Le voyage d’Alexandre Dumas en Finlande en 1858 [fi]

En juin 1858, le déjà célèbre auteur des Trois mousquetaires, du Comte de Monte-Cristo et de la Reine Margot, Alexandre Dumas est invité par des amis russes séjournant à Paris, le comte et la comtesse Kouchelev à les accompagner dans leur pays natal. Durant dix mois, il effectue un voyage en Russie et dans le Caucase, de Paris à Astrakhan.
Il en tirera des impressions de voyage qui paraitront d’abord dans la revue qu’il a fondée, Le Monte-Cristo, puis sous forme de livre et constamment republiées depuis.

Après avoir passé six semaines à Saint-Petersbourg, il écrit "je résolus d’aller faire une excursion en Finlande. "Je connaissais Abo [Turku, NDLR) et Helsingfors [Helsinki) par mon ami Marmier ; je connaissais Tornea (Tornio), de réputation du moins", poursuivit-il. Plutôt que de visiter l’ancienne ou la nouvelle capitale, il choisit donc la Carélie.

Il en tirera quatre chapitres, dont le premier, "La Finlande" contient une traduction de la première runa du Kalevala, qui venait d’être récemment diffusé en français par Léouzon Le Duc.

En Russie : impressions de voyage, Alexandre Dumas

http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k5710318p

PDF - 6.7 Mo
(PDF - 6.7 Mo)
"Pendant cette courte excursion, je constatai un fait : c’est que tout ce qui est Russe en Finlande prend du thé, que tout ce qui est Finlandais prend du café.
Le Russe est avide de thé ; mais le Finlandais est fanatique de café. Il n’est pas rare de voir un paysan en Finlande faire dix ou douze lieues pour aller à la ville, sans autre but que d’y acheter une ou deux livres de café. Si sa bourse ne lui permet pas de faire si copieuse provision, il fait le voyage pour une demi-livre, pour un quart ou pour deux onces. En ce cas, presque toujours, il se fait le messager de tout le village et rapporte à chacun sa part de la précieuse denrée.
Pendant le reste de mon voyage en Finlande, j’eus l’occasion de prendre deux ou trois fois du café, soit dans les stations de poste, soit dans les mauvais hôtels où nus mangeâmes ; toujours le café était excellent, préparé à merveille, et rendu plus savoureux par la qualité de la crème, à les riches pâturages de la Finlande donnent une saveur toute particulière".

JPEG

publié le 08/12/2017

haut de page