Mars 2012

Vendredi 30 mars 2012

Politique étrangère et européenne

Eurogroupe

Les pare-feux européen vont être renforcés

Les décisions sur le MES prises ce week-end

Les ministres des Finances de la zone euro devraient décider aujourd’hui du renforcement des pare-feux contre la propagation de la crise de la dette.
Demokraatti rapporte que la grande commission donnera aujourd’hui le mandat à la ministre des Finances Jutta Urpilainen pour négocier ce week-end lors de la réunion des ministres des finances européens.
Cette semaine, la grande commission s’est rendue en Italie et en Allemagne pour s’enquérir des positions dans ces pays. La présidente de la Grande commission, Mme Kumpula-Natri estime qu’il est important d’avoir un mécanisme capable de fonctionner rapidement et doté d’une bonne capacité. « Du point de vue de la Finlande, il faut utiliser correctement chaque euro. C’est le cas avec le MES que l’on a pu préparer calmement. Cela n’a pas été le cas pour le FESF que l’on a dût se précipiter à mettre en place ». Elle estime qu’il importe de disposer rapidement du MES pour en finir avec le FESF. « Je pense que la grande commission aura un long débat aujourd’hui avant de définir sa position », dit-elle.
A l’issue de la réunion, la grande commission a décidé de mandater Mme Urpilainen pour qu’elle accepte une augmentation des pare-feux européens. Il n’a pas été rendu public quel était le modèle qui avait la faveur de la Finlande. La Grande commission considère toutefois qu’il faut obtenir un calendrier pour la disparition du FESF de nature provisoire
Helsingin Sanomat rapporte que si la Finlande s’en tient à sa position consistant à exiger des garanties, un seul modèle serait possible. Il s’agit de la proposition de la commission consistant à porter la capacité du FESF et du MES à 700 milliards d’euros mais aussi à définir que le FESF se contente de gérer ses prêts déjà alloués et portant sur 200 milliards, alors que le MES disposerait de 500 milliards pour de nouveaux prêts.
Mme Urpilainen a déclaré qu’il était clair que la Finlande était opposée à une augmentation des pare-feux à 940 millions d’euros.
AL Dem

En cas de défaillance de la Grèce immédiate, la Finlande perdrait 2 à 4 milliards d’euros
Le ministère des Finances a calculé qu’en cas de défaillance immédiate de la Grèce, la Finlande perdrait 2 à 4 milliards d’euros en raison de ses prêts directs et de sa participation aux prêts accordés par le FESF.
AL

Les Vrais Finlandais déposent une motion de censure sur les garanties finlandaises
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe parlementaire des Vrais Finlandais a décidé jeudi de déposer une motion de censure sur l’augmentation des garanties finlandaises aux fonds européens.
Les Vrais Finlandais souhaitent la participation du Centre à leur motion de censure. L’autre parti de l’opposition n’a pourtant pris aucune position à ce sujet lors de la réunion de son groupe parlementaire.
HS/A4

Le président de l’Eurogroupe viendra d’Allemagne
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime qu’il serait bon que le président de l’eurogroupe soit un ministre des Finances, qu’il soit compétent et digne de confiance et vienne d’un pays dont la parole est écoutée. M. Schauble répond à ces critères et ne serait pas difficiule à accepter pour la Finlande.
Le candidat présumé de la Finlande est le premier ministre M. Katainen. Mais comme le commissaire Olli Rehn fait déjà partie de l’eurogroupe et comme les postions dures de la Finlande dans la crise de la dette ont irrité les pays du Sud, la Finlande n’a pas d’espoir d’obtenir ce poste, estime HS.
HS

Conseil de l’Europe

Le conseil de l’Europe pourrait se pencher sur la réforme des communes finlandaise
Un Français va venir surveiller la réforme des communes
Kesksisuomalainen rapporte que le conseil de l’Europe doute que la réfome des communes préparée en Finlande réponde aux critères sur les pouvoirs locaux en Europe.
Le congrès des pouvoirs locaux et régionaux a décidé en février d’envoyer un rapporteur pour évaluer la situation. Ce rapporteur pourrait être le français Jean-Louis Testud, selon Kesksisuomalainen.
KS

Afghanistan

Le Parlement souhaite que la Finlande continue en Afghanistan
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a débattu jeudi le rapport du gouvernement sur l’Afghanistan. Selon ce rapport, la présence militaire diminuera et l’accent sera mis sur la gestion de crise civile.
Le Parlement souhaite être informé, en temps utile, pour savoir ce que la Finlande projette de faire en Afghanistan après 2014. Les députés estiment que la Finlande devra être présente en Afghanistan aussi quand l’opération FIAS sera transformée en opération de formation. Les seules fausses notes ont été exprimées par les deux députés ayant quitté le groupe de l’Alliance des gauches, qui estiment que la Finlande devrait retirer ses troupes le plus vite possible.
Le Vrai Finlandais Timo Soini, qui s’est exprimé au nom de la commission des affaires étrangères, estime que, la présence finlandaise en Afghanistan a des fins humanitaires et solidaires. Le président de la commission de la défense, M. Jussi Niinistö n’a pas entièrement partagé l’avis du président de son parti. M. Niinistö se demande si des manœuvres pour réservistes seraient plus utiles pour la défense finlandaise que la participation à l’opération en Afghanistan. Pour lui, « les opérations traditionnelles de gestion de crise conviennent mieux à la Finlande que les opérations comme celle en Afghanistan ».
Le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja (PSD), souligne que la présence en Afghanistan n’est aucunement en contradiction avec les objectifs de défense de la Finlande.
L’OTAN évoquera l’avenir de l’Afghanistan lors d’un sommet en mai prochain à Chicago. M. Tuomioja ne veut pas encore en parler parce que les préparatifs du sommet sont en cours. « Il est un peu inquiétant que la coopération et les préparatifs de la communauté internationale dans une question aussi importante ne sont pas à un niveau suffisant », estime M. Tuomioja.
HS/A4

Rwanda

Condamnation de François Bazaramba
La cour d’appel d’Helsinki a condamné aujourd’hui le Rwandais François Bazaramba à la perpétuité pour participation au génocide.
Yle

Politique intérieure

Parlement

M. Stubb a désapprouvé le débat sur les Roms au Parlement
Le ministre des Affaires européennes et du Commerce extérieur, M. Alexander Stubb, s’est énervé jeudi en séance plénière du Parlement en raison du débat sur la mendicité et les Roms. Un autre conservateur, M. Ben Zyskowicz, a proposé une interdiction de la mendicité. M. Jussi Halla-aho, député des Vrais Finlandais, a proposé, quant à lui, que la Finlande freine l’adhésion à la zone Schengen de la Roumanie aussi longtemps que le « rallye des mendiants » continuera.
M. Stubb a souligné que la question de l’espace Schengen était entièrement séparée du problème de la mendicité et de la pauvreté. « Certains veulent créer une image selon laquelle la libre circulation serait la raison fondamentale du problème de la mendicité, ce qui n’est pas vrai. »
HS/A9

Réforme du droit pénal

La préparation de crimes graves pourrait être pénalisée
Un groupe de travail ayant étudié une réforme du droit pénal a remis son rapport à la ministre de la Justice, Mme Henriksson. Le groupe propose de criminaliser la préparation de crimes graves comme le meurtre, l’homicide ou les coups et blessures aggravés. La préparation de certains crimes (crimes liés à la drogue, le faux-monnayage et les crimes terroristes) est déjà pénalisée.
Derrière ce projet de loi, il y a les tueries dans les écoles et les cas d’enlèvement de ces dernières années.
HS/A8

Parti populaire suédois

M. Wallinn cèdera sa place en juin
Le ministre de la défense a déclaré qu’il ne se représenterait pas, en juin, au congrès de son parti, à la présidence du parti populaire suédois. Il préside ce parti depuis 2006.
M. Wallinn déclare qu’il a pris cette décision en décembre et que l’affaire de la garnison de Dragsvik n’y est pour rien. Elle a toutefois pris par surprise les suédophone. Le député européen Carl Hagglund a déclaré qu’il n’excluait pas de se présenter à la présidence du parti, mais qu’il venait d’apprendre la décision de Wallinn avec la plus grande surprise.
Le sort de M. Wallinn comme ministre de la défense dépendra du prochain président du parti.
HS

Défense

L’affaire Dragsvik est close
Selon Helsingin Sanomat, le comité interministériel de politique étrangère et de défense s’est réuni jeudi matin sous la direction du président Niinistö. Le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, a justifié pourquoi la garnison suédophone de Dragsvik ne serait pas fermée. Le commandant des forces armées, le général Ari Puheloinen, a été présent à cette réunion.
Après la réunion, le président Niinistö a annoncé devant la presse que le sort de Dragsvik serait décidé par le prochain Parlement, qui sera élu en 2015, et par le prochain gouvernement. Selon lui, l’affaire est close pour la législature en cours. Il n’a pas analysé l’action du ministre de la Défense.
M. Wallin a été ensuite entendu par la commission de la défense du Parlement. Le président de la commission, M. Jussi Niinistö, a encore insisté sur l’ouverture du paquet sur la réforme des forces armées. « Dragsvik n’est qu’un petit détail dans cette réforme qui n’est en effet rien qu’un programme de coupes », selon M. Niinistö. Il souligne que M. Wallin a du travail à faire pour regagner la confiance du Parlement.
HS/A4

Le projet de transfert de Dragsvik est-il déjà en cours ?
Aamulehti relève que M. Jussi Niinistö, président de commission de la défense du Parlement, se demande si les forces armées projettent déjà le transfert de l’unité suédophone de Dragsvik à Upinniemi. Les forces armées ont investi 43 millions d’euros dans les travaux de rénovation de la garnison d’Upinniemi.
AL/A4

Télécommunications

Mise en vente des licences 4G
Le gouvernement a décidé hier qu’il allait vendre les licences de quatrième génération. Cela devrait lui rapporter une centaine de millions d’euros.
HS

Législatives 2011

Des chercheurs ont publié une analyse sur les élections
Helsingin Sanomat relève que selon des chercheurs, les électeurs qui ont changé de parti lors les législatives de 2011 ont le plus souvent opté pour les Vrais Finlandais au lieu du PSD. Le scandale concernant le financement électoral a le plus nui au Centre.
Selon M. Borg, chercheur, les Vrais Finlandais ont obtenu deux tiers de leurs voix des électeurs ayant voté pour d’autres partis avant, le plus souvent pour le PSD, ensuite pour le Centre, puis le Parti conservateur.
M. Borg estime qu’il est extrêmement difficile de garder par la suite ces électeurs.
Derrière le succès des Vrais Finlandais, il y a plusieurs facteurs, dont la récession, le scandale du financement électoral et le débat sur les immigrés. Le succès que les sondages ont promis pour ce parti a également alimenté l’audience.
Les électeurs

publié le 30/03/2012

haut de page