Mai 2014

Vendredi 30 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Pologne

Le Président Niinistö se rendra en Pologne

Le Président Sauli Niinistö se rendra en Pologne, la semaine prochaine, pour participer aux festivités à l’occasion des 25 ans de la libération du pays du communisme, les 3 et 4 juin.
HBL/jeu/4

Nominations européennes

« Les hauts postes entre les mains de Mme Merkel » HS

« Les institutions se disputent le pouvoir de nomination » TS

« M. Katainen candidat qui concentre le moins d’opposition » TS

Turun Sanomat relève que le nom de M. Katainen continue à circuler pour un haut poste européen, y compris la présidence de la Commission. Il a été cité par le Financial times.

Selon la présidente de l’institut finlandais des relations internationales, UPI, M. Katainen a ses propres soutiens. Il a une bonne expérience et la Finlande a été un fidèle allié de l’Allemagne dans la gestion de la crise financière.
Selon le directeur d’Eurofacts M. Anders Blom, « M. Katainen n’a pas d’ennemis importants. Or, cela peut être significatif d’avoir le moins d’opposants ».
TS

Economie

La Finlande distancée par les autres pays nordiques
Selon une étude d’ETLA, la Finlande perd du terrain par rapport aux autres pays nordiques en matière de niveau de vie.
Le PIB par habitant, corrigé en terme de pouvoir d’achat, des Finlandais (moins de 40 000 dollars par an) est proche de celui des Islandais mais largement distancé de celui des Danois et des Suédois (plus de 40 000 dollars), sans parler de celui des Norvégiens (plus de 60 000 dollars). La Finlande est même en-dessous de la moyenne de l’Europe des quinze.
Selon le directeur d’Etla, M. Vihriälä, cela s’explique par une diminution de la productivité des entreprises ces dernières années. Les secteurs qui ont longtemps tiré l’économie (Nokia et les groupes de bois-papier) ne le peuvent plus.
Le second facteur important est lié aux taux d’emploi qui est le plus faible en Finlande parmi les pays nordiques. C’est aussi en Finlande que l’âge moyen de départ à la retraite (61,7 ans) est de loin le plus faible par rapport au Danemark (62,3), à la Norvège (63,2), à la Suède (64,3) et à l’Islande (64,8).
M. Vihriälä propose donc de renforcer la flexibilité sur le marché du travail, même au prix d’une augmentation des écarts de revenus. Il estime surtout qu’une réforme des retraites et qu’un relèvement de l’âge de départ à la retraite (et une diminution des possibilités de départ en pré-retraite) sont impérieux. Selon Etla, si les partenaires sociaux ne sont pas capables de présenter une vraie proposition de réforme, il faut que le gouvernement s’en empare.
HS

Adoption

459 adoptions en 2013, dont 167 d’enfants venant de l’étranger
Il y a eu en 2013, 41 enfants adoptés d’origine étrangère de moins qu’en 2012.
HBL/1-3

Violation de l’espace aérien

Des passages de 3 et 6 minutes
Keskisuomalainen relève que selon l’enquête des gardes-frontières, dans la violation russe de l’espace aérien finlandais, il s’est agi d’un avion de transport Antonov AN-26 qui a pénétré à hauteur d’un kilomètre dans l’espace finlandais pendant trois minutes, et d’un avion de cargo Tupolev TU-154 à hauteur de 28 kilomètres pendant six minutes.
La négligence et les mauvaises conditions climatiques sont considérées comme les facteurs ayant engendré ces violations.
KS relève que la Finlande attend une réponse de la Russie à sa note en la matière.
Suomen Kuvalehti a écrit, la semaine dernière, qu’un des avions en question aurait été un chasseur Su-35S. L’hebdomadaire d’une part et les gardes-frontières d’autre part restent chacun sur leurs positions.
KS/ven/5

Politique intérieure

PSD

M. Rinne sera le nouveau ministre des Finances
Le nouveau président du Parti social-démocrate, M. Antti Rinne, a annoncé lors d’une conférence de presse mercredi à midi qu’il sera nommé ministre des Finances, en remplacement de Mme Jutta Urpilainen.
Le conseil national du PSD, réuni avant la conférence de presse, a pris la décision sur la nomination du nouveau ministre des Finances à l’unanimité, sur la proposition de M. Rinne.
Helsingin Sanomat estime que M. Rinne aurait préféré soit ne pas entrer au gouvernement, soit un autre portefeuille, celui de l’Emploi, et il n’aurait accepté celui des Finances qu’en dernier recours, sous la pression du parti.
Selon le président du groupe parlementaire, Jouni Backman, la base du parti a fait remonter le message que le président du parti devait être ministre des Finances. « On dirige les troupes en première place, et le poste de ministre des Finances est le plus élevé », selon lui.
Le secrétaire d’Etat de M. Rinne aux Finances sera l’avocat Raimo Luoma qui a notamment été conseiller aux affaires européennes de M. Lipponen en 1995-1996.
Selon M. Rinne, le changement ministériel aura lieu la semaine prochaine. Il n’y aura pas d’autres changements de portefeuilles et les autres ministres du PSD - MM. Tuomioja et Ihalainen et Mmes Kiuru, Viitanen et Huovinen - continuent au gouvernement.
M. Rinne participera à son premier conseil des ministres des finances de la zone euro le 19 juin.
HS TS AL KS

« M. Rinne n’aurait pas pu être à moitié au gouvernement » HS
« M. Rinne a fait le bon choix » Kaleva
« M. Rinne a choisi la seule solution correcte » TS
« La mission de M. Rinne est de relever l’audience du PSD » AL
L’ensemble des éditorialistes soulignent que M. Rinne ne pouvait pas refuser le poste de Ministre des Finances sans alimenter des spéculations sur son leadership à l’intérieur du PSD.
Le prochain test pour M. Rinne sera les mini-négociations gouvernementales lorsque le parti conservateur aura choisi son nouveau président. Pour Turun Sanomat, M. Rinne aura peu de marges de manœuvres dans ces négociations car sur la base du résultat des européennes, le PSD n’est vraiment pas prêt à faire face à des élections législatives anticipées.
Pour Aamulehti, M. Rinne devra regagner de l’audience tant face à l’Alliance des Gauches que face aux Vrais Finlandais dans l’opposition. Dans le même temps, il devra gérer la coopération des cinq partis de la coalition gouvernementale. Cela nécessite des qualités d’équilibriste, conclut AL.
TS HS AL Kalerva

Parti conservateur

M. Vapaavuori a des soutiens à Turku et à Tampere
Turun Sanomat rapporte que le bureau régional de la Finlande du Sud-Est du parti conservateur a décidé de soutenir la candidature du ministre de l’economie Jan Vapaavuori à la présidence du parti. Même si les délégués sont libres de leur vote, la section, qui est l’une des plus grandes du parti, souhaitait prendre position.
A noter que les femmes de cette section ont aussi exprimé leur soutien pour la ministre de la Santé Paula Risikko.
Aamulehti rapporte que M. Vapaavuori a d’importants soutiens à Tampere aussi : la maire-adjointe et présidente du groupe conservateur au cosneil municipal Leena Kostiainen, les membres de l’exécuitif municipal Harri Airaksinen et Ilkka Sasi, la présidente de la section du parti de la ville Hannele StrÔmberg.
TS AL

« Les européennes prédisent-elles une coalition de centre-droit ? » NP
Le journal du parti conservateur Nykypäivä rapporte que, selon l’ancien secrétaire général du parti du centre Pekka Perttula, « le résultat des élections européennes siognifie que les négociations sur une coopération gouvernementale entre le centre et le parti conservateur vont commencer ». Il engage donc les deux partis à un dialogue sur la politique à mener, sans présager encore du résultat des futures élections.
Les chefs de section du parti conservateur interrogés par NP estiment toutefois que l’on ne peut pas encore affirmer que la carte politique finlandaise comporte deux grands partis (les conservateurs et le centre) et deux moyens (le PSD et les Vrais Finlandais). Ils pensent plutôt qu’il faut s’attendre à ce qu’aux législatives il y ait toujours quatre grands partis.
NP

Economie

Propos de M. Vapaavuori sur la compétitivité
Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, qui est intervenu lors de la publication du nouveau programme de politique industrielle de son ministère, estime que favoriser la compétitivité devrait être une évidence.
En faisant référence aux difficultés de Nokia, locomotive de l’industrie finlandaise, le ministre souhaite que la gamme industrielle puisse être diversifiée.
M. Rinne, futur ministre des Finances, a également participé à la conférence de presse. Il a souligné le lien entre la politique industrielle et l’emploi.
HS/jeu/A41

Logement

Un office national du logement ?
Helsingin Sanomat relève que Mme Viitanen, ministre sociale-démocrate du Logement, envisage de mettre en place un office national du logement en Finlande. Le gouvernement devrait déposer au Parlement une proposition de loi en la matière, la semaine prochaine. Le nouvel office remplacerait le centre actuel de financement et développement du logement, Ara.
La désignation d’un directeur de cet office relèverait du PSD.
HS relève que M. Penttilä, maire adjoint de Helsinki, aurait le profil pour ce poste.
HS/jeu/A12

Gouvernement

Un comité consultatif étudie la mise en place de périodes de carence
Un comité consultatif désigné par le gouvernement est en train d’étudier la possibilité de mettre en place une carence concernant les ministres, secrétaires d’Etat politiques et conseillers spéciaux qui passent au secteur privé dans le cas où il y a un conflit d’intérêts explicite. Il a déjà été proposé que concernant les fonctionnaires, ce délai de carence pourrait être de 6 à 12 mois.
HS/jeu/A12

Entreprises

Un nouveau directeur pour le groupe de grande distribution Kesko
Helsingin Sanomat rend compte de la nomination du nouveau PDG de Kesko, un des groupes de grande distribution, M. Mikko Helander, qui a fait sa carrière dans le bois-papier.
Il s’agit de la première fois que Kesko désigne un directeur venant de l’extérieur du groupe.
Hufvudstadsbladet note qu’il y a une rotation en cours dans la direction des grandes entreprises en rappelant les nominations récentes chez Koné, Nokian renkaat, Stora Enso et Stockmann, entre autres.
HS/jeu/A40, HBL/jeu/5

Métro

La direction d’HKL va négocier en Allemagne avec Siemens
La direction de HKL, groupe de transports publics de Helsinki, se rendra à Berlin, lundi, afin de négocier avec Siemens sur le contrat concernant l’automatisation. Le démarrage du métro prolongé vers l’ouest à l’automne 2016 dépendra de ces négociations.
HS/jeu/A28

France – Finlande

Sport

Rugby
Turun Sanomat rapporte que l’équipe de Finlande féminine de rugby rencontrera, demain à Turku, à 11h au stade Paavo Nurmi, l’équipe de France militaire féminine.
TS

Mercredi 28 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Elections européennes

La bataille pour les hauts postes de l’UE a commencé
L’ensemble des médias relève que le Premier ministre M. Katainen apparaît toujours comme un possible candidat de compromis, tant pour la présidence de la Commission que pour les autres hauts postes de l’UE à pourvoir.
HS Yle KL AL KS

Région arctique

Sini Saarela parmi les militants introduits sur une plate-forme de forage
Des militants de Greenpeace, dont Mme Sini Saarela (ancienne militante emprisonnée en Russie) et deux autres finlandais, sont montés sur une plate-forme de forage du norvégien Statoil dans la mer de Barents. Selon le groupe Statoil, il s’agit d’une forme de protestation « irresponsable et illégale ». Le personnel de la plate-forme a discuté avec des manifestants.
HS/A26

Politique intérieure

Gouvernement

M. Rinne sera le nouveau ministre des Finances
Le nouveau président du Parti social-démocrate, M. Antti Rinne, a annoncé lors d’une conférence de presse mercredi à midi qu’il sera nommé ministre des Finances, en remplacement de Mme Jutta Urpilainen.
Le conseil national du PSD, réuni avant la conférence de presse, a pris la décision sur la nomination du nouveau ministre des Finances à l’unanimité, sur la proposition de M. Rinne.
M. Rinne a souligné l’importance de pouvoir créer des emplois en Finlande.
Selon M. Rinne, le changement ministériel aura lieu la semaine prochaine. Il n’y aura pas d’autres changements de portefeuilles et les autres ministres du PSD - MM. Tuomioja et Ihalainen et Mmes Kiuru, Viitanen et Huovinen - continuent au gouvernement.
Yle

Parti conservateur

M. Stubb souhaite diminuer le nombre de ministres
Helsingin Sanomat rapporte que M. Alexander Stubb, qui vise le poste de président du Parti conservateur, a évoqué ses vues politiques en vue du prochain gouvernement.
M. Stubb souhaite diminuer le nombre de ministres, 19 durant cette législature (mais 17 depuis le dernier remaniement NDLT), à environ 16 ministres. Il y aurait aussi des ministres adjoints ou secrétaires d’Etat qui seraient choisis parmi les députés.
M. Stubb souligne le caractère international du poste de Premier ministre. Il estime que 40 % des tâches du Premier ministre relèvent de l’international. Il souligne que le Premier ministre dirige la politique européenne de la Finlande. Il participera tout de suite à la formation de la prochaine Commission européenne et tentera de garantir de hauts postes pour la Finlande. « Le dirigeant du Kokoomus est en ce moment aussi un homme politique international. »
M. Stubb veut se débarrasser de longs programmes gouvernementaux. Un programme de 5 à 10 pages suffira. Le programme du gouvernement actuel fait 90 pages. Il propose aussi un programme de travail que le gouvernement pourrait présenter au Parlement tous les ans en février.
Avant le congrès de Lahti, M. Stubb fera une tournée de 15 villes, dont Rovaniemi, Hamina, Parkano et Bruxelles.
HS/A16

Editorial : ”Les élections européennes mènent M. Stubb aussi à la direction du Parti conservateur »
Dans son éditorial, Kaleva estime que M. Stubb, qui a été de loin la locomotive des élections européennes avec 148 101 voix, sera élu à la présidence du Parti conservateur. « La tâche la plus importante d’un président du parti est de mener son parti à une victoire électorale aux élections nationales. Le Kokoomus ne pourra pas se passer d’un homme politique aussi populaire au congrès du parti », selon l’éditorialiste.
« Seul un parti politique suicidaire ferait une choix différent au congrès », conclut Kaleva.
Kaleva/2

Parlement

Les députés devront annoncer leurs participations
Selon Helsingin Sanomat, le groupe de travail chargé d’étudier l’augmentation de la transparence sur le travail des députés, présidé par M. Pekka Ravi, vice-président du Parlement, a présenté mardi son rapport au présidium de l’Eduskunta.
Les députés devront désormais annoncer toutes les participations qui ne font pas partie du travail parlementaire. Une telle annonce n’est pas obligatoire en ce moment.
Les députés devront également annoncer à la chancellerie du Parlement s’ils reçoivent des cadeaux, voyages ou billets d’entrée dont la valeur dépasse 400 euros. Actuellement les cadeaux de plus de 300 euros doivent être déclarés mais cela ne concerne pas les voyages ou les billets d’entrée.
Les informations sur les participations sont d’ores et déjà annoncées sur le site officiel du Parlement. Si un député ne suit pas les instructions concernant les participations son omission est publiée en séance plénière.
Le groupe de travail ne propose toutefois pas que les participations des conjoints ou des enfants des députés soient publiées.
HS/A16

Privatisations

Les projets de privatisation divisent les sociaux-démocrates
Manifestation contre la vente d’Altia, groupe de boissons alcoolisées
L’Etat a annoncé, lundi, la vente de son groupe de construction de voierie Destia. Il avait aussi exprimé sa volonté de vendre le groupe de boissons alcoolisées Altia, la semaine dernière. En mars, lors des négociations sur la carde salarial, le gouvernement s’est mis d’accord sur la vente de ses possessions à hauteur de 1,9 milliards d’euros pour fin 2015. Une part de 1,3 milliards d’euros de ces recettes sera consacrée à l’amortissement de la dette publique et 600 millions seront destinés aux mesures de relance.
Le Parlement a débattu de la vente éventuelle d’Altia, hier, dans le contexte du projet de loi de finances rectificative. Le gouvernement propose de récupérer 544 millions d’euros pour l’Etat, dont 460 millions d’euros à titre de vente de propriété de l’Etat.
M. Rinne, président du PSD, qui a parlé aux manifestants qui étaient rassemblés devant le Parlement, promet de lutter en faveur du maintien des emplois d’Altia en Finlande.
M. Rinne affirme que le PSD comprend bien la nécessité de la relance, et il estime qu’il faudrait examiner les participations auprès de Solidium, groupe d’investissements de l’Etat, pour voir s’il y aurait quelque chose à vendre sans pour autant prendre de risque de perdre des emplois.
Mme Urpilainen, ministre des Finances, soutient la vente d’Altia, tout en soulignant l’importance du développement du groupe et du maintien des emplois.
Les partis de l’opposition s’opposent à la vente d’Altia. Le Centre considère le groupe comme stratégiquement important. M. Saarakkala (Vrais finlandais) note que les emplois et une production rentable sont en soi stratégiquement importants.
HS/A6

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’au niveau de l’importance, beaucoup de possessions de l’Etat sont des vestiges d’une époque marquée par des monopoles d’Etat. Il serait raisonnable que l’Etat participe dans des groupes pétroliers ou dans la distribution du courrier postal, domaines qui ont une signification pour la société.
Pour les contribuables, il serait idiot de vendre des activités rentables à un prix peu élevé seulement parce qu’il ne s’agit pas d’une fonction essentielle de l’Etat.
L’éditorialiste rappelle que dans une telle vente, il ne s’agit pas d’une nouvelle source de recettes, mais tout simplement d’une transformation de la propriété sous une autre forme.
HS/A5

Economie

Prévisions sombres d’Aktia
La banque Aktia prévoit une récession de 0,3% cette année. Helsingin Sanomat note que Aktia est la première à annoncer publiquement ce que nombreux pensent : aucun retournement positif n’a été enregistré depuis le début de l’année et les prévisions pour la fin de l’année sont très faibles.
Pour 2015, Aktia prévoit une croissance de 1,5%.
HS

Fonds de garantie de dépôts

Le secteur financier s’oppose à l’idée d’augmenter le rôle de l’Etat dans la gestion du fonds
Le secteur financier proteste fortement contre la proposition du groupe de travail du ministère des Finances en matière de crise bancaire de transférer la gestion du fonds de garantie de dépôts des banques à l’Etat. Selon la confédération du secteur, FK, dans plusieurs autres Etats membres, la gestion de ces fonds est maintenue séparée des autorités publiques.
Le groupe de travail du ministère propose que le fonds relève de l’office de gestion de crise des banques qui est en création.
Mme Kauppi, directrice générale de FK, se demande quelle est la fonction de la garantie des dépôts : « ne devrait-il pas s’agir tout simplement de protéger l’intérêt des déposants en cas de crise bancaire ? »
FK estime que le transfert de la gestion serait un pas vers une fusion de ces fonds au niveau européen à l’instar des fonds de solution de crise.
FK s’étonne du projet de créer un nouvel office de gestion de crise. Dans beaucoup de pays, cet office relève de la banque centrale ou bien de la surveillance bancaire. Pour Mme Kauppi, une telle solution conviendrait à la Finlande aussi.
Helsingin Sanomat relève que le fonds s’élève à 977,8 millions d’euros.
HS/A32

Ecart de revenus

Selon le centre national d’études statistiques, les écarts de revenus en Finlande sont parmi les moins importants dans l’UE
Les écarts de revenus sont toujours moins élevés en Finlande que dans la moyenne des Etats membres de l’UE, selon le centre national d’études statistiques.
Selon M. Pohjola, professeur de sciences économiques de l’Université Aalto, les écarts de revenus sont avant tout une question de valeurs, mais un écart important diminue l’efficacité de l’économie nationale.
Selon M. Tuomala, professeur de sciences économique à l’Université de Tampere, les études les plus récentes indiquent que de grands écarts ne favorisent pas la croissance économique.
HS/A30

Education

La Finlande veut être parmi les premiers pays dans l’éducation scientifique
Helsingin Sanomat rapporte que selon un rapport d’un groupe de travail désigné par le ministère de l’Education et de la Culture, la Finlande brigue, d’ici 2020, la position de premier pays dans l’éducation des sciences.
Selon Mme Riitta Maijala, directrice au ministère de l’Education et présidente du groupe de travail, « l’éducation des sciences n’est pas une nouvelle chose en Finlande. Nous souhaitons que chaque enfant ait l’accès à cette éducation, à l’école ou ailleurs. L’importance de l’expertise en sciences augmente aussi dans la vie professionnelle. »
HS/A14

France – Finlande

Economie

Piketty
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat commente le débat sur le livre de thomas Piketty Le capital au XXIème siècle, ainsi que ses propositions concernant un renforcement de l’intégration de la zone euro.
HS

Kone
Kauppalehti présente le conseil d’administration de Kone où siège le français Pierre Liautaud, Executive Vice-président en charge des zones Europe de l’ouest et du sud, Moyen-Orient et Afrique.
KL

Mardi 27 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Tuomioja
Selon STT, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja espère que le résultat des élections présidentielles va calmer la situation en Ukraine.
Selon M. Tuomioja, l’élection d’un nouveau président va servir de fondement à la réalisation de réformes. Il estime qu’il faut, pour stabiliser l’Ukraine, mener à bien la réforme constitutionnelle le plus rapidement possible. Il faut aussi de nouvelles élections législatives car « si le parlement élu en 2012 est légitime, les conditions depuis ont changé Il faut s’assurer de disposer d’un parlement reconnu par tout le monde ».
M. Tuomioja souligne que les actions menées en Ukraine orientale pour empêcher les gens de voter ne peuvent pas constituer un obstacle à la reconnaissance du résultat des élections. « On ne peut pas céder à des éléments criminels qui souhaitent empêcher le fonctionnement de la démocratie », selon lui. Il souligne que les élections en Ukraine sont parmi les plus surveillées en Europe car il y avait en tout des milliers d’observateurs.
KS/Lun

Editorial : « La Russie doit arrêter d’entretenir la crise » HS
Helsingin Sanomat estime que l’Ukraine a besoin de stabilité et écrit que l’avenir de l’Ukraine serait plus radieux si la Russie cessait d’entretenir la crise. La Russie est en effet un partenaire indispensable à la construction d’un avenir pacifique de l’Ukraine.
HS

Elections européennes

Sur les nominations à venir :
« Il y a de la place pour un candidat du Nord » AL
Les politologues finlandais interrogés par Aamulehti estiment que le premier ministre Jyrki Katainen conserve des possibilités pour les hauts postes européens.
Tout d’abord M. Katainen sera proposé pour remplacer le Commissaire européen Olli Rehn élu au Parlement européen.
Il y aura encore cet été le poste de président de la Commission à pourvoir ainsi qu’à l’automne les postes de présidents du conseil européen, président de l’eurogroupe et haut représentant.
La présidente de l’institut des relations internationales Teija Tiilikainen estime que M. Katainen a ses chances si l’on cherche un candidat de compromis.
Le professeur Tapio Raunio estime lui aussi que le tour est venu pour des représentants des pays nordiques et des nouveaux Etats membres.
Le chercheur Juha Jokela estime que, comme en témoigne le cas de M. van Rompuy, « un premier ministre d’un petit Etat peut très bien être choisi pour un poste important ».
AL

Sur les résultats en Europe :
« Les partis eurosceptiques progressent » AL
« La fille de Le Pen a fait trembler la France » HS
« Montée des sceptiques et des radicaux dans l’UE » Hbl
Helsingin Sanomat souligne que le résultat des élections européennes en Grande-Bretagne et en France va bouleverser l’UE. Le quotidien, qui note que le principal vainqueur de ces élections est l’apathie, considère que l’UE doit maintenant écouter le message des citoyens.
Kauppalehti rappelle qu’en dépit de la montée des extrêmes, 70% des nouveaux députés européens sont de droite modérée ou de gauche modérée.
HS KL AL Hbl

Politique intérieure

Elections européennes

Analyses
« Le PSD risque de devenir un parti de seconde zone » HS
Helsingin Sanomlat considère que les élections européennes ont modifié la carte politique finlandaise. Depuis quelques années, on considérait que le paysage politique comprenait quatre grands partis. Il n’y en a plus que deux : le parti conservateur et le Centre. Derrière eux, il semble y avoir désormais quatre partis moyens : les Vrais Finlandais, le PSD, les Verts et l’Alliance des Gauches.
Le principal enseignement de ce vote serait donc la chute du PSD, estiment les chercheurs interrogés par Helsingin Sanomat. Ils soulignent que le PSD doit faire face çà la fuite de ses électeurs et vers les Vrais Finlandais et vers l’Alliance des Gauches. A Helsinki et à Turku, l’Alliance des Gauches a dépassé le pSD.
Une des explications est le faible taux de participation.
L’éditorialiste d’Aamulehti estime que le risque d’élections anticipées a augmenté après le résultat de ces élections européennes : les Verts attendent avec impatience le bras de fer sur le nucléaire pour pouvoir quitter le gouvernement et la situation inconfortable de M. Rinne (PSD) menace de créer une opposition interne au sein même du gouvernement.
HS

« Un coup de fouet à la campagne de M. Stubb » HS
Helsingin Sanomat estime que le nombre de voix récoltées par Alexander Stubb aux élections européennes est si important qu’il aura un effet sur l’élection du prochain président du parti conservateur.
Avec plus de 148 000 voix, M. Stubb établit un nouveau record pour un conservateur lors de ces élections (le précédent était détenu par une ancienne eurodéputée du parti conservateur Kirsi Piha, avec près de 147 000 voix en 1996).
Le record absolu est de Paavo Väyrynen avec près de 1158 000 voix en 1996.
Les conservateurs interrogés par Helsingin Sanomat sont partagés sur l’effet qu’aura eu le résultat de M. Stubb sur les 850 délégués conservateur appelés à choisir un nouveau président le 14 juin.
HS

Privatisation

L’Etat vend son groupe de voierie Destia
L’Etat vend son groupe de construction de voierie Destia au groupe d’investissements Ahlström Capital pour 148 millions d’euros.
Destia n’est plus considéré comme stratégiquement important. En 2013, le groupe a fait un résultat de 18,9 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 489,7 millions d’euros.
M. Haavisto, ministre chargé de la gestion des entreprises de l’Etat, relève que l’affaire permettra d’obtenir des crédits pour favoriser les nouveaux investissements. Il souligne qu’en même temps, Destia aura un nouveau propriétaire finlandais engagé à développer le groupe d’une façon responsable et de longue haleine. Selon le ministre, les emplois seront maintenus.
M. Heliövaara, secrétaire général de l‘unité de gestion des entreprises de l’Etat, relève que d’ici fin 2015, il s’agira de vendre des actions de l’Etat dans des entreprises cotés à la bourse pour un milliard d’euros.
HS/A35-36

Tentative de meurtre de masse à l’Université de Helsinki

Les accusés affirment qu’ils n’avaient pas l’intention de réaliser leur projet
Une jeune femme de Vantaa et un jeune homme de Kemi sont accusés d’avoir planifié une attaque à l’Université de Helsinki dans le but de tuer 50 personnes. L’Université a été choisie comme cible en raison d’une amertume engendrée par des études interrompues.
Les suspects ont été arrêtés en mars. Le jeune homme avait parlé de son projet à un tiers dont un ami a contacté la police.
Il était prévu de réaliser l’attaque avec des armes à feu, des arbalètes et des gaz toxiques.
Les accusés affirment qu’ils n’avaient pas réellement eu l’intention de mettre en œuvre le projet.
Le jeune homme a dit qu’il a été inspiré par les tueries dans des écoles à Jokela et Kauhajoki.
Les intéressés sont accusés d’avoir planifié un crime grave.
HS/A24-25

Police de Helsinki

M. Aapio nommé à la tête de la police de la capitale
Helsingin Sanomat a interviewé le nouveau chef de la police de Helsinki, M. Lasse Aapio, qui prendra ses fonctions, la semaine prochaine. Il succèdera à M. Riikonen qui prendra sa retraite à la fin du mois.
HS/A19

Trafic de médicaments

Les Douanes ont confisqué les médicaments à l’occasion d’une opération internationale
Les Douanes ont confisqué des médicaments illicites et falsifiés pour une valeur de 22 millions d’euros à l’occasion d’une opération internationale Pangea VII menée dans 111 pays. Il s’est agi de médicaments commandés en ligne.
550 000 envois ont été contrôlés. 10 000 sites ont été fermés, 9000 noms de domaine ont été bloqués et 19 000 publicités trompeuses ont été supprimées des sites.
HS/A20

Agriculture – élevage d’animaux

Le contrôle d’Evira a révélé des problèmes dans des milliers de fermes
Evira, office de sécurité alimentaire, a effectué 6000 visites de contrôle basées sur des soupçons dans des fermes en 2013. Evira a observé des négligences concernant la moitié des fermes contrôlées : 42 % d’entre elles ont eu une remarque.
Des transports d’animaux ont également été contrôlés. Dans 20 % des cas, il y a eu lieu de formuler des recommandations, le plus souvent concernant les documents nécessaires. Les abus concernant les animaux transportés ont diminué depuis les quatre dernières années.
HS/A21

Lundi 26 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Tuomioja
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja rapportait vendredi que les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne n’avaient pas encore défini à l’avance les critères afin de rendre plus strictes les sanctions contre la Russie. Il note que le message de la Russie est que ce pays compte respecter le résultat des élections présidentielles en Ukraine. Pour M. Tuomioja, il n’est pas tout à fait nécessaire que la Russie reconnaisse le résultat des élections.
La Finlande et toute l’Union européenne sont actuellement en train d’évaluer les effets des sanctions économiques sur la Russie mais aussi sur les pays membres de l’Union.
« La Finlande est sur le même front que l’UE mais il faut aussi que la Finlande approuve les décisions de l’UE. Au cas de nouvelles sanctions, il faut qu’elles soient équitables pour tous les pays membres de l’UE », souligne M. Tuomioja.
HS/sam/A17

M. Kanerva a dirigé les observateurs de l’OSCE pour les élections présidentielles
Selon Hufvudstadsbladet, le député conservateur Ilkka Kanerva, qui a dirigé les observateurs de l’OSCE en Ukraine, déplore les violences en Ukraine orientale. « Il y a eu des violences, des fonctionnaires électoraux ont été menacés, des bureaux de vote ont été brulés et des urnes abimées. »
M. Kanerva voit des signes très inquiétants en Ukraine. Avant les élections il a déjà estimé qu’aucun bureau électoral ne serait ouvert.
M. Kanerva s’est également inquiété des soldats armés dans la région. « Parmi eux, il y a des soldats arrivés de pays voisins. Cela suscite des questions pour savoir qui les finance. » Selon M. Kanerva, il est vraisemblable qu’il y a eu aussi des Russes parmi ces soldats.
HBL/lun/15, Kaleva/dim/8

TTIP

Manifestation
Hufvudstadsbladet relève que 1200 personnes ont manifesté contre le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement sur la place de la Maison de la musique, vendredi.
Une cinquantaine de personnes ont manifesté en même temps contre les économies du gouvernement, devant le Parlement.
HBL/sam/4

Elections européennes

« Une soirée européenne marquée par le succès des populistes » HS
Helsingin Sanomat souligne que le Front National a obtenu une victoire historique en France et qu’au Danemark aussi les eurosceptiques l’ont emporté.
Pour le chef du service étranger du journal, le message du Front National est Non à l’Europe ainsi qu’à nombre de valeurs européennes comme la tolérance et la solidarité. Une vague de protestation similaire s’est fait entendre ailleurs en Europe, en Allemagne, au Royaume-Uni et au Danemark. Il relève toutefois que ces protestations sont multiformes et contradictoires : les plans d’aide à la Grèce qui ont suscité une réaction de l’euroscepticisme de gauche en Grèce, expliquent aussi l’audience du parti populaire danois ou des Vrais Finlandais.
En conclusion, il estime que l’UE souffre d’un manque d’enthousiasme ce qui se traduit aussi par un faible taux de participation. Quant aux eurosceptiques, il leur revient aussi de présenter des alternatives crédibles.
HS

Politique intérieure

Elections européennes

Résultat des élections
Le taux de participation en Finlande s’est établi à 40,9% contre 40,9% en 2009.
Le parti conservateur obtient 22,6% (-0,6% par rapport aux européennes de 2009 et +2,2% par rapport aux législatives de 2011), devant le Centre 19,7% (+0,6% par rapport aux européennes de 2009 et +3,9% par rapport aux législatives de 2011), les Vrais Finlandais 12,9% (+3,1% par rapport aux européennes de 2009 et -6,2% par rapport aux législatives de 2011), le PSD 12,3% (-5,2% par rapport aux européennes de 2009 et -6,8% par rapport aux législatives de 2011), les Verts 9,3% (-3,1% par rapport aux européennes de 2009 et +2% par rapport aux législatives de 2011), l’Alliance des Gauches 0,3% (+ 3,4% par rapport aux européennes de 2009 et +1,2% par rapport aux législatives de 2011), le parti populaire suédois 6,7% (+0,7% par rapport aux européennes de 2009 et +2,4% par rapport aux législatives de 2011) et le parti chrétien-démocrate 5,2% (+0,1% par rapport aux européennes de 2009 et +1,2% par rapport aux législatives de 2011).
Le parti conservateur 3 sièges (comme en 2009), le Centre 3 sièges aussi (comme en 2009), les Vrais Finlandais 2 sièges (+1 par rapport à 2009), le PSD 2 (comme en 2009), les Verts 1 (-1 par rapport à 2009), l’Alliance des Gauches 1 (+1 par rapport à 2009) et le parti populaire suédois 1 (comme en 2009) ; le parti chrétien-démocrate perd son unique siège.
Les élus du parti conservateur sont le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb (près de 150 000 voix, meilleur score du pays), l’eurodéputée sortante Sirpa Pietikäinen et la ministre des collectivités locales Henna Virkkunen.
Les élus du Centre sont le commissaire européen Olli Rehn, l’ancien ministre et ancien eurodéputé Paavo Väyrynen et l’eurodéputée sortante Anneli Jäätteenmäki.
Les élus des Vrais Finlandais sont le député Jussi Halla-aho (second meilleurs score du pays avec plus de 80 000 voix) et l’eurodéputé sortant Sampo Terho.
Les élus du PSD sont l’eurodéputée sortante Liisa Jaakonsaari et la députée et présidente de la Grande commission Miapetra Kumpula-Natri.
L’élue des Verts est l’ancienne ministre et ancienne eurodéputée Heidi Hautala.
L’élue de l’Alliance des Gauches est l’ancienne ministre Merja Kyllönen.
L’élu du parti populaire suédois est l’eurodéputé sortant Nils Torvalds.
Sur les treize eurodéputés finlandais, onze se représentaient et cinq ont été réélus. Plus de la moitié sont donc renouvelés avec l’entrée de sept nouveaux.
L’élection du Commissaire Olli Rehn signifie que le membre finlandais de la Commission de M. Barroso devra être remplacé, très probablement par le Premier ministre Jurki Katainen.
Deux ministres en place ont été élus (M. Stubb et Mme Virkkunen) et devront donc être remplacés au gouvernement.
Cinq députés nationaux ayant été élu, ils seront remplacés par leurs suppléants au parlement finlandais.
HS AL TS

« Le parti conservateur fête sa victoire » HS
« Défaite du PSD, il y a désormais deux grands partis en Finlande » TS
Helsingin Sanomat souligne que le parti conservateur a réussi à se maintenir comme premier parti du pays et devrait bénéficier d’une bonne confiance avant les prochaines élections législatives prévues en 2015.
Pour le Centre, le résultat électoral est bon même s’il aurait pu être meilleur car le parti a eu des sondages bien supérieurs au résultat obtenu. Reste à savoir si le nouveau président Juha Sipilä pourra emmener son parti à remporter les législatives.
Le nouveau président du PSD Antti Rinne a reconnu que le résultat était très mauvais. C’est en effet un mauvais départ pour lui et il est devant un choix difficile : en tant que nouveau président du parti, il voudrait radicaliser sa politique, ce qui pourrait faire tomber le gouvernement et provoquer de nouvelles élections ; Or son parti est le moins préparé à affronter des législatives anticipées.
Les Vrias finlandais attendaient beaucoup de ces élections et ont obtenu un résultat à peine satisfaisant. Depuis leur coup des législatives de 2011, le parti a connu trois déceptions : un mauvais score aux présidentielles pour M. Soini, des municipales médiocres et un score assez décevant aux européennes.
Enfin l’Alliance des Gauches semble avoir tiré profit de son départ du gouvernement, ce qui met la pression sur les Verts qui eux, assument la responsabilité gouvernementale.
Turun Sanomat souligne qu’il y a désormais deux grands partis, les conservateurs et le centre, alors que les Vrais Finlandais et le PSD seraient devenus des partis moyens. Le fait que le parti populaire suédois conserve son siège était une surprise.
HS

Editoriaux
Helsingin Sanomat souligne que les résultats des élections européennes n’apportent pas de surprise en Finlande. Dans cette campagne les questions de politique intérieure ont peu pesé. Un aspect intéressant est que la différence entre le résultat du PSD et celui de l’Alliance des Gauches n’avait pas été aussi serrée depuis longtemps. Des tendances européennes se dessinent en Finlande aussi : la permanence des Vrais finlandais, qui n’obtiennent toutefois que deux places, ainsi que la progression de la gauche radicale, ou encore la baisse de la gauche modérée.
L’éditorialiste de Turun Sanomat souligne que le résultat des élections constitue une déception pour les Vrais Finlandais et un choc pour le PSD. En revanche, en terme de sièges le résultat était attendu.
L’éditorialiste d’Aamulehtiestime qu’avec ce résultat qui met le PSD à genoux, son nouveau président Annti Rinne va devoir radicaliser sa politique lors des prochaines négociations gouvernementales, ce qui ne manquera pas de créer des tensions en politique intérieure. L’éditorialiste rappelle aussi que le fait que le parti conservateur ait remporté toutes les élections européennes et que M. Stubb ait obtenu un excellent score témoigne qu’il y a aussi un fort électorat finlandais favorable à l’approfondissement de l’intégration européenne.
Hufvudstadsbladet souligne, dans un éditorial intitulé « Le Parti suédois a réussi, une fois de plus », que le Parti suédois (+0,7 % par rapport à 2009) et l’Alliance des gauches (+3,4 % par rapport à 2009) font partie des gagnants des élections européennes en Finlande. On ne peut pas comparer les élections du Parlement européen avec des autres élections mais il faut noter que le Parti conservateur et le Parti du centre sont devenus les deux grands partis. Le Parti suédois a également gagné parce qu’il a pu garder son seul siège a fait augmenter son audience à 6,7 %. M. Nils Torvalds a été élu avec près de 30 000 voix – contre environ 17 000 voix obtenues par M. Carl Haglund aux élections européenne de 2009. M. Torvalds a donc su non seulement continuer le travail de M. Haglund au Parlement européen mais convaincre l’électorat suédophone d’être leur propre représentant.
On a pu voir que M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais a été déçu du résultat même si le parti a obtenu un deuxième siège. Il semble que les Vrais Finlandais n’ont pas su mobiliser leurs électeurs. La situation aurait été différente si M. Soini avait été candidat lui-même, comme il y a cinq ans.
L’audience des deux partis de gauche, au total 21,6 % (PSD 12,3 % et Alliance des gauches 9,3 %), n’a jamais été aussi basse dans l’histoire politique finlandaise.
HS TS AL HBL

Energie nucléaire

Le Stuk a donné son évaluation préalable concernant la sécurité du projet de Fennovoima
Le centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire, Stuk, a rendu au ministère de l’Emploi et de l’Economie son évaluation préalable concernant la sécurité du projet de construction d’un réacteur nucléaire de Fennovoima.
Le Stuk estime qu’il est possible que le réacteur choisi par Fennovoima remplisse les critères finlandais en la matière. Le Stuk exige toutefois que certains changements soient effectués : par exmple, la capacité de supporter une collision d’un avion devra être renforcée ainsi que la sécurité anti-incendie.
Le Stuk estime que Fennovoima ne sera pas capable de terminer la planification ni de fournir tous les éléments avant de demander au gouvernement une autorisation de construire, dans un peu plus d’un an. Fennovoima ne dispose pas de suffisamment de spécialistes à son service que le groupe avait annoncé dans son calendrier d’origine.
Selon Mme Forsström, directrice de projet chez Fennovoima, il s’agira de recruter 100 nouveaux spécialistes avant la fin de l’année. Selon elle, Fennovoima a l’intention de remettre une partie des documents l’été prochain puis de compléter le dossier plus tard.
AL/sam/A14, HS/sam/B8

Propos de M. Vapaavuori
Helsingin Sanomat a interviewé le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, qui relève que l’exigence sur une majorité finlandaise concernant les actions du nouveau réacteur de Fennovoima est un objectif purement politique qui n’est aucunement motivée par la législation. Il relève que, dans la pratique, il y a peu de différence entre une part de 50,1 % et une part de 60 % des actions.
M. Vapaavuori estime qu’il s’agit de l’acceptabilité du projet aux yeux des Finlandais, d’un état d’esprit, d’une question émotionnelle, et c’est pour cela, qu’une part des actions de 50,1 % ne suffit pas pour les Finlandais.
HS/sam/B8

Billet : « Il est inutile d’avoir peur d’un actionnaire russe » HS
Helsingin Sanomat publie un billet de M. Iivonen, journaliste politique et économique du quotidien, qui se demande pourquoi il faudrait que la majorité des actions du réacteur de Fennovoima reste entre les mains finlandaises. Pour lui, la répartition des actions (entre les Finlandais et les Russes) n’a aucune importance. Il estime que la participation de Rosatom même à hauteur de 40 % lui garantit un pouvoir de décision du fait que les actionnaires finlandais sont dispersés.
Au niveau de la sécurité, la répartition de la participation n’a aucune importance, selon M. Iivonen, du fait que c’est le Stuk qui surveille la construction et les activités.
M. Iivonen rappelle que le suédois Vattenfall dispose de neuf centrales hydrauliques en Finlande, « sans que cela dérange quelqu’un ».
HS/sam/B9

Billet : « Difficultés de l’énergie nucléaire » HBL
Hufvudstadsbladet publie un billet de Mme Koivisto, qui relève que les projets nucléaires n’avancent pas comme prévus par les groupes énergétiques ni par le gouvernement et le Parlement. « Ce que les Verts ont échoué à empêcher par la voie politique est rendu impossible par des réalités économiques et pratiques. »
Fennovoima compte sur le fait qu’aucun changement concernant son projet ne pourra l’arrêter. TVO qui prépare la construction d’un quatrième réacteur n’est même pas sûr de la date à laquelle le troisième réacteur sera prêt.
Des débats animés sont à attendre à l’automne.
L’auteur spécule sur le départ éventuel des Verts du gouvernement, ainsi que sur le rôle de M. Vapaavuori et le fait de savoir si se montrer favorable à l’industrie et à l’énergie nucléaire lui apportera des points dans le contexte de l’élection du président du parti pour les conservateurs.
HBL/dim/29

Energie

Editorial : consommation d’électricité
Kauppalehti estime, dans son éditorial, que les autorisations de construction des centrales nucléaires et l’estimation sur la consommation de l’électricité sera un véritable casse-tête.
Il n’y a pas d’évaluation à jour sur la consommation d’électricité en Finlande et la rédaction d’une telle évaluation n’est pas facile. Il y a quelques années, l’industrie finlandaise avait surévalué largement l’augmentation de la consommation. Elle n’a plus présenté ses propres évaluations et s’est contentée de commenter les chiffres présentés par le ministère de l’Economie et de l’Emploi.
Le ministère de l’Economie et de l’Emploi prévoit maintenant que la Finlande consommera en 2015 environ 91 térawattheures. En 2020, la consommation de l’électricité serait de 95 térawattheures, soit un térawattheure de moins que dans l’évaluation précédente.
Il y a plusieurs choses qui compliquent l’évaluation de la consommation de l’électricité à l’avenir, dont la restructuration de l’industrie. Quel sera le besoin de l’électricité de l’industrie forestière ou métallurgique ?
L’industrie ne s’intéresse plus autant aux participations dans les centrales nucléaires qu’il y a quelques années.
L’industrie énergétique a tout le temps souligné que même si la consommation de l’énergie diminue le besoin en électricité augmente car les voitures électriques, les services électroniques et le logement auront besoin de plus d’électricité.
Il n’y a toutefois aucune raison pour surévaluer la capacité de l’électricité. Il faut aussi réévaluer les possibilités de l’exportation de l’électricité. Il est possible que le prix ne corresponde plus au prix des investissements.
KL/ven/5

Chantier naval

Propos de M. Vapaavuori
Le ministre de l’Economie défend la participation de l’Etat au sauvetage du chantier naval de STX à Turku, ainsi que le fait d’avoir rendu public l’accord d’intention pourtant dans une phase précoce. L’Etat envisage de devenir un actionnaire minoritaire si l’allemand Meyer Werft achète le chantier naval de Turku.
Il rappelle que si le groupe allemand qui construit des navires depuis 200 ans estime que l’on peut compter sur son jugement sur le maintien d’activités rentables à Turku.
M. Vapaavuori fait l’éloge du savoir-faire du chantier naval de Turku et notamment son bon réseau de sous-traitants.
HS/sam/B8

Education

Classements des lycées
Les médias publient leurs classements des lycées en fonction des résultats obtenus cette année.
Selon le classement publié par Helsingin Sanomat, le lycée franco-finlandais se classe au 33ème rang. Selon le classement de Yle, il est au 34ème rang.
STT publie un classement qui prend en compte le niveau de départ des élèves, par rapport à leurs résultats en fin de scolarité : le LFF y figure au 7ème rang sur l’ensemble de la Finlande.
HS Yle Kaleva
France - Finlande

Débat d’idées

Piketty
Hufvudstadsbladet publie une bonne critique du livre de Thomas Piketty, Le capital au XXIème siècle, qui sortira en suédois à l’automne.
Hbl

France

Tourisme

Normandie
Helsingin Sanomat publie un reportage sur dix lieux à visiter en Normandie et notamment les plages du débarquement.
HS

Vendredi 23 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

M. Kanerva à la tête de l’observation de l’élection présidentielle
M. Kanerva s’est rendu en Ukraine, hier, afin de diriger la mission d’observation de l’OSCE durant l’élection présidentielle. Pour M. Kanerva, il n’est pas exclu que l’élection réussisse malgré la situation en Ukraine de l’Est.
Il indique avoir suivi les commentaires de la direction russe en la matière et se félicite du fait qu’elle n’ait pas condamné à l’avance les élections.
Il estime qu’il pourra être difficile d’obtenir un résultat fiable dans certaines parties de l’Ukraine orientale, mais qu’il ne faut pas que cela influence le résultat final. Même s’il n’est pas sans importance de savoir qui remportera l’élection, l’essentiel est que l’élection puisse se dérouler comme il faut, selon M. Kanerva.
Hufvudstadsbladet relève que M. Soukola, député Vrai Finlandais, et M. Sasi (conservateur), en tant que représentant du Conseil de l’Europe, seront parmi les observateurs.
HBL/9

Forum économique de Saint-Pétersbourg

Les chefs d’entreprises finlandais ont participé mais ont été prudents
Helsingin Sanomat relève que les chefs d’entreprise finlandais ont été prudents dans leurs interventions. Ils se sont contentés d’évoquer les questions purement économiques concernant la logistique, l’énergie et le bâtiment. M. Kokkila, président du conseil d’administration du patronat EK, a été le seul à faire directement référence à la crise ukrainienne et à la relation fragile entre la Russie et les pays occidentaux en disant que des investissements de longue haleine ne pouvaient être faits que si les parties avaient confiance l’une en l’autre.
Pour lui, « il y a quelques nuages sombres dans le ciel, et les hommes politiques ont abîmé le bon climat des affaires, mais il faut espérer que cette situation ne dure pas longtemps ». M. Kokkila relève que les Finlandais ont investi tellement en Russie qu’il faut bien s’occuper de ces choses.
Le débat a été présidé par M. Esko Aho, président du conseil d’administration de l’agence East Office qui s’occupe des relations russes des grandes entreprises. Il relève que les investissements finlandais en Russie s’élèvent à 12 milliards d’euros.
HS souligne que les années précédentes, la Finlande a été représentée par des ministres et souvent par le président, mais que cette année, ces sont des fonctionnaires qui se sont déplacés, en raison des orientations européennes en la matière.
Le forum d’innovation russo-européen qui devait avoir lieu à Lappeenranta en juin a été reporté.
HS/A33

Liste des sanctions

M. Timtchenko désigné directeur des relations de la Russie avec la Chine
Helsingin Sanomat relève que M. Timtchenko, actionnaire de l’équipe de hockey sur glace et du palais des sports Hartwall-areena, citoyen finlandais, qui figure sur la liste des sanctions des Etats-Unis, a été désigné directeur du conseil chargé des relations commerciales de la Russie avec la Chine.
Selon lui, la Russie envisage d’acheter désormais des produits de haute technologie en Chine plutôt qu’aux Etats-Unis.
HS/A33

Russie

Violations de l’espace aérien finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que selon les informations du service Flightradar24, l’un des avions ayant violé l’espace aérien finlandais mardi dernier vers 18 h était un avion Tupolev. Le même avion est passé près de la frontière de l’espace aérien finlandais plus tard le même soir. A Sipoo, on a entendu un grand bruit vers 22 h. M. Carl-Fredrik Geust, expert en aviation militaire, estime qu’un chasseur Hornet finlandais a alors franchi le mur du son.
M. Max Arhippainen, responsable de communications au ministère de la Défense, a admis que le mur du son a été franchi mardi à 22h, sans donner aucun détail.
HS/A12

Les Russes achètent moins de chalets en Finlande
Selon Helsingin Sanomat, en ce moment, les Russes achètent environ 400 chalets ou terrains en Finlande par an. En 2007-2008, ce chiffre était presque le double.
La raison la plus importante est la baisse du rouble.
HS/A17

OTAN

M. Stubb veut que la Finlande demande l’adhésion à l’OTAN
Nykypäivä, organe du Parti conservateur, publie une interview de M. Alexander Stubb, candidat aux élections européennes et aussi à la présidence du parti.
M. Stubb souligne qu’il n’a pas peur d’évoquer les questions difficiles, dont l’OTAN. « Je pense que la Finlande devrait demander l’adhésion à l’OTAN pendant la prochaine législature ».
NP/6

Politique intérieure

Gouvernement

Le PSD désignera ses ministres mercredi prochain
Helsingin Sanomat relève que le conseil national du Parti social-démocrate se réunira déjà mercredi prochain pour prendre les décisions sur ses portefeuilles ministériels. Le bureau national du PSD s’est réuni jeudi sous la direction du nouveau président du parti, M. Antti Rinne. Le bureau national se réunira aussi mercredi prochain avant la réunion du conseil national.
Selon le quotidien, il est pratiquement sûr que M. Rinne deviendra ministre mais il n’est pas encore sûr s’il sera ministre des Finances ou ministre du travail. Le ministre du travail actuel, M. Lauri Ihalainen pourrait peut-être devenir président de la commission du travail et de la parité du Parlement. La présidente de cette commission, Mme Tarja Filatov, a été élue présidente du conseil national du PSD.
Il est prévu que la ministre des Finances actuel, Mme Jutta Urpilainen, continue jusqu’’aux mini-négociations sur le programme du gouvernement qui auront lieu autour de la Saint-Jean.
Le PSD attend le résultat des élections européennes. La députée Miapetra Kumpula-Natri a des chances d’être élue au Parlement européen. Si elle n’était pas élue elle pourrait être nommée ministre.
Le nouveau président du Parti conservateur sera élu avant les mini-négociations, le 14 juin, au congrès de Lahti.
Le Parlement se prépare à se réunir lundi 23 juin pour voter sur la personne appelée à former un gouvernement. Le vote sur l’annonce concernant le programme du gouvernement, qui serait présenté le 24 juin, aurait lieu en séance plénière le mercredi 25 juin.
HS/A20

M. Soini prévoit des négociations difficiles
Selon Helsingin Sanomat, le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, prévoit des mini-négociations difficiles sur le gouvernement si les chiffres du sondage publié hier par Yle se réalisent. Selon ce sondage, le Parti conservateur aurait 22,7 % et le PSD 13,8 % des voix aux élections européennes.
HS/A20

Vrais Finlandais

Le nombre d’adhérents augmente
Helsingin Sanomat rapporte que la secrétaire générale des Vrais Finlandais, Mme Riikka Slunga-Poutsalo, a présenté jeudi les statistiques selon lesquelles le nombre d’adhérents du parti en en hausse depuis le congrès du Parti social-démocrate.
Selon les spéculations exprimées avant le congrès du PSD, il était prévu que les ouvriers au sein des Vrais Finlandais quitteraient le parti pour rejoindre le PSD. Un tel phénomène n’a donc pas eu lieu.
Depuis l’élection de M. Rinne à la tête du PSD, parmi les nouveaux membres des Vrais Finlandais il y a cependant 39 % de femmes. On pourrait dire que les femmes sociale-démocrates quittent le PSD pour rejoindre les Vrais Finlandais.
HS/A21

Economie

Evolution économique fragile – risque de récession
L’inspection des finances de l’Etat met en garde contre un risque de récession en Finlande. Une évolution économique plus faible que prévue pourrait détruire les espoirs du gouvernement sur le fait que la Finlande remplirait les critères du pacte de croissance et de stabilité de l’UE.
Selon l’agence, l’affaiblissement de la croissance représente un risque considérable. Une partie des économistes estiment que la Finlande est menacée par une troisième année de récession.
L’agence s’inquiète pour le fait que deux gouvernement de suite (Vanhanen II et Katainen I, soit depuis 2007, NDLT) ont prévu des dépenses publiques trop importantes sans prendre suffisamment en compte la chute de la croissance du PIB. Il est problématique, selon l’agence, que les problèmes de la Finlande sont considérés comme liés à la conjoncture, alors que ce sont les questions structurelles qui constituent la vraie menace. L’agence recommande ainsi de mettre en place le programme de politique d’ajustement structurel dès la législature en cours.
En ce qui concerne l’idée de relance économique avec des crédits obtenus de la vente de la propriété de l’Etat, l’agence est méfiante. La politique financière devrait être quelque chose sur laquelle on s’engage patiemment.
HS/A34

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat souhaite que les critiques de l’inspection des finances de l’Etat puissent avoir un poids particulier au gouvernement et au Parlement. Selon l’inspection, l’économie finlandaise ne tient qu’à un fil.
L’éditorialiste rappelle qu’à l’approche de la fin de la législature, les grands partis, conservateurs et sociaux-démocrates, se concentrent surtout sur le choix du président du parti et les européennes. Il ne faudrait toutefois pas que le gouvernement se permette de prendre une attitude trop relachée : il faut mettre en œuvre le programme de politique structurelle avant la fin de la législature.
L’éditorialiste relève que les dépenses publiques ne devraient pas augmenter effectivement, mais que les augmentations éventuelles devraient être couvertes avec de nouvelles recettes ou en faisant des économies ailleurs. Il faudrait surtout prendre conscience du fait que la Finlande n’est pas en train de devenir plus riche dans les années qui viennent.
HS/A5

Emploi

Patria envisage de licencier plus de cent personnes
Le groupe de matériel de défense Patria envisage de licencier 110 personnes et mettre à pied 150 personnes.
HS/A33

Jeudi 22 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Russie

Violations de l’espace aérien finlandais
Selon Turun Sanomat, le ministre des la Défense, M. Carl Haglund, estime que le temps orageux pourrait être une des raisons de la violation de l’espace aérien finlandais par deux avions russes à 16 h et à 18 h mardi.
M. Haglund souligne qu’il est inutile de spéculer avant le résultat de l’étude de la police des frontières. Il estime que les violations de l’espace aérien n’ont pas de lien avec la crise en Ukraine.
TS note que, selon les spéculations finlandaises, il pourrait s’agir des avions de la marine russe. Les forces armées finlandaises ne donnent aucune information sur les avions.
TS/13

Un chercheur estime que la Russie veut tester les réactions de la Finlande
Le chercheur Charly Salonius-Pasternak de l’Institut des relations internationales UPI estime que les violations de l’espace aérien finlandais est une façon pour les Russes de tester la façon dont la Finlande réagit.
HS/A9

Politique intérieure

Elections européennes

Selon un nouveau sondage, le Parti conservateur aura un quatrième siège
Le PSD a chuté, la popularité de l’Alliance des gauches s’est le plus améliorée
A la lumière des résultats d’un sondage effectué pour le compte du journal télévisé d’Yle, Le Parti conservateur Kokoomus sera le plus grand parti aux élections européennes avec un score de 22,7 %. Le centre sera deuxième avec 17,6 %, suivi des Vrais Finlandais (17,1 %) et du Parti social-démocrate (13,8 %).
L’audience des trois plus grands partis a baissé un peu depuis le sondage précédent effectué en mars. Celle du PSD a toutefois chuté, de 16,3 à 13,8 %.
L’audience de l’Alliance verte est de 10,0 % (+0,3 %), celle de l’Alliance des gauches de 8,4 % (+1,9 %), celle des Chrétiens-démocrates de 4,4 % (+1,8 %) et celle du Parti suédois de 4,3 % (+0,7 %).
Un tel résultat signifie que les conservateurs auraient un quatrième siège au Parlement européen, le Centre garderait ses trois sièges le PSD ses deux sièges. Les Vrais Finlandais gagneraient un deuxième siège. L’Alliance verte perdrait son deuxième siège et l’Alliance des gauches serait de retour au Parlement européen avec un siège. Les Chrétiens-démocrates et le Parti suédois n’auraient plus de sièges.
Les sièges les plus incertains sont, selon ce sondage, le troisième siège du Centre et le quatrième siège des conservateurs qui sont menacés par un siège pour le Parti suédois et un deuxième siège pour l’Alliance verte.
Le sondage a été effectué par l’institut Taloustutkimus entre le 5 et le 20 mai auprès de 2 409 personnes.
Yle

Trois partis luttent pour le dernier siège
Selon l’analyse de Helsingin Sanomat, la lutte pour le 13e siège au Parlement européen est extrêmement serrée. La répartition des douze premiers sièges est plutôt attendue : le Parti conservateur et le Centre auraient trois sièges, le PSD et les Vrais Finlandais deux sièges, l’Alliance verte et l’Alliance des gauches un siège.
Le Parti conservateur, le Parti suédois et l’Alliance verte luttent pour le dernier siège.
Le taux de participation est un élément très important : un taux de participation bas est traditionnellement avantageux pour le Parti conservateur et le Parti suédois mais mauvais pour la gauche et les Vrais Finlandais.
En 2009, la différence des voix entre le Parti suédois et l’Alliance des gauches (qui a perdu son seul siège) n’a été que 2 763 voix.
HS/A14

Parlement

Rapport sur la politique de développement
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre du Développement, M. Pekka Haavisto, a présenté mercredi au Parlement le premier livre blanc de la politique du développement. Selon M. Haavisto, le gouvernement souhaite une participation active et un engagement aux changements des pays en voie de développement. « Le point de départ est les pays de partenariat et leurs citoyens. Le changement ne peut pas être amené de l’extérieur », selon le ministre. « Il faut aider surtout les pays les plus pauvres et fragiles. »
Les Vrais Finlandais ont proposé le remplacement d’une grande partie de l’aide au développement de l’Etat par une aide volontaire des citoyens. Les autres groupes parlementaires se sont vigoureusement opposés à ce projet.
L’aide au développement s’élève à 0,55 % du PIB en 2014.
HS/A13

Gouvernement

Mme Kiuru en congé de maladie
Le ministère de l’Education a publié mercredi un communiqué selon lequel la jambe de la ministre de l’Education, Mme Krista Kiuru, a été opérée hier et la ministre est en congé de maladie jusqu’à nouvel ordre.
TS/9

Législation sur le climat

Le gouvernement est arrivé à un accord sur le contenu du projet
Après de longues divergences, le gouvernement est arrivé à un accord sur le contenu du projet de loi sur le climat.
M. Vapaavuori, ministre de l’Economie, minimise l’importance de la loi en estimant qu’il ne s’agit pas d’une percée. Pour lui, les stratégies énergétiques et climatiques ne manquent pas en Finlande, et cette loi ne représentera qu’un élément de plus dans le système national de suivi et de planification. Il estime que l’accord a été difficile à atteindre du fait que l’on a souhaité éviter d’augmenter la bureaucratie.
Comme la nouvelle loi prévoit plus de pouvoir d’influence au Parlement, M. Vapaavuori estime que la question climatique, extrêmement importante pour l’humanité, sera maintenue à l’agenda de façon régulière.
La loi part du principe que la Finlande, à l’instar de l’UE, est engagée à diminuer pour l’an 2050 les émissions de 80 % par rapport au niveau de 1990.
HS/A9

Politique énergétique

Orientations du Centre
Hufvudstadsbladet relève que le Parti du centre a présenté ses orientations de politique énergétique, hier. M. Pekkarinen, souligne l’importance de solutions liées aux forêts. L’usage du bois énergétique et des biocarburants devraient se trouver au cœur de la production de l’énergie renouvelable, selon le Centre.
Le parti souhaite doubler la part des énergies renouvelables en 20 ans. Il souhaite se débarrasser du charbon et diminuer l’usage du pétrole à 30 % du niveau actuel. Le Centre estime également que la consommation énergétique totale devrait diminuer.
M. Pekkarinen estime que la capacité éolienne devrait être augmentée de façon à ce que cette production s’élève à 11 TWh dans 20 ans. Il souhaite accélérer le processus de demande d’autorisation de construction éolienne.
Le Centre ne souhaite pas bannir la tourbe, qui passe avant le pétrole, le charbon et le gaz naturel du fait qu’elle n’est pas importée. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) recommande à ceux qui utilisent des carburants fossiles d’investir dans des sources nationales. M. Pekkarinen relève que le Centre souhaite également doubler l’autosuffisance en matière énergétique.
Selon les calculs du Centre, même si la production énergétique totale diminuerait, celle de l’électricité ira augmentant. Ainsi, les nouveaux réacteurs nucléaires de TVO et de Fennovoima seraient nécessaires. Après ceux-là, aucune nouvelle autorisation ne devrait toutefois être accordée.
Pour M. Pekkarinen, il est clair que l’autorisation de principe de TVO devra faire l’objet d’une nouvelle étude parlementaire.
HBL/8

Energie nucléaire

Fortum met fin à sa coopération avec Areva à Loviisa
Le groupe énergétique Fortum a annoncé, hier, qu’il a arrêté la coopération avec Areva-Siemens concernant la réforme de l’automatisme de sa centrale nucléaire à Loviisa. Mme Tuomela, directrice auprès de Fortum, relève qu’il s’était avéré que la réalisation de la révision du contrôle commande allait prendre trop de retard. Elle précise que ce retard n’est aucunement lié au retard de la centrale à Olkiluoto.
Areva Finlande relève dans un communiqué que le projet a été interrompu parce que Fortum souhaitait une autre solution que celle proposée par Areva-Siemens.
Fortum a commandé un projet de révision de Rolls-Royce dont le groupe finaldnais Metso est un sous-traitant.
Helsingin Sanomat rappelle que Fortum, qui souhaiterait construire un troisième réacteur à Loviisa, dispose de réacteurs mis en route en 1977 et 1981. Leurs autorisations d’utilisation vont jusqu’en 2027 et 2030.
HS/A35

Economie

La compétitivité de la Finlande en légère hausse
La Finlande se situe au 18ème rang par rapport au 20ème rang en 2013, dans une comparaison sur la compétitivité effectuée par une école supérieure commerciale suisse, IMD. Kauppalehti note qu’au début des années 2000, la Finlande faisait partie du trio de tête.
Helsingin Sanomat relève que l’IMD met l’accent sur la capacité des Etats et des entreprises à mettre en œuvre leurs compétences afin de produire une prospérité et des bénéfices, alors que le classement du World Economic Forum (dans l’étude duquel la Finlande se situe troisième) prend en compte la capacité d’une économie nationale à produire un bien-être au niveau de la formation, des services sociaux et de la santé, ainsi que la réalisation de l’Etat de droit, la faible corruption, le financement public de la R&D, etc.
Kauppalehti a interviewé M. Rouvinen, directeur général d’Etlatieto, qui regrette le mauvais résultat de la Finlande. Pour lui, la Finlande se trouve dans un mauvais groupe de référence.
KL relève que M. Kokkila, président du conseil d’administration du patronat EK, estime que rallonger le temps de travail serait un moyen efficace et simple d’améliorer la compétitivité.
HS/A35, KL/5

Culture

Nouveau Musée Amos Anderson
Le conseil municipal de Helsinki a décidé, hier, que le Musée Amos Anderson pourrait réaliser son projet de construire un autre musée d’art dans les locaux de Lasipalatsi et des nouveaux locaux construits sous terre.
La municipalité participera à ce projet estimé à 46,4 millions d’euros à hauteur de cinq millions d’euros. Il est prévu que le musée sera inauguré en 2017.
HS/A23

Mercredi 21 mai 2014

Politique étrangère et européenne

République centrafricaine

Les casques bleus finlandais sont arrivés à Bangui
Helsingin Sanomat rapporte qu’un groupe de casques bleus finlandais – neuf soldats et quatre personnes affectées à la construction des baraquements – est arrivé mardi soir à Bangui pour participer à l’opération internationale afin de stabiliser la sécurité autour de Bangui et de sécuriser l’aide humanitaire.
HS note que Karim Baccouche, étudiant de français, participe à sa première opération en tant qu’interprète.
HS/6-7

Russie

Deux violations de l’espace aérien finlandais mardi
Selon Helsingin Sanomat, le directeur de la communication du ministère de la Défense, M. Max Arhippainen, a annoncé mardi qu’un avion russe a violé l’espace aérien finlandais à 6 h du matin devant Porvoo.
Selon Yle, un autre avion russe a également violé l’espace aérien finlandais dans le golfe de Finlande vers 16 heurs mardi soir.
La police des frontières est en train d’étudier les deux cas.
HS/16, Yle

Trois violations de l’espace aérien finlandais en 2013
Selon Aamulehti, les avions russe ont violé l’espace aérien finlandais trois fois en 2013. Pendant les dernières années, il y a aussi des violations de l’espace aérien finlandais par des avions américains et suédois.
Le chercheur Charly Salonius-Pasternak de l’Institut des relations internationales UPI, les violations de l’espace aérien sont utilisées pour des raisons politiques. Selon le chercheur, il est intéressant de voir si le nombre de violations augmente.
AL/A5

Cour européenne des droits de l’homme

La Finlande a été condamnée deux fois à la CEDH
La Cour européenne des droits de l’homme a condamné mardi la Finlande pour deux violations des droits de l’homme. Les personnes qui se sont plaintes avaient été condamnées à une hausse d’impôts et aussi à une peine d’emprisonnement.
Helsingin Sanomat relève que selon M. Mikko Vuorenpää, professeur en droit à l’université de la Laponie, les jugements étaient attendus. La législation finlandaise en la matière a été modifiée en 2013.
HS/A29

Politique intérieure

Elections européennes

Le vote par anticipation s’est terminé mardi
Turun Sanomat relève qu’un peu plus de 187 000 électeurs ont donné leur voix mardi, dernier jour du vote par anticipation.
Le quotidien note qu’au total 722 029 personnes ont voté par anticipation, soit 17,1 % des électeurs. Il y a donc eu un peu moins d’électeurs qu’au vote par anticipation des élections européennes de 2009 (726 069 électeurs, soit 17,6 % des électeurs). Le vote par anticipation a duré une semaine.
En général, le vote par anticipation attire de 40 à 45 % des électeurs qui expriment leur suffrage. Cela signifierait un taux de participation final entre 38 et 43 %. Cette fois-ci les électeurs des circonscriptions de Helsinki (19,6 %) et de Laponie (19,5 %) ont voté le plus par anticipation. Le vote proprement dit aura lieu le dimanche 25 mai.
TS/9

Energie nucléaire

TVO demande une prolongation de son autorisation de principe pour construire un réacteur
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement devra prendre deux décisions de principe sur les autorisations de construire un réacteur nucléaire.
Le groupe énergétique TVO a annoncé, hier, qu’il demanderait au gouvernement de prolonger le délai de l’accord de principe concernant la construction éventuelle d’un quatrième réacteur à Olkiluoto. Le directeur général du groupe, M. Tanhua, relève que « la construction de OL3 a pris tellement de retard qu’il est impossible à ce jour pour le groupe de prendre des décisions importantes concernant OL4. Sinon, tous les autres éléments concernant le projet OL4 restent les mêmes, seul le calendrier pose problème ».
« La construction d’une nouvelle centrale nucléaire constitue un investissement en Finlande de plusieurs milliards d’euros très important pour toute la société finlandaise. Les décisions de ce type d’investissement doivent se prendre au, meilleur moment par rapport à l’intérêt concernant les capacités de production et l’environnement général du projet », précise M. Tanhua.
TVO demande une prolongation de cinq ans de l’autorisation de principe en vigueur jusqu’à fin juin 2015.
Outre cette demande de TVO, le gouvernement devra se prononcer sur l’autorisation de Fennovoima.
Pour M. Vapaavuori, ministre de l’Economie, il s’agit du même type de prolongation éventuelle, que le gouvernement puis le Parlement doit approuver ou rejeter telle quelle.
Il estime toutefois qu’une prolongation de délai de cinq ans est trop longue.
Selon lui, tant les demandes de Fennovoima que de TVO devront être soumises « assez rapidement « au gouvernement puis transmises au parlement à l’automne. « Il est même possible que l’on doive coupler ces deux projets en matière de calendrier. Si tous les deux sont traités au gouvernement au même rythme, ils seront probablement transmis au Parlement en même temps ».
Selon le conseiller au ministère de l’Economie Herkko Plit, la situaiton est complexe. « Nous devons suivre la législation sur le nucléaire. Il faut relancer de nouvelles consultations et demander des avis à différentes instances. Quand nous les aurons, nous pourrons prendre position ». Le ministère est très réservé sur la durée d’une prolongation possible. « Le point de départ est qu’une prolongation possible serait inférieure à cinq ans. On prendra une position plus précise durant l’étude de l’autorisation ».
M. Ville Niinistö, ministre de l’Environnement et président des verts, estime que la question des décisions de principe frôle le ridicule. Pour lui, l’énergie nucléaire est dépassée et guère rentable économiquement.
Kauppalehti précise que OL3 devait être construit pour 2009 et qu’actuellement on évalue qu’il sera prêt en 2017-2018.
Turun Sanomat écrit qu’Areva est l’un des cinq fournisseurs possibles d’OL4. Un contrat pour OL4 n’est toutefois pas possible avec Areva tant que le réacteur OL3 n’est pas prêt et que le différend soumis à un arbitrage international n’a pas été réglé.
HS/A28

Fennovoima
Le contrat sur le chantier a été signé
Fennovoima a tenu hier une conférence de presse avec son fournisseur Rosatom et les représentants de l’industrie et du syndicat du bâtiment pour signer un accord sur les règles concernant le futur chantier de Fennovoima à Pyhäjoki.
Kauppalehti souligne que la demande de modification de l’autorisation de principe de Fennovoima n’a toujours pas été validée et l’on ne connaît toujours pas l’ensemble de l’actionnariat de Fennovoima.
KL

Editorial : « Il est finalement difficile de construire du nucléaire civil » HS
L’éditorialiste relève que les problèmes des projets nucléaires de Fennovoima et TVO deviennent d’actualité ce printemps car la phase de la demande de permis de construire, ficée à fin juin 2015 approche. Or, dans cette phase les coûts deviennent plus importants. Si TVO voulait respecter ce calendrier, il devrait choisir très rapidement un ou deux fournisseurs pour préparer cette demande. C’est aussi un moment où l’on mesure le degré d’engagement des actionnaires.
Les doutes concernant la rentabilité à long terme des investissements dans le nucléaire civil se sont caractérisés par des modifications dans l’actionnariat de Fennovoima, mais aussi de TVO. Ainsi Metsä Group a vendu ses participations dans OL1 et OL2. Cela témoigne des changements structurels qui touchent les groupes forestiers en Finlande. En 2010, lors de l’élargissement du parc nucléaire, l’industrie forestière était le principal acteur qui a permis de faire adopter non pas une mais deux autorisations de principe de construire une centrale nouvelle. Aujourd’hui ces groupes hésitent à construire ces réacteurs.
Pour le gouvernement, ces modifications ou prolongations de demandes d’autorisations sont problématiques. L’éditorialiste souligne que l’esprit du législateur lorsqu’il approuve une demande d’autorisation de principe est qu’elle soit pour une durée limitée. D’ailleurs Fennovoima n’a pas demandé de prolongation de la sienne, seulement une modification.
Selon l’éditorialiste, il serait donc plus naturel que TVO demande une nouvelle autorisation de principe plus tard s’il souhaite reporter son projet. Cela permettrait aux autorités d’évaluer à nouveau tous les facteurs pour l’approuver.
HS

Défense – matériel

L’armée achètera des caméras à infrarouge à Millog pour 26,8 millions d’euros
Les forces armées annoncent, dans un communiqué de presse, qu’elles achèteront des caméras à infrarouge Lisa au groupe Millog, dans le cadre des systèmes appelés à remplacer partiellement les mines antipersonnel.
Aamulehti n’a pas réussi à se renseigner sur les autres entreprises ayant participé à l’appel d’offres.
Millog, dont les actionnaires principales sont Patria et Insta Group, est un partenaire de longue date des forces armées. Il a l’intention de briguer le marché international aussi avec les Lisa, notamment le marché nordique.
AL/A18-19

Privatisation

Le gouvernement serait prêt à abandonner à la possession du groupe Altia
Le gouvernement a annoncé, hier, que comme le groupe Altia, dont l’Etat est le seul actionnaire, n’avait plus d’importance stratégique pour lui, il pourrait être envisagé de le vendre.
En 2001, le Parlement avait donné son aval pour que la participation de l’Etat soit diminuée de moitié. M. Haavisto, ministre chargé de la gestion des actions de l’Etat, n’exclut pas la possibilité que l’Etat garde un certain nombre d’actions. Selon lui, il n’y a pas de calendrier strict en la matière. Comme Altia est un employeur important et un client important des céréaliers finlandais, M. Haavisto considère comme essentiel que les activités se poursuivent en Finlande.
Le chiffre d’affaires du groupe était de 476 millions d’euros en 2013.
HS/A27

Emploi

Le taux d’emploi des hommes moins élevé que celui des femmes
Pour la première fois depuis 1989, date à laquelle on a commencé à établir les statistiques en la matière, le taux d’emploi des femmes est plus élevé que celui des hommes. Le centre national d’études statistiques relève que la part des femmes actives était de 69 % en avril, contre 67,9 % concernant les hommes. Au total, le taux d’emploi s’élève à 68,3 %.
Helsingin Sanomat rappelle que l’objectif du gouvernement de M. Katainen est d’augmenter ce taux à 72 %, ce qui ne sera vraisemblablement pas réalisé.
La transition structurelle en cours en Finlande fait que les secteurs dominés par les hommes, notamment l’industrie et le bâtiment, sont très touchés par les licenciements. Depuis 2008, le chômage des hommes augmente plus rapidement que celui des femmes.
Le taux de chômage est actuellement de 9 % (par rapport à 8,8 % il y a un an) - 10,3 % concernant les hommes et 7,6 % concernant les femmes.
HS/A29

Croix-Rouge finlandaise

M. Torstila bientôt élu à la présidence
Helsingin Sanomat rapporte que M. Pertti Torstila (68 ans), ancien secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, devrait être élu nouveau président de la Croix-Rouge finlandaise pour un mandat de trois ans. L’assemblée générale de la Croix-Rouge élira le nouveau président début juin et il n’y a pas d’autres candidats pour ce poste.
Le deuxième - et dernier - mandat de trois ans du président actuel, M. Erkki Liikanen, gouverneur de la Banque de Finlande, prendra fin en juin.
HS/A16

France – Finlande

Opéra

Elektra de Patrice Chéreau à l’Opéra national en 2016
Esa-Pekka Salonen dirigera Elektra, opéra de Strauss, dans la mise en scène de Patrice Chéreau, pour l’Opéra national finlandais en 2016.
HS/B1

Mardi 20 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Le Président Sauli Niinistö a passé un coup de fil à son homologue M. Poutine
Le Président finlandais s’est entretenu par téléphone, hier, avec son homologue M. Poutine. Selon le communiqué de presse du secrétariat de la présidence, c’est M. Niinistö qui a appelé M. Poutine pour s’entretenir de la crise ukrainienne et des relations entre la Finlande et la Russie.
M. Niinistö a exprimé à son collègue le souhait que la Russie soutienne l’organisation d’une élection présidentielle démocratique en Ukraine. Il a dit à M. Poutine que l’action de la Russie dans le contexte de la crise en Ukraine a un effet sur la gestion des relations, mais que les échanges seraient poursuivis à différents niveaux. M. Niinistö avait dit en avril que la relation diplomatique entre les deux pays serait maintenue.
Keskisuomalainen note qu’il avait été question, pour M. Niinistö, d’effectuer une visite en Russie ce printemps, et de rencontrer M. Poutine à cette occasion, mais on n’en a plus parlé. M. Niinistö s’était rendu aux J.O. de Sochi. Sa dernière visite de travail date de septembre.
KS note qu’en décembre, M. Niinistö avait regretté, dans une interview accordée à Hufvudstadsbladet, que la Russie repoussait la pensée libérale occidentale. Pour lui, il n’en était pas ainsi lors du premier mandat de M. Poutine.
HS/A21, KS/9

TTIP

Editorial : « Les mesures de protection des investissements suscitent la peur »
Kauppalethi rapporte que des associations finlandaises préparent des manifestations contre le traité de Libre-échange euro-atlantique. Début mai, 50 chercheurs ont publié une déclaration commune pour s’inquiéter des effets du TTIP sur la démocratie, les droits des travailleurs, la protection des consommateurs et de l’environnement. Les critiques se focalisent aussi sur les exigences américaines de protection des investissements.
Kauppalehti défend le projet de TTIP et souligne qu’agiter des peurs est d’autant plus étrange que la Finlande a déjà 64 traités bilatéraux de protection des investissements.
KL

Défense européenne

Sondage : Les Finlandais moins contents de la défense européenne commune
Helsingin Sanomat rapporte qu’à la lumière d’un sondage effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte du quotidien, les Finlandais sont moins contents de la défense commune.
38 % sont satisfaits de la situation actuelle, contre 47 % en 2009. 30 % estiment qu’il faut développer la défense commune de l’Union européenne en coopération avec l’OTAN. Il y a cinq ans, 20 % ont été de cet avis. 9 % sont favorables à la création d’une armée commune de l’Union qui remplacerait les armées nationales. 3 % veulent diminuer la coopération de défense au sein de l’UE. 20 % ne se prononcent pas.
51 % des conservateurs et 37 % des centristes veulent développer la défense avec l’OTAN, mais seulement 14 % des partisans de l’Alliance des gauches.
Le directeur de l’Institut des relations internationales UPI M. Mika Aaltola souligne qu’il s’agit d’un changement important qui est le résultat de la crise en Ukraine et aussi des propos du Président Sauli Niinistö et du ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja concernant l’approfondissement de la coopération de défense au sein de l’Union européenne.
HS/A13

Politique intérieure

Elections européennes

520 000 électeurs ont voté par anticipation
Helsingin Sanomat relève qu’après six jours de vote par anticipation, environ 520 00 personnes ont voté et le taux de participation est de 12,3 %.
En 2009, 726 000 personnes, soit 17,6 %, ont voté par anticipation. Il faut noter qu’il y a cinq ans, le vote par anticipation avait duré six jours, au lieu de sept jours cette année.
M. Arto Jääskeläinen, directeur chargé des élections au ministère de la Justice, estime que le taux de participation final sera à peu près au même niveau qu’en 2009 (40,3 %). Le taux de participation le plus bas (31,4 %) a été connu en 1999 aux élections européennes.
HS/A14

Analyse : M. Stubb serait la locomotive des élections
Turun Sanomat publie une analyse, signée Kirsi Turkki, journaliste politique, qui estime que le résultat des élections européennes ne présenterait pas de grand changement politique.
Le Parti conservateur occupe actuellement trois sièges au Parlement européen. Un quatrième siège est possible, surtout en raison de la visibilité de ce parti en ce moment avant le vote sur le nouveau président au congrès de juin. M. Alexander Stubb serait la locomotive des élections. Mme Henna Virkkunen serait deuxième et Mme Sirpa Pietikäinen troisième, suivi de Mme Eija-Riitta Korhola et M. Petri Sarvamaa.
Les Vrais Finlandais ont actuellement un siège, occupé par M. Sampo Terho. Le parti attend obtenir même deux sièges de plus. MM. Terho et Jussi Halla-aho serait élus.
Il semble que l’Alliance des gauches – sans sièges actuellement – ferait son retour à Bruxelles. Mmes Merja Kyllönen ou Annika Lapintie sont les plus en vue pour prendre un siège pour ce parti.
Le Centre devrait garder ses trois sièges. Mme Anneli Jäätteenmäki serait numéro un, suivi de MM. Olli Rehn, Paavo Väyrynen ou Hannu Takkula.
Le PSD aurait deux sièges comme il y a cinq ans. Mme Liisa Jaakonsaari serait réélue. Elle serait suivie de M. Timo Harakka, Mme Miapetra Kumpula-Natri ou Mme Riitta Myller.
A la lumière des sondages, l’Alliance verte perdrait son deuxième siège. Mme Heidi Hautala est la plus en vue pour être élue. Elle est en concurrence avec Mmes Tarja Cronberg et Anni Sinnemäki.
Il est probable que les Chrétiens-démocrates perdraient leur seul siège, de même que le Parti suédois.
TS/2

« M. Rehn ne peut pas être sûr d’être élu »
Keskisuomalainen estime dans son analyse que Mme Henna Virkkunen ou M. Olli Rehn ne peuvent pas être sûrs de leur élection.
Les Vrais Finlandais n’auraient pas plus de deux sièges, parce que le président du parti Timo Soini ne se représente pas cette fois-ci.
KS

Parti social-démocrate

Déclarations de M. Rinne
Keskisuomalainen rapporte que le nouveau président du PSD vise déjà les élections législatives de 2015.
Il ne pense pas que la politique du PSD va changer beaucoup pendant la fin de l’actuelle législature. « Notre parti est engagé dans la réalisation de l’actuel programme gouvernemental qui est effective à 87%. J’espère que dans la situation économique actuel nous pourrons maintenir un gouvernement effectif jusqu’à la fin de la législature » dit M. Rinne qui précise n’avoir qu’un seul objectif pour les mini-négociations gouvernementales de juin : faire repartir la croissance économique et l’emploi. Il souhaite pour cela utiliser les ressources des privatisations, au-delà des 600 millions d’euros prévus. Il souhaite toutefois que cela ne soit pas fait au détriment de la note AAA de la Finlande.
Contrairement à Mme Urpilainen, M. Rinne n’exclut pas une augmentation de l’âge de départ à la retraite.
Il souligne qu’il est pragmatique, notamment en matière de politique économique. « L’Etat doit investir car le capital privé fait défaut. Il faut donc trouver un patriotisme économique qui fera naître des emplois en Finlande ». Il attend une solution favorable concernant le rachat du chantier naval de STX. Selon lui le secteur de la construction navale a un avenir en Finlande. « Il est bon que le parti conservateur soit enfin d’avis que l’on peut investir de l’argent public dans l’industrie de la construction navale », dit-il.
KS

Editorial : « Il faut augmenter l’argent consacré à la relance » KL
Esko Lukkari, dans Kauppalehti, souligne que, outre M. Rinne, Mme Risikko, candidate à la présidence du parti conservateur, est elle aussi prête à augmenter au-delà des 600 millions d’euros prévus, la part consacrée dans le prochain budget à la relance économique.
Esko Lukkari estime que la gestion de la politique économique de l’Etat est trop prudente et regrette que, parmi les chercheurs dans le domaine de politique économique, il y a aussi un manque criant de propositions.
KL

Fennovoima

La décision du gouvernement reportée à août
Aamulehti rappoorte que le gouvernement souhaite reporter la décision du gouvernement sur l’autorisation de principe de fennovoima après les vacances d’été.
Au printemps encore, le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori estimait que le gouvernement se prononcerait sur l’autorisation de principe du réacteur de Rosatom en juin afin que le parlement soit saisi dès le début de la session d’automne.
Aujourd’hui, M. Vapaavuori est lui-même candidat à la présidence du parti conservateur. Reporter la décision sur Fennovoima à août permettrait de clarifier la situation car en juin, le gouvernement n’expédiera plus que les affaires courantes.
Ce sujet est d’ailleurs si sensible que les Verts menacent toujours de quitter le gouvernement. Aamulehti souligne d’ailleurs que l’avis du ministère de l’Environnement sur la demande renouvelée de Fennovoima est parlante : dans un avis signé du ministre ville Niinistö (président des Verts) le ministère de l’Environnement considère que le projet est à l’encontre de l’intérêt de la société. Et contrairement aux autres instances consultées, le ministère se prononce sur l’ensemble du projet de Fennovoima et non sur les modifications par rapport au projet initial.
Interrogé ce matin à la télévision, le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori a confirmé qu’il était très probable que le gouvernement ne se prononce qu’en août.
Interrogé sur un possible départ des Verts du gouvernement, il a déclaré : « chaque parti politique évalue quelles décisions il prend ou non. Il est clair pour tous que les deux principaux partis de la coalition considèrent ce sujet comme très important et ne souhaitent donc pas faire de concession si les conditions [pour la construction de la centrale] sont réunies ». Il a aussi rappelé qu’il fallait qu’une majorité claire de l’actionnariat soit finlandais.
AL

Chômage

Polémique sur les statistiques
Helsingin Sanomat relève que le taux de chômage est modéré en Finlande par rapport à la situation dans l’ensemble de l’UE. Or, les statistiques ne disent pas toute la vérité, car les licenciements concernent souvent les employés les plus âgés qui partent à la retraite et non pas au chômage. Il y a également du chômage caché : les étudiants à la fin de leurs études et les parents qui sont restés à la maison à s’occuper de leurs enfants ne s’inscrivent pas forcément au chômage, même s’ils seraient réellement à la recherche du travail.
Si toutes ces personnes étaient prises en compte, selon M. Tiainen du ministère de l’Emploi et de l’Economie, le taux de chômage finlandais ne serait pas 8,7 % mais plutôt 11%.
Selon M. Pohja, directeur général du fonds d’assurance chômage, il y a une pression pour l’augmentation de la cotisation de l’assurance chômage, qui est actuellement de 0,5 % pour les employés et de 2,2 % pour le patronat. Les frais en matière de chômage sont en hausse : selon M. Pohja, ils pourraient augmenter de 15 % cette année par rapport à 2013.
HS/A26

Helsinki

Helsinki transformera en entreprises de ses groupes portuaire et énergétique
La municipalité de Helsinki a approuvé, hier, le projet de modifier le statut des groupes Energie de Helsinki et Port de Helsinki pour en faire des sociétés anonymes, conformément à ce qui est prévu par la loi sur les communes.
Une décision sur la même procédure concernant les transports publics de la région de la capitale devra être prise ultérieurement.
Le conseil municipal devra encore se prononcer en la matière.
HS/A17

Tourisme

260 bateaux croisières arriveront avec 390 000 touristes
Helsingin Sanomat relève qu’après une saison record en 2013, un nombre moins élevé de navires de croisières est prévu accoster à Helsinki. Selon les acteurs du secteur, il n’y a pas de signe sur le fait que la crise ukrainienne aurait eu un effet sur la popularité de la Russie comme destination. Les voyages à Helsinki passent souvent par St. Pétersbourg, en ce qui concerne les croisières.
HS/A6

France - Finlande

Littérature francophone

La vérité sur l’affaire Harry Québert
Helsingin Sanomat publie une interview de l’écrivain suisse francophone Joël Dicker dont le roman, La vérité sur l’affaire Harry Québert, sort en finnois dans une traduction de Anna-Maija Viitanen.
Succès depuis la rentrée littéraire française de 2012 en France, ce roman est aussi apprécié de la critique Aino Frilander qui l’évalue pour HS.
HS

Turku

Phoenix et David Guetta au festival Ruisrock
Le festival Ruisrock se tiendra du 4 au 6 juillet avec de nombreux artistes internationaux dont le groupe français Phoenix et David Guetta.
www.rusirock.fi

Les Apostrophés au festival Future circus
La troupe française de nouveau cirque Les Apostrophés sera à l’affiche du festival Future Circus à Logomo du 6 au 10 août.
www.futurecircus.fi

Cirko

Fet a mà
Demokraatti rend compte du spectacle franco-espagnol, Cru, du duo catalan Fet a mà qui s’est produit dans le cadre du festival Cirko.
Dem

Lundi 19 mai 2014

Politique étrangère et européenne

RCA

« L’opération en RCA commence » HS
Le lieutenant-colonel Kalle Seppälä, qui est à Bangui depuis plus d’une semaine, rapporte que les conditions sont difficiles en raison de la chaleur et de la violence.
Même si le déploiement des troupes internationales a pris du retard, la Finlande n’envisage pas de revenir sur sa participation, selon le ministère de la défense Gustav Haglund.
Selon un mémoire du ministère des Affaires les conditions sur place sont très difficiles en raison des crimes contre la population civile.
Deux casques bleus finlandais sont déjà sur place. Le reste des troupes s’y rendront cette semaine et la semaine prochaine.
Kaleva rapporte qu’un avion de transport était samedi à Turku pour charger des véhicules et du matériel.
Le groupe finlandais devrait comprendre 21 personnes : des policiers, pompiers, infirmiers et soldats. De plus quatre officiers finlandais devraient travailler à l’état-major en Grèce. Les troupes devraient être déployées pendant environ six mois.
L’objectif pour les Finlandais est de participer avec les autres troupes internationales, à stabiliser la sécurité autour de l’aéroport de Bangui et défendre la population civile.
Le coût de la participation des troupes finlandaises s’élèverait à 5,7 millions d’euros.
HS KS Kaleva

Finlande - Russie

Visite en Finlande du professeur Dougine
Le ministre des Affaires étrangères ne souhaite pas spéculer sur le fait de savoir ce que M. Dougine veut dire par ses propos. « Il ne le mérite pas », selon le ministre.
HBL/lun/9

Politique intérieure

Elections européennes

Peu d’électeurs ont voté par anticipation dimanche
Helsingin Sanomat relève que seulement 38 000 personnes ont voté par anticipation dimanche aux élections européennes.
Au total 410 000 personnes ont déjà voté par anticipation. Le vote par anticipation continue encore aujourd’hui et mardi.
HS/lun/A13

Parlement

Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement
Helsingin Sanomat rapporte qu’à l’issue d’un débat sur la motion de censure sur la politique de l’emploi, déposée par toute l’opposition, le Parlement a renouvelé vendredi sa confiance au gouvernement par 94 voix contre 77.
HS/sam/A13

Parti conservateur

Selon un sondage M. Stubb est le favori des Finlandais
Selon Keskisuomalainen, à la lumière des résultats d’un sondage effectué par l’institut Tietoykkönen, 37 % des Finlandais sont favorables à l’élection de M. Alexander Stubb, ministres des Affaires européennes, à la tête du Parti conservateur Kokoomus. 24 % sont favorables à Mme Paula Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et M. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie. 16 % ne se prononcent pas.
M. Stubb est le favori des jeunes et Mme Risikko la favorite des personnes qui ont plus de 60 ans.
Parmi les conservateurs, 47 % sont favorables à l’élection de M. Stubb, 32 % pour M. Vapaavuori et 17 % pour Mme Risikko.
Parmi les centristes, Mme Risikko est la favorite avec 42 %, tandis que les sociaux-démocrates (41 %) et les verts (41 %) préfèrent M. Stubb.
Rappelons qu’environ 850 délégués conservateurs éliront le nouveau président au congrès de juin.
KS/lun/7

Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que même si les trois candidats conservateurs à la présidence n’ont pas de divergences politiques il y a des différences entre eux.
M. Vapaavuori est le plus qualifié dans la politique générale. Il a été ministre pendant presque deux législatures et entre temps président du groupe parlementaire. Il pourrait commencer comme Premier ministre dès demain. Ses faiblesses sont qu’il représente Helsinki et n’essaie de plaire à personne. Les conservateurs de province n’ont certainement pas oublié qu’il a rejeté, comme ministre du logement, des projets de construction de grandes surfaces.
M. Stubb est le favori du peuple et aussi des électeurs conservateurs. Il parle couramment plusieurs langues et maîtrise la politique étrangère et européenne. On a encore des doutes concernant son intérêt pour la politique intérieure. Il est peut-être trop libéral aux yeux des conservateurs de province.
Mme Risikko est sans doute la candidate de la province. L’écart de Mme Urpilainen de la présidence du PSD pourrait améliorer ses possibilités. Il est avantageux pour Mme Risikko d’avoir travaillé ailleurs avant sa carrière politique. On a des doutes sur son expertise dans les affaires européennes et aussi sur ses capacités de négociation.
HS conclut qu’il faudra sans doute deux tours pour élire le futur président du parti.
HS/sam/A5

Mme Risikko prête à discuter de relance économique
Helsingin Sanomat publie un portrait de Mme Paula Risikko (53 ans), candidate à la présidence du Parti conservateur, qui a été élue députée en 2003 et nommée ministre en 2007.
En tant que présidente du Parti conservateur Mme Risikko serait prête à négocier une augmentation des recettes en faveur de la relance économique, proposées par le nouveau président du PSD, M. Antti Rinne.
Quant à l’OTAN, Mme Risikko est favorable à l’organisation d’un référendum à l’avenir mais pas maintenant.
HS/sam/A14-15

Analyse
Helsingin Sanomat publie un billet signé Unto Hämäläinen, journaliste de politique intérieure, qui estime que les élections européennes restent dans l’ombre de l’actualité des partis politiques, notamment des luttes pour la présidence du PSD et du Parti conservateur.
L’auteur estime qu’une question importante devrait être posée à M. Antti Rinne, nouveau président du PSD : est-ce le PSD veut rester au gouvernement ou redevenir un grand parti ? SI le PSD veut grandir, il doit avoir le courage de rester dans l’opposition pendant une législature.
HS/dim/A5

Parti social-démocrate

Seul un tiers des Finlandais estiment que M. Rinne arrivera à faire augmenter la popularité du PSD
Keskisuomalainen rapporte que selon un sondage effectué par l’institut Tietoykkönen, 30 % des personnes interrogées estiment que l’élection de M. Antti Rinne à la tête du Parti social-démocrate fera augmenter l’audience du PSD. 46 % sont de l’avis opposé et 24 % ne se prononcent pas.
Parmi les sociaux-démocrates, 45 % ont confiance à M. Rinne, 37 % ne l’ont pas et 18 % ne se prononcent pas. 46 % des partisans de l’Alliance des gauches ont confiance en lui, tandis que seulement 21 % des conservateurs estiment que M. Rinne arrivera à faire augmenter la popularité du PSD.
KS/sam/12

Congrès du Parti suédois

M. Haglund promeut une adhésion à l’OTAN
Le président du Parti suédois, ministre de la Défense, M. Haglund, estime qu’il est temps que son parti débatte d’une adhésion de la Finlande à l’OTAN et prenne position en la matière au plus tard à l’occasion de la révision du programme du parti lors du prochain congrès. Pour M. Haglund, il conviendra d’évoquer la question surtout à la lumière des évènements récents en Ukraine. Il estime que l’action de la Russie a poussé la Finlande et la Suède plus près que jamais d’une adhésion à l’OTAN, ce qui est paradoxal, car ce n’est certainement pas l’intention de la Russie, selon lui.
Pour lui, une adhésion à l’OTAN ne signifierait toutefois pas que la Finlande puisse laisser sa capacité de défense régresser.
M. Haglund a souligné le droit de l’Ukraine de se maintenir comme un pays indépendant et entier. « Nous n’acceptons pas un retour aux méthodes de l’époque de la guerre froide, tels que la polarisation, les sphères d’influence et les pressions. »
M. Haglund a critiqué les Vrais Finlandais à plusieurs reprises, concernant leur lutte contre le statut du suédois, mais également concernant le fait que, parmi les candidats au européennes de ce parti, il y en avait qui étaient ouvertement discriminants, nationalistes et xénophobes.
M. Haglund continue à la tête de son parti. Aucun autre candidat ne l’a défié.
HS/dim/A12, lun/A10

OTAN

Propos de M. Soini
Le président des Vrais Finlandais, M. Soini, président de la commission des Affaires étrangères, estime que le débat sur une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN est inutile tant qu’il n’y a pas d’unanimité sur la question.
Il estime que le débat n’avancera pas avant que les quatre plus grands partis aient la même position en la matière et que le Président de la république la soutienne.
M. Soini estime qu’il convient de se concentrer sur le renforcement de la capacité de défense finlandaise et sur le fait d’assurer ses crédits.
HS/lun/A10

Situation économique

M. Katainen souligne l’importance du maintien des économies prévues
Le Premier ministre, M. Katainen, souhaite que l’on tienne aux décisions déjà prises en matière d’économies et de durcissement fiscal. Pour lui, il ne sera pas possible d’arrêter l’endettement sans mesures d’adaptation.
La confédération des ouvriers, SAK, a exigé que le gouvernement revienne sur sa décision de suspendre l’indexation concernant les retraites.
HS/lun/A10

Energie

Facture énergétique des bâtiments - Pompes à chaleur
Le centre national de la recherche technique, VTT, a effectué une étude sur la rentabilité et les effets des pompes à chaleur. Un usage plus répandu de ces pompes pourrait permettre des économies de 13 % concernant l’énergie consacrée au chauffage, d’ici 2020.
HS/sam/B10

Commerce

Des milliers d’emplois ont disparu depuis le début de l’année
Helsingin Sanomat rend compte des difficultés du secteur du commerce, qui souffre du chômage. Durant le premier trimestre de l’année en cours, 5000 emplois ont disparu.
Le nombre de personnes de ce secteur recevant une allocation chômage n’a pas été aussi élevé depuis 2001. 17 200 membres de la caisse chômage des employés du commerce reçoivent une indemnité chômage par rapport à 11 000 avant la crise financière.
Outre la récession, l’augmentation des achats en ligne renforce les problèmes du commerce traditionnel. Le plus grand facteur est toutefois l’affaiblissement du pouvoir d’achat des Finlandais.
HS/sam/B11

France - Finlande

Photographie

La Finlande de Lorenzö
Helsingin Sanomat présente le travail du français Lorenzö qui photographie régulièrement la Finlande depuis 1999.
HS
France

Exposition

Matisse
Helsingin Sanomat loue l’exposition Matisse actuellement au musée Tate de Londres. HS

Vendredi 16 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine - Défense – OTAN

La Suède rejette une adhésion à l’OTAN mais voudrait renforcer la coopération
Selon STT, les partis politiques suédois sont favorables au renforcement de la coopération de défense avec la Finlande, mais la majorité de ces partis demeurent opposés à une discussion sur une éventuelle adhésion à l’OTAN. La Suède serait toutefois favorable à renforcer sa coopération avec l’OTAN.
Le ministre finlandais de la Défense, M. Haglund, a déclaré, hier, qu’il ne souhaitait pas à ce stade spéculer sur les effets de la crise ukrainienne sur les relations de la Finlande avec l’OTAN. Il souligne que la crise en Ukraine peut changer de nature ou bine s’aggraver.
KS

Point de vue : « La Finlande a encore perdu une occasion » HS
Kari Huhta écrit que la Finlande passe son temps à exprimer des positions négatives. « La Finlande n’est pas favorable à un développement fédéral de l’UE, ne souhaite pas aider les pays en difficulté dans la crise financière, n’est pas favorable à des sanctions plus strictes contre la Russie, ne souhaite pas adhérer à l’OTA N. Il y a donc beaucoup de choses que la Finlande ne veut pas au niveau international. Mais que fait la Finlande ? Bon, la Finlande veut bien renforcer sa coopération de défense avec la Suède, mais elle y fixe aussi rapidement des limites. « 
« C’est un phénomène récurrent. Il y a quelques années, la crise financière et la montée des Vrias Finlandais ont paralysé les volontés de la Finlande de peser en Europe. Il y a eu un repli sur soi. On voit des menaces partout et on oublie les forces de la Finlande. On réhausse son profil dans l’UE en disant non. »
M. Huhta souligne que depuis son échec à un siège tournant du conseil de sécurité de l’ONU, la Finlande n’a cessé de publier des stratégies. « Mais ces documents sont bien frêles s’ils ne s’appuient pas sur une volonté et des décisions politiques », souligne M. Huhta.
Selon lui, la direction de la politique étrangère est devenue plus exigeante depuis la crise en Ukraine. Dans ce contexte, il est d’autant plus important de réfléchir à la place de la Finlande dans un monde qui change. La campagne pour les élections européennes pourrait en être l’occasion, mais elle donne lieu à une foire d’empoigne à qui dira le plus fort non, regrette-t-il.
HS

M. Sasi nommé observateur pour les élections présidentielles
Turun Sanomat rapporte que le député conservateur Kimmo Sasi, vice-président de la délégation du Parlement finlandais au Conseil de l’Europe, a été désigné membre de la délégation du Conseil pour observer les élections présidentielles en Ukraine.
La délégation du Conseil de l’Europe de 42 membres sera présidée par le Suisse Andreas Gross. Les élections présidentielles auront lieu entre le 23 et le 26 mai. Il y aura aussi des observateurs de l’OCSE, de l’OTAN et de l’Odihr.
TS/18

Commission européenne

M. Katainen aurait encore des chances pour le poste de président
Helsingin Sanomat relève que selon M. Simon Hix, professeur en politique européenne et directeur de l’institut des sciences politiques à London School of Economics, M. Katainen serait un candidat de compromis si M. Juncker n’est pas élu à la présidence de la Commission européenne.
« A mon avis, M. Katainen est en ce moment le candidat le plus en vue si M. Junker n’est pas désigné », selon M. Hix.
M. Hix dirige aussi le projet Poll Watch 2014, qui a publié mercredi une estimation selon laquelle le PPE aurait 213 et le groupe socialise 209 sièges au futur parlement européen.
M. Hix estime que la chancelière fédérale allemande Mme Merkel n’est favorable ni à M. Juncker ni à M. Schulz, candidat du groupe socialiste à la présidence de la Commission.
« Il est possible aussi que les socialistes ont moins d’audience en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne et que le PPE gagne de 20 sièges. Dans ce cas, la position de M. Juncker sera très forte. »
Selon le professeur Hix, M. Katainen aurait eu plus de chances d’être nommé le candidat conservateur si les autres partis au sein du PPE avaient compris auparavant que le Premier ministre finlandais quittait son poste.
HS/A15

Politique intérieure

Elections européennes

Le vote par anticipation continue lentement
Helsingin Sanomat relève que le vote par anticipation des élections européennes a continué lentement jeudi : 108 000 ont voté hier. Après les deux premiers jours du vote par anticipation 215 000 personnes ont voté, soit 15 000 de moins qu’aux dernières élections européennes.
Le taux de participation est 5,1 % contre 5,6 % en 2009.
HS/A7

Parlement

Initiative populaire sur le statut du suédois
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement a débattu longuement jeudi en séance plénière l’initiative populaire sur le statut du suédois dans les écoles. L’initiative populaire, signée par 62 000 personnes, exige que l’enseignement du suédois devienne facultatif dans les écoles.
Mme Anna-Maja Henriksson, ministre de la Justice et représentante du Parti suédois, a souligné que l’enseignement obligatoire du suédois figure dans la constitution.
L’initiative populaire, qui a été envoyée en étude à la commission de l’éducation du Parlement, sera ultérieurement votée en séance plénière.
HS/A14

Parti conservateur

Le nouveau président sera élu par 850 délégués
Selon Helsingin Sanomat, jusqu’à présent 750 délégués du Parti conservateur qui ont le droit de vote se sont inscrits pour participer au congrès du parti à la mi-juin. Ils sont désignés pour la plupart par les sections locales du parti. On attend encore une centaine d’inscriptions. Selon Mme Taru Tujunen, « il aura donc environ 850 délégués qui auront le droit de vote au congrès ». Au total, environ 1 500 personnes participeront au congrès.
Les délégués qui ont le droit de vote éliront le 14 juin le nouveau président du Parti conservateur en remplacement de M. Jyrki Katainen.
Selon Mme Tujunen, les Finlandais s’intéressent beaucoup à la tournée en cours des trois candidats à la présidence, les ministres Paula Risikko, Alexander Stubb et Jan Vapaavuori.
M. Stubb, qui a déjà contacté plus de cent délégués par téléphone, estime qu’un tiers a déjà décidé leur candidat, un tiers décidera avant le congrès et un tiers ne décidera que pendant le congrès.
HS/A16

La situation pour la présidence est complètement ouverte
Le journal du parti conservateur écrit que le vote piour la présidence du parti devrait être très serré entre les trois candidats, Mme Risikko, M. Stubb et M. Vapaavuori. Il faudra certainement un second tour et on ne sait pas qui devrait y figurer.
A ce stade, près des trois quarts des députés conservateurs ont pris position : douze pour M. Vapavuori, dix pour M. Stubb et huit pour Mme Risikko.
Les sections régionales ne devraient pas donner de consignes de vote, aussi les délégués seront certainement libres de choisir leur candidat, rapporte Nykypäivä.
NP

Point de vue
Le rédacteur en chef de Kauppalehti estime que l’élection de M. Rinne offre une possibilité pour Mme Risikko, si elle est élue à la tête du parti conservateur, d’attirer des électeurs déçus par le nouveau PSD. Selon lui, les délégués du parti conservateur ont le choix entre trois perspectives. Mme Risikko déplacerait le parti légèrement vers le centre pour mordre sur les électeurs déçus du PSD, M. Vapaavuori semble le plus à même de diriger le gouvernement et M. Stubb bénéficie d’une audience populaire qui serait utile pour remporter les élections.
KL

Social

La confédération des employés prête à augmenter l’âge de départ à la retraire
Le président de la STTK, confédération des employés, M. Palola, a déclaré, devant les siens, que la confédération était prête à augmenter l’âge de départ à la retraite, sans pour autant préciser quel serait l’âge approprié.
Jusqu’à présent, les organisations des salariés ont été « prêtes à négocier » sur la question.
Les décisions devraient être prises à l’automne afin que le nouveau système puisse entrer en vigueur début 2017.
Helsingin Sanomat relève que les négociations en cours en la matière ont avancé plutôt bien, dans une bonne ambiance, mais que le bras de fer le plus dur est encore à venir. Un compromis devra être composé d’éléments nombreux allant des cotisations retraite aux mesures d’amélioration des conditions des travailleurs.
En même temps, M. Lyly, président de la confédération des ouvriers, a dit devant les représentants de la SAK, que le but de la confédération était de faire revenir le gouvernement sur sa décision de suspendre l’indexation concernant les retraites. Cette question, sans être particulièrement dramatique, compliquerait sans doute considérablement les négociations en cours, selon HS.
HS/A15

L’âge de chauffeurs de taxi
A compter de juin, les chauffeurs de plus de 70 auront le droit de conduire un taxi à condition de remplir les critères de santé et de participer à une formation d’un jour.
HS/A7

Economie

Baisse de la compétitivité de la Finlande
Selon une étude du Boston Consulting Group, la Finlande, comme les autres pays nordiques, perd de la compétitivité en matière de coût de production. Le BCG estime que les pays nordiques devraient perdre 200 000 emplois industriels d’ici 2020. Cela signifie que la Finlande qui a perdu 41 00 emplois industriels entre 2007 et 2012 pourrait en perdre encore autant durant les cinq prochaines années.
KL

La faiblesse de la croissance et la Russie minent l’économie finlandaise
Le vice-gouverneur de la Banque de Finlande Pentti Hakkarainen estime qu’en raison de la faiblesse de la croissance économique et de la récession en Russie, il convient de prendre en compte les risques qui concernent le système financier en Finlande.
La Banque de Finlande s’inquiète notamment du fort endettement des ménages, d’autant plus que le prix des appartements a commencé à diminuer.
Dem KL

Lähitapiola envisage de supprimer 244 postes
L’assureur Lähitapiola envisage de supprimer 244 emplois. Pour l’instant, il n’est pas encore connu combien de personnes seront licenciées.
HS

Le chiffre d’affaires de Stockmann diminue de plus de 10 %
Le chiffre d’affaires du groupe Stockmann a diminué de 10,4 % en avril par rapport à avril 2013. Selon le groupe, ceci est dû aux cours faibles du rouble et des couronnes suédoise et norvégienne.
En Russie, il y a eu des fermetures de magasins.
HS

Paiement par internet
Selon une étude de FK, confédération du secteur des finances, 90 % des Finlandais effectuent le paiement de leurs factures le plus souvent par internet. Un Finlandais sur quatre annonce gérer ses affaires bancaires également sur téléphone mobile ou tablette.
Six millions de contrats concernant les services bancaires en ligne ont été conclus en Finlande.
HS/A31

Nucléaire

TVO veut prolonger de vingt ans la durée d’exploitation de ses réacteurs
En 1998, quand le réacteur OL1 était en fonction depuis vingt ans et celui d’OL2 depuis dix-huit ans, le gouvernement a prolongé de vingt ans la durée de mise en service de ces réacteurs, donc jusqu’en 2018.
TVO, qui consacre 50 millions d’euros par an à l’amélioration de ces deux réacteurs a décidé de demander une nouvelle prolongation de vingt ans de l’utilisation de ces réacteurs dans leur puissance actuelle de 880 mégawatts.
TS

Industrie forestière

UPM et Metsäliitto en désaccord sur un commerce
La cour d’arbitrage a donné raison à UPM concernant un différend entre ce groupe et un autre groupe forestier, Metsä Group, sur la vente par ce dernier au Japon des actions du groupe de pâte à papier Botnia à un prix plus élevé que celui versé à UPM au titre d’une option d’achat.
Précédemment, UPM était actionnaire de Botnia (devenu Metsä Fibre).
UPM envisage de saisir le tribunal d’instance en la matière. Helsingin Sanomat note que c’est plutôt rare, car en général, les parties se contentent de la décision de la cour d’arbitrage. Dans le différend en question, il s’agit également de sommes exceptionnellement importantes : 58,5 millions d’euros.
En février, la cour d’arbitrage a décidé qu’il fallait que Metsä Group verse des dédommagements à UPM. Pendant longtemps, ces deux groupes partageaient Metsä Fibre qui avait des usines en Finlande et en Uruguay.
HS/A28

France - Finlande

Débat d’idées

Thomas Piketty
Kansan Uutiset publie un billet sur le livre de Thomas Piketty sur le capital au XXIème siècle.
L’hebdomadaire publiera une critique du livre dans son prochain numéro.
Il rapporte que la Banque de Finlande organise une conférence publique sur le livre de Thomas Piketty au musée de la monnaie, mardi 20 mai à 17h30. Le débat entre Juuso Välimäki et Markus Haavio sera conduit par le gouverneur de la banque Erkki Liikanen.
KU

Littérature – Musique

Django
Helsingin Sanomat, dans son édition de ce jour, et Aamulehti, dans son édition d’hier, publient des critiques de la biographie de Django Reinhardt de Noël Balen, publiée cette année en finnois par Aviador kustannus.
HS AL

France

Economie

« La France protège ses entreprises » KL
La correspondante à paris de Kauppalehti rapporte que le gouvernement a pris un décret pour soumettre à autorisation préalable le contrôle de certaines entreprises françaises.
KL

Jeudi 15 mai 2014

Politique étrangère et européenne

NSA

Propos de M. Haglund sur la coopération avec l’agence NSA
Le ministre de la Défense, M. Haglund, défend la coopération entre le renseignement militaire finlandais et l’agence américaine NSA. Il souligne que le renseignement militaire de Finlande ne concerne que des cibles militaires étrangères. « La coopération ne représente pas une vaste collecte d’informations concernant les communications des personnes privées », dit-il en précisant qu’il ne peut pas commenter la date à laquelle l’accord a été conclu du fait que cette information est classée comme confidentielle.
M. Haglund souligne l’importance de ce genre de coopération afin de permettre à la Finlande de se former une image d’ensemble sur la situation. Il note que, concernant la gestion de crise, il n’oserait pas envoyer des Finlandais dans des zones de crise sans une telle coopération. L’information sur les menaces contre la Finlande ou ses troupes de gestion de crise par exemple en Afghanistan ou au Liban est essentielle, pour lui.
HS/A24, KS/13

« La Finlande a du retard par rapport aux autres pays en matière de renseignement électronique » HS
Keskisuomalainen rend compte des propos de M. Järvinen, spécialiste des technologies informatiques, qui regrette que la Finlande a laissé d’autres pays, comme la Russie et la Suède, prendre une avance en matière de renseignement électronique. Pour lui, la Finlande n’est aucunement immune à l’espionnage et, pour cela, il faudrait que le pays dispose de la même capacité que les autres à détecter les menaces.
Un groupe de travail piloté par le ministère de la Défense est en train de préparer un projet de loi en matière de renseignement électronique.
Pour M. Järvinen, l’espionnage russe et l’espionnage industriel chinois sont les menaces les plus importantes pour la Finlande.
KS/13

Mer Baltique

Journées de la mer Baltique à Turku
Turun Sanomat rapporte que la ville de Turku organisera les journées de la mer Baltique du 1er au 5 juin. Environ mille experts, dirigeants politiques et représentants de la vie économique se réuniront à Turku.
Mme Erja Tikka, ambassadeur finlandais chargé des questions de la mer Baltique, estime qu’en raison d’un calendrier difficile, tous les ministres de l’Environnement des pays riverains de la mer Baltique ne pourront pas participer à l’évènement. « Les négociations avec les ministres de l’Environnement sont en cours », selon Mme Tikka.
Le Premier ministre Jyrki Katainen et le commissaire européen chargé de la politique régionale, M. Johannes Hahn, seront parmi les participants.
Un sommet des Premiers ministres avait été prévu à cette occasion, mais en raison des sanctions de l’UE contre la Russie le gouvernement l’avait annulé.
TS/11

Politique intérieure

Elections européennes

Le vote par anticipation a commencé lentement
Helsingin Sanomat relève que le vote par anticipation des élections européennes a commencé lentement mercredi dans les 850 bureaux de vote : 104 000 personnes - environ 50 000 hommes et 54 000 femmes - ont voté hier, contre plus de 111 000 il y a cinq ans. Le taux de participation du premier jour de vote a été de 2,5 %
HS/A25

Budgets électoraux des candidats
Selon Helsingin Sanomat, les candidats aux élections européennes ont été plutôt paresseux pour informer les autorités sur le montant des budgets électoraux. Les plus paresseux ont été les candidats conservateurs, sociaux-démocrates, des Vrais Finlandais, des Chrétiens-démocrates et du Parti suédois. Tous les candidats de l’Alliance verte ont cependant remplit l’annonce sur le budget électoral, ainsi que la moitié des candidats du Centre et de l’Alliance des gauches.
Le plus grand budget est, selon les annonces déjà faites, celui du centriste Hannu Takkula (111 000 euros). Le budget d’Antero Vartia (Alliance verte) s’élève à 106 000 euros, celui de la ministre conservatrice du Logement et des Collectivités locales Henna Virkkunen à 80 000 euros et celui du centriste Mikael Pentikäinen, ancien rédacteur en chef de HS, à 75 000 euros.
HS/A22

Les suédophones sont les plus sûrs de voter
Hufvudstadsbladet rapporte que selon un sondage électoral auprès de mille Finlandais suédophones, 52 % disent d’être tout à fait sûrs de voter aux élections européennes. 26 % sont plutôt sûrs de voter. 70 % comptent voter pour un candidat du Parti suédois.
Les suédophones sont plus positifs à l’égard de l’OTAN que les électeurs finlandais en général : 38 % disent oui et 39 % disent non à une adhésion à l’OTAN et 23 % ne se prononcent pas.
HBL/9

Parlement

Motion de censure sur l’emploi
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a débattu mercredi en séance plénière la motion de censure déposée par tous les partis de l’opposition sur la politique de l’emploi du gouvernement.
M. Kimmo Tiilikainen, président du groupe parlementaire du Centre et premier signataire de la motion de censure, a déclaré que le gouvernement a aggravé le problème du chômage par ses propres mesures.
Dans sa réponse, le Premier ministre Jyrki Katainen a rejeté les accusations de M. Tiilikainen et a énuméré une longue liste de mesures prises par le gouvernement pour améliorer la croissance économique et la situation de l’emploi.
M. Tiilikainen a présenté un programme de 24 points pour améliorer l’emploi. M. Katainen a estimé que la mise en œuvre de ces mesures coûterait deux milliards d’euros.
Il s’agit de la 17e motion de censure déposée contre le gouvernement de M. Katainen depuis le début de la législature. Le vote sur la confiance du gouvernement aura lieu demain vendredi.
HS/A20

Gouvernement

Un nouveau gouvernement après la Saint-Jean
Après l’élection d’un nouveau président du parti conservateur, le 14 juin, M. Katainen devrait démissionner dès le lundi 16 juin. Le même jour, le président du plus grand groupe parlementaire, M. Petteri Orpo devrait demander la réunion des groupes parlementaires pour s’entendre sur la personne appelée à former un nouveau gouvernement et sur le calendrier à suivre. L’objectif serait que la Finlande dispose d’un nouveau gouvernement après la Saint-Jean (21 juin).
Le Parlement pourrait approuver le nouveau Premier ministre et le nouveau programme gouvernemental dans la semaine qui suit et ce Premier ministre pourrait représenter la Finlande dès le conseil européen des 26 et 27 juin.
KS

Parti conservateur

Le parti conservateur aussi veut faire ses propres propositions de programme gouvernemental
Le parti conservateur souhaite présenter ses propres propositions lors des mini-négociations gouvernementales.
Le parti tient fermement aux décisions de désendettement déjà prises. Il présentera de nouvelles mesures pour assainir l’économie.
Les députés Sampsa Kataja et Lasse Männistö souhaite aussi supprimer les exonérations fiscales des cotisations syndicales.
Dem

Déclarations de Mme Risikko
La candidate au poste de président du parti conservateur Paula Risikko estime que l’adhésion de la Finlande à l’OTAN nécessitera l’organisation d’un référendum.
« Il faut d’abord renforcer la coopération avec la Suède. Ce qui se passe pour l’OTAN n’est pas d’actualité. Je ne suis absolument pas opposée à une adhésion à l’OTAN, mais cela n’est pas d’actualité alors que la crise ukrainienne est en cours. Il faut garder la tête froide et évaluer constamment quel est notre position à l’égard de l’OTAN à l’avenir ».
Yle rapporte que, parmi les autres candidats au poste de président du parti conservateur, M. Stubb défend très fermement l’adhésion à l’OTAN et M. Vapaavuori y est favorable.
Yle

PSD

« M. Rinne un négociateur dur » HS
Helsingin Sanomat dresse un portrait du nouveau président du PSD, M. Antti Rinne, qui est connu pour ses qualités de négociateurs et sa grande fermeté.
Le quotidien rappelle aussi que M. Rinne a un passé judicaire chargé.
HS

Point de vue : « Le PSD se dirige vers l’opposition » HS
Juha Akkanen estime que le PSD aura du mal à entrer dans la prochaine coalition gouvernementale issu des élections législatives. Le PSD est actuellement le quatrième parti dans les sondages et devrait avoir du mal à refaire son retard ; même s’il arrivait troisième derrière le Centre et les conservateurs, il risquerait d’être laissé de côté. De plus, le parti est divisé après le dernier congrès et rien ne prouve que les soutiens de Mme Urpilainen vont rapidement se ranger derrière la nouvelle direction.
Par ailleurs, la façon dont M. Rinne entend diriger le parti est toujours un mystère. Enfin, il semble évident que les conservateurs et le centre essaieront de former une coalition avec l’appui des petits parti, le parti suédophone et le parti chrétien-démocrate, et peut-être les Verts.
M. Akkanen rappelle aussi que lorsque le PSD a occupé le portefeuille des Finances dans les précédents gouvernements, il s’en est toujours suivi un gouvernement de centre-droit.
HS

Economie

« Nouvel effondrement de la production finlandaise » uusisuomi
Selon les chiffres de l’institut des statistiques, l’économie finlandaise a connu en mars un nouvel effondrement de sa production, tant par rapport au mois précédent qu’à l’année dernière.
C’est un recul de 2% qui a été enregistré, soit le pus fort recul depuis avril 2013 (-2,6%).
Uusisuomi

Fennovoima
Il est difficile de trouver de nouveaux actionnaires
Kaleva rapporte que, en dépit des déclarations optimistes, Fennovoima n’a toujours pas bouclé son actionnariat. Il manque toujours 15 à 20% des parts de la société finlandaise Voimaosakeyhtiö SF, confirme le PDG Pekka Ottavainen. Il déclare être « convaincu que d’ici l’automne plus de 55% de l’actionnariat finlandais sera bouclé. L’objectif est toujours de trouver 66% même si « les Russes achèteraient volontiers tout ce qui reste ».
Selon lui, la part actuelle de 50,2% est très juste. D’autant qu’elle comprend encore les 4,5% de Kestra que le groupe a promis de vendre.
Kaleva

Talvivaara
Talvivaara a l’intention de quitter la bourse de Londres
Selon Helsingin Sanomat, la prochaine assemblée générale de Talvivaara aura lieu le 12 juin prochain à Sotkamo. La direction de l’entreprise compte proposer à l’assemblée générale que Talvivaara quitte la bourse de Londres.
Si l’assemblée générale approuve cette proposition les actions de Talvivaara sont cotées uniquement à la bourse de Helsinki à partir de la mi-juillet.
HS/A39

Poste
Essai de distribution du courrier quatre fois par semaine seulement
Helsingin Sanomat relève qu’Itella envisage un essai pour restreindre la distribution du courrier à quatre jours par semaines au lieu de cinq dans six communes, dont un quartier d’Espoo.
Le quotidien relève que la nouvelle a été reçue calmement.
L’essai concernera le courrier des entreprises, comme par exemple les factures, les publicités et les magazines. Par contre, il ne concernera pas les journaux, ni les lettres et les cartes des personnes privées.
75 000 ménages et 3000 entreprises sont concernés par cet essai qui durera trois mois à compter de septembre 2014.
HS/A23

Communes
Diminution des dotations de l’Etat
Selon les estimations préalables de l’Union des communes, la diminution des dotations de l’Etat pour les communes sera particulièrement importante en 2015 par rapport à l’année en cours, de 294 millions d’euros au total.
Par rapport au niveau de 2011, la diminution représente un écart de 1,4 milliards d’euros.
Des augmentations de fiscalité locale sont prévues, selon M. Heikkilä de l’Union des communes.
KS/6

Education
Suppression de centaines de lycées et écoles professionnelles ?
Le président du syndicat des enseignants, M. Luukkainen, craint que les économies prévues dans le secteur engendreront la disparition de centaines de lycées et d’écoles professionnelles. Il a été question de fixer un nombre minimum de 500 élèves les concernant, or, 200 établissements en ont moins.
AL/A11

L’allocation étudiant finlandaise est la moins élevée des pays nordiques
Aamulehti relève qu’un étudiant finlandais obtient entre 200 et 400 euros par mois de moins que les étudiants des autres pays nordiques.
L’aide finlandaise, y compris le prêt garanti par l’Etat, s’élève à 800 euros par mois.
AL/A14

Etat civil
Suppressions de bureaux d’état civil ?
Le nombre de bureaux d’état-civil (maistraatti) devrait diminuer de façon à ce qu’au lieu de 41, il n’y en aurait plus que 25.
Il y a actuellement 11 services d’état civil en Finlande, qui comptent au total 41 bureaux.
AL/A14

France - Finlande

Défense
« L’ambassadeur de France a visité la ligne de montage des hélicoptères » KS
Kesksisuomalainen rend compte de la visite de l’ambassadeur de France à Jämsä à l’usine de Patria qui assure le montage des hélicoptères NH-90 commandés à Eurocopter par les pays nordiques.
KS

Cirque
Festival Cirko
Helsingin Sanomat rend compte du spectacle franco-espagnol, Cru, du duo catalan Fet a mà.
HS

Débat d’idées
Thomas Piketty
Helsingin Sanomat publie deux messages de lecteurs qui commentent le livre de Thomas Piketty sur le capital au XXIème siècle.
HS.

Mercredi 14 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Estonie

Visite du Président Ilves
« M. Ilves n’a pas peur d’irriter avec ses positions concernant l’OTAN » HS
Le Président estonien, M. Ilves, est arrivé en visite d’Etat en Finlande, hier. Lui et son homologue finlandais M. Sauli Niinistö partagent l’avis que la crise ukrainienne marque la fin d’une ère. La période post-guerre froide est terminée, et il n’apparaît pas qu’il y aurait un moyen d’y revenir. Les présidents ne sont toutefois pas d’accord sur ce qu’il faudrait qu’il s’en suive.
Alors que M. Ilves souligne l’importance de l’OTAN et laisse entendre qu’il souhaite que la Finlande et la Suède y adhèrent, M. Niinistö estime que l’UE ne peut pas externaliser sa sécurité à une autre organisation.
La solution de M. Ilves serait de renforcer la présence de l’OTAN dans la région, mais pour M. Niinistö, il faut que la crise ukrainienne pousse l’UE à construire une défense commune. Pour M. Niinistö, la crise souligne le rôle de l’UE en tant qu’instance qui maintient la paix. « Serait-il possible que l’UE ne puisse mettre en œuvre cette tâche qu’à travers l’OTAN », a-t-il demandé lors de la conférence de presse conjointe des Présidents. « Je ne veux pas dire qu’il faudrait se passer de l’OTAN, mais se passer de l’UE n’est pas la bonne solution non plus. »
M. Ilves ne se déclare pas favorable à une défense commune qui, pour lui, n’engage pas les Etats à se défendre mutuellement, malgré la clause de solidarité.
M. Niinistö relève que même si la Finlande et la Suède sont en dehors de l’OTAN, elles ne constituent aucunement un vide en matière de sécurité dans la région de la mer Baltique.
Lors de sa visite, M. Ilves a aussi déclaré qu’il fallait que l’UE se prépare à faire face à un afflux de réfugiés en cas de guerre civile en Ukraine. Selon lui, l’UE n’y est pas préparée.
Les deux présidents étaient unanimes pour condamner les opérations électorales qui ont eu lieu en Ukraine orientale et ne peuvent, selon eux, pas être qualifiées de référendum.
M. Niinistö souligne toutefois que le temps n’est pas encore venu pour des sanctions économiques. « Cela dépend de la façon dont la situation sur place évolue, des actions de la Russie et de la réaction des troupes ukrainiennes », dit-il.
HS/A18

NSA

Livre de Glenn Greenwald
Helsingin Sanomat relève que Glenn Greenwald estime, dans son livre basé sur le matériel obtenu de M. Snowden, le renseignement militaire finlandais coopère avec l’agence américaine NSA. Selon le livre, la Finlande a conclu un traité de coopération « du troisième niveau » avec la NSA, ce qui signifie que la coopération n’est pas aussi étroite que celle entre la NSA et le Canada ou le Royaume-Uni, par exemple.
Selon M. Greenwald, l’agence aurait 33 partenaires de cette catégorie.
M. Ohra-aho, chef du renseignement des Forces armées, relève que la coopération consiste à échanger des informations afin de soutenir la prise de décision de la direction du pays d’une part et des Forces armées d’autre part.
M. Ohra-aho relève que toute coopération internationale liée au renseignement militaire est réalisée dans l’intérêt de la Finlande et des Finlandais.
M. Haglund, ministre de la Défense, n’a pas pu être joint pour commentaire.
HS/A18

Sécurité de données - Google

L’ombudsman pour la confidentialité des données se félicite de la décision concernant Google
M. Aarnio, ombudsman pour la confidentialité des informations, caractérise le jugement de la Cour de justice de l’UE concernant Google comme inouï et extrêmement remarquable. Jusqu’à présent, son service n’a pas disposé d’outils pour répondre aux nombreux appels de personnes qui exigeaient de Google de faire disparaître de sa recherche des informations les concernant.
HS/A13

Crise financière – Collatéraux entre la Finlande et la Grèce

La Banque d’investissements facturera des millions d’euros à la Finlande
Helsingin Sanomat relève que l’accord avec la Grèce, puis avec l’Espagne, concernant les collatéraux attachés aux prêts consentis par Helsinki à Athènes et à Madrid correspondent en fait à un contrat d’échange de flux financiers. Selon les calculs du quotidien, les frais engendrés par ce contrat s’élèvent à ce jour à un million d’euros et il est prévu que, par la suite, ils représenteront huit millions d’euros : au moins 6 millions concernant le contrat entre la Finlande et les banques grecques, et un million concernant le contrat entre la Finlande et le fonds de garantie d’épargne espagnol.
Les frais d’avocat viendront se rajouter à ces sommes : 770 000 euros concernant l’accord grecque et 220 000 concernant l’accord espagnol.
Le ministère des Finances appelle ces contrats des « garanties », même s’ils ne le sont pas au sens strict du terme.
Jusqu’à présent, la Banque d’investissements a facturé à la Finlande 277 000 euros à titre de frais de gestion concernant l’accords avec la Grèce et 69 000 euros concernant l’accord avec l’Espagne. Ces sommes vont continuer à augmenter.
HS/A33

Paradis fiscaux

Les fonds de retraite ont des placements dans des paradis fiscaux
Selon Finnwatch, les groupes d’assurances retraite ont des placements à hauteur de 37 milliards d’euros dans des fonds qui ont leur siège dans des paradis fiscaux. En outre, ils ont des placements dans des groupes critiqués pour leur planification fiscale agressive tels que Google, Shell, Srarbucks ou Attendo.
Keva, groupe d’assurances retraite des communes, dispose d’une somme de 12,5 milliards d’euros dans des fonds situés dans des paradis fiscaux.
HS/A37

Finlande – Corée – Chantiers navals

Visite en Corée du ministre de l’Economie
Helsingin Sanomat relève que M. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie, en déplacement en Corée du Sud, déclare être légèrement optimiste quant à l’éventuelle ventre du chantier naval de Turku par le groupe STX.
« Il semble que STX est prêt à vendre ses chantiers en Finlande et peut-être aussi en France. Nous avons appris cela il y a déjà quelque temps mais le calendrier nous inquiète. Nous avons tenté d’accélérer le processus à tous les égards et le ministère sud-coréen du commerce a promis de promouvoir cette cause », a déclaré M. Vapaavuori par téléphone.
Le ministre finlandais souligne que l’éventuel achat prendra encore du temps. « Avant de commencer les négociations proprement dites avec STX il faut que Meyer Werft puisse évaluer la situation économique du chantier naval de Turku. L’évaluation ne peut pas être effectuée avant l’autorisation de STX. »
HS/A36

« Mes collègues coréens comprennent les soucis de l’Etat finlandais »
Selon Turun Sanomat, M. Vapaavuori estime que la réalisation de l’éventuel achat prendrait plutôt des semaines et non des mois. « Il faut se dépêcher pour des raisons pratiques. Il ne faut toutefois pas oublier qu’il s’agit d’une transaction compliquée. » Le quotidien note que les représentants de Meyer Werft n’ont pas participé à la visite effectuée par M. Vapaavuori en Corée.
Selon M. Vapaavuori, il est encore trop tôt pour parler du prix de l’achat ou des parties de l’Etat finlandais et de Meyer Werft. L’Etat finlandais serait un actionnaire minoritaire.
Le ministre finlandais souligne que ses collègues coréens ont compris les soucis de l’Etat finlandais dans cette affaire.
De nouveaux entretiens de haut niveau n’ont pas été décidés lors de cette visite. Les contacts se poursuivront au niveau des fonctionnaires.
TS/12

Mer Baltique

Accidents
Helsingin Sanomat relève que, selon un rapport international, la capacité de sauvetage en mer des Etats riverains de la mer Baltique n’est pas suffisante seule au cas de catastrophe. Dans le rapport on évalue la capacité de presque tous les Etats riverains de la mer Baltique, à l’exception de la Russie.
La Finlande, ainsi que beaucoup d’autres pays, mène l’approfondissement de la coopération entre les pays riverains et compte évoquer la création d’un groupe de coopération au conseil des Etats de la mer Baltique.
Entre 2008 et 2013, il y a eu 1 082 accidents (environ 180 pas an), dont 49 accidents graves ; 38 personnes sont décédées dans ces accidents, 47 ont été blessées et quatre ont disparu.
HS/A14
Politique intérieure

Elections européennes

Le vote par anticipation commence aujourd’hui
Le vote par anticipation des élections européennes commence aujourd’hui et durera jusqu’au mardi 20 mai en Finlande et au samedi 17 mai à l’étranger.
Il y a au total 251 candidats finlandais, dont 13 seront élus membre du Parlement européen. 4 460 118 personnes ont le droit de vote en Finlande. Le vote proprement dit aura lieu le dimanche 25 mai.
HS/A2, TS/15

Economie

VR licencie des employés dans ses points de vente
La compagnie ferroviaire VR envisage de supprimer des guichets de certaines gares et licencier jusqu’à 130 personnes. La vente de billets se fait de plus en plus en ligne.
HS/A35

Social

Les entreprises et l’alcool
Helsingin Sanomat relève que, selon un sondage effectué auprès 200 chefs d’entreprises, il y a des absences au travail en raison de l’alcool dans environ 60 % des entreprises. Dans environ 30 % des entreprises il y a des cas où un employé a été en état d’ébriété sur le lieu de travail.
HS/A14

Soins aux personnes âgées
Selon Helsingin Sanomat, le syndicat des aide-infirmiers Super a effectué un sondage selon lequel il y a toujours trop peu de personnel dans les unités chargées des soins aux personnes âgées. Le syndicat exige que le ratio (encadrement-patient) de 0,5 soit inscrit dans la loi.
HS/A14

Minorités sexuelles
Helsingin Sanomat rapporte que, selon une comparaison effectuée par l’organisation européenne ILGA, la Finlande se trouve en 17e position quant à l’amélioration des droits des minorités sexuelles. En 2012, la Finlande était 14e. La Grande-Bretagne se trouve en première position dans cette comparaison.
HS/A14

France - Finlande

Entreprise

Sodexo
Kauppalehti publie un portrait de la PDG de Sodexo Finlande, Mme Bianca Brink qui dirige la filiale finlandaise du groupe français au chiffre d’affaire de 143 millions d’euros et qui emploie 2300 personnes.
KL

Philosophie

Foucault
Turun Sanomat publie une critique d’un nouveau recueil en finnois de textes de Michel Foucault parus chez l’éditeur Niin & näin.
TS

Mardi 13 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Katainen
Le Premier ministre Jyrki Katainen estime qu’une division de l’Ukraine n’est pas encore la seule issue. « Pour empêcher l’éclatement de l’Ukraine, on a besoin des efforts de la communauté internationale. L’Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l’UE devraient commencer immédiatement de nouvelles négociations qui devraient déboucher sur des actions concrètes ».
KS

Propos de M. Tuomioja sur le référendum…
Hufvudstadsbladet relève que M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, ne fait pas l’éloge du référendum organisé en Ukraine orientale. Pour lui, la situation était extrêmement manipulée. Il note toutefois qu’il y a un grand mécontentement et de la méfiance en Ukraine de l’Est, sur lesquelles il ne faut pas fermer les yeux.
Il souligne l’importance d’un dialogue national, mais constate qu’il est difficile d’y arriver dans un esprit ouvert et démocratique tant qu’il y a des hommes armés qui menacent et terrorisent la population.
HBL/9

… et sur les sanctions
Kauppalehti relève que M. Tuomioja est réservé en ce qui concerne l’influence qu’auront pu avoir les sanctions. Il estime que les difficultés de l’économie russe ont augmenté à la suite des réactions des marchés, sans les décisions des gouvernements. Le ministre relève que, lors de la rencontre des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles, l’accent des négociations n’a pas été sur les sanctions.
Selon lui, les ministres souhaitent que les élections présidentielles puissent être organisées dans l’ensemble du pays de façon à ce qu’elles aient une légitimité tant à l’intérieur de l’Ukraine qu’aux yeux des autres pays.
KL estime que les présidentielles marqueront une étape important dans la crise. M. Tuomioja estime, concernant l’effort de la Suisse prévu à la veille des élections, pour créer un contact entre les différentes populations, qu’il ne faut pas y mettre trop d’espoir. « L’essentiel sera d’obtenir un niveau minimum pour la confiance mutuelle. »
Selon Keskisuomalainen, M. Tuomioja estime que les sanctions n’atténuent pas la crise aigue. Il souligne les moyens diplomatiques, tels que les efforts de l’OSCE.
KL/9, KS/22

La Finlande a peur des conséquences des sanctions
Helsingin Sanomat rend compte des inquiétudes que les sanctions suscitent en Finlande. La Finlande craint que des contre-mesures éventuelles de la Russie en matière de sanctions économiques nuisent aux entreprises finlandaises. La Russie pourrait instaurer des restrictions concernant les exportations de produits agro-alimenta ires finlandais en Russie, par exemple. La Finlande est dépendante du gaz naturel russe. Le pétrole russe est également important pour la Finlande, ainsi que le tourisme.
Selon HS, Chypre, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie et l’Italie partagent le souci finlandais.
La Finlande souhaite que le fardeau en matière de désavantages et de frais soit partagé de manière égale entre les Etats membres.
M. Tuomioja estime que le gel des ventes et achats d’armes devra être inclus dans les sanctions. Sinon, il ne croit pas qu’il y aura d’unanimité sur les mesures à prendre.
HS/A20-21

Institut de la paix à Bruxelles

Initiative des ministres des Affaires étrangères
Des ministres européens des Affaires étrangères envisagent de créer un institut de la paix à Bruxelles afin de soutenir l’UE et différents Etats dans la prévention des conflits et d’agir comme un acteur indépendant dans des crises lorsque les moyens de la diplomatie traditionnelle de suffisent pas.
Demokraatti note que la crise en Ukraine a augmenté l’urgence de la création d’un tel institut. Outre la Finlande, participent à ce projet la Suède, la Suisse, la Pologne, la Hongrie, l’Italie, l’Espagne, la Belgique et le Luxembourg.
Demokraatti note qu’en 2010, M. Stubb, ministre des Affaires étrangères à l’époque, et son homologue suédois, M. Bildt, ont fait une initiative en la matière.
Dem/13

Eurobaromètre

Un tiers des Finlandais a une attitude positive à l’égard de l’Union européenne
Helsingin Sanomat relève que selon l’Eurobaromètre, publié lundi, 31 % des Finlandais ont une attitude favorable et 22 % une attitude négative vis-à-vis de l’Union européenne. 46 % ont une attitude neutre. Parmi tous les citoyens de l’Union, 34 % ont une attitude favorable à l’égard de l’UE. A la lumière de l’Eurobaromètre, la confiance des citoyens européens dans toutes les institutions européennes a diminué.
Selon ce sondage, 50 % des Finlandais ont confiance dans l’Union européenne, 60 % dans le Parlement finlandais et 53 % dans le gouvernement.
Près de 28 000 citoyens dans les 28 Etats membres de l’Union européenne ont été interviewés pour l’Eurobaromètre.
HS/A14

Politique intérieure

Gouvernement

Propos de M. Katainen
Le Premier ministre Jyrki Katainen estime que les mini-négociations gouvernementales auront lieu à partir du 23 juin et que le nouveau gouvernement pourrait être nommé fin juin.
« Les mini-négociations pour former un nouveau gouvernement auront lieu à partir du 23 juin. Si elles aboutissent le mercredi, alors le parlement pourrait étudier le résultat de ces négociations le jeudi ou le vendredi et le gouvernement pourrait commencer ses travaux début juillet », dit-il. Cela repousserait d’une semaine le départ en vacances des parlementaires. »Mais c’est un calendrier approximatif, rien n’a encore été décidé » », précise-t-il.
M. Katainen déclare que si M. Rehn est élu au parlement européen, il irait lui volontiers à Bruxelles pour exercer le poste de Commissaire. « Mais naturellement je suis aussi intéressé par le prochain poste de Commissaire dans la prochaine Commission qui sera nommée à l’automne. J’y suis prêt si le prochain gouvernement, et particulièrement kle prochain premier ministre jugent que mon expérience et ma compétence y suffisent ». Il déclare être aussi disponible pour le poste de président du conseil ou de la Commission.
M. Katainen estime que M. Rinne devrait remplacer Mme Urpilainen comme ministre des Finances. « Le président du parti devrait participer à toutes les négociations dans lesquelles un seul membre de chaque parti de la coalition est présent. Sur le budget, le ministre des Finances y assiste de droit ; aussi si M. Rinne choisit un autre poste, il ne sera pas dans les réunions budgétaires ».
Durant le mois et demi qu’il lui reste, le gouvernement de M. Katainen va essayer de faire avancer la réforme sur les services sociaux et de santé.
M. Katainen estime que les agents des services sociaux ne devraient pas obtenir de période de sécurité de l’emploi comme les fonctionnaires municipaux (qui ont un délai de cinq ans de protection de l’emploi après une fusion de communes).
La ministre des Affaires sociales Susanna Huovinen (PSD) estime aussi que ce délai de protection pose des problèmes dans les communes et devrait, au moins, être raccourci.
KS

PSD

Le ministre des Finances ne devrait changer qu’en juin
Selon Helsingin Sanomat, Mme Urpilainen devrait rester ministre des Finances jusqu’à fin juin quand un nouveau gouvernement sera formé. Le PSD annonce toutefois que Mme Urpilainen et son successeur à la tête du parti Antti Rinne vont discuter plus en détail de ce calendrier. L’exécutif du parti va débattre de l’entrée de M. Rinne au gouvernement la semaine prochaine. M. Rinne serait plus intéressé par le poste de ministre de l’emploi que de ministre des Finances. Dans ce cas, Mme Miapetra Kumpula-Natri ou M. Johannes Koskinen pourraient occuper le portefeuille des Finances s’ils n’étaient pas élus au parlement européen. A moins que cela soit le président du groupe parlementaire, M. Jouni Backman.
HS

M. Rinne opposé à la transformation de l’office national des forêts en société
Le nouveau président du PSD s’oppose à ce que l’office national des forêts soit transformé en société.
L’actual ministre de l’Agriculture, M. Johannes Koskinen (parti conservateur) y est favorable. Le ministère préparerait la création d’une filiale intitulée Metsätalous Oy.
Selon M.Rinne, il faut revoir le projet de loi sur les forêts. Le PSD aurait une autre solution à proposer.
L’office national des forêts gère 12,6 millions d’hectares de forêts possédées par l’Etat dont 3,5 millions sont exploitées.
Le personnel et l’ancien directeur de l’office national des forêts s’opposent à la transformation en société privée. L’ancien, directeur Jyrki Kangas a démissionné pour cette raison.
HS

Les économistes ne pensent pas que M. Rinne modifie significativement la politique économique
Les experts économiques interrogés par STT pensent que l’élection de M. Rinne à la tête du PSD n’apportera que des modifications mineures à la politique économique de la Finlande.
Ainsi M. Holm (centre de recherche PTT) pense que le plan de relance proposé par M. Rinne ne pourrait être que de quelques centaines de millions d’euros.
L’économiste de la banque OP-Pohjola, M. Heiskanen ne croit pas que les objectifs en terme de ralentissement de l’endettement seront remis en cause.
KS

Commentaires
Kauppalehti souligne qu’une fois élu, M. Rinne a déclaré que le PSD continuait au gouvernement sur la base du programme gouvernemental existant. Lors des mini-négociations de juin « certaines tonalités seront revues ». Cela ne signifie donc pas que le gouvernement s’engage dans des réformes radicales en matière de politique économique. M. Rinne vise les prochaines élections législatives, conclut Kauppalehti.
L’éditorialiste de Suomenmaa (organe du Centre) relève que M. Rinne a annoncé qu’il n’était pas favorable à des élections anticipées mais qu’il fallait aussi s’y préparer. Pour Suomenmaa, de nouvelles élections seraient une décision difficile à prendre, mais leur sort est entre les mains de M. Rinne. Présenter des exigences radicales aux autres partis de la coalition et quitter le gouvernement si elles n’étaient pas acceptées, serait la marque d’un dirigeant fort plutôt que d’accepter des compromis plus favorables au parti conservateur qu’au PSD.
KL

Centre

Le Centre veut que M. Rinne tienne ses promesses
Le parti du Centre souhaite que M. Rinne tienne les promesses qu’il a faites lors de sa campagne ; Le président du groupe parlementaire Kimmo Tiilikainen rappelle que le PSD s’était engagé à créer 100 000 emplois et que M. Rinne a promis de revenir sur les baises d’allocations familiales. Il a aussi promis des décisions en juin sur une politique de croissance et d’emploi. « Nous ne pouvons nous permettre un gouvernement qui ne fait rien pendant un an », a déclaré M. Tiilikainen.
Le secrétaire général du Centre, M. Laaninen rappelle que depuis le début de la législature, sept ministres ont quitté le gouvernement. De plus, deux autres, qui sont candidats aux européennes devraient faire de même s’ils sont élus. Par ailleurs, le Premier ministre et la ministre des Finances vont bientôt changer. C’est du jamais vu depuis les années 1980 qui ont vu des gouvernements durer toute une législature. Cela pose aussi un problème du point de vue du parlement devant lequel le gouvernement est responsable, estime M. Laaninen qui demande qui aujourd’hui assume la responsabilité au gouvernement quand le premier ministre et la ministre des Finances sont sur le départ.
SM

Vrais Finlandais

M. Soini souhaite rester à la tête du parti encore longtemps
M. Timo Soini qui préside les Vrais Finlandais depuis 17 ans, a annoncé qu’il entendait rester à la tête de son parti au moins durant la prochaine législature. « Je mènerai mon parti durant la prochaine campagne législative et je continuerai à sa tête durant la prochaine législature » a-t-il dit.
Selon lui, « le prochain gouvernement devrait être constitué par trois grands partis, un grand parti formant l’opposition avec les petits partis ».
KS

Ministre chargé des participations de l’Etat dans les entreprises

Une grève a empêché la visite de M. Haavisto à Raahe
Helsingin Sanomat rappelle que M. Pekka Haavisto, ministre chargé de la gestion des entreprises de l’Etat, représentant l’Alliance verte, aurait dû effectuer lundi une visite à l’usine d’acier de Rautaruukki à Raahe mais la visite a été annulée en raison d’une grève de mille métallurgistes. Ils ont manifesté contre la politique de l’Etat qui ne s’intéresse pas, selon eux, à sauver des emplois dans les entreprises publiques.
M. Haavisto écrit sur son blog qu’il « s’agit apparemment d’anciens litiges entre la direction et les employés ».
HS/A14

Rien de nouveau sur Fennovoima
Selon Aamulehti, M. Haavisto déclare qu’il n’y aura pas de nouvelles orientations sur Fennovoima lors des mini-négociations sur le programme du prochain gouvernement.
L’Alliance verte tient à la décision selon laquelle il n’y aura pas de nouvelles décisions concernant l’extension du parc nucléaire finlandais.
M. Haavisto souligne qu’il n’a donné aucune instruction aux entreprises publiques concernant la participation à Fennovoima.
AL/A12

Economie
Les Finlandais moins favorables à l’austérité
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, les Finlandais sont plus sceptiques quant à l’austérité et aux économies afin de résoudre les problèmes de l’économie finlandaise et européenne.
57 % des personnes interrogées estiment toutefois que l’austérité est une meilleure option pour l’économie que l’endettement. 27 % sont de l’avis opposé et 16 % ne se prononcent pas. Il y a deux ans, en mais 2012, 58 % ont été favorables à l’austérité et 13 % s’y sont opposés.
58 % ne souhaitent pas aider les pays de l’euro en crise. 33 % sont de l’avis opposé et 9 % ne se prononcent pas.
45 % s’opposent aux euro-obligations, 16 % y sont favorables et 39 % ne se prononcent pas. Les Vrais Finlandais (57 %) et les centristes (55 %) s’opposent le plus aux euro-obligations.
Le sondage a été effectué entre le 25 et le 30 avril auprès de 1 062 personnes.
HS/A25

Culture
M. Söderblom quittera la direction du festival d’Helsinki en 2015
Helsingin Sanomat relève que le directeur du Festival d’Helsinki, M. Söderblom, quittera ses fonctions après le festival de 2015. Il dirige le festival depuis 2009.
HS/B2

France - Finlande

BD
Traduction en français d’un album de J.P. Ahonen
Helsingin Sanomat rend compte de la sortie, en mai, de la traduction française d’une bande dessinée sur un groupe métal de Tampere. Ce livre sera traduit plus tard dans d’autres langues, annonce le quotidien.
HS/B1

Littérature
Michèle Lesbre
Helsingin Sanomat publie une critique du Canapé rouge de Michèle Lesbre, publié en finnois traduit par Timo Torikka.
HS/B8

Cirque
Festival Cirko
Demokraatti rend compte du festival Cirko qui se déroule à Helsinki et Espoo du 8 au 18 mai. Le journal publie une critique du spectacle de la Compagnie Philippe Genty.
Dem

Lundi 12 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Chantiers navals

M. Vapaavuori en Corée
Selon Helsingin Sanomat, M. Vapaavuori est parti pour la Corée du Sud pour négocier mardi avec la direction de STX Offshore & Shipbuilding qui fait partie du Groupe STX.
M. Vapaavuori aura également un entretien avec le ministre coréen du commerce, de l’industrie et de l’énergie, M. Sang-jick Yoon.
HS/lun/A10

« Le chantier naval de Turku est mieux placé que celui de Meyer Werft » TS
Helsingin Sanomat s’intéresse au chantier naval allemand Meyer Werft, après l’annonce du ministre de l’Economie Jan Vapaavuori selon laquelle l’Etat finlandais était en train de négocier, ensemble avec le chantier naval Meyer Werft, l’achat du chantier naval de Turku.
Selon les propos du professeur Burghard Lemper, expert allemand en la matière, Meyer n’a pas de pression pour s’agrandir en Europe. « Il ne faut pas non plus minimiser les risques de l’achat du chantier naval de Turku. Meyer Werft, en tant qu’actionnaire majoritaire, aurait la plus grande responsabilité de la rentabilité du chantier naval. Je dirais que les négociations avancent avec beaucoup de prudence. »
M. Lemper souligne aussi que l’atout de Turku est qu’il est bien situé au bord de la mer, tandis que Meyer Werft est situé à Papenburg au bord de la rivière Ems. On pourrait donc construire des bateaux plus grands à Turku.
HS/sam/B12

Commentaire
Helsingin Sanomat estime que l’annonce concernant les négociations est favorable surtout à M. Vapaavuori lui-même dans sa lutte pour la présidence du Parti conservateur.
Selon M. Vapaavuori, l’Etat finlandais et Meyer Werft sont engagés dans les négociations en cours. « Les négociations viennent de commencer et il est trop tôt de commenter les détails », selon le ministre.
HS/sam/B13

« Meyer Werft est la Mercedes des chantiers navals »
Turun Sanomat relève que l’achat par Meyer Werft serait une chance énorme pour le chantier naval de Turku.
Le quotidien note que, comme prévu, le prochain bateau de croisière pour l’armateur Royal Caribbean, Oasis 4, sera construit au chantier naval de STX à Saint Nazaire en France. Le directeur général de STX France, M. Laurent Castaing s’est félicité de la nouvelle commande.
Les deux premiers bateaux de croisière Oasis ont été construits à Turku. Finpro estime que la nouvelle commande donnerait du travail aussi pour les sous-traitants finlandais. La valeur de ces commandes pourrait s’élever à 100 millions d’euros.
TS

Fennovoima

Sondage
Kaleva publie un sondage selon lequel 487% des Finlandais sont favorables à la cosntruction d’une centrale nucléaire de Rosatom à Pyhäjoki contre 38% qui s’y opposent.
Selon ce sondage, 75% des personnes déclarent que la crise en Ukraine n’a pas eu d’effet sur leur position sur cette centrale alors que 17% estiment que cette crise a diminuer leur soutien à ce projet.
Kaleva

Ukraine

Propos de M. Moshes
Hufvudstadsbladet relève que M. Moshes de l’Institut de relations internationales a commenté le référendum de Donetsk en estimant que ce vote chaotique ne constitue qu’un élément de plus pour engendrer des inquiétudes et déstabiliser l’Ukraine de l’Est.
Pour lui, personne ne maîtrise la situation en Ukraine de l’Est, ni l’Ukraine, ni la Russie, ni les séparatistes. Il estime qu’il est difficile d’imaginer comment les parties pourront revenir à un statu quo, ou même à la situation qui régnait il y a deux mois.
M. Moshes estime qu’il serait économiquement et politiquement plus difficile pour la Russie d’avancer avec une annexion de l’Ukraine de l’Est qu’en Crimée. Donetsk et Louhansk auraient besoin de plus de subventions, et il y a beaucoup plus d’habitants qu’en Crimée.
Pour lui, il est inquiétant de ne pas pouvoir prévoir ce que M. Poutine envisage de faire par la suite.
HBL/lun/1&6

Politique intérieure

PSD

Congrès du PSD
M. Rinne nouveau président du PSD
Le parti social-démocrate finlandais s’est choisi un nouveau président. Le président du syndicat des cadres PRO, M. Antti Rinne a battu la présidente sortante Jutta Urpilainen par 257 voix contre 243.
Le secrétaire général Reijo Paananen, lui aussi ancien syndicaliste, a été reconduit.
Le député de Vantaa, lui aussi au passé syndicaliste Antti Lindtman a été élu premier vice-président. La ministre de l’éducation Krista Kiuru a elle aussi été réélu, de justesse, vice-présidente, de même que la présidente du conseil municipal de Tampere, Sanna Marin.
Dans son discours, le nouveau président Antti Rinne a insisté sur l’importance de renforcer la demande intérieure et le rôle de l’Etat dans l’économie. Il a déclaré qu’il avait l’intention de présenter un nouveau paquet de relance lors des mini-négociations gouvernementales qui devraient avoir lieu fin juin. Selon lui l’Etat devrait y consacrer les recettes de privatisations décidées lors du cadrage budgétaires (et destinées, selon ces accords, au désendettement de l’Etat). Il a aussi déclaré que le PSD allait soutenir la politique familiale.
M. Rinne a déclaré qu’il était prêt à devenir ministre si le conseil du parti le décidait. Le conseil du parti, dont la nouvelle présidente est la députée Tarja Filatov, devrait se réunir le 25 juin à Helsinki pour décider des changements de ministres.
Selon Helsingin Sanomat, les mini-négociations gouvernementales pour préparer le programme du prochain gouvernement devraient avoir lieu le 23 juin.
HS AL TS KS Kaleva KS Dem

Réactions
Les syndicats ont salué l’élection de M. Rinne et lui ont fait part de leurs souhaits. En effet, les syndicats sont mécontents des décisions prises lors du cadrage budgétaire de mars. Ainsi le syndicat des employés STTK espère que les décisions de diminuer les retraites et les allocations chômage pourront être revues. M. Lyly (SAK) souhaite une politique plus active en matière d’emploi et d’investissement.
Le Premier ministre Jyrki Katainen estime qu’il serait naturel que M. Rinne devienne ministre des Finances. Il a aussi déclaré que les décisions prises lors du cadrage budgétaire ne devraient pas être remises en cause. Il considère que la politique de relance n’a pas beaucoup d’effet à l’heure actuelle.
Les candidats à la présidence du parti conservateurs estiment eux aussi que M. Rinne devrait accepter le poste de ministre des Finances. Ils considèrent que les décisions prises dans la cadre budgétaire ne doivent pas être revues.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini estime qu’il est possible que l’élection de M. Rinne conduise à la chute du gouvernemnt.
HS AL

Commentaires
Helsingin Sanomat estime que M. Rinne ne souhaitera peut-être pas devenir ministre des Finances et pourrait proposer ce poste soit au président du parlement Eero Heinäluoma, au ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja ou au président du groupe parlementaire Jouni Backman. M. Rinne choisirait pour lui le poste de ministre de l’Emploi. Selon HS, M. Rinne devrait toutefois accepter le poste de ministre des Finances qui est le second plus important dans le gouvernement.
Aamulehti estime que le congrès, à majorité masculine, s’est choisi des hommes au passé syndicaliste. En choisissant M. Rinne, le parti va pêcher des voix à gauche, au risque d’en perdre au centre où Mme Urpilainen était populaire.
Kaleva estime que la courte victoire de M. Rinne ne devrait pas lui permettre de lancer de grands changements dans la politique du parti. Le quotidien craint toutefois que la bataille pour la présidence laisse des traces et un parti longtemps divisé. Kaleva prédit des difficultés dans la coalition gouvernementale mais qui ne devraient toutefois pas déboucher sur un éclatement de la coalition gouvernementale et de nouvelles élections.
Keskisuomalainen estime que la division du part était visible au congrès. Certains risquent de quitter le parti, mais ils auraient peut-être été encore plus nombreux si Mme Urpilainen avait été reconduite, selon KS.
Pour le spécialiste d’histoire politique Mikko Majander, M. Rinne devra faire des compromis s’il ne souhaite pas des élections anticipées. Il souligne que lors des mini-négociations gouvernementales de fin juin, aucun des partis ne pourra se permettre de perdre la face.
HS AL TS KS Kaleva KS

Editoriaux
L’éditorialiste du Helsingin Sanomat souligne que l’élection de M. Rinne marque un saut dans l’inconnu pour le PSD. L’éditorialiste rappelle toutefois que M. Rinne est plus pragmatique sue l’image qu’il renvoie. De plus, c’est le parti qui fixe la ligne politique et pas seulement le président du parti. Mais le résultat serré du vote témoigne de la division du parti qui ne disparaitra pas en une nuit.
Aamulehti estime que le PSD a pris un grand risque en choisissant m. Rinne. Il va donner un coup de barre à gauche et rapprocher le parti des syndicats : il pourrait reprendre les électeurs qui avaient quitté le parti pour les Vrais Finlandais, mais perdre les électrices qui étaient sensibles au charme de Mme Urpilainen.
Le quotidien du PSD estime que le PSD va se maintenir au gouvernement et que les mini-négociations gouvernementales ne signifieront pas de grands changements de programme car il ne reste pas beaucoup de temps à la législature.
Keskisuomalainen prédit que l’arrivée de M. Rinne va apporter des tensions dans la coalition gouvernementale.
Kaleva considère que c’est la peur de l’avenir qui a poussé le PSD à rechercher des recettes dans le passé. L’éditorialiste estime que M. Rinne va devoir rapidement revenir sur ses promesses, notamment de rouvrir les décisions sur le cadre budgétaire.
HS AL Dem KS Kaleva

Parti conservateur

Analyse sur les positions des trois candidats
Helsingin Sanomat relève que M. Westinen, chercheur à Åbo Akademi, a analysé les réponses des trois candidats à la présidence du Parti conservateur aux questions de la machine électorale lors des législatives 2011. Alors que le président actuel, M. Katainen, et les candidats à sa succession soulignent que la ligne du parti ne changera pas avec le changement du président, le chercheur trouve des différences d’opinion. Il note toutefois que les conservateurs souhaitent maintenir un esprit positif en s’efforçant d’éviter les conflits et les débats durs.
En ce qui concerne la politique en matière des communes, M. Vapaavuori soutient les fusions forcées alors que Mme Risikko s’y oppose fervemment. HS note qu’il est intéressant que Mme Virkkunen, qui a promu les fusions, soutient Mme Risikko. HS estime que cela dépend de Mme Risikko si cette question sera parmi les thèmes de la campagne, car M. Vapaavuori ne souhaitera probablement pas l’évoquer.
En ce qui concerne le fait de savoir quel est le candidat le plus conservateur sur les valeurs, l’analyse de M. Westinen montre que même si les deux candidats hommes ont été considérés comme plus libéraux que Mme Risikko, c’est M. Vapaavuori qui selon ses réponses se montre le plus conservateur. M. Stubb est de loin le plus libéral.
Sur la dimension gauche-droite, Mme Risikko se situe plus à gauche que les deux autres, et les trois plus à droite que M. Katainen.
Le chercheur note que MM. Stubb et Vapaavuori sont plus favorables que Mme Risikko en ce qui concerna l’OTAN et l’élargissement du parc nucléaire. Il note que mise à part l’axe libéral-conservateur, la disposition se présente entre Mme Risikko d’une part et MM. Stubb et Vapaavuori d’autre part.
HS/lun/A6-7

Economie

Perspectives conjoncturelles
Helsingin Sanomat relève que selon l’Institut national d’études statistiques, il existe des signes sur l’amélioration de la conjoncture, même si la situation de l’industrie finlandaise reste faible. La valeur des nouvelles commandes était de 5,5 % de plus en mars qu’il y a un an.
Ce sont l’industrie chimique et la métallurgie qui ont le plus profité de cette évolution, les concernant, l’augmentation des commandes s’élevait à 10 %.
En même temps, la production industrielle a diminué de 5 % par rapport à mars 2013.
Ce matin, HS relève que la diminution du chiffre d’affaires total des grandes entreprises industrielles continue pour la troisième année de suite. Leur bénéfice a toutefois légèrement augmenté par rapport eu début 2012. Selon M. Taittonen, analyste en chef de Nordea, ceci est dû au fait qu’il y a deux ans, les chiffres étaient particulièrement faibles. En outre, beaucoup d’entreprises se sont efforcées de diminuer leurs frais.
Selon M. Taittonen, Nokia et les groupes forestiers ont constitué de surprises positives. Le domaine du commerce a toujours de difficultés en raison de l’affaiblissement du pouvoir d’achat des consommateurs et la mauvaise évolution de la croissance en Russie. Les plus grands acteurs commerciaux ont beaucoup d’activités en Russie.
Selon le patronat EK, les entreprises annoncent des attentes un peu plus positives concernant l’amélioration de la conjoncture, qu’en 2013. 15 % des entreprises prévoient une amélioration courant printemps et été, contre 14 % qui prévoient un affaiblissement.
HS/sam/B11, lun/A28

France

Politique

Elections européennes
Le correspondant à Paris de Turun Sanomat, Aamulehti et Kaleva, Patrick Le Louarn présente la campagne pour les élections européennes en France et rapporte que les sondages prédisent une percée du Front national.
AL TS Kaleva

Débat sur les salaires des dirigeants d’entreprises
La correspondante à Paris de Kauppalehti fait état du débat actuel en France sur le salaire des patrons.
KL

Débat d’idées

Thomas Piketty
Anu Kantola publie dans Helsingin Sanomat une critique du livre de Thomas Piketty, le Capital au XXIème siècle.
HS

Vendredi 9 mai 2014

Politique étrangère et européenne

OTAN

Le Président Niinistö souhaite un nouveau débat sur l’OTAN
Helsingin Sanomat relève que le Président Sauli Niinistö a inspecté jeudi les forces navales finlandaises à Upinniemi à Kirkkonummi. M. Niinistö estime que la crise en Ukraine aura des conséquences importantes sur la politique étrangère et de sécurité de toute l’Europe et aussi sur la future politique de l’OTAN.
Selon M. Niinistö, la crise ukrainienne aura bien entendu des effets sur la Finlande. « L’Europe a été réveillée. La paix n’est pas une évidence. Il y aura un nouveau débat sur la politique étrangère et de sécurité commune au sein de l’Union européenne. A mon avis c’est bon et la Finlande doit participer activement à ce débat. »
Il estime que l’Ukraine est passée très près d’une guerre civile. La haine en Ukraine orientale a été fomentée de l’extérieur. Pour M. Niinistö, cela est dangereux.
M. Niinistö estime que les propos du président russe, M. Poutine, son devenus plus modérés. Il souhaite que la Russie s’engage à la désescalade au lieu de l’escalade.
M. Niinistö laisse entendre qu’il prendra prochainement contact avec M. Poutine, « éventuellement après la visite en Finlande du président estonien et les festivités en Russie liées au 9 mai ».
M. Niinistö estime que l’OTAN a modifié sa politique en raison de la crise en Ukraine : l’OTAN a par exemple transféré des troupes en Estonie.
Il y a des échos de la guerre froide. « Je ne dis pas que la guerre froide est de retour mais une ambiance d’une méfiance profonde est de retour. »
L’OTAN se présente en ce moment comme un acteur différent par rapport à l’avant-crise. Le débat finlandais aura aussi une nouvelle direction, estime M. Niinistö. Il souhaite une mise à jour concernant les anciens arguments sur l’OTAN qui ont été répétés pendant une vingtaine d’années. « Il est étrange qu’en Suède, la popularité de l’OTAN a baissé en raison de la crise en Ukraine, tandis qu’en Finlande la situation est inverse. »
M. Niinistö rappelle que la Finlande a déjà été à la recherche d’une nouvelle direction dans la politique de sécurité avant la crise de l’Ukraine. L’approfondissement de la coopération de défense avec la Suède en est un exemple. M. Niinistö se félicite de cette coopération qui nécessite de la confiance et aussi du temps.
Pour M. Niinistö, le partenariat avec l’OTAN sera de plus en plus important pour la Finlande. L’essentiel est toutefois de garantir la capacité de défense finlandaise dans toutes les circonstances. « Aussi bien la coopération finno-suédoise que le partenariat avec l’OTAN contribueront à notre développement », conclut M. Niinistö.
HS/A19

Commentaire
Helsingin Sanomat publie le commentaire de Kari Huhta sous la rubrique « La crise en Ukraine augmente les pressions sur le partenariat avec l’OTAN ». L’auteur note que selon les experts, la rupture entre les pays occidentaux et la Russie n’a pas encore eu d’effet sur la mise en œuvre du programme de partenariat de la Finlande. L’OTAN est toutefois en train d’augmenter ses activités dans les pays baltes et souhaite le soutien de la Suède et de la Finlande.
Il n’y a pas eu de débat en Finlande sur un éventuel élargissement de la coopération avec l’OTAN.
Les limites de la coopération seront mesurées avec les projets de défense commune de la Finlande et de la Suède. L’auteur souligne qu’une défense commune est une zone grise entre une coopération de défense et une alliance militaire.
HS/A19

Journée de l’Europe

« L’Europe à la recherche d’une direction sur l’avenir, une fois de plus »
Turun Sanomat publie un billet signé Louis Clerc et Kimmo Elo, politologues à l’université de Turku, dans le cadre de la journée de l’Europe.
Selon les auteurs, « le débat sur l’avenir de l’Europe est mené avec les mêmes arguments qu’avant, ce qui montre que les attitudes des Etats membres changent lentement. La France et l’Allemagne ne sont toujours pas d’accord sur les questions principales et la Grande-Bretagne s’oppose à tout processus d’intégration. ».
« On peut toutefois constater certains changements. La politique traditionnelle française sur l’Europe est en train de s’effriter en raison de nouvelles tensions. Les autres pays ont moins peur du rôle de l’Allemagne qu’auparavant. »
TS/2

Championnat du hockey sur glace

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que les sports ont leur part de responsabilité politique. Comme le respect des autres s’inscrit dans la nature du sport, on ne peut rester insensible à la façon dont un pays traite ses citoyens.
HBL/18

Européennes

Propos de Mme Jaakonsaari sur le fédéralisme
Pour Mme Jaakonsaari, députée européenne et candidate aux prochaines élections, le fédéralisme relève de beaucoup d’idéalisme. « Il n’a pas de portée politique à l’heure actuelle. »
Dem/11

Politique intérieure

PSD

Congrès du parti – M. Rinne nouveau président
500 représentants du parti au congrès de Seinäjoki ont voté ce midi pour la présidence du parti.
M. Rinne (51 ans), président du syndicat Pro, a été élu à la tête du parti avec un écart de 14 voix par rapport à Mme Urpilainen (257-243).
M. Rinne estime que le PSD devrait plus clairement promouvoir la cause des petits et moyens salaires. Lors de son discours avant l’élection, il a souligné l’importance du secteur public et a accusé la politique économique et sociale actuelle d’être trop de droite.
Pour lui, la plupart des Finlandais sont au fond des sociaux-démocrates et pour cette raison, l’audience du parti mériterait être bien plus élevée, autour de 30 %.
Mme Urpilainen a regretté le fait qu’en tant que ministre des Finances, elle n’a pas eu suffisamment de temps pour rencontrer les membres du parti.
La nouvelle concernant les négociations de l’Etat en cours sur l’achat du chantier naval de Turku avec l’allemand Meyer Werft a animé le congrès, hier. La conférence de presse de Mme Urpilainen a eu lieu un quart d’heure après que l’information concernant STX Finlande ait été annoncée. Mme Urpilainen a assuré que le timing de la nouvelle n’avait rien à faire avec le congrès.
M. Rinne a minimisé l’effet de la nouvelle sur le résultat du vote, en la considérant comme une question parmi d’autres.
Il regrette que la Finlande a déjà perdu des recettes en exportations et des emplois à Rauma.
Helsingin Sanomat relève que des personnes politiques éminentes se sont retenues de se déclarer favorables à l’un des candidats. Mme Paasio, députée social-démocrate, elle-même supporter de Mme Urpilainen, estime que certains jouent avec le fait de ne pas se prononcer : il leur sera plus facile après de s’inscrire du côté de celui qui a remporté le vote. La moitié du groupe parlementaire du parti avait soutenu Mme Urpilainen. M. Ihalainen, Mmes Huovinen et Kiuru, M. Backman, Mme Guzenina-Richardson en faisaient partie.
MM. Skinnari, Gustafsson, Kärnä, Piirainen et Mme Paatero ont soutenu M. Rinne.
Le PSD a décidé d’organiser désormais son congrès à un intervalle de trois ans au lieu de deux.
M. Paananen continuera comme secrétaire du parti. Il est également candidat aux européennes.
HS/A16-17, Dem/6, yle.fi, hs.fi

Chantier naval

L’Etat négocie sur l’achat de STX Finlande
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie a annoncé, hier, que l’Etat est en train de négocier l’achat du chantier naval de Turku avec l’allemand Meyer Werft.
Le ministre conservateur de l’Economie, M. Vapaavuori, relève que dans le cas d’un contrat d’achat, l’Etat aurait une part minoritaire des actions, alors que Meyer Werft serait l’actionnaire majoritaire.
Rien n’est encore sûr, même pas la volonté du coréen STX Groupe de vendre : des rumeurs circulent sur le fait que le groupe préférerait vendre ses chantiers navals en Finlande, en France et en Norvège dans le même paquet.
M. Vapaavuori relève qu’à sa connaissance, le groupe naval allemand considère que le savoir-faire à Turku correspond à ce qu’il cherche afin de répondre au défi de construire les plus grands navires de croisière.
HS/A32

Musée Guggenheim

Une association a été créée en soutien du concours d’architecture
Une association « Guggenheim pour Helsinki » a été créée afin de récupérer de l’argent pour la fondation qui sera en charge de l’organisation du concours d’architecture en vue de la construction éventuelle d’un musée Guggenheim. C’est Mme Rafaela Seppälä qui préside l’association.
HS/B2

Nominations

M. Männistö sera nommé directeur général de Keva
Helsingin Sanomat relève que M. Jukka Männistö (60 ans), actuel directeur général de la fondation de santé des étudiants YTHS, sera nommé à la tête de Keva, compagnie d’assurances des communes finlandaises. La directrice générale précédente, Mme Merja Ailus, a dû quitter ce poste en novembre dernier en raison d’un scandale.
HS/A35

France – Finlande

Cirque

Festival Cirko
Helsingin Sanomat publie une critique du spectacle Ne m’oublie pas de la Compagnie Philippe Genty qui se produira encore ce soir et demain au Centre culturel d’Espoo.
HS/B7, www.cirko.fi

Jeudi 8 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Elections européennes

Selon un sondage, M. Stubb sera la locomotive des élections
Helsingin Sanomat relève qu’à la lumière des résultats d’un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’Institut TNS Gallup, les candidats les plus populaires aux élections européennes sont MM. Alexander Stubb et Olli Rehn et Mmes Heidi Hautala, Anneli Jäätteenmäki et Liisa Jaakonsaari.
25 % des personnes interrogées – qui ont pu mentionner plusieurs candidats - disent qu’ils pourraient voter pour M. Stubb. 19 % pourraient voter pour M. Rehn, 13 % pour Mme Hautala ou pour Mme Jäätteenmäki, 12 % pour Mme Jaakonsaari ou Mme Anni Sinnemäki, 11% pour Mme Tarja Cronberg, M. Jussi Halla-aho, Mme Eija-Riitta Korhola, Mme Merja Kyllönen ou M. Paavo Väyrynen, 10 % pour Mme Sirpa Pietikäinen ou M. Oras Tynkkynen. 9 % pourraient voter pour Mme Henna Virkkunen et 5 % pour Mme Päivi Räsänen.
MM. Stubb et Rehn sont les candidats préférés des hommes et femmes. M. Stubb est particulièrement populaire dans la région de la capitale (36 %). Chez les femmes, Mmes Hautala, Sinnemäki, Cronberg et Jäätteenmäki sont populaires. Les hommes sont favorables à MM. Halla-aho et Väyrynen.
HS/A8-9

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que les thèmes de la campagne en vue des élections européennes sont dominés par l’Ukraine et la nouvelle situation en matière de politique de sécurité. Avec ces thématiques, les Vrais Finlandais se marginalisent, selon l’éditorialiste.
HBL/16

L’euro

Propos de M. Katainen
Le Premier ministre, M. Katainen, a commenté l’idée de renoncer à l’euro présentée par des spécialistes finlandais dans un livre publié par le think-tank Libera. M. Katainen, qui a parlé devant des journalistes politiques, hier, ne voit aucune opportunité dans l’abandon éventuel de l’euro et le retour à la devise nationale.
M. Katainen rappelle que l’euro a été la monnaie la plus stable que la Finlande ait jamais eu.
Selon la « machine électorale » de Helsingin Sanomat, 63 % des candidats aux européennes ne sont pas favorables à l’idée qu’à long terme, la Finlande prépare un plan pour se dissocier de l’euro.
Hufvudstadsbladet relève que M. Katainen a hâte d’être un ancien Premier ministre. Pour lui, le premier défi de l’Europe concernant les cinq ans à venir est l’amélioration de la compétitivité. Tous les problèmes, grands ou petits, sont plus ou moins liés à la compétitivité, selon lui.
M. Katainen souhaite renforcer le marché intérieur, y compris le marché de technologies environnementales, et d’augmenter les ambitions en matière de la politique énergétique. Pour lui, l’Europe est trop dépendante de la Russie en matière énergétique.
M. Katainen estime que la politique énergétique et la politique climatique vont ensemble. Il estime que les commissaires qui travaillent avec les questions énergétiques et économiques devraient former un groupe qui veille à ce que l’ensemble des décisions européennes favorisent la compétitivité.
Concernant la présidence de son parti, M. Katainen se retient de recommander un des candidats.
HS/A19, HBL/12

Forum économique de M. Poutine

Participants finlandais
Helsingin Sanomat note que les directeurs généraux de Nokia, Fortum et VR, MM. Suri, Kuula et Aro devront participer au forum économique qui se tiendra à Saint-Pétersbourg dans deux semaines.
HS/A34

Ukraine

Utva souligne l’importance des élections
Aamulehti relève que le Président et le Comité interministériel de politique étrangère et de sécurité soulignent l’importance de l’organisation des élections présidentielles et législatives en Ukraine.
Pour Utva, les élections serviraient à stabiliser la situation dans ce pays.
AL/A6

Politique intérieure

Parti conservateur

Selon un sondage, Mme Risikko est populaire chez les présidents des districts du Parti conservateur
Le journal télévisé d’Yle rapporte que selon un sondage sur la popularité des candidats à la présidence du Parti conservateur parmi les présidents des associations et districts du parti, 33 % sont favorables à Mme Paula Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, 27 % pour M. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie, et 22 % pour M. Alexander Stubb, ministre des affaires européennes et du Commerce extérieur.
Selon Mme Taru Tujunen, secrétaire générale du parti, au total 800-1000 voix seront données au vote sur le président au congrès du parti.
310 sur les environ 730 présidents des associations et districts ont participé au sondage.
Selon Yle, à la lumière de ce sondage, 36 % de ceux qui voteraient pour M. Stubb disent être plutôt libéraux et 35 % des citadins, surtout d’Uusimaa (province autour de la capitale).
Mme Risikko est la favorite des conservateurs de l’Ostrobotnie du Sud. Il y a des libéraux et des conservateurs. 39 % sont des gens de la campagne.
55 % des partisans de M. Vapaavuori sont des citadins – libéraux ou conservateurs, surtout d’Uusimaa ou de Pirkanmaa (province autour de Tampere).
Yle

Mme Virkkunen est favorable à Mme Risikko
Selon Yle, Mme Henna Virkkunen, ministre des Transports et des Collectivités locales, déclare son soutien à la candidature de Mme Paula Risikko à la lutte pour la présidence du Parti conservateur. Mme Virkkunen a décidé de ne pas se présenter elle-même.
Mme Lenita Toivakka, députée et vice-présidente du groupe parlementaire conservateur, est également favorable à Mme Risikko, ainsi que le député Janne Sankelo.
Yle

PSD

Congrès du parti
Les sociaux-démocrates entament aujourd’hui leur congrès à Seinäjoki. HS relève que les représentants du parti au congrès ne se soucient pas d’une division éventuelle du parti, même si les sentiments sont mitigés en raison de la vote concernant la présidence du parti, demain.
Les candidats Mme Urpilainen et M. Rinne prononceront leurs discours aux représentants, aujourd’hui.
Concernant les autres fonctions à la tête du parti, les vice-présidents Mme Kiuru, MM. Lindtman et Vainio souhaitent continuer. Mme Marin de Tampere se présente également pour la vice-présidence.
HS/A20

Défense nationale

Le Centre propose de recenser également les femmes
Keskisuomalainen relève que selon le Centre, qui a présenté ses orientations en matière de politique étrangère et de sécurité, il pourrait être envisagé d’appeler les femmes à la conscription, tout en maintenant le service militaire obligatoire seulement concernant les hommes.
Le Centre soutient les nouvelles initiatives concernant la coopération de défense entre la Finlande et la Suède.
Concernant l’OTAN, M. Sipilä, président du parti, note qu’il n’y a pas lieu de modifier la position finlandaise en la matière.
KS/19

France – Finlande

Cirque

Festival Cirko
Helsingin Sanomat rend compte du festival Cirko qui se déroule à Helsinki et Espoo du 8 au 18 mai. Parmi les spectacles, notons la troupe canadienne The 7 fingers, la Compagnie Philippe Genty et le couple d’acrobatie franco-espagnol Fet a Mà.
HS/B9, www.cirko.fi

Mercredi 7 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Défense

La Finlande et la Suède approfondiront leur coopération de défense
Helsingin Sanomat rapporte que les ministres suédois et finlandais de la Défense, Mme Karin Enström et M. Carl Haglund, ont signé hier un accord sur le développement des grandes orientations de la coopération en matière de défense. Les études prendront environ un an et les décisions politiques seront prises en 2015.
Selon les ministres, il s’agira surtout de la création d’unités communes de la marine et de l’armée de l’air. La Finlande et la Suède pourraient ainsi proposer aux opérations de gestion de crise de l’UE, de l’ONU et de l’OTAN des soldats finlandais et suédois qui ont fait des exercices ensemble.
« L’idée principale est de pouvoir agir ensemble dans les opérations de gestion de crise mais les unités communes signifieraient aussi que, en cas de crise dans une région limitrophe,les troupes pourraient éventuellement agir ensemble », selon M. Haglund.
Les forces armées des deux pays ont été chargées d’étudier si la Finlande et la Suède pourraient utiliser les ports et les aéroports des deux pays.
Les deux pays étudieront aussi les possibilités d’une acquisition commune de navires pour les marines.
Pour M. Haglund, l’approfondissement de la coopération de défense signifie un fort signal en matière de politique de sécurité. Il ne s’agira toutefois pas d’une alliance militaire.
Turun Sanomat publie, sous la rubrique « Courrier des lecteurs », une lettre signée par Mme Enström et M. Haglund sur la coopération finno-suédoise dans le domaine de la défense.
HS/A13, TS/10

Les jeunes centristes favorables à une alliance de défense entre la Finlande et la Suède
Selon Suomenmaa, organe du Centre, l’association des jeunes centristes propose la création d’une alliance de défense entre la Finlande et la Suède – au lieu d’une adhésion à l’OTAN.
Pour le président de l’association, M. Teppo Säkkinen, une telle alliance renforcerait la capacité de défense des deux pays.
SM/12

Ukraine

La moitié des Finlandais souhaitent plus de sanctions contre la Russie
Helsingin Sanomat relève qu’à la lumière des résultats d’un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’Institut TNS Gallup, un peu moins que la moitié des personnes interrogées estiment que l’Union européenne devrait imposer des sanctions plus strictes contre la Russie. Les partisans de l’Alliance verte sont surtout favorables aux sanctions plus strictes.
Un tiers des personnes interrogées sont contre des sanctions plus strictes. Parmi ceux qui s’opposent aux sanctions plus strictes il y a surtout des Vrais Finlandais et des centristes.
L’Alliance verte a inauguré hier sa campagne en vue des élections européennes. Le président du Parti, M. Ville Niinistö, ministre de l’Environnement estime qu’il est possible qu’on augmente les sanctions contre la Russie. « Il est sûr qu’on ne peut pas diminuer les sanctions », selon M. Niinistö. Le candidat de tête de liste des verts européens Ska Keller, qui a participé à l’inauguration de la campagne électorale des verts, estime que l’Union européenne pourrait aussi ajouter des noms d’oligarques russes sur la liste déjà publiée.
HS/A7

Politique intérieure

Enseignement de langues étrangères

Le succès de l’anglais en train d’éclipser les autres langues
Les spécialistes encouragent les élèves également aux études des langues autres que l’anglais. Ils rappellent que l’anglais tout seul ne suffit pas dans la vie professionnelle et que comme l’anglais est connu par tout le monde, il faut d’autres langues pour se distinguer.
Helsingin Sanomat a interrogé des personnalités qui témoignent de l’utilité des langues étrangères autres que l’anglais. Ainsi, le professeur Sixten Korkman souligne à quel point le français lui a été utile durant sa carrière à Bruxelles.
HS/A6-7

Situation économique

L’Université d’Oulu licenciera plus de 100 personnes
L’Université d’Oulu a annoncé la suppression de 122 emplois, dont 34 sont des chercheurs et 88 d’autres employés. 60 personnes seront licenciées et une partie partira à la retraite. Concernant certains, le contrat sera transformé en un contrat à temps partiel. De plus des contrats à durée déterminée ne seront pas reconduits.
HS/A7

« Les universités sont étonnamment excédentaires » KL
Kauppalehti relève que parmi les universités, l’Ecole supérieure suédoise des Sciences économiques et commerciales, l’Université technologique de Tampere, Université Aalto et l’Université d’art ont les meilleurs résultats au niveau financier.
En même temps qu’elles enregistrent une situation financière excédentaire grâce aux placements et propriété immobilière, les universités voient leurs recettes diminuer. Les financements de l’Etat diminuent.
Des négociations sont en cours dans plusieurs universités pour supprimer au total 400 emplois.
KL/6

Licenciements chez le groupe de technologies informatiques Tieto
Helsingin Sanomat relève que la croissance des groupes de technologies informatiques finlandais stagne autour de 0 à 5 %. Le groupe Tieto a annoncé qu’il entamait les négociations pour le licenciement de 180 employés, dont 70 en Finlande.
Précédemment, Tieto avait annoncé la suppression de 1200 emplois. A la fin mars, Tieto avait 14 100 employés. Il a une part de marché de 23 %.
HS/A31

Météorologie

Alertes aux tsunamis météorologiques mises en place
L’Institut national de la météorologie mettra en place des alertes concernant les changements brusques du niveau de la surface de la mer, observés à l’occasion des tempêtes.
HS/A14

Prisons

Débat au Parlement sur les droits des prisonniers
Les députés ont débattu, hier, un projet du gouvernement de modifier la législation concernant le traitement des prisonniers. Helsingin Sanomat relève que la proposition détaillée évoque l’usage des téléphones mobiles, d’internet et de messageries électroniques, ainsi que le droit de visite. Les combinaisons contestées seraient inscrites dans la législation.
M. Zyskowicz, député conservateur, s’oppose à l’idée que tous les droits des prisonniers d’une part, et toutes les restrictions à ces droits d’autre part, soient inscrits dans la loi. Pour lui, « on n’en finirait plus ».
D’autres députés ont rappelé que, dans un Etat de droit, il faut que les prisonniers disposent de leurs droits.
HS/A15

France – Finlande

Turku

Semaine de la culture française à Turku
Le cercle français de Turku organise, du 7 au 10 mai, une semaine dédiée à la culture française : conférences sur l’histoire de la gastronomie française, le système scolaire et le jazz français, représentations de l’institut de musique et de l’école de danse.
L’ambassadeur de France en Finlande, M. Eric Lebédel, sera invité d’honneur du dîner organisé samedi soir.
aamuset.fi

La littérature française sera présentée au salon du livre à Turku
La littérature française sera le thème du Salon international du livre, organisé à Turku du 3 au 5 octobre prochain.
Mme Jenni Haukio, directrice de programmation, se félicite de la participation de plusieurs écrivains français, dont Katherine Pancol, Michèle Lesbre, Andreï Makine, Dominique Fernandez, Grégoire Delacourt et Katrina Kalda qui ont confirmé leur participation.
L’Institut français, l’Association des professeurs de français de Finlande et l’association Nuoren Voiman Liitto organiseront avec le Salon du livre, en l’honneur de la France, pays thème de l’année, un concours d’écriture pour les jeunes. L’écrivaine Sofi Oksanen figure dans le jury pour les textes en finnois.
TS/19, aamuset.fi

Culture

Illustration
Helsingin Sanomat publie un portrait de Carlos da Cruz, illustrateur français installé en Finlande depuis 1998 et qui travaille tant pour des éditeurs finlandais que français.
HS
Mardi 6 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Kanerva
Le vice-président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE, M. Ilkka Kanerva estime qu’il y a des signes de guerre civile dans certaines régions ukrainiennes. Cela ne vaut toutefois pas pour l’ensemble du pays.
« Il y a une double crise : d’une part une crise intérieure à l’Ukraine et d’autre part une crise entre l’Ukraine et la Russie. Ces deux crises influent l’une sur l’autre ».
Il considère comme le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja (PSD), que personne ne contrôle la situation : ni le gouvernement ukrainien ni la Russie.
M. Kanerva s’inquiète d’une propagation des mouvements opposés au gouvernement ukrainien. Il craint que mouvements n’organisent des référendums locaux.
Il déclare qu’il fera tout son possible pour que les élections présidentielles aient lieu.
Yle

Editorial : « La Russie fait tout son possible pour empêcher l’organisation des élections en Ukraine » HS
L’éditorialiste estime que les événements récents montrent qu’il est désormais clair que, pour la Russie, empêcher l’organisation des élections présidentielles est essentiel pour faire tomber le gouvernement ukrainien pro-occidental.
HS

Défense - Sécurité

L’OTAN se renforce dans la région baltique
Helsingin Sanomat rapporte que 550 soldats d’autres pays de l’OTAN participeront à des exercices militaires en Estonie. Le journal relève que l’OTAN a augmenté sa présence aux alentours de la Finlande.
Kari Huhta rapporte que la question récurrente de l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN reste posée. Selon certains, elle n’est pas d’actualité car les pays de l’alliance sont actuellement concentrés sur la crise en cours.
On peut toutefois voir la situation d’un autre point de vue et considérer que si l’OTAN s’élargissait maintenant cela ne dégraderait pas les relations de l’oTAN avec la Russie qui sont déjà mauvaises. Mais in fine, toute adhésion n’est possible que si un large soutien politique existe dans le pays, conclut Kari Huhta.
HS

Coopération de défense finno-suédoise
Les partis PSD de Finlande et de Suède sont favorables à un renforcement de la coopération entre les pays en matière de défense. C’est ce qu’ont présenté le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja et le président de la commission parlementaire de la défense de Suède Peter Hultqvist, dans un article commun publié dans le Dagbladet.
Aujourd’hui les ministres finlandais et suédois de la défense tiendront une conférence de presse commune sur la coopération bilatérale.
HS Dem

Réaction de Jussi Niinistö
Le président de la Commission de la Défense, M. Jussi Niinistö, se félicite de l’initiative concernant une coopération de défense renforcée entre la Finlande et la Suède.
Il estime toutefois que le problème [de la coopération avec la Suède] est que, en tout cas concernant les opérations de maintien de la paix, les Suédois partent du principe que c’est eux qui dirigent. « La coopération est la bienvenue tant que c’est eux qui peuvent prendre les décisions », regrette Jussi Niinistö.
Pour lui, il n’y a rien de nouveau dans ce qu’écrivent le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, et son collègue suédois dans leur article.
Jussi Niinistö relève que MM. Tuomioja et Hultqvist ont proposé de développer la capacité commune d’état d’alerte en matière d’incidents. « Mais ils n’expliquent pas ce qu’ils veulent dire – incidents militaires, accidents, catastrophes naturelles ? » Autrement, Jussi Niinistö estime qu’il n’y a rien de nouveau dans le texte.
Il estime que la différence primordiale entre la vision de défense des deux pays est que, pour la Finlande, il est dans ses intérêts de coopérer le plus intimement possible, alors que la Suède voit toujours la Finlande surtout comme un tampon.
Hufvudstadsbladet a interrogé M. Tuomioja sur le concept d’incident. Le ministre relève qu’il souhaite, avec son collègue suédois, une capacité commune dans la perspective d’accidents, de catastrophes naturelles et d’attaques terroristes. Il ne s’agirait pas d’une capacité en vue d’une guerre ou d’une menace de guerre, selon lui.
HBL/3

La Finlande va commander des camions suédois
Helsingin Sanomat rapporte que selon le quotidien suédois Dagens Industri, l’armée finlandaise est en train de commander 184 camions à l’entreprise suédois Scania. La valeur de l’achat s’élèverait à 66 millions d’euros et l’accord serait signé la semaine prochaine.
HS/A11

Economie

La zone euro se rétablit, mais la Finlande reste à la traine
Selon les prévisions de la Commission européenne, l’économie finlandaise se rétablira bien plus lentement cette année et l’année prochaine que les pays de l’eurogroupe en moyenne. La croissance cette année serait de 0,2 % en Finlande contre 1,2 % concernant la zone euro. Pour 2015, les chiffres respectifs sont 1 % et 1,7 %.
Seul Chypre devrait progresser encore moins.
Mme Urpilainen, ministre des Finances, estime que derrière les difficultés de la Finlande, il y a le changement structurel de l’industrie. Avec Nokia, les activités de l’industrie électronique ont pratiquement chuté et l’industrie forestière a connu des diminutions de production. « Il y a heureusement d’autres signaux aussi », a-t-elle dit en se référant aux nouvelles récentes concernant des investissements de ce secteur.
La Commission relève que la croissance est freinée par une faible demande nationale. Le taux de chômage s’élèvera à 8,5 % cette année, et les consommateurs retardent les gros achats.
La dépendance importante à l’égard du développement de l’économie russe jette un ombre sur les perspectives finlandaises.
Le développement du PIB finlandais ressemble à celui des pays touchés par la crise de la dette depuis les quelques dernières années. L’évolution des exportations était historiquement faible en 2012-2013.
Selon M. Liikanen, gouverneur de la Banque de Finlande, selon l’image du biathlon, la Finlande « avance au même rythme que les autres, mais elle a quelques tours de pénalité devant elle ».
KS/11

Santé, bien-être

La Finlande, le meilleur pays pour être mère
Selon un rapport de l’organisation Pelastakaa lapset (Sauvez les enfants) sur la situation des mères, la Finlande arrive à la tête de la comparaison pour la deuxième année consécutive. Les autres pays nordiques et les Pays-Bas se situent aux rangs à -6 suivis de l’Espagne et de l’Allemagne.
L’étude a pris en compte comme facteur les risques pour la santé des femmes enceintes, le bien-être des enfants, la scolarité des enfants, le PIB et l’égalité dans la prise de décision politique.
KS/10

Exposition universelle de Milan

La Finlande ne participera pas
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie et les représentants de la vie économique ont décidé que la Finlande ne participera pas à l’exposition universelle de Milan en 2015.
M. Keinälä, conseiller industriel au ministère, relève que les entreprises ne se sont pas montrées suffisamment enthousiastes pour soutenir la participation.
La Finlande sera toutefois représentée à Milan dans le cadre des stands des organisations internationales.
Dem/11

Politique intérieure

Elections européennes

Des budgets en baisse
La plupart des partis politiques ont décidé de conduire la campagne électorale de 2014 avec un budget inférieur à celle de 2009.
C’est particulièrement vrai pour le centre : 300 000 euros cette année contre 800 000 en 2009. C’est aussi le cas du parti conservateur (500 000 contre 800 00à) qui s’économise visiblement en vue des législatives.
Seuls les Vrais Finlandais et le parti suédophone ont un budget plus important. Ce sont aussi les partis qui allouent le plus d’argent à chacun de leur candidat (10 000 euros par candidat).
Il devrait y avoir des publicités électorales télévisées pour les Vrais Finlandais et le parti conservateur.
SM

Une participation en hausse ?
Selon une enquête réalisée pour les syndicats, 70% des personnes interrogées ont l’intention de voter aux élections européennes.
En 2009, le taux de participation n’était que de 40,3% en Finlande contre 44% en moyenne en Europe.
SM

Parti conservateur

Tournée des candidats à la présidence
Helsingin Sanomat rapporte que le Pari conservateur organise une grande tournée électorale dans six villes pour les candidats à la présidence du parti.
Jusqu’à présent, MM. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie, et Alexander Stubb, ministre des Affaires européennes, et Mme Paula Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, se sont présentés.
La première étape de la tourné sera organisée demain mercredi à Oulu. Les candidats participeront à des évènements aussi à Tampere, Kouvola, Kuopio, Turku et Helsinki (le 2 juin).
Selon Mme Taru Tujunen, secrétaire générale du parti, l’intention est d’organiser des débats sur différents thèmes avec des experts et non des tables rondes traditionnelles. Le thème à Oulu par exemple sera l’emploi et M. Mikko Merihaara, ancien délégué du personnel de Nokia, actuel conseiller municipal conservateur, y participera.
Le président actuel du parti, le Premier ministre Jyrki Katainen, participera aux évènements à Turku et Tampere et probablement à Helsinki.
Le nouveau président du Parti conservateur Kokoomus sera élu au congrès du parti à Lahti le samedi 14 juin par environ mille délégués. Le nombre exact sera connu après la clôture des inscriptions à la fin de la semaine prochaine.
Mme Tujunen déclare qu’elle ne sait pas encore si elle souhaite continuer à son poste de secrétaire générale qu’elle occupe depuis huit ans. Le secrétaire général ne sera pas élu au congrès du parti mais à la réunion du conseil national à l’automne.
HS/A13

Editorial : Le Kokoomus mène deux campagnes à la fois
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat note que la semaine en cours est particulièrement animée dans la politique finlandaise : les candidats à la présidence du Parti conservateur commenceront leur tournée et le congrès du PSD se réunira pour élire le président du parti.
Même si l’élection du président du PSD sera probablement plus en vue, on peut deviner que la campagne des conservateurs sera plus utile pour le parti que celle du PSD.
Il est clair que le PSD n’a pas su profiter politiquement de la lutte de Mme Jutta Urpilainen, actuelle présidente du parti, et de M. Antti Rinne. Un seul débat commun a été organisé entre les deux.
Le Parti conservateur essaie d’éviter les erreurs du PSD : les conservateurs ont trois candidats, ce qui fait que le parti reste plus uni que le PSD, divisé en deux camps. Le Parti conservateur aura beaucoup plus de visibilité avec la tournée de ses candidats et les conservateurs s’intéressent peut-être à la campagne des élections européennes en même temps. Le parti souhaite obtenir un quatrième siège, donc un de plus que le Centre, ce qui serait favorable en vue des élections législatives de 2015.
HS/A4

Partis politiques

Propos de M. Railo
Suomenmaa, organe du Centre, s’intéresse aux propos de M. Erkka Railo, politologue à l’Université de Turku, qui estime que la lutte entre Mme Urpilainen et M. Rinne pour la présidence du PSD est néfaste pour le parti. Les contradictions au sein du parti sont devenues plus visibles. L’audience du parti reste basse à la lumière des sondages. Si M. Rinne est élu il deviendra ministre - et ne pourra pas réaliser les promesses faites lors de la campagne pour la présidence du parti. « Je ne comprends pas du tout comment il pourrait faire augmenter la popularité du PSD », déclare M. Railo.
M. Railo souligne que le changement de président est toujours un choc pour un parti politique.
Quant aux conservateurs, M. Railo estime que la véritable lutte aura lieu entre M. Vapaavuori et Mme Risikko, parce qu’il est possible de voir des différences entre ces deux candidats.
Concernant le parti du Centre, M. Railo estime que sa situation n’est pas facile aux élections européennes, parce que les électeurs ne savent pas quelle est la ligne de ce parti parce que les candidats centristes n’e sont pas d’accord dans les questions essentielles. « Il est toujours mauvais pour le parti si son message politique n’est pas clair. »
SM/4-5

Exportations

Augmentation des exportations de produits technologiques
Les exportations de l’industrie technologique ont augmenté de 5% au premier trimestre et, sur la même période, les commandes ont augmenté de 7% par rapport à l’année dernière.
Le principal risque par rapport à ce secteur est un renforcement de la récession en Russie. En effet, 9% des exportations du secteur vont vers la Russie (contre 46% vers l’Europe occidentale).
HS

Finance

Endettement des ménages
Selon une étude de la Banque de Finlande, les ménages finlandais supporteraient bien une augmentation des taux.
Helsingin Sanomat relève que le taux d’endettement des ménages finlandais est le plus faible des pays nordiques : en moyenne seulement 119% de leurs revenus disponibles nnuels contre 180% pour les Suèdois, 200% pour les Norvégiens et 300% pour les danois. . Parmi les chômeurs, les immigrés ne touchent que 39 % de ce que touchent les Finlandais au chômage.
HS/lun/A7

Jeux

Beaucoup de Finlandais souffrent des conséquences de l’addiction aux jeux
Selon Helsingin Sanomat, l’addiction aux jeux de hasard est un problème qui touche près de 20 % de Finlandais. Selon une étude effectuée par l’institut de la santé et du bien-être THL, environ 3 % de Finlandais ont eux-mêmes une addiction aux jeux mais environ 20 % ont dans leur entourage quelqu’un qui en souffre.
HS/A11

Lundi 5 mai 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja (PSD), a déclaré, samedi, que la situation était très inquiétante et que l’on ne pouvait exclure l’augmentation du nombre de victimes. Pour lui, la situation en Ukraine n’est maîtrisée ni par Kiev ni par Moscou. Il y aurait des groupements en Ukraine qui ne prennent d’ordres ni de l’un ni de l’autre camp. Si la situation continue comme cela et que le nombre de décès augmente, on n’est pas loin d’une guerre civile, selon lui.
M. Tuomioja estime que, contrairement à ce que dit la Russie, c’est la Convention de Genève qui est la base sur laquelle on pourrait avancer. Un dialogue national devrait être entamé.
Il se déclare réservé en ce qui concerne les nouvelles sanctions éventuelles. Pour lui, la priorité devrait être d’empêcher que des gens meurent.
Concernant l’envoi éventuel de troupes internationales de maintien de la paix en Ukraine, M. Tuomioja rejette les informations selon lesquelles il aurait proposé l’envoi de casques bleus. Il relève que c’est une question complexe qui nécessiterait la reconnaissance que l’ONU dispose d’une certaine légitimité et la possibilité d’agir.
Selon lui, il manque l’unanimité des membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU.
Pour ce qui est de la Finlande, il relève que ce pays agit dans le cadre de l’UE, de l’OSCE et de l’ONU. Elle est prête à faire tout ce qui peut être fait pour empêcher que la crise s’étende.
Dem/12, KS/dim/12, www.yle.fi,

Propos de M. Kanerva
M. Kanerva, député conservateur et vice-président de l’OSCE, estime que la crise en Ukraine pourrait mener à une situation qui ressemble à l’époque avant l’OSCE. Il regrette que l’on ait abandonné le comportement civilisé mis en place dans la politique entre les Etats européens avec la création de l’organisation.
Rentré d’Ukraine, jeudi dernier, M. Kanerva estime que les violences pourraient augmenter avec l’approche des élections présidentielles du 25 mai. Pour lui, il existe le risque que l’Europe soit divisée en deux sphères d’intérêt comme durant la guerre froide.
Concernant les sanctions contre la Russie, il estime que celles mises en place sont justifiés, mais il se méfie de l’utilité de celles qui toucheraient l’économie finlandaise. Il se félicite du fait que le Premier ministre Katainen ait « réussi à convaincre l’UE que les sanctions auraient un effet asymétrique sur les Etats membres ». « La Finlande a parlé en faveur d’une détermination réfléchie et a réussi à faire passer cette ligne. »
Hufvudstadsbladet relève que M. Kanerva se rendra en Ukraine de nouveau le 22 mai pour observer la présidentielle.
HS/sam/B1, HBL/sam/11

Propos de M. Kiljunen
M. Kiljunen (PSD), représentant spécial du ministre des Affaires étrangères en matière de médiation pour la paix, voit un parallèle entre la situation en Ukraine et l’ex-Yougoslavie. Il rappelle qu’en Yougoslavie, un vide politique s’est créé après l’effondrement du pouvoir communiste. Les hommes politiques ont commencé à créer des antagonismes en faisant appel aux « liens de sang ». Pour M. Kiljunen, ce sont les hommes politiques ukrainiens qui sont les plus responsables des antagonismes en Ukraine. La division linguistique a été utilisée come prétexte d’un côte comme de l’autre.
M. Kiljunen estime que la crise actuelle est la plus grave depuis la fin de la guerre froide.
HS/dim/B2

Climat

Les spécialistes s’étonnent du peu de débat
Helsingin Sanomat relève que les spécialistes de la météorologie s’étonnent de la faiblesse du débat climatique en Finlande, malgré toujours de nouvelles informations sur le réchauffement climatique.
M. Lahti, chercheur auprès de Sitra, estime que le débat est confus par le rôle très visible des sceptiques en matière de changement climatique. Ces personnes se voient accorder beaucoup de place quant on tient compte du fait que la position de la communauté scientifique sur le changement climatique est très unie.
HS/dim/A15

Politique intérieure

Gouvernement

La confiance des Finlandais dans le gouvernement a augmenté
Helsingin Sanomat relève qu’à la lumière d’un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’institut Taloustutkimus en avril, 48 % des Finlandais ont confiance dans le gouvernement, 39 % ne l’ont pas et 13 % ne se prononcent pas. En septembre dernier, 41 % ont eu confiance et 47 % ne l’ont pas eu. La confiance a augmenté, malgré le fait que l’Alliance des gauches a quitté le gouvernement et l’élection des présidents du Parti conservateur et du PSD a paralysé le travail du gouvernement.
Le politologue Erkka Railo de l’Université de Turku estime que « la confiance augmente parce que le gouvernement a montré qu’il était capable de prendre des décisions, aussi des décisions difficiles comme concernant les services sociaux et de anté ou le cadre budgétaire.
L’Alliance des gauches a quitté le gouvernement et la confiance de ses partisans dans le gouvernement a diminué de 40% (en septembre 2013) à 29 % en avril.
85 % des conservateurs ont confiance dans le gouvernement, 68 % des sociaux-démocrates (contre 53 % en septembre dernier) et 63 % des Verts.
43 % des centristes ont actuellement confiance dans le gouvernement, contre 29 % en septembre dernier. Les Vrais Finlandais sont les plus méfiants : 12 % en avril, contre 7 % en septembre dernier.
HS/dim/A8

Parti conservateur

Mme Risikko troisième candidat pour la présidence du parti
Helsingin Sanomat rapporte que Mme Paula Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a annoncé vendredi sa candidature pour la présidence du parti, aux côtés de MM. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie, et Alexander Stubb, ministre des Affaires européennes.
Mme Risikko rappelle avoir été contactée de maintes fois pour qu’elle participe à la lutte pour la présidence.
Mme Risikko, 53 ans, a été élue députée de la circonscription de l’Ostrobotnie il y a 11 ans. Elle est ministre depuis 7 ans.
Elle est partie vendredi pour la Chine pour un voyage de promotion des exportations. Après son retour, elle donnera une conférence de presse, mercredi matin.
Mme Lenita Toivakka, députée et présidente de l’association des femmes conservatrices, s’est félicitée de la candidature de Mme Risikko. « Elle a autant d’expertise pour le poste de Premier ministre que MM. Stubb et Vapaavuori. »
HS/sam/A17, AL/sam/A8

Propos de M. Vapaavuori
Selon Helsingin Sanomat, M. Vapaavuori a déclaré lors d’une interview d’Yle qu’il ne s’opposait pas à la croissance de l’écart des revenus. Il rappelle que la Finlande est dépendante des exportations et l’expertise nécessaire dans la production de produits de bonne qualité peut signifier un écart de revenus. Il souligne que les différences dans l’état de santé des citoyens sont une question plus importante que l’écart des revenus.
M. Vapaavuori a rappelé être favorable au projet de centrale nucléaire de Fennovoima. Il est favorable, depuis dix ans, à une adhésion finlandaise à l’OTAN. Il est pour le mariage et l’adoption des couples homosexuels. Lors de l’interview, il a également défendu la cause des exclus.
HS/dim/A17

Parti social-démocrate

Des différences entre les candidats
« Le PSD à la croisée des chemins » HS
Un débat a opposé, samedi, la présidente du parti et ministre des Finances Jutta Urpilainen à M. Rinne qui lui dispute la présidence du parti.
M. Rinne estime que la Finlande est balayée par une « vague droitière » qui veut réduire l’état providence. Il souhaite maintenir voire restaurer l’état providence. Il a déclaré qu’il souhaitait revenir sur les décisions prises par le gouvernement lors du cadrage budgétaire. Il souhaite ainsi par exemple que les recettes des privatisations soient utilisées entièrement en faveur de mesures pour l’emploi et non pour diminuer le niveau d‘endettement.
Mme Urpilainen défend les décisions prises au gouvernement et en appelle à la responsabilité du PSD pour lutter contre l’endettement. Elle a aussi défendu le paquet de relance de 540 millions d’euros préparé par le ministère des Finances.
HS Dem

« Le Premier ministre ne peut pas avoir sa propre position sur l’OTAN »
Le président du groupe parlementaire Jouni Backman estime qu’il n’est pas bon que le Premier ministre exprime une position personnelle sur l’adhésion à l’OTAN ; Selon lui, le Premier ministre ne s aurait avoir d’autre position que celle du gouvernement.
Selon lui, la position actuelle, partagée par le président et le gouvernement, est celle-ci : « La Finlande est un pays non membre d‘une alliance militaire qui pratique une coopération avec l’OTAN et se conserve le droit de demander une adhésion à, l’OTAN. La Finlande ne se prépare pas à déposer une demande d’adhésion durant le mandat de ce gouvernement. Ni durant le prochain peut-on espérer ».
Dem

Parti des Vrais Finlandais

M. Soini vise une victoire aux européennes et aux législatives
Lors de la réunion du bureau du parti à Oulu, son président M. Timo Soini a déclaré que l’objectif des Vrais Finlandais était d’obtenir trois sièges aux élections européennes et de devenir le premier parti aux élections législatives de 2015. Il vise personnellement le poste de Premier ministre.
Après les élections européennes, M. Soini, qui n’est pas candidat, ira à Bruxelles négocier dans quel groupe siègeront ses députés européens.
Selon M. Soini, il est possible qu’il y ait en Finlande des élections législatives anticipées si M. Rinne devient président du PSD. En effet, si M. Rinne souhaite rouvrir les décisions sur le cadre budgétaire, le gouvernement pourrait tomber.
Kaleva

Parti du Centre

M. Sipilä limiterait les droits sociaux des travailleurs étrangers
Lors d’une manifestation organisée dans le cadre de la campagne du centre pour les européennes, le président du parti Juha Sipilä a déclaré qu’il était favorable à une limitation de l’accès aux assurances sociales des travailleurs étrangers.
M. Sipilä s’est aussi exprimé sur l’OTAN et la crise ukrainienne. Selon lui, la crise en Ukraine ne constitue pas une menace militaire telle qu’il faudrait se préparer à entrer dans l’OTAN. La position du Centre est que la Finlande dispose d’une option d’entrer dans l’OTAN mais que pour la réaliser il faudrait organiser un référendum en Finlande. « Je pense toutefois que la non-appartenance à une alliance militaire est la meilleure solution. Bien sûr la décision de la Suède aura un effet sur notre situation en matière de politique de sécurité, c’est pourquoi nous devons nous tenir au courant de ce que la Suède envisage de faire ». Selon lui, une adhésion à l’OTAN signifierait des dépenses militaires augmentées de plus d’un milliard d’euros par an.
KS

Emploi

Les immigrés gagnent 25 % de moins que les Finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que selon une étude du Centre national de la statistique, Les immigrés qui travaillent gagnent en moyenne 27 500 euros et les Finlandais environ 36 800 euros par an. Les femmes immigrées gagnent moins que les hommes.
Parmi les chômeurs, les immigrés ne touchent que 39 % de ce que touchent les Finlandais au chômage.
HS/lun/A7

Selon M. Ihalainen, il faut que les entreprises aient recours au chômage technique
Le ministre de l’Emploi déplore que désormais les entreprises licencient trop facilement leur personnel alors qu’elles devraient utiliser la flexibilité du chômage technique.
Dem AL

Identité

L’usurpation d’identité sera sanctionné
Selon Helsingin Sanomat, un groupe de travail désigné par le ministère de l’Intérieur, l’usurpation d’identité devrait être sanctionnée par une amende. Dans le code pénal actuel, le vol d’identité n’est pas sanctionné.
HS/sam/A20

Fibre optique

Disparité dans les prix
Le haut débit est à la portée de 69% des ménages finlandais. Actuellement 41% des ménages ont la possibilité d’utiliser la fibre optique. L’objectif du gouvernement est que tous les ménages aient la possibilité d’avoir une connexion à 100 mégas l’année prochaine.
Helsingin Sanomat rapporte que le prix de l’abonnement à la fibre optique varie beaucoup selon les prestataires : de 30 à plus de 300 euros par mois.
HS

France – Finlande

Tourisme

Arles
Keskisuomalainen présente Arles et ses environs.
KS

Vendredi 2 mai 2014

Politique intérieure

Discours du Premier mai

Aamulehti rend brièvement compte des thèmes des discours du Premier mai des personnalités politiques finlandaises.

Selon M. Tuomioja, Moscou pourrait être déçu
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja (PSD), a dit, lors de son discours du Premier mai, prononcé à Hanko, qu’il faut noter qu’en Ukraine de l’Est, on n’observe pas le même genre de mouvement populaire et volonté d’adhérer la Russie, que l’on a pu voir en Crimée. Pour lui, cela pourrait être une déception imprévue pour Moscou.
M. Tuomioja a dit que les acteurs armés de l’Ukraine de l’Est qui se sont eux-mêmes désignés dirigeants du peuple ont avant tout mis en œuvre des actions qui remplissent les critères de crimes, ce qui ne suscitera guère le respect ni la confiance de vastes groupes de gens.

M. Heinäluoma ne souhaite pas qualifier M. Poutine de bête
Le président du Parlement, M. Heinäluoma (PSD), estime qu’il est justifié de critiquer l’action de la Russie en Ukraine et en Crimée, mais qu’il ne faut pas traiter la Russie ni ses dirigeants de bêtes apocalyptiques.
Pour lui, plusieurs acteurs commettent des erreurs depuis longtemps, dans la crise ukrainienne. Il estime qu’il n’est pas exclu que même l’UE ait quelque chose à apprendre.

Le ministre de l’Environnement souhaite diminuer des importations d’énergie russe
M. Ville Niinistö, ministre de l’Environnement (Verts), estime que dans le contexte actuel, il faudrait mettre l’accent sur des solutions finlandaises en matière d’énergie, afin de diminuer la dépendance de la Russie. Pour lui, il est également clair que le projet de construction nucléaire dans lequel Rosatom est un actionnaire important n’est pas sage au niveau de la politique étrangère.

Mme Urpilainen promet des crédits pour améliorer l’emploi
La ministre sociale-démocrate des Finances, Mme Urpilainen, a promis 400 millions d’euros dans l’amélioration de l’emploi. Elle relève qu’elle envisage d’envoyer la proposition de loi des finances rectificative aux ministères dès ce matin.

Mme Lapintie a critiqué M. Wahlroos
Mme Lapintie, présidente du groupe parlementaire de l’Alliance des gauches, critique M. Wahlroos pour avoir changé son domicile en Suède. Pour elle, c’est un déserteur de l’Etat-providence.

Mme Virkkunen estime que l’industrie montre sa confiance en Finlande
Pour la ministre conservatrice des Transports et des Collectivités locales, les décisions d’investissements publiées concernant Äänekoski, Varkaus et Porvoo, montrent que l’industrie a confiance en Finlande. Elle rappelle que le gouvernement a pris des décisions fiscales dans le sens d’encourager les entreprises à investir et à employer.

M. Tiilikainen ne fait pas l’éloge de M. Stubb ni de M. Vapaavuori
M. Tiilikainen, président du groupe parlementaire du Centre, dénigre les deux candidats à la présidence du parti conservateur, MM. Stubb et Vapaavuori.
Il relève que durant le mandat de M. Stubb comme ministre du Commerce extérieur, les exportations finlandaises ont chuté. Durant le ministère de M. Vapaavuori à l’Economie, la Finlande n’a pas arrêté d’importer du charbon russe en même temps que la compétitivité des déchets énergétiques des coupes de bois a été dégradée.
AL/ven/A11

Manifestation

La police a arrêté dix manifestants
La police a arrêté dix personnes ayant participé à un défilé au 1er mai. Les manifestants ont ensuite été libérés.
Les jeunes de l’Alliance des gauches se déclarent outrés et choqués par l’action de la police à l’occasion de la marche du 1er mai. Ils accusent la police d’avoir sur-réagi et d’avoir inutilement arrêté de personnes.
La police souligne qu’aucune force inutile n’a été utilisée et relève que certains manifestants étaient munis de bâtons pouvant servir d’armes.
www.hs.fi

Parti social-démocrate

M. Rinne devant Mme Urpilainen au sondage de HS
Helsingin Sanomat a effectué un sondage auprès des représentants du parti au congrès concernant la présidence du PSD. Plus de la moitié des représentants ayant répondu au sondage ont dit qu’ils voteraient pour M. Rinne, alors que l’audience de Mme Urpilainen représente un peu plus d’un tiers des intentions de vote. 53 représentants voteraient pour M. Rinne et 35 pour Mme Urpilainen. 12 ne se prononcent pas. La moitié des représentants n’a pas répondu au sondage.
73 % des représentants sociaux-démocrates ne s’inquiètent pas d’une division du parti en raison de la lutte pour la présidence, alors que 23 % la craignent.
Des chercheurs interviewés par HS estiment qu’il est surprenant que Mme Urpilainen n’ait pas abandonné au jeu. Il lui sera difficile de réussir un sprint.
HS a analysé les orientations des deux candidats et relève que le rôle de l’Etat pour l’emploi et la vie économique est ce qui les sépare. M. Rinne estime que l’Etat devrait avoir un rôle actif pour favoriser les exportations et créer des emplois. Il faut que l’Etat investisse, alloue des crédits, emploie, choisisse les futures réussites. Mme Urpilainen estime, quant à elle, que même s’il faut que l’Etat investisse en faveur de la vie économique et de la croissance, ce n’est toutefois pas l’Etat qui peut choisir ceux qui réussissent.
La position de M. Rinne est contraire à celle des professeurs Holmström, Pohjola et Korkman, qui mettent en garde, dans un rapport récent, contre l’idée que l’Etat puisse choisir ceux qui auront du succès. Pour eux, un fonctionnaire n’est pas en mesure de les identifier.
HS/jeu/A14-15

Parti conservateur

Dix députés annoncent leur soutien à M. Stubb
Turun Sanomat relève que 1à des 44 députés du Parti conservateur ont annoncé leur soutien à M. Stubb pour la présidence du parti.
Mme Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a annoncé en dernière minute qu’elle se présentait à la présidence du parti.
Mme Pia Kauma, députée d’Espoo et candidate aux européennes, avait dit que si aucune autre femme ne se présentait pour la présidence du parti, elle poserait sa candidature.
TS/jeu/18, HS/jeu/A16

Projet de construction nucléaire

Fennovoima aurait de nouveaux investisseurs
Aamulehti relève qu’un groupe d’entreprises de la Finlande du Nord envisageraient d’investir dans le projet de Fennovoima. Il s’agirait au total d’un investissement de 50 millions d’euros qui représenterait une part de 5 % du groupe.
AL/ven/A25, Kaleva/mer/2

France – Finlande

Cinéma

Yves Saint Laurent
Les journaux publient des critiques du film sur Yves Saint Laurent qui sort dans les salles ce soir.
HS, HBL, AL, TS

publié le 30/05/2014

haut de page