Le récit de voyage d’une femme en Laponie en 1839 par Léonie d’Aunet [fi]

Parmi les nombreux voyageurs à se rendre dans le Nord depuis le coeur de l’Europe,
rares étaient les femmes. C’est pourquoi le voyage de Léonie d’Aunet (1820 - 1879) à travers la Scandinavie jusqu’au Spitzberg et sa traversée de la Laponie au retour, en 1839, suscita un grand intérêt à Paris. Tout comme le récit de son périple, le Voyage d’une femme au Spitzberg qui a eu un énorme succès dès sa publication en 1854. Dans les trente ans qui suivirent, il fut republié sept fois (1855, 1867, 1872, 1874, 1879, 1883, 1885). Il a même été l’objet de deux éditions critiques en 1992 et 1995.

Léonie d’Aunet partageait depuis deux ans la vie du peintre François Biard quand ce dernier fut approché par l’officier de marine Paul Gaimard pour participer sur la corvette la Recherche au voyage de la Commission scientifique du Nord en Laponie et au Spitzberg à la fin des années 1830. Elle était composée de scientifiques, de peintres officiels et de l’écrivain et journaliste Xavier Marmier, chargé de rédiger la relation du voyage. Ces expéditions étaient directement commandées par le roi Louis-Philippe qui, dans sa jeunesse, avait fuit la révolution et visité en 1795 le Grand Nord jusqu’en Laponie, accompagné du comte de Montjoie.

Léonie d’Aunet, promit de convaincre Biard d’accepter l’offre de Gaimard à condition de pouvoir participer elle aussi à ce voyage. A dix-neuf ans à peine, elle réussit à s’y embarquer. Publié après nombre de récits de voyageurs, dont ceux de Marmier, le témoignage de Léonie d’Aunet demeure un classique des récits de voyage et des récits d’exploration du XIXème siècle.

Voyage d’une femme au Spitzberg, Léonie d’Aunet, Paris 1854

PDF - 745.7 ko
(PDF - 745.7 ko)

Extrait

Les Finlandais ont des habitudes d’ordre et de travail ; ils sont persévérants et industrieux ; chaque famille se suffit à elle-même, cultivant ses champs, construisant sa maison, fabriquant ses meubles, ses ustensiles et ses chaussures, tissant sa toile et son drap et, de plus, instruisant ses enfants, car chez eux comme en Suède et en Norvège tous les paysans savent lire et écrire ; ils possèdent même des notions élémentaires d’histoire et de géographie.

Gravures
JPEG
JPEG

publié le 07/03/2017

haut de page