Mai 2012

Jeudi 31 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Syrie

M. Tuomioja critique le manque de coordination des Etats membres de l’UE
Dans une interview accordée à Aamulehti, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que la décision de l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni d’expulser les diplomates syriens est un nouveau témoignage du cavalier seul de ces Etats ; « Si nous voulons que les Etats européens disposent d’une politique étrangère et de sécurité commune crédible, il faut décider ensemble de ces questions. Une nouvelle fois de plus chacun a décidé seul dans son coin. On peut aussi se demander si ces expulsions sont une sage décision ».
M. Tuomioja admet comprendre que les Etats européens souhaitent réagir aux événements de Syrie. L’expulsion des diplomates pourrait néanmoins rendre plus difficile le retour au calme si, en réaction, la Syrie expulse tous les diplomates occidentaux. « On perdrait alors la possibilité de surveiller sur place. Tant qu’il y aura une opération d’observateurs militaires, cela motive le maintien d’une présence diplomatique. Et tous les rapports signalent que les tirs cessent lorsque les observateurs sont présents. »
Aamulehti rapporte que la France laisse envisager une éventuelle opération militaire. M. Tuomioja le considère comme précipité. « Il n’y a pas de front bien défini. On veut éviter une guerre civile et non pas en déclencher une ». C’est pourquoi il souhaite durcir les sanctions et notamment les interdictions de séjour et le gel des avoirs.
M. Tuomioja estime que la question de la Syrie témoigne d’un même fonctionnement européen que la gestion de la crise de la dette : tous les Etats ne sont pas associés à la prise de décision car l’Allemagne et la France imposent les leurs.
Selon M. Tuomioja, les dirigeants des autres Etats ne savent même pas toujours de quoi on décide dans les sommets. « C’est une situation dangereuse car cela conduit à ce que les décisions soient prises en dehors des institutions, sans que l’on puisse les influencer au niveau national. De ce point de vue, la crise de la dette est aussi une crise de la démocratie ».
M. Tuomioja souligne que le contrôle parlementaire finlandais sur la politique européenne du pays fonctionne. « Mais cela a peu d’utilité dès lors que le gouvernement lui-même ne sait pas de quoi on décide dans l’UE. Le gouvernent ne peut alors informer en direct le Parlement que de son ignorance ».
Aamulehti estime que le nouveau président français voit comme solution des euro-obligations, refusées par les pays du triple A, et qui profiteraient aux pays endettés et à la France. Et serait payé par la Finlande et l’Allemagne. « Cela serait un transfert financier sans contrepartie et qui conduirait à encourager le laxisme », estime M. Tuomioja.
Il ne croit toutefois pas que l’UE soit condamnée soit au fédéralisme soit au délitement. « L’UE avance au gré des crises. Cela semble effrayant de l’extérieur… et encore plus de l’intérieur. Mais on s’en sort toujours ».
AL

Commentaire
Aamulehti estime que la concentration des décisions entre les mains de la France et de l’Allemagne n’est pas de l’intérêt de la Finlande. Mais de cet état de fait, il faut tirer profit : on voit souvent mieux de loin que de près. De l’extérieur où il est maintenu, M. Katainen devrait s’inspirer du discours de Mme Urpilainen avant les élections et dire à M. Hollande et Mme Merkel que l’euro a échoué et qu’il faut se demander comment faire après.
AL

Editorial : « La cruauté du régime syrien nécessite d’autres actions » HS
Helsingin Sanomat estime qu’il faudrait obtenir que la Russie cesse son soutien au régime syrien. L’éditorialiste considère que les pays occidentaux devraient donc être prêts à abandonner le plan de Kofi Annan s’il ne progresse pas et devient pour la Russie un moyen de maintenir son prestige, au prix d’une poursuite des bains de sang en Syrie.
HS

Observateurs finlandais en Syrie
Selon le lieutenant-colonel Rolf Kullberg en service en Syrie, la nouvelle vague de violence en Syrie est ressentie comme un échec parmi les observateurs finlandais.
Parmi les 290 observateurs internationaux, il y a dix Finlandais.
Selon Rolf Kullberg, l’attitude des Syriens envers les observateurs est devenue plus négative. « Il se pourrait qu’on nous empêche de circuler ». Il n’a cependant pas précisé s‘il s’agissait des partisans du gouvernement ou de ses opposants. « Il y avait tant d’attentes derrière ces souffrances et maintenant que les gens se rendent compte que rien ne se peut se faire rapidement, ils s’impatientent. Nous accomplissons notre travail au jour le jour et nous essayons de nous concentrer uniquement sur ce qui est notre mission. Ainsi nous gardons le moral », constate Kullberg.
HS/B3

Commission européenne

La Commission souhaite que la Finlande relève l’âge de départ à la retraite
La commission inquiète pour l’avenir des exportations finlandaises
La Finlande risque de perdre sa position en tant que moteur de l’innovation en Europe
A l’occasion de la publication de ses recommandations pour l’ensemble des pays européens, la Commission a exprimé ses inquiétudes pour l’économie finlandaise aussi.
Dans son rapport sur l’économie finlandaise, la Commission européenne estime que sans une augmentation importante du nombre d’entreprises internationales qui font des innovations, la position de la Finlande comme un leader européen dans le domaine de l’innovation menace de s’affaiblir. Pour la Commission, ce risque est lié à l’affaiblissement du domaine des technologies informatiques et du secteur des exportations ainsi qu’au changement structurel. Tout cela a nui à l’enthousiasme des entreprises de diriger des crédits à la recherche et développement. M. Vartiainen, directeur de l’institut de recherche économique VATT, n’est pas surprise de cette analyse.
Selon le commissaire Olli Rehn, il sera difficile pour la Finlande de respecter les équilibres budgétaires sans relever l’âge de départ à la retraite. De plus, M. Rehn est inquiet pour la perte des parts de marché de la Finlande à l’exportation. Il souhaite que la Finlande s’engage dans la modération salariale, investisse dans l’innovation et renforce la concurrence notamment dans le commerce de détail. En revanche, il ne voit pas de risque de bulle immobilière en Finlande.
HS AL KS

Exportations

L’affaiblissement de l’euro soutient les exportations
Kauppalehti rapporte que les entreprises qui exportent se réjouissent de l’affaiblissement de l’euro qui toutefois est un défi pour les entreprises qui importent et pour le commerce et la distribution.
En Finlande, ce sont 25 000 entreprises qui se livrent régulièrement au commerce international. Parmi elles, 19 000 entreprises exportent dont 15 000 en dehors de l’UE.
KL

Compétitivité

Selon un rapport d’IMD, la position de la Finlande en matière de compétitivité baisse
Selon une comparaison de l’Institute for Management Development, la Finlande se situe en 17ème rang en matière de compétitivité parmi 59 pays inclus dans l’étude. En 2011, elle s’est situé 15ème.
Cette évolution s’explique par l’inflation accélérée, ainsi que le tarissement des investissements directs. En 2011, IMD avait indiqué un taux d’inflation de 1,2 % concernant la Finlande, contre 3,4 % cette année.
Les côtés forts de la Finlande sont liés à la formation et au bon fonctionnement général de la société. Les problèmes sont le taux élevé d’imposition et l’importance du secteur public.
Kauppalehti relève qu’en 1999-2003, la Finlande s’est située deuxième ou troisième dans cette étude.
M. Rouvinen, directeur de recherche de l’institut Etlatieto, estime qu’il y a lieu de s’inquiéter de ce résultat. Il réclame des mesures actives tout en relevant que l’étude ne parle pas des perspectives mais de la situation des pays à l’heure actuelle.
KL/5

Industrie forestière

Le secteur forestier s’inquiète de la position de l’UE sur les coupes de bois
Les confédérations de l’industrie et de propriétaires forestiers s’inquiètent des orientations de la Commission européenne en matière terrains et de forêts. Elles craignent que l’on envisage d’interdire les coupes rases (ou coupes à blanc) dans le cadre de mesures concernant les puits et fuites de carbone. Les confédérations soupçonnent que l’UE souhaite introduire une politique commune en matière de forêts, sous prétexte des questions environnementales.
La Commision argumente sur les possibilités du secteur forestier de luttes contre le changement climatique, notamment en transformant des terrains autres que forêts en forêts, et en évitant les coupes rases.
Les confédérations finlandaises du secteur insistent sur le fait que les coupes rases sont indispensables pour le fonctionnement de l’industrie forestière.
Mme Hassi, députée européenne (Verts), considère la proposition de la Commission comme justifiée. Mme Korhola, députée conservatrice européenne, ne voit pas de catastrophe en perspective et insiste sur le fait qu’il n’existe pas de preuve scientifique sur le fait que les coupes rases soient pires qu’une autre solution du point de vue du changement climatique.
HS/B7

Projet de centrale de biomasse de Rovaniemi

L’UE ne souhaite pas subventionner le projet
L’investissement le plus important de l’histoire de Rovaniemi, une centrale de biomasse de 200 millions d’euros, risque d’échouer s’il n’obtient pas de subvention européenne.
L’UE estime que des subventions directes ne devraient pas être versées à un propriétaire forestier qui réalise sa première éclaircie.
A l’origine, la centrale devait démarrer dès l’année dernière.
HS

Défense – Acquisition de matériel

Une acquisition de véhicules de patrouille par la défense nationale
La défense nationale se procure 25 véhicules de patrouille lourds blindés de type RG32M, fournis par BAF Systems-Land Systems OMC en Afrique du Sud. Il s’agit d’une commande de 15,6 millions d’euros passée en 2011, les véhicules devraient être livrés au courant de l’année 2013.
puolustusvoimat

Le Katanpää
Le premier des trois bâtiments de guerre des mines, MHC (Mine Hunter Costal) Katanpää n’arrivera pas à Turku vendredi comme prévu, en raison d’un problème technique survenu sur le bateau de transport Happy Dover. Une nouvelle malchance pour un navire dont la fabrication avait déjà pris un retard de deux ans sur le calendrier initial en raison des inondations au chantier naval en Italie.
puolustusvoimat

Politique intérieure

Réforme des communes

Le gouvernement négocie encore
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement devrait bientôt présenter la suite de la réforme des communes, mais les négociations continuent encore. La ministre de l’Administration et des Collectivités locales, Mme Henna Virkkunen, chargée de la réforme des communes, nie les spéculations selon lesquelles le gouvernement serait prêt à revenir sur ses objectifs ou les éventuelles fusions forcées. « Nous n’avons cédé sur rien, parce que les négociations au sein du gouvernement continuent », souligne Mme Virkkunen.
Le PSD s’oppose fermement aux éventuelles fusions forcées des communes.
Le gouvernement souhaite prendre les décisions sur la suite de la réforme le mardi 5 juin pour pouvoir donner un avis au Parlement le lendemain. Un débat très animé est attendu à l’Eduskunta.
HS/A4

Ministère de l’Intérieur

M. Partanen assurera l’intérim du secrétaire général pendant l’été
Selon Turun Sanomat, la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, a nommé le directeur Pentti Partanen en remplacement du secrétaire général au ministère jusqu’à la nomination d’un nouveau secrétaire général au mois d’août. Mme Ritva Viljanen, secrétaire générale depuis 2003, a été nommée maire adjoint de Helsinki à partir de début juin. Les candidatures pour le poste de secrétaire général doivent être déposées avant la fin de la semaine en cours.
TS/11

Nokia

M. Aho quittera le conseil de surveillance
Keskisuomalainen relève que M. Esko Aho (58 ans), ancien Premier ministre centriste (1991-1995), quittera le conseil de surveillance de Nokia après avoir obtenu un poste de senior fellow à l’université de Harvard aux Etats-Unis.
M. Aho continuera toutefois comme conseiller de Nokia dans le domaine des relations publiques.
KS/21

Fusillade d’Hyvinkää

Le tueur a eu des problèmes mentaux
Selon les informations de Helsingin Sanomat, le jeune homme qui a avoué la fusillade d’Hyvinkää aurait eu des problèmes mentaux dans sa jeunesse.
Selon le psychiatre Hannu Lauerma, médecin en chef de l’hôpital psychiatrique pour les prisonniers, environ 10 % des tueurs souffrent de psychoses. Seulement les personnes souffrant d’une psychose peuvent être jugées irresponsables par le tribunal.
HS/A5

Défense

Le centre de services de la défense nationale pourrait être placé à Joensuu
Le groupe de travail qui a réfléchi sur la délocalisation a rendu son rapport. Treize membres du groupe proposent de placer le centre à Joensuu alors que neuf membres préfèrent la ville de Kouvola. La décision finale sera prise par le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin.
Ce centre, qui regroupera entre 150 et 200 personnes, a pour but de proposer des services de soutien de personnel et d’économie.
TS/13

Les problèmes de paiement de salaires continuent dans la défense nationale
Selon l’Union des sous-officiers, de nouveaux problèmes apparaissent dans les paiements de salaires des employés de la défense nationale. Des erreurs de paiement avaient déjà été enregistrées en juin dernier à la suite de l’installation d’un nouveau système de paiements des salaires SAP, de fabrication allemande.
Au fur et à mesure que les vieux problèmes sont réglés, de nouveaux apparaissent. « Il ne s’agit plus d’erreurs de paiement normales. Les petites erreurs humaines sont toujours possibles, mais là c’est tout un système qui cause problème », estime le président de l’Union des sous-officiers Petteri Leino.
TS/11

Finlande - France

Honkarakenne

Honkarakenne a construit un jardin d’enfants pour Renault
Keskisuomalainen rapporte qu’un jardin d’enfants, construit en bois massif par Honkarakenne pour les enfants des employés de l’usine de Renault, a été inauguré à Guyancourt. Le bâtiment a été dessiné par l’architecte Alexis de Rivau.
KS/21

Mercredi 30 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Directive sur les émissions de soufre

Mme Hassi rappelle que la directive permettra d’épargner des vies
La directive européenne sur les émissions de soufre par le transport maritime entrera en vigueur, concernant la Finlande, en 2015. Le gouvernement avait demandé une période de transition pour l’entrée en vigueur, sans succès. Les armateurs estiment que la directive reviendra chère pour les transports maritimes finlandais.
Mme Hassi, députée européenne (Verts), qui a promu la directive, la qualifie de progrès important pour la vie, la santé et la protection de l’environnement. Pour elle, ses avantages dépassent les frais engendrés de loin, du fait qu’elle permettra d’épargner des dizaines de milliers de vies tous les ans.
Elle relève que les émissions de soufre des transports maritimes dépasseraient celles des usines, des centrales énergétiques et des transports de l’UE ensemble, pour 2020, si elles n’étaient pas restreintes. Pour elle, il n’est pas possible de poursuivre les efforts pour améliorer la qualité de l’air sans inclure les navires.
Dans la mer Baltique et dans les pays riverains de la mer du Nord et de la Manche, le taux de soufre dans les carburants devra passer de 1,0 % à 0,1 % d’ici 2015. Dans la Méditerranée, il s’agit de le diminuer de 3,5 % à 0,5 % pour 2020.
A la fin des années 1990, la Finlande avait demandé d’être incluse dans une zone concernée par la restriction en question. Les pays de la Méditerranée ne l’ont pas demandé.
M. Häkämies, ministre conservateur de l’Economie, estime qu’il faudra que la Finlande obtienne une compensation maximale de l’UE et qu’elle soutienne les armateurs avec des aides nationales.
HS/A7

8,5 millions d’euros européens pour les armateurs ?
Kauppalehti relève que la directive engendrera des nouveaux frais de 800 millions d’euros annuels pour les transports maritimes. Il est prévu que l’UE projette des aides de 200 millions d’euros au maximum à la Finlande sur une période de six ans. Cette somme serait répartie entre les transports fluviaux, maritimes, routiers et ferroviaires. Ainsi, la somme qu’obtiendraient les armateurs serait de 8,5 millions d’euros par an.
M. Widén, directeur général de l’union des armateurs, relève que cette somme suffirait pour l’installation d’un système de nettoyage de soufre sur un seul navire.
M. Häkämies, ministre de l’Economie est toutefois plus optimiste et compte sur le fonds en cours de création, Connecting Europe, qui prévoit une somme de 20 milliards pour les transports.
Pour lui, il faut qua la Finlande promeuve activement cette question. Mme Hassi, députée européenne, note que la Commission européenne ne permettra pas d’utiliser ces crédits pour des frais engendrés par un écart dans le prix du carburant. Elle estime par contre que les Etats membres pourraient soutenir les investissements.
KL/4-5

Politique intérieure

MES

Le Parlement finlandais a débattu sur le mécanisme de stabilité
Aamulehti relève que le Parlement a évoqué le mécanisme européen de stabilité à l’occasion du débat sur la rallonge budgétaire présentée par la ministre des Finances, Mme Urpilainen. Le gouvernement a prévu d’accorder 1,44 milliards d’euros pour le capital du MES.
M. Soini, président des Vrais Finlandais, a condamné le MES en le qualifiant de système qui ne fonctionne pas. Mme Urpilainen insiste sur le fait que le fonctionnement du mécanisme n’a pas encore été mis à l’épreuve. Pour elle, un mécanisme permanent est mieux qu’un fonds temporaire du fait que la responsabilité des investisseurs s’y réalise mieux.
Pour M. Soini, l’euro est une prison pour les pays qui n’arrivent pas à atteindre le niveau requis. Pour lui, l’euro est coupable du fait qu’il n’y a plus de paix sociale en Europe. Pour Mme Urpilainen, une sortie de l’euro ne résoudra pas les problèmes de la Grèce.
AL/A6

Parti social-démocrate

« Qu’est-ce qu’il reste du congrès du PSD ? »
Helsingin Sanomat publie un billet, signé Juha Akkanen, sur le congrès du PSD. Selon l’auteur, le PSD fonctionne clairement mieux au gouvernement que dans l’opposition. Mme Jutta Urpilainen, présidente du parti depuis quatre ans, a finalement réussi à obtenir une position forte, avec beaucoup de persévérance et beaucoup de travail. Cela a diminué l’importance des factions au sein du parti. La faction autour de M. Erkki Tuomioja par exemple s’est calmée parce que M. Tuomioja est redevenu ministre des Affaires étrangères.
Il y a quatre ans, le début de Mme Urpilainen à la tête du parti était chaotique. Il semble maintenant qu’elle sera réélue aussi dans deux ans.
Ces dernières années, les secrétaires généraux du parti sont restés à ce poste pendant un seul mandat de deux ans. M. Mikael Jungner, qui a quitté ce poste au congrès de Helsinki, a justifié sa décision par le mauvais succès du candidat social-démocrate, M. Paavo Lipponen, à l’élection présidentielle. Il se peut aussi que M. Jungner a eu assez de modes d’action traditionnels au sein du parti.
Les trois vice-présidents ont été changés. Les médias ne donnent pas beaucoup de poids aux vice-présidents, mais ils peuvent, s’ils le veulent, devenir des acteurs politiques importants. Les vice-présidents participent aux négociations gouvernementales et sont souvent nommés ministres.
HS/A2

Ilmarinen

Ilmarinen est soupçonné de corruption
Selon Helsingin Sanomat, la police judiciaire soupçonne la compagnie d’assurances retraite Ilmarinen, son directeur général Harri Sailas, le directeur général adjoint Timo Ritakallio et M. Christoffer Taxell, ancien président du conseil de surveillance de Finnair de corruption à l’égard du directeur général de Finnair Mika Vehviläinen. Les intéressés ont tous nié.
Finnair est un client important d’Ilmarinen, qui a acheté l’appartement de M. Vehviläinen pour un prix de 1,8 million d’euros. M. Vehviläinen a continué à habiter dans cet appartement, dont le loyer est payé par Finnair. L’achat a été proposé par M. Taxell, qui a présidé le conseil de surveillance de Finnair en 2003-2011. La police soupçonne que le prix d’achat a été trop élevé.
Selon Mme Heidi Hautala, ministre chargée de la gestion des entreprises de l’Etat, MM. Vehviläinen et Sailas ne pourraient pas continuer à Finnair s’ils étaient inculpés à l’automne prochain.
HSA3&B5

Groupe Sanoma

Les actions de M. Erkko transférées à une fondation
Helsingin Sanomat rapporte que selon le testament de M. Aatos Erkko - le plus grand actionnaire du groupe Sanoma, décédé le 5 mai à l’âge de 79 ans - ses actions, dont la valeur s’élève à environ 700 millions d’euros, vont à la fondation de Jane et Aatos Erkko qui devient ainsi l’une des principales fondations privées de Finlande et l’un des principaux mécènes de la vie culturelle et scientifique. Cette fondation possède désormais 23 % des actions du groupe Sanoma. Mme Jane Erkko est vice-présidente du conseil d’administration de la fondation.
Selon M. Nils Ittonen, président du conseil d’administration de la fondation, le changement n’aura aucun changement dans les activités opérationnelles du groupe Sanoma.
Helsingin Sanomat, ainsi que le tabloïd Ilta-Sanomat, fait partie du groupe Sanoma.
HS/B6

Itella

Itella achète une partie de transports de marchandises de VR
Helsingin Sanomat relève qu’Itella (ex-poste finlandaise) achète une partie de transports de marchandises de VR Transpoint. Plus de 800 employés seront transférés de VR, compagnie des chemins de fer de l’Etat, à Itella.
HS/B7

Prospective

Selon une étude de Pellervo, l’écart de revenus menace de devenir plus important en Finlande
L’institut de recherche économique Pellervo insiste sur l’importance de maîtriser les désavantages causés par l’augmentation de l’écart de revenus dans l’avenir. M. Lahtinen, directeur de recherche, relève que les écarts de revenus sont un moteur de la croissance, mais qu’ils représentent en même temps des problèmes pour la croissance économique.
Dans son rapport intitulé Les défis de l’économie mondiale pour la Finlande d’ici 2030, Pellervo estime que les perspectives de la Finlande sont plutôt bonnes, du fait que l’écart de revenus reste modéré à l’échelle internationale, et que la stabilité de la société bénéficie aux entreprises.
Dans la formation, il faut investir dans les technologies ainsi que dans la créativité, afin de garantir les innovations. La politique de l’innovation devrait se concentrer à proposer des possibilités aux entreprises plutôt que de rechercher un nouveau Nokia, selon Pellervo.
Concernant l’économie internationale, Pellervo estime que la Finlande devrait investir dans le développement des institutions européennes, notamment au niveau de la surveillance des budgets nationaux.
HS/A7

Défense

L’armée souhaite remplacer ses camions par des véhicules norvégiens d’occasion
La défense nationale envisage de remplacer ses camions d’occasion (de type Bandvagn, fabriqués par la société suédoise Hägglunds) par des véhicules de même type achetés à la Norvège. Il s’agit de camions de transport d’hommes
L’armée finlandaise possède de vieux Bandvagn de Hägglunds dont les moteurs et les transmissions ont besoin de révision. « Pour nous, il serait nettement moins coûteux d’acheter des engins d’occasion aux Norvégiens que de procéder à une révision complète de nos véhicules », affirme l’inspecteur d’infanterie, le colonel Jukka Valkeajärvi, sans pour autant préciser de nombre ou de prix. Ces véhicules sont utilisés dans le nord de la Finlande par la brigade de Kainuu et la brigade de chasseurs à Sodankylä ; dans le sud, ce sont les Sisu blindés (Pasi), qui sont utilisés pour ce transport.
Par ailleurs, l’armée de terre se trouve devant une importante décision concernant le sort des véhicules blindés Léopard. En 2003, la Finlande a acheté à l’Allemagne 124 Léopards d’occasion qui, à l’époque, avaient entre 15 et 20 ans. La défense nationale devra décider ce qu’il convient de faire avec ce matériel vieillissant. Selon le colonel Valkeajärvi, les décisions concernant les Léopards devront être prises dans les deux années à venir, car ensuite, le budget de la défense nationale sera consacré au développement de la marine et de l’armée de l’air. La Finlande a deux alternatives : soit réparer les Léopards existants, soit acheter des Léopards d’occasion qui pourront être utilisés jusque en 2030. Une étude est en cours.
HS/A4

Violence

Selon les statistiques de la police, les actes violents ont diminué depuis le début de l’année mais leur nombre reste toujours élevé
Helsingin Sanomat relève que 10 % de moins d’actes violents ont été déclarés à la police en janvier-avril cette année qu’à la même époque en 2011. Il n’est toutefois pas exclu que les statistiques soient faussées par le fait qu’une grande partie des cas n’est jamais déclarée à la police. Les chiffres restent toujours élevés par rapport à la situation avant 2011. La législation a été modifiée depuis l’année dernière dans le sens où il est désormais possible d’inculper l’auteur sans que la victime le demande.
11 605 cas d’acte violent ont été déclarés à la police en janvier-avril. C’est 1500 de plus qu’à la même époque en 2010 et 2500 de plus qu’à la même époque en 2005.
Concernant tous les types de crimes, les chiffres ont tourné à la baisse durant les premiers mois de l’année en cours.
M. Paatero, chef de la police, relève qu’il est particulièrement positif que le nombre de cambriolages et de vols aggravés commis par des étrangers a diminué.
HS/A5

France

Tourisme

Ilta-Sanomat présente la capitale des parfums
Ilta-Sanomat publie un article sur Grasse.
IS/26

Mardi 29 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Electricité

La différence de prix entre la Finlande et les autres pays nordiques augmente
Turun Sanomat rapporte que la bonne situation des centrales hydroélectriques en Norvège et en Suède a fait baisser le prix de l’électricité au marché nordique de l’électricité. Le prix n’a pas baissé autant en Finlande. Une des raisons sont les réparations annuelles du deuxième réacteur d’Olkiluoto.
Au début de cette semaine, le prix de l’électricité en Norvège du Sud a été de 23 euros par mégawattheure, en Suède un peu plus de 31 euros et en Finlande environ 38 euros par mégawattheure. Il n’y a pratiquement pas d’importations d’électricité russe en Finlande.
TS/11

Commission européenne

Taxe sur l’immobilier
Aamulehti rend compte du projet de la Commission européenne de revoir et commenter les budgets nationaux des Etats membres. M. Rehn, commissaire pour l’économie, donnera des recommandations par pays, demain. Eurostat a fourni à la Commission européenne les statistiques sur la fiscalité sur l’immobilier qui montrent que la taxe varie considérablement d’un pays à l’autre, les recettes fiscales concernant cette taxe allant de 0,4 à 4,2 % du PIB.
La Grande-Bretagne, la France et la Belgique ont une taxe immobilière plutôt élevée, la Finlande se situe entre les deux extrêmes.
La Commission européenne envisage de recommander une augmentation de la taxe sur l’immobilier.
M. Hiltunen, directeur général de l’association immobilière, estime qu’il faudrait prendre en compte l’ensemble de l’assiette fiscale au lieu de prendre une taxe et de l’augmenter. En Finlande, il existe des bâtiments qui ne sont même pas dans le cadre de la fiscalité. M. Hiltunen estime que rien qu’en mettant à jour les fichiers, la Finlande pourrait obtenir de 20 à 30 % plus de recettes fiscales.
En Finlande, une augmentation de 12 à 15 % des différents impôts liés au logement est prévue dans les années qui viennent.
AL

Traite de personnes

Soupçon d’exploitation et d’entrée illicite dans la région de la capitale
Les gardes-frontières soupçonnent un cas d’exploitation de 29 personnes dans deux entreprises de ménage de la région de Helsinki. Les gardes-frontières soupçonnent également que trois personnes sont victimes de traite de personnes.
Les victimes sont des Sri-lankais que l’on a fait illicitement entrer en Finlande.
Huit personnes, dont deux Sri-lankaises, sont soupçonnées de ces crimes. M. Siitari, chargé de l’enquête aux gardes-frontières maritimes estime qu’il ne s’agit là que de la partie visible de l’iceberg.
HS/sam/A11

Trois personnes ont traversé clandestinement la frontière fenno-russe
Les gardes-frontières de Finlande de Sud-Est ont arrêté trois personnes étrangères qui sont arrivés clandestinement en Finlande de Russie. Ces personnes ont demandé l’asile en Finlande.
Il s’agit du cinquième cas de passage illicite de la frontière dans cette région, cette année.
HS/sam/A11

Syrie

Le lieutenant-colonel finlandais croit au plan de paix
Le plan de paix du médiateur Kofi Annan a encore des chances de réussir, estime l’observateur de l’ONU, le lieutenant-colonel Rolf Kullberg. « Il repose évidemment sur des fondations fragiles, mais sur le plan local, nous avons réussi en Syrie où nous avons rencontré une réelle volonté à respecter le cessez-le-feu », affirme le lieutenant-colonel depuis la Syrie. Par ailleurs, il a constaté que le massacre de Houla a été un coup dur pour l’opération d’observation entière. « Cependant, on ne peut pas dire franchement que cela suffirait pour nous faire partir », avoue le lieutenant-colonel interrogé par le quotidien Aamulehti.
Jusqu’où faudrait-il aller pour aller trop loin ? « Difficile à dire, mais sans doute dans l’éventualité d’un grand nombre de défaites de notre côté. Si par exemple, l’ONU était clairement prise pour cible, il faudra sérieusement penser à des évacuations », estime Kullberg. « Il est vrai que nous avons essuyé des éclats sur la voiture et des explosions ont eu lieu non loin de nos véhicules. On nous fait passer des messages », conclut le lieutenant-colonel Kullberg.
AL/A10

Liban

Les Finlandais seront opérationnels la semaine prochaine
Selon le commandant des forces finlandaises de gestion de crise au Liban, le lieutenant-colonel Timo Mäki-Rautila, le sud-Liban est calme.
Sur les 177 Finlandais arrivés au Liban, une vingtaine a entamé des tâches de surveillance opérationnelles dans le sud du pays. Les autres casques bleus poursuivent leur formation.
Toutes les troupes devraient être en plein déploiement opérationnel à compter du 1er juin.
« Les préparatifs avancent conformément au calendrier et la coopération avec les Irlandais fonctionne. Bientôt, nous entamerons la collaboration avec les forces de défense libanaises », explique le lieutenant-colonel Mäki-Rautila.
Pour le commandant des troupes finlandaises, les évènements en Syrie n’ont pas, pour l’instant en tout cas, de répercussions directes sur le sud-Liban. Selon lui, les mines et les explosifs cachés dans la campagne constituent aujourd’hui les menaces les plus sérieuses.
Le lieutenant-colonel Juha Mäkelä de l’Ecole supérieure de défense nationale estime qu’en cas d’aggravation de la situation, les Finlandais pourraient être contraints de se retirer de la région. Si par contre, l’opération se déroule comme prévu, les 177 Finlandais rentreront en même temps que les Irlandais. Les Finlandais s’engagent pour un an à la fois. Le mandat de la FINUL est également accordé pour un an à la fois.
L’Irlande, parti au Liban en même temps que la Finlande, a déclaré qu’elle restera quatre ans dans le pays. La présence finlandaise dépend, à la fois de la présence irlandaise, et des ressources économiques de la Finlande.
Pour le directeur de programme de l’Institut de politique étrangère, M. Mika Aaltola, et l’ONU et la prise de décision finlandaise souffrent de rigidité et de lenteur. Il estime, que la situation, politiquement fragile, s’aggrave de jour en jour alors que par ailleurs, la mise en œuvre des opérations de l’ONU prennent du temps. « Nos missions d’observation des évènements ont pris du retard. Nous risquons de rester coincés si des troubles apparaissent sur la frontière israélo-libanaise », poursuit M. Aaltola.
La situation au Liban était moins sensible lorsque la décision sur la participation finlandaise à l’opération a été prise. « En principe, ce départ était justifié et relativement sans risque en théorie, mais la situation a changé. Si elle se radicalise encore, des décisions devraient être prises, mais elles arriveront en retard », conclut Aaltola.
TS27.5/11

Violence

Selon les statistiques, la violence diminue dans l’ensemble de l’Europe
La Finlande constitue un cas à part en Europe occidentale
Dans le contexte de la fusillade de Hyvinkää, Hufvudstadsbladet publie un article sur la violence et les homicides, et souligne le fait que les statistiques montrent une diminution dans l’ensemble de l’Europe, dans le nombre d’homicides, depuis le début des années 1990.
En Finlande, le nombre d’homicides a diminué de 32,1 %, en France de 29,7 %. Le taux d’homicides en Finlande reste toutefois élevé par rapport au reste de l’Europe occidentale, il est de 2-3,9 par 100 000 habitants concernant les cinq dernières années, contre une moyenne inférieure à 1,9 pour la plupart de l’Europe. La Roumanie, la Bulgarie, la Serbie, le Monténégro, l’Albanie et la Turquie sont dans la même catégorie avec la Finlande ; l’Estonie (4-5,9), et les deux autres pays Baltes (6-7,9) se situant plus loin.
Concernant le risque d’homicide, la Finlande se situe 14ème parmi les 42 pays européens, 7ème parmi les 27 Etats membres de l’UE et deuxième parmi les pays de l’eurogroupe.
Selon les chercheurs, les explications dans les pays européens varient. En Europe centrale et du Sud, on évoque souvent l’immigration derrière ces actes, alors que dans les pays nordiques, on évoque l’alcool.
Le chômage semble être un facteur incontestable. La plupart des personnes soupçonnées d’actes violents ou d’homicides étaient en dehors de la vie active. Selon M. Lehti, chercheur à l’Institut de politique criminelle, le lien entre le chômage et la violence est le plus souvent l’alcool.
M. Tigerstedt, chercheur de politique d’alcool à l’Institut de santé publique, note toutefois que l’on parlait déjà de la violence dans les années 1960, alors que la consommation d’alcool ne représentait qu’un cinquième de la quantité consommée aujourd’hui.
HBL/4

Politique intérieure

Fusillade d’Hyvinkää

Le suspect a avoué
Helsingin Sanomat rapporte que le suspect a avoué avoir tiré sur ses victimes. Il aurait décidé son expédition criminelle environ quatre heures avant ses premiers tirs. Il n’explique toujours pas ce qui a pu le motiver pour passer à l’acte.
Selon la ministre de l’Intérieur, cette tragédie diffère des fusillades précédentes en Finlande : l’auteur n’avait pas planifié ses actes, il n’appartenait visiblement pas à des groupes extrémistes, il n’avait pas de pensées suicidaires et il avait des liens sociaux (des amis et des loisirs).
HS KS AL

Débat sur la conservation des armes
La ministre de l’Intérieur Mme Räsänen estime que la législation sur la conservation des armes est trop vague et devrait donc être précisée. « On dit que les armes doivent être sous clef. Mais est que le fait que la porte d’entrée du domicile soit fermée suffit ? Et quid d’un cadenas facile à forcer ? », demande la ministre.
Selon le directeur de la police Kauko Ahomaa, le groupe de travail mis en place va prendre en compte la possibilité de conserver les armes dans les clubs de tir ou de chasse.
AL KS

Parti du centre

« M. Sipilä est le véritable vainqueur du vote consultatif du Centre »
Selon une analyse publiée par Helsingin Sanomat, le vote consultatif sur les candidats à la présidence du Centre a été un échec total. Le taux de participation a été très bas, 10,2 %.
Même si M. Paavo Väyrynen a eu le plus de voix au vote consultatif, 36,4 %, il est resté loin de son objectif, 50 % des voix. Avec la moitié des voix, M. Väyrynen aurait pu exiger que les délégués du congrès prennent le résultat en compte au vote sur le président.
Selon certaines estimations, le vote consultatif a été organisé parce que M. Väyrynen l’a voulu. L’idée n’a pas suscité beaucoup d’enthousiasme au sein du parti.
Pour Peppiina Ahokas, journaliste au HS, le vrai vainqueur est M. Juha Sipilä, député et ancien homme d’affaires, candidat assez peu connu parmi la base centriste, qui a obtenu 33,6 % des voix. « Il y a un intérêt positif à l’égard de M. Sipilä », selon une estimation centriste. M. Sipilä est de plus soutenu par le district centriste influent de l’Ostrobotnie du Nord.
Le député et vice-président du parti, M. Tuomo Puumala, le favori, a obtenu 30 % des voix au vote consultatif.
Le vote sur le président aura lieu au congrès du Centre qui sera organisé du 8 au 10 juin à Rovaniemi. L’organisation d’un second tour est probable. Selon les estimations, MM. Puumala et Sipilä seraient au second tour. Certains estiment cependant que M. Väyrynen y sera. Le quatrième candidat, M. Timo Kaunisto, a peu de chances.
HS/A5

Inspection des finances de l’Etat

L’inspection des finances de l’Etat s’inquiète pour sa réputation
Selon les informations de Helsingin Sanomat, l’inspection des finances de l’Etat VTV s’inquiète de son image. Plusieurs hauts fonctionnaires seraient irrités des rapports critiques de l’inspection. L’inspection s’inquiète également d’une éventuelle volonté du Parlement de faire des économies.
Le Parlement prend la décision sur les crédits de l’inspection. Le présidium et l’administration du Parlement rejettent fermement une éventuelle pression politique sur l’inspection.
VTV est chargé d’inspecter les comptes du gouvernement, des ministères et des agences de l’Etat.
HS/A6

Projet d’automatisation du métro

« Le projet d’automatisation ressuscité » HS
Lundi, l’exécutif du conseil municipal d’Helsinki a approuvé, par 10 voix contre 5, la proposition de M. Pekka Sauri (Verts), maire adjoint de Helsinki, de poursuivre le projet d’automatisation du métro avec Siemens, du fait que HKL et Siemens avaient avancé dans leurs négociations. Cette décision remplace et annule donc la décision de la régie de transport HKL de dénoncer le contrat d’automatisation du métro avec Siemens.
Ce sont les groupes du parti conservateur, des Verts et de l’Alliance des Gauches qui ont permis d’approuver ce projet, contre le parti social-démocrate, les Vrais Finlandais et le parti suédophone qui soulignent les risques concernant un dérapage du coût du projet.
Ce retournement de la municipalité est motivé par le fait que Siemens est prêt à attendre la fin du chantier et la mise en circulation des rames automatisées avant de saisir la cour d’arbitrage concernant les différends contractuels avec la ville. Ainsi, la procédure d’arbitrage ne commencerait qu’en octobre 2015. Ces différends porteraient sur 20 millions d’euros.
HS

France – Finlande

Littérature

Une trilogie de Leena Lehtolainen sera traduite en Français
Les droits de traduction d’une trilogie de Leena Lehtolainen ont été vendus en France, en Russie et aux Pays-Bas. La troisième partie de la trilogie sera publiée en Finlande en août. Auparavant, les droits de traduction ont déjà été vendus en Allemagne et aux Etats-Unis.
HBL/C1

Lundi 28 mai 2012
Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

« Growthsterity ? » HS
Le chez du service étranger d’Helsingin Sanomat souligne que tant le premier ministre Jyrki Katainen à Bruxelles que le ministre des Affaires européennes à paris ont utilisé le terme de Growthsterity, pour désigner une politique de croissance respectueuse de la rigueur. Cet élément de langage aurait été défini lors de la réunion informelle de Saariselkä, cet hiver.
HS

Point de vue : « Non aux euro-obligations, oui à l’union bancaire » HS
Le directeur du centre de recherche du patronat (ETLA), M. Vesa Vihriälä, rejette l’idée d’euro-obligations qui feraient courir un risque de pertes démesuré pour des pays comme la Finlande.
Il se prononce en revanche pour une union bancaire consistant à créer au niveau européen un système commun de protection des dépôts, un système de contrôle et une gestion des crises bancaires.
HS

OTAN

Niinistö : Pas besoin de réfléchir sur une éventuelle adhésion de la Finlande à l’OTAN
Samedi dans une interview télévisée, le président, M. Sauli Niinistö, a exprimé son étonnement quant à la politique de défense de l’UE ; sur le plan des accords, on jure sur la solidarité et l’entraide sans pour autant rien construire derrière.
Par ailleurs, il a dit que l’éventuelle participation de la Finlande à la surveillance de l’espace aérien islandais ne signifie pas un rapprochement avec l’OTAN. « J’ai remarqué qu’il existe une entente quasi-totale sur le fait que nous devons renforcer notre coopération avec les pays nordiques », a confirmé le président. Il a précisé qu’il s’agit de vols de reconnaissance et non de chasser les avions des autres pays. Ainsi, il ne devrait pas y avoir de situation où les chasseurs finlandais, à la demande de l’OTAN, chasseraient des avions russes depuis l’espace aérien islandais. « Il me semble tout à fait clair que la législation finlandaise ne permettrait pas ce type d’activités en dehors des frontières finlandaises. Et d’autre part, il n’est pas nécessaire de se lancer dans une modification de cette législation. »
Selon M. Niinistö, il n’est pas nécessaire de réfléchir sur une éventuelle adhésion de la Finlande à l’OTAN. « Je ne vois aucune raison aujourd’hui pour que, pendant mon mandat présidentiel, il y ait besoin de soulever la question d’une éventuelle adhésion de la Finlande à l’OTAN », estime M. Niinistö. Selon lui, le partenariat avec l’OTAN n’a pas d’influence sur la question de l’adhésion, ce qui ne serait pas le cas si l’OTAN elle-même évoluait.
« L’OTAN est de toute évidence en mouvement, on peut y constater des éléments clairement nouveaux », conclut le président.
KA27.5/5

Editorial « Un nouveau lien vers l’OTAN par l’Islande » Kaleva
« En réalité, il s’agirait d’un nouveau pas dans les relations entre la Finlande et l’OTAN. Il n’est pas plausible que les dirigeants de la politique étrangère n’aient pas saisi la dimension OTAN et les conséquences d’une éventuelle opération islandaise. Il semblerait, qu’un pas en avant ait été pris dans cette coopération », écrit Kaleva.
« Les dirigeants de la politique étrangère devraient sincèrement faire savoir de quoi il s’agit. Alors que le budget de la défense finlandaise est réduit jusqu’à ses limites extrêmes, il semble parfaitement sensé de renforcer les liens aussi vers l’OTAN, en plus des pays nordiques. »
KA25.6/24

Finlande – Etats-Unis

Mme Clinton laisse la Finlande à part de sa tournée des pays nordiques mais projette une visite à part en Finlande
Helsingin Sanomat relève que la ministre des Affaires étrangères américaine, Mme Clinton, qui effectuera une tournée dans les pays nordiques avant de se rendre au Moyen Orient et en Turquie, ne viendra pas en Finlande. HS estime que l’absence de la Finlande est « flagrante » et spécule sur l’éventualité que les Etats-Unis souhaitent donner une leçon à la Finlande, dont le ministre des Affaires étrangères, selon Wikileaks, a été considéré comme quelqu’un qui a la tendance d’inutilement souligner des différences avec Washington.
M. Tuomioja n’a pas souhaité commenter la question. L’ambassade des Etats-Unis dément qu’il s’agisse d’un message à la Finlande.
Selon HS, Mme Clinton prépare une visite en Finlande dans un autre contexte. Le ministère des Affaires étrangères confirme le projet mais relève que l’on ne s’est pas mis d’accord sur une date. HS relève que, fin juin, Mme Clinton se rendra à St. Petersburg, ce qui serait sans doute un moment propice pour venir en Finlande.
HS/dim/B2

Politique intérieure

Fusillade d’Hyvinkää

« Deux morts dans une cruelle fusillade » HS
Helsingin Sanomat rapporte que, dans la nuit de vendredi à samedi, un jeune homme de 18 ans a tiré au fusil, depuis le toit d’un immeuble, sur des jeunes devant un bar et une boîte de nuit faisant deux morts et en blessant plusieurs autres dont grièvement un policier. Il a ensuite été arrêté dans la forêt, en habit de camouflage, avec ses armes qu’il avait dérobé à un proche. L’arme qui a tué était un fusil de chasse à l’élan.
La personne n’était pas connue des services de police. Il avait interrompu ses études et son service militaire.
Il n’a pas su expliquer ses motivations. Il regrette ses actes.
Il aurait agi seul et sans préparation. Il aurait choisi ses victimes au hasard.
HS KS

Réactions
Le président Sauli Niinistö a déclaré, samedi, à la télévision : « Ce drame nous touche tous. Un tel acte, comme les autres que l’on a déjà vus, témoignent d’une personne totalement brisée. C’est un défi pour nous tous car il faudrait pouvoir déceler avant des signes qui sont certainement visibles ». M. Niinistô estime que les causes peuvent être liées à une société dans laquelle la compétition est omniprésente et où l’on n’arrive pas à comprendre les échecs.
Le Premier ministre Jyrki Katainen (conservateur) a déclaré, hier, à la radio qu’il ne savait pas comment modifier les règles sur la conservation sous clefs des armes. « Je pense qu’il n’existe pas de solution simple. Il faudra que nous réfléchissions tous comment faire pour que personne, et en particulier aucun jeune, n’en arrive à de tels actes incompréhensibles ».
HS KS

Le directeur de la police souhaite renforcer la conservation des armes
Le directeur de la police, M. Paatero, estime qu’il faut revoir les règles concernant la conservation des armes afin de s’assurer que seule la personne qui dispose du permis puisse avoir accès à ses armes.
Un groupe de travail mis en place en avril travaille sur la question et devrait rendre ses conclusions d’ici fin 2013. La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen a déclaré que cette tragédie donnait de nouvelles réflexions pour ce groupe de travail mais qu’il n’était pas certain qu’il faille en tirer des conclusions.
Si les armoires à armes sont communes, rares sont ceux qui disposent d’armoires sécurisées.
KS

Plus d’un million d’armes en Finlande
Plus de 600 000 Finlandais ont un permis de port d’armes. Il y a plus d’un million d’armes en Finlande. Chaque année, ce sont en moyenne 22 homicides qui sont commis avec des armes à feu ; dans la moitié des cas avec une arme détenue de manière illégale.
L’année dernière, la législation sur les armes a été renforcée : avant de délivrer un permis, la police peut demander une expertise médicale, la délivrance d’armes à poing a été durcie et l’âge minimum relevé.
KS

Editoriaux et commentaires
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat considère qu’il ne fait pas expliquer ou mythifier de tels actes qui sont des crimes. Néanmoins, ils témoignent d’un profond problème dans la culture des armes en Finlande. Combien de morts dans de telles fusillades faudra-t-il avant que l’on décide de contrôler la culture des armes de ce pays, demande HS. Enfin, il faut aussi s’attaquer au problème de l’exclusion des jeunes.
L’éditorialiste d’Aamulehti s’inquiète qu’une culture de la violence ait trouvé un terreau en Finlande. Aamulehti aussi estime qu’il faudrait un programme national pour lutter contre la violence, qu’il soit mis en place et financé. Sinon la longue liste des informations tragiques ne s’arrêtera pas.
Kaleva replace cette fusillade dans la ligné de celles de Jokela en 2007, de Kauhajoki en 2008, d’Espoo en 2009 et de Norvège en 2011. Le journaliste Antti Ervasti estime qu’il est grand temps d’en tirer les conclusions lorsque l’on révise la législation sur les armes. Il faut donc limiter et durcir les permis de port d’armes. En effet, si le tir et la chasse sont des loisirs respectables, ils ne peuvent primer sur la vie humaine.
Kaleva AL HS

Réforme de communes

Fusions imposées ou non ?
Le gouvernement a rédigé un rapport sur la carotte et le bâton prévus pour promouvoir les fusions de communes, le bâton étant d’imposer des fusions et la carotte de proposer des indemnisations.
Les partis n’admettent pas être favorables à des fusions forcées, mais certains y sont plus favorables que d’autres. Le PSD s’y oppose fermement, alors que l’Alliance des gauches se déclare consciente du fait que la réforme n’avancera pas sur la seule base du volontariat.
Le Parti suédois et les Verts insistent sur les incitations financières, le Parti conservateur et les Démocrates chrétiens estimant grosso modo que tout autre moyen épuisé, il faudra sans doute recourir aux fusions forcées. Le gouvernement évoquera la question le 5 juin.
HS/sam/A9

Statut des partis politiques dans les nouvelles communes : le Centre ne perdrait que relativement peu de sièges
Selon une étude effectuée par l’agence de presse STT, le Centre perdrait sa position de premier parti dans trente des communes qu’il détient actuellement, si la réforme était fait selon la proposition du groupe de travail du ministère des Finances présentée en février.
Le PSD et le Parti conservateur deviendraient les plus grands dans dix à vingt communes.
M. Anttiroiko de l’Université de Tampere estime que le changement du plus grand parti dans une commune ne se reflète pas beaucoup dans la politique au niveau concret. « De plus, les grands partis se sont beaucoup rapprochés ces derniers temps », selon lui.
Dans la politique municipale, ce sont les questions locales qui divisent les partis beaucoup plus que les idéologies en soi, relève M. Anttiroiko.
AL/lun/A7

PSD

Congrès du PSD
Helsingin Sanomat rapporte que le PSD a rajeuni sa direction. La présidente, Mme Urpilainen a été reconduite sans adversaire. En revanche, les trois vice-présidents ont été remplacés : les nouveaux vice-présidents sont la ministre du logement Krista Kiuru (37 ans), le député et président du conseil municipal de Vantaa Antti Lindtman (29 ans) et un jeune étudiant de Tampere, Eero Vainio (25 ans). L’âge moyen de la direction du PSD est désormais de moins de 32 ans.
Par ailleurs, le secrétaire général a changé, en raison du départ annoncé de M. Jungner. Le nouveau secrétaire général est M. Reijo Paananen (48 ans) qui se présentait pour la troisième fois à ce poste.
Helsingin Sanomat souligne le rajeunissement de la direction du parti. Aamulehti relève toutefois que 92% des membres du parti sont plus âgés que leurs dirigeants.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que la position de Mme Urpilainen à la tête de son parti est solide. D’autant plus qu’elle a rétabli l’honneur du parti en le menant au gouvernement et en assumant le poste de ministre des Finances. Rétablir le niveau d’audience du parti sera plus difficile. Même si certains annoncent une vague rose en Europe, Helsingin Sanomat souligne que le niveau de l’ensemble de la gauche en Finlande aux dernières législatives était plus bas que le seul PSD de Lipponen en 1995.
HS AL

Le programme européen renvoyé en commission
Demokraatti rapporte que le congrès du parti n’a pas pu approuver le programme européen du parti. Le projet présenté en séance plénière a été renvoyé en commission pour être approfondi et clarifié. Dans le débat, les délégués ont demandé un programme qui soit plus politique et moins technocratique.
Selon la déléguée Anu Rajamäki qui s’est exprimée en séance : « nous devons pouvoir lors de la campagne municipale répondre aux questions des concitoyens qui nous demandent pourquoi nous avons des mendiants roumains et nous devons prêter de l’argent aux Grecs ».
Dem

Parti du centre

Match nul entre les candidats à la présidence du parti
Helsingin Sanomat relève que le résultat du vote consultatif pour la présidence du Centre a été annoncé : M. Paavo Väyrynen a obtenu 36,4 % des voix, M. Juha Sipilä 33,6 % et M. Tuomo Puumala 30 %.
M. Väyrynen souligne que les délégués du congrès du Centre devraient suivre ce résultat lors du vote sur le nouveau président. Il admet toutefois qu’un tel résultat peut être interprété de plusieurs façons. MM. Sipilä et Puumala sont satisfaits des résultats. M. Sipilä souligne qu’il y a très peu de différences entre les résultats des trois candidats et on ne peut pas savoir qui sera élu président. Pour M. Puumala, la situation est encore ouverte.
Le quatrième candidat, M. Timo Kaunisto, a annoncé sa candidature trop tard pour participer au vote consultatif.
15 791 centristes ont donné leur voix au vote consultatif, soit 10,2 %. Le secrétaire général du parti, M. Timo Laaninen, est déçu du taux de participation. Selon M. Laaninen, chaque délégué décidera au congrès son propre choix pour le président.
Le vote consultatif a été organisé pendant le week-end passé dans toutes les communes finlandaises et il y a eu près de 900 bureaux de vote. Pour M. Laaninen, la procédure n’a pas été inutile, parce que le parti a obtenu 800 nouveaux membres.
Le congrès du Centre aura lieu du 8 au 10 juin à Rovaniemi. Il y aura au maximum 3 835 délégués. Le parti compte 155 000 membres.
HS/lun/A5

Aides aux associations de jeunesse

Les aides aux associations de jeunesse des partis politiques ont augmenté de près de 50 % depuis 2004
Selon Helsingin Sanomat, les aides accordées aux associations de jeunesse par le ministère de l’Education et de la Culture ont augmenté de 30 % entre 2004 et 2012, tandis qu’en même temps, les aides accordées aux associations de jeunesse des partis politiques ont augmenté de 47 %. Le nombre de membres des associations politiques a cependant diminué pendant cette période.
Cette année, les aides aux associations de jeunesse, politiques ou non politiques, s’élèvent à 11,7 millions d’euros. 69 associations ont eu une subvention.
Le quotidien note comme exemple que l’association de jeunesse de Parti conservateur, qui a obtenu une aide de l’Etat de près de 400 000 euros en 2010, a réalisé un bénéfice de près de 150 000 euros.
Le politologue Tomi Venho critique le système de financement des associations de jeunesse des partis politique pour leur manque de transparence. Il souligne que ce financement devrait être étudié dans le cadre des financements électoraux aux partis politiques.
M. Venho critique aussi le fait que le comité qui accorde les aides, est tenu par des représentants des partis politiques.
HS/lun/A6

Euthanasie

L’euthanasie divise les dirigeants politiques
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Katainen a déclaré dimanche, lors d’une interview radiophonique, qu’il ne considérait pas l’euthanasie comme une question politique mais comme une question éthique. Il ne souhaite pas que le Parti conservateur y prenne position. M. Katainen n’a pas d’avis personnel sur cette question.
Le Président, M. Niinistö, a déclaré samedi qu’il serait prêt à adopter une attitude favorable si les conditions de l’euthanasie étaient très strictes.
HS/lun/A8

Une initiative des citoyens pourrait amener l’euthanasie au Parlement
Selon Aamulehti, il est possible que le Parlement actuel soit obligé de prendre position sur l’euthanasie, même si plusieurs partis politiques ne le souhaitent pas.
Suivant la constitution, depuis début mars, le Parlement doit étudier une initiative des citoyens qui a au moins 50 000 signataires. Une organisation non gouvernementale est en train de préparer une telle initiative sur l’euthanasie.
AL/sam/A8

Circoncision

La Finlande n’a pas de politique quant à la circoncision
Selon Helsingin Sanomat, il est difficile de trouver une entente sur les circoncisions qui sont effectuées pour des raisons religieuses ou culturelles.
M. Vesa-Matti Saarakkala, député des Vrais Finlandais, a déposé vendredi dernier une proposition de loi interdisant les circoncisions. La ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson, estime qu’il faut autoriser les circoncisions mais il faut une loi à ce sujet.
En décembre dernier, le tribunal de grande instance de Helsinki, a estimé que la personne concernée devrait comprendre les conséquences d’une telle opération. Cela signifie que les jeunes enfants ne pourraient pas être opérés.
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé est en train de préparer une réglementation sur la circoncision pour les autorités sanitaires.
Les communautés juive et musulmane s’opposent à toute interdiction de la circoncision.
HS/lun/A5

Défense

Le défilé de la fête de la défense nationale sera organisé le 4 juin à Helsinki
Le défilé célèbrera à la fois le 95ème anniversaire de l’indépendance de la Finlande, les 200 ans de capitale d’Helsinki et les 200 ans du bataillon de la Garde.
puolustusvoimat

Uranium

Beaucoup d’intérêt pour l’extraction de l’uranium en Finlande
Helsingin Sanomat relève qu’avec l’augmentation du prix d’uranium, l’intérêt pour l’extraction de l’uranium en Finlande a augmenté. Talvivaara souhaite entamer l’extraction de l’uranium en tant que sous-produit de sa mine de nickel.
Plusieurs groupes étrangers ont déposé des demandes de concession dans différentes parties de la Finlande.
Selon M. Colpaert, professeur à l’Université de Joensuu, les problèmes des mines d’uranium modernes sont moins importants que l’on ne le pense souvent. A Talvivaara, l’extraction serait une bonne chose qui éviterait que l’uranium finisse dans le système fluvial et lacustre.
HS/sam/B1

Projet d’automatisation du métro

Encore un nouveau rebondissement
M. Sauri (Verts), maire adjoint de Helsinki, a annoncé qu’il allait proposer à la municipalité de poursuivre le projet d’automatisation du métro avec Siemens, du fait que HKL et Siemens avaient avancé dans leurs négociations.
Siemens est prêt à saisir la cour d’arbitrage concernant les différends seulement au moment où le vieil équipement a été automatisé et mis en circulation. Ainsi, la procédure d’arbitrage ne commencerait qu’en octobre 2015.
Les plus grands groupes de la municipalité, le Parti conservateur et les Verts, sont plutôt favorables à l’idée, contrairement au PSD qui est méfiant en ce qui concerne les risques.
M. Sauri souligne que dans les projets de cette envergure, il y a toujours un risque sur un coût plus élevé que prévu, mais que, dans ce contexte, il ne s’agit pas d’un chèque en blanc.
HS/lun/A11

France

Billet : « Les vents du changement, également dans l’UE ? » HBL
Hufvudstadsbladet publie un billet de sa correspondante à Paris Gunn Gestrin, qui estime que M. Hollande a bien réussi ses premières épreuves de feu en tant que Président français. Les premiers contacts avec l’Allemagne et les Etats-Unis se sont bien passés et il a réussi à avancer dans les discussions sur la croissance économique dans l’UE.
Mme Gestrin présente le nouveau gouvernement et relève qu’il s’agit maintenant du « troisième tour de l’élection », c’est-à-dire les législatives.
HBL/dim/16

Vendredi 25 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

Rencontre européenne de Bruxelles
« Quel sera l’effet de M. Hollande sur l’UE ? » STT
M. Katainen, Premier ministre, estime que, durant le diner de Bruxelles, il n’est pas apparu une forte pression pour modifier la gestion de la crise de la dette en Europe, même si M. Hollande a exigé que l’on soutienne fermement la croissance en plus des plans de rigueur. « Je n’attends pas du sommet de juin que les grandes lignes sur la gestion de la crise financière changent. En revanche, on recherchera naturellement de nous moyens pour soutenir la croissance. Sur la base de la discussion d’hier on peut s’(attendre à ce que ces moyens soient très réalistes et pas utopiques ».
Au congrès du PSD, Mme Urpilainen a déclaré que l’élection de M ; Hollande avait « ouvert une fenêtre pour un débat sur une croissance forte ».
La directrice de l’institut des relations internationales (UPI), Mme Tiilikainen estime qu’il est encore trop tôt pour évaluer l’effet de l’élection de M ; Hollande sur la politique européenne et la crise de l’euro.
STT

Editoriaux
« Il faut se préparer au pire » HS
Les Etats dans une situation délicate avec la Grèce » AL
Helsingin Sanomat estime que le sommet informel de Bruxelles a montré que les dirigeants européens se préparaient (ou donnaient l’impression de se préparer) à des alternatives : une sortie de la Grèce de l’euro et les euro-obligations. Helsingin Sanomat souligne que l’Allemagne et la Finlande craignent qu’en acceptant les euro-obligations, ils vont partager les risques des autres Etats et paieront le prix de la solidarité sous la forme de taux d’intérêts plus élevés. Or, presque tous les autres Etats sont favorables ou le deviennent à des euro-bonds ou à des project-bonds. Ce système n’est pas encore figé et on peut créer de telles obligations de diverses manière, aussi en minimisant le risque qu’elles incitent au laxisme budgétaire, écrit HS qui estime que la Finlande et l’Allemagne doivent se préparer à ce que des euro-obligations soient créées d’une manière ou d’une autre. Il faudrait alors veiller à ce que leurs effets indésirables soient minimes et à ce que les projets visés soient les plus censés ».
Turun Sanomat souligne que pour son premier sommet européen, M. Hollande ne s’est pas renié en parlant en faveur des euro-obligations, même s’il a du essuyer le refus de l’Allemagne, de la Finlande, de l’Autriche et des Pays-Bas. L’éditorialiste estime que c’est au conseil européen de juin qu’il faudra répondre à des questions cruciales sur la croissance, les euro-obligations, l’avenir de la Grèce dans la zone euro. Il considère que sans un approfondissement de la politique économique et financière, il est vain de parler d’euro-obligations. L’alternative serait une division de la zone euro, ce qui signifierait que l’idée de la monnaie unique ne se réaliserait plus que chez les Etats exemplaires.
Aamulehti estime que la conclusion de ce sommet informel est que les dirigeants ont répétés leurs positions que l’on connaissait déjà. L’éditorialiste souligne qu’il s’agit, depuis le début de la crise, du premier sommet où la France et l’Allemagne n’avaient pas à proposer aux autres Etats un projet d’accord. « C’est un changement significatif qui a des effets positifs (les autres Etats aussi peuvent faire entendre leurs voix) et négatifs (la prise de décision risque d’être bloquée).
Kauppalehti estime qu’il ne faut pas que la Finlande cède sur les euro-obligations car il n’y a pas besoin d’être un grand économiste pour comprendre qu’en les acceptant, elle perdrait sa note AAA.
HS
Politique européenne

Visite de M. Stubb à Paris
« Selon M. Stubb, il y a des différences idéologiques entre la France et l’Allemagne » Yle
Yle rapporte que, selon le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb, « sont apparues d’importantes différences idéologiques entre la France et l’Allemagne sur la gestion de crise de la dette » en raison des différences entre M. Hollande et Mme Merkel. « Il y aura de grandes différences idéologiques entre la France et l’Allemagne, par exemple sur ce que signifie la croissance économique », a déclaré M. Stubb après avoir rencontre de nombreux ministres en France et notamment son homologue M. Bernard Cazeneuve.
Selon le ministre finlandais, l’idée française de la croissance se focalise sur l’endettement public, ce qui est en contradiction avec la ligne finlandaise qui privilégie les réformes structurelles et la libéralisation des échanges. « Une relance par la dette publique est complètement dépassée », déclare M. Stubb. « Les euro-obligations ne sont pas la solution à la crise actuelle. L’économie ne repartira pas grâce à des euro-obligations mais seulement si on améliore la compétitivité de l’UE.
Yle rapporte que M. Stubb estime que le gouvernement français sera rattrapé par la réalité après les élections législatives. « On peut imaginer que les socialistes et surtout M. Hollande ont beaucoup de mal à modifier leur rhétorique. Mais je pense qu’à long terme la raison l’emportera. Il n’y aura pas un changement à 180 degrés car l’UE est toujours affaire de compromis ; mais M. Hollande devra certainement faire un salto arrière », estime M. Stubb qui ne rejette néanmoins pas catégoriquement les euro-obligations. « Si les euro-obligations voyaient le jour, et il y a beaucoup de si, je pense que les conditions pour y avoir recours seraient un mélange des conditions qui ont prévalues à la création de l’union économique et monétaire. La première condition serait la santé des finances publiques ce quoi nécessiterait une extrême rigueur pour tous les Etats membres ».
Sur son blog, après sa visite à Paris, le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb critique « le nouveau débat sur la croissance qui est, en réalité, un débat sur l’assouplissement de la rigueur budgétaire. Or la ligne finaldnaise est depuis longtemps un oui à) la croissance et un non à l’endettement. Il n’y a d’ailleurs pas de contradiction car une bonne santé financière apporte la confiance des marchés ce qui est une condition à la croissance économique. La croissance née des réformes structurelles, du renforcement du marché intérieur et de la libéralisation des échanges ».
M. Stubb estime aussi que les décisions sur les euro-obligations se feront après les élections législatives en France. Selon lui, « il est probable qu’il n’y aura pas d’accord pour créer des euro-obligations car de trop nombreux Etats, dont la Finlande, s’y opposent. Et la mutualisation des dettes n’aiderait pas les Etats à surmonter la crise car il faut pour cela rétablir l’équilibre des fiances publiques et réaliser les réformes structurelles nécessaires dans la compétition mondiale.
Yle
Alexstubb.com

Défense

La Finlande pourrait envoyer 50 personnes pour surveiller l’espace aérien islandais
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande envisage de participer à la surveillance de l’espace aérien islandais. Il pourrait y avoir quatre chasseurs finlandais affectés à cette tâche en 2015.
Le quotidien a rapporté début mai que le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité étudiait cette question.
Jeudi, au Parlement, le Premier ministre a été interrogé par l’opposition sur ce projet. M. Katainen a démenti qu’il s’agirait d’une manière insidieuse de rentrer dans l’OTAN.
HS

Finlande – Russie

Visite du Président Niinistö en Russie
Le Président Niinistö rencontrera son homologue russe, M. Poutine, à l’occasion d’une visite de travail en Russie les 21 et 22 juin. M. Niinistö participera à un forum économique à St. Petersbourg avec des chefs d’Etat ainsi que des hommes politiques et dirigeants d’entreprise.
HBL/6

Finlande – Suède

La Suède change d’ambassadeur en Finlande
M. Anders Lidén, 63 ans, ambassadeur de Suède au Zimbabwe, deviendra ambassadeur de Suède en Finlande à compter de l’automne prochain, en remplacement de M. Berner qui avait interrompu sa retraite pour venir remplacer M. Molander en urgence.
HBL/11

Politique intérieure

PSD

Congrès du PSD
Helsingin Sanomat rapporte que, dans son allocution d’ouverture au congrès du PSD, Mme Urpilainen a déclaré que le gouvernement ne devait pas imposer de fusions aux communes mais qu’il fallait coopérer avec elle. Il y aura d’ailleurs un débat au Parlement sur la réforme des communes.
Au congrès, la présidente du parti a, comme elle l’avait fait lors de son discours du 1er mai, parlé en faveur d’une « stratégie de croissance » tripartite avec les partenaires sociaux.
La presse relève aussi qu’un député russe, M. Oleg Nilov (Russie juste, était invité du PSD.
HS

Communes

Les communes auraient un an pour les fusions
Helsingin Sanomat a obtenu un mémoire rédigé pour le gouvernement estimant que les fusions forcées des communes sont nécessaires s’il n’y a pas assez de fusions volontaires.
Le mémoire, rédigé par les fonctionnaires chargés de la préparation de la réforme, propose des études spéciales dans les régions « problématiques » de Helsinki, Tampere et Turku dès l’automne prochain, même si la nouvelle loi sur la structure des communes n’est pas encore en vigueur.
La modification des frontières des communes dans les régions de Helsinki, Tampere et Turku est considérée comme décisive pour toute la réforme des communes. Le gouvernement souhaite que le projet de loi soit approuvé au Parlement à l’automne et que la nouvelle loi entre en vigueur dès le début de l’année prochaine. Les communes auraient un an pour décider sur les fusions. Si les conditions définies par la loi sont remplies les communes doivent se mettre à faire des rapports concernant une fusion.
L’objectif du gouvernement est que la nouvelle structure des communes sera en vigueur au début de 2015.
HS/A4

Ministère des Affaires sociales et de la Santé

M. Välimäki quittera le secrétariat général
Helsingin Sanomat relève que M. Kari Välimäki (57 ans), secrétaire général du ministère des Affaires sociales et de la Santé, a annoncé hier qu’il quitterait son poste à l’automne prochain. Mme Halonen avait nommé M. Välimäki au secrétariat général pour un second mandant de cinq ans en novembre 2011. Sa démission a surpris tout le ministère.
M. Välimäki, qui travaille au même ministère depuis 30 ans, a été élu directeur général de la caisse de retraite des marins à partir du début octobre prochain. Il préside le conseil d’administration de cette caisse de retraite depuis 2010.
Selon les informations du quotidien, les hauts fonctionnaires du ministère n’apprécient pas la politique inconséquente de la ministre des Services de base, Mme Maria Guzenina-Richardson. Selon M. Välimäki, sa démission n’a rien à voir avec la politique de management du ministère.
HS/A6

Police

Le nombre d’unités de la police chutera
Helsingin Sanomat rapporte qu’une restructuration importante dans l’organisation de la police aura lieu et le nombre d’unités de la police diminuerait de façon drastique. La réforme est préparée discrètement par un groupe présidé par M. Kauko Aaltomaa, directeur du service des affaires policières au ministère de l’Intérieur. MM. Aaltomaa et Mikko Paatero, directeur général de la police, n’ont même pas informé les autres membres du groupe de de la façon dont ils souhaitent réformer l’organigramme de la police.
HS estime qu’il est possible que les propositions de MM. Aaltomaa et Paatero contiennent de grandes surprises. Le groupe doit remettre sa proposition au ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, en novembre prochain.
HS/A5

Metro

Helsinki et Siemens cherchent toujours un accord
Helsingin Sanomat rapporte qu’en dépit de la décisiob de la régie de transport d’Helsinki de dénoncer le contrat sur l’automatisation du transport du métro, la municipalité et Siemens continuent à négocier, selon le président de la régie M. Lahdenranta.
Le maure-adjoint en charge des transports, M. Sauri (Verts) souhaiterait saisir le conseil municipal pour qu’il se prononce.
HS

Economie

Finnair et Airbus
Helsingin Sanomat publie un article sur la construction des avions Airbus A350, projet qui a déjà pris du retard à plusieurs reprises, mais dont le calendrier actuel devrait tenir, selon M. Evrard, directeur chargé du programme en question chez Airbus.
Finnair a commandé 11 Airbus A350-900 et s’attend à obtenir le premier début 2015. Selon Airbus, ces avions seraient en service dès juin 2014, mais Finnair est moins optimiste. A l’origine, ces avions devaient être en circulation en 2011.
HS/B6

Nokia et l’innovation
Helsingin Sanomat rend compte d’une thèse de doctorat qui sera soutenu par M. Laukkanen qui a travaillé chez Nokia pendant une vingtaine d’années, à la fin du mois, à l’école supérieure d’études commerciales et économiques.
Selon l’étude, la réforme de l’organisation que Nokia a mise en œuvre en 2008 a diminué les échanges entre les activités d’innovation et la stratégie du groupe. Dans le contexte de la réforme, Nokia a abandonné des services séparés et leurs stratégies pour créer une stratégie commune pour tout le groupe. M. Laukkanen estime que l’engagement dans des projets d’innovation a pu s’affaiblir du fait que les domaines de responsabilité ont beaucoup changé. Pour lui, un lien fort entre les innovations et la stratégie est essentiel pour le renouvèlement d’une entreprise.
Dans la pratique, il faudrait que la direction consacre du temps à un dialogue avec ceux qui sont chargés des innovations.
HS/B11

France – Finlande

Cinéma

Visite de Mme El Fani
Kansan Uutiset rend compte de la visite en Finlande de la cinéaste franco-tunisienne Nadia El Fani, et de son film Laïcité, Inch’Allah !, à l’occasion du festival du cinéma africain organisé à Helsinki au début mai.
KU/38

Jeudi 24 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Grèce

Rencontre européenne de Bruxelles
Déclarations de M. Katainen
M. Katainen, Premier ministre, estime, concernant le redressement de la croissance économique et de l’emploi européens, qu’il faut à la fois adapter les budgets et encourager la croissance.
Il rejette, à l’instar de Mme Merkel, le souhait du Président français, M. Hollande, sur les euro-obligartions. Pour lui, ils ne serviraient pas à la croissance du fait que leur mise en œuvre prendrait longtemps et qu’ils ne créeraient aucun emploi en soi. « Le principal problème est que tous les Etats ont pu emprunter trop longtemps à faible coût. Le fait que l’on institutionnalise cela par des euro-obligations ne résoudra pas le problème », dit-il. Il estime qu’il ne faut pas mélanger les euro-obligations avec des « projec-tbonds ». « Je ne suis pas convaincu par de tels project-bonds, mais il faut vcoir comment cela fonctionnerait. Surtout, il ne faut en aucune manière les assimiler à des euro-obligations car si c’était le cas nous nous opposerions aussi aux project-bonds ».
M. Katainen ne souhaite pas non plus revoir l’accord européen sur la rigueur budgétaire. « Il est de première importance de respecter les règles sur lesquelles on vient de se mettre d’accord. Il n’y a aucune raison pour les revoir. »
Concernant un départ éventuel de la Grèce de l’eurogroupe, M. Katainen relève que chaque Etat membre a sans doute un plan, et qu’il est nécessaire, déjà dans le contexte de la crise actuelle, de prendre des mesures d’adaptation et des mesures qui favorisent la croissance. Le point de départ reste toutefois que l’on part du principe que tous les Etats maintiennent l’euro, selon lui.
Il souhaite que les Etats membres puissent envoyer un message commun aux Grecs dans le sens où ils souhaitent que ce pays reste dans l’eurogroupe, mais également qu’il serait souhaitable que les Grecs reconnaissent que les pays de l’euro n’ont pas seulement exigé des économies mais ont également beaucoup soutenu ce pays.
Il regrette d’ailleurs que les mesures prises par l’Espagne et l’Italie ont été éclipsées par l’incertitude causée par la Grèce.
HS/B5, HBL/8, KS/23, AL/A4

Défense

Point de vue : « Une capacité de défense commune nécessite de la confiance » HS
En février, le vainqueur des élections présidentielles, M. Sauli Niinistö, a annoncé qu’il était favorable à un renforcement de la coopération entre la Finlande et la Suède, notamment dans le domaine des acquisitions de matériel.
En mai, le vice-président de la commission parlementaire des affaires étrangères, M. Pertti Salolainen, a souhaité que la Finlande et la Suède s’avancent vers une quasi-alliance militaire. Les ministres de la Défense finlandais et suédois ont d’emblée rejeté l’idée.
« La Suède a développé ses forces vers une armée de métier à déploiement rapide. La Finlande possède une importante réserve dont le déploiement dans son ensemble, en cas de crise, ne pourra pas se faire instantanément. Ainsi, les deux pays possèdent en principe des forces armées complémentaires », écrivent les chercheurs de l’Ecole supérieure de la défense nationale Joonas Sipilä et Tommi Koivula dans un billet publié par Helsingin Sanomat.
« La question-clé de cette coopération reste le problème des objectifs respectifs des deux armées, de savoir si les perspectives menaçantes et les scénarios de guerre de ces pays diffèrent de façon décisive ?
Les deux pays devront être sûrs que le partenaire produira les pièces manquantes de la capacité militaire, et cela aussi en cas d’urgence.
Outre une confiance mutuelle, la coopération nécessitera une solide volonté politique. »
HS24.5/A2

Réfugiés

Visite du directeur d’un camp de réfugiés birmans
Helsingin Sanomat rapporte que M. Wachira Chotirosseranee, directeur d’un grand camp de réfugiés en Thaïlande, a effectué une visite en Finlande afin de voir comment fonctionne le système d’accueil des réfugiés et comment se sont intégrés les réfugiés birmans installés en Finlande. Il a aussi rencontré des familles birmanes.
« Je souhaite que la communauté internationale fasse encore plus pour changer la situation en Birmanie. Beaucoup de progrès a eu lieu mais il faut du soutien pour obtenir la paix. »
HS/A10

Politique intérieure

Partis politiques

Selon un sondage, le Parti conservateur est encore en tête, les Vrais Finlandais s’effondrent
Helsingin Sanomat relève que selon les résultats d’un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte du journal télévisé de la MTV3, chaîne commerciale, le Parti conservateur Kokoomus est encore le plus grand parti avec une popularité de 23 %. Il est suivi du Parti social-démocrate (21 %) et du Centre (21 %). L’audience des Vrais Finlandais varie entre 5 et 12 %, suivant l’interprétation et la façon de calculer.
Le sondage a été effectué en mai auprès de 1 051 personnes.
HS/A11

Parlement

Le Parlement compte modifier la redevance télévisuelle des entreprises
Selon Helsingin Sanomat, la commission des finances du Parlement est en train d’étudier le projet de loi sur la redevance télévisuelle des entreprises. Après l’audition des experts, la commission estime que l’impôt devrait être lié au résultat des entreprises et non à leur chiffre d’affaires.
La nouvelle redevance télévisuelle devrait entrer en vigueur en 2013. Les contribuables devraient payer 480 millions d’euros et les entreprises 22 millions d’euros
HS/A11

Politique salariale

Selon M. Lyly, les accords cadre sont de plus en plus importants
Selon Helsingin Sanomat, le président de la centrale syndicale SAK, M. Lauri Lyly, a souligné, lors d’une réunion du conseil de la SAK, l’importance des accords cadre dans la politique salariale aussi à l’avenir.
Selon M. Lyly, parce que le patronat critique constamment l’accord cadre de l’automne denier, il faut que le mouvement syndical défende encore plus strictement la politique salariale qui garantit les augmentations salariales pour tous les salariés.
Pour M. Lyly, il est encore trop tôt de décider la forme du prochain accord cadre pour l’automne 2013. « Il faut commencer à penser à la suite. Le modèle d’un accord commun fait aussi de bons résultats. »
M. Lyly estime que les grandes centrales syndicales SAK et STTK devraient s’unir. « Cela est toutefois aux mains des syndicats. Il n’y a aucune négociation en cours à ce sujet. »
HS/A10

Finnair

Les pilotes et Finnair trouvent un accord sur les arrangements à l’égard de Flybe
Les pilotes qui se chargeront des vols Embraer pour le compte de Flybe garderont leurs contrats de travail avec Finnair. Durant une période de transition, ces pilotes seront formés pour piloter des Airbus, chez Finnair.
Les salaires des pilotes ne seront pas touchés, mais leur charge de travail sera progressivement augmentée.
Par contre, les négociations entre Finnair et l’association des hôtesses de l’air et des stewards n’ont pas avancé. Elles se poursuivront, vendredi.
HS/B7

France – Finlande

Economie

Louis Vuitton arrive à un bon résultat à Helsinki
Kauppalehti relève que l’établissement de Louis Vuitton en Finlande se passe bien. Après une première année déficitaire, le résultat est très bon depuis trois ans. Le chiffre d’affaires de Louis Vuitton Finlande a augmenté de 34 % en 2011 pour dépasser les dix millions d’euros.
KL/4-5

Littérature

Les droits du premier roman de Laura Gustafsson vendus en France
Le premier roman de Laura Gustafsson sera traduit en français et en allemand et sera adapté sur scène par Ryhmäteatteri en février 2013.
HS/C1

Mercredi 23 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Grèce - Crise de la dette

« Il faut que la Finlande soit active pour développer la zone euro » Dem
Le Premier ministre Jyrki Katainen présidera un comité interministériel de politique européenne, ce matin, avant d’être entendu par la Grande Commission du parlement, afin de préparer le dîner européen de Bruxelles.
Le président du patronat,( EK), M. Ole Johansson estime que « la Finlande doit participer activement au cœur des décisions sur la zone euro ». Il souligne qu’il ne faut pas revenir aux monnaies nationales.
Selon le patronat, l’UE ne devrait pas décider seule de l’instauration d’une transaction sur les transferts financiers. Il faut au contraire qu’une telle taxe soit mondiale.
Le patronat critique aussi la politique climatique de l’UE qui a « de manière unilatérale diminuer la compétitivité des entreprises européennes ».
Dem

Défense

Editorial : « La coopération de défense façonne les alliances » HS
Lors du sommet de l’OTAN à Chicago, les pays membres ont souligné l’importance des relations de plus en plus renforcées avec les pays partenaires non membres de l’alliance, telle la Finlande.
La coopération internationale modifie, depuis longtemps, la défense finlandaise ; les principales voix de coopération passant par les pays nordiques, l’OTAN et également, de façon essentielle, l’UE.
Il ne s’agit pas seulement d’une coopération militaire traditionnelle mais d’une continuité qui va de la défense territoriale finlandaise à la gestion de crise internationale.
Le but est de renforcer la sécurité de la Finlande. Cependant, une attaque militaire contre le pays ne représente plus la menace la plus vraisemblable.
Une grande partie de la coopération est liée à des menaces nouvelles comme le terrorisme, les cyber-attaques et les changements environnementaux catastrophiques.
Une participation finlandaise à la surveillance de l’espace aérien islandais ferait avancer la coopération et ferait davantage encore disparaître la frontière entre l’OTAN et les pays nordiques, mais la Finlande ne s’engagerait pas pour autant à répondre aux devoirs de défense islandaise à la place de l’OTAN.
Les conditions détaillées des patrouilles aériennes des chasseurs finlandais et suédois seront minutieusement déterminées dans des accords bilatéraux avec l’Islande. En vue de cette coopération, il serait important que les conditions pour ces deux pays non membres de l’OTAN seraient les plus identiques possibles.
En Suède, le traitement politique de la question est un peu plus facile qu’en Finlande dans la mesure où la déclaration de solidarité, approuvée il y a cinq ans par le parlement, confère à la coopération nordique un cadre politique. En Finlande, les discussions sur la défense ont tendance à se transformer en des débats sur l’OTAN, ce qui complique la question.
Le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, qui devrait être prêt à la fin de l’année, offre une excellente occasion à la Finlande pour clarifier la coopération nordique en matière de la défense en lui réservant une position clairement séparée.
HS23.5/A2

Politique intérieure

Parti social-démocrate

Le congrès du PSD commencera demain
Helsingin Sanomat relève que la lutte pour les trois postes de vice-présidents et celle pour le poste du secrétaire général seront intéressantes. Mme Maria Guzenina-Richardson, ministre des Services de base, a annoncé ce matin qu’elle ne se représenterait plus pour la vice-présidence. La députée Piia Viitanen, actuelle vice-présidente, serait élue à la présidence du conseil national. Le troisième vice-président, le député Ilkka Kantola, ne serait peut-être pas réélu.
Selon les spéculations, Mme Krista Kiuru, ministre du Logement et des Communications, est une candidate en vue pour une vice-présidence, ainsi que les députés Antti Lindtman et Jukka Kärnä.
Le secrétaire général actuel, M. Mikael Jungner, quittera son poste. Il y a plusieurs candidats pour son remplacement, dont MM. Reijo Paananen et Markku J. Jääskeläinen.
La présidente du parti, Mme Jutta Urpilainen, sera réélue sans problème.
HS/A8, IS/14-15

Gouvernement

Les congrès des partis consolideront la position de M. Katainen et de Mme Urpilainen
Selon Suomenmaa, organe du Parti du centre, Mme Jutta Urpilainen, sera réélue par 500 délégués sociaux-démocrates au congrès du PSD dans quelques jours. Le congrès du Parti conservateur réunira de 800 à 1000 délégués à Rovaniemi à la mi-juin pour réélire M. Jyrki Katainen à la tête du parti.
Mme Urpilainen pourra faire l’éloge de la victoire du candidat socialiste, M. Hollande à l’élection présidentielle en France. Les sociaux-démocrates sont en train de retrouver leur confiance. M. Katainen et Mme Urpilainen s’entendent bien, mais si l’audience du PSD augmente dans les sondages, cela créera des tensions au sein du gouvernement.
Suomenmaa rappelle que le PSD a promis d’effectuer une rotation ministérielle dans un an. « Il sera intéressant de voir si Mme Guzenina-Richardson, qui a été beaucoup critiquée dans les médias, peut encore continuer comme ministre. Les sociaux-démocrates se demanderont peut-être si les ministres doivent se représenter aux prochaines élections législatives. Cela concerne MM. Tuomioja (65 ans) et Ihalainen (65 ans). »
SM

Parti suédois

M. Haglund serait plus populaire pour la présidence
Selon un sondage que Hufvudstadsbladet a effectué auprès des délégués du congrès du parti, M. Carl Haglund, parlementaire européen, serait plus populaire pour la présidence du Parti suédois que Mme Anna-Marja Henriksson, ministre de la Défense. 92 délégués sont favorables à M. Haglund et 53 pour Mme Henriksson. 81 ne se sont pas exprimés et 15 n’ont pas pu être contactés.
Le congrès du Parti suédois aura lieu du 9 au 10 juin à Kokkola.
HBL

Communes

Mme Virkkunen reste optimiste quant à la réforme
Helsingin Sanomat rapporte que la ministre de l’Administration et des Collectivités locales, Mme Henna Virkkunen, note que selon le rapport du ministère des Finances sur les avis des communes concernant la réforme, 85 % des communes estiment qu’une réforme structurelle est nécessaire. Même si seulement 158 communes sur les 320 sont prêtes à étudier les éventuelles fusions, ces communes couvrent 70 % de la population du pays.
Selon le ministère des Finances, « les avis des communes sont dispersés et partiellement contradictoires ».
Mme Virkkunen estime que « les communes parlent à plusieurs voix et une vue commune ne pourra peut-être pas retrouvée ».
HS/A7

Religions

Les prières des musulmans à Espoo autorisées
Helsingin Sanomat relève que selon l’ombudsman adjoint du Parlement, M. Jussi Pajuoja, il est légal d’organiser des prières dans une bibliothèque municipale. En automne 2010, une bibliothèque de la ville d’Espoo avait proposé un espace séparé pour les musulmans pendant le ramadan et cela n’avait pas diminué les services des autres visiteurs de la bibliothèque.
HS/A11

Rallonge budgétaire

Le gouvernement s’est mis d’accord sur sa deuxième loi de finance rectificative
Le budget supplémentaire consiste entre autres d’un transfert de 1,44 milliards d’euros pour le mécanisme européen de stabilité.
Le prêt de 1,6 milliards d’euros à la Grèce par contre n’a pas été utilisé dans sa totalité par la Grèce, ce qui veut dire que la Finlande en récupèrera 600 millions.
L’Etat s’endettera de 1,2 milliards d’euros, ce qui signifie que la dette publique s’élèvera à 88 milliards d’euros d’ici la fin de l’année.
Les crédits prévus pour les intérêts de la dette publique seront diminués de 217 millions d’euros du fait qu’ils devraient être inférieurs à ce que l’on avait évalué à l’origine.
L’estimation sur les recettes fiscales est revue à la baisse à hauteur de 175 millions d’euros.
Dem/9

Mines

Fiscalité
Kauppalehti relève que selon des spécialistes, la Finlande instaurera une fiscalité concernant les activités minières, malgré l’opposition de l’industrie.
KL a interviewé M. Goldsmith, directeur du groupe de l’industrie minière du consultant PwC, qui relève que l’industrie minière est prête à payer sa part sur les impôts, mais que ce secteur n’apprécie pas la modification fréquente de la règle du jeu. Il estime que l’incertitude concernant la politique finlandaise en matière de régulation du secteur, ainsi que sur les frais, diminuera la volonté d’investissement. Selon lui, l’avidité des Etats peut chasser les groupes miniers.
Les emplois prévus dans le domaine risquent de ne pas être réalisés si le secteur minier est imposé d’une toute autre façon que le reste de l’industrie.
M. Goldsmith estime que le modèle australien d’impôt sur les mines pourrait convenir à la Finlande. En Australie, les groupes paient une taxe sur le bénéfice.
KL relève que sur un classement de l’institut canadien Fraser, la Finlande se situe deuxième dans le monde en matière de l’attractivité dans les yeux de l’industrie minière. Sont pris en compte dans la comparaison notamment la mise en œuvre et la prédictibilité de la régulation, l’influence de la législation environnementale, la fiscalité, l’infrastructure, la stabilité politique, l’accès à la main d’œuvre et la corruption.
KL/4-5

Finnair

La compagnie aérienne envisage d’externaliser un tiers de ses vols
Dans le but de faire des économies dans une situation où ses vols européens sont déficitaires, la compagnie aérienne Finnair annonce qu’elle envisage d’externaliser un tiers de ses vols d’Europe vers un partenaire, éventuellement Flybe.
Dans la pratique, Flybe assurerait, à compter d’octobre, les vols sur les 12 Embraer E190 à la disposition de Finnair.
Finnair continuerait de se charger des horaires et des itinéraires, ainsi que de fixer les prix et vendre les billets.
Il est prévu que 120 des 750 pilotes de Finnair seraient transférés chez Flybe, ainsi qu’une centaine des 1800 membres du personnel de cabine. Il est prévu que lorsque leurs conventions collectives prendront fin, ils seront soumis à des conventions de Flybe Finland. Selon Mme Åkers, présidente de l’association des hôtesses de l’air et des stewards, les salaires chez Flybe sont de 20 à 30 % inférieurs à ceux de Finnair.
Mme Hautala, ministre chargée de la gestion des entreprises de l’Etat, considère que cette mesure est un pas dans la bonne direction. Elle relève que Finnair a disposé du plein soutien de l’Etat dans sa recherche d’un partenaire. Elle souligne que cette démarche n’est toutefois qu’une partie de l’exercice pour rendre Finnair plus rentable. Pour elle, la question concernant la position de l’Etat comme actionnaire majoritaire est toujours d’actualité.
Ilta-Sanomat relève que Finnair négocie actuellement le destin du reste de ses vols européens.
HS/A4, IS/8

Flybe
Ilta-Sanomat relève que Flybe est un groupe coté à la bourse de Londres avec un chiffre d’affaires de 698 millions d’euros (2010). Il dessert 202 lignes dans 18 pays.
En 2011, Finnair et Flybe ont créé Flybe Nordic, dont Flybe est actionnaire à hauteur de 60 % et Finnair de 40 %.
En août 2011, Flybe a acheté le groupe finlandais Finncom.
IS/8

Economie

Nokian renkaat supprime 120 emplois
Le groupe de pneumatiques Nokian Renkaat qui dispose pourtant de bonnes perspectives en matière de ventes, a décidé de supprimer 120 emplois en Finlande.
HS

Fiskars supprime 68 emplois
Le groupe Fiskars supprime 68 emplois de sa division de produits de jardinage de Billlnäs. Cette division a des sites de production aussi en Pologne, en France, en Norvège et en Russie.
HS

France – Finlande

Charlotte Gainsbourg

« La fille adulée d’un père adulé » HS
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du concert qu’a donné Charlotte Gainsbourg à La Cigale, à Paris. Dans le cadre de sa tournée, elle se produira à Helsinki, le 29 juin.
HS

France

Politique

Le nouveau gouvernement français
La correspondante à paris de Kauppalehti présente le nouveau gouvernement français et ses principaux ministres et notamment Mmes Taubira et Touraine et MM. Ayrault, Moscovici, Cazeneuve, Fabius, Montebourg et Peillon.
KL

Mardi 22 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Grèce - Crise de la dette

« M. Hollande propose des eurobonds aux dirigeants européens » AL KL
« Les thèmes du président français seront au menu du sommet européen » TS
« Les dirigeants européens se préparent à un débat sur la croissance » HS
Kauppalehti rapporte que le nouveau président français va présenter aux dirigeants européens la création d’eurobonds. Le quotidien économique rapporte que l’Allemagne et la Finlande sont rétives à cette idée de peur notamment d’une augmentation des taux d’intérêts.
STT rapporte que, lors du dîner des dirigeants européens, mercredi, ce sont les thèmes de la campagne du président français, et notamment la croissance, qui seront au centre des débats.
KL AL TS

Coopération franco-allemande
Hufvudstadsbladet relève que selon M. Kuoppamäki, économiste de la Banque Sampo, les différences d’opinion entre la France et l’Allemagne concernant les euro-obligations ne doivent pas être interprétées comme un conflit de grande importance entre les deux pays.
Pour M. Kuoppamäki, les propos de M. Hollande représentent un effort de prendre des initiatives économiques et de montrer que la France ne se laisse pas tenir en laisse par l’Allemagne.
Il estime toutefois qu’il ne serait pas souhaitable que se créé un conflit grave entre la France et l’Allemagne. C’est sur cet axe malgré tout, que l’on a négocié la solution à plusieurs crises.
HBL/9

OTAN – Sommet de Chicago

Selon M. Tuomioja, le sommet de l’OTAN s’est déroulé comme prévu
Selon le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, le sommet de l’OTAN s’est déroulé conformément aux attentes, l’Afghanistan ayant attiré l’attention capitale de la réunion. Selon lui, la réunion s’est déroulée dans un bon climat, où finalement la France, qui avait annoncé le retrait précipité de ses troupes, n’a pas non plus posé de problème. « Il ne s’agissait pas d’une réunion de collecte de fonds », dit le ministre. Selon lui, la Finlande a été remarquée pour avoir défendu les droits des femmes en Afghanistan et ailleurs.
Le président de la république finlandaise, M. Sauli Niinistö, a souligné dans son discours que l’aide à l’Afghanistan continuera en dépit du changement de pouvoir. La Finlande continuera de participer à la mission policière de l’UE et soutiendra, pour sa part, la formation des troupes afghanes. « La Finlande est prête à participer à la mission du suivi commandée par l’OTAN. Nous saluons également l’engagement de FIAS pour soutenir le financement de l’armée afghane », a affirmé M. Niinistö.
KS22.5/12

La Finlande s’accroche à la table OTAN
Selon un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, la Finlande souhaiterait continuer activement son partenariat avec l’OTAN. Cela signifierait notamment un renforcement du développement des performances de la défense nationale pour les ajuster aux normes de l’OTAN.
HS21.5/B2

Editorial : « Les économies modifient la relation de la Finlande avec l’OTAN » HS
La Finlande avait déclaré avant le sommet de l’OTAN à Chicago qu’après 2014, elle soutiendrait les activités des militaires et policiers afghans à hauteur de six millions d’euros par an. L’adaptation de l’OTAN aux changements économiques et de politique étrangère entrainera des modifications dans les relations de l’OTAN avec ses pays partenaires comme la Finlande et la Suède.
L’OTAN est devenue une part importante du réseau international de politique de défense de la Finlande et de la Suède, dont l’UE et la coopération nordique font également partie.
L’OTAN a un rôle primordial en ce qui concerne les exercices des troupes, ce qui constitue une condition à la fois pour la coopération nordique en matière de défense et les projets de gestion de crise de l’UE. La pression des mesures d’économie a transformé les belles phrases de la politique de défense. Ainsi les pays nordiques peuvent présenter leur coopération au sommet de Chicago sous un nouveau jour, non plus comme un rival mais comme une mesure d’économie.
Néanmoins, en Finlande, la coopération internationale en matière de défense a devancé son rôle dans la conscience générale, et cela pose problème. L’intention de la Finlande de participer à la surveillance de l’espace aérien islandais ne surprendrait pas autant, si on saisissait, à quel point, la coopération nordique, entre les armées de l’air en particulier et les autres corps d’armée en général, s’exercent d’ores et déjà de façon quotidienne.
A l’issue du sommet de l’OTAN, les dirigeants de la politique étrangère devraient se donner encore davantage de mal pour exposer publiquement la coopération en matière de défense qui est pour la Finlande à la fois utile et indispensable.
HS21.5/A2

Défense

Les chasseurs finlandais en Islande
La chef du service politique du ministère des Affaires étrangères, Mme Kirsti Kauppi, estime que des décisions sur l’opération des pays nordiques en Islande pourraient être prises cette année. Les détails de la préparation ont en principe été tenus secrets, mais selon les informations du quotidien Helsingin Sanomat, la Finlande participerait à la surveillance de l’espace aérien islandais à raison de quatre chasseurs durant trois semaines par an. A l’état-major de l’armée de l’air, les coûts de matériel et les majorations de salaire sont estimés inférieurs à un million d’euros par an. Les sommes consacrées aux patrouilles aériennes dépendront de la quantité des vols à effectuer. Il s’agira notamment de savoir si le nombre d’heures de vol en Islande dépasse celui des vols réalisés en Finlande. La conception de cette opération se concentre sur la manière dont les chasseurs finlandais et suédois participeraient aux patrouilles, les autres pays nordiques étant membres de l’OTAN. La Finlande tient tout à souligner qu’il s’agit d’un projet nordique et non de l’OTAN.
HS11.5/A6

Point de vue : Une nouvelle tâche pour la défense nationale
Le chercheur de l’Institut de politique étrangère, M. Charly Salonius-Pasternak, estime que « l’intention des dirigeants de la politique étrangère finlandaise de participer à la surveillance de l’espace aérien islandais est un signe évident de changement de la ligne de conduite en matière de politique étrangère. L’avenir de la politique étrangère et de sécurité de notre pays ne dépend plus uniquement de l’Union européenne. Le but de cette nouvelle ligne consiste à tisser de bonnes relations de collaboration et de partenariat avec différents pays et organisations qui permettront à la société finlandaise d’obtenir, au besoin, de l’aide en cas de différentes crises. »
« La participation à la surveillance de l’espace aérien islandais est une décision importante et marque une nouvelle ligne intéressante à plusieurs égards. Ainsi, la Finlande participerait à la surveillance et à la protection de l’espace aérien d’un pays membre de l’OTAN. Officiellement, la Finlande parle de « patrouille » et de « surveillance », mais en langage OTAN, il s’agit de « combat air patrol » ou « air policing/surveillance ». Il serait souhaitable que les dirigeants finlandais comprennent que, dans le cas où un avion militaire russe violait l’espace aérien islandais, les chasseurs finlandais seraient tenus de se comporter de la même façon qu’en défendant l’espace aérien finlandais. »
« Il est compréhensible d’un point de vue de politique intérieure et étrangère que les dirigeants politiques souhaitent souligner le caractère inter-nordique de la surveillance de l’espace aérien islandais. Officiellement il s’agit d’un approfondissement de la coopération nordique. Néanmoins, il convient de constater qu’en choisissant de participer à la surveillance de l’espace aérien islandais, la Finlande désigne les pays nordiques et l’OTAN comme ses partenaires de référence les plus proches en matière de politique de défense. L’union européenne brille par son absence. Cette décision indiquerait par ailleurs, que les dirigeants politiques de la Finlande ont enfin admis le fait que le rôle de l’Union européenne en matière de défense n’existe que dans la liturgie de quelques rares pays membres de l’UE qui ne font pas partie de l’OTAN. »
« L’union européenne restera une référence importante pour la politique de défense et de sécurité finlandaise. Le traité de Lisbonne prévoit pour les pays membres des engagements très clairs en matière de politique de défense et de sécurité. La Finlande est sollicitée, depuis plusieurs années, pour participer à la surveillance de l’espace aérien estonien, lituanien et letton commandée par l’OTAN. La réponse a toujours été négative alors que la Finlande aurait, conformément au traité de Lisbonne, le devoir d’aider ces pays membres de l’UE en cas de crise militaire. Ainsi la Finlande ne souhaite pas participer à la surveillance de l’espace aérien d’Estonie qui est un pays membre de l’UE alors que son attitude est positive vis-à-vis de l’Islande qui est un pays nordique et membre de l’OTAN. C’est là une marque évidente d’orientation vers la coopération nordique aux dépens de la coopération de l’UE. »
« La coopération de plus en plus étroite en matière de politique de défense et militaire entre l’OTAN et les pays nordiques représente une fraction importante dans le réseau politico-sécuritaire tissé par les dirigeants de la politique étrangère du pays. Elle est par ailleurs consolidée par la coopération bilatérale notamment avec les Etats-Unis, Israël et l’Allemagne. La coopération avec les Etats-Unis se profile tout particulièrement comme le véritable câble de soutien central de ce nouveau réseau. Les trois derniers présidents ont soutenu le renforcement de cette collaboration, ce qui est un signe manifeste de l’importance que représente et représentera à l’avenir, la coopération avec les Etats-Unis. »
HS20.5/A2

Politique intérieure

Euthanasie

La prise de position des Verts a suscité un débat
Les autres partis considèrent la question comme trop apolitique pour souhaiter l’évoquer dans leur programme
Le fait que les Verts aient inscrit une position favorable à l’égard de l’euthanasie dans leur programme a suscité un débat animé. Certains estiment qu’il serait plus opportun de développer les soins terminaux, certains craignent même que l’adoption de l’euthanasie entraîne un abandon de l’objectif de soins terminaux de haute qualité.
Les autres partis ne croient pas qu’il y aura une législation en la matière prochainement. M. Backman, président du groupe parlementaire du PSD, relève que le parti a déjà évoqué la question mais sans que cela ait mené quelque part. Mme Nylander, présidente du groupe suédois, estime que la question est de telle envergure qu’il faudrait qu’elle soit inscrite dans le programme du gouvernement si l’on souhaite la faire avancer.
M. Vapaavuori, président du groupe conservateur, n’a pas souhaité évaluer la question de plus près. M. Tiilikainen, président du groupe centriste, se déclare plutôt réservé. Pour lui, c’est une question de conscience et du domaine éthique sur laquelle il est difficile pour un parti politique de prendre position.
M. Soini et Mme Räsänen, présidents des Vrais Finlandais et des Démocrates chrétiens, s’opposent fervemment à l’euthanasie.
HS/A4, KS/9

Vrais Finlandais

M. Soini en congé de maladie
Le président des Vrais Finlandais, M. Soini, est en congé de maladie jusqu’à jeudi.
HS/A6

Caisses de retraite

Les Vrais Finlandais s’inquiètent sur les fonds des caisses de retraite
Le règlement concernant la solvabilité des caisses de retraite a été réformé pour une durée déterminée en 2008, en raison de la crise économique. A l’origine, la législation était prévu aller jusqu’à fin 2010, mais elle a été prolongée de deux ans.
Les Vrais Finlandais souhaitent une meilleure préparation concernant cette question avant de prolonger la législation une nouvelle fois.
Le projet de loi est actuellement à l’étude au Parlement. Outre sa préparation hâtive, les Vrais Finlandais trouvent d’autres problèmes dans le projet. Ils estiment qu’il affaiblit la surveillance et traite les grandes caisses d’assurance retraite mieux que les petites.
HS/A6

Economie

« Optimisme des chefs d’entreprises » HS
Selon une étude des chambres de commerce et de Helsingin Sanomat, les perspectives des chefs d’entreprises finlandais sont meilleures qu’il y a encore six mois. 73% des chefs d’entreprises interrogés estiment que leurs perspectives sont meilleures qu’au semestre dernier.
Même si les grandes entreprises réduisent leurs effectifs, plus ont s’éloigne de la capitale et plus les entrepreneurs sont optimistes. Cela signifie que « l’on se dirige vers un modèle danois où les PME jouent un rôle de plus en plus important » selon le président de la chambre de commerce, M. Penttilä.
L’étude montre aussi que les entrepreneurs sont surtout intéressés par l’Europe. Moins d’un cinquième déclare être intéressé par l’Asie.
En matière de production, les entrepreneurs sont fidèles à la Finlande puisque 69% n’envisagent pas de délocaliser leur production.
HS

Nokia

« Effondrement de la valeur de la marque » KL
Nokia ne figure même plus dans les cent marques de plus grande valeur au monde. L’année dernière Nokia occupait encore le 81ème rang avec une valeur de la marque évaluée à 7,4 milliards d’euros.
KL

« Les difficultés de Nokia » HS
Helsingin Sanomat estime que la diminution des liquidités de Nokia (dont les caisses ont perdu 2 milliards en quinze mois) va renforcer les difficultés du groupe qui devra prendre des décisions stratégiques. Le quotidien envisage plusieurs possibilités : une diminution des effectifs pour gagner en rentabilité, la vente de certains actifs (Vertu, Navteq), la vente de certaines licences, l’augmentation des ventes (notamment sur les téléphones bas de gamme et dans les marchés émergents), ou alors le risque (très improbable) de la faillite.
HS

Energie

« D’importants investissements dans les éoliennes » KL
Kauppalehti rapporte que les investissements en Finlande dans les éoliennes sont importants : alors qu’il n’y a actuellement que 131 éoliennes, il y a déjà 178 projets de nouvelles éoliennes. Dans les années à venir ce sont jusqu’à 300 nouvelles éoliennes qui pourraient s’élever sur les côtes. Les investissements viennent du monde entier, attirés en Finlande par la législation très favorable qui garantit aux investisseurs un prix minimum pendant douze ans.
KL

France – Finlande

Bande dessinée

Christophe Blain au festival de Kemi
Kaleva publie une interviezw de Christophe Blain, auteur de Quai d’Orsay, actuellement en visite au festival de bande dessinée de kemi.
Kaleva

Sport

La France à nouveau à Helsinki au championnat du monde de Hockey de 2013
La France jouera l’année prochaine à Helsinki le championnat du mon de Hockey sur glace. Elle rencontrera, outre la Finlande, la Russie, la Slovaquie, les Etats-Unis, l’Allemagne, la Lettonie et l’Autriche.
HS

Lundi 21 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Grèce - Crise de la dette

Selon M. Stubb, il existe un plan sur la sortie de la Grèce
Vendredi soir, le commissaire Olli Rehn avait démenti l’existence de plans concernant l’éventualité d’une sortie de la Grèce de la zone euro. Samedi martin, à Yle, le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb a déclaré : « Je suis certain que dans chaque Etat membre et dans chaque institution européenne il existe des plans » pour la sortie de la Grèce de la zone euro. « S’ils votent contre les réformes structurelles, il est difficile de voir comment la Grèce pourrait rester membre de la zone euro. La Grèce vit depuis des années au-dessus de ses moyens ».
M. Stubb considère qu’une sortie de la Grèce de la zone euro n’aurait pas « d’effets radicaux pour la Finlande ». Ce sont les effets indirects, soit le risque d’une propagation à l’Italie et à, l’Espagne qui sont les plus importants. Néanmoins, ce risque de propagation est aujourd’hui moindre qu’il y a deux ans.
Enfin, M. Stubb réfute toute possibilité qu’un nouveau gouvernement grec renégocie les plans d’aides avec l’UE et le FMI.
M. Stubb considère que la discussion, sur la rigueur ou la croissance est trop manichéenne : « On a besoin des deux. Il faut d’abord retrouver la confiance, ce qui signifie la rigueur. Ensuite, on pourra se lancer sur le chemin de la croissance ». La croissance doit se faire selon trois voies : des réformes structurelles dans tous les Etats membres, l’approfondissement du marché intérieur et la libéralisation du commerce international.
HS Yle TS

Selon Mme Kumpula-Natri, ce sont les Grecs qui décident
La présidente de la Grande Commission estime qu’il revient au peuple grec de décider lui-même ce qu’il souhaite. « Du point de vue de la Finlande, ce sont les régions voisines qui sont le plus liées les unes aux autres. La Finlande avec la Suède et l’Allemagne. Il en va de même pour les pays méditerranéens. Il est très important que la Grèce choisisse la voie de la démocratie et respecte la volonté du peuple grec ».
IS

Les Grecs intéressés par la Finlande
Selon l’ambassadeur de Finlande en Grèce, M. Pekka Lintu, de plus en plus de Grecs pensent à fuir leur pays et se tournent aussi vers la Finlande.
L’ambassadeur déclare aussi que l’image de la Finlande n’a pas été ternie aux yeux des Grecs car c’est l’Allemagne et sa chancelière qui apparaissent de manière négative dans le débat interne.
KS

G8

Le sommet du G8 a revigoré M. Hollande
Helsingin Sanomat relève que les projets du président français ont reçu un bon écho lors du G8.
HS

OTAN

Faible écho de la Finlande aux demandes d’aide des Etats-Unis
Les Etats-Unis ont demandé à la Finlande une iade de 15 millions d’euros pour financer les troupes afghanes. La Finlande, qui finançait ces troupes à hauteur de 2 millions a décidé de porter cette aide à 6 millions d’euros.
« Chaque Etat décide de ce qu’il finance et à quelle hauteur. L’Afghanistan finance elle-même une partie de ces activités et, il faut l’espérer, de plus en plus », déclare Mme Elina kalkku du ministère finlandais des Affaires étrangères. La Finlande souhaite financer principalement l’aide au développement en Afghanistan et porter ce financement à 20 millions d’euros en 2014.
Avant son départ pour le sommet de Chicago, le Président Niinistö a souligné que le gouvernement et le président avaient décidé de cette augmentation à 6 millions du financement des troupes afghanes. « Nous allons passer à 6 millions d’euros par an, principalement pour le financement de la police afghane ».
A Chicago, le Ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja, a déclaré, avant la réunion entre l’OTAN et les pays partenaires : « Ces Etats du PARP sont, aux yeux de l’OTA N, des pays susceptibles d’apporter quelque chose et pas des pays qui demandent quelque chose de l’OTAN ». Il estime que le sommet de Chicago ne devrait pas apporter de modification à ce partenariat ni prendre de décisions. « Il va renforcer la bonne coopération et la valeur de ce que notre participation aux opérations de gestion de crise a apportée ».
HS Yle

Pas de changement dans la ligne finlandaise sur l’OTAN
Avant son départ pour le sommet de Chicago, le Président Niinistö a déclaré que la ligne finaldnaise sur l’OTAN ne changerait pas dans un avenir proche. « Nous nois basons sur le dernier livre blanc de 2009 et sur le programme du gouvernement de 2011. On va préparer un nouveau livre blanc et je pense que l’on en restera probablement sur l’ancienne ligne politique ».
Yle

Editorial : « Il est temps d’adhérer à l’OTAN » Kaleva
Kaleva estime que, la guerre froide étant finie, la Finlande a choisi son camp en adhérant à l’UE et en développant l’interopérabilité de son armée avec l’OTAN. Il ne manque plus que de franchir le pas politique. Le temps d’adhérer à l’OTAN est venu… depuis une décennie d’ailleurs ».
Kaleva

Liban

Les premiers casques bleus finlandais sont partis
La Finlande a décidé d’envoyer 177 casques bleus au Liban. Les premiers soldats sont partis de Tampere vendredi.
Il n’y avait plus de casques bleus finlandais au Liban depuis 20°7.
AL

Russie

Selon une politologue, l’arrestation de M. Knuuttila pourrait nuire aux relations entre la Finlande et la Russie
Turun Sanomat rapporte que selon Mme Hanna Smith, chercheur à l’institut Aleksanteri, spécialiste en politique étrangère russe, l’arrestation de M. Seppo Knuuttila, chercheur au centre national de l’environnement à Kingisepp en Russie il y a un mois, laisserait des traces dans les relations fenno-russes. Pour Mme Smith, l’affaire est très grave. Elle estime que la réponse de la Russie à la note finlandaise a été diplomatique, mais on peut lire entre les lignes que la Russie ne veut plus évoquer la question.
L’affaire n’a pas été évoquée dans les médias en Russie. « Ceux qui ont commenté l’affaire sont des fonctionnaires ordinaires, tandis qu’en Finlande, même le ministre des Affaires étrangères l’a commentée. »
TS/sam/10

Intervention de la Finlande concernant Mme Tchirikova
La ministre du Développement, Mme Heidi Hautala, a demandé à l’ambassade de Finlande à Moscou d’intervenir concernant l’arrestation de Mme Evgenia Tchirikova, militante russe dans les questions de l’environnement, lors d’une manifestation à Moscou jeudi dernier. Mme Hautala et l’Alliance verte ont attendu Mme Tchirikova à Lappeenranta pour le congrès des Verts.
Selon M. Jaakko Lehtovirta, ministre conseiller à l’ambassade de Finlande à Moscou, jusqu’à présent, l’ambassade n’est pas intervenue dans des cas pareils. Cette fois-ci, comme la personne a été invitée en Finlande, l’ambassade a pris contact avec le ministère russe de l’intérieur. Mme Tchirikova a été libérée vendredi et a pu participer au congrès des Verts. M. Lehtovirta estime que l’intervention finlandaise n’y était pour rien.
Mme Tchirikova souhaite que l’Europe prenne une attitude plus stricte vis-à-vis des violations des droits de l’homme par la Russie de M. Poutine.
Yle

Politique intérieure

Congrès de l’Alliance verte

Euthanasie parmi les questions débattues
Les Verts se sont réunis à Lappeenranta et les journaux relèvent que des questions éthiques comme l’euthanasie et la position des confessions et des idéologies vis-à-vis de l’Etat les ont divisés. Le parti a inscrit dans son programme qu’il favorise des soins terminaux de bonne qualité et éventuellement l’euthanasie.
Dans le domaine de l’économie, le parti souhaite l’instauration d’une croissance modérée, ce qui signifie qu’au lieu de briguer une forte croissance, il faudrait mettre l’accent sur le bonheur. Les Verts s’opposent à l’autorisation d’une production basée sur les OGM en Finlande, sans des recherches approfondies et une évaluation sur les effets des OGM. 
Concernant l’énergie nucléaire, les Verts promeuvent l’idée d’y renoncer le plus rapidement possible, à la condition toutefois que cela n’augmente pas les émissions de CO2.
Concernant la liberté de confession, les Verts estiment que toutes les confessions devraient disposer d’une position égale vis-à-vis de l’Etat.
Les Verts souhaitent que les parents soient mieux informés sur les risques de la circoncision.
M. Ville Niinistö, président du parti et ministre de l’Environnement, n’a pas révélé sa position personnelle concernant l’euthanasie. Il souligne l’importance de débattre de la question. L’inscrire dans le programme du parti est un bon moyen de faire avancer ce débat, alors qu’une législation en la matière est encore loin, selon lui.
Mme Hassi, députée européenne, souhaite que la Finlande puisse adopter le « redressement vert » à l’allemande. Elle estime que l’Allemagne est un constructeur déterminé de l’économie verte et que ce n’est pas une coïncidence que ce pays est depuis longtemps la locomotive de l’économie européenne.
Aucune nomination dans la direction du parti n’était prévue.
HS/dim/A6, lun/A4, AL/lun/A5

M. Soini et Mme Räsänen condamnent la position des Verts sur l’euthanasie
M. Soini, président des Vrais Finlandais, estime, sur son blog, que les Verts représentent « une culture de la mort » avec leur position sur l’euthanasie. Mme Räsänen, présidente des Démocrates chrétiens, ministre de l’Intérieur, écrit, elle aussi, que les Verts se sont lancés dans la promotion « d’une idéologie destructive ».
HS/lun/A4, www.hs.fi

Gouvernement

Le gouvernement avait promis 125 projets de loi, mais en a présenté 58 seulement
Selon Aamulehti, les députés sont loin d’être surchargés de travail. Les séances plénières sont courtes et les commissions ont très peu à faire. Les députés ont le temps d’effectuer des visites à l’étranger.
M. Olli-Pekka Heinonen, secrétaire d’Etat du Premier ministre, admet que le gouvernement avait promis de présenter 125 projets de loi au Parlement pendant le premier semestre de l’année en cours, mais 58 seulement ont été présentés. Selon M. Heinonen, il y a plusieurs raisons pour le retard : des questions nécessitant une étude supplémentaire ont été évoquées dans la phase consultative ou les projets peuvent être liés à des projets européens ou autres questions internationales.
Aamulehti estime que par exemple la Grèce ou la réforme des communes ont freiné les préparatifs des lois, ainsi que la coalition gouvernementale très large qui ne fonctionne pas bien. Les deux partis de l’opposition ne sont pas en forme non plus. Les Vrais Finlandais n’ont pas encore appris comment travailler au Parlement. Après la crise de l’euro, les décisions prises au Parlement semblent moins importantes pour beaucoup de députés.
AL/lun/A4

Affaire Kanerva

M. Kanerva quittera le conseil municipal de Turku
Turun Sanomat relève que le député conservateur Ilkka Kanerva, conseiller municipal de Turku, a annoncé dimanche avoir décidé de se retirer du conseil municipal jusqu’aux élections municipales d’octobre prochain. Le conseil municipal devait prendre aujourd’hui la décision concernant le sort de M. Kanerva, condamné à une peine de prison avec sursis pour un an et trois mois pour la corruption politique.
M. Kanerva compte se présenter aux élections municipales de l’automne prochain.
TS/3

France – Finlande

Thèse

La guerre d’hiver finlandaise du point de vue français
Keskisuomalainen relève que M. Henrik Tala a soutenu son thèse de doctorat Sauver la Finlande – Edouard Daladier, Premier ministre, et l’aide française à la Finlande 1939-40 à l’Université de Helsinki, samedi.
KS/sam/16

France

Politique

« Un premier ministre normal » TS
« Les élections législatives décideront du pouvoir du Président » TS

Littérature

Anne Wiazemsky
Hufvudstadsbladet publie une critique par Gunn Gestrin de l’ouvrage Une année studieuse d’Anne Wiazemsky.
HBL/dim/33

Société

« Même les petits investisseurs investissent dans le vin » Kaleva

Vendredi 18 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

M. Katainen craint un arrêt de la croissance
Le premier ministre estime que la Finlande a plus à craindre un arrêt de la croissance économique qu’une éventuelle perte de ses aides à la Grèce. Il souligne qu’il est vain de réfléchir aux pertes directes pour la Finlande d’un défaut de la Grèce. Un problème plus sérieux est la vague d’incertitude qui ferait suite à une éventuelle sortie grecque de la zone euro.
« Bien sûr perdre nos prêts à la Grèce totalement ou en partie serait sérieux, mais d’une valeur bien moins importante que le risque d’un ralentissement global de l’activité économique », dit-il, comparant la situation à la faillite de la banque Lehman Brothers aux Etats-Unis en 2008.
M. Katainen ne se prononce toutefois pas sur la possibilité d’une nouvelle crise financière. « La situation aujourd’hui est différente. Mais quand on parle d’une catastrophe totale pour un Etat membre de la zone euro, il est très difficile d’en évaluer les conséquences. »
M. Katainen souligne toutefois que les Finlandais doivent garder leur calme. « Si on a du travail et des revenus, il faut emprunter en conséquences. Quant à l’Etat finlandais, il emprunte à des taux exceptionnellement bas. Cela devrait probablement maintenir les taux d’intérêt des ménages à un niveau modéré pour quelques temps ». La situation de la Finlande est plus aisée car les pays du Sud de l’Europe étant en crise, les investisseurs cherchent des endroits sûrs où placer leur argent, comme la Finlande ou l’Allemagne. Mais à long terme, la Finlande sera affectée par la crise de la Grèce. « La Finlande s’est préparée à une instabilité, comme en témoigne les décisions du gouvernement. Il ne faut pas paniquer, mais nous n’éviterons pas les effets d’une tempête mondiale ».
HS

« Un retour à la drachme serait difficile » KS
Les économistes interrogés par Keskisuomalainen estiment qu’il serait difficile pour la Grèce de revenir à une devise nationale. Même si un défaut de la Grèce est possible, il est improbable qu’elle retrouve son ancienne monnaie.
KS

Eurogroupe

Les jeux ne sont pas faits
Kauppalehti rapporte que les jeux ne sont pas faits concernant les nominations à venir (présidence de l’Eurogroupe, BERD…). Le quotidien économique estime que M. Katainen peut encore apparaître comme un candidat de compromis pour la présidence de l’eurogroupe face à M. Schauble.
KL

Russie

La Russie a répondu à la note finlandaise
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande a reçu une réponse de la Russie concernant la note sur l’arrestation de M. Seppo Knuuttila, chercheur au centre national de l’environnement, à Kingisepp en Russie, en avril.
Dans sa réponse, la Russie répète la vue selon laquelle M. Knuuttila a été intercepté dans la zone de l’usine Fosforit de manière illégale.
La Russie souhaite que l’incident ne complique pas les relations entre la Finlande et la Russie.
Selon le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, qui a effectué hier une visite à Saint-Pétersbourg, la Russie ne veut pas monter l’affaire en épingle. « A mon avis, la réponse a été donnée dans une intention de compromis. »
La Finlande continue à étudier les mesures russes concernant l’arrestation de M. Knuuttila. « En Finlande, un tel comportement des autorités ne serait pas toléré, mais cela est une autre affaire. »
Pour M. Tuomioja, « l’essentiel est que la coopération poursuit et les émissions n’arrivent plus dans la mer Baltique ».
HS/A8

Politique intérieure

Turku

L’année de la capitale européenne de la culture a bien rapporté
Helsingin Sanomat relève que selon une étude récente, pour Turku, les effets de l’année de la capitale européenne de la culture en 2011 ont été plus positifs que prévu. Le PNB de la Finlande du sud-ouest a augmenté de 260 millions d’euros et l’année culturelle a créé 3 300 équivalents temps plein. Il y a eu plus de touristes que prévu : 17 millions d’euros ont été dépensé dans les hôtels, soit quatre fois de plus que selon les estimations.
L’année culturelle a coûté 55 millions d’euros dont la part de la ville de Turku a été de 18 millions.
HS/C1

Nucléaire

Selon le STUK, après Fukushima, la sécurité nucléaire a été améliorée dans le monde
Selon Turun Sanomat, le directeur général de STUK, M. Tero Varjoranta, a annoncé que la sécurité nucléaire a été améliorée dans le monde entier après la catastrophe de Fukushima. « Nous avons tous beaucoup appris de la catastrophe, mais les études définitives prendront une dizaine d’années », a déclaré M. Varjoranta mercredi lors d’un débat organisé par le STUK.
Selon M. Varjoranta, dans les contrôles on n’a pas découvert de risques dans les centrales nucléaires finlandaises. « Depuis les années 1980, nous améliorons continuellement la sécurité nucléaire, de 50 à 60 millions d’euros tous les ans. »
TS/jeu/21

Projet d’automatisation du métro

L’automatisation enterrée
Le directoire de la compagnie de transports publics de Helsinki a décidé, mercredi, de dénoncer le contrat d’automatisation du métro passé avec Siemens. Ce contrat, signé en 2008, d’une valeur de 115 millions d’euros, est donc rompu après de longues négociations : la ville aurait souhaité continuer à négocier la réalisation de l’automatisation en repoussant un accord sur le prix final alors que Siemens souhaitait que le prix soit fixé avant de continuer les travaux.
Helsinki a déjà versé 17 millions d’euros pour les travaux engagés. Les procédures pour les dommages de cette dénonciation du contrat seront longues, selon HS.
HS

France

Politique

« La nouvelle Première Dame ne sera pas passive » HS
« Un nouveau gouvernement avec des hommes d’expérience » HS
Helsingin Sanomat relève en particulier les nominations de M. Fabius aux Affaires étrangères et de M. Moscovici aux Finances.
HS

Mercredi 16 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Grèce

« Selon M. Katainen, l’attente sera longue » Yle
Le premier ministre a déclaré ce matin à Yle que les semaines à venir seraient une longue attente concernant le résultat des futures élections en Grèce. Il souligne que si le pays fait défaut il devra se résoudre à des économies encore plus drastiques.
Interrogé sur MTV3, hier, M. Katainen a déclaré qu’il était très inquiet par la situation en Grèce et une éventuelle propagation à l’Espagne et à l’Italie. « La situation a bien changé depuis deux ans. Une sortie grecque de la zone euro ne déclencherait pas une nouvelle crise financière. Mais nous avons aussi d’autres problèmes : quels seraient les effets sur l’économie européenne et mondiale ? La principale menace est un arrêt de la croissance, ce qui aurait un effet direct sur l’emploi et la vie quotidienne des Finlandais ».
La ministre des Finances Jutta Urpilainen a déclaré qu’en Grèce il ne s’agit plus seulement d’une crise économique mais plutôt d’une impasse politique et peut-être même d’une crise de la démocratie. « Je considère comme impossible que les autres pays renégocient le plan d’aide à la Grèce pour le seul fait que de nouvelles élections ont lieu dans ce pays », estime-t-elle.
Yle IS TS

Editorial : « Toutes les alternatives mènent la Grèce vers la ruine » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime qu’il semble de plus en plus probable que la Grèce devra quitter la zone euro. Il reste désormais à savoir quand cela arrivera ».
HS

Travail

La Finlande souhaite décider elle-même du droit de grève
Le Parlement finlandais est très réservé sur le projet de règlement de la Commission qui pourrait avoir un effet sur le droit de grève dans les Etats membres.
La présidente de la Commission du travail, Mme Filatov, souligne que ce sujet est si important que la Finlande est prête à utiliser son droit à faire jouer la clause de subsidiarité (seulement pour la seconde fois depuis son entrée dans l’UE).
Le ministre du Travail, M. Ihalainen a lui aussi condamné le projet de la commission qu’il considère comme susceptible de brouiller plutôt que d’éclaircir le droit de grève.
HS Dem

Changement climatique

La Finlande arrive 11ème dans le monde pour son empreinte écologique
Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la nature WWF sur l’état de la Terre, la Finlande dispose de la onzième empreinte écologique dans le monde. L’empreinte du Danemark, de la Belgique, des Pays-Bas et de l’Irlande est plus importante que celle de la Finlande, alors que la Suède, la Norvège, l’Estonie, par exemple, se situent plus loin.
La France si situe au 23ème rang, après la Grèce et devant la Norvège.
HS/B5, AL/A13

Syrie

Investissements finlandais en Syrie et dans les pays du printemps arabe
Helsingin Sanomat rend compte des contacts de groupes finlandais avec la Syrie. Wärtsilä, Metso et Nokia Siemens Networks ont quelques liens commerciaux avec les Syriens.
M. Keränen de Finnpro, organisation pour la promotion des exportations finlandaises, relève qu’avec l’Egypte et la Libye, les perspectives sont plutôt favorables avec le rétablissement du secteur privé. Les exportations de bois en Egypte ont augmenté depuis la révolution. La reconstruction en Libye dont celle du secteur des services médicaux pourrait offrir des possibilités pour les entreprises finlandaises, selon M. Keränen.
HS/B5

Afghanistan

Une patrouille finlandaise attaquée à l’explosif en Afghanistan
Une unité finlandaise qui patrouillait avec l’armée afghane a été l’objet d’une attaque à l’explosif dans le nord de l’Afghanistan, dans la région de Sheram à environ 50 km au sud-ouest de Mazar-e-Sharif.
Le véhicule de transport blindé des Finlandais a été endommagé lors de l’attaque, mais il n’y a pas eu de blessés. L’équipage du véhicule a toutefois passé une visite médicale de routine à l’hôpital militaire de Mazar-e-Sharif.
Les Finlandais continuent leur mission dans la région.
puolustusvoimat

Politique intérieure

Vrais Finlandais

M. Soini irrité de la comparaison de son parti avec les mouvements extrémistes
Turun Sanomat rapporte que M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, estime que les propos de M. Alexander Stubb, ministre des Affaires européennes, sur les Vrais Finlandais nuisent à la réputation de la Finlande et rend plus difficile le travail de M. Stubb afin de promouvoir les exportations.
M. Stubb avait déclaré que les Vrais Finlandais étaient « bornés » et les avait comparés avec des partis extrémistes grecs qui s’opposent aux programmes de soutien des pays européens.
« L’attitude de M. Stubb est la plus dangereuse. Si les partis ne sont pas favorables aux paquets européens, il les qualifie d’extrémistes de droite ou de gauche. Tous ceux qui critiquent deviennent des extrémistes », selon M. Soini.
M. Soini estime que M. Stubb rend également plus difficile son propre travail. « Il ne faut pas donner l’image selon laquelle il y a un parti extrémiste en Finlande. On peut se demander si, au Parlement finlandais, les postes des présidents des commissions des affaires étrangères et de la défense (occupés par les Vrais Finlandais) auraient pu être donnés aux représentants d’un parti extrémiste. »
Pour M. Soini, les Vrais Finlandais se situent « entre le Centre et les sociaux-démocrates ». « Dans les questions morales nous sommes conservateurs et dans la politique fiscale nous sommes plus radicaux. »
M. Soini critique aussi les médias, notamment Helsingin Sanomat et ses éditorialistes, qui ont « adopté les vues du gouvernement ».
TS/11

M. Soini menace de déposer une nouvelle motion de censure sur la Grèce
Selon Turun Sanomat, M. Soini souligne que les Vrais Finlandais déposeront certainement une motion de censure si la Grèce quitte l’euro. Il estime que la crise grecque peut secouer le gouvernement finlandais. Les Vrais Finlandais ne veulent toutefois pas entrer au gouvernement sans de nouvelles élections.
TS/11

Partis politiques

Aides du ministère de l’Education aux associations de jeunesse des partis politiques
Helsingin Sanomat relève que le ministre de la Culture, M. Paavo Arhinmäki, a décidé de commencer les vérifications des registres sur les membres des associations de jeunesse des partis politiques. Selon la directrice générale Riitta Kaivosoja, le ministère commencera le plus vite possible les vérifications dans les sièges des associations.
HS/A6

Activités minières

Un rapport sera rédigé sur les différents modèles de fiscalité sur les mines
Helsingin Sanomat relève que le ministre des Activités économiques, M. Jyri Häkämies, a commandé un rapport sur les différents modèles de fiscalité sur les mines dans les autres pays. Le rapport, qui sera rédigé par l’entreprise suédoise de consultation Raw Materials Group, est attendu pour début mai.
M. Häkämies n’exclut pas la possibilité de voter une loi sur ce sujet encore pendant cette législature. « Le gouvernement n’a pas encore préparé un tel projet de loi. Il faut d’abord étudier les avantages et les inconvénients. »
HS/A3&4

Budget

Le premier collectif budgétaire a été voté
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a approuvé mardi le premier collectif budgétaire de l’année cours. Le collectif budgétaire, qui est déficitaire de 128 millions d’euros, augmente les recettes de l’Etat par 96,5 millions d’euros et les dépenses par 224 millions d’euros.
Le président de la commission des finances du Parlement, M. Kimmo Sasi, souligne que le montant de la dette de 2012 est important, 7,5 milliards d’euros.
HS/A6

Economie

Balance des opérations courantes
La Banque de Finlande relève que la balance des opérations courantes était quelque peu déficitaire en janvier-mars. Helsingin Sanomat relève que l’endettement de la Finlande ne devrait avoir aucune influence sur le quotidien des contribuables finlandais pendant longtemps.
Pour M. Heiskanen, économiste chez OP-Pohjola, le problème du déficit n’est pas grave du fait qu’il reste en dessous d’un pourcent du PIB. Pour lui, 5 % serait un niveau inquiétant.
M. Kajanoja de la Banque de Finlande, ne trouve pas non plus que la situation soit alarmante, mais il estime qu’à un moment donné, il faudra freiner l’endettement. Il rappelle également qu’il y a une différence entre utiliser la dette pour la consommation et l’utiliser pour des investissements.
La balance commerciale, l’élément le plus important de la balance des opérations courantes, a été influencée par le fait que les prix de l’énergie importée en Finlande a augmenté alors que le prix du papier que la Finlande exporte a baissé.
HS/B2

La croissance économique finlandaise est la plus forte de la zone euro
En janvier-mars, la croissance du PIB était la plus forte en Finlande parmi les pays de l’eurogroupe. Selon les informations de l’Eurostat, le PIB finlandais a augmenté de 1,3 % par rapport au trimestre précédent. Concernant l’ensemble de la zone euro, le PIB est resté inchangé.
La part de la Finlande dans le PIB des pays de l’eurogroupe est de 2 % (par rapport aux 27,3 % que représente l’Allemagne).
HS/B3

Projet d’automatisation du métro

Siemens propose un nouveau prix : 165 millions d’euros
C’est aujourd’hui, que le directoire de la compagnie de transports publics de Helsinki est censée prendre une décision concernant le projet d’automatisation du métro.
La plupart des membres du directoire seraient prêts à résilier le contrat avec Siemens. Demokraatti relève que Siemens propose un nouveau prix de 165 millions d’euros pour le projet, le prix prévu en 2008 étant de 115 millions d’euros.
Pour M. Lehtinen, vice-président du directoire de HKL, il faudrait que la direction du groupe de transports admette qu’il faut résilier le contrat. Pour lui, Siemens a déjà disposé d’un délai suffisant pour démontrer s’il est capable de réaliser un métro automatisé.
Dem/9
France - Finlande

Culture

« La Finlande aura son propre pavillon au festival de cannes » TS KS
Pour la première fois, un pavillon finlandais aux couleurs du Design sera présent au festival international du film de Cannes. Il rassemblera les acteurs finlandais du domaine du cinéma qui présentent notamment les lieux de tournages en Finlande, la main d’œuvre et les services du secteur.
KS

France

Passation de pouvoirs

« Merkel et Hollande ont commencé leur coopération » KS
« Après Merkel, Obama et les pays de l’OTAN » AL
« La France se dote d’un Premier ministre qui aime l’Allemagne » HS

Mardi 15 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Grèce

« Le départ grec de l’euro se rapproche » HS
La ministre des finances, Mme Urpilainen a déclaré à Helsingin Sanomat que « personne ne pouvait savoir quels seraient les effets d’un effondrement de la Grèce » ni de son éventuelle sortie de la zone euro. « C’est pourquoi il est important et dans ses propres intérêts que la Grèce arrive à stabiliser sa situation et à se doter d’un gouvernement qui s’engage dans les réformes économiques ».
Mme Urpilainen a répété que les réformes auxquelles s’était engagé le précédent gouvernement grec ne pouvaient pas être remises en cause. « Le programme de réformes économiques et le paquet d’aide à la Grèce constituent un ensemble et ne peuvent donc être remis en cause. Il serait bon que l’on le comprenne aussi en Grèce ».
Elle souligne que les autres Etats membres ne peuvent qu’attendre de voir si la Grèce se dote d’un nouveau gouvernement ou organise de nouvelles élections.
La ministre finlandaise a refusé de spéculer sur une sortie de la Grèce de la zone euro. Elle souligne que la Grèce devra réaliser des réformes délicates même si elle quittait la zone euro. « Je ne vois pas comment la Grèce pourrait éviter ces mesures d’économies et ces réformes même si elle n’était plus membre de la zone euro ».
HS AL TS KS

« Les politiciens finlandais considère la situation de la Grèce comme désespérée » TS
La Présidente de la Grande commission du parlement, Mme Kumpula-Natri (PSD) estime qu’il est clair que la grèce n’aura pas de nouvelle aide si elle ne respecte pas ses engagements. « En cas de nouvelles élections, chaque électeur devra choisir entre les économies et l’euro. Du point de vue de la démocratie, il serait bon qu’il n’y ait pas, de l’extérieur, des demandes d’un départ de la Grèce de la zone euro ».
Le président de la commission des Finances, M. Sasi (conservateur) souhaite que les Etats membres donnent des mises en garde à la Grèce. « L’Europe doit dire que si la Grèce ne respecte pas ses engagements, elle sortira de l’euro. Si c’est le cas, les partis traditionnels auront du succès dans les élections. Si on n’arrive pas à le dire de manière suffisamment crédible, les extrémistes l’emporteront. Alors, la Grèce sortira de l’euro ». La Grèce aura besoin de nouvelles aides fin juin. « On connaîtra alors le résultat des élections et un éventuel nouveau gouvernement. Si le nouveau gouvernement ne s’engage pas à respecter les programmes précédents, la Grèce devra sortir de l’euro ».
La présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais estime que les élections n’y changeront rient : « Il faut que la Grèce quittez l’euro, retrouve sa monnaie et dévalue ». Elle s’inquiète des pertes engendrées par les Finlandais.
Le président du groupe parlementaire du centre, M. Tiilikainen, estime que la situaiton est dans une impasse. Et la seule issue est la sortie de l’euro pour la grèce.
TS

« C’est le départ » IS
Le professeur d’économie publique de l’université d’Helsinki, M. Vesa Kanniainen espère un départ rapide de la Grèce de la zone euro. « Plus vite la Grèce quittera la zone euro, mieux cela sera pour les Finlandais », a-t-il écrit, hier, dans Helsingin Sanomat.
Selon le chercheur Tuomas Malinen, économiste de GnS Economics, les pertes pour la Finlande seraient de 2,4 milliards d’euros en cas de départ de la Grèce de la zone euro.
IS

Visite des ministres allemand et chypriote des Affaires européennes

Les ministres exigent que la Grèce continue ses mesures d’économies
Les ministres allemand et chypriote des Affaires européennes ont rendu visite à leur homologue Alexander Stubbb, hier, à Helsinki. Ils exigent que la Grèce continue son programme d’économies.
M. Stubb considère que les propos du dirigeant de gauche grec Alexis Tsipras sont irresponsables. « La Grèce a deux solutions : soit elle refuse ses engagements et fait défaut, soit elle respecte ses engagements et elle est aidée. Nous sommes favorables à cette seconde solution. La Grèce ne pourra se maintenir dans la zone euro que si elle respecte ses engagements à l’égard du FMI, de la BCE et de l’UE. Je pense que l’on prendra les bonnes solutions au dernier moment en Grèce », a déclaré M. Stubb.
HS

Championnat de l’Europe de football

Les pays de l’UE n’ont pas pu se mettre d’accord sur un boycott du championnat de l’Europe en Ukraine
Helsingin Sanomat rapporte que selon M. Erkki Tuomioja ministre des Affaires étrangères, les ministres européens n’ont pas pu se mettre d’accord, lundi à Bruxelles, sur un éventuel boycott contre l’Ukraine à l’occasion du championnat de l’Europe de football en juin prochain. Le ministre finlandais a souligné que les pays de l’UE ont voulu évaluer la situation plus près de la compétition. « Il est déjà sûr qu’il n’y aura pas de l’unanimité », a déclaré M. Tuomioja à Bruxelles.
Le président de la commission européenne, M. Barroso, ainsi que plusieurs ministres partout en Europe ont déjà annoncé qu’ils ne participeraient pas aux championnats en raison des violations des droits de l’homme en Ukraine, dont le mauvais traitement de Mme Tymochenko, ancienne Première ministre.
Un éventuel boycott divise les pays de l’UE. La situation est gênante pour la Pologne, qui partage l’organisation des jeux avec l’Ukraine. « Le succès supposé des équipes nationales peut avoir quelque chose à faire avec les décisions des uns et des autres. Nous n’avons donc pas ce problème », a déclaré M. Tuomioja.
La chancelière fédérale allemande, Mme Merkel, a considéré l’Ukraine comme une dictature et l’a comparé à la Biélorussie. M. Tuomioja ne partage pas entièrement cette comparaison. « Même si l’Ukraine peut être sur le chemin qui mène vers la situation de la Biélorussie, elle n’y est toutefois pas encore. »
HS/B4

Syrie

Les observateurs finlandais ont commencé leur travail en Syrie
Tous les observateurs militaires finlandais de l’opération UNSMIS de l’ONU ont commencé leur travail en Syrie. Arrivés en Syrie le mercredi 9 mai, les huit observateurs du groupe de tête finlandais ont suivi, la semaine dernière, une formation à l’état-major de l’opération à Damas pour ensuite regagner leurs positions sur le terrain samedi 12 et dimanche 13 mai.
Les groupes constitués des ressortissants de divers pays, dont les Finlandais font partie, sont placés dans différents endroits de la Syrie pour récolter des informations, patrouiller et rendre compte de la situation. Ils devraient notamment rencontrer de manière régulière les deux parties du conflit et la population civile.
Les observateurs finlandais sont actuellement placés dans les localités suivantes : Damas, Idlib, Hama, Deir Ez Sur, Homs et Daraa. L’opération regroupe aujourd’hui dix observateurs finlandais ainsi qu’un Finlandais qui fait partie de l’unité de préparation de l’ONU liée à la création de l’opération UNSMIS.
Sur les futurs 300 observateurs militaires que compte rassembler l’opération UNSMIS, 189 étaient présents en Syrie le dimanche 13.5.
puolustusvoimat

Ministère des Affaires étrangères

Editorial : « Un nouveau poste politique convient mal au ministère des Affaires étrangères » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime, concernant le projet de nomination de M. Kimmo Kiljunen, ancien député social-démocrate, à un nouveau poste d’expert dans le domaine de la médiation de la paix au ministère des Affaires étrangères, qu’il donne l’impression d’être une compensation du fait que M. Kiljunen n’a pas été élu président de la commission économique européenne de l’ONU. M. Kiljunen était le candidat du gouvernement finlandais pour ce poste.
Au moment de la rigueur budgétaire, il faudrait que le ministère aussi se restreigne dans la création de nouveaux postes, compte tenu également du fait que le ministère laisse des stagiaires sous-payés faire le travail des fonctionnaires, écrit Hbl.
Pour l’éditorialiste, il est toutefois approprié que M. Kiljunen soit payé pour le travail qu’il effectue pour le compte du ministère.
HBL/12

Politique financière

Propos de Mme Jaakonsaari sur la taxe sur les transactions financières
Demokraatti relève qu’avec son nouveau chef d’Etat, la France souhaitera avancer la réforme fiscale du secteur financier de l’UE. Parmi les députés européens finlandais, seuls MM. Haglund (Parti suédois) et Terho (Vrais Finlandais) sont réticents.
Mme Jaakonsaari, députée européenne social-démocrate relève que l’on n’a pas renoncé à l’idée que la taxe sur les transactions financières devienne mondiale. Dans ce but, il est bien justifié que l’UE soit dans l’avant-garde.
Dem/3

Politique intérieure

Activités minières

Fiscalité sur les mines
Demokraatti relève que parmi les partis du gouvernement, le Parti conservateur et le Parti suédois sont réticents à l’idée de créer une taxe sur les mines. M. Kataja, président conservateur de l’unité fiscale de la commission des Finances, rappelle que les impôts nuisent à l’emploi finlandais, notamment s’agissant d’impôts sur le travail et sur les activités économiques.
Selon un sondage effectué pour le compte d’Aamulehti, les militants du PSD (59 %) et des Vrais Finlandais (59 %) seraient plutôt favorables à l’instauration d’une taxe sur les mines, alors que les conservateurs et les militants du Parti suédois hésitent. Au total, 49 % des personnes interrogées sont favorables à une telle taxe.
A l’exception de la mine de Talvivaara, les mines finlandaises sont possédées par des entreprises étrangères. Alors que certains estiment que c’est pour cela justement qu’il faudrait considérer la fiscalité des mines, M. Kataja estime qu’il ne faudrait pas créer une fiscalité qui diminuerait l’attrait de la Finlande au niveau des investissements industriels.
La confédération de l’industrie technologique estime qu’il n’est pas justifié d’envisager une fiscalité particulière, différente des autres secteurs industriels, pour ce domaine.
Demokraatti relève que 4000 nouveaux emplois pourraient se créer dans le secteur minier au cours des trois prochaines années.
Dem/4-5

Rapport sur l’impact environnemental en cours concernant huit projets
Helsingin Sanomat relève que 40 entreprises internationales prospectent le sol finlandais pour des minerais. Chacune des entreprises a plusieurs projets en cours : au total, il y en a des centaines.
Concernant huit projets, l’étude en vue d’un rapport sur l’impact environnemental est en cours auprès de l’autorité régionale.
HS/A4

Enseignement

Helsinki envisage des économies sur l’enseignement
Helsingin Sanomat relève qu’Helsinki envisage de faire des économies importantes au niveau de l’enseignement. Il s’agira d’agrandir les groupes d’enseignement et de diminuer le nombre d’assistants dans la classe.
Concernant l’école primaire (classes 1 à 6), les économies s’élèveront à 670 000 euros, concernant le collège (classes 7 à 9), à 900 000 euros, concernant le lycée et les écoles de formation professionnelle, à 2,3 millions d’euros chacune. La diminution de l’usage des assistants dans les classes devrait rapporter des économies de 1,4 millions d’euros. D’autres économies encore sont prévues : Helsinki envisage par exemple abandonner son objectif d’augmenter les produits bio dans les repas des cantines scolaires.
HS relève que les frais de location des écoles de Helsinki ont considérablement augmenté depuis 2006. En 2013, ils devraient s’élever à 125,4 millions d’euros.
HS/A12

Partis politiques

Aides du ministère de l’Education aux associations de jeunesse des partis politiques
Helsingin Sanomat relève que le ministre de la Culture, M. Paavo Arhinmäki, promet que son ministère commencera dès cette semaine les vérifications des registres sur les membres des associations de jeunesse des partis politiques. Les dernières vérifications ont eu lieu il y a trente ans.
Selon le délégué à l’informatique et aux libertés, M. Reijo Aarnio, le ministère ne peut pas demander aux associations de lui envoyer les registres de leurs membres. Par contre, le ministère peut envoyer des inspecteurs dans les sièges des associations pour la vérification.
HS/A5

Religion

Selon un sondage, 21 % des Finlandais sont des athées
Selon Aamulehti, 77 % des Finlandais sont membres de l’église luthérienne. Selon un sondage effectué par le centre de recherche de l’église, seulement 27 % des Finlandais croient dans le Dieu décrit par le christianisme et 23 % croient en Dieu de façon différente que l’église l’enseigne. 21 % ne croient pas à l’existence de Dieu et le reste ne se prononce pas. Le pourcentage des croyants a baissé de 10 % en quatre ans.
Néanmoins, 60 % souhaitent que la religion soit enseignée à l’école et 84 % veulent que le cantique très traditionnel Suvivirsi soit chanté à la fête de fin d’année scolaire.
AL/A6

Lundi 14 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Grèce

M. Katainen inquiet
Le premier ministre Jyrki Katainen a déclaré que l’impasse politique en Grèce était très sérieuse. « Il faut espérer que la tentative du président grec réussira à former un gouvernement ». Selon lui, si de nouvelles élections sont organisées, soit l’opinion va changer d’avis pour choisir les partis modérés, soit renforcer les partis extrémistes, ce qui pourrait faire craindre des manifestations violentes et aurait un effet sur toute l’Europe.
Si la crise grecque n’est pas réglée, la croissance économique en Europe risque de ne pas repartir.
Kaleva

Travail

Le Parlement critique la volonté de l’UE de s’immiscer dans les conflits du travail
Le Parlement finlandais est très réservé sur le projet de règlement de la Commission qui pourrait avoir un effet sur le droit de grève dans les Etats membres. La présidente de la Grande commission, Mme Kumpula-Natri (PSD) considère problématique l’obligation d’informer lorsqu’un conflit social a des répercussions sur les autres pays membres. . Cela transférerait trop de pouvoirs à la Commission.
La grande commission estime que le projet de la commission plutôt que de protéger les droits des travailleurs risque de les diminuer.
HS

Défense

La Finlande s’intéresse à la surveillance par satellite des régions de crise
La Finlande s’intéresse au projet de l’AED (Agence européenne de la défense) qui étudie les services proposés par des satellites commerciaux qui pourraient être utilisés dans les opérations de gestion de crise.
Il s’agit d’un ensemble plus large où les pays de l’UE cherchent à réaliser des économies d’acquisition en matière de défense en développant des performances militaires communes.
Le prix du projet est évalué à environ 10-20 millions d’euros par an.
Concrètement il s’agit d’un réseau à haut débit par satellite qui permettrait aux troupes dans les régions de crise d’être en contact les unes avec les autres et avec leurs états-majors.
Le réseau European satellite communications procurement cell (ESCPC) comprend quelques pays membres de l’UE que d’autres peuvent joindre par la suite. Actuellement la France, l’Italie et la Grande Bretagne en font partie.
HS14.5/A6

Surveillance de l’espace aérien islandais
Le quotidien Hufvudstadsbladet souligne la logique d’une surveillance de l’espace aérien islandais, dans le cadre d’une coopération nordique commune.
La Finlande vient de faire savoir qu’elle étudiera la possible participation de son armée de l’air à la surveillance de l’espace aérien islandais. Cette proposition avait été lancée en 2006 dans un rapport établi par le diplomate et ancien ministre de la défense norvégien M. Thorvald Stoltenberg.
HBL12.5/16

Ministère des Affaires étrangères

Critiques contre M. Kiljunen
Selon Helsingin Sanomat, l’association du personnel du ministère des Affaires étrangères critique vigoureusement l’éventuelle nomination de M. Kimmo Kiljunen, ancien député social-démocrate, à un nouveau poste d’expert dans le domaine de la médiation de la paix au Ministère finlandais des Affaires étrangères..
M. Kiljunen fonctionne, depuis novembre dernier, comme envoyé spécial du ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja (PSD) dans la médiation de la paix, sans rémunération.
Mme Tarja Kantola, conseillère de M. Tuomioja, estime que M. Kiljunen serait le candidat le plus compétent pour ce poste.
Le président de l’association du personnel du MAE, M. Erik af Hellström, souligne que le ministère est censé faire des économies et ne pas créer de nouveaux postes pour les politiciens. Le poste en question serait provisoire, jusqu’à la fin de la législature actuelle.
HS/sam/A8

M. Kiljunen estime être plus compétent que les diplomates
Aamulehti a interviewé M. Kiljunen, qui dit d’être plus compétent que les diplomates pour une tache de médiation de la paix. « Un médiateur de la paix a absolument besoin d’une forte expérience politique », selon M. Kiljunen. Il rappelle que les médiateurs finlandais ont souvent été des politiciens, ou d’anciens politiciens, comme MM. Holkeri, Haavisto, Ahtisaari et Mme Rehn.
AL/dim/A8

Politique intérieure

Vrais Finlandais

Mme Ruohonen-Lerner irritée par les propos de M. Stubb
Helsingin Sanomat rapporte que lors d’une interview accordée lors de la Journée de l’Europe la semaine dernière, M. Alexander Stubb, ministre des Affaires européennes, a caractérisé les Vrais Finlandais d’ « opposants bornés à l’Europe et de populistes pessimistes qui ne font que critiquer au lieu de chercher des solutions ».
Pour Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, « les propos de M. Stubb sont irresponsables et donnent une mauvaise image des Vrais Finlandais à l’étranger ». Dans son communiqué publié vendredi dernier, Mme Ruohonen-Lerner souligne qu’un ministre devrait avoir plus de jugement.
HS/sam/A4

Partis politiques

Aides du ministère de l’Education aux associations de jeunesse des partis politiques
Helsingin Sanomat rapporte que le ministère de l’Education et de la Culture a décidé de demander aux associations de jeunesse des partis politiques des rapports et sur le nombre de leurs membres, ainsi que des listes sur les adhérents. HS a annoncé vendredi dernier que ces associations ont gonflé leurs chiffres.
Le ministre de la Culture, M. Paavo Arhinmäki, compte étudier encore s’il est possible, selon la loi sur la protection des données personnelles, de demander aux associations de donner les listes de leurs adhérents. Il a souligné que l’adhésion à une organisation politique était une information confidentielle.
Le Premier ministre, M. Jyrki Katainen, estime qu’il serait plus clair si les aides de l’Etat aux associations de jeunesse des partis politiques étaient incluses dans l’aide générale de l’Etat aux partis politiques.
HS/sam/A5, dim/A4

Douanes

M. Hartikainen souhaite une décision rapide sur le recouvrement des impôts
Helsingin Sanomat rapporte que le nouveau directeur général des Douanes, M. Antti Hartikainen, souhaite une décision rapide sur l’avenir du droit de recouvrement des impôts par la douane. Un groupe de travail désigné par le ministère des Finances a proposé que les taxes collectées par la douane soient désormais collectées par la direction générale des impôts.
Le mandat de M. Hartikainen durera sept ans. Il estime qu’avant la fin de cette période, il n’y aura plus de visas entre l’Union européenne et la Russie.
HS/lun/A6

Activités minières

Différend entre MM. Ville Niinistö et Häkämies sur la surveillance des activités minières
Le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, relève sur son blog qu’il a envoyé un courrier au ministre de l’Economie, M. Häkämies, et à la ministre des Finances, Mme Urpilainen, afin de demander de garantir les ressources de la surveillance du secteur minier.
M. Häkämies relève qu’aucune ressource supplémentaire n’est prévue.
Les problèmes environnementaux avérés concernant les mines ont suscité un souci sur la surveillance de la part des autorités. Le fait que la responsabilité concernant les projets miniers est repartie entre plusieurs ministères rend la question encore plus compliquée.
Il est prévu que le nombre de fonctionnaires du domaine environnemental diminue de 20 % d’ici 2015.
HS/sam/A6

Propos de M. Soininvaara
M. Soininvaara, député de l’Alliance verte et ancien ministre, a publié un livre sur ses idées tant en matière d’activités minières et d’emploi que les orientations de son parti sur différents sujets.
Il considère la politique finlandaise en matière de mines comme peu patriotique et souhaite la mise en place d’une fiscalité sur les mines. Il souhaite plus de formation de ce domaine ainsi qu’une organisation d’une vente aux enchères des autorisations concernant les activités minières. Pour lui, les Finlandais disposeront bientôt du même savoir-faire que les compagnies qui souhaitent entamer des activités en Finlande. Les ressources en minerais ne devraient pas être cédées à des groupes étrangers, selon lui.
HS/sam/A10

Propos de M. Vapaavuori
M. Vapaavuori, président du groupe parlementaire du Parti conservateur, se déclare inquiet de l’aggravation du débat autour des mines. Il regrette que l’on souhaite opposer l’emploi et les valeurs environnementales, ainsi que le fait d’effectuer des sondages d’opinion en la matière. Pour lui, cela ne sert l’intérêt de personne.
M. Vapaavuori rappelle que le ministère de l’Emploi et de l’Economie et celui de l’Environnement avait coopéré sur la question de la promotion de l’énergie éolienne. Il faudrait pouvoir retrouver le même genre d’esprit pour harmoniser les différents intérêts dans le domaine minier aussi, selon lui.
M. Vapaavuori critique le ministère de l’Environnement de ne pas avoir été à jour concernant les questions minières.
HS/lun/A6

Energie nucléaire

Propos de M. Soininvaara sur l’énergie nucléaire
Concernant l’énergie nucléaire, M. Soininvaara relève que malgré l’image anti-nucléaire du parti, un tiers des militants de l’Alliance verte sont favorables à cette forme d’énergie. Pour lui, les militants pro-nucléaire devraient être plus visibles dans la politique du parti.
HS/sam/A10

Métro de Helsinki

Les réformes techniques et les travaux demandent plus d’argent que prévu
Helsingin Sanomat relève que les différents investissements en cours et en préparation concernant le métro reviendront plus chers que prévu. L’élargissement du réseau vers l’Ouest, un projet commun des municipalités de Helsinki et d’Espoo, ainsi que de l’Etat, coûtera plus de 700 millions d’euros au lieu des 400 millions prévus. Le coût du projet d’automatisation a déjà augmenté pour passer de 70 millions à 115 millions d’euros, et actuellement, il semble que cette somme ne suffira pas.
Des travaux concernant des dépôts et des gares semblent également revenir plus chers que prévu.
Comme de tels travaux sont plutôt rares, il est difficile d’estimer le coût réel de l’investissement. Cela vaut également pour d’autres projets relevant du secteur public.
HS/lun/A10

France – Finlande

Energie

Fortum vise une part importante de l’hydroélectrique français
Fortum est candidat à l’appel d’offres concernant de nombreux site de production hydroélectrique en France. Le directeur de la division Power de Fortum, M. Matti Ruotsala a déclaré que Fortum était très intéressé par les tranches ouvertes à la concurrence et portant sur 5 300 mégawatts. Pour ce faire, le groupe a créé une société, Fortum France SNC, dirigée par M. Philippe Stohr.
TS

Vélos urbains

JCDecaux fournira les vélos prévus pour Helsinki
La municipalité est en train de peaufiner un accord avec JCDecaux sur des vélos en libre-service qui seront proposés à Helsinki à compter d’avril 2013.
HBL/sam/2-3

France

Politique

« Le président normal a publié son patrimoine » HS
HS rapporte que M. Hollande a déclaré un patrimoine de 1,2 millions d’euros.
HS

Editorial : « La France a sa propre recette » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime qu’en durcissant les règles de licenciement et en créant des emplois publics se distinguerait de la politique choisie dans les autres pays européens et de ce que souhaite les agences de notation.
HS

Médias

Le journalisme à l’heure d’Internet
HS présente des sites de presse payants et uniquement sur Internet comme Médiapart dans le domaine politique ou Dijonscope dans le domaine culturel.
HS

Vendredi 11 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Syrie

Visite en Finlande du directeur du Comité international de la Croix rouge
Helsingin Sanomat rend compte de la visite en Finlande de M. Yves Daccord, directeur du Comité international de la Croix rouge, qui évoque les frustrations devant la difficulté de répondre aux besoins des Syriens.
La CICR a actuellement 22 employés en Syrie en plus des 65 personnes recrutés sur place. Il est prévu que dans les semaines qui viennent, le nombre d’employés puisse être augmenté à mille.
Pour M. Daccord, la menace la plus importante est l’éventualité d’une guerre civile qui ferait s’effondrer le pays.
HS/B1

Défense

Surveillance aérienne nordique
Helsingin Sanomat relève que, selon les informations du quotidien, la Finlande participerait avec quatre chasseurs à la surveillance aérienne de l’Islande pendant trois semaines par an. Les premières décisions politiques sont attendues aujourd’hui lors de la réunion du comité interministériel de politique étrangère et de sécurité.
La Finlande, qui a antérieurement été récalcitrante à une telle opération, a adopté désormais une attitude plus positive. La Finlande souligne qu’il s’agit d’un projet des pays nordiques et non de l’OTAN. Selon les sources suédoises, « la surveillance aérienne est autre chose que de la défense aérienne ».
HS/A6

Crise de la dette

Editoriaux
« L’Espagne reconnaît les réalités, mais très tard » HS
« La division de l’Europe se renforce » TS
Helsingin Sanomat estime que le départ des Grecs de la zone euro se rapproche et que les banques espagnoles vont avoir besoin d‘une aide extérieure pour faire face à leurs pertes. « L’opération de sauvetage des banques en Espagne est importante mais elle arrive très tard et reviendra cher. L’Espagne n’en a peut-être pas les moyens et une aide extérieure sera nécessaire. La sortie de la Grèce de l’euro serait minime en comparaison du tremblement de terre que provoquerait un effondrement du système bancaire espagnol », conclut HS.
Turun Sanomat estime que l’on se rapproche du moment où la Grèce devra quitter la zone euro tant pour se sauver elle-même que la zone euro.
TS HS

Directive sur les émissions du transport maritime

Pas de période de transition pour la Finlande
La Finlande n’a pas été soutenue par les autres Etats membres concernant son souhait d’obtenir une période de transition de cinq ans concernant l’application de la directive sur les émissions de soufre. La directive entrera ainsi en vigueur en 2015, y compris en Finlande.
M. Katainen, Premier ministre, regrette le fait que la Finlande soit restée seule dans cette question : « Nous avions des propositions constructives qui n’auraient pas fait échouer la directive », dit-il.
La Finlande estime que la directive nuit à la compétitivité des industries qui exportent leurs produits. M. Katainen estime que la gravité des problèmes engendrés par la directive dépendra de la disponibilité de carburant sans soufre et de l’évolution des prix des appareils de nettoyage qui servent à éliminer le soufre.
La Finlande a toutefois obtenu l’autorisation de soutenir les industries qui souffrent de la directive.
HS/A9

Politique intérieure

Constitution

Séminaire sur la nouvelle constitution
Turun Sanomat rapporte que, lors d’un séminaire organisé dans les locaux du Parlement sur la nouvelle constitution, le professeur Kaarlo Tuori a estimé que, concernant les litiges entre le gouvernement et le président, l’article de l’ancienne constitution était meilleur que celui entré en vigueur au 1er mars. Selon l’ancienne constitution, le président a pu renvoyer un projet du gouvernement pour une nouvelle préparation.
Selon la nouvelle constitution, les éventuels litiges entre le président et le gouvernement sont résolus par le Parlement. M. Tuori souligne que si le Parlement soutenait le président contre le gouvernement, cela ferait tomber le gouvernement.
Selon M. Tuori, « le point de départ est que le gouvernent représente la volonté du Parlement aussi à l’égard du président ».
Le professeur estime que le parlementarisme souffre du fait que les grandes réformes ne sont plus préparées dans des comités parlementaires comme avant. Il estime qu’un exemple de cela est la réforme des communes qui a été préparée dans un ministère et à laquelle le Parlement n’a pas été associé.
TS/16

Calendrier politique

Plusieurs partis politiques organiseront leurs congrès en mai ou en juin
L’Alliance verte se réunira en congrès à Lappeenranta dans une semaine, les 19 et 20 mai. Le congrès du Parti social-démocrate aura lieu le week-end suivant, du 24 au 26 mai. Les sociaux-démocrates se réuniront à Helsinki
Le Parti du centre organisera son congrès à Rovaniemi du 8 au 10 juin, une semaine avant les conservateurs qui se réuniront, également à Rovaniemi, du 15 au 17 juin.
Après les vacances d’été, le Parlement reprendra ses travaux le 5 septembre. Les élections municipales auront lieu le dimanche 28 octobre.

Partis politiques

Les associations de jeunesse des partis politiques gonflent leurs chiffres
Helsingin Sanomat relève que selon M. Mikko Sauli, ancien secrétaire général de l’association de jeunesse du PSD, les partis politiques exagèrent le nombre des membres de leurs associations de jeunesse. Les aides, au total 12 millions d’euros, payées par le ministère de l’Education aux associations de jeunesse sont liées au nombre de membres. Les associations déclarent le nombre de leurs membres au ministère, sans être tenues de donner les listes d’adhérents.
L’association de jeunesse du Centre a 11 652 membres, celle du Parti conservateur 6 902 et celle du PSD 5 234 membres. Les centristes viennent de recevoir une aide de 670 000 euros, les conservateurs de 657 000 euros.
HS/A4

Les étrangers auront le droit de créer plus facilement des partis politiques
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement s’est mis d’accord jeudi sur une loi qui améliore les possibilités des étrangers de créer des partis politiques en Finlande. Les Vrais Finlandais se sont opposés à ce changement.
Selon la législation actuelle, pour enregistrer un nouveau parti politique il faut 5 000 signatures de personnes qui ont le droit de vote aux élections législatives. Cela a exclu les étrangers, parce que seulement les citoyens finlandais ont le droit de vote aux élections législatives.
Désormais aussi ceux qui ont le droit de vote aux élections municipales ou aux élections européennes peuvent donner leur signature afin de créer un parti.
Aux élections municipales de 2008, 42 500 citoyens des autres pays de l’UE ont eu le droit de vote, ainsi que 54 000 personnes des pays tiers.
HS/A6

Transports routiers

Un groupe de travail propose une ouverture à la concurrence du transport routier de passagers
Un groupe de travail ayant étudié l’avenir des transports routiers de passagers recommande un modèle basé sur une concurrence ouverte pour les trajets de longue distance, et un système d’appel d’offres pour les transports publics régionaux ou à l’intérieur d’une commune. A Helsinki, Turku et Tampere, un tel système est déjà en vigueur.
HS/A9

Projet d’automatisation du métro

Les conseillers municipaux soulignent l’importance de maintenir le prix prévu
Helsingin Sanomat relève que les décideurs de la municipalité de Helsinki ne souhaitent pas s’engager dans la réalisation d’un métro automatique à un prix plus élevé que prévu à l’origine.
Selon Mme Karhu (Verts), président du directoire de HKL, et M. Lehtinen (PSD), vice-président, les problèmes ont leur origine dans le fait que Siemens n’a pas su, au moment de l’appel d’offres, évaluer le prix total de l’automatisation. M. Lehtinen estime que si Siemens n’arrive pas à la réaliser au prix prévu de 115 millions d’euros, il faut lancer un nouvel appel d’offres.
HS/A11

France - Finlande

Cinéma

Les émotifs anonymes
Les journaux rendent compte de la sortie dans les salles du film de Jean-Pierre Améris, ce soir.
HBL/23

Exposition

Elina Brotherus et Lauri Astala
Helsingin Sanomat rend compte de l’exposition de la photographe Elina Brotherus et de Lauri Astala, à la gallérie Heino. Tous deux travaillent en France.
HS/C3

Sport

« La Finlande gagne la France 7-1 en hockey » HS

France

Présidentielle

« La France va diminuer le nucléaire » VL
Le journal des Verts estime que le choix de M ; Hollande comme président pourrait modifier la politique énergétique européenne.
Le journal, qui a interrogé les chercheurs Patrick Criqui et Nathalie Moncoffre (CNRS) rappelle que M. Hollande s’est fixé comme objectif à long terme de diminuer de 75% à 50% la part du nucléaire dans les sources d’énergie.
Mme Moncoffre souligne qu’il est impossible de démanteler le nucléaire en si peu de temps.
VL

Jeudi 10 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Syrie

Le convoi des observateurs de l’ONU attaqué
Une bombe a explosé sur le convoi des observateurs de l’ONU alors que celui-ci visitait la ville de Daraa en Syrie. Le lieutenant-colonel finlandais, Erkki Pekonen, faisait partie du convoi. Personne n’a cependant été blessé.
Le convoi était en route vers la ville de Daraa où il devait rencontrer le groupe de l’ONU commandé par le commandant Raine Pölönen, qui participe à l’opération. « Nous ne savons pas encore s’il s’agit d’une attaque ciblée ou d’un accident. »
La bombe visait vraisemblablement la voiture de l’armée syrienne qui accompagnait le convoi. Six soldats syriens sont blessés.
L’auteur de cet attentat n’est pas connu. Néanmoins, le chef des rebelles syriens, le colonel Riad al-Assad, menaçait mercredi dans le journal Asharq al Awsat de poursuivre les combats contre l’administration syrienne parce que le gouvernement ne respecte pas le cessez-le-feu.
Il y a actuellement 60 observateurs en Syrie. Leur nombre atteindra 300 à la fin du mois.
HS/B2

Journée de l’Europe

Déclarations
Le premier ministre Jyrki Katainen a déclaré, hier, à Helsinki que « la commission était l’amie de la Finlande. »
La ministre des Finances Jutta Urpilainen (PSD) et le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb (conservateur) estiment que la Finlande n’a jamais eu autant d’influence dans l’UE qu’aujourd’hui. « Nous avons bien géré nos affaires et nous respections les règles communes », a dit Mme Urpilainen qui a rappelé que les rares pays du triple A avaient une coopération étroite et avaient réussi à stabiliser les autres », selon Mme Urpilainen. « Il vaut mieux être celui qui résout les problèmes que celui qui en crée », estime M. Katainen
M. Stubb estime que l’UE se sortira de la crise qu’elle traverse.
« La situation de l’Europe est comme le printemps en Finlande : parfois il pleut, parfois il fait beau », estime Mme Urpilainen qui ajoute : « Ce sont les dirigeants des pays en crise qui sont responsables de leurs problèmes. Mais quant à savoir si l’UE a suffisamment bien répondu à leurs problèmes, c’est une autre question ».
Dem HS

Agence européenne de produits chimiques ECHA

L’agence investit dans le recrutement
Kauppalehti relève qu’il s’est avéré difficile de recruter des experts de haut niveau à l’agence européenne de produits chimiques. ECHA qui emploie actuellement 500 personnes, manque de spécialistes, la concurrence les concernant étant dure entre différents établissements internationaux.
Outre la concurrence, la situation éloignée de la Finlande complique le recrutement. De plus, il n’est pas toujours facile de trouver un emploi pour l’époux/l’épouse qui ne parle pas la langue du pays.
L’agence envisage désormais de s’investir plus dans le recrutement en recherchant plus de visibilité.
Actuellement, un employé d’ECHA sur trois est finlandais. La part des Français, des Allemands et des Italiens est de 7 % ; 25 nationalités au total étant représentées.
KL/mer/A8

Commerce extérieur

La Finlande aurait rapidement besoin d’un produit pour remplacer les exportations de téléphones mobiles
Selon un rapport de la confédération de l’industrie technologique, les exportations finlandaises stagnent et la balance des opérations courantes risque de diminuer au niveau de celle des pays européens en crise.
M. Turunen, directeur général de l’industrie technologique, estime que la situation est difficile mais non pas sans espoir. Pour lui, il est inquiétant que, dans les pays rivaux centraux, les Pays-Bas, l’Allemagne et la Suède, il n’y a pas eu ce même phénomène.
La chute des exportations était de 30 % au début de la crise financière, depuis, elles sont toujours de 20 % moins importantes qu’avant la crise.
Selon M. Turunen, l’importance de Nokia a été trop grande. 50 % de la diminution des exportations est lié au tarissement des exportations du domaine des téléphones portables. Ce n’est toutefois pas le seul secteur en difficultés, il y a des défis à relever dans la construction mécanique, par exemple.
M. Turunen regrette que l’Etat n’ait pas investi dans la création des conditions préalables pour le succès des entreprises et pour les investissements étrangers en Finlande. Il estime qu’il faudrait améliorer la compétitivité en matière de coûts, rendre plus flexible la politique salariale et l’imposition. En ce qui concerne l’emploi du domaine technologique, M. Turunen craint une pénurie de main d’œuvre spécialisée.
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie a désigné un groupe de travail de spécialistes afin de trouver de nouvelles solutions pour favoriser l’emploi, améliorer la productivité et créer de nouvelles activités économiques dans le domaine des technologies informatiques et des communications. M. Turunen fait part de ce groupe de travail.
AL/mer/A16

Energie

Directive sur l’efficacité énergétique
Kauppalehti rend compte du litige entre les différentes parties – l’UE et les groupes énergétiques – concernant le projet de directive sur l’efficacité énergétique. Le différend concerne l’exigence que les groupes énergétiques se chargent d’imposer à leurs clients une diminution de 1,5 % en matière de consommation énergétique.
La présidence danoise de l’UE, le Parlement européen, ainsi que la Belgique, l’Irlande, la Pologne, l’Italie, le Luxembourg et la Slovénie soutiennent le projet de directive, alors que la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas et l’Espagne sont plutôt réservés.
KL/7.5/A12

Politique intérieure

Parti du centre

M. Puumala est le candidat le plus en vue pour la présidence
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué pour le compte d’une émission de la MTV3 auprès des membres des conseils des districts du Centre, le député Tuomo Puumala est le candidat le plus populaire pour la présidence du parti. Il a obtenu le soutien de 45 % des personnes interrogées. Le député Juha Sipilä a obtenu une audience de 28 %, M. Paavo Väyrynen 16 % et M. Timo Kaunisto 5 %. Seuls 4 % des personnes interrogées n’ont pas répondu. 221 membres des conseils, soit 63 %, ont participé au sondage qui a été effectué entre le 25 avril et le 8 mai.
HS/A4

Parlement

Interdiction de la vente par téléphone des abonnements de téléphonie mobile
Helsingin Sanomat rappelle que le Parlement a approuvé mercredi un article interdisant la vente par téléphone des abonnements aux téléphones mobiles. Le changement restera en vigueur pendant trois ans et devrait entrer en vigueur cette année.
Le président conservateur de la commission des transports et des communications, M. Arti Satonen, estime que la loi a des effets négatifs sur la concurrence. Une interdiction permanente pourrait être problématique du point de vue de la constitution.
HS/A10

Etrangers

La police soupçonne plusieurs Roumains de proxénétisme
Selon Helsingin Sanomat, la police de Helsinki a annoncé hier d’avoir arrêté plusieurs Roumains soupçonnés de proxénétisme.
La police attend avoir beaucoup de travail cet été en raison des groupes de criminels étrangers. Beaucoup de mendiants roms sont également attendus en Finlande. Helsinki et Vantaa ont adopté une attitude plus stricte à l’égard des camps de Roms. Ces derniers commenceront probablement à rechercher des endroits dans d’autres villes et communes près de la capitale, rapporte HS.
HS/A16

Fonction publique

Une année de carence pour les fonctionnaires qui passent dans le privé
Aamulehti rapporte que la ministre de la de la fonction publique Henna Virkkunen (conservateur) fait écrire de nouvelles règles visant à clarifier la situation des fonctionnaires passant dans le privé. Cette nouvelle règle devrait être rédigée dans le mois, mais il est possible que l’on crée aussi une instance chargée d’évaluer ces cas.
Si un fonctionnaire a traité des questions confidentielles, l’Etat peut lui fixer un an de carence avant de travailler pour le privé. Cette disposition n’a toutefois jamais été appliquée, rapporte Aamulehti.

Activités minières

Les émissions d’uranium font peur en Finlande du Nord
La mine d’or Laivakangas de Nordic Mines à Raahe a obtenu une autorisation de laisser s’écouler dans la nature de l’eau qui contient de l’uranium. La mine est autorisée à poursuivre ses activités même si elle manque d’un écoulement réglementaire pour ses eaux usées. La mine dispose d’un bassin pour les eaux usées, mais le bassin s’est rempli plus vite que prévu.
Les habitants de la région ont perdu leur confiance dans les autorités.
HBL/4

Economie

Prévisions concernant l’industrie
Selon le patronat EK, les perspectives de l’industrie finlandaise se sont quelque peu améliorées au cours du printemps. L’effet de cette tendance sur l’emploi reste toutefois minime.
Ces informations sont basées sur un sondage qu’EK a effectué auprès de mille entreprises employant 260 000 personnes.
HS/B6

Exportations de pâte à papier en hausse
L’exportation de pâte à papier a augmenté de 28 % durant les trois premiers mois de l’année en cours, par rapport à la même époque en 2011.
Selon la confédération de l’industrie forestière, 720 000 tonnes de pâte à papier ont été exportées.
La pâte à papier est devenue le produit le plus rentable du secteur forestier. La demande est particulièrement importante en Chine.
HS/B6

Projet d’automatisation du métro

Propos du directeur général de Siemens Finlande
M. Kohtanen, directeur général de Siemens en Finlande, qui s’est jusqu’à présent retenu de commenter l’affaire du métro, estime que la compagnie de transports publics de Helsinki, HKL, n’a pas réfléchi jusqu’au bout au fonctionnement d’un métro automatisé.
Il souhaite démentir les propos sur le fait que son groupe aurait des problèmes techniques pour réaliser un système d’automatisation.
Selon M. Kohtanen, les problèmes ont commencé en mars 2011. C’est alors que des questions techniques ont commencé à s’entasser et que HKL aurait du choisir entre plusieurs solutions techniques. Siemens avait proposé à HKL un groupe de spécialistes étranger afin de revoir le projet, ce qui aurait augmenté les frais. Siemens a proposé de partager ces frais avec HKL, mais la municipalité a du s’en tenir au contrat de 115 millions et à la décision du conseil municipal en la matière. « C’est compréhensible […] et c’est là que Siemens a décidé de proposer un système semi-automatique. » On est ensuite revenu à la case départ et il s’agit de savoir qui est chargé de faire les plans manquants concernant un système d’automatisation.
Les parties sont en train de revoir 60 questions qu’ils considèrent comme les plus critiques, et dont les plus difficiles sont liées à la sécurité.
Jeudi prochain, HKL pourra soit arrêter le projet ou bien le poursuivre. M. Kohtanen relève qu’il y un risque et pour HKL et pour Siemens. « Les deux ont des juristes compétents. »
HS/A13

Propos de M. Lahdenranta
Le directeur général de HKL, M. Lahdenranta, ne confirme pas que les plans concernant l’automatisation auraient été incomplets. « Il était prévu de créer ensemble un plan concernant l’automatisation ».
Pour lui, le seul but de HKL est d’automatiser la surveillance de la circulation du métro. « Il s’agit de chercher un moyen de poursuivre le contrat », selon lui.
HS/A13

France - Finlande

Mode

Maroquinerie
Kauppalehti présente le groupe M-Boxi, dirigé par Jukka Soilampi, qui domine le marché de la maroquinerie dans le centre ville et à l’aéroport d’Helsinki. Il importe notamment la marque Longchamp. Kauppalehti publie aussi un portrait de M. Jean Cassegrain (dont la famille est depuis trois générations à la tête du groupe Longchamp) qui était récemment en Finlande.
KL

Sport

« En vélomoteur sur l’autoroute » KS
Keskisuomalainen publie un portrait de Yohan Auvitu, défenseur de JYP hockey-team et champion de Finlande qui rencontre, ce soir, sous les couleurs de l’équipe de France, la Finlande aux championnats du monde de Hockey-sur-glace à Helsinki.
KS

France

Présidentielle

« Le baptême du feu de M. Hollande se rapproche » Dem

Mercredi 9 mai 2012

France

Présidentielle

Réactions de M. Niinistö
Le Président finlandais Sauli Niinistö considère que, concernant la présidentielle en France, il s’agissait surtout d’un choix entre deux personnes. « Il semble qu’aux yeux des Français, la politique de M ; Sarkozy était la meilleure mais son image avait été dégradée ».
Dem

Réactions de M. Liikanen
Le gouverneur de la Banque de Finlande a pleine confiance dans le fait que la coopération franco-allemande va se poursuivre en politique européenne même après l’élection de M ; Hollande. « Même s’ils ne décident pas pour les autres, il est important qu’il y ait une coopération fonctionnelle » entre la France et l’Allemagne. « Le plus souvent ils ont de tels différences que lorsqu’ils arrivent à un compromis, cela a dissipé aussi nos différences à tous. J’attends que cette coopération qui a été importante pour tout le monde puisse apporter par la suite aussi sa contribution pour faciliter la prise de décision en Europe ».
M. Liikanen ne pense pas qu’il y aura de dissension sur la rigueur budgétaire. Il y aura probablement plus de discussions sur les moyens de relancer la croissance. « Il importe que relancer la croissance en supprimant les freins à la croissance », selon lui.
AL

« M. Sarkozy abandonne la politique française » HS
« Son meilleur ennemi » KS
« M. Hollande va accélérer l’intégration » KL
Helsingin Sanomat rapporte qu’après les élections, la droite rassemble ses troupes en vue des législatives.
Kesksisuomalainen et Trun Sanomat estiment qu’en dépit de ses difficultés en politique intérieure, M. Sarkozy restera dans l’histoire comme un dirigeant fort et un grand européen.
Kauppalehti considère que l’élection de m ; Hollande va avoir pour conséquence un approfondissement de l’intégration européenne qui, divisée, risque d’être avalée par l’Asie montante.
HS KS KL

Politique étrangère et européenne

Grèce - Elections

Réactions
Le président finlandais Sauli Niinistö estime que le résultat des élections en Grèce témoigne du manque de confiance dans la démocratie. C’est un phénomène très préoccupant selon lui. Il espère que la Grèce pourra rapidement former un gouvernement qui s’attaquent aux problèmes et ne revienne pas en arrière.
Dem

Sondage sur l’Union européenne

Les attitudes sont plus pessimistes
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué par l’institut Suomen Gallup pour le compte du quotidien, les attitudes des Finlandais vis-à-vis de l’Union européenne sont devenues plus négatives.
42 % critiquent les effets de l’UE dans l’économie nationale, contre 30 % il y a trois ans. Quant à l’immigration, 34 % des personnes interrogées sont critiques, contre 24 % en 2009.
Il y a aussi du progrès positif : 45 % des Finlandais sont satisfaits des résultats de l’UE concernant le niveau des taux d’intérêt, contre 38 % il y a trois ans.
Les Finlandais semblent moins intéressés par l’environnement : 44 % veulent rendre plus strictes les normes environnementaux de l’Union, contre 60 % en 2009.
HS/A4

Russie - Environnement

Les émissions de phosphore ont diminué au sud du golfe de Finlande
Selon Helsingin Sanomat, l’usine russe d’engrais située au sud du golfe de Finlande n’a plus rejeté de phosphore dans le fleuve Laukaanjoki puis dans la mer au printemps.
On ne connaît pas les raisons pour lesquelles les fortes émissions enregistrées à l’automne ont d’un seul coup disparu.
HS

Espionnage

Le procès contre M. Kivimäki a commencé
Helsingin Sanomat rappelle que le procès concernant l’espionnage contre le professeur Timo Kivimäki a commencé mardi au Danemark. Le procès a été déclaré secret, ce qui a été critiqué par les médias. M. Kivimäki avait également souhaité un procès ouvert. Le procès ne devrait pas durer plus d’une semaine.
HS/A6

Politique intérieure

Immigration

Les attitudes sont devenues plus positives
Helsingin Sanomat rappelle que selon un sondage effectué pour le compte d’Eva, délégation de la vie économique, les attitudes des Finlandais vis-à-vis de l’immigration et l’internationalisation sont devenues plus positives : 32 % souhaitent que l’immigration soit facilitée, contre 25 % en 2011 et 2010.
Les différences entre les partisans des différents partis politiques sont importantes. Seulement 13 % des Vrais Finlandais veulent faciliter l’immigration, tandis que 73 % des partisans du parti suédois sont de cet avis.
Le sondage a été effectué auprès de 1 300 personnes en janvier, autour du premier tour de l’élection présidentielle. Le député Pekka Haavisto, candidat présidentiel de l’Alliance verte, estime que la pression contre l’immigration a trouvé un exécutoire dans les différents sites sur internet.
A la lumière de ce sondage, les Finlandais sont récalcitrants dans certaines questions : 60 % des personnes interrogées estiment qu’il faut « protéger de façon efficace les caractères de la culture finlandaise contre l’internationalisation ».
HS/A4

Défense

Le navire Katanpää livré aux Finlandais
Le premier des trois bâtiments de guerre des mines, MHC (Mine Hunter Costal) commandés par la marine finlandaise vient d’être livré. Il a été réceptionné par le vice-amiral Veli-Jukka Pennala au chantier naval d’Intermarine, à la Spezia en Italie.
Le bâtiment arrivera à son port d’attache à Turku fin mai.
puolustusvoimat

Un casque bleu finlandais blessé en Afghanistan
Un casque bleu finlandais a été légèrement blessé par une balle partie accidentellement en Afghanistan le mardi 8 mai. Le fusil d’assaut d’un casque bleu s’était déclenché accidentellement en lui causant de légères blessures à la main.
puolustusvoimat

La durée du service militaire écourtée
La proposition d’écourter la durée du service militaire de 15 jours a été favorablement accueillie par le parlement. La réforme prendra effet en février 2013. L’économie causée par cette mesure est évaluée à environ 6,5 millions d’euros.
AL/A6

Economie

La balance commerciale finlandaise toujours déficitaire
Comme à l’automne dernier, la balance du commerce extérieur était déficitaire en finlande au début de l’année. Le déficit est d’un milliards d’euros pour les trois premiers mois.
HS

Mardi 8 mai 2012

France

Présidentielle

Réactions
Hufvudstadsbladet relève que les personnages politiques finlandais ne pensent pas que le résultat des élections françaises aura des conséquences dramatiques, que ce soit sur le paquet financier de l’UE ou autrement. Le résultat grec par contre crée des inquiétudes.
Le Premier ministre Jyrki Katainen (conservateur) espère que de la part de la nouvelle administration française des signes qui renforceront la confiance dans l’économie. Il considère qu’il est évident que l’on ne peut rouvrir le paquet européen sur la politique budgétaire. M. Katainen souligne aussi que la politique de croissance souhaitée par M. Hollande est déjà appliquée en Europe. La France peut, selon lui, la renforcer en insistant sur l’entreprenariat, en soutenant l’approfondissement du marché intérieur et en développant les conditions de la croissance. « Je ne suis pas inquiet mais j’attends de voir. Nous attendons du nouveau président les premières lignes susceptibles de dissiper l’inquiétude » sur une remise en cause des accords budgétaires.
La ministre des Finances et présidente du PSD, Mme Urpilainen estime qu’avec la victoire de M. Hollande, « c’est toute la gauche modérée qui progresse en Europe. La social-démocratie propose une vraie alternative à la droite au pouvoir. Les élections en France témoignent de ce virage ».
Le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja (PSD) se déclare « naturellement satisfait pour la France et pour l’Europe » de cette victoire. « J’espère que cela va relancer le débat économique en Europe qui s’est trop focalisé sur la rigueur aux dépens de la dimension sociale. En politique étrangère en revanche, je n’attends pas de changement mais une grande continuité ».
Le ministre des affaires européennes, Alexander Stubb (conservateur), qui était en France dimanche, a laconiquement commenté sur Twitter qu’il espérait que « la France, la Grèce et la Serbie ne tournent pas le dois à l’Europe ».
Mme Kumpula-Natri, présidente social-démocrate de la Grande commission, se félicite que ce soit le candidat de la gauche qui a remporté les élections en France. Elle ne s’attend pas à des conséquences dramatiques au niveau européen ou à celui des relations franco-allemandes. « M. Hollande n’est pas le seul à promouvoir des investissements sur la croissance et l’emploi, outre les économies. » Pour elle, de nouvelles mesures pour favoriser la croissance ne veulent pas dire qu’il faudrait renégocier l’accord budgétaire.
M. Kaikkonen, vice-président centriste de la Grande commission, n’estime pas que le résultat français engendre des modifications dans l’accord budgétaire. Pour lui, il serait inacceptable qu’à chaque élection on renégocie ces questions. M. Kaikkonen comprend toutefois la volonté de M. Hollande d’investir plus dans la croissance.
Mme Tiilikainen, directrice de l’institut de relations internationales, estime que ce que réclame M. Hollande concernant les mesures favorisant la croissance, est déjà inscrit dans plusieurs documents européens. Pour cela, renégocier sur le dernier accord afin d’y insérer la croissance ne vaut pas la peine, selon elle. Concernant les relations entre la France et l’Allemagne, elle ne croit à aucun refroidissement. Pour elle, M. Hollande est plus fédéraliste que M. Sarkozy, et l’Allemagne l’est plus que la France. Si M. Hollande souhaite construire une Europe commune, il ne peut pas se permettre de rentrer en conflit avec l’Allemagne, selon Mme Tiilikainen.
Le chercheur de l’institut finlandais Pellervo, M. Pasi Holm estime que le résultat des élections françaises n’est pas « dramatique » pour l’Europe ni pour l’euro. Il considère que les appels de M. Hollande pour une politique de croissance trouveront un écho, mais qu’il n’y a toutefois pas d’alternative à la rigueur budgétaire.
Le chercheur Esko Antola estime qu’il est peu probable que M. Hollande modifie la direction de la politique en Europe.
HS AL TS KS

Editoriaux
« Beaucoup dépendra de Mme Merkel » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que M. Hollande n’est guère le Président que Mme Merkel souhaitait avoir en France, mais que les intérêts en commun seront décisifs. Elle relève que le mois de mai sera chargé pour le nouveau Président, avec une rencontre avec Mme Merkel, le sommet G8 et le sommet de l’OTAN. Il s’agira également d’assurer une victoire pour la gauche lors les élections législatives, en juin. Les attentes les plus importantes concernent toutefois les mesures de rigueur économique ainsi que la coopération franco-allemande. Les propos répétés de M. Hollande sur stimuli ont été entendus à Bruxelles. M. Rehn, commissaire pour l’économie, a noté ce week-end que le secteur privé n’avait pas créé suffisamment d’emplois. Il estime que les Etats devraient s’investir dans de gros projets d’infrastructure afin de créer des emplois. Il faudrait que la France prenne des mesures importantes afin d’arriver à atteindre un équilibre budgétaire pour 2017, comme promis. M. Sarkozy était capable de prendre de décisions difficiles. Il s’agira pour M. Hollande de montrer que lui aussi est un dirigeant fort.

L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat considère que M. Hollande devra faire des compromis et oublier ses promesses en politique européenne, ce qui sera une déception pour ses électeurs. L’éditorialiste souligne aussi que l’on ne peut pas comparer la France à la Grèce. Il pense que l’on va certainement adjoindre au programme budgétaire européen une politique de croissance qui ne pourra être qu’accompagnée au niveau européen, par exemple par un renforcement de la politique de l’innovation et de la recherche.
Aamulehti souligne que, sans une mutuelle compréhension avec l’Allemagne, même un pays comme la France ne s’en sortira pas en Europe.
Turun Sanomat estime que là où la Grèce apparaît en opposition avec le reste de l’Europe, la France a au contraire une attitude constructive en faisant des propositions.
Keskisuomalainen considère que M ; Hollande apparaît comme un modéré recherchant le consensus, ce qui augmente la stabilité et la prédictibilité en Europe.
Kappalehti estime que la France et l’Allemagne doivent prendre ensemble la responsabilité d’une réorganisation de la politique européenne de la croissance et de la relance car il faut de nouveaux investissements pour soutenir la croissance.
HS Hbl TS AL KS

Politique étrangère et européenne

Grèce – élections

Réactions
Mme Kumpula-Natri, présidente social-démocrate de la Grande commission, relève que le résultat grec l’inquiète. Elle constate que dans une démocratie, on a le droit de voter pour que la politique change, mais elle « souligne que chaque centime qui ira en Grèce, est muni de conditions qui ne seront pas modifiées ». Mme Kumpula-Natri. Elle souhaite que les Grecs suivent l’exemple des Finlandais lors de la formation du gouvernement.
M. Kaikkonen, vice-président centriste de la Grande commission, ne pense pas que le nouveau Parlement grec acceptera les conditions des mesures de soutien sans vouloir y toucher. « Est-ce que l’on aura, par la suite, un troisième paquet d’aide à la Grèce ? Moi, je n’y participerai pas », a-t-il dit.
Mme Essayah, députée européenne des Démocrates chrétiens, regrette que l’encre sur l’accord financier à peine séché, on commence déjà à chercher des moyens pour ne pas avoir besoin de le respecter. « Si les Grecs ne tiennent pas à ce dont on s’est mis d’accord, je ne vois pas comment on peut continuer à soutenir économiquement ce pays », dit-elle.
Mme Tiilikainen, directrice de l’institut des relations internationales, estime qu’il est important de respecter les conditions « concernant chaque centime ». Le risque qu’une fin sera mise à l’aide est un signal important pour les potentiels récipiendaires.
HBL/2-3

Défense

« La Finlande réévalue les garanties de sécurité », écrit le journaliste Kari Huhta, HS
« La Finlande aiderait-elle tous les autres pays nordiques s’ils faisaient l’objet d’une attaque militaire ? » Telle est la question qui est de nouveau considérée alors que commence l’élaboration du prochain Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.
Selon le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, la question n’a pas encore été discutée en détail au sein du gouvernement.
La Finlande a jusqu’ici évité d’intégrer les promesses de solidarité mutuelle entre pays nordiques dans les menaces militaires. Néanmoins, dans les prises de position du gouvernement et de l’opposition, la coopération nordique en matière de défense est de plus en plus accentuée.
Le précédent Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale assure que la Finlande appliquera l’engagement d’entraide du traité de Lisbonne, sans pour autant mentionner les pays nordiques.
HS5.5/A6

Fin de la formation pour les casques bleus en partance pour le Liban
Pour les casques bleus finlandais en partance pour le Liban, la formation de six semaines dans la brigade de Pori a pris fin le 4 mai.
Avant le départ au Liban, le 18 mai, les soldats seront en vacances pendant quinze jours.
HS3.5/A6

Visite de bâtiments de l’OTAN à Turku
Une unité de quatre bâtiments de guerre des mines est arrivée en visite à Turku le vendredi 4 au lundi 7.5.
Spécialement conçus pour des circonstances d’eaux côtières, les bâtiments de l’unité « Standing Nato Mine Countermeasures Group 1 » appartiennent à la Norvège, à l’Allemagne et à la Belgique.
HS5.5/A8

ONU

Visite en Finlande de Mme Clark
Helsingin Sanomat rapporte que la directrice du programme de développement de l’ONU (UNDP), Mme Helen Clark, ancienne Première ministre néo-zélandaise, a effectué lundi une visite en Finlande, où elle a donné une conférence sur les objectifs de la conférence Rio+20 avec l’ancienne présidente Tarja Halonen. Elle a également rencontré le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, et la ministre du Développement, Mme Hautala.
Mme Clark souligne que le développement durable nécessite aussi autre chose que la protection de l’environnement. « Le plus grand problème est l’inégalité économique croissante à l’intérieur des Etats et entre les Etats. » Selon Mme Clark, le prix de la confrontation entre l’environnement et la croissance économique est que le progrès a été modeste pendant les vingt dernières années. « Les politiciens manquent de volonté politique de voir au-delà d’une législature. » Elle souligne aussi qu’il faut abandonner la « tyrannie du PNB ».
HS/B3

Politique intérieure

Immigration

Etude sur le débat sur l’immigration avant les élections législatives
Helsingin Sanomat rappelle que selon une étude effectuée par le centre de recherche COMET de l’université de Tampere, publiée lundi, le débat sur l’immigration pendant la campagne des élections législatives du printemps 2011 n’a pas été aussi animé que prévu. Encore quelques mois avant les élections, on estimait que l’immigration serait un des thèmes principaux pendant la campagne.
Selon le chercheur Susanna Vehmas, « nous les chercheurs avons été très étonnés du fait que les représentants des grands partis ont évité un débat profond sur l’immigration ». Les Vrais Finlandais ont dominé le débat et les grands partis n’ont pas pris position sur leurs propos sur la politique de l’immigration. Mme Vehmas estime que les autres partis ont évité les attitudes fermes parce qu’ils n’ont pas voulu mettre en colère leurs partisans, divisés entre défenseurs et adversaires de l’immigration.
Mme Vehmas critique aussi les journalistes : « Les journalistes n’ont pas interrogé les candidats des autres partis de la même façon que les candidats des Vrais Finlandais sur les questions relatives à l’immigration. »
La crise économique en Europe et la catastrophe de Fukushima sont finalement devenues les grands thèmes des élections législatives.
HS/A9

Discrimination

La discrimination au travail est liée à l’âge et aux minorités ethniques
Aamulehti relève que selon une recherche de l’université de Helsinki, 10 % des employés interviewés ont témoigné de l’existence de la discrimination liée à l’âge sur leur lieu de travail. Il y a presque autant de discrimination liée aux minorités ethniques.
Selon un test effectué par les chercheurs, une personne, qui porte un nom russe, doit envoyer deux fois plus de candidatures qu’une personne avec un nom finlandais pour être convoquée à un entretien.
AL/A6

Roms

Vantaa interdit les camps sans permis
Selon Helsingin Sanomat, la ville de Vantaa a adopté une attitude plus stricte à l’égard des camps de Roms étrangers. La police peut chasser les campeurs sans que la ville le demande formellement.
Helsinki a déjà commencé à chasser les campeurs et une partie se déplace dans les villes voisines.
HS/A10

Distribution

M. Ihalainen veut brider les grands groupes
Selon Helsingin Sanomat, M. Lauri Ihalainen (PSD), ministre du Travail, chargé des questions de la concurrence, propose d’étendre les règles concernant la position dominante aussi dans le secteur de l’alimentation. Selon le ministre, les autorités pourraient intervenir si la part de marché d’un groupe de distribution dépassait par exemple 30 %.
En ce moment, la part du marché du groupe S est de 45 % et celui du groupe K de 35 %.
M. Ihalainen souligne qu’une nouvelle réglementation n’empêcherait pas la croissance des groupes mais donnerait aux autorités de meilleurs outils pour la surveillance.
HS/B5

Economie

Tieto supprimera jusqu’à 500 emplois en Finlande
L’entreprise de technologie de l’information Tieto va engager un plan social portant sur 500 emplois en Finlande (et aussi 300 en Suède et 500 dans le reste du monde).
KS

Angry Birds rapporte beaucoup de bénéfice à Rovio
Rovio, groupe de jeux pour téléphones portables, a enregistré un très bon résultat en 2011. Son chiffre d’affaires s’élève à 75 millions et le bénéfice à 48 millions d’euros, la marge bénéficiaire étant de 64 %.
AL

VR déficitaire au début de l’année
La compagnie de chemins de fer VR était déficitaire de 19 millions d’euros au début de l’année en cours, contre un déficit de 10 millions à la même époque en 2011.
Selon le directeur général, M. Aro, le résultat était pire que prévu.
Le bilan du groupe est bon, ce qui veut dire que VR peut tolérer un déficit pendant assez longtemps.
HS/B5

Cinéma

Un nombre recors de films finlandais
Un nombre record de films finlandais auront leur première cette année. Il s’agit d’un nombre plus important que dans les années 1950, l’âge d’or du cinéma finlandais.
Une quarantaine de films sortiront dans les salles cette année.
HS/C3

Lundi 7 mai 2012

France

Présidentielle

Réactions
« Des difficultés en Grèce, des opportunités en France, selon M. Tuomioja » STT
« La victoire de M. Hollande va pousser la croissance » KS
« Un mauvais résultat pour les intérêts de la Finlande » AL
Le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja estime que le résultat des élections en Grèce va aggraver les problèmes en Europe. Il évoque même un possible départ de la Grèce de la zone euro, « question entre les mains des grecs eux-mêmes ». Il comprend la réaction des grecs face aux diktats extérieurs mais souligne qu’il s’agit d’une situation dans laquelle les Grecs se sont mis eux-mêmes. M. Tuomioja considère en revanche comme bienvenue la victoire socialiste en France. « La politique de l’Europe a trop mis l’accent sur la rigueur et la dimension sociale était oubliée », estime-t-il. Il pense que la victoire de M. Hollande va rééquilibrer « la pensée unique » dictée par l’Allemagne.
La ministre des Finances et présidente du PSD, Mme Urpilainen estime que la victoire de M. Hollande aura un effet sur le débat sur la croissance. « Il est probable que les exigences d’une politique de croissance vont se renforcer au niveau national et européen. La France a aussi proposé que l’on tire plus profit de la BEI par exemple pour aider les pays d’Europe du sud. » Mme Urpilainen souligne toutefois qu’il ne faudra pas oublier la nécessité des ajustements budgétaires. « Le modèle finlandais à trois priorités (croissance, austérité et réformes) est nécessaire pour toute l’Europe ».
Le chercheur de l’institut finlandais des relations internationales Mika Aaltola estime que la victoire socialiste est inquiétante pour la Finlande qui a insisté sur l’austérité en Europe. « La ligne responsable en Europe s’essouffle. Notre ligne de politique étrangère va échouer », selon lui parce que la Finlande s’est trop concentrée sur la rigueur qui ne sera peut-être plus au centre des débats en Europe. « Les électeurs français ne sont pas nos amis. Le résultat des élections montre que le cœur de la décision européenne s’essouffle. Même les projets de traités européens pourraient être remis en question ».
AL TS KS

Résultats du second tour
« La France a choisi un socialiste » - « Un président, trois France » HS
« La France passe à gauche » TS
« La victoire de M. Normal » IS
« M. Hollande remporte l’élection avec une marge serrée » HBL
« Tout le monde parle du travail » - « Un novice politique qui prend sa revanche » HBL
Helsingin Sanomat rapporte que la France sera dirigée pour les cinq prochaines années par un président socialiste, François Hollande.
La correspondante en France du quotidien souligne que la France est divisée, non seulement selon un axe droite-gauche, mais aussi du fait de l’importance du nationalisme de Mme Le Pen. Elle estime qu’en priorité, M. Hollande devra montrer qu’il prend au sérieux l’irritation et les peurs des Français, dont le principal problème est le chômage et non l’immigration.
Hufvudstadsbladet publie un portrait de M. Hollande et rend compte du souci de beaucoup de Français : la situation de l’emploi. Une interviewée estime qu’actuellement la classe moyenne française est plus intéressée par elle-même que par la situation économique de la France dans le contexte européen.
HBL relève que le conseiller de presse de l’Ambassade de Finlande à Paris, M. Ruonala, note que les sociaux-démocrates finlandais ont de bons rapports avec M. Hollande et ses collaborateurs les plus proches.
HBL/10-11 HS

Campagne du second tour
« Sur les pas de Mitterrand » - « Comment en est-on arrivé là ? » HS
« En banlieue : après 20heures, je n’ose sortir dehors » HS
« On pense que M. Hollande va l’emporter » - « Un triller français » AL
« Hollande aidé par la participation » KS
« Le président français devra corriger le déficit » KL
« Le camp d’Hollande sur de l’emporter » STT - Kaleva
« L’avance de M. Hollande se rétrécit » HBL
Editoriaux : « Un combat de coqs » HS – « L’Europe à la croisée des chemins » AL
« Beaucoup d’enjeux dans ces élections » Kaleva
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que le problème de M. Hollande et du reste de l’Europe est qu’un virage trop brusque de la politique d’austérité vers une politique de croissance risquerait de rendre nerveux les marchés. L’éditorialiste considère que le problème de la France n’est pas seulement le déficit budgétaire mais aussi le déséquilibre de ses échanges.
Kaleva estime que la victoire de M. Hollande serait une exception dans une Europe dirigée par une vague conservatrice.
Helsingin Sanomat publie un point de vue de l’ancien ambassadeur finlandais Mikko Heikinheimo qui retrace la campagne de m. Hollande dont il qualifie le succès de miraculeux.
Le correspondant à Perpignan d’Aamulehti, M. Ismo Nykänen estime que la campagne aura fait ressortir la division de la France entre la droite, la gauche et les lepenistes.
Hufvudstadsbladet publie un billet de sa correspondant Gunn Gestrin sur la présidentielle et notamment le débat télévisé entre les deux candidats.
HS TS Hbl AL KS

Politique étrangère et européenne

Proche-Orient

Une délégation de la commission des affaires étrangères en visite au Proche-Orient
Helsingin Sanomat rapporte qu’une délégation de la commission des affaires étrangères du Parlement a commencé samedi, sous la direction de son président, M. Timo Soini, une tournée d’une semaine au Proche-Orient. Huit membres de la commission se rendent en Egypte, en Israël, dans les territoires palestiniens et en Jordanie. Les députés s’intéressent surtout aux relations entre l’Egypte et Israël et aux changements dans la région après le printemps arabe.
Selon les députés, le printemps arabe n’a pas modifié la politique finlandaise à l’égard du Proche-Orient et les principes de cette politique, le soutien au processus de la paix entre Israël et les Palestiniens et les droits de l’homme.
Plusieurs membres de la délégation s’inquiètent des droits des femmes et des enfants en Egypte.
Selon M. Soini, la délégation a invité des parlementaires égyptiens en Finlande pour évoquer le modèle nordique de l’Etat de droit. Les députés comptent également inviter des parlementaires d’autres pays de la région.
M. Soini, grand ami d’Israël, a admis prudemment que les colonies israéliennes dans les régions occupées étaient problématiques.
HS/lun/A5

Politique intérieure

Parti suédois

Mme Henriksson et M. Haglund se battent côte à côte pour la présidence du parti
Turun Sanomat rappelle que le nouveau président du Parti suédois sera élu au congrès du parti qui aura lieu du 8 au 10 juin à Kokkola. Selon le quotidien, M. Carl Haglund (33 ans), parlementaire européen, a longtemps été considéré comme le prince héritier de M. Stefan Wallin, président actuel, et la candidature de Mme Anna-Maja Henriksson (48 ans), ministre de la Justice, a perturbé ce scénario.
Dans les spéculations, on estime que M. Haglund aurait plus de chances d’être élu.
TS/sam/15

Vrais Finlandais

L’organe du parti a un nouveau rédacteur en chef
Selon Turun Sanomat, le bureau national des Vrais Finlandais a décidé de nommer M. Matias Turkkila rédacteur en chef de l’organe du parti, Perussuomalainen, ainsi que du site des Vrais Finlandais. M. Turkkila, 37 ans, qui est chargé de Hommafoorumi, site très critique vis-à-vis de l’immigration, a été chef des campagnes électorales de M. Jussi Halla-aho, député des Vrais Finlandais. M. Turkkila a également été membre de Suomen Sisu, organisation nationaliste.
Le président du parti, M. Soini, l’objectif est de rendre le site du parti le site politique finlandais le plus suivi.
TS/sam/15

Justice

Les Vrais Finlandais critiquent la ministre de la Justice concernant la réforme sur les cours d’appel
Dans le cadre de la réforme des cours d’appel, celle de Kouvola sera fusionnée avec la cour d’appel de Finlande de l’Est située à Kuopio. Les Vrais Finlandais critiquent Mme Henriksson, ministre de la Justice, pour ne pas avoir touché à celle de Vaasa, sa circonscription, pour des raisons de politique linguistique, selon eux. M. Tossavainen, député des Vrais Finlandais, considère ce projet comme un « Dragsvik 2 ».
Mme Henriksson se défend en rappelant que Vaasa est la troisième cour d’appel du pays et que les suédophones y représentent seulement 10 % de la population.
HBL/sam/5

Alliance verte

Les verts favorables à des maires élus
Helsingin Sanomat relève que le président de l’Alliance verte, M. Ville Niinistö, ministre de l’Environnement, se prononceront, aux élections municipales de l’automne prochain, en faveur d’un modèle de maires élus. « Ce modèle augmenterait la transparence. La direction d’une ville pourrait être élue pour la même période de quatre ans que les conseillers municipaux. »
L’objectif des verts est de présenter aux élections municipales 2 700 candidats, soit 500 de plus qu’en 2008.
HS/dim/A12

Education

Un nouveau centre sera créé pour évaluer l’éducation
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement compte créer, suivant le programme gouvernemental, un nouveau centre pour évaluer l’éducation à partir de 2014, sous la tutelle du ministère de l’Education et de la Culture. Le nouveau centre serait créé à Helsinki ou à Jyväskylä.
HS/dim/A10

Enseignement à domicile
Selon les informations de l’association finlandaise des enseignants à domicile, au moins douze familles de Suède se sont installées en Finlande parce qu’elles ont voulu fuir la scolarité obligatoire suédoise. En Finlande, l’enseignement à domicile est possible, même si le PSD souhaite désormais la soumettre à autorisation préalable.
HS/lun/A4

Politique salariale

Kauppalehti relève que les salariés souhaitent déjà entamer les négociations sur une prolongation de l’accord cadre. M. Pukkinen, directeur général du patronat EK ne voit pas d’urgence en la matière.
M. Ihalainen, ministre de l’Emploi, avait proposé, la semaine dernière que le gouvernement et les partenaires sociaux fassent un bilan sur l’état actuel de l’accord cadre et se prononcent sur leur volonté concernant une poursuite éventuelle d’un tel accord, dès avant les préparatifs du budget 2013.
KL/A12

Compagnies d’assurance retraite

« Pression importante pour augmenter la cotisation retraite » Kaleva
« La confiance dans les groupes d’assurance retraite à l’épreuve » HS
Mme Siimes, directrice générale de Tela, confédération des assureurs patronaux de retraite, relève que le secteur est favorable au projet du ministère des Affaires sociales et de la Santé de réformer la gestion des groupes d’assurance retraite et d’améliorer la transparence dans ce secteur.
Concernant la cotisation patronale d’assurance retraite, elle estime que 25,9 % serait durable, par rapport au niveau actuel de 22,8 %. Une augmentation de 0,4 % est prévue pour les années 2015 et 2016.
Kaleva, HS

Projet d’automatisation du métro de Helsinki

Des juristes prévoient des problèmes
Hufvudstadsbladet a interviewé des spécialistes du droit en matière de contrat qui sont effrayés par la situation dans laquelle se trouve la compagnie de transports publics de Helsinki (HKL). Le fait de continuer les négociations a été présenté comme un progrès pour les contribuables, alors que les spécialistes juridiques considèrent que plus on les prolonge, plus cela devient problématique. Les juristes, qui s’expriment sous l’anonymat, estiment que des négociations de cette envergure devraient être gérées par des experts.
Siemens ne souhaite toujours pas commenter l’affaire pour HBL.
HBL/sam/5

Voitures électriques

Deux particuliers finlandais seulement ont acheté une voiture électrique
Selon les statistiques de la direction nationale des transports, 33 voitures électriques ont été achetées en Finlande en 2011, dont deux par des particuliers.
Cinq marques de voitures électriques, dont Peugeot et Citroën, sont actuellement en vente en Finlande.
HBL/sam/11

Economie

Selon M. Ollila, les salaires des patrons finlandais sont modérés
L’ancien patron de Nokia considère que, à l’échelle européenne, les salaires des dirigeants d’entreprises finlandais sont modérés.
Kaleva

Médias

Mort de M. Erkko
Le principal actionnaire du groupe de média Sanoma-Wsoy, M. Aatos Erkko est mort.
HS

Culture

Comment pousser les Finlandais à aller au musée ?
Helsingin Sanomat rapporte que si les Finlandais sont les plus gros consommateurs en matière de produits culturels (emprunts de livres, musique classique…), ils sont en retard en matière de fréquentation des musées où ils font deux fois moins bien que leurs voisins nordiques suédois, danois et norvégien.
HS

France - Finlande

Economie

Technip relance la croissance sur la côte Ouest
Kauppalehti rapporte que, selon le président français de Technip Finland, M. Roland Bianciotto, la situation du groupe français de construction navale et de son entreprise en Finlande, à Mantyluoto, près de Pori, est « positive ». En effet, l’accord conclu entre Technip et BP devrait permettre aux chantiers navals de Mäntyluoto de construire dans les années à venir plusieurs barges pétrolières pour BOP destinées au Golfe du Mexique. Cette activité devrait profiter aux sous-traitants finlandais de la région. La seule inquiétude de M. Bianciotto concerne le manque de main d’œuvre, notamment de soudeurs.
KL

Culture

Charlotte Gainsbourg se produira à Helsinki
Charlotte Gainsbourg donnera un concert à Helsinki, le 29 juin, dans le cadre de l’événement Garden Party.
HBL/dim/38

Nya Rampen à Avignon
Helsingin Sanomat rapporte que la troupe finlandaise Nya Rampen, située à Berlin, jouera sa pièce Conte d’Amour au festival d’Avignon.
HS

Les neiges du Kilimandjaro
Helsingin Sanomat publie une interview du réalisateur Robert Guédiguian. Kaleva publie une critique élogieuse de son film actuellement sur les écrans en Finlande.
HS Kaleva

Gastronomie

Marché français
Le marché français propose des délices jusqu’au 13 mai, sur la place de Lasipalatsi.
HBL/dim/19

France

Culture

Le musée Pompidou concurrence Guggenheim
Helsingin Sanomat rapporte que le musée Pompidou lui aussi construit un réseau international de musées.
HS

Exposition Newton au Grand Palais
Kaleva présente l’exposition d’Helmut Newton actuellement au Grand Palais jusqu’au 17 juillet.
Kaleva

Expositions Crumb et Spiegelman à Paris
Turun Sanomat présente les expositions consacrées à paris aux auteurs de bande Dessinée Robert Crumb et Art Spiegelman.
TS

Tourisme

Paris des antiquaires
Kaleva présente des adresses d’antiquaires et de marchés aux puces à paris.
Kaleva

Vendredi 4 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Emissions de phosphore dans le fleuve Luga

Le prélèvement d’échantillons se poursuit à Kingisepp
Les chercheurs finlandais et russes ont pu revenir au fleuve Luga pour le prélèvement d’échantillons dont les résultats d’analyse sont attendus pour mardi.
L’usine d’engrais Fosforit n’autorise toutefois pas les chercheurs sur son territoire. M. Forsius de la commission de la protection de la mer Baltique relève que des négociations sont en cours avec les autorités russes afin de pouvoir se rapprocher du terrain de l’usine.
HS/A4

Sport

Hockey sur glace

Le championnat du monde commence aujourd’hui
Le championnat du monde de hockey sur glace aura lieu du 4 au 20 mai 2012 à Helsinki et à Stockholm. L’équipe de France de hockey jouera à Helsinki avec les équipes finlandaise, canadienne, américaine, suisse, slovaque, biélorusse et kazakh.
Le match d’ouverture, Etats-Unis - France, a eu lieu aujourd’hui à 12h15. Les Etats-Unis l’ont emporté 7-2. Les autres matches du 1er tour de la France auront lieu le dimanche 6 mai (France - Kazakhstan, 12h15), le lundi 7 mai (France - Canada, 16h15), le jeudi 10 mai (France – Finlande, 20h15), le samedi 12 mai (Suisse - France, 16h15), le lundi 14 mai (Belarus - France, 16h15) et le mardi 15 mai (Slovaquie - France, 16H15).

Politique intérieure

Xénophobie

Un jugement dans l’affaire d’écrits xénophobes sur Facebook
Une partie des membres d’un groupe Facebook créé à Lieksa, l’automne dernier, ont été condamnés pour incitation à la haine raciale. Le tribunal de grande instance de Carélie du Nord a prononcé son jugement, hier. Quatre hommes et une femme ont été condamnés à payer une amende de 150 à 500 euros, et un homme à une peine de prison de deux mois.
HS/A4

Un relevé de compte bancaire d’un étranger publié sur Facebook
Un homme et une femme de Lieksa sont soupçonnés d’avoir publié une copie du relevé bancaire d’un ressortissant étranger sur un groupe raciste de Facebook. La police enquête sur l’affaire qu’elle a classée comme incitation à la haine raciste.
HS/A4

Propos de M. Saarakkala sur l’offre d’Yle
M. Saarakkala, député Vrai Finlandais, a présenté une question écrite au gouvernement sur les contenus des émissions d’Yle. Il estime que la radio-télévision publique donne une image trop positive du multiculturalisme en Finlande.
HBL/7

Projet d’automatisation du métro de Helsinki

HKL continue à promouvoir l’automatisation
Le directoire de la compagnie de transports publics de Helsinki a décidé de tenter encore de négocier avec Siemens. Le délai est fixé à la mi-mai et le directoire est censé prendre une décision, le 16 mai, sur la résiliation ou la poursuite du contrat avec Siemens.
Ce nouveau délai sera le dernier : Mme Karhu (Verts), présidente du directoire, relève que, faute d’un accord, il faudra lancer le projet alternatif, c’est-à-dire le système manuel de surveillance.
Helsingin Sanomat relève que Siemens serait prêt à réaliser le métro aux conditions fixées par Helsinki, mais à un prix plus élevé. A l’origine, le prix avait été fixé à 115 millions d’euros.
Le directeur général de HKL, M. Lahdenranta, relève que dans les négociations, on a trouvé une nouvelle voie et un bon esprit. Pessimiste, M. Saarinen (All. des gauches), membre du directoire, est convaincu que le litige devra être résolu au tribunal. HKL est lié par le prix et le calendrier d’origine. Les changements nécessiteraient un nouvel appel d’offres et une nouvelle prise de décision politique, selon HS. Le projet a déjà pris 30 mois de retard.
Siemens n’a pas souhaité commenter l’affaire.
Hufvudstadsbladet relève que, selon Mme Karhu, Siemens et la municipalité ont des avis divergents sur ce qui est inclus dans le contrat, notamment sur les responsabilités.
HS/A13, HBL/9

Helsinki – éducation – budget

Helsinki revient sur sa décision concernant le paiement des salaires d’été des enseignants en CDD
Helsingin Sanomat relève que la municipalité a décidé d’annuler sa décision concernant la diminution de la durée des CDD pour les enseignants contractuels. Il était prévu que ces enseignants ne seraient plus payés que d’août à juin.
Pour faire des économies, la municipalité envisage désormais de diminuer les heures d’enseignement, ce qui veut dire que les classes auront plus d’élèves.
HS/A13

Projet de musée Guggenheim

« Des élections municipales culturelles en vue » HS
Helsingin Sanomat publie un billet de son journaliste Joonas Laitinen, qui estime que les élections municipales de l’automne 2012 seront dominées par des sujets culturels touchant le projet Guggenheim ainsi que le destin du Musée de beaux-arts de Helsinki.
Les Verts, qui espèrent renforcer leur position aux élections municipales, n’excluent pas la possibilité de reconsidérer le projet de musée Guggenheim si les conditions d’un contrat étaient plus avantageuses et moins risquées pour Helsinki.
HS/A13

Défense

Réforme des forces armées
Les forces armées ont précisé, hier, les effets des réformes sur ses activités.
Si les économies seront mises en œuvre comme prévues, le service militaire sera raccourci de 15 jours. Environ 3000 emplois seront transférés d’une commune à une autre, ce qui nuira à certaines régions, tout en profitant d’autres. Les régions de Kainuu et de la Carélie du Sud auront une centaine de nouveaux emplois, ce qui augmentera leurs recettes fiscales.
Les pertes seront importantes en Finlande centrale et en Carélie du Nord.
HS/A11

Nokia

M. Ollila a quitté Nokia
Helsingin Sanomat rapporte que M. Jorma Ollila (61 ans), a quitté hier la présidence de Nokia à l’assemblée générale de l’entreprise. M. Ollila, qui a commencé à Nokia il y a 27 ans, a été remplacé à la présidence par M. Risto Siilasmaa (45 ans), un des fondateurs de F-Secure.
HS/A3

Mines

Le ministre Niinistö critique les compagnies minières
Helsingin Sanomat relève que le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, accuse les compagnies minières d’être arrogantes. Selon lui, les plus grands problèmes auraient pu être évités avec la bonne technologie. Selon le ministre, il y a en Laponie des entreprises étrangères qui ne respectent pas l’Etat de droit.
Selon M. Niinistö, les autorités estiment que les émissions de Talvivaara seront stabilisées à un niveau modéré avant la fin de l’année en cours. Les limites pour les émissions seront définies dans l’autorisation environnementale de Talvivaara qui sera renouvelée en novembre prochain.
HS/A5

Partis politiques

Vapauspuolue met fin à ses activités
Vapauspuolue (‘parti pour la liberté’), petit parti politique d’extrême-droite non représenté au Parlement, a décidé de mettre fin à ses activités en raison de problèmes financiers. Le parti, qui a été fondé en 2009, a mené campagne contre l’immigration.
HS/A10

Nominations

Les conservateurs s’intéressent au secrétariat général du ministère de l’Intérieur
Turun Sanomat rapporte que la prochaine nomination importante du gouvernement est celle du nouveau secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Mme Päivi Räsänen, ministre de l’Intérieur, est chargée de la nomination. Selon les spéculations, sa secrétaire d’Etat politique, Mme Marja Anttoora, est une candidate en vue pour ce poste, en remplacement de Mme Ritva Viljanen (PSD), élue récemment maire adjointe de Helsinki.
Selon le quotidien, le Parti conservateur s’intéresse également à ce poste. Pour TS, M. Ilkka Salmi, actuel directeur du Centre de situation de l’UE, SitCen, serait un candidat en vue pour ce poste.
TS/16

France

Mondialisation

Délocalisation en sens inverse
Helsingin Sanomat publie un article sur M. Hepp, entrepreneur français du domaine de l’électronique qui, après avoir fait fabriquer des tablettes numériques Qooq en Chine pendant un an et demi, est revenu en France pour y continuer la fabrication. Le retour en France lui a servi de réduire plusieurs dépenses.
HS/jeu/B9

Présidentielle

« Un jour d’élection dense en Europe » HBL
Hufvudstadsbladet publie un article sur la présidentielle en France, mais également sur les élections grecques et serbes, ce week-end. Concernant la France, le quotidien rend compte du débat télévisé entre les candidats.
HBL/15, 16

« Mûr pour une victoire » Dem
« Quel effet les élections françaises auront-elles sur l’Europe » Dem
Demokraatti rend compte du débat électoral et publie un article de son journaliste Eeva Lennon sur M. Hollande.
Dans un autre article, le quotidien spécule sur les effets de l’élection française sur l’Europe.
Dem/10

« M. Hollande est le favori au second tour » KU

« M. Hollande est en train de gagner l’élection présidentielle » KL

« Les partisans de M. Hollande sont sûrs de la victoire » TS

Jeudi 3 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Gestion de crise

Billet de M. Tuomioja : « La Finlande restera dans le noyau dur de la gestion de crise » HS
Helsingin Sanomat publie un billet du ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, qui estime que, même si les guerres à proprement parler ont diminué, il y a toujours des crises et une menace de violence, ce qui justifie la gestion de crise. Pour lui, c’est en partie en raison de la gestion de crise efficace qu’il y a moins de guerres.
Pour la Finlande, la gestion de crise s’inscrit dans le noyau dur de la politique commune de sécurité et de défense de l’UE. Ces dernières années, la participation finlandaise à des opérations extérieures est tombée à un niveau historiquement bas. M. Tuomioja estime qu’il faut augmenter cette participation et qu’envoyer mille soldats finlandais dans des missions de gestion de crise serait un objectif réaliste.
Il insiste sur la qualité de la participation finlandaise et note qu’outre la coopération nordique en la matière, il convient de renforcer la coopération européenne, d’autant plus que les crédits diminuent et que les défis liés à l’évolution technique augmentent.
M. Tuomioja souligne que les menaces de sécurité et les crises ne pourront être résolues par les seuls moyens militaires. La Finlande a systématiquement promu l’idée que la gestion de crise civile et militaire, ainsi que les autres actions civiles, telles que l’aide au développement, forment un ensemble efficace et approprié.
La Finlande qui outre la gestion de crise militaire, participe à la gestion de crise civile, continuera à s’y investir également dans l’avenir. C’est une partie centrale de la politique étrangère et de sécurité active de la Finlande, et ceci indépendamment de sa participation éventuelle au conseil de sécurité de l’ONU.
Concernant l’Afghanistan, M. Tuomioja souligne l’importance de mettre fin aux actions militaires pour la fin 2014 et de mettre l’accent sur la formation des troupes de sécurité et sur la gestion de crise civile, ainsi que sur la coopération au développement. La Finlande fournit par ailleurs un nombre important de spécialistes pour l’opération d’Eupol.
HS/A2

Economie

Le chômage divise l’Europe en deux
Helsingin Sanomat relève que la Finlande est actuellement un des rares pays de l’UE où le taux de chômage diminue, au moment où l’Europe enregistre deux millions de chômeurs de plus qu’il y a un an.
M. Vihriälä, directeur général de l’institut de recherche économique Etla, souligne l’importance de mettre l’accent sur des mesures qui affaiblissement le moins possible la situation de l’emploi. « Il faudrait éviter de renforcer la fiscalité du travail et s’efforcer plutôt de taxer la consommation. Les changements structurels de l’économie sont également importants », selon lui.
HS/B8

Liberté d’expression

La Finlande en première position avec la Suède et la Norvège
Helsingin Sanomat relève que selon l’’organisation Freedom House, la Finlande se situe au premier rang parmi 197 pays du monde entier en matière de liberté de l’expression.
HS/B6

Asile politique

La Finlande a accordé un asile politique au couple Gataev
Helsingin Sanomat relève que selon l’agence de presse balte BNS, la Finlande a accordé un asile politique à Malik Gataev, Khadizhat Gataeva et leurs trois enfants mineurs, arrivés en Finlande à l’automne 2009. La Lituanie a demandé, il y a deux ans, l’extradition du couple tchétchène en Lituanie. Cette affaire avait suscité une émotion considérable en Finlande et dans les pays voisins.
HS/A6

Politique intérieure

Projet de musée Guggenheim

La municipalité a voté contre le projet
La municipalité de Helsinki a rejeté le projet de construire un musée Guggenheim à Helsinki par 8 voix contre 7.
Surpris et déçu, le directeur de la fondation Guggenheim, M. Armstrong, relève qu’il est toujours prêt à poursuivre ses efforts pour obtenir un musée à Helsinki. M. Pajunen, maire, n’a pas explicitement dit s’il envisageait de présenter le projet au prochain conseil municipal, après les élections à l’automne 2012.
HS/A4

Parti suédois

Les candidats pour la présidence du Parti suédois ont participé à leur premier débat électoral
Hufvudstadsbladet rapporte que les deux candidats pour la présidence du Parti suédois, Mme Anna-Maja Henriksson, ministre de la Justice, et M. Carl Haglund, parlementaire européen, ont participé mercredi à Tammisaari à leur premier débat public. Les deux candidats estiment que le parti doit rester suédophone, mais faire preuve d’ouverture vis-à-vis des personnes bilingues.
Mme Henriksson et M. Haglund sont d’accord pour estimer que la présidence du banquier Björn Wahlroos au comité économique du parti peut poser des problèmes pour l’image du parti.
M. Haglund a souligné que le parti devrait renforcer son image dans la politique économique, environnementale et de la santé pour pouvoir gagner les élections municipales. Selon Mme Henriksson, le parti fait déjà beaucoup, mais les médias s’intéressent surtout aux questions linguistiques.
Le président actuel du Parti suédois, M. Stefan Wallin, ministre de la Défense, quittera la présidence au congrès du parti qui aura lieu en juin à Kokkola.
HBL/4, HS/A12

Parlement

La loi sur l’exportation des armes a été approuvée
Le Parlement a approuvé mercredi une nouvelle loi sur l’exportation des armes. La loi simplifie la procédure d’exportation à l’intérieur de l’Union européenne et est plus favorable à l’industrie d’armement.
Selon la nouvelle loi, les autorisations sont décidées au gouvernement ou au ministère de la Défense. Le président de la commission de la défense du Parlement, M. Jussi Niinistö (Vrais Finlandais), souligne que « dans la nouvelle loi, il n’y a pas de changements dans le contenu de la réflexion de politique étrangère et de sécurité ».
Lors du débat sur la loi, le groupe parlementaire des Vrais Finlandais a annoncé qu’ils ne participeraient pas au travail du groupe de contact parlementaire, qui prépare le livre blanc de la défense, si M. Stefan Wallin restait Ministre de la Défense.
HS/A6

France

Présidentielle

« M. Sarkozy essaie de charmer les électeurs une dernière fois » AL

« M. Sarkozy attaque M. Hollande lors du débat » HS
Aamulehti et Helsingin Sanomat rendent compte du débat télévisé entre les candidats.
AL/A13, HS/B2

« Un référendum sur M. Sarkozy » TS

« M. Sarkozy rejette les accusations de M. Hollande sur une division du peuple » TS

« Le résultat des élections peut avoir un effet sur toute l’Europe » HBL
Selon l’éditorialiste de Hufvudstadsbladet, la France a été parmi les alliés les plus fidèles de l’Allemagne dans la crise de l’euro mais cette situation peut désormais évoluer sans conséquences dramatiques.
HBL/14

Mercredi 2 mai 2012

Politique étrangère et européenne

Croissance économique

Editorial : « Ce n’est pas avec des discours que l’on accélère la croissance économique » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que les problèmes de l’économie européenne sont liés au fait que les décideurs n’ont pas suffisamment tôt fait attention à ce qui est évident aujourd’hui : comment créer croissance, compétitivité et synergie économique européennes durables. Une telle politique aurait été plus facile de mettre en place dans une conjoncture favorable.
En ce moment, les dirigeants font des discours irréalistes ou trop optimistes, selon l’éditorialiste. Il relève qu’en France, par exemple, M. Hollande propose de changer l’inscription dans les traités européens de l’objectif de rigueur en matière de déficit structurel. Il souhaite y insérer une mention des investissements pour la croissance économique. L’éditorialiste ne voit pas l’opportunité d’écrire des évidences et note que M. Hollande omet de dire comment y arriver.
La France, tout comme aucune autre Etat européen n’a pas les moyens de relancer son économie avec des mesures remarquables, selon l’éditorialiste. Il estime toutefois qu’en tant qu’Etat recevant d’importantes aides agricoles, la France pourrait montrer l’exemple et promouvoir le transfert de flux d’argent du soutien des vieilles structures vers des investissements pour la recherche et les nouvelles technologies.
HS/mar/A2

Espionnage

« Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Danemark » HS
Helsingin Sanomat publie un billet de Mme Grundström, journaliste free-lance, qui estime que les accusations d’espionnage concernant M. Kivimäki, professeur de politique internationale à l’Université de Copenhague, sont un exemple de la façon dont la lutte contre le terrorisme complique le travail des chercheurs sur la paix.
Le Danemark a démantelé la recherche sur la paix et a fortement investi dans la recherche sur la politique de sécurité et de renseignement. La Finlandaise Mme Cronberg était la dernière directrice de l’institut de recherche sur la paix de Copenhague, fermé en 2003.
Mme Grundström note que, depuis le prix Nobel de M. Ahtisaari, beaucoup de Finlandais ont soutenu l’idée que la Finlande devienne une grande puissance de la médiation pour la paix. Or, il semblerait que M. Kivimäki ait été laissé seul. Pourquoi les autorités finlandaises ne demandent pas d’explications sur les accusations du Danemark, pourquoi ne pas demander que le procès se passe ouvertement, se demande-t-elle. « Si les quelques chercheurs finlandais en matière de paix ne peuvent pas compter sur un soutien politique quelconque, il ne fait pas non plus rêver que la Finlande puisse devenir une grande puissance de médiation pour la paix », conclut-elle.
HS/mar/A2

Commerce extérieur

Le déficit de la balance commerciale a triplé par rapport à 2011
Helsingin Sanomat relève que les exportations finlandaises stagnent et que le commerce avec les Etats membres de l’UE diminue. Par contre, les importations sont en augmentation, ce qui fait que la balance commerciale est lourdement déficitaire : de 613 millions d’euros en février par rapport à 203 millions en février 2011.
Les exportations s’élevaient à 4,4 milliards d’euros, à l’instar de l’année précédente. Concernant les Etats membres de l’UE, et l’Allemagne en particulier, les exportations ont diminué de 3 % en janvier-février.
HS/mar/B4

Politique intérieure

Bilan du Premier mai

Environ 60 000 personnes se sont rassemblées au centre de Helsinki pour fêter la veille du Premier mai
Selon la police, les festivités du Premier mai se sont plutôt bien passées, malgré le beau temps qui a attiré beaucoup de monde, surtout au centre de Helsinki lundi soir. Mardi, plus de 10 000 personnes ont pique-niqué dans le parc Kaivopuisto à Helsinki.
Entre lundi soir et mardi matin, la police de Helsinki a reçu 591 alertes, dont 84 cas de coups et blessures et 105 cas de vandalisme.

Discours du Premier mai :

Propos de M. Arhinmäki
M. Paavo Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches et ministre de la Culture, s’’est exprimé hier à Tampere.
Selon M. Arhinmäki, « le résultat du premier tour des élections présidentielles en France constitue un nouvel espoir pour toute l’Europe, et aussi pour la Finlande. Le socialiste François Hollande a été clairement le numéro un du premier tour et le candidat de gauche Jean-Luc Mélenchon a également eu un bon score. Un tournant vers la gauche est clair. Les Français éliront un nouveau parlement en juin et la victoire de la gauche est déjà sure. »
« En Finlande, il faut rassembler un mouvement des citoyens pour lutter contre l’avidité, l’égoïsme et la suprématie des forces du marché. Il est important que tout le mouvement ouvrier finlandais ait un objectif commun », a souligné M. Arhinmäki dans son discours.

M. Heinäluoma
Le président du Parlement, M. Eero Heinäluoma (PSD), qui a prononcé son discours à Hyvinkää, a souligné l’importance de la modération qui a toujours fait partie de l’égalité finlandaise. « Il faut avoir la courage de défendre la modération. Les amis de la modération doivent se réunir. »

Propos de M. Häkämies
Selon M. Jyri Häkämies, ministre conservateur des Activités économiques, qui s’est prononcé à Kotka, la Finlande est traditionnellement une société de modération. « Cette modération a été mise à l’épreuve d’une façon qui a insulté les citoyens. Les salaires, les bonus et les retraites anticipées des directeurs d’entreprises ne sont aucunement en proportion avec les résultats obtenus. Le travail d’un directeur ne peut pas valoir cent fois plus que le travail de quelqu’un d’autre. »
« Les dirigeants politiques, la direction des entreprises, le mouvement syndical, les médias et nous tous sommes responsables de l’état d’esprit de notre pays. L’encouragement et non la jalousie fait partie de la société de modération. »

Mme Kiviniemi
Dans son discours, Mme Mari Kiviniemi, présidente du Parti du centre et ancienne Première ministre, a critique le gouvernement qui, selon elle, a agit d’une manière qui ne convenait pas à la démocratie. Elle a souligné que le gouvernement ne s’intéressait pas aux effets de la réforme des communes et de celle sur les forcées armées sur les citoyens dans les différentes parties de la Finlande.

Mendicité

Quatre Finlandais sur cinq souhaitent chasser les mendiants
Selon un sondage effectué pour le compte de MTV3, quatre personnes interrogées sur cinq souhaitent renvoyer les mendiants dans leur pays d’origine. 1 % seulement déclare avoir déjà donné de l’argent à un mendiant.
HBL/mar/3

Casques bleus

M. Heinäluoma propose plus de soutien pour les anciens casques bleus
Le président du Parlement, M. Heinäluoma (PSD) souhaite que les casques bleus puissent bénéficier de plus de soutien à leur retour en Finlande, en particulier ceux qui ont été blessés dans le cadre de leur mission.
AL/mar/A6

France

Présidentielle

« Lui-même est son pire ennemi » HS
Helsingin Sanomat publie un article sur M. Sarkozy, et rend compte des grandes étapes de sa carrière ainsi que des victoires et des défaites de sa campagne électorale.
HS/mar/B1

« Mme Le Pen donne les mains libres à ses électeurs » AL
Aamulehti estime que l’annonce de Mme Le Pen est un revers pour M. Sarkozy.
AL/mer/A8

« M. Sarkozy menace de saisir la justice concernant les allégations sur ses liens avec M. Kadhafi » AL

« M. Sarkozy accuse un site internet de falsification » KS

publié le 31/05/2012

haut de page