le ministre de l’Environnement, M. Niinistö, envisage de soutenir politiquement les futurs présidences assumées par le Pérou et la France, dans ces questions.
VL/28-29

Politique intérieure

Propos de M. Vapaavuori

M. Vapaavuori veut accueillir plus d’immigrés en Finlande
Hufvudstadsbladet a interviewé M. Jan Vapaavuori, ministre conservateur de l’Economie, qui estime que les Vrais Finlandais ne participeront pas au prochain gouvernement. Pour lui, ce parti populiste n’est pas mûr pour les responsabilités gouvernementales, le prochain gouvernement devant prendre des décisions difficiles.
M. Vapaavuori estime aussi que la ligne critique des Vrais Finlandais à l’égard de l’immigration empêcherait la participation de ce parti au gouvernement. M. Vapaavuori veut accueillir plus d’immigrés en Finlande.
HBL/1

Services publics

Services publics sur Internet
Helsingin Sanomat relève que la Finlande compte suivre le modèle de l’Estonie dans l’organisation des services de l’Etat et des communes sur Internet. En Estonie, tous les services, par exemple les ordonnances médicales électroniques ou le vote en ligne, fonctionnent par le même réseau de transfert d’informations, X-road.
En Finlande, la même solution aura le nom de palveluväylä. Le ministère des Finances, qui gère la réforme, veut que tous les services publics en ligne s’y trouvent. Selon M. Riku Jylhänkangas, directeur au ministère des Finances, en première phase, les registres de base, comme l’état civil et les registres de la Direction générale des brevets et du registre du commerce et des sociétés, y seront.
HSA8

Datacenters

La Finlande attire des datacenters
Selon Helsingin Sanomat, M. Peter Karlströmer, directeur responsable de l’Europe du Nord à Cisco, estime que plusieurs datacenters seront créés en Finlande dans les années à venir. Le climat froid facilite le refroidissement des salles. Il y a aussi de l’eau pour le refroidissement, de l’électricité bon marchée et le réseau informatique est rapide. « Cela attire les entreprises. »
HS/A31

Caisses de retraite

M. Kataja propose une caisse de retraites unique
Helsingin Sanomat relève que le député conservateur Sampsa Kataja propose une réforme de tout le système de retraites. Il estime qu’un monopole public pourrait mieux gérer les retraites que le système actuel de plusieurs caisses de retraite, dont les plus importantes sont Varma et Ilmarinen. Selon M. Kataja, le système actuel coûte trop cher et il n’y a pas de véritable concurrence.
La proposition de M. Kataja a immédiatement été critiquée. Selon M. Vesa Rantahalvari, expert à l’EK, confédération du patronat et de l’industrie, le rejette : « L’idée est très mauvaise. »
HS/A30

Concurrence

Jugement dans l’affaire du cartel de l’asphalte
Le tribunal d’Helsinki a rendu son verdict dans l’affaire des dommages-intérêts concernant le cartel de l’asphalte portant sur une entente d’entreprises de BTP dans les marchés publics de construction de routes en Finlande. Le tribunal a prononcé sur 41 plaintes une décision comportant plus de 10 000 pages.
En 2009, la haute cour de justice finlandaise avait condamné pour cartel sept entreprises finlandaises à une amende de 82 millions d’euros, dont 68 pour le seul Lemminkäinen.
Hier, le tribunal d’Helsinki a condamné ces mêmes entreprises à payer des dommages-intérêts aux communes lésées par ce cartel. Les entreprises devront payer 37,4 millions d’euros de dommages (auxquels il faudra ajouter les intérêts) aux communes. En revanche, l’Etat finlandais a été débouté car les juges ont estimé qu’il ne pouvait pas ignorer l’existence de ce cartel. Le tribunal a aussi prononcé le paiement de frais de justice pour 8 millions d’euros (5,8 des entreprises aux communes et 2,6 de l’Etat aux entreprises).
Le jugement, qui suscite un intérêt aussi dans le reste de l’UE et pourrait faire jurisprudence en matière de dommages-intérêts suite à une violation de la concurrence, a donné lieu à des communiqués en français et en allemand.
Le tribunal d’Helsinki devra bientôt se prononcer sur une autre affaire de cartel, encore plus massive, portant sur le bois et pour laquelle il y a plus de 700 plaignants.
HS

Nucléaire

Nouvelles recommandations du STUK
Le centre de sûreté et de radioprotection nucléaire a publié de nouvelles recommandations de sécurité concernant les centrales nucléaires. Ces recommandations touchent principalement les futures centrales, comme celle de Fennovoima à Pyhäjoki.
Le Stuk a aussi prévu des recommandations particulières pour les centrales existantes ou en cours de construction.
Les nouvelles recommandations prennent en compte l’accident de Fukushima ainsi que le retour d’expérience de la construction d’OL3.
Fennovoima a indiqué que ces nouvelles recommandations ne devraient pas avoird ‘effet sur le projet de Pyhäjoki car elles ont déjà été prises en compte.
HS TS AL

Société

Thèse de doctorat sur les conflits dans des organisations
Aamulehti rend compte d’une thèse de doctorat de M. Kalle Siira, qui a étudié les situations de conflit sur les lieux de travail.
Selon son étude, les Finlandais concentrent beaucoup sur les faits dans leur travail et dans la communication. Dans une vie professionnelle dominée par les ingénieurs, une façon de penser qui met de côté les sentiments et les relations humaines domine et l’organisation est vue comme une machine. S’il y a un problème, il s’agit de le résoudre. Or, étouffer les différends crée souvent des frustrations et une volonté de chercher des coupables. Pour M. Siira, évoquer les sentiments peut faciliter la tâche lorsqu’il s’agit de résoudre des conflits.
M. Siira relève qu’en Finlande ce sont les femmes qui occupent de hautes positions qui ont tendance à vouloir sauver la face dans des situations de conflit, plus que les hommes. Aux Etats-Unis, selon lui, la situation est inverse.
M. Siira rappelle que l’on ne peut pas éviter les conflits dans une organisation, mais qu’il faudrait s’efforcer de prendre en compte les différents avis.
AL/A12

Santé

170 nouveaux cas de VIH par an
Helsingin Sanomat rapporte qu’environ 170 nouveaux cas de VIH sont détectés en Finlande par an. Selon une étude récente, il y a en Finlande jusqu’à mille personnes qui ne sont pas conscients d’avoir le VIH.
HS/A16

France - Finlande

Cinéma
Sortie de Le passé et Malavita
La presse publie des critiques des films Le passé d’Asghar Farhadi et Malavita de Luc Besson qui sortent en Finlande aujourd’hui.

Gastronomie
Pâtisserie française
Helsingin Sanomat publie une interview de julien Petitpas qui a ouvert une pâtisserie française dans le quartier de Punavuori, à Helsinki.
HS

Jeudi 28 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Construction navale

La Russie l’emporte sur la Corée
L’Agence des transports a décidé de commander un brise-glace d’une valeur de 125 millions d’euros au chantier naval Arctech Helsinki Shipyard plutôt qu’au chantier STX de Turku. Helsingin Sanomat rapporte que le chantier d’Helsinki a pu faire état de garanties bancaires meilleures que le chantier de Turku (selon Kesksisuomalaine, l’offre du chantier de Turku de STX Finland a été rejeté pour irrégularité).
STX possède toujours la moitié du chantier d’Helsinki, même si le chantier naval de l’Etta russe OSK a promis de racheter cette part pour prendre le contrôle total de ce chantier.
Le nouveau brise-glace sera possédé directement par l’agence des transports et non pas mis à la disposition de la compagnie nationale Arctia qui gère presque tous les autres brise-glace finlandais et à qui l’agence de transports achète les services.
HS

Les problèmes financiers de STX continuent
Le chantier naval de Turku de STX Finland n’a pas encore réussi à obtenir la commande de deux ferrys pour Scandlines. Cette commande, d’une valeur de 500 millions d’euros, aurait offert du travail à un millier de personnes à Turku.
Une lettre d’intention avait été signée en juillet dernier entre STX Finland et Scandlines. Elle prévoyait que cette commande offrirait aussi du travail au chantier STX de Rauma. Depuis, ce chantier a été fermé par STX.
Les difficultés financières de STX Finlande perdurent. L’unique commande en cours du chantier de Turku, venant de l’allemand TUI, a été obtenue grâce à un paquet de fiancement entre l’Etat finlandais, Finnvera, STX, TUI et la ville de Turku (qui a racheté le terrain du chantier naval).
Le problème demeure que STX ne consent pas à recapitaliser sa filiale finlandaise.
Kauppalehti rapporte que, en dépit des difficultés financières du chantier naval de Turku, le PDG de Scandlines n’a pas retiré sa proposition auprès de STX Finlande, mais le délai prévu dans la lettre d’intention est dépassé. Scandlines ne négocie pas avec d’autres chantiers, mais « n’a pas oublié les chantiers concurrents ». Kauppalehti rapporte que Scandlines a du l’année dernière retirer la commande de ferry auprès de chantiers allemand en raison d’un défaut de qualité.
On estime que Scandlines exigerait des garanties d’environ 200 millions d’euros pour commander ses ferrys. Finnvera aurait refusé de se porter garant en raison de l’absence de recapitalisation de STX par la société mère coréenne.
Scandlines aurait donné quelques jours à STX pour trouver un financement. Interrogé sur le sujet au parlement, hier, le ministre de l’économie Jan Vapaavuori a souligné qu’il ne fallait pas dramatiser les problèmes actuels. Il a déclaré que Finnvera avait un rôle important dans le paquet de financement de STX. « On utilise ces moyens de financement pour toutes les commandes possibles à venir, dans la respect de la législation », a-t-il assuré.
Kauppalelthi rapporte que, selon les rumeurs, on chercherait un repreneur pour STX Europe qui possède les chantiers de STX en Finlande et en France.
HS KL KS

Kristina Cruises dépose son bilan
La compagnie maritime de croisière Kristina Cruises a déposé son bilan et annulé toutes ses croisières prévues cet hiver dans les Canaries.
Cette société familiale de Kotka avait l’année dernière un chiffre d’affaires de 28 millions d’euros. Ses principaux créanciers sont le fonds de garanties de l’Etat Finnvera et la banque régionale Osuuspankki de Kymenlaakso (Sud-Est de la Finlande).
HS

Allemagne

Réactions en Finlande au salaire minimum allemand
Helsingin Sanomat rapporte que les économistes des centrales syndicales finlandaises estiment que l’adoption d’un salaire minimum en Allemagne devrait avoir un effet positif en augmentant la demande intérieure dans ce pays, ce qui pourrait relancer l’économie de la zone euro, et les exportations finlandaises en Allemagne. Le patronat finlandais au contraire craint que l’adoption d’un salaire minimum ait un effet négatif sur l’économie allemande à long terme.
HS

Contribution à l’UE

La Finlande, toujours contributrice nette
Les Finlandais ont versé 122 euros de plus dans le budget de l’UE qu’ils n’ont récupéré.
La contribution nette finlandaise s’élevait à 659 millions d’euros en 2012.
KS

Politique intérieure

Audience des partis politiques

Près d’un quart favorables au Centre
Helsingin Sanomat rapporte que selon, un sondage effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte d’Yle, l’audience du Parti du centre est encore en hausse : 24,1% (+0,9 % par rapport au mois d’octobre) des électeurs voteraient pour ce parti en ce moment. Le Centre a une avance de 5,8 points par rapport au Parti conservateur qui a obtenu 18,3 % (+0,2 %) des intentions de vote.
Les Vrais Finlandais arrivent troisième avec un score de 17,2 % (-0,2 %) et le Parti social-démocrate quatrième avec 15,4 %. Le PSD a donc perdu 1,5 point en un mois.
L’Alliance verte a obtenu 9,0 %, l’Alliance des gauches 7,4 %, le Parti suédois 4,1 % et les Chrétiens-démocrates 3,2 %.
Pour M. Ilkka Ruostetsaari, professeur à l’université de Tampere, il y a deux raisons derrière la popularité du Centre : d’une part, le gouvernement n’arrive pas à prendre des décisions difficiles surtout en matière économique et d’autre part, les litiges au gouvernement ont réhaussé le profil de M. Juha Sipilä, président du Centre, en tant qu’homme politique conciliant. « M. Sipilä se présente comme un médiateur, et les Finlandais n’aiment pas les disputes dans la politique. »
M. Ruostetsaari estime que le résultat de ce nouveau sondage crée des pressions pour les partis de gauche dans les négociations au sein du gouvernement.
Le sondage a été effectué entre le 30 octobre et le 26 novembre auprès de 3 399 personnes.
M. Sipilä est très satisfait du nouveau score du Centre. Il souligne toutefois qu’il faut rester humble. « Les sondages sont des sondages et les élections sont les élections. »
Yle, HS/A13

Gouvernement

Le déficit structurel menace la notation de la Finlande
Le gouvernement a besoin du courage de prendre des décisions difficiles
A la veille de l’annonce par le gouvernement des décisions sur les réformes structurelles visant à combler un déficit structurel évalué à 4,7 points de PIB, soit 9 milliards d’euros, Helsingin Sanomat présente les enjeux de ces décisions.
L’éditorialiste considère que l’on attend du gouvernement « le courage de prendre des décisions douloureuses. La tâche serait plus facile si le programme gouvernemental n’avait las été réalisé sur des attentes aussi optimistes ».
HS

Vrais Finlandais

Les réformes structurelles des Vrais Finlandais
Le premier parti d’opposition a présenté, hier, son propre programme de réformes structurelles. Les Vrais Finlandais seraient prêts à mettre un œuvre un programme de réformes structurelles comme le gouvernement, mais avec des priorités bien différentes. Les Vrais Finlandais estiment que les économies à trouver dans les communes seraient d’un milliard et non de deux comme le souhaite le gouvernement.
Les Vrais finlandais souhaiteraient diminuer les dépenses liées à l’accueil des demandeurs d’asile, à l’aide au développement ou encore supprimer le suédois obligatoire à l’école. Les Vrais finlandais transféreraient aussi certaines dépenses sociales des communes à la sécurité sociale. De plus, ils ne proposeraient pas de fusion des communes.
HS

Emploi

Peu de travailleurs à mi-temps en Finlande
Comparé à d’autres pays nordiques, il y a peu d’employés à temps partiel en Finlande. 14 % des personnes actives travaillent à temps partiel en Finlande, contre 20 à 30 % dans les autres pays nordiques. Dans l’ensemble de ces pays, il s’agit principalement de femmes. En Finlande, 20 % des femmes travaillent à temps partiel, contre 35 à 40 % dans les autres pays nordiques.
KS

Pénurie de main d’œuvre ?
Keskisuomalainen rend compte d’un rapport de l’institut de recherche des salariés sur la question d’une supposée pénurie de main d’œuvre. Certains secteurs peuvent être classés comme souffrant de difficultés de recrutement, quand bien même le nombre de chômeurs est bien supérieur au nombre de postes vacants.
Mme Selin, présidente de PAM, syndicat du secteur des services, rappelle que les fausses prévisions en matière de perspectives sectorielles peuvent ouvrir un secteur à la main d’œuvre étrangère alors que des chômeurs ne trouvent pas de travail. Elle relève que c’est une situation où tout le monde perd : les employés étrangers, les chercheurs de travail résidant déjà en Finlande et la société.
KS/8

Situation des anciens salariés de Nokia
Kauppalehti relève que Nokia a investi des dizaines de millions d’euros dans le programme Bridge destiné à ses employés qui ont perdu leur travail. Une entreprise créée dans le cadre de ce programme obtient 27 000 euros en moyenne. A la fin 2015, ces 400 entreprises devraient employer 2500 personnes.
KL/A8

Jolla

Après avoir sorti son téléphone, Jolla vise la bourse d’Helsinki
Le groupe finlandais Jolla a commencé, hier, la vente de son premier téléphone mobile qui utilise le système Sailfish (sur la base du système Meego développé puis abandonné par Nokia). L’entreprise, qui emploie actuellement 90 personnes, vise la vente d’un million de téléphones par an. Elle envisage à terme de s’introduire en bourse à Helsinki.
AL

Finnair sous la pression de la concurrence
Helsingin Sanomat raporte qu’il n’y a pas que les conflits sociaux de son personnel qui menacent Finnair. La compagnie aérienne finlandaise doit faire face, à l’ouest, à la concurrence de la compagnie low cost Norwegian qui va renforcer sa flotte de 200 nouveaux appareils et élargir ses destinations. Cela pourrait sérieusement menacer las tratégie asiatique de Finnair.
Une autre menace pour Finnair est la faiblesse du yen : Finnair reçoit toujours moins d’argent de ses ventes au Japon et perd de la compétitivité par rapport à la compagnie japonaise JAL.
Pour les destinations finlandaises, Finnair doit faire face à la forte concurrence de Ryan Air, Norwegian, SAS et Air Baltic.
Sur les trois premiers trimestres, Finnair a enregistré un chiffre d’affaires de 1,8 milliards d’euros et un résultat de 25 millions.
HS

Caisses de retraite : Des placements rentables
Les investissements des caisses de retraite ont rapporté des milliards cette année et les fonds s’élèvent actuellement à 158,4 milliards d’euros. Selon Tela, la confédération des assureurs retraite, cette évolution est permise par le développement favorable du marché international des actions.
45,3 % des fonds de retraite sont placés dans des actions, 44,2 dans des SICAV monétaires et 10,5 % dans l’immobilier.
HS/A33

Circulation : Les économies toucheront l’éclairage des routes
Helsingin Sanomat relève que la Direction nationale des ponts et chaussées propose aux directions locales de faire des économies et éteindre 20 % de l’éclairage des routes gérées par l’Etat. Environ 12 700 km de routes finlandaises sont éclairées, dont à Uusimaa (province autour de la capitale) environ 2 400 km. A Uusimaa, la direction nationale propose d’éteindre 10 % des routes, soit 240 km.
La direction locale d’Uusimaa ne suit pas encore la recommandation de la direction nationale mais des tests ont été effectués à Nummi-Pusula sur la route 110, ainsi qu’à Hollola et Nastola.
Une partie de l’éclairage a déjà été étaient pendant la nuit à Pirkanmaa (autour de Tampere), en Ostrobotnie, Savonie du Nord et Varsinais-Suomi (autour de Turku).
En 2010, l’éclairage des routes a coûté 20 millions d’euros. La direction nationale estime que 1,2 million d’euros pourrait être économisés. L’éclairage serait éteint entre minuit et 5 heures ou entre 1 et 4 heures. Cela concernerait uniquement des parties calmes du réseau routier.
HSA10

Ville de Helsinki

Une grande crèche finno-russe menacée de fermeture
Helsingin Sanomat rapporte que l’accord entre la ville de Helsinki et la crèche privée finno-russe Kalinka dans le quartier de Kaarela ne sera plus en vigueur dès l’été prochain. La crèche risque d’être fermée parce que la ville a décidé de ne plus acheter ses services. L’accord a été signé en 1990. Kalinka est possédée par l’association de soutien de l’école finno-russe.
En 2012, la ville de Helsinki a décidé de ne plus acheter de services de crèches privées.
HS/A22

Helsinki n’arrive pas à prévoir sa croissance démographique
Helsingin Sanomat relève que Helsinki a mal évalué sa croissance démographique à plusieurs reprises : dans les années 1960, la ville l’a surestimée et depuis, les estimations ont été moins importantes que la croissance réelle.
Selon les estimations actuelles de Helsinki, il y aura 860 000 habitants dans la capitale en 2050. Les prévisions officielles sont moins élevées. L’Institut national d’études statistiques étend sa prévision jusqu’à 2040, date à laquelle il y aurait 65 000 personnes de moins que selon les prévisions de la municipalité.
Les projets d’aménagement du territoire sont basés sur les prévisions de la municipalité et les plans divisent les hommes politiques, les fonctionnaires et les habitants. Des voix critiques estiment que les prévisions sont trop optimistes et qu’il ne faudrait pas toucher aux zones boisées menacées par un zèle de construire des logements.
80 % de la croissance démographique actuelle relève de l’immigration. Les Estoniens constituent un facteur important pour la croissance. Pour l’instant, le flux n’a pas donné de signe d’un tarissement.
HS/A2&19

Culture : Elargissement du Musée Amos Anderson
La commission immobilière de la municipalité de Helsinki se réunit aujourd’hui pour présenter un avis favorable au projet d’élargissement du Musée Amos Anderson.
La question sera ensuite étudiée par la municipalité.
HS/B3

France - Finlande

Alstom : Alstom va embaucher à son usine de Tampere
Aamulehti rapporte que l’usine Astom Grid de Tampere vient de recevoir, après des commandes du Brésil, une importante commande d’Arabie-Saoudite. Des embauches sont à prévoir dans ce centre de production.
« Cette commande témoigne de notre compétitivité sur l’important marché du proche-Orient », se réjouit le directeur Jouni Mälkönen.
Alstom Grid emploie plus de 300 personnes en Finlande. Au total, Alstom emploie environ 450 personnes en Finlande.
AL

Mercredi 27 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Mer Baltique

M. Katainen invite les Premiers ministres de région de la mer Baltique
Turun Sanomat relève que le Premier ministre Jyrki Katainen compte inviter tous les Premiers ministres des pays riverains de la mer Baltique, y compris Mme Merkel et M. Medvedev, à une réunion à Turku début juin 2014. La chancellerie du Premier ministre a confirmé au quotidien que les invitations seraient envoyées prochainement.
En même temps que la réunion des Premiers ministres, un forum de l’Union européenne sur la stratégie de la mer Baltique sera organisé à Turku, ainsi que le forum du développement économique de la région baltique.
TS/6

Elections européennes

Est-ce que la Finlande a une attitude positive ou négative à l’égard de l’UE ?
Dans son éditorial, Keskisuomalainen rappelle que la crise de la dette en Grèce avait déclenché en Finlande un débat exceptionnellement animé sur les avantages et surtout les inconvénients de l’Union européenne.
Il y a eu deux principales lignes dans ce débat. Une partie des critiques ont estimé que l’Union européenne était responsable de tout le mal. Un groupe plus important a toutefois pensé que l’UE en soi était une bonne chose mais qu’il y avait beaucoup de problèmes à corriger dans son mode d’action.
Yle a publié la semaine dernière les résultats de son sondage sur les intentions de vote aux élections européennes. Selon ces résultats, le Parti conservateur serait le plus grand parti avec une audience de 22,7 %, suivi du Centre, 21,7 %, des Vrais Finlandais, 17,0 %, et du PSD, 15,4 %. Ce résultat peut être interprété comme un signe d’une attitude positive vis-à-vis de l’Union. L’audience basse des Vrais Finlandais, parti eurosceptique, a surpris les analystes, parce que notamment aux élections européennes il serait facile de protester contre l’Union en votant pour les Vrais Finlandais. A la lumière de ce sondage, l’audience du Parti conservateur a été supérieure à la popularité des conservateurs dans les sondages habituels. Il s’agirait donc des attitudes favorables à l’Union européenne.
Il semble que les Finlandais sont finalement assez satisfaits d’être membres de l’Union européenne, conclut l’éditorialiste.
KS/mar/2

Politique intérieure

Fête de l’indépendance

Tampere-talo accueillera 1 700 invités
Turun Sanomat rappelle que la fête de l’indépendance du 6 décembre du Président sera organisée exceptionnellement à Tampere-talo, le Palais présidentiel étant en travaux. Le Président Sauli Niinistö et son épouse Jenni Haukio ont invité 1 700 personnes pour une fête qui commencera à 17h30. Le concert commencera à 19h30 : Santtu-Matias Rouvali dirigera l’Orchestre philarmonique de Tampere et les solistes seront Soile Isokoski, Vesa-Matti Loiri, Waltteri Torikka et Maria Ylipää. Il y aura aussi des comédiens qui interpréteront des textes d’écrivains finlandais.
Après le concert, vers 20h30, le couple présidentiel recevra les invités d’honneur et les vétérans de guerre, au 2e étage. Les autres invités participeront à une réception suivie d’un buffet au 1er étage, salle Sorsapuisto. La réception devrait se terminer vers 22h30.
Une conférence de presse a été organisée hier à Tampere-talo mais les détails par exemple sur le menu n’ont pas été annoncés.
TS/14

Gouvernement

M. Rehn engage le gouvernement à réaliser les réformes structurelles
Le commissaire européen à l’Economie Olli Rehn engage le gouvernement finlandais à prendre des décisions concrètes sur les réformes structurelles promises pour assainir les finances publiques. Sinon, la Commission européenne pourrait condamner la Finlande à une amende qui peut s’élever jusqu’à 0,2% du PIB.
« Je voulais dire cela maintenant pour qu’on ne puisse pas dire plus tard, l’été prochain, que l’on ne savait pas. Il est important que l’on sache en Finlande quelles sont les règles de contrôle budgétaire que la Finlande elle-même a souhaité édicter au niveau européen », a dit M. Rehn qui a aussi rappelé qu’en 2011, la Belgique avait du arbitrer entre une mande européenne de près d’un milliard et des diminutions budgétaires d’un montant équivalent.
Le gouvernement devrait décider, vendredi, des mesures concrètes de ses réformes structurelles annoncées en août dernier.
KS

Négociations sur le litige concernant l’augmentation de l’âge de la scolarité obligatoire
Helsingin Sanomat rapporte que les négociations entre les principaux ministres sur le programme de politique structurelle avancent sous forte pression. Les principaux ministres sont les présidents des six partis du gouvernement : le Premier ministre Katainen (Parti conservateur), Mme Urpilainen (PSD), M. Niinistö (Alliance verte), Mme Räsänen (Chrétiens-démocrates), M. Arhinmäki (Alliance des gauches) et M. Haglund (Parti suédois). Le paquet est également étudié dans le comité interministériel de la politique économique, dont les membres sont les six ministres déjà mentionnés plus le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, et le ministre du Travail, M. Lauri Ihalainen.
Selon les informations du quotidien, les ministres ont évoqué mardi entre autres l’augmentation de l’âge de la scolarité obligatoire de 16 à 17 ans. Cela a été exigé par le PSD mais le Parti conservateur, l’Alliance verte et le Parti suédois s’y opposent, estimant que l’augmentation ne devrait concerner que les jeunes n’ayant pas obtenu une place dans un établissement scolaire après le collège. La décision n’a pas été prise même si les négociations ont duré longtemps.
Les ministres devraient évoquer aujourd’hui les questions relatives à l’emploi, la productivité et la croissance économique. La question la plus difficile concerne la manière de réaliser des économies d’un milliard d’euros dans les communes. Le secrétaire d’Etat au ministère des Finances, M. Martti Hetemäki, a préparé un document que le gouvernement veut garder confidentiel.
Le gouvernement souhaite pouvoir terminer les négociations sur le paquet structurel vendredi pour que tout le gouvernement puisse participer aux négociations à la Maison des Etats. Les ministres ou leurs conseillers n’ont pas voulu commenter les négociations devant les médias.
HS/A15

Talvivaara

Le tribunal d’Helsinki reporte sa décision
La société belge Nyrstar qui a plus de 230 millions d’euros de créances sur Talvivaara a annoncé qu’elle ne participerait pas au plan de sauvetage du groupe. Elle soutient toutefois les tentatives de Talvivaara de réorganiser ses dettes.
En raison de ce renversement de situation, Talvivaara a jusqu’à vendredi pour donner des informations supplémentaires au tribunal qui doit traiter le dépôt de bilan.
Le fonds de garanties de l’Etat Finnvera, qui a des créances de 58 millions d’euros sur Talvivaara continue à défendre la poursuite du groupe.
Kauppalehti souligne que Talvivaara a une cinquantaine de sous-traitants dans la région de Kainuu et autant dans le reste du pays. Tavlvivaara emploie directement 570 personnes et indirectement 1600 dans la région de Sotkamo.
KL KS

Chômage

Le nombre de personnes bénéficiant des allocations en hausse
Keskisuomalainen relève qu’une part de plus en plus importante des chômeurs bénéficie uniquement du minimum chômage : en 2012, 56 % des allocations versées par jour de chômage étaient des garanties minimales payés par la sécurité sociale, Kela, et non pas des allocations liées au niveau des revenus versées par les caisses d’assurance-chômage.
En 2009 encore, plus de chômeurs bénéficiaient de l’allocation liée aux revenus, mais comme le marché de travail est saturé, la situation est aujourd’hui inverse. Cela reflète le fait qu’il existe un grand nombre de personnes qui ont du mal voire qui se trouvent dans l’impossibilité de trouver du travail. Ceux qui ont terminé leurs études et les jeunes qui cherchent leur premier emploi n’en trouvent pas non plus. La garantie emploi-formation concernant les jeunes ne fonctionne pas comme prévu.
En septembre, 183 400 personnes bénéficiaient d’une allocation logement, contre 153 000 en 2009. En quatre ans, le nombre de familles recevant une allocation logement a augmenté de 13 % et celui des personnes vivant seule de 40 %. Le chiffre n’a jamais été aussi élevé depuis le début des années 2000.
KS/mar/8

Le chômage s’est détérioré le plus dans les régions d’Uusimaa et de Kainuu
Le taux de chômage est de 7,4 %
Selon l’Institut national d’études statistiques, le taux de chômage a continué à augmenter en octobre. Le nombre de demandeurs s’élevait à 289 600 personnes à la fin octobre, ce qui est 39 500 de plus qu’il y a un an, et 4600 de plus qu’en septembre 2013.
Le nombre de jeunes demandeurs d’emploi, des chômeurs de longue durée et des demandeurs de plus de 50 ans a augmenté.
30 000 personnes étaient mises à pied fin octobre, ce qui est 3000 de plus qu’il y a un an. Des chômages techniques sont également prévus et il pourrait y en avoir jusqu’à 10 400 dans un avenir proche.
Le nombre de nouveaux emplois a diminué de 7800 par rapport à l’année dernière.
Le taux de chômage est de 7,4 % par rapport à 6,9 % il y a un an. Le taux d’emploi est de 68,1 % par rapport à 67,5 % en octobre 2012.
HS/A27, www.vn.fi, KS/12

Emploi – situation des anciens de Nokia

Nouvelles entreprises se créent à Espoo
Helsingin Sanomat relève qu’à Espoo, de nouvelles entreprises naissent à un rythme plus rapide que jamais auparavant. Un tiers des nouveaux entrepreneurs avec des antécédents dans le domaine des technologies informatiques sont des anciens employés de Nokia.
Au total, 430 personnes licenciées de Nokia ont créé une entreprise dans le cadre de programme Bridge destiné à soutenir ceux qui ont perdu leur emploi. 180 de ces entreprises ont été créées dans la région de la capitale, une centaine à Oulu, 80 à Tampere et 70 à Salo.
Un tiers de ces entreprises relèvent du domaine des technologies informatiques, un tiers des autres services des domaines d’activité de Nokia et un tiers des secteurs tout autres, comme l’hôtellerie.
HS/A6-7

Droits d’auteur

Initiative populaire remise à M. Heinäluoma
50 000 personnes ont signé l’initiative populaire concernant les droits d’auteur remise, hier, au président du Parlement, M. Heinäluoma. Helsingin Sanomat rend compte des critiques, notamment des artistes, des organisations représentant des artistes, des médias et du secteur culturel, à l’égard de l’initiative.
M. Uusivirta, musicien et acteur, relève que l’initiative pour une nouvelle législation permettrait le piratage. Les organisations des domaines créatifs et artistiques ont publié un communiqué critique en la matière.
Aucun calendrier n’a été déterminé concernant le débat parlementaire sur l’initiative.
HS/A14

Sans papiers

Helsinki prévoit une gamme plus importante de soins aux sans papiers
La commission des Affaires sociales et de la Santé de la municipalité de Helsinki a décidé, hier, de proposer désormais des services médicaux étendus aux enfants et aux femmes enceintes au même prix qu’à des Helsinkiens.
En outre, les soins urgents seront désormais gratuits pour ceux qui habitent ici sans visa ou permis de séjour en vigueur.
Mme Kari (Verts), conseillère municipale, se félicite de cette réforme « importante et humaine ».
HS/A20

Violence conjugale contre les femmes

Billet
Kaleva publie un billet de Mmes Sini Maria Heikkilä et Saido Mohamed sur la violence contre les femmes et le rôle des traditions dans la vie des jeunes filles et femmes d’origine immigrée.
Les auteurs relèvent que la violence contre les femmes touche toutes les classes sociales et toutes les communautés. En 2008, le ministère des Affaires sociales et de la Santé a estimé que 100 000 femmes en Finlande étaient victimes de violence ou de menace de violence conjugale physique ou sexuelle tous les ans.
Le processus de ratification du traité d’Istanbul a augmenté le débat sur la violence contre les femmes.
Les auteurs soulignent que comme la mi-législature est déjà dépassée et que le parlement prépare la ratification de la Convention d’Istanbul, il serait grand temps que le gouvernement assure les crédits prévus au programme gouvernemental pour la mise en œuvre du plan d’action national concernant la violence contre les femmes.
Kaleva/lun/4

Mardi 26 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Conférence climatique de Varsovie

Le rôle des organisations syndicales
Demokraatti relève qu’alors que la confédération syndicale internationale, CSI, promeut activement une politique climatique plus ambitieuse, le mouvement syndical finlandais ne s’est pas grandement mobilisé dans ce sens.
M. Ralf Sund, économiste de la confédération des employés STTK, qui a participé à la conférence de Varsovie, admet qu’en Finlande, le mouvement syndical est en retard. Il relève que le mouvement est concerné de façon considérable puisque les démarches de la politique climatique favorisent certains secteurs et en défavorisent forcément d’autres. Les contenus du travail de la plupart des salariés seront modifiés par le changement climatique ainsi que les mesures de lutte contre le changement. Pour M. Sund, ce sont des questions relevant des syndicats et, pour cela, il serait important que le mouvement participe au débat.
M. Sund rappelle que la diminution des émissions ne menace pas forcément les emplois, au contraire, elle peut en créer de nouveaux. Il souligne l’importance de l’action précoce, ce qui permet une position plus sûre et plus maîtrisée pour les employeurs.
A la question de savoir si le mouvement syndical et les organisations environnementales pourraient coopérer, M. Sund estime qu’il serait possible de développer des objectifs pour protéger tant le climat que les emplois.
M. Bruun de l’Union de protection de la nature est lui aussi favorable à une coopération. Pour lui, les organisations environnementales ont beaucoup de capacité d’évoquer la question de savoir comment la Finlande pourrait passer à une économie plus durable d’une façon équitable.
Dem/8

La Finlande mal classée
Demokraatti rapporte que, selon l’étude de l’ONG allemande Germanwatch et du European Climate Action Network, sur les politiques climatiques de 58 Etats, la Finlande avait une note « faible » et se classait au 7ème rang le plus mauvais des pays européens, à un niveau comparable à la Bulgarie, la Thaïlande, la Chine, les Etats-Unis et le Brésil.
Dem

Ukraine – UE – Russie

Point de vue : « La Russie cherche à renforcer son aire d’influence » HS
Kari Huhta estime que « la Russie a défié avec succès le pouvoir d’influence de l’UE à l’égard de l’Ukraine ». Il estime qu’il en est de même au Proche-Orient où la diplomatie russe œuvre pour maintenir ou renforcer son pouvoir d’influence. M. Huhta y voit des similitudes avec l’époque de la guerre froide.
HS

Liban

Le nombre de casques bleus finlandais de la Finul a doublé
Turun Sanomat rapporte que 80 casques bleus de la brigade de Pori ont été envoyés au Liban pour renforcer la troupe finlandaise de gestion de crise. Il y a maintenant environ 350 soldats finlandais. Un quart sont des effectifs des forces armée, le reste des réservistes. Les prochains changements auront lieu en mai 2014.
La direction du bataillon finno-irlandais dans le cadre de l’opération UNIFIL sera transférée aujourd’hui de l’Irlande à la Finlande. Le bataillon sera dirigé par le lieutenant-colonel Asko Valta.
Les forces armées ont du mal à recruter des médecins pour les opérations de gestion de crise. Les salaires sont pourtant compétitifs : par exemple en Afghanistan, un médecin en chef gagne environ 8 500 euros par mois, plus une indemnité journalière de 82 euros, exonérée d’impôt. Le secrétaire général adjoint du syndicat des médecins finlandais, M. Hannu Halila, n’a pas d’explication à ce problème. Il estime que le fait qu’il de plus en plus de médecins femmes peut avoir un effet.
En l’absence de médecin, dans les opérations de maintien de la paix, les soldats finlandais se reposent sur les services médicaux des autres Etats engagés.
TS/sam/13

Accueil de réfugiés syriens

Le maire de Helsinki réticent
Le maire de Helsinki, M. Pajunen, estime qu’en raison de la pénurie de logements, Helsinki n’est pas forcément le lieu d’accueil idéal pour les réfugiés syriens.
Dans le cadre du quota de réfugiés, la Finlande accueillera, en 2014, au total 1050 réfugiés, dont 500 Syriens. Helsinki n’envisage pas d’en accueillir.
Néanmoins, par ailleurs Helsinki a accueilli 540 demandeurs d’asile, dont 17 Syriens.
Helsingin Sanomat rend compte des propos du maire de Stockholm qui estime que la Finlande et Helsinki pourraient faire plus et devraient accueillir plus de personnes qui fuient la crise syrienne. Il rappelle que l’on a besoin de l’immigration. « Par exemple à Stockholm, les soins de santé et les transports publics ne fonctionneraient pas un seul jour sans immigrés », dit-il.
M. Pajunen, qui a reçu son collègue, souhaite que la responsabilité en matière de l’accueil de réfugiés puisse être répartie.
Entre 2011 et 2013, la Finlande a reçu 402 demandes d’asile de Syriens et accordé l’asile à 310 Syriens.
HS/A18

Energie nucléaire – risques de radiations dans l’arctique

Selon une étude, un accident nucléaire reviendrait cher à Pyhäjoki
Kaleva rend compte d’une étude sur les effets d’un accident nucléaire sur les habitants, l’environnement et les activités économiques de la région en question. Cette question a été examinée dans le cadre d’un projet de coopération entre la Finlande, la Norvège et la Russie afin de développer les moyens de se préparer à un risque de radiation dans les régions arctiques. Le projet est coordonné par le Centre de sécurité nucléaire et de radioprotection, Stuk.
Un accident bouleverserait la vie et les activités économiques de plusieurs façons.
Le projet CEEPRA (Collaboration Network on EuroArctic Environmental Radiation Protection and Research) s’est étalé sur trois ans. Ses résultats seront présentés plus en détail, mardi.
Outre le Stuk, ont participé au projet l’Institut national de météorologie, le groupe Pöyry, l’autorité norvégienne de sécurité nucléaire et l’institut de biologie marine de Mourmansk.
Le projet a principalement été financé dans le cadre des programmes Kolarctic de l’UE. Une publication en la matière sortira au printemps et le rapport final à l’été 2014.
Kaleva/9/22.11

Politique intérieure

Elections européennes

PSD : critiques contre la candidature de M. Repo
Helsingin Sanomat rapporte que le conseil national du Parti social-démocrate se réunira le dimanche 1er décembre pour désigner une douzaine de candidats en vue des élections européennes. Le reste des candidats seront désignés au plus tard en avril prochain.
Il y a un litige au sein du PSD sur la candidature de M. Mitro Repo, actuel parlementaire européen. Selon les critiques, M. Repo, qui n’est pas membres du parti, ne suit pas la politique officielle du parti. Le président d’une des associations de jeunesse du PSD, M. Aleksej Fedotov a déclaré qu’il souhaitait que « les candidats soient engagés aux valeurs sociale-démocrates ».
M. Repo ignore ces critiques. « La direction du parti m’a proposé de me représenter il y a un an. Aux élections européennes précédentes, j’avais obtenu deux fois plus de voix de l’autre candidate élue, Mme Liisa Jaakonsaari. »
Le quotidien note que la direction du parti a eu du mal à attirer des candidats connus. La présidente du parti, Mme Jutta Urpilainen, a proposé la candidature aux députés Maria Guzenina-Richardson et Mikael Jungner mais les deux ont refusé.
Parmi les députés, Mmes Miapetra Kumpula-Natri et Riitta Myller, et MM. Johannes Koskinen et Ilkka Kantola ont déjà dit oui à une candidature, ainsi que Mme Nasima Razmyar, conseillère municipale à Helsinki.
HS/A15

M. Soini réfléchit encore
Hufvudstadsbladet rappelle que le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, a annoncé, lors du congrès du parti en été dernier, qu’il voulait rester en Finlande et ne pas se présenter aux élections du Parlement européen. Il a toutefois donné récemment des réponses énigmatiques concernant les élections européennes.
Il y a quelques jours, M. Soini a constaté qu’une éventuelle candidature de M. Olli Rehn, commissaire européen, dans les rangs du Parti du centre, serait comme une « une invitation à la danse ». M. Soini a également noté qu’il y avait encore de la place parmi les candidats des Vrais Finlandais.
Selon M. Matti Putkonen, conseiller des Vrais Finlandais, une éventuelle candidature de M. Soini n’est pas exclue.
HBL/3

Police

M. Paatero a décidé de ne pas démissionner
Helsingin Sanomat relève que le chef de la police nationale, M. Mikko Paatero, a annoncé lundi lors d’une conférence de presse qu’il comptait continuer à son poste, malgré les critiques récentes concernant la police.
La ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, a également annoncé hier que M. Paatero pourrait continuer à son poste. Mme Räsänen n’a pas voulu commenter l’affaire à HS.
HS/A6

Poste – conflit du travail

La distribution risque de s’arrêter pour Noël
Selon les employés de la poste, les négociations sur la convention collective reculent.
Le syndicat du secteur de la poste et logistique PAU a annoncé, vendredi dernier, que s’il n’y avait pas d’accord, il envisageait une grève d’une semaine à partir du 9 décembre. Cela dérangerait le courrier de Noël : la semaine en question comprend 60 % de plus d’envois qu’une semaine normale.
Le bras de fer concerne un durcissement des conditions de licenciement des employés. Ceux-ci souhaitent que l’on ne puisse pas recruter des employés intérimaires. « Il est désolant de devoir négocier d’une telle question », estime M. Vilkuna, président de PAU.
HS/A12

Editorial
L’éditorialiste rend compte de l’éventualité des grèves de solidarité dans le secteur des transports pouvant paralyser les exportations.
M. Ihalainen, ministre de l’Emploi, avait dit, à l’occasion du conflit de travail des services de catering chez Finnair, qu’une moindre solidarité dans les menaces de grève de solidarité aurait suffi. L’éditorialiste estime que les grèves de solidarité devraient être proportionnelles à l’égard de l’importance du litige en cause.
HS/A4

Santé

Il y a moins de patients russes dans les cliniques privées que prévu
Selon Helsingin Sanomat, les cliniques privées finlandaises ont attiré moins de patients russe que prévu. Par exemple l’hôpital Docrates, lancé en 2007, a investi dans un personnel russophone. Environ 20 % des patients en 2012 ont été des Russes. Cette année, le nombre de patients russes est en hausse.
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie a commencé en 2010 le projet Finland Care pour faire du marketing des services de santé en Russie. Il n’y a pas encore des statistiques sur les résultats du projet.
HS/A8

Talvivaara

Le tribunal d’Helsinki devrait se prononcer aujourd’hui
Le tribunal d’Helsinki devrait se prononcer aujourd’hui sur la demande de Talvivaara. Si le tribunal rejette la demande, la société pourra déposer un appel qui a un effet suspensif. On estime que les caisses de Talvivaara devrait lui permettre de faire face jusqu’au premier semestre 2014. Le tribunal pourrait aussi accepter la procédure permettant de liquider une partie des dettes de Talvivaara. Le fonds de garanties Finnvera et quatre banques finlandaises y sont favorables.
HS

Economie

La Finlande ne sera pas épargnée par la croissance
Kauppalehti rapporte que, selon l’institut des statistiques, le troisième trimestre 2013 a enregistré une croissance de 0,4%. C’est le second trimestre consécutif de croissance. Cela semble indiqué que la Finlande n’est pas épargnée par le retour de la croissance en Europe, même si le rebond est lent.
Kauppalehti rapporte que, la moyenne des treize prévisions de croissance (des banques, institutions et centres de recherche) est de 1,4% pour 2014.
KL

Tieto licencie 240 personnes
La société de services informatiques Tieto a terminé son plan social qui se traduira par des licenciements portant sur 240 personnes et la mise à pied de 30 autres.
HS

Brise-glaces

La décision sur la construction d’un brise-glace sera prise cette semaine
Turun Sanomat relève que la Direction nationale des transports prendra cette semaine la décision sur le chantier naval à qui sera commandé un nouveau brise-glace. L’appel d’offres s’est terminé vendredi dernier. La direction ne commente pas le nombre d’offres obtenues.
Selon les informations du quotidien, les chantiers navals intéressés sont STX Turku et Arctech Helsinki Shipyard. Il y a peut-être des chantiers navals étrangers, dont l’allemand Nordic Yards.
Le budget pour ce brise-glace, qui devrait être prêt pour l’hiver 2015-16, s’élève à 125 millions d’euros.
TS/9

STX

La commande de Scandlines est en cause
Turun Sanomat rapporte que la commande par l’armateur germano-danois Scandlines parait de plus en plus incertaine, parce que le financement n’est toujours pas bouclé en raison du mauvais état financier du chantier naval STX.
Selon les informations du quotidien, il ne s’agit pas seulement de la commande de Scandlines mais aussi de la celle de TUI Cruises qui souhaiterait commander un troisième bateau de croisière. Les deux premiers sont actuellement en construction.
STX Finlande a reçu la commande de Scandlines déjà le 3 juillet dernier. « Il est important pour nous d’obtenir exactement ce que nous avons commandé. Nous n’avons naturellement pas exclu les autres chantiers navals éventuels », selon Mme Anette Ustrup Svendsen de Scandlines.
Selon les informations du quotidien, l’armateur aurait négocié auparavant aussi avec le chantier naval allemand de Flensburg. Le chantier français de STX n’a apparemment pas participé aux négociations.
TS/sam/18

Finlande - France
Universités

Thèse de doctorat d’Etat franco-finlandaise
Selon Turun Sanomat, la soutenance de la thèse de M. Timo Jolivet, intitulée « Combinatoire des substitutions de type Pisot », a eu lieu hier à l’Université Paris Diderot, en cotutelle avec l’Université de Turku.
TS/lun/18

Littérature

Les Champs Magnétiques
Turun Sanomat publie une bonne critique de la traduction en finnois des Champs Magnétique par André Breton et Philippe Soupault, publiée par l’éditeur Savukeidas et traduit par Timo Kaitaro et Janne Salo.
TS/dim/22

Lundi 25 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Iran

« Un accord historique » HS
Le Ministre finlandais des Affaires étrangères a déclaré que l’accord de Genève était « une nouvelle positive même s’il reste du travail à faire. Il y a eu des progrès plus rapides que ce que l’on pouvait attendre. Cela pourrait faciliter la gestion des autres crises dans la région ». M. Tuomioja souligne toutefois que, « même si l’accord est signé, il faudra encore arriver à gérer sa mise en œuvre et le contrôle ».
La députée européenne Tarja Cronberg estime qu’il s’agit d’un « premier pas qui a néanmoins de nombreux adversaires : les faucons au Congrès américain, les radicaux au gouvernement iranien et en Israël et en Arabie Saoudite. »
L’éditorialiste de Aamulehti estime lui aussi qu’il s’agit d’un grand pas, même si ce n’est que le début d’un long processus.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que l’accord obtenu ne résout pas le litige au fond mais donne six mois pour prolonger les négociations. Les négociations à venir seront les plus difficiles, selon HS.
HS

Conférence climatique de Varsovie

Réactions
M. Harri Laurikka, chef de la délégation finlandaise, regrette que la plupart des pays ne soient pas en mesure de faire des engagements durant 2014. Il estime toutefois qu’ils y arriveront en 2015, avant la conférence de Paris. Ce qui est positif, selon lui, c’est d’être arrivé à un accord sur les moyens de lutter contre la disparition de forêts dans les pays en voie de développement.
M. Niinistö, ministre de l’Environnement, souligne lui aussi l’importance de cet accord. Il estime néanmoins que l’on ne peut pas considérer comme satisfaisant le résultat obtenu. La feuille de route est faible ainsi que le niveau de l’ambition commune. Le résultat est toutefois mieux que rien, pour lui, mais trop de questions restent pour être évoquées au Pérou, dans un an. M. Niinistö s’est félicité du fait que l’on a pu rejeter l’intention de la Chine et de l’Inde de continuer à prévoir un traitement différent pour les pays industriels et ceux en voie de développement. Il estime que les négociations difficiles et dures traduisent le fait que les Etats prennent au sérieux le traité climatique en cours de préparation et considèrent que les obligations prévues sont significatives. Pour lui, il est positif que la préparation de la conférence de Paris soit plus précoce que celle qui a précédé la conférence de Copenhague.
M. Antto Vihma, chercheur à l’Institut de relations internationales, relève qu’à Varsovie, on n’a pas réussi à mettre de côté l’ancienne division entre les pays industriels et les pays en voie de développement. Les conflits classiques persistent et compliquent le fait d’arriver à un accord. M. Vihma relève aussi qu’une partie des pays tient à sa souveraineté et ne souhaite pas que leurs actions climatiques soient publiquement évaluées. Par exemple la Chine et l’Inde ne souhaitent pas de contrôle international.
Les ONG regrettent le peu de volonté de canaliser des crédits pour le financement de mesures en faveur du climat. Selon elles, la conférence n’a pas soutenu la diminution des émissions ni un financement suffisant prévu pour les pays en voie de développement.
Dans son communiqué, le ministère de l’Environnement note que lors de la conférence, on a pu affirmer que le principe du nouveau traité allait être la participation de tous les Etats. Le caractère et le niveau de contraint des engagements de certains pays seront toutefois des questions difficiles dans la perspective de la conférence de Paris.
« Malheureusement, on n’a pas obtenu de calendrier suffisamment fort à Varsovie concernant la construction d’un nouveau traité et beaucoup de pressions s’imposeront sur la réunion du Pérou. Nous avons dû lutter contre des affaiblissements par rapport aux traités précédents, mais le résultat assure qu’il n’y a pas eu de concessions en ce sens », selon le communiqué.
M. Uosukainen, représentant spécial du ministère pour les questions climatiques internationales, rappelle qu’il sera possible, au Pérou, de prendre les décisions nécessaires en vue d’un traité exhaustif et ambitieux.
Concernant le fonds de financement d’adaptation au changement climatique, la Finlande a annoncé qu’il y contribuait 5 millions d’euros. M. Laurikka relève que la Finlande a été louée pour cela, étant donné qu’elle était un des seuls Etats ayant annoncé de nouveaux engagements de financement. Outre cette contribution, la Finlande envisage de doubler son financement climatique en 2014 par rapport à la période 2010-12.
HS/sam/B6, dim/B7, KS/sam/16, Kaleva/dim/2, www.ym.fi

Lutte contre le VIH

Déclaration des pays de l’Europe du Nord en faveur de la lutte contre le VIH
Les pays nordiques, les pays Baltes, la Pologne, l’Allemagne et la Russie ont adopté, vendredi, à Helsinki, une déclaration où ils s’engagent à œuvrer contre la propagation des maladies contagieuses comme le VIH et la tuberculose.
La Finlande recense 300 nouveaux cas de tuberculose et 150 cas de VIH tous les ans.
HS/sam/A13

Diplomatie

Interview de M. Stenlund
Helsingin Sanomat publie une interview de Peter Stenlund qui remplacera M. Torstila comme secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères à partir de mars prochain.
M. Stenlund fait part de ses soucis concernant les pressions budgétaires pesant sur le réseau diplomatique finlandais. Il estime que les décisions entérinées de fermer quatre ambassades et deux représentations étaient de courte vue. « Je suis sûr que l’on se demandera un jour comment nous avons pu être si stupides. La présence sur place et l’alpha et l’oméga pour créer des contacts et comprendre les systèmes et les habitudes locales ».
M. Stenlund estime que l’on pourra à l’avenir développer les ambassades afin que les services aux citoyens comme les visas, les passeports ou l’aide consulaire puissent aussi être rendus ailleurs. « Même si ces services continueront à être dispensés principalement dans les ambassades, nous voulons plus de flexibilité », dit-il, évoquant le fait que ces services soient externalisés ou mutualisés avec d’autres Etats.
Un projet de loi réformant les missions des ambassades sera présenté au Parlement à l’automne prochain, rapporte HS.
HS

BERD

La BERD intéressée par le Cleantech finlandais
Helsingin Sanomat publie une interview du président de la BERD, M. Suma Chakrabarti, en visite aujourd’hui en Finlande.
M. Chakrabarti va rencontrer la ministre des Finances Mme Urpilainen et le ministre du développement, M. Haavisto. Il s’intéresse particulièrement au secteur du Cleantech qui, selon lui, devrait être plus développé dans les projets de la BERD. « Or la Finlande est un leader mondial dans ce domaine », estime-t-il.
HS cite comme projets récents entre la BERD et la Finlande la modernisation de l’usine à papier de Metsä Tissue en Pologne ou les wagons de transport de Nurminen en Russie.
Actuellement, la valeur des programmes communs à la BERD et la Finlande est d’environ 5 milliards d’euros.
HS

Budget - UE

La Finlande n’est pas traumatisée par les critiques de la Commission
A Bruxelles où se réunissaient les ministres des Finances après l’étude des budgets des Etats membres par la Commission, Mme Urpilainen a déclaré que les critiques de la Commission sur l’endettement finlandais n’augmentaient pas la pression sur la gouvernement à la veille des décisions sur els réformes structurelles. « Au contraire, cela souligne l’importance de ces décisions », dit-elle.
Mme Urpilainen ne pense pas non plus que ces critiques ont affaibli la positon de la Finlande en Europe. « Nous pensons toujours que chaque Etat membre doit assumer la responsabilité de ses finances publiques et nous estimons que nous le faisons en Finlande ». En dépit des critiques de la Commission, elle souligne que l’endettement finlandais est bien moindre que celui de la plupart des autres Etats.
Kaleva

Politique intérieure

Réformes structurelles

« Une semaine décisive » HS
Le gouvernemnt devra présenter, vendredi au plus tard les actions concrètes qui permettront de réaliser les réformes structurelles annoncées en août et visant à réduire le déficit structurel estimé à 4,7 points de PIB. Le gouvernement devrait se réunir vendredi avant de rendre publiques ses décisions.
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement « cache les économies ». En effet, le groupe de travail dirigé par le secrétaire d’Etat aux Finances Martti Hetemäki a remis ses propositions d’économies vendredi dernier aux ministres. Le gouvernement ne les a pas rendus publiques afin d’éviter qu’elles ne soient torpillées dans le débat public.
Selon HS, ces propositions porteraient sur plus d’un milliard d’économies dans les services des communes afin que les ministres puissent choisir entre elles. Elles toucheraient principalement l’éducation (fermetures d’écoles, taille des classes) et les services sociaux et de santé (fermeture de maisons de retraites).
Le quotidien critique la méthode du gouvernement qui « a fait faire le sale boulot aux hauts fonctionnaires ».
Les maires interrogés par le journal expriment leurs inquiétudes et demandent des règles du jeu : ils estiment qu’il serait injuste de demander aux communes de faire des économies dans leur enlever en contrepartie des missions.
HS KL

Communes

Record de plans sociaux dans les communes et les régions hospitalières
Helsingin sanomat rapporte que, cette année 14 communes ont déjà mené des plans sociaux ayant conduit à la mise à pied de leurs personnels. Cela a touché plus de 20 agent selon le syndicat JHL de la fonction publique et cela a affecté plus de 60 000 élèves selon le syndicat OAJ. A Kouvola, les mises à pied ont duré jusqu’à 21 jours.
Dès à présent, environ 40 communes ont annoncé des plans sociaux pour l’année prochaine. Comme les communes ne con,naîtront les dotations de l’Etat qu’en mars, il est à craindre que ce chiffre augmente largement. Dans ce cas, le record de 1998 (44 communes ont procédé à des mises à pied) sera battu. De plus, des communes procèderont certainement à des licenciements en 2014. On s’y attend pour Kouvola et Salo (qui avaient connus des fusions de communes en 2009 et dont la période de carencez arrive donc à échéance).
De plus, la moitié environ des communes, 156, ont décidé d’augmenter leur taux d’impôt sur le revenu pour 2014. Ce taux varie désormais de 16,5% (Kauniainen) à 22,5% (Kitee).
Par ailleurs, les régions hospitalières sont aussi concernées par les plans d’économies. La région hospitalière de Turku va mettre à pied 4 800 personnes et fermer dix unités pour économiser 2,7 millions d’euros d’ici la fin de l’année.
La région hospitalière de Lahti a annoncé un plan social touchant tout le personnel, soit 4000 agents.
HS

Alliance des gauches

M. Arhinmäki a obtenu le mandat pour que le parti reste au gouvernement
Helsingin Sanomat relève que le conseil national et de groupe parlementaire de l’Alliance des gauches se sont réunis, samedi et dimanche, pour décider si le parti reste au gouvernement. Le gouvernement n’a pas encore annoncé les décisions sur les économies concernant les communes, sujet qui intéresse beaucoup les partisans de l’Alliance des gauches. Lors du vote, 43 personnes ont voté en faveur de rester au gouvernement, tandis que 24 auraient voulu quitter le gouvernement. Ce sont surtout les députés qui ont souhaité rester au gouvernement. Mme Anna Kontula est la seule députée à avoir voté contre.
HS/dim/A6

Editorial : « Tout a fini pour le mieux pour M. Arhinmäki »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne que la décision de l’Alliance des gauches est bonne pour le président du parti et aussi pour le parti. « Un parti de cette taille peut influencer seulement s’il est au gouvernement. L’Alliance des gauches ne doit pas oublier que le parti n’est pas automatiquement invité à participer au gouvernement. Il n’y a que le PSD et peut-être l’Alliance verte qui souhaitent sa participation au gouvernement et les deux seulement en raison de leurs propres intérêts. La responsabilité gouvernementale est toujours difficile pour l’Alliance des gauches, surtout parce qu’une partie de ses députés restent dans l’opposition », conclut HS.
HS/lun/A4

Elections européennes

L’Alliance des gauches a nommé des candidats
Keskisuomalainen rapporte que le conseil national de l’Alliance des gauches a désigné 17 candidats en vue des élections européennes. Il en reste trois places libres pour le printemps. Mme Marja Kyllönen, ministre des Transports, a été nommée candidate, ainsi que les députés Annika Lapintie, Kari Uotila, Eila Tiainen et Erkki Virtanen et la présidente des jeunes du parti Li Andersson, et la présidente du conseil national Hanna Sarkkinen.
Le président du parti, M. Paavo Arhinmäki, estime que la liste est suffisamment forte sans qu’il présente lui-même sa candidature.
KS/lun/9

Le Centre a désigné M. Väyrynen
Selon Aamulehti, le conseil national du Parti du centre, réuni hier à Kuopio, a désigné 17 candidats en vue des élections du Parlement européen. Parmi eux, il y a deux parlementaires européens actuels, Mme Anneli Jäätteenmäki et M. Hannu Takkula, ainsi que M. Paavo Väyrynen, ancien président du parti, et M. Mikael Pentikäinen, ancien rédacteur en chef de Helsingin Sanomat. Il y a aussi les députées Elsi Katainen et Mirja Vehkaperä.
Les centristes attendent encore la décision du commissaire européen Olli Rehn, qui devrait annoncer ses intentions avant Noël.
AL/lun/A8

PSD
Demokraatti, organe du PSD, rappelle que le Parti social-démocrate a déjà désigné comme candidats quatre députés, Riitta Myller, Johannes Koskinen, Miapetra Kumpula-Natri et Ilkka Kantola, ainsi que les parlementaires européens actuels Liisa Jaakonsaari et Mitro Repo.
Le secrétaire général du PSD, M. Reijo Paananen, se félicite du fait que les partis politiques finlandais semblent enfin prendre au sérieux les élections européennes.
Mme Tarja Halonen, ancienne présidente, a démenti les rumeurs sur une possible candidature de sa part.
Dem/11

Soins médicaux aux sans papiers
Helsingin Sanomat relève qu’il y a un bras de fer entre les fonctionnaires et les conseillers municipaux de Helsinki concernant les soins médicaux à prévoir pour les sans papiers. Les services sociaux et de la santé de Helsinki ne souhaitent proposer que les soins urgents pour les 5000 sans papiers qui habitent à Helsinki. Les frais concernant les services médicaux plus vastes s’élèveraient à 5 millions d’euros par an concernant ces personnes.
La commission municipale des Affaires sociales et de la Santé évoquera la question demain. Plusieurs membres de la commission rappellent que la question relève des droits de l’homme et que surtout les services aux enfants et aux femmes enceintes devraient être inclus.
HS/sam

France - Finlande

Musique : Concert de Stéphane Denève
Helsingin Sanomat publie une critique du concert de Stéphane Denève, vendredi, à Musiikkitalo. Le chef français dirigeant l’orchestre symphonique de la radio, a joué du Britten, du Roussel et du Ravel.
HS

Théâtre : Duras
Hufvudstadsbladet publie une critique plutôt réservée sur La maladie de mort de Marguerite Duras de la troupe Kurotpn Company qui a eu sa première au Théâtre national, tandis que la critique de Helsingin Sanomat est très favorable.
HBL/sam/40, HS/sam/C17

France

Exposition Vallotton
Kaleva publie une critique de l’exposition Vallotton au musée Van Gogh d’Amsterdam, jusqu’au 1er juin 2014.
Kaleva

Vendredi 22 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Syrie – armes chimiques

Eventualité de détruire les armes syriennes dans la mer
Aucun pays ne souhaite accepter de prendre les armes chimiques syriennes sur son territoire pour y être détruites. L’OPCW et les Etats-Unis sont en train de réfléchir s’il serait possible de les détruire en mer.
Selon Mme Vanninen, directrice de Verifin, il n’y a que la Russie et les Etats-Unis qui disposent d’unités dont la technologie et la capacité seraient suffisantes.
M. Salonius-Pasternak de l’Institut de relations internationales est convaincu que l’on arrivera à trouver une solution, ne serait-ce que pour éviter une situation où on pourrait dire que la lutte contre les armes chimiques manque de fondement. Concernant la Syrie, il estime que le pays sera gagnant : la destruction de ses armes constitue de bonnes nouvelles qui permettront d’enterrer en partie ce qui est négatif.
HS/A22

Conférence climatique de Varsovie

Frustration
M. Jukka Uosukainen, représentant spécial pour les questions climatiques internationales du ministère de l’Environnement, se déclare extrêmement inquiet. Alors qu’il y avait déjà eu des signaux, concernant des rencontres de haut niveau, comme quoi les diminutions d’émissions avançaient, il semblerait que l’on fasse marche arrière maintenant.
La conférence continue malgré tout. Selon M. Uosukainen, la situation délicate actuelle est le résultat d’un travail de plus de dix ans. Chaque fois ce sont les mêmes pays qui mettent des bâtons dans les roues, mais M. Uosukainen souligne qu’il y a eu du progrès aussi.
Concernant la protestation des ONG, Hufvudstadsbladet relève que, pour les ONG finlandais, l’UE laisse à désirer, elle aussi, « elle manque de leadership », selon M. Purje de l’ONG Kepa. Deux ONG sont représentées dans la délégation finlandaise et elles restent à Varsovie, en tout cas pour l’instant.
HS/A15, HBL/15

Russie – Greenpeace

Mme Saarela libérée, hier
La militante de Greenpeace, libérée sous caution, a pu quitter la prison, hier. Il est prévu qu’elle aura une visite médicale et un rendez-vous avec un psychologue. Elle pourra rencontrer ses proches.
Aamulehti estime qu’à l’approche des jeux d’hiver de Sotchi, il est possible que les peines qui seront prononcées contre les militantes de Greenpeace seront légères, du fait que le Président Poutine ne souhaite sans doute pas voir des incidents internationaux à leur veille.
HS/A24, AL/A13

PAC

Accord sur les aides à la Finlande du Sud
La Finlande et la Commission européenne se sont mises d’accord, hier, sur la poursuite des aides nationales concernant la Finlande du Sud. Le ministre finlandais de l’Agriculture, M. Jari Koskinen (conservateur), a rencontré le Commissaire à l’Agriculture, M. Ciolos, sur ce sujet. Les négociations continueront avec les organisations de producteurs agricoles finlandais.
Pour la première fois, un paquet portant sur sept ans a été conclu. Les aides continueront toutefois à diminuer, comme jusqu’à présent. La Finlande pourra subventionner l’élevage de cochons et de volailles (16 millions d’euros jusqu’à 2015, et 6,5 millions en 2020), ainsi que les serres (13,66 millions d’euros et 10,9 millions à la fin de la décennie).
Les aides nationales concernant la viande bovine et la production laitière seront remplacées par des augmentations des aides européennes liées à la production.
Le président de la MTK, confédération des producteurs agricoles, M. Marttila, a exprimé son souci concernant les producteurs finlandais. Il rappelle qu’aucune nouvelle aide européenne n’est prévue. « L’ensemble des agriculteurs finlandais financeront collectivement la suppression de l’aide nationale pour la Finlande du Sud. »
Le nouveau système d’aides remplacera les aides nationales à l’agriculture héritées du traité d’adhésion de la Finlande (dites les aides de l’article 141). M. Koskinen estime que le nouveau système créé un meilleur fondement pour l’avenir.
Aamulehti rappelle qu’en Finlande, le prix au producteur est moins élevé que la moyenne européenne. Si les abattoirs et le commerce avaient une empathie à l’égard de la détresse des éleveurs porcins, ils pourraient faire des concessions en leur faveur en augmentant le prix au producteur.
HS/A33, AL/A6

Echanges scolaires

Les écoles allemandes sont les partenaires les plus populaires
Helsingin Sanomat relève que, selon un rapport récent sur la mobilité internationale des écoles finlandaises, les écoles allemandes sont les partenaires de coopération les plus populaires pour les échanges scolaires. Sont également populaires les écoles suédoises, françaises et russes. Le rapport a été rédigé par le centre de la mobilité internationale Cimo, la Direction de l’enseignement, l’association des communes et l’association des recteurs finlandais.
Environ la moitié des écoles ont répondu à l’enquête. Pendant l’année scolaire 2012-2013, 1 540 voyages d’échanges scolaires ont été organisés. Plus de 11 000 élèves et près de 3 400 enseignants y ont participé. Les lycéens ont participé plus que les collégiens et les filles plus que les garçons.
En 2012-2013, plus de 4 000 enseignants étrangers ont visité la Finlande, ainsi que près de 4 300 élèves.
HS/A14

Etrangers

La Finlande va accorder la sécurité sociale aux ressortissants de pays tiers
Helsingin Sanomat relève que selon un projet de loi du gouvernement, les ressortissants des pays tiers (hors UE donc) auraient le droit à la sécurité sociale finlandaise, à condition que les intéressés travaillent en Finlande pendant quatre mois de suite.
Ce changement devrait concerner environ 1 500 personnes par an. Jusqu’à présent, les personnes des pays tiers ont eu droit à l’assurance maladie uniquement s’ils séjournent en Finlande de façon permanente
HS/A16

Les étrangers auront leur numéro d’identité plus rapidement
Selon Helsingin Sanomat, les étrangers demandant un permis de séjour en Finlande auront leur numéro d’identité (ou numéro de sécurité sociale) plus rapidement qu’avant. Les informations seraient enregistrées dans l’état civil dès la procédure d’octroi de permis de séjour et l’intéressé pourrait obtenir son numéro avant d’arriver dans le pays.
HS/AZ16

Politique intérieure

Police

Mme Räsänen n’a plus confiance en la direction de la police
Helsingin Sanomat rapporte que la direction de la police finlandaise est dans une situation exceptionnelle. La ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, a annoncé jeudi lors d’une conférence de presse qu’elle n’avait plus confiance en M. Mikko Paatero, directeur général de la police, et M. Jukka Riikonen, directeur de la police de Helsinki. Mme Räsänen leur a donné quelques jours pour réfléchir s’ils devaient démissionner.
HS a relevé mardi que la police de Helsinki n’enregistre pas ses sources d’informations et que la surveillance est pratiquement inexistante.
Pour Mme Räsänen, il y a des raisons de soupçonner que, quant aux sources d’informations, la police de Helsinki a violé la loi. Elle a fait une demande d’enquête auprès du bureau du procureur de l’Etat.
M. Riikonen a annoncé jeudi soir qu’il n’envisageait pas de démissionner.
HS/A2

Personnes âgées

Les communes ferment des maisons de retraite
Selon Helsingin Sanomat, que les communes finlandaises, dont Kotka, Lahti et Tampere, sont en train de fermer des maisons de retraite et des hôpitaux et construisent des centres de services. Il y a moins de places dans ces centres. Cela signifie que les personnes âgées vivront chez elles pendant plus longtemps et avec une condition physique moins bonne.
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a désigné un groupe de travail pour étudier des tarifs unis pour les soins.
HS/A3

Nokia

Le siège social de Nokia sera occupé par Microsoft
La plupart des employés de Nokia quitteront les locaux du siège social à Keilaniemi qui seront désormais occupés par Microsoft. En effet, Nokia y était déjà locataire après les avoir vendu à Exilion, en 2012. Les locaux de Nokia Solutions and Networks hébergeront des employés de Nokia qui sont au nombre de 6000 après la vente à Microsoft. Nokia n’a pas révélé combien d’employés seraient installés à Karaportti.
HS/A21

Talvivaara

La décision du tribunal la semaine prochaine
Le tribunal d’Helsinki saisit par Talvivaara prendra position la semaine prochaine pour savoir s’il est possible d’éviter une liquidation. Une possible réorganisation des dettes prendrait plusieurs mois.
HS

Jeudi 21 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Monopoles des jeux

La Commission approuve les monopoles finlandais
La Commission européenne a rejeté les plaintes concernant les monopoles de jeux d’argent de la Finlande.
« La Commission a accepté le modèle finlandais. Et surtout, elle laisse à la Finlande le soin d’en décider », se réjouit le président de Veikkaus, M. Koponen.
HS KS

Aides agricoles

Débat sur les aides finlandaises
Le ministre finlandais de l’Agriculture, M. Jari Koskinen (conservateur), rencontre aujourd’hui à Bruxelles le Commissaire à l’Agriculture. Cela devrait être l’occasion de faire accepter par la Commission de remplacement des aides nationales à l’agriculture héritées du traité d’adhésion de la Finlande (dires les aides de l’article 141). « Cela sera décidé à un niveau politique », estime le secrétaire d’Etat Risto Artjoki.
Les aides dites de l’article 141 vont être transférées sous le régime 149a dit « article Finlande », rapporte M. Artjoki. « Le Parlement et le conseil l’ont accepté. Le ministre et le Commissaire vont le décider » aujourd’hui, explique-t-il.
Au Parlement européen, hier, cette proposition du député conservateur Petri Sarvamaa a été l’objet de critiques des centristes finlandais qui craignent que ce régime ne soit pas durable, mais soumis à une révision tous les sept ans, comme la PAC.
Aamulehti rapporte que, pour la période 2014 – 2020, les aides agricoles au sud de la Finlande vont diminuer de 63 millions d’’uros à 17,4 millions.
AL KS

Quotas de femmes

La chambre de commerce rejette l’idée du PE sur les quotas de femmes
La Finlande est favorable à la proposition du Parlement européen d’imposer un quota d’au moins 40 % concernant le nombre de femmes dans les directoires des entreprises cotées à la bourse. Pour la Finlande, l’objectif fixé pour 2020 est important.
Mme Linnainmaa, vice-directrice générale de la Chambre de commerce de Finlande considère la proposition comme une mesure inutile car, pour elle, les quotas n’ont aucun effet sur le problème. Elle estime que la présence de femmes dans les postes de direction opérationnelle des entreprises serait encore plus importante. Selon les statistiques de la Chambre de commerce, la part de femmes dans les directions des entreprises cotées en bourse est moins de 20 %, alors que dans les directoires, elle est plus de 30 %. « C’est un chiffre très élevé au niveau européen », relève-t-elle.
En 2008 encore, la moitié des entreprises cotées en bourse n’avait que des hommes dans leur directoire. Aujourd’hui, dans 89 % des entreprises, les hommes et les femmes sont représentés.
HS/A30

Russie – Greenpeace

Mme Saarela libérée aujourd’hui ?
La militante de Greenpeace libérée sous caution, pourrait quitter la prison, aujourd’hui.
HS/A25
Iran

Négociations sur le programme nucléaire
M. Salehzadeh, chercheur invité du Collège de défense, estime que l’Iran n’a pas de temps à perdre, compte tenu des sanctions économiques imposées par les pays occidentaux afin que l’Iran modifie son programme nucléaire. Il relève que les Iraniens souffrent des augmentations importantes des prix.
HS/A25

Immigration – religion – habitudes vestiaires

Selon l’ONU, l’interdiction de porter un turban viole la liberté de religion
Helsingin Sanomat rapporte que, soumis à un cas français concernant le port de turban sikh le comité des droits de l’homme de l’ONU a estimé que l’interdiction du port du turban sur un lieu public violait le droit de religion.
A Vantaa, un différend concernant le droit d’un chauffeur de bus de porter un turban sikh au travail est toujours en instance.
M. Ojanen, professeur en droit constitutionnel, estime que, à la lumière du précédent français, il est de plus en plus clair que l’interdiction de la compagnie d’autobus de Vantaa, Veolia transports, manque de fondement du point de vue des droits de l’homme.
L’gence administrative de l’État pour la région de Finlande du Sud a demandé à l’employeur de remettre un rapport sur les mesures à prendre pour fin septembre. Ce rapport est toujours à l’étude. M. Nykänen, directeur de Veolia, laisse entendre que la position de l’employeur n’a pas changé.
Pour l’instant, le chauffeur sikh conduit sans turban.
HS/A19

Elections européennes

Selon un sondage, les Vrais Finlandais gagneront des sièges aux élections européennes
Helsingin Sanomat relève que Yle a publié mercredi les résultats d’un sondage sur l’audience des partis politiques en vue des élections du Parement européen.
Le Parti conservateur est encore numéro un avec une audience de 22,7 %, soit une diminution de 0,7 % par rapport aux élections européennes de 2009. Les conservateurs garderaient les trois sièges qu’ils ont actuellement.
Le Parti du centre arrive deuxième avec une audience de 21,7 % (+2,7 %). Le Centre garderait également ses trois sièges avec ce résultat.
Les Vrais Finlandais ont obtenu une audience de 17 %, soit une augmentation de 7,2 % par rapport à 2009. Ce parti, qui a un siège au Parlement européen en ce moment, en aurait trois.
La popularité du Parti social-démocrate a baissé pour passer de 17,5 % (en 2009) à 15,4 %. Avec ce résultat, le parti aurait deux sièges, le même nombre qu’en ce moment.
L’Alliance verte perdrait un de ses deux sièges, l’audience de ce parti ayant baissé de 12,4 % à 8,1 %.
L’Alliance des gauches (7,1 %) gagnerait le siège que le parti avait perdu en 2009. Le Parti suédois (3,5 %) perdrait son seul siège, de même que les Chrétiens-démocrates (3,6 %).
L’institut Taloustutkimus a effectué ce sondage entre le 4 et le 19 novembre auprès de 2 431 Finlandais.
Yle, HS/A14

Diplomatie

Le MAE finlandais ne compte pas étudier les causes de l’expulsion de la diplomate finlandaise
Turun Sanomat rapporte que le ministère finlandais des Affaires étrangères ne compte pas étudier pourquoi la Russie a expulsé une diplomate finlandaise au printemps dernier. Le directeur aux ressources humaines, M. Vesa Lehtonen, souligne qu’un pays peut expulser un diplomate sans donner une explication.
M. Lehtonen n’a pas commenté les informations d’Uusi Suomi, journal en ligne, qui a annoncé il y a deux jours qu’il s’agissait d’une mesure de rétorsion de la part de la Russie. M. Lehtinen se contente de dire que l’expulsion n’a pas été liée à la personne de la diplomate expulsée.
Le quotidien note que la police de sûreté Supo n’a pas commenté l’affaire à l’agence de presse finlandaise STT.
TS/4

Corruption

Selon Transparency, la Finlande doit améliorer la protection des dénonciateurs
Selon Turun Sanomat, le président de Transparency Finlande, M. Erkki Laukkanen, la Finlande a besoin d’une loi pour protéger les dénonciateurs dans les affaires de corruption. « Nous avons une bonne législation dans pratiquement dans tous les domaines mais ce la est une exception », selon M. Laukkanen.
La ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson, est favorable à l’amélioration de la protection des dénonciateurs. Son objectif est de faire une étude à ce sujet en 2014.
TS/4

Politique intérieure

Gestion des entreprises d’Etat

Débat au Parlement
Un débat sur la gestion des participations de l’Etat dans les entreprises a eu lieu, hier, au Parlement. Helsingin Sanomat rapporte que de nombreux députés ont exprimé la volonté que l’Etat soit plus actif dans la manière de diriger les entreprises publiques ou celles dans lesquelles l’Etat a une participation importante.
Ce débat avait été à l’initiative du député Mauri Pekkarinen (Centre) qui estime que l’Etat devrait vendre certaines participations et investir les fonds dans d’autres entreprises. « Par exemple les participations dans la banque Sampo ou dans Sonera », cite-t-il.
M. Pekkarinen regrette aussi que l’entreprise Solidium, qui gère certaines participations de l’Etat, n’ait pas été plus active dans la gestion de Talvivaara.
Le nouveau ministre responsable de la gestion des participations de l’Etat, M. Haavisto a présenté la politique du gouvernement dans ce domaine. Il a regretté à quel point le rôle de l’Etat pouvait être problématique, qu’il a comparé à « Superman ».
HS KS

Vers une restructuration du secteur des mines ?
Kauppalehti rapporte que le ministère de l’Economie envisagerait la création d’une entreprise publique qui pourrait intervenir dans le cluster des mines pour financer certaines entreprises en difficulté. Le ministre de l’Economie dément tout projet de création d’une entreprise minière d’Etat.
KL

Talvivaara

L’entreprise belge Nyrstar négocie toujours
On ne sait toujours pas si les créanciers de Talvivaara sont prêts à accepter une réorganisation des dettes de l’entreprise.
Talvivaara a parmi ses créanciers, des banques, des institutions, des investisseurs privés, Finnvera, Tekes et des entreprises de services.
La société belge Nyrstar, qui achète le zinc de et l’uranium de Talvivaara serait toujours en négociations pour soutenir Talvivaara.
AL

Fennovoima

Rosatom pourrait avoir un rôle plus important que prévu
Aamulehti rapporte que ce n’est finalement pas Fennovoima mais bien Rosatom qui sera en charge des travaux d’aménagement de la côte et des eaux du site de Hanhikivi. Cela ne devrait pas avoir d’effet pour les sous-traitants finlandais qui seront clients de la filiale de Rosatom NIAEP (Nizhnyi Novgorod Atomenergoproekt).
Les négociations entre Fennovoima et Rosatom continuent. Ce sera Rusatom Overseas qui signera le contrat de fourniture de la centrale et NIAEP qui sera le principal maitre d’œuvre.
AL

Poste

Dérangements prévus en raison d’un conflit de travail
Les négociations en cours concernant le secteur postal n’ont pas apporté de solution jusqu’à présent. Des dérangements ont eu lieu et sont toujours prévus concernant la distribution du courrier.
Les employés des postes souhaitent assurer des « adoucissements » concernant les licenciements prévus dans le secteur.
Les grèves de solidarité du secteur des transports ne sont pas exclues.
HS/A11

Ecole

Selon le syndicat des enseignants, il faut diminuer la taille des classes
Helsingin Sanomat relève que selon M. Olli Luukkainen, président du syndicat des enseignants OAJ, il faut fixer la taille maximale des élèves par classe : 18 élèves dans les deux premières classes, ensuite 20 élèves par classe. Selon les calculs du syndicat, cela couterait environ 110 millions d’euros.
Le syndicat rappelle que le gouvernement a promis d’étudier la diminution des classes avant la fin de l’année mais il n’y a pas encore eu de rapport.
HS/A15

France - Finlande

Exposition : Heureka

Hufvudstadsbladet rend compte de l’exposition sur la folie que le centre scientifique Heureka propose en coopération avec l’Universcience de Paris et Ciência Viva de Lisbonne, jusqu’au 21 septembre 2014. Après Vantaa, l’exposition sera présentée à Paris et à Lisbonne.
HBL/39

Musique : Concert d’Alexis Roman

Keskisuomalainen rapporte qu’après Patrick Gallois la semaine dernière, c’est un autre flutiste français, Alexis Roman, qui a donné, hier, un concert avec l’orchestre philarmonique de Jyväskylä.
KS

Mercredi 20 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Défense

L’UE projette l’achat de drones
Helsingin Sanomat rapporte que l’Union européenne souhaite approfondir sa coopération en matière de politique de sécurité et de défense commune. Plusieurs réunions ministérielles ont été organisées cet automne et les dirigeants doivent évoquer la coopération au conseil européen de Bruxelles avant Noël.
La Finlande fait partie des Etats qui souhaitent l’approfondissement de cette coopération. Selon le ministre finlandais de la Défense, M. Carl Haglund, « en tant pays non membre de l’OTAN, la coopération de défense de l’Union a un rôle plus important pour nous que pour beaucoup d’autres pays membres ».
Les pays membres de l’Union souhaitent développer entre autres le ravitaillement en vol et acheter des drones pour les opérations militaires et civiles. Les drones seraient utiles par exemple dans la surveillance de la Méditerranée. Le ravitaillement en vol et les drones ne sont pas de nouveaux projets. « Il s’agit de projets de développement difficiles », selon M. Haglund.
Il est particulièrement intéressant du point de vue finlandais que le conseil européen de décembre arrive à faire avancer l’ouverture du marché intérieur de la défense. En ce moment, les pays membres protègent jalousement leurs industries de défense. « Le marché intérieur de la défense ne fonctionne pas très bien. Une meilleure ouverture de ce marché serait dans les intérêts de la Finlande », déclare M. Haglund.
Le ministre finlandais attend aussi un débat sur l’avenir des troupes de réaction rapide de l’Union. Cette force de combat n’a jamais été utilisée. « Quels sont l’avenir et la destination de ces troupes, leurs principes et leur niveau d’état d’alerte ? » demande-t-il.
HS estime qu’il n’y aura pas beaucoup de changements même si les pays membres de l’UE ont des objectifs différents concernant l’approfondissement et le renforcement de la politique de défense commune. Les Etats membres ne projettent pas une défense commune ou une nouvelle législation en la matière.
M. Haglund souligne que les grands Etats membres veulent garder la politique étrangère dans leurs propres mains. « Il y a aussi des pays qui ont une industrie de défense importante qu’ils souhaitent protéger. Pour beaucoup de pays européens, l’OTAN est encore le forum principal. Ces faits ne changeront pas », déclare M. Haglund.
Selon le ministre finlandais, il ne faut pas attendre trop de résultats du conseil européen de décembre. L’essentiel est que les dirigeants européens exprimeront leur volonté à l’égard d’un approfondissement de la coopération et de la politique de sécurité. « Je préfère voir ce conseil européen comme une étape importante. »
HS/A26

Conférence climatique de Varsovie

La question du financement des démarches des pays pauvres n’avance pas
Le fonds créé pour le financement des démarches des pays pauvres en faveur du climat attend toujours des financements. Cette question politiquement délicate n’a pas avancé, et la décision sur le fait de savoir comment avancer sur le financement promis à ces pays s’élevant à 100 milliards de dollars annuels relèvera des ministres.
M. Sundman, chercheur au ministère des Affaires étrangères, estime que le financement de longue terme, la capitalisation du Fonds vert pour le climat ainsi que le financement du fonds prévu pour les mesures d’adaptation des pays pauvres souffrant du changement climatique sont toutes des questions délicates.
Le financement accordé par les pays industriels pourrait ouvrir d’autres portes, selon M. Bruun de l’Union finlandaise de protection de la nature.
Selon le ministre de l’Environnement, M. Niinistö, la Finlande envisage d’augmenter son financement de la politique climatique, en 2014. La rallonge budgétaire prévoit 93 millions d’euros à cette fin, dans le cadre des crédits au développement. M. Niinistö relève que cette somme est 30 % de plus que celle de l’année en cours.
HS/A25

Philippines

Selon la Croix rouge, le déchargement du matériel d’aide est lent aux Philippines
M. Löövi, chef des activités d’aide de la Croix rouge finlandaise, qui est sur place aux Philippines, relève que le déchargement des envois d’aide est lent du fait que l’aéroport de Cebu manque d’équipement suffisant pour le matériel qui arrive.
Les Finlandais ont participé à la mise en place d’un centre logistique à l’aéroport. La clinique envoyée de Finlande, lundi, est arrivée. M. Löövi relève que le transport du matériel est difficile, car une partie des routes sont dans un état inutilisable.
HS/A14

Russie - Greenpeace

Mme Saarela a été libérée sous caution
Helsingin Sanomat relève que le tribunal de Primorsk à Saint-Pétersbourg a libéré hier Mme Sini Saarela, militante finlandaise de Greenpeace, sous une caution de deux millions roubles (environ 45 000 euros). Greenpeace a promis de payer la caution. Mme Saarela devrait pouvoir quitter la prison dans les jours à venir.
Le comité d’enquête russe a exigé vendredi dernier que la détention provisoire des 30 militants de Greenpeace soit prolongée de trois mois. Selon la décision du tribunal, un militant australien est le seul qui doit rester en prison avant le procès.
Personne ne sait si Mme Saarela devra rester en Russie jusqu’au procès où si elle a le droit d’attendre le procès en Finlande. Selon l’interprétation de l’avocate de Mme Saarela, Mme Larisa Vasilieva, Mme Saarela peut librement quitter la Russie, mais les autres avocats estiment que les militants n’ont pas le droit de quitter la région de Saint-Pétersbourg. Selon le porte-parole de Greenpeace, M. Patric Salize, personne ne sait quelle est la situation.
Mme Saarela a déclaré hier devant le tribunal, qu’elle n’avait rien à cacher et qu’elle ne regrattait rien. « J’ai agi motivée par la menace directe contre la région arctique et en raison de l’accélération du changement climatique », a-t-elle déclaré. Elle compte participer au procès quoi qu’il en soit. Selon son bref commentaire sur les conditions dans la prison où elle est détenue actuellement, Mme Saarela a dit qu’elles n’étaient pas meilleures que dans la prison précédente de Mourmansk.
HS note que parmi les 30 militants de Greenpeace détenus en Russie, il y a 22 hommes et 8 femmes. Les militants représentent 18 pays. La plus jeune est l’Argentine Camilla Speziale, 22 ans, et le plus âgé l’Américain Peter Willcox, 60 ans, qui a été entre autres capitaine du bateau Rainbow Warrior. Le quotidien note que les attitudes des différents pays varient beaucoup, par exemple les autorités turques se sont tues concernant l’arrestation du Turc Gizem Akhan, âgé de 25 ans.
HS/A22

Chine - Finlande

Huawei n’a pas promis d’investir en Finlande
Le groupe chinois Huawei qui dispose d’un centre de R&D employant plus de 30 personnes à Helsinki n’a finalement pas promis de renforcer rapporte HS.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

M. Arhinmäki se prononcera samedi
Le ministre de la Culture et président de l’Alliance des Gauches déclare que, à l’heure actuelle, il serait prêt à ce que son parti continue au gouvernement. Selon lui, durant les deux années et demi de la législature, l’Alliance des gauches a un bilan positif à présenter de sa participation au gouvernement. Il pense aussi que, pour le reste de la législature et les décisions importantes à prendre, par exemple sur la réforme des retraites et les décisions fiscales du printemps prochain, il serait bon que son parti reste au gouvernement. Il doute que, dans l’opposition, l’audience du parti augmente beaucoup.
Le conseil de l’Alliance des gauches devrait décider de se maintenir ou non au gouvernement samedi.
AL

Réformes structurelles

Les décisions sur les réformes structurelles pressent
Helsingin Sanomat rappelle que les décisions concrètes du gouvernement sur la pquet de réformes structurelles devraient être prises au plus tard vendredi 29 novembre. Or, la principale réforme concernant la diminution des missions des communes pour réaliser un milliard d’économies manque toujours. Le groupe de travail dirigé par le secrétaire d’Etat aux Finances Martti Hetemäki doit remettre ses conclusions vendredi 22 novembre. On attend notamment des diminutions dans le personnel de la santé et des affaires sociales et de l’éduction (par le biais d’augmentation de la taille des classes).
En outre la réforme des services sociaux et de santé, Sote, est toujours en cours. Elle devrait être bouclée à la fin du mois pour que le gouvernement en approuve le projet lors de sa réunion du 19 décembre.
Enfin, le gouvernement souhaite aussi réaliser un milliard d’économies par une réforme des dotations aux communes.
HS

Modification du projet de budget
Le gouvernement a présenté, hier, ses décisions concernant la modification du projet de budget 2014, actuellement étudié par le parlement.
Ces modifications visent à prendre en compte les conventions salariales (et les incitations fiscales destinées à compenser la modération salariale) ainsi que les premières mesures du plan de réformes structurelles. Ainsi les allocations pour les étudiants vont augmenter (mais seront versées moins de trimestres). De même les barèmes des tranches pour l’impôt sur le revenu vont être revus à la hausse.
Au total, les modifications au projet de budget devraient entraîner de nouvelles dépenses pour 108 millions d ‘euros et des baisses de recettes pour 261 millions.
En 2014, l’Etat devra donc creuser la dette finlandaise de 7,1 milliards d’euros.
HS

Pauvreté

La pauvreté ne pousse pas forcément à l’exclusion
Helsingin Sanomat rend compte d’une étude sur l’exclusion sociale des jeunes qui souligne l’importance de concentrer les mesures de soutien à un seul service au moyen d’une meilleure coopération entre les autorités.
La pauvreté, c’est-à-dire le fait que les parents aient reçu le RMI n’est pas un facteur qui se transmet automatiquement de manière héréditaire. Le fait que l’enfant a été concerné par des mesures de protection de l’enfance, ou qu’il ait consommé des psychotropes sont des risques plus importants que la pauvreté pour une exclusion.
Plus de 60% des jeunes de familles ayant recouru au RMI travaillent, alors que concernant les deux autres groupes, le nombre des jeunes ayant trouvé un emploi est de l’ordre de 44%.
Les chercheurs ayant rédigé l’étude estiment qu’augmenter la scolarité obligatoire à 17 ans, comme évoqué ces derniers temps, ne suffit pas. Pour eux, il faudrait que les communes aient la responsabilité de suivre l’évolution de chaque jeune jusqu’à l’âge de 20 ans.
Mme Brax, députée de l’Alliance verte, présidente de la commission du contrôle des comptes ayant commandé l’étude, se félicite des résultats de l’étude et les considère comme rassurants dans le sens que les prévisions sur le caractère héréditaire de la pauvreté et sur la transformation de la Finlande en une société de classes ne sont pas évidentes.
HS/A10

Solidium

M. Haavisto veut réformer la gestion des participations de l’Etat
Après le ministre de l’Economie qui a critiqué la gestion de Talvivaara par l’entreprise d’Etat Solidium, le ministre du Développement, M. Pekka Haavisto, en charge de la gestion des entreprises d’Etats a déclaré que l’on pouvait développer la gestion des participations de l’Etat dans les entreprises afin qu’elles servent aussi d’outils pour maitriser les restructurations industrielles.
Il prend en exemple la création de l’entreprise d’Etat Governia Oy qui a acquis Corenet Oy qui gère le système d’information du réseau ferré finlandais.
Selon M. Haavisto, si de telles acquisitions étaient à l’avenir aussi sous la responsabilité de la direction de la gestion des entreprises publiques, cela permettrait à Solidium de se concentrer sur les participations financières où la direction politique est minimisée.
HS

Nokia

Confirmation de la vente à Microsoft
L’assemblée générale de Nokia a approuvé la vente à Microsoft de la branche Mobiles de Nokia pour la somme annoncée de 5,44 milliards d’euros à compter du 1er janvier 2014.
Nokia conservera la partie la plus rentable de son activité et 6000 emplois en Finlande.
HS
France - Finlande

Cinéma

Un film finlandais au festival Belfort Entrevues
Helsingin Sanomat présenté l’auteur kurde Zagros Manuchar dont le premier film Salpa
(Verrou) participe, comme unique film nordique, au concours du festival Belfort Entrevues.
HS note que ce film est le premier réalisé en Finlande par un cinéaste d’origine immigrée.
HS/B11

Mardi 19 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Sommet climatique de Varsovie

La Finlande souhaite une solution sur les forêts
Helsingin Sanomat relève qu’un thème important pour la Finlande, les forêts et l’affectation des sols, a été évoqué au début de la deuxième semaine des négociations climatiques de Varsovie. Le ministre finlandais de l’Environnement, M. Ville Niinistö, a coprésidé une rencontre ministérielle sur l’utilisation durable et efficace des forêts. L’affectation des sols aura un grand rôle dans le futur accord climatique qui entrerait en vigueur en 2020.
M. Niinistö souhaite aussi une solution concernant les puits de carbone. La Finlande souffre de la décision prise au sommet de Dublin en 2011 qui sanctionne la Finlande pour la diminution de superficie forestière.
HS/A12

Monopoles des jeux

La Commission se prononcera jeudi
La Commission européenne qui a été saisie par de nombreuses plaintes contre les monopoles des jeux en Europe devrait se prononcer jeudi.
La Finlande est concernée puisque ses trois monopoles (Veikkaus, Ray et Fintoto) ont un chiffre d’affaires de 1,7 milliard d’euros et reversent à la culture, la science, la jeunesse et le sport 1,1 milliard d’euros par an.
KL

Pays nordiques

Propos du président Niinistö
Hufvudstadsbladet rapporte que le Président Sauli Niinistö, qui a participé lundi à un séminaire de l’association nordique Pohjola-Norden à Helsinki, a défendu la cause de la langue suédoise en Finlande, ainsi que celle de la coopération nordique.
« J’ai remarqué lors de la rencontre entre le président Obama et les dirigeants nordiques que ce que disent les pays nordiques est écouté par les Etats-Unis. Les autres nous voient comme un ensemble. Pendant les années, j’ai passé beaucoup de temps avec nos voisins nordiques et je dois dire que la coopération n’a jamais été aussi aisée et naturelle qu’en ce moment. » Pour M. Niinistö, la coopération militaire dans le cadre des exercices aériens de Nordefco est un pas concret en avant dans la coopération.
HBL/7

Russie

La Russie a expulsé une diplomate finlandaise
Selon les informations d’Uusi Suomi, journal en ligne, la Russie a expulsé une diplomate finlandaise, Mme Nina Hellström, qui avait été nommée conseillère chargée des affaires agricoles à l’ambassade de Finlande à Moscou en septembre 2012. Il s’agirait d’une mesure de rétorsion de la part de la Russie. M. Vesa Lehtonen, directeur aux ressources humaines au ministère finlandais des Affaires étrangères, souligne que le motif de l’expulsion ne dépendait pas de l’intéressée. « Il ne s’agit pas spécialement des relations finno-russes », selon M. Lehtonen. Il note que les expulsions des diplomates sont rares. La dernière expulsion d’un diplomate finlandais par les autorités russes date de 2008.
US

Chine - Finlande

Huawei investit en Finlande
Le groupe chinois Huawei qui dispose d’un centre de R&D employant plus de 30 personnes à Helsinki a annoncé qu’il allait renforcer ce centre qui devrait employer jusqu’à une centaine de personnes dans les cinq prochaines années.
HS

Politique intérieure

Nokia

« Après l’ivresse de Nokia, la gueule de bois » IS
« Quoi pour remplacer Nokia ? » IS
Aujourd’hui, l’assemblée générale de Nokia devrait approuver la vente à Microsoft de la branche Mobiles de Nokia.
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori estime que ce n’est qu’aujourd’hui que les Finladnais se rendent compte de l’exception qu’a constitué Nokia dans la richesse du pays durant les dernières décennies.
« Une grande partie de la prospérité de la Finlande du milieu des années 90 au milieu des années 200 n’était pas lié à la réussite du pays, comme nous le pensions, mais uniquement à celled ‘une entreprise, Nokia. Nous sommes désormais revenus à la situation normale. « 
« Je ne pense pas qu’il y ait dans l’histoire des pays occidentaux d’autre exemple où une entreprise particulière aurait eu un rôle si déterminant dans l’économie nationale d’un pays comme Nokia a pu l’avoir en Finlande. Nokia a en fait contribué à fausser les chiffres de l’économie finlandaise. »
« Nous n’avons pas alors compris que la réussite de Nokia pourrait être temporaire. Sur la base de cette réussite provisoire, nous avons construit une dépense publique permanente », dit-il.
En effet, le problème de la « gueule de bois causée par la perte de Nokia » est qu’elle n’est pas liée seulement à la perte des emplois et des recettes de Nokia. C’est aussi que les gouvernants ont créé de nouvelles dépenses publiques grâce au financement dont ils disposaient grâce aux recettes de Nokia.
La part de Nokia dans le PIB finlandais était entre 2001 et 2007 entre 2,9 et 3,8 point de PIB. « C’est un montant extraordinaire quand on pense que l’on peine à atteindre aujourd’hui entre 0,5% et 1% de croissance. Aux meilleures années, Nokia reversait 1,3 milliards d’euros par an au seul titre de l’impôt sur les sociétés. Quand une telle somme disparait complètement, on peut imaginer quelle importance cela a dans le budget ».
Interrogé sur les secteurs susceptibles de remplacer Nokia dans l’économie finlandaise, le ministre cite l’industrie du jeu informatique, les bioindustries et le cleantech.
IS

Réformes structurelles

Le directeur de l’inspection des finances craint que l’Etat soit figé
Helisngin Sanomat publie une interview du directeur de l’Inspection des finances de l’Etat, M. Tuomas Pöysti qui exprime son inquiétude concernant la capacité du gouvernement à prendre des décisions pour réformer l’Etat. En témoignent les difficultés à mettre en œuvre le projet de réformes structurelles.
« Le problème est que si l’on trouve une solution quelque part, cela pose des problèmes ailleurs dans un autre domaine », dit-il. Et il est impossible de les résoudre si le système de décision ne fonctionne pas.
« La réforme des services sociaux Sote a été abordée par le biais d’une réforme des organisations (la carte des communes) alors qu’il aurait fallu regarder plus largement à l’organisation des services et surtout à leur financement », estime-t-il.
HS

Talvivaara

M. Vapaavuori critique Solidium
Le ministre de l’Economie estime que dans la gestion de Talvivaara, l’entreprise d’Etat Solidium a été « faible et passive ». « Il aurait été souhaitable que lorsque les problèmes de financement de Talvivaara se sont aggravés, Solidium ait plus tôt et plus activement recherché des solutions et imaginé différends scénarios ».
Au printemps dernier, Solidium a investi 47 millions d‘euros supplémentaires dans Talvivaara. Au total ce sont 149 millions d‘euros que Solidium a placé dans Talvivaara. Or la valeur de ses actions n’est plus que de 10 millions d’euros. « Il semble que Solidium a déjà passé par pertes et profits ses placements dans Talvivaara et réfléchit à de nouveaux investissements », regrette M. Vapaavuori.
Selon lui, il faudrait analyser l’expérience de Talvivaara et revoir la gestion des participations de l’Etat dans les entreprises. Actuellement, ces participations sont divisées en deux groupes en fonction de savoir si elles sont considérées comme des placements purement financiers (gérés par Solidium) ou s’il s’agit d’entreprises qui ont un rôle particulier (gérés par le ministère).
« TeliaSonera est un placement purement financier, mais Outokumpu ne l’est pas forcément. Sur la base de l’expérience de Talvivaara, il faudrait réfléchir par exemple si Solidium est le moyen idoine pour gérer les participations de l’Etat dans Outokumpu », estime M. Vapaavuori.
HS

Bois-Papier

Inauguration de la scierie la plus moderne au monde
Le ministre de l’économie a inauguré, hier, à Vilppula, la nouvelle scierie de Metsä group qui sera capable de produire 450 000 m3 par an en employant seulement une centaine de personnes. La modernisation de la scierie qui a couté 30 millions d‘euros a permis de supprimer 40 emplois.
La Finlande produit environ 9 millions de m3 produits de scieries chaque année ; au mieux de la production c’était il y a quelques années 123,7 millions de m3.
HS

Aviation

Finnair a aidé à l’accord social
Le litige concernant le personnel des services de catering a été résolu, ce qui a mis fin au risque de grève des transports. L’opportunité que l’employeur change de convention collective concernant ses employés afin d’en obtenir une qui lui est plus avantageuse, a suscité un débat animé.
Finnair a soutenu le groupe allemand LSG appartenant à Lufthansa, qui assure les services de catering, afin d’éviter la grève. Finnair n’a pas révélé comment. HS rappelle que Finnair avait décidé de sous-traiter ses activités de catering à LSG en attendant de les lui vendre.
HS/A11

Social

ISS met à pied 12 000 personnes
Le groupe de services immobiliers ISS group a commencé un plan social visant à mettre en chômage technique tout son personnel, soit près de 12 000 personnes, pour deux jours afin de faire des économies.
HS

Justice

La ministre de la Justice propose une étude sur l’allègement des peines
Selon Helsingin Sanomat, la ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson, souhaite avoir un compte-rendu sur les effets de l’allègement des peines des primodélinquants sur les récidivistes.
On considère comme primodélinquant une personne qui n’a pas été condamnée à une peine de prison pendant les trois années précédentes. Un primodélinquant peut être mis en liberté conditionnelle après avoir purgé la moitié de sa peine. Un prisonnier, qui a eu moins de 21 ans au moment de commettre le crime, peut être remis en liberté conditionnelle après avoir purgé un tiers de sa peine.
Mme Henriksson estime que les raisons du traitement spécial des jeunes doivent être étudiées. Mme Päivi Räsänen, ministre de l’Intérieur, estime que le caractère de primodélinquant pourrait être supprimé quant aux crimes graves, comme les homicides.
HS/A10

Police

« La police anti-drogue joue avec ses propres règles du jeu » HS
Helsingin Sanomat relève que selon plusieurs sources, la police de Helsinki a omis de contrôler l’action de la police anti-drogue. Selon le directeur d’enquête sur les soupçons concernant le chef de la police anti-drogue, M. Aarnio, l’enquête vise uniquement des policiers isolés. Il n’y a pas lieu de soupçonner la police de Helsinki dans son ensemble.
Des rumeurs concernant le mode d’action de la police anti-drogue courent depuis des années, mais la direction de la police n’a pas enquêté sur ces questions ni n’a resserré la surveillance. Selon des personnes interviewées par HS, les problèmes entre la police et la police anti-drogue, ainsi qu’entre elle et la police judiciaire sont liés aux sources d’informations.
Concernant l’équipement de surveillance acheté à Trevoc, groupe impliqué dans l’enquête, HS relève que les douanes envisagent de ne plus les utiliser. La Sûreté nationale et la police de Helsinki ne souhaitent pas commenter cette question.
HS/A6-8

Tempête

Plus de 20 000 foyers n’avaient toujours pas d’électricité lundi
Keskisuomalainen relève que la tempête Eino a fait rage en Finlande dimanche. Depuis l’an 2000, il n’y a eu que deux tempêtes plus fortes dans ce pays (Tapani en décembre 2011 et Janika en novembre 2011). Lundi soir, près de 20 000 foyers finlandais étaient encore sans électricité, dimanche il y en avait environ 200 000.
Les compagnies d’assurance ont commencé l’évaluation des dégâts.
KS/7, HS/A9

Sondage sur la culture

Pour 83 % des Finlandais, la fonction de l’art est de divertir
Les vrais Finlandais se différencient du reste des personnes interrogées
La fondation nationale culturelle a fait effectuer un sondage auprès de plus de 8000 personnes sur l’importance de la culture.
Selon ce sondage, le service culturel le plus important pour les Finlandais est la bibliothèque. Le cinéma, les musées et le théâtre constituent les sorties culturelles les plus importantes.
6 % des personnes interrogées sont des consommateurs « massifs » de culture, alors que 20 % évitent les événements culturels.
La plupart considèrent comme important l’expérience esthétique et le fait que l’art réunit les gens et favorise le bien-être. Les Finlandais sont divisés en ce qui concerne le fait de savoir si l’art devrait évoquer des problèmes sociaux : alors que 47 % estiment qu’il faut le faire, 48 % pensent l’inverse.
Compte tenu de l’affiliation politique, les avis sur l’importance de la culture varient considérablement : alors que 68 % des électeurs des Verts, 63 % de ceux de l’Alliance des gauches et 51 % des sociaux-démocrates la considèrent comme essentielle pour eux et pour leur bien-être, 23 % seulement des sympathisants des Vrais finlandais le pensent.
HS/B1

France - Finlande

Théâtre

Festival de théâtre de marionnettes de Turku
Demokraatti publie des critiques des spectacles La mer en pointillé de Serge Boulier et Kamikaze ? de Cédric Hingouët, tous deux joués au festival de théâtre de marionnettes de Turku TIP-Fest, samedi et vendredi soir.
Dem

France

Société

« Un tireur a fait feu à la rédaction d’un journal à paris » TS
Turun Sanomat rend compte du fait divers survenu, hier, à paris.
TS

Lundi 18 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Russie – Greenpeace

La Russie veut prolonger la détention provisoire
La consulte de Finlande à Saint-Pétersbourg, Mme Virpi Hanhikoski a déclaré que le ministère public russe avait confirmé qu’il souhaitait prolonger de trois mois la détention provisoire des militants de Greenpeace.
Elle a pu rencontrer la militante finlandaise en prison, Mme Saarela, vendredi.
HS

Philippines

La Croix rouge finlandaise enverra sa clinique aux Philippines, aujourd’hui
La clinique de la Croix rouge finlandaise sera envoyée aux Philippines, aujourd’hui. Le ministère des Affaires étrangères a prévu de participer au financement de la clinique dont les frais s’élèvent de 600 000 à 750 000 euros.
La Croix rouge finlandaise a déjà envoyé 250 000 euros aux Philippines pour que la Croix rouge locale puisse entamer le travail.
Kaleva/sam/14

Syrie

La Finlande pourrait participer à la destruction des déchets des armes chimiques – mais pas en Finlande
Helsingin Sanomat relève que la Finlande est en train de réfléchir si elle peut aider l’ONU et l’OPCW dans l’opération de démantèlement des armes chimiques syriennes. Le ministère des Affaires étrangères est en train d’étudier quelles possibilités la Finlande aurait de participer à la destruction de ces armes, relève M. Virri, chef de la direction du contrôle du désarmement.
M. Virri relève que l’ONU et l’OPCW sont en train de dresser un bilan des pays qui pourraient aider dans l’opération. La Finlande a été informée des besoins. Détruire des armes sur le territoire finlandais est toutefois exclu, selon M. Virri, qui relève que la procédure est complexe. La Finlande pourrait participer à une des phases, par exemple au traitement des déchets issus du processus de destruction.
Le ministère s’est renseigné auprès d’Ekokem, groupe qui gère les déchets dangereux, sur les possibilités techniques de traiter les déchets en question. Ekokem relève qu’il en a la capacité.
HS/dim/B3, Kaleva/dim/7

Aide au développement

La Finlande bien située dans une comparaison de l’institut CGD
Helsingin Sanomat rend compte d’une étude internationale de l’institut américain Center for Global Development sur l’efficacité de l’action des pays riches dans le domaine de l’aide au développement. La Finlande se situe au cinquième rang, après notamment d’autres pays nordiques. Elle occupait le septième rang en 2012.
L’indice du CGD tient compte, outre la part du PIB consacrée à l’aide au développement, notamment de la politique environnementale, de l’immigration, de la participation aux démarches augmentant la sécurité au niveau international, et du développement des technologies et leur diffusion dans les pays pauvres.
Le CGD qualifie l’aide au développement finlandaise comme de haute qualité et note que le gouvernement soutient les investissements dans les pays en voie de développement.
Le ministère des Affaires étrangères considère l’étude comme intéressante et fiable.
HS/lun/A11

Budget des Etats membres de l’UE

Le budget finlandais au crible de l’UE
La Finlande n’est plus un élève modèle de l’UE
Helsingin Sanomat rapporte que la Commission a étudié le budget finlandais et exprimé à cette occasion son inquiétude concernant l’augmentation de la dette publique qui va dépasser la limite de 60% du PIB.
Le président de la Commission des Finances du parlement, M. Kimmo Sasi (conservateur) estime que les critiques de la Commission à l’égard de la Finlande sont fondées. Le vice-président de cette commission, M. Pentti Kettunen (Vrais Finlandais) considère au contraire que la Commission n’a pas droit de regard sur le budget de la Finlande.
HS KS

Elections européennes

M. Soini veut faire trembler la tour de Babel
Helsingin Sanomat rapporte que le rêve le plus cher du président des Vrais Finlandais Timo Soini serait de permettre le rapprochement des deux groupes euro-sceptiques du parlement européen, ELD (où siège le député des Vrais Finlandais) et ECR. M. Soini aurait vraiment eu envie d’être candidat. « Dans le jeu politique, une telle opportunité ne se présentera peut-être plus. Cette fois-ci on peut vraiment faire trembler la tour de Babel ». M. Soini pense que les eurosceptiques auront au moins une centaine de sièges aux prochaines européennes. »
Son plus grand rêve serait que l’UKIP britannique de l’ELD et les conservateurs britanniques du ECR arrivent à un compromis qui permettrait de construire autour d’eux un groupe d’euros-sceptiques au parlement européen.
Mme si M. Soini n’est pas candidat, il entend faire campagne, en Finlande et en Europe. « Je conviens à tous ces mouvements eurosceptiques. Je suis critique [contre l’UE] mais suffisamment modéré et hygiénique, et j’arrive à m’entendre avec les gens », dit-il.
M. Soini estime qu’il est compréhensible que l’échiquier politique européen soit en crise : « On voit ce qui arrive quand la droite tourne le dos au conservatisme et la gauche aux ouvriers. En France, la droite n’a pas défendu les valeurs traditionnelles comme le mariage et la gauche est aux ordres du Kremlin d’aujourd’hui, c’est-à-dire de Bruxelles ».
HS

Les partis politiques peuvent désigner 20 candidats
Aamulehti rapporte que les partis politiques – où les associations électorales - pourront désigner chacun au maximum 20 candidats pour les élections du Parlement européen qui seront organisée en Finlande le dimanche 25 mai 2014. Sur les 751 membres du Parlement européen, 13 seront élus par les Finlandais. Le taux de participation est traditionnellement peu élevé aux élections européennes : en 2009, il a été de 40,3 % en Finlande.
Les partis sont déjà en train de désigner leurs candidats, les derniers candidats devront été nommés en avril 2014. Les experts estiment que des candidats connus seront présentés au cours du printemps.
Le politologue Erkka Railo de l’université de Turku souligne qu’en Finlande, il s’agit d’élections qui se concentrent sur les personnes. Comme il n’y a qu’une seule circonscription, les candidats doivent être connus dans tout le pays pour être élus.
AL/dim/A7

Budgets électoraux
Selon Keskisuomalainen, il y a de grandes différences entre les budgets électoraux des partis politiques. Les budgets varient entre un peu plus de 100 000 euros et 500 000 euros. Le PSD (500 000 euros), le Parti conservateur (400 000 euros) et le Parti suédois (environ 500 000 euros) ont les budgets les plus importants, suivis de l’Alliance des gauches (330 000 euros), du Centre (environ 300 000 euros), des Vrais Finlandais (« quelques centaines de milliers », selon M. Kai Järvikare, responsable budgétaire du parti), des Chrétiens-démocrates (environ 130 000 euros) et de l’Alliance verte (110 000 euros plus 25 000 pour les salaires).
KS/sam/12

Candidature éventuelle de M. Rehn
M. Olli Rehn, commissaire européen et vice-président de la Commission, estime qu’il prendrait sa décision sur une éventuelle candidature aux élections européennes avant Noël. Il pourrait briquer la tête de liste des libéraux européens (ALDE) comme M. Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge. M. Rehn n’exclut pas non plus une candidature même s’il n’est pas nommé tête de liste.
AL/dim/A7

Candidature de Mme Kumpula-Natri
Selon Aamulehti, la députée social-démocrate Miapetra Kumpula-Natri, présidente de la Grande commission du Parlement, a présenté sa candidature en vue des élections européennes.
M. Kimmo Kiljunen, ancien député social-démocrate, actuel envoyé spécial du ministre des Affaires étrangères, a également annoncé sa candidature.
AL/dim/A7

Politique intérieure

Gouvernement : Litige sur l’âge de la scolarité obligatoire
Helsingin Sanomat relève qu’il y a actuellement au gouvernement un litige entre le Parti conservateur et le PSD sur l’âge de la scolarité obligatoire.
La ministre social-démocrate de l’Education, Mme Krista Kiuru, mène l’augmentation de l’âge de la scolarité obligatoire de 16 à 17 ans, même si les communes doivent faire des économies au niveau d’un milliard d’euros en raison de la réforme structurelle.
Tous les partis ont dû faire des compromis lors des négociations budgétaires en août dernier : les sociaux-démocrates ont dû avaler les fusions forcées des communes et les conservateurs l’augmentation de l’âge de la scolarité obligatoire.
Les deux partis ne sont toutefois pas d’accord sur ce que cette décision signifie en pratique. Le PSD veut que l’augmentation de l’âge de la scolarité obligatoire concerne tous les jeunes de 16-17 ans, tandis que le Parti conservateur, ainsi que le l’Alliance verte et le Parti suédois, s’y opposent fermement. Ces partis veulent que la réforme ne concerne que les jeunes n’ayant pas obtenu une place dans un établissement scolaire après le collège. Il y en a un peu moins de 4 000 par an.
Le litige doit être résolu prochainement parce que le gouvernement prendrait les décisions sur le programme structurel cette semaine et la semaine prochaine.
HS/sam/A12

Ecole : Etudes linguistiques
Turun Sanomat rapporte que selon Mme Anna-Kaisa Mustaparta, conseillère à la Direction générale de l’éducation, même si l’allemand est la langue la plus populaire parmi les langues B2 (cursus court), le français est devenu plus populaire dans la région de la capitale.
L’anglais est toujours la langue A (cursus long) la plus populaire avec 91 %. Les études de la langue A débutent en troisième classe de l’école primaire.
TS/sam/14

Talvivaara
Talvivaara a pris l’initiative de déposer une demande de réorganisation de ses dettes, devant le tribunal d’instance d’Helsinki, vendredi. L’entreprise a besoin de 40 millions d‘euros pendant la durée de la procédure, sinon elle sera liquidée.
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori a souligné vendredi que l’Etat ne souhaitait pas financer seul Talvivaara.
Le Premier ministre a déclaré qu’il était difficile de dire quel était l’avenir de l’entreprise. Il a souligné que la décision de déposer le bilan était celle de l’entreprise et que l’Etat n’avait pas à se prononcer.
L’Etat a investi, par le biais de Solidium, 149 millions d‘euros dans Talvivaara. Au cours de vendredi, la valeur de ces actions était tombée à 13 millions d‘euros. Solidium possède 17% de Talvivaara.
Par ailleurs, 76000 petits actionnaires finlandais ont investi dans Talvivaara. L’entreprise est endettée à hauteur de 500 millions d‘euros.
Talvivaara emploie directement 700 personnes et indirectement 800 dans la région de Kainuu.
HS KS AL

Aviation : Risque de grève des transports
Le litige sur les conditions de travail des 400 employés des services de catering de Finnair reste toujours sans solution. Les négociations avec le médiateur national, M. Lonka, ont été interrompues sans résultat, hier. Le ministre du Travail, M. Ihalainen, en appelle aux parties.
Finnair a délocalisé les services de catering à un groupe allemand qui souhaite appliquer une convention collective moins favorable pour ses employés.
S’il n’y a pas d’accord pour demain, les syndicats du domaine des transports (aviation et ports) entameront une grève de solidarité qui paralysera les exportations. M. Ihalainen souligne le sérieux de la situation du point de vue de la situation économique fragile, des exportations et de l’emploi. M. Lonka a remis une proposition d’accord, ce matin, à laquelle les parties sont censées répondre pour 13h.
HS/lun/A14, www.hs.fi

Casques bleus : Une loi sur les accidents
Selon Helsingin Sanomat, Mme Paula Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a annoncé vendredi qu’une loi spéciale concernant les accidents des casques bleus et autres personnes dans les missions de gestion de crise serait possible. « Une des questions importantes est de pouvoir garantir la rééducation psychique et psycho-sociale après la mission », selon la ministre.
HS/sam/A20

Halonen nommée à la tête du WWF Finlande
Selon les informations de Helsingin Sanomat, la présidente Tarja Halonen serait nommée à la présidence du World Wildlife Fund. L’ancien président de la fondation, M. Pekka Haavisto, a quitté ce poste après avoir été nommé ministre.
Mme Halonen a eu beaucoup de coopération avec le WWF déjà quand elle était présidente. Le programme Living Himalayas est actuellement placé sous son patronage.
Le WWF Finlande a été créée il y a 40 ans.
HS/sam/A20

Police

Le groupe qui a fourni des équipements techniques à la police a des liens avec une organisation criminelle
La semaine dernière, on a su que le chef de la police anti-drogue, M. Aarnio, était soupçonné d’avoir accepté de pots-de-vin d’une entreprise privé, Trevoc, qui a fourni des équipements techniques de surveillance à la police.
Ce week-end, les journaux relèvent que Trevoc a des liens avec l’organisation criminelle United Brotherhood. Parmi les actionnaires de Trevoc, il y a un groupe fondé par la sœur du président de United Brotherhood.
M. Paatero, chef de la police, relève que si ces liens avaient été connus, la police n’aurait pas fait les acquisitions en question par Trevoc. Il souligne qu’il s’agit maintenant d’attendre que l’enquête en la matière avance.
Mme Räsänen, ministre de l’Intérieur, considère la situation comme extrêmement grave, à l’instar de M. Paatero. Elle se demande s’il s’agit d’un policier isolé, de quelques policiers isolés ou bien est-ce qu’un nombre important de supérieurs ont été au courant. Elle souhaite que la confiance dans la police puisse être maintenue et souligne, de ce fait, l’importance d’une enquête précise en la matière.
HS/lun/A8

Nucléaire : Création de Finnatom
Kauppalehti rapporte que six sociétés de consulting ont décidé de créer une organisation les regroupant sous le nom de Finnatom. Il s’agit de TSS Group, Power CS, Audacon, Intekno, Tapro et Termeca, qui comptent une centaine d’employés. L’objectif est de travailler avec de grandes entreprises dans les projets de construction de centrales.
KL

Slush
Cette année, Slush a réuni 5 000 participants, un millier d’entreprises, plus de 500 investisseurs et plus de 300 journalistes, rapporte Helsingin Sanomat.
HS

France - Finlande

Théâtre
« L’Homme dans la machine » TS
« La vie est affaire de kamikaze » TS
Turun Sanomat publie deux bonnes critiques des spectacles La mer en pointillé de Serge Boulier et Kamikaze ? de Cédric Hingouët, tous deux joués au festival de théâtre de marionnettes de Turku TIP-Fest, samedi et vendredi soir.
TS

Musique : Concert de Marc Soustrot
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du concert de Marc Soustrot, vendredi, à Musiikkitalo. Le chef français dirigeant pour la première fois l’orchestre symphonique d’Helsinki. HS

Bande dessinée : Perkeros en français
Helsingin Sanomat annonce la publication par la maison belge Casterman du groupe français Flammarion de la bande dessinée Perkeros de JP Ahonen et KP Alare sur le rock.
HS

Littérature : Mort à crédit en finnois
Demokraatti publie une critique de la traduction en finnois par Sirkka Aulanko d’un classique de la littérature française du siècle dernier, Mort à crédit de Céline, publié chez Siltala.
Dem

France

Culture : La biennale de Lyon
Helsingin Sanomat publie un long reportage sur la Biennale de Lyon qui a lieu actuellement et jusqu’au 5 janvier dans les principaux musées de la ville.
HS

Société : 608 heures par an dans les transports
Aamulehti publie un article de Patrick le Louarn sur le temps passé dans les transports pour les habitants de la région pariesienne.
AL

Presse : Un journal sans photos
Helsingin Sanomat rapporte que, pour défendre les photographes de presse, Libération a publié une édition sans photos.
HS

Vendredi 15 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Philippines

La Croix rouge finlandaise enverra une clinique aux Philippines, la semaine prochaine
Les Finlandais ont fait des dons pour 570 000 euros aux Philippines par la Croix rouge finlandaise. L’organisation enverra dans ce pays, la semaine prochaine, une clinique composée de sept tentes ainsi que du personnel médical. Quatre personnes chargées de la logistique partent aujourd’hui aux Philippines afin d’assister dans le travail pour faire parvenir l’aide.
HS/A14

Russie – Greenpeace

Propos de Mme Halonen
Ilta-Sanomat relève que la Présidente, Mme Halonen, qui a participé à une conférence internationale sur le sujet « Ces Femmes qui changent le monde » à Saint-Pétersbourg, souligne qu’elle a confiance en la capacité de la direction politique finlandaise à gérer l’affaire Saarela (du nom de la militante de Greenpeace en détention en Russie).
A la question de savoir si elle souhaitait commenter le fait de se retrouver dans la même ville que Sini Saarela qui vient d’y être transférée de Mourmansk, Mme Halonen a dit qu’elle a fait de son mieux pour influencer par différentes voies sur le fait que cette jeune femme puisse bénéficier d’un traitement juste et équitable. Elle pense que ces efforts auront sans doute un effet.
Elle est optimiste en ce qui concerne l’influence de la diplomatie officielle finlandaise et de la diplomatie informelle.
IS relève que la consule générale de Finlande à Saint-Pétersbourg rencontrera Mme Saarela, aujourd’hui, pour la première fois.
Mme Halonen devra se rendre à Viipuri, le 23 novembre, pour assister à l’inauguration de la bibliothèque dessinée par Alvar Aalto, et rénovée récemment.
IS/18

Iran

Editorial : « Un accord sur l’Iran pourrait apaiser les autres différends » HS
L’éditorialiste d’Helsingin sanomat souligne que le manque de confiance entre les partenaires empêche d’arriver à un accord sur le nucléaire iranien. « Depuis des décennies, on a trouvé des projets et des matériaux dont l’AIEA ne voit pas d’autre utilité que dans un but militaire. C’est pourquoi la France était motivée pour soulever des inquiétudes concernant la centrale d’Arak ».
« Il y a toutefois eu des progrès dans les négociations, comme en témoigne le nouvel accord de contrôle entre l’Iran et l’AIEA. Un accord sur le contrôle international du nucléaire iranien permettrait aussi de modifier le rôle régional de l’Iran dans un sens plus constructif », conclut HS.

Budget des Etats membres de l’UE

La Commission étudie le budget de l’Allemagne - Editorial
L’éditorialiste d’Helsingin sanomat estime qu’il serait de l’intérêt général que l’Allemagne diminue son excédent commercial.
« La Commission européenne n’a toutefois d’autre possibilité que d’essayer de faire preuve d’équité dans ses tentatives de corriger le déséquilibre de la zone euro. Un trop grand excédent commercial, tout comme un trop grand déficit, pose problème au niveau général. Seuls les pays en crise ont vu leur économie mise sous tutelle, pas l’Allemagne. La Commission va certainement faire semblant de donner des réprimandes et l’Allemagne faire semblant de les écouter », conclut HS.
HS

Aide publique au cinéma

« La Commission européenne accepte de catégoriser les films finlandais comme difficiles » HS
Helsingin Sanomat relève que la Commission européenne prévoit des modifications au système de financement du cinéma. La part du financement public dans le budget d’une production cinématographique pourrait augmenter par rapport à la situation actuelle.
La Commission européenne catégorise désormais les films finlandais comme « difficiles » du fait qu’il s’agisse d’une zone linguistique restreinte. Cela leur permet d’obtenir des aides publiques au-delà de 50 % du budget d’un film.
HS/B5

Lettonie : Visite en Finlande du ministre letton de l’économie

Selon Kauppalehti, M. Daniels Pavluts, ministre letton de l’économie, qui a effectué une visite en Finlande cette semaine, souhaite que la Finlande et l’Estonie se mettent rapidement d’accord sur le site du terminal de gaz naturel liquéfié. « Il faut prendre la décision maintenant. Les manœuvres politiques ont déjà pris trop de temps. »
Les deux concurrents pour ce site sont Inkoo en Finlande et Paldiski en Estonie. « La question du temps est importante pour la Lettonie. Il faut choisir le projet qui pourra être réalisé le plus rapidement possible », selon M. Pavluts. En ce qui concerne le gaz, la Lettonie est actuellement entièrement dépendante du gaz naturel russe. La situation est la même dans les autres pays baltes et en Finlande. Le ministre letton souligne qu’actuellement la Russie peut négocier séparément avec les acheteurs et le prix du gaz est élevé.
L’Union européenne compte accorder à la construction du terminal une aide importante mais il faut déposer la demande au plus tard en 2014. M. Pavluts souhaite que la décision sur le site du terminal soit prise avant la fin de cette année.
KL/A8

Criminalité

La police a surveillé la criminalité des groupes originaires des Balkans
Selon Helsingin Sanomat, la police a organisé la semaine dernière une surveillance spéciale pour avoir une image plus précise sur la criminalité transfrontalière, notamment concernant les gens du voyage originaires des Balkans.
La surveillance a montré qu’il y avait des groupes qui utilisent les enfants comme pickpockets. La police a également obtenu des informations sur les liens entre la mendicité et la criminalité organisée, surtout la traite des personnes.
AL/A18

Politique intérieure

Aviation civile

Les parties ont approuvé la proposition d’accord, les grèves seront annulées
Le médiateur national, Esa Lonka, a donné une proposition pour accord, tard hier soir. Les syndicats des employés devaient se prononcer pour 10h aujourd’hui.
Même si les grèves n’auront pas lieu, beaucoup de vols ont déjà été annulés : concernant ce jour, Finnair a annulé 110 vols et concernant samedi, la compagnie en a annulé une vingtaine. Ces annulations concernent environ 10 000 passagers.
Helsingin Sanomat relève toutefois que le personnel des services de catering n’est pas inclus dans l’accord et que la grève les concernant risque toujours de se réaliser. Le secteur des transports n’exclut pas la possibilité de mesures de soutien. Les conséquences pour les exportations pourraient être dramatiques.
Des grèves de solidarité avaient été prévues dans les ports à compter de mardi, et concernant les transports ferroviaires de marchandises. Une décision concernant les transports de produits alimentaires aurait été prise, lundi, si on n’était pas parvenu à trouver un accord.
Le directeur général du patronat EK, M. Jyri Häkämies, a estimé que les grèves et les menaces de grève affaiblissent l’emploi. Pour lui, les démarches de solidarité reflètent un manque de sens de responsabilité. Les grèves de solidarité érodent les possibilités de renforcer l’évolution de l’emploi et diminuent la confiance en matière de bon fonctionnement du système finlandais de marché de travail, selon lui.
Helsingin Sanomat relève que le service de clientèle de Finnair est le plus rapide dans les médias sociaux.
www.hs.fi

Point de vue
Teemu Luukka de Helsingin Sanomat écrit qu’il y a d’autres domaines et d’autres entreprises en Finlande qui se trouvent dans une situation au moins aussi difficile que Finnair, et qui sont toutefois arrivés à un accord. Plus de 90 % des employés sont concernés par l’accord global qui prévoit des augmentations minimales.
Chez Finnair, il y a une pénurie importante de confiance entre les employés et l’employeur.
www.hs.fi

Aviation militaire : Interdiction de voler des Hawk

Helsingin Sanomat relève qu’à la suite de l’accident de deux avions d’entrainement Hawk, l’armée de l’air finlandaise a décidé d’interdire les vols des Hawk jusqu’à nouvel ordre. Le président du groupe chargé de l’enquête, le major Mikko Pekkala estime que l’enquête pourrait prendre plusieurs semaines.
Deux Hawk sont entrés en collision lors d’un exercice mercredi et un pilote est décédé.
HS/A12

Education : les connaissances des écoliers ont chuté

Helsingin Sanomat rapporte que selon une étude publiée jeudi, les connaissances des écoliers ont faibli considérablement depuis dix ans. Le rapport a été rendu hier à la ministre de l’Education, Mme Krista Kiuru. La recherche a été effectuée au printemps 2012 auprès de 7 800 élèves de 9ème classe (dernière classe du collège).
Selon M. Jarkko Hautamäki, professeur à l’université de Helsinki, « les différences sont significatives ». Le changement peut être comparé à une éventuelle chute des résultats de la comparaison Pisa de 536 à 490 points, soit à un niveau inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE. Les nouveaux résultats Pisa seront publiés le 3 décembre prochain.
Les chercheurs estiment que l’importance de l’école dans la vie des enfants et jeunes a considérablement diminué.
HS/A16

Fennovoima

« 45 des 60 actionnaires de Fennovoima sont favorables « avec réserves » à la construction d’un réacteur nucléaire » Hbl
« Près d’un cinquième des actionnaires ont quitté Fennovoima » HS
« Fennovoima, tout juste majoritairement national » KS
Hier, Fennovoima a annoncé que 47 actionnaires finlandais se maintenaient dans le projet de construire une centrale nucléaire à Pyhäjoki. Au total, ce sont 22 actionnaires qui ont quitté ces dernières années ce projet.
Les actionnaires restant regroupent 50 ,28% du capital nécessaire au projet de fennovoima. Rosatom est engagé à en apporter 34%. Il manque donc encore près de 16% au capital de Fennovoima.
Le PDG Pekkka Ottavainen a déclaré que l’on cherchait désormais de nouveaux actionnaires ainsi que la possibilité pour les actionnaires restant d’augmenter leur participation.
Hufvudstadsbladet relève que le président du conseil d’administration de Fennovoima et le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, se déclarent déçus du nombre d’actionnaires qui se sont retirés du projet. L’essentiel pour eux est toutefois que la majorité des actionnaires reste finlandais.
Le ministre de l’Environnement, M. Niinistö, estime que l’insécurité concernant la base d’actionnaires reste, et que Talvivaara et Outokumpu ne sont pas des acteurs sûrs. Il rappelle que d’autres encore ont posé des conditions pour leur participation.
M. Ottavainen s’est montré optimiste pour la suite. Il a toutefois déclaré que « rien n’était sur tant que le contrat de commande du réacteur n’était pas signé ».
Keskisuomalainen rappelle qu’il existe aussi toujours un risque politique lié à l’autorisation de principe accordée par le parlement.
HS

Analyses : « On n’est pas au bout » HS
« La base de Fennovoima s’effrite » KL
Helsingin sanomat juge que le projet de Fennovoima a fait un pas de plus mais il reste encore de nombreuses questions sans réponses et dangers qui menacent le projet. « Si un jour la centrale fonctionne à Pyhäjoki, il faudra parler du miracle de Hanhikivi », conclut HS.
Kauppalehti souligne pour sa part qu’avec le départ de certains actionnaires, seulement 84% de la production de la centrale est réservée. Pour qu’elle soit construite, il faudrait donc que de nouvelles entreprises industrielles s’engagent dans ce projet.
HS KL

Talvivaara dépose son bilan

Yle rapporte que Talvivaara a pris l’initiative de déposer son bilan. Hier, les sous-traitants avaient cessé le travail pour le groupe. Talvivaara a aussi ouvert un plan social et le cours de ses actions en bourse a été mis sous surveillance.
Si la réorganisation de ses dettes échoue, l’entreprise sera liquidée.
Yle

France - Finlande

Théâtre : « Les hommes derrière les marionnettes » TS

Turun Sanomat présente le festival de théâtre de marionnettes de Turku TIP-Fest qui aura lieu et publie une interview de Cédric Hingouët qui présente son spectacle Kamikaze ? ce soir au Tehdasteatteri à 19h et 21h.
TS

France

Politique - Société

« Une ministre noire traitée de singe » TS
« Une ministre comparée à un singe » KS
« La liberté et la fraternité menacées » HS
Turun Sanomat et Keskisuomalainen publient une dépêche de STT sur les insultes proférées à l’encontre de la ministre de la Justice en France. Helsingin Sanomat estime que la société française est confrontée à une crise et que la méfiance à l’égard des dirigeants est très forte.
HS

Economie

Editorial : Les chantres de l’austérité critiquent la France » KU
L’éditorialiste de Kansan Uutiset reprend les idées de Paul Krugman exprimées dans le Financial Times pour expliquer que, contrairement à ce que plaident les chantres de l’austérité budgétaire, l’économie française n’est pas en chute libre ni menacée comme d’autres par le vieillissement de la population.
KU

Jeudi 14 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Philippines

« La Croix rouge enverra une clinique si le ministère paie » AL
Aamulehti rapporte que la Croix rouge finlandaise devait envoyer un centre médical de campagne aux Philippines hier. Le départ est reporté à la semaine prochaine car la Croix-Rouge a besoin d’un financement extérieur. « La clinique coute 600 000 à 750 000 euros. Nous cherchons à faire financer cette somme par le ministère des Affaires étrangères, déclare la directrice de la collecte des fonds de la Croix-Rouge.
Jusqu’à présent la Croix-Rouge a récolté en Finlande 404 000 euros pour les Philippines. La Croix-Rouge finlandaise a déjà envoyé 250 000 euros aux Philippines.
Aamulehti rapporte aussi que l’UNICEF a récolté 60 000 euros et l’aide de l’Eglise luthérienne de Finlande 180 000 euros.
Le ministère des Affaires étrangères a par ailleurs informé que tous les Finlandais recherchés aux Philippines avaient pu être retrouvés, en bonne santé.
AL HS

Conférence de Paris sur l’emploi des jeunes

Editoriaux et points de vue
« Le droit de ne rien faire » HS
« Il n’y a pas de recette miracle au chômage » KL
La correspondante à paris de Kauppalehti écrit que « la conférence a confirmé que la volonté des dirigeants européens de combattre le chômage des jeunes est réelle, mais les décisions concrètes relèvent prioritairement du niveau national. Il n’y a pas de recette miracle européenne. Une recette toutefois marche partout : à long terme, le meilleur remède au chômage reste la croissance économique ».
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rappelle que la principale inquiétude partagée à paris était le fait que 6 millions de jeunes de moins de 25 ans sont sans emploi en Europe. « Ce qui aiderait aujourd’hui les jeunes et l’économie européenne, ce serait que l’Allemagne relance sa consommation intérieure. Néanmoins, l’Allemagne devrait utiliser son droit de ne pas le faire », conclut HS.
HS

Budget

La Commission étudie le budget de l’Allemagne
La presse rapporte que la Commission va étudier l’excédent commercial allemand.
Par ailleurs ce sont les budgets de quinze autres Etats membres qui sont l’objet d’une étude de la Commission. La Finlande figure parmi eux, comme les années précédentes.
Selon la Commission ; les problèmes de la Finlande sont les mêmes que précédemment : la diminution de la compétitivité, la Finlande perdant des parts de marché plus rapidement que les autres Etats membres.
HS KL

Elections européennes

Le Pen et Wilders s’allient pour faire plier l’UE
Sampo Terho rejette l’offre de Le Pen et Wilders
Helsingin Sanomat rapporte que, le FN de Mme Le Pen et le PVV de M. Wilders ont annoncé leur coopération en vue des élections européennes.
Le quotidien rappelle qu’il y a déjà un groupe parlementaire eurosceptique au Parlement européen. Il s’appelle Europe Libertés Démocratie et regroupe les britanniques de UKIP, le parti populaire danois, la ligue du nord italienne et les Vrais Finlandais. La nouvelle alliance de Mme Le Pen et M. Wilders n’attire pas les Vrais Finlandais et Ukip a déjà annoncé son refus de s’y associer.
Le député européen des Vrais Finlandais Sampo Terho estime que la ligne promue par le FN et le PVV ne convient pas aux Vrais Finlandais. « Leur statut n’est pas le même que le notre », dit-il en faisant référence au fait que Mme Le Pen et M. Widers n’ont pas de groupe parlementaire.
Helsingin Sanomat rappelle que précédemment M. Terho a critiqué Le Pen pour le passé raciste de son parti.
Helsingin Sanomat rapporte aussi que les Vrais Finlandais ne souhaitent pas quitter l’UE mais la transformer : « L’objectif est une union plus légère – surtout pas une union fédérale – et une renégociation des traités fondateurs », selon M. Terho. La critique de Mme Le Pen à l’égard de l’UE est plus forte que celle des Vrais Finlandais.
M. Terho estime que l’objectif de la campagne européenne est de réunir les forces des euro-sceptiques autour des groupes actuels de l’ELD et ECR (conservateurs et réformistes européens). « Ce n’est que comme cela que nous pourrons former un groupe influent qui pourrait même devenir la troisième force du parlement européen. Mais il est aussi possible que les euro-sceptiques se divisent en trois groupes : le nouveau groupe d’extrême-droite, ceux qui veulent une sortie (exit) de l’UE et un troisième de réformateurs ».
HS

Politique intérieure

Vrais Finlandais

Le groupe des Vrais Finlandais de Lieksa a écarté de sa présidence le conseiller municipal ayant tenu des propos racistes
Aamulehti relève que le nouveau président du groupe des Vrais Finlandais au conseil municipal de Lieksa, M. Esa Räty, annonce que l’ancien président, M. Esko Saastamoinen, a été écarté de la présidence du groupe en raison de ses propos racistes concernant les Somaliens. La décision a été prise mardi soir. M. Saastamoinen à été à l’étranger quand cette décision a été prise.
Le secrétaire général de la ville de Lieksa, M. Matti Taponen, a confirmé hier que M. Saastamoinen avait voulu changer de locaux parce que le groupe de travail chargé des affaires somaliennes se réunissait dans les mêmes locaux. Selon le maire de Lieksa, M. Esko Lehto, il est certain que la ville n’accepterait en aucun cas cette demande.
M. Saastamoinen a refusé de commenter ses propos sur les Somaliens. Il sera de retour en Finlande à la fin de cette semaine.
Le bureau national des Vrais Finlandais est en train d’étudier l’affaire. La police de la Carélie du Nord a ouvert hier une enquête sur les propos du conseiller municipal, soupçonné d’incitation à la haine raciale.
AL/A10

Aviation militaire

Deux Hawk sont entrés en collision près de Kauhava
Selon Helsingin Sanomat, deux avions d’entrainement Hawk de l’armée de l’air finlandaise sont entrés en collision lors d’un exercice mercredi près de Kauhava en Ostrobotnie. Le pilote d’un des avions, un capitaine de 30 ans, est décédé et le pilote du second avion a été hospitalisé.
La raison de l’accident est encore inconnue.
HS/A3

Aviation civile

Finnair subirait des dégâts important avec les grèves
Les négociations qui n’ont abouti à aucun résultat hier, se poursuivent cet après-midi. Les grèves prévues paralyseraient presque l’ensemble des vols de Finnair pour au moins neuf jours. Du 15 au 23 novembre, quelques vols européens pourraient être assurés tous les jours, ainsi qu’un vol pour Bangkok tous les jours.
Flybe a annoncé que les grèves prévues auraient un effet considérable sur ses propres vols ainsi que sur ceux que le groupe effectue pour le compte de Finnair.
La grève annulerait des vols de Blue1 qui effectue des vols de SAS.
Des retards sont prévus concernant les vols des autres compagnies aériennes aussi.
Un nouveau préavis concernant des grèves du 27 au 30 novembre a été donné.
Finnair a donné un avertissement sur ses résultats, hier. Le groupe estime que chaque jour de grève diminuerait son chiffre d’affaires de 4,5 millions d’euros.
Les autres syndicats du secteur des transports pourraient organiser des grèves de solidarité.
KS/13, HS/A12

Fennovoima
”Le STUK exige de Fennovoima des précisions sur son étude environnementale” HS
Le STUK exige de Fennovoima des précisions concernant son étude d’impact de la future centrale sur l’environnement. Le Stuk a rendu public son évaluation, hier.
Le ministère de l’Emploi et de l’économie est satisfait que le STUK demande plus de détails, rapporte HS.
HS

Technologies

Slush
Keskisuomalainen relève que le salon Slush inauguré à Kaapelitehdas aujourd’hui, devrait attirer 5500 visiteurs, soit 2000 de plus qu’il y a un an, selon les organisateurs.
Le nombre d’entreprises participant au salon s’élève à 1200, ce qui est le double par rapport à 2012. Au total, 60 pays sont représentés. Pour la plupart, les entreprises sont de petites startup, mais de grandes groupes technologiques se déplacent aussi.
KS/15

Université Aalto

Selon le chancelier de la justice adjoint, le finnois doit être utilisé comme langue d’enseignement
Helsingin Sanomat rapporte que M. Mikko Puumalainen, chancelier de la justice adjoint, a pris position mercredi sur les programmes de maîtrise proposés par l’université Aalto où l’enseignement est donné uniquement en anglais.
M. Puumalainen souligne que la loi sur les universités accorde des pouvoirs d’appréciation aux universités concernant la langue de l’enseignement. L’usage des autres langues ne doit toutefois pas exclure l’usage du finnois comme langue de l’enseignement et de diplômes.
Selon le chancelier de la justice adjoint, la loi nécessite que le finnois soit une des langues utilisées dans l’enseignement dans le domaine des études commerciales supérieures.
Selon M. Ilkka Niemelä, recteur adjoint de l’université Aalto, l’université va étudier les conditions de l’usage du finnois et de l’anglais dans l’enseignement et dans les examens. Il note qu’il y a du personnel et des étudiants qui ne parlent pas le finnois. « Nous avons une forte volonté d’internationalisation, sans vouloir affaiblir le statut des langues nationales en tant que langues de la science. »
L’université Aalto doit annoncer au chancelier de la justice adjoint, d’ici fin mars 2014, quels sont les décisions que l’université compte prendre dans cette affaire.
HS/A16

Armes à feu

Le nombre d’autorisations de port d’armes a chuté
Keskisuomalainen relève que le coût élevé de l’autorisation du port d’arme et le test d’aptitude ont paralysé les ventes d’armes.
En quelques années, le nombre de nouvelles autorisations a considérablement diminué : en 2010, la police a étudié plus de 70 000 demandes contre 59 000 en 2012. Concernant l’année en cours, la police prévoit que la tendance continue et que le nombre de demandes n’atteindra pas les 55 000.
Le prix de l’autorisation est passé de 40 à 72 euros, et un test d’aptitude a été introduit en 2011.
Les vendeurs d’armes disent qu’aujourd’hui, les clients font réparer leurs anciennes armes même en très mauvais état. Cela leur évite de demander une nouvelle autorisation.
KS/10

Mercredi 13 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Conférence de Paris sur l’emploi des jeunes

« Selon MM. Katainen et Ihalainen, la formation joue un rôle clé »
M. Ihalainen a promu la garantie emploi jeunes au niveau européen
Le Premier ministre Jyrki Katainen et le ministre du Travail Lauri Ihalainen ont participé, hier, à la Conférence de Paris sur l’emploi des jeunes.
A la conférence le Premier ministre Katainen a déclaré que « la garantie emploi-jeunes était un moyen pour la Finlande de lutter contre l’exclusion et de garantir que chaque jeune trouve une formation, un stage ou un emploi. A long terme, le principal est toutefois de se concentrer sur la formation. La Finlande a de nonnes expériences en matière de formation à l’entreprenariat ».
« Le souci de l’emploi des jeunes est devenu une priorité au niveau européen. Nous sommes favorables à la mise en place d’une garantie emploi-formation pour les jeunes dans tous les Etats membres et l’emploi des jeunes doit figurer dans les programmes européens sur l’emploi. La Finlande a œuvré pour la réalisation de la garantie emploi- formation pour les jeunes. Le gouvernement vient de décider de la prolongation de la scolarité obligatoire jusqu’à 17 ans. A l’avenir, nous allons développer l’apprentissage et la formation en alternance en développant les formations en apprentissage pour les jeunes. Nous aidons aussi l’entreprenariat des jeunes car il y a pour cela un intérêt croissant. Nous avons développé le premier atelier d’entreprenariat des jeunes qui doit devenir un modèle national », a déclaré pour sa part M. Ihalainen.
Le ministre du travail a aussi souligné que la lutte contre le chômage des jeunes était aussi un combat pour la justice entre les générations.
Vn.fi Dem

Conférence climatique de Varsovie

Différend sur le quota concernant l’énergie renouvelable
Helsingin Sanomat relève que l’on n’attend pas de grandes décisions de Varsovie, mais plutôt des promesses importantes. L’Ue dispose actuellement de trois objectifs climatiques et il a été question de se concentrer sur l’un de ces trois : la restriction des émissions de CO2.
La Finlande considère que promouvoir cet objectif serait le plus efficace, compte tenu du coût, mais elle est prête à envisager également l’objectif en matière de l’utilisation des formes d’énergie renouvelable.
Selon HS, le différend concernant le quota de l’énergie renouvelable est un des bras de fer les plus difficiles des négociations.
HS/A22

Russie – Greenpeace

Transfert des militants dans des prisons de Saint-Pétersbourg
Les militants de Greenpeace en détention ont été transférés de Mourmansk à Saint-Pétersbourg, hier. HS relève qu’une partie des militants ont été placés dans la prison de Kresty qui a une mauvaise réputation. Mme Saarela, à l’instar des autres prisonnières, a été placé à la prison pour femmes d’Arsenalka.
HS/A22

Philippines

La Croix rouge finlandaise envoie de l’aide
Aamulehti relève que la Croix rouge finlandaise enverra un centre médical aux Philippines. Une équipe médicale d’une dizaine de personnes partira également aux Philippines.
Le ministère des Affaires étrangères relève qu’il n’a toujours pas réussi à joindre quelques Finlandais se trouvant dans ce pays.
AL/A5

Elections européennes

Selon un sondage, les Finlandais entendent protester à l’occasion des élections au Parlement européen
Turun Sanomat rapporte que, selon un baromètre sur les partis politiques, effectué par l’institut TNS Gallup, 65 % des Finlandais souhaitent, après les élections européennes, des changements dans l’action de l’Union européenne. 61 % souhaitent des modifications dans la politique d’aide économique aux Etats en crise. Surtout les sympathisants des Vrais Finlandais et des centristes sont de cet avis.
40 % des personnes interrogées veulent protester contre l’UE - et le même nombre dit de ne pas vouloir protester. 10 % estiment que le fait de ne pas aller voter du tout peut avoir un effet aux élections européennes.
L’importance des candidats est accentuée : pour 36 %, le choix du candidat est plus important que le choix du parti politique. 29 % estiment que les deux sont aussi importants et 25 % disent que le parti est plus important.
52 % des personnes interrogées sont sures de voter aux élections européennes de 2014. Le taux de participation n’a été que de 40 % aux élections du Parlement européen en 2009.
Selon le baromètre, 32 % estiment qu’ils pourraient voter pour un candidat centriste, 31 % pour un candidat conservateur, 26 % pour un candidat social-démocrate, 21 % pour un Vrais Finlandais, 20 % pour un candidat de l’Alliance verte et 17 % pour un candidat de l’Alliance des gauches. Les personnes interrogées ont pu nommer plusieurs partis.
Le baromètre a été effectué entre le 25 et le 31 octobre auprès de 1 042 Finlandais.
TS/11

Politique intérieure

Alliance des gauches

Le parti pourrait quitter le gouvernement
Selon Helsingin Sanomat, le bureau national et le conseil national de l’Alliance des gauches se réuniront le samedi 23 novembre pour décider la position du parti sur la réforme structurelle er des économies qui touchent les communes. Il s’agit aussi de décider si le parti devrait quitter le gouvernement.
Le quotidien a interrogé les membres du conseil national, dont 15 estiment que le parti devrait quitter le gouvernement, 11 sont de l’avis opposé et 18 n’ont pas encore arrêté leur avis. 44 sur les 55 délégués ont répondu à HS. Les députés préfèrent que le parti reste au gouvernement. Seulement Mme Anna Kontula souhaite que le parti quitte le gouvernement.
Le président de l’Alliance des gauches, M. Paavo Arhinmäki, ministre de la Culture, dit qu’il annoncera son avis après les décisions prises sur la réforme structurelle.
Si ce parti quitte le gouvernement, les autres partis de la coalition devraient se partager les deux portefeuilles de l’Alliance des gauches, ce qui serait un puzzle difficile.
HS/A13, Dem/7

Vrais Finlandais

Propos racistes d’un conseiller municipal de Lieksa
Helsingin Sanomat relève que les propos racistes de M. Esko Saastamoinen, conseiller municipal des vrais Finlandais à Lieksa (Carélie du Nord), échauffent les esprits. M. Saastamoinen, qui préside le groupe des Vrais Finlandais au conseil municipal, a exigé que la ville accorde de nouveaux locaux « propres » pour réunir son groupe parce que le groupe de travail chargé des affaires somaliennes se réunit dans les mêmes locaux.
La police, qui soupçonne M. Saastamoinen d’incitation à la haine raciale, a ouvert une enquête.
La secrétaire générale des Vrais Finlandais, Mme Riikka Slunga-Poutsalo, souligne que le parti n’approuve pas les propos racistes. Elle a demandé à M. Saastamoinen une explication qui sera étudiée lors de la prochaine réunion du bureau national des Vrais Finlandais. Le bureau national décidera ensuite si ce conseiller municipal doit quitter le parti.
HS/A14, TS/10

Police

Le chef de la police anti-drogue a été arrêté pour corruption
Helsingin Sanomat rapporte que M. Jari Aarnio, directeur de la police anti-drogue de Helsinki, a été arrêté mardi et est soupçonné d’avoir accepté des pots-de-vin d’une entreprise privée. Selon les informations du quotidien, il s’agit de l’entreprise Trevoc qui a fourni de l’équipement technique à la police dans les années 2000.
HS/ A2

Aviation

Problèmes prévus pour les passagers à la fin de la semaine
Les menaces de grève dans l’aviation risquent d’engendrer des difficultés pour les passagers. A défaut de trouver un accord, la grève des hôtesses de l’air et des stewards annulerait la plupart des vols de Finnair et de Blue1, de vendredi après-midi à samedi. Une autre grève est prévue pour lundi.
Des grèves concernant les services de catering ont eu lieu et sont prévues.
KS/9

Talvivaara

Talvivaara a besoin d’un miracle
Helsingin Sanomat rapporte que Talvivaara cherche toujours une solution à son manque de fonds. Soit l’entreprise arrive à réorganiser ses dettes, soit elle trouve des investisseurs ou un repreneur, soit elle sera mise en liquidation.
Le quotidien rappelle que le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori (conservateur) exclut que l’Etat seul sauve l’entreprise, ce qui d’ailleurs ne serait peut-être pas autorisé par le droit européen.
HS

Roms

Livre sur l’histoire des Roms de Finlande : l’oppression dure depuis 500 ans
Hufvudstadsbladet rend compte d’un livre de Panu Pulma, maître de conférences à L’Université de Helsinki, sur l’histoire des Roms de Finlande. Plusieurs chercheurs avec des origines roms ont participé au projet.
M. Pulma relève qu’alors qu’il y a eu peu de conflits entre les Roms et le reste de la population, les relations entre les Roms et les autorités ont été difficiles dès le départ. Encore aujourd’hui, les relations avec la police sont marquées de préjugés des deux côtés, selon lui. M. Pulma estime que lorsqu’on compare par exemple la criminalité ou le fait d’interrompre l’école chez les Roms et les autres, il ne faudrait pas faire la comparaison avec toute la population, mais plutôt avec un groupe confronté aux mêmes conditions économiques et sociales que les Roms.
HBL/10

Langue suédoise

Le soutien parmi les Finlandais diminue
Hufvudstadsbladet rend compte d’un sondage effectué pour le compte du think tank suédophone Magma sur les attitudes des Finlandais à l’égard du suédois et son enseignement scolaire.
Même si une majorité nette (63 %) des Finlandais continuent à considérer le suédois et le bilinguisme comme importants pour la Finlande, ce soutien est en train de s’éroder. Pour la première fois, moins de 50 % (45 %) des personnes interrogées soutiennent le suédois obligatoire à l’école. L’opposition à l’enseignement obligatoire du suédois n’a toutefois pas augmenté depuis 1996, elle est de 47 %.
90 % des personnes interrogées estiment qu’il est important d’être parmi les pays nordiques, 78 % estiment que les dirigeants politiques devraient parler le finnois et le suédois. 58 % des personnes interrogées estiment que la Finlande bénéficie économiquement de son bilinguisme.
Selon le sondage, ceux qui déclaraient avoir eux-mêmes de mauvaises connaissances en suédois étaient moins favorables à l’enseignement obligatoire de cette langue (29 % étaient pour) que ceux qui avaient de bonnes connaissances (70 % étaient pour).
HBL/8

Mardi 12 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Greenpeace

Le transfert des militants vers Saint-Pétersbourg a commencé
STT rapporte que le ministère public russe a confirmé sur son site que la décision de transférer les militants de leur détention provisoire à Mourmansk vers Saint-Pétersbourg avait été prise. Selon Greenpeace, le transfert a commencé hier matin. Il n’est toutefois pas clair de savoir où ils seront détenus.
AL

Russie

Selon M. Pouchkov, l’OTAN s’invente des ennemis
Helsingin Sanomat a interviewé M. Aleksei Pouchkov, président de la commission des affaires étrangères de la Douma russe, qui effectue actuellement une visite en Finlande à l’occasion d’une réunion des présidents des commissions des affaires étrangères des parlements nordiques et baltes. La délégation finlandaise est dirigée par M. Timo Soini.
M. Pouchkov s’étonne du fait que les pays non membres de l’OTAN comme la Finlande, la Suède et l’Ukraine aient participé aux manœuvres militaires Steadfast Jazz de l’OTAN. Lors de cet exercice, la Finlande a fait semblant d’être un pays ennemi « Bothnia ». Selon M. Pouchkov, « à Moscou, nous pensons que Bothnia fait allusion à la Russie ».
Même si la participation de la Finlande à cet exercice suscite des interrogations, M. Pouchkov estime qu’il n’y a pas de grands problèmes dans les relations fenno-russes actuellement.
M. Pouchkov souligne que l’arrestation des militants de Greenpeace n’a pas posé des problèmes politiques entre la Russie et la Finlande et que la question n’a pas été évoquée lors des entretiens avec M. Soini ou avec le Premier ministre Katainen. « Une pression politique venant de l’extérieur pourrait rendre plus difficile la situation des inculpés », selon M. Pouchkov.
HS/lun/A10

Régions arctiques

Propos du général Puheloinen
Turun Sanomat rapporte que le commandant des forces armées, le général Ari Puheloinen, souligne que les régions arctiques ne devraient pas être militarisées. « Il faut essayer d’éviter les tensions et les conflits. »
Selon le général Puheloinen, les commandants des forces armées des pays membres du Conseil arctique ont été unanimes sur le fait que les questions de sécurité militaire ne devraient pas être liées à la région arctique. « Le développement devrait s’orienter vers une coopération. »
Selon le général, il est dans les intérêts de tous que la capacité militaire soit utilisée dans cette région pour aider les autorités entre autres dans les tâches de sauvetage et de recherche des personnes. Les forces armées des Etats de la région devraient avoir une image sur la situation opérationnelle commune concernant le trafic maritime. « Cela pourrait être organisé assez facilement pour ceux qui veulent y participer. »
Selon le commandant, les forces armées finlandaises devraient être au courant de la situation dans la région arctique, de l’activité de différents acteurs et de leurs objectifs. « Il faut être prêt à accorder de l’aide aux autorités civiles même si les possibilités de la Finlande sont limitées. »
Selon le commandant Puheloinen, les pays extérieurs à la région s’intéressent de plus en plus à la formation de l’armée dans les conditions arctiques. Il y a déjà eu de l’intérêt vis-à-vis de la Finlande en tant qu’éventuel pays donnant des formations.
TS/11

Espionnage

Les services suédois coopèrent avec d’autres pays
Helsingin Sanomat publie une interview du directeur de l’agence de renseignement suédoise FRA. Il déclare que son agence, qui a le droit de contrôler tous les réseaux passant par la Suède, coopère avec d’autres agences de renseignement.
Le quotidien rappelle que la plupart des télécommunications internationales de la Finlande passent par la Suède. HS souligne aussi que ce serait la Suède qui aurait informé la Finlande de l’espionnage dont été victime son ministère des Affaires étrangères.
HS

Philippines

Récoltes de fonds - Envoi de l’aide
Les ONG finlandaises ont commencé à récolter des fonds pour les victimes du typhon qui a touché les Philippines.
Le ministère de l’Intérieur a envoyé trois experts des catastrophes naturelles aux Philippines. La Croix-Rouge finlandaise attend des informations pour savoir où envoyer des volontaires : il pourrait s’agir d’envoyer sur place une aide en experts de logistique et de technologies de l’information ainsi qu’une clinique de campagne et la distribution d’aide. On ne sait toutefois pas encore où ni combien de volontaires seront envoyés.
Selon le ministère des Affaires étrangères, il y avait encore hier soir quelques Finlandais qui n’avaient toujours pas pu être contactés.
On estime qu’il y a en Finlande une communauté de 2 500 personnes originaires des Philippines. Une centaine d’entre elles travaillent dans le secteur de la santé.
KS HS

Aviation

Les grèves menacent les vols de vendredi
Helsingin Sanomat relève que le syndicat SLSY des hôtesses de l’air et de stewards menace d’une grève de 24 heures le vendredi 15 novembre à partir de 15h. Cette grève paralyserait tous les vols de Blue1 et le service aérien régulier de Finnair. Mme Thelma Åkers, présidente du syndicat, souligne que la grève concernerait les vols de départ de l’aéroport Helsinki-Vantaa, non les vols de retour. La grève ne concernerait pas les vols longue distance ou les vols charter.
La grève de vendredi serait poursuivie par d’autres grèves lundi et mardi prochains. La grève de SLSY concernerait environ 1 500 effectifs chez Finnair et 150 chez Blue1.
Une grève du personnel de service du syndicat IAU commencerait en même temps. Cette grève menace les vols de toutes les compagnies aériennes. Le syndicat IAU représente environ 3 000 personnes.
Les problèmes des négociations dans l’aviation sont principalement dus au programme d’économies de 60 millions d’euros chez Finnair.
Le médiateur national, M. Esa Lonka, dirige les négociations. Les présidents des syndicats des transports se réuniront jeudi pour étudier les problèmes de l’aviation. Les grèves de soutien ne sont pas exclues.
HS/A9
Union européenne - Transports

Règlement sur le cabotage
Demokraatti relève que la Commission européenne reproche à la Finlande sa législation sur le cabotage routier concernant les transports de camionneurs étrangers en Finlande. La Commission estime que la législation nationale empêche, contrairement au décret européen en la matière, les transports en Finlande des entreprises des autres Etats membres de ce domaine.
Il faudra que la Finlande donne une réponse en la matière pour la mi-décembre.
Pour la Commission l’interprétation finlandaise de la réglementation européenne en la matière est trop stricte. En effet, la Finlande a demandé, l’été dernier, que la Commission rende son règlement plus explicite. Mme Kyllönen, ministre des Transports, a souligné que la Finlande s’efforçait de lutter contre l’économie parallèle et une concurrence peu saine.
Dem/10

Union européenne - Economie

M. Rehn s’intéresse à l’excédent des échanges allemand
Helsingin Sanomat rapporte que, sur son blog et dans un article paru dans la presse allemande, le Commissaire à l’Economie Olli Rehn affirme que la Commission réfléchit à la possibilité d’intervenir concernant l’excédent des échanges allemand qui atteint 8% alors que les traités fixent à 6% maximum souhaitable.
HS

Roms

Propos de Mme Halonen
Demokraatti rend compte des propos de l’ancienne Présidente, Mme Halonen, a évoqué les droits des minorités en tant que défi pour la démocratie occidentale. Elle relève qu’en Finlande, il ne s’agissait pas d’un choix volontaire des Roms si leurs enfants ont interrompu l’école ou si les familles ont souvent changé de commune, au contraire, l’hostilité et le harcèlement des autres enfants les avaient poussés à bouger.
Lorsque la discrimination à leur égard a diminué, le nombre de Roms en Finlande a doublé sans qu’il y ait eu d’immigration.
Mme Halonen souligne qu’il faut que la Roumanie et la Bulgarie assument leur responsabilité en ce qui concerne leur action à l’égard des Roms. « Nous ne pourrons pas résoudre le problème des Roms de ces pays depuis chez nous », dit-elle.
Dem/3

Immigration - Démographie

Le nombre d’enfants des familles immigrées diminue
Helsingin Sanomat fait état du changement concernant le nombre d’enfants dans les familles d’origines immigrées, par rapport au début des années 1990. Concernant les Somaliens, le nombre d’enfants par femme est passé de 6,6 à 4 en vingt ans, concernant les Vietnamiens, il est passé de 3,5 à 2,1, et concernant les Irakiens, de 4 à 3 en dix ans.
Dans la région de la capitale, le changement est encore plus flagrant : les femmes d’origine somalienne de moins de 27 ans ont 3,2 enfants, ce qui est moins de la moitié par rapport au début des années 1990.
L’intégration, les conditions de vie, la formation et l’emploi des jeunes femmes sont des facteurs expliquant cette évolution. Les femmes disent elles-mêmes que le fait qu’il y a moins de famille autour pour les aider avec les enfants joue sur la diminution du nombre d’enfants.
L’évolution est l’inverse chez les familles d’origine russe ou d’ex-Europe de l’Est. Alors que dans les pays d’origine, la natalité est moins élevé que la moyenne européenne ou finlandaise, elle augmente au niveau finlandais concernant les ressortissants de ces pays installés en Finlande. Le taux est de 1,8 concernant la Finlande.
Quant aux Britanniques, Françaises, Américaines ou Indiennes, le taux reste en dessous de la moyenne des pays d’origine, et de la Finlande. Ces femmes ont souvent une formation supérieure.
L’Institut national d’études statistiques relève que le taux de natalité des immigrés ne résout aucunement le problème démographique. La Finlande a besoin de l’immigration pour s’assurer une croissance démographique.
HS/A12

Politique intérieure

Talvivaara

« Il faut fermer la mine de Talvivaara » HS
Le professeur de géologie Matti Saarnisto estime qu’il faut fermer la mine de Talvivaara. Il, souligne qu’une telle fermeture n’aurait pas de conséquences néfastes sur l’environnement. Le quotidien rappelle que l’on a motivé la poursuite de l’exploitation de cette mine par le fait que son arrêt serait difficile et qu’il était meilleur pour l’environnement d’exploiter la mine que de la fermer. M. Saarnisto estime aussi que la mine ne pourra pas être rentable.
HS

« Les Verts contre un financement supplémentaire de l’Etat » HS
La présidente du groupe parlementaire des Verts, Mme Outi Alanko-Kahiluoto estime que l’Etat ne doit plus investir d’argent dans la mine de Talvivaara.
Helsingin Sanomat rappelle qu’au gouvernement c’est le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori (conservateur) qui gère le dossier et a déclaré que l’Etat participait aux négociations pour financer Talvivaara.
Les représentants du centre, de l’Alliance des Gauches ou du PSD interrogés par le quotidien sont favorables à la recherche d’investissements pour que la mine puisse continuer à fonctionner.
HS

Bois-papier

Les usines de celluloses battent des records de production en Finlande
Kauppalehti rapporte que la demande en cellulose ayant augmenté, tant Stora enso que UPM ont augmenté leur production en Finlande.
Selon l’institut Pellervo, la production devrait augmenter de 2 à 3% cette année et les exportations de 9 à 10% (alors que leur prix a aussi augmenté de 2 à 4%).
KL

Technologies

Slush
Kauppalehti présente le salon Slush qui ouvrira demain et devrait permettre de trouver pour les startup présentes des investisseurs prêts à les financer.
Jusqu’à présent les startups de Startup sauna de l’université Aaltio ont leva 30 millions d’euros.
KL/Lun

Sami

Une crèche de langue sami inaugurée à Helsinki
Helsingin Sanomat relève qu’une garderie de langue sami destinée à des enfants aux antécédents sami, dont la langue maternelle est le finnois, a été ouverte à Pasila. Il s’agit de la deuxième garderie de langue sami dans la région de la capitale.
Environ mille Sami habitent dans la région de Helsinki, ce qui représente 10 % de la population sami finlandaise. Beaucoup plus de personnes ont des antécédents sami, mais aucune statistique n’existe sur eux.
HS/A16

Port du voile

Atelier autour du port du voile – et contre les préjugés
Hufvudstadsbladet rend compte d’un workshop organisé par l’institut populaire suédophone Arbis autour des questions liées au port du voile. Les femmes présentes ont relevé que le port n’était pas toujours lié à l’islam.
Les animatrices de l’atelier déclarent s’exprimer non seulement en tant que musulmanes, mais également comme des femmes de peau noire et féministes. Elles regrettent que le débat en Europe sur le voile passe à côté de celles qui sont concernées par la question. Les problèmes que les femmes qui portent le voile peuvent rencontrer n’ont pas été évoqués, au contraire, le débat stigmatisant a rendu leur situation de plus en plus difficile.
Pour elles, porter le voile en Finlande est un choix politique, une sorte de projet de libération. « Tant que le voile est utilisé comme un prétexte contre les femmes musulmanes, il est de ma responsabilité d’un porter un », dit Xaliimo. « Nous luttons pour que l’on puisse porter le voile et pourtant être considérée comme une personne entière qui prend elle-même la décision concernant son avenir. »
HBL/1&10

France

Politique

« On attend un changement de vitesse de la France » KL
La correspondante à paris de kauppalehti estime qu’après la baisse de sa notation par S&P, la France verra son budget passé à la loupe par la Commission européenne.
KL

Société

Sites de rencontres
Petja Pelli présente dans Helsingin Sanomat le site internet On va sortir, utilisé régulièrement pas un million et demi de Français.
HS/Lun

Lundi 11 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Philippines

« Encore cinq Finlandais dont on est sans nouvelles » AL
Aamulehti rapporte que le président Niinistö a présenté ses condoléances aux victimes du typhon aux Philippines.
Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que sur les 250 Finlandais vivant aux Philippines, environ une cinquantaine était dans la région touchée par la catastrophe. Dimanche soir, cinq d’entre eux n’avaient toujours pas pu être contactés.
AL

Syrie

Les Finlandais prêts à partir en Syrie
Les spécialistes finlandais attendent toujours une invitation pour partir en Syrie. C’est l’Organisation pour la surveillance de l’interdiction des armes chimiques (OPCW) qui prendrait la décision sur la participation des Finlandais. Mme Vanninen, directrice de Verifin, Institut finlandais de surveillance de la convention sur les armes chimiques, estime que l’invitation sera présentée, tôt ou tard.
Verifin a participé, cet automne, à l’examen des échantillons syriens.
Mme Vanninen relève que les recherches sur les échantillons devaient être secrètes, mais que le porte-parole de l’ONU a révélé par erreur qu’ils devaient être analysés par la Finlande, la Suède, la Suisse et l’Allemagne. Elle relève que la sécurité des laboratoires peut être menacée.
Helsingin Sanomat rapporte que le département de chimie de l’Université de Helsinki étudie la question des moyens de découvrir les armes chimiques depuis 1973. La convention en la matière est entrée en vigueur en 1997. Mme Vanninen relève que développer les méthodes de recherche est la première tâche de Verifin. Sans ce travail, il n’y aurait peut-être pas de convention en la matière.
Selon HS, chaque année, OPCW fait un test de compétence concernant les laboratoires qui travaillent sur ces questions. Mme Vanninen relève que son institut est le seul à l’avoir passé chaque fois. Elle fait l’éloge de l’équipement et du personnel de son institut.
Mme Vanninen est une des conseillers scientifiques et techniques du directeur de l’OPCW.
HS/sam/B5, lun/A12

Défense

La Finlande participe à des manœuvres militaires en Pologne
Hufvudstadsbladet relève que la Finlande enverra 162 soldats, 43 véhicules et 3 hélicoptères de transport en Pologne pour participer à des manœuvres militaires, cette semaine.
HBL/sam/4

Climat

Conférence climatique de Varsovie
Hufvudstadsbladet relève que l’idée des négociations de Varsovie est d’arriver à un accord sur les modalités de travail en vue d’un accord climatique en 2015, à Paris. Le ministre de l’Environnement, M. Niinistö, estime que si l’on n’avance pas considérablement à Varsovie, il pourra être difficile d’atteindre un résultat à Paris.
Des voix critiques ont proposé que la politique climatique soit gérée par une coalition moins étendue, par exemple par les 25 plus grands acteurs responsables de 80 % des émissions, par les pays du G20 ou par un petit groupe de grands pays. M. Antto Vihma de l’Institut de relations internationales, admet que le processus de l’ONU a ses faiblesses, mais il ne pense pas qu’il existe d’alternative plus efficace. « Il manque de bons exemples », selon lui.
A Varsovie, il s’agira d’évoquer le côté technique et juridique d’un accord. M. Harri Laurinka, négociateur en chef représentant la Finlande, relève qu’il faudrait trouver un accord sur la date à laquelle les pays annonceront leurs objectifs de diminution des émissions. Il faudra également que les pays évoquent le niveau de leurs ambitions concernant les diminutions.
M. Kaskeala de Kepa, ONG du domaine de développement, rappelle que la Finlande ne pourra pas payer sa dette en matière de climat en diminuant les crédits destinés au développement, qui déjà n’atteignent pas l’objectif. Cela serait tromper les pauvres à deux reprises, selon lui.
M. Niinistö relève que le financement des mesures climatiques ne peut pas être une voie à sens unique. Si les pays en voie de développement souhaitent obtenir des crédits, il faut qu’ils expliquent d’une façon transparente et crédible comment ils envisagent de les utiliser.
Le ministre relève qu’il n’attend pas de percée de la conférence de cette année, ce qui augmente la pression concernant celle de l’année prochaine.
M. Uosukainen, un des négociateurs finlandais, souhaite que l’on puisse arriver à créer un mouvement positif et que les pays augmentent petit à petit leur contribution.
HBL/sam/12-13, HS/dim/A8

Elections européennes

Nouveaux candidats des Vrais Finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que le bureau national des Vrais Finlandais a désigné vendredi trois nouveaux candidats en vue des élections européennes : les députés Juho Eerola et Maria Lohiluoma, ainsi que M. Marko Kulpakko, conseiller municipal à Kaustinen.
HS/dim/A12

M. Pentikäinen a présenté sa candidature
Selon Helsingin Sanomat, M. Mikael Pentikäinen a présenté dimanche sa candidature européenne dans les rangs du Parti du centre. M. Pentikäinen est ancien rédacteur en chef de Helsingin Sanomat qui a été licencié en mai dernier. Il avait présidé l’association des étudiants centristes jusqu’en 1992, année où il a été recruté au grand quotidien de Helsinki.
HS/lun/A10

Politique intérieure

Gouvernement

M. Heinäluoma propose un portefeuille ministériel de la coopération arctique
Helsingin Sanomat relève que le président du Parlement, le social-démocrate Eero Heinäluoma, souligne que « le gouvernement devrait montrer ses capacités dans le domaine arctique ». Il propose de créer au gouvernement un poste de ministre chargé de la coopération arctique.
M. Heinäluoma a effectué une visite en Norvège il y a quinze jours. La visite a confirmé sa conviction selon laquelle le gouvernement et les entreprises devraient regarder de plus près quand ils recherchent une nouvelle croissance. « Nous avons deux points forts naturels, le savoir-faire arctique et la coopération avec la Russie ». La Norvège est en train d’investir des milliards d’euros dans différents projets énergétiques, dont des champs pétroliers et de gaz, terminaux, routes et ports. Il y aura beaucoup de travail dans la construction et des chances pour les entreprises finlandaises et aussi pour les travailleurs finlandais.
« Ce gouvernement devrait montrer son savoir-faire dans ce domaine. Un ministre de la coopération arctique pourrait y être utile. » Le même ministre pourrait être chargé de la coopération nordique. Il devrait travailler à la chancellerie du Premier ministre. « Les changements de compétences ministérielles sont difficiles en milieu de législature. Je laisse cette idée à l’étude du Premier ministre et des partis politiques. »
M. Heinäluoma compte effectuer une visite au nord de la en Norvège avec une délégation de députés au printemps prochain. Il ne veut pas minimiser l’importance de la Russie mais en Norvège les projets arctiques sont plus avancés qu’en Russie. Il rappelle que le niveau de salaires est plus élevé en Norvège qu’en Finlande, parfois 50 % de plus.
HS/sam/A14

Réactions de M. Tuomioja et Stubb
Selon Helsingin Sanomat, le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, du même parti, rejette l’idée de M. Heinäluoma sur un ministre chargé de la coopération arctique. Il estime que le gouvernement pourrait créer un comité interministériel des affaires arctiques.
M. Tuomioja souligne qu’il n’est même pas possible de créer un nouveau poste ministériel parce que tous les pays nordiques ont déjà décidé que les ministres des Affaires étrangères se mettaient d’accord sur les affaires arctiques lors des réunions du Conseil ministériel nordique.
Le ministre du Commerce extérieur et des Affaires européennes, M. Alexander Stubb, n’a pas accueilli favorablement non plus la proposition de M. Heinäluoma. « L’idée n’est pas appropriée. M. Tuomioja s’occupe de cette tâche de façon excellente. » M. Stubb, qui est chargé de la coopération nordique au gouvernement actuel, estime que le modèle actuel fonctionne bien et rappelle que le ministre des Affaires étrangères représente la Finlande aussi aux réunions du Conseil arctique.
M. Timo Soini, président de la commission des affaires étrangères du Parlement et président des Vrais Finlandais, estime, quant à lui, que l’idée de M. Heinäluoma est bonne. « Il faudra créer ce poste ministériel dans le prochain gouvernement. »
HS/dim/A11

Parlement

Initiative populaire sur le mariage pour tous
Helsingin Sanomat rapporte que selon le président du Parlement, M. Heinäluoma, l’initiative populaire sur le mariage pour tous, qui a accueilli plus de 167 000 signatures des Finlandais, sera déposée au Parlement le 13 décembre.
M. Heinäluoma promet que l’initiative sera étudiée au Parlement sérieusement et avec soin. « Cela pourrait devenir un des grands débats dans l’histoire de l’Eduskunta. »
HS/sam/A14

Economie

Hausse du chômage
Kauppalehti rapporte que le chômage a connu une forte hausse en 2013, passant de 250 000 à 290 000 chômeurs. Cette hausse devrait se poursuivre l’année prochaine pour passer la barre des 300 000 chômeurs.
Il y a par ailleurs un fort chômage caché sous la forme de personnes qui sont sorties du marché du travail et ne recherche plus un emploi. De plus, le chômage de longue durée est en forte augmentation.
KL

Hausse des faillites
Kauppalehti rapporte que le nombre de faillites, qui n’avait cessé de baisser depuis 2009, est à nouveau en forte augmentation (+13%).
KL

Restructurations industrielles
Helsingin Sanomat rapporte que depuis sept ans, l’Etat a déclaré zone de restructurations industrielles une dizaine de régions qui ont, pour cette raison, bénéficier de plans d’aides publics. Aujourd’hui, ce sont 1,3 millions de personnes qui habitent dans des régions touchées par les restructurations industrielles.
HS

Talvivaara

Le financement de Talvivaara pourrait être décidé cette semaine
Le groupe minier Talvivaara doit faire face à un manque de financement grave. Il doit trouver de nouveaux investisseurs pour éviter la cessation de paiement. L’Etat n’acceptera de participer à un sauvetage que si un repreneur ou une solution de financement est trouvé.
Aamulehti souligne que, pour être rentable au prix du nickel actuellement sur le marché, il faudrait que la mine de Talvivaara produise 30 000 tonnes par an. Or, cette année elle n’a été capable de produire qu’au rythme de 10 000 tonnes par an et même son record ne correspond qu’à une production annuelle de 16 000 tonnes.
HS AL

Fennovoima

« La majorité des régies municipales continuent » HS
Helsingin Sanomat rapporte que 28 entreprises énergétiques ont décidé de confirmer leur engagement dans Fennovoima alors que 13 s’en sont retirées. On attend encore la position d’une dizaine d’entreprises. Ce sont surtout les régies municipales de l’Ouest de la Finlande qui sont les principaux actionnaires municipaux de Fennovoima.
Keskisuomalainen souligne les entreprises industrielles et commerciales, qui rassemblent 45% de l’actionnariat auront un choix décisif à exprimer.
Kaleva rapporte que Fennovoima devrait dire dans la semaine quels actionnaires demeurent engagés dans le projet. Il y aura à cette fin une réunion des actionnaires cette semaine. « Les négociations avec Rosatom sont en cours tant en ce qui concerne la fourniture du réacteur que pour leur entrée dans le capital, déclaré Mme Maira Kettunen, porte-parole de Fennovoima.
HS KS Kaleva

« Les députés évitent le sujet » Kaleva
Kaleva a interrogé les députés concernant l’opportunité de renouveler au parlement l’autorisation de principe conférée à Fennovoima pour construire un réacteur nucléaire.
La majorité des députés n’ont pas souhaité répondre. Seuls 78 ont accepté de s’exprimer : parmi eux, une majorité (51) estime que l’on n’a pas besoin de repasser devant le parlement, contre 27 qui le souhaitent.
L’éditorialiste de Kaleva s’étonne que les députés ne souhaitent pas une nouvelle étude sur Fennovoima. Kaleva pense au contraire qu’il faudrait réactualiser l’autorisation de principe de Fennovoima pour prendre en compte la participation de Rosatom.
Kaleva

France

Politique

« M. Hollande a perdu sa popularité » TS
« Le gouvernement tient à sa taxe à 75% » AL
Aamulehti présente les débats en France sur la taxation à 75% pour les revenus supérieurs à un million d’euros.
L’éditorialiste de Turun Sanomat commente la baisse de popularité du chef de l’exécutif.
AL TS

Vendredi 8 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Biélorussie

M. Tuomioja critique la Biélorussie
Lors d’une rencontre avec de jeunes lycéens d’Helsinki, le ministre des Affaires étrangères a déclaré qu’il n’aurait pas fallu accorder l’organisation des championnats du monde de hockey-sur-glace à la Biélorussie. « Il ne faut pas que des manifestations sportives servent à soutenir des régimes qui violent les droits de l’homme », a-t-il dit.
Précédemment le ministre de la culture et des sports Paavo Arhinmäki avait lui aussi déclaré qu’il souhaitait que les championnats n’aient pas lieu à Minsk.
Le président de la fédération finlandaise de hockey-sur-glace qui est aussi vice-président de la fédération internationale de ce sport a déclaré pour sa part : « Les championnats ont été accordés il y a quatre ans. Ils auront lieu là-bas ».
HS

Ventes d’armes

Des groupes finlandais briguent le marché du Proche-Orient
Helsingin Sanomat fait état des autorisations d’exportations de trois grands groupes d’industrie d’armement, Sako, Nammo Lapua et Patria. Les trois exportent des armes au Proche-Orient.
Les demandes d’autorisation auprès du ministère de la Défense de l’année en cours concernent des exportations au Koweït, au Qatar, aux Emirats arabes et à Oman. Une demande concernant des exportations en Egypte a été refusée.
M. Seppälä de Patria Land Systems relève que dans cette région, la modernisation des forces armées continue, alors que dans beaucoup d’autres pays les budgets sont retreints.
HS relève que même si la situation politique dans ces pays est tendue, l’exportation d’armes ne viole pas les conventions internationales.
M. Multanen, chercheur à l’Université de Helsinki, estime que le Golfe persique est une des régions les plus explosives du monde.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, estime que cette région est difficile du point de vue des exportations d’armement. « Il y a eu des problèmes dans ces pays, et des demandes ont été refusées. Le gouvernement n’a pas toujours été unanime. Chaque pays et chaque situation est évalué séparément. »
HS relève que de mauvaises estimations ont été faites, par exemple concernant des ventes au Bahreïn et en Arabie Saoudite.
HS/A10

Immigration – accueil de demandeurs d’asile

Propos de Mme Räsänen
La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen, souhaite un rapport de l’Office national de l’Immigration concernant les demandes d’asile en Finlande pour obtenir des soins médicaux pour des enfants malades.
Mme Räsänen souhaite que le rapport fasse état de la question de savoir si le bien-être et l’intérêt des enfants ont été suffisamment bien pris en compte dans les décisions de reconduite à la frontière.
Elle rappelle toutefois que le système d’asile n’est pas prévu pour pallier aux pénuries de systèmes des soins médicaux dans d’autres pays.
HS/A14

Espionnage

Propos de M. Ahtisaari
Keskisuomalainen relève que, selon le Président Martti Ahtisaari, l’espionnage n’est pas le plus brulant des problèmes. Pour lui, les écourtes et l’espionnage relèvent du quotidien du contexte international et il ne s’agit pas d’exagérer ce point. Il admet toutefois que le contrôle du renseignement a été mauvais.
En règle générale, il estime que la Finlande a des questions bien plus importantes à résoudre. Pour lui, les scandales autour de l’espionnage ne devraient pas empêcher les efforts en faveur de la paix. Il évoque la Syrie et estime que le secrétaire général de l’ONU pourrait commencer à préparer les élections parlementaires dans ce pays par exemple au bout d’un an. Cela permettrait d’obtenir une nouvelle élite politique et un nouveau gouvernement dans le pays. Il estime qu’il ne serait pas opportun de commencer par une élection présidentielle.
Il souligne l’importance de la recherche active d’une solution pacifiste.
Concernant l’affaire Greenpeace et les Russes, M. Ahtisaari estime qu’il ne faudrait pas aggraver la situation pour ne pas la compliquer encore. Il estime qu’il faut donner à la Russie la possibilité d’une solution honorable. « Il ne faut pas en faire une question de prestige ».
KS/8

Editorial : Il faut des lois précises sur les renseignements
Dans son éditorial publié hier, Helsingin Sanomat souligne qu’à la suite des révélations sur l’espionnage, il faut étudier les questions politiquement difficiles (comme l’importance des renseignements militaires et civils) maintenant et ne pas les repousser aux calendes grecques. Pour sécuriser les réseaux d’information contre l’espionnage, la Finlande a besoin d’une loi qui permet les renseignements militaires et civils. Le projet nécessite un large soutien politique.
Il ne sera pas facile de faire une telle loi – et cela ne doit même pas être facile. Dans la législation en question on touche la protection de la vie privée qui est garantie par la Constitution. Il faut bien délimiter les règles du renseignement. La législation sur les moyens de contrainte accordés à la police les pouvoirs pour l’acquisition des informations qui sont au moins suffisantes et apparemment le savoir faire du service des renseignements des forces armées n’est pas tout facile.
HS/jeuA4

Euro

La BCE baisse son taux directeur
L’économiste de Nordea, Aki Kangasharju a accueilli avec satisfaction la baisse du taux directeur de la BCE. Il souligne que l’existence d’un risque de déflation en Europe est sujette à interprétation.
HS

Elections européennes

Candidats du PSD
Demokraatti relève que les sociaux-démocrates ont actuellement six candidats pour les européennes. Outre les deux députés européens actuels, Mme Jaakonsaari et M. Repo, qui se représentent, les députés Mme Myller et MM. Kantola et Koskinen se présenteront, ainsi que MM. Vainio et Harakka et Mme Penny.
Selon le secrétaire du parti, M. Paananen, la liste sera confirmée lors de la réunion du conseil national du parti, les 30 novembre et 1er décembre.
Dem/jeu/4

Economie

Editorial : Les Allemands économes irritent les Etats-Unis et l’UE
Dans son éditorial publié hier, Helsingin Sanomat relève que selon les critiques, l’Allemagne devrait augmenter les importations pour que les exportations et l’économie des pays de la zone euro en difficultés s’améliorent.
Les exportations importantes allemandes sont dues aux coûts salariaux unitaires bien maîtrisés – qui sont nettement inférieurs à ceux par exemple en Finlande où la compétitivité a chuté, relève HS.
HS/jeu/A5

Editorial : La Finlande du niveau de la Grèce
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat commente les prévisions de croissance publiées par la Commission et souligne que la Finlande se retrouve avec la Grèce, le Portugal et l’Espagne pour une prévision de croissance située entre 0 et 1%. Il est encore plus triste de remarquer à quel point les prévisions se sont détériorées pour la Finlande depuis le printemps.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Le rapport sur l’avenir de M. Himanen a suscité des critiques
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe de travail dirigé par le philosophe Pekka Himanen a présenté hier son rapport sur l’avenir qui a déjà suscité beaucoup de critiques parce que la commande du rapport n’avait pas fait l’objet d’un appel d’offres.
Les autres chercheurs critiquent le rapport d’être superficiel, plutôt un pamphlet qu’une recherche scientifique.
Le sociologue espagnol Manuel Castells, qui a participé à la rédaction du rapport, critique vigoureusement le débat sur le rapport. Il dit que, symboliquement, « les jaloux ont essayé de tuer M. Himanen ». Pour lui, il est irrespectueux de l’appeler un pamphlet.
Le Premier ministre Katainen n’a pas voulu prendre position sur les mérites scientifiques du rapport. Il demande aux critiques de lire le rapport.
Lors des questions orales au parlement, l’opposition, et surtout les Vrais Finlandais, ont critiqué le gouvernement qui avait commandé ce rapport.
HS/A6-8

Réforme structurelle des communes

M. Katainen promet des décisions prochainement
Turun Sanomat relève que le Premier ministre Jyrki Katainen rejette les spéculations sur les contradictions sur la réforme au sein du gouvernement. Il a dit hier lors de la séance des questions orales du Parlement d’avoir évoqué la question plusieurs fois avec les ministres des Services sociaux et des Affaires sociales et de la Santé, respectivement, Mme Susanna Huovinen et Paula Risikko. « Nous avons une vue commune sur la réforme. »
La vice-présidente du Centre, Mme Annika Saarikko, qui a posé cette question au Premier ministre, dit avoir remarqué des déclarations contradictoires des ministres à ce sujet.
TS/19

Mines

Talvivaara menacé de faillite
Le risque de la facture environnementale pourrait atteindre un milliard d’euros
Le ministre de l’économie Jan Vapaavuori estime que le sauvetage de Talvivaara est une question de semaines plutôt que de mois. L’entreprise a enregistré » des pertes de 73 millions d’euros sur les trois premiers trimestres de l’année. Elle négocie avec certains acteurs pour trouver des financements. En tant que plus grand actionnaire, l’Etat participe à ces négociations.
Helsingin Sanomat souligne que l’Etat a investi dans Talvivaara, par l’intermédiaire de Solidium, pour 149 millions d’euros. La valeur de ses actions n’était hier que de 28 millions, donc il risque une perte déjà de 121 millions. Par ailleurs le fonds d’Etat Finnvera a prêté pour 60 millions d‘euros à Talvivaara.
Helsingin Sanomat rapporte par ailleurs que, selon le centre de recherche Pellervo, la mine de nickel de Talvivaara pourrait causer pour l’environnement une facture allant jusqu’à un milliard d’euros. Le même centre de recherche estime toutefois que la mine pourrait aussi rapporter à la société 2,5 milliards d’euros.
HS

Greenpeace

Mme Saarela condamnée pour une action en Finlande
La militante de Greenpeace Sini Saarela, actuellement en détention provisoire à Mourmansk, a été condamnée à une amende pour avoir participé, avec d’autres militants à une action consistant à escalader Finlandia Talo pour y suspendre une banderole antinucléaire à l’occasion de l’assemblée générale de Fortum en 2011.
HS

France

Albert Camus

Centenaire de la naissance de l’écrivain
Kansan Uutiset publie un grand article en l’honneur des 100 ans de la naissance d’Albert Camus.
KU

Jeudi 7 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Bonheur : Les Finlandais plus heureux qu’avant

Les nordiques, premiers aussi selon l’indice de bonheur
Keskisuomalainen rend compte d’une étude européenne sur le bonheur, selon laquelle les Finlandais arrivent au quatrième rang après d’autres pays nordiques, le Danemark, l’Islande et le Norvège.
M. Ojanen, professeur de psychologie, relève que ce qui différencie la Finlande des autres pays, c’est que les femmes s’y sentent plus heureuses que les hommes, alors qu’ailleurs, il n’y a pas de grand écart entre les deux.
M. Laaksonen, professeur de sciences statistiques de l’Université de Helsinki relève que selon l’étude de European Social Survey, en règle générale, les personnes de moins de 30 sont plus heureuses dans les pays « moins heureux », alors qu’elles sont moins heureuses dans les pays « plus heureux ». Cela ne vaut toutefois pas pour la Finlande, où les écarts sont minimes, mais où les jeunes sont seulement un petit peu plus heureux.
KS

Turquie : visite de M. Erdogan en Finlande

La Finlande engage la Turquie à poursuivre ses réformes
Selon STT, la Turquie jouit toujours d’un fort soutien de la Finlande pour son adhésion à l’UE. Le Premier ministre turc M. Erdogan, en visite en Finlande, hier, a reçu le soutien du premier ministre Katainen qui engage le pays à poursuivre ses réformes. « Nous sommes capables de partager les mêmes valeurs. Il est donc naturel que nous puissions un jour être ensemble dans la même union », a déclaré M. Katainen.
M. Katainen a rappelé que l’UE n’était pas seulement une zone de libre-échange, mais aussi une union de valeurs. « L’UE est une communauté de valeurs dans laquelle le principe de l’Etat de droit, les libertés fondamentales et l’économie de marché forment un tout ».
Il a aussi déclaré être satisfait de la progression de la Turquie dans ses négociations d‘adhésion. Il a toutefois admis que des Etats membres s’opposaient à l’ouverture de certains chapitres pour des raisons de politique intérieure. M. Erdogan a remercié la Finlande pour son soutien.
M. Erdogan était accompagné d’une délégation de près de 200 représentants des affaires. M. Katainen a déclaré que les pays pourraient renforcer leurs relations bilatérales dans l’énergie, la sécurité nucléaire et l’éducation.
La visite de M. Erdogan a néanmoins été troublée par des protestations contre la fermeture du parc Guézi, l’été dernier, rapporte STT.
Durant sa visite, M. Erdogan a aussi rencontré le Président Niinistö et le président du parlement Heinäluoma.
KS

Greenpeace

Le tribunal international du droit de la mer ouvre sa procédure
La presse rapporte que le Tribunal international du droit de la mer de Hambourg a commencé à étudier la demande néerlandaise concernant la détention des militants de Greenpeace. La Russie n’y participe pas. Le professeur Timo Koivuranta de l’Université de Laponie craint que si la Russie n’acceptait pas une possible décision de ce tribunal ce soit le droit international de la mer qui en sorte affaiblit. Il souligne aussi que la Russie aurait du rendre aux Pays-Bas le navire contre le versement d’une caution.
TS

Les militants transférés en fin de semaine ?
Les militants de Greenpeace sont toujours retenus à Mourmansk. « De nombreuses rumeurs laissent penser qu’ils seront transférés à Saint-Pétersbourg en fin de semaine. Les autorités ne le confirment pas et ne le diront certainement pas », déclare le consul de Finlande à Moumansk, M. Ruokokoski qui a rendu visite à la militante finlandaise Sini Saarela, hier.
Selon lui, elle n’a pas de problèmes. « Elle va du mieux que possible actuellement ».
Le rôle de M. Ruokokoski consiste à surveiller la situation et apporter des vivres à Mme Saarela qui observe un strict véganisme.
KS

Etrangers

Demandeurs d’asile
Helsingin Sanomat rapporte qu’il y a chaque année des familles étrangères, surtout des pays de l’Europe de l’Est, qui demandent l’asile en Finlande pour avoir des soins médicaux pour leurs enfants malades.
La Finlande peut accorder un permis de séjour pour des raisons humanitaires individuelles, par exemple en raison des liens avec la Finlande ou le statut vulnérable du demandeur. L’Office national de l’immigration a accordé cette année 127 permis de séjours pour des raisons humanitaires. En 2012, il y en a eu 337.
Helsingin Sanomat rend compte du cas d’une famille monténégrine, arrivée en Finlande il y a deux ans pour avoir des soins médicaux pour un de ses fils qui est très gravement handicapé. L’Office de l’immigration a rejeté, l’année dernière, la demande d’asile de la famille qui sera bientôt expulsée – malgré les certificats des médecins finlandais et monténégrins soulignant l’importance des soins de l’enfant en Finlande.
L’ombudsman des minorités et le médiateur pour les droits de l’enfant estiment que les décisions sur l’expulsion sont souvent prises sans prendre en compte les intérêts des enfants.
M. Esko Repo, directeur à l’Office de l’immigration, souligne que l’intérêt d’un enfant est d’être avec ses parents. « Le fait que le niveau des soins médicaux dans le pays d’origine n’est pas le même qu’ici ne justifie pas qu’on accorde l’asile à une famille entière. » Il note qu’il y aussi a des permis de séjour qui sont accordés pour des raisons humanitaires individuelles.
HS/A4, 8-9

Politique intérieure

Gouvernement

L’Alliance des gauches pourrait quitter le gouvernement
L’émission A-Studio d’Yle a demandé les avis des membres du conseil national de l’Alliance des gauches pour savoir si ce parti devrait quitter le gouvernement en raison de la réforme structurelle et des économies qui touchent les communes.
Selon ce sondage effectué par A-Studio, 12 membres du conseil national du parti souhaiteraient que l’Alliance des gauches quitte le gouvernement, tandis que 9 veulent que le parti reste au gouvernement. La majorité, 21 personnes, ne se prononcent pas encore.
Le conseil national de l’Alliance des gauches se réunira les 23 et 24 novembre.
KS/6

Réforme structurelle des communes

Mme Virkkunen critique le ministère de l’Education
Helsingin Sanomat relève que la ministre conservatrice de l’Administration et des Communes, Mme Henna Virkkunen, est irritée parce que les fonctionnaires n’arrivent pas à proposer des économies dans le fonctionnement des communes. « Le ministère de l’Education n’a pas du tout pris au sérieux cette situation ou il faut trouver des économies pour un milliard d’euros. » Mme Virkkunen critique aussi le ministère des Affaires sociales et de la Santé, ainsi que l’Association des communes finlandaises.
Le faible nombre de propositions signifie pour Mme Virkkunen qu’il est très difficile de supprimer des missions des communes en général.
Le secrétaire d’Etat au ministère des Finances, M. Martti Hetemäki, est actuellement en train d’étudier les économies éventuelles, parce que les autres ministères n’en ont pas été capables.
HS/A17

Economie

Les prévisions économiques aussi tristes que le temps d’automne
Selon le baromètre conjoncturel publié, hier, par le patronat EK, les précisions des entreprises sont aussi tristes que le temps d’automne : tous les indicateurs sont en négatifs mais n’ont quasiment pas évolué depuis juillet.
Désormais la faiblesse des exportations s’est propagée au marché intérieur et la consommation ne permet plus de tirer l’économie finlandaise. Or, le commerce est le premier employeur. « Si les exportations repartent, le marché intérieur pourra redémarrer », selon M. Mustonen, président de EK.
KS

Energie

La décision sur Fennovoima reportée à la semaine prochaine
Selon Turun Sanomat, Fennovoima, qui avait annoncé comme échéance à ses actionnaires cette semaine pour confirmer leur engagement, ne rendra finalement public que la semaine prochaine la situation du projet de construction d’une centrale nucléaire à Pyhäjoki.
Fennovoima veut se réserver la possibilité de discuter avec ses actionnaires encore engagés dans le projet.
Du point de vue de Fennovoima, l’actionnaire décisif est désormais Rosatom qui doit remplacer E.ON dans ce projet. On ne saura que la semaine prochaine quelle part Rosatom prend dans l’actionnariat.
Rosatom a aussi un rôle central en tant que fournisseur du réacteur.
TS

Rosatom ne veut pas devenir actionnaire principal
La vice-président de Rosatom Overseas Mme Zoteeva, en visite sur le site de Pyhäjoki, a déclaré qu’elle était confiante dans le fait que Rosatom et Fennovoima arriveraient à trouver un accord avant la fin de l’année. Elle dément la volonté de passer sous contrôle russe la production d’énergie finlandaise. « Nous souhaitons rester actionnaire minoritaire. C’est un projet finlandais que des entreprises finlandaises font avancer ». Elle déclare que son entreprise s’est préparée à un actionnariat d’un tiers du projet. « Notre participation ne pourra pas dépasser 34% », a-t-elle dit.
« Nous travaillons avec Fennovoima depuis plus de neuf mois. Ce projet, c’est aussi notre bébé. Il ne reste plus qu’à nous entendre sur le prix [de la centrale] Le prix de l’électricité [produite] devra être de moins de 50 euros par mégawatts en 2024 », dit-elle.
La participation de Rosatom dans l’actionnariat assure que la centrale sera construite à temps et au prix prévu, ce qui garantit pour les actionnaires l’électricité au prix prévu », a déclaré M. Ottavainen (Fennovoima).
Rosatom est si sûr de la réussite du projet que l’entreprise a déjà commencé à recruter à Helsinki. « La part du travail finlandais sera jusqu’à 70% », a dit Mme Zoteeva qui s’est voulu rassurante : « Nous avons déjà construit 36 centrales du type de celle de Pyhäjoki. Nous n’avons cessé de nous développer car la construction de centrales nucléaires ne s’est jamais arrêtée ni en URSS ni plus tard en Russie ».
KS

Mines

Talvivaara menacé de faillite
Le gouvernement s’est réuni, hier, en comité interministériel de politique économique exceptionnel pour traiter de la situation de Talvivaara, rapporte Yle.
Talvivaara va publier aujourd’hui ses résultats trimestriels et annoncer d’importantes pertes.
Aucune levée de fonds ne pourrait se réaliser sans une forte participation de l’Etat, selon STT.
KS

Langue suédoise

Propos de M. Stubb
Ilta-Sanomat relève que les représentants des écoles de Porvoo (commune bilingue) rejettent les propos du ministre du Commerce extérieur, M. Stubb, qui a regretté que les écoliers finnophones et suédophones sortent en récréation à des heures différentes afin d’éviter « la contamination linguistique ».
MM. Kettunen et Lindström, représentants municipaux de l’enseignement scolaire de Porvoo, relèvent qu’il doit s’agir d’un malentendu et que si les enfants ne sortent pas au même moment, c’est lié à des arrangements concernant la pause déjeuner.
IS/9

Egalité

Les hommes dirigent même dans les entreprises de l’Etat – 12 groupes n’ont aucune femme dans leur direction
Hufvudstadsbladet relève que malgré la politique d’égalité qui devrait concerner également les entreprises de l’Etat, dans douze d’entre elles, il n’y a aucune femme dans les organes de direction. En partie, il s’agit de petits groupes dans des branches dominées par des hommes.
M. Vihervuori, conseiller à l’unité de gestion des entreprises de l’Etat, relève que l’Etat observe la législation sur les sociétés anonymes : le propriétaire désigne le conseil d’administration qui désigné la direction.
La part des femmes dans la direction est la moindre dans les entreprises cotées à la bourse où l’Etat est actionnaire (16,5 %), et la plus importante dans les entreprises qui ne sont pas cotées et où l’Etat est actionnaire (31,8 %). Concernant les autres entreprises, le taux est de l’ordre de 20 %.
La Chambre centrale de commerce a organisé un programme de 18 mois de mentoring de femmes dans le but de trouver des solutions pour en avoir plus à des hauts postes dans la vie économique. Mme Leena Linnainmaa, directrice générale adjointe de la Chambre centrale de commerce, relève que le programme a été très réussi et qu’un autre sera organisé à partir de janvier 2014.
HBL/6

France

Architecture

Les Turbulences FRAC Centre, modèle pour Helsinki ?
Kauppalehti Optio présente le bâtiment Les Turbulences FRAC Centre, inauguré récemment à Orléans et œuvre du bureau d’architecture français Jakob + Macfarlane Architects. « Turbulences est peut-être le musée que Kiasma aurait dû être et que le possible Guggenheim d’Helsinki devrait être », écrit le magazine économique Optio.
KL

Albert Camus

Centenaire de la naissance de l’écrivain
Hufvudstadsbladet publie un grand article en l’honneur des 100 ans de la naissance d’Albert Camus.
HBL/33-34

Mercredi 6 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

M. Katainen et M. Ihalainen à la conférence de Paris sur l’emploi des jeunes
Le service d’information du gouvernement annonce que le premier ministre Jyrki Katainen et le ministre du Travail Lauri Ihalainen participeront, le 12 novembre à la conférence de Paris sur l’emploi des jeunes.
« Il y a actuellement cinq millions et demi de jeunes au chômage en Europe. La situation n’est pas acceptable, avant tout pour ces jeunes en question. La responsabilité de corriger cette situation incombe en priorité aux Etats, mais il est important de réfléchir à des solutions aussi à un niveau européen. L’essentiel est que les Etats membres créent les conditions de la croissance économique et un environnement favorable à l’entreprenariat et qu’ils investissement dans une bonne formation ainsi que dans l’amélioration du passage de la formation à l’emploi », a déclaré M. Katainen.
vn.fi

Ministère des Affaires étrangères

Selon M. Tuomioja, l’espionnage concernait les relations commerciales et les affaires européennes
Le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, a été invité mardi devant la commission des affaires étrangères du Parlement pour rendre compte de l’espionnage dont a été victime le MAE finlandais.
Selon M. Tuomioja, des informations sur l’économie, la politique et les relations avec l’Union européenne finlandaises sont tombées en de mauvaises mains. Ces informations n’ont toutefois pas été top secrètes mais ont fait partie de la quatrième catégorie de données confidenteilelles, a souligné le chef de la diplomatie finlandaise.
M. Tuomioja souligne qu’on ignore encore qui est à l’origine de cet espionnage. « Il est vraisemblable que l’on pourra déterminer le responsable de l’espionnage par l’enquête de police. » M. Tuomioja a comparé le monde du cyberespionnage à celui du doping. « Certains ont toujours un pas d’avance sur les contrôles ».
Les écoutes dans le système d’information du MAE ont duré quatre ans mais il y a eu des pauses. Depuis 2006, 40 attaques ont été remarquées contre le réseau d’information de ce ministère.
Le président de la commission des affaires étrangères du Parlement, M. Timo Soini, souligne que la commission aurait dû être informée plus tôt de l’espionnage. « Il s’agit d’informations importantes pour la commission, aussi parce que nous évaluons les questions budgétaires du MAE. Nous devons savoir s’il faut accorder plus de ressources pour améliorer la sécurité de l’information. » M. Soini souligne aussi qu’il faut avoir confiance dans la discrétion de la commission.
M. Tuomioja a admis que la commission des affaires étrangères du Parlement aurait dû être informée autrement que par le biais des médias. Il a justifié le secret par le fait que le comité interministériel de la politique étrangère et de sécurité a voulu préserver l’instruction.
Plusieurs autres pays européens ont constaté qu’il y avait eu des écoutes des systèmes d’information des ministères des affaires étrangères. Les médias espagnols ont rapporté dernièrement des cas d’espionnage.
Le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, qui a été invité au Parlement pour d’autres raisons, estime que l’espionnage est une chose très grave. « Cela a pris longtemps d’identifier le problème du MAE. »
HS/A15

M. Puheloinen veut une loi sur le renseignement militaire
Le débat sur une agence de renseignement civil relancé
Helsingin Sanomat relève que la Finlande ne dispose pas d’agence civile de renseignement. Le débat sur la possibilité de transformer la Sûreté finlandaise SUPO en agence civile de renseignement est relancé par l’affaire des écoutes du MAE.
De son côté l’armée dispose d’un renseignement militaire de faible envergure. Le Général Puheloinen estime qu’il faudrait une loi sur le renseignement militaire afin de donner plus de pouvoirs d’actions à l’armée dans ce domaine.
HS TS

Etats-Unis : L’ambassadeur Oreck en Finlande jusqu’au printemps
Helsingin Sanomat rapporte que l’ambassadeur des Etats-Unis en Finlande, M. Bruce Oreck, qui devait quitter Helsinki prochainement, restera ici jusqu’au printemps prochain. M. Oreck avait été nommé ambassadeur en Finlande en septembre 2009.
HS note que, selon l’ambassade américaine, le mandat de l’ambassadeur est prolongé en raison du grand projet de construction du centre d’innovationde l’ambassade, lancé à l’initiative de M. Oreck, qui en surveillera les travaux jusqu’au bout.
HS/A14

Commission européenne

Propos de Mme Pietikäinen
Kaleva publie une interview de Mme Pietikäinen, députée européenne conservatrice, qui estime qu’il faudrait que le gouvernement présente une femme et un homme comme prochain commissaire de la Finlande. En faisant référence à la résolution du Parlement européen en la matière, elle estime qu’il est plus facile pour le président de la Commission de composer une commission équilibrée en matière de parité si les Etats membres proposent une liste plus vaste de candidats compétents dans différents domaines.
Kaleva relève que c’est une initiative de Mme Jäätteenmäki, députée européenne centriste et ancienne première ministre, qui est à l’origine de cette résolution du parlement européen.
M. Stubb, Mmes Kauppi et Risikko ont été évoqués parmi les candidats éventuels du Parti conservateur. Certains verraient bien M. Katainen à la présidence de la Commission.
Kaleva/7

Elections européennes

Bilan sur les candidatures à ce jour
Keskisuomalainen fait un bilan des candidatures publiées jusqu’à présent. Alors que parmi les partis du gouvernement, le PSD et les Démocrates chrétiens n’ont désigné aucun candidat, les autres partis ont publié des noms et envisagent de désigner d’autres candidats encore courant novembre et décembre.
Le Parti conservateur a actuellement sept candidats désignés : Mmes Korhola et Pietikäinen, et M. Sarvamaa, actuels députés européens, ainsi que MM. Andersson, Hemmilä, et Mmes Kauma et Aura.
Parmi les sociaux-démocrates, les députés européens actuels, Mme Jaakonsaari et M. Repo, ont annoncé qu’ils souhaitaient se représenter. Mme Myller, qui a fait quatre mandats au parlement européen, a annoncé qu’elle était prête à se présenter de nouveau, après une pause de cinq ans. D’autres noms, dont ceux de Mmes Halonen et Urpilainen et de M. Ihalainen, ont été proposés sur le site internet du parti.
L’Alliance des gauches a déjà 14 candidats, dont Mmes Kyllönen, Lapintie et MM. Uotila et Virtanen.
Les Verts ont désigné sept candidats. Parmi les Démocrates chrétiens, la députée européenne actuelle, Mme Essayah, a donné son accord pour renouveler sa candidature.
Le Parti suédois a désigné 13 candidats, dont M. Torvalds, Mme Gestrin, MM. Månsson et Rantala.
Le Centre envisage de désigner 15 candidats à la fin novembre et 5 autres au plus tard en avril. Mme Jäätteenmäki et M. Takkula, actuels membres du Parlement européen, ont annoncé qu’ils étaient prêts à se présenter, contrairement à Mme Pakarinen. MM. Rehn, Pentikäinen (ancien rédacteur en chef de Helsingin Sanomat), Väyrynen et Kaunisto ont été évoqués.
Les Vrais Finlandais ont actuellement 11 candidats, dont M. Terho, actuellement député européen, et M. Halla-aho, Mmes Mattila et Ruohonen-Lerner.
KS/sam/5, Dem/10

Situation économique

Les prévisions de la Commission européenne sur la Finlande sont faibles
Selon les prévisions de la Commission européenne, la Finlande risque de prendre du retard par rapport à l’évolution économique du reste de l’Union. Ces prévisions sont nettement moins favorables que celles des instituts de recherche nationaux.
M. Pohjola, professeur des sciences économiques à l’Université Aalto, estime que la Commission ne croit pas totalement aux mesures en faveur de la compétitivité de l’industrie finlandaise, ce qui expliquerait l’écart entre les prévisions de la Commission et celles nationales. Le PIB est prévu diminuer de 0,6 % cette année et augmenter de 0,6 % en 2014. Le taux de chômage serait de 8,2 % cette année et 8,3% en 2014. La part de la dette publique du PIB serait de 58,4 % cette année et de 61% en 2014.
La confiance des consommateurs dans l’économie a été plus faible ces derniers temps que la moyenne de long terme.
HS/A34

Aide humanitaire

Le MAE finlandais a accordé une aide humanitaire pour 14,9 millions d’euros
Demokraatti a interviewé Mme Anna Gebremehdin, directrice de l’unité de l’aide humanitaire au ministère des Affaires étrangères, qui annonce que le MAE a accorde, fin octobre, des aides pour 14,9 millions d’euros.
Selon Mme Gebremehdin, plus de cinq millions d’euros ont été accordés au Proche-Orient, dont la plupart pour les Syriens. Environ 7,5 millions ont été accordés à l’Afrique par l’intermédiaire du programme alimentaire mondial de l’ONU. Quant à l’Asie, Myanmar, les Philippines et le Pakistan auront au total 2,5 millions d’euros.
La Finlande exige que les pays qui reçoivent une aide aient fait une demande d’aide officielle auprès de l’ONU. Le MAE finlandais a choisi plusieurs ONG pour la mise en œuvre de l’aide humanitaire, dont la Croix-Rouge finlandaise, l’organisation humanitaire de l’Eglise finlandaise, Fida International, Save the Children et World Vision Finland.
Dem/9

Politique intérieure

Emploi et retraite

De plus en plus de personnes de 55 à 64 ans continuent à travailler
Selon l’Institut national d’études statistiques, six personnes de 55 à 64 ans sur dix travaillent aujourd’hui, contre 36 % il y a 15 ans. Le taux d’emploi concernant cette classe d’âge s’élevait à 58,2 % en 2012.
Une meilleure formation, des tâches moins lourdes (que celles des générations précédentes) et un meilleur état de santé contribuent à cette évolution. L’influence de mesures politiques est moins importante, si ce n’est l’arrêt des pré-retraites.
L’Institut d’études statistiques relève que 9,5 % des personnes de 65 à 74 ans travaillaient en 2012, contre 3 % il y a quinze ans.
En Finlande, le taux d’emploi des 60 à 64 ans est de 44 % contre une moyenne européenne de 33 %.
HS/A6

Social

Assurance maladie
Une assurance concernant les frais de maladie que les employeurs concluent pour leurs employés devient de plus en plus courante. Fin juin, 164 000 employés étaient concernés par une telle assurance au titre de leur emploi, ce qui est 9 % de plus qu’à la fin 2012 et 32 % de plus qu’à la fin 2011.
Le total de tous les Finlandais assurés en cas de maladie s’élève à 940 000. Si les assurances contractées par les employeurs augmentent, celles contractées par les particuliers connaissent un arrêt.
Selon l’assureur Pohjola, une raison pour que les employeurs concluent ces assurances est le durcissement de la vie professionnelle : les employeurs souhaitent minimiser les absences et proposer une assurance qui garantit l’accès aux soins joue dans ce sens. L’avantage pour l’employeur est de récupérer rapidement un employé tombé malade.
Selon Pohjola, la dépense annuelle concernant ces assurances varie entre 200 et plus de 1000 euros par employé.
HS/31.10/A29

Aviation

Aéroports provinciaux menacés
Helsingin Sanomat relève que le nombre de passagers sur les petits aéroports provinciaux a radicalement diminué cette année. L’avenir des vols de Savonlinna, de Varkaus et de Jyväskylä est menacé.
Selon les statistiques de Finavia, il y a eu 10 % de moins de passagers sur ces aéroports en janvier-septembre qu’à la même époque il y a un an, et concernant certaines villes, la diminution est de 20 à 30 %. La diminution de la demande reflète une situation économique difficile et les économies dans les entreprises.
Les communes et la vie économique subventionnent les vols régionaux considérés comme essentiels pour les entreprises et le tourisme.
HS/A8

Transports

Les contretemps des projets internationaux de VR
Il y a septe ans, la compagnie ferroviaire VR a lancé une stratégie qui consistait à acheter des groupes de transports européens. Le projet a engendré des pertes de 20 millions d’euros, et la filiale Transpoint Internationale (Trint) a dû reculer en la matière. Depuis 2010, VR a vendu ses filiales de transports en Pologne, en République tchèque, en Slovaquie, en Lettonie et en Grande-Bretagne. Trint dispose encore des activités en Russie, en Estonie et en Hongrie.
HS/A32

Chantier naval

Rauma se prépare aux licenciements de STX
STX va licencier 620 personnes à Rauma et 50 à Turku et transférer 80 postes de Rauma à Turku.
La construction navale qui datait de quatre siècles à Rauma va prendre fin.
HS

Mardi 5 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Union européenne

« La course à la tête de la Commission a commencé » HS
Helsingin Sanomat rapporte que, pour l’instant, Martin Schultz, qui dispose du soutien du PSE, et, selon le Monde, de Mme Merkel, est le principal candidat à la présidence de la future commission européenne. Le PSE devrait annoncer officiellement son candidat demain. Le PPE ne le choisira qu’en mars prochain. Parmi les candidats possibles, on cite les commissaires Redding et Barnier, mais aussi le Premier ministre finlandais Katainen.
De point de vue de la Finlande, il sera aussi intéressant de voir si le commissaire Olli Rehn cherche à briguer la présidence de la commission au titre de l’ALDE ou un autre poste.
Les ambitions de MM. Rehn et Katainen influenceront la possibilité de voir un Finlandais à un haut poste européen au printemps prochain. Si M. Katainen n’est pas candidat, M. Rehn aura plus de chance de briguer un poste important.
Quant au ministre des Affaires européennes, M. Stubb, il peut viser un poste de simple commissaire, mais MM. Katainen et Rehn seraient de meilleurs candidats car ils auraient plus de chance d’obtenir un portefeuille plus important dans la future commission.
HS

« Selon M. Tuomioja, l’UE a la faculté à s’en sortir malgré les crises » Dem
Dans une interview accordée à Demokraatti, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja déclare que, face aux problèmes économiques, aux risques de divisions et aux défis de la mondialisation, « l’UE est condamnée à s’en sortir ». Il souligne que l’UE a la capacité de se sortir des crises, même si « la façon de se sortir de ces crises n’est pas belle à voir de l’extérieur… et encore moins de l’intérieur ».
M. Tuomioja regrette des forces tirent l’UE dans des directions opposées. La Grande-Bretagne essaie de prendre ses distances ; la Hongrie de se soustraire aux valeurs européennes. M. Tuomioja n’accepte pas que des Etats menacent l’unité de l’Union en s’affranchissant des règles communes. « On changera les traités ensemble ou pas du tout ! La situation où les Etats choisissent l’Europe à la carte n’est pas durable ».
M. Tuomioja regrette une diminution de la volonté politique dans l’UE, comme en témoigne les positions à l’égard de la guerre en Syrie. Il estime que la politique étrangère et de sécurité commune est plus faible qu’il y a quelques années encore.
Dans son interview M. Tuomioja déclare aussi qu’il faudrait envisager de revenir à une élection des députés européens par les parlements nationaux, notamment en raison du faible taux de participation aux élections européennes.
Dem

Renseignement – Espionnage

Billet de M. Haglund
Hufvudstadsbladet publie un billet du ministre de la Défense, M. Haglund, qui relève que la découverte de l’espionnage contre le ministère des Affaires étrangères a été accueillie avec étonnement de la part de certains alors que d’autres ont estimé que c’est quelque chose d’évident dans le monde actuel. M. Haglund évoque la cyber-stratégie du gouvernement et estime que la Finlande n’est pas tout à fait au niveau de ses objectifs en la matière.
M. Haglund estime que cette affaire devrait fonctionner comme une alarme pour tous ceux qui n’ont pas encore réfléchi à la cyber-sécurité.
HBL/25

M. Katainen estime qu’il est impossible de trouver des règles sur l’espionnage
Le Premier ministre Jyrki Katainen estime que l’on a besoin de règles du jeu et de mesures de protection dans le cyberespace. Toutefois il considère qu’il est impossible de trouver des règles concernant les pratiques d’espionnage. « Respecter la législation est difficile. Quand on se livre à l’espionnage, on cherche des informations à l’insu des autres. Il est impossible de se mettre d’accord sur des règles régissant l’espionnage ».
KS

« La Finlande n’est pas au centre des cercles du renseignement » HS
La presse rapporte que, parmi les pays nordiques, seule la Finlande (et l’Islande) ne sont pas partenaires de la principale coopération avec la NSA américaines, selon les informations du Guardian.
La Sûreté finlandaise SUPO a toutefois souligné à HS, hier que la Finlande avait des coopérations avec 70 agences de renseignement. Toutefois, au contraire par exemple de la FRA suédoise, la SUPO finlandaise n’est pas une agence civile qui contrôle les informations entrant et sortant du pays ; Pour cette raison, la SUPO aurait peu d’informations à échanger avec une institution du type de la NSA.
HS

Etudiants étrangers

Le groupe de travail propose des études payantes pour les étudiants hors EU
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe de travail chargé d’étudier les études payantes, présidé par la députée sociale-démocrate Päivi Lipponen, a déposé hier son rapport à la ministre de l’Education, Mme Krista Kiuru. Mme Anita Lehikoinen, directrice générale au ministère de l’Education, et M. Jari Jokinen, directeur de développement à l’université Aalto, ont fait partie de ce groupe. Le groupe de travail propose que les études soient payantes pour les étudiants des pays hors UE et EEE. Cela concerne les études dans une langue étrangère, tandis que les études en finnois ou suédois resteraient gratuites pour tous.
Les universités et les instituts supérieurs d’enseignement professionnel décideraient eux-mêmes le montant des droits d’inscription pour les étudiants étrangers. Les droits devraient toutefois couvrir les frais d’enseignement. Les universités doivent créer un système de bourses pour ceux qui en ont besoin. Le groupe de travail propose également que les universités pourraient organiser une formation payante sur commande, aussi à l’étranger.
Selon la ministre de l’Education, le programme opérationnel devrait être décidé avant la fin de l’année en cours. « Il faut enfin tirer pleinement profit de notre excellente réputation dans le domaine de l’éducation, parce qu’il y a beaucoup de demande », selon Mme Kiuru.
Les propositions du groupe de travail ont été accueillies favorablement mais il y a aussi eu quelques critiques. Les députées conservatrices Raija Vahasalo et Sari Sarkomaa soulignent que le gouvernement doit prendre les décisions sur la promotion de l’exportation des formations. Cette exportation doit cependant être entièrement séparée de la sélection normale des étudiants. Le syndicat des enseignants OAJ souligne que les droits d’inscription doivent couvrir entièrement les frais. Le directeur général de la confédération du patronat et de l’industrie, M. Jyri Häkämies, est également favorable à des études payantes pour les étrangers. Il note que « la Finlande n’est pas un pays riche qui peut offrir, pratiquement seule dans le monde entier, des services d’enseignement supérieur gratuits pour tous ».
Le président de l’association des étudiants des instituts supérieurs d’enseignement professionnel, M. Mikko Valtonen, estime que les études payantes vont chasser les étudiants étrangers des universités finlandaises, à l’exception de quelques grandes universités du sud.
HS/A15

Google

« Un important investissement qui ne créera pas d’emploi » HS
La course à la tête de la Commission a commencé » HS
Le Premier ministre Jyrki Katainen a visité le site de Hamina, hier, où Google a annoncé un investissement supplémentaire de 450 millions d’euros dans son centre informatique situé dans un ancien site industriel de Stora Enso. Le centre informatique de Google, qui a reçu déjà 350 millions d’euros depuis deux ans, emploie actuellement directement et indirectement 125 personnes.
Le Premier ministre a annoncé que le gouvernement souhaitait attirer les centres informatiques étrangers en Finlande, notamment grâce à une fiscalité allégée sur l’électricité pour cette branche. La proposition finlandaise de diminuer la taxe sur l’électricité pour les centres informatiques est actuellement étudiée par la Commission européenne. De plus, la Finlande souhaite la réalisation d’un câble sous-marin vers le reste de l’Europe afin que les télécommunications vers l’Ouest ne passent plus uniquement par la Suède.
La presse rappelle que la Finlande et la Suède ont réussi ces dernières années à attirer de nombreux centres informatiques internationaux. Les atouts de la Finlande sont un climat froid, l’absence de tremblements de terre, de bonnes connexions, une électricité disponible et peu chère et une société stable.
Outre Google, le russe Yandex est présent à Mäntsälä, le britannique Telecity a cinq centres en Finlande, IBM et HP y sont présents depuis de nombreuses années et Microsoft envisage d’en ouvrir un à Oulu ou Kajaani.
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori espère que la décision de Google va servir d’exemple aux autres groupes étrangers. « Nous sommes en retard par rapport aux autres pays en termes d’investissements étrangers chez nous », regrette-t-il.
Le Premier ministre espère que les PME finlandaises vont, elles, renforcer leur vente de services sur Internet, car « la Finlande est en retard sur ses concurrents dans ce domaine ».
L’éditorialiste de Kauppalehti souligne que Google va apporter de la croissance à Hamina, victime de restructurations industrielles, alors que l’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que cet investissement aura peu d’effet sur l’emploi en dehors de la période de construction.
HS TS KS

Politique intérieure

Economie : Le gouvernement doit rétablir la demande intérieure
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat écrit que la politique de rigueur budgétaire commence à se voir sur le marché intérieur : le pouvoir d’achat a diminué et les emplois sont menacés, les consommateurs n’ont plus confiance dans l’avenir. Cela se voit dans les statistiques sur la conjoncture et les résultats des entreprises comme Kesko ou Stockmann. « Puisque l’accord salarial global a donné de la prévisibilité dans le secteur économique, le gouvernement doit faire tout son possible pour améliorer le marché intérieur », écrit HS qui estime que la politique fiscale en offre la possibilité.
HS

Energie : Le Ministre de l’Environnement inquiet de l’augmentation de la consommation de charbon
Le ministre de l’environnement et président des Verts, Ville Niinistö estime que l’afflux de charbon est dû à un malfonctionnement du marché de l’énergie. Il souhaite des mesures européennes pour augmenter le prix du charbon.
Il ne souhaite toutefois pas revenir sur la décision d’augmenter la fiscalité sur la tourbe.
Kaleva

Bois-papier : rumeurs de fusion entre UPM et Stora Enso
Les rumeurs de fusion des activités de production de papier entre UPM et Stora Enso expliquent que les titres de ces grands groupes ne cessent d’augmenter alors même que leurs résultats ne sont pas bons en raison de la diminution de la demande de papier.
HS

Mariage pour tous

L’initiative populaire sera remise au Parlement en décembre
Hufvudstadsbladet relève que l’initiative populaire concernant le mariage pour tous sera remise au Parlement le 13 décembre. Son étude devrait commencer en février.
HBL note que l’initiative concernant l’éventualité de rendre optionnelles les études scolaires du suédois sera remise après Noël et étudié après celle sur le mariage pour tous.
HBL/4

Parité

Encore peu de femmes dans la direction des entreprises
Selon Helsingin Sanomat, un rapport de la Chambre centrale de commerce montre que le nombre de femmes dans la direction des entreprises cotées en bourse augmente lentement. Il y a actuellement 19,2 % de femmes dans les comités directeurs, contre 18,5 % en 2012. Parmi les pays européens, la Finlande se trouve en quatrième position après l’Estonie (26 %), la Suède (21 %) et Chypre (17 %).
Mme Leena Linnainmaa, directrice générale adjointe à la Chambre centrale de commerce, souligne qu’une véritable égalité est encore loin. « On attend encore une véritable percée. Il n’y a encore aucune femme à la direction générale d’une grande entreprise. »
Parmi les femmes de 36-45 ans, il y a seulement 16,2 % de femmes dans les comités directeurs, encore moins que des femmes de 46-55 ans. Il y a toutefois plus de femmes, 30 %, dans les conseils d’administration des entreprises cotées en bourse.
HS/A27

Haute fonction publique : les femmes plus égales que les hommes ?
Yle rapporte que selon une étude effectuée par la centrale syndicale Akava, parmi les directeurs et les hauts fonctionnaires de l’Etat, les femmes gagnent environ 10 % de plus que les hommes. Dans les autres fonctions de l’Etat, des communes et du secteur privé, les femmes gagnent en moyenne 15 % moins que les hommes.
Yle

Immobilier : Un million de m2 de bureaux vides à Helsinki
Hufvudstadsbladet rend compte du nombre de bureaux vides dans la région de la capitale et de la difficulté au niveau de la bureaucratie de les transformer en logements.
HBL/lun/1

Projet de Musée Guggenheim
Helsingin Sanomat rend compte d’un sondage effectué auprès de mille personnes dont deux sur trois sont favorables à l’organisation d’un concours d’architecture concernant un musée Guggenheim avec la condition qu’il serait réalisé avec des fonds privés.
Selon Yle, la Fondation Guggenheim a fait une demande de réservation auprès de la municipalité de Helsinki concernant le terrain à Eteläranta en souhaitant qu’une décision sur la réservation puisse être prise courant cet automne.
HS/B3

Finlande – France

Jérôme Bel au Festival de danse contemporaine d’Helsinki
Hufvudstadsbladet et Demokraatti publient de bonnes critiques du spectacle Disabled Theater de Jérôme Bel présenté samedi et dimanche dans le cadre du festival de dans contemporaine d’Helsinki Liikkeellä Marraskuussa.
Hbl Dem

Français en Finlande
Turun Sanomat publie un portrait de Frédéric Tranchand, membre de l’équipe de France de course d’orientation, qui a choisi de s’établir à Paimio près de Turku, où il est venu renforcer le club Paimion Rasti et a trouvé un travail après ses études d’ingénieur.
Aamulehti publie un portrait de Sarah Birgé, jeune alsacienne installée en Finlande depuis 2006 et serveuse au renommé Bistro Le Pot qui propose de nombreuses spécialités françaises.
TS AL

France

L’Indécision de M. Hollande
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat craint que la remise en cause de réformes fiscales repousse le redressement des finances publiques en France. « Du point de vue de Bruxelles, la situation est délicate. La France essaie de se diriger vers un retour à l’équilibre mais les faits démentent ces intentions. Par ailleurs, tancer la France risque de mener à l’inverse : renforcer la popularité des eurosceptiques, comme le Front national déjà en augmentation ».
HS

Le Prix Goncourt à Pierre Lemaître
Hufvudstadsbladet présente le nouveau Prix Goncourt.
HBL

Lundi 4 novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Ministère des Affaires étrangères

« Le Ministère des Affaires étrangères écouté pendant des années » STT
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande a l’intention de réagir fermement contre les actions d’espionnage dont a été victime le ministère des Affaires étrangères. Le secrétaire d’Etat Pertti Torstila ne souhaite pas deviner qui peut être à l’origine de cet espionnage : « L’espion, qu’il soit un Etat ou non, sera déterminé par l’enquête de police ». « Quand il sera mis à jour, nous lui diront vertement ce que nous pensons de son comportement ».
Le Président Sauli Niinistö a lui aussi déclaré que la Finlande réagirait par des mesures diplomatiques.
L’ambassade de Chine a publié un communiqué pour indiquer qu’elle n’était pas à l’origine de cette affaire d’espionnage en Finlande. La Russie n’a pas souhaité répondre aux demandes de la presse.
L’affaire d’espionnage a été découverte cet hiver lorsqu’un Etat, la Suède selon Helsingin Sanomat, a informé la Finlande que son ministère des Affaires étrangères était espionné. En ont été informés le Président, le Premier ministre et certains ministres (qui participent au comité interministériel de politique étrangère et de sécurité, UTVA). Le Président a déclaré que la décision de maintenir cette affaire confidentielle était liée à l’enquête alors entreprise. Au début de l’été, la Finlande en a aussi informé le comité de sécurité du conseil européen. Elle a alors su que d’autres pays membres avaient été victimes d’attaques APT similaires. Les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères ont appris l’affaire d’espionnage par la presse, jeudi. Le programme d’espionnage aurait fonctionné dans le réseau du ministère pendant des années. Il n’aurait toutefois pas eu accès aux informations les plus confidentielles : il ne se serait propagé que sur le réseau où circulent les données classées 4 (données confidentielles mais non secrètes comme celles des classes 1 à 3).
Selon le ministre de la défense Carl Haglund, l’espionnage n’aurait pas touché d’autres ministères. La Finlande a aussi décidé d’envoyer deux experts (un de VTT l’autre de la Défense) au centre de cybersécurité de l’OTAN en Estonie afin d’améliorer les connaissances du pays.
STT a demandé au directeur du réseau du ministère M. Uusikartano comment l’Etat qui a informé la Finlande de cet espionnage l’avait lui-même découvert ? Avait-il lui-même essayé d’entrer sur le réseau du ministère finlandais ou avait-il été informé par d’autres acteurs de cet espionnage ? « C’est une bonne question » a répondu M. Uusikartano.
Le Président Niinistö considère que l’une des conséquences de ces affaires d’espionnage est qu’à l’avenir les informations les plus confidentielles vont circuler à nouveau uniquement sur papier.
STT rapporte aussi que le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja va informer la commission des affaires étrangères de cette affaire mardi.
HS AL TS

« Il est exclu que la Russie et la Chine aient espionné ensemble » HBL
Hufvudstadsbladet a interviewé M. Forsberg, professeur de politique internationale à l’Université de Tampere, qui estime qu’il est possible que la Russie ou la Chine aient espionné le ministère des Affaires étrangères, mais qu’il est exclu qu’elles aient coopéré dans ce sens.
M. Forsberg n’est aucunement surpris du fait que le ministère ait été espionné et rappelle que la mission des services de renseignement est d’espionner et de récupérer autant d’information que possible. Il estime que tant qu’il ne s’est pas agi de données confidentielles, les dégâts restent minimes. Il admet qu’il n’est pas exclu que des données confidentielles soient espionnées sans que le ministère le sache, mais il rappelle que chaque Etat est victime d’espionnage de temps en temps.
M. Kallio, chercheur à l’Institut de relations internationales, relève que les traces dans beaucoup de cas de cyber-espionnage mènent en Chine, mais que cela ne veut pas forcément dire que ce pays espionne plus que les autres. Il ne pense pas que le réseau du ministère des Affaires étrangères ait contenu des informations qui soient directement utiles pour la Chine.
HBL/sam/10

Commentaires et éditoriaux
« Une tâche pour la réputation de la Finlande » HS
« Des questions difficiles » HS
« L’objectif de compétences en cybersécurité s’éloigne » TS
« Les big brother de plus en plus nombreux, et on ne les connaît même pas toujours » - « L’ère glaciaire ne profite pas à l’UE ni aux Etats-Unis » HBL
Unto Hämäläinen estime qu’en dépît des déclarations, il est probable que la Finlande ne réagira pas fortement à cette affaire d’espionnage tant elle ne souhaite pas mettre à mal ses relations avec la Russie et la Chine.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat au contraire estime qu’il faut avoir le courage de poser les questions nécessaires à la Russie et aux autres Etats concernés par cet espionnage.
Aamulehti estime que si la Russie est à l’origine de cet espionnage, cela aura des effets sur les relations diplomatiques et commerciales bilatérales.
Turun Sanomat estime qu’il n’était pas une surprise que la Finlande soit espionnée mais plutôt qu’elle soit si peu capable de faire face à une cyberattaque de ce type.
De même Kaleva considère que seule l’ampleur de cet espionnage peut être considérée comme une surprise.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il est facile de partager l’avis du professeur en droit international, M. Koskenniemi, qu’il n’est pas surprenant que la Finlande soit devenue, elle aussi, cible d’espionnage. Concernant la NSA, l’éditorialiste estime que l’agence a rendu un mauvais service aux Etats-Unis au moment où on a besoin de confiance entre l’UE et les Etats-Unis et vice versa. Les révélations de ces derniers temps renforcent aussi la compréhension sur la vulnérabilité des bases de données informatiques.
HS AL TS Kaleva HBL

Les militants de Greenpeace transférés à Saint-Pétersbourg
Helsingin Sanomat annonçait, samedi, le transfert à Saint-Pétersbourg des militants de Greenpeace en détention provisoire jusqu’à présent à Mourmansk. L’avocate de la militante finlandaise Sini Saarela l’a confirmé au quotidien.
Selon le consul de Finlande Martti Ruokokoski, ce transfert est motivé par le fait que le siège principal de la juridiction compétente est à Saint-Pétersbourg.
HS

Iran : Le Collège de Défense a remis en ligne son étude sur l’Iran
L’étude du chercheur Alan Salehzadeh sur l’Iran a été remise en ligne sur le site du collège de défense, dans sa version initiale.
L’étude avait été retirée du site après la visite de l’Ambassadeur d’Iran mécontent de son contenu.
Le recteur a décidé de mettre fin à la procédure de révision de cette étude. Le directeur de recherche du collège a admis que le retrait de l’étude avait été fait dans la précipitation. Les règles de publication des recherches vont être revues.
Le ministre de la défense souhaite que le collège de défense améliore le contrôle de la qualité des études réalisées en son sein.
HS

Finlande – Russie : Poste frontalier à Parikkala ?
Les communes de la région frontalière de la Finlande de l’Est promeuvent un poste frontalier officiel à Parikkala en raison des transports et du tourisme accrus. Selon le ministère des Affaires étrangères, les routes du côté russe de la frontière sont dans un état tellement mauvais qu’elles ne permettent pas un tel projet.
Actuellement, le poste de Parikkala a le statut de poste frontalier temporaire et il est principalement utilisé pour des transports de bois.
HS/lun/A13

Asile : Mme Räsänen souhaite privilégier certains groupes
La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen, estime qu’il faudrait que la Finlande privilégie les demandeurs d’asile selon la probabilité de leur intégration en Finlande. Pour elle, il faut privilégier les groupes vulnérables tels que les familles, les femmes seules, les parents uniques et les personnes malades. Comme il y a beaucoup de réfugiés qui remplissent ces critères, il faut continuer à privilégier certains critères et Mme Räsänen propose de choisir des groupes susceptibles de s’intégrer facilement en Finlande. Pour elle, la religion ne peut pas constituer un critère, même si Hufvudstadsbladet relève que lors d’autres interviews, elle a déjà donné en exemple les chrétiens et les Vietnamiens. Elle estime que les chrétiens persécutés pourraient facilement trouver refuge dans des communautés partout en Finlande.
HBL/lun/6-7

Politique intérieure

Le Centre pourrait gagner 15 sièges de plus au Parlement
Kaleva rapporte qu’à la lumière des résultats du sondage d’opinion publiés par Yle la semaine dernière, le Centre aurait une grande victoire électorale si les élections législatives étaient organisées maintenant. Le Centre aurait 50 sièges au Parlement, au lieu des 35 actuellement. Le Parti conservateur perdrait 4 sièges par rapport à la situation actuelle (44 sièges). Les Vrais Finlandais arriveraient troisième, avec 37 sièges (38 actuellement) et le PSD quatrième, avec 34 sièges. Le PSD perdrait le plus, 8 sièges.
L’Alliance verte gagnerait 3 sièges, contre les 10 actuels. Le Parti suédois, qui a 10 députés en ce moment, perdrait un député. Les Chrétiens-démocrates perdraient deux de leurs 6 sièges. L’Alliance des gauches – qui en a actuellement 12 plus les deux députés détachés du groupe parlementaire - aurait 13 sièges.
Kaleva/sam/8

Energie

Sondage de l’hebdomadaire Talouselämä
Turun Sanomat note que, selon un sondage effectué pour le compte de Talouselämä, deux tiers des Finlandais souhaitent une nouvelle étude par le Parlement sur l’autorisation de construction de la centrale nucléaire de Fennovoima. Le sondage a été effectué en octobre auprès de plus de mille Finlandais.
A la lumière de ce sondage, 64 % des personnes interrogées s’opposent à l’élargissement du parc nucléaire après Olkiluoto-3 et 28 % y sont favorables.
Au printemps 2010, avant la catastrophe de Fukushima, Talouselämä avait publié les résultats d’un sondage similaire : environ 50 % s’y sont opposés et un tiers y ont été favorables.
TS/sam/12

La décision sur Fennovoima attend
Helsingin Sanomat analyse les déclarations politiques sur la question de l’autorisation de principe de Fennovoima. Le quotidien s’étonne que les ministres Verts, mais aussi conservateurs, souhaitent ne pas précipiter une nouvelle étude au parlement de Fennovoima. Or, si Fennovoima n’obtient pas du Parlement une nouvelle autorisation, sa demande de permis de construire sera probablement soumise à un recours devant la justice administrative par les organisations environnementales. Cela pourrait retarder le projet.
Il est donc dans l’intérêt de Fennovoima de demander une nouvelle autorisation de principe. Son étude serait plus rapide qu’en 2010 car il suffirait d’étudier ce qui a changé depuis. C’est d’ailleurs ce que le ministère de l’économie étudie actuellement.
HS rappelle qu’en 2010, les Verts avaient décidé de rester au gouvernement après la décision d’élargir le parc nucléaire. Lors des élections suivantes, ils ont perdu un tiers de leurs députés. Aujourd’hui, ils craignent d’avoir à nouveau le même choix à faire : rester ou non dans un gouvernement qui accorderait une autorisation de construire un réacteur nucléaire. C’est pourquoi ils freinent de quatre fers pour éviter à se prononcer.
Quant aux conservateurs, ils craignent qu’à cause de Fennovoima, les Verts puis l’Alliance des gauches quitte le gouvernement. Dès lors la coalition n’aurait plus qu’une courte majorité d’un siège et pourrait être renversée. Si cela arrivait avant le printemps prochain, le parti conservateur perdrait son poste de premier ministre et par conséquences la possibilité de choisir le prochain commissaire européen.
HS
« Outokumpu reporte son engagement dans Fennovoima » HS
« Outokumpu sauve Fennovoima » KL
Outokumpu a annoncé, vendredi, que le groupe reportait sa décision définitive d’investissement dans Fennovoima. Outokumpu demeure engagé dans le projet mais attend de connaître les détails du projet pour prendre la décision d’engagement dans ce réacteur nucléaire.
Le président du directoire de Fennovoima, M. Ottavainen, a déclaré qu’avant la fin de l’année, les négociations avec le fournisseur Rosatom seraient terminées. « On connaîtra alors toutes les informations nécessaires pour les actionnaires, y compris le prix du réacteur et une évaluation du prix coutant de l’électricité qu’il produira ».
Si Outokumpu maintient sa participation dans Fennovoima à 10% du capital cela voudrait dire que le groupe doit investir environ 100 millions d’euros pendant la construction du réacteur, d’ici 2024.
Le PDG d’Outokumpu M. Seitovirta a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un investissement très important pour un groupe comme Outokumpu.
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que cette décision d’Outokumpu sauvera probablement le projet de Fennovoima qui n’aurait pas résisté au désistement de son plus grand actionnaire. Finalement, le nombre d’actionnaires qui ont quitté Fennovoima est bien faible, juge KL.
HS KL

Services sociaux : Débat sur les réformes
Selon Helsingin Sanomat, la ministre conservatrice des Affaires sociales et de la Santé, Mme Paula Risikko, a déclaré lors d’une interview d’Yle que le gouvernement devrait faire des compromis quant à la réforme des services sociaux et de la santé. Elle a également proposé une aide d’urgence pour les centres de soins des communes avant la mise en œuvre de la réforme structurelle.
La vice-présidente du Centre, Mme Annika Saarikko, s’étonne du fait que le gouvernement n’ait pas de ligne commune à ce sujet. Le Centre ne comprend pas non plus pourquoi c’est Mme Risikko qui commente la réforme et non Mme Susanna Huovinen, ministre des Services sociaux, qui en est chargée. Pour Mme Saarikko, cela signifie qu’il y a des différends au sein du gouvernement. « Il n’y a personne qui dirige cette réforme. »
Elle n’approuve pas l’aide d’urgence proposée par Mme Risikko. « Cela créerait un chaos. Il nous faut une réforme plus approfondie. » Le gouvernement étudiera la réforme fin novembre.
HS/lun/A10

Emploi : Les jeunes trouvent du travail avec l’aide des autorités
Keskisuomalainen relève que selon le centre national de la statistique, le taux de chômage des jeunes de 15-24 ans a été de 17,9 % en septembre, 0,9 % de plus par rapport à septembre 2012. M. Tommi Eskonen, chercheur à l’association des communes, souligne que les emplois des jeunes sont très sensibles aux variations de la conjoncture et surtout à la crise économique.
Il y a toutefois de bonnes expériences de la carte « Sanssi », accordée aux jeunes chômeurs par les autorités de l’emploi. Les employeurs qui remplissent certains critères peuvent avoir une aide au maximum de 700 euros par mois pendant 10 mois s’ils emploient un jeune chômeur de moins de 30 ans.
Depuis le début de l’année, plus de 31 000 cartes ont été accordées et environ 5 100 jeunes ont trouvé du travail.
KS/lun/3

Fiscalité

Débat sur la fiscalité des revenus du patrimoine
Selon Helsingin Sanomat, M. Antti Rinne, président social-démocrate du syndicat Pro, propose d’imposer les revenus du patrimoine aussi au, titre des taxes locales (qui ne touchent actuellement que les revenus du travail, imposés bien supérieurement).
La proposition de M. Rinne divise les partis politiques : les Vrais Finlandais, le PSD, l’Alliance verte et l’Alliance des gauches y sont favorables, tandis que le Parti conservateur, le Centre, le Parti suédois et les Chrétiens-démocrates s’y opposent.
Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, se félicite de cette ouverture du débat. « Il faut l’étudier soigneusement. »
M. Kimmo Sasi, député conservateur, souligne que ceux qui ne payent que l’impôt sur le patrimoine participent aussi au financement des services des communes par l’intermédiaire des subventions de l’Etat pour les communes. M. Sasi préside la commission des finances du Parlement.
M. Kimmo Tiilikainen, président du groupe parlementaire du Centre, admet que l’état financier des communes n’est pas bon. « La solution à ces problèmes n’est cependant pas aussi simple. »
HS/lun/A9

Mouvements sociaux dans la Poste et l’Aviation
Environ 50 000 envois postaux n’ont pas été délivrés, vendredi, en raison d’un mouvement social des employés postaux concernant les heures supplémentaires. Il peut y avoir des dérangements dans la distribution de journaux aussi, les prochains jours. Les négociations sur les conventions collectives de ce secteur sont en instance.
Plusieurs menaces de grève ont été remises concernant l’aviation. Les vols domestiques et européens de Finnair et de Blue 1 seraient supprimés le 15 novembre. Concernant Finnair plus généralement, Demokraatti relève que le président du syndicat Pro, M. Rinne, estime qu’il n’est pas exclu que Finnair soit vendu ou fusionné avec une autre compagnie aérienne.
Pour M. Rinne, la stratégie de Finnair est fragile dans un contexte économique difficile.
HS/A16, Dem/3

Finlande - France

Jérôme Bel au Festival de danse contemporaine d’Helsinki
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du spectacle Disabled Theater de Jérôme Bel présenté samedi et dimanche dans le cadre du festival de dans contemporaine d’Helsinki Liikkeellä Marraskuussa.
HS

Tampere Jazz Happening
Aamulehti publie de bonnes critiques des concerts du festival de jazz. Il met notamment en exergue le trio franco-danois suédois avec la contrebassiste française Joëlle Léandre.
AL

Cendrars en suédois
Hufvudstadsbladet rend compte de la traduction suédoise de Feuilles de route de Blaise Cendrars qui vient d’être publié.
HBL/sam/42

France

« Quatre religions dans la même rue » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage de Petja Pelli sur Bussy Saint Georges et son Esplanade des religions qui rassemble un temple bouddhiste, une synagogue et une mosquée en face d’une église catholique.
HS

Vendredi 1er novembre 2013

Politique étrangère et européenne

Ministère des Affaires étrangères

« Le Ministère des Affaires étrangères écouté pendant des années » STT
« Les espions ont pu gérer l’ensemble du réseau du ministère » HS
Le ministre des Affaires étrangères erkki Tuomioja a tenu, hier, une conférence de presse après que la chaîne de télévision MTV3 a révélé que le ministère avait été écouté pendant des années. Selon la chaîne, ces écoutes pourraient être d’origine russe ou chinoise.
Helsingin Sanomat rapporte que l’ensemble du réseau informatique du ministère finlandais des Affaires étrangères a pu être géré par un programme étranger espion pendant des années. Les attaquants auraient été nombreux. Il se serait agi d’une attaque APT de large envergure qui nécessite d’importants moyens ce qui laisserait penser qu’il y a un Etat derrière ces actions.
Le Ministre a déclaré que les espions n’avaient toutefois pas eu accès aux données les plus sensibles, qui ne sont pas sur ces réseaux. Il a aussi assuré que les fuites ont cessé une fois que la Finlande a été informée par un pays tiers de ces attaques. Il admet que ces attaques sont génantes pour la Finlande qui a du prévenir l’UE de ces intrusions. M. Tuomioja n’a pas précisé quel pays avait informé la Finlande. Il a assuré que le ministère était informé depuis le printemps et qu’il aurait rendu publiques ces attaques. Le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré que cette affaire n’avait pas été rendue publique pour ne pas le laisser savoir à ceux qui les espionnaient. « Nous voulions faire notre enquête et prendre des contre-mesures », a-t-il dit.
Le député Pertti Salolainen, vice-président de la commission des Affaires étrangères a déclaré qu’il fallait que le gouvernement s’explique pour n’en avoir pas informé le Parlement. « Le ministre des Affaires étrangères rend des comptes à la commission des Affaires étrangères qui, de plus, contrôle la SUPO ».
La Sûreté finlandaise SUPO a ouvert une enquête pour espionnage aggravé.
"Le programme du gouvernement prévoit que la Finlandaise soit parmi les premiers pays au monde en matière de gestion des menaces informatiques d’ici 2016. Cela nécessiterait plus de ressources", déclare le spécialiste Jaermo Limnél de Stonesoft.
HS AL KS

M. Stenlund nommé secrétaire d’Etat
Helsingin Sanomat rapporte que le conseil des ministres a décidé jeudi de nommer M. Peter Stenlund, actuel sous-secrétaire d’Etat, au poste de secrétaire d’Etat au ministère des Affaires étrangères à partir du 1er mars 2014 pour une période de quatre ans. Il succédera à M. Pertti Torstila qui prendra sa retraite fin février prochain. Depuis 2010, M. Stenlund est chargé des affaires administratives en tant que sous-secrétaire d’Etat. Avant sa carrière aux affaires étrangères, M. Stenlund a été entre autres secrétaire général du Parti suédois entre 1981 et 1995. En 2006-2010 il a été ambassadeur à Oslo.
HS/A13

Russie – Finlande – France

« M. Katainen a rencontré M. Medvedev à Moscou » HS
La Finlande considère que l’affaire de Greenpeace ne relève pas du politique
M. Katainen était, hier, à Moscou à l’Open Innovations Forum dont la France et la Finlande sont les principaux partenaires. M. Katainen a participé à la cérémonie de signature d’un accord de partenariat entre Startup Sauna et Russian Venture company. En vertu de cet accord, RVC participera à l’événement Slush en Finlande en novembre. La fondation russe Skolkovo participait déjà cet événement.
« En pratique, cela veut dire qu’Helsinki est l’un des lieux de rencontre les plus importants pour les startups russes qui cherchent des investisseurs », selon Miki Kuusi de Startup Sauna.
Lors de sa rencontre avec le premier ministre russe Medvedev, les questions arctiques ont été évoquées. « Les Russes sont très intéressés par les régions arctiques. Ils ont besoin de technologie et savent que la Finlande en dispose », a déclaré M. Katainen.
Lors de cette rencontre la question de la militante finlandaise de Greenpeace Sini Saarela, en détention provisoire à Mourmansk a été évoquée par M. Katainen. Il a exprimé sa satisfaction sur le fait que le consul finlandais avait pu lui rendre visite. « Pour nous, c’est une affaire de coopération administrative. Nous n’intervenons pas sur le fonctionnement de la justice russe. Il ne s’agit pas d’une question politique, mais bien entendu nous souhaitons que les citoyens finlandais soient traités conformément aux principes de l’Etat de droit ».
M. Katainen a aussi déclaré avoir abordé la question des droits de l’homme et en particulier des minorités sexuelles ou du statut des ONG. KL

Sécurité informatique

Affaire Lauri Love
Si M. Love, hacker accusé de piraterie informatique, est extradé aux Etats-Unis, il risque d’être condamné à une peine de prison allant jusqu’à dix ans. La nouvelle législation en vigueur en Grande-Bretagne permet d’extrader un suspect si la peine pour le soupçon de crime en question égale à une incarcération d’un an au minimum.
Comme M. Love réside en Grande-Bretagne, il y a peu de choses que la Finlande peut faire pour lui. S’il résidait ou séjournait en Finlande, la situation serait différente : la législation est explicite sur le fait que la Finlande n’extrade pas ces citoyens en dehors de l’UE, de la Norvège et de l’Islande, et même là, pour des procès seulement. Pour un Finlandais, dans ce cas, il serait possible de purger sa peine en Finlande. Dans le cas de M. Love, l’ambassade de Finlande en Grande-Bretagne ne peut que lui fournir des conseils.
HS/A20, AL

Frontex - Lampedusa

La Finlande participe à l’opération de surveillance de Frontex à Lampedusa
Aamulehti rapporte que la Finlande a envoyé un avion de surveillance Dornier 228 avec son équipage à Lampedusa pour participer à l’opération de surveillance Hermès de l’agence européenne de sécurité frontalière Frontex en Méditerranée. L’équipage de six pilotes est arrivé jeudi à Lampedusa et, selon son responsable, le capitaine Lauri Pakkala, les Finlandais commencent les vols de surveillance dès vendredi.
AL/A12

Liban

La marine pourrait participer à une opération au Liban
Selon Turun Sanomat, la marine finlandaise se prépare à envoyer le mouilleur de mines Uusimaa dans une opération de gestion de crise sur la côte libanaise en 2016. « Nous avons marqué cette opération dans notre agenda mais la décision définitive sera prise ailleurs », selon le contre-amiral Veli-Jukka Pennala. Le quotidien note qu’il a été remplacé hier en tant que commandant des forces navales par le contre-amiral Kari Takanen (56 ans).
Selon le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, la participation de la marine finlandaise à l’opération au Liban dépend aussi du fait de savoir combien de temps et avec quels effectifs l’armée de terre serait sur place. « La Finlande dirigera le bataillon fenno-irlandais et nous y aurons 330 personnes. »
HS/A23
Syrie

Hornets
Aamulehti relève, que selon M. Salonius-Pasternak, chercheur de l’Institut de relations internationales, des F-18 Hornet finlandais pourraient être utilisés pour la surveillance en Syrie si le Conseil de sécurité votait en faveur d’une interdiction de l’espace aérien du pays.
Le ministre de la Défense, M. Haglund rappelle que ni une opération de maintien de la paix, ni une interdiction de l’espace aérien ne sont en vue. S’il en était question, il n’est pas exclu que la Finlande soit appelée à y participer, selon lui. M. Haglund estime que les moyens diplomatiques sont la meilleure façon de s’efforcer d’établir la paix.
M. Salehzadeh, chercheur du Collège de Défense, relève que le démantèlement des armes nucléaires a affaibli le Président syrien. Il fait la comparaison avec ce qui s’est passé en Irak et propose de mettre en place une interdiction de l’espace aérien là où l’opposition est au pouvoir. AL/A6
Politique intérieure

Alliance des Gauches

Gouvernement : y être ou non ?
Le journal de l’Alliance des Gauches rapporte que le bureau du parti se réunira les 23 et 24 novembre pour décider si le parti continue dans la coalition gouvernementale. Le journal publie un dialogue entre deux députés du parti qui s’opposent sur cette question : Mme Kontula de Tampere souhaite que sont parti quitte le gouvernement alors que M. Kalliorinne d’Oulu estime qu’il faut y rester.
VL

Prochain gouvernement

Les Finlandais préfèrent une coalition entre conservateurs, sociaux-démocrates et centristes
L’hebdomadaire Suomen Kuvalehti publie les résultats d’un sondage effectué pour son compte sur la prochaine coalition gouvernementale.
41 % des personnes interrogées souhaitent une coalition entre le Centre, le Parti conservateur et le PSD. 19 % sont favorables à la combinaison du PSD, du Centre et des Vrais Finlandais, 12 % sont pour le Centre, le Parti conservateur et les Vrais Finlandais et 7 % pour le PSD, le Parti conservateur et les Vrais Finlandais.
Quant au prochain Premier ministre, M. Juha Sipilä, président du Centre, est le plus en vue avec 38 %. Il est suivi de M. Jyrki Katainen (24 %), actuel Premier ministre et président du Parti conservateur, de M. Timo Soini (12 %), président des Vrais Finlandais, et de Mme Jutta Urpilainen (10 %), ministre des Finances et présidente du PSD. 16 % des personnes interrogées ne se sont pas exprimées.
Taloustutkimus a effectué ce sondage auprès de 970 personnes entre le 14 et le 18 octobre.
SK/n°44/30

Education

Contradiction entre le programme du gouvernement et la réalité
Selon Helsingin Sanomat, dans son programme qui date de l’été 2011, le gouvernement a souligné l’importance d’une bonne éducation : la part de ceux qui ont obtenu un diplôme universitaire devrait être parmi les plus élevées au sein de l’OCDE et il fallait que les étudiants commencent à travailler après avoir obtenu une maîtrise plutôt qu’une licence.
Le ministère des Finances a toutefois remis en question le grand nombre de maîtrises. Le ministère estime qu’une licence serait suffisante pour travailler. Dans son programme de politique structurelle, le gouvernement a ensuite souligné qu’il fallait renforcer la qualification des diplômes inférieurs, donc de la licence, dans la vie professionnelle.
La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Mme Paula Risikko, et la ministre de l’Education, Mme Krista Kiuru, ont déjà souligné que les conditions requises dans leurs domaines ne pourront pas être diminuées.
HS/A16

Réforme des retraites

Les organisations des salariés s’inquiètent
Les organisations des salariés s’inquiètent pour le statut des employés âgés dans l’éventualité de l’augmentation de l’âge de départ à la retraite.
M. Pekkarinen, président du groupe de travail ayant remis son rapport préliminaire, hier, relève qu’il est clair que, avec une augmentation de l’âge de la retraite, un nombre accru de la population âgée s’inscrira parmi les chômeurs.
La confédération des ouvriers, SAK, a déjà dit qu’elle n’était pas prête à supprimer la possibilité de retraite anticipée, notamment pour les personnes dans des métiers physiquement ou psychologiquement usants.
La réaction des organisations syndicales n’est pas sans importance, car ce sont les salariés et le patronat qui cotisent en matière des retraites, et qui se mettront d’accord sur la réforme.
M. Pekkarinen estime que le système finlandais de retraites est bon dans ses structures de base, mais que les changements en cours rendent une mise à jour nécessaire.
La publication de ce rapport est le lancement de négociations qui devraient durer un an.
HS/A8

Energie

Augmentation de la consommation de charbon en Finlande
Suomen Kuvalehti rapporte que la consommation de charbon a augmenté de 47% depuis le début de l’année. Cela touche surtout les centrales de production d’électricité (où l’utilisation de charbon a été multipliée par quatre). Le directeur de l’énergie au ministère de l’Economie admet que cela n’est pas conforme à la politique énergétique de la Finlande mais s’explique par le faible prix du charbon ainsi que des droits d’émission.
SK

Rosatom tirera profit du système Mankala
Helsingin Sanomat rapporte que si Rosatom entre dans le capital de Fennovoima, l’entreprise russe pourrait, en créant une filiale finlandaise, tirer profit du système Mankala : elle pourrait ainsi revendre sur le marché la part d’électricité qui lui reviendrait et qu’elle toucherait à un prix coutant.
Fennovoima estime que les actionnaires pourront toucher l’électricité du réacteur à un prix coutant de moins de 50 euros le mégawatt. .
Actuellement le prix du marché de gros est de 40 à 50 euros le mégawatts. Si le prix restait à un si bas niveau jusqu’en 2024 quand la centrale doit voir le jour, la rentabilité du projet serait remise en cause, écrit HS.
HS

Médias

Restructuration de Sanoma
A l’occasiond e la piublication de ses résultats trimestriels, le groupe Sanoma a annoncé un important plan social visant à supprimer 70 emplois dans la rédaction de Helsingin Sanomat et Nelonen. Les restructurations à l’étranger sont encore plus importantes qu’en Finlande puisque Sanoma va abandonner 32 magazines néerlandais, ce qui signifie 500 emplois menacés. De plus Sanoma pourrait se retirer de Belgique et de Russie.
Les informations de la chaîne Nelonen vont être réduites. Cela nécessite toutefois des négociations avec le ministère car la diffusion d’information était une des conditions à l’obtention de cette chaîne.
HS KS

Vélos urbains

Helsinki va essayer de se doter de vélos urbains pour 2015
Helsingin Sanomat rappelle que les négociations entre Helsinki et JC Decaux ont pris fin il y a deux semaines.
Désormais la ville étudie un modèle de vélos urbains qui seraient financés par les utilisateurs et des sponsors et non plus par la publicité. Ce modèle utilisé à Londres permettrait à Helsinki de se doter de 1500 vélos pour 2015.
Un troisième appel d’offres pourrait être lancé bientôt.
HS

Finlande - France

Danse

La Compagnie Jérôme Bel au Festival de danse contemporaine d’Helsinki
Helsingin Sanomat présente le spectacle Disabled Theater de Jérôme Bel qui sera présenté samedi et dimanche dans le cadre du festival de dans contemporaine d’Helsinki Liikkeellä Marraskuussa.
HS

Cinéma

Sortie en DVD de Haute cuisine
Demokraatti salue la sortie en DVD du film Haute cuisine avec Catherine Frot sur la cuisinière de Mitterrand. Le quotidien espère que le livre de Mme Mazet-Delpeuche, Carnets de cuisine du Périgord à L’Elysée, puisse être bientôt traduit en finnois.
Dem

publié le 29/11/2013

haut de page