Mars 2011

Jeudi 31 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

Absence de la Finlande à la réunion de Londres
Le député conservateur, M. Kimmo Sasi, critique le développement de la politique étrangère finlandaise. Selon lui, la politique étrangère est passée d’un fonctionnement actif à une succession de discours et séminaires. Dans sa prise de position, il constate que la Finlande est passée d’une nation extravertie les yeux fixés vers l’avenir à une nation introvertie qui a peur du changement. Selon lui, la Finlande passe du noyau des agents actifs de la scène internationale à la périphérie internationale. Pour illustrer cette évolution, il donne l’exemple de la réunion des ministres des affaires étrangères des pays alliés à Londres où la Finlande n’a pas été invitée, contrairement aux autres pays nordiques.
Le vice-président de la commission parlementaire des affaires étrangères, M. Markku Laukkanen (centre) s’étonne d’autant plus des propos de M. Sasi que le portefeuille des affaires étrangères appartient à M. Alexander Stubb (conservateur), qui est du même parti que M. Sasi.
Le président de la commission parlementaire des affaires étrangères, M. Pertti Salolainen (conservateur) s’est étonné mercredi que la Finlande ait été laissée à l’extérieur de la réunion sur la Libye à Londres. Pour lui, le fait que la Finlande ne fasse pas partie de l’OTAN n’est pas une explication suffisante. Par contre, il considère tout à fait régulière la décision de la Finlande de ne pas participer à la surveillance de l’exclusion aérienne en Libye, sur laquelle la participation des Suédois n’a pas d’effet.
Pour l’ambassadeur finlandais près de l’OTAN, M. Aapo Pölhö, il est tout à fait naturel que la Finlande n’ait pas été invitée à Londres à la réunion sur la Libye. Selon lui, seuls les pays non-membres de l’OTAN ayant signalé leur participation à l’opération militaire en Libye avaient reçu l’invitation.
YLE KS/14 SM/8, AL/A4

Réactions aux critiques de M. Salonius-Pasternak
Le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, estime que l’envoi en Libye des avions de chasse Hornet aurait signifié un grand changement dans la ligne de la politique étrangère de la Finlande et nécessité une grande discussion nationale. Le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA) a, selon le ministre, pris sa décision unanimement car « la Finlande n’avait pas de valeur ajoutée à offrir ».
Par rapport aux critiques émis par le chercheur Salonius-Pasternak, le ministre des affaires étrangères se défend en rappelant que « la Finlande a été parmi les premiers pays à condamner Mouammar Kadhafi. La Finlande avait d’ailleurs été l’un des premiers pays de l’UE à proposer des sanctions et une aide humanitaire. »
HS/B2, HBL/

Commentaires
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat évoque la grande différence entre la Finlande et la Suède, car en Finlande aucun parti politique n’a soutenu aucun type de participation dans l’opération militaire en Libye, mandatée par l’ONU.
Le quotidien Aamulehti rappelle que la Finlande n’a plus que 350 casques bleus dans le monde alors qu’auparavant elle en avait jusqu’à 2000. Une fois l’opération Atalanta terminée, il n’en restera plus que 250. Le quotidien signale qu’on peut considérer que 95% de la défense nationale est consacrée à la défense territoriale et 5% aux opérations internationales. Le journal note qu’en Suède les missions internationales ont la priorité et que la participation suédoise en Libye renforce cette politique.
AL/B18 HS/A2

Séisme au Japon

« Les tests de résistance des réacteurs nucléaires ne disent pas tout » HBL
Hufvudstadsbladet relève que selon M. Aurela du ministère de l’Emploi et de l’Economie, il s’agit de deux processus parallèles : les tests relèvent en même temps du niveau national et du niveau européen. M. Aurela s’attend à ce que les résultats présentent une combinaison intéressante de vérités. Il pourra être difficile de comparer les résultats d’un pays à ceux d’un autre pays. Les autorités nationales de radioprotection se chargeront de surveiller les tests.
Les tests devront concerner la capacité des réacteurs de supporter des catastrophes naturelles d’une part et leur ancienneté et type d’autre part.
HBL/5

Editorial : « Les tests de résistance donnent une illusion de sécurité » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que même si les critères des tests de résistance des réacteurs nucléaires sont les mêmes pour tout le monde, il n’est pas garantie que les autorités locales et nationales réalisent les contrôles et interprètent les instructions de la même façon.
L’éditorialiste estime qu’en Europe de l’Est la surveillance effectuée par les autorités n’est pas très développée. Elle regrette que ce soit dans ces pays que se trouvent les réacteurs les plus vieux.
L’éditorialiste estime que la responsabilité de la surveillance [de la sécurité nucléaire] ne devrait pas être aussi dépendante des particularités nationales.
HBL/14

La Finlande rouvre son ambassade à Tokyo
La Finlande a rouvert, hier, son ambassade à Tokyo. Le ministère des Affaires étrangères constate qu’avec le nombre accru de Finlandais revenus à Tokyo, la demande pour les services augmente. Les activités à Hiroshima vont également être poursuivies.
Le vote par anticipation aux élections législatives pourra être organisé à Tokyo, la semaine prochaine. Le ministère a mis à jour ses conseils aux voyageurs et ne recommande plus de quitter Tokyo pour aller dans les parties plus au Sud du pays, mais recommande toujours d’éviter les voyages à Tokyo et au Nord du pays.
SM/5&9

Immigration

Un tiers de moins de demandeurs d’asile en Finlande en 2010
Helsingin Sanomat relève que le nombre de demandeurs d’asile en Finlande a diminué d’un tiers en 2010 par rapport à 2009. En Norvège, l’évolution a été la même et le nombre de demandeurs d’asile a diminué de 42 % en 2010, alors qu’en Suède et au Danemark, il a augmenté de 30 %. Environ 30 % des demandeurs ont obtenu un asile en Finlande.
Les Irakiens et les Somaliens restent les premiers groupes de demandeurs, même si leur nombre a diminué pour passer de 1200 en 2009 à 570 en 2010. Ils sont suivis des Bulgares, des Russes et des Afghans.
Selon Mme Mathisen, représentant du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés dans les pays Baltes et les pays nordiques, les demandeurs se basent souvent sur des rumeurs concernant les conditions et l’accueil dans un pays lorsqu’ils prennent la décision d’essayer d’entrer dans un pays. Pour elle, les raisons principales pour demander un asile [dans un certain pays] se rangent en trois catégories : premièrement, les demandeurs suivent la politique de différents pays et optent pour ceux qui seraient les plus susceptibles de les accueillir. Deuxièmement, les demandeurs cherchent à demander un asile dans des pays où il y a déjà une communauté qu’ils connaissent. Troisièmement, les itinéraires des passages clandestins peuvent avoir un effet sur les nombres de demandeurs.
HS/A5

Politique intérieure

Elections législatives

Vote par anticipation et à l’étranger
Le vote par anticipation et le vote à l’étranger pour les élections législatives commence la semaine prochaine.
A l’étranger, les Finlandais ont la possibilité de voter entre le 6 et le 9 avril. Il y a environ 200 000 Finlandais enregistrés à l’étranger, dont la moitié en Suède. Il y a cette année 245 bureaux de vote à l’étranger. Aux dernières élections législatives, le taux de participation des Finlandais de l’étranger était de 8,5%.
L’assemblée des Finlandais de l’étranger demande depuis de nombreuses années la possibilité de vote par correspondance pour les Finlandais de l’étranger.
UD

Débat entre M. Stubb et M. Soini
Hier, lors du débat télévisé sur la plus grande circonscription finlandaise, celle d’Uusimaa, le ministre des Affaires étrangères Alexander Stubb (parti conservateur) et le député européen Timo Soini (président des Vrais Finlandais) se sont opposés à propos de la politique européenne. M. Soini a accusé le gouvernement de « donner de l’argent à des bandits » en acceptant les mécanismes européens d’aide aux pays en difficulté. M. Stubb a accusé M. Soini de travestir la réalité.
HS

Le parti conservateur s’étonne des exigences des autres partis
En campagne à Jyväskylä, le président du parti conservateur Jyrki Katainen a déclaré qu’il « serait difficile de mettre en place un gouvernement fonctionnel. Nombre de partis ont des exigences : certains ne veulent pas augmenter l’âge de la retraite, pour d’autres il faut se retirer de la coopération européenne, pour d’autres encore il ne faut pas produire en Finlande de l’énergie pour la vendre à l’étranger. Cela devient difficile ».
KS

Le Centre opposé au modèle conservateur des communes
Le parti conservateur a publié son programme sur l’aménagement du territoire avec pour objectif d’une Finlande comprenant une centaine de communes, au lieu des 336 actuelles. Mme Kiviniemi fait remarquer que « le PSD et les Vrais Finlandais ont le même modèle. Tous disent qu’ils n’obligeront pas les communes à fusionner. Mais je demande comment on arrivera à cent communes sans fusions forcées ».
Mme Kiviniemi estime que réduire le nombre de communes est un artifice qui ne rendra pas les services plus efficaces.
KS

France - Finlande

Tourisme - Gastronomie

Dans les cuisines des vignerons
Helsingin Sanomat présente la nouvelle émission diffusée sur Liv, « Niki, dans la cuisine des vignerons », tous les jeudi, vendredi et samedi.
HS

Mercredi 30 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

Propos du ministre des Affaires étrangères, M. Stubb
Selon le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, la décision suédoise (de participer à la conférence de Londres et d’envisager d’envoyer des chasseurs en Libye) n’a aucune influence sur les activités finlandaises dans l’opération libyenne. « La Finlande n’a aucun besoin de participer à la mise en œuvre de l’exclusion aérienne, nous participerons par d’autres moyens », a déclaré mardi soir le ministre au quotidien Helsingin Sanomat. Le quotidien rapporte que le Ministre suédois Carl Bildt a déclaré à Londres que « Alex doit être bien occupé par les élections », pour expliquer l’absence de M. Stubb dans la capitale britannique.
Selon lui, la Finlande enverra de l‘aide humanitaire en Libye, aidera d’éventuelles évacuations et participera à la surveillance des frontières et à la surveillance de l’application des sanctions. M. Stubb ne voit pas d’incohérence dans le fait que la Finlande ait été parmi les premiers à condamner l’administration Kadhafi sans pour autant participer concrètement à la surveillance de l’exclusion aérienne. « Que la Finlande n’envoie pas deux avions Hornet sur place ne signifie pas pour autant qu’elle soit passive vis-à-vis de la Libye », a-t-il déclaré.
Le quotidien Keskisuomalainen note que, pour le ministre des affaires étrangères, il n’est pas probable que les groupements tactiques nordiques de l’UE soient utilisés en Libye. « Nous n’excluons aucune alternative, mais nous considérons comme peu probable que les groupements tactiques soient utilisés. Si toutefois c’était le cas, ils pourraient être utilisés de façon flexible en unités différentes.
HS/B1, KS/14

Billet de M. Charly Salonius-Pasternak publié dans le quotidien Helsingin Sanomat
« Les décisions finlandaises sur la Libye ont été dictées par les intérêts nationaux », écrit le chercheur de l’Institut de la politique étrangère, M. Charly Salonius-Pasternak. « La décision de la direction politique finlandaise de ne participer à la protection des civils libyens que sous forme d’une éventuelle opération postérieure de l’UE, marque un tournant dans la politique extérieure de la Finlande. L’idéalisme brille par son absence. S’agit-il une erreur momentanée due à l’approche des élections ou est-ce le signe d’une nouvelle ligne de politique étrangère finlandaise ? Sur la liste des intérêts primordiaux, il n’y a pas de place pour le soutien à l’ONU ou la protection des civils libyens », note le chercheur.
Il estime que la décision marque une différence essentielle par rapport à la politique étrangère des années 1990 et 2000. « En étant prête à participer aux mesures de l’UE et en étant parmi les premiers à exiger des sanctions contre l’administration de Kadhafi, la Finlande a franchi le seuil lié aux responsabilités internationales. A partir de là, les décisions qui auraient nécessité de réels sacrifices, ont été prises de sang froid, dictées uniquement par des intérêts nationaux. Si cela reflète la nouvelle ligne de la politique étrangère et de sécurité de la Finlande, les électeurs devraient en être informés avant les élections à venir. »
HS/C7

Point de vue
La journaliste Yrsa Grüne dans le quotidien suédophone Hufvudstadsbladet évoque la participation suédoise à l’opération en Libye. Elle note que « la Finlande a été le premier pays non membre de l’OTAN à s’empresser de faire certifier son matériel des forces aériennes par l’alliance militaire. Les avions de chasse Jas Gripen suédois sont certifiés conformes au matériel de l’OTAN sur un niveau inférieur à celui des avions finlandais. » Elle se demande pourquoi la Finlande investit dans les forces de déploiement et les certificats de remise à la conformité si elle n’a pas la force de porter la responsabilité morale de la solidarité avec l’ONU ou l’UE dès lors qu’il s’agit d’utiliser ces outils pour renforcer les droits de l’Homme.

Faisant allusion à la politique des Finlandais, elle note que les couvertures et médicaments seront d’actualité plus tard, mais que l’un n’empêche pas l’autre.
Elle pose également la question de savoir ce que tout cela signifie pour la coopération nordique en matière de politique de défense.
Pour conclure, elle note que la Finlande est, certes, en période électorale mais s’étonne néanmoins des propos de Mme Halonen, qui n’exprime pas ouvertement la responsabilité finlandaise alors que de toute façon, elle ne pourra pas être réélue.
HBL/14

Editoriaux
La politique étrangère de la Finlande a atteint ses limites
Helsingin Sanomat rappelle que la présidente de la république, Mme Tarja Halonen, a qualifié d’historique la résolution du conseil de sécurité de l’ONU sur la protection des civils en Libye alors que sa position par rapport aux mesures militaires prises en conséquence est restée réservée. L’éditorialiste constate que la présidente finlandaise a fait allusion à l’Autriche, qui n’avait pas non plus été sollicité pour participer à la réunion de l’OTAN à Londres. Le journaliste remarque que, par rapport à l’Autriche, la Finlande possède quatre fois plus d’avions de chasse et de meilleures ressources pour participer à l’opération de l’OTAN. « Mme Halonen a qualifié le rôle des forces aériennes finlandaises d’insignifiant. En Europe, elles sont d’une importance au-dessus de la moyenne », note l’éditorialiste. « La courte interview télévisée de la présidente n’a rien changé au fait que la position de la Finlande sur la Libye a été formulée et décidée sans trop de discussion sur le sujet. Il semblerait qu’on a souhaité prendre ses distances le plus vite possible », relève l’éditorialiste qui rappelle qu’une participation de la Finlande aurait nécessité une décision de la Présidente et un accord du parlement. L’éditorialiste estime que la Finlande doit pouvoir encore évaluer l’opération militaire de la Libye et son influence pour notre pays.
HS/A2

Le quotidien Turun Sanomat relève qu’il est justifié de se poser la question de savoir pourquoi la Finlande, qui soutient fermement l’ONU, veut rester à l’écart de la mise en œuvre de la résolution. « Un pays, qui cherche à devenir membre du conseil de sécurité et respecte largement l’ONU devrait avoir du mal à refuser s’il était sollicité par l’ONU, l’UE ou le programme de partenariat de l’OTAN pour participer à la stabilisation de la Libye. »
Le quotidien Aamulehti affirme que la réticence de la Finlande est d’autant plus étrange, que l’opération militaire de l’occident et des pays arabes mise en œuvre pour la protection des civils, possède le mandat de l’ONU. « La différence avec les voisins suédois est flagrante. On peut se demander quelle est la logique qui permet de suivre l’exemple de la Suède quand il s’agit de rester sceptique vis-à-vis de l’adhésion à l’OTAN, mais plus du tout, dès lors que la Suède décide de porter sa part de responsabilité dans la protection des civils et la lutte contre une dictature ».
L’éditorialiste du quotidien Keskisuomalainen estime au contraire que « l’évaluation réaliste sur l’opportunité de sa propre contribution n’est pas signe de peur et que la guerre est toujours une chose terrible ».
KS/2 TS/2 AL/A2

Turquie – Finlande

Visite de Mme Halonen en Turquie
La Présidente, Mme Halonen, est actuellement en visite officielle en Turquie. Uutispäivä Demari relève que, lors des entretiens avec son homologue, M. Gül, elle a confirmé que la Finlande soutenait les efforts de la Turquie pour devenir membre de l’UE.
Pour elle, l’essentiel n’est pas de connaître la « date des noces » mais de savoir comment seront les relations entre la Turquie et l’UE. Elle estime qu’il faudrait, au sein de l’UE, étudier pourquoi il existe une opposition à l’égard d’une pleine adhésion de la Turquie.
Lors des entretiens, et dans le discours de Mme Halonen, les évènements au Proche-Orient et en Afrique du Nord ont été évoqués. « La démocratie, le respect des droits de l’homme, l’Etat de droit et la justice sociale s’inscrivent parmi les valeurs que nous soutenons dans le cadre de la coopération internationale. Les évènements sur la rive sud de la Méditerranée demandent notre soutien également dans la pratique. Il ne faut pas que les tiers dictent ce qu’il faut faire, il faut que l’on respecte la volonté des citoyens de ces régions », a-t-elle dit.
Mme Halonen a dit que l’on saura avec le temps si le bouleversement en cours signifie un renforcement de la coopération régionale et une nouvelle occasion pour le processus de la paix au Proche-Orient. Elle a rappelé que la Turquie disposait d’une position centrale et influente dans la région.
Après la Turquie, Mme Halonen se rendra en Serbie, jeudi, pour une visite d’Etat de deux jours.
UD/16

Grèce – Finlande

Visite en Finlande du ministre grec du Tourisme
Le ministre grec chargé du Tourisme, M. Nikitiades, a effectué une visite en Finlande dans le cadre d’une tournée européenne afin de promouvoir son pays comme destination touristique. La crise de la dette n’a pas poussé les Finlandais à abandonner leur première destination pour les vacances d’été.
HS/A8

Roms

Une proposition sur le destin des mendiants Roms aujourd’hui ?
Ne rien faire, créer des campings légaux, renvoyer les Roms, interdire la mendicité ?
25 Roms ont été reçus pour des entretiens individuels, hier. Le groupe de travail sur la mendicité est censé se baser sur ces entretiens pour formuler sa proposition pour la municipalité.
Avant que la municipalité prenne une décision en la matière, au plus tôt fin mai, le groupe de travail désigné par la Commission européenne, Roma Task Force, publiera, au plus tôt la semaine prochaine, son rapport qui est censé aider les Etats membres individuels à résoudre les problèmes liés aux minorités Roms.
HS/A11

Politique intérieure

Elections législatives

M. Soini est revenu sur ses propos
Helsingin Sanomat rapporte que, selon le journal télévisé d’Yle, le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, a abandonné l’idée d’obtenir une dérogation concernant la participation de son parti au prochain gouvernement s’il obtenait l’autorisation de voter contre le mécanisme européen de stabilité. M. Soini a été critiqué vigoureusement pour ces propos par les autres partis politiques.
M. Soini est maintenant revenu sur sa décision de proposer une éventuelle dérogation. « Les vieux partis ont dit qu’il faut être au gouvernement ou à l’extérieur. Le message a été compris. »
Selon M. Soini, l’objectif des Vrais Finlandais est désormais que les partis politiques critiques à l’égard du mécanisme européen de stabilité aient une victoire électorale et puissent former le gouvernement.
HS/A5

Les électeurs s’intéressent aux garanties européennes
Helsingin Sanomat relève que de nombreux électeurs ont participé à une conférence sur les questions économiques d’actualité, dont le mécanisme européen de stabilité (MES) et le fonds européen de stabilité financière (FESF).
Selon le quotidien, la participation de la Finlande au MES et au FESF divise les partis politiques. Le parti conservateur, l’alliance verte et le parti suédois sont favorables à au MES et au FESF. Le parti du centre est favorable au MES mais prêt à approuver un doublement du FESF seulement s’il n’y a pas d’alternative. Le parti social-démocrate ne les approuve que si les responsabilités des banques sont réalisées. L’alliance des gauches, les chrétiens-démocrates et les Vrais Finlandais s’opposent aussi bien au MES qu’au FESF.
HS/A9

Le débat sur l’enseignement du suédois continue
Selon Helsingin Sanomat, le statut de l’enseignement du suédois à l’école divise les avis des candidats à l’intérieur des partis politiques.
Deux associations organiseront demain une manifestation devant le Parlement pour promouvoir la liberté linguistique, donc contre l’enseignement du suédois obligatoire.
Une délégation de huit communes de la Finlande de l’Est déposera cette semaine une demande pour tester la suppression du suédois par le russe.
Les ministères de l’éducation et de la justice vont nommer prochainement un groupe de travail afin d’améliorer l’enseignement du suédois à tous les niveaux scolaires. Le groupe sera chargé d’évaluer les études du suédois du point de vue des droits des suédophones, définis par la constitution.
La députée conservatrice Sanna Lauslahti et le président des jeunes des Vrais Finlandais, M. Simon Elo, organiseront demain une manifestation sur la liberté de choix linguistiques. Un représentant de la confédération du patronat et de l’industrie EK y participera. EK estime que le suédois pourrait être facultatif à l’école primaire pour qu’il y ait plus de place pour les études d’autres langues importantes, comme le russe, l’allemand, le français et le chinois.
Quelques groupes de travail, dont un présidé par M. Martti Ahtisaari, ont récemment souligné l’importance d’augmenter l’enseignement du suédois à l’école et de commencer les études plus tôt.
La commission des lois constitutionnelles du Parlement, présidé par le député conservateur Kimmo Sasi, a estimé qu’il faudrait accorder plus de ressources à l’enseignement du suédois.
HS/A6

Energie nucléaire

Fennovoima rejette les rumeurs sur l’hésitation du groupe allemand E.ON concernant son engagement comme actionnaire d’un nouveau réacteur en Finlande
Helsingin Sanomat relève que le directeur général de Fennovoima, M. Saarenpää, ne voit pas de raison pour que le groupe énergétique E.ON envisage, après les évènements au Japon, d’annuler sa participation au projet de construction d’un réacteur nucléaire en tant que plus grand actionnaire. Pour lui, un malentendu est survenu après les propos de M. Teyssen, PDG d’E.ON, concernant la nécessité de la Finlande d’étudier les questions de sécurité liées au projet de Fennovoima de plus près qu’avant.
La participation d’E.ON s’élève à un tiers du projet.
HS/B6

Economie forestière

En Finlande, les forêts représentent 72,9 % de la superficie
Helsingin Sanomat rend compte d’un inventaire effectué tous les 5 à 10 ans concernant les forêts qui montre que, depuis les années 1990, elles poussent à un rythme plus important en Finlande que dans le reste de l’Europe occidentale.
La croissance des forêts finlandaises représente aujourd’hui 100 millions de m3 par an, contre 78 millions de m3 il y a dix ans (et 55 millions dans les années 1950). Cette croissance se traduit par une augmentation de 2,5 % en Finlande, le chiffre concernant la France étant 0,2 %.
M. Tompo du Centre national de la recherche sylvicole, Metla, relève que les forêts poussent bien en raison des conditions favorables obtenues par leur bonne gestion.
HS/B4

France - Finlande

Littérature

Helsingin Sanomat rend compte de la traduction finnoise de L’amour est une île de Claudie Gallay et relève que son roman Les déferlantes est paru en finnois en 2010.
HS/C3

Mardi 29 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

« Les attaques aériennes sont efficaces », estime Mme Tarja Halonen
Interviewée par la télévision finlandaise YLE, la présidente de la république, Mme Tarja Halonen, a affirmé que les attaques aériennes des alliés et de l’OTAN en Libye se sont avérées efficaces et sont défendables. Elle a également précisé que la coopération entre l’occident et les pays arabes fonctionnent bien.
La Finlande n’a pas été sollicitée pour apporter de l’aide en Libye. Selon Mme Halonen, la Finlande pourrait participer aux travaux d’assistance et de reconstruction après la guerre. « Nous n’avons rien d’essentiel à apporter dans la situation actuelle. Par la suite, nous verrons quel est le rôle dans lequel les Finlandais vont pouvoir aider le mieux », a conclut la présidente. La présidente est réservée quant à l’envoi des troupes finlandaises au sein des groupements tactiques de déploiement de l’UE.
Yle

La Finlande et la réunion des pays de l’OTAN
Le quotidien Helsingin Sanomat relève que n’ayant pas été sollicitée, la Finlande ne participe pas à la réunion des pays de l’OTAN ce jour à Londres. « Les pays de l’OTAN, les pays de la région et les pays participant à la réalisation militaire de l’opération sont invités », a déclaré le chef du service politique du ministère des affaires étrangères, M. Teemu Tanner. Le quotidien rappelle également que des avions de chasse finlandais ne sont pas en partance pour la Libye.
La Suède qui avait exprimé son intention de participer aux mesures militaires est invitée à la réunion. La Suède envisage d’envoyer au plus huit avions de chasse Jas Gripen, un avion de transport Hercules et un appareil de reconnaissance pour l’opération libyenne. Selon la télévision suédoise, l’OTAN a sollicité la participation suédoise à l’opération. Selon le journal Svenska Dagbladet, les effectifs suédois seraient de 125 soldats.
HS/B2

M. Charly Salonius-Pasternak s’étonne de la position finlandaise
Le chercheur de l’Institut de la politique étrangère, M. Charly Salonius-Pasternak, s’étonne de la position finlandaise sur la Libye en disant que « depuis des années, on ne cesse de répéter qu’il faut protéger les civils et les résolutions de l’ONU, puis tout d’un coup on s’empresse de déclarer qu’on ne veut absolument pas participer. »
« Selon l’histoire politique récente, la Finlande devrait soutenir plus activement la résolution de l’ONU alors que maintenant on attend à être sollicité et on se demande si on peut faire quelque chose avec l’UE. C’est bizarre, mais cela reflète sans doute la peur des Finlandais de se retrouver dans une situation de guerre », explique le chercheur à la télévision finlandaise YLE.
La Suède participe à la réunion de l’OTAN à Londres et s’apprête à envoyer des avions de chasse Jas Gripen dans l’opération. M. Charly Salonius-Pasternak constate que la Finlande se met dans une position étrange si son voisin occidental participe à l’opération de l’UE et la Finlande ne le fait pas. « Les dirigeants politiques finlandais se retrouveraient dans une position difficile, si l’UE déclarait qu’il faut utiliser les groupements tactiques nordiques pour protéger les transports humanitaires et si la Suède y était prête. Si, à ce moment-là, la Finlande refusait, on se retrouverait dans une situation étrange et inconfortable puisque pratiquement toute l’équipe de référence, excepté la Finlande, participerait.
YLE

Fukushima – Sécurité nucléaire

Sondage sur les attitudes des Finlandais
Helsingin Sanomat rend compte d’un sondage qui montre que les attitudes des Finlandais à l’égard de l’élargissement du parc nucléaire n’ont pas changé radicalement depuis l’accident de Fukushima. 48 % des Finlandais sont contre l’élargissement du parc nucléaire et 48 % pour. En mars 2010, 43 % des Finlandais étaient contre et 53 % étaient pour.
45 % des Finlandais estiment que la confiance dans l’énergie nucléaire a souffert en raison des évènements au Japon. 85 % des personnes interrogées estiment toutefois que les réacteurs finlandais actuels sont sûrs.
La majorité des Finlandais (61 %) n’exclut pas la possibilité d’un accident dû à une erreur ou à un problème technique. Les Finlandais trouvent la probabilité d’un accident dû à une attaque terroriste moins importante : 45 % ne l’excluent pas et 24 % considèrent comme probable un accident causé par une catastrophe naturelle.
Concernant l’accord éventuel d’une autorisation de construire au groupe Fortum (Loviisa), 43 % des Finlandais s’y opposent, 36 % y sont favorables et 21 % ne se prononcent pas. Les Conservateurs sont les plus favorables avec 60 % en faveur de l’élargissement du parc nucléaire. Les Verts (76 %) et les militants de l’Alliance des gauches (66 %) s’y opposent le plus.
Les femmes s’opposent à l’accord d’une autorisation à Fortum plus que les hommes, ce qui vaut pour l’élargissement du parc nucléaire en général. 15 % des Finlandais estiment que c’est un critère décisif lorsqu’ils choisissent leur candidat aux élections.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat fait état du sondage sur les attitudes à l’égard du nucléaire et relève que les évènements au Japon ont eu peu d’effet sur les Finlandais.
HS/A5 HS/A2

Coopération dans la région limitrophe de la Finlande
Hufvudstadsbladet relève que la coopération fenno-russe en matière de sécurité nucléaire qui s’inscrit dans le cadre de coopération limitrophe prendra fin sous sa forme actuelle à la fin de l’année en cours. La coopération limitrophe a été critiquée en Finlande et en Russie, une réforme organisationnelle a eu lieu.
Le ministère des Affaires étrangères, qui a géré ces questions, souligne qu’il faudra trouver de nouvelles formes de coopération. Le Stuk estime que les réacteurs à côté de Saint-Pétersbourg représentent un des plus gros risques pour la sécurité.
HBL/2-3

Roms

Le bureau d’aide sociale recevra individuellement les Roms
Helsingin Sanomat relève que le bureau d’aide sociale d’Helsinki entamera, aujourd’hui, les entretiens individuels des Roms afin de faire un bilan de leurs projets et vérifier leurs passeports et identité.
A l’issu de ces entretiens, le groupe de travail sur la mendicité prendra une décision sur la proposition à présenter à la municipalité. M. Räihä, président de ce groupe de travail, estime que la municipalité ne pourra prendre une décision en la matière avant fin mai.
HS/A11

Politique intérieure

Elections législatives

Les propos de M. Soini critiqués
Helsingin Sanomat rapporte que le président des Vrais Finlandais a causé une petite tempête politique avec ses propos sur le mécanisme européen de stabilité et la participation de son parti au gouvernement. Selon M. Soini, il serait possible pour les Vrais Finlandais de négocier la participation du parti au prochain gouvernement s’il demande l’autorisation de voter contre le mécanisme européen. Il a rappelé que son parti allait voter contre le mécanisme européen au Parlement et s’opposer également à d’éventuelles aides accordées au Portugal. Le ministre des finances et président du parti conservateur, M. Katainen, a déjà déclaré qu’en tant que Premier ministre, il n’accepterait pas dans son gouvernement des partis qui s’opposent au mécanisme européen.
Les autres partis politiques ont attaqué M. Soini. Selon le président du groupe parlementaire conservateur, M. Pekka Ravi, il est évident que les partis au gouvernement doivent s’engager pour son programme. « Il me paraît impossible d’avoir un pied au gouvernement et un autre pied à l’extérieur. » M. Ravi déplore la façon de M. Soini de répartir à l’avance les portefeuilles ministériels.
M. Seppo Kääriäinen, député centriste, souligne que, dans les questions essentielles de la politique économique et européenne, les partis au gouvernement ne peuvent pas obtenir de dérogations. « Un parti politique responsable ne peut pas déclarer à l’avance participer à l’opposition à l’intérieur du gouvernement. Cela n’est tout simplement pas possible. »
M. Eero Heinäluoma, président du groupe parlementaire social-démocrate, écrit dans son blog que M. Soini a tourné sa veste plusieurs fois depuis une semaine. « M. Soini suit les traces des verts. » Mme Tuija Brax, ministre verte de la justice, lui répond que la politique à l’égard du nucléaire de l’alliance verte ne peut pas être comparée aux propos de M. Soini sur le mécanisme européen de stabilité.
HS/A6

Politique de l’immigration

L’office national de l’immigration rejette les critiques de Mme Thors
Selon Aamulehti, M. Jorma Vuorio, directeur de l’office national de l’immigration, est étonné des critiques de la ministre de l’immigration, Mme Thors, sur la mauvaise gestion des travaux. « C’est une surprise. Ces questions n’ont pas été évoquées avant. » M. Vuorio souligne que son office a 270 employés. Par exemple en Suède l’office de l’immigration en a 3 500. En Suède il y a eu, en 2010, environ 31 000 demandeurs d’asile, contre 4 000 en Finlande. Cela signifie, en Finlande,15 demandes par employé, contre neuf demandes en Suède. Le temps moyen pour étudier une demande a été de 239 jours en Finlande, contre 90 en Suède.
M. Vuorio souligne que la Finlande n’est pas d’accord sur le retour des demandeurs d’asile en Afghanistan et en Irak. « Ces accords sont sous la responsabilité du ministère de l’intérieur. Pour une raison ou une autre ce processus n’a pas avancé. » La Suède, la Norvège et le Danemark ont déjà noué des accords de ce genre.
M. Arto Satonen, député conservateur et expert des questions de l’immigration de son parti, souligne que l’office national de l’immigration fait bien son travail. Il accuse la ministre, Mme Thors, d’être incapable de prendre des décisions.
AL/A6

Lundi 28 mars 2011
Politique européenne et étrangère

UE : Crise de la dette

« La Finlande reporte à juin la question de nouvelles garanties » AL
Les chefs d’Etat ou de gouvernement européens ont décidé lors du conseil européen de créer un mécanisme européen de stabilité. La Première ministre Mari Kiviniemi a déclaré que la question d’un renforcement des garanties du fonds de stabilité provisoire n’avait finalement pas été évoqué. « Ceux qui en avaient parlé avant le conseil européen ont dit qu’il n’y a pas lieu de se précipiter et que la question de la création du mécanisme permanent était plus importante ». La question de l’augmentation du fonds de stabilité a été reportée au-delà des élections législatives finlandaises. Mme Kiviniemi continue à déclarer qu’il existe d’autres solutions que d’augmenter ce fonds ; la majorité des Etats ne partagent pas cette position, rapporte Helsingin Sanomat.
Turun Sanomat souligne que l’échelonnement de la capitalisation du mécanisme européen, voulu par l’Allemagne, conduira à affaiblir ce mécanisme. Selon Mme Kiviniemi, « on a compris que l’Allemagne, qui est le premier contributeur, avait des pressions budgétaires. Ils ne voulaient pas s’engager à payer la moitié de leur part au mécanisme dès 2013 ».
Mme Kiviniemi s’est déclarée satisfaite du mécanisme entériné. « Les responsabilités, garanties et capitalisations de la Finlande n’ont pas augmenté par rapport à ce qui avait été convenu. Cette décision ne met pas la pression sur la Finlande. Et cela met fin à la situation d’instabilité qui prévalait sur les marchés financiers ».
La Première ministre a aussi souligné que le Portugal n’avait pas demandé d’aide. « Rien n’indique que le Portugal demandera de l’aide ; mais ce n’est pas sûr non plus ».
Enfin, Mme Kiviniemi s’est réjouit des décisions prises sur l’assainissement du secteur bancaire. Elle s’est déclaré favorable à une taxe sur les transactions financières, d’abord au niveau européen, puis étendue au niveau global.
HS

Les garanties européennes creusent la dette finlandaise
Helsingin Sanomat rapporte que les garanties accordées par la Finlande aux Etats en difficulté creusent la dette publique de la Finlande. Les garanties accordées à l’Irlande creusent de 333 millions et 0,2% du PIB la dette publique de la Finlande.
HS

Editoriaux
« Les décisions sont reportées à juin » TS - « L’UE malade de fièvre électorale » AL
« Le plus petit dénominateur commun » Kaleva - « Les Etats mal reliés par l’euro » KS
« Il fut arrêté er sauver les banques sans contrepartie » UD
Turun Sanomat relève que les élections en Allemagne et en Finlande se sont reflétées sur les processus de décision européens où l’on a voulu gagner du temps. Aamulehti regrette la paralysie de l’UE si les Etats, effrayés par leurs électeurs, se mettent à bloquer les décisions ; d’autant plus qu’une dizaine de scrutins devraient avoir lieu dans l’UE d’ici la fin de l’année.
Kaleva souligne que la Finlande ne donne pas d’aide mais accorde principalement des prêts et des garanties. « Il n’est pas dans l’intérêt de la Finlande que les Etats européens se retrouvent en extrême difficulté ».
Keskisuomalainen estime que l’on paie aujourd’hui pour un vice de forme de l’euro : les Etats n’ont pas suffisamment surveillé leur santé financière. Mais aujourd’hui on sauve aussi les banques qui ont prêté sans compter, et cela c’est injuste, selon KS. Uutispäivä Demari estime que le Portugal devrait liquider ses dettes, ce qui donnerait un signe aux marchés que les banques ne seront pas toujours renflouées par l’argent des contribuables européens.
TS AL Kaleva KS UD

« Selon M. Soini, il est possible de s’opposer au mécanisme européen, y compris au gouvernement » Yle
« Soini le populiste est le nouveau visage de la Finlande à l’étranger » AL
Le Ministre des Finances et président du parti conservateur, M. Jyrki Katainen, estime que, s’il était premier ministre, il n’accepterait dans son gouvernement que des partis qui sont favorables au mécanisme européen de stabilité financière. En effet, le prochain gouvernement devra présenter le projet de la création du mécanisme au Parlement.
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, déclare que, selon lui, il serait possible pour son parti de négocier sa participation au prochain gouvernement en demandant l’autorisation de voter contre ce mécanisme européen. Il répète que son parti votera contre ce mécanisme au parlement, de même qu’il s’opposera à d’éventuelles aides accordées au Portugal.
Aamulehti relève que, pour des titres européens (Financial Times, Economist) le durcissement de la politique européen ne de la Finlande s’explique par la pression des Vrais Finlandais. « Il est possible que M. Soini choisisse le futur premier ministre finlandais », conclut même FT.
TS Yle AL

Point de vue : « La Finlande reste à quai » HS
Kari Huhta estime qu’actuellement la Finlande vit une période de renfermement sur soi qui est moins due aux évènements extérieurs qu’à une attitude négative, voire dépressive des Finlandais.
En témoignent les positions sur l’UE ou la Libye, crise sur laquelle la Finlande est la plus réservée de tous les pays nordiques.
« Même quand elle le souhaitait, la Finlande n’a jamais été un acteur majeur en politique internationale. Un affaiblissement de la position de la Finlande n’aurait que peu d’effets pour les autres, mais serait d’importance pour la Finlande. Il est encore plus difficile de comprendre cette attitude apeurée que la Finlande se porte en réalité plutôt bien », relève Kari Huhta qui estime qu’il faut donc essayer de changer d’attitude.
HS

Libye

Selon M. Stubb, : le passage sous commandement de l’OTAN sans effet sur la Finlande
Selon le ministre des affaires étrangères, M. Alexander Stubb, le transfert de l’opération libyenne en une opération commandée par l’OTAN n’aura pas d’effet sur une éventuelle participation finlandaise. M. Stubb a déclaré vendredi à STT (Agence de presse finlandaise) qu’il estime extrêmement invraisemblable qu’une aide supplémentaire soit demandée à des pays pour la surveillance de la zone d’exclusion aérienne puisque l’exclusion est déjà réalisée. Bien que pays partenaire de l’OTAN, la Finlande n’a pas de rôle à jouer dans la réalisation de l’opération. Par contre, selon M. Stubb, la Finlande se prépare à participer à d’autres domaines de l’opération libyenne, par exemple à l’évacuation ou à la surveillance des frontières prévues par l’UE : « Au sein de l’UE des alternatives sont à l’étude pour que tout le monde puisse participer à l’opération. » M. Stubb a rappelé que la Finlande participe déjà par les sanctions et l’aide humanitaire.
Tout en notant que les spécialistes prédisent une longue guerre en Libye, les quotidiens Turun Sanomat et Aamulehti font état des propos du commandant des forces armées françaises, l’amiral Edouard Guillaud, qui souhaite que « l’intervention militaire se termine dans quelques semaines. » « Le souhait de l’amiral Guillaud risque de s’avérer prématuré. Selon les experts, les alliés risquent de se retrouver devant une longue guerre car l’objectif à atteindre est flou et il manque aux pays concernés un projet approprié sur l’achèvement de la guerre », écrivent les quotidiens.
TS26.3/22, AL26.3/A12

« La Finlande peut aider dans la construction de la démocratie », selon M. Haavisto
Le quotidien Aamulehti écrit que la participation finlandaise à l’opération libyenne se fera peut-être après la guerre. Le député des Verts, M. Pekka Haavisto, estime que la Finlande peut aider la Libye à construire la démocratie : former des partis politiques et organiser des élections. Selon lui, en Libye, la création d’un système politique sera plus compliquée qu’en Egypte ou en Tunisie par exemple. Les institutions démocratiques sont complètement absentes en Libye où il n’existe pas non plus de structure administrative. « Le système libyen est basé sur les décisions du dirigeant Mouammar Kadhafi, assistés de quelques conseillers isolés. Il n’y a rien de collectif », explique M. Haavisto.
Selon lui, cette crise confirme bien que « l’ONU n’a pas d’armée. Les groupements tactiques de l’UE ne proposent pas leur aide. Seules les forces américaines et celles de l’OTAN sont suffisantes. La surveillance de la zone aérienne est une lourde tâche militaire ».
AL27.3/A12

Editorial
L’éditorialiste du quotidien Helsingin Sanomat évoque dans l’opération en Libye « la France, qui aurait voulu, comme au premier jour de l’intervention militaire, continuer de se présenter comme le défenseur des mesures de protection de civils. Dans les rangs de l’OTAN, ce sera plus compliqué. La France recherche davantage de visibilité internationale en exigeant avec persévérance que, pour la Libye, on crée un groupe de commande politique qui comporterait également des représentants en dehors de l’OTAN, notamment des pays arabes. » Helsingin Sanomat rappelle des propos qui ont qualifié l’opération en Libye de croisade en mentionnant que « la dernière des réflexions faisant allusion aux croisades, appartient au ministre de l’Intérieur français, M. Claude Guéant ».
HS26.3/A2, B2

Séisme au Japon

M. Laaksonen estime que les Finlandais sont bien informés en matière de Fukushima
Le directeur du Stuk, Centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire, M. Laaksonen, estime que les taux de radioactivité détectés au Japon sont moins importants que ceux observés en Finlande après l’accident de Tchernobyl.
Il relève qu’il est toutefois clair que l’eau de la mer à proximité de Fukushima est polluée.
M. Laaksonen fait l’éloge des connaissances des physiciens finlandais en matière de l’accident japonais. Jusqu’à vendredi, de 15 à 20 personnes ont travaillé au Stuk autour d’une analyse sur la situation au Japon. Le Stuk coopère également avec Finnair qui lui apporte quotidiennement des échantillons de l’air japonais pour des analyses.
HS/lun/B2

Réacteurs d’Olkiluoto
Helsingin Sanomat rend compte des mesures de sécurité à Olkiluoto et relève que selon M. Himanen, chef chargé de la sécurité nucléaire, « toutes les menaces connues ont été analysées et il a été constaté qu’elles pourront être maîtrisées ».
HS/sam/A5

Production quintuplée des appareils pour mesurer la radiation
Keskisuomalainen rend compte d’une entreprise à Liperi, près de Joensuu, qui fabrique des détecteurs de radiation et qui a vu ses commandes augmenter après l’accident au Japon. Jusqu’à présent, l’entreprise Kata-Electronics a exporté 10 % de sa production, mais aujourd’hui, la situation est inversée, au moins temporairement. Les Japonais ont passé des commandes importantes.
KS/dim/11

Immigration

Mme Thors critique l’Office national de l’Immigration
La ministre de l’Immigration, Mme Thors, critique l’Office national de l’Immigration de mauvaise gestion des travaux dans le sens où les délais d’étude des dossiers de demande d’asile sont trop longs.
Lors d’un séminaire organisé à Helsinki, samedi, Mme Thors a révélé que des crédits avaient été accordés à l’Office de l’Immigration dans le but de raccourcir ces délais. Ainsi, elle estime qu’il ne s’agit pas de manque de ressources mais de mauvaise organisation. Sans souhaiter minimiser sa part de responsabilité en la matière, elle estime que le ministère de l’Intérieur devrait superviser cet Office d’une façon plus stricte.
HS/dim/A5

Une augmentation du nombre de demandes de permis de séjour
Le nombre de demandeurs de permis de séjour a augmenté de 18 % en 2010 par rapport à 2009. Au total, 25 000 demandes ont été déposées, 4500 par des Russes, 4000 par des Somaliens et 1700 par des Indiens.
80 % des décisions prises ont été positives, selon l’Office nationale de l’Immigration.
HBL/sam/9.

Politique intérieure

Elections législatives

La majorité des candidats pour l’enseignement du suédois à l’école facultatif
Helsingin Sanomat rapporte que, selon les réponses données par l’ensemble des candidats au questionnaire du quotidien, 62,5 % des candidats estiment que les études du suédois devraient être facultatives à l’école.
Parmi les présidents des partis politiques, il n’y a que M. Soini, président des Vrais Finlandais, qui est de cet avis. Les autres veulent maintenir le suédois obligatoire.
HS/sam/A6

L’audience des Vrais Finlandais augmente dans certaines circonscriptions
Turun Sanomat relève que selon un sondage effectué pour le compte du quotidien, l’audience des Vrais Finlandais a augmenté considérablement dans la circonscription de Turku : à 21,7 %, contre le parti conservateur qui mène avec 21,9 %. Les Vrais Finlandais, qui n’ont actuellement aucun député de cette circonscription au Parlement, pourraient en avoir quatre, autant que les conservateurs.
Dans la circonscription de la Savonie du Nord, où le centre mène avec 28,5 %, les Vrais Finlandais ont également une audience de 21,7 % et auraient deux sièges au lieu d’un seul actuellement.
En Finlande centrale, les Vrais Finlandais (17,6 %) sont en troisième position après de centre (25,0 %) et le PSD (17,8 %).
TS/dim/3, KS/sam/8, HS/lun/A6

M. Soini s’intéresse aussi au poste de Premier ministre
Selon Helsingin Sanomat, le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, a dû préciser dimanche ses propos sur les portefeuilles qui l’intéressent au prochain gouvernement. M. Soini souligne être intéressé aussi par le poste de Premier ministre si le résultat des élections législatives le permet. « Le poste de Premier ministre ne peut pas être conquis, il est accordé. Il nécessité la confiance des autres partis ».
M. Soini a souligné antérieurement qu’il s’intéressait beaucoup au portefeuille des activités économiques.
HS/lun/A6

La popularité des Vrais Finlandais est due à un vote protestataire
Helsingin Sanomat relève que, selon les estimations, l’augmentation de la popularité des Vrais Finlandais serait essentiellement due au fait qu’il s’agit plutôt d’un mouvement populaire que d’un parti politique. Les électeurs pensent à leur propre intérêt et beaucoup d’entre eux trouvent les Vrais Finlandais plus sympathiques que les autres candidats. Il s’agit naturellement aussi d’une protestation contre les « vieux partis ».
Dans Suomen Kuvalehti, Risto E. J. Penttilä, ancien député et actuel président de la chambre de commerce finlandaise, dresse une liste de sept causes à la montée des Vrais finlandais : la réactivation de l’euroscepticisme avec la crise de la dette souveraine, le sentiment de haine des jeunes hommes, la désindustrialisation, un mouvement contre le politiquement correct, la peur de l’avenir, la volonté de punir les dirigeants politiques, enfin l’arrogance des autres partis à l’égard des Vrais Finlandais.
M. Soini estime que le scandale du financement électoral et la crise de la dette, notamment de la Grèce, jouent un rôle. Le résultat des élections municipales de l’automne 2008 a également eu un effet important car il a permis au parti de trouver des candidats dans toutes les circonscriptions.
HS/lun/A5

Editorial : « Les temps difficiles propices à des valeurs dures » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat revient sur l’étude de l’institut EVA sur les valeurs des Finlandais. Cette étude montrait une frustration politique des Finlandais. Plus généralement, l’atmosphère semble aussi dure qu’au milieu des années 90, lors de la précédente crise économique. La crise financière aujourd’hui dépassée en Finlande se ferait donc sentir avec retard, estime l’éditorialiste.
HS relève aussi que les attitudes à l’égard des étrangers se sont fermement durcies depuis 2006. Seulement un quart des Finlandais estiment que l’immigration est nécessaire pour faire face au vieillissement de la population ; un tiers considère que l’immigration a des effets internationaux positifs. En revanche 61% des Finlandais pensent qu’une attitude sceptique contre les étrangers est une sage prudence et non de la méconnaissance ou du racisme.
HS

Les Verts pour une grève du mariage
Les Verts lancent leur campagne pour les législatives au nom de la tolérance, l’ouverture et l’Europe. Ils engagent leurs sympathisants à faire la grève du mariage jusqu’à ce que le mariage soit autorisé aux homosexuels.
Après la catastrophe de Fukushima, les Verts ont mis plus en avant leur opposition au nucléaire.
HS

Elections présidentielles

M. Rehn ne se prononce pas encore sur une éventuelle candidature
Selon Helsingin Sanomat, M. Olli Rehn, commissaire européen, qui a été interviewé samedi à la TV1, souligne qu’avec la gestion de crise de la dette européenne, il n’a pas encore le temps de réfléchir sur une éventuelle candidature aux élections présidentielles en 2012. Il estime qu’il serait prêt à annoncer sa position à l’automne, après mûre réflexion.
HS/sam/A5

Fiscalité

Le dédouanement désormais possible par Internet
A partir du 29 mars, il sera possible d’effectuer le dédouanement par Internet (www.tulli.fi)
HS

Police

Ecoutes téléphoniques
La police a écouté le téléphone de 600 personnes soupçonnées de crime en 2010. Selon le ministère de l’Intérieur, ce chiffre est quelque peu plus élevé qu’en 2009.
Le plus souvent, il s’est agi de soupçons de criminalité liée à la drogue.
HS/sam/A8

Société

Les Finlandais, toujours premiers buveurs de café au monde
Les Finlandais ont conforté leur première place de buveurs de café avec une consommation annuelle par habitant de dix kilos en 2010.
HS

France

Paris

Tourisme
Keskisuomalainen présente les catacombes, le musée des vampires et les gargouilles de Notre-Dame.
KS

Bulle immobilière
Helsingin Sanomat publie un reportage sur la bulle immobilière à Paris ainsi que sur des Finlandais vivant dans la capitale française.
HS/Sam HS/Dim

Vendredi 25 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

L’UE envisage sa participation à l’opération en Libye
Au conseil européen de Bruxelles, la Première ministre finlandaise a déclaré hier que « l’UE a ses propres plans pour réaliser son opération en Libye dès que la situation le permettra. Il s’agit d’une opération de long terme dont le cœur sera l’aide humanitaire ». Selon elle,, la situation évolue tout le temps et le principal est d’assurer la stabilité du pays.
Hier soir, Mme Kiviniemi regrettait que les pays occidentaux ne soient pas arrivés à un accord sur le commandement militaire de l’opération. « La situation semble difficile puisque l’on n’a pas trouvé un accord sur le commandement. La stabilisation de la région est actuellement la priorité afin d’arrêter la violence le plus vite possible », selon la Première ministre.
TS

« La France a détruit un appareil militaire libyen » HS
« Un accord sur le commandement imminent » HS
« Il est interdit d’échouer » HS
Le chef du service étranger d’Helsingin Sanomat, M. Aittokokski, écrit qu’il est interdit d’échouer en Libye. « Ce ne sont pas seulement les Libyens qui en paieraient le prix, mais l’idée même d’une intervention humanitaire. Un échec en Libye donnerait un regain de confiance à tous les tyrans du monde ».

« Les occidentaux n’ont que de mauvaises solutions » SK
Suomen Kuvalehti estime que seul un départ de Kadhafi pourra mettre fin rapidement au conflit en Libye. L’hebdomadaire craint que plus la guerre se poursuivra plus se renforcera la possibilité qu’elle ait des répercussions en Europe, notamment par le terrorisme.
Si le conflit se prolonge, il faudra espérer que la cour international condamnera le régime de Kadhafi pour des violations de droits de l’homme, ce qui pourrait ouvrir la voie à une résolution permettant une attaque terrestre. Reste à savoir si des Etats y seront partants, conclut Suomen Kuvalehti.
SK

« L’Allemagne paralysée par ses peurs » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat commente le comportement de l’Allemagne durant la crise libyenne. « L’Allemagne a du mal à supporter les situation où elle risque d’être accusée à nouveau de crime de sang. M. Westerwelle a semblé être conscient de ce danger en Libye et a donc décidé de ne pas prendre ce risque, plus pour des raisons nationales que par humanisme. Par là même, il a déclenché l’autre traumatisme des Allemands, la crainte de se retrouver seuls ».
HS

UE : Crise de la dette

Le chaos du Portugal fait tanguer l’UE
La Finlande va prêter l’argent
La Première ministre Mari Kiviniemi estime que la possible demande d’aides du Portugal ne signifie pas qu’il faudra accélérer les décisions sur l’augmentation de la capacité du fonds de stabilité dont seulement 10% est actuellement utilisé. « Il n’y a pas besoin d’augmenter la capacité du fonds de stabilité », a-t-elle affirmé.
Mme Kiviniemi a souligné que la responsabilité de sauver le Portugal était d’abord entre les mains des Portugais.
Aamulehti estime que si le Portugal devait demander une aide à l’UE, il faudrait convoquer le Parlement finlandais pour prendre une décision.
Selon elle, la Finlande n’a pas eu à pâtir d’une image de pays difficile. « La Finlande a suivi une politique stricte. En général, on nous critique pour être un élève modèle qui ne prend jamais de risque. Mais si la Finlande a une politique patriotique et en faveur de l’UE et de la rigueur budgétaire, il faut être ferme. Nous avons analysé la situation et nous pensons que lorsqu’il s’agit de l’argent des contribuables, il faut être précis ».
Helsingin Sanomat relève que les décisions sur le mécanisme européen seront prises au conseil européen de juin. Il reviendra alors au nouveau parlement finlandais de décider de la participation de la Finlande qui devrait s’élever 1,44 milliards d’euros
a expliqué à la grande commission du parlement la situation de la crise de la dette avant le conseil européen des 24 et 25 mars. La grande commission a donné son soutien au gouvernement par 15 voix contre 8.
Le gouvernement n’a pas demandé au Parlement l’autorisation pour augmenter les garanties.
Le président de la grande commission, M. Tuomioja (PSD) considère que Mme Kiviniemi « n’est pas honnête. Il s’agit d’une question interne au parti du centre qui ne souhaite pas le dire avant les élections. En pratique, l’augmentation de la capacité effective du fonds nécessite une augmentation des garanties ».
TS AL HS

Patria - Slovénie

La Slovénie exige l’annulation du marché avec Patria
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement slovène souhaite annuler le marché avec Patria, conclu en 2006 et concernant l’achat de 135 véhicules blindés pour 278 millions d’euros. La police soupçonne qu’une large corruption soit liée à l’achat. Selon la police judiciaire, treize Finlandais, dix Slovènes et deux Autrichiens sont soupçonnés.
Selon l’agence de presse Reuters, le porte-parole du gouvernement slovène, M. Darijan Kosir, a annoncé que le gouvernement envisageait un procès pour pouvoir annuler le marché.
M. Heikki Allonen, actuel directeur général de Patria, ne veut pas commenter l’affaire.
Patria a déjà livré trente véhicules blindés en Slovénie.
HS/B11

TeliaSonera - Turquie

Les litiges de TeliaSonera en Turquie recommencent
Selon Helsingin Sanomat, les différends entre TeliaSonera et l’entreprise turque Cucurova, propriétaire de l’opérateur Turkcell, ont recommencé. Selon M. Bulent Ergin, membre du conseil de surveillance de Turkcell, qui a accordé une interview téléphonique au quotidien, l’entreprise compte étudier si TeliaSonera a agit de façon illégale dans ses affaires en Asie.
Quant à TeliaSonera, l’entreprise annonce qu’elle compte intenter un procès contre M. Collin Williams, président du conseil de surveillance de Turkcell.
Les allégations sur les actions illégales concernent l’entreprise d’investissements Fintur, essentiellement en possession de TeliaSonera, qui possède des opérateurs de télécommunication au Kazakhstan, en Azerbaïdjan, en Géorgie et en Moldavie. Turkcell est actionnaire minoritaire de Fintur et TeliaSonera possède un grand nombre d’actions de Turkcell.
Selon M. Ergin, Turkcell veut examiner les rumeurs sur une éventuelle corruption de l’opérateur kazakh Kcell, possédé par Fintur. Selon TeliaSonera, ces rumeurs ont été examinées et sont sans fondement.
HS/B11

Roms

Le camp de Roms a été rasé à Kalasatama
La municipalité de Helsinki a vidé le camp de Roms à Kalasatama, jeudi après-midi. L’accès dans la cour du centre social Satama est désormais bloqué.
Jusqu’à lundi, les Roms seront hébergés dans les locaux du centre Satama, mais ensuite, il s’agira pour la municipalité de prendre une décision sur les démarches.
Le groupe de travail en matière de mendicité devrait remettre son rapport prochainement. La municipalité évoquera la question des Roms lors de sa réunion, lundi.
De son côté, le ministère des Affaires étrangères a publié, le même jour, un rapport sur la politique finlandaise en matière de Roms [de Finlande]. L’idée du ministère est que le rapport sur les pratiques finlandaises pourrait servir de base pour la création d’une politique internationale en la matière. M. Haavisto (Verts) estime que le reste de l’Europe pourrait suivre l’exemple finlandais dans le traitement des Roms.
La ministre chargée de l’Immigration, Mme Thors regrette que l’Etat et les communes ne parlent pas la même langue sur ces questions. Elle estime que, pour améliorer la situation des Roms, c’est l’UE qui dispose du plus de moyens, tels que des crédits et une législation contraignante.
HS/A12, HBL/8

Politique intérieure

Elections législatives

Selon un sondage, les Finlandais s’opposent à l’aide publique à l’art postmoderne
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué pour le compte du quotidien, 51 % des personnes interrogées partagent l’avis des Vrais Finlandais et s’opposent aux aides publiques accordées à l’art postmoderne. 41 % sont de l’avis opposé et 7 % ne se prononcent pas.
Au contraire des Vrais Finlandais qui s’opposent au postmodernisme, les autres partis politiques n’ont pas directement pris position sur ce sujet.
Le ministre de la culture, M. Stefan Wallin, président du parti suédois, s’oppose à l’idée que les politiciens se mêlent du contenu du travail créatif.
HS/A6

Economie

Une croissance économique importante prévue pour la Finlande
Helsingin Sanomat relève que le ministère des Finances, la Banque de Finlande et l’institut de recherche économique Etla prévoient une croissance économique plus importante qu’en moyenne lors des années qui ont précédé la récession de 2009.
La Banque de Finlande, qui a publié ses prévisions, hier, estime que la croissance du PIB s’élèvera à 3,9 % cette année et à 2,7 % en 2012. De 2001 à 2008, le PIB a augmenté de 3 % par an en moyenne, selon l’Institut national de recherches statistiques.
M. Liikanen, gouverneur de la Banque de Finlande, relève que ces chiffres dynamiques reflètent l’essor de l’économie après un grand fléchissement constitué par la diminution du PIB de 8,2 %. Il estime que la croissance a été soutenue par l’augmentation solide de la consommation privée et des investissements dans le logement.
La Banque de Finlande prévoit un taux d’inflation de 3,1 % pour l’année en cours et de 2,6 % pour 2012. Le déficit budgétaire devrait diminuer de 1,5 point par rapport à l’année dernière et s’élever à 1,3 %. M. Liikanen attend du prochain gouvernement encore des décisions et des mesures afin de stabiliser l’économie publique.
HS/B12

« Selon la Banque de Finlande, les plus grands risques sont liés à la situation en Afrique du Nord » AL
M. Liikanen estime que les risques pour l’économie sont divers et variés, allant de la situation en Afrique du Nord à celle au Japon et à la crise de la dette. Selon lui, les plus grands risques sont liés au développement de la situation en Afrique du Nord et dans les pays producteurs du pétrole.
M. Liikanen s’inquiète de la diminution de la production industrielle en Finlande. Il estime qu’à long terme, elle affaiblira automatiquement l’Etat-providence et l’économie publique.
AL/A13

L’institut de recherche Etla met en garde contre une inflation importante
Etla prévoit une inflation de 3,5 % pour cette année. Ce sont les produits alimentaires et l’énergie dont les prix augmentent le plus.
Concernant la croissance économique, Etla prévoit qu’elle s’élèvera à 4 % cette année et à 3 % en 2012 et 2013.
AL/A13

Banque Nordea

M. Wahlroos a été élu président du conseil de surveillance de Nordea
Helsingin Sanomat relève que M. Björn Wahlroos, président de la banque Sampo, a été élu jeudi à la tête du conseil de surveillance de la banque nordique Nordea. Sampo est le plus grand actionnaire de Nordea avec 21,3 % des actions, avant l’Etat suédois qui possède 13,5 %.
HS/B11

Défense

Acquisition par la défense nationale de véhicules de transport
La défense nationale achète à la Suède 147 véhicules MTLB blindés de transport de soldats avec leurs pièces détachées. L’acquisition est d’une valeur de 2,7 millions d’euros. Ils seront livrés à la fin de l’année en cours.
Cette acquisition permettra la suppression du matériel plus ancien de type BTR-50, conçu dans les années 1950 et acheté en Finlande dans les années 60.
De fabrication soviétique, le matériel MTLB est utilisé par la défense nationale depuis 1984.
www.puolustusvoimat

Troupes finlandaises en Afghanistan
Les troupes de gestion de crise finlandaises en Afghanistan passées en revue les 20 et 21 mars 2011 par le comandant des forces de la défense nationale, le général Ari Puheloinen.
puolustusvoimat

Jeudi 24 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

L’UE se prépare à une participation
La Libye a besoin d’aide humanitaire », selon le ministre des Affaires étrangères
Selon le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, des négociations sur les groupements tactiques ont été menées mais aucune solution n’a été trouvée quant à des fonctions appropriées les troupes sous commandement hollandais et suédois dans lesquelles se trouvent les Finlandais. « Je ne vois pas d’utilisation pour les groupements tactiques. Pour l’instant, la Finlande participe à l’opération en accordant un peu plus d’un million d’euros à des projets humanitaires », constate M. Stubb.
Selon lui, l’UE prépare sa propre participation dans l’opération de l’ONU. La part de l’UE est constituée de 50 unités où chaque pays membre peut trouver son rôle. Les alternatives sont l’évacuation, l’acheminement de l’aide humanitaire, les sanctions et la participation de Frontex (Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne) à la surveillance maritime. La Finlande participe dès à présent aux activités de Frontex. « La meilleure solution serait que Mouammar Kadhafi ait l’intelligence de partir pour que soit instauré un cessez-le-feu », a souligné M. Stubb.
« La situation humanitaire est grave en Libye et aux frontières du pays, l’aide humanitaire est maintenant essentielle. Au sein de l’UE, on se prépare à utiliser les moyens de la gestion de crise en soutien à l’aide humanitaire et aux mesures de sauvetage », écrit le ministre Alexander Stubb sur son blog. Il précise également que la Finlande se prépare pour sa part à d’éventuelles suites au fur et à mesure que les projets de l’UE avancent. A ce jour, la Finlande a fourni une aide humanitaire de 1,35 millions d’euros à la Libye, et s’apprête à en accorder davantage », écrit le ministre.
TS/22, KS/www.alexstubb.com

Plutôt envoyer des groupements tactiques que des chasseurs ?
L’envoi des groupements tactiques de l’UE actuellement en alerte semble plus probable que la participation des chasseurs Hornet à la surveillance de la zone d’exclusion aérienne en Libye, estime Turun Sanomat.
La commission parlementaire des affaires étrangères et le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité se sont penchés mercredi sur la situation libyenne. Aucune demande de participation à l‘opération libyenne n’a cependant pas encore été formulée à la Finlande. Le communiqué publié à l’issue de la réunion note que le président et le gouvernement sont profondément inquiets de la situation humanitaire en Libye. Le président de la commission parlementaire des affaires étrangères, M. Pertti Salolainen, estime que la situation pour l’envoi des Hornets est déjà passée. « Il est extrêmement peu probable de les envoyer. L’envoi des groupements tactiques est bien plus vraisemblable ». Ces troupes pourraient, selon l’évaluation de M. Salolainen, participer à la surveillance du cessez-le-feu ou à la protection des civils. Elles pourraient agir soit du côté de l’Egypte ou de la Tunisie soit en Libye. L’entrée des troupes sur le sol libyen exigerait une nouvelle résolution du conseil de sécurité de l’ONU, car la résolution en vigueur ne concerne pas l’envoi des forces de terre.
Si l’envoi des groupements tactiques devient d’actualité, le parlement entier devra être convoqué au milieu de sa pause pour cause de campagne électorale. L’envoi des groupements nécessitera également l’accord de la Présidente Tarja Halonen.
Le mandat de la commission parlementaire des affaires étrangères suffit à couvrir l’envoi de moins de 10 personnes.

Réactions de Mme Halonen
Interviewée par YLE, la présidente Mme Tarja Halonen a souligné les difficultés liées à l’utilisation des troupes. « L’utilisation des groupements tactiques en dehors de l’UE est un processus compliqué. Je pense que ces troupes ne seront pas utilisées telles quelles », a-t-elle affirmé.
Par ailleurs, la présidente ne pense pas que le transfert de l’opération sous le commandement de l’OTAN influerait sur la position de la Finlande en tant que pays partenaire de l’OTAN. « En principe l’OTAN tente d’activer ses partenaires, mais je ne crois pas que cela change la situation de base en quoi que ce soit », a constaté la présidente.
AL/A4

Propos de M. Martti Ahtisaari
L’ancien président, M. Martti Ahtisaari, estime que la Finlande devrait rester militairement à l’écart de la Libye. Les chasseurs Hornet devraient rester en Finlande. « J’ai du mal à voir de quelle manière l’envoi de 1 à 2 appareils pourrait améliorer les possibilités de réussite de l’opération », a dit M. Ahtisaari lors d’une discussion organisée mercredi à Helsinki par l’Institut nordique.
« Pour une paix durable et un changement, il faut que la famille Kadhafi quitte le pays. Espérons que cela puisse se passer de façon pacifique, comme en Tunisie par exemple », a-t-il constaté.
M. Ahtisaari est d’accord avec l’expert sur les questions du Proche-Orient, le professeur Jaakko Hämeen-Anttila, qu’il faut mener jusqu’au bout l’opération en Libye. La pire des alternatives étant celle où les alliés retirent leurs troupes.
AL/A4

UE : Crise de la dette

Mme Kiviniemi ne ferme pas la porte à une augmentation des garanties
La Première ministre Mari Kiviniemi a expliqué à la grande commission du parlement la situation de la crise de la dette avant le conseil européen des 24 et 25 mars. La grande commission a donné son soutien au gouvernement par 15 voix contre 8.
Le gouvernement n’a pas demandé au Parlement l’autorisation pour augmenter les garanties accordées par la Finlande (8 milliards d’euros). La Première ministre ne ferme pas complètement la porte à une augmentation de ces garanties de 8 à 16 milliards pour la Finlande, mais elle juge que c’est prématuré car actuellement seul un dixième du fonds de stabilité est utilisé. « Il s’agit de calmer les marchés et donc d’une augmentation symbolique du fonds. On ne peut toutefois pas complètement exclure que les garanties soient relevées, voire doublées », dit-elle. L’objectif de la Finlande est que ces décisions soient toutefois prises lorsque l’on décidera des détails du futur fonds permanent, probablement en juin.
La Première ministre ne souhaite toutefois pas qu’un Etat seul, fut-ce la Finlande, empêche le mécanisme européen de naître. Elle souligne qu’il reviendra au prochain parlement finlandais de se prononcer. Elle souhaite donc que les partis politiques finlandais annoncent leur position sur ce sujet. Selon elle, le mécanisme de crise européen est indispensable pour permettre à l’UE de faire face à de nouvelles crises financières.
Dans le futur fonds permanent de 500 milliards d’euros, la part de la Finlande serait de 12,6 milliards d’euros. Mme Kiviniemi a souligné que la crise financière avait eu, en 2009, un impact correspondant à 13 milliards d’euros, « des pertes plusieurs fois supérieures à ce que la Finlande pourrait perdre dans les mécanismes de crise mis actuellement en marche. Il faut se souvenir que jusqu’à présent nous avons seulement prêté de l’argent et n’avons encore rien perdu. »
Mme Kiviniemi a aussi souligné que l’attitude de la Finlande sur ce sujet avait aussi un effet sur l’influence du pays concernant les autres domaines discutés en Europe que ce soit les aides agricoles ou les aides régionales.
Aamulehti rappelle que la Finlande s’est jusqu’à présent opposée à une augmentation du fonds avant les élections législatives et a été perçue comme un pays faisant blocage.
Les experts économiques interrogés par Turun Sanomat estiment que le niveau du fonds de stabilité devrait suffire pour rassurer les marchés.
Le président de la grande commission, M. Tuomioja (PSD) considère que Mme Kiviniemi « n’est pas honnête. Il s’agit d’une question interne au parti du centre qui ne souhaite pas le dire avant les élections. En pratique, l’augmentation de la capacité effective du fonds nécessite une augmentation des garanties ».
TS AL SM

Dissensions sur les aides
Selon un sondage publié par Aamulehti, 65% des Finlandais ne croient pas que la Grèce pourra rembourser sa dette comme prévu contre seulement 22% qui le croient.
Selon ce même sondage, 41% des Finlandais considèrent que la Finlande devrait arrêter d’aider les pays de la zone euro contre 47% qui estiment qu’il ne faut pas cesser ces aides.
Il ressort aussi de ce sondage que les Centristes, traditionnellement plutôt eurosceptiques, sont désormais plus favorables à l’UE que les sociaux-démocrates.
AL

M. Soini : oui à l’euro, non au fonds de stabilité
Dans une interview accordée à Kauppelahti, le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini estime que l’espoir du gouvernement finlandais de reporter les décisions européennes est vain : « L’Allemagne a besoin d’un accord au conseil européen car elle est en retrait sur la Libye et doit faire face aux élections régionales. Je ne peux toutefois pas accepter les nouveaux systèmes mis en place qui, de plus ne marchent pas. C’est comme pour le Mississipi, on construit toujours de nouveaux barrages, mais les nouvelles crues inondent tout. Je ne peux pas approuver ces décisions. Quant à savoir si cela va me fermer les portes du gouvernement, cela dépendra de savoir qui est le Premier ministre. Si c’est moi, cela ne sera pas le cas. Si je pouvais décider, je ferais inscrire dans le prochain programme de gouvernement que la Finlande fait partie de l’euro mais ne participe pas au mécanisme de stabilité. Quant à savoir si c’est possible, c’est une autre question. Cela dépend du résultat des élections ».
KL

Séisme au Japon

Tests de résistance pour les centrales nucléaires ?
Turun Sanomat rend compte d’une réunion, à Helsinki, de WENRA, l’association des responsables des Autorités de sûreté nucléaire d’Europe de l’Ouest, lors de laquelle les tests de résistance ont été évoqués. Une proposition en la matière devrait être publiée en mai, après avoir évoqué les tests avec les groupes énergétiques.
M. Laaksonen, directeur du Stuk et président de Wenra, relève qu’il serait possible de faire des rapports toute de suite, mais qu’afin que le processus des tests soit durable, il faut bien étudier les choses.
En Finlande, le Stuk a envoyé aux groupes possédant une centrale nucléaire une demande sur des clarifications concernant les mesures préventives en cas de catastrophe naturelle. Le délai des réponses est fixé pour mi-avril.
Le directeur de l’ASN, M. Lacoste relève que la France entamera son processus sur la base des propositions de Wenra.
Hufvudstadsbladet relève que MM. Laaksonen (STUK) et Lacoste soulignent que les tests de résistance ne sont qu’une branche plus ciblée de la coopération normale.
TS/18, HBL/14

La radioactivité du Japon détectée en Finlande
Des ambassades commencent à fermer leurs portes à Tokyo
Le Stuk a détecté une radioactivité en Finlande venant du Japon. Il s’agit des quantités extrêmement minimes qui peuvent être observées lors des tests en laboratoire très précis.
Uutispäivä Demari relève que 25 ambassades ont déjà fermé à Tokyo en raison de l’accident nucléaire de Fukushima.
UD/14

Représentations étrangères

Entraide des ambassades européennes
Helsingin Sanomat relève que les Finlandais voyageant en dehors de l’UE ont le droit à une assistance de la part d’une ambassade ou d’un consulat de n’importe quel autre Etat européen s’il n’y a pas de représentation finlandaise dans le pays en question.
Cela vaut pour tout citoyen européen. Il n’y a qu’aux Etats-Unis, en Russie et en Chine que l’ensemble des 27 Etats membres ont une représentation.
HS/A12

Politique intérieure

Immigration

Selon Mme Kiviniemi, les immigrés doivent être logés dans divers quartiers de la ville
Selon Helsingin Sanomat, la Première ministre Kiviniemi a déclaré, lors de l’inauguration de sa campagne électorale, « qu’il est dans l’intérêt de nous tous que les immigrés soient logés dans toute la région de la capitale ». Elle souligne aussi qu’il faut accorder plus de soutien aux écoles qui n’ont pas de bons résultats.
Selon Mme Kiviniemi, « il ne faut pas donner le pouvoir aux groupes extrémistes qui ont un message simple ».
Mme Kiviniemi est actuellement le seul député centriste dans la circonscription de Helsinki.
HS/A13

Sondage sur les attitudes des Finlandais

La politique est devenue un objet éloigné de protestation
Helsingin Sanomat rapporte que la délégation de la vie économique EVA a publié un sondage sur les valeurs et les attitudes des Finlandais. Le sondage a été effectué au début de l’année auprès d’un peu moins de 2 000 Finlandais. L’EVA effectue des sondages de ce genre tous les deux ans.
A la lumière des résultats de ce sondage, les Finlandais sont devenus plus critiques à l’égard du système de prise de décision et des partis politiques. Les citoyens ne croient pas beaucoup non plus à leurs propres possibilités d’influencer les décisions.
40 % des citoyens pensent qu’il n’y a pas de parti politique qui mène des choses importantes de leur point de vue. Leur nombre est en hausse. 78 % estiment que les partis politiques se sont éloignés des problèmes des gens ordinaires. Il y a deux ans, 70 % étaient de cet avis.
Selon le directeur de recherche d’EVA, M. Ilkka Haavisto, « il y a eu un changement important vers la protestation ». Ce qui est contradictoire, c’est que les Finlande s’intéressent plus à la politique. Selon le sondage, 56 % des Finlandais s’intéressent à la politique et la suivent activement, contre 51 % il y a deux ans. L’augmentation de cet intérêt est due aux élections législatives intéressantes et la croissance de la popularité des Vrais Finlandais.
L’EVA souligne que l’augmentation de l’intérêt ne signifie pas forcément que la participation des gens augmente ou que les attitudes à l’égard de la politique soient constructives. « Les gens votent aussi contre la politique », selon M. Haavisto qui utilise le terme « état de perturbation ».
Deux tiers des personnes interrogées estiment qu’il y a de la corruption des politiciens et cela a un effet sur les décisions. Deux tiers pensent aussi que la Finlande est gérée par « un groupe informel de hauts fonctionnaires et de seigneurs ».
L’honnêteté est la qualité la plus importante des politiciens, mais un quart seulement pense que les politiciens sont des personnes honnêtes et consciencieuses.
HS/A12

Economie

Le ministère des Finances met en garde contre un déficit important
L’économie nationale restera déficitaire pendant toute la prochaine législature malgré l’augmentation plus importante que prévue de la croissance économique. Selon le ministère des Finances, le déficit augmentera l’endettement de la Finlande de 32,5 milliards d’euros pendant les quatre prochaines années. En 2015, la dette s’élèvera à 117 milliards d’euros.
Le ministère prévoit une croissance du PIB de 3,6 % pour l’année en cours et de 2,7 % pour 2012. Cette croissance ne suffira pas pour stabiliser l’économie publique.
KS/18

Chantiers navals

Le chantier de Turku a reçu une commande
Helsingin Sanomat relève que le chantier naval à Turku du groupe STX a reçu une commande de l’entreprise Gaiamare concernant la construction d’un cargo combiné spécial.
Selon le directeur du chantier de Turku, M. Jari Anttila, « le chantier commence immédiatement la planification et la construction commencera à la fin de l’été prochain. » La construction du navire donnera du travail à environ 300 personnes.
Le cargo est projeté pour transporter par exemple des matériaux de construction d’éoliennes en mer. Il sera également équipé pour lutter les marées noires.
HS/B5

Campagne d’associations religieuses contre l’homosexualité

Selon un chercheur, il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’une « vengeance » contre l’église devenue plus libérale
Mme Roman-Lagerspetz, chercheur politique, estime qu’il n’est pas exclu que la campagne contre l’homosexualité lancée par sept associations chrétiennes soit une contre-attaque consciente à l’égard de la libéralisation de l’église luthérienne.
Des centaines de personnes ont quitté l’église luthérienne à la suite de cette camapagne.
HS/A9

Mercredi 23 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye – réactions finlandaises

La Commission des affaires étrangères se réunira aujourd’hui
La commission parlementaire des affaires étrangères se réunit aujourd’hui pour un point sur la situation en Libye et dans le monde arabe.
Selon son président, M. Pertti Salolainen (conservateur), il sera question du fonctionnement de la politique étrangère et de sécurité commune de l’UE dans la gestion de crise de ces derniers mois.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, participera à la réunion.

Propos de la Présidente finlandaise
Interviewée par le journal télévisé de YLE, la Présidente, Mme Halonen, a exprimé ses réserves quant à un envoi de chasseurs Hornet finlandais en Libye. Elle n’a pas non plus souhaité spéculer sur d’éventuelles autres participations finlandaises à la crise.
Mme Halonen a considéré comme improbable l’envoi des Hornet en Libye, en précisant qu’à sa connaissance il n’y avait pas eu de demande à ce sujet. Selon elle, « la Finlande n’est pas un pays particulièrement spécialisé dans l’armée de l’air ».
Mme Halonen a constaté que le point fort des Finlandais réside traditionnellement dans les opérations de longue durée du type CIMIC (civil-military cooperation), qui allie les activités civiles et militaires.
A propos de l’emploi des groupements tactiques de l’UE, elle estime « qu’ils sont destinés à des tâches à durée déterminée ».
Elle considère également que les conditions politiques pour une opération d’armée de terre ne sont pas requises aujourd’hui.
Selon Mme Halonen, la communauté internationale a réagi rapidement sur la question de la Libye. Elle pense que la crise avec ses répercussions durera encore longtemps. « Ces choses durent plus longtemps que nous le pensons. L’ombre de toute utilisation de force est très longue. »
La présidente n’a pas souhaité spéculer sur une éventuelle future participation finlandaise dans la crise libyenne.
Yle.fi

Aamulehti note que le président français, M. Sarkozy, a présidé de manière énergique la réunion parisienne qui a décidé de la zone d’exclusion aérienne. Il est néanmoins resté silencieux quant à la direction de l’opération.
Le ministre français des Affaires étrangères, M. Alain Juppé, pense que la Ligue arabe ne souhaite pas que l’OTAN prenne la direction de l’opération. « Il faudra trouver une solution intermédiaire », écrit le journal.
Le quotidien relève que l’expert des questions du Proche-Orient, le professeur Jaakko Hämeen-Anttila estime que « le compte à rebours a déjà commencé pour Moammar Kadhafi » et qu’il a perdu sa crédibilité, sérieusement ébranlée depuis la révolte. » Il évoque la possibilité d’une prise de pouvoir par des proches de Kadhafi.
Selon le professeur principal de l’Ecole supérieure de défense nationale Juha-Antero Puistola, la guerre de position entre l’opposition et le pouvoir pourrait, dans le pire des cas, durer pendant des années. « Aucune des deux parties n’est capable d’aboutir à une solution militaire pour battre l’autre ». Selon Puistola, on ne peut pas vaincre le gouvernement sans combat de terre, ce que les gouvernements occidentaux ne sont pas prêts à soutenir.
Pour la directrice de l’Institut de politique étrangère, Mme Teija Tiilikainen, il n’y a pas encore de crise au sein de la coalition sur la direction de l’opération. « La question est soulevée, maintenant il faut faire quelque chose », dit-elle. Pour elle, il serait naturel que l’OTAN prenne le relais dans la situation actuelle. « C’est une organisation militaire qui possède les meilleures capacités pour ce type d’activités ».
Aamulehti évoque deux points de vue sur la question libyenne, un « contre » et un « pour » :
Un ancien conseiller du groupement Patria, le lieutenant-colonel de réserve Heinilä (68ans), estime que l’ONU a agi avec précipitation. Il critique également l’ancien commandant des forces armées finlandaises, le général Gustav Hägglund, qui a proposé l’envoi des chasseurs finlandais en Libye. Il est pour la politique de neutralité traditionnelle et la prudence.
Le chercheur de l’Institut de politique étrangère, M. Salonius-Pasternak (36ans), estime que le rôle de l’ONU dans la crise libyenne est historique : « Il y a vingt ans, on pensait qu’il bne fallait pas interférer dans les affaires internes des Etats ». Le chercheur est persuadé que les mesures décidées par l’ONU reposent sur une base solide, mais estime que l’opération manque d’objectif politique et stratégique.
M. Salonius-Pasternak pense que la Finlande pourrait agir comme la Norvège et le Danemark et participer davantage. « La ligne de la direction politique semble consister à penser que la Finlande pourrait envoyer des chasseurs, mais qu’étant donné que d’autres le font déjà suffisamment, la Finlande pourrait participer d’une autre manière. »
Pour lui, il n’y a pas de différence entre l’opération en Somalie et le mouilleur de mines Pohjanmaa, l’opération en Afghanistan et celle en Libye. Pour lui, c’est une question de choix politique.
AL/B17-18

UE : Crise de la dette

L’aide supplémentaire aux pays en difficulté a été accueilli de manière prudemment positive
Helsingin Sanomat rapporte que l’opposition finlandaise ne rejette pas catégoriquement le mécanisme européen de stabilité.
L’attitude de Mme Urpilainen, président du PSD, est prudemment positive. « Le parti social-démocrate considère comme important la création d’un mécanisme permanent. »
Le président des Vrais Finlandais, M. Soini, voterait, contre ce paquet qui augmenterait les garanties finlandaises à 11 milliards d’euros. M. Soini ne rejette pourtant pas directement le versement de l’argent liquide dans le fonds. Si les Vrais Finlandais se trouvent dans le gouvernement après les élections législatives, il est peut-être possible de négocier.
Selon M. Soini, « cela ne nous plaît pas, mais si on se met à négocier, il faut voir si on trouve quelque chose. » Pour M. Soini, l’essentiel est que le compromis ne sera pas fait à Bruxelles, mais en Finlande, sur la base du résultat électoral. « La politique est donc un art des possibilités. Cela est une chose difficile. Je ne peux pas approuver l’augmentation des garanties. »
Selon la Première ministre, Mme Kiviniemi, la Finlande tient à ses objectifs. Elle admet que la situation est difficile et l’augmentation des garanties n’est pas exclue.
Le ministre des finances, M. Katainen, croit qu’on ne peut pas éviter l’augmentation des garanties. Il souligne que les alternatives sont difficiles à réaliser et les autres Etats ne témoignent pas de compréhension pour la Finlande.
Le PSD veut connaître les détails sur les responsabilités des investisseurs. Mme Urpilainen souhaite avoir des détails supplémentaires aujourd’hui lors de la réunion de la grande commission du Parlement.
Le président de l’alliance des gauches, M. Arhinmäki, souhaite, quand à lui, une réforme de tout le système de stabilité.
Les chercheurs interviewés par Helsingin Sanomat estiment tous que les effets d’une éventuelle décision du prochain gouvernement de rester en dehors des mesures de stabilités ne sont pas clairs.
HS/B1

Propos de Mme Kiviniemi à Financial Times
Helsingin Sanomat relève que la Première ministre Kiviniemi a déclaré, lors d’une interview publié par Financial Times, qu’elle n’avait pas de mandat du Parlement pour augmenter les garanties.
« M. Soini a dit très clairement que son parti n’était pas prêt à accepter de nouvelles aides ou garanties à l’UE. Si c’est vraiment ce qu’il pense, cela signifie qu’il ne pourra pas entrer au gouvernement. »
HS/A9

Immigration

Dix fois plus d’immigrés arrivent en Finlande pour le travail que pour un asile
Helsingin Sanomat relève que l’immigration représente déjà plus de la moitié de la croissance de la population finlandaise. C’est le cas depuis 2007.
Le nombre de personnes d’origine étrangère résidant en Finlande a sextuplé en vingt ans. Leur nombre est actuellement de 170 000.
Sur les 24 000 demandeurs de permis de séjour en 2010, 16 000 l’ont obtenu : 4500 pour des études et 3000 pour le travail. Un asile a été accordé à 1800 demandeurs sur 4000.
M. Tanner de l’Office de l’immigration estime toutefois qu’il n’est pas exclu que le nombre de demandeurs d’asile venant de l’Afrique du Nord augmente.
M. Tanner estime que l’immigration est importante compte-tenu des besoins de main d’œuvre en particulier dans les villes.
HS/A7

Agence européenne de sécurité informatique

Mme Herranen nommée présidente de l’ENISA
Mme Herranen a été désignée présidente de l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA). Elle travaille actuellement au secrétariat des affaites internationales du ministère des Transports et de la Communication.
HS/A8

Politique intérieure

Economie

Nokia envisage des négociations concernant le destin de 16 000 employés dans le monde entier
Helsingin Sanomat relève que Nokia entend mettre en œuvre de nouveaux moyens pour s’occuper de l’emploi par la suite des personnels licenciés, sous forme de soutien à la création d’ entreprise, par exemple.
HS/B3

Alliance verte

Les Verts publient en ligne leur travail sur le programme du parti
Les Verts ont « libéré » leur travail politique sur leur programme à l’usage libre sur internet. Selon M. Kasvi, vice-président du parti, l’idée correspond bien à l’esprit d’une politique transparente du parti.
HS/A11

Roms

« Les mendiants sur le point d’être expulsés » HS
Helsingin Sanomat relève que selon le maire de Helsinki, M. Pajunen, il serait opportun de chasser les Roms de Kalasatama. La municipalité évoquera la question des Roms lors de sa réunion, lundi. Selon HS, la municipalité est très divisée en la matière.
Le ministre roumain de l’Emploi, de la Famille et de la Sécurité sociale, M. Mocanu, a effectué une visite en Finlande à l’initiative de l’ambassade de Roumanie en Finlande. Il a rencontré M. Pajunen pour évoquer la question des mendiants Roms.
M. Pajunen s’est félicité du fait que l’ambassade de Roumaine envisage de distribuer aux Roms des cartes européennes d’assurance maladie.
HS/A15

Adoption par des couples homosexuels

La majorité des candidats aux législatives favorables à l’adoption par des couples homosexuels
56,2 % des candidats aux législatives seraient favorables au droit d’adoption par les couples homosexuels d’un enfant autre que celui d’un des époux. Les deux extrêmes des attitudes en la matière sont représentées par les Verts, où 97 % y seraient favorables et les Démocrates chrétiens, où 97 % s’y opposent.
Depuis 2009, il est possible pour les coupes homosexuels d’adopter l’enfant d’un des époux.
HS/A11

France - Finlande

Salon du livre

Hufvudstadsbladet publie un article sur le Salon du livre de Paris.
HBL/19

Paris des artistes finlandais

Helsingin Sanomat publie un article sur des Finlandais résidant ou ayant résidé à Paris, dont Mme Saariaho, M. Salonen, Mmes Salo et Mälkki, qui présentent leurs coins favoris dans la capitale française.
HS/C1

Mardi 22 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

Participation finlandaise : Selon M. Stubb, il est improbable que des Hornet finlandais soient envoyés en Libye
Le ministre des Affaires étrangères, M. Stubb, relève que la Finlande étudiera calmement et avec modération les éventuels demandes d’assistance en Libye de la part de l’OTAN. Il relève que lundi soir, ni la Finlande ni la Suède n’avaient reçu un appel à l’aide. « J’excluerai la possibilité que la Finlande participe à cette opération avec ses Hornet », a-t-il dit, hier, à Bruxelles.
M. Stubb ne voit pas de rôle naturel pour la Finlande dans l’opération liée à la zone d’exclusion aérienne. Pour lui, des tâches mieux adaptées seraient liées à l’aide humanitaire, à l’évacuation ou à la mise en œuvre des sanctions.
HS/A6

« L’OTAN serait intéressée par l’entrée de la Finlande dans l’opération aérienne », titre Helsingin Sanomat
« L’OTAN serait intéressée par les possibilités de ses pays partenaires, et notamment la Finlande, à participer à l’embargo sur les livraisons d’armes en Libye et à la surveillance de la zone d’exclusion aérienne libyenne », affirme-t-on dans les bureaux de l’OTAN à Bruxelles, selon le quotidien Helsingin Sanomat.
Néanmoins, les dirigeants de la politique étrangère finlandaise indiquent qu’aucune demande d’aide n’a été formulée et que par conséquent, une participation finlandaise n’est pas à l’ordre du jour.
Selon une source anonyme de l’OTAN, il s’agirait davantage d’une « possibilité de voir qui seraient intéressés ».
« Les pays nordiques partenaires de l’OTAN possèdent des armées de l’air sophistiquées », a remarqué un représentant de l’OTAN. Selon lui, il serait facile d’intégrer dans l’opération les armées de l’air des pays tels que la Finlande et la Suède, qui ont déjà participé à des exercices de l’OTAN.
Le ministre de la Défense, M. Jyri Häkämies, a confirmé que le ministère finlandais n’a pas été contacté sur la coopération en Libye. « Ni de façon officielle, ni de façon informelle », a-t-il précisé.
Les journalistes Kari Huhta et Juha-Pekka Raeste notent toutefois que les chasseurs Hornet de la Finlande conviendraient parfaitement à la surveillance de la zone d’exclusion aérienne, si une décision politique sur leur participation était prise.
« Il existe une unité évaluée et certifiée OTAN en 2009, qui serait en mesure de remplir cette fonction », affirme le lieutenant-colonel Juha-Pekka Keränen de l’état-major de l’armée de l’air. L’unité comprend quatre avions de service et deux appareils de rechange.
Selon le lieutenant-colonel Keränen, les avions finlandais pourraient uniquement assurer des fonctions de défense aérienne, c’est-à-dire à assurer la sécurité de l’espace aérien libyen et celle des autres avions. Les Hornets finlandais ne possèdent pas de systèmes d’armes air-sol.
Ces appareils sont dispersés dans divers escadrons de l’armée de l’air et pourraient être en déploiement opérationnel en 30 jours.
« La Finlande pourrait participer à la situation en Libye par le biais des groupements tactiques de l’UE », a proposé le président de la commission parlementaire des affaires étrangères, M. Pertti Salolainen.
Le président de la commission parlementaire de la défense, M. Juha Korkeaoja, estime quant à lui, que « la Finlande ne devrait pas envoyer ses chasseurs Hornet en Libye pour surveiller la zone d’exclusion aérienne décidée par l’ONU.
HS/A4,6, SM/4

Editoriaux
« Il y a du travail également dans la gestion de crise civile » KS
L’éditorialiste de Keskisuomalainen estime que la Finlande pourrait assumer sa part de responsabilité comme membre de la communauté internationale au niveau de travail humanitaire pour assister les civils.
KS/2

« Pour l’instant tout va bien, mais après ? » AL
L’éditorialiste d’Aamulehti estime que l’opération en Libye manque de feuille de route claire concernant les objectifs, les moyens prévus et les délais.
AL/A2

Séisme au Japon

Tests de résistance des réacteurs nucléaires
M. Pekkarinen, ministre de l’Economie, qui a participé à la rencontre des ministres européens de l’Energie, relève que les tests de résistance concernant les 143 réacteurs nucléaires européens se basent sur le volontariat. Il est prévu que les chefs d’Etat et de gouvernement prennent position en la matière cette semaine.
Concernant l’information selon laquelle les tests pourraient être effectués dans les six prochains mois, M. Pekkarinen considère le délai comme étonnamment long.
HS/B4

UE : Crise de la dette

Selon M. Katainen, la part de la Finlande dans le mécanisme de stabilité s’élèvera à 12,5 milliards d’euros
Turun Sanomat rapporte que les ministres des finances de la zone euro ont décidé lundi que le mécanisme européen de stabilité sera mis en œuvre à compter de juillet 2013. Le mécanisme aurait une capacité de prêt de 500 milliards d’euros. "Le mécanisme disposera d’une base de capital de 700 milliards d’euros", a souligné M. Juncker lors d’une conférence de presse.
Le ministre finlandais des finances, M. Katainen, se félicité de l’accord. Selon lui, la part de responsabilité de la Finlande sera 12,58 milliards d’euros, dont 1,44 milliard d’euros de capital, le reste en garantie. .
TS/16

Elevage d’animaux à fourrure

Des manifestations en Europe contre Mme Kiviniemi
Helsingin Sanomat relève que selon l’association finlandaise Oikeutta eläimille, société pour la protection des animaux, des manifestations seront organisées aujourd’hui devant les ambassades de Finlande à Londres, Stockholm et Madrid. Les manifestants exigent l’interdiction de l’élevage d’animaux à fourrure en Finlande et la démission de la Première Ministre Kiviniemi.
HS/A9

Défense

Les hélicoptères Mi-8 pourraient aboutir en Hongrie à des fins de formation
L’avenir des deux hélicoptères Mi-8 de l’armée de terre retirés de l’usage reste incertain. L’experte du ministère de la Défense, Mme Sanna Laaksonen, confirme que la décision sur leur utilisation n’a pas encore été prise.
Selon la revue Ruotuväki, la rénovation des appareils en vue d’une utilisation en Afghanistan reviendrait trop chère. Elle affirme que pour y être opérationnels, ils devraient être mieux protégés.
La Finlande serait prête à céder ces hélicoptères par l’Initiative multinationale sur les hélicoptères (MHI), créée pour augmenter le nombre des hélicoptères dans les fonctions de gestion de crise. Céder les appareils finlandais à la formation en Hongrie concorderait avec les principes de l’initiative si toutefois la Hongrie s’engageait à envoyer d’autres hélicoptères en Afghanistan.
HS18.3/A13

Le groupe finlandais de gestion de crise à mi-chemin de l’opération Atalanta
Le navire mouilleur de mines Pohjanmaa vient de mener à bien une mission de protection. Partant de Mombasa au Kenya, il avait pris sous sa protection deux cargos pour les accompagner avec succès au large de Mogadishu pour continuer ensuite sa route vers le nord tout en surveillant le trafic maritime.
Ayant participé à toutes les fonctions principales de l’opération, Pohjanmaa est maintenant à mi-chemin de sa mission.
puolustusvoimat

Politique intérieure

Elections législatives

L’élite politique s’inquiète des faibles connaissances sur la politique des Finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que ? selon un sondage effectué pour le compte du quotidien, seulement 31 % des Finlandais savent quels sont les partis politiques représentés au gouvernement actuellement. A la lumière de ce sondage, 30 % pensent que le PSD participe au gouvernement. La moitié des jeunes de moins de 25 ans croient que l’alliance verte est dans l’opposition.
Le secrétaire général du PSD, M. Mikael Jungner, déplore le résultat du sondage et admet que le fait que les électeurs estiment que le PSD soit responsable des décisions du gouvernement actuel rend la campagne électorale plus difficile.
La ministre de la justice, Mme Tuija Brax, estime que l’ignorance renforce la méfiance et l’insécurité. Elle souligne que l’ignorance politique est également liée à un faible taux de participation aux élections.
HS/A13

L’âge moyen des candidats est de 45,4 ans
Selon le centre national des statistiques, 2 315 candidats, dont 39 % des femmes, se présentent aux élections législatives. L’âge moyen des candidats est de 45,4 ans.
Yle

Défense

L’équipement du soldat numérique par l’armée
Les équipements des soldats seront modernisés dans le cadre de la réforme globale de l’armée de terre. Le terminal de l’encadrement sera testé en premier.
L’armée se prépare à une réforme complète en matière d’équipement et de commandement de l’armée de terre. Il s’agit d’adopter le soldat finlandais à l’ère numérique.
Actuellement la défense nationale étudie et développe les équipements de haute technologie qui seront mis en service dans le cadre de la réforme complète de l’armée de terre.
La nouveauté principale de l’équipement des soldats consiste en un terminal du combattant qui révolutionnera la commande pour les combattants de l’infanterie.
Un terminal ressemblant à un pc permettra au soldat ordinaire d’entrer dans le réseau.
Les nouveaux appareils permettent une technique de combat auquel les conscrits seront formés à partir de 2013. Officiellement, la réforme complète de l’armée de terre prendra effet en 2016.
Le terminal du soldat pourrait être par exemple un petit ordinateur du type iPod Touch intégré dans son équipement, par exemple accroché au poignet.
Actuellement est étudié la possibilité d’intégrer le terminal du combattant au viseur de son arme.
Ce type de viseur multifonctionnel pourra être connecté au réseau, c’est-à-dire que l’image du viseur pourra être envoyée dans le réseau du groupe.
HS19.3/A9

La défense nationale prépare un manuel de conseils sur l’utilisation des médias sociaux
Un groupe de travail prépare un manuel de conseils sur l’utilisation des médias sociaux au sein de la défense nationale, et notamment pour les personnes se trouvant à l’étranger dans les opérations de gestion de crise. Son rapport devrait être prêt pour juin prochain.
Il sera notamment interdit aux soldats en opération de gestion de crise en Afghanistan de révéler dans Facebook des éléments liés aux activités opérationnelles ; de nommer des localités ou d’évoquer la taille des effectifs et les tâches futures.
TS19.3/17, AL19.3/A7

Lundi 21 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

La Finlande satisfaite de la résolution du Conseil de sécurité
La Présidente et le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité, ont évalué la situaiton en Libye vendredi dernier. La Finlande est satisfaite de la résolution du conseil de sécurité et espère que la violence qui s’exerce sur les civils prendra fin le plus vite possible.
Le Ministre des Affaires étrangères a déclaré que la Finlande n’avait reçu aucune demande de participation aux actions contre la Libye. Selon M. Stubb, l’UE évalue différents scénarios et les ministres des Affaires européennes en parleront lundi à Bruxelles.
« Il y a deux semaines, l’ONU a pris des sanctions strictes et maintenant elle vient d’adopter une résolution ferme pour protéger les civils. Cela montre que l’ONU est forte actuellement », selon M. Stubb. Il considère que la résolution a un caractère historique et fera jurisprudence, ce qui ne manquera pas de renforcer la responsabilité de la communauté internationale pour empêcher les violations des droits de l’homme. « Nous ne pouvons pas fermer les yeux quand les droits de l’homme sont violés et les personnes assassinées ». C’est un avertissement pour tous les dictateurs qui agissent de même ; cela prouve que personne n’est à l’abri du droit international ».
KS Kaleva

Commentaires
Propos de M. Iivonen
M. Iivonen, chef du service de l’information du ministère de la Défense, relève qu’il n’est pas facile d’obtenir des informations précises sur l’opération contre Kadhafi. Il relève que l’opération a été préparée depuis longtemps, mais il avoue qu’il n’est pas clair, pour son ministère, de savoir qui coordonne les attaques. « La France semble être la plus active, mais l’ONU a également un rôle important. Ainsi que les pays de l’OTAN, même si l’Alliance n’est pas la partie la plus active. »
Il relève que les plus grands risques ont été éliminés d’avance, dont le risque politique, c’est-à-dire les réactions critiques. Il ne s’agit pas d’une opposition de « l’occident contre le monde arabe », ce qui est très important, selon lui.
HBL/lun/3

Propos de M. Melasuo
Le professeur Tuomo Melasuo, du centre de recherche sur la paix de Tampere, craint que les frappes en Libye aient aussi pour effet de renforcer les extrémistes et leur influence. Il considère que les occidentaux n’ont d’autre choix que d’armer les opposants à Kadhafi sans pour autant avoir l’assurance que les insurgés de Bengazi sont plus démocrates que les soutiens de Kadhafi. M. Melasuo pense que M. Kadhafi sera certainement renversé, mais que cela n’est pas le principal : « en Libye, comme en Tunisie et en Egypte, la question est de savoir comment s’assurer que sera mis en place un processus politique durable ».
UD

« Le Président Sarkozy a pris de grands risques » KS
Keskisuomalainen estime que « reconnaître l’opposition libyenne était un risque mais Nicolas Sarkozy semble avoir réussi son pari puisqu’il a obtenu le soutien des pays occidentaux et de la ligue arabe ». Selon le quotidien, le Président français vise aussi à rattraper le retard de la réaction française après les changements de pouvoir en Egypte et en Tunisie.
KS

Editoriaux
« L’ONU implique une responsabilité étendue » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que l’ONU a montré que la communauté internationale n’était pas un tigre de papier. Le quotidien souligne qu’il ne faut pas oublier qu’outre l’UE et l’OTAN, l’Union africaine et la Ligue arabe ont demandé la fin des attaques contre les civils.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que le rôle de la France et de la Grande-Bretagne était cette fois déterminant. « La France était mue par la volonté de diriger une coalition à la place des Etats-Unis », estime HS.
Pour Aamulehti, la France et la Grande-Bretagne étaient les plus fervents défenseurs d’une intervention et ont reçu de manière surprenante le soutien de la ligue arabe alors que les Etats-Unis hésitaient.
Kaleva souligne que la résolution sur la Libye est venue au dernier moment et va renforcer le conseil de sécurité trop souvent paralysé par les membres permanents disposant d’un droit de véto.
HS/Sam HBL/sam AL/Sam Kaleva/Sam

« Un équilibre délicat » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que ce ne sera peut-être pas une tâche insurmontable que de militairement forcer le colonel Kadhafi à plier. Il sera beaucoup plus difficile d’éviter les victimes civiles.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que, si la France et la Grande-Bretagne ont été les plus en vue, ce sont les Etats-Unis qui disposaient des meilleurs moyens militaires pour prendre la responsabilité des opérations. « Il devrait être clair que sans cette opération et surtout le rôle actif de la France au conseil de sécurité de l’ONU, les troupes de Kadhafi auraient écrasé l’opposition et probablement tué en masse leurs opposants. Il serait dans les intérêts des Libyens que Kadhafi se retire le plus rapidement possible, mais il faut aussi se préparer à une opération longue et à de nouvelles décisions militaires ».
Pour Ilta-Sanomat, le plus facile est d’engager une guerre, mais dans le pire des cas il y aura une impasse : la violence continuera et il sera impossible de protéger les civils. On ne manquera pas alors se se rappeler en France aussi que « faire la guerre est plus difficile que de lancer une guerre ».
HBL/lun H/Lun IS/Lun

Séisme au Japon – réactions en Finlande

L’ambassade de Finlande se déplace à Hiroshima
L’ambassade de Finlande au Japon s’est temporairement installée à Hiroshima depuis vendredi soir. C’est le Danemark qui a proposé aux autres pays nordiques des locaux temporaires dans le bureau de son consul honoraire au Japon.
HS/sam/A6

Le Stuk a envoyé ses représentants au Japon
Le centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire a envoyé ses représentants au Japon, samedi, afin d’assister tant l’ambassade de Finlande que le Stuk dans la recherche d’information. Ils informeront également les Finlandais résidant au Japon.
Un représentant de Tekes, l’Agence nationale pour le développement technologique, est à l’ambassade de Finlande depuis le début de la catastrophe pour se rendre aux conférences de presse des ministères.
Le Stuk dispose d’une personne qui parle le japonais à Helsinki, afin de suivre les médias japonais.
HS/sam/A6

M. Katainen propose une étude commune à la Suède et la Russie sur la sécurité nucléaire
Le ministre des Finances, président du Parti conservateur, M. Katainen, propose que la Finlande, la Suède et la Russie étudient ensemble la situation de leurs réacteurs nucléaires en matière de sécurité.
M. Katainen se déclare favorable à des tests de résistance européens concernant les réacteurs nucléaires.
Il estime qu’il faudra profondément étudier les questions de sécurité en Finlande avant d’accorder des autorisations de construire pour les groupes énergétiques ayant obtenu l’accord de principe.
HS/dim/A9

Les Verts ne participeront pas à un gouvernement favorable à l’élargissement du parc nucléaire
Les Verts souhaitent que le prochain gouvernement ne présente pas d’autorisation à de nouveaux réacteurs nucléaires.
Mme Sinnemäki, ministre de l’Emploi et présidente des Verts, relève que son parti ne souhaitera pas participer à un gouvernement qui est prêt même à envisager l’élargissement du parc nucléaire. Elle estime que cette position devrait être scellée dès la formation du gouvernement.
Les Verts souhaitent qu’en cas d’éventuel accident, la responsabilité soit étendue aux actionnaires des groupes énergétiques. Dans ce cas, le risque à investir dans le financement de l’énergie nucléaire serait beaucoup plus important.
HS/dim/A9

M. Pekkarinen met en garde contre des conclusions trop hâtives sur l’accident au Japon
Hufvudstadsbladet relève que le ministre de l’Economie, M. Pekkarinen, estime qu’il ne faudrait pas tirer de conclusions hâtives sur l’accident au Japon. Il estime qu’il s’agit de voir quelles sont les leçons à tirer de l’accident.
Il s’entretiendra avec ses collègues européens aujourd’hui et estime que l’objectif devrait être d’obtenir les mêmes règles du jeu pour pouvoir compter sur le fait que les risques dans les différents pays sont examinés de la même façon.
Aamulehti relève que M. Pekkarinen estime qu’il ne faudrait pas, pendant la prochaine législature, prendre de décisions concernant de nouvelles autorisations de construire un réacteur nucléaire. Il estime qu’il faudrait investir dans l’énergie renouvelable.
HBL/dim/6, AL/dim/A4

Sondage : « L’accident n’a pas changé les positions des Finlandais sur l’énergie nucléaire » AL
Aamulehti rend compte d’un sondage effectué pour son compte sur les positions des Finlandais en matière d’élargissement du parc nucléaire. 50 % des Finlandais s’y opposent, tout comme selon un sondage d’Yle datant de l’année dernière.
38 % des personnes interrogées (48 % des femmes et 28 % des hommes) relèvent toutefois que leurs attitudes sont devenues clairement ou quelque peu plus négatives depuis l’accident au Japon.
AL/sam/A4

Transports de matériel nucléaire dans la Golfe de Finlande
Aamulehti relève que les autorités finlandaises ne sont pas bien au courant de la quantité de transports d’uranium dans la Golfe de Finlande. Une grande partie des transports d’uranium russe dans la cadre du commerce international passent par la mer Baltique.
Tant que les navires n’entrent pas dans les eaux finlandaises, il n’est pas prévu d’informer les autorités finlandaises.
AL/dim/A4

Pas de radiation détectée dans les arrivants de Tokyo
Keskisuomalainen relève qu’à l’aéroport de Helsinki-Vantaa, où le Stuk a mis en place la détection de radiation parmi les voyageurs qui arrivent de Tokyo, aucun taux alarmant n’a été observé.
KS/dim/13

UE : Crise de la dette

Mme Kiviniemi continue à se battre contre les garanties
La correspondante à Bruxelles de Kauppalehti rapporte qu’au conseil européen des 24 et 25 mars, la première ministre finlandaise a l’intention de se battre pour éviter une hausse des garanties de la Finlande aux pays en difficulté.
KL

Politique intérieure

Elections législatives

M. Katainen le candidat le plus populaire pour devenir Premier ministre
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué pour le compte du quotidien, le président du parti conservateur, M. Katainen, est le candidat le plus populaire pour le poste de Premier ministre avec 29 % d’audience. Il est suivi de Mme Kiviniemi, actuelle Première ministre et présidente du parti du centre (27 %), de M. Soini, président des Vrais Finlandais (18 %) et de Mme Urpilainen, présidente du PSD, qui n’a obtenu que 13%.
Les trois premiers sont plus populaires que leurs partis, tandis que Mme Urpilainen souffre d’un problème de crédibilité.
HS/sam/A8

Pour Mme Urpilainen, la voie de M. Soini est celle de la Grèce
Selon Helsingin Sanomat, Mme Urpilainen (PSD) critique la politique fiscale des conservateurs. Pour elle, la politique de droite a ruiné l’économie de toute l’Europe.
Elle critique également la politique économique des Vrais Finlandais. L’objectif du PSD est de mettre fin à l’endettement, tandis que les Vrais Finlandais veulent le poursuivre. « Cela signifie que la voie de M. Soini est la même que la voie de la Grèce. »
Mme Urpilainen ne souhaite pas inscrire dans le programme du prochain gouvernement l’extension du parc nucléaire finlandais.
HS/dim/A10

M. Soini préfère une coalition avec le centre et le PSD
Turun Sanomat relève que le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, annonce qu’il est clair qu’il quittera le Parlement européen pour le Parlement finlandais s’il est élu aux élections législatives.
Il souligne l’importance du résultat électoral et de la nomination d’un gouvernement majoritaire.
M. Soini préfère une coalition avec le parti du centre et le PSD au lieu de parti conservateur et de l’alliance verte. « Pour avoir une majorité de 110 sièges du Parlement on serait obligé de prendre le parti suédois au gouvernement », ajoute-t-il.
A la question de savoir quels sont ses portefeuilles préférés, M. Soini mentionne les ministères de l’intérieur, de la justice, de la défense et des activités économiques.
TS/dim/11

Endettement : La Finlande s’endette à hauteur de 8 milliards
Helsingin Sanomat relève que selon le ministère des Finances, la Finlande s’est endettée l’année dernière par 13 milliards d’euros. Cette année, l’endettement serait de 8 milliards d’euros. L’endettement continuera au même niveau, 8 milliards d’euros par an, aussi pendant la prochaine législature. D’ici 2015, la dette publique sera d’environ 117 milliards d’euros, soit 51 % du PIB.
HS/sam/A8

Economie : Croissance plus importante que prévue ?
Le ministère des Finances prévoit une croissance de 3,5 % pour l’économie finlandaise pour l’année en cours. En 2012, elle devrait être de 2,5 %.
HS/sam/B6

Energie : Les travaux sur le site d’Olkiluoto 3 interrompus ?
Les mesures de pression du syndicat de la métallurgie pourraient freiner les travaux du réacteur nucléaire d’Olkiluoto 3.
AL/sam/A4

Un séisme exceptionnel en Finlande du Sud
Samedi, un séisme de 2,6 magnitudes a eu lieu à Mäntsälä, en Finlande du Sud. Ce n’est pas souvent qu’il y a des séismes aussi forts en Finlande, et surtout pas dans le Sud du pays. Les séismes ont le plus souvent lieu en Laponie, et dans la région de Kuusamo.
Selon l’institut sismologique, ce séisme n’est probablement pas lié au séisme au Japon.
HS/dim/A10

Prisons : Le nombre de prisonniers étrangers a augmenté
Selon Aamulehti, en 1990, il y avait une vingtaine de prisonniers étrangers dans les prisons finlandaises. Actuellement il y en a 427, soit 13 % des prisonniers. Parmi les prisonniers étrangers, il y a le plus d’Estoniens (120 environ), des Lituaniens (30), des Roumains (30), des Irakiens (20) et des Suédois (20). Le coût total des prisonniers étrangers à l’Etat finlandais s’élève à 29 millions d’euros par an. Le coût d’un prisonnier est de 67 750 euros pas an.
AL/A4

Eglise orthodoxe : Le nombre de membres en baisse
Selon Helsingin Sanomat, le nombre de membres de l’église orthodoxe a commencé à baisser en 2010, pour la première fois depuis 1990. L’année dernière, 796 personnes ont quitté l’église. L’église orthodoxe avait 61 156 membres à la fin de l’année dernière, contre 61 253 fin 2009.
HS/sam/A21

France - Finlande

Salon du livre
Helsingin Sanomat publie, samedi et dimanche, des articles sur le Salon du livre de Paris.
HS/sam/C5, dim/C3

Easy Jet met fin à ses vols entre Paris et Helsinki
Selon Turun Sanomat, Easy Jet a décidé de mettre fin à ses vols vers la Finlande. Le dernier vol entre Helsinki et Paris aura lieu le 7 juillet prochain.
TS/sam/20

Vendredi 18 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Séisme au Japon – réactions en Finlande

« M. Heinonen recommande de quitter le Japon » HS
M. Heinonen, ancien directeur adjoint de l’AIEA, estime que les faits confirment l’évaluation américaine sur la gravité de la situation des réacteurs de Fukushima. Tout en espérant que la situation pourra être gérée dans les quelques jours qui viennent, M. Heinonen n’est pas très optimiste.
Il juge qu’il peut être opportun de quitter le Japon, mais conseiller de s’en remettre aux autorités locales et au Stuk. La radiation actuelle n’engendre un danger que pour ceux qui travaillent sur le site.
M. Heinonen estime que durant les trois dernières décennies, les menaces mondiales de risque nucléaire sont devenus plus importantes alors que les moyens de gérer ces risques sont restés les mêmes.
HS/A4

Tests de résistance des réacteurs nucléaires
Le ministre de l’Economie, M. Pekkarinen, relève, concernant les tests de résistance proposés par le ministre de l’Environnement autrichien, qu’en Finlande, « on effectue des tests de résistance d’une façon continue ». Il n’exclut toutefois pas la possibilité de tests européens effectués d’une façon coordonnée et selon certains principes.
« En principe, ce serait bien que l’humanité puisse se débarrasser de l’énergie nucléaire le plus rapidement possible. Mais à l’échelle mondiale, c’est toutefois une forme d’énergie plus sûre que beaucoup d’autres. »
HS/A6

Evacuation de Finlandais se trouvant à proximité des réacteurs
Les six Finlandais se trouvant toujours dans la proximité de Fukushima seront évacués, mais selon M. Stubb, ministre des Affaires étrangères, d’autres mesures d’évacuation ne sont pas nécessaires à l’heure actuelle.
Le ministère recommande d’éviter tout voyage à Tokyo et, pour ceux qui se trouvent au Japon, de quitter Tokyo et ses alentours pour se déplacer dans les parties sud du pays.
« La situation ne s’est pas améliorée », selon lui.
La Finlande va ouvrir une antenne de son ambassade à Hiroshima, à partir de ce soir.
HS/A7

Réunion des ministres des Affaires étrangères à Saariselkä annulée

La réunion est annulée en raison de la multitude de crises mondiales
La Finlande a annulé le sommet de Saariselkä informel prévu pour ce week-end en raison de la gravité de la situation au Japon et en Libye. Selon M. Stubb, ce n’était pas le moment pour des réflexions à long terme.
HS/A15

Politique intérieure

Elections législatives

Il n’est plus sûr que les conservateurs gagnent les élections
Helsingin Sanomat rapporte que, selon le politologue Sami Borg de l’université de Tampere, il y a maintenant quatre partis qui ont chacun la possibilité de devenir le plus grand parti. « Il ne va plus de soi que le parti conservateur gagne les élections législatives. »
Selon un sondage d’opinion effectué pour le compte de Helsingin Sanomat, le parti conservateur est toujours en tête avec une audience de 20,7 %. Il est suivi des Vrais Finlandais (18,4 %), du parti du centre (18,3 %) et du PSD (17,4 %).
L’augmentation de la popularité des Vrais Finlandais ne semble toutefois plus progresser aussi rapidement qu’il y a encore un mois.
Selon ce sondage, le nombre d’électeurs qui sont sûrs d’aller voter a augmenté : en ce moment, 64 % des personnes interrogées comptent voter. Un chiffre record pour les partisans des verts, 79 %, sont sûrs de voter. M. Borg estime que cela est dû au fait que l’alliance verte s’oppose fermement aux Vrais Finlandais. La catastrophe nucléaire du Japon peut aussi y jouer un rôle.
HS/A8

Le sondage d’Yle prévoit les Vrais Finlandais en quatrième position.
Le journal télévisé d’Yle, radiotélédiffusion finlandaise, a publié les résultats de son dernier sondage. Le parti conservateur mène avec une audience de 20,1 %. Le parti du centre et le PSD sont à l’égalité avec 18,1 %, suivis des Vrais Finlandais (17,2 %).
Près de 2 500 Finlandais ont été interrogés pour ce sondage entre le 28 février et le 15 mars.
Yle

Le premier débat télévisé n’a pas présenté de surprises
Helsingin Sanomat relève que les présidents des huit partis représentés au Parlement actuel, Mme Mari Kiviniemi (centre), M. Jyrki Katainen (parti conservateur), Mme Jutta Urpilainen (PSD), M. Paavo Arhinmäki (alliance des gauches), Mme Anni Sinnemäki (alliance verte), M. Stefan Wallin (parti suédois), Mme Päivi Räsänen (chrétiens-démocrates) et M. Timo Soini (Vrais Finlandais) ont participé jeudi au premier débat télévisé avant les élections législatives du 17 avril.
Les présidents des partis ont débattu de la crise de la dette et des garanties aux Etats en difficulté avec les arguments qu’ils ont utilisés au Parlement au début de la semaine. Selon M. Soini, si les Vrais Finlandais entrent au gouvernement, ils n’acceptent pas l’augmentation des garanties. « La Finlande ne sera pas mise à la porte de l’euro pour cela. » Selon Mme Kiviniemi c’est exactement ce qui va se passer si la Finlande rejette l’augmentation des garanties : « Nous sommes en train de faire un paquet européen. Il faut y participer ou quitter l’euro. »
La majorité des présidents ont actuellement une attitude réservée ou négative à l’égard d’une éventuelle demande de Fortum concernant la construction d’un nouveau réacteur nucléaire. MM. Katainen, Wallin et Soini sont les seuls qui sont favorables à ce projet.
HS/A8

Sûreté nationale

M. Pelttari désigné à la tête de la Supo en remplacement de M. Salmi
M. Antti Pelttari, secrétaire d’Etat de la ministre de l’Intérieur, Mme Holmlund, a été désigné remplaçant intérimaire de M. Salmi à la tête de la Sûreté nationale (Supo) à compter du 15 avril pour une durée déterminée de quatre ans.
HS/A10

Economie

Confiance en l’avenir
La confiance en l’avenir des Finlandais concernant leur situation économique, s’est déteriorée par rapport à l’année dernière, selon une étude de la banque Tapiola.
27 % des Finlandais estiment que leur pouvoir d’achat s’est affaibli depuis les douze derniers mois contre 20 % qui exprimaient cette opinion en 2010.
HS/B4

France

Parlement européen
Turun Sanomat rend compte du mécontentement de la France à l’égard de la décision du Parlement européen de réduire d’une semaine les séances plénières du parlement à Strasbourg.
TS/2

Jeudi 17 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Séisme au Japon – réactions en Finlande

Un risque constant de séisme à Tokyo
M. Haavisto, député de l’Alliance verte, a organisé une table ronde sur la situation au Japon. M. Schalin du ministère des Affaires étrangères relève que le risque d’un séisme est toujours important. M. Heikkinen de l’Institut sismologique confirme cette information et précise que le risque d’un grand séisme ne disparaîtra que dans deux à trois mois.
HBL/6

Un travail de plus de vingt ans
Selon M. Valtonen, directeur au Stuk, le travail pour démanteler les réacteurs nucléaires devenus inutilisables prendra plus de vingt ans. Actuellement, il s’agit de les stabiliser et M. Mattila, inspecteur au Stuk, estime que les autres mesures n’ont même pas pu être envisagées pour l’instant.
HS/A5

Selon Mme Halonen, les gouvernements doivent investir dans les énergies renouvelables
La Présidente, Mme Halonen, estime que la crise japonaise a dévoilé les risques de l’énergie nucléaire. Elle estime que les gouvernements devraient considérer le nucléaire comme une source d’énergie temporaire et continuer à développer les sources d’énergie renouvelable.
Elle relève que la Finlande n’envisage pas de suspendre la construction des réacteurs approuvés par le Parlement, mais elle estime qu’à long terme, il faudrait que la Finlande se détourne de l’énergie nucléaire.
Pour elle, l’engagement de la Finlande dans l’élargissement du parc nucléaire montre que la Finlande est beaucoup plus favorable à l’énergie nucléaire que les autres pays européens en général.
UD/6

« La Finlande est entourée de réacteurs nucléaires » HS
Helsingin Sanomat fait état de la vingtaine de réacteurs nucléaires situés dans la proximité de la Finlande.
Les réacteurs de Sosnovyi Bor près de Saint-Pétersbourg sont les plus problématiques du point de vue finlandais. Ils sont vieux et représentent le même type de réacteur que celui de Tchernobyl.
HS/A6

Les Finlandais annulent leurs voyages prévus au Japon
Selon la compagnie aérienne Finnair, les Finlandais ont annulé des voyages au Japon. Il y a eu des places pour tout le monde sur les vols du Japon vers la Finlande.
HS/A4

L’Ambassade du Japon en Finlande reçoit les condoléances des Finlandais
Outre le gouvernement, des dizaines de particuliers, associations et municipalités ont contacté l’Ambassade de Japon en Finlande pour présenter leurs condoléances.
HS/A4

UE : Crise de la dette

Commentaires
« Seule la Finlande perle d’alternatives aux garanties aux Etats en difficulté » HS
« La France pousse à un gouvernement économique » KL
La correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat écrit que la Finlande est actuellement le seul pays européen qui cherche des alternatives à un renforcement du fonds de stabilité européen. Les autres pays européens ont accepté l’idée qu’il faudra augmenter la capacité effective du fonds de 250 à 440 milliards d’euros.
La Finlande aussi s’est engagée à le renforcer ; Elle cherche toutefois des alternatives, mais les autres Etats n’y sont pas intéressés. Ils devraient prendre une décision dès la semaine prochaine concernant l’augmentation de la capacité effective du fonds, estime HS.
La correspondante à Bruxelles de Kauppalehti relève que la Première ministre finlandaise a évité de répondre à la question de savoir si un sommet des pays de l’euro allait devenir régulier. Ce serait le début d’un gouvernement économique de l’UE. « Cela pourrait accélérer la prise de décision, mais risque d’avoir pour effet que n’y participent qu’une partie des Etats de l’UE, tous n’étant pas dans l’UEM, souligne KL.
HS KL

Parlement européen

La France attachée au siège à Strasbourg
La correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat rapporte que la France a l’intention de saisir la CJCE de la décision du Parlement européen de diminuer ses réunions à Strasbourg.
La députée européenne Satu Hassi (Verts) estime que la réaction de la France n’est pas surprenante mais risque d’entraîner une contreréaction du parlement européen qui pourrait décider de diminuer les frais de mission à Strasbourg dans le budget européen.
HS

Sureté

Selon la SUPO, l’espionnage contre les Finlandais à l’étranger est de plus en plus agressif
Les fonctionnaires finlandais à l’étranger ont subi en 2010 plus d’actions agressives de renseignement de la part des services étrangers estime la Sureté générale finlandaise. Les actions des services étrangers en Finlande contre les fonctionnaires, les chercheurs ou les journalistes ont aussi été nombreuses.
La SUPO consacre 39% de son budget (16 millions d’euros) au contrespionnage.
HS

Politique intérieure

Elections législatives

Selon un nouveau sondage, les Vrais Finlandais sont devenus le deuxième parti
Selon un sondage d’opinion récent effectué pour le compte de Helsingin Sanomat, le parti conservateur est toujours en tête avec une audience de 20,7 %. Il est suivi des Vrais Finlandais (18,4 %), du parti du centre (18,3 %) et du PSD (17,4 %). L’alliance verte a une audience de 8,8 %, l’alliance des gauches 7,8 %, le parti suédois 4,1 % et les chrétiens-démocrates 3,5 %.
HS.fi

La campagne électorale commence maintenant
Helsingin Sanomat rappelle dans son éditorial que les élections législatives auront lieu dans un mois et le Parlement vient de commencer sa pause électorale qui sera interrompue par la clôture solennelle de la Diète le 12 avril.
Près de 40 députés quitteront le Parlement de leur propre gré. La plupart des autres députés doivent être inquiets, vu que, selon les estimations, une grande partie, peut être la moitié d’entre eux ne seront probablement pas réélus.
Les présidents des partis politiques participent à de nombreux débats électoraux et le premier débat électoral télévisé aura lieu ce soir sur la TV1.
HS/A2

Le ministère de la justice veut encourager les jeunes à voter
Selon Aamulehti, le ministère de la justice a créé un groupe concernant les élections sur Facebook pour encourager les jeunes à voter. Le ministère envoie aussi 120 000 lettres aux jeunes qui ont le droit de voter pour la première fois. Les immigrés ayant obtenu la nationalité finlandaise sont également encouragés à voter et le ministère de la justice organise des débats électoraux pour eux. Sur son site électoral, le ministère propose de l’information sur les élections en 20 langues.
Il y aura 2 315 candidats, soit 300 de plus qu’en 2007. Le vote par anticipation sera organisé du 6 au 12 avril dans 901 bureaux de vote (39 de plus par rapport à 2007). Les 2 361 bureaux de vote seront ouverts de 9h à 20h le jour de vote, le dimanche 17 avril. En 2007, il y avait 250 de bureaux de vote en moins.
En 2007, le taux de participation a été de 67,9 %. A la lumière des sondages d’opinion, on estime que le taux de participation pourrait augmenter un peu.
AL/A10

Un débat fade sur les impôts
Helsingin Sanomat relève que les présidents des trois plus grands partis, Mme Mari Kiviniemi (centre), M. Jyrki Katainen (Parti conservateur) et Mme Jutta Urpilainen (PSD) ont participé mercredi à un débat sur la politique fiscale et économique, organisé par l’association des contribuables. Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, y était également invité mais il a refusé d’y participer.
Tous les trois estiment qu’il faudra augmenter les impôts de 1 à 1,5 milliards d’euros, garantir la compétitivité des exportations finlandaises, investir dans la formation et les projets de transport, ainsi que prolonger les carrières professionnelles.
Les présidents des trois grands partis ne sont toutefois pas unanimes sur les solutions contre l’endettement. M. Katainen et Mme Urpilainen soulignent qu’il faut modifier la structure des communes, mais Mme Kiviniemi s’y oppose.
HS/A10

M. Stubb estime que l’ambiance du débat sur l’immigration est angoissante
Selon Suomenmaa, le ministre des affaires étrangères, M. Alexander Stubb, a estimé, lors d’un séminaire sur l’emploi des immigrés, que l’ambiance dans le débat sur l’immigration était angoissante en ce moment.
M. Stubb a souligné que le succès et la croissance économiques de la Finlande étaient basés sur l’ouverture, aussi au monde extérieur. Il rappelle que la Finlande des années 1970 était renfermée et isolée. La situation est totalement différente mais cela ne se voit pas dans le débat sur l’immigration.
Le chef de la diplomatie finlandaise souligne que la Finlande a maintenant devant elle des choix importants pour savoir si le pays compte continuer dans la voie de l’ouverture internationale.
SM/9

France - Finlande

Littérature

Salon du livre
Hufvudstadsbladet, Demari et Turun Sanomat présentent le Salon du livre de Paris qui est inauguré aujourd’hui et qui a comme thème les pays nordiques.
HBL/24-25

Mercredi 16 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Séisme au Japon – réactions en Finlande

Mme Sinnemäki demande des durcissements concernant les autorisations de construction de réacteur nucléaire
Mme Sinnemäki, ministre de l’Emploi et présidente des Verts, a souhaité, hier, que le prochain gouvernement s’engage à restreindre l’énergie nucléaire. Elle souhaite que les partis s’engagent à ne pas prendre de décisions de principe en faveur de la construction de nouveaux réacteurs lors de la prochaine législature. De plus, elle souhaite que l’on puisse suspendre les autorisations déjà accordées et étudier si les évaluations sur les risques sont à jour.
Le ministre de l’Economie, M. Pekkarinen, rappelle que les nouvelles demandes d’autorisation de construction de réacteurs nucléaires seront déposées dans 18 à 30 mois. Il estime qu’il convient, si cela est possible, de durcir le processus de demande d’autorisation. « L’autorisation de construire n’est pas une question purement technique », selon lui.
HS/A7

Les partis politiques prêts à durcir les conditions des autorisations de construire une centrale
Keskisuomalainen relève que l’on peut détecter une volonté chez les partis politiques de resserrer les conditions d’autorisation de construire un réacteur nucléaire concernant les projets de TVO et de Fennovoima. Plusieurs députés, dont M. Ville Niinistö (Verts) et M. Orpo (parti conservateur) ont estimé qu’il serait opportun de réévaluer les règlements concernant la sécurité en la matière.
KS/10

Mme Kiviniemi critique sur un élargissement du parc nucléaire
Le PSD ne souhaite pas que le nucléaire figure dans le prochain programme de gouvernement
La Première ministre estime que la question du nucléaire n’est pas prête à être évoquée de printemps et ne doit pas figurer dans le programme gouvernemental. Elle estime toutefois qu’il ne faut pas s’interdire de revenir sur une éventuelle autorisation à donner à Fortum le droit de construire une nouvelle centrale (pour remplacer celle de Loviisa) durant la prochaine législature.
Le PSD ne voit pas de besoin de mentionner l’élargissement du parc nucléaire dans le programme gouvernemental, quand bien même Fortum le souhaite.
KL

Selon le STUK, tout va bien
Le directeur du STUK estime que « la situation au Japon n’influence en rien la Finlande. Ici (en Chine où M. Laaksonen est en visite), on se demande comment il est possible que les Japonais ne sachent rien faire.. Les méthodes de travail sont là-bas si différentes que si la solution n’est pas dans un livre, ils sont désemparés ».
M. laaksonen s’étonne de la demande d’évaluations supplémentaires exigées par le ministère finlandais de l’économie. Selon M. Laaksonen, les évaluations demandées par le ministre existent déjà et le stuk peut les rédiger en deux heures. « C’est la politique », regrette-t-il.
M. Laaksonen insiste sur le niveau de sécurité des centrales finlandaises par rapport aux centrales japonaises.
KL

Selon Mme Halonen, l’énergie nucléaire ne représente pas une « baguette magique » pour la Finlande
La Présidente, Mme Halonen, a justifié la décision finlandaise de recourir à l’énergie nucléaire par le fait qu’il est approuvé comme un moyen de s’efforcer de maîtriser le changement climatique. Elle précise toutefois que l’énergie nucléaire n’est pas une baguette magique.
« Nous prenons sérieusement au compte le fait que ce qui peut se passer en théorie, peut arriver en réalité », a-t-elle dit.
Elle n’estime pas que les événements au Japon aient un grand effet sur le débat en Finlande. « L’énergie nucléaire est approuvée au nom du traité de Kyoto. »
Mme Halonen souligne que de toute manière, il faudra que la Finlande avance vers de nouvelles sources d’énergie.
HS/A5

Le ministère des Affaires étrangères n’envisage pas d’évacuer les Finlandais
M. Stubb, ministre des Affaires étrangères, relève que tant que les vols commerciaux fonctionnent (Finnair maintient actuellement ses vols vers trois destinations japonaises), il n’y a pas lieu d’organiser l’évacuation des Finlandais du Japon. Il a demandé aux Finlandais déjà rentrés du Japon, ces derniers jours, d’en informer le ministère des Affaires étrangères.
Le ministère recommande d’éviter de voyager dans les régions concernées par les risques et de considérer la possibilité de se déplacer de ces régions vers les parties sud du pays.
A l’aéroport de Helsinki-Vantaa, on a mis en place un scanner pour mesurer la radioactivité des voyageurs arrivant du Japon. Le matériel appartient au Stuk, et ce sont les douanes qui l’utilisent.
UD/6-7

Manifestation contre le nucléaire
Une manifestation pour honorer les victimes de la catastrophe japonaise et pour s’opposer à l’énergie nucléaire a rassemblé environ 2000 personnes à Helsinki. Des manifestations ont été organisées dans d’autres villes finlandaises aussi.
HS/A7

Afghanistan

Le soldat blessé en Afghanistan rapatrié aujourd’hui en Finlande
Le soldat finlandais blessé en Afghanistan sera rapatrié aujourd’hui en Finlande. Ses blessures ne sont pas mortelles mais demandent une longue convalescence.
Les casques bleus finlandais en Afghanistan n’ont pas voulu commenter l’incident.
La semaine dernière, 150 nouveaux soldats, notamment la première compagnie de chasseurs finlandais, avaient débarqué en Afghanistan.
Il s’agit du second incident de ce type en peu de temps, le précédent ayant eu lieu en août 2010.
AL/A10, KS/5, TS/7

OTAN

Les officiers finlandais souhaitent l’adhésion de la Finlande à l’OTAN
Plus de 70% des généraux et des colonels sont favorables à l’adhésion de la Finlande à l’OTAN, indique un sondage effectué par le syndicat des officiers (Upseeriliitto) sur 1600 de ses membres.
Prés de la moitié des élèves officiers en activité à la défense nationale sont favorables à l’entrée de la Finlande à l’OTAN.
Ces résultats diffèrent sensiblement des positions notées parmi les simples citoyens dont environ 25% sont pour l’adhésion.
Le président du syndicat, le lieutenant-colonel Harri Westerlund, précise que plus de cent généraux et colonels ont répondu au questionnaire, ce qui donne une fiabilité statistique au résultat.
Il y a en Finlande environ 80 colonels et 30 généraux en service actif.
HS.A14

UE : Crise de la dette

Selon M. Katainen, les pays de l’euro préparent encore l’augmentation des garanties aux pays en difficulté
Turun Sanomat relève que les ministres des finances des pays de l’euro ont décidé mardi de se réunir encore lundi prochain pour continuer les négociations sur l’augmentation des garanties aux pays en difficulté.
Le ministre finlandais des finances, M. Jyrki Katainen, a refusé de commenter les propos de la Première ministre, Mme Kiviniemi, sur les garanties. Il ne croit pas que les détails de l’augmentation des garanties puissent être décidés encore la semaine prochaine, mais plutôt au cours du printemps. Il souligne que la Finlande veut étudier aussi d’autres possibilités afin d’augmenter la capacité du fond de stabilité.
TS/12

Politique intérieure

Parlement

Mme Kiviniemi a répondu à la motion de censure sur les garanties finlandaises déposée par l’alliance des gauches
Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement
Turun Sanomat rapporte que la Première ministre, Mme Kiviniemi, a répondu mardi à la motion de censure déposée par l’alliance des gauches sur les garanties finlandaises. Dans sa réponse, Mme Kiviniemi a admis que les pressions afin d’augmenter les garanties n’ont pas disparu.
Le premier signataire de la motion de censure, M. Paavo Arhinmäki, président de l’alliance des gauches, a accusé le gouvernement d’avoir doublé les garanties finlandaises même si la Première ministre qui a peur des élections a voulu en donner une image tout à fait différente.
Selon l’interprétation du président du groupe parlementaire du PSD, M. Eero Heinäluoma, Mme Kiviniemi a déjà conclu un accord international au nom de la Finlande.
Au dernier vote de toute la législature, le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement par 104 voix contre 62.
Après le vote, le président du Parlement, M. Sauli Niinistö a souhaité, à 21h13, le succès aux candidats aux élections, « à chacun selon ses mérites ».
La pause électorale sera interrompue par la clôture solennelle de la Diète le 12 avril. Les élections législatives auront lieu le dimanche 17 avril.
TS/9

Egalité

Les ministres lancent un défi aux entreprises concernant le nombre de femmes dans les conseils d’administration
Le secrétariat du Premier ministre et le ministère des Affaires sociales et de la Santé ont organisé une table ronde sur le statut des femmes dans la direction des entreprises.
M. Wallin, ministre chargé de l’Egalité, et M. Häkämies, ministre chargé de la gestion des entreprises de l’Etat, estiment que lors de la prochaine législature, il conviendrait d’atteindre l’objectif de la recommandation, qui date de 2003 , de 40 % de femmes dans les conseils d’administration des entreprises de l’Etat.
KL/11

Travailleurs étrangers

90 % des Finlandais estiment que les travailleurs étrangers devraient avoir les mêmes conditions d’emploi que les Finlandais
Uutispäivä Demari rend compte d’un sondage effectué pour le compte du syndicat JNS qui montre que 88 % des Finlandais souhaitent que les travailleurs étrangers soient traités d’une façon égale au niveau des conditions d’emploi.
Les personnes interrogées pensent ainsi indépendamment de leur âge, sexe, profession, affiliation politique ou de leur lieu de résidence.
UD/10

Investissements

La Finlande a attiré peu d’investissements étrangers
Selon Helsingin Sanomat, malgré la relance économique, la Finlande n’a pas attiré en 2010 autant d’investissements étrangers que prévu. Selon M. Tuomo Airaksinen, directeur général d’Invest in Finland, organisation qui dépend du ministère des activités économiques et du travail, « 162 entreprises étrangères se sont établies en Finlande l’année dernière, ce qui n’est que la moitié du chiffre de l’année précédente ». Les investisseurs les plus importants ont été des entreprises suédoises, britanniques, danoises et norvégiennes.
Selon les statistiques de la Banque de Finlande, l’afflux des investissements étrangers en Finlande a été déficitaire de 300 millions d’euros.
Les investissements finlandais à l’étranger se sont élevés à environ 3 milliards d’euros, soit 400 millions d’euros de moins qu’en 2009.
HS/B4

Mardi 15 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Séisme au Japon

M. Pekkarinen demande une évaluation sur les risques des réacteurs nucléaires
Le Stuk (Centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire) effectuera un contrôle des systèmes de sécurité des réacteurs finlandais. Le ministre de l’Economie, M. Pekkarinen, souhaite contrôler l’alimentation électrique et la protection en cas d’inondation des réacteurs nucléaires. Il estime que les systèmes sont à jour, mais qu’il convient d’effectuer une étude après l’accident au Japon.
Des contrôles ont été effectués avant : il y a quelques années, l’eau de la Golfe de Finlande est montée plus haut que jamais et il s’est agi de vérifier qu’il n’y aurait pas de risque à Loviisa.
Le commissaire européen à l’énergie a invité les ministres concernés à une réunion à Bruxelles, mardi. La Finlande y sera représentée par un fonctionnaire.
SM/5, KS/10, HS/B4

Selon les groupes énergétiques, des évaluations sur les risques sont effectuées
Les groupes énergétiques Fortum, TVO et Fennovoima relèvent qu’ils envisagent d’effectuer leurs propres études et examiner ce qui s’est passé au Japon dès qu’ils auront des informations plus précises.
KS/10

Pas de nouvelles positions de la part des dirigeants politiques
Une manifestation prévue à Helsinki
Une manifestation organisée par des organisations environnementales aura lieu ce soir à Helsinki.
KS/10

Mme Lehtomäki rappelle les risques de la production énergétique nucléaire
La ministre de l’Environnement, Mme Lehtomäki, estime qu’il faut qu’en Europe, on tire les leçons des dégâts engendrés pour les réacteurs nucléaires par le séisme et le tsunami. Elle estime que la situation au Japon nous rappelle d’une façon horrible les risques liés à la production de l’énergie nucléaire.
Elle insiste sur l’importance de bien étudier ce qui s’est passé et en apprendre tout ce qu’on peut, a-t-elle dit lors de la réunion avec ses homologues européens à Bruxelles. Elle n’est toutefois pas favorable à des « tests de résistance » au niveau européen. Elle préfère recourir au Stuk en la matière.
Pour elle, les événements au Japon se refléteront sur le débat sur l’élargissement du parc nucléaire. « Ils auront un effet sur l’atmosphère et sur la prise de décision », selon elle.
SM/5, HS/A8

Le Stuk envisage d’étudier les problèmes de sa communication
Le Stuk étudiera les problèmes techniques informatiques qui ont bloqué son site, samedi, et développer ses activités pour que cela ne se reproduise pas.
Un site commun à différentes administrations a été développé depuis 2005, mais on ne connait pas encore la date d’ouverture de ce site.
HS/A6

Le ministère des Affaires étrangères recommande d’éviter tout déplacement au Japon
Le ministère finlandais des Affaires étrangères recommande d’éviter de voyager au Japon, et notamment à Tokyo ainsi que les parties nord-est du pays.
Il n’est toutefois pas pour l’instant prévu d’évacuer les Finlandais résidant au Japon.
www.yle.fi

UE : Crise de la dette

Pas d’accord des ministres des Finances
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande est considérée au niveau européen comme « un cas problématique », en raison de son opposition à l’augmentation des garanties aux pays en difficulté. HS souligne qu’il est très difficile pour la Finlande d’accepter un doublement de ses garanties de 8 à 16 milliards d’euros. Le ministre des Finances, M. Katainen, a refusé, hier, à Bruxelles, de commenter les négociations.
Kauppalehti rapporte que la Ministre de l’environnement, Mme Paula Lehtomäki a déclaré, hier, à Bruxelles, que « la situation change rapidement. Nous n’avons pas encore pris de nouvelle décision, mais il faudra certainement trouver une solution au conseil européen de mars. C’est pourquoi il faut prendre de nouvelles décisions [au niveau national] et obtenir un mandat du Parlement ».
TS KL HS

Il faut que le gouvernement accepte d’augmenter les garanties de la Finlande
Le député européen finlandais Carl Haglund (parti suédophone) considère que les déclarations de la Première ministre Mari Kiviniemi selon qui la Finlande n’aura pas à augmenter ses garanties est contradictoire et étrange. »Il est très difficile de comprendre qu’elle ait pu dire cela. Ici, à Bruxelles, tout le monde a compris qu’après la réunion de vendredi les garanties aux Etats vont augmenter. En pratique cela veut dire que les garanties de la Finlande vont aussi augmenter. Les déclarations de Mme Kiviniemi ne font qu’apporter de l’eau au populisme », déclare M. Haglund.
Il souhaite au contraire que le gouvernement finlandais soit franc et explique pourquoi il faut augmenter les garanties.
TS

Libye

« Selon M. Stubb, une victoire de Kadhafi serait un scénario affreux » TS
En visite à Jyväskylä, le ministre des Affaires étrangères Alexander Stubb a exprimé ses inquiétudes sur la Libye.
« La position de la Finlande est simple et claire. Si l’on en vient à une solution militaire, elle devra se fonder sur une résolution du conseil de sécurité de l’ONU. Une zone d’exclusion aérienne ne pourrait être réalisée que par l’OTAN qui y réfléchit actuellement car toutes les solutions doivent être envisagées. Le principal, outre l’ONU est que la Ligue arabe donne son soutien ».
Pour M. Stubb, le pire scénario serait que Kadhafi matte la rébellion. « Il s’agit d’une éternelle question posée à la communauté internationale : quand devons-nous intervenir pour protéger les personnes. Les Etats se doivent de protéger leurs citoyens, par exemple contre une épuration ethnique. Si un Etat est dans l’incapacité de le faire, à qui cela revient-il ? ». M. Stubb espère que la communauté internationale ne va pas oublier la Libye au moment où l’intérêt se porte sur la catastrophe dont est victime le Japon.
TS

Afghanistan

Un soldat finlandais blessé en Afghanistan
La défense nationale révèle qu’un soldat finlandais a été blessé par un tir fratricide en Afghanistan. L’accident a eu lieu à Mazar-i-Sharif au Camp Nothern Lights au moment où l’unité finlandaise se préparait à partir pour des exercices de tir. Le soldat est soigné dans un hôpital de campagne allemand.
HS.fi

Politique intérieure

Parlement

L’alliance des gauches dépose aujourd’hui une motion de censure sur les garanties finlandaises
Uutispäivä Demari relève que l’alliance des gauches déposera aujourd’hui en séance plénière une motion de censure concernant l’augmentation des garanties finlandaises.
Selon Mme Annika Lapintie, présidente du groupe parlementaire, il y a assez de signataires de députés d’autres partis de l’opposition pour que l’alliance des gauches puisse déposer la motion de censure.
Le président du groupe parlementaire social-démocrate, M. Eero Heinäluoma, souligne que le gouvernement devrait proposer de sa propre initiative un compte-rendu sur les décisions prises au sommet européen de vendredi dernier. Le groupe parlementaire du PSD se réunit aujourd’hui pour évoquer la question.
UD/2

Beaucoup de changements depuis le début de la législature
Helsingin Sanomat fait le bilan de la législature : le Parlement élu au printemps 2007 s’est réuni 538 fois en séance plénière et a voté 2 953 lois. Les différentes commissions se sont réunies 5 479 fois et ont rédigé 1 124 rapports et 1 289 avis. Jusqu’à présent, le gouvernement a répondu à 12 motions de censure déposées par l’opposition.
Parmi les députés, M. Matti Vanhanen, Mme Tuula Haatainen, M. Jari Koskinen, Mme Liisa Hyssälä et M. Jukka Mäkelä ont quitté le Parlement pour d’autres fonctions. Mmes Liisa Jaakonsaari et Heidi Hautala et M. Timo Soini ont été élus parlementaires européens. Mme Susanna Haapoja et M. Tommy Tabermann sont décédés et M. Claes Andersson a quitté le Parlement pour des raisons de santé. Deux députés, Mme Merikukka Forsius et M. Markku Uusipaavalniemi, ont changé de groupe parlementaire.
HS/A5

Elections législatives

Les thèses de Suomen Sisu se trouvent dans le programme des Vrais Finlandais
Les conservateurs ont effectué une croisière électorale
Helsingin Sanomat relève que le programme des Vrais Finlandais a beaucoup emprunté aux thèmes et aux thèses de l’organisation Suomen Sisu notamment en ce qui concerne la lutte contre le supranationalisme ou l’importance des valeurs nationales. Suomen Sisu était précédemment l’organisation de jeunesse de la fédération finnoise et s’est fait connaître pour ses membres qui niaient l’existence de l’holocauste. Des membres de Suomen Sisu sont candidats des Vrais Finlandais aux législatives.
HS

« Qui prendra le pouvoir ? » TS
« Ne pas critiquer Soini, c’est jouer avec le feu » AL
Dimanche, dans Turun Sanomat, Heikki vento estimait que, exceptionnellement ces élections législatives sont l’occasion d’une nouvelle répartition du pouvoir. « Si les Vrais Finlandais arrivaient seconds, cela serait une surprise ; premiers, cela serait un bouleversement historique ». C’est M. Soini qui risque d’être le faiseur de roi car les autres chefs de partis doivent réussir à convaincre de nouveaux électeurs et à empêcher leurs électeurs de rejoindre M. Soini.
Aamulehti regrette que « les chefs des grands partis qui visent le poste de Premier ministre (MM. Katainen, Mmes kiviniemi et Urpilainen) se sont littéralement couchés devant M. Soini. C’est une expression très forte, mais que dire de chefs de partis qui s’empressent d’affirmer qu’ils sont prêts à gouverner avec M. Soini ? En Suède au contraire les présidents de parti ont indiqué qu’ils n’étaient prêts à aucune coopération avec les démocrates suédois ». Pour Aamulehti, le problème est qu’il sera impossible d’avoir confiance dans le fait que les députés des Vrais Finlandais pourront respecter un programme gouvernemental. « Or, ce dont la Finlande aura besoin dans les années à venir, c’est d’un gouvernement stable et efficace ».
AL TS

Inflation

Les prix ont augmenté en Finlande plus rapidement que dans la zone euro
Helsingin Sanomat relève que l’inflation a été en Finlande fin février de 3,3 %, contre 2,4 % dans les pays de la zone euro. Les prix ont augmenté de 0,6 % de janvier à février.
HS/B8

Vaccin contre le H1N1 - Narcolepsie

Selon Mme Risikko, les familles auraient des dédommagements
Selon Helsingin Sanomat, l’institut national de la santé et du bien-être a reçu 69 annonces concernant la narcolepsie. Au total 900 annonces sur des effets négatifs liés aux vaccinations contre la grippe A (H1N1) ont été rapportées, dont 182 cas graves.
Selon le ministère des affaires sociales et de la santé, il est probable que les familles des enfants victimes de la narcolepsie auront des dédommagements.
HS/A8

France - Finlande

Musique

Concert de Manu Chao en Finlande
Helsingin Sanomat relève que Manu Chao se produira au festival Ruisrock à Turku, en juillet.
HS/C1

Littérature

Littérature nordique présentée au Salon du livre de Paris
Keskisuomalainen relève que le Salon du livre de Paris, qui aura pour thème la littérature nordique, présentera, parmi les écrivains finlandais, Sofi Oksanen, Monika Fagerholm, Kari Hotakainen, Seita Parkkola, Matti Rönkä et Johanna Sinisalo.
KS/21

France

Beaux-arts

Exposition Mondrian
Helsingin Sanomat rend compte de l’exposition consacrée à Piet Mondrian au Centre Pompidou.
HS/C1

Lundi 14 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Japon

« Selon Mme Kiviniemi, il n’y a pas lieu de réévaluer les décisions sur l’énergie nucléaire » AL
La Première ministre, Mme Kiviniemi, estime qu’en Finlande, on n’aura pas besoin de réévaluer l’opportunité de l’élargissement du parc nucléaire. Elle estime qu’en Finlande, les réacteurs sont mieux protégés qu’au Japon.
M. Katainen, ministre des Finances, ne pense pas que l’accident japonais ait un effet sur les futures décisions finlandaises sauf si le Stuk (Centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire) présente des évaluations qui nécessitent une réévaluation de ces décisions.
Helsingin Sanomat estime que la situation japonaise peut avoir comme conséquence le fait que le remplacement des réacteurs actuels de Loviisa par de nouveaux ne sera pas inscrit dans le programme gouvernemental. C’est une question promue par le Parti conservateur. Mme Brunila du groupe énergétique Fortum estime que son groupe ne pourra pas contacter de fournisseurs de réacteur s’il n’y a pas de signal fort comme quoi une autorisation est politiquement possible.
TVO et Fennovoima quant à eux n’estiment pas que l’accident japonais aura un effet sur leurs projets de réacteur.
M. Pekkarinen, ministre de l’Economie, souhaite que les acteurs finlandais du domaine de l’énergie nucléaire étudient de près quelles sont les mesures préventives à Olkiluoto et à Loviisa en cas d’inondations et de disfonctionnements de l’alimentation électrique. Il souhaite que ces questions soient claires pour le public.
Mme Urpilainen, présidente du PSD, souhaite que les pratiques finlandaises en matière de sécurité nucléaire soient évaluées dans le but de voir s’il y a lieu de les modifier.
Le président de l’Alliance des gauches, M. Arhinmäki, demande que la politique finlandaise en matière de l’énergie nucléaire soit réévaluée. Il rappelle que son parti n’accepte pas l’élargissement du parc nucléaire comme une solution durable du point de vue de l’environnement ou du climat.
AL/dim/A8, HS/dim/A7

“M. Heinonen compte sur le savoir-faire des Japonais dans une situation grave” HS
Helsingin Sanomat a interviewé M. Heinonen, ancien directeur adjoint de l’AIEA, qui estime que la situation des réacteurs japonais est exceptionnelle et relativement grave. Il s’inquiète le plus pour des éventuels séismes postérieurs qui pourraient endommager les réacteurs déjà affaiblis.
Il estime que les Japonais disposent de la meilleure expertise dans ce domaine.
M. Heinonen n’exclut pas la possibilité que l’accident ait un effet sur l’opinion publique concernant l’énergie nucléaire, notamment dans des pays à risque séismique important.
HS/lun/A7

« Selon Greenpeace, l’image donné sur les risques de l’énergie nucléaire n’est pas réaliste » HS
Alors que les acteurs du secteur nucléaire assurent qu’un accident tel que celui du Japon est extrêmement improbable en Finlande et que les risques de catastrophe naturelle et terroristes sont pris en compte, Greenpeace estime que le risque existe quand même. Il est caractéristique de l’énergie nucléaire que les risques sont très importants même s’ils sont peu probables, selon Greenpeace.
HS/lun/A7

Mme Urpilainen souhaite une étude vaste sur les systèmes de sécurité des réacteurs dans les régions à risque sismique
Mme Urpilainen estime que la Finlande pourrait prendre l’initiative dans le sens d’une étude approfondie concernant les arrangements de sécurité des réacteurs nucléaires dans des régions à risque sismique important.
Elle estime qu’il pourrait être opportun de se mettre d’accord sur la restriction de construction de réacteurs nucléaires dans des régions à risque important.
UD/22

Editorial : « Fukushima donne un nouvel avertissement » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’une question sérieuse liée à l’énergie nucléaire est celle de savoir comment assurer un contrôle véritablement efficace des réacteurs. Ou serait-ce que les investissements nécessités sont tellement importants qu’à la fin on est toujours prêts à prendre des risques ?
Est-ce qu’il est possible que l’on veuille garder des réacteurs en marche même s’ils ne remplissent plus les critères modernes sur la sécurité ?
L’éditorialiste estime que les effets de Fukushima se sentiront certainement en Finlande lorsqu’on se préparera à prendre position sur l’autorisation de construction de deux réacteurs.
HS/dim/A2

Le site du Stuk bloqué
15 000 visiteurs ont suffi pour bloquer le site du Stuk, samedi. L’information a dû être transférée sur Facebook. M. Järvinen, spécialiste de l’informatique, regrette, dans le courrier des lecteurs de Helsingin Sanomat que la modernisation de l’information officielle en cas de crise, prévue après le tsunami en 2004, n’a toujours pas eu lieu.
HS/lun/C5

L’ambassadeur de Finlande au Japon est parti pour Tokyo avec des comprimés d’iode
M. Gustafsson, l’ambassadeur de Finlande à Tokyo, est reparti au Japon, hier, avec des comprimés d’iode à distribuer aux Finlandais résidant au Japon.
UD/22

Pas d’aide finlandaise au Japon
Le séisme n’ébranle pas les entreprises finlandaises
La Finlande s’était apprêtée à envoyer de l’aide au sauvetage à hauteur de 50 personnes, mais le Japon a annoncé que, pour l’instant, il n’en avait pas besoin.
Le Japon est seulement le quinzième partenaire commercial de la Finlande. La vie économique finlandaise ne devrait pas être grandement touchée par le séisme du Japon.
HS/lun/B2 UD/22

Sommet européen

Crise de la dette
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande s’est opposée à des conclusions qui auraient entérinées une augmentation des garanties européennes. « Avec l’Allemagne et les Pays-Bas, c’était notre objectif tout le temps. Il s’agit en quelque sorte d’une question de confiance », a dit Mme Kiviniemi, samedi matin.
La crise de la dette commence à devenir une affaire politiquement difficile à supporter pour la Finlande et d’autres pays, écrit Helsingin Sanomat.
La marge de manœuvre de la Première ministre finlandaise, Mme Kiviniemi était restreinte car le Parlement finlandais ne lui avait pas donné le mandat d’augmenter les garanties accordées par la Finlande et donc l’enveloppe du fonds d’aide mis en place en mai 2010.
Mais il ne s’agit que d’une victoire partielle car la Finlande a du accepter que la capacité effective du fonds d’aide soit portée de 250 à 440 milliards d’euros. Mme Kiviniemi qui s’y était longtemps opposée a du finalement l’accepter.
Le gouvernement a demandé la réunion de la Grande commission du parlement, vendredi, pour l’informer de la situation de négociation à Bruxelles. Mme Kiviniemi n’a pas déclaré les raisons d’une telle convocation. Turun Sanomat relève que le Parlement néerlandais a, pour sa part, accordé à son gouvernement un doublement de ses garanties.
Le Président de la Grande commission du parlement finlandais, M. Tuomioja a déclaré que l’opposition aurait souhaité empêché le gouvernement d’accepter l’augmentation de la capacité effective du fonds d’aide mais que le gouvernement ne l’a pas accepté. « Il est donc tout à fait possible que le gouvernement vienne bientôt demander au parlement un doublement des garanties de la Finlande de 8 à 16 milliards d’euros. Le gouvernement espère bien entendu qu’il n’aura pas à le dire ou à passer devant le Parlement avant les élections », a déclaré M. Tuomioja.
En ce qui concerne le pacte de compétitivité, la presse souligne qu’il ne pose pas de difficultés à la Finlande. « Nous avons réussi à défendre nos objectifs : le pacte de compétitivité fonctionnera dans le cadre des traités fondateurs ce qui signifie que la Commission y jouera un rôle clair et les décisions nationales seront respectées, notamment sur la politique salariale », selon Mme Kiviniemi. La Première ministre souligne que ce sont les pays de l’euro en difficulté qui doivent résoudre leurs problèmes. « Chaque Etat doit améliorer sa compétitivité par des mesures qu’ils choisissent de prendre ».
HS TS KS

Editoriaux et commentaires
Helsingin Sanomat estime que « le sommet européen a surpris les commentateurs par sa capacité à prendre des décisions rapidement, contrairement à ce qui était attendu » ; Aamulehti estime que « le sommet fut, par ses résultats, étonnamment bon ». « Finalement il aura été possible de prendre des décisions satisfaisantes pour tous sur tous les sujets sauf l’allègement des conditions de prêts à l’Irlande ». En conclusion, l’éditorialiste d’Aamulehti estime toutefois « qu’en dépit de ses résultats, le sommet des pays de l’euro est un exemple de plus des défauts de l’UE : l’union arrive rarement à des résultats sauf en période de crise, ce qui est mauvais tant pour les décideurs que pour les électeurs ».
Helsingin Sanimat souligne qu’il y avait une contradiction de façade à Bruxelles : on a décidé de renforcer les garanties européennes du fonds de stabilité mais dans son communiqué la Première ministre finlandaise a assuré qu’il n’y avait actuellement pas de nécessité pour augmenter les garanties. Ce n’est qu’une contradiction de façade : les dirigeants ont décidé de leur capacité à intervenir, mais pour la Finlande il était important qu’aucune promesse concrète ne soit prise. « Au moins pas avant les élections », conclut l’éditorialiste.
HS AL

Libye
Helsingin Sanomat rapporte que les dirigeants européens ont décidé que l’UE était prête à envisager l’usage de la force militaire contre la Lybie de Kadhafi si le conseil de sécurité de l’ONU et la ligne arabe l’acceptent. « Dans la déclaration finale, nous montrons à Kadhfi la porte. Il doit partir », a souligné la Première ministre Mme Kiviniemi qui a assuré qu’il n’y avait pas eu d’opposition entre la France, qui a reconnu le conseil national de transition libyen et les autres pays.
Mme Kiviniemi a souligné que les dirigeants européens n’avaient pas discuté des détails d’une opération militaire. « Le conseil européen n’est pas le bon forum pour définir les détails militaires. Il y a tant d’autres mesures à prendre pour stabiliser et développer la région, qu’il n’y a pas lieu de réfléchir d’abord à des mesures militaires. Si on envisageait des frappes, il faudrait avoir le soutien des organisations régionales « la ligue arabe et l’union africaine) et de l’ONU. Il ne revient pas à l’UE de décider de cela ; l’organisation idoine en serait plutôt l’OTAN avec le mandat de l’ONU ».
HS AL TS

Frontex

A l’occasion d’une interview du directeur de frontex, le Finlandais Ilkka Laitinen, qui souligne que des milliers de jeunes souhaitent immigrer d’Afrique vers l’UE, Aamulehti rappelle que la Finlande s’oppose toujours fermement à un partage du fardeau de l’immigration. La ministre de l’Intérieur, Mme Holmlund (parti conservateur) estime que chaque Etat membre doit répondre de ses propres frontières. « Le système de Dublin souligne la responsabilité des Etats membres. Je considère comme problématique que l’on souhaite revenir sur cela. Il ne serait pas bon qu’une personne qui demande l’asile en Italie ou en Grèce puisse venir comme demandeur d‘asile en Finlande. »
AL

Corps diplomatique

La résidence de l’ambassade d’Indonésie a été détruite vendredi
Selon Helsingin Sanomat, un incendie a détruit la résidence de l’Indonésie vendredi pendant la matinée dans le quartier de Munkkiniemi. Treize unités de sapeurs-pompiers ont participé à l’extinction de l’incendie qui a commencé dans les locaux où se trouve le sauna. Le personnel a pu sortir de l’immeuble, deux personnes ont été légèrement blessées.
HS/samA19

Violations de l’espace aérien finlandais

Un avion des Etats-Unis est soupçonné avoir violé l’espace aérien finlandais au sud des Iles Aland le 9 mars au soir.
Un avion suédois est soupçonné avoir violé l’espace aérien finlandais dans le nord du pays le 8 mars.
Defmin.fi

Politique intérieure

Parlement

L’alliance des gauches compte déposer une motion de censure sur les garanties finlandaises
Uutispäivä Demari relève que l’alliance des gauches a l’intention de déposer une motion de censure concernant l’augmentation des garanties finlandaises du financement de la crise de l’euro. M. Paavo Arhinmäki, président du parti, estime que la Première ministre, Mme Kiviniemi, n’a pas expliqué de façon claire quelle sera la part de la Finlande. Pour l’alliance des gauches, une question de cette importance ne peut pas être résolue seulement dans la grande commission, il faut l’évoquer en séance plénière.
Le PSD n’a pas encore pris position sur son éventuelle participation à la motion de censure. L’alliance des gauches n’a que 17 députés et elle a donc besoin de quelques signataires de plus. Pour une motion de censure au Parlement, il faut réunir vingt députés. Le gouvernement a quinze jours pour donner sa réponse.
UD/3

Elections législatives

Les conservateurs ont effectué une croisière électorale
Helsingin Sanomat rapporte que le président du parti, M. Jyrki Katainen, a été la grande vedette de la croisière électorale des conservateurs ce week-end. M. Stubb a dû annuler sa participation en raison de la catastrophe au Japon.
Dans son discours, M. Katainen a critiqué les partis de l’opposition et a fait une différence entre la politique d’ouverture de son parti et la fermeture des autres, dont le PSD et les Vrais Finlandais. « Il est triste que les héritiers de Lipponen se cachent derrière les buissons pour critiquer. Le PSD a été un parti européen mais maintenant il suit les Vrais Finlandais », selon M. Katainen.
HS/lun/A10

Banque de Finlande

M. Liikanen reconduit
Helsingin Sanomat relève que la Présidente, Mme Halonen, a nommé vendredi M. Erkki Liikanen pour un second et dernier mandat au poste de gouverneur de la Banque de Finlande pur une période de sept ans à partir du 12 juillet prochain.
Les délégués bancaires du Parlement ont été unanimes pour proposer la nomination de M. Liikanen.
Le directoire de la banque centrale comprend actuellement trois personnes, M. Liikanen et MM. Pentti Hakkarainen et Seppo Honkapohja.
HS/sam/B9

Défense

Sans réforme de l’armée, c’est l’impasse, selon le général Puheloinen
Vendredi dernier lors d’une table ronde du comité de planification de l’information de la défense nationale, le général Ari Puheloinen, a demandé à ce que la future réforme de la défense nationale soit clairement inscrite dans le prochain programme gouvernemental. « Si aucune réforme n’est réalisée, la défense nationale se trouvera dans une impasse à la fin de la décennie », a-t-il affirmé.
Les positions des partis divergent sur les mesures d’économies de la défense nationale. Le parti Social-démocrate, l’alliance des Gauches et le parti des Verts seraient tout de suite prêts à faire des économies sur le budget de la défense. « Le gouvernement et le parlement suivants devront faire des économies d’environ 5% dans tous les secteurs, et la défense n’y échappera pas », affirmait le député des verts, M. Pekka Haavisto.
Les autres partis ne toucheraient pas au budget en raison des projets de réforme.
Le parti des Vrais Finlandais feraient des concessions pour la gestion de crise internationale, mais dépenseraient plus pour la défense de la Finlande.
Le financement de l’armée est devenu une question épineuse dans la campagne des élections législatives.
La défense nationale absorbe trop d’argent, c’est la raison pour laquelle une importante réforme est prévue dans l’armée. Tous les partis politiques s’accordent à dire qu’il faut fermer des garnisons.
Mis à part les centristes et les vrais finlandais, les autres partis modifieraient le système actuel de service militaire.
HS12.3/A15

Vendredi 11 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

Selon M. Stubb, on ne peut pas reconnaitre un mouvement rebelle
Le ministre des Affaires étrangères, M. Stubb, estime que « nous ne pouvons pas reconnaître un mouvement de rebelles ni une opposition. La Finlande et 25 autres Etats membres de l’UE estiment qu’il n’est possible de reconnaitre que des Etats. » Concernant les anciens ministres de l’Intérieur et de la Justice de l’administration de Gaddafi, M. Stubb constate que, depuis les vingt dernières années, « ils ne sont pas blancs comme la neige sur les questions de droits de l’homme ».
M. Stubb relève qu’on ne connaît pas la composition de l’opposition. « Nous ne pouvons pas savoir qui ils sont. » Pour lui, le point de départ de l’UE est de négocier avec toutes les parties sans reconnaître qui que ce soit.
Concernant la répartition des tâches sur la question libyenne au sein de l’UE, M. Stubb a dit qu’il souhaitait que ce soit Mme Ashton [et non pas M. Van Rompuy] qui prépare la déclaration en la matière.
En ce qui concerne une interdiction de vol, M. Stubb estime que c’est une mesure militaire très puissante et lourde qui implique la destruction des systèmes anti-missile, des aéroports et de l’aviation du pays. C’est une opération qui nécessite une décision du Conseil de sécurité de l’ONU.
M. Stubb estime que l’on peut élargir les sanctions visant la Libye.
HS/B1, TS

Mer Baltique – Transports

La ministre des Transports propose un délai plus important concernant les restrictions en matière d’émissions de soufre
La ministre des Transports, Mme Vehviläinen, souhaite une période de transition plus importante concernant les restrictions sur la quantité de soufre dans les carburants des navires de transport maritime dans la mer Baltique.
Elle propose qu’au lieu d’entrer en vigueur en 2015, la restriction soit mise en œuvre en 2020 ou 2025.
C’est surtout l’industrie forestière qui a critiqué ces restrictions qui devront entrer en vigueur dans la mer Baltique plus tôt que dans le reste des mers du monde.
Selon Helsingin Sanomat, il n’est pas probable que la Commission européenne modifie sa position en la matière.
M. Forsius du Centre environnemental de Finlande estime, lui aussi, qu’il ne faudrait pas revenir sur les délais des restrictions.
HS/B9

Politique des brevets

Le brevet européen n’avance pas
Aamulehti relève que le projet de créer un système de brevet commun en Europe a essuyé un grave revers cette semaine. Selon Mme Liisa Huhtala, conseillère au ministère du travail et des activités économiques, la décision de la cour européenne (s’opposant à une cour des brevets européenne) est importante et il faut maintenant trouver de nouvelles idées. Mme Huhtala souligne que l’idée d’une cour des brevets ne sera pas entièrement abandonnée et qu’il faut trouver un moyen pour résoudre les litiges concernant les brevets au sein de l’UE.
Les litiges sur les brevets sont actuellement résolus dans les tribunaux nationaux.
AL/A8

Crise financière européenne

Le gouvernement et l’opposition ont continué leur débat sur l’UE
L’opposition a accepté les excuses de Mme Kiviniemi
Lors de la dernière séance de questions orales au parlement, le débat sur la crise financière européenne a continué à dominer les discussions. La Première ministre a répété qu’elle avait choisi un mauvais terme (en qualifiant l’opposition d’« antipatriotique ») et qu’elle présentait ses excuses.
Les débats au Parlement se sont de nouveau concentrés sur la somme des garanties de la Finlande aux pays en crise sans que l’on ne consente à donner une somme définitive aux députés. Devant la grande commission, le sujet fut traité plus en détail sans que toutefois le gouvernement n’obtienne de mandat de négociation, rapporte Kesksiuomalainen.
HS KS

Editoriaux et commentaires
Helsingin Sanomat rappelle que les députés doivent se parler dans l’hémicycle avec respect. Il est toutefois rare que le président de séance doive faire des remarques aux députés. Si cela a parfois été le cas lorsque l’on a pu faire référence à l’origine juive de quelqu’un, le président de séance n’a pas jugé bon d’intervenir lorsque les mots « nègres » ou « tsigane » (péjoratif) ont été prononcés en séance. Le directeur du service politique du Helsingin Sanomat estime que Mme Kiviniemi devrait réfléchir à ses propos car le patriotisme est une notion sacrée en Finlande. « Quand un gouvernement de centre-droit accuse l’opposition de gauche d’antipatriotisme, les fantômes de la guerre civile se réveillent ».
L’éditorialiste de Keskisuomalainen considère que la première ministre a commis une grave erreur et que, « dans les jours qui viennent, on mesurera sa résistance et sa personnalité ».
Le quotidien du Centre, Suomenmaa, estime que les propos de l’opposition sur la Grèce relève du populisme et qu’en défendant les objectifs de la Finlande pour les prochaines négociations européennes, la Première ministre défendait l’intérêt de la patrie.
Aamulehti craint pour sa part que la politique politicienne risque de coûter cher si elle a pour conséquence d’empêcher l’UE de prendre des décisions sur la crise financière européenne. Il y a le risque que les marchés en fassent payer le prix à l’ensemble de l’UE.
Kauppalehti relève que l’UE est devenue le bouc émissaire de l’opposition en Finlande. Ni l’opposition, ni le gouvernement n’acceptent le pacte de compétitivité franco-allemand, mais tous les dirigeants responsables savent bien qu’il faudra revenir sur le sujet. Le principal souci du gouvernement reste le Portugal qui, s’il devait faire appel au fonds européen de stabilité financière, nécessiterait de convoquer le Parlement, ce qui serait pain béni pour les Vrais Finlandais avant les élections.
HS KS SM KL

Politique intérieure

Législatives

Face à face
Mmes Urpilainen et Kiviniemi opposées aussi en dehors du Parlement
Les présidents des partis politiques ont participé, hier, à un débat électoral organisé par les syndicats. Le débat entre Mme Kiviniemi et Mme urpilaine a retenu l’attention, les deux chefs de partis ne cessant de se couper la parole et de s’interpeler sur la fiscalité.
« Outre la montée des Vrais Finlandais, la tension politique de ces élections à venir semble se concentrer sur l’opposition entre le Centre e tle PSD », estime Ilta-Sanomat.
HS IS

Parti des Vrais Finlandais

Les Vrais Finlandais ont des candidats avec un passé redoutable
Aamulehti rapporte que, parmi les candidats des Vrais Finlandais, il y a des personnes qui sont membres de l’association Suomen Sisu qui a antérieurement publié des messages néo-nazis sur son site. Parmi ces candidats il y a MM. Jussi Halla-aho, conseiller municipal à Helsinki, et Teemu Lahtinen, conseiller municipal à Espoo. M. Lahtinen souligne que Suomen Sisu n’a plus de membres qui nient l’holocauste.
M. Vesa-Matti Saarakkala, vice-président des Vrais Finlandais, dit qu’il ne sait presque rien de cette association. Selon lui, l’association ne doit plus avoir beaucoup d’activités.
AL/A8

Points de vue
« On caresse les Vrais Finlandais dans le bon sens du poil » VL
Dans le journal des Verts, Vihreä Lanka, le journaliste Taneli Heikka soulignait la semaine dernière qu’il y a « une énorme différence entre les médias suédois qui tirent à boulets rouges sur leurs populistes nationalistes, les médias finlandais les traitent avec des gants de velours, alors même que ces deux partis sont faits du même bois ». En effet, « ils proposent tous deux un retour aux années 50 et ont des programme à connotation raciste et non sans rappeler la politique industrielle, culturelle et identitaire du national-socialisme. »
Quand les démocrates suédois sont entrés au parlement aux élections de 2010, les médias suédois ont clamé fort : « non à l’intolérance ». En Finlande, il n’y a pas eu de telle discussion sur les valeurs. Le programme des Vrais Finlandais contient les mêmes éléments inquiétants que celui des démocrates suédois, mais en Finlande on se contente d’expliquer que le racisme n’est pas central dans ce parti issu des mouvements de protestation ruraux.
M. Heikka estime que les responsables en sont les médias finlandais qui ont toujours considéré les mouvements extrémistes comme faisant partie de la société et n’en étant jamais mis au ban. Cela fut le cas à l’égard de l’extrême droite dans les années 30 ou de l’extrême gauche dans les années 70. C’est ce que l’on fait actuellement avec les Vrais Finlandais. Mais ce faisant ils contribuent à pourrir le système de l’intérieur et on n’a jamais besoin de débattre des tendances antidémocratiques du pays. Comment sortir de ce cercle vicieux ? C’est bien difficile car la seule chose qui s’attaque à ce consensus, c’est … la montée du parti des Vrais Finlandais. Les médias devraient se demander pourquoi les électeurs n’ont pas d’autre moyen de protestation que de se tourner vers les Vrais Finlandais. »
VL

« Les Vrais Finlandais se banalisent » VL
Le journal des Verts, Vihreä Lanka, publie un billet pour souligner que, petit à petit la rhétorique de tous les partis en vient à emprunter aux Vrais Finlandais. Cette semaine, ce sont d’abord les propositions des Vrais Finlandais sur l’utilisation des fonds de pension finlandais pour lancer des travaux d’infrastructure qui ont monopolisé le débat. Ensuite, le débat sur les garanties au fonds de stabilité européen s’est déroulé dans l’ombre de M. Soini. « Les Vrais Finlandais sont en train de devenir la Vraie Finlande. Il n’est plus de bon ton de se moquer de M. Soini et les ministres ne peuvent plus balayer d’un revers de main une question des Vrais Finlandais au motif qu’elle serait infondée ou fallacieuse. Et de plus en plus d’électeurs commencent à penser que, oui, en réalité M. Soini a des positions réellement raisonnables ; ou que l’on s’est trop longtemps tu sur l’immigration et que M. Soini est le seul qui dit la vérité ».
« Les anciens partis en sont même venus à préparer leur futur programme de gouvernement de manière extrêmement vague sur les sujets préemptés par les Vrais Finlandais comme l’immigration, l’aide financière européenne ou le soutien à la culture. De cette manière les Vrais Finlandais se banalisent. »
VL

Banque de Finlande

Le gouvernement propose de prolonger le mandat de M. Liikanen
Le gouvernement propose que la Présidente, Mme Halonen, renouvèle le mandat de M. Liikanen à la tête de la Banque de Finlande.
HS/B6

Olkiluoto

Les syndicats finlandais critiques les entreprises étrangères du chantier d’Olkiluoto-3
Turun Sanomat relève que les présidents de quatre grands syndicats critiquent certaines entreprises étrangères du chantier d’Olkiluoto-3 pour avoir violé les conditions de travail finlandaises et ne pas prendre au sérieux les exigences du mouvement syndical finlandais.
Selon les délégués des syndicats sur le chantier, il y a de plus en plus de preuves concernant les violations des conventions collectives finlandaises.
Le syndicat de métallurgie a dû se battre surtout avec l’entreprise polonaise KMW Engineering qui réalisé des travaux de climatisation. Trois syndicats comptent boycotter le chantier pour que cette entreprise applique les règles.
TS/15

Selon le PSD, le droit à l’action en justice est nécessaire à Olkiluoto
Selon Uutispäivä Demari, les sociaux-démocrates exigent que les syndicats aient le droit d’introduire une action collective. Pour le PSD, les problèmes au chantier d’Olkiluoto montrent concrètement que ce droit est nécessaire.
UD/7

Narcolepsie

Dix nouveaux cas
Yleisradio relève que 69 Finlandais sont atteints de narcolepsie que l’on soupçonne être une conséquence de la vaccination contre le H1N1.
HBL/4

Champagne découvert aux Îles Åland

Vente aux enchères
Hufvudstadsbladet relève qu’une vente aux enchères de deux bouteilles de champagne retrouvé dans l’épave reposant dans les eaux ålandaises sera organisée en juin. Les 50 000 euros éventuellement récupérés par bouteille seront destinés à des fins de recherche maritime historique et archéologique ainsi qu’en faveur de l’environnement de la mer Baltique.
HBL/6

Jeudi 10 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Crise financière européenne

Débat au Parlement finlandais
La Première ministre Kiviniemi a présenté, hier, la déclaration du gouvernement sur la stabilisation de l’économie européenne. L’annonce du gouvernement vise à présenter les objectifs de la Finlande avant la réunion de l’eurogroupe de vendredi prochain et le conseil européen du 24 mars.
Le gouvernement se prépare à une augmentation du fonds européen de stabilité financière ; voire à un doublement de la participation de la Finlande dans ce fonds (de 8 à 16 milliards d’euros), selon Kesksisuomalainen.
Interrogée par les députés pour savoir jusqu’où le gouvernement finlandais était prêt à engager les garanties accordées par la Finlande, Mme Kiviniemi a refusé de répondre, ce qui a permis au président de la Grande Commission, M. Tuomioja, d’en déduire qu’elle était favorable à un doublement de ces garanties.
Mme Kiviniemi estime que, pour ce qui est du futur mécanisme européen de stabilité, il devrait disposer d’un montant d’environ 500 milliards d’euros. La presse souligne que le gouvernement finlandais ne peut pas prendre de décision sur la politique économique européenne sans accord du Parlement. Une augmentation des garanties finlandaises ou la création d’un mécanisme de stabilité nécessite une loi en Finlande.
La premier ministre s’est montré favorable à l’approfondissement de la coopération économique européenne. Elle a toutefois souligné que le pacte de compétitivité proposé par la France et l’Allemagne ne serait qu’une déclaration politique et que « la Finlande n’est pas en train de transférer les décisions sur la politique de l’emploi » au niveau européen.
KSS/A9

Mme Kiviniemi accuse l’opposition de manquer de patriotisme
Lors de la discussion au Parlement, la Première ministre a du répondre vivement à l’opposition qui l’accusait de cacher les positions de la Finlande avant le conseil européen. « Nous voulons conserver à la Finlande une bonne position de négociation, c’est pourquoi nous ne pouvons pas divulguer ces positions en séance plénière. Mais nous pouvons le faire devant la grande commission comme nous l’avons fait jusqu’à présent. Je considère l’attitude de l’opposition comme très regrettable et antipatriotique lorsqu’elle essaie d ‘affaiblir notre faculté de négociation de cette manière ».
Helsingin Sanomat relève que ces propos ont suscité la forte réprobation de l’opposition, et même l’interrogation de députés de la coalition gouvernementale car il n’est pas habituel en Finlande de s’accuser de mensonge ou d’antipatriotisme dans l’hémicycle.
L’opposition a publié un communiqué commun pour qualifier les propos de Mme Kiviniemi d’irréfléchis et blessants. Une motion de censure n’est pas exclue.
Hier soir, Mme Kiviniemi a déclaré regretter ses propos.
Par antipatriotisme, Mme Kiviniemi a déclaré faire référence à des députés de la grande commission qui feraient des fuites. M. Heinäluoma a demandé à ce qu’elle précise ses accusations, mais Mme Kiviniemi s’y est refusée. Elle a répété que le gouvernement devait obtenir du parlement un mandat de négociations à l’occasion de discussions au sein de la grande commission, qui ne sont pas publiques.
HS KS

Dernière minute :
Le Parlement finlandais a refusé de donner son autorisation au gouvernement pour accepter un pacte de stabilité plus contraignant
« Le Parlement a donné une leçon à Mme Kiviniemi » US
Le quotidien électronique Uusi Suomi relève que la Grande commission a donné au gouvernement une recommandation exceptionnellement rude concernant le paquet de compétitivité. La Commission rejette la préparation de ce paquet et empêche le gouvernement d’engager la Finlande pour participer à un pacte contraignant qui promeut une politique économique commune plus stricte.
Le président de la Grande commission, M. Tuomioja, considère l’avis parlementaire comme extrêmement critique. Il précise que la commission ne prend pas position sur le contenu, mais sur la procédure.
La Grande commission n’a pas non plus accordé au gouvernement le mandat de négocier une plus grande participation au fonds européen de stabilité financière. La commission estime que les Etats membres de l’UEM ne peuvent pas se mettre d’accord sur des questions qui engageraient la Finlande pour des mesures concrètes. Or, ce pacte concerne des questions qui relèvent de la prise de décision nationale des Etats membres, selon M. Tuomioja.
Pour la Grande commission, les thèmes du paquet de compétitivité consistent à transférer la fiscalité de l’imposition des revenus salariaux à celle de la consommation, à valoriser la prise de décision locale dans les questions salariales et au relèvement de l’âge de départ à la retraite. M. Tuomioja estime que, comme les dirigeants de l’eurogroupe ne représentent pas l’ensemble de l’UE, le pacte de compétitivité ne relève plus de l’UE à proprement dit.
Uusi Suomi estime que cet avis peut être considéré comme une défaite pour le Centre et le Parti conservateur.
www.uusisuomi.fi

Les objectifs de la Finlande en vue d’une réforme économique
Helsingin Sanomat fait état des objectifs de la Finlande selon un rapport remis à la Grande commission que le journal s’est procuré.
1. S’engager à garantir une capacité de prêts au niveau de 440 milliards d’euros concernant le mécanisme de stabilité.
2. Rallonger les délais du prêt à la Grèce afin qu’ils correspondent à ceux de l’Irlande.
3. Possibilité d’alléger les conditions des prêts si le pays destinataire est prêt à des mesures supplémentaires d’économies.
4. Nécessité de plus d’engagements crédibles en matière d’économies de la part du Portugal et de l’Espagne.
5. Le mécanisme prévu pour 2013 devrait s’élever à 500 (440 + 60) milliards d’euro à l’instar du fonds de stabilité financière provisoire. La Finlande estime qu’il conviendrait de déduire de cette somme les prêts déjà accordés.
6. La Finlande estime que toutes les décisions centrales du mécanisme de stabilité devraient être prises à l’unanimité.
HS/A6

Commentaires
« Une discussion animée au Parlement » HS
« On ne fait pas de politique avec le patriotisme » AL
Aamulehti rappelle qu’une accusation d’antipatriotisme viole la bienséance politique en Finlande.
Helsingin Sanomat juge qu’au-delà des propos, les positions adoptées par les partis sont conjoncturelles : « si le PSD devait entrer au gouvernement après les élections et le Centre se retrouver dans l’opposition, on pourrait voir que le PSD se mettrait à défendre ce qu’il refusait hier dans l’hémicycle et le Centre a critiqué ce qu’il s’apprêtait à aller négocier à Bruxelles ».
HS
Politique intérieure

Législatives

Un grand changement au Parlement
Le nombre de députés sortants qui ne se représentant pas est plus important cette année (38) qu’il y a quatre ans (27).
En 2007, ce sont 71 nouveaux députés qui avaient été élus. Cette année, le changement pourrait être beaucoup plus important en raison de la progression des Vrais Finlandais.
Selon Ilta-Sanomat, des experts d’un grand parti ont même évalué que les Vrais Finlandais pourraient avoir jusqu’à 36 députés (contre 5 actuellement).
IS

Législation sur les services postaux

Le Parlement a adopté la nouvelle loi
L’Union du secteur postal et logistique, PAU, se déclare mécontente de la réforme de la législation des services postaux qui libérera le secteur à la concurrence.
UD/6

Editoriaux
L’éditorialiste d’Aamulehti estime que, comme les particularités géographiques de la Finlande (les distances et la faible densité de la population) constituent un défi tout autre que dans le reste de l’Europe, il faut que la margé de manouvre nationale en matière de l’organisation des services postaux soit utilisée de la meilleure façon possible, afin de garantir les services dans l’ensemble du pays, la Laponie et l’archipel y compris.
AL note qu’il existe un différend entre le gouvernement et l’opposition d’une part, et entre le gouvernement et les employés de la poste et Itella d’autre part.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rappelle qu’il n’est pas clair comment Itella envisage de financer les services dans les régions de faible densité de population.
AL/A2, HBL/12

Politique fiscale

Selon la SAK : le modèle fiscal du parti du centre est le plus dur pour les personnes à revenu moyen
Helsingin Sanomat relève que la centrale des syndicats finlandais SAK a fait des calculs sur les effets des modèles fiscaux des grands partis sur les revenus.
Quand on prend en compte les changements proposés à la fiscalité sur les revenus et sur la consommation, la politique fiscale proposée par le centre, le parti conservateur et le PSD diminueraient le pouvoir d’achat des Finlandais parce que ces partis souhaitent augmenter les impôts.
Le pouvoir d’achat ne diminuerait toutefois pas de la même façon dans toutes les classes de revenus. Le modèle du parti conservateur est le plus inégal : le pouvoir d’achat diminue et les impôts augmentent le plus pour ceux qui ont les revenus modestes. Cela est dû au fait que les conservateurs veulent augmenter le plus les impôts à taux unique comme la TVA ou les taxes sur l’énergie.
Mme si le parti du centre souligne qu’il est contre les taxes à taux unique, le modèle proposé par le centre fonctionne de la même façon que celle des conservateurs mais de façon moins forte, parce que le centre souhaite également augmenter la TVA. Le modèle proposé par le centre est le plus dur pour les personnes aux revenus moyens, parce que le centre ne compte pas diminuer l’impôt sur le revenu.
Le principal parti de l’opposition, le PSD, ne veut pas augmenter les taxes indirectes à taux uniques. Le modèle du PSD propose toutefois des augmentations des taxes sur la consommation.
Le modèle proposé par les Vrais Finlandais est le seul qui augmente le pouvoir d’achat, parce que ce parti veut annuler les augmentations des taxes sur l’énergie. Pour la SAK, ce modèle n’est ni réalisable ni responsable.
Les effets sur le pouvoir d’achat ont été calculés par un programme de simulation de l’Office national des pensions.
HS/A9

Conventions salariales

Accord dans la chimie
Un accord dans le secteur de la Chimie a été conclu concernant des augmentations salarailes de 2,3% cette année (1,5% au niveau général et 0,8% au niveau local).
UD

Licenciements - Délocalisations

L’organisation syndicale Pardia se demande si M. Pekkarinen a autorisé des licenciements
Le président de l’organisation de salariés Pardia, M. Palola, estime que les négociations en vue du licenciement éventuel de 70 employés de la Direction générale des brevets et du registre du commerce et des sociétés sont exagérées. Il se demande si le ministère de l’Emploi et de l’Economie a donné son feu vert à ces licenciements.
UD/13

Le syndicat STTK rejette la délocalisation des travaux en Pologne
Le syndicat des employés de la banque Nordea rejette le projet de l’employeur de délocaliser des fonctions de paiement international en Pologne. Une vingtaine d’employés risquent de perdre leur travail.
UD/13

Statut du suédois

« Le suédois obligatoire facilite-t-il la libre circulation en Finlande ? » SK
Suomen Kuvalehti se demande si le suédois obligatoire à l’école ne serait pas un facteur qui facilite l’installation de finnophones dans une commune à majorité suédophone, voir purement suédophone comme l’ensemble des Îles Åland. SK fait état des statistiques selon lesquelles seulement 2381 finnophones se sont installés dans des communes à majorité suédophone en 2009.
Il existe aujourd’hui 18 communes où pas un habitant ne parle le suédois comme langue maternelle ; dans cent communes, il y a moins de cinq suédophones.
Dans les communes bilingues à majorité finnophone, le pourcentage de suédophones peut varier entre 3 et 43 %. Les statistiques ne connaissent pas le nombre de personnes bilingues en finnois et suédois, puisque dans les registres, on ne peut inscrire qu’une langue maternelle.
Dans les Îles Åland, la situation est particulière. Tout Finlandais peut s’y installer mais pour avoir le droit de voter localement, acheter du terrain ou créer une entreprise, il faut y avoir vécu pendant cinq ans et disposer de connaissances satisfaisantes en suédois.
SK n° 9/38-39

Mercredi 9 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Finlande - Etats-Unis

Le vice-président Biden : « Bienvenue à Washington, Mme la Présidente »
Helsingin Sanomat relève que le vice-président des Etats-Unis, M. Joe Biden, qui a terminé mardi sa visite de deux jours en Finlande, a souhaité Mme Halonen la bienvenue à Washington à l’occasion de sa prochaine visite aux Etats-Unis. « Je souhaiterais passer plus de temps avec vous », a dit M. Biden lors de sa conférence de presse avec la présidente finlandaise, sans préciser si l’invitation concernait aussi une rencontre avec le président Obama.
Mme Halonen se rendra la semaine prochaine à New York à l’assemblée générale de l’ONU. Le calendrier est trop court pour effectuer une visite à Washington, mais les Finlandais souhaite qu’un entretien puisse avoir lieu avant la fin du mandat présidentiel de Mme Halonen. La dernière visite de Mme Halonen à la Maison Blanche date de 2002.
M. Biden a fait l’éloge du système éducatif et de l’égalité finlandais. Concernant l’Afghanistan, il a remercié le travail que les casques bleus finlandais et suédois ont effectué en Afghanistan. « Nous l’apprécions beaucoup. » L’aide de la Finlande en Afghanistan est un acteur important pour les relations entre la Finlande et de la Etats-Unis. Selon Mme Halonen, M. Biden n’a pas demandé à la Finlande d’envoyer plus de troupes en Afghanistan.
La Première ministre, Mme Mari Kiviniemi, a offert à M. Biden un déjeuner dans la Maison des états. Mme Kiviniemi, qui n’a pas été invitée à Washington, a évoqué avec M. Biden l’amélioration des échanges commerciaux entre la Finlande et les Etats-Unis, ainsi que l’adhésion de la Russie à l’OTM.
HS/A3&A5

La Finlande ne prend pas position à l’éventuel embargo aérien de la Libye
Selon Helsingin Sanomat, Mme Kiviniemi note qu’une restriction de l’espace aérien est une possibilité mais il faudrait avoir une unanimité à l’Union européenne. En l’absence de consensus européen, la Finlande n’a pas encore de position.
Selon Mme Halonen, elle a évoqué la situation de la Libye longuement avec M. Biden. Selon elle, les Etats-Unis sont plus prudents qu’avant à l’égard d’un embargo.
HS/A5

M. Niinistö a aussi reçu une invitation
Selon Aamulehti, MM. Mauri Pekkarinen, ministre des activités économiques, et Alexander Stubb, ministre des affaires étrangères, accompagné des hauts fonctionnaires, ont participé au déjeuner avec M. Biden.
M. Biden a également eu un bref entretien avec le président du Parlement, M. Sauli Niinistö. M. Niinistö n’a pas voulu commenter les thèmes de l’entretien, mais a annoncé que M. Biden l’a invité aux Etats-Unis.
AL

UE – fiscalité – compétitivité

L’UE souhaite une assiette de l’impôt commune pour les Etats membres concernant l’impôt sur les sociétés
Helsingin Sanomat relève que la Commission européenne et le Conseil européen proposent une assiette d’impôt sur les sociétés commune pour l’UE sans pour autant harmoniser la fiscalité. Ceci dans le but de renforcer la résistance des économies européennes.
La Finlande s’inquiète du fait qu’avec le débat vaste autour du paquet de compétitivité, l’idée de restreindre strictement l’endettement semble tomber dans l’oubli.
HS/B4

Journée internationale de la femme

« Vive la femme européenne… une fois par an » HS
Helsingin Sanomat relève des chiffres concernant le statut de la femme dans l’UE et note que parmi les députés européens finlandais, M. Soini (Vrais finalndais) et Mme Essayah (Démocrates chrétiens) ont voté contre le droit à l’avortement. Ils considèrent, à l’instar de Mme Korhola (Parti conservateur) et M. Takkula (Centre), que l’UE ne devrait pas soutenir les organisations pour la cause des droits des femmes.
HS/B2

Energie

Neste Oil investit à Singapour
Une raffinerie de diesel renouvelable de Neste Oil a été inaugurée à Singapour. La production du diesel NExBTL à partir des matières primaires renouvelables est déficitaire pour le groupe, mais le directeur général, M. Lievonen, prévoit une augmentation de la demande en biodiesel d’ici 2020.
Greenpeace déplore l’usage accru de l’huile de palme et le risque engendré pour les forêts tropicales indonésiennes et malaises et a organisé une manifestation à Helsinki, hier.
HS/B7, SM/20

Gazoduc Nord Stream

Le premier pipeline sera inauguré à la fin de l’année
Le projet russo-allemand de gazoduc sous la mer Baltique avance comme prévu. Les travaux concernant le premier pipeline devraient être terminés en avril et ceux du deuxième tuyau commencer en mai.
Il s’agit de transporter 55 milliards de m3 de gaz naturel par an, ce qui correspond à la capacité de 55 centrales à charbon ou bien de 20 réacteurs nucléaires. Les destinataires sont constitués de 26 millions de ménages aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne, au Danemark et en République tchèque.
AL/A5

Politique intérieure

Parlement

L’opposition compte mettre le gouvernement à rude épreuve
Selon Helsingin Sanomat, la Première ministre Kiviniemi présentera aujourd’hui la déclaration du gouvernement sur la stabilisation de l’économie européenne.
Le débat en séance plénière sera le dernier grand débat avant la fin de la législature et l’opposition compte mettre les ministres à rude épreuve. L’annonce du gouvernement est liée à la réunion de l’eurogroupe de vendredi prochain et au conseil européen du 24 mars.
Mme Kiviniemi doit aussi présenter au Parlement un paquet afin de renforcer la coordination de la politique économique qui insiste sur la discipline budgétaire des pays membres.
HS/A9

Elections législatives

Les candidats ont été nommés par les partis politiques
Helsingin Sanomat relève que le dépôt des candidatures pour les élections législatives du 17 avril (le vote par anticipation ayant lieu du 6 au 12) prochain s’est terminé mardi. Les partis politiques ont nommé environ 2 200 candidats, dont environ 60 % d’hommes. L’alliance verte est le seul parti représenté au Parlement qui présente plus de candidates que de candidats.
Pax exemple le plus grand parti aux élections législatives précédentes, le centre, propose 233 candidats, dont 59 % d’hommes. L’âge moyen des candidats centristes est de 44 ans ; 18 % des candidats du centre ont mois de 30 ans.
Les listes des candidats seront confirmées la semaine prochaine et les candidats auront ensuite leurs numéros électoraux.
HS/A5

Les Vrais Finlandais sont moins négatifs au nucléaire qu’avant
Selon Turun Sanomat, à la lumière d’un sondage effectué auprès des candidats des Vrais Finlandais et de l’alliance verte, 61 % des candidats des Vrais Finlandais acceptent le remplacement de la centrale nucléaire de Loviisa par une nouvelle centrale, tandis que 90 % des candidats verts s’y opposent.
27 % des candidats des Vrais Finlandais pourraient participer au même gouvernement avec les verts et 31 % des candidats verts accepteraient la participation à la même coalition gouvernementale avec les Vrais Finlandais.
Pour Keskisuomalainen, on estime que M. Soini utilise la question du nucléaire pour obliger les conservateurs et centristes à ne pas prendre les Verts dans un prochain gouvernement”.
TS/3&12

Les candidats hésitent pour le remplacement de la centrale nucléaire de Fortum
Kauppalehti rapporte que, seuls les candidats du parti conservateur sont majoritairement favorables à ce que le prochain parlement autorise Fortum à construire une centrale nucléaire pour remplacer celle de Loviisa.
KL

Editoriaux
Helsingin Sanomat relève que, après avoir sommé les Vrais Finlandais de présenter des éléments de programme politique, les autres partis politiques s’empressent de rejeter les propositions de M. Soini. « Par là même, les autres partis contribuent à ce que les Vrais Finlandais demeurent sous les feux de l’actualité », juge HS.
« La popularité de M. Soini ne devrait pas pâtir des critiques venant des autres partis. En effet, les gens ne pensent pas que toutes les propositions doivent être réalistes », conclut l’éditorialiste.
Turun Sanomat juge que, maintenant que l’on connait les candidats et les programmes, une chose est sûre, c’est qu’à cinq semaines et demie des élections toutes les coalitions gouvernementales semblent possibles. C’est réellement le résultat des élections qui tranchera. Les exigences définies par chaque parti politique pour participer à un gouvernement sont si vagues et minimales qu’elles seront facilement remplies ».
HS TS

Nucléaire

Le syndicat de la métallurgie menace Olkiluoto 3 de blocus
Turun Sanomat relève que Metalliliitto, syndicat de métallurgie, menace de faire le blocus sur le site de construction du réacteur nucléaire à Olkiluoto.
Un sous-traitant polonais a du retard dans le versement des salaires et des charges sociales à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euros Selon le président du syndicat Metalliliitto, M. Aalto, il semblerait que le consortium ainsi que le sous-traitant fassent la sourde oreille concernant les demandes en matière de respect de la législation du travail finlandaise.
TS/14

France - Finlande

Design

Un jeune Finlandais a remporté un concours de design de Citroën
Un Finlandais qui étudie à Londres a remporté un concours de design d’une voiture électrique organisé par Citroën.
HS/B5

Mardi 8 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Finlande - Etats-Unis

Le vice-président Biden a entamé sa visite de deux jours en Finlande
Helsingin Sanomat relève que le vice-président des Etats-Unis, M. Joe Biden, a commencé lundi une visite de deux jours en Finlande. Il rencontrera aujourd’hui la Présidente, Mme Halonen, au Palais présidentiel et la Première ministre, Mme Kiviniemi, dans la Maison des états.
HS note qu’on a dû attendre longtemps la visite d’un dirigeant américain important en Finlande. Le vice-président Dan Quayle avait effectué une visite en Finlande en 1992 et le président Bill Clinton en 1997.
Selon M. Jaakko Laajava, sous-secrétaire d’Etat au ministère des affaires étrangères, « il s‘agit d’une visite très importante, Joe Biden est un homme politique de premier rang ». Selon les informations du quotidien, l’entretien de M. Biden avec Halonen porterait sur la Russie. M. Laajava note que l’objectif le plus important de la visite de M. Biden en Europe est une visite en Russie et des entretiens avec les dirigeants russes.
Selon le porte-parole de M. Biden, les entretiens avec Mme Halonen doivent porter aussi sur l’Afghanistan.
Après la rencontre avec Mme Halonen, M. Biden sera reçu par la Première ministre. Selon M. Mika Rossi, secrétaire d’Etat de la Première ministre, Mme Kiviniemi et M. Biden doivent évoquer, lors d’un déjeuner, la situation économique internationale.
M. Biden est arrivé hier après-midi à Helsinki avec son épouse Jill et sa petite-fille Finnegan. Ils ont fait hier des courses dans le magasin Marimekko à Esplanadi et mangé des pizzas dans le restaurant Virgin Oil. La visite perturbera la circulation au centre ville d’Helsinki pendant la matinée et l’après-midi.

Editoriaux et points de vuel
Helsingin Sanomat rappelle dans son éditorial que selon les révélations de Wikileaks, les dirigeants finlandais ont souhaité avoir des rencontres avec les dirigeants américains plus encore que les médias le pensaient. Les Etats-Unis ont voulu pour leur part obtenir le soutien de la Finlande pour leur politique.
Ces révélations et une pause de 14 ans depuis la dernière visite présidentielle en Finlande ont augmenté l’intérêt pour la visite du vice-président américain, M. Biden.
L’objectif principal de M. Biden lors de sa visite européenne est la Russie. Son escale en Finlande est cependant un bon moyen pour réparer le manque de visites américaines en Finlande. Les Finlandais le souhaitaient depuis longtemps, les Etats-Unis l’ont proposé il y a quelques semaines seulement.
Les relations étroites de Mme Halonen avec la direction russe peuvent avoir une importance en vue des entretiens de M. Biden qui compte évoquer à Moscou principalement la défense antimissile, sujet que la Finlande observe de loin, au moins pour le moment.
M. Biden évoquera aussi à Moscou les perspectives des relations américano-russes. Un progrès dans le projet de défense antimissile ouvrirait d’autres possibilités pour améliorer les relations. Une régression serait un signe de nouveaux problèmes entre la Russie et l’Occident. La visite à Moscou de M. Biden a donc une importance aussi pour la Finlande.
L’éditorialiste d’Aamulehti, M. Matti Mörttinen juge lui aussi que la visite de M. Biden pourrait un peu calmer les ardeurs des dirigeants finlandais qui guettent depuis des années une visite bilatérale ou au moins un intérêt de la part des Américains.
HS/A2 AL/B16

Libye

Le matériel envoyé par la Croix-Rouge finlandaise est arrivé sur place
Aamulehti relève que le matériel envoyé samedi par la Croix-Rouge finlandaise, près de 100 tonnes (le plus gros chargement envoyé depuis la catastrophe d’Haïti), est arrivé sur place où treize agents de la Croix-Rouge finlandaise travaillent en ce moment à la frontière entre la Tunisie et la Libye.
AL/A12

Politique intérieure

Journée internationale des femmes

Un Finlandais sur quatre a une femme comme chef
Hufvudstadsbladet relève que 40 % des salariés finlandais ont une femme comme supérieur direct.
Dans une comparaison européenne, la Finlande arrive au troisième rang avec une part de 38,1 % de femmes parmi le personnel d’encadrement, après l’Estonie (41,1 %) et la Suède (39,2 %).
Mme Lehto de l’Institut national d’études des statistiques relève parmi les facteurs explicatifs que les femmes finlandaises et nordiques sont dans la vie active depuis plus longtemps que les femmes de beaucoup d’autres pays. Les femmes finlandaises disposent également de la meilleure formation en Europe. Elles ont également une meilleure formation que les hommes finlandais.
Parmi les plus grands obstacles à l’égalité dans la vie professionnelle, Mme Lehto note l’écart des salaires entre les hommes et les femmes, le nombre de contrats à durée déterminée et les problèmes du secteur communal, c’est-à-dire le fait que, notamment dans le secteur des soins, il y a trop peu de personnel et les salaires sont minimes. Les employés qui sont souvent des femmes, travaillent sous beaucoup de pression.
HBL/2-3

Editorial : « Les statistiques cachent des problèmes concernant l’égalité » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet regrette que la situation en matière d’égalité en Finlande semble meilleure sur le papier que dans la réalité. Plus de 40 % des députés sont des femmes, il y a plus de ministres femmes qu’hommes, aucun autre pays n’a élu autant de femmes au Parlement européen, certes, mais ces chiffres ne montrent qu’une partie de la vérité. Ce qui semble être pratiquement la moitié du pouvoir, n’est souvent qu’un tiers.
L’éditorialiste relève que le pouvoir se trouve souvent en coulisse, chez les fonctionnaires, dont deux sur trois ont un homme comme chef. Lorsque les commissions parlementaires prennent des décisions, elles entendent toute une rangée d’experts, des hommes dans deux cas sur trois. Les différents rapports sur lesquels sont basées les lois sont rédigés par des hommes deux fois sur trois.
HBL/12

C’est en Finlande qu’il y a le plus de femmes seules dans l’UE – et le moins de mères isolées
Selon les statistiques de l’Eurostat, il y a le plus de ménages de femmes seules sans enfants en Finlande parmi les Etats membres de l’UE. En 2009, la part des femmes seules de tous les ménages finlandais était de 23 %, contre une moyenne européenne de 17 %. La part des hommes seuls est également plus importante en Finlande, 16,5 %, qu’en moyenne en Europe, 13 %.
La part des mères seules en Finlande est néanmoins la moins importante de l’UE.
UD

Immigration

Des informations sur l’actualité finlandaise en somalien et en français
Helsingin Sanomat relève que la chaîne Stadi.tv disponible sur internet et le câble, propose des informations sur la Finlande en somalien, en russe, en espagnol, en arabe et en français dans l’émission Panorama. La chaîne médiatique Stadi.tv a été créée en coopération entre différents acteurs dont l’école supérieure professionnelle Arcada et la municipalité de Helsinki.
HS/A12

Formation

De plus en plus de Finlandais optent pour des études professionnelles dans une langue étrangère
Le nombre de candidats pour des programmes en langue étrangère (principalement en anglais) des écoles supérieures professionnelles est passé de 13 700 en 2010 à 15 500 en 2011. Les Finlandais constituent désormais le groupe le plus important de candidats. L’année dernière, les Nigérians arrivaient au premier rang, suivis des Finlandais non loin.
Il y a des candidats de 150 pays, mais concernant toutes les autres nationalités, les chiffres sont à peu près stables. Selon Mme Grönholm de la Direction nationale de l’Education, la dégradation de la situation de l’emploi pourrait être une des raisons à l’augmentation du nombre de candidats finlandais.
HS/A9

Défense

La présidente souhaiterait diminuer les différences entre les services militaire et civil
La présidente, Mme Tarja Halonen, estime que la future réforme de la défense nationale doit tenir compte de la baisse de l’attrait du service militaire général. Selon un sondage récent seulement 63% des Finlandais y sont favorables contre 70% pendant toute la décennie précédente. Simultanément, l’attrait pour un service militaire facultatif est passé de 16 à 27%. La présidente considère que ces résultats doivent être consciencieusement analysés afin de savoir s’ils véhiculent un changement d’attitude déterminant.
Elle a précisé qu’elle ne souhaite pas la suppression du service militaire général. Par contre elle souhaiterait que soient reformulés les devoirs civiques pour qu’ils correspondent mieux aux exigences d’aujourd’hui, notamment aux nouvelles menaces et à la gestion internationale des crises.
Elle affirme que le moment est propice pour cette réévaluation car la défense nationale doit procéder à d’importantes mesures d’économies. Le prochain gouvernement aura des décisions structurelles à prendre, notamment sur d’éventuelles fermetures de garnison prévues d’ici 2016.
Il faudra prévoir d’autres modèles de service pour compléter le service militaire en voie de diminution. Selon Mme Tarja Halonen, nombre de jeunes seraient capables d’effectuer un service civil bien plus exigent que l’actuel en vigueur.
HS/A6

Lundi 7 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Réunion du PPE

« La crème des conservateurs cherche la rigueur budgétaire » HS
Le Président du parti conservateur finlandais et ministre des Finances Jyrki Katainen a accueilli vendredi les dirigeants du PPE à Helsinki pour un sommet informel. Parmi les 25 invités de quinze Etats membres, la presse cite Mme Merkel et MM. Berlusconi, Barroso et van Rompuy. La chancelière allemande, Angela Merkel a déclaré qu’il était naturel que les dirigeants de droite européens viennent soutenir leur parti frère finlandais [avant les législatives d’avril].
Les dirigeants du PPE ont cherché des positions communes pour le conseil européen de mars. Ils estiment qu’il faudra préciser les règles concernant l’endettement des Etats et notamment fixer un calendrier de diminution des dettes souveraines. M. Katainen a insisté sur l’importance de la rigueur budgétaire et de la lutte contre la spéculation. « En matière de gestion financière, l’UE a besoin de règles plus dures, qui soient suivies et contrôlées. A partir de 2013, il faudra que les spéculateurs sachent qu’ils auront le risque de perdre leurs placements ». Pour le président de la Commission, M. Barroso, seule la rigueur budgétaire ramènera la confiance qui est nécessaire pour le retour de la croissance économique. Il a loué l’exemple de la Finlande en matière de rigueur budgétaire. Mme Merkel a aussi félicité la lettre conjointe de MM. Barroso et Van Rompuy qu’elle a qualifiée de « pas en avant ». Lors de leur réunion à Helsinki, les dirigeants du PPE ont affirmé qu’il revenait à la Commission de surveiller le développement de la compétitivité de l’UE.
A l’intention de l’Irlande qui est venue à Helsinki présenter des demandes d’allègement de ses conditions d’emprunts, la chancelière allemande a déclaré que si l’emprunteur voulait quelque chose, il devait donner quelque chose d’autre en échange. On estime que cela serait du côté de la fiscalité sur les entreprises, estime Helsingin Sanomat. M. Katainen reste sceptique sur un possible allègement des conditions d’emprunts de l’Irlande. « Je suis sûr que l’Irlande sortira plus forte de cette crise, mais cela exige des décisions douloureuses », a dit M. Barroso.
Les dirigeants du PPE ont aussi discuté de la situation en Afrique-du-Nord.
Une manifestation contre le Premier ministre italien a réuni une centaine de personnes devant le lieu du sommet.
HS

Commentaires
Pour Helsingin Sanomat, la principale signification de ce sommet était le soutien des dirigeants du PPE à M. Katainen en politique intérieure. « Le parti conservateur aura certainement un nouveau souffle après un début de campagne mou », selon HS. Aamulehti rappelle qu’il n’est pas nouveau que les partis finlandais invitent des dirigeants étrangers pour lancer leur campagne, comme l’a fait le PSD avec Mme Royal cette année.
HS

M. Barroso estime que les Etats ont un droit d’initiative
Dans une interview accordée à Turun Sanomat, à l’occasion de sa visite à Turku qui est capitale européenne de la culture, le Président de la Commission a déclaré que la France et l’Allemagne avaient le droit de proposer des initiatives ; « Mais je veux leur dire sincèrement que c’est la Commission qui conserve la place centrale [en la matière]. C’est vital pour les Etats membres et pour l’ensemble de l’UE. Aujourd’hui, le rôle de la commission est plus important que jamais ».
TS

Crise financière

La crise financière européenne au menu du Parlement avant la trêve électorale
Demari rapporte que la déclaration de la Première ministre sur la stabilisation de la situation financière européenne, mercredi, sera le principal débat au Parlement avant les élections d’avril.
Les derniers projets de loi en instance à être présentés au vote seront décidés demain et la seconde lecture doit avoir lieu la semaine prochaine. La dernière séance de questions au gouvernement aura lieu ce jeudi.
Si la déclaration du Premier ministre sur la crise financière européenne ne satisfait pas l’opposition, celle-ci se réserve la possibilité de déposer une motion de censure qui devrait alors être votée d’ici le 12 avril.
UD

Elargissement

« La Croatie n’est pas encore prête » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que, comme la Commission l’a récemment écrit dans un rapport d’étape, la Croatie aura des difficultés à mener à bien ses négociations d’adhésion, notamment en raison de carences dans la lutte contre la corruption.
L’éditorialiste estime que, si la Croatie est la plus porche de l’UE des pays des Balkans candidats, la Commission a raison de demeurer stricte jusqu’à la fin.
HS

Finlande - Russie

Le diplomate finlandais n’a pas été inculpé dans l’affaire du petit Anton
Helsingin Sanomat relève que le diplomate finlandais qui avait transporté clandestinement, en mai 2009, un garçon finno-russe et son père finlandais dans le coffre de sa voiture, n’a pas été inculpé. La mère russe du petit Anton l’avait d’abord emmené illégalement en Russie. Le procureur d’Etat adjoint, M. Jorma Kalske, estime qu’il aurait été démesuré d’inculper le consul Simo Pietiläinen, qui avait pensé à l’intérêt de l’enfant même s’il a violé ses responsabilités en tant que fonctionnaire.
Selon Turun Sanomat, le ministère des affaires étrangères de la Russie s’étonne, sur son site, de la décision du procureur d’Etat adjoint. Mme Nina Vaskunlahti, directrice des affaires orientales au ministère finlandais des affaires étrangères, note que le MAE russe a cette habitude de commenter les affaires sur son site. Elle souligne que le ministère russe n’a pas été en contact avec le ministère finlandais. Selon Mme Vaskunlahti, les Finlandais n’ont pas à réagir à ce que le ministère russe publie sur son site. « Le MAE finlandais ne peut pas commenter les décisions de justice. »

Finlande - Slovénie

La Slovénie bloque l’affaire de l’achat des armes avec Patria
Selon YLE, le gouvernement slovène aurait demandé au tribunal d’interrompre les acquisitions avec Patria jusqu’à nouvel ordre. Il y a quelques années, Patria avait vendu 135 véhicules blindés à la Slovénie pour la somme de 278 millions d’euros.
Patria n’a pas souhaité commenté l’information pour Yle. On ne connaît pas encore la date à laquelle le tribunal traitera la demande de la Slovénie.
HBL5.3/5

Exportations

Il faudrait une augmentation de 25 % des exportations
Kauppalehti relève qu’il faudrait que les exportations augmentent de 25 % afin d’atteindre le niveau de 2008. Les exportations s’élevaient alors à 89 milliards d’euros contre 74 Mrds en 2010. Il est prévu que cette année, les exportations augmentent de 5 à 8 %.
Le directeur général de Finpro, organisation qui promeut l’internationalisation des entreprises finlandaises, M. Häyrynen, estime qu’il faut continuer à accorder des aides à l’exportation aux entreprises finlandaises, afin que les exportations repartent véritablement. Il relève que les concurrents européens les plus importants de la Finlande soutiennent plus fortement leurs entreprises. Pour lui, le défi à relever est d’augmenter les exportations des PMI-PME.
Les atouts de la Finlande concernant une croissance dans ce domaine, selon M. Häyrynen, sont la formation, le secteur cleantech, l’énergie propre, les applications pour le téléphone et internet mobile, les services, les ressources naturelles comme le bois, l’eau et les mines.
KL/4-5

Exportations dans les pays arabes
Helsingin Sanomat publie un article sur les risques accrus dans le commerce avec des pays arabes. Les exportations du bois de scierie en Egypte sont arrêtées.
D’une façon générale, les exportations finlandaises en Afrique du Nord et au Proche-Orient sont modestes, mais pour l’industrie forestière il s’agit d’un marché important.
Finnvera, établissement qui gère les garanties aux exportations de l’Etat observe de près la situation dans les pays arabes et leur solvabilité.
HS/lun/B4

Concurrence

L’UE enquête sur le projet d’acquisition d’UPM
Helsingin Sanomat relève que la Commission européenne est en train d’enquêter sur l’achat prévu des groupes forestiers Myllykoski et Rhein Papier par le groupe UPM. Il s’agit de savoir si le groupe UPM aura une position dominante susceptible de gêner la concurrence.
HS/sam/B8

Immigration

Les Finlandais de Suède moins nombreux que prévu à rentrer
Keskisuomalainen rend compte des Finlandais en Suède et du fait que sur plus d’un demi-million qui y ont émigré à la recherche d’un travail, environ 300 000 sont rentrés en Finlande alors que 250 000 sont restés en Suède. Aujourd’hui, ce sont près de 800 000 personnes, soit 7 % de la population suédoise qui dispose de racines finlandaises.
Les enfants grandis en Suède qui à leur tour y ont fondé leur famille explique que la Suède est devenue le nouveau pays de ces Finlandais. D’autre part, les attitudes finlandaises, ainsi que la fiscalité, constituent des raisons qui n’augmentant pas la motivation d’un retour. Ceux qui reviennent peuvent même avoir droit à un accueil hostile et au racisme.
Ces dernières décennies, environ 3000 Finlandais partent en Suède tous les ans, ce qui correspond au nombre de gens qui en reviennent.
KS/dim/7

Francophonie

Le Président de la fédération associations franco-finlandaises, M. Bo Göran Eriksson signe dans Helsingin Sanomat un billet sur la francophonie.
HS

Politique intérieure

Elections législatives

Le parti du centre a inauguré sa campagne électorale
Helsingin Sanomat rapporte que la Première ministre, Mme Mari Kiviniemi, a inauguré samedi la campagne électorale du parti du centre. Dans son discours, Mme Kiviniemi a souligné l’importance d’une augmentation modérée des impôts. Elle ne veut pas couper les services sociaux de base ou les allocations familiales.
« Nous ne devons pas faire des économies trop strictes. Nous ne devons pas répéter les erreurs que le gouvernement bleu-rouge (formé par le PSD et le parti conservateur) avait commis après la crise des années 1990 », a souligné Mme Kiviniemi. Son objectif est de créer de 150 000 à 2000 000 nouveaux emplois lors de la prochaine législature.
HS/dim/A5

Selon les Vrais Finlandais, il n’y a pas eu suffisamment d’expulsions d’étrangers
Helsingin Sanomat relève que le programme électoral des Vrais Finlandais, publié la semaine dernière, contient des orientations sur la politique de l’immigration. Le programme remet en question entre autres le quota annuel de réfugiés. Selon le vice-président du parti, M. Veli-Matti Saarakkala, les Vrais Finlandais veulent montrer que tous les pays n’ont pas de tel quota.
Les Vrais Finlandais estiment que les étrangers ayant commis des crimes ne sont pas expulsés assez suffisamment souvent.
Selon M. Saarakkala, le parti veut diminuer les aides sociales payées aux étrangers ayant obtenu le permis de séjours. « Un étranger muni d’un permis de séjours n’est pas la même chose qu’un Finlandais. »
HS/sam/A5

M. Soini propose d’investir des recettes des fonds de pension dans le réseau routier
Selon Helsingin Sanomat, M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, veut qu’on investisse des recettes des fonds de pensions dans les projets de réseau routier.
Le parti a été critiqué pour ne pas proposer de projets économiques concerts. M. Soini, interviewé samedi à l’émission de TV1, les investissements dans les routes sont un exemple de propositions concrètes.
HS/dim/A5

Inflation

L’inflation s’élevait à 3 % en janvier
Helsingin Sanomat relève que l’augmentation des prix touche le plus les bas et moyens salaires. L’augmentation concerne les denrées alimentaires, les prix liés au logement, à l’énergie et au carburant.
En janvier, l’inflation s’est élevée à 3 %. Le ministère des Finances prévoit une augmentation de 2,4 % des prix pour cette année. Selon l’institut de recherche économique Etla, les prix continueront à augmenter par la suite aussi, en raison de la croissance démographique mondiale et d’une vulnérabilité accrue causée par la sécheresse et d’autres phénomènes naturels.
HS/sam/B8

Carrières professionnelles

Les carrières se rallongent vers leur fin
Aamulehti relève que par rapport à la situation il y a dix ou vingt ans, les Finlandais restent plus longtemps dans la vie active. En 1995, un tiers des personnes de 55 à 64 ans travaillaient, contre la moitié aujourd’hui. Selon les statistiques, il semblerait que les Finlandais ont commencé à rallonger leurs carrières avant même que ne commence le débat en la matière.
M. Rantala, président du groupe de travail sur la prolongation des carrières professionnelles, considère l’évolution comme favorable mais pas suffisante. La longévité augmentant, il faut encore prolonger les carrières.
L’âge moyen du début de la carrière professionnelle est actuellement de 20 à 21 ans. La moitié de la classe d’âge travaille à cet âge.
AL/lun

Défense

Une enquête sur la discrimination parmi les conscrits
Un questionnaire distribué à la fin du service militaire sera destiné à rendre compte des expériences des conscrits appartenant à des minorités sexuelles ou ethniques. Le premier questionnaire pourrait être fourni dès ce printemps. Cette nouvelle pratique fait suite aux propos déplacés tenus par un lieutenant sur la présidente de la république.
Aucun cas de discrimination sexuelle n’a encore été rapporté ni à l’état-major de forces de la défense, ni au syndicat des conscrits ou celui des officiers.
HSA7

France - Finlande

Nucléaire

Olkiluoto 3 et Flamanville ont des problèmes en commun
Helsingin Sanomat relève que le site de construction d’un réacteur nucléaire à Flamanville souffre du même genre de problèmes que le site d’Olkiluoto 3. HS relève en outre que des organisations de droits de l‘homme s’inquiètent pour les droits des travailleurs immigrés.
HS fait état des problèmes qui, à Olkiluoto, ont engendré les retards de ce projet.
HS/sam/B9

Vendredi 4 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

Qui est assez fort pour prendre le pouvoir ?
Le chercheur de l’école de défense finlandaise Tommi Koivula estime qu’actuellement aucune partie du conflit en Libye n’est assez forte pour prendre le pouvoir de l’ensemble du pays. Il ne croit pas à une intervention militaire, en raison des expériences récentes en Irak et en Afghanistan.
La directrice de la direction Afrique au ministère finlandais des Affaires étrangères Kirsti Kauppi estime elle aussi que l’on est face à une guerre civile sans issue rapide en vue. Elle considère qu’il est toutefois significatif que la communauté internationale fasse pression sur la Libye, « c’est aussi le cas de l’union africaine et de l’union arabe », souligne-t-elle.
HS

Le conflit en Lybie a besoin d’un médiateur
Selon le député finlandais Pekka Haavisto, pour éviter les pires effusions de sang, il faudrait envisager l’envoi d’un médiateur en Libye. Il considère qu’il serait bon de regarder du côté de l’Italie et propose le nom de M. Romano Prodi.
Comme interlocuteurs, il considère que cela pourrait être soit les fils de Kadhafi soit l’ancien ministre libyen des Affaires étrangères M. Ali Treki.
M. Haavisto estime que la situation en Libye est comparable aux derniers jours du régime de Ceausescu et estime que le dirigeant libyen pourrait trouver refuge au Venezuela, en Biélorussie, au Zimbabwe ou au Mali.
KS

M. Stubb inquiet pour les armes de destruction massive
Le ministre finlandais des Affaires étrangères a exprimé ses craintes concernant les armes de destruction massive dont dispose la Libye. « Qui surveille que ces armes ne sont pas vendues à l’étranger ou utilisé contre le peuple libyen », demande-t-il.
M. Stub estime qu’il est temps que M. Kadhafi quitte le pouvoir.
M. Stubb estime que l’on a peut-être trop longtemps pensé plus à la stabilité de la région qu’à la liberté et la démocratie. « Aucun pays occidental n’est exempt de reproches ».
AL

La Croix-Rouge finlandaise renforce sa participation à la frontière tunisienne
La Croix-Rouge finlandaise va envoyer dans les prochains jours du matériel ainsi qu’une dizaine de personnes à, la frontière entre la Tunisie et la Libye.
AL

Russie

Importante présence finlandaise à Ekaterinbourg
Environ 60 entreprises finlandaises sont présentes dans la ville de l’Oural où Finnair a ouvert une ligne depuis l’automne 2008.
C’est dans cette région, qui connaît une forte croissance, notamment industrielle, que Fortum a réalisé le plus grand investissement finlandais en Russie en acquérant un groupe énergétique pour 2,5 milliards d’euros.
HS

Parlement européen

Les eurodéputés finlandais critiquent la gestion de la crise financière
Les eurodéputés finlandais Carl Haglund et Satu Hassi critiquent le projet de la Commission de revoir à la baisse les taux d’intérêts accordés à l’Irlande. Ils craignent que cela donne des arguments à la Grèce pour demander de même.
Ils critiquent aussi le fait que le Parlement européen n’est pas assez consulté dans la résolution de la crise financière.
TS

Réunion du PPE

On prépare les positions sur la crise financière
Selon M. Katainen, président du parti conservateur finlandais et ministre des Finances, la réunion de ce jour du PPE à Helsinki est l’occasion de préparer les positions sur la crise financière.
En direction des partenaires sociaux qui ont critiqué le fait que l’UE s’immisce dans la politique économique et sociale des Etats, il répond que « l’UE ne peut que faire des recommandations et pas prendre de décisions ». Il a souligné hier devant le Parlement finlandais que l’UE ne décidera pas de la politique salariale de la Finlande.
La presse finlandaise rapporte que c’est la venue du premier ministre italien, M. Berlusconi, qui concentre l’attention des médias pour le sommet du parti populaire européen. M. Katainen a déclaré que le Premier ministre italien était toujours le bienvenu en Finlande.
HS AL TS

Crise financière

Le Parlement finlandais se prononcera la semaine prochaine
Le Parlement finlandais devrait débattre du mécanisme de sauvegarde mercredi prochain, sur la base d’un rapport du premier ministre ou du gouvernement. Cela vise à donner au gouvernement le mandat pour prendre une décision lors du conseil européen de mars.
KS

Réunion de Saariselkä

Les ministres des affaires étrangères reviennent à Saariselkä à l’invitation de M. Stubb
Helsingin Sanomat relève que le ministre des affaires étrangères, M. Alexander Stubb, a invité un groupe de ses collègues de l’Union européenne et d’autres pays à une rencontre informelle à Saariselkä en Laponie du vendredi 18 au dimanche 20 mars. M. Stubb a invité en Laponie une dizaine de ministres ainsi que la haute représentante, Mme Ashton, avec leurs familles. Le ministre finlandais avait déjà organisé une réunion informelle de même genre à Saariselkä il y a un an.
La réunion informelle portera sur la situation dans les pays arabes, le Proche-Orient et le rôle de l’Europe dans la politique internationale. M. Stubb estime que les évènements dans les pays arabes peuvent créer une incertitude dans l’organisation.
Selon M. Stubb, les ministres des affaires étrangères de la Grande-Bretagne, M. William Hague, de l’Italie, M. Franco Frattini, de la Suède, M. Carl Bildt, du Danemark, Mme Lene Espersen, ainsi que de la Turquie, M. Ahmet Davutoglu, et de la Norvège, M. Jonas Gahr Störe, devraient participer à la réunion.
Les ministres ne prendront aucune décision lors de cette rencontre.
HS/A6, AL/A8

Politique intérieure

Elections législatives

Mme Halonen a modéré les spéculations sur les possibilités de M. Soini de devenir Premier ministre
Turun Sanomat rapporte que la Présidente, Mme Tarja Halonen, a déclaré lors d’une interview accordée à Forssan Lehti qu’il n’était pas sûr que le président du plus grand parti aux élections législatives deviendrait automatiquement Premier ministre, même si jusqu’à présent cela était la coutume.
Pour Mme Halonen, le résultat des élections sera très intéressant si au lieu de trois grands partis il y en a finalement quatre.
Mme Halonen n’a pas voulu évaluer le caractère de la coopération gouvernementale si M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, est nommé Premier ministre. « Je connais M. Soin, il est une personne tout à fait agréable. »
TS/7

Mme Kiviniemi est prête à participer au même gouvernement avec les Vrais Finlandais
Turun Sanomat relève que la Première ministre centriste, Mme Mari Kiviniemi, en déplacement en Norvège jeudi, a déclaré qu’elle était prête à coopérer au gouvernement avec n’importe quel parti politique si on retrouve une entente sur un programme gouvernemental. Mme Kiviniemi a précisé qu’elle n’exclut pas la coopération avec les Vrais Finlandais.
TS/7

Les classes socioprofessionnelles supérieures intéressées par les Vrais Finlandais
Selon Aamulehti, contrairement aux élections précédentes, les Vrais Finlandais présentent nombre de candidats titulaires de diplômes supérieurs et d’entrepreneurs.
AL

Les sympathisants des Vrais Finlandais de plus en plus sûrs de voter
Le nombre de Finlandais s’estimant sûrs d’aller voter aux législatives d’avril ne cesse d’augmenter. Les sympathisants des Vrais Finlandais sont désormais plus nombreux que la moyenne des Finlandais à se déclarer sûrs de voter.
HS

Ministère des Transports

Différend sur la nomination du secrétaire général
La nomination du secrétaire général du ministère des Transports est suspendue à un différend entre le Centre et le parti conservateur.
HS

Insécurité

Selon une étude du ministère de l’Intérieur (La Finlande, pays le plus sûr de l’UE ?), les villes où le sentiment d’insécurité est le plus élevé (entre 27% et 29% des personnes) sont Vantaa, Pori, Espoo, Turku et Oulu alors que les villes où sont enregistrés le plus de délits sont Helsinki, Turku, Pori, Kuopio.
Bien que ville où sont enregistrés le moins de délits par habitant, Espoo a un fort taux d’insécurité.
HS

Jeudi 3 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

La Croix-Rouge finlandaise achemine son aide en Tunisie
Le ministère des Affaires étrangères a accordé 1,2 millions d’euros à la Croix-Rouge finlandaise pour apporter de l’aide aux victimes de la répression en Libye. L’aide sera utilisée pour acheminer des produits à la frontière entre la Tunisie et la Libye. Environ 400 tentes y seront acheminées afin de loger jusqu’à 4000 personnes.
Un vol partira de Tampere pour Djerba.
L’équipe médicale finlandaise a pu commencer à travailler en soutien du Croissant-Rouge à la frontière de la Libye.
HS AL

Editorial : « Les conventions humanitaires devraient toujours être en vigueur » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet relève que la Convention de Genève devrait garantir à la Croix rouge de travailler dans des zones de conflit sans retardements. Cela n’est toutefois pas le cas en Libye et en Tunisie. Comme il faut négocier des garanties de sécurité avec toutes les parties concernées, cela prend du temps.
L’éditorialiste se demande si dans ce contexte, il ne serait pas opportun de confier aux groupements tactiques de l’UE de garantir la sécurité d’un port ou d’un aéroport. Elle estime toutefois qu’il ne faut pas compter sur un soutien politique concernant un tel investissement.
HBL/10

Parlement européen

Les eurodéputés finlandais souhaiteraient un passeport diplomatique
Les eurodéputés finlandais souhaiteraient disposer d’un passeport diplomatique afin de pouvoir se rendre plus facilement sur les zones de crise.
Les eurodéputés finlandais en ont fait la demande auprès du ministère finlandais des Affaires étrangères dès juillet dernier. Mme Hautala (Verts) en avait fait lea demande même antérieurement. Elle considère que la réaction du MAE finlandais est « incroyablement réservée » et souligne que de nombreux eurodéputés en bénéficient de la part de leurs pays d’origine.
Mme Hautala qui préside la commission aux droits de l’homme du Parlement européen voyage principalement dans des zones de crise.
AL

Etats-Unis

Le vice-président Biden en Finlande les 7 et 8 mars
Suomenmaa relève que le vice-président américain, M. Joe Biden, effectuera une visite en Finlande les 7 et 8 mars. M. Biden s’entretiendra avec la Première ministre, Mme Kiviniemi. L’entretien portera entre autres sur la situation économique internationale. M. Biden aura également un entretien avec la présidente, Mme Halonen.
Après la Finlande, M. Biden se dirigera vers la Russie.
SM/9

OTAN

La Finlande participe aux exercices de l’OTAN
La Finlande participera, en qualité de pays partenaire pour la paix, au Crisis Management Exercice 2011 (CMX11) de l’OTAN du 23 au 30 mars. Il s’agit d’un exercice annuel de l’OTAN, ouvert aux pays partenaires pour la quatrième fois.
Cette année, outre les pays membres de l’OTAN, la Finlande et la Suède participent à cet exercice.
SM

Réunion du PPE

L’opposition finlandaise critique la venue de M. Berlusconi
La presse finlandaise rapporte que c’est la venue du premier ministre italien, M. Berlusconi, qui concentre l’attention des médias pour le sommet du parti populaire européen, vendredi à Helsinki.
Le secrétaire général du PSD, M. Jungner, estime qu’il est peu probable que cette réunion permette de trouver des solutions aux problèmes de la crise des dettes souveraines dans l’UE. Il considère que c’est une manoeuvre électorale du parti conservateur.
Le président des Vrais finlandais estime qu’il est « très bon que les Finlandais se rendent compte que M. Berlusconi est le représentant du parti frère des conservateurs finlandais ».
AL

Crise européenne

Le syndicat STT envisage de revoir sa position sur l’Europe
Le président du syndicat des employés STTK, M. Mäenpää a déclaré que son syndicat avait toujours adopté une ligne très pro-européenne. Il estime que si les propositions envisagées pour lutter contre les dettes souveraines et notamment le fait que l’UE puisse imposer un âge de départ à la retraité se concrétisaient son syndicat pourrait adopter une ligne euro-sceptique. Il estime que la gouvernement finlandais devrait écouter les partenaires sociaux sur ces matières.
UD

Politique intérieure

Gouvernement

On connaitra la prochaine coalition gouvernementale avant la mi-mai
Les principaux partis représentés au Parlement se sont mis d’accord sur le calendrier de la formation d’un nouveau gouvernement après les élections législatives du 17 avril.
Le résultat électoral sera confirmé le 20 avril. Les nouveaux groupes parlementaires se réuniront le lendemain. L’ouverture du Parlement aura lieu le 27 avril et le jour même les groupes parlementaires décideront de la personne appelée à essayer de former un gouvernement. Cela devrait être le président du plus grand groupe parlementaire et, en cas d’égalité, du parti ayant reçu le plus de voix.
Le nouveau Premier ministre pourrait être investi le 16 ou le 17 mai et nommé par la Présidente le 17 mai.
UD

Parlement

Réforme de la loi électorale
Le Parlement a voté, hier, par 103 contre 73 en faveur du projet du gouvernement ramenant à 3 % des voix le seuil minimum pour avoir des élus. Des députés des partis de la coalition gouvernementale ont voté contre ou se sont abstenus. Le projet devrait être définitivement approuvé par l’actuelle législature la semaine prochaine.
Pour entrer en vigueur, il doit encore être approuvé par la prochaine législature.
HS/A5

Fiscalité

Les orientations des partis politiques se ressemblent
Helsingin Sanomat relève que les trois grands partis, le Parti conservateur, le Centre et le PSD, sont prêts à resserrer la fiscalité à hauteur d’un milliard d’euros, afin de garantir le financement de l’économie publique.
Le PSD ne souhaite pas toucher à la TVA pour ne pas détériorer l’effort de répartition plus égale des revenus. Selon M. Holm de l’institut de recherche économique Pellervo, le modèle fiscal du Centre favorise lui aussi une répartition plus égale des revenus que celui du Parti conservateur. Le Centre propose de maintenir le taux le plus bas de la TVA, qui concerne la nourriture et les médicaments, et d’augmenter les autres. Les conservateurs souhaitent augmenter de deux points l’ensemble des taux de TVA. Les conservateurs proposent également de diminuer la fiscalité sur les revenus, contrairement aux deux autres.
Concernant la fiscalité sur les revenus financiers, le PSD est plus sévère que le Centre et le Kokoomus. Le PSD ne toucherait pourtant pas à l’impôt sur les sociétés, contrairement au Centre et les Conservateurs. Selon M. Holm, une diminution de cet impôt permettrait de donner un élan à l’emploi.
HS/A5

Roms

Débat sur des camps pour les Roms
Le groupe de travail sur la mendicité envisage de proposer à la municipalité d’orienter les Roms qui devraient arriver en Finlande au printemps vers des terrains de camping. La municipalité n’a plus renouvelé le contrat de l’association Satama, dont le terrain était utilisé par les Roms jusqu’à présent dans le quartier de Kalasatama.
HBL/4

Défense

Attrait du service militaire volontaire des femmes
Près de 700 femmes volontaires se sont inscrites pour le service militaire cette année. C’est le second chiffre le plus élevé après 1997 car, depuis le nombre des femmes volontaires ne dépassait guère les 400-550. Depuis 1995, 4 900 femmes ont été formées pour la réserve.
HS

L’armée veut obtenir le droit de lire le courrier électronique de son personnel
Selon le quotidien Hämeen Sanomat, la défense nationale souhaite obtenir le droit de lecture du courriel de son personnel. Selon le journal, un contrat autorisant la lecture des courriels sera présenté aux employés de l’armée au courant du printemps. Par ailleurs, la défense nationale souligne rigoureusement que le courrier électronique professionnel ne doit pas être utilisé à des fins privées.
HS
Nokia

M. Elop a affirmé que l’usine de Salo continue
Helsingin Sanomat rapporte que Nokia investira 200 millions d’euros dans la construction au Vietnam d’une nouvelle grande usine qui emploierait de 5 000 à 10 000 personnes.
Selon Turun Sanomat, le directeur général de Nokia, M. Stephen Elop, a effectué mercredi une visite à l’usine de Nokia à Salo où il a souligné que l’usine de Hanoï ne menaçait aucunement l’usine de Salo. « Son message est très clair et nous sommes confiants. Nous produisons à Salo des téléphones de haut de gamme, tandis que l’usine au Vietnam produira des téléphones d’entrée de gamme », selon Mme Anne Malm de l’usine de Salo.
Nokia a annoncé antérieurement que la coopération avec Microsoft aura des effets important sur le personnel. Lors de sa visite à Salo, M. Elop n’a pas donné d’informations à ce sujet.
HS/B5, TS/17

Projets de mines

Il y a quatre grands projets miniers en Laponie
Kauppalehti relève qu’actuellement il y a des dizaines de projets miniers en cours en Finlande, dont les plus importants sont en Laponie : Sokli à Savukoski, Hannukainen à Kolari, Suhanko à Ranua et le projet du géant minier Anglo American à Sodankylä.
Anglo American s’intéresse surtout aux réserves de nickel et de cuivre. Les études ont commencé et, selon l’entreprise, les résultats sont prometteurs. L’entreprise, qui a investi 16 millions d’euros dans des études, ne commente pas son calendrier. Une centaine de personnes participent aux études et le nombre peut doubler l’année prochaine.
Le projet de Sokli est parmi les plus importants, même si la norvégienne Yara a décidé de situer sa raffinerie à Kovdor en Russie. Selon le ministère du travail et des activités économiques, la mine donnerait du travail à 100-130 personnes en Finlande.
En ce moment, il y a neuf mines de métaux et 32 mines de minéraux en Finlande.
KL/4

Ports

Finnsteve licencie 160 personnes
Le groupe Finnsteve qui gère les travaux sur les ports finlandais a annoncé le licenciement de 160 dockers sur les ports de Kotka, Turku et Helsinki.
AL

Etude sur le diabète

C’est en Finlande que le diabète de l’enfant est le plus répandu au monde
Helsingin Sanomat rend compte d’une étude européenne sur le diabète de l’enfant coordonnée par M. Hyöty, professeur de l’Université de Tampere. Des chercheurs de six pays différents participent à cette étude.
HS/A5

OGM

Les apiculteurs se soucient de la culture des organismes génétiquement modifiés
Helsingin Sanomat relève que l’union des apiculteurs finlandais met en garde contre les risques de la culture OGM pour l’apiculture et la pollinisation de l’ensemble des plantes cultivées. Une proposition de loi en matière de culture OGM est actuellement à l’étude au Parlement.
HS/A11

Mercredi 2 mars 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

Pour M. Stubb, la situation en Libye peut être appelée une guerre civile
Selon M. Stubb, la situation en Libye est suivie sans arrêt
Le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, estime que la situation en en Libye peut être considérée comme une guerre civile. « Il y a déjà 2 000 morts et à mon avis on peut parler d’une guerre civile. Trop de personnes sont mortes. Nous sommes maintenant obligés de suivre la situation d’instant en instant », selon M. Stubb.
Turun Sanomat relève que M. Stubb considère toutefois qu’il est trop tôt pour envisager une intervention. Il souligne qu’une ingérence militaire dans les affaires de la Libye n’est pas d’actualité même si les Etats-Unis sont en train de déplacer des équipements militaires dans la région.
« La communauté internationale peut prendre la responsabilité sur la protection uniquement au cas où on estime que la Libye n’est plus capable de protéger ses propres citoyens. Je n’ai encore évoqué avec personne les troupes d’intervention rapide ou autre intervention militaire », a déclaré M. Stubb à Turku.
M. Stubb estime qu’un éventuel sommet européen le 11 mars serait une bonne occasion d’évaluer la situation. « Seule une résolution du conseil de sécurité de l’ONU donnerait la légitimité pour une intervention militaire », selon lui.
HS

Crise financière

Propos de M. Niinistö
Le président du Parlement, M. Niinistö, qui est intervenu lors d’un séminaire organisé par l’Institut des relations internationales, estime que la solidarité européenne semblerait en bout de course. Il estime, concernant le mécanisme permanent de stabilisation par exemple, qu’il faudrait s’en tenir à ce dont sur quoi on a pu s’entendre, or pour lui, ce mécanisme a été dilué dès le départ.
Il estime que les paquets d’aide suscitent la question de l’équité de la répartition des responsabilités. Pour lui, l’Europe est divisée entre un Sud pauvre et un Nord riche. Il estime qu’il faudrait arrêter l’aide constante aux pays à problèmes.
KL/6

Euro

Les Finlandais croient en un euro fort
Selon l’eurobaromètre 78% des Finlandais sont favorables à l’euro et moins d’un cinquième expriment leur désaffection pour cette monnaie. Les opinions n’ont quasiment pas changé depuis 2009.
La moitié des Finlandais pensent que le fond de la crise financière a été atteint et dépassé et une majorité d’entre eux estiment que l’appartenance à l’euro a permis de diminuer les effets de la crise.
UD
Politique intérieure

Parlement

Réforme de la loi électorale
Selon Helsingin Sanomat, le président de la commission des lois constitutionnelles du Parlement, M. Kimmo Sasi, s’est demandé hier en séance plénière si le projet actuel pour une nouvelle loi électorale était le meilleur où est-ce qu’on aurait besoin d’une réforme plus profonde. La commission des lois constitutionnelles a modifié, la semaine dernière, le projet du gouvernement en diminuant le seuil minimum pour avoir des élus de 3 % à 2 % des voix. Le gouvernement veut toujours maintenir le seuil de 3 %.
HS/A7

La loi sur la publicité sur l’alcool n’avance pas
Helsingin Sanomat rapporte que les litiges politiques ont fait échouer le projet de loi sur la publicité sur l’alcool au Parlement. Les négociateurs des partis du gouvernement de la commission des affaires sociales se sont réunis mardi sans trouver de solution.
La ministre conservatrice des services de base, Mme Paula Risikko, et le ministre centriste des affaires sociales et de la santé, M. Juha Rehula, ont constaté qu’une entente sur le contenu du projet de loi n’a pas être trouvée, même si les partis étaient unanimes sur les objectifs. Les différences entre conservateurs et centristes concerne surtout les moyens.
HS/A6

Social

Le revenu minimum n’est pas suffisant pour vivre
Helsingin Sanomat relève que selon une étude de l’institut de la santé et du bien-être, le revenu minimum a baissé et ne couvre plus la consommation minimum d’une personne. Le niveau du revenu minimum n’a pas bougé même si les salaires ont augmenté. Le revenu minimum finlandais est au-dessous de la moyenne de l’Europe occidentale.
Le nombre de personnes qui dépendent à 90 % du revenu minimum est en hausse : en 1990 il y en avait 73 000 et 150 000 en 2009. Depuis 1990, les revenus d’une personne seule ont augmenté de 48 %, mais le revenu minimum d’une personne seule a diminué de 2 %.
HS/A6

Retraites

Rapport du groupe de travail de M. Rantala
Le groupe de travail de M. Rantala a remis son rapport sur la prolongation des carrières professionnelles à la Première ministre hier. Il en est de même du rapport du groupe de travail, de M. Ahtela, directeur au patronat EK, sur la qualité de la vie professionnelle.
Les confédérations syndicales, EK, SAK, STTK et Akava se réuniront la semaine prochaine afin de faire des propositions basées sur ces deux rapports. Il est prévu que ces propositions puissent être terminés dans les deux mois qui viennent afin qu’elles puissent être prises en compte dans les pourparlers concernant le prochain programme gouvernemental.
Mme Kiviniemi rappelle, à l’instar du ministre des Finances, M. Katainen, que la question des carrières professionnelles sera un des premiers projets de la prochaine législature.
Selon le directeur de la Direction nationale de la médecine du travail, professeur Guy Ahonen, les frais du « malaise au travail » ont atteint un niveau vertigineux en Finlande. Il estime que le fait que les Finlandais partent sept ans trop tôt à la retraite engendre des frais de 24 milliards d’euros par an. Cette somme passe à 30 milliards si on tient compte des absences et des accidents au travail, que l’on peut considérer comme des facteurs de « malaise professionnel ».
M. Ahonen estime que, même si le rapport du groupe de Rantala sur l’âge de départ à la retraite n’avait aucun autre effet concret, il a au moins permis de lancer un débat sur l’importance du bien-être au travail. Il insiste sur le fait que l’amélioration des conditions de travail diminue le coût de la main d’œuvre et améliore la productivité.
KL/4 AL/A6, UD/2

Editorial : « Il faut pouvoir rallonger les carrières professionnelles » KL
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que le prochain gouvernement disposera de toutes les informations et les rapports sur le financement du système de retraites et sur l’amélioration des conditions de travail afin de rallonger les carrières.
KL/3

Economie

L’économie finlandaise se rétablit moins rapidement que celle de la Suède
Helsingin Sanomat relève que le PIB finlandaise a augmenté de 3,1 % l’année dernière, ce qui est plus que ce que l’on avait prévu au début 2010. La moyenne des 27 Etats membres de l’UE était de 1,7 %.
La croissance de l’économie finlandaise est menacée par le ralentissement des exportations et la diminution de la croissance de la consommation des ménages.
HS relève qu’en Suède, le PIB a déjà repris son niveau d’avant la crise économique, tandis que la Finlande est encore loin de son niveau de 2007.
Keskisuomalainen relève que le déficit budgétaire de la Finlande a continué à augmenter en 2010. Il était de 5,1 % par rapport à 4,6 % en 2009. La dette publique s’élevait à 76,5 milliards soit 11,3 milliards de plus qu’en 2009. L’endettement des communes était de 10,5 milliards d’euros.
HS/B6, KS/12

Energie

Olkiluoto 3 sera en service au plus tôt au second semestre 2013
Selon TVO, il faudra huit mois pour la mise en service du réacteur une fois qu’il lui aura été livré par le consortium Areva Siemens en 2012.
TS

Défense

La présidente, Mme Tarja Halonen commente les propos du lieutenant à son sujet
La présidente, Mme Tarja Halonen, revient sur les propos du lieutenant qui avait déclaré à Vekaranjärvi « qu’il n’est pas convenable qu’une femme communiste se trouve à la tête de l’armée ». Interviewée ce jour à Radio Helsinki, Mme Halonen, constate : « Notre liberté d’expression individuelle n’autorise cependant pas de vexer autrui. C’est pourquoi je suis préoccupée par ce type de déclaration. Les femmes et les hommes sont égaux, la tendance sexuelle est une affaire personnelle et n’empêche pas de participer à la défense nationale. Politiquement on devrait également rester neutre. Il y a des patriotes au sein de la droite et de la gauche », a-t-elle précisé.
Néanmoins, la présidente a exprimé sa satisfaction sur le fait que les appelés aient eux-mêmes réagi au discours du lieutenant. « Cela prouve que, parmi les jeunes conscrits, il y a des gens qui, d’emblée, ne sont pas d’accord avec ce type de déclaration », a-t-elle affirmé.
HS/radiohelsinki

Mardi 1er mars 2011

Politique européenne et étrangère

Rencontre des leaders européens conservateurs en Finlande

Les dirigeants du PPE pourraient discuter des conditions des prêts à l’Irlande
Helsingin Sanomat rapporte que le nouveau Premier ministre irlandais pourrait profiter du sommet du PPE à Helsinki, vendredi, pour renégocier les termes des prêts de l’UE. En contrepartie, l’Irlande pourrait s’engager à relever sa fiscalité sur les entreprises.
HS

Libye

Pour M. Stubb, la situation en Libye peut être appelée une guerre civile
Aamulehti relève que le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, a participé lundi à la réunion du conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève.
Dans son discours, M. Stubb a condamné vigoureusement la violence et a exigé l’accès de l’aide humanitaire en Libye, ainsi que la possibilité pour les ressortissants étrangers de quitter le pays. Il a fait l’éloge de la communauté internationale pour avoir réagi rapidement. « La Libye est responsable de la protection de tous les gens dans son territoire. »
M. Stubb a encouragé chaque Etat à évaluer sa situation dans les droits de l’homme.
M. Stubb estime, dans une interview accordée à Aamulehti, que la situation en en Libye peut être considérée comme une guerre civile. Il estime que M. Gadhafi devrait en tirer les conclusions et quitter son poste. « Je suis toutefois presque sûr qu’il ne le fera pas. »
A la question de savoir combien de temps la communauté internationale pourra accepter les effusions de sang, M. Stubb répond : « Nous sommes très près d’un débat sur une intervention internationale. La communauté internationale a condamné la violence et les décisions sur des sanctions contre la Libye ont été prises très rapidement. » Il souligne que la Libye et aussi la communauté internationale ont la responsabilité de la protection des citoyens. « Je n’exclus pas la possibilité d’une intervention. »
Selon M. Stubb, l’Union européenne ne s’est pas encore préparé à un éventuel afflux des réfugiés nord-africains. Le gouvernement finlandais ne l’a pas encore évoqué.
AL/A5

Politique de l’asile – immigration

Visite en Finlande de la Commissaire européenne des Affaires intérieures
Hufvudstadsbladet relève que lors de sa visite en Finlande, la commissaire européenne, Mme Malmström, a évoqué la question d’une politique commune de l’asile en Europe avec les ministres de l’Immigration, Mme Thors et de la Justice, Mme Brax.
Concernant l’intégration, Mme Malmström souligne l’importance de l’investissement dans les connaissances linguistiques ainsi que dans l’accès sur le marché du travail.
La Finlande a lancé, hier, un programme en faveur de l’intégration qui prévoit une coopération entre les différentes autorités concernées ainsi qu’avec le secteur tertiaire et la vie économique.
Le budget de ce programme s’élève à 10 millions d’euros. Il est financé par le ministère de l’Intérieur, celui de l’Emploi et de l’Economie et celui de l’Education, ainsi que l’Union des communes et des fondations culturelles.
HS/A6

Crimes d’honneur

Selon Mme Brax, la violence liée à l’honneur relève de l’Etat
La ministre de la Justice, Mme Brax, estime qu’il faudrait que la lutte contre les crimes d’honneur soit gérée par l’Etat. Elle dément les propos de Mme Thors qui accuse les ministères concernés de nonchalance, mais admet que l’organisation d’une formation a trainé.
Elle estime qu’organiser une formation et un travail important qui exige de la détermination, du temps et de l’argent. « C’est un travail de deux à trois ans dont la responsabilité et le financement devront relever des ministères. »
Depuis le début de l’année, les actes de violence légère dans la famille sont criminalisés. L’auteur peut désormais être poursuivi en justice sans que la victime le demande. « C’est une des réformes les plus importantes de la législature. Elle est liée aux crimes d’honneur », dit Mme Brax.
HS/A5

Défense

En Italie la construction de trois navires militaires pour la Finlande est en cours
Le premier navire chasseur de mines finlandais Katanpää est sur le point d’être terminé dans un chantier naval italien. A l’issue de tests en mer entamés ce mois-ci, le navire sera remis à la marine finlandaise l’été prochain. Pour le capitaine de corvette Kristian Isberg de l’état-major de la marine, la performance des chasseurs de mines déclenche une nouvelle ère dans l’univers sous-marin de la marine finlandaise.
La Finlande a commandé trois bâtiments chasseurs de mines à l’entreprise italienne Intermarine. Baptisé d’après le premier navire qui sera prêt, ce type de bâtiment est appelé classe Katanpää. Le centre de gravité des activités de la marine finlandaise est sur le point de passer de la défense côtière à la sécurisation du trafic maritime.
La politique finlandaise des acquisitions de bâtiments chasseurs de mines va à l’encontre de la politique des grandes nations maritimes, qui considèrent que les chasseurs de mines, en raison de leur lenteur, ne sont plus utiles.
HS/A5

Politique intérieure

Retraites

Rapport du groupe de travail
Selon Helsingin Sanomat relève que le groupe de travail chargé d’étudier le développement du système de retraite doit remettre son rapport aujourd’hui à la Première ministre Kiviniemi. Selon les informations du quotidien, le groupe n’a pas l’intention de proposer de recommandations mais laissera les conclusions aux politiciens.
Selon le rapport, les futures retraites ne peuvent être sauvées que par la prolongation des carrières professionnelles. L’objectif du gouvernement est d’augmenter l’âge de la retraite de deux ans d’ici 2025.
HS/A8

Grandes entreprises

Le nombre de femmes dans les conseils de surveillance n’a pas augmenté
Selon Uutispäivä Demari, les grandes entreprises cotées en bourse ne comptent pas nommer plus de femmes dans les conseils de surveillance.
Dans les conseils de surveillance de Fortum, Rautaruukki et Kemira il y a le plus de femmes, trois sur sept. Fortum compte proposer la nomination de Mme Sari Baldauf à la tête de son conseil de surveillance.
Chez Nokia, le nombre de femmes diminue de quatre à deux sur les onze membres du conseil de surveillance.
La Première ministre Kiviniemi a souligné que la part de femmes dans les conseils de surveillances devrait atteindre au moins de 40 %.
UD/11

Exportations

Les exportations ont augmenté en 2010
Helsingin Sanomat rapporte que selon les statistiques de la direction générale des douanes, les exportations finlandaises ont augmenté de 16 % en 2010, pour s’établir à 52,4 milliards d’euros.
HS/B3

publié le 31/03/2011

haut de page