Mars 2016

Jeudi 31 mars 2016

Politique étrangère et européenne

UE - Investissements

La banque OP participe au programme d’investissements de la Commission européenne
Aamulehti rapporte que le groupe bancaire OP participe au programme d’investissements de la Commission européenne qui a comme but la mise en œuvre des investissements publics et privés au niveau européen pour plus de 300 milliards d’euros.
Le groupe OP a signé mercredi le premier programme concernant la Finlande avec le Fonds européen pour les investissements stratégiques.
Le ministre de l’économie Olli Rehn a souligné lors d’une conférence de presse qu’il s’agit de bonnes nouvelles pour les petites et moyennes entreprises finlandaises qui peuvent obtenir des prêts bon marchés par l’intermédiaire du programme européen.
La banque OP s’est engagée à accorder, en 2016 et 2017, des prêts à hauteur de 150 millions d’euros, garantis par l’UE, aux petites et moyennes entreprises (de moins de 500 employés) finlandaises, estoniennes, lettones et lituaniennes. Les prêts, qui varient entre 25 000 et 7 500 000 euros, sont accordés pour dix ans au maximum.
M. Rehn estime que le programme stimulera les investissements du secteur privé en Finlande. Ces investissements ont diminué de 30 % depuis 2007.
Le directeur général de la banque OP Reijo Karhinen estime que les prêts, garantis à moitié par la Banque européenne d’investissement, sont utiles surtout pour les entreprises qui dans une situation normale n’obtiendraient pas de financement. Il souligne aussi que les taux d’intérêts sont meilleurs marchés. Il ne souhaite pas encore évaluer l’effet du programme sur l’emploi.
La banque OP est la première organisation qui transmet des prêts en Finlande. M. Rehn souhaite que les établissements publics comme Finnvera, Tekes et Teollisuussijoitus participent au programme.
AL/A20-21, HS/A26

Pays nordiques

Les entreprises internationales s’installent le plus souvent en Suède
Helsingin Sanomat relève que, selon une étude d’Amcham Finland, la plupart des sièges ou des sièges régionaux des plus grandes entreprises internationales dans les pays nordiques se trouvent en Suède (125). Il y en a 41 au Danemark, 19 en Finlande et 15 en Norvège.
Parmi les entreprises énumérées sur la liste Forbes 2000, BP (17e position), Samsung (22e) et IBM (34e) se trouvent à Stockholm.
Total (25e), Allianz (27e) et Nestlé (36e) se sont installés à Copenhague, Banco Santander (43e) et Pepsico (96e) à Oslo.
En Finlande se trouvent Bayer (120e), Sampo (408e), Swisscom (427e), Fortum (513e), Toyota Tsusho (516e), Nokia (631e), UPM-Kymmene (829e), Kone (836e) , Pohjola (1 015e) et Neste (1 034e).
HS/A24

Finlande – Etats-Unis

Le Président Niinistö à Washington
Le Président finlandais a entamé sa visite à Washington où il participe au sommet sur la sécurité nucléaire. M. Niinistö a rencontré son homologue américain dans le cadre d’une telle conférence en Corée du Sud, il y a quatre ans. Les présidents ont également eu l’occasion de se rencontrer dans le contexte de différents sommets.
Mercredi, il a eu des entretiens en tête à tête, notamment avec Mme Nuland, secrétaire d’Etat adjointe.
A la mi-mai, M. Niinistö se rendra de nouveau à Washington, avec les dirigeants nordiques.
HS/A10

Finlande – Chine

Le ministère des Affaires étrangères ouvre 13 centres de visas en Chine
Comme le nombre de voyageurs chinois en Finlande est en hausse, le ministère des Affaires étrangères a décidé de mettre en place treize centres de visas dans différentes parties de la Chine. Les centres fonctionneront dans le contexte des centres des autres Etats Schengen.
Les décisions seront toujours prises dans les représentations finlandaises.
En 2015, 21 000 visas pour la Finlande ont été accordés en Chine, et 17 000 en 2014.
HS/A10

Migration

Les fermetures de centres d’accueil feront disparaitre des centaines d’emplois à la Croix rouge
L’Office national de l’immigration et la Croix rouge qui ont recruté 2000 employés devront mettre fin à des centaines de contrats de travail à cause des fermetures de centres d’accueil dues à la diminution du nombre de demandeurs d’asile arrivant en Finlande.
Comme la Croix rouge a géré la plupart des centres qui devront être fermés, ce sont ses employés qui seront le plus touchés.
HS/A15

Centre de renvoi
Le projet de mettre en place un centre de renvoi pour les demandeurs d’asile ayant reçu une réponse négative s’est avéré difficile. Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, avait annoncé cet hiver la mise en place d’un tel centre pour éviter les disparitions de personnes n’ayant pas obtenu d’asile en Finlande.
La législation actuelle ne connait pas de tels centres, et le projet de réforme de la loi est soumis à avis ces jours-ci.
L’office national de l’immigration, Migri, voit certains risques dans l’idée de rassembler au même endroit des personnes déçues qui ne souhaitent pas être renvoyées.
TS/9

Points de dépôt de demandes de permis de séjour prévus dans neuf villes
Le ministère de l’Intérieur présente la création de points de service dans neuf villes pour pouvoir déposer des demandes de permis de séjour et d’autres autorisations.
Ce réseau proposé est lié au fait que des attributions en matière de droit de séjour et de nationalité seront transférées de la police à Migri.
TS/9

Sécurité dans la région de la mer Baltique

Propos de Mme Halonen
Hufvudstadsbladet rend compte d’une table ronde organisée par l’institut pour la paix des Îles Åland et des propos de Mme Halonen, ancienne présidente finlandaise, qui s’exprime contre le fait d’envisager des murs autour de l’UE. Elle souhaite privilégier la question de savoir comment renforcer la sécurité sans pour autant construire une forteresse.
L’intitulé de la discussion était « la paix durable dans la région de la mer Baltique », et parmi les intervenants, il y avait notamment M. Haavisto, député, et Mme Ojanen, professeur à l’Université de Tampere.
A l’instar de Mme Halonen, Mme Ojanen a souligné l’importance de la démocratie et du fait de ne pas la considérer comme automatique. M. Haavisto a souligné que pour lutter contre la radicalisation, il faut réagir et chercher à intégrer les arrivants. Le souci principal de Mme Halonen ne concerne pas la Russie ou l’UE, il concerne le Moyen-Orient. Elle aussi souligne l’importance de trouver les moyens d’intégrer les réfugiés.
HBL/12

Politique intérieure

Revenu universel

Le revenu universel pourrait être de 550 euros
Le groupe de travail sur le revenu universel dirigé par le professeur Olli Kangas a remis, hier, son rapport à la ministre des Affaires sociales Hanna Mäntylä. Il propose, conformément au programme gouvernemental, de mettre en place un revenu universel de 550 euros par mois, pour un échantillon de population en 2017-2018. L’objectif de ce test serait de simplifier les aides sociales et de rendre incitatif les emplois à bas salaires.
Le groupe de travail a étudié diverses possibilités et propose un revenu universel partiel : il en remplacerait pas toutes les aides mais l’aide au logement, les allocations familiales, les allocations chômage proportionnelles au salaire ou les retraites seraient maintenues.
Les chercheurs ont réfléchi à un modèle neutre qui permettrait de verser le revenu universel à tout le monde et de récupérer fiscalement la somme versée aux personnes qui n’en ont pas besoin (c’est-à-dire à revenus moyens ou élevés).
Le gouvernement devra décider dans le courant du mois d’avril de la manière dont cet essai sera réalisé. La ministre Hanna Mäntylä a souligné hier que le gouvernement était sérieusement engagé dans cette réforme : « L’objectif n’est pas seulement de tester le revenu universel. Il faut que nous ayons la volonté d’aller plus loin », a-t-elle dit.
Le gouvernement devra donc décider du budget qu’il consacre à ce projet. Cela aura un effet sur la taille de l’échantillon qui sera concerné par la mise en oeuvre du revenu universel.
Selon M. Kangas, vue la somme prévue actuellement par le gouvernement, l’échantillon serait de seulement 1500 personnes qui seraient choisies de manière aléatoire. Selon les chercheurs du VATT, il faudrait un échantillon d’au moins 10 000 personnes pour que l’on puisse en tirer des conclusions.
Beaucoup d’attentes sont concentrées sur le revenu universel, en particulier en ce qui concerne la simplification des aides et l’incitation au travail. « Le revenu universel n’est pas un remède miracle qui résoudrait touts les problèmes », a souligné M. Kangas. Il permettrait toutefois de diminuer la bureaucratie et d’empêcher que des personnes se trouvent en situation d’exclusion.
La somme de 550 euros correspond au minimum de l’allocation chômage actuellement versé. Selon les chercheurs, un revenu universel pur (venant remplacer toutes les aides, pensions et allocations) devrait s’établir à environ 1500 euros et serait beaucoup trop couteux pour le gouvernent. De plus, selon M. Kangas, un tel revenu universel aurait un effet sur la pauvreté et les écarts de revenus mais ne servirait pas à inciter les personnes à prendre des emplois à bas salaires.
Quant au modèle d’un impôt négatif, il n’a pas été retenu car la Finlande ne dispose pas de registre des revenus.
HS AL KS

Commentaires
« Un essai tronqué » KL
« La Finlande est à nouveau cool » AL
Kauppalehti regrette que l’essai de revenu universel ne soit que partiel en raison du coût qu’aurait un revenu universel total ou du manque de registre des revenus qui empêche la création d’une fiscalité négative. Pour Kauppalehti, même le modèle proposé de revenu universel partiel sera minimal car il laisse en place nombre d’aides et d’allocations, dans la pire des situations, il risque même de devenir une nouvelle allocation de plus. De plus, le gouvernement n’a pas prévu un budget suffisant pour que l’échantillon permette d’en tirer des conclusions. Enfin, en deux ans seulement on ne pourra pas non plus avoir des résultats sur l’effet à long terme d’un tel revenu.
Aamulehti souligne pour sa part que ni le gouvernement ni M. Kangas n’avaient prévu l’intérêt que susciterait ce projet finlandais à travers le monde : M. Kangas est sollicité d’Allemagne, d’Estonie, de France et de Grande-Bretagne, voire du Japon et de la Corée-du-sud. S’il n’est pas une baguette magique, le revenu universel devrait permettre de simplifier la jungle des allocations sociales. Et il ne faut pas sous-estimer l’intérêt que la Finlande peut tirer d’avoir à nouveau la possibilité d’être considérée sur la planète comme un pays « cool » (en anglais dans le texte).
KL AL

Parti conservateur

Une parti des conservateurs veulent le départ de M. Stubb
Helsingin Sanomat rapporte que, au sein du groupe parlementaire du Kokoomus, l’aile des entrepreneurs critique la façon dont le président du parti M. Stubb a mené son parti dans la coopération gouvernementale. Si l’on est satisfait du programme gouvernemntal, c’est sa mise en œuvre qui pose problème : on estime que les accords d’entreprise n’ont pas progressé, que les effets du pacte de compétitivité seront minimes et que le Centre a imposé la réforme régionale. De plus, le Kokoomus a du assumer la responsabilité des économies dans l’éducation menées par Mme Grahn-Laasonen. De plus on n’a pas oublié les difficultés de M. Stubb concernant le projet de registre des titres qui a du être retiré.
Helsingin Sanomat relève que, même s’il a démenti être prêt à se présenter contre M ; Stubb, M. Vapaavuori continue à susciter des espoirs parmi les conservateurs mécontents de M. Stubb.
HS

Privatisations

Le gouvernement pourrait vendre des participations et des entreprises pour 20 milliards d’euros
Selon un rapport d’ETLA, le gouvernement pourrait facilement récupérer près de 20 milliards d’euros s’ils vendaient ses participations dans des entreprises et privatisaient nombre d’entreprises publiques.
Selon ce rapport la part des entreprises publiques et des participationsd e l’Etat dans les entreprises est particulièrement élevée en Finlande (plus de 50% du PIB) par rapprt aux autres pays nordiques et européens.
Ce rapport vise à montrer à quel point il sera facile au gouvernement de financer par des privatisations sa politique d’investissements dans les projets prioritaires évaluée à 1,6 milliard d’euros.
KL

Transports

VR licencie jusqu’à 240 personnes
La société de chemins de fer VR a annoncé le résultat de son plan social qui se traduira par 214 licenciements.
De plus, les conducteurs de train seront mis à pied pour une à trois semaines en 2017 et 2017.
L’annonce du plan social a été suivie d’un préavis de grève pour aujourd’hui.
HS

Tourisme

Le tourisme en Europe a augmenté en 2015
En 2015, les Finlandais ont réalisé plus de 8,1 millions de voyage de vacances à l’étranger.
Si les voyages vers la Suède, la Grande-Bretagne, l’Italie et l’Espagne ont diminué, en revanche, ceux vers l’Estonie, l’Allemagne, la France (+10,6% pour les voyage de tourisme et +4% pour les voyages d’affaires), la Grèce, le Portugal, la Turquie et la Norvège ont augmenté.
HS

France – Finlande

Théâtre

Les trois mousquetaires aux frontières européennes
Helsingin Sanomat rend compte d’un projet théâtral d’un metteur en scène letton, M. Valters Silis, qui utilise les Trois mousquetaires de Dumas pour évoquer la crise migratoire.
Les trois comédiens finlandais participant au projet « 3 Musketeers – East of Vienna » ont traversé la Hongrie, la Roumanie, la Moldovie et la Transnistrie pour aller de Vienne en Ukraine.
HS/B1-2
France

Vuitton

La maison et l’atelier de Vuitton à Asnières
Kauppalaheti Optio publie un reportage sur la maison et l’atelier de Louis vuitton à Aasnières où on continue à fabriquer de la maroquinerie de luxe.
KL Optio

Mercredi 30 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Finlande – Ukraine

M. Orpo se rendra en Ukraine
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, se rendra en Ukraine pour examiner les activités finlandaises dans l’opération de gestion de crise civile. Plus de trente observateurs et experts finlandais sont en Ukraine dans le cadre de l’opération de l’OSCE et de l’UE. M. Orpo rencontrera la direction des deux opérations.
Il rencontrera également son homologue ukrainien, M. Avakov, avec qui il évoquera la coopération policière, ainsi que d’autres autorités.
Hufvudstadsbladet relève que la Finlande soutient ce pays à hauteur de 22 millions d’euros sous forme d’aide humanitaire et de gestion de crise ainsi que par différents projets.
HBL/8

Migration

Fermetures de centres d’accueil
L’Office national de l’immigration, Migri, envisage de fermer 43 centres d’accueil d’ici l’automne prochain du fait de la diminution du nombre de migrants. A la fin 2015, il y avait plus de 200 centres d’accueil en Finlande. Avec les fermetures, il en restera environ cent, et quelques dizaines prévus pour des mineurs.
Migri prévoit que, cette année, le nombre d’arrivants sera de 15 000. Selon Mme Vuorio, directrice de Migri, après les suppressions annoncées, la capacité des centres d’accueil sera de 20 000 places pour les adultes et de 1700 pour les mineurs.
Actuellement, une cinquantaine de demandeurs d’asile arrivent en Finlande par semaine, contre plus de 200 par semaine en février.
Migri évalue à 66 euros par jour les frais d’hébergement d’un demandeur s’asile, l’objectif étant de 37 euros par jour par personne. Avec le temps, on arrivera toutefois à se rapprocher de l’objectif, la somme de 66 euros incluant également les frais de création des centres.
HS/A11, AL/A8

Politique intérieure

Parti conservateur

Débat sur la lettre de soutien à M. Stubb
Le président du parti du Kokoomus a admis, hier, qu’il était à l’origine de la lettre publique de soutien à son encontre que les présidents de section avaient signée.
Cette lettre visait à reporter au mois de juin, au moment du prochain congrès du parti, les éventuelles candidatures pour la présidence.
M. Stubb a annoncé qu’il était candidat à sa réélection.
Keskisuomalainen rapporte que les députés Harry Harkimo et Elina Lepomäki envisagent de se porter candidats contre M. Stubb.
HS AL KS

Pacte de compétitivité

La majorité des Finlandais prêts à renoncer aux augmentations de salaire pour un an
Les Finlandais sont d’accord pour renoncer à certains avantages acquis afin de permettre la création de nouveaux emplois. Certaines mesures ont le feu vert de la majorité, alors que 6 % des Finlandais s’opposent à toute mesure affaiblissant les conditions de travail.
Helsingin Sanomat a fait effectuer un sondage, selon lequel 68 % des personnes interrogées estiment que renoncer aux augmentations salariales pour un an serait le meilleur moyen de diminuer les dépenses des entreprises. 53 % seraient d’accord pour augmenter le temps de travail de 24 heures : 35 % souhaiteraient le faire en rallongeant de 7 minutes les journées de travail, 28 % en supprimant des jours de congés, 18 % en supprimant des jours fériés.
52 % seraient d’accord pour diminuer la prime de congé de 30 %.
Les organisations syndicales entameront les négociations sur le projet présenté préalablement le 29 février. Le délai s’étend jusqu’au 31 mai.
HS/A6

Point de vue
Le pacte de compétitivité menace les réformes
Les députés du parti du Kokoomus Elina Lepomäki etJuhana Vartiaine signent une tribune dans Helsingin sanomat pour critiquer le pacte de compétitivité qui, au prix du maintien du corporatisme, va diluer la réforme structurelle qui consistait à autoriser les accords d’entreprise. Pour eux, tout objectif de création d’emploi sera impossible sans autoriser les accords d’entreprise (au lieu de les soumettre aux conventions collectives de branche).
HS

Elections régionales

Les élections régionales pourraient avoir lieu en avril 2018
Les secrétaires des partis représentés au Parlement proposent d’éventuellement organiser les élections régionales en avril 2018 au lieu de janvier 2018, date prévue actuellement. Comme les élections législatives (les prochaines en 2019), les municipales sont organisées en avril (les prochaines en 2017).
Les secrétaires de parti envisagent de faire une proposition en ce qui concerne la date des régionales, vendredi.
L’autre possibilité est d’organiser les régionales à l’occasion des présidentielles, en janvier 2018.
A compter de 2021, il est prévu d’organiser les municipales et les régionales en même temps.
En deux ans, il y aura donc cinq élections en Finlande : les municipales en 2017, les présidentielles et les régionales en 2018 et les législatives et les européennes en 2019.
HS/A8

Culture

Musique – Jazz
Huitième disque du pianiste Aki Rissanen
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du nouveau disque du pianiste de jazz Aki Rissanen.
HS

France – Finlande

Photographie

Des artistes finlandais exposent dans le métro de Paris
Dans le cadre du festival Circulation(s) des photographies de Sami Parkkinen, Vilma Pimenoff et Emilia Moisio seront exposées dans des stations du métro parisien.
HS

Mardi 29 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Union européenne

« Le rêve européen s’est brisé sur la réalité » HS
« Au début des années 2000, l’Europe allait encore bien ; aujourd’hui elle doit faire face à de nombreuses menaces » HS
Helsingin Sanomat publie une interview de l’ancien Ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine, réalisée lors de son passage à Helsinki, la semaine dernière, où il a fait une conférence à l’invitation de l’Institut français et de l’association des anciens élèves de l’ENA.
Une décennie est un temps très court pour l’humanité mais durant la dernière décennie, l’UE a connu des changements qui personne n’avait su prévoir, écrit Petteri Tuohinen.
« L’Europe a longtemps eu une vison angélique du monde. Les Européens croyaient qu’ils pourraient influencer le monde à leur guise », déclare M. Védrine qui était ministre des Affaires étrangères jusqu’en 2002.
Il souligne qu’aujourd’hui l’Europe a un visage plus sombre : elle doit faire face à des menaces extérieures, comme le terrorisme ou la crise des réfugiés, mais aussi et surtout intérieures, comme la montée des divisions.
M. Védrine conseille de traiter chacun de ces problèmes séparément, et surtout de ne confier à l’UE que ce qui peut être traité au mieux au niveau européen et de laisser aux Etats les autres décisions.
M. Védrine n’a pas perdu espoir dans l’intégration européenne. « Notre objectif est de sauvegarder le mode de vie européen qui nous rassemble tous. La société européenne est unique ; on n’a pas fait mieux dans l’histoire de l’humanité. Elle n’est pas parfaite mais nous sommes arrivés au plus près possible du bien ».
HS

Terrorisme

Propos de M. Orpo
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, qui a participé à la réunion de crise avec ses homologues, à Bruxelles, jeudi, souhaite plus de coopération entre les Etats membres afin d’obtenir de meilleurs résultats dans les démarches contre le terrorisme. Il trouve particulièrement préoccupants les problèmes que les Etats membres et le Parlement européen ont dans l’échange d’informations.
M. Orpo trouve problématique que les services de sécurité des Etats européens ne partagent toujours pas leurs informations, et qu’un nombre minime de pays seulement, dont la Finlande, fassent ce sur quoi on s’est mis d’accord. Pour lui, ce sont surtout les grands Etats membres ont tendance de garder pour eux-mêmes les informations.
M. Orpo condamne les attaques terroristes de Bruxelles et considère qu’elles visent le noyau dur de l’Europe et les valeurs européennes. Il estime que l’on ne peut pas céder devant le chaos, la peur, les antagonismes et l’ébranlement des sociétés européennes que cherchent les terroristes.
HS/ven/A25

Migration

Selon M. Orpo, des dizaines de migrants arrivés en Finlande ont des antécédents terroristes
Le ministre de l’Intérieur estime que quelques dizaines de migrants arrivés en Finlande depuis novembre ont des liens terroristes.
La Sûreté nationale estime qu’il n’y a toujours pas de risque immédiat d’une attaque terroriste en Finlande, mais selon M. Orpo, la possibilité d’un acte terroriste ne peut pas être entièrement exclue.
Concernant une sécurité renforcée aux aéroports, M. Orpo constate que c’est une question qui le travaille. Il estime toutefois qu’elle ne relève pas de la prise de décision politique mais de celle des professionnels de ce domaine.
Concernant le nombre d’arrivants prévus pour ce printemps, M. Orpo s’attend à des chiffres bien inférieurs par rapport à l’automne dernier du fait que la situation à la frontière russe s’est calmée et qu’avec la Suède, une entente concernant le transit des migrants a été trouvée.
KS/sam/6

La Croix rouge finlandaise ouvre une clinique en Grèce
La Croix rouge finlandaise a ouvert (avec son homologue allemande) une clinique commune sur un camp de réfugiés en Grèce. La clinique propose des services médicaux de base et notamment ceux de pédiatres et de sages femmes.
AL/sam/A22

Gardes-frontières

Acquisition de deux nouveaux Super-Puma
Les gardes-frontières finlandais ont reçu deux nouveaux hélicoptères Airbus AS332L1e Super Puma.
Ils seront déployés à l’aéroport de Malmi à Helsinki où ils serviront à partir de juin.
Il s’agit d’une acquisition d’une valeur de 57 millions d’euros dont une partie, 12 millions, a été payée par le fonds européen aux frontières extérieures.
HS

Réunion sur la sécurité nucléaire

Le Président Niinistö ira à la réunion de Washington
Le président Sauli Niinistö représentera la Finlande à la réunion sur la sécurité nucléaire qui sera organisée, jeudi et vendredi à Washington.
HS

Politique intérieure

Sondage sur un référendum éventuel et sur le parti de M. Väyrynen

Plus de la moitié des Finlandais sont satisfaits de la participation de leur pays à l’UE
Helsingin Sanomat a sondé les opinions des Finlandais sur l’opportunité de l’organisation d’un référendum éventuel que propose M. Väyrynen. 50 % des personnes interrogées ne voient pas de nécessité pour un référendum, alors que 43 % le souhaitent. Si un référendum était organisé, 56 % des Finlandais voteraient pour la participation à l’UE, tandis que 30 % s’exprimeraient contre.
Pour ce qui est du parti politique de M. Väyrynen, 70 % des Finlandais n’ont pas l’intention de voter pour lui.
HS/sam/A8

Parti suédois

M. Haglund quittera la présidence de son parti
M. Haglund, président du Parti suédois, a perdu sa motivation pour la présidence du parti et pour le fait de briguer un poste ministériel. Au congrès du parti, en juin, il ne se représentera plus. Selon Helsingin Sanomat, Mmes Nylander et Henriksson sont les plus en vue pour succéder à M. Haglund. Mme Biaudet a dit, quant à elle, que sa candidature est très peu probable.
HS/ven/A12, sam/A24

Parti conservateur

Débat au Kokoomus sur une lettre de soutien à M. Stubb
Les directeurs de section du parti Kokkomus ont publié une lettre de soutien au président du parti M. Styubb, demandant à ce que la campagne pour la présidence du parti ne gène pas le gouvernement. Ils souhaitent donc que les candidats ne se déclarent pas avant juin, quand aura lieu le congrès.
De nombreux députés ont critiqué cette initiative qui a surpris le groupe parlementaire.
HS

Alcool

La loi sur l’alcool divise le gouvernement
Le projet visant à modifier la loi sur l’alcool n’avance pas comme prévu par le gouvernement. Les partis sont divisés : alors que le Centre souhaite peu de modifications, le kokoomus souhaiterait plus libéraliser la vente de l’alcool.
L’objectif de la loi est d’orienter la consommation d’alcool ; en faveur des débits de boissons.
HS

Tabac

Le gouvernement modifie son projet de loi
A peine avait-il déposé au parlement son projet de loi sur le tabac que le gouvernement l’a déjà modifié : il propose désormais d’interdire de fumer dans un véhicule transportant un enfant de moins de 15 ans.
HS

Personnes âgées

Le gouvernement va modifier la loi sur les services aux personnes âgées
Le gouvernement prépare une modification de la loi sur les services aux personnes âgées qui n’est pourtant en vigueur que depuis 2013.
L’objectif est de diminuer le nombre minimum de personnel encadrant dans les maisons de retraite ainsi que les obligations qui incombent aux communes.

Retraite

La pension moyenne est de 1613 euros par mois
Il y avait fin 2015 1,5 millions de Finlandais recevant une pension. La grande majorité sont des retraités de plus de 65 ans. La pension de retraite moyenne est de 1613 euros par mois ; elle est de 1829 euros pour les hommes et de 1434 euros pour les femmes. HS

Vacances

Modification de la législation sur les vacances
A partir du 1er avril, en cas de maladie pendant les vacances un délai de six jours de carence sera observé. Si un employé est malade pendant les six premiers jours de ses vacances il ne pourra donc pas reporter ses congés.
AL

Nucléaire

Olkiluoto voit la lumière au bout du tunnel
Aamulehti et Turun Sanomat publient un reportage sur l’EPR d’Olkiluoto3 dont les tests physiques devraient commencer en avril. Cela lance la dernière ligne droite pour ce projet qui vise une mise en route de la centrale en 2018.
AL TS

France – Finlande

Cinéma

Kaurismäki célébré à Cannes
Aki Kaurismäki recevra au prochain festival de cannes le Carrosse d’or décerné par l’association des réalisateurs.
HS

Jeudi 24 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Attentats à Bruxelles

Titres
« Les Etats européens ont devant eux des années de lutte » HS
« Bruxelles se soigne mais ne comprend pas » AL

Commentaires
« Daech veut propager la terreur en Europe » HS
Sami Sillanpää (Helsingin Sanomat) souligne qu’un des objectifs de Daech est de propager la haine. « Plus il y aura de haine contre les musulmans en Eiurope, plus Daesh sera content ».
HS

Editoriaux
« Il ne faut pas laisser de place au terrorisme » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que l’on peut renforcer la coopération policière, mais que ce n’est pas par la loi que l’on influera sur les discriminations, la ségrégation et le ressentiment ».
HS

Les autorités finlandaises n’ont pas décidé de renforcer la sécurité des aéroports
Bien que la question ait été envisagée, les autorités finlandaises n’ont pas pris la décision de renforcer la sécurité des aéroports, rapporte Helsingin Sanomat.
HS

Daech

Cinq Finlandais sur la liste des combattants
Selon Yle, il y a au moins cinq noms de Finlandais sur la liste des combattants de Daech à laquelle Yle a eu accès par des journalistes allemands.
Deux de ces personnes seraient encore dans la région du Proche-Orient, tandis qu’un serait mort.
Trois de ces personnes ont la nationalité finlandaise.
KS/14

Finlande – Russie

Selon M. Niinistö, les restrictions frontalières entreront en vigueur prochainement
Les restrictions frontalières annoncées par les présidents Niinistö et Poutine nécessitent quelques mesures en Finlande et entreront en vigueur prochainement. Le gouvernement et le président devront les approuver d’abord.
Les Présidents russe et finlandais ont annoncé que les postes frontaliers de Salla et de Raja-Jooseppi seraient fermés à d’autres personnes que les nationaux finlandais, russes ou biélorusses. M. Niinistö note que, d’une certaine façon, la Russie met déjà en place les principes de cet accord.
Concernant l’opportunité pour un Président européen de se rendre en Russie, M. Niinistö note que, depuis deux semaines, il y a eu pas mal de visites internationales en Russie. Qu’un Finlandais s’y rende n’intéresse que les Finlandais, selon lui.
Selon Mme Nerg, secrétaire générale du ministère de l’Intérieur l’accord entrera en vigueur dans une semaine pour une durée de 180 jours. Elle note que cet arrangement avait déjà été évoqué avant la rencontre des ministres de l’Intérieur des deux pays en janvier.
Outre la question frontalière, les deux pays se sont mis d’accord sur des échanges d’information entre l’office russe de l’immigration et le ministère de l’Intérieur finlandais.
M. Orpo, ministre de l’Intérieur, relève que l’accord a été préparé pendant longtemps. Les autorités finlandaises et russes ont en commun la volonté de maîtriser les activités criminelles à la frontière.
M. Niinistö a dit que le ton et l’atmosphère des entretiens avec son homologue russe avaient changé par rapport à la situation il y a un an. C’était plus facile maintenant, selon lui.
HS/A29, KS/21

Migration

La police a organisé cinq vols de renvoi vers l’Irak
Environ 500 Irakiens sont rentrés dans leur pays par des vols organisés par la police finlandais. Ce sont des personnes qui sont partis volontairement et qui ont retiré leur demande d’asile en Finlande.
Selon la police, il n’y a eu aucun problème avec ces vols et la coopération avec les autorités irakiennes s’est très bien passée.
Organiser un tel vol de retour coûte de 150 000 à 200 000 euros.
Environ 25 000 demandes d’asile attendent d’être étudiées. Migri a pour objectif de les traiter d’ici fin août.
HS/A14

« Les réfugiés arrivés en Finlande ne rempliraient même pas le stade olympique » HBL
Hufvudstadsbladet rappelle que le nombre des demandeurs d’asile arrivés en 2015 ne paraît pas très grand si on le compare au nombre de sièges au stade olympique. Près de 8000 sièges resteraient vides…
HBL/14

Turquie – Finlande

M. Soini a rencontré le ministre turc des Affaires européennes
Le ministre turc des Affaires européennes, M. Bozkir, estime que l’accord entre l’UE et son pays pourra mettre fin aux activités des contrebandiers. Il rejette les critiques concernant le fait que la Turquie ne se serait pas efforcée de lutter contre la contrebande et note que son pays a attrapé 4500 contrebandiers l’année dernière. Il regrette que la Turquie n’ait pas encore obtenu les crédits promis par l’UE.
M. Bozkir a rencontre le ministre finlandais des Affaires étrangères, M. Soini, avec qui la coopération dans la lutte contre le terrorisme a été évoquée. Ils estiment que les attaques à Bruxelles, Paris et Ankara ont le même but : semer la peur, détruire la stabilité et fomenter l’anarchie. M. Soini a présenté ses condoléances concernant les victimes des attaques qui ont eu lieu en Turquie. M. Bozkir a exprimé son empathie concernant les victimes des attaques de Bruxelles.
Keskisuomalainen note que Chypre n’a pas été évoqué lors des entretiens.
Selon M. Soini, le Premier ministre turc se rendra en Finlande le 6 avril.
HS/A28, KS/20

Politique intérieure

Dépenses publiques

« La Finlande a le plus grand secteur public » HS
Selon Eurostat, avec des dépenses publiques qui représentent 58,1% du PIB, la Finlande est le pays qui a le plus gros secteur public.
La Finlande a dépassé la Suède en 2009.
En réalité, avec la crise économique qui a causé une rétractation du PIB, les dépenses publiques ont augmenté ces dernières années plus vite que le PIB.
HS

Mercredi 23 mars 2016
Politique étrangère et européenne

Attentats à Bruxelles

Titres
« Une attaque au cœur de l’Europe » HS / KL
« Après Paris, Bruxelles » AL
« DAESH a frappé la capitale de l’UE » TS

Réactions finlandaises
Le Président de la République Sauli Niinistö et le premier ministre Juha Sipilä ont adressé des messages de condoléances aux autorités belges.
« A Bruxelles, on a touché toute l’Europe », a déclaré M. Niinistö.
« Nous sommes sur le même front contre le terrorisme. Il ne faut pas céder sur les valeurs d’une société ouverte et démocratique et il ne faut pas laisser la peur se propager », a déclaré M. Sipilä. .
Le ministre des Finances Alexander Stubb a souligné qu’il fallait « défendre la liberté et les droits de l’homme. Il ne faut pas laisser les terroristes détruire nos vies par la peur. […] Quand une attaque se passe au cœur de l’Europe, cela se ressent en Finlande aussi ».
Le ministre de l’Intérieur Petteri Orpo a souligné qu’une telle attaque était attendue et crainte. « Dans une société ouverte, on ne peut pas éviter tout. Mais certainement la coopération contre le terrorisme va se renforcer ».
Il craint que les attentats rendent les relations plus tendues à l’égard des immigrés. « C’est ce que veulent les terroristes en frappant au cœur de l’Europe, à Bruxelles, par une attaque violente afin de nourrir les antagonismes et propager le chaos. Il ne faut pas céder ».
Il précisé que la Finlande avait renforcé les contrôles aux frontières et dans les aéroports.
Le président de la commission de la défense, M. Ilkka Kanerva estime qu’il faut se hâter de faire passer la loi sur le renseignement qui est très en retard en Finlande.
HS

La police finlandaise a relevé son niveau d’alerte
Helsingin Sanomat rapporte que la police finlandaise a annoncé qu’elle relevait le niveau d’alerte en Finlande.
Néanmoins, la Sûreté générale finlandaise (SUPO) a indiqué toutefois qu’il n’y a pas lieu de relever le niveau de menace en Finlande.
HS

Près de 4 000 Finlandais vivent en Belgique
Aamulehti rappelle que plusieurs milliers de Finlandais habitent en Belgique et des centaines d’autres s’y rendent en voyage d’affaire chaque jour.
AL

Commentaires
« La Belgique s’attendait à des attaques » HS
« La ségrégation se renforce en Europe » HS
« Les derniers soupirs de la liberté européenne » KS
L’ancienne correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat, Virve Kähkönen rappelle qu’après les attentats de paris, le ministre de l’Intérieur belge avait promis de faire le ménage à Molenbeek. « Cette opération de ménage est sérieusement en retard », conclut-elle.
L’ancienne correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat, Eija Yläjärvi écrit qu’elle habitait il y a dix ans dans des quartiers déjà victimes de ségrégation sociale à Bruxelles et que la situation n’a fait que s’aggraver au point qu’elle ne s’y installerait certainement plus dix ans après.
Sari Vanninen dans Keskisuomalainen estime que l’on va désormais avoir les mêmes contrôles de sécurité dans les aéroports européens que, par exemple en Afrique. Cela signifie aussi la fin d’une certaine liberté en Europe. Selon elle, l’Europe peut azussi se demander pourquoi elle a échoué dans sa politique d’intégration.
HS KS

Editoriaux
« Le but des attentats est de propager la peur » HS
« Les terroristes ont à nouveau frappé au cœur de l’Europe » KS
« Au cœur de l’obscurité »
« Une attaque contre l’Europe » TS
« Il ne faut pas que ce soient les terroristes qui soient maîtres des priorités » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet considère les actes terroristes à Bruxelles comme une frappe sérieuse contre l’ensemble de l’UE, mais aussi contre tous ceux qui soutiennent la société ouverte. Elle estime que toute acte terroriste est une attaque sérieuse contre toute société et tout individu qui dans le monde croit à une société ouverte et à la démocratie. Cela ne dépend pas de la couleur de la peau ni d’une religion en particulier.
L’éditorialiste estime que si la Belgique demande une assistance, il reviendra à chaque Etat membre de décider soi-même quelle sorte d’aide et sous quelle forme il peut la donner. Une UE unie est plus importante que jamais pour battre Daech.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que choisir Bruxelles pour cible touche directement tous les Européens, même s’ils n’ont pas de lien personnel avec la Belgique, car c’est la capitale de l’UE qui a été visée. Pour l’éditorialiste, « la croyance dans la force de la violence est visiblement très forte dans certains milieux » et il faut donc y résister et démontrer le contraire.
L’éditorialiste de Keskisuomalainen estime qu’il est difficile de résister à la peur dans la situation actuelle.
Pour Aamulehti, une attaque dans des lieux si proches des dirigeants européens souligne à quel point il faut trouver une solution communes à des problèmes qui sont communs. On ne pourra pas les éviter en s’isolant ». « Les Etats membres doivent renforcer l’Union afin que celle-ci puisse aider les gens à se sentir en sécurité », conclut AL.
« Turun Sanomat souligne que le terrorisme ne connaît pas les frontières nationales. C’est pourquoi la lutte contre le terrorisme doit se faire par plus de coopération au niveau européen.
Hbl HS KS AL TS

Liban

La Finlande envisage d’envoyer des troupes supplémentaires au Liban
La Finlande est en train de préparer la prise de décision sur l’envoi de 150 casques bleus au Liban encore au cours du printemps. Il s’agirait d’une réponse à la demande d’assistance française après les attaques de Paris.
Il a également été question d’éventuellement envoyer des soldats au Mali, mais selon les informations de Helsingin Sanomat, en envoyer au Liban paraît plus probable à présent.
Au Liban, il y a actuellement 310 Finlandais, au Mali, il y en a 15.
M. Kinnunen, chef du service de politique de sécurité et de gestion de crise du ministère des Affaires étrangères, relève que des entretiens ont eu lieu avec la France concernant l’aide la plus opportune. Au niveau du calendrier, le Liban est maintenant prioritaire, selon lui.
Le Parlement devra évoquer la question ce printemps.
Le coût d’envoi de troupes au Liban est estimé à 15 à 18 millions d’euros.
M. Kaikkonen, président centriste de la commission des Affaires étrangères, qui vient de se rendre au Liban, rappelle que, comme les Finlandais sont présents dans ce pays depuis longtemps, ils connaissent bien la région, et leur travail y est apprécié. Il privilégie le Liban avant le Mali.
Selon HS, la législation actuelle permet un effectif de 350 soldats au maximum au Liban.
HS/A15

Ministère de la Défense

Attaque informatique contre le ministère
Le site web du ministère de la Défense a subi une attaque, qui a bloqué le site pour quatre heures, hier.
KS/31

Finlande - Russie

Visite du Président Niinistö à Moscou
Helsingin Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö a effectué hier une visite de travail à Moscou où il a eu un entretien avec le président Poutine à sa résidence de fonction à Novo-Ogoriavo.
Après l’entretien, M. Poutine a annoncé que l’arrivée des ressortissants des pays tiers sera empêchée par les postes frontières de Salla et Raja-Jooseppi en Laponie pendant six mois. Seuls les ressortissants finlandais, russes et biélorusses pourront passer la frontière fenno-russe à Salla et à Raja-Jooseppi.
M. Poutine a souligné que le problème a été résolu et M. Niinistö a exprimé la satisfaction de la Finlande.
Les présidents ont évoqué, lors de leur conférence de presse, les attaques terroristes à Bruxelles et ont présenté leurs condoléances, soulignant l’importance de la coopération dans la lutte contre le terrorisme.
M. Poutine a ensuite parlé longuement de l’économie, déclarant notamment que « les échanges commerciaux avaient souffert en raison des sanctions et contre-sanction. » Il a aussi énuméré des projets réussis dans la construction navale, la construction de la centrale nucléaire de Fennovoima à Pyhäjoki et les projets de Fortum en Russie.
M. Niinistö a évoqué les questions internationales d’actualité, dont la Syrie et l’insécurité en Afrique du Nord et au Proche-Orient.
M. Niinistö s’est félicité de la reprise du travail de la commission économique bilatérale, dont les coprésidents sont la ministre finlandaise du commerce extérieur Lenita Toivakka et le vice-premier ministre russe Dmitri Kozak.
M. Niinistö a invité M. Poutine en visite en Finlande. Aucune date n’a été mentionnée.
Le ministre de l’économie Olli Rehn a eu un entretien avec le ministre du développement économique Aleksei Ouljoukaiev.
La secrétaire générale du ministère de l’intérieur Päivi Nerg a signé, au nom du ministère finlandais de l’intérieur, un accord sur l’échange des informations avec l’agence russe des migrations.
HS/A31-32

Recherche climatique

Actris
L’organisation européenne de recherche climatique Actris établira son siège à Helsinki en 2021.
L’organisation de suivi des émissions de CO2, Icos, a entamé ses activités à Helsinki au début de l’année.
Mme Sorvari de l’Institut météorologique se félicite du haut niveau de la recherche atmosphérique en Finlande.
HS

Politique intérieure

Emploi

Augmentation des chômeurs de longue durée
Alors que, selon les chiffres de l’Institut national d’études statistiques, le nombre de chômeurs a diminué de 20 000 en février par rapport à la même époque il y a un an, le ministère de l’Emploi et de l’Economie relève que le nombre de demandeurs d’emploi avait augmenté de 5600. Le nombre total de chômeurs est de 248 000 selon l’un et de 361 000 selon l’autre.
Ces deux instances ont des critères différents.
L’augmentation du taux de chômage continue, mais à un rythme ralenti tous les mois depuis les six derniers mois, selon le ministère. Le chômage de longue durée continue toutefois à augmenter à un rythme rapide. Alors que le chômage augmente de 2 %, celui des chômeurs de longue durée augmente de 19 %.
Le taux de chômage est de 9,4 %.
L’augmentation du chômage se voit dans les secteurs traditionnellement occupés par les femmes, comme les services et le commerce. L’augmentation mensuelle des demandeurs d’emploi de 5600 se divise très inégalement entre les hommes et les femmes, seulement 200 hommes concernés, mais 5400 femmes touchées. Au total, plus d’hommes sont pourtant au chômage de de femmes.
En février, 59 500 nouveaux emplois étaient proposés dans des bureaux d’emploi, ce qui est 3500 de plus qu’il y a un an.
HS/A35

Economie

Etla prévoit une croissance de moins de 1 %
Le centre de recherche économique Etla prévoit une croissance de 0,9 % pour 2016. La croissance serait de 1,2 % en 2017 et de 1,4 % en 2018.
Danske Bank a prévu, lundi, une croissance de 0,7 % pour 2016 et de 1,1 % en 2017.
La banque Nordea prévoit une croissance de 0,5 % en 2016 et de moins de 1 % pour 2017.
Etla part du principe que le pacte de compétitivité pourra être mis en œuvre.
HS/A36, KS/16

Dette publique

La Banque de Finlande garde 10 % de la dette dans ses coffres forts
La Banque de Finlande dispose de 10 % de la dette publique finlandaise (100 milliards d’euros) dans ses coffres forts. Depuis l’année dernière, la banque de Finlande achète des titres de créances au titre des mesures de relance de la BCE.
Les achats de la Banque de Finlande qui correspondent à la taille de l’économie finlandaise représentent une part de 2 % de l’ensemble du programme de la BCE.
Jusqu’à présent, la Banque de Finlande a acheté des titres de créance du secteur public, qui relèvent de l’emprunt de l’Etat finlandais, pour 8,9 milliards d’euros.
M. Liikanen, gouverneur de la Banque de Finlande, affirme que le conseil de la BCE a une capacité de soutenir la croissance et la stabilité au niveau des prix, si les perspectives et les conditions de financement s’affaiblissent.
Concernant l’économie finlandaise, il estime que pour qu’elle puisse repartir sur une voie durable, il faut améliorer la compétitivité et faire des réformes structurelles.
« Nous pourrons inverser la tendance. Il est clair que la croissance ne sera plus ce qu’elle était lorsque la main d’ouvre augmentait fortement et que la part de l’industrie dans le PIB était plus importante, mais on peut arriver à faire beaucoup mieux qu’actuellement », dit-il.
Kaleva/mardi/18

Grande distribution

Concurrence sur la part du marché entre les groupes
Les groupes de grande distribution sont en concurrence au niveau des prix, ce qui fait que la valeur des ventes de biens de consommation courante a diminué en 2015 (de 0,7 %) par rapport à l’année précédente, pour la première fois depuis 1995. En 1995, c’est l’entrée de la Finlande dans l’UE qui avait baissé les prix des denrées alimentaires.
Lidl a augmenté sa part du marché qui représente désormais 8,3 %, de même que le groupe S qui représente 46 % du marché. Les groupes K et Suomen lähikauppa (Siwa, Valintatalo) ont diminué. Le groupe K représente 32,7 % du marché et envisage l’achat de Suomen lähikauppa, si les autorités du domaine de la concurrence ne s’y opposent pas.
HS/A37

Parti du centre

La décision sur le candidat présidentiel divise le parti
Selon Helsingin Sanomat, la décision par le Parti du centre de désigner le candidat présidentiel déjà au congrès du parti en juin divise les membres du conseil national. Plusieurs personnes se demandent pourquoi le parti se hâte pour désigner le candidat prochainement même si les élections présidentielles n’auront lieu qu’en 2018.
Une des raisons évoquées par le parti est le fait de ne pas organiser un congrès extraordinaire en 2017 pour élire le candidat.
Plusieurs présidents des sections régionales du Centre, dont Matias Ojalehto (Ostrobotnie du Nord), Juha-Pekka Rusanen (Savonie du Nord) et Marja Engman (Päijät-Häme), estiment que la décision aurait du être prise plus tard. Une longue campagne électorale crée des risques.
Hanna Huttunen (Carélie du Nord) estime qu’il est bon d’ouvrir le débat sur la politique étrangère dès maintenant. Timo Korhonen (Kainuu) estime qu’il est bon de faire des économies et ne pas organiser un congrès extraordinaire.
Markku Pakkanen (Kymenlaakso) estime que l’annonce sur la candidature peut être liée aux intentions de M. Paavo Väyrynen.
HS/A14

France – Finlande

Sécurité routière : Jean Todt loue la Finlande

Président de la Fédération internationale de l’automobile, M. Jean Todt, ancien chef de l’écurie Ferrari, s’inquiète pour l’état de la sécurité routière notamment dans les pays en voie de développement. M. Todt a assisté à une manifestation organisé à New York par l’ambassadeur de Finlande auprès de l’ONU, M. Kai Sauer. L’année dernière, M. Ban Ki-moon a désigné M. Todt sa représentant spécial pour la sécurité routière.
M. Todt estime que l’Europe a réussi à améliorer la sécurité routière et qu’en Finlande, la situation est très bonne. Il rappelle qu’il faut toutefois continuer à développer la sécurité.
KL/9

Mardi 22 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Attentats à Bruxelles

Renforcement de la sécurité à l’aéroport d’Helsinki – Vantaa
Suite aux attentats qui ont eu lieu aujourd’hui à Bruxeles, le ministre de l’intérieur Petteri Orpo a annoncé que la sécurité à l’aéroport d’Helsinki – Vantaa était renforcée.
La Sûreté générale finlandaise (SUPO) indique toutefois qu’il n’y a pas lieu de relever le niveau d’alerte en Finlande.
Yle

Union européenne

Déclarations de M. Soini
Le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini a déclaré, hier, à Londres où il a rencontré son homologue britannique M. Hammond, que l’UE était menacée par une nouvelle vague de migrants qui viendraient de Libye.
Il estime qu’il est urgent de prendre des mesures contre les contrebandiers.
« La Libye va coûter cher au contribuable européen, comme toujours dans de tels cas », a-t-il souligné.
Selon Helsingin Sanomat, une nouvelle opération européenne devrait avoir lieu en Libye car il y a un besoin d’expertise et de renforts dans les moyens policiers et de gardes-frontières.
Les ministres ont aussi discuté du Brexit et du référendum britannique sur l’UE.
M. Soini a déclaré que son collègue était confiant dans la victoire du Oui. « Il a dit que le Oui l’emportera pour des raisons économiques et de volonté de statu quo. Cela sera une campagne dure et clivante ».
M. Soini s’est refusé à envisager, en cas de victoire du Non, si la Finlande aussi devrait organiser un tel référendum. « Il faut être réservé », a-t-il dit.
HS

Finlande - Russie

Le Président Niinistö aujourd’hui à Moscou
Helsingin Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö effectue aujourd’hui une visite à Moscou où il rencontrera le président Poutine. Les deux présidents se sont rencontrés précédemment en juin dernier à Moscou et ont parlé au téléphoné plusieurs fois depuis.
Les présidents doivent évoquer les questions internationales d’actualité, dont l’Ukraine et la Syrie, mais aussi une question bilatérale qui intéresse particulièrement la Finlande : les réfugiés qui arrivent en Finlande par la Russie.
Des demandeurs d’asile sans visas ont commencé à arriver en Finlande il y a quelques mois par les postes frontières en Laponie, ce qui était tout à fait nouveau. Il y en a eu environ 2 000 avant que les autorités russes empêchent leur arrivée.
M. Niinistö a déjà évoqué la question avec le Premier ministre Medvedev en février lors d’un déplacement à Munich.
Le ministre de l’économie Olli Rehn participe à la visite du président à Moscou. Il aura un entretien avec le ministre du développement économique Aleksei Ouljoukaiev sur les relations commerciales et économiques entre les deux pays.
HS/A8

Editoriaux
Selon l’éditorial d’Helsingin Sanomat, les relations entre la Finlande est la Russie sont une combinaison des activités aux plusieurs niveaux.
Même si les différences politiques augmentent, les sociétés des deux pays se chevauchent, parce qu’il y a des dizaines de milliers de russophones en Finlande.
Kauppalehti souligne dans son éditorial que la raison initiale des sanctions contre la Russie n’a pas disparue. En même temps il ne faut pas isoler la Russie mais continuer à entretenir les relations.
HS/A4, KL/3

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Le patronat de l’industrie forestière participe aux négociations à contrecœur
Selon Helsingin Sanomat, le patronat de l’industrie forestière, Metsäteollisuus ry, a décidé, à contrecœur, de participer aux négociations sur le pacte de compétitivité.
Metsäteollisuus estime que la confédération du patronat et de l’industrie EK a commis une erreur de commencer les négociations sans le syndicat des transports AKT.
La participation de l’industrie forestière est vitale du point de vue du pacte de compétitivité.
HS/A15

Les négociations doivent terminer avant l’été
Aamulehti publie un bilan de la situation des négociations sur le pacte de compétitivité. Tous les syndicats des centrales syndicales Akava et STTK et la plupart des syndicats de la SAK participent aux négociations. Ils représentent plus de 90 % des salariés.
Les syndicats de la SAK qui ne participent pas sont les syndicats des transports AKT, du bâtiment, des ouvriers de l’alimentation et du personnel navigant.
Les partenaires sociaux ont décidé dans le pacte de compétitivité d’une augmentation du temps de travail annuel de 24 heures. Les syndicats et le patronat doivent décider par branche comment mettre en œuvre cette prolongation.
Les primes de vacances du secteur public doivent être coupées de 30 % en 2017-2019.
La part employée de l’assurance-chômage augmentera de 0,85 % et celle patronale diminuera d’autant. La part employée de l’assurance retraite augmentera, d’ici 2020, de 1,2 % et celle des employeurs diminuera d’autant. Les changements concerneront tous les salariés. Les charges sociales de tous les employeurs diminueront.
Les salaires ne seront pas augmentés en 2017. A partir de 2018, le plafond des augmentations sera défini par le secteur exportateur.
Les partenaires sociaux exigent du gouvernement qu’il abandonne les économies supplémentaires de 1,5 milliard d’euros et les augmentations des impôts prévues. Il faut aussi mettre en œuvre les allègements de l’impôt sur le revenu promis.
Le gouvernement doit réaliser les coupes budgétaires de 4 milliards d’euros inscrits dans son programme. Le ministère des finances a évalué en décembre dernier que les décisions sur les économies de 3,4 milliards d’euros ont été prises. Cela signifie des économies supplémentaires de plusieurs centaines de millions d’euros.
Les négociations entre les syndicats et le patronat doivent se terminer avant le 31 mai. Les organisations se réuniront le 1er juin pour évaluer le caractère exhaustif du pacte et des mesures promises par le gouvernement.
Le pacte peut encore échouer si une partie des syndicats n’approuvent pas un accord ou si le gouvernement ne tient pas ses promesses.
Si les évaluations des syndicats, du patronat et du gouvernement sont positives le pacte de compétitivité entrera en vigueur en été.
AL/sam

Débat sur le nombre de nouveaux emplois créés
Aamulehti relève que la centrale syndicale SAK et la confédération du patronat et de l’industrie EK estiment que le pacte de compétitivité créera 45 000 nouveaux emplois. L’évaluation du ministère des finances est de 35 000 et celle du centre d’étude Pellervo (PTT) de 30 000.
Le centre d’études de la vie économique ETLA et le centre d’études des salariés PT sont plus pessimistes : seulement 20 000 nouveaux emplois seraient engendrés grâce au pacte de compétitivité.
AL/mar/A10

Economie

Les startups, espoir de l’économie finlandaise
La Finlande attire le capital-risque
Les groupes d’investisseurs FIBAN et FVCA rapportent que les 400 startups finlandaises ont levé pour 253 millions de capitaux l’année dernière. Il y a encore quatre ans, le niveau n’était que de 100 millions d’euros par an.
Les startups finlandaises attirent désormais aussi des capitaux étrangers, 94 millions d’euros l’année dernière.
HS KL

Helsinki attire des startups
La ville d’helsinki va transformer l’ancien hôpital Mazria, situé en centre ville, en lieu pour héberger des startups.
Dans un premier temps ce sont 5000 m2 de bureaux qui seront ouverts pour des startups d’ici l’été
Helsingin Sanomat rapporte que la compétition en Europe pour accueillir les startups est très forte, notamment avec Stockholm, Londres, Paris et Amsterdam.
Le quotidien relève que la France a notamment pris des mesures spécifiques pour aider les startups étrangères à s’y implanter.
HS/9.3

Racisme – semaine consacrée à l’antiracisme

Le racisme jette un ombre sur le quotidien des enfants
Le Président Niinistö a exprimé son émotion
Le Président Sauli Niinistö prend position contre le racisme sur son compte Facebook. Yle a diffusé une interview d’un jeune enfant adoptif qui parle du racisme qu’il éprouve en raison de la couleur de sa peau. M. Niinistö estime que cela ne devrait pas pouvoir se passer en Finlande. Le garçon en appelle aux adultes pour intervenir contre des propos haineux.
Le dimanche des Rameaux, les enfants vont traditionnellement chez les voisins souhaiter joyeux Pâques et reçoivent en contrepartie des bonbons. La vice-présidente des Vrais Finlandais de Tampere, assistante de la députée Mme Mäkipää, a condamné sur Facebook les enfants musulmans qui ont participé à de telles traditions, ce qui a suscité un débat et une pétition demandant sa démission.
Mme Slunga-Poutsalo, secrétaire générale du parti des Vrais Finlandais, a dit qu’il fallait que Mme Kiemunki réponde de ses propos et que le parti n’allait pas la défendre. M. Soini, président du parti a constaté que la secrétaire générale avait exprimé la position du parti et que c’était une bonne position. Mme Anttikoski se demande, dans son billet publié dans Helsingin Sanomat, si cela est bien suffisant. Est-ce qu’il ne faudrait pas condamner les propos de Mme Kiemunki ? Mme Anttikoski en appelle, elle aussi, aux adultes pour intervenir dans des comportements racistes.
Helsingin Sanomat a interviewé Mme Rastas, chercheuse à l’Université de Tampere, qui estime que les propos racistes ont augmenté et que le fait que les personnalités politiques s’expriment de façon raciste fait que les propos haineux deviennent plus acceptables.
C’est actuellement la semaine de l’antiracisme de l’ONU. Mme Grönroos, coordinatrice du projet de la Croix rouge Non au racisme, estime que si les adultes n’interviennent pas, les enfants qui rencontrent du racisme croient qu’il leur faut le tolérer. Si les adultes ne protègent pas les enfants, qui les protège ? demande-t-elle.
Selon un rapport récent du ministère de la Justice, 60 % des personnes de 13 à 24 ans appartenant à des minorités ont éprouvé des insultes, du harcèlement et des humiliations, le plus souvent sur un lieu public. 80 % disent qu’ils l’ont tu.
HS/A12-13, HBL/9

Intégration des demandeurs d’asile

Compétences des migrants : la plupart ont une formation
Des arrivants ont besoin d’apprendre à lire
Selon un rapport effectué pour le compte du ministère de l’Education et de la Culture, et remis à la ministre, Mme Grahn-Laasonen, la plupart des demandeurs d’asile arrivés en Finlande ont besoin d’exercice dans l’alphabet latin. La plupart des arrivants ont une formation ou ont été scolarisés, mais ils l’on fait en arabe ou en dari, par exemple.
70 % des personnes interrogées avaient été scolarisées au primaire et collège, la moitié au lycée, 25 % avaient fait des études supérieures et 16 % jusqu’au diplôme. 7 % n’avaient pas de formation du tout. Ils ne savent ainsi ni lire ni écrire.
Presque tous avaient déjà travaillé. Beaucoup de personnes avaient travaillé dans le bâtiment et dans le secteur des transports. 20 % étaient des entrepreneurs.
Le centre Testipiste ayant évalué les capacités linguistiques des participants à l’enquête recommande d’entamer l’enseignement de l’alphabet latin déjà dans les centres d’accueil.
HS/A14

Législation sur les amendes

L’augmentation prévue a heurté la Constitution
Le gouvernement a prévu dans son programme d’augmenter les amendes en en doublant le montant. La commission des lois constitutionnelles qui a donné son avis en la matière, vendredi, note que les justifications relevant des finances publiques ne constituent pas un motif acceptable pour une augmentation. Selon la commission, les peines doivent se baser sur un besoin social et sur des arguments acceptables du point de vue du système juridique. Or, la proposition du gouvernement a été motivée par un besoin de recettes supplémentaires.
Mme Lapintie, présidente de la commission des lois constitutionnelles (All. des gauches), estime que si le gouvernement arrive à motiver de façon crédible sur le fait que les augmentations servent à réduire les infractions, la commission pourra revoir son avis.
HS/A11

Gardes-frontières

Acquisition de deux nouveaux Super-Puma
Les gardes-frontières finlandais ont reçu deux nouveaux helicopters Airbus AS332L1e Super Puma d’une valeur unitaire de 25 à 30 millionsd ‘euros, rapporte Kaleva.
Ils seront déployés à l’aéroport de Malmi à Helsinki où ils serviront à partir de juin.
Kaleva

Qualité de l’air

Une nouvelle station de mesure
Selon Helsingin Sanomat, la qualité de l’air est mauvaise à Helsinki à cette période de l’année, en raison de la poussière et du pollen.
Le service de l’environnement de la région d’Helsinki HSY a présenté lundi à Mäkelänkatu sa nouvelle station de mesure, munie d’une nouvelle technologie.
HS/A19

Lundi 21 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Déclarations de M. Sipilä
Le Premier ministre M. Sipilä, estime que l’accord avec la Turquie est un pas remarquable vers une solution à la crise qui déchire l’Europe et met à l’épreuve l’unité de l’UE. Il permettra de mettre fin à la contrebande, selon lui.
M. Sipilä estime que la Grèce et la Turquie arriveront à mettre en place les réformes législatives nécessaires selon un calendrier exceptionnellement serré.
La Finlande se prépare à envoyer des spécialistes en Grèce.
HS/sam/B5

Editoriaux
« L’UE s’est concentrée à se sauver elle-même » HS
« Il est difficile de bloquer le flux de réfugiés » TS
« L’UE et la Turquie ont forcé un accord » KS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat regrette que depuis six ans, l’UE soit obligée de se concentrer sur des crises. « Le Conseil européen a cherché plus à sauver les accords de Schengen que les réfugiés ». Entre la crise de l’euro et la crise migratoire, l’atmosphère politique dans les Etats membres est devenue plus eurosceptique qu’avant. L’UE doit dépenser beaucoup d’énergie et de capital politique pour empêcher le système de s’effondrer.
L’UE a du mal à être convaincante pour motiver son accord avec la Turquie quand on connait la situation des droits de l’homme dans ce pays et l’opposition de Chypre.
L’accord obtenu sur les renvois n’existe pour l’instant que dans la théorie. Les difficultés de le mettre en œuvre dans la pratique pourront avoir comme conséquence le fait que les arrivants cherchent d’autres itinéraires, plus dangereux encore.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rappelle que l’UE ne devrait pas tarder pour faciliter l’immigration légale. Pour elle, le simple fait de bloquer les itinéraires des contrebandiers ne suffit pas.
L’éditorialiste de Turun Sanomat estime que l’accord obtenu vendredi diminuera les activités des contrebandiers, mais peut-être seulement pour quelque temps. De nouveaux itinéraires naissent.
Keskisuomalainen rappelle dans son éditorial que deux problèmes fondamentaux pèsent sur l’arrangement : la mise en œuvre et la légalité de l’accord. Les contrebandiers trouveront rapidement de nouvelles voies et passeront leur clientèle par exemple par la Libye, la Bulgarie, l’Ukraine ou la Finlande.
L’éditorialiste d’Aamulehti en appelle à la raison en estimant que tenir aux intérêts nationaux a poussé l’UE dans une situation où l’intérêt commun ne se réalise qu’en concluant des accords obscurs avec la Turquie en lui externalisant le problème.
Pour l’éditorialiste, le plan viole l’esprit des conventions internationales sur les droits de l’homme.
Il note toutefois qu’il semblerait qu’il est le seul moyen d’empêcher au moins une partie des enfants dans les canots pneumatiques de mourir.
HS/sam/A4, HBL/dim/30, TS/sam, KS/sam/4, AL/dim/A4

Protection juridique des demandeurs d’asile
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’il ne faut pas faire de concessions en matière de protection juridique des demandeurs d’asile.
Le gouvernement était censé approuver, jeudi dernier, un projet de réforme législative en la matière et concernant le processus de demande d’asile. Le parti du Centre a souhaité repousser l’étude du projet.
L’éditorialiste estime qu’un délai plus important pour l’étude est nécessaire. Il n’est pas justifié qu’un Etat de droit comme la Finlande restreigne par exemple le droit des demandeurs d’asile de recourir à une assistance juridique de façon proposée par le ministère de la Justice.
L’éditorialiste remet également en question la proposition de raccourcir les délais de recours concernant les décisions sur les asiles. Il a été prévu d’accorder une assistance juridique seulement dans le cas où une demande d’asile a été refusée et qu’il s’agit de faire appel.
Le but du paquet de projet de loi est de faciliter l’étude des demandes d’asile. Une assistance juridique compétente dès le début du processus est une partie essentielle du bon déroulé, selon l’éditorialiste.
HS/lun/A5

Crime de guerre

Un Irakien condamné en Finlande
Le tribunal de première instance de Pirkanmaa (Tampere) a condamné un jeune homme irakien pour un an et quatre moins avec sursis pour crime de guerre lors de combats contre Daech.
HS/sam/A23

Etats-Unis

Le Président Niinistö effectuera une visite officielle à Washington
Turun Sanomat rapporte que le Président Saul i Niinistö effectuera une visite officielle, avec les autres dirigeants des pays nordiques, à la Maison Blanche à l’invitation du Président Obama le 13 mai prochain.
Les entretiens doivent porter sur la coopération entre les Etats-Unis et les pays nordiques sur la lutte contre le terrorisme et les mouvements extrémistes, la sécurité nucléaire, les questions arctiques, l’aide humanitaire, la promotion du développement durable, ainsi que la sécurité européenne et la crise migratoire.
II s’agit de la deuxième rencontre officielle de M. Niinistö avec M. Obama, même s’ils se sont rencontrés plusieurs fois à l’occasion de réunions internationales. Leur première rencontre officielle a eu lieu en septembre 2013 à Stockholm lors d’un entretien du Président Obama avec les dirigeants des pays nordiques.
La visite précédente d’un président finlandais à la Maison Blanche a eu lieu en 2002 quand Mme Halonen avait été invitée par le Président Bush.
TS/sam/11

Russie

Il y a peu de Finlandais dans les entreprises russes
Selon Helsingin Sanomat, l’ancien Premier ministre centriste Esko Aho est candidat pour le conseil de la banque russe Sperbank. Le Premier ministre Juha Sipilä a annoncé vendredi que la candidature de M. Aho ne posait pas de problèmes même si la banque russe se trouve sur la liste des sanctions.
Le quotidien note que les Finlandais, Pekka Viljakainen et Sakari Tamminen, sont membres des conseils de deux entreprises russes, M. Viljakainen à la poste russe et M. Tamminen à Severstal.
HS/sam/B14

Finances

S&P maintient la note de la Finlande
Helsingin Sanomat relève que Standard & Poor’s maintient la note AA+ de la Finlande, avec cependant une perspective négative.
Fitch a baissé sa note de AAA à AA+ la semaine dernière et Moody’s a maintenu la note AAA.
HS/sam/BA14

Politique intérieure

Parlement

L’opposition a déposé une motion de censure sur les coupes dans l’éducation
Selon Turun Sanomat, les cinq partis de l’opposition ont déposé vendredi une motion de censure sur les coupes dans la formation.
Le Parti suédois est le premier signataire de la motion de censure. « La bonne formation de la population a toujours été un atout pour la Finlande. Nous avons besoin des efforts dans la formation. Un simple pacte de compétitivité n’est pas suffisant », selon la présidente du groupe parlementaire du Parti suédois Anna-Maja Henriksson.
TS/sam/11

Partis politiques

La popularité du Kokoomus en légère baisse
A la lumière d’un sondage d’opinion effectué pour le compte d’Helsingin Sanomat, le Centre (21,5 %) et le PSD (21,4 %) partagent la première position, avant le Rassemblement national (Kokoomus) qui a obtenu une audience de 17,4 %. Ils sont suivis de l’Alliance verte, 10,9 %, des Vrais Finlandais (10,2 %), de l’Alliance des gauches (8,3 %), du Parti suédois (4,5 %) et des Chrétiens-démocrates (3,5 %).
Le sondage a été effectué entre le 15 février et le 11 mars auprès de 2 430 personnes.
HS/dim/A10

Armes

Selon la police, il y a trop d’armes en Finlande
Aamulehti relève que selon le commissaire de police en chef Jussi Huhtela, il y a trop d’armes en Finlande. Ces dernières années, la plupart des homicides, et aussi des suicides, ont été faits avec des armes légalement détenues.
Il y a plus de 1,5 million de permis de port d’armes, surtout parce qu’il y a beaucoup de chasseurs.
La police a tué un homme armé vendredi à Petäjävesi en Finlande centrale. Depuis l’an 2000, la police a tué six personnes lors de ses interventions.
AL/lun/A6

Alcool

Alko ouvrira une boutique en ligne
Helsingin Sanomat rapporte que le monopole d’alcool Alko ouvrira une boutique en ligne en novembre prochain. Les clients peuvent choisir entre 5 700 produits.
HS/sam/A25

France – Finlande

Exposition

Ateneum
Hufvudstadsbladet rend compte de l’exposition Japanomania du Musée d’Ateneum et rappelle que des œuvres de Degas, Monet et Gauguin sont également affichés.
Helsingin Sanomat rapporte qu’avec trois expositions concomitantes, Rodin, Japanomania et Finlande, le musée Ateneum a une programmation exceptionnelle actuellement.
HBL/sam/28

Vendredi 18 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Migration

Turquie
Le Premier ministre M. Sipilä estime que la Turquie remplit environ la moitié des critères pour une exemption de visa. « La Turquie a du travail à faire. Les critères ne seront pas modifiés », a-t-il dit.
M. Sipilä note que, comme il y a plusieurs options concernant les démarches à prendre, la Finlande n’a pas encore de position « tant que la Commission européenne n’a pas fait de proposition ».
Concernant la capacité de la Grèce à gérer la situation, M. Sipilä estime que la question la plus difficile consiste à savoir si ce pays arrive à faire fonctionner l’étude accélérée des demandes d’asile et combien il aura besoin d’être assisté dans ce travail. Concernant l’accord sur les renvois, il estime que beaucoup de choses peuvent poser des problèmes.
M. Sipilä relève que la Finlande s’apprête à envoyer du personnel en Grèce. Outre les juristes et les interprètes, le pays aurait besoin de vigiles.
M. Aarnio, spécialiste juridique chez Amnesty, note que garantir une protection à des ressortissants irakiens et afghans en Turquie est pratiquement impossible.
M. Sipilä, qui maintient un certain optimisme concernant le sommet, estime que la position de Chypre est essentielle dans le paquet négocié. Il estime qu’il est important que les assurances de la Commission européenne sur la légalité de l’accord esquissé tiennent.
KL/8, AL/A13, TS/12, HS/A25

Propos de Mme Toivakka
La ministre du Commerce extérieure et du Développement, Mme Toivakka, estime que l’UE devrait travailler plus dans le sens d’aider les pays en difficultés. « Nous devrons soutenir l’Ethiopie pour ne pas qu’elle soit en crise. »
Turun Sanomat interroge la ministre sur le fait de savoir si l’objectif d’aider les gens dans les pays d’origine des réfugiés se réalise dans la coopération au développement finlandaise. Selon Mme Toivakka, l’aide finlandaise est ciblée pour les plus pauvres par différents canaux, tels que les organisations de l’ONU, l’aide étrangère de l’église et Plan. L’accent de l’aide finlandaise est notamment sur les femmes et les enfants. La Finlande coopère également avec la Croix rouge en Syrie.
Concernant la crise migratoire, elle estime qu’il est clair qu’il faut une solution au niveau de l’ensemble de l’UE. Elle rappelle qu’en même temps que l’on cherche des solutions à la crise migratoire en Europe, il faut aider les gens dans les zones de crise.
Mme Toivakka participera en mai à la conférence de l’ONU sur les crises humanitaires à Istanbul. Comme les crises ont tendance à se prolonger, Mme Toivakka estime qu’il est essentiel de soutenir la formation et les emplois dans les pays concernés, outre de donner une aide humanitaire.
TS/19

Règlement de Dublin
Lorsqu’il s’agit de modifier le règlement de Dublin, la Finlande souhaite l’établissement d’un système clair qui fonctionne. Le ministre de l’Intérieur, M Orpo, souligne l’importance d’identifier et d’enregistrer les arrivants. Il insiste également sur le fait qu’il faudra faire en sorte que les renvois dans les pays tiers fonctionnent.
M. Orpo a rencontré le commissaire chargé de la migration, M. Avramopoulos, à Helsinki.
Il insiste sur l’importance d’arriver à un accord avec la Turquie, si on souhaite maintenir la libre-circulation. Un autre flux d’arrivants ferait que les Etats membres mettent en place des barrières, ce qui serait la fin de Schengen, selon lui.
TS/10

Economie – intégration renforcée de l’Union monétaire

M. Sipilä souhaite maintenir au niveau national le pouvoir en matière des questions du marché du travail
Le Premier ministre, M. Sipilä, est réticent en ce qui concerne l’idée de céder à l’UE le pouvoir de gérer l’évolution des salaires dans les Etats membres. Il ne pense pas que beaucoup de pays membres seraient prêts à prendre ce pas. Selon lui, la Finlande part du principe qu’il faut qu’elle soit capable elle-même de gérer sa compétitivité.
M. Stubb, ministre des Finances, estime que, dans les esquisses, il ne s’agit que de projets consultatifs. Pour lui, la Finlande gardera toujours sa marge de manœuvre nationale dans la politique du marché de travail.
En ce qui concerne le projet d’obtenir un représentant de l’eurogroupe au FMI, M. Stubb considère que c’est encore irréaliste. Du point de vue d’un pays comme la Finlande, cela serait toutefois une bonne chose, selon lui.
KL/8

Finlande – Russie

M. Niinistö rencontrera M. Poutine
Le Président Sauli Niinistö se rendra à Moscou, le 22 mars, pour y rencontrer son homologue, M. Poutine. Les entretiens porteront sur les relations bilatérales, y compris la coopération frontalière, ainsi que sur les questions d’actualité internationale comme l’Ukraine, la Syrie et la coopération arctique.
HS/A13

Défense – armement

L’Etat vend la moitié du groupe Patria
L’Etat a annoncé, hier, qu’il vendait 49,9 % des actions du groupe d’armement Patria au norvégien Kongsberg pour 272 millions d’euros.
Le Premier ministre, M. Sipilä, se félicite de l’affaire qui, pour lui signifie des synergies. Le ministre de la Défense, M. Jussi Niinistö, considère lui aussi l’affaire comme bonne. Pour lui, elle augmente la coopération nordique et améliore la capacité d’approvisionnement.
M. Juusti, secrétaire général du ministère de la Défense note que, même si ce n’est pas la coopération nordique qui a été recherchée en premier lieu, l’affaire la renforcera.
HS/A29

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Le syndicat PAM a décidé de participer aux négociations
Selon Helsingin Sanomat, le conseil du syndicat du secteur tertiaire PAM, qui s’est réuni jeudi pendant plus de six heures, a pris la sa décision, par 11 voix contre 5, de participer aux négociations sur le pacte de compétitivité. Ce syndicat SAKiste est le plus grand syndicat finlandais avec 230 000 membres. Il y a encore une dizaine jours, PAM avait rejeté le pacte de compétitivité.
PAM a toutefois défini des conditions strictes à un accord avec le patronat.
La condition la plus difficile pour le patronat est probablement la revendication selon laquelle le patronat doit garantir la situation les travailleurs à temps partiel dans les négociations qui concernant l’augmentation du temps de travail annuel par 24 heures.
La confédération du patronat et de l’industrie EK a ensuite décidé de poursuivre les négociations qui devraient être achevées avant le 31 mai prochain. Les syndicats ayant décidé de participer aux négociations représentent plus de 90 % des salariés.
HS//A6-7

Editorial
Dans son éditorial, intitulé « Le négociations au niveau des branches peuvent enfin commencer », Helsingin Sanomat souligne que la décision du conseil de PAM n’a pas été facile pour ce syndicat qui représente essentiellement des femmes travaillant dans des emplois à bas salaires.
Le Premier ministre Juha Sipilä s’est entretenu jeudi matin avec les membres du conseil de PAM. Il n’a rien promis de plus mais apparemment ses promesses assez vagues sur les allègements fiscaux ont été suffisantes.
La naissance du pacte de compétitivité n’est pas encore sure mais un obstacle vient être franchi. On connaitra le sort du pacte de compétitivité fin mai ou début juin.
Il faut commencer rapidement les négociations par branches, parce que les négociations entre les syndicats et les organisations patronales prendront facilement de six à huit semaines. Par exemple le syndicat Pro de STTK doit négocier 60 accords et le patronat du secteur tertiaire Palta 150 accords différents.
Il est possible que l’échec de la fusion de la SAK et de la STTK soit liée aux négociations sur le pacte de compétitivité, notamment à cause l’attitude des deux centrales concernant la coopération avec le gouvernement actuel. La STTK a été prête à négocier toute de suite, tandis que la SAK a été récalcitrante.
HS/A4

Elections présidentielles

M. Vanhanen brigue la candidature centriste
Helsingin Sanomat rapporte que le président du groupe parlementaire du Centre, Matti Vanhanen (60 ans), ancien Premier ministre, brigue la candidature présidentielle de son parti. M. Vanhanen a fait son annonce jeudi.
Le bureau du Centre a décidé au début de cette semaine que le parti désignerait son candidat présidentiel au congrès du parti en juin. « Plusieurs personnes, aussi des représentants de la direction du parti, m’ont demandé de présenter ma candidature », dit M. Vanhanen.
En 2006 déjà, M. Vanhanen, alors Premier ministre, fut candidat présidentiel du Centre. Il arriva troisième, après Mme Halonen et M. Niinistö, avec 561 000 voix.
« Je compte me concentrer sur la politique étrangère et cela prendra du temps. » Selon M. Vanhanen, il va « très probablement » quitter la présidence du groupe parlementaire du Centre.
Il souligne viser sérieusement le poste de président. « Il s’agit d’une décision très sérieuse que j’ai pris indépendamment des intentions du président actuel, M. Niinistö. » Il estime qu’il y aura d’autres candidats centristes qui se présenteront avant le congrès du parti.
Le premier tour des prochaines élections présidentielles aura lieu le dimanche 28 janvier 2018 et l’éventuel second tour le dimanche 11 février 2018.
Le président actuel Sauli Niinistö n’a pas encore révélé ses intentions en vue d’un second mandat.
HS/A7

Direction nationale des forêts

La pétition contre la filialisation a été déposée au Parlement
Helsingin Sanomat relève que la pétition contre la filialisation de la Direction nationale des forêts, signée par plus de 129 000 personnes, a été déposée jeudi au Parlement.
Le projet de loi sur la réforme de la Direction des forêts est à l’étude du Parlement. Les signataires ont peur que la filialisation menace la protection de la nature parce que la réforme diminuerait considérablement le rôle du ministère de l’environnement dans la protection.
Selon le ministère de l’agriculture, la réforme ne menace aucunement la nature.
La direction nationale des forêts gère les terrains et eaux de 12,5 millions hectares appartenant à l’Etat finlandais.
HS/A8

Economie

La Poste licenciera 181 personnes
La Poste a terminé ses négociations concernant la suppression de 682 emplois. Comme environ 450 employés ont démissionné volontairement, les licenciements concerneront 181 personnes. En outre, 200 emplois seront transformés en emplois à temps partiel.
A l’origine, il avait été question de licencier 860 personnes.
HS/A17

France – Finlande

Foire au vin

La musique inspirée par le vin
Le supplément Nyt de Helsingin Sanomat rend compte de la foire au vin au salon des expositions Messukeskus, aujourd’hui et demain. Tuomas A. Turunen, pianiste finlandais, et Matthieu Guinard, œnologue français, s’y produisent en présentant des musiques inspirées par le vin.
Nyt/5

Jeudi 17 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Migration

Le nombre de refus d’asile augmente le nombre de sans papiers – un tiers de ceux qui n’obtiennent pas d’asile disparaissent dans la nature
La police estime qu’un tiers des personnes qui obtiennent une réponse négative à leur demande d’asile restent en Finlande en se cachant des autorités. Pour la police, ainsi que selon différentes organisations, il est probable que les refus d’asile augmenteront le nombre de sans papiers. Jusqu’en 2014, la police rencontrait annuellement environ 3000 personnes qui résidaient en Finlande illicitement. Ce chiffre va certainement augmenter.
Les agents de l’association de conseils aux réfugiés relèvent que, dans le cadre de leur projet « Sans papiers », ils sont contactés par une cinquantaine de personnes par mois pour des renseignements. La crainte de l’association concerne le risque d’une augmentation de toute sorte d’abus visant les personnes en situation irrégulière, au niveau des relations humains, des contrats de travail et des baux de location.
En 2015, la Finlande a traité 7466 dossiers de demande d’asile. 3186 demandes ont été abandonnées, souvent parce que retirées par le demandeur. 1879 personnes ont obtenu un asile, 1307 ayant reçu une réponse négative. 1094 demandes n’ont pas été étudiées par exemple du fait qu’elles relèvent d’un autre Etat.
HS/A2, 6-7

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Nouveau litige sur l’accord
Le syndicat du secteur tertiaire PAM s’est réuni jeudi matin pour prendre sa décision sur son éventuelle participation au pacte de compétitivité. Le Premier ministre Juha Sipilä s’est entretenu avec les membres du conseil de PAM avant la réunion du conseil.
Le conseil avait déjà rejeté le pacte de compétitivité lors d’une réunion le lundi 7 mars, par 11 voix contre 5.
PAM est le plus grand syndicat finlandais avec 230 000 membres, dont 80 % des femmes. En ce moment 80 % des salariés sont prêts à participer aux négociations.
HS, Yle

Centrales syndicales

La fusion de la SAK et de la STTK risque d’échouer
Helsingin Sanomat relève que la fusion des grandes centrales SAK et STTK risque d’échouer ou la nouvelle centrale risque de devenir moins importante que prévue. Le projet initial a été de former une nouvelle centrale de 1,7 million membres et mettre fin à la SAK et à la STTK. Les 49 syndicats qui ont participé aux préparatifs de la nouvelle centrale, doivent prendre leur décision sur la participation en avril-mai.
Selon les informations du quotidien, une partie des syndicats de la STTK comptent rester en dehors de la nouvelle centrale. Il s’agit notamment surtout de syndicats du secteur public, le plus grand syndicat de la STTK, Tehy qui représente 160 000 infirmiers, et le syndicat des policiers.
Selon les syndicats de la STTK, qui se sont réunis mardi et mercredi pour évoquer le projet, « une nouvelle centrale syndicale ne sera pas aussi importante que selon le projet initial ».
Le président de la STTK Antti Palola ne veut pas commenter le projet : « Les syndicats, et non la STTK, prennent les décision. »
Selon le président de Tehy, Rauno Vesivalo, « il est devenu clair qu’une partie des syndicats de la SAK font encore de la politique ».
HS/A10

Rassemblement national

M. Vapaavuori annonce qu’il ne se présentera pas au vote sur le président du Kokoomus
Le directeur général adjoint de la Banque européenne d’investissement Jan Vapaavuori, ancien ministre et député du Kokoomus, annonce qu’il ne compte pas présenter sa candidature au vote sur le président du parti au congrès de l’été prochain. « Je me plais très bien à mon poste actuel », dit M. Vapaavuori qui a commencé à ce poste en septembre dernier.
M. Vapaavuori n’exclut toutefois pas de présenter sa candidature dans quelques années.
La deuxième vice-présidente du Parlement Paula Risikko et le ministre de l’intérieur Petteri Orpo ont déjà annoncé qu’ils ne brigueraient pas la présidence du Kokoomus au prochain congrès du parti.
HS

Les présidents des districts du Kokoomus favorables à M. Stubb
Keskisuomalainen rapporte que selon un sondage effectué par le quotidien auprès des présidents des 13 districts du Kokoomus sur les éventuels candidats à la présidence du Kokoomus, neuf présidents sur 13 sont favorables à Alexander Stubb, président actuel. Aucun président n’a été favorable à une candidature du député Harry Harkimo et quatre sont favorables à Jan Vapaavuori.
Dans son commentaire, le quotidien estime que M. Stubb gardera sa position à la tête du parti, surtout parce que l’audience du Kokoomus n’aura pas le temps de chuter avant le congrès qui aura lieu dans trois mois.
HS/14

Soldats d’Odin

Yle a révélé des messages racistes et extrémistes du groupe
Helsingin Sanomat rapporte qu’Yle a publié mercredi des messages racistes et violents apparus sur le site Facebook fermé au public des Soldats d’Odin. Le groupe parait être dirigé de la même façon que les clubs de motards criminels.
Le matériel publié par Yle montre des messages racistes et violents, ainsi que des photos avec des armes et saluts nazi.
Tuomas Portaankorva, inspecteur en chef à la Supo, police de sûreté, dit à HS que le matériel publié ne le surprend pas. « La Supo a déjà déclaré antérieurement que les patrouilles des Soldats d’Odin sont un phénomène inquiétant du point de vue de la paix sociale. »
HS/A4

Economie

L’économie finlandaise est sortie de la récession
En 2015, l’économie finlandaise a augmenté pour la première fois depuis 2011. La croissance était faible : 0,5 points par rapport à 2014, mais selon l’Institut national d’études statistiques, c’est plus que l’on avait prévu fin 2015.
En 2014, l’économie avait diminué de 0,7 %. Le changement par rapport à l’année précédente dépend surtout des services privés qui ont augmenté de 1,8 point. La production industrielle et les services publics ont diminué. Cela se reflète sur les échanges extérieurs : les exportations de services ont augmenté de 6 % alors que celles des biens ont diminué de 1,4 %. Au total, les exportations n’ont pas augmenté.
M. Heiskanen de la banque OP, ainsi que M. Kangasharju de Nordea estiment que l’échec du pacte de compétitivité signifierait que la croissance serait minime cette année.
KS/26, HS/A30

Nordea prévoit une croissance de 0,5 % pour cette année aussi
La banque Nordea prévoit le même taux de croissance pour cette année que ce qui s’est réalisé en 2015. Pour 2017, la banque prévoit seulement une petite augmentation de la croissance par rapport à l’année en cours.
Pour M. Sorjonen, économiste de Nordea, les Finlandais consomment actuellement plus que leur permettraient leurs revenus. Les épargnes sont nulles et M. Sorjonen se fait du souci au cas où les taux d’intérêts repartiraient à la hausse.
Les investissements ont repris l’année dernière, mais les perspectives pour 2016 ne sont pas glorieuses. Nordea prévoit quand même une augmentation de 1,7 % après quatre ans de négatif.
Comme les dépenses publiques ont continué à augmenter même si le PIB stagne, la dette finlandaise s’élève à 63,1 % du PIB. Le déficit de l’économie publique a toutefois diminué, grâce à l’augmentation des recettes fiscales. Il est de 2,7 % du PIB.
M. Kangasharju, économiste en chef de Nordea, s’attend à de nouvelles économies de la part du gouvernement. Il regrette que le pacte social, même s’il se réalise, sera modeste.
HS/A30, KL/7

France – Finlande

Musique

Jean-Michel Jarre en Finlande en octobre
Jean-Michel Jarre donnera un concert à Helsinki en octobre, dans le cadre de sa tournée The Electronica World Tour.
HS/B5

Francophonie

« On communique en français sur les cinq continents » TS
A l’occasion de la semaine de la francophonie, Turun Sanomat publie un billet de Kaiju Harinen, spécialiste de la littérature francophone à l’université de Turku qui présente la vigueur de la francophonie actuellement dans le monde.
TS

Mercredi 16 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Migrants

Migri s’efforce d’accélérer l’étude des dossiers de demandes d’asile
L’Office national de l’immigration s’efforcera d’étudier toutes les demandes d’asile déposées en 2015 d’ici fin août 2016.
Comme le nombre de demandes déposées cette année est bien inférieur aux chiffres de l’automne dernier, 1878 en janvier-février, l’estimation concernant les arrivants cette année a été ramenée à 15 000, selon M. Repo de Migri.
L’objectif Migri à compter du début février sera de donner la décision concernant mille demandes par semaine. A l’automne, ce chiffre était de 250 par semaine. En février, 500 employés travaillaient sur les dossiers, contre 73 l’année dernière.
Selon Migri, les statistiques d’Eurostat montrent que la Finlande a donné proportionnellement plus de réponses favorables à des Somaliens, Irakiens et Afghans que les autres pays nordiques. Concernant les Syriens et les Erythréens, les différents pays dont Eurostat rend compte, outre les pays nordiques, les Pays-Bas, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, l’Irlande, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et la Suisse, accordent généralement l’asile.
HS/A19

Innovation

Mme Jalkanen primée par l’UE
Professeur à l’Université de Turku, académicienne, Mme Sirpa Jalkanen est une des trois récipiendaires du prix innovation de l’UE décerné à des femmes (EU Prize for Women Innovators).
Mme Jalkanen est co-fondateur des groupes du domaine des biosciences Biotie Therapies et Faron Pharmaceuticals.
TS/12.3/11

Politique intérieure

Négociations salariales - Gouvernement

L’accord dépend du syndicat PAM
Helsingin Sanomat rapporte que le syndicat des services PAM devrait prendre, jeudi sa décision sur son éventuelle participation au pacte de compétitivité.
Le sort de l’accord dépend de ce syndicat qui a déjà refusé de l’approuver. En effet, le patronat a annoncé qu’il se retirerait des discussions si PAM n’approuvait pas l’accord obtenu.
Le Premier ministre M. Sipilä ira s’exprimer devant le bureau de PAM ; demain, avant que ce bureau ne délibère.
Selon la presse, il serait peu probable que PAM revienne sur sa décision de ne pas participer à l’accord de compétitivité. En effet, outre la question des allègements fiscaux demandés par ce syndicat des services, ce qui pose problème se serait aussi la question de l’allongement du temps de travail et du transfert aux employés des cotisations patronales, ce qui constitue le cœur de l’accord.
HS TS AL

Réforme des services sociaux et de la santé

Possibilité de choix des services ?
Un groupe de travail ayant étudié l’éventualité que les clients puissent eux même choisir parmi les prestataires de soins a remis son rapport préliminaire au ministre chargé de la réforme, M. Rehula (Centre), hier. Le rapport évoque quatre modèles possibles. Dans le modèle le plus restreint, le patient pourrait seulement choisir son centre de services sociaux et de santé, alors que le modèle le plus vaste permettrait de choisir son propre médecin référent qui orienterait les intéressés vers des soins.
Le modèle restreint correspond plus ou moins au système actuel. Dans les deux modèles intermédiaires, le centre de services sociaux et de santé propose un certain nombre de services de base et le patient choisit le reste.
Les partis représentés au gouvernement n’ont pas encore pris position sur les modèles proposés. Mme Toivakka, ministre du Commerce extérieur, estime que l’essentiel est de savoir comment définir la liberté de choix. Pour elle, le débat et le travail pourront maintenant commencer à proprement parler.
Le groupe de travail poursuivra son travail jusqu’à fin mai et donnera à cette date son avis sur le meilleur modèle.
C’est l’Etat qui choisirait les prestataires entrant dans le cadre du choix des services.
KS/18, TS/8

Financement des services
M. Stubb, ministre des Finances, rejette un impôt régional parmi les moyens de financement des services sociaux et de la santé. Il rappelle que les spécialistes estiment que le financement de l’Etat complété par des frais perçus auprès des clients serait le moyen le plus réaliste et efficace au niveau du coût. La Finlande est un petit pays, il nous suffira de disposer de deux niveaux d’imposition (national et municipal), dit-il.
Selon M. Stubb, le modèle de financement des services en question sera déterminée dans les semaines qui viennent.
TS/8

Parti du rassemblement national

M. Stubb avoue être surpris par l’éventuelle candidature de M. Harkimo
M. Stubb, président du parti conservateur et ministre des Finances estime qu’il est positif d’être défié à la présidence du parti. Il n’éprouve pas pour autant qu’il y aurait une opposition au sein du parti. Il affirme avoir déjà déclaré être disponible pour poursuivre à la tête du parti.
Les entrepreneurs conservateurs expriment leur mécontentement à l’égard de M. Stubb au fur et à mesure des négociations sur le pacte social.
Beaucoup de personnes actives au sein du parti ne prennent pas au sérieux M. Harkimo.
M. Orpo, ministre de l’Intérieur a répété, hier, qu’il n’envisageait pas de présenter sa candidature.
HS note, parmi d’autres candidats éventuels, Mmes Risikko et Virkkunen et M. Vapaavuori. Ce dernier dit qu’il se prononcera en la matière jeudi, à l’occasion de la sortie de son livre.
HS/A8

Décentralisation

Le centre de sécurité et de développement du secteur pharmaceutique de retour à Helsinki ?
La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Mme Mäntylä (Vrais Finlandais), propose que le siège social du Centre de sécurité et de développement du secteur pharmaceutique, Fimea, soit transféré de Kuopio à Helsinki.
En 2009, il a été décidé de transférer Fimea de Helsinki à Kuopio pour 2014. Aujourd’hui, 60 personnes du centre travaillent à Kuopio, alors que 160 sont toujours à Helsinki.
Mme Mäntylä argue sur le fait que 80 % du financement de Fimea vient de l’étranger, et que de ce point de vue, il importe que le centre soit bien accessible au niveau de la concurrence internationale.
Le Centre s’oppose à l’idée de revenir sur la décision du transfert de son siège.
KS/16

Mardi 15 mars 2016

Politique étrangère et européenne

UE – Russie

Propos de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, qui a participé à une réunion avec ses homologues européens, estime qu’il y a un grand mécontentement concernant le fait que la situation sur la mise en œuvre du traité de Minsk ne semble pas s’améliorer. Quant au gel des sommets avec la Russie, il estime que les conditions préalables pour les rétablir n’existent pas.
En ce qui concerne les nouveaux itinéraires éventuels des migrants, M. Soini estime que plus qu’un éventuel nouveau flux par la Russie, c’est l’instabilité de la Libye qui constitue un risque de nouvelle route pour les migrants.
TS/11

Elections en Allemagne

Réactions de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini, a déclaré, hier à propos des élections en Allemagne et de la percée de l’AFD : « Le peuple a voté et il faut entendre la voix populaire, aussi bien en Allemagne qu’en Finlande ou ailleurs. Le peuple a parlé et les atermoiements doivent cesser ».
Il a cependant refusé de commenter les déclarations de l’AFD : « Je ne suis pas responsable du parti QAFD ou de tout autre parti, à l’exception des Vrais Finlandais ».
HS

Editoriaux et commentaires
« Une division qui devrait inquiéter l’Europe » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet qu’il y a une division dans la société allemande et qu’il s’agit de le prendre au sérieux.
Helsingin Sanomat estime que le résultat des élections va modifier la position de Mme Merkel en Allemagne et la position de l’Allemagne dans l’UE. L’Allemagne n’est plus immunisée contre les partis populistes. Les autres Etats membres ne peuvent plus exclure des changements importants dans la politique allemande.
Kauppalehti souligne que la crise des migrants sera encore pendant longtemps un défi majeur de l’UE. Ce qui signifie que les forces centripètes vont se renforcer, y compris en Allemagne.
Kesksisuomalainen titre sur un retour du conservatisme et du nationalisme. « Cela devrait continuer à l’avenir. Les incertitudes poussent les gens à rechercher des solutions simples. Aussi, si les partis traditionnels ne se tournent pas vers les idées nationalistes, cela laissera de la place aux partis populistes ».
Aamulehti préfigure une alliance entre les conservateurs et les Verts aux prochaines élections et estime qu’il ne faut pas laisser Mme Merkel tomber comme victime de la montée du populisme en Allemagne.
Turun Sanomat souligne que, au vu des résultats de dimanche, il ne s’agit pas d’une défaite pour la politique de Mme Merkel à l’égard des migrants car les leaders de la CDU qui ont perdu sont ceux qui avaient pris leurs distances avec cette politique.
HBL HS TS KS AL KL

Agriculture

Propos de M. Tiilikainen
Selon le ministre de l’Agriculture, M. Tiilikainen (Centre), plusieurs questions sont restées en instance même si les ministres européens de l’Agriculture et la Commission européenne ont avancé dans leurs négociations, hier.
Pour lui, le paquet présent ne résoudra pas la crise agricole européenne. « Il la soulagera, mais il ne la résoudra pas. »
Concernant la prise décision, il estime que les positions des Etats membres sont divergentes.
La Finlande pourrait envisager de restreindre la production, selon M. Tiilikainen, afin de faire de sorte que la demande et l’offre se correspondent mieux. Il insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un retour aux quotas laitiers, mais que des diminutions de production pourraient se faire sur une base volontaire.
M. Takkula, député européen centriste, estime que l’UE devrait enlever une partie des sanctions contre la Russie et négocier pour la suppression des produits agricole de la liste russe de sanctions. Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, estime toutefois que le temps n’est pas venu pour la suppression de sanctions. Pour lui, les problèmes des agriculteurs finlandais ne sont pas engendrés par les sanctions, mais par les mesusres de rétorsion russes.
Selon les prévisions, 10 000 fermes finlandaises pourraient disparaître durant les prochaines années. Il n’y aurait alors plus que 43 000 en Finlande.
HS/A19, TS

Finances

Nouveau test pour la Finlande vendredi
L’agence de notation S&P devrait revoir sa notation concernant la Finlande vendredi.
S&P avait dégradé la Finlande à l’automne 2014 et, selon Kauppalehti, la note actuelle de AA+ pourrait être menacée.
KL

Politique intérieure

Négociations salariales - Gouvernement

Le travail à temps partiel sera une pomme de discorde
Helsingin Sanomat rapporte que le syndicat des services PAM devrait prendre, jeudi sa décision sur son éventuelle participation au pacte de compétitivité.
Le quotidien relève que l’une des questions encore en suspens de la mise en œuvre de cet accord concerne l’application de l’allongement de la durée du travail aux personnes en travail à temps partiel. En effet, comment allonger le temps de travail de personnes qui, dès à présent, ne font pas assez d’heures ? Une grande partie des employés de PAM sont dans ce cas : près de la moitié dans le commerce et un tiers dans la restauration. Or, il pourrait être difficile de leur augmenter la durée du travail sans diminuer leur salaire horaire.
Helsingin Sanomat relève que c’est aussi parce que le syndicat comprend beaucoup de salarié à temps partiel et à bas salaires qu’il se bat pour des allègements fiscaux qui permettaient d’empêcher une baisse du pouvoir d’achat.
HS

Déclarations de M. Lindström
Le ministre de l’emploi Jari Lindström exhorte le syndicat PAM à accepter l’accord de compétitivité. Selon lui, c’est le dernier moment pour conclure un accord social.
Dans une interview accordée à Kesksisuomalainen, le ministre de l’emploi se déclare aussi favorable à l’utilisation des amortisseurs de l’UEM (les excédents des fonds de pension) pour diminuer les allocations retraite et donc le coût du travail.
KS

Manifestation contre M. Sipilä
La presse rapporte que, lors d’une visite à l’université de Joensuu, le premier ministre a été pris à parti par des étudiants qui ont perturbé le séminaire auquel il participait.
KS

Etudiants

Une garantie concernant le prêt proposé pour les étudiants qui ne trouvent pas de travail après avoir terminé leurs études
M. Uusitalo qui a rédigé la proposition concernant les allocations étudiant estime qu’il faudrait envisager la possibilité de garantir le remboursement des prêts conclus par les étudiants dans le cas où ils ne trouveraient pas d’emploi après avoir eu leur diplôme.
L’Union des organisations des étudiants SYL estime qu’une telle modification compliquerait encore le système plus.
HS/A8

Rassemblement national

Présidence du parti
Le député Harry Harkimo pourrait se présenter pour la présidence du parti du Rassemblement national (Kokoomus) rapporte la presse.
HS/A11

Sécurité intérieure

Le ministère souhaite cent millions d’euros pour la sécurité
Le ministère de l’Intérieur a terminé une esquisse pour un rapport sur la sécurité intérieure. Il propose que 100 millions d’euros supplémentaires soient alloués pour la gestion de la sécurité intérieure, c’est-à-dire pour la police, la justice et les gardes-frontières.
Le ministère propose plus de ressources pour la lutte contre le terrorisme et la criminalité informatique
L’esquisse de ce rapport évoque la possibilité que les Douanes dépendent plutôt du ministère de l’Intérieur que des Finances (ce qui est le cas actuellement).
HS/A11.

Alcool

La consommation de boissons alcoolisées a diminué en 2015
La consommation finlandaise de boissons alcoolisées a diminué de 3 % en 2015. Les Finlandais de plus de 15 ans boivent aujourd’hui 10,8 litres d’alcool pur par an. Jusqu’à la fin de la décennie précédente, la consommation a augmenté, mais elle a ensuite tourné à la baisse.
HS/A8

Lundi 14 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Réunion des ministres des Affaires étrangères européens

M. Soini : « La Finlande soutien le maintien des sanctions contre la Russie » AL
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini, a déclaré, hier à la veille de la réunion des ministres européens que la Finlande soutenait le maintien des sanctions contre la Russie tant que celle-ci n’aura pas appliqué les conditions des accords de Minsk.
« Il faut mettre en œuvre les accords de Minsk. C’est une condition à laquelle l’UE tient. On évoquera aussi le fait que l’Ukraine doit faire ce qu’elle a à faire », a dit le ministre.
AL

Daech

M. Soini s’inquiète du nombre de combattants partis de Finlande
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, estime que le nombre de combattants partis de Finlande dans les rangs de Daech est proportionnellement très élevé. Une centaine de personnes sont partis, ce que le ministre considère comme un phénomène inquiétant. Il rappelle que ces personnes participent à des combats violents et barbares.
Yle

Migration

Propos de Mme Nerg
La secrétaire générale du ministère de l’Intérieur constate que la Finlande envisage de suivre la réalisation des nouvelles orientations allemandes concernant le renvoi de demandeurs d’asile et l’interprétation du traité de Dublin. Jusqu’à présent, la Finlande n’a pas été en contact avec les Allemands en la matière.
Mme Nerg relève que la Finlande a évoqué la question avec les Suédois qui se sont déjà entretenus avec les Allemands au niveau des fonctionnaires.
Selon Mme Nerg, le nombre de demandeurs d’asile arrivés en Finlande et qui seraient déjà enregistrés en Allemagne est minime. Elle estime toutefois que respecter les accords de Dublin est important. Pour elle, il faudrait que l’on agisse de la même façon dans l’ensemble de l’UE.
HS/dim/A8

Les Premiers ministres nordiques privilégient les solutions européennes
Le Premier ministre, M. Sipilä, a rencontré son homologue norvégienne, Mme Solberg, samedi. Les entretiens ont porté sur la politique en matière de réfugiés et sur la migration.
Alors que les ministres nordiques ont déjà évoqué la question de savoir ce qu’il convenait de prendre comme mesure si aucune solution européenne n’était mise en place, Mme Solberg et M. Sipilä privilégient quand même les mesures européennes communes. Ils ne sont pas favorables en premier lieu à une frontière nordique commune évoquée par le Premier ministre danois.
HS/dim/B3

Emploi de demandeurs d’asile
Projet pilote de Barona
Helsingin Sanomat rend compte d’un essai que le groupe de travail intérimaire Barona a lancé pour l’emploi rapide de personnes ayant obtenu un asile en Finlande.
L’essai concerne 50 personnes. L’idée est de changer l’ordre dans lequel avancent les choses : Barona s’efforce de mettre l’accent sur l’emploi qui permettra l’intégration et l’apprentissage de la langue.
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie projette lui aussi de mettre en place un modèle rapide d’emploi. Dans le contexte d’un essai sur trois ans, le but est d’employer 1500 personnes sur les environ 10 000 personnes qui auront un permis de séjour parmi les arrivants de 2015.
Le ministère cherche une instance pour gérer le projet et trouver le financement auprès des investisseurs. Les cours de langue et d’intégration de quatre mois commenceraient à l’automne avec un financement privé. Le travail commencerait ensuite début 2017.
Selon Mme Hämäläinen du ministère de l’Emploi et de l’Economie, il y a des emplois dans des branches de maintenance immobilière, dans le bâtiment, les transports, le commerce et les soins.
Ce modèle devrait engendrer des économies considérables en matière d’allocations chômage et sociales, et engendrer des recettes fiscales.
HS/lun/A6

Demandeurs d’asile et la violence
Projet en faveur des femmes immigrées ayant éprouvé de la violence
Helsingin Sanomat rend compte d’un projet de l’union des femmes de différentes nationalités, Monika, pour proposer un soutien aux femmes immigrées ayant éprouvé de la violence, soit dans leurs couples, soit autrement.
Informer les femmes de leurs droits est un premier pas dans le travail sur ces questions. Mme Gebert, directrice du centre de ressources de l’union Monika, rappelle que connaître ses droits et les mettre en œuvre dans la pratique sont deux choses bien distinctes pour beaucoup de femmes.
HS/dim/A15

Finances

La Finlande a perdu son triple A chez Fitch
L’agence de notation Fitch a dégradé la note de la Finlande de AAA à AA+. S&P avait procédé à cette dégradation précédemment. Il n’y a plus que Moodys qui accorde un triple A à la Finlande.
Le Ministre des Finances M. Stubb a souligné que cela signifiait que les observateurs commencent à perdre confiance dans la capacité de la Finlande à se réformer. Selon lui, c’est inquiétant parce que les autres pays nordiques ont toujours un triple A.
KS

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Dix-huit régions de santé ?
Turun Sanomat rapporte que le parti du Centre et le parti Kokoomus ne sont toujours par d’accord sur le principe de la réforme visant à créer des régions de santé : le Centre souhaiterait dix-huit régions de santé alors que le parti conservateur estime qu’il faut qu’elles soient coordonnées par cinq « super-régions ».
Cette semaine un nouveau rapport sur le sujet sera publié.
Le pré-projet de loi devrait être envoyé pour avis en avril.
TS

Négociations salariales - Gouvernement

Un « modèle finlandais » d’accords salariaux ?
Le sort de l’accord de compétitivité négocié par les partenaires sociaux a avancé d’un pas, vendredi, quand la confédération SAK a validé le modèle d’accords salariaux à partir de 2017. Ce modèle, dit « modèle finlandais » signifie que les accords salariaux seraient négociés d’abord par les branches soumises à la concurrence internationale.
Il reste encore un an et demi pour finaliser ce modèle car il ne devrait commencer à s’appliquer qu’à l’automne 2017.
La médiatrice pour les conflits sociaux, Mme Helle, a souligné qu’il ne s’agissait pour l’instant que d’un accord de principe.
HS TS

M. Sipilä ne précisera les allègements fiscaux qu’en juin
Le Premier ministre Juha Sipilä a annoncé que le gouvernement ne préciserait les allègements fiscaux promis en cas d’accord de compétitivité qu’en juin. Il attend de voir combien de branches seront concernées par cet accord de compétitivité négocié par les partenaires sociaux.
M. Sipilä a déclaré qu’il était toutefois prêt à s’exprimer devant le bureau du syndicat des services PAM qui se réunira jeudi. Ce syndicat a pour l’instant refusé l’accord de compétitivité.
HS

M. Soini en appelle à des réformes économiques
Le Président des Vrais finlandais estime que la Finlande ne pourra pas longtemps supporter une mauvaise gestion économique comme celle de ces dernières années. Il en appelle à des réformes.
« Un pacte social, un modèle finlandais d’accords salariaux et d’accords au niveau des entreprises sont indispensables dans une situation où l’on ne peut plus recourir à la dévaluation. « On est dans l’euro et il faut agir en conséquences », a-t-il dit.
M. Soini engage les partenaires sociaux à arriver à un accord.
Concernant le prochain cadrage budgétaire, M. Soini souligne qu’il ne faut pas que les dépenses engendrées par la crise migratoires (+600 millions d ‘euros) soient supportées « en diminuant les avantages des bas salaires finlandais ».
Il est conscient que durant les négociations budgétaires du printemps, le gouvernement devra décider de nouvelles économies. Il souligne toutefois que, pour préserver l’accord social, le gouvernement ne pourra pas décider d’économies dans les secteurs qui avaient été visés par les mesures punitives présentées en cas d’échec du pacte social.
Kaleva

Manifestations sociales

Manifestation des agriculteurs
Les exploitants agricoles ont manifesté, vendredi, contre le gouvernement pour se plaindre de la diminution de leurs revenus en raison notamment de la baisse des prix au producteur.
Plus de 5000 agriculteurs et éleveurs ont manifesté.
HS

Manifestation citoyenne
Plus de 8000 personnes ont manifesté, samedi à Helsinki, contre la politique économique du gouvernement.
HS

Les professeurs d’université sévères avec la politique du gouvernement sur les universités
Selon une étude d’Helsingin Sanomat, seulement 8% des professeurs d’université soutiennent la politique du gouvernement à l’égard de l’éducation et de la recherche : 50% pensent que c’est un échec total et 42% que c’est un échec.
HS

Santé

Nouveau plan social à la direction de la santé publique
THL, la direction de la santé publique, a lancé un nouveau plan social qui pourrait aboutir à la suppression de 200 postes, soit 20% de ses effectifs. L’objectif est d’économiser 10 millions d’euros en 2017-2018.
HS

France

Exposition Toulouse-Lautrec à Rome
Helsingin Sanomat publie un reportage sur l’exposition Toulouse-Lautrec visible à Rome jusqu’ au 8 mai.
HS

France – Finlande

Exposition Lumières de Méditerranée à Tampere
Aamulehti publie un article sur l’exposition Lumières de Méditerranée actuellement visible au musée d’art de Tampere.
A

Vendredi 11 mars 2016

France – Finlande

Musique - Francophonie

Concert Influences latines
Interview de Jeannette Bougarb
Yle a diffusé une interview de la directrice de l’Institut français de Finlande, Jeannette Bougrab qui présente les événements du mois de la francophonie en Finlande et en particulier le concert Influences latines de Pascal Contet et du Travelling Quartet qui se tiendra ce soir à Musiikkitalo.
Helsingin Sanomat annonce dans sa rubrique culturelle le concert Influences latines ;
Le supplément hebdomadaire NYT annonce lui aussi le concert de Pascal Contet & Travelling Quartet.
http://areena.yle.fi/1-3352242
HS/B21
HS NYT

Politique

Interview de Jean-Yves Camus
La revue UP de l’institut finlandais des relations internationales consacre son numéro à la montée du populisme en Europe. Elle publie une interview de Jean-Yves Camus sur le Front National.
UP/34

Article de David Cadier
Le chercheur français à l’institut finlandais des relations internationales David Cadier signe un article sur l’activation par la France de la clause d’assistance mutuelle.
UP/76

Politique étrangère et européenne

Migrants

Propos de M. Orpo
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, estime que la crise migratoire pourrait se calmer. Il se déclare optimiste en ce qui concerne l’accord préalable entre l’UE et la Turquie pour maîtriser le flux d’arrivants.
A l’issue de la réunion entre les ministres européens de l’Intérieur, il estime que l’optimisme est plutôt élevé dans les autres Etats membres aussi. Pour lui, on dispose des éléments permettant de maîtriser la situation. L’accord turc combiné à d’autres mesures européennes pourra engendrer un tournant, selon lui.
En ce qui concerne les déplacements internes, M. Orpo estime que c’est aussi une question qui va avancer.
HS/A23

Directive sur les armes automatiques

Propos de M. Orpo
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, fait du lobbying à Bruxelles pour faire passer le message concernant la politique et la culture finlandaise en matière d’armes à feu.
Le ministre finlandais estime que les autres Etats membres ont de la compréhension pour la position finlandaise sur les armes automatiques. La Finlande ne souhaite pas durcir la législation sur ces armes et motive sa position à la fois par les activités des réservistes, la chasse et les collectionneurs.
HS/A12-13

Euro

M. Väyrynen a déposé sa proposition d’initiative populaire
Le député européen Paavo Väyrynen a déposé, hier au Parlement, sa proposition d’initiative populaire sur l’organisation d’un référendum pour sortir de l’euro.
KS

Education

La Finlande au premier rang pour la lecture
Les pays nordiques occupent les cinq premières places de ’étude américaine The World’s Most Literate Nations. La Finlande arrive première.
TS

Les universités finlandaises bien placées
Dans le classement Times Higher Education, six universités finlandaises figurent dans les 200 premières universités au monde : l’université d’Helsinki (28ème), l’université Aalto (121ème), l’université de Turku (141ème), les universités de Jyväksylä et de l’Est (181ème) et l’université d’Oulu (191ème).
AL

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Ce serait finalement cinq régions de santé et non pas quinze ?
Encore une nouvelle version de la réforme des services sociaux et de la santé est en cours de préparation. Il s’agirait maintenant de créer cinq régions en la matière, et non plus quinze, comme prévu en novembre dernier. Les cinq régions seraient définies à partir de la localisation des cinq hôpitaux universitaires à Helsinki, Tampere, Turku, Kuopio et Oulu.
Le nombre des provinces serait toujours de 18, comme prévu auparavant. Les cinq régions coordoneraient les provinces chargées de l’organisation des services en question.
HS/A6

Négociations salariales - Gouvernement

Le gouvernement a approuvé le nouveau modèle de négociation des accords salariaux
Les confédérations syndicales et du patronat sont arrivées à un accord sur le fait que dans les prochains accords salariaux le niveau des augmentations soit défini par les branches exportatrices.
Le Premier ministre, M. Sipilä, estime que cette proposition convient au gouvernement. « Ce sera un grand changement structurel s’il peut être réalisé. C’est un pas important. »
Selon les confédérations, la préparation proprement dite de ce modèle serait entamé une fois que le pacte de compétitivité soit entré en vigueur.
De telles augmentations salariales seraient négociées à l’automne 2017.
HS/A8

Sondage

Les Finlandais prêts à diminuer leurs acquis pour la compétitivité
Selon un sondage réalisé pour l’institut du patronat EVA, seulement 29% des Finlandais ne seraient pas prêts à diminuer leurs acquis au bénéfice de la compétitivité. Il y a encore deux ans, la moitié s’y refusait.
De plus, la majorité des Finlandais seraient, selon ce sondage, favorables aux accords au niveau des entreprises. « Seules les décisions sur les vacances et la sécurité du travail devraient selon eux rester du niveau des branches ».
HS

Radiation

La fuite de Cesium provenait d’une capsule de 1975
Le groupe Nukliditekniikka qui traite des déchets nucléaires relève que le taux élevé de césium détecté à Helsinki il y a une semaine venait d’une capsule défectueuse qui avait dégagé de la poussière radioactive. Il s’est agi de capsules de 1975 qui devaient être envoyés à Olkiluoto pour un stockage définitif.
Nukliditekniikka, située dans le bâtiment du STUK et spécialisée dans la collecte de matériaux radioactifs, se charge du traitement des déchets avec des taux peu élevés de radioactivité venant de l’industrie et des hôpitaux.
Stuk confirme ces informations.
HS/A16

Mines

Le suédois Boliden rachète la plus grande mine finlandaise
Le groupe suédois Boliden a racheté la mine de Kevitsa pour 650 millions d’euros. Cette mine produit du nickel, du cuivre et de l’or.
Elle a réalisé l’année dernière un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros et accusé un résultat négatif de 5 millions d’euros.
KL

Transport ferroviaire – Entreprise d’Etat

VR va verser 200 millions d’euros de dividendes à l’Etat
La compagnie de chemins de fer VR a vu ses bénéfices diminuer de 90 millions en 2014 à 64,5 millions en 2015. En dépit de la diminution de ses bénéfices, VR va verser 100 millions d’euros à l’Etat, soit 35 millions de plus qu’en 2015.
La baisse de la rentabilité de VR s’explique par la baisse des prix des billets en raison de la concurrence du transport routier.
KL

Jeudi 10 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Clause d’assistance mutuelle

La Finlande envisage d’envoyer plus de soldats en Irak
M. Soini souligne l’importance de l’unité européenne dans l’assistance de la France
Les partis représentés au Parlement sont unanimes sur l’opportunité de l’élargissement de la coopération en matière de formation en Irak.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, a déclaré, hier, lors d’une réunion au parlement, qu’une attaque contre un Etat membre signifiait que les autres devaient l’assister. Il a dit que la Finlande n’était pas seule non plus.
M. Heinäluoma (PSD) s’est félicité de l’intervention de M. Soini, favorable à l’UE. Pour lui, M. Soini voit bien l’importance de l’UE pour la sécurité finlandaise. « Il est important que l’UE soit une union forte et opérationnelle dans laquelle les Etats membres se soutiennent l’un l’autre », dit M. Heinäluoma.
La Finlande envisage d’envoyer une cinquantaine de soldats en Irak du Nord pour former les troupes peshmerga des Kurdes. La Finlande prolongera de cinq ans sa participation à l’opération. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la réponse finlandaise à la demande d’assistance française.
M. Soini estime que la France s’appuie sur la clause d’assistance militaire de l’UE du fait qu’elle a constaté être en guerre et qu’elle avait besoin de l’aide surtout en dehors de son territoire. « La France a évalué que les Etats membres étaient centraux du point de vue de son besoin d’assistance et qu’appliquer de la clause d’assistance était logique. » En même temps, on a pu mettre en évidence le fait que la dimension de la défense européenne comptait, selon lui.
Pour assister la France, la Finlande a considére également la possibilité d’élargir sa participation à l’opération de la Finul au Liban, ainsi que de s’investir davantage dans l’opération de l’ONU au Mali.
Le Premier ministre, M. Sipilä a dit qu’une décision en la matière sera prise d’ici l’été. Pour lui, il semblerait naturel d’augmenter la participation de la Finlande à l’opération au Liban.
TS/11

Politique intérieure

Pacte social

L’accord entre les partenaires sociaux menace de s’effriter
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat s’inquiète pour le sort de l’accord de compétitivité qui semble menacé. Le patronat a annoncé qu’il ne négocierait pas tant que cet accord ne concernerait pas toutes les branches.
Le second syndicat de la SAK, JHL, du secteur public, a annoncé qu’il ne négocierait pas tant que le patronat n’était pas revenu sur sa décision.
HS

Budget

Les ministères présentent des augmentations au lieu d’économies
Le gouvernement doit se réunir pour sa réunion de cadrage budgétaire le 5 avril.
D’ici là le ministère des Finances prépare le prochain cadre budgétaire. Pour cela il a reçu des autres ministères leurs prévisions.
Au lieu d’économies, il apparaît que les ministères présentent plutôt des augmentations budgétaires qui s’élèveraient à 300 – 600 millions d‘euros.
Le Ministre des Finances a déclaré qu’il ne serait pas possible d’augmenter les dépenses ;
Le plus gros chapitre de dépenses supplémentaires serait constitué par la charge des migrants : le passage de 3000 à 35 000 migrants annuels représenterait des dépenses supplémentaires d’un milliard d’euros.
HS

Etudiants - Gouvernement

Manifestation
Des milliers d’étudiants ont manifesté, hier, contre le projet de diminution des l’allocation pour les étudiants. Les représentants des organisations des étudiants rappellent qu’en Finlande, on est parti du principe que l’accès aux études ne dépend pas des revenus des parents. Ils regrettent que l’on soit en train de briser la confiance en matière de ressources sans la garantir avec un prêt.
HS/A8

Agriculture

Bientôt des manifestations ?
L’agriculture finlandaise fait face à des problèmes de rentabilité depuis longtemps, mais il semblerait que le résultat de l’année écoulée soit particulièrement mauvais.
Contre des revenus à titre d’entreprenariat d’un milliard d’euros il y a encore six ans, ces revenus s’élèvent à 300 millions pour 2015.
Même la production laitière, qui pendant longtemps a constitué un pilier de l’agriculture finlandaise, a vu sa rentabilité baisser.
La détresse actuelle dépend de plusieurs facteurs, dont la baisse du prix au producteur du lait, mais aussi de celui de la viande du bœuf et du porc, ainsi que des volailles.
Keskisuomalainen note qu’un tiers du chiffre d’affaires de l’agriculture est constitué par des aides.
KS/3

Garde d’enfant

La restriction prévue pour le droit de garde d’enfant pourra gêner l’intégration des immigrés
Le Parlement a décidé en décembre dernier de restreindre le droit à la garde d’enfant à compter d’aout 2016 de façon à ce qu’il concernera désormais uniquement les familles dont des deux parents travaillent ou étudient à plein temps. Pour des raisons liées à l’apprentissage de la langue et à l’intégration, il est possible que les familles d’origine immigrée continuent à disposer du droit à la garde d’enfant à plein temps. C’est toutefois une question à examiner par les communes ce qui veut dire que les familles concernées devront constituer une demande en la matière. L’Institut de santé publique THL rappelle que dans une famille qui a de mauvaises connaissances des langues du pays, rédiger une demande n’est pas évident.
Toutes les communes n’envisagent pas de restreindre ce droit. C’est notamment le cas d’Helsinki, Espoo et Tampere, par exemple. Il est toutefois probable que la majorité des communes le feront.
Selon l’ombudsman de l’enfance, M. Kurttila, il existe un grand risque que les enfants d’origine immigrée n’obtiendront pas la formation maternelle dont ils auraient besoin.
Selon les spécialistes, cela pourra avoir un effet, outre sur le développement linguistique et social des enfants, sur la formation et l’emploi des parents, bref, sur l’intégration des familles entières.
M. Kurttila rappelle que déjà, l’écart des résultats scolaires des enfants d’origine immigrée et des enfants d’origine finlandaise est important. La situation risque de se détériorer, selon lui.
HS/A10

Economie

Succès de Supercell
Helsingin Sanomat rend compte du fait que les ventes du groupe de jeux Supercell représentent le double des ventes totales des livres et de la musique en Finlande. Le chiffre d’affaire des premières années de Supercell créé en 2010 est plus important que celui de Google, Facebook ou Twitter durant leurs premières années d’existence. Il était de 2,1 milliards d’euros en 2015.
Le groupe qui s’inscrit parmi les dix plus grandes entreprises finlandaises emploie 176 personnes. L’impôt sur les sociétés qu’il versera concernant 2015 s’élève à 176 millions d’euros.
HS/A6-7
France – Finlande

Culture

Interview – portrait de jeannette Bougarb
Demokraatti publie un portrait et une interview de la directrice de l’Institut français de Finlande, Jeannette Bougrab. Sous le titre « Un oiseau libre », l’article présente la conseillère culturelle qui déclare notamment : « Le droit des femmes n’est pas mon travail, c’est ma vie. Je me bats pour cela ».
Dem

Littérature

Nouveau roman de Hannu Väisänen
Helsingin Sanomat rend compte du dernier roman (dont la plus grande partie se passe en France) et de l’exposition à la galerie Forsblom du peintre et écrivain Hannu Väisänen qui vit en France.
HS/B1-2

Cinema

Lettres au Père Jacob
Helsingin Sanomat rend compte de la sortie en France dans les salles de 21 villes, hier, du film de Klaus Härö, qui date d’il y a sept ans.
HS/B2
France

Politique

Les protestations virtuelles se multiplient en France
Helsingin Sanomat rend compte des manifestations virtuelles de plus en plus populaires en France. HS

Mercredi 9 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Migration – Conseil européen

Propos de MM. Sipilä et Soini
Le Premier ministre considère le projet d’accord entre l’UE et la Turquie comme « une avancée dans la question concernant la frontière entre la Turquie et la Grèce ». « C’est ce que la Finlande n’a cessé de prôner. Il faut sécuriser les frontières extérieures et organiser la façon dont on accueille des personnes issues de camps de réfugiés et qui nécessitent la protection internationale ».
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, considère le résultat des négociations avec la Turquie comme maigre. Pour lui, il s’agit d’un pas dans la bonne direction, mais il estime qu’il est pris six mois trop tard. Il a dit que, tant qu’il n’a pas d’explication explicite concernant le résultat, il s’agira de ne pas s’y engager.
Il n’a pas souhaité spéculer sur le nombre éventuel de réfugiés que la Finlande pourrait accueillir. Pour lui, ce n’est pas le moment. Il se félicite du fait qu’actuellement, aucun demandeur d’asile ne vient en Finlande.
HBL/10

Déplacements internes
Aamulehti rend compte du fait que, jusqu’à présent, 150 demandeurs d’asile de l’Italie et de la Grèce ont été accueillis en Finlande dans le cadre des transferts internes, ce qui représente un sixième des près de 900 transferts effectués. La Finlande s’est engagée à l’accueil de 3000 personnes au titre de transferts.
Selon Migri, les prochaines arrivées sont déjà prévues, mais l’office ne communique pas à l’avance sur leur arrivée.
AL/A7

Migration
La Finlande a reçu l’année dernière 32150 demandeurs d’asile (soit 5876 réfugiés par million d’habitant). La Finlande se situe donc, proportionnellement à sa population au quatrième rang européen, après la Hongrie (17 699 migrants par million d’habitant), la Suède (16016), et la Norvège (5 898) mais avant l’Allemagne (5441).
KS

Editoriaux
« La Turquie tire profit des pressions en Europe occidentale » HS
« Une avancée ou une défaite morale ? » HS
« L’UE s’humilie à accepter les exigences turques » TS
« Un problème trop grand pour l’UE » AL

Russie
Helsingin Sanomat rend compte des détentions en Russie de personnes de nationalité afghane qui ont essayé de se rendre en Finlande. Au moins une dizaine de mineurs ont été placés dans des foyers d’accueil et ainsi séparés de leurs parents.
HS/A23

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le tarissement de l’arrivée des demandeurs d’asile par la frontière orientale peut être considéré comme le résultat d’une diplomatie patiente.
Pour l’éditorialiste, « ce qui s’est passé peut également être vu d’une autre façon : la Russie a montré comment elle est capable d’ouvrir la frontière puis de la refermer. Le message est clair. Il y a en Russie des millions d’étrangers dans le couloir de départ », conclut HS.
HS/A5

Défense

Rencontre des ministres suédois et finlandais de la Défense
Les arrangements pratiques concernant l’expansion en temps de crise de la coopération militaire entre la Finlande et la Suède sont en cours dans les deux pays.
Les ministres de la Défense des deux pays ont évoqué la coopération de défense au centre culturel de Hanasaari, hier.
Le ministre suédois, M. Hultqvist a dit qu’il s’agit de mettre en place ce dont on s’est mis d’accord, c’est-à-dire la coopération au niveau des exercices, de l’échange d’informations, de l’accès aux ports et bases des deux pays, etc.
M. Jussi Niinistö estime que l’on ne peut pas exclure l’éventualité d’une alliance militaire. « Nous sommes dans une phase où nous avons des exercices en commun, nous projetons des acquisitions en commun, nous construisons la confiance mutuelle. »
Les ministres n’ont pas souhaité comparer la coopération de défense nordique à la coopération que chacun des pays pouvait avoir avec les Etats-Unis. « L’une ne peut remplacer l’autre », a dit M. Niinistö.
Alors que M. Niinistö a évoqué l’importance de la coopération de défense européenne dans le contexte de la demande d’assistance présentée par la France après les attaques terroristes, M. Hultqvist a évoqué les activités de la Russie en Ukraine et dans la région de la mer Baltique. Il a souligné l’importance du partenariat avec l’OTAN et de la coopération atlantique.
Concernant les forces armées, M. Niinistö a dit qu’elles seraient dotées d’une nouvelle mission, celle de participer à l’aide internationale et à d’autres activités internationales. Cette mission serait inscrite comme la troisième mission des forces armées, après la défense du territoire et l’assistance aux autres autorités, et avant la gestion de crise. Ce projet de réforme de la loi s’inscrit dans le cadre du traité de Lisbonne. Il est prévu de la faire entrer en vigueur avant la pause estivale du Parlement.
HS/A14

Politique intérieure

Pacte social- pacte de compétitivité

Le syndicat PAM ne reviendra pas facilement sur sa décision
Le syndicat PAM, plus grand syndicat de salariés qui représente le secteur des services et n’a pas validé l’accord de compétitivité conclu entre les confédérations syndicales et le patronat, a indiqué qu’il se réunirait le 17 mars.
Il ne semble toutefois pas qu’il sera facile à PAM de revenir sur sa décision. Les membres du bureau qui ont voté contre l’accord de compétitivité estiment que le gouvernement devrait notamment promettre ses allègements fiscaux, mais aussi, par exemple, que l’augmentation du temps de travail ne concerne pas les employés à temps partiel.
Le patronat exige toujours que PAZM revoit sa décision avant de commencer les négociations au niveau des branches.
En attendant, les confédérations pourraient négocier avec le patronat un nouveau modèle de négociations des accords salariaux dans lequel les branches exportatrices serviraient d’étalon pour les augmentations futures.
KS

Elections municipales

Le scrutin aura lieu en avril 2017
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que les partis politiques se sont finalement entendus pour que les prochaines élections municipales aient lieu en avril 2017.
Désormais, tous les deux ans, devraient alterner en avril, un scrutin municipal et un scrutin législatif.
L’idée de repousser les municipales à l’automne 2017 pour organiser en même temps d’éventuelles première sélections régionales a été abandonnée, la réforme régionale étant trop en retard pour le permettre.
HS

Santé

Radiation
Le centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire, Stuk, a localisé la radiation de césium à l’immeuble où il a ses propres locaux à Roihupelto, un quartier de l’Est d’Helsinki. Une entreprise qui traite les petits déchets nucléaires fonctionne dans l’immeuble. Stuk n’a toutefois pas confirmé que la radiation vient de chez ce groupe.
Dans les autres villes finlandaises, les taux ont été normaux. A Helsinki aussi, les taux sont revenus à la normale depuis.
HS/A8

Mardi 8 mars 2016

Politique intérieure

Pacte social - Pacte de compétitivité

Nouveau litige sur l’accord
Helsingin Sanomat rapporte que le pacte social, maintenant connu comme pacte de compétitivité, a fait lundi un pas en avant et deux pas en arrière.
Le conseil de la confédération syndicale SAK a décidé, par 15 voix contre 5, de conseiller à ses syndicats membres de commencer les négociations avec le patronat suivant le résultat négocié par les partenaires sociaux.
Le Premier ministre Juha Sipilä s’est félicité de la participation de la SAK.
Jyri Häkämies, président de l’EK, confédération du patronat et de l’industrie, a ensuite déclaré que les négociations ne pourraient pas commencer parce qu’il n’y avait pas assez de syndicats de la SAK qui y participent.
Le président de la SAK Lauri Lyly a répondu que l’étendue des branches couvertes par l’accord ne pourrait pas être évaluée avant fin mai. Elle sera évaluée par l’EK, le patronat des communes, la SAK, l’Akava et la STTK. Le gouvernement décidera ensuite si cela suffit pour pouvoir alléger les impôts.
Les partenaires sociaux doivent étudier lors des négociations comment prolonger le temps de travail annuel de 24 heures et comment rédiger dans les conventions collectives les réformes des accords au niveau des entreprises.
Les membres des syndicats qui restent en dehors de l’accord devront également payer les transferts d’allocations salariales des employeurs aux employés.
Les dirigeants du patronat et des centrales syndicales pourraient essayer de trouver une entente d’abord sur un nouveau modèle salarial, dit « modèle finlandais » (en référence au modèle suédois), dans lequel ce sont les branches exportatrices qui fixeraient le niveau des augmentations de salaires.
L’accord social semble improbable si le syndicat du secteur tertiaire PAM, qui a rejeté lundi le résultat négocié, ne change pas d’avis. En ce moment 80 % des salariés seraient concernés par le résultat des négociations (60% des membres de la SAK et 100% des membres de STTK et Akava).
HS/A6

Une dévaluation interne prend aux salariés et donne aux entreprises
Selon Helsingin Sanomat, le pacte de compétitivité signifie une diminution des revenus pour les salariés, tandis que les entreprises et les employeurs en profitent.
La part employés des cotisations de retraite et de chômage sera augmentée et celle des employeurs sera diminuée.
Selon les calculs de Nordea et d’Etla, le revenu net des salariés sera diminué d’un milliard d’euros par an, soit de 1,5-2 % à tous les niveaux de salaires.
Pour compenser le pacte de compétitivité, le gouvernement a promis des allègements fiscaux d’un milliard d’euros.
L’augmentation du temps de travail annuel de 24 heures est également une mesure de dévaluation interne.
Les employés du secteur public – de l’Etat, des communes, de Kela, de Keva et de la Banque de Finlande – doivent payer plus que les employés du secteur privé parce que leur prime de vacances sera diminuée de 30 % pendant trois ans.
HS/A7

Propos de MM. Fjäder et Palola
Keskisuomalainen relève que selon les présidents de l’Akava, Sture Fjäder, et de la STTK, Antti Palola, la revendication de l’EK sur la couverture de l’accord ne fera pas tomber le pacte social.
Ils ne s’étonnent non plus des propos de M. Häkämies, parce que l’EK a tout le temps souligné l’importance d’une couverture suffisante pour cet accord.
KS/3

Propos de Mme Selin
Selon Aamulehti, la présidente du syndicat du secteur tertiaire PAM, Ann Selin, a indiqué » qu’il était possible de convoquer le conseil de PAM rapidement seulement si le gouvernement promettait de mettre en œuvre les allègements fiscaux et modifiait son projet d’autoriser les contrats de travail à durée déterminée sans motivation spécifique.
« Je peux pas promettre que PAM change d’avis. Je dis simplement que ces choses pourraient aider pour que le syndicat revoie sa décision. »
AL/A3

Analyse d’HS
Quel est le prix que le gouvernement est prêt à payer pour son pacte, se demande Piia Elonen, chef de la rédaction politique et économique d’ Helsingin Sanomat.
Le pacte social négocié par les partenaires sociaux comporte trois conditions sine non qua : il faut enterrer le paquet de lois du gouvernement afin d’améliorer la compétitivité-coût, il faut supprimer les économies supplémentaires projetées par le gouvernement et il faut mettre en œuvre les allègements fiscaux.
Le gouvernement a déjà promis, ou presque promis, les deux premières. Les coupes budgétaires et les allègements fiscaux sont des outils essentiels de la politique économique du gouvernement.
Le transfert des décisions de la politique financière du palais du gouvernement à Hakaniemi, quartier-général de la SAK, est une chose très importante, économiquement mais aussi au niveau des principes.
Le gouvernement veut obtenir un pacte social, cela est devenu clair, mais quel est le prix que le gouvernement est prêt à payer ? Le gouvernement est-il prêt à se lier les mains pour les trois ans à venir ? Beaucoup de choses peuvent changer avant la fin de la législature.
On dit parfois que tout relève dans ce pays de la SAK, sauf la politique étrangère. Il y a actuellement un risque que le gouvernement délègue aussi la politique financière à la SAK.
HS/A7

Santé

Radiation
Le centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire, Stuk, a observé une quantité exceptionnellement élevée de césium à Helsinki jeudi et vendredi. La quantité n’était pas suffisamment importante pour engendrer des risques pour la santé. Selon Stuk, il n’est pas clair de savoir pourquoi le taux était si élevé.
Stuk est en train d’étudier la question et attend des résultats concernant d’autres villes. A Helsinki, il y avait 4000 micro-becquerels de césium-137 par m3. Il est possible qu’il s’agisse d’un incendie dans un endroit industriel ou pharmaceutique où il y a une source de césium.
HS/A9

Environnement

Forêts
Le ministre de l’Environnement calme le souci des Finlandais qui s’inquiètent pour le sort de l’environnement et la protection de certaines zones naturelles. En effet, 120 000 personnes ont signé une pétition contre un projet de réforme de la loi concernant la Direction nationale des forêts.
Dans le projet de réforme, il s’agit de filialiser les activités forestières de la Direction nationale des forêts, conformément au règlement européen sur la concurrence. Des Finlandais, et notamment des organisations de protection de la nature, dont WWF Finlande, craignent que des forêts et des zones naturelles soient vendues.
M. Tiilikainen affirme qu’il ne s’agit pas de vendre des forêts et que la filiale sera chargée de s’occuper de la nature de la même façon que le fait la Direction nationale des forêts actuellement.
HS/A13

Industrie

Fraude concernant la consommation de carburants de moteurs de Wärtsilä
L’industriel Wärtsilä admet avoir faussé les résultats de tests concernant la consommation de carburant de ses moteurs prévus pour les transports maritimes, dans son usine de Trieste en Italie. La fraude a été révélée lors d’inspections internes conduites à la fin 2015.
HS/A27

Politique étrangère et européenne

Migration – Conseil européen

Propos de MM. Sipilä et Stubb
Le Premier ministre, M. Sipilä, considère la proposition turque comme très concrète. Pour lui, c’est un bon point de départ pour un accord qui permettrait de mettre fin aux activités des contrebandiers et de placer des gens de Turquie dans les Etats membres de l’UE de façon contrôlée. Il estime toutefois que l’accord pourra être difficile à adopter dans l’ensemble des Etats membres, et qu’il faudra éventuellement que les Parlements nationaux l’approuvent, y compris en Finlande.
M. Sipilä se félicite de la fermeture de la voie des Balkans, même s’il admet que le problème d’origine, la guerre en Syrie, n’en disparait pas pour autant et qu’il faut plus de mesures dans ce sens. Pour lui, remettre de l’ordre à la frontière est toutefois une première condition pour pouvoir avancer.
Il affirme la solidarité des autres Etats membres à l’égard de la Grèce. Il ne souhaite pas spéculer sur la suite à donner à une exemption éventuelle de visa.
Concernant la Turquie, M. Sipilä désapprouve le fait que le pays a pris le contrôle du quotidien Zaman, ce qu’il caractérise d’inquiétant.
Le ministre des Finances, M. Stubb, constate que la Finlande a prévu dans son budget 28 millions d’euros pour le paquet turc pour les trois ans à venir. Selon lui, une crise coûte de l’argent, et toutes les solutions créatives en matière de financement sont les bienvenues. Il estime qu’outre la crise migratoire, les questions de politique économique et de sécurité seront évoquées lors du Conseil européen. Pour lui, c’est la Turquie qui pilote en ce moment, et comme c’est un pays qui négocie sur une adhésion à l’UE, toutes les questions sont sur la table de négociation.
HS/A21, KL/7

Instructions de Migri
L’Office national de l’immigration, Migri, engage les centres d’accueil à ne pas soutenir financièrement l’installation de demandeurs d’asile dans la région de la capitale, sauf dans le cas où l’intéressé dispose déjà d’un travail ou d’une place d’études.
Selon le plan d’intégration, il s’agit de placer les personnes ayant obtenu un asile de façon également répartie dans l’ensemble du pays.
Par la suite, Turku, Tampere et Oulu pourraient être concernés par cette restriction.
AL/A8, HS/A19

Lundi 7 mars 2016

Politique intérieure

Pacte social

Le conseil de la SAK a approuvé l’accord
Helsingin Sanomat rapporte que plusieurs syndicats membres de la SAK se sont réunis vendredi. La grande surprise de vendredi a été que le syndicat du secteur tertiaire PAM a rejeté l’accord de négociation des partenaires sociaux. PAM est le plus grand syndicat de la SAK avec 232 000 membres. Sa présidente Ann Selin, qui aurait voulu approuver l’accord, a indiqué que la base du syndicat l’avait mise en minorité parce qu’elle n’avait tout simplement pas confiance en gouvernement.
Les autres syndicats ayant rejeté l’accord sont ceux du bâtiment (84 000 membres), des transports (50 000 membres), du secteur agro-alimentaire (34 000 membres) et de l’aviation (4 000 membres). Ces syndicats représentent environ 40 % des membres de la SAK.
Huit syndicats, qui représentent un peu moins de 600 000 membres, ont dit oui.
Le conseil de la SAK s’est réuni ce matin, après avoir eu un entretien avec le Premier ministre Juha Sipilä.
M. Sipilä a expliqué les points de vue du gouvernement mais n’a rien promis de nouveau pour les syndicats.
Après la réunion du conseil de la SAK, le président Lauri Lyly a annoncé que le pacte social a été approuvé de façon préliminaire par 14 voix contre 5. Le syndicat du bâtiment a voté blanc.
La SAK exige que le gouvernement abandonne ses projets d’économies de 1,5 milliard d’euros et réalise les allègements fiscaux mentionné dans le programme du gouvernement.
Le député du PSD Lauri Ihalainen, ancien président de la SAK et ex-ministre de l’emploi, avait fait appel dimanche à la SAK en faveur du pacte social.
HS, Yle, KS

Propos de M. Sipilä
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre Juha Sipilä avait annoncé samedi, lors d’une interview à Yle, que le gouvernement n’avait pas de « plan B » au cas d’un échec du pacte social. « Nous n’avons pas de plan B en ce moment. Il faudra commencer à en préparer un s’il y a pas d’accord. »
M. Sipilä a souligné que le gouvernement avait abandonné définitivement son paquet de lois afin d’améliorer la compétitivité-coût.
HS/dim/A10

Kokoomus

M. Stubb compte continuer comme président du parti
Selon Helsingin Sanomat, le président du Kokoomus Alexander Stubb, ministre des finances, a déclaré, lors d’une réunion du Kokoomus à Hämeenlinna samedi, qu’il comptait présider le Kokoomus au moins jusqu’aux élections législatives de 2019.
« Je suis entièrement engagé dans le projet 2018, c’est à dire la réforme et le centenaire du Kokoomus en 2018, ce qui nous amènera aux élections de 2019. Ce travail ne vient que de commencer et je ne quitterais pas mon poste. I’m here, I’m gonna be here », a-t-il déclaré.
HS/dim/A10

Police finlandaise

La moitié des policiers ont voté conservateur ou Vrai finlandais
Les policiers considèrent les demandeurs d’asile comme une menace
Selon un sondage réalisé par les journaux de la Finlande de l’Ouest, Lännen media, une grande partie des policiers finlandais ont voté pour le Rassemblement national ou les Vrais Finlandais devant le Centre.
Un tiers des policiers ont répondu au sondage. 79 % des agents ayant répondu au sondage considèrent que les demandeurs d’asile constituent un risque.
Concernant les crimes racistes (à l’encontre des demandeurs d’asile, notamment), les policiers sont divisés : alors que la moitié considèrent la criminalité raciste comme un risque pour la sécurité, l’autre moitié considère ce risque comme minime.
La moitié des policiers interrogés considèrent les patrouilles de milice privée comme un facteur augmentant l’insécurité. 10 % pensent l’inverse.
HS/lun/A11

Politique étrangère et européenne

UE – Turquie

Propos de M. Orpo
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, estime que comme les contrôles aux frontières intérieures mis en place par la Suède, le Danemark, l’Allemagne et l’Autriche, seront probablement prolongés. « Ce sera indispensable, vu le chaos à la frontière de la Macédoine et de la Grèce. »
Pour le ministre, le sommet européen et le rôle de la Turquie sont tout à fait décisifs. Il estime que si elle le souhaite, la Turquie est capable d’arrêter les flux de migrants. « Résoudre le problème migratoire est d’une première importance. Cela constituera un fondement pour faire avancer les autres questions. »
« Il y a une crise humanitaire en Grèce », dit-il.
Les ministres nordiques de l’Intérieur ont décidé, la semaine dernière, de renforcer leur coopération pour mettre en œuvre des renvois d’Irakiens et d’Afghans dans leur pays d’origine. Ils souhaitent des mesures plus vigoureuses de la part de l’UE afin de mettre en place des accords de renvoi avec ces pays et avec la Somalie.
Concernant l’intervention de M. Tusk, M. Orpo estime qu’elle reflète la souffrance que l’immigration non-contrôlée engendre en Europe. Une fois que la situation sera maîtrisée, il faudra que l’Europe assume sa part de responsabilité de la crise migratoire. Il estime que cela reviendra beaucoup moins cher pour l’Europe que de maintenir les contrôles frontaliers.
KL/lun/8-9

Projet du ministère des Finances
Kauppalehti relève que le ministère des Finances est en train de préparer sa propre proposition pour soulager la crise migratoire. Selon le secrétaire d’Etat, M. Hetemäki, la préparation a été faite avec l’Allemagne et la Grande-Bretagne, l’objectif étant d’améliorer les conditions dans les régions de départ, et surtout en Jordanie et au Liban, où il y a beaucoup de réfugiés syriens.
Un financement viendrait de la BEI et de la BERD et éventuellement du budget européen.
Le ministère des Finances voit son projet, qui sera soumis aux autres capitales européennes, comme un prolongement de l’accord en préparation avec la Turquie.
KL/lun/9

Migration

Frontière orientale : « La Russie éteint les espoirs de ceux qui briguent la Finlande » HS
Depuis le 1er mars, aucun demandeur d’asile ne s’est présenté à la frontière orientale de la Finlande. Des dizaines de personnes étaient restés bloquées à Kantalahti, une commune sur la côte de la mer Blanche. Mme Makarova, porte-parole du procureur de la région de Mourmansk, constate que la Russie ne laissera plus passer les gens sans documents nécessaires en Finlande du fait qu’elle souhaite boucher cette voie.
Les gardes-frontières finlandais rappellent que la frontière reste ouverte à ceux qui légalement sont en mesure de la traverser.
Les 1063 personnes arrivées cette année par la frontière orientale représentent 31 nationalités. La plupart sont des Afghans, des Indiens, des Syriens et des Bangladais.
Avec les restrictions de passages dans les Balkans, très peu de personnes viennent en ce moment jusqu’en Suède ou en Finlande. Selon l’office national de l’immigration, cette année, plus de femmes et d’enfants bougent qu’en 2015.
1845 personnes ont déposé une demande d’asile cette année. La plupart de ces personnes sont des Afghans (486), suivis d’Irakiens (314) et d’Indiens (166).
HS/sam/A10-11, dim/A9, lun/A15, Kaleva/dim/19

Le ministère des Affaires étrangères lance une campagne de découragement
Le ministère des Affaires étrangères s’efforce de diminuer le nombre de demandes d’asile non-fondées en communiquant sur les médias sociaux et sur les sites de ses ambassades dans les pays d’origine des migrants. Le ministère communique dans les langues locales en Afghanistan, Irak, Turquie, Russie, Somalie, Ethiopie et au Kenya. Les pays cibles de cette campagne ont été choisis ensemble avec l’office des migrations Migri et le ministère de l’Intérieur.
M. Häkkinen, chef de service au ministère, note que le ministère est conscient du risque que la campagne engendre des dégâts sur l’image de la Finlande et sur les objectifs d’attirer des travailleurs immigrés et des investissements.
Kaleva/dim/18-19

France – Finlande

Mode

Défilés de Marimekko à Paris
Marimekko a organisé quatre défilés au palais de Tokyo pour présenter ses collections de l’automne 2016.
HBL/lun/10

Vendredi 4 mars 2016

Politique intérieure

Pacte social

Plusieurs syndicats de la SAK se réunissent aujourd’hui
Helsingin Sanomat rapporte que ce vendredi peut être décisif du point de vue du pacte social. Plusieurs syndicats de la SAK se réunissent pour décider s’ils approuvent le résultat négocié par les partenaires sociaux.
L’union de l’aviation IAU a annoncé ce matin qu’elle approuvait le pacte social.
Le syndicat des ouvriers du secteur alimentaire SEL a déjà décidé jeudi de ne pas participer au pacte social. Le bureau du syndicat des transports AKT, réuni jeudi, ne propose pas l’approbation du pacte social au conseil qui se réunit aujourd’hui.
Le conseil de la SAK se réunira lundi prochain pour prendre sa décision définitive. Selon le président de la SAK Lauri Lyly, qui aurait souhaité du gouvernement une ligne plus claire sur les baisses d’impôts, l’abandon des économies supplémentaires prévues par le gouvernement est une condition sine non qua pour que la SAK puisse approuver le pacte social.
HS, Yle

Editorial
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime qu’il semble que le trio gouvernemental a fait principalement une évaluation politique et non économique du résultat négocié par les partenaires sociaux.
Le quotidien estime que le gouvernement ne fixera plus de calendriers ou de revendications catégoriques aux partenaires sociaux.
HS/A4

Le chef du budget prévoit de nouvelles économies
Helsingin Sanomat relève que Hannu Mäkinen, chef du budget au ministère des finances, le gouvernement risque de ne pas atteindre ses objectifs concernant les efforts d’ajustement structurel. « Il manque des économies de plusieurs centaines de millions d’euros », selon M. Mäkinen.
M. Mäkinen rappelle que le coût surprise de la migration s’élève à un milliard d’euros pendant la législature s’il y a 15 000 demandeurs d’asile par an au lieu de 3 000 comme prévus lors du budget établi en 2015.
Les négociations sur le cadre budgétaire commenceront le 5 avril.
HS/A30

Le Kokoomus est laissé seul au sein du gouvernement
Selon une analyse d‘Helsingin Sanomat, signée Teija Sutinen, le pacte social a été plus difficile à avaler pour le Kokoomus qu’on ne le pense. Le Kokoomus a été laissé seul au sein du gouvernement quand le Centre et les Vrais Finlandais ont été prêts à approuver le pacte social.
Il y a au sein du Kokoomus plusieurs députés qui ont été très déçus de la proposition des partenaires sociaux. Ils auraient souhaité un accord plus ambitieux, surtout concernant les négociations au niveau des entreprises.
Le Kokoomus a voulu mener une politique économique d’austérité. Maintenant il semble que le gouvernement fait ce que lui dictent les organisations des partenaires sociaux. En plus, le pacte social augmente les prélèvements obligatoires, ce qui est en contradiction avec le programme gouvernemental.
HS/A12

Parti du centre

M. Laaninen quittera son poste
Selon Suomenmaa, organe du Centre, le secrétaire général du parti Timo Laaninen ne compte pas se présenter pour un quatrième mandat au congrès du parti en juin prochain à Seinäjoki.
SM/31

Rapport sur les propos haineux et les minorités

La moitié des personnes interrogées pour l’étude du ministère de la Justice avaient rencontré des propos haineux ou éprouvé de harcèlement
Selon un rapport effectué par le ministère de la Justice, les propos haineux et le harcèlement ont un effet sur le sentiment de sécurité des personnes et font qu’elles souhaitent éviter certains lieux publics, dont les transports publics.
Le rapport concerne une étude sur les immigrés, les Roms, les Sami, les personnes handicapées, les représentants de minorités religieuses et sexuelles. La moitié des personnes interrogées se sentaient concernées par les propos haineux et le harcèlement. Elles relèvent que les propos haineux ont eu un effet sur leur bien-être mental et sur leur estime de soi-même. Plus de la moitié des personnes interrogées évitent certains lieux par peur d’en rencontrer.
HS/A15

Politique étrangère et européenne

Migration

Frontière orientale
Les gardes-frontières relèvent qu’aucun demandeur d’asile ne s’est présenté à la frontière orientale de la Finlande depuis trois jours.
Selon Helsingin Sanomat, des informations circulent dans des médias et sites de Russie du Nord-Est sur le fait que la Finlande aurait fermé ses postes frontaliers concernant les réfugiés.
HS/A8

Fermetures de centres d’accueil
L’Office national de l’immigration envisage de fermer 13 centres d’accueil dans les six mois qui viennent. Deux centres prévus pour des mineurs et gérés par la Croix rouge seront également fermés.
Le nombre de centres et de places sera ainsi adapté au nombre prévu concernant 200 arrivants par semaine.
HS/A8

Environnement

Emissions d’azote dans la mer Baltique
Helsingin Sanomat rend compte du fait que le gouvernement n’a pas pris position sur le calendrier des restrictions d’émissions d’azote des transports maritimes dans la mer Baltique. La Finlande est ainsi le seul pays riverain qui n’a pas annoncé s’il accepte les mesures à compter de 2021.
La commission de protection de la mer Baltique, Helcom, évoquera la question, la semaine prochaine. Le gouvernement devrait l’évoquer, lundi.
Le programme gouvernement ne prévoit pas de nouveaux coûts pour l’industrie. Mme Poutanen, conseillère au ministère de l’Environnement, présidente de la délégation finlandaise auprès de Helcom, rappelle que la question des diminutions d’émissions n’affecte pas seulement les exportations industrielles, mais également la réputation de la Finlande en tant que pays qui promeut le cleantech et la protection de la mer baltique.
Les armateurs finlandais sont favorables aux restrictions.
HS/A8

Irak

50 soldats finlandais partiront en Irak pour une coopération de formation
La Finlande compte doubler le nombre de ses soldats en Irak. Elle envisage d’y envoyer une cinquantaine de soldats en septembre, pour participer à une coopération dans le domaine de la formation. La Finlande prolonge ainsi d’un an sa participation à l’opération visant à former les troupes kurdes peshmerga.
Turun Sanomat relève que cette mesure s’inscrit dans le cadre de la réponse finlandaise à la demande d’assistance française et américaine.
M. Hulkko, chef des opérations de l’armée de terre, estime Daech s’est considérablement affaibli en Irak du Nord, par rapport à la situation il y a un an.
TS/14

Défense

Exercices militaires
Helsingin Sanomat rend compte des exercices militaires qui se sont déroulés en Europe depuis les quelques dernières années et note que l’accent est en grande partie dans la région de la mer Baltique, qu’il s’agisse des exercices occidentaux incluant l’OTAN, ou de ceux de la Russie.
Le quotidien note que le ministère de la Défense finlandaise ne communique pas au grand public sur sa participation à des manœuvres internationales. HS trouve ses informations sur le site de l’Etat-major de l’OTAN, Shape.
HS/A6-7

Brevets

Nokia de loin le premier Finlandais à déposer des brevets européens
Helsingin Sanomat rend compte du nombre de brevets européens déposés pour des inventions par des entreprises finlandaises. Alors que Nokia en a déposé 866, les autres sont loin derrière : Koné en a déposé 142, suivi de UPM-Kymmene, 53. Les autres sont à 50 ou moins.
Compte tenu de la population, la Finlande se situe quatrième rang en Europe concernant le nombre de brevets déposés, après la Suisse, les Pays-Bas et la Suède.
HS/A31

France

Vin

Vins d’Alsace
Hufvudstadsbladet publie un article de M. Borgström sur les vins d’Alsace.
HBL/jeu

Jeudi 3 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Migration

Arrêt des arrivées à la frontière orientale
Les gardes-frontières relèvent qu’aucun demandeur d’asile ne s’est présenté à la frontière orientale de la Finlande, mardi.
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, estime qu’il est difficile d’évaluer si cela est dû au fait que le Président Poutine a encouragé le FSB à mieux contrôler les déplacements. « J’ai envie d’y croire », a-t-il dit.
AL/A5

M. Soini envisage des quotas pour les arrivées de migrants
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, estime que le nombre de demandeurs d’asile arrivant en Finlande par jour pourrait être restreint. Pour lui, l’Europe ne supportera pas longtemps un flux tel que celui que l’on connaît actuellement. Il estime que si on n’arrive pas à se mettre d’accord sur ces questions au niveau européen, les Etats membres commenceront à restreindre unilatéralement le nombre d’arrivants. A ce moment-là, la Finlande ferait pareil.
M. Orpo constate que la question n’a pas été évoquée au gouvernement. Il se déclare partisan d’une solution commune au niveau européen.
AL/A5, KS/13

Climat

Propos de M. Laurikka
M. Laurikka, négociateur de Finlande lors de la COP21, constate que, pour la Finlande, l’essentiel est de mettre en œuvre les décisions prises.
Il estime que l’UE dispose de deux options : s’efforcer de procéder à une ratification rapide ou bien suivre avec un peu de prudence ce que feront les autres. Dialoguer avec les autres grandes puissances est important, selon lui.
Préciser les objectifs concernant 2030 nécessitera des décisions politiques communes auprès de l’UE, selon M. Laurikka. D’autre part, une partie des Etats membres pourra déterminer des objectifs plus stricts au niveau national, ce qui a été fait en ce qui concerne les objectifs de 2020.
HS/A23

Déclarations du ministre de l’Environnement
M. Tiilikainen, ministre de l’Environnement, estime que l’Europe a besoin d’une stratégie climatique de longue haleine afin de mettre en œuvre le traité de Paris.
L’organisation pour la protection environnementale, Luonnonsuojeluliitto, estime qu’il faudra que l’UE revoie immédiatement ses objectifs et regrette que la Commission européenne ne le reconnaisse pas.
KS/12

Economie

Secteur du bâtiment
A la place de la Russie, la Pologne ?
Helsingin Sanomat rend compte des projets du groupe du bâtiment YIT sur le marché polonais.
Les attentes de groupes finlandais sur le marché russe ne se sont pas réalisées, mais la Pologne annonce une croissance qui pourrait se traduire en investissements finlandais dans ce pays. HS rappelle que le groupe est présent en Russie depuis 50 ans et compte y rester ; malgré le fait que les activités connaissent un déclin actuellement.
HS/A26

Politique intérieure

Partis politiques

L’audience du PSD a augmenté en février
A la lumière des résultats d’un nouveau sondage d’opinion sur la popularité des partis politiques, effectué par l’institut Taloustutkimus, Yle relève que le PSD est le plus grand parti avec un score de 22,9 %, soit une augmentation de 1,4 point par rapport au sondage effectué en janvier.
Le Centre arrive deuxième avec une audience de 20,7 % (-0,2), suivi du Kokoomus, 16,9 % (-0,4), de l’Alliance verte, 10,7 % (-1,6) et des Vrais Finlandais, 9,0 % (-0,8).
L’Alliance des gauches obtient une audience de 8,9 % (+0,3), le Parti suédois 4,5 % (+0,4) et les Chrétiens-démocrates 3,9 % (+0,5).
L’audience totale des trois partis au gouvernement n’est que de 47 %. La baisse a commencé en novembre dernier.
Selon Jari Pajunen, directeur de recherche à Taloustutkimus, les électeurs sont confus : seulement 58,3 % des personnes interrogées ont voulu donné leur opinion.
Yle

Pacte social

Le gouvernement a approuvé le pacte social
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a annoncé mercredi qu’il approuvait le pacte social négocié par les partenaires sociaux. En même temps, le gouvernement a annoncé retirer son paquet de lois prévu pour améliorer la compétitivité-coût.
Le Premier ministre Juha Sipilä, le ministre des finances Alexander Stubb et le ministre de l’emploi et de la justice Jari Lindström ont donné une conférence de presse où ils ont souligné que l’accord obtenu créait de « bonnes conditions » pour retirer les projets d’économies supplémentaires et les augmentations d’impôts que le gouvernement a projetés en cas d’échec du pacte social.
Le gouvernement compte encore étudier la possibilité d’allègements fiscaux qu’il avait promis dans son programme. Il veut d’abord savoir comment avancent les accords au niveau des entreprises et les négociations salariales.
« Il y a de bons éléments pour que la Finlande prenne une nouvelle direction », selon le Premier ministre Juha Sipilä. « Ce mercredi est absolument mon meilleur jour en tant que Premier ministre. »
Selon M. Stubb, le gouvernement compte évaluer la possibilité d’éventuels allègements fiscaux en juin prochain et au printemps 2017.
Selon les calculs du ministère des finances, l’effet du pacte social sur l’économie publique serait de 600 millions d’euros. Cela est suffisant même si ce n’est qu’un tiers de l’objectif initial du gouvernement.
Avec le pacte social, les coûts salariaux unitaires baisseraient de 3,7 % sans l’accord sur les salaires et de 4 % avec un gel des salaires. « Nous ne sommes pas loin de notre objectif », selon M. Stubb.
Le conseil de la grande centrale SAK se réunira lundi prochain pour prendre sa décision définitive. Le président de la SAK Lauri Lyly aurait souhaité une ligne plus claire sur les impôts.
HS/A6-7

Budget - Education

Allocations étudiants : des Centristes estiment que l’on envisage trop de coupes
Le Centre estime que les propositions de M. Uusitalo ayant rédigé le rapport sur les aides aux étudiants signifieraient des coupes de dépenses plus importantes que ce qui était prévu dans le programme gouvernemental. M. Uusitalo admet qu’il y a un écart qui est dû à un modèle et un calendrier différent concernant les économies. Pour 2018, son rapport prévoit une économie de 100 millions d’euros, contre 50 millions dans le programme gouvernemental.
Plusieurs centristes estiment que la proposition de M. Uusitalo est trop radicale.
HS/A8

France - Finlande

Mode

La nouvelle collection de Tuomas Merikoski présentée à paris
Helsingin Sanomat relève que Tuomas Merikoski, créateur de la marque Aalto International, a présenté mardi sa troisième collection lors de la Fashion Week à Paris.
HS/B4

Mercredi 2 mars 2016

Politique étrangère et européenne

Japon

Le Président Niinistö effectuera une visite au Japon
Turun Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö et son épouse, Mme Jenni Haukio, effectueront une visite officielle au Japon du lundi 7 au vendredi 11 mars.
M. Niinistö aura un entretien officiel avec le Premier ministre Shinzo Abe à Tokyo. Il effectuera aussi une visite à Kyoto.
Le ministre de l’agriculture et de l’environnement Kimmo Tiilikainen participera à la visite, ainsi qu’une délégation de la vie économique. Un séminaire sur les relations économiques finno-japonaises et le partenariat stratégique aura lieu lors de la visite du Président Niinistö.
TS/7

Défense

Aviation
Selon Helsingin Sanomat, il s’est avéré que l’avion de renseignement que les Forces armées ont acheté à Lockheed Martin et qui devait être livré en 2013 rencontre de tels problèmes techniques que l’avion n’est toujours pas prêt. Comme le retard est important, le groupe américain devra verser des dédommagements aux Forces armées.
HS/A15

Economie

La Commission enjoint la Finlande à renforcer la concurrence
Kauppalehti commente le rapport de la Commission européenne sur la Finlande. Ce rapport constate que, durant les années 2013-2014, la productivité du travail a augmenté grâce à la reprise de l’industrie électronique. De même les heures produites dans le bois-papier ont augmenté ;
En revanche, la Commission estime que si la compétitivité de l’industrie augmente, il y a encore fort à faire pour la compétitivité coût. Le secteur fermé grâce en effet les prix de l’industrie, affaiblit la rentabilité des usines et diminue leurs investissements. En effet, la production industrielle dépend beaucoup du secteur du transport, du commerce et des services domestiques.
Le rapport de la Commission constitue un message clair et direct pour le gouvernement afin qu’il augmente la concurrence et engage le marché du travail à faire dépendre l’évolution des salaires en fonction du secteur exportateur. Le pacte social va dans ce sens.
La Commission ne ferait toutefois pas porter l’amélioration de la compétitivité uniquement sur les épaules des salariés. Elle part de l’idée qu’il faut aussi que les entreprises soient prêtes à faire des efforts sur leurs marges, ce qui améliorerait la compétitivité de l’économie et le pouvoir d’achat des salariés.
La Commission insiste sur la concentration qui règne dans le secteur du commerce de détail et du bâtiment, du gaz ou du transport ferroviaire qui n’ont pas été ouverts à la concurrence.
La Commission critique aussi les économies prévues dans le secteur de l’éducation.
De même la concentration du secteur bancaire entre trois établissements (et le fait que Nordea soit sensible à une bulle immobilière en Suède).
Enfin, la Commission s’inquiète des garanties des organismes publics (Finnvera et le fonds de garanties des communes) qui n’ont cessées d’augmenter ces dernières années et atteignent 17,4% du PIB.
KL

Politique intérieure

Pacte social

Les calculs du ministère des finances concernant le pacte social
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a eu un entretien avec les partenaires sociaux mardi.
Selon les calculs du ministère des finances, le pacte social négocié par les partenaires sociaux ne comporte pas assez d’économies pour les finances publiques. Le gouvernement comptait sur des économies de deux milliards d’euros, mais selon le ministère, il y en a pour 600 millions d’euros dans le pacte social.
Le ministère des finances souligne toutefois qu’il y beaucoup d’incertitudes dans les calculs, par exemple concernant les effets des accords au niveau des entreprises n’ont pas été pris en compte dans les calculs.
Les partenaires sociaux ont demandé comme partie de leur accord des négociations paritaires que le gouvernement retire son projet d’économies supplémentaires de 1,5 milliard d’euros et réalise ses promesses de baisses d’impôts.
Le ministre des finances Alexander Stubb a annoncé mardi que les décisions sur les impôts et les économies supplémentaires seront prises en 2017.
Le gouvernement a exigé initialement que le pacte social diminue les coûts salariaux unitaires de 5 %. Selon le ministère des finances, les coûts salariaux unitaires baisseraient, à partir de 2019, de 3,7 % sans l’accord sur le gel des salaires et de 4 % avec l’accord sur le gel des salaires. En 2020 et 2021, l’effet serait de 4,2 %.
Les économistes du ministère des finances et des organisations syndicales estiment que le nombre d’emplois augmenterait de 35 000, mais selon les économistes des syndicats cela serait de 42 000 si on prend en compte les effets d’un gel des salaires pour 2017.
Il semble peu probable que le gouvernement rejette le pacte social même si ce dernier ne rétablisse pas autant les comptes publics que le gouvernement l’avait souhaité.
Des économies supplémentaires de 1,5 milliard d’euros seraient par contre très difficiles à accepter par les partenaires sociaux.
HS/A12

Les prélèvements des salariés risquent d’augmenter considérablement
Selon l’analyse d’Helsingin Sanomat, le pacte social augmenterait considérablement la pression fiscale sur les salariés si le gouvernement ne mettait pas en œuvre les allégements promis dans l’impôt sur le revenu.
L’augmentation de la part employé des cotisations sociales aura le même effet pour les salariés qu’une augmentation des impôts : diminution du salaire net et baisse du pouvoir d’achat.
Selon les calculs de l’association des contribuables, avec l’augmentation de ces cotisations, le taux de prélèvements obligatoires d’un salarié aux revenus moyens augmentera de 31,1 % à 32,1 %, soit d’environ 410 euros par an.
Il s’agit d’un transfert de revenus important des salariés en faveur des employeurs, parce que les cotisations des employeurs diminuent autant que les cotisations des salariés augmentent.
La situation est délicate, parce que le gouvernement a décidé dans son programme de ne pas augmenter les impôts.
HS/A13

Economie

Le gouvernement souhaite diminuer les allocations pour les étudiants
M. Uusitalo, professeur qui a étudié les allocations pour les étudiants a remis son rapport à Mme Grahn-Laasonen (Rassemblement national), ministre de l’Education, hier.
M. Uusitalo propose à compter de la rentrée 2017 de diminuer la bourse étudiant de 330 euros par mois à 250 euros. En même temps, M. Uusitalo propose d’augmenter la garantie de l’état concernant les prêts alloués de façon à ce que le prêt passe de 400 à 650 euros par mois.
L’allocation logement, actuellement de 200 euros par mois, ne bougerait pas.
Ces mesures signifieraient des coupes de 70 millions d’euros pour 2019 concernant les bourses et de 150 millions d’euros à long terme.
La diminution représente 25 % des crédits des allocations étudiants.
Les étudiants sont choqués par ces projets et rappellent que, comme l’emploi n’est pas sûr après les études, on peut difficilement conclure des prêts plus importants.
Actuellement, un étudiant peut bénéficier des allocations pendant 64 mois. Il est prévu de descendre ce plafond à 54 mois.
Mme Grahn-Laasonen estime que ces économies frappent durement les jeunes. Elle est réticente en ce qui concerne leur mise en place.
M. Ville Niinistö (Verts) estime qu’il faut annuler ce projet, M. Puumala (Centre) rappelle qu’aucune autre forme d’allocation sociale n’est coupée à cette envergure. Mme Eloranta (PSD) estime que, dans le contexte de la situation d’emploi, augmenter la part du prêt est un mauvais signal.
HS/A6-7

France – Finlande

Francophonie

Musique
Hufvudstadsbladet présente l’album du trio les Incendiaires et rappelle que le groupe se produira à Sellosali, Espoo, les 4 et 5 mars pour un concert vidéo Mister Méliès & Geo Smile.
HBL/19

Mardi 1er mars 2016

Politique étrangère et européenne

Migration

Enquêtes sur des demandeurs d’asile
La police est en train d’étudier dix cas de liens éventuels de demandeurs d’asile à des crimes de guerre ou au terrorisme. Dans la plupart des cas, il s’agit d’études préliminaires qui jusqu’à présent n’ont pas donné lieu à l’ouverture d’enquête.
Concernant les renvois de demandeurs d’asile, M. Kolehmainen, chef de la police, estime qu’il importe de les mettre en place sans tarder pour les personnes qui n’auront pas l’asile en Finlande. L’année dernière, le coût des renvois s’élevait à trois millions d’euros. Cette année, la somme sera plus élevée, le double ou même la triple.
HS/A15, AL/A8

Propos de Jussi Niinistö sur la frontière orientale
Le ministre de la Défense, M. Jussi Niinistö, estime qu’il faut trouver une solution politique avec la Russie aux fuites de la frontière orientale de la Finlande. Pour lui, il s’agit d’une forme hybride de la part de la Russie de faire pression sur la Finlande.
HS/A15

Propos de M. Stubb sur la gestion de la migration
Le ministre des Finances, M. Stubb, estime que la migration devrait être gérée avec une ouverture d’esprit et tolérance. Pour lui, l’immigration incontrôlée et en partie clandestine représente le plus grand défi pour l’Europe. La contrebande liée aux flux de migrants engendre un chaos sur tout un continent.
Pour lui, il ne s’agit pas de minimiser les soucis liés à la migration. Il rappelle toutefois que la situation ne pourra pas être résolue en fermant les frontières et en s’isolant. Il réclame plus d’ouverture et de coopération.
Plus généralement, M. Stubb estime que la sécurité et l’économie constituent des défis pour l’UE. Il estime que si la Grande-Bretagne quittait l’UE, la situation en matière de sécurité se détériorerait. Il insiste sur le fait que ce n’est pas par hasard que la Finlande a exprimé sa volonté d’aider la France après les attaques terroristes. « Le plus l’UE est solidaire, le plus les Etats membres sont tenus de s’entraider, le mieux c’est », dit-il.
HBL/6

Défense

Exercice militaire Cold Response
La Finlande participe pour la troisième fois à l’exercice internationale Cold Response qui se déroule en Norvège. 430 soldats et 130 véhicules finlandais sont partis pour ces manœuvres. 270 des soldats sont des réservistes disposant d’une formation d’action rapide.
15 000 soldats de 14 pays, dont la France, participent à cet exercice.
Le ministre de la Défense, M. Jussi Niinistö, rappelle que la Finlande prend, au cas par cas, sa décision sur la participation à des exercices internationaux, selon le fait de savoir si la participation améliore la sécurité ou la capacité de défense finlandaise.
HS/A15, AL/A8

Politique intérieure

Pacte social

Le gouvernement est prêt à retirer son paquet de lois
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement, qui veut avoir des informations supplémentaires sur le pacte social négocié par les partenaires sociaux, est prêt à retirer ses projets de lois visant à améliorer la compétitivité-coût.
Selon le Premier ministre Juha Sipilä, vu le résultat des négociations entre les partenaires sociaux, publié lundi, il est possible de retirer le paquet de projets de lois.
Le gouvernement négocie avec les partenaires sociaux aujourd’hui. « Nous avons encore des questions en suspens. Le gouvernement a fixé ses propres objectifs concernant les accords au niveau des entreprises et la compétitivité-coût », selon M. Sipilä.
Le ministère des finances a commencé lundi à faire des calculs sur les effets du résultat sur la compétitivité. L’objectif du gouvernement était d’améliorer la compétitivité-coût de 5 %.
Il s’agit de la cinquième tentative du gouvernement et des partenaires sociaux pour un pacte social et le gouvernement aurait du mal à le rejeter. L’organisation des entrepreneurs finlandais (qui n’était pas partie à la négociation) estime que le résultat des négociations n’est pas suffisant et propose le rejet de l’accord.
La confédération du patronat et de l’industrie EK, le patronat des communes, ainsi que les centrales syndicales Akava et STTK ont approuvé lundi le résultat, tandis que la SAK a annoncé qu’elle prendrait sa décision lundi prochain, après consultation de ses membres (les syndicats de branche). Il est considéré comme presque admis que le syndicat des transports AKT s’opposera à l’approbation du pacte social.
Lors de la réunion du conseil de la SAK, les participants ont critiqué le plus la prolongation du temps de travail. Les relations entre le gouvernement et la SAK se sont détériorées pendant le long processus de négociations.
Le président du syndicat des ouvriers du bois-papier Petri Vanhala estime que son syndicat aura du mal à approuver la prolongation du temps de travail, surtout pour ceux qui travaillent en trois-huit.
HS/A6-8

Editorial : « L’accord sur le marché de travail équilibrerait l’économie »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que, même si le résultat négocié entre les partenaires sociaux n’améliore pas la compétitivité-coût de l’industrie exportatrice finlandaise de la façon que le gouvernement avait souhaité, l’autre option, le paquet de lois proposé par le gouvernement avec des conséquences imprévisibles sur le marché du travail, serait pire pour l’industrie exportatrice.
Le résultat est exceptionnel : les partenaires sociaux se sont mis d’accord sur des affaiblissements des conditions de travail et un gel des salaires pour 2017, même si les conventions collectives actuelles sont encore en vigueur jusqu’à l’automne prochain.
HS/A4

Editorial : « Les employeurs ont du reculer » KL
Le quotidien économique Kauppalehti estime que l’accord social obtenu sera probablement validé. Pour la centrale des ouvriers SAK, l’augmentation du temps de travail est amère. Mais en contrepartie, le patronat a du reculer sur de nombreuses exigences. De plus, les partenaires sociaux demandent que le gouvernement retire son projet d’&économies et mette en place des allègements fiscaux.
Les employeurs ont surtout gagné la paix sociale et le gel des salaires. Ils ont aussi obtenu d’ici 2020 une baisse de 1,2% des charges patronales.
Ces baisses seront compensées par une augmentation équivalente de la part employé de ces charges. Pour un salarié moyen cela devrait correspondre à des retenues supplémentaires d’environ 500 euros par an.
Les employés semblent en revanche l’avoir emporté sur les accords d’entreprises qui seront soumis aux conventions collectives.
Pour Kauppalehti cet accord devrait être validé car, dans les conditions actuelles c’était probablement le meilleur accord qui pouvait être atteint.
KL

Economie

La Finlande est sortie de la récession
Prévisions économiques
Selon les informations préalables de l’Institut national d’études statistiques, le PIB finlandais a augmenté de 0,4 % en 2015. L’économiste de la banque Danske Bank, M. Kuoppamäki, rappelle toutefois que les perspectives restent modestes et qu’il s’agira de mettre fin à l’endettement.
Il estime que le pacte social en cours de préparation est une partie essentielle de l’ensemble des mesures favorisant la croissance. Le pouvoir d’achat reste toutefois restreint si en 2017, il n’y a pas d’augmentations générales de salaires, note-t-il.
La banque Aktia estime que, même si aucun tournant clair pour le meilleur n’est observé concernant l’économie finlandaise, la confiance dans les perspectives économiques s’est un peu améliorée. Le secteur du bâtiment notamment montre un peu d’optimisme.
Du fait que les investissements devraient repartir, Aktia prévoit une croissance du PIB de 0,6 % cette année, et de 0,9 % en 2017.
HS/A29-30

publié le 31/03/2016

haut de page